Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Troisième partie. Espaces et territoires de la tauromachie

Chapitre VII. Les dynamiques récentes des espaces tauromachiques européens

Texte intégral

1La tauromachie en Europe est-elle une pratique en progression ou en déclin ? Cette question appelle des réponses qui tiennent compte de la diversité des pratiques et d’une différenciation géographique précise. Dans l’ensemble, il est possible de considérer que les pratiques tauromachiques sont en augmentation, en dépit de dynamiques contradictoires, en particulier en Espagne, qui contribuent à une différenciation croissante des régions taurines. En outre, cette augmentation spatialement sélective contribue à une redéfinition du paysage taurin européen et à l’affirmation de dynamiques transfrontalières jusqu’alors inédites.

I. — CROISSANCE DES PRATIQUES ET DIFFÉRENCIATION DES ESPACES TAURINS ESPAGNOLS

2En Espagne, les spectacles de la tauromachie professionnelle et les jeux taurins populaires sont entrés dans une phase de stabilisation après une période de progression qui court de la fin des années 1980 au début des années 2000. Cette période correspond également à une augmentation des contrastes entre les régions taurines espagnoles.

Expansion et restructuration de la tauromachie professionnelle

a) L’augmentation des spectacles

  • 1 Pour les années 1990-1991, il s’agit d’une étude du docteur Antonio Borregón Martínez, président d (...)

3Une enquête réalisée en 2006 par l’institut de sondage ICSA Gallup révélait que 69 % des Espagnols ne portaient aucun intérêt aux corridas. Ce chiffre est à peu près stable depuis une dizaine d’années. Il s’inscrit néanmoins, sur un temps plus long, dans une nette décroissance de l’intérêt porté aux corridas qui, selon les mêmes sources, auraient intéressé 55 % de la population espagnole au début des années 1970, autour de 50 % au début des années 1980 et 30 % au début des années 1990. Les résultats de l’enquête font en outre apparaître des différences géographiques qui confirment les tendances lourdes de la répartition des spectacles : un plus fort désintérêt pour les corridas en Catalogne et en Galice où il atteint 80 % de la population contre 63 % dans le reste du pays. À en croire ce sondage, cette évolution semble indiquer un irrémédiable déclin de la tauromachie. Or ces résultats ne sont pas en corrélation avec une baisse analogue du nombre de spectacles. Au contraire, ce nombre n’a jamais été aussi élevé et la tauromachie n’a sans doute jamais connu, en valeur absolue, autant de spectateurs. Pour les années 1990, 1991 et 1996, nous disposons d’un chiffre officiel qui fait état du nombre de spectacles taurins1. Le tableau ci-dessous rend compte de l’augmentation des spectacles de 1990 jusqu’aux évaluations de 2003 que nous avons nous-mêmes établies.

Tableau 3. — Croissance des spectacles taurins en Espagne (1990-2003)

Tableau 3. — Croissance des spectacles taurins en Espagne (1990-2003)

4Cette évolution globale à la hausse masque des recompositions internes entre les pratiques. En 1990, le Conseil des vétérinaires d’Espagne annonçait un total de 14.569 spectacles, toutes pratiques confondues. Sur ce total, le nombre de festejos populares représente 11.130 spectacles et le nombre de spectacles de la tauromachie professionnelle s’élève à 3.439. Ce dernier chiffre comprend 1.162 spectacles majeurs et 2.277 spectacles mineurs.

  • 2 J. -P. Digard, Les français et leurs animaux, p. 69.

5Le grand changement des années 1990 tient à la diminution du nombre de spectacles mineurs, en particulier des spectacles comico-taurins et des becerradas, qui passent de 2.227 spectacles en 1990 à 1.313 spectacles en 1996. C’est principalement cette diminution qui fait chuter le bilan de la tauromachie professionnelle, alors que le nombre de spectacles majeurs n’a cessé d’augmenter sur la même période, passant de 1.162 spectacles en 1990 à 1.639 spectacles en 1996, pour approcher les 2.000 spectacles aujourd’hui. À partir du milieu des années 1980, nombre de villages et de petites villes, qui jusqu’alors ne célébraient qu’une novillada, passent au format au-dessus en organisant une corrida, signe direct du développement économique répercuté dans la sphère des loisirs. L’un des phénomènes marquants de cette croissance est aussi l’augmentation du nombre de spectacles à cheval, à partir de la fin des années 1980. De 193 spectacles de rejoneo en 1990, ils atteignent un total de 372 en 1996 et se stabilisent ensuite autour des 350 spectacles. Mis à part les changements endogènes du secteur professionnel, cette évolution témoigne d’une transformation sociologique de fond liée à un engouement plus général pour l’équitation et une nouvelle place acquise par le cheval dans nos sociétés. Cette évolution est conforme aux analyses de Jean-Pierre Digard sur la position intermédiaire de la race équine dans le « système domesticatoire occidental » actuel, selon lequel le cheval a cessé d’être un animal de rente, attaché au travail des champs ou à la boucherie, pour appartenir à la catégorie des animaux de loisirs auprès d’un plus large éventail sociologique2.

6Cette augmentation générale du nombre de spectacles est d’autant plus remarquable qu’elle vient après une période de reflux que beaucoup d’observateurs avaient analysée comme la chronique d’une fin proche. Des années 1970 jusqu’en 1981, le nombre de corridas retombe au niveau atteint à la fin des années 1950 avec moins de 400 courses dans l’année. À partir de 1982, une période de croissance s’amorce, d’abord lente et irrégulière jusqu’en 1988 (500 spectacles), puis de plus en plus rapide. La décennie 1990-2000 est bien celle d’une croissance accélérée du nombre de corridas qui passent de plus de 600 spectacles en 1993 à plus de 900 en 1998. Depuis ce nombre s’est stabilisé dans une fourchette comprise entre 850 et 950 corridas par an. Cette décennie est également marquée par la construction d’une quarantaine d’arènes. Ce phénomène avait été anticipé lors de la décennie antérieure qui a également compté une quarantaine de nouveaux édifices, ce qui aurait pu être interprété comme les premiers signes d’un renouveau. Par comparaison, dans les années 1970 moins d’une trentaine d’arènes avait été construite, alors que plus d’une cinquantaine d’arènes avait vu le jour dans les années 1960. Ces chiffres de construction d’arènes doivent être néanmoins tempérés puisqu’il est souvent très difficile de mettre en regard dans le même temps les arènes qui sont abandonnées.

  • 3 Bous al carrer, no 42, octobre 2004, p. 18.

7Une étude de Borregón Martínez, pour les années 1990 et 1991, permet également d’en savoir plus sur le nombre de spectateurs que rassemblerait la tauromachie professionnelle. Les années 1990 et 1991 auraient enregistré respectivement un total de 41.839.783 et 42.676.578 spectateurs payants. Selon l’Union nationale des entrepreneurs taurins espagnols, l’année 1989 aurait rassemblé 39.102.601 spectateurs payants. Les estimations communiquées par l’Union nationale des spectacles taurins pour l’année 1996 sont de l’ordre de 60 millions de spectateurs payants, que l’on peut compléter par celles transmises personnellement pour l’année 1997 par Juan Manuel Moreno Menor, secrétaire général de l’Union, qui estime le nombre de spectateurs payants à 65 millions. Selon ces critères, on observe une nette progression dans les années 1990 du nombre de spectateurs. Nous restons cependant très perplexes quant à la fiabilité de ces données. Pour l’année 1996, on ne voit pas par quel miracle les 2.952 spectacles de la tauromachie professionnelle auraient pu rassembler 60 millions de spectateurs, ce qui ferait une moyenne supérieure à 20.000 spectateurs par course. Même la moyenne plus basse d’environ 12.000 spectateurs par course que l’on obtient pour l’année 1990 nous paraît très excessive, ne serait-ce qu’en raison de la capacité des arènes. Nous trouvons encore plus étonnant que ces chiffres, qu’une simple division suffit à mettre en doute, n’aient jamais été critiqués. Le rapport de 2004 de la direction générale des spectacles publics d’Andalousie sur la tauromachie semble confirmer notre jugement sur le caractère fantaisiste des données nationales. En effet, pour l’année 2004, il y aurait eu en Andalousie quelque 1.836.887 spectateurs, estimation justifiée par un calcul par province et par type d’arènes, qui limite fortement la marge d’erreur. Ce chiffre ramené au nombre de spectacles de la tauromachie professionnelle en Andalousie cette année-là, soit 702 spectacles, implique une moyenne de 2.617 spectateurs par course. Sur la base de cette moyenne extrapolée au nombre total de spectacles pour l’année 2004, on obtient un nombre de spectateurs compris entre 10 et 11 millions. En dépit du caractère approximatif de cette extrapolation, le décalage nous semble suffisamment important pour dénoncer une affirmation répétée parfois dans les médias selon laquelle la tauromachie représenterait un nombre de spectateurs équivalent à celui du football professionnel. Si tel est le cas, le résultat est juste avec un raisonnement qui est faux. Mais une telle masse de spectateurs ne pourrait être approchée qu’en comptabilisant le public et les participants des jeux taurins populaires pour lesquels il n’existe guère de données fiables. Donnons un exemple qui permettrait de rendre crédible un nombre total de spectateurs bien supérieur à une dizaine de millions : en 2004, les cinq encierros de San Sebastián de los Reyes, dans la province de Madrid, ont rassemblé 18.500 personnes3.

b) Les raisons de la croissance

8Cette croissance relève de plusieurs facteurs que l’on peut résumer de la façon suivante. Après une crise de la tauromachie qui éclate au grand jour pendant la transition démocratique, les éléments précurseurs d’un renouveau se mettent progressivement en place. Ils conjuguent les effets d’une conjoncture extra-tauromachique favorable au développement des loisirs et d’un dynamisme endogène de l’industrie culturelle des spectacles taurins. La progression générale du niveau de vie, le développement des temps de loisirs, la croissance des mobilités, la massification du tourisme national et international, sont à mettre au compte des éléments conjoncturels extra-tauromachiques favorables. Cette évolution de fond explique en grande partie l’augmentation du nombre de spectacles taurins dans des régions où il n’y en avait pas (ou peu) et l’allongement des férias dans beaucoup d’arènes d’importance. Pour ce qui est du dynamisme endogène des industries culturelles de la tauromachie, dégageons deux évolutions majeures. D’une part, on observe un regroupement des spectacles en férias en vue d’accroître l’attractivité de chacun des événements taurins par leur coïncidence dans le temps. Cette évolution s’amorce dès les années 1950, mais s’accentue considérablement dans les années 1980. D’autre part, on observe une tendance à la concentration verticale et horizontale de la filière taurine. Autrement dit, la direction des arènes, la gestion de la carrière des toreros et parfois le contrôle des élevages de taureaux sont rassemblés entre les mains de quelques-uns. Certains trusts taurins s’illustrent par l’étendue de leur pouvoir possédant la gestion simultanée de nombreuses arènes. Cette transformation fait croître l’offre tauromachique, parfois au-delà de la demande réelle, tout en restant rentable sur l’ensemble de la filière.

9Pour certains aficionados cette évolution s’est faite au détriment de la qualité des spectacles taurins en généralisant des programmations standardisées. Beaucoup d’aficionados qui possèdent un abonnement dans une arène se sentent alors piégés par une programmation d’ensemble dont ils sont captifs pour être sûrs de pouvoir assister aux quelques affiches qui les intéressent réellement. Mais il faut aussi reconnaître que cette rationalisation de la gestion a permis à de nombreuses férias de renaître, comme par exemple celle de Saragosse dans les années 1980 ou de redémarrer sur la base d’une féria étoffée comme à Saint-Sébastien à la fin des années 1990.

10L’augmentation des spectacles tient aussi à l’engouement pour certaines figures de la tauromachie. Les unes ultra-médiatisées ont été dénigrées par nombre d’aficionados, mais ont attiré les foules, il est vrai parfois davantage devant leur poste de télévision que dans les arènes elles-mêmes. Tel fut le cas de Jesulín de Ubrique au milieu des années 1990 qui fut l’un des supports privilégiés des retransmissions télévisées de courses de taureaux sur les chaînes Antena 3 et Tele 5. D’autres toreros de la période sont reconnus pour leur qualité, leur génie ou l’espoir d’un geste historique qu’ils portent en eux et assurent aux organisateurs de spectacle une arène comble. En particulier, la croissance des spectacles des années 1980 ne peut se comprendre sans l’influence d’un torero d’exception, Paco Ojeda, qui non seulement attire à nouveau les foules sur son seul nom, mais développe aussi une transformation esthétique du toreo dont s’inspireront nombre de ses contemporains et de ses poursuivants.

  • 4 Les maletillas, du mot maleta : valise, sont des personnages importants de la culture taurine qui (...)
  • 5 Dont 386 matadores de toros, 537 matadores de novillos con picadores, 1.221 matadores de novillos (...)

11Enfin, l’apparition des écoles de tauromachie marque également une évolution importante. Il existait bien le précédent historique de l’École de tauromachie de Séville établie par l’ordonnance royale du 28 mai 1830 sous le règne de Ferdinand III, mais elle ferme dès 1833 à la mort du roi. Jusqu’à la fin des années 1970, la formation et le repérage des futurs espoirs se faisaient soit par la pratique spontanée des maletillas qui attiraient l’attention dans les capeas de villages, soit par les liens familiaux avec des personnalités influentes insérées dans le milieu professionnel. Manuel Benítez « El Cordobés », dont les écrivains Dominique Lapierre et Larry Collins ont raconté l’histoire dans Ou tu porteras mon deuil, est sans doute l’un des derniers exemples, en tous les cas le plus emblématique, du torero parti de rien pour arriver au sommet4. Le développement des écoles de tauromachie ne semble pas avoir remis en cause le rôle déterminant des liens familiaux et des protecteurs influents pour percer. Il n’empêche que depuis l’ouverture de la première école de tauromachie à Madrid en 1976, une quinzaine d’autres ont ouvert leurs portes et transforment les conditions de recrutement des jeunes toreros. L’existence d’une filière taurine institutionnalisée a contribué à faire augmenter le nombre d’aspirants toreros. En 1999, plus de 4.000 professionnels taurins étaient inscrits sur les registres officiels5.

12Revenons sur la concentration des pouvoirs entre les mains des entrepreneurs de spectacles, tant cette logique est importante pour comprendre le fonctionnement actuel de l’espace tauromachique. Cette concentration contribue à une modification de l’offre marchande. Le haut niveau de la tauromachie professionnelle se résume à quelques arènes importantes qui conditionnent les spectacles de la saison suivante et les hiérarchies entre les toreros. Cette logique d’organisation est le résultat d’une concurrence et d’une complémentarité entre entrepreneurs de spectacles qui contrôlent les arènes importantes. Au sein du mundillo, ils constituent une communauté relativement réduite. Ils forment entre eux une structure oligarchique par un système d’alliance complexe et ancien. Certains entrepreneurs, les plus puissants et les plus influents contrôlent des intérêts cumulatifs sur l’ensemble de la filière : propriétaires d’élevages, fondés de pouvoirs de toreros, organisateurs de spectacles dans plusieurs arènes et parfois même, propriétaires privés de ces mêmes arènes. Citons quelques noms de familles historiques : Canoera, Balaña, Lozano, Chopera. Ils répartissent leurs intérêts économiques en fonction du type de spectacle à programmer qui diffère selon la catégorie des arènes, selon les particularismes des sociétés « taurophiles », selon que l’afición s’affirme torista ou torerista et selon l’existence d’un torero du cru. Les caractéristiques des spectacles taurins dépendent ainsi des intérêts partiellement convergents des différents acteurs de la culture taurine : ceux de l’afición, ceux des municipalités propriétaires des arènes, ceux des gérants de l’arène, ceux des toreros, ceux des éleveurs.

  • 6 M. Favory, « Les bestiaires et l’espace », p. 5.

13Dans un article d’une portée théorique très éclairante, Michel Favory analyse ce fonctionnement à partir d’une lecture inspirée des théories de Boltanski et de Thevenot sur la justification publique : « En théorie, on peut considérer que tout spectacle taurin est le résultat de compromis et d’accords obtenus entre le monde de l’opinion (publics, journalistes, associations), celui de l’inspiration (toreros professionnels et élevages), le monde marchand et le monde civique »6.

14Si l’on accepte de considérer que l’une des évolutions du fonctionnement de l’espace tauromachique est la constitution de trusts verticaux, cet équilibre peut se résoudre à une confrontation triangulaire des intérêts de la société marchande (les entrepreneurs de spectacles), de la société civile (les spectateurs) et des pouvoirs publics à la fois régulateurs et bénéficiaires de l’activité tauromachique. Dans cet équilibre, les grands entrepreneurs ont acquis un rôle prépondérant dont dépend une grande partie des dynamiques actuelles.

15L’exemple le plus représentatif de ce phénomène est probablement celui de la famille Chopera que la presse taurine nomme parfois le clan Chopera, avec un mélange d’admiration et de méfiance face à ce que l’accumulation du pouvoir inspire souvent. En 1989, Manolo Chopera (originaire de Saint-Sébastien) est responsable de la gestion des arènes d’Almería, Badajoz, Logroño, Madrid, Tarazona, Talavera de la Reina, Tolède, Tudela, Soria ainsi qu’en France, des arènes de Bayonne, Mont-de-Marsan, Hagetmau. Cette même année, il est le fondé de pouvoir des matadors Antoñete, Manzanares, Ortega Cano et Juan Mora. Les cousins de Chopera, surnommé les Choperitas, ont la gestion des arènes d’Albacete, Cintruénigo, Murcie, Palencia, Salamanque, Valladolid, Vitoria et sont les fondés de pouvoir de Miguel Báez « Litri » et de RafiCamino. Les Chopera possèdent également des intérêts économiques dans plusieurs élevages, dont celui de Martínez Elizondo qui porte leur véritable nom de famille. Cette influence s’étend indirectement à tous les acteurs de la tauromachie, tant leur pouvoir de négociation s’avère incontournable. Cette année-là, les Chopera contrôlaient la gestion de deux arènes de première catégorie, dont Madrid, la « bourse des valeurs taurines » et un quart des arènes de deuxième catégorie. Certaines années, les Chopera interviennent dans plus de 150 corridas. Manolo Chopera, que d’aucuns considèrent comme le plus grand imprésario taurin du xxe siècle, meurt en 2002 après avoir eu la satisfaction de bâtir en 1998 les nouvelles arènes de Saint-Sébastien, sa ville natale. Parmi les héritages importants que l’espace tauromachique doit à cet homme, on peut noter qu’il contribua à généraliser le transport des bêtes en camion. Cette évolution permit à de nombreuses arènes de s’affranchir de la proximité des élevages ou du tracé des lignes ferroviaires participant ainsi à un élargissement et à une densification de l’armature taurine. Malgré la mise à concours régulière des adjudications pour obtenir la gestion des arènes, les fils et cousins Chopera conservent aujourd’hui une très grande partie de cet héritage en ajoutant qu’ils sont désormais propriétaires des arènes de Saint-Sébastien, de celles de Logroño, copropriétaires de celles de Salamanque, de Badajoz et de Almendralejo. Leur emprise sur le fonctionnement de l’espace tauromachique est donc déterminante. Malgré son ampleur, cette emprise n’est pas pour autant déterritorialisée puisque leur pouvoir s’enracine prioritairement dans le Nord de l’Espagne, d’où ils sont originaires, à partir d’un réseau polynucléaire et transfrontalier qui s’étend jusqu’en France.

16La croissance des spectacles de la tauromachie professionnelle, caractéristique des années 1990 avant de se stabiliser dans les années 2000, est donc le fruit d’une combinaison complexe de facteurs exogènes et endogènes. Cette croissance n’est évidemment pas uniforme sur l’ensemble du territoire.

Les contrastes géographiques de la croissance et du déclin

17Cette croissance connaît des variations régionales importantes. Parmi les transformations les plus notables, signalons que le nombre de spectacles professionnels en Estrémadure a été multiplié par trois en vingt ans. Cette croissance supérieure à la moyenne nationale est à mettre en lien avec une augmentation importante du nombre d’élevages dans la région et avec la proximité du Portugal qui alimente un marché taurin transfrontalier favorable aux arènes espagnoles. En témoigne notamment le renouveau des arènes d’Olivenza qui utilisent à merveille les avantages de leur situation géographique frontalière conjugués aux avantages d’une féria de printemps qui ouvre la saison taurine. Nous reviendrons sur ces aspects dans l’étude des effets frontières liés aux discontinuités des espaces tauromachiques.

18La province de Madrid fait également partie de celles qui enregistrent une croissance importante du nombre de spectacles. La construction de nouvelles arènes est un indice très révélateur de cette dynamique. Depuis le début des années 1980, plus d’une quinzaine d’arènes ont été construites. Le phénomène concerne tout autant l’agglomération madrilène que les autres villes de la province. Trois villes de la couronne sud de l’agglomération madrilène, dont la population a fortement augmenté au cours de ces trente dernières années en raison d’une importante mobilité intra-nationale et d’un étalement urbain de la capitale, ont récemment ouvert leurs portes : Móstoles en 1995, Leganés en 1997 et Getafe en 2004. Il n’est pas anodin que les origines géographiques de nombre de ces nouveaux urbains soient l’Andalousie, l’Estrémadure et la Castille, trois régions de fortes traditions taurines. Les enquêtes que nous avons menées sur place en 2005 ont révélé que l’afición locale se voit reconnue et consolidée par l’ouverture de ces arènes, tout en offrant une diversification de l’offre à l’échelle de l’aire urbaine madrilène. Cette configuration tend à renforcer les logiques ici cumulatives de l’offre et de la demande. Il en va de même de la réouverture en 2000, à Madrid même, de la célèbre arène de Vista Alegre dans le quartier de Carabanchel.

19Enfin, la densification du réseau d’arènes littorales est également un phénomène important à souligner. Elle démarre dès les années 1960 en lien avec l’ouverture touristique du pays, donc bien avant la croissance des spectacles de la décennie 1990. Parmi la cinquantaine d’arènes construite dans les années 1960, une dizaine accompagne le développement des hauts lieux du tourisme balnéaire espagnol : Ibiza en 1960, Fuengirola, Lloret de Mar, Benidorm en 1962, Marbella en 1965, Benicassim en 1965, Benalmádena et Torremolinos en 1968. La plupart de ces arènes ne sont plus aujourd’hui des pôles tauromachiques actifs, à l’exception notable de Benalmádena, dans la province de Málaga, qui semble avoir fait de la tauromachie l’un des points forts de son offre touristique. En programment de 30 à 40 spectacles taurins par an, elle dépasse le nombre de spectacles programmés dans n’importe quelle arène andalouse y compris généralement dans celle de Séville. Les spectacles sont évidemment d’une tout autre qualité. À l’inverse en juin 2005, le maire de Lloret de Mar, Xavier Crespo, annonçait que les arènes allaient être détruites pour construire un parking souterrain, une place publique et un centre sportif.

  • 7 Torelló, Calldetenes, Olot, Ripoll, Tavertet, Manlleu, Granollers, Valls, Molins de Rei, Sant Feli (...)

20À l’inverse de la tendance d’ensemble, certaines régions se caractérisent par le déclin des spectacles taurins à commencer par les Canaries qui les interdisent en 1991. Mais le phénomène le plus marquant est sans doute l’évolution de la Catalogne. Depuis une vingtaine d’années, les mesures qui tentent de faire disparaître la culture taurine s’accélèrent. En 1988, une loi de protection des animaux soutenue par les nationalistes de Convergència i Unió (CiU) limite la pratique de la tauromachie populaire, interdit la construction de nouvelles arènes, interdit l’utilisation d’arènes démontables comme celles d’Hospitalet ou de Figueras. En 2003, l’entrée dans les arènes est interdite aux enfants de moins de 14 ans. En avril 2004, le conseil municipal de Barcelone adopte par 21 voix contre 15 une déclaration de rejet de la corrida, déclarant la ville « anti-taurine ». Cette déclaration vise à faire interdire les pratiques tauromachiques en Catalogne par le gouvernement autonome. Avant Barcelone, certaines municipalités avaient déjà manifesté leur rejet de la tauromachie par des textes émanant des conseils municipaux : Tossa de Mar en 1989, Vilamacolum et la Vajol en 1991, Calonge en 1997. Après Barcelone une trentaine de municipalités ont fait de même, entraînées par la tête de pont7. Certaines arènes ont récemment fermé leurs portes, celles de Gérone, de Lloret et de Las Arenas de Barcelone. Certes, à Barcelone, les arènes de la Monumental fonctionnent encore et proposent une saison tauromachique, mais elles sont sauf exception remplies au quart de leur contenance. Barcelone et, à travers sa capitale, l’ensemble de la Catalogne sont désormais au cœur d’une opposition entre ceux qui condamnent la tauromachie et ceux qui la défendent en position très minoritaire. Du côté de ceux qui la condamnent, des motifs différents semblent regrouper les forces militantes autour de deux arguments principaux : d’une part l’argument nationaliste qui affirme que la tauromachie, marqueur ranci d’une Espagne unitaire et passéiste, n’est pas une tradition catalane, d’autre part l’argument « animalitaire » qui fustige une pratique considérée comme barbare et sadique. Les deux arguments convergent vers une conception de la modernité devant faire de Barcelone une ville catalane et civilisée. Du côté de ceux qui la défendent, les arguments s’articulent autour du poids de Barcelone dans l’histoire de la tauromachie, autour de l’ancienneté de la tradition taurine en Catalogne, notamment reliée aux élevages de taureaux du delta de l’Èbre, et autour d’un argument qui défend plus généralement l’importance universelle des valeurs culturelles et artistiques de la tauromachie. Ces arguments sont aujourd’hui réunis par l’intermédiaire d’une « plate-forme de défense de la Fiesta (taurine) », mise en place à l’initiative de la Fédération des entités taurines de Catalogne, à la suite des déclarations du conseil municipal de Barcelone rejetant la tauromachie. Cette plate-forme entend unir les efforts des milieux professionnels, de l’afición, de nombreux intellectuels, artistes et personnalités médiatiques pour expliquer et affirmer l’importance de la tauromachie afin de mieux la défendre des attaques croissantes qu’elle subit. Soulignons que le retour très attendu du matador José Tomás, après cinq ans d’absence, a eu lieu, le 17 juin 2007, dans les arènes de Barcelone, pleines à craquer pour l’occasion. Il s’agissait pour le monde professionnel et les aficionados, au-delà de l’euphorie suscitée par le retour du torero dans des arènes où il a maintes fois triomphé, de poser un acte symbolique permettant de démontrer que même les arènes de Barcelone pouvaient être trop petites. Cette corrida, qui était en une de nombreux journaux de la presse nationale, a donné lieu à d’importantes manifestations antitaurines à Barcelone, à la hauteur de l’événement.

  • 8 C. Pelletier, La tauromachie et les Basques.

21La comparaison avec le Pays Basque est riche d’enseignements pour notre propos. En dépit d’une tradition tauromachique ancienne et d’une tout autre importance qu’en Catalogne, le rêve monolithique et unitaire de l’Espagne franquiste a comme nationalisé un héritage autrefois perçu sans appartenance identitaire exclusive. Claude Pelletier dans un ouvrage au tirage confidentiel parle du « grand malentendu » entre les Basques et la tauromachie8. L’utilisation plus ou moins directe du folklore taurin par le franquisme a eu des effets importants sur la désaffection des arènes au Pays Basque et le rejet de la tauromachie. Franco, contrairement à une idée reçue qui accentue volontiers les caractères de l’instrumentalisation politique de la tauromachie, ne se montrait guère aux arènes. Mais au Pays Basque, il s’y montrait chaque année lors de la corrida de l’Assomption à Saint-Sébastien, sa seule sortie taurine régulière avec la corrida annuelle de la Bienfaisance à Madrid. Comment ne pas interpréter cette présence comme un défi lancé au peuple basque, si l’on rappelle en parallèle que Bilbao avait pour habitude de donner une course le jour anniversaire de l’entrée des troupes nationalistes dans la capitale biscayenne ? Pour une immense majorité, l’annuelle « corrida de libération » avait tout d’une provocation, de même que la présence de Franco à Saint-Sébastien. La tauromachie était franquiste, point final. Les conséquences se font sentir dès avant la transition démocratique. La gestion des arènes de Bilbao et de Vitoria s’avère difficile. Les arènes privées du « Chofre » à Saint-Sébastien sont vendues en 1973 pour faire place à un ensemble immobilier et ne sont pas remplacées, le climat d’insécurité politique n’attirant pas les nouveaux investisseurs. Zarauz, Cestona, Fontarabie, Mondragón démolissent leurs arènes. À Tolosa, pendant la transition, on ironise en affirmant que la ville possède les arènes les plus vastes du monde en dépit de leurs modestes dimensions, pour la simple raison que l’on ne parvient jamais à les remplir !

22Même si la plupart des arènes de petites villes n’ont pas rouvert leurs portes, les années 1990 et 2000 ont quelque peu changé la donne. L’événement le plus marquant de cette évolution est la construction des arènes d’Illumbe à Saint-Sébastien en 1998, à l’initiative de la famille Chopera qui aussitôt lance une féria d’importance. Les vieux aficionados de Saint-Sébastien qui ont connu les arènes du Chofre en plein centre-ville, à quelques pas de la plage, affirment volontiers que les nouvelles arènes d’Illumbe manquent de charme : arène couverte, intérieur froid, sièges baquets, turbines d’aération, acoustique assourdissante. Elles sont attenantes à un cinéma multiplexe et à une galerie marchande animée par une musique d’ambiance et le va-et-vient des escalators. Les arènes sont situées à l’écart du centre-ville, près du stade de foot en bordure d’autoroute. Mais les canons architecturaux et urbanistiques modernes qui font des arènes d’Illumbe un des premiers « malls taurins », ont les mêmes avantages que leurs congénères commerciaux périurbains. Une meilleure accessibilité permet à la clientèle venue de France et d’ailleurs de se rendre aux arènes sans entrer dans Saint-Sébastien et un vaste parking règle en partie la question du stationnement. De plus, le spectacle a lieu quelle que soit la météo, facteur non négligeable en Guipúzcoa, ce qui permet assurément d’élargir l’aire de chalandise. En 2006, Vitoria, dernière grande ville en date à inaugurer un édifice flambant neuf, a aussi fait le pari d’une arène couverte et polyfonctionnelle afin d’ouvrir les lieux à d’autres types de spectacles et d’obtenir une rentabilité que la tauromachie seule ne suffirait probablement pas à garantir.

Renaissance et mutation des tauromachies populaires

23Il s’agit de l’évolution la plus remarquable de l’espace tauromachique espagnol allant à contre-courant de nombreuses prédictions qui pensaient que les tauromachies populaires allaient progressivement disparaître avec le déclin du monde rural traditionnel. La croissance explosive des jeux taurins populaires montre qu’il n’en est rien. D’après la CCNAT, le nombre global de festejos taurinos populares depuis 1987 aurait été multiplié par deux. Nos calculs attestent plus rigoureusement d’une augmentation inférieure, proche de 50 % de 1990 à 2003 (voir tableau 3, p. 282). Là où nous disposons de données plus précises, nous pouvons mettre en évidence la mesure exacte de cette croissance.

24En Castilla-León, le nombre de festejos taurinos populares est passé de 1.408 en 1997 à 2.109 en 2004, soit une augmentation moyenne de 100 spectacles par an. Dans le cas de la Communauté autonome de Madrid, le nombre de spectacles taurins populaires est passé de 485 en 1995 à 1.148 en 2004. Pour la région de Castilla-León, le décollage se fait à partir de l’année 1997, suivie de deux années qui enregistrent successivement une augmentation de plus de 250 spectacles. Comment expliquer ce décollage rapide ? Nous avons constaté qu’il correspond précisément à l’application des normes du 28 avril 1997 régulant les conditions d’autorisation des spectacles taurins populaires. Il en va de même à Madrid et de façon encore plus saisissante.

Graphique 9. — Augmentation des festejos populares dans la Communauté de Madrid

Graphique 9. — Augmentation des festejos populares dans la Communauté de Madrid

25Le décollage s’opéré entre 1995 et 1996. Le nombre de spectacles passe alors de 485 à 896. Ce décollage rapide correspond, ici aussi, à l’entrée en vigueur, en 1996, du décret régional définissant les normes d’application de la loi taurine au sujet des spectacles populaires. Ainsi établissons-nous un lien entre l’augmentation des jeux taurins populaires et leur régulation, clarifiant les conditions de leur exécution, la responsabilité des différents acteurs engagés, et les systèmes d’assurances afférents.

26On retrouve cette même logique en Aragon, en Navarre et dans la Communauté valencienne où la réglementation et l’institutionnalisation des pratiques taurines populaires ont entraîné une augmentation du nombre de spectacles. Ceci explique sans doute en partie un décollage plus précoce du nombre de festejos taurinos populares dans la région de Valence qui adopte les premières réglementations dès 1988 dans un sens permissif, au moment même où le voisin catalan légifère en un sens très contraignant. Dans la région de Valence, les dix dernières années sont celles d’une consolidation et d’un enracinement des pratiques dont l’essentiel de la croissance est acquis dès le milieu des années 1990. Le cas de la province d’Alicante montre que le nombre d’autorisations a sensiblement diminué depuis, ce qui restreint la zone la plus dynamique aux provinces de Valence et de Castellón, en particulier la région comprise entre les deux capitales provinciales. En Castille, avec une entrée en vigueur plus tardive des réglementations, la croissance se poursuit à un rythme plus soutenu, mais qui montre là aussi les premiers signes d’une stabilisation.

27Comme évoqué plus haut, cette progression des festejos taurinos populares est allée de pair avec l’émergence, depuis la fin des années 1970, d’une nouvelle forme tauromachique en cours de professionnalisation : les concours de recortadores. Depuis les rives de l’Èbre, d’où la mise en spectacle serait originaire, les concours de recortadores se sont développés dans les pays du Levant dès les années 1990, en Castille à la charnière des années 1990-2000, puis aujourd’hui en Andalousie. Nous avons déjà expliqué la difficulté à mesurer précisément leur nombre en raison d’une prise en compte institutionnelle encore très insatisfaisante. Nous disposons néanmoins de chiffres fiables pour certaines régions, détaillés sur le graphique ci-dessous. En Castilla-León, leur nombre est passé de 7 spectacles en 1997 à 64 en 2004. Dans la région de Madrid, pour les mêmes dates, leur nombre est passé de 29 spectacles à 123.

Graphique 10. — Augmentation des concours de recortadores (Madrid et Castilla-León)

Graphique 10. — Augmentation des concours de recortadores (Madrid et Castilla-León)

28En 2003, ce sont les arènes de Las Ventas qui programment, pour la première fois de leur histoire, un concours de recortadores. En 2005, c’est au tour des arènes de Séville suivies en 2006 par celles de Málaga, de Jaén et de Jerez. Les concours de recortadores sous leur forme du concours d’anneaux, caractéristique de l’Èbre moyen, et sous leur forme des recortes libres et des sauts, caractéristiques des pays valenciens, sont donc sortis de leur berceau. Le simple fait de voir annoncés des concours de recortadores à Madrid et à Séville, dans les deux arènes les plus prestigieuses de la « planète des taureaux », confirme une importante mutation du fait social taurin. En dépit du cloisonnement des passions taurines, puisse notre étude servir à rendre visible cette mutation aujourd’hui à l’œuvre. Si cette mutation passe encore inaperçue pour beaucoup, rappelons que les concours de recortadores ont déjà atteint les 500 spectacles annuels, soit davantage que les spectacles de la tauromachie à cheval dont on a pourtant souligné la vitalité. S’il s’agissait de les considérer comme des spectacles majeurs, ce qui ne tardera pas si le processus de professionnalisation se poursuit, ils représenteraient déjà un spectacle professionnel sur cinq. Pour l’instant, les organisateurs de spectacles semblent être les grands bénéficiaires de cette évolution puisque la programmation d’une course de recortadores est relativement peu onéreuse et remplit convenablement les gradins. Le témoignage du recortador Ramón Bellver « El Blanco » permet de comprendre que ce sont les hommes en piste qui pour l’instant pâtissent de cet équilibre du marché :

  • 9 Bous al carrer, no 49, mai 2005, p. 7.

Aujourd’hui les concours sont en train de devenir un spectacle de masse et commencent à brasser beaucoup d’argent. Il y a des arènes comme Valence qui font le plein à des prix qui pourraient ensuite être répercutés sur les gains des recortadores. Il faut que les choses s’équilibrent, celui qui n’a pas la chance de remporter un prix rentre chez lui avec 70 ou 100 euros. C’est lamentable lorsque les organisateurs ont empoché 10 à 15 millions […] aucun d’entre nous ne vit professionnellement de sa passion, on a tous un travail : mécanicien, peintre en bâtiment, électricien, conducteur, etc.9.

29Ce témoignage nous renvoie à la modernisation de la tauromachie en Espagne à l’époque où les toreros commençaient à affirmer leur statut de professionnels. Il est possible d’y voir l’éclosion d’une nouvelle tauromachie qui pour l’instant suit un cheminement géographique inverse. De même que la tauromachie d’origine andalouse s’est hier diffusée sur l’ensemble du territoire, du Sud vers le Nord, de même on observe aujourd’hui, dans un parcours inverse, une progression des concours de recortadores, du Nord vers le Sud et de la périphérie vers le centre. Faut-il y voir une revanche de la tauromachie du Nord et des périphéries, historiquement éclipsée par les codes andalous ? Quoi qu’il en soit, le fait qu’il s’agisse d’un spectacle dans lequel la vue du sang est absente n’est sans doute pas étranger à sa rapide expansion. Il est fort possible qu’il attire, en plus des adeptes des jeux taurins, une frange de population que la tauromachie classique rebute. Enfin, l’argument économique est également un élément important pour expliquer ce succès.

  • 10 Bous al carrer, no 45, 1er janvier 2005, p. 36.

30Ce nouvel engouement pour la tauromachie populaire trouve son point d’aboutissement dans la création de férias spécialisées. Dans les années 1980, cette tauromachie obtient droit de cité dans les arènes de Pampelune, Saragosse, Castellón, Valence, c’est-à-dire dans les capitales de provinces déjà riches en festejos taurinos populares. Deux types de spectacles y sont organisés. D’une part, des jeux taurins à participation collective et des exhibitions de pratiques qui ressuscitent des traditions locales, revues et corrigées pour leur mise en scène dans une arène. D’autre part, des concours de recortadores perçus comme l’aboutissement professionnel de ce que la tauromachie populaire de rue porte en elle. Si l’on met de côté le cas particulier des encierros de Pampelune, c’est à Saragosse que l’on doit les premières initiatives. En 1982, des vaquillas sont programmées en matinée, complétées en 1984 par un concours de recortadores et des concours de roscaderos auxquels s’inscrivent plus de trente participants10. À l’initiative de ce projet, on trouve l’éleveur aragonais José María Arnillas qui est aussi l’un des codificateurs des concours de recortadores sous leur forme professionnelle, et Julián Nieto, organisateur de spectacles taurins populaires, à l’époque conseiller municipal de Saragosse. Ajoutons le rôle de la famille Lozano qui dirige alors les arènes et cherche les moyens d’en relancer la dynamique. Vingt ans après, Saragosse organise une double féria taurine, composée de douze spectacles majeurs donnés l’après-midi et de dix-sept festejos populares donnés en matinée. Saragosse organise à ce jour la plus importante féria de festejos taurinos populares suivie de celle de Castellón.

Fig. 50. — Corrida d’art valencien. Patrimonialisation régionale des courses de recortadores. La tenue blanche est abandonnée pour revêtir un habit traditionnel valencien (collection de l’auteur).

31La liste des manifestations programmées lors de la féria de Saragosse en 2005 est riche d’enseignements. Le programme des réjouissances fut le suivant : huit vaquillas, un toro de fuego, un concours de roscaderos, un concours de cortes libres pour le trophée « Ciudad Zaragoza », un défihispano-landais, un concours de recortadores de anillas, un concours de taureaux emboulés et un spectacle comico-taurin. Les arènes jouent leur rôle de centre régional de la tauromachie populaire, en programmant des pratiques représentatives de la diversité du patrimoine tauromachique du Nord de l’Espagne. Elles mettent également en avant une spécificité du cours moyen de l’Èbre par l’organisation du concours de roscaderos. Elles affirment aussi leur pouvoir de centralité et leur rayonnement par la mise en jeu d’un trophée de la ville de Saragosse, qui d’année en année prend de la valeur. Enfin, elle tisse un lien avec les traditions françaises par la tenue d’un concours hispano-landais, en l’occurrence un concours où s’affrontent des recortadores espagnols et des écarteurs landais spécialisés dans les techniques des sauts.

  • 11 Traduction libre qui en rend difficilement l’esprit : Événement goyesque de l’art du recorte exécu (...)

32On pourrait mener une analyse analogue avec les férias des villes de Pampelune, de Castellón ou de Valence. Il y a plusieurs nouveautés dans cette évolution. On assiste, d’une part, à l’évidente professionnalisation des concours de recortadores qui s’accompagne d’une autonomisation des disciplines internes : certains recortadores se spécialisent dans les concours d’anneaux, les autres dans les cortes libres, les autres dans les sauts. D’autre part, on observe un processus de redéfinition de la culture taurine, orientée vers une patrimonialisation territoriale. D’une tauromachie rassemblée sous l’appellation commune de concours de recortadores, on passe à une affirmation croissante de spécialités régionales. Apparaissent ainsi sur les affiches de promotion des appellations qui témoignent de ce processus : « corridas d’art valencien », « défis à la caste navarraise » ou « corridas d’art madrilène » (voir fig. 50, p. 295). Tout se passe alors comme si certaines identités régionales trouvaient à travers une réappropriation de la tauromachie populaire, les moyens d’une différenciation territoriale. Sur ce point, il est très symptomatique que le concours de recortes de Séville qui s’est tenu dans les arènes de la Maestranza en 2005 ait porté le nom, passablement ronflant, de Certamen Goyesco del Arte del Recorte con toros en puntas11. Associer l’événement à la tauromachie de Goya, tauromachie du Nord maintes fois représentée dans ses eaux-fortes, c’est la renvoyer à son origine septentrionale et à son origine archaïque, que l’art du toreo andalou aurait permis de dépasser. Ce n’est pas la dimension contemporaine des concours de recortadores qui est mise en avant, mais au contraire l’image d’une tauromachie des origines que la Maestranza toise et se remémore sur un mode passéiste.

II. — STABILITÉ DES PRATIQUES ET DES ESPACES TAURINS FRANÇAIS

Stabilisation et enracinement de la tauromachie espagnole

  • 12 Toros, no 1531, 12 novembre 1998, p. 16.

33Le dynamique récente des corridas en France semble avoir suivi le rythme global des évolutions espagnoles : une augmentation du nombre de spectacles jusque dans les années 1990 et une accentuation du regroupement des spectacles en féria qui se fait sentir dès l’après-guerre. En quarante ans, du début des années 1960 à la fin du siècle, le nombre de spectacles majeurs a doublé : 64 spectacles en 1960, 81 en 1980, 133 en 1990. Après un léger reflux au milieu des années 1990, ce total s’est stabilisé entre 115 et 130 spectacles par an, avec un record historique de 89 corridas en 2003, confirmant la bonne santé des courses du haut de la hiérarchie. La tauromachie à cheval connaît elle aussi une progression remarquable puisque l’on est passé de courses encore épisodiques à la fin des années 1980 à une quinzaine de spectacles depuis la fin des années 1990. Certains aficionados s’interrogent d’ailleurs sur les conséquences de cette évolution qui confirme la marginalisation déjà très entamée de la figure du picador et l’émergence d’un nouveau public venu à la tauromachie par la culture équestre12.

34Le point d’inflexion des évolutions géographiques de la tauromachie en France est marqué par l’entrée en vigueur de la modification de la loi Grammont en 1950 qui clarifie et normalise les conditions de la légalité des spectacles taurins. Elle n’explique pas la croissance, mais en détermine les modalités spatiales. Le milieu du siècle se caractérise par la fermeture de nombreuses arènes : Avignon en 1948, Marseille en 1951, Carcassonne en 1954 après une brève existence. Cette tendance se prolonge dans les années 1960 qui enregistrent de nouvelles fermetures d’arènes dans de grandes villes telles que Bordeaux (Le Bouscat) en 1961, Montpellier en 1962 puis Toulouse dans la décennie suivante, en 1975. La France connaît à la charnière des années 1970-1980 un creux analogue à celui vécu en Espagne qui s’explique en grande partie par les liens entre le marché taurin français et le milieu professionnel d’outre-Pyrénées.

  • 13 Sur les arènes de Floirac, voir J. -P. Callède, « L’affaire des corridas de Floirac » ; Id., « Les (...)
  • 14 Sud-Ouest, 23 septembre 2003, p. 2-2.
  • 15 Le projet a vu le jour grâce à l’association d’aficionados Toro Tolosa et au groupe entrepreneuria (...)

35Le nombre de spectacles se remet à croître au milieu des années 1980, puis aboutit progressivement à un élargissement et une densification du réseau d’arènes existantes. C’est souvent le choix d’une arène démontable qui est fait, ouvrant ses portes une fois par an. La Gironde retrouve timidement sa tradition en 1985 par des spectacles taurins à Captieux. Puis la région bordelaise renoue avec la tauromachie espagnole grâce à l’ouverture, en 1987, des arènes de Floirac13. Suivent l’ouverture d’arènes à La Brède en 1999 visant à capter la même clientèle. En 2003, les deux villes sont candidates à la construction d’arènes en dur et se livrent bataille afin d’obtenir le projet14. Il finit par achopper en raison du retrait des investisseurs espagnols. Depuis, la décision de fermer les arènes de Floirac a été prise, à cause d’une rentabilité aléatoire et en vue d’utiliser le terrain à des fins immobilières dans un contexte de forte pression urbaine. Les années 2000 déplacent les transformations de la carte taurine plus à l’Est. Bourg-Madame installe une arène démontable en 1998. Puis en 2002, c’est au tour de Carcassonne et de Rieumes après de longs démêlés juridiques entre les instigateurs du projet et les associations anti-taurines multipliant les procédures pour faire interdire les spectacles. En 2003, Toulouse inaugure une nouvelle féria dans sa banlieue de Fenouillet qui depuis connaît un vif succès15.

  • 16 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 197.

36Plus que jamais, le succès des spectacles semble garanti par le regroupement des « jours de taureaux » en féria, comme l’indique la stratégie de l’immense majorité des arènes françaises. À l’inverse, cela rend plus difficile le maintien de corridas isolées. Cette rationalisation de la gestion des arènes est le fruit d’une recomposition des bases entrepreneuriales du mundillo français. L’augmentation du nombre de spectacles correspond à l’affirmation d’une nouvelle génération d’entrepreneurs de spectacles tels que Simon Casas, Robert Margé ou Alain Lartigues. Ce dernier, ancien avocat de Bayonne, s’est lancé dans la carrière d’organisateur de spectacles en 1988. Il gère désormais les arènes de Soustons, Parentis, Roquefort, Orthez, La Brède. En 2002, il confie à un journaliste du magazine économique Objectif Aquitaine que la gestion des arènes se fait de façon globale. Il faut accepter de perdre de l’argent dans l’organisation de certaines courses pour entretenir la passion des aficionados, qui se répercute sur une autre course qui sera plus rentable. On retrouve l’idée d’une organisation réticulaire de l’espace tauromachique. Cette stratégie a d’autant plus d’importance que lorsque le spectacle est alléchant, beaucoup de passionnés ne comptent pas les kilomètres. À Vic-Fezensac, à la fin des années 1980, 27 % des spectateurs venaient d’une distance supérieure à 300 kilomètres16.

  • 17 Tendido, no 148, janvier-février 2005, p. 16.

37La fin des années 1970 constitue un tournant important de l’histoire des toreros français durant laquelle apparaît une génération fermement décidée à se faire une place dans le métier. Ce phénomène est l’un des signes tangibles de l’enracinement de la tauromachie. Des années 1970 au début des années 1980, sept matadors nîmois prennent l’alternative : Robert Pilès en 1971, fils d’un ancien novillero espagnol émigré en France, Bernard Dombs « Simon Casas » en 1975, Jacques Brunet « Jaquito » et Frédéric Pascal en 1976, Christian Montcouquiol « Nimeño II » (1977), frère cadet d’Alain Montcouquiol « Nimeño I » qui, lui, ne prit pas l’alternative, « Chinito de Francia » et Christian Lesur en 1978, et Curro Caro (1981). Ajoutons à cette liste le Lyonnais Patrick Varin qui fit ses premières armes dans le Sud-Est (1979) et Richard Milian, né à Canohès, dans les Pyrénées Orientales (1981). La veine nîmoise n’est pas épuisée si l’on prend acte de l’alternative de Stéphane Fernandez Meca en 1989. Depuis 1989, treize autres toreros français ont pris l’alternative, à un rythme qui depuis 1997 dépasse une alternative par an. Parmi les matadors récemment promus, deux d’entre eux ont réussi à pénétrer le marché espagnol, l’Arlésien Jean-Baptiste Jalabert « Juan Bautista » (1999) et surtout le biterrois Sébastien Castella (2000) qui se hisse actuellement parmi les meilleurs matadors en activité comme aucun autre torero français n’y était jusqu’alors parvenu. En 2004, Sébastien Castella a toréé 52 corridas dont 31 en Espagne, 13 en France et 8 en Amérique latine, ce qui le place au treizième rang parmi les matadors qui ont le plus toréé cette saison-là. En 2006, il est élu meilleur matador de l’année, toutes nationalités confondues, par la revue 6 Toros 6. Sur les 69 matadors à avoir foulé les arènes françaises lors des 88 corridas de l’année 2004, 11 sont français. Quatre d’entre eux figurent parmi les dix premiers toreros à avoir signé le plus de contrats en France17. La France constitue donc pour les toreros français une terre où il est plus facile d’être engagés, en lien avec une afición locale fière de les voir toréer au côté des grands noms espagnols. Certaines arènes françaises telles que Nîmes, Arles, Béziers servent également d’école de tauromachie.

L’inflation des pratiques taurines camarguaises et des manades

  • 18 FFCC : 2004 (249.549 spectateurs), 2005 (263.653 spectateurs).

38Les courses camarguaises ont également connu une forte augmentation depuis le début des années 1980 : 625 courses en 1984, 762 en 1994, jusqu’au chiffre exceptionnel et isolé de 921 en 2004, qui se stabilise ensuite autour des 800 courses annuelles. Selon la Fédération, la saison 2004 a compté environ 250.000 spectateurs18. Le passage officiel de la « course libre » au sport de la « course camarguaise » par l’agrément ministériel de la Fédération en 1975 a favorisé l’augmentation du nombre de compétitions et leur déclinaison en catégories permettant de rationaliser la carrière des « tenues blanches » et celle des bêtes en piste. Dès 1977, la Fédération crée les courses de promotion (aujourd’hui dites de protection) qui permettent aux raseteurs débutants d’affronter de jeunes taureaux. En 1988, les vaches sont autorisées à participer à ce type de course, offrant ainsi la possibilité aux manadiers d’effectuer, par la même occasion, un travail de sélection.

39Dans le détail, observons que l’année 1995 marque un léger coup d’arrêt de l’augmentation des spectacles en raison de l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation sur la taxation des primes d’engagement par l’URSSAF, au même titre que toutes les rémunérations du travail. Si ces années correspondent à une augmentation du nombre de spectacles, elles ne se traduisent pas par une dilatation de l’espace d’exercice. Au contraire, certaines arènes, en situation marginale dans le « triangle sacré », ferment leur porte. Ainsi, dans le département du Gard, une dizaine d’arènes ferment entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1990 : Dions (1974), Saint-Hippolyte du Fort (1978), Canaules (1979), Goudargues et Quissac (1982), Combs (1985), Calvisson (1989), Saint-Geniès-de-Malgoirès (1994), même si dans ce dernier cas la culture taurine n’a pas quitté les lieux puisqu’un festival du film taurin et camarguais s’est monté en 1998. Si la dynamique spatiale des courses camarguaises est allée vers une concentration dans la zone du « triangle sacré », il n’en va pas de même de toutes les pratiques taurines.

  • 19 L.-G. Lacroix, Histoire de la tauromachie en Arles, p. 42.
  • 20 Arène, no 64, 1995, p. 12 cité par R. Keerle, Sport et territoires, p. 419.

40De ce point de vue, le changement le plus remarquable est l’extension géographique de la zone des bandido et des abrivado, autrefois pratiquées dans les villes et les villages situés à proximité des élevages. Hier calquée sur la géographie des manades, cette extension adopte aujourd’hui celle de la répartition des courses et, plus largement, de toutes les fêtes de la région attachées de près ou de loin à la culture du taureau. Cette évolution est d’autant plus intéressante que les années 1970 avaient marqué une régression de la pratique en raison du développement du réseau viaire19. Le point de départ de cette renaissance, qui s’est ensuite révélée explosive, semble dater des années 1980, quand Paul Coulomb et le manadier Philippe Cuillé ont l’idée d’instaurer un concours d’abrivado à Vauvert. L’enthousiasme suscité par cette nouvelle manifestation aurait entraîné depuis une multiplication des abrivado dans de nombreuses villes20. Observons également de façon plus marginale d’un point de vue quantitatif, mais tout aussi important sur un plan sociologique, qu’en 2005 le préfet de l’Hérault autorise, sous certaines conditions, le retour du taureau à la corde qui avait pratiquement disparu, si ce n’est à Baillargues, Saint-Geniès, Lansargues, Lunel-Viel, Candillargues et dont la pratique avait été interdite. Le taureau à la corde d’Eyragues, dans les Bouches-du-Rhône, avait semble-t-il contourné la difficulté en rebaptisant la pratique sous le nom d’encierro à l’eyraguaise.

  • 21 Cité par Le Conseil Economique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, (...)

41La croissance des spectacles et surtout de la tauromachie participative a été le moteur de l’augmentation du nombre d’élevages, qui ont pratiquement triplé en vingt ans passant d’une cinquantaine en 1977 à près de 150 dès la fin des années 1990. Pour nuancer cette croissance explosive, précisons que beaucoup de manades ne sont constituées que de quelques têtes de bétail, élevées pour le statut valorisant de manadier, et louées pour différentes manifestations. Ces manades connaissent des recompositions spatiales importantes parmi lesquelles la sortie hors de la zone traditionnelle d’élevage de la Crau, de la Camargue et de la Petite Camargue vers les garrigues intérieures et les zones lagunaires du Languedoc. Cette évolution se fait dans un contexte de diminution des zones d’herbages naturelles. D’après Alain Tamisier, en 1984, sur les 145.000 ha du triangle formé par Arles, Grau-du-Roi et Fos ne persistaient que 57.000 ha de milieux naturels, dont 15.000 ha d’étangs, 18.000 de marais, 13.000 de sansouires et 3.000 de pelouses21. Les élevages étaient alors répartis sur environ 20.000 ha, sur les quelque 145.000 que totalisent Crau, Camargue et Petite Camargue. Pour un nombre total d’élevages plus élevé, les manades disposeraient aujourd’hui de 15.000 ha en partie stabilisés par le Parc naturel régional. Il n’en demeure pas moins des risques évidents de surpâturage, localement atteint.

Stagnation et ouverture de la course landaise

  • 22 J.-Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 20.
  • 23 M. Dauga, « L’âge d’or de la course landaise », p. 72.
  • 24 Ibid., p. 88.

42Les dynamiques récentes de la course landaise se caractérisent par un « âge d’or » qui court du milieu des années 1960 au milieu des années 1980, qui fait suite à une difficile sortie de l’après-guerre. La création de la Fédération française de course landaise en 1953, vingt ans avant l’agrément du Ministère, fut l’un des instruments qui permit à la course de refaire surface dans les nouveaux habits du sport moderne. Cet âge d’or est suivi d’une période de reflux où le nombre global de courses diminue tout en stabilisant le nombre de courses formelles et de concours landais correspondant au plus haut niveau de la discipline. Entre 1965 et 1980, les courses mixtes passent de 159 à 452 et les courses formelles de 102 à 158, le nombre total de courses ayant ainsi été multiplié par plus de deux en 15 ans22. Sur la même période, la trame des arènes se densifie avec 24 constructions d’arènes et 13 rénovations. Cette époque correspond également à un renouvellement et un rajeunissement des pratiquants dont 90 % sont originaires de la Chalosse23. Le dynamisme de l’activité taurine s’est alors traduit par une extension spatiale de l’aire géographique de la course landaise, plus spécialement des courses mixtes, vers les stations balnéaires du littoral : Hendaye, Saint-Jean-de-Luz, Vieux-Boucau, Biscarosse, Capbreton. Cette extension touche aussi ponctuellement des régions éloignées du Sud-Ouest : la Vienne, Les Côtes-du-Nord, Les Yvelines et l’Aube24. Cet engouement pour les courses mixtes n’est pas sans rapport avec le succès populaire des jeux télévisés d’Intervilles, créés en 1962, qui offrent à l’affrontement ludique entre l’homme et les « vachettes » une audience nationale. À la période faste que traversent les courses sérieuses, incarnée par l’immense popularité de deux écarteurs gitans, « Ramuntcho » et « Ramuntchito », les frères Christian et Guillaume Vis de leur état civil, répond un développement encore plus rapide des courses mixtes et des toro-piscines. Bien que le développement des courses sous une forme ludique ait suscité des critiques de la part des amateurs de courses sérieuses, il permit également des rentrées d’argent complémentaires pour les professionnels, en particulier pour les ganadères louant leurs bêtes. Le ganadero Joseph Labat est le premier à se lancer dans l’aventure en créant une véritable entreprise de spectacles proposant des « courses de plages », clés en main.

43Le dynamisme général du marché taurin s’essouffle au milieu des années 1980. Cela se traduit avant tout par une chute des courses mixtes qui passent de 452 courses en 1980 à 381 en 1986 et 154 en 1998. La chute du nombre de spectacles est accompagnée d’une contraction de l’espace d’exercice de la tauromachie dans les limites historiques qu’il possédait au début des années 1960. La décrue des courses formelles, quoique sensible, fut moins marquée, se stabilisant rapidement autour des 150 courses et ce jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, l’institutionnalisation de type fédéral, considérant la course comme une pratique sportive professionnelle avec les obligations fiscales qui en découlent, semble bloquer le renouveau de la pratique, même si les années 2005 et 2006 marquent une augmentation sensible du nombre de courses.

  • 25 Toros, no 1631, 6 juillet 2000, p. 2.

44Observons dans cette séquence que le reflux des courses landaises coïncide avec une augmentation des courses espagnoles dans le Sud-Ouest. S’il fallait ne retenir qu’un exemple, celui de Dax est très significatif. Au début des années 1980, les arènes de Dax offraient plus de courses landaises que de courses espagnoles, tendance qui s’est totalement inversée depuis. On notera également que cette période est aussi celle de l’apparition des encierros de type espagnol dans le Sud-Ouest, comme si la tauromachie participative commençait aussi à regarder de l’autre côté des Pyrénées. Certains coureurs d’encierros ont fini par fonder une modeste association en 1995, l’Association française des coureurs d’encierros (AFCE) qui « a pour but de faire connaître l’encierro, son histoire, ses dangers et ses techniques, afin d’éviter les accidents et faire renaître dans le Sud-Ouest cette vieille tradition »25.

45Enfin, il faut souligner avec intérêt que certains écarteurs et sauteurs landais, comme par exemple Didier Laplace, David Casarin ou Nicolas Vergonzeanne, se produisent de plus en plus en Espagne, en s’inscrivant aux concours de recortadores. En effet, le développement des courses de recortadores en Espagne constitue potentiellement un très large débouché professionnel pour les écarteurs dont les techniques tauromachiques sont assez proches. Mieux les techniques de la course landaise participent à l’élaboration des codes de la course de recortadores en pleine mutation. Nous sommes désormais loin des concours de recortadores où la plupart des épreuves consistaient à enfiler des anneaux aux cornes des vaches suivant le modèle arago-navarrais. Les écarts et les sauts se généralisent et deviennent des épreuves à part entière et trouvent un plein épanouissement dans les concours des pays valenciens. La façon dont étaient réalisés les quiebros en Espagne au début des années 1980, nous incite à penser que l’écart dans le dos, les pieds joints, ainsi que le pratiquent les écarteurs landais, a fortement influencé les techniques actuelles des recortadores. Ce qui est probable pour les quiebros semble avéré pour les sauts. Alberto de Jesús, directeur du magazine Bous al Carrer et ancien champion d’Espagne de recortadores, nous a confirmé qu’il a vu faire les premiers sauts de l’ange au-dessus du taureau par des Français et que la pratique a rapidement été imitée et assimilée. Aujourd’hui cette pratique est visible jusque dans la rue, lors des bous al carrer où la chaussée est recouverte de sable.

  • 26 La revue Barrera Sol, no 49, 15 juin 2001, y consacre un numéro spécial.

46Ce détail apparemment anecdotique permet de mieux comprendre les processus de codification des pratiques tauromachiques que nous croyons s’établir, aujourd’hui comme hier, à partir d’influences géographiques élargies. Dans les modalités de mise en forme et de diffusion des spectacles taurins, les innovations même ténues et les transferts individuels ont une grande importance. À n’en pas douter ces formes seront définitivement fixées techniquement et spatialement dans quelques années. En retour, il n’est pas impossible que le Sud-Ouest s’ouvre plus largement aux concours de recortadores. Dans les Landes, Pouillon, dont le panneau en forme de taureau planté à l’entrée des arènes affiche en lettres blanches « Pouillon canton coursayre », organise depuis 2000 une course de recortadores par an26.

47De façon moins anecdotique, il est intéressant de constater que dans le Sud-Ouest, les courses landaises renouent avec l’affrontement de taureaux de combat libres (sans corde), à l’image des concours de sauts et de cortes pratiqués en Espagne. Cette pratique dans les Landes avait disparu progressivement au début du xxe siècle. Le concours « Art et Courage » de Pomarez qui se tient depuis 18 ans est organisé sur ce principe, de même que la récente Nuit du Toro à Dax, le 8 septembre 2006, opposait onze taureaux à sept écarteurs et quatre sauteurs. Ces événements montrent ainsi la réversibilité des principes taurins dans le cadre d’une évolution des pratiques, montrant qu’il ne s’agit en rien de pratiques figées. On observera en particulier que l’utilisation de la corde dont Frédéric Saumade fait la marque d’un contre modèle tauromachique archaïsant qui fonde la spécificité du jeu landais, apparaît ici comme un élément suppressible. Voilà la preuve d’une grande capacité d’adaptation des pratiques tauromachiques qu’aucun principe irrévocable ne paraît définir. C’est aussi ce que montre historiquement le port obligatoire du caparaçon pour protéger les chevaux. Il s’agissait alors d’une transformation radicale des règles du jeu qui pour beaucoup d’observateurs de l’époque devait finir par faire disparaître la corrida, vidée de sa substance. Quoi qu’il en soit, cette forme d’échanges et de dialogue d’une pratique à l’autre, et d’une région périphérique à l’autre, confirme l’existence d’un espace tauromachique européen dans lequel la contraction générale des « distances-temps » et l’augmentation des mobilités favorisent une accélération des évolutions.

III. — FLUCTUATIONS ET BLOCAGES DE LA TAUROMACHIE AU PORTUGAL

Le rééquilibrage nord-sud de l’espace taurin

48L’évolution du nombre de courses au Portugal est beaucoup plus chaotique qu’ailleurs et semble correspondre à un rythme propre qui témoigne assez bien du relatif isolement du marché taurin du reste de la péninsule Ibérique et d’une certaine fragilité de la professionnalisation des spectacles. L’année 1986 a atteint les 333 courses, puis jusqu’à 1997 seule l’année 1993 a dépassé la barre des 300 spectacles. La période de 1997 à 2003 se caractérise par une réelle augmentation qui ensuite s’essouffle pour retomber aux quelque 300 courses de la fin des années 1980. Certains voient dans cette fluctuation les symptômes d’une crise larvée de la tauromachie au Portugal. D’autres observateurs plus modérés pensent que le nombre de spectacle est en concordance avec les lois de l’offre et de la demande. Cette fluctuation des chiffres masque en réalité une indéniable extension géographique des courses de taureaux. En effet, le nombre de communes ayant programmé des spectacles taurins a augmenté du milieu des années 1990 à nos jours et de façon plus régulière que le nombre de spectacles.

Tableau 4. — Évolution et distribution des spectacles taurins au Portugal

Tableau 4. — Évolution et distribution des spectacles taurins au Portugal

49Le Nord est le principal bénéficiaire de cette évolution grâce aux arènes démontables venues renforcer, à partir des années 1980, un réseau d’arènes plus lâche que dans le Sud. Ailleurs, elles ont densifié le réseau existant. Ce rééquilibrage partiel de l’opposition Nord-Sud de l’organisation de l’espace tauromachique portugais s’est accompagné d’une accentuation de la littoralisation des spectacles due en grande partie à l’essor du tourisme. Au Nord, le tourisme a revitalisé une tradition ancienne dans les cités littorales de Viana do Castelo, Póvoa do Varzim, Figueira da Foz. Au Sud, il a renforcé le poids de l’Algarve décrié par certains comme un front pionnier taurin sans âme. En cela les arènes d’Albufeira, en tête des statistiques taurines grâce à l’offre de programmes volontairement plus courts afin de ne pas lasser les néophytes, ont quelques points communs avec celles de Benalmádena dans la province de Málaga.

50Pour ce qui est des tauromachies à participation collective, le Portugal n’a pas connu la croissance explosive des jeux taurins populaires de l’Espagne. Elles étaient déjà fort développées et fort diversifiées dans un pays où la tauromachie professionnelle n’a pas passionné l’ensemble des couches sociales, comme la corrida a pu le faire un temps en Espagne. Le fait qu’elle n’ait pas connu de révolution aussi radicale que celle qui a marqué en Espagne le passage de la tauromachie aristocratique à la tauromachie du peuple peut être considéré comme un élément explicatif. Cela ne suffit sûrement pas à expliquer la variété des pratiques tauromachiques populaires qui font du Portugal un important conservatoire de formes anciennes telles que les taureaux encordés, les sacrifices de taureaux ou encore la capeia raiana. Le formidable essor des touradas à corda sur l’île Terceira contraste donc avec l’évolution du reste du pays. Autour de 250 aujourd’hui, elles ne dépassaient pas la cinquantaine dans les années 1960. Cet essor se double d’un intérêt soutenu pour les courses de taureaux dans les arènes d’Angra de Heroismo qui, malgré leur construction récente en 1984, se hissent parmi les premières arènes portugaises en nombre de spectacles. Le dynamisme de la tauromachie aux Açores a entraîné une rationalisation du secteur de l’élevage brave par la formation, en 2000, d’une Association des éleveurs de taureaux de tourada à corda de l’Ile Terceira et San Jorge. Ce dynamisme a aussi contribué à un meilleur encadrement des pratiques par l’adoption d’un Règlement des touradas à corda, en 2003, entériné par la Région Autonome. On observe que l’augmentation de la pratique a nécessité une meilleure réglementation qui a clarifié et normalisé les conditions de programmation des jeux taurins favorisant en retour leur croissance.

Les recompositions internes de l’afición

51Derrière ces évolutions et ces dynamiques spatiales se cache une transformation plus fondamentale de l’espace tauromachique portugais, causé non seulement par le développement remarquable de la tauromachie à cheval chez le voisin espagnol, mais aussi par le désir croissant de voir se dérouler au Portugal des corridas intégrales, avec piques et mise à mort. En effet, la forte progression du rejoneo en Espagne n’a pas été sans conséquence au Portugal. On a vu que dans les années 1920-1930, la rivalité taurine des nations sœurs se cristallise autour de la tauromachie à cheval, le Portugal se sentant dépossédé d’un art qui lui serait propre. Dans les années 1940, le critique taurin espagnol Don Ventura pouvait encore affirmer :

  • 27 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana, pp. 2-3.

Il est évident que jusqu’à ce que la tauromachie à pied s’implante en Espagne, la tauromachie à cheval était le spectacle traditionnel depuis le Moyen Âge. Celle-ci a été maintenue intacte au Portugal et ne se manifeste en Espagne que par la présence du picador, exception faite de ces dernières années où interviennent — très rarement — quelques rejoneadores qui offrent au public une tauromachie à cheval inspirée du campo andalou, laquelle diffère grandement du caractère aristocratique qui donne forme à ce que vous appelez « l’Art de Marialva »27.

52Trente ans plus tard, dans les années 1970-1980, les rejoneadores espagnols dépassaient le nombre de cavaleiros portugais. Depuis les années 1990, le développement de la tauromachie à cheval en Espagne est tel que nombre de cavaliers portugais ont compris l’intérêt d’intégrer le marché espagnol et avec lui, sa projection latino-américaine. Mais la rivalité se prolonge. Dans la revue portugaise Tauromaquia, une aficionada témoigne :

  • 28 Tauromaquia, 3 septembre 2003, p. 16. Le Campo Pequeno est le nom des arènes de Lisbonne.

Dans les années 1960, je me rappelle que très peu de rejoneadores espagnols parvenaient à toréer sur les terres portugaises. Toréer au Campo Pequeno était pour eux comme obtenir un doctorat […]. J’admire profondément le peuple espagnol. Tout ce qui vient d’eux est meilleur ! Nous les Portugais, nous pensons exactement le contraire28.

53Il n’en demeure pas moins que les arènes les plus importantes de la tauromachie à cheval en termes de carrière, de rémunération et de nombre de spectacles sont désormais situées en Espagne, même si le Campo Pequeno de Lisbonne demeure une référence. Cette évolution peut être interprétée comme un transfert de centralité. L’invitation de Pablo Hermoso de Mendoza pour l’inauguration des arènes du Campo Pequeno de Lisbonne est également une reconnaissance de la qualité technique et esthétique atteinte par le rejoneo espagnol même si, pour autant, elle ne remet pas totalement en cause la valeur et la part d’autonomie des critères portugais.

54Une autre évolution touche cette fois à la place de la tauromachie à pied qui a considérablement augmenté depuis les années 1970. Elle traduit aujourd’hui par une revendication de plus en plus affirmée, sans qu’elle soit unanime, d’une transformation de la loi qui permettrait le déroulement des corridas intégrales. Rappelons qu’en 2004, une quinzaine de matadors espagnols sont venus toréer au Portugal au côté des sept matadors portugais en activité. Les premiers matadors portugais apparaissent à la fin des années 1940. Comme en France, ce sont les années 1970 qui marquent un véritable décollage. Dans ces années, une dizaine de matadors portugais toréaient : Diamentino Viseu, Manuel Dos Santos, José Trincheira, José Julio, Armando Soares, Amadeu dos Anjos, Mario Coelho, José Falcão et Ricardo Chibanga, ce dernier originaire du Mozambique. Dans les années 1980, apparaît la figure de Victor Mendes, dont la carrière est une référence puisqu’il est resté en haut de l’affiche, dans les arènes du monde entier, pendant plus de quinze ans. Le bilan de sa longue carrière de 1981 à 1998 montre bien l’obligation qu’il y a à franchir les frontières pour pouvoir vivre de sa profession au Portugal : sur les 1.055 corridas auxquelles il a participé, 678 ont eu lieu en Espagne, 150 en France, 129 en Amérique et seulement 98 au Portugal, dans son propre pays. Au total, le Portugal a vu naître 30 matadors d’alternative. Aujourd’hui le Portugal ne possède pas de matador capable de rivaliser avec les meilleurs toreros espagnols, situation qui est tout à fait inverse en France. Cette situation éclaire le fait que de nombreux aficionados portugais militent en faveur de la légalisation des corridas « intégrales » dans leur pays. Pour eux, l’autorisation de la mise à mort entraînerait un développement rapide de la tauromachie à pied, considérée comme constitutive du patrimoine portugais, en vue de combler un sous-développement taurin dont la législation est tenue pour responsable. Plusieurs associations affichent ouvertement ce désir comme le Clube taurino da Moita (Pró-touros de morte), fondé en 1999 (voir fig. 51, p. 308).

55Le débat autour des corridas intégrales au Portugal est de plus en plus vif. Les propos de l’un des organisateurs de spectacles parmi les plus expérimentés du Portugal, Manuel Gonçalves, actuel gestionnaire des arènes de Moita, en laissent apparaître la complexité en des termes où se mêlent des considérations éthiques, identitaires et économiques :

  • 29 Tauromaquia, 3 septembre 2003, p. 17.

Soyons directs. Je suis portugais fier de l’être et convaincu que la corrida portugaise est un spectacle beaucoup plus diversifié et attirant. Le public du monde entier adhère plus facilement à la corrida portugaise qu’à la corrida espagnole. Évidemment, en tant qu’aficionado et en termes commerciaux, je peux vous dire que j’aimerais être le premier entrepreneur de spectacles à organiser des corridas avec mise à mort au Portugal29.

56Curieuse distorsion de la rationalité économique qui trahit sans doute un rapport de force entre les acteurs de chacune des pratiques tauromachiques. Pourquoi serait-il plus rentable d’organiser des corridas avec mise à mort alors que la corrida portugaise est considérée comme un spectacle plus attrayant ? La réponse est sans doute à chercher du côté des cavaliers portugais qui n’auraient pas grand intérêt à voir se développer les corridas intégrales sur le territoire national, les mettant en concurrence directe avec les toreros à pied. Dans une certaine mesure, le discours transnational de la tauromachie à pied se heurte aux intérêts portugais de la tauromachie à cheval qui ne tirerait aucun avantage à voir s’effacer la frontière. Cette frontière n’est donc pas une simple limite entre deux cultures taurines opposées, elle est aussi un rempart juridique permettant à la tauromachie portugaise dominante de protéger ses intérêts.

  • 30 N. Franco, O porquê de Barrancos, p. 201.
  • 31 L. Capucha, « Barrancos en escena ».

57Les blocages et les forces contradictoires du système taurin portugais ont été révélés par la périphérie du système : les courses de taureaux du petit village de Barrancos, situé à quelques kilomètres de l’Espagne. Pendant près de quatre ans, de 1998 à 2002, le pays a été plongé dans une polémique d’envergure nationale à propos de ce qu’il est alors convenu d’appeler la « crise barranquenha ». Le débat avait été lancé une première fois en 1969 à la suite d’une plainte déposée par un certain Dr Lino soulignant que la législation portugaise n’était pas respectée à Barrancos qui en toute impunité faisait mettre à mort les taureaux par des toreros espagnols lors de ses fêtes30. La polémique resurgit à la suite d’un reportage télévisé sur les corridas de Barrancos en 1996 et d’une série de plaintes déposées dans la foulée par des associations de protections des animaux. À partir de là, les médias ont largement relayé et amplifié le débat divisant l’opinion publique dont la portée s’est étendue au fonctionnement général de la société portugaise31.

Fig. 51. — Club taurin de Moita en faveur des corridas intégrales. Les aficionados de Moita affichent leur volonté de faire changer la loi (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 52. — Simulacre de mise à mort avec une banderille au Portugal. Le matador portugais José Luís Gonçalves simulant la mise à mort du taureau avec une banderille, avant de laisser entrer en piste les forcados (Vila Franca de Xira, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

  • 32 Ibid., pp. 433-434.
  • 33 Vote du Parlement 115 voix pour, 91 contre, 9 abstentions.

58La crise barranquenha servit ainsi de prétexte pour débattre, pendant quatre ans, du pouvoir, de la loi, des sources du droit, des relations villes-campagnes, des relations entre les hommes et les animaux, des relations entre culture savante et culture populaire, de l’idiosyncrasie portugaise et bien entendu de la fête des taureaux32. Après la démission de deux ministres, l’intervention du président de la République Jorge Sampaio en faveur d’un déblocage législatif de la situation et les réactions enflammées de certains habitants de Barrancos menaçant de fouler au pied leur carte d’identité nationale, le parlement portugais a fini par voter, en 2002, l’autorisation de célébrer des spectacles tauromachiques avec mise à mort, dans les municipalités pouvant se prévaloir d’une ancienne tradition33. Depuis lors, trente-deux municipalités ont engagé des procédures afin d’établir la légalité de la mise à mort, procédures qui, pour l’instant, n’ont pas abouti, l’exception ne demeurant effective qu’à Barrancos. Le Portugal apparaît bien comme un pays taurin où les évolutions actuelles sont à même de transformer radicalement le panorama des pratiques tauromachiques.

IV. — L’ARTICULATION TRANSFRONTALIÈRE DES ESPACES TAURINS

La « frontière taurine » france-espagne : le désir d’hispanité

  • 34 A. Viard, Corrida française ?, p. 60.

59Au début des années 1980, le torero André Viard posait ouvertement une interrogation provocatrice dans un petit ouvrage intitulé Corrida française ? La question ne portait pas sur l’assimilation évidente de la tradition des courses de taureaux au patrimoine culturel des régions du Sud de la France. Cette question visait à dénoncer la main mise des professionnels espagnols sur l’organisation des spectacles taurins en France, pour leur plus grand bénéfice. Bien qu’André Viard reconnût alors quelques exceptions dans le Sud-Est, il persistait dans son jugement pour affirmer : « La France taurine est bel et bien une colonie espagnole, qui s’apparente d’ailleurs pour les bienheureux colons à un El Dorado moderne »34. Derrière cette dénonciation de l’impérialisme économique espagnol au-delà des Pyrénées est posée la question de l’intégration des marchés taurins ainsi que de l’articulation transfrontalière des espaces français et espagnols à partir du fait culturel tauromachique.

60Certains éléments de ce constat pessimiste ont objectivement évolué. Comme on l’a vu, il existe davantage d’élevages, de mieux en mieux appréciés pour leur qualité. Les toreros français ne sont plus les parents pauvres de la tauromachie dans leur propre pays et exportent brillamment leur talent au-delà des Pyrénées et de l’Atlantique. Le fait de voir deux toreros français programmés lors de la très prisée corrida de la presse à Madrid en 2007 aurait été impensable il y a encore quelques années. Certains entrepreneurs de spectacles français, tel Simon Casas sont désormais fermement établis en Espagne et possèdent la confiance des adjudicateurs. Il s’en est fallu d’un rien qu’il ne remporte la gestion des arènes de Madrid lors des deux derniers concours, un rien que l’intéressé attribue à des pratiques frauduleuses dans l’évaluation de son dossier par la Communauté autonome propriétaire des lieux, faisant l’objet d’un recours en justice. Enfin, l’Union des villes taurines de France (UVTF) tente de participer de plus en plus à la régulation des activités tauromachiques de façon autonome. L’une des mesures affichées, pas toujours évidente à appliquer, est l’exclusion du marché français des acteurs qui enfreindraient le règlement. Si ces évolutions ont contribué à quelque peu rééquilibrer les termes de l’échange, la France dépend encore largement des organisateurs de spectacles espagnols pour monter ses férias. C’est plus souvent le cas dans le Sud-Ouest que dans le Sud-Est où la formation plus étoffée du mundillo semble jouer en faveur d’une plus grande autonomie dans les négociations.

61La frontière nationale n’implique ici aucune transformation dans la pratique des courses de taureaux, dans un espace soumis à une libre circulation de tous les protagonistes en jeu. Seule est menacée épisodiquement la circulation des taureaux, lorsque des mesures visant à endiguer les risques de maladie de la vache folle ou de la langue bleue dressent des barrières sanitaires. Cette mobilité des acteurs et des spectateurs de la tauromachie est responsable de relations transfrontalières plus ou moins intenses entre l’Espagne et la France. Cependant, les deux grandes régions taurines françaises ne sont pas dans la même situation vis-à-vis du voisin espagnol. Si l’espace tauromachique du Sud-Ouest est contigu à l’espace espagnol, celui du Sud-Est est plus éloigné et isolé. La frontière elle-même peut-être découpée en plusieurs sections inégalement concernées par les dynamiques spatiales engendrées par l’activité tauromachique.

62La zone frontière occidentale qui met en contact le Sud-Ouest français avec le Pays Basque et la Navarre est la section la plus active. Les relations transfrontalières concernent d’abord les professionnels taurins, éleveurs et toreros, indispensables aux férias du Sud-Ouest. Dans cette région, les entrepreneurs espagnols contrôlent une grande partie de la programmation des spectacles en tant que prestataires de services auprès de nombreuses arènes, qu’elles soient gérées en régie municipale ou par l’intermédiaire d’une société. On retrouve ici le rôle incontournable des Chopera qui en 2006 possèdent des intérêts dans l’organisation des spectacles à Bayonne, Mont-de-Marsan, Hagetmau, Vic-Fezensac, Orthez. Les relations transfrontalières sont aussi celles de l’intense mobilité des spectateurs, plus importantes vers l’Espagne, de la part du public français, que vers la France, de la part du public espagnol. Cette mobilité est néanmoins sélective et se dirige principalement vers les arènes de première catégorie et de deuxième catégorie : d’abord celles de Bilbao en Biscaye, celles de Pampelune en Navarre et bien évidemment la plus proche et la plus franco-espagnole des arènes, celles de Saint-Sébastien. De façon secondaire, sont aussi concernées les arènes de Saragosse en Aragon, celles de Logroño dans La Rioja, et celles de Vitoria en Álava. L’afición ne se déplace ensuite au-delà de l’Èbre que pour rejoindre généralement les férias de Madrid, de Séville, ou de Valence. La mobilité spatiale joue à deux échelles, celle d’un espace taurin régional perçu comme proche et celle d’un espace plus lointain justifié par le rang et la qualité des spectacles. Cette mobilité régionale existe également pour la tauromachie populaire si l’on observe les nombreux coureurs d’encierros français qui rejoignent les rangs des courses navarraises. L’encierro de Pampelune recrute des adeptes venus du monde entier sans doute comme aucun autre jeu taurin n’y parvient, contribuant ainsi à faire de la San Fermín la plus internationale des férias. Les encierros de Tafalla et de Falces sont également des rendez-vous prisés des encierristes français. En retour, cette passion des encierristes français contribue à faire renaître dans le Sud-Ouest cette ancienne pratique sous les traits du modèle navarrais. La tauromachie sous ses deux espèces, professionnelle et participative, fait ainsi exister un territoire taurin transfrontalier.

63La course landaise n’attire pas les spectateurs espagnols, mais certains écarteurs landais s’impliquent de plus en plus dans l’essor des concours de recortadores. Le mouvement commence à se faire sentir du côté des ganadères qui présentent des vaches en Espagne, comme celles issues de l’élevage Les Armagnacaises. En outre, les ganadères achètent depuis longtemps des vaches navarraises, même si les achats de bétail ne se limitent pas au voisinage proche, étant donné que les achats en provenance du campo charro de Salamanque demeurent majoritaires. Si la corrida recompose un territoire transfrontalier, les territoires de la course landaise et de la course arago-navarraise demeurent juxtaposés même s’il existe désormais quelques signes forts d’un accroissement des relations. Le spectacle le plus jeune (les courses de recortadores) ouvre les perspectives d’une revitalisation du spectacle le plus ancien (les courses landaises). À l’inverse, le spectacle le plus ancien participe à la codification du nouveau venu.

64Plus généralement, les férias du Sud-Ouest s’inspirent du modèle des férias navarraises. Ce rapport d’imitation participe à la remontée septentrionale d’une hispanité syncrétique perceptible au-delà des spectacles taurins dans la gastronomie, la musique, les tenues vestimentaires. Mais c’est bien le thème tauromachique qui articule entre eux ces formes d’assimilation. La tenue blanche de Pampelune rehaussée par un foulard et une ceinture rouge, devenue quasiment la tenue officielle du festayre se retrouve aux fêtes de Bayonne, de Dax, de Mont-de-Marsan. À Bayonne, le rouge et blanc dans les tenues vestimentaires ont pris le dessus sur d’autres couleurs, en particulier le bleu, qui passe pour être la couleur de la ville, ou même le vert dans son association avec le rouge comme couleurs du Pays Basque. La ville de Bayonne s’est ouvertement inspirée de la fête de Pampelune dans ses codes. Les villes de Bayonne et de Pampelune sont jumelées et la corrida des fêtes se tient le dimanche, journée officiellement placée sous le signe de la capitale navarraise. Il est intéressant de constater que les relations transfrontalières liées à la tauromachie véhiculent davantage l’image d’un territoire régional composite formé par la Gascogne, la Navarre, la Biscaye et Guipúzcoa que celle d’un territoire unifié par l’Euskadi, absent des références de la culture taurine. La territorialité taurine semble mieux fonctionner comme une structure feuilletée par des acteurs en réseaux plutôt que comme des espaces et des aires culturelles qui s’imbriquent hiérarchiquement les uns aux autres. Autrement dit, alors que le Pays Basque est spatialement au cœur des relations taurines transfrontalières franco-espagnoles, il en est étonnamment absent en tant qu’entité culturelle unifiée par la tauromachie. Les jeux de pelote, de force, de navigation, la randonnée, la gastronomie et les chants, participent bien plus à la cohésion territoriale transfrontalière du Pays Basque que les pratiques tauromachiques.

65À la différence de la frontière atlantique, la zone frontalière catalane met face à face deux espaces dont les dynamiques tauromachiques sont divergentes. L’une, la Catalogne française, sur une partie de son territoire en particulier la vallée du Vallespir, revendique l’enracinement de sa culture tauromachique, l’autre, la Catalogne espagnole, semble faire beaucoup pour la taire et s’en débarrasser. Il existe un différentiel paradoxal du dynamisme des activités taurines de part et d’autre de la frontière. Du côté espagnol, les arènes de Barcelone, malgré la crise qu’elles traversent, demeurent des arènes de première catégorie qui offrent plus de spectacles que les arènes de Céret, arènes de deuxième catégorie française, qui affichent haut et fort leur dynamisme et leur existence par une culture du bastion torista. Le simple fait que l’on chante l’hymne catalan Els segadors dans les arènes de Céret montre toute la distance qui sépare les terres taurines catalanes de part et d’autre de la frontière. La tauromachie joue ici dans une affirmation de la frontière qui sépare deux versions de la Catalogne, par ailleurs unies par de fortes relations socioculturelles. On remarquera là, une belle inversion territoriale. La Catalogne française est une périphérie méridionale du territoire national où la tauromachie participe d’une différenciation identitaire avec un Nord au contour flou. La Catalogne espagnole constitue un centre moteur de l’économie nationale, dans un contexte d’autonomie régionale affirmé où la tauromachie, disons plutôt sa négation, participe d’une différenciation identitaire avec le reste de l’Espagne. La tauromachie est-elle catalane ? On l’aura compris, la tauromachie n’est donc porteuse d’aucune valeur territoriale intrinsèque. Elle n’est porteuse de valeur territoriale qu’en fonction d’un lieu pris dans un contexte national et frontalier plus englobant. Sur ce point, la démarche multiscalaire du géographe est irremplaçable.

66Enfin, le Sud-Est taurin centré sur une Camargue plus éloignée de l’Espagne se caractérise par une plus grande autonomie du fonctionnement de son espace taurin. Néanmoins il n’est aucunement autarcique ni autosuffisant pour les corridas. On retrouve une nouvelle fois l’influence des Chopera, partenaires importants pour la gestion des arènes de Nîmes, de Béziers et de Fréjus. L’afición du Sud-Est se caractérise par une plus forte mobilité vers les arènes espagnoles que vers les arènes du Sud-Ouest français. Les mobilités dépendent de la distance et du pouvoir d’attraction des férias. Barcelone, la plus proche est fréquemment visitée, sans doute moins que les arènes de Madrid et de Séville. La féria de Séville a d’ailleurs servi de référence dans les années 1980 pour inspirer les formes du renouvellement de la féria de Nîmes. La féria de Nîmes demeure néanmoins un amalgame singulier d’influences composites. Les fanfares que le Sud-Ouest nomme « bandas » s’appellent ici « peñas », les bars associatifs ouverts par les « peñas » dans le Sud-Ouest s’appellent ici « bodegas » et il n’existe aucune tenue de fête attitrée. À un étonnement feint, faisant part de mon admiration pour la qualité de l’afición du Sud-Est par rapport à celle du Sud-Ouest afin d’obtenir des informations, un spectateur arlésien m’a offert une leçon synthétique de géographie culturelle comparée : « Ah oui, ici l’afición est belle, et au moins on n’est pas déguisé, mais ici on bouffe mal, on chante faux et on a mal au cul à force de monter sur les chevaux ».

La « frontière taurine » espagne-portugal : entre frères ennemis et nations sœurs

  • 35 Il s’agit d’un thème de recherche qui a occupé, en 1998, les IVe journées d’études du CENPA (Centr (...)

67La frontière taurine qui sépare l’Espagne et le Portugal est l’une des discontinuités les plus marquées de l’espace tauromachique dont on a déjà révélé certains aspects. L’observation des dynamiques tauromachiques entre le Portugal et l’Espagne offre un éclairage particulier de « l’articulation des territoires en péninsule Ibérique »35.

68Comme nous l’avons signalé, de part et d’autre de la frontière, il existe une version officielle de l’histoire taurine qui fait volontiers l’apologie de la tauromachie comme pratique emblématique de la nation. À partir du xixe siècle, en Espagne comme au Portugal, l’expression Fiesta Nacional, est employée pour désigner le spectacle tauromachique. Les traditions tauromachiques y sont présentées comme l’aboutissement artistique d’une tauromachie immémoriale à laquelle l’idiosyncrasie nationale aurait donné forme et signification. En outre, en dehors d’un certain parallélisme des histoires déjà mentionné, chaque version analyse à sa manière l’enracinement de la tradition sur le temps long. Le Portugal insiste sur la très grande continuité de la tauromachie aristocratique au-delà des modifications formelles et juridiques. Pour certains, l’interdiction de la mise à mort et le gainage des cornes ont même permis de débarrasser la tauromachie de sa dramaturgie macabre et archaïque. L’Espagne, quant à elle, valorise une tauromachie inventée par le peuple, un peuple qui s’empare de la fête, du sens de l’honneur et dépossède la noblesse d’une part de la violence légitime. Il est intéressant de remarquer que la relecture des histoires taurines portugaise et espagnole de la tauromachie correspond, dans une certaine mesure, à deux lieux communs des historiographies nationales respectives. Pour le Portugal, la continuité de la pratique tauromachique trouve une correspondance dans la continuité exceptionnelle de l’identité nationale, construite dans le cadre d’une frontière qui est fixée avec la Castille dès le xiiie siècle. Pour l’Espagne, l’idée que la tauromachie « nationale » est une invention du peuple trouve une correspondance dans le raccourci développé notamment par Menéndez Pidal ou Ortega y Gasset, selon lequel en Espagne « c’est le peuple qui a tout fait ». Le Portugal et l’Espagne offrent donc deux modes de valorisation de la culture taurine qui reprennent respectivement des éléments constitutifs de la construction identitaire nationale.

69Nous avons vu que les pratiques tauromachiques portugaises et espagnoles, sous leur forme de la tourada et de la corrida, reflètent à la fois l’autonomie d’un destin national et la rivalité entre les frères ennemis. Mais les évolutions récentes des pratiques tauromachiques qui s’accélèrent depuis un demi-siècle révèlent aussi l’affirmation d’un autre type de rapports entre les pays voisins qui n’a jamais totalement disparu. En effet, à la tauromachie considérée comme expression des rivalités nationales se superpose une autre représentation qui exprime la commune appartenance à la péninsule Ibérique. Ce sentiment de fraternité passe par un discours taurin transnational qui efface les frontières entre l’Espagne et le Portugal.

  • 36 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana.
  • 37 Ibid., p. 2. Rappelons que la Raza désigne sous un même ensemble une communauté « hispanique » con (...)
  • 38 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana, p. 4.
  • 39 Ibid., p. 45.
  • 40 J. Saraiva Lima, Panorama del toreo en Portugal, p. 10.
  • 41 Ibid., p. 35.

70Ce discours est le fruit de l’évolution des relations diplomatiques entre le Portugal et L’Espagne ainsi que de l’évolution des pratiques tauromachiques réinterprétées sous cet angle. À la suite de la deuxième guerre mondiale, dans un contexte géopolitique de rapprochement entre les deux pays, la tauromachie offre une occasion supplémentaire de resserrer les liens. La conférence prononcée au théâtre Tivoli de Lisbonne en 1947 par le critique taurin espagnol Don Ventura, intitulée Solidaridad Taurina Hispano-Lusitana36, véhicule clairement l’idée que la tauromachie est un facteur de cohésion : « Je me sens relié à vous par la Raza et par le principe de contiguïté territoriale et psychologique37 ». La passion pour les fêtes du taureau, « puissamment enracinée chez les Portugais et chez les Espagnols […] fait la démonstration que le courage et la dextérité sont le patrimoine exclusif de la Raza ibérique38 ». Selon l’auteur, cette solidarité passe par la tauromachie à pied : « le Portugal établit désormais une collaboration autrefois inexistante en nous offrant un vivier d’aspirants matadors qui feront croître la solidarité taurine entre les « taurophiles » des deux pays39 ». Du côté portugais, les aspirations sont identiques. En témoigne la conférence intitulée Panorama del toreo en Portugal, prononcée en 1949 par le critique Jaime Saraiva Lima à l’Ateneo de Madrid en présence du ministre de l’Agriculture espagnol et de l’ambassadeur du Portugal : « Nous nous rassemblons pour cultiver et admirer l’Art qui nous enthousiasme le plus : la Fiesta Nacional40 ». On s’accordera à reconnaître l’ambiguïté d’une telle déclaration qui réunit en un seul « art » et en une seule « fête nationale », la tauromachie portugaise et la tauromachie espagnole. Il est vrai que la tauromachie portugaise a retrouvé de son éclat grâce aux cavaliers Simão de Veiga et à João Nuncio, mais il faut surtout expliquer la satisfaction de l’orateur par l’apparition des deux premiers grands matadors de l’histoire portugaise Diamantino Viseu et Manuel Dos Santos, dont nous avons parlé. Et Jaime Saraiva Lima d’ajouter : « Je crois que l’interdiction de tuer les taureaux ne durera pas longtemps au Portugal41 ».

71Aujourd’hui, dans un tout autre contexte qui fait suite à la démocratisation du Portugal et de l’Espagne, et à leur entrée dans l’Union européenne, le recoupement partiel des formes tauromachiques et l’hégémonie taurine espagnole exercée sur les termes de l’échange entre les deux pays, contribuent à les rapprocher à nouveau. Ainsi aux discours taurins qui font et défont les frontières de la péninsule Ibérique, s’ajoute une représentation holiste de la culture tauromachique qui célèbre son unité par-delà ses clivages. Il en résulte une différenciation de la « frontière tauromachique » en plusieurs zones.

72Nous pouvons segmenter la frontière tauromachique en quatre zones transversales du nord au sud, pour lesquelles les dynamiques transfrontalières recouvrent des réalités diverses.

73La zone frontière Galice/Minho - Trás-os-Montes est marquée par l’insignifiance des relations liées aux spectacles taurins dans une aire culturelle que l’on pourrait qualifier d’aire « a-tauromachique », si l’on excepte les arènes de Viana do Castelo et la traditionnelle vaca das cordas de Ponte de Lima. Par ailleurs, cette zone frontière se caractérise par d’intenses relations linguistiques, économiques et sociales. Ici la tauromachie ne constitue, ni un véritable champ de représentations, ni un facteur de recomposition territoriale.

  • 42 F. Teixera, « A corrida do forção ».

74La zone frontière qui comprend la province de Salamanque et l’Alto Douro - Beira Alta ne se caractérise pas non plus par d’intenses relations liées aux pratiques taurines. Pour autant, ces pratiques n’y sont pas absentes. Il existe un fort différentiel en termes d’activités taurines de part et d’autre de la frontière. La province de Salamanque est totalement intégrée au circuit professionnel international et tourne le dos au Portugal. Elle regroupe à elle seule un quart des élevages espagnols de taureaux de combat et a vu naître de nombreux matadors au cours de l’histoire. Du côté portugais, exception faite des arènes démontables qui programment épisodiquement des spectacles taurins, on remarque une certaine faiblesse de la tauromachie professionnelle caractéristique de la moitié nord du Portugal. En revanche, nous avons signalé, l’importance et l’originalité de la pratique de la corrida do forcao ou capeia raiana, autour de Sabugal, à proximité de la ligne frontière. La coutume veut que l’on fasse venir les taureaux de l’autre côté de la frontière. Le qualificatif de la pratique elle-même, capeia raiana (de raia : la frontière), met l’accent sur la dimension territoriale du rituel taurin. Autrefois volés aux Espagnols, les taureaux sont aujourd’hui achetés dans les nombreux élevages de la province de Salamanque. Fernando Teixeira analyse cette pratique comme la trace d’un antagonisme frontalier ancien, localisé dans une zone régulièrement soumise aux raids des cavaliers espagnols au xive siècle et plusieurs fois employée comme couloir d’invasion vers l’ouest42. Aujourd’hui le rite resserre les liens d’une communauté dont la plupart a émigré en Espagne ou en France, et qui revient au pays lors des fêtes estivales. C’est aussi l’occasion de maintenir une cohésion entre villages voisins à partir d’une rivalité taurine lors du concours annuel de capeia raiana. Le jeu renvoie donc à la double composante de la frontière, à la fois ligne de rupture et zone périphérique. Du côté espagnol, le carnaval de Ciudad Rodrigo, à quelques kilomètres de la frontière, offre un autre témoignage exprimant l’isolement périphérique des confins de Castille sur la base d’un rite rural, collectif et carnavalesque qui s’oppose en tout point à la tauromachie urbaine, professionnelle et si sérieuse de Salamanque.

75La troisième zone frontière Haut Alentejo - Estrémadure est une zone d’intenses dynamiques transfrontalières hispano-portugaises du point de vue des pratiques taurines. La ville frontalière de Badajoz sert d’interface entre la tauromachie portugaise et espagnole. La féria de Badajoz accueille un public portugais important et veille à programmer dans l’arène des confrontations hispano-portugaises. Lors de la corrida du 18 juillet 2005 à Badajoz, à défaut de connaître le nombre précis de spectateurs portugais, nous avons compté, sur le parking attenant, une voiture portugaise pour trois voitures espagnoles. De nombreux toreros portugais ont d’ailleurs pris leur « alternative » à Badajoz qui joue ainsi le rôle de porte d’entrée vers le marché taurin espagnol : Antonio dos Santos (24 juin 1952), José Simões (24 juin 1967), Mario Coelho (27 juin 1967), José Falcão (23 juin 1968), Manuel Moreno (22 juin 1985), Rui Bento Vasques (25 juin 1988), José Luís Gonsalves (10 mars 1994) et Pedrito de Portugal (26 juin 1994). Le Portugal est mieux représenté dans ces arènes qu’ailleurs en Espagne. Il en va de même pour les arènes voisines de Cáceres, Mérida, Almendralejo, Zafra ou Jerez de los Caballeros. Il n’est pourtant pas possible d’en faire une règle absolue comme en témoigne la féria d’Olivenza où la place de la tauromachie espagnole et des professionnels espagnols ne semble en rien répercuter l’influence de la frontière. Il est d’ailleurs curieux de constater que cette cité, hautement symbolique en raison des litiges frontaliers auxquels elle a donné lieu, n’ait fixé aucune pratique tauromachique qui puisse en rendre compte de quelque manière. Cela en dit long sur l’attrait de la tauromachie espagnole dans cette zone et sur la position de force de l’offre sur la demande. Grâce aux choix judicieux du directeur des arènes José Cutiño, la féria d’Olivenza depuis le début des années 1990 a su se situer sur un créneau efficace : une féria haut de gamme de début de saison qui réunit des toreros très prestigieux attirant un public élargi dont de nombreux Portugais. Dans une entrevue accordée à la revue 6 Toros 6, José Cutiño analyse ainsi la composition de son public :

  • 43 6 Toros 6, no 608, mardi 21 février 2006, p. 11.

Il y a un noyau majoritaire d’aficionados locaux et aussi des villages les plus taurins de la province de Badajoz, ceux de la capitale, ceux de Mérida, Zafra, de toute la terre de Barros, qui peuvent représenter jusqu’à 50 % de l’arène. Ensuite, 30 % doivent être Portugais, la majorité du continent, mais aussi de l’île Terceira. Les 20 % restant sont composés d’aficionados de Séville, de Madrid, de Valence, du Nord de l’Espagne et aussi des Français de Mont-de-Marsan et de Bayonne, et cette année vient au complet le Club taurin de Londres43.

76Sur le plan du développement économique et du point de vue de la vitalité des activités taurines, c’est bien l’Estrémadure, où le nombre de spectacles taurins a été multiplié par trois en vingt ans, qui profite le plus de cette situation. De nombreuses ganaderias d’Andalousie, de Madrid et de Salamanque y transfèrent désormais leur activité. On comprend pourquoi la promotion des activités taurines est inscrite officiellement au programme de la Junte d’Estrémadure. La région exploite donc une situation frontalière doublement avantageuse : la réserve d’espaces libres des dehesas pour les ganaderias et la proximité du public portugais privé de corridas intégrales dans son pays.

77Le cas du village de Barrancos bien que situé plus au sud, peut être inclus dans cette zone. Il en va de même des municipalités qui ont déposé des demandes allant dans le sens d’une autorisation de la mise à mort des taureaux. La plupart de ces communes sont situées à proximité de la frontière telles que Aldeia da Luz, Monsaraz, Santo Aleixo da Restauração. Barrancos n’est pas simplement le reflet du rayonnement de la tauromachie espagnole sur la zone frontalière. En réalité, cette zone dite de « la Contienda » relève depuis des siècles d’un espace communautaire hispano-portugais, des confins flous, laissés en marge de la linéarisation moderne des frontières. Le tracé de la frontière n’y fut fixé qu’en 1926. Ainsi, célébrer un spectacle avec mise à mort renvoie, certes, à la proximité culturelle avec l’Espagne, mais c’est aussi, pour une région parmi les plus pauvres d’Europe, un moyen de signifier son existence et de défier par la transgression l’autorité centrale, lointaine et forcément coupable de quelque chose.

  • 44 R. Brunet et alii, « La discontinuité en géographie », p. 303.

78L’extension des interactions spatiales du Portugal et de l’Espagne ne se limite pas aux régions frontalières. C’est l’ensemble de l’espace taurin portugais, en particulier le cœur de cet espace (région de Lisbonne, Ribatejo, Haut Alentejo) qui entretient des relations intenses avec les grandes cités taurines d’Espagne. On l’a vu, les interactions liées au monde de l’élevage sont anciennes. Plus récentes sont les dynamiques spatiales liées aux flux réguliers d’aficionados portugais qui se rendent de plus en plus facilement aux férias de Séville et de Madrid grâce au progrès des transports. Les clubs taurins les plus actifs comme ceux de Moita do Ribatejo et de Vila Franca de Xira y participent en organisant des voyages presque chaque année. Cela n’est bien sûr pas incompatible avec la volonté de voir se développer des corridas intégrales sur le sol portugais qui sont identifiées comme partie intégrante de la tradition et de l’identité locale. À Vila Franca de Xira, patrie des matadors José Julio, Mario Coelho, José Falcão, Antonio de Portugal, Victor Mendes et Rui Bento Vasques, la corrida intégrale a d’ailleurs connu des précédents en 1927, 1976 et 1977 donnant lieu à des émeutes de la population lors de l’arrestation des toreros. Les dynamiques territoriales de cette zone relèvent bien d’une logique d’organisation réticulaire des espaces tauromachiques qui s’affranchit des frontières. Autrement dit, la discontinuité de l’espace — une frontière tauromachique héritée de la tradition et maintenue par la différence de législation — engendre des dynamiques transfrontalières qui établissent de nouvelles continuités territoriales. Roger Brunet avait exprimé cette idée sur un plan théorique en affirmant que, dans le fonctionnement de l’espace humain, la discontinuité était l’une des conditions de la réintroduction de la continuité44. Les arènes frontalières jouent assurément un rôle de synapses organisant les contacts entre pays voisins aux cultures taurines différentes, ce que nous aurons également l’occasion d’observer au sujet de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

  • 45 J. L. Pérez de Lama Halcón, « Una arquitectura popular. Las plazas de toros de la Sierra de Aracen (...)

79Enfin, la quatrième zone frontière Algarve-Huelva est un espace de rapide transformation. Le pont construit sur le Guadiana a changé les conditions de circulation des hommes et des activités dans un secteur littoral à forte densité, marqué par le tourisme de masse. Cependant, le développement récent des spectacles taurins du côté portugais — ce dont témoignent les arènes de la Albufeira — semble davantage accompagner la diversification locale de l’offre touristique que le renforcement des relations transfrontalières liées à la tauromachie. À Huelva, du côté espagnol, la tradition taurine est plus ancienne. Elle acquit même une grande importance dans la Sierra de Aracena à la fin du xixe siècle, en lien avec le développement de l’économie du liège, qui permit à de nombreux villages de construire des arènes45. Aujourd’hui, d’un point de vue tauromachique, Huelva reste dans l’ombre de la province voisine, Cadix, qui entretient de fortes relations avec Séville.

80La frontière Espagne-Portugal vue à travers la tauromachie, nous offre ainsi un riche éventail de configurations spatiales : l’indifférence des régions septentrionales, les vestiges d’une marche militaire, les particularismes des marges oubliées, et des synapses de reconnections des territoires taurins.

Notes

1 Pour les années 1990-1991, il s’agit d’une étude du docteur Antonio Borregón Martínez, président du Consejo de Veterinarios de España, publié dans le quotidien Diario de Navarra, reproduite dans l’ouvrage E. De Marichalar, Le souffle dans le dos. Pour l’année 1996, il s’agit de données fournies par la CCNAT.

2 J. -P. Digard, Les français et leurs animaux, p. 69.

3 Bous al carrer, no 42, octobre 2004, p. 18.

4 Les maletillas, du mot maleta : valise, sont des personnages importants de la culture taurine qui faisaient montre de leur talent de village en village, afin de se faire remarquer et, pour certains, devenir toreros dans des spectacles professionnels.

5 Dont 386 matadores de toros, 537 matadores de novillos con picadores, 1.221 matadores de novillos sin picadores, 96 rejoneadores de toros, 99 rejoneadores de novillos, 866 banderilleros de toros, 374 banderilleros de novillos, 280 picadores de toros, 146 picadores de novillos, 36 toreros cómicos.

6 M. Favory, « Les bestiaires et l’espace », p. 5.

7 Torelló, Calldetenes, Olot, Ripoll, Tavertet, Manlleu, Granollers, Valls, Molins de Rei, Sant Feliu de Llobregat en 2004, Bellpuig, Abrera, Sitges, Sant Cugat, Banyoles en 2005, Cerdanyola, Sant Andreu de la Barca, Mollet del Vallès, Teià, Sant Quirze de Besora, Gironella, Cabrera de Mar, Biure de l’Alt Empordà, Sant Iscle de Vallalta, Guissona en 2006 (le recensement de ces villes est exhaustif jusqu’en 2006).

8 C. Pelletier, La tauromachie et les Basques.

9 Bous al carrer, no 49, mai 2005, p. 7.

10 Bous al carrer, no 45, 1er janvier 2005, p. 36.

11 Traduction libre qui en rend difficilement l’esprit : Événement goyesque de l’art du recorte exécuté sur des taureaux non épointés.

12 Toros, no 1531, 12 novembre 1998, p. 16.

13 Sur les arènes de Floirac, voir J. -P. Callède, « L’affaire des corridas de Floirac » ; Id., « Les corridas : passions taurines et modernisation urbaine ».

14 Sud-Ouest, 23 septembre 2003, p. 2-2.

15 Le projet a vu le jour grâce à l’association d’aficionados Toro Tolosa et au groupe entrepreneurial RMDC composé de deux anciens rugbyman, Didier Lacroix du Stade Toulousain et le treiziste Carlos Zalduendo, le R et le M étant les initiales de l’entrepreneur taurin Robert Margé, directeur des arènes de Béziers et de son associé Michel Bonnafé.

16 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 197.

17 Tendido, no 148, janvier-février 2005, p. 16.

18 FFCC : 2004 (249.549 spectateurs), 2005 (263.653 spectateurs).

19 L.-G. Lacroix, Histoire de la tauromachie en Arles, p. 42.

20 Arène, no 64, 1995, p. 12 cité par R. Keerle, Sport et territoires, p. 419.

21 Cité par Le Conseil Economique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, p. 9.

22 J.-Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 20.

23 M. Dauga, « L’âge d’or de la course landaise », p. 72.

24 Ibid., p. 88.

25 Toros, no 1631, 6 juillet 2000, p. 2.

26 La revue Barrera Sol, no 49, 15 juin 2001, y consacre un numéro spécial.

27 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana, pp. 2-3.

28 Tauromaquia, 3 septembre 2003, p. 16. Le Campo Pequeno est le nom des arènes de Lisbonne.

29 Tauromaquia, 3 septembre 2003, p. 17.

30 N. Franco, O porquê de Barrancos, p. 201.

31 L. Capucha, « Barrancos en escena ».

32 Ibid., pp. 433-434.

33 Vote du Parlement 115 voix pour, 91 contre, 9 abstentions.

34 A. Viard, Corrida française ?, p. 60.

35 Il s’agit d’un thème de recherche qui a occupé, en 1998, les IVe journées d’études du CENPA (Centre d’études Nord du Portugal - Aquitaine) et dans lequel la tauromachie pourrait offrir un éclairage singulier. F. Guichard (dir.), Articulation des territoires dans la péninsule Ibérique.

36 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana.

37 Ibid., p. 2. Rappelons que la Raza désigne sous un même ensemble une communauté « hispanique » constituée de l’Espagne, du Portugal et des pays latino-américains, définie par des critères historiques, linguistiques et culturels.

38 Don Ventura, Solidaridad taurina Hispano-lusitana, p. 4.

39 Ibid., p. 45.

40 J. Saraiva Lima, Panorama del toreo en Portugal, p. 10.

41 Ibid., p. 35.

42 F. Teixera, « A corrida do forção ».

43 6 Toros 6, no 608, mardi 21 février 2006, p. 11.

44 R. Brunet et alii, « La discontinuité en géographie », p. 303.

45 J. L. Pérez de Lama Halcón, « Una arquitectura popular. Las plazas de toros de la Sierra de Aracena ».

Table des illustrations

Titre Tableau 3. — Croissance des spectacles taurins en Espagne (1990-2003)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique 9. — Augmentation des festejos populares dans la Communauté de Madrid
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique 10. — Augmentation des concours de recortadores (Madrid et Castilla-León)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 50. — Corrida d’art valencien. Patrimonialisation régionale des courses de recortadores. La tenue blanche est abandonnée pour revêtir un habit traditionnel valencien (collection de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Tableau 4. — Évolution et distribution des spectacles taurins au Portugal
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 51. — Club taurin de Moita en faveur des corridas intégrales. Les aficionados de Moita affichent leur volonté de faire changer la loi (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 52. — Simulacre de mise à mort avec une banderille au Portugal. Le matador portugais José Luís Gonçalves simulant la mise à mort du taureau avec une banderille, avant de laisser entrer en piste les forcados (Vila Franca de Xira, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access