Version classiqueVersion mobile

Le mythe de la transition pacifique

 | 
Sophie Baby

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cambio 16, 206, 17/11/1975, éditorial. Toutes les traductions sont de l’auteur.

1« La transition politique a commencé en Espagne », titrait le 17 novembre 1975 l’hebdomadaire contestataire Cambio 161. Trois jours plus tard, Franco trépassait à l’âge de 83 ans des suites d’une longue maladie. Après presque quarante années d’une dictature sans partage, le flambeau du pouvoir était transmis au dauphin désigné, le prince Juan Carlos de Bourbon, ouvrant la voie à une nouvelle étape dans l’histoire de l’Espagne, qualifiée de « transition » vers la démocratie. La « Transition », avec un T majuscule, a depuis lors conquis une place de choix dans l’imaginaire ibérique. Face positive de l’histoire contemporaine espagnole, contrepoint de la tragédie représentée par la Guerre civile de 1936-1939, la transition est perçue comme fondatrice de la démocratie actuelle. Fondatrice de ses principes et de ses institutions, cristallisés dans la Constitution de 1978, mais aussi de la citoyenneté et du mode d’être au politique d’une nation dépourvue de modèle démocratique auquel se référer. La seule expérience démocratique qu’ait connue l’Espagne, la Seconde République (1931-1936), constituait plutôt dans les années 1970 un contre-modèle et les récentes tentatives de récupération de son héritage restent bien peu audibles face à la puissante séduction inspirée par la transition, devenue un véritable « mythe » tant historique que politique.

I. — LE MYTHE DE LA TRANSITION

  • 2 S. P. Huntington, The third wave.
  • 3 Le « cas espagnol » est notamment popularisé par J. J. Linz, « Innovative Leadership in the Transi (...)
  • 4 Les meilleurs représentants de ce courant comparatiste sont J. J. Linz et A. Stepan, Problems of D (...)
  • 5 La première à avoir employé ce terme est B. André-Bazzana, Le mythe du « modèle espagnol » de tran (...)
  • 6 El País, 7/12/2003.

2Le processus espagnol de démocratisation a très tôt été considéré comme un modèle de réussite de transition vers la démocratie, à l’origine même du concept de « transition ». Dans le cadre de la « troisième vague »2 de démocratisation de la fin du XXe siècle, dont les pays du Sud de l’Europe étaient les précurseurs, il s’agissait pour les observateurs, principalement des politologues, d’expliciter les clefs de cette réussite espagnole afin de dessiner un modèle théorique, un « cas »3, un idéal-type au sens wébérien du terme, applicable à d’autres nations encore sous domination d’un régime autoritaire — les nations latino-américaines qui se libéraient progressivement du joug des dictatures militaires dans les années 1980, suivies des pays d’Europe de l’Est qui se sont émancipés dans la décennie suivante de la tutelle soviétique4. Les spécialistes ont donc contribué à forger et à légitimer une vision exemplaire de la transition, qui s’est transformée en Espagne même en un mythe5 politique. Le discours scientifique a en ce sens conforté le discours politique qui, dans les moments de crise nationale ou de tension politique aiguë en appelle de façon récurrente à « l’esprit de la transition » par ailleurs vanté à chaque commémoration de la Constitution de 1978. Pour le 25 e anniversaire de celle-ci, Juan Carlos Ier centrait ainsi son discours sur la nécessité de « récupérer l’esprit conciliateur de la Constitution » ainsi que les « habitudes de dialogue sincère, de consensus et de modération » qui l’avaient précédée6. L’année 2011, marquée pour sa part par la grande crise financière, économique et sociale qui menace la Péninsule et ébranle la zone euro, voit resurgir ce besoin de « récupération de l’esprit de la Transition », entendu comme un appel à l’unité nationale pour remédier aux maux que traverse le pays.

  • 7 Les travaux des « transitologues » se centrent ainsi sur les modalités politiques du changement, l (...)
  • 8 Colomer parle ains de négociation triangulaire et non bipolaire (J. M. Colomer, La transición a la (...)
  • 9 Si la traduction de « pactada » est malaisée, le choix du terme « pactée » a l’avantage de faire e (...)
  • 10 G. Hermet, « Espagne : changement de la société, modernisation autoritaire et démocratie octroyée  (...)
  • 11 J. M. de Areilza, Diario de un ministro de la Monarquía ; D. Gilmour, The transformation of Spain  (...)

3L’interprétation canonique de la période, forgée par la « transitologie », y voit le paradigme d’une opération avant tout politique7, négociée entre l’opposition et les élites du régime antérieur, elles-mêmes divisées entre réformistes au pouvoir et immobilistes dudit « bunker », aux positions intransigeantes fondées sur la préservation de l’essence du régime établi en 19398. Compromis nécessaire entre la « rupture » radicale réclamée par l’opposition et la « réforme » de l’intérieur des institutions préférée par l’élite au pouvoir, la formule politique issue des choix stratégiques des acteurs est finalement hybride, qualifiée de « réforme pactée » ou de « rupture pactée »9 suivant le bord politique où l’on se place. Dans ce schéma le gradualisme est de mise, la transformation de l’État franquiste en un État démocratique obéit à des réformes progressives sans rupture radicale avec la légalité antérieure, la continuité des hommes et des institutions étant symbolisée par la présence au sommet de l’État d’un roi désigné par le Caudillo pour lui succéder. La perspective, interactionniste, fait des leaders politiques les protagonistes essentiels du changement reléguant les transformations socioéconomiques et la participation civique à un rôle secondaire. Certains auteurs minimisent même l’influence de l’opposition en concentrant l’initiative du changement entre les mains de la seule élite franquiste, à l’image de G. Hermet qui parle de « démocratie octroyée »10, voire entre celles du seul roi Juan Carlos, qualifié par d’autres de « moteur » ou de « pilote du changement »11.

  • 12 Voir S. M. Lipset, « Some social requisites of democracy » et B. Jr. Moore, Les origines sociales (...)
  • 13 Voir par exemple R. López Pintor, « Los condicionantes socioeconómicos de la acción política ».
  • 14 V. Pérez Díaz, El retorno de la sociedad civil.
  • 15 Les travaux pionniers sont de J. M. Maravall, Dictadura y disentimiento político.
  • 16 S. Juliá, « Orígenes sociales de la democracia en España », p. 180.
  • 17 Cette pratique se développe dans le cadre de la loi sur les conventions collectives d’avril 1958, (...)

4Cette vision d’un processus dominé par les choix stratégiques des acteurs s’opposait aux théories dites de la « modernisation » selon lesquelles la libéralisation économique, l’industrialisation, l’urbanisation et le développement du capitalisme, associés à l’émergence d’une classe moyenne modérée ou d’une bourgeoisie intégrée, avaient pour corrélat politique nécessaire la démocratie12. À l’encontre de l’hégémonie politiste des transitologues, des sociologues ont néanmoins récupéré cet héritage structuraliste et cherché les racines du changement dans la temporalité longue du champ socioéconomique13. Ils insistent sur les mutations sociales provoquées par l’ouverture et la modernisation économique impulsées par les technocrates de l’Opus Dei à la fin des années 1950, l’Espagne de 1975 n’ayant plus rien à voir avec celle de 1939. Sans pour autant tomber dans le travers du déterminisme, ces études pointent l’importance du « réveil de la société civile »14 dans le processus de démocratisation, à la faveur d’un assouplissement limité mais réel du carcan répressif dans les années 1960. En effet, dans ce second franquisme, la parole se délie, les divergences s’expriment et un certain apprentissage du politique, de la praxis du dialogue et de la négociation s’opère dans le cadre des universités, des associations de quartier, des syndicats, des usines. Des études monographiques mettent le doigt sur l’importance des mobilisations collectives, étudiantes, ouvrières, syndicales15, revalorisant une impulsion venue « d’en bas », jusqu’alors négligée par les transitologues. Loin de conduire à une exaltation radicale de la révolution, ces mobilisations auraient au contraire favorisé une « lente incorporation de nouvelles valeurs démocratiques »16, notamment à travers la pratique des résolutions négociées des conflits collectifs17.

  • 18 Sur ce débat voir l’article de J. R. Montero et M. Torcal, « La cultura política de los españoles  (...)
  • 19 « Nous devons élever à la catégorie politique de normal ce qui, dans la rue, est simplement normal (...)

5Si le débat n’est pas clos quant à l’existence préalable d’une culture politique démocratique, certains auteurs privilégiant au contraire le caractère atomisé et apathique d’une société plus soucieuse d’améliorer son bien-être matériel et privé que de se mobiliser pour son émancipation politique18, la tonalité dominante converge vers l’idée qu’un consensus pour la démocratie se serait développé dès avant la mort de Franco. La transformation du cadre politique apparaît alors comme une simple adaptation des institutions à une réalité sociale bouleversée, argument que les leaders de la réforme reprennent d’ailleurs à foison pour convaincre les plus réticents de la nécessité du changement19. La recherche incessante du compromis ne serait donc pas seulement le fruit d’un pragmatisme politique imposé par le rapport de forces en vigueur, mais aussi la traduction politique de la prétendue maturité historique du peuple espagnol, guidé par des valeurs de tolérance, de respect de l’autre, de dialogue. Plus encore, l’esprit de consensus serait l’expression d’une volonté sociale profonde de réconciliation nationale entre les vainqueurs et les vaincus de la Guerre civile de 1936, scellée par la loi d’amnistie de 1977. De cette volonté partagée découlerait le prétendu caractère pacifique de la transition.

II. — LA VIOLENCE, POINT AVEUGLE DE LA « TRANSITION IMMACULÉE »

  • 20 M. Cardalliaguet Quirant, Transición política y Estatuto de autonomía, p. 145.
  • 21 Le terme est emprunté à José Vidal-Beneyto qui s’insurgeait en 1995, dans un article intitulé « La (...)
  • 22 Les travaux existants ne semblent pas s’être encore affranchis de l’image dominante du « modèle es (...)
  • 23 Seul le dernier volume de la Historia de España Menéndez Pidal, publié en 2003, consacre un chapit (...)

6Car parmi les caractéristiques du mythe transitionnel, figure en bonne place celui d’une transition pacifique, exemplaire en ce qu’elle n’aurait pas fait couler le sang. « Le fait même qu’il fut possible de créer un modèle de changement pacifique et non sanglant, et que ce changement ait signifié le début d’une période dynamique et créative, comme on n’en avait jamais connu de semblable auparavant, ouvre un immense espoir pour faire du siècle qui commence une des périodes historiques les plus prospères et heureuses de notre monde » : telle est la note lyrique qui conclut une histoire de la démocratie en Estrémadure écrite en 200320. Loin d’être exceptionnelle, elle illustre au contraire l’ampleur de l’imprégnation du mythe de la « transition immaculée »21 dans le discours autant académique que politique qui a conduit les spécialistes à négliger les marges et les déviances au modèle. Rares sont les travaux qui interrogent directement la vision canonique de la transition22. Or, envisager la violence et son influence éventuelle sur le processus de changement de régime vient heurter de front une telle représentation hégémonique. Les historiens, tout autant que les politistes, les sociologues ou les juristes préfèrent donc l’ignorer, comme en témoignent les manuels généraux, y compris les plus récents, qui dédient rarement un chapitre aux menaces violentes23.

  • 24 Il est significatif que les spécialistes classiques de la transition définissent en 2004 l’excepti (...)
  • 25 Ainsi par exemple de l’histoire générale dirigée par J. Tusell et Á. Soto (dir.), Historia de la t (...)

7Quand la violence apparaît sous la plume des commentateurs, c’est en pointillé et de façon détournée. Si l’on reconnaît son intensité ainsi que le danger qu’elle représente, celui-ci est immédiatement dilué parmi d’autres, placés sur le même plan qu’elle, tels la crise économique ou les tensions liées à la construction des autonomies, et on ne daigne pas lui accorder le temps d’un essai d’interprétation. Les menaces mentionnées sont réduites au putsch militaire d’un côté et de l’autre, au terrorisme séparatiste basque, tous deux contribuant précisément à conforter le mythe. En effet, face à l’âpre résistance des nostalgiques du franquisme, symbolisée par la très réelle tentative de coup d’État militaire du 23 février 1981 (le « 23-F »), la transition pacifique n’en apparaît que plus exceptionnelle. Quant au terrorisme basque, il est perçu comme une aberration périphérique qui rend encore plus éclatante la cohésion du reste de l’Espagne24. Il en va de même de certaines explosions spectaculaires de violence, tels les massacres de Vitoria en mars 1976 ou d’Atocha, en janvier 1977, qui ne sont signalés que pour en souligner l’exceptionnalité25. Les exemples pourraient se succéder, ils témoignent tous de l’éblouissement du modèle qui conduit à un réel aveuglement des spécialistes. Que de fois ne m’a-t-on affirmé, à l’énoncé de l’objet de mes recherches, qu’il n’y avait pas eu de violence pendant la transition, ou du moins que celle-ci avait été si marginale dans la construction de la démocratie qu’elle ne méritait pas d’être étudiée ?

  • 26 V. Prego, La transición. La série a bénéficié d’une audience de plus d’un million de téléspectateu (...)
  • 27 Busquets en dénombre plus de 50 aux XIXe et XXe siècles (J. Busquets, Pronunciamientos y golpes de (...)
  • 28 Santos Juliá parle de « l’anomalie espagnole » (Historias de las dos Españas, p. 34), Walther Bern (...)
  • 29 DSC, 130, LC, 31/10/1978, p. 5204.
  • 30 Discours prononcé à l’occasion du troisième anniversaire de la Constitution, DSC, 204, IL, 9/12/19 (...)

8Et pourtant, un simple visionnage de la série documentaire à succès dirigée par V. Prego26, complété par un rapide survol de la presse de l’époque, suffit à convaincre le néophyte de sa dérangeante omniprésence. Émeutes, agressions, saccages, menaces, attentats semblent ponctuer presque quotidiennement la période. Décalage surprenant et sans aucun doute suspect, qui pose en soi question. Que recèle donc cette farouche volonté, partagée par les sphères politiques et académiques, de faire de la transition un modèle de tranquillité sociale et politique, au risque d’en déformer la réalité ? Nul doute que cette représentation résulte pour partie d’une interprétation en négatif de l’héritage de l’histoire de l’Espagne des deux derniers siècles, au cours desquels la violence a été l’un des moyens privilégiés de résolution des conflits politiques. En témoignent les dizaines de pronunciamientos échoués ou réussis27, l’assassinat de quatre présidents du gouvernement entre 1870 et 1973, les guerres civiles, des guerres carlistes à celle de 1936, ou encore les deux dictatures autoritaires du XXe siècle. Un tel climat de confrontation endémique est perçu comme le résultat du conflit entre « deux Espagne », l’une moderne, urbaine, libérale, laïque et l’autre conservatrice, rurale, traditionnelle, catholique. Deux Espagne intolérantes, exclusives et irréconciliables dont l’affrontement apocalyptique aurait été consacré par la Guerre civile de 1936-1939. Au-delà, la lointaine interrogation essentialiste sur l’exception espagnole28, qui reflète les inquiétudes à propos des difficultés rencontrées par l’Espagne sur le chemin de la modernité libérale, se focalise sur la prétendue incapacité des Espagnols à gérer pacifiquement les conflits politiques, voire sur leur propension endémique à la violence. Dans ce temps long de l’histoire nationale, la transition représente la fin du cycle des violences contemporaines et le dépassement du mythe des deux Espagne. Les dirigeants de l’époque l’interprétaient déjà en ces termes. Pour Adolfo Suárez, l’approbation définitive de la Constitution représentait une victoire dans la « bataille contre la peur, contre le découragement, contre le pessimisme séculaire, contre la violence et contre nos propres passions »29. Pour le président du Congrès, Landelino Lavilla, il s’agissait de « dépasser l’histoire politique accidentée des deux derniers siècles », de « fermer une vieille blessure irritée dans les tissus les plus vitaux de notre nation », de rompre « avec ce qui est pour certains un maléfice et pour d’autres, le fruit de limitations congénitales du sol ou du peuple espagnol »30. Il fallait bien la puissance d’un autre mythe pour détrôner ceux qui paraissaient constituer l’essence tragique de la nation espagnole : ce fut le mythe de la transition pacifique, ciment d’une citoyenneté démocratique réconciliée.

III. — À L’ASSAUT DU MYTHE : POUR UNE HISTOIRE DE LA VIOLENCE

  • 31 Émerge ainsi une réflexion espagnole et historienne sur l’usage de la violence en politique dont t (...)

9Affirmons-le sans ambages, il s’agit bien dans ce livre de déconstruire cette représentation mythique d’une transition pacifique qui aurait mis fin à un conflit séculaire entre les deux Espagne. Loin de considérer la violence comme un écart, une exception, une anomalie vouée à la disparition face à la toute puissance du consensus, cet ouvrage se propose de la replacer au cœur de l’interprétation de la transition, en renversant radicalement la perspective épistémologique dominante. Ce faisant, il s’inscrit dans le renouvellement historiographique qui réfléchit depuis une quinzaine d’années à la présence récurrente de la violence politique, non seulement dans l’histoire contemporaine de l’Espagne, mais aussi dans l’histoire globale de l’Europe du XXe siècle, de façon non plus philosophique ou morale mais historique31.

  • 32 Carme Molinero, qui insiste en 2006 sur ce renouvellement critique de l’historiographie tout en dé (...)
  • 33 Les publications sur l’ETA et son entourage nationaliste basque sont innombrables. Tous ses aspect (...)
  • 34 L. Castro Moral, Terrorismo y afirmación revolucionaria. J’ai pu consulter cette thèse grâce à l’a (...)
  • 35 L’ouvrage de J. L. Piñuel reste une référence unique bien qu’il ait été publié en 1986 (J. L. Piñu (...)
  • 36 Seul Ó. Jaime Jiménez a aussi envisagé les dimensions policières et politiques (Ó. Jaime Jiménez, (...)
  • 37 Les corps des forces de police et de la Garde civile n’ont pas fait l’objet d’études prosopographi (...)
  • 38 Exception faite de l’ouvrage de M. Ballbé sur l’ordre public au XXe siècle qui offre des perspecti (...)
  • 39 Parmi elles, l’ouvrage de R. Adell, bien qu’il date de 1989, reste une référence unique sur les ma (...)

10Dans cette perspective, la violence politique doit être perçue dans sa globalité, au contraire de la tendance des études existantes à en fragmenter l’approche. Car il existe bien quelques ouvrages monographiques qui abordent la question de la violence pendant la période. Il semble même que l’émergence sur la place publique du mouvement dit de « récupération de la mémoire historique » depuis le début des années 2000 qui, en cherchant à réhabiliter la mémoire des vaincus de la Guerre civile et du franquisme, remet directement en cause le modèle de réconciliation promu par la transition, ait participé non seulement au développement d’un courant critique de la transition, mais aussi à un regain d’intérêt pour les victimes de la transition. Mon propre travail de recherches s’est effectué en parallèle à ce mouvement, entre 2000 et 2006. Si le choix de l’objet avait précédé l’élan donné aux revendications mémorielles, celles-ci ont accompagné l’écriture du présent ouvrage qui s’inscrit donc aussi, presque malgré lui, dans ce courant critique. Néanmoins, les publications qui en résultent reflètent généralement elles aussi les travers évoqués plus haut : atomisation des questionnements, rareté de l’interprétation globale, forte dépendance au modèle (y compris dans sa version critique), faiblesse de l’analyse historienne32. Ainsi le risque putschiste n’est entrevu que par le biais du 23-F, à l’origine d’un réel boom éditorial, alors que l’analyse de la transformation du potentiel violent de l’armée, autrement dit la transition militaire, reste une lacune de l’historiographie. De même, le risque terroriste est réduit à sa frange séparatiste basque, qui recueille le plus de suffrages éditoriaux33, alors que les GRAPO (Groupes de résistance antifasciste premier octobre), l’autre principal groupe terroriste de la période, ne disposent que d’une seule monographie inédite34. La violence des groupes radicaux d’extrême gauche et d’extrême droite n’est qu’indirectement perçue dans le cadre de monographies classiques portant sur les partis qui en prônent l’usage. Les tentatives d’interprétation globale du phénomène terroriste sont donc rares35, tout autant que celles de la politique antiterroriste, souvent restreinte à son versant juridique36. Le potentiel répressif des forces de l’ordre et la violence policière n’ont pour leur part pas retenu l’attention des chercheurs37. La politique de maintien de l’ordre n’est considérée que superficiellement dans les histoires générales de la police ou de la Garde civile38, tandis que les troubles de l’ordre public n’ont fait l’objet que de quelques analyses monographiques39.

  • 40 P. Moa, De un tiempo y de un país.

11Devant le faible nombre et l’hétérogénéité des travaux académiques, le champ de la violence a été investi par des journalistes ou des protagonistes de l’instant qui ont rencontré l’attente d’un grand public réceptif au sensationnel. Oscillant entre la chronique, l’enquête, le manifeste politique et le témoignage, ces publications font chou gras des expériences de la souffrance, du goût pour le secret et le scandale, de l’espionnite et de l’obsession du complot. Ainsi, l’ex-militant des GRAPO devenu furieusement réactionnaire, Pío Moa, a tiré de son expérience terroriste un grand succès de librairie40, pendant que les récits des victimes de l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays basque et liberté) se disputent les rayons avec ceux d’ex-etarras repentis. Et l’on ne compte plus les publications sensationnalistes qui prétendent chacune révéler le secret de la trame du 23-F ou des GAL (Groupes antiterroristes de libération). Le champ bibliographique de référence est donc particulièrement hétéroclite et sujet à la suspicion. La violence reste un objet spectaculaire utilisé à de pragmatiques finalités éditoriales, un objet en marge que l’on rencontre indirectement au détour des pages, un objet tronqué réduit au terrorisme etarra ou un objet atomisé en d’infinies visions partielles. C’est pourquoi le recours à l’histoire semble si nécessaire, non seulement par son rejet de toute forme d’essentialisme et de déterminisme, mais aussi par son souci de dévoilement des manipulations mystificatrices du passé. Dans sa quête de s’approcher au plus près du réel, l’historien explore la complexité des dynamiques à l’œuvre dans un processus par principe ignorant de son devenir, il scrute les nuances, les zones grises, les interstices, les déviances et les absences, au contraire des entreprises de mythification qui hiérarchisent, simplifient, schématisent voire, caricaturent. La rigueur de la méthode critique est d’un précieux secours tout autant pour contrebalancer cette littérature polémique que pour questionner solidement les fondements d’une image idéalisée de la transition.

  • 41 P. Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, p. 10.

12Saisie dans sa globalité, la violence reste donc un angle mort de la littérature. C’est pourquoi les pages qui suivent visent à « réintégrer sous un concept unique des comportements qui ont en commun de renvoyer à des usages politiques de la force physique »41, comme nous y invite P. Braud. Loin de se contenter des attentats terroristes, l’analyse inclut toutes les formes et tous les degrés de violences, de la menace à l’assassinat, elle réconcilie la violence contestataire dirigée contre le régime et celle qui émane de l’appareil d’État, dans l’objectif de proposer une interprétation globale du phénomène dans le cadre de la transition. La complexité kaléidoscopique de la violence, objet aux multiples facettes, contraint néanmoins le chercheur à limiter son ambition. Le regard choisi ici, à la différence de l’anthropologue ou du psychologue qui plongent au cœur du passage à l’acte et de l’interaction douloureuse entre le bourreau et sa victime, est celui d’une histoire sociale et culturelle du politique qui se place au niveau de la société qui vit collectivement la violence. En s’intéressant non seulement à l’action violente mais aussi aux conditions de production de l’événement violent, aux modalités de sa réception, aux représentations qu’il véhicule, aux discours et usages politiques qui en sont faits, ce regard interroge au-delà les modes de présence au politique, les cultures politiques en mutation d’une société qui vit une période clef de son histoire.

13Prétendre analyser historiquement la violence politique pendant la transition espagnole, c’est donc replacer au cœur de la compréhension de la période un objet jusque-là invisible, interroger une mythologie politique et bibliographique par un retour à la matérialité événementielle et tenter de répondre à l’une des interrogations fondamentales de l’histoire contemporaine de l’Espagne sur la présence récurrente de la violence sur la scène politique. De fait, non seulement la période n’échappe pas à la violence, mais celle-ci est au contraire au cœur de ses enjeux politiques et symboliques : tel est ce que se propose de démontrer le présent ouvrage, guidé par deux axes principaux de réflexion.

14Le premier se penche sur la signification de la paix supposée de la transition. L’obsession de la réconciliation nationale, si centrale dans la compréhension de la période, porte en elle la question de la violence, puisque la mémoire traumatique en jeu est d’abord celle d’une violence massive dévastatrice, fondatrice ensuite d’une autre forme de violence, sélective et répressive, celle de la dictature franquiste. La violence existante est autant une menace réelle au processus de démocratisation, que l’événement qui réactive des peurs liées à une violence passée dont on a vu la présence récurrente dans l’histoire contemporaine de l’Espagne. L’enjeu ne porte donc pas seulement sur la réalité de la violence du présent transitionnel, mais aussi sur le poids de la mémoire de la violence passée et sur la gestion de la violence redoutée de l’avenir, questions au cœur de la pacification démocratique menée par la transition.

  • 42 Pour une comparaison internationale, voir S. Baby et alii (éd.), Violencia y transiciones política (...)

15La seconde dimension de la réflexion porte sur les modalités de l’émergence de la démocratie à la fin du XXe siècle, dont l’Espagne constitue un paradigme passionnant. La question de la violence est présente au cœur du processus de mutation d’un État autoritaire, fondé sur la répression, en un État démocratique garant des droits individuels et des libertés publiques, qui procède à une reconfiguration symbolique, normative et pratique du sens donné au monopole étatique de la violence. Mais elle l’est aussi dans les constructions imaginées de la démocratie qui est alors perçue autant comme un régime-émancipation que comme un régime-refuge, seul modèle politique capable de protéger efficacement les droits de l’homme contre la tentation monopolistique de l’État moderne. Garantir ces droits qui ont été bafoués, piétinés, méprisés pendant les longues années de dictature est l’un des ressorts essentiels aux démocratisations de la fin du siècle. La démocratie apparaît alors comme un espace sociopolitique pacifié dans lequel toute forme de violence physique est exclue, non seulement car le monopole de la violence par l’État fait l’objet d’une contention réglementée, mais aussi parce que la souveraineté populaire n’a plus besoin de la force pour s’exprimer puisqu’elle dispose désormais du bulletin de vote, symbole d’un jeu politique par essence pacifique. Doit-on pour autant penser avec les contemporains que la démocratie est le lieu idoine de la civilisation, de la tolérance, du dialogue et de la raison qui désamorcent d’eux-mêmes la violence et dénuent de son sens le délit politique42 ? Le cas espagnol révèle au contraire une augmentation de la violence contestataire à mesure de la démocratisation du pays : il remet donc en cause la vision utopique d’une démocratie naturellement guérisseuse du mal de la violence. Quels sont les mécanismes qui expliquent que celle-ci perdure et même s’accroisse à mesure que la démocratie s’installe ? Est-ce à créditer sur le compte des résidus du passé, de l’incertitude de la conjoncture politique, institutionnelle et normative, des velléités révolutionnaires des contestataires ou bien des effets pervers induits par le propre système démocratique ? Quelle est la place respective, en principe et en pratique, de la violence en dictature et en démocratie ?

IV. — TEMPORALITÉS

  • 43 Je m’oppose ici aux interprétations qui évoquent une « pré-transition », entamée pour certains dès (...)
  • 44 Je rejette également les thèses qui considèrent que c’est à partir de ce moment-là seulement que l (...)

16La période de référence choisie est celle qui est la plus communément admise pour délimiter la transition, de la mort de Franco en novembre 1975 à la victoire des socialistes aux élections législatives d’octobre 1982. La disparition du dictateur constitue une réelle rupture, même si la crise du régime est amorcée dans les années 1970 et précipitée par l’assassinat de Carrero Blanco, chef du gouvernement et bras droit de Franco, en décembre 1973. Mais le tyran décède bien dans son lit, de mort naturelle, le 20 novembre43, et l’intronisation de Juan Carlos quelques jours plus tard marque un tournant dans la vision de l’avenir, dans les expectatives et les comportements de chacun, même si le nouveau projet politique ne prend son essor que quelques mois plus tard, avec l’arrivée de Suárez à la tête du gouvernement en juillet 197644.

  • 45 J. M. Maravall et J. Santamaría, « El cambio político en España y las perspectivas de la democraci (...)

17Les élections de l’automne 1982 consacrent pour leur part la victoire écrasante du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) qui, avec plus de 48 % des voix, remporte les deux tiers des sièges au Parlement. Elles constituent une triple injection de consolidation démocratique45, en raison du succès de l’alternance et de la passation de pouvoir qui renforce la légitimité des institutions, de la forte participation qui dissuade les manœuvres réactionnaires et du plébiscite qui offre aux nouveaux dirigeants une réelle marge de manœuvre pour mener leur politique de modernisation économique, politique, sociale et administrative. Ces élections ont de plus une haute portée symbolique en ce qu’elles consacrent, par la victoire des vaincus de la Guerre civile, exclus du pouvoir depuis plus de quarante ans, l’apogée de la réconciliation nationale.

  • 46 Voir N. Guilhot et P. C. Schmitter, « De la transition à la consolidation ».
  • 47 P. Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique, p. 15.

18Reste qu’il est bien difficile d’établir des indicateurs fiables, un seuil à partir duquel on considère qu’un régime démocratique est stable et consolidé, tant l’institutionnalisation de la démocratie suppose des processus longs et flous d’acculturation qui obéissent à des temporalités différenciées46. Loin de préjuger d’un idéal de démocratie à atteindre qui, dans la pratique, se révèle toujours inachevé, il semble plus sage de prendre en compte le « sens flottant de la démocratie » selon la formule de P. Rosanvallon47, qui adopte les contours de réalités infiniment plurielles. L’analyse prendra en compte ces processus complexes d’adaptation des mentalités et des pratiques à un nouvel environnement politique, de reconfiguration du sens donné à l’usage de la violence tant pour les contestataires que pour les agents de l’État. Elle s’étendra donc nécessairement au-delà des bornes chronologiques assignées, tant en amont qu’en aval, pour mieux saisir les spécificités de la période transitionnelle. Si 1986 peut ainsi paraître une borne chronologique mieux adaptée à la mutation des institutions étatiques détentrices du monopole de la violence physique (armée et forces de l’ordre), il reste que le cycle de violences nettement repérable à partir de 1975 s’achève bien en 1982 pour laisser la place au seul cycle nationaliste basque.

19Un chapitre liminaire (« Violences politiques en transition »), à la fois épistémologique et méthodologique, précise les contours de la notion de violence politique utilisée, énonce les critères typologiques employés par la suite et explicite la démarche qui a procédé à la connaissance des événements violents de la période. Le croisement des sources, les plus variées possibles, a permis de construire une base de données des événements violents, inédite tant par son ampleur que par sa précision, qui ébranle d’emblée l’imaginaire pacifique de la transition.

20Une première partie relate ensuite l’histoire de la violence contestataire, de ses acteurs dont on retrace la généalogie, l’idéologie et la part qu’y occupe l’apologie de la lutte armée, les stratégies, les rythmes et les répertoires d’action (chap. i à iii). Une analyse chronologique globale conclut ensuite à l’existence d’un cycle de violences propre à la période et intimement lié aux différentes étapes du processus politique de changement (chap. iv). Une seconde partie est consacrée à la violence d’État. L’État est confronté, pendant la transition, à un double défi. D’une part, il doit canaliser les acteurs violents externes — les protestataires — afin d’empêcher qu’ils ne s’érigent en obstacles infranchissables sur le chemin de la démocratisation. Mais la philosophie et les procédés de contention de cette violence subissent de profonds bouleversements au cours de la période. La transformation d’un ordre autoritaire et répressif en un ordre citoyen garant des libertés et des droits individuels (chap. v) est ainsi perturbée par les nouveaux enjeux posés par l’apparition de l’ennemi terroriste (chap. vi). D’autre part, l’État se heurte à une violence interne, mise en œuvre par les institutions chargées de la contention de la violence externe et du maintien de l’ordre qui rechignent à s’adapter à leurs nouvelles missions en démocratie. Entre une contention répressive, autoritaire et illégitime de la violence et une contention répondant aux impératifs de l’État de droit démocratique, le chemin est long et tortueux. Dans ces interstices se glissent les formes violentes adoptées par la répression, violences policières (chap. vii) et terrorisme d’État (chap. viii), dont l’interprétation se situe au carrefour de l’héritage dictatorial et de la modernité démocratique.

Notes

1 Cambio 16, 206, 17/11/1975, éditorial. Toutes les traductions sont de l’auteur.

2 S. P. Huntington, The third wave.

3 Le « cas espagnol » est notamment popularisé par J. J. Linz, « Innovative Leadership in the Transition to Democracy and a New Democracy ».

4 Les meilleurs représentants de ce courant comparatiste sont J. J. Linz et A. Stepan, Problems of Democratic Transition and Consolidation ; R. Gunther et alii, The Politics of Democratic consolidation ; G. O’Donnell et alii, Transitions from Authoritarian Rule ; J. Santamaría (dir.), Transición a la democracia en el sur de Europa y América Latina ; G. Pridham, Transitions to Democracy.

5 La première à avoir employé ce terme est B. André-Bazzana, Le mythe du « modèle espagnol » de transition à la démocratie. Je tiens ici à la remercier chaleureusement pour m’avoir facilité l’accès à sa thèse, alors inédite (elle a été publiée en 2006 sous le titre Mitos y mentiras de la transición). Aujourd’hui, de plus en plus de spécialistes sont enclins à employer cette formule, à l’image en 2008 de F. Gallego, El mito de la Transición.

6 El País, 7/12/2003.

7 Les travaux des « transitologues » se centrent ainsi sur les modalités politiques du changement, l’évolution du cadre juridique et institutionnel du régime, processus constitutionnel en tête, le système des partis, le panorama électoral ou le personnel politique. Un bon exemple de ce type d’approches est l’ouvrage collectif dirigé en 1989 par R. Cotarelo et alii, La transición democrática española.

8 Colomer parle ains de négociation triangulaire et non bipolaire (J. M. Colomer, La transición a la democracia).

9 Si la traduction de « pactada » est malaisée, le choix du terme « pactée » a l’avantage de faire explicitement référence aux « pactes », ces accords signés ou scellés oralement entre les leaders politiques qui sont si emblématiques de la transition espagnole et au-delà, d’une tradition historique lointaine propre à la monarchie espagnole.

10 G. Hermet, « Espagne : changement de la société, modernisation autoritaire et démocratie octroyée ».

11 J. M. de Areilza, Diario de un ministro de la Monarquía ; D. Gilmour, The transformation of Spain ; C. T. Powell, El piloto del cambio.

12 Voir S. M. Lipset, « Some social requisites of democracy » et B. Jr. Moore, Les origines sociales de la dictature et de la démocratie. Les analyses critiques de cette approche, qui date des années 1960, sont nombreuses, fondées notamment sur les expériences latino-américaines et est-européennes. Voir la synthèse de M. Dobry, « Les voies incertaines de la transitologie ».

13 Voir par exemple R. López Pintor, « Los condicionantes socioeconómicos de la acción política ».

14 V. Pérez Díaz, El retorno de la sociedad civil.

15 Les travaux pionniers sont de J. M. Maravall, Dictadura y disentimiento político.

16 S. Juliá, « Orígenes sociales de la democracia en España », p. 180.

17 Cette pratique se développe dans le cadre de la loi sur les conventions collectives d’avril 1958, à l’origine du développement des Commissions ouvrières (CC.OO.). De même les associations étudiantes, de quartier, de consommateurs, de femmes, de pères de familles qui forment ce qui est alors appelé le « mouvement citoyen », fonctionnaient sur le principe de l’assemblée participative qui constituait un apprentissage du débat raisonné.

18 Sur ce débat voir l’article de J. R. Montero et M. Torcal, « La cultura política de los españoles ». Les ouvrages de référence sont ceux de P. Mc Donough et alii, The cultural dynamics of democratization in Spain ; R. López Pintor, La opinión pública española ; M. L. Morán et J. Benedicto, La cultura política de los españoles ; C. Sastre García, Transición y desmovilización política en España ; F. Orizo, España ; S. Juliá et J. C. Mainer, El aprendizaje de la libertad.

19 « Nous devons élever à la catégorie politique de normal ce qui, dans la rue, est simplement normal », affirme Adolfo Suárez dans son premier discours comme chef du gouvernement en juillet 1976 (El País, 7/7/1976).

20 M. Cardalliaguet Quirant, Transición política y Estatuto de autonomía, p. 145.

21 Le terme est emprunté à José Vidal-Beneyto qui s’insurgeait en 1995, dans un article intitulé « La inmaculada transición », contre cette vision prédominante : « Comment est-il possible que le franquisme comme pré-démocratie et la transition immaculée, ces deux sottises doctrinaires et surtout ces falsifications provocatrices de la réalité, aient une telle résonance historique et médiatique dans une Espagne qui est encore démocratique ? » (El País, 6/11/1995, texte repris dans J. Vidal-Beneyto, Memoria democrática, p. 164).

22 Les travaux existants ne semblent pas s’être encore affranchis de l’image dominante du « modèle espagnol ». Le champ historiographique, pourtant en plein renouvellement, offre encore une approche assez classique de la transition. Les études régionales, nombreuses ces dernières années, en sont une illustration : systèmes politiques, élections, institutions, élites, partis politiques, syndicats analysés à l’échelle des Communautés autonomes sont des thèmes récurrents qui rappellent fortement les approches socio-politistes traditionnelles, tandis que la question des nationalismes et des statuts d’autonomie est devenue centrale, non sans un implicite intérêt politique. Parmi ces études, E. Lemus López et R. Quirosa-Cheyrouse y Muñoz (dir.), La transición en Andalucía ; J. L. Ramírez Sádaba (dir.), Democratización y amejoramiento foral ; J. Ugarte (dir.), La transición en el País Vasco y España ; J. M. Santacreu Soler et M. García Andreu, La transició democràtica al País Valencià ; R. Aracil et A. Segura (éd.), Memòria de la transició a Espanya i a Catalunya.

23 Seul le dernier volume de la Historia de España Menéndez Pidal, publié en 2003, consacre un chapitre entier au terrorisme (J. Avilés Farré, « El terrorismo en la España democrática »).

24 Il est significatif que les spécialistes classiques de la transition définissent en 2004 l’exception basque en ces termes : « Instabilité, polarisation et conflit politique parfois violent ont été institutionnalisés au Pays basque tandis qu’une démocratie stable, consolidée […] a été établie dans le reste de l’Espagne », R. Gunther et alii, Democracy in Modern Spain, p. 16.

25 Ainsi par exemple de l’histoire générale dirigée par J. Tusell et Á. Soto (dir.), Historia de la transición. Parmi les multiples contributions de ses deux volumes, une seule est dédiée à l’étude des événements de Montejurra en 1976, et deux aux risques militaires.

26 V. Prego, La transición. La série a bénéficié d’une audience de plus d’un million de téléspectateurs, obtenant 22 % de part d’audience en 1995, année de sa première diffusion sur RTVE (chiffre donné par D. Ruiz, La España democrática, p. 185).

27 Busquets en dénombre plus de 50 aux XIXe et XXe siècles (J. Busquets, Pronunciamientos y golpes de Estado en España).

28 Santos Juliá parle de « l’anomalie espagnole » (Historias de las dos Españas, p. 34), Walther Bernecker du « Sonderweg » (« La transición en el marco histórico del siglo XX español »), d’autres de « l’exception espagnole » (R. Gunther et alii, Democracy in Modern Spain, p. 2).

29 DSC, 130, LC, 31/10/1978, p. 5204.

30 Discours prononcé à l’occasion du troisième anniversaire de la Constitution, DSC, 204, IL, 9/12/1981, pp. 12248-12251.

31 Émerge ainsi une réflexion espagnole et historienne sur l’usage de la violence en politique dont témoignent quelques publications encore trop rares : J. Aróstegui (dir.), Violencia y política en España ; S. Juliá (dir.), Violencia política en la España del siglo XX ; J. Muñoz Soro et alii (éd.), Culturas y políticas de la violencia et plus récemment A. Rivera et C. Carnicero Herreros (éd.), Violencia política. C’est à propos de la Guerre civile et du premier franquisme que le renouvellement des recherches est le plus avancé, comme en témoignent les monographies récentes sur les violences de guerre, la répression, les camps de concentration, les prisons, les maquis, les viols, etc.

32 Carme Molinero, qui insiste en 2006 sur ce renouvellement critique de l’historiographie tout en déplorant ses excès — comme celle qui rend la transition responsable de tous les maux de la démocratie actuelle —, n’accorde pourtant pas de place à la violence dans son histoire collective de la transition (C. Molinero [dir.], La Transición, treinta años después). À l’inverse, le récent ouvrage de M. Sánchez Soler, La transición sangrienta, publié en 2010, qui prétend analyser l’ensemble de la violence politique commise entre 1975 et 1983, reste plus proche de la chronique et de l’enquête journalistique que d’une entreprise historienne d’interprétation et ce, en dépit du gros travail de recensement des victimes et d’éclaircissement de certaines affaires effectué par l’auteur.

33 Les publications sur l’ETA et son entourage nationaliste basque sont innombrables. Tous ses aspects ont été abordés : la genèse et le développement du nationalisme basque sur la longue durée, l’idéologie, les discours et les stratégies de l’organisation etarra, ou encore la configuration de la communauté basque, la place symbolique de la violence dans la culture, le militantisme nationaliste, l’émergence de la violence et le passage à l’acte terroriste, etc.

34 L. Castro Moral, Terrorismo y afirmación revolucionaria. J’ai pu consulter cette thèse grâce à l’autorisation généreuse de l’auteur. Je remercie ici chaleureusement Eduardo González Calleja de me l’avoir facilitée.

35 L’ouvrage de J. L. Piñuel reste une référence unique bien qu’il ait été publié en 1986 (J. L. Piñuel, El terrorismo en la transición española). Voir aussi A. Muñoz Alonso, El terrorismo en España. Plus récentes sont les analyses qui composent le numéro monographique d’Historia del Presente consacré au terrorismo : J. Avilés Farré (éd.), Terrorismo en la España democrática. Reinares offre des réflexions des plus pertinentes sur le phénomène terroriste en Espagne, mais son argumentation est surtout fondée sur le cas basque (F. Reinares Nestares, « Democratización y terrorismo en el caso español »). González Calleja propose une interprétation européenne du phénomène terroriste, qui inclut le cas espagnol (E. González Calleja, Políticas del miedo). Enfin, Setién Martínez a consacré sa thèse à la perception du terrorisme dans la presse de la transition (F. J. Setién Martínez, Terrorismo y prensa en la transición política española).

36 Seul Ó. Jaime Jiménez a aussi envisagé les dimensions policières et politiques (Ó. Jaime Jiménez, Policía, terrorismo y cambio político en España).

37 Les corps des forces de police et de la Garde civile n’ont pas fait l’objet d’études prosopographiques et institutionnelles approfondies pour la période concernée, ce qui constitue un obstacle sérieux pour comprendre la mutation de l’État.

38 Exception faite de l’ouvrage de M. Ballbé sur l’ordre public au XXe siècle qui offre des perspectives lumineuses sur la transition (M. Ballbé, Orden público y militarismo en la España constitucional).

39 Parmi elles, l’ouvrage de R. Adell, bien qu’il date de 1989, reste une référence unique sur les manifestations dans la capitale (R. Adell Argilés, La transición política en la calle). Un autre ouvrage remarquable est celui de R. Durán Martínez, Contención y transgresión, qui compare les mobilisations sociales des transitions espagnole et portugaise et notamment leur propension inégale à la violence.

40 P. Moa, De un tiempo y de un país.

41 P. Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, p. 10.

42 Pour une comparaison internationale, voir S. Baby et alii (éd.), Violencia y transiciones políticas a finales del siglo XX.

43 Je m’oppose ici aux interprétations qui évoquent une « pré-transition », entamée pour certains dès la loi sur la presse de 1966, pour d’autres en 1969 avec la nomination de Juan Carlos comme successeur de Franco à titre de roi, ou encore en 1974 avec le gouvernement d’Arias Navarro. Interprétations sujettes à certains glissements, à mon sens inacceptables, vers l’idée que le général Franco lui-même aurait laissé la porte ouverte à une modification institutionnelle future du régime au sein de la légalité franquiste.

44 Je rejette également les thèses qui considèrent que c’est à partir de ce moment-là seulement que la transition débuterait (voir, par exemple, M. Caciagli, Elecciones y partido). Ainsi, le premier discours du roi devant les Cortès franquistes, le 22 novembre, manifeste, au-delà de la prestation de serment aux Lois fondamentales du régime, une réelle volonté de changement : « Aujourd’hui commence une nouvelle étape de l’Histoire de l’Espagne », dit-il, orientée vers la « participation de tous » et l’intégration de « tous les Espagnols » aux processus de décision à venir (El País, 23/11/1975).

45 J. M. Maravall et J. Santamaría, « El cambio político en España y las perspectivas de la democracia », pp. 153 sq.

46 Voir N. Guilhot et P. C. Schmitter, « De la transition à la consolidation ».

47 P. Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique, p. 15.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search