Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Troisième partie. Espaces et territoires de la tauromachie

Chapitre VIII. Structure et dynamiques des espaces tauromachiques américains

Texte intégral

1La présence de la corrida est l’un des critères les plus efficaces pour différencier les pays d’Amérique possédant des traditions tauromachiques au sein d’un vaste ensemble où le rodéo, dans des versions diverses, est la marque dominante d’une culture commune. La corrida tisse de façon très évidente des liens économiques, historiques et culturels entre l’Europe et l’Amérique. Les rodéos constituent une pratique panaméricaine qui pourrait se passer de toute référence à la corrida espagnole, s’il n’était aussi question de comprendre leur filiation historique et d’analyser les relations territoriales qu’ils contribuent à façonner en raison de leur dissociation et de leur coexistence. De plus, nombre de pratiques tauromachiques populaires mettent à mal la distinction catégorielle entre les rodéos et la corrida qui, au niveau des spectacles professionnels, apparaît pourtant sans ambiguïté. Certaines pratiques populaires maintenues dans un état de codification élémentaire se jouent des clivages apparemment incontestables entre corrida et rodéo. Il en résulte une organisation territoriale des pratiques complexe où se côtoient des frontières franches, des frontières floues, des coexistences et des continuums allant jusqu’à rendre invisible le passage d’un jeu taurin à l’autre.

2L’espace tauromachique américain est appréhendé à l’échelle des États-nations qui demeurent les cadres spatiaux les plus appropriés pour analyser les relations territoriales véhiculées par les pratiques tauromachiques. Une nouvelle fois, afin de pallier ce que les analyses nationales laisseraient à la marge, l’attention est portée sur la question des frontières qui apparaissent comme de véritables supports matériels et idéologiques de différenciation : les frontières des pratiques tauromachiques qui ne respectent guère les cadres territoriaux et les frontières des pays qui participent en retour aux discontinuités de l’espace tauromachique. Enfin, l’évolution récente de certaines pratiques tauromachiques et de leur ancrage territorial, loin de représenter de simples retouches au sein d’une géographie héritée d’un cadre ancien, manifestent au contraire un important dynamisme en phase avec les transformations géopolitiques contemporaines.

I. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE MEXICAIN : CORRIDA, CHARREADA, JARIPEO ET RODEO

3Le Mexique est un pays taurin aux pratiques multiples, souvent liées les unes aux autres de façon complexe. Deux spectacles codifiés dominent les pratiques et les représentations : la corrida et la charreada. La pratique fondée sur la monte des taureaux est ramifiée entre plusieurs jeux et spectacles : jaripeo, rodéo nord-américain et charreada dans laquelle la monte n’est qu’un exercice parmi d’autres. Au cœur du plateau central mexicain où se situent les principaux foyers de peuplement, la forte densité des pratiques tauromachiques délimite le cadre de leur coexistence spatiale et le terrain principal de leur articulation. Avec l’éloignement du centre apparaissent des profils régionaux distincts où les pratiques tauromachiques se combinent différemment. Ces profils révèlent alors des clivages nord-sud et est-ouest, des logiques centre-périphéries et des formes d’organisation spatiale qui tiennent aux dynamiques transfrontalières et à la place des États-Unis.

La corrida au Mexique ou le géant taurin de l’Amérique latine

  • 1 INEGI, Estadísticas de Cultura, Cuaderno no 8, 2003.

4L’Institut National des Statistiques (INEGI) publie chaque année un bulletin récapitulatif des activités culturelles, sportives et récréatives qui se sont déroulées dans le pays1. Dans ce document, les activités qui intéressent notre sujet sont réparties entre, d’un côté, les courses de taureaux et de l’autre, les charreadas et jaripeos, sans que l’on puisse d’aucune manière les différencier. Cette source d’information officielle, en apparence inestimable, se révèle décevante en raison d’une collecte incomplète des données. Pour l’année 2003, L’INEGI déclare que se sont déroulées 301 courses de taureaux (majeures et mineures confondues), réparties dans 14 États sur les 32 entités fédératives existantes. Dans ce classement, s’illustrent les États de Jalisco, Distrito Federal, Querétaro, Aguascalientes et Zacatecas qui concentreraient 65,4 % des programmations. Le bilan général fait état de 830.733 spectateurs payants dont 530.073 assistants aux corridas de toros.

5Tous ces chiffres sont contestables mais offrent une ébauche acceptable de la forte concentration des spectacles taurins dans la zone centrale du pays. Cependant ces données doivent être revues à la hausse et l’aire d’extension de la pratique, élargie. En ne comptabilisant pourtant que les spectacles majeurs, là où les statistiques officielles enregistrent tous les types de courses de taureaux, les données de Mundotoro doublent les chiffres de l’INEGI (voir graphique 11, p. 322).

6Grâce aux informations transmises par Luis Ruiz Quiroz, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes des questions statistiques touchant aux courses de taureaux au Mexique, nous pouvons détailler ces chiffres. En 2005, parmi les spectacles majeurs se sont déroulées 355 corridas. Ce total est inférieur à la moyenne des années 1980 qui est de 415 corridas, sans que l’on puisse pour autant parler actuellement de véritable crise de la tauromachie au Mexique ainsi que l’écrivent parfois les médias. Ici les analyses des medias oscillent souvent sans nuance entre l’irrémédiable disparition de la tauromachie ou son incommensurable importance, ces jugements ne s’appuyant jamais sur des données quantitatives étayées.

Carte 13. — Tauromachies au Mexique

Graphique 11. — Spectacles taurins majeurs au Mexique (2001-2005)

Graphique 11. — Spectacles taurins majeurs au Mexique (2001-2005)
  • 2 Aplausos, no 1281, lundi 15 avril 2002, p. 27.

7L’une des particularités à souligner dans ce bilan est la place importante de la tauromachie à cheval. Le plus souvent, elle est associée à la tauromachie à pied puisque dans un tiers des spectacles un rejoneador est à l’affiche avec des matadors (117 courses sur 355). Aussi est-il moins étonnant de trouver en tête des professionnels taurins Espagnols venant toréer au Mexique un rejoneador : le navarrais Pablo Hermoso de Mendoza. En 2002, avec 65 contrats, il bat le record du nombre de courses toréées au Mexique par un Européen lors d’une même année, record jusqu’alors détenu par le torero à pied « El Cordobés » avec 50 contrats. Ce détail confirme le succès plus général des pratiques taurinoéquestres au Mexique. De l’aveu du cavalier : « Il y a beaucoup de personnes qui viennent voir mes corridas et qui ne sont pas des aficionados, ils y viennent par leur passion pour le cheval, la charrería et l’équitation »2. Voici un premier témoignage qui atteste d’une certaine perméabilité entre corrida et charreada, à l’opposé d’une conception qui en ferait des passions étanches.

  • 3 L. de Tabique, Guía de América taurina, p. 13.

8Pour une comparaison sommaire entre les deux géants taurins européens et américains observons que le Mexique programme quatre fois moins de spectacles majeurs que l’Espagne et trois fois moins de corridas de toros. Le nombre annuel de spectateurs doit avoisiner les 2 millions sans compter les spectacles mineurs sur lesquels nous avons peu d’informations. Sur ce point, une indication d’une grande valeur nous est donnée dans l’ouvrage de Luis de Tabique de 1955 intitulé Guía de América taurina3. L’auteur y recense pas moins de 2.701 spectacles taurins classés en trois catégories : 215 corridas de toros, 704 novilladas avec du bétail de caste et 1.782 avec du bétail créole et de demi-caste. Malgré l’ancienneté de ces données, elles font apparaître toute l’importance des spectacles mineurs marginalisés par les statistiques des aficionados qui permettent ainsi de restituer une plus juste image du poids de la tauromachie au Mexique. Dans les années 1950, il est fort probable que le nombre de spectacles taurins ait été plus important au Mexique qu’en Espagne.

  • 4 Rappelons que les petits États du plateau central sont nés historiquement de la fragmentation des « (...)

9La carte 13 (p. 321) rend compte de la répartition des spectacles majeurs en 2004. Observons d’abord que sont concernés par la tauromachie davantage d’États que les 14 recensés par l’INEGI. La répartition des spectacles est dans l’ensemble conforme aux densités de population et à la trame du peuplement. En effet, elle fait apparaître tout le poids des petits États du plateau central, qui sont aussi les plus peuplés, et le poids du doublet Mexico-Jalisco4. Dans cette partie centrale, de Guadalajara à Puebla en passant par Mexico, se concentrent près de 80 % des spectacles et 70 % des arènes permanentes du pays. C’est aussi dans cet espace que l’on observe les manifestations les plus connues d’encierros, les pamplonadas inspirées du modèle navarrais : à Huamantla (Tlaxcala), à San Miguel de Allende (Guanajuato), dans le quartier de Santa Ana à Querétaro, à Xico (Veracruz). Cet ensemble de forte densité taurine se prolonge vers le nord par les États de San Luis Potosí, de Zacatecas, de Cohuila et surtout de Nuevo León, autour de sa capitale Monterrey, qui est la troisième plus grande ville du pays. En 2005, l’État du Nuevo León se situe au troisième rang au nombre de courses de taureaux avec 36 spectacles, derrière Mexico (État de Mexico + Mexico DF : 105) et Jalisco (98). La hiérarchie des villes taurines est conforme à celle de la trame urbaine. Voilà peut-être l’un des signes les plus tangibles d’une envergure nationale de la corrida.

  • 5 Le terme « indigène » est couramment utilisé dans toute l’Amérique latine pour remplacer le terme d (...)

10Grâce aux indications précieuses de Luis de Tabique, il convient néanmoins d’élargir l’aire d’extension des spectacles taurins aux États du Sud, à forte composante « indigène », qui offrent un nombre insoupçonné de courses mineures données avec du bétail de demi-caste, du bétail créole ou des zébus5. Ces spectacles sont généralement passés sous silence ou ignorés par les observateurs focalisés sur l’orthodoxie taurine. Les États du Guerrero, de Oaxaca et du Yucatán offraient en 1955 près de 700 courses de ce type, témoignant d’une très grande popularité qui s’est prolongée en partie jusqu’à nos jours. Pour le Yucatán, Luis de Tabique fait certainement référence aux nombreuses courses composées d’une partie conventionnelle avec des toreros locaux et d’une partie plus informelle où le public affronte lui-même les taureaux, sans mise à mort du bétail. Quoi qu’il en soit, il est important de ne pas circonscrire la pratique de la tauromachie au seul plateau central et aux États du Nord, mais de l’étendre aux territoires du Sud, existant sous une forme plus populaire et participative. Cette tauromachie est généralement invisible pour ceux qui n’en observent que la partie urbaine et professionnelle.

  • 6 M. Luna Parra et L. Ruíz Quíroz, Análisis y registro de las plazas de toros de México, pp. 16 et 24

11Il existerait sur le territoire mexicain quelque 300 arènes permanentes en activité. En 1992, Miguel Luna Parra et Luis Ruiz Quiroz en recensaient 291, dont une vingtaine avait été construite depuis les années 1970, plaçant en tête les États de Jalisco et de Mexico avec chacun une quarantaine d’arènes6. Les capitales de ces États, Guadalajara et Mexico, sur la base d’une délimitation de leur aire métropolitaine, possèdent respectivement 5 et 17 arènes, pour des populations équivalentes à 5 et 20 millions d’habitants. D’autres grandes agglomérations possèdent ainsi plusieurs arènes : trois à Ciudad Juárez (Chihuahua), trois à Monterrey (Nuevo León), trois à Querétaro et deux à Tijuana (Baja California). En outre, ces arènes ont généralement de grandes capacités d’accueil : l’immense Plaza México de la capitale avec plus de 45.000 places qui possède, au sol, les dimensions d’un stade de foot, les arènes Playas de Tijuana avec 22.000 places et les arènes du Nuevo Progreso de Guadalajara avec 20.000 places.

  • 7 L. de Tabique, Guía de América taurina, p. 11.
  • 8 Á. Villatoro, Antología taurina mexicana, pp. 373-382.

12Une fois de plus, les indications de Luis de Tabique laissent supposer que leur nombre est beaucoup plus élevé, ou tout au moins le nombre des lieux de spectacles. En effet, il recensait en 1955, 217 arènes fixes et pas moins de 493 arènes « improvisées » offrant des spectacles avec régularité7. Ángel Villatoro, dans son ouvrage Antología taurina mexicana de 1986 en recense 774, sans aucune précision sur le type d’arènes répertorié8. Remarquons que sur les 217 arènes fixes mentionnées par Luis de Tabique, 107 sont qualifiées d’ouvrages de maçonnerie, 91 d’ouvrages mixtes (bois et maçonnerie) et 19 sont des ranchos de charros utilisés pour les corridas. Si le nombre d’arènes improvisées est important dans les États traditionnellement considérés comme les plus taurins (58 à Jalisco, 30 à Mexico), elles sont beaucoup plus nombreuses dans les États du Sud, que ce soit le Guerrero (8 arènes fixes pour 72 arènes improvisées) ou le Yucatán (2 arènes fixes pour 76 arènes improvisées). Pour ce qui est du Yucatán, la tradition de novilladas et de courses populaires données dans des arènes improvisées demeure vive. Elle est revitalisée dans certains lieux par le développement du tourisme, mais l’essentiel de la pratique correspond encore à des courses de villages qui attestent d’une véritable tradition tauromachique populaire. On observe ainsi que la différenciation des spectacles taurins entre corridas formelles et novilladas populaires recoupe en partie le clivage ethnique et territorial entre le Mexique central et les États du Sud aux communautés indigènes importantes.

  • 9 Nous avons repéré l’existence de ces arènes grâce à un article de D. Pierce, dans Toros, no 1570, 2 (...)
  • 10 Toros, no 1570, 29 janvier 1998.
  • 11 La calle Estafeta est la plus célèbre rue de l’encierro de Pampelune.

13La carte 13 (p. 321) fait également apparaître toute l’importance de la frontière avec les États-Unis où se sont fixées des arènes actives, au premier rang desquelles celles de Tijuana, puis dans une moindre mesure, celles de Mexicali, Ciudad Juárez, Nuevo Laredo. Si l’on ajoute les arènes proposant des spectacles mineurs telles que Tecate, San Luis Río Colorado, Agua Prieta, cette implantation fait figure de chapelet distendu par l’immensité de la frontière9. Ce chapelet d’arènes témoigne d’une logique d’organisation spatiale liée à la discontinuité des pratiques entre le Mexique où la corrida est autorisée et les États-Unis où elle est interdite sous sa forme conventionnelle. Il en résulte une interface attractive rythmée par les villes doublons de la frontière : Tijuana - San Diego ; Agua Prieta - Douglas ; Ciudad Juárez - El Paso ; Nuevo Laredo - Laredo ; Reynosa-Matatoros - Brownsville. Dans les années 1950, Ciudad Juárez célébrait une cinquantaine de courses de taureaux par an. Cela étant, mis à part Tijuana qui invite encore les plus grands matadors du moment et Ciudad Juárez, la plupart de ces arènes ne proposent aujourd’hui que des spectacles de faible tenue, comme si l’effet frontière s’était émoussé, soit au profit de mobilités spatiales de plus grandes envergures vers des villes taurines mieux consolidées, soit que l’attirance exotique pour le bullfighting ait quelque peu passé. On notera que le bien nommé ex-matador mexicain Eliseo Gómez « El Charro » a pris, à la fin des années 1990, la direction des arènes de Mexicali afin de programmer quelques courses pendant l’hiver. Le manque de rentabilité l’a ensuite amené à réduire ses ambitions. Il propose désormais des pamplonadas dans la ville voisine de Tecate10. Nul doute que les nombreux adeptes américains de la San Fermín y préparent leur course afin de ne pas perdre le souffle et la juste distance nécessaire pour affronter les taureaux, à des milliers de kilomètres de la calle Estafeta11.

  • 12 Par comparaison, qui n’en est pas une en raison de la qualité des spectacles, les arènes de Madrid (...)

14À l’image des arènes frontalières, les nombreuses arènes du littoral sont également des lieux de spectacles à destination d’une clientèle internationale majoritairement venue d’Amérique du Nord. C’est le cas des arènes de Santiago et de Cabo San Lucas en Basse Californie et des nombreuses arènes littorales de la péninsule du Yucatán. En la matière, la palme revient aux arènes de Cancún, aujourd’hui en sommeil, qui peuvent être considérées comme le modèle outrancier de l’arène de plage. Inaugurée en 1989, elle a programmé de 1990 à 1993, sans aucune interruption, une course par semaine, atteignant ainsi le record de 52 corridas dans l’année12. Il s’agissait néanmoins de spectacles plus courts qu’une corrida formelle pour un public généralement néophyte et différent chaque semaine. Dès l’année 1994, le spectacle eut moins de succès et laissa sa place à un spectacle mixte incluant la sortie d’un taureau combattu à l’espagnole et des exercices charros. C’est ce spectacle que l’Union taurine nîmoise a dû observer lors de son voyage au Mexique en 1996. En voici le compte rendu simplifié :

  • 13 Toros, no 1569, 2 janvier 1998. L’arrastre désigne le retrait des taureaux de l’arène. Le desollade (...)

Le spectacle débute par la venue de cavaliers portant fièrement le drapeau de diverses nations […] suivie d’exhibitions de maniement de lasso, de combats de coqs, de danses typiques mexicaines (celle des plumes ou de l’ananas) permettant d’attendre la sortie d’un seul toro afeité et très maigre affronté par un torero bien modeste. […] Le seul intérêt de cette course réside dans l’originalité de l’arrastre. […] On admire ici deux ou trois cavaliers habillés en costume charro et montés sur de beaux chevaux venant attraper au lasso le toro pour le traîner rapidement vers le desolladero13.

15En observant les photographies accompagnant l’article, il nous semble que c’est ce que la fusion des genres tauromachiques offre peut-être de plus appauvri pour les spectateurs, qui d’ailleurs désertent les gradins. Il faut placer Cancún au plus bas de l’échelle des hiérarchies internes du monde de l’afición.

16Dans cette hiérarchie, les grandes villes et les capitales fédérales ont un incontestable rayonnement : Guadalajara, Aguascalientes, Monterrey, Querétaro, Puebla, San Luis Potosí. À n’en pas douter, le Mexique est le pays d’Amérique latine qui possède le plus d’arènes de rang international où toréent chaque année les meilleurs toreros européens. L’arène de Mexico se détache entre toutes. Il n’y en a pas de plus importante en taille, ni en réputation, dans toute l’Amérique latine. De l’extérieur, ces dimensions sont impressionnantes et doublent quand on y pénètre. Le niveau de la rue vous fait entrer à mi-hauteur de l’arène, creusée en contrebas sur trente-neuf rangées supplémentaires. C’est là que le placier, sûr de son coup, vous glisse une phrase sans doute mille fois répétée : « El más impresionante es el olé » (le plus impressionnant, c’est le olé). Les arènes sont parfois surnommées, en raison de leur profondeur et de leur verticalité, l’entonnoir ou le cratère, terme sans doute mieux adapté à la géomorphologie mexicaine. Ce sont les seules arènes avec celles de Madrid dans lesquelles les toreros passent le rite de passage de la confirmation d’alternative la première fois qu’ils y toréent.

17Symboliquement, ce rituel instaure une polarité transatlantique entre le Vieux Continent et le Nouveau Monde qui fait de la Plaza México l’homologue latino-américaine de Las Ventas. La corrida la plus prestigieuse est celle du 5 février qui correspond à la date d’inauguration des arènes en 1946. La date relativement récente de la dernière version des arènes de Mexico ne doit pas faire oublier que la ville a connu quelque 45 arènes au cours de son histoire, depuis les débuts de vice-royauté à nos jours. Ce chiffre démontre à lui seul la force de l’enracinement culturel de la tauromachie dans la capitale. Toréer devant le public de Mexico est une expérience qui marque tous les toreros conscients du prestige et de la renommée des lieux. Pour autant, les arènes de Mexico traversent une période difficile en partie due au maintien de son rang d’arène de temporada et à l’absence de véritable féria. Si la programmation d’une saison tauromachique renforce la réputation d’une arène, elle ne permet pas de retirer les bénéfices du regroupement des spectacles. Pour beaucoup d’observateurs autorisés, le rang des arènes de Mexico relève d’un prestige historique qui ne se traduit plus dans les faits par l’existence d’un événement taurin visible et fédérateur.

  • 14 Slogan publicitaire : « Viens à Aguascalientes et tu vérifieras pourquoi la Feria de San Marcos est (...)

18À la différence de Mexico, les arènes d’Aguascalientes tirent leur renommée nationale et internationale de la féria taurine d’avril. Elle se déroule pendant la Feria Nacional de San Marcos et en constitue l’une des attractions principales. Il s’agit d’une des férias taurines les plus anciennes puisque dès l’année 1830, deux ans après la création de la foire mercantile, le programme n’incluait pas moins de dix courses de taureaux. Comme l’annoncent aujourd’hui les encarts publicitaires, la Feria Nacional de San Marcos est devenue la « féria du Mexique »14. Nombreux aficionados pensent de même pour la féria taurine qui en est inséparable. Ce phénomène révèle un enjeu territorial plus général qui dans l’imaginaire collectif national fait de la zone occidentale du plateau central la région de ce que l’identité mexicaine a de plus représentatif. Cette région, aux limites proches de l’ancienne audience de Nouvelle-Galice, correspond également, comme on le verra, au cœur du territoire de la charrería où coexistent ainsi deux images de la mexicanité. L’une est exprimée par la corrida, une manifestation culturelle transatlantique qui instaure un rapport de concurrence et de complémentarité entre le Mexique et la Madre Patria (la Terre Mère qui renvoie à l’Espagne), l’autre est exprimée par la charreada, une manifestation taurine plus représentative de l’autochtonie mexicaine.

  • 15 Je le remercie de m’avoir reçu, de m’avoir présenté le programme de revalorisation de la culture ta (...)

19La répartition des élevages recoupe en partie les foyers de forte densité taurine, en particulier dans l’État de Guanajuato, du Querétaro, de Jalisco et de Zacatecas. Il faut noter dans ce bref repérage de l’implantation des quelque 300 élevages braves mexicains, la discrétion de l’État de Mexico. Mexico et Mexico DF sont des zones de spectacles et de consommation, mais ne sont pas les zones importantes d’élevages braves qui forment une ceinture plus extérieure. Un autre élément remarquable de ce repérage est la place de l’État de Tlaxcala qui, bien qu’il soit le plus petit État mexicain, est celui qui possède le plus grand nombre d’élevages inscrits à l’Association des éleveurs de taureaux de race brave, avec 41 ganaderias. L’État de Tlaxcala, abrite parmi les plus célèbres élevages du Mexique : Coaxamalucan, Piedras Negras, Rancho Seco, José María Arturo Huerta, Soltepec, Juan Huerta, La Laguna, Montecristo y Zotoluca. Fort de cette tradition, l’État de Tlaxcala, au début des années 2000, a développé un programme pionnier de rationalisation, de mise en valeur et de promotion de l’élevage brave. Le projet est alors géré par le vétérinaire mexicain Javier Arriola Bueno, qui a pendant longtemps travaillé dans les élevages des alentours de Jerez de la Frontera en Espagne15. Souvent les parcours individuels soulignent l’intensité des liens tissés de part et d’autre de l’Atlantique autour de cette commune passion.

  • 16 Données transmises par Luis Ruiz Quiroz.
  • 17 Ángel Villatoro en 1986 propose une courte bibliographie de 488 toreros mexicains. Á. Villatoro, An (...)

20Enfin, s’il est un domaine qui justifie que le Mexique soit qualifié de géant américain de la tauromachie, c’est bien celui du nombre et de la réputation des toreros. En 2004, environ 140 matadors d’alternative ont toréé au Mexique dont 130 de nationalité mexicaine16. Le nombre total de matadors dans l’histoire du Mexique est également très éloquent. En 1992, Luis Ruiz Quiroz a dressé une liste de 433 matadors auxquels il est possible d’ajouter les 89 matadors qui ont pris l’alternative de 1992 à 2004, soit un total de 52217. Ces chiffres sont beaucoup plus élevés que ceux des autres pays latino-américains et témoignent du développement du marché taurin intérieur qui pourrait se suffire à lui-même, s’il n’était question d’autre chose en jeu que de la seule performance des protagonistes. Cette autre chose, c’est l’existence d’une hispanité complexe, un lien culturel entre l’Espagne et le Mexique, que la tauromachie permet d’exprimer. Observons qu’aucun pays mieux que le Mexique n’est parvenu à exporter ses toreros, non seulement dans les autres pays taurins d’Amérique latine, mais aussi en Espagne, à l’image de Rodolfo Gaona et Luis Freig dans les années 1910-1920, de « Armillita chico » à la fin des années 1920 ou de Carlos Arruza qui fut le grand rival de Manolete au milieu des années 1940. La veine des toreros mexicains à la conquête de l’Espagne est actuellement tarie en dépit de leur qualité.

21Les relations taurines entre l’Espagne et le Mexique ont toujours été assez chaotiques, entrecoupées d’embellies et de crises profondes, rythmées par des politiques de quotas, officiels ou officieux, pratiquées de part et d’autre. En 1931 avait été négocié un accord hispano-mexicain autorisant de part et d’autre une proportion de toreros étrangers de 10 %. Mais au milieu des années 1930, la presse espagnole n’hésite pas à parler de véritable « invasion taurine mexicaine », leur contrat étant passé de 31 en 1925 à 340 en 1935. Le débat fut complexe, car beaucoup de toreros mexicains venaient, à cette époque, dans les bagages de l’agent et entrepreneur de spectacles Espagnol, Domingo « Dominguín », qui co-dirigeait également les arènes de Mexico. Ces accords furent rompus en 1936, renégociés en 1944, à nouveau rompus dans les années 1950, occasionnant des périodes de blocus et de libre-échange. Observons dans l’évolution des relations taurines hispano-mexicaines, le rôle particulier de Barcelone qui a accueilli et présenté de très nombreux toreros mexicains.

22Pendant longtemps, les arènes de Barcelone ont servi pour eux de porte d’entrée en péninsule Ibérique comme si l’accès au marché taurin espagnol n’était rendu possible que par sa périphérie. Ce fut sans doute aussi l’un des moyens pour Barcelone de marquer sa différence, ici dans la plus pure tradition de son cosmopolitisme et de son ouverture, tout en restant dans le champ tauromachique. Comme nous l’avons vu, Barcelone se caractérise actuellement par un courant souhaitant sortir de ce champ de références communes avec le reste de l’Espagne, par des mesures d’interdiction, justifiées en partie par une certaine idée du repli identitaire sur des valeurs qui seraient fondamentalement catalanes. Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que cette différence était jadis marquée dans le champ tauromachique, par une proximité avec une altérité lointaine : le Mexique.

Terre et nation de la charreada

23Dans la charreada, les symboles d’une certaine exaltation nationale sont ostensiblement mis en scène. Le défilé des équipes ne laisse aucun doute sur cette intention. Elles paradent drapeau mexicain en main au son de la Marcha Zacateca, considérée comme un deuxième hymne national. Depuis 1933, la charreada est officiellement reconnue comme sport national et l’habit charro, réglementaire pour les compétitions, suffit à incarner partout dans le monde l’un des stéréotypes mexicains les plus célèbres.

  • 18 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 83.
  • 19 F. Saumade, Maçatl, p. 61.

24L’anthropologue Cristina Palomar considère que les charros résultent d’une condensation d’attributs moraux et physiques qui symbolisent un idéal national18. Ils acquièrent ce statut dans les années 1920 et 1930, quand l’État post-révolutionnaire déploie toutes les stratégies possibles de consolidation et de légitimation pour unifier la nation et obtenir la paix sociale. Rien d’étonnant à ce que les charros rallient alors des figures historiquement contradictoires. Le charro par un processus de construction idéologique tient tout à la fois du contremaître de l’hacienda et du propriétaire aristocrate, du Chinaco de la fin du xixe siècle, ce policier rural chargé de faire respecter l’ordre au temps de Benito Juárez, et du héros en arme de la Révolution mexicaine. Comment mieux conjuguer les tensions sociopolitiques en une même icône fédératrice et patriote ? Comme le montre Frédéric Saumade, le charro est aussi le produit du « bon » métissage de l’élite post-coloniale, issu d’une alliance vertueuse entre le créole et l’Indien mythique préhispanique à l’opposé de l’indigène réel, abâtardi par l’acculturation19. Dans cette perspective, l’auteur constate que la métaphore de l’attachement dans l’utilisation du lasso (la reata) et le choix racial des montures révèlent les stratégies matrimoniales endogamiques des charros. À travers le charro, au-delà de son symbolisme national officiellement fédérateur, s’exprime aussi la permanence oligarchique d’une élite.

  • 20 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 92.
  • 21 F. Saumade, Maçatl, p. 37.

25En 2003, d’après les données de l’INEGI, charreadas et jaripeos ont enregistré la présence de 343.209 spectateurs. Ce chiffre a très peu de valeur, car rien ne permet de différencier les formes de jeu et encore moins de prendre en compte la charreada en tant qu’activité sportive de loisir, en dehors des spectacles. La Fédération nationale de Charreada nous livre un bon indicateur pour en mesurer toute l’importance. À l’échelle du pays, elle déclare posséder le plus grand nombre de licenciés parmi les sports inscrits à la Confédération sportive nationale mexicaine. En dépit des limites des données de l’INEGI, les données officielles placent en tête, au nombre de spectateurs, les États de Jalisco, de Aguascalientes et du Michoacán. Ces données suffisent à mettre en avant un aspect important de la géographie de la charreada évoqué précédemment : le poids de la région occidentale du Mexique. Cependant, l’engouement pour la charreada se prolonge également plus au nord, dans les vastes territoires des États de Zacatecas, de Durango, de Sinaloa et Nuevo León. Dans cette géographie de la charreada, Jalisco occupe une place à part. C’est l’État du Mexique qui possède le plus grand nombre d’associations charras, le plus grand nombre de lienzos charros, les équipes qui ont le plus souvent remporté les championnats nationaux et, dit-on, les meilleurs charros individuels répartis dans les associations de beaucoup d’autres États mexicains. Il y aurait aujourd’hui plus de 900 associations charras enregistrées en sein de la Fédération mexicaine de Charrería, dont 116 dans le seul État de Jalisco20. Ce chiffre est en augmentation puisqu’elles étaient au nombre de 650 en 1993, même si cette évolution résulte plus d’une fragmentation des associations que d’une réelle croissance de la pratique. Jalisco se targue également d’avoir vu naître la première association de charros en 1921. Cela étant, comme pour toutes les données quantitatives du pays, la ville tentaculaire de Mexico impose sa masse. L’agglomération est le siège de la puissante Fédération nationale et compte environ trois cents lienzos où viennent s’entraîner et se divertir les adeptes21.

  • 22 V. M. Rodríguez García, « La charrería, cuestión de enfoque », p 332.
  • 23 F. Saumade, Maçatl, p. 28.
  • 24 Cet événement qui a lieu chaque année dans une ville différente doit être considéré comme une sorte (...)

26Au-delà des données quantitatives, derrière Jalisco, plusieurs États se disputent une place de choix pour mettre en valeur la haute importance de la culture charra. L’État d’Hidalgo prétend détenir le deuxième plus grand nombre d’associations du pays et n’est pas en reste pour affirmer que la charreada y est née, précisément dans la zone de Llanos de Apan « où les indigènes apprirent à monter à cheval au temps de la colonie et développèrent une série de techniques dans le maniement du gros bétail »22. De même Frédéric Saumade, dans son enquête dans l’État Tlaxcala, rapporte que les charros locaux sont persuadés que la charreada est née sur leur terre, étant donné que les indigènes de cet État ont été les premiers à être autorisés à monter à cheval comme récompense de l’alliance passée avec Cortés contre l’empire Aztèque23. Bien entendu, les habitants de Jalisco ne laissent aucun doute planer quant à l’origine locale de la charreada qui aurait été inventée par les petits rancheros de la zone de Los Altos de Jalisco. L’État d’Aguascalientes fait lui aussi de nombreux efforts pour affirmer sur ses terres l’enracinement de la charreada. En 1998, la ville en partenariat avec l’Association de Charros d’Aguascalientes s’est lancée dans l’ambitieux projet de rénovation de la Villa Charra, vaste complexe férial autour d’un lienzo charro qui fut terminé à temps pour accueillir en 2004 le Congreso y Campeonato Nacional Charro24. La Villa Charra « Profesor J. Refugio Esparza Reyes », du nom de l’initiateur de la construction du premier lienzo charro de la ville en 1948, est désormais un complexe de grande qualité, pouvant accueillir plus de 6.000 spectateurs et de très nombreux professionnels.

  • 25 Le terme, rarement utilisé en français, est d’usage courant au Mexique pour désigner ce qui relève (...)

27Au total, si l’on précise que la charreada est plus rare dans les États du Sud, on observe que son assise territoriale recoupe assez largement l’aire d’extension des corridas conventionnelles marquée par le poids de la zone centre et ouest du pays. Mais ici l’ouest et le centre du cœur territorial mexicain occupent une position différente au regard des pratiques taurines et de leur combinaison. Dans le champ de la charrería, l’occident mexicain fait valoir d’être le berceau de la pratique, la zone de plus grande ferveur et le principal foyer d’activité face à Mexico, qui doit d’abord son importance à son rôle de capitale du pays et à son imposante masse humaine. Dans le champ de la corrida, Mexico et son arène font valoir un prestige ancien et une incontournable centralité face à un occident mexicain riche en spectacles, en élevages et en férias de renom. Nous pensons que le champ tauromachique élargi à ses deux composantes exprime une rivalité interne au sein de chaque pratique et une rivalité entre les pratiques qui fait écho à la traditionnelle concurrence entre le centre du Mexique et l’occident mexicain, entre Mexico et Guadalajara, entre la première ville du pays et la deuxième, entre la capitale et la province. À travers des pratiques festives associées explicitement à l’idée d’une certaine représentation de l’identité nationale, cette rivalité touche à la nature au moins duale de la « mexicanité »25. L’une est portée par la charreada, marquée par une forme d’autochtonie exclusive pour laquelle la province, moins cosmopolite, tire souvent quelques avantages. L’autre est portée par la corrida, marquée par un lien culturel fondateur avec la péninsule Ibérique, pour lequel la capitale, souvent mieux intégrée à l’histoire des mondialisations, garantit la permanence. Dans cet équilibre, c’est la figure du charro, exclusivement mexicaine, qui se charge d’incarner le plus clairement la « mexicanité » et place ainsi l’occident mexicain au centre de cette représentation.

  • 26 Cité par F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 204.
  • 27 E. Guarner, Historia del toreo en México, pp. 42-43 ; F. Saumade, Maçatl, p. 38.
  • 28 A. Villatoro, Antología taurina mexicana, p. 127. L’auteur ne donne ici aucune précision sur la nat (...)
  • 29 F. Garibay Anaya et M. Luna Parra, México se viste de luces, p. 58.

28Les statistiques de l’INEGI sur l’utilisation des lieux de spectacles indiquent indirectement qu’un nombre non négligeable de plazas de toros sert à la réalisation de spectacles charros, en dépit des modèles scénographiques qui les distinguent théoriquement, et qu’à l’inverse, peu de lienzos charros, accueillent les acteurs de la tauromachie espagnole. En effet, un quart des spectacles charros recensés par l’INEGI ont lieu dans des plazas de toros, alors que moins de 5 % des courses de taureaux se déroulent dans des lienzos charros. Ne concluons pas pour autant à une évidente proximité culturelle des pratiques dont témoignerait l’utilisation du même lieu de spectacle. D’autres preuves d’une articulation ponctuelle des univers culturels sont plus probantes, telle que l’ouverture du spectacle de la corrida par un cavalier charro, parfois au côté d’un alguazil en costume espagnol ou, plus souvent, le remplaçant. Dans son Historia de la charrería de 1941, José Álvarez de Villar précise « que savoir toréer est une qualité inhérente à tout bon ranchero, la science tauromachique est comprise parmi les activités de celui qui se conçoit bon cavalier charro »26. Au xixe siècle, les premières exhibitions de charros avaient lieu au cours des intermèdes des corridas et certaines personnalités de l’époque, tel le célèbre Ponciano Díaz, officiait selon les deux techniques27. Ángel Villatoro dit de celui qui est considéré comme le premier grand torero de l’histoire mexicaine « qu’il aimait utiliser le vêtement du charro et exécuter les exercices du jaripeo, dans lesquels il excellait »28. Au xxe siècle, nombre de lienzos charros ont, par la suite, servi à accueillir des courses de taureaux : le Rancho Grande de la Villa propriété de la Asociación de Charros de la Villa, le Rancho La Tapatía propriété de la Unión de Charros Metropolitanos, Le Rancho El Hormiguero propriété de la Agrupación de Charros, le Rancho El Charro, appartenant à la très influente Asociación Nacional de Charros29. Les témoignages d’une utilisation régulière datent du milieu des années 1950 et attestent d’une afición des charros pour la corrida qui n’hésitent pas à en programmer eux-mêmes.

  • 30 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 90.

29L’inverse est encore plus remarquable puisque l’INEGI prétend qu’un quart des spectacles charros ont lieu dans des arènes. Malheureusement cette statistique ne donne pas davantage de détails sur le type de spectacle précis dont il s’agit. Faut-il y voir la preuve que la charreada s’oriente par l’intermédiaire scénique des arènes de corrida vers une ouverture à un public plus large ? Quoi qu’il en soit, à en croire l’analyse de Cristina Palomar l’évolution de la charreada sur le modèle des sports-spectacles organisés en compétitions et en exhibitions payantes, bouleverse les codes habituels liés à une culture du club fermé. L’auteur déclare sur ce point qu’à se définir comme un sport, la charrería cesse d’être quelque chose de traditionnel pour devenir un rituel de la modernité, un rituel sportif qui produit des vainqueurs et des vaincus à travers un système qui n’est plus seulement symbolique, mais réel et matériel30. Autrement dit, il semble que la pérennité du mythe du charro comme symbole identitaire de la nation idéalisée passe aujourd’hui en partie par cette adaptation.

Jaripeos professionnels et rodéo nord-américain : cousins montés l’un contre l’autre ?

  • 31 F. Saumade, Maçatl, p. 32 ; Id., « Du taureau au dindon. Domestication du métissage ». Dans cet art (...)
  • 32 Nous ferons le même type de remarque lors de l’analyse du turupukllay andin.

30Selon Frédéric Saumade, la diffusion géographique du jaripeo se limite au milieu rural ou suburbain de quelques États du centre, de l’ouest et du sud du pays à forte composante indienne : Guerrero, Michoacán, Guanajuato, Colima, Veracruz, Oaxaca, Chiapas, jusqu’au Guatemala31. On peut observer, par rapport à la localisation des courses de taureaux mineures dans les régions à forte composante indienne, que l’État du Yucatán, où elles sont nombreuses, est absent de cette liste comme si les deux modalités populaires du jeu taurin s’évitaient. D’après ce que nous savons des courses de taureaux populaires du Yucatán, il n’est pas rare de voir des taureaux montés dans la séquence participative du spectacle ce qui pourrait plutôt signifier qu’ici le jaripeo n’est pas séparé de l’action de toréer. On retrouve l’idée, déjà relevée, d’une relative indistinction des techniques taurines dans nombre de pratiques à caractère participatif, ou tout au moins, d’une plus grande perméabilité des registres. Ce détail suffit à rappeler que l’animal monté est aussi toréé de façon élémentaire par des hommes à pied, point important qu’il ne faut pas sous-estimer en dépit de l’originalité technique de la monte32. Le jaripeo rural est aujourd’hui en recul ou plutôt, comme le montre Frédéric Saumade, en mutation sous la forme du jaripeo ranchero professionnel. Cette mutation qui passe par une mise en spectacle beaucoup élaborée que le jaripeo rural est fortement influencée par le rodéo nord-américain.

31Le rodéo nord-américain s’est diffusé dès la fin des années 1960 dans les États du Nord du Mexique en contact avec les États-Unis. Dans les années 1980, plusieurs entreprises mexicaines commencent à programmer des spectacles de rodéos professionnels, d’abord dans les États septentrionaux de Chihuahua et de Cohuila, puis plus au sud dans des villes comme Querétaro et San Luis Potosí. Aujourd’hui, comme l’affirme Cuernos Chuecos, une importante entreprise de rodéo du Mexique, il existe des spectacles dans toutes les grandes villes. Les spectacles de cette compagnie, et elle n’est pas la seule à faire ainsi, annoncent les rodéos sous l’appellation « rodeo estilo americano ». Juan Carlos Hachity, principal promoteur de cette entreprise, s’en justifie ainsi :

  • 33 Propos recueillis par le journal en ligne Noti-Arandas le 4 janvier 2007, disponible sur le site In (...)

Le rodéo a commencé au Mexique par la monte des taureaux. Il s’est professionnalisé aux États-Unis grâce aux infrastructures et aux sponsors. C’est aujourd’hui le sport extrême le plus spectaculaire au monde. La différence c’est que nous sommes au Mexique. Il s’agit d’un show que nous faisons pour les Mexicains. Si nous l’appelons rodéo « style américain », c’est en raison des règles en vigueur aux États-Unis33.

32Le jaripeo « professionnel » dont le sens du show s’inspire désormais du rodeo estilo americano dans sa musique et ses codes vestimentaires, n’en conserve pas moins avec fierté ses particularismes : l’utilisation des éperons à crochets et l’absence de chronomètre alors que le rodeo américain utilise des éperons sans crochets et limite la monte à huit secondes. Ainsi deux spectacles de monte coexistent. Ils partagent des principes communs et une mise en scène très proche, mais ne sont pas confondus. Le jaripeo demeure plus rural et s’enracine dans les régions où le jeu paysan était prisé. Le rodeo estilo americano est plus urbain dans ses implantations. Dans cette transformation l’animal monté n’est plus toréé.

  • 34 Les villes étapes du PBR sont : Saltillo, Monterrey, Hermosillo, Reynosa, Durango, Aguascalientes, (...)

33Mais le rôle des États-Unis ne se limite pas à l’influence exercée par le modèle dominant sur les évolutions du jaripeo et du rodéo mexicain. Plutôt, cette influence ne passe pas seulement par l’adoption des codes nord-américains, mais aussi par le développement de l’industrie américaine du rodéo en terres mexicaines, et ailleurs comme on le verra. S’il est un élément quelque peu novateur, permettant d’enrichir les travaux qui nous précèdent sur les jeux taurins mexicains, c’est bien cet aspect-là de la question. En 2006, la ville de Chihuahua est choisie comme étape mexicaine du Pro Bull Riders (PBR), qui est à l’heure actuelle le principal circuit mondial de spectacle de rodéo fondé spécifiquement sur la monte des taureaux. Ce circuit est organisé depuis les États-Unis où le PBR a son siège, dans l’État du Colorado. La répartition des 11 villes étapes mexicaines du PBR témoigne d’une localisation septentrionale dominante en continuité avec l’espace nord-américain du rodéo (voir cartes 13 et 14, pp. 321 et 336)34. Les compétitions ont généralement lieu dans les arènes de corrida ou dans les lienzo charros. Lizzette Solorio Martínez, directrice de la Oficina de Convenciones et Visitantes de l’État de Chihuahua, ne cache pas sa fierté qu’une « petite » ville comme Chihuahua puisse participer au PBR et attribue ce succès au formidable engouement que connaît le rodéo dans la région :

  • 35 El Diario Lealtad de Chihuahua, 20 août 2006.

C’est un grand honneur de pouvoir faire venir le PBR dans notre État […] On est désormais en compétition avec des villes importantes comme Guadalajara et Monterrey, mais la vraie culture vaquera est à Chihuahua35.

34Il ne fait guère de doute que la position septentrionale de l’État de Chihuahua à proximité des États-Unis et son fort attachement à la tradition de l’élevage extensif soit pour notre interlocutrice un gage d’authenticité de la culture vaquera. Il existe donc une superposition de trois systèmes possédant chacun une emprise territoriale bien définie. Le jaripeo ranchero « professionnel » repose sur une tradition rurale ancienne en pleine modernisation sous l’influence des codes américains. Frédéric Saumade parle à son sujet d’un « retour d’acculturation », à l’image d’un retour de flamme, afin d’éclairer le parcours inverse du transfert culturel de la monte des taureaux de l’Amérique du Nord vers le Mexique qui conserve néanmoins de forts particularismes. Le rodeo estilo americano produit par des entreprises mexicaines reproduit à l’identique ce qui fait le succès du rodéo américain en insistant, non sans quelques paradoxes, sur la dimension extrême du sport et sur le caractère familial du spectacle, enrichi par un sens du show visant à combler tous les publics. Enfin, le dernier est un sportspectacle d’exportation produit par les États-Unis qui fait circuler les acteurs du haut niveau de la monte sur la base territoriale d’un réseau professionnel de grandes villes mises en concurrence. Ce que perd le jaripeo rural dans cette évolution c’est l’ambiguïté technique d’un jeu qui cumule la monte des taureaux et l’action élémentaire de toréer qui se voit définitivement marginalisée par les codes nord-américains du spectacle de la monte.

II. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE ÉTASUNIEN : RODÉO, CHARREADA ET « CORRIDA SOFT »

  • 36 Une partie des informations sur les États-Unis a pu être approfondie grâce à l’obtention du program (...)

35S’il est une région généralement exclue des terres taurines, c’est bien l’Amérique du Nord36. Entre l’Amérique anglo-saxonne et l’Amérique latine, la juxtaposition de ce qui est donné comme deux civilisations et deux aires culturelles fondamentalement différentes suffit à tracer la limite au-delà de laquelle, en ce qui concerne la tauromachie, le regard n’est pas même porté. L’intégration du rodéo à la problématique tauromachique replace cet espace au cœur de la réflexion. Refuser les délimitations qui découpent traditionnellement l’espace par aire culturelle ou par la géographie ethnocentrique d’une seule pratique, nous permet de recoudre l’espace tauromachique transatlantique dans sa cohérence profonde. Rappelons que le territoire actuel des États-Unis s’est historiquement agrandi, à partir du début du xixe siècle, de possessions françaises et mexicaines : l’achat de l’immense Louisiane (plus de 2 millions de km2) à la France en 1803, l’annexion du Texas en 1845 qui s’était séparé du Mexique en 1836 à la suite d’un soulèvement soutenu par les États-Unis, puis l’acquisition au détriment du territoire mexicain, après deux années de guerre de 1846 à 1848, de l’actuelle Californie, Arizona, Nevada, Colorado, Nouveau-Mexique. Notre hypothèse régionale est de considérer que les pratiques tauromachiques, et pas seulement le rodéo nord-américain, contribuent à faire de la zone frontière plus une couture culturelle qu’une coupure territoriale, sans en effacer pour autant l’évidence des clivages. Les jeux taurins nord-américains, réduits dans l’imaginaire collectif à un rodéo aux contours flous, sont en réalité enrichis de la charreada pratiquée par une importante communauté mexicaine et de courses de taureaux, en Californie, adaptées à une législation sur la protection des animaux interdisant toute effusion de sang.

Rodéo et bull riding à l’assaut du continent

36Aux États-Unis, la pratique du rodéo est bien plus qu’un sport, puisqu’elle est aussi une exaltation du cow-boy et de l’Ouest américain, deux ferments identitaires de la nation. L’historien Philippe Jacquin a montré comment le mythe de l’Ouest se développe dans une Amérique coloniale agraire qui se désagrège au cours du xixe siècle, bousculée par une rapide expansion économique, humaine et spatiale :

Carte 14. — Tauromachies aux États-Unis

  • 37 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 219.

L’histoire du cow-boy s’enracine dans le plus profond de la Conquête des Amériques. Il naît à la frontière des deux expériences coloniales, l’hispanique et l’anglo-saxonne, et grandit dans leurs affrontements et le succès de l’Amérique anglo-saxonne du xixe siècle, pour marquer enfin l’effacement de l’Amérique métissée. L’élaboration du mythe du cow-boy a été menée à la fois comme une quête d’identité nationale et comme une lutte symbolique pour imposer un nouveau système de valeurs dans un pays en plein bouleversement, un véritable processus d’américanisation37.

37Évidemment, ce seul mythe ne suffit pas à résumer le processus de construction identitaire de la nation. En outre, le cow-boy, à l’image de tout mythe institué est aussi le repoussoir d’un héroïsme suranné, raillée sur son propre sol. Avec des différences, remarquons d’emblée que le Mexique et les États-Unis possèdent chacun une figure tutélaire de l’imaginaire national qui relève du monde de l’élevage bovin et des jeux taurino-équestres.

  • 38 E. A. Lawrence, Rodeo. An anthropologist looks, p. 84. Pour une analyse poussée des diverses terres (...)

38La géographie du rodéo américain est d’une appréhension complexe en raison d’un nombre important de disciplines, de circuits et d’associations professionnelles qui, comme dans de nombreux sports aux États-Unis, ne sont pas unifiés. Fixons quelques repères pour comprendre les traits généraux de son organisation spatiale. L’organisation professionnelle la plus ancienne et la plus importante est la PRCA (Professional Rodeo Cowboys Association), prenant la suite de la Cowboys Turtle Association créée en 1936 à l’issue d’un mouvement de protestation des cow-boys désirant défendre leur droit face aux entrepreneurs de spectacles. Son siège est situé à Colorado Springs au sud de Denver dans l’État du Colorado. La PRCA coordonne différents événements et circuits professionnels dont le Wrangler Tour, le Dodge National Circuit Finals Rodeo subdivisé en 12 circuits géographiquement séparés et le Heartland Series encourageant la professionnalisation des rodéos organisés dans de petites villes. L’assise territoriale du rodéo correspond globalement à l’Ouest, au sens américain du terme, qui démarre dans les Grandes Plaines, mais tout le territoire est concerné par sa pratique (voir carte 14). Les États où les rodéos sont les plus nombreux suivent deux axes : l’un d’orientation est-ouest qui correspond à la frontière avec le Mexique (Californie, Nevada, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas), l’autre d’orientation méridienne qui prolonge le premier vers le Nord, le long du piémont oriental des Rocheuses et des Grandes Plaines (Lousiane, Texas, Oklahoma, Kansas, Colorado, Nebraska, Wyoming, Dakota, Montana et l’Alberta au Canada). Ajoutons la Floride, quelque peu séparée de cet ensemble, mais très amatrice du genre. Dans ces États, les rodéos, en plus d’être des spectacles professionnels, sont parfois une pratique semi-récréative de la sphère socio-économique du ranch ayant lieu dans la continuité des nécessités de l’élevage (marquage, castration, remue du bétail…)38.

  • 39 PRCA, 2006.
  • 40 J. Hibdon, « The economics of rodeo cowboys », p. 239.
  • 41 E. Atwood Lawrence, Rodeo. An anthropologist looks, p. 4 ; PRCA, 2006.

39Aujourd’hui la PRCA compte environ 7.000 compétiteurs, organise quelque 650 rodéos annuels et répartit des gains en compétitions à hauteur de 40 millions de dollars issus de la billetterie, des droits de télévision et des nombreux sponsors (Wrangler, Dodge, Coors, US Smokless Tobacco Co., Justin Boot)39. En 1987, d’après James Hibdon du département économique de l’Université de l’Oklahoma, la PRCA était présente dans 41 États américains, comptait 5.342 compétiteurs affiliés (soit 85 % des professionnels) et organisait 637 rodéos40. Au début des années 1980, le nombre de spectateurs était estimé à 14 millions et dépasse aujourd’hui les 24 millions41. La PRCA organise des compétitions qui proposent tous les exercices de la pratique classique du rodéo. Les adeptes du rodéo comptent quelques grands rendez-vous tels que le Cheyenne Frontier Days (Wyoming) célébré depuis 1888, le Prescott Frontier Day (Arizona) qui date aussi de 1888 et a déposé la marque du « plus vieux rodéo du monde » (« The World’s Oldest Rodeo »), le Pendleton Round-Up (Oregon) célébré depuis 1910, le Calgary Stampede (Alberta, Canada) depuis 1912, le California Rodeo Salinas (Californie) et le San Antonio Stock Show and Rodeo (Texas). Le rendez-vous le plus important pour les professionnels est le Wrangler National Finals Rodeo, conçu comme une grande finale annuelle réunissant les compétiteurs qui ont gagné le plus d’argent pendant l’année. Dans le monde du rodéo, l’argent apparaît bien comme l’unité de mesure la plus objective du talent. D’abord organisé à Oklahoma City, cette phase finale se tient à Las Vegas depuis 1985. Las Vegas inscrit incontestablement la tradition dans une sorte d’hypermodernité sociale et économique à l’américaine. Tous ces grands rendez-vous annuels ont la saveur d’une fête nationale où l’hymne américain est chanté et le drapeau glorifié. Mieux, les rodéos se déroulent souvent sur un arrière-fond commémoratif d’appropriation territoriale, actant de la progression de la frontier et de l’aboutissement de la conquête de l’Ouest.

40L’une des évolutions récentes les plus marquantes du rodéo nord-américain est la création, en 1992, du Pro Bull Riders (PBR) que nous avons évoquée à propos du Mexique. Ainsi que nous l’avons remarqué, cette organisation donne corps professionnellement à un rodéo fondé uniquement sur la monte des taureaux, modalité qui n’a cessé de gagner en importance depuis la fin des années 1970. Le PBR, en pleine croissance, compte aujourd’hui 700 compétiteurs affiliés, répartit des gains à hauteur de 10 millions de dollars et possède des filiales au Canada, au Mexique, au Brésil et en Australie. La finale se tient depuis 1994 à Las Vegas qui est de ce fait devenue en quelques années le centre incontesté du rodéo nord-américain professionnel, national et international. Cette activité ne fait qu’accroître le potentiel d’attraction de cette capitale du tourisme, du jeu et du divertissement. En 2003, face au succès du Pro Bull Riders, la PRCA a réagi en créant, elle aussi, une compétition de rodéo exclusivement fondée sur la monte des taureaux, le Xtreme Bulls Tour, confirmant l’importance croissante acquise par cet exercice parmi ceux du rodéo traditionnel. Sa professionnalisation aux États-Unis s’est considérablement accrue ces vingt dernières années. Sur la base d’une modalité technique unique, cette professionnalisation pose les fondements d’un sport panaméricain fortement associé à la culture des États-Unis lui assurant un leadership économique sur la pratique. On a vu, au Mexique, dans quelle mesure cette évolution participe d’un processus complexe de néo-acculturation et de résistance des modèles autochtones.

41Mais les évolutions du rodéo nord-américain ne s’arrêtent pas là. À partir des années 1980, émerge une nouvelle forme de jeux taurins jusqu’alors marginale qui, d’une certaine manière, referme la boucle des transformations américaines de la tauromachie. Reprenons le parcours de ces transformations. En faisant passer au premier plan la monte des taureaux, les bull riders deviennent les nouveaux héros et la pièce maîtresse du rodéo nord-américain. Avec eux, gagne en importance la figure des rodeo clowns. Les rodeo clowns sont des cow-boys débraillés, grimés à la manière d’un clown de cirque, dont le rôle est de protéger les bull riders de la charge et des ruades des taureaux lorsque ceux-ci sont désarçonnés. Autrefois, dans le cadre des rodéos classiques, ils assuraient également des intermèdes entre les différentes épreuves en offrant des tours comiques et participaient du caractère familial annoncé par le show. Les rodeos clowns ont toujours bénéficié du plus grand respect de la part des cow-boys dans la mesure où leur habileté permet d’éviter les accidents. L’évolution professionnelle du rodéo nordaméricain est allée dans le sens d’une spécialisation des rôles entre le rodeo clown comique et le rodeo clown protecteur. Chaque année, la PRCA les met à l’honneur, en invitant les meilleurs rodeo clowns à participer aux grandes finales de rodéos et récompense le plus performant d’entre eux par un trophée individuel.

42Mais le PBR va désormais plus loin dans cette démarche en organisant une compétition qui leur est exclusivement réservée, le World Bullfighting Championship, où les rodeo clowns, cette fois seuls en piste, disposent de 70 secondes pour réaliser des acrobaties avec un taureau, des sauts, des contacts et des esquives en utilisant un tonneau. Les spectacles de ce genre se développant, les rodeo clowns préfèrent être appelés bullfigthers et la tenue de certains d’entre eux s’éloigne de plus en plus de celles de leur congénère burlesque. Le jeu n’est alors pas très éloigné, dans son principe, de n’importe quel autre lâcher de bovins où il s’agit simplement de défier l’animal, au corps à corps, dans une arène. L’individualisation du jeu nécessite un animal adapté qui ne soit pas seulement le taureau choisi pour la force de ses ruades. Pour être plus spectaculaire, cet exercice a besoin de taureaux qui chargent l’homme parmi lesquels figurent des brahmas et surtout des taureaux de corridas achetés soit au Mexique, soit aux éleveurs californiens d’origine açorienne.

43Comment interpréter cette nouvelle transformation du rodéo qui, en passant par la valorisation exclusive de la monte, place au centre du jeu les auxiliaires, pour finalement se rapprocher des composantes élémentaires des courses de taureaux du vieux continent ? Faut-il y voir la promotion d’une parodie devenue sérieuse ou un retour aux sources d’un affrontement minimal entre l’homme à pied et le taureau ? L’analyse de cette évolution témoigne de la complexité des processus de transformation des pratiques taurines qui, les contenant toutes en puissance, confirme l’importance des choix culturels dans les modalités d’affrontement privilégiées. Elle témoigne aussi d’une ambiguïté permanente de la tauromachie entre les exercices académiques et les exercices bouffons, et d’une articulation originale entre la culture savante et la culture populaire. Certaines figures historiques du rodéo, tout comme de la corrida, témoignent de cette ambiguïté structurelle.

44Dans l’histoire du rodéo, certains rodeo clowns ont acquis une popularité d’envergure nationale à l’instar de Slim Pickens, de son vrai nom Louis Burton Lindley, né en 1919 en Californie, à l’instar de Quail Dobbs, né en 1941 au Texas ou encore de Flint Rasmussen il y a quelques années. Le parcours de ce dernier est intéressant si l’on observe qu’il s’est éloigné des compétitions de la PRCA pour privilégier celles du Pro Bull Riders où son rôle se trouve accru et mieux valorisé par la spécialisation qu’il propose. Ces personnages ont toujours eu une place ambivalente dans la mesure où ils sont à la fois des éléments salvateurs indispensables au bon déroulement du spectacle et, dans le même temps, des figures parodiques du cow-boy idéal. En la personne de Slim Pickens, la parodie ne peut être poussée plus loin, puisqu’il s’agit de l’acteur qui, dans le film de Stanley Kubrick, Docteur Follamour, chevauche à la manière des bull riders non pas un taureau, mais la bombe atomique de la scène finale. L’irrévérence envers le mythe du cow-boy, chez un cinéaste aussi subtil que Stanley Kubrick, peut-elle être plus explosive ? D’une certaine façon, la tauromachie espagnole a également produit des figures subversives à travers le toreo comique qui, loin de n’être qu’une dérision de la corrida, a également formé des toreros sérieux et inventé des passes reprises dans le registre académique. Dans le détail, la passe du pendule qui deviendra la pedresina (du nom du matador Pedrés), la manoletina mise à l’honneur par Manolete ou encore le saut de la grenouille de « El Cordobés », qui lui n’est pas entré dans le registre classique, existaient dans le toreo comique. Aux États-Unis, le passage des rodeo clowns aux bullfighters exprime ce va-et-vient ambivalent de la culture taurine d’un registre à l’autre. Mieux, sur le plan des relations culturelles transatlantiques, il exprime aussi une rivalité latente entre tauromachie ibérique et tauromachie anglo-saxonne, puisque ce clown devenu bullfighter porte le même nom que le héros de la tauromachie espagnole, écornant dans le show à l’américaine sa gravité rituelle. Et par une proximité frontalière plus immédiate, ne raille-t-il pas aussi la tauromachie du voisin mexicain ?

45Il est d’ailleurs un jeu pratiqué par les rodeo clowns qui fait explicitement référence à cette rivalité : le poker mexicain. Le jeu consiste à lâcher un taureau dans l’arène où se tiennent des joueurs de poker parfaitement immobiles, assis à une table. Le principe ludique est le même que celui mis en scène par la figure de Don Tancredo en Espagne, ce clown blanc, immobile, dressé sur un tabouret de cirque, que le taureau frôle sans le voir. Le rodeo clown du poker mexicain doit attirer l’animal vers la table pour qu’il la renverse, provoquant l’hilarité du public, le gagnant étant le dernier « mexicain » à rester assis. Le bullfighter et le bullfighting, appelé aussi free style bullfighting, désignent donc, dans l’univers taurin de la corrida aux États-Unis, le matador et la course de taureaux, alors qu’ils désignent, dans l’univers du rodéo, le rodeo clown et la nouvelle épreuve qui lui est désormais réservée. Il est alors tentant de voir dans ce rodeo clown bullfighter une figure taurine qui tout à la fois subvertit le héros de la tauromachie européenne et s’en rapproche. Il est trop tôt pour savoir quel sera le statut définitif du bullfighter aujourd’hui en pleine évolution, mais l’atténuation de sa dimension comique dans le cadre d’un jeu autonome, face à des taureaux de combat, qui remplacerait la valorisation du rire par celle de la prise de risque extrême, témoignerait sans équivoque, de la naissance d’un nouveau sport tau romachique.

  • 42 R. Bérard (dir.), La Tauromachie. Histoire et dictionnaire, p. 909.

46Il est difficile d’affirmer que ces parallèles transatlantiques soient porteurs d’une signification tout à fait claire, mais on ne peut omettre de mentionner que l’autre façon de désigner la tauromachie comique en Espagne est la charlotada, inspirée du personnage inventé par l’acteur américain Charlie Chaplin au début du xxe siècle. La première « charlotade » proprement dite, où l’on observe un torero en costume de charlot, serait une invention barcelonaise de 1916, que l’on doit à l’entrepreneur de spectacles Eduardo Pagès42. Une nouvelle fois Barcelone s’illustre par son anticonformisme taurin. Cette formule eut un grand succès dans toute l’Espagne et s’exporta au Mexique. Son plus digne représentant mexicain fut Mario Moreno Reyes « Cantinflas » né en 1911. En tant que torero comique, il se présenta dans de nombreuses arènes d’Amérique latine et, par ailleurs, fut un grand acteur de comédie pour lequel Charlie Chaplin (le vrai), auquel il était comparé, avait la plus haute estime. Sans vouloir à tout prix forcer la logique de ces significations croisées entre rodeo clown et charlotada, il est manifeste que l’interface entre le Mexique et les États-Unis s’est traduite par une influence de la corrida sur la formation du rodéo nord-américain. Le parcours des transformations laisse apparaître le rôle clef de la frontière dans les processus de différenciation. Le rodéo s’épanouit aux États-Unis par l’acquisition territoriale des terres mexicaines septentrionales d’élevage extensif où il est ensuite transformé et mis en sport à la sauce américaine (entendons étasunienne). La figure du torero et du torero clown, que l’on retrouvera d’ailleurs au Brésil, n’a donc cessé d’accompagner ces métamorphoses, de la corrida aux jeux taurins mexicains, des jeux taurins mexicains au rodéo nord-américain, du rodéo nord-américain à l’individualisation du bull riding, et aujourd’hui du bull riding à l’autonomie du free style bullfighting qui par ses propriétés formelles élémentaires se rapproche à nouveau de la corrida. Les pratiques taurines de la Mexamérique n’ont cessé d’évoluer de façon interdépendante.

La charreada ou la nostalgie mexicaine en pays cow-boy

  • 43 K. Mullen Sands, Charrería mexicana.
  • 44 O. Nájera-Ramírez, « Engendering Nationalism ».

47En lien avec l’importante communauté mexicaine des États-Unis, la pratique de la charreada manifeste un attachement au pays d’origine et à ses traditions, même quand il ne s’agit pas, pour beaucoup de ses adeptes, du pays natal43. Sur les 900 associations affiliées à la Fédération nationale des Charros du Mexique, une centaine est située aux États-Unis. La Fédération des Charros de Los Angeles dit posséder le plus grand nombre d’associations après les États de Jalisco et d’Hidalgo. Aux États-Unis, la Californie et le Texas seraient les deux États qui en comptent le plus, auxquels viennent s’ajouter l’Arizona, le Nouveau-Mexique et l’État pourtant lointain de l’Illinois en lien avec l’importante communauté mexicaine qui y réside. Les États frontaliers américains et mexicains constituent donc une zone de chevauchement du rodéo nord-américain, du nord vers le sud, et de la charreada, du sud vers le nord. Mais cette frontière n’est évidemment pas symétrique. En terre mexicaine, le rodéo nordaméricain pénètre par les voix de la transformation du jaripeo professionnel, par la croissance de spectacles qui en sont l’exacte réplique et par la formation d’un réseau transnational de compétitions. En terre nord-américaine, la pratique de la charreada s’est enracinée avec l’immigration mexicaine, qui en respecte le plus possible les codes et l’étiquette même si sont interdits les éperons à crochets et, désormais dans la plupart des États concernés, les manganas, l’utilisation du lasso pour piéger les pouliches au galop (Arizona, Californie, Florida, Illinois, Maine, Nebraska, New Mexico, Oklahoma, Texas). Aux États-Unis, la professionnalisation de la charreada date des années 1970, en lien avec le mouvement de revitalisation de l’héritage hispanique mené par les Chicanos44. Il existe désormais une Union des associations charras qui organise son propre circuit de compétitions couronnées par le Congreso y Campeonato Nacional de Norteamérica, pendant étasunien du Congreso y Campeonato Nacional de México dont nous avons déjà parlé. Comme au Mexique, la compétition est abrégée sous l’appellation « Le National ». En 2003, « Le National » nord-américain s’est déroulé dans la ville frontalière d’El Paso au contact de Ciudad Juárez, sous le titre « Nacionales del Campeonato Charro José Cuervo Tradicional ». José Cuervo Tradicional est une marque de tequila qui sponsorise l’événement. Ce sponsor qui mise sur l’image du Mexique authentique a notamment permis, en 2003, l’inauguration d’un nouveau lienzo charro de grande qualité à El Paso, le Rancho Charros 100X. En 2007, c’est la ville frontalière de Tecate qui est choisie pour « Le National » mexicain, confirmant une sorte de bornage du territoire de la charreada qui utilise sciemment la frontière comme un élément d’intégration.

  • 45 Informations disponibles sur le site Internet de l’association de charros de la ville de San Antoni (...)
  • 46 El Sol de San Juan del Río, 30 juillet 2007.

48C’est que les compétitions de charreadas sur le sol étasunien ne fonctionnent pas en vase clos puisque les meilleures équipes du « National » nord-américain ont l’honneur de participer au « National » mexicain. Les équipes défilent alors avec le drapeau américain et l’habit charro, revendiquant fièrement une double appartenance identitaire. Il n’y a aucune contradiction à cela, mais simplement l’expression d’une fierté d’être citoyen américain et mexicain de cœur. Ce détail concrétise une propriété du fonctionnement de l’identité qui n’est jamais parfaitement identique en fonction des lieux et des contextes où elle se manifeste. L’existence d’une communauté mexaméricaine qui puise notamment dans la charreada sa visibilité se traduit également par des formes de jumelages transfrontaliers entre associations. Un bon exemple de ce phénomène est le jumelage qui existe depuis 1988 entre l’Association des Charros de San Antonio (Texas) et celle des Charros de San Juan del Río dans l’État du Querétaro45. Il se traduit par un voyage annuel d’un lienzo charro à l’autre où sont resserrés les liens d’amitié par la charreada. Des confrontations sont organisées, on y danse et on y torée en habit de charro, confirmant une nouvelle fois la porosité des passions entre la charreada et la tauromachie espagnole. Les charros de San Juan del Río sont fiers d’être en lien avec une puissante association qui a souvent gagné sa place au « National » mexicain et de leur côté, les charros de San Antonio sont fiers d’être en lien avec l’une des plus anciennes associations mexicaines, puisqu’il s’agirait de la plus vieille association du pays après celle des charros de Jalisco fondée en 1921. En 2007, lors du voyage des charros de San Antonio à San Juan del Río, Raúl Gaona, le président honoraire de l’association texane, annonçait la création d’un club d’histoire du Mexique « visant à récupérer culturellement ce qui, géographiquement, ne peut pas l’être »46. Derrière la charreada et l’expression du sentiment d’appartenir au Mexique, affleurent parfois les fantasmes d’un irrédentisme.

  • 47 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 55.

49Aux États-Unis comme au Mexique, charreada et rodéo nord-américain, qui possèdent certains exercices identiques et une origine commune ne se mélangent pas plus que ne se confondent aujourd’hui le charro et le cow-boy. Ils ont pourtant coexisté en la personne du vaquero, un travailleur du bétail antérieur à la construction idéologique des cavaliers nationaux. Il est certain que l’acquisition des terres mexicaines par les colons américains qui précèdent l’agrandissement territorial des États-Unis est une inflexion majeure dans ce processus de différenciation. De 1830 à 1848, les conflits au Texas auraient fait retourner à l’état sauvage 80 % des cent mille têtes de bétail qu’il abritait, ouvrant sur toute la frontière une période de banditisme et de troubles sociaux autour de l’appropriation des bêtes47. Le terme de « cow-boy » apparaît dans ce contexte pour désigner d’abord des hors-la-loi, parmi lesquels les colons américains dénoncent, bien entendu, les Mexicains et des Indiens. Philippe Jacquin retrace ainsi l’évolution du terme :

  • 48 Ibid., p. 57.

En fait, le mot cow-boy n’est pas né au Texas. […] En Irlande, vers l’an 1000, les bergers sont appelés « cow-boys » et le terme demeure jusqu’à l’invasion anglaise de l’île et aux violences du xviie siècle. Mais lorsque les bergers irlandais persécutés s’expatrient en Amérique, ils se gardent bien de conserver ce nom. Dans les colonies américaines, le gardien de bétail, tant à pied qu’à cheval, est plutôt appelé cowkeepers. Pourtant, le mot « cow-boy » revient au moment de la Révolution américaine de 1776 pour désigner les loyalistes, les colons favorables à la Couronne britannique, parce qu’ils dérobent le bétail et détruisent les récoltes des insurgés. Encore au xixe siècle, le mot est toujours employé en référence à son héritage historique. […] Il n’est pas surprenant qu’un terme entaché des pires vilenies, le vol de chevaux, la trahison, le meurtre, ait retrouvé une certaine vitalité dans le Texas des années 1830 avec les exactions des jeunes cavaliers48.

  • 49 P. Starrs, Let the Cowboy Ride.
  • 50 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 109.

50Il faut attendre la fin du xixe siècle pour que le cow-boy acquière ses lettres de noblesse et se transforme en représentant de l’Amérique triomphante nécessairement blanche et patriote. Cette invention s’affirme au moment même où, après 1890, le cow-boy traditionnel n’est déjà plus qu’une légende en raison des progrès de la Révolution industrielle et de l’essor du chemin de fer, permettant de se passer de plus en plus de la « piste » du bétail49. Le glissement sémantique du cow-boy s’opère au rythme de la conquête de l’Ouest. Du renégat, il devient prolétaire du troupeau, il qualifie ensuite celui qui « prend la piste » pour accompagner les bêtes depuis les pâturages vers une gare de bétail, puis il désigne tous les travailleurs du ranch pour enfin incarner tout Américain de l’Ouest sur un cheval. Ce qui est important pour notre propos c’est la progressive occultation de l’héritage hispanique et mexicain au profit d’une valorisation d’une ascendance qui serait purement étasunienne. Pourtant les estimations concernant l’origine des travailleurs du bétail confirment qu’au moins 45 % d’entre eux se recrutaient chez les Mexicains, les Noirs et les Indiens50. Dès la fin des années 1880, le chemin de fer, la multiplication des clôtures, puis l’interdiction aux troupeaux de « prendre la piste » transforment le travail des cow-boys et renforcent leur sédentarisation.

  • 51 M. L. Le Compte, « The hispanic influence on the history of rodeo ».
  • 52 F. Turner, « The significance of the frontier ».

51Après avoir nourri la croissance des grandes villes de l’Est, les cow-boys en nourrissent l’imaginaire. On a vu que les premiers spectacles de rodéos naissent dans la décennie des années 1880 au cours desquelles beaucoup de cow-boys cherchent les moyens d’une reconversion, sans tout à fait renoncer aux caractères extérieurs de leur genre de vie. Le mythe de l’Ouest fait figure d’antidote face à la rapidité des transformations dues à la Révolution industrielle et à l’afflux migratoire d’origine européenne. L’Ouest devient une réserve de grands espaces, de nature, mais aussi de valeurs idylliques et patriotiques forgées par la bourgeoisie anglo-saxonne pour maintenir une cohésion sociale et identitaire au sein d’une Amérique dont la population double de 1870 à 1900. La première tournée du Wild West Show de Buffalo Bill démarre dans les villes de l’Est en 1873. Bien que l’historiographie dominante ait gommé cet aspect, l’importance de l’héritage hispanique dans les techniques du rodéo est largement assumée dans les premiers Wild West Show au point que Buffalo Bill en personne pouvait apparaître en tenue de charro51. Il en va d’ailleurs de même dans la plupart des rodéos de la fin du xixe siècle, au point qu’en 1898, le Wild West Show et le Cheyenne Frontiers Days fusionnent au sein d’un même spectacle. L’Ouest se vend bien, ainsi que les rodéos, mais progressivement, et la littérature puis le cinéma ne feront que forcer encore le trait, ils évoluent vers l’image d’un cow-boy aux antipodes des rustres vaqueros, des Indiens, des Mexicains et des métis dont les méfaits sont invariablement réparés par l’adresse et la droiture morale de ces nouveaux chevaliers. Le cow-boy n’est plus l’héritier des vaqueros mexicains, mais des valeurs morales de l’Amérique protestante. Le rodéo n’est plus héritier des traditions vaqueras hispaniques, mais du ranch de l’Ouest. La frontière n’est plus une zone aux influences culturelles multiples, mais la métaphore de la victoire de la civilisation nord-américaine sur l’Ouest sauvage. Autrement dit, la conquête de l’Ouest et la frontier au sens de Frederick Turner ont définitivement remplacé, dans l’imaginaire, la conquête du Sud et le déplacement de la frontière politico-administrative avec le Mexique52.

52Nous pensons que la charreada et le rodéo nord-américain véhiculent ainsi deux images différentes du fonctionnement de la frontière entre le Mexique et les États-Unis. La charreada, activité communautaire et traditionnelle, est attachée à l’idée d’une continuité culturelle mexicaine au-delà de la rupture territoriale. Le rodéo, sport individuel et moderne, est attaché à l’idée d’une rupture culturelle États-Unis - Mexique qui s’accommode néanmoins d’une étanchéité sélective de la frontière et d’un terrain favorable à l’expansionnisme de la pratique vers le sud. Cela étant, il ne faudrait pas réduire le rodéo à la seule émanation sportive du mythe du cow-boy, car il est en fait traversé par des courants et des conceptions divergentes. Malgré la puissance du mythe, les cow-boys réels du rodéo n’ont jamais tout à fait ressemblé à ce qu’ils incarnaient dans le regard de l’Amérique. Preuve en est que les Indiens et les Hispanos n’ont jamais quitté le fil de l’histoire réelle et forment un contingent non négligeable dans une profession à risque qui promet une rapide ascension sociale. Cette réalité est aussi davantage conforme à l’image que la frontière actuelle entre le Mexique et les États-Unis donne à voir : une zone multiculturelle d’échanges.

La frontière exotique et les « corridas soft » luso-californiennes

53On aurait pu croire les corridas absentes des États-Unis et considérer la « taurophilie » d’un Hemingway, d’un Orson Wells ou d’un James Dean comme des exceptions anglo-saxonnes qui confirment la règle d’une Amérique moyenne puritaine et trop attachée aux droits des animaux pour en tolérer la pratique. Et pour tous ceux chez qui le puritanisme s’accompagne de sa nécessaire transgression, les arènes frontalières permettent de succomber au vice honteux. N’oublions pas que Tijuana, dont la réputation sulfureuse n’est pas à faire, possède des arènes situées sur la ligne frontière, à proximité de San Diego et à moins de 250 kilomètres de Los Angeles. L’étude détaillée des faits montre comme toujours une réalité plus complexe.

  • 53 F. Garibay Anaya et M. Luna Parra, México se viste de luces, p. 35. Traduction : À la mémoire du Cy (...)
  • 54 M. Darrieumerlou, « Toreros Yankees au Mexique ».

54Soulignons d’abord l’existence de clubs taurins à New York, Los Angeles, Chicago, San Francisco, Boston pour ne citer que les plus importants parmi une quinzaine. Ils se réunissent périodiquement au sein de NATC (National Association of Taurine Clubs of the United States of America) qui date de 1963 et organisent de fréquents voyages en péninsule Ibérique et au Mexique. Aux arènes de Tijuana, on peut observer une statue du torero mexicain Carlos Arruza érigée par les aficionados de Los Angeles avec la dédicace suivante : « In memory of the Mexican Cyclone Carlos Arruza, from the afición of the United States erected by las Peñas Taurinas de California »53. Le club taurin de New York, qui compte environ 150 membres, privilégie chaque année la féria de Séville et la féria de Pampelune, comme si, loin de l’Espagne, les plaisirs de l’afición souhaitaient profiter de l’éventail le plus large possible de ce que l’art taurin donne à voir. Outre-Atlantique, l’aura de la San Fermín popularisée par Hemingway dépasse largement le cercle des aficionados et Pampelune figure dans le semis des destinations à ne pas manquer, si l’on se trouve en Europe début juillet. Enfin, il existe depuis une dizaine d’années une Académie de tauromachie à San Diego qui propose des cours et des stages afin d’apprendre « l’art du toreo ». On ne sera donc pas étonné de compter quelques matadors américains depuis Harper B. Lee né au Texas en 1884, jusqu’à Dennis Borba qui prend son « alternative » en 1986, en passant par Sydney Franklin, qui triomphe à Séville en 1929, John Fulton et Robert Ryan qui prend son « alternative » à Tijuana comme beaucoup de ses compatriotes moins connus54.

55Mais la tauromachie ibérique aux États-Unis ne se réduit pas à l’existence d’un petit groupe d’aficionados cosmopolites, à quelques épigones d’Hemingway et à une frontière commune avec le géant taurin d’Amérique. Sans doute à la surprise de ceux qui voient dans la tauromachie la manifestation d’une pratique archaïque en proie à un inexorable déclin, la très moderne Californie s’affirme depuis une quinzaine d’années comme un foyer tauromachique émergent. D’avril à octobre, pour une vingtaine de spectacles, les arènes, principalement situées dans la Central Valley et en particulier dans sa partie sud de la San Joaquin Valley, font le plein : Orland, Elke Grove, Thornton, Tracy, Escalon, Stevinson, Gustine, Morgan Hill, Madera, Laton, Tulare, Artesia. Comme on l’a vu précédemment, les spectateurs sont, dans l’immense majorité, originaires de la communauté des Açores qui compterait actuellement pas moins de 350.000 membres en Californie. Les spectacles prennent la forme des corridas mixtes portugaises, réunissant la prestation des cavaliers et des forcados ainsi que celle des matadors à pied. De la même façon qu’au Portugal, il n’y a pas de mise à mort du taureau et, de surcroît, toute effusion de sang est exclue du programme, conformément à la législation californienne. Il n’y a donc pas de piques et les banderilles sont fixées par un système d’attache en velcro sur un tapis collé à la glu sur le dos de l’animal. Les spectacles intègrent le cadre des fêtes religieuses de la communauté açorienne exilée depuis plusieurs générations et, à ce titre, participent des fêtes de l’immigration qui visent à faire resurgir le pays lointain. Là encore, il ne s’agit pas d’une revendication exclusive de l’identité açorienne, mais bien d’un double sentiment d’appartenance américain et portugais. Les spectacles s’ouvrent sur les deux hymnes nationaux, chantés tête découverte et la main sur le cœur, pendant que défilent, côte à côte, les drapeaux des États-Unis et du Portugal. Cela étant, c’est bien la langue portugaise qui est très majoritairement utilisée lors des festivités davantage que dans le cadre professionnel où la mixité des origines est plus forte.

  • 55 A. Graves, The Portuguese Californians, p. 160. L’auteur s’appuie sur un article inédit d’Adrienne (...)
  • 56 A. Hadwick Gayton, « The festa da Serrata ».
  • 57 Ibid., p. 252.

56Les premiers jeux taurins réalisés à l’initiative de la communauté açorienne de Californie semblent remonter aux années 1920. Le témoignage documenté le plus ancien fait état d’une corrida qui a eu lieu le 15 septembre 1925 au Fairgrounds de Tulare dans la San Joaquin Valley55. Le journaliste de The Portuguese Tribune, José Ávila, affirme qu’en 1926, existaient déjà quatre arènes en Californie à San Pablo, Tracy, Tulare et Los Banos. Un article d’Anna Hadwick Gayton, publié en 1948, qui décrit le déroulement de la fête de Lady of Miracles à Gustine, nous laisse penser que la tradition pourrait même être plus ancienne ou, en tous les cas, qu’elle est déjà bien implantée dans les années 193056. La fête est également appelée Festa da Serrata, transposition directe de la fête du village de Serrata située sur l’île Terceira, en l’honneur de Nossa Senhora dos Milagros. La première édition est organisée en 1932, à l’initiative de M. Souza, membre du Portuguese-American club of Gustine, de retour d’un voyage au pays. Ce club a pour vocation première de rassembler les Portugais de la région et d’en faire de bons Américains en créant un lien avec l’Église catholique de Californie. La fête se compose d’une procession dominicale accompagnant six statues de la vierge, suivie d’un repas collectif, puis du retour des statues à l’église le lendemain matin. Une autre procession accompagne une vache laitière décorée et le soir a lieu une course de taureaux. L’auteur parle déjà des courses traditionnelles du lundi soir comme d’un sport très populaire, ce qui laisse entendre qu’en 1932 la pratique n’est pas une nouveauté. L’unique photographie représentant la course de taureaux montre un animal encordé, lâché dans une arène et couru par la foule dans la plus proche tradition des touradas à corda des îles Terceira. Les journaux locaux portugais attestent en 1947 que la Festa da Serrata de Gustine est déjà très connue en Californie, et « les Portugais, tous les Portugais, assistent à la fête de Gustine pour soulager la nostalgie du pays au-delà des mers »57.

57Quelles qu’aient été les modalités des jeux taurins de l’époque, les deux étapes fondamentales de modernisation de la pratique sont, d’une part, la loi de 1957 faisant entrer le bloodless bullfighting dans la légalité et, d’autre part, les premières importations de taureaux de combat mexicains au milieu des années 1970 qui remplacent les Brahmas, Herefords et autres spécimens croisés alors couramment utilisés. C’est pourquoi la plupart des témoignages recueillis sur place font véritablement démarrer l’histoire des courses de taureaux californiennes avec les achats de taureaux venus du pays voisin qui se succèdent à partir de 1974, à l’initiative de Manuel Correia, Manuel de Sousa et Franck Borba. Ce tournant des années 1970 entraîne la multiplication des spectacles et la construction de nouvelles arènes. Il est intéressant de constater que la première corrida avec des taureaux mexicains, qui se tient à Visalia le 10 mai 1975, considérée en quelque sorte comme la première corrida bloodless formelle, se déroule avec des matadors également mexicains, donc sans la présence de cavaliers et de forcados portugais qui ne feront leur apparition que dans les années 1980. Ce sont donc les éleveurs de taureaux, aujourd’hui une dizaine, qui sont à l’origine de la délocalisation de la tauromachie portugaise en Californie, éleveurs qui se sont lancés dans cette aventure après avoir acquis de solides bases économiques dans l’élevage laitier, la grande affaire de l’émigration açorienne de la Central Valley, et parfois aussi dans l’élevage à viande.

58Aujourd’hui, les courses de taureaux continuent d’avoir lieu le lundi soir et des images pieuses continuent d’être associées au défilé d’ouverture. La tauromachie est incontestablement en voie de consolidation, mais dans la discrétion, afin d’attirer le moins possible l’attention des associations de protection des animaux. Malgré cela, il n’est nullement question de repli, puisque la tauromachie s’ouvre sur l’extérieur, bien entendu en invitant des professionnels venus d’Europe, mais aussi d’Amérique latine, qu’ils soient matadors ou forcados à l’image des équipes récemment constituées de Mazatlán ou de Querétaro.

III. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE COLOMBIEN : CORRIDA, COLEO ET CORRALEJAS

59La Colombie possède deux types de pratiques tauromachiques professionnelles : les courses de taureaux et les toros coleados. À celles-ci s’ajoute une pratique populaire originale : les fiestas en corralejas. À grands traits, la répartition des pratiques taurines présentées sur la carte 16 (p. 352) fait apparaître une tripartition territoriale conforme aux grands ensembles de la géographie colombienne. Les corridas occupent principalement les hautes terres des cordillères et des vallées intramontagnardes, une caractéristique que l’on retrouve pour tous les pays de corridas de l’Amérique andine (voir carte 15, p. 350). Les toros coleados occupent les basses terres des llanos orientaux. Les fiestas en corralejas se concentrent sur la Costa Atlántica. À la répartition géographique des pratiques qui ferait croire à une grande simplicité de l’organisation, répond un profond brassage socio-ethnique des publics et des acteurs à l’image d’un pays très métissé.

Les corridas : une pratique dynamique, des férias réputées

  • 58 Nous avons croisé plusieurs sources : L. de Tabique, Guía de América taurina ; J. M. de Cossío, Los (...)

60Les courses de taureaux enregistrent actuellement une croissance importante. Selon Mundotoro, les corridas ont dépassé le seuil des cent spectacles depuis 2004, atteignant le chiffre exact de 111 courses. Le journaliste taurin Julián Parra Díaz nous a confirmé que se déroulaient chaque année en Colombie quelque 450 spectacles taurins en comptant les corridas, les novilladas piquées et non piquées ainsi que les festivals. Ces estimations en font, sur un plan quantitatif, le deuxième pays de corridas le plus important d’Amérique latine, après le Mexique. Cette position n’est pas démentie d’un point de vue qualitatif, tant la Colombie compte d’arènes et de férias renommées. Les cordillères et les vallées intramontagnardes concentrent la plupart des villes taurines réparties selon deux grands axes. Au centre, les villes taurines se succèdent le long des interfluves du Cauca et de la cordillère centrale : Cali, Armenia, Ibagué, Cartago, Pereira, Manizales, Medellín. À l’Est, elles se répartissent le long d’une cordillère orientale plus épaisse, formée de hauts plateaux qui se prolongent plus au nord : Bogotá, Sogamoso, Duitama, Bucaramanga. Ces deux sous-ensembles concentrent plus de 90 % des corridas et 60 % d’entre elles se déroulent dans la douzaine de villes mentionnées. L’importance des Andes colombiennes se voit confirmée à partir de l’étude historique que nous avons menée sur les arènes du pays. Nous avons trouvé trace de l’existence de 184 arènes fixes ou démontables qui, depuis les années 1950, ont fonctionné avec une plus ou moins grande régularité (voir annexe IV [CD-ROM])58. Plus de 75 % des arènes ainsi répertoriées, qui sont à la fois la mémoire et le présent de la géographie taurine colombienne, appartiennent à la zone andine avec en tête le vaste département de Cundinamarca (une quarantaine d’arènes) qui s’étend du fleuve Magdalena au piémont oriental de la cordillère. En dehors de la zone andine, les villes taurines de quelque importance correspondent à de grandes villes du littoral caribéen, Cartagena de Indias et Santa María. Apparaissent également deux villes importantes pour notre propos : celle de Sincelejo, haut lieu des fiestas en corralejas et celle de Villavicencio, ville de contact entre les Andes et les Llanos, qui peut être considérée comme la capitale des toros coleados. Ces deux villes ont une place à part dans la géographie des pratiques car elles sont des lieux de coexistence des cultures taurines qui, par leur intermédiaire, relient leur territoire respectif. La bordure orientale des Andes a fixé d’autres villes taurines telles qu’Aguazul dans le département de Casanare et Florencia plus au sud, dans le département amazonien de Caquetá. La situation de contact peut être envisagée plus largement d’un point de vue territorial à propos du doublet formé par Sogamoso-Aguazul, ville des Andes et ville des Llanos, qui répète sur un mode mineur le doublet Bogotá-Villavicencio. Sogamoso, également appelée « la porte du Llano », vit en connivence avec la culture llanera. De là lui viendrait peut-être son goût pour les chevaux qui se répercute dans les programmes taurins où les rejoneadores sont fréquemment à l’affiche. Une nouvelle fois, il n’est pas déraisonnable de penser que l’attrait pour les chevaux et les exercices équestres servent de pont entre la passion des courses de taureaux et des différentes formes de rodéos.

Carte 15. — Tauromachies en Amérique andine

  • 59 Résultat du sondage mis à jour le 18 juillet 2007 disponible sur le site Internet de la radio : htt (...)

61Les arènes les plus importantes en nombre de corridas correspondent globalement aux grandes métropoles du pays, en tous les cas pour les trois plus importantes : Cali, Bogotá, Medellín. La hiérarchie taurine inverse une partie de la hiérarchie urbaine puisque Cali est assurément la capitale de la tauromachie colombienne. Elle possède les plus grandes arènes (18.000 places), programme le plus grand nombre de corridas avec une quinzaine de courses par an et organise la féria la plus réputée. Beaucoup d’aficionados considèrent aujourd’hui la feria de la Macarena de Cali comme la plus importante d’Amérique latine. En 2007, un sondage réalisé par Radio Caracol, radio de forte audience en Colombie, auquel ont répondu par internet 6.720 personnes, classait ainsi les arènes du pays59. À la question « Quelle ville en Colombie possède les meilleurs programmes pour cette saison ? », Cali remporte 30 % des suffrages, Cartagena : 25 %, Bogotá : 20 %, Duitama 11 %, Manizales 8 %, Medellín 5 %, Bucaramanga 1 %.

  • 60 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 62.
  • 61 La ville est à proximité du volcan le Nevado del Ruiz, tristement célèbre pour son éruption de 1985
  • 62 Pepe Alcázar, Plazas de toros de Colombia, p. 47.
  • 63 Ibid., p. 51.

62Manizales occupe une place à part dans ce panorama, car elle figure régulièrement au deuxième rang des arènes qui programment le plus de spectacles avec une ville qui n’atteint pas les 400.000 habitants. Le cas de Manizales est intéressant pour notre étude, d’abord car il s’agit d’une ville jeune fondée en 1849 et non d’une ville coloniale qui connut le précédent des courses de taureaux aristocratiques. Le premier spectacle taurin a lieu en 1897 et les premières arènes en dur, après une douzaine d’arènes provisoires, sont terminées en 1951, construites à l’initiative d’un groupe de notables aficionados qui fondent une société anonyme Plaza de Toros de Manizales. En 1952, le maire signe un décret créant la féria annuelle de Manizales qui prend corps en 1955. Parmi les organisateurs, un homme, Oscar Hoyos Botero, fasciné par la féria de Séville entend faire de Manizales une sorte de réplique de l’ambiance andalouse. La première fait participer des groupes de chanteurs andalous, on se déplace en calèche, on installe des tentes à l’image des casetas du champ de foire sévillan et l’on boit de la Manzanilla60. La féria crée également en 1957 un pasodoble « Féria de Manizales », du compositeur Juan Mari Asins, sur lequel le poète Guillermo González Ospina écrit des paroles à la gloire de la « perle del Ruiz »61. Elle crée aussi un trophée, d’abord une caisse de vieux rhum de Caldas, puis une réplique de la cathédrale de Manizales. Le pasodoble de Manizales devient rapidement non seulement l’hymne taurin de la féria, mais de toutes les férias colombiennes. Cet air est également repris dans les arènes du monde entier comme le détail d’une connivence sans frontières, joué d’autant plus fréquemment qu’un torero colombien est à l’affiche. À bon droit, par ces initiatives, la féria de Manizales est considérée par nombre d’écrivains et journalistes taurins comme la mère des férias taurines dont se sont inspirées les autres férias de Colombie, mais également celle de Quito en Équateur et celle de San Cristóbal au Venezuela62. Parmi les événements importants, il faut noter en 1968, après plusieurs années de mauvaise gestion, le sauvetage de la féria par Manolo Chopera, qui commence par lier les dates des courses à la féria de Cali, dont il est également l’organisateur, afin de faciliter l’engagement des toreros espagnols qui groupent ainsi leur contrat. En 1976, la féria de Manizales est jumelée avec celle de Valence en Espagne, favorisant à cette occasion les échanges commerciaux entre les deux pays et les invitations réciproques à y participer. La presse de l’époque relaie les déclarations du maire de Valence, Miguel Ramón Izquierdo, très satisfait de voir « qu’un motif aussi enthousiasmant que les Fêtes servent à resserrer encore les liens d’union entre deux villes de langue et de culture hispanique »63. La féria participe aujourd’hui à la reconnaissance nationale et internationale de la ville. Manizales souhaite véhiculer l’image d’une ville ouverte sur le monde, identifiée par un grand événement. La place du café et le rôle stratégique de Manizales dans l’« eje cafetero » (axe du café) sont de mieux en mieux intégrés aux thématiques de la féria.

Carte 16. — Tauromachies en Colombie

  • 64 A. Caballero, « Le condor et le taureau », p. 27.
  • 65 Ibid., p. 27.

63L’ambiance dans les arènes de Manizales est beaucoup plus festive que celle des arènes de Bogotá davantage empêtrée dans la responsabilité de la représentation nationale, ce qui n’est jamais simple dans un pays aux fortes tensions politiques. L’écrivain colombien et aficionado Antonio Caballero affirme que les différences entre les arènes sont beaucoup plus marquées en Colombie qu’en Europe en raison de la composition ethnique du pays, majoritairement métis et mulâtre, mais qui compte également des minorités blanches, noires et indiennes64. Si nous émettons quelques réserves à accepter l’idée que « la passion taurine existe de la même façon dans toutes les régions », nous nous rangeons volontiers au constat selon lequel, dans l’ensemble, en Colombie, cette passion ne connaît guère de clivage ethnique et qu’elle est aussi forte dans « des régions très indiennes comme Boyocá, que très blanche comme Antioquia ou très noires comme la Côte »65. Pour ce qui est de la Côte, les données quantitatives et la spécificité des corralejas montrent dans le détail que ce jugement est à nuancer. À propos de Bogotá, où l’on chante l’hymne national en ouverture, l’auteur rapporte qu’on va aux corridas faire de la politique et que les présidents ne s’y risquent généralement qu’en début de mandat pour ne pas avoir à essuyer les affronts du public. On retrouve là l’idée d’une analogie récurrente dans tous les pays entre l’arène politique et l’arène de corrida qui agit comme une caisse de résonance ou un baromètre de la situation sociopolitique du moment mesurant la popularité des gouvernants. Cet aspect rend toujours les arènes de la capitale politique différentes des arènes de provinces.

  • 66 On rencontre de telles pratiques dans toute l’Amérique latine, du Mexique (los toritos) au Brésil ( (...)

64Sur la période 2000-2005, les quatre premières villes taurines, Cali, Bogotá, Manizales, Medellín, ont programmé un tiers des corridas formelles. Elles sont les seules à avoir proposé chaque année plus de cinq corridas. La trame des villes taurines qui offrent de nombreux spectacles s’épuise rapidement par rapport à celle du Mexique. Entre cinq et dix arènes selon les années offrent plus de trois spectacles par an (Bucaramanga, Cartagena de Indias, Duitama, Ibagué, Sogamoso, Cartago, Armenia). Ces villes correspondent à des centres secondaires de tradition plus ou moins ancienne. Dans certaines villes, les spectacles sont en pleine croissance comme à Bucaramanga depuis que ses arènes, véritable joyau de l’architecture taurine, ont été rénovées en 2003. Dans d’autres, la tradition s’est essoufflée ou n’a jamais vraiment pris comme dans la grande métropole de Barranquilla. Il est étonnant malgré sa population millionnaire de constater que la Monumental del Caribe enregistre une faible activité taurine. Il est possible aussi que le très célèbre Carnaval de Barranquilla n’ait pas laissé beaucoup de place au taureau en chair et en os, alors même qu’il est omniprésent dans les masques et les danses66. Après ce réseau de villes réputées pour leur tradition taurine, une dizaine d’autres programment une à deux corridas par an, les dernières ne sont que des lieux taurins épisodiques, même si les courses de taureaux sont toujours accueillies avec succès. Au total, sur l’année 2004, plus de 65 % des cités taurines n’ont offert qu’une seule course confirmant le caractère exceptionnel du « jour de taureau ». Loin d’être la preuve de l’indigence des pratiques taurines nous pensons qu’il s’agit au contraire d’un signe de leur enracinement dans le calendrier avec lequel on ne transige pas.

65La hiérarchie des villes taurines se double d’une césure dans la saison tauromachique. La plupart des arènes importantes programment leurs courses entre décembre et mars, lors de ce qu’il est convenu d’appeler la temporada grande (la grande saison) : Cali, Bogotá, Manizales, Medellín, Duitama, Bucaramanga, Armenia. Lors de cette « saison haute » de la tauromachie, les grandes figures européennes font le voyage aux Amériques et participent à toutes les grandes férias. Ce fonctionnement saisonnier manifeste une complémentarité transatlantique dont profite l’ensemble des terres de corridas outre-Atlantique. On distingue la temporada grande de la petite saison, temporada chica, qui se déroule autour des mois de juin et juillet en particulier à l’occasion des fêtes de San Pedro et San Pablo dans les villes de Sogamoso, Aguazul, Ibagué, Espinal.

66C’est lors de ces fêtes que la proportion de toreros colombiens est maximale, presque exclusive. Les deux saisons taurines correspondent à deux modes de fonctionnement de l’espace tauromachie. La haute saison, espace-temps mis en continuité avec la tauromachie internationale, est un moment de confrontation et de rencontre entre les toreros nationaux et les toreros européens (entendons espagnols dans leur immense majorité). La basse saison est un temps de repli sur le marché local qui est aussi vécu comme un temps de préparation et de sélection en vue de soutenir la comparaison à venir avec les toreros espagnols. Pour autant, cette confrontation ne prend pas les traits d’une simple opposition entre nations, ce qui différencie la corrida des pratiques sportives et véhicule un tout autre rapport au territoire.

67Parmi les autres particularités de l’afición colombienne, il convient de remarquer son grand intérêt pour la tauromachie à cheval. Cela provient sans aucun doute d’une passion colombienne pour les chevaux et en particulier pour le cheval de race Paso Fino. Ce qui a été évoqué pour Sogamoso se voit confirmé à Medellín. Medellín est la capitale du cheval Paso Fino et le berceau de la tauromachie à cheval en Colombie. Chaque année à Medellín a lieu l’une des plus grandes chevauchées d’Amérique latine où quelque 10.000 cavaliers paradent lors de la Feria de las Flores. C’est aussi le lieu d’une des plus grandes foires internationales du cheval. Le premier rejoneador colombien est une cavalière qui toréa au début des années 1950, Ana Beatriz Cuchet, fille d’un torero espagnol parti faire sa vie en Amérique. Elle ouvre une lignée de rejoneadores colombiens adulés du public à l’image d’Oscar Oky Botero et dont beaucoup sont nés à Medellín ou dans la province d’Antioquia (Oky, Antonio Vargas, Alberto Uribe Sierra, Andrés Vélez, Carlos Roldán). Répétons-le, culture équestre et culture taurine possèdent en Amérique latine de nombreuses connexions, alors que l’Europe généralement les sépare davantage.

  • 67 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 276.

68La Colombie possède trois associations professionnelles d’éleveurs de taureaux de combat qui regroupent une soixantaine d’élevages : ASTOLCO, ASOLIDIA et ASOBRAVO. Ces associations, comme toutes les autres organisations du même type, se sont fixées comme objectif de garantir et de promouvoir la race des taureaux de combat. La plus prestigieuse, ASTOLCO, regroupe 24 élevages braves dont quasiment la moitié est située dans la province de Cundinamarca, les autres ne s’écartant que rarement de la zone andine. Il s’agit d’un cheptel relativement récent puisque les premiers exemplaires de taureaux de caste sont arrivés sur le sol colombien en 1923, en provenance des élevages espagnols de Santa Coloma et de Veragua à destination de l’élevage Mondoñedo à Mosquera situé dans las sábanas de Bogotá67. Le sang Santa Coloma fut rapidement privilégié par l’achat de nouveaux reproducteurs en 1929. Avant que les taureaux de race ibérique n’intègrent les élevages colombiens, des taureaux de race locale étaient donc combattus, des taureaux dits criollos ainsi que des zébus dont le comportement adéquat restait très aléatoire. Certains criollos avaient acquis des caractéristiques morphologiques et comportementales qui les distinguaient en fonction des régions géographiques où ils étaient élevés, tels que les toros llaneros (des llanos orientaux), toros costeros (de la Costa Atlántica), toros caucanos (de la vallée du Cauca). L’importation des reproducteurs espagnols, puis mexicains, a progressivement recentré la zone d’élevage des taureaux utilisés pour les courses espagnoles sur la zone des Andes, dans les provinces connaissant les plus fortes densités de spectacles. Les élevages braves colombiens ont progressivement remplacé les taureaux importés d’Espagne et du Mexique, allant même jusqu’à exporter des bêtes à leur tour vers des férias étrangères, en particulier vénézueliennes. Afin de protéger le marché intérieur, des mesures protectionnistes ont même été prises puisque les trois associations d’éleveurs ont signé un accord en 1998 qui visait à boycotter les arènes colombiennes ayant recours à des taureaux importés d’Espagne.

  • 68 Cet accord hispano-colombien m’a été remis en mains propres par le syndicat des toreros équatoriens (...)
  • 69 Le cartel (l’affiche), désigne couramment dans le vocabulaire les protagonistes qui sont au program (...)

69Pour ce qui est des professionnels de l’arène, il existe un accord signé en 2004 entre les syndicats des toreros colombiens (UNDETOC) et différentes organisations espagnoles en vue de réguler le marché68. Outre des mesures administratives touchant au statut social des professionnels, cet accord prévoit que les matadors espagnols et colombiens pourront occuper deux tiers du cartel seulement dans les arènes de première catégorie69. Les toreros subalternes colombiens et espagnols sont autorisés à toréer librement dans toutes les arènes d’Espagne et de Colombie au service d’un matador étranger, à condition qu’il y ait au moins un Espagnol ou un Colombien à l’affiche. Mais les Colombiens en Espagne ne pourront pas occuper plus du tiers du cartel. Les organisations colombiennes négocient la proportion des toreros espagnols pouvant toréer lors d’une course et définissent des contreparties pour pénétrer le marché espagnol connu pour sa fermeture. L’UNDETOC est à l’origine d’un autre accord qui intéresse cette fois les relations entre pays d’Amérique latine. Le 18 octobre 2001, à Bogotá est créée une Fédération internationale des toreros américains, la FITA. Cette fédération définit les bases d’un accord de libre-échange taurin entre la Colombie, le Mexique, le Pérou et l’Équateur, manquant à l’appel le Venezuela qui finalement intègre la FITA le 4 mars 2003. L’un des objectifs de la FITA est de garantir « une fiesta brava qui soit davantage nôtre et témoigne d’une identité américaine ». Ce type d’accord entend défendre les intérêts des toreros américains dans les différentes férias face aux toreros espagnols qui souvent dictent leur loi aux entrepreneurs de spectacles. La consolidation de la filière taurine s’accompagne ainsi d’une vision d’ensemble du marché qui tient compte des équilibres entre l’Europe et l’Amérique. La position hégémonique du monde du spectacle espagnol ne laisse pas d’alimenter les débats, puisque les toreros espagnols semblent indispensables au déroulement d’une grande féria digne de ce nom tout en posant clairement le problème du rôle et de la place des toreros nationaux. À nos yeux, porter le débat sur le terrain de l’identité ne témoigne pas tant d’un rapport d’équivalence simple entre la nationalité des toreros et l’appropriation de la fête que d’une imbrication des questions identitaires et des questions économiques.

  • 70 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 164.

70Ces initiatives montrent le dynamisme et la bonne santé actuelle de la tauromachie en Colombie. Ce pays continue d’ailleurs à produire de nombreux matadors d’alternative. L’histoire en compte environ 80 dont une trentaine depuis le début des années 1990. Beaucoup ont connu la gloire dans leur pays, quelques-uns l’ont étendue aux terres de corridas d’Amérique latine (« Joselillo de Colombia », Pepe Cáceres), très peu l’ont atteinte en Espagne (César Rincón). L’un d’entre eux a joué un rôle clé dans le développement de la tauromachie en Colombie : Edgar Zúñiga Villarquirán dit « Joselillo de Colombia ». Il prit l’alternative en Espagne en 1953 et connut de nombreux succès au Venezuela, au Pérou et surtout au Mexique. Il devint ensuite le plus important entrepreneur de spectacles du pays et dirigea ou co-dirigea les arènes de Cali, Bogotá, Medellín. Il fut à l’origine des férias de Cartagena, de Armenia, Calarcá, Pereira et Bucaramanga70. Le cas relativement récent de César Rincón, considéré comme un des grands matadors de l’histoire, mérite également d’être souligné et confirme sans doute le dynamisme de la tauromachie en Colombie, si l’on accepte de considérer que le succès d’un torero ne surgit pas de sa seule individualité, mais d’un marché taurin qui le fait éclore. César Rincón triompha aux arènes de Las Ventas à Madrid le jour même de sa présentation le 21 mai 1992. Il sortira quatre fois de suite par la grande porte d’une arène qui se rend au cri de « ¡Viva Colombia, Viva Colombia ! ». De retour chez lui, il est reçu en véritable héros et se voit nommé par les autorités « Ambassadeur itinérant de la Colombie ».

Les toros coleados des llanos orientaux

71La pratique des toros coleados s’étend principalement sur les llanos orientaux et constitue un trait culturel emblématique de la région. Cette pratique renvoie sans doute plus qu’aucune autre à la terre qui l’a vu naître, une caractéristique qu’elle partage avec les vaquejadas du Sertão dans le Nordeste brésilien. Ce que les Colombiens appellent les llanos orientaux, qui recouvrent quelque 230.000 km², sont une partie d’un ensemble géographique plus vaste nommé, avec une majuscule, les Llanos, qui s’étendent entre la Colombie et le Venezuela. Les limites des Llanos sont comprises entre le piémont des Andes orientales et le massif ancien des Guyanes, entre la rive gauche du Guaviare, qui correspond approximativement à l’écotone forêt amazonienne-savane et l’embouchure de l’Orénoque qui draine l’ensemble du bassin. Cet espace possède une forte personnalité au sein du territoire national, à la fois immensité naturelle des savanes peuplées de bétail en semi-liberté, périphérie lointaine malgré une filière bovine anciennement intégrée et marge troublée des contre-sociétés conflictuelles.

  • 71 L. Bolívar et E. Elisur, Geografía apureña.

72La FEDECOLEO est la Fédération qui réglemente et organise la pratique des toros coleados en club ainsi que les compétitions. Son siège est situé à Villavicencio, la plus grosse ville en bordure des llanos avec 330.000 habitants, qui peut être considérée comme la capitale colombienne du coleo. Villavicencio est une ville du piémont qui pendant longtemps ne fut qu’une agglomération d’haciendas d’élevage également désignées sous le nom de ranchos ou de hatos dont la toponymie témoigne encore. Villavicencio est aussi le relais de l’influence de Bogotá sur l’arrière-pays intérieur et un gros bourg rural pourvoyeur de viande71. Les compétitions de coleo sont organisées sur la base de ligues provinciales, de trophées qui en opposent les équipes, d’une ligue nationale et des tournois individuels. Les provinces de Casanare et du Meta, qui sont les plus peuplées des llanos colombiens, rassemblent 65 % des clubs de coleo affiliés à la Fédération (55 clubs sur 85). Les mangas de coleo les plus réputées et dans lesquelles sont organisées les compétitions les plus importantes sont situées dans ces provinces : Yopal, Paz de Aripopo, Hato Corozal, Aguazul, Tauramena dans le Casanare, Villavicencio, Castilla la Nueva, San Martín, Acacias dans le Meta (voir carte 16, p. 352). Ajoutons la ville de Arauca dans le département du même nom. Le département de Cundinamarca possède également une dizaine de clubs de coleo liés aux migrations des habitants des llanos vers la capitale. Il existe d’autres structures associatives plus modestes dispersées dans les hatos d’élevages qui animent les divertissements d’une société encore profondément rurale et très attachée au genre de vie défini par le pastoralisme semi-extensif. Quelque 80 rencontres de coleo sont organisées chaque année par la Fédération. Chacune dure généralement deux jours permettant d’associer aux joies de la compétition celles des activités festives (retrouvailles, grillades, bals, concerts). Le joropo llanero est une musique et une danse typique de la région dont les adeptes affirment qu’il dérive du flamenco mis à la sauce des llanos. Certains gestes tels que le jeu de pied des zapateos confirmeraient cette forme de réappropriation du taconeo (coup de talon) du flamenco.

73Les toros coleados possèdent tous les attributs du divertissement régional dans ce qu’il peut avoir de représentatif de la culture et de l’identité locale. Ils sont circonscrits spatialement à une région naturelle et culturelle relativement bien délimitée. Ils transposent, sur un mode ludique et sportif, les techniques de l’économie pastorale de la région, fondées sur le maniement du bétail. Les toros coleados sont vécus comme un ferment de l’identité llanera et rassemblent autour des fêtes des moments d’intense sociabilité. On peut considérer que nous sommes en présence d’une pratique qui célèbre un « genre de vie » au sens le plus vidalien du terme : celui du llanero correspondant à un type social aussi défini, mais assurément moins connu, que celui du gaucho en Argentine.

  • 72 J. Fierra Patiño, « Llanos orientales ».
  • 73 R. Vargas Meza, Las FARC, la guerra y la crisis del Estado.

74Il est alors intéressant d’observer que ce « genre de vie », célébré sous un mode à la fois idyllique, nostalgique et festif, a souffert de nombreuses perturbations récentes. Les transformations sociétales des llanos émergent à partir des années 1970 par le développement des conflits armés et des cultures illicites de marijuana et de coca. Les facteurs externes sont l’augmentation de la consommation de produits stupéfiants en Europe et aux États-Unis ainsi que la répression de la production et du trafic au Mexique à partir de 1975. Les cultures se développent à grande vitesse dans les provinces des llanos, en particulier celles de Guaviare, de Meta et de Vichada au rythme de l’emprise des organisations criminelles72. Le deuxième élément de transformation sociétale intervient dans les années 1980 et 1990 avec le développement de l’activité pétrolière dans le piémont. Il intensifie les mouvements migratoires et l’emprise économique du centre sur la périphérie. La manne pétrolière provoque également des graves dysfonctionnements de gouvernance régionale, liés à une corruption des appareils d’État. Les provinces de l’Arauca et du Casanare deviennent alors d’importantes zones de conflits sociaux et armés. Enfin, les années 1990 correspondent également à l’expansion des FARC qui profitent des faiblesses et de la désorganisation du pouvoir central dans les llanos avec comme résultat une déstructuration du tissu rural73.

75Or, l’institutionnalisation visant à promouvoir et développer le coleo date précisément de cette période d’accélération des transformations sociales et territoriales. Comme nous l’avons noté, la Fédération est fondée en 1994 et le coleo reconnu comme sport par le Comité olympique national en 1998. Voici l’un des objectifs clairement affichés par la Fédération, au-delà des questions de réglementation et d’organisation des compétitions : « Pourquoi le faisons-nous ? Avec le sport du coleo, on parvient à se diriger vers la paix et on reconstruit le tissu humain ». Un des slogans de la Fédération répétés en de maintes occasions, telle la prière incantatoire des actes officiels, l’affirme à satiété : « À travers le sport du coleo, nous contribuons à unir davantage les peuples à la recherche de la paix ». La foi, clairement exprimée, en les vertus cathartiques du sport et sa mission de service public peut-elle trouver une justification plus nécessaire ?

  • 74 Instituto de Turismo del Meta, 2005. Informations disponibles sur le site Internet de l’Institut du (...)

76Dans cette dynamique, qui est aussi celle d’une articulation territoriale, certaines villes jouent un rôle important telle que Villavicencio, la ville du piémont. Villavicencio, la plus occidentale des villes du coleo (et la plus orientale des villes des courses de taureaux) tisse un lien entre les Andes et les Llanos, entre nation et région, entre centre et périphérie. Aguazul dans une situation géographique comparable, tient une place identique. Lors du festival Alma Sabanera (âme de la Savane), qui se tient en novembre, ont lieu conjointement des courses de taureaux et des tournois de coleo. Ajoutons que Villavicencio est le siège de compétitions internationales de coleo telles que les « rencontres de la confraternité colombo-vénézuelienne » ou encore le Mondial de Coleo qui a fêté en 2006 ses dix ans. L’édition de 2005 a regroupé 200 coleadores venus du Mexique, des États-Unis, du Costa Rica, du Panamá, du Canada, du Venezuela et de la Colombie. Aux liens internes à la Colombie, s’ajoutent ainsi des solidarités nationales et panaméricaines. Les compétitions se sont étalées sur cinq jours et ont rassemblé 50.000 personnes. Les prix à hauteur de 25 millions de pesos (environ 8.500 euros) sont financés par l’Institut du tourisme du département du Meta74. Le Mondial de Coleo, malgré son jeune âge est désormais considéré comme l’un des six événements touristiques les plus attractifs du pays avec le Carnaval de Barranquilla, le Festival del Bambuco de Neiva, la féria de Manizales, la féria de Cali, le Festival de la leyenda Vallenata de Valledupar. Trois de ces événements festifs sont liés aux cultures taurines colombiennes.

Les corralejas des sábanas de Bolívar

  • 75 F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 73.
  • 76 J.-L. Cavalier, Fiesta en corralejas.
  • 77 C. Crismatt Mouthon (dir.), Corralejas departementales.

77La fiesta en corralejas, pourtant directement inspirée des codes de la tauromachie espagnole par la présence de ses capeadores, banderilleros et garrocheros, est passée inaperçue aux yeux des amateurs de corrida, et très peu d’écrits en témoignent. Elle est absente du dictionnaire de Claude Popelin et l’historien Francisco López Izquierdo dans son ouvrage Los Toros del Nuevo Mundo y consacre trois lignes : « En Colombie se déroulent les corralejas, sorte de capeas données le long de la côte et durant lesquelles interviennent, à pied et à cheval, toréant des zébus et du bétail criollo, les hommes du peuple »75. Cette brève évocation est victime d’une double approximation. L’une est sociale et ne rend pas compte de la semi-professionnalisation de nombreux acteurs des corralejas, élément que nous avons déjà évoqué. L’autre est géographique et élude toute délimitation spatiale précise du phénomène. Cette imprécision récurrente au sujet des fiestas en corralejas mérite de clarifier les sources d’informations existantes. Notre connaissance des fiestas en corralejas s’appuie sur divers matériaux. Alberto Lopera y consacre un chapitre dans son livre Colombia tierras de toros où il rapporte en de larges extraits les propos d’un ouvrage de référence, tiré à très peu d’exemplaires et totalement introuvable en Europe : El Mundo de las corralejas de Juan Santana Vega. Il existe également un court article signé Julio Olaciregui : « La fiesta en corralejas dans le Nord de la Colombie, ou le sacrifice bouffon ». Nous avons pu étayer ces écrits par divers documents iconographiques : un documentaire de Jean-Louis Cavalier et diverses séquences vidéo mises en ligne76. Enfin, soulignons l’apport d’un mémoire de recherche dirigé par le professeur Carlos Crismatt Mouthon de l’université de Córdoba en Colombie77. Le croisement de ces divers matériaux nous permet de restituer avec une certaine précision la géographie et les enjeux de cette pratique locale mal connue.

78Les corralejas sont généralement associées à la région des Caraïbes colombiennes appelée Costa Atlántica qui se compose de sept départements continentaux : Atlántico, Bolívar, César, Córdoba, La Guajira, Magdalena et Sucre (voir carte 16, p. 352). Cet ensemble constitue une mosaïque ethnique et paysagère complexe. Les corralejas occupent en réalité une partie de ce qu’il était convenu d’appeler autrefois les sábanas de Bolívar (les savanes de Bolívar), partagées entre les départements de Córdoba, Sucre, Bolívar, Magdalena et César. La carte 16 (p. 352) montre que les corralejas sont concentrées plus précisément dans les départements de Córdoba et de Sucre, le long du fleuve côtier Sinu, situé à l’ouest de la dépression du Mompós qui est la réplique structurale du lac de Maracaibo, comblé ici par les apports convergents des grands cours d’eau du versant atlantique. Des témoignages attestent également de l’existence de fiestas en corralejas dans les départements de Bolívar, Magdalena et Atlántico bien qu’elles y soient plus rares aujourd’hui. À l’image de la relation que nous avons précisée entre le coleo, les llanos et les llaneros, il existe entre les correlejas, las sábanas et les sabaneros une correspondance forte entre un jeu taurin, une unité paysagère et culturelle, et un type socio-ethnique défini. La « carte culturelle des Caraïbes colombiennes » qualifie les sabaneros, parmi huit types de caribéens colombiens, en des termes qui peuvent nous sembler quelque peu désuets, mais précisant explicitement les caractères de cette correspondance :

  • 78 G. E. Rodríguez Navarro et alii, Mapa cultural del Caribe Colombiano, pp. 143-147.

Ils [les sabaneros] vivent dans les sábanas de Bolívar, César, Sucre et Magdalena. […] Ils sont porteurs de chants de vaquerías et la nuit, ils offrent à leurs enfants et à leurs femmes des vers et des chansons sur la vie quotidienne. Bien que la terre où ils vivent ne soit pas la leur, ils s’en sentent possesseurs comme des propriétaires […] Les chants de vaquerías et les fiestas en corralejas sont les éléments culturels intrinsèques du sabanero cordouan et de quelques zones de Sucre, Bolívar, jusque dans les départements de César et Magdalena78.

79Les auteurs font une distinction entre les sabaneros, les costeños (Barranquilla, Santa Marta, Cartagena), les montañeros, en contact avec le piémont andin, et les amfibios, au creux de la dépression marécageuse. L’un des éléments importants de cette description est la référence à la question agraire qui fait du sabanero non pas un propriétaire terrien, mais un employé ou un fermier de ces terres dont il se sent possesseur par son travail. Les chants de vaquerías font évidemment référence aux activités de l’élevage bovin et du mode de vie qui lui est attaché.

80La capitale des corralejas est la ville de Sincelejo, où, chaque année, a lieu à partir du 20 janvier la plus importante fiesta en corralejas de la région, en honneur du Dulce Nombre de Jesús. On l’a dit, quelque 40 taureaux sont combattus chaque jour par des milliers de personnes qui s’enferment dans la corraleja, le rhum coule à flot, au son des porros, ces orchestres de cuivres qui animent sans discontinuer la fougue des participants, les plus téméraires, les plus chanceux, les plus habiles. Les taureaux proviennent des éleveurs de la région qui louent leur bétail aux organisateurs. Ce sont généralement les éleveurs qui engagent les manteros et les banderilleros semi-professionnels chargés d’animer le spectacle ainsi que les cavaliers garrocheros dont la plupart travaillent pour eux. Ils payent également une partie du rhum et des fanfares dont le coût est partagé avec l’entreprise qui construit la corraleja. Une fois construite, l’entreprise en possède l’exploitation économique en percevant un droit d’entrée à la piste et dans les gradins. Aujourd’hui l’entrée en piste coûte 6.000 pesos (environ 2 euros) et l’entrée aux gradins 25.000 pesos (environ 8,5 euros). Pour beaucoup, le seul moyen de participer à la fête est d’entrer en piste. Les grands propriétaires terriens, les édiles et leurs invités s’installent dans des loges réservées. Dans une région de forte pauvreté rurale en butte à de récurrentes guérillas, les corralejas se veulent le signe de la paix sociale, entre les éleveurs propriétaires terriens et les travailleurs du bétail, entre les milices armées privées et les guérilleros.

  • 79 C. Crismatt Mouthon (dir.), Corralejas departementales.

81Mais ce désir de paix sociale affiché s’exprime dans un climat de fête démesurée et de violence qui laisse apparaître toute l’intensité des tensions sociopolitiques. Ce fut le cas à la fin des années 1960 dans la ville de Montería, capitale du département de Córdoba et également surnommée, « la perle du Sinú » ou « capitale de l’élevage ». En 1969, lors des correlejas de Montería, la fête dégénéra en jets de pierres et de bouteilles vers les gradins, les taureaux furent lynchés et tués en piste. Ces actes de violence furent répétés lors des corralejas de 1970, les toits des gradins furent brûlés et les taureaux ne durent leur survie qu’aux participants qui parvinrent à les protéger des agressions sans borne de certains groupuscules en piste. En 1971, des taureaux sont à nouveau tués, leurs viscères jetés de rage vers les gradins et les loges des possédants. Les taureaux tués cet après-midi-là appartenaient au riche propriétaire Martín Vargas, nouveau venu dans la région qui possédait également des bêtes dans les llanos orientaux. Ces actes de violence mirent fin aux corralejas dans la ville de Montería79. Le « Festival du Fleuve Sinu » visant à remplacer les corralejas fut alors lancé autour d’une expression pacifiée des traditions de Córdoba, telles que les musiques et les danses des porros, mais il n’eut pas le succès attendu. Les uns n’iraient pas sans les autres : les chants de vaquerías ne raconteraient rien sans les correlejas. Ce qui déborde parfois sous la forme d’une révolte contre les possédants traduit la force des tensions sociales par une rupture avec les normes fragiles de la pratique taurine. Le jeu lui-même ne traduit sans doute pas autre chose. La répartition des rôles entre taureau, homme à cheval et homme à pied peut être interprétée dans ce sens. Les garrocheros engagés par les propriétaires de bétail poursuivent en troupe le taureau qui fuit pour leur échapper. À l’inverse, les hommes à pied dont la plupart sont des anonymes, mis à part quelques manteros et banderilleros engagés, provoquent l’animal qui cette fois ne les fuit pas, mais les charge, provoquant de nombreux accidents. Le taureau se trouve ainsi au cours du même jeu, l’animal chassé par les hommes à cheval et l’animal chasseur pour les hommes à pied. Comme on l’observe dans d’autres formes andines de tauromachies populaires, la fiesta en correlejas n’est réussie que si le sang humain a coulé. Comment ne pas y voir aussi en deçà de la réconciliation festive et d’une possible interprétation sacrificielle, une image des conditions de vie inégalitaires dans un monde rural périphérique et marginalisé.

  • 80 Colombia Universal, 28 janvier 2005.
  • 81 Pepe Alcázar, Plazas de toros de Colombia, p. 163.

82Après la fin des correlejas à Montería qui par son rang de petite ville-centre souhaite rompre avec les inerties sociohistoriques du monde rural, les fiestas en corralejas gagnèrent de l’importance à Sincelejo, l’autre ville de la région et capitale du département de Sucre. Sincelejo devient le grand rendez-vous régional des fiestas en corralejas jusqu’en 1980 où un drame d’une tout autre nature mit fin à la fête. Le 20 janvier 1980, huit des trente-deux sections des gradins de l’arène s’écroulèrent causant la mort de 250 personnes, plus d’un millier selon certains témoignages. La catastrophe de Sincelejo eut un retentissement national, preuve pour quelques observateurs de l’époque de l’anachronisme d’une fête païenne punie elle-même de sa propre barbarie. Les corralejas n’ont alors continué que dans des enceintes plus modestes, celles de nombreux villages pour qui la catastrophe de Sincelejo n’avait rien entamé de la popularité de la fête. Les hauts lieux des fiestas en corralejas se nomment alors Sincé, Sampués (Sucre), Planeta Rica, Pueblo Nuevo, Cotorra, San Pelayo, Ciénaga de Oro, Chinú, Colomboy (Córdoba). Il faut attendre 1998 pour que la capitale de Sucre renoue avec ses fiestas en corralejas. Inis Amador Paternina, l’un des organisateurs responsables du retour des corralejas à Sincelejo, et Horacio Contreras, l’inspecteur en charge de contrôler la construction de la corraleja, affirment que « la fête ne peut pas mourir malgré la tragédie, c’est la tradition religieuse, c’est la vie de Sucre, unie à sa culture et à son économie »80. On retrouve autour des corralejas cette alliance des composantes culturelle et matérielle de la vie locale. Les six jours de fête représenteraient une activité économique de 10.000 millions de pesos et généreraient 2.000 emplois, activité dont la ville ne pourrait plus se passer. Dernier épilogue de la consolidation des fiestas en corralejas de Sincelejos, elles sont désormais intégrées aux routes touristiques de la Costa Atlántica. C’est en effet la destination finale des trois routes touristiques pour découvrir la région Caraïbe, mises en place par le ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme dans le cadre de son programme « Vive Colombia, Viaja por ella » (Vis la Colombie, voyage à travers elle). Les corralejas de Sincelejo, que les médias européens et nord-américains commencent à relayer comme l’une des fêtes les plus exotiques du continent, sont devenues par l’intermédiaire du tourisme l’une des opportunités de désenclavement d’une région qui demeure marquée par une forte marginalité. Cette opportunité cherche à renverser les héritages d’une situation intermédiaire mal desservie entre les villes littorales de Cartagena, Barranquilla et Santa Marta et les métropoles andines. Du point de vue de l’afición, les corralejas offrent l’image d’une fête primitive, une tauromachie de la périphérie, entre les fêtes civilisées des Andes et du littoral. L’originalité de Sincelejo est de posséder à la fois la tradition des corralejas et des corridas de taureaux, occupant un rôle et une position analogue à celle de Villavicencio entre Andes et Llanos. D’après Pepe Alcázar, « de même que les arènes de Sogamoso sont nées de la grande afición des llaneros pour leur chevaux et leur taureaux, de même Sincelejo intégra à ses coutumes cette tragicomédie des corralejas qui donna naissance aux arènes »81. À Sincelejo se superposent ainsi deux fêtes taurines qui s’opposent et se complètent, chacune offrant en quelque sorte à l’autre, à l’échelle locale, le miroir de sa distinction. Mais à l’échelle nationale, les corridas de Sincelejo sont parfaitement insignifiantes et anonymes, alors que les fiestas en corralejas identifient fortement la ville dans tout le pays.

IV. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE VÉNÉZUÉLIEN : COLEO ET CORRIDA

83Le Venezuela est l’autre grand pays du coleo où il ne se contente pas d’être un divertissement régional comme en Colombie, mais une fête et un sport national pratiqué dans tous les États vénézuéliens (voir carte 17, p. 365). À quelques exceptions locales près, les corridas traversent quant à elles une période de faible dynamisme. Pour ces deux raisons, le Venezuela et la Colombie forment une sorte de miroir inversé. Les corridas sont essentiellement localisées dans les grandes villes des cordillères andine et centrale. Les deux pratiques coexistent ainsi sur une partie du territoire, mais n’en demeurent pas moins deux univers faiblement articulés. Ici transparaît sans doute mieux qu’en Colombie, l’image d’une corrida fortement attachée à la fête espagnole et d’un coleo davantage représentatif d’une fête nationale.

Les corridas : un prestige ancien, une pratique en déclin

84Le Venezuela est généralement considéré comme un pays où les grandes heures de la tauromachie sont révolues, en particulier celles des grands toreros de réputation mondiale, tel César Girón qui triompha en Espagne dans les années 1950. Malgré quelques férias d’importance, beaucoup d’observateurs soulignent la mauvaise passe dans laquelle se trouvent les courses de taureaux au Venezuela. Elles ne semblent plus déplacer les foules et font régulièrement l’objet de critiques, internes au monde taurin et extérieur à lui. Les chiffres qui nous ont été transmis par le journaliste taurin Raúl Gordon Blasini donnent sur la période 2001-2004 une moyenne annuelle de 95 spectacles taurins. Les statistiques de Mundotoro, affichent pour la même période une moyenne annuelle de 62 spectacles majeurs.

85À la différence des autres terres de corridas d’Amérique latine, les spectacles majeurs ne sont pas relayés par un important volet de courses taurines populaires, plus ou moins conventionnelles et plus ou moins subversives, qui élargit la base de leur popularité. La corrida reste une affaire de la ville, plutôt de la grande ville et d’une élite réduite. Pour autant il ne faut pas conclure à un irrémédiable déclin de la pratique puisque le nombre de spectacles, malgré des variations interannuelles plus importantes qu’ailleurs, reste stable sur les deux dernières décennies. En outre, le Venezuela possède trois férias d’importance, celles de San Cristóbal, de Mérida et de Valencia, où se rendent les grandes figures de la tauromachie mondiale. Les arènes de ces villes taurines possèdent d’ailleurs des dimensions très impressionnantes : celles de Valencia ont longtemps possédé 26.000 places, celles de San Cristóbal contiennent 22.000 spectateurs et celles de Mérida 17.500. Preuve de leur dynamisme, les arènes de Valencia ont été entièrement rénovées en 1998 et repensées pour accueillir également d’autres types de spectacles. Pour des raisons de confort, leur contenance a été réduite à 15.000 places. Les arènes se trouvent au milieu d’un parc de 70 ha qui possède d’autres installations fériales dont une piste de coleo. On peut observer le contraste entre les transformations des arènes de Valencia et le sort du Nuevo Circo de Caracas qui ferme ses portes en 1997, mais dont la pérennité architecturale est néanmoins assurée par l’Institut du patrimoine qui a fait de l’édifice un Bien d’intérêt culturel. Son propriétaire Rafael Branger avouait en ces années que l’édifice, inauguré en 1919, coûtait moins cher fermé qu’ouvert au public pour offrir des courses de taureaux. Après cinq années d’absence, de 1998 à 2004, des corridas sont à nouveau programmées dans la capitale et ont désormais lieu dans la salle de spectacle du Poliedro de Caracas. La métropolisation de la capitale n’est pas allée dans le sens d’un développement corrélatif d’une offre de loisir taurin de rang international. Un âge d’or de la tauromachie situé dans les années 1950, une capitale qui n’est plus une ville taurine d’importance et un écroulement de la monnaie depuis le milieu des années 1980, accentuent l’impression générale du déclin vénézuélien de la passion taurine.

Carte 17. — Tauromachies au Venezuela

86La répartition des arènes et des spectacles en 2004 fait clairement apparaître le poids des cordillères dans la localisation des courses de taureaux (voir carte 17, p. 365). Les arènes sont principalement réparties en deux ensembles géographiques disjoints : la cordillère de Mérida et la cordillère littorale. Les États de cordillère de Mérida (Táchira, Mérida, Trujillo) et ceux de la cordillère littorale (Carabobo, Aragua, Miranda, Distrito Federal de Caracas) concentrent 80 % des courses de taureaux. Cette répartition donne une plus-value relative à la densité taurine de la cordillère de Mérida, car près de 50 % de la population vénézuélienne se situe dans la cordillère littorale. Entre San Cristóbal et Mérida, on observe une forte concentration d’arènes permettant de délimiter un pays taurin local de première importance à l’échelle de la zone andine, tout à fait comparable à celui qui s’étend en Colombie entre les départements de Cundinamarca et de Boyaca. Dans cette région se concentrent également nombre d’élevages. Sur les trente-deux élevages de race brave que compte le pays, une dizaine se situe entre les capitales de Mérida et du Táchira. Cette région est aussi celle où l’héritage colonial est le plus visible dans l’architecture et les traditions. La place des courses de taureaux confirme ici la présence de cet héritage.

87Nous avons retrouvé la trace d’une centaine d’arènes au Venezuela dont une cinquantaine fonctionne régulièrement. Sur la centaine d’arènes existantes et qui ont existé dans un passé proche, le poids des Andes vénézuéliennes et de la cordillère centrale n’est pas remis en question puisqu’elles rassemblent 70 % d’entre elles (voir annexe V [CD-ROM]). La cordillère de Mérida, a elle seule, compte 49 arènes. Cela étant, on observe que les llanos et la costa ne sont pas des zones taurines négligeables, ce que confirme encore aujourd’hui l’existence de courses de taureaux dans ces espaces. Sur la côte, Maracaibo et les villes de sa région métropolitaine telles que Ciudad Ojeda et Santa Rita forment un foyer taurin secondaire. Dans l’immensité des llanos se dispersent quelques lieux de courses de taureaux, généralement dans des villes de relative importance : Guasdalito (Apure), Valle de la Pascua (Guárico), San José de Guanipa (Anzoátegui), Aguasay (Monagas). Les arènes démontables aident à ce redéploiement des spectacles taurins à l’instar des arènes « La Maestranza de Barcelona » qui circulent dans l’État d’Anzoátegui. Enfin, le milieu des années 1960 correspond à une période de dynamisme des activités taurines avec notamment l’inauguration de nombreuses arènes et non des moindres : La Monumental de San Cristóbal en 1965, la Alternativa de Barquisimeto et la Monumental de Mérida en 1967, la Monumental de Valencia, les arènes de Ciudad Bolívar et de Puerto Cabello en 1968. Ces années correspondent à une période de stabilité politique, de démocratisation et d’augmentation de la rente pétrolière qui permettent de traduire dans la pierre ce que la période faste de la décennie antérieure avait semé comme afición.

  • 82 La traduction nécessairement imparfaite de caballeros ne peut retranscrire les connotations hispani (...)

88Le marché taurin n’est sans doute pas assez étoffé pour distinguer les arènes de temporada des arènes de féria. Remarquons néanmoins que Valencia et Maracay possèdent plusieurs rendez-vous taurins et ajoutent à leur féria des corridas régulièrement programmées dans l’année. Valencia célèbre une Corrida de la municipalité en mars, une course en juin et une féria de trois ou quatre courses en novembre, la Feria de la Naranja (la féria de l’Orange). Maracay célèbre une Corrida de la municipalité en février, une féria de trois ou quatre courses en mars pour la San José et plusieurs courses d’octobre à novembre. Pour cette raison, on considère souvent ces deux villes comme les plus taurines dans la mesure où il existe des rendez-vous réguliers en dehors des férias, qui témoignent de la présence d’une afición locale permanente. Ajoutons que Valencia et Maracay possèdent chacune une école taurine de même que Mérida et San Cristóbal. Ces deux dernières villes présentent un profil différent qui se rapproche davantage du modèle des arènes de féria. La Feria del Sol de Mérida, créée en 1969, également appelée « le Carnaval taurin d’Amérique », constitue l’une des plus importantes dates festives du Venezuela. Mérida, ville de 200.000 habitants également nommée la « ciudad de los caballeros », est très réputée pour son architecture coloniale et constitue l’un des centres touristiques les plus importants du pays82. La Feria del Sol est une puissante image de marque de la ville durant laquelle sont négociées de nombreuses affaires extra-taurines. À San Cristóbal, la Feria Internacional de San Sebastián joue un rôle analogue et peut se prévaloir de l’origine ancienne d’une foire de l’époque coloniale. Les ferias y fiestas de San Sebastián changent de nom et deviennent la féria internationale de Saint-Sébastien en 1965 avec l’inauguration des arènes de la Monumental de Pueblo Nuevo et du complexe férial baptisé « Pavillon de la Colombie et du Venezuela ». C’est à cette époque que la tauromachie devient l’une des principales vitrines de la Féria. Pour revenir à la féria de Valencia, observons qu’elle s’inspire très largement du modèle sévillan. On y retrouve un champ de foire où se succèdent les casetas qui font la renommée des férias andalouses, mais on passe abondamment des musiques sévillanes mélangée à de la salsa. On y retrouve aussi la porte illuminée qui marque le seuil d’entrée du champ de foire. Les références à l’Espagne et à l’Andalousie y sont omniprésentes.

  • 83 F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, pp. 309-313, et données personnelles de Raúl Gordon (...)

89Dans l’histoire de la tauromachie vénézuélienne nombreux sont les matadors originaires de Maracay ce qui vaut à la ville d’être un lieu important de transmission de la passion taurine : Pedro Pineda, les cinq frères Girón, Iván Rodríguez Vázquez, José Nelo « Morenito de Maracay », Alfonso Rondón, Alfredo Sánchez, Manolito Rodríguez, Carlos Rodríguez « El Mito », Juan Alfaro. Le Venezuela a produit environ 115 matadors d’alternative, chiffre plus élevé qu’en Colombie qui est néanmoins en train de rapidement combler son retard sur son voisin83. La figure de César Girón se détache entre toutes en raison de l’importante carrière qu’il fit en Espagne dans les années 1950, en ouvrant six fois la grande porte des arènes de Las Ventas à Madrid, en coupant par deux fois deux oreilles et la queue dans les arènes de La Maestranza de Séville en 1954. Aujourd’hui les arènes de Maracay portent le nom de celui par qui s’est épanouie l’afición vénézuélienne. Au Venezuela, il est difficile de ne pas voir les matadors qui l’ont suivi comme les héritiers de César Girón. En 2004, sur les 60 matadors à avoir toréé au Venezuela, on compte 27 Vénézuéliens, 18 Espagnols, 6 Colombiens, 5 Mexicains, 1 Équatorien, 1 Péruvien, 1 Portugais et 1 Français. Il s’agit donc d’une terre taurine largement pénétrée par les toreros des autres pays, ce qui ne manque pas de signifier, au-delà d’une idée flatteuse qui serait celle d’un carrefour taurin international, que le pays manque de toreros du cru.

  • 84 El Nacionalista de Guárico, 4 mai 2007.
  • 85 Ibid.

90Aujourd’hui, les courses de taureaux sont menacées au Venezuela par un projet de loi déposé à l’Assemblée nationale, en discussion depuis 2007, qui propose que « toute production de spectacles privés ou publics, tels que cirques, fêtes populaires, fêtes taurines, qui par nature peuvent occasionner à un animal douleurs, humiliations, vexations, souffrances, tortures, mauvais traitement ou mort, doivent être supprimés définitivement, sanctionnés par la présente loi devant les organismes compétents »84. Un article du texte précise que « les corridas et les toros coleados sont autorisés, sans torturer, martyriser, ni tuer les taureaux, ainsi que les autres animaux prenant part aux spectacles. […] Ces spectacles continueront de faire partie de la mosaïque vénézuélienne des fêtes traditionnelles seulement s’ils respectent rigoureusement les dispositions établies par cette loi »85. Il va de soi que ce projet est rejeté en bloc par les professionnels taurins et les aficionados qui tentent de faire entendre leur voix en organisant des débats. Pour cela, ils ont créé une plate-forme de défense de la fiesta brava, sur le modèle de celle mise en place en Espagne pour tenter de protéger la tauromachie à Barcelone. À l’Assemblée nationale, les rangs sont divisés. Luis Tascón, député de l’État de Táchira, pourtant considéré comme l’un des États les plus unanimement taurins du pays, est paradoxalement à l’origine de ce projet de loi. Ainsi confie-t-il ces commentaires au journaliste Humberto Márquez de l’agence de presse IPS en avril 2007 :

  • 86 Propos recueillis par le journaliste Humberto Márquez pour l’Agence de Presse IPS (Inter Press Serv (...)

Nous savons que c’est difficile d’accepter cette loi qui touche à une fibre culturelle très ancienne que nous héritons de l’Empire romain, mais si nous voulons préserver la planète, nous devons aller contre la culture qui consiste à faire souffrir les animaux, qui fait que l’espèce humaine affronte d’autres espèces. La loi s’oppose à des intérêts économiques parce qu’il s’agit de spectacles élitistes, pour les riches, le peuple ne va pas aux corridas, ni aux toros coleados, ni aux combats de coqs, ce ne sont pas des passions populaires, le basebol est populaire et surtout le football86.

  • 87 F. Rodríguez, « Factor shares and ressource booms ».

91Et Tascón d’ajouter : « la violence inutile envers les animaux contredit l’idéal socialiste ». Il semble que les erreurs historiques quant à l’origine des jeux taurins, qu’il s’agisse de la corrida ou des toros coleados n’ont d’égal que l’angélisme simplificateur des préoccupations environnementales. Quant à l’analyse de ce qui est populaire, elle reste très difficile à mener dans un pays où depuis vingt ans la croissance des inégalités et la décroissance des revenus par habitant est constante faisant du Venezuela le pays où le taux de pauvreté est le plus important d’Amérique latine87. Si la corrida peut à beaucoup d’égards être considérée comme un spectacle cher et élitiste, cette affirmation est irrecevable pour les toros coleados et les combats de coqs. Enfin, pour ce qui est de « l’idéal socialiste », dans le contexte vénézuélien, nous laisserons trancher Hugo Chávez qui aura le fin mot de l’histoire. À la vision de Luis Tascón s’oppose celle du député de l’État de Guárico, Eustoquio Contreras, qui affirme que « si le peuple ne va pas jouer au golf, il accompagne les fêtes des toros coleados et les combats de coqs » et critique les collègues de Tascón en soutenant qu’il existe partout de nombreuses formes de violences envers les animaux et d’ajouter : « comment savent-ils que tuer une vache ou un cochon pour les manger ne fait, en revanche, pas partie de ces violences ». Le débat prend des formes assez semblables à celui que nous connaissons dans le Sud-Ouest européen.

Les toros coleados : jeu des llanos, sport national et mythe du Llano

92Les llanos vénézueliens s’étendent sur sept États, désignés sous l’appellation des États llaneros : Apure, Barinas, Portuguesa, Cojedes, Guárico, Anzoátegui, Monagas. Ils couvrent environ 30 % du territoire et contiennent 10 % de la population. C’est dans ces États que la pratique du coleo est la plus développée, mais à la différence de la Colombie, il existe des clubs, des mangas de coleo et des associations fédérales dans la plupart des États extérieurs aux llanos (voir carte 15, p. 350). Les mangas de coleo réputées et celles qui accueillent les compétitions importantes sont réparties sur le territoire de façon plus homogène que les grandes férias et arènes de courses de taureaux concentrées dans les cordillères. La Fédération veille d’ailleurs à ce qu’un maximum d’États participe aux compétitions.

93En 2007, le calendrier prévu par la Fédération programme des compétitions dans une quinzaine d’États, précisément dans les villes de San Cristóbal (Táchira), de Valle de la Pascua (Guárico), Maturín (Monaguas), Papélon (Portuguesa), Ciudad Bolívar (Bolívar), Barinas (Barinas), Guanare (Portuguesa), Cunamacoa (Sucre), Ciudad Bolivia (Barinas), San Juan de los Moros (Guárico), Coro (Falcón), San Fernando de Apure (Apure), San Felipe (Yaracuy), Guasdalito (Apure), San Carlos (Cojedes) [voir carte 17, p. 365]. Pour la Fédération, la déclaration officielle de 1981 qui fait du coleo un « sport criollo et national » n’est pas un vœu pieux. Elle se traduit par une distribution territoriale des compétitions en rapport avec la dimension spatiale de cet objectif. En outre, depuis 1997, les coleadores doivent porter des chemises de différentes couleurs pour identifier leur provenance, dans les compétitions par équipes, comme dans les compétitions individuelles. La pratique du coleo évolue vers une structure compétitive qui intègre les enjeux de l’identification, de la différenciation et de l’appropriation territoriale du sport.

94Aujourd’hui, tous les États participent au classement du championnat et les huit premiers sont qualifiés pour la coupe de la Fédération. En 2006, les États qualifiés par ordre de classement étaient ceux du Guárico, de Portuguesa, de Monagas, de Trujillo, du Distrito Capital de Caracas, de Cojedes de Carabobo et de Yarucuy, soit des États appartenant aux trois grands ensembles territoriaux du pays : la Costa, la Sierra et les Llanos. L’État du Guárico est considéré comme le meilleur et l’un des plus fervents. Jesús Aguilera, baptisé « coleador du millénaire » (excusez du peu) ou « général du coleo », qui a gagné onze titres individuels de champion national et deux championnats du monde, est originaire de l’État de Guárico qui en fait tout un symbole. On peut observer que l’État de Guárico est situé au sud de la cordillère centrale avec laquelle il a longtemps fonctionné de pair lorsque les découpages coloniaux avaient pensé l’organisation territoriale en unité transversale au milieu géographique, de la Costa aux Llanos. L’État de Portuguesa fait également bonne figure en termes de prestige et de palmarès. En tout, la Fédération déclare 20.000 compétiteurs et 60.000 pratiquants amateurs, quelque 1.500 clubs, 1.200 mangas de coleo et, s’il fallait finir de démontrer l’importance de la pratique, plus de 300 journées de coleo par semaine.

95Ces chiffres en disent assez pour faire du coleo au Venezuela un spectacle de masse. Dans les villes, le coleo demeure une activité réservée à une élite pouvant financer l’entretien des chevaux, dans les llanos où il existe une culture équestre plus populaire, le coleo touche une base sociale plus large. On y pratique couramment des toros coleados populaires lors des fêtes patronales. La Fédération fait également valoir qu’il s’agit du sport qui attire le plus de monde lors des Jeux nationaux, depuis 1961, sans nous donner aucun chiffre à ce sujet. Quoi qu’il en soit, le travail de la Fédération depuis sa création en 1959 a incontestablement permis le développement et une meilleure visibilité de la pratique. Marco Barrios, directeur général de l’Association d’information et de promotion « torocoleados » qui réunit plus de 20.000 membres à travers le Venezuela et qui est elle-même organisatrice de rencontres, mesurait ainsi, à la fin de l’année 2003, tout le chemin parcouru :

  • 88 Propos de l’éditorial de 24 décembre 2003 tenu par Marco Barrios, directeur de l’Association de pro (...)

Je me sens très fier de la tâche réalisée jusqu’à présent, la communauté (toroscoleados) est parvenue à créer une véritable tribune d’opinion qui autrefois n’existait pas, elle a permis que le monde du coleo se connaisse davantage et elle a contribué à ce que des individus qui jusqu’à 2003 confondaient une course de taureaux avec une après-midi de coleo, assistent à d’innombrables journées de toros coleados et deviennent des fans88.

96Il est significatif que les progrès de l’institutionnalisation du coleo à partir des années 1960 marquent un âge d’or des courses de taureaux qui, elles, entameront par la suite un déclin relatif, comme si les chronologies se croisaient dans une pente inverse.

  • 89 V. Rago, « Llano y llanero ».
  • 90 T. Clément, « Puissance et souveraineté ».
  • 91 V. Rago, « Llano y llanero », p. 4.
  • 92 T. Clément, « Puissance et souveraineté ».

97Le coleo représente davantage encore. Derrière l’institutionnalisation d’un sport national apparaissent les inflexions des identités territoriales. Le coleador est la figure sportive héritière du llanero, l’habitant des llanos. Le llanero est par définition au bon coleador au même titre que l’homme de l’Ouest américain doit être un bon cavalier. Les llaneros au Venezuela sont un symbole fort de l’histoire nationale. Ils tirent leur prestige ambigu du rôle militaire qu’ils ont tenu dans les guerres de libération, faisant basculer les batailles d’un côté à l’autre en fonction de leur ralliement. Dans l’historiographie du Venezuela, les llaneros sont des protagonistes de premier plan de la geste indépendantiste du xixe siècle89. Les llaneros participent activement à la guerre dans un camp comme dans l’autre et les llanos sont le théâtre principal des opérations qui voient finalement triompher les Patriotes sur les Réalistes fidèles à la Couronne d’Espagne. Les llaneros sont dans leur immense majorité des pardos, terme qui regroupe les non-blancs, principalement des Métis, des Noirs descendants des esclaves et des Indiens qui représentent en tout 2/3 de la population vénézuelienne. Un personnage clef de l’indépendance du Venezuela qui concentre en une même substance les caractères de la nationalité héroïque, des llanos et des llaneros, est le général en chef José Antonio Páez surnommé « le centaure des llanos ». Il passe pour avoir su rassembler les forces indomptées et anarchiques des llaneros autour d’un destin patriotique90. Il consomme la séparation avec la Grande-Colombie et est élu président constitutionnel du Venezuela en 1831. C’est à cette époque que les llaneros passent au premier plan de l’historiographie et que les llanos (au pluriel et en minuscule) deviennent le Llano (au singulier et avec une majuscule)91. Le Llano s’impose comme une terre mère patriotique et soude l’association entre les llaneros et l’imagerie nationale. Dans la langue des troupes de llaneros, il est intéressant de souligner que se battre contre les Espagnols se disait alors « aller aux taureaux »92. Bien qu’il soit difficile de tirer toutes les conséquences de cette expression, il témoigne d’un arrière-fond tauromachique où les Espagnols et les courses de taureaux sont clairement associés.

98Au-delà des guerres d’indépendance, la rudesse des éléments naturels du Llano, à commencer par les taureaux sauvages et les caïmans, deviennent les nouveaux stéréotypes d’une identité vénézuélienne forgée grâce à la vaillance insoumise d’un peuple à cheval. La position des pardos se trouve rehaussée, en tous les cas pour ceux issus du métissage. L’affrontement avec la nature du Llano devient un élément fédérateur de leur identité sans doute moins problématique que leur origine ethnique et géographique diverse, de même que leur rôle ambivalent dans l’histoire nationale. Comme dans le cas des cow-boys de l’Ouest, des vaqueiros du Nordeste et des gauchos de la Pampa, on observe que la référence à la nature locale, déterminante et pourvoyeuse d’identité, est une des voies du consensus social et identitaire. Elle permet en quelque sorte de (re)-naturaliser des groupes sociaux qui ont pu être, dans leur histoire, des composantes marginales et mal intégrées. L’historien Hobsbawm, dans ses recherches sur les bandits, voit dans la singularité des costumes de ces figures sociales la trace de cette dissidence :

  • 93 E. Hobsbawm, Les bandits, p. 28.

Le costume du vaquero, c’est-à-dire du vacher mexicain, qui est devenu dans les Westerns le costume classique du cow-boy et les styles plus ou moins équivalents des gauchos et des llaneros dans les plaines d’Amérique du Sud, des bétyars dans la putza hongroise, des majos et des flamencos en Espagne, sont dans le monde occidental, des symboles analogues d’insoumission93.

  • 94 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” ».
  • 95 V. Rago, « Llano y llanero », p. 18.

99Dans le cas du Venezuela, et comme on le verra pour le Brésil, cette évolution participe d’un mythe de la démocratie raciale, qui court jusqu’à aujourd’hui, selon lequel il existe une égale reconnaissance théorique des groupes ethniques et des couleurs de peau. Pour autant, le prestige des llaneros n’est pas sans être accompagné d’une crainte toujours vive à leur égard, car ils ont à plusieurs reprises participé à des foyers d’insurrection contre le pouvoir central94. Il va sans dire que dans l’histoire du coleo, José Antonio Páez est considéré comme le plus grand coleador du xixe siècle dont le fils a dit qu’il fut « le premier cavalier d’Amérique du Sud et le plus parfait llanero de la République »95. Dans ce contexte, l’appellation du coleador Jesús Aguilera « général du coleo » est très probablement une évocation déguisée du général José Antonio Páez, surnommé « centaure des llanos », sans quoi on ne verrait guère toutes les raisons de l’emprunt à la rhétorique militaire. Le coleo actuel est donc riche de cette histoire nationale qui fait du coleador un descendant du llanero, faisant du sportif un descendant du guerrier.

  • 96 El Diario de Guárico, 4 mai 2007.
  • 97 Ibid.
  • 98 Ibid.

100On l’a vu, de même que les corridas, la pratique du coleo est aujourd’hui visée par le projet de loi de protection animale déposé à l’Assemblée nationale. Nous avons évoqué les positions d’un député de l’État de Guárico, Eustoquio Contreras, défavorable à ce projet de loi. Le gouverneur de l’État de Guárico, Eduardo Manuitt et le président de la Fédération de Coleo, Víctor Manuel Sarmiento, ont également fait connaître aux autorités leur inquiétude par une déclaration qui souligne que la Fédération, les maires, les gouverneurs, les associations, les professionnels, les employés agricoles liés à la pratique du coleo étaient unis pour défendre cette « activité sportive et de travail »96. Parmi les points importants de cette déclaration pour notre propos, il convient de noter que le coleo n’est absolument pas perçu en continuité avec le monde des corridas, le gouverneur de l’État de Guárico allant jusqu’à affirmer qu’il n’était pas en désaccord avec cette loi, mais qu’elle ne pouvait être appliquée au coleo qui ne fait que reproduire le travail des champs et d’ajouter « cette loi abrupte relève d’une confusion avec les courses de taureaux »97. Aux dernières nouvelles, Hugo Chávez, originaire des llanos, digne descendant de la « pardocratie », guide du socialisme vénézuelien et défenseur de la nation, a garanti à la Fédération de coleo, par l’intermédiaire du vice-président de la République bolivarienne du Venezuela, Jorge Rodríguez, que « tant qu’il serait président le coleo national ne disparaîtra pas »98. Hugo Chávez n’a fait aucune allusion aux courses de taureaux. Pour ce qui est du monde du coleo, il semble bien que les garanties personnelles apportées par Hugo Chávez aient désamorcé le projet de rassembler une « armée » de 15.000 coleadores aux portes de l’Assemblée nationale ainsi que projetaient de le faire les instances fédérales du coleo. Cet acte n’aurait pas manqué d’évoquer le rôle historique des llaneros entre geste patriotique et rébellion.

V. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE ÉQUATORIEN : CORRIDA, TOROS DE PUEBLO ET RODEO MONTUBIO

101L’Équateur a quasiment une valeur paradigmatique pour comprendre l’organisation et les dynamiques des espaces taurins des pays andins. Les villes taurines d’importance sont situées dans les bassins andins d’altitude, encadrées par deux cordillères où se multiplient les formes tauromachiques mineures et populaires (voir carte 18). Les pratiques tauromachiques relevant des courses de taureaux, sous une forme conventionnelle ou réinventée, concernent surtout la Sierra, même si les évolutions actuelles tendent à les faire déborder dans l’Oriente amazonien au rythme de sa colonisation. La Costa, quant à elle, témoigne d’une modalité locale de rodéo assez originale, le rodéo montubio, qui semble cumuler de nombreuses formes de subversions ludiques. La tauromachie participe nettement aux différenciations territoriales entre Costa, Sierra et Oriente comme si la taille réduite du pays contribuait à clarifier l’organisation.

Corrida, toros de pueblo et rodeo chagra : la déclinaison taurine des andes équatoriennes

102D’un point de vue tauromachique, l’Équateur est un pays qui connaît actuellement d’importantes transformations. Les observateurs de la « planète des taureaux » en font un nain tauromachique qui ne doit sa renommée qu’à la Feria de Jesús del Grand Poder de Quito durant laquelle défilent au côté de quelques Équatoriens, les plus grands toreros du moment. Pour l’année 2004, les statistiques de Mundotoro ou de Portaltaurino enregistrent un total de 22 spectacles majeurs dont la moitié reviendrait aux seules arènes de Quito. Cette macrocéphalie taurine qui se justifie en termes de réputation est pourtant loin de représenter l’activité tauromachique réelle du pays. Lors de notre séjour sur place, la Unión de Toreros del Ecuador, en la personne de son président, le picador Hernán Tapia, estimait le nombre de spectacles majeurs à une soixantaine par an. Crayon en main, Hernán Tapia insiste pour nous expliquer qu’il est difficile de compter les courses comme en Espagne, puisque à cette soixantaine de corridas formelles, s’ajoute une quarantaine de courses mixtes qui comptent la participation de matadors et de novilleros. Au total, il faudrait compter de 200 à 250 courses de taureaux si l’on ajoute les spectacles composés d’une partie formelle courte et d’une partie ouverte au public, à l’image de ce que l’on a repéré au Yucatán. Ces courses populaires dont la plupart se déroule dans des arènes démontables sont parfois confondues avec les toros de pueblo (taureaux de village) improvisés dans des arènes de fortune. La déclinaison des pratiques taurines depuis les formes les plus conventionnelles jusqu’aux jeux les plus informels ne facilite pas un décompte précis. Sur la carte 18 (p. 375), pour tenter de ne pas fausser les comparaisons, nous avons conservé la série des spectacles majeurs et fait apparaître les villes taurines où nous sommes assurés de la programmation régulière de spectacles taurins avec picadors grâce aux informations de l’Union des toreros.

Carte 18. — Tauromachies en Équateur

  • 99 Estimation calculée à partir des chiffres et des adresses des fincas aimablement communiqués par l(...)
  • 100 En 2005, à Quito a été programmé l’élevage colombien Las Ventas del Espíritu Santo, appartenant au (...)

103Il existe dans le pays une vingtaine d’arènes en dur. Le règlement sur les spectacles taurins de 1978 prévoit de les classer en fonction de leur contenance. Les arènes de plus de 12.000 spectateurs sont classées en première catégorie. Il n’en existe qu’une : les arènes de Quito avec 14.700 places. Les arènes de plus de 8.000 spectateurs sont classées en deuxième catégorie : Riobamba (11.000), Ambato (11.000) et Guayaquil (9.500). Les suivantes sont classées en troisième catégorie parmi lesquelles, pour ne citer que les plus grandes : Cuenca (7.500) aujourd’hui inactive, Ibarra (5.000), Salcedo, Tanicuchi et Cayambe (3.500). La répartition des arènes et des spectacles fait clairement apparaître une organisation méridienne de l’espace tauromachique équatorien qui correspond à l’alignement des bassins intramontagnards d’altitude. Ces bassins sont séparés par des seuils à moins de 3.500 mètres et enchâssés entre deux cordillères parallèles dont les lignes de crêtes sont distantes de moins de 50 kilomètres. Le long de la route centrale qui traverse le pays de la frontière colombienne à la frontière péruvienne s’égrène donc l’immense majorité des arènes et des lieux de spectacles : Tulcán, Ibarra, Cotacachi, Cayambe, Pomasqui, Quito, Sangolqui, Machachi, Tanicuchi, Latacunga, Salcedo, Ambato, Guano, Riobamba, Chambo, Cajabamba, Alausi, Cuenca et Gonzanamá. Dans les arènes citées ont lieu plus de 80 % des spectacles taurins. Cette organisation linéaire se double d’un clivage Nord-Sud puisque les provinces méridionales de Cañar, Azuay et Loja comptent peu d’arènes et de spectacles en comparaison des provinces de la moitié Nord. C’est aussi dans les Andes équatoriennes du Nord que se situent les principaux élevages de taureaux de combat puisque 80 % d’entre eux sont concentrés dans les provinces de Pichincha, Cotopaxi, Tungurahua, Chimborazo, installés à une altitude qui varie entre 2.800 et 3.500 mètres99. Le pays possède aujourd’hui quarante élevages inscrits dans l’Association des éleveurs de taureaux de combat d’Équateur qui assurent les besoins du marché national, à quelques exceptions près pour la féria de Quito qui parfois fait appel à des taureaux colombiens100.

  • 101 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, p. 269.

104À propos de la moitié nord des Andes équatoriennes, le géographe Jean-Paul Deler observe que « depuis plusieurs siècles, dans ce domaine étroit et fondamentalement anisotropique, la conjonction d’héritages pré-hispaniques, coloniaux et républicains a donné naissance à un véritable modèle d’organisation de l’espace, fondé sur une adéquation presque parfaite entre le bassin andin, unité naturelle aux aptitudes agricoles ouvertes grâce au gradient d’altitude, la province, circonscription administrative de premier rang de l’État, et l’aire d’attraction d’une ville centre, autour de laquelle gravite la vie économique et sociale locale »101. Cette partie des Andes rassemble un tiers des Équatoriens sur à peine 5 % du territoire avec des densités rurales couramment comprises entre 100 et 200 habitants au km². Dans chacun de ces bassins se répète une même organisation spatiale des pratiques taurines pouvant tenir lieu de modèle taurin de la Sierra équatorienne septentrionale. Ce modèle a quelque valeur plus généralement pour les Andes :

  • une capitale provinciale possédant une arène en dur et une féria taurine de trois à quatre jours de taureaux ;

  • une à deux villes satellites proposant une à deux courses, dans des arènes en dur ou des arènes démontables, avec l’apparition de courses populaires et de toros de pueblo ;

  • des bourgs ruraux de fonds de bassin, bâtissant des arènes en bois ou louant des arènes démontables, pour de modestes courses et des toros de pueblo ;

  • de nombreux villages d’altitude en bordure de l’étage des páramos où augmente la proportion de toros de pueblo à mesure que s’affirment les communautés indigènes et où apparaît la figure du chagra, paysan métis et gardien des troupeaux de bovins d’altitude des haciendas latifundiaires, au contact des deux mondes.

105Cette organisation rend compte de la hiérarchie et de la différenciation graduelle des pratiques en fonction d’une opposition entre l’urbain et le rural, entre fond de bassin et hautes terres, entre le centre et la périphérie.

106Pichincha, la province de la capitale semble exacerber ce modèle. Au centre, Quito possède les plus grandes arènes du pays et la seule féria de rang international. À une trentaine de kilomètres au Nord, se trouve la ville de Cayambe de 55.000 habitants qui possède des arènes fixes (3.500 places) et qui organise une féria de deux à quatre courses par an. À moins de dix kilomètres au sud-est de Quito dans la vallée du Chillo, se trouve la ville de Sangolqui (70.000) qui dans l’orbite immédiate de Quito a connu une croissance récente, en partie due à l’afflux de population indienne. À la fin des années 1990, des arènes en dur de 3.000 places sont construites pour organiser une féria taurine de deux ou trois courses. Cela n’empêche en rien la construction d’une arène en bois, sur la place centrale, pour accueillir, une douzaine de jours durant, des toros de pueblo auxquels participent plusieurs milliers de personnes. Le plus grand rendez-vous de toros de pueblo à moins de 10 kilomètres de la féria de Quito rend compte d’un contraste très explicite qui exprime les oppositions complémentaires entre la tauromachie du Centre et la tauromachie des périphéries, entre la tauromachie urbaine et la tauromachie rurale, entre la tauromachie élitiste et la tauromachie populaire, entre une tauromachie Métis-créole et une tauromachie Métis-Indien. Lors de ces toros de pueblo, il est très fréquent de voir le bétail monté et toréé dans un mélange des genres populaires qui combinent à loisir les modalités ludiques.

  • 102 Revista Terra Incógnita, 18 juillet 2002.
  • 103 Hoy, 29 novembre 2006.

107Enfin, Machachi, à la tête d’un canton rural d’altitude de 25.000 habitants, organise une féria d’une course mixte et d’une novillada. Les courses sérieuses sont ici suivies d’une course comique et d’un toro-gol avec la participation du public (match de foot avec du bétail). À Machachi se déroule également le Paseo Procesional del Chagra organisé par l’Association de la confrérie du Chagra (ACOCHA). Le chagra est le nom porté dans les Andes du Nord par les paysans. Selon l’association, le défilé a pour fonction de représenter l’image populaire du chagra comme l’essence même des traditions métisses102. Il s’agit d’un défilé à cheval des chagras en habit traditionnel, le chapeau chacarero, le poncho, la huasca (branche utilisée pour guider les bêtes), les martingalas (bottes que portent les hommes en armes). Depuis peu, le défilé s’est enrichi de jeux consistant à poursuivre et manœuvrer des taureaux qui annoncent l’émergence d’un rodéo chagra présenté sous une forme ludique afin de faire revivre ou connaître le travail des bouviers. Depuis 2002, l’ACOCHA organise un nouvel événement, la « Fiesta del Toro del Páramo », qui consiste à lâcher des taureaux les uns après les autres le long d’une avenue barricadée sur environ 800 mètres. Les taureaux sont courus et toréés par des chagras à pied. Gustavo Moya, le président de l’association affirme qu’il ne s’agit pas d’une copie des corridas de San Fermín à Pampelune et d’ajouter : « Nous célébrons la mémoire de nos ancêtres chagras qui accompagnaient le bétail depuis les páramos jusqu’au village »103.

  • 104 P. de Carvalho Neto, « Un caso de mestizaje cultural ».

108Machachi organise évidemment des toros de pueblo, moyen par lequel s’affirme aussi l’identité chagra. À Machachi, on conserve la tradition de fixer des colchas sur le dos de l’animal. Les colchas sont des toiles tissées contenant des billets ou des pièces attachées au taureau que le public tente d’arracher. Les artistes peintres qui présentent leurs œuvres au marché de Quito disent que la coutume était très fréquente lors de la célébration du Corpus Christi dans les villages des communautés indigènes. L’anthropologue Paulo de Carvalho Neto, dans les années 1960, signale cette forme de jeu à Alausi dans le Sud de la province du Chimborazo104. Augusto Goicochea Luna signale la pratique encore existante au Pérou dans les années 1960, le terme de enjalma remplaçant celui de colcha. Enfin, le toro de la vincha dans la province de Jujuy en Argentine reprend cette même modalité.

  • 105 El Mercurio, 7 décembre 2004.

109Que l’on s’éloigne de la Sierra du Nord et l’organisation spatiale du fait taurin prend une physionomie quelque peu différente, les marges, qu’elles soient montagnardes ou non, accusant des dynamiques contradictoires. La partie Sud de la Sierra, bien que moins taurine, connaît une activité non négligeable, comme peut en témoigner l’inauguration des arènes de Gonzanamá en 2005, dans la province méridionale de Loja. Selon Hernán Tapia, grâce aux arènes démontables, le Sud (Azuay et Loja) rattrape partiellement son retard. L’arène démontable baptisée La Macarena, dont il est propriétaire, part chaque année en tournée dans le Sud pour une vingtaine de dates, de mars à novembre. À chaque date l’arène est généralement louée pour une course de taureaux et une course populaire ou un rodéo montubio. Il existe actuellement six arènes démontables qui sillonnent le pays et étoffent la trame des cités taurines. Ces arènes se nomment la Macarena, la Albán (du torero et imprésario Guillermo Albán), la Ecuatoriana, la Sevillana, la Vista Alegre et la Virgen del Cisne. Malgré cela, observons que Cuenca, la troisième ville du pays avec 500.000 habitants ne programme plus de courses de taureaux depuis que la nouvelle ordonnance municipale sur la protection des animaux domestiques et sauvages est entrée en vigueur fin 2004. La loi de protection qui visait également à résoudre les problèmes de contagion de rage canine interdit désormais la mise à mort des taureaux ainsi que toute effusion de sang, ce qui dans la pratique, s’est traduit par la disparition des corridas105. Les arènes démontables jouent également un rôle important dans la diffusion des courses de taureaux dans le piémont amazonien, en particulier à Puyo et Macas, capitales respectives des provinces orientales de Pastaza et de Morona-Santiago. Ici, le développement des courses de taureaux dans un secteur où elles étaient rares auparavant est le fait d’une colonisation du piémont oriental à partir des provinces de la Sierra, de la progression des fronts pionniers, de l’émergence de l’économie du pétrole et de la croissance de l’urbanisation qui participe à une transformation territoriale d’ensemble.

110La Costa et surtout Guayaquil qui est la plus grande ville du pays avec 2,3 millions d’habitants, brillent par leur absence dans cette géographie des courses de taureaux. La « Perle du Pacifique » possède bien des arènes sur la commune excentrée de Durán, construites à la fin des années 1990, mais les spectacles se font rares alors que les manifestations anti-taurines gagnent en importance. En 2004, les corridas prévues ont même été annulées en raison, dit-on, de l’ampleur des manifestations. Ces manifestations reçurent cette année-là, le soutien de Silvana Ibarra, chanteuse romantique des années 1990, figure incontournable de la « presse people » et députée de la province de Guayas (Guayaquil) au Parlement national. Elle défraya la chronique en affirmant qu’elle obtiendrait un projet de loi d’interdiction de la tauromachie. En 2005, à l’initiative de l’entrepreneur et torero guayaquileño Guillermo Albán, les spectacles ont timidement repris dans la salle de spectacle polyvalente du Coliseo Voltaire Paladines Polo. Mais l’affluence reste fragile et les craintes d’une récupération de la question taurine à des fins électorales inquiètent de plus en plus les professionnels et les aficionados. C’est qu’en l’absence de Loi taurine nationale qui en garantirait la pratique, comme elle existe dans d’autres pays, le spectacle demeure exclusivement soumis aux autorisations municipales.

  • 106 Conseil Métropolitain de Quito, no IC-2003-406 du 20 octobre 2003.

111Le sort de Guayaquil et de Cuenca contraste avec celui de la capitale, Quito, où a été signée, en 2003, une ordonnance municipale qui engage les autorités dans la défense et la promotion des activités taurines106. À Quito la tradition taurine n’apparaît pas menacée et les professionnels taurins ont conscience que le meilleur rempart demeure la programmation d’une féria d’excellence qui associe les meilleurs toreros du moment et les figures locales de tauromachie équatorienne. La féria de Quito compte actuellement parmi les grandes dates du calendrier taurin américain. Dès l’arrivée à l’aéroport, de grands panneaux publicitaires annoncent les corridas de la féria comme nous ne l’avons vu dans aucune autre ville taurine. L’idée d’une féria taurine de rang international à Quito est née à la fin des années 1950 avec le projet de construire de nouvelles arènes plus grandes que celles de Las Arenas qui, avec ces 2.500 places, permettaient difficilement d’attirer les grands toreros de l’époque. Le projet émane d’un groupe d’aficionados influents de la ville parmi lesquels des journalistes taurins, des directeurs de journaux (El Comercio, Últimas Noticias), le comte de Urquijo alors ambassadeur d’Espagne à Quito, Marco Tulio González, le président de la compagnie d’aviation « Ecuatoriana de Aviación », le directeur de la banque Pichincha et le maire de Quito. Les nouvelles arènes, contenant désormais près de 15.000 places, furent bâties en 1960 dans le quartier nord de la ville près de l’aéroport. La Féria est lancée la même année en vue de créer une étape supplémentaire dans la tournée des toreros espagnols en Amérique du Sud. À l’époque, entre Lima, Cali, Bogotá et Caracas, Quito souhaite se faire une place. La féria taurine baptisée Jesús del Gran Poder se greffe alors aux fêtes de Quito créées en 1958 pour célébrer l’anniversaire de la fondation de la ville. Fêtes et féria sont aujourd’hui indissociables.

Fig. 53. — Plaza de toros de Quito (extérieur). Les toreros de la vieille Europe sont à l’affiche : « El Fandi », Andy Cartagena, « El Juli », Sébastien Castella, Enrique Ponce, Morante de la Puebla (Quito, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 54. — Plaza de toros de Quito (intérieur). Quatre drapeaux flottent sur les arènes : les drapeaux de Quito, de l’Équateur, de l’Espagne et de la France (Quito, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

  • 107 P. Espinosa et J. P. Espinosa, El toro de lidia en el Ecuador, p. 70.

112C’est aussi la féria de Quito qui, d’une certaine manière, est responsable par son succès de la modernisation et du développement des élevages équatoriens. De 1960 à 1972, les élevages équatoriens représentaient environ 50 % du bétail torée lors de la Féria107. En 1973, les arènes passent sous la direction d’entrepreneurs espagnols faisant chuter la demande en bétail national. Ils privilégient alors des bêtes importées d’Espagne et du Mexique qui sont exigées par les grands matadors de l’époque. En 1975, le pourcentage de bêtes équatoriennes toréées tombe à 5 %. En réaction à une évolution les menaçant, les éleveurs équatoriens fondent leur association professionnelle en 1977 qui, avec l’appui du ministère de l’Agriculture, obtient l’autorisation d’importer du bétail espagnol. S’ouvre alors une nouvelle époque pour les élevages remplaçant le bétail criollo par des produits issus de caste espagnole. En quelque sorte, la féria de Quito a tiré vers le haut l’ensemble de la filière taurine.

113Aujourd’hui, tous les professionnels taurins équatoriens, éleveurs et toreros, cherchent à faire partie de la Féria. En 2005, il existait très précisément 67 professionnels de l’arène inscrits à l’Union des toreros dont 16 matadors d’alternative, 5 rejoneadores et 8 novilleros. La féria taurine de Quito a l’image d’une féria dynamique, enthousiaste et populaire auprès des jeunes. Des concerts sont organisés à l’issue des courses dans l’enceinte fériale où le public poursuit la fête une grande partie de l’après-midi. La féria attire les grands sponsors nationaux et internationaux qui personnalisent des campagnes publicitaires en relation avec la tauromachie. Tout ce qui se passe pendant la féria est relayé par les groupes de presse et les chaînes de télévision qui en font un événement national. Fort de ce succès, Quito s’est même dotée, depuis 2005, d’une deuxième arène avec la réouverture de la Plaza Belmonte située dans le centre historique de la ville. Les arènes avaient été inaugurées en 1920, puis elles sont tombées en désuétude en raison de la dégradation du centre ancien. Elles retrouvent aujourd’hui leur fonction dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier de Tolia, en vue de renforcer les équipements culturels du centre. Les programmations de 2006, dans le cadre des fêtes de Quito, se sont articulées autour d’un projet original, un Festival Taurino Nocturno Flamenco réunissant deux matadors andalous appartenant par excellence à la catégorie des toreros artistes : Morante de la Puebla et Javier Conde. Ils étaient accompagnés pendant leur prestation par un groupe flamenco espagnol. Une procession de la Vierge de Triana a même été organisée se terminant dans les arènes. Il est difficile de trouver hommage plus baroque à la tauromachie andalouse à plusieurs milliers de kilomètres de son berceau. Les affinités culturelles avec l’Espagne véhiculées pas la tauromachie sont ici manifestes.

Loin des Andes, loin du cœur : le rodéo montubio

114Les contrastes entre Guayaquil et Quito du point de vue des activités tauromachiques s’ajoutent aux nombreuses différences historiques et culturelles entre les deux grandes métropoles équatoriennes. À travers cette dyarchie urbaine et le pouvoir polarisant des deux métropoles, se jouent également les différences entre la Costa et la Sierra. Si les Andes sont caractéristiques de l’enracinement des courses de taureaux déclinées sous toutes leurs formes, la Costa témoigne du développement d’une forme locale de rodéo profondément marquée par la ruralité : le rodéo montubio.

  • 108 El Comercio, 14 mars 2002. Conférence prononcée à la Maison de la culture équatorienne.
  • 109 W. Paredes Ramírez, Indios, problema indígna, regionalidad y localidad.

115Le terme de montubio possède plusieurs définitions. La plus simple est celle de paysan de la côte équatorienne qui en fait le pendant littoral des chagras montagnards. La plus élaborée fait du montubio une communauté sociale et ethnique caractéristique des provinces littorales issue d’un métissage entre Blancs, Noirs et Indiens. Les montubios habitent les provinces de Guayas, Los Ríos, Manabí et dans une moindre mesure les provinces plus excentrées de El Oro, au sud, et de Esmeraldas, au nord. Le terme possède une troisième définition, que l’on pourrait qualifier d’externe, qui fait du montubio un personnage grossier et rustre, tout ce que le cul-terreux ou le bouseux portent de stigmates en comparaison d’une urbanité blanche idéale. Cette définition fait pencher le montubio du côté du métissage le moins valorisé l’Indien et le Noir. Montubio et chagra sont deux catégories ethno-territoriales périphériques, qui se rejoignent dans leur distance au centre, celui d’une identité métisse idéale, comme blanchie par l’urbanité. Autrement dit, montubio et chagra sont aussi des termes utilisés par les classes dominantes pour désigner le Métis, trop indien, trop noir ou trop rural, les confondant ainsi dans une même identité. Enfin, il existe une définition interne du montubio qui en fait une communauté d’hommes d’honneur, libres, joyeux et robustes, vivant près de la nature, loin des corruptions du progrès. Dans une version érudite, selon Ubaldo Gil de l’université Eloy Alfaro de Manabí, les montubios seraient également les héritiers de la culture indigène manteña qui « ne s’est jamais soumise à la conquête espagnole, qui ne fut jamais esclave comme la culture andine, qui maîtrisait la navigation et le commerce, qui créa des hiérarchies sociales non pas pyramidales, mais horizontales reposant sur un cacique et ses conseillers, privilégiant non pas le sang et les liens familiaux, mais la connaissance et l’habileté de chacun »108. On aura compris que la culture montubia est en quête de reconnaissance et de respectabilité au sein d’une identité nationale qui l’a jusqu’à présent fortement dévalorisée, alors même que le pays s’est construit autour d’une complémentarité entre la Costa et la Sierra, et qu’il s’est individualisé face aux voisins, Colombiens et Péruviens, à partir d’une organisation bipolaire Guayaquil-Quito. Rappelons que l’une des premières volontés des indépendantistes de Guayaquil, le 9 octobre 1820, fut de libérer la partie andine de l’audience de Quito au cri de « Guayaquil pour la patrie ! » par la formation d’une armée de la côte appelée « Unité protectrice de Quito » qui aboutira, en 1822, à la victoire de Pichincha sur les troupes Réalistes fidèles à la Couronne d’Espagne. Aujourd’hui, l’historien Wellington Paredes Ramírez, spécialiste des questions qui touchent au rôle et la place de Guayaquil dans le processus de construction nationale, parle à propos des montubios de la Costa d’une « ethnie socioculturelle invisible »109.

116Elle commence à acquérir une reconnaissance politique par l’intermédiaire du décret exécutif no 1394 du 30 mars 2001 signé par le président constitutionnel de la République Gustavo Noboa Bejarano reconnaissant la création du Conseil national du développement du peuple Montubio de la côte équatorienne et des zones subtropicales du littoral (CODEPMOC) dont le siège principal est situé à Guayaquil. Cette évolution est à mettre en lien avec les mouvements indigénistes sociaux qui se développent plus généralement en Amérique latine. L’un des premiers combats du mouvement est une lutte lexicale qui entend modifier la définition du dictionnaire académique, calqué sur le Diccionario de la Real Academia Española dans lequel persistent les connotations péjoratives associées à l’adjectif montubio.

  • 110 El Universo, 17 juin 2006.
  • 111 El Universo, 24 juin 2006.

117Les événements récents montrent que le débat n’est pas simple. Même si Guayaquil est au cœur de la culture montubia, la ville de Salitre (50.000 habitants) qui a des allures de gros bourg rural spécialisé dans l’élevage bovin, située à une trentaine de kilomètres au Nord, s’affirme depuis le début des années 1950 comme un centre dynamique de cette culture en marche. Ici même aurait eu lieu, en 1953, le premier véritable spectacle de rodéo montubio organisé par l’Institut du folklore, du tourisme et de la culture de la ville. Salitre perpétue cette tradition en organisant de nombreux rodéos et des actes symboliques en lien avec la culture montubia parmi lesquels la fête du Montubio célébrée le 12 octobre, date de l’arrivée de Christophe Colomb sur le continent. En 2005, par une ordonnance municipale, le maire de Salitre, Julio Alfaro Mieles, a déclaré la ville « Capitale Montubia de l’Équateur ». Une plainte est aussitôt déposée par Luis Alvarado Macías, en qualité de procureur des membres du canton de Salitre, condamnant cette appellation en déclarant que « par caprice, par précipitation et par manque de bon sens, le conseil municipal de Salitre a promulgué une ordonnance municipale diffamante qui porte atteinte aux citoyens, les qualifiant du vocable péjoratif de montubio »110. Le Tribunal constitutionnel a tranché la question modifiant légèrement l’article 2 de l’ordonnance municipale qui « exigeait » que toutes les institutions cantonales signent « Salitre, Capital Montubia del Ecuador ». Faible modification, cette formule est désormais facultative. La réaction du président de la Fondation régionale de la culture Montubia, Sergio Cedeño Amador, est très instructive pour notre propos général. Il appuie la décision du maire et fait du qualificatif de montubio un honneur, « de même qu’être appelé charro au Mexique, llanero au Venezuela, gaucho en Argentine ou huaso au Chili »111. Parmi ces qualificatifs, admettons qu’ils n’ont pas tous la même reconnaissance nationale, ni internationale. En revanche, et il faudrait ajouter les cow-boys pour les États-Unis et les vaqueiros pour le Brésil, ils ont tous traversé des phases de marginalisation avant d’être instrumentalisés dans la construction d’une iconographie nationale en quête de héros. Le montubio et le chagra demeurent, à ce jour, des figures périphériques, régionales et marginalisées bien qu’elles soient engagées sur le chemin d’une meilleure reconnaissance historique, politique et culturelle. Observons aussi que leur rodéo, offrant un spectacle vivant de leur culture respective, se situe à un stade très élémentaire d’institutionnalisation et plus encore de professionnalisation.

118Le rodeo montubio et la tradition des amorfinos (échange de versification improvisée) sont considérés comme les manifestations culturelles les plus emblématiques de la communauté socio-ethnique des montubios. Les techniques du rodéo montubio apparaissent assez différentes de celles des autres rodéos latino-américains. Le rodéo montubio n’est pas totalement codifié et intègre des éléments nouveaux qui, aux yeux mêmes des montubios, ne sont pas caractéristiques d’une pratique authentique telle que la présence des clowns toreros ici identifiés au rodéo nord-américain. Les exercices les mieux codifiés où s’affrontent des équipes formées par hacienda d’élevage, sont :

  • le caracoleo consistant à faire tourner en girouette le cheval sur les pattes arrière ;

  • la monte des chevaux « chúcaros » (chevaux sauvages) pratiquée avec des éperons parfois chaussés directement sur les pieds nus ;

  • les piales consistant à attraper au lasso les chevaux avec les pieds ou les yeux bandés pratiqués par les hommes et les femmes ;

  • la maîtrise de toretes, du bétail bovin inoffensif attrapé au lasso et parfois monté.

119Les exercices avec le bétail bovin occupent une place marginale par rapport aux chevaux domestiques et sauvages. En dehors de toute référence aux enjeux identitaires nationaux, nous pensons que cette pratique met également en avant une culture populaire et ancienne de l’hacienda d’élevage dans un contexte régional marqué par l’importance de l’agriculture commerciale d’exportation. Elle revendique également les valeurs d’une culture rurale, de plein-vent et de pieds nus, dans une région dominée par la capitale industrielle de Guayaquil. Il existe une rivalité Salitre-Guayaquil pour s’arroger le statut officiel ou officieux de la capitale montubia. Ce n’est sans doute pas un hasard si les arènes de Guayaquil (Durán) commencent à programmer de plus en plus souvent des exhibitions de rodéo montubio, alors même que les corridas régressent. Enfin, le rodéo montubio exprime l’existence culturelle de la Costa dans un pays traditionnellement dominé par la Sierra. Peut-être aussi valorise-t-il la pratique d’un rodéo fondamentalement équestre dans un espace tauromachique national dominé par la figure du taureau.

VI. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE PÉRUVIEN : CORRIDA ET « TAUROMACHIES ANDINES »

  • 112 Je remercie particulièrement Pablo Gómez de Barbieri, Bartolomé Puiggros Plana et Claudio Sillero. (...)

120Dans l’immensité du Pérou, la diversité des pratiques tauromachiques semble se démultiplier. Leur répartition et leur profil reprennent quelques grandes logiques qui président à l’organisation territoriale du Pérou : une tripartition Côte-Andes-Selva, une dichotomie entre un Pérou du Sud, andin et indien, et un Pérou du Nord, moins indien et plus littoral, enfin un cloisonnement en cellules plus ou moins coalescentes (voir carte 19, p. 387). Vers le Nord, la Côte et les villes, s’affirment les corridas formelles, vers le Sud, les hautes terres et les communautés paysannes, apparaissent leurs transformations les plus excentriques. Comprendre l’organisation de la géographie taurine du Pérou n’a été possible qu’avec l’aide de nombreux informateurs112.

Les corridas ou les ambiguïtés de la fête créole

121La plupart des journalistes spécialisés dans les questions taurines au Pérou évaluent le nombre de spectacles à environ 500 par an. Certains parlent de 700 spectacles annuels et n’hésitent pas à dire, comme s’il s’agissait d’une rengaine pour mieux prouver l’importance du fait social taurin, que la tauromachie attire plus de monde que le football. Sous la plume de Bartolomé Puiggros, on retrouve même l’idée d’un déterminisme topographique qui rendrait difficile la pratique du football dans de nombreux villages montagnards et pentus, alors que la tauromachie serait encore possible et incarnerait en cela, mieux que le football, la véritable Fiesta Nacional.

122La reprise de ce thème, déjà évoqué pour l’Espagne, témoigne plus de la revendication d’une passion vécue comme fortement enracinée dans tous les recoins de la géographie péruvienne que d’une réelle évaluation comparée des pratiques. Au-delà d’une explication déterminée par la topographie, qui n’est pas acceptable en l’état, la répétition de ce thème n’est finalement que le reflet d’une sous-évaluation assez systématique de la tauromachie de la part de médias dominants qui ne s’intéresseraient qu’à la passion footballistique des grandes villes. S’il est un élément tangible à retenir en dehors de toute considération topographique, c’est l’existence d’arènes dans les villages les plus reculés. Quant à ceux qui manqueraient d’espace plan, il est en effet assez remarquable d’observer l’ingéniosité locale à construire des arènes dans les endroits les plus inattendus. Un terrain est dégagé dans le versant afin de délimiter un ruedo. À l’aval est construit un muret de pierre contre lequel s’appuient des loges de toile et de bambou grossier, montées au moment des fêtes. La pente amont sert de gradin naturel.

  • 113 Les données de Mundotoro annoncent un total de 46 courses.
  • 114 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay, p. 102.

123Sur environ 500 spectacles annuels, Bartolomé Puiggros, en 2005, nous a donné la répartition précise des spectacles que l’on peut considérer comme majeurs, soit 158 courses distribuées dans 80 arènes113. Sur ces courses moins d’une cinquantaine répond aux critères espagnols d’une corrida formelle. Les variations interannuelles sont assez faibles, les mêmes cités taurines offrant, à peu de chose près, le même nombre de spectacles chaque année. Il existerait au Pérou plus de 300 arènes permanentes. Il doit certainement en exister davantage puisqu’en 1980, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, en ne comptant que celles existant dans les 3.030 communautés paysannes officiellement enregistrées, recensait 289 arènes permanentes114. Nombreuses d’entre elles doivent cependant ne plus être actives. Nous avons retrouvé la trace de 156 arènes fixes à partir des sources croisées de Luis de Tabique, José María de Cossío, Francisco López Izquierdo et de nos recherches sur place (voir annexe VI [CD-ROM]). Cela nous laisse penser qu’il existe un volet important d’arènes élémentaires, matérialisées par une simple limite au sol ou un muret, et qui ne prennent véritablement forme que le jour du spectacle.

124La répartition des arènes et des spectacles respecte grossièrement la distribution d’ensemble du peuplement entre un Pérou occidental « plein », celui des Andes et du littoral et un Pérou oriental « vide », celui de l’Amazonie forestière. La localisation du fait taurin est majoritairement andine, complétée par quelques grandes villes littorales. En Amazonie, les témoignages de fêtes taurines sont rares. Il y en aurait occasionnellement à Iquitos. À première vue, cette répartition fait apparaître trois ensembles de densité taurine décroissante du Nord au Sud. Le Pérou du Nord est la zone de plus forte densité taurine autour des départements andins de Cajamarca et de La Libertad, prolongée par la capitale littorale de Trujillo. Cet ensemble concentre environ 45 % des spectacles majeurs péruviens. Le département de Cajamarca, à juste titre considéré depuis toujours comme le plus taurin du pays, concentre à lui seul 35 % des spectacles majeurs et 28 % des arènes dans lesquelles ils sont programmés. Le Pérou central est une zone de densité moins forte, composée des départements de Junín et de Lima, qui répètent la structure précédente entre une Sierra riche en spectacles et une Costa marquée ici par le poids considérable de l’agglomération capitale. Les départements de Lima et de Junín concentrent un quart des spectacles majeurs et un quart des arènes en fonctionnement. L’agglomération de Lima en comptant les villes satellites nées d’un important mouvement migratoire qui démarre dès les années 1930, concentre à elle seule 20 % des spectacles majeurs du pays. Ce pourcentage est moins élevé que la part de la population nationale qui y est concentrée puisque environ un péruvien sur trois y réside. Le Pérou du Sud, dont la compacité du foyer est moins lisible est une zone de plus faible densité où les arènes et les spectacles se dispersent entre l’Altiplano et les versants de la cordillère occidentale dans une région où le littoral, étroit et désertique, ne compte pas de villes importantes. Ce vaste Pérou du Sud, dilaté par l’épaisseur de l’Altiplano, étendu au département de Arequipa, Ayacucho, Apurimac, Cuzco et Puno, concentre 20 % des spectacles majeurs et 25 % des arènes dans lesquelles ils ont lieu. Cette région, au-delà de toute comptabilité officielle, est une zone très riche en courses de taureaux populaires qui échappent aux statistiques.

Carte 19. — Tauromachies au Pérou

125La répartition des spectacles en trois ensembles transversaux reprend une segmentation classique du territoire péruvien entre le Pérou du Sud, intérieur, montagnard, marqué par un fort enclavement et l’importance des communautés indiennes, et un Pérou du Nord, marqué par la disparition de l’Altiplano, une meilleure ouverture et une plus forte proportion de Blancs et de Métis. Entre les deux, s’étend un Pérou intermédiaire aux contours flous, polarisé par l’exemplaire macrocéphalie de la capitale, servant de charnière entre ces deux Pérou fortement individualisés. Chacun de ces ensembles est plus ou moins dominé par l’une des trois villes péruviennes les plus peuplées, Lima (8 millions d’habitants), Arequipa (800.000 habitants), Trujillo (500.000 habitants) et chacune de ces villes possède des arènes importantes.

126La répartition des élevages de taureaux de combat ne fait que renforcer le poids des départements septentrionaux et de la région de Lima. Il existe 43 élevages de taureaux de combat appartenant à deux associations. Le Comité Nacional de Criadores de Ganado de Lidia qui regroupe 30 ganaderias et la Asociación de Criadores de Ganado de Lidia del Perú qui en regroupe 8, alors que 5 sont sans affiliation. Sur ce total, 13 ganaderias, soit 30 %, sont situées dans le département de Lima, qui est celui qui en possède le plus, et 25 élevages, soit près de 60 %, sont situés dans les départements septentrionaux de Cajamarca (11), La Libertad (8) et Lambayeque (6). Le Pérou du Sud est pauvre en élevages de taureaux de caste, puisque Arequipa et Ayacucho en possèdent chacun un et Puno en possède deux. En revanche ces régions comptent des élevages de demi-caste qui interviennent dans les nombreuses courses populaires. Ces élevages situés dans les hautes terres de Puno et de Cuzco ont pendant longtemps été désignés sous l’appellation de « taureaux arequipeños » en raison d’une complémentarité des terroirs avec le département d’Arequipa servant de pays d’embouche.

127Les outrances de la géographie péruvienne, en particulier son immensité et son cloisonnement, permettent de comprendre certains aspects de l’organisation spatiale du fait taurin et du fonctionnement de ses hiérarchies. À ce titre, nous pouvons faire du Pérou un cas idéal pour comprendre l’organisation d’un marché taurin en fonction des différentes variables qui le structurent, parmi lesquelles deux nous semblent déterminantes : les moyens de transports et la taille des arènes. La moyenne approximative de la contenance des arènes péruviennes est d’environ 2.500 places, à l’exclusion des plus grandes : Lima (13.000), Chota (11.000), Cutervo (8.500), Trujillo (6.500), Celedín (6.000), Miraflores (Arequipa 4.000). L’organisation d’une corrida formelle avec six taureaux de quatre ans coûte au minimum 30.000 euros dont la moitié est consacrée à l’achat du bétail. Pour qu’un entrepreneur de spectacles rentre dans ses frais en organisant une corrida formelle dans une arène de 2.500 places, il lui faut établir, en dehors de tout bénéfice et en tablant sur une arène pleine, un prix d’entrée moyen de 12 euros, sans compter les taxes. À ce prix, en dehors des villes où l’offre est toujours susceptible de rencontrer pleinement la demande, beaucoup d’arènes ne feraient pas le plein. Les moyens de réduire les coûts sont multiples : abaisser l’âge du bétail, acheter du bétail de demi-caste, employer des toreros au rabais, soit qu’il s’agisse de jeunes toreros souhaitant percer, soit qu’il s’agisse de toreros locaux dont la réputation ne leur permet pas de gagner davantage. Par toreros locaux, nous ne faisons pas allusion à des toreros latino-américains, ni même nationaux, mais bien souvent à des toreros dont la renommée ne dépasse pas le département et parfois même la vallée. Ce mécanisme général valable partout est exacerbé par l’immensité et le cloisonnement du pays qui rend les déplacements, soit très longs, ceux effectués par la route ou par le chemin de fer, soit coûteux, ceux effectués par avion. Il en résulte la nécessité pour tous les acteurs de la tauromachie de grouper au mieux les contrats dans le temps et dans l’espace tout en respectant les calendriers traditionnels des fêtes.

128D’un point de vue spatial, on observe que les arènes sont organisées en amas plus ou moins linéaires qui correspondent au tracé d’une route. L’espace taurin peut ainsi être divisé en « routes taurines » qui forment des cellules plus ou moins coalescentes où les spectacles sont regroupés dans le temps (voir carte 19, p. 387). Ces routes sont longitudinales ou transversales à la structure du relief et épousent les bassins de vie compartimentés du Pérou. Le foyer taurin de la Sierra du Nord est organisé à partir de la route qui relie la capitale littorale du département de la Libertad, aux hautes terres de la vallée du Marañón. Se succèdent ainsi le long d’une même route, les arènes de Trujillo, Huamachuco, Cajabamba, San Marcos, Cajamarca, Hualgayoc, Bambamarca, Chota, Llama, Huambos, Cochabamba, Cutervo, Socota. D’un point de vue temporel, les courses se concentrent dans leur immense majorité entre les mois de juin et juillet. En juin, la San Juan Bautista, patron de nombreuses cités de Cajamarca, est fêtée par des courses de taureaux. C’est le cas en particulier à Chota et Cutervo qui sont considérées comme les deux arènes les plus importantes de la géographie taurine péruvienne après celles de Lima. Elles engagent pour l’occasion au côté des meilleurs toreros péruviens quelques toreros étrangers, généralement peu connus ou en début de carrière. Dans le département de Cajamarca, la San Juan Bautista est également fêtée à Llama, Huambos et San Pablo. Il n’est pas inintéressant de constater qu’à San Pablo, on fête la San Juan Bautista ce qui montre peut-être toute l’importance des effets d’entraînements due à la concentration dans le temps et dans l’espace des activités taurines. En juillet, la Virgen del Carmen est fêtée à Bambamarca dont les arènes ont été inaugurées en 2000 ainsi qu’à Celedín et beaucoup d’autres villages proches très attachés à leur « jour de taureau ». À elle seule, cette route de Cajamarca, si l’on tient compte de la totalité des courses de taureaux, regrouperait environ 150 spectacles par an. L’entrepreneur de spectacles Marco Latorre émet une opinion très optimiste sur le devenir des fêtes taurines dans le département de Cajamarca, lors d’un entretien accordé à la revue péruvienne Fiesta Brava :

  • 115 Fiesta Brava, no 26, 2005, p. 3.

Les fêtes patronales sont célébrées avec une ou deux courses, jusque dans les villages cajamarquinos les plus petits et les plus éloignés de la ville. […] Il y a de nouveaux éleveurs, de nouvelles et impressionnantes arènes qui sont construites par les habitants eux-mêmes. Il y a de plus en plus de monde qui fait preuve d’une bonne culture taurine y compris dans les villages. Mais il est parfois impératif de sortir du strict règlement qui est fait pour les arènes bien établies et tenir compte des usages et des coutumes des villages115.

129Dans la région de Cajamarca, la culture taurine et l’intensité de son expression sont inséparables d’une complémentarité entre la ville et la campagne.

130Il existe au moins cinq autres routes taurines qui répondent à une organisation comparable. Dans le département de Ancash, le long de la route qui passe entre la Cordillère Noire et le Parc national de la Cordillère Blanche se succèdent du sud au nord, les arènes de Ticapampa, Recuay, Huaraz, Carhuaz, Ranrahirca, Yungay, Caraz, Huallanca. Un grand nombre de courses est donné durant le mois de septembre pour célébrer El Señor de la Misericordia (Recuay), La Virgen de las Mercedes (Ancash), El señor de los Milagros (Ranrahirca). Ces deux routes structurent deux cellules quasiment coalescentes avec un déphasage dans le temps, permettant à nombre de toreros locaux de se déplacer d’une vallée à l’autre. Une troisième route s’individualise clairement dans le département de Junín en arrière de la Cordillère Occidentale : Huancayo, Sicaya, Orcatuna, Concepción, Huasa Huasi, Apata, Jauja, Oraya, Junín. Les arènes de Orcaya font la jonction avec la route transversale en direction de la capitale joignant les arènes de Lima, Matucana, Yauli, Oraya, Tarma et Palca.

131Dans l’orbite de Lima, le cas intéressant de la féria de Canta, à mi-chemin entre la fête religieuse et la fête civile commémorative, mérite d’être évoqué. À Canta se déroulent les fêtes du Mariscal Chaperito (Maréchal Chaperito) qui chaque année offrent trois corridas. L’enfant Chaperito était un nom donné autrefois à Jesús par les habitants de la région. Pendant la guerre du Pacifique qui oppose le Chili au Pérou, les troupes chiliennes en route vers Lima étaient sur le point d’assiéger Canta. L’armée chilienne depuis les hauteurs aperçut une longue troupe qu’elle prit pour le regroupement des forces patriotiques et décida de se détourner de Canta. En réalité, la troupe n’était autre que la procession religieuse de la vierge de la Nativité et de l’enfant Chaperito. Les habitants de Canta élevèrent l’enfant au rang de Maréchal qui ne sort plus en procession sans son uniforme.

132Les routes du Pérou du sud apparaissent moins clairement en raison d’une proportion plus forte de spectacles mineurs et de courses non répertoriées par les professionnels, mais le fonctionnement est analogue. Dans le département de Ayacucho, en contrebas de la Cordillère de Huanzo, se succèdent sur une vingtaine de kilomètres, les arènes de Pullo, Chumpi, Caracora, Chaviña, donnant corps à la route de la province de Parinacochas, prolongée plus au nord par les arènes de Puquio. Enfin, une dernière route s’individualise sur l’Altiplano le long d’un axe sacré de la civilisation Inca, reliant le lac Titicaca à Cuzco, où se succèdent les arènes de Ayaviri, Macari, Matangani, Sicuani.

133Cette lecture de l’espace tauromachique fait donc apparaître une articulation entre une logique aréale fondée sur la proximité des lieux de spectacles entre eux et une logique réticulaire fondée sur l’existence de quelques arènes de rang supérieur. Ces arènes, parmi lesquelles figurent Chota, Cutervo, Trujillo et Arequipa, programment des courses de réputation nationale où circulent les meilleurs élevages, les meilleurs toreros péruviens et quelques toreros étrangers, généralement situés dans le ventre mou des hiérarchies nationales. À Trujillo, la féria aux allures très espagnoles est complétée par l’organisation d’encierros à la mode navarraise, appelés comme au Mexique pamplonadas. Trujillo pendant les fêtes ressemble à une sorte d’Espagne composite où les femmes en robes de sévillanes côtoient des hommes habillés en blanc portant le foulard et la ceinture rouge emblématiques de la San Fermín. Comment ne pas voir en Trujillo et sa riche architecture coloniale l’image d’une Amérique espagnole qui sélectionne au sein d’un vaste répertoire quelques traits culturels emblématiques de la Mère Patrie.

134Enfin, les arènes de Acho à Lima semblent totalement échapper aux contraintes organisationnelles liées aux vastes dimensions de l’espace péruvien par une forte intégration au marché taurin international. Dans le cas de Lima, on peut même considérer que ses arènes sont déconnectées de la trame taurine péruvienne, car elles apparaissent plus comme un élément du réseau des grandes arènes latino-américaines que comme la capitale des arènes du pays, dont la fonction serait de célébrer les grands noms de la tauromachie nationale. Cette analyse rejoint étroitement les problématiques contemporaines au sujet des enjeux de la métropolisation et en particulier des liens croissants entre les métropoles de rang supérieur au détriment d’une certaine cohésion territoriale nationale. Cette caractéristique en fait une arène différente des autres grandes arènes latino-américaines et c’est, à mon sens, une des raisons importantes de la crise latente qu’elles traversent. Développons l’argument.

135Les arènes de Acho jouissent d’un immense prestige qui tient à plusieurs raisons. D’abord ce sont des arènes anciennes qui historiquement, au même titre que les arènes de Mexico, s’inscrivent dans la continuité des plazas de toros de la vice-royauté et sont assez fières de le revendiquer. Mais à la différence des arènes actuelles de Mexico construites en 1946, les arènes de Acho datent de 1766 et s’enorgueillissent d’être contemporaines des plus anciennes arènes des grandes villes espagnoles. En effet parmi les grandes arènes, seules les précédentes celles de Séville qui datent de 1761 et celles de Saragosse qui datent de 1764. Malgré d’importants travaux en 1945 qui réduisent le diamètre de la piste à 60 mètres permettant d’augmenter leur contenance à 13.000 spectateurs, les arènes n’ont jamais changé de localisation. Elles se situent dans le quartier de Rimac, aujourd’hui fortement paupérisé, ce qui n’a jamais constitué un argument pour les déplacer ou envisager d’en construire d’autres ailleurs. Pour ce qui est de leur permanence jamais remise en cause comme signe de leur grandeur, les arènes de Lima se rapprochent des arènes de Séville, alors que les arènes de Mexico, par leur taille et leur localisation urbaine changeante, se rapprocheraient davantage des arènes de Madrid. Revendiquer le titre des plus anciennes arènes d’Amérique leur confère une aura dont ne se lassent pas de parler les aficionados de Lima.

  • 116 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 198. Citant les propos de Manuel Chávez Nogales.

136Parmi les thèmes récurrents de ces conversations figurent d’autres ressemblances entre Séville et Lima : une conception de la tauromachie que les aficionados liméens s’attachent à rapprocher de celle qui règne à la Maestranza, mais aussi, évoquée sur le ton de la nostalgie, une certaine atmosphère urbaine, propre à la capitale péruvienne de la « belle époque », qui était alors comparable à l’atmosphère de Séville. Cette analogie a probablement pour origine, au moins partiellement, les propos du matador Juan Belmonte retranscrits par Manuel Chávez Nogales : « Lima était comme Séville. J’étais émerveillé d’être allé si loin pour me retrouver comme dans mon propre quartier. Parfois je rencontrais dans la rue des gens qui m’étaient tellement familiers et des visages tellement connus que j’avais envie de les saluer »116. En outre, les arènes de Acho ont vu défiler les plus grands matadors de l’histoire de la tauromachie, tout au moins ceux du xxe siècle à nos jours : Joselito (pour qui Acho fut la seule arène américaine où il se présenta), Belmonte, Rafael « El Gallo », Ignacio Sánchez Mejías, Bienvenida, Manolete, Dominguín, Ordóñez, « El Cordobés », Curro Romero, Paco Ojeda…

137À partir de 1946 est créée la féria d’octobre, une année avant la création de la féria de la San Isidro madrilène. La féria taurine de Lima est ensuite baptisée Feria del Señor de los Milagros en hommage au sein patron de la ville. L’affiche inaugurale était alors composée de l’Espagnol Manolete, du Mexicain Luis Procuna et du Péruvien Alejandro Montani. Au xxe siècle, le Pérou a connu quelques bons toreros (Adolfo Rojas « El Nene », Miguel López « Trujillano », Alejandro Montani, Rafael « Trujillano ») mais finalement aucun grand nom de la tauromachie d’une envergure comparable au Vénézuelien César Girón, aux Mexicains Rodolfo Gaona, « Armillita » et Carlos Arruza, ni au Colombien César Rincón. Le prestige des arènes semble donc ne pas avoir fait la grandeur des toreros. On peut se demander pourquoi le Pérou est le seul grand pays taurin américain à ne pas avoir produit un grand matador international. On en revient à la particularité des arènes de Acho, très accueillantes pour les grandes figures de la tauromachie mondiale, mais historiquement peu enclines à faire valoir la concurrence entre toreros étrangers et toreros nationaux, indépendamment d’une qualité qui serait moindre.

138Lors de la féria de Lima 2005 à laquelle nous avons assisté, sur les vingt toreros engagés seuls cinq toreros péruviens étaient à l’affiche et tous étaient des novilleros dont deux prenaient l’alternative, le rejoneador Jorge Enrique Piraquive et le torero à pied Fernando Roca Rey, fils d’une famille d’éleveurs. La faible représentation des Péruviens en piste est-elle seulement due à l’absence de bons toreros ? Certes les apprentis qui peuvent s’entraîner avec du bétail de caste sont au Pérou de rares privilégiés et les corridas de Acho entendent conserver leur rang en ne programmant que les meilleurs toreros. Cependant, on pourrait être surpris de constater l’absence du seul torero péruvien de renom qui démarre avec succès une carrière internationale : Juan Carlos Cubas. D’après nos informateurs, il n’a pas été programmé, car lors des négociations, les entrepreneurs de spectacles ont refusé de débourser plus de 5.000 euros, quand des toreros espagnols comme « El Juli » et Enrique Ponce, les plus cotés, négocient leur contrat à quelque 100.000 euros. Pour compenser les quotas réglementaires de toreros péruviens, les arènes préfèrent organiser durant l’année d’autres spectacles incluant des toreros nationaux qui n’attirent pas foule. Existerait-il un divorce entre l’afición péruvienne et les représentants tauromachiques natifs, à l’image d’une identité nationale introuvable ? Existerait-il une mentalité élitiste profondément coloniale dans l’afición taurine de Lima qui n’accorde finalement leur place aux toreros nationaux que de mauvaise grâce ? Nous le croyons et l’approfondissement de nos recherches semble le confirmer, ou tout au moins, montrer que les mentalités évoluent très lentement.

139Il faut attendre 1968 pour que l’Association des toreros du Pérou, nouvellement reconnue comme entité syndicale par le Ministère, obtienne de la part des organisateurs de la Féria l’obligation d’inclure un torero péruvien. Ce changement est une conséquence dans le domaine taurin d’une transformation radicale de la société péruvienne dans son ensemble, à partir du mouvement nationaliste révolutionnaire porté par le général Velasco qui arrive au pouvoir à cette même date. Une autre conséquence, qui laissa un mauvais souvenir dans le mundillo local, fut en 1969 la collectivisation des terres et le regroupement en coopérative de la plupart des 28 élevages de taureaux de combat alors existant. Contrairement à une idée reçue, cette réforme agraire n’eut, dans un premier temps, aucune conséquence négative sur la production du bétail brave. C’est la parcellisation des terres consécutive à la réforme agraire de 1982 à 1985 qui constitua un réel danger de voir disparaître les élevages de taureaux de combat. La disparition de nombreux élevages du Sud du Pérou date de cette époque, alors qu’ils parvinrent à mieux se reconstituer dans le Nord et le département de Lima.

  • 117 Pour la petite histoire que l’on peut relier avec les pages précédentes, le premier entrepreneur qu (...)

140Revenons à nos toreros. De la date de réinauguration des arènes de Acho en 1947 à la date de l’obtention d’un quota de toreros péruviens pour la Féria en 1968, seuls trois noms étaient parvenus à fouler le sol de Acho : Alejandro Montani, Rafael Santa Cruz et Humberto Valle. De 1968 à 2005, vingt-cinq matadors d’alternative péruviens ont torée à Acho, beaucoup d’entre eux toréant plusieurs années consécutivement. Il y a certes eu un changement important à la suite des transformations sociétales de la fin des années 1960, pour autant il ne s’agit guère d’un changement radical, puisque la programmation de toreros nationaux demeure très faible, à la différence des autres grandes arènes d’Amérique latine117.

  • 118 A. Garland, Lima y el toreo, p. 163.

141Dans un raisonnement d’un racisme édifiant, certains aficionados de Lima (dont ne font pas partie nos informateurs) m’ont expliqué, sans le moindre embarras, qu’il fallait avoir du sang espagnol pour bien toréer… au moins la moitié. On ne peut exprimer plus violemment l’idée selon laquelle, pour une certaine élite créole, la tauromachie, sous-entendue la vraie, celle de Lima et de nulle part ailleurs au Pérou, est un art qui lui serait exclusivement réservé. Lorsque Antonio Garland écrit en 1948 dans son ouvrage Lima y El Toreo que Acho est « l’archive du criollismo » entre deux envolées confondantes d’hispanophilie exacerbée, admettons que dans la bouche de nos interlocuteurs, il s’agisse de la version la plus poussiéreuse et la moins intégratrice des identités plurielles péruviennes118. Comme le montre la suite de notre propos, cette version ne fait que démontrer l’amplitude des sentiments d’appartenance véhiculés par la tauromachie et n’expose en rien les valeurs qu’elle porterait intrinsèquement et en dehors de toute mise en contexte précis.

  • 119 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, p. 170.

142La place particulière de Acho dans l’espace national n’explique sans doute pas la multiplication des arènes et des spectacles autour de la capitale dans les pueblos jóvenes témoignant d’une urbanisation galopante de la couronne extérieure de l’agglomération. Les spectacles sont donnés dans des arènes démontables et attirent une population urbaine qui a récemment migré vers la ville, parmi laquelle de nombreux Indiens et Métis venus des angles morts de la géographie péruvienne. À Surco ou à San Juan de Lurigancho, ces courses de taureaux semblent constituer un moment festif d’intégration sociale pour des populations fraîchement déracinées et d’origines géographiques diverses. Les nouveaux urbains qui réussissent offriraient même des courses de taureaux lorsqu’ils retournent au pueblo d’origine en signe d’ascension sociale. Ils prennent alors le rôle des anciens mayordomos et capitanes de toros, chargés jadis d’organiser à tour de rôle les fêtes taurines dans les communautés andines119.

  • 120 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, p. 289.

143Il nous plaît de croire que la tauromachie participe ici à « la Lima » des périphéries décrite par Jean-Paul Deler : « C’est la Lima où est peut-être en train de naître la nation péruvienne, où les Andes rejoignent enfin la côte, quand régionalismes et particularismes se mêlent et s’enrichissent sans se renier »120.

Fig. 55. — Plaza de toros de Lima. Les drapeaux espagnols et péruviens flottent sur les arènes de Lima (Lima, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

144On ne résiste pas, en guise de transition, à remarquer que l’une de ses arènes démontables s’appelle El turupukllay.

« Tauromachies andines » et turupukllay

  • 121 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay ; F. Muñoz, « La fiesta del Turupukllay en el mun (...)

145Le turupukllay, également connu sous le nom de Yawar Fiesta qui donne son titre au roman de José María de Arguedas, est généralement placé au centre des tauromachies andines péruviennes comme s’il en incarnait la plus pure expression. La vision de cette créature hybride, moitié taureau moitié condor, a de très bonnes raisons de fasciner. Le rituel du turupukllay a donné lieu à de nombreux travaux anthropologiques. Parmi les recherches récentes les plus approfondies figurent les travaux de Fanni Muñoz, de Penelope Harvey et d’Antoinette Molinié121. Ces travaux ont en commun la critique d’une interprétation fréquemment véhiculée selon laquelle la figure du turupukllay serait une métaphore du métissage conflictuel entre un élément andin et autochtone, représenté par le condor, et un élément hispanique et exogène, représenté par le taureau. C’est aujourd’hui l’interprétation dominante des guides touristiques, des agences de voyages, de certains reportages et de nombreux Péruviens qui se prêtent volontiers à la diffuser, quand ils ne la déforment pas pour en faire rien de moins que la revanche de l’Inca sur l’Espagnol. C’est que la Yawar Fiesta a généralement lieu lors des Fiestas Patrias, qui célèbrent, le 28 juillet, le jour de l’indépendance du Pérou.

  • 122 F. Muñoz, « La fiesta del Turupukllay en el mundo andino », p. 318.
  • 123 P. Harvey, « Jugando por la Identidad y la tradición », p. 229.
  • 124 A. Molinié, « El toro y el cóndor en lidia », p. 502.

146La position de Fanni Muñoz n’est pas tant de considérer que la conception faisant du turupukllay l’expression d’un métissage conflictuel est fausse, mais d’insister sur la pluralité des interprétations en fonction des groupes d’acteurs investis dans le rituel. Dans le cadre traditionnel des communautés paysannes, les ayllus, le turupukllay est originellement vécu comme un rituel propitiatoire d’offrande à la Pachamama pour garantir la fertilité de la terre par le sang versé. Et par les hasards curieux de l’histoire, il a fallu que le 28 juillet tombe durant la période de la célébration de la divinité locale du Wamani, protectrice des récoltes, facilitant ainsi la surimpression des fêtes civiques et des fêtes calendaires. L’interprétation du turupukllay comme signe d’un métissage conflictuel gagne de l’importance chez les mistis et les cholos, c’est-à-dire les élites locales métisses et les migrants urbains de retour au village, alors que celle de l’offrande à la Pachamama demeure dominante chez de nombreux paysans indiens122. Penelope Harvey insiste sur l’ambivalence des significations qui régulent la position des classes socio-éthniques mistis, cholos, indios dans leur rapport au pouvoir de l’État et au pouvoir de la Nature123. Antoinette Molinié, dans le sens de Fanni Muñoz, souligne que cette forme de totémisme national, faisant de chaque animal un représentant des cultures qui formeraient la nation péruvienne, est une représentation totalement étrangère à la culture andine traditionnelle. L’une des raisons des plus convaincantes est que le taureau est identifié à une entité parfaitement autochtone124. Sans entrer plus avant dans la richesse de ces interprétations, les auteurs s’accordent à mesurer toute la distance qui sépare le turupukllay des corridas conventionnelles. Il n’y a pas lieu de contester cette évidence mais, conformément à notre méthode générale, de s’interroger sur la place actuelle occupée par cette pratique dans la mesure où la culture andine est en proie à de profonds remaniements.

147D’abord soulignons qu’il n’existe pas un turupukllay, et les auteurs en conviennent, mais un ensemble de pratiques voisines qui, dans le détail peuvent suivre un déroulement différent. Ces détails ne sont pas des moindres, puisque dans certains cas le taureau est tué, dans d’autres, taureau et condor sont relâchés dans leur espace d’origine respectif, la puna et le ciel de la cordillère, enfin il arrivait autrefois que le condor soit battu à mort si le taureau est blessé, pratique qui semble avoir disparu. Observons également que le rôle et la place des toreros sont également changeants : certains turupukllay laissent une part active à la participation populaire, d’autres font exclusivement intervenir des toreros locaux ou venus de la capitale en habits de lumière. Ensuite soulignons qu’il existe des turupukllay… sans condor, et les auteurs n’insistent généralement pas beaucoup sur cet aspect. N’oublions pas que dans le roman d’Arguedas, la Yawar Fiesta mise en scène dans le village de Puquio se déroule sans la présence du condor et n’en demeure pas moins placé sous le signe d’une lutte entre les cultures et entre les classes. Le terme quechua turupukllay, construit à partir de la racine turu : taureau et pukllay signifie simplement « jeu du taureau » ou « jeu taurin » et peut être considéré comme synonyme andin de course taurine. Le turupukllay avec condor est donc une modalité andine des courses de taureaux parmi d’autres manifestations. L’enjeu n’est pas de minimiser l’importance du rituel du turupukllay avec condor, bien au contraire, mais de ne pas le soustraire d’un ensemble de pratiques d’une plus grande diversité.

  • 125 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay, p. 79.

148Pour évoquer cette diversité, Angusto Goicochea Luna parle de « tauromachies andines », expression qui est reprise par Fanni Muñoz dans son travail qui rend compte de la pluralité des manifestations tauromachiques de la Sierra péruvienne125. Augusto Goicochea Luna mentionne l’existence de nombreux jeux taurins, certains consistant à s’emparer d’attributs fixés sur le taureau, la enjalma et la moña, à l’image des colchas des toros de pueblo équatoriens, d’autres intègrent des jeux de monte du taureau dont nous avons pu vérifier qu’ils s’inscrivent encore dans le déroulement de nombreuses courses taurines populaires où il est également question de toréer l’animal. Aujourd’hui que représentent les turupukllay avec des condors en comparaison des autres pratiques taurines ? Sans nul doute une manifestation irremplaçable, mais très minoritaire d’un point de vue quantitatif et en forte régression en comparaison des autres formes de jeux taurins populaires.

  • 126 Fiesta Brava, no 23, 2004, p. 10.

149D’après Fanni Muñoz, au milieu des années 1980, la pratique du turupukllay se réduit déjà à quelques provinces des départements du Sud de la Sierra péruvienne : Ayacucho et Apurimac. Sur la base d’une enquête réalisée par Arguedas au milieu des années 1940 conservée dans les archives du musée national de la Culture, Fanni Muñoz estime qu’à la fin des années 1960, les corridas avec des condors se déroulaient dans une dizaine de départements essentiellement dans une moitié sud des Andes et en particulier les départements de Junín, Ayacucho, Apurimac, Cusco, Puno (voir carte 19, p. 387). On observe que les départements dans lesquels le turupukllay a fortement régressé sont parmi les régions qui ont été partiellement désenclavées, soit par la métropolisation de la région capitale, comme celui de Junín, soit par l’activité touristique comme l’axe sacré de Puno à Cuzco. Dans le département de Junín, la localisation du turupukllay d’hier est celle des zones rurales qui aujourd’hui sont dans l’orbite de la route taurine connectée à Lima. Les Métis qui donnent des courses populaires ou les cholos de retour au village tendent à aligner les codes des jeux taurins populaires sur le modèle dominant des villes. Il n’en demeure pas moins que les significations plurielles du rituel taurin puissent continuer de coexister. Dans la désormais célèbre ville taurine de Puquio, la dernière corrida avec condor s’est tenue le jour de l’inauguration des arènes lors de la féria de mai 1971. Le condor de ses ailes aurait coupé le sourcil du novillero Antonio Navarro126. Le sang a coulé, le rite est respecté.

150La raréfaction du turupukllay avec condor révèle les signes d’une transformation de la société péruvienne par le levier de l’urbanisation et des migrations internes entre la capitale et l’intérieur. Elle montre aussi les limites d’une opposition radicale entre culture taurine urbaine et culture taurine rurale qui, dans les faits, se relaient et se déclinent en de nombreuses formes intermédiaires. En élargissant l’observation à l’ensemble des pratiques taurines, cette évolution révèle également que le nombre de courses de taureaux n’a sans doute jamais été aussi élevé dans les Andes. Il existe une évidence démographique à ce constat. Les Andes péruviennes, malgré le déclin de leur importance relative dans la population globale, passant de 70 % dans les années 1930 à environ 35 % en 2000, sont plus peuplées aujourd’hui qu’hier, avec huit millions d’habitants vivant entre 2.000 et 4.500 mètres, et un taux d’urbanisation qui progresse. Cette évolution de fond ne suffit pas à expliquer la régression du turupukllay qui tient aussi, de façon beaucoup plus brutale, à la déstructuration du tissu rural et de la culture locale par la guérilla du Sentier Lumineux, et tout simplement, à la raréfaction des condors, d’ailleurs protégés par le gouvernement. Dans certains cas isolés, le tourisme permet le maintien du turupukllay comme produit commercial, sous la forme d’un néo-turupukllay amputé de ses ambiguïtés constitutives. Cette promotion valorise, dans une simplification qui se veut sans doute pédagogique, la version du combat inlassablement répété entre l’Inca et l’Espagnol. Nous les cherchons, et l’Inca, et l’Espagnol, nous ne les trouvons plus que dans l’œil de celui qui les crée. Les statues récentes du turupukllay édifiées dans certaines municipalités témoignent d’ailleurs de cette évolution en ne représentant plus que le taureau et le condor, sans l’homme toréant cet animal hybride. Or cet homme est traditionnellement l’Indien réel, exclu de cette nouvelle représentation, le même qui continue en revanche de participer à des turupukllay sans condor. Au Pérou, la pureté du sang, de l’Inca, de l’Espagnol, du taureau et du « vrai » torero, ainsi que la question du métissage, n’en finissent pas de hanter les représentations identitaires attachées aux pratiques taurines.

VII. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE BRÉSILIEN : VAQUEJADA, RODEIO ET FARRA DO BOI

151Le Brésil est généralement exclu des pays taurins, car les corridas y ont disparu. L’intérêt de les inclure ne réside pas seulement dans le souci de compléter le panorama des rodéos américains, mais aussi d’approfondir la compréhension des relations spatiales et culturelles à l’échelle continentale entre rodéo et corrida, à travers un pays où cette dernière est absente (voir carte 20, p. 400). Il s’agit aussi de rendre compte de l’existence d’un type de courses de taureaux d’origine portugaise, les farras do boi (les fêtes du taureau), passées inaperçues des observateurs de la chose taurine, alors même qu’elles témoignent d’une pratique hautement significative pour appréhender de façon contemporaine les enjeux et les tensions entre la tradition et la modernité, entre la culture locale et la culture nationale brésilienne. Comme nous l’avons évoqué, cette lacune est dans le même temps assez révélatrice à la fois d’un regard taurin focalisé excessivement sur l’Espagne et d’un cloisonnement géographique des études scientifiques qui, sans doute pour des raisons linguistiques, mettent insuffisamment en lumière les comparaisons et les problématiques communes entre l’Espagne et le Portugal.

152Le Brésil constitue assurément le géant du rodéo de l’Amérique du Sud par le nombre de spectacles, leur popularité et les différentes formes qu’ils prennent. On peut considérer qu’il existe au moins trois types de rodéos dont deux se situent à un stade avancé de professionnalisation. L’un, la vaquejada, qui est une forme de coleo, possède un fort ancrage régional dans le Nordeste, même s’il existe des parques de vaquejada et des professionnels dans de nombreux autres États. L’autre, appelé couramment rodeio, est une activité en pleine croissance dont les ferments de pratiques autochtones se sont totalement moulés dans les nouveaux codes du rodéo nord-américain. Enfin, il existe un rodeio crioulo (rodéo créole) lié à la culture gaucha du Rio Grande do Sul qui prend davantage les traits d’une fête champêtre que d’un sport professionnel. Le rodeio crioulo revendique un fort attachement à la culture traditionnelle et populaire du sud du Brésil, alors que le rodeio d’inspiration nord-américaine est un formidable exemple d’un rapide transfert culturel sur un terrain favorable qui affirme sans aucun complexe sa modernité. Quant à la vaquejada, elle se situe dans un entredeux qui entend concilier l’héritage d’une tradition régionale et d’une pratique sportive moderne, tout en affirmant la volonté d’en ériger la pratique en symbole identitaire de rang national.

La vaquejada nordestina : du sertão au sertão

  • 127 M. Le Lannou, Le Brésil, p. 159. D’après Jean Orrechioni, le sertão représente « les contrées incul (...)
  • 128 CAMPEV, Campionato Pernambuco de Vaquejada.
  • 129 Mastruz com Leite est un groupe musical très populaire au Brésil associant des instruments de la mu (...)

153La vaquejada comme les autres formes de rodéo étudiées est issue des pratiques de l’élevage extensif particulièrement développées dans la région du Nordeste. Maurice Le Lannou considère le Nordeste comme « la zone de bétail la plus ancienne, s’étendant sur la caatinga du sertão au-delà de l’agreste »127. À partir du xviie siècle dans le cadre de ce que l’on nomme couramment le « cycle du sucre », les élevages bovins de l’intérieur fournissent la viande nécessaire aux plantations et aux ports littoraux. La pratique professionnelle de la vaquejada démarre véritablement à la fin des années 1980 et transforme une activité ludique typique des fêtes rurales du Nordeste en sport rémunéré. La piste de vaquejada la plus ancienne dont nous ayons eu connaissance est le Parque J. Galdino à Surubim dans l’État de Pernambuco construit au milieu des années 1940128. Et la plus ancienne vaquejada organisée comme une exhibition sportive serait celle de la vaquejada de Serrinha (Bahia) dans les années 1950. La vaquejada est aujourd’hui organisée en circuits ou en championnats sur des bases territoriales emboîtées, sans aucune logique de maillage uniforme des compétitions à l’échelle nationale. Il existe des circuits que l’on pourrait qualifier d’inter-districts regroupant quelques villes, comme par exemple le circuit Maranguape-Guaiúba dans l’État de Ceara créé en 2004. Il existe des circuits par État, dont les deux plus importants sont le Circuito Pernambuco de Vaquejada et le Cicuito Bahia de Vaquejada. Il existe des circuits entre États tels que le Circuito Nordeste de Vaquejada qui s’étend d’octobre à novembre, organisant des compétitions dans des communes situées dans les États de Pernambuco, de Paraiba et de Alagoas. Enfin, il existe des circuits nationaux tels que le Circuit ABQM de Vaquejada (Association brésilienne des éleveurs de chevaux Quarto de Milhas) ou le Circuit national Mastruz com Leite qui joue aussi le rôle de canal de diffusion de la culture musicale actuelle du Nordeste dans le reste du Brésil129. Quelle que soit la complexité de l’organisation des compétitions, le Nordeste représente bien le cœur du territoire de la vaquejada, la région de son origine, celle où se trouvent le plus de pistes et de vaiqueiros enregistrés professionnellement.

Carte 20. — Tauromachies au Brésil

  • 130 Loi no 10.220 du 11 avril 2001. Le terme de peão synonyme de péon désigne les acteurs du rodéo.
  • 131 Loi no 3.986, 2004.

154Comme nous l’avons indiqué, en 2001, les vaqueiros des vaquejadas et les peaes des rodéos sont reconnus comme sportifs professionnels par une loi130. La reconnaissance institutionnelle du vaqueiro ne s’arrête pas à son statut professionnel puisque, en 2004, il est officiellement élevé au rang de symbole de la culture nationale. Il ne s’agit pas de célébrer directement le sportif, ni d’ériger la vaquejada en sport officiel, mais de valoriser la figure du vaqueiro par une loi qui institue une Fête nationale en son honneur, chaque année, le 29 août131. La justification du projet de loi présenté par le député Nazareno Fonteles est riche d’enseignement sur les mécanismes d’instrumentalisation nationale d’un élément culturel régional. Ainsi présente-t-il son argument :

  • 132 Projet de loi Fête nationale du Vaqueiro. Disponible sur le site Internet : www.camara.gov.br/sileg (...)

Cette proposition de loi n’a d’autre raison que de rendre hommage au vaqueiro, figure représentative de la culture brésilienne, spécialement du sertão nordestino. Issu de la fusion de diverses races, il a pour compagnon le bétail, le cheval et la musique, caractères qui en font un représentant légitime de la culture populaire brésilienne. Célébré par Euclides da Cunha, dans « Os Sertões », le vaqueiro, dans sa manière d’affronter les obstacles du sertão, les longues périodes de sécheresse qui culminent par les intenses remues du bétail à travers les régions les plus inhospitalières de la caatinga nordestina, est une représentation d’un peuple qui lutte et qui vit dans le dépassement des difficultés que le climat et que le sol imposent132.

155Les éléments principaux mis en avant à travers la figure du vaqueiro sont le métissage racial et le « genre de vie » déterminé par les conditions écologiques arides du sertão. Mais l’hagiographie du vaqueiro repose avant tout sur le dépassement des contraintes environnementales comme symbole héroïque du peuple brésilien, c’est-à-dire plus sur les relations hommes-milieu que sur tout autre mise en contexte historique à caractère social, dans une région pourtant marquée depuis toujours par de fortes inégalités. Dans un esprit comparable, la suite du discours invoque des précédents historiques locaux qui mettent en valeur les cavaliers de la caatinga, tels que le premier défilé des vaqueiros tenu le 29 août 1944, dans l’État du Piaui et qui justifie la date choisie pour la fête de rang national. Organisée à União depuis plus d’un demi-siècle, cette fête régionale est la plus importante réunion de vaqueiros de la région, qui rassemble chaque année près de mille cavaliers et qui, bien entendu, est désormais couronnée par des épreuves de vaquejada insérées dans le circuit professionnel. União est également la ville où s’est formée, en 1984, la première association syndicale de vaqueiros pour défendre leurs droits professionnels. Remarquons qu’il n’y a pas de fusion totale entre le vaqueiro professionnel et le vaqueiro traditionnel, mais il est évident, à l’image des llaneros du Venezuela, qu’il existe entre eux une relation qui fait de la vaquejada un formidable support de leur reconnaissance mutuelle. La vaquejada comme vitrine contemporaine du vaqueiro contribue ainsi à replacer au cœur de l’iconographie brésilienne un Nordeste longtemps marginalisé d’un point de vue socio-économique.

156La référence à l’œuvre d’Euclides Da Cunha nous semble fondamentale pour comprendre toute la portée territoriale de cette loi, en lien avec la pratique de la vaquejada. Le roman de Da Cunha, Os Sertoes, est considéré comme l’un des grands chef-d’œuvre de la littérature brésilienne qui certes évoque admirablement les contraintes liées au milieu géographique des sertoes du Nordeste, mais qui est aussi une œuvre sociopolitique qui analyse la guerre des Canudos de 1897. Les Canudos forment un mouvement de révolte messianique auquel se rallient nombreux vaqueiros du sertão ayant pour seule activité l’élevage extensif des bovins, au service de propriétaires absentéistes. La révolte est réprimée dans le sang par la jeune République. Euclides Da Cunha montre toute la fracture entre un monde rural archaïque, fortement métissé, rudimentaire et violent, et un Brésil urbain, civilisé, littoral et d’influence européenne. Mais dès le début du xxe siècle, la réception de l’œuvre de Euclides Da Cunha transforme le sertão nordestino en un espace géographique et culturel : le Sertão (avec une majuscule). Cette évolution est proche dans son principe, de ce que nous avons observé au Venezuela pour les llanos transformés en terre patriotique : le Llano.

  • 133 E. Da Cunha, Hautes Terres. La guerre de Canudos, p. 90.

157Dans le cas brésilien, le Sertão acquiert les caractéristiques d’un milieu qui a forgé, à l’écart des influences pernicieuses de la civilisation européenne, un peuple vaillant et authentique dont « la société rude, libre et forte des vaqueiros » est la meilleure incarnation133. Le roman de Euclides Da Cunha devient l’un des piliers des mouvements régionalistes et l’un des fondements d’une identité nationale affichant officiellement les vertus raciales du métissage généralisé. À travers la promotion du vaqueiro et de la vaquejeda, c’est ce même idéal sous-jacent qui est mis en avant par le Brésil actuel. La vaquejada serait en cela une émanation de ce que le mythe sociopolitique du Sertão offre à l’identité nationale, alors même que la vaquejada en se professionnalisant tend à exclure les travailleurs du bétail du Nordeste ne pouvant participer aux compétitions réservées aux classes dominantes. Le vaqueiro professionnel récupère ainsi les valeurs du vaqueiro traditionnel en devenant l’un des symboles culturels de l’identité nationale qui n’a plus de populaire que la captation d’un héritage régional valorisé. Ce processus ne doit pas faire oublier, malgré tout, qu’il existe encore des vaquejadas populaires, non professionnelles, et que le public continue de recouper plus largement l’éventail des classes sociales.

  • 134 L. da Câmara Cascudo, A vaquejada nordestina e sua origem.
  • 135 Ibid., p. 31.
  • 136 Ibid., p. 27.

158À nos yeux la technique même de la vaquejada peut être interprétée dans cette perspective. Parmi les innombrables travaux de l’un des plus grands spécialistes de la culture brésilienne, Luís da Câmara Cascudo, existe un court essai consacré à cette question : A vaquejada nordestina e sua origem134. L’auteur affirme que la technique est d’origine espagnole : « Disparue en Espagne, la technique perdure dans les terres américaines parmi les populations pastorales anciennement colonisées »135. Il précise également que la technique de faire chuter les bovins par la queue s’est popularisée à l’intérieur du Nordeste « en raison de la nature de la végétation de la caatinga […] n’offrant pas d’espace libre pour lancer le lasso »136. Les épineux de la caatinga auraient ainsi empêché l’utilisation du lasso. Cette explication déterminée par la nature du couvert végétal mériterait une investigation approfondie, à la faveur de laquelle on découvrirait, à n’en pas douter, d’autres éléments de réponse plus convaincants. En particulier, elle permettrait sûrement d’expliquer pourquoi la garrocha employée dans la technique dite de l’acoso y derribo n’a pas été davantage retenue. Mais une fois de plus, trouver les raisons de la culture dans les déterminations de la nature semble être surtout un formidable vecteur d’appropriation territoriale locale, alors que la technique du coleo concerne l’ensemble du continent. Quoi qu’il en soit, en justifiant la technique par une nécessité du milieu, la vaquejada se voit renforcée dans son rôle d’expression culturelle du Sertão.

159Mais la spécificité technique de la vaquejada brésilienne moderne par rapport aux autres jeux taurins du coleo se situe sur un autre plan. À la différence des coleos, pratiqués au Mexique, à Cuba, au Venezuela ou en Colombie, la vaquejada est une technique collective, alors qu’elle est une technique individuelle ailleurs. Rappelons-le, dans la vaquejada brésilienne le bovin est poursuivi par deux cavaliers possédant chacun leur rôle, le bate esteira chargé de guider l’animal dans sa course et de passer la queue au puxador qui le fait chuter. Cette relation d’entraide et de subordination hiérarchique peut être interprétée comme celle qui régule les relations de pouvoir des anciennes fazendas entre les ouvriers vaqueiros et le contremaître voire même, par son intermédiaire, le propriétaire. Les vaqueiros travaillent, les propriétaires latifundiaires en tirent les bénéfices au moment du rodéo. Cette ritualisation à travers la vaquejada des rapports socio-économiques issus du système latifundiaire peut aussi témoigner d’une passation de pouvoir entre le vaqueiro régional traditionnel et le vaqueiro national professionnel, entre le vaqueiro métis et noir plongé dans l’anonymat du travailleur de l’ombre et le vaqueiro blanc, dressé sur le cheval de la reconnaissance sociale. Cette interprétation se voit renforcée, dans un autre contexte, par l’analyse du rodéo chilien qui, quoique différent dans sa technique, possède certains points communs avec la vaquejada.

Rodéo nord-américain et rodeio crioulo : modernité yankee contre tradition gaucha

  • 137 Federaçao Nacional de Rodeio Completo.

160La vaquejada coexiste avec une autre forme de rodéo inspirée directement des codes nord-américains. À l’image du rodéo professionnel aux États-Unis, il existe aujourd’hui plusieurs organismes et associations qui en régulent la pratique. La croissance du rodéo est sans exagération l’une des transformations les plus importantes de la sphère des loisirs de ces vingt dernières années au Brésil. Elle a d’ailleurs très probablement contribué à l’institutionnalisation de la vaquejada et à sa reconnaissance comme tradition brésilienne de rang national. Les rodéos professionnels rassembleraient quelque 24 millions de spectateurs annuels et les compétitions concerneraient près de 1.300 communes principalement situées dans les États de São Paulo, le sud de Minas Gerais, Mato Grosso, Goias et le nord de Paraná137. Un tel phénomène de société mériterait évidemment des analyses plus fouillées, mais ces chiffres suffisent à faire du rodeio un loisir de masse de première importance dont certains disent qu’il concerne déjà plus de spectateurs que le football. Nous ne revenons pas sur cette obsession comparative entre football et tauromachie qui révèle une tension entre sport moderne et sport traditionnel ainsi qu’entre sport national-universel et sport national-autochtone.

  • 138 La selle cutiano est une selle différente de la selle américaine, plus allongée, fixée à l’avant du (...)

161D’après nos évaluations approximatives, les rodéos au Brésil, sous toutes leurs formes, sont plus nombreux qu’aux États-Unis, même si l’Amérique du Nord reste la référence professionnelle et un El Dorado pour les champions qui se consacrent à la monte des taureaux. La victoire lors de la finale du PBR de Las Vegas en 2007 du Brésilien Adriano Moraes, qui est le premier professionnel de bull riding à avoir gagné trois titres mondiaux, laisse apparaître une rivalité naissante dans le champ du rodéo entre les États-Unis et le Brésil. Au Brésil, avec encore plus d’acuité qu’aux États-Unis, la monte est devenue l’épreuve reine. La Confédération nationale de rodéo en est la principale organisatrice. Elle réalise chaque année deux grands circuits nationaux : le Circuito Nacional de Rodeio qui ne compte que des épreuves de monte des taureaux et le Campeonato de Rodeio Brasileiro qui est divisé en deux catégories principales, l’une réservée à la monte des taureaux, l’autre réservée à la monte des chevaux avec la selle cutiano, modalité spécifiquement brésilienne138. Malgré l’existence d’une modalité brésilienne de monte des chevaux, c’est bien la monte des taureaux selon les règles nord-américaines qui domine actuellement la pratique.

162D’après tous les commentaires des milieux professionnels qui retracent l’histoire du rodéo nord-américain au Brésil, tout démarre à Barretos considéré comme sa capitale et son lieu de (re) naissance. Barretos est une ville d’environ 100.000 habitants, située dans l’État de São Paulo à 438 kilomètres de la capitale éponyme. Barretos organise actuellement un événement majeur du rodéo brésilien, le Circuit national de Barretos, dont la finale se déroule lors de la prestigieuse Festa do Peão de Boiaderos de Barretos (« la fête du vacher »). La première Festa do Peão de Boiaderos de Barretos est créée en 1956 par l’association Os Independentes qui souhaite alors créer un événement attractif renouvelant les festivités de la ville. Voici l’histoire racontée par l’association de rodéo Os ndependentes :

  • 139 Informations disponibles sur le site de l’association Os Independentes : www//http:independentes.co (...)

Lors de cette décade (les années 1950), le rodéo, qui est venu remplacer les cavalhadas qui symbolisaient la lutte des Chrétiens contre les Maures, était déjà devenu l’attraction principale des fêtes réjouissant les spectateurs qui s’identifiaient à un événement mélangeant le sport avec le travail quotidien des fazendas139.

163Insister sur le remplacement des fêtes des Moros y Cristianos par un jeu issu de la vocation économique locale ne peut pas exprimer plus clairement un désir de rompre avec l’héritage de la péninsule Ibérique et d’entrer dans une modernité festive qui serait celle du sport-spectacle propre au rodéo. Conformément à cette rupture spatiale et temporelle, la désignation de la fête sous l’appellation de Peão de Boiaderos exprime la volonté de valoriser le caractère autochtone des pratiques ludiques et la condition des travailleurs du bétail. Cette volonté se voit concrétisée par l’organisation d’une compétition de rodéo fondée, dans un premier temps, sur la monte des chevaux. L’association prétend qu’il s’agit là de la première fête du genre de toute l’Amérique latine. Détail intéressant pour notre propos, il est précisé que la première fête se tient dans une enceinte nommée Recinto Paulo de Lima Correa qualifiée de « velho picadeiro de circo de tourada », soit une ancienne arène de course de taureaux. La fête de Barretos donne là un exemple hautement significatif d’une transition, en un même lieu, entre les courses de taureaux tombées en désuétude et la pratique d’un rodéo local, qui lui-même va évoluer vers un rodéo nord-américain. Barretos offre ainsi l’exemple d’un relais dans le champ de la culture taurine entre la corrida et le rodéo. Cette transition entre deux cultures taurines offre une image éloquente du relais, dans le champ de la culture taurine, entre deux pouvoirs hégémoniques sur le continent, celui de la péninsule Ibérique à celui des États-Unis. Le caractère exemplaire de cette transition mérite qu’on en détaille la séquence chronologique.

164Signe de l’attachement de la fête du Peão de Boiaderos à la culture locale, elle est déclarée d’utilité publique par l’État de São Paulo en 1964 et l’hymne national retentit à partir de 1966 lors de l’ouverture de la compétition. Les années 1960 marquent une phase importante de patrimonialisation nationale qui passe également par l’invitation de monteurs étrangers, en particulier argentins, paraguayens et uruguayens. Le logo de la compétition est aujourd’hui orné de quatre drapeaux, celui du Brésil, celui des États-Unis, celui du Paraguay et celui de l’Uruguay. Barretos à l’époque s’inscrit comme la capitale du rodéo au Brésil et dans l’ensemble du Cône Sud.

  • 140 Le rodeio completo au Brésil compte huit exercices : cutiano, sela americana (saddle bronc), bareba (...)

165Il faut attendre la décennie suivante pour que soit introduite la monte des taureaux. La première exhibition, hors compétition, se tient en 1973, annoncée comme une première nationale. Il est précisé que « comme il n’existait pas de monteurs de taureaux, ce sont les monteurs de chevaux qui se risquèrent dans cet exercice ». Dès 1974, l’éleveur João Gargalaque responsable de la première exhibition organisa une série de spectacles à São Paulo avec un monteur masqué du nom de Toninho Cabeludo. En 1979, la monte des taureaux est introduite au rang de compétition autonome et en 1982, les monteurs réclament une égalité des gains avec les monteurs de chevaux, obtenue dès l’année suivante. Dans les années 1980, la fête de Barretos devient le plus grand événement country du pays, couronnée en 1989 par l’inauguration d’un nouveau stade de rodeio construit par Oscar Niemeyer avec une capacité de 35.000 places. Le développement de la monte des taureaux dans les années 1980 marque son acculturation définitive selon les codes nord-américains. Aujourd’hui, les spots publicitaires pour la fête de Barretos se focalisent presque exclusivement sur cette modalité. Beaucoup d’observateurs affirment que l’engouement brésilien pour la mode vestimentaire country, partie de São Paulo, est largement lié au succès des rodéos de Barretos. En 1993, Barretos ajoute une nouvelle compétition, le premier Festival international de rodéo qui accueille des monteurs étasuniens, canadiens et mexicains. L’année suivante, le Festival intègre l’ensemble de modalités techniques du rodéo nord-américain, nommé « rodéo complet ». En 1995, la Festa do Peão de Boiaderos où se concentrent toutes les compétitions sur une dizaine de jours entre dans le Guiness Book comme la plus importante manifestation de rodéo au monde. En 1996 est créée la Fédération nationale de rodéo complet qui s’aligne sur la réglementation nord-américaine de la PRCA140. Cette adoption des règles nord-américaines entraîne le développement des jeux des rodeo clowns, dont on a parlé pour les États-Unis, qui sont appelés ici « clowns » ou tout simplement toureiros.

  • 141 J. A. Bezerra, « Anjas da arena ».

166N’y voyons pas le fruit d’un simple transfert, car les nouveaux clowns prennent le relais des anciennes troupes de toreros qui ont existé au Brésil jusqu’à la fin des années 1960 dans un style mixte de tourada portugaise et de course comique, souvent associées à des spectacles de cirques. Le plus étonnant est de constater que dans certaines familles de toureiros, en une génération, la vocation familiale est passée presque naturellement d’une pratique à l’autre, de la tourada au rodeio. C’est le cas chez les Damasceno où le père, Francisco dit « Garrafinho » fut connu comme toureiro de tourada alors que les fils Antonio Carlos dit « Django » et Deusicler dit « Meio Quilo » forment aujourd’hui l’une des paires de clowns de rodéo les plus admirées. Ils ont tous deux fait leurs premières armes dans le cirque de leur père et aujourd’hui les fils de « Meio Quilo » rêvent d’embrasser la carrière non pas de clown de rodéo, mais de monteurs de taureaux141. Ainsi sur trois générations est-on passé dans la famille Damasceno des avatars brésiliens de la tauromachie portugaise au rodéo d’inspiration étasunienne.

167En 1997, le Festival international de Barretos est intégré comme étape mondiale du Pro Bull Riders, l’entreprise du Colorado élargissant ainsi son réseau continental à l’Amérique du Sud. Aujourd’hui, il existe au Brésil 26 étapes intégrées aux compétions du PBR, deux fois plus qu’au Mexique. Le vainqueur du PBR Brasil, entre autres modalités de participation des professionnels brésiliens aux compétitions mondiales, se voit directement qualifié pour la finale de Las Vegas. Faut-il considérer Barretos, capitale brésilienne du rodeio comme le cheval de Troie du rodéo nord-américain ? Quoi qu’il en soit, on perçoit mieux les enjeux territoriaux qui séparent la vaquejada et le rodeio, l’une représentative d’une autochtonie taurine récemment promue comme symbole national, l’autre représentatif d’une puissante acculturation nord-américaine en phase avancée d’assimilation dans l’aire dont la région urbaine de São Paulo. Dans cette relation se reflète une part des enjeux identitaires et territoriaux du Brésil dans la mondialisation.

  • 142 M. E. de Souza Maciel, Le gaúcho brésilien.
  • 143 R. George Oliven, « À la recherche des origines perdues ».

168Le rayonnement du rodéo nord-américain est tel qu’il atteint désormais la région du Rio Grande do Sul, autre grande région historique de l’élevage extensif des bovins. La programmation de rodéo selon les modalités nordaméricaines à Forqueta ou Caxias est le signe qu’il est en passe de vaincre une résistance de taille en ces terres de « gauchismo ». D’après María Eunice Souza Maciel, le gauchismo désigne le processus de construction et d’affirmation de l’identité culturelle fondée sur l’appartenance régionale au Rio Grande do Sul autour de la figure du gaucho142. Actuellement le Mouvement traditionaliste gaucho qui regroupe deux millions de participants actifs, revendique le fait d’être le plus grand mouvement de culture populaire du monde. Le mouvement créé en 1948 à Porto Alegre par des étudiants originaires des zones de pâturages du Rio Grande do Sul prône les valeurs traditionnelles de la vie dans les fazendas latifundiaires d’élevage143. Le rodéo ne pouvait rester en marge de ces traditions, réinventées sur un mode spectaculaire pour mettre en scène une part essentielle de la culture gaucha. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre la multiplication des rodeios crioulos (rodéos créoles) dont la qualification suffit à démontrer qu’ils ne doivent pas être confondus avec les rodéos de São Paulo. Dans le même temps leur identification reste dépendante du contremodèle dominant, car rien ne servirait de qualifier un rodéo d’ici s’il n’existait un rodéo d’ailleurs. Les deux principales épreuves du rodeio crioulo sont la monte des chevaux sauvages et l’immobilisation des bovins au lasso, alors que la monte des bovins en est exclue ou très rare. Le Rodeio Crioulo Internacional de Osorio créé en 1980 est l’un des grands événements de la communauté. Il réunit des participants liés pour l’essentiel à des Centres traditionalistes gauchos dont certains se sont formés dans d’autres États du Sud (Santa Catarina, Paraná) ou plus loin encore de la terre d’origine. Il réunit également des participants venus d’Argentine et d’Uruguay, resserrant les liens d’une grande communauté gaucha.

169Cela étant, le développement et la professionnalisation du rodeio crioulo ne sont pas comparables avec ceux de la vaquejada du Nordeste ou du rodeio nord-américain. La progression du rodéo nord-américain anime au sein de la communauté gaucha un sentiment de rejet envers une pratique qui serait à l’opposé des valeurs du Rio Grande do Sul. Se dresse en toile de fond, la menace confuse d’une mondialisation qui mettrait en danger ces valeurs, alors que le succès actuel de leur mouvement culturel en est aussi une manifestation. Antonio Augusto Fagundes, l’un des folkloristes en vue de la culture gaucha s’exprimait ainsi, en 1999, à propos de ce qu’il nomme avec mépris le rodeio country :

  • 144 A. Augusto Fagundes, « Rodeio Country, Nao ! ».

Les « rodéo country » n’ont rien de sertanejo et encore moins de brésilien. De la façon dont ils se présentent, ils sont une agression culturelle pour le Brésil en général et pour le Rio Grande do Sul en particulier. L’utilisation qu’ils font d’éléments qui sont nôtres ne masque pas un esprit exclusivement mercantile144.

  • 145 Assemblée législative de l’État du Rio Grande do Sul, Loi 11. 719/02 et Loi 79/06. Disponible sur l (...)

170Selon l’auteur, la fête de Barretos qui est d’abord née pour être une fête typiquement sertaneja s’est rapidement américanisée sans aucun respect pour les traditions locales et de conclure : « Nous n’avons pas besoin de singer les Américains […] Dehors la monte des taureaux, dehors le chapeau Stetson, dehors le rodéo country ». Le « rodéo country » ne sera pas mis à la porte comme en témoigne d’ores et déjà son haut degré d’assimilation à la culture brésilienne. En revanche, depuis peu, le rodeio crioulo a entamé un processus pour une meilleure reconnaissance culturelle directement liée à l’opposition latente entre Barretos et Osorio, entre « rodéo country » et rodéo gaucho. En 2002, le rodéo est officiellement institué par le gouvernement de l’État du Rio Grande do Sul comme une composante de sa culture populaire et en 2006 une loi en régule tous les aspects techniques et administratifs placés sous l’autorité directe du puissant Mouvement Traditionaliste Gaucho145. Le rodéo au Brésil constitue bien un champ d’affrontement des iconographies régionales, nationales et nord-américaines.

Farras do boi à Santa Catarina : l’isolat archaïque contre « l’iléité » açorienne

171Entre São Paulo et le Rio Grande do Sul se trouve le petit État de Santa Catarina qui connaît l’existence d’une pratique taurine d’origine açorienne ne figurant dans aucun ouvrage portant sur la tauromachie. Dans une perspective diffusionniste, les farras do boi manifestent une migration des pratiques taurines, d’abord de la péninsule Ibérique vers les Açores, puis de l’Archipel vers le continent américain. L’État de Santa Catarina et la Californie sont deux exemples de cette filiation qui montrent un fort attachement de la culture açorienne à la tauromachie, même s’il existe d’autres foyers de migrations qui n’ont pas donné lieu au maintien des pratiques taurines. À l’image des courses de taureaux de Barrancos au Portugal, les farras do boi (fêtes du taureau) de Santa Catarina n’ont connu de publicité qu’à partir du moment où les médias ont relayé une polémique entre les défenseurs de la tradition séculaire et les associations de protection des animaux dénonçant la cruauté de telles pratiques. Il s’en est suivi une criminalisation de la fête qui la fit évoluer. La pratique des farras do boi ne concerne pas l’ensemble de l’État de Santa Catarina, mais seulement son littoral et l’île de Florianopolis où se trouve concentrée la communauté açorienne qui, pendant longtemps, a vécu de la complémentarité de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage.

  • 146 E. P. Lacerda, As Farras do Boi no litoral de Santa Catarina.
  • 147 Le mamão est une sorte de grosse papaye avec laquelle était autrefois fabriqué le masque du taureau

172Derrière le vocable de farra do boi qui cristallise les enjeux du problème existe une diversité de pratiques taurines. Les fêtes du taureau et les jeux autour desquels elles s’organisent portaient autrefois différents noms : boi de campo, boino-campo, boi-na-vara, boi-no-laço, boi-no-arame, boi solto, brincadeira do boi ou simplement boi146. Techniquement ces différentes pratiques pouvaient être regroupées selon deux modalités : les taureaux à la corde (boi-na-vara, boi-nolaço, boi-no-arame) et les taureaux lâchés en liberté dans les champs ou dans les rues (boi-no-campo, boi-solto). Ces derniers, une fois rattrapés et maîtrisés, étaient mis à mort et leur viande était ensuite distribuée entre les membres de la communauté. À cela s’ajoute une tradition de danse avec un masque de taureau, le Boi de Mamão, qui existe sous d’autres noms dans de nombreuses régions du Brésil, en particulier le Nordeste, d’où elle serait originaire, et l’Amazonie (Bumba-meu-boi, Boi-Bumba)147. Les bovins, présents dans l’économie locale sans que l’État de Santa Catarina n’ait jamais été considéré comme un grand foyer d’élevage, servaient dans le travail des champs en tant que force de traction, dans le transport et la consommation carnée. Les jeux étaient réalisés avec des taureaux achetés à des éleveurs qui sélectionnaient pour l’occasion des exemplaires farouches. Une origine probable du boi-na-vara serait la domestication des bovins pour qu’ils apprennent progressivement à obéir à l’homme. L’animal est attaché par le cou à une corde dont l’autre extrémité est reliée à la pointe supérieure d’un bambou fixé dans la terre (la vara). Le jeu consiste à s’approcher de l’animal en jouant de la flexibilité du bambou, celui-ci ne pouvant pas aller au-delà d’un point où il se sent étranglé. Ce jeu encore pratiqué au milieu du xxe siècle semble avoir totalement disparu.

  • 148 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine », p. 18.

173Sans que l’on puisse le prouver, nous pensons qu’il y a une parenté lointaine avec les touradas a vara larga au Portugal pour lesquelles la partie en bois ou en bambou a disparu, alors même que sa trace persiste dans son appellation. Si tel est le cas, il faudrait envisager que l’une des origines possibles de certains jeux de corde portugais ne soit autre que la domestication des bovins pour le travail des champs et le transport de charges. Attacher le cou comme c’est le cas dans les touradas à corda de l’île Terceira, n’a peut-être pas la même origine qu’attacher les cornes, comme c’est le cas dans les divers taureaux encordés espagnols. Il est alors intéressant d’insister sur le fait que l’attelage des bovins pour le travail de la terre et pour le transport, sans être une exclusivité brésilienne, fut plus développée en Amérique portugaise qu’en Amérique espagnole où les chars à bœufs étaient plus rares que l’emploi des chevaux et des mules148.

  • 149 E. P. Lacerda, As Farras do Boi no litoral de Santa Catarina.

174Depuis une trentaine d’années, il n’existe plus de distinction effective des pratiques qui sont regroupées sous l’appellation de farra do boi héritière du boi no campo. La farra do boi, célébrée lors de la Semaine sainte, à Noël ou lors de la fête du saint patron, appartenait de toute évidence à la famille des pratiques sacrificielles liées à la consommation exceptionnelle de viande. L’animal était lâché dans la nature, poursuivi parfois plusieurs jours, puis ramené au village où il était tué et consommé lors d’un grand banquet populaire. Les farras do boi décrites par Eugenio Pascele Lacerda cadrent parfaitement avec les analyses de Pedro Romero de Solís sur la structure sacrificielle ternaire des fêtes taurines149. Sur le littoral de Santa Catarina, le rituel ne semble avoir subi aucune dissociation de la séquence festive entre l’affrontement, la mise à mort et le banquet depuis la fin du xixe siècle où apparaissent les premiers témoignages écrits jusqu’au milieu des années 1970.

  • 150 Disponible sur le site Internet de l’association « SOS animal » : http://sosanimalmg.com.br.
  • 151 Tribunal suprême fédéral, 153.531-8/SC. Loi fédéral no 9.605/1998.
  • 152 E. P. Lacerda, O Atlântico Açoriano, p. 146.

175Les farras do boi se transforment avec la progression de l’urbanisation et l’ouverture touristique du littoral, responsables du recul des traditions rurales et d’une ouverture des sociétés locales au regard collectif de la société civile brésilienne. Ce qui était encore décrit, il y a une trentaine d’années, de façon dépassionnée comme un folklore local, devient à partir des années 1980 synonyme de violence intolérable dans les médias nationaux. La polémique semble débuter à partir d’une campagne menée en 1987 par un certain Dagomir Marquezzi dans le journal O Estado de São Paulo qui n’hésite pas à parler de « tumeur nationale » pour dénoncer les farras do boi150. À la suite de plusieurs actions en justice lancées par des associations de protection animale, le gouverneur de l’État de Santa Catarina prend la décision d’interdire les farras do boi en 1988. Il revient sur sa décision face à la mobilisation des farristas à condition qu’elles aient lieu dans des enceintes fermées et sans mauvais traitement envers les animaux. Une dizaine d’années s’écoulent entre tolérance et répression, respect ponctuel des nouvelles règles et reprises des anciennes habitudes. En 1997, le gouvernement de l’État de Santa Catarina crée une commission d’étude pour faire de la farra do boi une activité culturelle moyennant un meilleur encadrement des pratiques et la valorisation d’autres activités reliées à cette tradition en particulier le boi-de-mamão. La même année, le projet est rejeté par une délibération du Tribunal suprême fédéral qui interdit les farras do boi sur le territoire catarinense et le parlement adopte une nouvelle loi sur la protection des animaux151. De nos jours, les farras de boi semblent se scinder en deux, d’un côté des jeux d’arènes tolérés où l’animal est couru comme dans n’importe quel lâcher de bovins en lieu clos et des farras do boi clandestines où les taureaux sont lâchés dans la nature provoquant parfois des affrontements entre farristas et forces de l’ordre. Dans les deux cas, il est certain que l’on assiste à une transformation du rituel et de sa signification sociale. Le résultat de cette polémique est la cristallisation de l’identité açorienne autour de la farra de boi, alors même que dans les années 1970 elle n’était pas liée dans les consciences à un quelconque héritage d’une appartenance historique à l’archipel152. Nous pensons que ce qui demeure un isolat archaïque pour les uns, représente pour les autres, la manifestation d’une « iléité » açorienne mieux affirmée, reliée à un réseau communautaire international en plein essor.

VIII. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE CHILIEN : UN RODEO CHILENO SINON RIEN

  • 153 La chilenidad au même titre que la mexicanidad est un terme couramment utilisé pour exprimer ce qui (...)

176Le rodeo chileno est le seul type de rodéo à être qualifié, dans son propre pays, par un adjectif qui rende compte explicitement de sa nationalité. Ce simple détail peut recevoir deux interprétations. Il peut signifier la précision d’une différence vis-à-vis des autres rodéos ou d’un modèle qui serait dominant, en l’occurrence le rodéo nord-américain, avec lequel il n’apprécie guère d’être confondu. Il peut aussi signifier, dans le même temps, la revendication d’une pratique emblématique de l’identité chilienne. L’institution, créée en 1961, qui en régule la pratique, s’intitule bien la Federación del Rodeo Chileno et non la fédération chilienne de rodéo. Tout confirme un processus cohérent et volontaire de patrimonialisation du rodéo chilien pour qu’il incarne une certaine idée de la chilenidad153.

177La Fédération du Rodéo Chilien a pris historiquement le relais de l’Association des éleveurs de chevaux criollo chileno, créée en 1946, avec pour double mission de promouvoir l’élevage de chevaux de pure race et de diffuser la pratique du rodéo. Dans un esprit comparable à l’analyse de Frédéric Saumade pour le Mexique sur la relation entre le choix des chevaux du rodéo et les stratégies matrimoniales et identitaires, il semble bien qu’au désir de conserver la pureté de cheval de race criolla chilena réponde la distinction d’une identité de classe, nous pourrions dire de caste, de l’élite créole. Sur ce thème, l’Association n’oublie jamais de souligner que le cheval criollo chileno descend des 75 chevaux qui accompagnaient Pedro de Valdivia en 1540, le conquérant et père mythique de la nation. C’est ensuite l’isolement géographique des hautes vallées centrales du pays qui aurait donné au cheval de pur-sang chilien, « race la plus pure de toute l’Amérique latine », ses qualités exceptionnelles de force et d’endurance. La création de la Fédération permet d’accélérer le processus de patrimonialisation du rodeo chileno qui met en scène l’excellence de ces chevaux.

178En 1962, le rodéo chilien est reconnu sport officiel, affilié au Comité olympique du Chili. La Fédération compte aujourd’hui environ 9.000 membres répartis entre 273 clubs, eux-mêmes regroupés en associations provinciales. Il y aurait quelque 200 arènes appelées medialunas pouvant accueillir des spectateurs. Il est curieux de constater que le mot utilisé pour désigner l’arène reprend le nom de l’instrument utilisé par les cavaliers pour sectionner les tendons des bêtes, la medialuna (la demi-lune), utilisée jadis à la guerre et à la chasse. Le Championnat national de rodéo qui est la grande finale qui couronne l’ensemble des compétitions, se tient en avril dans la ville de Rancagua (région O’Higgins) au centre du territoire. La sélection des équipes se fait par un système qui ajoute au mérite une forme de péréquation nationale pour que soient représentées toutes les régions du pays, divisées en trois entités Zone Nord, Zone Centre, Zone Sud. Les provinces de Aisén et de Magallanes, les deux régions méridionales les plus éloignées du Centre, comptent obligatoirement une équipe présente par dérogation du règlement. Cette close dérogatoire révèle assez bien le souci de représentation nationale qui déroge à la pure logique de l’excellence sportive. Dans la Medialuna Monumental de Rancagua, également appelée la Medialuna nationale, une fois par an depuis 1949, sont annulées les distances de cette « folle géographie » autour d’un événement central qui se veut fédérateur. Le règlement impose l’habit traditionnel du huaso à tous les participants y compris à ceux venus de régions où il existe d’autres costumes représentatifs d’une l’identité régionale. Le costume huaso se compose, du chapeau type cordouan à ailette réglementaire d’un minimum de sept centimètres, de la chaqueta corta (veste courte qui n’est pas sans rappeler la coupe du traje corto andalou), le faja (ceinture aux couleurs du Chili), le chamanto (poncho chilien), le pantalon de toile ouvert à la base, les bottes et les éperons. Le cavalier huaso qui remporte la finale devient le champion du Chili qui est également désigné par le titre de « El Chileno » (Le Chilien). En l’absence de toute autre forme de pratiques taurines, aucune tauromachie ne semble mieux participer à la construction d’une identité nationale univoque. Derrière cette construction idéologique qui fait du cavalier huaso, le champion de la « chilénité » et de Rancagua sa capitale apparaît, en creux, la formation de l’État-nation chilien et sans doute aussi de ses traumatismes.

179Il y a une raison géographique et historique à faire se dérouler la grande finale de rodéo à Rancagua, située à proximité de Santiago du Chili et à michemin entre les confins septentrionaux du désert d’Atacama chilien et de ceux de la Terre de Feu. On peut se demander pourquoi ne pas avoir choisi la capitale pour cette fonction. L’explication tient selon nous au rôle historique de Rancagua dans l’histoire du Chili, et à la symbolique sociale du rodéo chilien qui cadre mal avec les excès modernes de l’urbanité. Rancagua est un haut lieu de l’histoire de l’indépendance du Chili, connu pour avoir été le théâtre du Désastre de Rancagua, période qui s’étend de 1814 à 1817 où les troupes royalistes espagnoles rétablissent leur domination sur le Chili. Certains indépendantistes ont pu fuir Rancagua comme le général O’Higgins. mais beaucoup sont morts dans cette période d’épuration politique. Lors de la deuxième indépendance, le Libérateur O’Higgins en fait la ville martyre de l’identité nationale, qualifiée dès 1818 de ville « Loyale et Nationale ». Dans le langage courant, la ville connaît comme autre surnom ceux de Historique Ville, de Capital du Rodéo et de Ville Huasa.

  • 154 M. Fraysse, « Alberto Blest Gaña et Balzac ».
  • 155 L. Thomas, El Huaso. Ensayo de Antropología Social ; R. León Echaíz, Interpretacíon Histórica del H (...)
  • 156 G. Salazar et J. Pinto, Historia contemporánea del Chile, t. II.
  • 157 J. Bordes, Les Structures agraires de la vallée du Puangue, chap. iii : « La descendance des grande (...)
  • 158 Ibid., p. 119.

180Dans l’historiographie nationale, le Chili n’a pu être libéré que grâce au ralliement des masses populaires et en particulier des paysans huasos de la Vallée Centrale. À l’origine, les huasos de la Vallée Centrale ne sont pas ces cavaliers tirés à quatre épingles, portant le chapeau cordouan, la couverture et la ceinture aux couleurs du Chili, montés sur un cheval de pure race créole. À l’origine, ils ne sont pas non plus ces cavaliers qui depuis 1931 guident le défilé militaire célébrant l’indépendance du pays. À l’image de ce que nous avons mentionné pour les protagonistes d’autres rodéos, le mot huaso signifie d’abord un homme rustre et métissé, journalier vagabond, vaquant d’hacienda en hacienda, ou attaché à l’une d’entre elles, tel que l’évoquent les écrits du célèbre romancier chilien Alberto Blest Gaña154. Les écrits sur les huasos font état d’une étymologie obscure du terme liée à un mot quechua ou mapuche qui signifierait le dos, renvoyant directement à la figure du cavalier155. Le huaso est d’abord perçu comme un être dangeureux, au même titre que les premiers cow-boys de l’Ouest américain, les llaneros du Venezuela et les vaqueiros révoltés du Nordeste, en raison de sa marginalité et de son indifférence au sort de la nation naissante. Mais vers les années 1850, les huasos deviennent, de toute évidence, les forces nécessaires à la construction agricole du pays et des hommes indispensables pour mener la guerre du Pacifique contre le Pérou156. Le géographe Jean Bordes dans sa thèse secondaire portant sur les structures agraires de la vallée du Pangue (Chili Central) montre que cette période est cruciale dans le développement des haciendas d’élevage et la normalisation des règles entre hacendados propriétaires et inquilinos (ouvriers agricoles) travaillant à leur service157. D’après un rapport statistique de 1875 du département de Melpilla situé dans la Vallée Centrale faisant état des contrats de travail des haciendas, l’inquilino doit posséder sa propre monture pour le travail du rodeo158. Les huasos sont donc des travailleurs du bétail possédant leur propre cheval d’où l’intérêt qu’ils représentent pour les classes dirigeantes dès lors qu’il est question de défendre le territoire. Reste à expliquer, dans une perspective chère à Hobsbawm comment la figure rurale du « bandit social », marquée par le métissage avec l’Indien, s’est finalement transformée en représentante des classes dominantes de la nation, blanche et urbaine. Des éléments de réponse se trouvent inscrits dans le rituel même du rodéo à la manière de ce que nous avons établi pour la vaquejada brésilienne.

  • 159 J. C. Skewes, « El Rodeo, una metáfora del Tiempo Viejo ».

181Le rodéo utilitaire organisé comme un temps périodique du travail des champs est toujours une démonstration de pouvoir de l’hacendado. On peut considérer que le rodéo affirme d’abord un pouvoir de transformation du milieu et d’appropriation de l’espace. En effet, en rassemblant et en marquant le bétail, la richesse se voit transférée du monde libre et sauvage au monde domestiqué appartenant au propriétaire terrien. Le rodéo affirme ensuite le pouvoir du patron qui dirige ses travailleurs et qui, exceptionnellement, sort de son seul rôle de propriétaire pour prendre part aux opérations, célébrant une sorte d’égalitarisme dans l’action et jouant alors pleinement son rôle d’éleveur de bétail. Selon l’anthropologue Juan Carlos Skewes de l’université Australe du Chili, attaché à l’idée que le rodéo chilien est une évocation de l’ancien temps, il est aussi une ritualisation des systèmes de domination caractéristiques du régime de l’hacienda159. Il est intéressant de constater que les règles du rodéo moderne insistent précisément sur cet aspect puisqu’il existe une répartition des rôles entre les deux cavaliers (la collera) en apparence identiques. L’un dirige et oriente l’animal pour que l’autre puisse rester en contact avec le bovin par l’intermédiaire de son cheval, afin de le stopper dans sa course le moment venu. On retrouve la même logique que dans la vaquejada au Brésil. Ainsi, il s’agit à la fois d’une valorisation du travail collectif, mais aussi d’un rapport de subordination où l’on peut voir l’héritage des huasos inquilinos au service du contremaître et du propriétaire devenant alors huasos hacendados, les seuls à pouvoir prétendre, dans la version moderne et sportive, au titre de « El Chileno ». Les réformes agraires et les évolutions historiques du Chili contemporain ont certes transformé le cadre de l’hacienda héritière du monde colonial. Mais on peut penser que la création du sport moderne permet d’en élargir la portée. Alors, le rodéo chilien n’est plus la seule évocation nostalgique du modèle d’organisation de l’hacienda, mais la tentative de transposer symboliquement l’équilibre traditionnel des pouvoirs dans le cadre territorial de l’État-nation. On comprend mieux l’accumulation de la symbolique nationale autour de cette activité. Le cavalier huaso devient donc le garant d’un système de valeurs qui assure la domination de la ville sur le monde rural, du centre sur les périphéries et qui finalement symbolise une cohésion territoriale projetée par les élites. La répartition des clubs sur l’ensemble du territoire témoigne d’un marquage d’une chilenidad officielle. Même la convocation dérogatoire des provinces du Sud au Championnat national s’éclaire. Cette région ne constitue-t-elle pas la marche frontière la plus tardivement intégrée, et non sans féroce répression, en raison de la résistance des Mapuches ? Derrière le lissage de l’organisation de l’espace taurin et la figure exemplaire du cavalier huaso qui n’est concurrencé par aucune autre forme tauromachique, se dessinent l’histoire et la géographie d’une cohésion territoriale difficile, marquée par des événements violents. La violence est sans doute d’abord celle de l’appropriation d’un espace géographique atypique, étiré comme nul autre au monde, passant du littoral à la haute montagne en quelques kilomètres. La violence est surtout celle d’une construction nationale douloureuse : rejet du métissage, radicalité de la société de classe, dictature, massacre des Mapuches.

  • 160 Diario del Congreso Chileno, 13 juillet 2006. Disponible sur le site Internet : www.camara.cl/diari (...)

182Aujourd’hui, chaque 19 septembre pour célébrer l’Indépendance nationale, le président de la République reçoit des mains d’un cavalier huaso du vin qui circule parmi les membres du cabinet jusqu’au commandant en chef des forces armées. En 2006, la loi de 1968 qui célébrait la fête du Huaso (Día del Huaso), le deuxième vendredi d’octobre, est remplacée par une nouvelle loi, adoptée par 84 voix contre 1, qui institue désormais ce jour le premier septembre, c’est-àdire au début du « Mois de la Patrie ». Sergio Ojeda, l’un des députés portant le projet de loi, se réjouit de cette nouvelle loi : « Nous croyons que c’est le devoir de tout peuple de conserver ce qui est autochtone, de fortifier l’identité et son style de vie original, de valoriser ce qui est à nous, ce qui est vital pour renforcer l’âme nationale »160.

183Enfin, au regard de cette analyse, on ne peut éviter de souligner que le rodéo chilien a quelques points communs avec la charreada au Mexique. Il s’agit d’une pratique hautement représentative de l’identité nationale qui évoque la place de l’hacienda comme cellule sociale paternaliste. Il existe un costume folklorique officiel intégré dans la réglementation du jeu. Ce sont deux pratiques taurinoéquestres centrées sur le cheval et sur sa race. Dans les deux cas, les valeurs collectives affirmées dans la pratique sportive de loisir renvoient à un groupe social dominant lié au corps armé. À l’opposé des valeurs individualistes et de l’esprit de lucre du rodéo nord-américain, la pratique valorise l’idée d’un otium aristocratique, source de prestige qui s’exprime en amont d’un pouvoir économique non moins réel. La grande différence entre ces deux pratiques, réside dans l’articulation de la charreada avec les autres jeux taurins coexistant sur son territoire, alors que le rodéo chilien ne connaît aucune autre forme taurine dérivée, transformée ou concurrente, la première faisant écho à la nation métisse, la seconde relevant de sa négation.

184Retenons de ce parcours américain que l’extension de chacune des pratiques tauromachiques recouvre des aires de taille très variables. La corrida s’étend d’un continent à l’autre et peut, à ce titre, être considérée comme la seule véritable forme tauromachique d’envergure transatlantique. Le rodéo concerne la quasi-totalité du continent américain bien qu’il soit individualisé sous des formes tantôt communes à plusieurs pays (le rodéo nord-américain) tantôt spécifique d’un seul. En cela, le rodéo apparaît comme une forme taurine panaméricaine aux multiples ramifications. Certaines pratiques s’individualisent en des aires plus réduites qui souvent recoupent des régions marquées par une forte homogénéité historique et culturelle, parfois même paysagère : le coleo des Llanos vénézuélo-colombiens, la vaquejada du Sertão, à l’image dans une certaine mesure de la course landaise en Gascogne, de la course camarguaise en Camargue. Ces pratiques ne connaissent pas toutes les mêmes dynamiques. La plupart demeurent cantonnées dans des frontières relativement stables, certaines connaissent une expansion spatiale récente (rodéo nord-américain), d’autres sont en voie de régression (turupukllay andin, farra do boi du littoral de Santa Catarina). À ces différences propres à l’étendue de chacune des pratiques taurines et à leur dynamique spatiale s’ajoutent des différences liées à la patrimonialisation des pratiques taurines, plus ou moins reconnues et mises en scène comme des traits culturels constitutifs de l’identité locale. Nombre d’entre elles sont instrumentalisées comme symbole culturel national au-delà de la diversité interne des pratiques taurines régionales et face à des pratiques taurines étrangères ou extérieures. Il y a donc un usage interne et externe au pays, dans les logiques d’institutionnalisation des jeux taurins dont la représentativité peut être discordante avec l’aire d’extension réelle de leur pratique.

Notes

1 INEGI, Estadísticas de Cultura, Cuaderno no 8, 2003.

2 Aplausos, no 1281, lundi 15 avril 2002, p. 27.

3 L. de Tabique, Guía de América taurina, p. 13.

4 Rappelons que les petits États du plateau central sont nés historiquement de la fragmentation des « gros » : Aguascalientes, Colima, Nayarit issus du Jalisco, Guanajuato né du Michoacán, Querétaro, Hidalgo, Guerrero et Morelos né du México.

5 Le terme « indigène » est couramment utilisé dans toute l’Amérique latine pour remplacer le terme dévalorisé d’Indien.

6 M. Luna Parra et L. Ruíz Quíroz, Análisis y registro de las plazas de toros de México, pp. 16 et 24.

7 L. de Tabique, Guía de América taurina, p. 11.

8 Á. Villatoro, Antología taurina mexicana, pp. 373-382.

9 Nous avons repéré l’existence de ces arènes grâce à un article de D. Pierce, dans Toros, no 1570, 29 janvier 1998.

10 Toros, no 1570, 29 janvier 1998.

11 La calle Estafeta est la plus célèbre rue de l’encierro de Pampelune.

12 Par comparaison, qui n’en est pas une en raison de la qualité des spectacles, les arènes de Madrid ont programmé durant ces années-là un total de 45 corridas.

13 Toros, no 1569, 2 janvier 1998. L’arrastre désigne le retrait des taureaux de l’arène. Le desolladero est la cour où les taureaux morts sont conditionnés afin de pouvoir commercialiser la viande.

14 Slogan publicitaire : « Viens à Aguascalientes et tu vérifieras pourquoi la Feria de San Marcos est la féria du Mexique ».

15 Je le remercie de m’avoir reçu, de m’avoir présenté le programme de revalorisation de la culture taurine et de m’avoir fait mieux connaître la réalité de l’élevage brave au Mexique.

16 Données transmises par Luis Ruiz Quiroz.

17 Ángel Villatoro en 1986 propose une courte bibliographie de 488 toreros mexicains. Á. Villatoro, Antología taurina mexicana, pp. 71-271.

18 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 83.

19 F. Saumade, Maçatl, p. 61.

20 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 92.

21 F. Saumade, Maçatl, p. 37.

22 V. M. Rodríguez García, « La charrería, cuestión de enfoque », p 332.

23 F. Saumade, Maçatl, p. 28.

24 Cet événement qui a lieu chaque année dans une ville différente doit être considéré comme une sorte de grande finale des compétitions charras dont le titre laisse comprendre qu’il s’agit aussi d’une manifestation culturelle.

25 Le terme, rarement utilisé en français, est d’usage courant au Mexique pour désigner ce qui relève de l’identité mexicaine : la mexicanidad.

26 Cité par F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 204.

27 E. Guarner, Historia del toreo en México, pp. 42-43 ; F. Saumade, Maçatl, p. 38.

28 A. Villatoro, Antología taurina mexicana, p. 127. L’auteur ne donne ici aucune précision sur la nature des exercices regroupés sous le terme de jaripeo.

29 F. Garibay Anaya et M. Luna Parra, México se viste de luces, p. 58.

30 C. Palomar, « El papel de la charrería como fenómeno cultural », p. 90.

31 F. Saumade, Maçatl, p. 32 ; Id., « Du taureau au dindon. Domestication du métissage ». Dans cet article l’auteur propose une liste avec quelques différences mineures : Morelos, Mexico et le DF, Hidalgo, Puebla, Veracruz, Guerrero, Michoacán, Colima, Guanajuato et Oaxaca.

32 Nous ferons le même type de remarque lors de l’analyse du turupukllay andin.

33 Propos recueillis par le journal en ligne Noti-Arandas le 4 janvier 2007, disponible sur le site Internet : http://notiarandas.com/noticia.asp?id=7071[réf.du10juin2007].

34 Les villes étapes du PBR sont : Saltillo, Monterrey, Hermosillo, Reynosa, Durango, Aguascalientes, Hidalgo de Parral, Torreón, Juárez, León, Lagos de Moreno.

35 El Diario Lealtad de Chihuahua, 20 août 2006.

36 Une partie des informations sur les États-Unis a pu être approfondie grâce à l’obtention du programme ANR « Torobullmexamerica » que nous menons en partenariat avec Frédéric Saumade depuis 2008.

37 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 219.

38 E. A. Lawrence, Rodeo. An anthropologist looks, p. 84. Pour une analyse poussée des diverses terres de ranch dans l’Ouest américain voir P. Starrs, Let the Cowboy Ride, en particulier au sein des États de New Mexico, Texas, Nebraska, Wyoming et Nevada.

39 PRCA, 2006.

40 J. Hibdon, « The economics of rodeo cowboys », p. 239.

41 E. Atwood Lawrence, Rodeo. An anthropologist looks, p. 4 ; PRCA, 2006.

42 R. Bérard (dir.), La Tauromachie. Histoire et dictionnaire, p. 909.

43 K. Mullen Sands, Charrería mexicana.

44 O. Nájera-Ramírez, « Engendering Nationalism ».

45 Informations disponibles sur le site Internet de l’association de charros de la ville de San Antonio : http://www.sanantoniocharros.org [réf du10 juin 2007].

46 El Sol de San Juan del Río, 30 juillet 2007.

47 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 55.

48 Ibid., p. 57.

49 P. Starrs, Let the Cowboy Ride.

50 P. Jacquin, Le cow-boy. Un américain entre le mythe et l’histoire, p. 109.

51 M. L. Le Compte, « The hispanic influence on the history of rodeo ».

52 F. Turner, « The significance of the frontier ».

53 F. Garibay Anaya et M. Luna Parra, México se viste de luces, p. 35. Traduction : À la mémoire du Cyclone mexicain Carlos Arruza, de la part de l’afición des États-Unis, érigé par les Peñas taurines de Californie.

54 M. Darrieumerlou, « Toreros Yankees au Mexique ».

55 A. Graves, The Portuguese Californians, p. 160. L’auteur s’appuie sur un article inédit d’Adrienne Alston de 1996.

56 A. Hadwick Gayton, « The festa da Serrata ».

57 Ibid., p. 252.

58 Nous avons croisé plusieurs sources : L. de Tabique, Guía de América taurina ; J. M. de Cossío, Los Toros ; A. Lopera, Colombia, tierra de toros ; Pepe Alcázar, Plazas de toros de Colombia ; Mundotoro. com ; Portaltaurino. com ainsi que les informations aimablement transmises par le journaliste taurin Julián Parra Díaz.

59 Résultat du sondage mis à jour le 18 juillet 2007 disponible sur le site Internet de la radio : http://www.caracol.com.co/encu/index.asp?t=V&id=803 [réf du 30 juillet 2007].

60 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 62.

61 La ville est à proximité du volcan le Nevado del Ruiz, tristement célèbre pour son éruption de 1985.

62 Pepe Alcázar, Plazas de toros de Colombia, p. 47.

63 Ibid., p. 51.

64 A. Caballero, « Le condor et le taureau », p. 27.

65 Ibid., p. 27.

66 On rencontre de telles pratiques dans toute l’Amérique latine, du Mexique (los toritos) au Brésil (traditions du bumba meu boi du Nordeste ou du boi de mamão dans le Sud).

67 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 276.

68 Cet accord hispano-colombien m’a été remis en mains propres par le syndicat des toreros équatoriens qui entend s’en inspirer.

69 Le cartel (l’affiche), désigne couramment dans le vocabulaire les protagonistes qui sont au programme.

70 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 164.

71 L. Bolívar et E. Elisur, Geografía apureña.

72 J. Fierra Patiño, « Llanos orientales ».

73 R. Vargas Meza, Las FARC, la guerra y la crisis del Estado.

74 Instituto de Turismo del Meta, 2005. Informations disponibles sur le site Internet de l’Institut du tourisme du département de Meta : http://turismometa.gov.co/index.php [réf du 10 juin 2007].

75 F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 73.

76 J.-L. Cavalier, Fiesta en corralejas.

77 C. Crismatt Mouthon (dir.), Corralejas departementales.

78 G. E. Rodríguez Navarro et alii, Mapa cultural del Caribe Colombiano, pp. 143-147.

79 C. Crismatt Mouthon (dir.), Corralejas departementales.

80 Colombia Universal, 28 janvier 2005.

81 Pepe Alcázar, Plazas de toros de Colombia, p. 163.

82 La traduction nécessairement imparfaite de caballeros ne peut retranscrire les connotations hispaniques du mot qui renvoient tout à la fois à l’homme opposé à la femme, à l’homme à cheval, à la noblesse du chevalier et au gentleman.

83 F. López Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, pp. 309-313, et données personnelles de Raúl Gordon Blasini.

84 El Nacionalista de Guárico, 4 mai 2007.

85 Ibid.

86 Propos recueillis par le journaliste Humberto Márquez pour l’Agence de Presse IPS (Inter Press Service) dans un article intitulé « Peligran las tradicionales corridas de toros », daté du 26 avril 2007, mis en ligne sur le site Internet de l’agence : http://ipsnoticias.net/nota.asp?idnews=40770 [réf 10 juin 2007].

87 F. Rodríguez, « Factor shares and ressource booms ».

88 Propos de l’éditorial de 24 décembre 2003 tenu par Marco Barrios, directeur de l’Association de promotion du coleo et entreprise des spectacles Toroscoleados. com. Disponible sur les site Internet de l’association : http://toroscoleados.com/html/modules.php?name=News&file=print&sid=&à[réf du 10 juin 2007].

89 V. Rago, « Llano y llanero ».

90 T. Clément, « Puissance et souveraineté ».

91 V. Rago, « Llano y llanero », p. 4.

92 T. Clément, « Puissance et souveraineté ».

93 E. Hobsbawm, Les bandits, p. 28.

94 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” ».

95 V. Rago, « Llano y llanero », p. 18.

96 El Diario de Guárico, 4 mai 2007.

97 Ibid.

98 Ibid.

99 Estimation calculée à partir des chiffres et des adresses des fincas aimablement communiqués par lAsociación de Criadores de Ganado de Lidia del Ecuador.

100 En 2005, à Quito a été programmé l’élevage colombien Las Ventas del Espíritu Santo, appartenant au matador César Rincón.

101 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, p. 269.

102 Revista Terra Incógnita, 18 juillet 2002.

103 Hoy, 29 novembre 2006.

104 P. de Carvalho Neto, « Un caso de mestizaje cultural ».

105 El Mercurio, 7 décembre 2004.

106 Conseil Métropolitain de Quito, no IC-2003-406 du 20 octobre 2003.

107 P. Espinosa et J. P. Espinosa, El toro de lidia en el Ecuador, p. 70.

108 El Comercio, 14 mars 2002. Conférence prononcée à la Maison de la culture équatorienne.

109 W. Paredes Ramírez, Indios, problema indígna, regionalidad y localidad.

110 El Universo, 17 juin 2006.

111 El Universo, 24 juin 2006.

112 Je remercie particulièrement Pablo Gómez de Barbieri, Bartolomé Puiggros Plana et Claudio Sillero. Le premier est journaliste taurin à El Correo et nous a très aimablement et patiemment décrit le fonctionnement et l’organisation de cet immense pays taurin. Le deuxième, pendant longtemps ingénieur agronome, puis éleveur de taureaux de combat, est responsable depuis 1967 de la rubrique taurine du journal El Comercio. Il prit la suite à la tête de cette prestigieuse rubrique d’une figure incontournable de l’afición péruvienne Manuel Solari « Zeño Manué », qui est à l’origine de la création de la Feria Taurina del Señor de los Milagros de Lima en 1947. Le troisième est l’auteur de nombreux reportages de presse écrite et de télévision sur la tauromachie au Pérou dans une perspective ouverte à ses multiples formes et transformations. Je remercie également le professeur d’anthropologie de l’université Catholique de Lima, Juan Ossio de m’avoir longuement reçu ainsi que le professeur de sociologie, Fanni Muñoz.

113 Les données de Mundotoro annoncent un total de 46 courses.

114 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay, p. 102.

115 Fiesta Brava, no 26, 2005, p. 3.

116 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 198. Citant les propos de Manuel Chávez Nogales.

117 Pour la petite histoire que l’on peut relier avec les pages précédentes, le premier entrepreneur qui eut l’obligation réglementaire d’intégrer un torero péruvien n’est autre que Manolo Chopera.

118 A. Garland, Lima y el toreo, p. 163.

119 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, p. 170.

120 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, p. 289.

121 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay ; F. Muñoz, « La fiesta del Turupukllay en el mundo andino » ; P. Harvey, « Jugando por la Identidad y la tradición » ; Id., « El toro y el cóndor en lidia » ; A. Molinié, « Le taureau aux ailes de condor ».

122 F. Muñoz, « La fiesta del Turupukllay en el mundo andino », p. 318.

123 P. Harvey, « Jugando por la Identidad y la tradición », p. 229.

124 A. Molinié, « El toro y el cóndor en lidia », p. 502.

125 F. Muñoz, Cultura popular andina : el Turupukllay, p. 79.

126 Fiesta Brava, no 23, 2004, p. 10.

127 M. Le Lannou, Le Brésil, p. 159. D’après Jean Orrechioni, le sertão représente « les contrées incultes, sauvages, éloignées de la côte, des centres de population et par conséquent des foyers de civilisation ». J. Orrechioni, « Contribution à l’étude du mot sertão », p. 655. La caatinga est une formation xérophile de brousse à épineux que l’on distingue localement du campo (savane herbeuse) et du cerrado (savane arborée). L’agreste est la zone cultivable.

128 CAMPEV, Campionato Pernambuco de Vaquejada.

129 Mastruz com Leite est un groupe musical très populaire au Brésil associant des instruments de la musique traditionnelle du Nordeste (zabumba, triangulo, sanfona) et des instruments modernes. Ils organisent une partie de leur tournée en fonction du calendrier des vaquejadas et incarnent le succès populaire de la musique nordestina labellisée par l’entreprise A Somzoom. En 2000, cette dernière aurait vendu 2,5 millions de disques au Brésil.

130 Loi no 10.220 du 11 avril 2001. Le terme de peão synonyme de péon désigne les acteurs du rodéo.

131 Loi no 3.986, 2004.

132 Projet de loi Fête nationale du Vaqueiro. Disponible sur le site Internet : www.camara.gov.br/sileg/integras/235523.pdf ; El Diario de Guárico, 4 mai 2007.

133 E. Da Cunha, Hautes Terres. La guerre de Canudos, p. 90.

134 L. da Câmara Cascudo, A vaquejada nordestina e sua origem.

135 Ibid., p. 31.

136 Ibid., p. 27.

137 Federaçao Nacional de Rodeio Completo.

138 La selle cutiano est une selle différente de la selle américaine, plus allongée, fixée à l’avant du cheval, qui serait originaire du Mato Grosso.

139 Informations disponibles sur le site de l’association Os Independentes : www//http:independentes.com.br/2006/link.php?xopcao=0101[réf du 10 juin 2007].

140 Le rodeio completo au Brésil compte huit exercices : cutiano, sela americana (saddle bronc), bareback, bulldog, laço de bezerro, laço em duplas, três tambores, montaria em toura.

141 J. A. Bezerra, « Anjas da arena ».

142 M. E. de Souza Maciel, Le gaúcho brésilien.

143 R. George Oliven, « À la recherche des origines perdues ».

144 A. Augusto Fagundes, « Rodeio Country, Nao ! ».

145 Assemblée législative de l’État du Rio Grande do Sul, Loi 11. 719/02 et Loi 79/06. Disponible sur le site Internet : https://www.al.rs.gov.br/ag/NOTICIAS.ASP?txtIDMATERIA=152957&txtIdTipoMateria=3.

146 E. P. Lacerda, As Farras do Boi no litoral de Santa Catarina.

147 Le mamão est une sorte de grosse papaye avec laquelle était autrefois fabriqué le masque du taureau.

148 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine », p. 18.

149 E. P. Lacerda, As Farras do Boi no litoral de Santa Catarina.

150 Disponible sur le site Internet de l’association « SOS animal » : http://sosanimalmg.com.br.

151 Tribunal suprême fédéral, 153.531-8/SC. Loi fédéral no 9.605/1998.

152 E. P. Lacerda, O Atlântico Açoriano, p. 146.

153 La chilenidad au même titre que la mexicanidad est un terme couramment utilisé pour exprimer ce qui serait le propre de l’identité chilienne.

154 M. Fraysse, « Alberto Blest Gaña et Balzac ».

155 L. Thomas, El Huaso. Ensayo de Antropología Social ; R. León Echaíz, Interpretacíon Histórica del Huaso Chileno.

156 G. Salazar et J. Pinto, Historia contemporánea del Chile, t. II.

157 J. Bordes, Les Structures agraires de la vallée du Puangue, chap. iii : « La descendance des grandes haciendas ».

158 Ibid., p. 119.

159 J. C. Skewes, « El Rodeo, una metáfora del Tiempo Viejo ».

160 Diario del Congreso Chileno, 13 juillet 2006. Disponible sur le site Internet : www.camara.cl/diario/noticia.asp?vid/19985.

Table des illustrations

Légende Carte 13. — Tauromachies au Mexique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Graphique 11. — Spectacles taurins majeurs au Mexique (2001-2005)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Carte 14. — Tauromachies aux États-Unis
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Carte 15. — Tauromachies en Amérique andine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Carte 16. — Tauromachies en Colombie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Carte 17. — Tauromachies au Venezuela
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Carte 18. — Tauromachies en Équateur
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 53. — Plaza de toros de Quito (extérieur). Les toreros de la vieille Europe sont à l’affiche : « El Fandi », Andy Cartagena, « El Juli », Sébastien Castella, Enrique Ponce, Morante de la Puebla (Quito, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 54. — Plaza de toros de Quito (intérieur). Quatre drapeaux flottent sur les arènes : les drapeaux de Quito, de l’Équateur, de l’Espagne et de la France (Quito, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Carte 19. — Tauromachies au Pérou
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 55. — Plaza de toros de Lima. Les drapeaux espagnols et péruviens flottent sur les arènes de Lima (Lima, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Carte 20. — Tauromachies au Brésil
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7734/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search