Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Deuxième partie. La configuration de l'espace tauromachique

Chapitre V. La formation de l’espace tauromachique

Texte intégral

1Il ne s’agit pas de retracer une à une les évolutions des pratiques taurines, mais de repérer les grandes étapes de formation de l’espace tauromachique. Pour les jeux taurins du Sud-Ouest européen, la documentation et les travaux sont nombreux si l’on tient compte à la fois des approches transversales, des études régionales et locales ainsi que des recherches monographiques sur tel ou tel type de fête ou de spectacle taurin. Pour les jeux taurins de l’Amérique latine, le terrain est immense et les travaux plus fragmentaires. En l’état actuel des recherches, les travaux sont mieux développés pour les pratiques perçues dans la continuité des pratiques tauromachiques du Vieux Continent et pour les rodéos d’Amérique du Nord (États-Unis et Mexique) que pour ceux d’Amérique du Sud. Nous pouvons fixer dès à présent un cadre historique général, permettant de clarifier, sur le temps long, les grandes étapes de la formation de l’espace tauromachique pris dans son ensemble.

  • 1 T. Hägerstrand, Innovation diffusion as a spatial process.
  • 2 T. Saint-Julien, « Diffusion spatiale ».

2Partons du principe général que la formation de cet espace relève d’une logique de diffusion spatiale des pratiques taurines qui ne suivent pas toutes la même chronologie, ni ne connaissent la même expansion. En France, la terminologie employée en géographie pour qualifier les processus de diffusion spatiale est largement inspirée des travaux de Torsten Hägerstrand des années 19501. La géographe Thérèse Saint-Julien propose une définition simple de la diffusion spatiale : « La notion de diffusion spatiale recouvre l’ensemble des processus qui concourent au déplacement, à la migration de l’innovation dans l’espace géographique et aux effets en retour que ces déplacements engendrent dans cet espace »2. La diffusion spatiale selon Härgerstrand met en évidence l’existence de régularités temporelles et géographiques dans les processus de diffusion des innovations qui sont particulièrement sensibles à la structure hiérarchique des systèmes de peuplement. La diffusion progresse généralement en suivant le sens descendant de la hiérarchie urbaine et elle peut être freinée, transformée ou arrêtée par des « barrières spatiales », c’est-à-dire des frontières physiques, étatiques, sociales, culturelles plus ou moins perméables. La diffusion qui correspond à la transmission et l’adoption progressive d’une innovation se réalise de trois façons, par « contagion » lorsqu’elle se déroule en continuité spatiale, par « extension » lorsqu’un centre est touché et qu’il permet une nouvelle contagion et par « relocalisation » lorsque des individus, ayant adopté l’innovation, se déplacent dans d’autres aires culturelles. Bien que les emprunts terminologiques réutilisés dans un autre contexte que celui de leur élaboration soient toujours à manier avec précaution, la portée des notions définies par Hägerstrand sont d’un intérêt certain pour présenter la formation de l’espace tauromachique. D’un point de vue théorique, Hägerstrand distingue quatre phases dans les processus de diffusion spatiale : « l’amorce de diffusion » à partir d’un foyer d’innovation, la phase dite « d’expansion », la phase de « condensation » et celle de « saturation ».

3Telle pourrait être décrite schématiquement la formation de l’espace tauromachique, à partir des grandes phases de la diffusion spatiale des innovations. Partons de l’idée que la véritable innovation en matière de pratiques taurines est l’apparition d’un spectacle moderne, codifié, réglé et payant, séparant les acteurs spécialistes des spectateurs, même si, comme on le développera, ce changement de nature du divertissement mérite discussion. Voici le scénario simplifié des différentes étapes de formation de l’espace tauromachique, que nous traitons ensuite séparément dans son cadre européen et américain :

  • « l’amorce de diffusion » est la phase durant laquelle les premiers centres adoptent l’innovation. Historiquement, le premier spectacle moderne est la corrida pédestre. Elle est souvent qualifiée de corrida moderne par les historiens, dont la codification est établie au xviiie siècle, en Basse Andalousie, même s’il existe alors d’autres creusets de décantation de la tauromachie, en particulier dans la région Basco-navarraise. Cette amorce de diffusion de la corrida moderne apparaît bien après l’épanouissement des courses de taureaux aristocratiques du xvie et xviie siècles, qui ont été exportées dans les grandes villes de l’administration coloniale (capitales des vice-royautés, des audiences et des capitaineries). Ces courses et le développement de l’élevage extensif de bovins font naître des jeux taurins de toutes natures, indépendants ou intégrés aux spectacles des élites urbaines ;

  • « la phase d’expansion » constitue le cœur du processus de diffusion par la conquête de nouveaux centres. Ces centres seraient d’abord les villes de la Basse Andalousie, par « contagion », puis rapidement Madrid et les grandes villes de la péninsule Ibérique, par « extension ». Le processus se poursuit de proche en proche, des grandes villes vers les moyennes, durant tout le xixe siècle jusqu’à s’imposer comme l’évidence d’un phénomène d’envergure nationale. La phase d’expansion se prolonge en Amérique, encore timidement au milieu du xixe siècle, puis de façon accélérée pendant les deux dernières décennies du siècle, en phase avec le premier grand âge d’or de la tauromachie moderne en Espagne. Mais, cette phase d’expansion est ralentie, puis stoppée par l’interdiction de sa pratique dans nombre de nouveaux États américains. Ces interdictions peuvent intervenir avant la diffusion de la corrida moderne (Chili, Argentine) ou après avoir connu des heures de gloire (Uruguay, Cuba). En France, l’expansion se prolonge par « contagion » frontalière et par « délocalisation » à l’initiative d’entrepreneurs de spectacles à la conquête d’un nouveau marché. Les deux dernières décennies du xixe siècle représentent également la principale phase d’expansion de la corrida, qui en retour contribue à moderniser les spectacles locaux : la course landaise et la course camarguaise ;

  • « la phase de condensation » correspond à un temps d’homogénéisation de l’espace et de réduction des contrastes régionaux. Cette phase s’installe dans le sillage de l’expansion de la fin du xixe siècle. Les pays d’Amérique adoptent les codes de la nouvelle tauromachie, éliminant progressivement de l’arène les particularismes encore nombreux qui marquent les courses de taureaux du xviiie siècle. Les particularismes qui survivent, quittent l’arène de la corrida moderne pour enrichir certaines formes de rodéos en gestation dans les grandes propriétés d’élevage de bovins. Les premiers rodéos modernes, pris au sens de spectacles commerciaux, apparaissent aux États-Unis à la fin du xixe siècle, dans un contexte de régression des rodéos utilitaires, liée aux progrès de la Révolution industrielle, notamment en matière de transport. En France, la « phase de condensation » stabilise la distribution des corridas au niveau des régions de vieilles traditions taurines que sont la Gascogne et la Camargue. Au Portugal, les interdictions de mise à mort publique des taureaux sont réitérées depuis le premier tiers du xixe siècle jusqu’en 1928. Elles créent l’existence d’une « barrière spatiale » qui entérine la bifurcation entre la corrida espagnole et la corrida portugaise ;

  • « la phase de saturation » correspond au ralentissement et à l’arrêt de la diffusion. Cette phase marquerait la stabilisation des frontières et des limites des terres de corridas qui depuis évoluent faiblement même si, dans le détail, il existe des recompositions non négligeables. C’est durant cette phase que la plupart des rodéos acquièrent une forme codifiée, puis se modernisent selon les modèles institutionnels du sport, bien que les chronologies soient très différentes d’un pays à l’autre, et s’étendent de la fin du xixe siècle à nos jours. Quoi qu’il en soit la phase d’expansion des rodéos, en tant que spectacle moderne, est un phénomène du xxe siècle, qui continue aujourd’hui à conquérir de nouveaux territoires, comme le montre la diffusion contemporaine du rodéo étasunien, au Mexique et au Brésil. La grande phase d’expansion de la corrida moderne est en revanche un phénomène de la fin du xixe siècle.

I. — LA FORMATION DE L’ESPACE TAUROMACHIQUE EUROPÉEN

4La charnière entre le dernier tiers du xixe siècle et le premier tiers du xxe siècle est une période fondamentale dans la stabilisation de l’espace tauromachique européen. Certes, il s’agit alors d’une géographie encore mouvante : certains spectacles sont déjà codifiés telles que la corrida espagnole et la corrida portugaise, d’autres n’ont pas tout à fait fini de l’être, telles que les courses landaises et camarguaises, d’autres encore n’existent toujours pas (les courses de recortadores), mais il s’agit de transformations et d’ajustements spatiaux dont les conditions sont alors largement établies.

  • 3 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 178.

5Dans son travail sur les tauromachies européennes, Frédéric Saumade a montré à partir d’une analyse structuraliste des formes et des techniques taurines que la diffusion de la corrida moderne a contribué à fixer les codes des autres spectacles tauromachiques par une « dynamique d’engendrement réciproque »3. Cette mise en relation des formes tauromachiques constitue, à nos yeux, une grille de lecture irremplaçable pour la compréhension générale de la formation de l’espace tauromachique européen. Conformément à une prise en compte élargie des pratiques tauromachiques qui tient au principe de notre définition préliminaire, nous reviendrons sur le problème des origines de la tauromachie et nous questionnerons l’innovation que constitue le spectacle tauromachique moderne. Nous retracerons ensuite les rythmes et les étapes de la diffusion de la corrida moderne, leurs conséquences sur la formation de l’espace tauromachique et sur la stabilisation d’une coexistence spatiale des jeux taurins.

Quelles sont les origines de la tauromachie ?

6Nous pensons que la difficulté de répondre à cette question repose paradoxalement sur la juxtaposition de deux très bonnes intuitions historiques. La première est d’inscrire la tauromachie dans une histoire longue des rapports entre les hommes et les bovins, avec les risques précédemment évoqués de forcer les traits de la continuité. La seconde est de considérer que dans l’histoire des spectacles, la tauromachie telle que nous la connaissons aujourd’hui apparaît à une période donnée comme un fait social radicalement nouveau, avec le risque de forcer les traits de la rupture.

  • 4 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 5.

7Au sujet de l’Espagne, la voie suivie par l’historien Bartolomé Bennassar est de considérer qu’il existe des « siècles obscurs » pour lesquels on ignore l’origine précise des jeux taurins, mais qu’à partir du xive et xve siècle, une « moisson documentaire » suffisante existe qui « atteste de manière incontestable, […] la rencontre entre les fêtes de toute sorte (cérémonies et fastes royaux, fêtes religieuses et votives) et les jeux ou les rites tauromachiques » permettant d’en retracer l’histoire de façon satisfaisante4. Dès le xve siècle nous savons que coexistent en Espagne une tauromachie chevaleresque dont les témoignages abondent et une tauromachie populaire à pied, parfaitement autonome, pour laquelle les données sont plus disparates.

8La tauromachie à cheval est organisée par la haute aristocratie et par les villes comme une grande parade ostentatoire de la noblesse en armes, à l’occasion de laquelle les chevaliers font étalage de leur vaillance et de leur richesse. Parmi ces villes, mentionnons Madrid qui célèbre des « corridas royales » et des « corridas de la ville » ainsi que Valladolid, Saragosse, Tolède Séville, Pampelune. D’un point de vue technique, la lanzada, le coup de lance porté à l’arrêt, est la technique la plus courante au xvie siècle. Les cavaliers sont accompagnés d’hommes à pied participant aux manœuvres et détournant l’attention du taureau, si leur maître venait à être désarçonné. Dans ce cas, pour venger l’affront, le taureau doit être tué à l’épée. Les taureaux se refusant au combat ont les tendons coupés et sont livrés aux chiens. La corrida équestre connaît elle-même des évolutions. La technique de la lanzada est supplantée par celle du rejón pratiquée en mouvement, plus apte à faire briller les qualités équestres du cavalier et dont s’inspire le travail actuel des rejoneadores. La technique est également adoptée au Portugal. Jusqu’au milieu du xviie siècle, la noblesse court les taureaux selon les mêmes règles de part et d’autre de la frontière. Les spécialistes s’accordent à considérer que la bifurcation commence avec la Restauration portugaise en 1648, qui met fin à soixante-dix années d’union dynastique. L’année 1648 n’est cependant qu’une date symbolique puisque la séparation des formes tauromachiques n’est pas consommée avant le premier tiers du xviiie siècle, au moment où émerge la tauromachie pédestre espagnole. Au-delà des frontières de la péninsule Ibérique, c’est cette tauromachie équestre qui est exportée en Amérique latine par la noblesse et pratiquée aux xvie et xviie siècles en Italie, à Rome, à Sienne et à Naples, introduite par les Borgia.

  • 5 Sur les hommes à pied (gardes, soldats, laquais) dans le toreo à cheval, voir A. Guillaume-Alonso, (...)
  • 6 Ibid., p. 161.

9La tauromachie pédestre de cette époque, pratiquée indépendamment du spectacle de la noblesse incluant des auxiliaires à pied, est moins bien connue. Les recherches menées par Araceli Guillaume-Alonso montrent que la tauromachie pédestre populaire n’est en aucun cas postérieure à la tauromachie équestre nobiliaire qui jouit tout simplement d’une meilleure visibilité dans les sources5. Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises les courses taurines populaires mentionnées dès le xie siècle en Estrémadure par Álvarez de Miranda. Selon le marquis de San Juan Piedras Albas, l’existence de professionnels rémunérés en Navarre, en la présence des matatoros chargés de mettre un terme au jeu sanguinaire en achevant l’animal, serait également repérable dès le xie siècle et totalement irréfutable à partir du xiiie siècle6. Quelle que soit l’ancienneté de ces pratiques, elles sont de toute évidence d’une très grande diversité, dans leur gestuelle, leur motivation et leur finalité : jeux taurins organisés lors des fêtes agricoles et religieuses, jeux taurins improvisés lors du passage des troupeaux près des lieux d’habitation jusqu’aux abattoirs.

  • 7 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 34.

10Ce qui est généralement considéré comme la première interdiction des jeux taurins date du Código de las Siete Partidas d’Alphonse X en 1263 qui frappe d’infamie, dans tout le royaume de Castille, le fait d’être rémunéré pour combattre des taureaux. D’un point de vue social, le loisir aristocratique qui est financièrement désintéressé ne tombe pas sous le coup de la condamnation, posant ainsi les bases de sa reconnaissance. Le caractère édifiant de la tauromachie chevaleresque dans le contexte de la Reconquête se voit renforcé par le rôle stratégique des troupeaux de bovins. En raison des déplacements fréquents de population, l’activité agricole est perturbée, conférant aux troupeaux de bovins une valeur inestimable pour nourrir les populations7. Combattre les taureaux, les chasser, les maîtriser assoit le pouvoir des seigneurs dans la sphère socio-économique la plus vitale.

  • 8 L. del Campo, Pamplona y toros.
  • 9 A. Guillaume-Alonso, La tauromaquia y su génesis, p. 166.
  • 10 Ibid., p. 170.

11D’un point de vue territorial le royaume de Navarre a longtemps gardé une part d’autonomie vis-à-vis de la Castille, ce qui pourrait expliquer le développement précoce d’un embryon de tauromachie professionnelle dans les contrées septentrionales, dont Pampelune constitue dès le xvie siècle un centre important8. De cette partition territoriale est née une première controverse historiographique autour de la formation de la corrida moderne, dont les uns affirment qu’elle a pour origine le Nord de l’Espagne, et les autres qu’elle est andalouse. Ainsi formulée, la controverse relève en partie d’une question mal posée, puisque la corrida moderne ne peut pas se limiter au seul statut professionnel des protagonistes. Ce qui est sûr, c’est que des toreros du Nord apparaissent dans les courses données à Madrid au xviie siècle au côté de toreros locaux. Au xvie siècle, à Pampelune, la mise à mort des bêtes dans les courses du Nord est loin d’être systématique, puisqu’il est prévu des soins pour une partie des taureaux, reconduits après la fête dans des pâturages à l’extérieur de la ville9. L’une des finalités essentielles de la course de taureaux en Navarre réside déjà dans le fait de jouer avec le taureau, de le courir, de le tromper, ce que confirmerait une appellation courante des protagonistes de l’époque sous le nom de corredor de toros (coureur de taureaux)10. La place croissante de la mise à mort des taureaux ne s’impose à Pampelune qu’à la fin du xviie siècle, sans doute en raison des interactions croissantes entre la tauromachie de la noblesse et la tauromachie plébéienne.

  • 11 A. García-Baquero González, « El macelo sevillano ».

12En Basse Andalousie, les preuves sont nombreuses pour pouvoir affirmer l’existence d’un autre foyer de codification de la tauromachie, parfaitement contemporain, qui pour la plupart des historiens est responsable des transformations décisives de la tauromachie du xvie et du xviie siècle vers la corrida moderne. Les travaux de l’historien Antonio García-Baquero ont mis en lumière une pratique de la tauromachie à pied comme spectacle dans les abattoirs de Séville, dès la deuxième moitié du xvie siècle11. Les toitures des abattoirs servaient alors de gradins improvisés et exigeaient de fréquentes réparations, et cela malgré les interdictions, fréquemment réitérées par les autorités, de toréer dans ces lieux. Les premiers toreros des arènes de la Maestranza de Séville au xviiie siècle seront issus des abattoirs du quartier de San Bernardo.

  • 12 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques ».
  • 13 P. Berdoues, Histoire de la tauromachie à Toulouse ; J.-P. Darracq, Histoire taurine de Vic-Fezensa (...)
  • 14 A. Lafront, Histoire de la tauromachie à Bordeaux, p. 9.

13Une chronologie comparable peut être établie pour les jeux taurins en France, ou plutôt dans les régions du Sud de la France où l’on avait la quasi-certitude de trouver dans les archives les preuves de leur ancienne existence. L’étude critique de l’histoire de la course camarguaise et de ses sources menées par Évelyne Duret en vient à la conclusion qu’il y aurait un grand intérêt à « prendre comme champ d’investigation une zone plus large que l’aire géographique de la course camarguaise »12. Nous avons précédemment signalé l’existence de jeux taurins en divers lieux européens qui se sont maintenus jusqu’au xixe siècle, fréquemment en lien avec l’activité des abattoirs, lieu charnière entre le monde agricole et le monde urbain. Nombreuses sont les monographies sur les villes taurines françaises réalisées par l’Union des bibliophiles taurins de France qui mentionnent, sous l’Ancien Régime l’existence de jeux taurins dans les foires ou à proximité des abattoirs : Marseille, Bordeaux, Toulouse, Paris, Arles, Nîmes, Bayonne13. À Bordeaux, un arrêté est pris en 1565 interdisant aux bouchers de faire courir les bœufs et les vaches à travers la ville14.

  • 15 L.-G. Lacroix, Histoire de la tauromachie en Arles, p. 24.
  • 16 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 63.

14En Camargue, les plus anciennes mentions font état de jeux taurins à Arles, dès le xiie ou le xiiie siècle, lors de la foire qui se tenait la veille de la Pentecôte15. Les mentions de jeux taurins sont fréquentes pour Arles et la Camargue dès le xvie siècle, se multiplient dans la région de Nîmes et les bourgs du Gard méridional à partir du xviiie siècle et s’étendent à Avignon et ses environs au xixe siècle16. Les historiens s’accordent à considérer que les jeux sont nés sur place, dans les campagnes aux alentours d’Arles, en lien avec la présence des bovins élevés au xiiie siècle en nombre important. Dès le Moyen Âge, ces jeux débordent le cadre des cours de mas ruraux et sont pratiqués dans les rues de petites villes proches lors des fêtes locales ou pour célébrer la visite de hauts personnages. L’exemple le plus fameux est la course de taureaux donnée en 1564, lors du tour de France du jeune Charles IX et de Catherine de Médicis.

  • 17 M. Laforcade, La tauromachie dans le Sud-Ouest de la France, pp. 36-40.
  • 18 J. -Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 17. Les auteurs précisent que (...)

15Dans le Sud-Ouest, la plus ancienne mention de jeux taurins est celle découverte par Claude Pelletier dans les archives de Bayonne datant de 1289, qui interdit aux bouchers de lâcher les bêtes dans la ville pour les faire courir. De même, les témoignages abondent dans les sources à partir du xvie siècle concernant de nombreuses courses de vaches, bœufs et taureaux lors des fêtes patronales ou de l’envoi des animaux à l’abattoir (Bazas, Saint-Sever, Mont-de-Marsan, Bayonne, Dax, Salies-de-Béarn)17. Les troupeaux de bovins des marais landais auraient fourni une partie du bétail pour la boucherie et les jeux taurins, en particulier les vaches à demi-sauvages, dites « marines », de la zone côtière des Landes de Gascogne qui furent ensuite croisées avec les bazadaises18.

  • 19 A. Lafront, Histoire de la corrida en France, p. 8.

16Dans la France de l’Ancien Régime, les mesures d’interdiction des jeux taurins prennent de l’ampleur à partir du xviie siècle. À la demande du parlement de Bordeaux impuissant à faire interdire les courses de taureaux à Bazas, Louis XIII les condamne par lettres patentes. Louis XIV en 1648 abolit solennellement toutes les courses dans le diocèse d’Aire où sont visées les courses de Montde-Marsan, Saint-Sever, Montaut, Hagetmau, Grenade, Cazères, Castandet. Ces interdictions se poursuivent sous Louis XV qui finit par concéder en 1757 une ordonnance royale autorisant les courses à la seule condition qu’elles aient lieu hors des agglomérations, dans des espaces clos par des barrières. Le maréchal duc de Richelieu, gouverneur militaire de Guyenne, revient sur cette ordonnance en tentant de faire disparaître tout type de courses à partir de 1766, avant de céder sept ans plus tard, en reconnaissant ne pas pouvoir lutter contre « le goût dominant et si général des peuples d’Armagnac » pour les courses19. Dans le Sud-Est, se déroule un scénario équivalent, Louis XIV interdit les courses à Beaucaire en 1655, à la suite d’une plainte déposée par les Capucins. À Arles, sans davantage de succès, un arrêté du Parlement interdit en 1722 les courses improvisées par la foule sur le passage des bêtes vers les abattoirs, à la demande de la Ferme de la boucherie qui se plaint de l’état dans lequel se trouve le bétail à l’arrivée. Il semble bien que les valeurs absolutistes françaises de réduction à l’obéissance échouent à supprimer ces particularismes locaux.

  • 20 É. Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe, p. 135.

17Si nous rappelons ces aspects bien connus des historiens spécialistes de la question, c’est pour prévenir les excès qui consisteraient, sous prétexte que la corrida moderne est un phénomène social nouveau, à faire débuter l’histoire de la tauromachie au xviiie siècle. Qu’il n’y ait pas de méprise, ici ne sont pas visés les auteurs à qui l’on doit précisément la mise en valeur d’une rupture importante dans l’histoire des spectacles, rupture jusqu’alors insuffisamment lisible, mais les écrits qui font démarrer l’histoire de la corrida en France au xviiie voire au xixe siècle, sans mise en contexte rigoureuse. Sur ce point, l’ouvrage d’Élisabeth Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe du xviiie siècle au xxie siècle, malgré l’abondance des sources utilisées, nous semble offrir une perspective historique très contestable. L’auteur considère en effet que l’implantation de la corrida en France s’est faite dans le cadre d’une « longue hostilité méridionale à la corrida (1853-1894) ». À aucun moment elle ne prend au sérieux l’hypothèse selon laquelle l’existence d’une passion taurine préexistante ait pu favoriser l’implantation de la corrida dans le Sud de la France même si les jeux taurins autochtones et la course espagnole ont pu être en concurrence20. Or il semble bien que la corrida n’aurait pu s’implanter durablement en France sans la présence de ces jeux taurins.

Le spectacle tauromachique comme innovation

  • 21 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 82.

18Tous les historiens s’accordent aujourd’hui à considérer que la corrida moderne, dans l’histoire des jeux taurins, correspond à une transformation sociale importante. La Basse Andalousie du xviiie siècle et en particulier Séville ont joué un rôle crucial dans cette histoire, tant du point de vue de la définition des techniques que du point de vue d’une conception d’ensemble de la fête taurine. Les auteurs du livre Sevilla y la fiesta de los toros affirment « qu’au cours des vingt années qui vont de 1730 à 1750, Séville assista dans son arène de la Maestranza au développement complet du processus d’invention des corridas modernes »21. On retrouve à l’origine de cette évolution la convergence de deux facteurs favorables : l’existence d’un vivier d’hommes expérimentés dans le maniement du bétail issu des abattoirs sévillans et le privilège d’organiser des corridas à buts caritatifs, accordé en 1729 par Philippe V à la Maîtrise royale de cavalerie de Séville (Real Maestranza de Caballería de Sevilla).

  • 22 A. Guillaume-Alonso, « Toros y sociedad », p. 125.
  • 23 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 74.

19À la suite de la guerre de Succession, avec l’arrivée sur le trône d’Espagne d’un Bourbon peu intéressé au début de son règne par les courses de taureaux, la noblesse finit de s’éloigner de la pratique du toreo à cheval, qui, déjà en déclin, ne fait que décroître encore tout au long du xviiie siècle. Comme le remarque Araceli Guillaume-Alonso, par un nouvel éclairage, il ne faudrait pas oublier que pendant le règne précédent, celui de Philippe IV, en raison des nombreux combats livrés sur le champ de bataille européen, les chevaux deviennent une denrée rare, ce qui explique aussi que les nobles prennent moins volontiers le risque de les perdre pour des jeux taurins22. Pourtant, les hommes à cheval ne disparaissent pas de la piste. Ils sont remplacés par les varilargueros, des cavaliers issus des travailleurs du bétail au service de la noblesse, qui deviennent pour un temps les nouveaux héros des courses de taureaux. Ils n’occupent pas longtemps les devants de la scène, puisqu’à la fin des années 1730, dans ce qui était alors appelé la corrida de varilargueros, la mise à mort à pied était déjà devenue l’événement dramatique fondamental de la cérémonie23. Le surnom de celui qui passe pour avoir inventé la technique de mise à mort dite du volapié, Juan Rodríguez « Costillares » (de costillas : côtelettes), fait clairement allusion à la corporation professionnelle dont nombre de toreros sont issus.

  • 24 G. Boto-Arnau, « Cádiz y la aparición del toreo moderno ».
  • 25 L. del Rey, « Los festejos taurinos ».
  • 26 R. Cabrera Bonet, « Transformación y continuidad del espectáculo taurino madrileño » ; A. Shubert, (...)

20Malgré son rôle indéniable, Séville ne peut pas être considérée comme le seul laboratoire de codification de la corrida moderne, ni même peut-être comme le premier. Rappelons d’abord que la Maestranza de Ronda bénéficie d’un privilège identique en 1739, soit dix ans après, et joue au milieu du siècle un rôle équivalent. Ronda revendique fièrement son statut de berceau de la tauromachie moderne avec comme argument des plus convaincants d’abriter alors la célèbre dynastie des Romero qui commence avec Francisco (1700-1763), le grand père de Pedro Romero, à qui la tradition attribue souvent le privilège d’avoir le premier utilisé la muleta et l’épée pour tuer les taureaux en piste. Selon les recherches récentes de Guillermo Boto Arnau, c’est Cadix qui devrait être considérée comme le premier centre d’invention de la corrida à pied, près d’un quart de siècle avant Séville24. Pour montrer le rôle de Cadix dans la formation de la tauromachie moderne et son antériorité sur Séville, l’auteur s’appuie sur le nombre de courses qu’on y célèbre, en particulier pour financer la construction des remparts, et sur le nombre de toreros d’origine gaditane au milieu du xviiie siècle. Hors de l’Andalousie, il est avéré que d’autres villes jouent en parallèle un rôle important, telles que Pampelune et Bilbao où l’on observe, dès le début des années 1730, la performance de cuadrillas à pied25. À la fin des années 1730, à Madrid et à Valence, l’organisation des spectacles taurins est confiée aux hôpitaux et aux institutions de bienfaisance26. Nous sommes donc dans la première phase d’une innovation qui se crée à partir de foyers multiples en cours d’éclosion. Jusqu’à la fin du siècle, on peut considérer qu’il existe deux zones principales à l’intérieur desquelles les échanges et les contacts se multiplient : une zone méridionale andalouse où s’affirment les arènes de Séville, Cadix, Ronda, Cordoue, Grenade, Málaga et une zone plus septentrionale où s’affirment les arènes de Madrid, Salamanque, Valence, Saragosse, Pampelune, Bilbao. Ce clivage reprend une délimitation bien connue des aficionados qui sépare l’Espagne, à partir de Despeñaperros, en deux régions taurines. À la fin du siècle, toutes ces arènes sont plus ou moins acquises aux normes tauromachiques andalouses qui définissent les principales techniques et mettent en ordre le spectacle : il est organisé en trois tiers de cinq minutes chacun, le protagoniste central est le torero à pied qui met à mort le taureau, le travail des picadors héritiers des varilargueros et le travail des banderilleros lui sont subordonnés, enfin cape, pique à cheval, banderilles, muleta, épée deviennent les seuls instruments utilisés. Un texte confirme ces avancées : La Tauromachie ou l’Art de toréer de Pepe Illo, publié en 1796, qui entend en exposer les règles et les suertes (techniques et gestes). Au cours de cette évolution, par sa position géographique et son rôle de capitale, il est difficile de ne pas faire de Madrid une charnière centrale de la modernisation du spectacle, et de la confrontation des styles régionaux. Parfois mise en retrait des histoires taurines attentives à souligner la part des codifications régionales, c’est bien Madrid qui entérine les évolutions majeures et consacre les normes pour l’ensemble du territoire.

21Dans ce processus, la véritable innovation sociologique réside dans la dimension commerciale acquise par les spectacles taurins. L’apparition des arènes permanentes, spécifiquement construites pour le spectacle taurin, marque une étape décisive de ce processus. La professionnalisation des toreros légitime la séparation des acteurs et des spectateurs. Même si la police montée est encore chargée de dégager la piste occupée par la foule, l’intervention spontanée du public, qui plonge ses racines dans les jeux taurins populaires, est progressivement reléguée à une partie finale séparée du spectacle. Le divertissement taurin a changé de nature, il est différent des fêtes taurines de la noblesse qui sont cependant encore célébrées occasionnellement jusqu’au début du xxe siècle, et différent des fêtes taurines où la foule en piste joue un rôle important.

  • 27 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 35.

22On considère généralement que les premières arènes sont en bois, de forme rectangulaire, inspirées des places urbaines de la Renaissance où se déroulaient les corridas chevaleresques, puis s’arrondissent au milieu du xviiie siècle, pour atteindre la forme circulaire des plazas de toros que nous connaissons aujourd’hui et qui consacrent l’autonomie du spectacle. Les premières arènes en bois construites par la Maestranza en 1733 sur le mont Baratillo sont en effet rectangulaires, ensuite remplacées sur le même site par des arènes rondes. Dans le détail, il y aurait probablement des ajustements à apporter à cette évolution générale, car les plus anciennes arènes circulaires, en ouvrage de maçonnerie, sont celles relativement modestes de Béjar dans la province de Salamanque, construites en 1711 et celles, également circulaires, de Campofrío (Huelva), construites en 1718. Avant que ne s’affirment définitivement les édifices circulaires autonomes et spécifiquement bâtis pour le spectacle taurin, sont construits des places mixtes d’habitation et de spectacle, de forme polygonale, qui témoignent d’une transition architecturale d’une grande valeur patrimoniale : les arènes hexagonales d’Almadén (Ciudad Real) édifiées en 1752, celles octogonales de La Carolina (Jaén) en 1767. Les premières grandes arènes permanentes sont celles de Madrid édifiées en 1749, possédant encore des parties en bois, celles de Séville dont les travaux commencent en 1759, celles de Saragosse en 1764, de Ronda en 1785, d’Aranjuez en 1797. Notre travail de recensement des arènes en Espagne permet d’établir qu’une vingtaine d’arènes, en ouvrage de maçonnerie, ont été construites avant 1800. À cette même époque des éleveurs de bovins commencent à se spécialiser afin d’approvisionner les spectacles en bétail. Comme nous l’avons souligné précédemment, ce sont les castes de la Basse Andalousie qui finissent par s’imposer au fur et à mesure de la professionnalisation du spectacle taurin. Selon Bartolomé Bennassar, le prix des taureaux de combat entre 1730 et 1800 a été multiplié en moyenne par six, alors que celui des produits agro-pastoraux a été multiplié par deux27.

  • 28 A. Shubert, « El toreo en la historia española », p. 25.
  • 29 Ibid., p. 10.

23Au tournant du siècle, il ne fait plus aucun doute que tous les éléments du spectacle moderne sont réunis. Il s’agit d’un divertissement payant, aux codes définis, qui se déroule dans un lieu scénique spécifique. Pour l’historien Adrian Shubert, à qui l’on doit une étude détaillée de l’histoire sociale de la tauromachie en Espagne, il se pourrait bien que la corrida fût le premier divertissement commercial de l’Occident, qui annonce les grands loisirs de masse avec près d’un siècle d’avance28. Selon l’auteur, « ses équivalents étrangers sont le baseball professionnel aux États-Unis ainsi que le football et le criquet en Grande-Bretagne qui apparaissent dans les années 1870, un siècle après que la tauromachie est déjà fermement établie en Espagne »29.

Graphique 1. — Construction des arènes en Espagne

Graphique 1. — Construction des arènes en Espagne
  • 30 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. IV, p. 35.

24Au Portugal, à partir du milieu du xviiie siècle, l’épointage des cornes permettant de limiter les accidents se généralise. L’historiographie portugaise rapporte que le public semble progressivement préférer la technique des cavaliers portugais qui protègent leur monture à celle des varilargueros, puis des picadors où les chevaux sont éventrés30. À la codification de Pepe-Illo pour la tauromachie pédestre espagnole répond celle du marquis de Marialva pour la tauromachie équestre portugaise. À cette époque, il n’y a aucune restriction à la mise à mort des taureaux.

  • 31 F. Saumade, Des sauvages en Occident, p. 227.
  • 32 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 61.
  • 33 J.-Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 16.
  • 34 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 10.
  • 35 M. Dauga et J.-Y. Puyo, « Les écarteurs landais entre mythe et réalité », p. 192.

25En France, ni la course landaise, ni la course camarguaise, ne possèdent alors les caractéristiques d’un spectacle moderne. Les éléments de modernisation du xviiie siècle sont dus aux conséquences des réglementations qui essayent d’imposer que les jeux se déroulent dans des enclos dissociés des places publiques et situés à l’extérieur des agglomérations. Cette transformation suffit néanmoins à faire quelque peu évoluer les pratiques. Dans le Sud-Est, la cocarde est intégrée aux jeux taurins lors des fêtes révolutionnaires31. Les cirques romains de Nîmes et d’Arles sont respectivement déblayés de leurs habitations en 1812-1813 et entre 1825 et 1837, pouvant dès lors accueillir des courses32. Beaucaire construit des arènes en 1818. Dans le Sud-Ouest, Dax construit dès 1784 des arènes permanentes33. De plus, les techniques s’affinent par la généralisation des pistes fermées et le terme « écarteurs », pour désigner les protagonistes du jeu, apparaît dès le Premier Empire34. La corde qui n’est pas alors systématique apparaît au xviiie siècle35. Cela n’empêche en rien les jeux taurins participatifs de toutes sortes d’avoir encore lieu au cœur du tissu urbain. Il faut attendre le xixe siècle et la diffusion en France de la corrida moderne pour que ces évolutions s’accélèrent.

La diffusion de la corrida moderne

a) La diffusion en Espagne

  • 36 P. Plasencia, La fiesta de los toros, pp. 16-17.
  • 37 J. -F. Batté, Politique et tauromachie, p. 18.
  • 38 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 19.

26Au début du xixe siècle, de nombreux événements freinent l’expansion territoriale du nouveau spectacle qui se trouve en réalité dans une situation critique jusqu’au début des années 1830. D’une part, la génération des grandes figures pionnières de la tauromachie moderne, Pedro Romero, « Costillares » et « Pepe Illo » disparaît avec le xviiie siècle finissant. D’autre part, en 1805 est entérinée par le Conseil de Castille l’une des tentatives d’interdiction des jeux taurins les plus importantes depuis la bulle papale De Salute Gregis Dominici prononcée par Pie V en 1567. Carlos IV dans la Novísima Recopilación reprend les mesures prises par son père Carlos III dans la Pragmática Sanción de 1785 qui, en n’interdisant que partiellement les jeux taurins, s’étaient révélées inefficaces36. En dépit de cette interdiction, les corridas se maintiennent en Andalousie plus éloignée du pouvoir central, ce qui contribue, au moins en partie, à favoriser la décantation des normes méridionales par rapport aux autres styles régionaux. L’ironie de l’histoire veut qu’après l’invasion napoléonienne ce soit un roi français, en la personne de José Bonaparte, le frère de Napoléon, qui autorise à nouveau les courses de taureaux. Après avoir assisté à une course de taureau au Puerto de Santa María, il organise la reconstruction d’une arène à Madrid, financée par la mairie au titre pompeux des « Accords de Madrid du 28 avril », pour la célébration d’une corrida le 14 mai 181137. Après la Restauration de 1814, les milieux favorables aux courses de taureaux obtiennent du roi Ferdinand VII une ordonnance créant, en 1830, la première école de tauromachie à Séville. Malgré sa fermeture trois ans après, cette école permit de former une nouvelle génération de toreros dont Francisco Montes « Paquiro » à qui l’on doit la deuxième grande Tauromaquia. À travers ce texte, « Paquiro » passe pour le codificateur presque définitif de la corrida dont les modalités sont détaillées depuis l’habit de lumière jusqu’à la construction optimale des arènes. Dans cette période troublée par la première guerre Carliste, plusieurs villes du Nord, situées dans la région la plus affectée par le conflit, Bilbao, Pampelune, Saragosse, ne programment des courses de taureaux que très irrégulièrement38.

  • 39 A. Shubert, A las cinco de la tarde, p. 80.

27De nombreux critères sont réunis pour que la phase d’expansion de la corrida moderne confirme le poids des acteurs andalous. D’après les calculs d’Adrien Shubert, plus de 80 % des toreros nés avant 1815, dont on connaît le lieu de naissance, sont issus des provinces andalouses39. Le graphique 2 permet d’apprécier l’accélération de la diffusion spatiale du spectacle moderne à travers le nombre d’arènes construites, qui décolle à partir des années 1840.

Graphique 2. — Évolution du nombre d’arènes en Espagne

Graphique 2. — Évolution du nombre d’arènes en Espagne
  • 40 Ibid., p. 80.
  • 41 J. -F. Batté, Politique et tauromachie, p. 58.

28Les arènes demeurent pour nous le meilleur marqueur matériel du processus de diffusion spatiale de la corrida moderne. Si nos recherches contribuent à mieux cerner l’histoire de la tauromachie en Espagne, c’est bien à travers l’élaboration d’un recensement précis des arènes, permettant d’apprécier les rythmes de formation de l’espace tauromachique du xviiie siècle à nos jours. La construction des arènes s’accélère encore à partir des années 1880 où la majorité des grandes villes d’Espagne se dotent d’arènes permanentes dont les plus importantes dépassent désormais fréquemment le seuil des 10.000 places. À cette densification de la trame taurine, correspond une diminution du nombre des toreros d’origine andalouse, qui montre l’épanouissement d’un divertissement d’envergure nationale sur un plan territorial, réalité plus tangible que l’appellation controversée de fiesta nacional. Cela étant, la part des acteurs andalous demeure forte. En effet, plus de 45 % des toreros nés entre 1875 de 1895 sont encore d’origine andalouse et 15 % d’origine sévillane40. De 1860 à 1895, le nombre de corridas par an passe de 400 à 700. Tous les spécialistes se rejoignent pour faire de la période qui va de la fin des années 1860 au milieu des années 1885 un premier âge d’or de la tauromachie auquel les toreros Lagartijo et Frascuelo prennent une part active. Contrairement à une idée reçue, le tourisme constitue dès la fin du xixe siècle une composante importante de l’extension de la tauromachie. La construction du réseau ferré augmente l’aire d’attraction des courses de taureaux autour des principales villes desservies et fait le succès des grandes arènes. À cette époque, nombre d’entre elles sont d’ailleurs construites sur des terrains à proximité des gares, ce que l’on peut encore observer à Bilbao ou à Valence. À partir des années 1860, les compagnies ferroviaires affrètent spécialement des trains lors des principales férias, les revues taurines se développent, les publicités exploitent largement l’iconographie et la rhétorique des corridas. Dans cette phase d’expansion des corridas, beaucoup réclament l’abolition des courses de taureaux, question qui, à de nombreuses reprises, est débattue par le pouvoir législatif. En 1876, le marquis de San Carlos, cherchant une voie progressive à leur disparition, proposa dans un premier temps d’interdire la construction de nouvelles arènes, le temps de trouver des mesures transitoires vers la suppression définitive de la tauromachie. Devant la résistance des défenseurs de la tauromachie, il pouvait encore déclarer : « En 1875, 101 arènes étaient en activité ; il me semble que ce chiffre est suffisant pour que les aficionados puissent rendre un culte à leur spectacle favori. En outre, évitons que ce genre de spectacles se propage dans les provinces où il n’a pas encore pénétré »41. En 1900, un quart de siècle plus tard, le nombre de ces arènes a doublé et il n’y a guère que la Galice qui reste en marge de ce processus.

29En cette fin de siècle, la tauromachie est devenue un spectacle de masse, et partage la société entre ses inconditionnels et ses détracteurs pour qui la corrida cumule les vices et les retards d’une nation décadente. Elle semble avoir gagné la faveur des masses, alors qu’elle scandalise une partie des élites éclairées qui dénoncent l’immoralité d’un spectacle donnant libre cours à la contestation de l’autorité, qui incite à la promiscuité des deux sexes et qui encourage l’expression des bas instincts. En outre, le spectacle est accusé d’appauvrir l’économie agricole, de retarder l’industrialisation et de donner une image archaïque de l’Espagne en Europe. Cependant, on remarque qu’aucun projet d’interdiction n’a longtemps résisté à l’engouement populaire ou à l’intérêt politique d’y céder, en ce siècle finissant où les masses s’affirment comme un acteur social de premier plan.

b) La diffusion hors des frontières espagnoles

  • 42 S. Carvalho, « As tradiçoes, as leis e a constituição deveriam ser para manter e cumprir ».

30La diffusion de la corrida espagnole hors de ses frontières nationales est freinée au Portugal par les premiers interdits concernant les pratiques taurines. En 1836, l’année où Montes publie en Espagne sa Tauromaquia, un décret royal interdit au Portugal les spectacles taurins, et non la mise à mort comme cela est souvent répété chez ceux qui entendent démarquer le plus tôt possible les spécificités de la tauromachie portugaise par rapport à la tauromachie espagnole. Le décret souligne que les corridas sont « un spectacle barbare et impropre des nations civilisées » et entend supprimer ce qui « empêche et retarde le perfectionnement moral de la nation portugaise »42. Ce décret du 19 septembre 1836 est révoqué en juin 1837 par une loi sur les spectacles publics autorisant les courses de taureaux, mais les soumettant à un contrôle étatique. Dès le milieu du siècle, l’habitude est prise d’embouler les cornes et de garder les taureaux pour plusieurs courses, ce qui ne rend plus leur mise à mort systématique. Ces évolutions divergentes par rapport à la norme espagnole participent néanmoins du développement de la tauromachie en tant que spectacle moderne, comme en témoigne la construction de nombreuses arènes dans les années 1890. En effet, plus de la moitié des arènes existant en 1900 ont été construites durant la dernière décennie du siècle (voir annexe II). À l’image de Lagartijo et Frascuelo en Espagne, Victorino Froes devient en cette fin de siècle, le cavalier emblématique de la consécration populaire du spectacle et de sa formalisation classique. En outre, l’emboulement des cornes en vue de civiliser le spectacle favorise l’affirmation de la tauromachie pédestre des forcados, fondée sur le corps à corps.

  • 43 A. Lafront, Histoire de la corrida en France, pp. 18-19.

31En France, si l’on excepte le précèdent de la course « à la mode d’Espagne » organisée en 1701 à Bayonne en l’honneur du futur roi Philippe V, l’histoire de la corrida espagnole commence au début des années 1850. Les premières corridas intégrales ont eu lieu, dans cette même ville, les 21, 22 et 24 août 1853, dans le quartier Saint-Esprit qui, étant situé sur la rive droite de l’Adour, dépend à cette époque du département des Landes. Ces premières courses déplacent la presse parisienne qui couvre l’événement. Il convient d’être précis sur les conditions d’apparition de la corrida espagnole en France, tant les interprétations simplistes déforment les faits. Le quartier Saint-Esprit organisait déjà depuis de nombreuses années des courses de taureaux pour ses fêtes et en 1852, pour la première fois une équipe de toreros espagnols venus de Guipúzcoa alterna avec les représentants habituels du jeu landais43. Ces courses sont qualifiées d’hispano-landaises et connaissent un certain succès pendant près d’un demi-siècle. Cette même année 1852, de nouvelles courses identiques sont programmées, cette fois conclues par la mise à mort de six taureaux. Animée par l’ambition de mieux faire l’année suivante, la commission des fêtes de Saint-Esprit traite avec un imprésario navarrais lui accordant d’organiser des courses moyennant une redevance. À peine l’accord signé, le Ministre interdit les courses. Le conseil municipal envoie, contre l’avis du préfet, deux délégués à Paris pour solliciter le retrait de cette mesure. Sans qu’on puisse le prouver ni le démentir, il est probable que le Ministre se laissa infléchir, pensant être agréable à la nouvelle impératrice Eugénie de Montijo, en accordant finalement une autorisation de dix ans. La famille impériale, qui choisit Biarritz comme résidence d’été, assista aux corridas en 1856 et 1857 et d’une manière générale contribua, pendant le Second Empire, à rendre l’Espagne à la mode.

32En 1853, la même année que les premières corridas de Bayonne, une cuadrilla espagnole emmenée par le modeste torero-entrepreneur Basilio González se produit à Nîmes, Arles, Marseille, Avignon offrant un spectacle très éloigné de l’orthodoxie taurine, qui intégrait en deuxième partie des protagonistes du jeu camarguais et des jeux participatifs. Jusque dans les années 1880, mises à part Bayonne qui de 1853 à 1862 organise des corridas intégrales puis Nîmes et Mont-de-Marsan en 1865, les courses inspirées de la tauromachie espagnole qui se développent en ces années-là possèdent un caractère très hétérodoxe. En témoignent les pérégrinations du gaditan Pablo Mesa, à partir de 1866, qui exportent un spectacle taurin des plus syncrétiques, à Périgueux, Agen, Poitiers, puis au Havre. À partir des années 1880, une dizaine de villes du Sud de la France commencent à programmer des courses de plus en plus approchantes des canons espagnols et avec une plus grande régularité : Nîmes, Bordeaux, Mont-de-Marsan, Dax, Toulouse, Cauterets, Céret, Béziers, Montpellier, Avignon, Arles, Beaucaire et Marseille. C’est aussi le cas de Bayonne, à partir de 1885, après avoir connu une interruption qui durait depuis 1862. Ajoutons à cette liste, des arènes montées à Paris à partir de 1889, baptisées « La Gran Plaza de Toros de Boulogne », édifiées près de la rue Pergolèse. Elles contenaient 22.000 places et offrirent, de 1889 à 1893, un total de 129 courses de taureaux sans pique et sans mise à mort. La première année qui accueillit de grands toreros tels que Guerrita, Frascuelo, Lagartijo, Mazzantini, fut un succès. Les suivantes, sans la présence de grandes figures, furent un échec qui mit en faillite l’entreprise. À partir des années 1892-1893, la mise à mort des taureaux prend de l’importance dans les villes du Sud, alors même que les protestations s’élèvent en vertu de la violation de la loi Grammont. En ces mêmes années, apparaît dans le Sud-Est un spectacle appelé « courses de quadrille », création du français Étienne Boudin dit le « Pouly » de Beaucaire, intégrant des techniques de jeux camarguais, espagnols et landais, s’achevant par un simulacre de mise à mort.

33L’introduction chaotique, mais néanmoins progressive de la corrida espagnole, entraîne une diversification des pratiques taurines et une pluralité de situations locales, plus ou moins en marge de la légalité. C’est la dimension politique prise par les courses de taureaux à partir de 1894 qui constitue le grand tournant historique de l’enracinement des corridas espagnoles en France. Depuis 1881, le pouvoir central s’inquiète de la propagation des courses de taureaux de tout type et rappelle aux préfets que les corridas espagnoles avec mise à mort sont condamnées par la loi. Les premiers conflits surviennent au début des années 1891 entre les préfets et les municipalités dont les maires sont élus depuis 1884 : échanges de lettres sans lendemain, promesses non tenues, menaces non suivies d’effet, arrêtés d’expulsion de toreros prononcés, tantôt respectés, tantôt différés au lendemain de la corrida, préfets indifférents. Le manque de fermeté du pouvoir central profite aux amateurs de corridas jusqu’à ce qu’en 1894, le président du Conseil Charles Dupuy interdise la dixième corrida de la saison nîmoise. Les villes de Bayonne et de Mont-de-Marsan encouragent Nîmes à résister : cette dernière organise alors une corrida de protestation en compensation de celle qui a été supprimée. Une foule nombreuse se réunit et Frédéric Mistral, figure de proue du Félibrige, accepte de siéger à la tribune d’honneur à côté du maire. La fronde des villes taurines méridionales est lancée, se transformant rapidement en une rivalité politico-territoriale entre Paris et le Midi. L’arrêt de la cour de Cassation de 1895 confirmant l’application de la loi Grammont aux corridas n’y fait rien. Les conflits se multiplient, les lois sont partout bafouées sans que le pouvoir central ne parvienne à endiguer la popularité d’un spectacle qui participe désormais de l’affirmation d’une identité régionale. C’est le cas à Caudéran (Bordeaux) en 1896 où la corrida prend fin au cri de « Vive le Midi, vive ses libertés ! », repris en cœur par la foule réclamant La Marseillaise. Cette période voit se multiplier les expériences d’exportation de la corrida en dehors de la zone méridionale où les jeux taurins s’étaient renforcés au cours des xviie et xviiie siècles. Citons les expériences lointaines de Lyon en 1894, Dijon en 1899, Limoges en 1897 et 1899, Roubaix de 1899 à 1901, mais aussi des tentatives plus proches des foyers taurins, à Bagnères-de-Luchon de 1899 à 1907, ou à Casteljaloux (Lot-et-Garonne) de 1896 à 1908. Aucune de ces expériences n’a entraîné un enracinement local de la corrida espagnole qui finalement ne déborde guère l’aire d’extension des jeux taurins préexistants. Cela explique sans doute qu’une tolérance de fait ait fini par s’établir.

  • 44 É. Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe, p. 136.
  • 45 Ibid., p. 136.
  • 46 Ibid., p. 147.
  • 47 Ibid., p. 132.
  • 48 Ibid., p. 144.

34S’il faut effectivement replacer l’histoire de l’introduction de la corrida en France dans un mouvement progressif d’une quarantaine d’années, qui n’a jamais ressemblé à une implantation fulgurante, il n’en demeure pas moins qu’on assiste au développement d’une adhésion grandissante de la part des populations locales, sans laquelle il serait difficile d’expliquer les nombreux épisodes qui témoignent d’un rapport de force avec le pouvoir central. Sur ce point, l’argumentation d’Élisabeth Hardouin-Fugier nous semble contradictoire. Elle affirme que dans les années 1860-1870, il existe un « profond désintérêt de la population méridionale pour la corrida espagnole, voire une opposition »44. Pour cette période, cette lecture peut encore être l’une des interprétations possibles d’une introduction lente et chaotique de la tauromachie espagnole qui dure jusqu’au début des années 1880. Mais elle affirme, à la même page, que « depuis la loi du 5 avril 1884, les maires sont élus localement » et que « soumis à la pression électorale locale, ils sont pris en otage entre leurs électeurs et le pouvoir central » et d’ajouter : « telle pourrait être une des explications du laxisme gouvernemental à venir envers les corridas »45. Par qui les maires seraient-ils donc soi-disant « pris en otage », si cette « longue hostilité méridionale à la corrida (1853-1894) » était avérée ? De quelle « pression électorale » s’agirait-il, s’il existait un tel « profond désintérêt de la population méridionale, voire une opposition » ? Pourquoi alors ne pas reconnaître simplement qu’à partir des années 1880, qui correspondent à la phase de croissance historique de la tauromachie espagnole, les populations locales s’y intéressent de plus en plus ? La contradiction de l’argumentation aurait pu passer pour un point de détail si la responsabilité n’était pas renvoyée « aux immigrés espagnols, déjà très nombreux dans la France du Sud, [qui] ont largement soutenu de leur présence la poussée économique des imprésarios espagnols à la conquête du débouché français », comme s’ils avaient alors constitué le seul public fervent et les seuls instigateurs de la tauromachie. Il n’est pas question de remettre en cause l’importance de l’immigration espagnole dans le Sud de la France qui fut le fruit d’un exode économique à partir du xixe siècle, ni de minimiser leur participation réelle au succès des corridas. En outre, nous convenons avec l’auteur que cette période représente une mise à l’épreuve de la loi Grammont face à laquelle le gouvernement n’a pas su faire respecter la loi au sujet des corridas, pourtant clarifiée en 1895. Cela étant, les propos nous semblent on ne peut plus contestables, lorsqu’il est précisé, pour clore le chapitre, que la loi Grammont « arrachée depuis trop peu de temps à un anthropocentrisme millénaire, [est] habilement exploitée par des Espagnols jadis conquistadors »46. Cette phrase met un terme à une partie intitulée, dans le même ordre d’idée, « Les conquistadors à l’assaut de l’or rouge français »47. Et que dire de l’évocation d’une corrida organisée à Enghien en 1900, quand l’auteur déclare que « le public est composé de bouchers et d’hispanophones », tant les termes choisis paraissent d’eux-mêmes disqualifier le propos48. Quelle que soient les opinions personnelles des chercheurs qui s’intéressent à la corrida, opinions éminemment respectables dans leur diversité, elles ne méritent pas d’entacher l’analyse critique d’un ouvrage scientifique, sauf à considérer que telle n’est pas exclusivement l’ambition de cet ouvrage.

La stabilisation de l’espace tauromachique

  • 49 C. Serrano, « Entre l’amour et la réprobation des siens », p. 72.
  • 50 Cité par B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 73.

35Les évolutions du xxe siècle marquent globalement la stabilisation de l’espace tauromachique à l’intérieur duquel les pratiques continuent d’évoluer. En Espagne, le « Désastre » de 1898 que constitue la perte des dernières colonies (Puerto Rico, Cuba, Les Philippines) plonge le pays dans une profonde crise politique et morale. De nombreux écrivains et intellectuels, réunis sous le nom de « génération de 98 », dénoncent les maux d’un pays qui, à leurs yeux, est archaïque et déchu. La tauromachie ne leur inspire généralement qu’aversion et d’aucuns observent que le jour même où la flotte espagnole coule sous le feu des navires nord-américains, la foule insouciante n’a d’autre préoccupation que d’applaudir le torero « Guerrita » aux arènes de Madrid49. Les critiques nombreuses des tribunes anti-taurines de la fin du xixe siècle ne faiblissent pas, alors même que les courses connaissent une légère récession dans la décennie 1900, après 20 ans de forte croissance de la tauromachie. Mais de 1913 à 1920 s’imposent en Espagne deux toreros « Joselito » et Juan Belmonte dont la confrontation devait révolutionner l’art taurin et transformer le regard des élites à l’endroit d’un spectacle décrié en maintes occasions. Tous les spécialistes taurins considèrent généralement que Joselito fut le parfait aboutissement d’un siècle de tauromachie classique et Belmonte fut la figure révolutionnaire d’une nouvelle esthétique. Il est souvent répété que Belmonte substitue au toreo de jambe, exigeant de grandes qualités athlétiques, un toreo de bras, exigeant une parfaite maîtrise de la muleta pour parvenir non plus seulement à détourner la charge du taureau, mais à la conduire. Belmonte lui-même définit cette nouvelle conception de l’art taurin : « J’ai conçu le toreo comme l’antithèse de la lutte, de la brusquerie, de la violence, de la rapidité. Pour moi — ce “moi” artistique que nous possédons tous au-dedans de nous-mêmes, que certains parviennent à extérioriser et d’autres non — j’ai éprouvé le toreo comme cadence, rythme, suavité, lenteur »50. Ce tournant marque une esthétisation des valeurs de la tauromachie recentrée sur le travail artistique de la muleta.

  • 51 M. Delgado Ruiz, « El toreo como arte o cómo se desactiva un rito ».
  • 52 N. Elias et E. Dunning, Sport et civilisation, p. 15.

36À propos de ce long processus de professionnalisation et de transformation de la tauromachie, l’anthropologue Manuel Delgado Ruiz juge très révélateur le souci constant de vouloir en perfectionner la valeur artistique51. Considérer la tauromachie comme un art et non comme une fête, si l’on admet que l’art concerne d’abord le plaisir esthétique et intériorisé de celui qui en jouit, c’est l’assimiler à une activité qui n’est pas immédiatement fonctionnelle au niveau collectif. Selon l’auteur, en s’assurant d’une meilleure reconnaissance artistique auprès des élites, la tauromachie professionnelle perd en grande partie la fonction sociale des festivités taurines populaires. On assiste alors à une désactivation du rite tauromachique premier. Nous pensons que la connivence toujours présente entre la fête et la tauromachie traduit peut-être la volonté de conserver ou de recréer a posteriori certaines vertus des jeux traditionnels participatifs. Ces vertus sont celles qui, selon Norbert Elias et Éric Dunning, sont à l’opposé des principes fondateurs du sport moderne qui émergent à la fin du xixe siècle et dont la caractéristique est précisément de n’avoir « ni fonction rituelle, ni finalité festive »52.

  • 53 C. Serrano, « Entre l’amour et la réprobation des siens », p. 74.

37Il est évident que cette évolution esthétisante prépare aussi la transformation que constitue en 1928, le port obligatoire du caparaçon, à l’essai à Nîmes depuis le début du siècle, et imposé par Primo de Rivera en Espagne, pour que les chevaux cessent d’être éventrés en piste sous la charge des taureaux. Mais les milieux artistiques et intellectuels de l’époque n’ont pas attendu 1928 pour exalter les valeurs de la tauromachie, courant qui, loin d’être unanime, constitue néanmoins un retournement historique important. La génération 27, García Lorca, Alberti, Valle-Inclán, Bergamín, rompt avec la tradition d’un élitisme éclairé jugeant de ce qui convient au peuple, par la mise en valeur du génie propre des créations populaires auquel sont associés la tauromachie et le flamenco53. D’un point de vue spatial, on peut penser que la révolution belmontiste entraîne une légère densification du réseau d’arènes, mais ne modifie pas une géographie qui est établie pour l’essentiel. Pour voir une augmentation significative du nombre d’arènes et de spectacles en tout genre, il faut attendre le développement du tourisme dans les années 1960, puis les années 1980, contrairement à une idée reçue qui fait de cette dernière période une époque de crise de la tauromachie.

  • 54 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 319.
  • 55 Pepe Luis, Touros de morte em Portugal, p. 43. Le nom commun fracaso, en espagnol, signifie échec, (...)
  • 56 Pepe Luis, Touros de morte em Portugal, p. 51.

38Au Portugal, tout se passe comme si chaque mutation importante de l’univers tauromachique espagnol trouvait un écho de l’autre côté de la frontière. Avec un décalage chronologique par rapport à l’Espagne, la décennie 1920 correspond à une période de croissance du nombre de spectacles et de constructions de nouvelles arènes en Estrémadure et en Alentejo. Ces années sont également considérées comme un âge d’or de la tauromachie nationale après la décennie antérieure, plutôt placée sous le signe d’une décadence de l’art taurin. En 1921, un premier décret interdit la mise à mort des taureaux. Cette coïncidence temporelle laisse penser que le nouvel âge d’or de la tauromachie espagnole, suscité par la révolution belmontiste, n’a pas laissé indifférent les amateurs portugais, les autorités ayant plutôt tendance à vouloir freiner cet engouement. Le décret n’est pas véritablement respecté ou de façon très aléatoire principalement par manque de sanctions dissuasives. Mais dans le même temps, la confrontation de João Branco Núncio et Simão da Veiga renouvelle l’esthétique de la corrida portugaise en des termes comparables à ce que représente la rivalité entre « Joselito » et Belmonte pour l’Espagne. En outre, ces deux cavaliers ont fréquemment toréé de l’autre côté de la frontière, dans les années 1920-1930, à l’époque où se développe à nouveau en Espagne une tauromachie équestre, sous l’impulsion du capitaine de cavalerie cordouan Antonio Cañero. En Espagne, Antonio Cañero est volontiers considéré comme le père fondateur du rejoneo espagnol, qui se serait « réfugié » dans le campo andalou depuis que la noblesse a cessé de le pratiquer54. Cette version de l’histoire taurine n’insiste guère sur le rôle tenu par les cavaliers portugais en ces années 1920-1930, qui obtiennent de nombreux contrats sur le territoire espagnol. Les écrits de l’époque montrent que cette rivalité trouve un point d’orgue lorsque la tauromachie à cheval espagnole est « réinventée ». En 1927, le critique taurin portugais Pepe Luis compile dans son ouvrage Touros de morte em Portugal toute une série de commentaires qui accablent le « pseudo cavaleiro toureiro D. Antonio Cañero », traité de « Capitaine Fracaso » s’illustrant par la pantomime55. L’auteur accuse Cañero de dégrader la grandeur de la Festa Nacional (portugaise) et va jusqu’à le rendre en partie responsable de la menace d’interdiction stricte et totale de la mise à mort qui plane au milieu des années 1920, tant ses prestations sont critiquables. Il répond en cela aux arguments des Espagnols qui affirment à l’inverse que « Cañero représente le torero à cheval dans toute son arrogance, son authentique majesté et son traditionnel flamenquisme », comparé au cavalier portugais Simão da Veiga « professeur chargé de grave et froide suffisance »56. En 1928, l’année où est imposé en Espagne le caparaçon pour protéger les chevaux, la loi portugaise interdit de façon définitive la mise à mort publique des taureaux.

  • 57 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. IV, p. 35.
  • 58 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 48.
  • 59 J.-B. Maudet, « Tauromachie et géopolitique en péninsule Ibérique ».

39En présence d’un symbole social aussi distinctif que l’homme à pied ou l’homme à cheval, et d’un symbole politique aussi discriminant que l’autorisation de mise à mort ou son interdiction, les arguments sont nombreux pour penser en termes d’irréductible opposition les différences entre la tauromachie espagnole et la tauromachie portugaise. Cette opposition est effectivement devenue une image courante des représentations collectives. Dans les années 1950, José María de Cossío y voyait le résultat d’une rivalité historique entre les deux nations et mettait en avant le besoin « obsessionnel » des Portugais de se différencier de l’Espagne57. L’« obsession » n’est peut-être pas le mot juste, mais cette mise en relation vaut sans doute mieux que les nombreuses théories essentialistes qui font de la tauromachie le reflet du caractère national, sans aucune prise en compte de l’altérité. L’analyse de Frédéric Saumade observe que la tauromachie portugaise (tourada) et la tauromachie espagnole (corrida) s’opposent en termes de techniques d’affrontement, de représentation du taureau, d’origine sociale des officiants et d’évolution des « dynamiques spectaculaires » et de conclure « qu’avec les codes qui la caractérisent, la tourada peut être comprise comme une éclatante mise en scène des ancestrales relations conflictuelles entre les deux nations ibériques »58. Nous montrons plus loin, ainsi que nous l’avons proposé dans un article détaillé, qu’à la tauromachie comme expression des rivalités nationales s’ajoute aussi celle d’une commune appartenance à la péninsule Ibérique59.

40En France, la diffusion de la corrida espagnole à partir des années 1850 contribue à la refonte des jeux locaux et à leur modernisation en spectacle tauromachique à part entière. Pour Auguste Lafront, la période de l’Entre-deux-guerres est une phase de consolidation de la corrida espagnole, malgré la guerre d’Espagne et les fluctuations houleuses des cycles économiques. Cette consolidation favorise une légère extension de la géographie taurine au début des années 1920, avec l’ouverture de nouvelles arènes à Toulouse (1921), Béziers (1921) et Céret (1922). Le Franc Poincaré et la baisse de la peseta au début des années 1930 relancent à nouveau le nombre de courses en raison d’un équilibre des termes de l’échange favorable à la France. Malgré les transformations qualitatives importantes liées à la révolution belmontiste et l’adoption du caparaçon, ces évolutions ne transforment pas de façon fondamentale la trame taurine existante. Si la trame taurine ne subit que quelques retouches, les jeux taurins régionaux dont la pratique s’était diversifiée au contact du jeu espagnol se modernisent. Après une période de mixité des pratiques (courses hispano-provençales, courses hispano-landaises), qui n’a pas empêché dans le même temps une superposition des corridas espagnoles, des courses mixtes, des jeux landais et des jeux camarguais, les formes taurines méridionales finissent par s’individualiser.

  • 60 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 11.

41Selon Frédéric Saumade, cette individualisation des tauromachies européennes répond à une logique structurale d’opposition des codes sexuels, ludiques, eschatologiques et sociologiques qui témoignent d’un processus historique de diffusion de la corrida andalouse, hors de son foyer d’origine. Dans cette organisation générale, la course camarguaise prend le contre-pied des codes tauromachiques espagnols en ce qui concerne les techniques, le rôle et la place des officiants, ou encore le sort, le statut, la race et les qualités recherchées du taureau idéal. La course landaise, elle aussi en opposition avec de nombreux aspects de la corrida espagnole, lui emprunte néanmoins certains traits : le lexique, du bétail pour effectuer des croisements, le gilet des toreros. Elle cultive néanmoins des particularismes remarquables comme la réintroduction de la corde en tant qu’élément du jeu d’arène. À propos de la course landaise, les analyses de Bernard Traimond rejoignent celles de Frédéric Saumade, lorsqu’il développe un système d’oppositions techniques, sociales et symboliques, entre la corrida espagnole et la course landaise, tout en faisant de la course landaise « une adaptation de la mode des jeux taurins selon le modèle espagnol, aux savoirs, aux moyens financiers et aux possibilités techniques et culturelles chalossaises et armagnacaises »60.

  • 61 Ibid., p. 10.
  • 62 Les Amis du musée de la vie rurale en Pays landais, La course landaise, jeu-spectacle traditionnel,(...)
  • 63 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 10.
  • 64 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 151.
  • 65 P. Bordes, La course landaise, p. 17. Le paré consiste à attendre la bête lancée pour lui faire dét (...)
  • 66 Les Amis du musée de la vie rurale en Pays landais, La course landaise, jeu-spectacle traditionnel,(...)
  • 67 M. Dauga et J.-Y. Puyo, « Les écarteurs landais entre mythe et réalité », p. 192.
  • 68 Ibid., p. 192.
  • 69 Ibid., p. 200.

42Historiquement, insistons sur le caractère progressif des transformations des courses régionales, sur les différents rythmes de leur modernisation, sur les réponses distinctes à la diffusion de la corrida et sur des évolutions qui obéissent aussi à des raisons propres de la société locale. Le terme « écarteur » (landais) est utilisé dès le Premier Empire alors que le terme de raseteur n’apparaît qu’en 1883 dans la presse61. Le mot écarteur remplace alors le terme de « jouteur », fréquemment utilisé jusque dans les années 1820 dans Le journal des Landes et la Gazette des Landes62. Le terme de course « landaise » daterait d’une confrontation avec les spectacles camarguais, lors des Fêtes du Soleil organisées en 1887 à Paris63. Le terme de course « camarguaise » n’apparaît qu’en 1970, un siècle plus tard, remplaçant celui de course « libre », utilisé depuis le milieu du xixe siècle pour la différencier des jeux pratiqués avec des taureaux encordés64. La Fédération de la course landaise est créée en 1953 et agréée par le Ministère en 1973. Celle de la course camarguaise est créée en 1975. Dans la course landaise, les premières transformations notables d’un point de vue technique fixant des normes gestuelles se font sentir à partir des années 1820, avant l’introduction en France de la corrida espagnole. La feinte en tant que technique codifiée serait apparue en 1831 et aurait remplacé toute une série de gestes et de techniques d’affrontement les plus divers : maîtriser les animaux pour les seller, pour les monter, pour les mettre à terre, exécuter un « paré », pratiquer « l’aiguillade », poser des « lances » (banderilles) et lâcher les chiens65. Entre 1821 et 1886, les feintes, les écarts et les sauts deviennent les principales techniques d’affrontement du bétail, débarrassées des autres modalités du combat. Dans les années 1850, les premiers croisements avec du bétail ibérique sont effectués. Il est rapporté, par l’histoire officielle, que les croisements commencent en raison du succès obtenu par Jean Chicoy à Magescq qui eut le courage d’écarter les taureaux navarrais ayant servi en 1852 lors des fêtes de Saint-Esprit dont nous avons parlé66. Enfin, si la corde apparaît dès le xviiie siècle pour tenter d’éviter des blessures très nombreuses, l’épointage des cornes n’apparaît qu’au milieu du xixe siècle. D’abord ne sont sciées que les pointes des cornes des animaux jugés trop dangereux, mais l’intérêt du jeu semble alors décroître aux yeux du public67. Vers 1885, on cesse de scier les pointes pour protéger la corne par une boule de cuir. Cet usage est d’abord réservé aux bêtes ayant déjà tué, puis il se généralise en 1905 pour le bétail jugé particulièrement dangereux68. En 1905, en raison de ces transformations, le journal spécialisé La Course Landaise annonce en gros titre : « la course landaise est finie »69. Dans les années 1880, la course landaise s’exporte dans les arènes espagnoles, ou tout au moins, on retrouve certains de ses acteurs dans le Nord du pays, à Saint-Sébastien, à Saragosse et même à Madrid en 1887.

  • 70 M. Dauga, 1965-1985 : La course landaise entre tradition et modernité, pp. 24-27.

43Les recherches menées par Marylis Dauga ont montré qu’à partir des années 1880, les courses s’exportent en dehors du « territoire historique » des jeux landais, correspondant au Sud des Landes et à l’Ouest du Gers. L’extension se déroule principalement dans les départements limitrophes de la Gironde, du Lot-et-Garonne et des Hautes-Pyrénées, puis ponctuellement dans une série de villes plus éloignées : Orléans, Paris, Limoges, Nantes, Rennes, Vichy, Aix-les-Bains, Grenoble, Lyon, Laval, Rennes, Montpellier, Collioure, Céret70. Ce mouvement se rétracte au tournant du siècle. Nous pensons, comme pour les corridas, qu’il est lié à une curiosité diffuse pour les jeux taurins en général, qui faiblit rapidement en dehors des zones d’ancienne tradition.

  • 71 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 158.
  • 72 Ibid., p. 158. Pour les dates É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 76, d’ap (...)
  • 73 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 159.
  • 74 Ibid., p. 159.

44Pour ce qui est des courses camarguaises, les croisements avec du bétail ibérique commencent en 1869, à l’initiative de l’éleveur Joseph Yonnet, et se généralisent chez les manadiers provençaux et seulement quelques manadiers languedociens71. Les techniques taurines semblent fixées avant la fin du xixe siècle entre les années 1893 et 1897, en partie sous l’influence du poète, manadier et marquis Folco de Baroncelli72. La défense de la « race d’Oc » et de ses coutumes, dans le sillage du Félibrige, contribua au retour en grâce des taureaux de « pur-sang Camargue »73. C’est aussi à cette époque que les raseteurs deviennent des professionnels, différenciés des simples participants, par l’adoption de la tenue blanche et du crochet74.

45Au début du xxe siècle, les trois courses taurines en France sont fixées dans leur forme et leur statut de spectacle commercial moderne, de même que les limites géographiques de leur extension. Il est fort probable que la tolérance croissante dont bénéficient les spectacles landais et camarguais, à partir des années 1870-1880, soit due, au moins en partie, à la cristallisation autour de la corrida des contestations issues du pouvoir central et des associations de protection des animaux. Dans le Sud-Ouest européen, il semble bien que l’existence de plusieurs foyers tauromachiques, leur relative proximité spatiale dans un territoire de circulation ancien, et l’affirmation d’une forme moderne conquérante proposant une synthèse entre culture savante et culture populaire, aient contribué à les renforcer toutes.

II. — LA FORMATION DE L’ESPACE TAUROMACHIQUE AMÉRICAIN

  • 75 Le continent ne connaissait pas le cheval, même si un ancêtre a existé pendant la préhistoire, et n (...)

46La question de la formation de l’espace tauromachique américain ne se pose pas dans les mêmes termes que celle de l’espace tauromachique européen. La raison tient tout entière dans le simple fait qu’il n’existe pas de bovins domestiques, ni de chevaux, avant la conquête du Nouveau Monde par les Européens75. Les pratiques tauromachiques du continent américain ont donc toutes comme substrat la conquête du Nouveau Monde, les fêtes taurines importées de la péninsule Ibérique et les jeux dérivés de l’élevage bovin extensif, quand bien même ces pratiques intègrent des principes et des représentations préexistant à la conquête. Afin de fixer les principaux éléments qui président à la formation de l’espace tauromachique américain, observons l’introduction du bétail dans le Nouveau Monde, l’introduction des jeux taurins par la Conquête, la diffusion de la corrida moderne, et l’apparition des rodéos.

47La genèse des jeux taurins en Amérique racontée par les adeptes de rodéo ou de la course de taureaux suit deux voies différentes. Les amateurs de corridas insistent généralement sur les premiers bovins débarqués avec les conquistadors, ceux que Christophe Colomb introduit sur l’île Española (actuelle Saint-Domingue) lors de son second voyage en 1493, puis sur les premières courses de taureaux aristocratiques données une trentaine d’années après, enfin sur une histoire régénérée par l’arrivée des premières cuadrillas espagnoles au xixe siècle. Les amateurs de rodéo, qu’il s’agisse des charreadas au Mexique, des toros coleados en Colombie et au Venezuela, des vaquejadas au Brésil ou du rodeo chileno au Chili insistent généralement, non pas sur les premiers bovins introduits, mais sur les haciendas d’élevages déjà constituées. Et, dans le cas des rodéos pétris d’esprit aristocratique que sont la charreada et le rodeo chileno, il est généralement fait référence à l’introduction des premiers chevaux de race par les conquérants. Au Mexique, les chevaux de la charreada sont ainsi placés dans la filiation des 14 chevaux débarqués par Hernán Cortés en 1519. Au Chili, les chevaux du rodeo chileno sont les descendants des 75 chevaux arrivés avec le conquistador Pedro de Valdivia en 1540, qu’il ne faut bien sûr pas confondre avec ceux introduits par Mendoza en Argentine quatre ans plus tard. Entre l’histoire officielle des rodéos et celle des courses de taureaux, bien peu de recoupements sont établis. Pourtant, des imbrications et un passé commun existent avant que les bifurcations entre corrida et rodéo ne s’affirment dans le cadre d’histoires nationales.

L’introduction du bétail dans le Nouveau Monde

  • 76 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine ».
  • 77 Ibid., p. 5.

48Parmi les premières recherches sur l’introduction du bétail dans le Nouveau Monde figurent celles du géographe Pierre Deffontaines, dans les années 1950, qui en a mesuré toute l’importance pour l’histoire du continent. L’article intitulé « L’introduction du bétail en Amérique Latine », publié en 1957, est une source d’informations d’une grande valeur pour comprendre la formation de l’espace tauromachique76. Pierre Deffontaines commence par citer un proverbe cher à « l’Espagnol, homme du cheval », qui caractérise une « psychologie » du cavalier méprisant la vie du piéton laboureur : « on ne touche à la terre que quand on est mort »77. Cette caractéristique distingue fondamentalement la colonisation espagnole de celle menée par les colons en Amérique du Nord.

  • 78 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, pp. 11-12 ; C. Bernand et S. Gruzinski, « L (...)

49Les premiers centres de reproduction des chevaux pour répondre aux besoins de la conquête apparaissent dès le début du xvie siècle, d’abord dans les grandes Antilles, au Nicaragua, à Santa Marta en Colombie, puis près de Quito, de Lima, autour de Tucumán et de Santiago du Chili, qui, dès le xviie siècle, est l’une des meilleures régions d’élevage de chevaux et de mulets. En un siècle, ne pas posséder un cheval est considéré comme la preuve de la plus grande pauvreté, tant cet animal est devenu bon marché et omniprésent sur le continent. Ajoutons qu’officiellement les Indiens n’ont pas le droit de monter à cheval. La place du cheval distingue l’Amérique espagnole de l’Amérique du Nord anglo-française qui est plutôt le continent de la navigation fluviale et aussi de l’Amérique portugaise restée fidèle au cabotage et au développement, sur la terre ferme, des chars à bœufs. En revanche, malgré des stratégies différentes d’occupation du Nouveau Monde, Espagnols et Portugais pratiquent dès qu’ils le peuvent des « lâchers de bêtes » qui étaient d’ailleurs rendus obligatoires par les règlements de navigation. Cet acte constituait une forme d’occupation du sol, de prise de possession par le bétail, d’appropriation territoriale par les animaux, avant même l’installation des hommes. Il a ainsi précédé les hommes dans la colonisation, leur présence conférant un droit de propriété par la preuve qu’on y a lâché des animaux Les quelque mille villes fondées en trois siècles dont plus de deux cents au terme du xvie siècle n’auraient pu connaître un tel développement sans le bétail78. Ce bétail permettait également un ravitaillement des escales maritimes comme le pratiquaient les Espagnols aux Canaries et les Portugais aux Açores, à Madères, aux îles du Cap Vert, au Cap, au Mozambique, en Angola, à Madagascar, à Goa. On a vu, dans certains cas, qu’il existe encore aujourd’hui des jeux taurins dans ces régions. De même, du bétail était progressivement abandonné sur le continent, au fur et à mesure de la progression, expliquant qu’en moins d’un siècle on trouve des bovins du Mexique au Chili et jusque dans les secteurs les plus reculés, tels les llanos de l’Orénoque, le Chaco paraguayen et les pampas argentines.

  • 79 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine », pp. 11-13.
  • 80 F. Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique, pp. 118-133.
  • 81 P. Jacquin, Le cow-boy. Un Américain entre le mythe et l’histoire, p. 37. Les cités de Cibola sont (...)

50Pendant longtemps, la date de ces « lâchers » de bovins et leurs auteurs étaient commémorés. Les premiers lâchers eurent lieu en 1509, lors de la fondation de la ville de Darién près de Panamá, en 1516 en Colombie, en 1519 à Coro au Venezuela, en 1524 dans les llanos de l’Orénoque, et à partir de 1551 dans les Andes d’où les bêtes débordent rapidement vers le versant oriental, llanos de Bolivie, Chaco et pampa. Sur le littoral atlantique du Nord du Brésil, les lâchers de bêtes commencent en 1530 à Olinda (Pernambuco), en 1531 à Bahia, en 1534 à São Vicente, mais la pénétration à l’intérieur des terres est plus lente. Dans le Sud du Brésil, l’introduction est plus tardive et provient probablement des animaux de la Banda Oriental (actuel Uruguay) en nombre important au xviiie siècle79. En Amérique du Nord, les travaux de François Chevalier ont montré la formation de grands domaines dans le Nord et le Nord-Ouest du Mexique à partir du xvie siècle et leur lien avec le développement de l’activité minière80. Dans le Texas, qui appartenait alors à la Nouvelle-Espagne, la légende veut que l’un des premiers « lâchers de bêtes » ait été constitué des chevaux et des bovins de Francisco Vásquez de Coronado, à la recherche des Sept Villes d’or de Cibola, qui furent dispersés par un violent orage81.

  • 82 P. Jacquin, Le cow-boy. Un Américain entre le mythe et l’histoire, p. 55.
  • 83 Ibid., p. 121.
  • 84 J.-P. Digard, « Un aspect méconnu de l’histoire de l’Amérique », p. 263.

51Cette légende permet d’approcher une autre réalité fondamentale de l’introduction du bétail sur le continent américain : le retour des bêtes à l’état sauvage. Jean-Pierre Digard dans un article de 1992, intitulé « Un aspect méconnu de l’histoire de l’Amérique : la domestication des animaux », met en lumière toute l’importance des phénomènes de marronnage. L’auteur affirme que « l’histoire du bétail en Amérique (on pourrait même dire : l’histoire de l’Amérique ») n’aurait pas été ce qu’elle est sans le marronnage. Ce phénomène est à mettre en lien avec le développement de l’élevage bovin extensif dont les bêtes, qui se multiplient naturellement, sont mal contrôlées et s’échappent dès qu’un conflit ou des troubles désorganisent le régime de l’hacienda. Par exemple, au début des troubles qui agitent le Texas de 1830 à 1848, et qui aboutissent à son indépendance prise au dépens du Mexique, environ 80 % du bétail des 100.000 têtes de la région retournent à l’état sauvage82. Le nouvel État hérite ainsi de l’un des plus grands troupeaux du continent. L’action de rassembler périodiquement les bêtes, le rodeo est alors le seul moyen de contrôler un tant soit peu le marronnage. Les Anglo-Saxons du Texas rebaptiseront la pratique cow hunt, littéralement la « chasse à la vache », avant de remplacer cette expression par le round-up, plus proche du mot d’origine espagnol rodeo83. À côté des explications qui tiennent à la nature même des animaux et des milieux, le marronnage apparaît comme un phénomène typique de la colonisation pastorale des nouveaux mondes, dans un contexte de faible densité84.

52Dans ce contexte, nous pensons que la re-domestication plus ou moins continue dans le cadre de l’élevage extensif participe d’un phénomène d’appropriation territoriale commun à l’ensemble du continent. N’oublions pas que le terme espagnol pour désigner le bétail, el ganado, vient de ce qui a été gagné, lo ganado. Les rodeos et les round-up dans leur version utilitaire sont des moments essentiels pour ce transfert de richesses qui, dans le même temps, affirme le pouvoir des possédants et leur emprise territoriale. Observons aujourd’hui que la plupart des régions où il existe de fortes traditions de spectacles de rodéo correspondent à d’anciennes contrées reconnues entre le xvie et le xviiie siècle pour l’importance de leurs troupeaux de bovins et dont certaines le sont encore. Nous pensons que les spectacles du rodéo ne sont pas totalement dégagés de cette entreprise d’appropriation territoriale s’exprimant aujourd’hui par de nouveaux codes puisés dans les registres des fêtes sportives qui leur offrent le cadre social et spatial de leur continuité.

Les jeux taurins de la Conquête

  • 85 Cité par Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 159.
  • 86 F. Flores Arroyuelos, Correr los toros en España, p. 77.

53Les premières courses de taureaux n’apparaissent pas immédiatement avec la découverte du Nouveau Monde pour la simple raison que le bétail est d’abord une denrée protégée, afin de ne pas compromettre la multiplication des grands troupeaux nécessaires à la conquête et à la fondation des villes. Pour cette raison, les premiers taureaux tués sont comptés. Les jeux taurins à pied ont démarré en même temps que le toreo à cheval, l’absence de mise à mort systématique ayant pu contribuer à leur développement. Les premières courses de taureaux apparaissent autour de 1530 et se développent ensuite comme les réjouissances naturelles de la noblesse conquérante. Ils accompagnent d’autres divertissements tels que les courses de chevaux également très prisées. Avant que ne soient organisées les premières fêtes dans lesquelles sont inclus des jeux taurins, Argote de Molina rapporte en 1582 que les premiers animaux combattus sont les bovins marrons des Îles caribéennes chassés à l’aide des desjarretaderas (les demi-lunes)85. Cette pratique existait en péninsule Ibérique où elle a pu être en vigueur du xve au début du xixe siècle, confirmant une relation ancienne entre la chasse et la tauromachie dans les divertissements de l’aristocratie86.

  • 87 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 7.
  • 88 F. López-Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 48.
  • 89 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 8.

54La chronologie exacte des premières courses de taureaux du Nouveau Monde diffère quelque peu selon les auteurs. D’après Nicolás Rangel, la première corrida est celle du 13 août 1529 à Mexico en l’honneur de saint Hippolyte, qui est le jour de la chute de la capitale aztèque Tenochtitlán87. Francisco López Izquierdo retient l’année 1526 où des courses de taureaux auraient eu lieu pour célébrer le retour d’Hernán Cortés de Las Hibueras (actuel Honduras)88. Dès 1535, il est établi que la venue du vice-roi est célébrée par trois jours de corridas incluant la participation de 100 taureaux89.

  • 90 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 188.
  • 91 P. Rodríguez, « La fiesta de toros en Colombia », p. 165.
  • 92 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 23 ; Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la Amér (...)
  • 93 F. Iwasaki Cauti, « Toros y sociedad en la Lima colonial », p. 313 ; R. Palma, Tradiciones peruanas (...)
  • 94 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 162 ; F. López-Izquierdo,(...)
  • 95 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 161.

55Voilà réunies les deux justifications, religieuse et politique, des premières courses de taureaux, qui tout en réjouissant les foules, participent à l’édification des populations récemment conquises. D’ailleurs, le nouveau pouvoir fait en sorte que l’ordre traditionnel autochtone assiste au spectacle90. La course de Mexico faisant d’emblée de la tauromachie un acte d’affirmation politique est rapidement suivie d’autres manifestations qui progressivement s’étendent aux différents centres et relais de pouvoirs de l’Amérique espagnole. En 1530, une corrida est organisée par l’autorité municipale de Santiago de los Caballeros au Guatemala pour célébrer le saint patron de la ville. S’ensuit une course de taureaux en 1532 à Acla, en Nouvelle-Grenade (actuelle Colombie), cinq ans avant la fondation de Santafé de Bogotá91. Puis les courses atteignent la vice-royauté du Pérou, dont la première se déroule le 29 mars 1540 à Lima, durant laquelle aurait combattu Francisco Pizarro en personne. C’est ce que soutient le grand intellectuel péruvien Ricardo Palma, alors même que le conquistador aurait été âgé de plus de 70 ans, si tel avait été le cas92. Il semble en réalité que ce fût son frère Fernando qui participa à la corrida. Quoi qu’il en soit, à partir de 1559, les corridas de Lima étaient fixées à quatre dates du calendrier : l’Épiphanie, la Saint-Jean, la Saint-Jacques (Santiago) et l’Ascension93. À partir de 1555, les informations dont on dispose permettent de garantir que Santiago du Chili célèbre par des corridas la Saint-Jean, la Saint-Jacques et la Virgen de Agosto (Vierge d’août). À la même période, des courses sont organisées à Puerto Rico et à Cuba. Au rythme de la Conquête, des courses sont également données à Potosí en 1555, dix ans après les premières extractions d’argent du Cerro Rico, à la Paz en 1562, et à Villa Rica de Nirga, dans l’actuel Venezuela, le 20 janvier 1567, jour de la Saint-Sébastien pour se protéger des flèches des Indiens, avant même que ne soit fondée Caracas la même année. Des courses sont ensuite données à Córdoba en Argentine en 1573, et en 1609 à Buenos Aires94. La course au Venezuela donnée en vue de se protéger des flèches des Indiens est instructive en ce qu’elle montre l’apparition de corridas votives comme celles qui eurent lieu à La Havane en 1569 en l’honneur de saint Simon, consacré pour l’occasion saint intercesseur contre les fourmis qui avaient envahi la ville95.

56L’histoire de l’implantation des courses de taureaux ne fonctionne pourtant pas de façon linéaire. De même qu’en Espagne, la bulle De salute gregis dominici de novembre 1567, promulguée par le pape Pie V, a contribué à ralentir le développement des corridas dans les nouvelles extensions du royaume d’Espagne. Officiellement, elles furent interdites jusqu’à ce qu’en 1595, le pape Clément VIII revînt sur la bulle antérieure. Dans les faits, il n’y a guère que dans les capitales des vice-royautés, Mexico (Nouvelle-Espagne) et Lima (Nouvelle-Castille) où elles furent empêchées. Dans le cas du Pérou, de nombreuses courses sont données à Cuzco en pleine période d’interdiction. Comme le montre la chronologie précédente, loin des vice-royautés et des archevêchés de Lima et de Mexico, l’interdiction n’est pas respectée. Une fois de plus la distance au pouvoir central est une donnée fondamentale pour comprendre la formation de l’espace tauromachique qui, dans ses périphéries, atteste toujours de quelques particularismes.

  • 96 F. Iwasaki Cauti, « Toros y sociedad en la Lima colonial », p. 314.
  • 97 Ibid., p. 314.
  • 98 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 164.
  • 99 Ibid., p. 164.
  • 100 Ibid., p. 165.
  • 101 P. Rodríguez, « La fiesta de toros en Colombia », p. 166.

57D’un point de vue technique, le toreo pratiqué par la noblesse en arme possède les mêmes caractéristiques que celui de la métropole, le rejón s’ajoutant à la pratique de la lanzada qui ici reste en vigueur plus longtemps. Très tôt, les fêtes aristocratiques incluent des lâchers de taureaux auxquels participent les populations locales. C’est ainsi que les indigènes deviennent rapidement des protagonistes actifs du jeu taurin. À Lima, ils participent aux corridas dès les années 1560. Les Indiens étaient alors connus pour planter sur les taureaux les moharras ou mojarras, des sortes de banderilles96. La technique consistait à attendre la charge du taureau, en restant assis ou couché au sol, afin de planter les banderilles à son passage. L’appellation d’Indiens mojarreros pour les désigner atteste d’un début de spécialisation de leur fonction, même si les témoignages de l’époque insistent surtout sur celle de s’enivrer le plus possible avant d’oser défier le taureau97. On peut remarquer que la technique actuelle des banderilleros des fiestas de corralejas du Nord de la Colombie correspond assez précisément à cette description. À Mexico, en 1554, dans une correspondance de l’archevêque à l’Empereur, il est fait allusion au nombre d’Indiens tués « comme des bêtes » pendant les courses de taureaux98. De même en 1597, un prélat de Guadalajara se plaint que les Indiens commencent à courir les taureaux régulièrement, ce qui laisse entendre un développement précoce de jeux taurins populaires, indépendants des fêtes de la noblesse99. L’historien Ángel López Cantos nous livre ensuite une information des plus intéressantes. Dans la région de San Miguel de Allende, on apprend qu’à la même époque des Indiens se sont spécialisés dans les jeux taurins et se désignent eux-mêmes lazadores, picadores ou avec d’autres surnoms qui soulignent une qualification technique100. En Nouvelle-Grenade (Colombie), sans que l’on sache ni pourquoi, ni dans quelles conditions, les Indiens Coyima, Natagaima et Ataco ainsi que les Noirs ont, à la même époque, acquis une certaine renommée dans les exercices taurins que ce soit à Santafé de Bogotá, Cali, Medellín ou Cartagena101.

  • 102 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 189.
  • 103 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América Española, p. 168.

58Finalement, dans un premier temps qui pourrait être celui du xvie siècle et du xviie siècle, on observe ainsi une différence fondamentale entre la tauromachie européenne et la tauromachie américaine : l’intégration précoce des indigènes aux jeux taurins de l’aristocratie, durant lesquels ils interviennent en des moments choisis comme des protagonistes de premier plan. Notons également, dès le début du xviie siècle, que des récompenses financières étaient accordées aux hommes à cheval et aux hommes à pied, ce qui confirme sinon une professionnalisation plus précoce de certains groupes d’acteurs populaires, tout au moins l’existence officialisée de toreros indiens102. Il semble que cet intéressement économique ait pu faire naître de nouvelles formes de jeux taurins permettant d’étalonner les gains en fonction des risques, afin de rehausser les spectacles. En Bolivie, l’intérêt moindre suscité par l’organisation de taureaux emboulés, probablement pour réduire le nombre de victimes, fut compensé par la possibilité de gagner des pièces d’or ou d’argent fixées à la base des cornes. La technique consistait à s’avancer vers le taureau, à le saisir par la queue afin de le faire tomber et à s’emparer des pièces103. Ce jeu se rapproche des jocheos des toros actuels du département de Beni et du toreo de la vincha de Casabindo en Argentine.

59D’un point de vue technique, il est possible de repérer quelques nouveautés, même si l’époque en Espagne de même qu’en Amérique est encore à la diversité gestuelle et aux inventions taurines de toutes sortes, de telle façon qu’il serait imprudent de forcer le trait des différences. En revanche, au xviiie siècle, l’évolution des jeux taurins américains, éloignés des transformations qui se jouent sur le Vieux Continent, donne jour à des différences incontestables.

  • 104 Ibid., p. 169.

60Les caractères distinctifs des corridas américaines du xviiie siècle relèvent d’un certain nombre d’innovations et de détournements techniques. On les retrouve parfois dans les gestuelles des rodéos modernes qui ainsi dans leur codification ont puisé non seulement à la source des techniques d’élevage, mais aussi à celle des jeux taurins importés et réinventés. Les prémices du coleo pédestre évoquées dans le cas de la Bolivie se retrouvent très affirmées au xviiie siècle en Colombie où, à Caracas, le jour de la Vierge, les édiles lâchent un taureau poursuivi par un grand nombre de cavaliers104. Le plus rapide l’attrape par la queue pour le mettre à terre.

61La plus célèbre des innovations est décrite par le voyageur Emmanuel Witz en 1754 qui assiste, à Madrid, à la performance d’un certain Mariano Cevallos réussissant l’exploit, incongru pour les Espagnols, d’arrêter au lasso un taureau, de l’immobiliser, de le seller, pour finalement le tuer d’un coup de dague. Celui qui fut surtout rendu célèbre par les eaux-fortes de Goya, nommé Mariano Cevallos, « El Indio » (L’Indien) ou « El famoso americano » (le célèbre Américain), demeure pourtant une figure assez mystérieuse de la tauromachie de l’époque dont l’analyse pourrait renverser quelques perspectives.

  • 105 A. Miro Quesada Sosa, Temas Taurinos, pp. 19-29.
  • 106 C. Sillero, « Los toros y el patrimonio cultural ».

62La plupart des auteurs en font un Indien argentin, alors qu’il est très certainement un Noir péruvien, comme le montrent les écrits du grand homme de lettres péruvien Aurelio Miró Quesada. Mariano Cevallos est un esclave appartenant à don Joseph de Cevallos Ribera y Dávila, comte de Santa Ana de las Torres ; Noir, car les Indiens ne peuvent pas être esclaves105. C’est accompagné de son maître que Mariano Cevallos voyagea en Espagne au milieu du xviiie siècle. Le 16 juin 1769, la liberté lui est accordée par son maître, mais le document attestant de sa liberté précise qu’il lui est interdit de toréer à pied ou à cheval et que s’il affronte à nouveau des taureaux, il retournera à sa condition d’esclave. En dépit de cette interdiction, Mariano Cevallos continua de toréer à Pampelune en 1775, à Madrid en 1776 et en 1777 où il fut accompagné de Costillares et Pepe-Illo, puis à nouveau à Pampelune de 1778 à 1780, pour finalement mourir, victime de sa témérité, à Tudela (Navarre). En cette période de codification de la tauromachie en Espagne, il n’est pas exclu que Mariano Cevallos fût le torero venu de Lima dont parle José Tixera dans Las fiestas de Toros, ouvrage publié en 1802. Dans cet ouvrage, l’auteur affirme que ce torero exécuta à Cadix une surprenante mise à mort à un temps, anticipant sur la technique du volapié qui deviendra la norme106. Quelle que soit la véracité de l’anecdote, elle démontre que la tauromachie américaine a pris part à la définition de la tauromachie espagnole, ne serait-ce que par la découverte de nouvelles techniques, même si elles sont le plus souvent rejetées. L’Espagne reste le foyer émetteur dominant des échanges transatlantiques, mais il existe en sens inverse des influences ponctuelles, triées au sein d’un répertoire varié que la tauromachie en Amérique a contribué à enrichir très tôt. Cela ne manquera pas d’être confirmé par la participation de grands toreros américains à l’histoire de la corrida moderne.

  • 107 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 44.
  • 108 Id., Tauromaquia limeña en el siglo xix, p. 25.
  • 109 Id., Plaza de Acho, p. 45.
  • 110 Ibid., p. 52.

63Bien après les aventures de « El Indio », la tradition des monteurs Noirs dans les arènes de la capitale péruvienne s’est poursuivie. Elle survit au moins jusqu’au début du xxe siècle où l’on pouvait encore voir un taureau non seulement encordé, mais monté par José de la Columna « Papito », que le capeador à cheval Juan Francisco Céspedes toréait. Toréer à la cape, du haut de son cheval, constitue une autre nouveauté américaine très en vogue à partir du xviiie siècle. D’après Pedro de Zabala, qui en 1831 publie à Madrid un ouvrage intitulé Escuela de Caballería conforme a la práctica observada en Lima, cette technique serait née de l’impossibilité d’appliquer aux taureaux criollos le traitement des picadores et des varilargueros, tel qu’il existe alors en Espagne107. L’explication paraît plausible jusqu’au moment où l’auteur explique que ce n’est pas à cause du manque de bravoure des taureaux locaux, comme nous aurions pu le penser, mais au contraire parce que leur violence et leur férocité font qu’ils seraient morts sous la pique dont ils ne voudraient plus se défaire108. Dans le même ordre d’idée, l’érudit péruvien Ismael Portal ajoute que toréer les taureaux à la cape, du haut du cheval, permettait de les fatiguer avant l’épreuve des piques109. Nous penchons plutôt pour l’idée qu’une bravoure inégale des taureaux de l’époque rendait la charge naturelle des bêtes vers les montures très aléatoire, obligeant les cavaliers à les inciter à charger par la vision de la cape en mouvement. L’absence de pique pendant la plus grande partie du xixe siècle au Pérou nous incite à trouver cette version plus crédible, bien qu’elle soit moins élogieuse au sujet de la bravoure des taureaux locaux. Quoi qu’il en soit, la compétence des capeadores est attestée dès le milieu du xviiie siècle, ainsi que leur origine, puisqu’ils seraient pour la plupart des Noirs esclaves, travaillant dans les haciendas à proximité de Lima110. La vice-royauté du Pérou aurait donc donné naissance à des cavaliers taurins qui ne sont pas des descendants des chevaliers conquistadors, mais des cavaliers plébéiens toréant au nom de leur seigneur, à l’image des varilargueros en Espagne que l’histoire a ici rapidement relégués à un rôle secondaire.

  • 111 F. Saumade, Maçatl, pp. 275-276.
  • 112 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 49.
  • 113 F. Saumade, « Animal de rente, animal de loisir ».

64Au Mexique, une forme populaire de tauromachie à cheval et la monte des taureaux avaient intégré les courses de taureaux officielles. Ces techniques naissent dans les haciendas coloniales en devenant le divertissement des péons indigènes dont la codification et la mise en spectacle finira par caractériser les jeux taurins et équestres mexicains : la charreada et le jaripeo. Très précocement, les indigènes pratiquent la monte des taureaux, toréent à cheval en utilisant la cape (le sarape : couverture de laine des vachers) et manifestent une dextérité particulière dans l’usage des lassos111. On peut remarquer que la figure taurine du lazador n’apparaît pas au Pérou. Dans son ouvrage Historia du toreo en México, Nicolás Rangel observait qu’à la fin du xviie siècle, précisément lors d’un procès du 30 août 1662, il était fait référence à la compétence des Indiens dans les exercices taurins à cheval. L’auteur s’interroge sur l’usage du terme vaquear alors employé et se demande s’il est utilisé pour désigner « l’exécution des techniques de lazar, manganear, pealar y colear pratiquées sur les bêtes, c’est-à-dire, les techniques de notre jaripeo », avant de conclure qu’il n’y a guère de doute à avoir à ce sujet112. Frédéric Saumade dans le cas du Mexique éclaire définitivement l’origine de ces techniques, depuis « l’énigme de la monte » jusqu’à l’usage de la corde (du lasso), interprétée dans les arcanes mêmes de la pensée méso-américaine113.

65Observons qu’il existe une différence importante entre le Mexique et le Pérou. Le développement de l’élevage bovin et des corridas en terre américaine a engendré dans le cas du Mexique l’élaboration de jeux taurins et taurino-équestres individualisés que nous classons aujourd’hui dans la famille des rodéos, la charreada et le jaripeo. Dans le cas du Pérou, les innovations taurines intégrées aux corridas de la vice-royauté, n’ont pas abouti à l’élaboration de jeux institutionnalisés appartenant actuellement à la catégorie des rodéos, ce qui est finalement une exception parmi les grands pays de corridas puisque le Mexique, la Colombie et le Venezuela en possèdent. Pour autant, les innovations coloniales péruviennes n’ont pas totalement disparu. En effet, pendant tout le xixe siècle, la technique consistant à toréer à cheval au Pérou est appelée la « suerte nacional » (la technique ou le geste national) dans laquelle s’illustrent de grands cavaliers, véritables idoles du peuple. De plus, sur l’Altiplano andin, s’est conservée au moins jusqu’au dernier tiers du xxe siècle, la figure indigène du monta-toro (le monte-taureau) prenant part à certaines fêtes taurines populaires. Enfin, les jeux consistant à décrocher des récompenses fixées sur des taureaux concernent encore de nombreuses pratiques andines, en Équateur (colcha), au Pérou (enjalma et moña), en Bolivie dans le jocheo et jusqu’en Argentine, dans le cas du toreo de la vincha à Casabindo.

La diffusion de la corrida moderne

  • 114 F. Halcón, « Las plazas de toros de los virreinatos de América », p. 713.
  • 115 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 57.

66L’innovation que constituent les corridas modernes semble bien avoir été reçue comme telle par les nations en devenir de l’Amérique espagnole, malgré une longue période d’imbrication avec les pratiques qui ont grandi pendant toute la période coloniale. Les premières arènes construites spécifiquement pour la tauromachie apparaissent quasiment en même temps qu’en métropole et la forme canonique circulaire est définitivement acquise dès la fin du xviiie siècle. À Mexico, dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne, une première arène octogonale dont les plans datent de 1770 est remplacée en 1788 par une arène circulaire : la Real Plaza de Toros de San Pablo114. À Lima, dans la vice-royauté du Pérou, les transformations sont plus précoces puisqu’une première arène circulaire, construite en 1756, est remplacée par une seconde, inaugurée en 1766 et qui demeure actuellement en place : la célèbre plaza de toros de Acho115. Généralement le critère le plus souvent utilisé pour dater l’émergence des corridas modernes en Amérique latine est la venue des premières cuadrillas espagnoles. Ce critère favorise sans doute à l’excès l’image d’une discontinuité très forte entre ce qui serait une ancienne tauromachie et une tauromachie moderne, alors même qu’en dépit des phases de changements accélérés, la tauromachie possède aussi ses lourdes inerties et ses rythmes lents. Dans ce domaine, les toreros de la métropole n’ont bien évidemment pas attendu que la corrida soit un spectacle commercial codifié pour tenter leur chance en Amérique. Les guerres d’indépendance semblent avoir partout créé une rupture tantôt définitive, tantôt temporaire, marquant le retour de nombreux toreros espagnols en métropole ou, pour un temps, leur plus grande discrétion en terre américaine. En fonction des dates des Indépendances et des régimes juridiques adoptés à l’égard des courses de taureaux, les toreros espagnols qui partent de nouveau vers l’Amérique emportent dans leur bagage une tauromachie située à des stades différents de son évolution, lors d’une période pour laquelle, d’une Tauromaquia à l’autre, de celle de Pepe-Illo (1796) à celle de Paquiro (1836), on sait l’importance des changements opérés. Le témoignage de l’érudit aficionado Leopoldo Vázquez dans son ouvrage América taurina, publié en 1898, offre un regard très instructif pour notre propos :

  • 116 L. Vázquez, América taurina, p. 31.

Non seulement au Mexique mais aussi au Chili, au Pérou, en Uruguay et dans les autres pays de l’Amérique que domina l’Espagne, depuis sa découverte jusqu’aux premiers années de ce siècle où ces nations obtinrent leur indépendance, il est possible de dire que le toreo à pied était encore dans son enfance jusque vers 1830, époque où quelques toreros Espagnols voyagèrent en diverses régions d’Amérique, avides, plus que de gloire, de nouveaux horizons où faire fortune116.

67Ces pionniers sont généralement des seconds couteaux venus de leur Andalousie natale qui, rappelons-le, fournit encore à l’époque la majorité des toreros espagnols. Parmi les précurseurs, figure le torero Bernardo Gaviño, originaire de Puerto Real (Cadix), qui s’embarque en 1829 pour Montevideo. De là, il rejoint La Havane en 1831, puis Mexico en 1834. Après plusieurs années sans torero espagnol, consécutives à la période de forte instabilité politique des indépendances, la nouvelle tauromachie venue d’Espagne retrouve celle qu’elle avait laissée à la fin du xviiie siècle, où se mélangeaient, parmi d’autres usages, le rejoneo, la lanzada, les nombreux exercices pratiqués par les Indiens et les Noirs, et des lâchers de taureaux emboulés ouverts à la participation collective. D’un point de vue technique, Leopoldo Vázquez concède à la tauromachie américaine une supériorité dans les exercices équestres :

  • 117 Ibid., p. 34.

Le seul toreo que les enfants de cette terre, qu’ils soient gauchos des Andes, Indiens, Péruviens, Chiliens ou Mexicains, portent plus haut que les Espagnols est la tauromachie à cheval117.

  • 118 Ibid., p. 47.
  • 119 Ibid., p. 47.

68Il juge en outre cruciale la période durant laquelle se retirent les protagonistes espagnols pour laisser la place « aux techniques des champs que les natifs introduisent dans l’arène »118. Parmi ces techniques, il mentionne le maniement du lasso pour enlacer les bêtes comme un exercice faisant partie du spectacle, ou servant à les retirer lorsqu’elles sont inaptes au combat. Il évoque également les pratiques équestres du coleo, des banderilles et du travail à la cape, ainsi que la monte des taureaux, ce qui n’exclue pas qu’ils soient dans le même temps toréés119.

  • 120 Ibid., p. 41.
  • 121 A. Shubert, A las cinco de la tarde, p. 40.

69Le retour des toreros espagnols s’accélère dans le dernier tiers du siècle et impose progressivement les normes de la corrida moderne : l’habit de lumière, l’usage de l’épée qui remplace le poignard, la réintroduction des banderilles et de façon plus aléatoire, la pique120. Ils participent aussi à la formation des toreros locaux recrutés dans leur cuadrilla. Des années 1890 jusqu’à la première guerre mondiale, dans la période de maturité et de plein épanouissement de la corrida moderne en Espagne, la filière s’élargit. Non seulement des débutants et des toreros modestes sont du voyage, espérant, toujours plus nombreux, trouver outre-Atlantique un vaste marché à conquérir ou une seconde chance, mais aussi d’importantes figures de la tauromachie espagnole, car les grandes arènes d’Amérique, principalement Mexico, Lima, La Havane, Montevideo, proposent des contrats très attractifs. Selon Adrian Shubert, sur une période qui s’étend des années 1880 jusqu’aux années 1920, l’Amérique paye les grands toreros du moment jusqu’à deux fois et demie ce qu’ils gagnent en Espagne pour un contrat équivalent121. À la fin du siècle, l’espace tauromachique européen est connecté à l’espace tauromachique américain, et les terres de corridas outre-Atlantique sont perçues comme un El Dorado qui, comme souvent, est un mirage pour la plupart et un formidable accès à la richesse pour quelques-uns. Quelles que soient les fortunes individuelles, les arènes du haut niveau de la hiérarchie qui demeurent en place à la fin du siècle, au premier rang desquelles figurent Mexico et Lima, commencent à former un réseau de hauts lieux qui structurent un espace tauromachique transatlantique. Les capitales jouent à cet égard un rôle crucial dans la diffusion de la corrida moderne au cœur des terres taurines américaines.

  • 122 B. Flores Hernández, « Organización de corridas de toros en la Nueva España ».
  • 123 Ibid., pp. 499-500.
  • 124 E. Guarner, Historia del toreo en México.
  • 125 Ibid., p. 41.
  • 126 Ibid., p. 51.
  • 127 D. Medina de la Serna, Las prohibiciones de la Fiesta de toros, p. 6.

70Au Mexique, l’historien Benjamín Flores Hernández, nous rapporte qu’au xviiie siècle, en marge des corridas officielles calquées sur le modèle des fêtes royales de la métropole, se sont développées des courses de taureaux pour financer la construction d’ouvrages publics122. Le maillage des villes taurines à la fin du xviiie siècle est bien plus développé au Mexique qu’ailleurs en Amérique. En témoigne par exemple le nombre de villes à avoir programmé des courses de taureaux en l’honneur de l’intronisation de Carlos IV à partir de 1790 : Mexico, Durango, Papantla, Veracruz, Patzcuaro, Guanajuato, Tehuantepec, Aguascalientes, Tabasco, Valladolid, Chilpa, Zamora, San Luis de la Paz, León, Guadalajara, Mérida, Campeche, Real de Catorce et Puebla123. Ajoutons de nombreuses cités où des courses informelles, en marge des festivités royales, sont données avec des taureaux emboulés ou aux cornes épointées pour limiter le nombre de blessures parmi les populations locales qui participent activement aux réjouissances taurines. Au moment de l’Indépendance, en 1821, le Mexique est déjà un pays où les jeux taurins ont acquis une forte popularité dans toutes les couches de la société et sur une base territoriale étendue. Enrique Guarner, dans son ouvrage Historia del toreo en México, indique qu’il existe alors un double clivage territorial qui sépare, d’une part les courses de Mexico de celles des autres villes, et d’autre part la tauromachie urbaine de la tauromachie rurale124. Dans les premiers termes de l’opposition, les éléments espagnols sont toujours mieux représentés que dans les seconds où les jeux inspirés par l’élevage occupent une plus grande place : poursuivre le taureau, l’enlacer à cheval, pratiquer l’acoso y derribo, les toros de cola (coleo), la mise à mort au couteau125. Les troubles consécutifs à l’Indépendance rendent les courses de taureaux rares jusqu’en 1835, date qui inaugure une période allant jusqu’en 1885 que l’auteur baptise : « école mexicaine du toreo ». De 1822 à 1833, les courses sont interdites par les autorités qui souhaitent faire oublier les symboles de la domination espagnole. À partir du milieu des années 1830, surgissent des « cuadrillas régionales » qui exercent leur domination sur certaines zones du Mexique, sans aucune concurrence extérieure, comme s’il s’agissait d’un quadrillage du territoire en fiefs taurins séparés. Cette période marque une certaine stagnation dans l’évolution des pratiques liées à la faiblesse des échanges et de la mobilité spatiale des toreros126. C’est à cette même époque que s’épanouit une tauromachie à cheval, mexicaine, largement inspirée des travaux des champs. Selon la périodisation historique de l’auteur, l’année 1835 correspond à l’arrivée au Mexique du premier représentant espagnol de la tauromachie « moderne » dont l’histoire retient le nom : Bernardo Gaviño. L’année 1885 correspond à l’arrivée massive de toreros venus d’Espagne à la conquête du marché mexicain. Entre ces deux dates, un intermède d’une vingtaine d’années interdit les corridas dans le District Fédéral de Mexico, de 1867 à 1886, renforçant probablement partout ailleurs la part de la tauromachie à cheval, autochtone, très prisée en dehors de la capitale. Selon Daniel Medina de la Serna, ce qui à cette époque sauve finalement les corridas au Mexique, c’est la structure fédérale de la République qui permit que l’interdiction voulue par Benito Juárez en 1867 ne s’étende à l’ensemble du pays que pendant une seule année127.

  • 128 L. Vázquez, América taurina, p. 9.

71L’itinéraire géographique et professionnel de Bernardo Gaviño mérite qu’on s’y attarde. Gaviño est né le 20 août 1813, à Puerto Real (Cadix). Orphelin de père, il est élevé par l’évêque Francisco Javier Cienfuegos qui devient archevêque de Séville. Gaviño, qui n’a pas dix ans, le suit pour être placé dans un séminaire. Dès 1825, avec ses amis, il torée parfois des bêtes, tuées dans la cour du cloître. Il s’enfuit souvent pour aller aux abattoirs, parrainé par le torero Juan León auprès duquel il apprend le métier. L’archevêque juge cette afición naissante funeste et l’envoie en prison quinze jours. À sa sortie, il intègre une cuadrilla qui sillonne la Basse Andalousie, mais menacé par l’archevêque, il finit par s’enfuir en Amérique. C’est pour cette raison qu’il aurait rejoint Montevideo en 1829, où il torée pendant deux ans, puis part pour La Havane en 1831, avant de rejoindre Mexico en 1834. À Mexico, il aurait été à cette période un torero sans rival128. Il meurt en 1887 à Texcoco des suites d’un coup de corne, non sans avoir transmis à de nombreux toreros locaux, engagés dans sa cuadrilla, les techniques apprises dans son Andalousie natale.

  • 129 A. Villatoro, Antología taurina mexicana, pp. 127-128.

72Le premier grand torero mexicain retenu par l’histoire est Ponciano Díaz qui passe pour maîtriser en tout point la tauromachie équestre autochtone, alors connue sous le terme de jaripeo, et les principales techniques de la tauromachie à pied espagnole. À lui seul, il peut être considéré comme un personnage charnière entre l’ancienne tauromachie mexicaine, qui de façon autonome prendra les traits de la charreada, et de la nouvelle, calquée sur le modèle dominant de la corrida espagnole de la fin du xixe siècle. L’iconographie retiendra d’ailleurs deux Ponciano Díaz : l’un en costume de charro, présenté lasso en main, l’autre en habit de lumière, présenté épée en main129. Ponciano, qui grandit dans l’hacienda d’Atenco spécialisée dans les taureaux de combat, commence à toréer en 1873, alors âgé de 15 ans. En 1878, c’est précisément dans la cuadrilla de Bernardo Gaviño qu’il est engagé comme banderillero et reçoit l’alternative de ses mains en 1879, à Puebla. En 1889, il s’embarque pour l’Espagne. Il se présente dans les arènes de Madrid où il suscite une forte impression en plantant les banderilles à cheval, technique qui, comme on l’a vu, est courante dans la tauromachie mexicaine du xixe siècle. Observons d’ailleurs que la pose de rejones courts à deux mains est pratiquée dans le rejoneo actuel, sans qu’il soit fait référence à une possible origine américaine de la technique.

  • 130 Gachupín est un terme péjoratif désignant les Espagnols. E. Guarner, Historia del toreo en México, (...)

73Enfin, la dernière étape du processus d’implantation de la corrida moderne au Mexique repose sur l’arrivée de grandes vedettes espagnoles. C’est le torero Mazzantini qui incarne le mieux ce tournant. Mazzantini foule les arènes de Mexico en 1887, mettant un terme à vingt ans d’interdiction. À l’inverse de Ponciano auquel s’identifient les classes moyennes et populaires, Mazzantini attire l’attention des élites hispanophiles qui attendent sa venue avec impatience. La fin des années 1880 marque une période de forte rivalité entre les deux tauromachies, celle de Ponciano et celle de Mazzantini. Au premier échec de ce dernier, des émeutes s’emparent de la ville, des boutiques tenues par des Espagnols sont saccagées au cri : « ¡que mueran los gachupines ! » (mort aux Espagnols)130. Loin d’exprimer un refus de la corrida, nous pensons que ces poussées d’animosité nationalistes confirment l’assimilation de la tauromachie espagnole comme fait culturel transversal à partir duquel se déclinent des rivalités d’ordre social et identitaire. L’interdiction de courte durée, de 1914 à 1919, à la suite de la Révolution mexicaine ne remet pas en cause cet enracinement comme le prouve la venue de quasiment tous les grands matadors espagnols de l’histoire à partir des années 1920.

  • 131 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 95.
  • 132 Ibid., p. 59.

74Un scénario presque analogue peut être envisagé pour le Pérou. Avec l’Indépendance, tous les toreros espagnols ont dû quitter le pays en raison de la politique répressive menée par Bernardo de Monteagudo, ministre de San Martín, à l’exception, dit-on, de l’un d’entre eux, un certain Vicente Tirado131. C’est à partir de cette époque que la technique de la cape à cheval prit une grande importance jusqu’à la fin du siècle, au point d’être nommée la suerte nacional, ainsi que le travail des monteurs de taureaux. Dans les programmes du milieu du xixe siècle, qui au Pérou étaient annoncés sous forme de strophes rimées, les listines, les noms des taureaux ainsi que leur élevage d’origine apparaissaient en tête d’affiche, puis venaient le nom des capeadores a caballo et, en dernier, celui des matadors et autres toreros de la cuadrilla132. La première cuadrilla espagnole débarque à Lima le 30 décembre 1848, après avoir signé un contrat à Cadix par l’intermédiaire du capitaine de navire chargé de la liaison Callao-Cadix, un certain Quintín Quilaver. Deux matadors (Carlos Rodríguez et Antonio Romero Pastor) sont engagés ainsi que quatre banderilleros, tous andalous de Málaga et de Cadix. Ils toréent entre douze et quatorze corridas jusqu’au mois de juillet 1849 et tous restèrent au Pérou, sans jamais revoir leur terre natale. Finalement, ils ne font que s’inscrire dans les migrations économiques de l’époque vers les Amériques. Les comptes-rendus des courses d’alors parlent d’une vive concurrence entre les toreros espagnols et les capeadores à cheval qui, à Lima, sont d’authentiques idoles, tels que Monteblanco et Arredondo. Mais le bilan de cette rivalité débouche sur une incontestable évolution qui progressivement impose les canons de la corrida moderne espagnole. En témoignent la réincorporation des banderilles, l’adoption de l’habit de lumière et le port de la montera par les toreros locaux. La dernière étape de ce processus est l’apparition de toreros péruviens rompus aux nouvelles techniques, dont le premier à se faire un grand nom est le matador Ángel Valdez dit « El Maestro » qui commença à toréer en 1857, soit moins de dix ans après l’arrivée de la première cuadrilla. Il se présenta à Madrid en 1883, quelques années avant le Mexicain Ponciano Díaz. Ángel Valdez fait partie de ces figures qui ont incontestablement favorisé l’enracinement de la corrida moderne en Amérique en position d’idoles nationales capables de soutenir la comparaison avec les toreros espagnols. À partir de 1885, en plein âge d’or de la tauromachie en Espagne, le Pérou connaît lui aussi une arrivée croissante de toreros venus de la Péninsule dont certains, tels « Cuatrodedos », puis « Faíco », finissent d’imposer à l’afición le goût de la corrida à l’espagnole. Comme signe incontestable de cette évolution au cours du premier tiers du xxe siècle, la technique des capeadores à cheval est définitivement remplacée par celle des picadors. En dépit de traditions taurines actuelles assez différentes, on observe un fort parallélisme de l’implantation des corridas modernes dans les deux anciennes vice-royautés.

  • 133 L’expression « Extrême-Occident » pour désigner le prolongement culturel occidental en Amérique est (...)

75Retenons que la fin du xixe siècle est une période d’homogénéisation de l’espace tauromachique américain qui s’aligne sur les codes de la tauromachie espagnole. L’émergence d’un spectacle taurin d’envergure transatlantique, unifié dans ses codes et assimilé comme un élément du patrimoine local par une partie de la société, n’empêche en rien le développement et l’individualisation d’autres jeux taurins marqués par une plus forte autochtonie. En revanche, il semble difficile de trouver une explication générale entièrement satisfaisante qui permettrait de comprendre pourquoi la corrida s’est maintenue dans tel pays plutôt que dans tel autre. On peut constater que les terres peuplées, situées au cœur de l’organisation impériale de la conquête (le Mexique et le Pérou) sont restées d’importantes terres de corridas. On peut également constater que la fragmentation nationale en territoires de petite taille a plutôt joué dans le sens d’une disparition ou de leur faible développement. La relation entre les dates des Indépendances, les premières interdictions des courses de taureaux et la diffusion de la corrida sous sa forme moderne ne permet pas de tirer de conclusion générale. Certains États ont en effet interdit les courses de taureaux après avoir connu l’avènement des corridas modernes, ce qui confirme que la transformation et la modernisation du spectacle n’ont pas été des critères suffisants pour expliquer son enracinement définitif. Cet argument invalide les lectures finalistes de la tauromachie qui pensent que certains pays ont abandonné les courses de taureaux parce qu’ils n’en connaissaient pas encore la véritable forme, sans quoi ils se seraient rendus à l’évidence et au bien fondé d’un art supérieur. L’abandon des corridas dans les pays du Cône Sud (Argentine, Chili, Uruguay) semble lié à deux facteurs. Notons d’une part que les indépendances menées par des libéraux acquis aux idées progressistes des révolutions françaises et américaines n’ont pas été suivies dans ces pays d’une reconquête espagnole du pouvoir perdu, comme ce fut le cas au Pérou, en Équateur, en Colombie et au Venezuela. D’autre part, ces pays ont connu une très forte immigration européenne à partir de la fin du xixe siècle, beaucoup plus diversifiée que les flux anciens à dominante espagnole. Il en va de même au Brésil. Cet élément démographique a fortement joué sur la disqualification de la corrida espagnole. Enfin, on peut remarquer que là où les corridas ont été conservées, les Indiens et les Noirs se sont très tôt réappropriés la figure du taureau et la culture taurine (Mexique, Pérou, Équateur, Colombie). On notera également qu’au Chili et en Argentine, l’éradication des cultures indigènes a été très marquée. Cette piste nous semble fort intéressante en ce qu’elle renverse quelques perspectives. En effet, il est possible de considérer que les corridas se sont enracinées non pas tant en raison d’une permanence hispanophile comme certains se limitent à le penser, qu’en raison d’un métissage précoce de la culture taurine, qui aurait permis une confrontation directe entre corrida espagnole et jeux taurins locaux. Autrement dit, l’implantation de la corrida en Amérique latine ne s’explique pas tant par le maintien d’un héritage figé de « l’Extrême-Occident », que par l’existence d’un champ culturel tauromachique local qui concerne un éventail social élargi, différencié et contrasté133.

Pour une nouvelle histoire des rodéos

76L’histoire de la formation des rodéos et de leur emprise territoriale se construit en trois étapes fondamentales. La première résulte des contacts entre les sociétés locales et les colons ibériques à partir de l’introduction du bétail et des jeux taurins importés de la métropole. La deuxième relève d’une réappropriation territoriale du code des rodéos dans le cadre des États-nations indépendants. La troisième est celle d’une modernisation des rodéos selon les modèles institutionnels et spectaculaires du sport.

  • 134 G. Foster, La cultura tradicional en España y América. Sur l’intérêt de l’approche théorique de la (...)

77La première étape entrerait parfaitement dans le cadre de ce que George Foster a baptisé dans les années 1960 une « culture de la conquête ». Selon l’auteur, cette « culture de la conquête » dépend d’un processus de sélection de traits culturels qui aboutit à une uniformisation relative de la culture hispano-américaine. Notre étonnement face à l’existence de pratiques relativement proches, apparentées au rodéo, et qui s’étendent de l’Amérique du Nord au Cône Sud, nous ramène à cette lecture. L’originalité du modèle d’acculturation proposé par George Foster réside dans le fait que la sélection est opérée conjointement par les Indiens et par les Espagnols au sein d’une culture nouvelle pour tous. Selon l’auteur, tout se joue dans les premières années de contact, déterminant les principaux traits de la « culture de la conquête » qui ensuite demeure relativement imperméable aux apports postérieurs134. S’il est un élément survalorisé par la culture taurine de la conquête, c’est bien la place du cheval. Au sein des courses de taureaux, cet animal s’impose longtemps comme un élément central, alors même qu’il est relégué à un rôle subalterne dans la codification espagnole de la corrida moderne. Au sein des rodéos, il occupe une place prépondérante, soit sous la forme des chevaux sauvages qu’il faut dompter, soit sous la forme d’un partenaire indispensable à la maîtrise les bovins, soit à travers la monte des bovins qui renvoie, de façon détournée, à son absence. La place importante du cheval dans les tauromachies américaines peut ainsi être interprétée comme l’une des spécificités de la « culture de la conquête ».

  • 135 C. J. Bishko, « The peninsular background » ; T. Jordan, North American Cattle-Ranching Frontiers.
  • 136 C. J. Bishko, « The peninsular background », pp. 506 et 509.
  • 137 Ibid., pp. 507-508.
  • 138 T. Jordan, North American Cattle-Ranching Frontiers, pp. 18-42.
  • 139 Ibid., pp. 42-64.

78Dans le domaine de l’élevage, l’article de Charles Julian Bishko, datant de 1952, sur l’héritage péninsulaire dans la formation de l’élevage extensif latinoaméricain demeure une référence indispensable, à laquelle il faut ajouter les approfondissements apportés plus récemment par le géographe Terry Jordan135. Charles Julian Bishko fait du bouvier médiéval castillan « l’ancêtre des vaqueros, vaqueiros, gauchos, huasos et llaneros » et repère que dans les conditions matérielles de leur exécution ainsi que dans la répartition des tâches, les rodéos prolongent certaines méthodes d’élevage de la péninsule Ibérique existant au xve siècle136. Selon l’auteur, les costumes doivent beaucoup aux charros de la région de Salamanque, la pique utilisée par les llaneros vénézuélien et les sertanejos brésiliens hérite des instruments des vaqueros de Castille et d’Alentejo, alors que le lasso et la pratique agraire du rodeo seraient d’invention américaine 137. On peut observer aujourd’hui que le coleo vénézuélien et la vaquejada brésilienne ont, en quelque sorte, abandonné la pique qui a jadis été utilisée par les travailleurs du bétail, llaneros et sertanejos. Terry Jordan ne remet en cause, ni la prépondérance, ni l’antécédence de l’héritage ibérique analysé dans sa double composante : celle des élevages bovins des basses terres de la Marisma en Andalousie et celle des élevages bovins des plateaux de la Meseta occidentale en Estrémadure138. Il enrichit néanmoins le modèle en intégrant aussi le rôle joué par les deux autres régions outre-Atlantique qui connaissaient également des formes extensives d’élevage de bovins : l’Europe du Nord-Ouest et en particulier les Highlands britanniques ainsi que l’Afrique de l’Ouest et en particulier le Sahel139.

79En dépit du grand intérêt de ces approches, ce sont les recherches initiées par Dominique Fournier et par Frédéric Saumade sur les tauromachies mexicaines qui constituent le maillon manquant permettant de sortir d’une conception des rodéos qui ne seraient que la transformation américaine des méthodes de l’élevage extensif. Malgré les divergences d’interprétation qui existent entre eux, c’est en intégrant la part revenant aux courses de taureaux dans les processus de codification du jaripeo et de la charreada que les auteurs montrent qu’il est nécessaire de considérer l’ensemble des tauromachies comme un tout faisant système.

  • 140 D. Fournier, « Du taureau considéré comme outil d’acculturation au Mexique ».
  • 141 Ibid., p. 54.
  • 142 Ibid., pp. 62-63.
  • 143 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo ».
  • 144 Ibid., p. 192.

80Dominique Fournier, en 1995, dans un article pionnier sur cette thématique, fait du taureau un outil efficace d’acculturation des structures sociales, politiques et religieuses du Nouveau Monde140. Selon l’auteur, « dans le Mexique encore influencé par l’expansionnisme culturel aztèque, le sacrifice taurin aurait, dans une certaine mesure, servi de substitut au sacrifice humain après une transformation résultant de la confrontation violente de deux États constitués, de deux formes d’élaboration idéologique fort distinctes »141. L’un des points clés de l’argumentation réside dans la correspondance entre les deux rituels des nécessités matérielles et idéelles de leur exécution, des logiques d’édification du pouvoir, des lieux de mise en scène et des calendriers qui permettent de comprendre l’efficacité de la substitution142. Selon l’auteur, durant la période coloniale, le taureau, sacrificateur dans le jaripeo et objet de sacrifice dans la corrida, autorise un contact ambigu avec la figure du diable et du dieu de la religion officielle. Cette interprétation est prolongée, en 1999, par un article davantage attentif à caractériser la nature des identités véhiculées par les différents jeux taurins qui nous fait entrer dans la logique mexicaine du métissage culturel143. Cet article montre qu’à chaque pratique taurine correspond schématiquement une strate particulière de la société mexicaine : la corrida renvoie à l’idéologie du Mexique colonial, la charreada à une idéologie métisse des grands propriétaires terriens et des groupes urbains dominants, le jaripeo renvoie aux communautés rurales dominées, qu’elles soient métisses ou indigènes. La monte des taureaux est alors identifiée à « une forme d’inversion de la corrida formelle de l’origine » où le taureau est ici utilisé comme monture, et le monteur comme victime du sacrifice144.

  • 145 F. Saumade, « Animal de rente, animal de loisir ».

81Frédéric Saumade résout différemment « l’énigme de la monte » en renonçant à la logique d’une substitution sacrificielle et en écornant la figure du taureau-diable comme vecteur symbolique de l’acculturation, chère à Dominique Fournier145. Fidèle à son modèle explicatif développé pour appréhender les tauromachies européennes, il ramène les tauromachies mexicaines à une transformation des techniques espagnoles de maniement du bétail, utilisées dans les courses de taureaux et dans les élevages bovins. S’il conserve l’idée de la monte des taureaux comme un rite d’inversion de la tauromachie équestre espagnole et principal vecteur de transformation des pratiques, il refuse sa lecture sacrificielle et ajoute à la grammaire tauromachique mexicaine une interprétation fouillée de l’utilisation de la corde, la reata d’ixtle. La monte du taureau est ici interprétée dans un double registre. Elle est une forme d’inversion de l’homme à cheval espagnol et relève aussi d’un principe existant dans la culture préhispanique à travers les figures humaines des porteurs de marchandises (les tlamemes) et des porteurs de dieux (les teomama). La monte du taureau s’inscrit alors dans une ambiguïté constitutive de la pensée méso-américaine qui assimile en une même entité les figures contradictoires du monteur et de la monture, ainsi que celles de l’homme et de l’animal. La corde est analysée comme la réinterprétation mexicaine d’un instrument sacré préhispanique utilisé dans la chasse, dans la guerre et dans les sacrifices permettant d’intégrer l’élevage extensif ibérique aux représentations mentales indigènes.

  • 146 Pepe-Illo, La Tauromaquia, p. 93.
  • 147 G. Silva Corcuera, « La charrería. Representación simbólica de lo mexicano », p. 11.
  • 148 L. da Câmara Cascudo, A vaquejada nordestina e sua origem, p. 27.

82La technique du coleo à cheval, qui demeure l’une des modalités techniques des rodéos ludiques parmi les plus prisées du monde latino-américain, n’a pas retenu pour l’instant la même attention. Observons qu’elle est identifiée dans la Tauromachie de Pepe-Illo (1796) comme une technique « brillante » mais rarement exécutée146. En revanche, elle n’apparaît plus dans la Tauromachie de Montes (1836) autrement que comme un recours à la technique pédestre de mancornar (attraper les taureaux par les cornes), se saisir de la queue permettant alors de se mettre hors d’atteinte des cornes. Dans la corrida espagnole actuelle, attraper le taureau par la queue sans nécessité impérieuse de sauver un homme à terre est sifflé par le public et représente un manque de respect pour l’animal. Dans la corrida portugaise, une fois la pega correctement exécutée, la queue est tenue par le forcado qui relâche le taureau en dernier, se laissant ainsi traîner quelques instants par l’animal. Sur le continent américain, le coleo ne fait pas partie des exercices du rodéo étasunien. La technique n’est guère utilisée que par les cowboys protector pour sauver les monteurs désarçonnés. Dans le rodéo chilien, elle est explicitement interdite et pénalisée par le règlement, ce qui laisse penser que bien qu’elle ne figure pas parmi les gestes actuels autorisés, elle a dû faire partie des techniques employées pour stopper le bétail dans sa course. Étant donné l’aire d’extension à la fois vaste et discontinue du coleo, il nous paraît difficile de croire à l’existence d’un foyer unique d’apparition de la technique. Dans le cadre du Mexique, Guadalupe Silva Corcuera affirme que les Llanos de Apan dans l’État d’Hidalgo furent la zone d’invention du coleo, qui aurait été exécuté pour la première fois par un picador espagnol147. Cette version, qui tient de la légende, fait du coleo une pratique inventée en terre américaine par un protagoniste de la corrida espagnole, mettant ainsi l’accent sur les origines ibériques des jeux apparentés aux rodéos qui habituellement sont plutôt représentés sous les traits de pratiques issues du génie local. Au Brésil, le grand spécialiste du folklore, Luis da Câmara Cascudo, considère que la technique de la coleada a été préférée par les vaqueiros du Nordeste en raison d’un couvert végétal qui aurait empêché le maniement d’ustensiles encombrants, dont feraient partie la garrocha et le lasso, progressivement abandonnés148. L’explication matérielle justifiant la technique du coleo par les conditions du milieu physique local ne nous semble guère convaincante. Ici transparaît plus sûrement un processus idéologique de réappropriation territoriale de la technique pour faire d’elle une forme autonome et autochtone. Ce processus est caractéristique de la réinvention des rodéos dans le contexte post-colonial des États-nations indépendants. En cela, l’affirmation des rodéos en tant que jeux codifiés, séparés de la pratique utilitaire et représentatif d’une culture régionale ou nationale, est une étape fondamentale de la différenciation des territoires tauromachiques américains.

83Tous les rodéos proviennent ainsi d’une transformation des pratiques de l’élevage extensif, descendant du régime des haciendas coloniales, pratiques qui sont réinvesties par un imaginaire territorial tendant à les individualiser en autant d’expressions culturelles locales et indépendantes les unes des autres. Le poids des courses de taureaux comme contre-modèle de la formalisation des jeux taurino-équestres américains a joué un rôle important dans ce processus. Il est tentant de considérer que les courses de taureaux n’ont pas pu être absentes des représentations bovines et équines de la « culture de la conquête ». Cela étant, la différenciation des rodéos les uns par rapport aux autres, au sein d’une évolution strictement panaméricaine, semble avoir davantage joué dans le résultat final que les logiques de distinction avec le spectacle espagnol. En la matière, tout se passe comme si le rodéo étasunien, en tant que forme hégémonique, prenait le relais de la tauromachie espagnole dans l’influence exercée sur la codification définitive des rodéos américains.

84Par ailleurs, aucun argument simple ne permet d’expliquer l’absence ou la présence des jeux apparentés au rodéo au sein de ce vaste espace américain. Si l’existence d’une région ancienne d’élevage extensif semble partout une condition nécessaire (États-Unis, Mexique, Colombie, Venezuela, Brésil, Chili), elle n’est pas une condition suffisante. C’est ce que montre le cas de l’Argentine et de l’Uruguay qui possèdent l’une des figures vaqueras parmi les plus connues, le gaucho de la Pampa, mais qui n’est pas reliée à la pratique d’un rodéo d’envergure et qui, lorsqu’il est pratiqué, occulte la figure taurine au sein de la trilogie élémentaire homme-cheval-bovin. Si la combinatoire ville-campagne, associant à une arène urbaine de corrida une hacienda périurbaine d’élevage, permet de comprendre l’émergence de certains jeux taurins, elle n’explique pas pourquoi ils finissent, ici par disparaître (les monteurs de taureaux et le capeador à cheval au Pérou), et là par être consolidés sous la forme de rodéos indépendants (Mexique, Colombie, Venezuela). La présence de la corrida ne semble pas non plus expliquer l’affirmation du rodéo moderne comme s’il s’était agi d’un face à face entre deux traditions, l’une espagnole, l’autre autochtone, dont la confrontation eût été favorable à un développement mutuel. En témoignent les rodéos du Chili et du Brésil qui se sont consolidés malgré la disparition de la corrida. Les éléments de réponse sont à préciser à travers des chronologies très différentes selon les pratiques et selon les pays.

85À la différence de la stabilisation des terres de corridas qui se joue entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, la géographie du rodéo, qui connaît l’essentiel de ses transformations durant le xxe siècle, est encore en mouvement aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, l’institutionnalisation des rodéos et leur transformation en spectacles modernes ont toujours quelque chose à voir avec la construction territoriale des États-nations et l’affirmation de figures vaqueras, garantes d’un lien essentialiste entre la terre et le territoire. Pour ces raisons rapidement esquissées, nous intégrons la transformation des rodéos et l’évolution de leur spatialité à une analyse des dynamiques récentes, pays par pays, que nous présentons en troisième partie.

Notes

1 T. Hägerstrand, Innovation diffusion as a spatial process.

2 T. Saint-Julien, « Diffusion spatiale ».

3 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 178.

4 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 5.

5 Sur les hommes à pied (gardes, soldats, laquais) dans le toreo à cheval, voir A. Guillaume-Alonso, La tauromaquia y su génesis, pp. 143-153.

6 Ibid., p. 161.

7 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 34.

8 L. del Campo, Pamplona y toros.

9 A. Guillaume-Alonso, La tauromaquia y su génesis, p. 166.

10 Ibid., p. 170.

11 A. García-Baquero González, « El macelo sevillano ».

12 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques ».

13 P. Berdoues, Histoire de la tauromachie à Toulouse ; J.-P. Darracq, Histoire taurine de Vic-Fezensac ; M. Figère, Les arènes de Lunel et la corrida ; L.-G. Lacroix, Histoire de la tauromachie en Arles ; A. Lafront, Histoire de la tauromachie à Bordeaux ; H. Marc, Histoire taurine de la ville de Béziers ; J.-L. Rouyre, Un siècle de corridas à Beaucaire ; Id., La tradition taurine à Tarascon ; C. Sabathié, Histoire de la tauromachie à Céret.

14 A. Lafront, Histoire de la tauromachie à Bordeaux, p. 9.

15 L.-G. Lacroix, Histoire de la tauromachie en Arles, p. 24.

16 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 63.

17 M. Laforcade, La tauromachie dans le Sud-Ouest de la France, pp. 36-40.

18 J. -Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 17. Les auteurs précisent que les dernières « marines » ont été abattues par les militaires français de la base de Biscarosse dans les années 1950 car elles occasionnaient des accidents de la circulation.

19 A. Lafront, Histoire de la corrida en France, p. 8.

20 É. Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe, p. 135.

21 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 82.

22 A. Guillaume-Alonso, « Toros y sociedad », p. 125.

23 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 74.

24 G. Boto-Arnau, « Cádiz y la aparición del toreo moderno ».

25 L. del Rey, « Los festejos taurinos ».

26 R. Cabrera Bonet, « Transformación y continuidad del espectáculo taurino madrileño » ; A. Shubert, A las cinco de la tarde, p. 29.

27 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 35.

28 A. Shubert, « El toreo en la historia española », p. 25.

29 Ibid., p. 10.

30 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. IV, p. 35.

31 F. Saumade, Des sauvages en Occident, p. 227.

32 É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 61.

33 J.-Y. Puyo et M. Dauga, « La course landaise, sport-spectacle », p. 16.

34 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 10.

35 M. Dauga et J.-Y. Puyo, « Les écarteurs landais entre mythe et réalité », p. 192.

36 P. Plasencia, La fiesta de los toros, pp. 16-17.

37 J. -F. Batté, Politique et tauromachie, p. 18.

38 B. Bennassar, « Histoire de la tauromachie », p. 19.

39 A. Shubert, A las cinco de la tarde, p. 80.

40 Ibid., p. 80.

41 J. -F. Batté, Politique et tauromachie, p. 58.

42 S. Carvalho, « As tradiçoes, as leis e a constituição deveriam ser para manter e cumprir ».

43 A. Lafront, Histoire de la corrida en France, pp. 18-19.

44 É. Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe, p. 136.

45 Ibid., p. 136.

46 Ibid., p. 147.

47 Ibid., p. 132.

48 Ibid., p. 144.

49 C. Serrano, « Entre l’amour et la réprobation des siens », p. 72.

50 Cité par B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 73.

51 M. Delgado Ruiz, « El toreo como arte o cómo se desactiva un rito ».

52 N. Elias et E. Dunning, Sport et civilisation, p. 15.

53 C. Serrano, « Entre l’amour et la réprobation des siens », p. 74.

54 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 319.

55 Pepe Luis, Touros de morte em Portugal, p. 43. Le nom commun fracaso, en espagnol, signifie échec, dont l’homonymie évoque le célèbre héros de Théophile Gautier.

56 Pepe Luis, Touros de morte em Portugal, p. 51.

57 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. IV, p. 35.

58 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 48.

59 J.-B. Maudet, « Tauromachie et géopolitique en péninsule Ibérique ».

60 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 11.

61 Ibid., p. 10.

62 Les Amis du musée de la vie rurale en Pays landais, La course landaise, jeu-spectacle traditionnel, pp. 5-7.

63 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 10.

64 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 151.

65 P. Bordes, La course landaise, p. 17. Le paré consiste à attendre la bête lancée pour lui faire détourner la tête au moment attendu de l’impact. L’aiguillade est le harcèlement du bétail à l’aide d’un batôn pointu. M. Dauga, « La course landaise et le musée de Bascons », p. 26.

66 Les Amis du musée de la vie rurale en Pays landais, La course landaise, jeu-spectacle traditionnel, p. 8.

67 M. Dauga et J.-Y. Puyo, « Les écarteurs landais entre mythe et réalité », p. 192.

68 Ibid., p. 192.

69 Ibid., p. 200.

70 M. Dauga, 1965-1985 : La course landaise entre tradition et modernité, pp. 24-27.

71 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 158.

72 Ibid., p. 158. Pour les dates É. Duret, « La course camarguaise, aspects historiques », p. 76, d’après le témoignage du manadier Marcel Mailhan.

73 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 159.

74 Ibid., p. 159.

75 Le continent ne connaissait pas le cheval, même si un ancêtre a existé pendant la préhistoire, et ne connaissait que des espèces sauvages de bovidés, en Amérique du Nord : le bison des Plaines et le bœuf musqué du Nord canadien. X. de Planhol, Le paysage animal.

76 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine ».

77 Ibid., p. 5.

78 C. Bataillon, J.-P. Deler et H. Théry, Amérique latine, pp. 11-12 ; C. Bernand et S. Gruzinski, « La redécouverte de l’Amérique », p. 24.

79 P. Deffontaines, « L’introduction du bétail en Amérique latine », pp. 11-13.

80 F. Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique, pp. 118-133.

81 P. Jacquin, Le cow-boy. Un Américain entre le mythe et l’histoire, p. 37. Les cités de Cibola sont des villes mythiques du Nord du Mexique dont la légende racontait qu’elles étaient construites en or. On notera que le nom Cibola vient d’un terme espagnol ancien, cíbolo, qui désignait les bisons.

82 P. Jacquin, Le cow-boy. Un Américain entre le mythe et l’histoire, p. 55.

83 Ibid., p. 121.

84 J.-P. Digard, « Un aspect méconnu de l’histoire de l’Amérique », p. 263.

85 Cité par Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 159.

86 F. Flores Arroyuelos, Correr los toros en España, p. 77.

87 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 7.

88 F. López-Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 48.

89 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 8.

90 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 188.

91 P. Rodríguez, « La fiesta de toros en Colombia », p. 165.

92 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 23 ; Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 160.

93 F. Iwasaki Cauti, « Toros y sociedad en la Lima colonial », p. 313 ; R. Palma, Tradiciones peruanas, p. 46.

94 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 162 ; F. López-Izquierdo, Los Toros del Nuevo Mundo, p. 317.

95 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 161.

96 F. Iwasaki Cauti, « Toros y sociedad en la Lima colonial », p. 314.

97 Ibid., p. 314.

98 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América española, p. 164.

99 Ibid., p. 164.

100 Ibid., p. 165.

101 P. Rodríguez, « La fiesta de toros en Colombia », p. 166.

102 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 189.

103 Á. López Cantos, Juegos, fiestas y diversiones en la América Española, p. 168.

104 Ibid., p. 169.

105 A. Miro Quesada Sosa, Temas Taurinos, pp. 19-29.

106 C. Sillero, « Los toros y el patrimonio cultural ».

107 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 44.

108 Id., Tauromaquia limeña en el siglo xix, p. 25.

109 Id., Plaza de Acho, p. 45.

110 Ibid., p. 52.

111 F. Saumade, Maçatl, pp. 275-276.

112 N. Rangel, Historia del toreo en México, p. 49.

113 F. Saumade, « Animal de rente, animal de loisir ».

114 F. Halcón, « Las plazas de toros de los virreinatos de América », p. 713.

115 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 57.

116 L. Vázquez, América taurina, p. 31.

117 Ibid., p. 34.

118 Ibid., p. 47.

119 Ibid., p. 47.

120 Ibid., p. 41.

121 A. Shubert, A las cinco de la tarde, p. 40.

122 B. Flores Hernández, « Organización de corridas de toros en la Nueva España ».

123 Ibid., pp. 499-500.

124 E. Guarner, Historia del toreo en México.

125 Ibid., p. 41.

126 Ibid., p. 51.

127 D. Medina de la Serna, Las prohibiciones de la Fiesta de toros, p. 6.

128 L. Vázquez, América taurina, p. 9.

129 A. Villatoro, Antología taurina mexicana, pp. 127-128.

130 Gachupín est un terme péjoratif désignant les Espagnols. E. Guarner, Historia del toreo en México, p. 66.

131 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 95.

132 Ibid., p. 59.

133 L’expression « Extrême-Occident » pour désigner le prolongement culturel occidental en Amérique est empruntée à A. Rouquié, Amérique latine. Introduction à l’Extrême-Occident.

134 G. Foster, La cultura tradicional en España y América. Sur l’intérêt de l’approche théorique de la lecture de George Foster voir C. Bernand et S. Gruzinski « La redécouverte de l’Amérique ».

135 C. J. Bishko, « The peninsular background » ; T. Jordan, North American Cattle-Ranching Frontiers.

136 C. J. Bishko, « The peninsular background », pp. 506 et 509.

137 Ibid., pp. 507-508.

138 T. Jordan, North American Cattle-Ranching Frontiers, pp. 18-42.

139 Ibid., pp. 42-64.

140 D. Fournier, « Du taureau considéré comme outil d’acculturation au Mexique ».

141 Ibid., p. 54.

142 Ibid., pp. 62-63.

143 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo ».

144 Ibid., p. 192.

145 F. Saumade, « Animal de rente, animal de loisir ».

146 Pepe-Illo, La Tauromaquia, p. 93.

147 G. Silva Corcuera, « La charrería. Representación simbólica de lo mexicano », p. 11.

148 L. da Câmara Cascudo, A vaquejada nordestina e sua origem, p. 27.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. — Construction des arènes en Espagne
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 2. — Évolution du nombre d’arènes en Espagne
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search