Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Première partie. Jeux taurins d'Europe et d'Amérique

Chapitre premier. Définitions et représentations de la tauromachie

Texte intégral

1Ce que le mot tauromachie désigne oscille entre une acception restrictive du terme qui réduit son usage à la seule corrida et une conception extensive qui englobe un ensemble hétérogène d’interactions entre l’homme et le taureau. La première acception exclut, consciemment ou non, bon nombre de jeux taurins que l’on peut pourtant considérer comme appartenant à une même famille de pratiques. La seconde conception véhicule une représentation de la tauromachie aux contours flous, qui amalgame des activités sociales de natures fort différentes. À partir de ce constat, nous proposons une délimitation de la tauromachie fondée sur des critères matériels. À nos yeux, elle regroupe l’ensemble des pratiques qui mettent en scène un affrontement réel entre des hommes et des bovins.

  • 1 N. Elias et E. Dunning, « Les loisirs dans le spectre du temps libre », dans Id., Sport et civilis (...)

2La tauromachie a donné lieu à de nombreuses interprétations qui interrogent la nature profonde de cette pratique et sa fonction au sein des sociétés qui la produisent. Quelles que soient les interprétations sollicitées pour une meilleure compréhension de la tauromachie, nous pensons que l’autonomie de la sphère ludique est toujours suffisante pour l’inscrire pleinement dans le registre des divertissements. Autrement dit, nous étudions d’abord la tauromachie sous l’angle des jeux taurins, qui inscrit ces pratiques dans une géographie sociale et culturelle du loisir. Le loisir est à prendre au sens où l’entendent Norbert Elias et Eric Dunning selon lequel il constitue un champ de recherche à part entière et une catégorie positive hautement révélatrice du fonctionnement des sociétés humaines1. L’une des spécificités des jeux taurins en tant que divertissement est de se situer entre l’art, le sport et les jeux traditionnels, tant du point de vue formel que de leur organisation institutionnelle.

I. — TAUROMACHIE ET CORRIDA

La corrida : un art tauromachique au sommet de toutes les hiérarchies ?

3L’emploi du mot tauromachie comme synonyme de corrida est très courant. Cela s’explique d’abord par le simple fait que la corrida est la forme de jeu taurin la plus connue qui exerce une véritable hégémonie médiatique sur l’ensemble des pratiques tauromachiques. Cette position relègue en arrière-plan d’autres affrontements entre les hommes et les bovins, alors considérés comme des formes mineures (course landaise, course camarguaise, concours de recortadores, divers jeux taurins populaires), quand elles ne sont pas exclues des représentations tauromachiques (la grande famille des rodéos), dès lors qu’une distance formelle ou géographique trop importante les éloigne du modèle dominant, la corrida, et de son épicentre, l’Espagne. Tout se passe comme s’il existait des pratiques plus tauromachiques que d’autres, au sommet desquelles figurerait la corrida espagnole.

  • 2 Diccionario de la Real Academia Española : http://buscon.rae.es/draeI/[réf. 5 février 2006].
  • 3 Á. áLvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, p. 78.
  • 4 Pepe-Illo, La Tauromaquia.
  • 5 Dans son propos au lecteur, Pepe-Illo déclare « qu’au point où est parvenu l’art de toréer, une œu (...)
  • 6 F. Montes, Tauromaquia completa.
  • 7 Le mot espagnol suerte signifie chance, et possède dans le vocabulaire taurin de nombreuses signif (...)

4Cette conception du fait taurin peut également s’expliquer par un tout autre argument qui tient à la genèse même du mot tauromachie. En effet, le mot tauromachie apparaît avec l’émergence de la corrida moderne en Espagne à partir du xviiie siècle. Le dictionnaire Le Robert situe le premier emploi français du mot tauromachie vers 1830. Mérimée utilise le mot en 1831, en francisant le terme espagnol tauromaquia, dans une lettre fictive adressée au directeur de La revue de Paris, écrite lors de son voyage d’Espagne. Pour cette raison, Mérimée est généralement considéré comme son introducteur dans la langue française. Le dictionnaire Le Robert propose deux définitions, celle de « course de taureaux », qui est la traduction littérale de corrida de toros, et celle d’« art de combattre les taureaux dans l’arène », qui reprend la définition du mot tauromachie inscrite dans le Diccionario de la Real Academia Española2. L’historien des religions Ángel Álvarez de Miranda observe que le terme espagnol tauromaquia ne commence à être utilisé qu’au xviie siècle par les écrivains baroques et s’est appliqué aux jeux tauromachiques de la noblesse3. Même si l’auteur ne donne aucune autre indication sur les écrivains en question, l’origine moderne du mot tauromachie est incontestable. Quelle que soit la date du premier emploi du mot tauromachie, il est admis que son usage se diffuse très largement à partir du traité datant de 1796, publié à Cadix sous le nom du matador Pepe-Illo : La Tauromaquia o arte de torear (La Tauromachie ou l’art de toréer)4. Ce traité rassemble les principales règles de l’époque pour combattre les taureaux en diverses circonstances, à pied ou à cheval, dans les champs ou en place publique. De ce contexte naît le double sens du mot tauromaquia qui désigne le traité de tauromachie lui-même et les règles qu’il expose5. Ce texte est reconnu comme celui jetant les bases de ce qui deviendra la corrida telle que nous l’observons aujourd’hui, du Sud-Ouest européen à l’Amérique latine. Cependant, la corrida moderne ne finit d’être codifiée, dans tous les aspects de son déroulement, qu’un demi-siècle plus tard par le torero Francisco Montes « Paquiro » qui publie en 1836 une Tauromachie complète ou art de toréer dans les plazas à pied comme à cheval6. Le surnom de « Napoléon des toreros » qui lui est parfois attribué laisse apparaître toute son influence dans la codification moderne du spectacle. En Espagne, à partir de cette date, il n’y a plus de doute sur ce que la tauromachie désigne : il s’agit bien d’affronter le taureau en vue de sa mise à mort, en respectant des techniques adaptées et en exécutant des figures précises (les suertes) permettant à l’homme de ne pas être blessé7. Le mot tauromachie, à l’origine, est donc issu du milieu spécialisé qui l’a fait naître et il n’est pas employé de façon générique pour désigner l’ensemble des jeux où s’affrontent des hommes et des taureaux.

5Dans les dictionnaires taurins récents, on aurait pu s’attendre à un élargissement explicite de la notion de tauromachie à d’autres pratiques proches, au moins pour celles qui ont acquis, à l’image de la corrida, une forme stable, des règles codifiées et une réelle institutionnalisation. Le dictionnaire encyclopédique de Claude Popelin, dont la première édition date de 1970, intitulé La Tauromachie, ne propose aucune définition du mot. Même si la corrida reste le sujet central du dictionnaire, l’ouvrage témoigne d’une certaine ouverture aux autres formes de jeux taurins. La préface s’en explique ainsi :

  • 8 C. Popelin, La Tauromachie, pp. 5-6. Le bullbaiting désigne les combats entre chiens et taureaux e (...)

Ce dictionnaire de la tauromachie se propose d’offrir à l’aficionado, ou au simple curieux, l’information la plus étendue sur la corrida. […] Une vue historique de la tradition tauromachique, partout où elle s’est manifestée (Espagne, Portugal, Provence et Landes, Vallespir, Andes et à un moindre degré, le Valais suisse ou l’Angleterre au temps de son bullbaiting), n’a pas davantage été négligée8.

  • 9 R. Bérard (dir.), La Tauromachie. Histoire et dictionnaire.
  • 10 Ibid., p. 888.
  • 11 Ibid., p. x (numérotation en chiffre romain du propos introductif).

6L’énumération des lieux où « la tradition tauromachique s’est manifestée » apparaît très incomplète, mais elle a le mérite, sur le principe, de ne pas considérer les termes tauromachie et corrida comme étant strictement synonymes. Le dictionnaire propose ainsi une entrée « course landaise » qualifiée de « forme tauromachique propre à l’Aquitaine » et une entrée « course à la cocarde » inscrivant ces jeux taurins dans le champ tauromachique. L’ouvrage collectif, intitulé La tauromachie, histoire et dictionnaire paru en 2003, ne possède aucune entrée tauromachie9. Il laisse à sa place le terme espagnol tauromaquia auquel est attribué le sens d’« art de combattre les toros ainsi que les règles et préceptes qui fondent cet art »10. Les 1.800 entrées de la partie dictionnaire ne proposent aucune ouverture sur la diversité des jeux taurins, aucun article sur la course landaise, aucun article sur la course camarguaise, ni aucune allusion aux jeux taurins américains. En revanche y figurent des articles approfondis sur « cinéma et tauromachie », « littérature et tauromachie », « théâtre et tauromachie ». Faut-il y voir une lacune ? Probablement pas pour tous ceux qui font de l’art tauromachique le domaine réservé de la corrida. Le texte introductif affiche l’ambition de l’ouvrage : « donner à l’aficionado français, mais aussi au lecteur soucieux de s’instruire, un ensemble complet et accessible d’informations sur l’histoire, les techniques, la terminologie et les acteurs de l’art tauromachique, ainsi que sur la culture qui le fonde et qu’il perpétue »11. Cette conception révèle un cloisonnement assez radical de l’orthodoxie tauromachique telle qu’elle est vécue, plus ou moins consciemment, par de nombreux amateurs de corrida. En témoignent par exemple, les propos d’André Viard, ancien matador et critique taurin reconnu :

  • 12 A. Viard, Le Mythe du Taureau, p. 51. Nous aurons l’occasion de reparler de cet ouvrage tant il no (...)

Que notre Midi, avant d’épouser cette tauromachie qui lui viendra d’Espagne, ait développé des tauromachies affadies parce que la mort en est absente ? C’est peut-être vrai pour le jeu Gascon qui en pâtit, malgré ses feintes et ses voltes, empêtré dans ses ficelles et ses cornes emboulées, stigmates d’une grandeur tombée en décadence12.

  • 13 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 704.

7Les écarteurs landais et la Fédération française de course landaise apprécieront que cela ne soit que « peut-être vrai ». Ils n’en continuent pas moins d’employer le terme de tauromachie pour désigner leur course, de même que les amateurs de course camarguaise emploient le terme de « tauromache » pour désigner les adeptes de la course à la cocarde. Derrière cette conception de la tauromachie se profile une opposition tenace entre la corrida, qui relèverait de l’art et de la culture, et les autres formes d’affrontement entre les hommes et les bovins qui, au fond, ne relèveraient que du jeu et du folklore. On retrouve la marque d’une distinction classique entre culture savante et culture populaire, la première niant à la seconde ses lettres de noblesse. Cette distinction apparaît clairement dans de nombreux ouvrages sur la tauromachie parmi lesquels la célèbre encyclopédie, Los Toros, de José María de Cossío. Bien qu’attestant d’une connaissance approfondie de la diversité des pratiques tauromachiques, l’auteur considère les formes taurines « populaires » comme des épiphénomènes secondaires qui n’ont d’autre fonction que de rappeler les origines « anarchiques et désordonnées » de la corrida13. Les jeux taurins populaires et la corrida sont ici envisagés dans une continuité historique finaliste qui développe le passage progressif de l’un à l’autre, sans véritablement reconnaître aux premiers leur dimension parfaitement contemporaine. Dans un contexte actuel de croissance, de renaissance et de réinvention de nombreux jeux taurins populaires, cette dichotomie doit, plus que jamais, être soumise à un examen critique qui remet en cause nombre d’a priori relatifs à une conception évolutionniste des pratiques taurines.

La tauromachie à l’épreuve du relativisme culturel

  • 14 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática, Estadísticas Culturales, p. 34.
  • 15 Ibid., p. 61. Espectáculos taurinos : exhibición de tauromaquia.

8Selon les régions considérées, le mot « tauromachie » s’enrichit plus ou moins des spécificités de la culture taurine locale, comme le montrent les exemples landais et camarguais. Il en va de même en Amérique latine, même si le terme reste plutôt réservé à l’univers de la corrida. Dans les petits pays d’Amérique centrale (Guatemala, Nicaragua, Costa Rica, Panamá) où la corrida à l’espagnole ne constitue pas un spectacle régulier, la tauromachie désigne l’ensemble des jeux où s’affrontent l’homme et le taureau, que le taureau soit monté ou qu’il soit toréé, que le jeu appartienne, pour nous, à la famille des rodéos, ou à celle des courses de taureaux. À l’inverse au Mexique, le terme tauromachie ne regroupe pas l’ensemble des jeux où s’affrontent l’homme et le taureau. Ici, l’institut national de la statistique (INEGI) publie chaque année un rapport sur les activités culturelles du pays. Concernant notre objet, le rapport distingue la catégorie des « spectacles taurins » (corrida, charlotada, festival taurin, novillada) de la catégorie intitulée « charreada ou jaripeo »14. Le glossaire donne comme équivalent à la notion de spectacle taurin celle d’« exhibition de tauromachie », excluant ainsi la charreada et le jaripeo de l’activité tauromachique proprement dite15. La tauromachie apparaît ainsi comme une catégorie à géométrie variable qui pose un problème de géographie culturelle fondamentale à nos yeux : les relations entre la coexistence spatiale des pratiques tauromachiques et le cloisonnement des cultures taurines ne sont pas partout identiques.

  • 16 J. Casares, Diccionario ideológico de la lengua española, p. 823.
  • 17 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 187 ; F. Saumade, Maçatl, p. 80.

9On retrouve les mêmes questions avec l’emploi de l’adjectif « taurin » et de l’expression los toros (« les taureaux ») qui s’emploient tantôt pour désigner toute forme de pratiques tauromachiques, tantôt seulement pour les jeux directement apparentés à la corrida. Les emplois varient en fonction de la culture taurine dominante des régions considérées, en fonction des relations entre les différentes pratiques taurines, en fonction des représentations qui les rapprochent ou les éloignent, et en fonction des cultures urbaines ou rurales à travers lesquelles ces représentations s’expriment. En Espagne, los toros désigne officiellement la corrida. Cette équivalence est précisée dans les dictionnaires où le mot toro, au pluriel, peut prendre le sens de « Fiesta o corrida de toros »16. Nous reviendrons plus avant sur l’équivalence problématique entre fête taurine et corrida (voir chap. iii). Mais, selon le contexte, los toros peuvent aussi désigner l’ensemble des pratiques taurines, et, plus généralement encore, les pratiques tauromachiques comme fait social, historique et culturel. Au Venezuela et en Colombie, dans les llanos, l’expression désigne le jeu des toros coleados. Au Mexique, dans le monde rural, l’expression los toros désigne fréquemment le jaripeo, terme qui lui-même, jusqu’à une époque récente est donné, dans de nombreux ouvrages de référence, comme un équivalent de charreada17. Dans tous les pays hispanophones, l’expression los toros aura tendance à désigner la corrida, marquant malgré tout un clivage assez prononcé entre la culture taurine urbaine, généralement acquise à l’univers du spectacle du haut de la hiérarchie, et une culture taurine rurale plus diversifiée.

  • 18 Texte de présentation de la course landaise sur le site Internet de la Fédération française de cou (...)

10Chez les amateurs de corrida du monde entier, los toros désigne bien les courses de taureaux, la plaçant ainsi au sommet de tous les jeux taurins. Les adeptes des autres formes de jeux ne partagent évidemment pas la même représentation hiérarchique des pratiques tauromachiques. Cependant, ces derniers ont souvent tendance à définir leur passion par rapport à la corrida considérée alors, plus ou moins consciemment, comme une forme dominante, indépendamment de l’intérêt qu’ils lui portent. On l’observe, par exemple, à travers la présentation de la course landaise par le site de la Fédération qui insiste sur le fait « qu’il n’y a pas ici de mise mort au cours de la course »18. Cette précision démarque explicitement le jeu landais de la corrida sur la base d’un de ses éléments les plus caractéristiques : la mort du taureau. Cette attitude se retrouve peu ou prou dans l’immense majorité des pays qui possèdent des traditions taurines, y compris pour ceux, comme le Chili, qui ne pratiquent pas la corrida. En effet, les amateurs de rodeo chileno se défendent souvent des critiques énoncées par les associations de protection des animaux en soulignant qu’il n’y a ni sang ni mise à mort dans leur jeu, comme si le poids de la corrida dans les représentations était parvenu à imposer une image canonique de l’affrontement entre les hommes et les bovins. Mais le rodeo chileno, par la présence même de l’adjectif qui précise sa nationalité dans son appellation officielle, se démarque d’une autre forme tauromachique dominante : le rodéo étasunien. Tout se passe comme si le rodéo chilien, pour sa propre distinction, était pris entre deux pratiques tauromachiques hégémoniques : l’une issue d’un passé révolu : la corrida de l’Amérique espagnole, l’autre d’un présent triomphant : le rodéo de l’Amérique étasunienne.

11La référence à la mise à mort constitue un point important dans la différenciation des pratiques et dans la différenciation des régions taurines. Il ne faudrait pas croire l’Espagne extérieure à ce débat sous prétexte que la corrida constitue la pratique dominante. Depuis trois ou quatre ans sont apparues, dans la presse spécialisée espagnole consacrée à la corrida, des publicités pour un spectacle intitulé El Rodeo en su salsa de Cuba qui s’affiche comme une forme tauromachique alternative. Le spectacle est annoncé comme « un échange de culture festive et de culture d’élevage entre l’Amérique et l’Espagne ». Le programme insiste évidemment sur le fait qu’il n’y a pas de mise à mort, afin d’attirer un large public. Le texte précise que « le spectacle ne comporte rien pouvant heurter la sensibilité du public ». En prenant le contre-pied de la corrida et pour inciter les entrepreneurs de spectacles à programmer « le rodéo à la sauce cubaine », la publicité ajoute : « Modernise et rénove les spectacles de ta fête, pense à l’autre public ». D’une façon beaucoup moins anecdotique, on peut souligner que les spectacles taurins qui connaissent actuellement la plus forte croissance en Espagne sont les concours de recortadores dans lesquels les taureaux ne sont, ni tués, ni blessés. Cet aspect n’est évidemment pas le seul à expliquer l’engouement pour cette nouvelle forme de jeu tauromachique, mais l’absence de sang y participe certainement.

12Retenons que le mot tauromachie ne désigne pas partout les mêmes réalités, ni ne reflète les mêmes clivages entre les pratiques. Son emploi est fortement attaché à la pratique de la corrida, même là où elle coexiste avec d’autres formes de jeux taurins. Quoi qu’il en soit, notre analyse ne peut se satisfaire d’une assimilation réductrice de la tauromachie à la seule corrida, qui témoigne d’une conception limitative des pratiques qui seraient proprement tauromachiques, ainsi que d’un fort hispano-centrisme des représentations culturelles du fait taurin.

II. — TAUROMACHIE ET RITES TAURINS

La tauromachie : « rite éternel » ?

13À l’opposé d’une assimilation réductrice entre tauromachie et corrida, il existe une représentation extensive des faits taurins qui tend à considérer sur un même plan de nombreux rituels ayant pour principal protagoniste le taureau, quand bien même ils s’éloignent de toute dimension agonistique. En dépit de l’intérêt indiscutable que constitue une prise en compte élargie des relations homme-taureau, cette approche, par un défaut inverse, n’aide pas à définir la nature précise des pratiques tauromachiques.

  • 19 J.-P. Fabaron, « Répartition des jeux taurins dans le monde ».
  • 20 Ibid., p. 46. Les mots entre parenthèses sont ceux de Jean-Pierre Fabaron.

14Dans la littérature scientifique comme dans la littérature taurine, il existe peu de tentatives pour répertorier et éventuellement classer la totalité des jeux taurins. L’une des tentatives les plus explicites est celle de Jean-Pierre Fabaron dans un article de 1990, dont le titre laisse en outre apparaître une ambition géographique : « Répartition des jeux taurins dans le monde : essai de classification »19. L’auteur ne propose aucune représentation cartographique des jeux taurins à travers le monde, mais développe plutôt une typologie des tauromachies à travers l’histoire, avec comme premier critère de différenciation celui de la mise à mort du bétail. Dans la catégorie des jeux avec mise à mort, l’auteur distingue les luttes du bovin contre un animal (lion, tigre, éléphant, blaireau, chien, ours) et les luttes contre l’homme (jeux du cirque, lanzadas entre chrétiens et musulmans, corrida navarraise, corrida espagnole, yawar fiesta), détaillant aussi les moyens techniques utilisés et l’éventuelle participation du cheval. Dans la catégorie des jeux taurins sans mise à mort, il répartit les pratiques en six sous-types : lutte face à un autre bovin, bovins tenus à la corde, bovins pris au lasso, bovins attelés, jeux taurins montés et bovins libres (non tenus à la corde). Le dernier sous-type est ensuite détaillé selon la gestuelle (course, sauts, taureaux renversés, provocation avec objets divers). Enfin l’auteur distingue un sous-type sociologique appelé « toreo comique et mojiganga » où sont réunis des jeux burlesques. Cette démarche a le mérite d’avoir identifié et classé, selon des critères essentiellement formels, un nombre important de jeux taurins, même si le recensement comporte de nombreuses lacunes. En particulier, la typologie ne fournit aucun détail sur les différents jeux taurins apparentés à la famille des rodéos et passe sous silence la diversité des lâchers de bovins en Amérique latine. L’auteur reconnaît cependant lui-même les limites de son travail et précise : « Après ce tour d’horizon forcément incomplet et discutable (ce dont nous sommes conscients), nous souhaitons que cette ébauche de classification soit complétée ou remaniée, mais serve de point de départ à une investigation complémentaire »20.

  • 21 F. Saumade, Des sauvages en Occident, p. 12.

15Comme principal élément de discussion, on peut s’interroger sur la pertinence d’adopter la mise à mort comme critère typologique transhistorique de premier ordre dans la différenciation des pratiques taurines à l’échelle mondiale. C’est sans doute se focaliser hâtivement sur l’aboutissement du spectacle (sa fin), sans s’interroger en première instance sur son ressort ludique (sa finalité) : sur ce qui fait véritablement jeu. On peut au contraire considérer que le travail à la muleta qui précède la mise à mort est aujourd’hui le cœur du spectacle et ce pourquoi les aficionados vont préférer le style de tel ou tel torero. En outre, ce dernier peut triompher en dépit d’une mauvaise mise à mort. De même, le taureau peut être gracié sans que le spectacle perde de sa cohérence, ni que le succès du matador s’en trouve déprécié, bien au contraire. Le choix de l’auteur semble, une nouvelle fois, participer d’une fascination exercée par la mise à mort du taureau dans la corrida espagnole, à l’aune de laquelle, nous l’avons vu, les autres pratiques tauromachiques ont tendance à être appréhendées. C’est Frédéric Saumade, dans son travail de thèse doctorale, qui a sans doute le plus fermement démontré la nécessité de relativiser l’importance de la mise à mort dans la tauromachie. Selon l’auteur, cette fascination, portée sur le terrain de l’anthropologie, a eu des conséquences néfastes sur la compréhension générale des pratiques tauromachiques21. Sans entrer pour l’instant dans ce débat, cette fascination semble avoir empêché, dans la classification de Jean-Pierre Fabaron, leur correcte identification, ne serait-ce que pour parvenir à les recenser de façon plus précise et à mieux les différencier.

  • 22 Musée des cultures taurines, Rites éternels, p. 9.
  • 23 Ibid., pp. 8-9.
  • 24 Ibid., p. 10.
  • 25 Ibid., p. 36.
  • 26 Á. Álvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, pp. 34-35.
  • 27 Musée des cultures taurines, Rites éternels, p. 6.

16Plus récemment, l’exposition « Rites éternels : l’homme et le taureau dans le monde », qui a été présentée au Musée des cultures taurines de Nîmes du 20 mai au 17 octobre 2004 proposait une autre approche des rituels taurins. Cette exposition présentait au grand public un large éventail d’interactions rituelles entre les hommes et les bovins, observées dans le monde entier à des époques différentes. Les rituels taurins sont ici classés suivant « les attitudes de l’homme face au taureau » quelles que soient les époques et quels que soient les espaces géographiques : « 1 — trouver son adversaire ; 2 — valoriser l’animal ; 3 — affronter le fauve ; 4 — achever le combat ; 5 — passer à la postérité »22. Ce choix muséographique est justifié par la volonté de susciter « l’étonnement » et de « donner des directions de recherches »23. Reconnaissons à cette exposition une importante valeur iconographique et une réelle efficacité dans la présentation de la diversité des interactions entre l’homme et le taureau, généralement méconnue du grand public. L’exposition prend toutes les précautions oratoires pour mettre en garde le public contre « les interprétations abusives » d’une « mise en rapport des représentations antiques avec des images contemporaines »24. Mais cet avertissement est sans doute trop visible pour ne pas comprendre qu’il s’agit d’une trop forte tentation à laquelle le public ne peut difficilement échapper par la mise en scène proposée. En effet, l’exposition fait volontiers de la tauromachie une geste universelle de l’homme coupée de tout contexte culturel précis. En témoigne, le glissement opéré à propos de la « Fresque du Toréador du Palais de Cnossos » dont le commentaire précise qu’« il est tentant de voir dans les acrobates du palais de Cnossos les illustres ancêtres des sauteurs landais et des recortadores espagnols »25. Il y aurait quelque fausse naïveté de notre part à prendre cette invitation au pied de la lettre. Il s’agit bien sûr d’un rapprochement de la gestuelle. Cependant, cette mise en relation est assez dommageable dans la mesure où la thèse des origines égéennes de la tauromachie moderne est un des lieux communs erronés de l’historiographie taurine qui continue de circuler en dépit d’études sérieuses qui l’invalident depuis longtemps. Álvarez de Miranda, qui meurt en 1957, cite en exemple l’œuvre de l’historien de la tauromachie Ortiz Cañavate qui, à partir des travaux d’Arthur Evans en Crète sur le palais de Cnossos, n’a pas eu de scrupule à supposer que les populations de l’archipel égéen pouvaient avoir apporté à la péninsule Ibérique le spectacle du combat contre des taureaux sauvages26. Il est par conséquent plus opportun de résister à cette tentation, même si la question des origines des jeux taurins reste en partie obscure et donne lieu à des interprétations contradictoires. En cela, on peut reprocher à cette démarche de reconstruire une « Civilisation du Taureau » universelle qui passe entièrement sous silence la question des ruptures et des continuités géo-historiques existant entre les différentes formes de rituels qui n’ont, en tous les cas, rien « d’éternels »27. Elle n’opère, en outre, aucune véritable distinction conceptuelle qui permettrait de classer les pratiques par catégorie : pratiques d’élevages, pratiques cynégétiques, jeux, dévotions cultuelles, sacrifices… quand bien même s’agirait-il d’en interroger les limites. Il en résulte une appréhension floue de la tauromachie et de sa diversité.

Les vertiges de l’histoire taurine

  • 28 Taurokhatapsie : terme francisé, du grec taurokhatapsia désignant des jeux taurins à cheval pratiq (...)

17Cette approche révèle un aspect récurrent des représentations de la diversité tauromachique. La tauromachie est souvent pensée dans un cadre historique et symbolique vertigineux, mais dans un cadre géographique et matériel incomplet. Chez de nombreux aficionados, il existe une vulgate qui fait de la tauromachie (entendons, dans l’immense majorité des cas, de la corrida) la dépositaire de tout un ensemble de rituels taurins issus de contextes historiques, géographiques et culturels très hétérogènes. Elle recompose des informations tirées de supports variés (légendes, essais d’érudition, études scientifiques, fictions littéraires, œuvres d’art, déductions toutes personnelles) au service d’une reconstruction historique linéaire de la tauromachie et d’une vision essentialiste du fait taurin. Au plus fort de son expression, sont convoqués tout à la fois : les chasses préhistoriques, le bestiaire taurin de l’iconographie paléolithique et néolithique, un culte méditerranéen du taureau qui aurait migré sous diverses formes du croissant fertile vers la péninsule Ibérique. Dans cette conception de l’histoire taurine, certaines pratiques sont considérées comme des étapes fondamentales de la continuité des rituels taurins, tels que les jeux crétois dont témoignent les fresques du palais de Cnossos, les taurokhatapsies des plaines de Thessalie, la religion mithriaque et les venationes de la Rome Antique28.

  • 29 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 13.
  • 30 F. Montes, Tauromaquia completa, p. 19.
  • 31 Enciclopedia Universal Ilustrada, t. LIX, p. 912.

18Aussi ne doit-on pas être surpris de voir, dans de nombreux ouvrages sur la tauromachie, le Cid Campeador promu au rang de matador pionnier de l’histoire, lorsqu’on rapporte qu’il fut le premier à tuer un taureau d’un coup de lance du haut de son cheval, quand ce n’est pas Jules César en personne qui le précède. Dans le cas du Cid, Bartolomé Bennassar souligne que l’épisode, qui daterait de 1038 ou 1040, est mentionné pour la première fois dans les Quintillas de Fernández de Moratín et précise que selon l’historien Ramón Menéndez Pidal, il n’existe aucun document qui permette de l’accréditer29. Nombre d’ouvrages sur la tauromachie font référence à cet épisode, suivant en cela les propos de Francisco Montes « Paquiro », dans « son discours historico-apologétique des fêtes taurines », qui atteste qu’il s’agit déjà d’une idée bien établie dans le premier tiers du xixe siècle : « Tous conviennent que le célèbre chevalier Ruy, Rodrigo Díaz del Vivar, dit le Cid Campeador, fut le premier à avoir combattu les taureaux à coup de lance du haut de son cheval »30. Pour ce qui est de Jules César, l’épisode est évoqué dans l’article « Tauromaquia » de la Enciclopedia Universal Ilustrada publiée dans le premier tiers du xxe siècle31.

  • 32 Pour les commentaires qui suivent nous utilisons une réédition abrégée publiée en 1995 : J.-M. de (...)

19Pour prendre un exemple plus récent, examinons une version érudite de l’histoire de la tauromachie, telle qu’elle est présentée dans l’œuvre de José María de Cossío déjà mentionnée32. Dans l’organisation même du discours, le premier chapitre de Los Toros, intitulé « La fête depuis ses origines à nos jours », fournit une éloquente démonstration de reconstruction évolutionniste de l’histoire taurine. L’auteur ne peut être plus explicite dans sa démarche :

  • 33 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 53.

En poursuivant la comparaison fluviale, on finit par être convaincu que nos corridas de toros ont reçu comme affluents stimulants, des exemples ou des apports d’un ensemble complexe de traditions religieuses, de coutumes rurales et de prémices sportives jusqu’à se fixer dans la fête [taurine] qu’aujourd’hui nous connaissons33.

  • 34 J. -M. de Cossío, Los Toros, t. I, pp. 21-22, 25, 33, 35, 38-40. On notera que l’auteur fait référ (...)
  • 35 Ibid., pp. 27-32, 42-48, 51-54. « La présence du taureau dans les cirques romains est l’impulsion (...)
  • 36 Ibid., pp. 21 et 54-56.

20De façon très significative, le fleuve prend sa source dans le célèbre commentaire de Strabon comparant la forme de l’Espagne à une « peau de taureau », pour finir sa course par les photographies de quatre matadors encore en activité au milieu des années 90 : Joselito, Ponce, Espartaco et Jesulín de Ubrique. Il ne s’agit pas ici d’expliquer la genèse et les évolutions des pratiques tauromachiques sur lesquelles nous reviendrons et pour lesquelles l’œuvre de Cossío demeure une source d’informations du plus grand intérêt. Contentons-nous d’observer l’existence de trois espaces de mise en relation historique des rituels taurins qui retracent le droit fil de l’évolution des pratiques pour de nombreux aficionados : la péninsule Ibérique, le bassin méditerranéen et un espace monde d’avant l’histoire. L’espace le mieux représenté est la péninsule Ibérique où se multiplient les témoignages d’une ancestralité de la posture tauromachique qui s’appuie sur l’art pariétal (la Cueva Remigia de Castellón, les peintures rupestres de Cogull à Lerida), sur l’archéologie (taureaux de Guisando, taureaux de Osuna, Taureaux de Costig, le taureau de la stèle de Clunie) et sur la mythologie (les taureaux de Géryon, les travaux d’Hercule)34. Le deuxième espace de mise en relation des rituels taurins, plus vaste, est le bassin méditerranéen dans son ensemble (La Crète, les fresques du palais de Cnossos ; le culte de Mithra ; les venationes des cirques romains)35. Le troisième espace de référence, aux contours plus flous, s’inscrit dans un temps préhistorique où l’accent est mis sur l’homme chasseur de taureaux36. De la mise en scène d’une histoire fleuve de la tauromachie des origines à nos jours, prend forme l’idée que toutes les pratiques évoquées relèvent peu ou prou de la tauromachie. La multiplication des rituels taurins de toute nature et leur dispersion spatio-temporelle trouvent ainsi une cohérence au sein d’un espace-temps tauromachique réinventé. Cet espace est centré sur la péninsule Ibérique qui devient par la survivance de la corrida espagnole, le réceptacle de la culture classique du bassin méditerranéen et de la culture universelle de l’homme d’avant l’histoire. Les excès d’un tel positionnement, qui ne sont d’ailleurs que les conséquences d’une simplification outrancière de l’œuvre de Cossío utilisée à satiété par ses successeurs, ont été critiqués par les historiens et les anthropologues de métier. Pour autant, la question complexe des origines de la tauromachie reste un sujet de controverse que l’on ne saurait balayer sous prétexte que les lieux communs usent et abusent de ces amalgames. Tout ne doit pas être jeté avec l’eau du fleuve.

21Quoi qu’il en soit, de telles références continuent de peupler l’imaginaire taurin de l’afición de part et d’autre de l’Atlantique. Elles sont autant d’arguments sur lesquels s’appuient la plupart des discours de légitimation de la tauromachie. Le paragraphe suivant que nous reproduisons dans son intégralité vaut toutes les démonstrations :

  • 37 A. Viard, Le Mythe du Taureau, pp. 50-51. Joselito, Aparicio, Curro Romero et Paco Ojeda sont des (...)

La question se pose alors : peut-on faute de preuve irréfutable, relier jeux et cultes de l’Antiquité à la corrida d’aujourd’hui, assimiler Joselito à Jason, Aparicio à Thésée, Curro Romero à Mithra, faire d’Ojeda, cet autre fils de Tartesse, un nouvel Hercule ? Osons répondre oui ! Mais objectera-t-on, si tant est qu’une logique dans leur évolution ait présidé à leur métamorphose, par quel chaînon manquant rattacher l’une aux autres ? L’homme, bien sûr ! Et, au cœur de son essence, plus fort que les clivages de races, de lieux ou de cultures, son perpétuel besoin d’idéal, sa recherche pathétique du sacré, la force de ses passions et la sublimation de son instinct de puissance, innocente fierté primitive, lorsque l’on est fort, de se savoir admiré. Car, même si vouloir faire de la corrida moderne ou des tauromachies qui en sont proches (écart ou saut landais, rejoneo ou pega portugaise, recorte navarrais ou razet languedocien, saut de cheval à taureau ou attente au fer camarguais, acoso et derribo andalou…) l’héritière directe de ces pratiques antiques serait audacieux dans la mesure où rien ne permet d’affirmer qu’elles furent aussi pratiquées dans la péninsule Ibérique ou le midi français, celles-ci témoignent en revanche de la permanence, durant quarante siècles, d’une symbolique faisant du Taureau, image d’un éternel masculin sacralisé, le véritable étalon-or de bravoure originelle que l’homme, pour prouver sa valeur et affirmer sa propre identité, défie à l’infini37.

  • 38 Comme le dit Julio Caro Baroja : « Si dans une série de rites et de mythes, il existe un élément t (...)
  • 39 P. Nora, Les lieux de mémoire, pp. 15-42.

22En l’état actuel des recherches, osons répondre non, même si, répétons-le, il serait déraisonnable d’affirmer de façon tout aussi catégorique qu’il n’existe aucun lien de parenté entre ces pratiques38. Il n’en demeure pas moins que ce type de raisonnement, dans sa méthode, relève bien d’une reconstruction qui remplace la « mémoire » par « l’histoire » au sens où Pierre Nora les oppose, considérant la première comme « inconsciente de ses déformations successives, vulnérables à toutes les utilisations et toutes les manipulations, susceptibles de longues latences et de soudaines revitalisations »39.

  • 40 On trouve un exemple de cette « thèse classique » dans l’œuvre de N. Luján, Historia del toreo, pp (...)
  • 41 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 84.

23Cette forme de reconstruction n’est pas réservée aux temps anciens et mythiques. Il est une façon de lier les faits entre eux qui relève incontestablement de l’histoire apologétique, ainsi que ne s’en cachait pas « Montes » dans son discours introductif à sa Tauromaquia. Ce type de discours contribue à déconnecter l’évolution de la tauromachie de toute histoire sociale pour faire d’elle un discours autonome. En effet, les héritages des anciens temps, une fois recentrés sur la péninsule Ibérique, ne resurgissent dans l’histoire qu’au moment de la Reconquête, lors des tournois et des fêtes royales qui célèbrent les grands événements de la couronne et de l’Église. Comme preuve évidente de la haute importance de la tauromachie, l’histoire officielle n’oublie jamais de mentionner les princes toreros, tels que Le Cid, Charles Quint ou encore Philippe IV. Une fois que la noblesse détient les rênes de l’art taurin, le récit s’oriente vers une description de plus en plus précise des techniques de combat à cheval et à pied. Comme le rappelle Bartolomé Bennassar, la thèse classique a ensuite longtemps soutenu que l’arrivée des Bourbons sur le trône d’Espagne fut responsable du recul de la tauromachie à cheval, pratiquée par la noblesse, laissant aux auxiliaires à pied, issus du peuple, le soin d’élaborer les fondements de la tauromachie moderne40. José María de Cossío déclare : « Le xviiie siècle assiste à la fin du toreo aristocratique à cheval devant l’invasion populaire, qui devait préparer le terrain dans tous les registres à la suprématie du peuple, qui a souvent été plutôt celle de la plèbe »41. L’irruption du peuple dans l’histoire de la tauromachie laisse ensuite la place à la chronique des grands hommes qui lui ont donné sens. À la fin du xviiie siècle, apparaissent les premiers codificateurs : Pedro Romero, Joaquín Rodríguez « Costillares » et José Delgado « Pepe-Illo ». Au xixe siècle, ce sont les toreros emblématiques de la consécration sociale du spectacle et de sa formalisation classique qui surgissent : Francisco Montes « Paquiro » le grand législateur, Francisco Arjona Herrera « Curro Cúchares », José Redondo y Domínguez « El Chiclanero », Cayetano Sanz, considéré comme le premier torero de Madrid et Antonio Sánchez « El Tato ». À la fin du xixe siècle, s’affirment les toreros de l’âge d’or, Rafael Molina « Lagartijo », Salvador Sánchez « Frascuelo », Rafael Guerra Bejarano « Guerrita ». Au début du xxe siècle, s’imposent les régénérateurs et les révolutionnaires de l’art taurin : Juan Belmonte dont la confrontation avec Joselito, dans les années 1910, est considérée comme un moment charnière de l’évolution du spectacle. Ensuite, la décadence annoncée de l’art taurin laisse néanmoins surgir ce que la langue taurine nomme des « monstres », des « phénomènes » et autres innovateurs tels que Manolete dans les années 1940, Dominguín et Ordóñez dont la rivalité culmine en 1959, « El Cordobés » dans les années 1960, Paco Ojeda dans les années 1980 et José Tomás à partir du milieu des années 90. Ainsi s’enchaînent mythe fondateur, genèse, âge classique, révolution, âge d’or, décadence et renouveau : le récit de l’histoire taurine témoigne assurément d’une certaine façon d’écrire l’histoire.

  • 42 Fédération française de course landaise, course landaise, p. 2.
  • 43 C. Sillero, Los toros en el Perú.

24Dans une approche constructiviste de la tauromachie où les représentations mentales participent de l’organisation objective du fait taurin, l’identification de ces espaces-temps emboîtés et d’une trame narrative qui enracine la tauromachie sur le temps long est pour le géographe d’un grand intérêt. Retenons que cette reconstruction historique, esquissée à grands pas, conçoit la tauromachie comme une sorte de pyramide dont le sommet serait la corrida, ici et maintenant, et dont la base serait les diverses formes de rituels taurins du passé, la notion de rite permettant souvent de faire l’économie d’une qualification précise des pratiques tauromachiques. Remarquons également que ce type de discours, exacerbé dans le cas de la corrida, existe pour d’autres jeux taurins, comme s’il s’agissait d’une trame narrative idéale des traditions taurines cherchant à faire valoir leur ancestralité. Ainsi, dans un ouvrage qui vient de fêter les cinquante ans de la Fédération française des courses landaises peut-on lire en ouverture : « Le premier drame taurin a lieu à Lascaux. […] Sur la paroi des grottes, un homme meurt éventré par un bison. Un autre appelle la charge de l’aurochs, levant prophétiquement les bras au ciel, comme un écarteur de nos jours. Voilà la tauromachie paléolithique »42. L’histoire tauromachique du Nouveau Monde suit généralement les mêmes sentiers. Tout commence en 1492 avec l’arrivée de Christophe Colomb et le débarquement des premiers taureaux et des premiers chevaux sur l’île d’Hispaniola. À peine sorti des caravelles changées en nouvelles arches de Noé, le bétail prend part aux premières corridas au cours desquelles combattent en personne les figures tutélaires de la Conquête. Aucune histoire de la tauromachie en Amérique latine n’oublie de mentionner Pizarro et Cortés tuant de leur lance de farouches taureaux, à l’image de Jules César et du Cid. Ce geste fondateur soude l’histoire taurine du Nouveau Monde à celle de la culture classique méditerranéenne et de la culture espagnole. Un reportage produit par la Télévision nationale du Pérou sur les traditions taurines dans ce pays s’ouvre, sans surprise, sur les « cavernes méditerranéennes, 17.000 ans avant J.-C. » et se poursuit sur l’idée que « le taureau produit chez l’homme péruvien la même fascination qu’en Crète »43. On perçoit aisément la portée de telles reconstructions en termes d’enracinement territorial des pratiques et d’héritage culturel. Remarquons simplement pour l’instant la propension à étirer dans le temps ce que recouvre la tauromachie, à laquelle semble répondre une incapacité à rassembler les jeux taurins dans leur géographie présente. Avançons l’idée prématurée que cette attitude psychologique n’est pas étrangère à la façon dont fonctionne l’appropriation territoriale, prompte à invoquer l’histoire pour découper l’espace.

III. — LES JEUX TAURINS

La recherche d’une définition minimale

  • 44 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 18.

25Un homme affronte un taureau : tel pourrait être le plus petit dénominateur commun des pratiques tauromachiques si l’on accepte de fonder l’identification du fait taurin sur des critères débarrassés au mieux de ses représentations subjectives. Le mot taureau possède ici une valeur générique, puisque prennent part aux pratiques tauromachiques des bovins de toutes natures, des taureaux, des bœufs ou des vaches, de tous âges et de toutes races. Ce sont d’abord les cornes, la charge, la force, la course ou les ruades du taureau qui assurent la fonctionnalité du jeu taurin. Le taureau ne doit donc pas être envisagé dans sa dimension sexuée, mais à travers le rôle ambivalent de partenaire-adversaire que les jeux lui confèrent. Les pratiques tauromachiques relèvent alors de principes fonctionnels communs : montrer son adresse, son courage et son style en se mesurant à l’animal. Sur ce point Bernard Traimond formule une hypothèse qu’il tient pour fondamentale dans son analyse des pratiques tauromachiques du vieux continent : « Aux taureaux, vaches et bœufs, les jeux taurins substituent un seul type de bovins […] même si l’intégralité des uns et le sexe des autres tendent à les enfermer dans un statut symbolique précis »44. Rappelons enfin que l’animal combattu, même lorsqu’il donne à voir une sauvagerie idéalisée, est toujours issu d’un élevage domestique.

26Dans une conception extensive de la tauromachie, les combats opposant des taureaux entre eux pourraient faire partie des pratiques tauromachiques dès lors que ces affrontements sont mis en scène par l’homme et que les processus d’identification homme-animal sont en jeu. Mais ces pratiques constituent incontestablement une catégorie à part puisque l’homme ne combat pas en personne l’animal. Nous avons recensé de telles pratiques en des lieux qui ne se limitent en rien à l’aire culturelle latino-américaine et qui confirment qu’il s’agit d’une pratique quasiment universelle autant que peuvent l’être les sociétés où les bovins occupent une place importante.

  • Chega de bois au Portugal dans les montagnes du Tras os Montes ;
  • pelea de toros au Pérou dans la région d’Arequipa. Le terme de peleya de toros est également employé ;
  • mayo au Kenya : une fois par mois à Khayega dans cette province de l’ouest du Kenya, à 500 kilomètres de Nairobi, les communautés Idakho et Isukha de l’ethnie Luhya engagent leur taureau champion dans la tradition du mayo (combat en langue locale)45 ;
  • combats des reines d’Hérens dans le Valais Suisse ;
  • combats de taureaux au Japon en plusieurs lieux périphériques, à Okinawa, à Uwajima (Shikoku), au nord de Niigata et Iwate, à Tokunoshima (sur l’île Amami) et sur l’île d’Oki ;
  • combats de taureaux en Corée, spécialement à Chongdo dans la province de Kyongsang, au sud du pays, avec parfois des rencontres opposant taureaux japonais et taureaux coréens ;
  • combats de taureaux en Chine chez les peuples Dong, à Liping, Rongjiang, Congjiang et Jinping ;
  • combats de buffles à Haiphong et dans le Nord-Est du Viet-Nam ;
  • combats (dhirio) de taureaux brahmas à Goa en Inde. Ces combats sont plus ou moins clandestins ;
  • combats de taureaux en Turquie, en Iran et dans le sultanat d’Oman (dans la région de Dhafar et d’Al-Musanaa).

27Il y a là matière à une investigation plus approfondie qui pourrait déterminer, parmi ces combats de taureaux, la part revenant à des foyers endogènes, si tant est que cette notion ait un sens dans un contexte élargi d’échanges et d’emprunts, et celle revenant aux processus de diffusion spatiale des jeux taurins de la péninsule Ibérique. En particulier, il semblerait que l’origine portugaise des combats entre taureaux soit établie pour Goa, elle est revendiquée par certains Omani et elle m’a été soutenue comme une évidence à propos du Japon et de la Corée, par un éleveur de taureaux portugais… qui ne connaît pas le doute. Quoi qu’il en soit, il est possible de rapprocher ces jeux d’autres types de combats organisés entre animaux de même espèce : combats de coqs, combats de chiens, combats de serpents, etc.

28En revanche, les courses d’attelages et autres épreuves de force, mettant en scène des bovins sans qu’il y ait de combat ni de contact entre les protagonistes, nous semblent être à la limite de la définition, tant ces jeux paraissent éloignés de la logique agonistique qui préside au fonctionnement de la tauromachie. Ils témoignent, dans tous les cas, d’une médiation différente dans l’expression des rapports de force liés à l’assujettissement de la nature à travers la mise en scène de bovins. De même, les sacrifices de bovins qui ne sont précédés d’aucune mise en scène d’affrontement réel entre l’homme et l’animal possèdent une logique différente de celle qui commande le jeu tauromachique. Cette logique ne lui est cependant pas étrangère dans certains exemples qui attestent d’un lien étroit entre jeux taurins et pratiques sacrificielles. Aux vues de cette analyse, la tauromachie peut être définie comme l’ensemble des jeux qui mettent en scène un affrontement réel entre l’homme et le taureau.

Les divergences d’interprétation de la tauromachie

  • 46 M. Leiris, Miroir de la tauromachie ; J. Pitt-Rivers, « Le sacrifice du taureau ». Pour une vue d’ (...)
  • 47 H. Hubert et M. Mauss, « Essai sur la nature et la fonction du sacrifice ».
  • 48 P. Romero de Solís (coord.), Sacrificio y tauromaquia en España y América. Mentionnons également u (...)
  • 49 F. Saumade, Des sauvages en Occident, pp. 11-12.
  • 50 Id., Les tauromachies européennes.
  • 51 Ibid., pp. 10 et 14. Voir également sur ce point F. Saumade et E. Desvaux, « Relativiser le sacrif (...)
  • 52 F. Saumade, Maçatl.

29Il existe de nombreuses interprétations de la tauromachie, de ses origines, de sa fonction sociale, de sa nature profonde. Parmi elles, les relations entre tauromachie et pratiques sacrificielles ont fait couler beaucoup d’encre. Cette question fait suffisamment débat en sciences humaines parmi les chercheurs qui s’intéressent à la tauromachie, pour qu’il paraisse nécessaire, dès à présent, d’en préciser les termes. Le débat oppose les tenants d’une interprétation sacrificielle de la tauromachie, aux tenants d’une interprétation profane des pratiques tauromachiques. La première interprétation, soutenue par des intellectuels et des chercheurs de renommée internationale tels que Michel Leiris et Julian Pitt-Rivers, a longtemps fait figure d’école dominante pour l’analyse des rituels taurins46. Ce courant fonde principalement son argumentation sur une lecture de la célèbre théorie du sacrifice développée par Henri Hubert et Marcel Mauss47. Pedro Romero de Solís figure de nos jours parmi les auteurs qui fournissent les analyses les plus approfondies en ce sens48. Dans le détail, au sein de cette famille d’interprétation, il existe plusieurs positions attentives à la dimension sacrificielle des rituels taurins dont les conceptions peuvent varier, entre ceux qui considèrent la tauromachie comme un véritable culte du taureau et ceux qui interprètent cette activité comme la transformation de rites propitiatoires d’origine sacrée. Les travaux de Frédéric Saumade sur ce thème prennent le contre-pied de cette lecture par une démarche comparative désengagée des problématiques de l’anthropologie religieuse. Dans le cadre de sa thèse doctorale, il relativise l’invariant anthropologique que constituerait le sacrifice taurin à partir d’une comparaison des cultures tauromachiques andalouses et camarguaises49. Il poursuit cette réflexion par une ouverture sur Les tauromachies européennes et par un discours plus radical à l’endroit de la théorie sacrificielle50. Selon l’auteur, cette théorie « n’est autre chose que la projection intellectuelle d’un archétype ethnologique sur une réalité rendue ainsi plus suggestive à défaut d’avoir été éclairée de façon convaincante » et de conclure en affirmant que « la tauromachie apparaît en fait comme la résultante ritualisée de deux moments constitutifs de l’exploitation des bovins : la conduite et l’abattage »51. Son approche récente des pratiques tauromachiques au Mexique prolonge outre-Atlantique son argumentation qu’il met ici au service d’une relecture des processus d’acculturation et de métissage52.

  • 53 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 10.
  • 54 D. Fournier, « Les spectacles tauromachiques naissent aussi de l’histoire ». Ce texte est une note (...)
  • 55 A. Molinié, « El toro y el cóndor en lidia ».
  • 56 P. Romero de Solís, « La dimensión sacrificial de la tauromaquia » ; Id., « Corpus Christi y tauro (...)
  • 57 J. Pitt-Rivers, « Le sacrifice du taureau », p. 283. En réalité, l’auteur n’a cessé de creuser cet (...)

30Pour autant, ces interprétations divergentes sont-elles aussi irréconciliables que la controverse scientifique se plaît à l’exprimer ? Deux précisions permettent de relativiser leur caractère apparemment antinomique. D’une part, la définition préliminaire de la tauromachie au sein de ces interprétations n’est pas strictement identique. Frédéric Saumade accorde au mot tauromachie un sens volontairement restreint aux spectacles modernes d’arènes, codifiés et institués, pour en montrer toute la spécificité alors que la plupart des auteurs englobent un panel de pratiques plus large où les affrontements de l’homme et du taureau sortent du cadre de la seule représentation spectaculaire. Il en résulte, assez logiquement, des différences d’interprétations. D’autre part, pour certaines pratiques, à commencer par la corrida, la validité de la dimension sacrificielle de la tauromachie (ou son déni) ne tient souvent qu’à la définition préalable accordée à la notion même de sacrifice. Plus précisément, les différents auteurs engagés dans le débat n’ont pas tous la même lecture du système sacrificiel élaboré par Marcel Mauss. Pour Frédéric Saumade, l’interprétation de la tauromachie comme réminiscence d’un culte du taureau, qui serait justifiée sur la base du système sacrificiel élaboré par Mauss, achoppe sur l’impossibilité pour le taureau d’être à la fois la victime sacrificielle et la divinité destinataire du sacrifice. L’auteur ajoute en outre « qu’il n’y a nulle trace, ni implicite, ni explicite, d’un être transcendant à qui serait dédié le bétail immolé »53. Pour les tenants de l’interprétation sacrificielle, le modèle demeure éclairant pour comprendre les rites taurins, au-delà des phénomènes de substitution, d’abstraction ou d’indéfinition du destinataire. Dominique Fournier se demande si dans le monde contemporain, l’existence d’un destinataire identifié est vraiment indispensable pour que se constitue un rite sacrificiel54. Antoinette Molinié envisage que le destinataire puisse être une entité abstraite (le pouvoir génésique) et souligne qu’il n’y a pas d’incompatibilité à confondre victime et destinataire comme le montre par exemple la dimension sacrificielle de la messe dans le christianisme55. Enfin, Pedro Romero de Solís considère que les logiques de substitution animal-homme-divinité sont essentielles à la compréhension de la dimension sacrificielle des rituels taurins dans le monde méditerranéen, comme en témoigne l’épisode du sacrifice d’Isaac et la figure de l’agneau pascal56. L’auteur ajoute que le système sacrificiel serait incomplet sans l’ingestion collective des animaux sacrifiés faisant ici référence à l’institution du banquet sacrificiel analysé par Sigmund Freud dans son ouvrage Totem et Tabou. Il dégage ainsi une structure originelle ternaire des fêtes du taureau en Méditerranée, composée de la conduite de l’animal vers le sacrifice, du sacrifice lui-même et de la cérémonie du banquet. Le caractère protéiforme des pratiques tauromachiques et la difficulté à les identifier comme appartenant à une même activité s’expliquerait alors par le fait que les éléments de cette structure ternaire sont aujourd’hui, ou bien masqués, ou bien disjoints, ou bien partiellement désactivés. Quoi qu’il en soit, et telles sont les vertus du débat scientifique, il n’est plus possible de se cantonner à un seul point de vue. L’affirmation que faisait encore Julian Pitt-Rivers en 1983, dans un article intitulé « Le sacrifice du taureau », par ailleurs d’un apport décisif, semble aujourd’hui difficile à soutenir : « Qu’il s’agisse [la tauromachie] d’un sacrifice paraît à l’anthropologue trop évident pour qu’il se sente obligé de le justifier »57.

  • 58 R. Caillois, Les jeux et les hommes.

31Notre observation de la diversité des pratiques tauromachiques nous invite, dans cette perspective, à nous méfier des systèmes explicatifs totalisants, d’un parti comme de l’autre, qui visent à l’élaboration d’une théorie générale valable pour l’ensemble des rituels taurins. Nous pensons qu’il existe des pratiques taurines où la dimension sacrificielle semble tout à fait défendable, que l’on y adhère ou non, en particulier pour celles où le sang coule et pour celles où l’animal est mis à mort. Les divergences sur ce point reposent, à nos yeux, sur des questions de définition préliminaire du rite sacrificiel dont la critique plus fouillée dépasse notre objet. Mais il existe, aussi sûrement, des pratiques pour lesquelles une lecture sacrificielle du jeu taurin s’avère totalement inopérante, en particulier pour celles où l’animal ne subit aucune transformation et où il n’est ni blessé, ni tué. Quoi qu’il en soit, il nous semble toujours possible d’affirmer une autonomie de la sphère ludique suffisante pour inscrire pleinement les pratiques tauromachiques dans le registre des divertissements. Sans vouloir réduire la complexité des faits, la tauromachie est ainsi appréhendée d’abord à travers les éléments matériels de ses manifestations contemporaines. Dans cette perspective, la notion de jeu taurin pourrait même remplacer avantageusement celle de tauromachie, tant cette dernière semble véhiculer de représentations idéologiques contradictoires. Le jeu est pris dans la pluralité de ses significations si fermement analysées par Roger Caillois58. Pour appréhender les pratiques tauromachiques, utiliser la notion de jeu, telle qu’elle est développée chez Caillois, possède l’intérêt de ne les enfermer ni dans une totalité hermétiquement profane, ni de présupposer chez elles une quelconque sacralité. Les caractéristiques attribuées au jeu par l’auteur trouvent une application pertinente pour notre propos visant à ne pas trancher de façon globale sur le caractère profane ou sacré de la ritualité tauromachique :

  • 59 Ibid., pp. 42-43.

Le jeu est une activité : libre (à laquelle le joueur ne saurait être obligé sans que le jeu perde aussitôt sa nature de divertissement attirant et joyeux), séparée (circonscrite dans les limites d’espace et de temps précises et fixées à l’avance), incertaine (dont le déroulement ne saurait être déterminé ni dans le résultat acquis préalablement, une certaine latitude dans la nécessité d’inventer étant obligatoirement laissée à l’initiative du joueur), réglée (soumise à des conventions qui suspendent les lois ordinaires et qui instaurent momentanément une législation nouvelle, qui seule compte), fictive (accompagnée d’une conscience spécifique de réalité seconde ou de franche irréalité par rapport à la vie courante)59.

  • 60 R. Caillois, L’homme et le sacré, p. 207.

32C’est une des différences entre l’approche de Caillois et celle de Huizinga. La relecture que propose Caillois de l’œuvre de Huizinga, de laquelle toutes les études sur le jeu sont malgré tout tributaires, attire l’attention sur une « fragilité de la thèse la plus audacieuse de l’ouvrage : l’identification du ludique et du sacré »60. Selon Huizinga, jeu et sacré ont en commun :

  • 61 Ibid., p. 208.

Un espace clos et délimité, séparé du monde et de la vie. Dans cette enceinte, durant un temps donné, on exécute des gestes réglés, symboliques qui figurent ou actualisent des réalités mystérieuses au cours de cérémonies où, comme dans le jeu, concourent à la fois les vertus contraires de l’exubérance et de la réglementation, de l’extase et de la prudence, du délire enthousiaste et de la précision minutieuse. On est enfin transporté hors de l’existence ordinaire61.

  • 62 Ibid., p. 211.

33Que cette description s’appliquerait à merveille à une tauromachie qui confine au sacré ! Pourtant nous préférons adopter le positionnement théorique de Roger Caillois qui admet des connexions possibles entre ludique et sacré, mais qui précise qu’il « ne croit pas que les formes des jeux et des cultes, parce qu’elles prennent un soin égal de se séparer du cours ordinaire de l’existence, occupent pour autant par rapport à celle-ci une situation équivalente, ni qu’elles recouvrent pour cette raison un contenu identique »62.

La tauromachie entre l’art, le sport et les jeux traditionnels

34Ce positionnement nous permet de préciser la notion de jeu tauromachique. La tauromachie est-elle un sport ? Est-elle un art ? Est-elle un jeu traditionnel ? Il faut renoncer à une réponse simple et univoque. Tout d’abord parce que les pratiques tauromachiques sont éminemment protéiformes, ce qui empêche, répétons-le, toute forme de réponse globale. Ensuite, parce que ces trois notions ont alimenté des découpages multiples.

  • 63 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, pp. 11-12.

35La majorité des recherches sur le sport ne prêtent guère attention à la tauromachie, pas plus que les recherches sur la tauromachie ne relient leur analyse à une réflexion sur le sport. Pourtant les spécialistes des cultures sportives sont les premiers à reconnaître l’extraordinaire hétérogénéité de leur objet d’étude, mais la tauromachie leur paraît le plus souvent trop archaïque, folklorique, ou traditionnelle pour prétendre à la modernité et à l’universalité sportive. De même, les études sur la tauromachie n’ont pas davantage suivi la piste d’un rapprochement entre les deux pratiques. Et ceux qui le font préfèrent généralement les opposer en affirmant que la tauromachie n’a rien à voir avec le sport, puisque là où le premier est un combat réel, le second est un combat mimétique, et là où le premier est une expression artistique, le second n’est au mieux qu’engagement physique et habileté technique. Si l’on dépasse les arguments d’ordre apologétique, ceux de la modernité contre l’archaïsme et ceux de l’artiste contre l’athlète, de nombreux points communs existent entre les deux pratiques. La plupart des définitions du sport moderne s’accordent au moins sur quatre composantes minimales qui, une fois réunies, le distinguent fortement des jeux traditionnels : un ensemble de situations motrices, un système de règles, un enjeu lié à la compétition et un caractère institutionnel63.

  • 64 Rappelons sur le sujet le bon mot de Paul Valéry « On dit de la médecine qu’elle est un Art ; on l (...)
  • 65 N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 29.
  • 66 R. Chartier, dans N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 13.

36L’art pose des problèmes de définition non moins complexes. Les oppositions classiques entre l’artiste et l’artisan, entre les beaux-arts et les arts techniques, entre poeisis et technê suffisent à le rappeler. L’art est à la fois un procédé, une technique et une production esthétique qui les transcende64. Quant à la notion de jeu traditionnel, Norbert Elias et Eric Dunning en font une catégorie opposée à celle du sport moderne. Ces auteurs soutiennent une lecture « discontinuiste » des relations entre le jeu traditionnel et le sport, dont la rupture s’inscrit dans une phase « d’accélération du processus de civilisation des mœurs » nommé en la matière, processus de sportization65. Les données qui constituent le sport moderne dans sa spécificité sont alors : « l’abaissement du degré de la violence permise dans la mise en jeu des corps, l’existence de règles écrites et uniformes codifiant les pratiques, l’autonomisation du jeu (et du spectacle du jeu) par rapport aux affrontements guerriers ou rituels »66.

37Du sport, les pratiques tauromachiques possèdent incontestablement les attributs d’une activité physique. Les tauromachies participatives, par leur caractère plus informel, moins codifié, par leurs limites plus imprécises dans le temps et dans l’espace, par une plus faible différenciation des rôles, par la plus faible distinction entre les joueurs et les spectateurs, semblent assez bien correspondre aux spécificités des jeux traditionnels. Par opposition, on serait tenté de classer les tauromachies professionnelles dans la catégorie des sports modernes, si la question des risques et de la violence ne venait pas immédiatement rendre les clivages plus complexes. En effet, il convient de souligner à cet endroit que les tauromachies relèvent d’un processus de « sportization » sinon inachevé, tout au moins atypique, en comparaison des sports modernes caractérisés par « l’abaissement du degré de la violence permise dans la mise en jeu des corps ». De plus, la présence en piste d’un animal adversaire contribue à exclure la tauromachie d’une conception du champ sportif fortement marqué par le principe d’équité. Selon ce principe, la dimension sportive des jeux taurins est contestable si on la cherche dans l’affrontement entre l’homme et la bête, puisque par définition les adversaires n’ont pas les mêmes armes ni le même rôle. L’issue normative de ce qui est en jeu n’est pas soit la victoire de l’un, soit la victoire de l’autre, mais la manière dont l’homme parvient à triompher de l’animal dans le respect des règles imposées. Sous cet angle, dans la dramaturgie qu’elle engage, la tauromachie se rapprocherait davantage des sports où l’homme affronte les forces de la nature.

38Un autre point de vue est de considérer que le sport porte en lui des propriétés contradictoires, car aujourd’hui beaucoup de sports dits « extrêmes » valorisent précisément une exposition toujours plus forte et violente des corps. Dans cette perspective, de nombreux jeux taurins s’inscrivent dans une indéniable modernité sportive liée à la prise de risque et au désir de repousser les limites de ce que l’homme peut affronter. Comment analyser autrement le succès actuel des concours de recortadores en Espagne où les participants affrontent couramment des taureaux aux cornes ni protégées ni épointées, dont ils provoquent la charge, debout, immobiles face à l’animal ou de plus en plus souvent à genoux et de dos afin d’accroître le danger ? Comment expliquer autrement le renouveau dans la course landaise des sauts pratiqués non plus sur des vaches emboulées et encordées, mais sur des taureaux sans corde, aux cornes élimées sous l’unique pression des compagnies d’assurances qui, dans le cas contraire, refuseraient tout contrat ? De même, comment comprendre l’autonomisation et la croissance actuelle du bull riding considéré dans le rodéo nord-américain comme l’épreuve la plus dangereuse ? Comment expliquer ces transformations autrement que par une adéquation de la tauromachie à certaines évolutions sportives aujourd’hui à l’œuvre ? Cela montre, s’il était besoin de le prouver, que le sport forme lui-même un ensemble de pratiques très hétérogènes que la classification d’Elias et de Dunning ne suffit bien évidemment pas à circonscrire.

  • 67 El Nacional, « La fiesta de nuestro llano », 13 octobre 2002 : http://www.el-nacional.com/revistas (...)
  • 68 FEVECO (Fédération vénézuélienne de Coleo). Le mot criollo qui signifie littéralement créole, dési (...)
  • 69 Les normes du Comité international olympique autorisent les pays affiliés à accepter de nouvelles (...)
  • 70 Projet de loi no 249, Congresso Nacional.

39Du sport, certaines pratiques tauromachiques professionnelles possèdent aussi la dimension institutionnelle et organisationnelle. En France, c’est le cas de la course landaise et de la course camarguaise dont les activités sont organisées dans le cadre de fédérations sportives. Les instances fédérales ont été respectivement agréées en 1973 et 1975 par le ministère de la Jeunesse et des Sports, accordant à ces pratiques une mission éducative. En Espagne, les personnes impliquées dans l’organisation des concours de recortadores se disent très favorables à une institutionnalisation sur le modèle fédéral français. Outre-Atlantique, de nombreuses pratiques de la famille du rodéo se sont également ralliées à une institutionnalisation sur le modèle sportif. Au Mexique, les charreadas sont réglementées par l’Association nationale des Charros depuis 1921 et sont reconnues « sport national » sous la tutelle de la Fédérération mexicaine de Charrería depuis 1933. Aux États-Unis, la première organisation professionnelle de rodéo est créée en 1936, sous le nom de Cowboys Turtle Association qui deviendra la puissante PRCA (Professional Rodeo Cowboys Association) dont dépend une grande partie du système compétitif à l’échelle nationale. Au Venezuela, la Fédération vénézuelienne de Coleo (la FEVECO), qui regroupe toutes les associations du pays, est créée en 1959. En 1969, elle est inscrite à l’Institut national du Sport. Victor Manuel Sarmiento, coleador et actuel président de la Fédération souligne que « le coleo est organisé comme un sport en catégories, championnats et éliminatoires. L’entraînement physique et l’adresse exigés par le coleo lui confère sa valeur compétitive et récréative »67. En 1981, le gouvernement (le Congrès national), fait officiellement du coleo « un sport criollo et traditionnel »68. En Colombie, la Fédération colombienne de Coleo (la FEDECOLEO) est créée en 1994. Elle met en place un règlement et un championnat national au début de l’année 1999. Le coleo est officiellement reconnu en tant que sport en 1998 par le Comité olympique colombien qui entérine ainsi son caractère autochtone69. Au Brésil, depuis 1998, la vaquejada est officiellement considérée par le gouvernement fédéral comme « une pratique sportive et un spectacle populaire, dans de nombreuses régions du pays, dont l’importance économique, touristique et culturelle est croissante »70. En 2001, une loi confirme le statut de sportif professionnel aux vaqueiros ainsi qu’aux peaes qui participent aux rodeios. Enfin, ces pratiques possèdent également un découpage territorial des compétitions relevant du modèle sportif. Les saisons sont généralement structurées en compétitions locales, régionales ou nationales, reliées entre elles par un système comptable de notation qui permet de classer la performance des protagonistes dans les différentes catégories et aux différents échelons. L’évolution de nombreuses pratiques tauromachiques semble donc faire entrer le jeu taurin dans la modernité par l’intermédiaire d’une institutionnalisation sur le modèle sportif. La notion hybride de « sport traditionnel », que ne renierait aucune des pratiques mentionnées, situe ainsi les jeux taurins dans un entre-deux qui nuance, à beaucoup d’égards, les clivages entre sports modernes et jeux traditionnels. Quoi qu’il en soit, l’idée d’un sport traditionnel contraste avec celle d’une hypermodernité véhiculée aujourd’hui par de nombreux sports internationaux.

  • 71 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 104.

40En revanche, les corridas, dans leurs versions portugaise ou espagnole, semblent échapper en grande partie aux logiques institutionnelles et compétitives du modèle sportif. Il s’agit pourtant bien de pratiques fortement institutionnalisées, mais selon des modalités qui les distinguent assez nettement du champ sportif. Dans tous les pays où elles sont pratiquées, les corridas obéissent à des réglementations qui définissent strictement les conditions de leur déroulement. Cependant, il n’existe aucune entité organisatrice à qui incomberait la régulation de l’ensemble des manifestations, ni aucun championnat orchestré sur une quelconque base territoriale unifiée. Les corridas sont soit organisées en féria lorsqu’une arène propose un ou deux spectacles quotidiens coïncidant avec les fêtes de la cité, soit organisées en saison lorsqu’une arène propose une programmation de spectacles répartis sur l’année comme le ferait un théâtre. De même, en dépit des trophées éventuellement accordés à l’issue de la course, il n’existe aucune comptabilité permettant de classer officiellement les protagonistes du jeu taurin, pas plus qu’il n’existe de moyens de déclarer vainqueur tel ou tel torero sur des critères chiffrés et objectifs. On observe d’ailleurs que le champ lexical du sport est sensiblement réduit dans l’univers de la corrida. Il est même souvent dénigré comme si l’effort physique faisait mauvais ménage avec la dimension artistique à laquelle la corrida aspire. En témoigne la présence fréquente en piste de toreros dépassant l’âge de quarante ans, nullement attendus pour leurs qualités athlétiques. En témoigne également le recours au lexique de l’inspiration et de la composition chorégraphique pour analyser le travail des toreros, au-delà des considérations d’ordre technique. L’évaluation de la performance des protagonistes semble ici plus qu’ailleurs subordonnée aux critères subjectifs de l’interprétation. L’ensemble de ces éléments rapproche volontiers les corridas du modèle de la représentation artistique. Qu’il n’y ait aucune équivoque, il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie de valeurs entre ce qui relèverait de l’art et ce qui relèverait du sport, mais de montrer que l’ensemble des jeux taurins n’a pas choisi la même voie de modernisation spectaculaire. Ajoutons que pour la plupart des jeux taurins, les spectateurs sont généralement plus attentifs au style des protagonistes qu’aux décisions comptables du jury ou de la présidence, de sorte que les catégories sont en réalité perméables. Comme le souligne Bernard Traimond à propos de la course landaise et de la course camarguaise : « ces jeux se trouvent entre deux dynamiques contradictoires, l’une qui leur fait adopter les formes et les valeurs du sport, l’autre qui les refuse »71. La corrida les a sans doute davantage refusées que ne l’ont fait les autres formes de jeux taurins professionnalisés.

IV. — LA TAUROMACHIE DANS LE CADRE DES RELATIONS HOMME-ANIMAL

Le paradigme de la « course »

  • 72 Á. áLvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, p. 79.
  • 73 M. Laforcade, La tauromachie dans le Sud-Ouest de la France, p. 36.
  • 74 G. Argote de Molina, Discurso sobre la montería, cité par F. Flores Arroyuelo, Correr los toros en (...)
  • 75 F. Flores Arroyuelo, Correr los toros en España, p. 77. Le taureau cimarrón, marron en français, e (...)

41Au-delà de son emploi comme synonyme de corrida, la notion de « course de taureau » possède une valeur paradigmatique d’un grand intérêt pour interroger les logiques formelles des jeux taurins. Cette notion permet de réfléchir à l’unité et la diversité des jeux taurins en établissant des comparaisons géographiques, historiques et culturelles. Cela tient d’abord à la polysémie du verbe courir. Historiquement, Álvarez de Miranda souligne l’importance de l’expression « courir les taureaux », d’un usage fréquent au moins depuis le xiiie siècle, et la considère comme un argument en faveur de l’origine populaire de la corrida72. L’expression est donc bien antérieure à la notion moderne de tauromachie. En France, le verbe courir, appliqué aux bovins, apparaît sur l’un des plus anciens documents d’archives évoquant des jeux taurins, datant de 1282, retrouvé par Claude Pelletier en 1979. Ce document établit qu’à cette époque existe à Bayonne, comme dans toute l’Aquitaine, la coutume de « lâcher taureaux, vaches et bœufs dans la rue pour les faire courir »73. Sous l’Ancien Régime, le verbe courir est employé transitivement avec le sens de « poursuivre à la course » et s’appliquait le plus souvent à un animal. Cet emploi existait également dans le domaine cynégétique et s’est maintenu de nos jours dans le vocabulaire de la chasse à courre dont font l’objet le cerf, le chevreuil, le sanglier, le renard ou le lièvre. Les scènes décrites par Argote de Molina dans son Discurso sobre la montería montrent que les taureaux ont également été chassés comme des gibiers de grande vénerie74. Des nobles à cheval pourchassent les taureaux, secondés par une meute de chiens et tenant à la main une arme nommée demi-lune leur permettant de sectionner les tendons des proies. Argote de Molina précise que cette pratique avait aussi cours en Amérique pour chasser les taureaux dispersés par le marronnage75.

  • 76 C. Martel, « Du vocabulaire des “gens de bouvine” à celui de la course landaise », p. 13.

42À l’origine, le verbe courir a donc une acception très large puisqu’il est l’objet d’un double emploi « dans lequel il faut voir à la fois l’action de galoper pour les bêtes, celle de s’esquiver pour les hommes, mais aussi celle de poursuivre, c’est-à-dire de courser l’animal »76. Il faut donc comprendre l’expression « courir les taureaux » dans toute sa richesse sémantique et voir en elle une posture élémentaire de l’affrontement entre l’homme et l’animal qui s’est orientée, dans le cadre d’une histoire longue, vers des principes ludiques différents selon les jeux considérés et les contextes culturels qui leur donnent forme et signification.

43Le verbe courir est encore à l’honneur dans la dénomination de nombreuses pratiques tauromachiques actuelles. En Europe, on le retrouve dans la corrida de toros (corrida de touros en portugais), dans la course landaise, la course camarguaise, la course de vaches, le corre bou des pays catalans, et il est au cœur du vocabulaire de l’encierro. En français, nous ne disposons que d’un seul mot pour parler des courses de taureaux et des courses de vitesse, là où les langues espagnole et portugaise utilisent le terme carrera et carreira pour ces dernières. Pour la plupart des jeux codifiés un verbe d’action précise les modalités d’affrontement propre à chaque type de course : torear pour la corrida, « écarter » pour la course landaise, « raseter » pour la course camarguaise, recortar pour les concours de recortadores, et pegar pour désigner le travail des forcados lors des corridas portugaises. Dans les jeux taurins à participation collective, le verbe courir est couramment employé pour désigner l’action de ceux qui affrontent le taureau qu’elles qu’en soient les modalités.

44L’action de courir, au sens de courser l’animal, trouve également une certaine pertinence pour décrire le fonctionnement de nombreux jeux taurins d’Amérique appartenant à la grande et complexe famille des rodéos. En Europe, le rodéo est surtout connu à travers le modèle de l’Ouest américain dont l’imagerie ne retient généralement que l’usage du lasso et la figure du cow-boy monté sur des taureaux ou des chevaux furieux. Derrière ce cliché, qui a la force des représentations diffusées par la puissance médiatique étasunienne, se profilent des pratiques panaméricaines beaucoup plus diversifiées. À elle seule, l’histoire du mot rodéo retrace un itinéraire géographique très instructif pour notre propos général. Citons l’article du Dictionnaire historique de la langue française :

  • 77 « Rodéo » dans A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, p. 3270.

Rodéo ou rodeo n. m. est emprunté (1923) à l’anglo-américain rodeo (1914), nom d’un jeu équestre consistant à maîtriser un cheval ou un bœuf non domestiqué, et lui-même emprunté (1834) à l’hispano-américain rodeo « encerclement du bétail, emplacement circulaire où l’on marque le bétail » (xviiie siècle). Ce dernier est dérivé de l’espagnol rodear « tourner, encercler » […]. Le mot, essentiellement employé pour désigner le jeu équestre pratiqué dans l’ouest des États-Unis et, par extension, le lieu où se déroule cette fête, se dit aussi, au figuré (xixe siècle), comme corrida, d’une course agitée, d’une vive agitation collective et spécialement d’une poursuite en voiture77.

  • 78 « Rodeo » dans Enciclopedia Universal Ilustrada, t. LI, p. 1185.

45Remarquons pour l’instant que le terme de rodéo a voyagé de l’Amérique espagnole à l’Amérique anglo-saxonne. On notera également, non sans quelque satisfaction, l’analogie qui est établie entre le rodéo et la corrida à propos de leur sens figuré, attaché à l’idée d’agitation collective. Il est également opportun de rapprocher le sens premier de l’hispano-américanisme rodear (encercler) du mot espagnol encerrar (enfermer) d’où vient le terme d’encierro. Les termes rodear et encerrar partagent l’action de courir les bêtes pour les conduire et les rassembler dans un lieu clos. La Enciclopedia Universal Ilustrada précise qu’à l’origine le rodeo désigne l’action de rassembler le bétail (équins et bovins) afin d’opérer différentes tâches : dresser les chevaux, rattraper une bête égarée, soumettre un spécimen récalcitrant, trier les populations, marquer les jeunes bestiaux, conduire les bêtes sur les pâturages ou vers les lieux de vente et d’abattage78. Le mot rodeo désigne également le lieu circulaire où l’on réunit le grand bétail. De ce contexte utilitaire proviennent différentes formes de rodéos pratiqués de l’Amérique du Nord au Cône Sud, plus précisément du Canada à la Patagonie chilienne, dont les techniques attestent d’un principe général commun consistant à courser les bovins et à les maîtriser.

46Les formes prises par le rodéo se partagent en trois modalités d’affrontement principales : l’une fondée sur l’utilisation du lasso ; une autre fondée sur la course-poursuite dont la forme la plus répandue utilise la technique du coleo consistant à rattraper le taureau au galop et le saisir par la queue afin de le faire chuter ; une dernière fondée sur la monte d’animaux non domestiqués, qu’il s’agisse de chevaux ou de taureaux. La course-poursuite finalisée par le coleo ou la coleada est l’une des modalités techniques les plus répandues (au Mexique, à Cuba, au Panamá, au Venezuela, en Colombie, au Brésil). Le rodéo chilien constitue un cas particulier puisqu’il n’y a ni coleada, ni lasso, ni monte de bétail non domestiqué. Ici est pratiquée une seule technique consistant à poursuivre le taureau à cheval afin de le plaquer contre les barrières de la piste. Il est intéressant de constater que le rodéo chilien porte également le nom de corrida en vaca. L’expression courir « en vaca » est un emploi archaïque qui signifie « courir à deux cavaliers » et ne fait aucunement référence à la vache (la vaca). Avec le temps cette expression a été déformée et le rodéo chilien est fréquemment appelé corrida de vacas (course de vaches), y compris par ses adeptes. Il ne faut pas exclure qu’il s’agisse là d’une influence de l’expression corrida de toros dans l’évolution sémantique des termes servant à désigner le rodéo chilien. Tout se passe comme si les appellations de jeu chilien manifestaient une double opposition : la corrida de vacas s’opposant à la corrida de toros d’origine espagnole, le rodeo chileno s’opposant au rodéo dominé par le modèle étasunien. Sans anticiper sur l’analyse des transformations des jeux taurins, notons qu’il s’agit là d’un bon indice du relais opéré par les hégémonies culturelles espagnoles, puis étasuniennes sur le continent américain, participant à la codification des pratiques tauromachiques.

  • 79 Dominique Fournier et Frédéric Saumade font de la monte des taureaux une inversion de la corrida e (...)
  • 80 V. Randall Corella, « El Mundo tras las espuelas », La Nación, 2004 : www.nacion.com/dominical/200 (...)
  • 81 L’expression a la tica signifie ce qui est le propre du Costa Rica.
  • 82 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, pp. 52-53.
  • 83 Comala est une ville d’environ 20.000 habitants, située dans l’État de Colima.

47Si l’on peut considérer qu’il y a bien une poursuite dans les modalités du rodéo qui utilisent le lasso, en revanche la monte du bétail pour résister à ses ruades semble échapper au paradigme de la course79. Pour autant, la monte n’est pas totalement dissociable de l’ensemble des exercices permettant de maîtriser les bovins, même si elle connaît un développement indépendant dans le cadre de jeux taurins spécifiques. D’un point de vue technique et utilitaire, la monte du taureau a constitué dans le passé un moyen de réduire les forces de spécimens récalcitrants pour empêcher leur fuite et les ramener ensuite au troupeau. Au Costa Rica, Jorge González « Cañero » raconte qu’à l’époque où il n’y avait pas encore d’enclos pour rassembler et trier les animaux, les vaqueros couraient en cercle autour du bétail et si un taureau s’échappait, il était attrapé au lasso, puis monté afin de réduire ses ardeurs80. En outre, si pour nous la course et la monte semblent éloignées, notons que dans certains pays tels que le Costa Rica et le Nicaragua, l’expression corrida de toros est couramment utilisée pour désigner des jeux où les taureaux sont montés. Au Costa Rica, lors des corridas de toros a la tica, un taureau est lâché au milieu de la foule, les participants devant dans un premier temps faire courir l’animal pour ensuite le monter lorsque celui-ci se laisse suffisamment approcher81. En Bolivie amazonienne, cette pratique, associant un lâcher de taureau suivi de sa monte, porte le nom de jocheo de toros. Dans les Andes péruviennes des années 1960, Augusto Goicochea Luna rapporte qu’il n’est pas rare que les mêmes taureaux soient courus, toréés, puis montés82. Enfin, nous avons rencontré de nombreux cas où l’expression de corrida de toros est utilisée pour désigner n’importe quelle forme de jeu taurin, y compris dans des contextes culturels où la distinction est habituellement de mise pour les différencier. En témoigne, l’emploi générique de la notion de corrida dans le règlement des « fiestas charro-taurinas » de la ville de Comala au Mexique83. En effet, le règlement parle de corrida de toros alors qu’il est explicitement question d’exercices de la charrería, deux formes de jeux taurins différents et habituellement différenciés. Le cas n’est pas isolé et témoigne, une nouvelle fois, d’une imbrication des pratiques tauromachiques beaucoup plus complexe qu’une vision ségrégative prompte à cloisonner des formes qui en réalité participent parfois d’une expression culturelle commune.

Pratiques tauromachiques, violence et domestication

  • 84 J.-P. Digard, Les Français et leurs animaux, p. 13.

48Il est possible de voir dans le parcours du champ vers les arènes, en vue d’une domination de l’homme sur l’animal, l’existence d’un itinéraire matériel et idéel, de la nature vers la culture. Ce parcours peut également être replacé dans une histoire de la domestication et de ses transformations ludiques. La domestication est ici prise au sens défini par Jean-Pierre Digard qui y voit un fait culturel total, « non un état de l’animal, mais une action de l’homme, non un processus historique achevé, daté et localisé, ayant conduit à un état, acquis une fois pour toutes, de certaines espèces animales, […] mais une action continue, qui doit être renouvelée et entretenue jour après jour, sous peine de dédomestication »84. En quoi les tauromachies témoignent-elles d’une relation homme-animal particulière au regard du processus historique général de domestication ?

  • 85 Id., L’Homme et les animaux domestiques ; Id., « Les Européens du Sud-Ouest ».
  • 86 Id., Les Français et leurs animaux, p. 51.
  • 87 Id., « Les Européens du Sud-Ouest ».

49On doit à Jean-Pierre Digard d’avoir rendue intelligible, à partir du concept de « système domesticatoire », la complexité d’une grande partie des relations que l’homme établit avec les animaux. Dans son ouvrage intitulé L’Homme et les animaux domestiques, il considère que chaque société investit dans ses relations avec les animaux un ensemble particulier de techniques (élevage, dressage, etc.), de représentations et de croyances relatives aux animaux, voire de sentiments envers eux (attachement, respect, compassion, mépris, répulsion, peur…), autant de facteurs qui ne sont compréhensibles que pris ensemble85. En France, l’auteur montre que l’engouement pour les animaux de compagnie à partir des années 50 est allé de pair avec un effacement des animaux de rente, en particulier le bétail et la volaille. À cela s’ajoute une fascination pour la faune sauvage qui partage avec les animaux de compagnie le fait qu’ils ne font l’objet d’aucune exploitation directement utilitaire. Enfin, l’auteur établit une dernière catégorie : celle des « animaux intermédiaires ». Ces animaux, tout en n’appartenant à aucun des groupes précédents, empruntent des attributs de plusieurs groupes à la fois. Le cheval est l’animal exemplaire de cette catégorie. Il quitte peu à peu à partir de 1950 la sphère utilitaire pour entrer dans celle des loisirs, tout en ne pouvant pas rejoindre la catégorie des animaux de compagnie, ne serait-ce qu’en raison de sa taille86. L’auteur classe également le taureau de corrida dans cette catégorie. En effet, il relève à la fois de l’animal domestique puisqu’il est issu d’un élevage très spécialisé, et de l’animal sauvage, puisque tout est fait pour que le taureau évolue en liberté et pour qu’il ait le moins de contact possible avec l’homme. « Autrement dit, le travail de domestication s’est ici effectué à contre-courant, dans le sens d’une sorte d’ensauvagement orienté »87. Remarquons qu’il n’en va pas de même pour tous les bovins participant aux pratiques tauromachiques. Dans le cas de nombreux rodéos (charreada, toros coleados, vaquejada, rodéo chilien), les bovins utilisés ne sont autres que les animaux de rente détournés momentanément de leur filière. Seuls les exercices de monte des taureaux, exécutés dans un cadre professionnel, font l’objet d’une sélection individuelle des animaux combattus (bull riding du rodéo nord-américain, jaripeo ranchero professionnel mexicain, rodeio brésilien). Dans le cas des spectacles où les animaux font carrière durant plusieurs années, tels que les bull riding, les jaripeos professionnels, les courses camarguaises et landaises, les bovins apprennent le métier au fur et à mesure de leur sortie. Dans ce cas, il n’est pas impossible d’y voir une certaine forme de dressage empirique, même s’il s’effectue dans le sens d’une accentuation des qualités combatives. Fort de cette distinction catégorielle du règne animal, l’auteur propose d’inclure la tauromachie dans un ensemble plus vaste de pratiques où l’homme et l’animal s’opposent :

  • 88 Ibid.

Les pratiques agonistiques avec des taureaux, au même titre que les courses de chevaux, le rodéo américain ou les numéros de fauves dans les cirques, malgré leurs évidentes différences, sont justiciables du même type d’interprétation que toutes les pratiques agonistiques qui associent ou opposent, d’une manière ou d’une autre, l’homme et l’animal. Car, après tout, entre l’action d’enfourner un cheval sur une piste et celle d’affronter un taureau dans une arène ou un lion dans une cage, il y a des différences de degré dans le risque et dans la performance, et des différences dans la manière, mais pas fondamentalement de différence dans la finalité de l’action : il s’agit dans tous les cas d’avoir le dessus sur l’animal88.

50Nous partageons avec l’auteur l’idée que ces pratiques relèvent d’une attitude fondamentale qui est celle d’une domination de l’homme sur l’animal. Cependant, il nous semble que les jeux taurins relèvent d’une catégorie à part en ce qu’ils mettent en scène un affrontement réel. Si l’équitation marque dans son cheminement historique une forme de domination de l’homme sur l’animal, elle exalte aussi des valeurs d’entente harmonieuse qui sont à l’opposé d’une finalité combative. L’équitation ne désigne pas de vainqueur ni de vaincu entre l’homme et l’animal, ce qui en revanche est le propre du combat. Dans le cirque, le dompteur ne se risquerait à aucun numéro avec un animal qu’il n’a pas longuement dressé dans les limites permises par l’espèce. Dans ce cas, bien que le danger soit réel, l’affrontement relèverait plutôt d’un numéro de fiction répété. Or dans la majorité des jeux tauromachiques, l’homme ne se mesure pas à l’animal de façon métaphorique, mais dans un corps à corps qui valorise l’habileté et la prise de risque des hommes face au danger. Les blessures fréquentes reçues par les toreros, les raseteurs, les écarteurs, les forcados, les monteurs de bull riding et de jaripeo professionnel, les recortadores mais aussi les coleadores et les vaqueiros ainsi que les participants des divers lâchers de taureaux, rappellent la réalité de cet affrontement et son haut degré de violence. Les jeux tauromachiques constituent bien, de nos jours, un cas à part dans le registre des divertissements.

  • 89 É. Baratay, Et l’homme créa l’animal, pp. 269-275.
  • 90 Cité par B. Bennassar dans Histoire de la tauromachie, p. 12. L’auteur fait référence à E. et J. - (...)
  • 91 P. Dupuy, Toros, nos 1667-1668, 20 décembre 2001, p. 25.
  • 92 J.-P. Fabaron, Toros no 1661, 30 août 2001, p. 32, faisant référence à J. Garcin, « La petite hist (...)
  • 93 Les buterri de la Maremme sont, à beaucoup d’égards, l’équivalent toscan des gardians de Camargue (...)
  • 94 N. Vialles, Le sang et la chair.

51Historiquement, il n’en a pas toujours été ainsi. Éric Baratay nous rappelle que les combats entre animaux, organisés par l’homme, les affrontements entre l’homme et l’animal, ainsi que les jeux au cours desquels des animaux sont violentés traversent notre histoire jusqu’à une époque charnière qu’il situe entre le xviiie et le début du xixe siècle, à partir de laquelle s’engage un reflux progressif des spectacles violents auxquels participent des animaux89. Pour ce qui est des jeux taurins, ils concernent encore jusqu’au milieu du xixe siècle une grande partie de l’Europe. Il existait jusqu’au xviiie siècle des formes d’encierros en Angleterre à Stamford (Lincolnshire), à Tutbury (Staffordshire) et à Birmingham90. L’Angleterre finit par interdire ces pratiques en 1840, au moment où les sports modernes commencent à émerger. En France, il est fréquent que les bouchers fassent courir les bêtes harcelées par des chiens, pratique qui donne lieu occasionnellement à des combats organisés. Tel est le cas à Paris, de 1788 à 1850 à « la barrière des combats » (actuelle place du Colonel Fabien) ou à Bordeaux, dans les quartiers de la Bastide ainsi qu’à Talence dans « l’auberge de Plume la poule »91. De même, à Vitteaux, en Côte d’Or, avaient lieu tous les ans « la course et le combat de taureaux » qui n’ont disparu qu’au milieu du xviiie siècle92. Enfin, en Italie, on court les taureaux dans les Maremmes toscans et Buffalo Bill dans sa tournée européenne de 1905 pour présenter son Wild West Show fut mis au défi par les buterri de les dompter93. L’évolution européenne vers une raréfaction des spectacles violents qui mettent en scène des anima ux s’inscrit dans une transformation sociétale plus profonde des relations homme-animal selon laquelle l’exploitation des animaux est progressivement occultée au plus grand nombre. L’intermédiaire technique des abattoirs et des élevages industriels, éloignés des lieux de vies, qui désincarnent et dépersonnalisent la relation entre l’exploitation de l’animal et la pratique alimentaire en est l’un des témoignages les plus éloquents94. Dans le cas français, Éric Baratay considère que :

  • 95 É. Baratay, Et l’homme créa l’animal, p. 107.

La dissimulation et l’exil [des abattoirs] sont le fruit de changements de sensibilité concernant l’hygiène, de plus en plus affirmée, la violence, de plus en plus réprouvée, la mort, repoussée, et l’animal dont la souffrance publique est de moins en moins tolérée. Ils sont contemporains du nettoyage grandissant des hommes et des rues, du déplacement des lieux d’exécution ou d’équarrissage et des cimetières, de la répression des brutalités entre les hommes et envers les bêtes : interdiction des combats d’animaux en 1833, des mauvais traitements envers les bêtes domestiques en 185095.

52L’industrialisation des sociétés et la transformation radicale des modes de vie qui en a découlé posent alors de nombreuses questions sur les relations homme-nature. La dénonciation des nuisances et des dangers imputables aux avatars mondialisés de la Révolution industrielle occupe désormais une place importante dans les débats des sociétés contemporaines. Dans son sillage, la distinction entre l’homme et l’animal s’efface souvent au profit d’un bon sentiment généralisé à l’égard des bêtes. Cette évolution n’est pas étrangère à l’hégémonie de la culture urbaine sur les sociétés rurales traditionnelles, riches de relations complexes et diversifiées entre les hommes et les animaux. Cette transformation rapide explique en grande partie le fait que les jeux taurins apparaissent pour beaucoup totalement anachroniques, quand ils ne sont pas considérés comme des pratiques barbares, au premier rang desquelles figure la corrida. Cette évolution sociologique est bien le fruit d’une dissimulation de la violence envers les animaux, et en particulier de ses formes publiques, mais sans doute pas d’une réduction fondamentale de celle-ci. Norbert Elias, dans sa réflexion sur la « civilisation des mœurs » parle bien d’un contrôle et d’une euphémisation de la violence liée à l’émergence des États modernes, mais pas de sa disparition. C’est alors la dimension publique de la violence dans les pratiques tauromachiques qui pourrait bien être problématique, plus que la violence elle-même. Les pratiques tauromachiques exhiberaient aux yeux de tous ce qu’il ne faudrait pas voir : la domination de l’homme sur la nature pour assouvir des besoins et des désirs, matériels et immatériels, comme principe ancien de nos civilisations traversant notre histoire jusqu’à nos jours.

  • 96 Pour une approche philosophique des mouvements de « libération animale » voir L. Ferry, Le nouvel (...)
  • 97 F. Wolff, « Qui est le taureau ? », p. 33 ; Id., Philosophie de la corrida.

53Cette domination a toujours été accompagnée d’un travail complexe de classification des éléments naturels répartis dans des registres multiples et variables selon les sociétés. Or on constate que la montée des mouvements de « libération animale », du courant philosophique antispéciste ou des théologies animales anglo-saxonnes, est aujourd’hui peu soucieuse de questionner les catégories culturelles qui fondent notre rapport au règne animal96. En dépit des évolutions, des différences de civilisations et du statut changeant ou intermédiaire de certaines espèces, ces catégories sont toujours cloisonnées par des limites rendues relativement imperméables par la culture : les animaux sauvages, les animaux nuisibles, les animaux domestiques, les animaux familiers, les animaux de loisirs, etc. Ces catégories vident de son sens l’angélisme selon lequel ne pas faire de mal aux animaux serait un principe universel et bon. Il est alors tentant d’accepter le résumé sibyllin du philosophe Francis Wolff qui s’accorde à de nombreuses recherches anthropologiques : « L’animal, l’animal en général, n’existe pas. Ce qui existe ce sont des espèces de vivants. Ce qui existe ce sont des virus, des moustiques, des chiens… des taureaux et des hommes »97. Conformément à une éthique profondément humaniste, à l’exception de l’homme, les autres espèces ont une place particulière dans des sociétés particulières, mais en aucun cas un statut universel qui les assigne en tout lieu à un même sort. Ou bien, comme le répète un aficionado de la Peña Ostrea d’Andernos-les-Bains, dans une version rétive au système philosophique et pour laquelle il faudrait considérablement nuancer la valeur de l’analogie : « Quand je mange une huître, je mange une huître », et d’expliquer par là qu’il ne s’adonne pas à la torture d’un être vivant par le citron et la mastication.

54Certes, à l’échelle européenne, les rapports au règne animal et les catégories qui les structurent ne sont pas tout à fait identiques entre les pays méditerranéens et les pays anglo-saxons, ni entre pays ayant connu différents rythmes d’industrialisation et d’évolution des sociétés rurales. Cependant, aucun raccourci ne permet de trouver des découpages culturels qui suffiraient à expliquer pourquoi les uns aiment les jeux taurins et les autres les condamnent. Plus modestement, les éléments qui reviennent le plus souvent dans les témoignages personnels que nous avons pu recueillir, en Europe et en Amérique, pour expliquer la passion des jeux taurins, demeurent la tradition familiale et le fait d’avoir grandi dans une région tauromachique ou une région d’élevage. Pour d’autres, sans lien avec un héritage culturel local ou familial, la passion naît d’une admiration du courage des hommes, d’une fascination pour le taureau ou le cheval et d’une sensibilité à la dimension sportive ou artistique du spectacle qui s’accompagne d’une compréhension éthique globale des relations homme-animal. Cela étant, quelle que soit la rationalité de la justification des éthiques antagonistes, il semble, le plus souvent, qu’elles soient postérieures à la fascination du goût ou du dégoût, comme si en quelque sorte l’argument venait après la sensibilité.

55En revanche, le raccourci selon lequel les positions anti-taurines seraient au-dessus de tout soupçon au nom d’une éthique prétendument universelle (mais qui ne l’est pas), relève d’une mystification. Sur ce point l’anthropologue Sergio Dalla Bernardina attire notre attention sur les manifestations pétries de bons sentiments visant à protéger les animaux, à grand renfort d’images sensationnalistes :

  • 98 S. Dalla-Bernardina, L’éloquence des bêtes, p. 132.

Tout aussi ambiguë, me paraît-il, est la compassion apparemment sans reproche qui inspire les performances que l’on vient d’évoquer : replacées dans le cadre spectaculaire, mondain et médiatique dans lequel elles se produisent, ces manipulations irrespectueuses du sang des animaux semblent correspondre moins à des appels humanitaires en faveur des visons et autres carnivores poilus, qu’à des exploitations symboliques, foncièrement narcissiques, jouant sur les vertus « charmeuses » de l’hémoglobine98.

56La manipulation démocratique de nombreux mouvements anti-taurins qui considèrent, à grand renfort de sondages, que toute pratique n’obtenant pas un assentiment majoritaire devrait être interdite, nous semble être encore plus pernicieuse qu’une vision manichéenne et universalisante des relations homme-animal. Cet argument est fréquemment utilisé dans de nombreux pays par les détracteurs des jeux taurins constatant qu’ils n’intéressent qu’une fraction minoritaire de la population et, de ce fait, devraient être logiquement supprimés. Rappelons, quelle que soit l’opinion de chacun sur les jeux taurins, que la démocratie ne se réduit pas au mode d’élection défini par le principe de l’opinion majoritaire, elle est aussi la garantie des libertés fondamentales d’activité et d’expression.

Notes

1 N. Elias et E. Dunning, « Les loisirs dans le spectre du temps libre », dans Id., Sport et civilisation, pp. 124-127. Les auteurs insistent sur la constitution du loisir comme catégorie positive qui dépasse la complémentarité travail - non travail, dans laquelle le loisir serait une oisiveté libératrice des seules tensions de l’activité. Sur ce point, les auteurs prolongent un raisonnement déjà ouvert par Jean Dumazedier lorsqu’il déclare que « le loisir n’est plus un problème mineur, sorte de “poste divers” sans importance placé à la fin de l’inventaire des grands problèmes, si l’on a encore de la place, du temps ou de l’argent pour s’occuper de lui ». J. Dumazedier, Vers une civilisation des loisirs ?, p. 15.

2 Diccionario de la Real Academia Española : http://buscon.rae.es/draeI/[réf. 5 février 2006].

3 Á. áLvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, p. 78.

4 Pepe-Illo, La Tauromaquia.

5 Dans son propos au lecteur, Pepe-Illo déclare « qu’au point où est parvenu l’art de toréer, une œuvre se doit d’en exposer les règles et les techniques ». Il ajoute qu’il est le premier à parler du toreo et à présenter « [ses] pensées et idées Tauromatiques (sic) » fondées sur la « savante expérience, mère légitime de sa connaissance ». Pepe-Illo, La Tauromaquia, p. 43. L’emploi du mot « tauromatiques » (tauromaticás dans le texte) confirme sans doute l’usage encore instable du mot « tauromachie » et de l’adjectif « tauromachique ».

6 F. Montes, Tauromaquia completa.

7 Le mot espagnol suerte signifie chance, et possède dans le vocabulaire taurin de nombreuses significations dont ici celles de figures, techniques ou actions exécutées pour toréer l’animal : passes de capes, piques, pose de banderilles, passes de muleta, mise à mort. Cette dernière est appelée « suerte suprême ».

8 C. Popelin, La Tauromachie, pp. 5-6. Le bullbaiting désigne les combats entre chiens et taureaux en vogue en Angleterre jusqu’au début du xixe siècle qui finissent par être interdits au milieu du siècle.

9 R. Bérard (dir.), La Tauromachie. Histoire et dictionnaire.

10 Ibid., p. 888.

11 Ibid., p. x (numérotation en chiffre romain du propos introductif).

12 A. Viard, Le Mythe du Taureau, p. 51. Nous aurons l’occasion de reparler de cet ouvrage tant il nous semble révélateur d’un véritable genre littéraire taurin à mi-chemin entre l’essai scientifique et la pensée symbolique qui participe pleinement d’une forme d’érudition très répandue parmi les aficionados. Pour ne pas isoler les propos d’André Viard d’un travail par ailleurs très éclairant, nous tenons à souligner la qualité des ouvrages que l’auteur et ancien torero a consacrés à l’analyse de la technique tauromachique, en particulier : A. Viard, Comprendre la corrida.

13 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 704.

14 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática, Estadísticas Culturales, p. 34.

15 Ibid., p. 61. Espectáculos taurinos : exhibición de tauromaquia.

16 J. Casares, Diccionario ideológico de la lengua española, p. 823.

17 D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 187 ; F. Saumade, Maçatl, p. 80.

18 Texte de présentation de la course landaise sur le site Internet de la Fédération française de course landaise : http://courselandaise.org/la-course.php [réf. du 10 juin 2007].

19 J.-P. Fabaron, « Répartition des jeux taurins dans le monde ».

20 Ibid., p. 46. Les mots entre parenthèses sont ceux de Jean-Pierre Fabaron.

21 F. Saumade, Des sauvages en Occident, p. 12.

22 Musée des cultures taurines, Rites éternels, p. 9.

23 Ibid., pp. 8-9.

24 Ibid., p. 10.

25 Ibid., p. 36.

26 Á. Álvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, pp. 34-35.

27 Musée des cultures taurines, Rites éternels, p. 6.

28 Taurokhatapsie : terme francisé, du grec taurokhatapsia désignant des jeux taurins à cheval pratiqués en Thessalie vers le ve siècle av. J. -C.

29 B. Bennassar, Histoire de la tauromachie, p. 13.

30 F. Montes, Tauromaquia completa, p. 19.

31 Enciclopedia Universal Ilustrada, t. LIX, p. 912.

32 Pour les commentaires qui suivent nous utilisons une réédition abrégée publiée en 1995 : J.-M. de Cossío, Los Toros.

33 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 53.

34 J. -M. de Cossío, Los Toros, t. I, pp. 21-22, 25, 33, 35, 38-40. On notera que l’auteur fait référence à la célèbre légende des taureaux de Géryon, dispersés sur les rives du Guadalquivir et cite le poète et éleveur Fernando Villalón pour noter qu’ils paissaient « exactement à l’endroit où continuent de ruminer tranquillement aujourd’hui les plus célèbres élevages de taureaux de combat andalous » (p. 25).

35 Ibid., pp. 27-32, 42-48, 51-54. « La présence du taureau dans les cirques romains est l’impulsion d’une tradition à laquelle ne peuvent pas être étrangères les corridas espagnoles » (p. 53).

36 Ibid., pp. 21 et 54-56.

37 A. Viard, Le Mythe du Taureau, pp. 50-51. Joselito, Aparicio, Curro Romero et Paco Ojeda sont des matadors espagnols de très grand renom.

38 Comme le dit Julio Caro Baroja : « Si dans une série de rites et de mythes, il existe un élément transmis, ce n’est pas lui qui permet de comprendre les autres, et nous ne devons pas en profiter pour mettre le Carnaval et le Carême dans la même marmite qu’Attis, Adonis, Isis et toute une série de dieux et d’êtres antiques ou médiévaux, pour extraire, finalement, le pur esprit de la végétation, un bouillon végétal sans mélange aucun, véritable, authentique et surtout primitif ». J. Caro Baroja, Le Carnaval, p. 21.

39 P. Nora, Les lieux de mémoire, pp. 15-42.

40 On trouve un exemple de cette « thèse classique » dans l’œuvre de N. Luján, Historia del toreo, pp. 9-28.

41 J.-M. de Cossío, Los Toros, t. I, p. 84.

42 Fédération française de course landaise, course landaise, p. 2.

43 C. Sillero, Los toros en el Perú.

44 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 18.

45 Dépêche de L’Agence France Presse du 24 mai 2005.

46 M. Leiris, Miroir de la tauromachie ; J. Pitt-Rivers, « Le sacrifice du taureau ». Pour une vue d’ensemble des travaux de Julian Pitt-Rivers sur la tauromachie voir P. Romero de Solís (éd.), Antropología de la tauromaquia.

47 H. Hubert et M. Mauss, « Essai sur la nature et la fonction du sacrifice ».

48 P. Romero de Solís (coord.), Sacrificio y tauromaquia en España y América. Mentionnons également un article qui répond aux positions de ce que l’auteur qualifie « d’école anti-sacrificielle française » dans Id., « La dimensión sacrificial de la tauromaquia ».

49 F. Saumade, Des sauvages en Occident, pp. 11-12.

50 Id., Les tauromachies européennes.

51 Ibid., pp. 10 et 14. Voir également sur ce point F. Saumade et E. Desvaux, « Relativiser le sacrifice ou le quadrant tauromachique ». Dans cet article les auteurs posent les fondements d’une analyse structurale des rituels taurins qui met en valeur les correspondances et les oppositions des codes sexuels, ludiques, eschatologiques et sociologiques.

52 F. Saumade, Maçatl.

53 F. Saumade, Les tauromachies européennes, p. 10.

54 D. Fournier, « Les spectacles tauromachiques naissent aussi de l’histoire ». Ce texte est une note critique de l’ouvrage de Frédéric Saumade sur les tauromachies européennes à laquelle l’auteur a répondu : F. Saumade, « L’obsession sacrificielle ».

55 A. Molinié, « El toro y el cóndor en lidia ».

56 P. Romero de Solís, « La dimensión sacrificial de la tauromaquia » ; Id., « Corpus Christi y tauromaquia ».

57 J. Pitt-Rivers, « Le sacrifice du taureau », p. 283. En réalité, l’auteur n’a cessé de creuser cette question, de justifier son approche et de proposer des démonstrations éclairant sa conviction.

58 R. Caillois, Les jeux et les hommes.

59 Ibid., pp. 42-43.

60 R. Caillois, L’homme et le sacré, p. 207.

61 Ibid., p. 208.

62 Ibid., p. 211.

63 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, pp. 11-12.

64 Rappelons sur le sujet le bon mot de Paul Valéry « On dit de la médecine qu’elle est un Art ; on le dit aussi bien de la Vénerie, de l’Équitation, de la conduite de la vie ou d’un raisonnement. Il y a art de marcher, un art de respirer ; il y a même un art de se taire ». Cité dans A. Rey, Dictionnaire culturel en langue française, p. 525.

65 N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 29.

66 R. Chartier, dans N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation, p. 13.

67 El Nacional, « La fiesta de nuestro llano », 13 octobre 2002 : http://www.el-nacional.com/revistas/todoendomingo/todo158/reportaje2.htm [réf. 5 février 2006].

68 FEVECO (Fédération vénézuélienne de Coleo). Le mot criollo qui signifie littéralement créole, désigne ici ce qui est autochtone.

69 Les normes du Comité international olympique autorisent les pays affiliés à accepter de nouvelles disciplines au sein des comités nationaux s’ils démontrent le caractère autochtone de la pratique.

70 Projet de loi no 249, Congresso Nacional.

71 B. Traimond, Les fêtes du Taureau, p. 104.

72 Á. áLvarez de Miranda, Le taureau. Rites et jeux, p. 79.

73 M. Laforcade, La tauromachie dans le Sud-Ouest de la France, p. 36.

74 G. Argote de Molina, Discurso sobre la montería, cité par F. Flores Arroyuelo, Correr los toros en España, p. 77.

75 F. Flores Arroyuelo, Correr los toros en España, p. 77. Le taureau cimarrón, marron en français, est le taureau issu de l’introduction du bétail en Amérique latine par les Espagnols et les Portugais, dont beaucoup d’exemplaires se sont échappés dans la nature, ont proliféré et sont retournés à l’état sauvage. Ce phénomène porte le nom de marronnage.

76 C. Martel, « Du vocabulaire des “gens de bouvine” à celui de la course landaise », p. 13.

77 « Rodéo » dans A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, p. 3270.

78 « Rodeo » dans Enciclopedia Universal Ilustrada, t. LI, p. 1185.

79 Dominique Fournier et Frédéric Saumade font de la monte des taureaux une inversion de la corrida et de la monte équestre. D. Fournier, « Corrida, charreada et jaripeo », p. 192. F. Saumade, « Animal de rente, animal de loisir ».

80 V. Randall Corella, « El Mundo tras las espuelas », La Nación, 2004 : www.nacion.com/dominical/2004/enero/04/dominical0.html [réf. 5 février 2006].

81 L’expression a la tica signifie ce qui est le propre du Costa Rica.

82 A. Goicochea Luna, Tauromaquia andina, pp. 52-53.

83 Comala est une ville d’environ 20.000 habitants, située dans l’État de Colima.

84 J.-P. Digard, Les Français et leurs animaux, p. 13.

85 Id., L’Homme et les animaux domestiques ; Id., « Les Européens du Sud-Ouest ».

86 Id., Les Français et leurs animaux, p. 51.

87 Id., « Les Européens du Sud-Ouest ».

88 Ibid.

89 É. Baratay, Et l’homme créa l’animal, pp. 269-275.

90 Cité par B. Bennassar dans Histoire de la tauromachie, p. 12. L’auteur fait référence à E. et J. -P. Fabaron, dans Toros nos 1267-1268, 22 décembre 1985. Également cité par B. Traimond dans Les fêtes du Taureau, p. 10, faisant référence à K. Thomas, Dans le jardin de la nature, p. 244.

91 P. Dupuy, Toros, nos 1667-1668, 20 décembre 2001, p. 25.

92 J.-P. Fabaron, Toros no 1661, 30 août 2001, p. 32, faisant référence à J. Garcin, « La petite histoire taurine de la ville d’Autan ».

93 Les buterri de la Maremme sont, à beaucoup d’égards, l’équivalent toscan des gardians de Camargue ou des campinos de l’Alentejo. Ils continuent de pratiquer leur métier notamment dans l’élevage de 4.000 ha (L’Azienda Regionale Agricola di Alberese) intégré au Parc naturel régional de la Maremme. La maremmana est une vache qui pèse entre 900 et 1.300 kg. Le trident camarguais et le pampilho portugais sont ici remplacés par l’ucino, une branche de noisetier d’un mètre cinquante dont l’extrémité est fourchue.

94 N. Vialles, Le sang et la chair.

95 É. Baratay, Et l’homme créa l’animal, p. 107.

96 Pour une approche philosophique des mouvements de « libération animale » voir L. Ferry, Le nouvel ordre écologique, chap. ii « La “libération animale” ou le droit des bêtes », pp. 57-86.

97 F. Wolff, « Qui est le taureau ? », p. 33 ; Id., Philosophie de la corrida.

98 S. Dalla-Bernardina, L’éloquence des bêtes, p. 132.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search