Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Introduction

Texte intégral

1L’une des nuits qui précédèrent la bataille de Lépante, le 7 septembre 1571, Don Juan d’Autriche reçut la visite de la déesse Vénus, divinité tutélaire des troupes chrétiennes. Elle venait lui offrir les armes merveilleuses que Vulcain avait forgées tout exprès pour le jeune héros, comme il l’avait fait pour Énée lors de la conquête du Latium. Sur le bouclier, pièce maîtresse de la panoplie, le dieu forgeron avait artistement ciselé les victoires remportées par Charles Quint, père de Don Juan, et par Philippe II, son frère. Avant, toutefois, que le héros ne se réveillât et pût contempler à loisir les exploits de ses glorieux prédécesseurs, la déesse lui annonça sa victoire prochaine et lui énuméra, dans un long discours, les « illustres exemples » de guerriers sur lesquels il pourrait régler ses gestes lors de la bataille. Ces fameux guerriers étaient tous des héros portugais de la conquête de l’Asie. La déesse suggérait ainsi l’égale valeur des Espagnols et des Portugais comme modèles militaires, et la communauté de leurs luttes contre les musulmans en différents points du globe. Étrange discours que celui de cette Vénus ibérique suggérant la fraternité militaire de l’Espagne et du Portugal dans le dernier tiers du xvie siècle. On la doit à un poète luso-espagnol, auteur d’un vaste ensemble poétique dans lequel l’épisode de Vénus prend sens.

2En octobre 1576, le riche manuscrit dans lequel apparaissait la scène que l’on vient de décrire fut envoyé de Lisbonne à la cour de Madrid. Il renfermait une épopée que l’on peut tenir pour l’une des plus remarquables de la littérature en langue castillane. L’auteur de la Victoire de Lépante, Jerónimo Corte-Real (1533‑1588), était alors déjà connu pour sa première épopée en portugais, le Second siège de Diu (ca 1568-1569, édition princeps 1574), sans doute le premier poème héroïque moderne de la littérature portugaise. Son épopée espagnole consacrée à la récente victoire de la Sainte Ligue menée par Don Juan d’Autriche contre le Turc fut bien reçue de son dédicataire Philippe II avant que celui-ci ne devienne aussi roi du Portugal à partir de 1580. Corte-Real en fut promptement remercié d’une lettre d’éloge que le souverain lui adressa personnellement. Le Siège de Diu, son premier poème, rédigé au cours de la décennie de 1560, contait déjà l’histoire récente du Portugal à travers l’une des plus grandes batailles portugaises dans le vice-royaume de l’Inde (1546). Corte-Real composa finalement une troisième épopée, en portugais de nouveau, au cours de la décennie de 1580 (édition princeps posthume 1594). Sur un mode sombre cette fois, rapprochant l’épopée de la tragédie, il contait le Naufrage de Manuel de Sousa de Sepúlveda et de son épouse, Léonore (Lianor de Sá en portugais), au large du cap de Bonne-Espérance. Comme leurs modèles antiques, ces poèmes étaient organisés en chants (vingt et un, quinze et dix‑sept chants respectivement, dans l’ordre chronologique des poèmes), et leur extension était comparable ou supérieure à celle de l’Énéide (entre dix mille et treize mille vers).

3À la même époque, peu de poètes se distinguaient comme Corte-Real par une œuvre épique d’une telle ampleur, consacrée exclusivement à l’histoire récente et, de surcroît, bilingue. Il n’est guère que l’Espagnol Alonso de Ercilla (né lui aussi en 1533 et mort en 1594) qui puisse être comparé à son contemporain portugais, quoiqu’il n’ait écrit qu’en castillan. Ercilla fut l’auteur un long poème en trois parties, qui retraçait aussi l’histoire récente et les guerres coloniales : la rébellion d’un peuple indigène qu’il nomme lui-même Araucans — aujourd’hui connus sous le nom de Mapuches — contre les conquérants espagnols dans le Sud du Chili, entre 1553 et 1558. Il abordait, dans le dernier chant de son poème, l’invasion du Portugal par l’Espagne, s’intéressant, comme CorteReal, au lien entre les deux royaumes de l’Ibérie. Les dates de publication des trois parties de La Araucana — quinze chants en 1569, quatorze en 1578 et huit en 1589 — présentent une étonnante coïncidence avec celles des œuvres du poète portugais. Elles laissent aussi penser que la composition du poème se fit partie par partie, comme un ensemble dont l’unité narrative ne saurait dissimuler les inflexions du projet poétique d’Ercilla au fil de ces vingt années d’histoire littéraire.

4Le propos de cette étude est d’analyser conjointement les œuvres de ces deux auteurs pour montrer qu’elles constituent une étape singulière dans l’histoire de l’épopée moderne que je propose de désigner sous le titre d’« épopée ibérique ».

I. — Les termes d’une comparaison

Espagne et Portugal, des littératures à comparer ?

  • 1 Alves, 2001, pp. 293-300.
  • 2 Figueiredo, 1987. Dès 1929, cet auteur avait fait précéder son histoire de la littérature d’un arti (...)
  • 3 Pierce, 1984.
  • 4 Davis, 2000 et Vilà, 2001.
  • 5 Pour l’Espagne : Chevalier, 1966 ; Barahona de Soto, 1981 ; et Lara Garrido, 1999. Pour le Portugal (...)
  • 6 Aux États-Unis, les Iberian Studies et la littérature comparée échappent en effet à cet écueil, com (...)

5Le corpus ici réuni croise des épopées espagnoles et portugaises de la première modernité. Relève-t‑il, à ce titre, d’une démarche comparatiste ? La structure actuelle des études universitaires, organisées par langue et en fonction des nations contemporaines, invite à le penser, de même que la constitution du champ d’étude consacré à l’épopée depuis la seconde moitié du xxe siècle. Les travaux désormais classiques sur ce genre dans la Péninsule s’organisent par langue. Au Portugal, le bilinguisme des auteurs modernes a longtemps été ignoré voire tenu en mauvaise part, justifiant ainsi l’exclusion des œuvres écrites en langue espagnole. À ce titre, l’inclusion de deux poèmes en castillan, la Victoire de Lépante de Jerónimo Corte-Real et la Conquête de Grenade de Duarte Dias, dans la monographie d’Hélio Alves, Camões, Corte-Real e o sistema da épica quinhentista, fait figure d’exception1. En effet, l’étude du genre épique au Portugal — qui tenait une place de choix dans les histoires de la littérature portugaise et acquit une plus grande autonomie à la fin des années 1940, dans les travaux de Fidelino de Figueiredo2 — s’organisait autour d’un canon nationaliste assumant la supériorité écrasante de Camões et de ses Lusiades. En Espagne, l’existence de l’épopée portugaise n’a à ma connaissance été posée que très récemment. C’est autour des productions en langue espagnole que Franck Pierce établit un catalogue du genre qui reste, en dépit de nombreuses approximations, un ouvrage fondamental3. C’est encore autour de corpus en espagnol que Lara Vilà ou Elizabeth Davis construisent leurs monographies sur l’épopée péninsulaire et coloniale4. Tant en Espagne qu’au Portugal, donc, c’est bien depuis le paradigme de la nation contemporaine que l’on pense les corpus poétiques modernes. Les travaux consacrés à l’influence italienne dans l’épopée reproduisent en partie cette structure en envisageant séparément en Espagne et au Portugal ce transfert fondamental dans la culture de la Renaissance5. En partie seulement car les travaux portugais intègrent les ouvrages espagnols comme vecteurs de la poétique et de la poésie italienne dans sa diffusion au Portugal, démontrant ainsi des circulations littéraires au sein de l’espace péninsulaire lui-même. Si la structure par langue et par nation de ces travaux recoupe ainsi très naturellement celle des champs disciplinaires qui y sont associés en Europe6, il semble que l’épopée se prête beaucoup plus volontiers que d’autres genres à cette construction.

  • 7 Pour une étude désacralisante de la figure de héros national de Vasco de Gama, voir Subrahmanyam, 2 (...)
  • 8 On le constate à la lecture d’une édition de La Araucana « à l’usage des Chiliens » datant de la fi (...)
  • 9 On reviendra sur le livre, symptomatique à cet égard, de López de Toro, 1950.

6Le poème héroïque a tôt été annexé par des historiographies nationalistes pour bâtir le patrimoine symbolique de l’identité nationale. C’est ainsi que Les Lusiades, leur auteur et leur héros, Vasco de Gama, furent canonisés au Portugal comme la quintessence de la grandeur coloniale portugaise7 ; que La Araucana fut relue au prisme de l’identité chilienne8 ; ou que l’épopée espagnole fut conservée avec nostalgie comme un vestige de la grandeur perdue du Siècle d’or9. Un tel investissement de l’épopée comme genre de l’identité et de la grandeur nationale a conduit non seulement à tenir les épopées espagnoles et portugaises à l’écart l’une de l’autre mais aussi à les confronter comme des représentations par excellence de la rivalité qui animait les deux nations à l’époque où elles s’affrontaient pour dominer le monde. Comme si la rivalité épique des deux littératures s’était forgée à l’image — au service, même — de celle des politiques espagnole et portugaise. Cette lecture sous-tend ainsi l’analyse littéraire magistrale de l’émulation entre La Araucana et Les Lusiades menée par James Nicolopulos.

  • 10 Quint, 1993.
  • 11 Elizabeth Davis et Lara Vilà ont apporté des démonstrations de cette lecture. Mais le lien entre ép (...)
  • 12 Citons sur ce point le bilan historiographique dressé par Martínez, inédite, p. 1.
  • 13 Subrahmanyam, 1995.
  • 14 Martínez (2016, pp. 167-168) présente ainsi plusieurs témoignages de soldats de-soldados, dessoudés (...)
  • 15 Lara Vilà (2001), dans un ouvrage qui reprend pourtant l’idée de l’épopée comme genre de propagande (...)
  • 16 Sanjay Subrahmanyam en retrace la genèse au début de sa leçon inaugurale à la chaire d’« histoire g (...)

7La notion d’empire, mise en valeur par le livre fondamental de David Quint10, constitue en effet une clé de lecture essentielle des épopées ibériques de l’époque moderne11. L’importance de la question impériale contribue assurément à rapprocher les épopées espagnoles et portugaises et à les rendre singulières par rapport au reste de l’épopée européenne12. Mais c’est aussi une clé de lecture qui mérite d’être interrogée. Le terme employé par les historiens pour désigner les possessions portugaises et espagnoles de l’époque moderne13 véhicule une analogie avec le Saint-Empire, avec l’Empire romain et avec les empires coloniaux au xixe siècle qui influence de façon décisive la lecture du genre épique en la situant par rapport à un ensemble politique et territorial que l’on présente comme abouti. Pourtant, dans la seconde moitié du xvie siècle, l’Espagne et le Portugal régnaient plutôt sur des territoires fragmentés, parfois encore à conquérir, dont la domination restait à assurer et l’union à construire. C’est aussi comme tels que les envisagent les poètes, parfois eux-mêmes des soldats qui avaient souffert dans le démembrement de leurs chairs l’hétérogénéité de cet espace pluriel14. Par ailleurs, l’association de la langue à la nation, souvent rappelée à travers la métaphore de la langue comme compagne de l’empire, ne se vérifie pas toujours. Jerónimo Corte-Real, poète portugais, et sa Victoire de Lépante, poème espagnol dédié à Philippe II, suffisent à faire vaciller cette représentation, en montrant qu’en 1575, rien n’empêchait d’écrire l’épopée des deux nations à la fois15. C’est donc comme un genre confronté à un territoire et à des pratiques d’écriture en construction que je propose de lire l’épopée de la seconde moitié du xvie siècle. À ce titre, l’Espagne et le Portugal partageaient alors une histoire si connectée qu’elle est à l’origine de la discipline du même nom16.

  • 17 Galbarro et Plagnard ([dir.], 2017), explorent l’opérativité de cette notion d’espace littéraire ib (...)

8C’est à partir de cette hypothèse que se construit le présent ouvrage. Il ne s’agit pas ici de comparer les épopées espagnoles et portugaises, ni de montrer comment chacune prend position par rapport à un empire qui serait naturellement le sien, mais bien de remettre en question la définition même des littératures nationales qui est à l’origine de leur distinction, à l’épreuve des textes et des sources. Autrement dit, de montrer que ces épopées se construisirent et furent reçues dans un espace littéraire commun où elles ont circulé et où elles participent d’une histoire littéraire conjointe17. Les deux premiers chapitres, consacrés à l’histoire éditoriale du corpus et à la place des poètes dans la République des Lettres, posent les fondements de cette réflexion.

L’épopée ibérique moderne face au genre épique

  • 18 « Del esteticismo al historicismo: revalorización del género épico » : conférence de Lara Vilà à la (...)

9Dans la réhabilitation de l’épopée à laquelle elle a amplement contribué en Espagne, Lara Vilà oppose deux approches qui ont traversé la critique sur le genre : une approche « esthétiste », dominante jusqu’au milieu du xxe siècle, a méprisé ces poèmes pour leur servilité envers l’histoire et pour leur faible qualité littéraire, alors que l’approche « historiciste » qui lui a succédé plaça au contraire l’intérêt de ces poèmes dans la prise en charge d’un récit historique, mis au service du souverain et de la grandeur de la monarchie18. Cette hypothèse de lecture nous met sur la voie de deux questions centrales pour la compréhension du genre. Comment lire comme une construction propre le discours politique assumé par l’épopée sur l’actualité qu’elle traverse ? Comment rendre cet ancrage politique, doublé de l’historicité du récit, à des enjeux esthétiques ?

  • 19 Goyet, 2006.
  • 20 Dans l’ensemble de cette étude, j’emploie le terme « nation » non au sens actuel, forgé à partir du (...)
  • 21 Dans un texte paru en 1974, René Étiemble, linguiste et pionnier de la littérature comparée, dénonç (...)
  • 22 Une recherche dans le Corpus diacrónico del Español semble indiquer la rareté du terme « épopée ». (...)
  • 23 L’une des approches renouvelées de l’épopée a consisté à intégrer pleinement la dimension orale du (...)
  • 24 Voir Labarthe, 2007, pp. 7‑8. Sur l’épopée écrite et sa permanence dans la littérature depuis l’âge (...)

10Une hypothèse opérante pour répondre à la première question nous est fournie par la littérature comparée et nous montre la fécondité d’une approche non nationaliste de l’épopée. Florence Goyet — et un nombre croissant de chercheurs à sa suite — démontre que quelques-unes des plus grandes épopées antiques et médiévales représentent, à travers la métaphore de la guerre, les termes de la crise contemporaine traversée par une société. Elle nomme ce processus le « travail épique19 ». Peut-être le terme de crise est-il trop fort pour s’appliquer tel quel à la situation de la péninsule Ibérique dans la seconde moitié du xvie siècle. Mais cette définition du genre comme « machine à penser », qui prend l’exact contre-pied de l’épopée comme genre de célébration univoque des héros, de la nation, du pouvoir, est opérante pour restituer les poèmes à des enjeux génériques plus vastes20. Il s’agit donc de relire les textes par le biais d’une méthode élaborée à partir d’un corpus pluriel, moins déterminée historiquement, culturellement et politiquement, en prenant acte de ce que l’épopée est, de tous les genres littéraires, le plus varié, tant par sa longue histoire que par sa présence dans une multitude d’aires géographiques et culturelles21. En d’autres termes, relire les textes en donnant toute sa mesure à l’option générique première des poètes : celle d’écrire dans le genre qui avait été pratiqué par Homère et Virgile et que l’on désignait alors comme le « poème héroïque »22. Proposer cette lecture pour l’épopée de la Renaissance relève d’une véritable gageure. Couramment désignée comme une « épopée savante » (épica culta), elle se distingue en effet par un certain nombre de traits qui pourraient, à première vue, contredire son appartenance au genre. Il s’agit d’une épopée écrite, assignée à un auteur précis, pour laquelle on ne garde pas de trace de récitation collective (ni orale, ni aurale, donc23) et qui relevait d’une écriture poétique érudite. En ce sens, l’épopée ibérique de la Renaissance appartiendrait à la famille de l’épopée écrite et imitative, dont Virgile serait le précurseur24. On la classe à ce titre dans le sous-ensemble de l’épopée secondaire par opposition à l’épopée primaire, celle dont l’originalité formelle et de contenu n’est mise en cause par aucun modèle connu. Rapporter l’épopée ibérique au genre épique — c’est l’ambition des chapitres v à viii qui composent la deuxième partie — constitue ainsi un défi de taille : montrer que ces textes écrits, imitatifs et impliquant une écriture et une lecture savantes sont aussi capables, par ces moyens propres et singuliers, de l’universalité que l’on prête au genre épique.

  • 25 Alonso López Pinciano, l’un des premiers théoriciens de l’épopée en langue espagnole, qualifie ains (...)
  • 26 Selon Rafael Ramírez de Arellano (1912, p. 82), ce sont les défauts de La Austríada qui lui valent (...)

11C’est précisément cette lecture des textes qui fait de l’historicité des poèmes héroïques un enjeu primordial. D’abord parce que, les poètes cherchant par l’épopée à explorer l’histoire récente et à réfléchir aux enjeux politiques et territoriaux du temps présent, leurs épopées ne sauraient faire l’économie d’une lecture historique précise. Plus encore, les poèmes espagnols et portugais qui constituent le corpus de cette étude mènent cette réflexion sans la médiation de l’allégorie ou de la distance historique, à propos d’une actualité qui les place en concurrence directe, du point de vue générique, avec le genre de la chronique. Le propos et la facture historiques des poèmes ont souvent été lus, nous l’avons vu plus haut, comme un défaut qui les privait de poéticité. La Pharsale de Lucain ou les Puniques de Silius Italicus, deux épopées historiques, étaient ainsi critiquées par les lettrés de la fin du xvie siècle qui, suivant Aristote, considéraient incompatibles l’histoire soumise au vrai et la poésie présidée par le vraisemblable25. De même, la critique contemporaine a souvent lu l’historicité comme un manque de poéticité des poèmes. On a mis en valeur, sous l’étiquette de « chroniques rimées », l’idée qu’ils procèderaient d’une versification mécanique des chroniques26. Ce mépris a assurément empêché de voir que les poèmes recherchent la convergence stylistique et poétique avec les chroniques de l’époque tout en procédant à une réélaboration profonde du matériau historique, qui les rattache, de nouveau, au genre épique. L’enjeu est alors de montrer que si l’épopée s’empare de questions politiques, c’est en les soumettant à une réflexion propre qui ne se réduit ni à l’éloge ou à la propagande, ni à la célébration d’une nation contre ses rivaux. Que si elle reprend à son compte sa matière historique et ses codes génériques, comme on l’examinera au chapitre iii, elle la soumet à un traitement poétique singulier qui mobilise des outils que l’on ne saurait interpréter hors du chant de la poésie. Il s’agit donc, tout à la fois, de tirer pleinement parti de la composante historique de ces textes sans jamais chercher à les y réduire.

La comparaison auctoriale : une étape dans l’histoire du genre épique

  • 27 On consultera avec profit l’ouvrage canonique d’Aquila, 1975 et la bibliographie composée par Luis (...)
  • 28 Blanco (dir.), 2012.

12Parmi le vaste corpus de l’épopée historique en Espagne et au Portugal, les sources de cette étude ne comparent qu’un nombre restreint de poèmes : trois pour Corte-Real, un poème en trois parties pour Ercilla. Ce choix resserré est permis par la publication, en particulier au cours des années 2000, des solides histoires du temps long du genre (du milieu du xvie siècle jusqu’à la fin du xviie), déjà citées, complétées depuis par de nombreuses études ponctuelles27. Cet ensemble bibliographique nous donne une vision panoramique suffisante pour isoler un moment singulier d’histoire littéraire à travers la comparaison de ces deux auteurs. Il ne s’agit pas ici de chercher des lignes de continuité dans le développement du genre mais au contraire des points d’inflexion qui permettent d’élaborer une hypothèse sur le rôle que tiennent les œuvres d’Ercilla et de Corte-Real dans cette évolution28.

  • 29 Il n’existe pas à ma connaissance de statistiques sur la production épique moderne, mais la présent (...)
  • 30 Martínez, inédite et Id., 2011. Le corpus de son étude réunit principalement la Carolea de Jerónimo (...)
  • 31 Murrin, 1994.

13Je pose comme hypothèse que les poèmes d’Ercilla et de Corte-Real sont représentatifs d’un moment charnière de l’histoire de l’épopée ibérique à l’époque moderne. Ce moment singulier, entre 1569 et 1589, n’est pas celui des commencements du genre épique dans la Péninsule à la Renaissance. La résurgence de l’épopée, sous l’influence de l’Italie, date en Espagne de la fin de la décennie de 1540. On la doit aux premiers traducteurs de l’Arioste, puis aux continuateurs du Roland furieux qui s’étaient livrés à la transposition de sa matière à l’histoire médiévale espagnole, contant la mort de Roland à Roncevaux et les aventures du Cid ou de Bernardo del Carpio. L’époque choisie pour cette étude n’est pas non plus celle de la plus grande vogue de l’épopée, lorsqu’elle fut pratiquée par les maîtres comme Lope et que sa production fut la plus nombreuse, dans la première moitié du xviie siècle29. Les poèmes d’Ercilla et de Corte-Real, tels que je propose de les étudier ici, ne rejoignent pas non plus tout à fait le corpus resserré que Miguel Martínez a désigné comme l’« épopée de la poudre30 ». En s’appuyant sur l’étude comparatiste de Michael Murrin, consacrée à la représentation de la guerre dans l’épopée31, Miguel Martínez met au jour dans un corpus de cinq épopées militaires la représentation de la guerre d’artillerie par des soldats qui vivaient, écrivaient et lisaient les mutations profondes de l’art militaire à l’époque moderne. Si La Araucana d’Ercilla appartient à ce corpus, c’est sous un jour différent, à la lumière des poèmes de Corte-Real, que je souhaite l’envisager ici. Mon hypothèse est que les deux poètes se donnent pour but, au même moment, de repenser le modèle du romanzo hispanisé à partir de l’écriture de l’histoire récente et par l’imitation des modèles antiques.

  • 32 Baltasar de Vargas, Breue Relacion en octaua Rima, sur le voyage du duc d’Albe en Flandres (1568), (...)
  • 33 La Maltea d’Hipólito Sans (1582), l’épopée de Gaspar García de Alarcón sur le marquis de Santa Cruz (...)
  • 34 Pour la chronologie de composition des poèmes portugais, voir Alves, 2001, pp. 141‑343. On trouvera (...)

14Au cours de ces vingt années où la pratique de l’épopée était encore relativement limitée, la production abondante de Corte-Real et d’Ercilla fait figure d’exception. Entre 1569 et 1589, moins de dix épopées furent composées en Espagne. Deux d’entre elles ne dépassaient pas quelques centaines d’octaves32, cinq autres étaient de moindre envergure que celles d’Ercilla et de Corte-Real33. Seules deux épopées en langue espagnole leur étaient comparables : La Austriada de Juan Rufo Gutierrez (1584) et la Conquête de Grenade de Duarte Dias (1590). Au Portugal, en plus des Lusiades (1572) trois poèmes furent publiés entre 1588 et 1594 : l’Elegíada de Luís Pereira Brandão (1588), un Premier siège de Diu de Francisco de Andrade (1589) et l’Histoire de sainte Ursule de Diogo Bernardes. Hélio Alves a montré aussi que la composition de plusieurs poèmes avait commencé avant 1588 : la Santa Comba d’António Ferreira avait été composée dès 1566 ; le Premier siège de Diu autour de 1567 et l’Elegíada autour de 157934. Tous ces textes sont cependant d’auteurs différents. Dans cette production épique, il n’y avait donc pas d’autre auteur aussi prolixe, ni à la carrière héroïque aussi construite, que ceux qui nous occupent ici.

  • 35 J’utilise le terme et la notion de patron, définie par Maingueneau et Philippe, 2002, comme l’a fai (...)
  • 36 Voir Zatti, 1990 ; Javitch, 1991 ; ou encore Jossa, 2002. Vega Ramos, Vilà (dir.), 2010, consacrent (...)
  • 37 Goyet, 2009.
  • 38 Alves, 2010, p. 149.
  • 39 Blanco, 2013, p. 26.
  • 40 Quint, 1993 ; Nicolopulos, 2000 ; Blanco, 2013.

15Ensemble, Ercilla et Corte-Real dessinèrent un patron de narration épique commun à l’Espagne et au Portugal, original par rapport au reste de la production européenne, et qui fait de ces textes des outils essentiels pour éclairer un épisode charnière de l’histoire de la péninsule Ibérique35. C’est l’objet de la troisième partie de cette réflexion. Leur construction poétique intervient dans un contexte où l’on produisit peu de débats théoriques sur le genre. S’il est possible de reconstituer une théorie de l’épopée à partir des ouvrages généraux de rhétorique et de poétique de la période, des préfaces souvent peu prolixes des poèmes, ou de l’étude d’aspects matériels de la diffusion de l’épopée, on ne trouve pas de normes fixées par un discours prescriptif, à l’opposé de ce qui se passait en Italie, où de nombreux letterati, poètes ou non, se passionnaient pour les débats sur l’epos et le romanzo36. Pour tirer parti de cette disponibilité ouverte par le champ théorique, et pour prendre la mesure des possibles littéraires qui s’en dégagèrent, je propose de partir ici d’une étude contrastive de deux trajectoires poétiques. D’un côté, il s’agira d’observer le genre dans sa pratique. La théorie du genre épique à la Renaissance ou l’analyse du contexte viendront à l’appui de cette « démarche inductive37 ». C’est en dégageant la « façon concrète de procéder [des poètes] et les opérations matérielles au moment où est prise la décision de commencer un discours narratif38 », en entrant dans « l’officine des poètes39 », que l’on espère faire apparaître les liens étroits qui unissent la poésie espagnole et la portugaise, particulièrement dans le champ épique et à la période considérée. Il s’agira alors d’analyser le fonctionnement des récits dans les multiples aspects qui sont nécessaires à la compréhension de leur démonstration et en particulier en impliquant à la fois l’historicité des contenus et la poéticité des formes. D’autre part, la comparaison entre deux auteurs est une méthode féconde pour contourner l’écueil que constitue l’absence de textes normatifs. Ce type de démarche a déjà été employé avec succès pour éclairer réciproquement les épopées de Camões et d’Ercilla40. À cette première comparaison s’ajoutera ici une seconde, doublement justifiée par les liens intertextuels étroits qu’entretint aussi Corte-Real avec Camões, et par la symétrie manifeste qui existe entre les carrières poétiques d’Ercilla et de Corte-Real. Les réponses que ces deux poètes, qui se positionnent l’un par rapport à l’autre dans la République des Lettres ibériques (chapitre iv), apportent à des problèmes poétiques semblables, convergent en un certain nombre de figures, de motifs et de procédés partagés qui forment un patron commun dans la pratique du genre.

II. — Le parcours de lecture

16La lecture multiple proposée ici de ces poèmes vise à les rendre au genre épique et à les problématiser comme un phénomène littéraire cohérent. Elle cherche à embrasser, de façon représentative sinon exhaustive, l’ensemble des mécanismes poétiques mis en œuvre par les deux poètes, depuis les marges de l’objet du livre jusque dans les aspects les plus structurants de sa poétique. Je partirai pour cela du choix qui, par la façon dont il est mis en scène par les auteurs et dont il est reçu par la critique, semble premier dans cette entreprise de renouvellement du genre épique : le traitement d’une matière historique récente. Une première partie montrera qu’il est déterminant pour la constitution d’un « nouvel ethos épique », qui emprunte à celui de l’historien et amène les poètes à se forger une figure d’auteur capable de soutenir l’entreprise consistant à dire le vrai sous forme poétique. La vérité ici visée n’est pourtant ni une vérité allégorique, ni celle de l’exactitude des faits revendiquée par les chroniqueurs. Il s’agit d’une représentation originale et critique des mutations des deux monarchies de la Péninsule qui révèle, plutôt qu’une rivalité nationale ou impériale entre les poètes portugais et espagnols, leur communauté de vues autour de l’actualité ibérique. Je chercherai donc dans une deuxième partie à décrire les « démonstrations épiques » mises en œuvre par Ercilla et Corte-Real dans chacun de leurs poèmes. Cette convergence ne se réduit pas à une vision ou à un usage politique de l’épopée. Elle informe au contraire en profondeur la poétique d’Ercilla et de Corte-Real, qui utilisent pour cela les outils du poème épique issus de l’imitation de l’épopée antique. C’est ce dialogue autour des figures et des structures de l’épopée qui permettra d’achever la comparaison des deux œuvres et de décrire le patron générique commun qui en résulte dans une troisième partie intitulée « Figures d’une épopée dispersée ». En chaque point de la démonstration, nous verrons que cette comparaison ne révèle pas la stricte identité des deux poètes espagnol et portugais. À tous égards, au contraire, leur analyse conjointe montre de profondes divergences. C’est bien de cela qu’il s’agit : faire apparaître, par comparaison, les spécificités de la réponse de chaque poète à un défi littéraire commun ; montrer que la spécificité de cette réponse se construit dans une large mesure par rapport à un émule et en fonction de ses innovations poétiques ; comprendre, en somme, la structure politique, sociale et poétique d’un moment commun d’histoire littéraire à partir des textes et de leurs auteurs.

Notes

1 Alves, 2001, pp. 293-300.

2 Figueiredo, 1987. Dès 1929, cet auteur avait fait précéder son histoire de la littérature d’un article sur le genre épique, « A poesia épica depois de Camões » (Id., 1929, pp. 1‑10).

3 Pierce, 1984.

4 Davis, 2000 et Vilà, 2001.

5 Pour l’Espagne : Chevalier, 1966 ; Barahona de Soto, 1981 ; et Lara Garrido, 1999. Pour le Portugal : Rossi, 1944 ; Alves, 2001, pp. 1-137 ; et Ferro, inédit.

6 Aux États-Unis, les Iberian Studies et la littérature comparée échappent en effet à cet écueil, comme le démontrent les ouvrages de Quint, 1993 et de Nicolopulos, 2000.

7 Pour une étude désacralisante de la figure de héros national de Vasco de Gama, voir Subrahmanyam, 2014a.

8 On le constate à la lecture d’une édition de La Araucana « à l’usage des Chiliens » datant de la fin du xixe (Ercilla y Zuñiga, 1888, p. viii), ou encore du célèbre texte de Pablo Neruda, « El Mensajero » (Neruda, 1971, p. 12).

9 On reviendra sur le livre, symptomatique à cet égard, de López de Toro, 1950.

10 Quint, 1993.

11 Elizabeth Davis et Lara Vilà ont apporté des démonstrations de cette lecture. Mais le lien entre épopée et empire est souvent donné pour acquis : Albarracín-Sarmiento, 1986 ; Íñigo-Madrigal, 1992a ; Lerner, 1999 ; et Nicolopulos, 2000.

12 Citons sur ce point le bilan historiographique dressé par Martínez, inédite, p. 1.

13 Subrahmanyam, 1995.

14 Martínez (2016, pp. 167-168) présente ainsi plusieurs témoignages de soldats de-soldados, dessoudés, démembrés par la guerre et par les errances au sein d’un territoire aussi vaste qu’hétérogène.

15 Lara Vilà (2001), dans un ouvrage qui reprend pourtant l’idée de l’épopée comme genre de propagande, reconnaît cette interdépendance entre les deux traditions littéraires en étudiant certains aspects de l’intertextualité entre Les Lusiades et la Victoire de Lépante.

16 Sanjay Subrahmanyam en retrace la genèse au début de sa leçon inaugurale à la chaire d’« histoire globale de la première modernité » du Collège de France (<http://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/inaugural-lecture-2013-11-28-18h00.htm> [consulté le : 30/08/2017] ou Subrahmanyam, 2014b).

17 Galbarro et Plagnard ([dir.], 2017), explorent l’opérativité de cette notion d’espace littéraire ibérique.

18 « Del esteticismo al historicismo: revalorización del género épico » : conférence de Lara Vilà à la session Studies on the Early Modern Spanish and Ibero-American Epic: The State of the Question II. In Honor of James R. Nicolopulos, organisée par Elizabeth Davis au Congrès annuel de la Renaissance Society of America à Berlin en 2015 ; voir aussi Vilà, 2003 ; Ead., 2010a ; Ead., 2010b.

19 Goyet, 2006.

20 Dans l’ensemble de cette étude, j’emploie le terme « nation » non au sens actuel, forgé à partir du xixe siècle, mais au sens qu’il avait au xvie siècle d’origine (le lieu de naissance), de peuple, de gens, du latin natio, onis. Voir Nebrija, Vocabulario español-latino, fo 139ro ; Oudin, Tesoro de las dos lenguas francesa y española, fo 371ro ; ou Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castellana, o española, fo 1119ro.

21 Dans un texte paru en 1974, René Étiemble, linguiste et pionnier de la littérature comparée, dénonçait l’enfermement des études sur l’épopée dans une perspective occidentale, centrée sur les modèles antiques de l’Iliade et de l’Odyssée. Il joua un rôle majeur dans l’ouverture des études épiques aux traditions non occidentales : voir Madelénat, 1986 et Derive (dir.), 2002.

22 Une recherche dans le Corpus diacrónico del Español semble indiquer la rareté du terme « épopée ». Entre 1550 et 1600, seules 3 occurrences du substantif epopeya apparaissent, toutes réunies dans l’ouvrage de López Pinciano, Philosophia antigua poética (1596). C’est dans ce même texte que sont rassemblées 160 des 162 occurrences de l’adjectif épica, fréquemment substantivé en espagnol, et 15 des 17 occurrences de l’adjectif au masculin. Parmi les autres occurrences de l’adjectif épico (dans le prologue de Lope de Vega y Carpio, La Dragontea [1598], et chez Juan de la Cueva, Viaje de Sannio [édition princeps 1585, voir Cueva, 1990]), relevons la première phrase du prologue du Monserrate de Cristóbal de Virués : « Las dos partes con que la poesía llega a su perfecto punto (según nos enseñan los dos excelentes maestros de ella, Aristóteles y Horacio) son dulzura y utilidad, y a estas se ha de atender en cualquier cosa que en verso se escribiere, pero más particularmente y con mayor cuidado y diligencia se han de procurar en aquella principal poesía llamada épica o heroica, que es la que debajo de una acción forma un poema, cual es la Enéida de Virgilio » (« Deux qualités sont nécessaires à la poésie pour parvenir à son point de perfection [si l’on en croit les leçons que nous donnent les plus excellents maîtres en cette matière, Aristote et Horace] : la douceur et l’utilité. Et, s’il convient d’y travailler pour toute composition en vers, il faut s’y efforcer plus particulièrement et avec plus de soin et de diligence dans l’écriture de cette poésie supérieure à toutes que l’on nomme épique ou héroïque, pour laquelle l’action sous-tend le poème, comme c’est le cas de l’Énéide de Virgile », Virués, El Monserrate, fo ¶5ro). La désignation « poème héroïque », que l’on trouve dès la parution des Douze triomphes des douze Apôtres, poème héroïque chrétien de Juan de Padilla (Séville, Juan Varela, 1521 ; voir l’édition moderne Padilla, 1975), traduit le carmen heroicum latin, désignation courante depuis le Moyen Âge du poème au style sublime.

23 L’une des approches renouvelées de l’épopée a consisté à intégrer pleinement la dimension orale du genre à l’étude des poèmes, en prenant en compte l’oralité comme un processus double : celui de la récitation (de os, oris, la bouche en latin) et de la réception auditive (de auris, auris, l’oreille). Si la part de l’oralité et de l’écriture dans la composition des épopées fait débat, celle de leur réception par des auditeurs semble être l’un des traits le plus commun du genre. Voir Goyet, 2009, note 63. Sur l’oralité et le statut de la « parole parlée » au Siècle d’or, voir Bouza, 1999.

24 Voir Labarthe, 2007, pp. 7‑8. Sur l’épopée écrite et sa permanence dans la littérature depuis l’âge classique, voir Rumeau, 2009, et les travaux réunis dans l’ouvrage collectif de Labarthe (dir.), 2004 ; Goyet (2004) y montre un exemple de permanence du « travail épique » dans un roman contemporain : Guerre et paix de Tolstoï.

25 Alonso López Pinciano, l’un des premiers théoriciens de l’épopée en langue espagnole, qualifie ainsi Lucain d’historien et lui reproche, de même qu’à Silius Italicus, le choix d’une matière historique si ample qu’elle empêche une véritable mimésis des actions (López Pinciano, Philosophia antigua poética, pp. 74 et 565).

26 Selon Rafael Ramírez de Arellano (1912, p. 82), ce sont les défauts de La Austríada qui lui valent cette étiquette. Pour d’autres œuvres, le récit en rimes est tenu pour une valeur ajoutée au récit d’histoire : « Ainsi, [Juan de Castellanos] nous a laissé une ample source d’information sur l’Amérique et il l’a fait sous la forme d’une chronique rimée, la plus ample composition épique que l’on conserve dans notre langue, autour de 14 500 vers hendécasyllabes » (López Tamés, 1992, p. 602).

27 On consultera avec profit l’ouvrage canonique d’Aquila, 1975 et la bibliographie composée par Luis Íñigo-Madrigal, « Bibliografía [sobre La Araucana] », sur le site Alonso de Ercilla y la épica virreinal, <http://www.cervantesvirtual.com/ portales/alonso_de_ercilla/ catalogo_bibliografia/> [consulté le : 08/08/2015]. La bibliographie la plus complète sur Les Lusiades est celle qu’indique de façon thématique, au fil du volume, Vítor Manuel Aguiar e Silva dans le Dicionário Luís de Camões (Silva [coord.], 2011). Signalons encore l’ouvrage collectif italien dirigé par Paolo Pintacuda, 2014.

28 Blanco (dir.), 2012.

29 Il n’existe pas à ma connaissance de statistiques sur la production épique moderne, mais la présentation chronologique du catalogue de Frank Pierce (1984) permet d’apprécier ces évolutions quantitatives.

30 Martínez, inédite et Id., 2011. Le corpus de son étude réunit principalement la Carolea de Jerónimo Sempere (1560), la Destrucción de África de Baltasar del Hierro (1560), le Carlo famoso de Luis Zapata (1566) et La Araucana d’Ercilla (1569-1589).

31 Murrin, 1994.

32 Baltasar de Vargas, Breue Relacion en octaua Rima, sur le voyage du duc d’Albe en Flandres (1568), en 192 octaves ; et Francisco Balbi de Correggio, sur Octavio Gonzaga, militaire milanais (1581), en 148 octaves.

33 La Maltea d’Hipólito Sans (1582), l’épopée de Gaspar García de Alarcón sur le marquis de Santa Cruz (1585), Le siège et la prise d’Anvers de Miguel Giner (1587), un poème en espagnol sur la bataille de Lépante du Portugais Pedro de Acosta (manuscrit) et le Victorieux Charles Quint de Jerónimo de Urrea, manuscrit également.

34 Pour la chronologie de composition des poèmes portugais, voir Alves, 2001, pp. 141‑343. On trouvera les références complètes de tous ces poèmes dans les « Sources », en fin d’ouvrage.

35 J’utilise le terme et la notion de patron, définie par Maingueneau et Philippe, 2002, comme l’a fait Florence d’Artois dans sa récente étude sur la tragédie dans l’œuvre de Lope de Vega, pour faire référence comme elle à « un appareil formel constitué par un ensemble de traits dont la combinaison n’est pas réglée de manière normative » (Artois, 2017, p. 93).

36 Voir Zatti, 1990 ; Javitch, 1991 ; ou encore Jossa, 2002. Vega Ramos, Vilà (dir.), 2010, consacrent trois chapitres à l’épopée ibérique.

37 Goyet, 2009.

38 Alves, 2010, p. 149.

39 Blanco, 2013, p. 26.

40 Quint, 1993 ; Nicolopulos, 2000 ; Blanco, 2013.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540