Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Troisième partie. Figures d’une épopée dispersée

Préambule à la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Dans le dossier dirigé en juin 2014 par Florence Goyet et Jean-Luc Lambert, « L’épopée, un outil po (...)
  • 2 Derive (dir.), 2002.
  • 3 Derive, 2014. Goyet (2014) a proposé d’étendre la notion de travail épique à plusieurs textes brefs (...)

1Nous avons vu combien Corte-Real et Ercilla construisirent dans leurs épopées un regard critique sur des événements historiques similaires : des guerres récentes, dans lesquelles les monarchies espagnole et portugaise se trouvaient enlisées aux confins de leurs territoires et où la violence avait cessé d’être une arme opérante. Les deux poètes mettaient aussi en perspective les enjeux coloniaux dans l’actualité européenne et posaient, en dernière instance, la délicate question des rapports entre les deux royaumes ibériques. En ce sens, le travail épique mené par Ercilla et Corte-Real se joue au sein de chaque poème, mais aussi à l’échelle de l’ensemble de leurs poèmes. C’est à cette nouvelle échelle de lecture que j’examinerai la poétique d’Ercilla et de Corte-Real dans cette dernière partie, en étudiant les motifs, scènes ou éléments de structure narrative qui leur sont communs. Avec toutes les précautions qui s’imposent, ce corpus peut ainsi être rapproché d’une « épopée dispersée », notion mobilisée récemment par les chercheurs du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale à propos des épopées sibériennes1, ou d’une « épopée en mosaïque » proposée par Jean Derive2. S’il ne s’agit pas à proprement parler de « textes narratifs plus brefs » fonctionnant en groupe, une partie du travail épique de ces poèmes n’est visible que si on les analyse comme un ensemble cohérent3. Il y aurait ainsi deux niveaux du travail épique, l’un intra et l’autre intertextuel.

  • 4 Voir Boileau-Despréaux, 1942, pp. 75‑76.
  • 5 Quintilien, 1979, livre VI, x, 2, 1-13, pp. 106‑110.
  • 6 Pigman (1980, pp. 16‑22) consacre le troisième point de son article à l’émulation à la Renaissance. (...)
  • 7 Alves, 2010, pp. 170‑171. Prouver l’émulation entre deux poètes nécessite d’observer trois phénomèn (...)
  • 8 Nicolopulos, 2000, pp. 21‑28.
  • 9 Alves (2011b, pp. 298‑303) liste notamment : l’adoption d’une narration historique détaillée et pré (...)
  • 10 D’après Hélio Alves, le Naufrage de Sepúlveda, bien qu’inédit du vivant de son auteur, exprimait «  (...)

2Le mécanisme d’émulation entre Ercilla et Corte-Real est essentiel pour comprendre la construction de cette épopée dispersée au fil des publications. À la Renaissance, l’héroïsme des Modernes était mesuré à l’aune de celui des Anciens, ce qui plaçait les poètes dans la position d’émules des grands modèles antiques. Le Traité du sublime, citant Platon pour autorité, présentait ainsi la lutte du poète imitant les Anciens comme une voie honorable pour s’élever dans la pratique poétique4. L’idée, reprise par Quintilien dans l’Institution oratoire, était largement diffusée à la Renaissance5 et s’étendit aux productions en langue vernaculaire, devenues objets légitimes d’imitation6, et aux poètes contemporains, devenus émules face à un même public. Ce phénomène d’émulation — théorisé par Walter Pigman et Thomas Greene, et dont Hélio Alves propose une définition pratique7 — est structurant dans la poésie de Jerónimo Corte-Real et d’Alonso de Ercilla. Il implique aussi fortement un troisième acteur de la période, Luís de Camões. James Nicolopulos ouvre son analyse de l’émulation réciproque qui lie la première partie de La Araucana, Les Lusiades et la Seconde partie de la Araucana, en montrant que les trois poèmes sont intimement liés par le traitement du motif héroïque de la tempête. Dans un jeu de va‑et‑vient, la tempête des Lusiades emprunte à celle de la première partie de La Araucana et prétend la dépasser, tandis que celle de la Seconde partie répond à l’émulation préalable de Camões8. Nicolopulos démontre par là que Camões lut Ercilla et que la réponse qu’il lui fit influença à son tour le projet poétique de son émule espagnol. Hélio Alves a pour sa part souligné la convergence entre les projets poétiques de Corte-Real et de Camões et apporté plusieurs indices de l’intertextualité qui lie leurs deux poèmes. L’imitation, dans Les Lusiades, du Siège de Diu de Corte‑Real (Alves en donne de nombreux exemples micro-textuels) apporte la preuve de ce que Camões connaissait le poème de son rival au moment où il mit la dernière main au sien9. Nous avons vu aussi au chapitre viii combien la Victoire de Lépante recourt à des épisodes mythologiques structurants de la fable, qui permettent de lire le poème comme une réponse aux Lusiades. Hélio Alves a apporté enfin de nombreux éléments pour lire en ce sens le Naufrage de Sepúlveda10. En suivant cette méthode, je prolongerai ici les conclusions du chapitre iv en montrant que de tels rapports d’émulation entre Ercilla et Corte-Real jouèrent un rôle clé dans la construction d’un nouveau type de narration épique.

  • 11 Cristóbal López, 1995, p. 82.

3L’un des principaux points communs de ce processus d’émulation chez Ercilla et Corte-Real résulte dans l’explicitation de leur imitation de l’épopée antique. Hélio Alves qualifie d’« implicite » l’imitation des modèles latins dans le Siège de Diu, alors que leur émulation devient explicite dans la Victoire de Lépante. De même, James Nicolopulos voit dans la première partie de La Araucana une imitation « éclectique », ne renvoyant à aucun modèle particulier, par opposition à l’imitation précise de modèles identifiables dans la Seconde partie. Vicente Cristóbal, reprenant la terminologie de Gérard Genette, parle lui aussi d’une transition entre la relation hypertextuelle de La Araucana à ses modèles dans la première partie et une relation métatextuelle dans la deuxième11. Je propose donc d’analyser ce mécanisme d’émulation à l’échelle de l’ensemble du corpus, en observant successivement des motifs ou figures que partagent les deux poètes et qui participent de la démonstration politique mise au jour dans la deuxième partie. Nous verrons ainsi que les épopées offrent, sous forme d’ekphraseis géographiques et de catalogues de héros, une représentation synthétique des enjeux territoriaux qu’elles explorent dans le récit (chapitres ix et x). Je m’intéresserai pour finir à deux éléments de construction du récit épique qui caractérisent le patron générique partagé par Ercilla et Corte-Real : la construction de la fable poétique qui se superpose au traitement historique des faits (chapitre xi) et la réflexion, héroïque et poétique tout à la fois, menée à travers les épisodes amoureux qui investissent les poèmes postérieurs à 1572 (chapitre xii).

Notes

1 Dans le dossier dirigé en juin 2014 par Florence Goyet et Jean-Luc Lambert, « L’épopée, un outil pour penser les transformations de la société », plusieurs chercheurs mobilisent ce concept dans différentes épopées : Roberte Hamayon, Monire Akbarpouran, Jean-Luc Lambert et Yann Borjon-Privé (Goyet, Lambert, 2014). Cette notion d’« épopée dispersée » est peut-être plus adaptée à l’épopée ibérique que celle de cycle épique. Cette dernière étiquette supposerait que les poèmes de Corte-Real et d’Ercilla partagent les mêmes sujets et les mêmes personnages, comme dans le cycle troyen ou dans le cycle arthurien, ce qui n’est pas le cas.

2 Derive (dir.), 2002.

3 Derive, 2014. Goyet (2014) a proposé d’étendre la notion de travail épique à plusieurs textes brefs dont l’ensemble forme une « épopée dispersée ».

4 Voir Boileau-Despréaux, 1942, pp. 75‑76.

5 Quintilien, 1979, livre VI, x, 2, 1-13, pp. 106‑110.

6 Pigman (1980, pp. 16‑22) consacre le troisième point de son article à l’émulation à la Renaissance. Il cite à ce sujet Celio Calcagnini, Pic de la Mirandole, Bembo ou Pétrarque.

7 Alves, 2010, pp. 170‑171. Prouver l’émulation entre deux poètes nécessite d’observer trois phénomènes : la reprise textuelle du texte rival (des verba ipsa) ; des éléments contextuels permettant au lecteur d’identifier le passage du poème que l’auteur imite tout en prétendant le surpasser ; et l’inscription par le poète lui-même, dans son texte, du succès de cette émulation.

8 Nicolopulos, 2000, pp. 21‑28.

9 Alves (2011b, pp. 298‑303) liste notamment : l’adoption d’une narration historique détaillée et présentée dans l’ordre chronologique des faits ; le sujet de l’expansion portugaise en Asie ; la réprobation de l’exercice de la justice distributive par la couronne ; la conclusion triomphale du poème, par un catalogue de héros de la nation. Autre indice d’émulation : Camões vola la vedette à Corte-Real, dont le manuscrit du Siège de Diu est contemporain de la rédaction, en faisant le premier imprimer son poème et en prenant ainsi date dans l’histoire de l’épopée portugaise moderne. La précipitation dans laquelle fut préparée l’édition (sans les autorisations habituellement requises) et l’appui de puissants aristocrates comme Manuel de Portugal, indiquent l’urgence de sa démarche (Alves, 2010, pp. 164‑165).

10 D’après Hélio Alves, le Naufrage de Sepúlveda, bien qu’inédit du vivant de son auteur, exprimait « la violence de sa réplique intertextuelle aux Lusiades » (Alves, 2010, p. 167). Voir en particulier son analyse du personnage d’Anteros et de l’épisode de Magriço.

11 Cristóbal López, 1995, p. 82.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540