Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Conclusion. La tauromachie comme marqueur territorial

Texte intégral

1De toutes les interprétations existantes sur ce que sont les jeux taurins, sur leur place et leur rôle dans les sociétés qui les produisent, celle qui paraît désormais la plus évidente à nos yeux fait de la tauromachie un formidable marqueur territorial. L’expression est à prendre au sens premier et plein : les jeux taurins bornent l’espace, tracent des frontières, font vivre des différences culturelles, créent des hauts lieux d’identification, véhiculent des sentiments d’appartenance territoriale d’échelle locale, régionale, nationale et transnationale. Toutes les pratiques ne le font-elles pas ? Sans doute, si ce n’est que la tauromachie offre un champ commun de références pour des territoires très vastes témoignant d’une mondialisation partielle et fondamentalement transatlantique. Si ce n’est aussi que ces jeux, qui constituent une exception dans le champ des loisirs modernes et des relations homme-animal, alimentent des débats sociaux et territoriaux conflictuels. Si ce n’est enfin, qu’en de nombreuses régions taurines et à l’échelle de certains États-nations, ces jeux représentent l’expression culturelle la plus emblématique de ce qui serait propre à tel ou tel territoire.

2Au sein de cette aire culturelle de la tauromachie qui tient à la fois d’un héritage historique ancien et d’une réadaptation permanente des jeux taurins aux évolutions sociales et politiques, nous pensons que, de proche en proche ou d’échelle en échelle, tous les marqueurs territoriaux qu’ils véhiculent sont en relation les uns avec les autres. Ces relations se tissent à partir de quelques configurations territoriales qui suffisent à donner à l’ensemble une certaine cohérence et un fonctionnement commun : les hauts lieux des pratiques, les espaces de coexistence de cultures taurines différenciées et les frontières taurines. Avant de mettre en relief les propriétés de ces configurations territoriales, rassemblons ce que la géographie particulière de chacune des pratiques tauromachiques révèle en termes de lien entre les hommes et leur territoire.

I. — LES DYNAMIQUES CENTRE-PÉRIPHÉRIES DE L’ESPACE TAUROMACHIQUE

3L’étude détaillée de la structure et des dynamiques de l’espace tauromachique a fait apparaître des logiques d’organisation qui se répètent. Malgré des emprises territoriales très différentes d’une pratique à l’autre, l’organisation spatiale des faits taurins possède quelques invariants : des densités inégales entre le centre et les périphéries de la pratique ainsi que la coexistence de la tauromachie professionnelle et de la tauromachie participative.

4Quelles que soient les pratiques considérées et leur extension spatiale, il est possible de repérer des zones d’activité de plus forte densité qui ont tendance à correspondre, soit au berceau originel de la pratique, soit aux zones de diffusion les plus anciennes. Pour ce qui est de la corrida, l’Espagne est de loin le pays taurin possédant l’activité la plus importante. En son sein, l’Andalousie et la Castille centrale commandées par Madrid et Séville qui ont joué un rôle crucial dans la codification du spectacle moderne, demeurent aujourd’hui les foyers de plus forte densité. Ces deux villes sont aussi les centres organisationnels et iconographiques des terres de corridas qui fonctionnent comme des périphéries, plus ou moins intégrées, plus ou moins autonomes. La corrida portugaise, qui en comparaison passerait pour une pratique régionale de rang inférieur, témoigne elle aussi d’une extension transatlantique, certes plus modeste, mais bien réelle, par l’intermédiaire des Açores et de sa projection californienne. Le cœur de la pratique et la zone de plus forte densité demeure la région urbaine de Lisbonne et les rives du Tage. Enfin, la Chalosse pour la course landaise, la Petite Camargue pour la course camarguaise, les rives arago-navarraises de l’Èbre prolongées par les pays valenciens pour les courses de recortadores, sont comme les noyaux durs et les terres denses de ces cultures taurines respectives.

5Les pratiques tauromachiques en Amérique obéissent à des logiques comparables. Pour la corrida, le plateau central mexicain et la cordillère andine par lesquels s’est réalisée la colonisation de l’Amérique espagnole, demeurent les foyers denses de la corrida outre-Atlantique. Conformément aux caractères premiers de la colonisation, l’Amérique est d’abord taurine par ses villes. Tous les grands relais du pouvoir espagnol ont été, à un moment donné de leur histoire, des villes taurines. Le rodéo nord-américain, connu dans le monde entier au même titre que la corrida, possède son cœur et sa zone de plus forte activité dans l’Ouest qui l’a vu naître, à savoir la frontière, hier mexicaine, et les Grandes Plaines traçant « la piste » du bétail vers le Nord-Est. La frontière entre les États-Unis et le Mexique, dans sa fluctuation historique, est la grande zone de contact qui révèle, à travers le prisme de la tauromachie, ce que l’Amérique anglo-saxonne a de latine dès les premiers temps. Au Mexique, la charreada qui véhicule l’un des stéréotypes les plus reconnaissables de l’identité mexicaine, possède son foyer le plus dense dans le centre occidental du pays, la région historique de Jalisco, prolongée par les terres d’élevage extensif du Nord. Les toros coleados au Venezuela et en Colombie, s’épanouissent dans les Llanos, d’où ils sont originaires, et multiplient les zones d’intense activité le long du piémont andin, au contact des terres de corrida. La vaquejada au Brésil conserve le cœur de sa pratique dans le Nordeste, cette région déshéritée en marge de la construction économique contemporaine du pays, mais qui demeure une terre d’identification nationale. Enfin, le rodéo chilien des cavaliers huasos, très officiellement instrumentalisé comme ciment identitaire de la nation, possède le cœur de sa pratique et ses lieux de commandement autour de Santiago, Rancagua et la Vallée Centrale.

6Dans les zones de forte densité taurine et plus généralement là où la tauromachie professionnelle acquiert quelque importance, il n’est pas rare qu’elle soit accompagnée de jeux taurins à participation collective. Tout se passe alors comme si l’une n’allait pas sans l’autre, dans un rapport ambivalent de concurrence et de complémentarité, entre les spectacles de l’élite et les spectacles populaires, entre les spectacles urbains et les spectacles ruraux, entre les spectacles codifiés d’envergure nationale ou régionale et les spectacles locaux, parfois uniques en leur genre. Ainsi fonctionnent les festejos taurinos populares de la région de Madrid, les entradas et largadas de la région de Lisbonne, les abrivado et bandido en Camargue, les rodéos populaires de l’Ouest, les toros coleados ruraux des Llanos, les vaquejadas non professionnelles du Nordeste, le jaripeo des paysans mexicains du plateau central… Ces pratiques possèdent aussi leur propre logique de localisation affirmant l’existence de cultures taurines locales, maintenue dans une sorte de vocation communautaire : encierros navarrais, bous al carrer des pays valenciens, abrivado, bandido, encierros camarguais, capeias raianas de la frontière portugaise, fiestas en corralejas de la Costa Atlántica colombienne, turupukllay des Andes méridionales péruviennes, toros de pueblo de la Sierra équatorienne, rodéo montubio de la Costa équatorienne, jocheos du département bolivien de Béni. La tauromachie participative dit toujours quelque chose de son rapport à la tauromachie dominante : la reconnaissance d’un attachement à la culture taurine englobante mais sous les traits d’activités spécifiques dans le cadre d’identités culturelles locales et le désir de ne pas s’en faire déposséder. C’est de cette dialectique entre tauromachie professionnelle et tauromachie participative, tauromachie du centre et tauromachie périphérique, tauromachie des villes et tauromachies des champs, que nombre de fêtes taurines, intégratives des deux composantes, tirent leur originalité.

II. — TAUROMACHIES ET IDENTITÉS TERRITORIALES

7Les pratiques tauromachiques professionnelles possèdent une organisation spatiale hiérarchisée. La hiérarchie des lieux taurins peut être spontanée dans le cas des corridas espagnoles et portugaises, c’est-à-dire liées principalement à la trame du peuplement et au poids variable de la culture taurine locale, ou relever partiellement d’une organisation territoriale régulée par une autorité ou un projet politique. Dans le cas des corridas, on a souligné l’originalité des processus d’identification territoriale véhiculés par la mise en réseau des férias. Chaque féria occupe à tour de rôle les devants de la scène tauromachique, observée sur place et à distance par tous les passionnés. Chaque rendez-vous taurin, à son échelle et selon l’importance de l’événement, constitue pour la communauté locale qui se reconnaît dans ce spectacle, une occasion de parler de ses valeurs, de parler de celles des autres, de parler d’un ici comparé à un ailleurs. Le déroulement de la saison fait que les rendez-vous taurins sont toujours, à quelque degré, un discours sur le territoire, ou tout au moins, sur des cultures territorialisées : « D’où vient ce torero ? Qu’a-t-il fait à Madrid ? La féria de Séville a-t-elle été bonne cette année ? Quels sont les toreros qui partent en Amérique ? » Mieux, la dimension festive inhérente aux pratiques taurines renforce ce discours, en ce que la fête est toujours une affirmation des identités locales qui passe par une ouverture aux autres, invités à y participer, à la contempler, mais aussi invités parfois et non sans quelque paradoxe, à s’y sentir exclus.

8Les mécanismes ne sont pas exactement les mêmes pour les pratiques tauromachiques régulées dans le cadre d’organisations sportives, si ce n’est le rôle de la fête qui semble l’un des invariants du loisir taurin. La régulation des pratiques sur les modèles du sport délimitent généralement des cadres locaux, régionaux et nationaux, emboîtés les uns dans les autres et reliés entre eux de façon pyramidale par des compétitions, depuis la pratique amateur jusqu’au plus haut niveau. Ce principe d’organisation, qui relie la base au sommet, crée un lien d’identification sociale fort entre les spectateurs, les amateurs, les passionnés, les pratiquants et les héros, pouvant être envisagés dans un continuum. Il crée aussi des liens d’identification territoriale par l’intermédiaire d’acteurs et d’équipes représentant des clochers, des villes, des régions au sein d’un cadre national. Les toros coleados au Venezuela et en Colombie, ainsi que le rodeo chileno au Chili représentent sans doute les modèles les plus parfaits de cette régulation spatiale de la pratique tauromachique qui, dans les pays cités, confinent au volontarisme politique d’unifier les territoires à la nation. Ce modèle d’organisation est très souvent associé à des calendriers festifs traditionnels qui garantissent l’enracinement de la pratique. Dans le cas de la course landaise et de la course camarguaise, cette superposition des fêtes de village et de la compétition sportive de haut niveau témoigne d’une adaptation originale d’un loisir ancien à la modernité, pour tenter d’en accroître l’attractivité sans en perdre les valeurs traditionnelles. Ce grand écart crée souvent des tensions et n’assure en aucun cas la réussite du modèle. Voilà une façon originale de mettre en relation les territoires, puisque chaque rendez-vous local et ponctuel s’inscrit dans un temps saisonnier linéaire et progressif, celui de la compétition, associant différents lieux. Cette mise en relation des territoires par les modèles d’organisation sportive témoigne alors d’une articulation entre niveaux géographiques, parfois du local au national, puisque chaque ville ou village participe à une trame compétitive quadrillant l’espace. Dans le détail, la mise en place annuelle de cette organisation est toujours l’occasion de négocier et de dialoguer pour satisfaire au mieux des intérêts pouvant être divergents entre des pouvoirs locaux, des contribuables, des associations sportives, des clubs taurins, des professionnels et des amateurs.

9Sous cet angle, la tauromachie participe doublement à la construction territoriale des régions qui la produisent. Elle participe, d’une part, à l’individualisation des régions taurines par rapport à celles qui ne partagent pas les mêmes formes de loisirs. La région ou le pays se démarque d’autant mieux de son voisin qu’il ne connaît pas d’activité tauromachique ou bien qu’il pratique une autre forme. C’est sans doute le sens des différenciations panaméricaines des rodéos construites dans le cadre d’États-nations indépendants. Les pratiques partagent une appartenance à la famille du rodéo, mais dans des formes singulières qui renvoient aux spécificités nationales. Souvent ces formes renvoient également aux caractéristiques géographiques et paysagères du pays pour en prouver l’autochtonie, comme si les milieux avaient déterminé l’individualisation des jeux taurins en dehors de toute référence aux processus de diffusion spatiale et de transformations réciproques des pratiques. C’est également le sens de la patrimonialisation des figures vaqueras si proches les unes des autres et pourtant toujours pensées dans une éclatante singularité nationale : le cowboy américain, le charro mexicain, le llanero vénézuélien, le vaqueiro brésilien, le huaso chilien et le gaucho argentin. Ainsi apparaissent les mécanismes de la diffusion des traits culturels, ceux de leur transformation qui est généralement guidée par des enjeux de différenciation territoriale au sein d’un champ commun de références, et ceux de leur assimilation locale soutenue par des discours essentialistes sur la culture.

  • 1 J. Valat, Pour la beauté du geste, la course landaise, p. 14.

10D’autre part, les pratiques tauromachiques contribuent, au sein de leur aire d’extension, à faire vivre des rivalités, des concurrences et des complémentarités territoriales. L’écrivain Bernard Manciet raconte que le public de Mont-de-Marsan, insatisfait des bêtes et des écarteurs, n’a rien à crier de plus tendre que l’insulte « à Dax, à Dax »1. Au-delà des rivalités locales, s’exprime souvent une complémentarité des oppositions qui révèle un sentiment d’appartenance commun d’un niveau supérieur. D’une certaine manière, la course landaise, derrière son appellation en trompe-l’œil, fait exister une Gascogne tiraillée entre plusieurs pays (Hautes Landes, Marsan, Tursan, Chalosse, Gers). De même, la course camarguaise, au-delà du delta, fait exister la Camargue comme territoire d’appartenance entre Languedoc oriental et Provence occidentale. Dans un autre contexte, les toros coleados font exister comme un tout le territoire culturel des Llanos, coupé en deux par les constructions nationales du Venezuela et de la Colombie, sur les cendres du projet bolivarien de la Grande-Colombie.

11Cette forme d’emboîtement des territoires qui marquerait à telle échelle spatiale une opposition et qui, à telle autre échelle d’un niveau supérieur, exprimerait une appartenance commune, n’est pas sans rappeler le célèbre modèle théorisé par l’anthropologue Evans-Pritchard à propos des Nuer. Sous le nom de « modèle segmentaire », Evans-Pritchard a mis en évidence que l’opposition ou la complémentarité des identités était relative à des niveaux d’organisation socio-spatiale. S’il fallait se risquer à une application des apports théoriques de ce modèle à l’organisation spatiale et historique de l’aire culturelle de la tauromachie, nous pourrions formuler comme suit, un système d’oppositions et de complémentarités des territoires taurins :

  • l’Andalousie torerista s’oppose au Nord torista ;

  • le centre de l’espace taurin espagnol acquis à la tauromachie formelle (Andalousie-Castille) s’oppose aux périphéries taurines de l’Espagne (Pays Basque, Navarre, Aragon, Levant) où se développent des tauromachies parallèles ;

  • l’Espagne taurine en tant que pays dominant de la culture s’oppose aux terres taurines extérieures et périphériques (Portugal, France, Amérique) ;

  • le Sud-Ouest européen taurin, acquis au modèle de la corrida et des tauromachies pédestres, s’oppose à l’Amérique taurine, dominée par les rodéos et les pratiques taurino-équestres.

12Au-delà même du caractère très simplifié de cette ébauche, la limite évidente de cette formulation aux vues des analyses que nous avons menées, repose sur la dimension transnationale de la corrida espagnole tissant des liens de proximité entre les pays qui précisément ne répondent pas à ce genre d’organisation territoriale emboîtée. En revanche, nous retenons le principe que la conscience d’une identité commune passe par l’expérience d’une altérité voisine, pensée comme radicale.

III. — DE LA SPÉCIFICITÉ D’UNE DIFFUSION TAUROMACHIQUE

13Cette organisation d’ensemble nécessite de s’interroger sur une particularité des processus de diffusion et de développement des pratiques tauromachiques, notamment pour celles qui ont acquis une extension transnationale. Les processus de diffusion spatiale des pratiques tauromachiques n’ont généralement pas abouti à une délocalisation du cœur de l’activité qui demeure fortement ancré dans sa terre d’origine. Ils n’ont pas entraîné non plus une inversion des rapports quantitatifs de leur développement entre territoire d’origine et nouveaux territoires. L’espace d’origine de chacune des pratiques taurines continue à jouer un rôle important dans les représentations, dans les hiérarchies entre les lieux et tient souvent une place dominante en termes d’activité. Quelques pays attestent néanmoins de rééquilibrages importants : le poids du Mexique pour la corrida, celui plus récent du Brésil pour le rodéo nord-américain et, d’une manière plus générale, la place des États-Unis dans la famille des rodéos, pourtant née de l’Amérique espagnole.

14Ces éléments suffisent à constater une différence importante entre la diffusion des pratiques tauromachiques et celle de certains sports modernes pour lesquels la terre d’origine ne constitue plus une référence iconographique, ni n’occupe une place dominante dans la pratique. Il n’est qu’à voir le football né du système sportif anglais, diffusé à l’échelle internationale sans que l’Angleterre, ni même le monde anglo-saxon, n’occupe une place privilégiée. Dans le cas de la corrida, voir le drapeau espagnol flotter au-dessus d’une arène française, portugaise, mexicaine, colombienne, vénézuélienne, équatorienne ou péruvienne souligne clairement cette originalité. La corrida, tout en étant assimilée au patrimoine respectif des différents pays où elle est pratiquée, marque dans le même temps, un lien privilégié avec l’Espagne. Dans le football, on imaginerait mal voir flotter un drapeau anglais au-dessus du Stade de France, du stade Santiago Bernabéu à Madrid ou de l’Estadio Azteca à Mexico, afin de souligner une quelconque relation avec la terre d’origine de ce sport universel, même si le nom de certains clubs et une partie du vocabulaire ont gardé la trace d’une genèse anglo-saxonne. Le football est devenu une caisse de résonance des identités nationales sous la forme de compétitions sportives par équipes, ce que n’est pas la corrida, qui par un autre mécanisme mettant en scène les relations territoriales, contribue plutôt à mesurer une proximité avec l’Espagne. En cela, la corrida apparaît comme le produit d’une diffusion qui atteste d’un équilibre original entre une acculturation avancée et une assimilation incomplète qui partout pose la question de la distance culturelle avec l’Espagne, y compris dans les régions où elle n’existe plus.

IV. — LE RAYONNEMENT DES HAUTS LIEUX TAURINS

15Les hauts lieux de chacune des pratiques possèdent des rayonnements de portées spatiales différentes, locale, nationale, internationale, qui débordent souvent assez largement l’aire d’extension réelle de la pratique. La métaphore géographique du rayonnement permet de résoudre l’idée d’un cloisonnement parfaitement étanche des passions taurines qui sont ainsi mises en relation, quand bien même les aires d’extension ne se recoupent pas. Autrement dit, le rayonnement des hauts lieux des pratiques tauromachiques élève nécessairement le degré de leur coexistence spatiale que la représentation cartographique tend à figer dans des limites bornées. Ce fonctionnement de la spatialité permet la démultiplication des relations entre les pratiques, même si le grand clivage à l’échelle globale reste celui entre les courses de taureaux, généralement pensées dans le cadre d’une culture ibérique, et les différentes formes de rodéos, pensées dans le cadre d’une culture américaine.

16Ces hauts lieux, à l’extérieur de la passion taurine, agissent comme des territoires de références, plus ou moins flous, qui organisent des cartes mentales élémentaires des jeux taurins non reliés entre eux comme des phénomènes comparables. Pour la tauromachie espagnole citons Madrid, mais surtout Séville et Pampelune qui symbolisent la culture taurine dans le monde entier. Au-delà de ces villes, citons plus largement l’Andalousie qui concentre les stéréotypes simplifiés de l’imagerie taurine : les élevages de taureaux, les arènes de la Maestranza, les toreros gitans sur fond de culture flamenca et de Guadalquivir. La tauromachie portugaise est souvent mieux connue dans les particularités de sa pratique, une corrida à cheval sans mise à mort, que dans ses hauts lieux : le Campo Pequeno à Lisbonne, Vila Franca de Xira, Moita, Santarém, les rives du Tage et l’Alentejo. En France, Nîmes, Arles et la Camargue sont généralement mieux associés à la culture taurine que le Sud-Ouest, et la course camarguaise est mieux connue que la course landaise. L’impact des paysages camarguais joue sûrement dans cette inégale reconnaissance des pratiques taurines. Pour le rodéo nord-américain, pour lequel la curiosité européenne ne dépasse généralement pas celle du stéréotype du cow-boy de l’Ouest, le Texas s’impose comme un espace mythique de référence. Les autres formes de rodéo sont généralement mal connues, et beaucoup, en Europe, ignorent même qu’il existe des rodéos latino-américains.

17À l’intérieur de chacune des passions taurines, les espaces tauromachiques structurés par leurs hauts lieux ont une tout autre configuration. Ces hauts lieux puisent leur légitimité dans deux registres : celui du lieu historique et celui des couronnements périodiques de la pratique professionnelle. Pour la corrida, le maillage est dense en Espagne et se simplifie au-delà : Madrid, Séville, Pampelune, Bilbao, Valence et quelques autres capitales de provinces, en France, Nîmes, au Portugal, Lisbonne, puis outre-Atlantique, Mexico, Cali, Quito, Lima. Parmi ces hauts lieux, Madrid, Séville et Pampelune, servent fréquemment de modèles ou de contre-modèles au sein des terres de corrida, pour les goûts tauromachiques (torista-torerista), pour les formes tauromachiques (corridas-encierros) et dans les types de fêtes qu’ils engendrent (féria de Séville - San Isidro - Sanfermines). Pour le rodéo américain, Las Vegas, capitale fonctionnelle choisie pour la rentabilité des spectacles, centralise nombre de finales sans éclipser pour autant certains hauts lieux historiques de la pratique : Cheyenne Frontier Days, Prescott Frontier Days, Pendleton Round-up, Calgary Stampede au Canada. Cette liste peut être complétée par le nouveau grand centre d’Amérique du Sud du rodéo nordaméricain : Barretos dans l’État de São Paulo et son immense stade construit par Niemeyer. Pour la charreada, rivalisent Mexico et Guadalajara, mais il n’y a pas de lieu fixe des grandes finales puisqu’elles se déplacent chaque année, manifestant l’existence d’une centralité circulatoire. Pour les toros coleados, au Venezuela et en Colombie, les calendriers professionnels organisent également une rotation des grands rendez-vous sur l’ensemble du territoire. Au Brésil, la structure fédérale du pays contribue à une démultiplication des circuits professionnels, comme le montre l’exemple de la vaquejada dont le cœur reste le Nordeste. À l’inverse le rodéo chilien sacralise l’excellence sportive du meilleur cavalier huaso, prenant le titre d’El Chileno, en un même lieu, la ville de Rancagua, non loin de Santiago, qui cumule les fantasmes de la centralité identitaire. Les pratiques tauromachiques plus modestes possèdent aussi leurs hauts lieux qui correspondent généralement à leur berceau d’origine ou à la zone de plus fervente passion : la Chalosse pour le course landaise, la Petite Camargue pour le course camarguaise, le département de Córdoba sur la Costa Atlántica colombienne pour les fiestas en corralejas, l’île de Florianopolis pour les farras da boi du littoral de Santa Catarina au Brésil. Derrière les choix de la territorialisation de la pratique taurine, qu’elle s’opère selon le modèle sportif ou non, qu’elle favorise l’intégration des différentes parties du territoire national ou non, qu’elle privilégie la centralité fixe à la centralité circulatoire, il est bien souvent possible de lire les enjeux de la géopolitique interne des pays concernés.

V. — LES LIEUX DE COEXISTENCE DES PRATIQUES TAUROMACHIQUES

18Si le rayonnement des hauts lieux taurins participe indirectement aux relations entre les pratiques tauromachiques, l’existence d’espaces où elles coexistent atteste d’une relation beaucoup plus directe. Pour autant, nous l’avons vu, la notion de coexistence spatiale nécessite d’être qualifiée pour être significative. En effet, elle peut être envisagée à différentes échelles selon des configurations spatiales très diverses qui vont des régions taurines séparées au sein d’un même pays, au partage d’une même arène, plus rarement d’un même spectacle. Et quand bien même, deux pratiques tauromachiques auraient-elles en commun un nombre significatif d’arènes, comme c’est le cas pour la corrida et les concours de recortadores en Espagne, pour la corrida et les courses landaises et camarguaises en France, ou encore dans une bien moindre mesure, la corrida et la charreada au Mexique, cela ne dit pas grand-chose sur l’existence d’une passion commune. Cela étant, le partage du lieu de mise en scène, l’existence de deux passions taurines dans une même ville ou dans une même région rendent très significatives les relations qu’elles entretiennent. Selon les contextes historiques, politiques, selon les acteurs investis, selon les contextes de l’énonciation, ces relations varient de l’indifférence au respect mutuel, de la dénonciation d’une pratique radicalement autre à la reconnaissance d’une passion commune. Le temps des fêtes, dans une ville ou dans un village, en ce qu’il est un moment de rassemblement et de démonstration exacerbée des marques de l’identité, apparaît toujours comme un moment important pour remettre en jeu l’équilibre de ces relations. Au fil de l’analyse, nous avons repéré certaines villes jouant à ce titre un rôle crucial dans l’expression plurielle des pratiques taurines et par conséquent dans la mise en relation des identités territoriales qu’elles incarnent.

19En Espagne, nous avons souligné, la correspondance entre l’arc dessiné par les spectacles taurins populaires et les régions septentrionales et orientales marquées par une identité forte. Les fêtes taurines de Pampelune, Saragosse, Castellón et Valence à travers la corrida expriment le partage d’une passion commune avec le reste de l’Espagne. Mais à travers la spécificité des formes tauromachiques populaires, dont certaines présentent un stade avancé de patrimonialisation régionale, elles expriment aussi leur singularité et leur différence. Dans les cas mentionnés, l’expression de la singularité régionale ne sort pas du champ tauromachique, qui finalement constitue une base commune de différenciation acceptée par tous. À Barcelone, nous l’avons vu, c’est le champ tauromachique lui-même qui est de plus en plus contesté. En France, dans le Sud-Ouest, ce sont les villes de Dax et de Mont-de-Marsan, hauts lieux de la corrida et de la course landaise, qui jouent un rôle crucial dans l’articulation des pratiques tauromachiques et des territorialités auxquelles elles renvoient. De même dans le Sud-Est, Nîmes et plus encore Arles, tiennent un rôle équivalent dans l’expression des liens entre corrida et course camarguaise. Au Portugal, les villes de Vila Franca de Xira et de Moita ainsi que quelques cités de la frontière de moindre importance, à l’image de Barrancos, témoignent des relations complexes entre corrida espagnole et corrida portugaise, jouant un rôle clé dans la compatibilité des passions généralement données comme antithétiques.

20De même en Amérique, certaines villes occupent une place à part dans la cohésion d’ensemble de l’espace tauromachique, par la coexistence en leur sein de pratiques tauromachiques différenciées. La zone frontière entre les États-Unis et le Mexique multiplie les modalités de coexistence entre la corrida, le rodéo nord-américain, le jaripeo ranchero professionnel et la charreada, pour ce qui demeure l’une des « coutures » de l’espace tauromachique la plus dynamique qui soit. L’agglomération de Los Angeles pourrait à elle seule incarner cette imbrication des cultures taurines (club taurin de la corrida espagnole, bloodless bullfigting, jaripeo, charreada, rodéo…). Au Mexique, Mexico, Guadalajara et Aguascalientes s’affirment à la fois comme des centres de la culture charra et des lieux de corridas de première importance. En Colombie, où les aires d’extension des jeux taurins ne se chevauchent guère, les villes où ils coexistent sont rares, à l’inverse de ce que l’on observe au Mexique. À ce titre Villavicencio, située sur le piémont oriental de la cordillère, se distingue par sa fonction de capitale nationale du coleo et sa féria de corridas. La ville intérieure de Sincelejo, appartenant à la région de la Costa Atlántica, occupe une position comparable : elle est à la fois le centre le plus important des fiestas en corralejas et possède l’une des rares arènes de corridas de cette zone rurale paupérisée. Au Venezuela, le recoupement spatial de ces deux pratiques tauromachiques est beaucoup plus important, de sorte qu’il existe des villes de corridas où le coleo n’est pas négligeable (Maracay, Valencia, San Cristóbal) et des villes de coleo où les corridas ont quelque importance (Valle de la Pascua, Barinas). En Équateur, les villes périphériques des capitales provinciales mélangent volontiers les genres, celui de la corrida, des toros de pueblo et du rodéo chagra. Guayaquil rivale de Quito, semble décidée à abandonner la corrida, trop andine, au profit du rodéo montubio, plus en accord avec sa conception de l’identité littorale. Enfin, au Pérou, dans de nombreuses villes de la Sierra méridionale, coexiste une corrida des plus canoniques avec les multiples formes acquises par les « tauromachies andines », de la corrida populaire à la pratique aujourd’hui rare du turupukllay.

21Compte-tenu de la diffusion transatlantique de la corrida et de son antériorité historique sur les autres pratiques tauromachiques, c’est le plus souvent à travers elle que se joue la plupart des questions posées par leur coexistence spatiale. La corrida apparaît ainsi comme une sorte de clé de voûte de l’espace tauromachique à partir de laquelle s’est organisée l’architecture générale des pratiques. Outre-Atlantique, le rodéo étasunien, joue sans doute un rôle comparable qui s’affirme depuis un demi-siècle, puisqu’il apparaît comme un modèle dominant et spatialement conquérant, dont l’influence se fait sentir y compris dans les régions où il n’est pas directement présent. Il y a d’ailleurs quelques parallèles qu’il est intéressant d’établir entre la corrida et le rodéo nord-américain. Ces pratiques incarnent les deux archétypes d’affrontement entre les hommes et les bovins, les plus connus au monde : les jeux taurins méditerranéens pour la corrida espagnole et le rodéo américain pour le bull riding étasunien. Dans les deux cas, les archétypes sont d’une grande imprécision par rapport à la réalité des pratiques. De plus, ce sont deux pratiques fortement marquées par la symbolique nationale du pays qui les a vu naître dans leur forme moderne. La corrida a longtemps été pensée comme incarnant les valeurs de « l’homme espagnol », de même que le rodéo incarnerait celles des Yankees. Enfin, leur répartition est en partie le résultat de deux phases d’expansion hégémonique, chacune inscrite dans un temps fort de la mondialisation occidentale. Pour l’Espagne, celui de la conquête de l’Amérique à partir du xvie siècle qui importe les jeux taurins outre-Atlantique. Pour les États-Unis, celui d’un impérialisme continental plus ou moins déguisé, qui démarre dès le milieu du xixe siècle et s’affirme tout au long du xxe siècle, dont les idées libérales ont d’ailleurs contribué à rejeter une partie de l’héritage ibérique. En cela, le xixe siècle est un siècle charnière, car dans un contexte d’affirmation forte des identités nationales, l’expansion de la corrida s’achève au moment où démarre l’individualisation des rodéos nationaux. Les rodéos incarnent ainsi une sorte de tournant tauromachique qui ancre la problématique des affrontements entre les hommes et les bovins dans un contexte panaméricain, venant rejouer localement avec les héritages composites de l’hispanité.

VI. — LES FRONTIÈRES TAURINES

22Enfin, une dernière configuration territoriale nous semble jouer un rôle de première importance dans la cohésion d’ensemble de l’espace tauromachique : les frontières taurines. Les frontières taurines sont à la fois les limites de l’extension des pratiques et celles des États territoriaux participant à la discontinuité de la mosaïque taurine. Dans le contexte d’une régulation nationale des pratiques, les frontières entre les États créent des coupures, plus ou moins visibles au sein de l’espace tauromachique. Celles qui concernent la corrida espagnole sont les plus visibles, puisque la pratique est explicitement interdite dans certains pays où elle fut, un temps, autorisée. Dans ce domaine, la frontière taurine entre l’Espagne et le Portugal coupe la péninsule Ibérique en deux. En France, c’est le pays lui-même qui est coupé en deux par une frontière légale de la tauromachie. Cette frontière constitue à la fois une exception remarquable dans le droit français et une exception parmi les pays de corridas, qui généralement ne connaissent pas de césure interne aussi radicale. En Amérique, la frontière taurine entre les États-Unis et le Mexique marque également une rupture fondamentale de l’espace tauromachique, délimitant les confins septentrionaux des terres de corridas. Les frontières en Amérique du Sud ne matérialisent pas une telle coupure, en raison d’une localisation des corridas qui suit l’axe de la cordillère andine. La Bolivie apparaît comme un pays de transition au-delà duquel la corrida est interdite et a totalement disparu (Brésil, Chili, Argentine, Uruguay, Paraguay). Mais la frontière n’est jamais simple coupure. En Europe, on a vu à quel point les frontières taurines de la corrida, dans leurs dimensions économique, juridique, historique et culturelle étaient le support de relations de voisinage complexes. De même entre le Mexique et les États-Unis, on a souligné le rôle particulier de la frontière taurine de la corrida, engendrant sur son tracé des relations transfrontalières dissymétriques.

23Les frontières des rodéos sont de natures beaucoup plus variées. La raison tient d’abord à l’existence d’une famille de pratiques attachées à des principes et des techniques en partie communes. Les frontières des techniques ne correspondent donc pas à celles des cadres nationaux de régulation sportive des jeux. Trois techniques principales donnent forme aux rodéos : la monte des chevaux et des taureaux, l’usage du lasso et le coleo. Sous cet angle, la monte des taureaux est commune à trois grandes nations du rodéo : les États-Unis, le Mexique et le Brésil. L’usage du lasso se retrouve aux États-Unis, au Mexique et dans les régions où des rodéos sont en cours de normalisation, à l’image du rodéo montubio en Équateur et du rodeio crioulo au Brésil. Enfin, le coleo rapproche le Mexique, Cuba, le Venezuela, la Colombie et le Brésil. Seul le Chili paraît isolé par une technique singulière. Quant à l’Argentine, elle est exclue de la géographie des jeux taurino-équestres qui demeurent assez rudimentaires en comparaison de ce que représente la figure vaquera du gaucho dans l’iconographie nationale.

24Bien que les spectacles soient le plus souvent régulés dans des cadres nationaux, il existe des relations transfrontalières non négligeables générées par les jeux taurins. Les plus visibles sont celles engendrées par le bull riding nordaméricain dans le cadre du Pro Bull Riders qui est désormais implanté au Canada, au Mexique, au Brésil et en Australie. Deux pratiques permettent ensuite d’intenses relations bilatérales. C’est d’une part, la charreada entre le Mexique et les États-Unis servant de trait d’union mexaméricain. C’est d’autre part, les toros coleados, entre le Venezuela et la Colombie, célébrant l’appartenance commune à un territoire culturel partagé : les Llanos. Enfin, il existe également quelques compétitions internationales de coleo qui rassemblent des participants venus de toute l’Amérique. Cette modalité est peut-être la mieux à même d’incarner un rodéo latino-américain unifié qui serait opposé au bull riding dominé par l’Amérique du Nord.

  • 2 J. Gottmann, The Significance of Territory.

25Quelles que soient les pratiques considérées, la frontière taurine apparaît comme un espace de premier plan dans la cohésion de la mosaïque taurine. La raison tient dans l’ambivalence même de la frontière en tant qu’objet géographique : la frontière crée une rupture spatiale qui, dans le même temps, crée de la continuité territoriale. Voilà tout le paradoxe, nous pourrions même dire toute l’ironie géographique de la frontière telle qu’elle a été perçue sur un plan théorique par Roger Brunet et, avant lui, par Jean Gottmann dans La signification du territoire2. On pourrait même renverser quelques perspectives, par une acception extensive de la frontière au sens d’accélération des discontinuités territoriales, en envisageant que nombre de pratiques taurines sont nées d’une expérience de la frontière. On a vu pour le rodéo nord-américain, comment l’imaginaire de la frontier, celle de la progression de la conquête de l’Ouest, a fini par remplacer la frontière territoriale, celle de l’annexion des terres mexicaines. En France, la corrida s’est enracinée dans une proximité frontalière avec l’Espagne, en faisant remonter vers le nord la culture hispanique qui elle-même a contribué à donner forme aux « fêtes du taureau » dans le Sud-Ouest et le Sud-Est, qu’elles soient structurées autour de la corrida, de la course landaise ou de la course camarguaise. Les courses de recortadores arago-navarraises ont grandi à la périphérie du territoire espagnol dans une frontière historique du royaume de Castille et ont profité à leur tour de l’expérience landaise dans l’introduction de certaines techniques. Les « corridas soft » de la Californie sont nées, grâce à la communauté des Açores, à proximité du Mexique, et le free style bullfighting du rodéo nord-américain utilise les taureaux de corrida du voisin.

26S’il est un problème géographique aussi fondamental que difficile à résoudre, c’est bien celui touchant à la question : « pourquoi là et pas ailleurs ? » En tenant compte des différenciations spatiales et des transformations de la culture, les interrogations se multiplient : « pourquoi de telle façon ici et de telle autre façon ailleurs ? » Les questions sur les causes premières de la localisation et des discontinuités du territoire incitent le géographe à multiplier les points de vue historique, sociologique, anthropologique, juridique, économique, psychologique. Elles l’obligent surtout à tenter d’en coordonner et d’en peser la valeur explicative. Et le point de vue géographique ? Nous assumons qu’il soit une réflexion circulaire sur les rapports entre les hommes et leur territoire, comme cause et conséquence des phénomènes sociaux.

Notes

1 J. Valat, Pour la beauté du geste, la course landaise, p. 14.

2 J. Gottmann, The Significance of Territory.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search