Version classiqueVersion mobile

Le spectre du jacobinisme

 | 
Jean-Baptiste Busaall

Seconde partie. Révolution, Constitution de Cadix et Nation : la voie espagnole et le précédent français

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de Toreno (Historia del levantamiento) en est une illustration paradigmatique.

1Pendant longtemps, l’historiographie libérale de la guerre d’Indépendance a imposé une lecture linéaire des événements, partant des émotions populaires du printemps 1808 jusqu’aux Cortès de Cadix1. Le réveil de la nation espagnole, prenant conscience de sa souveraineté au moment de la substitution dynastique, aurait donné lieu à une grande geste patriotique menant à la promulgation de la Constitution de 1812 : c’était une révolution libérale. À l’inverse, pour ceux qui s’opposaient à la remise en cause de l’ordre en place, la crise du pouvoir royal dont Napoléon portait la responsabilité aurait permis à la faction des jacobins espagnols d’établir une constitution à la française dans la monarchie. Le débat politique aurait donc opposé deux tendances principales luttant pour imposer leur interprétation de la situation constitutionnelle de la monarchie : celle des « liberales » et celle des « serviles ». En d’autres termes, le projet révolutionnaire taxé d’afrancesamiento — jacobin, pour ne pas le confondre ici avec celui des joséphins et selon le sens dérivé fait à partir de Barruel — affrontait l’Espagne traditionnelle conservatrice qui se définissait comme monarchique et catholique, comme si ses adversaires n’étaient ni l’un ni l’autre.

  • 2 Vu comme un personnage central de la pensée politique libérale et constitutionnelle espagnole, Jov (...)

2Éventuellement, entre ces deux tendances on ajouta un groupe de réformateurs dont Jovellanos a souvent été considéré comme la figure la plus emblématique2. Leur objectif était de moderniser la situation politique par le biais d’une rénovation des institutions corrompues. Ils étaient opposés à la fois à la révolution — sans être réactionnaires — et donc à la Constitution de 1812, dite des Cortès, et au maintien dans la monarchie d’un gouvernement ministériel, c’est-à-dire personnalisé (Godoy). La présence de députés américains aux Cortès et le début du processus des indépendances dans les Amériques ont conduit à distinguer une autre tendance définie en fonction d’un intérêt sectoriel, comme si sur le fond des questions constitutionnelles, les enjeux étaient foncièrement différents des deux côtés de l’Atlantique. Enfin, il faut rappeler que réduits à la condition de « traîtres », les afrancesados-joséphins furent écartés de l’étude de la modernisation politique de la monarchie.

3La « révolution » constitutionnelle de l’Espagne fut pourtant loin d’avoir été un événement simplement réductible à ces schémas d’ensemble. Elle a été un phénomène complexe qui a suivi une marche sinueuse et dont il faut extraire, en les distinguant, les discours et les actions. Si les différentes tendances ou options idéologiques évoquées peuvent être identifiées, il faut se garder d’une part, de les considérer comme formant des groupes structurés, homogènes et même statiques, et, d’autre part, de réduire les actions individuelles à l’expression d’une tendance. Il convient de surcroît de se méfier des catégories établies par l’historiographie qui a admis parfois sans critique le postulat de l’afrancesamiento de la culture espagnole.

  • 3 « La monarquía está acéfala : se le ha puesto una cabeza extraña de su cuerpo, que la ha constitui (...)

4Si le précédent de la Révolution française fut dans tous les esprits dès lors qu’apparut l’idée selon laquelle la nation espagnole pouvait de sa propre volonté établir une constitution pour garantir ses droits, la définition desdits droits, c’est-à-dire l’objet de la Constitution, dépendait entièrement des enjeux politiques, religieux, culturels et même économiques qui faisaient débat au sein de la société espagnole. Quand bien même la révolution de l’Espagne pendant la guerre d’Indépendance eut un caractère décisif, central ou majeur, elle ne fut qu’une étape dans la crise constitutionnelle de la monarchie catholique. Les premières manifestations du malaise politique et d’une remise en cause, ou au moins d’un questionnement, des fondements de la vie sociale, étaient apparues dès la décennie de 1780. Les écrits d’Arroyal cités en introduction en sont un témoignage éloquent. En 1808, la monarchie, rendue acéphale3 du fait de la captivité du roi Ferdinand, perdit aussi ses instruments de contrôle de la pensée et de l’expression publique. En effet, les territoires soulevés durent rompre les communications avec les conseils de la monarchie, en particulier ceux de Castille et de l’Inquisition, parce qu’ils étaient sous la domination française. La parole jusqu’alors censurée trouva dès lors un espace public nouveau pour s’exprimer. L’urgence et le caractère extraordinaire de la situation favorisèrent l’émergence et la tenue d’un débat sur la nature et le contenu de la Constitution, sans que le terme soit toujours utilisé. Ce n’est donc qu’en partant de ce débat proprement espagnol, avant, pendant et après l’élaboration de la Constitution de Cadix, que l’on peut vraiment évaluer le rôle de l’expérience constitutionnelle française dans la formation du libéralisme doceañista, c’est-à-dire dans la définition des droits, des libertés et du projet politique et social porté par la Constitution de 1812. En définitive, si ce n’est vraiment qu’à partir de 1808 que l’on peut chercher à déterminer les conséquences effectives de la circulation des idées et des représentations de l’expérience française, il ne faut pas pour cela observer les événements dans cette seule perspective.

  • 4 Le terme est employé dans le sens donné en 1816 par B. Constant, De la doctrine politique, p. 285  (...)
  • 5 « Suponer que los españoles trataron de arrostrar los males terribles y la desolación espantosa de (...)

5En premier lieu, pour comprendre et définir la nature de la révolution de l’Espagne dans le contexte du précédent français, il convient d’examiner la marche du processus politique qui dura plus de deux années de l’absence du roi jusqu’au moment où l’idée et l’action de rédiger une constitution s’imposèrent. Comme le remarqua a posteriori l’une des figures les plus charismatiques du « parti »4 libéral et/ou révolutionnaire de 1808, le poète et politique Manuel José Quintana, il aurait été absurde de croire que les Espagnols allaient s’exposer aux désolations d’une guerre dans le seul but de sauver le roi et sans chercher à améliorer leur sort en corrigeant les abus qui avaient conduit le pays au désastre5.

6Mais si pour certains esprits éclairés, la situation dans laquelle l’Espagne avait été placée par l’absence du roi était favorable pour faire une révolution qui devait consister à donner une constitution à la monarchie qui n’en avait pas, cela ne veut pas dire que la recomposition du pouvoir au sein des juntes dites patriotiques était en soi une révolution. Les élites traditionnelles qui assumèrent le pouvoir, le firent pour conserver l’ordre et en particulier l’ordre juridique violé par Napoléon. Le chemin qui permit d’aboutir à la préparation du projet de Constitution fut difficile et les partisans de celle-ci durent savoir manœuvrer pour surmonter les oppositions.

  • 6 Sur le concept, voir P. Contamine, Des pouvoirs en France, pp. 37-47.

7Ensuite, si l’idée de réformer la Constitution historique de la monarchie apparut dans les débats politiques de la guerre d’Indépendance comme le moyen de s’opposer à la fois au volontarisme juridique des révolutionnaires espagnols et à l’imitation d’institutions constitutionnelles étrangères, elle ne fut pas une simple réaction suscitée par les projets novateurs formulés à la faveur de la situation extraordinaire. Elle s’inscrivait dans la continuité des discours que les prémisses de la crise de la monarchie avaient commencé à faire éclore au sein de la Ilustración. Les partisans d’une réformation6 de l’ordre constitutionnel, réformation à laquelle s’ajouta le projet d’uniformiser le contenu institutionnel varié des traditions des différentes entités qui constituaient la monarchie composée, bénéficiaient eux aussi de l’absence du roi pour débattre des moyens d’assurer un équilibre politique entre le roi et le royaume.

  • 7 Sur le droit constitutionnel non écrit, convention et coutume, voir notamment A. V. Dicey, Introdu (...)

8En refusant le débat constituant demandé par les révolutionnaires, les réformateurs ouvrirent un débat constitutionnel qui visait à récupérer la Constitution historique dont l’existence était postulée. Il s’agissait que les prérogatives de la nation et du roi ne reposent plus désormais sur des conventions et un droit constitutionnel non écrit7 mais sur des règles stables garanties par des procédures précisées. La question de la valeur juridique de l’ancienne Constitution, qui aurait été violée par les Bourbons et avant eux par les Habsbourgs, ne reposait pas tant sur le caractère effectivement contraignant des règles que sur la croyance des auteurs en sa force obligatoire.

9L’issue du débat fut la rédaction de la Constitution de 1812. Mais quand bien même les Cortès revendiquèrent n’avoir puisé le contenu de la Constitution que dans les traditions des royaumes de la monarchie, l’effet d’uniformisation d’une part et le caractère performatif de l’écriture, d’autre part, faisaient de la Constitution de 1812 un acte juridique nouveau, fondateur ou refondateur de l’ordre constitutionnel de la monarchie catholique et nationale. Par ailleurs, la rédaction de ce qui se voulait la tradition juridico-politique de la monarchie n’excluait ni l’innovation ni l’inspiration dans les institutions constitutionnelles françaises notamment. Évaluer le rôle et la place de celles-ci, implique donc de se placer dans le contexte du discours constitutionnel patrio.

10Toutefois, la proclamation de la Constitution ne mit pas un terme à la dispute politique qui l’avait précédée et qui portait essentiellement sur la capacité — et le droit — de la nation et des Cortès à établir volontairement et seules les conditions de la pratique du pouvoir et la forme du gouvernement. Le discours officiel sur la réforme de la Constitution historique, assumé et revendiqué par les Cortès de Cadix, ne fit disparaître ni le discours des partisans d’une souveraineté nationale révolutionnaire, ni celui des contre-révolutionnaires et des réactionnaires pour lesquels toute atteinte portée à la souveraineté royale était un crime jacobin. Ainsi, la signification juridique de la Constitution ne se substitua pas aux lectures politiques que les différentes tendances en firent.

  • 8 L’étude classique de M. Artola portait un titre évocateur : Los orígenes de la España contemporáne (...)

11Une précision s’impose à propos de la bibliographie qui porte sur les questions qui seront abordées dans cette partie. Il convient tout d’abord de souligner la quasi-impossibilité de renvoyer à tout ce qui a été écrit sur les questions politiques et constitutionnelles de l’époque de la guerre d’Indépendance. Celle-ci, considérée comme un moment fondateur8, et étant pour le moins un événement majeur de l’histoire espagnole, a intéressé dès l’origine une quantité considérable d’auteurs. La période de célébration de son bicentenaire a donné lieu à une avalanche de publications dont la qualité est très inégale. Aussi, le lecteur ne trouvera en référence que les travaux auxquels un renvoi est apparu nécessaire, étant entendu que leur liste est bien inférieure à celle des références consultées.

Notes

1 L’ouvrage de Toreno (Historia del levantamiento) en est une illustration paradigmatique.

2 Vu comme un personnage central de la pensée politique libérale et constitutionnelle espagnole, Jovellanos, qui est indubitablement un protagoniste de son époque, a été considéré par certains auteurs comme une sorte de chef d’école : dès sa Teoría del Estado, J. Varela Suanzes-Carpegna parle de la doctrine constitutionnelle « jovellanista ». Celle-ci apparaît à la fois comme libérale dans ses principes et conservatrice sur le plan social (c’est-à-dire antipopulaire ou antidémocratique, ou encore « royaliste »). Elle est fondée sur la notion de constitution historique mais reste ouverte à la modernisation qui s’inspire en particulier de l’Angleterre. Sans nier l’importance de Jovellanos dans le paysage politique et culturel de la Ilustración et de la guerre d’Indépendance, ni d’ailleurs sa stature intellectuelle, nous ne sommes pas certain qu’il convienne à son propos de parler d’une doctrine propre et originale, préfiguratrice d’un courant de pensée. Ses idées politiques (et non une pensée) ont surtout pu être mises en exergue parce qu’il occupa des postes importants au cours de sa vie et parce qu’il laissa des écrits prolifiques et variés dans lesquels il livra son opinion sur les grands événements de son époque (aussi bien la Révolution française que la crise de la monarchie à partir de 1808). Son « Mémoire en défense de la Junte centrale », qualifié parfois de testament politique, était à la fois une justification pro domo et a posteriori de l’action politique de cet organe contesté et un exposé de la position qu’il fut amené à adopter dans le débat sur les Cortès et les lois fondamentales, au gré de l’évolution des événements et en suivant quelques principes constants qui étaient partagés par nombre d’ ilustrados. Jovellanos nous semble donc avant tout être un ilustrado espagnol qui est devenu un témoin privilégié du fait de son rôle au cœur des événements. L’absence d’intellectuels espagnols jouissant de la renommée qu’eurent des Voltaire, des Rousseau ou des Sieyès a peut-être aussi contribué à l’élévation de Jovellanos en modèle. Pour ne renvoyer qu’à des travaux récents, voir A. Gil Novales, « Jovellanos en el siglo XIX », qui, utilisant des catégories politiques forgées sur la Révolution française, parle de la difficulté de classer Jovellanos ; S. M. Coronas González, « Jovellanos, jurista ilustrado » ; Id., « El pensamiento constitucional de Jovellanos » ; I. Fernández Sarasola, « Estado, Constitución y forma de gobierno », qui évoque surtout le réformateur (entre les conservateurs et les révolutionnaires).

3 « La monarquía está acéfala : se le ha puesto una cabeza extraña de su cuerpo, que la ha constituido un monstruo, como si al cuerpo humano se pusiese la cabeza de un asno. Manteneos firmes por Fernando » (« Diario de Valencia del lunes 6 de junio de 1808, quartel general de los Cruzados », signé F. D. D. D. B. D. P. R. R., 1er mai 1808 [sic], dans Demostración de la lealtad española, t. I, pp. 80-83).

4 Le terme est employé dans le sens donné en 1816 par B. Constant, De la doctrine politique, p. 285 : « je ne donne point ici à ce mot une acception défavorable [qu’il avait alors] : je m’en sers pour désigner une réunion d’hommes qui professent la même doctrine politique ».

5 « Suponer que los españoles trataron de arrostrar los males terribles y la desolación espantosa de aquella guerra cruel sin más objeto que el de asegurar su independencia y rescatar a su rey ; creer que no habían de pensar en sacar alguna ventaja interior por tan prodigiosos esfuerzos, ni en remediar los abusos por donde habían venido a tamañas calamidades, es soñar absurdos tan ajenos a la condición humana como el curso que llevan generalmente los negocios del mundo » (M. J. Quintana, Cartas a Lord Holland, p. 534 [20 novembre 1823]).

6 Sur le concept, voir P. Contamine, Des pouvoirs en France, pp. 37-47.

7 Sur le droit constitutionnel non écrit, convention et coutume, voir notamment A. V. Dicey, Introduction, pp. 277 sqq. ; R. Capitant, Écrits d’entre-deux-guerres, pp. 283-304 ; O. Beaud, « Les conventions de la constitution » et P. Avril, Les conventions de la constitution, pp. 105-111.

8 L’étude classique de M. Artola portait un titre évocateur : Los orígenes de la España contemporánea.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search