Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Deuxième partie. La configuration de l'espace tauromachique

Préambule à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 C. Bernand et S. Gruzinski, « La redécouverte de l’Amérique ».

1Rendre compte de la configuration de l’espace tauromachique, c’est en premier lieu insister sur l’existence d’un espace fragmenté. Mais malgré le recoupement partiel des pratiques tauromachiques dans l’espace, leur inégale extension et le maillage des frontières territoriales, nous avançons l’idée qu’il existe un espace tauromachique relativement cohérent. Comme nous l’avons précisé en introduction, cette cohérence est double. Elle est d’abord le fruit d’une histoire, celle de la conquête du Nouveau Monde par les Espagnols et les Portugais qui font découvrir aux populations locales, les jeux taurins et les méthodes d’élevage de la péninsule Ibérique. La question tauromachique participe alors de l’un des bouleversements culturels les plus importants de notre histoire, né de la rencontre de l’Europe et de l’Amérique, qui constitue aussi l’une des étapes majeures de la mondialisation. Cette question participe également des enjeux scientifiques de « la Redécouverte de l’Amérique », tels qu’ils ont été définis par Carmen Bernand et Serge Gruzinski à l’occasion du cinquième centenaire de la découverte du Nouveau Monde : « Par-delà le discours pluridisciplinaire qui se propose d’articuler anthropologie, histoire, sociologie, c’est dans une approche à géométrie variable que dorénavant nous sommes entraînés, approche qui s’adapte cas par cas aux questions du chercheur et à la spécificité de son objet »1.

2La cohérence d’un espace tauromachique au singulier est aussi le fruit d’un regard parfaitement contemporain qui, malgré les discontinuités de son organisation et derrière le cloisonnement des cultures taurines, fait apparaître des relations de sens et de fonctionnement entre les pratiques. C’est à travers la notion de coexistence spatiale que la nature de ces relations changeantes, selon les lieux et selon les pratiques considérées, peut être appréhendée. L’approfondissement de cette question traitée dans des cadres nationaux fera l’objet de la troisième partie. L’enjeu est pour l’instant de qualifier au mieux les limites et les discontinuités majeures de l’espace tauromachique, ainsi que les processus qui ont présidé à sa formation générale. Pour ce faire, nous analysons les limites de chacune des pratiques tauromachiques en lien avec les cadres juridiques et territoriaux nationaux de leur régulation (chap. iv). Puis nous retraçons les grandes étapes de genèse, de transformation, de diffusion, d’enracinement et de rejet des pratiques tauromachiques, qui donnent à cet espace tauromachique, du Sud-Ouest européen à l’Amérique, son contenu et sa géométrie (chap. v).

Notes

1 C. Bernand et S. Gruzinski, « La redécouverte de l’Amérique ».

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search