Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Remerciements

Texte intégral

1Je voudrais d’abord exprimer ma reconnaissance envers M. le professeur Patrick Henriet. Au-delà de la direction attentive qu’il a exercée sur mes recherches, il m’a fait le don d’une écoute bienveillante dans les instants de doute, de sa sympathie dans tous les autres moments. La même reconnaissance m’anime à l’égard de Mme le professeur Élisabeth Crouzet-Pavan, qui m’a accordé sa confiance depuis ma première rencontre avec la péninsule Ibérique médiévale. À ces deux personnes, je dois beaucoup, et je veux leur témoigner ma profonde gratitude.

2Dans la réalisation de mes travaux, mes séjours à la Casa de Velázquez ont également été déterminants. Je remercie MM. Gérard Chastagnaret et Jean-Pierre Étienvre de m’en avoir ouvert les portes. J’y ai par ailleurs connu deux directeurs des études anciennes et médiévales dont l’appui a été précieux : Pierre Moret et Daniel Baloup. Enfin, Marie-Pierre Salès, Catherine Aubert et Blanca Naranjo ont rendu possible la publication du présent livre. Je tiens également à remercier l’ensemble du personnel de la Casa de Velázquez qui, par son efficacité, œuvre à faire de cet établissement un havre du chercheur.

3De nombreux médiévistes ont eu l’amabilité de répondre à mes sollicitations de conseils, m’ont facilité l’accès à leurs travaux, ou spontanément orientée vers des pistes de recherche qui se sont révélées fécondes. Je tiens tout spécialement à souligner l’aide cruciale que m’ont apportée Jean-Pierre Molénat et Yann Dejugnat dans l’approche des sources arabes que j’ai été en mesure de manipuler grâce à leurs éclaircissements.

4Amis et collègues ont aussi contribué, chacun à leur manière, au bon déroulement de cette thèse. Charo Moreno et Axelle Gagnard ont mis leur professionnalisme et les ressources de la bibliothèque de la Casa de Velázquez à ma disposition, en toute amitié et sans compter leur temps. Vient ensuite la liste des précieux relecteurs, qui ont mis leur patience à l’épreuve pour débarrasser la version originelle de ce texte de ses scories : Anne-Laure Augros, Marie François, Florian Gallon, Héloïse Hermant, Marie Mounier, Michèle Poeury, mes parents Arlette et Jean-Claude Sirantoine, Aline Vazeux. À tous, un grand merci.

5Merci enfin à Thiébaut Devergranne, partenaire indéfectible de mes années de thèse, partie prenante et enthousiaste des joies de la recherche et de ses déboires, à mes côtés depuis plus longtemps encore que les empereurs hispaniques.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540