Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Première partie. Le cycle des violences protestataires

Conclusion. L’interprétation du cycle protestataire

Texte intégral

1Au terme de cette première approche des violences politiques contestataires rencontrées entre les années 1975 et 1982, quelques grandes lignes interprétatives méritent d’être soulignées.

2Un premier constat réside dans l’extrême fragmentation et hétérogénéité des acteurs en présence. Ceux-ci sont nombreux, comme en témoigne la prolifération des sigles tant du côté de la nébuleuse ultra que de celui de la constellation révolutionnaire. L’infinie déclinaison idéologique et la tendance au dogmatisme expliquent cette multiplication des extrêmes qui ne parviennent pas à s’unir pour devenir une force politique d’importance. Ils sont par conséquent, à l’exception de l’ETA, groupusculaires. S’ils peuvent rassembler quelques centaines de sympathisants, ils comptent rarement plus de quelques dizaines de militants, ce qui réduit considérablement leur capacité d’action. Les militants spécialisés dans l’activisme violent sont encore moins nombreux, la majorité le pratique occasionnellement, en amateur, sous la forme d’agitation urbaine relativement spontanée. Les militants d’extrême droite semblent majoritairement obéir à ce schéma du spontanéisme armé, isolé, sans direction centralisée, même si conjoncturellement des phases offensives sont perceptibles. C’est aussi partiellement le cas des rares activistes libertaires ou des militants de la gauche révolutionnaire, mieux intégrés cependant dans des partis structurés par l’expérience de la clandestinité et le modèle hiérarchique et disciplinaire communiste, et qui agissent dans le cadre de campagnes de propagande ponctuelles et identifiables. Les résidus du FRAP et du PCE(i)-ligne prolétaire, le MPAIAC ou Terra Lliure sont ceux qui obéissent le plus à un schéma structuré autour d’un front militaire. À côté de cette constellation radicale des marges de l’arc politique, certains groupes font preuve d’une organisation, d’une discipline, d’une longévité et d’une capacité d’action bien supérieure, qui les assimilent aux yeux de l’opinion publique à des groupes terroristes. Ils utilisent un répertoire d’action autre, fondé surtout sur l’utilisation d’explosifs, sur le tir à bout portant et le racket. L’ETA en est sans aucun doute l’archétype. Exception à maints égards, à commencer par sa remarquable longévité, son efficacité meurtrière et le soutien populaire dont elle bénéficie, l’ETA partage cependant avec d’autres groupes une même filiation idéologique, nationaliste et marxiste, une même interprétation de la situation historique et politique, une même conception de la lutte armée révolutionnaire, une même pratique de la violence extrême. Les GRAPO en particulier suivent certaines des lignes stratégiques adoptées par l’ETA, par exemple quand ils se lancent dans l’assassinat de hauts gradés militaires en 1979 ou quand ils proposent au gouvernement une alternative politique comme base à la négociation. Loin d’être un appendice isolé, la violence est bien une arme politique utilisée à dessein dans le cadre d’un mouvement global de protestation. Les acteurs estiment rationnellement le rapport de forces en place et l’avantage qu’ils peuvent retirer de l’emploi de la violence. Ils assignent des objectifs plus ou moins précis à leur action, dont ils définissent les formes privilégiées, la fréquence, l’intensité, le moment opportun, la cible adéquate afin d’accomplir leur visée stratégique. Il en est de même pour le BVE qui ressort pourtant d’une autre logique, contre-terroriste, à la forte implication policière.

3Cet éparpillement extrême des acteurs de la violence est un facteur essentiel de compréhension de l’impact apparemment faible de leur action sur la réussite de la réforme, car il a rendu impossible une polarisation des contestataires en deux camps qui se disputeraient la conquête du pouvoir.

  • 1 La notion de « structure d’opportunités politiques » se réfère à un ensemble de conditions systémi (...)

4Une telle fragmentation ne va cependant pas à l’encontre de l’existence d’un cycle de violences qui correspond à la période de la transition, et c’est là une seconde conclusion fondamentale. C’est en 1975 que s’affirme quantitativement et qualitativement l’option violente et à la fin de 1982, avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, que le cycle s’achève. Au-delà du cycle restreint des violences, un cycle plus large de contestation est repérable, qui prend naissance dans la fin des années 1960, grossit dans les années 1970 jusqu’à atteindre son point culminant en 1976-1977, puis retombe avec le déclin des mobilisations dès la fin des années 1970, qui laissent place au « désenchantement ». Un double contexte favorable, international et national, est à l’origine de l’émergence de mouvements collectifs de protestation qui prennent une ampleur croissante à la fin du régime franquiste. La fin du régime de Franco et la période de la transition offrent une « structure d’opportunités politiques »1 favorable à l’expansion de ce cycle d’action collective. Le régime, en crise, affaibli de l’intérieur, est vulnérable à la contestation. En ce sens l’assassinat de Carrero Blanco par l’ETA en décembre 1973 porte un coup dur au régime et donne l’impulsion décisive aux activistes de tout bord. Les uns reprennent le fil jamais vraiment interrompu d’une tradition violente remontant aux années 1930 et se portent au secours d’un ordre établi vacillant. Les autres profitent de l’ébranlement du régime pour accroître la pression contestataire. Certains optent pour la voie de la lutte armée, légitimée par l’idéologie marxiste et tiers-mondiste et surtout, par la répression étatique qui transforme le recours à la violence en moyen légitime de lutte contre la tyrannie. La répression massive, indiscriminée et croissante à la toute fin du régime franquiste, est à cet égard essentielle pour comprendre l’expansion de la contestation et le passage de l’apologie verbale de la lutte armée à la réalisation d’actions violentes. Si la spirale action-répression exercée avec succès au Pays basque en est le paradigme, tous les groupes armés ou leurs antécédents directs (à l’exception du MPAIAC), ont commis leur première action violente du vivant de Franco.

5La mort de Franco marque ensuite une étape décisive. Ce n’est pas seulement un chef d’État qui disparaît mais tout un système politique, avec ses institutions, ses lois, mais aussi son idéologie, ses valeurs, ses références morales et identitaires. Les cadres normatifs et institutionnels de l’ancien régime, s’ils sont vite délégitimés, ne sont pas encore remplacés par de nouveaux repères compensatoires, créant un vide normatif propice aux transgressions, d’autant que la capacité coercitive de l’État est fragilisée. Un vaste champ est ainsi offert aux mouvements contestataires qui cherchent à s’imposer sur un espace politique en devenir. Ceux qui ont opté, déjà sous le franquisme, pour la violence profitent de la marge de liberté qui s’offre à eux avec l’émancipation réformatrice. C’est pendant ces premières années que l’ETA, quasiment démantelée à la fin du franquisme, se restructure ou qu’un mouvement indépendantiste canarien végétatif se transforme en groupe doublement menaçant, sur le plan diplomatique et sur le terrain de l’ordre public. C’est le moment que choisissent aussi les divers groupuscules extrémistes de droite comme de gauche pour se lancer dans un activisme diffus, peu meurtrier, mais fortement corrélé au rythme du processus de réforme, démontrant par là-même l’intentionnalité directement politique de violences spontanées qui pourraient paraître à première vue dépourvues de signification. Les périodes de campagne électorale donnent ainsi lieu à des poussées de violence destinées à s’imposer dans la conquête physique et symbolique du pouvoir qui se joue dans la rue autant que dans les urnes. En outre, l’indétermination de l’avenir et la confusion des acteurs rendent la société particulièrement réactive au fait violent, ce qui permet à des groupuscules comme les GRAPO d’avoir une audience disproportionnée à leur réelle capacité opérationnelle. Enfin, le cadre répressif encore hérité du régime antérieur se heurte aux expectatives de libertés et aux mobilisations collectives qui atteignent alors leur point culminant, provoquant un nombre important de victimes qui viennent chacune alimenter le ressort de la culture antirépressive qui fonctionnait si bien sous le franquisme.

6Progressivement de nouvelles règles du jeu politique sont établies, de nouvelles institutions sont mises en place et la démocratie se consolide. La négociation du texte constitutionnel a laissé place à une pause relative, comme si les violents étaient en suspens dans l’attente de l’affirmation du devenir politique du pays. Ils se prononcent alors pour la voie de l’intégration et du renoncement à la violence dans un espace politique par essence pacifique, ou pour la poursuite de la lutte armée qui les entraîne dans une spirale terroriste jusqu’au-boutiste, perceptible à la spécialisation croissante des violences, aux effets plus meurtriers mais aussi plus ciblés contre les agents armés de l’État. Le choix dépend de l’évaluation de la conjoncture par les groupes en présence et obéit à des rythmes différents, dans un décalage certain avec la mobilisation sociale, tarie dès l’installation de la démocratie en 1978. Certains renoncent tôt à la violence, c’est le cas de la majorité des groupes d’extrême gauche. D’autres cherchent à influencer le cours de la réforme le plus longtemps possible, comme la nébuleuse de l’extrême droite ou la branche politico-militaire de l’ETA qui attendent le coup d’État du 23-F et la victoire socialiste aux élections de 1982 pour mettre un terme à leur stratégie armée. Les derniers enfin, persistent dans une logique de résistance : c’est le cas de l’ETAm et des GRAPO, sauf que les seconds sont de fait décimés par une lutte antiterroriste redevenue efficace. Après 1982, les violences politiques qui subsistent sont entièrement polarisées par le conflit basque, perpétrées par l’ETA d’un côté, par les forces policières et le terrorisme contre-terroriste du BVE puis des GAL de l’autre. Elles appartiennent désormais à un autre cycle qui, né au cœur du cycle de la transition, perdu alors dans la mêlée des autres phénomènes de contestation, s’est progressivement individualisé pour poursuivre une logique propre qui se prolonge bien au-delà de la période étudiée ici. Il s’agit du cycle de la violence nationaliste basque, qui peut être interprété comme un avatar du cycle global analysé ici et qui, à l’heure où j’écris ces lignes, est sur le point de s’achever.

Notes

1 La notion de « structure d’opportunités politiques » se réfère à un ensemble de conditions systémiques propres à l’environnement politique et social externe, qui influencent l’émergence et la dynamique ultérieure des mouvements sociaux. Elle permet de mettre l’accent sur la vulnérabilité d’un système politique à l’action contestataire, qui constitue l’un des facteurs explicatifs de la naissance de celle-ci et des modalités d’action choisies au cours de son développement. S. Tarrow, Power in Movement. Voir aussi E. González Calleja, La violencia en la política, pp. 173-181 et O. Fillieule, Stratégies de la rue, pp. 46-53.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search