Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Préface

Jean-Robert Pitte

Texte intégral

1Plongeons d’abord dans la nuit des temps taurins, quitte à prendre à rebrousse-poil l’auteur de ce beau livre qui se méfie dans son préambule de toute linéarité historique. Pourtant, oui, nos ancêtres du Magdalénien étaient déjà saisis de crainte et d’admiration face à la majesté de l’aurochs mâle, au point de recouvrir de ses représentations les parois d’une salle de la grotte de Lascaux. Plus tard, une dizaine de millénaires avant notre ère, comme l’a naguère montré Jacques Cauvin, les civilisations mésolithiques du Proche-Orient commencèrent à rendre un culte à des figures de déesses-mères et de taureaux, principes de fécondité et de puissance de la vie. Dès lors, les hommes apprirent à dompter l’univers sauvage, tant végétal qu’animal. Ils comprirent qu’au lieu de se comporter en cueilleurs, chasseurs et pêcheurs, ils pouvaient maîtriser le processus de reproduction. De prédateurs fragiles, ils devinrent agriculteurs et éleveurs ingénieux, conscients de leur statut procréateur, comme des moyens d’assurer la pérennité de l’espèce humaine et son expansion sur terre. La révolution néolithique était en marche, fondée sur une révolution culturelle et non sur une réponse technique au changement du climat et à la nécessité démographique. C’est au moins de ces époques reculées que date la fascination de l’homme pour le taureau que l’on retrouve dans toutes les grandes civilisations méditerranéennes de l’Antiquité et aussi dans d’autres aires culturelles de la planète.

2Bien des siècles plus tard, alors que le christianisme semblait avoir balayé les cultes païens, la péninsule Ibérique, puis le Midi de la France, réinventent le singulier rituel du combat d’un homme avec un taureau. Qu’il n’y ait aucune continuité entre les croyances anciennes et les jeux modernes et contemporains, que ceux-ci aient peu de lien avec la religion, comme Jean-Baptiste Maudet tient beaucoup (trop ?) à le souligner, n’enlève rien à la proximité des significations et des expressions. Il n’existe aucune parenté directe entre les ziggourats mésopotamiennes, les pyramides d’Égypte, celles des Mayas et celle de Pei au Louvre. Pourtant, les formes et les significations sont proches, car il existe un patrimoine mental commun à toutes les civilisations. C’est là l’énigme de la condition humaine, de son histoire et de sa géographie.

3Pourquoi là ? Comment ces jeux taurins sont-ils devenus constitutifs d’une identité, d’une fierté, d’une aire culturelle ? Comment se répartissent-ils dans l’espace du Sud-Ouest européen avec d’innombrables variantes, ici décrites par le menu, mêlant dans des configurations diverses le cheval au taureau ? Comment s’est diffusé le phénomène outre-Atlantique ? Pourquoi survit-il envers et contre tout, malgré les clameurs des bien-pensants de l’Europe et de l’Amérique du Nord ? C’est à toutes ces questions que répond Jean-Baptiste Maudet dans l’essai le plus complet qui soit sur ce phénomène envisagé sous l’angle de la géographie, c’est-à-dire de la localisation et de la répartition. Il faut être aficionado pour y consacrer des années de recherche, mais il faut aussi conjuguer sa passion avec des méthodes scientifiques éprouvées, avec une vraie culture géographique et avec le désir de donner à comprendre. Toutes les sciences de l’Homme ont été sollicitées pour concourir à dégager les explications que demande la très fine cartographie intégrée à cet essai et qui en est même la base documentaire la plus originale. Il est fait appel à l’anthropologie, à l’histoire, à l’archéologie, à la psychologie, à la sociologie, à l’économie, au droit, aux sciences politiques, à la linguistique, etc. C’est là le signe d’une maturité qui se traduit aussi par la limpidité d’expression et l’intégration discrète au développement de la pensée de l’appareil théorique nécessaire. Avant de devenir un livre, ce fut une thèse, au vrai sens du terme. La gymnastique des échelles est l’un des talents du géographe. Elle est ici pratiquée avec bonheur et l’on passe constamment des villages aux quartiers urbains, aux villes, aux régions, aux pays, aux portions de continents, aux solidarités transatlantiques selon les besoins de la démonstration.

4Notre Europe est faite d’espaces culturels contigus et parfois emboîtés. La tauromachie dessine l’un d’entre eux, l’un des plus insolites qui soit dans un univers dominé par la technique. Elle prouve que l’humanité ne vit pas seulement de pain, dans une perspective purement matérialiste, et qu’elle a besoin de rêve. L’utile et le nécessaire ne se laissent pas si facilement enfermer dans des statistiques de production, de consommation et de disponibilités monétaires, ce qui est plutôt rassurant. Le sport, la poésie, la musique, le bon vin et l’amour sont biologiquement parlant inutiles ; ils n’en sont pas moins nécessaires à la survie de l’espèce humaine sur terre. Dans cette partie latine de l’Europe et de son miroir déformant américain, les jeux taurins expriment l’affirmation exacerbée de la virilité dans un univers affectif dominé par les femmes. Ils disent aussi la supériorité de l’homme sur la bête et sur tout ce qu’il est convenu d’appeler « nature », ce qui n’empêche pas une véritable admiration pour le taureau. Ce sont des constantes chez les riverains de la Méditerranée et, singulièrement, dans les sociétés de tradition catholique.

5La tauromachie concerne l’affrontement de l’homme avec toutes sortes de bovins. Souvent ce sont des vaches, plus légères que les mâles, mais dotées néanmoins de cornes et se livrant à des charges et des ruades qui ne sont pas sans risque. Lorsqu’il s’agit de taureaux, c’est une autre histoire. Cet animal est le plus puissant du cortège animal des sociétés d’éleveurs. Il est domestiqué, mais jamais débarrassé de ses pulsions violentes. Il est indispensable à la multiplication des vaches, pourvoyeuses de lait et de veaux, mais un seul individu par troupeau suffit. L’idée même d’élevage de taureaux est une folie du point de vue du projet et des besoins de l’élevage. Le Sud-Ouest européen et une partie du continent américain l’ont codifié et développé afin d’offrir les plus beaux spécimens possibles à l’admiration des foules. Là où la mise à mort se pratique, la chance de survie de l’animal face à l’épée du torero est faible, mais elle n’est pas nulle et c’est ce risque de transgression, de renversement de la norme qui donne toute sa grandeur au rite, dans un monde qui remplace chaque jour un peu plus l’art de vivre et de gouverner par le frileux principe de précaution.

6Lecteurs qui allez entrer dans la somme érudite, patiemment rassemblée et mise en forme élégante par Jean-Baptiste Maudet, quel que soit votre sentiment vis-à-vis de ces jeux qui dérangent parfois en dehors des régions où ils se déroulent, nul doute que vous en ressortirez plus riches, ayant mieux compris ce que représente la tauromachie pour ceux qui en ont besoin afin d’habiter pleinement leur territoire. Vous saurez aussi que la géographie a changé, qu’elle s’intéresse désormais à tout, porte un regard éclairant sur chaque réalité qui s’inscrit à la surface de la terre, y compris lorsqu’elle relève de l’immatériel et de la culture. L’amour des taureaux n’est pas la moins intrigante d’entre elles, lui qui enflamme les cœurs et qui exacerbe les sens jusqu’aux larmes qui se mêlent au sang de la bête et, parfois, de l’homme. Sans cette tension venue du tréfonds des cultures méditerranéennes, qu’elle possède ou non une fonction symbolique sacrificielle (laissons cette question pendante), l’Europe manquerait de ressort, de ce sentiment tragique de la vie hors duquel les peuples s’ennuient. Que des Allemands ou des Anglais assistent subjugués, tous les étés, aux fêtes et spectacles taurins d’Espagne, du Portugal ou de France, montre combien le Nord a besoin du Sud. Que le drapeau espagnol flotte sur bien des lieux tauromachiques d’Europe et d’Amérique montre que le souvenir des guerres européennes et coloniales a laissé enfin place à l’écoute et à l’estime. Que l’amour des taureaux contribue à la compréhension mutuelle est une belle et bonne chose.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search