Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Deuxième partie. Démonstrations épiques

Chapitre VIII

Guerres méditerranéennes et affrontements péninsulaires (déplacement du travail épique)

Texte intégral

1Les poèmes d’Ercilla et de Corte-Real ont en commun de démontrer l’inopérance de la violence outrancière déployée par les Espagnols et par les Portugais dans la conquête des territoires d’outre-mer. Pour mettre en question le désordre de la guerre coloniale les deux poètes mobilisent des outils très proches et parfois même concordants, en particulier en ce qui concerne l’imitation de deux épopées latines structurantes : l’Énéide de Virgile et la Pharsale de Lucain.

2Au regard de ces poèmes, la Victoire de Lépante se détache comme un texte singulier à plusieurs titres. En déplaçant les enjeux géographiques et guerriers pour explorer la frontière méditerranéenne de l’Europe, Corte-Real n’y traite plus un conflit colonial mais l’affrontement de deux puissances impériales se disputant un territoire clos, bien connu des deux adversaires et de la tradition littéraire. Le conflit qui s’y déploie est une guerre maritime mobilisant les plus grands militaires des deux camps et les héros de sang royal, représentants directs de leur souverain, que sont Don Juan d’Autriche et Ali Pacha. Y trouve-t‑on, dès lors, les mêmes indices de travail épique que dans le Siège de Diu et La Araucana ? En confrontant le poème à l’historiographie contemporaine d’abord, en analysant l’économie de l’imitation ensuite, je défendrai l’hypothèse que si un travail épique existe bel et bien dans la Victoire de Lépante, il porte moins sur les conditions de la guerre avec les Turcs (à l’échelle de l’affrontement entre les deux camps) que sur les conditions de l’union chrétienne nécessaire à la victoire contre cet adversaire.

3Ainsi, je montrerai que c’est la question de l’union militaire entre l’Espagne et le Portugal qui émerge comme proposition dans le poème espagnol de Corte-Real. Une question d’actualité présente aussi dans le dernier chant de La Araucana.

I. — La Victoire de Lépante : un conflit simplifié ?

À contre-courant de l’historiographie

  • 1 Herrera, Relacion et Costiol, Primera parte de la chronica.
  • 2 Braudel, 1949, « Une victoire sans conséquences », pp. 939‑941, pour les conséquences à court terme (...)

4En 1575, lorsqu’il offrit au roi d’Espagne son précieux manuscrit, et plus encore en 1578, lorsqu’il donna son poème à imprimer, Corte-Real s’appuyait sur une vision historique de l’événement, forgée dans des chroniques rédigées un an à peine après la bataille, celles de Fernando de Herrera et de Jerónimo Costiol1. Dans l’intervalle, le traitement de la victoire de Lépante avait largement évolué, sous l’effet des revers subis par l’armée espagnole. Si avant 1574, Lépante avait semblé ouvrir de nouveaux horizons, permettre le reflux du Turc en Méditerranée et le retour des chrétiens vers la Terre sainte, ces espoirs furent contrariés dans les années suivantes. Le réarmement rapide des Ottomans surprit et troubla les espoirs des chrétiens, suscitant la « hantise » toujours vive d’un retour de l’ennemi en Méditerranée2. Cette crainte transparaît dans les histoires en prose espagnoles de la fin de la décennie de 1570. En 1576 parut à Milan, chez l’imprimeur italien Miguel Tin (Michele Tini), une nouvelle histoire de la bataille de Lépante en espagnol, composée par Marco Antonio Arroyo et adressée à Diego García de Pradilla, « Veedor general del ejército y fuerzas de Lombardia y Piamonte » (Inspecteur général de l’armée et des forces de Lombardie et du Piémont). Le propos d’Arroyo y est à rebours de la célébration triomphale. Si Herrera voyait dans la bataille de Lépante la possibilité d’un gain militaire majeur, si Costiol y célébrait les temps nouveaux inaugurés par la victoire, Arroyo écrivait, lui, pour rappeler aux chrétiens le péril de la désunion face aux Turcs. Il affichait cette position dès le prologue, dans une allusion à peine voilée à la rupture de la Ligue par les Vénitiens en 1573 et au réarmement turc de 1574 :

  • 3 « Je me déterminai […], en voyant que les fumées de la discorde de la Chrétienté l’avaient plongée (...)

Parecióme […] viendo que los humos de la discordia de la Cristiandad pudieron causarle continas lágrimas, hacer un discurso de cómo los Turcos pudieron llegar de una vilísima bajeza a la soberbia grandeza en que hoy los vemos por nuestras contiendas como en él se verá3.

5La structure du volume est tout entière conçue à l’appui de cette démonstration, en deux parties complémentaires qui développent chacune un outil différent du discours délibératif. Dans un premier temps, la Relacion del progreso de la armada de la santa Liga offre un exemplum de la victoire acquise par l’unité de la chrétienté en 1571. Elle est suivie d’un Discurso […] sobre el acrecentamiento de los Turcos y cómo por las discordias de los Cristianos pudieron llegar a la grandeza en que hoy los vemos, où le lecteur voit défiler la longue série des défaites causées par la désunion des chrétiens, qui ont favorisé l’expansion ottomane en Méditerranée. Cet inquiétant catalogue se termine avec la rupture de la Ligue par les Vénitiens et la trahison des Français, qui reprennent leur commerce avec les Turcs. Nous sommes en présence d’un syllogisme dont les majeures — l’union des chrétiens leur donne la victoire et leur mésentente engendre la défaite — encadrent la mineure et la conclusion : la chrétienté est désunie et risque donc sa perte. La désunion des chrétiens, qui les affaiblit face aux Turcs, a pourtant pour Arroyo une cause claire : les Français. Ce sont eux qui, alliés avec les Ottomans et menaçant à dessein le duché de Milan, ont retardé le départ de Don Juan d’Autriche à l’été 1571, empêchant ainsi la Ligue de poursuivre le secours de Chypre étant donné la saison tardive. Ce sont encore les Français qui ont fourni au Turc l’aide matérielle décisive pour la prise de La Goulette et du fort de Tunis en 1574. Ce sont toujours les Français qui, soutenant la révolte huguenote des Flandres, ont empêché Philippe II de mener une politique militaire efficace en Méditerranée. Seuls les Espagnols peuvent résister à cette mauvaise influence et fédérer de nouveau les chrétiens en ligue. Sur cette lancée, l’auteur conclut par un tableau du « pouvoir du Roi Catholique » (fo 23).

  • 4 Cette chronique reprend un manuscrit anonyme daté de 1576, mis au jour par Julio Guillén Tato (éd.) (...)

6Quelques années plus tard, avec le projet d’informer le public espagnol des « choses advenues en terres orientales au cours des dernières années », Jerónimo de Torres y Aguilera proposait un récit de Lépante encadré de deux défaites cuisantes de la chrétienté, comme l’indique le titre : Chronica y recopilación de varios successos de guerra que ha acontescido en Italia y parte de Levante y Berberia desde que el Turco Selin rompio con Venecianos y fue sobre la isla de Chipre año de 1570 hasta que se perdio la Goleta y Fuerte de Tunez en el de 1574 (En Çaragoça, Impressa en casa de Iuan Soler, 1579)4. Dans l’épître au lecteur, l’auteur insiste sur la juxtaposition entre la fortune et l’infortune des chrétiens, un procédé rhétorique propre à frapper l’esprit des lecteurs :

  • 5 « … il me parut nécessaire de faire cette Compilation, où tu verras [lecteur] longuement rapportée (...)

… me pareció hacer esta Recopilación, donde verás largamente relatada la pérdida de aquel Reino llamado Chipre, con la ruina de sus populosas ciudades Nicosia y Famagusta. Y porque la tristeza de esta calamidad te puede sobrevenir se agüe con algún contento, verás luego curiosamente tratada la concordia de la Liga de los Príncipes Cristianos, con la cual vencieron la más poderosa Armada Turquesca que jamás se vio, y se alcanzó el más insigne Trofeo y victoria que en los historiadores leemos. En el discurso de la cual historia hallarás cosas muy particulares que te causarán grandísimo contento y animarán a hallarte, si fueres para ello, en otra ocasión en la cual alcances loor y premio que los que en semejante victoria se hallaron. Verás también en este libro la pérdida de la Goleta, y fuerte de Túnez, para que de esta manera leyendo lo uno y lo otro veas cómo es siempre más lo que Dios nuestro Señor favorece a los que por él pelean, que lo que la fortuna contraria les quita5.

7Comme Arroyo, Torres y Aguilera réactivait donc, dès la fin de la décennie, la crainte de l’avancée turque en Méditerranée et utilisait Lépante à la fois comme contrepoint heureux dans une série historique défavorable et comme modèle à suivre dans les affrontements futurs. En comparaison, la vision raccourcie et triomphale de Lépante que construit Corte-Real entre 1575 et 1578 apparaît donc légèrement en retard sur les récits d’histoire en prose.

La Sainte Ligue contre l’Empire ottoman : un affrontement non questionné

8Après son épopée militaire consacrée au royaume de l’Inde et avant le Naufrage de Sepúlveda au large de l’Afrique, Corte-Real abandonna les colonies portugaises de l’Asie pour se mesurer à un des plus fameux sujets militaires du règne de Philippe II : la bataille de Lépante. Il traitait cette fois un sujet méditerranéen et une victoire récente qui avait eu un immense retentissement au sein de la chrétienté. À la différence du Siège de Diu et de La Araucana, la Victoire de Lépante de Corte-Real n’interroge pas l’opposition qui caractérise les deux camps chrétien et musulman et multiplie les signes permettant de lire cette épopée comme un poème historique à la gloire de Philippe II et des troupes chrétiennes de la Sainte Ligue de 1571. Ce n’est donc pas sur l’affrontement méditerranéen que porte le travail épique du poème. Bien sûr, l’assignation claire des rôles des vainqueurs et des vaincus apparaît dès le prologue :

Un caso famosísimo admirable,
una victoria al mundo extraña y nueva,
un suceso felice jamás visto
en trances arriscados y sangrientos
canto con alta voz; canto la fuerza,
el ímpetu furioso, osado y fiero
de la Cristiana gente, el vencimiento
de la armada Otomana, aquí rendida.

(VL, I, vv. 1-8, fo 1vo)

  • 6 Vilà, 2001, pp. 555‑601.
  • 7 Voir sur ce point la synthèse de Pozuelo Calero, 2014.

9La « victoire » de la chrétienté s’exerce contre l’armée ottomane « soumise » et le réultat de l’affrontement se donne comme joué d’avance. L’« Austriade » qui en résulte est bâtie sur le patron de l’Énéide. Lara Vilà a montré comment quelques grands épisodes panégyriques du poème de Virgile y sont réactivés : l’idée d’un imperium sine fine de la chrétienté, sur le modèle de celui de la Rome antique ; une première ekphrasis qui présente un catalogue des guerriers de l’Ibérie et une description du bouclier du héros qui anticipe la victoire de Lépante ; une seconde ekphrasis du même bouclier qui montre les ancêtres héroïques du protagoniste ; plusieurs associations de Lépante à la bataille d’Actium6. Cette première analyse peut être enrichie en montrant non seulement que l’imitation de Virgile s’étend à beaucoup d’autres passages du texte7, mais aussi qu’elle utilise le filtre du Siège de Diu et des Lusiades, convoquant en sus les processus d’auto-imitation et d’émulation et plaçant la Victoire de Lépante à la croisée de l’épopée espagnole et de l’épopée portugaise. Dans un premier temps, nous verrons que l’ensemble de ce travail imitatif converge pour opposer les deux camps en présence.

a) L’échec turc

10Comme le Siège de Diu, la Victoire de Lépante s’ouvre sur un songe du chef ennemi peuplé de créatures infernales qui accompagnent les Turcs tout au long du poème. Au début du chant I, Sélim II est visité en rêve par une allégorie de la Guerre dont le portrait sanglant rappelle celui de la furie Alecto dans le Siège de Diu. Elle sort de l’« infernale caverne » (VL, I, v. 128), les mains et l’armure couvertes de sang (v. 129), une haine brillante au fond du regard (v. 136). L’allégorie de la Guerre incite Sélim à reconquérir le royaume de Chypre pour se montrer à la hauteur de la grandeur militaire de ses ancêtres. Dès son réveil, le sultan organise le départ de sa flotte pour Chypre ; Mustafa Pacha (Lala Mustafa Pacha, 1500-1581) et Piali Pacha (ou Piyale Pacha, 1515-1578) sont désignés comme chefs de l’armée, sur terre et sur mer respectivement (I, vv. 457-462).

11Deux apparitions infernales redoublent cet épisode initial et viennent accroître l’ardeur belliqueuse des Turcs. À peine la flotte a-t-elle quitté Constantinople que Mustafa est visité par les trois Furies, et plus spécialement par Alecto, qui dirige le timon du navire vers Chypre (VL, II, vv. 109-116). La scène gagne en intensité et se rapproche du modèle de Virgile lorsque Corte-Real se plaît à décrire les symptômes de l’action de la Furie sur Mustafa. Une « douleur cruelle » envahit ses « entrailles » comme dans la scène virgilienne que nous avons déjà commentée dans le Siège de Diu (VL, II, v. 120). Une seconde intervention d’Alecto infléchit plus significativement le récit. Au chant III, elle inspire la discorde entre les deux commandants de l’armée turque, Mustafa et Piali. Le portrait synthétique qui ouvre la description de la Furie reprend de nouveau plusieurs éléments des deux interventions d’Alecto au chant VII de l’Énéide, auprès d’Amata puis de Turnus : les serpents de sa chevelure, le souffre qui se dégage de son visage, sa haine pour le genre humain, le fouet qu’elle tient à la main et le sang qui tache son vêtement. Cette fois, le portrait est présenté comme un contrepoint au portrait féminin tel qu’on le trouve dans la poésie lyrique, dont le poète convoque, pour les nier, certains des attributs topiques :

No son crespos ni rubios sus cabellos,
ni a madejas de Arabia parecidos,
mas de un crudo y revuelto montón de Áspides
muy fieros, venenosos y nocivos
que silbando y moviéndose, rodean
el cuello largo, el pecho consumido,
y con diente crüel, agudo y fuerte,
muerden el infernal rostro sulfúreo.

(VL, III, vv. 233-240, fo 39ro)

  • 8 « Después que la crüel Alecto vido / al Turco en mar de furias engolfado, / por una oscura boca al (...)

12En inscrivant négativement le portrait d’une jeune fille sous celui de la Furie, Corte‑Real souligne le dégoût que cette dernière doit inspirer. Tel l’oiseau de mauvais augure (la comparaison est développée aux vers 253‑256), « l’infernale » et « vénéneuse » (v. 257) Alecto déverse son « venin » (vv. 259‑260) sur la flotte. Corte‑Real reprend les images virgiliennes du serpent instillant son venin dans le cœur de sa victime (Énéide, VII, vv. 346‑347) et des torches plantées dans sa poitrine (ibid., VII, vv. 456-457). Le venin fait immédiatement perdre la raison à Piali, comme la furie s’emparait d’Amata (Énéide, VII, vv. 374‑375) et comme le feu de la torche allumait la colère de Turnus (VII, vv. 361‑362). La scène s’achève sur le soulagement de la terre et du ciel à la disparition d’Alecto8. Dans cette nouvelle intervention, Alecto n’incite plus seulement les Turcs à la guerre contre les chrétiens. Elle les pousse aussi à la discorde dans leur propre camp, détruisant l’harmonie indispensable à leur avancée victorieuse et rappelant la discorde qui frappait les Portugais au chant XIII du Siège de Diu. Cette discorde s’enracine dans la jalousie amoureuse qui oppose les deux chefs de l’armée.

  • 9 Plagnard, 2012b.

13Épris au premier regard de l’une des captives chypriotes, Hippolyte (VL, II, vv. 458‑459), Mustafa est en effet frappé par l’Amour, dans un épisode emprunté à l’historiographie italienne mais que plusieurs détails tirent vers la poésie9. C’est un moment de relâche entre la victoire de Nicosie et la bataille de Famagouste qui offre à Mustafa l’occasion de s’éloigner du campement et de parcourir la campagne verte et fertile de l’île de Vénus. Guidé par le son indistinct d’une « voz mortiguada » (VL, II, v. 559), il rencontre bientôt quatre nymphes occupées à tisser sur leur toile les infortunes amoureuses de quelques grands noms de la mythologie antique. L’une d’entre elles, Elania, se détache par sa beauté, comme la captive Hippolyte, mais ses yeux verts recèlent « une occulte trahison » (II, v. 94) qui annonce la disgrâce du guerrier. Les nymphes sont en effet favorables aux chrétiens et décident de venger la chute de Nicosie sur Mustafa, en profitant de son inclination amoureuse pour Hippolyte. La captive et la nymphe sont ainsi les protagonistes d’un épisode qui rompt la linéarité de la quête militaire et égare le chef dans sa marche victorieuse. Dans le temple de l’Amour, Mustafa rencontre ainsi la Jalousie, qui le monte contre Piali, sans pouvoir visiter l’Amour pour apaiser ses craintes. De retour à Nicosie, pour empêcher Piali de s’emparer d’Hippolyte, Mustafa propose d’envoyer toutes les captives chypriotes au sultan. Piali, inspiré par Alecto, répond en faisant exploser le navire et tue Hippolyte en même temps que ses compagnes d’infortune. Cet épisode de discorde donne lieu à une division géographique de l’armée : tandis que Piali est rappelé à Constantinople, Mustafa reste commander l’armée ottomane à Chypre pendant l’hiver 1570‑1571. La victoire de Nicosie s’achève ainsi sur un démembrement de l’armée, sans que le lecteur ait assisté au triomphe des troupes turques sur l’île tout entière. Il faut attendre le chant XI pour que la prise de Famagouste soit narrée, encore l’est-elle du point de vue d’un chrétien rescapé qui en informe l’armée de Don Juan d’Autriche. En attendant la venue de l’hiver, une longue description du défilement des saisons interrompt le récit (VL, III, vv. 569-600), avant un nouveau départ, au chant III, qui semble ne faire que répéter le premier. Deux nouveaux chefs de l’armada sont nommés, dans des termes similaires à la première nomination de Mustafa et Piali : Ali Pacha sur mer (Ali Pacha Moezzin, mort à Lépante) et Perthau Pacha sur terre. Le changement de protagonistes accroît ainsi l’impression de discontinuité. Dans cette configuration, les Turcs divisés sont les premiers spectateurs du triomphe annoncé des chrétiens.

  • 10 Alexandra Merle résume ainsi le discours de Vasco Díaz Tanco de Frejenal (Libro titulado Palinodia (...)

14La Victoire de Lépante, présente une scène similaire à la catabase d’Énée, lorsque Ali Pacha visite en songe le temple de la Guerre et se fait présenter par l’ombre du défunt sultan Sélim Ier les grands guerriers de l’Espagne de la Renaissance. Le point de vue sur la scène y est exactement inverse par rapport au poème latin : c’est l’ennemi turc qui contemple les grands vainqueurs chrétiens, et ces vainqueurs sont ceux de l’histoire récente et non à venir. Ainsi Sélim Ier ne vient-il pas des champs Élysées, mais de l’Enfer. C’est lui qui a passé l’Achéron pour rejoindre le monde des vivants et délivrer une prophétie au capitaine de son petit‑fils. Alors qu’Énée contemplait les âmes qui formeraient plus tard la nation romaine, objectif lointain à l’horizon de son établissement en Italie, l’apparition de Sélim Ier a pour seul but de donner à Ali la nouvelle de sa défaite. La révélation prend la forme d’un long catalogue ekphrastique des statues de guerriers espagnols qui ornent le temple de la Guerre. Corte-Real choisit fort à propos pour cela le personnage de Sélim Ier, grand‑père de Sélim II : un sultan dont les qualités politiques et militaires forcèrent l’admiration de ses ennemis, y compris en Espagne10. Montrer son effroi devant les statues revient à faire reconnaître par le plus digne des représentants de l’Empire ottoman la supériorité des chrétiens. De même, la terreur que cette vision provoque chez Ali Pacha, chef militaire insigne et opposant de Don Juan d’Autriche à Lépante, sonne comme la reconnaissance préalable à la bataille de l’infériorité militaire de son armée. Par cette vision, les Turcs sont déjà mis en déroute symboliquement par la seule contemplation des triomphes passés de leurs ennemis.

15Ce catalogue des gestes espagnoles constitue la première manifestation guerrière des chrétiens dans le texte et place la victoire de Lépante dans une continuité nationale victorieuse. Don Juan est le dernier de ces héros (VL, IV, vv. 673‑676), dont la statue lumineuse éclaire l’ensemble du temple (vv. 691‑692). Or, sa victoire à venir signe la perte des Turcs :

Este invencible joven quiere el cielo
y con prósperos hados le permite
sea de nuestra sangre y Augusta casa
total destruïción, estrago y muerte…

(VL, IV, vv. 705-712, fo 64vo)

16L’efficacité du procédé de Corte-Real prend ici tout son sens : ce catalogue des héros passés de l’Ibérie, commenté par leurs ennemis, débouche sur la prophétie de la déroute et de l’anéantissement de ces derniers :

… «ordenado está en el cielo,
que te pierdas, Bajá, en esta empresa;
que mueras tú y sea allí cortada
tu cabeza sagaz, sabia y prudente;
tus galeras rendidas, tus soldados
desbaratados, muertos y cautivos».

(VL, IV, vv. 769-776, fos 64vo‑65ro)

  • 11 « ¡Ay de tu alma triste, que rompiendo / el mortal velo irá do no hay reposo, / do se niega el plac (...)
  • 12 Voir Bicheno, 2003, pp. 203‑223.
  • 13 « De Negroponto salen juntamente / […] con viento / favorable, a Corfú y a Candia siguen. / De Peti (...)

17Le sort du personnage et des Turcs est ainsi définitivement scellé. Il est répété par l’annonce de la perte d’Ochiali (Uluç Ali Pacha, 1519-1587), roi d’Alger, au tout début du chant suivant11. Dernier commandant turc à apparaître dans le récit, ce personnage est à l’origine d’une spirale de violence dans laquelle s’engage l’armée turque avant de se disperser. Au chant V, le poète porte à son comble l’impression de désorganisation et de fragmentation du pouvoir ennemi. Au mois de juin 1571, une partie de l’armée ottomane entreprit en effet de mettre à sac une série de villes chrétiennes côtières, depuis la Crête jusqu’à Corfou, où elle parvint au début du mois de septembre, avant de rejoindre le golfe de Patras12. Ochiali dirigea cette violente entreprise. Corte-Real détaille dans le chant V la cruauté sans frein dont il fait preuve, reprenant les images de pathos violent qui jalonnaient le Siège de Diu. Toute la scène du sac est traversée d’énumérations accumulatives de lieux13 et de victimes. Comme dans le Siège de Diu, Corte‑Real utilise ici la comparaison épique de la fleur coupée pour rendre plus pathétique la peinture de la mort des jeunes femmes chrétiennes, dans une version revisitée, bien plus picturale que la précédente (VL, V, vv. 104‑101).

18Si cet épisode de violence est le plus marquant du chant V, il n’est pas le dernier. Ochiali se lance ensuite à la poursuite de quatre galères vénitiennes. Sa course à la proie est décrite à travers trois métaphores cinégétiques : celle du sanglier poursuivi par des chiens (VL, V, vv. 161‑176), celle de la bête de troupeau (« res ») poursuivie par les loups (V, vv. 189‑196) et celle de la perdrix utilisée comme appât par le chasseur pour faire entrer ses congénères dans le piège qu’il a tendu (V, vv. 229‑244). L’entreprise de conquête guerrière cède alors le pas aux élans d’un pirate, qui semble agir pour son propre compte plutôt que pour la cause ottomane et n’est arrêté dans cet élan destructeur que par l’arrivée, à la fin du chant, d’une lettre qui annonce au chef turc la formation de la Sainte Ligue. Cette nouvelle détourne les Turcs de leur objectif militaire : ils renoncent à la conquête de Cattaro et rejoignent les troupes d’Ali Pacha dans le golfe de Lépante. Le poète se charge alors de rappeler le funeste destin qui attend les Turcs :

No estaba allí muy lejos la caída
y el suceso infelice de esta empresa,
tan firme al parecer, ni estaba lejos
del gran Ali Bajá, la muerte cruda.
El vano pensamiento, mal presago
de su daño futuro y suerte incierta,
levantado sin tiento, ni orden, puso
una firme esperanza, al pecho incauto.
No tardó mucho tiempo que del falso
prometimiento tuvo el desengaño,
y a costa suya vio cuán poco dura
el fantástico bien trazado en sombra.

(VL, V, vv. 505‑516, fo 78ro)

19À ce point du poème, le récit s’est déplacé en trois lieux (Constantinople, Chypre et la côte de Cattaro), pour quatre épisodes narratifs successifs (la prise de Nicosie, la division de l’armée à la veille de l’assaut de Famagouste, la préparation de l’armée au printemps 1571, sous un nouveau commandement, et le sac des côtes de Cataro) qui se sont déroulés sous les ordres de cinq chefs militaires différents (Mustafa, Piali, Ali, Perthau et Ochiali). Les interruptions constantes brouillent l’avancée des troupes turques et leur action héroïque. Leur déroute est ainsi soigneusement préparée dans la première partie du poème.

b) L’avancée triomphale des chrétiens

  • 14 Deux histoires font autorité sur la bataille de Lépante : Bicheno, 2003, qui propose des chronologi (...)
  • 15 Herrera attribuait ainsi au seul Don Juan la décision d’affronter le Turc (chap. xxiv, p. 344). Cor (...)
  • 16 Pour une reconstitution historique de l’ordre des galères, voir Bicheno, 2003 pp. 31‑41. Sur le mot (...)

20À l’opposé des errances de l’armée turque, la flotte de la Sainte Ligue possède déjà un horizon tout tracé lorsqu’elle entre en scène au chant VII. Sa victoire, annoncée dans la proposition du chant I, ressurgit à propos de la statue de Don Juan d’Autriche, placée sous le signe de la bonne fortune, au chant IV, et dans la lettre annonçant la formation de la Sainte Ligue à Ochiali, au chant V. À partir du chant VII, les chrétiens sont mis au premier plan du récit jusqu’à leur victoire14. Leur progression constante est servie, en outre, par la présence d’un héros leader qui mène l’action et fédère l’ensemble des troupes, évitant la fragmentation et la discorde que Corte-Real s’est plu à souligner pour l’armée turque. La détermination de Don Juan transparaît dans les discours qu’il adresse à ses troupes et dans les décisions qu’il impose à l’ensemble des chefs de la Ligue, en particulier celle de livrer combat en dépit des craintes et tergiversations du commandement vénitien15. Les fréquentes revues de troupes fondées sur la Relacion de Herrera montrent un ordre victorieux caractéristique de l’épopée des vainqueurs (VL, VII, vv. 254‑655 ; XII, vv. 545‑832 ; et XIII, vv. 27‑103)16. Plusieurs épisodes mythologiques — pour l’essentiel empruntés directement à Virgile et parfois inspirés de l’imitation que Camões en avait fait dans Les Lusiades — alimentent cette dynamique triomphale.

  • 17 Ces deux scènes imitent l’Énéide, VIII, vv. 370‑453 et 608‑615 successivement.
  • 18 Voir la description de la descente de Vulcain dans son antre, VL, VI, vv. 193‑220 et Énéide, VIII, (...)
  • 19 On comparera utilement sur ce point le chant VI de la Victoire de Lépante, vers 242-264 et le chant (...)

21L’entrée en scène de la Sainte Ligue est précédée au chant VI par l’intervention de la déesse Vénus, qui fait forger par Vulcain des armes pour assurer la victoire de Don Juan d’Autriche. C’est la première d’une longue série d’interventions des dieux antiques qui, toujours sur l’invitation de Vénus, garantissent le succès de la Ligue et sa victoire finale. La déesse de l’amour voit en effet dans la Sainte Ligue la seule force capable de protéger son île et décide donc d’armer son capitaine. Comme dans l’Énéide, deux scènes successives sont consacrées aux armes du héros. Dans la première, au chant VI, Vénus séduit Vulcain pour lui faire forger, avec ses Cyclopes, la panoplie de Don Juan ; au chant IX, elle remet ses armes au héros17. Corte-Real y reprend très explicitement les principales étapes de la narration virgilienne, qu’il évoque en calquant certaines formules charnières, en traduisant librement certains passages18 ou en combinant certaines expressions saillantes du texte latin pour articuler l’avancée du sien19. Ainsi, l’imitation de Virgile se joue-t-elle en même temps au niveau macro et micro-textuel, configurant l’organisation et tissant le détail du texte tout à la fois. C’est à ces scènes marquées au sceau de l’imitation virgilienne que Corte-Real associe les catalogues de héros passés et les prophéties de la victoire qui structurent l’avancée des chrétiens et l’inscrivent dans une transcendance historique. Je reviendrai un peu plus loin sur la fonction et la construction des catalogues de héros et je m’intéresserai plus spécifiquement ici aux prophéties qui scandent le récit, en tant qu’elles lient différentes parties du schéma actantiel mythologique qui organise le poème. La déesse justifie l’aide qu’elle porte aux chrétiens par un portrait de Don Juan et du destin triomphant que le Ciel lui réserve :

Un próspero destino le acompaña,
una suerte dichosa y hado amigo
le mueve a grandes cosas, y un suceso
felicísimo acá le guarda el cielo.

(VL, VI, vv. 132‑136, fo 81vo)

22Dans ce discours, Vénus se met au service d’un destin décrété par une plus haute autorité, dont elle n’est que l’adjuvant et le révélateur, comme l’avait été avant elle et malgré lui le fantôme de Sélim Ier. Vulcain rappelle lui aussi la prédestination du jeune guerrier lorsqu’il explique aux Cyclopes la supériorité du destinataire des armes qu’ils doivent forger (VL, VI, vv. 237‑239). C’est encore dans un passage d’imitation toute virgilienne que Venus remet à Don Juan les armes merveilleuses forgées par Vulcain et se livre à une nouvelle prophétie de la victoire :« Ya tienes cerca el día de tu gloria » (VL, IX, v. 263), « Ya se te concedió […] / una victoria cual nunca fue vista, / acá en el mundo, en tiempos ya pasados » (vv. 235 et 239-240). Ces deux derniers vers refondent et rappellent au lecteur la proposition du poème, où Corte-Real prétendait chanter « una victoria al mundo extraña y nueva, / un suceso felice jamás visto » (VL, I, vv. 2-3). La révélation de Vénus exerce un impact psychologique direct sur le personnage. À son réveil, et avant même d’avoir admiré ses armes, Don Juan se trouve envahi d’un désir de gloire d’une intensité nouvelle et trace dans son imagination les victoires que le destin lui promet (« En la imaginación designa y traza / todo aquello en que estaba resoluto », VL, IX, vv. 521‑522). Après avoir contemplé les armes, il prend acte de son destin et formule son désir de l’accomplir :

Oh Dios, oh Señor, ¿cuándo
podré yo imitar hechos tan grandes,
Tan grandes vencimientos y obras tales?

(VL, IX, vv. 548‑550, fo 131ro)

  • 20 La fonction illocutoire du langage désigne ce qui « s’accomplit par l’usage même de la parole », se (...)

23Il fait ici allusion, bien sûr, aux « victoires du puissant et fameux empereur Charles, son père », Charles Quint (VL, IX, vv. 545‑546) qu’il vient de contempler sur le bouclier forgé par Vulcain, dont les dessins sont suffisamment expressifs pour le mouvoir à l’action héroïque, à la manière du pouvoir illocutoire de l’exemple, capable d’inciter l’auditeur, par l’attraction ou la répulsion, à un comportement vertueux20. Ainsi, à l’inverse d’Énée qui emportait, avec son bouclier, les « destins fameux de ses descendants » dont il était le garant (« famamque et fata nepotum », Énéide, VIII, v. 731), Don Juan porte et prolonge la gloire de ses ancêtres, qu’il a la charge de renouveler en un exploit supérieur à tous ceux dont il est le dépositaire et l’héritier.

  • 21 Les îles Échinades, appelées « Curzolares » par les Vénitiens, sont situées en enfilade le long de (...)
  • 22 « … lo que repartió [la fortuna] por muchos otros, / a tu solo valor ha reducido » (VL, XII, vv. 24 (...)

24La victoire qui couronnera le récit est encore annoncée au chant XII, par un personnage mythologique tout différent et qui convoque un autre type d’imitation : le dieu Protée. Son apparition est permise par une double disponibilité de l’espace — les îles « Curzolares », propres à acceillir la demeure de Protée21 — et du temps — la nuit tombée fournit ensuite le moment propice à la sortie du dieu de sa grotte pour prophétiser le destin victorieux de Don Juan d’Autriche. Le contenu de cette ultime prophétie répète, en les développant légèrement, les thèmes que nous avons déjà trouvés dans la bouche de Vénus : l’assignation d’une « fortune prospère » au jeune guerrier et la promesse que le Ciel lui fait de remporter la bataille contre les Turcs ; la réputation immédiate dont il jouira après sa victoire, qui fera trembler d’effroi ses ennemis ; l’amour que lui porteront en retour les peuples du monde entier. Dans la Victoire de Lépante, le héros modelé sur Énée est donc tout à la fois le point d’aboutissement et la promesse du dépassement de la gloire de ses ancêtres22. Ces annonces de la victoire, multipliées et répétées au fil du récit, contribuent à marquer le revers de fortune qui oppose deux parties du texte : la première montre l’avancée turque en territoire vénitien alors que la seconde met en scène la revanche chrétienne garantie par l’arrivée de la Sainte Ligue.

25Les autres interventions divines de la seconde moitié du poème, placées en trois autres points du récit où la Sainte Ligue se trouve en difficulté, renforcent cette structure. Divertissement dans un récit linéaire, elles montrent qu’en aucune circonstance la flotte de la Ligue ne saurait être abandonnée des dieux. Là encore, la progression du récit est étroitement associée à l’imitation de Virgile à travers le motif de la tempête. Corte-Real, s’il suit le texte de l’Énéide, lui donne un tour panégyrique bien plus univoque que dans le modèle. Dans l’Énéide, la tempête initiale, première épreuve d’Énée et de ses compagnons, souligne la fragilité des héros et contribue à les dépouiller des restes de leur passé. Dans la Victoire de Lépante, les effets en sont autrement plus réduits puisque la tempête intervient après les prophéties de la victoire des chants IV et VI et n’a pour conséquence que de ralentir légèrement l’avancée de la flotte. Le poète s’appuie ici, de nouveau, sur un épisode historique : le mauvais temps qui perturba le voyage de la Ligue dans la seconde quinzaine du mois de septembre 1571. Mais c’est en poète que Corte-Real interprète les aléas climatiques. Borée, personnifié, déchaîne les ondes. Contrairement aux Troyens, les Espagnols tentent bravement de résister aux éléments :

Con palas de los remos, las galeras
por defenderse, al mar con golpes hieren,
hieren con espolones proejando,
las hinchadas, revueltas, gruesas, ondas.

(VL, VIII, vv. 57‑60, fo 110ro‑vo)

26Le verbe « herir », répété en anadiplose au début du vers suivant, recrée le rythme soutenu des rameurs. Les trois adjectifs qualifiant les flots peignent en un tableau synthétique le dérèglement des éléments. Pourtant, Corte‑Real ne s’étend guère sur la description de la tempête et en tire plutôt parti pour peindre l’ardeur de la flotte. Deux interventions de Vénus auprès de Neptune sont nécessaires pour calmer les flots. Elles débouchent sur une mise en ordre qui confirme la domination espagnole sur le monde lorsque les vents sont emprisonnés par Neptune dans de profondes grottes :

Llama luego los vientos, y encerrolos
en cuevas profundísimas, debajo
de pedregosos montes y altas sierras,
en prisión los dejando, oscura y fría.
Retumban por las cóncavas cavernas
los bramidos del viento encarcelado,
no perdiendo el furor y aquella rabia
con que al mar y a la tierra amenazaba…

(VL, VIII, vv. 321‑329, fos 115vo‑116ro)

  • 23 La mort d’Ali Pacha ne fut connue par la flotte chrétienne qu’avec un important retard. Voir García (...)

27Ces vents, prisonniers de leur roi, sanctionnent la validité de l’ordre monarchique dont Don Juan est le représentant. On voit ici à quel point l’imitation du même passage de l’Énéide est mise au service d’un discours politique différent de celui de La Araucana, où la domination des vents par leur roi était complètement invalidée. Pour Corte-Real elle est possible, même si c’est à un titre différent : la fureur que conservent les vents au-delà de leur incarcération n’efface pas la menace qu’ils représentent tant sur la mer que sur la terre. D’autres scènes mythologiques sont utilisées par Corte-Real pour montrer la clémence des éléments en faveur des chrétiens. Au chant XIII, le vent tourne juste avant la bataille pour devenir favorable à la Sainte Ligue. Corte-Real attribue ce changement — motif récurrent de la tradition historiographique — à la Providence divine (VL, XII, vv. 365‑380). Un peu plus loin, Neptune convoque sa cour de créatures marines pour apaiser les eaux et favoriser les chrétiens (XII, vv. 396‑440). Le même Neptune condamne à une « perpétuelle prison de rochers » (XIV, vv. 112‑113) les combattants d’un bateau turc coulé pendant le combat. Mars, entré en scène au début du chant XIV avec Pallas et Bellone (XIV, vv. 13‑16), se range du côté des chrétiens « à la vue de leur courage » (XIV, v. 326). Pour rendre plus éclatante leur victoire, il jette un trait meurtrier à Ali Pacha, commandant de la flotte turque (XIV, vv. 322‑357). Ici encore, Corte-Real profite de l’espace disponible pour la fiction qu’offrent les incertitudes de l’histoire, puisqu’Ali Pacha fut tué dans des circonstances obscures23.

c) Une violence légitimée

  • 24 Blanco, 2014, p. 41.
  • 25 « El amarillo gesto de una sombra / mortal y denegrida trae cubierto, / y los turbados ojos espanta (...)
  • 26 Voir ce volume, chapitre v.
  • 27 « Era cosa de ver, aunque espantosa, / los truenos de salitre y vivo azufre » (VL, XI, vv. 125‑126, (...)
  • 28 L’introduction (VL, XI, vv. 1-14) reprend textuellement celle de l’épisode du chant II, vers 3-13 d (...)
  • 29 Quint, 1993, pp. 50‑53.

28La façon dont est mise en scène la fureur guerrière dans le combat final constitue une autre preuve de ce que le travail épique, dans la Victoire de Lépante, ne met pas en cause la légitimité de l’affrontement entre Turcs et chrétiens. Contrairement à la cruauté des Portugais dans le Siège de Diu, la violence des chrétiens est justifiée ici au nom de la vengeance contre les exactions turques par un dispositif complexe. D’abord, le poète altère légèrement l’ordre des événements pour resserrer les liens de causalité entre l’attaque de Chypre et l’entrée de la Sainte Ligue en Méditerranée. On a vu que la campagne de Chypre avait été interrompue au chant IV, après la victoire de Nicosie. Le récit du second volet de la campagne de Chypre — la conquête de Famagouste après Nicosie, deux batailles le plus souvent rapportées l’une après l’autre dans l’historiographie — est retardé par Corte-Real et prend place entre la déclaration belliqueuse de Don Juan et la victoire finale. Le poète construit ainsi une « juxtaposition esthétiquement satisfaisante entre infortune [la chute de Famagouste] et félicité [la victoire de Lépante]24 », alors que les deux événements étaient distants dans le temps. Ce récit prend place dans un épisode qui interrompt les préparatifs de la flotte chrétienne à la veille de la bataille. Un navire, présentant tous les signes du deuil — le silence, les lamentations de ses passagers — amène un témoin de la chute de Famagouste auprès de la flotte. Le portrait qu’en brosse Corte-Real est presque celui d’un cadavre, synecdoque de tous les cadavres tombés au combat, et, lui aussi, d’inspiration virgilienne25. Il rappelle le cadavre de Nuno Pereira au chant XIV du Siège de Diu, qui portait de Diu à Goa la nouvelle du péril dans lequel se trouvaient les assiégés26. Cependant, là où la simple vue du cadavre suffisait à inspirer la pitié et à pousser le vice‑roi au secours de la forteresse, le témoin développe un long récit de la chute de Famagouste. Outre Don Juan d’Autriche, à qui le récit est adressé à la manière du dédicataire des poème épiques, les dirigeants de l’armée et de nombreux « soldats […], pour voir, s’étaient assemblés » (VL, X, v. 168). La formule est éloquente : on assiste en effet, à travers ce récit, à une véritable peinture de la déroute chypriote, mise sous les yeux des auditeurs en même temps que des lecteurs27. Les marques d’empathie y sont nombreuses, depuis l’interruption du témoin, sous l’effet de ses propres larmes (VL, IX, vv. 213‑219), jusqu’à celle du poète, qui rapporte l’expression de douleur compatissante des visages de l’auditoire (IX, vv. 487‑490). Le récit de la sanglante défaite est ainsi élevé au rang d’expérience collective de la violence turque. Là encore, l’imitation de Virgile est primordiale : la scène évoque le récit de la destruction de Troie par Énée à la cour de la reine Didon28. Son impact est pourtant bien différent. Aux chants II et III de l’Énéide, le guerrier devenu conteur multiplie les formules rappelant ses impressions du combat ou soulignant la cruauté des Grecs lors de la bataille. Le récit rétrospectif participe d’une répétition thérapeutique du trauma, permettant de le mettre à distance pour le surmonter29. Chez Corte-Real, le récit du témoin crée au contraire une expérience collective destinée à renforcer la dynamique guerrière déjà lancée et à lui donner la légitimité de la vengeance. C’est en ce sens qu’il faut lire les exactions turques rapportées par le témoin, qui sont autant de motifs d’indignation pour les soldats de la Ligue et culminent avec la torture du général Bragadino en guise d’amusement populaire (son corps est empaillé sur les ordres de Mustafa, tel celui d’un lion ou d’un crocodile tué à la chasse). À la tristesse de l’auditoire (VL, XI, vv. 707‑714) succède ainsi un vif désir de vengeance :

La pérdida de aquella ciudad fuerte
causa en todos gravísima tristeza,
mezclada con ardiente rabia y vivo
deseo de tomar justa venganza.

(VL, XII, vv. 1-4, fo 152vo)

  • 30 Cette première ligue, formée en 1570, aurait dû secourir Nicosie et Famagouste. En rebroussant chem (...)

29En plus de minimiser les manquements de la première ligue30, cette reconstruction des faits historique et du motif de la prolepse virgilienne permet de justifier le passage d’une guerre défensive à une guerre offensive que Don Juan appellait de ses vœux au début du chant IX, au nom de la gloire :

La guerra solamente defensiva
no mereció jamás ser alabada.
Sola aquella será digna de gloria
que al enemigo impide hacer daño.

(VL, IX, vv. 145-148, fo 122ro)

30Elle justifie aussi les actes de cruauté gratuite perpétrés à la fin du poème. Le chant XIV se clôt en effet par une image de la fureur des soldats vénitiens, comparée à celle d’un groupe de jeunes garçons mettant en fuite de vils animaux. Elle s’achève par le meurtre d’un fuyard turc par un soldat vénitien :

Un Veneciano sigue al triste y llega
con ímpetu furioso, dale un golpe
con un palo y tras este otro le alcanza
con que derriba el mísero aturdido.
Sobre él va el matador y con rabiosa
cólera, a su pesar la boca le abre.
En el palo lo enclava, nuevo y crudo
género de tormento y esquiva muerte.
El semblante amarillo, el ceño horrible
le queda y los turbados ojos yertos,
un arroyo de sangre vomitando;
le sale el alma y baja al negro abismo.

(VL, XIV, vv. 875-886, fo 205ro)

  • 31 Voir Plagnard, 2018a.

31La scène rappelle le meurtre de Turnus à la fin de l’Énéide, quand Énée venge Pallas en achevant son ennemi suppliant. Mais la crudité de la description et le recours à certains traits de pathos violent en font un acte plus cruel encore : la pénétration par la bouche, le vomis de sang ou la couleur du défunt. Corte-Real clôt ainsi le combat par l’image d’une violence anonyme mais assumée, qui exprime la domination sans nuance d’un peuple sur un autre et fait ressortir le caractère jubilatoire de la cruauté collective. Or, aucun élément de censure de la part du poète ne vient mettre à distance ce dernier geste. Peut-être la violence de cet assassinat métonymique de la victoire chrétienne fut-elle sentie comme problématique par les lecteurs de Corte-Real. Gabriel Lobo Laso de la Vega, citant ce passage de Corte-Real dans son panégyrique à Álvaro de Bazán, omet soigneusement cette conclusion et modifie le texte, lui substituant deux vers de sa composition qui suggèrent au contraire une victoire appaisée31.

  • 32 SCD, XVI, vv. 358-380 ; Pharsale, VII, vv. 763-783. Voir ce volume, chapitre v.

32L’Énéide des chrétiens de la Sainte Ligue aurait pu s’arrêter à cette marque violente d’un triomphe total sur les Turcs. Elle est encore redoublée par une scène mettant la bataille à distance, dans un songe collectif qui prend le contre-pied de celui de la Pharsale et des Portugais à Diu. Dans le Siège de Diu le songe intervenait au chant XVI, après le premier sac de la côte par Manuel de Lima. La nuit noire et triste contribuait à en fixer le cadre funeste, et le sommeil des soldats, agité de soubresauts accompagnant les souvenirs terribles du combat, montrait l’effet de la « cruelle, féroce, horrible Mort noire » dont l’image hantait encore leurs esprits32. Au contraire, le songe des soldats dans la Victoire de Lépante est un intermède qui permet d’apaiser leur furie guerrière et vient couronner leurs efforts (VL, XV, vv. 105‑120). Les qualificatifs qui l’introduisent dessinent une ambiance paisible : la nuit semble sereine, le sommeil est « doux », réparateur et générateur d’« oubli » grâce à la paix qui l’entoure. La « fantastique lutte » que revivent les soldats permet donc de quitter l’ambiance guerrière, comme si la cruauté déployée contre les Turcs était parfaitement légitime. Le lever du jour cède la place au triomphe de Don Juan d’Autriche et de ses troupes.

d) Le triomphe de Don Juan

  • 33 Cristóbal López, 1993.

33On pourrait prêter à Corte-Real, au chant XV de la Victoire de Lépante, la même intention qu’à Maffeo Vegio lorsqu’il écrivit un treizième livre de l’Énéide33. Ce dernier livre, traduit par Hernández de Velasco à la suite des douze chants originaux de Virgile, rapportait le dénouement du conflit entre les Latins et les Rutules et l’apothéose d’Énée, prolongeant et résolvant explicitement un certain nombre de questions fondamentales du conflit entre les Latins et les Troyens que Virgile avait laissées sans solution. On y assiste au succès de la concorde civile entre les deux peuples, alors que le meurtre de Turnus achevait l’Énéide sur un geste de vengeance. Les marques de cette nouvelle concorde se succèdent au long des six cent quatre-vingts hexamètres du chant : la soumission des Latins après la mort de Turnus ; l’enterrement de leur chef où l’on souligne le tort qu’il a eu d’entreprendre le combat ; les promesses d’Énée au peuple latin ; son mariage avec Lavinia, qui scelle l’alliance des deux peuples ; l’évocation de la grandeur militaire des guerriers des deux camps dans le conflit ; l’énoncé d’une mythologie fondatrice de la nation latine ; la répétition de l’élection d’Énée à travers un prodige (une flamme apparaît au-dessus de la tête de Lavinia, comme elle était apparue au-dessus de celle de Iule à Troie) ; la prophétie par Vénus de la descendance d’Énée et de Lavinia, qui rejoindra celle des Romains aperçus par Énée sous forme d’âmes au chant VI ; l’image des deux peuples cohabitant sous le règne d’un même roi et dans le respect d’une même loi. Il s’agissait donc de résoudre certaines tensions du texte original pour achever le récit sur une concorde réussie qui mettait une fin durable à la guerre. De résoudre et de stabiliser, en d’autres termes, le travail épique engagé par le récit de Virgile. Le dernier chant de la Victoire de Lépante, s’il tient une place similaire dans l’économie du récit, n’a cependant pas la même fonction. Il ne s’agit pas, comme dans l’Énéide, de réduire deux peuples en lutte sous une même couronne, mais bien de signifier la victoire sans nuance de l’un sur l’autre. En ce sens, et en parfaite adéquation avec son projet d’ensemble, Corte‑Real se livre à une conclusion panégyrique du poème, qui s’appuie bien plutôt sur l’Africa de Pétrarque que sur l’Énéide.

  • 34 Arroyo, Relacion del progresso, fo 86 et Torres y Aguilera, Chronica y recopilacion, fo 79ro-vo. Vo (...)
  • 35 « Pulcrior Ausonio nunquam surrexerat orbi / Ulla dies. Roseo vultum suffusa rubore / Phebeos frena (...)
  • 36 Pétrarque présentait les Romains comme des esclaves libérés par leur sauveur Scipion : « Hinc illin (...)

34De nouveau, l’histoire s’y prêtait puisque Don Juan et ses troupes furent vraiment reçus triomphalement à Messine34. Cette scène contient des éléments caractéristiques à la fois de l’épopée et du panégyrique. Le lever du jour revêt « d’une lumière nouvelle les horizons » (VL, XV, vv. 122), indice du prestige acquis par la chrétienté. Musiques, couleurs et jeux de lumière peignent la splendeur des vainqueurs. L’étendard de la Sainte Ligue réverbère les rayons de Phébus avec une telle intensité qu’il aveugle les spectateurs (XV, vv. 129-134). Les costumes dessinent un mélange de soie blanche, vermeille, verte, bleue, ourlée d’argent et d’or (vv. 135-140). Des cris joyeux s’élèvent tandis que les galères commencent leur défilé (vv. 141-144). Ce sont là les premières étapes du triomphe de Scipion dans l’Africa : la beauté du jour qui se lève, Phébus en position de spectateur, l’ampleur et la variété de la foule, l’éclat de l’or et les pierres précieuses 35. Comme dans l’Africa, cette brillante présentation des troupes contraste avec le déplorable tableau des prisonniers vaincus qui lui est juxtaposé. La flotte de Sélim, ensanglantée (VL, XV, v. 144), est prétexte à rappeler les pertes du camp ennemi : vingt mille janissaires sont partis rejoindre l’« abominable royaume des morts » (v. 154), condamnés à un châtiment éternel (v. 160) ; deux mille ont rejoint les bancs des galères chrétiennes (vv. 161-164) tandis que douze mille esclaves chrétiens ont été libérés des galères turques (vv. 177-184)36. Siroco, vice‑roi d’Alexandrie, fait l’objet d’une mention particulière, plus courte cependant que le portrait de Syphax (Africa, X, vv. 349-355). Le ton de la description est léger, comme en témoigne l’évocation ironique de deux absents du cortège : Ochiali « s’est envolé » (VL, XV, v. 174) et Perthau Pacha « pour se sauver, par là dans les ondes […] est parti se cacher » (vv. 175-176). Signe d’apaisement et de victoire, les galères sont poussées par un vent ami (v. 314), survolées par la Renommée jouant de la trompe (vv. 317-320). Comme dans l’Africa, une multitude d’habitants, « hommes, femmes et enfants » (VL, XV, v. 326) suivis de vieillards contemplent le spectacle (vv. 329-334). Au-delà de l’imitation de l’Africa, les signes du triomphe s’accumulent : une scène religieuse où les dévotions individuelles sont complétées par un Te Deum entonné par la foule en attendant l’apparition de Don Juan ; un grand banquet, en musique ; la thiase marine de Neptune et des créatures marines qui accompagnent la flotte, à la manière des triomphes maritimes de João de Castro et de João de Mascarenhas dans le Siège de Diu (chants XVI et XXI respectivement) ou du De adventu Caroli V de Minturno déjà commenté. Neptune intervient dans cette dernière scène non plus comme protecteur mais comme spectateur du triomphe de Don Juan :

Después que el gran Neptuno vio acabada
la terrible batalla única al mundo,
y vio la majestad con que el supremo,
famoso general se recogía
con los grandes y nobles de su corte
viene el marino rey en vuelta larga
y en medio de su escuadra horrenda
recoge al vencedor con pompa extraña.

(VL, XV, vv. 185-192, fos 209vo‑210ro)

35L’effet du spectacle sur le dieu est immédiat : non seulement il « humilie » les eaux devant le vainqueur, mais il met sa puissance au service du héros en remorquant sa galère avec son propre char. La même attitude de respect et d’admiration se retrouve chez les nymphes qui constituent la seconde partie du cortège. Leur mélodie est dépeinte comme une « rare et très douce harmonie » qui accompagne l’harmonie politique permise par la victoire de Don Juan. Corte-Real décrit leur voix suave (« dulcísima voz », VL, XV, v. 206), la modulation des phrases musicales et des accents (vv. 207‑208) qui attendrissent les pierres à la manière d’un chant orphique.

36Le poème se conclut sur un dénouement métapoétique qui consacre la Victoire de Lépante comme panégyrique à la gloire des Espagnols. La Renommée, réapparaît pour porter la nouvelle de la victoire jusqu’au mont Parnasse. À la manière d’un conseil des dieux, Apollon et les Muses y décident qu’un tel événement ne doit pas tomber dans l’oubli et chargent Calliope d’en faire le récit. En historienne, reprenant la démarche que Corte‑Real avait lui-même annoncée dans le prologue, la Muse s’enquiert des « noms, vertus et hauts faits » (VL, XV, v. 473) des combattants pour rapporter les mérites de chacun. Le parallèle poétique entre le poète et la muse est redoublé d’un parallèle entre le manuscrit de la Victoire de Lépante, dont Corte-Real avait particulièrement soigné l’esthétique, et le monument construit par Calliope, dont le poète détaille la disposition, les couleurs et les matériaux. La Victoire de Lépante s’érige ainsi, de bout en bout, comme un monument à la gloire des chrétiens et des Espagnols vainqueurs des Turcs à Lépante.

II. — Déplacement du travail épique dans la Victoire de Lépante

  • 37 Paquette, 1988.

37Corte-Real ne renonça pas pour autant à exploiter dans la Victoire de Lépante certaines des potentialités du genre épique, que j’ai décrit jusque‑là comme un genre révélateur de tensions territoriales et militaires, et producteur d’un discours critique sur l’histoire récente et l’actualité. Il interroge en effet dans son poème non pas l’antagonisme entre les deux camps en présence, mais la constitution du camp espagnol, dont il s’agit de redéfinir les alliés. Ainsi Corte-Real déplace-t-il les enjeux de son récit au second niveau de conflit distingué par Jean-Marcel Paquette37 : la définition et la cohésion du camp chrétien. Pourtant, une fois encore, les tensions internes au camp chrétien ne se trouvent pas exactement là où un lecteur familier des récits de Lépante les attendrait.

38Elles ne résident pas dans les tensions avérées entre le roi Philippe II et son frère Don Juan, qui s’était couvert de gloire à Lépante. On trouve la preuve dans la chanson en octaves des nymphes au chant XIV, qui anticipe celle, en portugais, que Corte-Real adresse au roi après la fin du poème, qui rappelle elle-même la chanson que Fernando de Herrera avait placée à la fin de son histoire de la bataille de Lépante. Le contenu du chant reprend les différents points du discours panégyrique construit tout au long du poème : Don Juan est le digne héritier de son père (octave 1), sa victoire à Lépante éclipse toutes les victoires antérieures (octaves 2 et 3), Mars le couronne des lauriers de la victoire (octave 4), sa renommée vole de par le monde (octave 5) provoquant la liesse des peuples chrétiens désormais débarrassés du joug ottoman (octave 6). Le discours des nymphes permet aussi d’associer le roi Philippe II, absent du champ de bataille, à la victoire, en tant qu’il jouira de la gloire associée à la mémoire de l’événement. La suite du chant des nymphes est adressée directement à l’« Invincible Roi, unique secours et plus ferme colonne des chrétiens » (XV, vv. 261‑262) :

Tú diste ser y lumbre a la famosa
batalla y al hermano engrandeciste.
Tú, ínclito Filipe, a la furiosa
potencia de Selimo destruiste.
Dichosa nuestra edad, oh cuán dichosa,
en que por nuestro bien tú Rey naciste,
gracias al hacedor del alto cielo,
que en ti nos dio salud, nos dio consuelo.

(VL, XV, vv. 293-300, fo 212ro)

  • 38 « En son troisième niveau, enchâssé dans les deux précédents, se révèle ce que l’épopée a pour ulti (...)

39Ce faisant, Corte-Real présente sur un mode résolu la tension, qui transparaît dans le poème et que nous avons observée dans les épopées à sujet colonial, autour de l’absence du roi du champ de bataille et de la difficulté à l’élever à une posture héroïque. C’est ce que Jean-Marcel Paquette appelle le troisième niveau de crise dans le poème épique, celui qui s’exerce au sein d’un même camp entre deux postures héroïques38. Don Juan d’Autriche et Philippe II incarnent deux modalités héroïques complémentaires, l’héroïsme guerrier et l’héroïsme politique. À l’issue du poème, le premier est subordonné au second sans ambiguïté.

  • 39 Alves, 2018.

40Les tensions internes à la Sainte Ligue ne résident pas non plus dans les mésententes entre ses différents membres, surtout entre les Vénitiens et les Espagnols, fréquemment rapportées par les historiens. Sans doute faut-il plutôt les chercher, comme le fait Hélio Alves dans un travail récent, dans l’« impiété » dont fait preuve la Sainte Ligue en renonçant à secourir l’île de Chypre assiégée par les Turcs en 157039. J’examinerai ici une piste tout à fait différente : Corte-Real explore, à travers l’affrontement ponctuel de Lépante, la lutte mondialisée qui oppose l’Empire ottoman aux puissances européennes. C’est par ce biais qu’il introduit dans la réflexion, sur le mode de la concorde, un nouveau protagoniste qui ne faisait pas partie de la Ligue : le Portugal.

Les Portugais à Lépante

41En dépit des sollicitations du pape Pie V, les Portugais n’avaient pas pris part à la Sainte Ligue de 1571 et ils n’apparaissent donc pas dans les récits associés à la bataille. Leur présence répétée dans la Victoire de Lépante relève donc d’une construction politique singulière de la part de Corte-Real, qui se décline à travers plusieurs procédés poétiques.

42À l’origine du récit, le Portugal est présenté comme l’allié naturel de l’Espagne dans la lutte contre les musulmans. Lorsque l’allégorie de la Guerre expose à Sélim II le piètre état dans lequel se trouve la chrétienté, elle n’exclut de cette faiblesse générale que deux nations, métonymiquement représentées par deux souverains qui se partagent un même territoire, l’Espagne :

No puedes de otro alguno recelarte
sino de aquesos dos Reyes de España.
Los dos señores son de fuerte gente,
belicosa, diestrísima, invencible;
católicos los dos, los dos alaban
el nombre de JESÚS sacro divino.

(VL, I, vv. 155‑60, fo 4vo)

43L’« Espagne » désigne ici, comme dans la mappemonde du chant XXVII de La Araucana, une entité territoriale cohérente et double dans la mesure où elle abrite deux pouvoirs politiques qui règnent sur un même peuple (« gente ») et défendent la même religion. Le pouvoir de ces deux monarques est cependant entravé par les guerres dans lesquelles ils sont déjà impliqués, qui mobilisent toutes leurs forces et limitent leur engagement contre l’Empire ottoman. Philippe II réprime le soulèvement morisque dans les Alpujarras tandis que le roi du Portugal livre en Orient « des guerres continuelles » (VL, I, vv. 182). En même temps qu’il associe l’Espagne et le Portugal comme nations belliqueuses unies par la lutte contre les infidèles, Corte‑Real justifie ainsi l’absence des Portugais de la Sainte Ligue.

  • 40 Si les premiers exploits rapportés, avec la prise de Grenade par Gonzalo Fernández de Córdoba, ont (...)

44Dans la suite du poème, il développe la représentation des exploits de l’expansion portugaise par le biais du catalogue de héros formé par l’ekphrasis des statues du temple de la Guerre, au chant IV. Ce catalogue est en effet structuré en deux volets. Il commence par l’énumération de vingt-huit « fiers Espagnols, invincibles » (VL, IV, vv. 261‑672) qui s’illustrèrent sous les règnes des Rois Catholiques, de Charles Quint et de Philippe II40. Viennent à leur suite dix-sept héros portugais (IV, vv. 482‑672). Leur position dans le catalogue est loin d’être anodine, puisqu’ils entrent en scène après la présentation de Luis Quijada, le précepteur de Don Juan et son homme de confiance, et précèdent la description finale de la statue du héros. C’est dans cette zone d’intimité avec le jeune héros, liée à son apprentissage de la guerre, que Corte-Real choisit de faire figurer quelques grands noms des récentes victoires portugaises en Afrique du Nord. Le premier de la liste, Manuel de Savoie, cousin du roi Sébastien, n’est pas choisi au hasard. Jeune et prometteur militaire du royaume, il porte, comme Don Juan d’Autriche, un bouclier ourlé d’or sur lequel sont « ciselés les victorieux faits d’armes portugais » (IV, vv. 484‑485). À sa suite, Nuno Álvares Pereira, le vainqueur de la bataille d’Aljubarrota (1385) et conquérant de Ceuta en 1415, figure l’indépendance du Portugal et la conquête de l’Afrique du Nord. Sur les héros portugais mentionnés ensuite, quatorze sont explicitement associés à des exploits guerriers menés en Afrique du Nord. Ce premier catalogue met donc côte à côte les Espagnols et les Portugais dans la lutte contre les Maures en Afrique du Nord, première phase d’expansion des deux monarchies hors de la Péninsule.

  • 41 On y trouve Miltiade (VL, IX, vv. 295‑302), vainqueur du Perse Dario Ie à Marathon en 490 av. J.‑C. (...)

45Au chant IX, les Portugais apparaissent de nouveau. Vénus les présente à Don Juan comme les modèles héroïques dont il devra s’inspirer pour la bataille finale (VL, IX, v. 295). Après une série de héros antiques qui s’illustrèrent dans la lutte contre des ennemis orientaux41, viennent les modernes Lusitaniens qui conquirent l’Orient :

que en las doradas partes del Oriente
su animoso valor es bien sabido
y dieron con victorias admirables
eternas alabanzas a su patria.

(VL, IX, vv. 343‑346, fo 126vo)

  • 42 Dom Francisco de Almeida (1505‑1509, VL, IX, vv. 379‑394), Afonso de Albuquerque (1509‑1515, vv. 39 (...)
  • 43 Duarte Pacheco Pereira (vv. 363‑378), António da Silveira (vv. 423‑430), João de Lima et un membre (...)
  • 44 Álvaro Alonso, 2009, p. 483.

46La liste s’ouvre avec Vasco de Gama et la découverte de l’Inde (VL, IX, vv. 347‑362), puis se poursuit avec six vice-rois ou gouverneurs du royaume42 et cinq militaires de renom43. Corte-Real prolonge toutefois l’énumération jusqu’au vice‑roi qui était en exercice au moment de la bataille de Lépante, Luís de Ataíde. Les Portugais et leur action militaire en Inde figurent ainsi comme les modèles les plus immédiats de Don Juan d’Autriche à Lépante, dont la victoire est à la fois l’aboutissement de la lutte contre les ennemis orientaux de la chrétienté et le prolongement des luttes méditerranéennes et nord-africaines. Au reste, la traditionnelle association de Lépante aux batailles d’Actium ou de Salamine, courante à l’époque en poésie et dans l’historiographie, réactive le paradigme épique « non seulement d’un choc entre la chrétienté et l’Islam, mais surtout le vieux motif d’Hérodote de l’affrontement entre l’Orient et l’Occident44 », déplaçant vers l’Asie le péril turc présent à Lépante. Nous verrons que ces deux catalogues, traçant le double front sur lequel les Portugais luttent contre les musulmans, sont imités de précédents épiques portugais et ancrent le poème dans une tradition généalogique portugaise. La Victoire de Lépante offre ainsi le souvenir de l’épopée portugaise et mêle les héros des deux nations. Tandis que les Espagnols assurent la domination de la Méditerranée et des côtes africaines contre les Maures, les Portugais conquièrent le Maroc (chant IV). Un peu plus loin, l’action des Espagnols en Europe et en Méditerranée, un modèle que Don Juan portera à la bataille sur son bouclier (chant VI), se prolonge dans le récit que fait Vénus à Don Juan des prouesses portugaises en Inde (chant IX). La lutte contre les Turcs en Méditerranée, et plus spécifiquement à Lépante, apparaît donc absolument complémentaire de deux autres fronts tenus par les Portugais : l’Afrique du Nord et l’Inde.

  • 45 Figueiredo (1987, pp. 374‑375) parlait avec beaucoup de mépris de toute l’œuvre de Corte-Real et ne (...)
  • 46 Cette première hypothèse mène José Miguel Martínez Torrejón (2005 et 2007) à une autre. Accompagné (...)

47Un discours de ce type était aussi original que significatif à la veille de l’union des couronnes espagnole et portugaise et c’est souvent à la lumière de cet événement que l’on a lu la position politique de Corte-Real. Au Portugal, on a vu dans l’écriture en castillan de la Victoire de Lépante, dédiée à Philippe II, une preuve suffisante de l’attitude pro‑castillane de Corte-Real, de l’appui qu’il aurait apporté à l’ascension du roi d’Espagne sur le trône du Portugal et de son infidélité à la couronne portugaise45. Mais le poème a aussi fait l’objet de lectures contraires. José Miguel Martínez Torrejón formule à titre d’hypothèse que la Victoire de Lépante servait les intérêts du roi Dom Sébastien, qui aurait pu en passer commande au poète pour pousser Philippe II à appuyer son entreprise militaire en Afrique du Nord46. Face à ces hypothèses divergentes, un retour au texte du poème s’impose, de même qu’une exploration détaillée de la biographie de l’auteur, encore mal connue à ce jour.

48Dans la Victoire de Lépante, Corte-Real montre l’Espagne et le Portugal luttant ensemble et avec une égale valeur contre un ennemi commun, les musulmans, que chacun se charge de combattre en un point précis du globe — respectivement, en Méditerranée et en Orient. Cette lutte mondialisée, déclinée en différents fronts, suggère la communauté et la complémentarité des guerres menées par les Espagnols et les Portugais contre les Infidèles. Elle donne aussi à des politiques nationales indépendantes une cohérence qui n’était sans doute pas si évidente historiquement. Cet enjeu fondamental du texte avait pourtant bien été perçu par les contemporains. Le sonnet d’éloge d’André Falcão de Resende souligne cette double présence portugaise et espagnole dans l’œuvre de Corte-Real en faisant allusion, dans une même composition, à la fois au Siège de Diu et à la Victoire de Lépante :

A Naumaquia cruel, Neptuno ardendo
De humano sangue e de armas revestido,
De Átropos o furor embravecido,
A terra e água e ar e os céus tremendo,

A força e flor do mundo combatendo,
A cruz vencendo e o alcorão vencido
Com sua lua minguada escurecido,
O estandarte cristão resplandecendo;

Tudo isto mostra o claro canto e sprito [sic]
Do grão Corte-Real, que ao Lusitano
João cantou no cerco e Oriental guerra.

E ora na Ocidental, cantando o invicto
Magnânimo João de Áustria soberano,
Alçou Febo seu canto em toda a terra.

  • 47 Je suis ici le texte du manuscrit.

(VL, ms. 3693, fo 2ro et 1578, fo *6ro)47

49Les deux quatrains de ce sonnet peignent le combat naval de la Sainte Ligue contre les Turcs dans des termes qui évoquent la Victoire de Lépante. La naumachie, le dieu Neptune, la fureur d’Atropos, la terre, l’eau, l’air et le ciel, la fleur de la noblesse, le Christ en croix devant le Coran vaincu, la lune turque et l’étendard chrétien sont quelques-unes des images fortes des deux épopées de Jerónimo Corte-Real, ici condensées en une vignette évocatrice. Suivent dans les tercets deux allusions évidentes à la victoire orientale de João de Castro dans le Siège de Diu et au triomphe maritime de Don Juan d’Autriche dans la Victoire de Lépante. Ainsi les œuvres de Corte-Real complètent-elles un parcours qui, tel celui de Phébus, englobe toute la planète, à l’image de la domination que les chrétiens y exercent. Le poète faisait donc figure, aux yeux de certains de ses contemporains, de chantre d’une Ibérie chrétienne unie face à un même ennemi.

Corte-Real et l’union des couronnes espagnole et portugaise

  • 48 La négociation de Philippe II avec les élites portugaises, qui se concrétisa en 1581 avec le pacte (...)
  • 49 L’ensemble de cette négociation fait l’objet d’un article en préparation qui réunira l’intégralité (...)
  • 50 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 2ro.
  • 51 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 2ro.
  • 52 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., lettre de Cristóbal de Moura à Gabriel de Zayas, 15 février 1 (...)
  • 53 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 1ro, lettre de Cristóbal de Moura à Gabriel de Zayas, 14 a (...)

50Cette position littéraire antérieure à la crise de succession au trône portugais, en 1580, est à distinguer de la façon dont Corte-Real négocia historiquement son changement de statut au moment de l’arrivée sur le trône portugais de Philippe II de Castille. Cristóbal de Moura, qui représenta Philippe II auprès des fidalgos, des courtisans et des officiers de gouvernement ainsi que des procureurs convoqués aux Cortes de Lisbonne, ne négligea pas de se ménager d’autres soutiens parmi les poètes48. Corte-Real, parce qu’il était poète, qu’il avait déjà déclaré mettre sa plume au service du roi d’Espagne dans la Victoire de Lépante et était membre de l’une des grandes familles du royaume, était un candidat idéal. Son ralliement à Philippe II fit cependant l’objet d’une longue négociation dans laquelle transparaît la méfiance de la Couronne à son égard49. Une vingtaine de lettres documentent ces échanges entre Corte-Real et Rodrigo Vázquez, Gabriel de Zayas et Philippe II en personne, échanges par ailleurs commentés par Cristóbal de Moura, Jerónimo de Mendoza et par le duc d’Albe. Retenons-en d’abord le rôle actif joué par Moura dans la mise en contact de Corte-Real avec la Couronne à la fin de l’année 1579. Dans une lettre du 3 septembre 1579, Cristóbal de Moura indique que Corte-Real s’est froissé en recevant la chaîne d’or que Philippe II lui a envoyée en présent, sous prétexte qu’« aux hommes comme lui il ne fallait pas envoyer d’or, que le papier suffisait50 ». Le 10 octobre 1579, il envoie même, avec un courrier, un ouvrage de Corte-Real à Gabriel de Zayas, peut‑être la Victoire de Lépante51. Le 15 février 1580, il rédige pour le poète une lettre de recommandation à Gabriel de Zayas, secrétaire de Philippe II, que Corte-Real devait remettre en mains propres et dont Zayas signale sur l’enveloppe qu’il l’a reçue le 1er avril suivant52. Dans un courrier du 14 avril adressé directement à Gabriel de Zayas, Moura fait encore allusion à une possible entrevue avec Corte-Real, mais pour la juger inopportune53.

  • 54 Pour Philippe II, Corte-Real et sa famille cherchent plutôt à sauver leur situation qu’à travailler (...)
  • 55 AGS, Estado, leg. 408, doc. non num., fo 1ro, lettre de Rodrigo Vázquez à Philippe II, 14 février 1 (...)
  • 56 AGS, Estado, leg. 408, doc. non num., fo 5ro, lettre de Rodrigo Vázquez à Philippe II, 1er juin 158 (...)

51Face à la méfiance pourtant persistante de Philippe II et du duc d’Albe à son égard54, et devant son échec à rallier son beau-frère, Manuel de Portugal, à la cause espagnole, Corte-Real dut donner des garanties croissantes de son engagement. Le 7 février 1580, il explique à Rodrigo Vázquez avoir été présent à la réception du Prieur de Crato à Lisbonne, et avoir pris le parti de Philippe II, cherchant pour son profit à éviter la prolongation d’une guerre destructrice au Portugal55. Une lettre de Rodrigo Vázquez du 1er juin indique au roi que « de quelque façon que ce soit, Jerónimo Corte-Real dit qu’il servira votre majesté, en public et en secret56 ». Le 9 juin, Corte-Real adresse à Rodrigo Vázquez une réponse qui semble sceller son ralliement, encore secret, à la couronne espagnole :

  • 57 « Je me suis entretenu avec le seigneur Pedro de Ribera et j’ai considéré les raisons qu’il m’a fai (...)

Hablé con el Señor Don Pedro de Ribera y vi las razones que me mostró de Vuestra merced en que claro conocí la Justicia de su Majestad, la cual yo seguiré y moriré por ella como soy obligado de lo hacer por mi Rey y mi Señor. Suplico a Vuestra merced me la haga del secreto que esto requiere y me mande como a su Servidor que soy y seré en cuanto viviere. Hágame merced de me avisar del estado de las cosas para que yo sepa lo que tengo que hacer. Y con tanto nuestro Señor la muy Ilustre persona de Vuestra merced guarde vida en estado acreciente como sus Servidores lo deseamos57.

  • 58 AGS, Est., leg. 426, doc. non num., lettre de Corte-Real à Gabriel de Zayas, 31 janvier 1581.
  • 59 Sur la violence de la guerre menée par le duc d’Albe au Portugal on consultera avec profit Valladar (...)
  • 60 AGS, Estado, leg. 426, doc. non num., fo 1ro.

52Enfin, le 31 janvier 1581, après le sac de Lisbonne, le poète adresse à Gabriel de Zayas une lettre suppliante et passablement dramatisée58, dans laquelle il expose les infortunes auxquelles la guerre le soumet : depuis la mort de son père, il assume de lourdes responsabilités familiales en prenant soin de sa mère, de ses sœurs et d’une nombreuse suite de domestiques. Il dit même avoir souffert de la peste. Ces épreuves personnelles ont pour toile de fond un Portugal désolé, dont Corte-Real brosse un vaste portrait, attirant l’attention du souverain sur la ruine économique et humaine provoquée par la guerre et tentant de l’inciter à la paix59. Surtout, le poète réaffirme qu’il est entièrement disposé à servir Philippe II, et ce malgré l’échec de ses précédentes démarches pour rallier Manuel de Portugal à la cause espagnole (« bien que [leur] effet ait été inutile et éloigné de [s]es désirs60 »). Il en fait même le serment en des termes fervents :

  • 61 « Mais j’affirme à Votre Grâce que pour le service de Sa Majesté je suis certain de mon engagement (...)

Mas afirmo a Vossa mercê que para o serviço de Sua Majestade estou tão certo, que não haverá cousa ou adversa ou próspera que me mude, nem inconveniente que me impida o que Sua Majestade me mandar, ainda que seja contra meu próprio pai e irmãos, e contra toda minha linhagem. Porque desde o ponto que o reconheci por meu Rei e senhor natural me ficou esta obrigação que eu cumprirei e guardarei até à morte61.

  • 62 ANTT, Chancelária de D. Sebastião e D. Henrique, Privilegios, livre 13, fo 305 vo, « Carta conceden (...)
  • 63 ANTT, livre 44, D. Sebastião, fo 193. Voir Nunes, História Quinhentista, p. xxx.
  • 64 ANTT, Chancelária de D. Filippe 1o, Doações, livre 4, fo 317, « Carta de tença de cem mil r[eai]s a (...)
  • 65 Bouza, 2011.
  • 66 Francisco de Andrade, dans son Premier siège de Diu, 1589, chantait lui aussi le trône bicéphale de (...)
  • 67 Concernant les justifications politiques et économiques de l’union de l’Espagne et du Portugal à la (...)

53Sans doute peut‑on lire ici le désespoir d’un homme dont les offres de service n’inspirèrent jamais pleinement confiance à la couronne espagnole. Il fallut encore plus d’un an au poète pour recevoir une rétribution de Philippe II. Le 19 octobre 1582, le nouveau roi du Portugal lui concéda un privilège pour deux ans seulement62. Ce ne fut qu’en 1583, après avoir renoncé à la pension que la reine Catherine avait accordée au poète et à sa femme63, que Corte-Real obtint une pension annuelle de cent mille réaux64. Les aléas et la longueur de cette négociation semblent montrer que Corte-Real ne fut ni le traître à la solde de Philippe II, ni le poète de propagande auquel certains lecteurs ont hâtivement voulu le réduire. Au demeurant, le discours d’union entre l’Espagne et le Portugal tenu dans la Victoire de Lépante est difficilement comparable à ceux qui faisaient directement l’éloge de Philippe II (d’un Luis Franco Lusitano65 ou d’un Francisco de Andrade66), ou encore à ceux qui justifiaient l’invasion du Portugal par Philippe II en 1580, pour renforcer le prestige international de l’Espagne et garantir la rentabilité accrue d’un commerce ibérique mondial67.

  • 68 « Se nel ottavo ciel tante memorie, / tanti splendor’ trofei di stelle ardenti, / immortal’ fede a (...)
  • 69 La date de son arrivée, entre 1578 et 1582, n’est pas connue avec certitude. La présence de ce poèm (...)
  • 70 Conestaggio, Dell’unione del Regno di Portogallo alla Corona di Castiglia.
  • 71 Sur l’interdiction du livre de Conestaggio, voir Kagan, 2004, pp. 41, 42 et 47. Le texte circula po (...)
  • 72 Hélio Alves indique un poème de André Falcão de Resende, daté de 1577 et adressé à Corte-Real, où i (...)
  • 73 Voir Corte-Real, « Oitavas de um poema sobre D. Sebastião ».
  • 74 Friedlein (2010, p. 170) évoque ces différents points pour définir le Naufrage de Sepúlveda comme u (...)
  • 75 L’expédition de Mir Ali Beg et de ses troupes turco‑ottomanes contre des possessions portugaises d’ (...)

54La position de Corte-Real après 1580 achève de démontrer cette distance vis-à-vis de la monarchie espagnole. En 1578, la Victoire de Lépante fut publiée à Lisbonne avec un sonnet d’éloge signé par Girolamo di Franchi Conestaggio68. Ce marchand génois, connu à Anvers comme membre de l’académie des Confusi sous le nom d’Attonito, venait de s’installer à Lisbonne69. Quelques années plus tard, il serait l’auteur de L’union du royaume de Portugal à la couronne de Castille70, une histoire de l’invasion du Portugal si critique à l’égard de Philippe II et de la noblesse portugaise qui s’était ralliée à sa cause qu’elle serait bientôt interdite en Espagne71. Or, les reproches qu’il y adressait aux nobles portugais, incapables de détourner Dom Sébastien de son projet de conquête du Maroc et de garantir l’indépendance du Portugal, peuvent être comparés à ceux que Corte-Real formula dans un texte probablement contemporain. Plusieurs indices permettent en effet de supposer qu’au moment de la bataille d’Alcazar Kébir, Corte-Real était en train de composer une nouvelle épopée sur le jeune monarque72. Corte-Real déplore, dans une série d’octaves connues par une publication tardive, l’événement qui conduisit à la perte de l’indépendance du Portugal73. La dernière épopée de Corte-Real ne célèbre pas non plus l’avènement d’une ère nouvelle. Bien au contraire, elle multiplie les signes de la clôture. La mort successive de tous les membres de la famille de Manuel de Sepúlveda et de Lianor de Sá reflète la tragédie nationale que vit le Portugal. L’échec du voyage de retour de Manuel et de Léonore est aussi celui du retour de la Carreira da Índia — par opposition à l’aller triomphant et prometteur de Camões. Cet échec de la circulation entre les colonies et le royaume accompagne celui de la dynastie d’Avis et de la noblesse portugaise à la bataille d’Alcazar Kébir. Corte-Real consacre en effet deux chants à l’histoire du royaume, dans un épisode merveilleux où un vieux sage révèle à Pantaleão de Sá, cousin de Léonore, les futures disgrâces du Portugal représentées par des sculptures et peintures cachées au fond d’une grotte. Au chant XIII, il dresse un catalogue des rois du Portugal, depuis Alfonso Henriques (Alphonse Ier) jusqu’à Dom Sebastien. Au chant XIV, il offre à son lecteur un récit circonstancié de la déroute d’Alcazar Kébir74. Avec la mort du roi, les allusions à l’histoire du royaume s’arrêtent et l’épisode prend fin. Les événements postérieurs à ce désastre rapportés dans le poème sont tous relatifs à l’histoire des colonies75. Le silence complet ainsi gardé sur l’arrivée de Philippe II au Portugal ne peut manquer d’être délibéré. Or, la rédaction du poème s’acheva après 1586 et occupa donc probablement les années qui séparèrent la montée sur le trône de Philippe II et la mort du poète, à l’époque où ce dernier reçut le plus d’attention et de rétributions de la part du roi d’Espagne. Son gendre, António de Sousa, ne chercha pas non plus à tirer parti du poème auprès du roi d’Espagne. Au contraire, il en dédia la publication au duc de Bragance, fils de la prétendante au trône du Portugal, Catherine de Bragance, et père du futur Jean IV, qui monterait sur le trône au moment de la Restauration de la monarchie portugaise en 1640. Si cette démarche ne saurait être attribuée à Corte-Real lui-même, on peut y voir la preuve de ce que le poème s’y prêtait déjà.

55Ainsi, l’union de l’Espagne et du Portugal à travers une alliance militaire est un enjeu central du poème et de la démonstration politique que prétend mener Corte-Real. Il faut distinguer cette première phase argumentative de la position politique du poète, dont nous avons pu observer les nuances dans ce moment historique complexe que fut la montée sur le trône du Portugal de Philippe II. À la fin de sa vie, et au moment où il aurait pu le plus facilement en tirer parti, Corte-Real ne fut pas le chantre de Philippe Ier du Portugal.

III. — L’invasion du Portugal, sujet heroïque et dernier souffle de La Araucana

56Ercilla donne à la matière portugaise une place de choix dans la Troisième partie de la Araucana, composée après l’union des couronnes. À l’issue de l’exécution de Caupolicán et du récit de l’expédition d’Ancud — l’interpolation des chants XXXV et XXXVI — Ercilla coupe court au discours que Colocolo allait adresser aux Araucans, et se détourne d’une « matière qui jusqu’à ce point était nécessaire » (AR III, XXXIV, 44, v. 8). Ravivant sa « voix faible et épuisée », il la porte vers « notre pôle » (XXXIV, 44, vv. 7 et 5). Le dernier chant du poème est en effet consacré à la crise de succession au trône du Portugal, présentée, à l’image de la guerre araucane, comme une rébellion des Portugais contre leur souverain légitime. Ce dernier épisode européen du récit constitue un ultime parallèle‑différence par lequel le poète achève de condamner la gestion du conflit araucan par les Espagnols et interroge la pertinence des guerres araucanes comme sujet héroïque.

  • 76 Medina, 1918b, « Carta de Ercilla a cierto personaje cuyo nombre no consta, dándole noticias de suc (...)
  • 77 Medina, 1916, pp. 146‑160.
  • 78 Le romance « A los veintidós de julio » correspond au contraire à des batailles vécues par Ercilla (...)
  • 79 Voir l’ouvrage fondamental de Aquila, 1973, complété par Martínez, inédite, pp. 256‑319, ainsi que (...)

57Ercilla avait suivi de près la crise de succession ouverte par la mort de Dom Sébastien76 et participé à la bataille des Açores avec les troupes du marquis de Santa Cruz, reprenant ainsi les armes pour la première fois depuis son retour du Chili77. Ce n’est cependant pas sur les événements dont il fut le témoin que porte le dernier chant de La Araucana mais sur les premiers moments du conflit et sur la légitimité de Philippe II comme prétendant au trône du Portugal78. À ce titre le chant XXXVII offre peu de prise pour une comparaison avec les combats contre les Araucans, contrairement aux batailles de Saint-Quentin ou de Lépante. C’est plutôt sur les aspects juridiques de la guerre du Portugal qu’Ercilla attire l’attention de son lecteur. L’illégitimité de la rébellion portugaise contre la couronne d’Espagne, la légitimité de Philippe II à prétendre au trône du Portugal et la justice dont il fit preuve dans la gestion du conflit sont successivement démontrées. Ces différents points ont été étudiés par des spécialistes de droit79. Je me bornerai ici à resituer dans l’ensemble du texte ce discours sur la justice royale à l’occasion de l’invasion du Portugal. Le parallèle avec le reste du poème réside dans les notions politiques qui y sont explorées : la rébellion, le châtiment et la clémence.

  • 80 « Que no es virtud, mas vicio y negligencia […] / el no curar […] / mas no con tal rigor que la cle (...)

58Au chant I, Ercilla affirmait que le succès de la rébellion des Araucans avait été permis par le retard avec lequel le gouverneur avait entrepris de châtier les rebelles (« Principio fue del daño no pensado / el no tomar Valdivia presta emenda », AR I, I, 72, vv. 1-2). Le prologue du chant IV revient sur la nature de ce « châtiment exemplaire » espéré au chant I (I, 72, v. 3) et sur les conditions de son exercice. La clémence du gouvernant, nous dit Ercilla, doit aller de pair avec sa capacité à punir à temps les coupables, car « la blessure qui n’est pas soignée dès ses débuts, / suppose en définitive le plus âpre des remèdes » (IV, 1, vv. 7-8). La syntaxe de ce prologue, qui oppose à plusieurs reprises la clémence et la justice et les nuance l’une par l’autre, révèle cependant la difficulté du poète à déterminer précisément les proportions dans lesquelles doivent être appliquées les deux attitudes80. En dernière instance, Ercilla semble subordonner le correct ajustement de ces deux variables à leur exercice par le roi, puisque les dysfonctionnements de la justice se multiplient en son absence (« a donde falta el Rey sobran agravios », AR I, IV, 5, v. 8).

  • 81 Martínez, inédite, pp. 303‑304.
  • 82 Ercilla utilise la métaphore équestre de la bride et du mors infligés au Pérou : « Así enfrenó el P (...)

59Ces considérations théoriques trouvent une application dans le châtiment infligé par surprise aux encomenderos péruviens par le nouveau vice‑roi du Pérou Andrés Hurtado de Mendoza dans la première partie du poème. Ce dernier manie avec succès l’audace et la dissimulation : par ruse, il cache d’abord ses intentions punitives, pour que les coupables révèlent eux-mêmes leurs fautes (AR I, XII, 76-77, 81, 86)81. La dureté du châtiment qu’il impose ensuite provoque une terreur suffisante pour « brider » définitivement le Pérou82. Conformément aux déclarations théoriques d’Ercilla, le rapport au roi est essentiel dans l’exercice de la justice par le marquis : il collecte au nom du roi les contributions détournées par les particuliers  (AR I, XII, 85) et porte avec succès sa « voix » dans le rétablissement de l’ordre (XII, 93). Dans ces deux passages de la première partie de La Araucana, Ercilla montre donc, par contraste, que l’on a trop tardé à réprimer la rébellion araucane.

60Le dernier chant de la Troisième partie achève cette démonstration. Dans le cas de la guerre du Portugal, la gestion du conflit et le correct exercice de la clémence et du châtiment sont garantis par Philippe II. En présentant le conflit luso-espagnol comme une révolte, Ercilla pose habilement et a priori la légitimité des prétentions du monarque espagnol au trône du Portugal. En souverain légitime, c’est à lui qu’incombe la décision juste de réprimer la rébellion :

Y pues del Rey, como cabeza, pende
el peso de la guerra y grave carga,
y cuanto daño y mal de ella depende,
todo sobre sus hombros solo carga,
debe mucho mirar lo que pretende
y, antes que dé al furor la rienda larga,
justificar sus armas prevenidas,
no por codicia y ambición movidas.

(AR III, XXXVII, 13, fo 423vo)

61Parce qu’il est responsable des maux causés par la guerre, le roi ne saurait la déclarer par cupidité ou par ambition. Ercilla consacre quinze octaves au subtil arbitrage entre clémence et fermeté — la première tempérant la seconde — qui permet à Philippe II d’agir justement. Par clémence, il a laissé aux rebelles le temps de recouvrer la raison, d’examiner ses légitimes prétentions au trône et d’abandonner leur projet de rébellion. C’est l’obstination dont ils font preuve qui impose finalement de les punir. L’usage de la violence dans la répression de la rébellion se trouve ainsi légitimé :

No manchará esta sangre su clemencia,
sangre de gente pérfida enemiga,
que si el delito es grave y la insolencia,
clemente es y piadoso el que castiga.
Perdonar la maldad es dar licencia
para que luego otra mayor se siga;
crüel es quien perdona a todos todo,
como el que no perdona en ningún modo.

(AR III, XXXVII, 19, fo 424vo)

  • 83 Voir Choi, 2019, à propos du texte d’Ercilla et Valladares, 2000, déjà cité, pour une lecture histo (...)

62Philippe II se serait même rendu coupable en laissant impunie une si grande insolence. Les morts portugais, d’après Ercilla, ne sauraient donc maculer la vertu de clémence dont il est paré. Ils montrent au contraire la grandeur du roi dans sa décision. La clémence et la prudence du monarque constituent à ce titre un contrepoint à l’avidité de Valdivia et à son incapacité à punir la rébellion araucane. Comme le montre le récit de la bataille de Saint-Quentin, au chant XXIV, une guerre européenne menée par le roi en personne offre un correctif aux excès et aux manquements des soldats qui le représentent au Chili. C’est, du moins, ce que suggère la partie théorique du débat sur l’invasion du Portugal. Imogen Choi note en effet avec finesse qu’Ercilla interrompt l’épisode au moment où devrait commencer le récit de l’invasion militaire du royaume. Une mise en pratique où la gestion des attitudes opposées de fureur guerrière et de clémence laissa largement à désirer83.

63Cette fois, pourtant, le poète accroît la portée du parallèle‑différence : si le début du chant exploite le parallèle sur le plan politique, la suite le porte dans le champ de la poésie. L’invasion du Portugal, plus juste et plus réussie, est par là même plus héroïque que la guerre d’Araucanie et constitue un sujet plus approprié pour une épopée sur l’histoire récente. Le récit de la guerre de succession du Portugal s’arrête en effet à la mort du cardinal Dom Henrique, dernier souverain de la famille d’Avis (AR III, XXXVII, 60). Au moment où l’invasion militaire du Portugal doit commencer, Ercilla interrompt son récit pour interroger la qualité poétique des événements rapportés jusqu’ici. Tout en renonçant à poursuivre le sujet qu’il vient d’engager, le poète en montre la supériorité. Tout en mettant en doute sa propre capacité à chanter ce nouvel événement, il y reconnaît pourtant un sujet parfaitement équilibré entre batailles terrestres et navales (AR III, XXXVII, 62, v. 8), où sont présentes les vertus guerrières absentes du conflit araucan : la justice, la clémence, la grandeur, la libéralité et la magnanimité (XXXVII, 63). Ercilla appelle ainsi de ses vœux les chants de nouveaux poètes sur cette matière. Philippe II leur en fournit l’occasion :

… pues Felipe les da materia llena
y un campo abierto, fértil y espacioso;
que la ocasión y coyuntura buena
vale más que el trabajo infructuoso,
trabajo infructuoso como el mío,
que siempre ha dado en seco y en vacío.

(AR III, XXXVII, 65, vv. 3-8, fo 432ro)

  • 84 Medina, 1916, pp. 179‑195.
  • 85 Nicolás Espinosa et Francisco Garrido de Villena l’avaient pratiquée tous deux dans leurs poèmes. V (...)
  • 86 AR III, XXXVII, 71, vv. 4 et 8 et 76, v. 8.
  • 87 Pour une mise en perspective de cette marque de l’« inaccomplissement du récit épique » dans l’ense (...)

64La présence du roi, garante de justice et de succès dans le conflit, est aussi le gage de la supériorité poétique du sujet héroïque. À l’issue du poème, Ercilla invite son lecteur à réévaluer le conflit araucan de ce point de vue. Il souligne, par l’anadiplose de l’expression « trabajo infructuoso » (travail infructueux), le maigre bilan qu’il tire de son entreprise poétique. Les images de la sécheresse et du vide en soulignent la stérilité, que le poète conçoit en termes de rémunération. José Toribio Medina a interprété ces vers comme une allusion d’Ercilla à sa pauvreté dont il se plaindrait au roi, qtout en soulignant que les finances du poète n’ont jamais été aussi prospères qu’à la fin de sa vie84. Cette contradiction disparaît dès lors que l’on envisage la misère déplorée par Ercilla comme une misère poétique, qu’il attribue à la pauvreté du sujet choisi. Les octaves qui suivent présentent en effet un résumé de son parcours où il récapitule, à la manière d’une probanza de servicios, les services rendus à son roi, en Europe et en Amérique, depuis l’époque où il fut page jusqu’à la fin de sa vie (AR III, XXXVII, 66-70), redoublant ainsi en partie le récit biographique par lequel il concluait l’épisode de l’expédition d’Ancud (XXXVI, 40‑41). Il y ajoute un long développement qui lie son retour en Europe, l’aboutissement de sa carrière au service du roi et la fin de son texte, à travers la métaphore, inversée en échec, de l’arrivée du poète à bon port85. Ercilla développe ainsi l’image d’un véritable naufrage de son texte et de son parcours de poète qui le mène à la dissolution de la parole poétique dans les larmes. Il « rame toujours à contre-courant », son « bateau fatigué » reste loin du port, son « chant » se change en « larmes »86. Le naufrage du poète plonge dans le silence le texte qui s’éteint, laissant en suspens tant la guerre d’Araucanie que celle, prometteuse, du Portugal, qui reste réservée à « un autre génie, une autre voix et d’autres accents » (XXXVII, 73, v. 8). Pourtant, dans cette conclusion paradoxale, le Portugal est à la fois sujet épique supérieur, sujet désiré mais sujet évité par Ercilla qui le saisit tout juste comme prétexte pour s’extraire du conflit sans solution dans lequel il est engagé en Araucanie87. L’ultime détour de La Araucana par le Portugal, dans le dernier chant, est donc loin d’être gratuit : il fonctionne comme un dernier contrepoint aux guerres cruelles et inhumaines du Chili, à condition toutefois d’en rester à la surface juridique du débat. En ce sens, il n’est pas étonnant qu’Ercilla n’ait pas prolongé le récit de l’invasion du Portugal. Son propos n’était pas d’en faire le récit héroïque mais bien d’offrir par ce biais un contraste édifiant avec le conflit chilien, qu’il place sur le plan juridique et qui élève sa démonstration à une traduction conceptuelle de ce qui était auparavant énoncé en termes narratifs.

 

  • 88 L’ensemble de ces conclusions génériques a été exposé de façon synthétique dans Plagnard, 2016b.

65Une lecture des poèmes de Corte-Real et d’Ercilla attentive à la cohérence de chacune de leurs démonstrations permet d’aboutir à une série de conclusions essentielles à la compréhension de l’épopée imitative de la Renaissance. Cette épopée imitative produit du travail épique, c’est-à-dire qu’elle mène, dans son récit de l’histoire récente, une réflexion nuancée sur les guerres engagées pour l’expansion des empires espagnol et portugais. Ce faisant, les poèmes d’Ercilla et de Corte-Real se distinguent nettement du genre et du ton panégyriques pour s’inscrire dans la tradition de l’épopée primaire. La démonstration, par les situations narratives répétées, du cycle de la violence et de la vengeance dans lequel sont engagés les conquérants de l’Amérique et de l’Asie ; ou encore l’impossibilité d’imposer un modèle politique monarchique par la force sont quelques-unes des conclusions communes que les deux poètes livrent à leurs contemporains. Ces démonstrations s’appuient au demeurant sur des outils très proches. Certains sont ceux de l’épopée primaire, comme la polyphonie ou les parallèles que nous avons vus à l’œuvre. Un autre outil, dont nous avons mesuré la puissance et l’opérativité, singularise au contraire ces poèmes : l’imitation, qui leur est propre, et dont nous avons observé les effets à travers le cas particulier mais éminemment révélateur des poèmes de Virgile et de Lucain88.

66Au fil des publications, se dessine par ailleurs dans le corpus une réflexion territoriale conjointe qui lie progressivement les enjeux de la guerre coloniale à ceux de la guerre européenne, voire péninsulaire, parce qu’elle détermine les précédentes. Dans le poème d’Ercilla, c’est par comparaison et par contraste que l’Europe de Saint-Quentin, la Méditerranée de Lépante, et même la péninsule Ibérique de l’invasion du Portugal deviennent des lieux de comparaison à partir desquels mieux penser le conflit auraucan. Dans l’œuvre de Corte-Real, un déplacement complet des enjeux militaires et éthiques s’opère entre le Siège de Diu et la Victoire de Lépante. La guerre contre l’empire turc y est montrée sous la forme d’un affrontement unique, conduit sous la forme d’une trame close et unitaire dont la victoire est la seule issue possible. Le poème déplace ainsi le travail épique de l’affrontement entre deux camps à la définition même du camp des vainqueurs, posant la question de l’union des luttes espagnoles et portugaises contre l’Empire ottoman. Il en résulte une réflexion sur la mondialisation et l’association des deux empires, des deux monarchies et de leurs deux souverains.

67Cette double convergence, dans l’analyse des guerres coloniales et dans l’importance conférée aux guerres méditerranéennes et péninsulaires à partir de la fin de la décennie de 1570, montre que ces textes s’inscrivent dans une histoire commune, qui se joue aussi au plan littéraire et justifie non seulement de circuler au sein de ce corpus, mais aussi d’en proposer une analyse conjointe. Je montrerai dans les chapitres suivants que cette analyse conjointe doit être articulée autour des trois concepts d’émulation, d’épopée dispersée et de patron épique commun, mobilisant de nouveau trois niveaux d’analyse distincts, social, politique et poétique.

Notes

1 Herrera, Relacion et Costiol, Primera parte de la chronica.

2 Braudel, 1949, « Une victoire sans conséquences », pp. 939‑941, pour les conséquences à court terme de la bataille. Pour les conséquences à l’échelle de la décennie de 1570, voir ibid., pp. 942‑982. Sur la peur du péril turc en Espagne, Merle, 2003, pp. 47‑48. Alexandra Merle (2001) a analysé l’impact de la bataille de Lépante sur l’image du règne de Philippe II, en l’opposant à celui du désastre de l’Invincible Armada. Matteo Lefèvre (2005, pp. 97‑123) a montré que l’événement avait été perçu comme « apocalyptique », comme une révélation et un signe de rénovation de l’histoire. Sur les célébrations iconographiques de la victoire, voir García Bernal, 2007. Sur la réception de la bataille de Lépante en Toscane, signalons la récente thèse de Ostrovsky-Richard, inédite.

3 « Je me déterminai […], en voyant que les fumées de la discorde de la Chrétienté l’avaient plongée dans une affliction perpétuelle, à faire un discours sur la façon dont les Turcs parvinrent de la bassesse la plus vile à la grandeur impudente dans laquelle nous les voyons aujourd’hui par la faute de nos querelles, comme on le verra dans cet ouvrage » (Arroyo, Relacion del progresso, fo non num.).

4 Cette chronique reprend un manuscrit anonyme daté de 1576, mis au jour par Julio Guillén Tato (éd.), 1971, qui semble lui-même être une traduction adaptée d’une importante chronique italienne (Sereno, Commentari della guerra di Cipro). J’ai formulé l’hypothèse de cette filiation, qui mérite de plus amples vérifications, dans Plagnard, 2012b, pp. 129‑130.

5 « … il me parut nécessaire de faire cette Compilation, où tu verras [lecteur] longuement rapportée la perte de ce royaume appelé Chypre, avec la chute de ses villes populeuses Nicosie et Famagouste. Et pour que la tristesse que cette calamité pourrait te provoquer soit dissipée par quelque tien contentement, tu verras ensuite le récit curieux de la concorde de la Ligue entre les princes chrétiens, par laquelle ces derniers vainquirent la plus puissante armada turque que l’on ait jamais vue, et par laquelle ils remportèrent la plus insigne gloire et la plus grande victoire que l’on puisse lire chez les historiens. Au cours de cette histoire, tu trouveras des choses très singulières qui te donneront grand contentement et t’inciteront, si telle est ton intention, à y prendre part en d’autres occasions où tu puisses remporter louanges et récompenses comme il est arrivé à ceux qui prirent part à semblable victoire. Tu verras aussi dans ce livre la perte de La Goulette et du fort de Tunis, pour qu’ainsi lisant l’un et l’autre tu voies comment notre Seigneur Dieu donne toujours plus à ceux qui combattent pour lui que ce que leur ôte la fortune adverse » (Torres y Aguilera, Chronica y recopilacion, fo iiiivo).

6 Vilà, 2001, pp. 555‑601.

7 Voir sur ce point la synthèse de Pozuelo Calero, 2014.

8 « Después que la crüel Alecto vido / al Turco en mar de furias engolfado, / por una oscura boca al tenebroso, / oscuro y triste Reino se abalanza. / La pestífera furia ya sumida, / cielo y tierra alegró con su ausencia, / va por el cenagoso lago Estígeo [sic (estigio)] / al Reino de dolor y llanto eterno » (VL, III, vv. 277‑284, fo 40ro).

9 Plagnard, 2012b.

10 Alexandra Merle résume ainsi le discours de Vasco Díaz Tanco de Frejenal (Libro titulado Palinodia de la nefanda y fiera nación de los Turcos, Orense, s. e., 1547) sur Sélim Ier : « Au total, la cruauté de Sélim — dont l’auteur prend soin de préciser qu’elle fut rarement gratuite — est contrebalancée par des qualités essentielles qui sont celles du parfait chevalier chrétien, et, au-delà, du parfait gouvernant » (Merle, 2003, p. 165). Voir aussi les chapitres « Sélim Ier: l’éveil de la peur » (ibid., pp. 17‑18) et « Le portrait moral du sultan, reflet de la grandeur de la grandeur de l’Empire » (ibid., pp. 165-166).

11 « ¡Ay de tu alma triste, que rompiendo / el mortal velo irá do no hay reposo, / do se niega el placer, do siempre viven / en tormento, en dolor, en llanto eterno! » (VL, V, vv. 37-40, fo 68ro).

12 Voir Bicheno, 2003, pp. 203‑223.

13 « De Negroponto salen juntamente / […] con viento / favorable, a Corfú y a Candia siguen. / De Petimo, Picorno y Bastia llevan / ochocientos cautivos miserables. / El mesmo estrago y daño hacen al Zante, / no dejando sin mal Cefalonía » (VL, V, vv. 41, 44‑48, fo 68ro-vo) ; « Al primero lugar, luego al segundo, / tercero, cuarto, quinto y sexto abrasan, / con sed rabiosa y con furor insano / a cuantos hallan privan de la vida » (V, vv. 65-68, fo 68vo).

14 Deux histoires font autorité sur la bataille de Lépante : Bicheno, 2003, qui propose des chronologies détaillées de la bataille, et Barbero, 2011, qui a fait une part plus grande aux sources turques et vénitiennes. Signalons aussi la contribution plus modeste, mais abondamment illustrée de cartes, de Konstam, 2003, et le récit du point de vue ottoman de Lesure (éd.), 1972. Sur les aspects stratégiques de la bataille, l’importance de l’artillerie et du maniement des galères pour la victoire chrétienne, Guilmartin, 2003.

15 Herrera attribuait ainsi au seul Don Juan la décision d’affronter le Turc (chap. xxiv, p. 344). Corte-Real reprend ce passage au chant XII (vv. 80‑90), juste avant le combat. Don Juan joue un rôle essentiel face aux autres chefs de la Ligue, surtout face au Vénitien Veniero (VL, XII, vv. 465‑472), et il se soumet avec confiance à la volonté divine (« … segura / animosa y cristiana confïanza » [vv. 451‑452], « que enviado / fue por la mano de Dios a tal empresa » [vv. 481‑452], « La batalla tenemos en las manos / y de ella nos dará Dios la victoria » [vv. 487‑488]).

16 Pour une reconstitution historique de l’ordre des galères, voir Bicheno, 2003 pp. 31‑41. Sur le motif épique de la parade, voir Quint, 1993, p. 31. Plusieurs autres catalogues des troupes chrétiennes, jusqu’au triomphe final, maintiennent cette image d’ordre victorieux.

17 Ces deux scènes imitent l’Énéide, VIII, vv. 370‑453 et 608‑615 successivement.

18 Voir la description de la descente de Vulcain dans son antre, VL, VI, vv. 193‑220 et Énéide, VIII, vv. 416 438.

19 On comparera utilement sur ce point le chant VI de la Victoire de Lépante, vers 242-264 et le chant VIII de l’Énéide, vers 444-453.

20 La fonction illocutoire du langage désigne ce qui « s’accomplit par l’usage même de la parole », selon la définition du Trésor de la langue française (http://www.cnrtl.fr/definition/illocutoire). Voir Austin, 1970. L’idée d’un pouvoir illocutoire de l’exemple se trouve chez Quintilien, Institutio Oratoria, II, 4, 20 : « … de plus, s’aquiert par là une riche connaissance des choses, qui munit l’élève d’exemples — moyen très puissant dans tous les genres de cause… » (Quintilien, 1979, p. 41). João de Barros prône lui aussi la force de l’exemple de l’historiographie par rapport à l’enthymème philosophique dans le prologue de la Tercera década da Ásia. Voir sur ce point Alves, 2001, pp. 114‑116.

21 Les îles Échinades, appelées « Curzolares » par les Vénitiens, sont situées en enfilade le long de la côte grecque, entre la baie d’Astakos et l’embouchure du golfe de Lépante. À l’extrême-sud de l’archipel se dresse Oxia, l’île la plus haute (elle culmine à 421 mètres d’altitude), située en face d’une montagne sur la côte. Ces deux points culminants (« … dos peñascos que amenazan / con altura intratable las estrellas », VL, XII, vv. 213‑214) protègent la côte des intempéries et fournissent au poète le théâtre idéal pour placer la « demeure de […] Protée » (« Morada era de Proteo », XII, v. 221).

22 « … lo que repartió [la fortuna] por muchos otros, / a tu solo valor ha reducido » (VL, XII, vv. 247‑248, fo 148ro), « todas las hazañas sucedidas / las dejarás en olvido y sombra oscura » (XII, vv. 287‑288, fo 158vo).

23 La mort d’Ali Pacha ne fut connue par la flotte chrétienne qu’avec un important retard. Voir García Bernal, 2007, p. 207. Le flou qui l’entoure a donné lieu à nombre de spéculations et versions différentes, amplement exploitées par la tradition épique. Jerónimo Costiol en offre la version la plus théâtrale : « El vencido Alí, cuando la muerte vio presente a sus ojos, alzó la voz lo que para las últimas palabras de su vida se le consintió […] desechó todo su reparo y presa su persona le fue cortada la cabeza, abatidos los estandartes y la galera sujeta a la Católica insignia » (Costiol, Primera parte de la chronica, livre II, chap. xix, fo I2). Marco Antonio Arroyo apporte une série de précisions qui se retrouvent assez généralement dans les textes d’histoire et de poésie : un coup de feu préalable, l’introduction d’un protagoniste particulier pour la décapitation, et la réception de la tête d’Ali par Don Juan sont trois éléments de la version la plus répandue (Arroyo, Relacion del progresso, chap. viii, fo 64). Jerónimo de Torres y Aguilera parle même d’une cassette pleine de bijoux, que le Pacha aurait jetée à la mer en voyant sa fin approcher… (Torres y Aguilera, Chronica y recopilacion, fo 70).

24 Blanco, 2014, p. 41.

25 « El amarillo gesto de una sombra / mortal y denegrida trae cubierto, / y los turbados ojos espantados, / algún tanto transidos y sangrientos, / rebujada la barba, en el semblante / mostrando profundísima tristeza » (VL, X, vv. 169‑174, fo 135ro-vo). On trouve une description très semblable dans le Siège de Diu, lorsque Manuel de Lima fait couper les mains au seul survivant du lieu dit « Abexim » pour qu’il porte à son peuple l’effroyable nouvelle de la venue des Portugais. Le personnage est décrit en ces termes : « Tremendo e sem figura vinha o triste, / atónito, pasmado, sem sentido. / Tal vinha como aquele a quem fantasma / apareceu de noite, com figura / horrenda, pavorosa, e assombrado / fica, com mortal cor da visão fera… » (SCD, XVI, vv. 154-159, p. 286). Il s’agit bien, dans les termes poétiques de Corte-Real, de la victime d’une violence illégitime. Voir Blanco, 2014 et Énéide, II, vv. 268‑298.

26 Voir ce volume, chapitre v.

27 « Era cosa de ver, aunque espantosa, / los truenos de salitre y vivo azufre » (VL, XI, vv. 125‑126, fo 140ro), « … dieron fuego a la mina (ay vista triste, / a nosotros oscura y miserable) » (XI, vv.407‑408).

28 L’introduction (VL, XI, vv. 1-14) reprend textuellement celle de l’épisode du chant II, vers 3-13 de l’Énéide.

29 Quint, 1993, pp. 50‑53.

30 Cette première ligue, formée en 1570, aurait dû secourir Nicosie et Famagouste. En rebroussant chemin, faute d’accord entre les puissances qui la composaient, par crainte de l’arrivée de l’hiver et à l’annonce de la chute de Nicosie, elle avait abandonné Famagouste aux mains des Turcs. Voir Bicheno, 2003, pp. 180‑202 ; et Barbero, 2011, pp. 276‑290.

31 Voir Plagnard, 2018a.

32 SCD, XVI, vv. 358-380 ; Pharsale, VII, vv. 763-783. Voir ce volume, chapitre v.

33 Cristóbal López, 1993.

34 Arroyo, Relacion del progresso, fo 86 et Torres y Aguilera, Chronica y recopilacion, fo 79ro-vo. Voir Marías, 2007-2008.

35 « Pulcrior Ausonio nunquam surrexerat orbi / Ulla dies. Roseo vultum suffusa rubore / Phebeos frenabat agens Aurora iugales ; / Letior ipse quidem solito et formosior acres / Imperiis urgebat equos, iam lumine Romam / Appenninigene spectans de uertice silue. / Conveniunt proceres, portis ruit obvia turba. Sexus uterque frequens, etas se proripit omnis, / Omnis honor omnisque gradus : substernitur auro / Omne solum et variis resplendent pulpita gemmis. / Purpura per vicos sparsa est et purpura tectis / Obtentu factura viris victoribus umbras » (« Jamais journée plus magnifique ne s’était levée en Ausonie. L’Aurore au visage incarnat conduisait en les modérant les coursiers de Phébus et lui‑même, plus radieux que d’habitude, pressait de ses ordres les chevaux fougueux, en voyant déjà Rome de la cime des forêts de l’Apennin. Les patriciens se rassemblent, une foule nombreuse de tout sexe se bouscule devant les portes, tous les âges se précipitent, de tout rang et de toute condition : le sol est entièrement recouvert d’or et les estrades resplendissent de pierres précieuses de toute sorte. La pourpre jonche les rues, des voiles de pourpre son tendus pour servir d’abri ombragé aux soldats victorieux », Petrarca, 2002, Africa, IX, vv. 325-336, pp. 436‑437).

36 Pétrarque présentait les Romains comme des esclaves libérés par leur sauveur Scipion : « Hinc illinc Romana acies erepta nefando / Seruitio letumque canens ex more triumphum / Concelebrat, nequeuntque oculos satiare uidendo / Seruatore suo » (« De part et d’autre, l’armée romaine, arrachée à un funeste esclavage, célèbre en chantant selon l’usage l’heureux triomphe, et les soldats n’arrivent pas à rassasier leurs yeux du spectacle de leur sauveur », ibid., IX, vv. 372-375, pp. 138‑141).

37 Paquette, 1988.

38 « En son troisième niveau, enchâssé dans les deux précédents, se révèle ce que l’épopée a pour ultime fonction de faire apparaître dans la culture : l’exaltation de l’individualité héroïque à travers la problématique relation que le héros titulaire entretient avec une sorte de “double”, un autre lui‑même, cette relation étant révélatrice à son tour d’une crise survenant à même la conscience du personnage » (Paquette, 1988, p. 31).

39 Alves, 2018.

40 Si les premiers exploits rapportés, avec la prise de Grenade par Gonzalo Fernández de Córdoba, ont plutôt à voir avec des guerres péninsulaires, les derniers sont des victoires espagnoles en Afrique du Nord.

41 On y trouve Miltiade (VL, IX, vv. 295‑302), vainqueur du Perse Dario Ie à Marathon en 490 av. J.‑C., Thémistocle (vv. 311‑314), vainqueur de la bataille de Salamine face à Xerxès en 480 av. J.‑C., Agesilas (vv. 316‑322) roi de Sparte, vainqueur du Perse Tissapherne vers 396 av. J.‑C., Philippe de Macédoine (vv. 323‑326), vainqueur de Darius en 333 av. J.‑C., Caius Marius (vv. 327‑334), vainqueur des Cimbres, peuple germano-celte du Nord de l’Europe, en 101 av. J.‑C., et Scipion l’Africain (vv. 335-338) vainqueur des Carthaginois à Zama en 202 av. J.‑C. Voir Álvaro Alonso, 2009. Bien que n’étant pas située en Asie, Carthage est un symbole de l’au‑delà asiatique de la Méditerranée.

42 Dom Francisco de Almeida (1505‑1509, VL, IX, vv. 379‑394), Afonso de Albuquerque (1509‑1515, vv. 395‑414), Nuno da Cunha (1529‑1538, vv. 415‑423), Henrique de Meneses (1524‑1526, vv. 431‑438), João de Castro (1545‑1548, vv. 443‑454) et Luís de Ataíde (1568‑1571, vv. 463‑498).

43 Duarte Pacheco Pereira (vv. 363‑378), António da Silveira (vv. 423‑430), João de Lima et un membre de la famille Mascarenhas (vv. 439‑442), Dom Constantino de Bragança (vv. 455‑463).

44 Álvaro Alonso, 2009, p. 483.

45 Figueiredo (1987, pp. 374‑375) parlait avec beaucoup de mépris de toute l’œuvre de Corte-Real et ne mentionnait la Victoire de Lépante que pour souligner sa rédaction en castillan, qui illustrait selon lui la coexistence de « nationalisme et de castellanisme » dans les sentiments identitaires du poète. Manuel Lopes de Almeida, bien qu’il fût un des premiers à reconnaître la valeur littéraire de l’œuvre de Corte-Real, ne put réprimer la répulsion profonde que lui inspirait cette épopée en castillan : « Elle n’est pas incluse dans cette édition car il ne s’agit pas d’une œuvre littéraire portugaise, bien qu’elle ait été écrite par un Portugais… quoique de sentiments peu authentiques » (Corte-Real, 1979, p. XXIV). Martim de Albuquerque, dans son édition du Siège de Diu, continuait d’insister sur ce point, en des termes toujours nationalistes qu’il jugeait sans doute plus favorables au poète (Corte-Real, 1991).

46 Cette première hypothèse mène José Miguel Martínez Torrejón (2005 et 2007) à une autre. Accompagné peut-être de Corte-Real lui-même, le manuscrit aurait ainsi voyagé avec les envoyés officiels de Dom Sébastien chargés de convaincre Philippe II d’envoyer une aide militaire à son neveu, à l’été 1576. J’ai déjà montré que le manuscrit voyagea vraisemblablement à l’automne et que Jerónimo Corte-Real ne l’accompagna pas en Espagne.

47 Je suis ici le texte du manuscrit.

48 La négociation de Philippe II avec les élites portugaises, qui se concrétisa en 1581 avec le pacte de Tomar et l’incorporation du Portugal à la couronne espagnole sur le modèle de l’association entre la Castille et l’Aragon, a fait l’objet de nombreuses études. Voir en priorité Bouza, 1987 ; Elliott, 1991 ; Valladares, 2000 et Id., 2008 ; Schaub, 2001 ; Cardim, Costa, Cunha, 2013 ; et Bouza, 2000. Sur les élites portugaises dans la monarchie hispanique, voir Id., 1996. Sur les poètes portugais qui mirent leur plume au service de la monarchie espagnole, Id., 2011.

49 L’ensemble de cette négociation fait l’objet d’un article en préparation qui réunira l’intégralité du corpus.

50 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 2ro.

51 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 2ro.

52 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., lettre de Cristóbal de Moura à Gabriel de Zayas, 15 février 1580.

53 AGS, Estado, leg. 402, doc. non num., fo 1ro, lettre de Cristóbal de Moura à Gabriel de Zayas, 14 avril 1580.

54 Pour Philippe II, Corte-Real et sa famille cherchent plutôt à sauver leur situation qu’à travailler à son service : « A lo que aquí se sospecha, los Corte Reales hacen esta diligencia, temiendo lo que les puede venir, y querrían tener cerca un pariente que los libre del trabajo y aprieto que se les acerca, y que de aquí procede darle tanta prisa, pues si quisiesen tratar de lo que cumple a mi servicio, hallándoos vos ahí, no habían menester tercero » (« D’après nos soupçons, les Corte-Real nous sollicitent par crainte de ce qui pourrait arriver, et ils voudraient avoir auprès d’eux un parent qui puisse les secourir des peines et des difficultés qui s’annoncent pour eux. C’est pour cette raison qu’ils sont si pressés, car si leur intention avait été de s’informer de ce qui touche à mon service, puisque vous vous trouviez là, ils n’auraient pas eu besoin de faire intervenir un tiers », AGS, Estado leg. 425, doc. non num., fo 2ro, lettre de Philippe II au duc d’Albe, 30 juillet 1580, reproduite dans Fernández de Navarrete, 1842, t. XXXV, p. 54, no 193).

55 AGS, Estado, leg. 408, doc. non num., fo 1ro, lettre de Rodrigo Vázquez à Philippe II, 14 février 1580. On peut s’étonner de ce que le secrétaire l’ait transmise à Philippe II parmi les courriers « suspects ».

56 AGS, Estado, leg. 408, doc. non num., fo 5ro, lettre de Rodrigo Vázquez à Philippe II, 1er juin 1580. Une autre lettre de Rodrigo Vázquez à Philippe II, non datée, mentionne encore les contacts entre Pedro Ribera et Corte-Real (AGS, Estado, leg. 408, doc. non num.).

57 « Je me suis entretenu avec le seigneur Pedro de Ribera et j’ai considéré les raisons qu’il m’a fait voir de vos actions où j’ai clairement reconnu la justice de sa Majesté, que je respecterai et pour laquelle je mourrai, comme j’y suis obligé pour mon roi et seigneur. Je supplie Votre Grâce de me garder le secret que requiert cette affaire et de me commander comme au serviteur que je suis et que je demeurerai tant que je serai en vie. Faites-moi la grâce de m’informer de l’état de la situation pour que je sache comment agir. D’ici là, puisse notre Seigneur garder l’illustre personne de Votre Grâce et lui donner vie et prospérité, comme nous tous, ses serviteurs, le désirons » (AGS, Estado, leg. 408, doc. non num.). Par une lettre du même jour, conservée dans la même liasse, Bastián de Britos signifie à Rodrigo Vázquez qu’il se range du côté de la Couronne.

58 AGS, Est., leg. 426, doc. non num., lettre de Corte-Real à Gabriel de Zayas, 31 janvier 1581.

59 Sur la violence de la guerre menée par le duc d’Albe au Portugal on consultera avec profit Valladares, 2008.

60 AGS, Estado, leg. 426, doc. non num., fo 1ro.

61 « Mais j’affirme à Votre Grâce que pour le service de Sa Majesté je suis certain de mon engagement au point qu’il n’y aura chose ni adverse ni favorable qui me fasse changer d’avis, ni aucun inconvénient qui m’empêche de faire ce que Sa Majesté pourra m’ordonner, fût-ce contre mon propre père, mes frères ou contre tout mon lignage. Car dès lors que je vous ai reconnu pour mon roi et seigneur naturel, je m’impose cette obligation, que je tiendrai et respecterai jusqu’à ma mort » (AGS, Estado, leg. 426, fo 1vo).

62 ANTT, Chancelária de D. Sebastião e D. Henrique, Privilegios, livre 13, fo 305 vo, « Carta concedendo certos privilegios a Jeronymo Corte-Real », 19 octobre 1582. Voir Viterbo (éd.), 1898, p. 168.

63 ANTT, livre 44, D. Sebastião, fo 193. Voir Nunes, História Quinhentista, p. xxx.

64 ANTT, Chancelária de D. Filippe 1o, Doações, livre 4, fo 317, « Carta de tença de cem mil r[eai]s a Jerónimo Corte-Real », 7 mars 1583. Voir Viterbo (éd.), 1898, p. 172. Hélio Alves a montré que les récompenses obtenues par Corte-Real étaient du même type que celles d’autres hommes de lettres, tels Francisco de Holanda et Fernão Mendes Pinto (Corte-Real, 2014, p. 34).

65 Bouza, 2011.

66 Francisco de Andrade, dans son Premier siège de Diu, 1589, chantait lui aussi le trône bicéphale de Philippe II, en portugais (Andrade, O primeiro Cerco).

67 Concernant les justifications politiques et économiques de l’union de l’Espagne et du Portugal à la vieille de 1580, voir Bouza, 1987, chapitre « La unión de Portugal vista desde la monarquía católica. Expectativas abiertas por la candidatura de Felipe II al trono portugués », pp. 63‑147. Sur les images de l’union des deux couronnes sous le règne de Philippe II, voir Bouza, 1989, pp. 19‑58.

68 « Se nel ottavo ciel tante memorie, / tanti splendor’ trofei di stelle ardenti, / immortal’ fede a le moderne genti / de l’antica virtù d’alte vittorie // degno sia ben che, con eterne glorie, / la vostra e cetra e penna, in ciel diventi / d’assai più lumi ornata, e più lucenti, / che la clava e la lira esser si glorie. // Per che se domar quelle e fiere e mostri, / d’un altra fiera scrivon’ queste i danni / che un Alcide le fa di tempi nostri. // Che giova il vincer s’indorati vanni / fama non vola, e s’in sonori inchiostri / la memoria non vive a par con gli anni? » Ce sonnet repose tout entier sur une comparaison entre les Anciens et les Modernes d’une part, entre la gloire des héros et celle du poète d’autre part. Les héros modernes se sont élevés au rang des Anciens par leurs victoires. Les poètes modernes, par la cithare et la plume, s’élèvent au-dessus de la massue et de la lyre des Anciens : si ces derniers ont dompté les bêtes sauvages et les monstres, les Modernes domptent l’Alcide des temps modernes, Don Juan d’Autriche. Rien ne sert de vaincre, si ce n’est pour acquérir la renommée et la gloire éternelle.

69 La date de son arrivée, entre 1578 et 1582, n’est pas connue avec certitude. La présence de ce poème dans le paratexte de la Victoire de Lépante est un argument en faveur de la date la plus basse.

70 Conestaggio, Dell’unione del Regno di Portogallo alla Corona di Castiglia.

71 Sur l’interdiction du livre de Conestaggio, voir Kagan, 2004, pp. 41, 42 et 47. Le texte circula pourtant largement en Espagne sous forme manuscrite (Casas Nadal, 2007 ; Casas Nadal, Nieves Muñiz, 2009).

72 Hélio Alves indique un poème de André Falcão de Resende, daté de 1577 et adressé à Corte-Real, où il est fait allusion à une nouvelle entreprise épique du poète dans les termes suivants : « Cantas do nosso bom rei milagroso / Os seus heroicos feitos fora d’uso / Em puro e claro estilo, grave e honroso » (Corte-Real, 1998, pp. xiv-xv).

73 Voir Corte-Real, « Oitavas de um poema sobre D. Sebastião ».

74 Friedlein (2010, p. 170) évoque ces différents points pour définir le Naufrage de Sepúlveda comme une « anti-Lusiades ».

75 L’expédition de Mir Ali Beg et de ses troupes turco‑ottomanes contre des possessions portugaises d’Afrique entre 1585 et 1586, ensuite délivrées par l’intervention de Martim Afonso de Melo dans les premiers mois de l’année 1587. Voir Corte-Real, 2014, pp. 28-29.

76 Medina, 1918b, « Carta de Ercilla a cierto personaje cuyo nombre no consta, dándole noticias de sucesos de Portugal. 31 de agosto de 1578 », pp. 180‑181.

77 Medina, 1916, pp. 146‑160.

78 Le romance « A los veintidós de julio » correspond au contraire à des batailles vécues par Ercilla (Ercilla y Zuñiga, « A los veintidós de julio »).

79 Voir l’ouvrage fondamental de Aquila, 1973, complété par Martínez, inédite, pp. 256‑319, ainsi que les travaux de Mejías López, 1992a, Id., 1994 et Id., 1995.

80 « Que no es virtud, mas vicio y negligencia […] / el no curar […] / mas no con tal rigor que la clemencia […]. No quiero yo decir que […] / sino según […]. / Mas no se ha de entender […] / mas no quiero meterme… » (AR I, IV, 2, vv. 1 et 5 ; 3, vv. 1 et 3 ; 4, v. 1 ; 5, v. 3). Voir le commentaire de ces octaves dans Martínez, inédite, p. 302.

81 Martínez, inédite, pp. 303‑304.

82 Ercilla utilise la métaphore équestre de la bride et du mors infligés au Pérou : « Así enfrenó el Pirú con un bocado / que no le romperá jamás la rienda… » (AR I, XII, 89, vv. 1-2).

83 Voir Choi, 2019, à propos du texte d’Ercilla et Valladares, 2000, déjà cité, pour une lecture historique des violences qui accompagnèrent l’invasion du Portugal par les troupes de Philippe II.

84 Medina, 1916, pp. 179‑195.

85 Nicolás Espinosa et Francisco Garrido de Villena l’avaient pratiquée tous deux dans leurs poèmes. Voir Plagnard, 2012c, § 28 à 31.

86 AR III, XXXVII, 71, vv. 4 et 8 et 76, v. 8.

87 Pour une mise en perspective de cette marque de l’« inaccomplissement du récit épique » dans l’ensemble du poème, voir Lagos, 1981.

88 L’ensemble de ces conclusions génériques a été exposé de façon synthétique dans Plagnard, 2016b.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540