Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Première partie. Le cycle des violences protestataires

Chapitre IV. Le cycle des violences de la transition

Texte intégral

1Le franquisme a constitué le berceau des violences politiques et la transition le lieu de leur épanouissement. La concordance chronologique de l’émergence des acteurs pluriels et éclatés de la violence, mise en évidence par les trois chapitres précédents, souligne l’importance de la conjoncture politique pour expliquer l’apparition de ce que je propose de qualifier le « cycle » des violences de la transition.

  • 1 S. Tarrow, Power in Movement, pp. 24 et 153-155. Pour une approche synthétique, voir E. González Ca (...)

2La notion de cycle, empruntée au vocabulaire économique qui, depuis Kondratieff, définit des cycles de croissance et de récession, fait référence au concept sociologique de « cycle de protestation », théorisé notamment par S. Tarrow1. Défini comme une « phase d’intensification des conflits et de la confrontation dans le système social », il suppose avant tout la croissance du volume de l’action collective, démontrée par notre corpus dans le cas de la transition. Par ailleurs, il suppose que cette intensité soit un phénomène global. Or les chapitres qui précèdent ont montré que la période était le lieu de rencontre d’un faisceau de violences multiples aux origines plurielles — gauche révolutionnaire, extrême droite réactionnaire, nationalisme indépendantiste — et aux formes variées — des modalités violentes de basse intensité aux attentats à tonalité terroriste. Les actions violentes ne proviennent pas d’une source unique ni ne sont restreintes à une seule région ou communauté, elles concernent l’ensemble du territoire urbain et s’infiltrent dans toutes les couches sociales — la population civile en est largement victime. Enfin, l’idée de cycle met l’accent sur l’existence de facteurs systémiques qui conduisent à l’action collective, au-delà des spécificités de chacun des acteurs. Les violences doivent partager une même dynamique et un même schéma chronologique, fondé sur une phase ascendante de mobilisation, un sommet et une phase descendante de démobilisation. Or le graphique 11 (p. 162) suggère d’emblée cette dynamique chronologique.

3La phase ascendante semble se situer à la fin du régime franquiste, avec une nette accélération des actions violentes en 1976. Elle est suivie d’une phase culminante en termes d’actions entre 1976 et 1980, phase restreinte aux années 1978-1980 pour la violence la plus meurtrière. Les années 1981-1982 s’apparentent ensuite à celles de la démobilisation, la hausse du nombre d’actions en 1982 n’étant que conjoncturellement liée aux élections de l’automne 1982. L’hypothèse demande maintenant à être étayée par la délimitation des frontières chronologiques de ce cycle et l’explicitation de ses dynamiques temporelles, en forte interaction avec l’évolution de la conjoncture politique.

GRAPHIQUE 11. — Évolution chronologique des violences protestataires (par an)

GRAPHIQUE 11. — Évolution chronologique des violences protestataires (par an)

SOURCE. Figure ici le nombre de morts pour l’ensemble de l’année 1975. Pour cette année-là, j’ai consulté les données issues des bilans publiés par El País en mai 1976 ; les divers bilans publiés par ABC au début de l’année 1976 ; les rapports des Gouvernements civils du Guipúzcoa, de Biscaye et de Barcelone, bien fournis pour l’année 1975 (AGA) ; le rapport d’Amnesty International de 1975 ; les archives du Cabinet de liaison du ministère de l’Information et du Tourisme (AGA) ; le travail de J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española ; ABC et Informaciones pour les mois d’octobre à décembre. L’ensemble compilé de ces sources offre un panorama satisfaisant de la violence de l’année 1975

I. — L’ENVOL DU CYCLE VIOLENT

4À quand remonte précisément le début du cycle des violences ? L’histoire des acteurs esquissée précédemment montre que son amorce précède la mort de Franco. C’est sur le terreau des années 1960 qu’émergent de nouveaux acteurs enclins au recours à la violence comme arme politique. Mais c’est à la faveur de la crise du régime dans les années 1970, au moment où sa fin cesse d’être une utopie lointaine pour devenir une perspective proche, où l’État expose sa fragilité en se réformant, où l’incertitude envahit l’espace public, où les bouleversements politiques obligent les acteurs à redéfinir leurs stratégies et à se positionner dans un échiquier politique en construction que s’épanouissent les violences nées de la dictature.

  • 2 « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048.
  • 3 En dépit des demandes de grâce en provenance du pape Paul VI, du prince héritier Juan Carlos de Bou (...)
  • 4 Sur l’influence de la révolution portugaise sur la politique espagnole, voir J. Sánchez Cervello, L (...)

5Plus précisément, l’assassinat de Carrero Blanco le 20 décembre 1973 marque un point d’inflexion dans le passage à l’acte. L’assassinat du chef du gouvernement, bras droit du général Franco et défenseur jusqu’au-boutiste des idéaux du 18 juillet 1936, provoque une forte émotion au sein du pouvoir et dans l’opinion publique, qui découvrent soudainement la puissance destructrice de la menace etarra parvenue jusqu’au cœur du pouvoir. Le choc est également visuel : la voiture de l’amiral explose en pleine rue Claudio Coello dans le centre de Madrid, vole au-dessus d’une résidence de Jésuites pour retomber à l’intérieur du bâtiment, laissant un trou béant dans la chaussée, dont l’image fait le tour des journaux imprimés et télévisés du monde entier. L’attentat, inédit par son aspect spectaculaire et son efficacité meurtrière, a d’importances conséquences politiques. Tout d’abord, il est un signal d’alerte pour le régime, qui resserre la bride coercitive dans une spirale répressive qui obscurcit les deux dernières années du régime. L’anarchiste Puig Antich, exécuté par garrot en mars 1974, est le premier à en faire les frais. Les vagues d’arrestation massives obéissent au rythme resserré des états d’urgence, le premier semestre 1975 comptabilisant à lui seul plus de 1 500 arrestations politiques sur l’ensemble du territoire2. L’exécution le 27 septembre 1975 de cinq militants de l’ETA et du FRAP marque l’apogée de cette escalade répressive, en dépit d’une campagne internationale de protestation d’une ampleur inédite et des multiples demandes de grâce présentées au général Franco3. Par ailleurs, l’assassinat de Carrero Blanco est un indice éclatant de la crise du régime franquiste. Pour les groupuscules d’extrême droite, on a vu qu’il était un signe du dépérissement de l’État auquel il convient de rendre sa vigueur originelle. Au-delà de l’obsession de venger la mort de Carrero qui gagne certains secteurs des services secrets, l’extrême droite assume dès lors la fonction de bras droit officieux de la répression policière. Les ultras, soutenus par le « gironazo », lancent une offensive politique qui inclut l’action violente et parvient à étouffer dans l’œuf « l’esprit du 12 février » insufflé par Arias et à réduire à une coquille vide le projet d’autoriser l’associationnisme politique et donc, un certain pluralisme. Enfin, l’attentat précipite la prise de conscience générale que le régime de Franco touche à sa fin. En outre, si la Révolution des œillets qui renverse la dictature salazariste du Portugal voisin, le 25 avril 1974, fait craindre aux milieux ultras une évolution similaire en Espagne, elle encourage au contraire la mobilisation de l’opposition4, dans un climat d’effervescence politico-sociale qui annonce l’ébullition des premières années de la transition. Considérant que la conjoncture est propice au soulèvement des masses populaires, les partis marxistes et libertaires les plus radicaux passent à l’action et mettent en pratique la glose théorique de la lutte armée révolutionnaire, suivant l’exemple de l’ETA.

  • 5 Quatre morts seulement sont à mettre sur le compte de l’extrême gauche avant 1975.

6Le cycle mobilisateur enclenché à la fin des années 1960 connaît donc un coup d’accélérateur en 1974, qui se traduit par un l’envol du recours à l’action armée. Le nombre d’individus tués connaît un saut quantitatif remarquable en 1974 (graphique 12). Ce saut est en réalité dû au massacre de l’attentat contre la cafétéria Rolando qui a fait à lui seul 13 morts. L’ETA est jusque-là peu active, tandis que les groupuscules radicaux de gauche sont peu meurtriers5. C’est donc plutôt en 1975 qu’est véritablement franchi le seuil du sang versé : l’ETA poursuit son offensive, relayée désormais par d’autres organisations révolutionnaires, telles le FRAP et les GRAPO, pendant que le contre-terrorisme basque fait sa première victime.

  • 6 El País, 25-28/5/1976.
  • 7 « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048.

7Les informations éparses recueillies sur le nombre d’actions montrent aussi que l’année 1975 est déjà riche en violences. Notre corpus en recense près de 170, tandis que le journal El País comptabilise 48 attentats politiques réalisés contre des personnes entre janvier 1975 et mai 1976 ainsi que près de 140 attentats perpétrés contre des bâtiments publics au cours de l’année 19756. Des documents officiels du ministère de l’Intérieur dénombrent pour leur part 244 actions violentes perpétrées au cours du premier semestre 1975 et 257 pour le premier semestre 1976, soit une légère augmentation de 5 % pour 19767. Si l’on s’arrête plus précisément sur l’année 1975, le corpus met en lumière un net accroissement de ces violences au second trimestre 1975, qui correspond à une phase de crispation entre l’ETA et le régime : après l’assassinat par l’ETA de deux policiers en mars et en avril, le gouvernement proclame l’état d’urgence dans le Guipúzcoa et en Biscaye, la spirale action-répression est enclenchée, entraînant dans son sillage un essor de la violence au mois de mai, tant du côté de l’activisme réactionnaire que de l’agitation révolutionnaire, qui ne se tarit pas jusqu’à la fin de l’année.

8C’est donc bien l’année de la mort de Franco qui marque l’envol d’un cycle nouveau de violences. Trois temps se différencient nettement par la suite. Le premier, entre 1975 et 1977, est celui des violences éclatées, urbaines et tumultuaires. Il est suivi du temps du terrorisme, dont l’apogée se situe nettement entre 1978 et 1980, avant que la tentative du coup d’État du 23-F n’annonce le déclin irréversible du cycle amorcé à la fin du franquisme.

GRAPHIQUE 12. — Les victimes mortelles de la violence protestataire avant la transition*

GRAPHIQUE 12. — Les victimes mortelles de la violence protestataire avant la transition*

* Ne sont comptées ici que les victimes décédées suite à des actions menées par des groupes protestataires, à l’exception des personnes appartenant à ces groupes.

II. — LA VIOLENCE TUMULTUAIRE DES DÉBUTS (1975-1977)

9La première ligne d’évolution du cycle surgit avec clarté de la comparaison des deux grands ensembles typologiques construits, à savoir les violences de basse intensité et les actions typiquement terroristes : un point de rupture apparaît entre 1977 et 1978, seule fois où se croisent les deux courbes (graphique 13, p. 166), le déclin des violences de basse intensité étant ensuite continu quel que soit le type d’actions considéré. La frontière de 1977-1978 peut être précisée grâce à une étude chronologique plus fine, à l’échelle du trimestre (graphique 14, p. 166) : une zone d’incertitude est repérable à partir de l’été 1977, caractérisée par une baisse sensible du niveau global des violences et par une répartition morphologique équitable entre violences terroristes et de basse intensité, sans que se dessine un net détachement des premières avant le dernier trimestre de 1978. Le creux de l’été 1977 correspond certes aux vacances estivales mais surtout à une pause postérieure aux élections de juin qui avaient provoqué un essor notoire de l’agitation violente. Il est donc plus proche de notre première étape que le dernier trimestre 1977 qui voit déjà les violences terroristes dépasser les autres, marquant ainsi le début d’une seconde étape. Les statistiques relatives à la première phase seront donc calculées sur la période s’étendant du dernier trimestre 1975 au troisième trimestre 1977 inclus, à partir des chiffres de la seule violence contestataire.

GRAPHIQUE 13. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par an)

GRAPHIQUE 13. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par an)

GRAPHIQUE 14. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par trimestre)

GRAPHIQUE 14. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par trimestre)
  • 8 Sur ces premières années, voir aussi le très riche récit interprétatif de N. Sartorius et A. Sabio, (...)

10Les années 1975 à 1977 sont celles où dominent les violences de basse intensité composées, rappelons-le, d’attentats matériels sans utilisation d’arme à feu, d’agressions physiques, d’altérations de l’ordre public, d’intimidations et de menaces verbales. De telles modalités d’action, sans être spectaculaires, acquièrent cependant une grande visibilité publique non seulement car elles atteignent en 1976 une intensité inédite, mais aussi car elles s’accompagnent d’une occupation physique de l’espace public qui affecte tous les secteurs sociaux et entraîne une vigoureuse réaction répressive qui vient grossir les rangs des violences insurgées. Un climat endémique de violence envahit ainsi l’espace urbain, scène privilégiée de désordres publics pluriels à la tonalité parfois insurrectionnelle. La sensation de désordre et de confusion domine chez les contemporains8, chaos que les pages qui suivent visent à rendre intelligible.

UN DÉSORDRE ININTELLIGIBLE ?

11Ces deux premières années portent l’empreinte de l’extrême droite, pendant que se mettent en place les coordonnées terroristes qui s’épanouissent dans l’étape suivante. La constellation ultra réalise près de la moitié (48 %) des actions contestataires recensées alors, soit 16 points de plus que pour l’ensemble de la transition : elle est au sommet de son activité violente (graphique 15, p. 169). Celle-ci n’a pas encore n’a pas encore adopté les contours de la spécialisation contre-terroriste basque même si l’assassinat politique comporte déjà un lourd bilan avec 14 victimes. Elle est plus que jamais fondée sur des actions de basse intensité où l’intimidation et la menace se combinent à des pratiques de destructions matérielles et aux agressions physiques aux conséquences parfois mortelles.

  • 9 « Informe de la Jefatura Superior de Policía sobre acciones cometidas por bandas armadas durante lo (...)
  • 10 « Procedimientos penales iniciados en los Juzgados Generales de la Audiencia Nacional en 1982 », MF (...)
  • 11 ABC, 3/4/1976.
  • 12 El País, 27/6/1976 et Triunfo 3/7/1976.

12Les pratiques d’intimidation connaissent alors leur apogée, tant pour l’extrême droite que pour les nationalistes et la gauche révolutionnaire. Le phénomène de la menace diminue considérablement les années suivantes y compris dans la région basque comme le suggère le rapport du Gouvernement civil de Biscaye qui ne dénombre plus que 12 menaces sur sa circonscription en 1982 et seulement deux l’année suivante9. Cette tendance à la baisse est confirmée par le rapport du procureur général de 1983 qui ne mentionne plus que six instructions judiciaires ouvertes au cours de l’année 1982 pour le délit de menaces et coactions10. Au cours de cette période, le recours fréquent au matériel explosif pour réaliser les attentats peut également être compris comme une pratique d’intimidation en ce qu’il ne témoigne généralement pas d’une volonté de tuer. Un quart des bombes n’explose pas, non pas tant à cause de l’inexpérience des groupes terroristes dans le maniement du matériel explosif — comme c’est le cas par exemple du MPAIAC qui fabrique des bombes artisanales qui n’explosent pas toujours — que parce qu’il n’existe pas de volonté de provoquer une détonation. Le cas de la bombe retrouvée en avril 1976 sur la voie ferrée Bilbao - Miranda de Ebro, annoncée par un drapeau basque et une pancarte portant l’inscription « Bomba », bien visible pour que le conducteur puisse arrêter le train à temps11, est un exemple significatif de l’intention portée par ce type d’actions : exhiber sa puissance militaire sans encore la mettre en pratique. Ces premières années sont ainsi celles des pancartes porteuses de messages et des drapeaux, basques ou républicains, exposés sur la place publique et qui recouvrent des engins explosifs simulés ou réels de faible charge. Les nationalistes basques ont recours à cette méthode en 1976 comme moyen de pression sur le gouvernement pour que l’ikurriña soit légalisée. Les GRAPO l’utilisent pour commémorer la victoire du Front populaire en février 1936 ou célébrer leur irruption sur la scène publique le 18 juillet 1976, comme en 1977 quand des dizaines de drapeaux républicains simulant des engins explosifs sont découverts au matin du 18 juillet à Madrid et dans de nombreuses villes de province. Ces années sont aussi celles des lettres piégées accompagnées de menaces envoyées par l’extrême droite aux rédactions des journaux progressistes, comme forme extrême d’intimidation : ainsi les GCR envoient en juin 1976 un grand nombre de lettres explosives à des critiques de théâtre des rédactions de Ya, Doblón, Cambio 16, Pueblo avec le message « Non aux Rouges. Premier avertissement »12. Les groupes ultras disposent aussi encore d’un nombre important d’armes à feu, en raison de la complicité passée et encore présente des services de police. Or l’usage qu’ils en font témoigne de leur visée surtout intimidante : le revolver est brandi pour terroriser la population ou faire fuir un groupe adverse mais il est rarement braqué sciemment contre un individu.

13Quand la menace s’épanouit en geste violent, ce sont majoritairement des biens qui sont visés (à 58 %) tandis que les agressions physiques d’individus sont minoritaires. Bouteilles incendiaires, battes de baseball, barres de fer, matraques, pierres ou tout autre objet du quotidien pouvant servir de projectile ou d’outil de destruction sont les armes utilisées pour dégrader le patrimoine visé. Les groupuscules d’extrême gauche sont, tout comme l’extrême droite, au faîte de leur agitation insurrectionnelle : c’est en 1976 et 1977 que la guérilla urbaine, dont la vocation est d’impulser le soulèvement révolutionnaire des masses, est menée avec le plus d’intensité. Or celle-ci est essentiellement composée de sabotages matériels et d’attaques au cocktail Molotov ou à l’explosif contre le patrimoine du pouvoir économique ou administratif. Les délits de sang sont rares, ils se produisent en deux occasions en mai 1977 quand un communiste poignarde à Madrid un phalangiste au cours d’une altercation liée à la vente du journal du PCE, Mundo Obrero, et quand des indépendantistes catalans provoquent la mort obscure de l’industriel Bultó. Dans l’ensemble le patrimoine touché porte l’empreinte de l’extrême droite puisqu’on constate une forte surreprésentation des biens culturels qui doublent leur poids relatif (20 % des biens touchés contre 10 % pour l’ensemble de la transition). C’est la grande époque des attentats perpétrés contre les entités culturelles progressistes ou nationalistes : librairies, rédactions de journaux, représentations théâtrales ou cinématographiques, kiosques à journaux qui distribuent les revues pornographiques reçoivent des lettres de menaces, subissent la nuit des dégradations matérielles à répétition et sont parfois victimes de l’irruption diurne des bandes armées. Deux grandes vagues de provocations sont repérables, au printemps et à l’automne 1976, les attentats contre les librairies disparaissant pratiquement après les élections de juin 1977. L’extrême droite renonce ensuite à ce type de défense symbolique d’un espace public qui, elle le sait, lui a échappé.

GRAPHIQUE 15. — Les acteurs des violences protestataires (2), octobre 1975 - septembre 1977

GRAPHIQUE 15. — Les acteurs des violences protestataires (2), octobre 1975 - septembre 1977
  • 13 Près de 80 % des actions touchent des civils et 52 % des victimes tuées sont des civils (soit bien (...)
  • 14 Elles représentent 19 % des cibles civiles et matérielles contre 30 % pour l’ensemble de la transit (...)

14Cette première période est aussi celle où la violence s’infiltre dans tous les espaces sociaux, personne n’échappant aux tumultes quotidiens qui envahissent la sphère publique. Presque toutes les régions connaissent un essor des actions violentes, le territoire touché étant plus étendu que sur l’ensemble de la période, et ces actions frappent durement la société civile13. Les institutions étatiques civiles et armées sont relativement peu concernées en cette première étape14, ce qui démontre bien que le recours à la violence n’est pas encore pensé dans un affrontement avec l’État, mais comme un outil d’affirmation sur une scène publique et politique en plein bouleversement. Ce sont en effet les civils qui portent une étiquette politique, aussi vague soit-elle (comme vendre des livres en catalan ou posséder un bar où l’on parle basque), qui sont les plus touchés par la violence. Le poids surdimensionné du monde politique est repérable suivant tous les indicateurs : 14 % des morts en sont les vecteurs contre 10 % sur l’ensemble de la période et, si l’on tient compte de la globalité des actions, 41 % d’entres elles visent des individus porteurs d’une connotation politique contre à peine plus du quart pour toute la période. Cette politisation est également perceptible dans les pics chronologiques de violence : la courbe trimestrielle (graphique 14, p. 166 supra) met très nettement en lumière deux moments de forte tension, le dernier trimestre 1976 qui correspond à la période de négociation de la LRP et le printemps 1977 qui accueille la première campagne électorale depuis des décennies, à l’occasion des législatives de juin. Il ne fait donc aucun doute que la violence diffuse, apparemment tumultuaire et peu discriminatoire de ces premières années est porteuse de sens politique.

  • 15 Madrid concentre à elle seule près du quart des actions répertoriées (24 %).

15La répartition spatiale des actions violentes reflète aussi cette dimension à la fois de dispersion et de forte politisation. Le noyau des tensions se situe à Madrid, capitale politique où se joue l’avenir de l’Espagne tellement incertain dans ces mois qui suivent la mort de Franco15, ainsi que dans les capitales de l’espace péninsulaire qui sont le théâtre de 64 % des actions violentes contre 55 % pour toute la transition. Ce sont dans les villes, sièges réels et symboliques des insignes du pouvoir, que se déroulent les luttes pour son contrôle. Barcelone est la seconde ville la plus touchée avec 7 % des actions violentes, elle est un point névralgique qui concentre les tensions entre extrémistes de gauche et de droite ainsi que les conflits sur les redéfinitions de l’identité culturelle, le sort de l’autonomie catalane se jouant dans ces premières années. Au-delà de ce relatif éparpillement dans les villes de tout le territoire, la distribution spatiale des violences reflète aussi la présence des groupes terroristes dont l’action se met alors en place. Les Canaries occupent ainsi une place privilégiée (3 %) du fait du terrorisme indépendantiste du MPAIAC, actif uniquement pendant ces premières années et le Pays basque concentre déjà à lui seul plus du tiers des actions violentes, même si cette polarisation est bien moins forte que sur l’ensemble de la transition (38 % contre 47 %). Saint-Sébastien, capitale de la province du Guipúzcoa, focalise les tensions indépendantistes aiguillonnées par la présence de l’ETA, plus fortement implantée dans cette province frontalière que dans les autres provinces basques.

16L’ETA, les GRAPO et le MPAIAC se partagent de façon équilibrée avec les autres groupes de la gauche révolutionnaire la responsabilité de la moitié des actions violentes, le reste étant l’apanage de l’extrême droite. Les GRAPO et l’ETA n’en sont alors qu’à leur période d’essai. Les premiers, on l’a vu, émergent sur la scène publique par une série d’attentats le 18 juillet 1976, naissance qu’ils commémorent l’année suivante par une vague similaire. Après leur premier coup d’éclat en octobre 1975, ils ne recommencent à tuer que fin 1976 si bien que pour cette première période, leur bilan se limite à 14 morts. Jusqu’au dernier trimestre de 1978, point d’inflexion de sa stratégie meurtrière, l’ETA est dans une phase d’expectative face aux bouleversements politiques et n’est pas encore assimilable au terrorisme jusqu’au-boutiste. Tout comme les GRAPO, elle cherche plus à interférer sur le processus en cours par des actions spectaculaires qu’à semer la terreur parmi la population. Ainsi en décembre 1976 l’ETA et les GRAPO agissent conjointement contre les émetteurs de RTVE (Radio Télévision espagnole), l’entreprise nationale de radio et de télévision, pour faire entendre leur désapprobation de la LRP sur le point d’être votée. En juin 1977, l’ETA attaque massivement les relais de communication, les voies ferrées et les installations électriques pour semer la zizanie dans la campagne électorale des premières législatives dont elle ne partage pas les présupposés.

17Néanmoins l’ETA se distingue déjà par sa portée mortelle puisqu’avec plus de 30 assassinats, elle est à l’origine de près de la moitié des victimes de la période. Elle est pourtant relativement bien moins active que les années suivantes, et ne tue guère plus que les GRAPO et l’extrême droite réunis qui, avec 20 % chacun des victimes, atteignent alors l’apogée de leur poids meurtrier relatif. Après, ils seront distancés par le potentiel militaire infiniment supérieur de l’ETA. Mais la donnée la plus remarquable de cette première période n’est pas visible dans les graphiques précédents qui n’incluent pas les violences étatiques. Or le nombre de victimes de la violence politique est presque doublé si l’on inclut celles de la répression policière, à l’origine de 51 morts dans ces premières années de la transition, soit 40 % du total des tués. Ce n’est pas l’ETA qui tue le plus en 1976-1977, mais les forces de l’ordre, dans un contexte où la forte mobilisation se heurte au cadre répressif de l’ancien régime. Cette importance extrême et disproportionnée de la violence menée par les agents de l’État qui met en évidence, par comparaison, le faible impact meurtrier des violences contestataires, sera interrogée plus tard, dans la seconde partie.

18Les mois qui suivent la mort de Franco sont imprégnés d’une grande incertitude et d’un brouillage des repères qui donnent la sensation d’une confusion extrême. De fait les perturbations de l’ordre quotidien qui envahissent l’espace public s’accompagnent de pratiques violentes qui adoptent les contours éclatés que nous avons mis en lumière, éclatement des acteurs, des lieux, des formes, des cibles. La sensation de chaos est amplifiée par la méconnaissance des groupes en présence et de leurs objectifs, ceux-ci semblent flous, perméables au moindre signe de changement, en mutation constante et difficilement réductibles à des cadres connus. C’est au cours de ces premières années que la prolifération des revendications de groupes inconnus est la plus intense, ce qui contribue à semer la confusion dans l’opinion sur leur identité et à amplifier l’étendue réelle de la menace qu’ils représentent. La profusion des sigles décuple en particulier le danger représenté par l’extrême droite et participe grandement au sentiment d’éparpillement des groupes violents. Cependant ce chaos n’est qu’apparent. Les acteurs, identifiés grâce à notre corpus, qu’ils adoptent une posture défensive ou proactive, cherchent tous à s’affirmer sur une scène publique et politique en devenir et à influencer le processus de changement en cours. La violence est une arme politique, destinée surtout à intimider l’adversaire par l’exhibition de sa force. Même les groupes terroristes ne sont pas encore entrés dans une spirale d’affrontement meurtrier avec l’État. Enfin, la violence est utilisée sciemment au gré de la conjoncture politique, à laquelle elle est intimement liée. C’est pourquoi il est maintenant nécessaire de dérouler les fils du quotidien de la transition pour en comprendre les ressorts diachroniques qui changent profondément avec la nomination de Suárez à la tête du gouvernement en juillet 1976.

LE CHOC ENTRE UN PAYS EN EFFERVESCENCE ET L’IMMOBILISME D’ARIAS

  • 16 Juan Carlos Ier, discours aux Cortès, ABC, 23/11/1975.
  • 17 Le ministère de l’Intérieur est alors appelé « Ministerio de la Gobernación » (« gouvernance »), ju (...)
  • 18 Manuel Fraga Iribarne, juriste de formation, est procurador des Cortès franquistes depuis 1957. Il (...)
  • 19 José María de Areilza fait la tournée des démocraties voisines en tant que ministre des Affaires ét (...)

19Incertitude et immobilisme sont les maîtres mots des huit premiers mois de la transition. Juan Carlos est intronisé roi d’Espagne le 22 novembre 1975 suivant les vœux du général Franco et sous le serment traditionnel de fidélité aux Lois fondamentales du Royaume et aux principes du Mouvement national. S’il annonce selon ses propres mots une « nouvelle étape de l’histoire de l’Espagne »16, il opte pour la continuité et maintient au poste de chef du gouvernement Carlos Arias Navarro, en fonction depuis la mort de Carrero Blanco. Arias forme un gouvernement dominé par les réformateurs du régime précédent sous la houlette de Manuel Fraga, vice-président et ministre de l’Intérieur17, qui fait alors figure de leader du camp réformiste18. Malgré la présence significative des poids lourds partisans de l’ouverture, la réforme s’enlise devant les fortes résistances de l’appareil antérieur. Arias lui-même se considère comme le dépositaire du testament de Franco et se comporte en strict continuateur du franquisme rétif à la moindre ouverture politique. La presse internationale reste sceptique face à l’intense activité diplomatique dispensée dans les pays occidentaux pour vendre l’image d’un pays en voie de démocratisation19. De fait, en dépit des quelques projets d’émancipation des libertés qui parviennent à terme — telles les lois sur le droit de réunion et l’associationnisme politique —, c’est encore la légalité du régime antérieur qui régule une société en ébullition.

a) L’« hiver chaud » de 1976

  • 20 Entretien, 2006.

20La mobilisation populaire atteint une ampleur inédite et l’hiver 1976 est « chaud » par bien des aspects. Toutes les conditions sont réunies pour provoquer un embrasement du mouvement ouvrier, orchestré par les CC.OO. : « nous faisions les grèves quand nous le voulions. Maintenant ceux-ci, maintenant ceux-là, et puis ces autres-là », c’était un mouvement « parfaitement planifié, qui amorçait des grèves dans un secteur quand ça nous intéressait », et dont l’objectif avoué était d’en « finir avec le gouvernement Arias », affirme aujourd’hui N. Sartorius, membre fondateur des CC.OO.20. En effet d’une part les élections syndicales de 1975 ont eu pour résultat une importante infiltration des syndicats clandestins de l’opposition, surtout des CC.OO., d’autre part les deux tiers des conventions collectives arrivent à expiration et doivent être renégociées début 1976, soit environ 2 000, enfin la crise économique frappe de plein fouet le pays et le gouvernement n’a trouvé d’autre réponse que le gel des salaires en pleine période inflationniste.

  • 21 Ces chiffres émanent de l’Organisation syndicale espagnole cités par J. M. Marín Arce, « La transic (...)

21Les mois de janvier et de février 1976 sont donc le théâtre d’une longue série de conflits qui touchent les zones industrielles du pays. Aux secteurs traditionnellement conflictuels, comme la métallurgie, l’industrie minière ou la construction s’ajoutent les secteurs des services comme la banque ou les assurances. À Madrid, la paralysie du métro, de la poste et des trains suscite la militarisation du service, pendant qu’à Barcelone la grève des fonctionnaires municipaux, policiers et pompiers y compris, inquiète particulièrement les autorités. En 1976, 110 millions d’heures de travail sont perdues en 1976 (contre 10 millions en 1975) dans 40 000 conflits qui affectent plus de 3,6 millions de travailleurs. Dans les seuls mois de janvier à mars, J. M. Maravall dénombre près de 18 000 grèves déclenchées21. Or les grèves ne sont pas le seul moyen d’expression des ouvriers qui se réunissent quotidiennement dans des assemblées syndicales, qui se tiennent dans les usines, les églises ou les stades de football et peuvent atteindre des dizaines de milliers de participants. Les travailleurs descendent aussi dans la rue qu’ils envahissent par milliers dans des marches de protestation qui prennent souvent l’allure de champ de bataille au regard de la forte répression policière.

  • 22 Sur ces manifestations barcelonaises, voir D. Ballester et M. Risques, Temps d’amnistia. Les organi (...)
  • 23 Raimon, interdit de concert depuis huit ans, chante enfin à Madrid le 5 février 1976. Plus de 6 000 (...)

22Ces conflits sociaux sont relayés par une intense mobilisation populaire à tonalité sociale et civique. D’une part les associations de quartier encadrent un mouvement de revendication de meilleures conditions de vie dans les quartiers défavorisés et de protestation contre la cherté croissante de la vie, d’autre part la mobilisation civique en faveur de l’amnistie et des libertés individuelles, soutenue par l’opposition démocratique, prend une ampleur inédite dans les premiers mois de 1976. Les manifestations de masse initiées à Barcelone les dimanche 1er et 8 février22 se multiplient dans les grandes villes, jusqu’à la célébration de la « Semaine pro-amnistie » en juillet. La manifestation n’est d’ailleurs pas le seul répertoire utilisé par le mouvement en faveur de l’amnistie : les festivals se transforment en fêtes démocratiques, comme celui du chanteur catalan Raimon le 5 février à Madrid qui réunit tous les leaders de l’opposition23, la propagande est distribuée en abondance dans les marchés, des comités naissent, des pétitions pullulent issues d’initiatives multiples, partis, syndicats, associations de quartier, collèges professionnels, entités culturelles ou associations catholiques. L’opposition toujours illégale, participe à cette ébullition qui suit la mort de Franco et sort à la lumière sous forme de conférences de presse, d’assemblées, de séminaires, de distribution de propagande.

  • 24 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Álava, 1976.
  • 25 J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad social », p. 460.
  • 26 Sur Vitoria, voir C. Carnicero Herreros, La ciudad donde nunca pasa nada.

23Face à cette tumultueuse pression populaire, sociale et politique, le gouvernement réagit suivant les normes du régime antérieur, c’est-à-dire par la répression. Répression qui justifie à son tour l’apparition de conflits du travail aux motivations strictement politiques, puisque la brutalité policière est instrumentalisée par l’opposition comme élément déclencheur d’une mobilisation visant, en 1976, la rupture avec le gouvernement en place. Cette année, 42 % des conflits sociaux qui ont lieu par exemple en Álava ont des motivations strictement politiques24. Il faut dire que la province connaît une mobilisation spectaculaire suite au drame de Vitoria en mars : le mouvement de protestation, qui se répand dans tout le Pays basque durant plusieurs jours, culmine avec la paralysie totale de la région le 8 mars, jour où plus de 600 000 travailleurs sont les protagonistes de la plus grande grève générale de l’après-guerre25. C’est que la tragédie de Vitoria focalise les tensions à l’œuvre pendant cette première période26.

  • 27 S. Sánchez-Terán, De Franco a la Generalitat, p. 40.
  • 28 Note officielle du Gouvernement civil d’Álava, ABC, 4/3/1976.
  • 29 Communiqué du gouvernement, ABC, 6/3/1976.
  • 30 Entretien, 2006.
  • 31 M. Fraga Iribarne, En busca del tiempo servido, p. 38.
  • 32 Pour l’opposition,« la violence employée par les grévistes s’explique par le défaut de politisation (...)
  • 33 N. Sartorius et J. Alfaya, La Memoria Insumisa, p. 20.
  • 34 Voir infra pp. 336-337.

24Le 3 mars 1976, « journée de lutte » convoquée après deux mois d’une grève d’une extrême dureté, environ 6 000 manifestants se réunissent dans l’église de San Francisco à Vitoria, capitale de la province d’Álava, pour y célébrer une réunion syndicale. L’ordre d’évacuation de l’église par la force se solde par la mort de cinq ouvriers et une trentaine de blessés. L’interprétation qui domine dans les commentaires est celle d’une tragédie inévitable, aboutissement tragique d’une série d’événements incontrôlables. Pour Sánchez-Terán, alors gouverneur civil de Barcelone, « ça devait arriver […] et finalement, c’est arrivé à Vitoria. Tant d’affrontements entre manifestants ou grévistes et les forces de sécurité devaient exploser quelque part à un moment donné »27. De même le Gouvernement civil d’Álava estime que pendant cette « journée de vandalisme » n’ont cessé de se « succéder diverses émeutes et manifestations d’une intensité croissante, provoquant l’obstruction des voies publiques, des barricades, le renversement de voitures, d’arbres et de réverbères, des menaces et agressions de piétons et des actes de violence extrême contre les forces de l’ordre », qui ont été contraintes devant la « dureté des attaques » de se défendre en sortant leur arme à feu28. Une déclaration postérieure du gouvernement confirme cette version des faits, les incidents étant survenus une fois « épuisées toutes les tentatives de négociation et de conciliation au cours du long conflit du travail qui a eu lieu à Vitoria » et suite à « l’usage fréquent de la violence physique par les manifestants »29. Martín Villa défend la thèse d’une minorité radicale d’agitateurs non liés aux syndicats majoritaires de l’opposition, responsables d’une situation « prérévolutionnaire »30. Pour Fraga, alors ministre de l’Intérieur, il s’agit même d’une « occupation de la ville comme celle de Petrograd en 1917 », « d’inspiration comprise entre les soviets de 1917 et le 68 parisien »31. C’est aussi l’interprétation dominante de l’opposition qui affirme avoir été débordée par des individus non contrôlés : la nécessité de se donner une image modérée et donc de se démarquer de toute forme de violence apparaît impérieuse dans ces circonstances délicates32. Sartorius partage aussi l’idée selon laquelle l’affrontement quotidien voire la « guerre ouverte, de mouvement »33 ne pouvait que conduire à une tragédie. Pourtant, s’il ne fait aucun doute que des minorités ont cherché à radicaliser le conflit social, la lourdeur inusitée du bilan s’explique plutôt par un faisceau de facteurs qui pointent les défaillances du système répressif des débuts de la transition34.

25Vitoria est donc emblématique de cette persistance des représentations qui assimilent le conflit social et la manifestation à une convulsion violente de l’ordre public. Or, contrairement à cette idée reçue, ces premiers mois de 1976 sont encore relativement peu marqués par la violence politique.

b) Une violence protestataire encore limitée

  • 35 L’Aberri Eguna, « jour de la patrie » basque, est traditionnellement célébré le dimanche de Pâques. (...)

26Si le nombre d’actions double en volume entre le dernier trimestre 1975 et le deuxième trimestre 1976, le nombre de victimes de la violence protestataire est encore faible : les GRAPO, après leur coup d’éclat d’octobre 1975, ne tuent plus avant novembre 1976, seule l’ETA commet 14 assassinats entre la mort de Franco et la nomination de Suárez. Celui qui a suscité la plus grande émotion est l’enlèvement de l’industriel Ángel Berazadi qui a tenu en haleine l’opinion publique entre le 18 mars et le 8 avril 1976. Fraga, ministre de l’Intérieur, opte pour la dureté et interdit formellement, dans une note du 30 mars, à quiconque de répondre au chantage terroriste par la négociation, contrairement à ce qui s’était passé lors de l’enlèvement en janvier de J. L. Arrasate, fils des propriétaires des Forges de Bérriz (Biscaye), libéré en échange du paiement à l’ETA d’une rançon estimée entre 8 et 25 millions de pesetas. À l’occasion de ces deux affaires, une centaine d’industriels basques avouent avoir été soumis au chantage de l’organisation terroriste, quand bien même à peine une dizaine a porté plainte. L’ETA s’est lancée dans sa campagne de récolte de fonds pour se restructurer après les pertes de l’année 1975. L’enjeu est donc déterminant pour le gouvernement comme pour l’organisation séparatiste. La fermeté de Fraga se solde par l’exécution de Berazadi le 8 avril. Cette issue tragique indigne l’opinion et toute la classe politique qui condamne fermement l’attentat, y compris le PNV. Les partis de l’opposition basque décident même de suspendre la célébration prévue le 18 avril à Pampelune de l’Aberri Eguna35, la fête de la patrie basque réprimée sous le franquisme et transformée cette année-là en « journée de deuil ». Si l’épisode est contre-productif en termes de capital sympathie pour l’organisation séparatiste, le message à l’intention des industriels est limpide.

  • 36 ABC, 6/3/1976 et Triunfo, 13/3/1976.

27L’extrême droite passe elle aussi à l’offensive au premier semestre 1976, en réaction à l’essor de la mobilisation populaire. Les menaces se font plus nombreuses et sont relayées par les attentats effectifs qui se multiplient dans le Guipúzcoa et en Biscaye contre les petits commerces des sympathisants nationalistes basques, et contre les librairies du Pays basque mais aussi de Madrid, Valence ou Valladolid. Un incident est révélateur de ces pratiques d’intimidation : J. A. Martínez Soler, directeur de la revue économique Doblón, est enlevé le 2 mars à Madrid et emmené dans la campagne par un groupe de cinq individus armés de mitraillettes. Là, il subit une sévère bastonnade pour avoir écrit un article compromettant la Garde civile, et reçoit l’ordre de quitter le pays faute de quoi il serait exécuté. L’incident reçoit la couverture médiatique attendue, l’image du visage tuméfié du journaliste est diffusée dans la presse et 400 journalistes, indignés, adressent à Fraga une lettre réclamant l’ouverture d’une enquête36. La méthode du « paseo » utilisée pendant la Guerre civile pour liquider les victimes, est réactivée sciemment pendant la transition pour intimider les opposants, le choix se portant préférentiellement sur des cibles au fort potentiel médiatique, afin de décupler la sensation de terreur. La mémoire douloureuse de la Guerre civile, instrumentalisée à foison par les discours catastrophistes proférés par les extrémistes, l’est aussi en actes, par la réactivation de certaines pratiques violentes utilisées alors. Le message est clairement ressenti par tous : si vous continuez, c’est la Guerre civile qui vous attend. Cette opération de défense d’un territoire menacé se traduit aussi par les querelles symboliques entre factions. L’offensive de « Montejurra 1976 », dans laquelle interviennent les connivences policières, a ainsi pour but pour mener la « reconquête » de la célébration carliste au détriment de l’option progressiste de Carlos Hugo mais aussi, en sous main, de décrédibiliser l’option dynastique carliste pour mieux garantir la stabilité du jeune monarque.

L’ESSOR DE LA RÉFORME AVEC SUÁREZ

  • 37 Il le qualifie de « désastre sans palliatif », la formule est restée célèbre, Newsweek, 26/4/1976.
  • 38 Par exemple, Ricardo de la Cierva signait un article révélateur dans El País, titré « Quelle erreur (...)
  • 39 La moyenne d’âge des ministres est de 44 ans.
  • 40 Tácito est un groupe de réflexion né en 1973, qui rassemble de jeunes juristes, entrepreneurs et ho (...)
  • 41 El País, 7/7/1976.

28En dépit des vives critiques adressées indirectement à son chef de gouvernement par Juan Carlos, dans une interview accordée à Newsweek le 26 avril 197637, il faut patienter jusqu’au 1er juillet pour qu’il exige sa démission. La nomination d’Adolfo Suárez pour le remplacer crée une immense surprise dans la presse38 et la classe politique qui voient en lui un jeune phalangiste dépourvu de la carrure adéquate pour mener la réforme. Pourtant, loin de ces préjugés initiaux, Suárez s’est révélé être l’homme de la transition. Il forme un cabinet d’où est exclue la vieille garde réformiste, remplacée par une jeune génération39 dominée par Osorio, second vice-président et ministre de la Présidence, issu du groupe Tácito40 tout comme Oreja aux Affaires étrangères ou Lavilla à la Justice, tandis que son compagnon du Mouvement, Martín Villa, est placé au poste clef de l’Intérieur. Les seuls représentants du « bunker » sont l’amiral Pita da Veiga à la Marine et le général de Santiago à la Défense. Immédiatement le ton change : dans une brève déclaration à la télévision le 6 juillet, lendemain de sa prestation de serment, Suárez affirme avoir comme « but ultime que les gouvernements du futur soient le résultat de la libre volonté de la majorité des Espagnols »41.

a) L’incompréhension face à la persistance des violences policières

29L’expectative face à l’action de Suárez fait de l’été 1976 un creux relatif en termes de violences : l’ETA cesse ses actions jusqu’en septembre, ce qui n’est pas le cas de l’extrême droite dont un groupuscule se livre par exemple à une vague d’attaques à Valence contre les biens de progressistes. Les GRAPO profitent également de l’été pour se faire connaître de l’opinion publique à l’occasion du 18 juillet, jour jusqu’à présent réservé aux démonstrations de l’extrême droite en commémoration du soulèvement de 1936.

  • 42 Real Decreto-Ley 10/1976 (RDL), de 30 de julio sobre amnistía (BOE, 3 et 4/8/1976). Voir infra pp. (...)
  • 43 Le Monde, 3/8/1976.
  • 44 Au Pays basque en revanche, c’est l’été 1977 qui constitue le pic de la mobilisation en faveur de l (...)

30La mobilisation politique se poursuit quant à elle dans les premiers jours du mois de juillet. En effet la plateforme unitaire de l’opposition, Coordination démocratique, a convoqué une « semaine pro-amnistie » entre le 7 et le 12 juillet qui culmine le 11, avec plus de 250 000 personnes rassemblées dans toute l’Espagne en faveur de la libération des détenus politiques et syndicaux, du retour des exilés, des libertés et de la démocratie. Une marche des libertés est organisée en Catalogne mais elle est interdite par le Gouvernement civil, pendant qu’une manifestation autorisée à Bilbao rassemble plus de 150 000 personnes pour la liberté du peuple basque et la réintégration des travailleurs licenciés. Les fêtes populaires de l’été subissent à leur tour une politisation aiguë, à commencer par la feria de Pampelune qui est l’occasion d’exhiber l’ikurriña et de faire circuler des pétitions en faveur de l’amnistie. Jusqu’à ce que le 30 juillet, le Conseil des ministres réuni à La Corogne approuve un décret d’amnistie politique, qui n’exclut que les délits de sang42. Malgré la tiède réception du décret dans les milieux de l’opposition, comme auprès des CC.OO. qui déclarent qu’elles poursuivront la lutte « jusqu’à ce que le dernier prisonnier politique sorte de prison »43, les manifestations de masse se tarissent à la vue des centaines de prisonniers qui quittent les geôles franquistes. Les convocations qui se tiennent encore fréquemment au cours de l’année 1977 en faveur d’une amnistie désormais qualifiée de « totale », sont concentrées entre les mains des partis de la gauche radicale et des nationalistes basques pour la libération des prisonniers de l’ETA, mais ne reçoivent plus la participation massive de la population au niveau national44.

  • 45 Entretien, 2006. Selon le gouverneur civil de Barcelone, l’objectif de la grève était de « récupére (...)
  • 46 Voir infra pp. 251-252.
  • 47 I. Sánchez-Cuenca et P. Aguilar Fernández, « Violencia política y movilización social », pp. 103-10 (...)

31En novembre, l’opposition tente un ultime coup de force en appelant à la grève générale le 12. D’après Sartorius, il s’agissait plus d’envoyer un signal au gouvernement Suárez que de provoquer la rupture politique par la mobilisation des masses. En effet lors d’une réunion secrète organisée par le ministre des Relations syndicales, Enrique de la Mata, et les dirigeants des CC.OO., le premier avait demandé aux syndicalistes d’être patients et d’accepter que d’autres syndicats perçus comme plus modérés, comme l’UGT, soient légalisés avant le leur. Il s’agissait donc de faire une démonstration de la puissance mobilisatrice des syndicats, en particulier communistes, en guise d’« avertissement », tout autant que de porter secours à une opposition marginalisée du processus d’élaboration de la LRP45. Mais Martín Villa à la tête du ministère de l’Intérieur met en branle tous les mécanismes préventifs et coercitifs possibles pour faire échouer la grève46. Le bilan est de 500 000 grévistes pour le gouvernement, 2 millions pour les syndicats : la journée constitue certes la mobilisation nationale la plus importante depuis la Guerre civile, mais elle n’est pas parvenue à paralyser le pays et encore moins à modifier le cours de la réforme entreprise par Suárez. D’autres revendications prennent ensuite le relais de la mobilisation populaire, en particulier celles qui touchent à l’émancipation des libertés régionales, comme la Diada, jour de la patrie catalane, qui rassemble plus de 50 000 personnes aux alentours de Barcelone le 11 septembre 1976 et un million en 1977. De fait, si le taux de participation aux manifestations atteint son apogée, non pas en 1976, mais au second semestre 1977, cellesci, devenues légales (et donc susceptibles d’attirer plus de monde) s’inscrivent dans un tout autre cadre revendicatif. Elles sont désormais motivées par les exigences autonomistes et par la crise économique47. Au second semestre 1976, le motif dominant de la mobilisation est néanmoins encore lié à la répression, qui provoque plus de victimes en cette première étape de la transition que les groupes terroristes.

  • 48 Le doute subsiste sur l’origine des tirs, qui pourraient aussi provenir d’individus d’extrême droit (...)

32En effet l’arrivée de Suárez n’a pas entraîné de mutation immédiate en termes de libertés publiques. Les cadres légaux sont encore ceux du régime précédent et les forces de l’ordre provoquent de nombreuses victimes. Entre janvier 1976 et octobre 1977, on compte 18 personnes tuées par la police dans des manifestations et 32 (dont 7 terroristes) lors de contrôles ou d’interpellations. La première victime de la dispersion brutale des manifestations sous le gouvernement Suárez est M. N. Menchaca, tuée à Santurce (Biscaye) le 9 juillet en pleine semaine proamnistie48. Elle est suivie par F. J. Verdejo, militant des jeunesses du PTE (Joven Guardia Roja), tué le 13 août par la Garde civile qui l’a surpris à Almería en train de faire un graffiti demandant du pain et du travail. La liste se poursuit avec la mort du jeune membre des CC.OO. J. M. Zabala à Fuenterrabía (Guipúzcoa), victime d’un tir de la Police armée le 8 septembre au cours d’une fête populaire. Le 22 septembre, c’est au tour de Bartolomé García d’être victime d’une erreur policière à Santa Cruz de Tenerife. Le 28 novembre ce sont deux jeunes garçons, S. Navas et J. Nuin qui décèdent des balles tirées par un garde civil en civil lors d’incidents dans une salle des fêtes de Santesteban (Navarre) ; tandis que le 15 décembre, jour du référendum, Á. Almazán, jeune militant de l’ORT est tué dans une manifestation à Madrid. Le 9 janvier suivant à Sestao (Biscaye) J. M. Iglesias meurt d’insuffisance cardio-vasculaire dans une course poursuite avec la police, suite à la dispersion d’une manifestation en faveur de l’amnistie.

33Ces victimes de la brutalité policière sont perçues très négativement par la population qui se mobilise pour protester contre une répression persistante : toutes ces morts provoquent des manifestations de foule aux enterrements (25 000 personnes pour Iglesias, 30 000 pour Menchaca et García, 50 000 pour Zabala), des grèves massives de protestation (200 000 grévistes en Biscaye le 14 septembre suite à la mort de Zabala, tandis qu’une grève générale paralyse l’île de Tenerife le 27 septembre), des pétitions populaires pour exiger l’éclaircissement des faits et, bien sûr, des communiqués des partis politiques de l’opposition. C’est que le décalage entre les expectatives de changement et une politique du maintien de l’ordre encore héritée de l’ancien régime engendre un grand sentiment d’incompréhension et de frustration.

b) Le pic de violences de la Loi pour la Réforme politique

  • 49 À l’exception des sénateurs nommés par le roi, dont le nombre ne peut dépasser le cinquième des élu (...)
  • 50 DSC, 29, X Legislatura, 16, 17 et 18/11/1976, pp. 1-207. Il est approuvé à 425 voix pour, 59 voix c (...)

34Au niveau politique pourtant, la réforme avance à grands pas. Suárez noue les premiers contacts avec l’opposition dès le mois de juillet et met sur pied la LRP, qui a pour objectif de restaurer la souveraineté du peuple depuis la légalité antérieure. Le projet de loi garantit les droits fondamentaux de l’individu et prévoit l’élection au suffrage universel49 de deux chambres (Congrès et Sénat) chargées de la rédaction d’une Constitution : sans le dire, il suppose de fait la disparition du cadre institutionnel du franquisme. Le gouvernement, qui s’est assuré du soutien des militaires, se lance dans d’intenses négociations avec les procuradores du régime antérieur afin de les amener à accepter leur propre dissolution : le 18 novembre, le projet est approuvé dans ce qu’on a appelé le « hara-kiri » des Cortès50, avant d’être ratifié par référendum le 15 décembre 1976, par 94 % de oui.

  • 51 L’attentat, commis en plein cœur de Saint-Sébastien, provoque aussi la mort de trois policiers et d (...)
  • 52 Communiqué du gouvernement, El País, 5/10/1976.
  • 53 Voir notamment le débat tendu du 6 octobre aux Cortès, où règne une atmosphère de belligérance cont (...)

35La conjoncture politique de l’automne 1976 est donc canalisée par le projet de réforme. Or notre corpus met en évidence un pic spectaculaire de violences à ce moment-là. Après la pause de l’été 1976, l’ETA revient sur le devant de la scène avec l’assassinat le 4 octobre du président de la Diputación du Guipúzcoa, J. M. de Araluce, également conseiller du Royaume51. L’attentat provoque une réunion extraordinaire du gouvernement et un communiqué lu le jour même par Martín Villa à la radio et à la télévision, qui rassure l’opinion sur une éventuelle proclamation de l’état d’urgence tout en maintenant une position d’une grande fermeté pour « empêcher à tout prix l’activité de groupes subversifs qui utilisent la violence comme norme d’action politique »52. La capitale de la province du Guipúzcoa se réveille le lendemain en état de siège, des commandos d’extrême droite ivres de vengeance livrent le centre ville à la panique. De fait l’attentat provoque un raidissement des secteurs ultras du régime et rend encore plus difficile la négociation en cours de la LRP au sein du Conseil national du Mouvement53.

36La campagne électorale liée au référendum ne se joue pas seulement sur le terrain du discours et de la propagande politique, elle est aussi relayée par les actions violentes. Sur les bancs de l’opposition, les partis se prononcent pour l’abstention active, même si la campagne s’effectue mollement : d’un côté ils ne peuvent accepter une réforme qui provient des entrailles du franquisme et se montrent encore partisans d’une rupture juridique et politique avec le régime antérieur, de l’autre ils sont conscients de l’immense avancée supposée par la LRP et des conséquences dramatiques qu’entraînerait une victoire du non. Les partis d’extrême gauche, qui appellent aussi à l’abstention (ORT, MCE, PTE), sont donc les seuls à tenter de mobiliser les foules sous l’œil complaisant mais déjà lointain de la gauche modérée. Cette mobilisation est fondamentalement pacifique, notre corpus ne recense pas d’événements violents commis alors par ce secteur politique, à l’exception de quelques cocktails Molotov lancés contre des casernes. Seuls les GRAPO montrent leur opposition à la réforme par trois attentats commis le 5 décembre contre des installations de RTVE à Madrid et Guadalajara dans ce qu’ils appellent l’« Opération papier », mais surtout par l’enlèvement du président du Conseil d’État le 11 décembre. Les GRAPO, qui accèdent à la notoriété par ce kidnapping, parviennent à inquiéter les milieux politiques à quelques jours du référendum.

37C’est donc surtout l’extrême droite qui est responsable du pic observé au dernier trimestre 1976. Notre corpus recense plus de 110 actions commises par l’extrême droite entre le 1er septembre 1976 et la fin de l’année. Cellesci restent encore majoritairement du domaine de la menace (le tiers des actions) dirigée contre les cibles traditionnelles que sont les journalistes et les librairies. Mais l’extrême droite s’attaque aussi aux locaux associatifs de gauche, comme le 2 novembre à Málaga quand un commando d’une dizaine de membres du FAE, armés de revolvers, prend d’assaut le local d’un centre de jeunesse, insulte les présents et agresse l’un d’eux. Elle s’attaque physiquement aux individus, passant de la menace verbale à l’intimidation physique. Les agressions physiques se multiplient. L’étudiant Carlos González en fait les frais le 27 septembre 1976 quand il est assassiné d’un tir dans les reins en marge d’une manifestation en souvenir des dernières exécutions du franquisme. Ce crime suscite des réactions enflammées de l’opposition, dont la plateforme unitaire convoque une journée de lutte le 1er octobre en signe de protestation. Sans motif apparent, R. Martín Pajares est blessé le 16 novembre à Madrid par des balles tirées par un groupe d’extrême droite qui collait des affiches appelant à la manifestation du 20-N en hommage à Franco. Le 14 septembre à Vitoria, c’est une femme, membre des CC.OO., récemment amnistiée et sortie de prison, qui est attaquée par un groupe de jeunes avec des chaînes, avant d’être enlevée six jours plus tard par une bande qui l’emmène dans les champs, la bastonne et la menace de mort : l’intimidation fonctionne puisque la victime abandonne la ville de peur de nouvelles attaques. Ce style d’agressions se répète par exemple le 15 octobre à Barcelone contre un militant de l’UGT que cinq individus néo-nazis forcent à manger une photo qui le montre à un meeting du syndicat, frappent et tentent d’incendier en le couvrant d’essence. Ou le 13 décembre quand un jeune militant du Mouvement communiste d’Euskadi est séquestré à Ermua (Biscaye), conduit dans les montagnes, menacé et torturé par des GCR. L’extrême droite cherche par ces pratiques de plus en plus brutales à insuffler la peur parmi les sympathisants de l’opposition et à faire échouer le projet de réforme politique.

  • 54 El País, 15/12/1976.

38La recrudescence des actions violentes au moment de l’avènement de la première loi qui s’attaque frontalement au régime franquiste, rencontre cependant la position rassurante de Suárez qui, dans son discours de clôture de la campagne électorale le 14 décembre à la télévision, appelle la population à la sérénité, dénigre le « langage de la violence [qui] n’est plus le langage de notre peuple », désamorce le sentiment d’inquiétude que « la force de la violence, la menace, l’enlèvement et le crime » tendent à semer, et demande aux Espagnols de contribuer par leur vote positif au changement « pacifique, sans révolutions et sans traumatismes » que le projet de loi leur propose54.

c) La « Semaine noire », du 23 au 28 janvier 1977

  • 55 Sur la « Semaine noire », voir S. Baby, « Violence et transition en Espagne : la Semaine noire de M (...)
  • 56 Sur le crime d’Atocha, voir le récit de A. Ruiz Huerta Carbonell, La memoria incómoda et La matanza (...)

39L’euphorie du triomphe électoral de décembre 1976 est vite perturbée par une conjonction de violences qui survient en janvier 1977 lors d’une semaine restée dans les mémoires comme la « Semaine noire »55. Tous les commentaires s’accordent à voir en cette semaine le moment le plus critique de la transition, comme celui où tout était possible. Résumons très brièvement les faits, qui ont pour bilan dix morts en quelques jours. La semaine est initiée le dimanche 23, quand un étudiant de 19 ans, Arturo Ruiz García, est tué par balles par des extrémistes de droite lors d’une manifestation en faveur de l’amnistie. Le lendemain est la journée la plus sombre : elle commence avec l’enlèvement du lieutenant-général Emilio Villaescusa, président du Conseil suprême de Justice militaire, ex-chef de l’État-Major central, par un commando des GRAPO qui garde toujours Oriol en otage. Elle se poursuit par la mort de María Luz Nájera, une étudiante de 21 ans, qui décède après avoir reçu dans la tête une grenade lacrymogène lancée par les forces de l’ordre dans une manifestation de protestation contre la mort de Ruiz. Enfin le même soir, a lieu l’attentat resté dans les mémoires comme l’un des plus cruels de la transition, sous le nom de tuerie d’Atocha : trois individus armés de mitraillettes entrent dans un bureau d’avocats du travail, communistes, et mitraillent de sang-froid, à bout portant la dizaine d’avocats présents. Le bilan est de cinq morts et de quatre blessés graves. L’enquête ultérieure montre que les assassins étaient liés aux milieux d’extrême droite (à FN notamment) et au Syndicat vertical des Transports de Madrid, alors en prise à une grande grève56.

  • 57 Le procès a lieu en février 1980, il condamne cinq militants d’extrême droite à des peines d’un à 2 (...)

40Des réactions unanimes d’indignation et de deuil marquent le pays les jours suivants, en particulier le 26, journée de protestation convoquée par les syndicats à laquelle répond un demi-million de travailleurs dans toute l’Espagne, sous la forme d’arrêt partiel du travail. Ce même jour, une immense manifestation pacifique à Madrid convoquée par le Parti communiste et qui rassemble plus de 100 000 personnes, accompagne le cortège funèbre des avocats. Après l’accalmie du 27 janvier, le retour de la terreur se traduit par l’assassinat, le vendredi 28, de trois agents des forces de l’ordre dans deux attentats revendiqués par les GRAPO. Leur enterrement donne lieu à de vifs incidents provoqués par les ultras, qui démontrent leur hostilité à la réforme par l’exhibition des signes symboliques du franquisme — vivats à la police, à la Garde civile, à Franco, salut phalangiste, slogans hostiles au communisme, aux francs-maçons, au gouvernement, Cara al Sol — et conspuent violemment Gutiérrez Mellado, vice-président du gouvernement aux affaires de la défense, accusé de trahison. Il faut ensuite attendre jusqu’au 11 février pour que la police libère les deux otages des GRAPO et arrête les coupables. Quant aux assassins d’Atocha, ils sont arrêtés en mars mais leurs liens avec certaines personnalités du « bunker » franquiste ne seront que partiellement établis57.

  • 58 Voir infra p. 296.
  • 59 À l’exception le 11 février 1977 d’une fusillade qui éclate à Barcelone entre des policiers et un g (...)

41Les commentaires apocalyptiques qui ponctuent les événements, l’interprétation de la conjonction de violences selon la figure du complot et les mesures d’exception prises par un gouvernement qui refuse cependant de décréter l’état d’urgence58, témoignent du danger auquel les Espagnols sont alors conscients d’être confrontés. Pourtant, à l’exception de cette semaine tragique, le trimestre 1977 est relativement calme au niveau macro, il correspond même à un creux entre les pics de l’automne 1976 et du printemps 1977. Les GRAPO ne ressurgissent pas avant le mois de juin59, l’ETA qui a gagné la bataille de l’ikurriña, tolérée par le gouvernement depuis la fin 1976, reste dans l’ombre et l’extrême droite poursuit ses pratiques d’intimidation où se mêlent menaces, agressions, attaques à l’université et destructions de librairies sans pour autant se lancer dans une « stratégie de la tension ».

d) La légalisation du PCE, une crise redoutée et désamorcée (9 avril 1977)

  • 60 Les partis de l’opposition se réunissent en décembre 1976 pour fonder une « commission de négociati (...)

42Pendant ce temps, le processus de réformes s’accélère depuis l’approbation de la LRP. Les libertés publiques font un bond en avant avec la disparition du TOP (Tribunal de l’ordre public) qui était chargé de la poursuite des délits politiques, l’abrogation de la responsabilité pénale subsidiaire qui condamnait à la prison en cas d’amende impayée, l’élargissement de la liberté d’expression et du décret d’amnistie, la liberté syndicale et la suppression du Mouvement national, ainsi que la progressive reconnaissance des partis politiques et des syndicats. Le 23 décembre 1976 sont entamées les négociations officielles avec l’opposition, y compris communiste, représentée par la « Commission des Neuf »60. Le chemin vers les élections est ouvert, leurs modalités sont fixées par la loi électorale approuvée en mars. Encore faut-il que les partis politiques aient été préalablement légalisés. La légalisation est facilitée par les nouvelles dispositions adoptées en février qui attribuent au Tribunal suprême, et non plus au seul ministère de l’Intérieur, le pouvoir de rejeter les propositions. Elle ne pose de fait pas de souci majeur — les partis socialistes sont légalisés en février — sauf pour le Parti communiste et tous ceux qui se situent à sa gauche.

  • 61 Voir infra p. 266.

43Les péripéties qui ont précédé la reconnaissance du parti sont connues, depuis l’arrestation de Santiago Carrillo le 22 décembre jusqu’à l’annonce de la légalisation du parti le 9 avril, jour du Samedi saint, en passant par l’entretien secret entre Suárez et Carrillo le 27 février et les allers-retours du dossier entre les instances judiciaires et le gouvernement qui se renvoient la responsabilité de la décision. C’est que l’enjeu est de taille et les risques d’une réaction violente des tenants du « bunker » réels : le communisme incarne l’ennemi intérieur contre lequel le franquisme a construit son identité, franchir le pas de sa reconnaissance est briser l’un des axes vertébraux de l’idéologie qui a dominé l’Espagne pendant quarante ans. Les militaires y sont particulièrement sensibles, eux qui ont acquis leurs lettres de noblesse dans le combat contre l’ennemi communiste pendant la Guerre civile, et à qui Suárez aurait garanti l’exclusion du Parti communiste du nouveau jeu politique lors de la réunion controversée du 8 septembre 197661.

  • 62 Voir le récit du vice-président à la Défense, M. Gutiérrez Mellado, Un soldado de España, pp. 148-1 (...)
  • 63 Ces données sont précises car nous bénéficions pour cette période, rappelons-le, des bulletins d’in (...)

44Pourtant, la violence redoutée ne s’est pas produite. Les réactions se sont dans une large mesure limitées à des manifestations verbales de désapprobation : les milieux ultras ont condamné l’événement par de durs communiqués comme celui de Fraga qui le considère comme un « véritable coup d’État ». Les militaires ont exprimé leur désaveu profond dans un communiqué émis par le Conseil supérieur de l’armée qui s’est réuni dans une ambiance crispée, mais la démission de l’amiral Pita da Veiga, ministre de la Marine, n’a pas été suivie de démissions en chaîne et les troupes autant que les officiers ont absorbé l’événement avec discipline62. Notre corpus ne recense, en termes de violences physiques, que quelques actions isolées, une quinzaine tout au plus dirigées contre les symboles de l’idéologie communiste63. Dans le registre de l’intimidation, on compte des menaces brandies contre plusieurs cabinets d’avocats du travail à Madrid, quelques alertes à la bombe dans des locaux du PCE, une manifestation de protestation le 12 avril à Madrid dans laquelle anciens combattants et militants extrémistes parcourent en voiture les artères de la capitale, brandissant le drapeau national et scandant les hymnes traditionnels et des vivats à Franco. Quelques tables de propagande du PCE et du PSOE sont attaquées par des militants de FN à Madrid, ou des stands de l’ORT à Pampelune. Des voitures sont incendiées, tels deux véhicules à Barcelone dans un acte de vandalisme signé d’une faucille et d’un marteau. Des locaux sont détruits, comme un local du PCE en construction à Madrid qui essuie un cocktail Molotov le 14 avril, un à Grenade qui en encaisse deux le 15, une société culturelle communiste qui est mitraillée à Valence le 16 et un local du PCE qui est victime d’un attentat à Elche le 18. Le bureau d’un avocat également dirigeant du Parti communiste d’Euskadi, est mitraillé une nuit en Biscaye. Enfin des affrontements ont lieu entre groupes opposés, comme le 20 avril à Madrid entre militants du PTE et extrémistes de droite. C’est peu au regard de la crise redoutée, les violences attendues n’ont finalement pas eu lieu, les nostalgiques du franquisme se sont contentés de se réapproprier symboliquement un espace public perdu.

  • 64 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 64.
  • 65 Dès le 14 avril se réunit le Comité central du Parti, qui décide à l’unanimité d’adopter le drapeau (...)

45La légalisation avait été préparée de façon à désamorcer toute tentative de rébellion. Le Parti communiste s’était progressivement imposé sur la scène publique : Carrillo, libéré quelques jours après son arrestation, était depuis lors toléré en Espagne, il avait même été autorisé à célébrer une « chambre eurocommuniste » à Madrid le 2 mars en compagnie des partis communistes italien (avec Berlinguer) et français (avec Georges Marchais), réunion dont la finalité n’était autre, selon Martín Villa, que d’avoir lieu publiquement sur le sol espagnol64. Le Parti s’était doté d’une image rassurante dont la démonstration la plus éclatante avait été la manifestation du 26 janvier pendant la « Semaine noire », pacifique et d’un silence impressionnant, qui avait prouvé son sens de la responsabilité et sa capacité à mobiliser et à discipliner ses troupes : d’un avis unanime, le PCE a gagné sa légalisation ce jour-là. La prudence a aussi guidé le parti aux lendemains de sa légalisation, qui n’ont pas été le théâtre d’exhibitions de joie trop marquées. La direction du parti adopte en outre de suite le drapeau sang et or de la monarchie, apaisant par ce geste certaines inquiétudes quant à ses objectifs politiques65. Enfin le gouvernement aussi a manœuvré en finesse en veillant à tout moment à respecter la légalité par un recours aux instances judiciaires et en choisissant l’un des jours de vacances les plus affluents de l’année pour annoncer la nouvelle, évacuant ainsi le risque de réactions massives dans les rues.

46Les élections peuvent désormais avoir lieu en toute crédibilité, le gouvernement annonce mi-avril qu’elles auront lieu le 15 juin et la campagne électorale est ouverte le 24 mai.

e) Les violences de la campagne électorale de juin 1977

  • 66 Voir infra p. 259.

47Dès lors, la répression envers les partis d’opposition diminue. Le PSOE avait déjà pu célébrer son XXVIIe congrès en décembre 1976 à Madrid, les arrestations pour propagande se limitent en 1977 aux militants du Parti communiste et des partis d’extrême gauche, et après la légalisation du premier, aux sympathisants des seconds, qui ne seront pas reconnus avant les élections. Les manifestations continuent quant à elles à être sévèrement réprimées, le gouvernement redoutant avant tout les altérations de l’ordre public : la commémoration de Vitoria le 3 mars et la fête de la patrie basque, l’Aberri Eguna, le 10 avril, sont interdites et rencontrent un puissant dispositif policier pour empêcher leur célébration, tandis que le 1er mai n’est que partiellement autorisé et réduit à des réunions confinées dans des espaces clos66.

  • 67 AGA, BI, 31/3/1977 ; AGA, Memoria del Gobierno Civil, Navarre, 1977.
  • 68 Il s’agit de R. Gómez Jáuregui, tué le 12 mai à Rentería des balles de la Garde civile ; J. L. Cano (...)
  • 69 Le communiqué issu d’une réunion des CC.OO. le 15 mai, autorise une solidarité avec les travailleur (...)

48Dans ce contexte les affrontements sont inévitables et produisent encore des victimes mortelles, comme le 12 mars quand J. L. Aristizabal décède des suites d’une blessure causée par une balle en caoutchouc lors d’une manifestation en faveur de l’amnistie, à Saint-Sébastien. Dans les manifestations de protestation qui suivent, un autre civil, militant d’Acción Nacionalista Vasca, est victime d’une autre balle en caoutchouc à Pampelune67. Le moment le plus meurtrier de cette période est la « semaine pro-amnistie » convoquée au Pays basque entre le 7 et le 15 mai, dont les revendications principales sont la libération de tous les prisonniers politiques et la légalisation de tous les partis avant les élections de juin, une cinquantaine de maires basques menaçant même de démissionner. La forte mobilisation se heurte là encore à l’extrême brutalité des forces de l’ordre : les affrontements se soldent par un bilan de six morts68, chaque victime déclenchant un regain de la mobilisation et de la répression, dans une spirale qui transforme le Pays basque en véritable champ de bataille. Les syndicats sont divisés sur la posture à adopter, hésitant entre un soutien inconditionnel aux grévistes d’Euskadi et une prudence héritée de l’expérience de Vitoria l’année précédente, qui leur fait préférer le dialogue et la négociation à une tension déstabilisatrice qui pourrait conditionner négativement le vote à venir69. Le conflit politique s’intensifie en Euskadi malgré la tolérance de l’ikurriña, les nationalistes abertzales poussant le gouvernement aux limites de sa permissivité avant les élections de juin, sur fond d’une recrudescence de la violence etarra.

49L’ETA relance en effet une lutte armée assoupie depuis l’attentat contre Araluce en octobre, avec l’assassinat le 13 mars d’un garde civil à Mondragón (Guipúzcoa), et le 18 mai d’un agent de la Police armée à Saint-Sébastien. Mais c’est encore par une prise d’otages qu’elle accapare la scène médiatique, comme en 1976 avec l’enlèvement de Berazadi : le 20 mai, elle enlève à Guecho (Biscaye) Javier Ybarra, conseiller de la Banque de Biscaye, procurador aux Cortès et ancien maire de Bilbao, exigeant pour sa libération une rançon d’un milliard de pesetas. Malgré d’intenses tractations de la famille pour obtenir l’inaccessible somme demandée, et en dépit des mesures de grâce adoptées en Conseil des ministres le jour de l’enlèvement qui accordent l’exil aux prisonniers politiques basques condamnés pour délit de sang, Ybarra n’est pas libéré à l’expiration de l’ultimatum le jour des élections et son cadavre est retrouvé le 22 juin, comme signal de terreur adressé aux entrepreneurs basques qui refusent de payer l’impôt révolutionnaire.

50Notre corpus signale un pic aigu de violences au second trimestre de 1977, qui correspond aux semaines précédant les élections : celles-ci, comme lors de la négociation de la LRP, attisent les tensions politiques et les actions violentes se superposent à la campagne électorale verbale et pacifique. Grâce aux bulletins quotidiens d’information émis par les autorités, l’information est très précise sur la période : notre fichier recense ainsi plus de 200 actions violentes commises entre le 15 mai et le 15 juin, qui touchent en premier lieu Madrid avec le tiers d’entre elles, puis Barcelone, suivies par les capitales des provinces basques, andalouses et valenciennes. Certes la campagne électorale et les élections se sont déroulées sans incident majeur mais elles ont donné lieu à une recrudescence de l’action directe de la part des groupes radicaux qui cherchent à s’imposer dans un espace politique d’où ils se sentent exclus ou dont ils ne veulent pas.

  • 70 A. Guerra, Cuando el tiempo nos alcanza, pp. 239-240.

51L’ETA est responsable du tiers des incidents liés à la campagne, qu’elle cherche à perturber entre le 2 et le 15 juin par une série d’explosifs qui détruisent des relais de communications, des installations électriques, des voitures, des commerces, des monuments ou des casernes de la Garde civile, avant d’entrer dans une phase attentiste jusqu’en octobre suivant. Le mouvement indépendantiste canarien augmente également sa pression en mai et juin 1977, sous la forme d’une campagne d’explosifs contre diverses entreprises et bâtiments administratifs. Tandis que les GRAPO font preuve cette fois d’une capacité d’action limitée : s’ils assassinent deux gardes civils le 4 juin à Barcelone, c’est en représailles à la riposte policière au cours de l’attaque d’une banque quelques jours auparavant qui avait causé deux blessés parmi les terroristes. Ce sont donc les groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche qui se mobilisent de façon violente avec plus de 70 incidents à leur actif pendant ce mois de campagne. Si l’extrême gauche mène une action plutôt traditionnelle contre les biens administratifs, tribunaux et ministères, ou les banques, l’extrême droite vise plus directement les forces de l’adversaire, notamment les locaux des partis comme ceux du PSP qui ont subi trois attaques de l’extrême droite à Alicante et à Séville. Alfonso Guerra rapporte dans ses mémoires comment son bureau du Parti socialiste a été mitraillé à Madrid en pleine nuit, alors qu’il était en train d’y travailler70. Les extrémistes multiplient aussi les agressions en bande contre des adversaires en train de distribuer de la propagande, comme le 23 mai quand des membres du PCE et du PSP collant des affiches sont agressés dans le quartier de Salamanca à Madrid par une bande adverse dotée d’armes à feu ou inversement, quand le 3 juin un militant de FN est frappé à coups de barre de fer à Madrid. Ils boycottent des meetings, comme celui du Frente Nacional Revolucionario le 25 mai à Barcelone qui se solde par trois blessés et deux voitures détruites, ou à l’inverse celui du Parti socialiste de Galice le 1er juin à Orense, interrompu par l’explosion d’une bouteille remplie de dynamite qui blesse deux enfants. Il s’agit donc clairement pour les groupes qui s’affrontent de nuire à la capacité électorale de l’adversaire par des mesures d’intimidation physique.

52Pourtant les Espagnols ont clairement fait le choix du centre et de la modération en concentrant leurs voix sur l’UCD de Suárez et le PSOE, discréditant les options radicales de droite comme de gauche. Découragés, les extrémistes s’accordent une pause à l’été 1977, le temps que le nouveau parlement élu se constitue et se dote de son règlement intérieur, et que les groupes parlementaires élaborent leur programme politique.

53La première étape s’achève ainsi sur la mise en route du système parlementaire et des chambres chargées de la rédaction de la future Constitution. Elle est celle où a dominé l’incertitude sur l’avenir de l’Espagne. Face à l’inconnu, la pression populaire a pris des proportions inédites pendant les premiers mois de 1976, quand les conflits du travail impulsés par les syndicats clandestins et les revendications sociales manipulées par les partis, ont dérivé en mobilisations politiques en faveur des libertés publiques et d’une amnistie générale pour les prisonniers et les exilés. L’État non encore réformé a réagi suivant les codes du régime antérieur, provoquant des affrontements d’une grande violence avec les grévistes/manifestants. Les cinq morts de Vitoria en mars 1976 en sont l’aboutissement paroxystique, mais ils sont loin d’être les seules victimes d’une violence policière qui a fait plus de morts dans ces premières années que la violence protestataire. Celle-ci n’est pourtant pas seulement liée à la mobilisation sociale, elle est au contraire intimement dépendante des étapes politiques du processus de réformes. La négociation de la LRP et la campagne électorale du printemps 1977 ont focalisé aussi bien les violences urbaines de basse intensité que les actions terroristes. Les organisations terroristes cherchent à perturber un processus de réforme qu’elles jugent minimaliste et qui ne répond pas à leurs aspirations jusqu’au-boutistes, elles frappent donc de façon ciblée au moment opportun pour faire céder le gouvernement, provoquant de fortes réactions comme avec l’assassinat d’Araluce ou les enlèvements d’Oriol et de Villaescusa. Tandis que les groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche, peu organisés, agissent de façon relativement spontanée et éclatée dans l’espace public, s’attaquant aux biens de l’adversaire politique conjoncturel ou systémique, par des actions ponctuelles et destructrices commises en bande. Les pratiques d’intimidation par la menace et l’agression physique sont un autre élément de cette tactique de harcèlement de l’autre, qui vise à conquérir symboliquement et physiquement un territoire qui leur échappe, soit qu’ils considèrent comme un patrimoine propre un espace public qu’ils ont dominé exclusivement pendant quarante ans, soit au contraire qu’ils essaient de s’approprier par la lutte armée un espace qui les a rejetés pendant toutes ces années. Dans cette quête défensive ou offensive de la domination de la rue et du champ politique par des moyens violents, l’extrême droite se démarque par l’ampleur de sa capacité d’action qui peut se révéler particulièrement meurtrière : deux des grandes crises de la période sont de sa responsabilité, Montejurra et Atocha.

54Le sens profondément politique de cette agitation urbaine tend à s’estomper une fois établies les règles d’un nouveau système politique qui s’est construit sans ces groupes radicaux et même contre eux, mais avec l’approbation de la majorité écrasante de la société. Une seconde étape de la transition s’ouvre alors, celle de l’escalade terroriste.

III. — L’ESCALADE TERRORISTE (1978-1980)

55La phase d’incertitude sur l’avenir s’achève pour laisser place à une étape de construction et de consolidation du système démocratique cristallisé dans la Constitution approuvée par référendum le 6 décembre 1978. Les violences adoptent désormais des contours et des objectifs mieux définis : il ne s’agit plus de chercher à faire entendre sa voix parmi la cacophonie ambiante et d’espérer peser sur la détermination de l’avenir, mais de mettre un terme abrupt au processus en cours pour remettre à plat les coordonnées du changement. L’opposition devient frontale et logiquement, de plus en plus meurtrière. L’année 1978 marque un point de rupture dans la morphologie des violences : désormais les violences terroristes passent au premier plan devant celles de basse intensité qui tendent à disparaître. Une seconde phase se dessine, celle d’une dérive terroriste de la violence qui atteint son zénith en 1980, dans une tentative ultime de renverser un processus qui apparaît de plus en plus solide et satisfaisant pour la majorité. Elle s’achève en 1981, notre corpus signalant une baisse spectaculaire des violences cette année-là. La décrue est amorcée plus précisément au second trimestre de 1981, mais le coup d’État du 23-F constitue une rupture politique tellement significative que les calculs s’étendront, pour cette seconde période, du dernier trimestre 1977 au 23 février 1981.

LA SPÉCIALISATION DES VIOLENCES

56La spirale terroriste s’accompagne d’une spécialisation croissante de la violence repérable dans tous les indicateurs. Les acteurs sont moins diffus que lors de la période précédente et sont désormais clairement identifiés à trois groupes connus : l’ETA, les GRAPO et l’extrême droite (graphique 16, p. 192). L’ETA domine très nettement les violences protestataires de la période, encore plus en termes de victimes (72 %) qu’en termes d’actions violentes (41 %), et ce de façon bien supérieure à l’étape précédente (49 % et 19 %). L’extrême droite occupe la seconde place, avec 29 % des actions violentes et 13 % des victimes, son poids relatif ayant significativement diminué, surtout en termes de nombre d’actions commises. En troisième position viennent les GRAPO, alors que le reste de l’extrême gauche disparaît pratiquement du panorama de la violence. La majorité des groupes marxistes-léninistes ou libertaires reconnaît le caractère démocratique, libre et pluriel du régime instauré par la Constitution et opte pour la voie de l’intégration pacifique dans le système parlementaire. Ceux qui persistent dans la voie du conflit réduisent progressivement le recours à la violence, sous le coup de l’isolement croissant et de l’efficacité de la répression policière. Le MPAIAC quitte également l’éventail des organisations terroristes suite à l’attentat contre son leader en 1978 et à l’échec de sa stratégie diplomatique parallèle. Il est relayé sur le plan de l’indépendantisme par un nouveau groupe basé en Catalogne, Terra Lliure, qui fait sa première timide apparition en 1980 et dont l’histoire appartient à la période suivante. Enfin les forces de l’ordre continuent à commettre des bavures en nombre quasi-constant, mais elles se produisent de moins en moins lors de manifestations et de plus en plus lors d’affrontements avec des délinquants ou des groupes terroristes.

57Ne restent donc en lice que des groupes marqués par une dérive terroriste qui se traduit par une nette augmentation de leur impact meurtrier. Les années 1978, 1979 et 1980 sont les plus sanglantes, avec 435 victimes soit un mort tous les 2 ou 3 jours. La volonté de tuer conduit les violents à utiliser massivement l’arme à feu, trois fois plus en moyenne que dans la période précédente. Le pistolet et la mitraillette, armes les plus meurtrières, le sont encore plus pendant cette période puisque près des trois quarts de victimes de la violence protestataire meurent des suites de blessures par balles. À partir de 1978, les corps armés (Garde civile, police, militaires) sacrifient plus de vies sur l’autel des violences insurgées (49 % contre 38 % pendant l’étape précédente) que les civils qui étaient jusqu’alors majoritaires (44 % contre 51 % auparavant) [graphique 17, p. 192]. Certes 167 civils ont encore trouvé la mort en ces trois années, et parmi eux, plus de la moitié (88) sont des « civils anonymes », sans appartenance sociopolitique marquée, mais ce qui marque la période est la dérive sanglante focalisée sur des cibles choisies pour leur uniforme. Les militaires notamment, jusque-là épargnés, deviennent une cible de choix à partir de l’automne 1978 tant pour l’ETA que pour les GRAPO. De même les casernes de la Garde civile et les commissariats de police, symboles du pouvoir répressif de l’État, sont fortement touchés par une violence qui vise au-delà tous les attributs du pouvoir central, les bâtiments administratifs représentant l’État (tribunaux, ministères, délégations du gouvernement en province, sièges des Gouvernements civil et militaire) restant un objectif de prédilection des GRAPO. Une telle concentration est révélatrice de l’affrontement ouvert avec l’État dans lequel sont entrés les groupes contestataires. Il ne s’agit plus simplement d’espérer influencer le cours de la réforme, mais de faire fléchir l’État par une stratégie meurtrière jusqu’au-boutiste.

GRAPHIQUE 16. — Les acteurs des violences protestataires (3), octobre 1977 - 23 février 1981

GRAPHIQUE 16. — Les acteurs des violences protestataires (3), octobre 1977 - 23 février 1981

GRAPHIQUE 17. — Évolution chronologique comparée des victimes mortelles de la violence protestataire (par an et par type)

GRAPHIQUE 17. — Évolution chronologique comparée des victimes mortelles de la violence protestataire (par an et par type)
  • 71 Le 17 mars 1978, l’ETA fait exploser une bombe dans la centrale nucléaire de Lemóniz. Elle n’averti (...)
  • 72 Exactement 56 %.

58C’est le cas pour l’organisation séparatiste basque qui est entrée en 1978 dans la phase la plus sanglante de son histoire jusqu’à atteindre son paroxysme en 1980 où elle tue plus de 100 personnes. Ses actions sont commises à 43 % avec une arme à feu contre à peine 19 % pour la période précédente, tandis que l’explosif n’est plus employé que dans 31 % des cas contre 51 % auparavant : il n’y a aucun doute sur la nouvelle volonté meurtrière de l’ETA, qui n’a pas pour autant cessé d’entretenir ses sources de financement par la pratique de l’enlèvement puisque près de 50 personnes sont prises en otage. C’est au cours de cette étape-là que l’ETA lance également sa campagne contre le nucléaire qui vise à saboter les installations de l’entreprise d’énergie électrique Iberduero, non sans provoquer quelques victimes accidentelles71. Conséquence de l’offensive etarra et de la perte de vitesse de l’extrême gauche, la violence se polarise de plus en plus sur la région basque : de 38 % auparavant, la région est le théâtre de 46 % des actions violentes en 1978 et 1979, avant de passer en 1980 la barre des 50 %72. Les GRAPO, en dépit d’un poids relatif similaire à l’étape précédente, tournent en réalité eux aussi leurs scènes les plus sanglantes. C’est en 1979 qu’ils atteignent leur apogée, aussi bien en termes de nombre d’attentats commis que de nombre de victimes, témoignant ainsi de leur rejet de la légitimité constitutionnelle. Si comme l’ETA ils ont recours plus fréquemment à l’arme à feu (utilisée dans 28 % des cas contre 10 % précédemment) dans une volonté explicite de tuer, ils gardent une prédilection pour le matériel explosif qui reste l’arme utilisée dans plus de la moitié de leurs actions, en continuité avec les pratiques précédentes visant à interpeller le pouvoir central. C’est néanmoins le franchissement d’un seuil dans l’assassinat des représentants de ce pouvoir qui signe la décapitation de l’organisation en 1980.

  • 73 Interpellation du PSOE, BOCG, D-562-I, 5/2/1981 et question du PCE, BOCG, E-538-I, 10/2/1981.

59Enfin, l’extrême droite contribue dans une certaine mesure au conflit jusqu’au-boutiste. Si elle poursuit sa tactique de défense d’un territoire qui se dérobe, son offensive change de cible et de modalités d’action. Elle a en effet considérablement baissé sa garde morale et culturelle, les biens culturels ne représentant plus que 7 % des cibles touchées contre 20 % pendant la période précédente. Elle a également renoncé à simplement menacer verbalement (les menaces ne constituent plus que 5 % de sa pratique contre 26 % auparavant) pour attaquer plus frontalement des adversaires politiques mieux identifiés. Les agressions physiques contre des personnes (agression et kidnapping) augmentent (de 9 à 13 %) et les altérations de l’ordre public, qui composent l’essentiel de son répertoire d’action (le tiers contre le cinquième dans l’étape précédente), sont surtout constituées d’agressions en bande. Désormais les locaux des partis politiques d’opposition sont une cible de choix, une cinquantaine sont attaqués à l’été 1978, au moment de la discussion du texte constitutionnel au Congrès, et au premier semestre 1979 pendant les campagnes électorales des législatives et des municipales. Les plus touchés sont les syndicats de l’opposition démocratique UGT et CC.OO., la CNT anarchiste, les partis de l’opposition en particulier le PSOE et le PCE, le PNV au Pays basque, et nouvellement le parti au pouvoir, l’UCD, attaqué pour avoir trahi les principes fondamentaux du régime. Après les premières élections municipales de mars, des extrémistes mènent des assauts contre les mairies de gauche, symboles éclatants de leur propre échec et de leur déclin irréversible. Ils s’insurgent contre toute tentative d’effacement de la gloire passée du régime franquiste. Ainsi en juillet 1980 FN interrompt la session du conseil municipal de Valladolid qui portait à son ordre du jour la modification du nom de certaines rues. Plus tard, les fenêtres de la mairie sont martelées de pierres, de même que le siège des CC.OO. voisin. À l’aube du lendemain, une bombe explose devant le bâtiment municipal. Cet incident révèle la forte connotation symbolique de l’activisme ultra, qui s’attache à la préservation dans l’espace public des traces d’une idéologie perdue73. Notre corpus révèle d’ailleurs une forte augmentation des violences ultras à Valladolid, fief traditionnel de l’extrême droite, emblématique des derniers soubresauts d’un camp aux abois. Le sursaut n’est pas que symbolique, une dizaine de sympathisants politiques paient de leur vie ces ambitions nostalgiques de reconquête.

60Par ailleurs une certaine frange de l’extrême droite signe sa conversion terroriste ou plutôt contre-terroriste au Pays basque. C’est elle qui est responsable de l’augmentation du recours à l’arme à feu, deux fois plus utilisée par l’extrême droite qu’auparavant, qui se traduit inévitablement par un accroissement du nombre de morts. Une trentaine de personnes sont assassinées pendant cette période dans des attentats à l’explosif ou à la mitraillette commis dans le Pays basque français ou espagnol et revendiqués par le BVE, alors au sommet de son activité meurtrière.

61Les années 1978-1980 sont donc bien celles du terrorisme. Cette spécialisation terroriste s’inscrit dans l’étape d’institutionnalisation du régime démocratique. Dans un premier temps, jusqu’à l’approbation du texte constitutionnel par le Parlement à l’été 1978, on constate une pause relative dans la manifestation des violences qui se maintiennent à un niveau moyen inférieur à celui de l’étape précédente. Mais avec la campagne pour le référendum, au dernier trimestre 1978, on note une hausse soudaine des actions terroristes qui restent très importantes l’année suivante. L’année 1979 est en effet dense en événements politiques susceptibles d’attiser les tensions : le printemps est régi par les campagnes électorales des premières législatives post-constitutionnelles et des premières municipales, puis par l’élaboration conflictuelle des statuts d’autonomie de la Catalogne et du Pays basque. Ensuite, après le creux relatif de l’été 1979, débute une troisième étape, marquée par une forte dégradation du climat politique et une escalade de la tension terroriste. L’année 1980 est celle d’une crise généralisée, gouvernementale, politique, économique et sociale où la tentation croissante de la violence aboutit à la tentative de coup d’État en février 1981.

L’EXPECTATIVE FACE À LA CONSTITUANTE

  • 74 DSC, 130, LC, 31/10/1978, pp. 5179-5206. Au congrès, le texte est approuvé par 325 voix pour, 6 voi (...)
  • 75 Les Pactes de la Moncloa ont aussi un versant politique, qui donnent une orientation consensuelle a (...)
  • 76 Voir infra pp. 282-285.
  • 77 J. M. Maravall, « Transición a la democracia », p. 76. Pour le ministère du Travail, le nombre d’he (...)
  • 78 I. Sánchez-Cuenca et P. Aguilar Fernández, « Violencia política y movilización social », p. 103.
  • 79 R. Adell Argilés, La transición política en la calle, p. 226.

62Les partis politiques qui ont obtenu des représentants au Congrès et au Sénat consacrent l’année 1978 aux négociations constitutionnelles, dominées par la recherche du consensus. Le projet de Constitution est ratifié par les deux chambres réunies en séance plénière le 31 octobre, à une très large majorité74. Au consensus politique répond un pacte économique et social signé en octobre 1977 entre le gouvernement et les délégués des groupes parlementaires, connu sous le nom de « Pactes de la Moncloa ». Il était nécessaire de pallier l’absence d’une politique économique efficace capable de résoudre la crise mais aussi de créer un climat de paix sociale favorable à l’élaboration de la Constitution. Les syndicats acceptent donc au nom de l’intérêt collectif un gel temporaire des salaires pour lutter contre l’inflation en échange de contreparties sociales et de réformes structurelles, scellant sur le terrain économique et social la réconciliation nationale déjà obtenue sur le plan politique75. La loi d’amnistie d’octobre 1977, qui élargit son application aux délits de sang et donc aux terroristes de l’ETA, vient compléter ce panorama pacificateur76. S’ouvre ainsi une période de calme social relevée par tous les indicateurs : le nombre d’heures de grève passe de 110 millions en 1977 à 68 millions en 197877, le nombre de manifestations chute brutalement début 197878 ainsi que leur propension à dégénérer en émeutes79.

63Un tel contexte d’apaisement est peu propice à la manifestation violente du dissentiment politique, qui se maintient à un niveau moyen. L’extrême droite reste vigilante et est responsable du maintien des violences de basse intensité à un niveau supérieur aux années suivantes, dans des actions visent autant les locaux que les militants des partis politiques de gauche. Un militant du Mouvement communiste en fait les frais le 6 octobre 1977 à Alicante, tué par une pierre lancée par un membre de FN alors qu’il collait des affiches de propagande pour la célébration de la fête régionale valencienne. Autrement, l’activisme urbain ultra est encore dirigé contre des journalistes et des organes de presse, comme l’illustre l’attentat à la bombe perpétré en octobre 1977 contre les locaux de la revue Punto y Hora de Euskal Herria, à Pampelune, revendiqué par la Triple A et les « Brigades de Navarre - Première escouade ».

64Du côté de l’extrême gauche, les anarchistes connaissent un faible et ultime regain d’activité fin 1977 - début 1978, qui se traduit par une vingtaine d’attentats à la bombe ou au cocktail Molotov contre des banques, des bâtiments administratifs ou des tribunaux à Madrid, Valence, Barcelone, Pampelune. L’un deux, l’attentat contre le théâtre La Scala de Barcelone, devient accidentellement le plus meurtrier perpétré par des groupes d’extrême gauche. Le MPAIAC connaît lui aussi son ultime vague offensive au même moment, constituée d’une trentaine d’explosifs visant des complexes hôteliers et commerciaux, des banques ou des bâtiments abritant les corps répressifs, avant que l’attentat contre Cubillo en avril 1978 ne mette fin à son activité. Les GRAPO poursuivent quant à eux avec régularité leur activisme : ils s’attaquent aux bâtiments administratifs et aux casernes des forces de l’ordre à l’aide d’explosifs ou de cocktails Molotov, ils tirent même à deux reprises sur le palais de la Moncloa, résidence du chef du gouvernement, en novembre 1977. Ils tuent peu et, quand ils le font, ils concentrent leurs tirs sur les agents armés de l’État (six des huit victimes mortelles sont des policiers ou des gardes civils). Un grand coup suscite cependant la plus vive indignation : il s’agit de l’assassinat le 22 mars 1978 du directeur général des Institutions pénitentiaires revendiqué en représailles à la mort de l’anarchiste Rueda sous les coups des fonctionnaires de la prison de Carabanchel.

  • 80 Communiqué de l’ETAm après l’assassinat du commandant Imaz, Le Monde, 29/11/1977.

65C’est désormais l’ETA qui accapare les violences terroristes. Avec 36 morts entre octobre 1977 et septembre 1978, elle est l’organisation qui provoque de loin le plus de victimes alors qu’elle n’a pas encore lancé sa plus grande offensive. Elle choisit avec minutie ses cibles et le moment opportun pour frapper. Ainsi en octobre 1977, un an après l’assassinat du président de la Diputación du Guipúzcoa et en pleine négociation des Pactes de la Moncloa, elle assassine à Guernica le président de la Diputación de Biscaye et deux gardes civils de son escorte. Le 21 juillet 1978, jour de l’approbation du texte constitutionnel au Congrès des députés, un général et son assistant sont assassinés à Madrid. L’attentat est symbolique à plusieurs titres : la date choisie signifie clairement le rejet par l’ETA du projet constitutionnel et du cadre démocratique ; le lieu élu, la capitale, cœur du pouvoir étatique et parlementaire, est un signal de la capacité de l’ETA à agir en dehors de son fief du Nord ; enfin l’attentat constitue le premier d’envergure contre des militaires hauts gradés, évidente provocation d’un secteur sensible et enclin à l’interventionnisme. Les agents des corps armés, « soutiens de la dictature espagnole en Euskadi »80, paient désormais le prix fort avec 22 morts pendant la période. L’assassinat d’un civil clôt cet épisode de terreur : J. M. Portell, journaliste, directeur de l’hebdomadaire la Hoja del Lunes et rédacteur en chef de la Gaceta del Norte, est assassiné le 28 juin dans la capitale biscayenne, accusé par l’ETA d’être un agent du gouvernement espagnol mandaté pour prendre contact avec l’organisation terroriste. Pas supplémentaire vers le durcissement terroriste de l’ETA, l’attentat signifie aussi un refus de toute tentative de négociation avec le gouvernement en place.

  • 81 DSC, 40, LC, 15/12/1977 ; DSC, 43, LC, 23/12/1977 ; DSC, 97, LC, 27/6/1978.
  • 82 Sur les raisons de ces incidents, voir infra pp. 338-340 et p. 350.

66Un nouveau panorama se met donc en place en ces débuts de 1978. Les organisations terroristes sont conduites à intensifier leur activisme pour rompre un processus qui semble de plus en plus défini et inéluctable et déchirer l’apaisement social et politique engendré par les Pactes de la Moncloa et le consensus constitutionnel. Ce climat, s’il induit une baisse de la mobilisation, ne s’accompagne pas encore d’un déclin significatif des bavures policières, de moins en moins acceptées par l’opinion. Six civils sont encore victimes de bavures dans la dispersion de manifestations, provoquant à chaque fois un regain de la mobilisation. Deux moments de très forte tension sont à signaler, en décembre 1977 suite à la mort de deux jeunes hommes à une semaine d’intervalle à Málaga et à Tenerife — les réactions populaires prennent de telles dimensions qu’une commission d’enquête est formée au Congrès pour éclaircir les faits81, témoignant de la capacité de réaction du jeune parlement démocratique — et à l’irruption des forces de l’ordre en juillet 1978 dans les arènes de Pampelune, qui transforme la région en champ de bataille82.

L’APOGÉE TERRORISTE

67Le référendum constitutionnel du 6 décembre est un triomphe en termes de « oui » (88 %), mais un succès mitigé en termes de participation (33 % d’abstention). Au Pays basque notamment, où les nationalistes radicaux appelaient à voter contre et les nationalistes modérés du PNV à s’abstenir, l’abstention dépasse les 54 %, ce qui réduit ceux qui ont approuvé la Constitution au tiers l’électorat. Celle-ci n’a donc pas gagné sa légitimité au Pays basque, ce qui ne cessera d’être une douloureuse épine dans le développement de la démocratie dans la région. La campagne qui précède le référendum coïncide avec une hausse brutale de la courbe des violences terroristes et de celle des victimes au dernier trimestre 1978.

a) La pointe du référendum constitutionnel (6 décembre 1978)

68Les GRAPO et l’extrême gauche sont presque absents de cette flambée de violences liée au référendum, alors que les groupes d’extrême droite sont les protagonistes d’une trentaine d’actions de faible intensité, agressions de militants ou de journalistes appelant au « oui » au référendum ou attaques de locaux de partis au Pays basque. Une seule action provoque une victime et l’indignation de l’opinion médiatique : il s’agit d’un paquet piégé envoyé le 30 octobre à la rédaction du journal El País, qui explose et provoque trois blessés, dont l’un, Andrés Fraguas, employé de 19 ans, décède de ses blessures. L’issue tragique de l’attentat, revendiqué par la Triple A et par les GAS, est inhabituelle au regard d’une technique employée assez banalement par les groupes d’extrême droite sans que l’engin n’explose ni ne provoque de victimes. On n’assiste donc pas à une offensive significative de la part des groupes ultras et les actions perpétrées le sont de façon très isolée, elles n’atteignent en rien l’ampleur des incidents de la campagne électorale du printemps 1977. Si l’extrême droite est divisée et peu mobilisée contre le référendum constitutionnel, c’est en revanche le moment que choisissent certains militaires pour se lancer dans une tentative de coup d’État déjouée par les services secrets. Dénommée « Opération Galaxie » du nom de la cafétéria où la gestation de la conspiration a eu lieu, elle prévoyait de prendre d’assaut le palais de la Moncloa. Découverte à temps, elle conduit à des arrestations et condamnations mineures.

69L’ETA initie à ce moment-là sa vague terroriste la plus meurtrière : 31 personnes, surtout des membres des corps armés, sont tuées dans 25 attentats réalisés entre début octobre et la célébration du référendum. Le jour où le Sénat débat du titre VIII de la Constitution relatif au nouveau découpage territorial en Communautés autonomes, l’ETA assassine un militaire, de la Capitainerie de marine de Bilbao, démontrant clairement son refus de l’État des autonomies. La veille du référendum, trois policiers sont assassinés dans un bar de Saint-Sébastien, dans une ultime tentative de perturber le déroulement des élections. Le lendemain du débat au Congrès sur la réforme du Code pénal en matière de terrorisme, l’ETA assassine à Madrid le magistrat Mateu Cánoves, juge au Tribunal suprême et ex-magistrat du TOP. Contrairement aux campagnes électorales de 1976 et 1977, l’ETA ne s’est pas attaquée massivement aux relais et voies de communications, à part quelques interruptions de programmes télévisuels et radiophoniques pour appeler au non au référendum, mais a opté pour un niveau bien supérieur dans le répertoire d’actions.

b) L’épanouissement terroriste post-constitutionnel : plus de 120 morts en neuf mois

70Une fois la Constitution approuvée et promulguée, la démocratie dispose d’un cadre normatif solide qui fonde désormais le déroulement de la vie citoyenne. La Constitution est garante des droits fondamentaux de l’individu et des libertés publiques, qui s’exercent de plus en plus suivant la normalité démocratique. Les grèves, les réunions et les manifestations ne rencontrent plus d’obstacle majeur, des centaines de milliers de personnes célèbrent sans entrave les fêtes régionales basque ou catalane, ou la fête du travail le 1er mai. Les manifestations rencontrent pourtant encore la brutalité des comportements des forces de l’ordre chargées de leur canalisation, puisque six civils sont tués en 1979 par des balles réelles ou en caoutchouc de la police ou de la Garde civile dans des manifestations, dont un enfant de 14 ans à Madrid et une jeune femme, Gladys del Estal, tuée à l’occasion de la journée mondiale antinucléaire à Tudela et érigée en martyre de la cause.

  • 83 Les résultats confirment les tendances des élections de 1977 : l’UCD, parti du gouvernement, sort g (...)

71L’Espagne est entrée dans la phase dite de consolidation de la démocratie. Les normes établies dans le texte suprême doivent être développées dans l’ordre juridique, administratif, pénal, ce à quoi s’attèlent les représentants de la Ire Législature élus le 1er mars 197983, et les mandataires élus le 3 avril lors des premières municipales qui font enfin parvenir la démocratie à l’échelon local. L’actualité politique des années qui suivent est dense et l’un des nœuds de tension réside dans la construction de l’« État des autonomies » et plus précisément, dans la négociation des statuts d’autonomie des nationalités reconnues comme historiques, la Catalogne, le Pays basque et la Galice, jusqu’à leur ratification en octobre. Or c’est justement cette période de développement constitutionnel, centrée sur l’élection des premiers représentants du nouveau régime et sur la négociation du cadre de vie autonome des nationalités historiques, qui correspond à la vertigineuse ascension des violences terroristes qui provoquent alors plus de 120 victimes, soit plus de 3 morts par semaine, attribués à l’ETA, aux GRAPO et au BVE.

  • 84 AGA, GCM, 112/385 « Atentado al magistrado Miguel Cruz Cuenca, martes 9/1/1979 ».

72La moitié d’entre elles sont des agents des corps armés, essentiellement des policiers et des gardes civils dont la liste de membres sacrifiés ne cesse de s’allonger. Les attentats spectaculaires contre les officiers, réalisés par les commandos d’élite de l’ETA, signent le franchissement d’un pas supplémentaire dans la stratégie de la tension : après l’assassinat du général Sánchez Ramos en juillet 1978, douze militaires décèdent sous les balles de l’ETA. L’organisation choisit soigneusement ses cibles en fonction de leur grade et prête une attention particulière au calendrier : le 3 janvier 1979, c’est le gouverneur militaire de Madrid en personne qui est assassiné dans la capitale ; le 25 mai, veille de la célébration du « Jour des Forces armées », c’est au tour du chef du personnel de l’armée de succomber à Madrid en compagnie de deux colonels et du chauffeur qui l’accompagnaient ; et le 23 septembre, à quelques semaines de l’approbation du Statut de Guernica, c’est le gouverneur militaire du Guipúzcoa qui est assassiné à Saint-Sébastien. Les GRAPO participent à la tension croissante contre l’armée avec l’assassinat d’un général le 5 mars à Madrid. Cet attentat vient compléter la liste des actions spectaculaires menées par le groupe dans la capitale, comme celui qui vise en janvier 1979 Miguel Cruz Cuenca, magistrat du Tribunal suprême accusé d’être un « bourreau » fasciste exécuté en « représailles des procès-farces » menés contre leurs compagnons d’armes84.

73Les civils paient eux aussi un lourd tribut, notamment lors de deux vagues de violences qui mettent le pays en émoi. La première, du ressort des GRAPO, se produit pendant une semaine d’une rare densité violente qui coïncide d’une part avec un débat houleux sur l’ordre public qui a occupé le Congrès pendant deux jours entiers, les 24 et 25 mai et, d’autre part, avec la célébration annuelle du « Jour des Forces armées » qui doit avoir lieu le 27 mai à Séville. En deux jours, les 25 et 26 mai, 18 personnes trouvent la mort dans des incidents politiques. Le 25, un inspecteur de police et un piéton sont tués dans une fusillade entre la police et des GRAPO à Séville, tandis que les forces de l’ordre tuent un jeune homme qui tentait d’échapper à l’un des contrôles policiers établis à Madrid suite à l’attentat contre Hortigüela, commis le même jour par l’ETA. Le lendemain, les GRAPO font exploser une bombe dans la cafétéria California 47, qui provoque 8 morts civils et près de 40 blessés. Le même soir, dans la province de Teruel, la police tue dans une fusillade deux membres des GRAPO en fuite après la fusillade de la veille à Séville. L’émotion est forte, les réactions politiques dures envers un gouvernement accusé de faiblesse et d’incompétence, mais la crise ne suscite pas de mobilisation populaire massive comme en janvier 1977.

  • 85 Selon El País, 30/6/1979, il y aurait 40 % de trafic de touristes français en moins.

74La seconde vague est le fait de l’ETA : plusieurs bombes explosent le même jour, 29 juillet, dans les gares madrilènes d’Atocha et de Chamartín ainsi qu’à l’aéroport de Barajas. Le bilan est de sept morts, civils, malencontreux passants au moment des détonations. Ces explosions sont le point culminant d’une campagne menée depuis le début de l’été par l’ETApm contre les intérêts touristiques du pays pour obtenir le transfert des prisonniers de Soria, sous forme d’alertes à la bombe en grande quantité et d’engins explosifs déposés sur les plages de la Costa del Sol ou dans les zones touristiques de la côte orientale. Devant l’annulation de voyages organisés par les agences étrangères et étant donné la manne financière représentée par le tourisme estival, surtout français85, en Andalousie et dans la région valencienne, la campagne d’attentats a suscité la préoccupation des entrepreneurs du secteur relayés par les dirigeants politiques qui adoptent des mesures de sécurité exceptionnelles. Elle n’avait pas pour objectif de provoquer de victimes mais les services de sécurité ont été informés trop tard de l’avis de l’ETApm qui annonçait la présence des explosifs dans les gares, qui n’ont pas pu être désactivés à temps. Devant l’ampleur de l’indignation, l’ETApm est contrainte de reconnaître son erreur dans une conférence de presse clandestine.

  • 86 AGA, GCM, 111/354 « Facultad de Derecho 1977-79 ».

75Enfin, l’extrême droite apporte sa contribution à l’escalade meurtrière de 1979 au travers de sa branche contre-terroriste. Le BVE est passé à l’offensive et provoque une dizaine de victimes. Quatre réfugiés basques sont assassinés dans le Pays basque français, initiant l’une des règles d’or de la future guerre sale menée par les GAL d’agir en dehors du territoire espagnol. Par ailleurs, les jeunes partisans de l’action directe, phalangistes ou proches de FN, poursuivent une agitation urbaine menée à petite échelle ou par des actions de plus grande ampleur, comme lorsque le 26 janvier ils prennent d’assaut la faculté de Droit de l’université Complutense de Madrid en faisant usage d’armes à feu, renouant de façon spectaculaire avec des procédés dignes du dernier franquisme86. Cet activisme a parfois des conséquences tragiques, quatre jeunes en sont victimes à Madrid au cours de l’année. Si certains sont visés pour leur appartenance politique réelle ou supposée — ainsi ce militant du PCE, assassiné par des membres du FNJ — d’autres sont des victimes collatérales de guerres de territoires. C’est le cas des 10 blessés et de cette jeune fille tuée dans l’explosion d’une bombe en juillet dans le quartier de Malasaña, où est installé le siège de FN.

LA CRISE DE 1980

76L’approbation populaire du Statut de Guernica en octobre 1979, par un référendum qui élargit le consensus constitutionnel puisque la participation atteint les 60 % et le « oui » les 90 % des votes, malgré les consignes d’abstention d’HB, ne met pas fin à une violence terroriste de plus en plus circonscrite au conflit basque. Il apaise cependant provisoirement les tensions dans la région, qui connaissent un creux au dernier trimestre 1979. Si ce creux se poursuit au début de 1980, c’est surtout dû à la quasi-disparition des GRAPO sur la scène de la violence, car l’ETA et l’extrême droite reprennent alors leur offensive. Ces deux mouvements accaparent seuls les violences de l’année 1980, elles-mêmes très largement focalisées sur le conflit basque (56 % des actions sont perpétrées dans la région basque cette année-là).

a) Le « désenchantement » et la crise du gouvernement Suárez

  • 87 Chiffres du ministère du Travail, J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad so (...)
  • 88 Le taux d’affiliation syndicale baisse de 57 % en 1978 à 34 % en 1980, V. Pérez Díaz, La primacía d (...)
  • 89 L’intérêt de la population espagnole pour la politique témoigne d’une baisse significative à partir (...)
  • 90 Ainsi le 6 octobre 1979, 200 000 personnes manifestent à Valence contre le choix du drapeau du Cons (...)
  • 91 Le 15 juin 1980, Marcelino Oreja, ministre des Affaires étrangères, annonce l’intention du gouverne (...)
  • 92 Le projet de loi sur le divorce est remis au Parlement an janvier 1980 et approuvé en juin 1981.

77L’Espagne traverse en 1980 une grave crise à multiples facettes qui menace la légitimité de la jeune démocratie. La crise économique tout d’abord touche de plein fouet le pays qui subit les conséquences du second choc pétrolier : la récession s’empare de l’économie nationale, l’inflation continue de grimper et le chômage connaît un essor continu jusqu’à dépasser le chiffre symbolique du million en 1980. La politique économique d’austérité menée par les gouvernements centristes renforce le mécontentement des travailleurs. À cette morosité économique s’ajoute une certaine apathie civico-sociale dénommée le « désenchantement », sorte de désillusion postérieure aux attentes engendrées par la mort de Franco. Après l’effervescence des premières années, pendant lesquelles l’avenir paraissait ouvert et plein d’espoir, c’est la routine de la démocratie au quotidien qui se dévoile, avec ses conflits politiques et ses difficultés sociales croissantes. Une forte démobilisation sociale est visible dans tous les indicateurs : les grèves tombent à leur niveau le plus bas depuis 1976 (50 millions d’heures de perdues en 1980, 41 millions en 198187), le taux d’affiliation syndicale subit à son tour une érosion importante après le boom des années 1977-1978, pour atteindre l’un des niveaux les plus bas d’Europe88. La désaffection est aussi politique, comme le suggère l’évolution des taux de participation électorale en forte baisse : de 22 % d’abstention au référendum de 1976, on passe à 39 % aux élections législatives de mars 1979, puis à 40-41 % pour les élections municipales d’avril 1979. Ce taux se maintient dans presque toutes les élections régionales de 1979-1981, il est même encore plus élevé en Galice (71 % pour le référendum de décembre 1980, et 53 % pour les élections au parlement régional en octobre 1981). L’électorat espagnol est peut-être lassé d’accourir aux urnes, il est en tous cas de moins en moins intéressé par la politique comme en témoignent des enquêtes sociologiques89. Néanmoins il se mobilise encore pour des manifestations massives convoquées à propos des autonomies90, de l’entrée dans l’OTAN91 ou des réformes de modernisation sociale qui suscitent de vives polémiques, comme la légalisation du divorce ou les réformes de l’enseignement supérieur92. Certaines de ces manifestations sont réprimées durement par la police et provoquent des victimes, comme en décembre 1979 quand deux étudiants décèdent à Madrid des blessures causées par des balles de la police dans une manifestation sociale contre le Statut des travailleurs.

  • 93 L’électeur doit choisir la voie adéquate pour mener à bien l’autonomie de la région, entre la « voi (...)
  • 94 Sur l’UCD, voir C. Huneeus, La UCD y la transición a la democracia en España. Sur la crise de 1980, (...)
  • 95 De mai 1979 à mai 1980, sur les 2 046 votes parlementaires, Suárez n’était pas présent à 1 555 (J. (...)

78En outre, le gouvernement Suárez voit s’effondrer le soutien populaire qui l’avait porté au pouvoir en 1977 et conforté en 1979, comme en témoignent les échecs électoraux cinglants et répétés. Aux élections régionales des parlements basque et catalan en mars 1980, l’UCD ne recueille respectivement que 8,5 % et 10,6 % des voix, tandis qu’en janvier 1980, le référendum andalou est une gifle pour le gouvernement93. La politique territoriale peu cohérente se répercute de plein fouet sur le gouvernement qui subit trois réajustements ministériels dans la seule année 1980. De plus, l’UCD, parti hybride né de la nécessité de présenter une coalition électorale solide autour de Suárez en juin 1977 et qui regroupe des tendances diverses voire antagoniques, issues tant des secteurs phalangistes et réformistes de l’ancien régime que de l’opposition monarchiste conservatrice, libérale, démocrate-chrétienne ou sociale-démocrate, est en proie en 1980 à une crise aiguë94. Des courants critiques se développent au sein du parti et reprochent à Suárez sa façon trop personnelle de diriger tant le gouvernement que le parti, son mépris pour la vie parlementaire95 et sa passivité face à l’effritement du soutien populaire.

  • 96 Voir les DSC, 91 à 95, IL, 21-30/5/1980.

79Par ailleurs, la faiblesse du gouvernement éclate au grand jour en mai 1980 quand Felipe González dépose la première motion de censure de la jeune démocratie. Le débat qui a alors lieu au Congrès des députés démontre le potentiel charismatique du leader socialiste qui donne l’impression d’être capable de diriger fermement la nation et fait du PSOE une option gouvernementale crédible96. La réponse de Suárez fait en revanche pâle figure et contribue au déclin de sa popularité si bien qu’après l’été 1980, le PSOE passe devant l’UCD dans les sondages nationaux. Tous ces facteurs donnent du gouvernement une image de faiblesse, de division, d’inefficacité voire d’incompétence qui menace de mettre en péril la légitimité de tout le système démocratique. Confronté à la crise économique, au désenchantement politique et à la crise interne de son parti, Suárez subit de surcroît en 1980 un regain de l’offensive terroriste.

b) 1980, année sanglante

80Les acteurs de la contestation trouvent dans ce climat délétère un terrain propice au développement de leurs activités violentes qui rencontrent un écho amplifié : 1980 est l’année la plus sanglante. Les chiffres sont impressionnants : 185 victimes d’octobre 1979 au 23 février 1981.

81Si les GRAPO sont pratiquement démantelés au début de 1980, ils ressurgissent ponctuellement et spectaculairement en septembre pour assassiner quelques officiers de l’armée. L’ETA poursuit sa stratégie meurtrière de la période antérieure avec 112 assassinats. Un échelon est encore gravi dans l’échelle de la violence par le recours aux attaques massives qui provoquent un nombre important de victimes et témoignent d’une capacité d’action supérieure. Des convois de la Garde civile sont victimes d’embuscade, comme celle de février 1980 à Ipaster qui tue 6 gardes civils d’un coup. Les etarras pratiquent aussi le mitraillage collectif d’agents de la police ou de la Garde civile dans des bars du Pays basque et parviennent à massacrer quatre gardes civils d’un coup le 20 septembre à Marquina, de même que le 3 novembre 1980 à Zarauz. C’est le moment qu’ils choisissent aussi pour s’attaquer, dans un durcissement stratégique supplémentaire contre le consensus transitionnel, aux membres des partis parlementaires, l’UCD principalement mais aussi les anciens compagnons de route qui ont soutenu le Statut d’autonomie. L’enlèvement, pratique courue de l’organisation basque contre les industriels rétifs à payer l’impôt révolutionnaire, tient en haleine le pays quand il a pour victime un député de l’UCD, Javier Rupérez, pris en otage à Madrid en novembre 1979 ou un ingénieur de la centrale nucléaire de Lemóniz, J. M. Ryan, exécuté en janvier 1981. Enfin, l’ETApm réitère sa campagne estivale d’explosifs contre les intérêts touristiques de la Costa del Sol, bien qu’elle fasse davantage usage cette année-ci de la menace que de l’attentat effectif étant donné le tollé politique que l’annonce de sa campagne a suscité, fondé sur le souvenir du massacre de l’année passée.

  • 97 Par exemple à Echevarría (Biscaye), trois personnes ont séquestré deux civils en se faisant passer (...)
  • 98 Sur l’affaire d’Hendaye et le scandale qu’elle a provoqué, voir infra pp. 411-412.

82En réponse à cette croissance spectaculaire de la violence terroriste basque, le BVE est lui aussi au faîte de son offensive contre le monde abertzale. Il revendique une dizaine de bombes posées contre des voitures, des mairies ou des monuments, pratique l’enlèvement et la torture de sympathisants basques97 et signe un nombre inédit d’assassinats, 22, qui visent des personnages de l’entourage etarra, à commencer par des militants d’HB. Mais nombre d’attentats prennent un caractère indiscriminé et touchent des civils non impliqués dans le combat politique de l’ETA. C’est le cas en janvier 1980 quand une bombe explose dans le bar Aldana à Baracaldo (Biscaye) et provoque la mort de quatre civils ou en juillet quand trois passants, dont un enfant et une femme enceinte, sont victimes d’une bombe destinée à un local de HB à Bilbao. L’un de ces attentats, connu comme l’attentat d’Hendaye (23 novembre 1980), acquiert un écho particulier non seulement car il provoque la mort de deux civils de nationalité française et en blesse une dizaine d’autres, mitraillés dans un bar, mais car il se transforme en incident diplomatique qui révèle au grand jour les connivences de certains agents des forces de sécurité avec le groupe terroriste98. L’attentat constitue donc à la fois le point d’orgue et le chant du cygne du BVE, dont les complicités policières sont désormais compromises.

83Cette campagne de 1980 au Pays basque est relayée par un regain de l’activisme ultra sur le reste du territoire au premier semestre. Les agitateurs reprennent les intrusions à l’université, dans les bars ou les locaux de partis parlementaires (PSOE, PCE, UCD, PNV) ou extraparlementaires (MCE, LCR) et se livrent à quelques agressions de militants. Valladolid est particulièrement touchée, l’incendie du local du Mouvement communiste en décembre 1979 se solde même par deux morts. Les commandos de FN pratiquent aussi l’assassinat sur au moins 5 personnes à Madrid, dans une série d’actions qui soulève la préoccupation des pouvoirs publics, en février et en mai 1980. Le 2 février c’est Yolanda González, une militante d’un parti d’extrême gauche qui est assassinée ; une semaine après c’est au tour d’un jeune homme de tomber sous les balles des militants en marge d’un meeting de FN ; en mai le sang coule à nouveau avec les assassinats d’un jeune membre de la CNT et du leader d’une association de quartier, poignardé à l’occasion du 1er mai, tandis que quelques jours plus tard, un commando fait irruption dans le bar San Bao à Madrid et tire à l’aveugle, provoquant un mort et trois blessés. Presque simultanément, le BVE revendique le viol et l’assassinat d’une jeune fille à Saint-Sébastien. Cette conjonction inédite de violences meurtrières perpétrées par l’extrême droite peut être comprise comme participant à une certaine stratégie de la tension, à une volonté de contribuer à la spirale déstabilisatrice qui touche le pays en 1980 pour provoquer une réaction de l’armée. Elle provoque en tous cas de vives réactions politiques qui contraignent les pouvoirs publics à agir plus efficacement contre ceux qu’on qualifie alors d’« incontrôlés ». Elle a aussi pour conséquence la résurgence ponctuelle et défensive de l’action directe de la part des militants de gauche, dont notre corpus porte quelques traces. Des locaux de FN sont attaqués à Málaga ou à Valladolid et J. I. González, secrétaire général du Frente de la Juventud, est assassiné à Madrid en décembre 1980 et érigé en martyr de la cause ultra. Enfin, l’assassinat d’un agent de sécurité en mai est attribué par le ministre de l’Intérieur à une ultime résurgence du FRAP.

  • 99 MFTS, 1981, p. 67. Le mémoire est écrit en septembre 1981.
  • 100 Soit 115 blessés dans des actions terroristes pour 1978, 202 graves pour 1979 et 132 pour 1980. MFT (...)
  • 101 MFTS, 1980, p. 60.

84En guise de bilan de cette longue seconde période de la transition, de l’automne 1977 au début de 1981, il convient d’insister sur le virage pris en 1978 par la violence politique. Celle-ci a alors délaissé le scénario de l’agitation urbaine de faible intensité, éclatée et aux conséquences essentiellement matérielles pour se dérouler désormais sous le sceau du terrorisme et de la mort. Cette spécialisation terroriste, repérable dans ce tournant morphologique, se traduit par la concentration des acteurs à trois groupes identifiables puis à deux en 1980 avec l’effondrement provisoire des GRAPO, par une polarisation accrue autour du pôle basque, par une précision croissante dans le choix des cibles, boucs émissaires symboliques, et par une croissance spectaculaire du nombre de victimes. Le bilan total de cette phase est de 459 morts, 379 si l’on exclut les victimes des violences policières. Ce lourd bilan s’accroît encore si l’on y ajoute les blessés non comptabilisés par notre base de données. Les rapports du procureur général, pour qui la violence terroriste atteint en 1980 « des niveaux inimaginables dans les moments actuels »99, donnent une approximation de 449 blessés pour les trois années 1978 à 1980100. Ils accordent également dès 1979 une mention spéciale aux provinces basques considérées comme celles qui souffrent le plus du terrorisme. « Immergé dans la terreur, le citoyen est confronté quotidiennement au problème de sa survie. Il se dirige vers un état de soumission, assumant résigné son destin », face « aux émeutes continuelles », au « mépris croissant des institutions », et à la tension « asphyxiante » qui l’entoure, rapportent-t-ils101.

  • 102 Ibid., p. 58.

85Cette tension dépasse la sphère basque pour envahir progressivement l’ensemble de la société. La tendance à la spécialisation de la violence ne doit pas faire oublier, en effet, qu’une grande partie des morts de la période sont des civils, « personnes de condition et de profession des plus variées, en général humbles, modestes, le peuple même » selon les termes du procureur général102. En outre, l’insistance des terroristes à viser les corps armés et en particulier les officiers de l’armée a de lourdes conséquences : elle amplifie la peur déjà présente d’un coup d’État dont l’imminence est alimentée par les rumeurs croissantes, ce fameux « bruit de sables » tant médiatisé et appuyé par la tentative de novembre 1978. En 1980, la tonalité conspiratrice ne se réduit plus à un groupe d’officiers en colère, la tentation d’un redressement autoritaire se répand au-delà des casernes, nourrie par la tension terroriste croissante et par l’inefficacité dont fait preuve le gouvernement Suárez, usé par la pratique du pouvoir et miné de l’intérieur. Le marasme de la vie politique met en péril le chef du gouvernement qui, acculé, se résigne à présenter sa démission le 29 janvier 1981. Ce geste personnel n’épargne pourtant pas au régime démocratique de voir sa légitimité fragilisée par la conjoncture pessimiste des deux années précédentes et son existence menacée par l’accomplissement des rumeurs le 23 février 1981.

IV. — VERS LA FIN DU CYCLE DES VIOLENCES ? (1981-1982)

  • 103 Devant l’effritement de la majorité gouvernementale, Calvo-Sotelo se résigne à dissoudre les Cortès (...)

86Notre corpus indique très nettement une baisse du niveau de violences, amorcée au second trimestre de 1981 et continue jusqu’au creux de l’été 1981 pendant lequel elle atteint son niveau le plus bas depuis 1975 (graphique 14, p. 166). Une remontée spectaculaire est repérable à partir de l’été 1982, comparable seulement avec les pointes du printemps 1977 et de l’automne 1978, avec lesquelles elle partage le motif, à savoir les élections103. Une telle remontée annonce-t-elle une nouvelle vague de violences ? Non, une analyse chronologique plus fine, à l’échelle mensuelle, met en évidence une retombée tout aussi spectaculaire dès le mois de novembre (graphique 18). D’ailleurs en termes de victimes, la décrue, significative en 1981, se poursuit en 1982, sans pic remarquable à l’automne. En revanche le nombre de tués se maintient à un niveau plus élevé qu’en 1976, les attentats mortels se succédant à une fréquence relativement stable au cours de ces deux années. Ces caractéristiques sont-elles les indices de la fin du cycle de violences de la transition ?

GRAPHIQUE 18. — Évolution chronologique des violences protestataires, 1981-1982 (par mois)

GRAPHIQUE 18. — Évolution chronologique des violences protestataires, 1981-1982 (par mois)

L’ABOUTISSEMENT DE LA SPÉCIALISATION ANTÉRIEURE

87Le déclin des violences de basse intensité amorcé depuis 1978 se poursuit jusqu’à leur quasi disparition. Seuls quelques groupes d’extrême droite pratiquent encore des intrusions à visée intimidatrice et des agressions en bande, résidus d’un activisme urbain concentré sur Madrid, irrégulier et ponctuel, sans aucune mesure avec les années 1976-1977 ni même avec le palier de 1979-1980. Quelques bandes font irruption à l’université, quelques affrontements ont lieu sur la place publique contre des militants communistes ou socialistes, de rares locaux de partis sont attaqués pendant la campagne électorale d’octobre 1982, tandis que les assauts de mairies en plein conseil municipal pour s’élever contre la disparition des traces symboliques du franquisme (noms de rue, monuments, emblèmes), apparus dans la période précédente, sont désormais plus fréquents. Mais l’ensemble de ces actions reste désormais marginal, l’extrême droite n’est plus responsable que de 15 % des actions violentes contre le double entre 1978 et 1980 et plus du triple aux débuts de la transition (graphique 19). Découragée par l’échec de la solution militaire, elle renonce progressivement à peser par la violence sur l’avenir du pays.

88La spécialisation terroriste déployée pendant la période précédente se poursuit donc en apparence, jusqu’à être accaparée par la seule ETA. La dérive contre-terroriste du BVE a soudainement disparu en 1981, les dernières actions revendiquées par l’organisation datent du printemps 1981. Cet arrêt brutal, imputé à l’arrestation de deux individus considérés comme responsables de plusieurs assassinats pour le compte du BVE, est plus probablement dû au retrait des autorités de la guerre sale après les révélations consécutives à l’attentat d’Hendaye et au contexte politique post-23-F. Quant aux GRAPO, notre corpus indique une légère augmentation de leur présence relative mais ce chiffre est trompeur : en réalité, ils disparaissent presque totalement jusqu’à l’automne 1982. Ils tuent encore au premier semestre 1981 (cinq morts), puis ne ressurgissent qu’à la fin août de l’année suivante pour interférer sur la campagne des législatives par des séries d’explosions qui expliquent la remontée artificielle de la courbe d’actions en 1982. Dès le 29 octobre, lendemain des élections, ils cessent toute activité violente. Enfin un nouveau groupe terroriste apparaît, à velléité indépendantiste, Terra Lliure. Mais son poids relatif est marginal : il commet en Catalogne une trentaine d’attentats pendant la période, aux objectifs simplement matériels. L’ETA réalise désormais à elle seule plus de la moitié des actions violentes et plus de 80 % des victimes de la violence protestataire. Ces données confirment l’analyse fournie par la DGS à l’été 1982, selon laquelle dès 1980 :

  • 104 « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DG (...)

… apparaissent les premiers symptômes de la diminution progressive de l’activité terroriste qui, postérieurement, à partir de 1981, donnera comme résultat la quasi-disparition des actions de l’extrême droite, d’autres groupes d’extrême gauche et la presque non-opérativité des GRAPO […] qui à ce stade de l’année 1982, n’exercent pratiquement plus […]. En 1982, on peut dire que le terrorisme en Espagne est circonscrit à l’ETA et, en son sein, fondamentalement à sa branche militaire, malgré l’existence de petits groupes indépendantistes et d’actions isolées de membres groupes d’extrême droite104.

89Cette polarisation se reflète territorialement. La centralité madrilène n’est plus qu’un maigre souvenir, la capitale n’étant plus le théâtre que de 12 % des actions violentes, soit moitié moins qu’en 1976-1977. La Catalogne se hisse même au niveau madrilène en raison de l’émergence de Terra Lliure. Mais c’est sans conteste le Pays basque qui polarise la violence, le seuil des 50 % des actions franchi en 1980 étant sans retour, tandis que 82 % des victimes y sont tuées, taux qui se maintient au niveau élevé de 61 % si l’on inclut les victimes de la violence policière. Le reste du territoire est donc désormais à l’abri d’une violence clairement périphérique.

GRAPHIQUE 19. — Les acteurs des violences protestataires (4), 23 février1981-décembre 1982

GRAPHIQUE 19. — Les acteurs des violences protestataires (4), 23 février1981-décembre 1982
  • 105 L’ETA tue deux fois moins qu’en 1979-1980 : de 1,8 assassinat par semaine, elle passe en cette dern (...)
  • 106 « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DG (...)
  • 107 Ainsi le 14 mai 1981, deux gardes civils sont tués au passage d’un convoi qui protégeait le transfe (...)

90Autre caractéristique de la période, un déclin significatif de l’intention sanglante des actions par rapport à l’étape antérieure, la volonté de tuer étant progressivement restreinte à la seule ETAm. Le terrorisme est nettement moins meurtrier après le 23-F : on compte un peu plus de 80 victimes de la violence protestataire ce qui représente à peine un assassinat par semaine, soit trois fois moins qu’en 1979-1980. Le BVE cesse de tuer au printemps 1981, les GRAPO font moins de 10 victimes pendant la période, l’ETApm n’assassine plus depuis sa décision de réintégrer la normalité politique : il ne reste que l’ETAm, qui elle aussi diminue son taux de mortalité105. Les blessés sont également moins nombreux si l’on en croit les chiffres de la DGS, 80 en 1981 et 35 jusqu’à l’été 1982106. Un tel déclin n’est pas seulement dû à la chute du nombre d’actions menées, mais aussi à leur intentionnalité moins meurtrière. L’arme à feu, qui est toujours celle qui tue le plus, n’est plus l’arme privilégiée des groupes terroristes, pas même pour l’ETA qui ne l’utilise plus que dans 20 % de ses actions contre 43 % auparavant. De même les enlèvements perpétrés par l’organisation séparatiste, s’ils sont une pratique encore courue, se portent désormais uniquement sur des entrepreneurs dans un but financier et aucun otage n’est exécuté. Le mode d’action privilégié des terroristes est plus que jamais l’attentat à la bombe, choisi pour plus de la moitié des actions commises. Le recours à l’explosif a cependant deux finalités divergentes. La première fait son apparition pendant cette période : tuer massivement à moindre coût, ce qui est le cas quand l’ETA fait exploser des bombes de forte puissance au passage de convois de la Garde civile, le risque étant moins grand de perdre des hommes que dans une embuscade107. L’utilisation nouvelle par l’ETA d’un matériel explosif lourd, grenades anti-chars et lance-grenades, fait craindre une escalade meurtrière. Mais généralement la dynamite est, comme précédemment, l’arme de prédilection des groupes qui veulent faire une campagne d’intimidation en série sans provoquer de victimes. C’est le cas pour Terra Lliure, comme quand elle fait exploser en septembre 1981 six bombes contre des bâtiments publics de Catalogne et du Pays valencien. C’est le cas pour les GRAPO qui ressurgissent à l’automne 1982 sur ce seul mode d’action : les 28-29 septembre ils font exploser une vingtaine de bombes contre des bâtiments administratifs et les 16-17 octobre, ils en déposent une douzaine sur un territoire assez étendu, des Asturies à l’Andalousie, en passant par la Catalogne, la région valencienne et Madrid. C’est aussi le mode d’action choisi par l’ETApm pour faire pression sur les négociations en cours pour la réinsertion de ses militants, comme en juillet 1982 quand elle revendique les 21 détonations retenties le même jour dans des bâtiments publics des capitales des provinces basques. Enfin l’ETAm a également recours à ces séries d’explosion dans le cadre de sa campagne contre l’énergie nucléaire ou pour perturber la campagne électorale d’octobre 1982. Ces séries d’attentats tirent leur efficacité non pas de leur impact meurtrier, mais au contraire de leur capacité à attirer l’attention de l’opinion sans en heurter la sensibilité.

  • 108 Les biens administratifs connaissent une hausse accélérée par rapport à la tendance déjà remarquée (...)

91Par conséquent l’action des terroristes, dans la lignée de la période précédente, est extrêmement ciblée. Les cibles culturelles et politiques disparaissent des objectifs des violents : il ne s’agit plus d’intimider son adversaire politique ni même, pour l’extrême droite, de porter secours à une idéologie en perte de vitesse. Il s’agit désormais de faire pression dans le cadre de campagnes déterminées qui visent surtout des cibles administratives108 : sur le gouvernement pour obtenir de meilleures conditions de réinsertion de ses militants, sur les tribunaux pour améliorer le sort des prisonniers ou limiter les peines, sur l’entreprise Iberduero pour faire échouer le projet de la centrale de Lemóniz, sur l’opinion pour modifier l’orientation du vote. L’ETA concentre également ses intentions meurtrières sur deux catégories de victimes. En premier lieu les policiers, gardes civils et militaires qui représentent pour la première fois depuis les débuts de la transition plus de la moitié des victimes de la violence protestataire (59 %), les officiers continuant à être une cible de choix dont le poids relatif est encore accru. L’organisation séparatiste a en revanche provisoirement renoncé à assassiner des députés ou conseillers politiques des partis à représentation nationale, à cause de leur coût social trop élevé. En second lieu l’action etarra touche des civils habitant au Pays basque, tués pour des motivations symboliques de moins en moins explicites, par erreur ou accident. Ainsi en novembre 1981 trois travailleurs, accusés d’être des indicateurs de la police, sont mitraillés et l’un d’eux décède de ses blessures. L’attentat soulève l’indignation de leur famille et du voisinage qui se battent pour faire entendre « l’innocence » de leurs proches, travailleurs vivant dans un quartier où habitent de nombreux policiers. Paradoxalement, la société civile anonyme fournit encore plus de victimes que précédemment, 28 % des morts provoqués par la violence contestataire, pourcentage qui monte à 33 % si l’on inclut les civils tués par les forces de l’ordre. Car il convient, pour en finir avec ce panorama de la violence, d’insister sur l’importance des civils tués par les forces de l’ordre, dont le nombre persiste avec une grande stabilité. Ceux-ci ne sont plus tués au cours de la dispersion des manifestations (deux cas seulement sont à noter sur la période) mais lors de contrôles ou d’interpellations. Les terroristes succombent en nombre (plus d’une dizaine) aux balles policières pendant cette période, en particulier les dirigeants des GRAPO dont l’organisation se trouve ainsi décapitée à la fin 1982.

92Un double processus est donc en marche en cette dernière étape de la transition. D’un côté la majeure partie des acteurs encore en lice est frappée par l’évolution de la conjoncture post 23-F et renonce, plus ou moins sous la contrainte, à chercher par la violence à obtenir gain de cause. D’un autre côté, le processus de spécialisation des violences est poussé à son paroxysme et conduit à leur polarisation autour des revendications indépendantistes maximalistes portées désormais par la seule ETAm. La conjoncture politique qui succède au coup d’État du 23-F est cruciale dans cette évolution qui rompt dans une certaine mesure avec la spirale effrénée de la période précédente.

LES CONSÉQUENCES DU COUP D’ÉTAT DU 23-F

93Malgré la prégnance des rumeurs d’intervention réactionnaire de l’armée au cours de l’année 1980, l’invasion du Congrès réuni en séance plénière pour l’investiture de Leopoldo Calvo-Sotelo par une troupe de gardes civils dirigés par le lieutenant-colonel Tejero, constitue une surprise pour tous. La soirée et la nuit du 23 se déroulent sous le signe de l’angoisse : la radio et la télévision sont aux mains des putschistes qui restent à l’affût du soutien des capitaines généraux des régions militaires — le seul à faire partie de la conspiration étant Milans del Bosch qui prend militairement Valence et y déclare l’état d’urgence —, mais le roi désamorce toute réaction en chaîne en déployant pendant la nuit une intense activité téléphonique visant à s’assurer la loyauté des généraux. La solution politique proposée par le général Armada d’un gouvernement présidé par lui échoue devant les réticences de Tejero qui se bat pour une direction strictement militaire. Pendant que les cadres des cabinets ministériels pallient la paralysie de l’exécutif et du législatif dont les représentants sont tenus prisonniers aux Cortès, Juan Carlos rassure le pays par une intervention télévisée retransmise dans la nuit après avoir obtenu le retrait des unités qui occupaient les installations de RTVE. Il s’élève dans son discours contre l’indiscipline des putschistes et réaffirme la légitimité de la légalité constitutionnelle approuvée par le peuple espagnol en 1978. Le coup d’État a échoué, les gardes civils libèrent leurs otages au matin du 24, mettant fin à la tentative la plus sérieuse de renverser la jeune démocratie espagnole.

a) La poursuite de la normalité démocratique ?

  • 109 Entretien, 2005.
  • 110 L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, pp. 47-54.
  • 111 La Loi organique d’harmonisation du processus autonomique est approuvée le 30 juin 1982.
  • 112 Le statut d’autonomie de l’Andalousie est approuvé par référendum le 20 octobre 1981 à 89 % de oui. (...)

94Quelles sont les conséquences politiques du 23-F ? Pour certains, le coup d’État n’aurait eu aucune incidence sur le déroulement de la vie politique. Calvo-Sotelo est de ceux-là quand il affirme que le 23-F « a changé très peu de choses dans tous les champs de la politique »109. En effet lui-même a fini par être investi comme chef de gouvernement par le Congrès des députés le 25 février, ce qui était prévisible au second tour, bien qu’il ait bénéficié cette fois du secours, peu probable avant le coup d’État, du parti de Fraga et de la minorité catalane de Pujol. Il forme ensuite un gouvernement monocolore, rejetant les propositions socialistes post-23-F de participer à un cabinet de coalition. Calvo-Sotelo avoue avoir eu « la préoccupation, presque obsessionnelle, du retour à la normalité », qui le conduit à mener une politique de « normalisation démocratique »110. Il profite de son mandat pour mener à bien des réformes initiées précédemment : la loi sur le divorce est approuvée par le Parlement en juin 1981, le protocole d’adhésion consacrant l’entrée de l’Espagne dans l’OTAN est signé par les quinze pays membres en décembre 1981 malgré la farouche opposition du PSOE, le processus d’accession des provinces à l’autonomie que Suárez avait rendu incohérent est harmonisé par la LOAPA111 et de nombreux statuts d’autonomie sont approuvés à commencer par ceux de l’Andalousie et de la Galice112.

  • 113 Sur la « chronique de cette mort annoncée », voir L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, p (...)

95Quant aux partis politiques, ils suivent aussi un cours prévisible avant le 23-F. L’UCD ne parvient pas à enrayer le processus de déliquescence entamé en 1980. Les dissensions internes momentanément effacées devant la crise nationale du 23-F reviennent en force à l’été 1981. Elles se traduisent par des remaniements successifs au sein du parti, par deux remaniements ministériels en novembre et décembre 1981 et par une série de transfuges qui réduisent à une peau de chagrin le groupe parlementaire de l’UCD113. Les sociaux-démocrates quittent les premiers le groupe, suivis de la tendance droitiste qui fonde un nouveau parti, le Parti démocrate populaire (PDP), avant que Suárez lui-même ne fasse part de ses désaccords et fonde son propre parti, le Centre démocratique et social (CDS). Le front électoral est également le théâtre de défaites cinglantes pour l’UCD : en octobre 1981 elle perd la Galice devant son rival de droite, l’AP de Fraga, et en mai 1982 elle est reléguée en Andalousie à la troisième place, derrière le PSOE et l’AP. Le Parti socialiste confirme par ces élections sa course vers la victoire au niveau national, prévue dans les sondages dès avant le 23-F et qui acquiert une certitude croissante au cours de 1982.

96Est-ce à dire que la tentative des putschistes du 23-F n’a eu aucune incidence sur la vie politique nationale ? Si elle semble bien ne pas avoir eu d’influence fondamentale sur le programme politique du gouvernement et la vie interne des partis, elle a en revanche fortement imprégné les cultures politiques des Espagnols et constitué une réelle rupture dans le cycle des violences de la transition.

b) Les violences vacillent face à la réaffirmation du consensus démocratique

  • 114 Sur le débat concernant la culture politique des Espagnols, voir C. Sastre García, Transición y des (...)
  • 115 À tel point qu’une interprétation critique répandue du coup d’État est qu’il aurait été manigancé p (...)

97En effet, la population s’est mobilisée massivement en défense de la « liberté, la démocratie et la Constitution » : le 27 février une manifestation convoquée par les plus grands partis et syndicats rassemble sous ce slogan plus d’un million de personnes à Madrid et 500 000 à Barcelone, malgré les trois bombes qui ont explosé sur le Paseo del Prado quelques heures avant le passage de la manifestation. C’est la plus grande manifestation vécue par la capitale de toute la transition, réaction défensive de la société espagnole au secours du système démocratique en danger. Le putsch a permis la réaffirmation de l’attachement des Espagnols au régime démocratique, balayant les craintes du « désenchantement » de 1980 quant à sa légitimité. Conscients dans leur chair et leur mémoire du coût de la dictature, ils montrent par cette manifestation qu’ils sont prêts à se mobiliser pour la défense de la démocratie, même si c’est une fois le danger passé114. De plus aux élections d’octobre 1982, le taux de participation atteint près de 80 %, soit le taux le plus élevé de la brève histoire électorale de l’Espagne mais aussi le plus haut d’Europe depuis 1968, venant contredire les tendances à la lassitude constatées lors des élections précédentes. En outre, le 23-F a sans aucun doute contribué à renforcer la légitimité monarchique en la personne de Juan Carlos115, perçu comme le sauveur de la légalité constitutionnelle. La tentative de coup d’État a donc été l’occasion de réaffirmer à la fois la solidité de la jeune démocratie et la volonté de vivre ensemble pacifiquement de la société espagnole. Elle a constitué en cela un pas décisif vers une délégitimation de ceux qui cherchent par la violence à s’opposer à ce désir et à renverser un régime adopté par tous. Il ne fait pas bon tuer après le 23-F. Les revendications terroristes sont loin d’avoir le vent en poupe et nombre de motivations politiques de la violence sont désormais découragées.

  • 116 J. Busquets, Militares y demócratas, p. 354.

98Les velléités interventionnistes de l’armée sont particulièrement affectées par l’échec de la seule conspiration qui ait débouché sur une action concrète. Elles perdent l’écho social et politique dont elles pouvaient bénéficier aux heures de gloire du « bruit de sables ». Il existe encore après le 23-F des complots échafaudés par des officiers et déjoués par les services secrets qui ravivent la peur du putsch, comme en juin 1981 quand sont arrêtés trois officiers, dont le commandant Saénz de Ynestrillas, accusés d’une possible conspiration contre le gouvernement. D’autres faits tendancieux sont immédiatement sanctionnés, comme la publication le 5 décembre 1981 d’un pamphlet intitulé le « Manifeste des cent », qui tire son nom des près de cent officiers et sous-officiers signataires. Le texte, qui s’attaque à la liberté de la presse pour l’empêcher de condamner les putschistes du 23-F, est perçu par le gouvernement comme un acte d’indiscipline et ses signataires sont sanctionnés, tandis qu’une manifestation est organisée à Madrid et à Barcelone pour la liberté et contre le putschisme. Plus tard, une conspiration prévue pour le 27 octobre 1982, veille des élections dont tous les sondages donnaient les socialistes pour vainqueurs, est déjouée par les services de renseignement. Mais ces actions clairsemées, de plus en plus isolées du corps social, ne sont que le « chant du cygne »116 des velléités interventionnistes d’un corps qui fut la colonne vertébrale du régime franquiste.

  • 117 Colectivo Amanecer, Patria-Justicia-Revolución, p. 25.
  • 118 L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, p. 50.
  • 119 AGA, GCM, 108/277 « Otros Actos relacionados con el 23-F : Teniente Coronel Tejero. Ocupación Congr (...)
  • 120 Le coup d’État s’avère être un produit particulièrement lucratif, à tel point que Juan García Carré (...)
  • 121 Ainsi le week-end suivant son transfert à la prison d’El Ferrol en avril, en raison justement de l’ (...)

99Avec l’échec de l’action militaire, l’extrême droite perd aussi la motivation principale de son activisme qui, après les déroutes électorales de 1977 et de 1979, était orienté vers la création d’un climat de tension destiné à favoriser une réaction conservatrice de l’armée. Celle-ci était en effet le seul espoir restant à un secteur décrédibilisé sur le plan politique et qui n’a pas su capter à son profit l’électorat nostalgique du franquisme. C’est pourquoi pour les activistes d’extrême droite, « le franquisme est réellement mort le 23 février […]. À partir de là, les émeutes, les assauts, les chocs ont perdu toute leur utilité politique et lentement, nous avons cessé d’en mener »117. Le procès des inculpés du coup d’État entre février et juin 1982 et l’érection de Tejero au statut de martyr et de héros de la cause ultra sont cependant l’occasion de relancer la vague interventionniste sur le plan de la propagande. Calvo-Sotelo mentionne dans ses mémoires la médiatisation disproportionnée des putschistes, « le procès a accaparé l’actualité, amplifié la voix des putschistes et leur a donné une présence quotidienne dans la société qu’ils n’avaient jamais eue et qui ne correspondait pas à leur force réelle »118. Le nom de Tejero s’étale en effet sur les murs des grandes villes au lendemain du coup d’État, puis au moment de son premier anniversaire en février 1982, héros au cœur des slogans ultras : « Tejero, l’Espagne est avec toi ! Nous vaincrons sous tes ordres ! », « Tejero liberté ! Militaires, nous vaincrons ! », « Vive Tejero et vive le 23-F ! »119 sont quelques exemples des graffitis qui pullulent alors. Des autocollants, badges et objets divers sont fabriqués et vendus sur les marchés à l’effigie du garde civil120 qui reçoit de nombreuses visites dans sa cellule d’El Ferrol121. Des collectes sont organisées pour recueillir les fonds nécessaires au règlement des indemnisations dues par les inculpés. Un parti lié à Tejero, Solidarité espagnole, est créé pour les élections de 1982. Mais cette vague de propagande est conjoncturelle et ne s’accompagne pas de violences significatives. L’anniversaire du 23-F en 1982 donne lieu à quelques incidents, à Madrid où des cocktails Molotov parsèment les manifestations de militants pro-Tejero, à Alcalá de Henares où le « commando 23-F » revendique l’explosion de la voiture du maire de la ville, ou à Barcelone où la figure du roi Juan Carlos du musée de cire est détruite. Le procès donne également lieu à un regain d’agressions dans la ceinture industrielle de Madrid dominée par la gauche depuis les élections municipales de 1979, des militants de FN tentant de prendre d’assaut les mairies et agressant des membres du PSOE et du PCE. Mais ce type d’incidents reste isolé et ponctuel, tentative ultime de relancer une agitation urbaine démotivée et décrédibilisée.

100En plus du découragement des tentatives insurrectionnelles de l’armée et de l’extrême droite, le 23-F entraîne le premier pas vers la réinsertion d’un secteur de l’ETA : l’ETApm déclare un cessez-le-feu sans conditions le 28 février 1981 en même temps qu’elle libère les trois consuls qu’elle détenait en otages depuis le 19. Les négociations menées entre le gouvernement et l’organisation terroriste par l’intermédiaire d’EE débouchent sur l’annonce de la dissolution de l’ETApm-VIIe Assemblée en octobre 1982, dissolution refusée par un secteur radicalisé qui relance la lutte armée et rejoint les bancs de l’ETAm. Entre temps, l’ETApm ne rompt que ponctuellement la trêve annoncée début 1981, comme quand elle prend en otage le père du chanteur Julio Iglesias en décembre, mais elle ne tue plus.

  • 122 Le tableau, peint par Picasso pour le pavillon espagnol de l’Exposition universelle de Paris en 193 (...)

101Le coup d’État du 23-F a donc eu l’effet inverse de celui prévu par les putschistes, en réaffirmant la solidité du système démocratique récemment installé en Espagne et l’attachement des Espagnols à ce régime. L’union autour du consensus transitionnel est symbolisée par le retour du Guernica de Picasso en septembre 1981, puissant symbole de la réconciliation des deux Espagne mais aussi signe que les nations occidentales considèrent enfin l’Espagne comme un pays démocratique122. Cette affirmation de la volonté de vivre ensemble en paix a constitué une étape décisive vers la marginalisation des violences en dehors de la sphère publique et vers la disparition des motivations politiques de nombreux acteurs violents qui abandonnent progressivement les armes, découragés ou conscients de l’impasse où les conduit la lutte armée dans le nouveau contexte politique.

L’ETA SEULE EN PISTE

  • 123 El País, 24-31/5/1981. Voir aussi DSC, 171, IL, 26/5/1981, pp. 10344-10371.

102Pour l’ETAm et les GRAPO qui poursuivent leur logique jusqu’au-boutiste, l’émotion suscitée par le 23-F est au contraire mise à profit pour accroître l’impact de leur action auprès d’une opinion particulièrement sensible à la menace. Les attentats contre des officiers de l’armée acquièrent dans ce contexte une résonance redoublée. L’ETAm instrumentalise cette sourde angoisse en assassinant à peine plus d’une semaine après le 23-F deux lieutenants-colonels à trois jours d’intervalle, puis en assassinant en mai trois militaires dans un attentat en plein cœur de Madrid dirigé contre le lieutenant-général Valenzuela, chef du corps militaire du roi. La tension est d’autant plus élevée que quelques jours avant, les GRAPO s’étaient à leur tour attaqués à l’armée en assassinant à Madrid un général à la retraite et un policier de son escorte, et à Barcelone deux gardes civils. La peur est alors palpable dans l’opinion et parmi les milieux politiques qui mettent tout en œuvre pour garantir la normalité citoyenne. Une affaire réactive juste après l’angoisse de la conspiration, aventure obscure qui tient le pays en haleine pendant 48 longues heures : le 23 mai 1981, un commando d’une dizaine d’hommes prend d’assaut le siège d’une banque de Barcelone et garde en otage 250 personnes présentes, réclamant la libération de Tejero et des autres inculpés pour le coup d’État du 23-F. L’incertitude règne sur les caractéristiques et les motivations des acteurs de la prise d’otages, entre anarchistes, ultras mélangés à des gardes civils ou délinquants ordinaires manipulés par l’extrême droite, dernière version qui semble avoir le plus de crédit123.

103L’ETAm sème aussi la panique en choisissant de tuer massivement dans une période de temps resserrée comme en avril 1981 quand cinq individus sont assassinés dans le Guipúzcoa et en Biscaye en l’espace d’une semaine. C’est par ailleurs le recours à un nouvel armement lourd déjà mentionné supra, qui suppose une escalade logistique, qui inquiète les autorités. En particulier une conjonction d’actions en quelques jours d’avril 1982 sème la panique : à Barcelone l’ETAm attaque au lance-grenades un convoi des forces de l’ordre ; à Pampelune c’est à l’aide de grenades anti-chars qu’elle s’attaque à un convoi de policiers tuant l’un d’eux et en blessant 67 autres ; et à Madrid elle fait exploser 170 kilos de dynamite dans le central téléphonique de Ríos Rosas, privant de téléphone près d’un million de madrilènes pendant plusieurs jours. Le saut qualitatif de l’armement utilisé par l’ETA et sa capacité à nuire à grande échelle en dehors du Pays basque inquiètent alors que les négociations vont bon train entre la branche politico-militaire et le gouvernement, que la célébration du procès du 23-F avive les tensions et que la proximité du Mondial de football en Espagne attire l’intérêt médiatique. Les actions dirigées contre des civils sont aussi l’objet de l’indignation croissante de la population, quand l’ETAm assassine le directeur de l’entreprise Moulinex en avril 1981 ; le docteur Ramiro Carasa, chef de Traumatologie à l’hôpital universitaire de Saint-Sébastien, exécuté en mars 1982 pour avoir refusé de soigner un terroriste blessé ; ou encore un ingénieur de la centrale de Lemóniz en mai 1982, réactivant par ce meurtre la mobilisation qui s’était produite un an auparavant après la mort de Ryan.

104Les séries de bombes qui explosent pour interférer sur le processus électoral concluent la chronique de la violence de ces deux années. Les vagues d’explosifs posés à l’automne par l’ETApm, les GRAPO et l’ETAm contre des bâtiments publics, administratifs ou des banques, ont déjà été mentionnées. L’ETAm intervient aussi sur la campagne en intensifiant son offensive meurtrière : dix personnes sont tuées entre la mi-septembre et les élections, dont six agents des corps armés. Quant à l’extrême droite, elle agresse de façon sporadique des militants de gauche, incendie quelques locaux de partis (PNV, PSOE, PCE) ou tente de saboter des meetings électoraux comme celui de Suárez à Badajoz. Mais ces actions, qui récupèrent la tradition des campagnes antérieures, restent ponctuelles (moins d’une vingtaine). Les séries de bombes gonflent artificiellement le nombre d’actions, notre recensement comptabilisant un événement par détonation. En réalité, la densité et la gravité des actions violentes n’est pas comparable aux campagnes précédentes : la tonalité n’est plus celle de l’angoisse de 1976, ni celle de l’euphorie tendue et conflictuelle de juin 1977, ni celle de la répulsion face à la boucherie menée par l’ETA en décembre 1978. En 1982, le pays est serein et accourt massivement aux urnes pour faire un triomphe à Felipe González : avec plus de 48 % des voix et 202 sièges, le PSOE est le grand vainqueur des élections qui consacrent par ailleurs l’effondrement du PCE et de l’UCD, remplacée sur son flanc droit par l’AP qui devient le deuxième parti avec plus de 26 % des voix et 106 sièges.

105Felipe González est investi le 1er décembre et prête serment le lendemain devant le roi. Le déroulement normalisé de la passation de pouvoir confirme le bon fonctionnement des institutions. Avec ce raz-de-marée électoral commence ainsi une nouvelle étape de l’histoire de l’Espagne, dont le régime démocratique est consolidé par la triple injection de légitimité produite par l’alternance, la forte participation et le plébiscite socialiste.

106Ces élections confirment par ailleurs les tendances constatées dans la période précédente et contraignent les violents à remettre en question le sens de leur action. L’extrême gauche est amenée à reconsidérer ses motivations au regard de l’arrivée au pouvoir du parti des vaincus de la Guerre civile. Si la majorité des extrémistes, marxistes ou libertaires, s’étaient depuis quelques années déjà rendus à l’évidence que la démocratisation de l’Espagne était réelle et qu’il n’était pas nécessaire de poursuivre une lutte armée contre un régime de libertés, la victoire de la gauche en 1982 représente pour les plus radicalisés la preuve que les temps ont changé. Même les GRAPO émettent dès le 6 novembre un communiqué où ils annoncent un cessez-le-feu, trêve bien éphémère puisqu’elle est rompue dès le mois de janvier 1983 : les GRAPO entrent alors dans une spirale terroriste sans fin, désormais centrée sur la propre survie de l’organisation, et continuent à tuer sporadiquement jusqu’en 2000. Aujourd’hui encore ils n’ont toujours pas complètement disparu, prolongeant indéfiniment une agonie programmée dès 1982. Des groupes indépendantistes marxistes font encore de brèves percées comme Terra Lliure ou l’Exército Guerrilleiro do Pobo Galego, mais sans aller jusqu’au meurtre ni avoir de grande incidence sociopolitique. C’est une même logique interprétative de la conjoncture politique qui conduit les militants historiques de l’ETApm à s’engager dans un processus de négociation avec le gouvernement de Calvo-Sotelo et à rendre les armes avant même le triomphe socialiste. Quant à l’extrême droite, déjà fragilisée après l’échec de la seule conspiration militaire qui se soit traduite en actes, elle est définitivement discréditée après l’ultime déroute électorale de 1982. Les secousses liées au procès des inculpés du 23-F n’étaient que les derniers soubresauts d’un espace idéologique en voie d’extinction. Le 20 novembre 1982, à l’occasion de la célébration du septième anniversaire de la mort de Franco, Blas Piñar, le leader de FN, le parti phare du camp ultra, annonce sa dissolution. Les activistes sont privés de leur soutien politique et de la perspective d’un soulèvement militaire. Isolés, ils renoncent à renverser le régime démocratique consolidé par la violence et quittent la scène politique.

107Si l’automne 1982 marque donc bien la fin d’un cycle pour l’ensemble de ces acteurs, ce n’est pas le cas pour l’ETAm qui se remet à assassiner des agents des forces de l’ordre dès le 31 octobre et des généraux dès le mois de novembre. Le 4 elle s’attaque au général Lago Román en charge de la division blindée Brunete près de Madrid, dans une action de provocation envers le futur gouvernement qui affirme alors son engagement à utiliser tous les moyens à la disposition de l’État pour lutter contre le terrorisme. Le message est clair, pour l’ETAm, l’arrivée des socialistes au pouvoir ne modifie en rien les données de la cause pour laquelle elle combat : l’Espagne est toujours l’oppresseur du peuple basque et l’obstacle à son indépendance. L’organisation terroriste abandonne ainsi en 1982 l’apparat antifranquiste dont elle était ornée et dévoile sans détours son essence strictement nationaliste. Elle acquiert une dynamique propre initiée dans les années précédentes, aboutissement du processus de spécialisation repéré dès 1978. Elle continue à parasiter la vie politique basque et nationale par son action terroriste qui, si elle n’atteint jamais plus les niveaux des années 1978-1980, maintient cependant un taux de mortalité élevé jusqu’au début des années 1990. Après 1982, on peut donc affirmer que la violence est désormais exclusivement polarisée par le conflit basque, avec d’un côté le terrorisme insurgé de l’ETAm et de l’autre, la résurgence de la violence contre-terroriste parapolicière sous la forme des GAL.

108La question basque est donc la dernière épine issue du cycle de violences initié à la fin du franquisme, mais dont on peut considérer qu’elle s’en est extraite pour adopter une dynamique propre, indépendante des aléas de la conjoncture politique. Autrement, le cycle des violences amorcé à la toute fin du franquisme s’achève.

Notes

1 S. Tarrow, Power in Movement, pp. 24 et 153-155. Pour une approche synthétique, voir E. González Calleja, La violencia en la política, pp. 238-259.

2 « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048.

3 En dépit des demandes de grâce en provenance du pape Paul VI, du prince héritier Juan Carlos de Bourbon et de son père don Juan de Bourbon, du Parlement européen, du secrétaire général de l’ONU, de l’épiscopat espagnol, etc., et malgré la forte mobilisation nationale et européenne, le 27 septembre 1975 deux etarras et trois militants du FRAP sont exécutés.

4 Sur l’influence de la révolution portugaise sur la politique espagnole, voir J. Sánchez Cervello, La revolución portuguesa y su influencia en la transición española.

5 Quatre morts seulement sont à mettre sur le compte de l’extrême gauche avant 1975.

6 El País, 25-28/5/1976.

7 « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048.

8 Sur ces premières années, voir aussi le très riche récit interprétatif de N. Sartorius et A. Sabio, El final de la dictadura.

9 « Informe de la Jefatura Superior de Policía sobre acciones cometidas por bandas armadas durante los años 1982 y 1983 en la provincia de Vizcaya », AGA, Memoria del Gobierno Civil, Biscaye, 1983.

10 « Procedimientos penales iniciados en los Juzgados Generales de la Audiencia Nacional en 1982 », MFTS, 1983.

11 ABC, 3/4/1976.

12 El País, 27/6/1976 et Triunfo 3/7/1976.

13 Près de 80 % des actions touchent des civils et 52 % des victimes tuées sont des civils (soit bien devant les forces de l’ordre et douze points de plus que sur l’ensemble de la transition).

14 Elles représentent 19 % des cibles civiles et matérielles contre 30 % pour l’ensemble de la transition. De même, 38 % des victimes mortelles de la violence protestataire sont des membres des corps armés contre 49 % pour toute la période.

15 Madrid concentre à elle seule près du quart des actions répertoriées (24 %).

16 Juan Carlos Ier, discours aux Cortès, ABC, 23/11/1975.

17 Le ministère de l’Intérieur est alors appelé « Ministerio de la Gobernación » (« gouvernance »), jusqu’à ce que Martín Villa le transforme en « Ministerio del Interior » en 1977.

18 Manuel Fraga Iribarne, juriste de formation, est procurador des Cortès franquistes depuis 1957. Il occupe de hauts postes dans l’administration jusqu’à être nommé en 1962 ministre de l’Information et du Tourisme. Il est l’auteur de la loi sur la presse qui libéralise le régime de la censure en 1966, avant d’être évincé du gouvernement, repris en main par l’immobiliste Carrero Blanco. Il prend dès lors ses distances avec le régime et, depuis son poste d’ambassadeur à Londres où il est nommé en 1973, il mène une intense activité diplomatique auprès des démocraties européennes pour préparer son avenir politique au sein de la future Espagne. Il apparaît ainsi comme le grand espoir réformiste de l’Espagne postfranquiste. Son attitude rigide, hautaine et décalée à la tête du ministère de l’Intérieur sous le premier gouvernement de la Monarchie lui vaut d’être évincé du second gouvernement et d’être écarté du processus politique de transition.

19 José María de Areilza fait la tournée des démocraties voisines en tant que ministre des Affaires étrangères. Fraga excède ses strictes compétences de ministre de l’Intérieur et continue son activité diplomatique initiée du temps de son poste d’ambassadeur à Londres. Les rois eux-mêmes effectuent en mai 1976 leur premier voyage officiel à l’étranger aux États-Unis, qui leur offre d’emblée une forte audience internationale. Le discours de Juan Carlos devant le Congrès américain le 2 juin 1976 est particulièrement retentissant de par l’affirmation sans détour qu’il y fait de sa volonté de faire de l’Espagne une démocratie pleine et entière.

20 Entretien, 2006.

21 Ces chiffres émanent de l’Organisation syndicale espagnole cités par J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad social », p. 444, de R. Durán Martínez, Contención y transgresión, p. 96 (l’auteur compte 40 179 conflits en 1976 et 36 534 en 1977) et de J. M. Maravall, « Transición a la democracia », p. 75.

22 Sur ces manifestations barcelonaises, voir D. Ballester et M. Risques, Temps d’amnistia. Les organisateurs estiment respectivement à 70 000 et 60 000 personnes le nombre de participants à ces manifestations, malgré leur interdiction.

23 Raimon, interdit de concert depuis huit ans, chante enfin à Madrid le 5 février 1976. Plus de 6 000 personnes se réunissent dans un stade bondé pour un concert qui se transforme en manifestation politique : la foule brandit des drapeaux rouges et scande les poings fermés des vivats à la Pasionaria et à Carrillo, ou des slogans en faveur de l’amnistie et des libertés. Si bien que le récital prévu pour le 7 février est interdit, de même que ceux des jours suivants. ABC, 5-7/2/1976.

24 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Álava, 1976.

25 J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad social », p. 460.

26 Sur Vitoria, voir C. Carnicero Herreros, La ciudad donde nunca pasa nada.

27 S. Sánchez-Terán, De Franco a la Generalitat, p. 40.

28 Note officielle du Gouvernement civil d’Álava, ABC, 4/3/1976.

29 Communiqué du gouvernement, ABC, 6/3/1976.

30 Entretien, 2006.

31 M. Fraga Iribarne, En busca del tiempo servido, p. 38.

32 Pour l’opposition,« la violence employée par les grévistes s’explique par le défaut de politisation de l’ouvrier alavais qui s’est laissé diriger par un groupe extrémiste […] qui a pris la tête de la lutte et a réussi à terroriser le citoyen lambda », ABC 7/3/1976. Voir aussi Triunfo 13/3/1976, l’article de Nicolás Sartorius « Laboral : Vitoria » pour le récit du conflit social, pp. 13-17.

33 N. Sartorius et J. Alfaya, La Memoria Insumisa, p. 20.

34 Voir infra pp. 336-337.

35 L’Aberri Eguna, « jour de la patrie » basque, est traditionnellement célébré le dimanche de Pâques. Sa célébration est interdite après la Guerre civile, puis provisoirement à nouveau autorisée entre 1964 et 1968 dans de strictes limites imposées par le régime. Elle ne se produit plus ensuite jusqu’en 1975.

36 ABC, 6/3/1976 et Triunfo, 13/3/1976.

37 Il le qualifie de « désastre sans palliatif », la formule est restée célèbre, Newsweek, 26/4/1976.

38 Par exemple, Ricardo de la Cierva signait un article révélateur dans El País, titré « Quelle erreur, quelle immense erreur ! », El País, 8/7/1976.

39 La moyenne d’âge des ministres est de 44 ans.

40 Tácito est un groupe de réflexion né en 1973, qui rassemble de jeunes juristes, entrepreneurs et hommes politiques de centre-droit, démocrates-chrétiens pour la plupart, et réformistes. Ils réfléchissent sur des propositions de réforme du régime de Franco et sur l’avènement futur de la démocratie. C’est de ce laboratoire d’idées qu’émergent à la fois les hommes et les projets politiques à l’œuvre pendant la transition.

41 El País, 7/7/1976.

42 Real Decreto-Ley 10/1976 (RDL), de 30 de julio sobre amnistía (BOE, 3 et 4/8/1976). Voir infra pp. 243-247.

43 Le Monde, 3/8/1976.

44 Au Pays basque en revanche, c’est l’été 1977 qui constitue le pic de la mobilisation en faveur de l’amnistie, jusqu’à la promulgation de la loi du 15 octobre 1977. I. Sánchez-Cuenca et P. Aguilar Fernández, « Violencia política y movilización social », p. 109.

45 Entretien, 2006. Selon le gouverneur civil de Barcelone, l’objectif de la grève était de « récupérer l’initiative dans le processus démocratique qui était entre les mains du gouvernement et, en tous cas, démontrer la force du Parti communiste et forcer sa légalisation », S. Sánchez-Terán, De Franco a la Generalitat, p. 190.

46 Voir infra pp. 251-252.

47 I. Sánchez-Cuenca et P. Aguilar Fernández, « Violencia política y movilización social », pp. 103-105. Les auteurs pointent le dernier trimestre 1977 comme le point culminant de la mobilisation populaire. Entre mai 1976 et décembre 1978, ils estiment que près de 38 % des manifestants ont agi pour revendiquer l’autonomie et 23 % pour protester contre la vie chère et le chômage. Par exemple le 6 octobre 1977, une manifestation contre la vie chère regroupe 500 000 personnes à Madrid. Ce chiffre élevé était impensable en 1976, à cause de l’interdiction des manifestations.

48 Le doute subsiste sur l’origine des tirs, qui pourraient aussi provenir d’individus d’extrême droite infiltrés dans la manifestation. L’enquête ouverte au tribunal d’instruction n° 5 de Bilbao conclut sur un non lieu devant l’impossibilité de déterminer l’auteur des tirs. En 2002, l’Audience nationale reconnaît M. N. Menchaca comme victime du terrorisme et octroie une indemnisation de 140 000 euros à la famille (sentence du 27/3/2002, http://www.derechos.org/nizkor/espana/doc/menchaca.html). En 1976 en tous cas, l’incident est perçu comme le résultat de l’action répressive des forces de l’ordre. El País titre ainsi au lendemain de l’incident « Le premier mort du nouveau gouvernement » (El País, 10/7/1976).

49 À l’exception des sénateurs nommés par le roi, dont le nombre ne peut dépasser le cinquième des élus.

50 DSC, 29, X Legislatura, 16, 17 et 18/11/1976, pp. 1-207. Il est approuvé à 425 voix pour, 59 voix contre et 13 abstentions.

51 L’attentat, commis en plein cœur de Saint-Sébastien, provoque aussi la mort de trois policiers et du chauffeur.

52 Communiqué du gouvernement, El País, 5/10/1976.

53 Voir notamment le débat tendu du 6 octobre aux Cortès, où règne une atmosphère de belligérance contre le gouvernement. Une phrase du communiqué du gouvernement est particulièrement mise en cause, où il affirme qu’il : « ne tombera pas dans le piège qu’on lui tend ». La phrase qui a tant plus aux modérés est jugée absolument inacceptable par les plus conservateurs. El País, 7/10/1976.

54 El País, 15/12/1976.

55 Sur la « Semaine noire », voir S. Baby, « Violence et transition en Espagne : la Semaine noire de Madrid ».

56 Sur le crime d’Atocha, voir le récit de A. Ruiz Huerta Carbonell, La memoria incómoda et La matanza de Atocha. Voir aussi M. Sánchez Soler, La transición sangrienta, pp. 65-82.

57 Le procès a lieu en février 1980, il condamne cinq militants d’extrême droite à des peines d’un à 25 ans de prison.

58 Voir infra p. 296.

59 À l’exception le 11 février 1977 d’une fusillade qui éclate à Barcelone entre des policiers et un groupe de quatre hommes en train de distribuer des tracts du PCE (r), provoquant la mort d’un inspecteur de police.

60 Les partis de l’opposition se réunissent en décembre 1976 pour fonder une « commission de négociation » réduite chargée des futures tractations avec le gouvernement. Elle comprend neuf membres, d’où son surnom de « Commission des Neuf » : Felipe González (PSOE) et Tierno Galván (PSP) pour les socialistes ; Carrillo pour le PCE, remplacé par Sánchez Montero devant le veto du gouvernement ; Antón Cañellas pour la démocratie chrétienne ; Joaquín Satrústegui pour les libéraux ; Fernández Ordóñez pour les sociaux-démocrates ; et les nationalistes Jordi Pujol pour la Catalogne, Julio Jáuregui pour le Pays basque et Paz Andrade pour la Galice.

61 Voir infra p. 266.

62 Voir le récit du vice-président à la Défense, M. Gutiérrez Mellado, Un soldado de España, pp. 148-158.

63 Ces données sont précises car nous bénéficions pour cette période, rappelons-le, des bulletins d’information quotidiens émis par le ministère de l’Information et du Tourisme à partir des informations policières.

64 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 64.

65 Dès le 14 avril se réunit le Comité central du Parti, qui décide à l’unanimité d’adopter le drapeau de la monarchie aux côtés du drapeau rouge, ce qui est fait à la conférence de presse postérieure à la réunion. S. Carrillo, Memorias, pp. 659-660.

66 Voir infra p. 259.

67 AGA, BI, 31/3/1977 ; AGA, Memoria del Gobierno Civil, Navarre, 1977.

68 Il s’agit de R. Gómez Jáuregui, tué le 12 mai à Rentería des balles de la Garde civile ; J. L. Cano Pérez tué le 13 mai à Pampelune par la police ; M. Fuentes Mesa tué dans un affrontement avec les forces de l’ordre le 14 à Ortuella ; M. del Caño, employé des autoroutes, écrasé accidentellement par une voiture sur l’autoroute Saint-Sébastien - Bilbao alors que, contraint par la Garde civile, il retirait une barricade ; A. Zárraga, 58 ans, qui tombe accidentellement de son balcon quand elle regardait les manifestations à Ondarroa ; et le 14, à Pampelune, G. Maritxalar Aiestaran, 72 ans, meurt suite au choc subi après plusieurs impacts de balles reçues par la police quand il était à son balcon.

69 Le communiqué issu d’une réunion des CC.OO. le 15 mai, autorise une solidarité avec les travailleurs d’Euskadi limitée à des arrêts partiels du travail et à des assemblées, mais il rejette l’appel à une grève générale devant le danger clair de déstabilisation du processus démocratique. Les membres des CC.OO. d’Euskadi n’ont pas signé ce communiqué et appellent à la grève générale (El País, 16/5/1977).

70 A. Guerra, Cuando el tiempo nos alcanza, pp. 239-240.

71 Le 17 mars 1978, l’ETA fait exploser une bombe dans la centrale nucléaire de Lemóniz. Elle n’avertit les responsables que 11 minutes avant l’explosion, ce qui laisse trop peu de temps pour une évacuation totale. Deux ouvriers meurent, quatre autres sont blessés. Le 13 juin 1979, un autre travailleur est tué par l’explosion d’une bombe dans la même centrale.

72 Exactement 56 %.

73 Interpellation du PSOE, BOCG, D-562-I, 5/2/1981 et question du PCE, BOCG, E-538-I, 10/2/1981.

74 DSC, 130, LC, 31/10/1978, pp. 5179-5206. Au congrès, le texte est approuvé par 325 voix pour, 6 voix contre (cinq députés de l’AP et Letamendia d’EE), et 14 abstentions (les sept députés du PNV, trois autres députés de l’AP, le nationaliste républicain catalan Barrera, Jesús Aizpún de l’UCD de Navarre, et deux députés du groupe mixte). Au Sénat, le texte est approuvé par 226 voix pour, 5 voix contre et 8 abstentions.

75 Les Pactes de la Moncloa ont aussi un versant politique, qui donnent une orientation consensuelle aux normes fondamentales qui ne seront pleinement intégrées au nouveau système juridico-légal qu’avec la Constitution de 1978.

76 Voir infra pp. 282-285.

77 J. M. Maravall, « Transición a la democracia », p. 76. Pour le ministère du Travail, le nombre d’heures chômées passe de 133 millions en 1977 à 92 millions en 1978, ce qui confirme la baisse constatée (J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad social », p. 444).

78 I. Sánchez-Cuenca et P. Aguilar Fernández, « Violencia política y movilización social », p. 103.

79 R. Adell Argilés, La transición política en la calle, p. 226.

80 Communiqué de l’ETAm après l’assassinat du commandant Imaz, Le Monde, 29/11/1977.

81 DSC, 40, LC, 15/12/1977 ; DSC, 43, LC, 23/12/1977 ; DSC, 97, LC, 27/6/1978.

82 Sur les raisons de ces incidents, voir infra pp. 338-340 et p. 350.

83 Les résultats confirment les tendances des élections de 1977 : l’UCD, parti du gouvernement, sort gagnante avec 35 % des voix aux législatives et 168 sièges au Congrès, suivie de près par le Parti socialiste avec 30 % des voix et 121 députés. Viennent ensuite le Parti communiste avec près de 11 % des voix et 23 sièges, le parti de Fraga (6 % et 9 députés), et les partis régionalistes.

84 AGA, GCM, 112/385 « Atentado al magistrado Miguel Cruz Cuenca, martes 9/1/1979 ».

85 Selon El País, 30/6/1979, il y aurait 40 % de trafic de touristes français en moins.

86 AGA, GCM, 111/354 « Facultad de Derecho 1977-79 ».

87 Chiffres du ministère du Travail, J. M. Marín Arce, « La transición sindical y la conflictividad social », p. 444.

88 Le taux d’affiliation syndicale baisse de 57 % en 1978 à 34 % en 1980, V. Pérez Díaz, La primacía de la sociedad civil, p. 266.

89 L’intérêt de la population espagnole pour la politique témoigne d’une baisse significative à partir de 1979, d’après une enquête du CIS (Centre d’enquêtes sociologiques), J. R. Montero et alii, « Légitimité, mécontentement et désaffection », p. 185.

90 Ainsi le 6 octobre 1979, 200 000 personnes manifestent à Valence contre le choix du drapeau du Conseil valencien ; le 2 décembre, « Jour de l’Andalousie », 500 000 personnes manifestent pacifiquement à Séville et à Cordoue ; le 4 décembre ce sont 85 000 personnes qui manifestent contre le statut de Galice.

91 Le 15 juin 1980, Marcelino Oreja, ministre des Affaires étrangères, annonce l’intention du gouvernement de demander l’entrée dans l’OTAN au cours de la législature. Felipe González s’y oppose et exige un référendum sur la question. Le 24 janvier 1981, 10 000 personnes manifestent près de Madrid contre l’OTAN et la présence militaire nord-américaine en Espagne. Le 29 octobre, le Congrès approuve l’ouverture du processus d’adhésion, par 186 voix pour et 146 contre. Le protocole d’adhésion est ainsi signé le 10 décembre 1981 par les 15 pays membres. Une nouvelle marche de protestation réunit 10 000 personnes le 6 juin 1982, à Torrejón de Ardoz (Madrid). Une fois au pouvoir, le PSOE change radicalement d’attitude et décide de maintenir la place de l’Espagne au sein de l’OTAN : les manifestations massives se poursuivent jusqu’au référendum du 12 mars 1986, où le « oui » l’emporte de justesse avec 53 % des bulletins exprimés.

92 Le projet de loi sur le divorce est remis au Parlement an janvier 1980 et approuvé en juin 1981.

93 L’électeur doit choisir la voie adéquate pour mener à bien l’autonomie de la région, entre la « voie lente » suivant l’article 143 de la Constitution et la « voie rapide » de l’article 151. La formulation de la question autour de l’article 151 est une aberration puisque le gouvernement, organisateur du référendum, est conduit à appeler paradoxalement à l’abstention (qui s’élève à 36 %), pendant que le « oui », qui signifie l’approbation de l’option maximaliste qui aligne l’Andalousie sur les modèles basque et catalan, triomphe logiquement avec 87 % des voix.

94 Sur l’UCD, voir C. Huneeus, La UCD y la transición a la democracia en España. Sur la crise de 1980, voir les récits de R. Martín Villa, Al servicio del Estado, L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, et E. Attard, Vida y muerte de UCD.

95 De mai 1979 à mai 1980, sur les 2 046 votes parlementaires, Suárez n’était pas présent à 1 555 (J. Tusell, La transición española a la democracia). Un autre moment significatif de ce mépris est quand, après les élections de 1979, Suárez refuse de célébrer un débat d’investiture, rompant ainsi avec les règles de la vie parlementaire (DSC, 3, IL, 30/3/1979, pp. 39-126).

96 Voir les DSC, 91 à 95, IL, 21-30/5/1980.

97 Par exemple à Echevarría (Biscaye), trois personnes ont séquestré deux civils en se faisant passer pour des policiers et les ont relâchés le lendemain, blessés. L’enlèvement s’est produit dans la nuit du 21/9/1980, après l’attentat de Marquina qui avait tué quatre gardes civils.

98 Sur l’affaire d’Hendaye et le scandale qu’elle a provoqué, voir infra pp. 411-412.

99 MFTS, 1981, p. 67. Le mémoire est écrit en septembre 1981.

100 Soit 115 blessés dans des actions terroristes pour 1978, 202 graves pour 1979 et 132 pour 1980. MFTS, 1979, p. 67, MFTS, 1980, p. 57 et MFTS, 1981, p. 70.

101 MFTS, 1980, p. 60.

102 Ibid., p. 58.

103 Devant l’effritement de la majorité gouvernementale, Calvo-Sotelo se résigne à dissoudre les Cortès le 27 août 1982 et à convoquer des élections législatives anticipées.

104 « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234.

105 L’ETA tue deux fois moins qu’en 1979-1980 : de 1,8 assassinat par semaine, elle passe en cette dernière période à moins de 0,8.

106 « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234.

107 Ainsi le 14 mai 1981, deux gardes civils sont tués au passage d’un convoi qui protégeait le transfert de charges de dynamites. Le 5 juin c’est un policier qui est tué et quatre autres qui sont blessés par une bombe qui explose au passage d’un convoi.

108 Les biens administratifs connaissent une hausse accélérée par rapport à la tendance déjà remarquée précédemment : de seulement 17 % des biens touchés en 1975-1977, ils représentent 27 % en 1978-1980, pour atteindre en cette dernière étape, les 36 %.

109 Entretien, 2005.

110 L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, pp. 47-54.

111 La Loi organique d’harmonisation du processus autonomique est approuvée le 30 juin 1982.

112 Le statut d’autonomie de l’Andalousie est approuvé par référendum le 20 octobre 1981 à 89 % de oui. Le statut de la Galice est promulgué en avril 1981. Les statuts d’autonomie des Asturies et de la Cantabrie sont approuvés en décembre 1981 par la voie de l’article 143 et promulgués en janvier 1982, en même temps que celui pour l’Andalousie.

113 Sur la « chronique de cette mort annoncée », voir L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, pp. 55-94.

114 Sur le débat concernant la culture politique des Espagnols, voir C. Sastre García, Transición y desmovilización política en España, qui critique leur passivité. À l’inverse, J. R. Montero et alii, « Légitimité, mécontentement et désaffection », démontrent de façon convaincante que le désintérêt de la société espagnole pour la vie politique va de pair avec une légitimité solide et stable du système démocratique par delà des conjonctures d’insatisfaction politique liées à la perception de l’inefficacité des gouvernements.

115 À tel point qu’une interprétation critique répandue du coup d’État est qu’il aurait été manigancé par le roi lui-même à des fins d’autolégitimation.

116 J. Busquets, Militares y demócratas, p. 354.

117 Colectivo Amanecer, Patria-Justicia-Revolución, p. 25.

118 L. Calvo-Sotelo, Memoria viva de la transición, p. 50.

119 AGA, GCM, 108/277 « Otros Actos relacionados con el 23-F : Teniente Coronel Tejero. Ocupación Congreso Diputados 23/2/81. Operación… [illisible] 1982 ».

120 Le coup d’État s’avère être un produit particulièrement lucratif, à tel point que Juan García Carrés, le seul civil inculpé dans le procès du 23-F, enregistre la marque « 23-F » pour commercialiser chemises, bijoux, badges et autres, El País, 23/8/1982.

121 Ainsi le week-end suivant son transfert à la prison d’El Ferrol en avril, en raison justement de l’afflux démesuré de visiteurs, Tejero reçoit à nouveau la visite d’une quarantaine de personnes, El País, 4/4/1982.

122 Le tableau, peint par Picasso pour le pavillon espagnol de l’Exposition universelle de Paris en 1937, met en scène le massacre du village de Guernica par les bombardiers allemands pendant la Guerre civile. Symbole de la rébellion contre le fascisme, il est la propriété de l’État espagnol. Mais il a été confié en 1939 au Museum of Modern Art de New York, Picasso ayant laissé comme consigne qu’il ne soit rapatrié en Espagne qu’une fois rétabli un régime de nature démocratique.

123 El País, 24-31/5/1981. Voir aussi DSC, 171, IL, 26/5/1981, pp. 10344-10371.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 11. — Évolution chronologique des violences protestataires (par an)
Légende SOURCE. Figure ici le nombre de morts pour l’ensemble de l’année 1975. Pour cette année-là, j’ai consulté les données issues des bilans publiés par El País en mai 1976 ; les divers bilans publiés par ABC au début de l’année 1976 ; les rapports des Gouvernements civils du Guipúzcoa, de Biscaye et de Barcelone, bien fournis pour l’année 1975 (AGA) ; le rapport d’Amnesty International de 1975 ; les archives du Cabinet de liaison du ministère de l’Information et du Tourisme (AGA) ; le travail de J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española ; ABC et Informaciones pour les mois d’octobre à décembre. L’ensemble compilé de ces sources offre un panorama satisfaisant de la violence de l’année 1975
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre GRAPHIQUE 12. — Les victimes mortelles de la violence protestataire avant la transition*
Légende * Ne sont comptées ici que les victimes décédées suite à des actions menées par des groupes protestataires, à l’exception des personnes appartenant à ces groupes.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre GRAPHIQUE 13. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par an)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre GRAPHIQUE 14. — Évolution chronologique comparée des violences terroristes et de basse intensité (par trimestre)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre GRAPHIQUE 15. — Les acteurs des violences protestataires (2), octobre 1975 - septembre 1977
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre GRAPHIQUE 16. — Les acteurs des violences protestataires (3), octobre 1977 - 23 février 1981
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre GRAPHIQUE 17. — Évolution chronologique comparée des victimes mortelles de la violence protestataire (par an et par type)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre GRAPHIQUE 18. — Évolution chronologique des violences protestataires, 1981-1982 (par mois)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre GRAPHIQUE 19. — Les acteurs des violences protestataires (4), 23 février1981-décembre 1982
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/746/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search