Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Première partie. Le cycle des violences protestataires

Chapitre premier. La nébuleuse de l’extrême droite

Texte intégral

  • 1 Sur l’extrême droite, voir J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas et les ouvrages de X.(...)

1Il est difficile de parler pour l’Espagne contemporaine d’« une » extrême droite, tant celle-ci est composée d’organisations multiples qui obéissent à des tendances idéologiques diverses et parfois divergentes. Néanmoins les contemporains de la transition, tout comme les meilleurs spécialistes de la question1, utilisent le singulier et parlent de l’extrême droite en général, aussi qualifiée d’ultraderecha, les militants étant appelés les ultras. Au-delà des écarts idéologiques, ceux-ci se rejoignent dans une commune défense de l’ordre établi assortie d’une opposition farouche à la démocratisation en cours. Ils partagent des rituels, des symboles, une liturgie, un langage qui sont issus du régime franquiste et de la Guerre civile, même s’ils s’en disputent l’héritage et la commémoration.

I. — LES RACINES DE LA MOBILISATION ULTRA : LA CRISE DU RÉGIME FRANQUISTE

  • 2 M. Wieviorka, El terrorismo, p. 430.

2Pour M. Wieviorka le « terrorisme interne d’extrême droite » vient substituer de façon volontariste « des élites claudicantes, qu’elles soient économiques et incapables d’assurer le développement, ou politiques, voire militaires et impuissantes devant le désordre interne »2. Cette caractérisation s’applique particulièrement au cas espagnol où l’extrême droite se mobilise pour freiner la déliquescence d’un régime à l’agonie.

L’IMPULSION DES ANNÉES 1960

  • 3 La Phalange dont on parle sous le franquisme est représentée par FET y de las JONS (Phalange espagn (...)
  • 4 L’enterrement d’Ortega y Gasset à l’automne 1955, transformé en manifestation de l’opposition libér (...)

3Les racines de la mobilisation de l’extrême droite remontent aux années 1960, dans un double contexte de mise à l’écart de la Phalange3 et des piliers traditionnels du régime et d’émergence d’une contestation étudiante et ouvrière. Elle se fait en deux temps. Dès 1957, les membres de la Phalange, pilier idéologique du régime et noyau du parti unique, le Mouvement national, sont évincés du gouvernement au profit des « technocrates », membres de l’Opus Dei, partisans de l’ouverture et de la modernisation économique. La mise au pas de la Phalange est complétée par la Loi fondamentale des principes du Mouvement (1958) qui fige la structure du parti unique. En parallèle, les incidents de février 19564 à Madrid et Barcelone révèlent la renaissance d’un mouvement étudiant qui échappe aux organismes officiels de contrôle aux mains des phalangistes. À la fin des années 1960, une seconde conjonction d’événements contribue à inquiéter les soutiens traditionnels du régime. La consolidation institutionnelle du système franquiste se traduit par la désignation, en 1969, de Juan Carlos de Bourbon comme successeur de Franco à titre de roi, dessinant une suite monarchique au régime qui est loin de plaire aux phalangistes, pas plus qu’aux carlistes dont les ambitions dynastiques sont ainsi écartées. De plus les catholiques nationalistes intégristes voient d’un mauvais œil l’éloignement progressif d’un secteur de l’Église qui, après le coup de tonnerre de Vatican II, développe un courant critique, progressiste et réconciliateur sous la houlette du cardinal Tarancón, archevêque de Madrid et président de la Conférence épiscopale. Quant à la loi sur la presse impulsée par Manuel Fraga en 1966, elle est un point d’orgue à la politique d’ouverture menée par le gouvernement. En adoucissant la censure, elle permet à une libre pensée de s’exprimer et renforce de fait le camp de la contestation, notamment universitaire, en proie par ailleurs à l’agitation contagieuse de mai 68. Enfin l’apparition de l’ETA, qui commet ses deux premiers assassinats en 1968, inquiète les farouches défenseurs de l’unité de la nation. C’est donc à la fois pour contrer la croissance de la contestation de gauche à qui le régime semble laisser une certaine marge de manœuvre et récupérer le terrain perdu dans le champ idéologique que l’extrême droite passe à l’offensive. De nouveaux groupes ultras dont la stratégie est centrée sur l’activisme violent surgissent.

  • 5 Voir P. Preston, La política de la venganza, p. 253, J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpi (...)
  • 6 Rappelons que depuis 1967, les fonctions de chef de l’État et de chef du gouvernement sont séparées (...)
  • 7 Voir sur cette période les mémoires de J. I. San Martín, Servicio Especial. Voir aussi F. Medina, L (...)

4Dès 1963 apparaît le groupe Défense universitaire (DU)5 à Madrid et à Barcelone, qui rassemble des phalangistes, des carlistes traditionalistes et des catholiques intégristes. Sorte d’espions pourvoyeurs d’informations aux services de police sur les étudiants et professeurs de gauche, ils forment aussi des escouades chargées de semer la terreur à l’université par divers actes d’intimidation, de l’irruption dans les réunions universitaires à la bastonnade d’étudiants progressistes. Face à l’expansion du mouvement étudiant à la fin de la décennie, DU est remplacée, en 1968, sur initiative du haut État-Major de l’armée, par une autre association, dénommée Action universitaire nationale (AUN), officiellement sous la dépendance du ministère de l’Éducation, mais obéissant de fait aux ordres directs de l’amiral Carrero Blanco à la présidence du gouvernement6. Active surtout à Madrid entre 1968 et 1972, l’AUN remplit les mêmes fonctions que DU : infiltrer les organisations adverses à l’université, surgir et démonter les assemblées étudiantes, capter de nouveaux militants. Elle dispose en revanche d’un soutien logistique bien supérieur, fourni par le lieutenant-colonel San Martín au ministère de l’Éducation, qui lui fournit des informations, de l’argent et du matériel pour éditer sa propagande, des cours de doctrine et de méthodes de l’action directe, et lui facilite la permissivité policière7. Les militants apprennent :

  • 8 F. Medina, Las sombras del poder, p. 26.

à se placer en première file pour les uns, au milieu des groupes pour les autres. Ceux de devant avaient la mission d’insulter et de lancer des pierres aux policiers […] à cheval, pour provoquer leur charge. Ils devaient ensuite se retirer pour que les compagnons de derrière puissent pousser vers la police les étudiants qui étaient au milieu et pour que ce soient eux qui reçoivent les coups, et pour que l’émeute prenne forme et que la manifestation ne s’étende pas au-delà des campus8.

  • 9 Voir X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, pp. 97-116, et V. de Armas, Cuando vestíamos de negr (...)
  • 10 On retrouvera ce personnage dans des affaires obscures de la transition, notamment lors de l’épisod (...)
  • 11 Le SECED est créé par Carrero Blanco en 1969 comme organisme d’information pour prévenir les désord (...)
  • 12 Citations extraites de J. I. San Martín, Servicio Especial, pp. 21 et 24.
  • 13 Ils seraient 25 d’après J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 221 ; 60 pour V. de (...)
  • 14 Voir X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, pp. 97-116.

5Un autre groupe, né spontanément, est aussi récupéré par ces services occultes de la Présidence. Il s’agit du PENS (Parti espagnol national socialiste)9 créé en 1968 à Barcelone par des jeunes néo-nazis autour de Fernando Poveda, qui se réclament d’une idéologie où antisémitisme, racisme, anticommunisme, exaltation de la révolution national-socialiste et européisme cohabitent avec un langage ultra orthodoxe, nationaliste et réactionnaire. Le parti passe en 1971 entre les mains d’Ernesto Milá, qui l’oriente vers un modèle néo-fasciste inspiré par Stefano della Chiae, un fasciste italien accusé de terrorisme dans son pays et réfugié en Espagne où il développe des contacts avec les milieux ultras10. C’est alors que le parti attire l’intérêt de la Présidence par l’intermédiaire du SECED (Service central de documentation)11, qui voit en lui une alternative possible à l’AUN madrilène à Barcelone, dont la mission consisterait à « contenir et, si c’est possible, réduire le processus subversif ». À ce titre il reçoit le soutien technique et logistique du SECED, « pour éviter que la subversion des milieux universitaires mette le régime dans une situation similaire à celle que mai 68 a fait subir à De Gaulle »12. Le PENS est, dans son activisme violent, lié à deux organisations nazies voisines, le MSE (Mouvement social espagnol) qui agit à Valence, et le Movimiento Nacional Revolucionario qui sévit à Madrid. S’il n’a jamais réuni plus de quelques dizaines de militants13, il serait néanmoins le pendant spécialisé dans l’action directe du Cercle espagnol des amis d’Europe (CEDADE)14 qui atteint les 500 à 600 militants et constitue l’une des tendances principales de l’extrême droite à la fin du franquisme. Le CEDADE, issu de l’association fasciste Joven Europa créée quelques années auparavant et liée organiquement au Nouvel Ordre européen, est fondé à Barcelone en 1966. Dirigé par le néonazi Jorge Mota, il partage avec le PENS ce mélange idéologique phalangiste et nazi, le soutien des fascistes étrangers qui ont trouvé un refuge confortable en Espagne après la défaite de l’Axe en 1945 — Allemands, Roumains, Français, Croates — ainsi que certains appuis au sein du régime. Il tombe pourtant en désuétude en 1975, victime de la propagande négative menée à son encontre et de l’assimilation du CEDADE aux activités violentes commises par le PENS, dont les militants sont massivement arrêtés mi-1974, mettant ainsi fin à l’existence du groupe.

  • 15 P. Preston, La política de la venganza, p. 255.
  • 16 Pueblo, 10/8/1973.

6D’autres groupuscules naissent spontanément et se consacrent à l’action directe. Il en est ainsi du plus durable, les GCR (Guérilleros du Christ Roi), apparus en 1969 et dirigés par Mariano Sánchez Covisa, qui se spécialisent dans les agressions de « curés rouges », ces prêtres ouvriers ouvertement partisans du marxisme, ainsi que dans les attaques d’entités culturelles comme les librairies, les galeries d’art ou les salles de spectacle considérées comme progressistes. Ils sont relayés dans ce type d’actions par une multitude d’autres groupes, le PENS mais aussi des groupuscules non identifiés dont les sigles sporadiques surgissent au gré des attentats commis contre les entités culturelles de gauche. Ces attaques acquièrent un retentissement mondial quand en novembre 1971, des ultras s’attaquent aux œuvres de Picasso, dans la galerie Theo de Madrid où des jets d’acides détruisent une vingtaine des gravures de l’artiste, et à Barcelone où des cocktails Molotov détruisent son premier atelier15. Accompagnées de menaces anonymes, ce type d’actions s’accentue au cours des années suivantes, à Barcelone, Valence et Madrid. Selon les journaux de l’époque, plus de six cents membres de la corporation des libraires de Barcelone auraient ainsi reçu des menaces anonymes en 197316.

  • 17 Blas Piñar est le leader incontesté de FN pendant toute la fin du franquisme et la transition. Il m (...)
  • 18 X. Casals i Meseguer, El fascismo, chap. ii.

7Enfin, c’est sur le même terreau qu’est fondée en 1966 par Blas Piñar17 FN (Force nouvelle) qui sera le groupe le plus menaçant de la transition. Pensée alors comme une « entreprise politico éditoriale »18, l’association se dote d’un hebdomadaire éponyme dans le double objectif de combattre la mise à distance d’un secteur du clergé du national catholicisme intégriste qui avait imprégné le régime jusque-là, et de paralyser le processus d’ouverture politique, assumant la défense d’une posture radicalement immobiliste. Propulsée par le charisme incontestable de son leader, FN attire nombre de sympathisants du phalangisme et du carlisme, des militaires ultras, des anciens combattants ou des personnalités du « bunker », et commence à faire parler d’elle sur le terrain de l’action violente après la mort de Franco.

LES ANNÉES DÉCISIVES : DE L’ASSASSINAT DE CARRERO BLANCO À LA MORT DE FRANCO

  • 19 « L’esprit du 12 février » tient son nom du discours prononcé par Arias Navarro le 12 février 1974 (...)

8C’est avec l’assassinat par l’ETA, le 20 décembre 1973, du président du gouvernement Carrero Blanco, que l’impulsion décisive à la mobilisation de l’extrême droite est donnée. Cet assassinat révèle la faiblesse grandissante d’un régime qui a été impuissant à enrayer la croissance de l’organisation basque. Le Caudillo semble de plus proche de sa fin, malade, il est hospitalisé à plusieurs reprises et est contraint, en juillet 1974, de laisser temporairement les rênes de l’État à Juan Carlos. En avril 1974 la Révolution des œillets qui renverse la dictature salazariste au Portugal voisin laisse l’Espagne plus isolée que jamais sur la scène internationale et provoque la crainte d’un scénario similaire en Espagne. Enfin Carlos Arias Navarro, qui succède à Carrero Blanco, annonce une ouverture politique relative, connue comme « l’esprit du 12 février », qui inquiète les plus radicaux19.

  • 20 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 105-109.

9José Antonio Girón de Velasco, ancien phalangiste, ex-ministre de Franco dans l’immédiat après-guerre, membre du Conseil du Royaume et personnage emblématique du camp orthodoxe, lance alors ce que l’on a appelé le gironazo. Il s’agit d’une déclaration programmatique publiée le 28 avril 1974 dans Arriba, le journal officiel du Mouvement national, qui s’insurge contre les idées réformistes et rappelle avec force les valeurs essentielles du régime issues de la Guerre civile et de la pensée de José Antonio. Il fonde en juillet la Confédération nationale des anciens combattants20, héritière des diverses confréries corporatives d’anciens combattants (les Hermandades) à qui elle octroie un second souffle. Girón et sa Confédération deviennent ainsi l’un des bastions du « bunker » franquiste, soutenu par le puissant organe de presse El Alcázar, qui fait figure de journal officiel dans les casernes. L’offensive de Girón est suivie par Blas Piñar et les partisans de l’immobilisme encore bien implantés dans les structures du régime, et conduit à l’échec de « l’esprit du 12 février » : le ministre de l’Information et du Tourisme Pío Cabanillas, représentant de la branche la plus réformiste du régime est destitué en octobre, suivi par la démission solidaire du ministre de l’Économie et de nombreux autres hauts fonctionnaires, tandis que le projet de loi sur les associations politiques, destiné à accroître la participation politique, est réduit à une coquille vide. Pendant ce temps, la campagne violente menée par les GCR, le PENS et leurs acolytes s’accentue, plus que jamais dirigée contre les oppositions communiste et nationaliste basque.

  • 21 P. Preston, La política de la venganza, p. 257.
  • 22 La première est celle qui « introduit dans l’arène politique de nouvelles demandes, ou essaie d’en (...)
  • 23 P. Preston, La política de la venganza, p. 258.

10Ce panorama de la mobilisation de l’extrême droite, concomitant des crises successives du régime et de la perte de contrôle des milieux traditionalistes sur le pouvoir nous autorise à conclure, avec P. Preston, qu’elle a été clairement liée à la crise qui traversait le régime21. L’objectif de l’extrême droite, violente ou non, était de contribuer au réarmement politique et idéologique du régime et de contrer un mouvement croissant et convergent d’opposition à la dictature. Présente dès avant la mort de Franco, la violence ultra est une violence « réactive », pour reprendre la distinction théorique faite par F. Reinares entre violence « proactive » et « réactive »22. Si les groupes d’extrême droite agissent en marge des relais officiels du régime, ils bénéficient de la tolérance des services de police voire d’une aide active. Je souscris ici à l’hypothèse de P. Preston, pour qui ils ont été utilisés par le régime à son profit, non seulement pour combattre sur les terrains universitaires et ouvriers une opposition croissante et mettre un terme à toute velléité contestataire, mais aussi pour donner au régime, par effet de miroir inversé, une image modérée et centriste : « l’invention d’une extrême droite fanatique plaçait le régime, comme par magie, dans une position de centre »23. Reste que des groupes et des pratiques ont alors été conçus et demeurent présents quand s’ouvre la transition, prêts à poursuivre l’action entamée à la fin du franquisme.

II. — L’EXTRÊME DROITE FACE À LA TRANSITION

11Après la mort de Franco, la mobilisation de l’extrême droite devient plus que jamais nécessaire devant la démocratisation imminente et la disparition prévisible des structures mises en place par le général. Il s’agit toujours de défendre un régime menacé mais surtout d’empêcher la réforme d’être menée à bien. Pourtant, la transition voit s’affirmer le déclin irréversible de l’extrême droite qui perd progressivement toute influence politique.

L’IMPOSSIBLE UNION ET L’ÉCHEC DU DÉFI ÉLECTORAL POSÉ PAR LA JEUNE DÉMOCRATIE…

12La nébuleuse ultra cherche dans un premier temps à maintenir ses positions au sein des élites dirigeantes et à intégrer le nouveau panorama électoral. Mais elle est profondément divisée et les querelles intestines empêchent les tentatives de rapprochement d’aboutir.

  • 24 Les secteurs « hédillistes » de la Phalange tirent leur nom de Manuel Hedilla, chef de la Phalange (...)
  • 25 El País, 29 et 30/10/1976.
  • 26 FN de Málaga publie une note qui dénonce les campagnes de presse et les agressions physiques menées (...)
  • 27 Sur cette implication voir infra p. 404. Le carlisme s’est divisé à la suite du décret d’unificatio (...)

13Même au sein de la famille phalangiste, l’union est impossible tant elle se fractionne en une multiplicité d’organisations microscopiques qui se disputent l’héritage de José Antonio. Les conflits se cristallisent notamment autour de l’appropriation exclusive des symboles de la Phalange : l’appellation « FE de las JONS » (Phalange espagnole et des juntes d’offensive nationale syndicaliste) fait l’objet d’une dure confrontation entre les groupes au moment de la constitution des partis politiques. Elle est finalement attribuée en septembre 1976 au cercle de Raimundo Fernández Cuesta, représentant de la Phalange officielle, suscitant une vive réaction des groupes dissidents antifranquistes, en particulier du secteur hédilliste24 regroupé au sein de FEI (Phalange espagnole indépendante) et de FE de las JONS (Auténtica « authentique »). Les hédillistes se consacrent alors à une campagne de retrait des symboles phalangistes de l’espace public, dénonçant par là l’usage abusif et détourné qu’en avait fait le régime de Franco, considéré comme traître à la pensée authentique de José Antonio. La confrontation dégénère en affrontements physiques qui éclatent en octobre 1976 au cours de la célébration à Madrid du 43e anniversaire de la fondation de la Phalange, entre FE de las JONS, FEI et FE de las JONS (Auténtica)25. L’enjeu symbolique dépasse même le camp phalangiste pour toucher FN, accusée de s’être attribué illégitimement le drapeau rouge et noir, le béret rouge et la chemise bleue de la Phalange, ce qui lui vaut des campagnes de dénigrements et même l’agression physique de ses militants26. Les carlistes sont tout aussi divisés et vite décapités par les incidents violents de la célébration annuelle de Montejurra en 1976, où s’affrontent les partisans de Carlos Hugo et ceux de son frère Sixto de Bourbon-Parme, provoquant la mort de deux manifestants. L’épisode sanglant révèle l’implication des groupes ultras néo-fascistes, dans un jeu obscur guidé par un secteur du pouvoir pour délégitimer définitivement l’option dynastique carliste27.

  • 28 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 206.

14Restent Girón à la tête de la Confédération des anciens combattants et Blas Piñar. Le premier, proche des secteurs traditionnels de l’armée, ne parvient pas à rallier l’ensemble des forces d’extrême droite et finit par opter pour un rapprochement du « bunker » avec la droite conservatrice néo-franquiste qui a accepté la réforme, rapprochement auquel ne peuvent souscrire la plupart des groupes ultras. Blas Piñar est finalement le seul à afficher ses ambitions politiques. Il transforme FN en un parti politique à la structure présidentialiste centrée sur le charisme de son chef, et se lance dans une stratégie électorale énergique à contre-courant du conformisme politique de la transition. Fidèle aux idéaux du 18 juillet, à la mémoire et à l’œuvre de Franco, à la monarchie catholique traditionnelle, sociale et représentative, FN est le seul parti d’extrême droite à connaître une croissance considérable pendant la transition : de deux nouveaux sièges ouverts en 1977, le parti passe à 32 en 1978 et la croissance s’accentue jusqu’à obtenir un total de 165 locaux inaugurés entre 1979 et 198228. La revue atteint 45 000 exemplaires en 1979, les militants s’élèvent alors à 40-50 000, tandis que le succès électoral est aux rendez-vous aux législatives de 1979, où le parti recueille 380 000 voix et parvient à faire élire Blas Piñar député. La section de jeunesse du Parti, Fuerza Joven, célèbre son premier Congrès national en janvier 1978, et bénéficie de nombreuses nouvelles affiliations jusqu’en 1980. Pourtant, au-delà de ce succès limité, le mouvement est divisé entre un courant traditionaliste national catholique, conservateur, représenté par Piñar et les vieux militants, et un courant national révolutionnaire, néo-fasciste et radical, favorable à l’activisme paramilitaire et violent, fortement implanté dans Fuerza Joven. Si bien que les plus radicalisés enclins à l’action violente s’éloignent progressivement du parti et fondent des organisations autonomes.

  • 29 Sur les tentatives d’union de l’extrême droite, ibid., pp. 251-270.

15Les lignes de fracture idéologique sont donc profondes entre les monarchistes traditionalistes conservateurs et les partisans de la révolution nationale, entre les phalangistes défenseurs du régime de Franco et les phalangistes dissidents qui se réclament de la révolution inachevée de José Antonio, entre les différentes branches dynastiques, entre les carlistes intégristes et les carlistes devenus socialistes, entre les vieilles générations d’anciens combattants et les jeunes générations néo-nazies, entre les partisans de la stratégie électorale, les fervents défenseurs d’un soulèvement militaire et les activistes favorables à l’action directe. Si bien que les tentatives successives de former une extrême droite unie et soudée face à la réforme échouent29.

16Les alliances électorales sont partielles et éphémères : en 1977 Girón appelle à soutenir le parti de Manuel Fraga, l’Alliance populaire (AP), pendant que la coalition Alianza Nacional 18 de Julio, qui regroupe FN et FE de las JONS, ne recueille que 65 000 voix. Les partis ultras ne dépassent pas en tout le 1 % des voix. En 1979, l’extrême droite affronte les élections législatives avec une fragile coalition électorale, Unión Nacional, qui parvient à peine à dépasser les 2 % des voix et à faire élire Blas Piñar. En 1982, ce sont huit partis ultras qui se présentent aux élections, qui se soldent par une défaite cinglante autant pour FN qui retombe à 100 000 voix et perd son député, que pour Solidaridad Española, l’éphémère parti fondé par Tejero, le protagoniste du coup d’État du 23-F, qui espérait surfer sur la vague de son récent statut de héros. La division du camp ultra, l’échec du 23-F qui délégitime l’option du soulèvement militaire, l’image de plus en plus dégradée des partis de l’extrême droite, la montée en puissance de l’AP qui capte les votes immobilistes et inquiets d’une possible victoire des socialistes, expliquent cette ultime déroute électorale, qui signe la banqueroute de cet espace idéologique dans l’arc parlementaire. Depuis lors, l’extrême droite a pratiquement disparu de l’échiquier politique. Elle n’est pas parvenue à former un parti significatif dans la jeune démocratie espagnole, abandonnant le terrain à la droite parlementaire représentée par l’AP, puis par son successeur le PP (Parti populaire), qui réussit à capter l’électorat nostalgique du franquisme.

… EN PARTIE COMPENSÉS PAR UNE FORTE CAPACITÉ DE MOBILISATION

  • 30 X. Casals i Meseguer, El fascismo, chap. ii, 2 : « Los “años del plomo” ».

17À défaut d’être une force politique d’importance, l’extrême droite dispose pendant la transition d’une forte capacité de mobilisation, visible de façon spectaculaire lors de cérémonies commémoratives qui s’inscrivent dans le calendrier rituel franquiste et rassemblent ultras, immobilistes et une frange non négligeable de la population en proie à la nostalgie du régime précédent. Comme le dit X. Casals, « le plébiscite que l’extrême droite a perdu dans les urnes, elle l’a conquis avec beaucoup plus de succès dans les rues et sur les places publiques »30, où elle parvient à rassembler sous une même bannière des factions inconciliables sur le plan politique.

a) Le 20-N

  • 31 Le dernier « Défilé de la Victoire » est présidé par le jeune roi Juan Carlos Ier le 1er avril 1976 (...)
  • 32 La dernière grand-messe franquiste remonte au 1er octobre 75, peu après les exécutions du 27 septem (...)
  • 33 Chiffres tirés d’El País.

18Le calendrier franquiste est ponctué de dates qui sont entrées dans la geste commémorative du régime, à forte connotation militaire. Les 18 juillet et les 1er avril sont l’occasion de commémorer le soulèvement militaire de 1936 et la victoire du camp nationaliste en 1939, pendant que le 1er octobre, « Jour du Caudillo », est consacré à la célébration exclusive du chef. Mais pendant la transition, ces dates phares du régime, qui donnaient lieu aux plus grands rassemblements de foule, sont remplacées par le 20 novembre31, communément appelé le 20-N. Cette date commémore à la fois l’exécution de José Antonio, fusillé par les républicains dans la prison d’Alicante au début de la Guerre civile, et la mort de Franco : elle permet donc de rassembler autant les phalangistes les plus orthodoxes que les défenseurs les plus conservateurs de la dictature, ainsi que les simples nostalgiques d’un régime disparu. Pourtant même cette date symbolique porte les stigmates des fractures idéologiques évoquées plus haut, puisqu’elle est célébrée en doublon à partir de 1976 : la cérémonie officielle et strictement religieuse organisée par les gouvernements de la réforme a communément lieu à la basilique de Valle de los Caídos, où sont enterrés aussi bien Franco que José Antonio, tandis que les ultras farouchement opposés au processus de démocratisation se réunissent, dans une cérémonie parallèle à forte tonalité politique, Plaza de Oriente à Madrid. Cette place, située en face du Palais royal, a acquis sous le franquisme une symbolique forte puisque c’est là qu’étaient organisés les grands rassemblements en faveur du régime, le dictateur utilisant le balcon du Palais comme tribune32. Cette manifestation parallèle peut nous donner un indice de l’audience de l’extrême droite. Elle réunit des centaines de milliers de personnes jusqu’à la fin de la période : 100 000 en 1976, 150 000 en 1977, 250 000 en 1978, 400 000 en 1979, 300 000 en 1980 et 150 000 en 198133.

19Le 20-N parvient donc à mobiliser les secteurs ultras tout au long de la transition, tout comme les meetings de FN ou les congrès de FE de las JONS accueillent toujours des dizaines de milliers de personnes dans les arènes de Madrid ou des villes de province. C’est que ces instants de célébration sont l’occasion pour l’extrême droite d’exhiber sa présence dans l’espace public au moyen de défilés, chants, uniformes, slogans qui composent une geste franquiste conjoncturellement unificatrice au-delà des divisions partisanes.

b) La geste ultra

  • 34 Fuerza Nueva, 29/12/1973.
  • 35 Voir par exemple les déclarations de Mariano Sánchez Covisa, leader des GCR, au New York Times, où (...)
  • 36 La « Pasionaria » est le surnom donné à Dolores Ibárruri, membre dirigeante du PCE (Parti communist (...)

20Les discours emphatiques des leaders ultras prononcés lors des cérémonies du 18 juillet ou du 20-N, ou pendant les meetings de leur parti, diffusent un langage codifié qui reflète l’imaginaire du premier franquisme. Ils se rejoignent dans une commune défense de l’Espagne traditionnelle, catholique, puritaine et ultranationaliste, dans l’idéalisation des valeurs promues pendant la Guerre civile et de la révolution sociale et nationale de José Antonio. Une vision providentialiste de l’histoire accompagne une exaltation du passé belliciste qui se complaît dans l’invocation du soulèvement du 18 juillet 1936 et dans l’appel à sauver la patrie en danger : « La guerre n’est pas terminée », déclarait Piñar en décembre 1973 suite à l’assassinat de Carrero Blanco34, lançant ainsi l’un des refrains de l’extrême droite de la transition. La tonalité apocalyptique adoptée répond à la conjoncture historique qui ôte progressivement à l’idéal franquiste toute emprise sur la réalité, elle est une attaque frontale de la démocratie en construction qui ne mérite qu’un jugement catastrophiste associé à une haine fanatique des ennemis séculaires de l’Espagne qui reviennent en force sur la scène publique et que sont le communisme, le séparatisme et le libéralisme. Les ultras développent ainsi la vieille thématique franquiste du complot international35 contre cette Espagne dont il faut sauver l’honneur outragé, la pureté morale menacée par la décadence libérale et l’invasion de la pornographie. C’est à une véritable reconquête de l’Espagne perdue qu’ils appellent, accusant le gouvernement de la transition, composé d’ex-personnalités du franquisme, de trahison à l’égard des principes du 18 juillet. Le roi, Suárez, Gutiérrez Mellado, vice-président du gouvernement et ministre de la Défense, ainsi que le cardinal Tarancón polarisent cette haine d’anciens frères ennemis, tandis que Carrillo et la Pasionaria36 sont les cibles privilégiées de la vindicte anticommuniste.

  • 37 Cara al Sol est l’hymne phalangiste, poétique et guerrier, conçu par José Antonio Primo de Rivera e (...)
  • 38 L’Oriamendi est l’hymne officiel du carlisme, dont l’origine remonte à la Bataille d’Oriamendi, en (...)

21À ce langage à la fois nostalgique et belligérant correspond une puissante symbolique visuelle et orale. Les foules fanatisées ponctuent chaque discours du salut fasciste et des hymnes traditionnels, Cara al Sol37 pour les phalangistes, Oriamendi38 pour les carlistes et, moins fréquemment, des hymnes militaires, ceux de l’Infanterie ou de la Légion. Le drapeau national bicolore orné de l’aigle impérial franquiste et de la devise « España una, grande y libre » envahit les rassemblements, souvent mêlé au drapeau noir et rouge de la Phalange qui figure le joug et le faisceau de flèches, repris sous Franco comme symbole du Mouvement national. Le béret rouge des carlistes, la chemise bleue des phalangistes et les drapeaux rouge et or cousus sur les habits dominent les tenues vestimentaires, qui se transforment parfois en véritables uniformes paramilitaires. Ainsi les jeunesses de FN exhibent une chemise bleue à la coupe légionnaire, avec le joug et les flèches de la Phalange sur la poche gauche et un béret rouge. Une abondante propagande est distribuée, allant des objets de culte, autocollants et affiches figurant les portraits de Franco ou de José Antonio, exemplaires du testament du Caudillo, drapeaux ou casquettes aux couleurs de la Phalange, à la propagande politique directe, tracts des jeunesses phalangistes ou vente des numéros d’El Alcázar ou de la revue Fuerza Nueva.

22Les slogans hurlés par les milliers de personnes présentes dans ces rassemblements de foule varient peu au cours de la période : « ¡Arriba España! », devise du camp nationaliste soulevé en 1936 termine tous les discours, assortie d’une invocation rythmée à Franco, « Franco, Franco, Franco ! ». D’autres slogans reflètent la tonalité apocalyptique et conspiratrice de l’idéologie ultra et développent le thème du sauvetage de la patrie en danger et l’invocation d’un sauveur : « Franco ressuscite, l’Espagne a besoin de toi ! ». Ils réclament aussi l’intervention providentielle des militaires, et ce de façon de plus en plus insistante au cours de la transition : « Vive l’armée ! », « L’armée au pouvoir ! » sont des cris de plus en plus courus. D’autres sont des attaques personnelles contre les ex-franquistes reconvertis — « Députés, vous êtes des traîtres ! », « Gouvernement, démission, pour parjure et franc-maçon ! », « Juan Carlos, Sofía, le peuple se méfie ! », « Franco oui, les traîtres, non ! », « Suárez, traître, tu as chanté Cara al Sol ! », « Suárez démissionne, le peuple ne veut pas de toi ! », « Suárez, attention, l’Espagne n’est pas à vendre ! », « Gutiérrez Mellado, tu n’as pas de couilles ! », « Tarancón, au poteau d’exécution ! » —, ou contre les ennemis séculaires de l’Espagne : « les Rouges à Moscou ! ». Le terrorisme etarra donne naissance à de nouveaux slogans scandés lors des funérailles des militaires assassinés : « ETA asssassin ! », « Des mitraillettes pour combattre l’ETA ! ».

  • 39 El País, 30/10/1976. Un tel parcours se reproduit souvent par la suite, le 20 novembre 1977 par exe (...)

23Le spectacle offert dans l’espace public par les rassemblements de l’extrême droite contient donc une symbolique rhétorique, visuelle et orale qui unifie les militants de mouvements divers dans la commune défense d’une Espagne menacée et est immédiatement lisible par l’ensemble d’une société qui a été soumise pendant quarante ans à la propagande franquiste. La véritable mise en scène à laquelle s’adonne l’extrême droite lors de ces réunions de foule illustre bien sa volonté de reconquête physique et symbolique de l’espace sociopolitique. Ainsi lors de la célébration du 43e anniversaire de la Phalange, le 29 octobre 1976 à Madrid, après la cérémonie officielle au Palais des Congrès, des manifestants empruntent un chemin hautement symbolique : après s’être recueillis devant le Théâtre de la Comédie où José Antonio a prononcé le discours fondateur de la Phalange, les manifestants se dirigent vers les Cortès devant lesquels ils chantent Cara al Sol en faisant le salut fasciste, dans une attitude de défi envers les procuradores qui s’apprêtent à débattre de la LRP (Loi pour la Réforme politique), avant de parvenir au siège du Secrétariat général du Mouvement, calle de Alcalá39. Cette mise en scène est en outre fortement imprégnée de références guerrières et d’appels au soulèvement qui constituent un premier pas décisif vers une légitimation de la violence.

c) La légitimation de la violence

  • 40 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 31.
  • 41 Blas Piñar dans des discours prononcés à Guadalajara et à Madrid, El País, 16/10/1979 et ABC, 30/3/ (...)
  • 42 Sur la place de la violence dans le discours des droites espagnoles pendant la Seconde République, (...)
  • 43 Voir son discours fondateur de la Phalange : « Il n’y a d’autre dialectique possible que la dialect (...)
  • 44 Témoignage de José Luis Jerez Riesco, ex-membre du Frente de la Juventud, Colectivo Amanecer, Patri (...)

24L’incitation à la violence est en effet constamment présente dans la geste ultra et se présente en continuité totale avec les processus légitimateurs du soulèvement de 1936. Le recours défensif à la violence est légitimé par la nécessité de sauver l’Espagne des griffes des ennemis de la Patrie. Pour Blas Piñar, « le droit de rébellion » est issu du droit naturel catholique qui légitime l’usage de la violence dans le cadre de la résistance contre la tyrannie. Piñar s’inscrit dans cette lignée de la « droite de résistance »40 et teinte ses discours de religiosité, notamment quand il appelle à la croisade — « Qui veut sauver l’Espagne, qu’il prenne sa croix et me suive » — dans une référence explicite à la grande « Croisade » de 1936 où l’armée s’était contentée d’« exercer son droit licite à la rébellion »41. L’extrême droite renoue ce faisant avec les années 1930, moment où le discours essentiellement résistancialiste et défensif des conservateurs s’est enrichi de cultures politiques plus mobilisatrices et ouvertes à la confrontation42. La tactique « du poing et des pistolets » popularisée par José Antonio43 revient à l’ordre du jour : « le pouvoir appartient à celui qui descend dans les rues et sait les dominer », témoigne ainsi un ancien activiste d’extrême droite44.

  • 45 Blas Piñar le 28 mars 1976 à Madrid, ABC 30/3/1976.
  • 46 Discours de Juan Antonio Hita Navarro, chef provincial de la Phalange, au cours d’un dîner organisé (...)
  • 47 Déclarations de Mariano Sánchez Covisa au New York Times, dans un article intitulé « Trahison en Es (...)

25L’appel au soulèvement national s’adresse d’abord au peuple, quand Piñar déclare que « nous devrons nous-mêmes sortir dans la rue pour défendre la loi et l’ordre si tous les moyens ne sont pas employés pour les défendre »45. Les militants sont incités à reconquérir par eux-mêmes un terrain perdu, car c’est bien de la reconquête d’un territoire qu’il s’agit si l’on en croit un chef phalangiste local qui déclare en 1978 que les authentiques phalangistes doivent éviter que les rues tombent dans les mains des marxistes46. C’est ensuite l’armée qui est haranguée pour reproduire le soulèvement de 1936 : « Si le peuple et l’armée réagissent comme il se doit, l’Espagne sera sauvée et rendra un grand service à la paix mondiale en éliminant un dangereux processus d’insécurité dans la péninsule Ibérique »47, déclare Sánchez Covisa en 1977. L’armée est exaltée par l’extrême droite comme l’avant-garde de la société, comme la « colonne vertébrale de la patrie », respectée pour les valeurs éthiques et morales de discipline, de courage, de loyauté qu’elle véhicule, et son sens du sacrifice au service de la nation espagnole.

  • 48 Interview de Mariano Sánchez Covisa, Der Spiegel, 15/11/1976.

26Ces thématiques abondamment diffusées dans les milieux radicaux et militaires, les cérémonies rituelles qui encensent une symbolique paramilitaire, ainsi que les manifestations récurrentes qui prennent la forme d’actes d’intimidation créent un climat propice au passage à l’action violente, qui reste pourtant l’apanage d’une minorité. Plus rares sont en effet les discours fanatisés qui reflètent une réelle mystique de la violence. Même Sánchez Covisa, chef des GCR, exalte la violence tout en s’abritant derrière le paravent défensif. « La violence n’est en rien mauvaise. Naturellement, la violence pour la violence n’a rien de bon, mais la violence au service d’une cause juste, quand les autres voies ont été épuisées, c’est je pense, quelque chose de bon » affirme-t-il, tout en se déclarant prêt à « tuer sans trop de scrupules au service de sa patrie »48. José Luis Rodríguez Jiménez en déduit que

  • 49 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 223.

ni dans les années 1970, ni dans les années 1980 il n’existe une « mode » du culte de la violence similaire à celle qui existait dans les années 1930 […]. Il reste cependant que dans certaines formations extrémistes persiste une mystique de la violence où se mêlent les appels à la primauté de l’action et de la jeunesse, à la rupture des valeurs et à une « morale du guerrier » fondée sur une vision de l’affrontement violent comme purification49.

27Quels sont donc ces groupes qui, inspirés par ces idéaux, réactualisent dans les années 1970 le schéma des milices paramilitaires des années 1930 et dépassent la simple apologie de la violence pour s’y consacrer physiquement ?

III. — LES VIOLENCES ULTRAS PENDANT LA TRANSITION

28Près des deux tiers des actions violentes de notre corpus attribuées à l’extrême droite n’ont pu être assignées à un groupe en particulier : ce chiffre révèle à lui seul les difficultés d’appréhension de la nébuleuse ultra pendant la transition. Plusieurs raisons peuvent être avancées : les actes violents commis par des extrémistes de droite ne sont pas revendiqués pour une très grande majorité ; les enquêtes policières et les arrestations postérieures sont rares dans une période postfranquiste où fait défaut une volonté de lutter contre un secteur idéologique encore présent aux postes de commande ; la prolifération des sigles est impressionnante et contribue à accroître la confusion quant à l’identification des violents ; enfin les témoignages et travaux académiques sur l’extrême droite sont peu nombreux. Si notre corpus recèle donc une part d’obscurité, il n’en offre pas moins, avec ses près de 900 actions violentes attribuées à l’extrême droite, la possibilité inédite d’une analyse particulièrement fine qui remet en cause un certain nombre de postulats communément admis.

LA DISPERSION DES ACTEURS

29Trois types d’acteurs peuvent être identifiés (tableau 10). Tout d’abord apparaissent largement responsables des partis qui se situent à l’extrémité de l’éventail politique et diffusent depuis longtemps un langage d’exaltation de la violence qui se traduit en actes pendant la transition, quand ils créent des sections paramilitaires formées de jeunes militants qui se consacrent à l’activisme violent : FN et les groupes issus de scissions successives, les diverses phalanges, CEDADE et les groupuscules néo-nazis sont de ceux là. Ils réalisent ensemble près du quart des actions violentes de l’extrême droite et sont les auteurs probables d’une grande partie des actes non éclaircis. Vient ensuite un large éventail d’individus plus ou moins isolés et autonomes, nostalgiques du franquisme et sympathisants idéologiques des groupes précédents, qui contribuent à l’agitation urbaine en soumettant localement le camp adverse à un harcèlement sporadique, sous forme de menaces, d’intimidations, d’agressions ou de dégradations matérielles. Ces activistes sont responsables de 3 % des actions ultras revendiquées au nom de sigles prolifiques et éphémères, et de probablement la majorité de ceux qui ne sont pas signés. Enfin, un troisième groupe est formé par le cas spécifique des organisations connectées aux services de police pour combattre la menace séparatiste basque, responsables avoués de 10 % des actions violentes et de la grande majorité des victimes mortelles. Examinonsles de plus près.

a) L’activisme ultra dans la continuité de la fin du franquisme

30C’est FN, avec ses diverses sections, qui est l’auteur identifié du plus grand nombre d’actions violentes (plus de 80, soit 9 % du total) et du plus grand nombre de tués en dehors du conflit basque (14 victimes), alors même que, rappelons-le, FN constitue un parti qui affiche ses ambitions parlementaires.

  • 50 J. I. González est assassiné en décembre 1980 à Madrid. Selon les services d’information du ministr (...)
  • 51 Voir infra p. 183.

31En parallèle à sa stratégie électorale, FN s’est doté de sections de jeunesse qui se consacrent à l’action directe. Les jeunes membres de Fuerza Joven, dirigés par Antonio Muñoz Perea puis par Juan Ignacio González50, reçoivent des messages d’incitation à la violence et se plaisent à parader en uniforme, selon le vœu de José de las Heras, secrétaire général de FN, d’en faire une organisation paramilitaire. Ils se consacrent à la propagande, à la récolte de fonds dans la rue, au service d’ordre des meetings ou manifestations de FN, mais aussi à l’action violente par le biais des milices et « groupes de choc », certains militants étant spécialisés dans la fabrication des cocktails Molotov et autres explosifs utilisés dans les assauts. Ces groupes sont organisés sous forme de centuries dédiées à des zones spécifiques : ainsi à Madrid la centurie « Víctor Legorburu », du nom du maire de Galdácano (Biscaye), militant de FN assassiné par l’ETA en février 1976, qui agit à la Faculté de droit de l’université Complutense de Madrid, ou la centurie « Francisco Franco » qui regroupe les plus radicaux autour du siège du parti. C’est d’ailleurs à Madrid que FN commet la moitié de ses forfaits, Valladolid et Málaga venant ensuite, villes secondaires où le parti est bien implanté. Les activistes sont spécialisés dans les intrusions et les agressions physiques lors des commémorations en l’honneur du franquisme et des nombreux meetings de FN, notamment en période électorale, qui sont l’occasion pour eux de semer la panique dans les villes concernées. Ils intimident alors et agressent des piétons dans la rue ou les cafés, les obligeant parfois à chanter Cara al Sol ou à crier « ¡Viva Franco! », quand ils ne les soumettent pas à une bastonnade qui se termine pour les victimes à l’hôpital. Les agressions visent aussi leurs adversaires politiques, de fait essentiellement des socialistes et des marxistes d’appartenance partisane diverse, attaqués pendant qu’ils collent des affiches ou distribuent de la propagande, par exemple en juin 1977 pendant la campagne des législatives, ou au marché aux puces du Rastro le dimanche. Ces violences physiques se soldent parfois par la mort de la victime, comme ce fut le cas de Yolanda González, militante du Parti socialiste des Travailleurs, assassinée en février 1980 à Madrid par un certain « Comando 41 », composé de membres de FN. Et l’un des crimes les plus marquants de la transition, dans un cabinet d’avocats de la rue Atocha en janvier 197751, est à mettre partiellement sur le compte de membres de FN.

TABLEAU 10. — Les acteurs violents de l’extrême droite

TABLEAU 10. — Les acteurs violents de l’extrême droite
  • 52 Rodríguez Jiménez affirme qu’il n’y a jamais eu dans le parti d’opinion unanime quant à l’usage de (...)
  • 53 Sur ces deux groupuscules, voir J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 225 sq. ; X (...)

32De nombreux secteurs au sein du parti sont donc hostiles à la voie parlementaire officiellement revendiquée par Blas Piñar et préfèrent l’activisme direct. Ils réclament plus d’autonomie par rapport au parti qui représente un frein à leur action52, à tel point qu’ils s’en échappent pour former en 1977 à Barcelone le FNJ (Front national de jeunesse) avec Ernesto Milá et à Madrid, en 1978, le FJ (Front de jeunesse)53. Le premier est fortement inspiré du parti néo-fasciste italien, le MSI, Mouvement social italien, tandis que le second reste proche de Fuerza Joven, le béret noir remplaçant le béret rouge et ses quelques 300 militants se consacrant presque exclusivement à l’action violente. Avant d’être touchés par une première vague d’arrestations début 1981, et une seconde après la campagne menée pour le premier anniversaire du coup d’État du 23-F en 1982, ils ont notamment été responsables de l’attaque de la Faculté de droit de l’université Complutense en janvier 1979 et de l’assassinat, en avril 1979, d’A. García, jeune militant du Parti communiste.

33D’autres groupes nés au début des années 1970 et déjà aguerris à l’action directe continuent à sévir, de façon plus ou moins sporadique. Parmi eux les GCR, responsables d’une cinquantaine d’actions violentes dans notre corpus, sont surtout actifs entre 1975 et 1977 à Madrid et à Bilbao. Leurs actions sont avant tout dirigées contre des biens matériels, commerces de nationalistes basques et librairies progressistes, alternant la menace et l’attentat effectif perpétré au cocktail Molotov le plus souvent, à l’aide de dynamite parfois. Ils font aussi preuve d’un grand activisme dans les universités et dans les manifestations de l’opposition, où leur fonction d’agitateurs se termine parfois en drame, comme le 23 janvier 1977 à Madrid quand des « guérilleros » assassinent un jeune homme, A. Ruiz García, en marge d’une manifestation en faveur de l’amnistie. La Phalange dispose elle aussi de ses groupes de choc, recréés pendant la transition sur le modèle des milices des années 1930 dont ils reprennent le nom, Primera Línea. Service d’ordre de FE de las JONS pendant les meetings du parti, la Première ligne se fait surtout connaître à l’université où elle s’attaque aux étudiants de l’opposition avec des battes de baseball, des matraques ou des couteaux. FE de las JONS (Auténtica), le PENS ou CEDADE revendiquent également quelques actions ponctuelles.

b) L’inquiétante prolifération des sigles

  • 54 Note de la BRIS datée du 11/10/1976 (AGA, GCM, 114/408 « CEDADE »).
  • 55 Ainsi en janvier, le VI Comando Adolfo Hitler de Orden Nuevo lance une offensive contre plusieurs r (...)
  • 56 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977 ; El País, 19/2/1977.
  • 57 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 19 sq.

34Autrement, les actions menées par l’extrême droite, quand elles sont revendiquées, le sont par des groupuscules aux sigles nombreux, à l’existence éphémère, qui posent un réel problème d’interprétation. Un exemple peut venir à notre secours, celui d’Orden Nuevo. Une note de la police retrouvée parmi les archives du Gouvernement civil de Madrid, datée d’octobre 197654, identifie les auteurs des violences commises par un groupuscule qui se fait appeler Orden Nuevo comme étant des membres de CEDADE, coupables notamment de l’atteinte aux œuvres de Picasso en 1971. Ils revendiquent leurs actions sous divers noms qui figurent alternativement leur idéologie nazie — le VI Comando Adolfo Hitler de Orden Nuevo, le Comando Benito Musolini de Orden Nuevo — ou leur héritage franquiste, voire phalangiste — les commandos Francisco Franco de Orden Nuevo et José Antonio-Orden Social. Outre quelques incursions contre des librairies fin 1976, ces commandos lancent entre novembre 1976 et février 1977 une campagne de lettres menaçant de mort leurs destinataires, membres d’organes de presse progressistes (Triunfo, Cuadernos para el Diálogo, El País, Posible) ou basques55 et leaders de l’opposition. Or cette vague de menaces semble être la responsabilité d’un seul individu, Rogelio González Medrano, arrêté en février 1977 à Saint-Sébastien avec deux simples machines à écrire56 : cette arrestation met fin aux activités du VI Comando Adolfo Hitler. Selon certains spécialistes de l’histoire de la « guerre sale »57, González Medrano, arrêté à nouveau en 1981 en tant que membre du Bataillon basque espagnol (BVE), est considéré comme l’inventeur de plus de la moitié des sigles de l’extrême droite.

  • 58 A. Muñoz Alonso, El terrorismo en España, pp. 38 et 46, et V. de Armas, Cuando vestíamos de negro, (...)
  • 59 La Guardia de Franco est sous le franquisme une association dépendante du Mouvement national, formé (...)
  • 60 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/09131-42/09132 « Grupos de Acción Sindicalista ».
  • 61 X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, p. 110. Voir aussi les articles parus dans la revue Avui (...)

35L’exemple d’Orden Nuevo met en lumière le brouillage semé par l’utilisation prolifique de sigles inconnus et menaçants qui servent parfois de couverture à des groupes connus afin de détourner la répression policière, mais cachent parfois l’implication de quelques individus isolés sans liens organiques avec ceux-ci. De la même façon les GAS (Groupes d’action syndicaliste)58, coordonnés par Alberto Royuela, membre de la Garde de Franco59, qui s’attaquent à Barcelone à des librairies, des kiosques à journaux ou des locaux d’associations de quartier sont stoppés net par l’arrestation en février 1976 des quelques individus responsables de ces violences60. Autre groupuscule trompeur le Comando Incontrolado Pátriotico Caza-Rojos, auteur de quelques attentats matériels en août 1976 à Valence, n’est qu’une couverture donnée au MSE, groupe valencien néo-nazi lié au PENS61.

36D’autres groupuscules recensés dans notre corpus ne surgissent que pour revendiquer des attentats isolés, tels les sigles obscurs CKF et ZWJ, probables écrans de phalangistes responsables en 1976 de deux attentats au cocktail Molotov contre des librairies ; le Front anticommuniste espagnol (FAE), groupuscule phalangiste qui sévit à Málaga fin 1976 ; les GALE, Grupos Armados por la Libertad de Europa qui font exploser une bombe en décembre 1976 contre une synagogue de Madrid ; le Comando 18 de julio qui revendique l’attentat contre une librairie madrilène en juillet 1977 ; ou encore les GAR, Grupos Armados Revolucionarios qui s’attribuent la responsabilité de deux attentats à Valladolid. Certaines appellations suggestives sont réservées à la défense de la morale et à la lutte contre l’invasion de la pornographie dans une Espagne libérée de la censure, comme Equipo Campaña Antipornográfica de Santander ou Campaña Antipornográfica Madrileña, qui apparaissent dans leurs villes respectives en juin 1976, comme auteurs d’une campagne de menaces de représailles contre les kiosques à journaux qui vendent des revues pornographiques.

37Ces multiples dénominations, qui couvrent donc aussi bien des membres d’un groupe d’extrême droite bien connu que des agitateurs isolés, ont une double fonction : détourner l’attention policière d’une part et, d’autre part, contribuer au climat de tension et à l’amplification de la terreur, en faisant croire à l’existence d’un complot mené par une instance puissante dont ils ne seraient qu’un maillon.

c) Au Pays basque, l’extrême droite se mobilise contre le séparatisme

38Enfin, un dernier ensemble d’acteurs violents ne sévit qu’au Pays basque, non plus pour empêcher la réforme d’aboutir mais pour enrayer le phénomène nationaliste centrifuge qui menace l’unité de la nation. Ces activistes s’inscrivent pour partie dans la même dynamique que les groupes précédents. Un certain nombre de sigles surgissent au début de la transition de façon très éphémère, pour revendiquer une ou plusieurs actions qui relèvent essentiellement de la menace ou de l’attentat matériel. Par exemple l’OVAA, Organización de Voluntarios Antiseparatistas y Antiterroristas, n’apparaît que pour menacer en juin 1976 un ex-joueur du club de football de Saint-Sébastien pour ses liens avec les comités en faveur de l’amnistie, de même que le Grupo Vasco-Español de Represión, Comando Carlos Aguimberri qui menace en avril 1976 en Biscaye le propriétaire de la librairie basque Jakintza qui subit deux attentats la même année. Le Gouvernement civil du Guipúzcoa signale dans son rapport de 1977 des explosions et incendies de locaux revendiqués par des groupes inconnus comme le GIPA, Grupo Independiente Patriótico Antiterrorista, le GAI, Grupo Anticomunista Internacional, le GAA, Guerrilla Anticomunista y Antiseparatista, ou encore les GAE (Groupes armés espagnols), qui revendiquent aux côtés du BVE ou de la Triple A plusieurs assassinats de nationalistes basques entre octobre 1979 et février 1980. Le double objectif anticommuniste et nationaliste est contenu dans les appellations choisies, dont la similitude laisse supposer une certaine connivence entre leurs auteurs.

  • 62 ABC, 27/1/1977. Voir aussi C. S. Costa, Diccionario del terrorismo, p. 8. Cette comparaison voulue (...)
  • 63 El País, 26/1/1977, ABC, 25/1/1977.
  • 64 Ainsi les assassinats de D. Arévalo en juillet 1978 et de E. Vidal Vázquez en octobre de la même an (...)

39L’une de ces griffes a eu une existence plus durable bien que tout aussi ambiguë : la Triple A, appellation commune d’Alianza Apostólica Anticomunista. Présente entre 1976 et 1982, elle accède à la notoriété lorsqu’elle revendique l’assassinat d’A. Ruiz García, puis celui des cinq avocats de la calle Atocha à Madrid en janvier 1977, alors que les responsables de ces crimes, on le sait, sont liés aux GCR et à FN. La Triple A est considérée à ce moment là comme une organisation anticommuniste inspirée de son modèle argentin éponyme, créé en juillet 1974 par des policiers sous la tutelle d’officiers de l’armée péroniste pour lutter contre la gauche révolutionnaire62. L’idée de l’existence d’une organisation souterraine et puissante est renforcée par les révélations du Diario de Barcelona qui dit avoir reçu l’appel d’un membre de la Triple A qui menaçait l’Espagne d’une « nuit des longs couteaux » si les otages des GRAPO, Oriol et Villaescusa, étaient assassinés, et déclarait pouvoir compter sur trois guérillas constituées en Espagne63. Par la suite, d’autres actions sont revendiquées par ladite Triple A, notamment à l’encontre des organes de presse qui soutiennent la réforme : menaces anonymes et attentats à la bombe, dont certains provoquent des morts comme en septembre 1977 contre la revue catalane El Papus et en octobre 1978 contre El País. L’implication de la Triple A dans le conflit basque n’apparaît que plus tard de façon contradictoire, par le biais de revendications d’attentats attribués à l’ETA ou, à l’inverse, aux commandos anti-ETA64.

  • 65 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 216-221.

40Ces confusions sur la nature de la Triple A s’expliquent si, dans la même lignée interprétative que celle évoquée pour les multiples sigles éphémères, on s’accorde avec X. Casals65 pour considérer que plus qu’une entité réelle, elle est une dénomination employée par des groupuscules d’extrême droite autonomes et divers qui se servent de sa notoriété acquise en janvier 1977 pour amplifier l’écho public de leur action. Les arrestations qui suivent l’attentat à Barcelone contre la revue El Papus viennent à l’appui de cette thèse : elles révèlent l’implication de jeunes néo-fascistes regroupés dans une association autonome intitulée la Juventud Española en Pie, créée par des personnalités de l’extrême droite violente comme Alberto Royuela, connu pour appartenir à la Garde de Franco et déjà mentionné pour ses liens avec le GAS. Ces radicaux catalans n’ont aucune relation avec les assassins d’Atocha ni avec les extrémistes accusés de la bombe déposée contre El País. La Triple A semble donc être un écran nominal qui amplifie socialement et politiquement la crédibilité de groupuscules à la capacité d’action réduite.

  • 66 Voir infra le chapitre viii (pp. 381-420) consacré à la question.
  • 67 Il s’agit de l’explosion en juin 1977 d’une antenne d’une radio jésuite à la programmation dominant (...)

41En revanche, il en est autrement pour ceux qui se lancent dans une véritable guerre contre l’ETA (et non plus contre les communistes ou les simples nationalistes), avec la complicité des autorités policières au nom de deux organisations principales, ATE (Antiterrorisme ETA), puis le BVE. Si l’histoire de ces groupes appartient à celle de la guerre sale contre l’ETA66, précisons simplement ici que ces sigles apparaissent au début de la transition au milieu des dizaines d’autres évoqués et qu’ils n’ont pas alors été considérés avec un intérêt spécifique. ATE passe à l’action violente en Guipúzcoa et en Biscaye en 1975-1976. Elle revendique quelques attentats dirigés contre des nationalistes proches de l’ETA, comme en octobre 1975 quand elle affirme avoir mitraillé en Biscaye I. Etxabe Orobengoa, frère de J. J. Etxabe, chef historique de l’ETA réfugié en France, et en mars 1976 quand des rafales de mitraillette blessent grièvement à Saint-Jean-de-Luz T. Pérez Revilla, membre de l’ETA, et sa femme. Le sigle ATE réapparaît encore en janvier 1979 pour revendiquer l’attentat à Saint-Jean-de-Luz contre le dirigeant de l’ETAm (ETA militaire), J. M. Pagoaga Gallastegui, alias « Peixoto ». Il est néanmoins vite remplacé par celui de BVE, dont la première apparition discrète remonte au mois de mai 1976, lorsqu’un groupe intitulé BVE-Comando Víctor Lerguburu menace à Tolosa la librairie basque Izaskun. En juillet de la même année le BVE surgit sur la scène publique quand il revendique l’assassinat de « Pertur » en France. Le sigle n’est pas pour autant pris au sérieux car d’autres organisations ultras revendiquent l’attentat, tels la Triple A, ATE ou GAE. Le rapport du Gouvernement civil du Guipúzcoa pour 1977 n’accorde pas plus de crédit au BVE qu’à ces autres organisations, d’autant que le BVE ne commet que deux actions cette année-là67. C’est au cours des années suivantes que le sigle acquiert sa notoriété et que sa spécificité se précise : en mars 1981, la police de Saint-Sébastien arrête I. M. Iturbide et L. Zabala Solchaga, à qui la police impute sept assassinats entre 1979 et 1981. Écran de fumée ou réalité, toujours est-il que ces arrestations mettent de fait un terme aux activités du BVE, qui revendique encore quelques actions sporadiques jusqu’en 1982, simples convulsions d’un groupe à l’agonie. Entre 1976 et 1982, le BVE peut être considéré responsable d’une cinquantaine d’attentats et d’une trentaine d’assassinats, commis pour une moitié dans le Guipúzcoa et en Biscaye, et pour un tiers dans le Pays basque français. Si pendant la transition, le BVE est perçu comme une organisation d’extrême droite parmi d’autres bien que particulièrement meurtrière, il est considéré maintenant comme l’auteur de la première « guerre sale », mélange obscur d’activistes néo-fascistes espagnols, de mercenaires étrangers, de membres de la pègre locale et de protections policières au plus haut niveau.

LA PORTÉE POLITIQUE DES PRATIQUES VIOLENTES DE L’EXTRÊME DROITE

42Intéressons-nous maintenant aux pratiques violentes mises en œuvre par ces acteurs : quelle signification peut-on leur assigner au regard d’une telle dispersion des groupes en présence ? Un premier élément de réponse est apporté par un regard attentif porté à la chronologie.

a) La précoce apogée de la mobilisation violente

  • 68 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977.
  • 69 R. Jabardo Montero, « La extrema derecha española, 1976-1996 ».

43Le graphique 5 révèle nettement un pic d’actions violentes en 1976, suivi d’un déclin irréversible bien que freiné par les paliers des années 1979 et 1980, avant leur quasi-disparition en 1982. Il est courant de considérer que la transition constitue un saut qualitatif dans les pratiques de l’extrême droite, comme c’est le cas du gouverneur civil du Guipúzcoa qui le situe en 1977 quand il affirme dans son rapport que « pour la première fois au cours de l’année 1977, on est passé de la menace d’action à la réalisation effective de délits sous leur volet terroriste »68. Pourtant, même si l’on élimine du graphique les menaces, la forme de la courbe n’est pas modifiée : sur l’ensemble du territoire, le corpus montre que l’année 1975 a été déjà très riche en violences effectives, le passage qualitatif de la menace à la réalisation de l’action s’est donc produit avant la mort de Franco, même si les menaces connaissent une courbe ascendante jusqu’au sommet de 1976. Rosario Jabardo affirme pour sa part que l’apogée de l’activisme de droite se situe entre les élections de juin 1977 et le référendum constitutionnel de décembre 197869, or notre corpus démontre que c’est l’année 1976 qui représente, de loin, le point culminant des actions ultra. La mobilisation violente de l’extrême droite est particulièrement intense aux débuts de la transition, quand le futur n’est pas encore dessiné et que les immobilistes ont encore l’espoir de pouvoir influencer efficacement le cours de l’histoire.

  • 70 J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática », p. 661.
  • 71 C’est le cas de cinq des victimes, entre 1977 et 1979.

44La chronologie est cependant bien différente si l’on s’intéresse non plus au nombre d’actions violentes, mais au nombre de morts provoquées (graphique 6). À l’exception du pic relatif de 1977 lié au crime d’Atocha de janvier qui fait à lui seul cinq morts, l’apogée meurtrière de l’extrême droite se situe clairement en 1979-1980. L’explication est simple : c’est le BVE qui est le seul responsable d’une telle distorsion, lui qui commet les trois quarts des assassinats de ces années-là. La lutte contre le séparatisme basque est la seule qui ait donné lieu à une spécialisation terroriste de l’action, à un « terrorisme contreterroriste » selon l’expression de J. Avilés70. Plus de la moitié des attentats à l’explosif ou à main armée ont été commis au Pays basque, selon une offensive en deux temps. La première en 1976 est surtout dirigée contre les biens de nationalistes basques, maisons, voitures, commerces, librairies ; elle est le fait des nombreux groupuscules aux sigles multiples décrits précédemment, qui agissent de façon relativement autonome. La seconde offensive, menée en 1979 et 1980 par le BVE, est en revanche particulièrement sanglante : on compte près de 30 morts au Pays basque pendant ces deux années, soit plus de la moitié des victimes du terrorisme ultra pendant la période. Si l’on exclut le cas basque, le nombre de victimes varie peu, entre 2 et 5 par an, et aucune en 1982. La plupart sont tuées au cours d’agressions commises par des agitateurs en marge de manifestations de l’opposition, ou par des groupes de militants échauffés contre des formations rivales, dans la ferveur des meetings ou des campagnes de propagande. Quelques unes sont la proie accidentelle d’attentats à l’explosif contre des biens71. S’il est donc certain que l’extrême droite se met à tuer avec la transition, il est également remarquable qu’en dehors de la lutte contre le nationalisme basque et à l’exception de la tuerie d’Atocha, notre corpus ne témoigne pas d’une volonté particulièrement meurtrière de l’extrême droite. Si cette absence globale de passage à l’acte meurtrier est à interroger, elle ne signifie pas pour autant l’absence d’une mobilisation de l’extrême droite qui passe en partie par le recours à la violence, mais à une violence de basse intensité conçue comme un appendice à l’action politique.

GRAPHIQUE 5. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par an)*

GRAPHIQUE 5. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par an)*

* Les données de 1975 commencent ici au 1er janvier.

GRAPHIQUE 6. — Évolution chronologique des victimes tuées par l’extrême droite (par an*)

GRAPHIQUE 6. — Évolution chronologique des victimes tuées par l’extrême droite (par an*)

* Les données de 1975 commencent ici au 1er janvier.

b) Une violence au service de la reconquête politique et symbolique de l’espace public

45Les violences de basse intensité représentent en effet plus des trois quarts de l’ensemble des actions, attentats matériels (25 %) et altérations de l’ordre public (27 %) en composent l’essentiel, suivis des menaces (14 %) et agressions physiques (9 %). Elles ont une double signification politique, en ce qu’elles sont à la fois des violences culturelles à la forte connotation symbolique et des violences visant directement la sphère politique.

  • 72 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, pp. 72-75.
  • 73 Ceux-ci ne représentent que 8 % de l’ensemble des cibles visées, biens et personnes confondus.

46À première vue, les cibles de l’extrême droite pourraient sembler indiscriminées puisque 90 % des biens et personnes visés appartiennent à la société civile et plus du quart à sa frange anonyme. On serait alors tentés de souscrire aux conclusions de J. L. Piñuel pour qui la caractéristique de l’extrême droite est de toucher des individus sans rôle politico-social déterminé72. Certes celle-ci ne s’attaque pas frontalement à l’État ni à ses représentants, civils ou militaires73, mais le choix de ses cibles correspond sans aucun doute à une volonté politique précise : 62 % d’entre elles sont des vecteurs du monde politique au sens large, militants, élus, syndicalistes, avocats du travail, journalistes, libraires touchés dans leur patrimoine ou dans leur chair. Les activistes ultras sont spécialisés dans la destruction de locaux à l’aide de battes de baseball, de matraques, de pierres, de couteaux ou de bouteilles incendiaires, forme d’intervention rapide qui ne nécessite aucune logistique préalable. Des groupes faiblement équipés mais motivés effectuent des incursions urbaines, généralement de nuit pour éviter la présence de témoins malencontreux ou une intervention policière, contre des cibles adverses repérées à l’avance. Or ces biens sont pour leur grande majorité (42 %) des biens politiques. De façon minoritaire, il s’agit d’un patrimoine de nature privée, petits commerces essentiellement, attaqués pour être la propriété d’un nationaliste basque reconnu, d’un membre de la famille d’un militant de l’ETA, d’un élu de l’opposition, d’un prêtre marxiste ou d’un avocat du travail. Mais dans une écrasante majorité, il s’agit de locaux de partis politiques, de syndicats ou d’associations civiques de quartier, parfois également attaqués de jour en présence des militants qui en subissent physiquement la violence. À ces attaques directes s’ajoutent les agressions isolées de militants politiques de l’opposition et les affrontements entre groupes adverses dans l’espace public. Les sièges et les militants les plus concernés sont ceux des partis socialistes (le PSOE et le PSP [Parti socialiste populaire de Tierno Galván]) et communistes (PCE et PSUC [Parti socialiste unifié de Catalogne]) avec leurs syndicats respectifs (UGT [Union générale des travailleurs], CC. OO.), ainsi que ceux des mouvements les plus à gauche de l’arc politique (MCE, ORT, PTE, CNT). De plus, ces actions connaissent une hausse prononcée en période de campagnes électorales, en 1977, 1979 et 1982.

GRAPHIQUE 7. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par trimestre)

GRAPHIQUE 7. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par trimestre)
  • 74 Ainsi une sentence du Tribunal suprême, datée de 1980, déclare à propos d’un attentat commis de nui (...)

47Le graphique 7, qui figure la courbe chronologique des actions de l’extrême droite à l’échelle plus fine du trimestre, met en évidence la forte corrélation entre les pics de violence et la conjoncture politique, en particulier les périodes électorales : l’automne 1976 pour le référendum sur la LRP, les premières législatives de juin 1977 et celles du printemps 1979. Ce résultat suggère que, plus qu’une alternative, l’usage de la violence est un moyen d’action parallèle à la voie électorale et parlementaire. On assiste à un transfert de la compétition électorale dans la rue, l’action directe contre les militants et les locaux des partis adverses étant un complément au combat qui se déroule dans les urnes74. Ainsi les affrontements entre formations adverses, qui peuvent d’ailleurs être de leur propre camp, sont particulièrement nombreux fin 1976 - début 1977, quand des militants de FN ou de FE de las JONS affrontent des militants socialistes, anarchistes ou communistes dans une guerre de propagande où il s’agit d’empêcher l’adversaire de coller ses affiches ou distribuer ses tracts. Il s’agit ici, dans une réaction défensive, de contrecarrer frontalement les ambitions politiques des anciens ennemis intérieurs du franquisme.

  • 75 El País, 21/11/1976.
  • 76 Les dossiers du Gouvernement civil de Madrid relatent cette récurrence des incidents ainsi que la p (...)

48Mais la campagne de terreur s’étend, pendant ces périodes électorales, au-delà des militants adverses et vise, dans une optique proactive, à influencer le choix des électeurs par des pratiques d’intimidation qui trouvent dans les cérémonies rituelles du franquisme et les meetings électoraux l’occasion de s’exprimer. Ainsi en novembre 1976, mois particulièrement propice à la mobilisation ultra d’une part en vue du premier anniversaire de la mort de Franco, d’autre part à cause de la négociation en cours de la LRP qui signe la mise à mort du régime antérieur, l’extrême droite a mis en œuvre toute la gamme de son répertoire violent. Les défilés de voitures accompagnés des bruits des klaxons, de l’exhibition des drapeaux rouge et or ou aux couleurs de la Phalange, des uniformes paramilitaires et de slogans hostiles à la réforme sont récurrents tout au long du mois. Des militants intimident à plusieurs reprises les clients du café Gijón à Madrid, lieu de rendez-vous des artistes et des intellectuels, comme le 3 novembre quand un groupe d’une quinzaine de jeunes entre dans le café vers 22 heures en criant « ¡ Arriba España ! », oblige les présents à scander des vivats à Blas Piñar et couvre le mur de graffitis qui signent leur appartenance aux GCR (« Vive le Christ-Roi ! ») et appellent à la mobilisation en la mémoire de Franco (« Pour Franco, le 20 novembre ! »). Ces journées de novembre sont également l’occasion d’agresser les passants, comme ce jeune homme attaqué une nuit par des ultras qui collaient des affiches appelant à la manifestation Plaza de Oriente, ou cet étudiant frappé en plein centre de ville à coups de barres de fer et de gants de boxe par deux individus sortis brutalement de leur Simca blanche. Les violences ont pris une telle ampleur dans la capitale qu’El País signe un éditorial corrosif au lendemain de la manifestation du 20 novembre contre l’action de ces « groupes néo-nazis et bandes de bandits et matons de l’extrême droite qui sèment la confusion et la panique dans certains points de la ville » et sont souvent dotés d’armes à feu75. Il s’agit bien, en ce mois de novembre 1976, de mener une violente campagne destinée à faire pression sur l’ensemble de la population à la veille du référendum sur la LRP. Le message est clair : ou la réforme échoue, ou le pays sombrera dans le chaos. Au-delà de 1976, les meetings de FN donnent lieu à des violences du même ordre, par exemple en 1978 dans presque toutes les villes où ils se déroulent, à tel point que le Conseil général basque demande leur interdiction afin d’éviter les incidents armés. Et le 20 novembre reste tout au long de la période l’occasion pour l’extrême droite de se rappeler à la connaissance des citoyens par un recours systématique à une violence endémique, sous la forme d’agressions physiques, d’intimidations verbales, de défilés de voitures et d’uniformes, d’intrusions inopinées dans les lieux publics76.

  • 77 V. de Armas, Cuando vestíamos de negro, p. 107.
  • 78 Après que le siège de FN s’est installé calle Mejía Lequerica, en 1979, les violences se multiplien (...)
  • 79 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, p. 54.

49Les violences ultras ont donc une temporalité propre, marquée par les dates commémoratives du passé franquiste et par les campagnes électorales. Elles expriment, au-delà d’un complément à la stratégie électorale, une stratégie de reconquête physique et symbolique d’un espace public qui leur échappe. Leurs ennemis d’antan non seulement constituent des adversaires politiques redoutables, mais ils occupent également de plus en plus l’espace public, celui de la rue, celui des médias, celui du paysage public dans son ensemble. Les exhibitions de l’extrême droite, sous leur forme violente ou pacifique, sont l’occasion de se réapproprier temporairement un espace qui se dérobe. Le franquisme a été à l’origine d’une privatisation de l’espace public et les groupes d’extrême droite se conçoivent comme les gardiens de son contrôle. Ils se mobilisent pour la défense d’un territoire menacé et progressivement rogné. « Là où parvenait notre force de frappe nous étions encore les maîtres de la rue », confirme un activiste de l’extrême droite catalane77. À Madrid le quartier de Salamanca, siège de FN, est particulièrement touché par les violences car il est considéré, plus encore que le reste de la capitale, comme une « zone nationale », chasse gardée des extrémistes78. À l’échelle de la Péninsule, le combat est logiquement centré sur Madrid (lieu d’exercice de 30 % des actions violentes), capitale politique et siège des principaux partis, et sur le Pays basque (27 %). Quatre autres poches de violence sont également perceptibles, dans la marge Sud-ouest du pays — l’Andalousie (surtout Málaga et Séville), la côte valencienne, Barcelone — et à Valladolid. Cette localisation à tendance périphérique correspond partiellement aux objectifs d’une action qui serait menée contre « les menaces de désagrégation culturelle en germe dans les cultures périphériques », selon l’interprétation de J. L. Piñuel79. Mais elle correspond surtout aux villes où sont enracinés des groupuscules locaux comme les néo-nazis sur la côte Est de la Péninsule (GAS, CEDADE et le PENS à Barcelone, le MSE à Valence), et à celles où FN et la Phalange ont une forte implantation locale (Málaga et Valladolid). La reconquête territoriale s’opère là où les troupes sont présentes. C’est en ce sens que l’on peut comprendre également les violences commises dans les universités, où des groupes extrémistes sévissaient déjà à la fin du franquisme dans le but explicite de reconquérir un territoire précocement perdu pour le régime.

  • 80 Pendant la période, 90 librairies au moins ont été attaquées par l’extrême droite, ce qui représent (...)
  • 81 El País, 26/1/1980 ; 10 et 11/7/1980 ; 15/11/1981.

50C’est également dans cette perspective que l’on peut interpréter les violences culturelles, c’est-à-dire celles qui touchent le patrimoine culturel, qui représente 28 % des biens visés, librairies, kiosques à journaux, salles de spectacle (cinémas, théâtres) ou d’exposition. Les activistes poursuivent ici aussi une pratique inaugurée au début des années 1970. L’attaque des librairies progressistes ou qui défendent le particularisme culturel est même une spécificité des débuts de la période — 90 % d’entre elles datent des deux premières années de la transition (1975-1977)80. L’assaut peut être très destructeur, les bombes ou les vitrines mitraillées n’étant pas rares. L’objectif symbolique est immédiatement lisible : il s’agit d’extirper à la racine l’esprit renaissant de l’anti-Espagne, que le camp nationaliste avait tâché d’annihiler au temps de l’après-guerre, et d’empêcher à tout prix le renouveau idéologique. Les campagnes contre la pornographie vont dans le même sens, de même que la mobilisation contre la disparition des symboles du franquisme dans l’espace public. L’extrême droite s’insurge contre les maires qui changent le nom des rues ou retirent des statues en l’honneur des héros du franquisme, comme en 1980 quand elle menace Enrique Moral, conseiller à la culture de la ville de Madrid, pour vouloir modifier le nom des rues de la capitale et manifeste contre la transformation de la « avenida del Generalísimo » en « Paseo de la Castellana » ; ou en novembre 1981 quand elle s’oppose au retrait d’une statue de Franco voulu par le maire socialiste de Valence81. La reconquête de l’espace public est autant symbolique que politique.

c) Stratégie de la tension ou « spontanéisme armé » ?

  • 82 Voir P. Preston, La política de la venganza, p. 261 ; R. Jabardo Montero, « La extrema derecha espa (...)
  • 83 J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática ».

51Une question au cœur des débats historiographiques reste encore en suspens : le recours à la violence de la part de l’extrême droite obéit-il à une « stratégie de la tension » orchestrée pour mettre fin au processus de démocratisation ? Inspirée du modèle fourni par les néo-fascistes italiens pendant les années de plomb, cette stratégie consiste à déstabiliser la vie politique du pays en provoquant des perturbations significatives de l’ordre public et en instrumentalisant des situations conflictuelles provoquées par d’autres, comme le terrorisme des GRAPO ou de l’ETA. Il s’agit de créer une sensation angoissante d’insécurité et de vide du pouvoir qui convainque un secteur de la population, de la classe politique et des militaires de la nécessité d’une intervention de l’armée pour redresser la situation et interrompre le processus de réformes. Paul Preston, Rosario Jabardo, Fernando Reinares et José Luis Rodríguez Jiménez82 qui ont effectué les premiers travaux sur le sujet penchent en la faveur de l’existence d’une telle stratégie en Espagne au moment de la transition. À l’inverse, les travaux les plus récents83 semblent convaincus par l’analyse de Xavier Casals qui en réfute l’existence.

  • 84 P. Preston, La política de la venganza, p. 261.
  • 85 Voir infra p. 183 pour le récit des événements.

52Paul Preston situe la mise en œuvre d’une telle stratégie entre la fin de 1976 et le début de 1977, période pendant laquelle les « restes divisés du phalangisme, encore plus importants à la fin de la décennie 1970, ont tenté de faire la même chose que leurs prédécesseurs dans la décennie 1930 »84. La « Semaine noire » de janvier 197785 est au centre de la démonstration, tout comme pour J. L. Rodríguez Jiménez qui estime qu’une telle campagne de déstabilisation se serait produite à deux reprises, en 1977 et en 1979. La première se serait ouverte avec la « Semaine noire », dont la conjonction de violences a été instrumentalisée par les secteurs ultras pour décrédibiliser notamment le Parti communiste et empêcher sa légalisation, qui a pourtant lieu en avril 1977 et met fin à cette première tentative. La seconde trouverait son origine dans l’échec relatif des élections de 1979, qui aurait conduit l’extrême droite à privilégier une stratégie autre qu’électorale pour provoquer le retournement de situation désiré mais irréalisable par le bulletin de vote. L’analyse qui vient d’être menée va à l’encontre d’une telle interprétation : j’ai bien montré que l’apogée de l’activisme d’extrême droite se situe très nettement à l’automne 1976, pour empêcher l’adoption de la LRP dont elle sait qu’elle signifie la rupture avec le régime franquiste et plus encore, sa disparition. Le premier trimestre de 1977 est par comparaison plus calme, ce qui va à l’encontre des hypothèses de P. Preston et de J. L. Rodríguez Jiménez : la « Semaine noire » n’a pas été suivie d’une vague de violences déstabilisatrices de la part de l’extrême droite. Quant à la mobilisation de 1979, on a vu qu’elle était perceptible surtout au moment de la campagne électorale avant de décroître sensiblement, elle ne peut donc être comprise comme un choix alternatif postérieur à l’échec électoral. C’est alors le BVE et lui seul qui se lance dans une attaque plus massive du séparatisme basque, suivant une logique bien différente.

  • 86 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977.
  • 87 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 160.
  • 88 DSC, 159, IL, 9/4/1981, pp. 9830-9832.
  • 89 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 189-220.

53Xavier Casals a pour sa part recours à d’autres arguments pour conclure à l’absence d’une telle stratégie. Selon lui il n’y aurait pas eu de planification globale des actions violentes perpétrées par l’extrême droite, en l’absence d’un cerveau unique qui serait à l’origine d’un complot dirigé contre la démocratisation. Je souscris bien volontiers à cet argument au regard de la multiplicité des acteurs impliqués dont on a bien montré qu’ils agissaient de façon autonome géographiquement, organiquement et idéologiquement et qu’ils obéissaient à des motivations diverses. Les autorités de l’époque ne croient pas non plus en l’existence d’une organisation solide et structurée aux objectifs bien définis. Ainsi le rapport du Gouvernement civil du Guipúzcoa de 1977 affirme déjà écarter l’existence « dans cette province d’une structure organique de ce signe »86. Martín Villa, ministre de l’Intérieur de 1976 à 1979, affirme aussi dans ses mémoires que le terrorisme ultra « n’est jamais parvenu à compter sur une véritable organisation stable »87, version confirmée par le ministre de l’Intérieur de 1980 à 1982, J. J. Rosón, dans une intervention au Congrès en avril 1981 où il évoque l’existence d’une dizaine de groupes, composés d’un maximum de trois personnes, dont la police n’a pu démontrer qu’ils appartenaient à un schéma organique permanent88. Nous pouvons donc raisonnablement conclure sur le caractère kaléidoscopique de la violence ultra, résultat de multiples initiatives autonomes qui ont convergé pour donner l’illusion d’une stratégie conjointe. Plus que d’une stratégie terroriste, il conviendrait alors de parler, pour reprendre les termes de X. Casals, d’un « spontanéisme armé »89.

  • 90 Par exemple J. M. Benegas, leader du Parti socialiste d’Euskadi reçoit le message suivant : « Nous (...)
  • 91 El País, 15/12/1976.
  • 92 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, p. 173.

54Pour autant la démonstration n’est pas suffisante pour invalider l’hypothèse de la stratégie de la tension, car celle-ci ne repose pas seulement sur le passage à l’acte violent mais aussi sur un ensemble d’éléments qui contribue à forger un climat de violence : l’apologie exaltée de celle-ci, les appels réitérés et amplement diffusés à une intervention des militaires, la diffusion d’un discours catastrophiste visant à exagérer la dégradation de l’ordre public, l’instrumentalisation à outrance du terrorisme de signe adverse sont les ingrédients qui contribuent à semer dans l’opinion publique l’idée que la démocratie est synonyme de désordres, de violences et de chaos, afin de l’amener à se prononcer contre la réforme et en faveur d’une solution autoritaire. Circule en effet avec insistance pendant la transition la croyance en l’existence d’une conspiration aux ramifications internationales qui serait dirigée contre la jeune démocratie. Cette rumeur est une construction instrumentalisée par les partis d’extrême droite pour faire croire à la réalité d’une stratégie systématique et puissante. Prenons l’exemple de la campagne de menaces menées par le groupe Orden Nuevo fin 1976 - début 1977. Elles sont dirigées contre les principaux leaders de l’opposition nationale et basque90 ainsi que contre les grands organes de presse progressistes (dont El País), dans l’objectif évident d’accroître leur impact médiatique. Ces menaces instrumentalisent en outre les attentats commis par les GRAPO : en décembre 1976, Santiago Carrillo, Felipe González et d’autres leaders de l’opposition reçoivent à la mi-décembre des menaces reliées à l’enlèvement du président du Conseil d’État, qui disent en substance : « S’il arrive quoi que ce soit à Oriol, vous serez exécuté ». Ces menaces sont prises au sérieux et des mesures de protection policière renforcée sont adoptées pour protéger les personnalités politiques91. Elles contribuent ainsi à accroître l’inquiétude qui règne alors en Espagne en entretenant le mythe d’une conspiration ultra contre la démocratie. La prolifération volontaire des sigles, l’utilisation d’un sigle écran à l’efficacité médiatique reconnue comme la Triple A, sont autant de moyens utilisés au service d’une même stratégie de la terreur. Reste que celle-ci n’a pas donné lieu pendant la transition, pour reprendre les mots de X. Casals, à une « conception claire de l’usage de la violence qui aille au-delà de la simple action directe contre la “subversion” »92. C’est peut-être précisément cette absence de passage massif à l’acte violent qu’il convient, pour conclure, d’interroger.

55Les actions violentes menées par l’extrême droite pendant la transition relèvent bien, dans un premier temps, d’une réaction de défense visant à empêcher la destruction d’un ordre menacé. Elles se manifestent au gré du calendrier rituel franquiste et du calendrier électoral de la réforme. La diffusion d’un discours apocalyptique, l’exhibition de symboles fortement imprégnés de l’idéal militaire, la célébration de cérémonies unificatrices, l’exaltation d’une violence réactive viennent pallier l’incapacité de l’extrême droite à former un front politique commun et à s’implanter dans l’échiquier politique de la nouvelle démocratie. Ils contribuent à créer un climat de violences, lui-même propice au passage à l’acte, facilité par les partis eux-mêmes qui créent des milices paramilitaires. Les pratiques violentes prennent sens dans ce contexte défensif.

56Néanmoins, l’analyse a montré qu’il ne s’agissait pas seulement de protéger un espace idéologique menacé mais aussi de reconquérir un espace public occupé par les groupes ennemis en réaffirmant une identité vacillante. L’extrême droite cherche, dans une démarche proactive face à un cheminement historique qui semble de plus en plus inéluctable, à se construire un espace identitaire propre et à conquérir une part d’influence dans le nouveau jeu politique qui se met en place. De fait, il semble que dès le début de 1977 et l’adoption de la LRP, les groupes d’extrême droite aient renoncé à mettre en pratique une stratégie globale de terreur. Ils se contentent dès lors d’instrumentaliser les actions terroristes adverses, d’intimider l’opposition en période électorale et de réaffirmer leur présence dans l’espace public par des démonstrations périodiques de force. Le secteur social le plus nostalgique du franquisme est intégré au cours de la réforme : les leaders du bunker, tel Girón de Velasco à la tête de la Confédération des anciens combattants, ont rejoint le jeu parlementaire en intégrant l’AP et même Blas Piñar, à la tête de FN, est finalement plus favorable à la stratégie électorale qu’à l’action directe. Les militants les plus radicaux sont ainsi dépourvus de soutien organisationnel. Les seuls à bénéficier de ce soutien actif, au moins officieusement, sont ceux qui se lancent dans la lutte contre-terroriste basque, expliquant ainsi son impact meurtrier. Autrement l’extrême droite, après 1979, place tous ses espoirs dans une réaction de l’armée. Elle remet le sort de la Patrie entre les mains des militaires, renonçant par suite à être un protagoniste autonome de l’histoire : elle démontre ici son inscription dans la lignée de l’extrême droite espagnole traditionnelle et son incapacité de rénovation idéologique et stratégique, qui a signé sa disparition politique.

Notes

1 Sur l’extrême droite, voir J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas et les ouvrages de X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, Id., Neonazis en España et Id., El fascismo.

2 M. Wieviorka, El terrorismo, p. 430.

3 La Phalange dont on parle sous le franquisme est représentée par FET y de las JONS (Phalange espagnole traditionaliste et des juntes d’offensive nationale syndicaliste), née en 1937 de l’unification des milices phalangistes et carlistes qui avaient rejoint le camp du soulèvement. Cet acte fondateur du parti unique de la dictature annonce aussi le déclin de la Phalange, désormais contrôlée par un général qui l’utilise politiquement à sa guise, et modèle au sein du Mouvement national son contenu doctrinal, au détriment de la pureté idéologique originelle. Des groupes phalangistes dissidents surgissent, cultivant une nostalgie de la révolution nationale-syndicaliste inachevée et dénaturée par le régime de Franco. Certains, comme les Círculos Doctrinales José Antonio, fondés en 1959, versent dans une critique de plus en plus aigue du régime de Franco.

4 L’enterrement d’Ortega y Gasset à l’automne 1955, transformé en manifestation de l’opposition libérale, est le détonateur de la résurgence d’un mouvement étudiant d’opposition qui remet en février 1956 une pétition pour réclamer la démocratisation du SEU (Syndicat espagnol universitaire), le syndicat officiel dans l’enseignement supérieur, d’affiliation obligatoire. Des manifestations de protestation contre l’invalidation par le gouvernement des élections de représentants étudiants qui avaient été autorisées à l’université de Madrid, suscitent des affrontements violents avec les groupes phalangistes : l’un d’entre eux est blessé, les universités sont fermées, beaucoup d’étudiants sont arrêtés et les ministres de l’Éducation, J. Ruiz Giménez, et du Mouvement national, R. Fernández Cuesta, sont destitués. Sur cet épisode et le mouvement étudiant, voir J. M. Maravall, Dictadura y disentimiento político, J. Álvarez Cobelas, Envenenados de cuerpo y alma, et G. Valdevira González, El movimiento estudiantil.

5 Voir P. Preston, La política de la venganza, p. 253, J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 219-221, et A. Muñoz Alonso, El terrorismo en España, p. 37.

6 Rappelons que depuis 1967, les fonctions de chef de l’État et de chef du gouvernement sont séparées, l’amiral Carrero Blanco, éminence grise de Franco, prenant la tête de la Présidence du gouvernement.

7 Voir sur cette période les mémoires de J. I. San Martín, Servicio Especial. Voir aussi F. Medina, Las sombras del poder, pp. 21-43 ; A. M. Díaz Fernández, Los servicios de inteligencia españoles, pp. 146-160.

8 F. Medina, Las sombras del poder, p. 26.

9 Voir X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, pp. 97-116, et V. de Armas, Cuando vestíamos de negro.

10 On retrouvera ce personnage dans des affaires obscures de la transition, notamment lors de l’épisode de Montejurra 1976 (voir infra p. 404).

11 Le SECED est créé par Carrero Blanco en 1969 comme organisme d’information pour prévenir les désordres universitaires. Passé entre les mains du lieutenant-colonel San Martín en 1971, il devient un gigantesque centre de renseignements en termes de sécurité intérieure, doté d’un corps opérationnel qui le transforme en véritable service secret de la Présidence du gouvernement.

12 Citations extraites de J. I. San Martín, Servicio Especial, pp. 21 et 24.

13 Ils seraient 25 d’après J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 221 ; 60 pour V. de Armas, Cuando vestíamos de negro, p. 110.

14 Voir X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, pp. 97-116.

15 P. Preston, La política de la venganza, p. 255.

16 Pueblo, 10/8/1973.

17 Blas Piñar est le leader incontesté de FN pendant toute la fin du franquisme et la transition. Il mène une carrière politique sous Franco au sein de la ACNP (Association catholique nationale de propagande), dont il parvient à diriger la section de la propagande. Il est nommé ensuite directeur de l’Institut de la Culture hispanique entre 1957 et 1962, avant d’être nommé conseiller national du Mouvement par désignation directe de Franco, ce qui lui octroie aussi le statut de procurador aux Cortès (nom donné aux membres des Cortès franquistes). Il y défend une posture immobiliste intransigeante jusqu’en 1977, ses talents d’orateurs en faisant un adversaire verbal redoutable.

18 X. Casals i Meseguer, El fascismo, chap. ii.

19 « L’esprit du 12 février » tient son nom du discours prononcé par Arias Navarro le 12 février 1974 devant les Cortès, dans lequel il présente son programme de gouvernement. L’expression a acquis une grande notoriété et désigne le souffle réformiste des mois qui ont suivi.

20 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 105-109.

21 P. Preston, La política de la venganza, p. 257.

22 La première est celle qui « introduit dans l’arène politique de nouvelles demandes, ou essaie d’en faire avancer d’autres jusqu’alors secondaires », tandis que la seconde est celle qui « obéit au désir de maintenir des positions avantageuses ou d’influence au profit d’un secteur social déterminé, ou de défendre des intérêts bien compris ». F. Reinares Nestares, Terrorismo y antiterrorismo, p. 33.

23 P. Preston, La política de la venganza, p. 258.

24 Les secteurs « hédillistes » de la Phalange tirent leur nom de Manuel Hedilla, chef de la Phalange au début de la Guerre civile. Il s’est levé contre le décret d’unification de 1937 et a été pour cela emprisonné, condamné à mort par Franco puis libéré en 1941. Il tombe ensuite dans l’oubli avant de recréer en 1968 une association politique qui retrouve la pureté des idéaux de la première Phalange, donnant ainsi naissance aux dissidents hédillistes.

25 El País, 29 et 30/10/1976.

26 FN de Málaga publie une note qui dénonce les campagnes de presse et les agressions physiques menées par les militants de FE de las JONS (Auténtica) contre FN. La note dit notamment que les membres de FN sont « porteurs de la chemise bleue, du béret rouge, du drapeau de la Phalange, celui de la tradition de l’enseigne nationale, que nous sommes prêts à défendre par tous les moyens », AGA, BI, 28/7/1977.

27 Sur cette implication voir infra p. 404. Le carlisme s’est divisé à la suite du décret d’unification de 1937, entre ceux qui collaborent avec le régime de Franco et ceux qui rejettent un régime qui a trahi la Monarchie et s’exilent. À ce conflit politique s’ajoute un conflit de succession entre les différentes branches des Bourbons, aiguisé après que Franco a fait le choix du fils de don Juan de Bourbon et petit-fils d’Alphonse XIII, Juan Carlos. Ces divisions se creusent jusqu’à former un fossé infranchissable entre les deux fils de Javier de Bourbon-Parme — l’héritier désigné à sa mort en 1937 par Alfonso Carlos de Bourbon, dernier représentant de la lignée carliste — qui s’autoproclame roi d’Espagne à Montserrat (Catalogne), en 1952. Javier transmet ses droits monarchiques à son fils aîné Carlos Hugo, qui est toléré en Espagne jusqu’à la désignation officielle de Juan Carlos comme son successeur, moment où il est expulsé du pays (1968). Dès lors, Carlos Hugo intègre le camp de l’opposition, il développe une nouvelle pensée de gauche régionaliste et inspirée du socialisme autogestionnaire, et fonde en 1974 le Parti carliste qui s’unit aux plateformes démocratiques de l’opposition. À l’opposé, son frère, Sixto de Bourbon-Parme, à la tête de Comunión Tradicionalista en Espagne, rompt avec la légitimité dynastique et opte pour la pureté idéologique intégriste contre son aîné, dont il dénonce l’hétérodoxie. C’est cette dernière branche qui constitue le carlisme d’extrême droite, très faiblement implanté pendant la transition, mais qui est à l’origine de l’affrontement sanglant de Montejurra.

28 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 206.

29 Sur les tentatives d’union de l’extrême droite, ibid., pp. 251-270.

30 X. Casals i Meseguer, El fascismo, chap. ii, 2 : « Los “años del plomo” ».

31 Le dernier « Défilé de la Victoire » est présidé par le jeune roi Juan Carlos Ier le 1er avril 1976. Il est remplacé ensuite par le « Jour des Forces armées », célébré pour la première fois le 30 mai 1976. Quant au 18 juillet, ancien jour de fête popularisé par la distribution d’une paye extraordinaire, il disparaît aussi en 1977 du calendrier festif.

32 La dernière grand-messe franquiste remonte au 1er octobre 75, peu après les exécutions du 27 septembre qui avaient soulevé l’émotion et la répulsion du monde occidental. Franco y a tenu un discours belliqueux digne de son premier discours sur cette place, le 9/12/1946, quand il s’agissait de protester contre la résolution générale des Nations Unies qui condamnait le régime franquiste pour son caractère fasciste, et contre le monde occidental en général après le retrait des ambassadeurs d’Espagne.

33 Chiffres tirés d’El País.

34 Fuerza Nueva, 29/12/1973.

35 Voir par exemple les déclarations de Mariano Sánchez Covisa, leader des GCR, au New York Times, où il dénonce la « trahison » des hommes au pouvoir et le « plan machiavélique » financé par une conspiration internationale où sont impliquées des organisations secrètes qui essaient de « laver le cerveau des Espagnols pour qu’ils croient en la nécessité de la réforme » (El País, 9/1/1977).

36 La « Pasionaria » est le surnom donné à Dolores Ibárruri, membre dirigeante du PCE (Parti communiste d’Espagne) depuis 1929, élue députée en 1936 et secrétaire générale du Parti entre 1942 et 1960, date à laquelle elle est remplacée par Santiago Carrillo. Exilée en URSS après la Guerre civile, elle est l’objet principal de la haine des extrémistes. Son retour en mai 1977 et son élection en tant que députée des Asturies au mois de juin ont été accompagnés d’une forte charge symbolique.

37 Cara al Sol est l’hymne phalangiste, poétique et guerrier, conçu par José Antonio Primo de Rivera et ses compagnons comme Rafael Sánchez Mazas ou Dionisio Ridrujeo, qui s’est imposé pendant la Guerre civile comme le chant du camp nationaliste. Il est l’un des symboles les plus représentatifs du rituel franquiste. « Cara al Sol », qui signifie « face au soleil », sont les premières paroles de la chanson.

38 L’Oriamendi est l’hymne officiel du carlisme, dont l’origine remonte à la Bataille d’Oriamendi, en 1837, pendant la première guerre carliste.

39 El País, 30/10/1976. Un tel parcours se reproduit souvent par la suite, le 20 novembre 1977 par exemple, quand des phalangistes étendent un poster de Franco sur l’un des lions de l’entrée du Parlement (El País, 21/11/1976).

40 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 31.

41 Blas Piñar dans des discours prononcés à Guadalajara et à Madrid, El País, 16/10/1979 et ABC, 30/3/1976.

42 Sur la place de la violence dans le discours des droites espagnoles pendant la Seconde République, voir E. González Calleja, « Aproximación a las subculturas violentas de las derechas antirrepublicanas españolas ».

43 Voir son discours fondateur de la Phalange : « Il n’y a d’autre dialectique possible que la dialectique des poings et des pistolets quand on offense la justice ou la Patrie ». Cette expression est reprise abondamment par les secteurs de l’extrême droite.

44 Témoignage de José Luis Jerez Riesco, ex-membre du Frente de la Juventud, Colectivo Amanecer, Patria-Justicia-Revolución, p. 20.

45 Blas Piñar le 28 mars 1976 à Madrid, ABC 30/3/1976.

46 Discours de Juan Antonio Hita Navarro, chef provincial de la Phalange, au cours d’un dîner organisé par FE de las JONS à Madrid, à l’occasion du 18 juillet 1978. Note de la Brigade régionale au renseignement (BRIS), 2726, 18/7/1978 (AGA, GCM, 111/364 « 18 de julio de 1978 »).

47 Déclarations de Mariano Sánchez Covisa au New York Times, dans un article intitulé « Trahison en Espagne », El País, 9/1/1977.

48 Interview de Mariano Sánchez Covisa, Der Spiegel, 15/11/1976.

49 J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 223.

50 J. I. González est assassiné en décembre 1980 à Madrid. Selon les services d’information du ministre de l’Intérieur, ce serait l’œuvre des GRAPO. Selon le Frente de la Juventud, c’est « le seul crime politique de la transition espagnole dont les auteurs sont restés impunis ». C’est ce qu’affirment des tracts distribués lors de la cérémonie d’hommage à Franco pour les trente ans de sa mort (le 20 novembre 2005), à Valle de los Caídos, tracts qui font de González un martyr de la transition.

51 Voir infra p. 183.

52 Rodríguez Jiménez affirme qu’il n’y a jamais eu dans le parti d’opinion unanime quant à l’usage de la violence comme instrument de la lutte politique (J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, p. 216). Une note de la BRIS datée du 5 décembre 1980, portant sur les incidents de l’université Complutense en novembre, confirme le penchant limité de Piñar pour la violence : quatre des jeunes auteurs des incidents sont membres de Fuerza Joven, ils sont expulsés par le parti avec le chef provincial sur recommandation de Blas Piñar, qui estime « que les actions violentes et irréfléchies portent préjudice au crédit politique de Fuerza Nueva » (AGA, GCM, 106/195 « Facultad de Biológicas. Cócteles Molotov. Symposium Aborto. Noviembre 1980 »).

53 Sur ces deux groupuscules, voir J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 225 sq. ; X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 223 sq. ; Colectivo Amanecer, Frente Nacional de la Juventud et Id., Patria-Justicia-Revolución.

54 Note de la BRIS datée du 11/10/1976 (AGA, GCM, 114/408 « CEDADE »).

55 Ainsi en janvier, le VI Comando Adolfo Hitler de Orden Nuevo lance une offensive contre plusieurs revues basques, bilingues ou en basque, qui publient un éditorial commun pour protester contre ces attaques (El País, 11/1/77).

56 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977 ; El País, 19/2/1977.

57 J. L. Morales et alii, La trama del GAL, pp. 19 sq.

58 A. Muñoz Alonso, El terrorismo en España, pp. 38 et 46, et V. de Armas, Cuando vestíamos de negro, pp. 108-109.

59 La Guardia de Franco est sous le franquisme une association dépendante du Mouvement national, formée de miliciens civils réservistes appelés pour des tâches répressives dans des actions parapolicières mais surtout des activités de propagande, et réduite à la fin des années 1960 à quelques dizaines de militants actifs. Elle disparaît avec le Mouvement national en 1977. Elle se fait connaître sur le terrain de la violence pour fournir des cibles de choix à l’ETA, et pour être à l’origine d’un certain activisme sous l’égide d’Alberto Royuela. Voir J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 96 et 222.

60 AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/09131-42/09132 « Grupos de Acción Sindicalista ».

61 X. Casals i Meseguer, Neonazis en España, p. 110. Voir aussi les articles parus dans la revue Avui de J. Torrent, « València : L’extrema dreta “incontrolada” », Avui, 14/8/1976, et « Mès amenaces del CIP », Avui, 11/9/1976.

62 ABC, 27/1/1977. Voir aussi C. S. Costa, Diccionario del terrorismo, p. 8. Cette comparaison voulue avec la Triple A argentine était renforcée par le nom donné au commando qui a revendiqué la tuerie d’Atocha, Comando Roberto Hugo Sosa, du nom d’un policier argentin assassiné dans le cadre de la guerre sale contre la guérilla.

63 El País, 26/1/1977, ABC, 25/1/1977.

64 Ainsi les assassinats de D. Arévalo en juillet 1978 et de E. Vidal Vázquez en octobre de la même année attribués à l’ETA, ou celui de l’etarra « Peixoto » revendiqué aussi par ATE en janvier 1979.

65 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 216-221.

66 Voir infra le chapitre viii (pp. 381-420) consacré à la question.

67 Il s’agit de l’explosion en juin 1977 d’une antenne d’une radio jésuite à la programmation dominante en euskera et de tendance nationaliste, et de l’assassinat en octobre d’un chauffeur de taxi soupçonné d’être un informateur de l’ETA, également revendiqué par la Triple A.

68 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977.

69 R. Jabardo Montero, « La extrema derecha española, 1976-1996 ».

70 J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática », p. 661.

71 C’est le cas de cinq des victimes, entre 1977 et 1979.

72 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, pp. 72-75.

73 Ceux-ci ne représentent que 8 % de l’ensemble des cibles visées, biens et personnes confondus.

74 Ainsi une sentence du Tribunal suprême, datée de 1980, déclare à propos d’un attentat commis de nuit au cocktail Molotov par trois membres de l’extrême droite contre le siège du Parti communiste de Murcie, que les auteurs ont agi « en représailles de caractère politique, utilisant en plus des substances inflammables ou explosives, capables en soi de produire de graves dégâts », dans le « désir de nuire à un parti politique déterminé » (Sentence TS, 1525, 17/3/1980).

75 El País, 21/11/1976.

76 Les dossiers du Gouvernement civil de Madrid relatent cette récurrence des incidents ainsi que la préoccupation croissante des autorités (AGA, GCM, 111/362 « 20 de noviembre de 1978 » et AGA, GCM, 111/363 « 20 de noviembre de 1979 »).

77 V. de Armas, Cuando vestíamos de negro, p. 107.

78 Après que le siège de FN s’est installé calle Mejía Lequerica, en 1979, les violences se multiplient aussi dans les quartiers alentours, Malasaña et Buenavista.

79 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, p. 54.

80 Pendant la période, 90 librairies au moins ont été attaquées par l’extrême droite, ce qui représente 10 % de la totalité des actions qu’elle a commises. Sur les attentats contre les librairies, voir aussi A. Sarría Buil, « Atentados contra librerías en la España de los setenta ».

81 El País, 26/1/1980 ; 10 et 11/7/1980 ; 15/11/1981.

82 Voir P. Preston, La política de la venganza, p. 261 ; R. Jabardo Montero, « La extrema derecha española, 1976-1996 », p. 113 ; F. Reinares Nestares, « Democratización y terrorismo en el caso español » ; J. L. Rodríguez Jiménez, Reaccionarios y golpistas, pp. 270 sq. Voir aussi M. Sánchez Soler, Los hijos del 20-N, p. 163.

83 J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática ».

84 P. Preston, La política de la venganza, p. 261.

85 Voir infra p. 183 pour le récit des événements.

86 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1977.

87 R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 160.

88 DSC, 159, IL, 9/4/1981, pp. 9830-9832.

89 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, pp. 189-220.

90 Par exemple J. M. Benegas, leader du Parti socialiste d’Euskadi reçoit le message suivant : « Nous savons que tu es un porc marxiste et, en outre, séparatiste, mais tout ça va être terminé dès que nous commencerons à agir comme un escadron de la mort », El País, 4/1/1977.

91 El País, 15/12/1976.

92 X. Casals i Meseguer, La tentación neofascista en España, p. 173.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 10. — Les acteurs violents de l’extrême droite
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre GRAPHIQUE 5. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par an)*
Légende * Les données de 1975 commencent ici au 1er janvier.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre GRAPHIQUE 6. — Évolution chronologique des victimes tuées par l’extrême droite (par an*)
Légende * Les données de 1975 commencent ici au 1er janvier.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre GRAPHIQUE 7. — Évolution chronologique des actions violentes de l’extrême droite (par trimestre)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search