Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Première partie. Jeux taurins d'Europe et d'Amérique

Chapitre III. La tauromachie sous le signe de la fête

Texte intégral

1Reprenons l’axiome des relations entre la fête et la tauromachie dans les régions de tradition taurine tel qu’énoncé en l’introduction de notre travail : peu de tauromachie sans fête, peu de fêtes sans tauromachie. Dans ces régions, il est rare en effet que les jeux taurins ne soient pas parties prenantes des réjouissances festives des calendriers civils ou religieux. Partout la fête et la tauromachie semblent indissociablement liées au point qu’elles finissent par être assimilées à un seul et même phénomène de société : les fêtes taurines. Derrière cette évidence en trompe-l’œil, se cachent des réalités sociales et géographiques très hétérogènes. Cette hétérogénéité tient d’abord à la nature même des phénomènes festifs qui exigent d’être qualifiés pour être significatifs. Les recherches sur les phénomènes festifs montrent qu’il s’agit d’un objet complexe. De quelle fête parle-t-on ? Parle-t-on de ce qui est fêté, de l’objet de la fête ou parle-t-on de faire la fête ? Parle-t-on du jour de fête officiel, déclaré, institué, orchestré ? Parle-t-on de festoyer dans la démesure, l’exubérance et la spontanéité ? Cette hétérogénéité tient aussi, comme toujours, à la diversité des pratiques tauromachiques qui ne s’inscrivent pas toutes dans le même rapport à la fête et montrent qu’il existe des formes multiples de l’effervescence festive. La différence entre les spectacles de la tauromachie professionnelle et les jeux de la tauromachie à participation collective prend ici tout son sens.

  • 1 J. Duvignaud, Fêtes et civilisations, p. 53.
  • 2 C. Rivière, Les rites profanes, p. 10.

2En sciences humaines, les fêtes ont très souvent été reliées au sacré. En effet, la fête est, soit considérée comme un événement qui prend sa source dans le sacré, soit comme un temps social qui, par sa « ritualité », reconstruit une forme de sacralisation. Jean Duvignaud y reconnaît l’influence de l’École française de sociologie selon laquelle « la fête est une manifestation du mana et correspond à la catégorie du sacré, laquelle s’oppose aux moiteurs et aux incertitudes de la vie profane »1. Nous pensons que l’indissociabilité de la fête et de la tauromachie, qui relève d’une construction sociale et sémantique, a en partie contribué à renforcer une lecture religieuse des ritualités taurines. Autrement dit, le regard porté sur la tauromachie, n’est pas le même lorsqu’on en parle comme une fête, un spectacle, un jeu ou un sport. Si la dimension rituelle des phénomènes festifs est indiscutable, admettons comme point de départ qu’il existe des rites profanes et que la notion de rite est valable dans une acception qui déborde largement le champ religieux. Comme le souligne Claude Rivière : « Entre l’habitude classique de restreindre le rite au domaine du sacré et la tentation de dire rituels tous les comportements routiniers, le spectre du repérage et de l’explication du rite demeure vaste. Les définitions doivent être précisées et nuancées, celle de M. Mauss (acte traditionnel efficace qui renvoie à des choses appelées sacrées) comme celle de J. Beattie (acte social symbolique) »2.

I. — FÊTES ET TAUROMACHIES : UNE RELATION À INTERROGER

La tauromachie entre fête et spectacle

  • 3 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 17.
  • 4 « Corrida de toros », dans Diccionario de la Real Academia Española. Disponible sur le site Intern (...)
  • 5 Loi 10/1991 sur le règlement des spectacles taurins. Exposé des motifs, article 1 et 2.

3Toutes les pratiques tauromachiques semblent s’inscrire dans une culture de la fête très affirmée. En Espagne, dans l’univers de la corrida, le mot fiesta suffit à désigner la tauromachie. L’histoire de la tauromachie présentée par José María de Cossío dans son ouvrage Los Toros s’intitule : « la Fiesta depuis ses origines jusqu’à nos jours »3. Cette association est reprise par un large champ sémantique où les frontières entre fête et jeu taurin se dissipent : fiesta taurina, festejos taurinos, fiesta brava, fiesta de los toros ou tout simplement fiesta. Mieux, en Espagne, l’appellation controversée de fiesta nacional, dans un pays où le concept de nation apparaît comme éminemment problématique, est encore couramment employée pour évoquer les corridas et pour ce qui relèverait d’une relation identitaire particulièrement intense entre les Espagnols et la tauromachie. Notons d’emblée que cet emploi relève aujourd’hui davantage d’une formule héritée de l’histoire que d’un label officiel à caractère idéologique. Il n’en demeure pas moins qu’une relation forte unit la fête et la tauromachie, dans les mots et dans les faits. Le Diccionario de la Real Academia Española donne comme définition à l’expression « corrida de toros » : « une fête qui consiste à combattre un certain nombre de taureaux sur une place fermée »4. D’un point de vue strictement définitionnel, il est symptomatique que le terme de jeu ou de spectacle ne lui ait pas été préféré. De même, la loi taurine du 4 avril 1991 sur les compétences administratives en matière de spectacles taurins parle, dès la première phrase, du régime juridique de la Fiesta de Toros et entend instaurer les meilleures conditions pour garantir « la pureté de la fête »5. Il apparaît clairement que la fête taurine n’est pas un spectacle comme les autres et a fait l’objet d’une certaine codification d’État.

  • 6 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 17.
  • 7 Ibid., p. 18.
  • 8 Á. Álvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, pp. 89-96.

4En Espagne, le temps long de la tauromachie aurait-il fini par amalgamer les distinctions conceptuelles entre rite, fête, cérémonie officielle, spectacle et jeu ? Comment expliquer que la fiesta (taurine) tende à les réunir dans un fait social qui semble ne pas tenir compte de ces distinctions conceptuelles. On sait qu’à partir du xie siècle, la noblesse espagnole prend l’habitude de donner des courses de taureaux en place publique pour célébrer les naissances, les baptêmes, les mariages princiers ou la canonisation d’un saint. Les autorités locales des villas financent également des corridas votives pour que les saints intercèdent en leur faveur à l’occasion d’une épidémie6. La Renaissance entretient à merveille une ambiguïté baroque où la fête est un spectacle et le spectacle une fête. Certains défunts ordonnent sur leur testament que l’on donne une course de taureaux au bénéfice de leur âme7. Le peuple possède aussi ses propres jeux où l’on court les taureaux à l’occasion des noces8. Les marchés médiévaux avaient déjà rapproché les activités commerciales, les foires, les fêtes municipales et le divertissement des foules. Au xixe siècle, les spectacles taurins se greffent aux foires commerciales, les ferias. Les foires aux bestiaux des régions d’élevage ne sont-elles pas alors des occasions idéales, comme la célèbre feria de Séville officialisée en 1846 ? Quoi qu’il en soit de ce processus sur lequel les historiens n’ont pas encore fait toute la lumière, le divertissement taurin, parmi les événements programmés de la fête officielle et parmi les distractions de la foire commerciale, apparaît bien comme le grand moment d’effervescence communautaire au point qu’il accapare et cristallise les attributs de la fête : le temps et le lieu d’exception, le rassemblement, le tumulte et l’enthousiasme. Les fêtes taurines résulteraient-elles d’une fusion lente du rite, de la fête, de la foire, du spectacle et du jeu taurin, dans le moule de la représentation où s’amalgament le fond, le prétexte et la forme ?

  • 9 Loi taurine du 27 juillet 2001, article 5 (mesures de promotion) alinéa a. L’auteur de cette loi, (...)
  • 10 Exposé des motifs du projet de loi 0077.

5On aurait pu croire cet effet réservé à l’Espagne et aux corridas. En réalité, cet amalgame se retrouve dans l’immense majorité des pratiques tauromachiques et bien au-delà des frontières espagnoles, comme si la tauromachie était prédisposée en terres taurines à occuper une place à part dans les phénomènes festifs, aussi sûrement que le font universellement la musique, la danse, la gastronomie et l’ivresse des sens. En Amérique latine, l’univers de la corrida s’inscrit aussi dans une égale intimité avec la fête faisant des courses taurines plus qu’un simple spectacle. L’exemple du Pérou est très significatif. Dans ce pays, l’article 5 de la loi taurine précise que « l’État pourra adopter des mesures destinées à promouvoir et protéger les activités auxquelles se réfère la présente loi, pour garantir le maintien de la tradition et de la culture de la fiesta de los toros »9. Dans le texte introductif exposant les motifs de cette loi, il est mentionné que « les corridas de toros ou festejos taurinos, sont parties prenantes de la tradition culturelle du Pérou, puisque des corridas sont célébrées depuis la fondation de Lima, ville capitale en 1536, spectacles qui sont considérés comme Fiesta Nacional dans le pays »10. L’occurrence de l’expression fiesta nacional pour désigner dans le contexte péruvien un spectacle que chacun sait d’origine espagnole donne la mesure des logiques complexes d’acculturation liées aux activités tauromachiques dans les pays latino-américains.

6Cette relation entre la fête et les taureaux dépasse le cadre de la culture liée aux corridas. Dans le Nord de la Colombie, les fêtes taurines populaires s’épanouissent sous le nom de fiestas en corralejas. La corraleja désigne l’enceinte du jeu tauromachique invariablement associée à la fête qui s’y déroule. Les fiestas en corralejas sont très proches d’une ambivalence absolue entre la fête et le spectacle qui rendrait les deux notions parfaitement inséparables. L’enceinte est ouverte toute la journée aux initiatives du public au milieu des taureaux lâchés successivement. Le soir venu, c’est dans la corraleja que se tient le bal et que se poursuit la fête. La fiesta en corralejas désigne donc d’abord le jeu taurin, mais aussi l’ensemble de la séquence festive qui s’organise autour de lui.

7Au Brésil, dans l’État de Santa Catarina, l’expression de farra do boi a remplacé, depuis les années 1970, les autres noms qui désignaient les divers jeux taurins, en particulier le boi-no-campo (le taureau dans le champ), boi-na-varra (taureau à la corde). Cette transformation sémantique qui rehausse la notion de fête (farra) peut être interprétée comme la nécessité de considérer les traditions festives locales et les jeux taurins comme un tout face aux tentatives de les faire disparaître ou d’épurer les fêtes traditionnelles des éléments problématiques aux yeux du regard extérieur. Il en va de même dans la famille des rodéos latino-américains. Au Mexique, les termes charreada et fiesta charra sont employés presque indifféremment avec l’idée que l’une ne va jamais sans l’autre. Au Chili, il n’y a pas de fiesta huasa sans rodeo, pas plus qu’il n’existe de rodeo chileno sans fiesta. Au Venezuela et en Colombie, les expressions fiesta del coleo et toros coleados sont interchangeables, le jeu tauromachique constituant la clé de voûte de toute la fiesta llanera, la fête rurale des llanos. L’élection d’une reine de la fête, les combats de coqs et le bal, dansé au rythme ininterrompu du joropo, cette musique locale interprétée à la guitare et à la harpe qui accompagne aussi les concours de joutes oratoires rimées, viennent toujours compléter les toros coleados. Ces jeux taurins apparaissent bien comme la raison d’être de la fête et du rassemblement, son noyau dur, sa substance active, son facteur coagulant qui rassemble les différents ingrédients de la fête.

8D’un point de vue lexical, la relation d’indissociabilité entre fête et jeux tauromachiques n’est pas facilement transposable d’une langue à l’autre, même lorsqu’apparaît une logique similaire. Cette relation est moins immédiatement appréciable en anglais, la terminologie anglo-saxonne faisant généralement fusionner la fête et le spectacle dans l’univers démonstratif du show. Le rodéo nord-américain y trouve son mode d’expression rutilant : musique country, mode vestimentaire attachée au Far West (chapeau, jambières en cuir, bottes, chemise à manches longues boutonnées, Stetson). Le rodéo apparaît bien, à la fois, comme le sport, le spectacle, la fête et le show du cow-boy.

  • 11 Toros, no 1662, 27 septembre 2001, p. 1.

9La langue française est en apparence moins marquée par cette assimilation quasi systématique, mais la réalité sociologique est bien la même. Dans le cas de la corrida, un exemple très concret et riche d’enseignement en donne la mesure : celui de l’annulation de la corrida de la féria des Vendanges de Nîmes en raison des événements du 11 septembre 2001, survenus le mardi précédent à New York. Rappelons d’abord que le mot féria est la transposition directe du mot espagnol feria qui signifie foire et qui désigne dans le contexte taurin, un ensemble de courses de taureaux programmé à l’occasion d’une fête. Cette acception du mot féria est valable en péninsule Ibérique, en France et en Amérique latine. Précisons qu’en France, la féria est par définition taurine, n’étant jamais utilisée pour désigner la foire commerciale. Suivons sur cette affaire les propos rapportés par le chroniqueur Manolillo dans la revue Toros11. Après deux jours de palabres, la décision de l’annulation de la corrida et de toutes les festivités du vendredi est finalement prise par les élus locaux et les organisateurs de la féria des Vendanges :

  • 12 Ibid., p. 1.

Le trio fête-féria-corrida est en place, avec comme conséquence que les trois forment un ensemble indistinct dont il ressort aujourd’hui que la corrida est assimilée à une fête. […] La regrettable association féria-fête-corrida a finalement pris le dessus. Il ne pouvait être question de laisser se dérouler une corrida-fête un jour de deuil national. Ce fut donc l’annulation de tout12.

10En aurait-il été de même avec une forme de divertissement moins associée à la notion de fête ? Si l’on peut comprendre la déception ponctuelle de l’aficionado, il n’est pourtant pas certain que cette association soit regrettable, ni pour les aficionados, ni pour la société locale, puisque dans les régions taurines, fête et tauromachie contribuent chacune à la vitalité de l’autre. Puisqu’elles ne peuvent être tenues pour équivalentes, il est nécessaire d’interroger la nature des liens qui les unissent. L’analyse des calendriers taurins offre un éclairage instructif.

Calendriers taurins et calendriers festifs

  • 13 J. Dumazedier, Vers une civilisation des loisirs ?, p. 64.
  • 14 G. Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, pp. 7-8.

11S’il fallait retenir une idée forte au sujet des calendriers taurins, nous insisterions sur la remarquable coïncidence de la tauromachie avec la célébration des fêtes patronales locales. Il n’en demeure pas moins qu’il existe une incontestable autonomie des jeux taurins qui imposent leur propre rendez-vous en marge des calendriers officiels des festivités traditionnelles. Dans l’ensemble, tout se passe comme si la majorité des jeux taurins se coulait dans le temps festif préexistant, tout en sécrétant et fixant des temps forts d’une temporalité propre. Pour reprendre une observation de Joffre Dumazedier « Les fêtes traditionnelles […] fixent un cadre rituel aux loisirs modernes, mais en même temps les loisirs modernes leur donnent un sens et un rôle nouveaux »13. De ce point de vue la coïncidence patente entre le loisir taurin et les fêtes patronales ne doit pas conduire à penser mécaniquement que la tauromachie a quelque chose à voir avec la religion. Il serait plus prudent de considérer comme point de départ que les fêtes traditionnelles, qu’elles soient d’origine civile ou religieuse, offrent des moments d’autocélébration de la communauté au sein desquels la tauromachie occupe, en terres taurines, une place de choix. Cette communauté peut être locale, comme dans le cas des fêtes patronales de nombreux villages et villes, ou bien régionale, voire nationale, dès lors qu’à travers la fête, toujours localisée, s’expriment aussi ces niveaux de représentation. Guy Di Méo distingue trois branches principales du modèle festif : fêtes calendaires, fêtes patronales et fêtes commémoratives auxquelles se greffent d’autres rameaux, dont les foires, les festivals et les fêtes privées14. L’importance quantitative des fêtes locales sur l’ensemble des événements festifs d’un territoire donné confère aux fêtes patronales une place prépondérante. Étant donné qu’en Occident, le cycle calendaire fut très tôt absorbé par le calendrier chrétien, fêtes patronales et fêtes calendaires ont souvent eu tendance à se recouper. C’est ainsi que l’on peut repérer la trace des fêtes calendaires païennes, largement fondées sur les cycles agricoles et les rythmes saisonniers, à travers un calendrier chrétien qui leur est en partie surimposé. On observe un phénomène analogue en Amérique latine où le calendrier festif chrétien ou civil s’est, dans certains cas, surimposé à des fêtes préhispaniques, aztèques, mayas ou incas, ce qui a pu faciliter, par endroits, les progrès d’une évangélisation syncrétique. En Amérique, les fêtes locales correspondent souvent à la commémoration de la fondation de la ville, généralement placée sous le signe d’un saint du temps de la colonisation espagnole, ensuite converti en figure patronale. Les articulations des jeux taurins à la fête offrent ainsi une palette de situations très diverses depuis le simple spectacle qui paraît dénué de toute relation avec le reste des activités festives jusqu’au loisir omniprésent qui semble structurer l’espace-temps de la fête. Prenons l’exemple du calendrier taurin espagnol qui offre un large éventail de situations.

12En Espagne, la plupart des férias taurines et des « jours de taureaux » coïncide avec la célébration du saint patron de la cité. Citons les exemples les plus importants à l’échelle du territoire. La San José, le 19 mars, coïncide avec l’une des férias taurines de Valence, également célébrée par des courses de taureaux à Aranjuez, Elda, Ontur, Utiel. La San Juan, le 24 juin, coïncide avec les férias taurines de Badajoz, Soria et Alicante, également célébrée par des courses à Albacete, Éibar, León, Tarragone. La San Jaime ou Santiago, saint Jacques, saint patron de l’Espagne, le 25 juillet, coïncide avec la féria de Santander à laquelle s’ajoutent de nombreuses corridas, à Almadén, Ávila, La Línea de la Concepción, Puerto de Santa María, Tudela, Valence. La liste n’est pas exhaustive. Enfin, la date la plus féconde en « jours de taureaux » est l’Assomption de la Vierge, le 15 août où sont régulièrement données des courses à Alfaro, Barcelone, Burgo de Osma, Cenicientos, Calatayud, Gijón, Málaga, Puerto de Santa María, Séville, Tafalla.

13D’autres férias correspondent à des dates religieuses mobiles qui dépendent du jour de Pâques : le mardi gras ou le carnaval, le dimanche des Rameaux, le jeudi de l’Ascension, le dimanche de Pentecôte, le jeudi de la Fête-Dieu (Corpus Christi). Le cycle festif de Pâques est sans doute celui qui met le mieux en valeur un lien substantiel qui aurait survécu entre le calendrier taurin et le calendrier religieux. En 325, le concile de Nicée fixa la fête en mémoire du Christ au dimanche de la résurrection tombant après la pleine lune qui a lieu soit le jour de l’équinoxe de printemps (21 mars), soit aussitôt après cette date, Pâques oscillant ainsi entre le 22 mars et le 25 avril. On remarquera que le mot « carnaval », emprunté à l’italien carnevalo est composé de carne (viande, chair) et de levare (lever, ôter). Le premier sens du mot a pu être « entrée en carême », puis « veille de l’entrée en carême », temps caractérisé par des fêtes, des ripailles et des divertissements en tout genre. Cette relation autour de la fête carnavalesque qui établit un lien fort entre la fête, la subversion de la norme et la consommation exceptionnelle de viande, offre un ancrage solide pour enraciner les jeux taurins dans une ancienne ritualité festive. Parmi les férias et les jours de taureaux modernes qui suivent le calendrier du cycle festif de Pâques, citons le cas de Séville (la corrida du dimanche de résurrection et la féria taurine de Pâques), la féria de Castellón au moment du Carnaval, les férias de Tolède et de Grenade pour le Corpus Christi (Fête-Dieu).

  • 15 La Raza, qu’il serait maladroit de traduire par race sans complément d’information, est une notion (...)

14Certaines dates taurines, en rupture avec le calendrier religieux, correspondent à des fêtes civiles commémoratives, tel que le jour de l’Andalousie à Séville, la très attendue corrida du Dos de Mayo à Madrid, ou encore celles du 12 octobre qui célèbrent el día de la Hispanidad (autrefois nommé día de la Raza) correspondant à la date anniversaire de la découverte de l’Amérique15. D’autres événements taurins s’affranchissent entièrement de la chronologie festive des calendriers civico-religieux. Ce sont, tout d’abord, les courses proposées dans le cadre des arènes dites de temporada (de saison). Ces arènes élaborent, en marge de leur féria, une programmation hebdomadaire de spectacles comme le font les théâtres et les opéras. Seules Madrid et Séville peuvent s’inscrire véritablement dans cette catégorie même si, dans deux styles différents et géographiquement très éloignés, les arènes de Barcelone et du Puerto de Santa María (Cadix) proposent une programmation de ce type. À Barcelone, il existe officiellement une saison taurine qui se réduit en réalité à 6 ou 7 dates, soit beaucoup plus que de nombreuses férias, mais beaucoup moins qu’une véritable saison de courses de taureaux comme celle de Madrid et de Séville. Au Puerto de Santa María, le cycle des courses est annoncé sous l’appellation de féria, mais elles sont réparties en courses hebdomadaires sur les mois d’été. Ajoutons à cette catégorie la tradition des courses de solidarité, de bienfaisance, offertes pour financer un projet, indemniser des victimes d’une catastrophe, rendre hommage à un torero qui se retire ou renflouer les caisses d’une gloire désargentée. Les plus célèbres de ces manifestations sont, à Madrid, la corrida de la Presse, au bénéfice des journalistes, et la corrida de la Bienfaisance, au bénéfice de diverses œuvres de la Communauté. Les corridas de bienfaisance perpétuent la tradition des spectacles et des jeux qui n’étaient autorisés qu’à condition qu’ils contribuent à une œuvre caritative ou au financement d’un projet pour la cité. Sont à mettre dans cette catégorie ce que la nomenclature taurine nomme « festival », à savoir une course mineure, sans habit de lumière, avec des taureaux aux cornes réglementairement épointées, au cours duquel les professionnels ne sont pas rémunérés. Enfin, certains rendez-vous pourraient être rapprochés du modèle sportif, composé de plusieurs rencontres qui cherchent à créer une émulation au-delà des représentations isolées et indépendantes les unes des autres. C’est le cas pour des courses réservées aux jeunes toreros : le concours de novilladas d’Arnedo qui décerne au meilleur espoir le trophée du zapato de oro (la chaussure d’or), les concours de novilladas composés de phases éliminatoires pouvant avoir lieu dans différentes arènes. Cette évolution récente montre que l’univers de la corrida n’est pas totalement hermétique aux évolutions organisationnelles de type sportif, même si ce modèle est constamment mis à distance pour asseoir la dimension artistique de la tauromachie.

II. — TAUROMACHIES FESTIVES ET FESTIVITÉS TAURINES

La tauromachie, cause ou conséquence de la fête

15À travers cette diversité de situations, il n’est pas toujours facile de savoir si la tauromachie est cause ou conséquence de la fête, tant les logiques festives les imbriquent jusqu’à faire disparaître l’objet même de ce qui est fêté, au profit de ses manifestations plurielles. On touche ici sans doute à l’un des aspects inhérents à l’étude de tout phénomène festif.

Fig. 42. — Bouée décorative, Vierge du Bon Voyage au club nautique de Moita. Le responsable du club nous explique avec pédagogie quels sont les piliers de l’identité locale : ici le fleuve et la Vierge du Bon Voyage… (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 43. — Bouée décorative, corrida de toros… là : le fleuve et la tauromachie, plus précisément la corrida à pied (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

16Au Portugal, pays où le temps festif est de même qu’en Espagne, fortement marqué par la tradition catholique, on retrouve la même place dominante des fêtes patronales qui semblent fixer le rythme de la saison tauromachique. Mais, là encore, les articulations entre la fête religieuse, la fête civile et les loisirs taurins possèdent de multiples facettes. Les fêtes taurines du Ribatejo nous enseignent que cette articulation est propre à chaque lieu. À Moita do Ribatejo, la féria taurine est l’une des principales activités venant célébrer les fêtes en l’honneur de Nossa Senhora da Boa Viagem. Il s’agit d’une des férias taurines les plus importantes du Portugal, qui présente un cycle de 5 à 6 spectacles consécutifs. En interrogeant les habitants de Moita sur l’objet principal de la fête, beaucoup ont exprimé l’idée que le fleuve, les taureaux et la Vierge du Bon Voyage en étaient les trois composantes inséparables. Un responsable du club nautique de Moita, pour me confirmer ces dires, a décroché une bouée d’ornement fixée au mur du restaurant. Un côté de la bouée représente la Vierge du Bon Voyage, l’autre une scène tauromachique et de commenter : « cette bouée représente ce qu’est la fête pour nous : le Tage et ses bateaux, notre Vierge qui nous protège et les courses de taureaux » (voir fig. 42 et 43, p. 115).

  • 16 Tauromaquia, septembre 2004, no 6.
  • 17 Ibid., p. 5.
  • 18 Ibid., p. 3.

17Derrière l’apparente complémentarité harmonieuse d’une fête tricéphale, certains dénoncent au contraire la tension des intérêts divergents. Le directeur de la revue taurine portugaise Tauromaquia, Rui Patrocino, dans le numéro de septembre 2004, paru juste avant les fêtes de Moita, critique le manque de collaboration entre les principaux décideurs des festivités16. D’une part, l’Église paroissiale possède une commission responsable des célébrations religieuses qui n’est pas intégrée à la Commission organisatrice des fêtes de Moita (COFM). D’autre part, l’entreprise organisatrice de la féria taurine programme ses spectacles en concurrence avec la COFM. En effet, sur les programmes de la fête de 2004, on observe que les corridas sont données en nocturne, à 22 heures, en même temps que les concerts, les bals et autres podiums musicaux. Et l’auteur de conclure : « Tout se passe comme si chacun organisait sa fête de son côté »17. Pour l’anthropologue Vitor Pereira Mendes qui s’exprime dans l’éditorial du même numéro, il s’agit d’une dénaturation de la fête, car les courses de taureaux, pour remplir leur fonction, doivent remplacer le travail : « En ce que la fête est fête, elle doit refuser le sens pratique et utilitariste de la vie »18. L’exemple de Moita montre à quel point les vues peuvent diverger au sujet de la complémentarité des activités festives et de leur concurrence qui, selon les groupes d’intérêt, peuvent manifester, pour les uns, une diversité de l’offre festive et pour les autres, un dysfonctionnement de la programmation et l’essence même de la fête.

  • 19 Nous nous référons ici au programme des fêtes de 2005 auxquelles nous avons participé.

18Les fêtes du Colete Encarnado de Vila Franca de Xira offre un exemple différent. Le colete encarnado est le nom du gilet rouge porté par les campinos et place immédiatement la grande fête annuelle de la cité sous le signe de l’élevage des taureaux de combat. La fête a d’ailleurs été lancée en 1932 par les édiles locaux, à la tête desquels se trouvait l’éleveur José Van-Zeller Pereira Palha, souhaitant récompenser les pompiers volontaires de Vila Franca. Le programme des fêtes tourne aujourd’hui autour de la figure centrale du campino auquel il est rendu hommage. Pendant les trois jours de fête se multiplient les activités taurines et équestres : les esperas, les largadas, la garraiada dans les arènes de Palha Blanco, les compétitions où s’illustre le savoir-faire des bouviers sur l’esplanade qui prolonge les arènes, et une à deux courses de taureaux19. À cela s’ajoutent des activités festives telles que des concerts de fado et de flamenco, des spectacles de danse et des sardinades en plusieurs points de la ville. La référence religieuse reste discrète et se limite généralement à une messe en soirée, célébrée à l’église Matriz de Vila Franca. Ici la fête a bien lieu en l’honneur des campinos et ne s’articule à aucune fête d’origine religieuse. Les fêtes du Colete Encarnado établissent en lien fort et visible entre les travailleurs du bétail brave et l’activité tauromachique.

  • 20 Lors des encierros de Pampelune, le barrete verde est un signe de reconnaissance des Portugais qui (...)

19Le cas des fêtes d’Alcochete nous permet en quelque sorte de boucler le tour d’horizon de la diversité des festivités taurines du Ribatejo. Les grandes fêtes annuelles d’Alcochete sont les festas do barrete verde e das salinas qui ont lieu la deuxième semaine d’août. Par cette appellation, la fête rend hommage à deux éléments constitutifs de l’identité d’Alcochete à mi-chemin entre l’activité tauromachique et l’activité économique. Le barrete verde est le bonnet vert porté par les forcados et les campinos20. Les salinas sont les salines qui pendant longtemps ont constitué la principale industrie de la cité, en relation avec le port de Lisbonne et le salage des morues. Les festas do barrete verde e das salinas initialement intitulées Festas do barrete verde ont été créées au début des années 1940 par un journaliste d’Alcochete, José André dos Santos. Cette fête venait remplacer celle de Nossa Senhora da Vida (Notre-Dame de la Vie) que les habitants d’Alcochete font remonter au xviie siècle. Notons que les corridas furent introduites dans les festivités en 1930. On observe ainsi qu’il existe des phénomènes de relais et de substitution dans les programmations et les appellations des fêtes, qui font varier la place de la tauromachie dans le système festif. Dans le cas d’Alcochete, on est passé d’une fête dont l’objet officiel était l’hommage à Notre Dame de la Vie à la célébration de trois figures emblématiques de la terre, de « notre terre » comme se plaisent à le dire les habitants de la cité : le travailleur du bétail, le salinier et le forcado. Le lien avec le terroir est immédiat dans le cas des campinos et des saliniers auquel s’agrège la figure populaire du forcado.

  • 21 G. Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, p. 3.

20Assister à ces événements nous enseigne qu’il existe toujours une part d’intransitivité de la fête qui, par un jeu d’accumulation d’activités, de mise en scène, d’occultation, d’exhibition ou de médiation de ce qui est fêté, rend toutes les fêtes possibles. L’objet premier de la fête, lorsqu’il est possible de l’identifier au-delà des effets d’annonce, peut être central pour les uns, marginal pour les autres, absent pour les troisièmes, sans que ne soit jamais remise en cause la loi selon laquelle la fête engendre et attire la fête. Guy Di Méo rappelle en ce sens les analyses de François-André Isambert qui notait que les modes d’expression de la fête, par leur consistance propre « deviennent souvent opaques, au point de voiler aux yeux des spectateurs, voire du participant, leur signification, c’est-à-dire l’objet qu’ils célèbrent »21.

  • 22 Conseil Économique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, p. 45.
  • 23 C. Bernié-Boissard, « Le public des courses de taureaux », p. 27. Voir également Id. (dir.), Tauro (...)

21Lors du IVe congrès mondial des villes taurines qui s’est tenu en septembre 2001 à Vila Franca de Xira au Portugal, Jocelyne Pezet, conseillère régionale du Languedoc-Rousillon et conseillère municipale de Nîmes, évaluait à près d’un million de visiteurs le nombre de personnes attirées par la féria de Nîmes, soit environ sept fois la population résidente de la ville. Ce fut également l’occasion de révéler le résultat d’un sondage qui permet de rendre compte des raisons pour lesquelles les participants se rendent à la féria de Nîmes. À la question « pourquoi venez-vous à la féria ? », 16,8 % répondent pour les corridas et les manifestations taurines, 8,9 % pour les chevaux et le folklore, 49,5 % pour l’ambiance des fêtes, 24,8 % pour d’autres raisons. Bien qu’il semble difficile de pouvoir segmenter sans recoupement les raisons de la participation, cette enquête confirme le rôle clé de l’activité tauromachique dans le succès de la féria, sans qu’elle soit pour autant la première motivation des participants. Il est intéressant de constater qu’une notion aussi difficile à définir que l’ambiance, invoquée à près de 50 %, soit finalement le principal facteur d’agglomération de la population, alors que cet élément échappe en partie aux projections des programmateurs. Que fête la féria de Nîmes ? La Pentecôte, la tauromachie ou Nîmes elle-même ? La Pentecôte fixe la date plus qu’elle n’est célébrée. La tauromachie donne le thème officiel et détermine une partie de la viabilité financière. Le tissu local des aficionados nîmois s’investit dans la fête à travers les clubs taurins, les « bodegas », les associations. Les habitants participent à la fête, certains la fuient. Les populations alentour, les touristes, les visiteurs convergent vers Nîmes et participent à la féria. Les uns ne reconnaissent plus « leur » féria, les autres se demandent si la tauromachie est vraiment indispensable à une si belle fête. En dépit de la forte affluence à la féria de Nîmes, la tauromachie reste perçue par le plus grand nombre comme la raison d’être de la fête. Cette perception n’est pas démentie par le poids économique de la tauromachie au sein de la Féria. Le Bureau d’information et de prévention économique estime que les dépenses cumulées de 100.000 spectateurs taurins lors de la féria s’élèvent à 13 millions d’euros et Jocelyne Pezet d’ajouter « la féria est une des rares manifestations de cette envergure qui coûte à la collectivité moins de 1 % du flux économique obtenu ». En 1996, d’après le Conseil économique du Languedoc-Roussillon, les corridas de la féria de Nîmes auraient permis de dégager un excédent budgétaire de 2,7 millions de francs qui « parviennent presque à couvrir les frais engagés par la ville de Nîmes pour l’ensemble des festivités qui se sont déroulées sur cinq journées et qui ont attiré 260.000 visiteurs par jour »22. Quant à l’origine géographique des spectateurs de corridas à Nîmes, une enquête menée en 2003 et 2004 a montré que sur 10 spectateurs, 6 sont originaires du Languedoc-Roussilon, 2 viennent de régions plus septentrionales et 2 ont des origines espagnoles, confirmant ici le caractère localisé de la culture taurine23.

22On comprend mieux l’engouement suscité par les fêtes taurines auprès de nombreuses municipalités en matière de développement local. Mieux, le spectacle peut être déficitaire, il reste bien souvent avantageux au vu des effets d’entraînement exercés sur l’ensemble des activités économiques. L’un des porte-paroles de la Fédération française de la course camarguaise nous a confirmé qu’avec un coût d’organisation moyen de 5.000 euros par course, chaque spectacle était déficitaire de 2.000 euros. Rapporté aux 900 courses camarguaises de l’année 2004, le déficit s’élève à 1.800.000 euros, entièrement comblé, par les activités annexes des clubs taurins, buvettes, sandwicherie, tombolas, etc. Un processus analogue se produit avec le fonctionnement économique de la course landaise.

23Dans cette imbrication des faits, la tauromachie professionnelle et la tauromachie à participation collective s’inscrivent chacune dans une conception différente de la fête, ou plutôt manifestent une façon différente de faire la fête. Elles impliquent aussi un rapport au territoire différent. Prenons le cas des corridas formelles à l’espagnole pour lesquelles les codes sont quasiment identiques en tout lieu, à quelques nuances près. Il s’agit dans la majorité des cas d’un spectacle de la fin d’après-midi, sauf en Équateur où les corridas commencent à midi. L’heure venue, les amateurs se pressent vers les arènes, beaucoup se sont habillés spécialement pour l’occasion, certains préparent digestifs et cigares à offrir à leur voisin, d’autres ont emporté de quoi boire et manger. L’ouverture du spectacle est très cérémoniale. Le spectacle commence toujours à l’heure, les alguaciles qui représentent l’autorité en piste reçoivent les clefs permettant de faire sortir les taureaux, les toreros défilent en habit de lumière au rythme des pasodobles et au son des applaudissements de la foule, ils saluent la présidence, les drapeaux aux couleurs de l’Espagne, parfois de la région, de la province ou de la ville flottent au-dessus des arènes. Le déroulement du spectacle est pris dans une logique festive contradictoire, comme tout divertissement réglé reposant sur l’exaltation d’une passion collective.

24En effet, le spectacle est régi par des normes, des droits et des devoirs assignés aux spectateurs et aux professionnels qui, en théorie, sont à l’opposé du désordre, de la licence ou de la subversion que l’on identifie comme des caractéristiques constitutives de la fête. Mais, dans le même temps, ces normes déterminent les conditions d’existence du rassemblement, de l’effervescence collective, voire de la transgression. Quoi qu’il en soit, les grands triomphes des matadors ont la saveur des grands moments de fête pour ceux qui les vivent. Le matador est acclamé. Il reçoit les trophées accordés par la présidence à la demande d’une foule en liesse : une oreille, deux oreilles ou deux oreilles et la queue. La musique accompagne le tour de piste du matador. Il reçoit sur son passage les félicitations du public, des fleurs et des cadeaux de toutes natures, fréquemment liés aux produits du terroir, des jambons, du vin, un pain géant offert par le boulanger qui profite de l’occasion pour se faire de la publicité. On lui jette également des châles, mantilles, chapeaux, casquettes et parfois même d’autres présents plus inavouables lancés comme autant de liens personnels tissés entre la foule et le héros du jour. De ce qu’il reçoit de la foule, certains accessoires sont portés par le matador d’autant plus volontiers qu’ils symbolisent le lieu du triomphe, généralement des foulards aux couleurs de la cité et de la fête ou des chapeaux traditionnels : chapeau des charros mexicains, panama originaire d’Équateur, plus rarement barrete verde des campinos et forcados portugais, foulard rouge à Bayonne et à Dax, foulard bleu à Bilbao, foulard à carreau noir et rouge à Saragosse… À la fin du spectacle, le torero triomphateur sort par la grande porte, il est porté par la foule, autrefois jusqu’à son hôtel, aujourd’hui jusqu’à sa voiture où l’on se précipite à nouveau pour espérer le toucher, parfois lui arracher un morceau de son habit de lumière. L’après-corrida peut se poursuivre tard dans les bars alentour, servant souvent de siège aux associations d’aficionados qui commentent et rejouent inlassablement les gestes d’une émotion fugitive. La course de taureau tient de la fête, si l’on accorde une telle reconnaissance aux manifestations collectives structurées par un spectacle qui crée des temps de rassemblement, de décharges émotionnelles et de forte convivialité.

25La corrida ajoute un fait essentiel, le public intervient réglementairement dans les décisions prises par la présidence pour accorder les trophées. La première oreille est accordée par la présidence à la demande du public, quand bien même sa propre conviction serait différente. Les trophées supplémentaires sont à la discrétion de la présidence. Mal lui en prendrait de contredire un avis largement majoritaire qui serait immédiatement suivi d’une bronca retentissante. La bronca n’a pas d’équivalent français et semble avoir disparu des spectacles plus policés. Voici la définition qu’en donne Claude Popelin :

  • 24 C. Popelin, La Tauromachie, p. 50.

[Dispute] Nom donné aux colères extrêmement bruyantes qui dressent le public contre un torero déficient, un taureau inapte, une décision contestée du président ou un détail d’organisation négligé. Pas toujours intégralement justifiée, cette expression de la vox populi est l’arme majeure des spectateurs pour se faire écouter dans l’arène24.

26Cette colère du public peut encore se solder aujourd’hui par l’intervention de la force publique pour assurer la sortie d’un torero ou la retraite de la présidence. Elle est assurément une emprise démocratique sur le spectacle qui en fait un acte politique avec d’autant plus d’acuité que le président est toujours un membre des pouvoirs publics. En Espagne, rappelons que la course demeure sous le contrôle du ministère de l’Intérieur. C’est une différence importante avec les autres spectacles taurins où les juges ne prennent pas leur décision en fonction du public, relégué dans une position plus passive à laquelle ne s’est finalement jamais tout à fait résolu le public des corridas.

27La tauromachie participative pousse ce principe à son comble ou plutôt n’a peut-être jamais perdu son fondement : la participation collective du peuple à un moment exceptionnel d’euphorie et de divertissement. Les jeux taurins populaires mettent en scène une fête que l’on rattache plus facilement aux représentations habituelles des événements à caractère festif. À la place du spectacle ordonné, de la séparation entre acteurs et spectateurs, des temps généralement respectés d’acclamation et de silence, s’exprime ici une plus grande spontanéité individuelle et collective qui confine au désordre. Les jeux taurins populaires signifient d’autant mieux l’exceptionnalité du temps et du lieu de la fête qu’ils transfigurent les espaces de la vie quotidienne, comme lorsqu’ils occupent les rues et les places publiques de la cité, aménagées et décorées pour l’occasion. La coïncidence du jeu taurin et de la ville en fête offre un décorum qui place immédiatement la scène dans une atmosphère festive : des drapeaux aux fenêtres, des fanions suspendus le long des rues, des odeurs de grillades, d’anticuchos au Pérou, de sardines au Portugal, le son des fanfares, le bruit des pétards. À Vila Franca de Xira, le lâcher de taureau dans l’espace public dure toute la matinée, les participants traversent la rue, les mains prises par les victuailles et les verres de bière, certains se prennent en photo tant que le taureau n’y est pas, d’autres s’approchent encore d’un balcon ou d’une balustrade où ils ont repéré celui ou celle à qui plaire. Au passage du taureau, ils se jetteront sur l’élu, feignant un danger imminent pour une première prise de contact. Les lieux quotidiens sont investis et transfigurés par la fête taurine dont les valeurs semblent à l’opposé de la fête réglée par une mise en spectacle rationnelle. Elle donne à voir une improvisation ludique permanente, même si les jeux taurins populaires obéissent en réalité, pour la plupart, à une réglementation précise, tout au moins en Europe : la taille des barrières, la largeur du parcours, la longueur de la corde…

28En Amérique latine, le niveau de violence peut être beaucoup plus élevé pour les hommes et pour les bêtes, et les normes réglementaires pour le déroulement des jeux taurins populaires beaucoup plus aléatoires, quand elles existent. Le dicton parcourt les Andes depuis les corralejas du Nord de la Colombie jusqu’au turupukllay de l’Altiplano péruvien : « une fête réussie est une fête où le sang coule », de préférence celui de l’homme, ressuscitant fantasmes ou réalités de la pratique sacrificielle.

Trois exemples d’imbrication : Madrid, Pampelune, Séville

29Trois exemples concrets nous permettent de montrer les relations complexes d’imbrication entre festivités taurines et tauromachies festives en insistant sur leur rapport à l’espace. Ils permettent aussi de présenter les trois fêtes taurines les plus imitées à travers le monde et dont les codes servent de références à de nombreuses férias. En outre, Madrid et Séville sont des centres de commandement du monde des corridas tant d’un point de vue économique que d’un point de vue iconographique. En cela, avoir à l’esprit ces exemples dans le détail de leur organisation permet une analyse plus fine des espaces taurins, du Sud-Ouest européen à l’Amérique latine.

a) Madrid : la San Isidro et la sanisidro

30Les principales fêtes de la ville de Madrid sont celles données en l’honneur du saint patron Isidore, autour du 15 mai. Isidore était un laboureur de Madrid né en 1080 et canonisé en 1622 pour avoir, parmi beaucoup d’autres miracles dont certains posthumes, fait jaillir une source dont l’eau guérit tous les maux. À l’endroit où la source jaillit, au sud-ouest de la ville, fut construit l’ermitage de San Isidro, peint par Goya en 1787 et dont le tableau se trouve aujourd’hui au Prado. Le jour du saint ne fut définitivement fixé au 15 mai qu’en 1669. Les actes religieux liés à la célébration du saint patron démarrent le dimanche qui précède le 15 mai. Tout commence par la bénédiction de la source miraculeuse attenante à l’ermitage où sont exposées les reliques du saint. Le matin du 15 mai a lieu une messe célébrée par le cardinal de Madrid, suivie d’une procession qui traverse le centre historique de la ville. La dernière cérémonie religieuse qui clôt les fêtes de la San Isidro se tient le dimanche suivant dans l’ermitage de San Isidro, ponctuée par le chant Regina cœli adressé à la vierge. Lors de ces fêtes qui durent une semaine sont organisés différents divertissements : des concerts publics en plein air, du théâtre de rue, un festival de théâtre (Distrito Quijote), un festival de musique (Titirimundi), des défilés de géants (gigantes y cabezudos), des expositions, une fête foraine et… une féria taurine. Les dépliants promotionnels des fêtes de la San Isidro proposés par la mairie insistent moins sur la présence de la féria taurine que ne le font ceux des agences de voyages et des offices du tourisme, visant une clientèle internationale pour qui les corridas sont présentées comme l’événement à ne pas manquer, puisqu’elles constituent une spécificité des fêtes espagnoles en général et des fêtes de San Isidro en particulier.

Fig. 44. — Plaza de toros de Madrid. Les arènes de Las Ventas sont combles pour la San Isidro (Madrid, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 45. — Plaza de toros de Séville. Les arènes de La Maestranza de Séville pendant la Féria. Public hétérogène des places au soleil comme en témoignent les couvre-chefs (Séville, 2004, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 46. — Plaza de toros de Pampelune. Les arènes de Pampelune se vident par la piste au rythme des « bandas » pour la San Fermín (Pampelune, 2003, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

  • 25 Dans le langage taurin, « confirmer son alternative » signifie venir toréer à Madrid pour la premi (...)

31La féria taurine est appelée la San Isidro parfois orthographiée en un seul mot sanisidro et sans majuscule, comme s’il s’agissait d’un nom commun découplé du nom propre dont elle tire pourtant son appellation. À la différence des fêtes de la San Isidro, la sanisidro dure plus de trois semaines du début du mois de mai au début du mois de juin. Avec un spectacle par jour, c’est la féria taurine la plus longue et la plus importante du monde. Si l’on y ajoute la courte féria de la Communauté de Madrid fin avril et la Feria del Aniversario, crée en 2006 à l’occasion du 75e anniversaire des arènes, se déroulant début juin, les aficionados peuvent assister à Madrid à plus d’un mois de corridas quasiment consécutives. La féria taurine madrilène fut créée en 1947 par Livinio Stuyck, alors imprésario des arènes. Elle a d’abord été appelée « feria de Madrid » et réunissait sur cinq jours, à partir du 15 mai, les corridas normalement programmées sur tout le mois. Depuis le début du xxe siècle, une corrida avait lieu le jour de la San Isidro. Dans les années 1960, le nombre de courses données pour la San Isidro oscille entre 10 et 15. Le nombre de courses dépasse la vingtaine au début des années 1970. La sanisidro réunit généralement tous les plus grands toreros du moment, sauf lorsque les exigences de certains d’entre eux en termes économiques ou en termes de choix des élevages s’avèrent incompatibles avec la volonté ou le budget de la direction des arènes. Pour la sanisidro, tous les éleveurs conservent leurs meilleurs lots de taureaux ou plutôt les plus respectables en termes de poids, de musculature et de cornes, bien que sur ce terrain les ferias de Bilbao et de Pampelune la surpassent. Il est d’usage assez courant de comparer la sanisidro à la grande bourse des valeurs taurines, qui chaque année fait varier la cote des professionnels, leurs prétentions salariales et leur nombre de contrats pour la saison en cours. Pour les arènes, le 15 mai est une date presque comme les autres, même si nous avons pu remarquer que ce jour promet généralement une affiche de qualité. Le 15 mai 2005, les arènes ont cherché à programmer une corrida en cohérence avec la dimension locale de la fête en mettant à l’affiche trois matadors de Madrid : El Juli, Matías Tejela et César Jiménez qui confirmait alors son alternative25. L’expérience n’a pas été renouvelée en 2006, ni en 2007.

  • 26 Libération, 16 mai 2001 ou J. Durand, Chroniques taurines, p. 130.

32Si la tauromachie est une fête, et que la sanisidro représente la féria la plus importante au monde, il est surprenant de constater qu’il s’agit aussi d’une des férias les moins festives à l’intérieur des arènes, comme à l’extérieur. Dans les arènes, aucune ambiance de fête pour des spectateurs réputés sérieux et intransigeants, qui préfèrent volontiers jouer le rôle d’un tribunal de l’orthodoxie taurine, plutôt que de se laisser aller à la moindre complaisance. Cette tradition de rigueur et de sévérité est ancienne. Comme le rappelle Jacques Durand, lorsqu’en 1973, le matador Palomo Linares coupe la deuxième queue de l’histoire des arènes de Las Ventas, le lendemain, sous l’effet du scandale provoqué par une récompense fortement contestée, une partie du public portait un brassard en signe de deuil26. Certains secteurs de l’arène poussent cette exigence à l’intransigeance, voire à l’intégrisme comme hier la andanada 8 et comme aujourd’hui le très redouté tendido 7. Cette partie de l’arène correspond aux premières places du soleil qui passent à l’ombre quand le soleil décline. Elles surplombent le terrain où a lieu la pique. Les spectateurs du tendido 7 ne font aucune concession à la présentation et à la qualité des taureaux, pas plus qu’ils n’acceptent le moindre manquement au règlement taurin. Cette intransigeance affichée est considérée, tantôt comme une juste rigueur, tantôt comme une attitude irrespectueuse et contestable, voire comme la manifestation d’une ignorance crasse ou délibérément provocatrice. Quoi qu’il en soit le tendido 7 aime jouer un rôle important et ses occupants ne se voient pas comme de simples spectateurs. La réputation de Madrid n’est pas seulement fondée sur les caractéristiques de son public. Un détail lourd de sens : aucune musique n’est jouée pendant que le matador torée contrairement à toutes les autres arènes du monde où lorsque l’homme parvient à lier les passes de façon satisfaisante, l’orchestre se met à enchaîner les pasodobles. L’orchestre ne joue qu’au début de la corrida lors du paseo, lors des intermèdes entre chaque taureau et à la fin du spectacle. Ce détail est à l’image d’un intérieur très sobre : des gradins en béton, des piliers en acier basque, le drapeau de l’Espagne et de la Communauté autonome qui flotte au-dessus des arènes, une girouette en forme de taureau qui surmonte l’horloge, un balcon royal généralement vide. Les seuls éléments qui tranchent avec la sobriété du décorum festif sont les vendeurs de boissons agréés par les arènes et les victuailles apportées par les spectateurs qui généralement nourrissent aussi la cousine d’un cousin qu’ils ne connaissent pas. C’est sans doute dans les parties hautes de l’arène, tout au moins dans les andanadas et les gradas du soleil que les spectateurs sont le plus à la fête. Les lieux résonnent et la hauteur vous met à distance du spectacle lorsqu’il est ennuyeux. C’est aussi là que l’on trouve le public le plus bigarré où se côtoient des abonnés de longue date, un public populaire, des étudiants étrangers et des touristes qui découvrent à leur manière cet étrange spectacle.

33Immédiatement à l’extérieur des arènes, seuls quelques stands proposent des boissons fraîches non alcoolisées, des graines en tous genres, des chapeaux pour se protéger d’un mois de mai souvent caniculaire, des éventails, des souvenirs et autres verroteries taurines qui vont de l’autocollant à l’effigie du taureau de combat, à la paire de banderilles en plastique, en passant par les affiches de corridas où votre nom peut être inscrit au pochoir. Au-delà, s’ouvrent les bouches de métro de la station Las Ventas où s’engouffre une grande partie des spectateurs qui ne commenteront la corrida avec leur voisin que le temps d’un trajet. D’autres attendront que les transports en commun se désengorgent dans les bars de la calle de Alcalá et de ses rues perpendiculaires. Là, certains aficionados évoquent avec passion le spectacle : les mains tendues pointent vers le bas pour reproduire les gestes des toreros, les index se dressent, parallèles, pour reproduire les cornes, les verres et les tapas se déplacent sur les tables pour rejouer la position exacte des protagonistes, certains toréent les voitures qui roulent au pas à l’approche des trottoirs bondés. Pour une petite minorité, la nuit se poursuit tard dans les quelques adresses taurines que les arènes ont fixées. Pour autant l’ambiance festive qui serait imputable aux courses de taureaux s’essouffle dans l’ensemble assez vite. C’est pourquoi en 2003, les propriétaires des bars El Albero, La Tienta, et El Rincón de Jerez qui ne possèdent pas de terrasses sont furieux des mesures prises pour vérifier que l’on ne puisse consommer d’alcool sur la voie publique. Les voitures de la police passent et exigent qu’aucune boisson ne soit consommée dehors, au moment même où les bars débordent sur la rue, avant que le reflux ne s’amorce lorsque le métro parvient à drainer sans encombre les passagers. Il faut dire que les arènes de Las Ventas ne sont pas situées dans les quartiers du centre-ville où se concentrent les animations. Le début de la construction des arènes date de 1929. Encore en construction, elles sont inaugurées une première fois en 1931, puis une seconde fois en 1934. Leur édification visait à remplacer les arènes de la Puerta de Alcalá, plus centrales, mais insuffisamment grandes pour répondre à la demande. Le projet de les agrandir en rognant sur la taille de la piste et en surélevant la structure d’un étage avait bien été envisagé, mais c’est finalement celui d’une nouvelle arène qui l’emporta. Les arènes sont alors construites tout au bout de la calle Alcalá qui prend son origine à la Puerta del Sol où se situe le kilomètre zéro de la ville et du pays. L’urbanisation galopante de Madrid a rapidement inséré les arènes dans le tissu urbain, mais elles demeurent à l’est de la ville, très excentrées par rapport au cœur historique et situées en bordure de la M 30, une autoroute urbaine qui contourne la partie centrale de l’agglomération.

34Mais la distance au centre de la ville et la localisation des arènes n’expliquent pas tout pour comprendre l’absence de fête autour d’elles. Il faut aussi remarquer la faiblesse des liens et des références culturelles communes entre les spectacles taurins et les autres supports des fêtes de la San Isidro. Rien dans les festivités programmées pour la San Isidro ne tisse de relation entre l’univers de la tauromachie et les autres formes d’activités ou de divertissements. La plupart des aficionados qui ne sont pas de Madrid, n’ont d’ailleurs généralement aucune connaissance des autres aspects de la fête urbaine, certains ignorent même que la San Isidro puisse être autre chose qu’une féria taurine. La fiesta taurina relève ici d’une industrie culturelle dont la coïncidence avec la célébration du saint patron apparaît comme un prétexte lointain. En tous les cas, il n’existe nul signe extérieur marquant une quelconque continuité entre les courses de taureaux et les autres manifestations liées aux autres aspects de la fête urbaine, qu’il s’agisse des divertissements ou des actes religieux. Ce qui relie la fête et la tauromachie semble bien être, dans ce cas, une logique d’agglomération circonstancielle d’activités juxtaposées au sein d’une grande ville, où il est difficile de mesurer si le succès des unes profite au succès des autres.

b) Pampelune : San Fermín et sanfermines

  • 27 Cette formule apparaît également sur une enseigne d’un restaurant de la Plaza Mayor à Madrid.

35À l’inverse de la San Isidro, il est des exemples où la fête urbaine semble surgir de la tauromachie elle-même. C’est le cas à Pampelune où la célébration de la San Fermín et l’omniprésence des taureaux ont tendance à fusionner, ou plutôt, à ne plus tout à fait pouvoir être séparées par la rigueur analytique, sans rater l’essentiel. Les fêtes de San Fermín mieux connues sous le nom de fêtes de Pampelune ont acquis une renommée internationale aussi forte que le Carnaval de Venise ou celui de Rio. Ernest Hemingway est pour beaucoup dans la réputation et le rayonnement de la San Fermín en publiant, en 1926, le roman Le soleil se lève aussi, intitulé Fiesta dans le monde hispanique. Pampelune d’ailleurs le sait et le montre. La ville a rendu hommage à l’écrivain en édifiant un buste près des arènes, inauguré lors de la San Fermín de 1968, en l’honneur de celui qui fit connaître la féria. Sur ce buste est gravé « À Ernest Hemingway, prix Nobel de littérature, ami de ce peuple et admirateur de ses fêtes, qui sut décrire et faire connaître la ville de Pampelune. San Fermín. 1968 ». Sa vénération rivalise avec celle du saint patron. De nombreuses plaques, dans le vieux centre, mentionnent la fréquentation des lieux par Hemingway. Pendant la San Fermín, est organisé chaque année un concours de sosies pour élire le meilleur Ernest Hemingway. Certaines enseignes signalent avec un humour qui n’aurait sans doute pas déplu à l’écrivain lui-même : « Hemingway n’est jamais venu dans ce bar »27. Les brochures consacrées aux fêtes de Pampelune de l’office du tourisme de la Navarre, reprises sur leur site Internet, présentent successivement l’histoire de la fête, celle du saint et celle de l’écrivain.

36Qui est le rival de celui que l’on a adopté ici sous le nom de Don Ernesto ? Firmin est le fils d’un des sénateurs de la Pampelune romaine du iiie siècle, Firmus, converti au christianisme. Firminus (Fermin) répondit à la vocation d’évangélisateur et fut ordonné prêtre. Il revint à Pampelune une fois nommé évêque. La tradition fait de lui le premier évêque de Pampelune qui fut décapité à Amiens, lors d’une pérégrination évangélisatrice menée loin des terres navarraises. La liturgie fixa le jour du martyre le 25 septembre et le jour de la saint Firmin le 10 octobre à la date de son entrée dans la ville. À Pampelune, les actes religieux en l’honneur de San Fermín ne sont pas attestés avant le xiie siècle. Contrairement aux apparences, San Fermín n’est pas le saint patron de la ville, mais de la Navarre, rang qu’il partage avec saint François Xavier. Les premières sources qui évoquent l’existence de courses de taureaux à Pampelune datent du xive siècle. Jusqu’en 1590, la San Fermín était fêtée à la date du 10 octobre, mais cette année-là, la fête fut noyée sous un déluge. Le changement de date pour fêter la San Fermín eut lieu l’année suivante en 1591, quand les édiles eurent l’idée de faire coïncider la célébration du Saint Patron navarrais avec la foire au bétail, fixée généralement entre la Saint-Jean et la mi-juillet. Le 7 juillet, qui tombait cette année-là un dimanche, fut décrété officiellement par l’évêque de Pampelune, Bernardo Rojas, jour de la San Fermín. Beaucoup d’exégètes locaux font remonter la naissance des Sanfermines à cette date. La première San Fermín dans sa nouvelle version estivale dura deux jours et semble avoir rassemblé les principales composantes de la fête-féria : actes religieux, foire commerciale, divertissements en tous genres (théâtre, danse, musique) et courses de taureaux. Au début du xxe siècle, la féria taurine comptait six corridas et constituait déjà une longue féria pour l’époque.

  • 28 Gora San Fermín est la traduction en basque de Viva San Fermín.
  • 29 J. Durand, Chroniques taurines, p. 179.

37Aujourd’hui, l’élément le plus connu des fêtes de Pampelune est l’encierro, couru chaque matin à 8 heures précises, du 7 au 14 juillet. Au-delà de l’encierro, les manifestations taurines semblent rythmer le temps et structurer l’espace de la fête urbaine, sans pour cela éclipser la célébration du saint patron. La fête débute en réalité la veille avec au douzième coup de midi l’embrasement du chupinazo depuis le balcon de l’hôtel de ville sur la Plaza Consistorial. Le chupinazo est une fusée pyrotechnique mise à feu par un membre du conseil municipal, désigné par le maire en fonction de la majorité électorale. Cette habitude date du début des années 1940. La foule est réunie sur la place de la mairie et attend le départ de la fusée qui tonne comme un coup de canon pour annoncer le démarrage des festivités. Alors, tous en cœur, les pamplonicas poussent le cri traditionnel « ¡Viva San Fermín, Gora San Fermín ! » et attachent à leur cou, le fameux foulard rouge qui complète la tenue blanche28. En matière de costume, ce que la tradition voit comme immémorial débute en 1931, lorsque le peintre navarrais Juan Marquina, membre de la « peña » La Veleta, s’habille en blanc, avec une ceinture rouge et un foulard rouge, pour rappeler le martyre du saint et sa décapitation29. En quelques années, les blouses noires des membres des autres « peñas » sont rangées au placard, à Pampelune, puis dans toute la Navarre, ainsi que, plus tardivement, dans de nombreuses villes du Sud-Ouest français.

38À en croire les événements du chupinazo de 2006, dans le rituel millimétré des fêtes de Pampelune, les mots ont leur importance. En effet, cette année-là, le conseiller municipal Javier Eskudi, chargé de lancer le chupinazo, s’est refusé à prononcer depuis le balcon le traditionnel cri d’ouverture, remplacé pour la circonstance par « ¡Gora Fermindonorean Jaiak, Vivan las fiestas de San Fermín ! ». Ce n’est en aucun cas le discours prononcé d’abord en basque qui créa la polémique, mais le fait d’avoir remplacé « Vive San Fermín ! » par « Vivent les fêtes de la San Fermín ! », au point que le maire de Pampelune, Yolanda Barcina, s’empara du micro pour rétablir la formule officielle comme l’exige la tradition. Javier Eskudi justifia sa position dans un entretien en expliquant qu’en tant qu’agnostique, il se refusait à crier « Vive San Fermín ! » et ajouta que l’événement était mondialement connu en tant que fêtes de la San Fermín. Cette polémique pose très explicitement le problème de l’identification de ce qui est fêté, lors des fêtes de Pampelune et, plus généralement comme nous l’avons suggéré, lors de toutes fêtes.

39Dès le 6 juillet, la fête explose au rythme des nombreuses « bandas » et du groupe musical de la municipalité, La Pamplonesa, qui arpentent les rues sans discontinuer. En plus de la fête spontanée s’égrène, toute la semaine, une longue liste d’actes officiels. Le programme des fêtes de 2006 en recense 302, parmi lesquels les défilés de géants, la fête foraine, les feux d’artifice, les concerts, divers spectacles de rues, les cérémonies religieuses et les événements taurins. Les cérémonies religieuses commencent le 6 à 20 heures par les vêpres en l’honneur de San Fermín, dans l’église de San Lorenzo qui abrite la chapelle du saint. Le 7 juillet ont lieu la procession et la messe solennelle. Les Pamplonais ont introduit, non sans humour, dans les litanies à San Fermín des préoccupations païennes et prosaïques dont certaines intéressent de près l’univers tauromachique :

  • 30 Cité par P. Dupuy, Guide des férias, p. 194.

pour que les bonnes coutumes soient observées pendant les fêtes, nous te prions, écoute-nous ;
pour que par « bonnes coutumes » on entende ce que l’on doit comprendre, nous te prions, écoute-nous ;
pour qu’il n’y ait pas d’espontáneos, nous te prions, écoute-nous ;
pour que nous nous divertissions un peu dans les corridas de cette féria, nous te prions, écoute-nous ;
pour que les prix ne soient pas abusifs, nous te prions, écoute-nous ;
pour qu’il y ait une paire d’heures pour le repos, nous te prions, écoute-nous ;
pour que les tourments s’éloignent, nous te prions, écoute-nous ;
pour que les parents, s’ils doivent venir, nous préviennent30

40Ces litanies constituent un premier lien carnavalesque entre la dimension religieuse et la dimension tauromachique de la fête. La foule n’a aucun mal, en cette première nuit de fête, à atteindre le petit jour pour assister ou participer à l’encierro. La veille, a lieu chaque soir vers 23 heures, l’encierrillo, qui se déroule sans coureur, permettant de transférer les bêtes d’un premier enclos (los corrales del Gas) vers l’enclos du départ de l’encierro (los corralillos de Santo Domingo). L’encierro démarre lorsque l’église de San Saturnino sonne les coups de 8 heures. Alors, la première fusée est lancée pour annoncer l’ouverture de l’enclos où sont gardés les taureaux de combat. Une deuxième fusée annonce que tous les taureaux sont sortis. Quelques minutes avant que l’encierro ne commence, les coureurs réunis devant l’image pieuse de saint Firmin située dans une niche au bas de la Cuesta de Santo Domingo demandent, le quotidien du jour roulé dans la main, la protection du saint par trois fois, à 7 h 55, 7 h 57 et 7 h 59, en chantant :

  • 31 Traduction : À San Fermín nous demandons/pour être notre saint patron/qu’il nous guide pendant l’e (...)

A San Fermín pedimos,
Por ser nuestro patrón,
Nos guíe en el encierro,
Dándonos su bendición31.

  • 32 Pour avoir participé à de nombreuses San Fermín, il convient de relativiser les nombreuses descrip (...)

41Voici un deuxième point de contact entre la fête taurine et la fête religieuse, l’humour le cédant ici à la gravité et la concentration d’avant la course. Les hommes et les taureaux parcourent l’itinéraire menant aux arènes en un temps qui varie en moyenne de 2 à 4 minutes si aucun incident majeur ne vient séparer les bêtes, toujours plus agressives lorsqu’elles sont isolées. Une troisième fusée annonce à la ville que les taureaux sont entrés dans l’arène et une quatrième qu’ils sont enfermés dans les dépendances en attendant l’heure de la corrida. Commence alors une vaquilla dans les arènes remplies par les centaines de coureurs attardés et par les spectateurs qui se décident à descendre une fois les taureaux à l’abri. Plusieurs vaches aguerries au combat, aux cornes gainées ou épointées, se succèdent et n’ont pas de mal à bousculer les néophytes inattentifs et les soûlards téméraires32. Après l’encierro, la ville retombe dans un calme relatif et une ambiance plus familiale où ceux qui ne sont pas encore couchés croisent ceux qui viennent de se lever. La fête reprend du volume et du rythme dès la mi-journée. Beaucoup se projettent déjà vers le temps de la corrida. La foule enfle progressivement sur la Plaza del Castillo (la place centrale) ainsi que dans les rues alentour à mesure que s’ouvre l’appétit et que se fait sentir la soif.

42Les corridas commencent à 18 h 30, mais elles créent un temps et un lieu d’effervescence qui déborde largement le spectacle lui-même, de même que les quelque 2 ou 3 minutes de l’encierro structurent l’espace-temps de la fête. Une bonne heure avant le début de la corrida, les « peñas » pénètrent dans l’arène par la même porte qui a vu passer les coureurs. Les « peñas » sont des associations festives créées pour et par la San Fermín. Il existe officiellement 16 « peñas » pamplonaises regroupées au sein d’une fédération. Pendant les fêtes convergent d’autres associations et d’autres formations musicales : « bandas » du Sud-Ouest, parfois « peñas » du Sud-Est et fanfares venues d’ailleurs. La première « peña », La Única, a été créée en 1903. Les « peñas » défilent en piste en jouant de la musique, agitent des banderoles humoristiques sur des thèmes d’actualité locale, nationale et internationale. Ils gagnent progressivement leur place dans les gradins situés au soleil ainsi que dans les parties les plus hautes et les moins chères de l’arène. Dans cette zone, l’ambiance festive ne fera que monter en puissance tout au long de la corrida quels que soient les événements qui se déroulent en piste. Les boissons coulent à flot au sens propre et au sens figuré : vin, sangria, bière, alcools forts et divers mélanges qui combinent presque à l’infini les possibilités. À partir du troisième taureau, circulent également les mets les plus divers préparés pour être consommés dans les arènes, plateaux de charcuterie, croquettes, tortillas, empanadas, bocadillos ainsi que des plats en sauce, ragoûts, boulettes de viande, morues, tripes, oreilles, mangés à grand renfort de pain et distribués tous azimuts. Les « peñas » chantent et se répondent au son ininterrompu des grosses caisses. Le contraste est fort avec les spectateurs plus conventionnels situés à l’ombre. Pas d’orchestre spontané, l’atmosphère y est plus retenue, les tenues vestimentaires plus soignées, sans que l’ambiance pour autant ne soit guindée.

43Sur ce point, les descriptions des arènes de Pampelune souffrent souvent de deux approximations : l’une concernant le public assis à l’ombre, l’autre concernant le public installé au soleil. Souvent l’existence même d’un public à l’ombre est quelque peu occulté par l’impact visuel et sonore des « peñas » faisant alors des arènes un cratère rugissant uniformément embrasé par la fête. Et lorsque le public à l’ombre est pris en compte, les hommes en complet et les femmes en robe sont souvent cantonnés dans un rôle exagérément sérieux, comme s’il était besoin d’accentuer un contraste déjà si fort. De même dans une accusation excessive des contrastes, la plupart des descriptions du public du soleil tendent à considérer qu’il s’intéresse à toute autre chose qu’à la prestation en piste des hommes et des taureaux. Là encore, il conviendrait de nuancer le propos. On préfère affirmer que le public du soleil se désintéresse lorsqu’il ne se passe rien d’exaltant (ce qui en tauromachie n’est pas rare), jusqu’à tourner le dos à la piste en signe de protestation lorsque la prestation est particulièrement ennuyeuse (ce qui est paradoxalement la manifestation d’un intérêt certain). Ce public est également rattrapé en permanence par la fête dans les gradins, qui constitue un intérêt en soi, mais il sait aussi faire preuve d’une ferveur immense lorsque le torero réussit à capter son attention. Le nom du torero El Juli n’a sans doute jamais été hurlé aussi fort qu’à Pampelune lorsqu’il triomphe : le cri « ¡julijuli! », avec une forte accentuation de la jota, accompagné à la grosse caisse, en est même devenu un chant rituel pour accueillir le torero, acclamé par les uns, sifflé par les autres. Lorsque la corrida prend fin, les « peñas » envahissent à nouveau la piste et ressortent lentement, une à une de l’arène, au rythme des fanfares suivies par une partie du public qui suit le cortège sonore dans toute la ville. Les plus endurants atteindront l’heure de l’encierro.

44À Pampelune, la féria taurine rebaptisée, en 1959 la feria del toro fait corps avec la ville et les fêtes de la San Fermín. Même si les éléments qui la composent conservent leur raison d’être et leur autonomie, des relations nombreuses se tissent entre les différents objets de la fête, entre les lieux et les pratiques.

c) Séville : la Féria et la féria taurine

  • 33 Pour donner un ordre de grandeur, chacune des fêtes regroupent entre 500.000 et 1 million de parti (...)

45Séville offre un cas encore différent d’imbrication complexe entre la féria taurine et la grande fête de la ville, la Feria, généralement écrite avec une majuscule. Les deux férias ne doivent pas être confondues. Bien que la féria taurine soit située, de même qu’à Pampelune, au cœur du dispositif festif, les relations entre fête et tauromachie se traduisent très différemment. Soulignons en premier lieu que Séville possède plusieurs fêtes d’importance, appelées Fiestas Mayores (Grandes Fêtes) dont la Semana Santa (Semaine sainte) et la feria de abril (féria d’avril), également appelée fiestas de primavera (fêtes de printemps). Toutes deux sont des fêtes qui attirent de nombreux visiteurs nationaux et internationaux33. La première est une fête fondamentalement religieuse qui commémore la passion et la mort du Christ. La seconde est une fête qui éclate en de multiples activités complémentaires, dont la tauromachie est une des composantes importantes. La féria d’avril commence le troisième mardi postérieur à la Semaine sainte et dure jusqu’au dimanche.

  • 34 Cette corrida opposa les taureaux de don Luís Taviel de Andrade aux toreros Juan Lucas Blanco et M (...)
  • 35 E. Aguilar Criado, « La economía de la fiesta », p. 206.

46On considère généralement que la première féria d’avril est celle de 1847 qui a duré trois jours, du 19 au 21. Dès sa première édition a eu lieu une course de taureaux à laquelle n’a pris part aucun grand torero de l’époque34. La première féria d’avril naquit d’une initiative mercantile qui visait à promouvoir une grande foire au bétail, afin de relancer l’activité commerciale d’une région en crise en ce milieu du xixe siècle, dont les principales richesses étaient celles de l’agriculture et de l’élevage. À l’origine de cette initiative, on trouve deux représentants de la bourgeoisie locale émergente, José María Ybarra et Narciso Bonaplata, l’un basque et l’autre catalan, qui proposèrent le projet aux autorités municipales. L’idée fut appréciée en haut lieu et la féria autorisée par décret royal, signé de la main de la reine Isabelle II. Ce décret renouait ainsi avec une autorisation d’Alfonse X le Sage, de 1254, qui avait accordé la tenue de deux foires à Séville, l’une au printemps et l’autre à l’automne. La foire au bétail du milieu du xixe siècle prit pour modèle celles déjà existantes dans les villages sévillans de Carmona et de Mairena del Alcor35. Jusqu’en 1972, la féria avait lieu sur le Prado de San Sebastián au sud-est de la ville pour être ensuite transférée dans le quartier de Los Remedios, de l’autre côté du Guadalquivir, afin de pouvoir s’agrandir et répondre à l’afflux croissant de visiteurs, en ces années d’élargissement de la fréquentation locale, nationale et internationale.

47Le champ de foire actuel s’étend sur environ 500.000 mètres carrés répartis entre le Real de la Feria, l’enceinte de la féria proprement dite et la fête foraine attenante. Il faut ajouter à cette superficie les quelque 500.000 mètres carrés réservés au stationnement des véhicules pour lesquels sont prévus environ 20.000 emplacements ainsi que les espaces réservés aux divers services (postes de police, centre de secours de premiers soins, pompiers, assistance vétérinaire…). Le champ de foire est une petite ville. La féria actuelle n’est évidemment plus liée à la foire au bétail, qui néanmoins existe toujours et se déroule les trois jours précédant l’illumination rituelle de la portada et du campo de Feria. Chaque année un concours est organisé pour l’édification de cette grande porte monumentale qui donne accès à l’enceinte du champ de foire et qui est illuminée le premier jour de la féria à minuit. Le campo de Feria conserve du champ de foire au bétail la division en allées, répartissant de part et d’autre les rangées de casetas, où naguère les négociants traitaient leurs affaires en observant à l’abri du soleil, les enclos à bestiaux.

  • 36 Buren n’aurait pas été plus strict pour définir les normes de ces rayures qui doivent mesurer 10 c (...)
  • 37 La féria de 2006 a compté 1.046 casetas dont 32 familiales, 500 partagées entre plusieurs familles (...)

48Les casetas, ces fameuses tentes en toile rayées au couleur de Séville (rouge et blanc) et de l’Andalousie (rouge et vert), donnent désormais à nombre de férias leur identité visuelle bien au-delà de l’ancienne Bétique36. Les farolillos, ces ampoules électriques entourées de papier qui décorent les allées le jour et les éclairent la nuit, participent également de cette ambiance visuelle à laquelle s’ajoutent les calèches, les hommes en traje corto, les femmes en robe de gitane. La fête se déroule à l’intérieur des casetas qui sont privées dans leur immense majorité et dont le nombre est désormais supérieur à mille37. C’est ici qu’à toute heure, on danse et on chante des airs de sevillanas, sur une estrade en bois entourée de chaises, inspirée des tablaos du flamenco. C’est ici que l’on déguste la mazanilla, vin blanc sec de la région de Sanlúcar de Barrameda, généralement servie en demi-bouteille pour en garder la fraîcheur. Elle est fréquemment mélangée à du Seven Up par tous ceux qui souhaitent adoucir ce vin sec. Ce mélange, nommé rebujito, est quasiment devenu une deuxième boisson officielle des férias andalouses. Il est en quelque sorte l’équivalent méridional du Kalimutxo du Nord de l’Espagne, qui mélange le vin rouge et le Coca-Cola. Le premier très clair, le second très sombre, les deux terriblement sucrés. C’est ici que l’on mange des calamars, des poissons frits, du fromage à pâte dure, du jambon et du chorizo ibérico. Le plan intérieur des casetas et leur décor reproduit l’image d’une maison dans laquelle vous êtes invité… ou non. Au fond de cette maison, se situent les cuisines qui servent également de comptoir, au-devant s’allonge une pièce qui prend des allures de salon cossu avec des meubles, des tableaux, des photos de famille, des tables et des chaises disposées autour d’une estrade. La première caseta librement ouverte au public fut celle de la mairie dans les années 1970, à la suite de la première élection démocratique. C’est à partir de cette période que des autorisations ont été accordées aux partis politiques, aux syndicats et à diverses associations pour ouvrir des casetas, élargissant ainsi considérablement la base sociale de la fête. Pendant longtemps la Féria est donc restée une fête fermée, organisée pour et par les élites locales, une vitrine de la bourgeoisie et de l’aristocratie sévillane qui se rendaient entre elles les invitations. La Féria s’est aujourd’hui démocratisée sans pour autant renoncer, d’une caseta à l’autre, à faire valoir son rang. Dans cette économie de la distinction, les taureaux occupent une place de choix.

49Remarquons d’abord que la féria taurine dure plus longtemps que la Féria. Elle commence généralement quelques jours après le dimanche de Pâques qui marque la fin de la Semaine sainte et se termine le lendemain de la Féria. C’est elle qui dans le temps fait la liaison entre les processions de la Semaine sainte et les fastes de la Féria. La corrida du dimanche de Résurrection, qui est hors féria taurine, signifie à Séville le début de la saison tauromachique et constitue l’un des événements les plus prestigieux de la « planète des taureaux », qui n’a sans doute pour seul équivalent en Espagne que la corrida de la Bienfaisance de Madrid. Le ban et l’arrière-ban du gratin sévillan s’y retrouvent dans une sorte de prologue maniériste de la féria d’avril. Certaines bonnes familles s’y rendent à cheval, les uns remontent la rive du Guadalquivir sur laquelle s’ouvre la porte principale des arènes, la porte du Prince, les autres patientent à l’ombre dans la rue opposée, la calle Adriano, de laquelle les arènes insérées dans le tissu urbain sont invisibles. Les arènes de Séville appartiennent à un ordre de chevalerie, la confrérie de la Maestranza créée en 1670. Cette confrérie intégra des chevaliers appartenant à des confréries plus anciennes, celle de San Hermenegido et celle de la Vierge du Rosaire, deux figures tutélaires de la cité. Ces chevaliers sont les descendants des nobles venus du Nord de l’Espagne pour reconquérir l’Andalousie maure. C’est cette même confrérie à qui fut confiée l’organisation exclusive des corridas. En 1733, la Maestranza construit une arène en bois, au lieu-dit El Baratillo du quartier de l’Arenal, qui est remplacée en 1763 par les arènes actuelles édifiées au même endroit. Cet héritage suffit à donner le ton et la mesure de ce que représentent les arènes de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla : un sanctuaire de la tauromachie et un haut lieu de l’identité sévillane.

50La féria taurine de Séville compte aujourd’hui une vingtaine de courses consécutives, ce qui en fait numériquement la deuxième féria la plus importante après celle de Madrid. La bonne société sévillane se rend à la Real Maestranza comme celle de Milan se rend à La Scala. Si la Féria s’est démocratisée, les corridas à Séville sont plutôt allées dans le sens d’un élitisme croissant, ne serait-ce que par les prix élevés des entrées. Mais là comme ailleurs, le public des arènes ne peut être réduit à une classe homogène de spectateurs. Les corridas de Séville attirent de nombreux aficionados venus de toutes parts et de nombreux touristes souvent regardés avec hauteur. Les premiers, quelle que soit leur origine géographique, ne se définissent jamais comme les seconds, comme si le goût et la connaissance de la tauromachie leur offraient une forme de naturalisation. Les néo-locaux s’empressent souvent d’afficher, avec plus ou moins de discrétion, qu’ils connaissent les lieux et qu’ils y viennent depuis des années : il ne faudrait pas passer pour un nouveau venu et surtout par pour un touriste. Pour cela, les places situées à l’ombre sont souvent convoitées, tout au moins celles qui ne sont pas réservées, d’année en année, par les abonnés sévillans. On aura compris que l’arène fonctionne comme un creuset d’observation et de reconnaissance des autres, entre le haut et le bas, entre l’ombre et le soleil, entre les aficionados d’ici et les aficionados d’ailleurs, qu’ils soient madrilènes, de plus en plus nombreux grâce à la liaison ferroviaire à grande vitesse, ou qu’ils viennent des quatre coins du monde. La corrida à Séville est-elle une fête ? Non, si l’on observe l’immense majorité des corridas qui se déroulent dans le plus grand silence, celui d’un public recueilli ou indifférent, mais qui s’abaisse très rarement à exprimer bruyamment son insatisfaction. Oui, si l’on tombe le jour où l’arène se livre à l’unisson d’un olé parfaitement synchrone qui rythme les instants de grâce d’un artiste inspiré. Il ne fait aucun doute que dans ce cas, qui en tauromachie ne peut jamais être prévu à l’avance, le spectacle est une fête avec les attributs qui classiquement la caractérisent : la liesse, l’effervescence, la démesure, la spontanéité.

  • 38 P. Romero de Solís, « Sevilla : tauromaquia y religiosidad », p. 168.

51Quoi qu’il en soit, la tauromachie est vécue comme un élément totalement indispensable à l’univers de la Féria. Les arènes constituent à partir de 18 h 30, le centre névralgique de la fête. Les bars et les restaurants alentour ne désemplissent pas. Les attelages venus du campo ferial se succèdent aux abords des arènes pour déposer leurs hôtes de marque. Ceux restés au campo ferial regarderont également la course retransmise à la télévision. La relation inverse n’est pas vraie puisque beaucoup d’aficionados n’affectionnent pas du tout l’ambiance du champ de foire et prévoient même de se rendre à Séville uniquement pour les jours de la féria taurine qui précèdent la semaine dite des farolillos, c’est-à-dire la semaine de la Féria. Ils trouvent que la féria taurine est alors plus intime et la ville plus agréable que lorsque le campo férial, à l’extérieur du centre-ville, polarise toutes les attentions au point que beaucoup de rues de Séville sont alors totalement désertes. En effet, à ce moment-là, les rues en fêtes sont bien celles de cette ville éphémère constituée de toiles de tentes et de rues qui toutes portent des noms de matadors sévillans. C’est que la Séville utopique du campo férial ne cesse de jouer de la connivence avec l’univers tauromachique qui participe pleinement à l’identité sévillane et andalouse. Pour certains les liens entre fête et tauromachie à Séville vont encore au-delà, à l’image des analyses de Pedro Romero de Solís. Conformément à une interprétation sacrificielle de la tauromachie que l’on a déjà présentée, Pedro Romero de Solís voit dans la corrida du Dimanche de Résurrection le point d’orgue de la Semaine sainte qui ouvre sur le temps profane des réjouissances collectives de la Féria : « En réalité pour la sagesse inconsciente du peuple sévillan, le grand rite compensatoire, la grande cérémonie durant laquelle la mort de Dieu est surpassée par le triomphe de la Vie ne peut être une procession de plus sinon celle qui se produit lors de la corrida célébrée dans les arènes de la Maestranza, le Dimanche de Résurrection38 ». La tauromachie occupe à Séville une place visible toute l’année, même en dehors de la Féria qui en accentue la présence. La tauromachie constitue ici un élément à la fois autonome et intégré au contexte festif global.

Fêtes taurines et territorialité

52Les trois exemples précédents montrent à quel point l’idée de fêtes taurines qui auraient partout la même place et la même signification ne résiste pas à l’analyse des relations très variables entre la fête et la tauromachie. En se limitant au cas des férias taurines de Madrid, de Séville et de Pampelune, on observe déjà la pluralité des facteurs qui déterminent cette relation.

53À Madrid, la féria taurine est la plus importante du monde, mais elle apparaît comme indépendante et éloignée des autres activités festives de la San Isidro. La taille de l’agglomération et la localisation périphérique des arènes contribuent à cela. À moins que son rôle de haut lieu de la tauromachie mondiale lui permette de se passer d’un enracinement local fortement territorialisé, à l’image de certaines activités d’excellence internationale qui dans le contexte de la métropolisation ont davantage de liens avec les villes de rang équivalent qu’avec leur environnement immédiat. Autrement dit, tout donne l’impression que la portée nationale et transnationale de la féria de la San Isidro n’a guère besoin de liens visibles entre fête et tauromachie pour s’assurer d’une influence réciproque, bénéfique et cumulative.

54À Pampelune, on observe un stade très avancé de fusion entre la fête urbaine et l’activité taurine qui se présente sous la forme conjuguée de la tauromachie professionnelle et de la tauromachie participative. Cette articulation entre tauromachie participative et tauromachie professionnelle, qui s’inscrit spatialement dans l’arène et dans la rue, renforce l’omniprésence matérielle et symbolique de la tauromachie dans la fête urbaine. L’idée d’une fête taurine partagée par tous consacre une dimension égalitaire de la tauromachie à Pampelune, au-delà des clivages toujours présents entre culture savante et culture populaire. À Pampelune, la fête taurine navarraise apparaît comme une fête fédératrice, même si l’on doit aussi la considérer comme une fête distinctive par rapport aux autres façons de vivre la tauromachie.

55À Séville, la tauromachie imprègne les références culturelles mobilisées par la fête urbaine, mais l’activité taurine ne peut être considérée comme la fête elle-même. La Féria fonctionne par la complémentarité des lieux de fête qui prennent la forme d’un réseau dont les deux nœuds principaux sont les arènes de la Maestranza et le campo ferial. La stratification sociale rendue visible par la fête, se joue dans la maîtrise de l’espace festif et plus précisément dans la capacité à être présent dans l’un et l’autre lieu. Avoir une bonne place aux arènes (et parfois avoir une place tout court) et être invité dans de nombreuses casetas privées sont les signes d’une pleine et valorisante participation à la fête. Dans le système festif sévillan, l’accès à la tauromachie participe puissamment à la distinction sociale des élites. Cette participation est en outre relayée par les médias et les chaînes de télévision locales qui sont autorisés à entrer dans les arènes et dans les casetas. Sous cet angle, la Féria rend visible un pouvoir qui s’appuie sur des stratégies territoriales locales : être présent et être visible dans les lieux de centralités festives, qui le temps de la Féria se hissent au rang de centre du monde.

56Taille de la ville, situation des arènes dans le tissu urbain, localisation des réjouissances taurines dans l’espace festif, rôle de la tauromachie comme facteur de distinction sociale et/ou de cohésion communautaire, voilà autant de facteurs qui contribuent à la diversité des relations entre fêtes taurines et territoire local. À ces facteurs, s’ajoute la place ambivalente du jeu tauromachique lui-même.

57En tant que spectacle ordonné et réglementé, la tauromachie peut apparaître, à beaucoup d’égards, comme une activité anti-festive si l’on retient comme attributs distinctifs de la fête le tumulte, l’effervescence et le désordre. Sous cet angle, on perçoit aisément l’originalité et la dimension subversive du spectacle taurin de Pampelune en comparaison des spectacles taurins madrilènes et sévillans, où l’embrasement festif demeure l’exception. L’idée même d’une saison tauromachique, aux spectacles hebdomadaires, inscrits dans un temps régulier, répétitif, presque habituel, atténue l’idée d’une fête taurine perçue comme un espace-temps d’exception et de rupture avec le quotidien. Malgré cela, il n’est pas déraisonnable de penser que tout divertissement qui rassemble une foule dans un temps et un espace donné relève bien d’une activité festive. Enfin, la coïncidence d’un grand rassemblement avec le calendrier festif officiel place nécessairement le divertissement, qui par ailleurs peut avoir sa propre autonomie, sous le signe de la fête. La tauromachie participe ainsi à la création de lieux de centralités festives qui n’ont pas tous les mêmes caractéristiques.

58Nous pensons que ces lieux de centralité festive ne fonctionnent pas indépendamment les uns des autres, ce qui nous permet de mettre en relation le territoire local avec des territoires plus englobants, à commencer par le territoire national. Les férias des principales villes taurines d’Espagne sont comme les vitrines des valeurs tauromachiques locales, provinciales ou régionales selon le rang occupé par la cité. Le déroulement de la saison tauromachique est rythmé par le cycle des férias qui chaque année se répète. Cette structure a pour effet une circulation dans le temps et dans l’espace d’une centralité tauromachique éphémère. Autrement dit, malgré l’importance inégale des férias, chacune peut assumer à tour de rôle, d’être le centre vers lequel converge l’attention des amateurs, centre qui transite au rythme d’un calendrier taurin relativement fixe. Malgré le poids écrasant des férias de Madrid et de Séville, et de façon secondaire de Bilbao, Pampelune, Valence… cette forme de centralité circulatoire empêche la constitution d’une version unique et normative des valeurs tauromachiques. Si l’on accepte de considérer que les valeurs véhiculées par les pratiques tauromachiques sont, au moins en partie, celles de la communauté locale qui leur donne forme et signification, alors la structure spatiale et temporelle de la saison tauromachique permet leur confrontation à distance. Ainsi se voit concrétiser dans le champ de la tauromachie, la rivalité entre les grandes villes d’Espagne. Les mêmes toreros circulent d’arènes en arènes, qui les acclament ou les accablent, en fonction de leur prestation. Nous sommes là en présence d’un système propre à la tauromachie qui est assez différent de celui qui existe dans de nombreux sports collectifs, proposant des confrontations entre une équipe locale et une équipe de visiteurs.

Fig. 47. — Antonio Bienvenida, « le torero de Lima ». Hommage à Antonio Bienvenida que l’afición de cette arène bicentenaire appela « Le torero de Lima ». Pour le 25e anniversaire de sa mort (Lima, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet)

Fig. 48. — Signes identitaires ostensibles d’une hispanité syncrétique (Las Ventas). La Peña Campera de la ville de Collado Villalba joue devant les arènes de Madrid. Un aficionado mexicain dans une autocaricature des sentiments d’appartenance multiple, véhiculés par la corrida (Drapeau mexicain, Viva Mexico et drapeau espagnol). [Madrid, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet].

59Le fait que la corrida relève davantage de la représentation artistique que du sport, ainsi que nous l’avons évoqué précédemment, trouve ici un prolongement significatif. Nous pensons que le torero apparaît comme un intercesseur d’une identification qui n’est pas de même nature que celle produite par les modèles compétitifs sportifs. Dans le sport, et nombreux rodéos américains sont ici concernés, l’exclusivité de l’appartenance territoriale est rendue explicite par la formation d’équipes locales ou régionales, par le port d’une couleur renvoyant à un territoire défini. Les spectateurs soutiennent leur équipe, qu’elle perde ou qu’elle gagne, selon des critères parfaitement objectifs et comptables. La victoire d’une équipe sur une autre, et donc d’une ville sur une autre, d’une région sur une autre, ou d’un pays sur un autre, quand bien même serait-elle injuste, est indiscutable. L’« autre » est reconnu, soit dans sa victoire, soit dans sa défaite, et permet la différenciation heureuse ou malheureuse d’une identité locale. Dans la corrida, il n’y a pas d’équipe ou d’individu qui représenterait un lieu ou une identité locale exclusive. Il y a certes des toreros d’ici et des toreros d’ailleurs, mais leur rôle est différent de celui que peuvent jouer des équipes ou des individus représentant leur petite patrie. L’habit de lumière, interchangeable, alors même que l’identité des toreros est bien connue, les met en apparence sur un pied d’égalité. Selon nous, la corrida combine un chauvinisme avéré et un principe de reconnaissance de l’altérité qui est soumis à la subjectivité du triomphe plus qu’à l’objectivité de la victoire. Précisons. Lorsque vient à échouer un torero qui n’est pas du cru, il est renvoyé à son origine géographique, ce qui signifie dans le même temps un déni de son talent. Autrement dit, et en forçant le trait : « tu n’as pas triomphé, tu ne sais pas toréer, tu peux retourner chez toi où, d’ailleurs… personne ne sait toréer ». Mais s’il triomphe, le public se reconnaît en lui, quelle que soit son origine géographique, bien qu’il soit généralement plus facile d’y parvenir lorsque l’on est la figure locale. Le torero qui triomphe sort alors par la grande porte, ouverte sur la cité en signe d’adoption par la communauté. Le torero se voit comme naturalisé par le triomphe et la cité renforcée dans son identité, puisqu’il y a une valeur à avoir triomphé ici et pas ailleurs. Autrement dit : « tu sais toréer, tu as triomphé, tu es des nôtres… ainsi que tous les tiens ». Ce principe souffre sans doute une exception de taille, Madrid, qui n’a peut-être pas d’autre héros que son public lui-même, qui aime tant faire et défaire les hiérarchies.

60Nous pensons que ce mécanisme, sinon propre à la corrida, du moins exacerbé par elle, aide à comprendre les relations territoriales complexes tissées entre les terres de corridas, qui rappelons-le sont les seules à s’étendre sur deux continents. C’est ainsi, parmi de très nombreux exemples au cours de l’histoire, que le grand matador espagnol Manolete a pu devenir « le torero de Mexico » et de bien d’autres villes, ou qu’Antonio Bienvenida a pu devenir le « torero de Lima » et de bien d’autres villes (voir fig. 47). À l’inverse, c’est ainsi que le torero colombien César Rincón devint, au début des années 1990, « le torero de Madrid », acclamé au cri de « ¡Viva Colombia! » par le public madrilène, qui à travers ce nouvel empereur entend jeter le discrédit sur les figures nationales.

61Notre séjour à la féria de Quito en 2005, nous a permis d’étayer cette lecture. Le public, pour encourager le torero national Guillermo Albán, scandait « Ecuador, Ecuador, Ecuador ». Il fut très applaudi avant et après sa prestation honorable. La déroute du sévillan Morante de la Puebla s’est soldée par des « rentre chez toi, l’aéroport n’est pas loin » (les arènes de Quito sont situées à quelques centaines de mètres de l’aéroport Mariscal Sucre). En revanche, le triomphe du valencien Enrique Ponce a motivé une forte ovation qui a laissé échapper le fameux cri « Ecuador, Ecuador » lorsque ce dernier, d’un geste symbolique, a ramassé une poignée de sable de la piste, en signe d’adoption consentie par la terre d’accueil. Sous cet angle, la corrida peut alors être considérée comme un support d’identification territoriale locale, qui passe par l’expérience d’une altérité, rejetée ou adoptée, dans une combinaison renouvelée à chaque féria. La tauromachie tisse alors des liens entre des territoires qui partagent une passion commune habitée par des sentiments concurrentiels d’hispanité composite (voir fig. 48, p. 138).

Notes

1 J. Duvignaud, Fêtes et civilisations, p. 53.

2 C. Rivière, Les rites profanes, p. 10.

3 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 17.

4 « Corrida de toros », dans Diccionario de la Real Academia Española. Disponible sur le site Internet : www.http://buscon.rae.es/draeI.

5 Loi 10/1991 sur le règlement des spectacles taurins. Exposé des motifs, article 1 et 2.

6 A. García-Baquero González et alii, Sevilla y la fiesta de los toros, p. 17.

7 Ibid., p. 18.

8 Á. Álvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, pp. 89-96.

9 Loi taurine du 27 juillet 2001, article 5 (mesures de promotion) alinéa a. L’auteur de cette loi, Marcial Ayaipoma Alvarado, était alors président du Congrès de la République péruvienne. Il est également éleveur de taureaux de combat (les élevages « La Huaca » et « Lomas de Villa »). Il fut pendant longtemps l’organisateur des spectacles des arènes de Lima. Il est président de la « peña » taurine « Perú » et Membre actif et honoraire du Cercle des journalistes taurins du Pérou.

10 Exposé des motifs du projet de loi 0077.

11 Toros, no 1662, 27 septembre 2001, p. 1.

12 Ibid., p. 1.

13 J. Dumazedier, Vers une civilisation des loisirs ?, p. 64.

14 G. Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, pp. 7-8.

15 La Raza, qu’il serait maladroit de traduire par race sans complément d’information, est une notion complexe, utilisée à des fins idéologiques jusque dans les années 1940. Elle désigne sous un même ensemble une communauté « hispanique » constituée de l’Espagne, du Portugal et des pays latino-américains, définie par des critères historiques, linguistiques et culturels.

16 Tauromaquia, septembre 2004, no 6.

17 Ibid., p. 5.

18 Ibid., p. 3.

19 Nous nous référons ici au programme des fêtes de 2005 auxquelles nous avons participé.

20 Lors des encierros de Pampelune, le barrete verde est un signe de reconnaissance des Portugais qui les courent, pour la plus grande joie des aficionados de ce pays qui suivent les retransmissions télévisées.

21 G. Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, p. 3.

22 Conseil Économique et Social du Languedoc-Roussillon, Le rôle et l’impact du taureau, p. 45.

23 C. Bernié-Boissard, « Le public des courses de taureaux », p. 27. Voir également Id. (dir.), Tauromachies et identités locales.

24 C. Popelin, La Tauromachie, p. 50.

25 Dans le langage taurin, « confirmer son alternative » signifie venir toréer à Madrid pour la première fois après avoir acquis le statut de matador de toros. L’alternative est un rite qui marque le passage du rang de novillero au rang de matador de toros, ce qui implique d’affronter des taureaux qui ont plus de quatre ans. Dans le détail, « El Juli » et Matias Tejela sont nés à Madrid alors que César Jiménez est originaire de Fuenlabrada, ville de la Communauté de Madrid. Les trois matadors sont passés par l’école taurine de Madrid.

26 Libération, 16 mai 2001 ou J. Durand, Chroniques taurines, p. 130.

27 Cette formule apparaît également sur une enseigne d’un restaurant de la Plaza Mayor à Madrid.

28 Gora San Fermín est la traduction en basque de Viva San Fermín.

29 J. Durand, Chroniques taurines, p. 179.

30 Cité par P. Dupuy, Guide des férias, p. 194.

31 Traduction : À San Fermín nous demandons/pour être notre saint patron/qu’il nous guide pendant l’encierro / en nous offrant sa bénédiction.

32 Pour avoir participé à de nombreuses San Fermín, il convient de relativiser les nombreuses descriptions qui insistent assez lourdement sur le fait que les étrangers seraient comme prédestinés à être bousculés par les bovins, soit parce qu’ils ont trop bu, soit parce qu’ils n’y connaissent rien. Ce lieu commun se voit également répété pour les encierros où les risques sont beaucoup plus élevés. Cette simplification ne se vérifie d’aucune façon dans les faits. Au cours du xxe siècle, sur les 13 personnes mortes au cours des encierros de Pampelune, seuls un Américain et un Mexicain ne sont pas Espagnols et 9 sont Navarrais. Cet écart entre les faits et les représentations ouvre une piste intéressante pour qualifier les processus identificatoires mis en jeu par les fêtes locales qui sont à la fois nécessairement ouvertes aux personnes venues d’ailleurs, tout en les stigmatisant.

33 Pour donner un ordre de grandeur, chacune des fêtes regroupent entre 500.000 et 1 million de participants. La Semaine sainte de 1999 aurait compté 288.000 visiteurs dont 143.000 Espagnols et 145.000 étrangers pour un total de 676.000 participants. E. Aguilar Criado, « La economía de la fiesta », p. 210.

34 Cette corrida opposa les taureaux de don Luís Taviel de Andrade aux toreros Juan Lucas Blanco et Manuel Díaz « El Lavi », laissant de côté les grandes figures de l’époque Curro Cúchares et Francisco Montes Paquiro. « El Lavi » fit partie des toreros qui ont tenté, par la suite, leur chance en Amérique.

35 E. Aguilar Criado, « La economía de la fiesta », p. 206.

36 Buren n’aurait pas été plus strict pour définir les normes de ces rayures qui doivent mesurer 10 centimètres de large et être imprimées verticalement sur les deux faces de la toile.

37 La féria de 2006 a compté 1.046 casetas dont 32 familiales, 500 partagées entre plusieurs familles, 313 entités, 180 « peñas », 7 casetas municipales à entrée libre, 13 casetas des Services municipaux et la caseta de la mairie de Séville.

38 P. Romero de Solís, « Sevilla : tauromaquia y religiosidad », p. 168.

Table des illustrations

Légende Fig. 42. — Bouée décorative, Vierge du Bon Voyage au club nautique de Moita. Le responsable du club nous explique avec pédagogie quels sont les piliers de l’identité locale : ici le fleuve et la Vierge du Bon Voyage… (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 43. — Bouée décorative, corrida de toros… là : le fleuve et la tauromachie, plus précisément la corrida à pied (Moita, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 44. — Plaza de toros de Madrid. Les arènes de Las Ventas sont combles pour la San Isidro (Madrid, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 45. — Plaza de toros de Séville. Les arènes de La Maestranza de Séville pendant la Féria. Public hétérogène des places au soleil comme en témoignent les couvre-chefs (Séville, 2004, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 46. — Plaza de toros de Pampelune. Les arènes de Pampelune se vident par la piste au rythme des « bandas » pour la San Fermín (Pampelune, 2003, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 47. — Antonio Bienvenida, « le torero de Lima ». Hommage à Antonio Bienvenida que l’afición de cette arène bicentenaire appela « Le torero de Lima ». Pour le 25e anniversaire de sa mort (Lima, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 48. — Signes identitaires ostensibles d’une hispanité syncrétique (Las Ventas). La Peña Campera de la ville de Collado Villalba joue devant les arènes de Madrid. Un aficionado mexicain dans une autocaricature des sentiments d’appartenance multiple, véhiculés par la corrida (Drapeau mexicain, Viva Mexico et drapeau espagnol). [Madrid, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet].
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search