Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une épopée ibérique

 | 
Aude Plagnard

Avertissement

Texte intégral

Établissement des textes cités

1Pour le Siège de Diu et la Victoire de Lépante, deux manuscrits autographes et des variantes d’auteur ajoutées dans les versions imprimées permettent de connaître la volonté de l’auteur. Les imprimés présentant les versions les plus abouties du texte, je cite les poèmes de Corte-Real dans leur version imprimée de 1574 pour le Siège de Diu (Biblioteca Nacional de Portugal [BNP], res‑428‑p) et de 1578 pour la Victoire de Lépante (BNP, res‑222‑v), en signalant les variantes avec le manuscrit. Dans le cas du Naufrage de Sepúlveda, j’utilise systématiquement l’imprimé posthume de 1594 (BNP, res‑4393‑p). Pour les citations extraites du premier chant, le lecteur est invité à consulter aussi l’édition récente d’Hélio Alves (Corte-Real, 2014).

2Pour La Araucana, dans la mesure où je propose d’étudier les trois parties du poème comme trois étapes dans l’évolution d’un même projet poétique, je cite chaque partie dans l’une de ses toutes premières éditions : la première partie par Pierre Cossin, Madrid, 1569 (Bayerische Staatsbibliotek, Pohisp 77) ; la deuxième partie, dans l’édition in-quarto des première et deuxième parties publiée par Pierre Cossin à Madrid en 1578 (Biblioteca Nacional de España [BNE], R. 4909) ; la Troisième partie dans l’édition de 1589 à Madrid par Pedro Madrigal (à travers l’exemplaire de la Det Kongelige Bibliotek de Copenhague reproduit en fac-similé par Juan Alberto Méndez Herrera dans son édition avec variantes de la Troisième partie).

3Enfin, je cite Les Lusiades à travers l’exemplaire BNP res-cam-2-p, c’est-à-dire dans la seconde édition de 1572, celle dont le pélican de la page de titre regarde à gauche.

4Pour faciliter la lecture des citations, j’en propose des éditions modernisées pour l’accentuation, les graphies et la ponctuation. En revanche, je conserve certains phénomènes qui sont constitutifs de la prononciation de ces vers, par exemple les oscillations vocaliques qui conditionnent la sonorité du texte (Filipe pour Felipe, molher pour mulher). De même, j’ai gardé les archaïsmes lexicaux et signalé les cas de diérèse, en espagnol, lorsqu’ils affectent la métrique. En espagnol toujours, dans les cas où l’accent graphique contredisait la prosodie métrique, je l’ai supprimé (surtout dans le cas de sinérèse sur les désinences d’imparfait). Il appartiendra au lecteur de réaliser les sinérèses qui ne peuvent pas être signalées par la graphie. Pour des raisons de métrique également, la contraction de la préposition portugaise com avec l’article est indiquée coa, coas pour l’article féminin ou au moyen de l’apostrophe et de l’élision de la consonne pour l’article masculin.

5Les citations en espagnol sont éditées sans majuscule et les citations en portugais avec des majuscules en début de vers, conformément à l’usage des deux traditions éditoriales.

Abréviations

6Pour faciliter l’identification de l’origine des citations, j’utilise les abréviations suivantes :

  • SCD : Segundo cerco de Diu
  • VL : Felicísima victoria de Lepanto
  • NS : Naufrágio de Sepúlveda
  • OL : Os Lusíadas
  • AR : La Araucana

7Pour les œuvres de Corte-Real, les abréviations SCD, VL ou NS sont suivies du numéro du chant en chiffres romains puis des numéros de vers, et accompagnées du numéro de folio correspondant ; pour Les Lusiades de Camões, l’abréviation OL est suivie du numéro de chant en chiffres romains, du numéro d’octave en chiffres arabes, puis des numéros des vers, complétés du numéro de folio ; enfin, pour La Araucana, le chiffre romain immédiatement accolé à l’abréviation AR indique la partie citée (sans renvoyer nécessairement à une édition séparée de la partie en question), les informations après la virgule étant comme pour Camões, d’abord le numéro de chant en chiffres romains, puis le numéro d’octave en chiffres arabes et enfin les numéros de vers. J’y adjoins là aussi les numéros de folios de l’édition ancienne, y compris dans le cas de la Troisième partie, puisque ces numéros sont maintenus sur l’édition en fac-similé de Méndez Herrera.

8Quand d’autres éditions de ces textes sont citées, l’abréviation de l’œuvre est précisée par la mention « ms. » pour les manuscrits, ou par l’année de publication augmentée si nécessaire, dans le cas de La Araucana, du format.

Traductions

9Sauf mention contraire, les traductions de poésie et de prose, dans le texte et dans les notes, sont miennes.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540