Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Troisième partie. Espaces et territoires de la tauromachie

Chapitre VI. La structure des espaces tauromachiques européens

Texte intégral

I. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE ESPAGNOL

Pour une régionalisation des pratiques taurines

  • 1 Nous avons utilisé quatre sources principales d’informations : les données de Mundotoro (société de (...)

1En Espagne, les données chiffrées relatives au nombre de spectacles taurins sont plus fiables que dans beaucoup d’autres pays. Les variations d’une source à l’autre ne tiennent souvent qu’à des différences de classification1.

  • 2 Ministerio del Interior, Estadísticas de la Temporada 2003, p. 3.
  • 3 L’élaboration de ce tableau a nécessité un travail de collecte d’information étalé sur plusieurs an (...)

2Comme nous l’avons signalé, le règlement taurin espagnol distingue huit types de spectacles que nous avons pris soin de séparer en spectacles de la tauromachie professionnelle et jeux taurins à participation collective. Au sein des spectacles de la tauromachie professionnelle, les statistiques de la CCNAT ne prennent en considération que les spectacles dits majeurs, c’est-à-dire tous les spectacles incluant des courses piquées, à pied, et/ou des courses de rejoneo, à cheval : corridas de toros, festejos de rejones (corridas de rejones con toros, rejones con novillos), novilladas con picadores et otros festejos (festejo mixto, festival con picadores). Le Ministère s’en justifie en déclarant que ces spectacles du haut de la hiérarchie sont les plus significatifs de ce que représente la tauromachie en Espagne2. Par conséquent, ces statistiques-là ne tiennent pas compte des spectacles dits mineurs (novilladas sans picadors, becerradas et toreo comique), ni des festejos populares. Depuis la loi taurine de 1991, les chiffres de ces deux dernières catégories ne sont plus enregistrés de façon systématique au niveau national en raison du partage des compétences entre l’État et les Communautés autonomes en matière de spectacles taurins. Aujourd’hui seules les Communautés autonomes comptabilisent l’ensemble des autorisations accordées pour le déroulement des spectacles publics. Le tableau 2 (pp. 216-219) offre, pour l’année 2003, un récapitulatif de l’ensemble des spectacles taurins majeurs, mineurs et populaires qui se sont déroulés en Espagne3.

Tableau 2. — Jeux et spectacles taurins en Espagne en 2003*

Tableau 2. — Jeux et spectacles taurins en Espagne en 2003*

* Donnée recueillie : chiffres en caractères romains ; donnée calculée : chiffres en caractères italiques ; donnée non détaillée : dnd.

  • 4 La proportion a été vérifiée à l’aide du fichier papier exhaustif transmis par le service en charge (...)

3Retenons d’emblée un ordre de grandeur significatif. En Espagne, plus de 15.000 spectacles et jeux taurins se déroulent chaque année. Sur ce total, environ 4.000 spectacles taurins relèvent de la tauromachie professionnelle (2.000 spectacles majeurs et 2.000 spectacles mineurs) et un peu plus de 11.000 relèvent des divers jeux taurins populaires. En réalité, le chiffre concernant la tauromachie participative doit être réévalué à la hausse puisque dans certaines régions, en particulier dans la Communauté valencienne et en Aragon, les chiffres avancés correspondent au nombre d’autorisations journalières accordées par les services en charge des spectacles publics. Or plusieurs types de jeux et de spectacles taurins se succèdent au cours d’un même « jour de taureau » dans ces régions où la tauromachie participative a une grande importance. Dans la Communauté valencienne, une autorisation de bous al carrer comprend fréquemment un encierro matinal, des lâchers de vaches et des taureaux dans l’après-midi ainsi qu’un toro de fuego en soirée. Les quelque 2.300 autorisations accordées dans les provinces de Castellón et de Valence représentent ainsi un nombre réel de festejos populares de l’ordre de 7.000 spectacles, faisant de cette zone le foyer taurin le plus important d’Espagne au regard de la tauromachie participative. Il en va de même en Aragon où les quelque 1.000 autorisations accordées par les pouvoirs publics correspondent au moins au double de spectacles taurins populaires4. Partant de ce principe, le nombre réel de festejos populares en Espagne est plus proche des 17.000 que des 11.000. Le chiffre total des manifestations tauromachiques, toutes pratiques confondues, dépasse donc le seuil des 20.000 spectacles par an. Ce bilan global révèle toute l’importance des pratiques tauromachiques populaires dont l’étude spatiale et quantitative n’a fait l’objet d’aucune recherche approfondie à l’échelle du pays.

4Les cartes 2 et 3 permettent d’examiner la distribution spatiale par province des deux grandes formes de pratiques tauromachiques, professionnelle et participative, en 2003 (voir cartes 2 et 3, pp. 222 et 223). Avant de les analyser séparément, formulons une remarque préliminaire. La répartition des spectacles de la tauromachie professionnelle est plus homogène que celle des jeux taurins populaires qui accuse de plus forts contrastes régionaux. Les deux formes de spectacles possèdent une emprise territoriale différente : les spectacles taurins professionnels sont plus nombreux au centre et au sud du pays qu’au nord et à l’est alors que les spectacles taurins populaires sont mieux représentés au centre, au nord et à l’est du pays qu’au sud.

a) Spectacles majeurs et mineurs

  • 5 À l’époque de l’enquête, seules deux Communautés autonomes élaborent un véritable rapport statistiq (...)

5Il n’existe aucune étude menée au niveau national qui prenne en compte la totalité des spectacles de la tauromachie professionnelle. La raison en est simple. Soit les approches statistiques de la tauromachie sont menées au niveau national et ne comptabilisent que les spectacles dits majeurs, soit elles prennent en compte l’ensemble des spectacles majeurs et mineurs, mais sont alors menées à un niveau régional, tout au moins pour les rares régions, l’Andalousie et Madrid, pour lesquelles ces études existent5.

6Les spectacles taurins, mineurs et majeurs, sont présents dans toutes les Communautés autonomes à l’exception notable des Canaries où la tauromachie est interdite depuis 1991. La tauromachie est également présente dans toutes les provinces sauf celle de Lérida en Catalogne. Au seul point de vue de la répartition, et même s’il existe des écarts provinciaux et régionaux importants, l’appellation de fiesta nacional ne serait pas totalement inappropriée. L’écart entre les régions administratives n’est pas très significatif étant donné le nombre très variable de provinces au sein de chacune d’elles. En effet, il semble peu pertinent de comparer des données entre les Communautés autonomes mono-provinciales (les Asturies, les Baléares, la Cantabrie, La Rioja, Madrid, la Navarre et Murcie) et celles qui en comptent plusieurs, en particulier la région de Castilla-León et l’Andalousie. Remarquons cependant que ni l’Andalousie, qui s’accorde fréquemment ce rang, ni Castilla-León, qui compte le plus de provinces, n’occupent la première place au nombre de spectacles de la tauromachie professionnelle. C’est la région de Castilla - La Mancha qui peut s’en prévaloir avec 952 spectacles répartis sur cinq provinces, suivie de l’autre Castille avec 762 spectacles et de l’Andalousie avec 702 spectacles.

7L’analyse de la répartition des spectacles à l’échelon provincial permet une approche beaucoup plus fine. Par notre expérience de la géographie taurine espagnole, le seuil des vingt spectacles par an nous semble assez significatif pour isoler les provinces où la tauromachie professionnelle constitue un phénomène socioculturel négligeable. La seule entorse à ce découpage est le cas du Pays Basque qui possède des territoires provinciaux beaucoup moins étendus que la moyenne. Pour cette raison, ils n’ont pas été désolidarisés, sans quoi le Pays Basque serait exclu à tort des régions où la tauromachie a quelque importance. À l’inverse, il n’est pas possible de définir un seuil à partir duquel la tauromachie professionnelle constituerait un phénomène socioculturel de premier ordre qui reposerait seulement sur le nombre total de spectacles, sans le détail qualitatif de leur composition, ainsi que d’autres paramètres, qu’ils soient matériels tels que le nombre d’arènes et d’élevages, ou plus immatériels et difficilement quantifiables telle que l’afición.

Carte 2. — Spectacles taurins en Espagne (majeurs et mineurs), 2003

Carte 3. — Spectacles taurins populaires en Espagne, 2003

8La moyenne nationale du nombre de spectacles par province tourne autour de 80. Elle monte à une centaine si l’on ne tient pas compte des provinces où se déroulent moins de 20 spectacles. Le poids de la Castille apparaît alors très significatif avec de nombreuses provinces qui programment autour de 150 spectacles et plus, à commencer par Madrid avec un record national de 598 spectacles. Suivent Tolède (333), Guadalajara (195), Cuenca (154), Valladolid (148), Ávila (146), Ciudad Real (144). Ailleurs, seule Málaga, en Andalousie, se hisse à ce niveau, en raison de l’importance prise par la tauromachie dans les stations balnéaires. On trouve ensuite de nombreuses provinces qui programment un nombre de spectacles supérieur à la moyenne avec une répartition plus éclatée : les deux provinces d’Estrémadure, Cáceres (133) et Badajoz (112), quatre provinces andalouses, Cadix (110), Jaén (109), Séville (108), la dernière province de Castilla - La Mancha, Albacete (126), deux provinces de Castilla-León, Ségovie (134) et Salamanque (129), et enfin la province de Murcie (100). Cette répartition confirme que les espaces où les spectacles taurins sont rares sont situés dans le Nord et plus précisément en ses extrémités nord-ouest (Galice, Asturies, Cantabrie, León) et nord-est (Catalogne et Haut Aragon). Le rien de nouveauté vient de l’Est, qui d’ordinaire n’est pas perçu comme une région où la tauromachie professionnelle est faiblement développée, sans doute en raison du rayonnement des arènes de Castellón et surtout de Valence, alors que le nombre total de spectacles à l’échelle régionale est en réalité assez faible. Enfin, on mesure, d’un point de vue quantitatif, tout le poids de la Castille, ce qui peut paraître surprenant au regard des représentations dominantes de l’espace tauromachique marquées par un fort tropisme andalou.

  • 6 Pour l’année 2004, Mundotoro a recensé 1.967 courses. Sur la base des données recueillies auprès de (...)

9L’espace tauromachique vu sous l’angle des spectacles majeurs, les seuls qui comptent véritablement aux yeux des aficionados et des professionnels, change de physionomie (voir carte 4, p. 225). À partir des données du ministère de l’Intérieur, nous pouvons en détailler la composition (voir graphique 3, p. 226)6.

10En dépit de l’image dominante d’une tauromachie espagnole fondamentalement pédestre, on observe que le rejoneo, la forme espagnole de la tauromachie à cheval, est présent dans plus d’un spectacle sur cinq. Ce spectacle est en forte progression depuis le début des années 1990 et constitue une valeur très sûre pour les organisateurs de féria en termes de fréquentation du public. C’est un phénomène que l’on observera dans beaucoup d’autres pays et qui témoigne d’une transformation importante de la culture taurine, liée à la progression d’un intérêt pour les tauromachies équestres. En revanche, la corrida portugaise, dans l’intégralité de son cérémonial, faisant alterner le travail des cavaliers et celui des forcados, reste ici un spectacle très rare. Les statistiques de 2004 pointent un zéro dans une colonne intitulée non sans quelque provocation : corrida de rejoneo a la usanza portuguesa. Cela ne veut pas dire que les cavaliers portugais ne viennent pas toréer en Espagne. Certains, bien intégrés au marché espagnol, sont à l’affiche des corridas de rejoneo des plus grandes férias. Leur prestation se terminant alors par la mise à mort du taureau, exercice dans lequel il est de bon ton de dire qu’ils n’excellent pas.

Carte 4. — Spectacles taurins majeurs en Espagne, 2003

Graphique 3. — Spectacles majeurs en 2004 (Espagne)

Graphique 3. — Spectacles majeurs en 2004 (Espagne)

11La moyenne des spectacles majeurs tourne autour de 40 par province. Elle s’élève à 50 spectacles si l’on exclut les provinces où nous avons avancé l’idée d’une importance négligeable du fait taurin. Remarquons que l’Andalousie remonte dans la hiérarchie puisqu’elle possède quatre provinces à programmer plus de 70 spectacles sur les neuf que possède l’Espagne : Málaga (82), Séville (77), Cadix (73) et Jaén (70). En revanche, la Castille perd de son importance relative malgré Madrid, nettement en tête avec 313 courses, suivie par Tolède (134), Ávila (74) et Ciudad Real (69). Par conséquent, l’assise territoriale des spectacles majeurs se déplace vers le Sud du territoire. Pour autant, la place de la Castille centrale n’est pas véritablement remise en cause dans cette hiérarchie. Madrid et ses provinces limitrophes concentrent plus de 30 % des spectacles majeurs.

12La place de la Castille dans le bilan global de la tauromachie professionnelle est due en grande partie aux provinces dont le nombre de spectacles mineurs est supérieur à celui des spectacles majeurs. Cette situation, très rare ailleurs, est systématique en Castilla - La Mancha et largement dominante en Castilla-León. Dans certaines provinces, le nombre de spectacles mineurs représente plus du double du nombre des spectacles majeurs. C’est le cas à Salamanque (108 contre 25), à Guadalajara (157/38), à Valladolid (108/40), à Cuenca (105/49), à Zamora (53/20) et dans une seule autre province en dehors de la Castille, à Cáceres (94/39). Ces écarts témoignent d’un circuit taurin de deuxième catégorie très étoffé. Ces spectacles sont à mettre en relation avec la proximité de zones d’élevages de taureaux de combat : les élevages du campo charro de la province de Salamanque, ceux du Nord de la province madrilène et dans une moindre mesure ceux de la province de Cáceres. À l’inverse de ce modèle, les provinces andalouses, et en particulier Séville et Cadix, sont celles qui présentent les plus forts taux de spectacles majeurs. Observons qu’il s’agit aussi d’une zone importante d’élevages de taureaux de combat qui fournit à la fois le circuit taurin de première catégorie de toute l’Espagne et une grande part du marché local. Cela explique en partie l’épanouissement conjoint des élevages et des spectacles majeurs de la Basse Andalousie.

13Parmi les spectacles majeurs, s’il ne fallait retenir que les corridas de toros (courses de taureaux de quatre ans révolus), on constaterait à nouveau le renforcement du poids relatif des provinces de la Basse Andalousie. Pour l’année 2003, quatre provinces andalouses ont proposé plus de 30 corridas (Málaga, Cadix, Séville, Jaén) sur les huit provinces espagnoles dans ce cas. Les quatre autres sont Madrid, Murcie, Ciudad Real et Tolède. On l’aura compris, dans une logique qui est celle d’une régionalisation qualitative des spectacles taurins et en dehors de toutes différenciations entre les arènes, plus les spectacles sont importants dans la hiérarchie de l’afición et plus l’Andalousie s’affirme au côté d’un noyau central madrilène, de moindre extension, mais de plus forte densité. La place de Madrid est d’autant plus affirmée que la centaine de novilladas non piquées, classées dans les spectacles mineurs, qui ont lieu chaque année dans la région, affiche souvent une qualité et un volume de taureaux qui n’ont rien à envier à de nombreux spectacles majeurs présentés ailleurs. La région de Madrid avec ses quelque 600 spectacles taurins majeurs et mineurs, c’est-à-dire plus d’un quart du total espagnol, s’affirme comme un foyer de densité tauromachique inégalé.

b) Les spectacles taurins populaires

14Il s’agit assurément de l’aspect le plus méconnu et le moins étudié de la tauromachie espagnole qui jusqu’à une date récente passait largement inaperçu du plus grand nombre, comme s’il était question d’une pratique sinon clandestine, du moins en partie occultée. C’est que les autorités politiques ont pendant longtemps tenté de les supprimer pour des raisons qui ont d’ailleurs évolué selon les époques. Rappelons qu’il faut attendre le 10 mai 1982 pour que les festejos taurinos populares soient officiellement reconnus et autorisés. La reconnaissance institutionnelle a aussitôt entraîné une différenciation territoriale des réglementations et des évolutions divergentes concernant le maintien, le développement ou au contraire la régression des spectacles taurins populaires en Espagne.

15Tous les jeux taurins populaires étant soumis à une autorisation préalable de la part des pouvoirs publics de chacune des régions autonomes, nous avons pu recenser le nombre de festejos populares (voir tableau 2, pp. 216-219). Comme nous l’avons évoqué précédemment, la localisation dominante des pratiques tauromachiques populaires possède une assise territoriale plus septentrionale et orientale que celle des spectacles de la tauromachie professionnelle. La distribution provinciale des jeux taurins populaires accuse des contrastes beaucoup plus forts que celle des spectacles majeurs et mineurs (voir carte 3, p. 223). En effet, dans certaines provinces ces pratiques se comptent en milliers (Madrid, Castellón, La Navarre, Valence) alors qu’elles ne dépassent pas la vingtaine dans une douzaine d’entre elles. La corrélation globale entre tauromachie professionnelle et tauromachie participative est assez forte, dans le sens où aucune province dont le nombre de spectacles majeurs est très faible ne possède un nombre élevé de festejos populares qui en feraient un foyer taurin d’importance. La distribution des provinces où les festejos populares sont rares recoupe donc assez largement celle où la tauromachie apparaît, d’une manière générale, comme un phénomène négligeable, à savoir les extrémités nord-est et nord-ouest de la Péninsule précédemment identifiées. Le grand changement de la géographie des spectacles vue sous l’angle des jeux populaires est l’affirmation massive du Levant et du Nord. Les provinces de Castellón et de Valence, relativement discrètes dans la hiérarchie des spectacles professionnels, apparaissent ici au contraire comme un foyer de première importance avec respectivement 1.117 et 922 « jours de taureaux populaires ». Il en va de même avec la Navarre (1.092) et, dans une moindre mesure, les provinces aragonaises de Saragosse (716) et de Teruel (403), ainsi que celle de La Rioja (353). Se dessine ainsi un arc de forte densité taurine qui suit la vallée de l’Èbre et bifurque vers le Sud par le Maestrazgo, en direction des pays valenciens. Ce foyer est d’autant plus important que les données chiffrées, comme nous l’avons indiqué, sous-évaluent le nombre réel de manifestations en Aragon et dans la région de Valence.

16Parmi les éléments qui confirment les tendances lourdes de la répartition des spectacles professionnels, on observe que Madrid, avec 1.148 festejos populares, continue d’être une région de forte densité taurine, de même que les deux Castilles dans leur ensemble. Cependant, dans le détail, les hiérarchies internes sont bousculées. Guadalajara avec 621 festejos populares s’affirme comme la province la plus taurine de Castilla - La Mancha et Tolède (366) consolide son poids. Valladolid avec 602 festejos populares creuse l’écart avec les autres provinces de Castilla-León alors que Salamanque (432) et Ségovie (305) remontent dans la hiérarchie. Un phénomène comparable apparaît en Estrémadure. Alors que Badajoz est en tête quant au nombre de spectacles majeurs (56 contre 39), elle passe au second plan par l’importance des spectacles mineurs à Cáceres (94 contre 56) et se voit largement dépassée quant au nombre de festejos populares (503 contre 110). Enfin, l’Andalousie dans son ensemble voit son importance diminuer considérablement avec un total de 391 festejos populares. Notons que l’Andalousie rassemble les seules provinces où le nombre de festejos populares soit inférieur aux spectacles majeurs et mineurs. Seules la province de Jaén et, dans une bien moindre mesure, celle de Huelva font exception à cette règle andalouse de la tauromachie. Cette anomalie au regard de la plupart des profils taurins des autres provinces espagnoles appelle une interprétation. Faut-il conclure à la faiblesse intrinsèque de la tauromachie participative ou bien émettre l’hypothèse que toréer sur le modèle canonique de la corrida demeure la forme d’expression tauromachique la plus populaire ? La réponse est complexe, mais redonne à l’Andalousie toute son originalité au sein de l’espace taurin espagnol puisque les spectacles du haut de la hiérarchie (437) sont toujours mieux représentés que ceux du bas, qu’ils soient mineurs (265) ou populaires (391).

Graphique 4. — Encierros et vaquillas en Castille

Graphique 4. — Encierros et vaquillas en Castille

Graphique 5. — Encierros et vaquillas en Castille par province

Graphique 5. — Encierros et vaquillas en Castille par province

17Un aspect important de la diversité des spectacles taurins échappe en grande partie à ce bilan global ainsi présenté : le nombre et la répartition des concours de recortadores. Le nombre de concours de recortadores dépasserait les 500 spectacles par an, chiffre qu’il est difficile d’établir avec exactitude, car ils sont classés tantôt dans les spectacles mineurs, tantôt dans les spectacles populaires, dont le détail est rarement donné. Seules les données de quelques régions nous permettent de préciser localement leur nombre. Dans l’année 2004, se sont déroulés 108 concours de recortadores en Castilla-León, 123 en Castilla - La Mancha, 9 dans La Rioja et 9 dans la région de Murcie. Manquent ici les espaces qui concentrent plus de la moitié des spectacles de recortadores : le cours moyen de l’Èbre au niveau de la frontière entre La Rioja, la Navarre et l’Aragon, et les provinces du Levant, en particulier celles de Castellón et de Valence.

  • 7 Á. Cervantes et J. E. Moreno, Las rutas del toro en Andalucía, p. 143. Ce travail complète une list (...)

18Les données détaillées de certaines régions nous permettent d’affiner encore l’analyse quant à la nature précise des festejos populares programmés. Nous l’avons vu, exception faite du cas particulier des spectacles de recortadores souvent comptés avec les festejos populares, cette catégorie se partage en deux grandes formes de jeu : les encierros et les lâchers de bovins en lieu clos fréquemment désignés sous l’appellation générique de vaquillas. La distribution des encierros attire plus particulièrement notre attention en ce qu’ils représentent la forme ludique, sociale et scénographique la plus éloignée des corridas formelles. Les données dont nous disposons ne nous permettent pas d’en dessiner la géographie avec la même précision que celle des festejos populares dans leur ensemble. Cependant nous possédons assez d’informations pour pouvoir affirmer que le Sud de l’Espagne se trouve marginalisé bien plus encore que ne l’a révélé la répartition des festejos populares dans leur totalité. En effet, les encierros sont bien rares en Andalousie. Le journaliste Ángel Cervantes, dans son ouvrage Las rutas del toro en Andalucía recense 217 festivités où l’on donne des jeux taurins populaires7. Sur ce total, seulement 22 programment des encierros dont 11 dans la province de Jaén qui, il est vrai, concentre 43 % des festejos populares andalous. Même augmenté du nombre de jours de fêtes où il existe la possibilité de voir ces encierros se répéter quotidiennement, leur nombre total et leur proportion au regard des autres jeux taurins populaires paraît très faible en comparaison des autres régions. Pour autant, leur exercice n’est pas réservé, loin s’en faut, à la seule Navarre. En particulier, le nombre d’encierros en Castille est très élevé comme le montrent les graphiques 4 et 5 (p. 229).

19Pour les deux provinces qui possèdent le plus grand nombre de festejos populares, Guadalajara et Valladolid, le nombre d’encierros est plus élevé que celui des vaquillas. Guadalajara compte 321 encierros pour 290 vaquillas et Valladolid compte 297 encierros pour 215 vaquillas. Ces chiffres confirment que l’encierro traduit une dimension populaire de la tauromachie, au double sens de son succès et de son caractère participatif. Nous ne connaissons malheureusement pas le nombre exact d’encierros pour les autres provinces du Nord et du Levant, riches en jeux taurins populaires. Tous les observateurs confirment leur importance en Navarre. Il faut imaginer leur nombre élevé, si l’on en croit un bilan global communiqué par la CCNAT pour l’année 1996 qui chiffre les encierros en Espagne à 7.260 contre 6.530 vaquillas, soit la pratique tauromachique populaire la plus importante entre toutes. Cependant notre expérience du labyrinthe statistique des pratiques tauromachiques espagnoles nous incite à la plus grande prudence quant à l’utilisation de chiffres globaux sans connaître les modalités précises de comptage.

20Que conclure de cette analyse détaillée de la distribution géographique des spectacles et des jeux taurins populaires ? Il existe visiblement une différenciation Sud-Ouest/Nord-Est dans la répartition des types des manifestations tauromachiques qui semble diviser l’Espagne en quatre zones :

  • l’Andalousie qui se caractérise, en dépit de la diversité des pratiques tauromachiques, par la prééminence des spectacles majeurs ;

  • la Castille qui se caractérise par un profil plus équilibré entre tauromachie professionnelle et tauromachie participative, avec Madrid comme principal foyer de densité tauromachique ;

  • un arc Nord-Est qui s’étend de la Navarre au Levant caractérisé par l’importance de la tauromachie participative ;

  • les deux extrémités Nord-Est et Nord-Ouest de la Péninsule (la Galice, les Asturies, la Catalogne) qui se caractérisent par la faiblesse de la tauromachie.

21Cette analyse ne peut suffire. La compréhension du fonctionnement de l’espace tauromachique exige qu’on aborde la répartition et la différenciation des spectacles en fonction des lieux de mise en scène qui entretiennent entre eux des relations hiérarchiques et réticulaires.

Un espace hiérarchisé : arènes et autres lieux de spectacles

a) Différenciation et recensement des arènes

  • 8 Citons, parmi d’autres, un article érudit et richement illustré : A. Demas et J. Leccia, « Architec (...)
  • 9 Témoignage recueilli à l’Albero après une corrida, sous la pluie, où la question des arènes couvert (...)

22Il existe de nombreux critères différenciant les arènes espagnoles. Le critère le plus évident est la taille des arènes, plus précisément, leur contenance. Elle varie grandement entre une petite arène de village composée d’un simple muret, pouvant accueillir une centaine de spectateurs dont la plupart reste debout et une arène dite monumentale pour laquelle le seuil des 10.000 personnes est communément atteint. La plus grande arène d’Espagne est celle de Las Ventas à Madrid avec environ 24.000 spectateurs. La forme est un autre critère. Même si le cercle est la forme canonique de l’arène ibérique, il existe bien d’autres formes d’arènes, irrégulières, polygonales, rectangulaires. Les formes quadrangulaires et polygonales correspondent généralement à des stades intermédiaires qui précèdent l’affirmation définitive de la forme circulaire. D’une manière générale, la taille, les formes et les styles architecturaux offrent un vaste champ de recherche permettant de retracer les étapes de leurs évolutions déterminées par des principes de construction, des modes esthétiques, des nécessités scénographiques, la consécration sociale d’un spectacle de masse et la recherche d’une rentabilité accrue8. Le dernier stade de cette évolution se traduit aujourd’hui par l’augmentation du nombre d’arènes couvertes et polyvalentes qui aux yeux de beaucoup d’aficionados portent atteinte à l’authenticité du spectacle. Et d’aucuns de s’insurger contre ces nouvelles arènes « qui ressemblent à des volières, qui résonnent comme des piscines municipales où l’on ne pourra bientôt même plus allumer son cigare en paix »9. Soulignons par-là, en dépit des complaintes inhérentes à toute innovation, que l’on continue en ce début de xxie siècle à bâtir des arènes.

  • 10 F. López Izquierdo, Plazas Mayores y de toros.

23L’une des difficultés à dater les plazas de toros et à les recenser avec précision réside dans le fait que certaines places urbaines servent d’arènes et ont d’ailleurs été édifiées pour pouvoir accueillir un spectacle, qu’il soit tauromachique ou non. Le modèle de la plaza mayor est sur ce point le meilleur témoignage d’une telle intention urbanistique. En 1992, l’historien Francisco López Izquierdo tente de recenser les arènes en Espagne dans un ouvrage de référence : Plazas Mayores y de toros10. C’est pour insister sur l’originalité de cet édifice que l’auteur a choisi ce titre curieux. Il s’en justifie aux premières lignes de l’introduction :

  • 11 Ibid., p. 9.

Peut-être que ce titre surprend. C’est le plus logique. Je m’explique. Les fêtes taurines se déroulaient autrefois sur les Plazas mayores. Et quand les premières Plazas ad hoc pour combattre les taureaux ont été édifiées, celles-là ont, la plupart du temps, cessé de fonctionner comme arènes taurines, mais dans de nombreux villages modestes, elles ont continué jusqu’à aujourd’hui à les célébrer en leur sein11.

24La plaza mayor de Chinchón est l’illustration parfaite et la plus connue de cette configuration (voir fig. 49). Cette place à arcades, du xvie siècle, est constituée de maisons de trois étages à balcons : les jours de taureaux, elle se change en arène d’environ 5.000 places. De gros pavés non fixés sont retirés pour recevoir les madriers de bois permettant d’agencer la structure. Une barrière sépare la piste des gradins aujourd’hui métalliques qui rejoignent la base des balcons. Cet exemple, en dehors de sa valeur historique qui témoigne de l’évolution architecturale des plazas de toros, éclaire les réelles difficultés à recenser de manière exhaustive les arènes espagnoles. Faut-il considérer que Chinchón possède une arène ? Si oui, elle est invisible en dehors des jours de spectacles, et les balcons ne deviennent des loges que pour ceux qui l’ont vu montée. Pour ceux-là, place publique et arènes sont indissociablement liées et il va de soi que Chinchón possède une arène. Pour les autres, ils visiteront Chinchón sans que rien n’indique sa présence. Quoi qu’il en soit, les arènes bâties temporairement dans le tissu urbain ouvert par la place publique constituent une catégorie particulière de lieux de mise en scène éphémère et périodique de la tauromachie.

Fig. 49. — Plaza de toros de Chinchón. Arènes de Chinchón montées pour le spectacle. Balcons servant de loges aux couleurs de l’Espagne. Pavés recouverts de sable. Contre-piste envahie par le public adossé à la barrière (Chinchón, 2006, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

25Plus prosaïquement, la CCNAT distingue officiellement quatre types de « Plazas de toros et autres enceintes aptes au déroulement de spectacles taurins » : les arènes permanentes, les arènes non permanentes, les arènes transportables et les autres enceintes. Le premier type correspond aux édifices permanents, construits en dur spécifiquement pour le spectacle taurin. Le deuxième type correspond aux édifices et enceintes qui, bien que n’ayant pas comme principale fonction d’être un lieu de spectacle taurin, sont habilités à le devenir temporairement comme Chinchón (Madrid) ou Navas de Tolosa (Jaén). Le troisième type correspond aux arènes dites portatiles, démontables et transportables, métalliques ou en bois, qui répondent aux exigences d’hygiène et de sécurité établies par le règlement. Un cas limite d’arène est représenté par les arènes démontables, soit qui ne voyagent pas, car elles appartiennent à la municipalité, soit qui ne se démontent plus, leur induration ne permettant plus de les distinguer véritablement des arènes permanentes. Le quatrième type correspond aux enceintes de toute nature qui répondent aux normes autorisant les capeas pour « la promotion et le divertissement de l’afición » et les arènes des écoles taurines. Les arènes privées des élevages destinées aux tientas ne dépendent pas du règlement. Il y en a presque autant qu’il existe d’élevages. Cette diversité n’est évidemment pas faite pour simplifier un recensement exhaustif.

26Le règlement taurin définit ensuite des catégories d’arènes qui impliquent des normes différentes pour le déroulement légal du spectacle concernant les conditions architecturales et le poids minimal des taureaux. Cette classification qui est établie en fonction du nombre et du type de spectacles, mais aussi en fonction de facteurs historiques, introduit une hiérarchie qualitative entre les arènes. Pour les implications spatiales de cette hiérarchie, l’article 23 qui justifie cette classification mérite qu’on s’y attarde. Pourront être classées en première catégorie les arènes des capitales de provinces et des villes qui célèbrent plus de quinze spectacles par an, parmi lesquels au moins dix doivent être des corridas de toros. À ce jour, font partie des arènes de première catégorie les arènes de Barcelone (la Monumental, la Plaza Arenas n’existant plus en tant que telle), de Bilbao, de Cordoue, de Las Ventas à Madrid, de Pampelune, de Saint-Sébastien, de Séville, de Saragosse et de Valence. Seront considérées comme arènes de deuxième catégorie, les arènes des capitales de provinces n’appartenant pas à la première catégorie, ainsi que celles classées par les organismes compétents, c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur par ses délégations régionales et la CCNAT. Font actuellement partie des arènes de deuxième catégorie celle d’Algésiras, d’Aranjuez, de Carabanchel à Madrid, de Carthagène, Gijón, Jerez de la Frontera, Linares, Mérida, Puerto de Santa María, Plasencia et celles de toutes les capitales de provinces à l’exception de Lugo, qui n’en possède pas, et de Cadix, qui n’en possède plus ; particularité gaditane dans une région pourtant éminemment taurine. Les autres arènes seront incluses dans la troisième catégorie, les non permanentes et les transportables, puis la quatrième, les autres enceintes. Pourquoi l’emploi du futur ? À la demande des mairies, la classification peut être modifiée par le ministère de l’Intérieur, en fonction de « la tradition, du nombre et de la catégorie des spectacles ». Cette hiérarchie est donc en partie évolutive.

27La question élémentaire « combien existe-t-il d’arènes en Espagne ? » est un casse-tête que seules les simplifications outrancières résolvent en un chiffre. Pour y répondre nous avons croisé un nombre important de sources :

  • la liste « officielle » de la CCNAT dont nous avons pu vérifier que la précision des données est très variable d’une région à l’autre. Par exemple, la liste est d’une grande fiabilité pour les arènes de Castilla - La Mancha, alors qu’elle est très incomplète pour celles de Castilla-León. Pour preuve, la province de Zamora n’est créditée que d’une seule arène, celle de la capitale ;

  • le recensement effectué par José María Sotomayor qui a collaboré aux listes proposées dans les différentes éditions du Cossío, listes qui de son propre aveu, ne sont pas exhaustives et ne précisent pas toujours s’il s’agit d’une arène permanente en dur ou d’une arène démontable ;

  • l’ouvrage de Francisco López Izquierdo précédemment cité qui a l’avantage de compiler les données de plusieurs ouvrages en particulier le Gran diccionario tauromáquico de José Sánchez de Neira publié en 1896, le Diccionario geográfico de España en 17 volumes (1956-1961) et l’ouvrage de Luis Pinto Maeso, publié en 1981, Plazas de toros de España ;

  • les listes publiées par l’UCTL ;

    • 12 R. Aspiazu, Plazas de toros de Bizkaia ; N. Largo Aguado, Toros : Castilla - La Mancha ; A. Maestro (...)

    des monographies régionales12 ;

    • 13 J. -B. Maudet, Pour une géographie de la « planète des taureaux » ; Id., « Les territoires de la pl (...)

    nos travaux antérieurs sur la question et de nombreuses vérifications directes auprès des municipalités ou à l’aide d’images satellitaires et de photographies aériennes13.

28À l’issue de cette étude, nous proposons deux réponses complémentaires. La première réponse souhaite rendre compte du nombre d’arènes permanentes construites en dur et encore existantes. Cette réponse aborde la question sous l’angle de l’arène en tant qu’infrastructure pérenne de la tauromachie et marqueur architectural de sa territorialité (voir carte 6, p. 237). Cette réponse se heurte à une difficulté de taille. Si le recoupement des sources utilisées permet de recenser, de façon assez satisfaisante, les arènes qui ont été construites, en revanche, elles ne précisent pas toujours si elles demeurent en place et si elles servent encore. Dans certains cas, les arènes demeurent, mais les spectacles se déroulent dans une arène démontable qui répond mieux aux normes exigées par la réglementation en vigueur. Là où il est mentionné qu’il existe une arène en fonctionnement, rien ne permet alors de distinguer s’il s’agit de l’arène en dur ou de l’arène démontable qui est utilisée.

29La seconde réponse entend recenser les lieux de spectacles, que ces spectacles aient lieu dans des arènes permanentes ou démontables (voir carte 5, p. 236). Pour l’Espagne, nous avons limité l’étude aux données de la CCNAT sur les spectacles majeurs, détaillées par municipalité pour l’année 2003. L’annexe I contient des informations complémentaires sur les arènes, leur capacité, leur année de construction et certains particularismes.

b) Répartition et foyers de densités de la tauromachie professionnelle

30La carte 6 (p. 237) représente 558 arènes permanentes, une fois éliminées celles que nous pensons aujourd’hui détruites. Sauf erreur, les arènes détruites ne figurent pas sur la carte, mais continuent d’apparaître dans les tableaux de recensement. Sur ces 558 arènes permanentes, 432 ont fonctionné en 2003 pour la programmation d’un spectacle majeur. Cette même année, 833 communes ont programmé au moins un spectacle majeur. Le nombre d’arènes démontables qui ont fonctionné s’élève ainsi à environ 400. Ce type d’arène augmente alors de moitié le nombre total d’arènes en fonctionnement avec un roulement d’environ 25 % tous les 5 ans. La trame taurine n’est donc pas totalement figée.

Carte 5. — Tauromachies dans le Sud-Ouest européen

Carte 6. — Plazas de toros en péninsule Ibérique

31Leur contenance est distribuée de la façon suivante : une cinquantaine possède une contenance supérieure à 10.000 places, 150 arènes contiennent entre 10.000 et 5.000 places, les arènes restantes possèdent moins de 5.000 places. Observons enfin que les 3/4 des spectacles se déroulent dans des arènes de troisième catégorie (environ 40 % dans des arènes permanentes et près de 35 % dans des arènes démontables).

32La distribution hiérarchique des spectacles est globalement conforme à une loi rang-taille :

  • 7 arènes proposent plus de 20 spectacles, généralement des arènes de première catégorie ;

  • 15 arènes offrent entre 10 et 20 spectacles, généralement des arènes de capitales provinciales ;

  • 60 arènes offrent entre 5 et 10 spectacles ;

  • 324 arènes offrent entre 2 et 5 spectacles ;

  • 427 arènes offrent 1 spectacle, ce qui représente un peu plus de 50 % des communes taurines.

  • 14 W. Cristaller, Die Zentralen Orte ; A. Lösch, Die raumlische Ordnung.
  • 15 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, p. 80.
  • 16 J. Bale, Sport and Place.

33On reconnaît dans cette distribution spatiale hiérarchisée des lieux de spectacles une organisation répondant assez clairement à la théorie des « lieux centraux » d’August Lösch et Walter Christaller14. Le géographe Jean-Pierre Augustin avait déjà insisté sur la fécondité de la théorie des « lieux centraux » appliquée aux équipements de type sportif15. En cela, il reprend les travaux de John Bale proposant une « théorie des lieux sportifs » qui répond à une organisation hiérarchique de type « christallerienne »16. Appliquée à l’espace tauromachique, elle se résume ainsi : la fonction d’une arène est de fournir un loisir marchand, le spectacle tauromachique. Chaque arène est au centre d’un arrière-pays taurin plus ou moins vaste. Les arènes les plus importantes, celles des grandes villes, peu nombreuses, plus espacées, programment des spectacles professionnels du haut de la hiérarchie, généralement regroupés en féria, destinés à des seuils de populations élevés et des aires d’influences élargies. Les arènes de rang inférieur, plus petites, s’adressent à des seuils de population plus réduits, des aires d’influences moins larges et programment, avec une fréquence moindre, des spectacles taurins moins coûteux. Il existe ainsi pour la tauromachie une sorte de loi rang-taille qui fait correspondre à la hiérarchie des arènes et des divertissements taurins celle de la trame urbaine. Cette organisation hiérarchique participe alors puissamment à la différenciation entre les arènes des grandes villes, celles des petites et celles des bourgs ruraux. Voilà pour la théorie qui, bien évidemment, ne fait que définir les tendances lourdes de l’organisation hiérarchique de l’espace tauromachique permettant de mesurer les écarts, les variations régionales et les particularismes.

  • 17 Sur ce sujet voir, « El valle del terror », 6 Toros 6, no 7, 1992, p. 12.

34Les cartes 5 et 6 (pp. 236 et 237) permettent également d’affiner notre approche de la géographie des courses de taureaux en individualisant de petits pays taurins de forte densité d’arènes et/ou de spectacles. La place de la Castille centrale entre la Sierra de Guadarrama et les Monts de Tolède apparaît très clairement avec une véritable couronne de forte densité d’arènes et de spectacles autour de la capitale. Un important foyer d’arènes apparaît entre les affluents de rive droite du Tage que sont le Tajuña et le Henares, prolongé à l’aval par un important foyer compris entre la Sierra de Gredos et les Monts de Tolède. Au cœur de cet ensemble on aura reconnu la vallée du Tiétar qui dans le milieu taurin porte le nom de « la vallée de la terreur », réputée pour l’importance de l’afición locale et la dureté de son bétail dont les novillos sortent ici plus armés que beaucoup de taureaux ne le sont ailleurs17. D’autres foyers importants se détachent parmi lesquels la région proche de Séville, riche en arènes et en spectacles, les nombreuses arènes de la Sierra de Aracena à Huelva qui se prolongent vers Badajoz, le linéaire d’arènes à proximité de la frontière portugaise, l’important foyer de spectacles en rive droite du Segura entre Murcie et Alicante. Au regard de cette répartition, il n’existe aucun déterminisme géographique simple de type naturel ou humain qui pourrait rendre compte de la localisation des foyers de densités. Devançons la construction de l’analyse en constatant qu’il existe en revanche une certaine corrélation entre la localisation des élevages et celle des importants foyers de spectacles. Pour l’exprimer de façon volontairement minimaliste, là où grandit le taureau se trouvent l’afición et le spectacle, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas de spectacles et d’afición en dehors des régions d’élevage de taureaux de combat. Cela implique que la répartition des spectacles est beaucoup plus dispersée que la localisation concentrée des élevages.

c) Ubiquité et concentration des jeux taurins populaires

35Les logiques d’organisation spatiale de la tauromachie populaire sont différentes de celles des courses de taureaux, à toutes les échelles d’observation. Le premier point, déjà évoqué, concerne l’utilisation dominante de la voie publique qui permet de pratiquer la tauromachie populaire en dehors de tout équipement spécialisé. Néanmoins, il ne faut pas négliger le rôle des arènes de troisième catégorie, démontables ou non, fréquemment utilisées pour les lâchers de bovins à participation collective. Grâce à la possibilité d’employer des arènes démontables, on observe que l’absence d’arène en dur n’est pas une explication satisfaisante permettant de comprendre pourquoi les taureaux sont affrontés dans la rue. Ainsi il s’agit bien d’une décision positive, généralement prise dans la continuité de la tradition, et non d’une contrainte due au manque d’équipement.

36Parmi les rares données dont nous disposons sur cet aspect, celles de l’Andalousie sont instructives. Sur l’année 2005, 35 % des festejos populares se sont déroulés dans des arènes (135 spectacles populaires sur 385). La proportion est inversée dans la province de Cáceres où plus de 70 % des festejos populares se sont déroulés dans des arènes (369 spectacles populaires sur 503). Ces arènes sont à plus de 80 % des arènes démontables ce qui signifie que les lieux de mise en scène de la tauromachie populaire échappent largement à la trame pérenne des arènes permanentes. Le cas de Cáceres, bien qu’il ne soit pas exclu que le mode de comptage sous-estime le déroulement réel d’une partie des festejos populares sur la voie publique, permet aussi de nuancer l’opposition qui fait de la tauromachie participative une tauromachie de rue et de la tauromachie professionnelle une tauromachie d’arène. Soit, comme nous l’avons envisagé, la tauromachie de rue est à prendre au sens sociologique du terme plus qu’au sens géographique, quel que soit le lieu de sa pratique, soit, il faut accepter un changement de regard sur la réalité de nombreuses petites arènes du monde rural. L’arène de troisième catégorie de nombreuses bourgades n’est parfois qu’un prolongement spatial de la rue et de l’espace public, et demeure un lieu ouvert, accessible à tous pendant les fêtes taurines comme pendant le reste de l’année lorsqu’il s’agit d’arènes permanentes. L’arène est une aire de jeu ouverte et libre. Dès lors, il faut admettre une représentation tout autre de l’arène qui dans ce cas n’est pas perçue comme le symbole de la tauromachie professionnelle, mais comme le lieu de la mise en scène tauromachique sous ces différentes facettes. À l’inverse, la piste des arènes dans les grandes villes n’est généralement pas ouverte au public, mise à part quelques exceptions ponctuelles, et demeure le lieu exclusif de l’expression professionnelle de la tauromachie. Cette vision permet de relativiser un certain regard urbain sur la réalité rurale du fait taurin qui ne peut en aucun cas faire de l’arène la marque d’une acculturation urbaine descendante, la marque du spectacle de la ville qui se serait installé à la campagne. Une autre culture du taureau se dessine, profondément rurale, où l’arène demeure un lieu de pratiques collectives et communautaires.

37L’importance de la voie publique comme espace de mise en scène tauromachique est généralement liée au nombre d’encierros pratiqués, sauf dans le cas particulier des pays valenciens où le bous al carrer tend à devenir une forme tauromachique à part entière. Le rayonnement du modèle pamplonais de l’encierro appauvrit sans doute la perception de la diversité des encierros espagnols. Nombre d’entre eux se déroulent sur des parcours mixtes, du champ jusqu’au bâti continu de l’urbain. Les données recueillies dans la région de Castilla - La Mancha nous permettent d’apporter des précisions. Dans la province de Guadalajara, 82 encierros sur 321 sont des encierros qui se déroulent à travers champs, sur plusieurs kilomètres parcourus à cheval, avant d’atteindre les abords de la ville ou du village où le bétail est ensuite conduit à pied. On observe également ce phénomène à Albacete dans des proportions encore plus fortes avec 44 encierros ruraux sur 112, les autres se déroulant le long de parcours considérés comme exclusivement urbains. Nous ne possédons pas ces chiffres pour les provinces de Castilla-León, mais nous savons la pratique très développée à Valladolid, Salamanque et Zamora. Dans son ensemble, cette pratique différencie fortement les encierros de Castille de ceux de Navarre, qui eux se déroulent à pied dans leur immense majorité, y compris lorsqu’il s’agit d’encierros pratiqués en dehors du tissu urbain comme à Falces. Il en va de même pour les encierros valenciens même s’il existe ici de célèbres exceptions telles que l’encierro à cheval de Segorbe (Castellón), classé comme spectacle d’Intérêt touristique national. Les modalités techniques de l’encierro ne dépendent aujourd’hui d’aucune détermination géographique telle que le relief ou la distance aux élevages.

38Ce n’est pas de l’encierro que les pays valenciens tirent leur originalité relative aux lieux de mise de scène de la tauromachie participative. Les bous al carrer, les taureaux de rues, sont sans doute la pratique qui pousse le plus loin la transformation de la voie publique en arène. Cette transformation n’est jamais une simple reproduction des caractéristiques architectoniques de l’arène. Certes, le pavé est souvent recouvert de sable pour offrir au bétail une meilleure adhérence. Certes, des gradins sont souvent installés tout autour de la piste pour assurer une mise en spectacle du jeu. Certes, la porte des boxes individuels où sont enfermés les taureaux s’ouvre comme s’il s’agissait de la porte du toril. Cela étant, à l’opposé de la piste plane et dégagée de tout obstacle, l’espace de jeu des bous al carrer intègre toujours des éléments urbanistiques tels que des bancs, des fontaines ou des arbres. Mieux, s’ils n’existent pas dans l’espace de jeu, ils sont ajoutés en installant des tables, des bancs, des marches d’escaliers montantes et descendantes. Le jeu matérialise ainsi un lieu de mise en scène original qui, loin de masquer la rue et la place publique sous l’artifice de l’arène interchangeable, en reconstitue les attributs. La tauromachie dans la rue porte ici les valeurs de l’espace public.

39La répartition des jeux taurins populaires suit une autre logique que celle répondant aux caractéristiques théoriques des lieux centraux. Ici le nombre de spectacles en un même lieu échappe aux règles d’une distribution quantitative proportionnée par la répartition et la taille des noyaux de peuplement. Les forts contrastes de la répartition provinciale des jeux taurins populaires comparée à celle des spectacles majeurs en faisaient déjà la démonstration. Si certaines grandes villes des provinces riches en spectacles taurins populaires programment un nombre important de manifestations, beaucoup de villes moyennes et petites en offrent un nombre équivalent voire supérieur. Ce nombre dépasse souvent celui des spectacles programmés lors des plus grandes férias d’Espagne. C’est le cas précisément de nombreuses communes situées dans les deux zones où l’on a souligné l’importance de la tauromachie populaire : Madrid, les rives de l’Èbre et les pays valenciens (voir carte 7, p. 242). En 2003, dans un espace compris entre les capitales provinciales de Valence et de Castellón, une quinzaine de municipalités ont célébré chacune plus de vingt spectacles taurins populaires. Observons ce phénomène pour l’année 2003. La municipalité de Vall de Uxó (40.000 habitants) qui s’est autoproclamée « capitale du taureau » au milieu des années 1990 possède un record avec 79 jours de taureaux. Chaque quartier possède un comité des fêtes et des associations d’amateurs, les « peñas » (penyes en valencien) qui organisent un ou plusieurs lâchers de taureaux dans l’année. La seule portion du territoire espagnol comparable est la vallée de l’Èbre entre Logroño et Saragosse, partagée entre La Rioja, la Navarre et l’Aragon. Pour la même année 2003, une vingtaine de communes y ont programmé plus de vingt spectacles populaires. À l’exception de Madrid, mais dans une moindre mesure, aucune autre région ne concentre autant de municipalités programmant des spectacles populaires en si grand nombre. En 2003, Madrid compte 7 communes à avoir programmé plus de 15 festejos populares : Ajalvir (20), Arganda del Rey (22), Chinchón (17), Collado Villalba (18), Colmenar de Oreja (17), Las Rozas de Madrid (39), Villa del Prado (20). Ailleurs seuls se distinguent quelques cas isolés, comme Coria dans la province de Cáceres avec 33 festejos populares. Cette cartographie donne une vision très différente des habituelles représentations de l’espace tauromachique, focalisées sur le monde de la corrida.

Carte 7. — Foyers denses de festejos populares

40Une autre façon de rendre compte de l’importance de la tauromachie est d’observer la couverture territoriale du fait taurin en Espagne à partir du rapport entre le nombre de communes programmant des spectacles taurins et le nombre de communes de la province. Dans les régions où les jeux taurins populaires sont nombreux, ces pratiques sont très largement responsables d’un taux de couverture territorial élevé. Pour certaines provinces nous avons pu calculer précisément le taux de municipalités concernées par la tauromachie. Castellón figure en tête des provinces les plus taurines avec 96 % des municipalités qui proposent au moins une manifestation tauromachique par an, toutes pratiques confondues. Un tel classement fait suivre la Communauté autonome de Madrid avec 76 % des municipalités, Saragosse avec 50 %, Teruel avec 44 %, Valence avec 42 %, la Navarre avec 33 %, Alicante et La Rioja avec 30 %.

41Étant donné le plus faible développement quantitatif des tauromachies populaires dans le Sud de l’Espagne comparé à celui des provinces du Centre, du Nord et du Levant, on aurait pu s’attendre à y trouver un taux de couverture très faible. La réalité est tout autre en raison d’un maillage municipal beaucoup plus fin dans le Nord de l’Espagne que dans le Sud. Par comparaison les huit provinces andalouses comptent 769 municipalités, alors que les trois provinces aragonaises en comptent à elles seules 825. De ce fait et malgré la faiblesse méridionale apparente de la tauromachie participative, le taux de recouvrement est partout supérieur à 20 % des communes. Cadix, qui ne compte il est vrai que 44 communes, arrive en tête avec 90 % des municipalités à avoir programmé un spectacle taurin, qu’il relève de la tauromachie professionnelle ou de la tauromachie participative. Jaén, dont on a souligné le particularisme au sein de l’ensemble andalou, occupe le deuxième rang avec un taux aux environs des 80 %. Suivent Cordoue, Málaga, Huelva et Séville avec des taux compris entre 35 et 55 %, soit des taux comparables avec ceux de Saragosse, Teruel, Valence et la Navarre. Grenade et Almería occupent les dernières places avec des taux compris entre 20 et 30 %. Murcie fait partie des provinces intermédiaires avec 51 % de ses communes qui ont programmé un spectacle ou un jeu taurin (soit 23 municipalités sur 45). Le Sud, en dépit d’un nombre de spectacles nettement inférieur à celui du Nord, peut ainsi se prévaloir d’un taux de municipalités taurines beaucoup plus élevé que ne le laisserait croire la seule prise en compte de données brutes, qui ne seraient pas rapportées au maillage territorial.

  • 18 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 171.

42Ces mesures partielles semblent ne pas invalider l’estimation proposée par Sigfredo Ortuño Pérez selon laquelle la tauromachie serait présente « dans 3.500 municipalités sur les quelque 8.000 que compte l’Espagne », soit environ 43 % des territoires communaux18. Il est seulement regrettable qu’aucune source ni aucun mode de calcul ne soit explicité pour valider cette estimation. En Espagne, quel loisir collectif peut se prévaloir d’une telle couverture territoriale ? Le football très probablement, encore serait-il intéressant de préciser dans quelle proportion afin d’établir des comparaisons détaillées entre ces deux loisirs.

Les hauts lieux de l’espace taurin

43L’analogie d’un espace tauromachique organisé par la théorie des lieux centraux demeure une observation incomplète de l’organisation spatiale du fait taurin, même lorsque celle-ci met en relief des foyers de forte densité taurine qui s’affranchissent largement des régularités territoriales. La première nuance à apporter est d’ordre phénoménologique : l’importance des spectacles telle qu’elle est vécue par ses adeptes est en partie indépendante de cette hiérarchie, au sommet comme à la base. Avec un ou deux spectacles dans l’année, la tauromachie peut être omniprésente dans la vie de la cité et collectivement plus efficiente et significative que la féria taurine d’une grande ville. Autrement dit, en dehors des hiérarchies internes de valorisation des spectacles, la taille des cités et la perception culturelle de la tauromachie en leur sein jouent un rôle primordial dans l’importance sociale du fait taurin. Dans nombre de villages les deux édifices les plus imposants sont l’église et l’arène : chacune d’elles suffit parfois à contenir toute la population. Dans ces villages, la participation à la fête taurine regroupe parfois quasiment tous les habitants, à qui s’ajoutent ceux qui n’y vivent pas, mais qui viennent repeupler le pueblo d’origine, les jours de fêtes.

44De même, l’approche hiérarchique des espaces taurins resterait désincarnée si elle ne rendait pas compte de l’idiosyncrasie des lieux et, en particulier, des quelques hauts lieux de spectacles dont dépend le fonctionnement de la saison tauromachique. Au-delà du nombre de spectacles, certaines arènes et certaines corridas possèdent en effet des formes de valorisation qualitative plus complexes. Certes, les hauts lieux de la tauromachie professionnelle correspondent, pour l’essentiel, à des arènes du haut de la hiérarchie en termes de catégorie, de capacité et de jours de programmation. Cependant, beaucoup de grandes arènes proposant une programmation riche d’un point de vue quantitatif ne comptent pratiquement pas dans le déroulement général de la saison. Quelques arènes ont en revanche un style, un rôle et un pouvoir qui rehaussent leur importance au-delà de tout critère quantitatif.

  • 19 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 166 ; J. Durand, Chroniques taurines, p. 129.

45De ce point de vue, il est possible de considérer que l’espace tauromachique espagnol est structuré autour de deux pôles principaux, complémentaires et concurrents : Madrid et Séville. Ces deux villes commandent les deux régions les plus taurines d’Espagne pour ce qui est des spectacles majeurs : la Castille et l’Andalousie. Elles constituent pour les toreros en quête de reconnaissances artistiques et financières, à un moment ou à un autre de leur carrière, le point de passage incontournable. Madrid et Séville forment un centre bicéphale dont dépendent plus ou moins toutes les périphéries. Madrid constitue le centre structurel, économique et décisionnel où convergent toutes les organisations du mundillo pour la féria de la San Isidro. Séville représente le centre historique et culturel de la tauromachie dont la Maestranza perpétue les valeurs avec élégance. Leur histoire et leur localisation dans le tissu urbain offrent un écho significatif à cette répartition des fonctions de centralité. Comme nous l’avons détaillé précédemment, à Madrid, les arènes de Las Ventas sont éloignées du centre ancien et se trouvent désormais à quelques mètres de l’échangeur autoroutier de la M 30. Ces arènes ont remplacé les arènes de la Puerta de Alcalá à la fin des années 1920 qui, comme leur nom l’indique, étaient déjà en situation urbaine périphérique. À Séville, les arènes de la Real Maestranza sont situées au cœur du centre historique, à quelques pas de la Torre de Oro, entre la rive du Guadalquivir et la cathédrale (la Giralda). On peut voir à travers ce contraste une correspondance métaphorique des fonctions de centralité qu’elles incarnent. Las Ventas par sa centralité organisationnelle, constitue la tête de réseaux de l’espace tauromachique qui contrôle la circulation des toreros, des capitaux et des contrats. Las Ventas apparaît bien comme une « bourse des valeurs » pour reprendre l’expression de Bartolomé Bennassar, notion qui revient sous la plume de Jacques Durand qui la considère comme une « maxibourse de la tauromachie »19. Sa localisation changeante au sein du tissu urbain n’a sûrement qu’une importance secondaire pour exercer cette fonction. En revanche, la Maestranza, afin de maintenir sa centralité culturelle et historique sur le monde taurin, ancre son rayonnement iconographique et sa légitimité dans la longue durée. La Real Maestranza de Caballería construite sur le mont Baratillo en 1761, en plus d’être une arène de première importance dans le déroulement de la saison, est un « lieu de mémoire » dont la localisation immuable et le maintien d’un style assurent le prestige mondial. De nombreuses arènes dans le monde s’en sont d’ailleurs inspirées comme nous le verrons par la suite. On comprend, d’ores et déjà, que la relation de concurrence indéniable entre Las Ventas et La Maestranza constitue également une relation de complémentarité qui assure une véritable maîtrise du fonctionnement territorial de l’espace tauromachique espagnol et mondial.

46Cela étant, Madrid et Séville ne sont pas les seuls centres de l’espace tauromachique. Au moins deux arènes peuvent prétendre peser d’un poids réel sur l’organisation générale de la saison. Il s’agit de deux arènes septentrionales : Bilbao et Pampelune. Ces arènes sont en effet considérées comme des bastions d’une conception de la tauromachie selon laquelle la primauté est donnée aux taureaux qui se doivent d’être parfaitement présentés, imposants et bien armés pour le combat. Dans le détail, ces deux arènes ont un rôle différent et incarnent deux modes de participation au fonctionnement de l’espace tauromachique. Toutes deux se distinguent des canons de la tauromachie dominante par la présentation de taureaux réputés difficiles, mais Bilbao reste inscrite dans la norme du spectacle, alors que Pampelune par son exubérance s’en démarque. En effet, les éleveurs envoient dans ces arènes les spécimens les plus volumineux et aux cornes les plus développées. De leur côté, les arènes veillent à programmer majoritairement des élevages difficiles, c’est-à-dire des élevages d’encastes réputés pour leur bravoure, dont la noblesse ne le cède jamais à l’agressivité et à une certaine forme d’âpreté. Ces taureaux sont qualifiés par le jargon taurin de taureaux « durs », « sérieux » ou de « toro toro » comme si la redondance faisait exister toutes les qualités en puissance de l’animal. Ces adversaires redoutés mettent en lumière la capacité méritoire des matadors à les dominer. Cette distinction, très classique en tauromachie, oppose les arènes dites toristas (celles qui accordent la primauté au sérieux des taureaux) aux arènes dites toreristas (celles qui accordent la primauté au sens artistique des toreros). Dans sa version quelque peu caricaturale, les arènes toristas construiraient leur réputation sur des taureaux exigeants, alors que les arènes toreristas ne mettraient rien au-dessus de l’expression artistique du torero, les premières exigeraient la présence combative du matador autoritaire, les secondes attendraient que le maestro, touché par la grâce, révèle la dimension esthétique du toreo. Quoiqu’en partie fondée, cette distinction mérite d’être relativisée. La qualité du spectacle dépend toujours d’un équilibre qui intègre les deux aspects du problème et il y a quelque flagornerie à présenter les choses en termes d’alternative irréconciliable. Tous s’accordent à penser que le spectacle parfait est la synthèse de ces deux conceptions : un taureau brave, puissant et armé, dominé par un grand artiste courageux.

  • 20 Despeñaperros est un défilé de la Sierra Morena qui permet de passer de l’Andalousie à la Castille (...)
  • 21 Curro Romero (naissance : 1933 à Camas ; alternative : 1959 à Valence ; retraite : 2000).

47Quelle que soit la validité de cette différenciation éthique et esthétique sur la nature même de la tauromachie, il est important d’observer qu’elle fonde une opposition territoriale. Les arènes du Nord sont considérées comme le centre de la conception torista alors que les arènes du Sud sont considérées comme le centre de sa conception torerista. Un célèbre dicton taurin le revendique, chargé de ce que le mépris andalou a de plus impertinent et savoureux : « Au Sud de Despeñaperros on torée, au Nord on travaille »20. Dans cette opposition stylistique, Séville tient le rôle de centre de l’esthétique torerista alors que Pampelune et Bilbao jouent le rôle de bastion de l’éthique torista. Dans ce partage de la géographie taurine, Madrid est du côté des arènes toristas en raison du niveau d’exigence dans le choix des taureaux, mais l’histoire montre qu’elle a toujours su consacrer les grands artistes, à commencer par le plus sévillan d’entre eux, Curro Romero21. Madrid incarne à nos yeux un arbitrage idéal et sans doute impossible entre ce que les conceptions torista et torerista auraient de meilleur à donner. Le résultat de cette exigence est étonnant et quelque peu paradoxal. Les véritables héros de Madrid sont peut-être l’arène elle-même et son public, avant que d’être les toreros ou les taureaux. Quoi qu’il en soit, cette opposition n’en révèle pas moins un rapport de force qui, historiquement, a toujours tourné en faveur d’une esthétique torerista dominante. Ce ne sont pas les taureaux qui ont commandé l’organisation générale et l’évolution de la tauromachie, mais bien les artistes et leur capacité à transformer l’équilibre des forces entre les intérêts divergents des différents acteurs du spectacle taurin. En outre, il paraît clair que les toreros capables de transformer les codes artistiques tels que Belmonte, Manolete, « El Cordobés », Paco Ojeda ou José Tomás ont toujours joui d’une valorisation supérieure à celle des belluaires athlétiques, aussi talentueux et méritants qu’ils soient. En tauromachie, il y a une esthétique de la grâce qui relègue en arrière-plan celle du mérite et du courage. C’est sans doute une des raisons profondes qui explique le succès de la corrida et sa diffusion au-delà d’une culture locale, non pas qu’elle soit un art, catégorie si difficile à circonscrire, mais qu’elle ait su constamment évoluer vers la recherche d’une émotion esthétique toujours plus grande ayant su correspondre au désir de distinction d’une partie des élites. Et en matière taurine, ce sont les élites qui construisent les solidarités horizontales les plus fortes dont les portées spatiales sont les plus étendues, au-delà de toute appartenance territoriale.

  • 22 Miura est un élevage fondé en 1842 et réputé pour le caractère dangereux de ses taureaux.

48Si les bastions résistent, ce n’est donc pas dans le refus de l’esthétique torerista dominante, mais dans le refus d’une dérive esthétisante et chorégraphique, servie par des taureaux qui ne seraient que des partenaires conciliants. Remarquons que des garanties minimales sur le poids et la présentation des taureaux apportées par les arènes de première catégorie les mettent en grande partie à l’abri d’une dérive torerista. Autrement dit, la catégorie des arènes introduit une hiérarchie et une norme qui dans les faits relativisent considérablement l’opposition territoriale Nord-Sud. Ainsi Séville, bien qu’elle s’affiche comme le centre d’une esthétique torerista, présente des taureaux plus « sérieux » qu’une arène septentrionale de deuxième catégorie. De plus, les arènes que l’on dit toristas programment les mêmes toreros vedettes, à quelques exceptions près, que les arènes dites toreristas. Et si la différence se fait effectivement sur le choix majoritaire de taureaux « durs », ils n’empêchent pas la présence de taureaux réputés pour leur noblesse, imposés par les matadors influents que toute arène importante se doit de programmer. À l’inverse, la plupart des arènes dites toreristas réservent toujours une partie de leur programmation aux taureaux « durs » combattus par ceux qui acceptent souvent de les affronter, faute de mieux, à moins qu’ils en aient fait une spécialité rentable. L’exemple le plus emblématique est la traditionnelle corrida de Miura qui termine la féria taurine de Séville22. La différenciation de l’opposition entre arènes toristas et arènes toreristas est donc à nuancer de même que sa traduction géographique. Bien qu’en partie fondée, il existe dans l’inertie de cette historique opposition un écart entre les faits et les représentations. Les représentations qui forcent le trait à l’échelle de l’Espagne privilégient un partage régional Nord-Sud de la géographie taurine, en occultant la différenciation non territoriale entre les catégories d’arènes. Ce décalage de la représentation sur les faits témoigne à nos yeux d’un enjeu fondamental du fonctionnement des identités territoriales selon lequel la manifestation d’une identité commune passe par l’expression d’une altérité radicale. Nous reviendrons sur cette clé de lecture qui selon nous permet de comprendre une grande partie des différenciations sociogéographiques des espaces taurins.

49S’il existe de hauts lieux secondaires de l’espace tauromachique, à commencer par les capitales régionales ou provinciales, ils ne remettent jamais en cause l’organisation générale de cet espace structuré par les centres précédemment cités. Certaines arènes trouvent une place de choix dans cette hiérarchie du fait d’une spécialisation taurine qui, sans transformer véritablement le déroulement de la saison, les distingue aux yeux des amateurs comme des lieux importants. Salamanque occupe une place distinctive, car c’est la capitale d’une région très riche en élevages de taureaux de combat. Jerez de la Frontera ajoute à la tradition des élevages braves celle de l’équitation taurine. Ronda fait valoir son statut de haut lieu de l’histoire taurine en exploitant son image de berceau originel de la tauromachie moderne grâce à la glorieuse dynastie des Romero qui y a vu le jour. Castellón profite d’être la première grande féria qui ouvre la saison tauromachique, même si Olivenza s’est récemment installée sur ce créneau commercial avantageux. Saragosse s’impose en octobre comme la dernière féria importante de l’année. Cenicientos, dans la région de Madrid, trouve sa place en tant que bastion torista. Comme dans tout processus distinctif, certaines arènes sont à l’inverse montrées du doigt et incarnent ce que la tauromachie a de plus critiquable aux yeux des connaisseurs. C’est le rôle joué par les arènes de plages, en particulier celles du littoral méditerranéen. Arrivent en tête de cette catégorie les arènes des stations et des villes balnéaires de la Costa Blanca (Benidorm), de la Costa del Sol (Marbella, Torremolinos) ou encore celles de la Costa Brava (San Feliu de Guíxols, Lloret de Mar). Ces arènes sont alors chargées de tous les maux et de toutes les perversions de l’art tauromachique : des taureaux imprésentables aux cornes « trafiquées » pour en réduire le danger, des toreros de seconde zone ou en bout de course qui s’accordent un dernier moment de gloire gagné sur l’ignorance d’un public inculte, des spectateurs étrangers qui n’y connaissent rien et applaudissent, sans aucun jugement critique, la moindre vulgarité tape à-l ’œil. Ces arènes symbolisent la tauromachie pour « guiri », cette appellation dépréciative du touriste généralement stigmatisé sous l’aspect d’un « toutou » d’Europe du Nord aux cheveux blonds et aux yeux clairs, portant short et chaussettes blanches remontées, qui, n’étant pas Espagnol, serait incapable de faire la différence entre un bon et un mauvais spectacle. Là encore, avant même de s’interroger sur la fiabilité de la description des arènes de plage, et une fois retirés les relents de racisme ordinaire propre à la dénonciation du nouvel envahisseur touristique, la distorsion entre les faits et les représentations traduit les mêmes enjeux identitaires : être distingué sociologiquement et territorialement.

50Les hauts lieux de la tauromachie participative sont de nature différente. Certes il faut noter l’émergence de quelques grandes villes qui progressivement s’imposent comme les nouveaux centres de la tauromachie populaire. Il s’agit, en particulier, des capitales de provinces situées dans les zones de forte densité des festejos populares (Saragosse, Pampelune, Valence, Castellón, Madrid) qui organisent de plus en plus régulièrement de grands événements autour des tauromachies populaires. C’est par ces villes que progresse d’ailleurs la professionnalisation des concours de recortadores. Elles développent ainsi leur fonction de centralité dans un espace en cours de structuration comme nous le montrons dans la partie consacrée aux dynamiques spatiales. Cela étant, elles sont encore mal identifiées en tant que centres, sauf aux yeux des semi-professionnels et des passionnés de festejos populares. En tous les cas, cette activité ne fait pas ombrage aux corridas données dans les mêmes villes. Les cités les mieux associées à la tauromachie populaire dans l’imaginaire collectif sont plutôt de petites villes qui créent l’événement à partir d’une spécificité tauromachique locale. C’est souvent une forme tauromachique rare et ancienne dans un cadre festif d’exception qui favorise leur reconnaissance à l’échelle nationale. Certaines municipalités ont d’ailleurs parfaitement su tirer parti de leur patrimoine taurin en obtenant le label des fêtes d’Intérêt touristique national. C’est le cas des encierro de Ampuero (Cantabrie), de Medina del Campo (Valladolid), de Cuéllar (Segovia), de Almodóvar del Campo (Ciudad Real), de Segorbe (Castellón) et de Blanca (Murcie). C’est le cas du toro de la Vega de Tordesillas (Valladolid), des fiestas de Nuestra Señora y San Roque à Peñafiel (Valladolid), du carnaval de Ciudad Rodrigo (Salamanque), du toro enmaromado de Benavente (Zamora), des fiestas de San Mateo de Cuenca, des fiestas de San Juan de Coria (Cáceres), des festividades de San Vicente Ferrer de la Vall de Uxó (Castellón), du bou al mar de Dénia (Alicante), toro ensogado de Beas de Segura (Jaén). D’autres ne relèvent pas de cette classification, mais jouissent néanmoins d’une grande renommée : le toro ensogado de Rubielos de Mora (Aragon), le toro de júbilo de Medinaceli (Soria), le toro capllaçat de Amposta (Cataluña), le corre bou de Cardona (Cataluña), le toro de cuerda de Gaucín (Málaga). Ces hauts lieux de la tauromachie populaire s’éparpillent sur l’ensemble du territoire y compris dans des régions qui ne font pas figure de foyer tauromachique important comme la Cantabrie et la Catalogne. En dehors du fait qu’il s’agisse, dans la majorité des cas, de bourgades ou de petites villes inscrites dans des espaces à dominante rurale, il n’existe pas de raisons évidentes pour expliquer leur localisation.

L’élevage brave

  • 23 Parmi de nombreuses initiatives scientifiques qui s’intéressent aux taureaux de combats, citons les (...)

51L’élevage brave constitue un élément fondamental de l’organisation spatiale du fait taurin. Il faut insister sur l’originalité d’une activité qui relève d’un élevage hautement spécialisé dans la production d’un animal de loisir et qui s’inscrit également dans le circuit de l’élevage extensif consacré à la production de viande. Rappelons qu’après chaque spectacle, le règlement oblige à la mise à mort du bétail. Cette mise à mort publique dans le cas des spectacles majeurs et mineurs est intégrée au rituel tauromachique. Dans le cas des spectacles taurins populaires, l’abattage du bétail est théoriquement obligatoire, mais se déroule sans la présence du public, soit à l’abattoir, soit dans les dépendances de l’arène prévues à cet effet. Observons que cette règle admet des exceptions en Navarre et dans la région de Valence où il existe une tradition de lâchers de bétails qui sont courus à plusieurs reprises. Partout lorsque l’animal est abattu, la viande est aussitôt conditionnée selon les normes sanitaires définies par le règlement afin de réintégrer le circuit commercial. Il en va de même pour la viande des animaux qui, à divers stades de leur croissance, ne sont pas retenus par les éleveurs pour participer à un spectacle taurin. Depuis une dizaine d’années, l’originalité de cette forme d’élevage est au cœur d’une réflexion de mieux en mieux étayée par une recherche scientifique pluridisciplinaire, réunissant vétérinaires, généticiens, agronomes, économistes, historiens, sociologues23. Aussi des progrès considérables ont-ils été réalisés dans la connaissance des taureaux de combat qui est restée longtemps dominée par une mythologie romantique faisant volontiers de cet animal le descendant direct du taureau primitif et sauvage. Limitons-nous ici aux données susceptibles d’en éclairer la géographie actuelle.

  • 24 MAPA (ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation).
  • 25 Ministerio del Interior, Estadísticas de la Temporada 2003, p. 90.
  • 26 A. L. López Martínez, Ganaderías de lidia y ganaderos, p. 63.

52Au début de l’année 2004, l’Espagne compte 1.128 élevages de taureaux de combat regroupant quelque 160.000 têtes de bétail24. Chaque année, environ 35.000 bêtes sont commercialisées dont 30 % de taureaux et de novillos pour des spectacles majeurs, le reste étant réparti entre les animaux participant aux spectacles mineurs et aux fêtes taurines populaires, ainsi que ceux envoyés directement à l’abattoir. En 2003, 11.501 bêtes ont été combattues dans des spectacles majeurs, dont 7.977 dans des arènes de troisième catégorie (démontables incluses)25. Chaque élevage peut posséder plusieurs propriétés, plusieurs unités d’exploitation appelées fincas. Antonio López Martínez, dans son ouvrage sur l’histoire et l’économie des taureaux de combat en Espagne, a recensé, autour de l’année 2000, quelque 1.464 fincas qui se consacrent à l’élevage brave26. Ces données nous permettent de rendre compte de leur répartition provinciale (voir carte 8).

53Les 1.464 fincas d’élevages braves sont réparties au sein de 33 provinces sur les 49 que compte l’Espagne. Plus des 3/4 de l’élevage brave se concentrent dans les neuf provinces qui en comptent le plus. La province de Salamanque arrive en tête avec 271 fincas, suivie de Séville avec 182 fincas, suivie de trois provinces possédant plus de 110 fincas (Madrid, Cadix et Jaén), de trois provinces qui approchent les 100 fincas (Tolède, Badajoz et Cáceres) et de la province de Huelva avec 69 fincas. Cette répartition témoigne d’une localisation dominante des élevages de taureaux de combat dans un quart sud-ouest du pays. Cette zone inclut Salamanque avec 18,5 % des élevages, les provinces d’Estrémadure

Carte 8. — Fincas d’élevage brave en Espagne (2000)

  • 27 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 170.
  • 28 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 14.
  • 29 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 169.

54(Cáceres et Badajoz : 12,29 %), les provinces de la Basse Andalousie (Huelva, Séville et Cadix : 25,4 %) ainsi que celle de Jaén (7,7 %), en amont du Guadalquivir. Selon Sigfredo Ortuño Perez, cet élevage occupe actuellement en Espagne environ 435.000 ha, ce qui impliquerait, selon le recensement du Ministère, un rapport de 2,7 ha par tête de bétail27. Ce rapport moyen est conforme à l’estimation avancée par Luis Ruiz Abad concernant la surface nécessaire par animal qu’il estime entre 1 et 6 hectares en fonction de la qualité nutritive des pâturages28. L’Andalousie arrive en tête des superficies consacrées à l’élevage avec environ 250.000 ha et quelque 500 élevages de taureaux de combat29. L’Andalousie est suivie par la région de Castilla-León qui possède 60.000 ha consacrés aux taureaux braves dont 45.000 dans la seule province de Salamanque, riche de ses 200 élevages. Viennent ensuite l’Estrémadure qui possède 55.000 ha et quelque 130 élevages, puis Castilla - La Mancha (50.000 ha), suivie de Madrid (10.000 ha) pour une cinquantaine d’élevages. Ce dernier chiffre est important dans un contexte où l’extension urbaine et le compartimentage de l’espace lié au développement des voies de communication exercent une forte pression sur l’élevage extensif de la province.

  • 30 M. Grijalba et A. Purroy, « Estudio técnico-económico de las ganaderías », p. 39.
  • 31 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 18.
  • 32 I. Bardaji Azcárate, « La aplicación de la Política Agrícola Común en el ganado de lidia ».

55À partir d’un échantillonnage de 20 élevages de taureaux de combat, de tailles distinctes et répartis en différents endroits de la péninsule Ibérique, Antonio Purroy et Marina Grijalba, ingénieurs agronomes et professeurs à l’université de Navarre, ont fixé les caractéristiques économiques et techniques moyennes d’une exploitation30. En incluant le bétail nécessaire aux différentes opérations de l’élevage, l’exploitation moyenne est formée de 748 bovins dont 253 vaches reproductrices pour une superficie de 715 ha. La valeur moyenne à l’hectare de cette exploitation est de 7.407 euros. Cette valeur moyenne n’est pas très significative tant le prix de la terre varie. Les prix peuvent descendre à 6.000 euros/ha dans certains secteurs de Castille et d’Estrémadure et monter à plus de 90.000 euros/ha dans l’aire urbaine madrilène31. L’exploitation moyenne compte quatre employés salariés et vend 161 bêtes par an pour une valeur de 308.943 euros. Sur cette somme, 268.200 euros proviennent des bêtes vendues pour des spectacles, dont 23 bêtes ont moins de 3 ans (1.800 euros/tête) et 42 ont plus de 3 ans (5.400 euros/tête). Un quart des revenus provient des subventions de la politique agricole commune à hauteur de 94.747 euros, venant s’ajouter aux ventes du bétail. Ces subventions proviennent principalement des primes par tête et des primes à l’extensification, étant entendu que l’élevage brave ne dispose d’aucune mesure spécifique dans le cadre de la PAC sinon celles prévues pour la viande bovine32. Sur l’échantillon des vingt exploitations étudiées, seulement neuf sont bénéficiaires, les autres rééquilibrent leur rentabilité par les revenus d’activités agropastorales connexes et parfois d’activités agrotouristiques. Pour certains, la rente foncière, le grand prestige de l’éleveur de taureaux de combat et le cadre de vie idyllique offert par la finca, suffisent à compenser ce que le bilan comptable annuel affiche comme déficitaire. Si les subventions de la PAC n’étaient pas versées, beaucoup d’exploitations seraient soit contraintes de fermer, soit tenues d’augmenter les prix de l’offre.

  • 33 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 30.

56Cette exploitation moyenne ne doit évidemment pas masquer les écarts existant d’un élevage à l’autre, car il existe en réalité plusieurs marchés du taureau de combat. Les élevages haut de gamme sont inscrits dans leur immense majorité dans l’association de l’Unión de Criadores de Toros de Lidia. Un lot de six taureaux d’un élevage très réputé peut être vendu autour de 150.000 euros, soit quatre fois et demi le prix moyen des bêtes de plus de trois ans. Luis Ruiz Abad, bien qu’il reconnaisse la difficulté d’obtenir des sources fiables en la matière estime que l’achat d’une corrida (un lot de six taureaux de quatre ans révolus) est compris dans une fourchette de prix allant de 9.000 à 72.000 euros, une novillada piquée dans une fourchette allant de 7.200 à 18.000 euros, et une novillada non piquée autour de 7.200 euros33. Notons également que les grands élevages, ceux possédant le plus de terres et le plus de bêtes, ont une rentabilité généralement supérieure à celle des plus petits.

  • 34 MAPA, 2004.
  • 35 UCTL, chiffres de 2005.

57Cette variation reflète la hiérarchie entre les différents élevages de taureaux de combat. Les 1.128 élevages de taureaux braves existant en 2004 sont répartis en quatre associations, l’UCTL (362 élevages), l’AGL (403), le GLU (162), l’AEGRB (201). La première citée, la Unión de Criadores de Toros de Lidia est la plus ancienne et la plus prestigieuse des associations d’éleveurs. Elle fut créée en 1905 et avait jusqu’au début des années 1930 le monopole de l’approvisionnement des taureaux pour les corridas. Elle réunit actuellement les plus grands noms de l’élevage brave et l’immense majorité de ceux qui sont à l’affiche des principales férias espagnoles et françaises. Cette association ne regroupe pas le plus grand nombre d’élevages, mais bien le plus grand nombre d’animaux de combat. En retenant le critère du nombre de mâles marqués, inscrits au registre généalogique, l’UCTL arrive en tête avec 18.726 bêtes, loin devant l’AGL (8.933), le GLU (1.912) et l’AEGRB (2.646). Les membres de l’association possèdent ainsi près de 60 % du bétail brave34. Si l’on observe la participation aux spectacles majeurs, la domination de l’UCTL est encore plus criante puisque les 3/4 d’entre eux se déroulent avec du bétail qui en est issu (1.591 spectacles sur 2.125, France incluse). Enfin, il en est de même avec la superficie consacrée à l’élevage brave puisque l’UCTL regroupe, en Espagne, 296.781 ha, soit près de 70 % de la superficie totale estimée à environ 435.000 ha35. Les autres associations regroupent donc des exploitations beaucoup plus petites, en taille et en nombre de bêtes, qui fournissent principalement un bétail destiné soit aux spectacles mineurs, soit aux spectacles populaires. Les élevages des rives de l’Èbre et de la région de Valence à destination des jeux populaires et des courses de recortadores s’inscrivent dans ce contexte-là. Les vaches sont utilisées pour les concours d’anneaux, les taureaux pour les concours de sauts et de recortes libres. Les rives de l’Èbre au carrefour entre l’Aragon, la Navarre et La Rioja concentrent une trentaine d’élevages qui font renaître l’ancienne lignée de la caste navarraise, exclue des spectacles majeurs, mais hautement valorisée dans les différents jeux de la tauromachie populaire. Citons quelques noms parmi les plus importants : Arnillas, Ozcoz, Domínguez, Arriazu, Laparte. Rappelons, comme nous l’avons déjà signalé, que les taureaux des élevages de l’UCTL sont de plus en plus prisés pour les bous al carrer et les concours de recortadores.

58Les chiffres détaillés, fournis par l’UCTL, permettent d’affiner l’approche de la répartition des élevages de combat, tout au moins de ceux de cette association d’éleveurs qui produisent plus de 60 % du bétail, fournissent les 3/4 des bêtes combattues dans les spectacles majeurs et possèdent les 3/4 des surfaces des élevages braves. Les cartes 9 et 10 (pp. 256 et 257) permettent de confirmer la localisation dominante méridionale et occidentale des élevages du haut de la hiérarchie taurine. En 2005, un siècle après sa création, l’UCTL regroupe 364 élevages, répartis en 303 élevages dits titulaires et 61 élevages dits aspirants, amenés à devenir membres à part entière. Notons que ce total ne regroupe pas seulement des élevages espagnols au nombre de 335, mais compte également 26 élevages portugais, principalement situés dans le Haut Alentejo, région limitrophe de l’Estrémadure espagnole et trois élevages français. Deux provinces, Salamanque et Séville, sont nettement en tête avec respectivement 71 et 64 élevages. Vient ensuite un second groupe de provinces avec Cadix (34 élevages), Badajoz (31) et Cáceres (29). Pour ce qui est des superficies consacrées à l’élevage, une seule province se détache largement des autres, Séville avec 62.673 ha. Salamanque occupe la deuxième place avec 39.199 ha, suivie par deux provinces à plus de 30.000 ha (Jaén et Cadix), et trois provinces à plus de 20.000 ha (Huelva, Badajoz, Cáceres). L’inversion de la hiérarchie entre Salamanque et Séville au regard des superficies consacrées à l’élevage renforce l’idée d’un tropisme tauromachique andalou où les grands noms des taureaux de combat se conjuguent au prestige des fincas latifundiaires. Un travail ancien, mais d’une valeur inégalée, permet d’approfondir encore la question de la localisation de ces élevages. Il s’agit d’un rapport du ministère de l’Agriculture espagnol, publié en 1980, intitulé : Geografía española del toro de lidia. Cette étude offre l’avantage d’affiner l’analyse en deçà de l’échelon provincial grâce à un travail statistique et cartographique détaillé. Il nous permet également de rendre compte des évolutions historiques de la géographie de l’élevage sur plus de vingt-cinq ans. En effet, les chiffres de 1978 recensent un total de 613 élevages braves. Cependant le nombre de fincas, qui aujourd’hui s’élève à 1.464, était, en 1978, au nombre de 1.342. Le nombre d’élevages, c’est-à-dire de propriétaires d’un fer, a ainsi augmenté beaucoup plus vite que le nombre réel d’exploitations. Le nombre d’unités d’exploitation par élevage a donc globalement diminué, même si des tendances contraires existent localement. Quoi qu’il en soit, l’inertie de la structure agraire est plus importante que ne le laisse croire le doublement du nombre d’élevages en trente ans et permet ainsi une utilisation encore pertinente des principales données de la répartition et de la localisation des élevages contenues dans cette étude. Les cartes proposées dans cet ouvrage révèlent une répartition marquée par une forte concentration à différentes échelles et en particulier aux échelles intraprovinciales et municipales rarement prises en considération.

59Parmi les provinces les plus riches en élevages braves, une différence peut être observée en fonction de la dispersion intraprovinciale des exploitations. Deux cas de figures peuvent être distingués. Les provinces comme Jaén et Madrid ont une faible dispersion provinciale d’élevages. Dans la province de Jaén, seulement 17 % des communes possèdent des élevages et dans la province de Madrid, 18 %. Les communes concernées par l’élevage ont un indice de concentration moyenne d’élevages de 6 exploitations par commune taurine à Jaén et 3,5 à Madrid. L’autre cas de figure est celui présenté par les provinces de Cadix, de Séville et de Salamanque qui ont une dispersion provinciale d’élevages nettement plus élevée. Dans la province de Cadix, 50 % des communes possèdent des exploitations de taureaux de combat et dans celle de Séville, ce taux s’élève à 30 %. Salamanque possède un taux intermédiaire avec 40 % des communes qui possèdent des élevages de taureaux de combat. Les communes concernées par l’élevage possèdent un indice de concentration moyenne d’élevages de 6,25 exploitations par commune taurine à Cadix, 4 à Séville et 3 à Salamanque. Dans ces provinces, l’élevage de taureaux de combat est une réalité économique, sociale et paysagère quotidienne.

60À l’échelle locale, toutes les communes possédant plus de 10 exploitations peuvent être considérées comme des sous-ensembles importants au sein desquels l’élevage du taureau de combat est à la fois une activité économique majeure et un élément paysager hautement caractéristique. Certaines de ces communes appartiennent à des provinces fortement marquées par l’élevage brave sur une grande partie de leur territoire. C’est le cas de Jerez de la Frontera dans la province de Cadix avec 31 exploitations, même s’il s’agit d’une immense commune étendue sur plus de 140.000 ha. C’est le cas également de Buenamadre dans la province de Salamanque avec 16 exploitations et de Puebla del Río dans la province de Séville avec 15 exploitations. D’autres communes appartiennent à des provinces globalement moins taurines que les précédentes. Citons le cas de Baños de la Encina à Jaén avec 38 exploitations sur une superficie municipale de 40.000 ha, ce qui constitue un record en valeur absolue et en valeur relative. En effet, Baños de la Encina est la commune espagnole qui concentre le plus d’exploitations de taureaux de combat et qui regroupe plus du tiers des exploitations de la province. Citons également dans cette catégorie, Colmenar Viejo à Madrid avec 18 exploitations, Olivenza à Badajoz avec 17 exploitations, Navamorcuende à Tolède avec 13 exploitations. Enfin, certaines de ces communes représentent des centres isolés au sein de provinces beaucoup moins dotées en nombre d’élevages, telles que Alfera de Carles à Tarragone avec 13 exploitations sur les 20 recensées dans la province et El Espinar à Ségovie avec 10 exploitations sur les 14 recensées. Notons, d’après les chiffres proposés par Antonio Luis

Carte 9. — Élevages de taureaux de combat de l’UCTL (2005)

Carte 10. — Superficie des élevages braves de l’UCTL (2004)

61López Martínez, que le nombre actuel d’exploitations dans ces deux dernières provinces aurait décru.

62En dehors du quadrillage politico-administratif, il est possible d’analyser la localisation des élevages de taureaux au regard des milieux géographiques. Tous les éleveurs sont extrêmement sensibles au problème de l’approvisionnement en eau du bétail. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles il existe un lien lexical fort entre les élevages de taureaux et le réseau hydrographique. Au xvie siècle, au cours de corridas royales, l’habitude était de mentionner la provenance géographique du bétail, ce qui suffisait alors à distinguer des morphotypes de taureaux différents. Toros jarameños et toros tarifeños, qui provenaient respectivement des rives du Jarama au Nord de Madrid et des plaines marécageuses du littoral de Tarifa ont alors connu de grandes heures. Aujourd’hui les taureaux sont désignés par le nom de l’éleveur et leurs caractéristiques sont identifiées à partir de l’encaste dominant, prenant le pas sur toutes considérations territoriales. Autrement dit, le déterminisme du sang prime sur tout déterminisme géographique, même si à une autre échelle beaucoup d’éleveurs affirment que les terrains montagneux renforcent les pattes des taureaux. Cependant, et sans contradiction avec ce que nous venons d’énoncer, certains fleuves et affluents, à défaut de correspondre comme autrefois à des caractéristiques zootechniques individualisées, évoquent de hauts lieux de la géographie du taureau de combat. Certains cours d’eau acquièrent ainsi dans une géographie des représentations une forte légitimité pour découper l’espace de l’élevage brave en « fleuves taurins » au premier rang desquels figure assurément le Guadalquivir. Il semble que cet objet pseudo-géographique, manipulé à satiété par nombre d’aficionados érudits, résiste mal à l’analyse détaillée d’une implantation des élevages qui suivrait la logique axiale des fleuves. Cependant, il constitue une représentation importante de l’espace taurin dont il n’est pas exclu qu’elle plonge ses racines dans un mythe méditerranéen qui associe au taureau, en de nombreuses contrées le fleuve et la fertilité.

63Quelle que soit la validité d’un découpage de la géographie du taureau de combat par bassin versant, les exploitations ne sont pas réparties de façon aléatoire le long des vallées, mais semblent au contraire occuper des tronçons longitudinaux particuliers du réseau hydrographique : les zones humides des embouchures et les interfluves d’amont. Dans le bassin du Douro, apparaissent des foyers de forte concentration d’élevages le long des affluents de rive droite du Tage, précisément les vallées du Tormes, de l’Hebra, du Yeltes et de l’Águeda qui descendent de la Sierra de Gata et de la Sierra de Peña de Francia. Dans la littérature taurine, le Yeltes porte souvent le nom de Guadalquivir charro afin de mettre en valeur l’extrême densité des élevages braves qu’il accueille. Dans le bassin du Tage, les élevages se concentrent au Nord de Madrid, à l’amont des vallées du Jarama, toujours célèbre pour ses taureaux, du Manzanares et du Guadarrama qui descendent de la Sierra du même nom. Ajoutons, avec une plus forte dispersion, la vallée du Tiétar. Sur la rive gauche du Tage, notons la présence d’un foyer de forte concentration dans les Monts de Tolède, depuis longtemps considérés comme une importante zone d’élevage. Le Guadalquivir est le fleuve le plus associé à l’activité tauromachique et participe en cela au tropisme taurin andalou qui domine les représentations collectives. Deux zones principales concentrent les élevages de taureaux, les marismas du Guadalquivir et les affluents de rives droites correspondant aux vallées de la Jándula, du Guarrizas et du Guadalén qui descendent de la Sierra Morena dans la partie nord de la province de Jaén. Entre ces deux zones, s’égrène un chapelet discontinu d’élevages qui longent le fleuve, témoignant assurément d’un dynamisme important dans des espaces de fortes concurrences agricoles. Ajoutons à cet ensemble, en discontinuité avec le Guadalquivir, la partie avale du Guadalete et du petit fleuve côtier le Barbate. Enfin, la confluence estuarienne de l’Odiel et du Tinto dans la province de Huelva ainsi que le delta de l’Èbre dans la province de Tarragone, constituent des foyers secondaires de concentration d’élevages braves. Pour ce qui est du delta de l’Èbre, la plupart des élevages ont aujourd’hui quitté la zone deltaïque, concurrencée par l’urbanisation et le développement des activités agricoles.

  • 36 C. Hernández Díaz-Ambrona, « Ecología del pastoreo con ganado de lidia », p. 128.

64Tous les observateurs s’accordent à considérer que les élevages de taureaux possèdent une très haute valeur environnementale liée au fonctionnement écosystémique des zones de pâturages et en particulier des dehesas ou montes adehesados. Ces milieux sont devenus parmi les plus emblématiques du paysage de la péninsule Ibérique. Qu’ils soient arborés ou non, ils se localisent principalement dans le Sud-Ouest de la Péninsule, en Alentejo au Portugal, à Salamanque, en Estrémadure, en Castilla - La Mancha et en Andalousie occidentale. Leur extension est estimée à 9 millions d’hectares. Le maintien d’un élevage extensif sur ces milieux fragiles contribue à la stabilité de l’écosystème36. En revanche, une intensification pastorale et une introduction excessive d’espèces ovines, caprines, porcines ou bovines fragilisent l’ensemble du système. En effet, le surpâturage entraîne la raréfaction des plantes possédant la plus forte valeur nutritive et peut causer, lorsqu’il s’intensifie, la disparition de la couverture herbacée, voire arbustive augmentant alors considérablement les risques d’érosion. Les taux de fertilité et le poids du bétail diminuent alors. À l’inverse, un sous-pâturage entraîne l’apparition d’espèces ligneuses qui augmentent les risques d’incendie et renforcent la concentration locale et la sédentarité du bétail. Les éleveurs cherchent toujours à éviter cette situation de concentration qui multiplie les risques de blessures pour les animaux de combat pouvant perdre alors toute valeur économique.

II. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE FRANÇAIS

Trois spectacles pour deux régions taurines

  • 37 Pour la saison 2003, José María Sotomayor a recensé 161 spectacles majeurs quand Mundotoro en compt (...)
  • 38 J. M. Sotomayor, Estadísticas taurinas.

65L’originalité de l’espace tauromachique français réside dans la coexistence de trois spectacles taurins autonomes : la tauromachie d’origine espagnole, la course landaise et la course camarguaise (voir carte 5, p. 236). Il existe de même qu’en Espagne des variations mineures dans le recensement des spectacles, liées principalement aux méthodes de classification. La tauromachie de type espagnol représente environ 200 spectacles par an37. L’Espagne programme donc vingt fois plus de spectacles de ce type que la France. Les chiffres de José María Sotomayor permettent une comparaison des spectacles majeurs entre les deux pays38.

Graphique 6. — Spectacles majeurs en Espagne et en France (2003)

Graphique 6. — Spectacles majeurs en Espagne et en France (2003)
  • 39 Pour l’année 2004, Marc Lavie, co-fondateur de d’ATIDE (Asociación Taurina Internacional de Documen (...)

66L’Espagne programme 12 fois plus de spectacles majeurs que la France. Les spectacles mineurs, environ une cinquantaine, représentent, en France, le quart des spectacles apparentés à la tauromachie espagnole39. Ils sont donc, en proportion, moins nombreux que leur équivalent espagnol, ce qui témoigne d’un marché secondaire beaucoup moins étoffé. Un élément apparemment anecdotique au regard des chiffres globaux est la plus forte proportion des corridas portugaises en France, comparée à celles célébrées en Espagne. En 2003, sur les 27 courses classées dans la catégorie du rejoneo, 9 sont des corridas portugaises sans mise à mort avec l’intervention finale des forcados. Cette proportion contraste avec la rarissime occurrence des corridas portugaises en Espagne. La tauromachie à cheval en France accorde donc une place plus grande aux spectacles portugais, en particulier en Camargue où la tauromachie équestre connaît des expressions variées.

  • 40 Les données officielles de la FFCC comptabilisent 921 spectacles pour l’année 2004. Les données off (...)
  • 41 Sont comptabilisées les courses camarguaises comptant pour le trophée des As (122 en 2006) et les c (...)

67Les tauromachies camarguaise et landaise proposent un nombre de spectacles bien supérieur. Le nombre de courses camarguaises tourne autour des 900 spectacles par an, et celui des courses landaises avoisine les 600 spectacles40. De même que pour la tauromachie espagnole, il existe des catégories de spectacles permettant de différencier le haut niveau réunissant l’élite des raseteurs et des écarteurs. Pour chacune des courses, le haut niveau de la compétition représente environ 150 courses dans l’année41. Toutes pratiques tauromachiques confondues, la France programme ainsi autour de 1.700 spectacles d’arènes par an, ce qui revalorise l’importance des jeux taurins sur le sol national par rapport à la seule prise en compte des courses de type espagnol. L’écart est, en tous les cas, beaucoup moins important que ne le pensent généralement Espagnols et Français, qu’ils s’intéressent ou non à la tauromachie. Le cloisonnement des cultures taurines en France, cloisonnement qui n’est d’ailleurs pas totalement hermétique, et l’hégémonie médiatique exercée par le monde de la corrida, sont en partie responsables de cette minoration du patrimoine tauromachique français.

  • 42 La FFCL a enregistré, en 2006, 22 encierros répartis sur 15 communes.

68De même qu’en Espagne, le poids des jeux taurins populaires élargit considérablement la base des pratiques tauromachiques. Ces jeux sont plus nombreux dans le Sud-Est que dans le Sud-Ouest. Bien que cette explication ne soit pas entièrement satisfaisante, la raison de ce contraste tient en partie au fait que la Camargue est une importante région d’élevages de taureaux de combat, alors que les élevages sont peu nombreux dans le Sud-Ouest. Les chiffres annoncés par la Fédération française de course camarguaise témoignent d’une densité des pratiques tout à fait exceptionnelle. Les différents jeux et manifestations taurines à participation collective s’élèveraient à environ 8.000 manifestations par an, réparties entre les abrivados (2.000), les bandidos (2.000), les encierros camarguais (2.000) et les quelque 2.000 à 3.000 taureaux piscines, toro-ball et « courses de nuits ». Si l’on ajoute à cette liste, les quelque 2.000 ferrades annuelles, cet espace apparaît bien comme l’un des foyers taurins les plus denses du Sud-Ouest européen. Dans le Sud-Ouest, la Fédération française de courses landaises signale que chaque année sont officiellement enregistrées une centaine de courses intervaches. Programmées dans de nombreuses fêtes locales des Landes, du Gers et des Pyrénées Atlantiques, elles sont en réalité assurément plus nombreuses. Les courses de vaches sont quotidiennes lors des fêtes de Bayonne et de Dax. Ajoutons aux courses de vaches, les toro-piscines des stations balnéaires littorales qui s’étendent d’ailleurs bien plus au nord que la zone d’extension de la course landaise. Par ailleurs, une vingtaine d’encierros se déroulent désormais chaque année, calqués sur le modèle navarrais, mais pratiqués généralement avec des vaches42.

69La tauromachie espagnole s’étend sur une frange méridionale. Douze départements sont concernés par ces spectacles, même si plus de 85 % d’entre eux se déroulent en réalité sur six départements. Ils forment deux ensembles discontinus : à l’ouest, les départements des Landes, des Pyrénées Atlantiques et du Gers, à l’est les départements de l’Hérault, du Gard et des Bouches-du-Rhône. Au milieu apparaît un foyer intermédiaire de moindre importance dans les Pyrénées Orientales qui avec 8 spectacles se hissent quasiment à la hauteur du Gers (10), des Pyrénées Atlantiques (11) ou de l’Hérault (12).

70La répartition des courses landaises et camarguaises est beaucoup plus concentrée. Notons que les Landes et la Camargue, quelles qu’en soient les définitions adoptées, ne regroupent pas la totalité des pratiques éponymes. Cette distorsion entre l’appellation des jeux et leur emprise spatiale a des conséquences sur la nature des sentiments d’appartenance territoriale véhiculés par les pratiques. Si on s’attache aux limites départementales, les courses camarguaises sont pratiquées dans quatre départements du midi méditerranéen, l’Hérault, le Gard, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse. L’essentiel de la pratique est néanmoins circonscrit entre la basse Provence et le Languedoc oriental. L’espace, mieux vaudrait-il dire le territoire, situé entre les villes de Montpellier, Marseille et Avignon, est appelé par les afeciounados le « triangle sacré », ces villes demeurant en marge de la pratique taurine et de sa représentation géographique. La course landaise concerne six départements du Sud-Ouest, les quatre départements aquitains et deux départements de Midi-Pyrénées (Gers et Hautes-Pyrénées), même si l’immense majorité des spectacles se déroulent au nord de l’Adour, entre le sud-est landais et l’ouest du Gers. La répartition de l’ensemble des spectacles taurins détermine un recoupement partiel des pratiques séparé en deux ensembles régionaux disjoints : course espagnole et course landaise dans le Sud-Ouest et course espagnole et course camarguaise dans le Sud-Est. Entre ces deux ensembles les relations et les mobilités spatiales sont faibles y compris pour la tauromachie espagnole qui, à l’ouest comme à l’est, regarde plutôt vers l’Espagne.

Arènes et hauts lieux taurins

  • 43 G. Arnaud, Annuaire des arènes Provence-Languedoc.
  • 44 CAUE des Landes, Arènes de la course landaise et de la corrida.

71Cette organisation se retrouve dans la répartition, l’utilisation et les caractéristiques mêmes des arènes. Compter les arènes existant en France pose des difficultés analogues à celles détaillées pour l’Espagne. Aucune étude, ni aucune institution ne les ont recensées dans leur totalité, chaque passion taurine n’ayant généralement d’yeux que pour ses propres temples ou sa propre région. Il existe néanmoins des études et des comptages partiels, de plus ou moins grande qualité. Pour les arènes du Sud-Est nous avons principalement utilisé les données d’un Annuaire des arènes Provence-Languedoc43. Pour les arènes du Sud-Ouest, le travail le plus fouillé a été réalisé par le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement des Landes, publié sous le titre : « Arènes de la course landaise et de la corrida »44.

  • 45 En 2005, 97 communes ont programmé au moins une course camarguaise.

72Notre recensement compte 270 arènes en France, chiffre global qu’il est nécessaire de détailler (voir annexe III et cartes 11 et 12, pp. 264 et 265). Les unes, les moins nombreuses, programment exclusivement des courses espagnoles. D’autres programment dans des proportions variables courses espagnoles et courses landaises ou camarguaises, le jeu local pouvant être dominant ou bien exceptionnel. Enfin, les dernières programment exclusivement des courses landaises ou camarguaises. Sur ces 270 arènes, une trentaine sont, soit des arènes démontables, soit des places de villages mixtes servant à la fois de place urbaine et d’arène éphémère. Durant ces cinq dernières années, 72 municipalités ont programmé des courses de type espagnol. Mais un certain nombre d’entre elles n’ouvrent pas leur porte chaque année. Le nombre des arènes qui proposent chaque année un spectacle de type espagnol est de l’ordre de la cinquantaine. En 2003, le nombre de « villes taurines », ainsi nommées dans la presse spécialisée dans la corrida et dans l’association qui rassemble ces villes, était de 53, contre 49 en 2004. Parmi ces arènes, certaines programment également des courses landaises (28 d’entre elles), d’autres des courses camarguaises (24 d’entre elles), quelques-unes programment les trois jeux taurins. Seulement 20 arènes sont exclusivement des lieux de courses espagnoles. La distinction entre les arènes de courses espagnoles et les autres arènes n’est donc pas toujours pertinente. Ainsi l’arène de Dax est à la fois un haut lieu de la corrida et de la course landaise, de même que les arènes d’Arles un haut lieu de la corrida et de la course camarguaise. Il existe 164 arènes de courses landaises homologuées par la Fédération pour accueillir les écarteurs et les coursières. Il en existe en réalité environ 180, mais certaines ne sont plus utilisables. Les arènes en dur de courses camarguaises sont moins nombreuses avec 89 pistes. Mais chaque année, il faut compter autour d’une centaine de lieux de spectacles, car certaines communes ont recours à des arènes démontables ou aménagent la place du village prévue à cet effet45.

  • 46 M. Dauga, « L’âge d’or de la course landaise », p. 71.
  • 47 CAUE des Landes, Arènes de la course landaise et de la corrida, p. 17.

73Les cartes 11 et 12 (pp. 264 et 265) rendent compte de leur répartition et des modalités de coexistence spatiale des spectacles. La densité des arènes atteint localement des niveaux très élevés. Tel est le cas pour la course landaise, dans ce que Marylis Dauga nomme le « territoire historique » formé par la Chalosse, le Tursan et le Marsan46. Le département des Landes regroupe à lui seul 133 arènes permanentes, dont 80 se situent au sud d’une ligne Dax - Mont-de-Marsan - Gabarret. À une échelle plus fine le canton de Mugron, où vivent environ 5.300 Chalossais, compte une douzaine d’arènes permanentes. Le CAUE l’affirme sans ambages : « On peut considérer que la Chalosse est le lieu de plus forte concentration de sites tauromachiques dans le monde »47.

Carte 11. — Arènes de corridas et de courses landaises dans le Sud-Ouest français

Carte 12. — Arènes de corridas et de courses camarguaises dans le Sud-Est français

74Une corrélation semble pouvoir être établie entre la forme des arènes, leur taille, la dominante des spectacles programmés et la trame du peuplement. Une règle simple suffit à l’exprimer : plus l’arène est grande et urbaine, plus elle programme de courses espagnoles. Plus l’arène est petite et rurale, plus elle tend à servir principalement de lieux de mise en scène de la tauromachie landaise ou camarguaise. Cette relation confirme l’idée d’une emprise majoritairement rurale des courses landaises et des courses camarguaises. Le caractère rural de ces courses s’exprime également par la valorisation symbolique des hauts lieux de leur pratique. Certes, les plus grandes villes du système urbain des régions considérées accueillent des courses de première importance. Le plus prestigieux et le plus ancien des « concours landais », qui est l’épreuve reine de la course landaise, se tient à Dax. Un autre se déroule à Mont-de-Marsan, un troisième à Aire-sur-Adour. Cela étant, les petites villes de Nogaro, Pomarez et Hagetmau complètent cette liste avec des concours de haute valeur. Pomarez, la seule arène couverte de la région, accueille la finale du Boléro d’or. Depuis 18 ans, elle organise le festival Art et Courage, remplaçant les vaches encordées par des taureaux sans corde, venus de France, d’Espagne et du Portugal. Cet événement est devenu l’un des rendez-vous les plus appréciés des coursayres. Mieux, Pomarez est appelé « la Mecque de la course landaise », traduisant toute l’importance du haut lieu aux yeux des adeptes. La religiosité cesse d’être une simple métaphore à Bascons, où se dresse, à proximité des arènes, la chapelle de Notre-Dame de la Course Landaise ainsi que le musée de la course landaise, signes on ne peut plus explicites d’une géographie symbolique organisée dans l’intimité de la ruralité profonde.

75Les arènes de courses landaises se distinguent également d’un point de vue architectural en raison des nécessités scénographiques liées à la logique axiale du jeu. L’étude du CAUE des Landes fournit, sur ce thème, des informations d’une grande précision permettant d’établir une typologie architecturale des arènes : l’arène semi-permanente, la tribune arène ou arène hispano-landaise, les amphithéâtres de gradins orientés, les amphithéâtres couverts en bois, les arènes de bourg à l’espagnole, les plazas espagnoles. Quatre formes principales peuvent être retenues : les arènes circulaires, oblongues, en fer à cheval et rectangulaires. À la circularité des arènes de corrida s’oppose la disposition axiale des arènes de courses landaises où la vache encordée charge dans le sens de la longueur. Le cercle et la piste longitudinale sont respectivement les formes idéales de la codification normative des jeux taurins espagnols et landais. Les deux autres formes sont des formes intermédiaires de compromis. Les formes angulaires et axiales des pistes sont mieux marquées à mesure que l’on descend dans la hiérarchie urbaine. Historiquement la forme en fer à cheval apparaît au moment où sont programmées, à la fin du xixe siècle, des pratiques mixtes dites hispano-landaises. La forme oblongue apparaît plus tardivement et traduit un stade plus avancé d’intégration de la logique scénographique de la tauromachie espagnole. Les arènes constituent ainsi à la fois des marqueurs de diffusion de la tauromachie espagnole et d’assimilation syncrétique des pratiques.

76Un développement analogue peut être mené au sujet de la course camarguaise. Arles et Nîmes accueillent les finales importantes de la compétition. La finale du biòu d’or qui récompense le meilleur taureau cocardier de l’année se tient en alternance dans ces deux arènes gallo-romaines. Mais les hauts lieux de la course camarguaise, ceux identifiés comme les lieux qui révèlent l’esprit de la course et l’authenticité de la passion taurine, sont des cités rurales de Petite Camargue : Le Cailar, également surnommé « la Mecque de la course camarguaise », Marsillargues et Saint-Laurent-d’Aigouze. Ajoutons Vauvert, Aimargues, Aigues-Vives, Lansargues et Lunel, situées dans le berceau de la tradition taurine camarguaise. Le nombre de courses dans ces villages et petites villes est d’ailleurs bien supérieur à celui des grandes cités. Observons pour l’année 2004 que les villes comme Montpellier, Nîmes et Arles ont programmé respectivement 3, 4 et 16 courses. Marsillargues en a programmé 28 et Saint-Laurent-d’Aigouze 33. À Marsillargues, l’arène n’est autre que la place du village et le toril est inséré dans le bâti, à droite du Café Le Français. La Petite Camargue est à beaucoup d’égards pour la course camarguaise ce que la Chalosse est à la course landaise. Notons également parmi les municipalités à offrir le plus de spectacles, celle du Grau-du-Roi avec 22 courses qui est la seule station balnéaire gardoise et qui profite à plein de la complémentarité entre bouvine et activité touristique.

77Arles occupe néanmoins un rôle important dans l’espace matériel et symbolique de ce dispositif en raison de son emprise historique sur les activités du delta, et figure à ce titre parmi les lieux majeurs de la culture camarguaise. En témoigne, chaque premier mai, la réunion de la Confrérie des gardians sur le Boulevard des Lices que rejoignent les Arlésiennes en costume et quelques groupes folkloriques. En témoigne également le trophée de la Cocarde d’Or disputé le premier lundi de juillet depuis 1928 et qui a longtemps alimenté la rivalité entre Provençaux et Languedociens. À l’inverse d’une passion taurine vécue de façon intimiste et rustique dans les villages, Arles multiplie les signes de son rayonnement sur le territoire de la bouvine par une mise en scène plus cérémoniale.

78Enfin, la Fédération impose également sa propre hiérarchie en distinguant les pistes en fonction de leur taille et du nombre de raseteurs ainsi autorisés à concourir. La Fédération distingue ainsi les « grandes pistes », les « moyennes » et les « petites », qui d’une certaine façon reprennent une catégorisation proche de celle existant pour les arènes en Espagne. Les grandes pistes, qui possèdent une capacité d’accueil supérieure, sont aussi celles qui programment le plus de spectacles. Les grandes pistes sont celles d’Alès, Arles, Beaucaire, Béziers, Châteaurenard, Le Grau-du-Roi, Les Saintes-Maries-de-la-Mer, Lunel, Nîmes, autant d’arènes dont la taille permet aussi de recevoir des courses espagnoles. Conformément au règlement espagnol, le diamètre d’une arène permanente ne doit en théorie pas être inférieur à 45 mètres pour que puisse se dérouler une corrida, et si le ruedo possède des angles, aucun côté ne doit être inférieur à 20 mètres. Beaucoup de petites pistes se trouvent ainsi disqualifiées.

79Les hauts lieux français de la corrida s’organisent à partir d’une trame urbaine plus lâche. L’Union des villes taurines françaises s’est appliquée, sur le modèle espagnol, à différencier des catégories d’arènes. En France, les arènes dites de première catégorie, sont celles de Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Vic-Fezensac pour le Sud-Ouest et Arles, Béziers et Nîmes pour le Sud-Est. Chaque année, ces arènes sont en tête des statistiques taurines avec un avantage pour Nîmes et Arles qui généralement offrent plus de quinze spectacles par an, suivies de Bayonne et Dax qui programment entre 10 et 15 spectacles par an. Les autres arènes sont classées en deuxième catégorie dont les normes techniques et réglementaires correspondent aux arènes espagnoles de troisième catégorie. Nîmes peut être considérée comme l’arène la plus importante en nombre de spectacles et en réputation acquise au-delà des Pyrénées. Nîmes a d’ailleurs été élue la meilleure arène de la saison 2006 par l’influente revue taurine 6 Toros 6 qui chaque année décerne diverses récompenses. La majesté de son amphithéâtre gallo-romain, que l’on retrouve également à Arles, participe de cette réputation. Beaucoup de toreros évoquent à ce propos l’émotion particulière à toréer dans ces lieux chargés d’histoire : entendre le contraire serait surprenant lors d’entretiens rapides qui souvent ne font qu’accoucher les représentations des journalistes eux-mêmes. Bayonne jouit d’un prestige historique qui lui confère une place à part. Comme nous l’avons souligné, elle est considérée comme la première ville française à avoir accueilli une corrida en août 1853 et joua un rôle important, pendant les dix années qui ont suivi, dans l’introduction progressive du spectacle espagnol en France.

  • 48 On retrouve la même domination des élevages toristas pour les novilladas avec parmi les cinq élevag (...)
  • 49 L’emploi du terme ayatollah n’est pas une liberté métaphorique de notre part, mais bien un terme so (...)

80Une autre différenciation des arènes françaises doit être mise en relief. Elle reprend l’opposition espagnole entre les arènes toristas et les arènes toreristas, qui en France ne possède aucune traduction géographique évidente. Les arènes sont globalement acquises à l’esthétique dominante qui est celle d’une passion torerista qui se réjouit d’inviter les plus grandes vedettes de la tauromachie actuelle. Cependant, l’afición française est riche de nombreux rendez-vous toristas, soit que l’arène sache alterner entre les corridas « dures » et les corridas de toreros vedettes, soit qu’elle s’érige en bastion radical du taureau « sérieux ». En témoignent deux indices très révélateurs. Parmi les cinq élevages qui ont obtenu le plus de contrats en France en 2004 figurent quatre fers toristas : Victorino Martín, Miura, Cebada Gago et l’élevage portugais de Palha, situation totalement impensable en Espagne48. De même, les deux matadors à avoir obtenu le plus de contrats en France sont des toreros spécialisés dans ce genre de bétail, l’Espagnol « El Fundi » et le Français Stéphane Fernandez Meca. Quoique très respectés par la profession, ces matadors ne peuvent pas être considérés comme des toreros vedettes qui généralement dès que leur statut le leur permet évitent de multiplier les affrontements avec de tels adversaires. Les villes de Béziers, Céret et Vic-Fezensac ont bâti leur réputation sur la programmation de taureaux « durs ». Dans le cas de Vic, la féria de la Pentecôte offre une alternative à la féria de Nîmes, ce dont s’enorgueillit une partie du public, fière d’avoir choisi son camp et accablant de tous les maux les courses de Nîmes. D’autres villes taurines comme Aignan, Aire-sur-Adour, Hagetmau, Parentis, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Alès, Saint-Martin-de-Crau, programment également des corridas ou des novilladas propres à satisfaire l’afición torista et remplissent leur arène sur ce critère. À l’opposé, les arènes de Palavas ou des Saintes-Maries-de-la-Mer prolongent le littoral méditerranéen outrancièrement torerista en de nombreuses étapes. Les membres les plus radicaux de l’afición torista, qui s’accordent les lauriers d’une éthique puriste et intransigeante, dénigrent volontiers les spectacles qui se tiennent ailleurs y compris dans les arènes les plus connues s’abaissant à toutes les compromissions afin d’afficher un torero vedette : bétail faible, aux cornes réduites, issu d’élevages propres à faire briller artificiellement les artistes capricieux, sans prise de risque excessive. Pour fustiger la standardisation d’un bétail élevé sur mesure, ces aficionados dressent une liste noire des arènes qui consomment du « Mac Domecq », en référence aux élevages issus des encastes de la célèbre famille Domecq, dont les produits seraient à la tauromachie ce que les hamburgers sont au Guide Michelin. Une nouvelle fois, cette discrimination, qui peut avoir dans certaines occasions sa part de vérité, en dit sans doute davantage sur les processus de différenciation identitaire que sur la qualité générale des élevages issus de cette branche. À l’inverse beaucoup d’aficionados considèrent cette afición radicale comme « les ayatollahs » d’une tauromachie de principe et de règlement, aveuglés par leur esprit de clocher et ne jugeant les taureaux que par leur belle carrosserie et leur dangerosité49.

81Retenons d’un point de vue géographique que la répartition des goûts ne relève ici d’aucun découpage évident à la différence de ce que l’on observe en Espagne. On remarque cependant que les arènes d’afición torista correspondent souvent à des cités où la société locale est très investie dans la programmation des spectacles taurins ou bien possède des moyens efficaces de régulation. C’est le cas en particulier à Vic-Fezensac, petite ville gersoise de 4.000 habitants, tard venue dans le cercle fermé des villes taurines en organisant sa première corrida en 1932 et sa première féria en 1966. À Vic, le club taurin, organisateur de la féria en lien avec les entrepreneurs de spectacles espagnols Chopera, fixe avant toute chose le choix des taureaux, le reste passe après. Cette stratégie s’est révélée payante et la féria de Vic fait chaque année le plein.

82Les représentations de la géographie taurine française vue depuis l’Espagne sont riches d’enseignement. Beaucoup d’Espagnols ignorent l’existence de la tauromachie dans le Sud-Ouest français, à l’exception de Bayonne, et ont d’abord à l’esprit les arènes du Sud-Est de la France en particulier Nîmes et Arles. Cette image de la géographie taurine française s’accompagne parfois d’une autre déformation, répandue chez de nombreux spectateurs occasionnels, selon laquelle il n’y aurait pas de mise à mort du taureau en France. La raison réside sans doute en grande partie dans le fait que peu d’aficionados espagnols voyagent en France pour voir des corridas. Elle tient peut-être aussi à l’existence des courses landaises et camarguaises qui, même mal connues de l’autre côté des Pyrénées, brouillent l’image des caractères précis de la tauromachie en France. Du côté des professionnels, l’immense majorité s’accorde à reconnaître la très grande qualité de l’afición française, sa grande ferveur et son niveau d’exigence élevé. Certains lui reprochent néanmoins, à demi-mot, d’être souvent très intellectualisée, reprenant au passage quelques clichés sur le poids d’un héritage cartésien qui conditionnerait les aficionados français à apprendre d’abord leurs émotions dans les livres. Intéressante discrimination qui en retour fait de l’aficionado espagnol celui qui aurait la tauromachie dans le sang. Ces différences organisent un imaginaire qui sépare une afición innée qui serait celle des Espagnols, d’une afición acquise qui serait celle des Français, en rapport avec la diffusion spatiale de la corrida espagnole hors de ses frontières nationales d’origine.

Les élevages de taureaux : l’hégémonie camarguaise

83En France, il existe plusieurs types d’élevages de bovins qui répondent à chacune des tauromachies existantes. La plupart des taureaux de corrida en France sont des bêtes importées d’Espagne et dans une mesure non négligeable du Portugal. Néanmoins, il existe aussi des taureaux braves élevés en France, une quarantaine d’élevages réunis au sein de l’Association des Éleveurs français de taureaux de combat. Cette association est détentrice de la gestion du Livre généalogique de la race brave et gestionnaire des intérêts de la filière. La plupart de ces élevages, une trentaine, est située entre Crau, Camargue et pourtour des Alpilles. Les élevages restants sont éparpillés dans le Sud-Ouest entre les Landes, les Pyrénées Atlantiques et le Gers. Ces élevages sont destinés presque exclusivement au marché français, en particulier à celui des novilladas dont on a souligné l’importance pour de nombreuses arènes de deuxième catégorie. Certains ont acquis une bonne réputation aux yeux des aficionados français tels que les Tardieu, les Yonnet ou les Gallon. Les produits de l’élevage français ont du mal à s’exporter en Espagne en raison d’un protectionnisme de fait qui laisse d’autant moins de chance à leur concurrent que ces élevages n’ont pas acquis une réputation sur le temps long. En France, ils représentent environ 1/5 du marché national.

  • 50 J. Deffontaines, Taureau de Camargue, p. 6.

84Ces élevages sont beaucoup moins nombreux que les manades de taureaux en Camargue. Elles sont actuellement entre 130 et 140 dont 117 enregistrées au sein de la Fédération. Les élevages sont principalement situés entre Fos-sur-Mer et l’étang de l’Or avec d’importantes concentrations sur les communes d’Arles, des Saintes-Maries-de-la-Mer, du Cailar. On compte actuellement sur cette zone quelque 6.000 taureaux de race brave et 15.000 taureaux Camargue50. Deux associations rassemblent l’essentiel des manadiers : l’Association des manadiers de taureaux de Camargue et l’Association des éleveurs de taureaux de race Camargue. L’activité ne regroupe qu’une trentaine de gardians salariés, l’essentiel du contingent des bouviers étant fourni par des gardians amateurs, soit quelque 2.000 cavaliers qui offrent leur aide gratuitement. Cela montre parfaitement l’imbrication complexe dans la culture de la bouvine entre la sphère des loisirs et la sphère du travail, que l’on retrouve en particulier dans les ferrades à mi-chemin entre le jeu et la nécessité agronomique.

  • 51 Sur la famille Yonnet et leur rôle dans l’élevage des taureaux de combat depuis un siècle et demi v (...)
  • 52 J. Deffontaines, Taureau de Camargue p. 16.
  • 53 Conseil Economique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, p. 16.

85La viande du « Taureau de Camargue » bénéficie depuis 1996 d’une Appellation d’origine contrôlée qui garantit une meilleure rentabilité. Ce statut lui a assuré un certain succès pendant la crise de la vache folle. Cette appellation regroupe sans distinction les deux races de taureaux de combat, le taureau Camargue et le taureau de race brave. Certains propriétaires élèvent les deux races telle la famille Yonnet au Mas de la Bélugue. C’est à cette famille que l’on doit l’introduction en Camargue des premiers reproducteurs espagnols de race brave, à l’initiative de Joseph Yonnet, au domaine de Faramond, en 1869, dont le but à l’époque était de croiser les taureaux camarguais et espagnols. Dans les années 1950, cette famille fut à nouveau pionnière, cette fois dans l’élevage de taureaux de pure race espagnole à partir de bêtes issues de l’élevage portugais Pinto Barreiros51. Le cahier des charges de l’AOC précise que ce ne sont jamais les taureaux participant effectivement aux spectacles taurins que le consommateur retrouve dans son assiette puisque ceux-là sont exclus de l’appellation. Cependant les critères de sélection et d’élevage du bétail doivent correspondre à la vocation des jeux taurins. La charge pastorale maximale est de 1,5 ha par tête au sein de l’aire délimitée par l’AOC. Les taureaux doivent rester six mois de l’année sur les zones humides du delta. Du mois de janvier au mois d’avril, les taureaux pâturent sur les sansouires, des terres pauvres et salées, recouvertes l’hiver par la mer, où quelques graminées poussent au printemps. Du mois d’avril au mois de septembre les taureaux sont dans les marais d’eau douce. Le peu d’herbage disponible en raison de la concurrence d’activités pour l’occupation du sol, telles que la riziculture, la saliculture ou le tourisme, oblige les manadiers à alimenter leurs bêtes en fourrage et/ou à les déplacer l’hiver vers les garrigues des Costières, des Alpilles et des contreforts des Cévennes. Le Parc naturel régional de Camargue loue des zones de pâturage à de nombreux éleveurs dans des conditions qui évitent le surpâturage. De même que pour les marismas du Guadalquivir et avec des nombreuses ressemblances écosystémiques, les élevages de taureaux participent à l’équilibre environnemental, paysager et économique de la région. L’élevage des chevaux Camargue est le corollaire indispensable de l’élevage bovin et des jeux précédemment décrits tels que l’abrivado et la bandido. La vente de la viande, autrefois considérée comme un déshonneur par de nombreux manadiers, représente aujourd’hui jusqu’à 40 % des revenus d’un élevage52. Soulignons également que 60 à 70 % des bêtes d’un élevage ne sont pas aptes à la course et qu’un manadier renouvelle chaque année environ 50 % de son troupeau53. L’AOC est donc devenue indispensable à la viabilité de la plupart des élevages.

86Les élevages de bétail pour la course landaise sont appelés comme leurs homologues espagnols ganaderias, mais ils sont d’une tout autre nature. Il existe en 2007 18 ganaderias situées dans le « territoire historique » de la course landaise, totalisant environ 1.200 bêtes. Rappelons que dans la course landaise ce sont les ganaderias qui s’attachent les services d’une équipe d’écarteurs (la cuadrilla) pour une durée d’un an. Il ne faut pas exagérer l’affirmation souvent répétée selon laquelle ces ganaderias se contenteraient d’acheter des bêtes en péninsule Ibérique et ne s’emploieraient donc pas aux tâches de la reproduction. Certes, les éleveurs les plus importants achètent chaque année une centaine de vaches en Espagne, issue en particulier de la région de Salamanque. Cependant, la moitié des vaches naissent aujourd’hui sur place ce qui confirme l’émergence d’une filière d’élevage complète.

III. — L’ESPACE TAUROMACHIQUE PORTUGAIS

Un clivage Nord-Sud

87Au Portugal, en raison de la cohabitation originale de la corrida espagnole et de la corrida portugaise, la comparaison avec le reste des chiffres européens est rendue plus délicate. D’une manière générale, les chiffres concernant les spectacles taurins au Portugal, issus de sources françaises et espagnoles, sont à observer avec une grande prudence, car le pays n’est généralement pas regardé en tenant compte de la spécificité de ses tauromachies. Pour effectuer une comparaison précise du nombre de spectacles entre l’Espagne et le Portugal, il est impératif de détailler les chiffres bruts, comme dans le graphique 7 ci-dessous, puisque les formes tauromachiques n’ont pas de stricte équivalence de part et d’autre de la frontière.

88D’après le Syndicat national des toreros portugais, il faut compter pour l’année 2004 quelque 300 spectacles taurins. Les chiffres du Syndicat portugais, à la différence des chiffres fournis par le Ministère espagnol, prennent en compte l’ensemble des spectacles taurins, majeurs et mineurs. Les 300 spectacles au Portugal sont donc à mettre en rapport avec les quelque 4.000 spectacles enregistrés en Espagne. Pour la même année, l’Inspection générale des affaires culturelles (l’IGAC), en charge de la régulation des manifestations taurines, estime le total à 287 spectacles. En dépit des variations comptables, l’Espagne programme environ dix fois plus de spectacles que le Portugal, pour une population espagnole environ quatre fois supérieure à la population portugaise. S’il fallait ne retenir pour le Portugal que les spectacles comparables aux spectacles majeurs espagnols et français, il conviendrait de soustraire du total les spectacles équivalant aux novilladas non piquées, aux becerradas et au toreo comique. Ce calcul est délicat puisque la pique est interdite au Portugal. Aussi décidons-nous de maintenir la totalité des novilladas dans la catégorie des spectacles majeurs, alors qu’en Espagne les novilladas non piquées appartiennent à la catégorie des spectacles mineurs. En revanche, les variedades taurinas et garraidas dont le règlement précise qu’il s’agit de bouvillons combattus par des amateurs ou des débutants, peuvent être considérées comme des spectacles mineurs. Les 1.912 spectacles majeurs en Espagne doivent alors être comparés aux 243 spectacles portugais d’une catégorie à peu près équivalente, avec toutes les réserves dues à la spécificité des formes tauromachiques. Après cette correction faite, les spectacles majeurs pour la période allant de 2000 à 2004 peuvent être comparés (voir graphique 8, p. 275).

Graphique 7. — Spectacles taurins au Portugal (2004)

Graphique 7. — Spectacles taurins au Portugal (2004)
  • 54 Côté espagnol : 810 corridas formelles et 142 spectacles de rejoneo avec des taureaux ; côté portug (...)

89L’Espagne programme donc environ sept fois plus de spectacles majeurs que le Portugal. Si, au sein des spectacles majeurs, on ne tient compte que des spectacles du haut de la hiérarchie équivalant aux corridas qui incluent des taureaux de quatre ans révolus, il convient alors de comparer les 952 corridas côté espagnol avec les 199 corridas côté portugais, soit cinq fois plus de corridas de taureaux de quatre ans en Espagne qu’au Portugal54.

  • 55 Cette évaluation tient compte des corridas à pied, des corridas mixtes ainsi que des novilladas et (...)

90Au-delà des ajustements nécessaires à la comparaison quantitative des pratiques, il faut insister sur l’originalité de la mixité des pratiques tauromachiques au Portugal. Les matadors à pied, quelle que soit leur nationalité, sont présents lors d’un tiers des spectacles55. La pratique tauromachique d’origine espagnole, incarnée par la présence du matador, n’est donc, en aucun cas, à considérer comme une forme marginale en terre portugaise, même si elle demeure minoritaire comparée aux touradas. Cependant, remarquons que la tauromachie à pied programmée comme seule et unique pratique du spectacle tauromachique demeure très rare. En 2004, on compte seulement deux corridas ne présentant que des hommes à pied, les quarante autres spectacles étant des corridas mixtes. Par conséquent, les spectacles qui laissent seuls à l’affiche les toreros à pied, sans qu’ils ne soient accompagnés de cavaliers, sont très rares. Et même lorsque l’occasion se présente, comme à Moita do Ribatejo, rappelons que l’intervention des forcados à chaque taureau est une obligation réglementaire et ampute la norme espagnole de son acte final. Les seules exceptions, d’un intérêt géographique primordial pour comprendre les relations taurines entre l’Espagne et le Portugal, sont les courses de taureaux intégrales de Barrancos, autorisées depuis 2002.

  • 56 O. Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico.

91La répartition des spectacles taurins au Portugal est déséquilibrée puisque la moitié Sud du pays regroupe 75 % des spectacles, la moitié Nord 20 % et l’archipel des Açores 5 %. Pour ce calcul, nous prenons comme unité territoriale le découpage historique des provinces portugaises. Conformément à la partition classique Nord-Sud du pays proposée par le grand géographe Orlando Ribeiro, nous incluons dans le Nord, les provinces du Minho, Douro, Trás-os-Montes e Alto Douro, Beira Alta, Beira Littoral, Beira Baixa et dans le Sud, les provinces du Ribatejo, d’Estrémadure, de l’Alto Alentejo, du Baixo Alentejo ainsi que de l’Algarve56. En dépit de l’inégale superficie des provinces rendant les comparaisons délicates à cette échelle, l’Estrémadure, comptant presque un quart des spectacles, arrive en tête.

92Pour ce qui est des jeux taurins populaires, nous disposons de trop rares données chiffrées pour présenter un bilan global satisfaisant. Au terme de notre enquête au Portugal, nous sommes néanmoins parvenus à la conviction qu’ils pouvaient être environ dix fois supérieurs au nombre de spectacles taurins officiellement enregistrés. Cette proportion témoigne sans doute autant du faible développement de la tauromachie professionnelle que de l’importance des jeux taurins populaires. Il y aurait ainsi autour de 3.000 spectacles taurins populaires par an au Portugal.

  • 57 L. Capucha, « Mosaico de las fiestas de toros en Portugal ».

93Nous avons souligné précédemment la diversité de ces jeux. Les travaux réalisés par Luís Capucha permettent une régionalisation relativement précise57. Au Nord, il existe de nombreux rituels faisant intervenir du bétail, mais ils prennent rarement la forme de jeux proprement tauromachiques. Les vacas de fuego du Douro Litoral ont les mêmes caractéristiques que les toros de fuego en France, réalisés avec de faux taureaux portés par des hommes. Il existe des cérémonies et des processions où les bovins interviennent comme élément du rituel, qu’ils soient bénis ou qu’ils prennent part au cortège, mais ils ne font pas l’objet de pratique tauromachique. De même, les chegas de bois du Barroso, conformément à notre définition préliminaire de la tauromachie, en sont exclues. Luís Capucha considère qu’il s’agit d’une zone où la référence aux bovins est principalement mythologique.

94En revanche, à la frontière entre l’Espagne et les provinces de Beira Alta et Beira Baixa, s’individualise un espace taurin d’une grande originalité, correspondant peu ou prou à la partie orientale de la Sierra da Estrela. C’est là, et nulle part ailleurs, qu’un groupe de villages organise les capeias raianas, parmi lesquels nous avons recensé les villages de Foios, Quadrazais, Soito, Alfaites, Aldeia do Bispo, Forcalhos, Lageosa, Aldeia Velha et Aldeia da Ponte. À Aldeia da Ponte, où se tient chaque année la finale opposant les différents villages, les habitants ont eux-mêmes financé l’arène et participé à sa construction.

Graphique 8. — Spectacles majeurs en Espagne et au Portugal (2000-2004)

Graphique 8. — Spectacles majeurs en Espagne et au Portugal (2000-2004)
  • 58 L. Capucha, « Mosaico de las fiestas de toros en Portugal ».

95Plus au Sud, le nombre de jeux taurins s’intensifie avec des spécificités locales qui témoignent d’une importante fragmentation des rituels. Les encerros se multiplient dans la partie centrale de la frontière. Les esperas gagnent en importance autour de Lisbonne et dans le Ribatejo où les champs et les espaces urbains sont proches. Ce type de jeu populaire est fréquent à Santarém, Azambuja, Arruda, Benavente, Cartaxo, Samora, Moita, Montijo, Alcochete, Vila Franca de Xira. Selon Luis Capucha, les touradas a la alentejana (lâchers individuels de bovins en lieu clos) sont présentes dans « tous les villages de l’Alentejo à de rares exceptions » et les pamplonas sont nombreuses dans une zone comprise entre Lisbonne et Mondugo58.

96Notons également l’existence de jeux taurins populaires suivis du sacrifice public du taureau. L’identité des municipalités concernées n’est pas révélée par l’auteur pour éviter leur éventuelle condamnation. Ces villages sont situés sur la rive gauche du Guadiana dans le Bas Alentejo. Le taureau est tué à l’aide d’un couteau, la choupa, après avoir été attaché à une corde et immobilisé contre une pierre de l’arène. L’animal est ensuite découpé et la viande vendue entre les habitants du village. Il convient de noter que Barrancos se situe précisément dans cette zone. La proximité géographique des rituels taurins, si l’on accepte de considérer qu’ils témoignent d’une signification sociale voisine, accrédite ici fortement la thèse de la dimension sacrificielle des courses de taureaux, même si d’autres éclairages complémentaires sont possibles.

97Enfin, en matière de jeux taurins populaires, nous ne pouvons omettre le développement très original des touradas à corda sur l’île Terceira aux Açores. En 2004, ont été programmées 254 touradas à corda réparties entre les deux unités territoriales de l’île : 146 dans le concelho de Angra do Heroismo et 108 dans celui de Praia à la faveur d’une constante émulation.

Faible hiérarchie et particularisme des arènes

98Il existe environ une centaine d’arènes en dur au Portugal. Nous en avons recensé 116, dont on ignore l’état pour une vingtaine d’entre elles et dont il ne fait aucun doute qu’une quinzaine est aujourd’hui détruite (voir annexe II). Sur cette centaine d’arènes en dur, 65 ont fonctionné en 2004, complétées par les quelque 74 communes qui ont eu recours à des arènes démontables. Ainsi cette année-là, 139 municipalités ont proposé un spectacle taurin. La proportion des arènes démontables utilisées au Portugal est plus forte qu’en Espagne. Le nombre de spectacles donnés dans des arènes en dur, demeure néanmoins légèrement supérieur à ceux donnés dans des arènes démontables. En effet, l’IGAC estime qu’en 2005, 60 % des spectacles se sont déroulés dans des arènes en dur. Les arènes démontables manifestent souvent un enracinement plus superficiel et plus irrégulier du spectacle taurin. Sur la période allant de 2001 à 2005, par rapport à 2003 qui est l’année de référence pour ce calcul, 70 communes supplémentaires ont eu recours à des arènes démontables pour programmer au moins un spectacle. Il existe donc un volet important de communes pour lesquelles le jour de taureau ne s’inscrit pas dans une régularité annuelle et demeure tout à fait exceptionnel. Cette observation contraste avec ce qui se passe en France où le renouvellement des villes taurines est très faible en raison des conditions légales d’autorisation des spectacles qui dépend de l’ancienneté locale de la tradition. C’est une différence fondamentale de l’organisation des espaces taurins entre la péninsule Ibérique et la France, évolutive au Sud des Pyrénées, figée au Nord.

99Au Portugal, la dichotomie entre un Sud taurin et un Nord qui l’est beaucoup moins, se voit matérialisée par le maillage et la hiérarchie des lieux de spectacles. Le règlement taurin portugais distingue des catégories d’arènes qui associent l’ancienneté de la tradition et le nombre de spectacles, de même qu’en Espagne. Les 3/4 des arènes de première et de deuxième catégories sont situées dans la moitié Sud du pays. Dans cette moitié Sud, les huit arènes de première catégorie sont regroupées dans seulement trois districts équivalant aux deux provinces historiques Ribatejo et Estrémadure situées dans l’orbite immédiate de la capitale. Cette zone peut être considérée comme le cœur de l’espace tauromachique portugais du point de vue des spectacles. Jusqu’à la réouverture des arènes de Lisbonne en 2007, l’armature taurine générale a été privée de sa tête pendant cinq ans. Malgré le retour de la tauromachie à Lisbonne après ce long intermède, les arènes de la capitale qui comptent aujourd’hui 11.000 places n’ont jamais été les plus grandes du Portugal. Les arènes de Santarém les dépassent avec 13.600 places. Par comparaison, rappelons qu’en Espagne, il existe une cinquantaine d’arènes de plus de 10.000 places alors qu’elles ne sont que deux au Portugal. Les nouvelles arènes de Lisbonne confirment néanmoins leur rang et restent une référence historique pour la tauromachie à cheval. Il est intéressant de constater que c’est un cavalier espagnol, Pablo Hermoso de Mendoza qui eut l’honneur d’inaugurer les nouvelles arènes, sans nul doute en raison de la suprématie sans frontière qu’il exerce depuis une dizaine d’années sur la discipline. Il était accompagné de deux matadors, l’Espagnol « El Juli », l’un des plus prestigieux toreros du moment et le Portugais Victor Mendes dont la carrière professionnelle a pris fin au milieu des années 1990. Cette course d’inauguration témoigne à elle seule d’une tauromachie portugaise placée sous le signe de la mixité. Elle révèle également, et c’est une hypothèse que nous vérifierons plus avant, que la culture taurine au Portugal véhicule un double sentiment identitaire, le premier fondé sur la revendication d’une identité nationale, le second fondé sur l’appartenance commune à la péninsule Ibérique, articulant ainsi une subtile dialectique entre frères ennemis et nations sœurs.

100Plus surprenant encore sont les résultats d’une analyse du nombre de spectacles par arène. On observe qu’avec seulement quatre spectacles dans l’année, une arène se classe dans les dix premières. Cela confirme le faible développement de la tauromachie professionnelle en comparaison des programmations en Espagne et même en France. Une dizaine d’arènes programme ensuite trois spectacles, vingt-cinq autres deux spectacles et 65 % des arènes offrent un seul et unique spectacle. La hiérarchie entre les arènes est donc faiblement développée et aucune arène ne propose de véritable saison tauromachique. Il existe une base très large de cités où la tauromachie n’a d’autre expression qu’une course annuelle, avec, on l’a vu, un renouvellement important des lieux de spectacles. En outre, les arènes qui proposent le plus de courses ne sont pas les plus grandes villes. Signe exemplaire d’un Nord faiblement taurin, la ville de Porto, malgré la construction de plusieurs arènes dans le dernier tiers du xixe siècle, ne programme plus de spectacles depuis le milieu du xxe siècle. À l’extrême sud du territoire, La Albufeira, en tête des statistiques, doit son record à la programmation estivale de courses de taureaux de piètre qualité à destination d’une importante clientèle touristique de passage en Algarve. Pour de nombreux aficionados portugais, les spectacles tauromachiques de l’Algarve sont une mise en scène folklorique de la tradition dénuée de toute dimension artistique. En cela, l’Algarve prolonge le chapelet discontinu d’arènes de plage qui court du Languedoc à l’Andalousie. Moita do Ribatejo s’affirme ensuite comme l’arène qui propose le plus de spectacles. On sait qu’elle est aussi celle où la tauromachie espagnole revêt une grande importance, de même qu’à Vila Franca de Xira qui se classe en quatrième position. Moita et Vila Franca de Xira sont deux petites villes voisines qui constituent des hauts lieux de la tauromachie au Portugal en général et de la tauromachie espagnole en particulier. Enfin, Angra de Heroismo sur l’île Terceira des Açores occupe la troisième place. Elle constitue un lieu taurin d’importance, insulaire et très excentré par rapport au reste du territoire national. Nombreux sont ainsi les lieux taurins d’importance à afficher de forts particularismes, qu’ils tiennent de leur situation, littorale et touristique, insulaire et distante, ou bien qu’ils se démarquent de la norme tauromachique nationale par un penchant affirmé pour la tauromachie espagnole.

101Pour nuancer la rigidité de l’opposition Nord-Sud de l’espace tauromachique portugais, remarquons le rôle tenu par les arènes démontables en grand nombre dans la moitié Nord du pays. Elles relativisent la domination méridionale de l’implantation des arènes en dur. Grâce aux arènes démontables, les provinces du Minho et du Trás-os-Montes, acquièrent quelque importance et comptent chaque année une vingtaine de lieux de spectacles pour une trame permanente composée de seulement deux arènes. Du point de vue de la répartition géographique, l’appellation traditionnelle qui désigne la tauromachie au Portugal sous les traits de la Fête Nationale, s’arroge une plus forte légitimité, même si, on l’aura compris, ce n’est pas de ce côté-là qu’il faut chercher les raisons de cet usage. La dichotomie Nord-Sud de l’espace taurin portugais se double d’un autre clivage qui oppose cette fois-ci le littoral et l’intérieur. En effet, depuis le Nord du Portugal jusqu’à l’embouchure du Tage, se succèdent des villes taurines d’importance telles que Viana do Costelo, Póvoa do Varzim, Figueira da Foz, Nazaré, au-delà desquelles cette opposition perd de sa lisibilité dès que l’on pénètre en Estrémadure où la densité des lieux taurins s’étoffe.

Lélevage brave comme gage d’intégration

102La participation la plus évidente du Portugal au fonctionnement de l’espace tauromachique européen repose en grande partie sur ses élevages de taureaux de combat, anciens et de très bonne réputation. Nombre d’entre eux rivalisent avec les meilleurs élevages espagnols, spécialement dans le domaine des taureaux « durs ». L’Association portugaise des éleveurs de taureaux de combat recense 94 élevages dont 26 sont également inscrits à la section portugaise de l’Unión de Criadores de Toros de Lidia. Ajoutons à cela les treize ganaderias de l’île Terceira qui fournissent le bétail pour les courses professionnelles et les touradas à corda.

  • 59 A. Piccamils Ruiz, Dietario taurino, p. 276 ; M. Lavie, Corridas en France 2004, p. 169.
  • 60 J. Durand, Libération, no 7502, jeudi 23 juin 2005, p. 31.

103L’image du « fleuve taurin » est souvent reprise à propos du Tage autour duquel se répartissent les élevages braves du Ribatejo, en particulier ceux de la plaine alluviale de la Léziria. Ici les hauts lieux de l’élevage brave sont les alentours de Vila Franca de Xira, d’Alenquer, de Samora Correia et de Coruche. Cette zone riche en élevages se poursuit dans les milieux de montado du Haut Alentejo, équivalent des montes adehesados espagnols, jusqu’à la frontière avec la province de Badajoz. Historiquement, certains élevages ont précocement été intégrés au marché espagnol, d’abord les Palha dès 1883, puis les Oliveiras Irmãos, les Murteira Grave ou les Passanha. Aujourd’hui vingt-six élevages font partie de la prestigieuse UCTL témoignant d’une bonne pénétration du marché taurin espagnol et français pour les meilleurs d’entre eux. Cependant pour l’année 2004, pas un élevage portugais ne se classe parmi les vingt élevages qui ont été les plus programmés en Espagne alors qu’en France, les Palha occupent la cinquième place59. Le fait que les taureaux s’exportent mieux en France qu’en Espagne tient tout autant du bon développement du marché torista en France que de la vive concurrence exercée en Espagne par les élevages du cru. Soulignons qu’au début du xxe siècle, les taureaux portugais s’exportaient mieux qu’aujourd’hui chez le voisin Ibérique. En 1920, en Espagne, 110 Palha ont été combattus, seul Miura faisait alors mieux avec 140 taureaux60. Ces chiffres confirment la transformation des corridas orientée vers une esthétisation des valeurs du toreo tendant à réduire la part des taureaux « durs » qui ne s’adaptent pas à la nouvelle donne du marché. Pour les Palha, cette tentative d’adaptation s’est traduite dans les années 1930 par un apport de sang neuf visant à « anoblir » ou « adoucir » la caste originelle des taureaux composée du patrimoine génétique des Concha y Sierra et des Miura. Malgré cette évolution, l’élevage conserve son nom qui a la saveur d’un grand cru à la redoutable réputation.

Notes

1 Nous avons utilisé quatre sources principales d’informations : les données de Mundotoro (société de journalisme spécialisée dans la corrida), celles de la CCNAT affiliée au ministère de l’Intérieur (Commission consultative nationale des affaires taurines), celles communiquées par José María Sotomayor (journaliste et documentaliste taurin) et celles des services responsables des jeux et des spectacles publics de chacune des Communautés autonomes.

2 Ministerio del Interior, Estadísticas de la Temporada 2003, p. 3.

3 L’élaboration de ce tableau a nécessité un travail de collecte d’information étalé sur plusieurs années auprès des services de chacune des Communautés autonomes en charge des spectacles taurins. Il a nécessité, en raison de séries incomplètes, un assemblage de données disparates qui, pour les jeux taurins populaires (festejos populares), n’a pu se faire qu’en complétant les données partielles de 2003 par des données de 2004.

4 La proportion a été vérifiée à l’aide du fichier papier exhaustif transmis par le service en charge des spectacles publics.

5 À l’époque de l’enquête, seules deux Communautés autonomes élaborent un véritable rapport statistique desynthèse sur lesspectacles taurins : l’Andalousie (Dirección General de Espectáculos Públicos y Juego de la Junta de Andalucía, Estadísticas taurinas de la Comunidad Autónoma de Andalucía) et la région de Madrid, par l’intermédiaire du Collège des vétérinaires (Colegio Oficial de Veterinarios de Madrid, Memoria espectáculos taurinos de la Comunidad de Madrid).

6 Pour l’année 2004, Mundotoro a recensé 1.967 courses. Sur la base des données recueillies auprès des Communautés autonomes, nous avons recensé un total de 1.935 spectacles majeurs. Précisons, au sujet des spectacles de rejoneo, que 142 ont été des spectacles de taureaux adultes et 218 des spectacles de novillos.

7 Á. Cervantes et J. E. Moreno, Las rutas del toro en Andalucía, p. 143. Ce travail complète une liste antérieure établie par Pedro Romero de Solís qui en dénombrait 158. P. Romero de Solís, « Las fiestas de toros en Andalucía ». Francisco López Izquierdo en 1993 en recensait 172. F. López Izquierdo, Fiesta Nacional.

8 Citons, parmi d’autres, un article érudit et richement illustré : A. Demas et J. Leccia, « Architecture et tauromachie ».

9 Témoignage recueilli à l’Albero après une corrida, sous la pluie, où la question des arènes couvertes est naturellement venue sur le comptoir.

10 F. López Izquierdo, Plazas Mayores y de toros.

11 Ibid., p. 9.

12 R. Aspiazu, Plazas de toros de Bizkaia ; N. Largo Aguado, Toros : Castilla - La Mancha ; A. Maestro Sanjuan, Las plazas de toros de Aragón ; F. J. Orgambides Gómez, Las plazas de toros en la provincia de Cádiz ; Á. Cervantes et J. E. Moreno, Las rutas del toro en Andalucía.

13 J. -B. Maudet, Pour une géographie de la « planète des taureaux » ; Id., « Les territoires de la planète des taureaux » ; Id., Géographie taurine du Sud-Ouest européen. Vérifications des arènes à partir du fonds de photographies aériennes de la Casa de Velázquez, complétées par des images satellitaires disponibles sur le site Internet : www.googlemap.es.

14 W. Cristaller, Die Zentralen Orte ; A. Lösch, Die raumlische Ordnung.

15 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, p. 80.

16 J. Bale, Sport and Place.

17 Sur ce sujet voir, « El valle del terror », 6 Toros 6, no 7, 1992, p. 12.

18 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 171.

19 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 166 ; J. Durand, Chroniques taurines, p. 129.

20 Despeñaperros est un défilé de la Sierra Morena qui permet de passer de l’Andalousie à la Castille et qui est devenu l’un des principaux marqueurs territoriaux pour situer l’Andalousie dans sa position méridionale par rapport au reste de l’Espagne.

21 Curro Romero (naissance : 1933 à Camas ; alternative : 1959 à Valence ; retraite : 2000).

22 Miura est un élevage fondé en 1842 et réputé pour le caractère dangereux de ses taureaux.

23 Parmi de nombreuses initiatives scientifiques qui s’intéressent aux taureaux de combats, citons les journées d’études organisées chaque année par l’université publique de Navarre à Pampelune.

24 MAPA (ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation).

25 Ministerio del Interior, Estadísticas de la Temporada 2003, p. 90.

26 A. L. López Martínez, Ganaderías de lidia y ganaderos, p. 63.

27 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 170.

28 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 14.

29 S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 169.

30 M. Grijalba et A. Purroy, « Estudio técnico-económico de las ganaderías », p. 39.

31 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 18.

32 I. Bardaji Azcárate, « La aplicación de la Política Agrícola Común en el ganado de lidia ».

33 L. Ruiz Abad, « La economía de las ganaderías de lidia », p. 30.

34 MAPA, 2004.

35 UCTL, chiffres de 2005.

36 C. Hernández Díaz-Ambrona, « Ecología del pastoreo con ganado de lidia », p. 128.

37 Pour la saison 2003, José María Sotomayor a recensé 161 spectacles majeurs quand Mundotoro en compte 159 et la revue Tendido, 151.

38 J. M. Sotomayor, Estadísticas taurinas.

39 Pour l’année 2004, Marc Lavie, co-fondateur de d’ATIDE (Asociación Taurina Internacional de Documentalistas y Estadísticos), recense 151 spectacles majeurs et 51 spectacles mineurs, soit un total de 202 spectacles taurins relevant de la tauromachie espagnole. M. Lavie, Corridas en France 2004.

40 Les données officielles de la FFCC comptabilisent 921 spectacles pour l’année 2004. Les données officielles de la FFCL comptabilisent 597 spectacles en 2006.

41 Sont comptabilisées les courses camarguaises comptant pour le trophée des As (122 en 2006) et les courses landaises comptant pour les challenges Landes-Béarn et Armagnac ainsi que les concours landais (154 courses formelles et 7 concours landais pour 2006).

42 La FFCL a enregistré, en 2006, 22 encierros répartis sur 15 communes.

43 G. Arnaud, Annuaire des arènes Provence-Languedoc.

44 CAUE des Landes, Arènes de la course landaise et de la corrida.

45 En 2005, 97 communes ont programmé au moins une course camarguaise.

46 M. Dauga, « L’âge d’or de la course landaise », p. 71.

47 CAUE des Landes, Arènes de la course landaise et de la corrida, p. 17.

48 On retrouve la même domination des élevages toristas pour les novilladas avec parmi les cinq élevages à avoir obtenu le plus de contrats : Fuente Ymbro, La Quinta et deux élevages français Gallon et Hubert Yonnet.

49 L’emploi du terme ayatollah n’est pas une liberté métaphorique de notre part, mais bien un terme souvent utilisé par les aficionados en question.

50 J. Deffontaines, Taureau de Camargue, p. 6.

51 Sur la famille Yonnet et leur rôle dans l’élevage des taureaux de combat depuis un siècle et demi voir la revue Toros, no 1663, 11 octobre 2001, pp. 1-7.

52 J. Deffontaines, Taureau de Camargue p. 16.

53 Conseil Economique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, p. 16.

54 Côté espagnol : 810 corridas formelles et 142 spectacles de rejoneo avec des taureaux ; côté portugais : 157 touradas ou corridas de toiros a portuguesa et 42 corridas de toiros a pé et corridas de toiros mistas incluant matador, cavaliers et forcados.

55 Cette évaluation tient compte des corridas à pied, des corridas mixtes ainsi que des novilladas et des festivals qui, sauf exception, sont aussi des spectacles mixtes.

56 O. Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico.

57 L. Capucha, « Mosaico de las fiestas de toros en Portugal ».

58 L. Capucha, « Mosaico de las fiestas de toros en Portugal ».

59 A. Piccamils Ruiz, Dietario taurino, p. 276 ; M. Lavie, Corridas en France 2004, p. 169.

60 J. Durand, Libération, no 7502, jeudi 23 juin 2005, p. 31.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. — Jeux et spectacles taurins en Espagne en 2003*
Légende * Donnée recueillie : chiffres en caractères romains ; donnée calculée : chiffres en caractères italiques ; donnée non détaillée : dnd.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Carte 2. — Spectacles taurins en Espagne (majeurs et mineurs), 2003
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Carte 3. — Spectacles taurins populaires en Espagne, 2003
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Carte 4. — Spectacles taurins majeurs en Espagne, 2003
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique 3. — Spectacles majeurs en 2004 (Espagne)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 4. — Encierros et vaquillas en Castille
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 5. — Encierros et vaquillas en Castille par province
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 49. — Plaza de toros de Chinchón. Arènes de Chinchón montées pour le spectacle. Balcons servant de loges aux couleurs de l’Espagne. Pavés recouverts de sable. Contre-piste envahie par le public adossé à la barrière (Chinchón, 2006, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Carte 5. — Tauromachies dans le Sud-Ouest européen
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Carte 6. — Plazas de toros en péninsule Ibérique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Carte 7. — Foyers denses de festejos populares
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Carte 8. — Fincas d’élevage brave en Espagne (2000)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Carte 9. — Élevages de taureaux de combat de l’UCTL (2005)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Carte 10. — Superficie des élevages braves de l’UCTL (2004)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique 6. — Spectacles majeurs en Espagne et en France (2003)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Carte 11. — Arènes de corridas et de courses landaises dans le Sud-Ouest français
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Carte 12. — Arènes de corridas et de courses camarguaises dans le Sud-Est français
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Graphique 7. — Spectacles taurins au Portugal (2004)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 8. — Spectacles majeurs en Espagne et au Portugal (2000-2004)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7730/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search