Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Première partie. Un nouvel ethos épique

Préambule à la première partie

Texte intégral

1Comment expliquer, au tournant du dernier tiers du xvie siècle, l’apparition simultanée en Espagne et au Portugal d’une poésie épique prenant pour sujet l’histoire récente ? L’observation d’un tel phénomène à travers l’œuvre d’auteurs porteurs d’un projet poétique radicalement nouveau — Alonso de Ercilla et Jerónimo Corte-Real, contemporains et émules de Luís de Camões sur ce point — suppose d’envisager d’abord l’épopée depuis ses déterminations externes. Je postule dans cette première partie que le choix d’une épopée à sujet historique récent résulte d’une posture singulière et nouvelle dans le champ de la poésie ibérique, d’un nouvel ethos dont je tâcherai ici de déterminer les contours. Devant le succès de la formule épique de l’Arioste, relayée en langue espagnole par Francisco Garrido de Villena, Nicolás Espinosa ou Luis Zapata ; devant les projets majeurs d’épopée didactique, à l’image des miroirs du prince qu’offrent l’Ulixea de Gonzalo Pérez ou l’Hércules animoso de Juan de Mal Lara ; devant le phénomène croissant de l’écriture de l’épopée par et pour les soldats, telles celles de Baltasar del Hierro, Jerónimo Sempere ou Jerónimo de Urrea ; dans cette pratique épique déjà plurielle, en somme, comment inventer une nouvelle formule générique pour penser l’histoire contemporaine et le texte poétique afin de les donner à lire à la fois au roi et à l’ensemble des lecteurs contemporains ?

2L’échelle d’observation apparaît déterminante pour donner sens à ces phénomènes. Au plan géographique, elle s’impose comme ibérique, de par les stratégies de diffusion et de publication mises en œuvre par les deux poètes (premier chapitre). Au plan social, elle se situe dans l’entre-deux savamment mis en scène entre le dédicataire idéal du genre héroïque et destinataire des textes, le roi, et les héros qui en sont tout à la fois les personnages et les lecteurs : soldats de métier ou de fortune, parfois membres de la noblesse. C’est pour embrasser cet intervalle de classes que le poète construit sa propre figure d’auteur (chapitre ii). Au plan générique, l’interaction avec le récit d’histoire joue un rôle décisif dans l’élaboration de l’ethos épique et dans la mise en forme de la narration (chapitre iii). Au plan métapoétique, enfin, l’ensemble de ces paramètres se traduit dans la figure poétique de l’ekphrasis, où se trouve explicitée l’émulation en jeu autour de la figuration intratextuelle de ce nouvel ethos héroïque (chapitre iv).

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540