Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Première partie. Le cycle des violences protestataires

Introduction

Texte intégral

UNE TRANSITION NON VIOLENTE ? L’EFFONDREMENT D’UN MYTHE

  • 1 Les tableaux sont rassemblés à la fin de cette introduction, pp. 54-59.

1Une première constatation émerge comme une évidence du corpus constitué selon les modalités décrites dans le chapitre précédent : la violence politique constitue pendant la transition un phénomène massif. Plus de 3 000 actions violentes en sept ans, plus de 700 morts dont près de 540 provoquées par les seuls acteurs protestataires (tableau 4, p. 54)1, ces chiffres qui ne représentent qu’un minimum sont considérables.

  • 2 Voir I. Sommier, La violence politique et son deuil, pp. 89-96. Des controverses existent sur le no (...)
  • 3 A. Hamon et J.-C. Marchand, Action directe, pp. 218-219. Voir aussi G. Ménage, L’œil du pouvoir, pp (...)
  • 4 J. Georgel, L’Italie au XXe siècle, pp. 103-112. Voir aussi R. Catanzaro (dir.), The Red Brigades a (...)
  • 5 I. Sommier, La violence politique et son deuil, p. 98.
  • 6 Moyennes obtenues en ne tenant compte que de la violence contestataire sur huit ans, de 1975 à 1982 (...)

2Un rapide aperçu comparatif achève de nous en convaincre. Les pays voisins de l’Espagne qui sont également soumis à des poussées de violence politique dans les années 1970, peuvent servir d’élément de comparaison. En France, des estimations globales sur le nombre d’attentats politiques commis entre 1968 et 1974 en comptent plus de 900, surtout composés d’actes de vandalisme, pour une seule victime mortelle en plus de la dizaine de morts de mai 19682. Isabelle Sommier conclut ainsi qu’en France, la tentation terroriste s’est traduite par une « théâtralisation » de la violence, restée au niveau du symbolique, plutôt que par la pratique de l’action terroriste. Le groupe Action directe, qui agit tardivement entre 1979 et 1985, n’en est qu’un prolongement résiduel à l’origine d’une cinquantaine d’actions et d’un assassinat3. À l’inverse en Italie le bilan est bien plus lourd : entre 1969 et 1987, les terrorismes divers ont fait plus de 400 morts dans plus de 14 000 attentats4. Sur une période plus courte et contemporaine de celle qu’on étudie, entre 1969 et 1980, I. Sommier retient des chiffres du ministère de l’Intérieur italien qui estiment à plus de 12 600 le nombre d’actions violentes perpétrées et à 362 le nombre de morts provoqués5. Dans ce décompte macabre, l’Espagne occupe une position intermédiaire : le taux moyen de mortalité en Italie entre 1969 et 1980 est d’environ 30 morts par an contre près de 70 pour l’Espagne, tandis que cette dernière est le théâtre de 400 actions violentes par an contre 1 050 en Italie6. La période de la transition espagnole est donc, à l’aune de ces statistiques, comparable aux « années de plomb » italiennes : si la violence y est moins intense en termes d’événements, elle est plus meurtrière.

3Ce lourd bilan, incontestable, remet à lui seul en question le label « pacifique » accolé à la transition espagnole : non seulement la transition espagnole n’est pas exempte de violences, mais elle connaît deux fois plus de morts par an comme conséquence de la violence politique que son voisin italien, à une période pourtant considérée comme des plus tragiques de son histoire contemporaine. Ce simple constat, qui révèle le poids relatif des chiffres dans les représentations collectives, les perceptions sociopolitiques ne suivant pas toujours la réalité statistique, vient conforter sans appel l’intuition liminaire qui a motivé la recherche.

  • 7 La région basque est entendue ici dans son sens large. « Euskal Herria », le « pays de ceux qui par (...)

4Une seconde idée reçue sur la période est d’emblée mise à mal : le conflit basque ne monopolise pas la question de la violence pendant la transition. Certes l’ETA, dans ses diverses ramifications, est le groupe le plus meurtrier — avec 376 victimes, elle est responsable de 53 % des victimes de la période et de 70 % de celles de la contestation (tableau 5 et graphique 2, p. 55). Certes la région basque7 est, de loin, la plus touchée par la violence, puisqu’elle est le théâtre de 47 % des actions et de 63 % des morts violentes de la période (tableau 7, p. 57). À la violence etarra s’ajoutent la violence contre-terroriste, menée par l’extrême droite, et la violence émanant de forces de l’ordre particulièrement tendues dans la région. Le conflit basque, fortement localisé, a donc un poids indéniable. Il ne faudrait cependant pas en déduire que la violence est restée périphérique et confinée au Pays basque, discours qui contribue à renforcer le mythe d’une période globalement pacifique sur le reste du territoire. D’autres groupes contestataires sont en effet responsables de plus d’une centaine de victimes pour la période tandis que les forces de l’ordre tuent à elles seules près de 180 personnes, premier indice de la persistance des comportements répressifs hérités du régime antérieur. De plus, loin de se réduire aux attentats terroristes, la violence de la transition est amplement composée de violences de basse intensité (pour 40 % d’entre elles), au faible coût humain et aux conséquences surtout matérielles. D’autant que ce type d’actions peu spectaculaires et plus difficilement mesurables est, sans aucun doute, sous-estimé par notre recensement. Elles sont l’expression contestataire plus spontanée de groupes qui revendiquent un espace identitaire propre dans le nouveau jeu politique en construction et s’attachent à une conquête symbolique et physique de l’espace public, sans pour autant se lancer dans une stratégie de lutte armée contre les pouvoirs en place.

  • 8 Les GRAPO sont également à l’origine du tiers des victimes mortelles de la capitale.
  • 9 J. L. Piñuel qualifie ces espaces de « scéniquement morts », J. L. Piñuel, El terrorismo en la tran (...)

5D’un point de vue géographique, les violences de la transition sont centrées sur les grandes villes où se joue l’avenir politique de l’Espagne. Elles sont réparties entre le centre péninsulaire et politique qu’est Madrid, ses marges frontalières basque et catalane et quelques pôles isolés, tandis que le reste du territoire en est presque totalement exempté. Les régions basque, madrilène et catalane focalisent les trois quarts des actions et 85 % des victimes (tableau 6, p. 56). Madrid, siège du pouvoir politique et des institutions, concentre sans surprise les violences les plus variées : l’extrême droite (48 % des actions commises à Madrid) y dispose de ses quartiers généraux (dans le quartier de Salamanca) et bénéficie d’une grande impunité, les GRAPO (20 %)8 et le reste de l’agitation marxiste radicale (12 %) y trouvent le terrain de prédilection de leur action directement anti-institutionnelle, tandis que l’ETA en est presque absente (4 %). La Catalogne concentre à la fois les revendications nationalistes et les protestations tant d’extrême gauche (notamment anarchiste) que d’extrême droite, pour des raisons historiques et d’implantation groupusculaire. Au-delà, quelques pôles sont localement touchés comme les îles Canaries, théâtre d’une violence indépendantiste, les villes de Valence et Séville où la forte implantation des GRAPO est concurrencée par l’extrême droite tandis que Málaga et Valladolid sont des fiefs locaux de cette dernière et, dans une moindre mesure, la Galice et les Asturies où sévissent quelques commandos des GRAPO. Le reste du territoire configure un espace en creux qui échappe largement à la violence contestataire9 tout en étant concerné par la violence policière, qui y provoque plus de 60 % des victimes mortelles.

  • 10 Parmi les militaires assassinés pendant la transition, 34 % l’ont été à Madrid alors que 7 % seulem (...)
  • 11 Il s’agit du directeur général des Institutions pénitentiaires, Haddad, assassiné en mars 1978 par (...)

6Enfin, contrairement à une troisième idée reçue, la violence de la transition n’est pas exclusivement dirigée vers les représentants du pouvoir civil et militaire mais se diffuse dans l’ensemble du corps social. Certes les corps armés occupent une place de premier choix, ils sont le secteur qui sacrifie le plus de vies humaines, près de la moitié (49 %), à la violence protestataire (tableau 8, p. 58). Membres des divers corps de police, gardes civils, militaires des trois armes focalisent une lutte dirigée au premier plan contre l’appareil répressif de l’ancien régime dictatorial, que les rebelles considèrent comme inchangé. Les attentats qui les visent ont presque toujours un objectif meurtrier, ils sont le fait exclusif de l’ETA (à 80 %) et des GRAPO (à 18 %). Les premiers s’attaquent surtout aux gardes civils du Pays basque, tandis que les seconds attentent à la vie des officiers ou des policiers présents dans les grandes villes, en particulier à Madrid10. Les corps armés de l’État sont donc sans conteste ceux qui paient le plus lourd tribut à la violence insurgée. En comparaison, avec 3 % des tués, les autorités civiles, représentantes du cœur du pouvoir politique, sacrifient peu de vies à la violence politique. Il s’agit surtout d’autorités locales, maires ou conseillers municipaux, victimes privilégiées d’un conflit régional — les trois quarts ont été assassinés au Pays basque. Les trois seules personnalités tuées à Madrid représentent le pouvoir judiciaire et ont été choisies dans le cadre d’actions antirépressives spécifiques11. Les institutions nationales ne sont donc pas une cible directe des actions meurtrières. Néanmoins si l’on y ajoute les représentants non élus de l’administration et les civils qui sont les vecteurs du monde politique, on peut alors considérer que 16 % de l’ensemble des victimes ont été tuées pour être des émanations du pouvoir politique, qu’il soit administratif ou issu de la représentation populaire, participant direct du jeu politique ou vecteur indirect (familial par exemple), détenteur réel (parti de gouvernement) ou potentiel (parti d’opposition) du pouvoir, d’ambition nationale, régionale ou locale. De plus, les biens de type administratif sont une cible privilégiée des actions à visée strictement matérielle : ils focalisent 26 % d’entre elles et se hissent au premier rang des objectifs visés (graphique 3, p. 57). L’ETA, les GRAPO et les divers groupes d’extrême gauche s’adressent à travers elles au pouvoir étatique avec lequel ils sont en confrontation directe. L’extrême droite monopolise pour sa part l’action destructrice strictement politique qui vise les locaux des partis adverses, notamment lors des périodes électorales. Enfin, les représentants du pouvoir économique sont eux aussi fortement touchés par la violence. Si 3 % seulement des tués sont des entrepreneurs victimes de l’issue tragique d’un enlèvement etarra destiné le plus souvent à recueillir des fonds au profit de l’organisation, le pouvoir économique est surtout touché dans son patrimoine (pour 15 % des actions matérielles). Banques, grandes entreprises, chaînes hôtelières, centres commerciaux sont les cibles privilégiées de la guérilla urbaine menée par les groupuscules marxistes ou libertaires contre l’exploitation impérialiste capitaliste. Représentants de l’État et des pouvoirs politiques et économiques sont donc fortement atteints par des attentats de gravité variable.

  • 12 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, pp. 26-27 et pp. 61-83.

7Mais la violence n’est pas pour autant étrangère au quotidien de l’anonyme. Ces civils sans signification particulière par rapport aux structures politiques ou socioéconomiques du pouvoir, étudiants, ouvriers, commerçants, chauffeurs de taxis, femmes, retraités, enfants, représentent 22 % des victimes tuées par la violence protestataire (tableau 8, p. 58), taux qui est porté à 29 % si l’on y inclut la violence policière. Ces chiffres suffisent à montrer à quel point la société civile non spécifiquement impliquée dans les remous du changement politique a subi de plein fouet les effets de la violence pendant la période. Ils viennent corroborer en partie ceux de J. L. Piñuel qui, dans son étude des victimes de la violence (biens et personnes), estime à 26 % le poids de la société civile sans lien avec ce qu’il appelle les « institutions sociales » ni avec l’État. L’auteur réduit néanmoins excessivement le poids de l’anonymat du particulier en estimant que 5,5 % seulement des victimes n’ont pas de « rôle social » identifiable, alors que j’ai estimé ce poids à près du quart de l’ensemble des victimes. Il conclut donc sur une vision de la violence de la période comme un terrorisme axé sur des objets symboliquement choisis en fonction de leur proximité avec le pouvoir12. Nos résultats tendent à nuancer ce point de vue. Si l’on prend en compte l’ensemble des cibles touchées, personnes et biens (tableau 9, p. 59 et graphique 4, p. 60), le cœur du pouvoir, civil ou armé, représente moins du tiers des visées violentes, il n’est donc pas l’ennemi exclusif, ni même primordial des violences. Au contraire c’est la société civile qui, avec 66 % des actions dirigées contre elle, apparaît comme la cible privilégiée.

  • 13 P. Wilkinson, Terrorism and the liberal State, pp. 51 sq.

8Néanmoins, les civils attaqués dans leurs biens ou dans leur chair le sont en majorité en fonction d’un statut sociopolitique qui leur est assigné par les acteurs violents. Ils le sont en premier lieu pour des raisons politiques (27 % si l’on additionne les vecteurs directs et indirects) et en seconde instance pour des motifs économiques (17 %). La violence est donc sélective : pour près des trois quarts des événements recensés, elle touche des individus porteurs d’une spécificité qui les transforme en cibles, suivant un processus symbolique d’objectivation de l’ennemi. Intégrer le jeu politique, militer dans un parti, être de la famille d’un syndicaliste ou d’un sympathisant radical, se dire indépendantiste, écrire dans un quotidien d’actualités, posséder une entreprise basque, diriger une succursale française, avoir une librairie spécialisée dans les ouvrages catalans, participer à une manifestation en faveur de l’amnistie, être policier, garde civil ou magistrat, sont autant de comportements qui deviennent des stigmates aux yeux de ceux qui pratiquent la violence. L’action subversive n’est donc pas aveugle ni indiscriminée, pratique considérée comme contre-productive : certes il s’agit d’insuffler une certaine terreur sociale, mais il s’agit aussi de ne pas retourner la population contre soi et de l’amener à partager le sens de sa lutte. Cependant, la cible a beau être choisie suivant un certain code symbolique, la finalité terroriste est de concerner tout un chacun : personne ne doit être assuré de ne pas en être un jour, à son tour, victime13. Et de fait, les effets de la violence s’infiltrent dans les moindres recoins du corps social : piéton victime accidentelle d’une fusillade ou de l’explosion d’une bombe, citoyen pris pour un autre suite à une erreur de renseignement, badauds pris à partis en marge d’une émeute, boutiques saccagées pour se situer au mauvais endroit, clients attablés et agressés par une bande de passage, voilà autant de situations où le banal peut se transformer en drame politique. Le repli sur la vie privée et l’absence de participation directe aux enjeux politiques à l’œuvre pendant la transition ne garantissent donc pas d’échapper aux violences qui ponctuent la période. Loin d’être périphérique, la violence a envahi l’espace social de la transition et la population urbaine ordinaire n’a pas échappé à son souffle destructeur.

  • 14 La majorité des auteurs et des observateurs se réfèrent à ces trois grands ensembles. Ainsi Martín (...)

9Ces premiers résultats, indiscutables, suffisent à mettre à mal le mythe d’une transition pacifique, uniquement troublée par la menace d’un putsch militaire et par les affres d’un conflit basque confiné aux frontières du territoire. Les acteurs contestataires peuvent être regroupés en trois grands ensembles : l’extrême droite, la gauche révolutionnaire et le nationalisme radical14. Ce dernier, dominé par la présence hégémonique de l’ETA, est à l’origine de 40 % des actions de la contestation violente et de près des trois quarts de ses victimes (graphique 2). La nébuleuse d’extrême droite n’est pas en reste, avec près du tiers des actions, elle est le second groupe violent. Mais son action est relativement moins meurtrière, puisqu’elle tue presque autant que l’extrême gauche (environ 70 personnes). Ce sont les GRAPO qui commettent la quasi-totalité des assassinats de ce dernier ensemble, le reste des groupuscules marxistes ou libertaires se consacrant à une guérilla aux effets strictement matériels. Les chapitres qui suivent sont consacrés à l’étude successive de ces trois grands courants contestataires. Déterminer les motivations idéologiques qui justifient, du point de vue des acteurs, le recours à la violence à des fins politiques, comprendre le passage de l’apologie verbale de la lutte armée à sa mise en pratique, déchiffrer le sens des pratiques violentes mises en œuvre sont des étapes nécessaires à l’interprétation globale du cycle des violences de la transition.

TABLEAU 4. — Violences contestataires et violences d’État

TABLEAU 4. — Violences contestataires et violences d’État

TABLEAU 5. — Les acteurs des violences protestataires

TABLEAU 5. — Les acteurs des violences protestataires

GRAPHIQUE 2. — Les acteurs des violences protestataires (1)

GRAPHIQUE 2. — Les acteurs des violences protestataires (1)

TABLEAU 6. — Les régions les plus touchées par la violence (par Communauté autonome)

TABLEAU 6. — Les régions les plus touchées par la violence (par Communauté autonome)

TABLEAU 7. — Le poids d’Euskal Herria*

TABLEAU 7. — Le poids d’Euskal Herria*

* Euskal Herria = Euskadi Sud (Guipúzcoa, Álava et la Biscaye) ; la Communauté autonome de Navarre ; et les trois territoires français qui forment Euskadi Nord : le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule.

GRAPHIQUE 3. — Les dommages matériels des violences*

GRAPHIQUE 3. — Les dommages matériels des violences*

* Les calculs ont été élaborés à partir des 1 655 actions violentes de notre base de données qui ont un résultat matériel sur un bien.

TABLEAU 8. — Les victimes mortelles des violences

TABLEAU 8. — Les victimes mortelles des violences

TABLEAU 9. — Les cibles des violences (personnes et biens)

TABLEAU 9. — Les cibles des violences (personnes et biens)

a Le total est légèrement supérieur au nombre d’actions commises car certaines touchent à la fois un bien et une personne de nature différente.

GRAPHIQUE 4. — Les cibles des violences (personnes et biens)

GRAPHIQUE 4. — Les cibles des violences (personnes et biens)

Notes

1 Les tableaux sont rassemblés à la fin de cette introduction, pp. 54-59.

2 Voir I. Sommier, La violence politique et son deuil, pp. 89-96. Des controverses existent sur le nombre de victimes de 1968. Pour cette auteur, les affrontements ont provoqué seulement quatre morts, aucun durant les journées parisiennes de mai (p. 91). D’autres auteurs élèvent à 19 ce chiffre, incluant 12 victimes « directes » et 7 « indirectes » (A. Delale et G. Rabache, La France de 68, p. 230).

3 A. Hamon et J.-C. Marchand, Action directe, pp. 218-219. Voir aussi G. Ménage, L’œil du pouvoir, pp. 23-173.

4 J. Georgel, L’Italie au XXe siècle, pp. 103-112. Voir aussi R. Catanzaro (dir.), The Red Brigades and left-wing terrorism in Italy et D. Della Porta et S. Tarrow, « Unwanted children ».

5 I. Sommier, La violence politique et son deuil, p. 98.

6 Moyennes obtenues en ne tenant compte que de la violence contestataire sur huit ans, de 1975 à 1982, soit 558 morts et 3 158 actions à partir du 1er janvier 1975.

7 La région basque est entendue ici dans son sens large. « Euskal Herria », le « pays de ceux qui parlent le basque », selon la terminologie nationaliste, est le territoire revendiqué par les séparatistes basques. Il comprend les trois provinces de la Communauté autonome basque, à savoir le Guipúzcoa, l’Álava et la Biscaye qui forment Euskadi Sud ; la Communauté autonome de Navarre ; et les trois territoires français qui forment Euskadi Nord, le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule. C’est ce territoire qui est l’enjeu du conflit basque et par conséquent, le terrain privilégié de l’action terroriste et contreterroriste. C’est donc celui-ci qui a été choisi comme échelle de référence dans la suite de l’ouvrage.

8 Les GRAPO sont également à l’origine du tiers des victimes mortelles de la capitale.

9 J. L. Piñuel qualifie ces espaces de « scéniquement morts », J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, p. 44.

10 Parmi les militaires assassinés pendant la transition, 34 % l’ont été à Madrid alors que 7 % seulement des gardes civils ont trouvé la mort dans la capitale. Ces disproportions s’expliquent sans difficulté, la première par la concentration des hauts gradés de l’armée dans la capitale, la seconde par le caractère fondamentalement rural de la Garde civile, faiblement implantée dans les grandes villes.

11 Il s’agit du directeur général des Institutions pénitentiaires, Haddad, assassiné en mars 1978 par les GRAPO, et de deux juges du Tribunal suprême, Mateu Cánoves aussi ex-magistrat du Tribunal de l’ordre public et Cruz Cuenca, tués respectivement par l’ETA et par les GRAPO en novembre 1978 et janvier 1979.

12 J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española, pp. 26-27 et pp. 61-83.

13 P. Wilkinson, Terrorism and the liberal State, pp. 51 sq.

14 La majorité des auteurs et des observateurs se réfèrent à ces trois grands ensembles. Ainsi Martín Villa, ministre de l’Intérieur aux débuts de la transition, affirme dans ses mémoires avoir eu à lutter contre trois types de terrorisme, le premier à tonalité « indépendantiste » composé surtout de l’ETA, le second provenant de la « gauche extrémiste » et le dernier de la « droite ultra » (R. Martín Villa, Al servicio del Estado, p. 160). José Luis Piñuel fait de même (El terrorismo en la transición española, p. 23), tout comme les compilations récentes sur le terrorisme comme celle de J. Avilés, qui distingue les terrorismes « révolutionnaire » et « nationaliste » de ce qu’il appelle le terrorisme « vigilant » (J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática »).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 4. — Violences contestataires et violences d’État
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 5. — Les acteurs des violences protestataires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre GRAPHIQUE 2. — Les acteurs des violences protestataires (1)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU 6. — Les régions les plus touchées par la violence (par Communauté autonome)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU 7. — Le poids d’Euskal Herria*
Légende * Euskal Herria = Euskadi Sud (Guipúzcoa, Álava et la Biscaye) ; la Communauté autonome de Navarre ; et les trois territoires français qui forment Euskadi Nord : le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre GRAPHIQUE 3. — Les dommages matériels des violences*
Légende * Les calculs ont été élaborés à partir des 1 655 actions violentes de notre base de données qui ont un résultat matériel sur un bien.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 8. — Les victimes mortelles des violences
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre TABLEAU 9. — Les cibles des violences (personnes et biens)
Légende a Le total est légèrement supérieur au nombre d’actions commises car certaines touchent à la fois un bien et une personne de nature différente.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre GRAPHIQUE 4. — Les cibles des violences (personnes et biens)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/742/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search