Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Deuxième partie. L'état et la violence

Chapitre VIII. Des « incontrôlés » aux GAL : la « guerre sale » et le terrorisme d’État

Texte intégral

1La « guerre sale » contre le terrorisme ne peut être comprise sans la mettre en perspective avec l’ensemble du processus de mutation du système répressif. Violences policières dans le maintien de l’ordre public, bavures dans la persécution des criminels, tortures dans les commissariats et les casernes, dérapages dans la lutte antiterroriste et encouragements à la violence illicite contre les contestataires constituent les ingrédients d’une gestion étatique complexe. Otage de son passé dictatorial, pris sous le feu d’un terrorisme croissant, l’appareil d’État tend à recourir aux méthodes meurtrières du terrorisme pour lutter contre lui. Or, à l’origine de ces pratiques irrégulières, se trouve la connivence idéologique et opérationnelle entre l’extrême droite et l’appareil de sécurité de l’État. Peut-on affirmer qu’il existe dès lors un continuum interprétatif entre les violences des « incontrôlés » d’extrême droite et l’instauration du terrorisme d’État ?

I. — L’IMPUNITÉ DES GROUPES D’EXTRÊME DROITE

2« Guérilleros » de Cristo Rey, agitateurs du PENS, groupes de choc de FN ou de la Phalange servent les intérêts du régime et s’attaquent en toute impunité à la fin du franquisme aux étudiants, aux ouvriers, aux « rouges », aux librairies, aux spectacles avant-gardistes, etc. Au début de la transition, les chiffres spectaculaires de la violence perpétrée par ces groupes, qui arrivent en tête avec plus de 40 % des actions violentes des années 1976-1977, laissent supposer que leur impunité perdure. De plus, le nom d’« incontrôlés » qui leur est donné suggère à lui seul la liberté avec laquelle ils agissent. Pourtant, les dirigeants de la transition sont vite gênés par des ultras qui les débordent sur leur droite en s’élevant contre la réforme menée par Suárez qu’ils considèrent comme un « traître » à la cause nationale. Quelle est donc la position de l’État envers la violence radicale de droite ? L’impunité totale dont elle bénéficierait, aux dires des protestations réitérées de l’opposition, est-elle avérée et continue pendant la période ?

3Les quelques chiffres disponibles sur le nombre d’arrestations de membres de l’extrême droite sont à considérer avec précaution (graphique 25, p. 382). Des distorsions sont perceptibles même entre des données fournies à un an d’intervalle par la même source, le ministre de l’Intérieur Rosón, en direction des mêmes destinataires (les parlementaires) : erreur de frappe probablement pour 1978 (entre 224 et 234), mais écart notable pour 1980. Des disparités encore plus fortes sont décelables avec les chiffres bien inférieurs fournis par des documents du ministère de l’Intérieur, qui portent sur les détenus sous loi antiterroriste. Ces écarts sont partiellement à mettre sur le compte du recensement ou non des personnes relâchées par la police elle-même, maintenues en « rétention » moins de 72 heures sans que le juge en soit informé. Mais ils sont surtout dus aux types de délits comptabilisés : l’ensemble des délits politiques dans le cas des chiffres fournis par Rosón (altérations de l’ordre public au premier chef), les seuls délits de terrorisme dans le second cas.

GRAPHIQUE 25. — Les arrestations de membres de l’extrême droite pour terrorisme

GRAPHIQUE 25. — Les arrestations de membres de l’extrême droite pour terrorisme

SOURCES. Élaboration personnelle à partir des informations fournies par le ministre de l’Intérieur Rosón en avril 1981 (DSC, 159, IL, 9/4/1981, p. 9832) et en avril 1982 (F-4, BOCG, 27/4/1982, p. 266 en réponse à une question socialiste E-718-I, BOCG, 9/9/1981). Les documents du ministère de l’Intérieur utilisés sont : « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234 ; Unidad de Policía Judicial para delitos de terrorismo, « Aplicación del decreto-ley 30-6-78 y ley 4-12-78 sobre “bandas armadas” », Madrid, 1/6/1979, AGMI, Subsecretaría, 7239.

  • 1 Ces pourcentages sont calculés en incluant les données fournies par les bulletins d’information de (...)

4Reste que les chiffres présentés par Rosón sont numériquement importants, de 100 à 200 arrestations par an. Ils suggèrent que l’extrémisme de droite ne bénéficie pas d’une impunité totale. Pour autant sa persécution reste relative au regard du nombre d’actions violentes qu’il commet. En effet, d’après les bulletins d’information de la police du premier semestre 1977, 12 % des arrestations politiques de la période concernent des militants d’extrême droite. Or dans le même laps de temps, ces derniers sont à l’origine de 24 % des actions violentes perpétrées. À l’inverse, 87 % des arrestations politiques visent alors l’ensemble de la gauche, qui n’est à l’origine que de 21 % des faits violents1. La répression est donc totalement disproportionnée en 1977 : elle ne vise pas tant, rappelons-le, les auteurs de violence que les exclus du jeu politique. Vers la fin de la période, la discrimination semble se poursuivre. En effet, selon les chiffres fournis par Rosón, 9 % des individus détenus en vertu de la loi antiterroriste entre le 1er décembre 1979 et le 15 juin 1982 appartiennent à l’extrême droite, contre 43 % à l’ETA. Or pendant la même période, la première est à l’origine de 23 % des actions violentes et l’ETA de 49 % d’entre elles. L’impunité de l’extrême droite se poursuit donc et apparaît même plus importante en 1980-1982 qu’en 1977.

  • 2 Les chiffres exacts du taux d’éclaircissement des attentats de l’extrême droite sont les suivants  (...)

5Pourtant la courbe tracée par les arrestations pour terrorisme (graphique 25, chiffres du ministère de l’Intérieur), qui dessine un saut quantitatif important en 1979 jusqu’à l’apogée de 1981, en concordance avec l’évolution des actions contre-terroristes basques, suggère que l’impunité des groupes d’extrême droite diminue à partir de 1979. D’autres informations tendent également à montrer que la police est de plus en plus efficace dans la poursuite des terroristes radicaux de droite à mesure que la transition avance. En avril 1981, le ministre rapporte en effet le taux de succès de l’activité policière, évalué par le nombre d’enquêtes qui ont abouti à identifier les coupables. Un tel taux est particulièrement faible en 1977-1978, puisqu’il ne dépasse pas alors les 10 % du nombre total d’actions. Il connaît ensuite une nette progression en 1979 (55 %), en accord avec l’augmentation des arrestations sous loi antiterroriste, pour dépasser les 80 % en 19802.

6Les indicateurs de la répression tendent donc à se contredire : l’impunité des groupes d’extrême droite est-elle plus forte que le nombre d’arrestations ne le suggère ? Est-elle plus importante en 1981 qu’en 1977 ?

1976-1978 : UNE IMPUNITÉ TOTALE ?

  • 3 Diario de Barcelona, 25/11/1976.
  • 4 El País, 10/10/1976.
  • 5 Carrillo (PCE), DSC, 43, LC, 23/12/1977, p. 1614.

7La presse se fait de plus en plus l’écho, au cours de l’année 1976, de l’action des bandes ultras dont elle dénonce l’impunité. Le Diario de Barcelona par exemple, y consacre en novembre 1976 un éditorial au titre explicite : « En finir avec les incontrôlés ». L’article insiste sur l’ampleur des actions menées par « ces bandes parafascistes […] qui, avec une bienveillance généreuse, sont dénommées “incontrôlées” », avant de critiquer la passivité policière à leur égard et d’exiger une réaction ferme de la part des autorités3. Cette passivité est telle que, dans les situations les plus extrêmes, les citoyens en sont réduits à s’organiser en groupes d’autodéfense. C’est le cas à Saint-Sébastien, après l’attentat contre Araluce en octobre 1976 qui a déclenché une vague de violences menées par les bandes d’extrême droite dans le centre de la ville. Si les arrestations se multiplient dans les milieux nationalistes basques pour rechercher les auteurs de l’attentat, aucune interpellation ne vise les extrémistes. Pour pallier le défaut de sécurité étatique et protéger commerces et résidents, des piquets d’autodéfense s’organisent4. « Tout se passe comme si on désirait que ce soit aux partis démocratiques eux-mêmes d’organiser leur défense, pour créer une situation d’affrontement dans la rue entre les uns et les autres », s’inquiète le leader du Parti communiste5. Les chiffres d’une centaine d’arrestations annuelles annoncés par Rosón seraient-ils donc un leurre ?

a) Des arrestations au coup par coup

8Des rafles surviennent en effet dans les milieux ultras, mais au coup par coup, quand les autorités sont mises au pied du mur face à l’évidence des faits et la mobilisation de l’opinion publique, locale ou nationale.

  • 6 El País, 12-22/10/1976.
  • 7 Parmi eux une quinzaine d’étrangers — dont sept Argentins, à commencer par Jorge Cesarsky, réfugié (...)
  • 8 « Aucun des impliqués dans l’attentat de la rue Atocha n’est, ni n’a été, militant de notre mouvem (...)

9Ainsi toujours suite à l’attentat contre Araluce, des bandes d’ultras attaquent les habitants du village basque de Durango en pleine fête populaire, à coup de matraques, de chaînes et d’armes à feu, laissant dans leur sillage huit blessés. La corporation municipale, soutenue par une dizaine de mairies voisines, menace de démissionner si les incidents ne sont pas éclaircis, tandis que la commission des fêtes de la localité mène sa propre enquête pour parvenir à faire inculper les responsables. L’importance de la mobilisation civique contraint alors les autorités à procéder à l’interpellation des jeunes extrémistes6. Au niveau national, l’exemple le plus éclatant est celui des assassinats de la « Semaine noire » de janvier 1977 qui provoquent une telle commotion publique que la police se doit de démasquer les coupables. Une trentaine d’individus sont interpellés pour la mort de Ruiz7 et les six auteurs directs du massacre d’Atocha finissent par être arrêtés et poursuivis par la justice. Les 50 arrestations comptabilisées dans les bulletins d’information de la police pour le premier semestre 1977 correspondent presque toutes à cette vague d’interpellations. Mais moins d’une dizaine est mise à la disposition de la justice et incarcérée, le reste ne dépassant pas le stade d’un bref séjour au commissariat. De plus, ni les organisations d’extrême droite impliquées, ni leurs leaders ne sont inquiétés : Mariano Sánchez Covisa, le chef des GCR, interpellé, est relâché immédiatement avec d’autres militants de FN. Piñar se contente pour sa part de faire une déclaration auprès de la DGS, démentant toute implication de son parti8. Tant les GCR que FN, une fois la crise passée, peuvent donc poursuivre sans plus de contrainte les actions violentes illicites auxquelles ils ont coutume de se livrer.

  • 9 Entretien, 2006.
  • 10 Document cité dans J. Delgado, Los grises, pp. 308-311.
  • 11 DSC, 133, LC, 8/11/1978, p. 5287.

10Globalement, la répression des activistes d’extrême droite n’est pas inscrite au calendrier gouvernemental. Les instructions de Martín Villa de 1976 et 1977 n’y font pas la moindre allusion. Interrogé sur cette absence de volonté politique, Martín Villa m’a pourtant rétorqué avec véhémence — « ça, je vous le refuse tout net […]. Il reste beaucoup à découvrir sur l’ETA, mais les crimes de l’extrême droite, on les a tous éclaircis »9 — en brandissant à l’appui les exemples connus, tels celui du massacre d’Atocha. Dès décembre 1977, il affirmait au Congrès que les forces de l’ordre obtenaient de « meilleurs résultats dans ce qui a été qualifié de “terrorisme blanc” que dans ce qu’on pourrait appeler le “terrorisme rouge” ». Néanmoins tout est question d’affichage politique, comme le révèle un document du Commissariat général au renseignement adressé au chef de la police de Barcelone, le 7 novembre 1977. Son objectif est de fournir des instructions pour éviter que les groupes d’extrême droite ne tournent les autorités en ridicule, comme dans le cas de l’attentat contre la revue El Papus un mois auparavant. Pour ce faire, il est recommandé d’arrêter, suivant un rythme mesuré, des personnages clefs et connus de l’extrême droite locale, tel Alberto Royuela, pour qu’ils apparaissent neutralisés « aux yeux de l’opinion publique »10. Des arrestations ciblées au moment opportun sont donc nécessaires comme gage de la crédibilité démocratique du gouvernement, sans pour autant témoigner d’une volonté réelle de mettre fin à la violence ultra. Le même Martín Villa laisse échapper une omission révélatrice de ce peu de cas accordé aux actions violentes de l’extrême droite quand, en novembre 1978, dans sa description de la violence politique régnante dans le pays, il n’inclut que deux types de terrorisme, le « révolutionnaire » et l’« indépendantiste », omettant de mentionner l’extrême droite11.

b) Contrôler les débordements sans les combattre frontalement

11Des mesures sont néanmoins adoptées pour contenir de façon détournée les débordements ultras afin d’empêcher les partisans du « bunker » de renverser le processus de démocratisation.

  • 12 Le règlement de licences en vigueur date du 27 décembre 1944. Il prévoit notamment que des armes p (...)
  • 13 El País, 25/11/1976.

12L’une de ces mesures consiste à mieux contrôler la circulation des armes à feu. En effet nombreux sont les individus susceptibles d’être en leur possession : militaires et civils ayant fait la guerre de 1936-1939 dans des unités de l’armée ou dans les milices, membres de la Garde de Franco et autres associations liées au Mouvement national, gardes forestiers ou ruraux choisis parmi les anciens combattants ou les militants du Mouvement, ou tout simplement des individus engagés activement aux côtés du régime, comme les membres de la Phalange12. Suite aux incidents provoqués par les groupes extrémistes lors du premier anniversaire de la mort de Franco en novembre 1976, un processus de révision et de rétention des licences d’armes est entrepris. La police retire alors la licence de tir et la carabine en possession de Jorge Mota, président du groupe néo-nazi CEDADE, et procède de même avec Sánchez Covisa13. En janvier 1977, après les incidents de la « Semaine noire », le gouvernement annonce vouloir confisquer les armes détenues sans licence, sans pour autant procéder aux vérifications qu’une telle décision suppose.

  • 14 Dans les archives du Gouvernement civil de Madrid, existent des dossiers sur FN, Frente de la Juve (...)

13En second lieu, les autorités veillent à contrôler les activités des « incontrôlés » tout en ne s’y attaquant pas frontalement. Leurs organisations possèdent elles aussi des dossiers à la DGS, leurs militants sont fichés, de même que sont particulièrement surveillés les grands rassemblements de foule susceptibles de débordements, comme le 20-N14. Il ne s’agit pas de les combattre mais simplement de les contenir. Un exemple, le 20-N 1976, est révélateur de cette pratique. Le rassemblement prévu Plaza de Oriente mobilise un nombre important de moyens — plus de 6 000 policiers et un hélicoptère — et fait l’objet de mesures de sécurité sévères puisqu’il n’est autorisé que pendant 20 minutes, délai au-delà duquel les policiers ont reçu l’ordre de disperser la foule. Quelques arrestations préventives précèdent la manifestation, comme celle de quatre jeunes soupçonnés d’avoir attaqué les clients du café Gijón. La concentration se déroule dans le calme, mais un groupe d’environ 300 personnes, à l’encontre des consignes prévues, poursuit la manifestation dans les rues du centre de la capitale. Ils s’arrêtent devant le siège de la DGS, Puerta del Sol, réclament que le drapeau soit mis en berne et obtiennent satisfaction. Ils continuent, chantent Cara al Sol devant les Cortès, brûlent des exemplaires du quotidien Diario 16 dans une camionnette dont ils croisent la route, clament des insultes à l’encontre de Suárez devant le palais de la Présidence sur la Castellana — « Suárez, démissionne, le peuple ne te reconnaît pas ! », « Non aux traîtres ! ». À aucun moment les forces de l’ordre, qui surveillent les manifestants, n’interviennent. Une telle tactique de la contention par la surveillance politique et policière, assortie d’une répression ponctuelle quand les circonstances politiques l’exigent, se poursuit bien au-delà des premières élections législatives et même, de l’approbation de la Constitution.

  • 15 Orden de 8 de junio de 1978, por la que se regula la asistencia a reuniones y manifestaciones.
  • 16 CE, art. 22.5°.
  • 17 Real decreto 2749/1978, de 24 de noviembre, sobre utilización de la bandera nacional. Une loi repr (...)
  • 18 AGA, GCM, 111/362 « 20-N 1978 », nota del Gobierno Civil, 9444, 23/11/1978.
  • 19 AGA, GCM, 111/363 « 20-N 1979 », nota del Gobierno Civil, 9295, 16/11/1979. Les partis protégés so (...)
  • 20 El País, 10/6/1978.
  • 21 El País, 9/3, 8/4, 23-26/5, 16/9/1978.

14Un pas en avant est cependant franchi en 1978 avec l’interdiction de l’usage des uniformes paramilitaires et du port d’armes dans les concentrations publiques15, des associations de caractère paramilitaire16 et de l’usage partisan du drapeau national17. Le rassemblement du 20-N 1978 se solde ainsi par une centaine d’amendes qui sanctionnent des incidents « de nature idéologique », comme le port d’uniformes paramilitaires par les carlistes de la Communion traditionaliste, pour une somme totale de 3,1 millions de pesetas18. Les arrestations tendent à croître également puisque de 4 individus mis à la disposition du juge en 1978, on passe à 25 l’année suivante, condamnés à des amendes de 10 000 pesetas chacun. En outre, le gouverneur civil de Madrid organise pour le 20-N 1979 un service de protection policière des partis politiques et des centrales syndicales19 et envoie 200 policiers patrouiller dans le quartier de Salamanca, foyer de l’activisme d’extrême droite dans la capitale20. De même les incidents commis par les « incontrôlés » de façon presque systématique à l’occasion des meetings de FN sont sanctionnés conformément aux nouvelles réglementations : le 5 mars 1978, les activistes sont contraints de payer 100 000 pesetas d’amende à Ceuta, en avril la commémoration de la Victoire donne lieu à une quarantaine d’interpellations, en mai c’est plus de 13 millions de pesetas d’amendes que le Conseil général basque impose aux militants de FN pour possession d’armes, en septembre plusieurs personnes sont interpellées après un meeting à Arcos de la Frontera (Cadix), etc.21.

  • 22 Interpellation du PSC, BOCG, D-169-I, 25/10/1979, traitée en séance plénière, DSC, 44, IL, 15/11/1 (...)

15Mais ces sanctions restent plus symboliques qu’efficaces : elles se réduisent à des amendes d’un montant relativement peu élevé (à de rares exceptions près) et à quelques interpellations qui se limitent généralement à une simple déclaration au poste de police. Elles n’empêchent pas aux meetings de FN de continuer à se dérouler sous le signe des violences, dénoncées sans relâche par les partis de l’opposition jusqu’à la fin de la transition. Ces nouvelles normes suscitent aussi des contestations suggestives. Ainsi un député socialiste catalan, Guerra Fontana, rapporte le cas d’une manifestation de FE de las JONS organisée à Santa Coloma de Gramenet pour protester contre le retrait des monuments aux morts érigés en l’honneur des vainqueurs de la guerre, en octobre 1979. La manifestation est autorisée, malgré l’avis défavorable de la mairie qui craint que ne s’y produisent de « grands désordres » de la part de provocateurs armés. De fait les incidents prédits ont bien lieu, des armes sont signalées (matraques, couteaux, pistolets) de même que des tenues paramilitaires bleues de la Phalange et deux personnes sont blessées par balles, dont l’une grièvement. Néanmoins pour le ministre de l’Intérieur il ne s’agit pas d’uniformes paramilitaires mais de chemises bleues, d’emblèmes et de drapeaux de la Phalange. Pourtant, avoir une même chemise, un même pantalon, un même type de harnais et les mêmes insignes, n’est-ce pas porter un uniforme paramilitaire, insiste Guerra Fontana ? Cette polémique presque risible témoigne de la tolérance persistante du gouvernement à l’égard des organisations radicales de droite. Tolérance qui s’accompagne d’une attitude « passive » voire complaisante des policiers, comme le dénonce le député catalan dans le cas qui l’occupe, reportage photographique à l’appui22. La police, présente, surveille les agissements et n’intervient qu’en cas de tumultes graves, c’est-à-dire souvent a posteriori.

c) La complaisance policière et judiciaire

  • 23 Emilio Rodríguez Román, El País, 16/10/1976.

16Les pages qui précèdent ont déjà permis de cerner la nature des forces de l’ordre : il n’est pas besoin d’insister sur leur forte idéologisation à la sortie du franquisme. Défense d’un régime partisan, idéal de la victoire, mentalités conservatrices et autoritaires imprègnent des corps militaires dont la fonction était d’éliminer toute forme de dissidence politique. En l’absence de consignes contraires explicites et d’effort de formation, la tendance naturelle des forces de police consiste donc à prolonger ces principes après la mort de Franco et à protéger l’ordre établi, notamment en fermant les yeux sur les actions violentes des groupes extrémistes qui partagent avec eux cet objectif bien qu’avec des méthodes illicites. La recommandation du directeur général de la Sûreté à l’automne 1976, adressée aux forces de police, selon laquelle « la police ne peut pas être au service de groupes ou de personnalités qui nous sont sympathiques » et doit « s’adapter aux nouvelles exigences du temps »23, révèle a contrario la teneur du comportement habituel des agents.

  • 24 « Informe que emite el Coronel jefe de la primera circunscripción de las Fuerzas de Policía Armada (...)
  • 25 Lettre du commissaire de police de Buenavista au Jefe Superior de Policía de Madrid (AGA, GCM, 111 (...)

17Les archives du Gouvernement civil de Madrid constituent un bon échantillon de cette complicité. Par exemple, le dossier établi sur la commémoration du coup d’État le 18 juillet 1978 comprend un rapport du colonel en chef de la Police armée sur les événements de la journée. Le document minimise considérablement les incidents liés aux défilés de voitures et de militants de FN. L’officier signale qu’à aucun moment la circulation n’a été altérée ni ne s’est formée la moindre manifestation illicite. Il en déduit que leurs responsables ne sauraient être sanctionnés ni arrêtés d’autant que, précise-t-il, les militants ont acclamé les forces de police par des vivats24. Une lettre d’un commissaire de police de quartier de la capitale, adressée à la Préfecture de police à propos des mêmes incidents, justifie pour sa part l’intervention d’un policier armé pour interrompre une parade de voitures, intervention pourtant légitime au vu de l’infraction. Car, conclut le commissaire après avoir raconté les faits, « comme vous le savez, il existe une passivité de la part des forces de la Police armée quand il s’agit d’intervenir contre des organisations extraparlementaires d’extrême droite »25.

  • 26 DSC, 43, LC, 23/12/1977, pp. 1601-1602 et DSC, 97, Comisión de encuesta sobre los sucesos de Málag (...)

18Une telle connivence idéologique ne concerne pas seulement les forces de l’ordre, mais des pans entiers de l’appareil d’État encore entre les mains des cadres du Mouvement national. Les incidents de Málaga en décembre 1977, qui font suite à la mort d’un manifestant, en sont un exemple parmi tant d’autres. La commission d’enquête met au jour l’impunité totale dont jouissent dans la province les membres — « fascistes, ouvertement fascistes » selon un député communiste — du FAE. Ils sont protégés par les élites de la région, dignes représentantes du « bunker », à commencer par le président de la Diputación, Francisco Cabeza, qui n’hésite pas à se montrer en compagnie du drapeau de ce groupe néo-nazi. Les nombreuses exactions commises n’obtiennent ainsi jamais réparation, malgré la notoriété publique de leurs auteurs26.

  • 27 Par exemple la sentence du Tribunal suprême du 17 mars 1980, confirme la sentence condamnatoire de (...)
  • 28 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/08921-42/08923 « Carlistas ».
  • 29 El País, 22/4/1978.
  • 30 El País, 25/4/1979 (l’éditorial est intitulé « Les vacances d’un criminel »), 26/4/1979, 4-5/5/197 (...)

19L’institution judiciaire n’est pas en reste. En effet si certains extrémistes sont condamnés dès 1978 par l’Audience nationale pour des faits dont ils sont reconnus coupables27, d’autres échappent à la justice grâce à la complaisance réitérée de certains magistrats. Le juge Gómez Chaparro, de l’Audience nationale, est de ceux-là : en janvier 1977, c’est lui qui libère sous caution deux des inculpés dans l’affaire Montejurra, Marín Verde et Márquez de Prado, bras droit de Sixto de Bourbon-Parme. Il rejette ensuite les appels déposés par l’accusation contre cette libération sous caution, estimant qu’il s’agit de deux personnes « excellentes » à la grande « honorabilité et bonté personnelles », bien qu’accusées de la mort de deux civils28. En 1978, c’est encore lui qui clôture immédiatement l’enquête sur la mort d’Arturo Ruiz quand le dossier passe du Tribunal d’instruction de Madrid à sa juridiction, dossier qui pointait l’implication de FN à travers Fernández Guaza, assassin matériel présumé enfui en France29. En 1979, c’est de nouveau le juge Gómez Chaparro qui met en liberté les inculpés pour l’assaut de la faculté de Droit de la Complutense en janvier. Enfin, c’est encore lui qui permet l’évasion de l’un des assassins des avocats d’Atocha, Fernando Lerdo de Tejada, en lui octroyant une permission de sortie pour profiter des vacances de Pâques, en avril 1979. Le scandale est de taille malgré les efforts du gouvernement pour étouffer l’affaire, mais le magistrat, écarté du dossier Atocha, n’est finalement pas sanctionné30. Le cas de Gómez Chaparro est significatif de la connivence idéologique de secteurs importants de l’appareil d’État avec les radicaux de droite, facteur décisif de l’impunité dont ils jouissent.

1979-1982 : UNE RÉPRESSION GRANDISSANTE

20Ce n’est que progressivement, face à la croissance des attentats meurtriers dont l’apogée se situe en 1980, avec plus de 25 morts, et face à la pression grandissante de l’opposition, que le gouvernement, jusque-là plutôt indifférent si ce n’est complaisant, est amené à se prononcer et à agir plus clairement à l’encontre de l’impunité des bandes extrémistes.

a) Une impunité intolérable en démocratie

21L’espace parlementaire se transforme peu à peu en lieu de dénonciation de la passivité des autorités face aux agissements des extrémistes de droite. D’une seule interpellation en 1978 sur la violence ultra, on passe à 6 en 1979, puis à 15 en 1980 et à 14 en 1981.

  • 31 Pour le député socialiste, « il existe des passivités dans le meilleur des cas et des complicités (...)
  • 32 Une explosion le 19 janvier dans le bar Aldana, à Baracaldo, fait 4 morts et 10 blessés ; le 2 fév (...)
  • 33 DSC, 71, IL, 6/3/1980, pp. 4712-4715.

22Le débat sur l’ordre public qui agite le Congrès des députés en mai 1979 et qui fait suite à l’assaut très médiatisé de la faculté de Droit en janvier et à l’assassinat d’un militant communiste en avril, fait pour la première fois une place à l’extrême droite. Le PSOE y ajoute sa voix à celle du PCE pour dénoncer l’existence d’un « terrorisme fasciste », dont il établit « la liste sinistre » des exactions. Dénonciation qui s’accompagne d’une exigence de responsabilités au sein des organisations d’extrême droite — « authentiques écoles du crime » pour Sánchez Montero — et d’un soupçon persistant sur la complicité des forces de l’ordre31. Blas Piñar, qui se défend de l’accusation de fasciste, se fait même siffler à la Chambre, chose rarissime à cette époque. Mais il faut encore attendre un an pour qu’un véritable débat parlementaire soit consacré à ce type de terrorisme, suite à la conjonction de violences sans précédent perpétrées par le BVE et les bandes « incontrôlées » qui ont provoqué, en janvier-février 1980, 7 morts32. Le nationaliste canarien Sagaseta se réjouit de la « prise de conscience » généralisée qui se produit alors parmi les parlementaires : « ce qui paraissait être l’inquiétude de minorités résulte être de jour en jour une inquiétude collective très sérieuse […]. La conscience collective est même reprise par certains secteurs du gouvernement qui ne paraissaient pas avoir conscience de la gravité énorme des conduites » évoquées où apparaissent impliqués des membres des forces de police. « Ces attentats, poursuit-il, qui pendant longtemps sont resté occultes ou semi-occultes sont officiellement dans la rue »33.

  • 34 Alcaraz Masats (PCE), DSC, 16, Comisión de Interior, IL, 26/3/1980.
  • 35 Jesús García et Alfredo Ramos Vázquez, tués en janvier 1980.
  • 36 Audience nationale, sentence du 17/11/1981. Pour un résumé de l’affaire, voir El País, 18/12/1980, (...)

23Le problème de l’extrême droite est désormais intégré aux débats parlementaires sur l’ordre public et avec lui, la question conjointe de son impunité. L’opposition rapporte de façon récurrente des cas de passivité policière flagrante face aux agissements des bandes d’extrême droite, révélant du même coup leur persistance jusqu’à la fin de la période et dénonçant sans relâche l’indifférence gouvernementale à leur égard. Ainsi en 1980, un député communiste dénonce la situation de violence latente qui étouffe certaines zones rurales de l’Andalousie. Dans la province de Jaén, des défilés spontanés d’individus extrémistes terrorisent les habitants des villages, contraints par exemple de chanter Cara al Sol. Là, devant la « permissivité claire [des autorités] face à l’extrême droite », règne la « loi du silence » imposée par la peur : le député se demande si, pour rompre ce « climat de pression sociale », il ne faudrait pas afficher aux yeux de tous les noms de ces « fachos » incontrôlés34. L’affichage public de l’identité des activistes, connue des villageois et a fortiori des autorités locales, pratique pour le moins douteuse en démocratie, apparaît comme la seule façon de contraindre les autorités face à la discrimination dont elles font preuve et de pallier leur incompétence. C’est finalement ce qu’ose faire la revue provocatrice Interviú en publiant, fin 1979 - début 1980, un reportage réalisé par Xavier Vinader. Le reportage est fondé sur des informations obtenues par un ancien policier sur des extrémistes ultras impliqués dans des actions terroristes contre l’ETA. Il se présente sous la forme d’interviews, avec les photos et les noms des personnes mentionnées. Or quelques semaines plus tard, deux des individus cités sont assassinés par l’ETA35, tandis que les autres personnes signalées fuient le Pays basque de peur de représailles. FN accuse la revue Interviú d’être responsable de ces assassinats, celle-ci porte plainte en retour pour diffamation. Une longue épreuve judiciaire s’en suit, qui se solde par la condamnation du journaliste à sept ans de prison ferme, la maison d’édition « Ediciones Z » étant condamnée pour sa part à indemniser les familles des victimes à hauteur de 10 millions de pesetas, pour délit d’« imprudence téméraire professionnelle »36. Au-delà de l’ampleur prise par les répercussions judiciaires de l’affaire, celle-ci montre à quel point pèsent le silence et la complaisance qui entourent les agissements meurtriers de l’extrême droite. La sensation d’impunité est telle que la tentation d’exhiber les coupables sur la place publique, voire de faire justice soi-même s’empare de certains secteurs, jusqu’à conduire au passage à l’acte vengeur.

  • 37 Rojas Marcos (Grupo Andalucista), DSC, 57, IL, 20/12/1979, pp. 3904-3906.

24L’exigence de justice est en effet grandissante. En décembre 1979, un député nationaliste andalou relate les incidents qui se sont produits à Séville, à la fin d’une manifestation qui s’est déroulée pacifiquement, à tel point que les participants ont applaudi le comportement des forces de l’ordre. Mais est alors survenue une « attaque physique, violente » d’agitateurs d’extrême droite contre la foule. Les forces de l’ordre, au lieu de défendre les citoyens agressés, ont préféré protéger les sièges des partis d’extrême droite proches du lieu de la dispersion : ce n’est qu’une demi-heure plus tard qu’elles sont intervenues. Pour le député, « l’extrême droite campe, partout, en toute impunité, des incitations verbales aux actes de sang »37. L’incident décrit ici a un air de déjà-vu : il n’est que l’un des centaines de ce type qui se sont produits depuis 1975 et que la presse rapporte régulièrement. D’une grande banalité, il prend cependant, quatre ans après la mort de Franco, un relief particulier qui pousse un représentant du peuple à le relater au Parlement.

25C’est que la situation politique a profondément changé entre 1976 et 1979, l’Espagne est désormais entrée dans l’ère de la démocratie. Et ce qui était toléré en 1976 ne l’est plus trois ans plus tard. Aux débuts de la transition, la violence ultra était facilement imputable à l’effervescence chaotique qui s’était emparée de tout le pays et à la résistance, somme toute prévisible, des défenseurs du franquisme. La complaisance policière était elle aussi aisément comprise tant que la mission des forces de l’ordre n’avait pas été redéfinie. Mais quatre ans après la mort de Franco, que des bandes « incontrôlées » puissent continuer à agir en toute impunité apparaît de plus en plus intolérable à l’opposition démocratique qui exige du gouvernement qu’il y mette un terme définitif. La passivité gouvernementale, qui pouvait passer pour de la prudence politique — ménager le « bunker » pour éviter de provoquer une réaction violente des militaires — devient, en 1980, une stratégie délibérée qui mine la crédibilité de la jeune démocratie. Tout comme la torture est contraire au respect des droits de l’homme inscrits dans la Constitution, la complaisance policière envers un groupe politique déterminé vient heurter de front les principes démocratiques d’équité et d’exclusion de la violence de l’espace public. En outre, le « désenchantement » qui envahit l’opinion publique après l’euphorie de l’avènement démocratique s’accompagne d’un climat de méfiance envers les nouvelles institutions. La démocratie, non encore consolidée, doit faire ses preuves : il est alors d’autant plus nécessaire de mettre fin à des comportements hérités de la dictature qui viennent ronger la crédibilité du nouveau régime.

  • 38 Question du PSOE, BOCG, E-718-I, 9/9/1981.

26En ce sens, le coup d’État du 23-F marque une étape essentielle. Il confirme en effet — et révèle pour certains — l’écho reçu par la stratégie de la tension prônée par les milieux ultras. Discours d’apologie de la violence, appels réitérés à une réaction conservatrice, occupation paramilitaire de l’espace public, actions violentes incessantes ont contribué à exacerber la tentation putschiste des plus rétifs à la démocratisation. Après le 23-F, le moindre incident provoqué par l’extrême droite devient un sujet d’inquiétude, accusé d’entretenir la flamme putschiste. Pour un député socialiste « il n’est pas possible [en juin 1981] que dans la rue Princesa, en plein centre de Madrid, à 20 h 30, il se produise une parade de voitures sans que les services de police ne s’en rendent compte. Cela donne des arguments aux nombreuses spéculations qui ne contribuent en rien au prestige des institutions démocratiques »38. Plus que les actions violentes en elles-mêmes, c’est donc l’effet qu’elles provoquent sur la population et l’image qu’elles donnent de la nature du gouvernement qui importent. La pression de l’opposition s’accroît fortement et des faits qui passaient plus ou moins inaperçus auparavant, intégrés à la banalité du quotidien, sont désormais érigés en scandale politique.

  • 39 Pas moins de cinq questions sont déposées au Congrès et l’opposition réclame des sanctions pénales (...)
  • 40 Question du PSOE, BOCG, E-718-I, 9/9/1981. Voir par exemple aussi la question posée par Acosta Cub (...)
  • 41 « Notre expérience nous indique que, quand nous interpellons le gouvernement sur quelque violence (...)

27Les exemples abondent. Parmi eux, les incidents traditionnels liés à la commémoration du 20-N qui provoquent, pour la première fois en 1981, un tollé politique39 alors que la teneur des actions signalées n’a rien d’exceptionnel : parades en uniforme de la Phalange ou de FN, chant d’hymnes de la Phalange ou de la Légion, utilisation partisane du drapeau national, intimidations des piétons voire agressions, le tout agrémenté des nouveaux slogans de soutien aux putschistes du 23-F, Tejero en tête. Les socialistes brandissent même l’hypothèse d’une « recrudescence des agressions d’extrême droite », d’une « prolifération des agressions sur la voie publique qui devient habituelle » dans certains quartiers de la capitale40, alors que nos propres statistiques témoignent du contraire. Ils semblent également découvrir les ingrédients de la politique gouvernementale pourtant présents depuis l’époque Martín Villa, dénoncés désormais pour leur inefficacité : affichage politique, arrestations au coup par coup, absence de stratégie globale, sensation d’impunité41. Face à cette pression politique croissante, face au seuil d’intolérance grandissant de la population aux violences ultras, le gouvernement centriste est contraint d’apporter des réponses.

b) Le tournant affiché par Rosón (1980-1982)

28Il faut attendre l’arrivée de Rosón à la tête du ministère de l’Intérieur, en 1980, pour noter l’amorce d’un changement dans la gestion de la violence ultra.

  • 42 DSC, 63, IL, 14/2/1980, pp. 4231-4237.
  • 43 Ibid.

29Jusque-là, le gouvernement se cachait derrière une posture systématique de négation et de silence. L’UCD n’était même pas disposée à reconnaître l’existence problématique de ce type de terrorisme, dont elle ne fait pas mention dans les débats sur l’ordre public de mai ou d’octobre 1979. Pour la première fois en février 1980, Ibáñez Freire inclut les « activistes terroristes d’extrême droite » dans son état des lieux de la violence. Il fournit aussi une liste des membres de l’extrême droite arrêtés par la police depuis janvier 197942. Rosón prend ensuite l’habitude d’établir la liste des arrestations des activistes d’extrême droite puis, à partir d’avril 1981, d’inclure les chiffres de la violence ultra dans le panorama global de la violence politique. Les informations tendent à être plus transparentes et à mettre en cause les organisations politiques connues et légales. Si Rosón interprète toujours les crimes du printemps 1980 à Madrid comme des actions individuelles incontrôlées, « impulsées par des états d’émotion et de passion politique, sans préparation ni réflexion », il établit clairement l’existence de connexions avec Fuerza Joven et FE de las JONS43.

  • 44 Rosón, DSC, 92, IL, 21/5/1980, pp. 6037-6040.
  • 45 Rosón, DSC, 71, IL, 6/3/1980, pp. 4712-4721 et DSC, 16, Comisión de Interior, IL, 26/3/1980. Le co (...)
  • 46 Voir l’interpellation du PSOE, BOCG, D-562-I, 5/2/1981, et la question du PCE, BOCG, E-538-I, 10/2 (...)
  • 47 El País, 9, 20, 23, 27/1/1981.

30De fait, le gouvernement affiche un discours de plus en plus ferme à l’encontre des groupes d’extrême droite. En mai 1980, le ministre de l’Intérieur expose pour la première fois un plan de lutte antiterroriste qui inclut le terrorisme d’extrême droite. Application des normes sur l’utilisation partisane ou sectaire du drapeau national et punition des outrages et offenses à son égard ; lutte contre le découpage du territoire en zones que s’approprient certains partis ; fermeté envers ceux qui « s’approprient et instrumentalisent la mort de ceux qui tombent pour défendre la société et à son service car ils sont […] les morts de tous » ; intolérance contre « toute sorte de complaisance envers la violence, en particulier celle provoquée par certains partis qui détournent notre jeunesse vers une agressivité systématique ou les incitent à l’affrontement entre groupes ou contre tout autre groupe social » ; poursuite enfin des « attaques aux institutions, injures contre les autorités et incitations anticonstitutionnelles » qui ne vont pas rester impunies44 ; tels sont les axes de la stratégie gouvernementale. Discours sans aucun doute encourageant, motivé par la série d’assassinats madrilènes du printemps. Sur le plan opérationnel il se traduit par la création dans la capitale de « groupes spécialisés strictement et spécifiquement consacrés » à la sécurité des fameuses « zones nationales » dénoncées par l’opposition, sous les ordres du commissaire Merino de la Hoz, un démocrate reconnu et membre actif du syndicat de la Police45. De même à Valladolid, un groupe de fonctionnaires de police progressistes est mandaté par le ministère pour enquêter sur les connivences entre la police locale et les ultras, suite au fort mouvement de protestation qui s’est élevé, début 1981, contre la passivité des autorités face aux nombreuses exactions de l’extrême droite qui, depuis 1978, sont à l’origine d’une « véritable psychose de peur » dans la province46. Un nouveau chef de la BRIS (l’ex-BPS) est nommé et plusieurs agents du Corps supérieur de police (13) sont appelés en renfort47. De fait, des dizaines d’ultras sont interpellés les jours qui suivent, tous liés à FN, et les attentats connaissent une chute spectaculaire en 1981 pour disparaître avant la fin de l’année, prouvant par là-même que le manque de volonté politique était le premier responsable de la persistance des violences « incontrôlées ».

  • 48 Réponse de Rosón à une interpellation du PSE-PSOE (BOCG, D-503-I, 22/11/1980), en séance plénière, (...)
  • 49 El País, 25/7/1981.
  • 50 Information fournie par le ministre de l’Intérieur en réponse écrite à une question du PCE, BOCG, (...)
  • 51 El País, 11/7/1981 et 1/7/1982.
  • 52 El País, 10/10/1981.
  • 53 Voir les questions de Blas Piñar BOCG, F-1900-II, 9/7/1981 ; BOCG, E-573-I, 12/3/1981. En mai le l (...)
  • 54 El País, 10/12/1981. L’amende imposée alors à FN pour avoir accolé un crépon de deuil au drapeau e (...)

31Le 23-F accélère ce processus. En avril 1981, Rosón annonce une nouvelle révision des licences d’armes et donne des instructions à la DGS pour renforcer la surveillance des organisations politiques qui apparaissent trop souvent mêlées à des faits violents48. En effet meetings et manifestations de l’extrême droite voient les interdictions, les amendes, les arrestations et les inculpations se multiplier. Blas Piñar est condamné à payer une amende de 2 millions de pesetas pour avoir passé en revue des jeunes en uniformes à Valladolid en juillet 198149. Une amende de 5 millions est infligée par le Conseil des ministres à FN et à FE de las JONS pour les incidents du 20-N 1981, qui ont donné lieu aussi à 33 arrestations dont 22 mises à disposition judiciaire pour infractions à l’ordre public, pendant que la Direction général du Trafic et le Gouvernement civil de Madrid ont ouvert plus de mille dossiers pour sanctionner les automobilistes auteurs de tumultes50. Les autorités locales rechignent de plus en plus à céder des locaux pour la tenue des meetings de FN. Ainsi le Gouvernement civil de Madrid refuse de céder les arènes de las Ventas pour l’anniversaire du 18 juillet en 1981 et en 198251, tandis que la mairie de León interdit à FN de tenir un meeting dans le Palais des Sports municipal52. Pour la première fois des manifestations convoquées par FN sont interdites par les gouverneurs civils, comme celle prévue pour le 1er avril 1981 sous le slogan « Espagne, travail et paix » qui est interdite sur avis de la mairie socialiste de Madrid. Blas Piñar en réfère au Congrès à plusieurs reprises53 et, dans un ironique renversement de situation par rapport aux débuts de la transition, y dénonce la prétendue discrimination politique dont il est désormais victime. Il réclame même l’application d’un droit constitutionnel à son propre parti qui n’octroie par ailleurs aucune légitimité à la norme suprême — les militants de FN ont l’habitude d’ajouter un ruban de deuil au drapeau national le jour de la fête de la Constitution54. C’est ce même respect des principes démocratiques qui empêche pourtant le gouvernement de mettre le parti de Blas Piñar hors-la-loi, malgré les pressions croissantes de l’opposition.

  • 55 Questions de Sánchez Montero déposées le 4 et le 12 février 1981 (BOCG, E-553-I, 24/2/1981 et BOCG (...)
  • 56 Réponse écrite du ministre de l’Intérieur à une question du PSOE (BOCG, E-696-II, F-20, 31/8/1982, (...)
  • 57 BOCG, E-611-I, 7/5/1981. Question traitée en Commission de l’intérieur, DSC sin número, Comisión d (...)

32Enfin, l’apologie de la violence est aussi sanctionnée en application de la loi de défense de la Constitution qui pénalise plus fermement les délits d’apologie du terrorisme ou de la rébellion. Si, peu avant le coup d’État, Sánchez Montero avertissait le gouvernement des appels au putsch présents dans le journal El Alcázar, en violation ouverte des dispositions constitutionnelles, sans que des mesures soient prises à l’encontre des responsables55, l’exaltation des acteurs du 23-F sous toutes ses formes — badges, pamphlets, images, stands, T-shirts, etc. — est désormais poursuivie. Les forces de police ont reçu l’ordre d’interpeller les responsables de ces ventes ambulantes et de les mettre à disposition de la justice56. Si la passivité des forces de l’ordre est encore avérée dans certains cas, elle n’est plus tolérée. Par exemple, le communiste Sánchez Montero fait parvenir au Parlement le cas de Paiporta (Valence), où des leaders de FN ont distribué des pamphlets faisant l’apologie de Tejero, de Milans del Bosch et du 23-F, sans être inquiétés par les agents présents. Rosón réagit immédiatement en transmettant des instructions au gouverneur civil de Valence pour que soient recherchés et inculpés les auteurs, éditeurs, imprimeurs et distributeurs de ces tracts57.

  • 58 Entretien, 2005.
  • 59 Entretien, 2006.

33Contrairement aux déclarations de Martín Villa qui se défend de n’avoir pas abordé le problème de la violence d’extrême droite à bras-le-corps, les gouvernements de la transition ne l’ont de fait pas affronté de façon décidée avant le coup d’État du 23-F. Ils n’accordent que peu de poids aux actions violentes perpétrées par les bandes « incontrôlées » qu’ils n’inscrivent pas dans leur perception des menaces au processus de démocratisation. Pour Calvo-Sotelo, il ne s’agissait pas d’une « violence de fond, structurelle » mais d’une violence « conjoncturelle qui ne disposait pas d’un ancrage qui lui permettait de se poursuivre » notamment car, réduite à des « minorités », elle ne bénéficiait pas d’un « parti qui était derrière ni du soutien populaire ». En ce sens, il n’y avait pas la « même urgence » à lutter contre ces agissements que contre l’ETA58. Martín Villa n’accorde pas plus de poids à une violence dont il dit peu se souvenir à l’exception des assassinats d’Atocha, y compris devant la force des chiffres que je lui présente59. Il est vrai aussi que l’agitation ultra est peu meurtrière jusqu’en 1979 et qu’elle peut être comprise comme l’œuvre de résidus minoritaires du passé destinés à disparaître avec la consolidation démocratique. Par conséquent, aucune stratégie n’est adoptée pour y mettre fin : les arrestations ponctuelles de militants ultras quand les circonstances l’exigent viennent biaiser le bilan global de la répression réduit à peu de choses. Néanmoins, le laissez faire des autorités a contribué sans aucun doute à entretenir une culture de la violence qui est venue alimenter les secteurs putschistes. Ce n’est que quand les assassinats se multiplient, mêlés à ceux des bandes anti-ETA, et quand les appels réitérés à une réaction militaire se transforment en réalité que les minorités ultras deviennent un sujet réel de préoccupation pour le gouvernement. Si Rosón amorce dès 1980 un virage, la lutte contre l’activisme des bandes d’extrême droite, par ailleurs découragées par les échecs électoraux successifs et par la délégitimation de la solution militaire, ne devient efficace qu’après le 23-F.

34Négligence politique, complaisance policière et impunité judiciaire sont donc les éléments qui caractérisent l’attitude de l’État envers les violences d’extrême droite pendant la transition. Plus encore, certains secteurs de l’appareil d’État en sont partie prenante, en particulier dans le combat contre le nationalisme basque radical.

II. — LA « GUERRE SALE » CONTRE LE TERRORISME

  • 60 La première enquête, remarquable, qui a contribué à faire éclater le scandale des GAL, est celle m (...)
  • 61 Notons qu’à la différence de la torture, certains acteurs de la « guerre sale » ont raconté leur e (...)

35La question de la complicité de certains secteurs policiers avec les secteurs contre-terroristes d’extrême droite touche au secret d’État, sujet aux spéculations en l’absence de documents d’archives, encore inaccessibles. L’histoire des GAL est néanmoins aujourd’hui relativement bien connue, grâce à des enquêtes journalistiques abouties60, aux résultats de certaines investigations judiciaires et aux témoignages des protagonistes d’alors61.

QU’EST-CE QUE LA « GUERRE SALE » ?

36C’est d’ailleurs l’existence des GAL qui détermine la perception que l’on a en Espagne de la « guerre sale », entendue comme la lutte antiterroriste menée contre l’ETA depuis les sphères étatiques par les mêmes méthodes que celles qui sont combattues, à savoir l’attentat et l’assassinat, et dont les origines remonteraient à la transition, une « première guerre sale » entre 1975 et 1981 précédant la « seconde guerre sale », celle des GAL, de 1983 à 1986. En précisant encore, la « guerre sale » ne désignerait que les actions commises sur le territoire français, contre les intérêts nationalistes basques, par des mercenaires recrutés par les services de sécurité de l’État ou par les agents de ces services, qui en seraient les initiateurs, les financeurs et les organisateurs. Une telle définition est pour le moins restrictive et soulève un certain nombre de questions au regard de nos propres recherches.

  • 62 C’est le cas de P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias ou de V. Ruiz de Azúa, « Las manos sucia (...)
  • 63 Martín Eizaguirre et Fernández Caro. Il s’agirait de l’œuvre du commando de Jean-Pierre Cherid (R. (...)

37Celles-ci portent d’abord sur l’étendue géographique des actions considérées : les actions violentes commises contre les milieux nationalistes basques pendant la transition ne sont pas l’apanage exclusif du Pays basque français, ni même du Pays basque espagnol, et s’étendent au-delà, en Navarre bien entendu mais aussi ailleurs dans la Péninsule. En second lieu, la spécificité basque du combat est à relativiser. Ainsi en quoi l’attentat d’avril 1975 contre la librairie basque Mugalde, perçue pour beaucoup comme la première action de la guerre sale62, diffère-t-il des centaines d’autres attaques commises aux débuts de la transition contre les librairies catalanes, communistes, anarchistes ou simplement progressistes, si ce n’est qu’il se situe en France ? Les attentats meurtriers impulsés par les services secrets ne visent pas non plus exclusivement des Basques, comme en témoignent les cas de Montejurra ou de Cubillo. Et le BVE s’attaque aussi à des cibles non basques, comme en juin 1979, quand il attente à la vie de deux militants des GRAPO63. Un troisième point d’achoppement concerne le type d’actions à considérer, généralement limitées à celles revendiquées par des organisations reconnues comme spécialisées dans la lutte contre l’ETA, à savoir ATE et le BVE, laissant ainsi de côté les autres actions commises par la nébuleuse de l’extrême droite. Or, dans le seul Pays basque, si les premières sont effectivement responsables de 85 % des victimes tuées par les extrémistes de droite, elles ne commettent que 23 % de l’ensemble de leurs actions violentes. En outre, ce serait la présence de mercenaires étrangers recrutés par les services de l’État qui signerait la détermination d’une action propre à la « guerre sale ». L’attentat qui est perçu comme l’acte de naissance de ce combat après l’essai contre la librairie Mugalde, fait précisément intervenir des mercenaires. Il s’agit de l’attentat raté contre le leader etarra J. A. Urrutikoetxea (« Josu Ternera ») en juin 1975 à Biarritz, qui se solde par la mort de Michel Cardona, ancien membre de l’OAS (Organisation de l’armée secrète). Or nombre d’attentats commis pendant la transition contre des intérêts basques au Pays basque français ou espagnol ne font pas intervenir de mercenaires, mais seulement des activistes parfois aidés d’agents des forces de l’ordre.

38Définir ce qui est de l’ordre de la « guerre sale » est donc loin d’être simple. Le véritable questionnement est double. Il concerne d’une part, au-delà du problème basque, le degré d’implication de l’État dans les actions des « incontrôlés ». Peut-on établir un continuum interprétatif entre les actions commises par la nébuleuse ultra, par des « incontrôlés » soutenus ponctuellement par des membres isolés des forces de police, et celles impulsées, organisées, menées depuis le cœur de l’appareil d’État ? D’autre part, peut-on établir une continuité chronologique entre les pratiques irrégulières de lutte contre la subversion terroriste depuis la fin du franquisme jusqu’à l’étape socialiste ? Dans quelle mesure le recours aux violences illégales de la part de l’appareil d’État est-il ou non une pratique héritée de la dictature ?

  • 64 Sur les enquêtes et processus judiciaires sur les GAL, voir l’excellente synthèse de P. Woodworth, (...)
  • 65 DSC, 472, Comisión de Defensa, V a Legislatura, 4/4/1995, p. 14386.
  • 66 En avril 1981, le BVE revendique un attentat manqué contre le résident basque Javier Aguirre, à Pa (...)

39Cette dernière question est cruciale, à la mesure de l’enjeu politique qui y est associé : qui seraient donc en ultime instance les responsables de la « guerre sale » ? Les socialistes cherchent ainsi à se déresponsabiliser de l’existence des GAL en faisant remonter leur généalogie à l’étape antérieure, la guerre sale ne faisant que se prolonger sous leur gouvernement. C’est la thèse défendue par Felipe González en 1995, alors que les soupçons à son encontre se font de plus en plus pressants64. Thèse bien entendue démentie avec véhémence par les leaders de l’UCD, Martín Villa en tête pour qui, s’« il est vrai que du temps de l’UCD, il y a eu des initiatives de combat illégal contre le terrorisme, […] il est également vrai que ces mouvements ont cessé postérieurement à ma présence au ministère de l’Intérieur, exactement en décembre 1980, deux ans avant l’entrée en fonctions de Felipe González comme président du gouvernement »65. De fait les dernières actions revendiquées par le BVE précèdent en effet l’avènement du gouvernement socialiste. Elles remontent non pas au mois de décembre 1980, mais au mois d’avril 198166, l’arrestation de Zabala et Iturbide, à qui sont imputés sept assassinats entre 1979 et 1981, signant la fin du sigle. La chronologie communément acceptée du terrorisme étatique signale ainsi une première phase en 1975-1976 suivie d’une pause en 1977-1978 imputée à l’incertitude sur l’avenir politique de l’Espagne et le devenir du terrorisme. La reprise à l’été 1978, avec l’attentat contre le couple Etxabe à Saint-Jean-de-Luz, inaugurerait la phase la plus sanglante qui s’achève en 1981 avec l’arrestation de Zabala et Iturbide. Une seconde longue pause recouvrerait les mois suivants, jusqu’à la naissance des GAL en octobre 1983.

  • 67 Les seules procédures judiciaires qui ont eu lieu en Espagne concernent le procès Zabala et Iturbi (...)
  • 68 Militaire de carrière, il est au premier rang de la lutte contre la subversion depuis son poste de (...)

40À l’encontre de cette vision rétrospective imposée par une lecture centrée sur les GAL, notre base de données suggère une continuité plus grande, fondée sur l’ensemble des actions d’extrême droite et la perméabilité des frontières entre les divers types d’action. Les perceptions du phénomène, brouillées par les enjeux politiques évoqués, le sont encore plus du fait de l’absence de sources fiables sur la première période, la « guerre sale » pendant la transition n’ayant pas fait en soi l’objet d’études approfondies ni de révisions judiciaires67. Face à ces zones d’ombre, les rares témoignages existants sont précieux bien que sujets à caution. Parmi eux, figure celui du général Sáenz de Santamaría qui détient des postes clefs dans l’appareil de sécurité de l’État du début des années 1970 à la fin des années 198068. De même, il est nécessaire de revenir aux perceptions des acteurs de l’époque pour comprendre les enjeux alors sous-jacents, souvent bien loin des interprétations postérieures. À partir de là, qu’en est-il donc des pratiques irrégulières et violentes utilisées par les agents des services de sécurité pour lutter contre un terrorisme qui devient, à partir de 1978, la principale menace pour la consolidation démocratique ?

DE MÈCHE AVEC LES « INCONTRÔLÉS »

41Au-delà de la passivité policière déjà évoquée, le soupçon de collusion entre les activistes ultras et les forces de police est permanent au cours de la transition.

  • 69 El País, 16, 25/4, 30/5 et 5/10/1978.
  • 70 El País, 27, 29/2/1980. Le garde civil est expulsé de l’institution.
  • 71 Guerra fait référence à l’incident dont est victime le député socialiste Jaime Blanco à Santander, (...)

42Gardes civils et policiers apparaissent mêlés aux activistes d’extrême droite qui sèment la terreur dans certaines villes. Déjà en octobre 1976, plusieurs gardes civils sont identifiés parmi les casseurs de Durango, suite à l’assassinat d’Araluce. Le procès des assassins d’Atocha met ensuite en lumière des liens étroits entre les inculpés, proches de FN et de la Phalange, et des policiers de l’ancienne BPS, comme Antonio González Pacheco — « Billy el Niño ». Ce dernier est, avec son supérieur Conesa, appelé à comparaître au procès tandis qu’un garde civil est convoqué par le juge d’instruction pour témoigner sur son implication dans la mort d’Arturo Ruiz, pendant la « Semaine noire ». À Saint-Sébastien en 1978, ce sont 9 policiers armés soupçonnés de collaborer avec des commandos ultras qui sont mutés en dehors du Pays basque69. En février 1980, la police désarticule un mouvement extrémiste dénommé « Armée espagnole de libération », révélant qu’un garde civil en fait partie70. À Valladolid, ce n’est que quand Rosón décide enfin, début 1981, de s’attaquer au problème de la violence radicale que sont mises en évidence les connexions qui unissaient policiers et activistes. Les exemples pourraient se multiplier : ils tendent à montrer que l’implication directe de membres des forces de l’ordre dans les actions des « incontrôlés » est un phénomène sinon massif, du moins courant et qui s’étend bien au-delà du Pays basque. Le socialiste Alfonso Guerra ironise en 1977 sur ces « incontrôlés » qui ne seraient pas si incontrôlés que cela : « parfois on ne sait pas si ce sont des policiers (et parfois si, on le sait) […]. Qui contrôle les incontrôlés ? Il faudrait se demander aussi si ce n’est pas vous [le gouvernement] qui contrôlez les incontrôlés quand le rapport de la police lui-même précise que le fameux incontrôlé en marron sortait du commissariat de police »71. En effet une telle récurrence ne peut se comprendre sans la protection hiérarchique dont bénéficient les agents compromis.

  • 72 Cité par D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, p. 143.
  • 73 Ibid., p. 144.

43Selon Sáenz de Santamaría, Ángel Campano, directeur général de la Garde civile sous le gouvernement Arias et représentant de la frange dure du « bunker », apportait son soutien aux agents qui participent à l’action directe. Par exemple, les « Guérilleros » de Cristo Rey, auteurs de l’agression du journaliste Martínez Soler en mars 1976, séquestré et torturé pendant deux jours, auraient agi avec « l’aide et la protection de certains gardes civils ». « Nous n’avons pas pu faire grand-chose, poursuit Sáenz de Santamaría, le directeur général de l’institution était Campano et ce type d’excès comptait avec son soutien »72. Le colonel Francisco Giménez, en poste dans le centre d’instruction de la Garde civile, serait l’un de ceux qui maintenaient des relations privilégiées avec les GCR et avec Blas Piñar. Toujours d’après le chef d’État-Major de la Garde civile, il aurait dispensé aux « guérilleros » des armes, de l’entraînement, des voitures camouflées, une couverture policière mais aussi des agents en civil qui intervenaient directement aux côtés des extrémistes dans les opérations les plus complexes. Ainsi un abertzale victime de l’explosion de grenades dans sa maison de Hondarribia porte plainte le lendemain avec, pour preuve, une grenade qui n’avait pas explosé, portant l’emblème de la Garde civile. Pour sauver la face de l’institution, Sáenz de Santamaría doit inventer un vol dans une fabrique d’armes qui justifie la présence de la grenade, mais il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agissait d’une action promue et réalisée par des gardes civils. À la suite de l’incident, le général dit découvrir un véritable arsenal d’armes à disposition des GCR dans le centre d’instruction du colonel Giménez, sanctionné symboliquement par quelques jours d’arrêt à domicile73.

44Garde civile, mais aussi Police armée, Corps supérieur de police et services de renseignement comportent, selon toute évidence, des agents qui partagent avec les groupes d’extrême droite une même idéologie de résistance à la démocratisation et qui sont prêts à les aider dans leur activisme. Ils agissent pour leur propre compte et de façon non coordonnée, souvent en guise de représailles aux lendemains des attentats qui tuent l’un des leurs. Ils bénéficient, sinon du soutien explicite comme dans le cas du lieutenant-général Campano, du moins de la tolérance des cadres de ces institutions.

L’IMPULSION DES SERVICES DE SÉCURITÉ

45Au-delà de cette implication individuelle tolérée et soutenue matériellement, les institutions chargées du maintien de l’ordre sont aussi à l’origine d’actions criminelles visant à combattre la subversion.

a) Le rôle moteur de Carrero Blanco : le SECED

  • 74 Sur ces débuts du SECED, voir J. I. San Martín, Servicio Especial ; F. Medina, Las sombras del pod (...)
  • 75 Le budget passe de 200 000 pesetas en 1968, à 10 millions en 1969 et à 72 millions en 1973 (A. M. (...)

46Devant la montée de l’agitation étudiante dans les années 1960, la troisième Section du haut État-Major de l’armée, chargée du renseignement extérieur et intérieur, confie en 1968 au commandant José Ignacio San Martín la tâche de créer un groupe spécial consacré au contrôle de la subversion universitaire74. Initialement sous l’égide du ministère de l’Éducation et des Sciences, le projet passe vite entre les mains du président du gouvernement et prend le nom d’Organisation contre-subversive nationale (OCN). San Martín crée en quelques mois un réseau d’informateurs à partir d’un noyau de militaires, de policiers et de gardes civils qui s’étend ensuite aux professeurs affiliés au régime et à des jeunes civils infiltrés dans les milieux étudiants. Ceux-ci sont à l’origine d’organisations comme l’AUN, financée par l’OCN, qui édite pamphlets et revues en quantité et qualité supérieures à celles des associations clandestines. Le succès de la section étudiante incite Carrero Blanco à en créer deux autres, l’une dans les milieux ouvriers et syndicaux, la seconde dans le secteur ecclésiastique qui s’oriente finalement vers la surveillance du monde intellectuel et politique en général. Le budget à la disposition de San Martín augmente de façon vertigineuse, en particulier à partir du moment où Carrero Blanco décide, en 1971, de placer l’OCN sous la dépendance directe de la Présidence du gouvernement sous le nouveau nom de SECED75. Par le biais de ce qui constitue l’embryon des services secrets espagnols, l’État dote en moyens matériels des jeunes radicaux qui deviennent des adeptes du boycott des assemblées démocratiques, de la provocation dans les manifestations, de la contre-propagande ou de l’intimidation des militants adverses. L’État utilise des groupes-écrans aux sigles divers ou des organisations comme FN, la Phalange ou le PENS, qui disposent de jeunes militants prêts à s’impliquer dans l’action directe.

  • 76 AGA, GCM, 102/34 « Antiterrorismo ETA (ATE). Carrero Blanco » : tract « Los porqués del asesinato (...)
  • 77 L’attentat était prévu pour le 20 décembre, mais ce jour-là José Miguel Beñarán n’est pas sorti de (...)
  • 78 En 2002, le CESID est remplacé par le CNI, Centre national du renseignement.

47L’assassinat de l’initiateur du SECED provoque ainsi un profond désir de vengeance qui pousse les plus radicaux, jusque-là peu engagés dans la lutte antinationaliste basque, à s’impliquer directement dans le combat contre l’ETA. Le groupe ATE, qui revendique ses premières actions en octobre 1975, distribue ainsi des tracts lors de la cérémonie funèbre en souvenir de la mort de l’amiral en décembre 1977, qui dévoilent les prétendues trames cachées de l’attentat et accusent tour à tour la CIA, le KGB, le PCE et Gutiérrez Mellado76. C’est ensuite le BVE qui, un an plus tard, revendique l’assassinat de l’etarra « Argala » considéré comme le cerveau de l’attentat perpétré contre Carrero Blanco, à la date symbolique du 21 décembre77, accomplissant ainsi la vengeance préparée depuis longtemps. L’opération aurait été montée par des agents du SECED — devenu le CESID78 en novembre 1977 — aux ordres d’un capitaine de corvette.

  • 79 M. Sánchez Soler, Los hijos del 20-N, pp. 163 sq. Voir aussi X. Casals i Meseguer, La tentación ne (...)

48C’est aussi par l’intermédiaire du SECED que des mercenaires étrangers entrent au service de la « guerre sale ». L’Espagne est en effet, depuis la seconde guerre mondiale, un refuge pour nombre d’exilés politiques : fascistes allemands, italiens, français, roumains ou croates ; pieds-noirs membres de l’OAS sans patrie après la perte de l’Algérie française ; agents de la police politique portugaise, la PIDE, après 1974 ou péronistes argentins. Ce vivier potentiel reçoit la protection de l’État franquiste qui, en retour, peut y avoir recours pour mener quelques basses tâches contre les ennemis de l’ordre établi. Sánchez Soler affirme ainsi que Carrero Blanco, en septembre 1973, aurait accordé sa protection au prince Borghese et à son lieutenant, Stefano della Chiae, recherchés en Italie pour la tentative de coup d’État de 1970, en échange de leur collaboration avec le SECED79. Della Chiae se serait ainsi retrouvé aux ordres de San Martín puis de Conesa à la tête de la BPS : il est de fait présent à Montejurra en mai 1976.

b) Montejurra et Cubillo : deux opérations menées par l’État

49L’ETA n’est pas la seule victime des violences irrégulières, dont la pratique s’est exercée à l’encontre d’autres types de contestation : à Montejurra en mai 1976 et contre Cubillo en 1978.

  • 80 Sur Montejurra, voir D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 149-154 pour le té (...)

50Les divers témoignages et enquêtes convergent pour pointer la responsabilité directe de la Garde civile dans les incidents de Montejurra80. Selon Sáenz de Santamaría qui a assisté à certaines réunions préparatoires, « l’Opération reconquête » a été conçue et organisée depuis les bureaux de la direction de la Garde civile. Ángel Campano, le directeur de la Garde civile et Salvador Bujanda, son adjoint, tous deux fermes sympathisants de la branche ultra du carlisme représentée par Sixto de Bourbon-Parme, apportent leur soutien à l’opération qui vise à écarter la branche démocrate de Carlos Hugo, voire à peser sur la monarchie de Juan Carlos, ainsi qu’à remobiliser une extrême droite en perte de vitesse. José Arturo Márquez de Prado, le chef opérationnel du carlisme de Sixto, en est l’artisan et Antonio María Oriol y Urquijo, président du Conseil d’État — le même qui, quelques mois plus tard, sera séquestré par les GRAPO — en est le financeur principal. Campano affirme que le plan compte avec la bénédiction de Fraga et d’Arias ainsi qu’avec la collaboration du SECED. Sáenz de Santamaría, qui serait parvenu à éviter que la Garde civile ne fournisse mitrailleuses et armes réglementaires aux carlistes, accepte de leur procurer des talkies-walkies pour communiquer et des hommes déguisés en requetés carlistes. Des services de transport sont organisés et financés par Oriol et par d’autres — notamment José María de Araluce, le président de la Diputación du Guipúzcoa, postérieurement assassiné par l’ETA — pour faire venir le plus grand nombre de militants d’extrême droite de tout le pays, phalangistes, militants du Mouvement national ou membres de FN, ignorants de la teneur de l’opération. Les groupes armés, en plus des partisans directs de Sixto, sont constitués de « guérilleros » des GCR et de mercenaires étrangers déguisés en requetés carlistes, recrutés par les services du SECED. Parmi ceux reconnus sur les photos prises par les journalistes se trouvent l’italien Stefano della Chiae, l’ex-policier argentin Emilio Berra Alemán ou le français Jean-Pierre Cherid que l’on retrouve plus tard impliqué dans les actions du BVE et du GAL.

51Comme prévu, des commandos, dotés d’une mitrailleuse, se postent la veille en embuscade au sommet du chemin de croix tandis que mercenaires, « guérilleros » et partisans de Sixto se mêlent aux manifestants vêtus de l’uniforme carliste et provoquent les affrontements qui se soldent par le bilan de deux morts et une vingtaine de blessés. L’« homme à la gabardine », vu sur une photo pistolet au poing, est José Luis Marín García Verde, commandant d’infanterie à la retraite. Les gardes civils présents obéissent aux ordres et restent passifs devant les incidents, à l’exception d’une brigade envoyée au dernier moment sur les conseils de Sáenz de Santamaría pour préserver l’image de l’institution en cas de détérioration de la situation. Marín García Verde et Márquez de Prado sont arrêtés et vite relâchés, on l’a vu, grâce aux bons auspices du juge Gómez Chaparro, avant de bénéficier de l’amnistie d’octobre 1977, les faits ayant été qualifiés de délit politique. Quant à Sixto, il est expulsé d’Espagne par Fraga.

  • 81 Cité par S. Belloch, Interior, p. 49. Pour d’autres, à Montejurra a été franchie une étape dans la (...)
  • 82 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/08921-42/08923 « Carlistas ».
  • 83 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 30.
  • 84 M. Fraga Iribarne, En busca del tiempo servido, p. 47.

52Pour beaucoup, notamment pour Sáenz de Santamaría, l’Opération reconquête constitue le point de départ du recours aux mercenaires dans la « guerre sale », les ultras agissant jusque-là avec leurs propres hommes aidés des agents de l’ordre public. « La conjonction des divers éléments qui ont formé la trame de cette opération constitue le premier pas de ce qui, pendant la transition, fut le noyau des opérations de ladite “guerre sale” contre-terroriste », affirme le général : militaires mécontents, partis d’extrême droite avec leurs activistes violents, mercenaires étrangers et membres isolés des forces de l’ordre. « Tout ce réseau a fonctionné, poursuit-il, avec le soutien, direct ou indirect, des appareils de l’État dans toutes les actions de la lutte antiterroriste pendant les années 70 et 80 »81. Arias et Fraga étaient-ils au courant de l’opération ? Des notes des délégués du ministère de l’Information et du Tourisme rapportent au ministre, les jours précédents, que des affrontements sont envisagés devant la prévision d’affluence de militants de tout le pays82. Fraga n’a pas pour autant repoussé son voyage prévu au Vénézuela. D’après Martín Villa, « Fraga fut averti de ce qui pouvait passer par le gouverneur civil de Navarre, José Ruiz de Gordoa. Il ne l’a pas écouté »83. Dans ses mémoires, celui-ci rejette toute responsabilité en ces termes : « Ceux qui n’avaient aucune responsabilité étaient le ministère, le Gouvernement civil de Pampelune et la Garde civile qui ont fait leur possible pour réduire au minimum les conséquences du choc tragique »84.

  • 85 Espinosa a été interviewé par les auteurs Castro et Grimaldos (L. Castro Moral, Terrorismo y afirm (...)
  • 86 Voir la sentence de l’Audience nationale du 14 juillet 1990, puis celle du Tribunal suprême du 9 j (...)

53La seconde opération connue montée depuis les services de sécurité est celle qui conduit à la décapitation du MPAIAC. Début 1978, le mouvement nationaliste canarien devient, on l’a vu, particulièrement menaçant en raison de l’écho diplomatique reçu par ses revendications. Devant la possibilité de voir une instance internationale reconnaître que les Canaries forment un territoire colonisé par la métropole ibérique, les services de renseignement de la police décident de mettre fin au mouvement de façon radicale. L’origine de l’attentat contre Cubillo est en effet maintenant partiellement connue grâce aux confessions de l’agent double José Luis Espinosa Pardo85 et aux diverses sentences judiciaires qui ont suivi son interpellation par la police espagnole en 198986.

  • 87 Ils restent de fait sept ans en prison avant de voir leur peine commuée puis d’être relâchés en 19 (...)
  • 88 Espinosa reste en prison jusqu’en 1995.
  • 89 Sentence de la salle pénale de l’Audience nationale, du 14 juillet 1990, dans A. Grimaldos, La som (...)
  • 90 D’après Grimaldos, l’espion allemand Werner Mauss serait derrière cette opération. Il aurait été g (...)
  • 91 Dès lors Conesa est en fuite : il se réfugie à Saint-Domingue où il dirige les services de sécurit (...)

54L’« Opération Majorque » aurait été planifiée vers l’automne 1977 depuis la DGS à Madrid, avec l’accord de son directeur Mariano Nicolás. Roberto Conesa, alors à la tête du Commissariat général au renseignement, est chargé de sa mise en œuvre opérationnelle. Il a recours à son agent déjà infiltré au sein du MPAIAC, Espinosa, qui engage à son tour J. A. Alfonso González, vieille connaissance trouble des milieux révolutionnaires antifranquistes. Le second auteur matériel, J. L. Cortés Rodríguez, est contacté par Alfonso. Espinosa fournit aux deux mercenaires des passeports, de l’argent, la logistique et le plan d’action : Cubillo est poignardé en bas de son immeuble à Alger, le 5 avril 1978. Les deux exécuteurs sont arrêtés le soir même du crime, tandis qu’Espinosa parvient à s’enfuir et à rentrer en Espagne. Ils sont tous trois jugés à Alger et condamnés en mai 1978 à la peine de mort (pour Alfonso et Espinosa) et à vingt ans de réclusion criminelle (pour Cortés)87. En Espagne, la sentence de 1990 condamne Espinosa à vingt ans de prison pour tentative d’assassinat88, tout en signalant que des personnes non déterminées, mais appartenant aux services de police espagnols, ont été les instigateurs d’une action destinée à décapiter l’organisation indépendantiste canarienne. « A été prouvée l’intervention, aux côtés d’Espinosa, d’un ou de plusieurs autres “hommes de l’ombre” appartenant à l’appareil policier espagnol de cette époque, qui sont aussi ceux qui ont pris la décision de commettre le délit contre la personne d’Antonio Cubillo », conclut la sentence89. Elle pointe aussi la possibilité d’une coopération du gouvernement de la République fédérale d’Allemagne qui se montrait inquiet pour ses capitaux investis dans l’archipel90. Le Tribunal suprême confirme en 1992 les conclusions précédentes et sollicite l’ouverture d’instructions supplémentaires pour identifier les policiers impliqués91.

  • 92 Cité par A. Grimaldos, La sombra de Franco, p. 103.

55Les responsabilités ne remontent cependant pas au-delà. D’après le récit de Sáenz de Santamaría, Marcelino Oreja, ministre des Affaires étrangères en partance pour une tournée diplomatique africaine destinée à contrecarrer les ambitions de Cubillo, n’était pas au courant de l’opération qu’il perçoit comme une complication supplémentaire à sa mission initiale. La Garde civile non plus ne serait en rien impliquée. Il s’agit cette fois de l’œuvre de la Brigade policière du renseignement et du commissaire Conesa, sous les auspices probables de Martín Villa. « Le ministre de l’Intérieur Martín Villa est celui qui a organisé l’opération pour éliminer le leader du Mouvement canarien pour l’autodétermination Antonio Cubillo », déclare l’ex-chef de l’État-Major de la Garde civile au journal La Razón en 200192. Lors de mon entretien avec l’intéressé, l’ancien ministre n’a pas souhaité parler de cette affaire.

56Le recours organisé aux violences illégales pour combattre les violences protestataires de la part des services de sécurité de l’État ne concerne donc pas seulement, aux débuts de la transition, la lutte contre l’ETA. Mais avec la capacité meurtrière croissante de l’organisation terroriste basque et l’impuissance de l’État à la contrecarrer, c’est contre elle que ces moyens exercés par ailleurs se concentrent à partir de 1978.

LA « GUERRE SALE » CONTRE l’ETA

57Les soupçons sur l’existence d’un terrorisme d’État dirigé contre l’ETA s’accumulent au cours de la période.

a) Les soupçons sur le terrorisme d’État pendant la transition

  • 93 El País, 24-25/11/1976.
  • 94 El País, 19, 26/11/1976.

58Déjà à la suite de l’attentat contre « Josu Ternera » en juin 1975, au cours duquel a été tué l’ex-OAS Michel Cardona, la police française avait arrêté un second membre du commando, grièvement blessé. L’individu, « Edwards », qui affirme plus tard être portugais et se nommer José Manuel Márquez, est jugé en novembre 1976 à Pau. La voiture du troisième membre du commando, l’italien Dominique Pulidori, qui était parvenu à s’enfuir, est retrouvée peu après l’attentat à Saint-Jean-de-Luz, avec des photos de réfugiés basques, des munitions, deux bombes et des détonateurs. L’inculpé ne révèle rien au cours du procès, malgré l’insistance des juges à propos de sa relation avec deux Espagnols, notamment un certain capitaine Acedo, sur les services secrets espagnols avec qui il était en contact. Il est condamné à huit ans de prison pour tentative d’assassinat, la justice française ne prenant pas en considération la possibilité qu’existe une organisation visant à attenter contre les réfugiés basques en France93. En même temps, un procès se déroule à Bayonne, contre trois membres d’un commando anti-ETA, l’Italien Robert Nanni, sa compagne Annie Billard, et l’Espagnol José Fernández del Barrio, arrêtés en possession d’armes et de photos d’« Argala ». Les accusés ont fait des déclarations substantielles au cours de l’instruction, même s’ils les renient au cours du procès : Nanni avait affirmé être en relation avec un policier espagnol, Juan Mesa, qui l’avait chargé de surveiller les leaders etarras Txomin Iturbe et « Argala » et d’obtenir des informations en vue d’un possible enlèvement. Fernández del Barrio avait pour sa part déclaré avoir été engagé contre 6 millions de pesetas pour mener à bien un enlèvement. Or la femme de Pérez Revilla, victime avec son mari d’un attentat en mars 1976 revendiqué par ATE, reconnaît le mercenaire espagnol comme l’un de ses agresseurs. Néanmoins, la justice française se contente de juger les inculpés pour possession d’armes sans se soucier, une fois de plus, de l’existence d’une association illicite. Ils sont condamnés de six mois à deux ans de prison94.

  • 95 El País, 8/11/1978. Etxabe fait ces déclarations au journal français Sud-Ouest.
  • 96 El País, 22/12/1978. Voir aussi les numéros du 23-26/12/1978. Pour les spécialistes de la guerre s (...)
  • 97 El País, 14/1/1979.
  • 98 Entretien, 2006.

59Sont donc déjà présents les indices de l’existence d’une structure organisée de lutte contre l’ETA entre la France et l’Espagne qui implique les services secrets espagnols. Mais les procès, qui se déroulent au-delà des frontières de la Péninsule au moment où l’opinion est toute entière portée par le projet d’émancipation de la LRP, n’ont pas d’écho en Espagne. De fait, ce n’est pas avant l’année 1980 que la question du terrorisme d’État interpelle la scène politique et médiatique. Jusque-là, soit les affaires troubles passent inaperçues, soit les soupçons sont vite dissipés par la thèse du règlement de comptes interne à l’ETA, diffusée par les autorités. C’est le cas — à juste titre — de la disparition de « Pertur » (Eduardo Moreno Bergareche), enlevé et assassiné en juillet 1976 à Saint-Jean-de-Luz, dans une action revendiquée par la Triple A, le BVE et même quelques mois plus tard par le VI Comando Adolfo Hitler. Les secteurs les plus durs de l’ETApm, représentés par les commandos Bereziak dirigés par « Apala », auraient ainsi cherché à empêcher le leader charismatique et modéré qui s’était insurgé contre la mort d’Ángel Berazadi en mars, de négocier avec le gouvernement réformiste une issue pacifique au conflit basque. Deux ans plus tard, il en est de même — à tort cette fois — pour l’attentat contre Juan José Etxabe, l’un des chefs historiques de l’ETA, mitraillé à Saint-Jean-de-Luz le 3 juillet 1978. L’attentat, qui se solde par la mort de sa femme, est revendiqué par la Triple A. En dépit des antécédents que représente l’assassinat, dès octobre 1975, du frère de Juan José, Ignacio Etxabe, revendiqué par ATE, la version officielle est étayée par les révélations d’Etxabe qui affirme avoir dialogué avec le journaliste Portell, assassiné quelques jours auparavant par l’ETAm, à propos d’une éventuelle sortie pacifique du conflit95. Cette même thèse du règlement de comptes est reprise dans l’affaire « Argala », mais avec nettement moins de crédibilité. En effet les caractéristiques symboliques de l’assassinat du leader historique de l’ETA, revendiqué par le BVE, sont trop évidentes pour être démenties, en particulier le choix de la date — le 21 décembre 1978, cinquième anniversaire à un jour près de la mort de Carrero Blanco — et le mode opératoire — sa voiture vole dans les airs à plus de 100 mètres de distance, tout comme celle de l’ancien chef du gouvernement. Pour l’éditorialiste d’El País, l’attentat constitue « le début d’une “guerre sale” contre le terrorisme de l’ETA, située dans ce no man’s land vague et inquiétant des services parallèles ou du recrutement d’une main-d’œuvre assassine pour accomplir les plans conçus dans les lieux les plus respectables »96. Quelques semaines plus tard, l’attentat manqué contre un autre chef historique de l’ETA, « Peixoto » (J. M. Pagoaga Gallastegui), grièvement blessé à Saint-Jeande-Luz en janvier 1979 dans une action revendiquée par ATE et la Triple A, passe pourtant presque inaperçu au niveau national. Seuls quelques partis d’extrême gauche manifestent leur préoccupation, comme le Parti communiste d’Euskadi qui s’insurge contre cette « guerre noire », contre cette « chasse à l’homme » inacceptable et contre-productive97. Pour chacun de ces attentats, Martín Villa reconnaît aujourd’hui avoir eu des soupçons persistants sur la possible intervention des forces de sécurité, ce qui, de la part du ministre de l’Intérieur alors en place, constitue une forme détournée d’aveu98.

  • 99 Cité dans une question socialiste au gouvernement (PSOE), BOCG, E-163-I, 27/2/1980.
  • 100 Deux questions sont posées par le PSOE (ibid.) et par le PCE (BOCG, E-187-I, 7/3/1980). Elles sont (...)
  • 101 Ibid.
  • 102 Sánchez Montero porte à plusieurs reprises devant le Congrès les irrégularités douteuses de la pro (...)

60En dépit des réactions limitées aux nombreux autres attentats revendiqués par le BVE au cours de l’année 1979, la suspicion s’est peu à peu immiscée parmi les secteurs de l’opposition et, en 1980, une succession d’affaires fait enfin entrer la « guerre sale » dans l’agenda politique. Paradoxalement, la polémique surgit au travers d’un cas atypique, impliquant des extrémistes extérieurs au BVE, ce qui démontre encore une fois la porosité des frontières au sein de la nébuleuse contre-terroriste. Le cadavre de Yolanda González, militante du Parti socialiste des travailleurs, est retrouvé criblé de balles aux alentours de Madrid, le 2 février. Le BVE revendique sa mort dans un communiqué qui affirme qu’il s’agit d’une « mesure prise en conséquence de l’assassinat des six gardes civils le 1er ». « Nous continuerons d’agir, poursuit le communiqué, jusqu’à avoir localisé et en avoir terminé avec les trois commandos d’information qui agissent à Madrid »99. Mais sont vite arrêtés Emilio Hellín et Ignacio Abad, militants de FN, en possession d’une abondante quantité d’armement — grenades militaires, explosifs et matériel électronique sophistiqué dont un récepteur des ondes radios de la police et de la Garde civile. L’hypothèse d’une implication des forces de police est en outre renforcée par les déclarations de l’un des inculpés qui affirme avoir été informé par un membre de la brigade policière au renseignement sur l’identité de la victime comme membre de l’ETA. Poussé par les protestations de l’opposition100, le ministre de l’Intérieur Ibáñez Freire condamne avec fermeté le contre-terrorisme de « ceux qui prêchent ou pratiquent le terrorisme, même s’ils prétendent le camoufler en réponse au terrorisme. Le terrorisme contre le terrorisme n’est rien d’autre que plus de terrorisme ». Il reconnaît pour la première fois publiquement qu’un membre des forces de sécurité est non pas « impliqué », mais « relié » à l’assassinat, et s’engage personnellement à veiller à ce que l’enquête aille jusqu’au bout. En 1980, tout comme l’impunité des activistes d’extrême droite, les pratiques illégales de lutte contre le terrorisme qui existent depuis longtemps et étaient jusqu’alors reléguées à la marge du débat public, deviennent intolérables. Elles sont accusées de porter ombrage aux institutions démocratiques. Partir en quête des responsabilités devient une exigence morale, ainsi que l’affirme le propre ministre de l’Intérieur, « pour défendre le nom d’institutions formées d’hommes d’honneur qui, quotidiennement, scellent par leur sang leur loyauté à la loi, leur amour de la Patrie et leur dévouement total au service de la paix démocratique »101. Défendre l’honneur de la police ne consisterait donc plus à nier en bloc la moindre complicité avec des bandes de criminels, mais à dévoiler et sanctionner les responsables pour rendre sa pureté à l’institution. Néanmoins, là encore les beaux discours restent lettre morte et les inculpations ne parviennent pas jusqu’aux corps de sécurité, ni même jusqu’à David Martínez Loza, chef du service d’ordre de FN dont l’instruction reconnaît pourtant l’implication directe102.

  • 103 Pour les spécialistes des GAL, il s’agit d’un attentat commis par le groupe des frères Perret pour (...)
  • 104 Les socialistes interpellent le gouvernement sur l’affaire, BOCG, F-1074-II, 12/11/1980.
  • 105 Interpellation de Juan María Bandrés, BOCG, D-528-I, 19/12/1980 ; questions orales du PCE, BOCG, E (...)
  • 106 BOCG, E-539-I, 10/2/1981.
  • 107 Ainsi une enquête officielle sur la présence d’anciens membres de l’OAS sur le territoire, menée p (...)
  • 108 Solchaga Catalán (PSOE-PSE), DSC, 142, IL, 17/2/1981, pp. 9105-9107.
  • 109 El País, 9-13/12/1980. Les quatre inculpés sont Maxime Szornek, Henri Bergés, Jean-Claude Ruiz (al (...)
  • 110 El País, 24, 26/11/1982. Ballesteros ne se présente à aucune des citations de la justice française

61L’affaire Etxabe resurgit dans ce contexte en août 1980, quand la police française arrête Joseph Zurita, un trafiquant de drogues marocain naturalisé français, qui serait l’auteur présumé de l’attentat, ce qui contrevient à la version officielle du règlement de comptes. Peu après, la justice française réclame la comparution du général Hermosilla, alors chef de la Ve Zone de la Garde civile basée à Logroño et en charge du contrôle de la frontière du Guipúzcoa, accusé d’avoir été le contact de Zurita en Espagne. Le général dément, secondé par ses supérieurs et par la justice espagnole, le procureur général ordonnant la mise sous séquestre des publications ayant diffusé les prétendues fausses rumeurs103. Mais les suspicions persistantes de l’opposition104 sont relancées par le scandale provoqué par l’attentat d’Hendaye le 23 novembre 1980. Ce jour-là, un commando antiterroriste mitraille aveuglément le bar Hendayais fréquenté par les réfugiés basques, provoquant deux morts sans aucun rapport avec l’ETA — José Camio, ouvrier et Jean-Pierre Haramendy, retraité — et dix blessés. Les assassins s’enfuient dans une Renault 18 verte immatriculée en France. Une voiture identique traverse la frontière peu après et est arrêtée par les gardes civils espagnols. Ses occupants déclarent appartenir à la police espagnole, ils appellent Manuel Ballesteros, alors Commissaire général au renseignement qui ordonne leur libération. Deux jours plus tard, le BVE revendique l’attentat. L’affaire suscite de fortes tensions diplomatiques entre l’Espagne et la France, qui exige l’identification des agresseurs et accuse les autorités espagnoles de complicité. Elle parvient au Parlement105, mais Rosón nie toute relation entre les policiers arrêtés à la frontière et les assassins : la thèse officielle considère les premiers comme des agents d’un réseau de renseignements au Pays basque français qui, de peur d’avoir été découverts par l’ETA, auraient pris la fuite vers l’Espagne de façon précipitée. Pourtant les rumeurs se précisent : Sánchez Montero affirme qu’ont été identifiés deux mercenaires, les frères Perret, français ex-membres de l’OAS et résidant à Benicassim, agissant sous les ordres de González Pacheco depuis la mise à l’écart de Conesa106. En dépit des dénégations répétées du gouvernement107, l’affaire d’Hendaye est suffisamment convaincante pour prouver aux yeux de tous l’existence d’une guerre illicite contre le terrorisme basque. Les socialistes basques, indignés en outre par la mort d’Arregui sous la torture, parlent ouvertement de « terrorisme d’État » mené au nom d’« une prétendue raison d’État »108. Le scandale coïncide par ailleurs avec la tenue d’un procès à Pau contre les membres du commando qui a assassiné Justo Elizarán en septembre 1979, à Biarritz. L’un des inculpés, Maxime Szornek, arrêté en possession de données sur les réfugiés basques en France issues des archives de police, ainsi que du numéro de téléphone des frères Perret, déclare avoir reçu en échange de l’argent de la part de Manuel Ballesteros109. La justice française, qui accumulait depuis le début de la transition les indices de la participation des forces de sécurité espagnoles, réclame officiellement la comparution de ce dernier110.

  • 111 Sentence de l’Audience nationale du 11 juin 1985, citée par Í. Iruin, « GAL : el espejo del Estado (...)

62L’émotion est donc à son comble au début de 1981. Pourtant, ce qui aurait peut-être pu constituer le point de départ d’un éclaircissement poussé des faits est court-circuité par l’événement du 23-F et, peu après, par l’arrêt subi des activités du BVE suite à l’arrestation de Zabala et Iturbide. En 1985, les deux mercenaires sont condamnés à plus de 200 ans de prison. Ils auraient « décidé d’agir pour leur propre compte »111 : le sujet de la première « guerre sale » est clos pour de nombreuses années.

b) Le BVE : tentative d’interprétation

63La connaissance du contre-terrorisme ne va pas au-delà pendant la transition, malgré la cinquantaine d’attentats et la trentaine de victimes revendiquées par ATE et par le BVE. Ce sont les enquêtes sur les GAL qui permettent d’en éclaircir a posteriori certains aspects, sans qu’aucun élément ne soit prouvé ni sanctionné par la justice. Comment donc, à partir de ces éléments épars, interpréter la nature de ces groupes et la relation qu’ils entretiennent avec les services de sécurité de l’État ?

  • 112 Cervero fait ses révélations en novembre 1985 dans la revue Interviú. Il apparaît aussi dans « Le (...)
  • 113 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, p. 23. Cervero accuse aussi directement plusieurs personn (...)
  • 114 D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 142, 194 et 219.
  • 115 Ibid., p. 255.

64Deux interprétations s’opposent. La première considère qu’ATE et le BVE seraient des sigles sans existence organique, repris par militants d’extrême droite agissant conjointement avec des membres des divers corps de sécurité. Ainsi selon José Luis Cervero, un ex-sergent de la Garde civile qui a fait des révélations polémiques sur son engagement dans la lutte contre-terroriste112, ATE serait « un sigle inventé, utilisé par les groupes qui recevaient des ordres de l’État-Major de la Garde civile »113. De même Sáenz de Santamaría estime que « souvent les auteurs des actions étaient les mêmes, peu importaient les sigles auxquels ils se rattachaient »114. D’après lui, les gardes civils des services de renseignement postés à Saint-Sébastien utilisaient le fichier des mercenaires établi après les événements de Montejurra en 1976 pour agir sous la couverture d’ATE. Dans le BVE agissaient surtout des militaires et des fils de militaires, de Valladolid pour la plupart, ou basés à Irún et à Pampelune, avec l’appui logistique et la couverture officielle des autorités. Le général rapporte l’un des modus opératoires des commandos. Sous l’égide d’un capitaine des services de renseignement de la Garde civile, ces commandos spécialisés et mobiles se déplaçaient dans la localité désignée, recevaient les ordres au dernier moment et les exécutaient de nuit. « En uniforme de jour, incontrôlés la nuit », disait une rumeur alors fortement présente au Pays basque. Les missions n’avaient pas toujours de visée meurtrière, comme le suggère l’une d’elles qui consistait à faire exploser la tombe de Telesforo Monzón, l’un des leaders spirituels du nationalisme basque, élu député d’HB en 1979 et décédé en mars 1981115.

  • 116 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, p. 29. En août 1985, l’ETA assassine Clément Perret. Sa f (...)
  • 117 « Informe confidentiel de la Comisaría General de Información », relatant les déclarations de Gius (...)
  • 118 Sur Jean-Pierre Cherid voir J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 49-62, et R. Arques et M. (...)
  • 119 Cherid avait déjà été arrêté en avril 1981 à Madrid, suite à l’attentat contre l’agence de voyages (...)

65Une telle interprétation déstructurée du BVE s’oppose à celle des spécialistes des GAL, pour qui le BVE s’apparente plutôt à un réseau organisé de mercenaires recrutés pour des missions décidées depuis les services de sécurité. La participation de mercenaires est mise en lumière à plusieurs reprises au cours de la transition, sans que soient jamais prouvés leur engagement ni leur rémunération par les services de l’État. Quelques noms, associés aux GAL, ressortent par la suite. Deux groupes, dont l’organisation remonte à la création du SECED, opèreraient autour de 1978 : le premier encadré par le Français Jean-Pierre Cherid, avec les Italiens Mario Ricci (« Carlo Vannoli ») et Giuseppe Calzona, les Argentins José María Boccardo et Justo Alemán, et le Tchéco-français « André Pervins » (Vladimir Vit de son vrai nom) ; le second autour des frères Clément et Gilbert Perret, qui sous-traitent des délinquants des bas-fonds de Marseille ou de Bordeaux116. La trajectoire de Giuseppe Calzona117, arrêté en 1984, est typique. Il arrive en Espagne en 1973, sur proposition de l’un de ses camarades italiens qui lui a assuré qu’il recevrait la protection du gouvernement espagnol contre sa participation à des actions des services secrets. Il se lie avec les cercles ultras de Barcelone, puis de Madrid, sous la tutelle de Stefano della Chiae. Début 1976, il participe à des actions d’identification et de localisation d’etarras dans le Sud de la France, sur demande d’un certain Enzo qui lui assure qu’il s’agit d’une commande du gouvernement. Ce travail d’exploration est suivi de l’ordre d’agir, contre Tomás Pérez Revilla notamment (mars 1976). Calzona dit avoir connu à cette époque Jean-Pierre Cherid, qui l’inclut dans sa bande de mercenaires. Cherid118, dont la mort en mars 1984 — il se tue en posant des explosifs contre une voiture — permet de faire le lien entre le BVE et les GAL, est la figure emblématique du contre-terrorisme basque. Né en Algérie de famille française, ex-militant de l’OAS recherché en France et réfugié en Espagne, après avoir été un temps mercenaire au Biafra, il entre en contact avec le SECED au début des années 1970. Présent à Montejurra, il aurait ensuite été chargé de former un réseau d’exécutants pour le compte des services secrets, à l’origine de l’assassinat d’« Argala » et de nombre d’actions revendiquées alors par le BVE. On retrouve sur son cadavre une carte officielle des services de renseignement de la Garde civile et, chez lui, des informations qui permettent d’effectuer une série d’arrestations en France dans les bas-fonds bordelais et parisiens119.

  • 120 Í. Iruin, « GAL : el espejo del Estado ».

66Plutôt que d’opposer ces deux interprétations, nos recherches penchent pour une définition élargie du terrorisme d’État qui les combine toutes deux, suivant un continuum interprétatif qui concorde avec les conclusions d’Í. Iruin, avocat de la partie civile contre les GAL et expert de la « guerre sale »120. Ce dernier distingue deux types de terrorisme d’État. Le premier, le « terrorisme incontrôlé », est formé d’actions commises par des éléments des forces de l’ordre ou des groupes d’extrême droite contre leurs adversaires politiques, dans une relative autonomie. Le second est le « terrorisme mercenaire », fondé sur le recrutement d’agents extérieurs et directement dépendant d’une politique de lutte contre l’ETA dessinée par les services de sécurité. Dans l’étape qui nous intéresse, ces deux types de terrorismes coexistent et composent cette nébuleuse d’actions perpétrées sous la revendication de sigles multiples.

c) Le degré d’implication de l’État

  • 121 Les deux niveaux inférieurs sont celui du choix et du recrutement des agents et celui de l’exécuti (...)

67En revanche les informations manquent sur le degré exact de l’implication de l’État, en particulier sur les deux premiers niveaux décisionnels définis par Iruin : celui des décisions politiques et celui de la définition stratégique et opérationnelle121.

  • 122 J. Barrionuevo, 2001 días en Interior, p. 211.

68Les seules procédures judiciaires qui ont eu lieu en Espagne ont en effet conduit à absoudre les corps de sécurité. Dans le cas de Zabala et Iturbide, la justice a tout bonnement conclu à la responsabilité individuelle des inculpés. Dans l’affaire d’Hendaye, Ballesteros est mis en cause, mais il bénéficie d’une protection absolue du gouvernement espagnol, qui se prolonge sous le gouvernement Felipe González. Après de nombreux refus de comparution auprès de la justice française, l’ancien commissaire général au renseignement est finalement contraint de se présenter en 1985 devant l’Audience provinciale de Saint-Sébastien. Barrionuevo, le nouveau ministre de l’Intérieur, lui témoigne son soutien et s’assure de son silence. Ballesteros est néanmoins condamné pour délits d’obstruction à la justice et de prévarication — il a toujours refusé de révéler l’identité des trois individus arrêtés à la frontière — avant d’être absout en appel par le Tribunal suprême. « Ce n’était que justice et ce que méritait ce professionnel de la police » à la loyauté exceptionnelle, estime Barrionuevo122. En 1986, il est même nommé directeur du Cabinet d’information du sous-secrétariat d’État à la Sécurité, confié à Rafael Vera, mettant au service du gouvernement socialiste ses compétences professionnelles dans la lutte antiterroriste. L’impunité recouvre donc les agents de la sécurité impliqués dans le contre-terrorisme jusque dans la période socialiste, obscurcissant la connaissance des réseaux mis en place auparavant.

  • 123 Sur ces rivalités, voir F. Medina, Las sombras del poder ; A. M. Díaz Fernández, Los servicios de (...)
  • 124 José Ignacio San Martín est notamment condamné à dix ans de prison pour sa participation au coup d (...)

69Les quelques données disponibles signalent néanmoins, comme pour le reste des actions radicales de droite, la responsabilité de certains secteurs du SECED-CESID, du Commissariat général au renseignement et du haut État-Major de la Garde civile. Le CESID, encore embryonnaire, est dominé par des militaires nostalgiques du régime antérieur, tandis que gardes civils et policiers préservent jalousement leur champ d’action, non sans provoquer de fortes rivalités internes123. Les luttes intestines qui déchirent les services de renseignement après le 23-F, où apparaît impliqué un certain secteur du CESID composé d’anciens du SECED124, contribueraient ainsi à expliquer la pause de 1981 dans les actions contre terroristes. Mais le doute subsiste sur les liens entre ce niveau et celui des dirigeants politiques : ces secteurs agissent-ils de façon autonome ou dépendent-ils de décisions prises au niveau politique ? Le doute est d’autant plus légitime que les dirigeants de la transition ne disposent pas, loin de là, d’un contrôle total sur les services secrets qui possèdent une grande autonomie d’action. Il est donc peu probable que les actions aient été menées depuis le cabinet du ministre de l’Intérieur. Pourtant le coup d’arrêt donné aux actions du BVE en mars 1981, suite à l’interpellation de deux individus qui agissaient en toute impunité depuis trois ans, nourrit l’hypothèse d’un certain contrôle gouvernemental du terrorisme du BVE. Ces arrestations, dues à la pression politique et populaire, témoignent autant d’une volonté politique nouvelle d’en finir avec ces pratiques que de la complaisance qui recouvrait les années précédentes. Le BVE était devenu, après la tentative de coup d’État, plus gênant qu’utile aux intérêts du gouvernement. Si le gouvernement n’était pas le cerveau de cette première « guerre sale », du moins avait-il la capacité d’y mettre un terme. Il en était donc nécessairement complice.

  • 125 D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 256 et 246.
  • 126 Ibid., p. 263.
  • 127 Ibid.

70« Laisse-les. Qu’ils se défoulent. Ils feront bien peur à certains », aurait-on dit à Sáenz de Santamaría au ministère de l’Intérieur125. L’opinion dominante dans les milieux policiers et gouvernementaux est en effet que les actions du BVE ont une certaine efficacité, dans le sens où elles réduisent la sensation d’impunité totale qui règne parmi les réfugiés basques en France. Le « sanctuaire français » est alors une réalité, la France rechignant à collaborer avec un gouvernement qu’elle peine à reconnaître encore comme pleinement démocratique. Les réfugiés basques, cibles du BVE, commencent à avoir peur et à moins se montrer dans les bars d’Hendaye, de Saint-Jean-de-Luz ou du Petit Bayonne. L’impunité des « incontrôlés » apparaît donc un juste miroir à l’impunité etarra. Sáenz de Santamaría affirme avoir néanmoins été conscient de l’effet contreproductif de ces actions : à chaque attentat du BVE, « l’ETA est d’une certaine façon légitimée car l’attentat vient nourrir sa théorie de l’absence de libertés démocratiques et d’affrontement avec un État répressif »126. Tout comme le reste des violences d’État (arrestations massives, tortures et bavures policières), les pratiques contre-terroristes apportent du grain à moudre à la thèse nationaliste du « rien n’a changé » depuis la mort de Franco. Preuve supplémentaire de la persistance d’un système répressif et de la farce démocratique, elles contribuent à nourrir les rangs de l’ETA. Or toujours selon le général de la Garde civile, ces arguments semblent ne pas atteindre les dirigeants de l’UCD : « j’ai eu l’impression, rapporte-t-il, que ce point le [Rosón] dépassait »127. En 1980 ne l’oublions pas, l’opinion publique commence à être sérieusement lassée de la liste des victimes du terrorisme qui semble s’allonger de façon infinie, face à l’impuissance d’un État réduit à accumuler des arrestations à l’aveugle qui se terminent en libération immédiate par les juges. Les dirigeants politiques se contentent de collectionner les communiqués de condamnation de la violence, quelle qu’elle soit, au rythme des attentats et des scandales qui impliquent les agents de l’État, sans opter pour une stratégie de fond bien définie.

71L’opposition elle-même ne s’indigne pas outre mesure de ces actions illégales contre les milieux nationalistes basques : on a vu que le sujet n’occupe le Parlement que dans les affaires les plus criantes et de façon extrêmement ponctuelle. Une fois l’émotion passée, la polémique est oubliée. La presse non plus ne s’inquiète pas sérieusement de cette dérive de l’État de droit, les enquêtes journalistiques sont rares et embryonnaires. Il est vrai qu’il n’est pas simple de cheminer dans le panorama nébuleux du contre-terrorisme qui mêle des activistes des partis d’extrême droite, des policiers, des gardes civils, des militaires, des membres de la pègre locale et des mercenaires étrangers. Cette forte dispersion des acteurs a pu contribuer au brouillage des perceptions pendant toute la période de la transition. Dans cette mêlée de violences, la « guerre sale » n’est pas un phénomène clairement identifiable ni identifié. Un tel éclatement permet d’éluder la question de la responsabilité directe du gouvernement, qui apparaît diluée parmi une cascade d’implications diverses. Ce n’est que plus tard, avec la réduction du panorama de la violence à l’ETA d’un côté, et aux GAL de l’autre, qu’une telle responsabilité apparaît en plein jour et sème le doute sur la période antérieure.

d) Épilogue : les GAL

  • 128 Sentence TS, 2, 29/7/1998. Voir le texte intégral de la sentence sur la page web de l’association (...)

72Dans l’affaire Segundo Marey, enlevé le 4 décembre 1983 à Hendaye dans la première action revendiquée par les GAL, la sentence du Tribunal suprême du 29 juillet 1998128 déclare coupables de délits de malversation et/ou de détention illégale les douze inculpés. Sont condamnés les policiers qui ont exécuté le crime, ceux qui l’ont organisé (le sous-commissaire José Amedo et son compère d’origine française, Michel Domínguez, chargés du recrutement des mercenaires pour le compte des GAL sous l’égide du commissaire Miguel Planchuelo à la BRIS, lui-même dépendant de Francisco Álvarez, chef de la police de Bilbao), mais aussi les responsables politiques à l’origine de l’opération : Ricardo García Damborenea, secrétaire général du Parti socialiste d’Euskadi en Biscaye, Julián Sancristóbal, gouverneur civil de Biscaye avant d’être nommé directeur général de la Sûreté en février 1984, Rafael Vera qui occupait ce poste avant de devenir sous-secrétaire du ministère de l’Intérieur, et José Barrionuevo, le ministre de l’Intérieur. En revanche, les inculpés sont absous du délit d’appartenance à une bande armée. Par cette sentence la justice espagnole reconnaît, quinze ans après les faits, l’implication des plus hautes autorités de l’État (même si Felipe González reste, malgré les pressions de l’accusation, exempt d’inculpation) dans l’organisation d’une action violente illégale dans le cadre de la lutte contre l’ETA, financée par les fonds secrets du ministère de l’Intérieur.

  • 129 Un dernier assassinat d’un réfugié basque date de juillet 1987, acte ultime d’une structure déjà m (...)
  • 130 J. Barrionuevo, 2001 días en Interior, p. 58, et S. Belloch, Interior, pp. 141-142.
  • 131 Néanmoins, une lente collaboration se met en place, qui aboutit à une grande rafle française dans (...)
  • 132 Sur la doctrine Damborenea, voir son ouvrage, R. García Damborenea, La encrucijada vasca.

73En plus de l’enlèvement de Segundo Marey, les GAL sont à l’origine de près de 50 attentats et de 28 assassinats — dont 9 sont sans relation aucune avec l’ETA — entre octobre 1983 et février 1986129. Ils seraient nés d’une réunion de la Junte de sécurité du ministère de l’Intérieur, l’invention du sigle revenant au commissaire Francisco Álvarez, comme pièce fondamentale d’une stratégie globale de lutte contre l’ETA. Alors que tous croyaient, en 1982, à une issue pacifique au conflit basque une fois la gauche au pouvoir, l’ETA marque sa détermination à poursuivre la lutte en assassinant dès le mois de novembre 1982 le général Lago Román, chef de la division blindée de Brunete (Madrid). L’espoir d’une collaboration accrue de la France de Mitterrand est de plus mis à mal lors de la première rencontre entre Barrionuevo et son homologue français, Gaston Defferre, en avril 1983. « Est-ce vrai qu’il y a un Parlement basque ? », demande Defferre à son collègue espagnol, après lui avoir déclaré que « les etarras ressemblaient à ce qu’il avait été, un membre de la Résistance »130. Propos qui résument l’ignorance hostile de la France à l’égard du problème terroriste basque131, hostilité sur laquelle insiste la sentence de 1998 comme facteur explicatif clef du passage à l’action directe. Suite à l’enlèvement et à l’assassinat du capitaine Martín Barrios par l’ETA en octobre 1983, Barrionuevo opère une série de changements dans son ministère qui manifestent un virage stratégique en faveur de la ligne belligérante définie par Ricardo García Damborenea132. Carlos Sanjuán, sous-secrétaire d’État au ministère et partisan d’une réforme profonde du système de sécurité et de ses cadres, est évincé et remplacé par Rafael Vera qui laisse la DGS aux mains de Julián Sancristóbal, assisté de Francisco Álvarez dans la lutte antiterroriste. Il s’agit d’en finir avec l’organisation terroriste et la passivité française.

  • 133 En réalité, le premier enlèvement des GAL date du 15 octobre 1983, sur les personnes de José Ignac (...)

74La stratégie adoptée vise à semer la terreur dans les milieux nationalistes basques du « sanctuaire français » et à forcer la collaboration de la France, en l’incitant à expulser les réfugiés basques vers l’Espagne. Un rapport du CESID, daté de juillet 1983, conseille la modalité de la disparition par enlèvement. La première tentative133 sur le dirigeant etarra José Mari Larretxea Goñi, en octobre 1983, est un échec : les quatre policiers espagnols sont arrêtés par leurs homologues français. Un second enlèvement est alors prévu, celui de Mikel Lujua Gorostola, mais en faisant appel cette fois à des mercenaires. Ceux-ci se trompent de cible et prennent en otage Segundo Marey, qui n’a rien à voir avec l’ETA. Néanmoins, Sancristóbal, Damborenea et Álvarez décident, avec l’accord de Barrionuevo, de garder le prisonnier en otage pour faire pression sur les autorités françaises et les pousser à mettre en liberté les quatre policiers interpellés dans l’affaire Larretxea. Ces premiers attentats posent donc clairement la relation intime qui unit l’existence des GAL à l’absence de coopération de la France, ainsi que la stratégie opérationnelle rapidement adoptée : faire appel à des mercenaires qui n’agissent que sur le territoire du pays voisin, pour faire croire au caractère strictement étranger du groupe et éviter toute mise en relation avec les services de sécurité espagnols.

  • 134 Voir pour cela la bibliographie déjà citée sur les GAL (n. 61, p. 398).
  • 135 S. Belloch, Interior, p. 49.
  • 136 V. Ruiz de Azúa, « Las manos sucias », p. 585.
  • 137 Entretien, 2006.
  • 138 Rafael Vera, interviewé par P. Woodworth en novembre 1997, P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpi (...)

75Notre objet n’est pas de revenir plus longuement sur l’histoire d’une structure contre-terroriste mise en place au cœur du pouvoir de la jeune démocratie espagnole134. Reste à répondre à notre questionnement initial : les GAL sont-ils un prolongement du BVE ? L’ensemble du chapitre qui précède comporte les réponses à cette interrogation essentielle : si la continuité des structures, des hommes et des méthodes de la lutte antiterroriste ne fait aucun doute, il reste que la décision de créer les GAL revient aux seuls dirigeants socialistes. Pour Sáenz de Santamaría, le BVE « fut le précédent des actions qui ont constitué ce qui s’appela ensuite les Groupes antiterroristes de libération, sans qu’il y ait une solution de continuité entre eux »135. « Quand il fut décidé de créer les GAL, les mercenaires et les arsenaux étaient là et il n’y avait pas besoin de les inventer », souligne autrement Ruiz de Azúa136. L’erreur des socialistes serait dès lors d’avoir gardé à la tête de la lutte antiterroriste, ces hommes issus de l’appareil répressif franquiste et reconvertis ensuite dans le combat contre l’ETA : Manuel Ballesteros, Jesús Martínez Torres, Francisco Álvarez, José Amedo, etc. Sartorius souligne aujourd’hui cette erreur, exprimant un sentiment partagé par beaucoup de protagonistes de la gauche de l’époque : « il était dangereux de continuer avec les mêmes cadres de la politico-sociale, mais ni Suárez, ni Felipe [González] ne nous [les communistes] ont écouté » sur la nécessité de procéder à l’épuration des cadres policiers hérités du franquisme. « Ils l’ont payé, poursuit Sartorius […]. Les GAL sont des gens qui venaient de la BPS, comme Amedo. C’est très dangereux de travailler avec ces gens, car ce sont des personnes absolument amorales, qui peuvent te tromper à n’importe quel moment »137. De l’erreur à l’absolution des responsabilités des dirigeants, le glissement est facile : les socialistes n’auraient eu d’autre option que d’utiliser les ressources issues du franquisme car, en l’absence de personnel formé dans les cadres démocratiques, les experts de la lutte antiterroriste provenaient, de fait, de l’ex-brigade politique du franquisme138.

  • 139 Sur l’indifférence de l’opinion publique, voir P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias, pp. 165- (...)

76Si la responsabilité des GAL incombe donc aux seuls dirigeants socialistes, la gestation du projet et le mode opérationnel choisi sont incompréhensibles sans l’existence, depuis la fin du franquisme, de pratiques violentes et illicites de lutte contre la subversion qui bénéficient de la protection, de la complicité voire de l’impulsion des services de sécurité de l’État. La complaisance des politiques de tous bords à l’égard de telles pratiques, longtemps comprises comme l’œuvre d’« incontrôlés » isolés, a ainsi permis le développement d’une culture de la violence comme moyen légitime de lutte contre la violence terroriste, qui contribue à expliquer l’apparition des GAL, ainsi que la passivité écrasante d’une opinion publique alors peu émue par ladite « guerre sale » contre l’ETA139.

Notes

1 Ces pourcentages sont calculés en incluant les données fournies par les bulletins d’information de la police (AGA, BI, 11/1/1977-31/7/1977), puisque les informations concernant les arrestations en sont issues.

2 Les chiffres exacts du taux d’éclaircissement des attentats de l’extrême droite sont les suivants : 10 % pour 1977, 9 % en 1978, 55 % en 1979, 81 % en 1980 et 75 % pour les premiers mois de 1981 (janvier-avril). Ils sont issus des informations fournies par le ministre de l’Intérieur Rosón en avril 1981 (DSC n ° 159, IL, 9/4/1981, p. 9832).

3 Diario de Barcelona, 25/11/1976.

4 El País, 10/10/1976.

5 Carrillo (PCE), DSC, 43, LC, 23/12/1977, p. 1614.

6 El País, 12-22/10/1976.

7 Parmi eux une quinzaine d’étrangers — dont sept Argentins, à commencer par Jorge Cesarsky, réfugié en Espagne depuis dix ans et proche du leader de FN. Cesarsky est inculpé, mais l’auteur matériel des faits, José Ignacio Fernández Guaza, membre de l’escorte de Blas Piñar, parvient à s’enfuir en France.

8 « Aucun des impliqués dans l’attentat de la rue Atocha n’est, ni n’a été, militant de notre mouvement politique », affirme le communiqué de FN diffusé le même jour, AGA, BI, 15/3/1977.

9 Entretien, 2006.

10 Document cité dans J. Delgado, Los grises, pp. 308-311.

11 DSC, 133, LC, 8/11/1978, p. 5287.

12 Le règlement de licences en vigueur date du 27 décembre 1944. Il prévoit notamment que des armes peuvent être accordées à tous les cadres de la FET y de las JONS (El País, 1-2/2/1977).

13 El País, 25/11/1976.

14 Dans les archives du Gouvernement civil de Madrid, existent des dossiers sur FN, Frente de la Juventud, Comunión Tradicionalista, CEDADE, etc., aux côtés de ceux sur le PCE (m-l) ou les GRAPO. De même il existe des dossiers sur chaque « 20-N », aux côtés de ceux sur chaque « 14 de abril » (AGA, GCM).

15 Orden de 8 de junio de 1978, por la que se regula la asistencia a reuniones y manifestaciones.

16 CE, art. 22.5°.

17 Real decreto 2749/1978, de 24 de noviembre, sobre utilización de la bandera nacional. Une loi reprend ses dispositions en 1981 (ley 39/1981, de 28 de octubre, por la que se regula el uso de la bandera de España y el de otras banderas y enseñas). Il s’agit aussi de modifier l’image du drapeau espagnol qui, même s’il ne contient plus l’aigle franquiste, reste identifié aux démonstrations du régime antérieur. Le drapeau doit devenir, par ces dispositions, le patrimoine de tous et le symbole de la réconciliation nationale.

18 AGA, GCM, 111/362 « 20-N 1978 », nota del Gobierno Civil, 9444, 23/11/1978.

19 AGA, GCM, 111/363 « 20-N 1979 », nota del Gobierno Civil, 9295, 16/11/1979. Les partis protégés sont : PSOE, UCD, MCE/OIC, Partido Liberal Progresista, AP, PSE, Acción Ciudadana Liberal, FET de las JONS (Auténtica), Democracia Cristiana, ORT, CNT, et les locaux du PCE, des syndicats (CC.OO, UGT, SU, CSUT, USO) et même du journal communiste Mundo Obrero.

20 El País, 10/6/1978.

21 El País, 9/3, 8/4, 23-26/5, 16/9/1978.

22 Interpellation du PSC, BOCG, D-169-I, 25/10/1979, traitée en séance plénière, DSC, 44, IL, 15/11/1979, pp. 2793-2798.

23 Emilio Rodríguez Román, El País, 16/10/1976.

24 « Informe que emite el Coronel jefe de la primera circunscripción de las Fuerzas de Policía Armada, sobre el desarrollo del acto de afirmación nacional que por el presidente de Fuerza Nueva fue solicitado y autorizado por la autoridad civil, desarrollándose en la plaza de toros de las Ventas el día 17 de julio de 1978 », 18/7/1978 (AGA, GCM, 111/364 « 18/7/1978 »).

25 Lettre du commissaire de police de Buenavista au Jefe Superior de Policía de Madrid (AGA, GCM, 111/364 « 18/7/1978 »).

26 DSC, 43, LC, 23/12/1977, pp. 1601-1602 et DSC, 97, Comisión de encuesta sobre los sucesos de Málaga y Tenerife, LC, 27/6/1978, p. 3615.

27 Par exemple la sentence du Tribunal suprême du 17 mars 1980, confirme la sentence condamnatoire de l’Audience nationale datée du 21 septembre 1978, contre trois membres d’extrême droite inculpés pour avoir lancé des cocktails Molotov contre le Parti communiste de Murcie. La justice considère que les inculpés ont agi « en représailles de caractère politique, utilisant en plus des substances inflammables ou explosives, capables en soi de produire de graves dégâts […] dans le désir de nuire à un parti politique déterminé » (Sentence TS, 1525, 17/3/1980).

28 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/08921-42/08923 « Carlistas ».

29 El País, 22/4/1978.

30 El País, 25/4/1979 (l’éditorial est intitulé « Les vacances d’un criminel »), 26/4/1979, 4-5/5/1979. Une interview de Lerdo de Tejada, menée par le journaliste Alfredo Semprún à Perpignan, fait grand bruit. Voir aussi l’interpellation du PCE relative à l’évasion de l’inculpé, BOCG, D-30-I, 26/4/1979, traitée dans le DSC, 9, IL, 16/5/1979 pp. 365-377.

31 Pour le député socialiste, « il existe des passivités dans le meilleur des cas et des complicités dans le pire d’entre eux, au sein de l’appareil d’État, qui doivent être éclaircies et dont la manifestation n’est que la pointe de l’iceberg qui se cache en dessous », DSC, 10, IL, 23/5/1979, pp. 394-398, 422-426, 411.

32 Une explosion le 19 janvier dans le bar Aldana, à Baracaldo, fait 4 morts et 10 blessés ; le 2 février le BVE assassine Jesús María Zubicaray, militant de EE à Eibar et revendique la mort de Yolanda González à Madrid — en réalité assassinée par des membres de FN —, et le 10 février Vicente Cuervo est assassiné à Madrid par des militants de FN.

33 DSC, 71, IL, 6/3/1980, pp. 4712-4715.

34 Alcaraz Masats (PCE), DSC, 16, Comisión de Interior, IL, 26/3/1980.

35 Jesús García et Alfredo Ramos Vázquez, tués en janvier 1980.

36 Audience nationale, sentence du 17/11/1981. Pour un résumé de l’affaire, voir El País, 18/12/1980, et la sentence TS, 586, 29/1/1983, qui confirme en appel la sentence précédente.

37 Rojas Marcos (Grupo Andalucista), DSC, 57, IL, 20/12/1979, pp. 3904-3906.

38 Question du PSOE, BOCG, E-718-I, 9/9/1981.

39 Pas moins de cinq questions sont déposées au Congrès et l’opposition réclame des sanctions pénales en plus des sanctions administratives. Trois questions proviennent du PCE (BOCG, E-774-I et E-780-I, 15/12/1981 ; BOCG, F-2699-I, 12/1/1982) et deux du PSOE (BOCG, E-778-I et E-786-I, 15/12/1981).

40 Question du PSOE, BOCG, E-718-I, 9/9/1981. Voir par exemple aussi la question posée par Acosta Cubero sur les violences qui se multiplient dans les quartiers de Malasaña et Buenavista, depuis que le siège de FN s’est installé calle Mejía Lequerica, en 1979, DSC, 16, Comisión de Interior, IL, 26/3/1980.

41 « Notre expérience nous indique que, quand nous interpellons le gouvernement sur quelque violence des groupes d’extrême droite, quelques jours plus tard la presse rend compte d’enquêtes et d’arrestations d’individus, présumés impliqués dans les faits que nous avons dénoncés. En revanche, quand nous n’estimons pas nécessaire de questionner le gouvernement sur les faits de ce type, rien n’est communiqué et on a l’impression que de tels incidents restent dans la plus grande impunité », poursuit la question précitée (ibid.).

42 DSC, 63, IL, 14/2/1980, pp. 4231-4237.

43 Ibid.

44 Rosón, DSC, 92, IL, 21/5/1980, pp. 6037-6040.

45 Rosón, DSC, 71, IL, 6/3/1980, pp. 4712-4721 et DSC, 16, Comisión de Interior, IL, 26/3/1980. Le commissaire Merino de la Hoz est sanctionné à plusieurs reprises pendant la transition pour des articles publiés dans des journaux progressistes, notamment l’un sur l’affaire Arregui.

46 Voir l’interpellation du PSOE, BOCG, D-562-I, 5/2/1981, et la question du PCE, BOCG, E-538-I, 10/2/1981.

47 El País, 9, 20, 23, 27/1/1981.

48 Réponse de Rosón à une interpellation du PSE-PSOE (BOCG, D-503-I, 22/11/1980), en séance plénière, DSC, 165, IL, 30/4/1981, pp. 10104-10107.

49 El País, 25/7/1981.

50 Information fournie par le ministre de l’Intérieur en réponse écrite à une question du PCE, BOCG, E-780-II, F-20, 31/8/1982, p. 1326.

51 El País, 11/7/1981 et 1/7/1982.

52 El País, 10/10/1981.

53 Voir les questions de Blas Piñar BOCG, F-1900-II, 9/7/1981 ; BOCG, E-573-I, 12/3/1981. En mai le leader de FN s’insurge également devant le Congrès contre l’interdiction par la mairie de Palma de Majorque de coller des affiches du parti (BOCG, F-1817-I, 4/5/1981).

54 El País, 10/12/1981. L’amende imposée alors à FN pour avoir accolé un crépon de deuil au drapeau espagnol le jour de la fête de la Constitution, d’un montant de 500 000 pesetas, est par la suite annulée (El País, 4/4/1982).

55 Questions de Sánchez Montero déposées le 4 et le 12 février 1981 (BOCG, E-553-I, 24/2/1981 et BOCG, E-559-I, 3/3/1981).

56 Réponse écrite du ministre de l’Intérieur à une question du PSOE (BOCG, E-696-II, F-20, 31/8/1982, p. 1343).

57 BOCG, E-611-I, 7/5/1981. Question traitée en Commission de l’intérieur, DSC sin número, Comisión de Interior, IL, 30/4/1981.

58 Entretien, 2005.

59 Entretien, 2006.

60 La première enquête, remarquable, qui a contribué à faire éclater le scandale des GAL, est celle menée par des journalistes de Cambio 16, R. Arques et M. Miralles, Amedo.

61 Notons qu’à la différence de la torture, certains acteurs de la « guerre sale » ont raconté leur expérience. Sur les GAL, en plus de l’ouvrage précité, voir J. García, Los GAL al descubierto ; J. L. Morales et alii, La trama del GAL ; A. Rubio et M. Cerdán, El caso Interior et El origen del GAL ; P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias ; S. Belloch, Interior ; Í. Iruin, « GAL : el espejo del Estado » ; J. Barrionuevo, 2001 días en Interior ; J. A. Perote, Confesiones de Perote ; J. Amedo, La conspiración.

62 C’est le cas de P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias ou de V. Ruiz de Azúa, « Las manos sucias ».

63 Martín Eizaguirre et Fernández Caro. Il s’agirait de l’œuvre du commando de Jean-Pierre Cherid (R. Arques et M. Miralles, Amedo, pp. 90-91).

64 Sur les enquêtes et processus judiciaires sur les GAL, voir l’excellente synthèse de P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias, pp. 165-394.

65 DSC, 472, Comisión de Defensa, V a Legislatura, 4/4/1995, p. 14386.

66 En avril 1981, le BVE revendique un attentat manqué contre le résident basque Javier Aguirre, à Paris (El País, 25-26/4/1981). Ensuite, il revendique en juin 1982 l’assassinat aux États-Unis de José Ángel Uriagereka, mais les motivations de l’attentat restent obscures.

67 Les seules procédures judiciaires qui ont eu lieu en Espagne concernent le procès Zabala et Iturbide et l’affaire d’Hendaye (voir infra pp. 411-412).

68 Militaire de carrière, il est au premier rang de la lutte contre la subversion depuis son poste de chef d’État-Major de la Garde civile où il se maintient de 1971 à 1979, en dépit de la valse des directeurs généraux de l’institution. Il fait progressivement figure de démocrate et est nommé à la tête de la Police nationale, d’où il effectue une incursion dans la lutte antiterroriste en tant que délégué spécial du gouvernement au Pays basque (février 1980). Il poursuit par ailleurs son ascension militaire et atteint le grade de lieutenant-général en janvier 1982, ce qui lui permet d’être nommé capitaine général de la VIIe Région militaire (Valladolid), puis de la région catalane. Son expérience des milieux militaires, des forces de sécurité de l’État, de la politique du maintien de l’ordre ainsi que de la lutte antiterroriste en font un partenaire indispensable du nouveau gouvernement socialiste : Narcís Serra, le ministre de la Défense, en fait son conseiller avant qu’il soit nommé en novembre 1983 directeur général de la Garde civile. Ses mémoires sont recueillies dans D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María.

69 El País, 16, 25/4, 30/5 et 5/10/1978.

70 El País, 27, 29/2/1980. Le garde civil est expulsé de l’institution.

71 Guerra fait référence à l’incident dont est victime le député socialiste Jaime Blanco à Santander, en août 1977. DSC, 8, LC, 14/9/1977, p. 175.

72 Cité par D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, p. 143.

73 Ibid., p. 144.

74 Sur ces débuts du SECED, voir J. I. San Martín, Servicio Especial ; F. Medina, Las sombras del poder, pp. 21-43 ; A. M. Díaz Fernández, Los servicios de inteligencia españoles, pp. 146-160 et J. Bardavío et alii, Servicios secretos.

75 Le budget passe de 200 000 pesetas en 1968, à 10 millions en 1969 et à 72 millions en 1973 (A. M. Díaz Fernández, Los servicios de inteligencia españoles, p. 149).

76 AGA, GCM, 102/34 « Antiterrorismo ETA (ATE). Carrero Blanco » : tract « Los porqués del asesinato de Carrero Blanco », daté du « 20 diciembre 1977. IV Aniversario », signé A. T. E.

77 L’attentat était prévu pour le 20 décembre, mais ce jour-là José Miguel Beñarán n’est pas sorti de chez lui.

78 En 2002, le CESID est remplacé par le CNI, Centre national du renseignement.

79 M. Sánchez Soler, Los hijos del 20-N, pp. 163 sq. Voir aussi X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 171-199.

80 Sur Montejurra, voir D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 149-154 pour le témoignage du général, également présent dans S. Belloch, Interior, pp. 46-49 ; X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 204-216 ; A. Grimaldos, La sombra de Franco, pp. 126-140 ; J. Cubero Sánchez, « Montejurra 1976 » ; J. Clemente et C. S. Costa, Montejurra-76 ; et Montejurra 1976-2006.

81 Cité par S. Belloch, Interior, p. 49. Pour d’autres, à Montejurra a été franchie une étape dans la violence d’extrême droite, qui se tourne désormais plus facilement vers les personnes. C’est l’opinion d’Ernesto Milà du Frente de la Juventud (X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 204-216), ainsi que celle du Parti carliste qui, en pleine « Semaine noire », affirme que « Montejurra-76 a été le début de cette escalade [d’assassinats des bandes fascistes et d’extrême droite] » (Communiqué du Comité exécutif central du Parti carliste, Madrid, 25/1/1977, AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/08921-42/08923 « Carlistas »).

82 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/08921-42/08923 « Carlistas ».

83 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 30.

84 M. Fraga Iribarne, En busca del tiempo servido, p. 47.

85 Espinosa a été interviewé par les auteurs Castro et Grimaldos (L. Castro Moral, Terrorismo y afirmación revolucionaria, pp. 213-215, et A. Grimaldos, La sombra de Franco, pp. 89-104). Il a également fait des déclarations dans des journaux, comme dans El País, 12/2/1996. Sur l’Opération Majorque, voir aussi S. Belloch, Interior, pp. 70-74, et D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 200-203.

86 Voir la sentence de l’Audience nationale du 14 juillet 1990, puis celle du Tribunal suprême du 9 juillet 1992. Ces sentences sont partiellement reprises dans A. Grimaldos, La sombra de Franco, p. 101, et J. Díaz Herrera et I. Durán, Los secretos del poder, p. 122.

87 Ils restent de fait sept ans en prison avant de voir leur peine commuée puis d’être relâchés en 1985.

88 Espinosa reste en prison jusqu’en 1995.

89 Sentence de la salle pénale de l’Audience nationale, du 14 juillet 1990, dans A. Grimaldos, La sombra de Franco, p. 102.

90 D’après Grimaldos, l’espion allemand Werner Mauss serait derrière cette opération. Il aurait été grassement payé par les compagnies d’assurance allemandes pour éviter que le MPAIAC ne fasse exploser des bombes contre des entreprises allemandes, nombreuses dans l’archipel, entreprises qu’elles seraient ensuite dans le devoir d’indemniser. C’est la ministre de la Justice de Basse-Saxe qui accuse formellement Werner Mauss en 1990 (A. Grimaldos, La sombra de Franco, p. 101).

91 Dès lors Conesa est en fuite : il se réfugie à Saint-Domingue où il dirige les services de sécurité d’une chaîne hôtelière, jusqu’à sa mort en 1994.

92 Cité par A. Grimaldos, La sombra de Franco, p. 103.

93 El País, 24-25/11/1976.

94 El País, 19, 26/11/1976.

95 El País, 8/11/1978. Etxabe fait ces déclarations au journal français Sud-Ouest.

96 El País, 22/12/1978. Voir aussi les numéros du 23-26/12/1978. Pour les spécialistes de la guerre sale, l’assassinat d’« Argala » est l’œuvre du commando de Jean-Pierre Cherid, avec l’aide du SECED et des services de renseignement de la police — Conesa en tête, alors en mission spéciale au Pays basque.

97 El País, 14/1/1979.

98 Entretien, 2006.

99 Cité dans une question socialiste au gouvernement (PSOE), BOCG, E-163-I, 27/2/1980.

100 Deux questions sont posées par le PSOE (ibid.) et par le PCE (BOCG, E-187-I, 7/3/1980). Elles sont traitées en Commission de l’intérieur, le 9 avril 1980. Cette séance ne dispose pas de transcription écrite, mais les actes sont consultables aux archives du Congrès (serie general, 3487, 11).

101 Ibid.

102 Sánchez Montero porte à plusieurs reprises devant le Congrès les irrégularités douteuses de la procédure judiciaire : BOCG, E-282-I, 30/5/1980 ; BOCG, E-550-I, 23/2/1981. Pour plus de précisions sur l’affaire Yolanda González, voir M. Sánchez Soler, La transición sangrienta, pp. 175-193.

103 Pour les spécialistes des GAL, il s’agit d’un attentat commis par le groupe des frères Perret pour le compte du BVE (J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 19-32). Voir aussi les journaux qui font part de la prétendue implication du général : El Periódico (Barcelone), 24 et 29/8/1980 ; El País 29/8/1980 ; Interviú, 224 du 28/8-3/9/1980.

104 Les socialistes interpellent le gouvernement sur l’affaire, BOCG, F-1074-II, 12/11/1980.

105 Interpellation de Juan María Bandrés, BOCG, D-528-I, 19/12/1980 ; questions orales du PCE, BOCG, E-485-I, 19/12/1980, et du PSOE, BOCG, E-488-I, 22/12/1980 ; question écrite du PNV, BOCG, F-1368-I, 24/12/1980. Rosón s’explique en Commission de l’intérieur, le 3 décembre 1980, dont les actes sont présents aux archives du Congrès (serie general, 3487, 18). Voir aussi la réponse écrite BOCG, F-1368-II, 4/3/1981.

106 BOCG, E-539-I, 10/2/1981.

107 Ainsi une enquête officielle sur la présence d’anciens membres de l’OAS sur le territoire, menée par le commissaire Fernández Dopico, conclut sur leur faible nombre et leur absence totale de relations avec l’État espagnol. Rosón affirme même que « sous aucun prétexte le gouvernement ne tolérerait » la réalisation d’actes terroristes par les services de renseignement, ni « la connivence, aussi minime soit-elle, entre des membres des services de police et les actions dudit Bataillon basque espagnol » (réponse écrite à une question du PNV, BOCG, F-1368-II, 4/3/1981).

108 Solchaga Catalán (PSOE-PSE), DSC, 142, IL, 17/2/1981, pp. 9105-9107.

109 El País, 9-13/12/1980. Les quatre inculpés sont Maxime Szornek, Henri Bergés, Jean-Claude Ruiz (algérien) et Marc Obadía (marocain), considérés comme des proxénètes du milieu bordelais. La police a retrouvé dans la voiture de l’un d’eux des armes de fabrication espagnole et une liste d’etarras réfugiés en France. Bergès est condamné à 7 ans de prison et les autres à 15 ans. En outre la sentence les déclare coupables de délit d’association criminelle. Selon le commissaire Bardon, de la Police judiciaire de Bordeaux, les accusés ne sont que « la pointe visible de l’iceberg, la plus petite ».

110 El País, 24, 26/11/1982. Ballesteros ne se présente à aucune des citations de la justice française.

111 Sentence de l’Audience nationale du 11 juin 1985, citée par Í. Iruin, « GAL : el espejo del Estado ».

112 Cervero fait ses révélations en novembre 1985 dans la revue Interviú. Il apparaît aussi dans « Le GAL, les mains sales », Reportage d’Arthur Mc-Caig, diffusé sur Antenne 2 le 10/4/1986, puis sur les télévisions régionales d’Euskadi et de Catalogne (TV-3). Ce reportage a eu un grand impact dans l’opinion publique française et espagnole.

113 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, p. 23. Cervero accuse aussi directement plusieurs personnes : Pedro Catalán Jiménez, qui devient le chef du service des renseignements de la Garde civile, et Cándido Amedeo, chef de l’unité opérationnelle des GEOs. Il envoie ses dénonciations aux Commissions de la justice et de l’intérieur du Congrès des députés sans parvenir à ce qu’une enquête soit ouverte (J. García, Los GAL al descubierto, p. 20).

114 D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 142, 194 et 219.

115 Ibid., p. 255.

116 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, p. 29. En août 1985, l’ETA assassine Clément Perret. Sa famille fait incomber la responsabilité de l’affaire à la presse espagnole pour les informations publiées tout au long de 1985 sur les activités du clan Perret au sein du BVE.

117 « Informe confidentiel de la Comisaría General de Información », relatant les déclarations de Giuseppe Calzona, arrêté à Madrid en juin 1984 avant d’être remis en liberté en janvier 1985 par l’Audience nationale après le refus de la justice espagnole de l’extrader vers l’Italie. Le document est cité par J. García, Los GAL al descubierto, pp. 11-20.

118 Sur Jean-Pierre Cherid voir J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 49-62, et R. Arques et M. Miralles, Amedo, pp. 83-88.

119 Cherid avait déjà été arrêté en avril 1981 à Madrid, suite à l’attentat contre l’agence de voyages Transalpino et contre le domicile de son gérant, Andrea Meiville. L’agence était en réalité une couverture aux trames fascistes italiennes : Mario Ricci (« Carlo Vannoli »), l’un des lieutenants de Stefano della Chiae y était employé avec Cherid. Meiville avait rompu avec les membres du BVE, ce qui explique cet attentat en guise de représailles. Cherid est néanmoins relâché après un séjour de 5 jours à la DGS (El País, 29-30/4/1981, et J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 56-58).

120 Í. Iruin, « GAL : el espejo del Estado ».

121 Les deux niveaux inférieurs sont celui du choix et du recrutement des agents et celui de l’exécution des actions armées, ibid.

122 J. Barrionuevo, 2001 días en Interior, p. 211.

123 Sur ces rivalités, voir F. Medina, Las sombras del poder ; A. M. Díaz Fernández, Los servicios de inteligencia españoles ; J. Bardavío et alii, Servicios secretos.

124 José Ignacio San Martín est notamment condamné à dix ans de prison pour sa participation au coup d’État. C’est l’interprétation d’Arques et de Miralles, confortée par l’explosion, le 14 juin 1982, de quatre bombes contre des locaux du CESID. Selon ces auteurs, ces attentats sont l’œuvre de Jean-Pierre Cherid et de Mario Ricci, sur ordres des services de la Présidence en représailles au 23-F (R. Arques et M. Miralles, Amedo, pp. 138-139).

125 D. Carcedo et I. Santos Peralta, Sáenz de Santa María, pp. 256 et 246.

126 Ibid., p. 263.

127 Ibid.

128 Sentence TS, 2, 29/7/1998. Voir le texte intégral de la sentence sur la page web de l’association Nizkor : http://www.derechos.org/nizkor/espana/doc/marey.html.

129 Un dernier assassinat d’un réfugié basque date de juillet 1987, acte ultime d’une structure déjà morte.

130 J. Barrionuevo, 2001 días en Interior, p. 58, et S. Belloch, Interior, pp. 141-142.

131 Néanmoins, une lente collaboration se met en place, qui aboutit à une grande rafle française dans les milieux des réfugiés basques en janvier 1984, à des expulsions vers les pays tiers et aux premières extraditions vers l’Espagne en août. Mais les socialistes rechignent encore à extrader des etarras. Il faut attendre l’arrivée de Jacques Chirac en 1986 pour que la France s’engage de façon décidée dans la lutte contre l’ETA. Là-dessus, voir S. Morán Blanco, ETA, entre España y Francia, et G. Ménage, L’œil du pouvoir, pp. 351-530.

132 Sur la doctrine Damborenea, voir son ouvrage, R. García Damborenea, La encrucijada vasca.

133 En réalité, le premier enlèvement des GAL date du 15 octobre 1983, sur les personnes de José Ignacio Zabala et José Antonio Lasa qui disparaissent à Bayonne sans laisser de traces. Leurs cadavres sont retrouvés deux ans plus tard à Alicante, enterrés dans de la chaux vive. Le lien avec les deux réfugiés basques ne se fait que bien plus tard, en 1995, provoquant une immense indignation publique. Les réfugiés ont été torturés pendant des semaines à la caserne de Saint-Sébastien avant d’être tués et enterrés. La justice est saisie et un procès, à rebondissement, condamne Rodríguez Galindo, ex-directeur de la Garde civile et à cette époque chef de la Garde civile de Saint-Sébastien, et Julen Elgorriaga, gouverneur civil du Guipúzcoa, pour délits d’assassinat et d’enlèvement.

134 Voir pour cela la bibliographie déjà citée sur les GAL (n. 61, p. 398).

135 S. Belloch, Interior, p. 49.

136 V. Ruiz de Azúa, « Las manos sucias », p. 585.

137 Entretien, 2006.

138 Rafael Vera, interviewé par P. Woodworth en novembre 1997, P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias, pp. 47-55.

139 Sur l’indifférence de l’opinion publique, voir P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias, pp. 165-394, et J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 171-178. Seuls des individus isolés et minoritaires se lancent dans des enquêtes. Par exemple El País accorde une place minime aux GAL, au moins jusqu’en 1987, c’est-à-dire une fois les GAL disparus.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 25. — Les arrestations de membres de l’extrême droite pour terrorisme
Légende SOURCES. Élaboration personnelle à partir des informations fournies par le ministre de l’Intérieur Rosón en avril 1981 (DSC, 159, IL, 9/4/1981, p. 9832) et en avril 1982 (F-4, BOCG, 27/4/1982, p. 266 en réponse à une question socialiste E-718-I, BOCG, 9/9/1981). Les documents du ministère de l’Intérieur utilisés sont : « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234 ; Unidad de Policía Judicial para delitos de terrorismo, « Aplicación del decreto-ley 30-6-78 y ley 4-12-78 sobre “bandas armadas” », Madrid, 1/6/1979, AGMI, Subsecretaría, 7239.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search