Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Remerciements

Texte intégral

1S’intéresser aux jeux taurins à l’échelle de leur extension géographique a nécessité des kilomètres d’aventure humaine pour rencontrer les autres, ceux qui en savent plus que moi, ceux qui en parlent mieux que moi, éparpillés du Sud-Ouest européen à l’Amérique. Je les remercie pour ce voyage qui s’achève avec ce livre.

2Ce livre commence dans le bureau de Jean-Robert Pitte, lorsque je décidai de partir en Espagne et qu’il me dissuada de travailler sur les objets géographiques qui n’existent pas, en l’occurrence : le magnifique fleuve qui ne traverse pas Madrid.

— À part ça, qu’est-ce qui vous intéresse en Espagne ?
— Les taureaux.
— Alors travaillez sur les taureaux et entourez-vous.

3Je ne m’imaginais pas alors à quel point j’allais m’intéresser à un sujet de géographie qui existait si peu et qui, de proche en proche, me fit depuis l’Espagne rejoindre l’Amérique, depuis la corrida, la grande famille des rodéos, et finalement traverser tant de lieux où s’affrontent des taureaux et des hommes. De la maîtrise jusqu’au doctorat, Jean-Robert Pitte n’a cessé de passer mes recherches au crible du bon sens scientifique : poser d’abord des questions simples, donner toujours des réponses claires et surtout éviter les jargons d’écoliers pour être lu de tous.

4M’entourer fut effectivement le meilleur des apprentissages qui me permet aujourd’hui de remercier ceux qui n’ont pas été surpris que je débarque chez eux, avec mon sac-à-dos et mes questions. Ne sachant pas alors qu’il deviendrait aussi un ami, la rencontre la plus décisive d’un point de vue scientifique fut celle de Frédéric Saumade, en 1999, dans son village du Cailar, en Camargue, tout étonné de savoir que l’on pouvait arriver en train jusque chez lui depuis la capitale. Un soutien de la première heure me fut également accordé par Pedro Romero de Solís, sans lequel je n’aurais jamais pu travailler à Séville et jamais compris jusqu’à quel point il était possible de marier la truculence d’un sourcil pointu et la curiosité scientifique. Parmi les soutiens de la première et de la dernière heure, je remercie également Araceli Guillaume-Alonso, pour ses conseils clairvoyants et ses lectures irremplaçables sur l’histoire de la corrida qui malheureusement fait encore l’objet d’étranges détournements. Je remercie également Luís Capucha et José María Sotomayor pour tout ce qu’ils m’ont apporté sur le Portugal et l’Espagne taurine, en m’ouvrant leur bibliothèque, leurs archives et finalement leur maison pour avoir le temps d’en apprendre le plus possible.

5Je souhaite ensuite remercier les géographes qui m’ont guidé dans mes réflexions ou qui m’ont apporté des informations utiles à mon propos : Michel Favory, habité d’une docte passion pour la tauromachie, Marilys Dauga pour tout ce qu’elle sait sur la course landaise, Jean-Pierre Augustin, Guy Di Méo, André Humbert, Sophie Lignon, Claire Guiu et Jean-René Trochet qui ont toujours fait preuve d’attention à l’égard de mon travail chaque fois que je les ai sollicités. Plus largement, je tiens à remercier le laboratoire « Espace, Nature et Culture » ainsi que toute l’équipe du laboratoire « Société, Environnement, Territoire » avec qui je travaille depuis déjà quelques années.

6Merci aussi à tous ceux qui m’ont encouragé et m’ont fait profiter de tout ce qui était en leur pouvoir pour m’éclairer : Annie Maïllis, Antoinette Molinié, Jean-François Jouneau, Jean-Michel Gouffrand, Jean-François Claverie, Bernard Traimond, François Zumbiehl, Francis Jauréguiberry, Dominique Fournier, Francis Wolff, Jean-Pierre Digard, Miguel Darrieumerlou, Jean-René Laval, José Carlos Arévalo, Bénédicte Langue, Jean-Marie, Odile, Marco, Marie-Anne, Cyril, Mathieu, David, Sophie, Thomas, Matthieu, Torrente. J’exprime également toute ma reconnaissance à ceux qui m’ont accompagné pendant mes enquêtes, parfois pour de longues heures, parfois pour quelques instants qui n’ont pas moins d’importance dans le rythme curieux du terrain : Alberto de Jesús en Espagne, Nuno Carvalho au Portugal, Bartolomé Puiggros Plana, Pablo Gómez de Barbieri, Claudio Sillero, Fanni Muñoz et Juan Ossio au Pérou, Janan, Hernán Tapia, Santiago Yepes, David Alemán en Équateur, Javier Arriola au Mexique. Merci aussi à ceux que je n’ai pas pu rencontrer physiquement, mais avec qui j’ai pu échanger par courrier, parfois sur plusieurs années : Raúl Gordon Blasini pour le Venezuela, Julián Parra Díaz pour la Colombie, Luis Ruiz Quiroz pour le Mexique. J’aimerais également remercier des nouveaux venus dans un parcours qui se prolonge depuis 2008 en Californie avec Frédéric Saumade grâce à l’obtention d’un programme de l’Agence nationale de la recherche qui m’a déjà permis de préciser des données plus anciennes travaillées dans le cadre de mon doctorat : Buck Carothers et sa famille, Rick et Linda, Liliana et Manuel Souza, Marcos Franco, Olga Nájera-Ramírez de l’université de UC Santa Cruz, Alex Saragoza et Nathan Sayre de l’université de Berkeley ainsi que Paul Starrs de l’université du Nevada.

7La Casa de Velázquez est un lieu dont on sort différent. Je tiens à remercier toutes les personnes qui la font exister et les directeurs de recherche Xavier Huetz de Lemps, Pierre Moret et Benoît Pellistrandi que j’ai connus à Madrid durant deux années qui n’offrent pas meilleur cadre de vie à l’approfondissement d’un travail : de la liberté dans des murs solides. Après plusieurs années hors de ce lieu, c’est encore la Casa de Velázquez et son actuel directeur Jean-Pierre Étienvre qui me font l’honneur de publier ce livre. Mes recherches voient ainsi le jour grâce au travail de Marie-Pierre Salès, de Blanca Naranjo et de Carlos Sánchez qui désormais connaissent peut-être cet ouvrage mieux que moi, tant il faut souligner l’art et le soin qu’ils ont apportés à en faire rien de moins précieux qu’un livre.

8Enfin, merci à toutes les personnes qui se sont impliquées dans la réalisation concrète et parfois ingrate de ce travail, allant des relectures fragmentaires au décryptage de formats de fichiers insolites : Monique Morales, Julien Félix, Elvire, Virginie Boilé, Damien Martin, Aurélien, Hervé et Marie-Pierre Mazeau.

9Bien sûr, merci à ma famille qui a eu la patience d’écouter les mêmes refrains si longtemps : mes parents, Nelly, Stéphane, Pascale, mes grands-parents qui n’ont vu qu’une partie du projet, ma grand-mère Amatxi qui m’a fait connaître les taureaux et ma Violaine, princesse de caste, qui pourrait apparaître à chaque étape de ces dix années de remerciements.

J.-B. M.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search