Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Première partie. Jeux taurins d'Europe et d'Amérique

Chapitre II. Unité et diversité des pratiques tauromachiques

Texte intégral

1Les planches photographiques présentées en introduction (fig. 1-36, pp. 15-29) donnent à voir des pratiques tauromachiques très diverses. Il existe assurément plusieurs façons de les classer selon les propriétés formelles que l’on souhaite mettre en valeur. Le tableau 1 (pp. 9-12) de présentation des pratiques tauromachiques par pays complète ce que la synthèse cartographique ne permet pas de faire apparaître en détail. Ce tableau met également en exergue un élément de différenciation fondamental des jeux taurins en tant qu’activité de divertissement. Dans le champ des loisirs, la tauromachie relève de deux réalités sociologiques distinctes, celle du spectacle professionnel et celle du jeu à participation collective. Cette distinction mérite d’être analysée en profondeur pour rendre compte de la nature des différents jeux taurins et des différents acteurs y prenant part.

2Un second niveau d’analyse appréhende les différentes modalités d’affrontement entre les hommes et les bovins en fonction des règles du jeu et des lieux de mise en scène. Les règles du jeu varient en fonction du nombre de protagonistes en lice, de l’utilisation ou non du cheval, du type d’animal combattu, de l’utilisation ou non d’artefacts tenus par l’homme (cape, poncho, carton déplié, parapluie ouvert, journal roulé, banderilles, piques, épée, lasso) ou d’artefacts ajoutés au taureau (armatures métalliques supportant des boules de feu, cordes pour conduire l’animal ou pour faciliter sa monte, récompenses qu’il s’agit de décrocher : cocarde, colcha, enjalma, vincha). La tauromachie investit des types de lieux très différents, depuis des édifices spécialisés (les arènes de corrida, de course landaise, de course camarguaise, les enceintes de rodéo : manga des toros coleados, lienzo ou rancho de la charreada, medialuna du rodéo chilien, parque de vaquejada) jusqu’aux lieux les plus divers de la vie et des activités quotidiennes, les rues, les places publiques, les enclos, les champs, les terrains vagues, les chemins de campagne, etc. On observe, sur l’ensemble des pratiques, une corrélation forte entre le degré de professionnalisation de la tauromachie et la spécialisation des lieux de mise en scène. La portée d’une telle opposition est aisément perceptible entre d’un côté les jeux d’arènes (la tauromachie professionnelle pratiquée au sein d’équipements spécialisés) et de l’autre les jeux de rue (la tauromachie participative pratiquée au sein des espaces publics). Cependant la distinction entre jeux d’arènes et jeux de rue n’est pas aussi radicale qu’il n’y paraît. La première raison tient au fait que la tauromachie participative s’accommode en réalité de tout type d’espace et a fortiori des arènes construites pour la tauromachie professionnelle, dès lors qu’elle est autorisée à y pénétrer. La seconde tient à la nécessité, commune à la plupart des divertissements taurins participatifs, de circonscrire une aire de jeu pour des raisons évidentes de sécurité. Il faut comprendre l’expression de jeux de rue au sens où l’on parle parfois de sport de rue ou de théâtre de rue pour désigner des pratiques qui sortent des cadres conventionnels des spectacles professionnels. La rue doit ainsi être considérée dans sa dimension sociologique, tout autant que dans sa dimension spatiale, rassemblant ainsi des espaces hétéroclites servant occasionnellement de lieu de mise en scène tauromachique. À l’inverse, on peut considérer que l’arène constitue une structure élémentaire de l’affrontement entre l’homme et le taureau, quelle que soit sa forme et quelle que soit sa matérialité. On retrouve une idée proche chez le critique taurin et écrivain Jacques Durand qui s’interroge sur la formation des arènes et la logique qui leur donne forme :

  • 1 J. Durand, Humbles et phénomènes, p. 112.

Un taureau galope au milieu de la foule puis s’immobilise. Un cercle de coureurs se forme spontanément à une certaine distance autour de lui. On peut considérer cet espace brut comme la plaza de toros primitive, une sorte de degré zéro de l’architecture taurine qui aboutira plus tard à l’auto-invention d’un édifice spécialisé1.

I. — TAUROMACHIE PROFESSIONNELLE – TAUROMACHIE PARTICIPATIVE

Une opposition fondamentale dans le registre des divertissements

3En tant qu’activité, la mise en scène réelle de l’affrontement entre l’homme et le taureau fait partie de la catégorie des divertissements sous la forme de deux réalités distinctes : le spectacle professionnel et la pratique participative. Dans les spectacles de la tauromachie professionnelle, il existe une frontière scénique stricte et une différence de statut entre les acteurs du jeu taurin et les spectateurs. Généralement, la configuration spatiale de l’arène ou de toute autre enceinte spécialisée dans le jeu taurin matérialise physiquement cette séparation. Les professionnels sont en piste, les spectateurs sont sur les gradins, séparés par des barrières. Les règles du jeu sont codifiées et définissent le rôle de chacun des protagonistes. Dans la tauromachie à participation collective, acteurs et spectateurs du jeu taurin sont plus souvent confondus et chacun peut librement éprouver son courage, son adresse ou sa témérité face au risque que constitue toujours, à quelque degré que ce soit, cette rencontre entre l’homme et l’animal. À la différence des spectacles taurins régis par un cérémonial fixe et des règles prescriptives, les jeux taurins à participation collective se caractérisent par une plus grande informalité et des normes plus lâches. Cette opposition fondamentale ne résiste pas totalement à l’analyse de certains cas intermédiaires.

  • 2 « Spectacle » dans A. Rey, Dictionnaire culturel en langue française, pp. 960-963.
  • 3 Règlement taurin espagnol, article 25 « espectáculos y festejos taurinos » (spectacles et festivité (...)

4Le terme de spectacle possède une ambivalence qui n’aide pas à la distinction des types de divertissements tauromachiques puisqu’il est couramment employé non seulement pour désigner ce qui relève d’une représentation (théâtrale, musicale, ici tauromachique) mais aussi pour désigner « un ensemble de choses ou de faits qui s’offre au regard, capable de provoquer des réactions »2. On retrouve cette ambivalence dans le règlement taurin espagnol dont la classification fait apparaître plusieurs types de « spectacles tauromachiques ». Le règlement différencie huit catégories de « spectacles et festivités taurines » (espectáculos y festejos taurinos) : corridas de toros ; novilladas con picadores ; novilladas sin picadores ; rejoneo ; becerradas ; festivales ; toreo cómico ; espectáculos o festejos populares3. Les sept premières relèvent bien d’un spectacle au sens d’une représentation payante où interviennent des spécialistes, la dernière prend la forme d’un divertissement ouvert à tous, le plus souvent gratuit, ici qualifié de « populaire » pour bien insister sur sa dimension collective et participative. Les spectacles tauromachiques « populaires » sont parfois qualifiés de « traditionnels », entérinant l’idée que la forme professionnelle du jeu constituerait une tauromachie « savante » et « moderne » en rupture, sur un plan sociologique et historique, avec la tauromachie participative.

  • 4 Pendant longtemps le rugby relevait d’une logique équivalente avec une éthique de l’amateurisme qui (...)

5Ensuite, on pourrait être surpris de voir qualifiés de professionnels certains spectacles tauromachiques exécutés par des amateurs. Ici, le professionnel n’est pas tant celui qui perçoit un salaire pour un travail que celui qui maîtrise une technique spécifique sur laquelle repose le spectacle ou la représentation. Par exemple, la charreada et le rodeo chilien sont des sports équestres revendiqués comme non professionnels. Il n’en demeure pas moins que les cavaliers mexicains (les charros) et les cavaliers chiliens (les huasos) possèdent une technique acquise par un entraînement assidu et que les meilleurs d’entre eux participent aux championnats et compétitions de haut niveau4. De même, les forcados de la corrida portugaise sont fiers de constituer une corporation d’amateurs qui n’engage le plus souvent aucune autre contrepartie financière que les frais de transport, le gîte et le couvert. Pour autant, ils participent aux spectacles professionnels des corridas portugaises. Nous considérons donc les acteurs des pratiques tauromachiques comme des professionnels de l’arène en tant que spécialistes du jeu taurin.

  • 5 N Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 82.

6Ces considérations nous incitent à identifier une autre sous-catégorie de divertissements tauromachiques : ceux qui relèveraient du sport de loisir. Ce type de divertissement est assez bien représenté en Amérique latine dans le cadre d’une équitation taurine pratiquée en club ou dans des associations sportives et culturelles. Pour un même jeu taurin on observe alors une pratique professionnelle intégrée à un système de compétitions de haut niveau et une pratique non professionnelle de loisir. C’est le cas de la charreada au Mexique, du rodéo chilien, des toros coleados au Venezuela et en Colombie, de la vaquejada au Brésil et de certains exercices du rodéo nord-américain. La tauromachie comme sport de loisir pourrait également désigner l’activité de nombreux passionnés, parfois organisés en associations, qui se déplacent, au rythme des calendriers des fêtes populaires, pour participer à tel ou tel lâcher de taureaux dès que leur emploi du temps le leur permet. Pour les plus fervents, la tauromachie s’inscrit dans une activité ludique et physique régulière. De même, comment classer autrement les jeux taurins populaires auxquels participent des pratiquants occasionnels qui s’entraînent plus ou moins régulièrement pour entrer en piste lors de quelques fêtes de villages. Il en est ainsi des concours de capeia raiana au Portugal, de roscadero en Aragon, des emboladores en Espagne. Certes il ne s’agit pas de jeux professionnels, mais ils possèdent des règles établies et la présence en piste d’équipes de spécialistes en représentation, distinctes des spectateurs momentanément exclus du jeu. Comme le soulignait déjà Norbert Elias au milieu des années 1980, « le sport de loisir […] attire moins l’attention en tant qu’institution sociale que les sports professionnels de haut niveau »5. C’est aussi une institution sociale intermédiaire plus difficile à saisir, tant le sport accepte lui-même de définitions. Il en va de même pour les jeux pratiqués dans les élevages de taureaux à mi-chemin entre le spectacle privé et les travaux des champs, qu’il s’agisse des tientas où viennent s’entraîner les toreros ou bien de certains rodéos pratiqués dans les haciendas à l’initiative du propriétaire terrien. Une fois de plus, des catégories trop rigides ne résistent pas à la complexité des pratiques.

7On peut alors distinguer plusieurs catégories d’acteurs affrontant le taureau :

  • les professionnels, protagonistes d’un spectacle tauromachique intégré à la société de consommation qui peut être hautement rémunérateur : matadores de toros (à pied et à cheval) de la tauromachie espagnole, bull riders du rodéo nord-américain ;

  • les spécialistes rémunérés d’un spectacle dont le degré de professionnalisation est moindre (raseteurs de la course camarguaise, écarteurs de la course landaise, recortadores, coleadores, vaqueiro de la vaquejada brésilienne, manteros des corralejas, jinetes du jaripeo ranchero professionnel ;

  • les spécialistes se réclamant d’un sport amateur (cavaliers charros ou cavaliers huasos) ;

  • les employés travaillant dans les élevages de taureaux prenant part occasionnellement à des jeux taurins : les campinos portugais, les gardians camarguais, les garrocheros de la Costa Atlántica colombienne, les cordiers des Açores ;

  • les non spécialistes : tous les participants anonymes, occasionnels ou réguliers, prenant part aux festejos populares et aux divertissements taurins qui leur sont réservés. Il s’agit d’un groupe très hétérogène qui intègre en réalité de véritables spécialistes amateurs et des néophytes affrontant le taureau pour la première fois. Cette catégorie compte en effet des personnes qui par leur expérience de la tauromachie participative ont du métier. Dans le monde de la corrida, on appelle les plus expérimentés des aficionados prácticos (dont la traduction libre pour rendre l’expression significative pourrait être des « amateurs pratiquants »). Il s’agit généralement d’aficionados qui possèdent leurs entrées dans le mundillo ou font partie d’une association taurine (« peña ») et qui ont acquis une expérience avec du petit bétail, soit en tienta chez des éleveurs, soit en capea qu’ils organisent eux-mêmes. Certains vont jusqu’à organiser des spectacles dans des arènes de première importance, comme c’est le cas par exemple dans les arènes de Acho à Lima, au grand regret de certains aficionados qui le vivent comme une profanation du temple. Certains coureurs d’encierros très expérimentés, appelés les divinos (les divins), figurent également en position intermédiaire puisqu’ils sont considérés comme des professionnels de l’encierro, connus et reconnus par les autres coureurs.

Quand la tauromachie mélange les genres

  • 6 La traduction littérale de toreo de vaquillas en plazas públicas (tauromachie de vachettes sur les (...)

8La multiplication des catégories et la diversité des acteurs du jeu tauromachique nous invitent à reconsidérer la frontière entre tauromachie professionnelle et tauromachie participative. Cette dichotomie fondamentale au sein des jeux taurins ne doit pas occulter les relations complexes qui les unissent. En effet, il existe des relations de parenté équivoque entretenues entre le spectacle professionnel et le jeu populaire. En introduction de notre travail, nous avons souligné que la forme participative était perçue tantôt comme la matrice originelle de la forme professionnelle, une sorte d’antécédent élémentaire qui contiendrait en germe la professionnalisation du jeu, tantôt, à l’inverse, comme un avatar du spectacle, une sorte de déclinaison pour les amateurs d’un jour. Le mélange des genres de divertissements n’est d’ailleurs pas rare au cours d’une même manifestation. Deux cas de figure sont possibles. Le premier se présente lorsqu’un même spectacle prévoit une partie professionnelle et une partie participative. Le règlement taurin espagnol depuis 1982 prévoit une réglementation précise pour cette pratique officiellement nommée suelta de reses para fomento y recreo de la afición (lâcher de bovins pour la promotion et le divertissement de l’afición). Cette pratique est incluse dans la catégorie des spectacles taurins populaires au même titre que les encierros et que le toreo de vaquillas en plazas públicas, correspondant à la tauromachie de divers types de bovins sur la voie publique6. Les lâchers de bovins pour la promotion et le divertissement de l’afición se déroulent dans les arènes à la suite du spectacle professionnel pour que les volontaires s’essayent à l’art de toréer. Cette pratique requiert réglementairement la présence d’un professionnel et exige que les bovins aient les cornes protégées (emboulées) et qu’ils n’excèdent pas l’âge de deux ans. On retrouve cette association de la tauromachie professionnelle et de la tauromachie participative dans l’univers de la course landaise, lors des courses dites « mixtes », par opposition aux courses dites « formelles ». Les courses mixtes se composent d’une partie « sérieuse », réalisée par les professionnels de l’arène et d’une partie qui offre la possibilité au public de participer à différents types de jeux avec des vachettes, dans une ambiance de rire et de détente. Cette association s’observe également dans l’État du Yucatán au Mexique où une quinzaine de taureaux peuvent être affrontés successivement à la suite d’une corrida ou d’une novillada sérieuse. La plupart du temps, seul le premier taureau de caste est combattu à l’espagnole, de façon conventionnelle, par une cuadrilla locale, puis mis à mort. La viande servira à préparer le chocolomo, un plat typique de la région du Yucatán. Les autres taureaux généralement de demi-caste sont livrés à la foule pour être courus et toréés sans mise à mort.

9Le second cas de figure se présente lorsque les acteurs spécialistes et amateurs se mélangent au cours d’une même séquence de jeu. La pratique est de mise dans de nombreux villages andins d’Équateur et du Pérou où la performance des professionnels de faible renom peut être interrompue par un habitant du cru qui présume d’un certain savoir-faire, posté dans l’arène avec ses émules qui l’encouragent à intervenir si une occasion se présente. En outre, le dernier taureau fait généralement l’objet d’un jeu à participation collective où les volontaires descendent en plus grand nombre dans l’arène pour se mesurer au taureau comme bon leur semble. C’est également le cas lors des corralejas de la Costa Atlántica colombienne où, à la foule anonyme qui court les taureaux, se mêlent des semi-professionnels, des manteros, des toreadores et des garrocherros engagés par les organisateurs de spectacles. Les garrocheros, qui sont des bouviers à cheval des élevages voisins, excitent l’animal en le défiant à l’aide de la garrocha (longue pique), rendant l’animal encore plus agressif. Parmi les hommes à pied on compte des amateurs d’un jour et des semi-professionnels manteros et toreadores pour qui les corralejas représentent une source de revenus pendant la période des fêtes. Les corralejas se situent ainsi à la charnière du spectacle professionnel et du jeu collectif, et offrent une image de ce que la tauromachie a été en Espagne dans un stade de professionnalisation peu avancé. On l’aura compris, il n’est pas rare que la tauromachie professionnelle et la tauromachie participative coexistent au sein d’un même spectacle, même si historiquement la professionnalisation des jeux taurins a plutôt contribué à les séparer. Comme on le verra plus avant, en se situant non plus au niveau du spectacle, mais au niveau de l’ensemble des programmes festifs des localités taurophiles, on constate que ces deux types de pratiques sont régulièrement à l’affiche, comme si la fête se devait de consommer la tauromachie sous ses deux espèces.

  • 7 Les photos de Lucien Clergue ont immortalisé une scène célèbre ayant eu lieu à Madrid.

10Deux figures opposées continuent de symboliser cette proximité dans l’univers de la corrida. D’un côté, la figure de l’espontáneo, simple spectateur qui surgit illégalement des gradins pour descendre en piste toréer avant que la police ne se saisisse de lui. Cette pratique est partout en régression, mais elle demeure plus vivace en Amérique latine où les frontières entre spectacles professionnels et spectacles à participation collective sont souvent plus poreuses. De l’autre, la figure des matadors professionnels dont certains se mêlent à la foule anonyme pour courir l’encierro. Citons, pour la première, l’exemple d’« El Cordobés » qui pour sortir de l’anonymat faisait l’espontáneo comme l’ont fait beaucoup d’autres individus n’ayant pas connu la même fortune7. Citons, pour la seconde, l’exemple d’Antonio Ordóñez qui avait l’habitude de courir, le matin, l’encierro de Pampelune au milieu de la foule anonyme, avant de se produire dans les arènes l’après-midi. L’espontáneo anonyme qui devient célèbre et le matador illustre plongé dans l’anonymat reflète une certaine porosité entre la tauromachie professionnelle et la tauromachie participative attestant l’idée que ces pratiques ne sont pas hermétiquement cloisonnées. Cette dualité constitutive donne à la tauromachie une certaine originalité qui la distingue de beaucoup de divertissements où le monde des professionnels et celui des amateurs sont davantage séparés. Elle contribue aussi à les tenir dans une proximité qui, nous le pensons, renforce les phénomènes d’identification entre les aficionados et leur héros, et participe pleinement à un enracinement en profondeur des pratiques sur leur territoire.

II. — LES TAUREAUX DES JEUX TAURINS

Taureaux bravos – taureaux mansos ; taureaux de race – taureaux croisés

11Malgré l’intérêt d’accorder une valeur paradigmatique à la notion polysémique de « course de taureaux » pour juger de l’unité et de la diversité des jeux taurins, il est néanmoins nécessaire de distinguer plusieurs types d’animaux combattus. On observe une différence importante entre les jeux taurins où le bétail charge l’homme, ceux où le bétail doit éjecter l’homme monté sur son dos et ceux où l’homme doit maîtriser un bétail qui prend la fuite. Remarquons néanmoins que l’ordonnancement de ces distinctions perd de sa lisibilité au fur et à mesure que les jeux gagnent en improvisation et sortent des cadres strictement codifiés, exploitant alors la réversibilité du comportement animal, de la fuite à la charge, de la charge à la fuite, de la capacité d’éjecter l’homme à celle de le charger au sol. Nombre de tauromachies populaires semblent d’ailleurs utiliser cette indistinction entre rodéo et course de taureaux comme un ressort ludique, révélant de façon élémentaire, mais très significative, les relations d’hybridations entre les jeux.

  • 8 Pour avoir en tête un ordre de grandeur significatif, il existe en Espagne 28 races autochtones de (...)

12Observer les races bovines associées aux jeux taurins est d’un grand intérêt pour affiner la compréhension de la diversité tauromachique. Les jeux taurins pratiqués dans le Sud-Ouest européen reposent sur la présence en piste d’un bovin sélectionné et reproduit pour le combat, qu’il s’agisse des corridas espagnoles et portugaises, des courses landaises, des courses camarguaises, des concours de recortadores ou des divers jeux taurins à participations collectives. Cette sélection est le fruit d’élevages spécialisés. Il existe autour des races de taureaux de combat une prolifération de catégories et de ramifications. Pour simplifier, il est possible de différencier deux races de taureaux, scientifiquement identifiées, intervenant dans les jeux taurins. Les premiers, les plus répandus, sont les toros de lidia (littéralement taureaux de combat), originaires de la péninsule Ibérique, également appelés toros bravos (taureaux « braves ») appartenant à la race bos taurus de variété ibericus8. Il existe des élevages de taureaux bravos dans tous les pays où l’on pratique la corrida. Les seconds sont les taureaux de race Camargue qui font figure d’exception dans la géographie des taureaux de combats élevés pour charger l’homme. Le taureau de combat ibérique est le fruit d’un élevage spécialisé qui démarre au début du xviiie siècle en Espagne, même si dès le xviie siècle, il est possible d’attester d’un travail de sélection de bovins en vue de jeux taurins. Au sein de cette race, il est coutume de distinguer ce que le vocabulaire taurin nomme des « castes ». Les spécialistes retiennent généralement quatre grandes castes historiques de taureaux de combat qui s’individualisent entre le milieu et la fin du xviiie siècle :

  • la caste Cabrera, du nom de l’éleveur d’Utrera en Basse Andalousie, Luis Antonio Cabrera qui réunit en 1740 du bétail des Pères Augustins de Carmona, ainsi que des bêtes appartenant à d’autres communautés religieuses ;

  • la caste Jijona descendant de l’éleveur Juan Jijón Salcedo dont les bêtes vivaient autour de Madrid, dans les plaines de Ciudad Real, les escarpements des Monts de Tolède et les vallons qui entourent Colmenar Viejo ;

  • la caste Vazqueña du propriétaire d’Utrera dans la province de Séville, Gregorio Vázquez ;

    • 9 Les chiffres qui rappellent la domination écrasante de la caste Vistahermosa comme origine de toute (...)

    la casta Vistahermosa du nom de Pedro Luis Ulloa comte de Vistahermosa à Dos Hermanas (Séville). Cette dernière caste est, à tous égards, la plus importante puisqu’elle représenterait l’origine de plus de 90 % des taureaux de caste actuels9.

13Une cinquième caste est souvent prise en considération. Elle ne prend pas le nom de son propriétaire, mais de son origine géographique : la casta navarra. Elle serait plus ancienne que les autres du point de vue de la sélection empirique pour les jeux taurins (Pampelune fin du xive siècle). Beaucoup la considéraient comme éteinte jusqu’à la voir resurgir à partir de la fin des années 1970, chez des éleveurs navarrais qui affirment que la race n’a jamais totalement disparu.

  • 10 A. L. López Martínez, Ganaderías de lidia y ganaderos, p. 17.

14À propos de ces « castes fondatrices », inlassablement invoquées par une afición très friande de généalogie, Antonio Luis López Martínez, historien de métier et spécialiste des élevages de taureaux de combat, souligne que l’établissement des filiations historiques des races ne date que du dernier tiers du xixe siècle. Il précise que cette généalogie repose sur des renseignements donnés par les éleveurs eux-mêmes. Et l’auteur d’ajouter que « nous ne pouvons ignorer les intérêts des éleveurs à démontrer une origine déterminée pour leur élevage qui confère à leurs taureaux un meilleur pedigree afin d’en exiger un prix supérieur »10. Selon le contexte, l’expression de « taureaux de caste » peut être synonyme de taureaux de combat. Mais dire qu’un taureau a de la caste, c’est aussi insister sur un comportement individuel et contingent qui témoigne, sur le moment, d’une grande combativité.

  • 11 Les ouvrages traitant de l’histoire et des caractéristiques des élevages de taureaux de combats son (...)
  • 12 C’est l’avis autorisé de José Carlos Arévalo, directeur de la revue taurine 6 Toros 6, qui s’est so (...)

15Comme échelon intermédiaire, entre les castes fondatrices et le comportement individuel des taureaux, figurent les encastes, désignant des ramifications secondes et croisées entre elles, qui se détachent à partir d’une même caste historique, en l’occurrence principalement la caste Vistahermosa. Ainsi parle-t-on d’encaste Saltillo, Murube, Santa Coloma, Parladé, etc. Les taureaux varient ensuite en fonction du fer de l’élevage et de l’éleveur lui-même qui en hérite et modèle son cheptel. À l’image d’un vigneron qui travaille sa vigne et son terroir, les éleveurs cherchent à donner à leurs taureaux des caractéristiques en fonction des croisements de sang et des choix de sélection : physionomie, forme des cornes, couleur de robe et surtout comportement dans l’arène11. Lorsque le taureau entre en piste, il n’a jamais combattu et a grandi le plus possible à l’écart des hommes. Le comportement du taureau en piste est jugé à l’aune de deux critères essentiels pour la tenue du combat : la « bravoure » et la « noblesse ». Ces termes possèdent un sens particulier dans le langage taurin. Étymologiquement, le terme de bravo désigne l’animal d’un naturel sauvage, par opposition à l’animal domestique, qualifié de manso, sa « mansuétude » faisant de lui un adversaire impropre au combat. Dans le champ tauromachique, la bravoure est synonyme de combativité. La noblesse qualifie la façon dont s’exprime cette agressivité qui dans l’idéal se doit d’être franche et sans détour, composée de charges longues, données tête basse. Pour beaucoup d’aficionados, la véritable bravoure implique nécessairement les qualités de noblesse et par conséquent ces deux notions ne sauraient être contradictoires12.

  • 13 Règlement des spectacles taurins, titre II : Des registres des professionnels taurins et des élevag (...)
  • 14 En 1999, on comptait 1.139 élevages affiliés aux associations professionnelles de taureaux de comba (...)

16Le règlement taurin espagnol précise que toute bête participant à un spectacle taurin doit être inscrite dans le Registre des élevages de taureaux de combat sous tutelle du ministère de la Justice et de l’Intérieur13. Pour être inscrits dans ce registre, les animaux de l’élevage doivent être enregistrés par le Livre généalogique de la race bovine de combat dépendant du ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation. En Espagne, tous les taureaux combattus doivent figurer sur le Livre du ministère assurant la provenance de la matière première du jeu. Les élevages sont affiliés à différentes associations professionnelles spécialisées dans l’élevage de taureaux de race brave. L’Espagne en compte quatre : Unión de Criadores de Toros de Lidia (UCTL), Asociación de Ganaderías de Lidia (AGL), Agrupación Española de Ganaderos de Reses Bravas (AEGRB), Ganaderos de Lidia Unidos (GLU)14. La plus ancienne est l’UCTL créée en 1905 dans laquelle figurent les élevages espagnols les plus prestigieux ainsi que certains élevages portugais et français. Au Portugal et en France, il existe de même qu’en Espagne des livres généalogiques de races bovines de combat qui enregistrent les animaux destinés aux jeux taurins ainsi que des associations professionnelles regroupant les élevages : au Portugal, l’Asociação Portuguesa de Criadores de Toiros de Lide, en France, l’Association française des éleveurs de taureaux de race brave. Le système est le même dans les pays d’Amérique latine. Au Pérou, il existe deux associations professionnelles d’éleveurs : l’Asociación de Criadores de Ganado de Lidia del Perú et le Comité Nacional de Criadores de Ganado de Lidia. Au Venezuela, l’enregistrement des taureaux de race brave passe par l’intermédiaire d’une association unique l’Asociación Venezolana de Criadores de Toros de Lidia. En Colombie, cette fonction revient principalement à l’Asociación de Criadores de Toros de Lidia de Colombia, mais il en existe d’autres. En Équateur, il s’agit de l’Asociación de criadores de ganado de lidia del Ecuador.

17Dans le registre taurin, l’appellation générique de « taureaux de caste » les différencie des taureaux dits de « demi-caste » (media casta), qui sont des animaux de moindre qualité. Les taureaux de demi-caste, qui peuvent localement porter des noms différents (toro morucho dans la région de Salamanque), sont moins chers que les taureaux de caste et leur pedigree, sur le papier, ne garantit pas les qualités éprouvées chez leurs congénères de race pure. Il s’agit souvent d’un bétail plus rustique au comportement désordonné qui ne permet pas l’exécution d’une tauromachie artistique, fondée sur la connaissance du comportement animal et sa nécessaire anticipation acquise par l’expérience. Ces animaux sont très souvent utilisés lors des jeux taurins à participation collective sauf lorsque sont choisis, à dessein, des taureaux de combat d’élevages réputés, comme on l’observe de plus en plus souvent en Estrémadure et surtout lors des bous al carrer des pays valenciens.

18Le taureau de race Camargue possède un comportement et un morphotype différent de celui du taureau brave espagnol. D’un point de vue morphologique, le taureau Camargue est plus petit et plus fin que son homologue espagnol. Il dépasse rarement 1,30 mètre de haut et son poids varie de 300 à 450 kg. Il possède des cornes verticales et son pelage est toujours uniformément noir. D’un point de vue comportemental, Frédéric Saumade a montré que le type idéal du bon taureau « cocardier » était opposé à celui de taureau brave espagnol. Les deux partagent une combativité d’exception, mais le « cocardier » doit faire preuve de ruse et de vice pour dérouter les hommes, qualités qui chez le taureau espagnol passeraient pour un manque avéré de noblesse et finalement une défaillance de sa bravoure. Les vaches de la course landaise sont, quant à elles, achetées principalement en Espagne et au Portugal, marginalement en Camargue, par des ganaderos ou ganadères qui traditionnellement s’investissent peu dans la reproduction du bétail, même si l’on note aujourd’hui une évolution allant dans ce sens.

  • 15 Cette race dite raza Criolla Costeña con Cuernos serait issue de la variété du taureau de Galice.

19En Amérique latine, les élevages de taureaux braves issus des encastes d’origine espagnole sont réservés aux spectacles du haut de la hiérarchie taurine (corridas et novilladas). Dans les villages, et pour tous les spectacles à participation collective, sont généralement toréés des taureaux dits criollos (créoles) ou des taureaux dits de media casta (demi-caste). Les taureaux criollos regroupent les animaux considérés comme étant de races autochtones. Ces animaux proviennent du bétail introduit par les Espagnols immédiatement après la découverte du Nouveau Monde. Cette introduction, comme nous aurons l’occasion de le préciser, fut d’ailleurs en partie responsable de la progression rapide de la colonisation. Les taureaux de demi-caste peuvent ici désigner tous les taureaux qui ne sont pas exclusivement de race brave, qu’ils soient criollos ou qu’ils aient été croisés avec des taureaux criollos ou avec des taureaux d’autres races comme les zébus. Ces animaux sont le plus souvent issus d’élevages non spécialisés pour le combat, mais dont les propriétaires, dans les régions taurines, se plaisent à constituer un petit cheptel d’exemplaires agressifs, susceptibles de participer aux différents divertissements tauromachiques locaux. C’est le cas par exemple de certains élevages des départements colombiens de Sucre et Córdoba, destinés à l’alimentation, constitués à partir d’une race créole ou croisée avec la race zébu, dont les exemplaires les plus farouches participent aux fiestas en corralejas15. On remarquera que le comportement des taureaux lors des corralejas peut alterner entre la fuite et les charges mortelles, entre le taureau manso et le taureau bravo. Il n’est pas rare, lorsque les hommes à cheval poursuivent l’animal qui tente de leur échapper, qu’il se retourne soudainement pour les charger ou pour foncer vers des hommes à pied qui se trouvent à proximité. Il en va de même pour les courses de taureaux des villages équatoriens où les animaux sont choisis parmi les exemplaires descendus des pâturages d’altitude par les chagras, les paysans de retour de leur rodéo. Malgré le choix circonspect des organisateurs de spectacles, il est fréquent que les exemplaires donnent un jeu très décevant pour la course de taureau, mais cet aléa fait lui-même partie du spectacle. Sans aller chercher d’autres exemples dans le registre des tauromachies participatives, il arrive parfois dans des corridas formelles qu’un taureau de combat issu d’un élevage réputé ne se prête pas au jeu et ne charge absolument pas. Il sera alors changé pour un autre animal, sous les sifflets du public adressés à l’éleveur si l’opération se répète et si le nouvel animal en piste ne se montre guère plus combatif. Ne perdons pas de vue que la sélection du bétail de combat n’est pas une science parfaitement exacte. Cela permet de rappeler une évidence constitutive de l’espèce bovine : tous les bovins se servent de leurs cornes ou bien sont susceptibles de s’en servir dans une situation d’attaque ou de défense.

  • 16 F. Saumade, Maçatl, pp. 31-32.

20Les animaux qui participent aux jeux de la famille des rodéos américains répondent à des critères différents. Dans le cas du Mexique, les jeux taurins utilisent des taureaux mansos, c’est-à-dire des bœufs de labour, d’attelage ou d’embouche, promis à l’abattoir, détournés du circuit de la production de viande. C’est également le cas de l’ensemble des jeux où il est question de courser l’animal : toros coleados du Venezuela et de la Colombie, vaquejada brésilienne et rodéo chilien. Les jeux de monte posent un problème quelque peu différent. Dans le cas du Mexique, Frédéric Saumade observe que la monte du taureau, « diminuée » et « dérisoire » dans la charreada, se voit exaltée et poussée à l’extrême dans le cas du jaripeo professionnel, comme si la monte du jaripeo venait inverser les codes de la charreada16. Pour les jeux taurins professionnels où la monte constitue le cœur du spectacle comme dans le bull riding étasunien et le jaripeo professionnel, les taureaux sont bien évidemment sélectionnés pour leur combativité, impliquant un travail de reproduction approprié aux exigences du combat. Parmi les taureaux de jaripeo professionnel réputés, citons ceux de la Selección Michoacana, l’une des entreprises organisatrices de spectacles leader au Mexique, créée en 1979 et qui compte aujourd’hui 70 toros de reparo et plus de 200 vaches destinées à la reproduction. Aux États-Unis, citons les taureaux produits par Chad Herrington, Nevada Berger, Page, Casper Vaca, Growney Brothers qui ont acquis une solide réputation. De façon plus étonnante en raison des caractéristiques du jeu, la Fédération de rodéo chilien dispose de son propre cheptel d’environ 1.000 têtes, sur un terrain de 500 ha (El fondo El Rodeo), réservé pour l’organisation du championnat national. Ce bétail est élevé et sélectionné pour répondre aux normes de gabarit imposé par le règlement marquant les prémices d’une spécialisation.

Les sociétés « taurophiles »

21En dépit de ce qui pour les détracteurs des jeux tauromachiques fait figure de paradoxe majuscule, les amateurs de tauromachies aiment les taureaux, ils aiment les observer dans les champs, ils aiment les voir combattre et ils aiment les défier. Dans les tauromachies où le taureau se doit d’être combattant, certains ont acquis individuellement une grande célébrité faisant d’eux de véritables héros dont les exploits restent gravés. On le comprend assez bien dans le cas des animaux qui font carrière tels que les taureaux camarguais, les vaches landaises, les taureaux de monte (bull riding et jaripeo) et certains taureaux de corralejas. Cela se produit également pour les taureaux de corridas combattus et tués dans l’arène, dont l’heure de gloire est pourtant plus brève, mais non moins intense aux yeux du public, en particulier lorsque la dépouille de l’animal est récompensée d’un tour d’honneur sous les acclamations de la foule ou lorsqu’il est exceptionnellement gracié pour l’excellence de son comportement. En revanche, les taureaux des jeux taurino-équestres fondés sur la course-poursuite restent dans l’anonymat, alors que c’est le cheval qui fait l’objet de toutes les fascinations.

Fig. 37. — Taureau des arènes de Vila Franca de Xira (Portugal). Le taureau illuminé domine la ville pendant les fêtes du Colete Encarnado
(Vila Franca de Xira, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 38. — Taureau à l’entrée du Cailar (France). À l’image de la ferveur taurine, le village ne se voit pas autrement que dans le taureau
(Le Cailar, 2004, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 39. — Taureau à l’entrée des arènes du Puerto de Santa María (Espagne). Statue d’un toro bravo, si nombreux en cette province de Cadix
(Le Puerto de Santa María, 2003, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

  • 17 Challengita, Joselita, et Fédérale ont été achetées à des éleveurs de la province de Salamanque.
  • 18 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 148. L’auteur cite de larges extraits du livre référence d (...)
  • 19 El Nuevo Diario, 9 avril 2005. Informations tirées de l’article intitulé « La pasión taurina » : ht (...)

22Le phénomène est bien connu dans le cas de la course camarguaise où certains cocardiers sont statufiés tel « Le Clairon » de la manade Granon, situé à l’entrée de la ville de Beaucaire qui fut, jusqu’à la fin des années 1930, une grande vedette de la course, tel « Pascalet » de la manade Rebuffat à Lunel, ou encore « le Sanglier » de la manade Granon, inhumé au Cailar en 1933, une stèle rappelant sa mémoire. Pour la course landaise, les coursayres se souviennent de « Challengita » de la ganaderia Maigret, qui remporta la corne d’or à Nogaro de 1961 à 1967. Elle donna son nom au trophée Challengita qui depuis 1992 vient couronner pour les vaches le classement de la saison. Les coursayres se rappellent aussi de Joselita, dans les années 1970, morte dans l’arène, et de Fédérale, dans les années 1990, qui remporta la corne d’or17. Le monde des corralejas possède aussi ses célébrités, tel le redoutable taureau criollo « El Barraquete » du département de Sucre dans les années 1970, ou encore « El Chivo Mono », tristement connu pour avoir tué sept personnes lors d’une fiesta en corralejas de Planeta Rica18. Dans le bull riding nord-américain, les taureaux de légende sont ceux sur le dos desquels les monteurs ne parviennent quasiment jamais à rester les huit secondes réglementaires pour considérer la monte valide : Tornado, Oscar, Red Rock, invaincu de 1984 à 1987 sur 309 tentatives, Bodacious dans les années 1990 avec seulement huit tentatives de monte validées sur l’ensemble de sa carrière, Dillinger et Little Yellow Jacket au début des années 2000, aujourd’hui Voodoo Child encore invaincu. Dans le monde du jaripeo ranchero profesional, certains toros de reparo sont connus dans tout le pays à l’image de « Vinagrillo » de l’entreprise Selección Michoacana. Au Nicaragua, dans la province de Chontales, les années 1990 ont consacré des taureaux de monte inégalables aux dires des habitants de Juigalpa : « El Calentura » et « El Mariposa »19. Certains élevages locaux ont ainsi acquis une grande notoriété : les taureaux de don Abelino Martínez à Cuapa, ceux de La Quinta Lidia, de don Fernando González, ceux de Concepción González, à San Pedro de Lóvago, ceux de don Julio Miranda, Ramón Laguna, Juan Vinagra, à Juigalpa. Les taureaux célèbres du milieu des années 2000 se nomment « El Medio luto » (le demi-deuil), « El Policía » (le policier), « El Periodista » (le journaliste), « El Vendanal » (le coup de vent) et « El Saca Pedos » (le péteur). La personnification des surnoms confirme que la bête à défier est, dans une certaine mesure, un égal de l’homme.

  • 20 La « planète des taureaux » est une expression devenue courante dans le langage taurin, rendue célè (...)
  • 21 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 126.
  • 22 Le taureau gracié sort vivant de l’arène. Ses plaies sont soignées et il retourne généralement dans (...)
  • 23 Notons qu’un groupe antitaurin porte le nom provocateur de « Islero Fan Club », traduisant, un amou (...)

23Dans la culture taurine propre à la corrida, le taureau de combat fait également l’objet d’une forte « héroïsation », soit qu’il ait fait montre d’une combativité d’exception, soit qu’il ait contribué au triomphe retentissant d’un matador. Certains ont laissé une empreinte profonde sur « la planète des taureaux », tel « Atrevido », passé à la postérité sous le nom du « taureau blanc d’Osborne », qui permet au matador Antoñete de réaliser à Madrid en 1965 ce que d’aucuns considèrent comme l’une des grandes faenas de sa carrière20. Au Pérou, le taureau le plus célèbre reste « Arabi Pacha », taureau reproducteur de plus de dix ans, « qui en savait davantage qu’un professeur de Salamanque », tué à Lima le 24 mai 1885 par le plus célèbre des matadors péruvien Ángel Valdez, dont on aura l’occasion de reparler21. Certains taureaux obtiennent la grâce autorisée par l’article 82 du règlement taurin espagnol afin d’être utilisés comme géniteurs pour continuer à perfectionner la sélection des taureaux de combat, tel « Belador » de l’éleveur Victorino Martín gracié en 1982 lors de la corrida de la Presse à Madrid22. Enfin certains sont restés tristement célèbres pour avoir tué des grands noms de la tauromachie. Limitons-nous à trois sur une liste très longue : « Barbudo », qui tua Pepe-Illo à Madrid le 11 mai 1801 ; « Bailador » qui tua le torero Joselito à Talavera de la Reina le 16 mai 1920 ; « Islero » de la ganaderia de Miura qui tua Manolete, le 28 août 1947 à Linares23. Les taureaux de combat ont suscité une littérature prolifique qui ne laisse aucun doute quant à la fascination qu’ils exercent auprès des aficionados du monde entier. Cette « héroïsation » du taureau de combat est ostensible en terres de corridas, il n’est que d’observer partout les têtes de taureaux empaillées chez les éleveurs, chez les matadors, dans les arènes, dans les musées taurins, dans de nombreux bars et restaurants. En Espagne, les éléments les plus visibles de cette fascination sont peut-être les immenses taureaux des publicités Osborne qui ont fini par être classés au patrimoine national, et repris en autocollant à l’arrière des voitures de nombreux aficionados qui affichent ainsi leur passion pour ce que la tauromachie a de plus essentiel : le taureau. Les taureaux Osborne constituent aujourd’hui un élément du patrimoine culturel espagnol et un marqueur paysager qui symbolise l’Espagne de manière très efficace. Ils sont aussi utilisés périodiquement comme de grands tableaux noirs pour y écrire des revendications liées à la culture taurine, soit pour la condamner, soit pour la glorifier.

III. — JEUX D’ARÈNES

  • 24 L. Nieto Manjón, Términos taurinos, p. 347.

24L’usage du mot arena, dans le contexte taurin, existe en espagnol, mais il est beaucoup plus rare que le terme de plaza de toros. Luis Nieto Manjón en donne une définition simple : « lieu fermé et disposé pour courir ou combattre les taureaux »24. La langue espagnole n’est pas avare de termes pour désigner la piste du jeu taurin, enrichie par une tradition journalistique ancienne qui a contribué à une diversification du langage spécialisé. José María de Cossío recense treize termes dont les connotations peuvent varier en fonction de la nature exacte du signifié. Le ruedo et le redondel font référence au terrain circulaire délimité par les barrières. Ajoutons, parmi les emplois courants, le terme de coso qui est utilisé dans la presse spécialisée comme synonyme de plaza de toros.

25En Amérique latine, le terme coso est également employé pour désigner la piste d’autres pratiques tauromachiques que la corrida, tels que les mangas de coleo ou les lienzos charros. On remarque, avec intérêt, le double sens du mot coso en espagnol. Le Diccionario de la Real Academia Española le définit d’une part comme « une place, site ou tout autre lieu circonscrit, où sont courus et combattus des taureaux et où sont célébrées d’autres fêtes publiques », mais également comme une « rue principale » d’un espace urbanisé. Le terme convient ainsi pour qualifier les espaces de jeu centrés, tels que les arènes de corrida et les espaces de jeu longitudinaux, tels que ceux des mangas de coleo et des lienzos charros. Le mot manga signifie une manche de vêtement, un couloir ou un passage faisant le lien entre les champs et les enclos et désigne, dans le contexte taurin, la piste longitudinale du coleo. Le mot lienzo signifie clôture. Le lienzo charro se compose en réalité de deux parties : l’une longitudinale qui prend la forme d’un large couloir, le lienzo et qui donne le nom à l’ensemble de l’édifice spécialisé. Cette partie est utilisée pour les coleadas et débouche sur un espace circulaire, le ruedo, utilisé pour les autres épreuves de la charreada.

26La plupart des pistes de la tauromachie professionnelle peuvent être classées en fonction de ces deux formes, les unes longitudinales, les autres centrées, qu’elles soient plus ou moins rondes, plus ou moins quadrangulaires, régulières ou irrégulières. Les parques de vaquajeda entrent dans la catégorie des pistes longitudinales avec la particularité qu’elles s’évasent dans le sens de la course. Les arènes de corridas espagnoles, portugaises et des courses camarguaises entrent dans la seconde catégorie, même si à l’intérieur de la piste les « terrains » du combat ne s’organisent pas de la même façon. Dans les corridas espagnoles et portugaises le centre de l’arène constitue le terrain le plus important ou tout au moins celui de l’affrontement idéal pour juger de la domination de l’homme sur l’animal. Dans la course camarguaise, c’est la périphérie de la piste qui constitue le terrain privilégié du combat, celle où le taureau se réfugie pour répondre aux assauts des raseteurs. C’est pourquoi, les amateurs de course camarguaise considèrent qu’une bonne piste possède des coins dans lesquels le taureau aime à se défendre contre ses assaillants. Dans les arènes du rodéo chilien, c’est également la périphérie de la piste qui constitue le « centre » du terrain de jeu, puisque les cavaliers doivent plaquer les taureaux contre les barrières. D’autres cavaliers sont d’ailleurs situés au centre de la piste, en position de spectateurs privilégiés. La course landaise constitue un cas intermédiaire puisque l’écarteur est immobile au milieu de la piste, mais la vache, lancée à pleine vitesse, en exploite toute la longueur. Si l’on précise que la vache est retenue par une corde, on comprend mieux la logique axiale du jeu et pourquoi certaines arènes de course landaise ne sont constituées que de loges contenant les vaches, surmontées d’une tribune, au-devant desquelles s’allonge une piste sans aucune barrière pour clore l’enceinte. Quant aux pistes du rodéo nord-américain ou du jaripeo professionnel, leur forme ne semble pas tributaire d’une règle du jeu qui les détermine. Les arènes, leur forme et leur taille ne sont donc pas totalement indépendantes des règles du jeu, sans pour autant y être entièrement assujetties. Pour preuve, certaines arènes reçoivent des jeux différents. C’est par exemple le cas pour de nombreuses arènes du Sud-Ouest français où se déroulent des corridas et des courses landaises. Il en est de même pour de nombreuses arènes du Sud-Est où se déroulent des corridas et des courses camarguaises. Pour nombre d’entre elles, en particulier celles du Sud-Ouest, il est souvent inutile de tenter de discerner s’il s’agit d’une arène de course landaise ou de course espagnole, puisque certaines procèdent d’une architecture hybride adaptée à la spécificité de deux pratiques. Ainsi existe-il des logiques incontestables de spécialisation des lieux de mise en scène taurine pouvant se traduire par des incompatibilités entre certains jeux et certaines pistes, sans exclure pour autant une polyvalence des arènes, lorsque les principes ludiques de tel ou tel jeu le permettent.

  • 25 Parmi ceux que nous avons utilisés : P. Alcázar, Plazas de toros de Colombia ; CAUE des Landes, Arè (...)

27Ce point a son importance pour étudier les modalités de coexistence spatiale des pratiques tauromachiques. Dans le Sud-Ouest et le Sud-Est français, certaines arènes accueillent des corridas, et respectivement des courses landaises et camarguaises, alors que d’autres ne sont adaptées qu’aux formes tauromachiques régionales ne pouvant accueillir le spectacle d’origine espagnole. Soulignons enfin que le terme même de plaza de toros (place des taureaux exprime une rencontre entre le monde urbain et le monde rural. En tant que place urbaine, beaucoup d’arènes espagnoles reprennent les motifs architecturaux caractéristiques des plazas mayores de la Renaissance, tels que les balcons et les colonnades. En tant que lieu d’enfermement du taureau, les arènes reprennent les barrières et les couloirs des enclos de l’élevage bovin. En tant qu’édifices spécialisés dans le spectacle, les arènes font nécessairement resurgir le précédent historique des cirques romains. De nombreux livres leur sont consacrés témoignant de leur valeur architecturale et patrimoniale25.

Les jeux d’arènes du Sud-Ouest européen

28Dans la corrida espagnole à pied, le succès du matador dépend principalement du maniement artistique de la muleta lui permettant de maîtriser et de conduire les charges du taureau, ainsi que de l’exécution orthodoxe de la mise à mort d’un coup d’épée porté à proximité du cœur. Dans le détail, la corrida met en présence dans l’arène des taureaux de plus de quatre ans et des équipes de toreros (cuadrillas), composées chacune d’un chef, le matador de toros, également appelé maestro (maître), de trois banderilleros, deux picadors montés sur des chevaux protégés par un caparaçon et un valet d’épée qui n’intervient pas directement dans le combat. La corrida est découpée en trois phases appelées tercios (tiers) : le tercio de piques, le tercio de banderilles et le tercio de mort, conclu par la mise à mort du taureau. Aujourd’hui, le cœur du spectacle réside dans la capacité du matador, avec son style et sa technique, à enchaîner, durant le dernier tercio, les passes de muleta en fonction des caractéristiques de l’animal pour parvenir à le dominer. Une corrida formelle (celle qui constitue la norme et la pratique la plus courante) met à l’affiche trois matadors combattant deux taureaux chacun. Le modèle canonique de l’arène de corrida est celui d’une piste circulaire délimitée par une barrière comprenant des chicanes (burladeros), permettant de se protéger et d’accéder facilement à la piste.

29Dans la corrida espagnole à cheval, ou corrida de rejoneo, le cavalier montre la maîtrise de sa monture face aux charges du taureau, en plantant sur son dos des rejones, en passant au plus près des cornes, en guidant la course du taureau lancé à sa poursuite, puis en concluant l’affrontement par la mise à mort de l’animal. Pour chacune des phases du combat (la sortie du taureau, la pose des banderilles et la mise à mort), le cavalier possède une monture appropriée au comportement du taureau et à l’exercice (suerte) à réaliser. Afin de diminuer les risques de blessures du cheval, la pointe des cornes des taureaux est limée conformément au règlement. Généralement, six taureaux par course sont combattus par trois rejoneadores, accompagnés de subalternes à pied dont le rôle reste mineur. De même que la corrida à pied, la corrida de rejoneo est pratiquée en Amérique latine.

30Lors d’une tourada formelle de six taureaux, ou corrida portugaise, chaque animal est combattu selon deux modalités bien distinctes, d’abord celle des cavaliers (en général trois par course), ensuite celle de forcados (de une à trois équipes par course). Les cavaliers interviennent individuellement. Ils sont accompagnés de subalternes appelés banderilleros qui en dépit de leur nom ne servent qu’à placer ponctuellement le taureau, soit pour faciliter les manœuvres du cavalier si l’animal ne charge pas, soit pour attirer son attention pendant le changement de monture. Le taureau a les cornes gainées dans un étui pour diminuer les risques de blessures des chevaux et des hommes. Lors de la première phase du combat, le cavalier plante des farpas, équivalent des rejones, puis les banderilles dans un déroulement et selon des modalités d’affrontement très comparables à ceux décrits pour la corrida à cheval espagnole. La performance du cavalier ne se termine pas par la mise à mort du taureau, mais par l’intervention des forcados qui réalisent la pega. Les forcados se rangent en file indienne dans l’axe de l’animal et le premier d’entre eux, le chef de file, appelle le taureau pour l’affronter au corps à corps. Pour exécuter la pega, il lui faut parvenir à amortir la charge de l’animal en reculant, se glisser entre les cornes pour prendre son cou à bras-le-corps et rester accroché jusqu’à ce que ses partenaires le rejoignent, les uns après les autres, afin d’immobiliser le taureau. À la différence des corridas espagnoles, l’animal n’est pas tué en piste mais dans les coulisses à l’abri du public, conformément à la loi.

31La course landaise est une tauromachie pédestre fondée sur l’esquive de l’animal lancé à pleine vitesse. Les hommes en piste, appelés génériquement écarteurs ou toreros, pratiquent sur une vache aux cornes emboulées des écarts et des sauts. Dans le détail, il existe plusieurs types d’écarts (écart sur la feinte ou écart sur le saut) et différents sauts (saut de l’ange, saut périlleux, saut périlleux vrillé ou saut pieds joints, attachés ou dans le béret). L’écart demeure la technique classique, la plus appréciée par les puristes de la course landaise et les sauts furent pendant longtemps considérés comme des amusements secondaires. L’écarteur placé au centre de la piste cite la vache de face pour provoquer sa charge et au moment où elle utilise ses cornes pour atteindre l’homme, celui-ci l’esquive d’un écart faisant passer la tête de l’animal au creux de ses reins cambrés. La charge de la coursière est en partie maîtrisée par une corde attachée à la base des cornes dont le maniement par le « cordier », au moment attendu de l’impact, entre en considération pour juger de la qualité des écarts. Le sauteur, dans la même position de départ que l’écarteur, saute au dessus l’animal. Dans la course landaise, la cuadrilla (une douzaine d’écarteurs) est attachée à l’année à une même ganaderia (un troupeau de vaches). Le bétail n’est pas mis à mort et participe ainsi tout au long de sa carrière à différentes courses.

32La course camarguaise oppose au taureau cocardier appelé biòu des équipes de raseteurs qui doivent s’emparer des attributs primés fixés sur le frontal de l’animal (une cocarde, un gland et deux ficelles) à l’aide d’un crochet métallique à quatre branches. Pour effectuer le raset, le « tourneur » place le taureau afin de permettre au raseteur de démarrer sa course sous un angle favorable et de croiser la trajectoire du taureau lancé à sa poursuite. La course du raseteur doit se finir en ligne droite en direction de la barrière délimitant la piste derrière laquelle il saute pour se protéger. Le bon cocardier doit poursuivre son adversaire jusqu’aux planches, contre lesquelles il vient buter pour tenter d’encorner l’homme. C’est ce qui est appelé le « coup de barrière », très apprécié par les afeciounados et aussitôt salué par les premières notes de l’ouverture de Carmen. Chaque taureau reste en piste un quart d’heure avant d’être remplacé. La course camarguaise est également désignée par l’expression de « course libre » datant du xixe siècle, pour différencier le jeu en cours de codification de celui où le taureau restait encordé.

33Les courses de recortadores, également appelées concours ou exhibitions de recortadores, regroupent des modalités d’affrontement dont les règles du jeu peuvent varier d’une course à l’autre. On distingue malgré tout plusieurs spécialités dont la codification est établie : les concours d’anneaux (concurso de anillas), les concours de recortes libres, les concours de sauts. Selon les concours, on affronte des taureaux ou des vaches dont les caractéristiques comportementales impliquent des techniques adaptées. Les concours d’anneaux se pratiquent le plus souvent sur des vaches, alors que les concours de recortes libres et de sauts ont tendance à se pratiquer de plus en plus sur des taureaux aux cornes intactes. Les protagonistes ont des compétences spécialisées de la même façon que dans les courses landaises, les sauteurs n’écartent pas, et les écarteurs ne sautent pas. L’épreuve des anneaux se pratique par équipe de deux et consiste à enfiler en trois minutes des anneaux d’environ huit centimètres de diamètre sur les cornes de l’animal. La façon d’approcher la vache à demi-retournée ressemble à la technique utilisée par les raseteurs de la course camarguaise où il est nécessaire d’approcher au plus près le frontal de l’animal. Les concours de sauts et de recortes libres se pratiquent individuellement. Le recorte se fait en citant l’animal de face et consiste à décrire un arc de cercle en courant pour rejoindre la course de l’animal, puis, à l’instant de l’impact attendu, à esquiver la charge en cambrant le dos. Cette suerte est assez proche de l’écart de la course landaise. Le recorte peut aussi consister à faire un quiebro, c’est-à-dire à entraîner l’animal dans une direction, puis repartir au dernier moment dans la direction opposée, une fois que le taureau, emporté par sa vitesse, tout en le frôlant, ne peut plus atteindre l’homme. Le quiebro peut s’exécuter de face, de dos ou à genou. Il s’agit de tromper le taureau au plus près des cornes, en donnant la plus grande impression de facilité et de relâchement. Les sauts se réalisent de façon semblable à ceux de la course landaise et constituent désormais une épreuve à part entière. Notons dès à présent que les concours de recortadores constituent une forme tauromachique récente qui n’apparaît qu’à la fin des années 1970 et qui connaît actuellement un succès grandissant dans toute l’Espagne.

34Enfin, il faudrait ajouter à ces jeux d’arènes des pratiques issues de l’élevage à mi-chemin entre la sphère ludique et la sphère utilitaire : les tientas. Les tientas servent à tester le bétail pour sa sélection et théoriquement n’entrent pas dans la catégorie des spectacles à proprement parler. Les tientas ont généralement lieu dans les arènes privées de l’élevage ou à « champ ouvert ». C’est lors des tientas à « champ ouvert » que l’on pratique à cheval la technique de l’acoso y derribo pour tester la bravoure de l’animal. La technique consiste à faire chuter l’animal dans sa course avec une garrocha (longue pique) jusqu’à ce qu’il décide d’attaquer la monture plutôt que de fuir, comme s’il finissait par comprendre qu’il s’agit là de la meilleure défense. Les tientas en arènes représentent une opportunité pour de jeunes toreros de faire leurs armes avec l’autorisation de l’éleveur. Elles permettent aussi à des toreros confirmés de s’entraîner pendant la saison creuse pour le plus grand plaisir des aficionados introduits auprès de l’éleveur. Il n’est pas rare que ce dernier se saisisse alors de l’occasion pour recevoir à sa table des amis, des journalistes, des voisins, des membres d’une « peña » taurine et quelques pique-assiettes en tout genre profitant de la prodigalité du seigneur. Certains éleveurs en font une source de revenus complémentaires. En lien direct avec des associations taurines ou des agences de tourisme, ils proposent des journées composées d’une visite de l’élevage, d’un déjeuner dans la propriété et d’une capea dans les arènes privées où chacun peut approcher de près la sensation de se trouver en face d’une bête qui charge.

Les rodéos de l’Amérique

35La force de l’iconographie nord-américaine donne du rodéo l’image d’un jeu consistant principalement à monter des chevaux sauvages, s’agissant là de l’épreuve la plus ancienne désormais supplantée par la monte des taureaux sauvages considérée comme l’épreuve la plus spectaculaire. Comme nous l’avons évoqué précédemment, il existe bien d’autres modalités de jeu appartenant à cette grande famille panaméricaine.

36Dans les vaquejadas au Brésil, l’ouverture des portes pour le bétail est précédée d’un cri « boi saído é boi corrido » que l’on pourrait traduire par « un taureau sorti est un taureau couru », indiquant le départ du jeu. Ici, les cavaliers courent par équipe de deux (un puxador et un vaqueiro de esteiro ou bate-esteira), à la poursuite d’un bœuf ou d’une vache (boi). L’un des cavaliers (le bate-esteira) veille à faire courir l’animal en ligne droite, le rabat vers son co-équipier et lui transmet la queue du bovin. Celui-ci (le puxador) l’attrape par la queue et le déstabilise pour le faire chuter dans sa course, les quatre pattes en l’air, entre deux marques au sol. Le jeu se déroule sur une piste qui mesure environ 160 mètres. Les cent premiers mètres sont réservés à la poursuite et la prise de vitesse, les dix mètres suivants correspondent aux marquages à l’intérieur desquels il faut faire chuter l’animal, les cinquante mètres restants permettant la décélération du cheval. La piste s’évase progressivement en largeur, de 15 à 20 mètres de large au départ, à 25 à 45 mètres à l’arrivée, formant ainsi une sorte de trapèze allongé. On peut observer que la forme de la piste est la même que celle délimitée par les barrières des mangas (manches) ou embudos (entonnoirs), dressées dans le dernier tronçon des encierros pour mener les troupeaux depuis l’extérieur de la ville jusqu’à l’enclos où ils sont enfermés. La grande différence réside dans le parcours effectué par les bêtes : dans un cas elles courent dans le sens d’un évasement de la piste et dans l’autre, dans le sens d’un rétrécissement.

  • 26 H. Armaignac, Viaje por las pampas argentinas.

37Les toros coleados au Venezuela et en Colombie reposent sur le même principe. Le cavalier doit rattraper le taureau au galop et le saisir par la queue afin de le faire chuter dans sa course. Le jeu est également désigné sous le nom de coleo, substantif du verbe colear, la cola signifiant la queue. Au Venezuela, le coleo met en compétition quatre coleadores en concurrence à la poursuite d’un taureau sur une piste longitudinale appelée manga de coleo. La piste mesure au minimum 200 mètres de long et entre 10 et 15 mètres de large. La piste est divisée en segments : « zone de préparation » où la coleada ne peut pas être effectuée, « première zone » et « deuxième zone » où la coleada est autorisée, puis « zone morte » où la coleada est à nouveau interdite. Au signal du juge arbitre, le taureau est lâché en piste. Il est pourchassé par les quatre cavaliers. Lorsque l’un d’entre eux parvient à attraper la queue de l’animal, les trois autres doivent se reculer pour le laisser correctement exécuter la coleada. Une fois qu’elle est réalisée, le cavalier s’écarte de l’animal et réintègre le peloton des coleadores pour que le jeu recommence et ainsi de suite. Chaque coleada permet de marquer des points selon la zone dans laquelle chute l’animal et selon la façon dont il chute. Les chutes les mieux notées sont les plus spectaculaires. La campana (la cloche) où l’animal se retrouve les quatre pattes en l’air est mieux notée que le costado où l’animal se couche simplement sur le flanc. Lors d’un coleo formel, chaque sortie de l’animal dure cinq minutes et les coleadores concourent deux fois chacun. Des centaines de concurrents interviennent et l’ensemble des épreuves se déroule sur deux jours. En Colombie, les pistes et les notations sont équivalentes à celles du Venezuela, mais les coleadores affrontent le taureau individuellement, chacun leur tour. Il existe de nombreuses façons de colear, à une main, à deux mains, en sautant de cheval ou en passant la queue par-dessous la jambe (colear a arción bolera). Cette dernière technique est caractéristique de la coleada pratiquée à Cuba, au Costa Rica et au Mexique dans le cadre des épreuves de la charreada. Au Panamá, le coleo porte généralement le nom de hierra. L’appellation panaméenne du coleo qui vient du terme hierro (fer de marquage) relie directement le rodéo ludique à l’activité de l’élevage. En Argentine, la hierra, généralement écrite yerra, prend le sens de ferrade, au cours de laquelle, à l’origine, les gauchos rassemblaient le bétail, puis attrapaient les exemplaires un à un au lasso, qu’il fallait ensuite marquer au fer ou qu’il fallait castrer26.

  • 27 Pour une description approfondie des techniques de la charreada, F. Saumade, Maçatl, et A. C. Ramír (...)

38La charreada, à la différence des jeux précédents, regroupe un ensemble d’épreuves qui n’incluent pas toutes la présence en piste du taureau27. Les épreuves reposent sur le maniement du lasso (la reata), le dressage des chevaux et la maîtrise des bovins. Une charreada est composée de dix suertes différentes : la cala de caballo, les piales en el lienzo, les colas, la jineteada de toros, la terna en el ruedo, la jineteada de yegua, les manganas de a pie, les manganas de a caballo et le paso de la muerte. La cala de caballo consiste à faire galoper le cheval le plus vite possible et le faire s’arrêter d’un seul coup dans une zone déterminée. Les piales consistent pour le cavalier à piéger les pattes arrière d’une jument au galop, en attachant son lasso au pommeau de la selle et en le disposant au sol afin de former un piège (le pial). Les colas correspondent à la coleada décrite dans ses variantes vénézuélienne, colombienne et brésilienne. Ici, le cavalier poursuit seul le bovin et doit le faire chuter dès qu’il a pris assez de vitesse pour être déséquilibré dans sa course, mais avant qu’il ne parcoure une distance de 60 mètres. La jineteada de toro consiste à monter à cru sur le dos d’un taureau jusqu’à ce que l’homme soit désarçonné ou que le taureau cesse de ruer pour qu’il puisse descendre de l’animal. Lors de la terna en el ruedo, trois cavaliers charros doivent maîtriser un taurillon à l’aide d’un lasso, en moins de six minutes. L’un d’entre eux doit attraper la tête, les autres posent le lasso au sol pour piéger les pattes de l’animal et le faire chuter. La jineteada de yegua est la monte d’une jument sauvage. Lors de la mangana de a pie, il s’agit pour le charro à pied de manier le lasso selon des codes esthétiques déterminés (florear la reata), puis d’attraper une jument qui court autour de la piste, pressée par des cavaliers. Cette épreuve se pratique également à cheval (la mangana de a caballo). Le paso de la muerte consiste pour le cavalier à sauter de son cheval sur le dos d’une jument sauvage pour parvenir à arrêter sa course. Chaque épreuve est notée par un jury en fonction de critères techniques très précis. Lors de la compétition dite du charro complet (charro completo), un même cavalier reprend l’ensemble des épreuves. Enfin, il existe pour les femmes qui participent à la charreada, nommées les escaramuzas, des exercices équestres sans taureaux.

39Le rodéo nord-américain a beaucoup de points communs avec les exercices mexicains. De même que la charreada, ce rodéo rassemble de nombreuses épreuves, une dizaine au total dont trois mettent en scène un affrontement direct entre l’homme et le bovin. Le calf roping consiste à poursuivre un veau à cheval, à le capturer au lasso, puis à l’immobiliser au sol en lui nouant trois pattes. Le team roping est la même épreuve exécutée à deux cavaliers avec un bétail plus âgé. Le steer wrestling, autrefois connu sous le nom de bulldogging (de « doggie » : bouvillon), consiste à rattraper le bovin à cheval et à le saisir par les cornes en pleine course avant de se jeter à terre pour le retourner et l’immobiliser. Enfin, le bull riding consiste à monter à cru un taureau sanglé par une corde, permettant au monteur de s’accrocher à une main, afin de tenter de rester sur l’animal pendant huit secondes. Les bull riders affrontent des taureaux qui peuvent avoisiner une tonne. Le bull riding connaît aujourd’hui un développement croissant en tant que spectacle indépendant des autres épreuves du rodéo nordaméricain. Les bull riders sont aidés par des auxiliaires appelés cowboys protector ou rodeo clowns qui protègent le monteur au moment où l’homme descend du taureau, chute accidentellement ou reste accroché à la bête par la corde lui servant à résister aux ruades. Les rodeo clowns attirent alors l’attention de l’animal pour l’éloigner de l’homme à terre. Récemment est apparue une épreuve qui leur est spécifiquement réservée, le free style bullfighting souvent appelé simplement bullfighting, soit le même nom utilisé en Amérique du Nord pour désigner la corrida espagnole. Nous reviendrons sur cette évolution importante du rodéo nord-américain.

  • 28 Pour une analyse ethnographique approfondie du jaripeo ranchero professionnel au Mexique, F. Saumad (...)
  • 29 Ibid., p. 80. L’auteur souligne que tous les ouvrages classiques relatifs aux charros, tels ceux d’ (...)

40Au Mexique, le jaripeo ranchero professionnel est un jeu très proche du bull riding. Il s’agit, comme ce dernier, d’un spectacle à part entière fondé sur la seule monte du taureau28. Le monteur appelé jinete (cavalier) s’accroche également à une corde ceinturant la poitrine de l’animal, mais porte des éperons à crochets permettant de mieux résister aux ruades de leur adversaire qui redoublent d’intensité sous la blessure. Ici, à l’inverse du bull riding, il n’y a pas de limite de temps pour la monte. Pendant longtemps, jusque dans les années 1940, les termes de charreada et de jaripeo sont donnés comme équivalents29. Dans certains États mexicains, comme celui de Jalisco, il arrive que le terme de jaripeo soit encore utilisé pour désigner la charreada. Le plus souvent, il désigne simplement le jeu prisé dans les zones rurales, consistant à monter à cru les bovins lors des fêtes de village.

41Le rodéo chilien se distingue de toutes les autres formes de jeu en présentant une modalité d’affrontement qui n’existe nulle part ailleurs. Le rodéo chilien est pratiqué dans une arène circulaire de 20 à 25 mètres de rayon appelée medialuna (demie-lune) divisée en deux parties inégales par une barrière en arc de cercle. La plus grande partie forme la cancha, la piste principale, et la plus petite forme l’apiñadero. Les deux parties communiquent par des portes permettant les allers et venues des cavaliers et des bovins. Une équipe de deux cavaliers (la collera) prend le taureau en tenaille et le conduit au galop autour de la piste. Le cavalier qui se situe le plus au centre de la piste, lorsqu’il franchit la ligne dite de « posture », doit faire en sorte que le poitrail de son cheval reste au contact du bovin, obligeant sa monture à galoper de côté. Lorsqu’il pénètre dans la zone réservée à cet effet, le cavalier doit coincer l’animal contre une sorte de butoir rembourré, la quincha. La course et le blocage du taureau (la atajada) sont notés par un jury selon des critères qui tiennent compte de la position du cheval, du suivi de la course et des zones d’impacts portés sur le taureau. Les cavaliers doivent effectuer quatre courses, deux au contact des pattes avant avec deux atajadas, et deux au contact des pattes arrière avec une atajada et un retour à l’apiñadero. Les championnats de rodéo chilien comprennent également des épreuves strictement équestres, les movimientos a la rienda (mouvement les rênes en main) qui comptent dix épreuves distinctes visant à mesurer la virtuosité du cheval et la qualité du dressage.

IV. — JEUX DE RUE

42À la différence des spectacles taurins régis par un cérémonial fixe, des règles du jeu normatives et une frontière stricte entre acteurs et spectateurs, les jeux taurins populaires se caractérisent par une plus grande informalité et une frontière plus floue entre les acteurs et les spectateurs du jeu. Ces jeux prennent généralement la forme de lâchers de bovins avec lesquels la foule joue de façon élémentaire : faire charger le taureau, le faire courir, le tromper, le fuir, l’esquiver, le poursuivre, le toucher, l’attraper, le monter, l’immobiliser. Des cris, de la poussière, une même effervescence collective donnent un air de famille à ces jeux d’un bout à l’autre de la géographie taurine : qu’il s’agisse d’une course de vaches sur la place Saint-André à Bayonne, d’un encierro au pied des remparts d’Aigues-Mortes, d’une espera sur l’avenue Alves Redol à Vila Franca de Xira (Ribatejo), d’un bous al carrer sur la place San Vicente de Vall de Uxó (Castellón), d’un toro de pueblo dans le village de Pintag dans la sierra équatorienne de Pinchincha, d’une fiesta en corralejas à Sabanalarga sur la Costa Atlántica colombienne ou d’un jocheo de toros à San Ignacio de Moxos dans le département amazonien de Beni en Bolivie. Dans le détail, on observe des variations géographiques dans les gestuelles privilégiées pour affronter l’animal, variations qui ne sont pas sans rapport avec les aires d’extension des spectacles de la tauromachie professionnelle. On observe également, au sein même des jeux à participation collective, des degrés variables de codification entre ceux aux techniques bien établies et ceux laissant une plus grande part aux improvisations de toutes sortes. L’analyse hésite souvent entre deux hypothèses, l’une selon laquelle les modalités d’affrontement les plus élémentaires constitueraient un fond de pratiques tauromachiques commun de part et d’autre de l’océan, l’autre selon laquelle la diversité géographique des jeux taurins offrirait des spécificités régionales bien plus remarquables. Autrement dit, le geste taurin serait contenu entre une posture universelle liée aux caractéristiques de l’homme et du taureau s’affrontant, d’un côté, et des styles locaux qui précisent ces gestes selon des codes culturels particuliers, de l’autre. En outre, il n’est pas rare que des pratiques très proches sur le plan fonctionnel portent des noms différents en fonction des langues et des emplois régionaux. À l’inverse, un même nom peut désigner, selon les lieux, des pratiques différentes, ce qui n’aide pas à l’identification de ces jeux taurins éminemment protéiformes.

43Il n’est sans doute pas possible de séparer totalement les gestuelles adoptées pour affronter l’animal, des caractéristiques architecturales des lieux de mise en scène du jeu taurin. Cette relation est beaucoup moins forte pour les jeux à participation collective que pour les spectacles d’arènes où la configuration de l’aire de jeu participe de la règle et conditionne la gestuelle. Pour les tauromachies participatives, il en va jusqu’à la délimitation même de l’aire de jeu qui semble parfois accessoire. Cependant, les réglementations, pour des raisons évidentes de sécurité, obligent dans la majorité des cas les organisateurs à délimiter la piste taurine par de solides barrières. C’est le cas des cadalfas employées pour les bous al carrer de la région de Valence, ces barrières métalliques verticales, permettant un passage relativement aisé pour les hommes qui souhaitent circuler entre l’intérieur et l’extérieur de la piste, tout en empêchant le taureau de s’en échapper. Ces barrières sont souvent surmontées de tribunes comprenant plusieurs rangées de spectateurs. L’évolution des jeux taurins est allée globalement vers une plus stricte fermeture des espaces de jeu, là où des tonneaux, des charrettes et quelques planches suffisaient autrefois à bâtir l’arène. En dépit des évolutions techniques, tout se passe comme si la tauromachie populaire installait l’arène dans la rue, avec toutes les conséquences symboliques et matérielles que cela implique.

44Il est possible de différencier deux types de jeu caractéristiques de la tauromachie participative, d’une part les encierros qui valorisent la notion de distance à parcourir au contact des animaux réunis en troupeau, et d’autre part, les autres lâchers de bovins qui valorisent le face-à-face répété des hommes et de l’animal, généralement seul en piste, évoluant dans un espace plus réduit. Il existe ensuite des formes hybrides tenant des deux modalités, et des variantes selon les moyens utilisés pour limiter le rayon d’action de l’animal. L’utilisation de cordes joue, à cet égard, un rôle important dans de nombreuses pratiques.

Encierros

  • 30 P. Plasencia, La fiesta de los toros, p. 114.

45Lors des encierros, le jeu consiste à courir des bovins le long d’un parcours sur plusieurs centaines de mètres. Le règlement taurin espagnol donne à l’encierro une définition précise : « la conduite, à pied, sur la voie publique, du bétail à combattre le jour prévu pour un spectacle taurin autorisé par le règlement, depuis le lieu du lâcher jusqu’aux arènes, accompagné au minimum de trois bœufs domestiques »30. Dans le langage de la corrida, le mot encierro désigne également le lot de six taureaux destiné à la corrida, lot qu’il est nécessaire « d’enfermer » dans les dépendances de l’arène avant que la course ne commence. Le nom du jeu fait ainsi référence au parcours traditionnel des bêtes, accompagnées vers un lieu clos depuis les champs où elles sont élevées. Le sens du mot encierro témoigne, à lui seul, d’une articulation fondamentale entre la rue et l’arène, entre le champ et la place, entre la campagne et la ville, entre la tauromachie participative et la tauromachie professionnelle.

  • 31 La commission de fêtes de Pampelune estime que le mot encierro a commencé à être utilisé dans ce se (...)
  • 32 Entretien personnel avec le coureur d’encierros et auteur E. De Marichalar, Le souffle dans le dos,(...)

46L’utilisation du mot encierro pour désigner cette pratique apparaît au xixe siècle et remplace progressivement celui d’entrée (entrada), sous-entendu entrée dans la ville, que l’on utilise encore au Portugal31. Aujourd’hui, l’encierro constitue bien un jeu taurin autonome, que les bêtes soient ou non combattues ensuite, avec ses codes, sa technique et son langage. Pour les « encierristes », néologisme d’usage fréquent qui désigne les coureurs d’encierros, il existe une véritable technique de course dont la sophistication n’a rien à envier à celles valorisées dans les spectacles professionnels. Pour les encierristes chevronnés, la rencontre idéale avec le taureau se compose de trois phases principales : « entrer, connecter, sortir ». « Entrer » consiste à chercher à se situer dans le flot de l’encierro par une bonne prise en compte de l’ensemble des paramètres dynamiques. « Connecter » permet de se faire voir par le taureau afin de prendre le rythme de sa course, en demeurant le plus longtemps possible à portée de cornes. « Sortir » consiste à rompre le lien qui unit l’homme et le taureau, sans provoquer de mouvement brutal risquant de détourner l’animal de sa course, ce qui constitue l’un des risques majeurs de l’encierro pour tous ceux qui demeurent en arrière ou à côté de l’animal32. Il est bien évident que pour les coureurs d’un jour ces paramètres n’existent pas. Il s’agit de courir et de ne pas se faire prendre, de courir si possible devant les taureaux, et dans le cas contraire derrière, pour les approcher ou pouvoir raconter qu’on les a senti passer. Le plus « professionnel » des encierros courus à pied, au sens où de nombreux spécialistes s’y retrouvent, est celui de Pampelune. Il sert partout de référence au point qu’il est possible de voir en lui le modèle idéal de l’encierro navarrais, modèle qui est le plus imité à l’échelle transatlantique.

47Il existe des encierros dans la plupart des pays possédant des traditions tauromachiques, certains sont pratiqués à pied, d’autres incluent la présence de chevaux guidant le troupeau. Le parcours de l’encierro peut être entièrement urbain, entièrement rural ou mixte lorsque les taureaux sont encore conduits des champs ou des espaces périurbains jusqu’au cœur de la cité. Le modèle navarrais à pied, que le règlement reconnaît d’ailleurs comme la forme canonique de l’encierro, est celui copié dans le Sud-Ouest de la France lorsque le jeu est à l’affiche. Rappelons néanmoins que la pratique est fort ancienne. Dans le Sud-Ouest, à la différence des encierros espagnols où sont courus les taureaux de la corrida, les participants courent généralement des vaches dont les cornes sont obligatoirement protégées. En Espagne, il existe aussi des encierros de vaches, comme le très réputé encierro de Pilón de Falces en Navarre, qui possède la particularité d’être couru en moyenne montagne dans une zone très accidentée. Ici les cornes ne sont pas protégées et le danger est tout aussi grand que s’il s’agissait de taureaux. Aucun coureur ne ferait preuve de sexisme en la circonstance. Au Mexique, en référence au modèle navarrais, les encierros sont très souvent désignés sous le nom de pamplonadas, sans qu’une réponse précise puisse être apportée sur les modalités exactes de transmission du terme d’un continent à l’autre. Au Mexique, par dérivation de ce premier emprunt, la pamplonada peut également porter le nom de la ville où elle se déroule : la sanmiguelada à San Miguel de Allende, la huamantlada à Huamantla, la xiqueñada à Xico, la Ixtencada à Ixtenco, la santanada à Querétaro organisée par la paroisse du quartier de Santa Ana. Même si la pratique est moins présente qu’au Mexique, il est à noter que le terme de pamplonada est également utilisé au Pérou pour désigner certains encierros urbains. Il est employé à Trujillo pour parler du lâcher de taureaux qui se déroule chaque année le 19 mars, le jour de la San José, patron de la cité, ainsi qu’à Surco dans la région urbaine de Lima. Cet emploi manifeste un lien explicite entre les jeux taurins populaires espagnols et ses avatars latino-américains.

  • 33 C. Martel et J.-N. Pelen (éd.), L’homme et le taureau en Provence et en Languedoc.
  • 34 Document disponible sur le site Internet de la Fédération française de course camarguaise : www.ffc (...)

48Au Portugal, il existe des encerros à pied, comparables aux encierros espagnols, portant généralement le nom d’entradas (entrées). Le terme d’entrada correspond assez bien à l’irruption du troupeau entrant dans la cité, conduit par les coureurs ou par les campinos au grand galop, qui encadrent le bétail jusqu’aux arènes à l’aide de leur lance appelée pampilho. Ce que l’on appelle abrivado en Camargue est très proche de l’« entrée » portugaise à cheval. Les gardians, trident en main, conduisent les taureaux généralement réunis en troupeau de quatre. Leur tâche consiste à les guider jusqu’aux arènes et à empêcher que les hommes à pied (les attrapaires) ne fassent échapper des bêtes. La bandido relève du même principe que l’abrivado, mais se déroule après la course camarguaise, reconduisant, par un parcours inverse, les taureaux aux élevages33. Partout où les zones périurbaines et l’éloignement des zones d’élevages ne permettent pas de réaliser le parcours des champs jusqu’aux arènes, les taureaux sont conduits en camion jusqu’à l’entrée de la ville. Il existe depuis 2004, une « charte des spectacles de rue » approuvée par la Fédération française de course camarguaise, qui stipule que « les taureaux sortiront cornes protégées ou sciées » et précise les conditions requises pour le déroulement de ces manifestations, en particulier celle de fournir des licences en règle pour les manadiers et les cavaliers34.

49Parmi ces manifestations certaines se déroulent dans des conditions singulières à l’image des abrivado de plage à Palavas, aux Saintes-Maries-de-la-Mer ou au Grau du Roi. Les Saintes-Maries-de-la-Mer organisent le 11 novembre un festival d’abrivado qui regroupe plus de 200 gardians et mille chevaux venus de toute la région. Dans le même esprit, Lunel organise une abrivado de 100 taureaux. Il est à noter que les gardians pratiquent également d’autres formes de jeux dont certains n’incluent pas la présence du taureau, tels que le jeu de l’aiguillette, le jeu des oranges, le jeu de l’épervier ou du bouquet et le tournoi des écharpes. Ce sont des jeux d’adresse qui mettent en valeur les qualités équestres des gardians. En cela, ces jeux se rapprochent de certains exercices des campinos portugais, de certaines épreuves du rodéo nord-américain et de celles de la charreada mexicaine ou du rodéo chilien qui, de même, ne sont pas tous fondés sur la présence en piste du taureau. On remarquera, avec curiosité, l’existence du jeu gardian du saut de cheval à cheval et du saut de cheval à taureau qui formellement se rapproche de certaines épreuves appartenant à la culture du rodéo. Les campinos portugais, en plus d’exercices non taurins, possèdent des jeux incluant des taureaux, autres que les encierros : les picarías. Le jeu consiste à courser un bovin, seul ou à deux, avec la vara de campinar ou pampilho pour orienter sa course. Il existe donc des analogies entre les jeux taurino-équestres de part et d’autre de l’Atlantique, les uns inclus dans le cadre spectaculaire des rodéos, les autres cantonnés au monde des éleveurs de taureaux dans les pays où les traditions d’élevages demeurent fortes. Enfin, toujours attachées à la culture des éleveurs de taureaux camarguais, les ferrades consistant à marquer les veaux, font office de pratiques ludiques auxquelles assistent de nombreux spectateurs lorsqu’elles se déroulent dans les arènes à titre de spectacle ou lorsque les manadiers reçoivent dans leur propriété. De même que les yerras de la Pampa argentine, les tientas des élevages espagnols et portugais, de même les ferrades constituent des moments de convivialité et de reconnaissance sociale.

  • 35 P. Dupuy, Toros en Camargue, p. 37.

50Ce que l’on nomme encierro en Camargue est différent de son homonyme espagnol, puisque l’encierro camarguais est un lâcher de bovins sur une place délimitée par des barrières. Cependant, l’encierro de type navarrais existe, il est alors qualifié alors d’« encierro à l’espagnole ». Le premier aurait eu lieu à Saint-Laurent-d’Aigouze en Petite Camargue en 198535. En Espagne, l’utilisation du cheval lors des encierros est minoritaire, mais ne constitue pas une pratique rare comme le montre, en autres, ceux de la province de Guadalajara pratiqués à travers champ. Bien que le règlement l’interdise, des voitures, généralement des 4x4, sont parfois de la partie, dans un détournement le plus total de la loi et de la tradition. Il existe des encierros à cheval dans d’autres régions d’Espagne parmi lesquels sont célèbres ceux de Ciudad Rodrigo (Salamanque), de Cuéllar (Segovia), de Arévalo et de Segorbe (Castellón).

  • 36 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, pp. 26-27.
  • 37 Le mot chagra viendrait de chacra qui signifie terre où l’on cultive le maïs.

51Si l’on accepte de situer l’encierro à la frontière entre la pratique ludique et la pratique utilitaire consistant à assurer le transfert des bêtes des champs vers l’espace de jeu, on observe que beaucoup d’autres pratiques s’en rapprochent, même lorsqu’elles n’ont pas atteint le même degré d’autonomie vis-à-vis du fondement utilitaire. Dans les Andes péruviennes, Augusto Goicochea Luna raconte dans les années 1960 comment les villageois attendaient avec impatience l’arrivée du troupeau descendu de la puna par les bouviers36. Un cavalier en avance prévenait de leur arrivée imminente. Les habitants se cachaient, montaient sur les toits des maisons et sur les branches des arbres. Les plus courageux ou les plus saouls tentaient de se mêler au convoi qui fonçait vers le toril pour enfermer les bêtes. Cette scène n’est pas très éloignée de ce que l’on observe encore en Équateur, sous le nom de rodéo chagra. Le terme de chagra désigne un habitant de la sierra équatorienne et reste attaché au monde paysan particulièrement rustique de l’Altiplano37. Le rodéo chagra consiste pour les éleveurs de bétail à partir dans la montagne pour rassembler les bêtes laissées sur les alpages du páramo et à redescendre aux enclos les bêtes devant être castrées, marquées ou vendues. À leur arrivée, se crée un attroupement pour tenter d’accompagner un instant les bêtes. Certains taureaux sont ensuite vendus à des organisateurs de spectacles pour une corrida ou un toro de pueblo.

… et autres lâchers de bovins

52Les autres lâchers de bovins, dont le principe ludique ne repose pas sur une distance à parcourir, rassemblent une très grande diversité de jeux taurins. Les lâchers de bovins les rassemblerait tous s’il n’était question de mettre en évidence la spécificité des encierros, constituant un jeu charnière entre la rue et l’arène, qui éclaire l’évolution historique des pratiques tauromachiques et leur progressive individualisation au sein de la sphère ludique aux dépens de la sphère strictement utilitaire. Cependant, il arrive que la distinction entre encierro et lâcher de bovins en lieu clos perde de sa pertinence. À Jerez au Mexique, la pamplonada se déroule le long d’un parcours où les taureaux courent en boucle autour d’un vaste pâté de maisons. Cette configuration de l’encierro manifeste un stade avancé d’autonomie du jeu taurin, découplé de la fonction utilitaire puisqu’il n’est ni question de guider les taureaux du champ aux arènes, ni même question d’en reconstruire la symbolique. Une fois que les taureaux ont perdu de leur mobilité, le troupeau se désagrège, les animaux se dispersent et répondent aux sollicitations des participants qui les toréent et les montent, comme s’il s’agissait d’un lâcher individuel en lieu clos. Au Portugal, les entradas ou esperas sont généralement suivies de largadas, où les taureaux sont relâchés individuellement sur les lieux mêmes du parcours de l’encierro. À Vila Franca de Xira, le taureau se déplace alors d’un bout à l’autre du parcours, depuis les arènes Palha Blanco jusqu’à l’enclos situé au bout de la rue Joaquin Pedro Menteiro, attiré par les uns, retenu pas les autres, au milieu d’un public qui ne se préoccupe de l’animal que lorsque celui-ci approche, annoncé par des cris et des mouvements de foule. De même, à Moita, les largadas se tiennent le long de l’avenue du Dr. Teófilo Braga. Ici c’est le parcours de l’encierro qui sert d’arène. Les lâchers de bovins varient donc en fonction de la taille des espaces barricadés et de la configuration spatiale des lieux réservés à la tauromachie à participation collective.

53Ces lâchers portent des noms différents. En Espagne, les termes les plus couramment utilisés sont sueltas (lâchers), vaquillas, sueltas de vaquillas, toros a la calle, capeas, auxquels il faut ajouter les multiples désignations dans les langues basque, catalane (corre bou) et valencienne (bous al carrer). Localement on utilise d’autres expressions, telle que le toro de aguardiente, souvent utilisée en Andalousie pour désigner un lâcher de taureaux qui se déroule à l’aube, à l’heure où les paysans avaient l’habitude de prendre un verre d’eau-de-vie avant de commencer une longue journée de travail. Dans le détail les lâchers varient en fonction du type d’animal et, dans certains cas, en fonction des gestuelles utilisées pour l’affronter. Dans la région de Valence, qui fait partie des zones où l’engouement est très fort pour les tauromachies à participation collective, les jeux taurins proposent de plus en plus souvent d’affronter des taureaux de quatre ans, aux cornes non protégées et non épointées, issus d’élevages réputés, identiques à ceux présentés en corrida formelle. Cette pratique qui tend à s’affirmer dans les pays valenciens contraste avec toutes celles où les bêtes ont réglementairement les cornes épointées. Nous verrons qu’en la matière les législations régionales diffèrent grandement.

54Au Portugal, les lâchers de bovins prennent le nom de largada, touradas a alentejana, de garraiadas ou encore de tourada à vara larga dans certaines localités du district de Portalegre. Les taureaux ont les cornes protégées ou épointées. Au Sud du Portugal, certains lâchers, qui pourtant ne répondent pas au fonctionnement de l’encierro navarrais, prennent le nom de pamplonas. Cet emploi confirme le rayonnement du modèle navarrais de l’encierro dont on a déjà montré les prolongements américains. Au Portugal, il n’est pas rare que les lâchers de bovins populaires ne se terminent par une pega, consistant à immobiliser le taureau à plusieurs à la manière des forcados, sans que cela ne représente pour autant l’objectif ultime du jeu.

  • 38 Disponible sur le site Internet : www.fetes.bayonne.fr/index.php ?id=103 [réf. du 10 décembre 2006]
  • 39 Disponible sur le site Internet : www.fetes.bayonne.fr/index.php ?id=103 [réf. du 10 décembre 2006]
  • 40 Le tau est un jeune taureau non castré que l’on réserve également pour les « courses de nuit ».

55En France, il existe aussi plusieurs sortes de lâchers de bovins. Dans le Sud-Ouest, on parle généralement de courses de vaches. Le site officiel des fêtes de Bayonne précise : « Les courses de vaches qui s’y déroulent sont à Bayonne ce que l’encierro est à Pampelune : une tradition, un sport, avec ses règles et ses précautions »38. Et les organisateurs de les détailler : « Sur le sable, les règles sont bien présentes et gare à ceux qui ne les respectent pas, car les vaches, elles, ne s’y trompent pas. Ne pas taper ces demoiselles, ne pas se jeter sur elles, ni leur tirer la queue mais les faire courir et tourner en bourrique fait partie des us et coutumes des courses à Saint-André »39. Elles se rapprochent en cela des courses « mixtes » à la landaise. Il existe également dans la région les manifestations appelées « intervaches » ou « toroballs » qui reposent sur une participation libre. On observera le détournement homonymique cocasse du mot toroballs, qui est semblable au nom désignant les pratiques sacrificielles de l’Antiquité, les tauroboles, pour ici désigner l’organisation d’un match de foot dans l’arène, auquel participe une vachette. En Camargue, comme nous l’avons précisé, les lâchers de bovins en place fermée portent le nom d’encierros. On remarque, non sans parallèle avec les lâchers portugais où l’on pratique la pega, que la technique du raset est ici couramment employée. Là encore, on observe qu’il ne s’agit pas d’une modalité d’affrontement exclusive d’autres techniques puisqu’il est aussi question de donner quelques passes au taureau dès que l’animal le permet. Les « courses de tau » proposent le même type de jeu, mais avec de jeunes taureaux non castrés, testés par les manadiers pour apprécier leur comportement en piste, montrant que pour les éleveurs les jeux à participation collective ne sont pas déconnectés de la pratique professionnelle40. Enfin, ajoutons à ces jeux la pratique des « toro-piscines » qui s’épanouit à partir des années 1970, notamment grâce à la popularité que leur donnent les jeux télévisés d’Intervilles. Ils connaissent dans les stations balnéaires du littoral landais et du littoral languedocien un très fort succès en période estivale.

56Ces lâchers de bovins sont très courants en Amérique latine où s’ajoutent à la ferveur populaire une gamme d’improvisations et un répertoire gestuel encore plus diversifiés. Aux lâchers de bovins courus (toros del pueblo dans les Andes équatoriennes, corridas populaires dans les Andes péruviennes, toros a la tica au Costa Rica, corralejas dans le Nord de la Colombie, farras do boi sur le littoral de Santa Catalina au Brésil) s’ajoutent les jeux de monte, qu’ils soient indépendants (jaripeo populaire au Mexique, monta de toros à Panamá, Cuba, au Nicaragua) ou pratiqués ensemble (jocheo en Bolivie, corrida de toros au Guatemala, rodeo au Paraguay). Au Pérou, les Andes font figure de véritable conservatoire de jeux taurins où les genres et les techniques se mélangent avec une grande liberté. Le yawar fiesta ou turupukllay répond à cette logique où se combinent des éléments rituels, au premier regard, très étonnants. Les turupukllay mettent en scène un double affrontement : le taureau face au condor fixé sur son dos et les hommes face à cette bête hybride qui rappelle la figure fantasmagorique du taureau-ailé. Toujours au Pérou, parmi les lâchers plus élémentaires, beaucoup ajoutent à une tauromachie faite d’esquives et de passes, le défi de décrocher des récompenses fixées sur l’animal : la enjalma et la moña. La enjalma est un tissu richement brodé fixé sur le dos de l’animal à l’aide de petites cordelettes attachées sous son ventre. La moña est également une riche étoffe, fixée entre les cornes du taureau, qu’il est encore plus difficile de décrocher. Un peintre équatorien, spécialisé dans l’art naïf qui fait une large place aux thèmes taurins, nous a confirmé que cette pratique existait aussi dans son pays, en particulier lors des fêtes du Corpus Christi. L’étoffe fixée sur le dos du taureau s’appelle ici la colcha (couverture, toile). [Voir fig. 36 et 40, pp. 29 et 101].

Fig. 40. — Taureau de la fête du Corpus Christi (Andes équatoriennes) sur lequel est fixé la colcha, à moins qu’il ne soit question de le monter. Couvercle d’une boite peinte (collection de l’auteur, peinture sur bois, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

Fig. 41. — Taureau dans la fête du Corpus Christi (Andes équatoriennes), toréé à l’aide d’un poncho dans une arène élémentaire. Couvercle d’une boite peinte. (collection de l’auteur, peinture sur bois, cliché : Jean-Baptiste Maudet).

  • 41 Règlement des spectacles taurins : titre III. article 18, « La piste des arènes permanentes ne doit (...)

57Ces jeux taurins populaires font figure de grands rassemblements, au point que le nombre de participants peut dépasser le nombre de spectateurs des jeux d’arènes professionnels les plus courus. Dans le cas des corralejas du Nord de la Colombie, les arènes construites pour l’occasion sont beaucoup plus étendues que celles des autres jeux d’arènes. La corraleja vient du mot espagnol corral qui signifie cour et enclos. Le mot corraleja désigne à la fois le jeu et l’enceinte du jeu. En cela, il est à rapprocher du rodeo et de l’encierro pour lesquels les termes désignant le jeu sont directement inspirés de l’action de rassembler et d’enfermer les bêtes. La construction de cette grande arène en bois rappelle toutes celles qui autrefois dans les villes et les villages du Sud-Ouest européen étaient ainsi montées et démontées à chaque période de fête. La corraleja la plus connue est celle construite à l’occasion des fêtes de Sincelejo. Elle mesure plus de 350 mètres de diamètre soit environ six fois la taille maximum autorisée par le règlement des spectacles taurins espagnols41. Ses gradins bâtis sur deux ou trois étages peuvent contenir entre 5.000 et 10.000 personnes, et sa piste, souvent en herbe, peut accueillir des milliers de participants. D’une certaine façon, l’herbe de cette proto-arène aux grandes dimensions rappelant encore les champs s’oppose au sable imposé par les règlements des plazas de toros urbaines, qui au contraire éloigne le dispositif d’accueil des taureaux des espaces ruraux dont ils sont issus. Les autres corralejas n’ont pas les dimensions exceptionnelles de celle de Sincelejo, mais témoignent d’une même caractéristique commune à beaucoup de tauromachies à participation collective : le renversement fréquent des proportions entre la piste et les gradins. Chacune dans leur style, académique et populaire, les arènes de Mexico et celles de Sincelejo sont les deux plus grandes arènes du monde : la première pour la contenance de ses gradins, la seconde pour les dimensions de sa piste. À beaucoup d’égards, les corralejas représentent un stade intermédiaire de jeu, volontairement bloqué dans son évolution sous une forme semi-professionnelle et ruralo-urbaine.

58La pratique la plus représentative de la tauromachie de rue, dans ce qu’elle a de plus anarchique et chaotique, est probablement celle des farras do boi, dans l’État brésilien de Santa Catarina. Cette pratique semble être passée totalement inaperçue de ceux qui s’intéressent à la diversité des jeux tauromachiques. Il s’agit ici de poursuivre un animal « lâché dans la nature », de jouer avec lui, de le harceler jusqu’à épuisement et dans certains cas jusqu’à sa mort pour ensuite répartir la viande entre les participants. Cette pratique est officiellement interdite, mais continue de se dérouler dans une semi-clandestinité, l’intervention des forces de l’ordre pour l’empêcher n’étant pas toujours efficace.

  • 42 S. Rodríguez Becerra, « Poder y fiestas populares con toros en Andalucía », p. 77. Selon l’auteur l (...)
  • 43 F. Saumade, Maçatl, p. 19.
  • 44 À Rubielos de Mora, le monument du taureau à la corde est l’œuvre de l’artiste local, José Gonsalvo

59Généralement, lorsque tombent les barrières de la tauromachie participative, les cordes attachées aux taureaux se tendent pour limiter le rayon d’action de l’animal. L’encordement des bovins à la base des cornes pour manipuler le bétail est une pratique ancienne42. Frédéric Saumade considère que cette technique est « la forme la plus archaïque du jeu taurin de rue et, hormis les Landes, la plus éloignée du moderne jeu d’arène »43. Les jeux taurins populaires fondés sur l’utilisation d’un taureau encordé possèdent des noms différents : toros enmaromados, toros ensogados, toros de sogas, toros de cuerda en espagnol, bou de corda et bou ensogat en valencien, bou capllaçat en catalan, sokamuturra en basque. La corde permet de limiter le rayon d’action de l’animal et constitue un ressort ludique en limitant partiellement ses déplacements dans l’espace. Contrairement aux pratiques où les taureaux libres de cordes nécessitent une fermeture de l’aire de jeu, les taureaux encordés se passent généralement de tels aménagements. Pour des raisons qui tiennent aux traitements subis par l’animal, cette pratique est interdite dans certaines régions, comme Madrid et la Navarre, alors que beaucoup d’autres régions leur accordent une légalité d’exception justifiée par l’ancienneté de la tradition. C’est le cas en Andalousie où, à ce jour, douze villages ont obtenu une dérogation les autorisant à pratiquer le taureau à la corde : Villalba del Alcor dans la province de Huelva, Benamahoma, Benaocaz, Grazalema, San Roque et Villaluenga del Rosario dans la province de Cádiz, Gaucín dans la province de Málaga, Carcabuey dans la province de Cordoue, Arroyo del Ojanco et Beas de Segura dans la province de Jaén et Ohanes dans la province d’Almería. Certaines fêtes où se déroulent des « taureaux encordés » ont acquis une grande renommée, due à un effort de valorisation des traditions locales. Tel est le cas du toro de cuerda de Grazalema, petit village de la sierra de Grazalema (Cádiz), de celui de Gaucín (Málaga), du toro ensogado de Beas de Segura (Jaén), du toro enmaromado de Benavente (Zamora), du toro ensogado de Teruel, du toro de sogas de Rubielos de Mora (Teruel) en l’honneur duquel a été érigé un monument, et enfin du bou capllaçat d’Amposta (Tarragona)44.

  • 45 V. Nemésio, Mau tempo no canal.

60Cette pratique qui pourrait apparaître sur le continent comme une exception minoritaire parmi les lâchers de taureaux est la norme sur l’île Terceira des Açores. Les touradas à corda connaissent en effet un très fort succès sur cette île et constituent la forme établie de la tauromachie populaire45. Le taureau encordé doit rester dans une limite spatiale déterminée par un marquage au sol à l’intérieur duquel il est couru par la foule. Les cordiers qui souvent travaillent dans les élevages de taureaux sont responsables des dégâts qui surviendraient à l’extérieur de l’aire de jeu. On retrouve cette pratique dans quelques cités californiennes de la San Joaquin Valley en lien avec la communauté des Açores qui y réside en nombre. Les taureaux à la corde existaient également en Camargue. Ici, le dernier bastion d’une pratique aujourd’hui interdite demeure celui de la commune d’Eyragues. Baptisé d’un nouveau nom, l’« encierro à l’eyraguaise » se déroule dans un espace délimité par des barrières conformément à l’évolution générale des jeux pratiqués sur la voie publique.

61Les taureaux embolados des pays valenciens, ainsi que les bous capllaçats e embolats du Sud de la Catalogne offrent encore une autre façon d’intégrer la corde comme ressort ludique du jeu taurin. Les termes mêmes de taureaux emboulés méritent un examen précis. L’expression est utilisée au Portugal pour qualifier les cornes du taureau de combat qui sont aujourd’hui épointées et gainées dans un étui de cuir et sur l’extrémité desquelles on fixait autrefois des boules, afin de réduire les risques. L’expression est également utilisée dans la course landaise pour parler des cornes « tamponnées » qui, peu avant 1890, recevaient des boules en fer ou en plomb, puis en bois. En Espagne, les taureaux emboulés de la sorte pour réduire les risques de blessures existent, mais ils sont assez rares. La technique de l’épointage des cornes (l’afeitado) est préférée lorsqu’il s’agit de réduire réglementairement le danger. En Espagne, un toro embolado désigne plus souvent un « taureau de feu » (toro de fuego), animal sur lequel est fixée une armature métallique, imitant grossièrement la forme des cornes, surmontée de boules inflammables. Cette technique a remplacé l’application sur les cornes elles-mêmes de substance inflammable. Dans les pays du Levant espagnol, l’action d’embouler le taureau constitue aujourd’hui une pratique ludique autonome qui fait l’objet de concours chronométrés, soit dans les arènes, soit sur la place publique. Le taureau sort en piste encordé, puis il est guidé grâce à la corde contre une poutre verticale, où un groupe d’emboladores fixe la structure sur le la tête du taureau, enflamme les torches chargées de matériel pyrotechnique, puis libère l’animal en coupant la corde, tout cela en un minimum de temps. Le taureau est ensuite couru dans la rue ou dans l’arène, généralement de nuit. Au même titre que pour les taureaux encordés, certaines provinces ont interdit cette pratique ou l’ont limitée à quelques exceptions bénéficiant de mesures dérogatoires (toro de júbilo de Medinaceli dans la province de Soria). Ailleurs, en France, en Espagne, au Portugal et en Amérique latine, les toros de fuego ne sont que des armatures chargées de pétards et de fusées, prises en charge par un ou deux individus qui reproduisent la furie d’un véritable taureau lâché au milieu de la foule.

  • 46 Cette pratique apparaît dans des miniatures du xiiie siècle et, selon Ángel Álvarez de Miranda, les (...)

62Enfin, ajoutons un certain nombre de jeux, aux modalités d’affrontement uniques en leur genre, que nous pourrions qualifier de hors normes si ces normes n’avaient pas déjà été suffisamment malmenées par la dimension protéiforme des tauromachies collectives. En Espagne, deux d’entre elles attirent chaque année l’attention des médias et font l’objet de violentes polémiques, opposants contempteurs et thuriféraires : le toro de la Vega à Tordesillas et les lâchers de taureaux de Coria. Le toro de la Vega est une sorte de chasse à courre populaire : un taureau est lâché du centre de la cité vers les champs dans un parcours inverse à celui de l’encierro. Une fois que l’animal a franchi la limite de la ville, la chasse est ouverte par des hommes à pied et des cavaliers qui doivent l’abattre à la lance. À Coria, lors des lâchers de taureaux sur la place publique, les participants lancent sur le taureau de grosses fléchettes46.

63Comment hiérarchiser les critères de différenciation des pratiques tauromachiques ? La différence entre les jeux faisant l’objet d’une représentation spectaculaire qui incombe à des spécialistes et les jeux à participation collective, nous paraît être de la première importance. C’est ce critère qui permet le mieux de poser les bases d’une lecture des jeux taurins interrogeant les liens entre les hommes et leur territoire. Ces deux grandes modalités de loisir taurin ont une inscription spatiale toute différente qui localement détermine une partie des relations complexes unissant à travers la fête, territoire et tauromachie.

Notes

1 J. Durand, Humbles et phénomènes, p. 112.

2 « Spectacle » dans A. Rey, Dictionnaire culturel en langue française, pp. 960-963.

3 Règlement taurin espagnol, article 25 « espectáculos y festejos taurinos » (spectacles et festivités taurines). Dans le langage taurin les termes espectáculo et festejos sont le plus souvent utilisés sans distinction alors même que le Diccionario de la Real Academia Española n’accorde au mot festejos aucune équivalence du mot spectacle. Nous reviendrons sur ce point apparemment anodin qui est d’un intérêt certain pour l’analyse de la dimension festive de la tauromachie.

4 Pendant longtemps le rugby relevait d’une logique équivalente avec une éthique de l’amateurisme qui n’empêche en rien l’existence de compétitions professionnelles de haut niveau.

5 N Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 82.

6 La traduction littérale de toreo de vaquillas en plazas públicas (tauromachie de vachettes sur les places publiques) entraînerait une approximation sur ce que la pratique désigne réellement, à savoir des pratiques très diverses, qui mettent en scène des bovins de taille, d’âge et de sexe différents, dans des lieux également très hétérogènes.

7 Les photos de Lucien Clergue ont immortalisé une scène célèbre ayant eu lieu à Madrid.

8 Pour avoir en tête un ordre de grandeur significatif, il existe en Espagne 28 races autochtones de bovins dont 20 sont en voie d’extinction. Le taureau de combat bos taurus variété ibericus ne fait pas partie des espèces menacées. S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 166.

9 Les chiffres qui rappellent la domination écrasante de la caste Vistahermosa comme origine de toutes les ganaderias varient d’un ouvrage à l’autre, de 90 % à 98 %. Sigfredo Ortuño Pérez propose le chiffre de 90 %. S. Ortuño Pérez, « Ecología y economía de las explotaciones de ganado de lidia », p. 167.

10 A. L. López Martínez, Ganaderías de lidia y ganaderos, p. 17.

11 Les ouvrages traitant de l’histoire et des caractéristiques des élevages de taureaux de combats sont très nombreux. Sur l’histoire des élevages, la référence irremplaçable, en dépit de son discours iconoclaste qui rompt avec une certaine mythologie du taureau de combat, est l’ouvrage d’A. L. López Martínez, Ganaderías de lidia y ganaderos. Sur les caractéristiques des castes, des encastes et des élevages, on pourra consulter J.-L. Castanet, Campo Bravo.

12 C’est l’avis autorisé de José Carlos Arévalo, directeur de la revue taurine 6 Toros 6, qui s’est souvent exprimé sur la dialectique complexe entre bravoure et noblesse.

13 Règlement des spectacles taurins, titre II : Des registres des professionnels taurins et des élevages de taureaux de combats, chap. ii : Registres des entreprises d’élevage de bêtes de combats, article 10 et 11.

14 En 1999, on comptait 1.139 élevages affiliés aux associations professionnelles de taureaux de combats répartis de la façon suivante : 448 dans l’AGL, 334 dans l’UCTL, 230 dans l’AEGRB, 127 dans la GLU.

15 Cette race dite raza Criolla Costeña con Cuernos serait issue de la variété du taureau de Galice.

16 F. Saumade, Maçatl, pp. 31-32.

17 Challengita, Joselita, et Fédérale ont été achetées à des éleveurs de la province de Salamanque.

18 A. Lopera, Colombia, tierra de toros, p. 148. L’auteur cite de larges extraits du livre référence de Juan Santana Vega, El mundo de las corralejas.

19 El Nuevo Diario, 9 avril 2005. Informations tirées de l’article intitulé « La pasión taurina » : http://elnuevodiario.com.ni/2005/04/09/turismo/24816 [réf. 5 février 2006].

20 La « planète des taureaux » est une expression devenue courante dans le langage taurin, rendue célèbre par le journaliste Antonio Díaz Cañabate. Elle indique que la tauromachie forme un monde à part, presque autarcique, avec sa langue, ses héros, ses mythes, son histoire… et assurément sa géographie. La faena (travail, tache) dans le langage taurin désigne les exercices à la muleta à travers lesquels s’expriment les qualités techniques et artistiques du matador.

21 H. López Martínez, Plaza de Acho, p. 126.

22 Le taureau gracié sort vivant de l’arène. Ses plaies sont soignées et il retourne généralement dans son élevage d’origine ou bien il est vendu à un autre éleveur comme reproducteur.

23 Notons qu’un groupe antitaurin porte le nom provocateur de « Islero Fan Club », traduisant, un amour pour cet animal totalement extérieur à celui des aficionados, qui ne s’inscrit jamais dans une opposition contradictoire entre l’amour des hommes et l’amour des bêtes.

24 L. Nieto Manjón, Términos taurinos, p. 347.

25 Parmi ceux que nous avons utilisés : P. Alcázar, Plazas de toros de Colombia ; CAUE des Landes, Arènes de la course landaise et de la corrida ; F. Garibay Anaya et M. Luna Parra, México se viste de luces ; M. Luna Parra et L. Ruiz Quiroz, Análisis y registro de las plazas de toros de México ; F. López Izquierdo, Plazas Mayores y de toros.

26 H. Armaignac, Viaje por las pampas argentinas.

27 Pour une description approfondie des techniques de la charreada, F. Saumade, Maçatl, et A. C. Ramírez Barreto, El juego del valor.

28 Pour une analyse ethnographique approfondie du jaripeo ranchero professionnel au Mexique, F. Saumade, Maçatl.

29 Ibid., p. 80. L’auteur souligne que tous les ouvrages classiques relatifs aux charros, tels ceux d’Álvarez del Villar ou de Rincón Gallardo font l’amalgame entre les deux termes, pendant longtemps indifférenciés.

30 P. Plasencia, La fiesta de los toros, p. 114.

31 La commission de fêtes de Pampelune estime que le mot encierro a commencé à être utilisé dans ce sens autour de l’année 1856.

32 Entretien personnel avec le coureur d’encierros et auteur E. De Marichalar, Le souffle dans le dos, chap. iv « L’art de courir les taureaux », pp. 137-162.

33 C. Martel et J.-N. Pelen (éd.), L’homme et le taureau en Provence et en Languedoc.

34 Document disponible sur le site Internet de la Fédération française de course camarguaise : www.ffcc.info/IMG/_article_pdf/article_198.pdf [réf : le 10 décembre 2006].

35 P. Dupuy, Toros en Camargue, p. 37.

36 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, pp. 26-27.

37 Le mot chagra viendrait de chacra qui signifie terre où l’on cultive le maïs.

38 Disponible sur le site Internet : www.fetes.bayonne.fr/index.php ?id=103 [réf. du 10 décembre 2006].

39 Disponible sur le site Internet : www.fetes.bayonne.fr/index.php ?id=103 [réf. du 10 décembre 2006].

40 Le tau est un jeune taureau non castré que l’on réserve également pour les « courses de nuit ».

41 Règlement des spectacles taurins : titre III. article 18, « La piste des arènes permanentes ne doit pas avoir un diamètre supérieur à 60 mètres ni inférieur à 45 mètres ».

42 S. Rodríguez Becerra, « Poder y fiestas populares con toros en Andalucía », p. 77. Selon l’auteur la mention la plus ancienne daterait de 1328.

43 F. Saumade, Maçatl, p. 19.

44 À Rubielos de Mora, le monument du taureau à la corde est l’œuvre de l’artiste local, José Gonsalvo.

45 V. Nemésio, Mau tempo no canal.

46 Cette pratique apparaît dans des miniatures du xiiie siècle et, selon Ángel Álvarez de Miranda, les banderilles plantées par les toreros pourraient être les avatars modernes de ces petits harpons lancés par la foule. Á. Álvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, pp. 94-96.

Table des illustrations

Légende Fig. 37. — Taureau des arènes de Vila Franca de Xira (Portugal). Le taureau illuminé domine la ville pendant les fêtes du Colete Encarnado(Vila Franca de Xira, 2005, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 38. — Taureau à l’entrée du Cailar (France). À l’image de la ferveur taurine, le village ne se voit pas autrement que dans le taureau(Le Cailar, 2004, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 39. — Taureau à l’entrée des arènes du Puerto de Santa María (Espagne). Statue d’un toro bravo, si nombreux en cette province de Cadix(Le Puerto de Santa María, 2003, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 40. — Taureau de la fête du Corpus Christi (Andes équatoriennes) sur lequel est fixé la colcha, à moins qu’il ne soit question de le monter. Couvercle d’une boite peinte (collection de l’auteur, peinture sur bois, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 41. — Taureau dans la fête du Corpus Christi (Andes équatoriennes), toréé à l’aide d’un poncho dans une arène élémentaire. Couvercle d’une boite peinte. (collection de l’auteur, peinture sur bois, cliché : Jean-Baptiste Maudet).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/7712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search