Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Violences politiques en transition

Texte intégral

  • 1 Y. Michaud, Violence et politique, pp. 11-13.

La situation est […] aussi claire qu’inextricable : d’un côté la violence est tout à fait réelle, d’un autre elle apparaît seulement avec un certain type de représentation du champ social. Elle a une positivité inéludable et, en même temps, elle flotte et se métamorphose au gré des convictions qui l’appréhendent. […] Tel est donc le cercle : entre un réel qui se dérobe sans cesse, des discours qui dans leur pluralité le volatilisent mais qui, en même temps, dans leur véhémence d’évaluation et leur recherche de totalisation l’épaississent1.

1Ces mots d’Yves Michaud décrivent à merveille le paradoxe de la violence. Loin de son apparente évidence factuelle, dont la présence s’impose par la souffrance qu’elle provoque, la nature de la violence échappe à la tentation positiviste de l’enfermer dans le carcan d’une définition figée. C’est pourtant le défi de ce chapitre que de construire un objet homogène et mesurable qui reste le plus fidèle possible à la visibilité du réel et soit le fondement de la recherche que ce livre se propose de mener à bien.

I. — LES CONTOURS D’UNE NOTION ÉVANESCENTE

2Nombreux sont les sociologues, les philosophes, les psychologues ou les politologues plus que les historiens, à s’être penchés sur le concept de violence et à s’être heurtés à sa complexité et à sa fluidité, sans qu’une réponse univoque ne s’impose aux multiples paradoxes inhérents à la notion. Il n’est pas question ici de présenter une synthèse de ces théories mais d’éclairer leurs implications sur ce que furent les violences politiques en Espagne pendant la période de référence.

VIOLENCE ET HISTORICITÉ

  • 2 Ibid., p. 11.

3Proposer une définition théorique et générale de la violence politique est une entreprise risquée, en premier lieu car la notion est relative et subjective. Tout le monde et toutes les époques ne reconnaissent pas les mêmes faits comme violents, des actes identiques ne seront pas perçus ni qualifiés de la même manière en fonction des individus, des groupes sociaux, des lieux, des époques considérés. La détermination de l’action violente dépend des normes en vigueur qui donnent leur contenu à la notion, elle dépend du champ social dans lequel elle s’inscrit et de la situation historique dans laquelle elle se produit. Le fait violent est contingent historiquement, il « se métamorphose au gré des convictions qui l’appréhendent »2.

  • 3 P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, préface à la seconde édition.
  • 4 P. Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique, pp. 29-30.
  • 5 Y. Michaud, Violence et politique, p. 24.

4Cette première remarque a des répercussions épistémologiques et méthodologiques d’envergure, en ce qu’elle pointe l’importance du regard, de la perception, de la qualification et de la stigmatisation sociale. Est violent ce que la société perçoit et donc nomme comme tel. Si bien que travailler sur la violence implique de questionner les normes d’évaluation sociale, les valeurs, les systèmes de représentation culturels et symboliques des groupes en présence. Pierre Laborie, dans son plaidoyer en faveur de l’histoire des représentations sociales, a montré qu’elles avaient toute leur part dans l’explication du politique et des comportements3. Indissociables des faits, elles deviennent à leur tour créatrices de réalité jusqu’à compter parfois plus que les événements eux-mêmes. Cette approche du politique, qui se construit « dans l’entrelacs des pratiques et des représentations » (P. Rosanvallon)4, conduit à porter une attention particulière aux mots. Non seulement car la diffusion d’un discours de justification de la violence crée les conditions favorables à son émergence et précède souvent son apparition, comme l’a bien dit Y. Michaud pour qui les discours sur la violence sont à comprendre à la fois comme les « symptômes de la situation produite par les manifestations de la violence “réelle”, et [comme] la possibilité sociale que la violence de cette violence apparaisse »5. Mais aussi car le simple fait de nommer la violence, de la stigmatiser comme telle, la fait exister aux yeux d’une société.

  • 6 Ibid., p. 11.
  • 7 P. Braud, Violences politiques, p. 11.

5Et pourtant, cette perspective d’une relativité de la violence est problématique : la violence est un ressenti tangible et immédiat pour la victime. C’est pour celui qui la subit une intrusion sensible, une transgression de l’intimité, une violation indéniable de l’être qui ne dépend pas seulement de la perception de l’autre. La souffrance ressentie et la trace d’une blessure infligée à l’estime de soi unifient toutes les formes de violence. « La réalité de la violence est bien là, massive et lancinante »6 affirme Y. Michaud. En outre, n’entrevoir la violence que par le biais de ses représentations présente le risque d’octroyer une place prépondérante à la moralité. Pour beaucoup, la violence survient quand le recours à la force est immoral, injuste, illégitime, autrement ils préfèrent parler de contrainte, de coercition, de pouvoir. Ils présupposent ainsi l’existence de valeurs universelles sur le juste et l’injuste, le bien et le mal, qui pourtant dépendent des normes historiques en vigueur. À l’encontre de cette tentation moralisante, le choix a été d’inclure sous un même concept toutes les formes de violence physique, qu’elles soient considérées comme légitimes ou illégitimes, et de reléguer la question de l’éthique à l’analyse contextuelle des perceptions sociales, des impositions symboliques qui s’affrontent sur la place publique en fonction d’intérêts divers à déterminer. Il est alors possible d’envisager une définition de la violence qui soit « clinique » et non éthique7.

  • 8 Y. Michaud, Violence et politique, p. 22.

6Une fois admise la double nécessité de ne pas restreindre la violence politique à ses représentations et d’en proposer une définition scientifique unifiée, comment rendre compte de la matérialité de la violence sans en transformer la nature et le sens ? Yves Michaud a bien posé cette impasse théorique tout en en proposant une résolution imparfaite dans le recours à une « base d’objectivité minimale »8, noyau de faits que tous, à une époque donnée, s’accordent à considérer comme violents, sachant pertinemment qu’ils ne fourniront que des éléments incomplets d’une réalité évanouissante. La discipline historique s’avère alors particulièrement pertinente du fait de l’attention qu’elle porte à la contingence temporelle et de son rapport aux sources. L’historien sait bien que l’information présente dans les documents reflète non pas la réalité brute, mais la perception que les rédacteurs en ont ou l’image qu’ils veulent en montrer à un moment donné : à lui de distinguer la part respective d’objectivité et d’opinion, à lui de débusquer la trace des faits par delà les rideaux discursifs. Évidence méthodologique, cette démarche devient cruciale dans l’étude de la violence, où l’information disponible révèle autant des consciences de violence communes ou différenciées que des faits tangibles et mesurables. L’issue réside donc dans une démarche constructiviste, qui puise dans le croisement rigoureux des sources le contenu d’une certaine violence « objective », physique et stigmatisée comme telle par le plus grand nombre.

ÉBAUCHE D’UNE DÉFINITION GÉNÉRIQUE

7De la confrontation des diverses définitions théoriques de la violence avec la réalité offerte par les sources résulte la définition générique adoptée. Sera considéré comme acte de violence politique tout emploi conscient ou toute menace de l’emploi de la force physique qui est, soit dirigé contre le régime politique ou ses acteurs, soit commis dans l’objectif d’obtenir, d’influencer ou de conserver le pouvoir, soit qui acquiert par ses effets une signification politique.

  • 9 Elle s’incrit ainsi dans la lignée de T. Gurr et H. D. Graham, Violence in America, p. xxxii ou de (...)
  • 10 Au sens de P. Bourdieu, la violence symbolique est une « violence douce, invisible, méconnue comme (...)

8Cette définition ne retient que les manifestations physiques de la force, que celle-ci soit dirigée contre des personnes ou contre des biens9. Pour autant, elle n’exclut pas la violence verbale, comprise comme menace de l’emploi de la force physique, afin de mieux rendre compte du climat de violence, produit de phénomènes latents qui forment le soubassement nécessaire au surgissement de l’événement violent et à l’émergence d’une conscience de violence. La menace de violence est ainsi préférée à la notion problématique de « violence symbolique »10.

  • 11 M. Duverger, Introduction à la politique, p. 276.

9La définition précise par ailleurs le caractère « politique » de l’acte violent. En effet l’expression « violence politique » est en soi paradoxale : la politique a comme finalité d’exclure la violence physique des modalités de régulation des conflits, en lui offrant d’autres alternatives dans le cadre de la cité. Maurice Duverger définissait la politique, comme un « effort constant pour éliminer la violence physique, pour donner aux antagonismes sociaux et individuels d’autres moyens d’expression, moins rudes, moins brutaux, moins sanglants » et terminait sur ces mots : « la politique est la guerre civile continuée par d’autres moyens », renversant la célèbre phrase de Karl von Clausewitz11. Pourtant l’expérience des États modernes tout au long des XIXe et XXe siècles montre que le champ politique est un lieu privilégié de surgissement de la violence physique, témoignant peut-être de l’échec de « la » politique au sens philosophique du terme. Il est donc crucial de déterminer ce qui transforme un acte de violence en violence dite « politique ».

  • 12 C’est le critère retenu par T. R. Gurr, Why Men Rebel, pp. 3-4.
  • 13 E. González Calleja, La violencia en la política, p. 271.
  • 14 H. L. Nieburg tient ainsi compte des actes « dont les circonstances, l’exécution, et/ou les effets (...)

10Les trois critères retenus sont ceux qui ont été classiquement avancés par les théoriciens de la violence politique, à savoir la cible, l’intentionnalité ou l’effet. Selon le premier, le plus évident, la cible visée doit être une cible politique physique, représentant le système politique existant (homme politique, institution, parti, agent de l’État, etc.)12. Mais ce seul critère est insuffisant car il exclut les actes de terrorisme qui frappent de façon indiscriminée. D’où la nécessité d’en introduire un second, l’intentionnalité politique qui, quelle que soit la cible visée, invite à considérer toute action violente qui cherche « le contrôle des espaces de pouvoir politique, la manipulation des décisions dans tout ou partie des instances de gouvernement et, en dernière instance la conquête, la conservation ou la réforme de l’État » (E. González Calleja)13. Une telle conception perçoit néanmoins la violence comme instrumentale et rationnelle et néglige son aspect contingent ou colérique. Dans une manifestation par exemple, les effets de la foule peuvent entraîner des comportements non intentionnels, de la part des forces de l’ordre ou des manifestants, qui peuvent atteindre une cible non politique et n’en constituer pas moins un acte politiquement signifiant. Il est donc nécessaire d’introduire un troisième critère, qui prenne en compte les effets de l’action, qu’ils soient souhaités ou non14, ainsi que les perceptions collectives qui érigent ou non un même acte violent comme un acte signifiant politiquement, en fonction des circonstances dans lesquelles il a été commis et des usages politiques qui en auront été faits. Ce critère corrobore la volonté déjà exprimée d’être attentif aux normes de stigmatisation sociale de l’acte violent, mouvantes dans le temps et selon les groupes, et qui font l’objet dans notre période d’une véritable confrontation politique et symbolique.

VIOLENCES ET POUVOIR EN TRANSITION

11Par ailleurs, cette définition de la violence politique ne discrimine pas les actions suivant des jugements éthiques de principe qui distinguent la violence de la coercition ou de la contrainte, la première étant le propre de l’usage illégal de la force et les secondes l’apanage du pouvoir. Suivant en ce sens les travaux de la sociologie anglo-saxonne des années 1960, elle inclut autant la violence exercée par le pouvoir d’État que celle commise par des groupes qui s’élèvent contre lui, d’autant que la tension se noue précisément dans l’articulation entre ces deux types de violences qui se répondent et s’engendrent mutuellement : l’une ne peut être comprise sans l’autre.

a) Violences d’État

  • 15 M. Weber, Le savant et le politique, p. 100.

12Qu’entend-on par violence d’État ? S’agit-il de l’ensemble des formes de coercition utilisées par l’État pour contrôler la société ? De toutes les modalités d’utilisation de la force physique par ses agents ? Probablement pas, car si l’on reprend les préceptes de Max Weber, pour qui l’État contemporain se définit par « le monopole de la violence physique légitime »15 qui est le fondement ultime de l’autorité du pouvoir politique, l’emploi de la force est précisément l’apanage des agents de l’État à qui a été délégué cet usage. Pour autant, la légalité de l’emploi de la contrainte n’est pas un critère de distinction, car alors l’emploi systématique de la force par les régimes autoritaires, légale au regard du système juridique en vigueur, ne saurait être qualifiée de violente. Ce qui nous ramène à l’impasse idéologique dénoncée précédemment. En revanche, la notion de légitimité est bien plus opératoire, à condition d’être entendue dans son sens historique et non éthique. Car dans l’État moderne, l’usage de la force physique par ses agents est soigneusement codifié et bénéficie d’une présomption non seulement de légalité, mais surtout de légitimité. Les forces de l’ordre sont investies de la fonction de sanctionner la violation de certaines règles, si besoin en recourant à la force physique, au nom de la collectivité dont il s’agit de préserver la sécurité. Il apparaît donc que c’est lorsque l’emploi de cette force est considéré comme excessif, arbitraire et illégitime qu’il est érigé par la société qui la subit en violence. La légalité peut parfois recouvrir la légitimité, notamment dans les systèmes démocratiques où la législation et les règles de vie de la cité sont supposées émaner de la souveraineté populaire. Ce n’est donc que quand les formes de la coercition étatique sont considérées comme illégitimes par la communauté — et illégales si la législation bénéficie d’une présomption de légitimité — qu’elles sont rejetées et perçues comme violentes.

13La question devient alors la suivante : quand considérer comme illégitime la force physique employée par les agents de l’État ? La réponse ne peut être qu’historique. L’un des objectifs de la recherche est donc de déterminer les critères contingents de légitimité ou d’illégitimité de l’action des agents de l’État, tâche d’autant plus complexe que notre période est celle d’une mutation du régime politique et des valeurs normatives, pendant laquelle l’emploi de la violence par l’État change radicalement de sens et de pratique. Mouvants au gré de l’évolution chronologique et des groupes considérés, ces critères sont ceux de systèmes de valeurs pluriels et parfois contraires qui s’affrontent pendant la période, dans la recherche de la domination symbolique. Le vocabulaire de l’époque reflète bien cette frontière fluctuante entre pratiques licites et pratiques illégitimes. « Répression » est l’expression consacrée pour les secondes, brandie au début de la transition par l’opposition comme drapeau de la lutte antifranquiste et de l’émancipation démocratique, prétexte légitime au surgissement des violences protestataires. L’usage du mot tend ensuite à devenir l’apanage d’une minorité qui persiste dans le schéma normatif de la lutte contre l’oppression, même une fois la démocratie consolidée. À l’inverse, « maintien de l’ordre » est le terme préféré par les gouvernants et les secteurs politiques issus du régime précédent qui nient l’existence d’une violence d’État, avant d’être progressivement adopté par les secteurs modérés de l’opposition au gré de la démocratisation du régime et de l’évolution des comportements des forces de l’ordre.

  • 16 Rappelons que les dernières exécutions politiques ont eu lieu moins de deux mois avant son décès, l (...)

14Le système normatif de la démocratie libérale s’est imposé rapidement, l’un des enjeux de la transition étant de transformer l’État autoritaire en un État de droit démocratique. Le premier était fondé sur l’institutionnalisation de la violence : le régime franquiste doit sa naissance et sa survie à l’élimination physique et symbolique de l’ennemi, à l’emploi systématique de la force physique pour pallier son absence de légitimité. Même si la répression a considérablement diminué en intensité et en gravité, elle perdure en principe jusqu’à la mort du dictateur16. L’État de droit est au contraire fondé sur l’acceptation consensuelle de l’emploi de la contrainte, sa construction passe par la légitimation et le contrôle de ce monopole de la violence. Il conviendra donc d’examiner comment ont été formulées puis institutionnalisées les nouvelles valeurs qui régulent ce monopole, comment elles ont été intégrées dans les discours des gouvernants, insérées dans la législation et appliquées par les agents de l’État. Une telle mutation est lente et difficile, elle s’accompagne nécessairement de poches de résistances où les pratiques répressives se maintiennent, tout en devenant avec les avancées de la démocratisation illégitimes, puis illégales. L’absence d’épuration et la permanence du personnel de l’État, y compris dans les institutions chargées de la répression pendant la période dictatoriale (armée, police, Garde civile, justice), ainsi que les multiples décalages créés par les étapes successives de l’institutionnalisation du nouvel ordre démocratique, offrent un vaste champ aux pratiques arbitraires. Bavures policières répétées lors de la dispersion des manifestations, utilisation de la torture dans les interrogatoires, pratiques paraétatiques de lutte contre la violence terroriste sont autant de violences d’État analysées dans ce livre.

15Pour comprendre pleinement la persistance de ces pratiques violentes au sein des institutions de l’État, il faut étendre la perspective d’analyse au-delà de la simple présence de la violence physique. La pratique arbitraire du maintien de l’ordre, la tolérance variable dans l’application de la législation sur les manifestations, les réunions, les associations ou la censure, la poursuite inégale des délits dits politiques, les violations diverses des droits de l’homme, sont des modalités non directement violentes d’une répression politique héritée du régime antérieur. Dénoncés sans cesse par les partis d’opposition, ces comportements sont perçus comme devant être progressivement éliminés de l’espace démocratique. Il serait donc vain d’isoler la violence physique d’autres formes non violentes de la répression, car la première ne peut se comprendre sans être replacée dans le système qui la sous-tend. C’est pourquoi l’analyse de la violence d’État s’accompagnera de celle de la répression.

b) VIOLENCES PROTESTATAIRES

16La violence protestataire est celle qui est dirigée contre l’ordre social, le régime politique ou les représentants de la force publique, définition théorique loin d’être évidente pour la période de la transition. Si l’on poursuit en effet les réflexions précédentes sur le régime franquiste, la violence protestataire s’inscrit dans une logique de résistance à l’oppression tyrannique du régime : subversive et illégitime pour les gouvernants, l’action violente est pour ses acteurs légitime et nécessaire, justifiée comme un moyen efficace de la lutte contre le régime dictatorial. Mais tout comme la violence d’État devient progressivement intolérable avec les avancées de la démocratie, la violence protestataire devient elle aussi de moins en moins justifiable selon l’argumentaire de la tyrannie et apparaît de plus en plus comme une ressource de minorités délégitimées dans l’espace démocratique en construction. Inversement, les groupes d’extrême droite qui pratiquaient l’action violente en marge de l’État franquiste, mais qui étaient tolérés voire encouragés par les autorités avec qui ils partageaient des visées idéologiques similaires, se dressent pendant la transition contre les gouvernements de la réforme. Ils deviennent ainsi des groupes contestataires dont l’objectif est de provoquer un retour au régime antérieur : légitimes aux yeux des autorités franquistes, ils deviennent progressivement illégitimes aux yeux des réformistes. Il faudra donc reconstruire la chronologie et les rythmes de ces processus différenciés mais convergents de délégitimation progressive de toutes les formes de violence.

  • 17 La notion de répertoire d’actions, introduite par Charles Tilly, désigne l’ensemble des modes d’act (...)
  • 18 Voir T. R. Gurr, Why Men Rebel, A. Oberschall, Social Conflicts and Social Movements, S. Tarrow, Po (...)
  • 19 Voir P. Braud, « La violence politique, repères et problèmes », pp. 28 sq. pour une approximation d (...)

17Pendant la transition, la violence est une forme d’action utilisée par les groupes contestataires pour imposer leur vision de l’avenir politique du pays, que le but soit d’accélérer le processus de réformes, en modifier le cours, en approfondir le contenu ou au contraire en freiner le déroulement et en empêcher l’aboutissement. La violence est en ce sens instrumentale, puisée parmi d’autres ressources dans le « répertoire » de l’action collective17. Depuis les théoriciens anglo-saxons de l’action collective rationnelle, on sait bien que la violence, loin d’être le symptôme du dysfonctionnement des sociétés, est au contraire une ressource utilisée rationnellement, suivant un calcul d’utilité où pèsent dans la balance les coûts envisagés de l’action et les bénéfices attendus, qui dépendent d’une multiplicité de facteurs18. L’action violente n’obéit pourtant pas toujours à une telle rationalité, elle peut aussi être le résultat de pulsions et d’une agressivité colérique non maîtrisée19, tout en comportant une signification politique contestataire. Les affrontements entre des groupes extrémistes opposés sur la place publique ne résultent pas toujours de l’intention préméditée, ils peuvent surgir suite à une rencontre fortuite ou un incident imprévu. Sans faire partie d’une stratégie planifiée, ces affrontements sont cependant révélateurs des cultures du conflit dont les groupes aux idéologies radicales sont porteurs et qui favorisent l’émergence de la violence.

  • 20 J. W. Duyvendak, Le poids du politique, p. 297.

18Instrumentale ou irrationnelle, légitime ou illégitime, l’action violente protestataire est l’une des formes prises par la contestation collective. Pour autant, toute violence conséquente à la mobilisation sociale est-elle à prendre en compte ? Tout « événement de contestation » suivant l’expression de J. Duyvendak20, est-il à considérer dès lors qu’il implique une violence physique ?

VIOLENCES POLITIQUES, VIOLENCES SOCIALES

19Cette interrogation invite à réfléchir à la nature de la violence surgie des mobilisations collectives. Les années 1976 et 1977 sont celles d’une forte mobilisation sociale qui s’exprime sous la forme d’un large éventail de pratiques, de la grève à la manifestation classique, en passant par les assemblées et les meetings, les rassemblements sur la place publique, les occupations de locaux (usines, églises, théâtres, cinémas), les appels à signer des pétitions, les grèves de la faim, les marches à travers le pays, les fêtes populaires ou festivals de musique, etc. Ces actions sont initiées par des groupes divers, des mouvements sociaux classiques (ouvrier et étudiant) aux partis politiques d’opposition, en passant par les associations civiques (de quartier, de pères de famille, de femmes au foyer, de jeunesse), les mouvements chrétiens et les nouveaux mouvements sociaux féministes, écologistes ou pacifistes. Leurs motivations sont en conséquence variées, les revendications économiques côtoyant les revendications sociales et les exigences plus strictement politiques. Néanmoins elles acquièrent presque toutes une signification politique en raison de leur caractère transgressif. Illicites, elles contestent par leur simple existence la loi et la nature du système politique en place. Manifester, se réunir, faire la grève sont en soi des actes politiques qui revendiquent la légalisation des associations, la reconnaissance de la liberté d’expression, des droits de grève, de manifestation, de réunion. La confusion des champs sociaux et politiques atteint alors son paroxysme.

  • 21 R. Adell Argilés, La transición política en la calle, pp. 219, 226, 292. Adell parle de salto, trad (...)
  • 22 Soit 198 manifestations sur 627, AGA, BI, 11/1/1977-30/7/1977.

20Par ailleurs, les mobilisations populaires sont particulièrement propices au surgissement de la violence physique. Aux débuts de la période, grèves, réunions syndicales, manifestations sont parfois tolérées mais elles sont la plupart du temps interdites et réprimées. Les policiers interviennent pour disperser la manifestation illégale, évacuer l’église ou la salle de cinéma occupées par des syndicalistes clandestins ou déloger les piquets de grève qui empêchent le bon fonctionnement de l’usine. Ils font un usage peu contenu de la force physique suivant les normes répressives du régime franquiste et n’hésitent pas à tirer sur la foule à balles réelles. La violence peut provenir aussi des agents de la protestation radicalisés par des minorités agitatrices internes ou externes au mouvement protestataire — jet de pavés ou de cocktails Molotov contre les forces de l’ordre, casse des vitrines commerciales avoisinantes, destruction du mobilier urbain, construction de barricades, incendie de poubelles, etc. Ainsi près de la moitié des manifestations convoquées à Madrid en 1976 et 1977 prennent la forme d’émeutes violentes, interdites et réprimées brutalement21. Les bulletins d’information quotidiens de la police, étudiés pour le premier semestre 1977, montrent qu’un quart des manifestations sur tout le territoire ont impliqué des incidents22.

  • 23 Sur les mobilisations en faveur de l’amnistie, voir P. Aguilar Fernández, « La amnesia y la memoria (...)
  • 24 R. Adell a démontré que les convocations sociales ont « un contenu politique très élevé » tout en r (...)

21Doit-on dès lors inclure dans notre objet tous les incidents violents qui se sont produits dans des manifestations contre la cherté de la vie ou le chômage, les comportements agressifs des piquets de grève qui bloquent physiquement l’accès à l’usine et menacent de représailles les ouvriers qui persistent à travailler, ou les actions particulièrement musclées de travailleurs en colère qui instaurent un rapport de force avec les autorités sur la place publique — barrages routiers, destructions agricoles, etc. ? Distinguer violence politique et violence sociale n’est pas une entreprise aisée et suppose d’évaluer le degré d’implication politique des conflits sociaux violents, de comprendre l’interaction entre les violences des mobilisations collectives et le processus politique de réforme, de saisir l’impact politique des violences manifestantes. Les conflits sociaux de la transition ont des origines avant tout professionnelles. Leurs motivations sont liées au monde industriel et aux difficultés économiques du moment — protestations contre le gel des salaires, contre les licenciements ou les sanctions contre les travailleurs, pour l’amélioration des conditions de travail, pour la participation aux décisions de l’entreprise, etc. Viennent s’y greffer parfois des revendications politiques : légalisation des syndicats, des associations et donc des partis politiques, élections libres des représentants syndicaux et donc de tous les dirigeants politiques, libertés publiques, etc. La bannière de l’amnistie, qui a fortement mobilisé la population civile, peut aussi être entendue partiellement comme une revendication sociale car elle était souvent brandie pour réclamer la réintégration des employés sanctionnés pour avoir fait la grève ou la libération des délégués syndicaux arrêtés au cours d’une réunion clandestine, plutôt que pour exiger la libération de l’ensemble des prisonniers politiques23. La signification politique de la mobilisation apparaît alors au second plan derrière les motivations proprement sociales24. Mais il est d’autres fois où le politique prend le pas sur le social. C’est le cas des grèves explicitement convoquées sur des motifs politiques, qu’il s’agisse des grèves spontanées, ripostes à des actions répressives locales qui peuvent atteindre une envergure nationale, ou des grèves générales convoquées par les syndicats en 1976 et 1977 dans le cadre de la stratégie de rupture de l’opposition. C’est le cas également des manifestations convoquées à des dates clefs comme le 1er mai ou pour exprimer des revendications directement politiques (comme le droit à l’autonomie ou l’exigence d’une amnistie générale).

  • 25 Il aurait été préférable de prendre en compte également les mobilisations ayant provoqué des blessé (...)

22Afin de ne pas diluer la notion de violence politique dans un trop vaste champ social qui nuirait à son opérativité, l’analyse est ici restreinte aux mobilisations qui ont donné lieu à des victimes mortelles, aisément repérables du fait des répercussions médiatiques et sociales induites qui transforment l’acte manifestant ou conflictuel en violence particulièrement intolérable25. La dimension politique de l’événement est alors d’autant plus marquée que, dans la plupart des cas, ce sont les forces policières qui sont responsables des morts violentes : la violence est alors interprétée comme la conséquence du système répressif de l’État dont il est fait le procès.

II. — À LA DÉCOUVERTE DES VIOLENCES DE LA TRANSITION ESPAGNOLE

23Maintenant que le champ de la violence politique a été délimité, surgit un second défi, celui du chemin à suivre pour approcher au mieux la réalité de ses manifestations.

LE CHEMIN DE LA CONNAISSANCE

24S’est ici imposée la nécessité de procéder au recensement des actes de violence, seul moyen d’accéder à la matérialité des faits, à la finesse du réel, d’en saisir les formes et les rythmes pluriels. Le corpus construit est conçu d’une part comme un instrument de connaissance des faits violents qui préserve leur complexité et soit le point de départ d’une analyse qualitative plus approfondie et, d’autre part, comme une base codifiée de données qui permette leur traitement quantitatif et statistique.

  • 26 P. Braud, Violences politiques, p. 22.

25Pourquoi avoir tenu à chiffrer les violences de la transition ? Certes, la quantification facilite les comparaisons avec d’autres contextes nationaux, utiles à l’heure de mesurer le poids respectif des faits et des représentations dans les processus de changements historiques. Mais surtout, seul le chiffre m’a semblé capable de mettre en cause le mythe d’une transition pacifique si puissamment ancré dans les consciences. D’autant que, paradoxalement, la nature même de la violence invite à recourir au chiffre. On entend souvent dire, avec raison, que compter les morts n’explique rien, voire que l’abstraction numérique constitue un voile qui s’interpose entre la réalité et sa connaissance et crée d’artificiels effets de seuils qui brouillent l’ineffable souffrance inhérente à la violence. Pourtant, le chiffre aide à couper court à toute tentative de négationnisme dont la violence comporte en elle-même le risque, tant elle a tendance à être niée ou euphémisée par ceux qui l’ont commise et tue par ceux qui l’ont subie. Et même si notre objet ne comporte pas de violences extrêmes qui sont celles qui se retrouvent au cœur des entreprises négationnistes, des mécanismes similaires de refoulement sont perceptibles dans ce refus collectif de voir la violence qui a parsemé la période de la transition. Les « bilans ne sont pas seulement des instruments de connaissance ; ils sont aussi des arguments » (P. Braud)26 nécessaires au dévoilement de la réalité et à la déconstruction du discours de sa négation.

  • 27 Sur l’action collective en général, voir les travaux de C. Tilly, La France conteste et de S. Tarro (...)

26La démarche suivie s’inscrit donc dans la lignée des analyses quantitatives des conflits sociaux, des mobilisations collectives et de la violence, en vogue dans la sociologie anglo-saxonne et européenne27, tout en veillant à échapper aux travers des séries longitudinales qui portent sur des temporalités et des espaces tellement vastes qu’ils tendent à diluer l’objet dans une réalité abstraite. Non seulement la période abordée dans ce livre est courte et constitue un temps historique signifiant, qui rend possible la constitution de séries homogènes et continues, mais le fait d’avoir fabriqué mon propre corpus garantit aussi la fiabilité du résultat. Ce corpus est fondé sur le croisement de sources extrêmement variées.

  • 28 Je tiens ici à remercier vivement Rosana de Andrés, directrice des Archives générales du ministère (...)
  • 29 Il m’a été par exemple impossible d’avoir accès aux archives de la Police, notamment de la DGS, et (...)
  • 30 Voir I. Renaudet, Un parlement de papier.
  • 31 Le quotidien a été systématiquement dépouillé sur la période 1976-1982.

27Face au relatif échec de ma quête initiale de statistiques officielles satisfaisantes28 et devant les difficultés d’accès à la plupart des archives sur la période, en raison de sa proximité temporelle29, la presse a représenté une source d’information cruciale. Soumise à une censure limitée depuis la loi sur la presse de 1966, la presse dispose dès 1976 d’une liberté d’expression croissante30 et relate avec précision l’évolution politique de l’après-franquisme. El País, titre emblématique de la transition fondé en mai 1976 dans le but avoué de servir la démocratisation, a donc naturellement constitué le noyau du recensement31, avant d’être complété par la consultation d’autres quotidiens nationaux, ABC, Informaciones, Diario 16, et hebdomadaires (Triunfo, Cambio 16, Cuadernos para al Diálogo, Punto y Hora de Euskal Herria).

  • 32 Ces mémoires sont des rapports annuels remis au ministère de l’Intérieur par le gouverneur civil, r (...)
  • 33 Le ratio est variable, il oscille sur la période entre 18 et 40 % (AGA, Memoria del Gobierno Civil, (...)
  • 34 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1976, 1977, 1980.

28Diverses archives administratives ont pu être consultées, à commencer par les Mémoires annuels des Gouvernements civils32. L’échantillon choisi concerne, sur l’ensemble de la période, les grandes provinces les plus touchées par la violence — Madrid, Barcelone, les trois provinces basques (Álava, Guipúzcoa, Biscaye) et la Navarre — ; les Canaries, victimes d’une violence séparatiste ; la province de Valladolid exemplaire par l’intensité des violences d’extrême droite et celle de Valence, fortement peuplée bien qu’apparemment peu touchée par la violence politique, en guise de comparaison. Ces rapports, inégaux, ont surtout enrichi le corpus pour les années 1975 à 1978, l’uniformisation d’un nouveau modèle administratif, imposé à partir de 1979, ayant laissé moins de place à l’information qualitative au profit de données standardisées moins profitables. Globalement, ils ont confirmé a posteriori la validité du premier recensement, tout en ajoutant un nombre important de données inédites. Une étude comparative des événements violents recensés par notre base en Navarre et de ceux fournis par les seuls mémoires du Gouvernement civil de la province, qui sont les plus riches en informations et dont on dispose la série la plus complète, montre que ces derniers ont ajouté un tiers des données de la base. Autrement dit, la presse consultée a fourni deux tiers des événements totaux considérés finalement33. Une étude similaire pour la province du Guipúzcoa montre un meilleur taux de représentation des actions violentes dans les quotidiens : sur les trois années bien couvertes par les rapports, à savoir 1976, 1977 et 1980, 14 % seulement des actions n’y sont pas notifiées, l’année 1980 marquant une nette amélioration (le taux baisse à 8 %)34. En outre, la comparaison montre que les événements non présents dans la presse sont rarement des attentats contre des personnes mais plutôt des actions matérielles aux faibles conséquences. Sont par exemple souvent précisées dans les rapports des Gouvernements civils des séries d’explosion qui, ayant eu lieu un même jour, sont notifiées dans le journal comme un ensemble indivisible, et donc comptabilisées comme un seul événement, alors que la source administrative précise la cible et la localisation de ces actions, permettant leur intégration plurielle à la base de données.

29Les dossiers du fonds du Gouvernement civil de Madrid, que j’ai pu consulter pour moitié grâce au hasard des méandres archivistiques et dont l’accès est désormais restreint, ont également enrichi le fichier. Composés de documents divers (tracts de propagande, notes de presse, etc.), et surtout de dossiers et rapports de police sur les troubles de l’ordre public, ils sont très complets sur certains moments où l’activité violente a été particulièrement dense à Madrid, entre 1976 et 1979. Ils n’ont pourtant pas ajouté un nombre significatif d’événements à notre base, El País relatant avec une grande exhaustivité les événements qui touchent la capitale.

  • 35 Créé par Fraga en 1962 du temps où il était titulaire de ce ministère et supprimé après les électio (...)
  • 36 AGA, BI, 11/1/1977-30/7/1977.
  • 37 El País n’apporte que 38 % des données de ce semestre. À l’inverse, 12 % du total des faits a été f (...)
  • 38 Ces 38 % d’événements supplémentaires pour le premier semestre 1977, soit près de 300, provoquent u (...)

30Pour les années 1975 à 1977, le fonds du Cabinet de liaison du ministère de l’Information et du Tourisme35, dont certains cartons portent explicitement sur les questions d’ordre public, a été fort utile. Les notes de presse, articles de journaux et notes des délégués du ministère dans les provinces qu’il contient ont participé à une meilleure connaissance des altérations de l’ordre dans les premières années de la transition. La série constituée par les bulletins d’information quotidiens rédigés par ce cabinet, trouvée par un heureux hasard au milieu du fonds précédent, et portant sur les mois de janvier à juillet 1977, a composé un échantillon précieux36. Ces bulletins rapportent en effet les perturbations de l’ordre public sur l’ensemble du territoire national, jour après jour, d’après les informations fournies par la police. Les événements, une fois intégrés à la base de données, ont permis de l’enrichir de 38 % de faits : ce chiffre, considérable, révèle les limites de l’information trouvée dans El País37. Notre corpus dispose donc d’une information exceptionnellement complète pour le premier semestre 1977, à tel point qu’il a été jugé préférable de ne pas inclure ce surcroît d’événements dans les analyses qui portent sur la longue durée, afin de ne pas biaiser leur interprétation globale38.

31Les Mémoires du procureur général du Tribunal suprême, rapports annuels de synthèse rédigés à partir des rapports fournis par les procureurs de province, ainsi que les sentences du même Tribunal, ont contribué à préciser le sens attribué par le pouvoir au début de la période aux libertés politiques (et donc à leurs transgressions), à la gravité et aux motivations des actes terroristes, ainsi qu’à comprendre le système de sanction de ces actes. En outre, les statistiques fournies par les Mémoires ont pu compléter ponctuellement l’approche numérique apportée par notre corpus.

  • 39 Comptes-rendus des séances et bulletins officiels sont disponibles sur le site internet du Congrès (...)
  • 40 Voir infra dans l’annexe III (pp. 475-476) la liste des séances parlementaires directement concerné (...)

32De même, la consultation des fonds du Parlement, espace politique par excellence, s’est imposée pour comprendre les conflits idéologiques, politiques, symboliques, législatifs, les mutations du sens accordé au monopole étatique de la violence et à la violence contestataire dans l’espace démocratique en construction ainsi que de la politique menée pour lutter contre elle (maintien de l’ordre et lutte antiterroriste). La violence et sa contention se trouvent bien présentes au cœur des enjeux de la nouvelle démocratie, comme l’a prouvé le dépouillement systématique des comptes-rendus des séances parlementaires (plénières et celles de la Commission de l’intérieur) et du bulletin officiel du Congrès depuis la formation du premier Parlement démocratique en 197739. Certaines séances ou initiatives parlementaires ont notablement contribué à enrichir notre fichier, notamment quand le ministre de l’Intérieur, poussé par l’opposition, y expose des statistiques déterminantes et éclaircit des événements restés obscurs40.

  • 41 Je tiens à remercier ici chaleureusement Leopoldo Calvo-Sotelo, Rodolfo Martín Villa, Nicolás Sarto (...)
  • 42 http://www.interior.gob.es/ et http://www.guardiacivil.es.
  • 43 Voir le site du COVITE (Collectif des victimes du terrorisme au Pays basque), http://www.covite.org (...)
  • 44 Tels la thèse de L. Castro pour les GRAPO, dont l’index final qui inventorie les actions violentes (...)

33Enfin, le recours à une documentation diverse a permis d’enrichir la connaissance de certains événements, de leur contexte, de leur réception et de leurs conséquences. Les rapports des associations de défense des droits de l’homme, Amnesty International et l’APDHE (Association espagnole de défense des droits de l’homme) ont été épluchés pour une meilleure approche de la torture et des violations des droits de l’homme. Les témoignages édités des acteurs de la période, systématiquement consultés, ont été complétés par la réalisation d’entretiens oraux avec des protagonistes de premier plan41. Chroniques, enquêtes journalistiques, ressources électroniques diverses ont aussi été utilisées, avec les précautions requises par ce type de sources. Ainsi, les informations sur les victimes mortelles du terrorisme ont été maintes fois recoupées, avec les sites web du ministère de l’Intérieur, en particulier celui de la Garde civile42, ceux des associations de victimes du terrorisme43 ainsi qu’avec un certain nombre d’ouvrages monographiques44. Le nombre de morts comptabilisé dans la base frôle donc l’exhaustivité.

TYPOLOGIE DES ACTIONS VIOLENTES DE LA TRANSITION

34Il a ensuite fallu classer et codifier les événements relevés dans les sources, suivant des catégories construites pour répondre tant aux impératifs théoriques décrits précédemment qu’aux exigences complexes du réel. La typologie qui en résulte ne prétend pas être érigée en modèle théorique mais propose un cadre cohérent et structurant dans lequel tous les événements violents rencontrés ont leur place.

  • 45 El País 16, 25-29/5/1976.
  • 46 Voir les bilans statistiques des deux premiers trimestres 1975 et 1976 émanant du ministère de l’In (...)
  • 47 « Unidad de Policía Judicial para delitos de terrorismo. Aplicación del Decreto-Ley 30/6/78 y Ley 4 (...)
  • 48 Voir infra pp. 299-306.
  • 49 « Informe de la Jefatura Superior de Policía sobre acciones cometidas por bandas armadas durante lo (...)

35Les sources elles-mêmes présentent des éléments de classification. El País, à ses débuts en mai 1976, propose plusieurs bilans des actions violentes. Les attentats seuls sont recensés, classés en fonction de l’arme utilisée, des cibles visées et de l’effectivité de l’action : explosions, bombes désactivées par la police, attentats contre des personnes (définis comme « agression personnelle pour des motifs idéologiques, mort violente consécutive à des affrontements politiques »), attentats par arme à feu contre des biens, lancements de cocktails Molotov, incendies provoqués, destructions matérielles, menaces de mort par lettre anonyme et fausses alertes à la bombe45. La classification fournie par les autorités policières est elle aussi très instructive46. Au début de la période, les documents séparent les « actions terroristes » des « autres actions ». Les premières désignent ce que notre typologie regroupe sous la rubrique attentat ou menace : explosions, engins explosifs (la distinction suggère que cette seconde catégorie signale des engins qui n’ont pas explosé), menaces d’explosifs (alertes à la bombe), vols d’explosifs et d’armes, hold-up, attentats (ce terme désigne ici les attentats commis contre les personnes avec armes à feu, car lui succède immédiatement le nombre de morts et de blessés), menaces anonymes. Les « autres actions » rassemblent des actions diverses, des altérations de l’ordre (affrontements avec les forces de l’ordre, manifestations, rassemblements, assemblées, occupations de locaux) aux arrestations, en passant par les offenses au drapeau national, les désordres liés aux conflits sociaux ou les mutineries dans les prisons. Certaines sont incluses dans notre typologie sous la rubrique altérations de l’ordre public, d’autres en sont exclues soit parce qu’elles n’ont pas de caractère strictement politique, soit parce qu’elles ne font pas intervenir directement la force physique. Les documents administratifs plus tardifs s’intéressent plus spécifiquement aux délits de terrorisme, dans ce cas la classification est autre car la définition qui leur est donnée est plus étroite. Ainsi un rapport de l’unité de Police judiciaire pour les délits de terrorisme, daté de 1979, classe les actions terroristes en assassinats, enlèvements, explosifs et vols à main armée47. Disparaissent alors les actions non effectives (comme les bombes qui n’ont pas explosé et les menaces), celles qui supposent une organisation et une intensité moindres (comme l’utilisation d’armes moins puissantes, tels les cocktails Molotov), et les troubles plus diffus de l’ordre public qui ne sont pas le fait de groupes terroristes structurés. Cette restriction s’explique par la meilleure définition qui est progressivement donnée au phénomène terroriste48. À la fin de la période, la catégorisation policière précise encore les types de violences. Ainsi un rapport de la préfecture de police de la province de Biscaye décline les actions commises par les bandes armées en 1982 et 198349 de la façon suivante : « attentats contre la vie » suivis du nombre de morts et de blessés, subdivisés en fonction des armes utilisées (explosifs, armes courtes et longues, autres comme le lance-grenades) ; vols à main armée ; poses d’explosifs déclinées en sous catégories en fonction du résultat (« causant des dommages matériels », « causant la mort » et « bombes désactivées ») ; enlèvements, réussis ou manqués ; et menaces. Cette catégorisation, bien plus détaillée qu’en 1977, prend en compte la gravité intentionnelle de l’acte et son résultat.

36Ces documents ont conforté quelques choix fondamentaux de la typologie : la différence essentielle qui sépare les violences commises par des groupes de la société civile et celles commises par des agents de l’État, ces dernières n’étant jamais recensées dans les bilans des autorités ; la séparation de plus en plus nette entre les attentats d’un côté et les altérations de l’ordre public de l’autre, qui n’engagent pas les mêmes ressorts ni matériels, ni politiques ; la prise en compte non seulement des actions réalisées, mais aussi des menaces de violences. Tout en s’efforçant de réunir le plus grand nombre de critères — responsables de l’action (agents de l’État ou non), arme utilisée, cible visée ou atteinte (biens ou personnes), circonstances (troubles de l’ordre public ou acte isolé), effectivité (menace ou action tangible), conséquences (dégâts matériels ou blessures corporelles) — le résultat obéit aussi à un souci d’homogénéisation des données sur la période. Il configure ainsi le répertoire des actions utilisées de fait par les groupes violents de la transition (tableau 1, p. 32).

37La typologie est construite autour de la distinction entre violences d’État et violences contestataires, qui structure également le présent ouvrage. Le coup d’État militaire se situe à la frontière car si d’un côté, ce sont des agents de l’État, militaires de carrière ou gardes civils, qui en sont les acteurs de l’autre, le but de l’action est subversif en ce qu’il s’élève contre le pouvoir en place pour le remplacer par un autre. Si le caractère subversif de l’action prédomine largement dans sa finalité, ses ressorts sont à chercher dans les résistances d’une institution, l’armée, qui peine à s’accommoder à la démocratisation. De fait, pendant la transition, si les pressions des militaires ont été constantes, seul un putsch a été effectif et a échoué, celui du 23 février 1981 — le « 23-F » — pendant que deux autres tentatives ont avorté avant d’avoir vu le jour, la conspiration « Galaxie » de novembre 1978 et celle du « 27-O » prévue pour le jour des élections législatives de 1982.

38Les violences contestataires sont pour leur part déclinées en deux sousensembles qui ont émergé au fil de l’analyse : d’une part les violences terroristes et, d’autre part, les violences de basse intensité.

TABLEAU 1. — Typologie des actions violentes

TABLEAU 1. — Typologie des actions violentes

a) Les violences terroristes

  • 50 Il ne semble pas exister de définition consensuelle et satisfaisante du terrorisme parmi le monde s (...)
  • 51 La définition que propose F. Reinares me convient assez : « forme d’action collective caractérisée (...)
  • 52 W. Laqueur, Una historia del terrorismo, pp. 141 et 156 sq.
  • 53 Sur la guerre asymétrique, voir J. Baud, La guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur et B. Cou (...)
  • 54 Inversement, l’utilisation de l’assassinat politique, de l’explosif ou de la prise d’otages n’est p (...)
  • 55 L’expression est utilisée par W. Laqueur (Una historia del terrorismo, p. 125) et P. Wilkinson (Ter (...)

39J’ai jusque-là sciemment omis d’utiliser le terme de « terrorisme » tant il est porteur d’enjeux idéologiques et symboliques qui en obscurcissent la réalité. La conjoncture internationale qui a suivi l’attentat du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles de New York a fortement contribué à la confusion sémantique, tout en ayant suscité un boom des publications sur le terrorisme. Sans revenir ici sur les nombreuses controverses qui l’entourent, il est nécessaire d’en préciser le sens à partir du moment où j’en fais l’usage. Polysémique50, le terme de terrorisme contient une constante implicite : délégitimer le sens de l’action de ceux qui sont taxés de terroristes. Or ce jugement éthique négatif va à l’encontre de la neutralité axiologique revendiquée précédemment, ce n’est donc pas en ce sens-là que le terme est ici utilisé mais au sens instrumental de forme d’action : les violences terroristes sont celles qui sont commises au sein de groupes identifiés et structurés, capables de planifier et d’organiser des opérations violentes à la forte intentionnalité meurtrière51. Au-delà d’un continuum de modalités violentes qui peuvent être utilisées par l’ensemble des acteurs, certaines formes d’action apparaissent comme des techniques de guerre typiques des pratiques terroristes : la dague, le pistolet puis la dynamite étaient l’apanage des terroristes du XIXe siècle, tandis que les assassinats, les braquages, les pratiques de chantage et de rançonnement, les attentats à la bombe, les prises d’otages, les détournements d’avion sont les techniques terroristes du XXe siècle52. Obéissant à la logique de la recherche de l’efficacité à moindre coût, ce type d’action présente, avec peu de moyens, un visage spectaculaire et souvent meurtrier. Perçu comme l’arme du faible dans un contexte de guerre asymétrique53 qui s’inscrit dans la même logique que la guérilla et s’oppose aux guerres dites conventionnelles entre États, le terrorisme se présente comme une forme de guerre indirecte contre un État plus fort militairement. Il repose sur une stratégie de terreur, qui recherche une visibilité et un impact social sans commune mesure avec le résultat immédiat de l’action, notamment par le biais des médias. Il accorde à cette stratégie armée une centralité telle qu’elle en devient sa marque identitaire, même s’il peut recourir à d’autres formes d’action, en témoigne la fréquente coexistence au sein d’un même groupe d’un appareil militaire avec un appareil politique54. Se dessine ainsi une sorte d’idéal type terroriste, aussi qualifié par certains de « terrorisme pur »55, associé à un répertoire d’actions défini, limité, prédominant et central.

  • 56 Les braquages de banques ou d’armurerie font aussi partie de ce répertoire d’actions, ils sont cepe (...)
  • 57 Ont été distingués les engins explosifs désactivés de ceux qui explosent car pendant la transition, (...)
  • 58 Les quelques exceptions à ce schéma sont l’attentat commis par l’ETA dans la cafétéria Rolando à Ma (...)
  • 59 À près de 90 %, en incluant les explosions et les bombes désactivées.

40De fait, assassinats à l’arme à feu, explosions et kidnappings sont les trois formes d’action privilégiées des organisations terroristes rencontrées dans la transition56. C’est en ce sens que certains attentats apparaissent comme typiquement terroristes. L’ETA, les GRAPO, le MPAIAC (Mouvement pour l’autodétermination et l’indépendance de l’archipel canarien), Terra Lliure et les groupes contre-terroristes qui opèrent au Pays basque sont à l’origine des trois quarts de ce type d’attentats contre 13 % pour les nébuleuses extrémistes situées à droite et à gauche de l’éventail politique. Ce sont également les formes d’action qui ont la plus forte effectivité meurtrière puisque la quasi-totalité des personnes décédées des suites de la violence protestataire, 92 %, en sont victimes. Les trois quarts d’entre elles ont été tuées par balles, le revolver ou la mitraillette étant l’arme de mort la plus accessible et la plus efficace. Si l’arme à feu est destinée à tuer, l’engin explosif est destiné à détruire. En effet si la bombe est l’arme la plus fréquemment utilisée pendant la période — dans plus du tiers des actions contestataires si l’on additionne les bombes qui ont explosé et celles qui ont été désactivées57 — elle est nettement moins meurtrière (11 % des morts de la violence contestataire). Loin de l’image couramment répandue du terrorisme aveugle et indiscriminé, rares sont, pendant la période, les attentats à la bombe destinés à tuer massivement58. Ils visent majoritairement des biens59, explosent souvent de nuit ou après que les terroristes ont prévenu de la détonation imminente, permettant ainsi l’évacuation préalable de la zone. L’attentat à l’explosif n’en est pas moins l’apanage des groupes terroristes en ce qu’il suppose une certaine logistique, la capacité matérielle de se procurer de la dynamite (achat ou vol), la connaissance des procédés de fabrication et des précautions de manipulation. Le kidnapping n’a pas non plus une visée meurtrière puisque dans 10 % des cas seulement il se solde par la mort de la victime. Il est une pratique utilisée surtout par l’ETA pour renflouer ses caisses en échange d’une rançon et dissuader les rétifs à l’acquittement de l’impôt révolutionnaire.

b) Les violences de basse intensité

  • 60 Sont comprises ici les agressions physiques d’un individu isolé par un nombre réduit de personnes, (...)
  • 61 Rappelons que ne sont comptabilisées que les manifestations violentes à signification politique aya (...)

41Les actions violentes de basse intensité ne font pas, à l’inverse, partie du répertoire d’actions privilégié des bandes armées organisées — même si celles-ci peuvent en faire ponctuellement usage. Elles n’ont pas pour finalité de tuer mais visent plutôt des biens et ne représentent qu’à peine 3 % des victimes mortelles de la contestation, ce qui justifie l’appellation choisie pour les qualifier. Diffuses, moins spectaculaires, plus spontanées, elles sont plus de l’ordre du trouble de l’ordre public et de l’émeute urbaine que de l’action terroriste, tout en pouvant causer des dommages matériels importants. En font partie les attentats de basse intensité composés des attentats au cocktail Molotov, des sabotages matériels divers et des agressions isolées d’individus60, ainsi que les altérations de l’ordre public et les menaces de violence. Contrairement à l’attentat qui est un acte individuel ou commis par un petit groupe d’individus, l’altération de l’ordre suppose une action collective à plus grande échelle qui implique un trouble manifeste dans l’espace public61. Les affrontements se déroulent classiquement sur la place publique entre plusieurs groupes politiques rivaux et identifiables, tandis que les intrusions de groupes extrémistes se traduisent par des irruptions collectives dans un bar, un cinéma, un local associatif au cours desquelles les acteurs terrorisent les individus présents en les bousculant, en les insultant, en les frappant avec des matraques ou des chaînes ou en détruisant les biens environnants. Pratiques d’intimidation avec usage de la force physique, elles se rapprochent dans leur objectif des démonstrations de force sur la place publique menées par les groupes radicaux, entrées sous l’étiquette intimidation sans violence physique. Menaces de violence, ces dernières n’en constituent pas moins des altérations notoires de l’ordre public.

  • 62 Ainsi des données policières comparatives, portant sur les deux premiers semestres 1975 et 1976 dén (...)
  • 63 C’est ce que suggèrent les mémoires du Gouvernement civil de Valladolid pour les années 1984 et 198 (...)

42La menace dite anonyme ne s’inscrit pas pour sa part dans une relation de face à face, mais suppose une distance introduite par le biais utilisé (lettre, appel téléphonique). Elle est généralement une menace de mort qui cherche à terroriser un secteur de la population. Elle contribue donc à part entière au climat de violence, à tel point qu’elle est incluse dans les sources comme un acte potentiel de violence. À notre période elle est le fait soit de l’ETA, qui l’utilise comme un moyen de se financer et comme un élément de sa stratégie de terreur et de contrôle de la société basque, soit des groupes d’extrême droite qui s’en servent comme outil d’intimidation à l’encontre des centres culturels, des librairies, des personnalités politiques de l’opposition, des sympathisants nationalistes ou communistes. Les archives font aussi généralement mention des alertes à la bombe. Ces dernières sont néanmoins exclues de l’étude en raison de l’impossibilité de déterminer le degré de leur implication politique, l’alerte pouvant être autant un canular qu’une action etarra. Or les fausses alertes à la bombe semblent être légion pendant la période, comme le suggèrent les archives du début de la période qui dénombrent une à deux alertes par jour62. Elles semblent même s’intensifier une fois la démocratie consolidée63.

c) Les violences d’État

  • 64 Il aurait été préférable de prendre en compte également les cas de violences provoquant des blessés (...)

43Les violences d’État ne sont pour leur part comptabilisées dans le fichier que dans la mesure où elles ont provoqué des victimes mortelles, non seulement en raison de la fiabilité des données64, mais aussi car c’est l’existence d’une victime qui provoque la mobilisation de l’opinion et érige l’action de maintien de l’ordre en répression intolérable, en violence illégitime. L’événement meurtrier est alors le révélateur d’une menace existante mais cachée, liée aux dysfonctionnements latents de l’appareil répressif de l’État.

  • 65 Voir infra p. 351.

44Les violences policières sont composées de deux grandes catégories d’incidents qui surgissent dans la pratique quotidienne du maintien de l’ordre. Les bavures commises dans le cadre manifestant se produisent lorsque l’intervention des forces de l’ordre dans le contrôle ou la dispersion d’une manifestation avec les moyens habituels — charges collectives, usage de canons à eaux, de grenades lacrymogènes, de fumigènes, de matraques, de balles en caoutchouc, tirs à balles réelles —, se solde par la mort de civils. L’ incident intervient pour sa part quand les forces de l’ordre, en poursuivant un délinquant ordinaire ou un terroriste présumé, en effectuant un contrôle d’identité auquel tente de se soustraire l’individu, en interpellant une personne en train de commettre un délit (tel peindre un graffiti de propagande sur un mur), font usage de leur arme à feu et provoquent des blessures irrémédiables sur les individus interpellés ou sur des piétons alentour. Quant à la torture, elle est intégrée aux violences d’État suivant en cela les définitions internationales qui la conçoivent comme une pratique émanant exclusivement du pouvoir65. La torture existe à l’époque de la transition bien qu’elle soit un phénomène tu et peu connu, elle a généralement lieu dans les commissariats de police, les casernes de la Garde civile ou les sous-sols de la DGS (Direction générale de la Sûreté) à Madrid lors des interrogatoires menés au cours de la garde à vue et excède grandement les quelques cas de décès qui seuls sont mentionnés dans notre fichier.

45Enfin, on ne peut conclure ce paragraphe sans mentionner les formes paraétatiques de lutte contre le terrorisme, aussi qualifiées de « guerre sale ». Cette catégorie n’est pas explicitement inscrite dans la typologie parce que les agents de l’État ou les mercenaires qui agissent sous couvert des autorités ont recours au répertoire d’actions terroriste pour réaliser leurs objectifs. L’attentat dit terroriste n’est donc pas l’apanage des violences protestataires, la violence d’État peut aussi être terroriste et avoir recours à la pose de bombe, à l’enlèvement, à l’assassinat. D’ailleurs, le terme « terrorisme » apparaît pour la première fois dans le Dictionnaire de l’Académie Française, dans son supplément de 1798, pour désigner un « régime de terreur » qui faisait référence à la Terreur instaurée par Robespierre en 1793-1794 et définissait donc un système étatique et non une action insurgée. Les actions violentes de lutte contre l’indépendantisme basque, menées avec la complicité voire la collaboration des autorités, sont donc entrées dans la catégorie des violences protestataires d’extrême droite tout en bénéficiant d’un traitement interprétatif spécifique (chap. viii).

d) Cibles et victimes

  • 66 Voir infra dans l’annexe I (p. 471) un exemple de « formulaire » de la base de données.

46Au-delà de la typologie présentée, chaque action violente est caractérisée par l’indication de la date, du lieu, de l’auteur, de ses motivations (si elle a été revendiquée, quelle était la cible visée, quels sont les motifs ou les circonstances éclairant le sens de l’action), de ses effets directs et indirects entrevus dans la place de la sanction (si les auteurs présumés ont été arrêtés et jugés), de l’impact sociopolitique de l’action (s’il y a eu des réactions populaires et politiques, si l’événement a fait l’objet d’une mention au Parlement), ou encore de la spirale de violences qu’elle a pu engendrer. Une place est aussi donnée au récit du détail de l’événement ainsi qu’à la notification des sources d’où l’information a été tirée66. Chaque catégorie a fait l’objet d’une typologie propre, au service de l’interprétation des données. Celle qui s’intéresse au résultat de l’action violente est particulièrement signifiante et mérite quelques explications. La prise en compte combinée des cibles visées et des cibles effectivement touchées permet en effet de mesurer à la fois l’intentionnalité de l’action et la gravité tangible de son résultat. Ainsi, quand une bombe explose de nuit dans un entrepôt, il est juste d’estimer que l’attentat visait un bien matériel sans a priori une volonté de tuer, tandis que quand des individus tirent à bout portant depuis une moto contre un policier, il semble très probable que l’action avait pour but de blesser ou tuer l’agent mitraillé. Bien que nombre de situations soient moins limpides que celles-ci, j’ai pu construire une typologie des cibles qui rassemble tous les cas rencontrés dans les sources, autour de la distinction fondamentale entre biens et personnes (tableau 2, p. 40).

  • 67 Si le terme est problématique, de fait pendant notre période, les seuls acteurs violents qui décède (...)

47Le terme victime est adopté ici dans son sens le plus neutre de personne touchée physiquement par la violence, sans avoir été nécessairement blessée ou tuée. Les sources de presse, les documents administratifs et même les ouvrages académiques ne retiennent généralement sous ce vocable que les individus « morts », parfois « blessés », sans plus de précision sémantique, ce qui rend utopique l’espoir de trouver des chiffres concordants. Par exemple, faut-il comptabiliser les terroristes, ces violents — pour leur donner un nom générique — qui meurent des suites d’un acte de violence (erreur de manipulation d’explosifs, tortures, attentat d’un camp adverse) ? Les sources officielles ne retiendront des fusillades qui éclatent entre violents et forces de l’ordre que les agents de l’État décédés et ne sauront que faire des militants etarras tués dans des attentats perpétrés par l’extrême droite, biaisant ainsi le bilan global des victimes. Fidèle à notre parti pris théorique clinique exempt, à ce stade de l’analyse, de tout jugement éthique sur la responsabilité de la violence, ont été inclus parmi les victimes les terroristes67 supposés, à partir du moment où leur mort a été provoquée directement par un acte de violence politique. Pour les mêmes raisons ont été retenus, parmi les victimes de la violence étatique, les délinquants de droit commun, indicateurs du caractère répressif des agents de l’État dotés du monopole de la violence. Ce choix permet d’établir des comparaisons avec d’autres pays démocratiques et d’évaluer si les bavures sont révélatrices d’habitus hérités du régime dictatorial précédent ou si elles ne sont que les conséquences incompressibles d’une fonction difficile, sujette à l’émotion et à l’erreur. Ce choix se justifie d’autant plus que, parfois, la société a pu réagir avec la même émotion pour un délinquant tué par les forces de l’ordre que pour un militant communiste, transformant une erreur policière en événement politique. La catégorie pose néanmoins problème : comment distinguer le délinquant ? Il est celui qui commet un délit de droit commun, celui qui provoque une fusillade avec les forces de l’ordre lors d’une interpellation pour trafic de drogues, celui qui est poursuivi pour vol de voiture. Considéré comme un criminel dans les sources policières, il est taxé de délinquant aussi dans les sources de presse : c’est à cette stigmatisation commune que renvoie ici l’emploi de ce terme, sans préjuger pour autant de la culpabilité de la victime.

  • 68 De façon générale, deux indicateurs vont permettre, au fil de l’ouvrage, de mesurer la violence : l (...)
  • 69 Voir là-dessus les réflexions de M. Wieviorka, El terrorismo, pp. 26 sq.

48Au-delà de ces cas particuliers, notre fichier comporte l’avantage inédit de pouvoir établir des statistiques, non seulement sur les morts, mais aussi sur l’ensemble des personnes touchées par la violence politique68. Ces victimes sont distinguées suivant les catégories utilisées le plus couramment dans les sources : corps armés (forces de l’ordre ou militaires professionnels), autorités civiles qui représentent le pouvoir (ministre, député, maire, conseiller municipal ou juge sont les cibles les plus fréquentes), terroristes et civils. Ces derniers forment un ensemble hétérogène qui a été décomposé, non pas en fonction de types prédéterminés à partir de critères objectivés de différenciation, comme par exemple les catégories socioprofessionnelles, mais en fonction des perceptions des acteurs impliqués. Les violents choisissent en effet leur cible en fonction d’une stigmatisation qui prend sens au regard de leur imaginaire symbolique et de l’objectif qu’ils assignent à leurs actions69. Cet étiquetage est également signifiant pour l’opinion publique réceptrice du message alloué par les violents à leur action, il est d’ailleurs repris comme tel dans les sources de presse. Certains civils sont touchés pour être des vecteurs symboliques du pouvoir, du monde politique ou du monde économique alors que d’autres, qualifiés par défaut d’anonymes, ne témoignent d’aucun critère d’appartenance qui les transformerait en cible privilégiée de la violence, ils représentent l’idéal-type du civil qui compose l’ordinaire de la société espagnole. Ainsi un individu agressé par des militants d’extrême droite pour avoir participé à une manifestation en faveur de l’amnistie sera caractérisé comme un civil appartenant au monde politique au sens large car il aura été choisi comme cible pour être un symbole de l’opposition démocratique. En ce sens, la typologie ne répond pas à une velléité d’objectivation intrinsèque, elle est plutôt une tentative d’approche du statut social symbolique des cibles de la violence.

TABLEAU 2 — Typologie des cibles des violences (1)

TABLEAU 2 — Typologie des cibles des violences (1)

49C’est ce même objectif qui a guidé la qualification de la nature des biens touchés par la violence ainsi que l’intégration de l’ensemble des cibles — biens et personnes — dans une seconde grille d’analyse (tableau 3, p. 42). Car au-delà du bien touché, c’est son statut symbolique qui motive l’acte violent : un bar était incendié par un cocktail Molotov pour être fréquenté habituellement par des sympathisants d’extrême droite ou appartenir à un nationaliste basque, de même que l’incendie d’une voiture d’immatriculation française dans le cadre d’une campagne contre l’extradition des Basques visait à dénoncer l’implication de la France dans le conflit basque. Pour cette raison, le bar attaqué et la voiture incendiée ont été considérés comme des vecteurs du monde politique au sens large et non comme un simple patrimoine privé. Cette seconde typologie permet une interprétation globale du sens à donner à la violence politique. Celle-ci s’infiltrait-elle dans les moindres recoins de la société civile ou obéissait-elle majoritairement à des codes symboliques déterminés par les violents et compris par tous ? Être un citoyen ordinaire replié sur sa vie privée garantissait-il d’être protégé contre la violence ? Autant de questions essentielles pour comprendre la signification et l’impact tant social que politique de la violence perpétrée pendant la transition.

TABLEAU 3. — Typologie des cibles des violences (2) : interprétation

TABLEAU 3. — Typologie des cibles des violences (2) : interprétation

UN CORPUS INÉDIT

  • 70 Pour l’analyse statistique, ont été ôtés des 3 195 événements les 268 apportés par les seuls bullet (...)

50Le résultat de ce travail de recensement et de classification est un corpus de près de 3 200 événements violents compris entre le dernier trimestre 1975 et la fin de l’année 1982, inédit tant par sa taille70 que par son degré de précision analytique. Ce chiffre considérable, qui ne constitue qu’un minimum, est bien supérieur aux estimations existantes jusque-là.

  • 71 J. L Piñuel, El terrorismo en la transición española, p. 25.
  • 72 Par attentat, il entend le tir par balles, l’attaque à main armée, l’assaut, l’agression sans arme (...)
  • 73 F. J. Llera Ramo, « Violencia y opinión pública en el País Vasco », p. 86 et J. M. Mata López, El n (...)
  • 74 C. Sastre García, Transición y desmovilización política en España, pp. 145-147.

51José Luis Piñuel est le seul à avoir construit une véritable base de données pour analyser le phénomène terroriste dans son ensemble sur une période comprise entre 1972 et 198271. Son corpus comprend un total de 773 actions violentes pour la décennie étudiée, soit à peine le quart de nos propres données, pour une période plus longue. Même si l’auteur ne prend en compte que les « attentats terroristes »72 et non l’ensemble de la violence politique, ses données restent très inférieures aux nôtres qui recensent trois fois plus d’attentats sur la période 1975-1982. D’autres chiffres, disponibles dans les ouvrages de F. J. Llera Ramo et de J. M. Mata López73, regroupent à partir de 1978 les « actions violentes », définies comme « bombes, sabotages, vols, actions des comités de soutien et autres actes violents », ainsi que les enlèvements. Là encore les résultats obtenus sont très inférieurs aux nôtres, qui recensent plus du double d’événements violents contestataires et une fois et demie plus d’attentats sur la même période. Une telle différence s’explique en partie par l’origine majoritairement basque des sources utilisées par les auteurs, ce qui les conduit à minimiser la violence présente sur le reste du territoire espagnol. De fait, les statistiques fournies se rapprochent étonnamment de nos données restreintes aux seuls attentats commis sur le territoire basque. Enfin, C. Sastre García a procédé à la collecte des actions violentes à partir de la même source que la nôtre, El País, sur une période allant de mai 1976 à décembre 1978. Il a recensé ce qu’il appelle les « attentats contre des personnes ou des biens (travailleurs en grève, manifestants, librairies, associations de quartier, sièges de partis politiques, etc.) », avec des résultats mitigés. Il accorde en particulier dans ses conclusions un poids relatif excessivement lourd à la violence répressive ainsi qu’à la violence d’extrême droite, qui aurait commis selon lui plus de 59 % des actions violentes de la transition alors que nos propres données les estiment à 39 % des seules actions contestataires. L’auteur fait en effet totalement abstraction de la violence qui provient des groupes d’extrême gauche, en particulier celle des GRAPO, pourtant déjà meurtriers74.

52Enfin, notre estimation statistique se doit d’être confrontée aux chiffres apportés par les autorités policières. Si je n’ai pu trouver de séries statistiques homogènes, en revanche des documents épars ont pu être rassemblés et constituer une série signifiante, où seule l’année 1978 est manquante. Le graphique 1 récapitule l’ensemble de ces données en les homogénéisant avec les nôtres.

GRAPHIQUE 1. — Évaluation de notre corpus par rapport aux données du ministère de l’Intérieur*

GRAPHIQUE 1. — Évaluation de notre corpus par rapport aux données du ministère de l’Intérieur*

SOURCE. Élaboration personnelle à partir de : « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048 (ces données portent seulement sur les premiers semestres de 1975 et 1976, je les ai donc multipliées par deux pour obtenir une estimation annuelle) ; « Datos numéricos de actividades terroristas y otras acciones », MFTS, 1978, pp. 68-69 ; « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234
* Pour une optimisation de la comparaison, ont été retirés du côté des statistiques officielles, les alertes à la bombe, les attaques de banque à main armée recensées par les seules statistiques de 1977, ainsi que les vols d’armes et d’explosifs, inclus dans les statistiques des actions violentes de 1975 à 1977 mais classés à partir de 1980 parmi la délinquance ordinaire. Restent donc les bombes désactivées ou non, les attentats à main armée, les actions diverses contre les biens, les enlèvements et les menaces anonymes. Du côté de notre fichier, ont été retirés les incidents et bavures policiers ainsi que les altérations diverses de l’ordre public. Exceptionnellement, sont ici incluses pour l’année 1977 les données fournies par les seuls bulletins d’information du ministère de l’Information et du Tourisme, car elles aussi proviennent des autorités policières. Les données du ministère s’arrêtant au 31 juillet 1982, j’en ai fait de même pour les données de notre fichier.

  • 75 Élaboration propre à partir des bulletins d’information, AGA, BI, 11/1/1977-31/7/1977.
  • 76 Voir infra pp. 236-280.

53Le graphique est révélateur à double titre. Si, sans surprise, il met en lumière l’infériorité faible mais constante de notre corpus par rapport aux recensements officiels, il révèle aussi des tendances chronologiques similaires et un fort degré d’homogénéité entre les deux séries de données, surtout à partir de 1979. En revanche les écarts constatés pour 1976 et 1977 sont nettement plus importants et irréguliers. Le rapport du Tribunal suprême pour 1977 dénombre entre trois et cinq fois plus d’attentats que notre propre corpus : des 697 explosions recensées par les autorités, notre fichier n’en retient que 140, des 200 actions commises par les GRAPO, 447 par l’ETA et 100 pour le MPAIAC dénombrées par le procureur général notre corpus n’en conserve respectivement que 43, 140 et 54, soit deux à quatre fois moins. Néanmoins, ces données du Tribunal suprême sont à considérer avec la plus grande prudence car les sources officielles elles-mêmes semblent se contredire. En effet les bulletins d’information consultés pour le premier semestre 1977, qui relatent quotidiennement, à partir de sources policières directes, les actions subversives perpétrées sur tout le territoire, ne comptent qu’environ 80 explosions75 : il est difficile d’imaginer que plus de 600 se seraient produites dans le second semestre pour atteindre le bilan des 697 explosions comptabilisées par le procureur, d’autant que tous les indicateurs pointent vers une conflictualité bien supérieure au premier semestre. Ces incohérences statistiques sont donc plutôt révélatrices de la grande confusion qui entoure les premières années de la transition, pendant lesquelles il est difficile de recenser avec précision une violence diffuse à la provenance multiple et souvent inconnue. Au brouillage des critères de comptabilité lié à des perceptions hétérogènes et mouvantes de la violence76, s’ajoutent le manque de professionnalisme hérité de la bureaucratie franquiste et une coordination défaillante entre des services de renseignement multiples et compartimentés. Les méthodes et les critères du recueil de l’information se mettent en place et s’homogénéisent au cours de la période, suivant un processus de modernisation administrative, à la fois technique et politique, qui permet en partie d’expliquer la plus grande cohérence visible à partir de 1979 entre les deux séries comparées. À l’inverse, notre corpus a le mérite d’être homogène sur toute la période.

54Inédit par sa taille et son homogénéité, le corpus sur lequel repose l’ensemble de ce livre l’est aussi par l’étendue du champ qu’il considère puisqu’il ne se limite pas, comme c’est le cas pour la majorité des données chiffrées existantes, aux seules actions protestataires qualifiées d’attentats, mais intègre d’autres modalités violentes qui participent à part entière au climat de violence (menaces, intrusions, affrontements dans l’espace public), ainsi que les actions commises par les agents de l’État sans lesquelles le panorama de la violence serait irrémédiablement tronqué. Le fichier est également précieux du fait de la démarche constructiviste qui a accompagné son élaboration. À chaque étape de la détermination des actions violentes, les sources se sont portées au secours des impasses posées par les embarras théoriques. Seules les archives sont à même de nous raconter les violences politiques de l’Espagne post-franquiste, de nous dire où elles commencent et où elles s’achèvent, même si la question des frontières ne cesse d’être problématique dans un contexte de profondes mutations sociales, institutionnelles, idéologiques et normatives : entre la violence physique et la violence symbolique, entre la violence politique et la violence sociale, entre la violence d’État et la violence protestataire, entre la bavure policière et le recours légitime à la force dans le maintien de l’ordre, entre la violence instrumentale et la violence spontanée, entre l’attentat et l’altération de l’ordre public. Objet mouvant et insaisissable, la violence politique prend sens quand elle devient conscience de violence, quand ses acteurs, ses victimes, ses récepteurs directs ou indirects la perçoivent et la nomment comme telle. Il est maintenant grand temps d’entrer au cœur de l’interprétation de ses manifestations.

Notes

1 Y. Michaud, Violence et politique, pp. 11-13.

2 Ibid., p. 11.

3 P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, préface à la seconde édition.

4 P. Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique, pp. 29-30.

5 Y. Michaud, Violence et politique, p. 24.

6 Ibid., p. 11.

7 P. Braud, Violences politiques, p. 11.

8 Y. Michaud, Violence et politique, p. 22.

9 Elle s’incrit ainsi dans la lignée de T. Gurr et H. D. Graham, Violence in America, p. xxxii ou de T. Honderich, Political Violence, p. 98.

10 Au sens de P. Bourdieu, la violence symbolique est une « violence douce, invisible, méconnue comme telle, choisie autant que subie » (Le sens pratique, p. 219), dictée par les dominants et intériorisée par les dominés. Non ressentie comme une intrusion par le sujet, non considérée comme uns violence imposée, elle ne peut être incluse dans l’analyse. En revanche la menace de violence est la trace la plus visible dans l’espace public de ces processus de « violence symbolique » tels qu’ils sont décrits par P. Braud (« Violence symbolique, violence physique », p. 40), qui contribuent à donner aux actes violents leur sens psychologique et politique et constituent souvent déjà des discours de justification d’une violence physique potentielle.

11 M. Duverger, Introduction à la politique, p. 276.

12 C’est le critère retenu par T. R. Gurr, Why Men Rebel, pp. 3-4.

13 E. González Calleja, La violencia en la política, p. 271.

14 H. L. Nieburg tient ainsi compte des actes « dont les circonstances, l’exécution, et/ou les effets acquièrent une signification politique, c’est-à-dire tendent à modifier le comportement d’autrui dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social » (Political Violence, p. 13).

15 M. Weber, Le savant et le politique, p. 100.

16 Rappelons que les dernières exécutions politiques ont eu lieu moins de deux mois avant son décès, le 27 septembre 1975.

17 La notion de répertoire d’actions, introduite par Charles Tilly, désigne l’ensemble des modes d’action pratiquées par un groupe. Ceux-ci, issus de l’expérience acquise par le groupe dans son affrontement avec l’État, configurent à la fois son identité et son histoire et, intériorisés par les acteurs suite à un processus d’apprentissage, influencent son action présente, C. Tilly, From Mobilization to Revolution, p. 151. Pour une critique argumentée, voir E. González Calleja, La violencia en la política, pp. 220-238.

18 Voir T. R. Gurr, Why Men Rebel, A. Oberschall, Social Conflicts and Social Movements, S. Tarrow, Power in Movement, C. Tilly, La France conteste.

19 Voir P. Braud, « La violence politique, repères et problèmes », pp. 28 sq. pour une approximation de la « violence colérique ».

20 J. W. Duyvendak, Le poids du politique, p. 297.

21 R. Adell Argilés, La transición política en la calle, pp. 219, 226, 292. Adell parle de salto, traduit ici par émeute, comme forme de manifestation illégale qui engendre presque systématiquement des incidents violents, soit qu’elle ait été spontanée et non communiquée aux autorités, soit qu’elle ait été interdite après demande d’autorisation. Par ailleurs sur l’ensemble de la période qu’il étudie, de 1976 à 1987, 38,2 % des manifestations madrilènes comportent des incidents et 4 % des violences graves, soit un total de 42 % de manifestations violentes.

22 Soit 198 manifestations sur 627, AGA, BI, 11/1/1977-30/7/1977.

23 Sur les mobilisations en faveur de l’amnistie, voir P. Aguilar Fernández, « La amnesia y la memoria », p. 331. Une autre enquête datant de 1976 signale déjà que si l’amnistie syndicale est un thème mobilisateur au niveau de l’ouvrier en lutte, ce n’est pas le cas de revendications politiques plus générales, comme l’amnistie en soi ou les libertés publiques (Equipos de Estudio, Prueba de fuerza entre el reformismo y la ruptura, p. 147).

24 R. Adell a démontré que les convocations sociales ont « un contenu politique très élevé » tout en reconnaissant que si « les mouvements sociaux n’échappent pas au domaine politique et idéologique […], ces influences passent au second plan », R. Adell Argilés, « El estudio de la movilización », pp. 22-25. L’enquête de 1976 déjà citée montre l’imbrication extrême des motivations économiques et politiques tout au long du premier trimestre 1976, dans tous les types de mobilisation. Mais elle démontre aussi qu’au niveau du travailleur ordinaire qui fait grève, la signification politique de sa lutte apparaît presque absente et que, ce qui le mobilise, ce n’est pas la perspective d’une rupture gouvernementale provoquée par la pression des masses, mais plutôt l’appât salarial et la solidarité avec les camarades de lutte. Equipos de Estudio, Prueba de fuerza entre el reformismo y la ruptura, pp. 146-147.

25 Il aurait été préférable de prendre en compte également les mobilisations ayant provoqué des blessés. Mais un tel souhait s’est heurté à des obstacles insurmontables. Il est difficile d’avoir accès à une comptabilisation fiable des blessés au cours d’une manifestation : c’est en général leur passage par l’hôpital qui sanctionne leur existence, nombre de blessés légers par contusions ne sont donc pas connus parmi les manifestants tandis qu’inversement la moindre lésion sur le corps d’un policier est une information diffusée. De ce fait, le nombre de blessés est notifié de façon très irrégulière dans les sources, d’autant plus dans les années confuses du début de la transition.

26 P. Braud, Violences politiques, p. 22.

27 Sur l’action collective en général, voir les travaux de C. Tilly, La France conteste et de S. Tarrow, Power in Movement. Sur les manifestations voir O. Fillieule, Stratégies de la rue et D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France.

28 Je tiens ici à remercier vivement Rosana de Andrés, directrice des Archives générales du ministère de l’Intérieur (AGMI) qui, avec sa collaboratrice Concha, a déployé des efforts remarquables dans cette quête. Le résultat a été maigre, mais quelques documents épars produits par le Secrétariat général technique (SGT) et le Sous-secrétariat (Subsecretaría) ont constitué de réels trésors.

29 Il m’a été par exemple impossible d’avoir accès aux archives de la Police, notamment de la DGS, et de la Garde civile.

30 Voir I. Renaudet, Un parlement de papier.

31 Le quotidien a été systématiquement dépouillé sur la période 1976-1982.

32 Ces mémoires sont des rapports annuels remis au ministère de l’Intérieur par le gouverneur civil, représentant du pouvoir national dans les provinces et détenteur de l’autorité en termes d’ordre public. Ils sont consultables aux Archives générales de l’Administration (AGA), à Alcalá de Henares. Sur la fonction du gouverneur civil, voir Ministerio del Interior, El Gobernador Civil en la política et M. C. Ybarra, « Los gobernadores civiles durante la transición ».

33 Le ratio est variable, il oscille sur la période entre 18 et 40 % (AGA, Memoria del Gobierno Civil, Navarre, 1975-1977, 1979-1982).

34 AGA, Memoria del Gobierno Civil, Guipúzcoa, 1976, 1977, 1980.

35 Créé par Fraga en 1962 du temps où il était titulaire de ce ministère et supprimé après les élections législatives de juin 1977, ce cabinet de liaison est devenu un gigantesque centre d’informations sur les remous de la société espagnole et l’opposition au franquisme, dont la visée était de contrôler les velléités subversives.

36 AGA, BI, 11/1/1977-30/7/1977.

37 El País n’apporte que 38 % des données de ce semestre. À l’inverse, 12 % du total des faits a été fourni exclusivement par le quotidien, ce qui révèle les limites des bulletins d’information, qui ne sont pas, eux non plus, infaillibles. C’est sur les événements violents de basse intensité et à faible répercussion nationale — cocktails Molotov, dégradations matérielles diverses, altérations de l’ordre public — que l’écart entre El País et les bulletins est le plus élevé, tandis que l’information portant sur les attentats mortels ou plus spectaculaires est presque similaire.

38 Ces 38 % d’événements supplémentaires pour le premier semestre 1977, soit près de 300, provoquent une réelle disproportion par rapport au reste de la période et biaisent toute tentative de comparaison. Les retirer des analyses sur la longue durée autorise la comparaison à partir d’une série plus homogène.

39 Comptes-rendus des séances et bulletins officiels sont disponibles sur le site internet du Congrès (http://www.congreso.es).

40 Voir infra dans l’annexe III (pp. 475-476) la liste des séances parlementaires directement concernées par l’ordre public.

41 Je tiens à remercier ici chaleureusement Leopoldo Calvo-Sotelo, Rodolfo Martín Villa, Nicolás Sartorius et Landelino Lavilla d’avoir accepté de me rencontrer, ainsi que tous ceux qui m’ont facilité leur approche.

42 http://www.interior.gob.es/ et http://www.guardiacivil.es.

43 Voir le site du COVITE (Collectif des victimes du terrorisme au Pays basque), http://www.covite.org et celui de l’AVT (Association de victimes du terrorisme), http://www.avt.org.

44 Tels la thèse de L. Castro pour les GRAPO, dont l’index final qui inventorie les actions violentes du groupe a été particulièrement utile (L. Castro Moral, Terrorismo y afirmación revolucionaria) ; les diverses enquêtes journalistiques publiées sur les GAL (en particulier J. Morales et alii, La trama del GAL, P. Woodworth, Guerra sucia, manos limpias, R. Arques et M. Miralles, Amedo, et J. García, Los GAL al descubierto) ; la polémique somme compilée par Equipo D (1973-1983. La década del terror) ; ou l’abondante bibliographie existante sur l’ETA.

45 El País 16, 25-29/5/1976.

46 Voir les bilans statistiques des deux premiers trimestres 1975 et 1976 émanant du ministère de l’Intérieur (« Datos estadísticos generales », DGS, 1975-1976, AGMI, SGT, 11048), une feuille rapportant les événements du 9 au 22 juillet 1977, produite par le Commissariat général à l’Information (AGA, Gabinete de Enlace, caja 42/09110) et le rapport du procureur général pour l’année 1977 (MFTS, 1978, pp. 68-69).

47 « Unidad de Policía Judicial para delitos de terrorismo. Aplicación del Decreto-Ley 30/6/78 y Ley 4/12/78 sobre Bandas Armadas. Madrid. 1 de junio de 1979 », AGMI, Subsecretaría, 7239.

48 Voir infra pp. 299-306.

49 « Informe de la Jefatura Superior de Policía sobre acciones cometidas por bandas armadas durante los años 1982 y 1983 en la provincia de Vizcaya », AGA, Memoria del Gobierno Civil, Biscaye, 1983.

50 Il ne semble pas exister de définition consensuelle et satisfaisante du terrorisme parmi le monde scientifique, comme l’ont bien montré deux sociologues anglo-saxons à travers une enquête adressée aux spécialistes de la question, A. P. Schmid et J. A. Jongman, Political Terrorism, pp. 1-38.

51 La définition que propose F. Reinares me convient assez : « forme d’action collective caractérisée par le recours systématique et tendanciellement exclusif à la violence armée, […] avec l’intention d’affecter la distribution du pouvoir par le biais d’attentats dont l’impact psychologique et symbolique dépasse celui causé par les dommages personnels et matériels effectifs ». F. Reinares Nestares, « Democratización y terrorismo en el caso español », p. 612.

52 W. Laqueur, Una historia del terrorismo, pp. 141 et 156 sq.

53 Sur la guerre asymétrique, voir J. Baud, La guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur et B. Courmont et D. Ribnikar, Les guerres asymétriques. D’après J. Baud, l’usage de cette expression date de 1993. Voir aussi G. Chaliand, Terrorismes et guérillas, qui affirme que « guérilla comme terrorisme sont les armes du faible contre le fort et, en tant que technique, ne sont ni de droite ni de gauche », ou P. Wilkinson qui parle de guerre non conventionnelle, P. Wilkinson, Terrorism and the liberal State, p. 52.

54 Inversement, l’utilisation de l’assassinat politique, de l’explosif ou de la prise d’otages n’est pas un critère suffisant de caractérisation d’un groupe terroriste. Les formes de l’action violente ne sont pas l’apanage exclusif d’un seul type d’acteur.

55 L’expression est utilisée par W. Laqueur (Una historia del terrorismo, p. 125) et P. Wilkinson (Terrorism and the liberal State, p. 51). Ce dernier définit les « actes typiques des groupes terroristes comme les bombes, les assassinats, les kidnappings, les blessures et le chantage » (ibid., p. 65).

56 Les braquages de banques ou d’armurerie font aussi partie de ce répertoire d’actions, ils sont cependant exclus du corpus pour des raisons pratiques. Il est en effet extrêmement difficile de connaître à travers les sources les auteurs de ces délits, qui peuvent être aussi bien des délinquants ordinaires que des terroristes qui cherchent à se financer ou à s’approvisionner en armes ou en matériel (par exemple pour imprimer les tracts de propagande). Or il semble bien que la majorité de ces vols aient une origine délinquante et non terroriste. Quant au détournement d’avion ou à l’attentat suicide, ils ne sont pas présents à notre période.

57 Ont été distingués les engins explosifs désactivés de ceux qui explosent car pendant la transition, les premiers sont extrêmement nombreux et sont individualisables (les sources mentionnent d’ailleurs cette distinction). Ils sont parfois la marque d’un échec, le mécanisme ayant failli mais, dans la plupart des cas, ils sont le résultat d’une volonté explicite que la bombe n’explose pas, celle-ci servant plus à intimider, à menacer, qu’à provoquer des dommages physiques ou matériels.

58 Les quelques exceptions à ce schéma sont l’attentat commis par l’ETA dans la cafétéria Rolando à Madrid, le 13 septembre 1974 (13 morts), celui perpétré par les GRAPO en mai 1979 contre la cafétéria California 47 également à Madrid (8 morts), et les attentats de l’ETA dans les gares d’Atocha et de Chamartín, le 29 juillet 1979 (7 morts). Vers la fin de la période, on note aussi de la part de l’ETA une tendance à utiliser des explosifs contre des convois de gardes civils ou de policiers pour tuer plus massivement en réduisant les risques.

59 À près de 90 %, en incluant les explosions et les bombes désactivées.

60 Sont comprises ici les agressions physiques d’un individu isolé par un nombre réduit de personnes, au moyen d’armes tels objet coupant (couteau, rasoir, bris de verre), matraque, batte de base-ball, poing américain ou arme à feu quand celle-ci ne sert pas d’arme de tir mais d’intimidation et d’objet pour frapper. Il est entendu que ne sont comptées que les agressions dont la finalité est clairement politique et non celles qui relèvent de la délinquance : quand la victime est choisie en fonction de sa condition politique (militant, membre de la famille d’un militant, etc.), ou quand l’agresseur agit suivant sa condition politique et pour des motifs politiques (par exemple un militant d’extrême droite agressant un civil simplement parce que la plaque d’immatriculation de sa voiture est basque). Quand l’agression vise plus de deux personnes, elle entre dans la catégorie « affrontement ».

61 Rappelons que ne sont comptabilisées que les manifestations violentes à signification politique ayant donné lieu à des victimes mortelles. De fait, celles-ci sont essentiellement de deux ordres : celles qui ont été assassinées en marge de la manifestation par des groupes radicaux et entrent alors dans la catégorie de l’attentat et celles qui meurent comme conséquence d’une action des forces de l’ordre, entrées dans la catégorie des bavures policières. Si bien que le type pur « manifestation violente » est réduit à peu d’événements : seuls sont à signaler six cas de personnes décédées dans un contexte manifestant, sans avoir été ni tuées par les forces de l’ordre en action, ni assassinées sciemment en marge de la manifestation. Retenons par exemple le cas du jeune Juan Manuel Iglesias mort d’une insuffisance cardio-vasculaire en échappant à la police qui dispersait une manifestation en faveur de l’amnistie, le 9 janvier 1977 à Sestao (Biscaye).

62 Ainsi des données policières comparatives, portant sur les deux premiers semestres 1975 et 1976 dénombrent respectivement 227 et 306 alertes (« Datos estadísticos generales », DGS, 1975-1976, AGMI, SGT, 11048), tandis que les bulletins d’information du premier semestre 1977 en rapportent 239, ce qui représente une moyenne d’une alerte et demie par jour sur l’ensemble de l’Espagne (AGA, BI, 11/1/1977-30/7/1977). Le bilan du procureur général compte quant à lui 754 fausses alertes à la bombe pour l’ensemble de l’année 1977, soit plus de deux par jour (« Datos numéricos de actividades terroristas y otras acciones », MFTS, 1978, pp. 68-69).

63 C’est ce que suggèrent les mémoires du Gouvernement civil de Valladolid pour les années 1984 et 1985, qui dénombrent respectivement 85 et 114 alertes pour cette seule province (AGA, Memoria del Gobierno Civil, Valladolid, 1984 et 1985).

64 Il aurait été préférable de prendre en compte également les cas de violences provoquant des blessés graves, mais le recueil de données fiables et homogènes s’est avéré impossible.

65 Voir infra p. 351.

66 Voir infra dans l’annexe I (p. 471) un exemple de « formulaire » de la base de données.

67 Si le terme est problématique, de fait pendant notre période, les seuls acteurs violents qui décèdent des suites de leur propre action ou d’un affrontement avec la police sont des membres avérés de l’ETA ou des GRAPO, qui sont des organisations typiquement terroristes au sens défini plus haut.

68 De façon générale, deux indicateurs vont permettre, au fil de l’ouvrage, de mesurer la violence : le nombre d’actions d’une part et le nombre de morts de l’autre.

69 Voir là-dessus les réflexions de M. Wieviorka, El terrorismo, pp. 26 sq.

70 Pour l’analyse statistique, ont été ôtés des 3 195 événements les 268 apportés par les seuls bulletins d’information de la police sur le premier semestre 1977 (AGA, BI), ce qui fait un bilan final de 2 927 événements exactement. Désormais, tous les calculs impliquant l’ensemble de la période et supposant des comparaisons annuelles, porteront sur ce dernier total. En ce qui concerne l’année 1975, les données sont comptabilisées à partir du 1er octobre, afin d’introduire une période de temps qui puisse servir de comparaison, le trimestre. Les données de l’année 1982 s’étendent jusqu’au 31 décembre, même si Felipe González gagne les élections le 28 octobre et prend ses fonctions de chef du gouvernement le 2 décembre.

71 J. L Piñuel, El terrorismo en la transición española, p. 25.

72 Par attentat, il entend le tir par balles, l’attaque à main armée, l’assaut, l’agression sans arme à feu, le dépôt d’explosifs, les affrontements avec les forces de l’ordre, l’exécution d’un détenu ou d’un otage, l’incendie, le vol d’armes et l’enlèvement.

73 F. J. Llera Ramo, « Violencia y opinión pública en el País Vasco », p. 86 et J. M. Mata López, El nacionalismo vasco radical, p. 36 présentent un tableau en tous points identique, chacun affirmant qu’il résulte d’une élaboration propre, à partir des mêmes sources.

74 C. Sastre García, Transición y desmovilización política en España, pp. 145-147.

75 Élaboration propre à partir des bulletins d’information, AGA, BI, 11/1/1977-31/7/1977.

76 Voir infra pp. 236-280.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. — Typologie des actions violentes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU 2 — Typologie des cibles des violences (1)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre TABLEAU 3. — Typologie des cibles des violences (2) : interprétation
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre GRAPHIQUE 1. — Évaluation de notre corpus par rapport aux données du ministère de l’Intérieur*
Légende SOURCE. Élaboration personnelle à partir de : « Datos estadísticos generales », 1975-1976, AGMI, SGT, 11048 (ces données portent seulement sur les premiers semestres de 1975 et 1976, je les ai donc multipliées par deux pour obtenir une estimation annuelle) ; « Datos numéricos de actividades terroristas y otras acciones », MFTS, 1978, pp. 68-69 ; « Datos estadísticos sobre terrorismo y delicuencia común en los años 1979, 1980, 1981 y 1982 », DGS, Madrid, 4 de agosto de 1982, AGMI, Subsecretaría, 7234* Pour une optimisation de la comparaison, ont été retirés du côté des statistiques officielles, les alertes à la bombe, les attaques de banque à main armée recensées par les seules statistiques de 1977, ainsi que les vols d’armes et d’explosifs, inclus dans les statistiques des actions violentes de 1975 à 1977 mais classés à partir de 1980 parmi la délinquance ordinaire. Restent donc les bombes désactivées ou non, les attentats à main armée, les actions diverses contre les biens, les enlèvements et les menaces anonymes. Du côté de notre fichier, ont été retirés les incidents et bavures policiers ainsi que les altérations diverses de l’ordre public. Exceptionnellement, sont ici incluses pour l’année 1977 les données fournies par les seuls bulletins d’information du ministère de l’Information et du Tourisme, car elles aussi proviennent des autorités policières. Les données du ministère s’arrêtant au 31 juillet 1982, j’en ai fait de même pour les données de notre fichier.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search