Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Résumé

Texte intégral

1C’est à travers le concept d’épopée ibérique que le présent ouvrage aborde la poésie narrative à sujet historique et guerrier à la fin du xvie siècle en Espagne et au Portugal. En comparant les œuvres de deux poètes encore jamais rapprochés par la critique, le portugais Jerónimo Corte-Real et l’espagnol Alonso de Ercilla, œuvres publiées ou composées à des dates proches, il s’agit de lier deux corpus épiques qui ont toujours été étudiés séparément par les traditions philologiques portugaise et espagnole. Ercilla est l’auteur de La Araucana, un long poème en trois parties, publiées respectivement en 1569, 1578 et 1589. Corte-Real composa aux mêmes dates trois poèmes : le Second siège de Diu (ms. ca. 1569 ; ed. pr. 1574), la Victoire de Lépante (ms. 1575 ; ed. pr. 1578) et le Naufrage de Sépulvéda et Léonore (comp. ca. 1582-88 ; ed. pr. posth. 1594).

2À travers ces six publications, se met en place progressivement un patron générique singulier, porteur d’un discours critique éclairant sur les profonds changements territoriaux et politiques auxquels fut soumise la péninsule Ibérique à l’époque de la colonisation des continents américain et asiatique et à la veille de la réunion des couronnes espagnole et portugaise sous le règne de Philippe II. C’est l’articulation entre les langues, les histoires et les politiques espagnole et portugaise autour de la décennie de 1570 qui fait l’unité et la cohérence de ce corpus bilingue et bi-national. Le patron de narration héroïque qui résulte de ce dialogue intertextuel se révèle original au regard des trois grands modèles héroïques du canon épique forgé par la postérité pour l’épopée de la Renaissance en langue romane. Ercilla et Corte-Real se distinguent avec soin du poème chevaleresque à la manière du Roland furieux (1532), et ne suivent pas non plus le modèle néo-aristotélicien théorisé par les Italiens, et que Torquato Tasso illustra dans sa Jérusalem délivrée (1581). Tous deux prennent aussi position par rapport aux Lusiades de Luís de Camões (1572), poème portugais que sa récupération par l’Espagne de Philippe II éleva au rang d’épopée de la monarchie en même temps qu’il devenait l’incarnation de la grandeur portugaise.

3Le récit des guerres récentes, presque d’actualité, est sans aucun doute le point névralgique des propositions d’Ercilla et de Corte-Real. Le premier se fait le chantre de la rébellion des indiens Araucans, qu’il a vu de ses yeux, comme soldat, tenir en échec les armées espagnoles dans la conquête du Chili – les faits qu’il rapporte n’ont pas plus de vingt ans lorsqu’il publie son poème. Le second s’inspire lui aussi de faits récents de l’histoire coloniale (le siège de la forteresse de Diu en Inde ou le naufrage du galion Saint Jean au large des côtes africaines), voir de l’actualité (la bataille de Lépante qui venait d’opposer la chrétienté à l’Empire ottoman). Ce choix initial d’une matière historique récente informe l’écriture héroïque et détermine l’ethos des deux poètes. Tandis que ces derniers se mettent en scène en chroniqueurs, en compilateurs et même en témoins des faits rapportés (à la manière de poètes de l’épica de la pólvora), ils revêtent aussi leurs textes des marqueurs stylistiques et génériques de la chronique. C’est ce geste pluriel qu’explore la première partie de l’ouvrage. L’une des particularités de ce corpus est ainsi d’illustrer et d’alimenter la porosité entre les genres historique et poétique à l’époque moderne. Cette ambiguïté ou porosité générique est par ailleurs notable dans la façon dont chacun des auteurs construit sa propre figure : poète-peintre (Corte-Real) ou poète-témoin (Ercilla), chacune des postures utilise une légitimité venue d’un autre champ pour investir le poétique.

4Ces récits d’histoire récente se confrontent donc à une actualité des plus politique. La prise de position des poètes face aux problèmes profonds posés par les guerres coloniales ne relève pourtant pas du panégyrique ou de la propagande, comme on pourrait le penser. Ces signaux d’identification avec la politique de la monarchie, s’ils existent bien dans les textes, sont cependant brouillés par d’autres procédés qui composent une réflexion riche et complexe sur les situations guerrières. En ce sens, La Araucana, le Siège de Diu et la Victoire de Lépante mènent un travail caractéristique du genre épique en ce qu’ils cherchent à éclairer, selon plusieurs points de vue et sans résoudre toutes les contradictions, les difficultés militaires, politiques et éthiques posées par les guerres coloniales. Or, l’un des instruments essentiels de ce travail épique, tel que nous le décrivons ici, est l’imitatio multiplex pratiquée par les auteurs : l’imitation croisée des modèles antiques, en particulier de Lucain et de Virgile, permet d’explorer les liens entre guerre de conquête et guerre civile dans un contexte où la conquête doit déboucher sur une forme de concorde avec les populations locales. La deuxième partie de l’ouvrage s’attache à montrer non seulement que ces poèmes mènent chacun un travail épique qui les inscrit dans l’histoire du genre, mais que ce travail fonctionne aussi à l’échelle de l’ensemble du corpus ici réuni, à la manière d’une épopée dispersée.

5En plus de l’outil singulier que constitue l’imitation, les poèmes d’Ercilla et Corte-Real partagent aussi une série de motifs qui fondent l’identité poétique de ce patron narratif commun. Confrontés à la même interrogation – comment faire de l’histoire un récit épique ? – les deux poètes retiennent des motifs semblables qu’ils travaillent dans une relation d’émulation directe ou bien médiée par l’intertextualité avec Les Lusiades de Camões. La troisième partie de l’ouvrage explore cette relation d’émulation. Sur la plupart des points que nous explorons ici, Ercilla et Corte-Real résolvent différemment ces questions. Le premier choisit, comme Camões, de dessiner la voie de l’expansion impérial alors que le second retient, lui, la géographie menaçante de l’empire ennemi ; à l’inverse Corte-Real souligne la continuité entre la généalogie héroïque du royaume et celle des colonies, quand Ercilla, au contraire, passe sous silence l’histoire de la conquête du continent américain. En revanche, certains choix parallèles des deux auteurs fondent la singularité de ce patron épique : dans la construction de la fable, la combinaison d’une structure mythologique et d’une structure prophétique ; au plan éthique, la promotion inédite d’un héroïsme féminin comme seule issue à la dégradation du monde héroïque qui clôt l’œuvre des deux poètes.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540