Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Troisième partie. Figures d’une épopée dispersée

Chapitre X

Construire une généalogie moderne

Texte intégral

  • 1 Pour une histoire de la critique sur le motif du catalogue, voir le panorama dressé par Perceau, 20 (...)
  • 2 Vernant, 1965 (« C’est à travers [les catalogues] que se fixe et se transmet le répertoire des conn (...)
  • 3 On trouve les démonstratifs ille (Énéide, VI, vv. 836, 838) — et ses variantes « illae » (v. 826), (...)
  • 4 Perceau, 2002.
  • 5 Pierre Civil (1990) a analysé le motif des galeries de portraits d’hommes illustres dans les biblio (...)

1Les descriptions géographiques incluses dans des ekphraseis ou des prosopopées permettent d’élargir l’espace du récit et de le mettre en perspective dans un ensemble territorial plus vaste : la monarchie mondialisée ou les territoires menaçants de ses ennemis. Il est un autre motif, complémentaire, qui participe de cette réflexion territoriale : les catalogues des héros passés ou à venir de la nation. Inclus, comme les descriptions géographiques, dans les ekphraseis, ils contribuent à la représentation d’un espace-temps des monarchies modernes. Organisant et classant la matière, le catalogue fonctionne comme un aide‑mémoire permettant de guider le récitant1 et d’organiser les connaissances, en l’occurrence la mémoire historique2. La généalogie est sans doute la variante qui porte à son expression la plus aboutie la profondeur temporelle du catalogue. La revue des âmes des futurs héros de Rome par Anchise aux Enfers (Énéide, VI) en est le principal modèle dans la tradition occidentale. Composée de brèves séquences et ponctuée de formules répétées qui marquent la succession des item, la généalogie s’ancre dans l’esthétique du catalogue3. Organisée chronologiquement, elle trace en sus, à partir d’Énée et de Iule, la succession héroïque qui aboutira à l’empereur Auguste, dédicataire du poème. Les catalogues sont aussi l’occasion, comme l’a montré Sylvie Perceau, d’introduire dans le poème une « situation d’interlocution particulière ». Dans le cas de la généalogie d’Énée, imitée par les poètes occidentaux, il s’agit d’un dialogue entre le héros et un personnage merveilleux qui lui révèle, dans un « discours en catalogue », la glorieuse descendance qui aboutira au dédicataire du texte4. L’Arioste avait repris ce procédé pour tracer la généalogie de la famille d’Este, lorsque Mélise déchiffre pour Bradamante la prophétie de sa propre descendance inscrite sous la forme de statues sculptées dans la grotte de Merlin. Par le biais de l’ekphrasis, l’Arioste chiffre dans l’espace fictif de la grotte l’ordre chronologique de la généalogie, lui‑même reproduit par l’ordre du dialogue entre les deux personnages. Dans ce dernier modèle, sans doute le mieux connu des poètes de la Renaissance, le catalogue généalogique dessine donc un espace‑temps. C’est par ce même principe que s’organisent les galeries de portraits d’hommes illustres des palais de la Renaissance5.

  • 6 Ces catalogues de héros sont le pendant des catalogues d’hommes illustres ou de poètes que l’on tro (...)

2L’originalité des poèmes de Corte-Real, de Camões et d’Ercilla par rapport à cette tradition consiste en premier lieu en l’introduction de généalogies dans des poèmes sur l’histoire récente, alors que Bruno Méniel constate dans le corpus français une distinction entre le poème qui célèbre une généalogie (poème héroïque) et celui qui conte l’histoire récente (poème de combat). On est bien ici à la charnière de ces deux modèles. Les épopées ibériques sont aussi novatrices en ce qu’elles appliquent le principe d’une organisation chronologique de l’énumération à des catalogues qui ne sont pas seulement des généalogies mais qui présentent aussi des héros de l’histoire passée ou à venir. Ainsi classées chronologiquement, ces séries tracent de véritables exempliers héroïques de l’Espagne et du Portugal à travers les figures monumentalisées de leurs héros6. Or, ces catalogues chronologiques suggèrent une organisation spatiale de l’expansion des monarchies en juxtaposant les militaires qui s’illustrèrent en divers points du royaume. C’est en ce sens que les catalogues de héros complètent la démonstration territoriale à l’œuvre dans les descriptions géographiques.

I. — « Além da Taprobana » : l’expansion du Portugal moderne

3Les catalogues du Siège de Diu, comme ceux des Lusiades, tracent une généalogie portugaise moderne. Contrairement aux précédents catalogues espagnols, qui cherchaient à lier le présent aux origines médiévales les plus anciennes de l’hispanité, les deux premiers poètes portugais ont en commun de tracer une continuité directe entre les héros mythiques de l’Antiquité et les héros portugais à partir du bas Moyen Âge. L’unité de leurs catalogues se trouve ainsi resserrée autour de la tranche de temps qui précède immédiatement le conflit rapporté et éclaire directement l’actualité portugaise. Pour en saisir l’originalité, il convient de revenir brièvement sur le traitement de ce motif dans les épopées espagnoles antérieures.

  • 7 Vilà, 2001, pp. 543‑553.

4Comme l’Énéide et le Roland furieux, les premières épopées espagnoles, au milieu du xvie siècle, utilisaient les catalogues pour montrer une continuité généalogique entre les héros légendaires du récit épique, empruntés à un passé lointain, et les dédicataires des poèmes, qui en tiraient gloire et prestige. La famille Centelles, que célèbre Nicolás Espinosa dans la Segunda parte de Orlando furioso, descend des illustres Cotalde et Marphise. Au chant IV, la magicienne Mélise révèle à Marphise sa descendance, dont est issu, justement, Querubín de Centelles, le grand-père du dédicataire du poème. Albert et Marphise, héros du Roncesvalles de Garrido de Villena, donnent, quant à eux, naissance à la lignée des rois d’Espagne dont le prince Don Carlos, dédicataire du poème, est l’aboutissement. Au chant XIII de la Carolea, Jerónimo de Sempere introduit, dans la vision de Jérusalem par Charles Quint, un catalogue des empereurs depuis la Rome impériale jusqu’à la maison d’Autriche puis un catalogue des rois d’Espagne jusqu’aux Rois Catholiques. Au chant XLII du Carlo famoso, Zapata procède à une longue ekphrasis des peintures de la cathédrale de Tolède, qui lui permet de passer en revue tous les rois d’Espagne depuis l’époque visigothique jusqu’à la reconquête de Grenade. Dans ces quatre poèmes, les catalogues assument la même fonction : montrer l’ancienneté et la continuité de la généalogie nationale depuis l’Antiquité ou le Moyen Âge jusqu’à l’actualité du texte. Seules les descriptions des armes de Charles Quint dans le Carlo famoso (chant XXI) et dans le Victorioso Carlos Quinto (chant III7) présentent déjà une perspective resserrée autour des règnes de Charles Quint et de Philippe II.

5Corte-Real et Camões, lorsqu’ils reprirent le motif des catalogues de héros, abandonnèrent l’idée de continuité avec l’époque médiévale. Ils construisirent plutôt une filiation directe avec l’Antiquité, dans un rapport d’émulation entre les Anciens et les Modernes. Dans le Siège de Diu, le catalogue commence dans l’Antiquité, par les trois grands peuples fondateurs dans la tradition épique occidentale, les Grecs, les Troyens et les Romains :

Muitos [triunfos] eram
Dos belicosos Gregos, outros muitos
Dos valentes Troianos, e uma turba
De famosos Romãos em largo bando.

(SCD, XX, vv. 354-357, p. 393)

6De ces trois peuples, Corte-Real met en avant quelques‑unes des figures héroïques les plus admirables : Hector et Achille pour les Troyens et les Grecs ; Alexandre le Grand (sans doute lui aussi associé à l’héroïsme grec) ; les Romains César, Pompée et les frères Scipion ; enfin, le général Bélisaire. Autant de héros qui s’illustrèrent dans des guerres méditerranéennes, comme les Portugais qui les suivent au chant XX. Bientôt, le catalogue abandonne les Anciens au profit des Modernes de diverses nations européennes. Vient d’abord Jorge Castrioto, dit Skanderbeg, célébré pour ses victoires contre les Turcs au début de l’époque moderne. Si Corte-Real ne fait que mentionner les Italiens et les Français sans les citer nommément, il consacre trente-six vers aux Espagnols (SCD, XX, vv. 401-437). On y voit défiler des héros médiévaux (Don Fernando González de Lara, le Cid et Bernardo del Capio) puis les représentants de quelques grandes familles nobles : les marquis d’Ávalos et de Pescara, Antonio de Leiva, Álvaro de Sande, Álvaro de Bazán et Bernardino de Mendoza. Ce vaste détour géographique et chronologique mène aux héros portugais. Encore João de Castro doit-il monter quelques degrés supplémentaires pour les apercevoir, tant ils sont placés au-dessus de leurs voisins ibériques. Plus haut encore se dresse la Victoire, qui répartit des lauriers entre les militaires qui l’entourent. Pour ce premier catalogue, la mise en valeur des héros portugais se fonde donc sur une chronologie spécifique qui correspond à l’émergence d’une entité politique.

7Dans la Victoire de Lépante, au chant IV, Corte-Real rappelle l’importance des héros antiques :

Troyanos muchos vio, vio muchos Griegos,
fuertes Romanos vio, vio fuertes Galos,
y vio en la principal parte del templo
los fieros Españoles, invencibles.

(VL, IV, vv. 249-252, fo 55ro)

8La construction en chiasme des deux premiers vers oppose des couples d’ennemis (Troyens et Grecs, Romains et Gaulois) dont les guerres donnèrent lieu à des récits militaires fameux dans l’Espagne de la Renaissance. Les deux vers suivants présentent au contraire les Espagnols seuls : invincibles, ils figurent dans le lieu le plus important du temple, sans ennemi à leur côté. S’ils bénéficient de la caution des héros antiques, ils les dépassent et le catalogue leur est consacré. Au chant IX, qui porte exclusivement sur les héros portugais, une véritable relation de filiation et de continuité avec l’Antiquité se dessine à nouveau. J’ai déjà commenté ce catalogue singulier qui donne pour modèle à Don Juan d’Autriche les gestes portugaises en Asie. Les héros portugais y sont précédés de héros antiques qui s’illustrèrent dans la lutte contre les peuples asiatiques : « Tras estos hallar puedes otros muchos / cuya virtud al mundo es muy notoria » (VL, IX, vv. 339-340). Corte-Real partageait cet enracinement dans un passé antique avec Camões, qui faisait précéder ses deux catalogues de quatre héros liés à la fondation légendaire du Portugal ou à son histoire la plus ancienne : Luso, fils et compagnon de Bacchus, tenu pour le fondateur mythique de la Lusitanie (OL, III, 21 et VIII, 2-4) ; Ulysse, fondateur de Lisbonne durant ses errances maritimes au retour de Troie (OL, VIII, 4-5) ; Viriate, général du IIe siècle av. J.-C., passé à la postérité comme meneur de la rébellion lusitanienne contre les Romains (OL, III, 22 et VIII, 6-7) ; Sertorius enfin, tribun romain en Hispanie ayant pris fait et cause pour les habitants de Castulo, victimes des exactions de l’armée romaine (OL, VIII, 6-7).

9Avec cet ancrage direct dans l’Antiquité, il ne s’agissait plus de remonter une filiation continue, qui aurait insisté sur l’abondance et la constance de la tradition héroïque depuis l’époque visigothique, mais au contraire d’établir un lien direct, d’émulation et de filiation, entre l’Antiquité et la Modernité. En même temps, les deux poètes portugais rassemblaient ainsi l’unité historique de la constitution du Portugal moderne, du xiiie au xvie siècle. Cette unité était supportée par deux facteurs : la continuité de la Reconquête péninsulaire puis de l’expansion au Nord de l’Afrique et en Asie, et la succession des dynasties de Bourgogne et d’Avis.

L’Afrique et l’Asie portugaises : une histoire continue

10Le Siège de Diu propose, en guise de colophon, la longue ekphrasis du temple de la Victoire où sont représentés les principaux épisodes de l’expansion portugaise en Afrique puis en Asie. Le poète explicite, à la charnière entre les deux chants, cette bipartition :

Acabadas de ver as africanas,
Memoráveis vitórias, espantado
O Visorei ficou, suspenso e mudo.
 […]
Desejoso de ver outras vitórias,
No fértil Orïente acontecidas,
O vagaroso passo vai detendo
E os olhos no que mais gosto lhe dava.

(SCD, XX, vv. 1484-1486, 1493-1496, pp. 435‑436)

  • 8 Vasco Coutinho, comte de Borba, apparaît deux fois dans les guerres contre le roi de Fès (SCD, XX, (...)
  • 9 Lourenço de Almeida (SCD, XXI, vv. 136‑208, 260‑288 et 708‑797), Tristão da Cunha (vv. 209‑259 et 2 (...)

11D’après ces vers, les deux parties du diptyque forment une même séquence narrative incluse dans le songe de João de Castro. Elles s’inscrivent dans la même situation de discours lorsque le Mérite révèle l’identité des héros sculptés ou peints à Don Juan au cours d’une promenade dans le temple de la Victoire. La continuité ainsi maintenue entre les deux séries héroïques se joue donc à la fois sur les plans militaire, chronologique et territorial. En effet, les deux étapes militaires orientale et occidentale se superposent en partie dans le temps (les guerres en Afrique du Nord ne cessèrent pas avec le voyage de Vasco de Gama aux Indes). Les grandes batailles de l’expansion portugaise en Afrique du Nord, au chant XX, couvrent une période de quatre-vingts ans (de la prise d’Assilah en 1471, sous le règne d’Alphonse V, à la mort d’António de Noronha en 1551). Le chant XXI commence avec l’arrivée de Vasco de Gama en Inde (ca 1498) et se prolonge jusqu’au siège de Diu, sur une cinquantaine d’années. La continuité entre les deux parties historiques du catalogue est encore soulignée par le retour, d’un chant à l’autre, de certains militaires qui combattirent sur les deux fronts : trois au chant XX8 et neuf au chant XXI9. Afonso de Albuquerque et Henrique de Meneses, surtout, deux vice-rois de l’Inde, apparaissent comme les fils conducteurs de deux longues séries d’épisodes (SCD, XXI, vv. 825-989 et vv. 1191-1490). Le poète ne manque pas non plus de renvoyer explicitement d’un chant à l’autre, par exemple à propos des deux homonymes António da Silveira, l’un héros africain et l’autre héros indien :

Do[i]s houve deste nome, ambos famosos,
Ambos de grão prudência, ambos na guerra
Mui bem afortunados. Um sosteve
Aquele ímpeto grande que os Jenízeros
Mostraram contra Diu, e vê-lo-as logo,
Depois que os capitães de África virmos.
Este que aqui se mostra, teve o mando,
E governo de Arzila…

(SCD, XX, vv. 1077-1084, pp. 420‑421)

12Un autre António da Silveira apparaît en effet au chant XXI comme le principal protagoniste du premier siège de Diu (SCD, XXI, vv. 1643-1727). Dans le diptyque de Corte-Real, l’Asie apparaît ainsi comme le prolongement naturel de l’Afrique. Le royaume de l’Inde, où João de Castro vient de remporter une victoire majeure, n’est plus un épisode militaire isolé mais l’aboutissement d’une action historique et héroïque cohérente. À ce point du catalogue, la continuité territoriale entre l’Afrique et l’Asie place le passé et le futur dans une relation de strict prolongement. Au moment où le catalogue rejoint le présent du récit, João de Castro, instruit et élevé au rang des plus grands héros de sa nation (« admitido / […] com grande louvor, entre os antigos, / Valentes Capitães », SCD, XXI, vv. 1804-1807), esquisse un mouvement pour quitter le temple de la Victoire et regagner le monde de l’histoire. Le Mérite retient alors son attention : il souhaite désormais lui révéler des « choses cachées » (XXI, v. 1810) de l’avenir. Il annonce d’abord la mort du prince Jean, héritier de Jean III, suivie d’une longue scène de deuil dans laquelle les larmes du vice‑roi et du Mérite se mêlent à celles du peuple portugais, tandis que la lumière du temple est voilée par de noirs nuages (vv. 1815-1856). La naissance de Dom Sébastien, deuxième événement prophétisé, ramène bientôt la lumière. La statue du jeune prince en majesté donne lieu à deux ekphraseis successives, qui annoncent la paix, la beauté et la prospérité du Portugal sous son règne (vv. 1857-1990). Enfin, Corte-Real ajoute à cette longue série une ultime victoire asiatique des Portugais : le siège de Mazagão, en 1562, pendant la régence de Catherine d’Autriche et sous les ordres de Rui de Sousa Carvalho (vv. 1991‑2031). Ce n’est qu’après ces révélations que João de Castro peut s’en retourner. L’événement ponctuel du siège de Diu est ainsi placé à la charnière d’une histoire globale de l’expansion portugaise, africaine et asiatique, engagée à la fin du Moyen Âge et promise à un brillant avenir.

Du Portugal aux Indes : une suite de figures

13Dans Les Lusiades, Luís de Camões amplifie la continuité historique et territoriale entre l’expansion africaine et l’expansion asiatique en la faisant précéder d’une histoire de la reconquête de la Péninsule. Pour pratiquer cette mise en perspective, il développe un réseau de catalogues qui s’étend sur l’ensemble du poème et se répartit en trois moments : une généalogie des rois du Portugal (chants III et IV), un catalogue ekphrastique des héros portugais (chant VIII) et un catalogue prophétique des vice-rois de l’Inde (chant X). Alors que les deux premiers remontent aux origines de la nation portugaise, le dernier annonce les exploits à venir qui séparent le temps du récit de celui de l’écriture.

  • 10 « Sancho, forte mancebo, que ficara / Imitando seu pai… » (OL, III, 85, vv. 1-2, fo 52ro), « … fize (...)

14Le premier catalogue, au chant III, s’insère dans le récit rétrospectif où Vasco de Gama conte à la demande de son hôte, le roi de Mélinde, l’histoire du Portugal à travers la succession de ses rois. La première moitié de cette énumération, consacrée aux origines de la monarchie, prend la forme d’un récit des grands épisodes militaires de la fondation du royaume : la concession du comté du Portugal à un prince venu de Hongrie par Alphonse VI de León (OL, III, 23-28) ; la guerre civile menée par le fils de ce héros fondateur contre sa mère léonaise qui voulait s’approprier l’héritage portugais (III, 29-41) ; les premières étapes de la reconquête de la Péninsule contre les Maures, jusqu’à Badajoz (III, 55-69) ; une nouvelle guerre avec le León (III, 70-74) et l’attaque de Séville par le fils d’Alphonse Ier, le futur Sanche Ier, suivie de la mort du roi (III, 75-84). La suite de l’énumération, aux chants III puis IV, adopte au contraire le format d’un catalogue de rois. Une à six octaves sont consacrées à chacun, décrivant en termes généraux son tempérament et rappelant les grandes victoires ou découvertes de son règne. L’ensemble constitue ainsi une généalogie où les liens de filiation marquent la progression10.

15La généalogie est cependant interrompue par le récit de deux épisodes clés de l’identité du Portugal moderne : la bataille du Salado contre les Maures sous le règne d’Alphonse IV, étape essentielle de la Reconquête (OL, III, 107‑117), et la tragique histoire d’amour d’Inês de Castro et du futur Pierre Ier (III, 118‑135). Au chant IV, Camões insiste encore sur la crise dynastique qui ouvrit le règne de Jean Ier et sur la bataille d’Aljubarrota qui s’ensuivit, signant l’indépendance du Portugal par rapport à l’Espagne (OL, IV, 28-44). Cette généalogie de la royauté portugaise, ancrée dans l’histoire péninsulaire du royaume, s’ouvre sur deux espaces nouveaux. L’expansion nord-africaine est envisagée dès le chant IV, par la mention de la prise de Ceuta (octaves 48-50). Quant à l’expansion asiatique, objet du récit des Lusiades, elle est amorcée à la fin du catalogue lorsque Vasco de Gama rapporte le songe qui inspire à Manuel Ier l’expédition confiée au marin, puis le départ de la flotte de Lisbonne, marqué par le long discours du Velho do Restelo (IV, 67‑104).

  • 11 Gouverneur d’une place forte ou d’une ville dans l’empire du Samorim, prince du Malabar.
  • 12 En témoigne, par exemple, la Praça do Giraldo, à Évora. D’autres, pourtant, ne sont plus guère conn (...)

16Le deuxième catalogue redouble le premier en énumérant cette fois non plus les rois, mais les soldats héros du Portugal depuis sa fondation. Au chant VIII, Paulo da Gama, le frère du célèbre navigateur, commente au catual11 les bannières du Portugal sur lesquelles sont tissées les actions d’éclat des grands militaires. Outre les fondateurs de la dynastie bourguignonne, Henri de Bourgogne et son fils Afonso Henriques, plus tard Alphonse Ier (1112-1139), sont cités Egas Moniz (xiie), Fuas Roupinho (xiie), Henrique de Bonn (xiie), le prieur de Santa Cruz de Coimbra (xiie), Mem Moniz de Gandarei (xiie), Giraldo sem Pavor (xiie), Martim Lopes, Dom Mateus, évêque de Lisbonne (xiie), Dom Paio Correia (xiiie), Gonçalo Rodrigues Ribeiro, Nuno Alvares (xive), Pero Rodrigues de Landroal, Rui Pereira (xive) et les dix-sept soldats anonymes qui remportèrent le siège d’Almada : autant de héros légendaires encore aujourd’hui constitutifs de la culture portugaise12. Les trois derniers héros du catalogue, l’infant Dom Henrique (surnommé le Navigateur) et les comtes Dom Pedro et Dom Duarte de Meneses, mènent de nouveau cette conquête hors des frontières portugaises, dans un mouvement identique à celui qui achevait le catalogue du chant IV. Henri le Navigateur fut en effet le premier à lancer l’expansion maritime portugaise vers les côtes africaines, tandis que les deux comtes de Meneses s’illustrèrent dans la prise et la défense de plusieurs places fortes au Maroc. Ce deuxième catalogue renforce la continuité entre la Reconquête et la conquête africaine, achevant de tisser le lien entre l’Afrique et l’Inde, présentées comme le glorieux futur de la nation portugaise.

17Au chant X, les Portugais, accueillis triomphalement par Thétis et ses nymphes sur l’île des Amours, assistent à une série de prophéties. La première est celle des futurs vice-rois de l’Inde dont ils viennent d’ouvrir la route maritime : Vasco de Gama, Duarte Pacheco Pereira, Dom Francisco de Almeida et Lourenço de Almeida, Afonso de Albuquerque, Lopo Soares de Albergaria, Diogo Lopes de Sequeira, Dom Duarte de Meneses, Pero Mascarenhas, Lopo Vaz de Sampaio, Heitor da Silveira, Nuno da Cunha, Garcia de Noronha, Estevão da Gama, Martim Afonso de Sousa et João de Castro gouverneront l’Inde au nom du roi du Portugal. Il est étonnant de voir Camões s’arrêter ainsi au milieu du xvie siècle et laisser de côté les quelque dix vice-rois qui se succédèrent entre la mort de João de Castro, en 1548, et la publication du poème. Cherchait-il à souligner ainsi un rapprochement avec le Siège de Diu ? Son catalogue en constitue évidemment une émulation. À l’énumération foisonnante de Corte-Real, il donne un cadre plus resserré en sélectionnant les héros présentés en fonction de leur charge plutôt que de leurs actions, dotant son catalogue d’une dimension plus administrative qu’héroïque. Cependant, comme Corte-Real, il développe longuement le récit de certains épisodes militaires des débuts de l’expansion : les conflits de Duarte Pacheco Pereira avec les populations indigènes (OL, X, 12-21) et les guerres menées par Francisco et Lourenço de Almeida où ils trouvèrent tous deux la mort (X, 26-38). La figure d’Afonso de Albuquerque est aussi longuement commentée. La suite du texte revient au format plus habituel du catalogue, en consacrant entre une et trois octaves à chaque vice-roi. Seuls João de Castro et ses deux fils, Fernando et Álvaro, font l’objet d’un développement un peu plus long, qui clôt le catalogue.

18Les trois catalogues de Camões sont ainsi pensés pour souligner la continuité entre la reconquête de la péninsule Ibérique, la conquête de l’Afrique et l’expansion asiatique, trois espaces unis par l’expédition de Vasco de Gama. En ce sens, il est intéressant de lire le programme des catalogues des Lusiades en regard de ceux du Siège de Diu. Corte-Real soulignait la continuité de l’expansion africaine et asiatique. Il pouvait ainsi mettre en perspective le second siège de Diu dans l’histoire de la conquête de l’Inde, elle-même prolongement de la conquête de l’Afrique. Camões reprit ce principe de continuité entre divers pans de l’histoire militaire portugaise et l’adapta aux enjeux particuliers de son récit : la célébration de la première expédition qui avait relié le Portugal à l’Inde. Les catalogues étaient là pour rappeler les précédents européens de l’expansion et placer l’expédition de Vasco de Gama à la charnière entre la reconquête passée de la Péninsule et la conquête à venir de l’Inde. Dans la Victoire de Lépante Corte‑Real reprit encore ce projet pour souligner une continuité héroïque, militaire et territoriale inédite qui associerait l’histoire du Portugal résumée en catalogue à celle de l’Espagne.

II. — L’invention d’une généalogie ibérique

19Dans la Victoire de Lépante, pour présenter les luttes parallèles que mènent les Espagnols et les Portugais contre les musulmans en différents points du globe, Corte-Real mobilise le motif du catalogue appliqué à des héros historiques de l’histoire militaire. On en trouve trois, répartis au fil du récit, qui participent d’une même démonstration. Au chant IV, Ali Pacha, chef de la flotte turque, visite en songe le temple de la Victoire, où le fantôme de Sélim Ier lui décrit les statues de quelques grands militaires espagnols et portugais qui s’illustrèrent surtout dans les guerres contre les Maures en Afrique du Nord au xvie siècle. Au chant VI, à la demande de Vénus, Vulcain forge avec ses Cyclopes les armes que Don Juan d’Autriche portera à la bataille de Lépante. Sur le bouclier, il cisèle les grandes victoires passées des règnes de Charles Quint et de Philippe II. Enfin, au chant IX, Vénus apparaît en songe à Don Juan d’Autriche pour lui remettre ses armes. Dans un long discours, elle lui présente en guise de modèles les grands héros portugais de l’expansion en Asie. Comme dans Les Lusiades (chants III, VII et X), les catalogues de la Victoire de Lépante sont disposés selon un rythme ternaire qui culmine avec l’intervention d’une déesse liée à l’amour. La présentation de l’expansion portugaise sous la forme d’un diptyque au chant IV puis au chant IX suit l’ordre chronologique des victoires africaines puis asiatiques, à l’imitation des deux derniers chants du Siège de Diu. C’est au croisement de ces deux modèles que Corte-Real bâtit la partie portugaise de ses catalogues.

20Les héros portugais présentés au chant IV parmi les statues du temple de la Guerre apparaissaient en effet presque tous dans le catalogue des militaires qui s’étaient illustrés dans les guerres de l’expansion africaine, au chant XX du Siège de Diu (tableau 7).

Tableau 7. — Les héros militaires du catalogue du chant IV de la Victoire de Lépante : correspondances avec ceux du chant XX du Siège de Diu

SCD, XX VL, IV
Emanuel Filiberto de Saboya
Nuno Álvares Pereira
vv. 1413-1424 Dom Pedro de Meneses
vv. 572-587 João de Meneses
vv. 548-571 Vasqueanes Corte-Real
vv. 611-626 Dom Duarte de Meneses
vv. 630-643 le comte de Borba
vv. 944-1049 le comte de Redondo
vv. 573-611 João et Dom Duarte de Meneses
vv. 701-733 et 921-943 Nuno Hernandes de Ataíde
Luís de Lorero
Rodrigo de Castro
Hernando de Noronha
Le père Carvalho et ses trois fils
vv. 1106-1151 Manuel Mascarenhas
vv. 944-1049 António da Silveira, le comte de Redondo
vv. 1318-1424 Dom Pedro de Meneses

21Quant à ceux que Vénus présente à Don Juan d’Autriche comme des modèles militaires à suivre, au chant IX, ils apparaissaient dans le long catalogue des héros de l’expansion asiatique qui figure au chant XXI du Siège de Diu et avait inspiré à Camões le catalogue des futurs vice-rois de l’Inde présenté à Vasco de Gama par Thétis, au chant X des Lusiades (tableau 8).

Tableau 8 — Les héros militaires présentés au chant IX de la Victoire de Lépante : correspondances avec ceux du chant XXI du Siège de Diu et du chant X des Lusiades

SCD, XXI OL, X VL, IX
vv. 11-16 octave 10 Vasco de Gama
vv. 17-62 octaves 12-25 Duarte Pacheco Pereira
vv. 80-106 octaves 26-38 Dom Francisco de Almeida
vv. 212-220 octaves 40-49 Afonso de Albuquerque
vv. 1491-1519 octave 61 Nuno da Cunha
vv. 1561-1727 António de Silveira
vv. 1191-1237 octaves 54-55 Enrique de Meneses
vv. 1146-1166 octave 69 : João de Mascarenhas João de Lima et un membre de la famille Mascarenhas.
spectateur des statues octaves 67-69 João de Castro
Dom Constantino de Bragança
Luís de Ataíde

22Dans la Victoire de Lépante, Corte‑Real avait ajouté les deux vice-rois les plus récents, Constantino de Bragança et Luís de Ataíde. Les séquences portugaises des catalogues y constituaient donc une révision synthétique des deux précédents catalogues de l’épopée portugaise.

23Le catalogue du chant IV présente quant à lui les grands militaires du règne de Charles Quint, dont la plupart s’illustrèrent dans les guerres contre les Maures. Cette fois, il faut chercher la source de Corte-Real dans le catalogue des grands militaires de l’empereur, présenté au chant XXI du Carlos famoso de Luis Zapata (octaves 31-63). L’Envie y inspirait à François Ier un songe dans lequel il contemplait les tableaux représentant soixante-six héros du règne de son ennemi Charles Quint. Des trente Espagnols présentés au chant IV de la Victoire de Lépante, vingt-sept étaient déjà cités par Zapata (tableau 9).

Tableau 9. — Les héros du chant IV de la Victoire de Lépante : correspondances avec ceux du chant XXI du Carlos famoso de Zapata

Carlos famoso, XXI VL, IV
octaves 31-32 Gonzalo Fernández de Córdoba
octave 36 Diego García de Paredes
Alonso de Aguilar (le frère de Gonzalo Fernández de Córdoba)
octave 33 Francisco Fernando de Ávalos, marquis de Pescara
octave 36 Antonio de Leiva
octave 38 Fadrique de Toledo, IIe duc d’Alba
octave 38 « El Almirante », Fadrique Hernández de Velasco
octave 38 « El Condestable de Castilla », Bernardino Fernández de Velasco y Mendoza
octave 41 Don Diego Fernández de Córdoba, marquis de Comares
octave 43 Martín Fernández de Córdoba, comte d’Alcaudete
Fernando de Toledo, IIIduc d’Albe
octave 49 Gonzalo Fernández de Córdoba, duc de Sessa (le petit-fils du héros des Rois Catholiques)
octave 49 Le comte de Benavente
octave 55 Beltrán II de la Cueva, IIIduc d’Albuquerque
octave 51 Le comte de Feria
octave 46 Pedro de Padilla
octave 46 Alonso de Castilla
octave 54 Luis de Ávila
octave 47 Luis de la Cueva (le frère de Beltrán II de la Cueva)
octave 62 Juan de Vega, comte de Grajal
Francisco de Mendoza, fils d’Íñigo López de Mendoza et de María de Bazán
octave 62 García de Toledo (Osorio)
octave 61 Álvaro de Sande
octave 63 Bernardino de Mendoza
Álvaro de Bazán (Ier marquis de Santa Cruz)
octave 47 Garcilaso de la Vega
octave 40 Francisco Sarmiento
octave 40 Luis Pérez Zamudio
octave 59 Machín de Munguía
octave 54 Luis Quijada
  • 13 Si Corte-Real regroupe ces figures comme dans le Carlo famoso, il ne souligne guère que les qualité (...)

24La comparaison des deux catalogues est éclairante. Ici encore, Corte-Real pioche dans son modèle les figures qui lui semblent les plus significatives. De Gonzalo Fernández de Córdoba au comte de Feria, une première série se dessine : elle suit l’ordre du catalogue de Zapata et sélectionne les militaires les plus fameux, tous issus de la haute noblesse. Corte-Real y ajoute Alonso de Aguilar, le frère de Gonzalo Fernández de Córdoba, et Fernando de Toledo, IIIe duc d’Albe, qui, entre la publication du Carlo famoso et celle de la Victoire de Lépante, s’était illustré en réprimant la révolte des Flandres. Après ces figures prestigieuses, Pedro de Padilla, Alonso de Castilla, Luis de Ávila et Luis de Cueva représentent la petite noblesse d’épée, que Corte-Real emprunte un peu plus haut dans le texte de son modèle. Il reprend ensuite, dans un troisième temps, la séquence par laquelle Zapata avait achevé son catalogue : celle des militaires qui serviraient Charles Quint sur la mer (Carlo famoso, XXI, 55, vv. 7-8)13. Dans un poème sur la bataille de Lépante, il n’est guère étonnant de voir ajouter à cette série le marquis de Santa Cruz, héros du poème. Corte-Real y inclut également son cousin, Francisco de Mendoça, avec qui il partage l’illustre ascendance des familles Mendoza et Bazán. Luis Quijada, précepteur (ayo) de Don Juan, clôt la série des héros espagnols, juste avant les militaires portugais et Don Juan.

  • 14 Corte-Real simplifie et abrège le récit de la guerre des Flandres (la paix du Cateau‑Cambrésis et l (...)

25Le deuxième catalogue espagnol, au chant VI, résulte de l’ekphrasis des figures ciselées sur les armes de Don Juan d’Autriche. On y trouve les épisodes politiques et guerriers des règnes de Charles Quint puis de Philippe II : la Bicoque (1524), Gênes et Pavie (1525), Florence, Rome (1527), Vienne (1532), La Goulette et Tunis (1535), Alger (1541) et Mühlberg (1547) d’abord ; Saint‑Quentin (1557), les guerres des Flandres, le Peñón de Velez, Malte (1565) et la révolte des Alpujarras (1568-1571) ensuite. La transition entre les deux règnes est assurée par le tableau de Philippe II en majesté, entouré de sa cour. La seconde partie du catalogue, qui récapitule les victoires de Philippe II, constitue de nouveau une synthèse d’un catalogue de Zapata. Au chant XXXV du Carlo famoso (octaves 7-41), Charles Quint contemple les armes que Luis de Ávila a fait forger à Augusta ; elles sont ornées de dessins prophétiques des futures victoires d’un prince désigné par les initiales « P. H. », qui n’est autre que son successeur. Les deux premières étapes du catalogue du Carlo famoso, l’enfance et la formation de Philippe, ne sont pas rapportées par Corte-Real. En revanche, les batailles qui ont été énumérées plus haut suivent le catalogue de Zapata14. Le catalogue de Corte-Real se recentre ainsi sur les victoires du règne et sur la lutte contre l’Infidèle en Méditerranée, objet du récit principal.

26Dans la Victoire de Lépante, Corte-Real se plaît donc à mêler non seulement les prouesses des deux nations dont il est originaire, mais aussi des catalogues de héros qui avaient déjà dû être appréciés séparément par le public dans les épopées espagnoles et portugaises de la fin de la décennie de 1560. Ces emprunts croisés permettent d’exalter l’identité espagnole ou portugaise tant face aux ennemis qu’au sein du camp chrétien et de proposer ainsi une célébration conjointe des héros de l’Ibérie moderne. Ce faisant, la Victoire de Lépante souligne la continuité héroïque, militaire et territoriale entre l’histoire nationale de l’Espagne et du Portugal et les territoires de leur expansion. La geste espagnole en Europe et en Méditerranée et la geste portugaise en Afrique et en Asie sont ainsi inscrites dans une relation de continuité, inédite puisqu’elle croise deux dynamiques héroïques, auparavant cloisonnées en fonction de la langue utilisée et de la nation chantée par les poètes.

III. — Les généalogies absentes

27L’analyse du discours politique qui sous-tend la construction de ces catalogues héroïques nous permet, par différence, de rendre toute son importance à l’absence de certaines généalogies que l’on aurait pu s’attendre à trouver dans La Araucana et dans le Naufrage de Sepúlveda.

  • 15 C’est la thèse qu’a développée Paul Firbas lors d’une conférence au séminaire « Escrituras virreina (...)

28Paul Firbas l’a souligné à propos de la Seconde partie de la Araucana : aucune généalogie n’y met en perspective le récit des guerres araucanes dans l’histoire de la conquête de l’Amérique, contrairement à ce que l’on trouve dans des épopées postérieures15. En effet, le seul catalogue proposé par Ercilla, au chant XVIII de la deuxième partie, consiste en une énumération par l’allégorie de la Raison des grands événements qui marquèrent le règne de Philippe II, depuis la bataille de Saint‑Quentin, contemplée par Ercilla dans la première moitié du même chant, jusqu’à celle de Lépante, révélée au chant XXIV par la boule du mage Phyton. Le catalogue a pour première fonction de tisser un lien chronologique entre les deux grandes victoires du roi d’Espagne. En cela, il participe pleinement de l’économie narrative de la Seconde partie et de la cohérence de son réseau de prophéties. Par son contenu, il reprend lui aussi le catalogue prophétique des grands événements du règne de Philippe II que Zapata avait introduit par l’ekphrasis des armes de Charles Quint (Carlo famoso, XXXV, 7-41) et que Corte-Real avait imité dans la Victoire de Lépante. S’y retrouvent en effet, sous une forme plus synthétique, les principales étapes dégagées dans le catalogue de Zapata : la paix du Cateau-Cambrésis et les noces de Philippe II avec Isabel de Valois en 1559 (AR II, XVIII, 31‑32), la répression des hérétiques en Flandres et en Espagne (XVIII, 33‑35) et la guerre contre les Infidèles aux frontières de l’Europe avec les victoires du Peñón de Vélez en 1563 (XVIII, 35‑36) et de Malte en 1565 (XVIII, 39‑44). Le catalogue du Carlo famoso, publié en 1566, s’achevait avec la défense de cette île de la Méditerranée. Comme Corte-Real, mais de façon plus détaillée, Ercilla entreprit de le prolonger en rapportant encore le siège de Sziget, où Soliman le Magnifique trouva la mort en 1566 (AR II, XVIII, 45‑46), la rébellion des Flandres, la rébellion des morisques dans les Alpujarras en 1570 (XVIII, 48‑51), l’attaque de Chypre par les Ottomans et la préparation de la Sainte Ligue en 1570 (XVIII, 54‑59). À ces grands événements militaires, Ercilla ajouta quelques jalons de l’histoire familiale des Habsbourg : l’arrivée de Rodolphe et Ernest de Hongrie en Espagne en 1564 (XVIII, 37-38), leur départ en 1571 (XVIII, 53) et, juste avant, les noces de Philippe II et d’Anne d’Autriche, en 1570 (XVIII, 52). Ce catalogue strictement européen mime le rythme héroïque du succès du souverain en présentant un épisode par année de règne, parfois plus. Si les dates ne sont pas toujours indiquées, la situation relative des événements, à l’ouverture de l’octave, renforce la continuité chronologique : « Luego en el año próximo siguiente » (XVIII, 39, v. 1), « luego el año después… » (XVIII, 45, v. 1). Ainsi, tout le catalogue s’organise autour de la personne du souverain, de sa famille et de ses succès militaires. Qu’Ercilla ait voulu de la sorte reprendre à son compte le catalogue prophétique des grandes victoires n’a rien de surprenant. Cependant, à la lumière des précédents portugais et espagnols que nous venons d’analyser, on peut s’étonner de l’absence d’une généalogie héroïque coloniale dans La Araucana. Ercilla en aurait tiré parti en composant le premier poème sur la conquête de l’Amérique doté à la fois d’un catalogue de victoires européennes et américaines. Cette innovation était sans doute d’autant plus attendue du public qu’un tel catalogue existait déjà dans un poème héroïque espagnol. La description de l’Amérique, que Nicolás Espinosa proposait au chant XIV de la Seconde partie du Roland furieux, assortissait en effet chaque territoire américain des héros qui en avaient fait la découverte ou la conquête : Christophe Colomb pour les îles Hispaniola (octaves 10‑16), Hernán Cortés pour la Nouvelle‑Espagne (ocaves 18‑20), les frères Pizarre pour le Pérou (octaves 21‑23) et Magellan pour le détroit (octave 24). Ce bref catalogue, inclus dans la description géographique, constituait un précédent bien identifiable et aurait été aisément dépassé si Ercilla l’avait inclus dans son projet. Pourtant, plutôt qu’un échec, on peut voir dans le silence d’Ercilla un choix significatif : c’est sciemment qu’il omet la généalogie attendue des héros de la conquête américaine. Les raisons de ce silence me semblent apparaître dès lors qu’on lit le catalogue à la lumière de la représentation des conquérants espagnols dans la première partie du poème et des épisodes européens de la Seconde partie de la Araucana.

29Dans la première partie de La Araucana, les premiers conquérants du Chili ne sont guère présentés sous un jour favorable. Pedro de Valdivia fait figure de gouverneur cupide et cruel tandis que les encomenderos se sont révoltés contre deux vice‑rois et les ont tués. Rien, dans la peinture des conquérants du Chili, ne semble pouvoir alimenter une représentation héroïque des grandes figures de la conquête avant l’arrivée d’Ercilla. L’héroïsme est au contraire confiné aux épisodes européens rapportés dans la Seconde partie de la Araucana. Nous avons vu que le récit de la bataille de Saint‑Quentin est utilisé comme repoussoir pour mettre en lumière les excès de violence des soldats espagnols au Chili. Si l’on tient cette hypothèse pour convaincante, il est aisé de lire le refus d’une généalogie héroïque coloniale, dans la seconde partie du chant XVIII, comme le prolongement du même « parallèle‑différence ». En préférant ne montrer que les victoires acquises par un souverain présenté comme le garant du respect d’un minimum d’humanité dans les combats, Ercilla étend sa critique de la barbarie des Espagnols au Chili à la conquête de l’Amérique tout entière. Isolant le Chili de toute continuité héroïque, il évite encore habilement toute forme de célébration d’une entreprise dont il réprouve les modalités d’exécution. Il s’abstient enfin de glorifier les chefs militaires ou de choisir certains héros parmi les combattants, préférant peindre la valeur des soldats sur le champ de bataille, sans tenir compte des hiérarchies sociales ni militaires. S’il n’y a pas d’intertextualité au sens propre entre les poèmes de Corte-Real et de Camões et celui d’Ercilla autour du motif du catalogue de héros, la relation d’émulation dans laquelle ils se trouvent engagés éclaire d’un jour nouveau le choix d’Ercilla. L’absence de catalogue de héros de la conquête américaine dans son poème sert le propos global de sa démonstration et constitue une prise de position significative par rapport à la tradition épique espagnole et surtout portugaise.

30De même, dans la dernière épopée de Corte-Real, le Naufrage de Sepúlveda, la brève et tragique généalogie des rois du Portugal peut être lue comme une réaction par rapport à l’actualité politique et à la tradition épique. Dans un épisode merveilleux qui s’étend de la fin du chant XII au milieu du chant XIV, Pantaleão de Sá, un des seuls survivants du naufrage, est guidé dans une grotte, pourtant interdite aux humains, par un vieux sage qui déchiffre pour lui la généalogie des rois du Portugal :

Pasmava o Capitão disto que via,
E quase como sonho o divisava.
Mostra-lhe o varão grave as tão famosas
Histórias Portuguesas esculpidas.

(NS, XII, vv. 543‑546, fo 136vo)

  • 16 « … do que via / Espantado e contente » (NS, XIII, vv. 77‑78, fo 138vo) ; « Muito folgou de ouvir o (...)

31Au chant XIII, la forme dialoguée de l’exposé permet de multiplier les marques d’admiration de Pantaleão16. Si la scène se passe « presque comme dans un songe », le héros n’est pas endormi et il y assiste comme Ercilla-personnage avait pénétré dans la cave du mage Phyton. Pourtant la prophétie qu’il y contemple n’a rien de glorieux : l’émerveillement du héros ne masque pas le caractère tragique du catalogue qui débouche sur le désastre des armées portugaises à Alcazar Kébir.

  • 17 Alphonse Ier (NS, XIII, vv. 91‑92), Sanche Ier (vv. 93‑96), Alphonse II (vv. 97‑100), Sanche II (vv (...)

32Au fond de la grotte dans laquelle pénètre Pantaleão, figurent les statues des rois du Portugal, depuis Alphonse Ier, fondateur de la dynastie bourguignonne, jusqu’à Jean III, le monarque régnant à l’époque du récit17. Cette série reprend celle du chant VIII des Lusiades, pour ce qu’elle suit le fil de la généalogie royale et sélectionne des épisodes militaires similaires. Corte-Real ajoute toutefois à ce patron commun un certain nombre d’épisodes funestes, donnant une importance accrue aux conflits avec la Castille : l’affrontement entre Nuno Gonçalves et Sarmiento, qui contribua au déclenchement de la guerre entre Ferdinand Ier de Portugal et Henri II de Castille en 1369 (NS, XIII, vv. 407‑478) ; sous le règne de Jean Ier, les exploits de João Rodrigues de Sá, dit « o das Galés », dans la guerre contre les Castillans entre 1383 et 1385 (vv. 523‑618) ; la reprise en 1415 de Ceuta, par où Don Julián avait ouvert la route de l’Espagne aux musulmans au viiie siècle lors de la conquête (vv. 619‑630) ; enfin, la mort du prince Alphonse, tué juste après ses noces avec Isabelle d’Aragon, d’une chute de cheval, en 1491 (vv. 776‑794). L’éclairage tragique ainsi apporté à la généalogie des rois du Portugal se confirme au chant XIV par une longue prophétie du désastre d’Alcazar Kébir et de la ruine de la dynastie d’Avis. Dès la fin du chant XIII, la mort du prince Jean, père de Dom Sébastien, en 1554, donne lieu à une scène chargée de pathos :

Via-se ali a figura hórrida e fera
Da furibunda morte, que assestava
O nocivo e cruel arco sem tempo,
A um Príncipe julgado por divino.
Viam-se os seus fermosos claros olhos
cobertos de uma escura, mortal sombra,
O alegríssimo rosto traspassado,
Os altos pensamentos já vencidos.
Mostrava-se também gente infinita
Com sinais e aparências de tristeza
Com sentimento vero, não fingido,
Pela perpétua, dura e triste ausência.

(NS, XIII, vv. 823‑834, fo 153vo)

33La scène est à la fois terrible par l’apparition de la mort et pathétique par la peinture de la douleur de l’entourage. Ce décès prématuré, qui mit en péril la dynastie d’Avis en laissant le roi Jean III sans descendance, est immédiatement suivi par la vision d’une armada entourée de Néréïdes et guidée par Neptune. Pantaleão brûle de connaître le dénouement, « triste ou heureux » (NS, XIII, v. 856), de cette vision spectaculaire. Sans même avoir évoqué la naissance miraculeuse du « désiré » Dom Sébastien, le poète consacre alors un chant à l’histoire de son anéantissement à Alcazar Kébir. « Chorem também do Tejo cristalino / As Nymphas » (« Que pleurent du Tage cristallin / les Nymphes », NS, XIV, vv. 489-490), s’exclame finalement le vieillard,

Que em fim vereis dos Mouros a vitória,
Vereis de Portugal a desventura,
Todo seu resplandor, a fama e gloria
Que teve com razão na mor altura,
Abatida será vituperada,
E com geral opróbrio desprezada.

(NS, XIV, vv. 499‑504, fo 164vo)

  • 18 Voir Corte-Real, 2014, pp. 28-30.
  • 19 Ibid.

34La fin de la monarchie portugaise est doublement tragique. En termes narratifs, elle constitue une chute spectaculaire et inattendue qui mobilise le motif des aléas de la fortune. En termes moraux, elle justifie l’opprobre dans laquelle l’action inconsidérée de Dom Sébastien et de ses mauvais conseillers jette la nation tout entière. L’absence de suite à cette généalogie est hautement significative : ni le cardinal-roi Henri Ier, pourtant de la même lignée des Avis, ni Philippe II d’Espagne, monté sur le trône du Portugal sous le titre de « Filipe I », n’étaient, aux yeux de Corte-Real, dignes de la prolonger. Un événement postérieur au désastre d’Alcazar Kébir figure juste après le récit de la défaite, lorsque le sage évoque, « mystérieusement, le passé et le futur d’une cité, celle où il est né18 ». Il l’a fuie pour se mettre à l’abri d’une attaque étrangère que sa science lui a permis de prévoir, et attend que les Portugais la libèrent pour y retourner (NS, XIV, vv. 625‑636). Hélio Alves a identifié ces deux événements comme l’expédition des troupes ottomanes de Mir Ali Beg sur les côtes de l’Afrique orientale en 1585 et 1586, et la riposte de Martim Afonso de Melo au début de l’année 158719. Corte-Real situait ainsi l’avenir du Portugal dans ses colonies africaines plutôt que dans la péninsule Ibérique. La généalogie tragique des rois du Portugal dressée dans le Naufrage de Sepúlveda constitue donc bien un indice supplémentaire de la distance de Corte-Real à l’égard de la cause philippine et de la domination du Portugal à partir de 1580. Ainsi, comme dans La Araucana, le catalogue de héros perd sa dimension triomphale pour mieux servir le discours critique du poète.

35Les convergences et les divergences entre Corte-Real, Camões et Ercilla peuvent être observées à l’échelle du catalogue stricto sensu. Elles révèlent un usage politique du motif, comme dans le cas de l’ekphasis géographique. L’éloge sert ici à introduire dans l’histoire une continuité signifiante, ou au contraire à suggérer, par la discontinuité, une opposition entre des situations de guerre. D’un côté, il s’agit d’élever les combattants de l’Inde à la hauteur de ceux de l’Afrique, les héros de la conquête à la hauteur de ceux de la Reconquête ; de l’autre, d’opposer deux espaces de conflit et leurs modalités guerrières. Dans un cas comme dans l’autre, c’est la définition de l’héroïsme dans le récit qui est ainsi interrogée.

IV. — Fonction narrative du catalogue

36J’ai montré, au fil de l’analyse des poèmes, que les valeurs héroïques qui président à la glorification des héros du passé sont celles à l’aune desquelles le lecteur pourra juger les actions militaires de la diégèse. Ainsi, dans le catalogue final du Siège de Diu, João de Castro contemple les plus grands guerriers de son histoire nationale comme autant de prédécesseurs de sa propre action héroïque. L’allégorie du Mérite et le dur chemin que gravit le héros pour accéder au temple de la Victoire en sont les garanties. Dans La Araucana, au contraire, la généalogie des exploits européens apparaît comme un modèle excluant, que le poète se refuse à appliquer à la conquête américaine, prolongeant ainsi la figure du parallèle-différence qui oppose les guerres européennes aux guerres chiliennes. L’omission peut aussi revêtir le sens d’une censure : en achevant la généalogie des rois du Portugal sur le désastre d’Alcazar Kébir, Corte-Real nie la possibilité de célébrer les Habsbourg comme rois du Portugal. Chacun de ces cas engage la définition même de l’héroïsme promu par le texte. On retrouve ce procédé dans la Victoire de Lépante. Vénus y fait contempler par Don Juan d’Autriche, sur son bouclier et en songe, quelques‑uns des hauts faits qui le précèdent dans l’histoire de sa patrie hispano-portugaise. De quoi fédérer la conscience et la représentation de l’identité hispano-portugaise du vainqueur, qui sert aussi d’aiguillon à Don Juan à la veille de la bataille de Lépante. Dans le même poème, poussé peut-être par le précédent des Lusiades, Corte-Real développait aussi un usage du catalogue plus singulier, destiné à émerveiller et même à effrayer l’ennemi, sur lequel je reviendrai ici un peu plus longuement.

37Les deux premiers catalogues de héros des Lusiades sont présentés aux peuples infidèles que les marins rencontrent au fil de leur voyage. Au chant V, Camões avait souligné l’admiration du roi de Mélinde pour les rois du Portugal :

Da boca do facundo capitão,
Pendendo estavam todos embibidos
Quando deu fim à longa narração
Dos altos feitos, grandes e subidos.
Louva o Rei o sublime coração
Dos Reis em tantas guerras conhecido,
Da gente louva a antiga fortaleza,
A lealdade d’ânimo e nobreza.

(OL, V, 90, fo 94vo)

38Le prestige ainsi acquis par les Portugais est d’autant plus grand qu’il semble emporter l’adhésion sans réserve des peuples étrangers, y compris infidèles. Le même procédé est répété dans le second catalogue des Lusiades, celui des héros portugais exposés par Paulo da Gama au catual, en Inde. L’émerveillement de ce dernier transparaît au fil du texte (« Pergunta o Malabar maravilhado », OL, VIII, 10, v. 2) et surtout à l’issue de l’ekphrasis :

Os olhos tinha prontos e direitos
O Catual na história bem distinta,
Mil vezes perguntava e mil ouvia
As gostosas batalhas que ali via.

(OL, VIII, 43, vv. 5‑8, p. 135)

39L’admiration que suscitent les prouesses portugaises chez les Indiens prend d’autant plus de valeur que ceux-ci se révèlent de dangereux ennemis.

40Corte-Real fait un usage semblable du catalogue au chant IV de la Victoire de Lépante et l’approfondit en amplifiant les réactions des ennemis qui mêlent à l’émerveillement une terreur annonciatrice de leur perte prochaine. Il se plaît à développer cet aspect du texte en décrivant en détail les réactions d’Ali Pacha et de Sélim Ier à la contemplation des statues du temple de la Guerre. Si l’émerveillement du chef de l’armée ottomane transparaît depuis le début de la scène, c’est au moment d’introduire les statues des guerriers portugais, entre Luis Quijada et Don Juan, que Corte-Real multiplie les signes de la peur des Turcs face à la puissance chrétienne. L’annonce de la déroute des Ottomans et de la mort d’Ali (VL, IV, vv. 459‑464), après la description de la statue de Luis Quijada, arrache au défunt des larmes si brûlantes qu’elle s’évaporent sur ses joues dans un bruit terrifiant, comparé à celui du fer rouge plongé dans l’eau :

Diciendo esto, con lágrimas los ojos,
que de una ardiente brasa eran, hirviendo
humo echaron de sí, con tal rüido
cual hace el encendido hierro en agua.

(VL, IV, vv. 465‑469, fo 59vo)

41L’aspect infernal du fantôme provoque la terreur du guerrier turc, prétexte à une description minutieuse de Sélim Ier :

De nuevo el gran Bajá se asombra y tiembla,
de nuevo se enmudece y eriza el pelo,
viendo el gesto amarillo, los mortales
humosos tristes ojos rechinando,
viendo el crujir de dientes regañados,
los penosos, tristísimos aullidos,
la figura espantosa y fiera imagen,
en que aquel infernal Rey se volvía.

(VL, IV, vv. 470‑477, fo 59vo)

  • 20 « At uero Aeneas aspectu obmutuit amens, / arrectaeque horrore comae, et uox faucibus haesit » (« É (...)
  • 21 « El gran Bajá lo estaba contemplando, / que grandes cosas de él oído habías, / alababa el diseño, (...)

42Le fantôme de Sélim, au teint jaunâtre et aux yeux humides, émet de tristes gémissements et des grincements de dents. Une telle vision laisse Ali sans voix, les cheveux dressés sur sa tête par la terreur, tel Énée après la visite de Mercure à Carthage20. Un peu plus loin, après la présentation d’Emmanuel-Philibert de Savoie, Corte-Real rappelle encore la terreur d’Ali à la vue de « tant et de tels chevaliers » (VL, IV, v. 495). Dans la suite du catalogue, le poète insère encore deux allusions à l’effet que les statues produisent sur l’ennemi, à propos de Nuno Álvares Pereira21 puis de Dom Pedro de Meneses :

Miraba el gran Bajá sus proporciones,
sus miembros tan formados y robustos,
aquella gravedad de sus aspectos,
aquel severo objeto en sus semblantes.
Un helado temor dentro en el pecho
lo enmudece, desmaya, asombra y turba,
viendo aquellos varones, que por armas,
por todo el mundo, tal nombre han tenido.

(VL, IV, vv. 657‑664, fo 63vo)

43C’est ainsi, par les marques de terreur accrue de l’ennemi, que Corte-Real parvient à rehausser la valeur des guerriers portugais. Cet usage du catalogue est décisif dans l’économie narrative : il permet d’anticiper l’entrée en scène de la Sainte Ligue au chant VII, et le revers de fortune des chrétiens qui l’accompagne.

44La variété des situations narratives dans lesquelles s’inscrit le discours en catalogue en conditionne ainsi étroitement la forme. Le tableau 10 récapitule cette variabilité formelle du catalogue :

Tableau 10. — Variabilité formelle du catalogue dans le Siège de Diu, Les Lusiades, la Victoire de Lépante, La Araucana et le Naufrage de Sepúlveda

Régime de vérité Exposant Support Type de discours Chronologie Forme
SCD Songe Allégorie du Mérite Ekphrasis statuaire (temple de la Victoire) Dialogue Passé
Futur
Récit d’événements, grandes figures
OL, III-IV Histoire Vasco de Gama Mémoire Récit Passé Généalogie royale
Récits
OL, VIII Histoire Paulo da Gama Ekphrasis de peintures (drapeaux) Dialogue Passé Catalogue de héros
OL, X Île des Amours Nymphe Connaissance prophétique Chant Futur Catalogue de vice-rois
VL, IV Songe Fantôme de Sélim Ier Ekphrasis statuaire (temple de la Guerre) Dialogue Passé Catalogue de héros
VL, VI Mythologie Narrateur Ekphrasis (bouclier) Description Passé Récit d’événements
VL, IX Songe Vénus Connaissance historique Exposé Passé Catalogue de héros
AR II, XVIII Songe Allégorie de la Raison Connaissance prophétique Exposé Futur Catalogue d’événements
NS Histoire Sage vieillard Ekphrasis statuaire Dialogue Passé
Futur
Généalogie royale

45Le catalogue change de forme selon la situation d’interlocution et le support de la description. Inséré dans une ekphrasis, il se prête au dialogue entre les deux personnages, l’un attirant l’attention sur les éléments successifs de l’œuvre d’art décrite, l’autre interrogeant et relançant l’exégèse. Une telle structure permet de mettre en scène les réactions des personnages face à la contemplation des héros de leur camp ou du camp adverse. Au contraire, les catalogues qui consistent seulement en un récit adoptent une forme plus linéaire, les réactions de l’interlocuteur étant limitées aux seuils du catalogue. C’est dans ces catalogues en récit que prennent place les deux seuls catalogues du corpus consacrés exclusivement à la révélation de héros à venir, dans La Araucana et au dernier chant des Lusiades. Dans ce dernier cas, la solennité du discours est plus grande encore puisqu’il s’agit d’un chant, mise en abyme du chant épique du poème.

46On peut aussi distinguer deux types d’organisation du catalogue. L’une met l’accent sur les épisodes militaires, l’autre sur les figures du catalogue. Le premier type, présentant une série de vignettes guerrières dans lesquelles sont identifiés progressivement les protagonistes, fut pratiqué par Corte-Real, dans les ekphraseis du temple de la Victoire et du bouclier de Don Juan d’Autriche. Ce format permet de développer de petites scènes de bataille, caractérisées le plus souvent par quelques éléments marquants, tantôt documentées dans les sources historiques, tantôt inspirées des fables guerrières et de leur langage, motifs et figures. C’est le cas, par exemple, du sac de Gênes, deuxième épisode représenté sur le bouclier de Don Juan d’Autriche :

También pintó los Alpes, y por ellos
una gran multitud de gente armada,
que temiendo banderas Españolas
sin orden caminando van a Francia.
Pintó la rica Génova, rendida
al furor de soldados Imperiales,
y el marqués animoso, a una pequeña
puerta, encendiendo brava, ardiente llama.
Entrada la Ciudad se ve por fuerza,
y a un hado cruelísimo entregada,
el soberbio palacio todo lleno
de fuerte armada gente victoriosa.
Pintó allí al enfermo Octavïano,
Fregoso, echado en lecho, do esperaba
el suceso cruel, el fin tan triste
de su infelice patria miserable.
Estaba Federico, que escapado
del conflicto espantoso, se acogía
al mar, y por saltar a una galera,
cayendo se escondía allí en las ondas.
Después de socorrido, estaba el triste
colgado de los pies, al mar tornando
con vómito penoso las amargas
aguas que de él había recogido.
Allí pintó las calles de la infausta,
afligida Ciudad, todas pobladas
de mujeres atónitas, de pueblo
mezquino, que dar gritos parecía.
Y víanse las puertas, con mil golpes,
de codiciosas manos quebrantadas,
y a un impetuoso saco, ya rendidos
los soberbios y ricos aposentos.

(VL, VI, vv. 317-348, fos 85ro‑86vo)

47Ce passage est représentatif des catalogues par épisode de Corte-Real. Il maintient un certain suspense en présentant d’abord le cadre large de la scène, comme si une vue en plongée nous approchait peu à peu du lieu de l’action : les Alpes, un peuple fuyant les bannières espagnoles, puis la ville de Gênes à la merci des troupes impériales. Trois personnages retiennent ensuite l’attention du poète. L’assaut est donné par Fernando de Ávalos, énigmatiquement désigné par son titre de « marquis » (de Pescara) et qui figure comme métonymie de l’ensemble de ses troupes. Octaviano Fregoso, duc de la ville, terrassé par la maladie, ne peut lui opposer aucune résistance. Quant au « Federico » que l’on voit échapper à la nage dans les vers suivants, sans doute s’agit-il du frère du duc de Gênes, qui trouva refuge sur la galère d’Andrea Doria. L’image de l’homme au bord de la noyade, suspendu par les pieds pour rendre l’eau de mer qu’il a avalée, alimente le caractère concret et pittoresque de la description. Les derniers vers du passage sont consacrés au sac de la ville. Les cris se mêlent aux éléments de description visuelle, dans une esthétique caractéristique de l’ekphrasis.

48Le développement de certains épisodes, aux chants III et IV des Lusiades, donne lieu à des scènes célèbres en ce qu’elles présentent, en même temps que des rois, des morceaux de bravoure de l’histoire portugaise, signalés dans les tableaux récapitulatifs des éditions scolaires : les bataille d’Ourique, du Salado (chant III) et d’Aljubarrota (chant IV), sans oublier les amours tragiques d’Inês de Castro (chant III). Il en résulte une hiérarchisation de la généalogie entre les monarques dont le règne est illustré par un ou plusieurs faits d’armes fameux, et ceux à qui est consacrée à peine une octave. Le contraste est évident avec la généalogie royale du Naufrage de Sepúlveda, qui ne fait place à presque aucun épisode militaire dans son récit de la disparition annoncée de la monarchie des Avis.

49Les catalogues organisés en listes de héros sont moins énigmatiques et l’identité des protagonistes y est clairement révélée. Ainsi tous les héros peints sur les bannières du Portugal, au chant VIII des Lusiades, sont-ils désignés par leur nom et leur prénom. Le poète indique leurs principaux attributs, mais il ne développe pas de véritable scène. C’est le cas, par exemple, du Giraldo sem Pavor :

Olha aquele que desce pela lança
Com as duas cabeças dos vigias,
Onde a cilada esconde, com que alcança
A cidade por manhas e ousadias.
Ele por armas toma a semelhança
Do cavaleiro que as cabeças frias
Na mão levava (feito nunca feito):
Giraldo Sem Pavor é o forte peito.

(OL, VIII, 21, fo 131vo)

50Une seule octave suffit à la présentation du héros. Dans ce catalogue il est d’ailleurs rare que plus de trois octaves (vingt-quatre vers), soient consacrées au même personnage — bien moins, donc, que les longs développements des catalogues par épisode de Corte-Real.

  • 22 Les liens entre les poètes épiques et la noblesse ont été analysés au chapitre ii, section II.

51Dans la Victoire de Lépante, Corte-Real tira lui aussi partie de la structure par figure du catalogue pour représenter les principales familles de la noblesse espagnole et portugaise22. Il en résulte des portraits évocateurs, dont voici un exemple :

El otro que allí ves, de armas moradas,
y sembradas por ellas llamas de oro;
aquel, aquel te digo de buen talle,
de gesto gracïoso, y ojos alegres;
es el de Ávalos gloria y de Pescara,
dignísimo Marqués, que allá en Pavía
con belicoso ardid y fuerte brazo
prendió al Rey Francés, fiero y valiente.

(VL, IV, vv. 285‑292, fo 55vo)

52Contrairement aux catalogues par épisode, le soin de l’identification des héros n’est pas laissé au lecteur. Bien au contraire, le nom, le plus souvent placé en position de génitif, fait l’objet d’un véritable travail poétique. D’autres attributs constants émergent de ces descriptions successives : un titre et des armes ou couleurs caractéristiques de la famille. De multiples adjectifs qualifient la valeur guerrière sans la montrer en action (« belicoso ardid », « fuerte brazo »). Les catalogues sont ainsi des morceaux de bravoure par les recherches stylistiques et narratives qu’ils supposent pour adapter l’esthétique formulaire au style épique et à l’histoire récente. Ils contribuent par là à la variété du récit guerrier, qui se reflète encore dans les épisodes fictifs qui leur servent de cadre.

 

53Les ekphraseis géographiques et les catalogues de héros que nous venons de commenter nous montrent que la démonstration engagée par nos deux auteurs se prolonge au-delà du contenu guerrier du récit. À la manière d’une épopée dispersée, les poèmes d’Ercilla et de Corte-Real, parfois en réaction à celui de Camões, dessinent une réflexion territoriale et historique sur l’expansion des monarchies espagnole et portugaise. En plus du processus de territorialisation ibérique déjà mis au jour, la confrontation des poèmes permet de révéler certains aspects particuliers de la réflexion des poètes. Le singulier déplacement de dynamique panégyrique dans les ekprasis géographiques de Corte-Real, consacrées à montrer l’inquiétante expansion de l’ennemi, est compensé par l’utilisation du motif du catalogue pour montrer à ce même ennemi la puissance portugaise en fonction de sa dynamique impériale. À l’inverse, chez Ercilla, c’est la représentation du territoire qui place le lieu de la diégèse dans une représentation dynamique, alors que le catalogue est utilisé comme repoussoir permettant de mieux faire voir l’impossibilité d’une généalogie héroïque coloniale. On voit ici comment la singularité de la démonstration de chacun des poètes apparaît au fil de leur confrontation à travers le prisme de motifs épiques partagés. Dans cet ensemble, l’usage du catalogue, ou plus exactement de la mise en série des catalogues, pour l’invention d’une généalogie ibérique dans la Victoire de Lépante apparaît comme la construction la plus étonnante.

54Ces deux motifs sont développés dans le cadre d’épisodes fictifs variés qui participent de la marche de la démonstration et donnent de la variété au récit tout en interrompant sa linéarité. Je m’intéresserai à présent à cet enjeu de la variété du récit, dont Corte-Real et Ercilla font l’un des traits communs de leur poétique. Se pose, d’abord, la difficulté de construire une fable héroïque susceptible de porter la diversité du récit.

Notes

1 Pour une histoire de la critique sur le motif du catalogue, voir le panorama dressé par Perceau, 2002, pp. 3‑6.

2 Vernant, 1965 (« C’est à travers [les catalogues] que se fixe et se transmet le répertoire des connaissances qui permet au groupe social de déchiffrer son “passé” », pp. 84‑85) et Beye, 1964, (« des listes qui présentent à l’auditeur un certain nombre de personnages centraux ou les lui rappellent », p. 368), cités par Perceau, 2002, p. 3.

3 On trouve les démonstratifs ille (Énéide, VI, vv. 836, 838) — et ses variantes « illae » (v. 826), « Tu ille » (v. 845), « Ille, uides » (v. 760) —, hi (vv. 773‑774) — et ses variantes « Hi… hi » « haec » (v. 776), « Hic vir, hic est » (v. 791) —, alius (v. 847), les indications de position relative — « Proximus ille » (v. 767), « Quis procul ille ? » (v. 804), « Quem juxta » (v. 815), ou encore les injonctions à regarder dans telle ou telle direction — « Viden » (v. 779) « Huc nunc flecte acies » (v. 788), « Vis […] videre » (v. 817), « Quis te tacitum relinquat » (v. 841).

4 Perceau, 2002.

5 Pierre Civil (1990) a analysé le motif des galeries de portraits d’hommes illustres dans les bibliothèques, qui permettent une organisation visuelle du savoir, en particulier à l’Escorial. Sur la galerie de portraits du palais du Pardo de Philippe II ou la série des scènes de batailles du Salón de reinos de Philippe IV au Buen Retiro, voir respectivement Woodall, 1995 ; Brown, Elliott, 1981.

6 Ces catalogues de héros sont le pendant des catalogues d’hommes illustres ou de poètes que l’on trouve fréquemment dans la poésie du Siècle d’or. Francisco Javier Álvarez Amo (2008) a proposé une typologie intéressante de ces catalogues de poètes en vers qui organisent le canon poétique, mettent en valeur ses évolutions et s’emploient même parfois à tracer une géographie poétique nationale : autant de fonctions que l’on retrouve, transposées sur le plan militaire, dans les catalogues de héros de l’épopée moderne.

7 Vilà, 2001, pp. 543‑553.

8 Vasco Coutinho, comte de Borba, apparaît deux fois dans les guerres contre le roi de Fès (SCD, XX, vv. 627-674) tandis que son fils João Coutinho, comte de Redondo, apparaît aux vers 9944-1049 puis 1202-1228 ; enfin, Dom Pedro de Meneses, comte d’Alcoutim et marquis de Vila Real, s’illustre successivement en défendant Ceuta (SCD, XX, vv. 734-781) et lors de sa mort au combat en 1549 (XX, vv. 1318-1412).

9 Lourenço de Almeida (SCD, XXI, vv. 136‑208, 260‑288 et 708‑797), Tristão da Cunha (vv. 209‑259 et 289‑326), Afonso de Albuquerque (vv. 209‑259, 327‑362, 852‑862, 862‑908, 932‑1071, 972‑989 et 990‑1131), Nuno da Cunha (vv. 209‑259, 289‑326 et 1491‑1640), Jorge Botelho (vv. 1062‑1106 et 1107‑1140), João de Lima (vv. 862‑908, 1146‑1190 et 1325‑1466), Henrique de Meneses (vv. 1191‑1237, 1238‑1269 et 1325‑1466), Jorge de Lima (vv. 1191‑1237, 1270‑1324 et 1325‑1466) et Heitor da Silveira (vv. 1325‑1466, 1467‑1490 et 1491‑1640).

10 « Sancho, forte mancebo, que ficara / Imitando seu pai… » (OL, III, 85, vv. 1-2, fo 52ro), « … fize herdeiro / Um filho seu, de todos estimado » (III, 90, vv. 2-3, fo 53ro), « Morto depois Afonso, lhe sucede / Sancho segundo… » (III, 91, vv. 1-2, fo 53ro), « Mas depois que a dura Átropos cortou / O fio de seus dias já maduros, / Ficou-lhe o filho, pouco obediente, / Quarto Afonso, mas forte e excelente » (III, 98, vv. 5‑8, fo 53vo).

11 Gouverneur d’une place forte ou d’une ville dans l’empire du Samorim, prince du Malabar.

12 En témoigne, par exemple, la Praça do Giraldo, à Évora. D’autres, pourtant, ne sont plus guère connus que par leur mention dans ce poème.

13 Si Corte-Real regroupe ces figures comme dans le Carlo famoso, il ne souligne guère que les qualités de marin de Don García de Toledo qui secourut Malte, et de Bernardino de Mendoza et Álvaro de Bazán, « famosos capitanes los dos […] / y del Marino Rey favorecidos » (VL, IV, vv. 427‑428).

14 Corte-Real simplifie et abrège le récit de la guerre des Flandres (la paix du Cateau‑Cambrésis et les noces avec Isabel de Valois, dite Élisabeth de Valois en France) et le combat contre les hérétiques en Espagne

15 C’est la thèse qu’a développée Paul Firbas lors d’une conférence au séminaire « Escrituras virreinales » de l’Université Complutense de Madrid le 30 avril 2014 consacrée aux épopées antarctiques.

16 « … do que via / Espantado e contente » (NS, XIII, vv. 77‑78, fo 138vo) ; « Muito folgou de ouvir o Sá famoso / Aquela estranha, rara, antiga história, / A constância louvando e alta bondade, / Do que todo louvo bem merecia » (vv. 343-346, fos 143vo‑144ro) ; « O jovem Lusitano se recreia / De ver e de saber tais antigualhas, / E dentro do leal peito se alegrava / Vendo que em Portugal era nascido » (vv. 479‑482, fo 146vo) ; « Muito folgou de ouvir o Sá famoso / Aquela história antiga e ilustre alcunha. / Tornou de novo a ver os forte membros / Do robusto varão tão digno de honra » (vv. 764‑767, fos 152vo‑153ro)

17 Alphonse Ier (NS, XIII, vv. 91‑92), Sanche Ier (vv. 93‑96), Alphonse II (vv. 97‑100), Sanche II (vv. 101‑104), Alphonse III (vv. 106‑346), Denis Ier (vv. 347‑350), Alphonse IV (vv. 350‑351), Pierre Ier (vv. 375‑390), Ferdinand Ier (vv. 391‑478), Nuno Alvares Pereira (vv. 483‑514), Jean Ier (vv. 515‑763), Alphonse V (vv. 769‑771), Jean II (vv. 772‑775), prince Alphonse (vv. 776‑794), Manuel Ier (vv. 795‑810) et Jean III (vv. 811‑822).

18 Voir Corte-Real, 2014, pp. 28-30.

19 Ibid.

20 « At uero Aeneas aspectu obmutuit amens, / arrectaeque horrore comae, et uox faucibus haesit » (« Énée à cette vue demeura muet, hors de lui ; ses cheveux se dressèrent d’horreur, sa voix s’arrêta dans sa gorge », Virgile, 2006-2008, Énéide, IV, vv. 279‑280, t. I, p. 121).

21 « El gran Bajá lo estaba contemplando, / que grandes cosas de él oído habías, / alababa el diseño, el grave aspecto / de su persona ilustre y veneranda » (VL, IV, vv. 526‑529, fo 60vo).

22 Les liens entre les poètes épiques et la noblesse ont été analysés au chapitre ii, section II.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540