Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Troisième partie. Figures d’une épopée dispersée

Chapitre IX

Dessiner la nouvelle territorialité ibérique

Testo integrale

  • 1 Mon article Plagnard, 2015b, anticipe certains des développements de ce chapitre.
  • 2 Blanco, 2012b, pp. 334‑336.
  • 3 Lida de Malkiel, 1950, pp. 30‑47.
  • 4 Sur l’intertextualité entre La Araucana et le Laberinto de Fortuna, et plus généralement le rapport (...)
  • 5 Gruzinski, 2006.

1Géographie et épopée vont de pair depuis leurs origines1. Le geste des dieux de l’Iliade, penchés depuis l’Olympe sur le monde et capables de le survoler fait ainsi figure d’« origine épique de la géographie2 ». La description géographique, l’une des variantes du motif épique du catalogue3, n’est pas isolée du propos politique du texte. Chez Juan de Mena, la géographie du Laberinto de Fortuna, dont l’Espagne figure l’aboutissement à l’image de la clé des Cieux, illustre les « propres ambitions proto-impérialistes [de l’auteur] et celles de son personnage, Álvaro de Luna4 ». À la lumière de cette tradition, il semble donc opportun de lire les descriptions géographiques comme des révélateurs ou expressions synthétiques de la réflexion territoriale menée dans les poèmes. Chez Corte-Real et Ercilla, sont ainsi abordés la gestion de la guerre aux confins d’un empire colonial mondialisé5, le recentrement de la réflexion géostratégique autour de la Méditerranée et les rapports entre les deux royaumes de la Péninsule : autant d’enjeux territoriaux que leurs poèmes s’appliquent à interroger. À travers ce motif épique de la description géographique, se dessine progressivement un jeu intertextuel dans lequel Ercilla et Corte-Real inscrivent leur rivalité avec Camões et adoptent des positions qui résonnent l’une par rapport à l’autre.

I. — Faire apparaître les confins du monde

  • 6 « Où il est question de la terrible guerre qui eut lieu en Italie entre les Espagnols et les França (...)

2Les premiers poèmes épiques de la Renaissance espagnole, en suivant le modèle du romanzo italien à travers les poèmes de Boiardo et de l’Arioste, mobilisaient un espace terrestre, suivant les déplacements des personnages entre des lieux réels ou fictifs. Les conflits les plus importants dans la définition politique et territoriale de l’Espagne y étaient revisités, tels l’affrontement avec les Français à la frontière pyrénéenne dans les poèmes de Roncevaux ou l’insertion de l’Espagne dans le territoire impérial avec les « Caroléïades ». Ainsi, les poèmes de Nicolás Espinosa et de Francisco Garrido de Villena situaient leur récit à partir de points d’ancrage géographiques bien réels : Saragosse, Valence, la Catalogne, Roncevaux, Paris, la Bourgogne et le Roussillon. Les poèmes qui font de Charles Quint leur héros adoptaient la même géographie itinérante. L’argument de La primera parte de la Carolea de Jerónimo Sempere annonce la diversité de la géographie envisagée : « Trata la reñida guerra que pasó en Italia entre los Españoles y Franceses, hasta la batalla de Pavía. Cuenta los rencuentros que hubo en ella en muchas jornadas y diversas ocasiones, y las presas de Ciudades y Fortalezas. Y descrívense las fundaciones y sitios de muchos pueblos de Italia, y otras partes6 ». La série de combats et de joyeuses entrées se prolonge en autant de descriptions des villes conquises par Charles Quint. La plupart des chants sont ainsi organisés suivant une structure bipartite dans laquelle le récit militaire est suivi d’une description de la ville :

  • 7 « Ce chant III chante comment, après qu’eut éclaté la guerre entre l’empereur Charles et François, (...)

Este canto III canta cómo, después de rompida la guerra entre el Emperador Carlos y Francisco rey de Francia y ser vuelto Missiur [sic] de Lautrech a Milán, el Próspero Colonna le sacó de la dicha ciudad, haciéndole retirar a Cremona, donde aguardaba la venida del gran Maestre de Francia, que vino con grande ejército en su socorro. Y cuenta cómo entró en Milán el duque Francisco Sforza, y la descripción de aquella famosa ciudad7.

3Le Carlo famoso de Luis Zapata juxtapose, lui, différents épisodes qui se déroulèrent simultanément aux quatre coins de l’Empire. Ainsi, le chant XXX rapporte le sac de Rome, la naissance du prince Philippe en Espagne, la mort de Charles de Lanoy et son remplacement à la charge de vice‑roi de Naples par Hugo de Moncada, l’arrivée de Lautrec en Italie et la défense de Milan par Antonio de Leiva, la défense de la Hongrie par Ferdinand de Habsbourg et l’installation de l’empereur à Burgos, à la fin de l’année. Deux trames s’entrecroisent qui suivent les deux principaux fronts militaires soutenus par Charles Quint : l’affrontement avec les Français, qui se joue principalement en Italie, et l’affrontement contre les Turcs en Méditerranée, en Afrique du Nord et en Europe de l’Est. L’ensemble géographique ainsi parcouru est considérable, de l’Angleterre (chants I à IV) à Yuste (chant L), en passant par Valladolid, Séville, l’Italie ou encore l’Afrique du Nord. La juxtaposition d’autant d’actions disparates dans un récit chronologique rend compte d’une difficulté croissante à raconter l’histoire d’un règne foisonnant en événements, dans un territoire chaque fois plus étendu et composite.

  • 8 Au chant IX, il y conquiert les armes d’Achille, conservées dans le tombeau d’Ulysse.
  • 9 Espinosa, La segunda parte de Orlando, XIV, 9‑50, fo 68ro‑71vo. À Valence se trouve la famille Cent (...)
  • 10 Plagnard, 2018b.

4L’Empire de Charles Quint poussait ainsi le modèle narratif du romanzo à la limite de ses possibilités en matière de représentation géographique. L’une des réponses alors expérimentées par les poètes consiste à élever le point de vue pour offrir une vision englobante du territoire, qui permette d’intégrer à l’Empire de Charles Quint les territoires outre‑Atlantique de l’Amérique. Nicolás Espinosa, dans la Seconde partie du Roland furieux, avait introduit une vision géographique de l’Amérique dans un épisode merveilleux. Cotalde, guidé par une servante de la magicienne Marphise, gagne sur une barque magique, menée à une vitesse prodigieuse par des rameurs nains, les îles Fortunées8 puis l’Amérique. Arrivée à l’île Hispaniola (Saint-Domingue), la petite flotte descend vers le sud du continent et contemple successivement la Nouvelle‑Espagne et le Mexique, le Pérou et le détroit de Magellan, avant de regagner les Açores portugaises et les côtes espagnoles. En longeant la Vandalie (nom romain de l’Andalousie), ils passent Séville, Carthagène, l’île Santa Pola, Alicante et Denia, pour finalement débarquer dans le port de Valence9. L’émule valencien d’Espinosa, Francisco Garrido de Villena, avait lui aussi pris soin d’introduire l’Amérique dans le poème qu’il publia la même année, mais par un biais narratif tout à fait différent. Dans une longue ekphrasis du Roncesvalles, le mage de Delphes commente les peintures représentant les terres, les mers et le cosmos. Les sphères qui composent le cosmos sont décrites sur le modèle des théories cosmographiques ptoléméennes, comme celle du chant X des Lusiades10. La description des terres et des mers — les deux premiers éléments de la région élémentaire qui en compte quatre (la terre, l’eau, l’air et le feu) — s’inscrit elle aussi dans ce cadre théorique. La description des terres, d’abord, suit l’ordre des continents : l’Europe (octaves 14‑16), l’Afrique (octave 17), l’Asie (octaves 18‑19) et enfin la « región Vespucha », à conquérir. Dans ces deux cas l’ordre de la description répond aux problèmes territoriaux que les poètes prétendent examiner : Nicolás Espinosa trace une continuité territoriale entre les îles Fortunées, l’Amérique, et le port de Valence où se trouve son dédicataire. Francisco Garrido de Villena part de l’Angleterre, patrie de l’épouse de son souverain, et aboutit en Amérique avec la prophétie de la découverte de ce quatrième continent. De la même façon, les descriptions géographiques d’Ercilla et de Corte-Real permettent de souligner ou d’éclairer certains aspects de la narration. À l’inverse de ce que proposaient les poètes valenciens, ils prennent pour point de départ les territoires lointains qui servent de cadre au récit (l’Araucanie et Diu) pour les placer dans une géographie globale, qui permette de les relier à l’ensemble du territoire de la monarchie et au monde des lecteurs.

La vieille route des épices

5Le Siège de Diu prend place dans un espace limité et réduit : la forteresse, la région du golfe de Cambay jusqu’à la vice-royauté de Goa, en passant par la côte mise à sac (Surat, Ançote, Bethel, Goga ou Gandar). Il s’ouvre discrètement sur l’Europe avec l’évocation finale de Dom Sébastien et avec l’arrivée des renforts venus par la Carreira da Índia. Une autre ouverture géographique, placée sur un plan un peu différent, met en perspective la forteresse par rapport à l’Europe : le vol de la furie Alecto depuis les Enfers, situés en Italie, jusqu’à la presqu’île de Diu au chant XIII.

6Le vol d’Alecto, envoyée par Pluton pour provoquer la rébellion des soldats portugais, est décrit du point de vue de la Furie. Deux versions de la vision sont conservées. Dans le manuscrit élaboré avant 1570, Alecto émerge des Enfers en Italie et s’envole avec une détermination implacable, les yeux fixés sur la forteresse :

Para as douradas partes do Oriente
Leva direita via, sempre os olhos
Fixos lá no lugar onde a cercada
Fortaleza cristã se combatia…

(SCD, ms. fo 139ro)

  • 11 « deixando […], entra por […], deixa […], passa logo por cima […], a mão esquerda deixa […], também (...)

7La description prend la forme d’une énumération de toponymes, organisée par des verbes de mouvement qui dessinent un trajet direct de l’Italie à Diu11. Alecto survole le Sud de la péninsule italienne, la Calabre, puis tourne vers l’est, laissant derrière elle la Sicile. Elle passe la Grèce et ses îles, Ithaque, la Morée, Mytilène, Patmos, Délos, et la Dardanie, point de transition entre l’Europe et l’Asie Mineure. De là, elle vole vers Constantinople, Carie, la Pamphylie, évite Chypre, dépasse la Cilicie, la Syrie, Philippes, Damas, les portes du mont Amanus, Tyr, Jérusalem et Iope. Enfin, elle survole la Mésopotamie, l’Arabie Pétrée, l’Arménie, Babylone, la Chaldée, le golfe Persique, la Susiane, la Parthie, la Médie, la Perse, la mer Caspienne, les fleuves Oxus, Ochus et Ra, l’Arabie Heureuse, la mer Rouge, le tropique du Cancer, le détroit d’Ormuz et la Carmanie pour parvenir, finalement, à Diu.

  • 12 De Jong, Nünlist, 2004.
  • 13 Buci-Glucksmann, 1996, chap. i : « L’œil‑monde ou le fantasme d’Icare », pp. 11‑48.

8Ce point de vue à vol d’oiseau nous donne un aperçu précis des territoires qui séparent l’Italie de Diu. Le texte utilise les perspectives élevées de la poésie antique : le « point de vue panoramique » (panoramic standpoint), pour reprendre la typologie d’Irene De Jong et de René Nünlist12 ; ou la « perspective icarienne » qui dote la peinture d’un « œil-monde » et même d’un « œil cartographique du monde »13. De nombreux détails de la narration viennent colorer l’énumération et dessinent un paysage : les trois promontoires de la Sicile, le Tigre et l’Euphrate dont les eaux se mêlent avant de se jeter dans le golfe Persique, les poissons sans épines de l’Oxus ou le bruyant fleuve Ra. En plus des indications géographiques, plusieurs références mythologiques, bibliques et historiques chargent d’allusions monstrueuses le chemin qui mène à Diu et à la discorde. À la mythologie antique, Corte-Real reprend le monstrueux Minotaure et l’amour contre-nature qui l’a engendré, la ruse par laquelle Sinon ouvrit Troie aux Grecs et l’île de Iope où Andromède fut exposée au monstre marin avant que Persée ne vienne la sauver. Si la Furie se plaît à contempler ces lieux d’horreur, elle évite au contraire Chypre, l’île de Vénus consacrée à l’amour. L’histoire antique fournit elle aussi deux références désastreuses : l’abandon de Cornelia sur l’île de Mytilène et les portes de fer où Alexandre le Grand fut vaincu par les Scythes. À la Bible, enfin, Corte-Real emprunte certains des épisodes les plus graves, dans l’ordre inverse de la chronologie au fur et à mesure que la Furie remonte vers l’Est, berceau de la chrétienté : la révélation de l’Apocalypse à saint Jean l’Évangéliste sur l’île de Patmos, la mort du Christ sur le mont Golgotha et la plantation des premières vignes par Noé. En remontant ainsi le temps biblique, le poète place Diu au plus près du péché originel. Alecto trace donc sous le regard du lecteur une géographie de la calamité et de la perdition en parfaite adéquation avec le caractère funeste qu’on lui prête habituellement et avec le désastre militaire qu’elle engendre ensuite.

  • 14 Voir Bethencourt, Chaudhuri, 1998 et, plus récemment, Frankopan, 2017.

9Contrairement aux précédents du Livre d’Alexandre ou de Juan de Mena, cette géographie ne débouche sur aucune sphère supérieure. Au contraire, elle renvoie les lecteurs à une route commerciale bien connue : de l’Italie jusqu’à l’Asie, la Furie survole la route des épices qui, depuis l’Antiquité, permettait le trafic entre l’Europe et l’Asie par la Méditerranée et par la mer Rouge14. C’est aussi la route qu’avait explorée João de Castro pour Jean III et à laquelle Camões fait brièvement allusion (OL, IV, 61-65). Corte-Real situe ainsi Diu par rapport à la route terrestre qui liait l’Europe à l’Asie, par opposition à la route maritime du cap de Bonne-Espérance inaugurée par Vasco de Gama et dont, au contraire, Camões était en train de faire le sujet de son épopée.

Le « Chili nord-sud »

  • 15 Padrón, 2004, p. 182.
  • 16 Voir les Apuntes históricos del doctor Juan Páez de Castro, 1517-1559, publiés en 1559 (Biblioteca (...)

10Pour situer cette zone de confins mal connue des lecteurs qu’était le Chili, Ercilla utilise pour sa part les possibilités nouvelles offertes par les innovations cartographiques de la Renaissance. Les descriptions géographiques, parfois accompagnées de cartes, étaient l’une des spécificités de l’historiographie des Indes depuis les années 1530 et les ouvrages d’Oviedo et de Gómara15. Dès le milieu du siècle, ce modèle d’histoire précédée d’une description géographique fit école dans la Péninsule. Juan Páez de Castro, dans son Memorial de las cosas necesarias para escribir la Historia publié en 1555, proposait ainsi de fonder le récit historique sur une description précise du territoire, de son organisation politique, de sa géographie, sa faune et sa flore, et des mœurs de ses habitants16. La première partie de La Araucana suit ce modèle.

11Le premier chant s’y ouvre sur la situation et la description du territoire (AR I, I, 6‑47), mal connu des lecteurs puisque, comme le précise Ercilla dans son prologue, « cette terre est si lointaine et si éloignée et la dernière que les Espagnols ont foulé du côté du Pérou » (AR I, fo 3ro). Ainsi, le récit est situé d’emblée dans un espace de confins, en marge de la centralité que constitue le lecteur a priori européen. Pour appréhender cet espace lointain, Ercilla emprunte aux techniques les plus récentes de la cartographie en même temps qu’il en dresse une image percutante. La problématique géographique est posée dès la première octave de la description :

Chile, fértil provincia y señalada,
en la región antártica famosa,
de remotas naciones respetada
por fuerte, principal y poderosa.

(AR I, I, 6, vv. 1‑4, p. 3)

  • 17 Sur l’ensemble de ces hypothèses, voir Lagos Carmona, 1985, pp. 9‑12, ainsi que l’analyse de Dichy- (...)
  • 18 Respectivement livre III, titre II, loi 16, 1546 et livre II, titre XVI, loi 3, 1567.
  • 19 Ce choix onomastique a aussi une incidence politique. En parlant de « province du Chili », Ercilla (...)

12Telle une figure de proue, le nom désigne le territoire. Chile, nom indigène aux origines incertaines17, aurait été utilisé depuis les premiers moments de la conquête, de façon concomitante avec la désignation européenne Nouvelle Estrémadure, et figure déjà dans les Leyes de Indias de 154218, preuve que les Espagnols se l’étaient approprié. Sans doute était-ce le nom le plus employé au moment où Ercilla y voyagea19. À la strophe suivante, on voit se dessiner les contours de cette entité territoriale :

Es Chile, Norte Sur, de gran longura;
costa del nuevo mar, del Sur llamado,
tendrá del Este a Oeste de angostura
cien Millas, por lo más ancho tomado,
bajo del Polo Antártico en altura
de veinte y siete grados, prolongado
hasta do el mar Océano y Chileno
mezclan sus aguas por angosto seno.

(AR I, I, 7, p. 3)

  • 20 Entre 1450 et 1700, le Corpus diacrónico de la lengua española recense 295 occurrences dont près de (...)
  • 21 Le 18 avril 1548, Pedro de Valdivia reçut le pouvoir de gouverner « … desde Copiapó, que está en 27 (...)
  • 22 « … al norte, Copiapó, limitando con la frontera sur del Virreinato de Lima; por el sur, el grado 4 (...)

13Le Chili apparaît immédiatement comme une direction et un sens, en ces quatre mots, « Es Chile, Norte Sur », que bornent les deux premiers accents de l’hendécasyllabe. L’expression était parfaitement lexicalisée au xvie siècle et on la trouve notamment dans les derroteros de viaje (parcours de voyage) et autres itinerarios de navegación liés à la conquête de l’Amérique20. Les quatre dernières syllabes du premier vers de l’octave dessinent la longue silhouette du Chili, « de gran longura », dont l’impression d’extension est renforcée par l’abondance des liquides et par l’absence de ponctuation à la fin du vers. Cette fine bande de terre verticale suit le trajet des conquérants qui l’explorèrent depuis le Pérou jusqu’au détroit de Magellan. La suite de l’octave glose de nouveau, mais cette fois avec des données chiffrées, les deux caractéristiques de ce territoire singulier. Alors que l’extrême-nord du Chili est situé par une latitude précise et ainsi inscrit sans équivoque dans l’espace du globe, son extrême-sud est désigné par une périphrase qui laisse dans le flou sa position exacte : le point où se mêlent les eaux pacifiques et atlantiques. La désignation de la borne nord du Chili par sa latitude suit les textes de loi qui définirent les frontières de la gobernación en 1548, lorsque l’audience de Lima donna le gouvernement du Chili à Valdivia21, puis en 1552 lorsque Charles Quint en fixa les limites22. Au sud, la frontière semble, au contraire, ouverte. On retrouve ici deux définitions habituelles de la frontière comme ligne (boundary) ou comme front de colonisation (frontier).

14La silhouette du territoire est complétée enfin par le dessin des bornes latérales du Chili, la cordillère des Andes et, symétriquement, la côte Pacifique :

Digo que Norte Sur corre la tierra,
y báñala del Oeste la marina;
a la banda del leste va una sierra
que el mismo rumbo mil leguas camina.

(AR I, I, 10, vv. 1-4, p. 4)

  • 23 Dupont (1994, p. 131) indique qu’une lieue marine mesurait 4 320 mètres et un mille, 1 440 mètres.

15Le même mouvement nord-sud dessine l’image des bords du territoire. Une nouvelle précision cartographique est introduite par le chiffrage de la largeur et de la longueur du Chili : cent milles au point le plus large, mille lieues de longueur. Ercilla estime ainsi la largeur du Chili à 150 kilomètres pour un peu plus de 4 000 de longueur23. Entre le nord du pays et le détroit de Magellan, « Arauco » est situé avec la plus grande précision. Relativement, d’abord, l’Araucanie se trouve au milieu de la terre chilienne (« en medio es donde el punto de la guerra / por uso y ejercicio más se afina », AR I, I, 10, v. 5). Ercilla indique ensuite les coordonnées géographiques qui permettent de la situer absolument à 36° de latitude sud. La centralité du territoire est encore renforcée par sa renommée mondiale, « qui s’étend d’un pôle à l’autre » (12, v. 4).

16La description d’Ercilla mime donc, par l’usage de données géométriques et géographiques (direction, sens, coordonnées, distances), une représentation cartographique du territoire vu depuis le dessus et situé dans l’espace du globe. Pourtant, ces données se réduisent au strict minimum : la côte Pacifique, une chaîne de montagnes et le détroit, désigné à travers le nom du navigateur qui le découvrit plutôt que par sa nature géographique. De quoi, seulement, en faire émerger les contours. Ainsi, c’est presque un diagramme du Chili qui pose le décor minimal du récit. Dans ce diagramme, la position du détroit est délibérément floue, indiquant l’un des enjeux de la conquête : situer et explorer le détroit de Magellan, un vide attractif vers lequel tendent les Espagnols.

  • 24 Pour une synthèse sur l’exploration du sud du continent américain, par mer et par terre, voir Luiz, (...)
  • 25 Sur la question du double tracé, voir Wagner, 1951.
  • 26 Sur l’ambassade de Jerónimo de Alderete auprès de Philippe II, voir Lagos Carmona, 1985, pp. 246‑25 (...)
  • 27 Real cédula du 29 mai 1555, signée par la princesse régente d’Espagne en l’absence de Philippe II e (...)
  • 28 Sur les détails du trajet de l’expédition et les deux hypothèses concurrentes de Medina, 1913 d’une (...)
  • 29 « Relación que hizo Francisco Cortés Ojea de su viaje al Estrecho de Magallanes, autorizada del esc (...)
  • 30 « Relación del viaje al Estrecho de Magallanes escrita por Juan Ladrillero », ibid., pp. 239‑272.

17Par cette description Ercilla offrait à son lecteur une représentation du Chili bien distincte de la cartographie contemporaine. En effet, la forme étroite et verticale du Chili n’apparaissait guère dans les cartes de l’époque. Ces incertitudes géographiques reflètent les difficultés de l’exploration du sud du continent américain24. Or, au début du mois de décembre 1555, en partant de Sanlúcar de Barrameda, Ercilla ne pouvait avoir qu’une idée très vague des territoires vers lesquels il se dirigeait. Le planisphère de Sancho Gutiérrez, qui rendait compte des expéditions et découvertes les plus récentes, présentait un dessin très incertain où la côte Pacifique était figurée par un double trait : l’un reliant en droite ligne le point ultime de l’avancée de Francisco Pizarro au détroit ; l’autre traçant les découvertes les plus récentes de Valdivia25. Jusqu’à la publication de la Première partie de la Araucana, la connaissance du Chili progressa à grands pas grâce à une série d’expéditions dont le poète lui-même fut témoin. Francisco de Ulloa et Francisco Cortés Ojea parvinrent par mer au détroit de Magellan en 1553 et 1554, fixant ainsi la route d’aller et de retour. En 1555, Philipe II chargea expressément Jerónimo de Alderete, envoyé par Valdivia en ambassade auprès de la Couronne26, de retourner au Chili et de s’informer « de la qualité de la terre… et si c’est une île et quels ports il s’y trouve et de quelle manière on navigue sur cette côte, s’il y a des moussons et des courants, dans quelle direction et le cours qu’ils suivent27… ». La mort d’Alderete à Panama en avril 1556, pendant son voyage vers le Chili, ouvrit la voie au fils du vice-roi, García Hurtado de Mendoza, qui reprit les explorations commencées par Valdivia. À la fin de l’année 1557 et dans les premiers mois de l’année 1558, Ercilla accompagna le gouverneur dans une exploration terrestre vers le golfe d’Ancud, qui inspira au poète le récit des chants XXV et XXVI de la Troisième partie28. Les Espagnols tentèrent en même temps une expédition maritime vers le détroit. Cortés Ojea atteignit le nord du détroit (52°5’ de latitude sud) mais n’en trouva pas l’entrée29. Ercilla eut connaissance de cet échec avant son départ à la fin de l’année 1558. Il n’apprit probablement qu’après son retour en Europe le succès de Ladrillero et de son pilote Hernán Gallego, qui entrèrent dans le détroit et rapportèrent la nouvelle en janvier 155930. À cette intense exploration de la zone, à laquelle Ercilla assista en partie, succéda une révision de la cartographie qui affecta en particulier les représentations du Sud du Chili. Ces nouvelles données ne garantissaient cependant pas une projection cartographique exacte.

18À la lecture de ces cartes, l’étroitesse du Chili et son orientation nord-sud étaient souvent peu nettes, le dessin de la côte pacifique faux et la cordillère pas toujours visible. La description d’Ercilla ne s’inscrit donc pas dans ce type de représentations à petite échelle. Elle est plus proche, en revanche, des représentations à grande échelle destinées à la navigation côtière : les cartas de marear. C’est le cas de la carte manuscrite de Diego López de Velasco, composée autour de 1570 mais publiée seulement dans les Décadas d’Antonio de Herrera en 1601. La description d’Ercilla se rapprochait donc de représentations cartographiques techniques moins diffusées. En regard, sa carte poétique possède une efficacité inédite. Sur l’espace du globe présent en filigrane, elle fait émerger le territoire chilien comme une forme simple et univoque, parfaitement conforme à l’expérience de terrain des explorateurs qui s’enfonçaient toujours plus au sud. Sa clarté fulgurante fait émerger, par contraste, l’espace problématique du détroit de Magellan, auquel Ercilla consacre une glose de deux octaves :

Y estos dos anchos mares, que pretenden
pasando de sus términos juntarse,
baten las rocas y sus olas tienden,
mas es les impedido el allegarse
por esta parte, al fin la tierra hienden
y pueden por aquí comunicarse.
Magallanes, Señor, fue el primer hombre
que abriendo este camino le dio nombre.

  • 31 Pour les vers 7 et 8 de cette octave, l’édition d’Isaías Lerner signale pour l’édition de 1569 la v (...)

Por falta de Pilotos, o encubierta
causa quizá importante y no sabida,
esta secreta senda descubierta
quedó para nosotros escondida,
ora sea yerro de la altura cierta
ora que alguna isleta removida,
del tempestuoso mar y viento airado
encallando la boca la ha cerrado
31.

(AR I, I, 8-9, p. 4)

  • 32 Massmann, 2012, p. 220.
  • 33 Padrón, 2004, pp. 189‑198.

19Dans un tableau chargé de pathétique, Ercilla personnifie le mouvement des deux océans qui luttent pour unir leurs flots au sud de l’Amérique. Ce lieu mystérieux de l’union des deux mers est l’objet d’une véritable quête. Déjà dominé par un héros du passé qui lui a laissé son nom, le détroit doit maintenant être retrouvé et résiste aux assauts des Espagnols. Cet horizon de conquête, qui pourrait être la clé d’un continent nouveau, l’Antarctique, est l’un des moteurs du récit. Stefanie Massmann voit dans cette description une façon de « gommer le détroit32 ». On peut penser au contraire, avec Ricardo Padrón, qu’il s’agit de le créer comme un espace de disponibilité narrative ou un horizon de désir33. Cette image d’ouverture à l’exploration et à la découverte répond à l’autorisation donnée par Philippe II à Alderete de conquérir le Chili au‑delà de 41° de latitude sud et vers les terres antarctiques dont on supposait l’existence.

  • 34 Padrón, 2004, p. 190.
  • 35 Dichy-Malherme (inédit) expose les conditions de cette révolution cartographique et l’analyse qu’en (...)

20La première partie de La Araucana s’ouvre ainsi sur un énoncé poétique des principaux enjeux territoriaux qui animent la conquête de la marge sud de l’Empire. En même temps, cette description crée un lien implicite avec la métropole. L’usage répété de la latitude pour désigner les bornes les plus importantes du territoire chilien le situe en effet dans une « grille géométrique » relativement à tous les points du globe34. Cette grille, fruit des progrès récents de la cartographie, permet d’appréhender géométriquement les espaces inconnus comme un « “vide positif”, par opposition au “vide négatif” [des] blancs qui sur les cartes représentaient l’ignorance35 ». Le Chili, ainsi situé dans l’espace du globe et donc relativement à la métropole, n’y est cependant pas encore relié par une route concrète, contrairement à l’ébauche de trajet proposée par Corte-Real dans le manuscrit du Siège de Diu. Après l’intuition fulgurante de la forme et de la place géostratégique du Chili dans la première partie de La Araucana, tout l’enjeu de la Seconde partie consiste justement à le lier au grand ensemble de l’Empire de Philippe II.

II. — Une dynamique impériale inachevée

  • 36 Sur le rapport entre cosmographie et gouvernement, voir Lestringant, 1991, pp. 13‑14.
  • 37 Kagan, 1986, pp. 40‑53.
  • 38 Cerezo Martínez, 1994, chap. xix : « Hacia un nuevo concepto de la cartografía náutica », pp. 239‑2 (...)

21Les innovations géographiques et cosmographiques permirent un changement d’échelle dans le regard porté sur les nouveaux territoires en constante expansion dont il était indispensable d’unifier la représentation36. Philippe II avait reçu une éducation géographique soignée, alimentée par la lecture de Ptolémée, Serlio, Vitruve, Apian, Pomponius Mela et Copernic37. Tout au long de son règne, il fit entrer à la bibliothèque de l’Escorial des ouvrages, cartes, globes ou instruments de mesure astronomique liés à ces questions géographiques. Il appuya aussi le renouveau de la cartographie royale dans les mêmes années38.

  • 39 Lestringant, 1991, p. 13.
  • 40 Bénat-Tachot, 2013.

22Il en résulta un instrument nouveau, qui proposait une vue du territoire alternative à la chorographie traditionnelle : « un planisphère, qui réduit le globe terraqué à ses grandes lignes, ne retiendra pas les mêmes objets que la carte partielle, chorographique ou topographique39 ». Le padrón real jouait ce rôle de synthèse cartographique des connaissances géographiques accumulées par les expéditions successives40. C’est dans ce contexte que Luís de Camões et Alonso de Ercilla introduisirent dans leurs poèmes, à six ans d’intervalle, des descriptions géographiques du monde entier.

L’empire des Indes et l’empire d’Amérique : deux mappemondes orientées

23Pour James Nicolopulos, les descriptions géographiques des Lusiades et de la deuxième partie de La Araucana forment des mappemondes traçant deux dynamiques opposées de l’expansion portugaise et espagnole. Celle de Camões tire les Portugais vers l’Asie tandis qu’Ercilla porte le regard de son roi vers le sud de l’Amérique. Tous deux, cependant, visent un même but : les îles des épices, au milieu du Pacifique, promesses de richesses qui parachèveraient la domination mondiale de la monarchie sur le globe.

24La géographie de la Seconde partie de la Araucana insère le diagramme du Chili, présenté au chant I, dans une représentation de l’ensemble de l’Empire, et même du monde entier. Après avoir dressé un parallèle entre la guerre du Chili et les batailles européennes de Saint-Quentin et de Lépante, dans les deux premiers volets du réseau de prophéties qui structure la Seconde partie, Ercilla propose une description du monde contemplé dans la sphère de Phyton au chant XXVII. La révélation est permise par la « gran poma milagrosa » inspirée des Lusiades (AR II, XXIII, 71). L’émulation déjà mise au jour entre les deux poètes se prolonge dans la description géographique développée au fil des octaves qui suivent.

  • 41 Cette description a été étudiée par Nicolopulos, 2000, pp. 236‑249, et Gil, 1998, pp. 77‑120.

25La description géographique des Lusiades se déroule en deux temps. Au chant III, Vasco de Gama décrit au roi de Mélinde une vaste géographie de l’Europe. Puis, au chant X, les Portugais triomphants sont reçus sur l’île d’amour par la nymphe Thétis, qui leur décrit dans sa sphère l’organisation cosmique du monde avant de compléter la description géographique commencée au chant III avec celle de l’Afrique et de l’Asie41. Ainsi s’achève une mappemonde tricontinentale, caractéristique de la géographie antérieure à la découverte de l’Amérique. Cette description de l’Afrique et de l’Asie redouble la topographie du voyage de Vasco de Gama, objet principal du récit. James Nicolopulos a montré comment le poète ordonne la description en fonction d’un trajet. De l’Afrique occidentale, on passe par le cap de Bonne-Espérance et par l’Afrique orientale jusqu’aux îles Moluques, point d’aboutissement désiré de l’expansion portugaise ; au retour, on regagne l’Afrique orientale. Tout en travaillant sur un modèle cosmographique hérité d’Isidore de Séville et de Juan de Mena, Camões figure et redouble la route maritime victorieuse de ses compatriotes.

26L’Amérique et le détroit de Magellan ne sont évoqués qu’à la fin de la description, sur un mode conflictuel qui pose la question d’une rivalité entre le modèle d’expansion portugais et celui de l’Espagne :

Eis aqui as novas partes do Oriente,
Que vosoutros agora ao mundo dais,
Abrindo a porta ao vasto mar patente,
Que com tão forte peito navegais;
Mas há também razão, que no Ponente
Dum Lusitano um feito inda vejais,
Que de seu Rei mostrando-se agravado
caminho há de fazer nunca cuidado.

Vedes a grande terra que contina
Vai de Calisto ao seu contrário polo,
Que soberba a fará a luzente mina
Do metal, que a cor tem do louro Apolo,
Castela vossa amiga será dina
De lançar-lhe o colar ao rudo colo,
Várias províncias tem de várias gentes
Em ritos e costumes diferentes.

Mas cá onde mais se alarga, ali tereis
Parte também com pão vermelho nota,
De Santa Cruz o nome lhe poreis,
Descobri-la‑á a primeira vossa frota;
Ao longo desta costa que tereis
Irá buscando a parte mais remota
O Magalhães, no feito com verdade
Português, porem não na lealdade.

Desque passar a via mais que meia,
Que ao Antártico polo vai da linha,
Duma estatura quase Gigantea
Homens verá, da terra ali vizinha;
E mais avante o estrito, que se arreia
Com nome de ele agora, o qual caminha
Pera outro mar, e terra que fica onde
Com suas frias asas o Austro a esconde.

(OL, X, 138‑141, fos 183vo‑184ro)

27Camões met en doute la loyauté du Portugais Magellan, qui découvrit le détroit à la solde et pour le compte des Espagnols. Il annule ainsi avec soin tout lien entre l’Amérique et les îles du Pacifique en faisant déboucher le détroit de Magellan sur un Antarctique froid et sans perspective, comme un côté stérile du globe bien différent de l’espace de disponibilité dépeint par Ercilla.

  • 42 Nicolopulos, 2000, pp. 249‑264.

28Dans sa mappemonde, le poète espagnol dessine en effet une route inverse, qui reprend celle de Camões pour mieux l’invalider. Ercilla superpose le trajet est-ouest de sa description à une chronologie du monde qui fait de l’Asie un passé ancien et de l’Amérique un présent susceptible de donner accès à un futur prometteur. À l’Asie antique et biblique (AR II, XXVII, 6-15), à l’Afrique antique et sauvage (XXVII, 16-23), et à l’Europe romaine (XXVII, 24-29), succède en effet un ensemble géographique du présent et de l’avenir constitué par la péninsule Ibérique (XXVII, 30-37), son prolongement américain (XXVII, 38-51) et un autre continent à découvrir (XXVII, 52)42. L’Escorial tient le centre de cette description, comme le pivot qui articule le vaste mouvement de l’Ancien vers le nouveau (XXVII, 33-35), plaçant ainsi les terres à conquérir du côté d’une aube nouvelle. Deux points clés permettent d’ouvrir la voie à cet avenir glorieux. Le détroit de Gibraltar, d’abord, est évoqué à travers les Rois Catholiques et les colonnes d’Hercule :

  • 43 Peut-être dans un souci d’exactitude historique, Ercilla altéra ce vers dans l’édition de 1590 pour (...)

Mira a Cádiz, donde Hércules famoso,
sobre sus hados prósperos corriendo,
fïó las dos Columnas victorioso,
Nihil ultra en el Mármol escribiendo;
mas Carlos Quinto Máximo glorioso
43,
los mojonados términos rompiendo
del ancho y nuevo mundo abrió la vía,
porque en un mundo solo no cabía.

(AR II, XXVII, 38, fo 143vo)

29À ce premier détroit, où Charles Quint passa Plus Oultre, fait écho le franchissement du détroit de Magellan au sud du Chili, qui vient clore la description de l’Amérique :

Ves […]
siguiendo la costa al sur derecho
[…] el estrecho:

Por donde Magallanes con su gente
al mar del Sur salió desembocando,
y tomando la vuelta del Poniente
al Maluco guïó Noruesteando.

(AR II, XXVII, 50, vv. 1 et 7 ; 51, vv. 1-4, fos 145vo-146ro)

  • 44 « Ves las islas de Achaca y Zabú enfrente, / y a Matán, do murió al fin peleando; / Bruney, Bohol, (...)

30Le franchissement du détroit, dans une translatio imperii répétée d’est en ouest, de détroit en détroit, ouvre un nouvel horizon de conquête. Il s’agit d’abord des îles du Sud-Est asiatique, objet de litige entre les Espagnols et les Portugais quant à la position de l’antiméridien du traité de Tordesillas44. Mais il reste encore, au‑delà, des terres à conquérir :

Ves las manchas de tierras, tan cubiertas
que pueden ser a penas divisadas:
son las que nunca han sido descubiertas,
ni de extranjeros pies jamás pisadas,
las cuales estarán siempre encubiertas,
y de aquellos Celajes ocupadas,
hasta que Dios permita que parezcan
porque más sus secretos se engrandezcan.

(AR II, XXVII, 52, fo 146ro)

31On retrouve ici le même espace de disponibilité qui surgissait de la description du chant I. Ercilla suggère-t-il de conquérir l’Indonésie au‑delà des îles Moluques ? Il est possible aussi que cette allusion à une terre encore vierge désigne l’espace plus directement lié au Chili et au détroit de Magellan que les Européens pensaient pouvoir découvrir au sud du globe. Les îles énumérées par Ercilla, placées sur le bord droit du planisphère d’Ortelius, se situent en effet à proximité immédiate de la Terra australis nondum cognita, que les gouverneurs successifs, sur ordre de Philippe II, furent chargés d’explorer.

32Dans cet ensemble, le Chili joue un rôle de pivot entre les découvertes passées et à venir — nous l’observerons, sous le nouveau prisme de la généalogie héroïque, dans le prochain chapitre. On rejoint alors, par l’Amérique et par le détroit de Magellan, le point d’aboutissement de la mappemonde de Camões. Ercilla dépasse ainsi doublement son émule portugais : en décrivant une mappemonde complète, il intègre l’Asie portugaise mais la subordonne à l’Amérique, qui devient le continent de la nouveauté et des promesses futures.

33Cette opposition entre deux dynamiques impériales opposées est interprétée par James Nicolopulos en termes politiques comme un reflet de la rivalité entre les monarchies espagnole et portugaise. Une telle rivalité animait-t-elle l’épopée de la période dans son ensemble ? La seconde version du vol d’Alecto (1574) et l’influence qu’elle exerça sur Ercilla nuancent cette possible clé de lecture.

L’émergence de l’empire ennemi

  • 45 « Daqui ligeira sai aquela horrível, / Abominável fúria […]. / Com estrondo espantoso as asas bate, (...)

34Dans la version manuscrite du Siège de Diu, Jerónimo Corte-Real avait décrit le trajet direct d’Alecto depuis l’Italie jusqu’à Diu. Dans la version imprimée du même texte, en 1574, il retravailla en profondeur la description géographique pour l’étendre à un vaste ensemble tricontinental qui rappelle celui des Lusiades et les descriptions médiévales d’Isidore de Séville et de Juan de Mena. Dans cette nouvelle version, avant de s’envoler vers Diu, la Furie s’arrête au sommet des Apennins pour contempler le monde45.

  • 46 « Vira os olhos à parte esquerda e nota / Como se vai mostrando […], corre a vista / ao longo de [… (...)

35L’anaphore du verbe « voir » (ver) et plusieurs allusions insistantes à la vision46 mettent l’accent sur le regard de la Furie, qui détermine l’ordre de la description. D’Italie, le regard d’Alecto se déplace vers l’Est de l’Europe, le long de la côte albanaise et de la Dalmatie vers les Alpes. Il court ensuite vers le nord, en direction de l’Autriche, de la Bohème, de l’Allemagne et de la côte de la mer du Nord, de la Hongrie, de la Lituanie et de la Livonie jusqu’à la mer Noire. Il revient alors vers les îles grecques pour se poser finalement sur la Sicile, point final du tour européen. Puis le regard de la Furie passe en Afrique, longeant la côte nord d’est en ouest, pour ensuite remonter aux sources du Nil et redescendre vers la Méditerranée. Les deux îles de Crète et de Chypre permettent la transition vers l’Asie. Alecto prend alors son envol et la description continue depuis son point de vue en mouvement, comme dans le manuscrit. Elle survole l’Anatolie, décrite en détail, puis, de plus en plus vite, les possessions ottomanes jusqu’à atteindre Diu.

  • 47 Voir Lucain, Pharsale, II, vv. 610‑736, VI, vv. 1‑117 et VII respectivement.

36Dans l’ensemble de cette description, les hommes sont souvent évoqués pour leur férocité et leur pugnacité. La description de l’armement contribue à la richesse visuelle de l’énumération. Ainsi les habitants des Carpates font-ils « vibrer leurs arcs nerveux et courbes » (SCD, XIII, v. 724) et les Troglodytes habitent-ils des lieux « solitaires et effrayants » (v. 786). Ces féroces guerriers sont là pour divertir le lecteur, mais aussi et surtout pour illustrer le thème de la discorde. La nature est, tout au long, effrayante et inhospitalière. Comme dans la version manuscrite, la mythologie antique, l’histoire romaine et les guerres civiles entre César et Pompée sont convoquées pour illustrer la présence de la discorde. Les mythes antiques rappellent les lieux où les dieux punirent les mortels : les monts Hémus et Rhodope, l’Hèbre chantant Eurydice, le Caucase de Prométhée, et les pleurs d’Andromaque. Les lieux cités sont aussi fréquemment rapportés aux guerres que l’Empire romain mena contre de féroces ennemis — Tarente, les peuples illyriens de Dalmatie, les redoutables guerriers daces des Carpates, les guerres puniques en Sicile, l’autel des frères Philènes, les Troglodytes et la Marmarique. Trois de ces lieux au moins rappellent la guerre civile rapportée par Lucain dans son poème : Brindisi, Dyrrachium et Pharsale47. Au moment de penser la discorde qui va s’abattre sur le camp portugais, Corte-Real utilise, comme Ercilla, le thème de la guerre civile.

  • 48 Pour une histoire du territoire ottoman, voir Pitcher, 1972.
  • 49 Sur l’alliance entre Ottomans et Cambayais, voir Azevedo, 1995, pp. 31‑40 et Michaelsen, 1995, pp.  (...)
  • 50 Jesus, inédit, pp. 37‑41.
  • 51 Mascarenhas, « Carta de D. João de Mascarenhas para o Infante D. Luís », p. 143. Voir Santos, 1998.
  • 52 Jesus, inédit, pp. 42-45.
  • 53 Elle est particulièrement manifeste dans la chronique de Diogo de Teive, Comentarius, pp. 41‑42, 44 (...)
  • 54 Couto, Loureiro, 2007, pp. 49‑50.
  • 55 Voir Casale, 2010, pp. 117‑151.
  • 56 « L’État portugais de l’Inde, ainsi menacé par un axe musulman qui allait de Constantinople aux con (...)

37Outre le développement du thème de la discorde, cette description revisitée permet d’attirer l’attention du lecteur sur un aspect important du conflit indien, mais qui n’apparaît que discrètement dans la narration. Sans que jamais l’idée n’apparaisse explicitement sous la plume de Corte-Real, la carte tracée par le regard de la Furie se superpose à l’ensemble des possessions turques et des zones de l’Europe soumises à leur pression. On peut même en suivre presque entièrement le parcours sur la carte de l’Empire ottoman d’Abraham Ortelius. Dans un premier temps, les territoires décrits sont contemplés par la Furie du haut des Apennins ; dans un second temps, ils correspondent à son trajet vers Diu. Quelques-uns des territoires cités n’appartiennent pas directement à l’Empire ottoman ni à sa zone d’influence. Ils se situent pourtant à son contact et en subissent la menace : l’Italie du Sud ravagée par les raids de pirates ; l’Autriche et la Pologne directement soumises à la pression ottomane ; la Lituanie et la Russie en proie aux raids turco-tartares ; le Maroc ; la côte est de l’Afrique (près du lieu supposé des sources du Nil ?) ; la Crète et la Perse48. La présence turque sur la carte prend une importance décisive dans deux tableaux chargés de pathos qui sont mis en valeur dans la version amplifiée de l’épisode : le premier porte sur les ravages de Chypre, l’autre sur la victoire de Lépante. Une telle insistance sur la menace ottomane n’est toutefois pas seulement circonstancielle et liée au récent affrontement de Lépante. Elle éclaire aussi le cadre géopolitique dans lequel s’inscrit le conflit entre les Portugais et le sultan de Cambay. Les Ottomans avaient en effet soutenu la révolte de Coge Sofar en 1538, lors du premier siège de Diu. S’ils n’intervinrent pas directement dans le conflit en 1546, ils menaçaient toujours les comptoirs portugais d’Arabie et le commerce portugais dans l’océan Indien. Le sultan Mamude, successeur de Bahadur, avait à sa cour plusieurs factions aristocratiques dont l’une, les Rumi, défendait les intérêts des Ottomans dans la région depuis le premier siège49. Les tensions entre les indigènes et les Portugais augmentaient depuis plus d’un an quand Coge Sofar entama des manœuvres politiques susceptibles de déclencher un conflit global dans toute la région50. En particulier, il envoya l’un de ses cousins demander des renforts au gouverneur du Caire, comme en 153851. Bien qu’il n’ait obtenu aucun soutien officiel, il recruta de nombreux mercenaires dans la péninsule Arabique, qui constituaient la majorité de ses troupes et lui permirent d’user de techniques militaires perfectionnées au contact des affrontements avec les Européens52. Ainsi, l’ombre de la pression turque pesait encore fortement sur les Portugais lorsque les troupes ottomanes envahirent Bassora, au nord du golfe Persique53. La menace qui pesait directement sur Ormuz s’étendait jusqu’à Diu54. Au cours de la décennie de 1560, lorsque Corte-Real rédigea le poème, la menace turque sur l’Asie était particulièrement vive pour le partage de la mer Rouge et du golfe Persique entre l’Empire ottoman et le Portugal. Avant 1565, Semiz Ali Pacha, par la suite grand vizir de Sélim II, avait bâti une union panislamique contre les Portugais. Après cette date, les Ottomans entreprirent au contraire une vaste expansion à travers l’océan Indien qui menaçait aussi la province du Gujarat. Les groupes de pression asiatiques favorables à la domination ottomane comptaient alors de nombreux vétérans du second siège de Diu55. Le caractère global de cette menace fut immédiatement perçu par les historiens contemporains56. De plus, au moment de la publication du Siège de Diu, les tentatives d’expansion ottomane en l’Asie, en particulier en Perse, constituaient un enjeu diplomatique de taille pour le Portugal. Dom Sébastien tenta d’ailleurs de négocier une alliance avec le shah safavide contre les Turcs. À travers cette description remaniée, Corte-Real montrait donc que la lutte pour la forteresse asiatique faisait partie d’un conflit plus vaste. La menace turque y apparaît aussi inquiétante vers l’Asie que vers l’Europe, les deux continents étant liés par un même combat. La description géographique dessine ainsi, sans le dire explicitement, la masse sombre et menaçante qui sépare les deux points extrêmes du territoire portugais.

  • 57 Nicolopulos, 2000, p. 236.
  • 58 Nicolopulos, 2000, p. 243.

38Cependant, cette motivation politique ne suffit pas à expliquer que le poète ait consacré tant d’efforts à cette description longue et imagée. Il s’agit là d’un choix esthétique et littéraire qui ne prend tout son sens que si on le rapporte à la description géographique des Lusiades. Le chantre de Vasco de Gama avait choisi de mettre l’accent sur la route des Indes, via l’Afrique, et sur la « domination des mers et des riches terres des Indes de l’Est » que le Portugal en retirait57. Au contraire, Corte-Real partait dans la version manuscrite du Siège de Diu d’un autre trajet, terrestre entre l’Italie et Diu, qui justifiait sa description plus resserrée. Il ne s’était en aucune façon proposé de célébrer l’empire portugais et encore moins sa domination des mers par la circumnavigation de l’Afrique. Cependant, il coïncidait avec Camões en ce qu’il posait la question du contrôle du détroit d’Ormuz et de la mer Rouge (OL, X, 101)58. Les ajouts de l’édition de 1574 peuvent donc se lire comme une réponse aux Lusiades, dans laquelle Corte-Real approfondit son intuition initiale et la justifie en montrant la menace croissante de l’Empire ottoman, renonçant, d’un même geste, à célébrer l’expansion maritime des Portugais. En ce sens, sa réponse était aux antipodes de celle d’Ercilla, qui utilisait le même type de géographie impérialiste, mais en inversant la dynamique cartographique de son émule portugais. L’absence de dimension cosmographique dans la description de Corte-Real est un choix délibéré, par lequel le poète signifie au lecteur l’absence de transcendance et de visée panégyrique de la description et concentre son attention sur les territoires ennemis qui menaçaient l’Europe comme l’Asie. C’est bien cette menace turque sur l’Europe que Corte-Real place au cœur de la réflexion dans la Victoire de Lépante.

III. — La Méditerranée et la péninsule Ibérique : nouveaux théâtres épiques

L’Empire ottoman : une menace en Méditerranée

39Le cadre géographique de la Victoire de Lépante est à peine plus étendu que celui du Siège de Diu : la cour du sultan ennemi, une côte mise à sac, un long voyage maritime qui permet d’aboutir au lieu de la victoire finale. La description géographique que Corte-Real inclut dans son second poème est elle aussi très proche de celle du Siège de Diu et explicite l’enjeu géostratégique que constitue l’expansion de l’Empire ottoman à la fois vers l’Asie et vers l’Europe. Elle intervient dans la scène d’ouverture du poème, au demeurant similaire à celle du Siège de Diu : un songe du chef ennemi lui inspire une fureur belliqueuse. Cette fois, c’est l’allégorie de la Guerre qui se livre à une prosopopée construite en deux volets, inspirés du diptyque du chapitre iii de la Relacion de Fernando de Herrera, « El estado de la cristiandad y la potencia de los turcos » (fos B4vo-B8ro). Le premier volet consiste en une énumération des pays européens affaiblis par des guerres intestines et des conflits religieux et suit de près la chronique. Le second peint les territoires ottomans de façon à mettre en valeur leur récente expansion. Dans cette seconde partie, Corte-Real procède à un changement majeur. Alors que Herrera peignait la puissance turque en montrant son développement progressif dans l’histoire et en citant ses victoires successives, Corte-Real réalise une description géographique de sa puissance territoriale dont l’ordre mime l’expansion turque, du cœur de l’Empire jusqu’à ses marges les plus récentes. La Guerre part du Bosphore et en dessine les contours, au bord de la mer Noire. Progressivement, elle évoque le reste de l’Europe, l’Anatolie et les territoires qui la composent, les possessions asiatiques, les îles grecques et l’Afrique du Nord. Puis, revenant vers les territoires des Habsbourg en Europe centrale, elle aboutit au lieu du dénouement du poème : Lépante.

  • 59 « Tienes », 15 occurrences, VL, I, vv. 197, 209, 217, 219, 221, 223, 230, 237, 239, 245, 247, 252, (...)
  • 60 Dans la seconde moitié du xvie siècle l’Empire ottoman avait d’ailleurs fait l’objet de cartes larg (...)

40La description est brève et énumérative, beaucoup moins colorée et détaillée que celle du Siège de Diu. C’est l’accumulation des noms qui suggère la puissance ottomane et la terreur que le sultan est susceptible d’inspirer aux chrétiens ; en effet, des verbes de possession structurent cette fois le discours59. L’ordre de l’énumération souligne en outre la continuité et la cohérence de cet ensemble territorial, tout en faisant allusion à certaines victoires spectaculaires des Ottomans : Caffa, Monténégro ou Bougie (« Bujía », VL, I, v. 256). L’Empire ottoman y surgit comme un ensemble bien intégré et en expansion60. La conquête de Chypre, puis l’affrontement de Lépante s’inscrivent donc dans la continuité de cette dynamique. Par cette entrée en matière, Corte-Real faisait de la Méditerranée au sens large le théâtre de son épopée et prolongeait sa réflexion sur les dangers de l’expansion ottomane. Ercilla ne pouvait ignorer le potentiel héroïque de la bataille de Lépante et de l’affrontement contre les Turcs, dont Philippe II venait de recevoir une brillante illustration sous la plume de son émule portugais. Progressivement, il impliqua à son tour une géographie méditerranéenne qui participe de l’ensemble de sa réflexion territoriale.

La Méditerranée dans la Seconde et la Troisième partie de la Araucana

  • 61 Blanco, 2014, p. 34.

41Ercilla rapporte le conflit chilien à la Méditerranée dès la Seconde partie en introduisant au chant XXIV le bref récit prophétique de la bataille de Lépante. La Méditerranée y apparaît dotée d’une centralité inattendue. Géographiquement, le lieu de l’affrontement est en effet associé d’emblée à la bataille d’Actium entre Octave et Marc-Antoine (AR II, XXIV, 77), racontée sous forme d’ekphrasis dans l’Énéide (VIII, vv. 626‑731)61. Lépante est ainsi présenté comme le lieu de la confrontation entre Orient et Occident, décisif pour la grandeur de l’Espagne comme l’avait été Actium pour celle de l’Empire romain. Ercilla va plus loin en présentant Lépante comme la clé de la domination du monde contemporain dans la lutte qui se joue entre Orient et Occident à travers l’Empire ottoman et la Sainte Ligue des chrétiens. L’idée est formulée dans le discours qu’Ali Pacha adresse à ses troupes avant la bataille :

Abrid pues, y romped por esa gente,
echad a fondo ya el poder Cristiano,
tomando posesión de un golpe solo
del Gange, a Chile, y de uno al otro Polo.

(AR II, XXIV, 36, vv. 5-8, fo 104ro)

42L’enjeu est de taille. Dans cette bataille, pourrait se jouer la fin de tout l’empire espagnol. On trouvait déjà cette idée de relation entre le centre et la périphérie de l’empire au début de la première partie et dans la bouche des ennemis, lorsque les Araucans prétendaient porter leur vengeance jusqu’en Espagne (AR I, III, 75 et VIII, 16). Ici, ce pourraient être les Turcs, ennemis en Méditerranée, qui auraient raison des Espagnols jusqu’au Chili. Le poète va même plus loin puisque les territoires espagnols incluent ici, avant l’heure, la réunion des empires espagnol et portugais sous une même couronne.

43La Méditerranée joue encore un rôle central dans la description géographique du chant XXVIII. Le mouvement global de la description, d’est en ouest, de l’Asie vers l’Amérique, n’est en effet pas linéaire : il part de la Méditerranée et y revient à plusieurs reprises, dessinant quatre boucles successives. La première part de Chalcédoine, dans le détroit du Bosphore, et trace une courbe vers l’est, en Asie Mineure, jusqu’à l’Euphrate, pour revenir ensuite en Méditerranée par la mer de Perse, la Palestine et Jérusalem. Un deuxième mouvement, plus ample, part ensuite vers la mer Rouge, les trois Arabies puis, plus à l’est, vers la Perse, l’Inde, Cathay et la Chine. Le point d’arrivée est l’île, fameuse depuis l’Antiquité, de Taprobane (souvent identifiée comme Ceylan) : « la apartada / Taprobana famosa, antiguamente / término y fin postrero del Oriente » (AR II, XXVII, 10, vv. 5-7, fo 139vo). La description se concentre ensuite sur les rives ou les abords de la Méditerranée — Trébizonde, la Colchide, l’Arménie, la mer Caspienne et l’Assyrie. Dans un troisième mouvement, elle gagne encore l’Afrique australe, puis remonte par les sources du Nil jusqu’au Caire pour parcourir la côte nord de l’Afrique jusqu’à Tripoli, Tunis et Carthage, puis la Sicile. En Europe, enfin, la Méditerranée reste centrale dans la description. Après l’Italie, la France, le Nord de l’Europe et la description de la Grèce, on y revient avec la Macédoine, la Morée, Candie, Chypre, Rhodes et la Judée (XXVII, 25-29). La côte orientale de la Méditerranée, autour de la Judée, berceau de la chrétienté, constitue ainsi le centre de gravité du vieux monde. Les contemporains d’Ercilla avaient bien perçu ce déplacement géostratégique. Le marquis de Peñafiel le souligne dans un poème liminaire à la Troisième partie adressé à Ercilla :

Voláis de Arauco hasta el mar Egeo,
y con ínclito triunfo y alabanza,
libre de alteración y de mudanza,
de lejos veis las aguas del Leteo.

(AR III, fo ¶3ro)

44La plume d’Ercilla vole depuis l’Araucanie, théâtre principal du récit, jusqu’à la mer Égée, encore en Méditerranée. La connexion ainsi établie permet aux événements du Chili d’échapper à l’oubli et de résonner en Europe, au cœur du pouvoir.

45Un ultime épisode, le voyage de Didon — qu’Ercilla appelle de son nom latin « Elisa Dido » — de Tyr jusqu’au port où elle fonde la ville de Carthage (chants XXXII et XXXIII), achève de démontrer l’importance nouvellement acquise par le Mare Nostrum. Ercilla y propose un nouveau parallèle‑différence qui permet d’éclairer par contraste la situation des Espagnols au Chili. Cet excursus, par rapport au récit des guerres araucanes, est justifié par une exigence poétique de variété :

Viendo que os tiene sordo y atronado
el rumor de las armas inquïeto,
siempre en un mismo ser continüado,
sin mudar son ni varïar sujeto,
por espaciar el ánimo cansado
y ser el tiempo cómodo y quïeto,
hago esta digresión, que a caso vino
cortada a la medida del camino.

(AR III, XXXII, 51, fo 393ro)

  • 62 Jean Palet, en 1604, traduit « espaciar » par « pourmener » (Palet, Diccionario muy copioso de la l (...)

46Par cette scène de voyage, il entend divertir ses lecteurs en « promenant » leurs esprits fatigués62.

  • 63 Justin, Epitome Historiarum philippicarum Pompei Trogi, chap. xviii, IV‑VI. Chez Justin, Didon épou (...)
  • 64 « ya cansada / del llanto y soledad que padecía […] / de la triste memoria lastimada, / dando algún (...)

47La « chaste Elisa Dido » (AR III, XXXII, 43, v. 7) d’Ercilla est modelée sur la version justinienne de l’épisode63. Dans cette version historique, Didon se comporte comme l’épouse vertueuse de son défunt mari, Sychée, assassiné par son frère Pygmalion qui voulait s’emparer de ses richesses. Dans toute la première partie du récit, la mer est évoquée comme un espace de liberté qui permettra à Didon d’échapper aux souffrances qu’elle endure à Tyr. À son frère, elle la présente d’abord comme le moyen de s’éloigner du triste lieu où elle a porté le deuil de son mari64. Pygmalion, voyant là une opportunité de s’emparer du trésor de Sychée, que sa veuve ne manquerait pas d’emporter, donc de sortir de sa cachette, s’empresse de mettre une flotte à sa disposition (XXXII, 72). C’est encore par la mer que Didon parvient à tromper son frère en feignant d’y jeter le trésor de son défunt mari — elle jette en réalité des sacs de sable (XXXII, 75 et 80-82). C’est enfin à la mer que la reine confie son destin :

y al mar dudoso y vientos entregada
[quería] buscar nuevas provincias y regiones,
adonde con seguro viviría
lejos de su dominio y tiranía.

(AR III, XXXII, 79, vv. 5-8, fo 396vo)

48Ercilla se plaît en effet à rappeler fréquemment les conditions de navigation favorables dont bénéficie Elisa Dido dans sa recherche d’une terre plus hospitalière :

… dando presto la vela al manso viento
que favorable en popa respiraba.
La nave con sereno movimiento
el llano y sosegado mar cortaba,
comenzando a seguir toda la flota
de la alta capitana la derrota.

(AR III, XXXII, 76, vv. 3‑8, fo 396ro)

Corrió con viento próspero la armada

(AR III, XXXII, 77, v. 2, fo 396ro)

Con favorable viento navegaba

(AR III, XXXII, 91, v. 7, fo 398vo)

La reina viento en popa navegaba

  • 65 En insistant sur le voyage, Ercilla contribue à dresser le portrait d’une Didon « en mouvement » qu (...)

(AR III, XXXIII, 4, v. 5, fo 399vo)65

  • 66 Elle acheta aux habitants de la côte africaine autant de terre que pourrait en couvrir une peau de (...)
  • 67 Galperín, 2009, p. 53.

49À la faveur de ces vents prospères, la reine parcourt la Méditerranée vers l’ouest jusqu’à Tunis où elle fonde la ville de Carthage par une ruse bien connue66. Ercilla propose une description précise de ce voyage en énumérant les lieux par lesquels la flotte passe avant de parvenir à son but. Didon s’arrête d’abord à Chypre, d’où elle emmène quatre-vingts jeunes femmes pour peupler sa future cité (AR III, XXXII, 90). Elle prend ensuite la « route de l’Afrique vers le ponant » (XXXII, 91, v. 5). Au début du chant suivant, Ercilla trace la fin du voyage dans une octave dont Karina Galperín a commenté l’« intensification topographique67 » :

  • 68 Licodia Eubea en Sicile.
  • 69 Djerba.
  • 70 Île proche des côtes tunisiennes, à l’ouest de l’île de Malte.

Torció el curso a la diestra bordeando,
de las vadosas Sirtes recelosa,
y a vista de Licudia
68atravesando,
corrió la costa de África arenosa;
y siempre tierra a tierra navegando,
pasó por entre el Ciervo
69y Lampadosa70,
llegando en salvo a Túnez con la armada,
por el fatal decreto allí guiada.

(AR III, XXXIII, 5, fo 399vo)

  • 71 Galperín, 2009, p. 53.

50Cette série d’indications topographiques précises dessine une carte du voyage de Didon en Méditerranée. Karina Galperín a ainsi identifié trois lieux explicitement désignés (Chypre, Djerba et Tunis, auxquels il faudrait ajouter Lampedusa) et deux autres par lesquels la flotte de Didon doit passer si l’on en croit la description : lorsqu’elle se détourne de la Sicile pour gagner la côte africaine, elle doit d’abord passer devant Malte avant d’arriver à hauteur de Tripoli71.

  • 72 Sur l’importance de la dimension topographique dans la Troisième partie de la Araucana, voir Dichy- (...)
  • 73 Sur ce point, voir le rappel historique détaillé qu’offre Galperín, 2009, pp. 54‑56.

51Ce voyage en Méditerranée, qui ancre le récit dans une topographie bien connue des lecteurs72, offre également un éclairage singulier du conflit araucan à travers une série d’associations complexes, suggérées par le texte, entre les personnages de l’histoire de Didon et les acteurs des guerres méditerranéennes de la Renaissance. Des indices géographiques suggèrent d’abord l’association entre Didon (et, à travers elle, les Carthaginois) et les Ottomans. La route d’est en ouest est celle que suivaient les Turcs pour attaquer l’Europe en Méditerranée et les lieux mentionnés par Ercilla sont ceux des plus grands affrontements entre l’Espagne et l’Empire ottoman au xvie siècle73. Cette coïncidence est soulignée par l’emploi de toponymes modernes (Tunis pour Carthage, par exemple), évidemment anachroniques par rapport à l’époque de Didon. Cette géographie chargée d’une double histoire est donc à la fois celle de la fuite de la reine Didon au ixe siècle av. J.-C. et celle de l’affrontement incessant entre chrétiens et Ottomans au xvie siècle. Karina Galperín pousse plus loin l’interprétation en rappelant que les lieux auxquels Ercilla fait allusion sont des places fortes alternativement conquises et perdues par les chrétiens (pensons à Tunis et à Chypre). À ce titre, cette géographie serait aussi celle des victoires éphémères et réversibles des chrétiens en Méditerranée, fondées sur des guerres brutales et cruelles, qui rappellent le conflit dans lequel les Espagnols sont également enlisés au Chili depuis plusieurs décennies.

  • 74 Pour Karina Galperín, le poète ne cherche pas par cette mise en scène à évoquer l’analogie glorieus (...)

52En même temps qu’Ercilla trace cette analogie entre Méditerranée antique et Méditerranée moderne, et entre Méditerranée moderne et Araucanie, il fait de Didon un parangon du souverain juste, clément et pacifique. La fondation de Carthage, où Didon parvient à éviter le conflit avec les habitants par la négociation et par la ruse, en est la meilleure illustration. Autre exemple de la vertu de Didon : lorsqu’un roi voisin, Yarbas, la demande en mariage sous peine de détruire son royaume, elle se donne la mort pour préserver à la fois la paix de ses sujets et la fidélité qu’elle doit à la mémoire de son époux. La politique de cette reine de paix et de justice est ainsi aux antipodes de la guerre brutale menée entre les Espagnols et les Turcs. Elle permet de transformer la Méditerranée en un lieu de paix accueillant, bien différent de la Méditerranée des lecteurs du xvie siècle. Ainsi, l’épisode de Didon fonctionne comme un contrepoint aux pratiques de la guerre chrétienne74.

53Comme les deux premiers épisodes européens de La Araucana, Saint‑Quentin et Lépante, la description de la Méditerranée au chapitre XXXIII éclaire par différence le conflit entre Espagnols et Araucans au Chili. On le comprend en revenant au choix d’Ercilla de corriger la version virgilienne de l’histoire de Didon et en observant comment cette correction se répercute sur les différents niveaux de l’analogie exposée plus haut entre Méditerranée antique, Méditerranée moderne et Araucanie.

54L’épisode de Didon est conçu comme un moment de distraction au milieu du récit aride des guerres du Chili. Au chant XXXII, Ercilla et ses compagnons commentaient la chasteté de l’Indienne Lauca, la comparant à celle de Didon et provoquant sur ce point les soupçons d’un jeune soldat, au nom de l’autorité de Virgile :

… no tenía
a Dido por tan casta y recogida,
pues en la Eneida de Marón vería
que del amor libídino encendida,
siguiendo el torpe fin de su deseo
rompió la fe y promesa a su Siqueo.

(AR III, XXXII, 44, vv. 3‑8, fo 391vo)

  • 75 Voir Lida de Malkiel, 1974 pp. 57‑66 et Blanco, 2012a, pp. 261-262. Alatorre (1962, pp. 309‑317) su (...)

55L’« outrage » ainsi proféré envers la « chaste phénicienne » (AR III, XXXII, 45, vv. 1 et 4) provoque immédiatement l’indignation violente d’Ercilla, contre le soldat en question et contre l’auteur de ce portrait de la reine de Carthage : Virgile75. Il glose longuement l’erreur de ce dernier, qui sacrifie la vérité pour présenter son héros sous un jour plus favorable (AR III, XXXII, 46). Dans la série de six octaves ajoutées à certains exemplaires de l’édition de 1589, il glose la visée éthique de l’épisode : corriger cette « impertinente fiction » (XXXII, 52, v. 1). En corrigeant ainsi la caractérisation éthique du personnage de Didon, Ercilla ouvre une nouvelle voie pour repenser les conflits ancestraux qui se jouent entre les deux rives de la Méditerranée, entre les Carthaginois et les Romains.

56Ercilla rejette la version du poète latin qui impliquait des relations de haine et de vengeance entre Rome et Carthage, conséquences de la malédiction d’Énée par Didon ; il propose au contraire une autre Didon, la Didon de paix et de vertu de la tradition justinienne. Une autre analogie se dessine avec ce nouveau personnage, qui éclaire rétrospectivement l’ensemble du texte. Le récit enchâssé de Didon, outre le parallèle qu’il offre avec la situation contemporaine de la Méditerranée, peut être lu comme un contrepoint à la situation des Espagnols en Araucanie. D’un côté, Rome et l’Espagne ; de l’autre, Carthage et l’Araucanie. Dans la mise en scène d’Ercilla, Carthage n’est plus l’ennemie ancestrale de Rome mais, au contraire, un royaume de paix. Le poète suggère ainsi la possibilité d’une paix qui rompt avec un conflit structurant dans la représentation de la grandeur impériale, depuis l’Empire romain jusqu’à la monarchie espagnole. De même, une alternative pacifique serait-elle possible dans le conflit entre l’Espagne et l’Araucanie ? Le texte s’emploie en effet à le suggérer en tissant une continuité entre les vertus de Didon et celle des Araucans.

  • 76 Sur la facture littéraire de ces épisodes modelés sur ceux de l’Arioste et fortement influencés par (...)
  • 77 Galperín, 2009, pp. 48‑51.
  • 78 Choi, 2019.

57En effet, l’épisode de Didon est situé entre deux autres épisodes qui révèlent les vertus morales, politiques et guerrières des Araucans. Au départ, Didon est évoquée comme point de comparaison avec la chasteté de l’Araucane Lauca, fidèle à son époux défunt au point de vouloir se donner la mort. À ce titre, Didon conclut par un modèle mythique la série des femmes araucanes admirables par leur chasteté et leur fidélité conjugale76. D’autre part, au chant XXXIII, l’épisode de Didon est placé dans une relation de contiguïté avec l’exécution de Caupolicán, qui meurt, comme elle, avec un courage admirable et sous les yeux de son peuple assemblé77. Ainsi, Didon apparaît d’un côté comme un parangon de la vertu féminine et conjugale dont avaient déjà fait preuve plusieurs personnages de femmes araucanes ; de l’autre comme parangon du gouvernant héroïque, qualité dont fait preuve Caupolicán. La Didon d’Ercilla provoque donc l’admiration autant pour son attitude héroïque de femme que pour sa sagesse et son astuce de souveraine, comme certains Araucans. À ce titre, la voie ouverte par cet épisode est double. D’un point de vue poétique, elle permet à Ercilla de rétablir la vérité de l’histoire de Didon, de même qu’en poète il prétend faire l’histoire vraie du conflit araucan. Sur le plan politique, elle permet d’ébaucher une paix qui semblerait impossible si on la concevait en termes virgiliens. C’est justement tout le propos du récit d’Ercilla que de créer, par une représentation poétique nouvelle, les conditions de possibilité d’une relation de paix avec les indigènes au Chili. Rien d’étonnant, en ce sens, à voir Ercilla prendre, dans ce passage précis et dans plusieurs autres du poème, le contre-pied de la logique tassienne de croisade contre l’Infidèle78.

58En somme, Ercilla pose la Méditerranée comme lieu d’affrontement pour mieux mettre à distance et repenser les termes du conflit tels qu’ils ont été posés par les Espagnols en Araucanie. À Lépante, il s’agissait de montrer la déroute d’un impérialisme turc exprimé dans les mêmes termes que celui des Espagnols en Araucanie. Avec le voyage de Didon, il s’agit de désamorcer la possibilité d’une malédiction qui aurait poussé l’Espagne dans un conflit éternel et sans issue : un conflit qui avait commencé à l’époque de Carthage et qui durait encore au xvie siècle. En procédant ainsi, Ercilla suggère l’annulation des causes du conflit dont il fait le récit, comme si la guerre entre les Araucans et les Espagnols n’avait plus de raison d’être dès lors que l’on abandonne le moule poétique virgilien. Dès lors, il n’y a rien de surprenant à voir apparaître, au dernier chant de la Troisième partie, un nouveau théâtre d’action qui permettrait une nouvelle attitude belliqueuse et héroïque : le Portugal.

L’entrée du Portugal dans la géographie héroïque

59Au chant XXIV, Lépante est présenté comme la clé d’un empire mondialisé, du Gange au Chili, qui allie les possessions espagnoles et portugaises. La même continuité territoriale est suggérée par la description de la Péninsule au chant XXVII. Le Portugal, évoqué à travers les villes de Lisbonne et Coimbra, y est intégré à l’Espagne :

Ves a Burgos, Logroño, y a Pamplona;
y bajando al Poniente a la siniestra
Zaragoza, Valencia, Barcelona,
a León y a Galicia de la diestra.
Ves la ciudad famosa de Lisbona,
Coímbra y Salamanca, que se muestra
felice en todas ciencias, do solía
enseñarse también Nigromancía.

(AR II, XXVII, 31, fo 142vo)

60Coimbra forme même avec Salamanque un diptyque de villes universitaires. Le phénomène est d’autant plus visible que l’Espagne est le premier et le seul pays d’Europe à être nommé comme tel et ainsi doté d’une cohérence territoriale. Les autres n’apparaissent qu’à travers leurs principales villes. Cet élément permet de préciser l’analyse de la mappemonde d’Ercilla. À lire attentivement l’octave 31, le mouvement vers l’ouest qui oriente la description est donc un mouvement conjoint de la péninsule Ibérique, incluant aussi le Portugal. L’exaltation de la figure de Magellan est en parfaite adéquation avec cette idée et présente le franchissement du détroit et l’ouverture de la route des îles asiatiques comme le fruit d’une collaboration luso-espagnole. Ercilla n’était donc peut-être pas si loin, dans sa mappemonde de 1578, de l’idée d’une alliance telle que venait de la proposer Corte-Real dans la Victoire de Lépante.

61L’analyse du motif topique de la description géographique révèle donc des enjeux communs aux poèmes d’Ercilla et de Corte-Real. Dans leurs premiers poèmes, composés au cours de la décennie de 1560, tous deux avaient l’objectif de donner une visibilité inédite à des conflits situés aux confins de la monarchie, mal connus, voire inconnus des lecteurs, et qui n’avaient encore jamais été racontés sur le mode épique. Auparavant, dans l’épopée, l’Amérique n’avait été décrite qu’à travers des prophéties, comme un territoire à découvrir et auquel les personnages ne pouvaient avoir accès que par magie. Ercilla et Corte-Real inversent cette perspective : tout l’intérêt de leur description réside au contraire dans le lien qu’ils ébauchent, depuis ces zones de confins, avec le reste du territoire. Ercilla le fait dès le premier chant de la première partie de La Araucana, en utilisant des coordonnées géographiques qui supposent de situer le Chili relativement sur l’espace du globe. Corte-Real utilise pour sa part un procédé plus classique : la description des terres qui séparent Diu de l’Italie à travers la description du vol de la furie Alecto, situant ainsi la forteresse par rapport à la vieille route terrestre des épices. Dans la continuité de ces deux poèmes, Les Lusiades de Camões fondaient tout l’enjeu du récit sur la description du lien entre le centre historique du territoire portugais et ses nouveaux horizons asiatiques à travers le récit de la première circumnavigation de l’Afrique. La description de la terre par la nymphe Thétis s’organise en un trajet qui redouble celui du navigateur portugais par le cap de Bonne-Espérance, de l’Europe à l’Asie en passant par l’Afrique. Dans la Seconde partie de la Araucana, Ercilla prend à rebours la description géographique de son émule. Partant de l’Asie, décrite comme le vieux monde, Phyton dirige ensuite le regard du poète vers l’Afrique, puis l’Europe. Le détroit de Gibraltar figure comme la clé qui permet ensuite de gagner l’Amérique, décrite du nord au sud, jusqu’au détroit de Magellan, clé, à son tour, de nouvelles terres à découvrir. Par cette description, Ercilla surpasse Camões en insérant l’empire espagnol dans une véritable mappemonde, qu’il oriente résolument vers l’ouest, faisant ainsi du Chili le lieu de la plus grande modernité au sein de cet empire. Corte-Real avait, pour sa part, proposé une solution bien différente pour intégrer les territoires des confins dans un ensemble. Renonçant à donner une image triomphale de l’expansion européenne, il procédait négativement, en faisant apparaître le territoire de l’ennemi ottoman qui sépare les deux zones de la planète dominées par les Portugais et les Espagnols : l’Europe et l’Asie. Dans la description retravaillée de l’édition du Siège de Diu d’abord, puis dans celle de la Victoire de Lépante, il montrait ainsi au lecteur la masse menaçante de l’Empire ottoman, qui s’imposa à partir de 1571 comme une priorité géostratégique de la chrétienté. En mettant ainsi au premier plan le territoire de l’ennemi, Corte-Real tirait son récit vers un cadre méditerranéen. Ercilla se montra sensible à cette innovation. Dès la Seconde partie, la Méditerranée apparut dans la prophétie de la bataille de Lépante, comme la clé de la domination espagnole sur le monde entier, et dans la mappemonde du chant XXVII, comme le centre de gravité de la description des trois vieux continents. Ainsi Corte-Real et Ercilla anticipaient-ils le recentrement méditerranéen de l’épopée qui se faisait jour dans la Jérusalem libérée du Tasse, quoiqu’au service d’une réflexion politique bien différente.

62Les descriptions géographiques d’Ercilla et de Corte-Real ne présentent pas d’intertextualité directe. Elles révèlent pourtant une interprétation similaire des étapes de la reterritorialisation ibérique : zones de confins, Méditerranée, Péninsule. Dans cette construction, alimentée par un riche dialogue intertextuel avec le poème de Camões, Corte-Real se distingue de la dynamique d’expansion impériale de ses émules pour mettre l’accent, au contraire, sur la menace que constitue l’expansion ottomane, affectant l’Espagne et le Portugal. Un phénomène d’intertextualité similaire se joue avec les catalogues de héros, motif caractéristique de l’épopée utilisé par les poètes pour mettre en perspective les événements dont ils font le récit dans l’histoire moderne des deux nations. Nous verrons que c’est Ercilla qui introduit les réserves les plus explicites quant à la dynamique d’expansion impériale.

Note

1 Mon article Plagnard, 2015b, anticipe certains des développements de ce chapitre.

2 Blanco, 2012b, pp. 334‑336.

3 Lida de Malkiel, 1950, pp. 30‑47.

4 Sur l’intertextualité entre La Araucana et le Laberinto de Fortuna, et plus généralement le rapport entre La Araucana et la tradition médiévale de la description géographique, voir Nicolopulos, 2000, pp. 221‑236, citation p. 235.

5 Gruzinski, 2006.

6 « Où il est question de la terrible guerre qui eut lieu en Italie entre les Espagnols et les Français, jusqu’à la bataille de Pavie. On y raconte les batailles qui eurent lieu en de nombreuses campagnes et en diverses occasions, et les prises de cités et de forteresses. On y décrit aussi la fondation et la localisation de nombreuses villes d’Italie et d’ailleurs » (Sempere, Primera parte de la Carolea, « Argumento de la obra », fo Aiiiivo). L’argument de la seconde partie, consacrée à la guerre contre Soliman puis au couronnement de Charles Quint à Bologne, reprend l’idée de l’itinérance. Voir Sempere, Segunda parte de la Carolea, « Argumento de la obra », fo Aiiivo.

7 « Ce chant III chante comment, après qu’eut éclaté la guerre entre l’empereur Charles et François, roi de France, et après le retour de Monsieur de Lautrech à Milan, Prospero Colonna le délogea de ladite ville et le contraignit à se retirer à Crémone, où il attendait la venue du grand Maître de France, qui vint à son secours avec une grande armée. Et on y raconte comment le duc Francisco Sforza pénétra dans Milan, et l’on décrit cette ville célèbre » (ibid., fo xxviivo). Au fil du poème, on visite successivement Milan, Gênes, Venise, Pavie et Valence dans la première partie, puis, dans la seconde partie, Vienne, Bologne, Florence, Aix‑la‑Chapelle, Strigonie (Esztergom), Ratisbonne, Budapest et la Sicile. En conséquence, le récit se déroule dans une géographie morcelée à travers les États de Charles Quint et de ses alliés européens.

8 Au chant IX, il y conquiert les armes d’Achille, conservées dans le tombeau d’Ulysse.

9 Espinosa, La segunda parte de Orlando, XIV, 9‑50, fo 68ro‑71vo. À Valence se trouve la famille Centelles, que Nicolás Espinosa célèbre dans son poème. Sur la teneur panégyrique du poème, voir Chevalier, 1966, pp. 113‑113 ; Valsalobre, 2003 et Id., 2005 ; et Plagnard, 2012c.

10 Plagnard, 2018b.

11 « deixando […], entra por […], deixa […], passa logo por cima […], a mão esquerda deixa […], também deixou aqui […], aqui deixa também […], vai ligeira […], aparta-se de […], vai costeando […], passa […], deixa […], deixa […], também deixando aqui a mão direita […], também passa […], deteve-se […], parte-s […], vai correndo […], deixa a mão direita […], lá na esquerda lhe fica […], não se deteve aqui […], vai por cima […], logo perseguindo o caminho que leva […], passa e deixa / (um pouco desviada a mão esquerda) […], deixa […], deixa também […], e atravessa / sem nada se deter […], entra ligeira […], passa ousada bem por cima […], deixa […] » (SCD, ms., fos 139ro-141vo).

12 De Jong, Nünlist, 2004.

13 Buci-Glucksmann, 1996, chap. i : « L’œil‑monde ou le fantasme d’Icare », pp. 11‑48.

14 Voir Bethencourt, Chaudhuri, 1998 et, plus récemment, Frankopan, 2017.

15 Padrón, 2004, p. 182.

16 Voir les Apuntes históricos del doctor Juan Páez de Castro, 1517-1559, publiés en 1559 (Biblioteca del Escorial, &-III-10) et reproduits par Alvar Ezquerra (dir.), 2000, pp. 31-32.

17 Sur l’ensemble de ces hypothèses, voir Lagos Carmona, 1985, pp. 9‑12, ainsi que l’analyse de Dichy-Malherme, inédit, « Un nom à l’état brut », pp. 17‑22.

18 Respectivement livre III, titre II, loi 16, 1546 et livre II, titre XVI, loi 3, 1567.

19 Ce choix onomastique a aussi une incidence politique. En parlant de « province du Chili », Ercilla renvoie à un statut juridique ancien. Le Chili avait été placé en 1542 parmi les « provinces majeures » (provincias mayores) du Nouveau Monde, tout en dépendant encore étroitement du vice-royaume du Pérou. Depuis le 18 mai 1565, il avait été élevé au rang de Real Audiencia par Philippe II de façon à garantir un traitement spécifique du conflit avec les indigènes (Barrientos Grandon, 1992-1993). L’emploi du terme « province » permet donc de borner le conflit à un ordre administratif ancien et dépassé. Sur la question de la dénomination du Chili comme « royaume » (reino) au xviie siècle et après la publication des deux premières parties de La Araucana, voir Campos Harriet, 1966.

20 Entre 1450 et 1700, le Corpus diacrónico de la lengua española recense 295 occurrences dont près de la moitié viennent de la prose scientifique et un quart de la prose historique. On compte 132 occurrences dans l’Itinerario de navegación de los mares y tierras occidentales, 1575 de Juan de Escalante de Mendoza (Mendoza, 1985).

21 Le 18 avril 1548, Pedro de Valdivia reçut le pouvoir de gouverner « … desde Copiapó, que está en 27 grados de altura de la línea equinoccial a la parte del sur, hasta 41 de la dicha parte, procedente norte sur derecho por meridiano, e de ancho entrando en la mar a la tierra oeste leste cien leguas » (« … depuis Copiapó, qui se trouve à 27 degrés de distance par rapport à la ligne équinoxiale vers le sud, jusqu’à la latitude de 41 degrés du côté que l’on a dit, en allant du nord au sud en suivant le méridien, et sur cent lieues de large en pénétrant de la mer vers la terre, d’ouest en est »). Voir Barros Van Buren, 1990, p. 5.

22 « … al norte, Copiapó, limitando con la frontera sur del Virreinato de Lima; por el sur, el grado 41; por el oeste, el Océano Pacífico y por el este una línea que contorneaba al último a 100 leguas (600 kilómetros) de distancia. O sea, que dentro de estas 100 leguas se incluían las actuales provincias argentinas de Tucumán, Catamarca, San Juan, San Luis, Mendoza y todo el territorio que llegando al Atlántico se extiende desde el Neuquén hasta el estrecho de Magallanes » (« … au nord, Copiapó, qui marque la frontière avec le Vice-Royaume de Lima ; au sud, le 41e degré ; à l’ouest, l’océan Pacifique, et à l’est une ligne qui marque la frontière à 100 lieues [600 kilomètres] tout au plus de distance. C’est-à-dire qu’à l’intérieur de ces 100 lieues sont incluses les actuelles provinces argentines de Tucumán, Catamarca, San Juan, San Luis, Mendoza et tout le territoire qui, en arrivant à l’Atlantique, s’étend de Neuquén jusqu’au détroit de Magellan », ibid., p. 6). Plus tard, la création des deux audiences de Charcas (1563) et du Chili (1565), qui amputèrent la gobernación des provinces de Tucumán, Diaguitas et Juríes, ne remit pas en cause cette borne.

23 Dupont (1994, p. 131) indique qu’une lieue marine mesurait 4 320 mètres et un mille, 1 440 mètres.

24 Pour une synthèse sur l’exploration du sud du continent américain, par mer et par terre, voir Luiz, Schillat, Pietschmann, 1997.

25 Sur la question du double tracé, voir Wagner, 1951.

26 Sur l’ambassade de Jerónimo de Alderete auprès de Philippe II, voir Lagos Carmona, 1985, pp. 246‑252.

27 Real cédula du 29 mai 1555, signée par la princesse régente d’Espagne en l’absence de Philippe II et citée dans Lagos Carmona, 1985, p. 251.

28 Sur les détails du trajet de l’expédition et les deux hypothèses concurrentes de Medina, 1913 d’une part, et de Edwards, 1913, Thayer Ojeda, 1913 et Errázuriz, 1913 d’autre part, voir Dichy-Malherme, inédit, pp. 99‑120, qui tranche en faveur de la seconde hypothèse. Signalons aussi l’article de Keller, 1961, sur le trajet de l’expédition d’Ercilla.

29 « Relación que hizo Francisco Cortés Ojea de su viaje al Estrecho de Magallanes, autorizada del escribano Miguel de Goizueta », dans Medina, 1888a, t. XXVIII, pp. 202‑239.

30 « Relación del viaje al Estrecho de Magallanes escrita por Juan Ladrillero », ibid., pp. 239‑272.

31 Pour les vers 7 et 8 de cette octave, l’édition d’Isaías Lerner signale pour l’édition de 1569 la variante suivante : « del viento airado y fiero mar acaso / encallando en la boca cerró el paso » (Ercilla y Zúñiga, 2009). Celle que j’édite ici apparaissait déjà dans l’exemplaire de la Bayerische Staatsbibliotek.

32 Massmann, 2012, p. 220.

33 Padrón, 2004, pp. 189‑198.

34 Padrón, 2004, p. 190.

35 Dichy-Malherme (inédit) expose les conditions de cette révolution cartographique et l’analyse qu’en tire Ricadro Padrón aux pages 67‑68. Sur la nature et les conséquences de ces changements cartographiques, voir Lestringant, 1991, et Hiatt, 2008.

36 Sur le rapport entre cosmographie et gouvernement, voir Lestringant, 1991, pp. 13‑14.

37 Kagan, 1986, pp. 40‑53.

38 Cerezo Martínez, 1994, chap. xix : « Hacia un nuevo concepto de la cartografía náutica », pp. 239‑252.

39 Lestringant, 1991, p. 13.

40 Bénat-Tachot, 2013.

41 Cette description a été étudiée par Nicolopulos, 2000, pp. 236‑249, et Gil, 1998, pp. 77‑120.

42 Nicolopulos, 2000, pp. 249‑264.

43 Peut-être dans un souci d’exactitude historique, Ercilla altéra ce vers dans l’édition de 1590 pour rendre à Ferdinand le Catholique l’exploit qui lui appartenait : « mas Fernando Católico glorioso » (fo 339vo).

44 « Ves las islas de Achaca y Zabú enfrente, / y a Matán, do murió al fin peleando; / Bruney, Bohol, Gilolo, Terrenate, / Maquián, Mutir, Badán, Tidore y Mate » (AR II, XXVII, 51, vv. 5-8, fo 146ro).

45 « Daqui ligeira sai aquela horrível, / Abominável fúria […]. / Com estrondo espantoso as asas bate, / Despedindo fumoso e negro lume. / A pedregosa altura do Apenino / Monte demanda e lá subida para » (SCD, XIII, vv. 666-667 et 678-681, p. 216).

46 « Vira os olhos à parte esquerda e nota / Como se vai mostrando […], corre a vista / ao longo de […], a Ístria chega os olhos e vê nela […], poem os olhos em Grécia e vê […], a parte do meio dia volve os olhos […], e passando com os olhos ao direito de… ». On compte, en outre, vingt-six occurrences de la forme «  » et quatre passés simples en « viu ».

47 Voir Lucain, Pharsale, II, vv. 610‑736, VI, vv. 1‑117 et VII respectivement.

48 Pour une histoire du territoire ottoman, voir Pitcher, 1972.

49 Sur l’alliance entre Ottomans et Cambayais, voir Azevedo, 1995, pp. 31‑40 et Michaelsen, 1995, pp. 209‑215.

50 Jesus, inédit, pp. 37‑41.

51 Mascarenhas, « Carta de D. João de Mascarenhas para o Infante D. Luís », p. 143. Voir Santos, 1998.

52 Jesus, inédit, pp. 42-45.

53 Elle est particulièrement manifeste dans la chronique de Diogo de Teive, Comentarius, pp. 41‑42, 44, 47 et 58.

54 Couto, Loureiro, 2007, pp. 49‑50.

55 Voir Casale, 2010, pp. 117‑151.

56 « L’État portugais de l’Inde, ainsi menacé par un axe musulman qui allait de Constantinople aux confins de l’Inde insulaire, fut alors confronté à la conjoncture globale la plus défavorable de toute son histoire jusqu’à l’arrivée des Hollandais. Les chroniqueurs de l’époque, tant Pinto Perreira que Diogo do Couto, perçurent clairement cette notion de globalité et d’amplitude de la menace ; l’historiographie moderne, au contraire, ne lui prêta que peu ou pas attention » (Thomaz, 1995, p. 486).

57 Nicolopulos, 2000, p. 236.

58 Nicolopulos, 2000, p. 243.

59 « Tienes », 15 occurrences, VL, I, vv. 197, 209, 217, 219, 221, 223, 230, 237, 239, 245, 247, 252, 255, 257, 259. « Posees », v. 250. « Se te humilian », v. 226. « Parias te invía », v. 228. « Eres Emperador de », v. 229. « Tuyo es », 2 occurrences, vv. 235, 248. « Te obedecen », v. 241.

60 Dans la seconde moitié du xvie siècle l’Empire ottoman avait d’ailleurs fait l’objet de cartes largement diffusées en terres chrétiennes : Giacomo Gastaldi et son Totius Illius regionus quam hodie Turcicam vocant nec non Persiae regni exactissima description (Anvers, Hieronymus Cock, 1555) ou encore la Turcici Imperii Descriptio d’Abraham Ortelius, publiée pour la première fois en 1570 (Anvers, Plantin). Voir Manners, 2007, pp. 30‑40.

61 Blanco, 2014, p. 34.

62 Jean Palet, en 1604, traduit « espaciar » par « pourmener » (Palet, Diccionario muy copioso de la lengua española y francesa, fo 147vo).

63 Justin, Epitome Historiarum philippicarum Pompei Trogi, chap. xviii, IV‑VI. Chez Justin, Didon épouse Acerbas, son oncle maternel. Ercilla amplifie largement le bref récit de Justin, en développant notamment les discours de Didon au style direct et en proposant une description détaillée de la géographie de son voyage.

64 « ya cansada / del llanto y soledad que padecía […] / de la triste memoria lastimada, / dando algún vado a su dolor, quería / irse […] // para lo cual, secreta y prestamente, / una fornida flota le enviase, […] / porque […] el mar que estaba en medio atravesase, / que era solo el temido impedimento / de su esperado y último contento » (AR III, XXXII, 70-71, fo 395ro).

65 En insistant sur le voyage, Ercilla contribue à dresser le portrait d’une Didon « en mouvement » qui s’oppose à la vision statique celle de Virgile. Voir Galperín, 2009, pp. 52‑53.

66 Elle acheta aux habitants de la côte africaine autant de terre que pourrait en couvrir une peau de bœuf puis, ayant coupé la peau en fines lanières, fut capable d’englober une grande superficie, où elle fonda sa ville. Ercilla attribue à cette ruse l’origine du nom « Carthage », de carta, le parchemin de cuir que l’on tire de la peau de bœuf (AR III, XXXIII, 13).

67 Galperín, 2009, p. 53.

68 Licodia Eubea en Sicile.

69 Djerba.

70 Île proche des côtes tunisiennes, à l’ouest de l’île de Malte.

71 Galperín, 2009, p. 53.

72 Sur l’importance de la dimension topographique dans la Troisième partie de la Araucana, voir Dichy-Malherme, inédit, troisième partie : « Un territoire fragmenté : le poète en exil », pp. 99‑143.

73 Sur ce point, voir le rappel historique détaillé qu’offre Galperín, 2009, pp. 54‑56.

74 Pour Karina Galperín, le poète ne cherche pas par cette mise en scène à évoquer l’analogie glorieuse entre la monarchie espagnole et l’Empire romain, largement utilisée dans la propagande royale et fondée sur le concept de translatio imperii. Au contraire, il présente ce faisant une « version utopique de la réalité de l’Empire espagnol d’Amérique […] et de l’Empire espagnol en général » (Galperín, 2009, pp. 63‑64). Ercilla privilégie ainsi l’association entre les Carthaginois et les victimes de Rome pour rappeler que l’horreur de la guerre espagnole se joue sur tous les fronts et non seulement en Amérique. L’épisode de Didon lui permettrait ainsi de suggérer que la brutalité guerrière moralement inacceptable qu’il vient de décrire aux confins de la monarchie se pratique aussi dans des lieux plus proches du centre du pouvoir et mieux connus de ses lecteurs.

75 Voir Lida de Malkiel, 1974 pp. 57‑66 et Blanco, 2012a, pp. 261-262. Alatorre (1962, pp. 309‑317) suit la trace de deux épigrammes latines consacrées à Didon et de leurs traductions en langue vernaculaire.

76 Sur la facture littéraire de ces épisodes modelés sur ceux de l’Arioste et fortement influencés par Garcilaso, voir Schwartz Lerner, 1972.

77 Galperín, 2009, pp. 48‑51.

78 Choi, 2019.

© Casa de Velázquez, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540