Version classiqueVersion mobile

Le spectre du jacobinisme

 | 
Jean-Baptiste Busaall

Première partie. La Constitution franco-espagnole de Bayonne : une expérience aux origines du libéralisme modéré

Chapitre III. L’expérience politique du règne espagnol de Joseph Bonaparte

Texte intégral

  • 1 V. Haegele (éd.), Napoléon et Joseph, pp. 524 (12 juillet 1808) et 535 (18 juillet 1808).
  • 2 Le chiffre avancé par J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. I, p. vi, fut repris dans plusieurs mé (...)
  • 3 Le Censor, periódico político y literario (Madrid, 1820/1822), rédigé par Miñano, Lista et Gómez H (...)
  • 4 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire ; J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 271 sqq. ; A. M. M (...)

1En entrant dans la Péninsule, Joseph prit rapidement conscience du caractère inédit de sa position : hormis un nombre réduit d’Espagnols qui formaient déjà sa cour, il n’avait pas de partisans1. Cinq ans plus tard, douze mille familles, diton, durent suivre la retraite française et s’exiler pour échapper aux représailles2. Les personnes qui se crurent obligées de fuir en raison de leur compromission avec le régime intrus étaient donc en nombre limité. Pourtant, lorsqu’ils purent revenir, ils jouèrent un rôle déterminant dans la modernisation politique de l’Espagne. Pendant le Triennat libéral, le parti identifié comme celui des afrancesados, avec tout ce que les notions de parti et d’afrancesado pouvaient alors avoir de péjoratif, diffusa les doctrines libérales de la Restauration française. En prônant un juste milieu et le principe de la modération politique, ces afrancesados forgèrent les doctrines du modérantisme espagnol3. Après le second rétablissement de Ferdinand VII comme monarque absolu en 1823, les afrancesados furent nombreux à participer à la réforme de l’État depuis l’intérieur et ils occupèrent encore des postes clés à l’époque d’Isabelle II4. Les Espagnols qui suivirent Joseph jouèrent donc un rôle notable pendant la crise de la monarchie et dans la transition de l’Ancien Régime vers un système politique libéral, bien au-delà de l’époque du roi « intrus ».

  • 5 Le sens de l’anathème est très clair dans le pamphlet de frère [M. Martínez], Los famosos traidore (...)
  • 6 Voir les réflexions, avec lesquelles nous coïncidons, de F. J. Ramón Solans, « En torno a la defin (...)

2Dans le contexte de la guerre qui opposa les Espagnols qui acceptèrent les conséquences de l’intervention napoléonienne à ceux qui la rejetèrent, les premiers peuvent être qualifiés par l’historien, en tant qu’instrument pour l’étude, de joséphins parce qu’ils étaient les partisans ou au moins les sujets, volontaires ou non, du roi Joseph. À la fin du conflit, le terme d’afrancesado s’imposa pour eux et à rebours, après avoir été employé pour désigner les libéraux dans le contexte des affrontements politiques internes au camp patriotique. Ainsi, l’appellation historique d’afrancesado pour désigner les joséphins et seulement eux, apparaît au moment où le terme de joséphin perd tout sens, la défaite militaire française étant consommée ou sur le point de l’être. Parler d’afrancesados pour les joséphins avant ce moment-là revient à employer soit une dénomination partiale et politique mais pas historique, soit un anachronisme pour l’historien qui réduit de surcroît arbitrairement les joséphins à ceux qui furent ensuite appelés afrancesados. Cela ajoute une équivoque supplémentaire sur le terme (être culturellement francisé ou être favorable aux Français) en lui faisant désigner deux phénomènes historiques différents : celui de collaborer ou de participer au sens large à l’expérience du règne de Joseph Bonaparte en Espagne et celui d’être identifié à vie comme un de ceux qui avaient trahi la cause patriotique pendant la guerre contre les Français5. Les travaux sur le collectif desdits afrancesados ou sur certains d’entre eux ont permis de les localiser et de connaître leur activité dans l’Espagne de Joseph et dans l’exil. Mais à la lumière de la remarque qui vient d’être faite, il convient de réfléchir à la définition de cet ensemble composé des sujets, collaborateurs et partisans de Joseph, de Napoléon ou des Français, entre 1808 et 18136.

3Par ailleurs, sachant le rôle que jouèrent les afrancesados dans l’implantation du libéralisme, on peut se demander s’il y a une relation entre l’expérience constitutionnelle du règne de Joseph Bonaparte, le modèle de la monarchie limitée — encadrée pourrait-on dire — prévu par la Constitution de 1808 et l’émergence d’une doctrine libérale modérée au sein du groupe des anciens joséphins. Une mise en contexte précise incluant les débats « patriotiques » et prenant en compte l’évolution des circonstances est indispensable pour comprendre les étapes de la formation progressive d’un « parti » modernisateur, antiféodal, antiseigneurial, antipopulaire et anti-révolutionnaire dans les rangs des joséphins.

I. — LES PARTISANS DU ROI FRANÇAIS : JOSÉPHINS ET AFRANCESADOS

4Pour éviter d’exclure a priori une partie de ceux qui pourraient être considérés comme joséphins ou afrancesados, il convient de partir d’une définition large qui comprend ceux qui ne se soulevèrent pas contre les Français et qui participèrent à quelque degré que ce soit à la société de l’Espagne joséphine. Une étude chronologique précise montre que la formation du collectif joséphin et du parti afrancesado est plus la conséquence de l’ostracisme qui toucha ses membres que de l’existence d’un point commun révélateur des motifs de leur choix. Aussi doit-on proposer un essai de définition plurielle pour tenter de définir la complexité de ce phénomène de collaboration au début du XIXe siècle. L’acceptation de la nouvelle donne politique dans la monarchie résultait essentiellement d’une évaluation pragmatique et parfois doctrinale de l’intérêt de la société détaché de celui de la dynastie des Bourbons expulsée du trône par le coup d’État de Napoléon.

LES AFRANCESADOS, UN GROUPE COMPOSITE OSTRACISÉ

  • 7 M. Méndez Bejarano (Historia política de los afrancesados) voulait réhabiliter ceux qui étaient la (...)

5Que les afrancesados aient voulu servir directement les desseins de Napoléon ou seulement le roi Joseph, souverain indépendant dans l’ordre interne de la monarchie, leur collaboration revenait dans les deux cas à contribuer à la réussite du projet impérial qui visait à intégrer pleinement la monarchie espagnole au grand Empire. Le choix consistait donc à accepter ou refuser l’association poussée à la France à travers la question plus directe de l’acceptation de la nouvelle dynastie française. Entre 1808 et 1813, les conditions du choix et par conséquent ses raisons évoluèrent considérablement. Il est donc fondamental de prendre en compte les différentes étapes qui ponctuèrent l’intervention française pour saisir les tensions auxquelles les Espagnols furent confrontés pour un choix personnel, politique ou idéologique qui n’était pas prédéterminé (même s’il pouvait s’inscrire dans une logique du long terme). Les circonstances expliquent les trajectoires non linéaires d’individus confrontés à des enjeux et à des intérêts contradictoires à une époque où il était difficile de prévoir l’issue finale avec le retour de Ferdinand et la réaction politique. Il ne s’agit donc pas de justifier les faiblesses momentanées de certains personnages dont les fautes attristent7, mais d’expliquer comment le choix, si cela en était un, s’est fait.

  • 8 Les Quatro cartas de un español a un anglómano, publiées par P. Estala en 1805 sont révélatrices d (...)
  • 9 Sur la soumission de Ferdinand à Napoléon, voir E. La Parra López, « L’impossible régénération ».

6Dans les années qui précédèrent la guerre, l’alliance avec la France résultait de l’existence d’intérêts partagés et surtout d’un ennemi commun, l’Angleterre8. En 1808, les troupes impériales étaient présentes dans la Péninsule en vertu d’un traité signé, pour la partie espagnole, au nom de Charles IV. Toutefois Godoy avait déjà commencé à prendre ses distances avec un allié dominateur qui cherchait à orienter la politique espagnole à son avantage. Dans le contexte des luttes de pouvoir au sein du palais, Ferdinand tenta de se rapprocher de Napoléon pour isoler Godoy. À cette fin, il imagina de se marier à une princesse Bonaparte. Après Aranjuez, Ferdinand dupé par ses espoirs autant que par les manœuvres de l’Empereur n’opposa pas de résistance aux exigences de celui-ci jusqu’au moment de céder le trône9. Il ne cessa par la suite de manifester sa fidélité à son maître français.

  • 10 F. Amorós, Representación del Consejero de Estado, pp. 40-43 et 54 sqq.
  • 11 Á. Flórez Estrada, Representación hecha a S. M. C. el Señor Don Fernando VII, p. 182 : « vos no po (...)

7Sa conduite avait donc bel et bien été dictée par une sorte d’afrancesamiento qui consistait à vouloir resserrer les liens de la monarchie avec la France. Durant les quelques semaines que dura son premier règne, il donna des ordres et instructions pour éviter tout affrontement avec les troupes impériales et faciliter la bonne entente des autorités espagnoles avec les autorités militaires françaises. Les afrancesados pouvaient donc légitimement arguer qu’ils n’avaient fait que se soumettre aux ordres du roi légitime lorsqu’ils collaborèrent avec les Français en 1808. Dans l’exil, Amorós dénonçait la persécution de ceux qui avaient obéi à Ferdinand, alors que les courtisans qui le conseillaient encore (la camarilla) s’étaient soumis volontairement à Joseph à Bayonne10. En 1818, Flórez Estrada, un libéral et patriote de la première heure, alla encore plus loin en confrontant directement le roi « à [ses] ordres répétés de se soumettre à l’usurpateur »11.

  • 12 M. J. de Azanza et G. O’Farrill, Memoria.
  • 13 À propos du comte de Casa-Valencia qui venait d’être nommé préfet de Málaga, Comte de La Forest éc (...)
  • 14 Ibid., t. I, p. 66 (8 juin 1808).
  • 15 Voir la circulaire célèbre du Conseil de la suprême Inquisition qui présenta le Deux Mai comme un (...)

8Le départ de Ferdinand accentua la tension dans un climat d’incertitude sur la position que Napoléon adopterait sur les événements d’Aranjuez et par conséquent sur ce que feraient ses armées. Les ordres du roi facilitèrent la progressive soumission de fait de l’appareil central de la monarchie aux Français. L’obéissance fut réticente, mais rien ne se dessinait clairement dans les événements en cours. Si la justification a posteriori d’Azanza et O’Farrill, qui firent valoir la résistance qu’ils opposèrent à Murat12, doit être regardée avec prudence, d’autres témoignages contemporains du règne de Joseph rendent compte de la mauvaise grâce de certains membres de la Junte de gouvernement qui voulaient éviter de se compromettre sans s’opposer ouvertement13. La Forest désespérait de la « pusillanimité des classes supérieures et de la résignation des classes moyennes »14. Pourtant, les conseils permirent de faire circuler les ordres et les informations officielles dans tous les tribunaux de la monarchie, contribuant notamment au maintien de l’ordre après le Deux Mai15 et jusqu’à la diffusion de la nouvelle de l’abdication de Ferdinand. Les réticences de certaines élites officielles lors de la formation des juntes attestent d’un attentisme motivé par la crainte des désordres.

  • 16 A. Gallego Burín, Granada en la Guerra de la Independencia, pp. 12-27.
  • 17 J. J. [del] Moral y Saravia, Memoria que dirige a sus compatriotas, p. 5.
  • 18 Toreno, Historia del levantamiento, p. 83.
  • 19 Proclamation du 8 juin 1808 publiée dans la Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, pp. 576 (...)
  • 20 « Justificación de la conducta del duque de Osuna », adressée à la Junte centrale, Madrid, 30 sept (...)

9La composition de la députation qui devait se réunir à Bayonne avait été imaginée pour faire participer tous les corps et tous les ordres de la monarchie au processus de régénération. Le secrétaire des dépêches de grâce et de justice expédia l’ordre de convocation peu avant le début du soulèvement. Certains des futurs membres de l’assemblée se trouvaient alors déjà en France. On ignore si tous les corps qui devaient désigner un député le firent, mais il est avéré que nombre de députés évitèrent de s’y rendre à la faveur du soulèvement. Les Catalans retardèrent leur départ et les Grenadins rebroussèrent chemin lorsqu’ils apprirent qu’une Junte suprême avait été formée à Grenade16. L’évêque d’Orense avait beau jeu de s’opposer aux prétentions de Napoléon : la Galice n’était pas occupée par les armées impériales et il n’omit pas d’excuser son absence par les difficultés d’entreprendre un si long voyage à son âge. Le chanoine de la cathédrale de Mexico, qui à Bayonne fut de ceux qui participèrent à l’évolution de la Constitution en proposant plusieurs des articles ajoutés, chercha à s’exonérer de toute responsabilité en accusant la Junte de gouvernement laissée en place par Ferdinand VII et reconnue par Charles IV. Celle-ci lui avait donné l’ordre de se rendre en France sans lui en donner la raison17. Parmi les membres de l’assemblée se trouvaient de futurs joséphins convaincus mais aussi un nombre non négligeable de personnages indécis, attentistes voire méfiants qui parfois ne se contentèrent pas d’être présents. Ils rédigèrent des rapports sur le projet de Constitution, prêtèrent serment et assistèrent aux cérémonies, mais aussi participèrent aux tentatives de rétablissement du calme dans la Péninsule. Trois des députés arrivés avant l’ouverture de l’assemblée (un capitaine général des armées, un conseiller de Castille et un juge de Casa y Corte) furent dépêchés à Saragosse pour tenter de convaincre les autorités de la ville de mettre fin à leur soulèvement18. Vingt-cinq députés, Grands d’Espagne, membres des conseils et militaires, furent invités à signer un appel au calme rédigé par Amorós19. Quelles qu’aient été les réticences et les résistances à Bayonne, un seul député fit défection au cours des travaux et encore justifia-t-il son départ par l’urgente nécessité d’aller faire une cure thermale20 !

  • 21 « Liste des Grands d’Espagne et magistrats désignés pour se rendre à Bayonne », 30 avril 1808 (AMA (...)
  • 22 Rapport d’Osuna, du marquis de Santa Cruz et du comte de Santa Coloma (ACD, PRF, t. IV, fos 9-15). (...)
  • 23 « Manifiesto de los Grandes de España reunidos en la casa del duque de Osuna a favor de la causa c (...)
  • 24 « Me propuse desde luego no concurrir ni aun pasivamente a la formación de una constitución destru (...)
  • 25 Décret de nomination de la maison royale (Gazeta de Madrid, 13 juillet 1808, p. 797).

10Le duc d’Osuna, lieutenant colonel d’un régiment d’infanterie et Grand d’Espagne, considéré par les Français comme un jeune homme « sans autre mérite connu que celui de sa naissance et de sa grande fortune »21, quitta en effet Bayonne après avoir co-rédigé un rapport sur le projet de Constitution, mais avant que le débat ne s’ouvre sur les amendements à demander à l’Empereur22. Sa défection, loin d’être anecdotique, permit aux Grands d’Espagne de revendiquer après Baylen une place légitime dans la résistance aux Français contre l’accusation d’avoir collaboré ou attendu quand le peuple seul se soulevait23. S’il expliqua avoir été forcé d’aller à Bayonne et avoir décidé de « ne pas concourir, même passivement, à la formation d’une constitution destructrice de nos droits et indépendance, et de ne pas offrir fidélité et obéissance à un roi intrus »24, son départ ne fut pas interprété comme un refus de collaborer avec la nouvelle dynastie. Joseph le nomma en effet chambellan de sa maison royale25.

11Lorsque les députés rentrèrent dans la Péninsule, ils furent saisis par l’état d’esprit qui y régnait et nombre d’entre eux prirent leurs distances, comme le rapportait l’ambassadeur français :

  • 26 Comte de La Forest, Correspondance, t. I, p. 184 (24 juillet 1808).

Je supposais que tous les députés revenus directement de Bayonne à Madrid se feraient les apôtres du nouveau système. Beaucoup se conduisent fort bien : je cite dans ce nombre Mr. le duc de Frias et don Pablo de Arribas ; d’autres sont tièdes. Les hommes de robe et d’église paraissent frappés de la différence entre l’esprit public qu’ils ont laissé et celui qu’ils retrouvent ; ils se rangent avec leurs corps ; tels sont par exemple les députés tirés du Conseil de Castille, qui semblent vouloir se ménager dans les deux cas la double garantie de leur serment à Bayonne et de leur adhésion aux actes du Conseil à Madrid. Il me revient que Mr. de Cevallos, Mr. de Fernán-Nuñez, Mr. de l’Infantado même, au lieu de soutenir dans le monde avec assurance ce qu’ils ont fait à Bayonne, s’excusent sur les circonstances26.

  • 27 V. Haegele (éd.), Napoléon et Joseph, p. 523 (10 juillet 1808).
  • 28 « Pues deseo que la unión é íntima reconciliación de mis vasallos sea el primer día feliz de mi re (...)
  • 29 Gazeta de Madrid, 23 juillet 1808, p. 877 (circulation de la Constitution) et 24 juillet 1808, pp. (...)
  • 30 Yandiola reprocha à la députation de Biscaye ses mesures dilatoires pour reconnaître Joseph en ins (...)
  • 31 S’abritant derrière son obligation de respecter les fors pour la proclamation de Joseph, la députa (...)
  • 32 Arrêté du Conseil de Castille du 11 août 1808 dans le Manifiesto de los procedimientos del Consejo (...)
  • 33 Sollicité par Urquijo, Mazarredo, O’Farrill, Azanza et Cabarrús pour entrer au service de Joseph, (...)
  • 34 « Nadie se atrevía a mandar, por no decir en nombre de qué gobierno mandaba » (A. Alcalá Galiano, (...)

12Joseph conscient de la nécessité de « conquérir l’opinion de cette nation »27 reprit à son compte le discours régénérateur et promulgua une amnistie générale pour marquer son couronnement par « l’union et la réconciliation intime de ses vassaux »28. La prestation du serment au roi par les conseils fut publiée dans la presse comme une preuve de la soumission des corps constitués et l’annonce de la circulation de la Constitution, source de la prospérité future, fut faite29. En réalité, les organes traditionnels retardèrent souvent leur serment au roi et la publication de la Constitution30. Cette attitude permit a posteriori de justifier le patriotisme des corps qui jusque-là avaient continué à gérer les affaires sous le contrôle français31, mais jusqu’à Baylen, aucun n’osa affirmer son opposition franche au régime imposé par la France. Le Conseil de Castille ne déclara nuls et non avenus les actes de Bayonne (abdications et Constitution) qu’après l’évacuation de la ville par les armées impériales32. Jovellanos, qui avait été nommé ministre de la justice par Joseph déclina le poste en prétextant des raisons de santé. Le terme de roi « intrus » n’apparut dans sa correspondance qu’en août 180833. D’après Alcalá Galiano, au lendemain de l’évacuation de Madrid durant l’été 1808, « personne ne se risquait à commander, pour ne pas avoir à dire au nom de quel gouvernement il commandait »34.

  • 35 « Au 11 août 1808, liste des personnes qui ont accompagné S. M. le roi dans sa retraite à Burgos » (...)
  • 36 Martínez de Villela qui à Bayonne s’était distingué des trois autres députés du Conseil n’en faisa (...)
  • 37 Voir le manifeste des Grands rédigé dans la maison d’Osuna ou la Pastoral que dirige a sus súbdito (...)
  • 38 Sur son installation à Madrid voir AHN, Estado, liasse 29-A. Le décret de création du 26 octobre 1 (...)
  • 39 Ce fut le cas de Llorente, González Arnao et Ranz Romanillos. Arno fut président de l’Académie sou (...)
  • 40 Par exemple, un ecclésiastique qui avait été très actif à Bayonne publia une justification dès aoû (...)
  • 41 Le comte de Casa-Valencia, ancien membre de la Junte de gouvernement, tenta de faire reconnaître s (...)
  • 42 Voir le pamphlet Mi sentir sobre la siguiente question propuesta en un Diario de Madrid « ¿ Debemo (...)

13La liste des Espagnols qui suivirent cette retraite de Joseph permet d’identifier ceux qui étaient véritablement les partisans du nouveau régime35 : certains ministres et conseillers d’État, quelques anciens députés de Bayonne, quelques membres des conseils de Castille36 et des finances, des militaires et quelques employés subalternes. L’évacuation de Madrid permit par ailleurs au mouvement patriotique de se donner une organisation unifiée avec la Junte centrale chargée en premier lieu d’expulser les armées impériales de la Péninsule et de récupérer Ferdinand. La résistance devenait une alternative claire et concrète, dopée par la victoire inattendue de Baylen. Les Espagnols hostiles aux Français purent se manifester et les imprudents se justifier37. La Junte centrale ne tarda pas à mettre en place un tribunal extraordinaire et temporaire de vigilance et de protection pour juger tous les cas de trahison38. Capmany fit exclure de l’Académie d’histoire ceux qui s’étaient compromis, le temps que soit examinée leur loyauté39. Il fut possible jusqu’au retour des Français à Madrid de passer dans le camp de la résistance sans être trop inquiété40, même si certains n’y parvinrent pas41 et que déjà la dénonciation des collaborateurs comme des êtres amoraux émergeait42.

  • 43 Meléndez, ami intime de Jovellanos, aurait participé au déclenchement du Deux Mai. Il n’aurait pri (...)
  • 44 La mise en place des juntes criminelles extraordinaires fut motivée par la persistance des guérill (...)

14La campagne menée par Napoléon réduisit la crédibilité militaire de la Junte centrale. En arrivant à Madrid, l’Empereur força les corps constitués de la corporation de la villa à prêter le serment d’obéissance à Joseph et à la Constitution en menaçant de nommer un vice-roi. Ceux qui n’avaient pas pu ou voulu évacuer la ville durent se soumettre43. Le roi ne recouvra véritablement une place qu’au départ de son frère. Pour constituer l’assise constitutionnelle de son pouvoir, Joseph et ses partisans mirent en place trois actions parallèles destinées à créer des vassaux : l’obligation de prêter serment au roi, la propagande politique et constitutionnelle et des mesures de clémence et de répression44.

  • 45 Le serment des autorités municipales obligeait tous les habitants (« Conversación de un caminante (...)
  • 46 Décret du 1er octobre 1808 pour que les employés et ceux qui touchent des revenus et pensions du t (...)
  • 47 Décret du 1er mai 1809, dans le Prontuario de las leyes, t. I, pp. 168-171.
  • 48 « Reflexiones sobre el real decreto de 18 de agosto acerca de la cesación de todos los empleados » (...)
  • 49 J.-R. Aymes, La déportation sous le Premier Empire, pp. 277 sqq.
  • 50 « Ce qui est plus intolérable, une grande moitié peut-être des employés des ministères et des admi (...)
  • 51 L’expression est de G. Dufour, « “Infidencia” et “afrancesamiento” », p. 43. I. Fernández Sarasola(...)
  • 52 F. Amorós, Representación del Consejero de Estado, pp. 86-87. Il avança plus tard (peut-être au dé (...)

15Le serment constitutionnel prêté par les corps du royaume, représentants naturels du pueblo, devait engager tous les individus45. Il fut utilisé pour fidéliser l’ensemble des employés publics, quel que soit leur niveau, et en général toutes les personnes qui d’une manière ou d’une autre dépendaient du pouvoir d’État. Le premier décret en ce sens, pris à Vitoria, concernait tous ceux dont les revenus provenaient du trésor public. Il fut répété au fur et à mesure de la progression territoriale du régime, s’étendant aux employés, ecclésiastiques et détenteurs de bons de la dette publique46. Un délai fut donné pour que les employés, prébendés et ecclésiastiques réguliers absents reviennent à leurs places47. Pour « forcer l’indécision » des employés qui prétendaient seulement rester à leur poste sans être tenus par un serment forcé au nouveau roi, un décret mit fin aux fonctions, salaires et honneurs de tous les employés de l’administration civile et judiciaire et de l’armée qui n’avaient pas été nommés par le nouveau régime en indiquant le moyen pour les personnes concernées de retrouver un emploi48. Dans les dépôts de prisonniers espagnols en France, le refus de prêter serment était presque héroïque49. Nul n’était dupe de la sincérité de ces serments50, mais cet afrancesamiento « administratif »51, permit de comptabiliser peut-être jusqu’à deux millions de sujets après la campagne d’Andalousie, sur près de onze millions d’habitants52.

  • 53 H. Juretschke, Los afrancesados, p. 204.
  • 54 M. Artola, Los afrancesados, p. 55.
  • 55 Seules des études régionales les prennent en considération. Pour Valence : L. Barbastro Gil, Los a (...)
  • 56 Parmi les exilés figuraient de nombreux policiers, militaires et employés des impôts qui faisaient (...)

16Comme l’a justement souligné Hans Juretschke, cela permit un début de normalisation du régime53. Miguel Artola a distingué du collectif des afrancesados qu’il jugeait « intéressant », les simples juramentados (assermentés) ayant agi par peur de la répression ou poussés par la nécessité de survivre54. Ils n’ont pour ainsi dire jamais été étudiés sur l’ensemble du territoire dominé théoriquement par Joseph55. Pourtant, ils permirent le fonctionnement des institutions, la continuité des pratiques et furent confrontés, comme les partisans politiques de Joseph, aux mêmes difficultés de gestion quotidienne face aux patriotes et aux déprédations des guérillas, aux armées impériales et aux directives du nouveau régime. Sans les simples employés, secrétaires ou clercs, il n’y aurait pas eu de service de justice, de police ou d’impôt. Ils furent inclus dans les mesures répressives du camp adverse et représentèrent plus de la moitié des exilés56. Peut-être ne faut-il pas chercher prioritairement dans leur action au sein des rouages de l’État et plus en général de l’ordre social, une implication idéologique et une conscience politique leur donnant une position particulière vis-à-vis des réformes constitutionnelles dans toute leur ampleur, mais celle-ci ne devrait pas être exclue a priori de travaux qui restent à entreprendre, comme ne devrait plus être négligée leur participation concrète à l’expérience du règne de Joseph.

  • 57 Voir C. Morange, Paleobiografía, pp. 198-231.
  • 58 G. M. de Jovellanos, Obras completas, t. V, p. 347, lettre à Holland, 2 février 1810.
  • 59 Jovellanos écrivait à Holland (2 février 1810) : « me aflige, sobre todo, que cuando iba a congreg (...)
  • 60 Quintana fut le premier éditeur à Madrid à partir du 1er septembre 1809. Blanco White et Isidoro d (...)
  • 61 Hanté par le doute religieux que ses lectures athées françaises entretenaient, ce prêtre sévillan (...)
  • 62 Voir la Gazeta de Madrid, 3 août 1811, p. 878, qui commentait la polémique soulevée au sein des Co (...)
  • 63 Quintana ne mentionna jamais Lista à propos du Semanario. Lorsque Lista rentra en Espagne en 1817, (...)
  • 64 Ce membre des cercles intellectuels de Séville (Académie des belles-lettres et Société économique) (...)
  • 65 « La convicción íntima […] de que era imposible liberarse de la dominación de los franceses » (Rei (...)
  • 66 En 1815, donc a posteriori, il parla de la contre-révolution qui couvait depuis 1809 (J. Sempere, (...)

17La conquête de l’Andalousie au début de 1810 marqua une étape importante dans la constitution du collectif des partisans engagés de Joseph. Le roi français put étendre son autorité tandis que la chute de la Junte centrale entraîna un renversement de la tendance politique dans le camp de la résistance57. La Junte n’avait jamais été une institution révolutionnaire, mais tandis qu’elle gouvernait au nom de Ferdinand, un débat sur la Constitution de la monarchie, les droits de la nation et les réformes politiques nécessaires s’était développé. La presse tolérée avait créé un espace de liberté inédit. L’arrivée des Français sur Séville provoqua le départ — la fuite accusèrent certains58 — des membres de la Junte. Le parti aristocratique profita de l’absence d’autorité pour mettre en place une régence réduite dont l’orientation politique était conservatrice et opposée à la continuation des débats constitutionnels. Les espoirs politiques liés à la réunion des Cortès s’amenuisèrent59. Les régents tentèrent de fait de l’empêcher. Les échecs militaires que la Junte avait tenté de cacher au public, réduisirent aussi la crédibilité d’une résistance. Ne croyant plus à l’issue libérale du processus initié en 1808, l’ancien rédacteur du Semanario patriótico60, José María Blanco White qui avait puisé sa culture politique et philosophique dans les Lumières françaises les plus radicales, opta pour l’exil afin de ne pas être regardé comme un traître61. Sa critique postérieure des Cortès de Cadix fut exploitée par la propagande joséphine62. À l’inverse, son ami Alberto Lista qui lui aussi avait participé aux débats patriotiques dans le Semanario et El Espectador sevillano, se mit au service des occupants63, tout comme José Isidoro Morales64 ou Reinoso. Ce dernier avait la « conviction intime, qu’il était impossible de se libérer […] de la domination des Français »65. La défense de la Constitution de Bayonne par Sempere à la fin de ses Observaciones sobre las cortes, y sobre las leyes fundamentales de España témoigne aussi d’un changement de camp motivé par la déception sur la direction prise par les débats politiques et constitutionnels dans le camp de la résistance66. En rejetant l’idée qu’il ait pu exister une constitution historique dans la monarchie, il se situait en marge du débat qui animait le camp patriotique autour de la récupération et restauration d’une culture constitutionnelle traditionnelle.

  • 67 Lista ne croyait pas en la promesse d’indépendance de l’Espagne joséphine vis-à-vis de la France : (...)
  • 68 Voir sa série d’articles théoriques « Cuestiones importantes sobre las Cortes » publiés du 30 nove (...)
  • 69 « Es una verdad que quisiéramos gravar profundamente en todos los ánimos. Ningún pueblo ha podido (...)
  • 70 « Prospecto de suscripción a la Gazeta de Sevilla », février 1810, fo 1. Lista soulignait notammen (...)

18De tous ces cas, le plus éclairant est sans doute celui de Lista. À l’époque de la Junte centrale, il n’avait pas hésité à critiquer le caractère illusoire des promesses de régénération faites par les Bonaparte67. Contre l’empirisme historique qui dominait le discours du premier libéralisme espagnol, il avait diffusé les principes du gouvernement représentatif qu’il connaissait bien68. Son afrancesamiento était la conséquence de l’échec du mouvement patriotique et n’impliquait aucun changement de ses doctrines libérales et antidémocratiques69. Dans le prospectus qu’il rédigea pour la Gazeta de Sevilla, organe du gouvernement de Joseph dans l’ancienne capitale de la résistance, Lista réitéra sa foi dans l’importance de la diffusion des idées et du savoir, en particulier dans le domaine politique70.

  • 71 Des listes de « traîtres » furent publiées pour exposer à la vindicte publique ces sujets indignes (...)
  • 72 Décrets du 12 avril 1809 déclarant indignes de leur ministère les prélats ayant embrassé le parti (...)
  • 73 Décret CLXXXIV du 11 août 1812 pour le renvoi de tous les employés ayant exercé au service de l’«  (...)
  • 74 Plusieurs articles de la Gazeta de Madrid mirent en garde contre l’inutilité d’espérer un pardon d (...)
  • 75 J. M. Blanco White, El Español, 30 décembre 1812, t. V, p. 566, critiquait la persécution des josé (...)
  • 76 Resté à Madrid en juillet 1812, J. J. [del] Moral y Saravia, Memoria que dirige a sus compatriotas (...)
  • 77 La Régence ordonna le 29 septembre 1812 aux juges de « poner en seguridad a todos aquellos emplead (...)
  • 78 La menace qui pesait sur les joséphins était bien réelle. La tête du conseiller d’État et commissa (...)
  • 79 Tous ne partirent pas : bien que compromis par sa pastorale de soumission de juin 1808 et par l’ac (...)
  • 80 E. L. Lara López, « La represión de los afrancesados ».
  • 81 Il fut nommé membre de la Junte d’instruction publique et fut sur le point de présenter la Teoría (...)

19L’intransigeance des autorités patriotiques successives contre les traîtres joséphins qu’elles ne cessèrent de dénoncer71, empêcha tout retour en arrière. Le recul des troupes impériales en 1812 fut en conséquence accompagné d’un début d’exil. Si les premières mesures de représailles patriotiques officielles contre les joséphins concernaient avant tout les collaborateurs haut placés72, les mesures prises par les Cortès de Cadix vinrent à s’appliquer à tous les employés ayant reçu des places ou des promotions de la part du régime intrus et même aux employés ayant seulement conservé leur place antérieure73. La propagande joséphine74, mais aussi quelques patriotes75, dénoncèrent l’absence de discernement de ces sanctions et leur caractère anticonstitutionnel en faisant référence à la Constitution de 181276. Les autorités durent prendre des dispositions pour éviter les représailles sauvages77, mais les personnes les plus compromises fuirent pour sauver leur vie78. Nonobstant, nombre de joséphins restèrent dans la Péninsule79, n’étant parfois pas ou peu inquiétés. Le cas d’un administrateur principal de la loterie à Jaén offre un exemple de pragmatisme très révélateur. Alors qu’il avait été arrêté suite aux plaintes de patriotes scandalisés qu’il ne soit pas jugé pour ses compromissions avec les Français, il fut rapidement blanchi parce que le gouvernement patriotique avait besoin qu’il participe à la collecte des impôts80. Francisco Martínez Marina, quant à lui, ne fut jamais inquiété pour sa collaboration, mais tout en restant à Madrid, il avait participé très tôt au débat patriotique81.

  • 82 L’art. 9 disposait que : « Todos los españoles que han sido fieles al rey José y que le han servid (...)
  • 83 En route pour l’Espagne, Ferdinand reçut à Toulouse une commission de réfugiés à laquelle il assur (...)
  • 84 Pour éviter une éventuelle application du traité de Valençay, les Cortès ordinaires de 1814 rédigè (...)
  • 85 Le document, qui n’est pas un décret, est reproduit par M. Artola, Los afrancesados, pp. 288-290.
  • 86 « No hay circunstancias capaces de autorizar la horrible apostasía, la negra traición y la infamia (...)

20Le traité de Valençay créa un espoir de retour pour ceux qui s’étaient exilés en France82. Leur sort dépendait du bon vouloir de Ferdinand auquel beaucoup offrirent leurs services83, mais lorsque celui-ci rentra en Espagne, l’état d’esprit général était défavorable à une telle mesure84. La circulaire du 30 mai 1814 transforma l’exil en ostracisme85. Le terme d’afrancesado, qui liait étymologiquement les anciens joséphins à la France en rappelant leur trahison, s’imposa de façon indéterminée. Pour frère Martínez, ils étaient ceux qui avaient commis, sans excuse possible, « la noire trahison et l’infamie de coopérer à l’esclavage et à la ruine de [leur] patrie »86.

  • 87 Andrés Muriel, titulaire de la dignité d’abbé de Santa Cruz dans la cathédrale de Burgo de Osma (S (...)
  • 88 Le député ultra J.-C. Clausel de Coussergues s’opposa au versement de subsides à ces réfugiés bona (...)
  • 89 Il refusa de jeter, à l’instar de toute l’Europe, un voile sur la période de l’Empire : Discurso d (...)
  • 90 L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 72 sqq.
  • 91 C. Morange, Una conspiración fallida.
  • 92 Décrets des 23 avril 1820 et 20 septembre 1820. Voir J.-P. Luis, « Le difficile et discret retour (...)

21L’extinction de l’option française en 1813 posa le problème de la réintégration des anciens joséphins à la vie nationale87. Les conditions de vie des exilés étaient précaires. La droite française les considérait comme des bonapartistes dangereux88. Ferdinand refusa toute clémence89, même si certains joséphins purent rentrer. Pendant l’exil, les contacts entre les deux groupes persécutés par l’ancien Deseado furent rares90. Le projet de conspiration avortée de 1819 témoigne toutefois d’un rapprochement anti-absolutiste possible91. L’amnistie timide des Cortès du Triennat était révélatrice du ressentiment des libéraux vis-à-vis des afrancesados92. Le terme ne concernait plus alors qu’une élite intellectuelle qui ne constituait qu’une faible minorité de ceux qui avaient été des joséphins volontaires ou forcés.

22La façon dont se constitua le groupe des afrancesados-joséphins met en évidence sa grande hétérogénéité qui renvoie à la difficulté de l’identifier à une idéologie propre. Il convient donc pour le définir de recourir à plusieurs critères permettant de prendre en compte sa diversité.

UN ESSAI DE DÉFINITION PLURIELLE DES JOSÉPHINS

  • 93 Voir le commentaire au décret impérial du 8 février 1810 dans le Suplemento a la Gazeta de la Rege (...)

23Une première distinction s’impose : les joséphins ou afrancesados étaient-ils du côté du roi Joseph ou de celui des Français ? Du point de vue du camp adverse, la question ne se posait pas. L’ennemi était Napoléon et Joseph n’était rien en Espagne, ni pour les « vrais » Espagnols, c’est-à-dire les patriotes soulevés, ni non plus pour Napoléon et ses généraux qui ne respectaient visiblement pas la prétendue royauté du frère aîné de l’Empereur93. Du côté de l’Espagne occupée, les choses étaient plus complexes et dépendaient des personnalités et des circonstances.

  • 94 Manifeste signé par Cabarrús, Azanza, O’Farrill et Mazarredo, Buitrago, 2 août 1808, dans A. Du Ca (...)

24Le manifeste que les ministres adressèrent au roi sur les alternatives qui lui restaient après l’évacuation de Madrid94 permet de penser qu’ils étaient plus des partisans de Joseph que de la France. En effet, déconseillant au roi de renoncer ou de conquérir son royaume, ils l’encourageaient à négocier avec les insurgés tout en insistant sur la nécessité de mener une politique espagnole indépendante du système fédératif de Napoléon. Ils proposaient notamment de signer une paix séparée avec l’Angleterre. Deux ministres, Azanza et O’Farrill, avaient été ceux dont Murat affirma en avril 1808 qu’ils souhaitaient que l’Empereur donne une constitution à l’Espagne. Si cet acte de courtisans, qui pouvait être révélateur de l’aura de l’Empereur en tant que grand législateur, peut faire penser qu’ils étaient favorables au renforcement de la puissance française en Espagne, leur attitude pendant le règne de Joseph démontre qu’ils ne cessèrent d’agir pour l’indépendance vis-à-vis de la France.

  • 95 Rapport (s. d.) attribué à Urquijo par A. Du Casse (éd.), Mémoires et correspondance politique, t. (...)
  • 96 Voir Comte de La Forest, Correspondance, t. VI, p. 171, 11 avril 1812.

25À l’inverse, un rapport anonyme attribué au conseiller d’État Arribas95 exposait le caractère illusoire de la proposition des ministres. Les négociations étaient vouées à l’échec et ne pouvaient constituer une solution conforme aux intérêts impériaux. Cette analyse politique conciliait avec réalisme la fidélité à Joseph, à la fois roi d’Espagne et prince français96, les intérêts de l’Empereur et ceux de l’Espagne qui devait être détrompée sur les chances de succès du soulèvement. La suite démontra la perspicacité de l’auteur du rapport. Lorsque Napoléon intervint en personne, il clama haut et fort qu’il était venu venger l’affront qu’était la trahison des serments faits par les élites en sa présence à Bayonne. Toutes les négociations entreprises échouèrent. Elles étaient autant de tentatives de résoudre le conflit par une voie interne et donc en dehors des Français.

  • 97 R. Fernández Sirvent, Francisco Amorós, pp. 124-132.

26Mais si la haute administration centrale de la monarchie joséphine s’était engagée aux côtés de Joseph, dans les provinces où l’autorité du roi était concurrencée, voire bafouée, par les généraux français, la collaboration locale n’impliquait pas nécessairement un attachement au régime joséphin. Ainsi, alors que le commissaire royal Amorós avait partout reçu les marques de respect dues à un représentant du roi, à Burgos en 1809, il dut faire face au dédain du général Thiébault et à l’opposition de l’intendant espagnol qui collaborait avec le Français97.

  • 98 « Se divide esta clase de animales anfibios en literatos, godoistas y ricos propietarios de los pu (...)
  • 99 Voir Arneva, Manifiesto de la conducta política, qui fut un succès éditorial (J. López Tabar, Los (...)
  • 100 Voir C. J. Esdaile, Fighting Napoleon et chap. IV, pp. 213-215 du présent ouvrage.
  • 101 Dialogo entre un ciudadano español y un persa.

27En 1813, un article anonyme, qui critiquait le laxisme des autorités vis-à-vis de la « race maudite » des afrancesados, les définissait comme une « classe d’animaux amphibies [qui] se divise en littérateurs, créatures de Godoy et riches propriétaires locaux »98. Outre les catégories particulières que cette dénonciation stigmatisait, il ressort d’abord que la collaboration était perçue comme un phénomène propre aux élites sociales. En réalité, dans la société espagnole du début du XIX e siècle, structurée en ordres et corporations, il pouvait difficilement en être autrement. Sollicités par les Français et surveillés par les patriotes, les membres des classes supérieures pouvaient difficilement rester neutres99. Pour la grande masse de la population, catholique et donc apolitique parce que soumise à la volonté divine, peu éduquée de surcroît, le changement de dynastie aurait dû être indifférent. Le mythe du peuple en armes se levant pour défendre la religion, le roi et la patrie outragée ne doit pas masquer qu’au moment des faits, l’irruption des classes sociales inférieures dans les événements politiques fut regardée comme un désordre auquel il fallait mettre un terme rapidement100. Quand Capmany dénonçait dans son Centinela la faiblesse des élites et glorifiait le peuple ignorant qui s’était soulevé en dépit des ordres de soumission qui lui avaient été donnés, il ne défendait pas le droit des classes populaires à exercer un rôle politique, mais l’âme de l’Espagne préservée par la culture populaire des illettrés contre l’acculturation française des classes supérieures. Cela s’inscrivait dans le débat déjà ancien sur la contribution de l’Espagne à la civilisation occidentale. L’engagement forcé des employés subalternes par le biais du serment d’obéissance à Joseph et les sanctions patriotiques contre eux relevaient d’une logique nouvelle qui rompait avec l’idée d’un ordre social dans lequel les chefs naturels décidaient et assumaient la responsabilité au nom de la communauté. Un afrancesado anonyme poussa la logique des patriotes pour démontrer ce qu’elle avait de manifestement absurde pour lui : si tous les employés publics étaient des traîtres parce qu’ils avaient continué leur activité sous le régime de Joseph, pourquoi les artisans et les ouvriers qui étaient restés en territoire occupé n’en étaient-il pas aussi101 ? Ceci invite à examiner l’adhésion des différentes composantes de la société au régime de Joseph.

  • 102 Une étude pour la Castille : A. I. Rodríguez Zurro, « Causas del fracaso de la política de concili (...)
  • 103 G. Dufour, « “Infidencia” et “afrancesamiento” », pp. 53-54.

28La grande masse de la population était a priori indifférente au changement de gouvernement, même si une partie du clergé prêcha pour une croisade antifrançaise. Préoccupée avant tout par des questions de subsistance, elle devint hostile au nouveau régime du fait des déprédations et de la ruine du système économique entraînée par la guerre102. La pression fiscale103 éclipsa l’effet des réformes antiféodales et les promesses constitutionnelles de finances publiques saines. Mais Joseph fut aussi acclamé lors de son entrée à Séville parce que la victoire de Soult avait créé l’espoir de la fin de la guerre en Andalousie.

  • 104 Dix des treize ecclésiastiques jugés à Pampelune après le départ des Français avaient seulement ch (...)

29Pour le plus grand nombre des joséphins, employés ou ecclésiastiques, compromis par leurs serments et par les places obtenues, la soumission au nouveau régime répondait à la nécessité de conserver ou d’obtenir un revenu pour vivre104.

30Les propriétaires terriens compromis, nobles ou non, recherchèrent l’appui de l’armée impériale pour préserver leurs revenus et protéger leurs biens de l’action des guérillas et autres groupes armés qui opéraient dans les campagnes d’un territoire jamais complètement dominé.

  • 105 M. Artola, Los afrancesados, pp. 59-60.
  • 106 L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 61-62. Voir le décret du 29 juin 1809 « en que se manda in (...)
  • 107 C. Morange, Paleobiografía, p. 266, considère que Lista, Reinoso ou Miñano étaient dans ce cas.

31L’enrichissement, par contre, peut difficilement être regardé comme un motif d’afrancesamiento. Les pensions et traitements furent quasi systématiquement payés avec retard mettant leurs bénéficiaires dans des situations très délicates105. La vente des biens nationaux servit essentiellement à compenser les pertes que la guerre causa aux collaborateurs106. La crise économique put entraîner certains personnages plus avant dans la collaboration en les incitant à solliciter des prébendes pour compenser la chute de leurs revenus107.

  • 108 Non seulement il servit le régime, mais encore fit-il en sorte que cela se sache (J. A. Llorente, (...)
  • 109 M. Á. Casado Sánchez et E. La Parra López, « El general J. J. Martí », p. 15. La carrière de ce mi (...)
  • 110 Sur la franc-maçonnerie afrancesada et française en Espagne, voir J. A. Ferrer Benimeli, Masonería (...)

32Sans qu’il soit possible de généraliser dans ce domaine, certains joséphins étaient de surcroît motivés par le carriérisme. Llorente est un cas typique d’ambitieux offrant ses services aux nouveaux maîtres du pouvoir comme il l’avait fait aux anciens108. Parfois, certains cherchèrent une reconnaissance qu’ils n’obtenaient pas des autorités patriotiques109. L’appartenance à la franc-maçonnerie, quasi inexistante en 1808, fut un indice supplémentaire d’implication dans le régime joséphin (Joseph étant le grand-maître de la grande loge nationale d’Espagne) sans avoir été une cause110.

  • 111 Grâce à Godoy, il était devenu secrétaire de la traduction des langues et conserva ce poste sous J (...)
  • 112 Cette définition sociale dans L. Barbastro Gil, Los afrancesados, p. 54. Voir aussi J. F. Fuentes, (...)

33Seul un nombre réduit de joséphins s’engagea pour le roi par adhésion à un projet politique, à une méthode de gouvernement et aux promesses constitutionnelles de 1808. Beaucoup d’anciens protégés de Godoy firent ce choix. C’est le cas d’Amorós, Moratín111 ou Estala qui suivirent la retraite de Joseph durant l’été 1808. La chute du prince de la Paix les avait placés dans une situation des plus inconfortables et peut-être y avait-il une part d’opportunisme ou d’instinct de survie sociale dans leur choix. Mais Azanza et O’Farrill, tous deux ministres de Joseph, occupaient en 1808 un poste auquel ils avaient été nommés par Ferdinand. Urquijo qui avait perdu sa place en 1800 au profit de Godoy, n’était ressorti de l’ombre qu’à la chute de ce dernier. Pour les Andalous qui rejoignirent le camp victorieux en 1810, ce choix « idéologique » avait le plus souvent un caractère relatif après l’échec du processus politique engagé sous la Junte centrale. L’afrancesamiento politique, distinct d’une simple adhésion circonstancielle au nouveau régime, était donc bien avant tout l’affaire d’une élite cultivée formée d’ecclésiastiques, de robins et d’intellectuels112.

  • 113 Voir les travaux pionniers de G. Dufour et alii, El clero afrancesado, et G. Dufour et alii, Tres (...)
  • 114 « Reflexiones patrióticas », Gazeta de Madrid, 26 août 1809, pp. 1063-1064. Sur le rôle du clergé (...)
  • 115 Après la prise de Saragosse, Joseph ordonna la fermeture de tous les couvents. L’ambassadeur franç (...)
  • 116 Décret du 6 septembre 1809 pour que les évêques puissent attribuer des charges aux ex-réguliers « (...)
  • 117 G. Dufour, « Église et “Ilustración” ».

34Les ecclésiastiques afrancesados étaient pour l’essentiel issus des rangs du clergé séculier, éclairé et janséniste, qui se divisa entre Joseph et le libéralisme gaditan113. Napoléon avait bien tenté de rallier toutes les composantes du clergé, mais la résistance, dont on imputa la cause à l’influence des moines sur le petit peuple114, justifia l’abolition des ordres religieux115. Des dispositions furent prises cependant pour le reclassement des ex-réguliers dont « les principes politiques idoines et sains étaient assurés »116. L’appartenance aux cercles ilustrados, dont l’existence servait le despotisme éclairé, révélait surtout la volonté de membres du clergé cathédral, dont c’était le fait, de se rapprocher du pouvoir dans l’espoir de faire carrière117.

  • 118 Une étude de cas dans A. Astorgano Abajo, Don Juan Meléndez Valdés, pp. 600-620.
  • 119 G. Dufour, « Pourquoi les Espagnols prirent-ils les armes contre Napoléon ? », pp. 318-321. Voir l (...)
  • 120 Voir la pastorale (3 juin 1808) inspirée des leçons d’histoire de Bossuet de l’ancien confesseur d (...)

35Favorables à l’organisation d’une Église d’Espagne gallicane et marqués par le modèle de la Constitution civile du clergé, les jansénistes appelaient de leurs vœux des réformes qui allaient dans le sens du projet joséphin régaliste118. Celui-ci suivait par ailleurs un plan de transformation radicale préparé sous l’égide de Napoléon à Chamartín (supra). Le clergé, qui devait se mettre au service du gouvernement, ne donna pas en général de motifs de plainte au régime119. Très tôt, il justifia la soumission aux nouvelles autorités en se fondant à la fois sur la doctrine de la séparation des deux royaumes, temporel et spirituel, et sur celle de la providence divine qui établissait le pouvoir temporel120. Un peuple chrétien n’avait par conséquent pas le droit d’intervenir dans la question politique de l’attribution du pouvoir.

  • 121 Pour G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado, pp. 13-99, en particulier p. 37, son a (...)
  • 122 « Conozco que no es lo mismo prometer fidelidad al gobierno, o prometerla a la constitución, pero (...)

36L’archevêque in partibus de Palmyre, Félix Amat121, qui fut décoré de l’ordre royal d’Espagne et récompensé par la mitre épiscopale d’Osma, avait conseillé cette position à des ecclésiastiques français qui sollicitèrent son avis sur l’attitude qu’ils devaient adopter vis-à-vis des autorités issues de la Révolution122.

  • 123 « Burke es inglés y protestante : así no faltan expresiones que no puede aprobar un católico ni un (...)

37Pour cet ilustrado, lecteur de Burke, il ne faisait aucun doute que celle-ci était « illégale, violente et impolitique »123, mais le clergé ne devait pas émigrer et abandonner sa mission de prédication de la foi. La distinction entre le spirituel et le temporel lui permettait un compromis sans duplicité entre sa conscience personnelle et sa position publique, sans que la reconnaissance des autorités n’implique celle de leur légitimité.

  • 124 J. López Tabar, « Incubando la infidencia ».

38Agissant plus en serviteurs du roi, la pièce centrale de l’État, que comme fidèles d’une famille régnante, les robins poursuivirent avec Joseph leur carrière entamée sous Charles IV et Godoy124. Pour eux, la Constitution, auréolée du prestige particulier que cet objet politico-juridique avait alors, promettait une modernisation de l’appareil d’État attendue et offrait un cadre efficace pour la politique royale. Ces joséphins firent fonctionner les institutions : ministres, conseillers d’État, commissaires royaux, préfets… mais leur nombre réduit obligea le régime à multiplier les missions qui leur étaient confiées.

  • 125 Pedro Estala avait été titulaire de la chaire de rhétorique et de grec au séminaire conciliaire de (...)
  • 126 Alberto Lista, Felix José Reinoso, Miñano, Sotelo ou encore Manuel María de Arjona y Cubas. Ce der (...)
  • 127 En 1820, un libéral et ancien afrancesado qui ne portait plus cette étiquette affirmait que les « (...)
  • 128 Voir, notamment, F. de Cabarrús, Elogio de Carlos III, ou M. Suárez de Santander, Carta de un reli (...)
  • 129 Voir R. Corts i Blay, L’Arquiebisbe Fèlix Amat, p. 145. F. de Cabarrús qui avait considéré en 1792 (...)

39La catégorie des intellectuels se recoupe avec les deux précédentes. Les membres des cercles culturels éclairés principaux de Salamanque125 et Séville126 se divisèrent entre le libéralisme et l’afrancesamiento127. Quand bien même le projet politique des Bonaparte pouvait ne pas correspondre exactement avec celui qu’ils auraient voulu pour l’Espagne, il avait la vertu de mettre fin aux blocages qu’une société formée de corps et d’ordres opposait au réformisme modéré des Bourbons, voire à ce que d’aucuns considéraient comme un immobilisme néfaste. Au fait des idées politiques, constitutionnelles, économiques, philosophiques, historiques et esthétiques du XVIIIe siècle, non seulement françaises mais européennes, ils avaient commencé depuis longtemps à remettre en cause le bien-fondé de l’ordre en place128. Outre les circonstances de la guerre, leur engagement pour Joseph répondait le plus souvent à une adhésion à la méthode de transformation de la société guidée par les élites éclairées et à leur opposition à toute intervention des classes inférieures dans l’espace public : la Révolution française avait démontré les excès auxquels cela pouvait mener. Ils ne croyaient pas qu’une révolution puisse être limitée et modérée129. Mais ces traits communs qu’ils partageaient avec bien des acteurs du débat patriotique ne traduisaient pas une idéologie commune.

  • 130 M. Artola, Los afrancesados, pp. 60-73. L’interprétation de cet auteur s’inscrit dans un cadre his (...)
  • 131 Décret I, 24 septembre 1810, Colección de decretos, t. I, pp. 1-3.
  • 132 Il faut d’abord consulter J. F. Fuentes, José Marchena et J. Marchena, Obra española. Très tôt, ce (...)

40Cherchant des caractéristiques permettant de définir l’« idéologie afrancesada », Miguel Artola l’a résumée en trois points : la fidélité à la monarchie en tant que forme de gouvernement et distincte de l’attachement à une dynastie, le rejet des avancées révolutionnaires telles que la souveraineté nationale de 1789 et la volonté d’accomplir des réformes politiques et sociales130. Aucun de ces critères ne nous semble véritablement exclusif ou caractéristique des afrancesados. La remise en cause de la monarchie chez les patriotes n’est l’œuvre que d’une infime minorité de révolutionnaires et encore, le plus souvent, ils ne supprimaient pas l’institution royale dans leurs projets constitutionnels. Les Cortès de Cadix rejetèrent la substitution dynastique non pas au nom de la fidélité aux Bourbons, mais bien parce que la nation n’y avait pas consenti131. José Marchena132 ou Alberto Lista avaient parfaitement assimilé les principes politiques de 1789. La recherche d’un équilibre entre la nécessité de réformer la société et la prudente méfiance vis-à-vis des idées démocratiques et des dangereuses masses anarchiques se retrouvait aussi bien chez Jovellanos que chez les joséphins. Le caractère composite du collectif formé par ces derniers conduit aussi à douter de l’existence d’une « idéologie » permettant soit d’expliquer l’afrancesamiento soit de le définir en tant qu’expérience donnant corps à des idées politiques et sociales spécifiques. S’il a pu permettre l’une des premières manifestations du modérantisme, il ne l’explique pas à lui tout seul.

  • 133 Les projets de Cabarrús ressortis des tiroirs ne faisaient que « prêter au ridicule » selon Comte (...)
  • 134 Zea avait insisté à Bayonne : « Si las pocas naciones que han conocido el mérito y la importancia (...)

41L’adhésion au régime joséphin est avant toute chose une position circonstancielle adoptée dans la tension des événements par des personnages dont le parcours et les idées politiques étaient divers. L’idéologie des joséphins se caractérise par son pragmatisme qui permettait d’adapter les principes à la réalité. De plus, les joséphins ne construisirent pas de projet constitutionnel, ils adhérèrent au modèle de monarchie conseillée et limitée défini par Napoléon. S’il pouvait donner l’impression de s’inscrire dans la continuité du despotisme éclairé, il était surtout post-révolutionnaire, c’est-à-dire qu’il implantait les acquis consolidés et imprescriptibles de la Révolution tout en conservant l’ordre public par le biais d’un pouvoir fort. Le monopole du pouvoir royal et l’encadrement des corps constitués dans les nouvelles institutions changeaient considérablement le cadre de l’action politique, mais pas les enjeux de la mutation dont avait besoin la monarchie pour résoudre sa crise. La destruction progressive et planifiée de l’organisation sociale traditionnelle, à laquelle devait conduire l’application de la Constitution de 1808, s’inscrivait logiquement dans la continuité des aspirations de la ilustración. Si la reprise de certains projets était irréaliste133, cela ne suffit pas à considérer que les joséphins étaient des « ilustrados attardés » par rapport aux libéraux. Cette interprétation est un contresens issu principalement d’une lecture aujourd’hui dépassée du premier libéralisme espagnol qui suivit une voie singulière par rapport à l’expérience française. Enfin, la « fin » du processus révolutionnaire en France et la régénération constitutionnelle initiée à Bayonne avaient permis d’acquérir une constitution sans « les horreurs d’une longue révolution » qui paraissait être jusqu’alors un passage obligé134. La motivation politique première des joséphins fut donc la préservation de l’ordre, au sens de la tranquillité publique, et donc de mettre fin au soulèvement et de rétablir la paix.

SALUS POPULI… L’ACCEPTATION DU ROI JOSEPH POUR LE BIEN DE LA PATRIE

  • 135 J.-B. Busaall, « La fidélité des “ famosos traidores” ».
  • 136 Cicéron, De legibus, iii, 8. La maxime est constamment présente dans le discours joséphin : [J. A.(...)

42Le discours pragmatique des afrancesados-joséphins se situe à plusieurs niveaux et doit être différencié dans le temps135. Pourtant il maintint une cohérence qui reposait sur une défense des intérêts du peuple et de la patrie espagnole, véritables fondements de l’intérêt commun et public, distinct de ceux des gouvernants. Il suivait et répétait la maxime républicaine léguée par Cicéron : salus populi suprema lex esto136. Même si l’Empereur avait entouré son coup d’État de formes destinées à le rendre légal, le rejet du régime « intrus » reposait sur la négation de la légitimité des transferts de droits dynastiques de Bayonne. Pour faire face à la résistance, les défenseurs du nouveau régime délaissèrent les questions de droit pour faire reposer leur argumentaire sur la nécessité et l’utilité de l’acceptation des faits. Il s’agissait d’abord de les présenter, puis de répondre aux craintes et aux objections. Cette propagande, qui répétait les mêmes arguments d’un pamphlet à l’autre, faisait appel au bon sens des Espagnols. Il s’agissait plus de les convaincre de se résigner que de les séduire, même si la régénération constitutionnelle n’était pas détachée de ce discours pragmatique dans la mesure où l’on faisait valoir que les troubles retardaient ses effets bénéfiques. Si le droit naturel fut parfois invoqué pour justifier l’acceptation d’une situation que la rupture de l’ordre juridique traditionnel rendait irrégulière, ce n’est vraiment qu’a posteriori que l’afrancesamiento fut expliqué par le biais des doctrines de l’École moderne du droit naturel et de l’utilitarisme précoce.

  • 137 Murat attribuait les événements au « rassemblement de paysans introduits dans Madrid » et à la « c (...)

43Au printemps 1808, les désordres furent présentés et sans doute aussi perçus, comme une réaction fruste du « bas peuple »137. Les proclamations des autorités furent donc surtout destinées au rétablissement de l’ordre social après une émotion qui remettait en cause la tranquillité publique. Avec l’extension du soulèvement à la fin du mois de mai et l’avancement du processus politique en vue de l’élaboration d’une constitution, il s’agissait désormais d’insister sur les vrais intentions régénératrices de l’Empereur pour détromper ceux qui dans les provinces s’étaient laissé abuser par

  • 138 « Algunas personas poco instruidas sobre los verdaderos intereses de la nación ; la mal entendida (...)

quelques personnes peu instruites des vrais intérêts de la nation ; la loyauté mal comprise de quelques autres, […] les agents secrets d’une nation ennemie systématique du bonheur du continent138.

  • 139 Proclamation des députés de Bayonne aux « Amados españoles, dignos compatriotas », Gazeta extraord (...)

44L’agitation risquait de conduire à une guerre civile et à l’anarchie, deux maux qui allaient à l’encontre des intérêts privés de tous. La révolte menaçait en effet les familles, les domiciles, les fortunes, les propriétés et jusqu’aux vies139.

  • 140 Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, p. 576. Voir G. Dufour, « Les autorités françaises (...)
  • 141 L’argument qui renvoyait à la possibilité d’un renversement d’alliance avec l’Angleterre est rare (...)
  • 142 « Los nombres y apellidos no reinan » soulignait [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p (...)
  • 143 [F. de Cabarrús], Consideraciones de un verdadero español, pp. 5-6. D’après le comte de La Forest,(...)

45Prolongeant la propagande française, qui depuis le début de l’année 1808 avait utilisé la Gazeta de Madrid pour faire une démonstration de la puissance militaire impériale dans la Péninsule, les pamphlets joséphins insistaient sur le caractère chimérique d’un affrontement avec les troupes aguerries de l’« invincible Empereur des Français »140. Sans organisation, sans direction, sans moyen et sans espoir d’aide extérieure141, toute entreprise belliqueuse de la part des Espagnols était vouée à l’échec, sans compter qu’il était illusoire d’espérer le retour des Bourbons142. Un « vrai Espagnol », alias Cabarrús, expliquait même que si des Cortès devaient choisir entre Ferdinand et Joseph, elles n’hésiteraient pas longtemps. On ne pouvait attendre du premier qu’une politique proche de celle de ses ancêtres, qui avait conduit le pays à l’état déplorable dans lequel il se trouvait, alors que le second promettait de faire jouir l’Espagne du prospère système français143.

  • 144 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, pp. 327-328.
  • 145 [F. de Cabarrús], Consideraciones de un verdadero español, p. 4 : « sería menester resucitar aquel (...)
  • 146 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 331.
  • 147 « Ah ! por fortuna vosotros nos conoceis quales son los estragos de la guerra intestina. La España (...)
  • 148 L’analogie fut largement exploitée (voir, par exemple, le compte rendu du pamphlet Desengaños polí (...)
  • 149 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 329.
  • 150 Ibid., pp. 330 et 333.

46Un autre « vrai Espagnol », Llorente, tenta de convaincre ses compatriotes que le changement de dynastie obéissait à la tradition espagnole qui commandait que la famille régnante soit toujours liée à la maison la plus puissante d’Europe144. Ainsi, de la même façon que Philippe V avait été choisi un siècle plus tôt parce que c’était l’intérêt de la nation et alors même que les droits de l’archiduc étaient mieux fondés, les Espagnols devaient savoir reconnaître leurs vrais intérêts qui se trouvaient dans la régénération bonapartiste au lieu de défendre les intérêts d’une dynastie qui les avait si mal servis145. D’ailleurs, beaucoup d’Espagnols étaient déjà persuadés des bienfaits de la nouvelle situation et ceux qui s’y opposaient étaient éparpillés et désunis146. Le parallèle avec la guerre de Succession était à la fois un renvoi au souvenir d’une guerre civile destructrice147 et une façon de souligner que l’ancienne dynastie française était remplacée par la nouvelle148. Si Llorente expliquait que le peuple n’avait jamais perdu le droit de choisir son roi, une prérogative qu’il distinguait expressément d’un droit de résistance à l’oppression contre un roi déjà sur le trône, au fond il insistait surtout sur le fait que, quelle que soit la légitimité des droits acquis par Napoléon, celui-ci était disposé et en mesure de faire respecter ce que lui considérait comme authentiquement sien149. Cherchant par ailleurs à rassurer ses compatriotes sur les conséquences possibles de la nouvelle alliance avec la France, il faisait valoir que rien ne fondait la crainte de perdre les Amériques peuplées d’Espagnols et qu’au cas où une conscription serait mise en place, il valait mieux pouvoir négocier en tant qu’allié qu’être soumis comme vaincu150.

  • 151 « Carta escrita de los ministros de S. M. Josef Bonaparte a la junta central del gobierno, al deca (...)
  • 152 Après vingt mois d’occupation, le commissaire royal à Séville, Blas de Aranza, déplorait qu’encore (...)
  • 153 Les joséphins étaient « Los verdaderos amantes de la patria, [… que], se prometían el primer milag (...)
  • 154 La propagande mit à profit les polémiques de la vie politique anglaise. Les Considerations on the (...)
  • 155 Le Moniteur tenta de rejeter toute la responsabilité du conflit sur l’Angleterre lorsqu’il fallut (...)
  • 156 Gazeta de Madrid, 5 mai 1812, pp. 511-512.
  • 157 Les « libertadores franceses » étaient attendus pour mettre fin au « despotismo » de la Junte cent (...)
  • 158 Le catholicisme dont les Anglais étaient ennemis, avait été rétabli en France par Napoléon comme l (...)
  • 159 Voir, en particulier, les lettres du « pacífico español » et les réflexions de la « tertulia » vil (...)

47En démontrant la possibilité de battre les Français et en permettant d’organiser un gouvernement de résistance et donc un centre de décisions permettant de coordonner l’effort de guerre, la bataille de Baylen changea la situation, même si les joséphins tentèrent de présenter l’épisode comme un accident sans lendemain151. La victoire inéluctable de Napoléon resta le leitmotiv jusqu’à la fin du conflit152. Le danger d’une guerre civile avec lequel ils avaient tenté d’effrayer leurs compatriotes était devenu une réalité. Mais pour nier que les Espagnols soulevés étaient une partie de l’Espagne, ils en firent des ennemis de la patrie, qui ne désiraient que l’anarchie et la destruction153. De surcroît, ils étaient manipulés par les Anglais. Ces ennemis de la paix du continent154 avaient mis à profit les désordres pour ruiner l’Espagne en en faisant un terrain d’affrontement avec les Français, qui n’étaient là que pour se défendre. Dès que les Anglais partiraient, les Français pourraient aussi se retirer155. L’Espagne retrouverait alors son indépendance et sa tranquillité ; elle pourrait jouir des bienfaits de la Constitution156. La société civile espagnole était étrangère à cette guerre qui devait prendre fin quand les Anglais cesseraient de trouver des appuis factieux. Les armées françaises étaient même présentées comme libératrices157. Ceux qui étaient accusés de collaborer avec les Français défendirent les bienfaits de cette alliance pour la paix et la régénération de la monarchie, contre l’alliance contrenature158 et destructrice avec les Anglais159.

  • 160 J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. I, p. 130.
  • 161 [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. II, p. 5 (chap. XXIII).
  • 162 Voir la défense d’un chanoine de Ségovie qui prétendait même avoir sauvé des patriotes condamnés e (...)
  • 163 Voir M. J. de Azanza et G. O’Farrill, Memoria, ou encore F. Amorós, Déclaration.

48Lorsque vint le temps des justifications, les anciens membres du « parti de la paix » comme l’appela Llorente160, insistèrent sur l’imprévisibilité de la défaite finale de Napoléon et donc sur le caractère excusable de leur erreur de jugement161. Ils firent valoir dans des défenses personnelles qu’ils avaient agi de bonne foi pour l’indépendance de la patrie — ce qui n’était pas sans fondement —, pour adoucir les effets de la guerre et pour le bien de leurs compatriotes en s’interposant entre la population civile et l’armée impériale162. Les dignitaires du régime n’hésitèrent pas à joindre des certificats de bonne conduite morale et patriotique établis par des acteurs français du conflit, croyant pouvoir faire appel à l’honneur en dépit des atrocités de la guerre163.

  • 164 Lettre de Reinoso à Joaquín Uriarte en 1814 (I. Aguilera Santiago, « Notas sobre el libro de Reino (...)
  • 165 Voir la section « citas y notas » de [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. I, (...)

49L’Examen de los delitos de infidelidad a la patria, paru en 1816, se distingue de cette volumineuse littérature afrancesada. Reinoso n’avait pas voulu défendre les personnes, mais établir les principes qui permettaient de fonder juridiquement et moralement la légitimité de la soumission au régime joséphin164. Pour cela, il eut recours aux auteurs165 de l’École moderne du droit naturel : Grotius, Pufendorf, Barbeyrac, les frères Cocceius, Heineccius, Burlamaqui, Vattel, Gravina… et aux utilitaristes dont la philosophie découlait d’une laïcisation du droit naturel : Becarria et Bentham. Ses raisonnements furent repris en 1819 par un anonyme magistrat andalou qui recourait pêle-mêle à « Pufendorfio », « Heinecio », « Cocceyo », « Watel », Burlamaqui et Montesquieu. Il citait aussi Mariana et Saavedra Fajardo pour montrer comment

  • 166 « Así explicaban dos sabios españoles el origen de los imperios y el fin para que fueron estableci (...)

deux sages Espagnols expliquaient l’origine des empires et l’objet pour lequel ils furent établis [la protection de la société], plus de cent ans avant que ne naissent les Rousseau, les Helvétius et autres philosophes du siècle passé auxquels les ignorants de notre précieuse littérature attribuent le premier enseignement de cette doctrine166.

  • 167 Le conseiller d’État Montarco acusait la résistance : « no han declarado la guerra a los franceses (...)

50Pendant la guerre, les références au droit naturel furent rares. Elles renvoyaient plus au droit des gens qu’à la philosophie politique de l’École moderne du droit naturel, quand il ne s’agissait pas de s’opposer expressément à ses auteurs167. Cela n’a rien d’étonnant dans la mesure où il aurait été peu judicieux de défendre la thèse de la soumission en qualifiant les Bonaparte de conquérants, de dominateurs voire même d’usurpateurs. On ne peut donc pas considérer cette construction a posteriori comme l’explication doctrinale et/ou l’analyse faite sur le moment par les joséphins. Par ailleurs, s’il est toujours possible de produire une argumentation juridique à l’appui d’un choix circonstanciel comme celui de l’afrancesamiento, le droit est insuffisant pour en expliquer les causes effectives, nécessairement complexes. Aussi faut-il rester prudent sur les résultats d’une recherche sur les fondements juridiques des motivations des joséphins. Ces réserves posées, on peut suivre la piste donnée par Reinoso.

  • 168 Ibid.

51En 1808, la question n’était pas celle des origines de la société, mais celle des droits et obligations réciproques des gouvernés et des gouvernants. La propagande joséphine montre de façon surabondante qu’au-dessus de tous les droits se trouvait celui de la société d’être protégée de la destruction. Aussi s’agissait-il de faire un calcul entre les obligations, réelles ou supposées, des sujets vis-à-vis de leurs rois et leur droit à la sécurité et à la sûreté. Pereyra, ancien député à Bayonne et alcalde de Casa y Corte, instruisit la question de façon privée entre Baylen et la réinstallation de Joseph168. Son raisonnement était en plusieurs étapes.

  • 169 « Como allí acaba todo deber, donde empieza la imposibilidad de cumplirle » (ibid.).

52Tout d’abord, si les Espagnols avaient l’obligation de remettre Ferdinand sur le trône comme le prétendaient les juntes, il fallait examiner si la « nation » était en mesure de le faire, car « tout devoir prend fin là où commence l’impossibilité de le remplir »169. N’ayant pas recours à la notion de lois fondamentales, Pereyra considérait que l’existence dudit devoir devait reposer sur l’hommage et le serment de fidélité des vassaux. Ainsi, de la même façon qu’il avait pris fin vis-à-vis de Charles IV lorsqu’il abdiqua, il avait cessé lorsque Ferdinand renonça à ses droits à Bayonne. Certes, le jeune roi avait été contraint par la force, mais il en avait été de même pour son père au moment de la « funeste » émeute d’Aranjuez et personne ne contestait sa validité.

  • 170 « La suma de todo esto es que o ambas fueron nulas, o ambas firmes y valederas : y si lo primero, (...)

Le résultat de tout cela est que toutes deux furent soit nulles, soit fermes et valables : dans le premier cas, il est clair que Ferdinand ne fut jamais roi légitime et qu’on ne lui dut jamais fidélité à ce titre ; dans le second, il n’est pas moins évident qu’on cessa de la lui devoir à l’heure où il renonça170.

  • 171 « Nos abandonó dejándonos expuestos a todos los horrores de la anarquía » (ibid.).

53Les dispositions civiles sur les vices du consentement, dol et violence en particulier, ne devaient pas s’appliquer dans ces circonstances réglées par le droit de la guerre et de la paix expliqué par Grotius, que Pereyra citait explicitement. Les rois avaient eu à faire un choix entre deux maux : subir la violence ou renoncer à leurs droits. La force dont ils étaient menacés n’était pas irrésistible puisqu’il était possible de l’éviter, il ne s’agissait donc pas d’une force majeure de la nature. Et pour aussi injuste qu’elle put être, elle n’empêchait pas la validité du consentement. De surcroît, Ferdinand qui avait évité la menace pour lui-même devait relever ceux qui étaient susceptibles de la souffrir (ses vassaux) des obligations qui la faisaient peser sur eux. Sans cela, le malheureux prince serait aussi injuste que la force à laquelle il avait voulu se soustraire personnellement. Le droit des gens dans son application « externe » justifiait ainsi que les « nations cultes » se soumettent à l’injustice pour en éviter une plus grande qui serait leur destruction. De surcroît, la nation devait-elle défendre les droits de Ferdinand alors que lui-même n’avait pas protesté contre son abdication, qu’il n’avait pas écouté les avertissements que la nation lui avait donnés et surtout qu’il l’avait abandonnée en l’exposant « à toutes les horreurs de l’anarchie »171 ? Enfin, si en 1766 et en 1808 Charles III et Charles IV n’avaient pas interdit de leur venir en aide contre les violences qui étaient faites à leur autorité, Ferdinand avait expressément demandé la soumission aux Français.

54Par ailleurs, l’association civile ne liait pas la nation à ceux qui étaient appelés par un ordre de succession à monter sur le trône. Pour démontrer que la couronne n’était pas un majorat, Pereyra faisait appel aux précédents historiques : Charles Quint avait renoncé à ses droits en Flandres et Philippe V dans les territoires européens hors de la Péninsule lors du traité d’Utrecht de 1713. L’obligation de la nation de soutenir celui qui devait monter sur le trône contre ceux qui s’y opposaient n’avait jamais existé en Castille. La prestation par la nation d’un serment aux héritiers au trône prouvait que ceux-ci n’avaient pas un droit absolu de régner du seul fait de leur naissance :

  • 172 « Si el orden de sucesión fue puesto en favor de la causa publica y bien general de los pueblos, [ (...)

Si l’ordre de succession fut établi en faveur de la cause publique et du bien général des peuples, […] il est clair qu’il peut être changé, si le bien général le réclame172.

  • 173 L’argument contraire fut développé avec beaucoup de clarté en janvier 1811 par J. M. Pérez Tafalla(...)
  • 174 Pour E. de Vattel, auquel Pereyra n’avait pas recours, non seulement la nation était obligée de se (...)

55Les droits issus d’un ordre de succession ne sont donc qu’une « simple » expectative, affirmait Pereyra173. Prétendre que seule la nation avait le droit de changer la dynastie était une déclaration révolutionnaire qui un an avant aurait été dénoncée par ceux-là mêmes qui la faisaient maintenant. En conclusion de quoi, Pereyra expliquait que non seulement la nation n’avait pas un devoir de se soulever contre Napoléon, mais encore que son droit de se protéger des maux que la résistance ne manquerait pas de provoquer, avait pour corollaire celui de se soumettre174.

  • 175 J. Locke, Two Treatises, liv. II, chap. xix, § 211.
  • 176 [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. I, pp. 41-49 et 148-150. Voir Grotius, (...)

56Au fond, si Pereyra s’opposait à la première affirmation des Cortès de Cadix selon laquelle le consentement de la nation était nécessaire au renoncement des rois fait à Bayonne — ce qui impliquait que la nation soit devenue un sujet politique ‑, il était en accord avec l’article 2 de la Constitution de 1812 qui déclarait que la nation était libre et indépendante et qu’elle ne pouvait pas être le patrimoine d’une famille ou d’une personne. Il s’opposait manifestement à une conception patrimoniale de la monarchie et à aucun moment l’ancien député de Bayonne ne défendait la légitimité des droits des Bonaparte. Ceux-ci étaient implicitement des dominateurs ou des conquérants. Selon l’École du droit naturel et contrairement à la position de Locke175, la conquête ne dissolvait pas la société. Le dominateur avait le devoir de gouverner justement pour garantir l’ordre et la sécurité et la société avait le devoir de lui obéir pour mettre fin à l’état de guerre, comme l’expliqua a posteriori Reinoso176.

57Relu dans la perspective des doctrines du droit naturel, le discours joséphin se distingue sur deux points de celui de leurs adversaires, traditionalistes, contre-révolutionnaires et réactionnaires ou réformateurs, libéraux et révolutionnaires. Premièrement, en mettant en avant la défense des intérêts de la société et son droit imprescriptible à être conservé, les joséphins distinguaient et dissociaient la communauté de l’État. Cela permettait d’affirmer l’existence de deux types de bien commun et d’intérêts. On peut faire un rapprochement avec la théorie du double contrat social développée par Pufendorf et reprise par toute l’École du droit naturel, mais cela s’inscrivait aussi dans la lignée de l’héritage scolastique. Surtout, les joséphins étaient à l’opposé des conceptions monistes de Hobbes, de Rousseau ou des révolutionnaires de 1789. Deuxièmement, ils substituaient un calcul casuistique et relatif d’utilité à la question de la résistance à l’oppression. En n’entrant pas sur le terrain sans doute plus politique que juridique du « droit » de résistance, ils laissaient la voie libre aussi bien aux interprétations providentialistes qu’à celles de la soumission nécessaire aux autorités en place dès lors qu’elles ne menaçaient pas la survie de la société.

58Les afrancesados-joséphins n’étaient pas des révolutionnaires. Il n’était pas question pour eux de faire émerger la nation en tant que sujet politique autonome, capable de connaître des affaires du gouvernement. En cela, ils étaient avant tout des conservateurs face aux « patriotes » qui à partir de 1808 défendirent la nécessité d’une révolution de l’Espagne, idée qui reposait à la fois sur la souveraineté de la nation et sur son autonomie et indépendance vis-à-vis des organes qu’elle instituait pour le gouvernement. Mais le discours anti-révolutionnaire des afrancesados-joséphins, qui empruntait volontiers son vocabulaire à la réaction, n’en faisait pas non plus des réactionnaires. Ceux qui à partir de la réunion des Cortès de Cadix seront qualifiés de serviles pour leur opposition à l’évolution de la question constitutionnelle, liaient de façon indissoluble les intérêts de la communauté à ceux du roi. Le respect des droits du roi, qu’ils soient dynastiques ou qu’ils découlent d’un statut de la couronne, était par conséquent supérieur à toute autre considération. En cherchant à forger une nouvelle alliance politique entre le trône et l’autel, certaines voix serviles exclurent toute théorie contractualiste, embryon d’une conception républicaine. Le recours au droit naturel — celui du droit des gens -, d’une part, et le renvoi à la doctrine chrétienne de la soumission aux autorités mises en place par la Providence, d’autre part, permettaient au contraire aux afrancesados-joséphins de donner à l’intérêt suprême de la société — sa conservation — un fondement supérieur à celui des normes qui disposaient les règles de dévolution de la couronne. Ils évitèrent d’aborder la question des lois fondamentales en vigueur. Ils faisaient clairement primer l’intérêt public commun sur celui, distinct, du prince. Se situant en marge des discours théoriques, ne cherchant pas à justifier plus de droits qu’il n’était nécessaire à leur argumentation pratique et recourant au calcul de l’utilité, les partisans du roi français rejetaient les principes spéculatifs sur lesquels s’appuyaient aussi bien le volontarisme révolutionnaire que l’apologétique réactionnaire.

59Il convient toutefois encore d’insister sur le fait que toute définition de l’idéologie du collectif hétéroclite des afrancesados-joséphins doit être nuancée par la variété de leurs positions individuelles. Ce n’est qu’avec l’évolution du processus politique dans le camp de la résistance que le modèle d’équilibre politique contenu dans la Constitution de 1808 devint un juste milieu pour résoudre la crise constitutionnelle de la monarchie.

II. — L’ÉMERGENCE D’UN JUSTE MILIEU LIBÉRAL ET CONSERVATEUR DANS LA CRISE DE LA MONARCHIE

60L’intérêt de la guerre politique que se livrèrent joséphins et patriotes par l’intermédiaire de la presse et des pamphlets, ne se limite pas à la connaissance de l’argumentaire développé pour rallier l’opinion à une cause. S’il est indispensable de nuancer un discours produit pour un enjeu immédiat, il est néanmoins possible d’en extraire la perception et l’interprétation des événements en cours. Pour les joséphins, l’opposition au nouveau régime était la conséquence d’une révolution à la fois réactionnaire et jacobine qui imitait les heures les plus sombres de la Révolution française sans être capable de conduire comme elle à un résultat positif pour la patrie. Dans le camp de la résistance où se débattait la question des conséquences de la rupture de 1808, il ne fut pas possible d’ignorer l’existence de la Constitution de Bayonne. Rejetée sans examen par les uns, pour d’autres elle fut le moyen de démontrer qu’il fallait opposer un projet constitutionnel patriotique aux promesses libérales fallacieuses de l’envahisseur. Si en 1808-1809, les joséphins purent se présenter comme le camp de la régénération constitutionnelle, à partir de la réunion des Cortès de Cadix et surtout après la promulgation de la Constitution de 1812, qui effaça le modèle de 1808, émergea chez les partisans de Joseph une critique du libéralisme doceañista qui annonçait le modérantisme.

LES JOSÉPHINS ET LA RÉVOLUTION ESPAGNOLE

  • 177 J.-B. Busaall, « Le règne de Joseph Bonaparte », § 45-49.
  • 178 L. M. Pereyra, Cartas de un afrancesado, lettre I. Après Baylen, les factieux prétendirent « resta (...)
  • 179 Parmi les nombreux textes qui évoquent la révolution espagnole, on peut souligner ceux de L. M. Pe (...)
  • 180 Gazeta de Madrid, 28 juillet 1812, p. 845.

61L’extension et la généralisation du soulèvement forcèrent les joséphins à ne plus le voir comme un simple mouvement d’inquiétude passagère et locale. Très vite, soulignant son caractère illégitime, ils le qualifièrent d’insurrection et surtout de révolution177. Le terme n’était pas employé dans son acception platonicienne, mais renvoyait à un bouleversement des principes et de l’ordre social. Les insurgés prétendaient défendre des droits qui n’avaient jamais existé et notamment celui de la nation à consentir à la transmission des droits à régner178. L’irruption du « bas peuple », qualifié de plèbe, de populace (populacho) ou de prolétaires, dans l’espace public représentait un danger incontrôlable. Si le ton variait entre les différents pamphlétaires, tous comparaient ce qui se passait dans le camp adverse à la Révolution française179. La révolution espagnole en avait tous les travers : elle était violente, elle opposait des factions, elle fomentait la guerre civile, elle proscrivait ses victimes, elle conduisait à l’anarchie et à la destruction. Alliant des forces sociales aux intérêts antagonistes, conduite contre le bien, et même contre l’opinion de la nation qui voulait la paix et, de surcroît, dans un pays sans lumières ni idées libérales diffuses, elle ne pouvait qu’être « nulle » dans ses résultats180.

  • 181 Gazeta de Madrid, 29 juin 1809, p. 826.
  • 182 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre II.
  • 183 « Han sido 30 esclavos del bajo pueblo, y no han podido mantenerse en la gracia de aquel cruel y f (...)

62Pour schématiser sans aucun besoin de caricaturer le discours outrancier des afrancesados, tout avait commencé à Aranjuez. Les Grands de l’entourage du prince des Asturies fomentèrent une révolution contre Godoy pour se venger après l’affaire de l’Escorial181. Donnant à la plèbe le pouvoir de faire et défaire les rois, il fut impossible ensuite de le lui enlever. Ainsi, lorsqu’elle fut privée de « son » roi Ferdinand, elle se souleva dans les provinces. Les autorités locales qui ne la suivirent pas furent massacrées. Des juntes, qualifiées de « jouets »182 de la foule, furent constituées dans le tumulte. C’est alors qu’intervinrent les jacobins espagnols qui voulurent former un système républicain et fédératif dans la monarchie en mettant en place la Junte centrale. Celle-ci était un gouvernement révolutionnaire, tyrannique et soumis à la populace183.

63Un « retournement inconcevable des idées » s’était produit :

  • 184 « Por un trastorno inconcebible de ideas se ha notado en la revolución de España que aquellas pers (...)

Ces personnes et ces corps qui auraient dû diriger et rectifier l’opinion du vulgaire, ont généralement été ceux qui ont le plus contribué à la pervertir et à la corrompre184.

  • 185 Gazeta de Madrid, 10 septembre 1809, p. 1124.
  • 186 « Han infundido en las almas débiles o sencillas principios y máximas revolucionarias, con tanta m (...)
  • 187 P. Estala, El Imparcial, 21 juillet 1809, p. 287 (« Reflexiones políticas »).
  • 188 « Los imitadores de Roberspierre han puesto el terror al orden del día » (ibid., 23 mai 1809, p. 1 (...)
  • 189 « Los dicterios, las injurias más ignominiosas, los sofismas más absurdos, los despropósitos más i (...)
  • 190 « Mil escritorcillos mentecatos » (ibid.).
  • 191 P. Estala, El Imparcial, 21 juillet 1809, p. 286 (« Reflexiones políticas »).

64Ainsi, les Grands, qui ne voulaient pas renoncer à leurs droits féodaux comme l’exigeait la Constitution de 1808, qui par ailleurs leur permettait de conserver leurs dignités, se laissèrent entraîner par un mouvement populaire qui voulait en finir avec les privilèges185. Le clergé régulier abusa de son influence pour inspirer « dans les âmes faibles ou simples des principes et maximes révolutionnaires »186. Les partisans de l’Inquisition défendaient la superstition sous le couvert de la religion pour s’opposer aux réformes dont l’économie avait besoin. Estala s’étonnait que ces ecclésiastiques n’aient pas vu qu’ils seraient les premières victimes des jacobins187. Les « imitateurs de Roberspierre [sic] »188 étaient parvenus à ce que la populace imite avec perfection « toutes les fureurs du jacobinisme français »189. Épaulés par une foule d’« écrivaillons imbéciles »190, ils lui avaient fait croire qu’elle se battait pour la patrie. Dans la droite ligne de la définition du jacobinisme par Barruel, Estala affirmait que jusqu’à la paix de Bâle, les révolutionnaires espagnols avaient été les plus sûrs partisans de la France. Puis, perdant espoir que la Convention étende son système destructeur, ils s’allièrent à l’Angleterre avec laquelle ils partageaient l’ambition de ruiner l’Espagne191.

65En somme, ceux qui s’opposaient à l’autorité constitutionnelle de Joseph appartenaient à trois groupes situés en dehors de la nation. La Constitution de Bayonne donnait de celle-ci une définition qui, ignorant l’ensemble de la population, ne prenait en compte que les classes de la société structurée en corps. Marchena précisa que le pueblo, confondu avec la plèbe par les insurgés, était composé des nobles, du clergé, des propriétaires et des artistes. En introduisant une division dangereuse dans la société, les factieux rompaient l’unité du corps social. Le « bas peuple » — celui qui était insurgé — fut assimilé à des hors-la-loi agissant dans les guérillas qui terrorisaient les provinces. Les tenants d’un retour en arrière n’étaient motivés que par leur intérêt particulier. Ils espéraient remettre la nation dans ses chaînes en rétablissant les Bourbons, l’Inquisition et les privilèges de la noblesse et du clergé. Les jacobins étaient d’une part des alliés de l’étranger et d’autre part des ambitieux qui se mettaient sous la protection du nouveau pouvoir pour en devenir les piliers et tirer profit de la destruction du pays.

  • 192 Plusieurs exemples dans la Gazeta de Madrid : 29 août 1811, p. 986 ; 6 janvier 1812, p. 23 (l’affa (...)
  • 193 « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, 29 juillet 1812, p. 850.
  • 194 Plusieurs exemples dans la Gazeta de Madrid : 8 novembre 1811, pp. 1287-1288, note 4 ; 9 avril 181 (...)
  • 195 « La ciencia de los legisladores no consiste en dictar leyes a bulto, sino en saber acomodarlas a (...)

66Les divisions internes de l’insurrection devinrent encore plus patentes avec les Cortès de Cadix au sein desquelles s’opposaient parfois violemment liberales et serviles192, ou en d’autres termes (utilisés par Marchena), l’ochlocratie et la théocratie193. Les premiers, à peine une centaine de factieux autoproclamés représentants de la nation194, n’ayant lu que Rousseau, voulaient réformer l’Espagne sans rien savoir sur l’économie politique. Ces soi-disant « pères de la patrie » ne connaissaient rien non plus à l’art de légiférer qui « consiste à accommoder [les lois] aux circonstances et aux peuples »195. Ils n’avaient pas su tirer les leçons des résultats qu’avaient produits en France les idées spéculatives ; ils restaient hallucinés par

  • 196 « Algunos de nuestros españoles, arrebatados con el fuego de las ideas filosóficas de la revolució (...)

le feu des idées philosophiques de la Révolution de France, sans regarder assez le caractère platonique et abstrait de certains de ses principes, comme cela a été expérimenté de façon trop coûteuse là-bas, [et voulaient] les appliquer à notre situation actuelle196.

  • 197 Voir les articles publiés dans la Gazeta de Madrid : « Guerra político-literaria entre liberales y (...)
  • 198 J. Marchena, « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, 28 juillet 1812, pp. 845-846. Marchena co (...)
  • 199 Dans la droite ligne des Lumières, mais aussi des Idéologues et de leur organe, la Décade philosop (...)

67Les seconds étaient parvenus à préserver les institutions du fanatisme. Leurs affrontements furent largement exposés dans la Gazeta de Madrid qui reproduisait, parfois sans commentaire, les articles de la presse gaditane dans lesquels les deux factions se disputaient197. Pour Marchena, la situation de Cadix était pire que celle de la France pendant la Terreur. L’intransigeance des jacobins y avait été critiquée et la nation avait résisté à leurs décisions, affirmait cet ancien proche des girondins. À Cadix, aucune voix ne s’élevait pour défendre les victimes de l’anarchie. Utilisant le titre provocateur que Fernández Sardino avait donné à son périodique : El Robespierre español, Marchena considérait, à tort ou faussement, que cet « apprenti bourreau » avait toute la confiance des régents198. La presse n’était pas, comme elle le devrait, un espace de diffusion des lumières, mais un terrain d’affrontements stériles199. L’importance du contre-modèle français de révolution était telle qu’il devint l’histoire pré-écrite de la révolution espagnole :

  • 200 « ¿Quién duda que mientras dure la insurrección de España seguirá los pasos de la revolución de nu (...)

Qui doute du fait que tant que durera l’insurrection de l’Espagne, on suivra les pas de la Révolution de nos voisins, et qu’il y aura autant de constitutions que de factions victorieuses200 ?

  • 201 Aristote, Politique, liv. III, chap. vi, § 11.
  • 202 Gazeta de Madrid, 12 février 1810, pp. 175-176.
  • 203 En l’an III, J. Marchena, Quelques réflexions, p. 10, se convainquit définitivement que la surench (...)
  • 204 « Napoleón, autor del buen orden y de la felicidad de la Francia » (P. Estala, El Imparcial, 21 ju (...)
  • 205 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre II.
  • 206 Ibid. La Gazeta de Madrid (29 septembre 1811, p. 1811) compara aussi sa présence à Chamartín à cel (...)
  • 207 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre III.
  • 208 Aristote, Politique, liv. III, chap. XIII, § 24.

68Pourtant, les joséphins ne condamnaient pas la Révolution française en bloc comme les réactionnaires. Leur analyse des processus révolutionnaires français comme espagnols, renvoyait implicitement à la théorie cyclique des gouvernements, classique depuis l’Antiquité grecque. Comme l’avait enseigné Aristote, la corruption des régimes politiques résultait de la substitution de l’intérêt particulier à l’intérêt public201. La Révolution française, expliquait précisément Marchena, avait été initiée par des hommes passionnés par l’intérêt public202. Malheureusement, ils se laissèrent dominer par la populace qui servit de soutien à l’établissement de la terreur jacobine203. Bonaparte n’avait donc pas été le fossoyeur de la liberté comme l’en accusèrent les patriotes libéraux de 1808, mais l’« auteur du bon ordre et de la félicité de la France »204. L’insurrection, telle que les joséphins la décrivaient, n’était motivée que par les intérêts particuliers des « factions ». Les termes de démagogie, employé constamment, ou d’ochlocratie sous la plume de Marchena, renvoyaient à la description d’un gouvernement corrompu auquel seul un homme fort pouvait mettre fin. C’est d’ailleurs ce que prévoyait Pereyra qui affirmait que lorsque le pays serait épuisé par la guerre civile, il se réfugierait sous la domination du premier ambitieux venu205. Ceux qui considéraient que Napoléon en avait été un en France, n’étaient que des jacobins qui lui en voulaient d’avoir mis fin à l’anarchie. Pereyra voyait en lui un nouvel « Alexandre »206 qui propageait les Lumières et abolissait les institutions du despotisme207. La référence utilisée par l’ancien député de Bayonne n’était peut-être pas fortuite : le Stagirite, qui recommandait d’obéir de bonne grâce à l’homme exceptionnel et contre la Constitution208, avait été le précepteur du conquérant macédonien.

  • 209 « Los hombres prudentes previeron desde luego las circunstancias funestas de aquella revolución, y (...)

69L’Espagne maintenue dans les chaînes par l’ignorance n’était pas capable de faire une « grande révolution », c’est-à-dire de mettre fin à la corruption du régime précédent. Privée des idées libérales qui n’avaient pas pu se diffuser, elle avait besoin d’une main étrangère209. Napoléon avait offert aux Espagnols de jouir des bienfaits d’une constitution sans les violences inhérentes à un processus révolutionnaire. Grâce à lui, la monarchie était en mesure de parvenir au résultat de la Révolution française, c’est-à-dire aux institutions du Consulat et de l’Empire, sans passer par ses heurts de 1793. Pour les joséphins, la Révolution n’avait pas erré en détruisant l’Ancien Régime, mais en tentant de reconstruire la société en suivant des principes trop abstraits. En Espagne, le processus périlleux de transition aurait dû s’achever à Bayonne lorsque la Constitution du roi, acceptée par les corps de la nation et soutenue par l’opinion des intellectuels (au fond, les meilleurs) avait été faite. Elle correspondait à une constitution mixte, adaptée à la science nouvelle du gouvernement.

70La corruption de la monarchie, symbolisée par Godoy, n’était pas un constat que seuls les joséphins avaient fait. Mais ils se distinguaient de la résistance patriotique en acceptant une intervention étrangère. Le rejet de la Constitution de 1808 du fait de ses origines ne fut pas suffisant pour l’éliminer des débats internes au camp adverse au sein duquel certains aspiraient à doter l’Espagne d’une constitution.

LA CONSTITUTION DE BAYONNE DANS LES DÉBATS DU CAMP ADVERSE

  • 210 H. Juretschke l’avait signalé dans Los afrancesados, pp. 243-273. E. Martiré (« La Constitución na (...)
  • 211 F. Martínez Marina, Defensa, p. 240.
  • 212 « Una de las más terribles armas de Napoleón era presentarnos la Constitución de Bayona como un re (...)

71Contrairement à ce qui a longtemps été admis en partant de l’idée selon laquelle le soulèvement contre les Français et leurs alliés avait été unanime, la Constitution de Bayonne occupa une place importante dans les débats politiques du camp adverse210. Comme l’admettait Martínez Marina en 1818, elle avait une réelle capacité d’attraction dans un contexte où l’Espagne qui résistait était sans institutions et sans roi211. Dès l’origine, elle avait été présentée comme une réponse aux maux de la monarchie. Cela en faisait, d’après Villanueva, « une des armes les plus terribles de Napoléon »212.

  • 213 Voir une réplique anonyme à la proclamation dans laquelle la Junte de gouvernement détaillait le c (...)
  • 214 « ¿Sedurcirnos ahora ? Se equivoca mucho la Suprema Junta Gubernativa : nos conoce poco S. A. I. S (...)
  • 215 La quema de la Constitución en Aldea Leal, pamphlet anonyme signé du pseudonyme de « Patricio Espa (...)
  • 216 Qui avait donné à « Napoladrón » le droit de légiférer en Espagne ? s’insurgeait le curé de l’Alde (...)
  • 217 « Reunión de personas ilegalmente nombradas por la fuerza, y cuya representación no sería más que (...)

72Si l’outrage ressenti du fait de la séquestration de la famille royale avait suffi pour déclencher le soulèvement madrilène et l’abdication de Ferdinand celui des provinces, il était indispensable de réagir à la propagande napoléonienne sur la régénération, que les autorités centrales de la monarchie relayaient pour convaincre les Espagnols de s’y soumettre de bon gré213. Les promesses d’indépendance et de liberté faites par l’Empereur des Français, tyran de l’Europe, n’étaient pas dignes de foi214. Il fallait détromper l’opinion215. On souligna l’absence de droit de Napoléon de donner une constitution216 et la farce qu’avait été l’assemblée de Bayonne, « réunion de personnes illégalement nommées par la force, et dont la représentation ne serait pas plus que celle d’une mascarade théâtrale »217. Mais déjà les patriotes s’opposaient sur les motifs qui justifiaient le rejet du processus constituant de Bayonne.

  • 218 « Manifiesta y atroz rebelión a nuestro Rey único y legitimo el Señor D. Fernando VII » (Demostrac (...)
  • 219 « Crímen de Lesa-Magestad-Nación de España ». L’échange de correspondances à Philadelphie, daté du (...)
  • 220 J.-J. Rousseau, Du contrat social, liv. IV, chap. II. V. de Foronda avait traduit La Logique de Co (...)
  • 221 Cartas escritas por Valentín de Foronda, encargado de negocios y cónsul general de SMC. Fernando 7(...)
  • 222 [A. Peña], Pensamientos de un patriota español, pp. 4-7 (attribution dans J. M. Portillo Valdés, R (...)
  • 223 « Prefiero vivir en medio del despotismo de los gobiernos de esta partent del mundo, porque al cab (...)
  • 224 Les Cartas Marruecas de José Cadalso avaient déjà répliqué à la fameuse lettre 88 des Lettres pers (...)

73La Junte de Séville qui prenait des édits au nom de Ferdinand considérait que cette prétendue « Junte de la nation » était « une rébellion manifeste et atroce vis-à-vis de notre roi unique et légitime le seigneur D. Ferdinand VII »218. Valentín de Foronda, culturellement très marqué par les Lumières françaises et en particulier par Rousseau, alors consul espagnol auprès des États-Unis, renvoya sans délai l’exemplaire de la Constitution que lui avait adressé son homologue français, au motif que le seul fait de la conserver aurait été un « crime de Lèse-Majesté-Nation de l’Espagne »219. Sa fidélité à Ferdinand n’était que la conséquence du fait que, suivant l’avis d’un « publiciste français »220, il se soumettait à la volonté générale de la nation221. Certains opuscules qui admettaient la nécessité d’une régénération constitutionnelle affirmaient que la Constitution de 1808 ne répondait pas à cette attente et que l’Espagne n’avait nul besoin de Napoléon et de ses lumières pour la faire222. Un soi-disant Numide concluait de son examen de la Constitution qu’il valait mieux vivre au milieu du despotisme oriental que d’être « lié par des institutions qui amenuisent à chaque pas sa liberté individuelle »223. Le procédé de l’observateur oriental mérite d’être souligné dans la mesure où il permettait une inversion des rôles entre la France et l’Espagne après les critiques de l’obscurantisme espagnol par le persan Rica de Montesquieu224.

74Après la formation des autorités patriotiques, le rejet épidermique de la Constitution qui servait à encourager la soumission passa au second plan pour laisser la première place au débat sur le projet politique de la résistance. Ceux qui défendaient le maintien du statu quo général jusqu’au retour de Ferdinand furent confrontés à la revendication de ceux qui considéraient que le moment était opportun pour corriger les abus du régime antérieur. Le grand débat de l’année 1809 sur la convocation d’une assemblée nationale ou de Cortès, pour rétablir ou créer une constitution, fut lancé en s’appuyant sur la nécessité de faire mieux et plus légitimement que Napoléon.

  • 225 « Si el opresor de nuestra libertad ha creído conveniente el halagarnos al echar sus cadenas con l (...)
  • 226 L’évêque d’Albarracín considérait qu’il était nécessaire d’opposer des Cortès légitimes au tyran : (...)
  • 227 Chargé de présenter une synthèse des rapports, Capmany s’emportait contre « algunos discursistas [ (...)
  • 228 J. M. Pérez Tafalla, Reflexiones y censura del papel, p. 41.

75Lorenzo Calvo de Rozas, qui introduisit la question au sein de la Junte centrale, estimait qu’il fallait opposer à « l’oppresseur de notre liberté » un « système ayant la même fin [(établir) un régime constitutionnel réformateur des maux dont nous avions souffert], en travaillant de meilleure foi et avec une plus grande légalité »225. Si de nombreux rapports de la consulta al país inscrivaient leurs avis dans la suite de ce qui s’était passé à Bayonne226, déjà commençait à émerger une dénonciation de ceux qui donnaient raison à Napoléon en prétendant qu’il fallait une constitution nouvelle alors que l’Espagne en avait déjà une227. Les répliques opposées au discours afrancesado sur la soumission aux nouvelles autorités prenaient un ton d’avertissement contre tous ceux qui dans les deux camps « empestaient » le Français228.

  • 229 « Y por eso el tirano mismo abrió su farsa en Bayona con ese simulacro » (document adressé à la Ré (...)
  • 230 Napoléon cherchant plus à convaincre qu’à vaincre l’Espagne, il était urgent de manifester les pri (...)
  • 231 La commission chargée de rédiger un règlement criminel avait omis d’inclure dans l’habeas corpus l (...)
  • 232 L’auteur anonyme de ¿ Cómo tendremos un buen gobierno ?, pamphlet publié en 1811, dénonçait « nues (...)
  • 233 Voir E. Martiré, La Constitución de Bayona, pp. 108-109.
  • 234 J. A. Llorente, Discurso sobre la opinión nacional de España, pp. 9-11
  • 235 Voir Conspiración tramada en España.
  • 236 Voir Sencillas reflexiones a varios artículos de la Constitución, p. 35.

76Après la dissolution de la Junte centrale, la Junte de Cadix réactiva la question de la convocation des Cortès, à laquelle la Régence s’opposait, en affirmant que le peuple avait toujours vu cette institution comme le remède à ses maux et que pour cette raison, « même le tyran ouvrit sa farce de Bayonne avec ce simulacre »229. Le début du débat constituant au sein des Cortès changea l’enjeu des références à la Constitution de 1808. Si la nécessité de répliquer à Napoléon n’avait pas complètement disparu230, le débat tournait désormais autour du contenu de la Constitution patriotique. Les liberales faisaient référence aux réformes de Joseph pour justifier que les Cortès représentantes de la nation souveraine ne pouvaient pas rester en deçà231, tandis que les serviles les accusaient directement de faire le jeu de Napoléon232. Les Américains, mécontents du système de représentation qui leur était particulièrement désavantageux, comparèrent les députés suppléants de Cadix aux députés nommés de Bayonne233. Llorente avait bien vu que les Grands et les ecclésiastiques qui formaient le parti réactionnaire étaient également hostiles à la Constitution de Bayonne et à celle de Cadix234. En 1814, les ténors du parti libéral des Cortès furent accusés d’appartenir à une conspiration républicaine tramée par l’Empereur235. Les serviles continuèrent après le retour de Ferdinand de renvoyer dos-à-dos les constitutions de 1808 et de 1812 au motif qu’aucune d’entre elles n’avait été approuvée par la nation régulièrement réunie236.

  • 237 Les règles de dévolution de la couronne étaient inutiles puisqu’elles étaient prévues par les Part (...)
  • 238 Ibid., pp. 9-10 ; F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Constitución, pp. 55-56.
  • 239 Proclama del africano numida, pp. 32-33 et aussi F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Const (...)
  • 240 Voir, en particulier, F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Constitución, pp. 55-63.
  • 241 Ibid., pp. 58-60.

77De l’ensemble de cette documentation ressortent les reproches essentiels formulés, pour des motifs différents voire opposés, contre la Constitution de 1808. Ils présentaient beaucoup de similitudes avec les réserves formulées par certains des députés de Bayonne. Les conservateurs de l’ordre traditionnel commentaient la Constitution en ignorant, volontairement ou non, la logique de ses mécanismes juridiques237. Les réformateurs et les libéraux soulignaient soit son inadaptation à l’Espagne, soit son insuffisance, envisageant parfois qu’elle puisse servir de modèle. Ainsi, l’indépendance promise par la Constitution n’était qu’un leurre : Napoléon avait organisé l’ordre de succession de telle façon qu’il privait la nation de choisir son roi même en cas d’extinction de la dynastie238. Le pouvoir royal n’était pas assez limité239. Le droit de déclarer la guerre faisait disparaître le prétendu avantage de la liste civile (la critique ignorait là que la liste civile établissait une distinction entre la fonction royale étatique et le titulaire de la fonction). Les serments du roi et des vassaux n’étaient accompagnés d’aucune force coercitive. La capacité du Sénat, aux ordres du roi, de suspendre l’application de la Constitution était une preuve du despotisme mal dissimulé du texte. Les Français qui se présentaient comme des maîtres dans l’art de légiférer avaient produit une constitution mal rédigée et pleine d’incohérences240. Mais surtout, l’organisation des Cortès était inacceptable. Pour Borrull, qui était partisan d’une restauration des principes des lois fondamentales anciennes, le texte de Bayonne privait la nation du droit qu’elle avait toujours eu de proposer les lois et de déterminer le montant des contributions par l’intermédiaire de ses Cortès. Comme dans le « projet formé en 1789 par Mr. Necker », les députés de la noblesse et du clergé étaient en nombre insuffisant pour résister à ceux de la plèbe. De plus, le nombre de députés nommés directement par le roi assurait à celui-ci d’y imposer son despotisme241.

  • 242 [J. Canga Argüelles], Observaciones sobre las Cortes, pp. 7-52.

78À l’opposé, Canga Argüelles était convaincu que les Cortès historiques avaient perdu toute crédibilité en étant dominées par le roi et en rendant possible que les droits de la nation soient bafoués242. Il examina la Constitution de 1808 parce qu’elle était le « résultat des lumières françaises » et que le régime joséphin la présentait comme un

  • 243 « Resultado de las luces francesas es tanto más interesante el analizarle, cuanto se nos anuncia c (...)

modèle de la politique, et le moyen de faire cesser les abus, et d’établir solidement notre bonheur, et celui de nos fils243.

  • 244 « Se nos ofrecen unas Cortes más viciosas que las que hasta aquí teníamos » ([J. Canga Argüelles],(...)
  • 245 « Memoria del ayuntamiento de Granada, acerca de la reunión de Cortes », Grenade, 25 novembre 1809 (...)

79Mais il concluait sans appel que les Cortès de Bonaparte étaient « plus viciées que celles que nous avions jusqu’à présent »244. Pour lui, la représentation devait exclusivement se faire en proportion de la population. Il critiquait donc l’importance excessive qui avait été donnée aux députés du clergé et de la noblesse. Près de cent dix députés étaient désignés plus ou moins directement par le roi, ce qui en faisait ses représentants et non ceux de la nation. Des reproches identiques furent formulés par la municipalité de Grenade dans sa réponse à la consulta al país245.

80Ainsi, la Constitution de 1808, qui fut l’un des catalyseurs du processus de convocation des Cortès et des réformes de l’assemblée de Cadix, n’était pas seulement inacceptable en raison de ses origines douteuses, elle l’était aussi en tant que modèle politique pour la réorganisation constitutionnelle de la monarchie. Les joséphins ne la voyaient pas non plus comme une loi fondamentale idéale, mais comme la meilleure dans le contexte culturel et social de l’Espagne. Les critiques qu’ils adressèrent à la Constitution de 1812 ne découlaient pas seulement de la guerre des arguments, elles révélaient un rejet idéologique du libéralisme doceañista.

LE REJET IDÉOLOGIQUE DU LIBÉRALISME DOCEAÑISTA

  • 246 « De nuestro estado, nuestros males, y su seguro y único remedio », Gazeta de Madrid, 10 août 1812 (...)
  • 247 Gazeta de Madrid, 5 février 1813, pp. 143-144. Voir le décret CLXXXV, 14 août 1812, dans Colección (...)
  • 248 Gazeta de Madrid, 26 mars 1813, pp. 338-340.
  • 249 Article du Redactor general, no 582, reproduit dans la Gazeta de Madrid, 28 avril 1813, pp. 471-47 (...)
  • 250 Lettre anonyme communiquée à la Gazeta de Madrid, 30 mars 1813, pp. 355-356.
  • 251 Gazeta de Madrid, 25 décembre 1812, pp. 997-998.

81Le premier type de reproche qui fut adressé à la Constitution de Cadix portait sur son inadéquation à l’état moral du pays. Les disputes internes du camp adverse le démontraient. Les liberales avaient fait une constitution sans construire les fondements d’une société constitutionnelle, sans faire la différence entre l’édiction d’une norme et son application246. Renommer les places centrales des bourgs du nom de la Constitution n’était pas suffisant pour l’implanter247. Dans les provinces, les moines, qui avaient usurpé le nom de patriotes, dressaient l’opinion contre tous ceux qui avaient étudié la science nouvelle du gouvernement248. La Régence était accusée de freiner la mise en place des institutions, tandis que les militaires violaient impunément les droits protégés par la Constitution249. Les corporations de vecinos étaient déçues par les liberales et les Cortès250 et le clergé finalement était plus heureux avec la Constitution de 1808251.

  • 252 Ibid., p. 997, note 3.
  • 253 Gazeta de Madrid, 19 août 1811, p. 944. Montesquieu (De l’esprit des lois, liv. III, chap. vi) n’é (...)

82Mais surtout, la Constitution de Cadix qui prétendait être, selon l’interprétation que les joséphins en firent, celle d’une monarchie modérée (art. 14), manquait tout à fait son objectif en mettant en place une république252. Le décret des Cortès sur les seigneuries avait annoncé dès 1811 ce cheminement rapide vers une « république imaginaire ». Alors que la Constitution de 1808 avait maintenu le rang et la prééminence de la noblesse dans les limites de ce qu’elle devait être, les Cortès avaient, en la supprimant, détruit l’honneur qui était, comme l’avait exposé Montesquieu, le principe de la monarchie253.

  • 254 V. G [onzález] A [rnao], Opinión sobre la Constitución et V., Examen analítico de la Constitución (...)
  • 255 J.-B. Busaall, « Le règne de Joseph Bonaparte », § 57-61.

83En 1813, cette critique fut développée et systématisée dans deux opuscules anonymes, l’un plus théorique que l’autre, qui examinèrent les fondements de la Constitution de 1812254. Les raisonnements laissaient apparaître les principes selon lesquels devait être organisé le gouvernement pour assurer un équilibre des forces sociales. Ils témoignent de l’émergence empirique du modérantisme face au libéralisme doceañista que les joséphins percevaient comme révolutionnaire255. La Constitution de Bayonne n’était alors déjà quasiment plus d’actualité du fait du recul territorial des joséphins, pourtant elle n’était pas étrangère au schéma de l’organisation des pouvoirs qui était proposé. S’il ne faut pas en déduire une filiation directe de la Constitution de 1808 au modérantisme, cela démontre au moins qu’elle fut l’une des expériences qui contribuèrent à façonner ce libéralisme du juste milieu.

  • 256 « He parado mi atención principalmente sobre lo que considero esencial de una constitución ; esto (...)

84Le premier opuscule, attribué à un ancien député à Bayonne, Vicente González Arnao, posait comme postulat que le problème essentiel d’une constitution est à la fois de déterminer qui est le dépositaire du « grand pouvoir de l’État » et de le distribuer256.

85Le point de départ de son raisonnement était individualiste : les individus formaient un pacte social afin d’employer la force de tous pour empêcher chacun d’abuser de sa force propre et pour que personne n’exige d’autrui plus que lui ne donne aux autres. La société devait ainsi permettre aux individus de jouir paisiblement au sein de leur famille de la sûreté personnelle, de la propriété, du libre usage de leurs facultés intellectuelles et de la jouissance des fruits de leur travail. Pour remplir cet objet, il fallait une force coercitive capable d’imposer à chacun le respect des droits d’autrui, des magistrats pour évaluer la justice de ce que chacun donne et reçoit et enfin des personnes chargées de collecter les contributions nécessaires au bon fonctionnement des deux précédentes missions. Au-dessus de ces trois organes, il fallait une force supérieure capable d’imposer à chacun l’accomplissement fidèle de sa mission, dans le respect de ses limites et en coordination avec les autres organes. Au dessus de ce chef suprême qui au fond était un arbitre, il ne devait y avoir que Dieu, sans quoi le vrai chef serait celui auquel il devrait rendre des comptes sur terre. Mais l’établissement de ce chef, une personne ou un corps, soulevait la crainte qu’il n’abuse de son pouvoir. En vérité, la science politique n’avait pas trouvé de solution parfaite à ce problème. Il n’existait pas d’homme idéal, libre de défauts et de passions, pour remplir ce rôle. Une aristocratie héréditaire ne tarderait pas à faire de l’esclavage des hommes son patrimoine. Un corps éphémère impliquait de laisser agir régulièrement les passions au moment des élections. La nomocratie était une fausse réponse dans la mesure où les lois sont toujours celles des hommes. Ce pouvoir suprême ne pouvait pas être divisé sans engendrer une guerre entre les pouvoirs qui en découleraient. Enfin, réduire ce pouvoir serait le rendre accessible à l’ambition et par conséquent, il ne pourrait plus remplir sa fonction suprême de régulateur entre les trois missions essentielles de l’État dans la société. Il convient de souligner que la capacité de création du droit n’appartenait pas au schéma d’Arnao qui était étranger aux réflexions constitutionnelles fondées sur le postulat qui faisait de la loi l’activité essentielle du souverain.

  • 257 « § 2. La Constitución de Cádiz no establece, como anuncia haberse propuesto, una monarquía » (ibi (...)

86Ayant posé ces principes et surtout soulevé un problème insoluble — l’auteur ne prétendait pas présenter de régime idéal —, Arnao démontrait les erreurs des constituants gaditans. En premier lieu257 et contrairement à ce qu’ils avaient prétendu, ils n’avaient pas établi une monarchie puisque le roi était incapable d’exercer le pouvoir régulateur suprême. Il était soumis aux lois (art. 173) et donc aux Cortès qui les faisaient. Le veto législatif du roi, seulement suspensif (art. 144-151), permettait par exemple aux Cortès d’avoir le dernier mot et par conséquent d’être au-dessus du roi. Seul celui-ci était explicitement empêché de porter atteinte à la propriété privée et arbitrairement à la liberté (art. 172), alors que tous les organes devaient en être empêchés.

  • 258 « § 3. Confusión de principios en la distribución de los poderes sociales » (ibid., pp. 22-32).

87Deuxièmement258, les Cortès n’avaient pas clairement établi un régime représentatif. En déclarant que la nation était souveraine, elles n’avaient fait qu’énoncer une évidence, mais cela indiquait assez qu’en fait les constituants n’avaient pas voulu dessaisir la « réunion des Espagnols des deux hémisphères » (art. 1) du pouvoir suprême. Cela impliquait qu’à n’importe quel moment des ambitieux pouvaient manipuler les foules pour résister au pouvoir institué au nom du pouvoir suprême de la nation. De plus, les Cortès étant déclarées seules représentantes de la nation, qui le roi et les tribunaux représentaient-ils dans l’exercice des fonctions exécutives et judiciaires ? En définitive, la Constitution n’établissait pas de pouvoir suprême représentatif de la nation ni ne tranchait la question de son attribution.

  • 259 « § 4. Defectos en la organización de las cortes contrarios al espíritu de su creación » (ibid., p (...)

88Troisièmement259, en considérant que les Cortès étaient le pouvoir suprême, les constituants n’avaient pas su développer correctement le principe démocratique. Le processus d’élection des députés qui durait trois mois tous les deux ans était un facteur d’instabilité et de tumulte. Les députés dont l’âge minimum était seulement de 25 ans — alors que même le régime républicain français de 1795 avait établi cette limite à 30, précisait l’auteur —, ne pouvaient être réélus. Il en ressortait que les Cortès étaient un corps formé par des personnes inexpérimentées. Il était impensable que les constituants n’aient pas non plus su tirer les leçons de l’expérience qui, de Lycurgue à la Révolution française à partir de 1795, avait démontré qu’une seconde chambre était indispensable pour freiner l’enthousiasme et les passions d’une chambre unique. Le roi n’avait même pas les moyens de soulever la nullité des délibérations des Cortès, alors que toutes les constitutions françaises avaient prévu cette sauvegarde. Sur ce point, Arnao renvoyait précisément aux articles des Constitutions de 1791, 1793 et 1795. Enfin, les Cortès n’étant réunies que trois mois, et au plus quatre, dans l’année, le reste du temps aucune autorité n’exerçait le pouvoir suprême de l’État.

  • 260 « § 5. Diferentes maneras de disolución y muerte a que se expone el Estado, en la Constitución de (...)

89Quatrièmement260, Arnao démontrait les causes multiples de conflit entre les Cortès et le roi. Les constituants, ignorant l’expérience des nations étrangères (la France comme l’Angleterre), se méfiant du pouvoir royal au motif qu’il pouvait être source de l’esclavage de la nation, considérant l’établissement d’une chambre haute comme une intolérable aristocratie, n’avaient fait que mettre en place les mécanismes d’un affrontement inéluctable entre les Cortès et le roi, en laissant la porte ouverte aux ambitions dévastatrices de personnes qui ne connaissaient que l’intérêt particulier.

  • 261 « Los acontecimientos políticos que rápidamente se han sucedido en Europa en los veinte años últim (...)
  • 262 V., Examen analítico de la Constitución, p. 5.
  • 263 Ibid., p. 19. V. faisait très certainement référence à William Penn, le fondateur de la Pennsylvan (...)

90Le second opuscule analysait la Constitution de 1812 sous un autre angle. Partant d’un rejet des théories métaphysiques et ne jurant que par les événements politiques des « vingt dernières années qui ont démontré l’espèce de gouvernement qui convient » aux États de l’Europe, il considérait que les Cortès avaient copié inconsidérément la Constitution de 1791 avec le système électoral à plusieurs degrés de l’an VIII261. Non seulement elles n’avaient pas su adapter le modèle français, trop abstrait, aux circonstances de l’Espagne, mais encore elles n’avaient pas été capables d’inclure dans la Constitution les derniers progrès de la science du gouvernement. L’art d’établir une constitution résidait dans la difficile combinaison de la liberté politique et d’un pouvoir exécutif fort. Entre autres défauts de la Constitution de 1812, l’anonyme V relevait surtout qu’elle n’avait pas établi un « gouvernement représentatif »262. L’autorité législative était mal composée : il fallait deux chambres pour éviter qu’une délibération unique ne soit décisive. La nécessité du bicamérisme était démontrée par Lycurgue, « Tomas Pen » et toutes les constitutions françaises depuis l’an III263. Les députés devaient être élus au suffrage censitaire pour lier l’intérêt à la patrie. La Constitution privait le roi d’avoir une action décisive dans le pouvoir législatif, comme en France de 1791 à l’an VIII, et contrairement à l’Angleterre. L’exclusion des ministres des travaux des Cortès privait le gouvernement de l’harmonie qui était nécessaire au bon fonctionnement des différents pouvoirs. Par ailleurs, les constituants qui avaient copié la France n’en avaient pas repris l’organisation administrative territoriale qui était le dernier progrès de la science du gouvernement.

  • 264 V., Examen analítico de la Constitución, p. 46.
  • 265 Voir l’exposé du Conseil des ministres à la reine régente dans Estatuto real para la convocación d (...)

91Il ressort de ces deux opuscules qu’une monarchie constitutionnelle devait être composée d’un pouvoir royal fort, au-dessus des autres organes de l’État et en mesure de réguler leurs conflits. Ce n’était pas encore le pouvoir neutre que les libéraux français de la Restauration allaient définir, mais cela correspondait manifestement à ce qu’avait fait la Constitution de 1808. Celle-ci était d’ailleurs considérée comme le modèle que les constituants gaditans avaient suivi pour organiser la justice264. Le bicamérisme était indispensable pour éviter que le pouvoir élu par la nation n’impose une marche révolutionnaire aux affaires. L’équilibre proposé entre le roi et les assemblées préfigurait la motivation du statut royal de 1834265.

92L’ensemble des organes de l’État devait être les représentants de la nation souveraine dans l’exercice des compétences que la Constitution leur attribuait. Certes la Constitution de Bayonne avait été décrétée par Joseph en vertu de droits propres acquis par des traités, mais son caractère pactiste permettait à la nation de le reconnaître, ainsi que tous les organes de la Constitution, comme ses représentants sur lesquels elle n’exerçait pas de contrôle politique.

  • 266 B. Constant, « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes » [1819], dans Écrits polit (...)
  • 267 A. M [uriel], Los afrancesados, o una questión de política, p. 29.
  • 268 Ibid., pp. 41-42. Le discours de La Fayette auquel Muriel faisait référence provenait des débats s (...)

93Enfin les droits défendus par la Constitution étaient d’ordre privé et correspondaient à une partie de ceux que Benjamin Constant définit en 1819 comme la liberté des modernes opposée à celle des anciens266. En 1820, Muriel, un ecclésiastique afrancesado, revendiqua encore le modèle constitutionnel de Bayonne parce qu’il donnait au roi la grande prépondérance qui était conforme au caractère monarchique de l’Espagne267. Il ne niait pas les défauts qui avaient entouré l’origine du texte, mais il faisait surtout valoir que ceux qui avaient suivi le régime auquel il servit de fondement, avaient voulu, comme les doceañistas, poser les bases nouvelles du pouvoir, perfectibles par le biais de la représentation nationale et la liberté de la presse. Évoquant La Fayette à l’appui de ses propos, il soulignait que l’important avait été d’établir définitivement les principes qui empêcheraient une remise en cause des droits et des fruits de la Révolution : celle qui avait annihilé les fondements de l’Ancien Régime268.

CONCLUSIONS

94La remise en cause du mythe de l’Espagne résistante, dans laquelle seule une minorité de corrompus et d’ambitieux éblouis par les Lumières françaises avaient trahis, permet de voir que le projet joséphin de société répondait à une interprétation autochtone de la situation morale et politique du pays. Pour le comprendre, il faut resituer la Constitution de Bayonne dans son contexte complexe de crise structurelle et circonstancielle de la monarchie espagnole, de guerre internationale et civile et des affrontements idéologiques dans une Europe bouleversée par la Révolution française. En 1808, les joséphins ne doutaient pas que le meilleur choix était celui d’un roi qui maintenait un pouvoir fort, seul capable de freiner les forces destructrices de la cohésion sociale, et d’une constitution qui replaçait l’intérêt commun au centre de l’État. Tandis que dans le camp adverse l’idée de rédiger une constitution progressait et s’orientait vers la déclaration de souveraineté nationale avec laquelle s’ouvrirent les Cortès de Cadix, certains joséphins et futurs afrancesados énoncèrent les principes qui allaient devenir ceux du modérantisme : il fallait un équilibre des pouvoirs entre le roi et la nation qui faisait prévaloir le principe monarchique sur les droits originaires de la nation. C’est à peu près ce que faisait la Constitution de Bayonne mais il n’est pas certain qu’elle ait été à l’origine même de l’idée. La consultation des Espagnols pour l’élaboration de la Constitution avait sans doute réellement permis de la rapprocher des vœux d’une partie de l’élite.

95L’expérience politique du règne constitutionnel de Joseph Bonaparte fut assurément plus féconde que l’impact juridique de la Constitution franco-espagnole de Bayonne. Ceci est riche d’enseignement sur les conséquences politiques d’une tentative de transfert de droit qui se heurte à l’absence de volonté de le recevoir en tant qu’instrument exogène de transformation de la réalité endogène. Au fond, ce que les afrancesados-joséphins approuvèrent de l’intervention française fut son effet déconstituant, bien plus que son projet de reconstitution. L’intrusion de Napoléon dans les affaires internes de la monarchie n’était pas légitimée par le droit, qu’il soit fondé sur les traités de Bayonne ou la conquête, mais par son statut d’homme exceptionnel, providentiel, intervenant à un moment extraordinaire dans la monarchie et dans un contexte européen nouveau. Indépendamment du système de gouvernement que la Constitution mettait en place, sa première vertu était d’exister et par conséquent de créer les fondements d’une patrie espagnole. Elle protégeait les droits personnels de nature privée (sûreté, propriété et sphère familiale) sans reconnaître un droit politique à la communauté. L’heure n’était pas venue de faire une révolution et d’ouvrir l’espace public au peuple. Le seul droit politique dont disposait la nation, communauté structurée en ordres et corporations, était le choix du roi. Sa fonction dans le système de gouvernement constitutionnel était d’être la garante collective des intérêts privés légitimes de ses membres qu’elle défendait auprès du roi par le biais de sa représentation en Cortès.

96Faute de travaux suffisants sur le phénomène de la collaboration y compris passive voire réticente, des Espagnols avec le nouveau régime, il est difficile de sortir d’une appréhension de l’afrancesamiento en tant que phénomène n’ayant touché que les élites. Celles-ci constituaient indubitablement le soutien recherché en priorité par le régime, mais elles échouèrent à entraîner à leur suite la grande masse de la population indifférente a priori aux questions politiques. À l’inverse, l’émotion populaire déclenchée par la disparition du roi Ferdinand permit aux élites dans le camp adverse de prendre le pouvoir en affirmant défendre les droits outragés par l’envahisseur et la religion catholique, bien commun de tous les Espagnols. Motivé par le pragmatisme et l’utilitarisme, l’engagement des Espagnols pour le régime joséphin peut difficilement être expliqué par une idéologie à la fois commune et distincte de celles qui motivaient leurs adversaires. Il faut se méfier des arguments avancés dans la grande masse des mémoires justificatifs produits a posteriori par ceux qui, ayant cessé d’être des joséphins, ne voulaient pas être considérés comme des afrancesados.

97La dynamique de la question constitutionnelle dans le camp adverse fut très différente. Le rejet de l’intervention impériale déboucha sur l’ouverture d’une crise de souveraineté qui posait le problème de la capacité de la nation à déterminer ou à créer un nouvel ordre dans lequel ses droits seraient reconnus et garantis. La formation des autorités patriotiques et leur orientation conservatrice conditionnèrent le développement du débat constitutionnel qui rejeta l’expérience française pour formaliser un modèle alliant empirisme historique et volonté réformatrice de la nation.

Notes

1 V. Haegele (éd.), Napoléon et Joseph, pp. 524 (12 juillet 1808) et 535 (18 juillet 1808).

2 Le chiffre avancé par J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. I, p. vi, fut repris dans plusieurs mémoires de joséphins et dans l’historiographie, jusqu’au recensement plus exact de 4 172 joséphins exilés en France (J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 18-22). Le conflit créa des réfugiés de toutes sortes dès 1808 (J.-R. Aymes, La déportation sous le Premier Empire, pp. 153-159). Les premiers travaux sur l’émigration sont dûs à J. Deleito Piñuela, « La emigración política » ; Id., « La expatriación de los españoles afrancesados » et C. Viñas-Mey, « Nuevos datos ».

3 Le Censor, periódico político y literario (Madrid, 1820/1822), rédigé par Miñano, Lista et Gómez Hermosilla, fut le périodique afrancesado qui y contribua le plus. Voir A. Elorza, La modernización política, pp. 141-236 ; C. Morange, Siete calas en la crisis, pp. 87-105 ; Id., « Une tentative précoce de diffusion » ; Id., « La intelectocracia como estrategia antidemocrática » ; J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 205-217 et 224-238. Au lendemain du Triennat, C. Le Brun (Retratos políticos) présentait les afrancesados comme d’authentiques libéraux dans une galerie de portraits politiques qui n’épargnait ni les absolutistes rancios (surannés) ni les libéraux « médiocres ».

4 J.-P. Luis, L’utopie réactionnaire ; J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 271 sqq. ; A. M. Moral Roncal, ¡ El enemigo en palacio !

5 Le sens de l’anathème est très clair dans le pamphlet de frère [M. Martínez], Los famosos traidores refugiados en Francia. F. Amorós, Representación del Consejero de Estado, pp. 180-181, qualifia cette attaque ad nominem de « libelle diffamatoire », œuvre probable d’un moine qui ne se voile que pour dévoiler tant d’autres. M. Martínez renchérit en s’identifiant : Nuevos documentos para continuar la historia. D’après M. Suárez de Santander (Apuntaciones para la apología, pp. 28-31), Martínez, surnommé le « Diderot de los mercedarios », avait à se faire pardonner ses valses-hésitations pendant la guerre.

6 Voir les réflexions, avec lesquelles nous coïncidons, de F. J. Ramón Solans, « En torno a la definición de “afrancesado” ».

7 M. Méndez Bejarano (Historia política de los afrancesados) voulait réhabiliter ceux qui étaient la fine fleur intellectuelle de l’Espagne. Nombre de biographies particulières n’échappent pas à cette volonté de réhabilitation. Rompant avec les idées préconçues, le travail de Cl. Morange (Paleobiografía) est un véritable modèle pour expliquer l’afrancesamiento de Miñano en le situant dans un contexte complexe.

8 Les Quatro cartas de un español a un anglómano, publiées par P. Estala en 1805 sont révélatrices de cet antagonisme.

9 Sur la soumission de Ferdinand à Napoléon, voir E. La Parra López, « L’impossible régénération ».

10 F. Amorós, Representación del Consejero de Estado, pp. 40-43 et 54 sqq.

11 Á. Flórez Estrada, Representación hecha a S. M. C. el Señor Don Fernando VII, p. 182 : « vos no podíais mirar como un crimen el que hubiesen obedecido vuestras repetidas órdenes de someterse al usurpador ». Sur l’importance du document, voir C. Lancha, Álvaro Flórez Estrada, pp. 141-142.

12 M. J. de Azanza et G. O’Farrill, Memoria.

13 À propos du comte de Casa-Valencia qui venait d’être nommé préfet de Málaga, Comte de La Forest écrivait (Correspondance, t. IV, p. 424, 3 février 1811) : « Il sollicitait depuis longtemps son éloignement de Madrid. Nommé le 5 mai 1808 secrétaire général de la Junte de gouvernement, qui venait de passer sous la présidence de Murat, il a dû refuser à quelques membres de cette junte des certificats, attestant qu’ils ne signaient qu’avec la majorité, et étaient au fond, des dissidents. Il s’est fait des ennemis puissants. »

14 Ibid., t. I, p. 66 (8 juin 1808).

15 Voir la circulaire célèbre du Conseil de la suprême Inquisition qui présenta le Deux Mai comme un « alboroto escandalodo del bajo pueblo contra las tropas del emperador de Francia » (6 mai 1808, AHN, Inquisición, liasse 517, no 3, dossier 31, consultable dans H. C. Lea, History of the Inquisition, t. IV, pp. 539-540). Le document fut reproduit comme pièce justificative par J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. II, pp. 166-169.

16 A. Gallego Burín, Granada en la Guerra de la Independencia, pp. 12-27.

17 J. J. [del] Moral y Saravia, Memoria que dirige a sus compatriotas, p. 5.

18 Toreno, Historia del levantamiento, p. 83.

19 Proclamation du 8 juin 1808 publiée dans la Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, pp. 576-578. Champagny identifie l’auteur dans une lettre à La Forest du 14 juin 1808 (AMAE, Correspondance politique, Espagne, vol. 675, doc. 49, fos 97-98, fo 97vo, document signalé par G. Dufour, Juan Antonio Llorente, p. 19).

20 « Justificación de la conducta del duque de Osuna », adressée à la Junte centrale, Madrid, 30 septembre 1808 (AHN, Estado, liasse 33-B, no 169, fo [3]). Une version légèrement différente fut publiée en 1812 par un « agradecido amigo » : Osuna, Evasión del duque de Osuna. Ces documents ont été ignorés par F. L. Díaz Torrejón dans son étude anecdotique : « La Casa Ducal de Osuna ».

21 « Liste des Grands d’Espagne et magistrats désignés pour se rendre à Bayonne », 30 avril 1808 (AMAE, Correspondance politique, Espagne, vol. 674, fo 191).

22 Rapport d’Osuna, du marquis de Santa Cruz et du comte de Santa Coloma (ACD, PRF, t. IV, fos 9-15). L’acte de la neuvième session évoque une indisposition.

23 « Manifiesto de los Grandes de España reunidos en la casa del duque de Osuna a favor de la causa común de la nación », Madrid, 17 septembre 1808 (AHN, Estado, liasse 33-B, no 168).

24 « Me propuse desde luego no concurrir ni aun pasivamente a la formación de una constitución destructora de Nuestros Derechos e independencia, y no ofrecer fidelidad y obediencia a un rey intruso por la violencia y la perfidia » (dans « Justificación de la conducta del duque de Osuna », AHN, Estado, liasse 33-B, no 169, fo [2]).

25 Décret de nomination de la maison royale (Gazeta de Madrid, 13 juillet 1808, p. 797).

26 Comte de La Forest, Correspondance, t. I, p. 184 (24 juillet 1808).

27 V. Haegele (éd.), Napoléon et Joseph, p. 523 (10 juillet 1808).

28 « Pues deseo que la unión é íntima reconciliación de mis vasallos sea el primer día feliz de mi reinado » (décret du 23 juillet 1808, Gazeta de Madrid, 24 juillet 1808, pp. 882-884 [883]).

29 Gazeta de Madrid, 23 juillet 1808, p. 877 (circulation de la Constitution) et 24 juillet 1808, pp. 881-882 (serments des conseils d’État et des Indes).

30 Yandiola reprocha à la députation de Biscaye ses mesures dilatoires pour reconnaître Joseph en insistant sur l’effort qu’Urquijo et lui avaient fait pour obtenir la conservation des fors qui, un an plus tôt, paraissaient condamnés (F. de Sagarmínagá, El gobierno y régimen foral, p. 362 [1 er juillet 1808]). Le 13 juillet, l’ordre fut donné au Conseil de Castille de faire circuler et publier la Constitution dans tous les tribunaux. Au lieu de cela, il émit le 22 un avis dans lequel il considérait inutile et pernicieux de changer la Constitution en vigueur (« Dictamen de los consejeros de Castilla sobre la Constitución de Bayona », AHN, Consejos, liasse 5511, no 22).

31 S’abritant derrière son obligation de respecter les fors pour la proclamation de Joseph, la députation de Navarre parvint à ne pas se compromettre hormis l’envoi de députés à Bayonne. Après Baylen, elle se mit hors de portée des Français et se targua d’avoir eu « la firmeza de negarme a reconocer por legítimo poseedor del trono al que se veía destituido de todo derecho para ocuparlo » (cité par F. Miranda Rubio, La Guerra de la Independencia en Navarra, pp. 141-142).

32 Arrêté du Conseil de Castille du 11 août 1808 dans le Manifiesto de los procedimientos del Consejo Real en los gravísimos sucesos ocurridos desde octubre del año próxîmo pasado que le Conseil fit imprimer et envoyer aux juntes suprêmes pour justifier ses actes entre le 30 septembre 1807 et le 27 août 1808. Le document fut reproduit avec un « Juicio crítico de los documentos publicados por el Real y supremo Consejo de Castilla, relativos a la abdicación de la corona de estos reynos, en Napoleón I Emperador de los Franceses », por D. D. J. T. R. R. P. B., Cádiz, 13 juillet 1808, dans Demostración de la lealtad española, t. V, pp. 171-199.

33 Sollicité par Urquijo, Mazarredo, O’Farrill, Azanza et Cabarrús pour entrer au service de Joseph, Jovellanos refusa le ministère qui lui était offert le 16 juillet. Il expliqua en août à son désormais ex-ami Cabarrús qu’il ne pourrait jamais accepter le pouvoir du « rey intruso ». Voir G. M. de Jovellanos, Obras completas, t. IV, pp. 517-566 et sa version a posteriori dans Memoria, t. I, p. 144.

34 « Nadie se atrevía a mandar, por no decir en nombre de qué gobierno mandaba » (A. Alcalá Galiano, Obras escogidas, t. I, p. 346).

35 « Au 11 août 1808, liste des personnes qui ont accompagné S. M. le roi dans sa retraite à Burgos » (AMAE, Correspondance politique, Espagne, vol. 676, no 14, fo 35).

36 Martínez de Villela qui à Bayonne s’était distingué des trois autres députés du Conseil n’en faisait pas partie. Son dossier disciplinaire fut égaré et sa conduite blanchie le 19 juin 1809 (AHN, Estado, liasse 28-C, nos 129-132).

37 Voir le manifeste des Grands rédigé dans la maison d’Osuna ou la Pastoral que dirige a sus súbditos el Reverendísimo Padre Miguel de Acevado, Vicario General del Orden de San Francisco, en que se da cuenta de los motivos que lo conduxeron a Bayona, y los exhorta como verdadero Español, a que acrediten su lealtad y patriotismo por la Religión y por la Nación, Convento de San Francisco el Grande de Madrid, 12 août 1808, [9] folios (AHN, Consejos, liasse 50703, no 129). Le comte de Fernán-Núñez, devenu colonel du régiment de volontaires de Madrid, inquiet d’avoir entendu dire qu’un messager impérial avait été intercepté avec un pli pour lui en décembre 1808, s’empressa d’écrire au président de la Junte centrale pour clarifier qu’il n’avait rien à voir avec les Français (AHN, Estado, liasse 33-B, nos 141-142). Floridablanca démentit la rumeur entendue par l’ex-député à Bayonne.

38 Sur son installation à Madrid voir AHN, Estado, liasse 29-A. Le décret de création du 26 octobre 1808 dans Demostración de la lealtad española, t. VII, pp. 89-99. Le règlement est consultable dans M. Artola, Los afrancesados, pp. 279-284.

39 Ce fut le cas de Llorente, González Arnao et Ranz Romanillos. Arno fut président de l’Académie sous Joseph, et Ranz Romanillos, qui ne suivit pas le parti de Joseph, fut réhabilité par les patriotes. José Antonio Conde, bibliothécaire de l’Escorial et joséphin, fut aussi exclu. H. Juretschke, Los afrancesados, pp. 89-92 et F. Étienvre, Rhétorique et patrie, p. 294.

40 Par exemple, un ecclésiastique qui avait été très actif à Bayonne publia une justification dès août 1808 : Pastoral que dirige a sus súbditos el Reverendísimo Padre Fray Miguel Acevedo, Vicario General del Orden de San Francisco, en que se da cuenta de los motivos que lo conduxeron a Bayona, y los exhorta como verdadero Español, a que acrediten su lealtad y patriotismo por la Religión y por la Nación (AHN, Consejos, liasse 50703, no 129). Son acquittement par le tribunal de sécurité publique fut publié dans la Gazeta del Gobierno, 19 août 1809, pp. 67-68.

41 Le comte de Casa-Valencia, ancien membre de la Junte de gouvernement, tenta de faire reconnaître ses services rendus en écrivant à Floridablanca : Soria, 4 octobre 1808, dans AHN, Estado, liasse 81-S, no 343. Inscrit par erreur sur la liste de ceux qui suivirent les Français, il proposait de se présenter à la prison pour que son cas soit examiné. Il ne reçut pas de réponse et fut par la suite conseiller d’État de Joseph, commissaire royal à Cordoue, préfet de Málaga et membre de l’ordre royal d’Espagne. Dans l’exil, il fut l’un des rares à solliciter son retour en Espagne en se désolidarisant du sort des autres réfugiés. Voir J. Mercader Riba, Estructura del Estado español, pp. 148, 164, 195, 208, 241 et 329, et J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 100 et 135.

42 Voir le pamphlet Mi sentir sobre la siguiente question propuesta en un Diario de Madrid « ¿ Debemos temer o esperar ? ».

43 Meléndez, ami intime de Jovellanos, aurait participé au déclenchement du Deux Mai. Il n’aurait pris le parti de Joseph qu’à la suite d’un mauvais concours de circonstances. En décembre 1808, prévenu trop tard de l’encerclement de Madrid par les troupes impériales, il n’aurait pas pu fuir (G. Demerson, Don Juan Meléndez Valdés, t. I, pp. 417 et 440 ; A. Astorgano Abajo, Don Juan Meléndez Valdés, pp. 522-535).

44 La mise en place des juntes criminelles extraordinaires fut motivée par la persistance des guérillas dans les territoires prétendument soumis (V. Scotti Douglas, « La justicia y la gracia », p. 134). Voir aussi : décret du 4 mars 1808 sur les déserteurs ; décret du 29 juin 1809 qui autorise les tribunaux à disposer des récoltes des émigrés en faveur de ceux qui ont subi des pertes ou des extorsions du fait de la guerre ; décrets du 19 juillet 1809 interdisant l’occultation des biens des émigrés et ordonnant que ceux qui ont un fils servant dans les armées des insurgés présentent à leurs frais un homme pour le service dans les armées du roi ou versent une somme à la trésorerie générale ; décret du 18 août 1809 pour la confiscation et vente des biens des personnes qui restent dans les provinces insurgées en dépit de l’indulgence royale (Prontuario de las leyes, t. I, pp. 144-145, 234-236, 253-254, 256-257 et 289-290).

45 Le serment des autorités municipales obligeait tous les habitants (« Conversación de un caminante y un calesero », Gazeta de Sevilla, 31 mars et 7 avril 1812, pp. 106-108 et 113-116, reimprimé dans la Gazeta de Madrid, 31 mai 1812, pp. 613-616).

46 Décret du 1er octobre 1808 pour que les employés et ceux qui touchent des revenus et pensions du trésor public cessent de les percevoir jusqu’à ce qu’ils prêtent serment ; décrets du 16 février 1809 pour que tous les employés prêtent le serment de fidélité et obéissance et que les généraux et officiers prêtent serment et demandent du service ; décret du 2 mai 1809 pour déterminer la formule du serment des employés ; décret du 7 juin 1809 pour que les personnes nommées à des emplois ecclésiastiques prêtent serment au roi, aux lois et à la Constitution ; décret du 16 décembre 1809 pour que les détenteurs de bons de la dette prêtent serment pour que leurs bons soient reconnus ; décret du 11 février 1810 pour le serment des employés en Andalousie ; décret du 13 mars 1811 pour que les titulaires de bénéfices ecclésiastiques approuvés par le roi prêtent serment (Prontuario de las leyes, t. I, pp. 55, 107-109, 178, 193-194, 453-455, t. II, p. 32, t. III, pp. 103-104).

47 Décret du 1er mai 1809, dans le Prontuario de las leyes, t. I, pp. 168-171.

48 « Reflexiones sobre el real decreto de 18 de agosto acerca de la cesación de todos los empleados », Gazeta de Madrid 3, 4 et 5 septembre 1809, pp. 1095-1096, 1099-1100 et 1104 (citation p. 1104). Décret dans le Prontuario de las leyes, t. I, pp. 296-297.

49 J.-R. Aymes, La déportation sous le Premier Empire, pp. 277 sqq.

50 « Ce qui est plus intolérable, une grande moitié peut-être des employés des ministères et des administrations des provinces organisés par le roi à Madrid et dans les provinces ont prouvé par leur conduite qu’ils n’avaient prêté serment qu’avec des réserves mentales » (Comte de La Forest, Correspondance, t. II, pp. 371-372 [18 août 1809]).

51 L’expression est de G. Dufour, « “Infidencia” et “afrancesamiento” », p. 43. I. Fernández Sarasola,« Los afrancesados. Revisión de un concepto », p. 35, emploie « afrancesado-funcionario ».

52 F. Amorós, Representación del Consejero de Estado, pp. 86-87. Il avança plus tard (peut-être au début du Triennat libéral) le chiffre de trois millions dans un anonyme [Id.], Al público español, p. 5.

53 H. Juretschke, Los afrancesados, p. 204.

54 M. Artola, Los afrancesados, p. 55.

55 Seules des études régionales les prennent en considération. Pour Valence : L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 109-123 ; J. Brines i Blasco, « Aproximación al estudio sociológico ». Pour l’Andalousie : M. Moreno Alonso, Sevilla Napoleónica ; F. L. Díaz Torrejón, Osuna napoleónica ; C. Muñoz de Bustillo, Bayona en Andalucía ; J.-M. Lafon, L’Andalousie de Napoléon. L’index onomastique de l’ouvrage volumineux de J. Mercader Riba, Estructura del Estado español, constitue un point de départ essentiel pour l’étude de cet afrancesamiento administratif.

56 Parmi les exilés figuraient de nombreux policiers, militaires et employés des impôts qui faisaient l’objet d’un ressentiment d’autant plus fort que leurs actions avaient eu un impact direct sur les populations. 57,9 % des afrancesados exilés étaient seulement des employés restés à leur poste après le changement de dynastie (J. López Tabar, Los famosos traidores, p. 48).

57 Voir C. Morange, Paleobiografía, pp. 198-231.

58 G. M. de Jovellanos, Obras completas, t. V, p. 347, lettre à Holland, 2 février 1810.

59 Jovellanos écrivait à Holland (2 février 1810) : « me aflige, sobre todo, que cuando iba a congregarse la nación y coronarse la grande obra en que he sudado, tantas contradicciones he vencido y tantos » (ibid., p. 348). Voir aussi M. M. de Arjona y Cubas, Manifiesto, pp. 4-5.

60 Quintana fut le premier éditeur à Madrid à partir du 1er septembre 1809. Blanco White et Isidoro de Antillón le publièrent à Séville du 4-5 au 31 août 1809. Sa troisième période commença à Cadix le 22 novembre 1810 et se termina le 19 mars 1812, jour de la proclamation de la Constitution.

61 Hanté par le doute religieux que ses lectures athées françaises entretenaient, ce prêtre sévillan fit en sorte de s’éloigner de sa ville natale pour pouvoir vivre plus librement à Madrid. En 1808, la haine qu’il concevait pour les institutions politiques et religieuses de son pays lui fit concevoir les plus grands espoirs avec l’intervention française. Il fut surpris de constater que ses amis du cercle de Quintana applaudissaient au soulèvement patriotique. Pour ne pas devenir un traître, il revint à contrecœur à Séville bien disposé à mettre à profit la situation extraordinaire pour impulser le changement tant attendu depuis le Semanario patríotico. La Junte centrale tenta de récupérer l’hebdomadaire puis de modérer son ton radical jusqu’à provoquer sa cessation par la volonté de ses auteurs de ne pas censurer leurs idées. À la veille de l’arrivée des Français à Séville, Blanco refusa de se ranger à l’avis de ses amis Lista, Reinoso ou Arjona et préféra s’exiler en Angleterre où il devint un critique acerbe et libéral des Cortès de Cadix. Il se convertit aussi au libéralisme anglais et commença son mea culpa sur ses errements passés de francophile (J. M. Blanco White, « Variaciones políticas del Español », dans Id., El Español, janvier 1813, t. VI, pp. 1-19). Voir Id., The Examination of Blanco by White, pp. 66-70 ; Id., Cartas de España, pp. 306 sqq. ; Id., Autobiografía, p. 180-200. Voir aussi M. Murphy, Blanco White et F. Durán López, José María Blanco White, pp. 87-148.

62 Voir la Gazeta de Madrid, 3 août 1811, p. 878, qui commentait la polémique soulevée au sein des Cortès de Cadix par la critique de El Español sur la politique suivie vis-à-vis des Amériques (30 avril 1811, pp. 49-72). Lorsque le premier volume de El Español parut, la Gazeta de Sevilla (24 décembre 1811, p. 153) le signala en indiquant « Véase el aprecio que los hombres ilustrados hacen del gobierno insurreccional. »

63 Quintana ne mentionna jamais Lista à propos du Semanario. Lorsque Lista rentra en Espagne en 1817, il rendit visite à Quintana incarcéré à la citadelle de Pampelune et tous deux évitèrent de parler de politique (lettres de Lista à Reinoso, 10 février et 19 mai 1817, dans H. Juretschke, Vida, obra y pensamiento, pp. 527-528 et 530-533). Sur El Espectador sevillano voir J.-B. Busaall, « Alberto Lista y el debate constitucional » (avec les références bibliographiques).

64 Ce membre des cercles intellectuels de Séville (Académie des belles-lettres et Société économique) avait été membre des juntes auxiliaires de la Centrale, chargées de l’intendance militaire et de l’instruction publique (F. Suárez Verdeguer, El proceso de convocatoria a Cortes, pp. 192-198 et 212). Il avait publié une Memoria sobre la libertad política de la imprenta dans laquelle il ne cachait pas ses critiques envers la Junte centrale. Après la conquête de Séville, il devint le porte-parole de Soult au sein du chapitre de la cathédrale (C. Morange, Paleobiografía, p. 265). Voir une biographie synthétique dans M. Martínez Panero et J. J. García Lapresta, José Isidoro Morales, pp. 15-19.

65 « La convicción íntima […] de que era imposible liberarse de la dominación de los franceses » (Reinoso à Blanco, Séville, 4 novembre 1812, dans H. Juretschke, Vida, obra y pensamiento, p. 51).

66 En 1815, donc a posteriori, il parla de la contre-révolution qui couvait depuis 1809 (J. Sempere, Histoire des Cortès, pp. 329-331).

67 Lista ne croyait pas en la promesse d’indépendance de l’Espagne joséphine vis-à-vis de la France : le pacte de famille inclus dans la Constitution de 1808 en était la preuve (Espectador sevillano, 14 octobre 1809, pp. 49-51) ; les troupes impériales ne partiraient pas même si le pouvoir de Joseph se consolidait (ibid., 26 octobre 1809, p. 99). Les institutions napoléoniennes n’étaient pas libérales comme le démontrait le Sénat conservateur, une assemblée non représentative (ibid., 14 octobre 1809, p. 50) qui servait l’Empereur contre l’avis de la nation française (ibid., 2 janvier 1810, pp. 367-368 : il se référait à la levée de la conscription). Le régime joséphin ne respectait ni les droits individuels contenus dans la Constitution, ni le principe de la séparation des pouvoirs (ibid., 16 et 17 octobre 1809, pp. 57-59 et 61-64). La composition des Cortès était inadaptée à un gouvernement représentatif, libéral et modéré (ibid., 8 décembre 1809, pp. 269-270).

68 Voir sa série d’articles théoriques « Cuestiones importantes sobre las Cortes » publiés du 30 novembre 1809 à fin janvier 1810, pour illustrer (en fait corriger selon les principes du gouvernement représentatif et libéral) les idées de [J. Canga Argüelles], Observaciones sobre las Cortes. Voir chap. v, pp. 288-289 de ce volume.

69 « Es una verdad que quisiéramos gravar profundamente en todos los ánimos. Ningún pueblo ha podido gobernarse bien a si mismo, aun quando se ha hallado reducido al corto recinto de una sola ciudad », El Espectador sevillano, 10 décembre 1809, p. 277 (la critique de Rousseau était transparente).

70 « Prospecto de suscripción a la Gazeta de Sevilla », février 1810, fo 1. Lista soulignait notamment que l’ignorance des vrais rapports de force en Europe avait conduit à la situation dans laquelle se trouvait l’Espagne.

71 Des listes de « traîtres » furent publiées pour exposer à la vindicte publique ces sujets indignes. Plusieurs décrets de nomination de Joseph sont reproduits dans la Gazeta del Gobierno, 28 septembre 1809, pp. 228-232 (décrets des 21, 22 et 30 août 1809 et du 6 septembre 1809). La liste de 130 chevaliers de l’ordre royal d’Espagne publiée dans la Gazeta de Madrid (27 octobre 1809) par le régime joséphin pour honorer ceux qu’il récompensait, fut reproduite dans un Suplemento a la Gazeta del Gobierno, 9 décembre 1809, pp. 515-521 en dénonçant ces « hijos bastardos de España ». Dans des Reflexiones, pp. 25-27, I. García Malo, libéral et patriote de la première heure, critiqua la dénonciation publique et sans discernement des joséphins forcés par l’ennemi qui, pour séduire, attribuait emplois et commissions. Mis sur la sellette, ces hommes étaient contraints d’adhérer véritablement au régime de Joseph, le zèle patriotique irraisonné servant en fin de compte Napoléon.

72 Décrets du 12 avril 1809 déclarant indignes de leur ministère les prélats ayant embrassé le parti de Joseph et du 24 avril 1809 pour la confiscation des biens de ceux qui ont adopté le parti des Français (AHN, Estado, liasse 10-C, nos 5 et 6). Lorsque la Junte centrale apprit que l’évêque d’Ávila avait spontanément concouru à l’acte de proclamation de Joseph, elle demanda au capitaine général de la Vieille Castille de vérifier les faits, sans perdre le respect dû à un ecclésiastique (AHN, Estado, liasse 65-G, no 238). Pour une vision d’ensemble voir M. Artola, Los afrancesados, pp. 235-248 et J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 118-119.

73 Décret CLXXXIV du 11 août 1812 pour le renvoi de tous les employés ayant exercé au service de l’« intrus » ; décret CXCII du 21 septembre 1812 les excluant de tous les postes publics et de la participation aux élections pour les Cortès (Colección de decretos, t. III, pp. 48-50 et 78-81). Décret du 19 avril 1814 pour inciter à la délation des employés cachés (DSC, 19 avril 1814, p. 277).

74 Plusieurs articles de la Gazeta de Madrid mirent en garde contre l’inutilité d’espérer un pardon des « insurgés » : 21 septembre 1811, pp. 1091-1092 ; « Carta a los redactores sobre las consecuencias de la evacuación de las Andalucías », 15 décembre 1812, pp. 957-958. À l’inverse, la clémence de Joseph pour les soldats déposant les armes était mise en exergue (Gazeta de Madrid, 31 janvier 1812, p. 124 ; Gazeta de Sevilla, 10 avril 1812, pp. 119-120).

75 J. M. Blanco White, El Español, 30 décembre 1812, t. V, p. 566, critiquait la persécution des joséphins sitôt un village libéré, alors que les Français proclamaient des amnisties générales en y entrant. Peu avant, Reinoso, caché à Séville (J. López Tabar, Los famosos traidores, p. 19) avait écrit à Blanco : « Los franceses publicaron una amnistía g [ene] ral en su entrada. Nadie tubo que sufrir por su conducta anterior. […] Por un decreto de las Cortes […] quedan depuestos […] hasta los estanq [ue] ros, jardineros del Alcázar » (M. Méndez Bejarano, Historia política de los afrancesados, pp. 383-384).

76 Resté à Madrid en juillet 1812, J. J. [del] Moral y Saravia, Memoria que dirige a sus compatriotas, pp. 18-19 et 23, afirma avoir vu « con sumo gozo publicar la Constitución de Cádiz », avant d’être forcé à l’exil par les arrestations arbitraires qui violaient les garanties constitutionnelles. Voir aussi Gazeta de Madrid, 26 mars 1813, p. 339 ; Defensa de los empleados antiguos ; [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. II, pp. 57-80.

77 La Régence ordonna le 29 septembre 1812 aux juges de « poner en seguridad a todos aquellos empleados y no empleados, que por la conducta que han observado sean mal vistos de los pueblos » (« Orden contra empleados por el gobierno intruso », dans Blanco White, El Español, 30 novembre 1812, t. V, pp. 515-516).

78 La menace qui pesait sur les joséphins était bien réelle. La tête du conseiller d’État et commissaire royal en Biscaye, Francisco Amorós, fut mise à prix en 1809. Il informa même les autorités supérieures qu’une rumeur avait circulé à propos d’une expédition de deux cents cavaliers qui devait aller le capturer à Bilbao. Voir ses lettres reproduites dans J. -C. Santoyo, « Francisco de Amorós », pp. 280 et 284. Llorente demanda une protection policière au roi, après avoir failli être victime deux fois d’un attentat, s’étant attiré de l’animosité pour son action comme collecteur des couvents (« Lettre de Jean Antoine Llorente [sic] au roi pour solliciter une protection policière », Madrid, 30 mai 1809, dans AGS, Gracia y Justicia, liasse 1145). Le Memorial que los afrancesados han presentado de 1814 ne faisait pas mystère du sort terrible qui attendait les collaborateurs des Français et leurs familles.

79 Tous ne partirent pas : bien que compromis par sa pastorale de soumission de juin 1808 et par l’acceptation de la mitre épiscopale d’Osma, Félix Amat resta à Madrid en 1812 et en 1813. Il fut contraint de renoncer à ses charges et de se retirer (G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado, pp. 56-61).

80 E. L. Lara López, « La represión de los afrancesados ».

81 Il fut nommé membre de la Junte d’instruction publique et fut sur le point de présenter la Teoría de las Cortes à Joseph (J. I. Sánchez Amor, « Algunas cuestiones », pp. 89-129 ; A. Gil Novales, « Un escrito de Francisco Martínez Marina »).

82 L’art. 9 disposait que : « Todos los españoles que han sido fieles al rey José y que le han servido en los empleos civiles, militares, o que lo han seguido, entrarán en posesión de los honores, derechos y prerrogativas de los que gozaban. Todos los bienes de los que hayan sido desposeídos les serán restituidos » (Comte de La Forest, Correspondance, t. VII, p. 319).

83 En route pour l’Espagne, Ferdinand reçut à Toulouse une commission de réfugiés à laquelle il assura qu’ils pourraient bientôt rentrer (J. López Tabar, Los famosos traidores, p. 115). F. Amorós y fait référence dans ses anonymes Réflexions sur le décret du 30 mai 1814, p. 7. La plupart des joséphins importants écrivirent des suppliques et protestations de fidélité, le 8 avril 1814 Azanza et Badía y Leblich (préfet de Cordoue), deux jours plus tard Llorente et O’Farrill (G. Dufour, Juan Antonio Llorente, p. 51). Amorós est une exception remarquable. Après avoir sollicité la nationalité française, il publia sa Representación, lettre ouverte à un roi « infâme » qui avait détrôné son père et fut le premier à reconnaître Joseph. Le ton corrosif déclencha les protestations de l’ambassadeur de Sa Majesté Catholique auprès des autorités françaises pour obtenir la saisie des exemplaires (AHN, Estado, liasse 5219, lettres nos 36, 71, 98 et 108 des 9 et 27 juillet et 5 et 13 août 1814). R. Fernández Sirvent, Francisco Amorós, pp. 162-175, rapporte que certains réfugiés se démarquèrent spontanément de la Representación irrévérencieuse et osée.

84 Pour éviter une éventuelle application du traité de Valençay, les Cortès ordinaires de 1814 rédigèrent une proclamation à la nation dans laquelle elles faisaient savoir l’injustice qu’il y avait à ce que Ferdinand pardonne à ceux dont il avait été la victime (J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. I, pp. 226-228). Rares étaient les voix en défense des exilés (J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 119-121).

85 Le document, qui n’est pas un décret, est reproduit par M. Artola, Los afrancesados, pp. 288-290.

86 « No hay circunstancias capaces de autorizar la horrible apostasía, la negra traición y la infamia de cooperar a la esclavitud y ruina de su patria » ([M. Martínez], Los famosos traidores refugiados en Francia, p. 5).

87 Andrés Muriel, titulaire de la dignité d’abbé de Santa Cruz dans la cathédrale de Burgo de Osma (Soria) qui avait été promu archidiacre de la cathédrale de Séville sous Joseph, reprit l’ensemble des arguments favorables aux exilés pour faciliter leur retour (A. Muriel, Los afrancesados, o una questión de política). Il publia par ailleurs un panégyrique du ministre O’Farrill : A. Muriel, Notice sur D. Gonzalo O’Farrill. Voir J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 190-191 et B. Bartolomé Martínez, « El canónigo don Andrés Muriel ».

88 Le député ultra J.-C. Clausel de Coussergues s’opposa au versement de subsides à ces réfugiés bonapartistes (Opinion, en particulier pp. 10-12), déclenchant un scandale (G. Dufour, Juan Antonio Llorente, pp. 118-123). Les joséphins se défendirent : Sobre la conducta de los españoles refugiados. Alors que certains dépôts (Rodez, Auch) se manifestèrent en faveur de Napoléon, qu’un personnage haut placé comme Amorós s’engagea dans la garde nationale en uniforme espagnol, d’autres joséphins évitèrent de se manifester ou s’appliquèrent seulement à maintenir le bon ordre. La police de Louis XVIII organisa par la suite la surveillance des suspects. La vague d’enthousiasme qui exista chez les joséphins n’avait pas des motifs identiques. Pour Amorós, cela correspondait à une adhésion à des principes politiques, mais pour la plupart, le retour de l’île d’Elbe représentait l’espoir d’une amélioration de leur condition matérielle et une reconnaissance après l’exclusion dans laquelle les avait maintenu la Restauration des Bourbons. Voir J.-R. Aymes, La déportation sous le Premier Empire, pp. 363-370 ; L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 76-77 ; J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 128-131 ; C. Morange, Paleobiografía, p. 324 ; R. Fernández Sirvent, Francisco Amorós, pp. 175-180.

89 Il refusa de jeter, à l’instar de toute l’Europe, un voile sur la période de l’Empire : Discurso de un magistrado de Andalucía, pp. 18-19. Ce pamphlet est attribué à Agustín de Quinto, riche propriétaire issu d’une famille aragonaise d’ascendance noble, qui devint commissaire de police (1810) puis préfet de police à Valence (1812) où il fréquenta Marchena et Moratín. Dans l’exil, il se fit remarquer pour son opposition décidée à Ferdinand VII. Lui est attribué une Defensa de tres puntos esenciales de nuestra Constitución qui le place dans les rangs des libéraux exaltés, une position très rare pour un joséphin, mais qu’il partageait avec Marchena (voir J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 137-138). Le magistrat anonyme pourrait aussi être Sotelo, ancien commissaire royal.

90 L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 72 sqq.

91 C. Morange, Una conspiración fallida.

92 Décrets des 23 avril 1820 et 20 septembre 1820. Voir J.-P. Luis, « Le difficile et discret retour des afrancesados ».

93 Voir le commentaire au décret impérial du 8 février 1810 dans le Suplemento a la Gazeta de la Regencia, 17 avril 1810, pp. 117-118.

94 Manifeste signé par Cabarrús, Azanza, O’Farrill et Mazarredo, Buitrago, 2 août 1808, dans A. Du Casse (éd.), Mémoires et correspondance politique, t. IV, pp. 465-469. Voir M. Artola, Los afrancesados, pp. 129 sqq.

95 Rapport (s. d.) attribué à Urquijo par A. Du Casse (éd.), Mémoires et correspondance politique, t. IV, pp. 469-477. X. Abeberry Magescas, « Joseph I er et les afrancesados », p. 174, considère que son auteur est Arribas.

96 Voir Comte de La Forest, Correspondance, t. VI, p. 171, 11 avril 1812.

97 R. Fernández Sirvent, Francisco Amorós, pp. 124-132.

98 « Se divide esta clase de animales anfibios en literatos, godoistas y ricos propietarios de los pueblos » (supplément gratuit du périodique La Abeja española, 4 février 1813, signé S. de A., [8] pages, pp. [1-2]).

99 Voir Arneva, Manifiesto de la conducta política, qui fut un succès éditorial (J. López Tabar, Los famosos traidores, p. 105).

100 Voir C. J. Esdaile, Fighting Napoleon et chap. IV, pp. 213-215 du présent ouvrage.

101 Dialogo entre un ciudadano español y un persa.

102 Une étude pour la Castille : A. I. Rodríguez Zurro, « Causas del fracaso de la política de conciliación ».

103 G. Dufour, « “Infidencia” et “afrancesamiento” », pp. 53-54.

104 Dix des treize ecclésiastiques jugés à Pampelune après le départ des Français avaient seulement cherché un revenu après la suppression des couvents (F. Miranda Rubio, « Colaboración del clero navarro »).

105 M. Artola, Los afrancesados, pp. 59-60.

106 L. Barbastro Gil, Los afrancesados, pp. 61-62. Voir le décret du 29 juin 1809 « en que se manda indemnizar a los empleados civiles y habitantes fieles, perjudicados por los enemigos, con los bienes de los emigrados o pasados a vivir entre ellos », dans le Prontuario de las leyes, t. I, pp. 230-232.

107 C. Morange, Paleobiografía, p. 266, considère que Lista, Reinoso ou Miñano étaient dans ce cas.

108 Non seulement il servit le régime, mais encore fit-il en sorte que cela se sache (J. A. Llorente, Carta biográfica). En plus de l’indispensable G. Dufour, Juan Antonio Llorente, il existe une biographie érudite : F. Fernández Pardo, Juan Antonio Llorente.

109 M. Á. Casado Sánchez et E. La Parra López, « El general J. J. Martí », p. 15. La carrière de ce militaire illustre le fait que le comportement pouvait être dénué de toute contingence politique.

110 Sur la franc-maçonnerie afrancesada et française en Espagne, voir J. A. Ferrer Benimeli, Masonería española, pp. 38-109 et 189-206.

111 Grâce à Godoy, il était devenu secrétaire de la traduction des langues et conserva ce poste sous Joseph. Il reçut l’ordre royal d’Espagne. Sur ses idées politiques libérales et antidémocratiques, voir J. A. Maravall, « Conservadurismo y libertad ».

112 Cette définition sociale dans L. Barbastro Gil, Los afrancesados, p. 54. Voir aussi J. F. Fuentes, « La monarquía de los intelectuales ».

113 Voir les travaux pionniers de G. Dufour et alii, El clero afrancesado, et G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado. Sur les divisions internes du clergé espagnol entre jansénistes et ultramontains avant 1808, voir E. La Parra López, « Iglesia y grupos políticos ».

114 « Reflexiones patrióticas », Gazeta de Madrid, 26 août 1809, pp. 1063-1064. Sur le rôle du clergé dans la lutte contre les Français, voir E. Martínez Ruiz et M. Gil Muñoz, La Iglesia española contra Napoleón.

115 Après la prise de Saragosse, Joseph ordonna la fermeture de tous les couvents. L’ambassadeur français considéra cette mesure impolitique car plus précoce et en apparence plus sévère que dans le reste de la Péninsule (Comte de La Forest, Correspondance, t. II, p. 123, 13 mars 1809). Mais, après avoir permis aux moines et religieuses de quitter l’habit en leur attribuant des pensions (27 avril et 18 mai 1809), les décrets du 18 août 1809 et 27 septembre 1809 abolirent tous les ordres religieux et les congrégations. Il fut interdit aux ex-réguliers de confesser, prêcher et reformer des corporations (21 août 1809). Les écoles pieuses des frères de la doctrine chrétienne (escolapios) étaient remplacées par un enseignement public (6 septembre 1809). Voir Prontuario de las leyes, t. I, pp. 167-168, 182-183, 303-305, 357-358, 313-315 et 337-339.

116 Décret du 6 septembre 1809 pour que les évêques puissent attribuer des charges aux ex-réguliers « de cuya idoneidad y sanidad de principios, esten asegurados ». Les décrets du 4 octobre et 29 novembre 1809 les autorisèrent à se présenter pour l’attribution de cures, canonicats, etc. Des pensions furent prévues pour compenser la perte des bénéfices (5 septembre et 11 octobre 1809). Voir Prontuario de las leyes, t. II, pp. 316-317 et t. I, pp. 359-360, 437-438, 334-336 et 366-367.

117 G. Dufour, « Église et “Ilustración” ».

118 Une étude de cas dans A. Astorgano Abajo, Don Juan Meléndez Valdés, pp. 600-620.

119 G. Dufour, « Pourquoi les Espagnols prirent-ils les armes contre Napoléon ? », pp. 318-321. Voir le Prontuario de las leyes, t. I, pp. 44 et 66 : ordre pour que l’on fasse prier pour l’arrivée de Joseph sur le trône (10 juillet 1808) et circulaire pour que les prélats fassent chanter un Te Deum pour le retour du roi à Madrid (24 janvier 1809). Les curés avaient l’obligation de lire les articles de la Gazeta de Madrid indiqués par le gouvernement lors de la messe (20 juin 1809, AGS, Gracia y Justicia, liasse 1196, cité dans G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado, p. 9). Une synthèse dans J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 42-46.

120 Voir la pastorale (3 juin 1808) inspirée des leçons d’histoire de Bossuet de l’ancien confesseur de Charles IV, Félix Amat, dans la Gazeta de Madrid, 17 juin 1808, pp. 583-586. Elle donna lieu à une polémique : Reflexiones político-christianas sobre la carta pastoral (deux versions en 1808) ; « Respuesta objetiva a la pastoral del Illmo. Sr. D. Felix Amat, Abad de San Ildefonso, inserta en el Diario de Madrid del jueves 16 de junio de 1808. Por un digno Prelado. A los Verdaderos Españoles », dans Colección de papeles, cahier VII, t. II, pp. 161-174 ; réplique d’Amat à la Respuesta, 14 août 1808, dans Colección de papeles, cahier IX, t. II, pp. 257-292. L’argument fut repris a posteriori : [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. I, pp. 49-56 (chap. XI).

121 Pour G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado, pp. 13-99, en particulier p. 37, son attitude aurait été de la résignation, tandis que pour R. Corts i Blay, L’Arquiebisbe Fèlix Amat, p. 255, sa position aurait aussi eu un caractère idéologique.

122 « Conozco que no es lo mismo prometer fidelidad al gobierno, o prometerla a la constitución, pero para la cuestión presente no me parece tanta la diferencia como algunos quieren ponderar. Si el orden público pide la fidelidad al gobierno, también exige la fidelidad a las leyes del país. Prometer fidelidad a quien manda no es reconocer que justamente manda, ni que sea justo lo que manda. Asimismo prometer fidelidad a una constitución o código civil, no es aprobar como justas todas sus leyes o disposiciones. Creo que veinte años atrás en la monarquía francesa, y ahora en la española, nadie tendría reparo en prometer fidelidad a sus leyes, aunque tal vez examinándolas todas alguna nos parecería injusta » (lettre au recteur de la paroisse de Sainte-Marie de Perpignan, 1800, citée dans R. Corts i Blay, L’Arquiebisbe Fèlix Amat, p. 147).

123 « Burke es inglés y protestante : así no faltan expresiones que no puede aprobar un católico ni un español ; pero estás son pocas ; y el cuerpo de la obra me ha parecido muy sólido, para demostrar la ilegalidad, violencia e impolítica de esto que se hace en Francia, y que los que allí mandan son crueles en destruir y tontos en lo que intentan edifica » (lettre à l’archevêque Armanyá, 1791, citée dans ibid., p. 143). Une traduction d’E. Burke, Reflexions on the Revolution in France, réalisée entre 1790 et 1792 (l’ouvrage fut interdit en 1796) est conservée dans la bibliothèque d’Amat qui en fit avec son frère un résumé qui circula à Barcelone et à Tarragone (R. Corts i Blay, L’Arquiebisbe Fèlix Amat, pp. 142-143). Sur la présence de Burke en Espagne, il n’existe que des travaux très synthétiques dont A. Gil Novales, « Burke en España » et E. Pujals, « El pensamiento político de Edmund Burke », pp. 30 sqq.

124 J. López Tabar, « Incubando la infidencia ».

125 Pedro Estala avait été titulaire de la chaire de rhétorique et de grec au séminaire conciliaire de Salamanque (M. E. Arenas Cruz, Pedro Estala, pp. 65 sqq.). Juan Antonio Melón, chef de division au ministère des Finances sous Joseph, avait été vice-recteur dudit séminaire conciliaire. Urquijo avait été disciple de Meléndez Valdés, professeur de droit à l’université de Salamanque et lui aussi joséphin (A. de Beraza, Elogio de Don Mariano Luis de Urquijo, pp. 6-7). Ramón de Salas, sous Joseph intendant puis préfet de Guadalajara, avant d’occuper la même fonction à Tolède, chevalier de l’ordre royal d’Espagne et exilé à Auch en 1813, était un ancien professeur et recteur de l’université. Il avait été condamné par l’Inquisition pour ses erreurs philosophiques puisées dans les livres interdits. Il participa à la diffusion des idées de Genovesi, Bentham, Destutt de Tracy, Constant, etc. Voir S. Rodríguez Domínguez, Renacimiento universitario salmantino [l’ouvrage n’est pas dénué d’erreurs] ; R. de Salas, Lecciones de derecho público, p. XVIII ; C. Le Brun, Retratos políticos, p. 51 ; J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 60-61. Nous remercions ce dernier auteur pour les renseignements supplémentaires qu’il nous a fournis sur Salas. Le Sévillan Marchena avait étudié à Salamanque et été disciple de Salas (J. F. Fuentes, José Marchena, pp. 30-86).

126 Alberto Lista, Felix José Reinoso, Miñano, Sotelo ou encore Manuel María de Arjona y Cubas. Ce dernier, chanoine de Cordoue et ancien membre des académies littéraires sévillanes, fut chargé par les Français de traiter les papiers de l’Inquisition supprimée. Estala et Urquijo le chargèrent de rédiger le Correo político y militar de Córdoba. Pour ne pas suivre la retraite française, il partit pour Cadix en 1812, mais fut fait prisonnier. Pour se défendre, il fit valoir ses services patriotiques avant l’arrivée des Français et le caractère limité de sa collaboration dans un Manifiesto.

127 En 1820, un libéral et ancien afrancesado qui ne portait plus cette étiquette affirmait que les « hombres instruidos » de Madrid, c’est-à-dire les joséphins, pensaient au fond comme ceux de Cadix (R. de Salas, Lecciones de derecho público, pp. 7-8).

128 Voir, notamment, F. de Cabarrús, Elogio de Carlos III, ou M. Suárez de Santander, Carta de un religioso español. Le premier affirmait en 1789 que « si la industria no ha florecido tanto como se podía esperar y como parece que lo exige el estado de las demás naciones de Europa, es, digámoslo abiertamente, porque nuestro sistema es esencialmente malo » (pp. XXVIII-XXIX). En 1798, le second opposait les principes justes et légitimes, qui avaient été à l’origine de la Révolution française, au despotisme espagnol qui avait enterré la Constitution primitive et libre de la nation.

129 Voir R. Corts i Blay, L’Arquiebisbe Fèlix Amat, p. 145. F. de Cabarrús qui avait considéré en 1792 que l’Assemblée constituante était « la mayor y más célebre agregación de talentos y de grandes conocimientos que tal vez haya honrado a la humanidad » (Cartas sobre los obstáculos, p. 106), s’en prit violemment « a los que llaman hombres de bien » après un voyage dans la France du Directoire : « ellos son los que dieron el primer impulso para trastornar el antiguo gobierno, y después su cobardía ha hecho triunfar sucesivamente a todas las facciones ; dejaron derribar el trono, y la primera constitución ; asesinar al pobre rey ; se han dejado prender y degollar como rebaños, y ahora con sus gaterías e intrigas estorban la paz exterior y preparan en cuanto pueden la guerra civil y una nueva revolución » (G. M. de Jovellanos, Obras completas, t. III, p. 323).

130 M. Artola, Los afrancesados, pp. 60-73. L’interprétation de cet auteur s’inscrit dans un cadre historiographique en partie dépassé qui considérait notamment que la Ilustración était pour l’essentiel afrancesada et qui réduisait l’influence française à celle des idées progressistes des Lumières et de la Révolution, sans prendre en considération les contre-Lumières et la réaction. Il en concluait que les afrancesados étaient principalement héritiers de l’Aufklärung et de l’Enlightment.

131 Décret I, 24 septembre 1810, Colección de decretos, t. I, pp. 1-3.

132 Il faut d’abord consulter J. F. Fuentes, José Marchena et J. Marchena, Obra española. Très tôt, cet aventurier (qui n’était pas abbé) avait fait preuve de son audace politique en rédigeant El Observador pour suppléer au Censor dont la publication avait été arrêtée (F. Lopez, « Les premiers écrits de José Marchena »). Il n’y avait pas caché sa lecture des ouvrages interdits. En 1792, il s’était réfugié en France en affirmant fuir les persécutions de l’Inquisition. Il participa activement à la Révolution, applaudissant au 10 août, s’engageant du côté des girondins puis revenant sur les dangers des convulsions révolutionnaires (voir J. Marchena, Quelques réflexions). Bien qu’il ne partageait pas les idées égalitaristes de Rousseau, il introduisit en Espagne la première traduction du Contrat social parce qu’elle pouvait instruire ses compatriotes du fait que toute autorité n’émanant pas de la nation est tyrannique et illégitime (L. Domergue, « Notes sur la première traduction espagnole »). Il participa à la Décade philosophique des Idéologues. Revenu en Espagne avec Murat, il fut l’un des propagandistes du régime joséphin. Son expérience de la Révolution française est particulièrement importante pour comprendre ses critiques à la Régence et aux Cortès de Cadix. Le caractère singulier de son parcours se maintint après l’épisode joséphin : dans l’exil, il se rapprocha des opposants à Ferdinand au lieu de chercher à lui proposer ses services et, durant le Triennat, craignant que l’alliance des libéraux modérés avec l’opposition réactionnaire ne soit fatale au libéralisme, il se rapprocha des exaltés.

133 Les projets de Cabarrús ressortis des tiroirs ne faisaient que « prêter au ridicule » selon Comte de La Forest, Correspondance, t. II, p. 111 (5 mars 1809). Lorsqu’il mourut, en 1810, les Français et les joséphins le considéraient inapte à gérer des finances de guerre (J. Mercader Riba, Historia externa del reinado, p. 169).

134 Zea avait insisté à Bayonne : « Si las pocas naciones que han conocido el mérito y la importancia de las leyes constitucionales no han podido lograr sino a fuerza de lágrimas y sangre, pasando por todos los horrores de una larga revolución, ¡ qué agradecimiento no deberá la nuestra al poderoso Emperador del Mediodía ! » (ACD, PRF, t. IV, fo 257ro).

135 J.-B. Busaall, « La fidélité des “ famosos traidores” ».

136 Cicéron, De legibus, iii, 8. La maxime est constamment présente dans le discours joséphin : [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español ; [P. P. Bazán de Mendoza], Carta circular que escribe un patriota español ; « De nuestro estado, nuestros males, y su seguro y único remedio », Gazeta de Madrid, 10 août 1812, p. 896, et bien d’autres exemples.

137 Murat attribuait les événements au « rassemblement de paysans introduits dans Madrid » et à la « canaille de cette ville » (lettre à Dupont dans AHN, Estado, liasse 46-M, no 301, reproduite dans J. Murat, Correspondance, pp. 319-322 [3 mai 1808]).

138 « Algunas personas poco instruidas sobre los verdaderos intereses de la nación ; la mal entendida lealtad de algunas otras, […] los agentes secretos de una nación enemiga por sistema de la felicidad del continente » (Proclamation de la Junte de gouvernement, 4 juin 1808, dans Gazeta de Madrid, 7 juin 1808, pp. 542-545, citation p. 543).

139 Proclamation des députés de Bayonne aux « Amados españoles, dignos compatriotas », Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, pp. 576-578.

140 Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, p. 576. Voir G. Dufour, « Les autorités françaises et la Gaceta de Madrid ».

141 L’argument qui renvoyait à la possibilité d’un renversement d’alliance avec l’Angleterre est rare dans la mesure où ensuite celle-ci fut rendue responsable de la perpétuation du conflit. Cependant, la proclamation des députés de Bayonne, se fondant sur la fausse nouvelle du décès de Georges III (Gazeta de Madrid, 14 juin 1808, p. 574), prétendait ruiner les espoirs d’aide en annonçant les positions pacifistes du nouveau roi (Gazeta de Madrid, 14 juin 1808, p. 578). Après Erfurt et peut-être aussi Wagram, [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, préface non datée, faisait valoir que la Russie voulait devenir l’alliée de la France et que l’Autriche était battue.

142 « Los nombres y apellidos no reinan » soulignait [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 331. Voir aussi la pastorale d’Amat dans Gazeta de Madrid, 17 juin 1808, p. 585. L’argument portait puisqu’il donna lieu à des répliques énumérant les Bourbons qui restaient libres de Napoléon : par exemple, J. de A [rango], Manifiesto imparcial, p. 41.

143 [F. de Cabarrús], Consideraciones de un verdadero español, pp. 5-6. D’après le comte de La Forest, Correspondance, t. I, pp. 146 et 165 (6 et 15 juillet 1808), l’opuscule reçut un accueil favorable. Les Reflexiones imparciales sobre el estado actual de España de P. Estala (consultées dans la traduction française) étaient de la même veine. Ces deux documents furent traduits et envoyés à Paris pour rendre compte de la propagande faite en faveur du nouveau roi (AMAE, Correspondance politique, Espagne, respectivement vol. 675, doc. 126, fos 314-319 et vol. 676, doc. 96, fos 251-256). Ils reçurent des répliques, respectivement : Consideración sobre las consideraciones de uno, que por mal nombre, se intitula verdadero Español, et dans la section « Política » du Semanario patriótico, 10 novembre 1808, pp. 185-190, une lettre de Vitoria du 20 de septembre 1808.

144 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, pp. 327-328.

145 [F. de Cabarrús], Consideraciones de un verdadero español, p. 4 : « sería menester resucitar aquellos abuelos nuestros, víctimas de su entusiasmo por Felipe V. “Ved, nos dirían, el premio que sacamos de todos nuestros sacrificios” ». [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 328, refusait de critiquer les Bourbons et se contentait de faire valoir les avantages évidents des Bonaparte.

146 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 331.

147 « Ah ! por fortuna vosotros nos conoceis quales son los estragos de la guerra intestina. La España se ha vista preservada de este azote por el espacio de un siglo ; y sin embargo de haberse pasado tanto tiempo, todavía no ha convalecido de los males y ruinas que a principios del pasado vinieron sobre ella » (« Amados españoles, dignos compatriotas », Gazeta extraordinaria de Madrid, 14 juin 1808, p. 577).

148 L’analogie fut largement exploitée (voir, par exemple, le compte rendu du pamphlet Desengaños políticos dans la Gazeta de Madrid, 25 juin 1812, pp. 717-718). La promulgation de Joseph fut prévue pour se faire comme celle de Philippe V (Comte de La Forest, Correspondance, t. I, p. 73, 10 juin 1808).

149 [J. A. Llorente], Cartas del verdadero español, p. 329.

150 Ibid., pp. 330 et 333.

151 « Carta escrita de los ministros de S. M. Josef Bonaparte a la junta central del gobierno, al decano del Consejo, y al corregidor de Madrid », Burgos, 17 novembre 1808, Gazeta extraordinaria de Madrid, 6 décembre 1808, pp. 1561-1563, en particulier p. 1562. De même, l’évacuation de la cour à Valence après les Arapiles fut présentée comme une manœuvre militaire sans incidence politique (Gazeta de Madrid, 6 novembre 1812, p. 910).

152 Après vingt mois d’occupation, le commissaire royal à Séville, Blas de Aranza, déplorait qu’encore trop de personnes prêtaient une oreille favorable aux « mal intencionados » qui faisaient courir des bruits fous sur la situation militaire (Gazeta de Madrid, 22 avril 1810, pp. 468-469). Voir aussi les deux lettres de « Patricio Cantaclaro » contre les « barbares » qui s’obstinaient à refuser l’évidence de la victoire de Napoléon et contre « los que rechazan la medicina » en croyant les nouvelles extravagantes sur les revers français (Gazeta de Madrid, 15 et 18 septembre 1811, pp. 1067-1068 et 1079-1780).

153 Les joséphins étaient « Los verdaderos amantes de la patria, [… que], se prometían el primer milagro de la humana sabiduría en regenerar una monarquía sin efusión de sangre, y sin estrépito de armas » (« Patriotismo », Gazeta de Madrid, 25 avril 1812, pp. 471-472, citation p. 471). Un autre exemple dans le résumé de Quienes son los verdaderos patriotas, dans la Gazeta de Madrid, 9 juin 1812, pp. 653-654.

154 La propagande mit à profit les polémiques de la vie politique anglaise. Les Considerations on the Causes, Objects, and Consequences of the Present War and on the expediency or the danger of peace with France (Londres, 1808), dans lesquels William Roscoe imputait aux bellicistes anglais les responsabilités de la reprise de la guerre après la paix d’Amiens, furent longuement résumées dans la Gazeta de Madrid entre le 16 et le 24 avril 1809. Un autre article démontrait que l’Angleterre était la cause des conquêtes continentales de Napoléon (Gazeta de Madrid, 19-20 et 22-23 avril 1810, pp. 457-458, 461-462, 470 et 473-474, reproduit dans la Gazeta de Sevilla, 30 avril et 1, 4 et 11 mai 1810, pp. 269-272, 277-278, 301-304 et 322-324).

155 Le Moniteur tenta de rejeter toute la responsabilité du conflit sur l’Angleterre lorsqu’il fallut justifier l’envoi de troupes en septembre 1808, alors que, jusqu’en juillet, il avait vanté les excellents rapports entre Espagnols et Français (R. Solano Rodríguez, « La Guerra de la Independencia española », p. 65). La responsabilité anglaise devint l’un des thèmes de prédilection de la presse joséphine (J. J. Sánchez Aranda, « Napoleón y la prensa afrancesada », p. 91).

156 Gazeta de Madrid, 5 mai 1812, pp. 511-512.

157 Les « libertadores franceses » étaient attendus pour mettre fin au « despotismo » de la Junte centrale (Carta de un insurgente convertido, écrite fin décembre 1809 ou début janvier 1810).

158 Le catholicisme dont les Anglais étaient ennemis, avait été rétabli en France par Napoléon comme le rappela l’intendant de Castille, Léon et de Cantabrie, Francisco Javier María de Urbina (Suplemento a la Gazeta de Madrid, 14 janvier 1809, pp. 99-100).

159 Voir, en particulier, les lettres du « pacífico español » et les réflexions de la « tertulia » villageoise formée de gens sensés qui furent publiées en avril-mai 1812 dans la Gazeta de Madrid. En 1813, J. A. Llorente persistait dans son Discurso sobre la opinión nacional de España.

160 J. A. Llorente, Memorias Nellerto, t. I, p. 130.

161 [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. II, p. 5 (chap. XXIII).

162 Voir la défense d’un chanoine de Ségovie qui prétendait même avoir sauvé des patriotes condamnés en intervenant auprès des militaires français dans G. Dufour et alii, Tres figuras del clero afrancesado, pp. 101-146. M. M. de Arjona y Cubas, Manifiesto, pp. 13-14 et 17, affirmait avoir contribué à transmettre des informations au camp de la résistance et sauvé un prêtre qui portait du courrier.

163 Voir M. J. de Azanza et G. O’Farrill, Memoria, ou encore F. Amorós, Déclaration.

164 Lettre de Reinoso à Joaquín Uriarte en 1814 (I. Aguilera Santiago, « Notas sobre el libro de Reinoso », p. 336). Lista, qui œuvra à la publication du livre, avait tenté en vain d’y faire inclure sa défense personnelle (lettre à Reinoso, 1815, dans H. Juretschke, Vida, obra y pensamiento, pp. 72 et 506-508). Sur la réception de l’Examen, voir J. López Tabar, Los famosos traidores, pp. 139-141.

165 Voir la section « citas y notas » de [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. I, pp. 139-164 et t. II, pp. 148-168. Les références ne sont pas assez précises pour identifier les éditions utilisées par Reinoso.

166 « Así explicaban dos sabios españoles el origen de los imperios y el fin para que fueron establecidos, más de cien años antes que naciesen los Rousseaux, los Helvecios y demás filósofos del siglo pasado, a quienes los ignorantes de nuestra preciosa literatura atribuyen la primera enseñanza de esta doctrina » (Discurso de un magistrado de Andalucía, p. 6).

167 Le conseiller d’État Montarco acusait la résistance : « no han declarado la guerra a los franceses, sino al derecho de gentes, al buen orden, a todas las virtudes sociales » (Gazeta de Sevilla, 3 avril 1812, pp. 109-112, citation p. 110). L. M. Pereyra faisait référence à Grotius, conforme à Aristote et Épictète, mais rejetait Pufendorf et Barbeyrac ([L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre I).

168 Ibid.

169 « Como allí acaba todo deber, donde empieza la imposibilidad de cumplirle » (ibid.).

170 « La suma de todo esto es que o ambas fueron nulas, o ambas firmes y valederas : y si lo primero, claro esta que nunca Fernando fue Rey legitimo, ni llego el caso de debérsele, como a tal, fidelidad ; si lo segundo, es no menos evidente que dejo de debérsele a la hora que renuncio » (ibid.).

171 « Nos abandonó dejándonos expuestos a todos los horrores de la anarquía » (ibid.).

172 « Si el orden de sucesión fue puesto en favor de la causa publica y bien general de los pueblos, […] es claro que puede mudarse, si lo pide ese bien general, y si puede mudarse, esto eso mismo que si con respecto a otros es verdadero derecho el que de ahí se deriva a los llamados ; con respecto a la nación no mas es que mera expectativa » (ibid.).

173 L’argument contraire fut développé avec beaucoup de clarté en janvier 1811 par J. M. Pérez Tafalla dans Reflexiones y censura del papel, lequel avait défendu comme Pereyra l’idée d’une soumission aux autorités. Pour Tafalla, chanoine de la cathédrale de Séville, suivre une telle doctrine était aller aussi loin que « Tomás Obes » dont les doctrines mettaient tous les trônes à la merci du premier conquérant venu (ibid., p. 53). Il se fondait sur les lois fondamentales pour affirmer d’une part, que l’ordre de dévolution de la couronne était indisponible et donc que le choix fait par Charles IV était nul et, d’autre part, que les corporations ne pouvaient pas violer les lois fondamentales et donc ne pouvaient pas prêter serment à Joseph, roi en violation des règles de dévolution. La Constitution ne pouvait donc pas être, par conséquent, un nouveau pacte social (ibid., pp. 56-63).

174 Pour E. de Vattel, auquel Pereyra n’avait pas recours, non seulement la nation était obligée de se conserver, mais elle avait le droit d’user de tout ce qui était nécessaire pour y parvenir (E. de Vattel, Le droit des gens, liv. I, chap. ii, § 16-18, t. I, pp. 24-26). Voir aussi [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. II, p. 167.

175 J. Locke, Two Treatises, liv. II, chap. xix, § 211.

176 [F. J. Reinoso], Ecsamen de los delitos de infidelidad, t. I, pp. 41-49 et 148-150. Voir Grotius, Le droit de la guerre, liv. I, chap. iv, § 16, pp. 151-152.

177 J.-B. Busaall, « Le règne de Joseph Bonaparte », § 45-49.

178 L. M. Pereyra, Cartas de un afrancesado, lettre I. Après Baylen, les factieux prétendirent « restablecer derechos y prerrogativas que jamás tuvieron » (Gazeta de Madrid, 25 juin 1809, p. 810). Pour J. Marchena, « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, du 27 au 29 juillet 1812, pp. 840-842, 845-846 et 848-850 [reproduit dans J. Marchena, Obra española, pp. 119-138], « El consejo de Castilla, atribuyéndose derechos que nunca han podido competirle, destronaba y coronaba a sus reyes, o más bien obedecía ciegamente a cuatro turbulentos pretorianos, y a un puñado de proletarios de Madrid u la Mancha, dirigidos por poquísimos facciosos » (p. 841).

179 Parmi les nombreux textes qui évoquent la révolution espagnole, on peut souligner ceux de L. M. Pereyra (Cartas de un afrancesado, lettre II) qui exposait la situation pour justifier sa position, de P. Estala (El Imparcial) qui dénonçait vigoureusement les ennemis de l’intérêt public et de J. Marchena (Gazeta de Madrid, 12 février 1810, pp. 175-176 [article anonyme sans titre] et « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, du 27 au 29 juillet 1812, pp. 840-842, 845-846 et 848-850 [dans J. Marchena, Obra española, pp. 119-138]). L’exposé des événements reprend les différents éléments avancés par ces auteurs.

180 Gazeta de Madrid, 28 juillet 1812, p. 845.

181 Gazeta de Madrid, 29 juin 1809, p. 826.

182 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre II.

183 « Han sido 30 esclavos del bajo pueblo, y no han podido mantenerse en la gracia de aquel cruel y fiero tirano, sino adulando su ferocidad y acaeciendo sus horrorosas inclinaciones, por mantener un simulacro de soberania » (Gazeta de Madrid, 12 février 1810, p. 176).

184 « Por un trastorno inconcebible de ideas se ha notado en la revolución de España que aquellas personas y cuerpos que debieran haber dirigido y rectificado la opinión del vulgo, han sido generalmente los que más han contribuido a estragarla y corromperla » (Gazeta de Madrid, 26 août 1809, p. 1063).

185 Gazeta de Madrid, 10 septembre 1809, p. 1124.

186 « Han infundido en las almas débiles o sencillas principios y máximas revolucionarias, con tanta mayor seguridad, cuando más secreto era el medio y más augusto el lugar en que ejercían su autoridad » (Gazeta de Madrid, 26 août 1809, p. 1063).

187 P. Estala, El Imparcial, 21 juillet 1809, p. 287 (« Reflexiones políticas »).

188 « Los imitadores de Roberspierre han puesto el terror al orden del día » (ibid., 23 mai 1809, p. 151).

189 « Los dicterios, las injurias más ignominiosas, los sofismas más absurdos, los despropósitos más irracionales eran el carácter del patriotismo de los anarquistas. Han imitado perfectamente todos los furores del jacobinismo francés » (ibid., 6 avril 1809, p. 47).

190 « Mil escritorcillos mentecatos » (ibid.).

191 P. Estala, El Imparcial, 21 juillet 1809, p. 286 (« Reflexiones políticas »).

192 Plusieurs exemples dans la Gazeta de Madrid : 29 août 1811, p. 986 ; 6 janvier 1812, p. 23 (l’affaire du député servil Valiente qui après une intervention aux Cortès dut être escorté pour ne pas être molesté par le public [voir J. L. Villanueva, Mi viaje á las Cortes, pp. 287-288] fit dire aux joséphins que bientôt les députés viendraient accompagnés de leurs « clients » pour emporter les décisions de l’Assemblée).

193 « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, 29 juillet 1812, p. 850.

194 Plusieurs exemples dans la Gazeta de Madrid : 8 novembre 1811, pp. 1287-1288, note 4 ; 9 avril 1812, note pp. 403-404, et 29 juillet 1812, p. 849.

195 « La ciencia de los legisladores no consiste en dictar leyes a bulto, sino en saber acomodarlas a las circunstancias de los pueblos » (Gazeta de Madrid, 5 février 1813, p. 144).

196 « Algunos de nuestros españoles, arrebatados con el fuego de las ideas filosóficas de la revolución de Francia, sin observar bastantemente lo platónico y abstracto de varios de sus principios, como allí se ha experimentado bien a demasiada costa, quisieran aplicarlos a nuestra situación actual, sacando partido de esta para llevarlos a efecto » (Gazeta de Madrid, 1er août 1812, p. 861, partie de l’article « Comparación de las opiniones diferentes sobre el honor y el interés de la patria », publié entre le 30 juillet 1812 et le 2 août 1812).

197 Voir les articles publiés dans la Gazeta de Madrid : « Guerra político-literaria entre liberales y serviles », 10 novembre 1811, pp. 1295-1296 (qui reproduisait un article du Semanario patriótico ) ; sans titre, 26 mars 1813, pp. 338-340 (qui reproduisait un article intitulé « Los liberales de las provincias a los liberales de Cádiz », extrait du Redactor general, de tendance libérale) ; « Extractos de los periódicos de Cádiz », 22 mai 1813, p. 567 (le contenu des articles reproduits était si explicite que les joséphins soulignaient l’inutilité d’ajouter leurs commentaires).

198 J. Marchena, « Al gobierno de Cádiz », Gazeta de Madrid, 28 juillet 1812, pp. 845-846. Marchena considérait que les pamphlets « en que se ostentaba toda la insolencia del más descarado jacobinismo » étaient de fait publiés avec l’autorisation du gouvernement dans la mesure où la liberté de la presse n’était pas proclamée. En réalité « el aprendiz de verdugo que escribe el papel intitulado el Robespierre » (Robespierre español, amigo de las leyes : o qüestiones atrevidas sobre la España) avait été mis en prison pour avoir critiqué un ministre qui s’en était pris à la liberté de la presse. Voir A. González Hermoso, Le Robespierre espagnol, pp. 83-125.

199 Dans la droite ligne des Lumières, mais aussi des Idéologues et de leur organe, la Décade philosophique, les joséphins considéraient la presse comme un instrument de formation et d’éducation de l’opinion publique. Voir dans la Gazeta de Madrid, 1er et 2 mai 1812, pp. 495-496 et 499-500, des réflexions sur la liberté de la presse, ou aussi « Moral. ¿Qué causas estragan las costumbres de un pueblo ? », 13 février 1813, pp. 174-176.

200 « ¿Quién duda que mientras dure la insurrección de España seguirá los pasos de la revolución de nuestros vecinos, y que habrá tantas constituciones como facciones victoriosas ? » (Gazeta de Madrid, 13 avril 1813, p. 411, note 2).

201 Aristote, Politique, liv. III, chap. vi, § 11.

202 Gazeta de Madrid, 12 février 1810, pp. 175-176.

203 En l’an III, J. Marchena, Quelques réflexions, p. 10, se convainquit définitivement que la surenchère révolutionnaire avait résulté de l’entrée des prolétaires dans les luttes politiques : « Les prolétaires et les hommes de proie ne tardèrent pas à profiter de leurs forces dont ils venoient de faire l’essai, et les républicains, amis de l’ordre, qui avoient contribué au 10 Août, ressemblèrent à ce cheval de la fable, qui, après avoir appelé l’homme à son secours, contre le sanglier, est bientôt forcé de porter sur son dos son compagnon d’armes. »

204 « Napoleón, autor del buen orden y de la felicidad de la Francia » (P. Estala, El Imparcial, 21 juillet 1809, p. 286).

205 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre II.

206 Ibid. La Gazeta de Madrid (29 septembre 1811, p. 1811) compara aussi sa présence à Chamartín à celle de Philippe (de Macédoine) aux portes d’Athènes.

207 [L. M. Pereyra], Cartas de un afrancesado, lettre III.

208 Aristote, Politique, liv. III, chap. XIII, § 24.

209 « Los hombres prudentes previeron desde luego las circunstancias funestas de aquella revolución, y conocieron que la reforma de los abusos y la verdadera libertad de la nación no podían ser obra sino de una mano extranjera y poderosa » (Gazeta de Madrid, 29 juin 1809, p. 826). Voir aussi P. Estala, El Imparcial, 4 avril 1809, p. 40 et J. Marchena dans la Gazeta de Madrid, 12 février 1810, pp. 175-176.

210 H. Juretschke l’avait signalé dans Los afrancesados, pp. 243-273. E. Martiré (« La Constitución napoleónica de Bayona » et Id., La Constitución de Bayona, pp. 101-118) démontra par une profusion d’exemples (plus nombreux que ceux qui seront repris ici) que la Constitution de Bayonne avait été l’un des éléments des débats du camp patriotique. Il n’a malheureusement détaillé ni l’orientation idéologique des documents évoquant la Constitution, ni les éléments précis qui furent critiqués.

211 F. Martínez Marina, Defensa, p. 240.

212 « Una de las más terribles armas de Napoleón era presentarnos la Constitución de Bayona como un remedio de estos abusos ministeriales que conocía él también como nosotros » (J. L. Villanueva, Apuntes sobre el arresto de los vocales de Cortes, pp. 245-247).

213 Voir une réplique anonyme à la proclamation dans laquelle la Junte de gouvernement détaillait le contenu de la future Constitution (Demostración de la lealtad española, t. I, pp. 189-193). À un propagandiste qui affirmait sa confiance en Napoléon pour réparer les dommages causés par les deux dernières dynasties, une « Respuesta que un amigo da a otro, sobre el juicio que ha hecho del papel intitulado Dictamen que formara la posteridad sobre los asuntos del día (Diario de Madrid, 10 mai 1808) » (signé P. V., Oviedo, 13 juin 1808), répliquait qu’il y avait « muchos [hombres] que pueden elevar la Nación a aquel grado de prosperidad y gloria » et que par conséquent l’Espagne n’avait pas besoin des Français pour donner le ton à l’Europe si elle le voulait (Colección de papeles, cahier I, t. I, pp. 3-21, en particulier pp. 9-10 ; Junta Suprema de Sevilla, Colección de bandos, pp. 50-61).

214 « ¿Sedurcirnos ahora ? Se equivoca mucho la Suprema Junta Gubernativa : nos conoce poco S. A. I. Sabemos bien qué quiere decir felicidad, entendemos perfectamente lo que significa protección : no se nos oculta el sentido de las palabras libertad, regeneración : ya vamos comprendiendo el lenguaje del gran Napoleón ; y por último hemos tomado algunas lecciones del idioma de los tiranos, para lo que comprado a peso de oro un magnífico diccionario Machîavelico, que se imprimió a expensas de Alemania, Italia, Portugal, y que se iba a reimprimir con harto más luxo, a cuenta nuestra » (« Diario de Santiago del Miércoles 15 de Julio de 1808 », dans Colección de papeles, cahier I, t. I, pp. 57-61 [58-59] ; pamphlet aussi publié dans Junta Suprema de Sevilla, Colección de bandos, pp. 46-47.

215 La quema de la Constitución en Aldea Leal, pamphlet anonyme signé du pseudonyme de « Patricio Español » de tendance traditionaliste et/ou conservatrice, publié durant l’été 1808, reproduisait la conversation entre un curé, quelques honnêtes villageois et Perico, un jeune homme qui avait apporté un exemplaire de la Constitution de 1808. L’examen superficiel du texte par l’ecclésiastique suffit à détromper l’inexpérimenté Perico qui décida de brûler le document. Il s’agissait d’une véritable purification dans la tradition inquisitoriale. Le texte écrit dans un style vulgaire faisait référence aux juifs dont Napoléon était le protecteur.

216 Qui avait donné à « Napoladrón » le droit de légiférer en Espagne ? s’insurgeait le curé de l’Aldea Leal (ibid., p. 6). Voir aussi la Proclama del africano numida, p. 32.

217 « Reunión de personas ilegalmente nombradas por la fuerza, y cuya representación no sería más que la de una comparsa teatral » (J. de A [rango y Núñez del Castillo], Manifiesto imparcial, p. 40).

218 « Manifiesta y atroz rebelión a nuestro Rey único y legitimo el Señor D. Fernando VII » (Demostración de la lealtad española, t. I, pp. 95-98, citation p. 96).

219 « Crímen de Lesa-Magestad-Nación de España ». L’échange de correspondances à Philadelphie, daté du 14 janvier 1809, fut publié dans la Gazeta del Gobierno, 1er août 1809, pp. 761-762, puis dans El Patriota compostelano, 3 septembre 1811, p. 262 (consulté dans V. de Foronda, Escritos políticos, p. 131). Rentré à Cadix en décembre 1809, Foronda fut contraint de se réfugier au Portugal du fait de sa réputation d’afrancesado (de surcroît, son fils avait accepté un poste dans l’administration de Joseph). Il participa ensuite au mouvement patriotique libéral en Galice (ibid., p. lv) ; G. Brey, « La Galice dans la tourmente révolutionnaire », pp. 203-204, donne une autre interprétation mais en ne connaissant pas certains documents.

220 J.-J. Rousseau, Du contrat social, liv. IV, chap. II. V. de Foronda avait traduit La Logique de Condillac et il publia, en 1814, des Cartas sobre la obra de Rousseau. Sur ses influences, voir l’étude préliminaire de J. M. Barrenechea dans V. de Foronda, Cartas sobre los asuntos más exquisitos de la economía política.

221 Cartas escritas por Valentín de Foronda, encargado de negocios y cónsul general de SMC. Fernando 7o cerca de los Estados Unidos de la América septentrional relativas a lo acontecido en España con el motivo de haber nombrado el emperador Napoleón 1o a su hermano Josef, rey de las Españas e Yndias, Philadelphia, 1808, dans V. de Foronda, Escritos políticos, pp. 121-129. Voir M. Benavides et C. Rollan, Valentín de Foronda, pp. 166 et 471-481.

222 [A. Peña], Pensamientos de un patriota español, pp. 4-7 (attribution dans J. M. Portillo Valdés, Revolución de nación, p. 518) ; Carta de un español en respuesta a Azanza, p. 51 (réplique au discours du président de l’assemblée de Bayonne lors de la première session).

223 « Prefiero vivir en medio del despotismo de los gobiernos de esta partent del mundo, porque al cabo el hombre puede en ellos entregarse al Imperio de la fuerza y de la naturaleza para oponerse a quien quiera oprimirle, y no se encontrará ligado con unas instituciones que menoscaban a cada paso su libertad individual » (Proclama del africano numida, p. 34).

224 Les Cartas Marruecas de José Cadalso avaient déjà répliqué à la fameuse lettre 88 des Lettres persanes (voir F. Lopez, Juan Pablo Forner, pp. 228-236).

225 « Si el opresor de nuestra libertad ha creído conveniente el halagarnos al echar sus cadenas con las promesas de un régimen constitucional reformativo de los males que habíamos padecido opongámosle un sistema para el mismo fin, trabajando con mejor fe y con caracteres de mayor legalidad » (motion de Calvo, Séville, 15 avril 1809, dans M. Fernández Martín, Derecho parlamentario, t. I, pp. 436-438, citation p. 437). Voir aussi le projet de décret rédigé par Quintana en conséquence de la motion de Calvo (ibid., pp. 439-445, en particulier p. 442).

226 L’évêque d’Albarracín considérait qu’il était nécessaire d’opposer des Cortès légitimes au tyran : « desde Bayona querría dar una apariencia de convención, a los actos de su perfidia, llamo así unos quantos sujetos de los que exigió usurpasen la voz nacional, para concluir por su parte con la usurpación de nuestro trono » (rapport du 15 août 1809, ACD, liasse 6, no 15, fo 10). Idem dans le rapport de l’évêque d’Urgel, du 24 août 1809 (ACD, liasse 6, no 23, fos 5-6). Fernando Andrés Benito voulait sanctionner les corporations qui avaient envoyé des députés à Bayonne en les excluant de la représentation aux futures Cortès (rapport intitulé Discurso sobre nuestra constitución y plan de convocación para las nuevas cortes reducido a los principios de aquellas, escrito por el Licenciado D n Fernando Andrés Benito, relator del crimen de la chancillería de Granada, s. l., 23 novembre 1809, ACD, liasse 6, no 10, fo 21vo).

227 Chargé de présenter une synthèse des rapports, Capmany s’emportait contre « algunos discursistas […] declamadores de hipócrita popularidad », qui prêchaient « públicamente que en ningún tiempo [el pueblo] ha gozado de sabias leyes, ni de justos legisladores, ni de buen gobierno, es repetirle y confirmarle lo mismo que les predicó Napoleón antes de entrar en España y lo mismo que lo que le repite el mismo José en sus proclamas y decretos, inculcándole la necesidad de una regeneración, que nuestros escritores también pregonan como indispensable » (A. de Capmany, Informe sobre Cortes nacionales, citations pp. 539, 538 et 542). Deux ans plus tard, il soutenait, au sein des Cortès de Cadix, les revendications du consulat de commerce de Mexico qui d’après lui combattait la politique homogénéisatrice copiée de Bayonne (DSC, 18 août 1811, p. 1876).

228 J. M. Pérez Tafalla, Reflexiones y censura del papel, p. 41.

229 « Y por eso el tirano mismo abrió su farsa en Bayona con ese simulacro » (document adressé à la Régence, 17 juin 1810, ACD, liasse 5, no 26, cité d’après M. Fernández Martín, Derecho parlamentario, t. I, pp. 647-650, citation p. 648).

230 Napoléon cherchant plus à convaincre qu’à vaincre l’Espagne, il était urgent de manifester les principes qui devaient guider les Cortès, car une nation défendant un gouvernement qu’elle choisit devait être invincible, selon A. de E [lola], Preliminares a la constitución, p. 13. Une description de ce pamphlet dans A. Jordá Fernández, « Don Antonio de Elola ». En donnant acte de leur prestation de serment à la Constitution de 1812, la Junte d’Aragon et la garnison de Soria faisaient encore référence au document de 1808. La première pour souligner le contraste entre la nouvelle Constitution et celle « que la tiranía fraguó en Bayona », la seconde en notant que la joie causée par la proclamation de la Pepa devrait s’étendre à tous les recoins de la Péninsule, en France et à Bayonne (DSC, 22 août 1812, p. 3595 et 20 octobre 1812, pp. 3857-3859, p. 3838).

231 La commission chargée de rédiger un règlement criminel avait omis d’inclure dans l’habeas corpus le cas des visites nocturnes alors que « esa miserable, esa ridícula Constitución de Bayona en este punto ha sido más liberal. Con que no desperdiciamos esta ocasión de hacer este bien a la sociedad » argumenta Argüelles (DSC, 17 mai 1811, p. 1077). Que le roi intrus ait aboli le vœu de Santiago ne devait pas s’opposer à ce que les Cortès adoptent une disposition identique et bénéfique, selon Toreno (DSC, 12 janvier 1812, p. 3818). Mejía défendit la mise en place de l’organisation judiciaire après la promulgation de la Constitution en invoquant ce qui avait été fait dans le camp joséphin (DSC, 8 juin 1812, p. 3278).

232 L’auteur anonyme de ¿ Cómo tendremos un buen gobierno ?, pamphlet publié en 1811, dénonçait « nuestra actual tendencia al jacobinismo y a la anarquía » et les « pédiódicos vendidos al tirano » (p. 9). L’urgence n’était pas de faire une constitution mais de trouver un prince pour assurer la Régence. Le député servil Borrull y Vilanova s’opposa à ce que le roi promulgue les lois en vertu de la Constitution parce que c’était la formule utilisée par « el abominable congreso de Bayona » (DSC, 7 janvier 1811, p. 2008). Voir aussi la représentation des évêques de Galice qui s’emportaient contre les « dicciones gallo-bárbaras, hasta la bien ridícula de supleentes, inventada en el Palacio de Marrac » que contenait le projet de constitution des Cortès consulté dans l’édition de F. Tomás y Valiente, « El arzobispo de Santiago », p. 2544.

233 Voir E. Martiré, La Constitución de Bayona, pp. 108-109.

234 J. A. Llorente, Discurso sobre la opinión nacional de España, pp. 9-11

235 Voir Conspiración tramada en España.

236 Voir Sencillas reflexiones a varios artículos de la Constitución, p. 35.

237 Les règles de dévolution de la couronne étaient inutiles puisqu’elles étaient prévues par les Partidas. La déclaration de confessionnalité ne faisait que reprendre un fait : elle était superfétatoire (Proclama del africano numida, p. 32). Le curé d’Aldea Leal considérait même que cette question n’appartenait pas au domaine des lois positives (La quema de la Constitución en Aldea Leal, p. 9).

238 Ibid., pp. 9-10 ; F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Constitución, pp. 55-56.

239 Proclama del africano numida, pp. 32-33 et aussi F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Constitución, p. 61.

240 Voir, en particulier, F. J. Borrull y Vilanova, Discurso sobre la Constitución, pp. 55-63.

241 Ibid., pp. 58-60.

242 [J. Canga Argüelles], Observaciones sobre las Cortes, pp. 7-52.

243 « Resultado de las luces francesas es tanto más interesante el analizarle, cuanto se nos anuncia como el dechado de la política, y el medio de cortar los abusos, y de establecer sólidamente nuestra felicidad, y la de nuestros hijos » (ibid., p. 53 et pp. 53-70, l’examen des Cortès de la Constitution de 1808). Pour une analyse détaillée de l’opuscule, en regard de la position de Lista sur les Cortès, voir J.-B. Busaall, « Alberto Lista y el debate constitucional ».

244 « Se nos ofrecen unas Cortes más viciosas que las que hasta aquí teníamos » ([J. Canga Argüelles], Observaciones sobre las Cortes, p. 69).

245 « Memoria del ayuntamiento de Granada, acerca de la reunión de Cortes », Grenade, 25 novembre 1809, ACD, liasse 6, no 1 (le dossier comprend plusieurs documents), fos 6-7 (cahier II, fos 2-3).

246 « De nuestro estado, nuestros males, y su seguro y único remedio », Gazeta de Madrid, 10 août 1812, p. 897. Au Redactor general qui se demandait comment les « inmortales autores de la Constitución » avaient pu la proclamer sans prévoir les oppositions qu’elle soulèverait, la Gazeta de Madrid (26 mars 1813, p. 339) répliquait que « Clara está la respuesta ; porque los inmortales autores de la Constitución han querido levantar esta gran obra, sin echar antes los cimientos correspondientes ; porque han edificado sobre arena, y así su edificio se vendrá a tierra el día menos pensado. »

247 Gazeta de Madrid, 5 février 1813, pp. 143-144. Voir le décret CLXXXV, 14 août 1812, dans Colección de decretos, t. III, pp. 52-53.

248 Gazeta de Madrid, 26 mars 1813, pp. 338-340.

249 Article du Redactor general, no 582, reproduit dans la Gazeta de Madrid, 28 avril 1813, pp. 471-472.

250 Lettre anonyme communiquée à la Gazeta de Madrid, 30 mars 1813, pp. 355-356.

251 Gazeta de Madrid, 25 décembre 1812, pp. 997-998.

252 Ibid., p. 997, note 3.

253 Gazeta de Madrid, 19 août 1811, p. 944. Montesquieu (De l’esprit des lois, liv. III, chap. vi) n’était pas cité, mais la référence révélait une proximité évidente. L’article de la Gazeta de Madrid fut suivi de deux autres sur la même question : 23 août et 29 septembre 1811, pp. 962 et 1126-1128.

254 V. G [onzález] A [rnao], Opinión sobre la Constitución et V., Examen analítico de la Constitución (annoncé dans la Gazeta de Madrid, 16 avril 1813, p. 424 ; F. Martínez Marina y répliqua dans sa Teoría de las Cortes).

255 J.-B. Busaall, « Le règne de Joseph Bonaparte », § 57-61.

256 « He parado mi atención principalmente sobre lo que considero esencial de una constitución ; esto es, en quien se deposita, o como se distribuye el gran poder del estado » (V. G [onzález] A [rnao], Opinión sobre la Constitución, p. 1 et pp. 2-12 : « § 1. Dificultad común en todas las constituciones, desconocida al parecer por los autores de la de Cádiz »).

257 « § 2. La Constitución de Cádiz no establece, como anuncia haberse propuesto, una monarquía » (ibid., pp. 12-22).

258 « § 3. Confusión de principios en la distribución de los poderes sociales » (ibid., pp. 22-32).

259 « § 4. Defectos en la organización de las cortes contrarios al espíritu de su creación » (ibid., pp. 33-46).

260 « § 5. Diferentes maneras de disolución y muerte a que se expone el Estado, en la Constitución de Cádiz » (ibid., pp. 46-64).

261 « Los acontecimientos políticos que rápidamente se han sucedido en Europa en los veinte años últimos nos han demostrado la especie de gobierno que conviene a los estados que la componen. La revolución francesa ha enseñado que los sistemas de legislación formados en las escuelas de filosofía especulativa, sin estudiar al hombre a quien se aplican, los hábitos y costumbres que le modifican, y la mayor o menor extensión de territorio que ocupa la nación a que pertenecen, restituirán al caos el mundo social » (V., Examen analítico de la Constitución, pp. 1 et 10). La Gazeta de Madrid, 8 novembre 1811, pp. 1287-1288, avait considéré dès le projet de constitution qu’il s’agissait d’un « cajón de sastre maulero » des différentes constitutions qui avaient vu le jour en France et en Europe. Le jeu de mots mérite d’être expliqué : un cajón de sastre est littéralement un tiroir de tailleur et au sens figuré un fourre-tout. Un sastre maulero est un fripier.

262 V., Examen analítico de la Constitución, p. 5.

263 Ibid., p. 19. V. faisait très certainement référence à William Penn, le fondateur de la Pennsylvanie, dont le frame of the government de 1682 prévoyait un Conseil provincial proposant les lois et une assemblée générale des propriétaires libres pour les approuver (la charte des privilèges de 1701, quatrième version du plan de gouvernement, prévoyait un système monocaméral) et non pas à Thomas Penn (fils du précédent) ou à Thomas Paine qui défendit un corps législatif unicaméral dans Common sense. L’association de « Pen » à Licurgue semble témoigner d’une lecture attentive de Montesquieu (De l’esprit des lois, liv. IV, chap. VI).

264 V., Examen analítico de la Constitución, p. 46.

265 Voir l’exposé du Conseil des ministres à la reine régente dans Estatuto real para la convocación de las Cortes generales del reyno, pp. 3-30.

266 B. Constant, « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes » [1819], dans Écrits politiques, pp. 589-619.

267 A. M [uriel], Los afrancesados, o una questión de política, p. 29.

268 Ibid., pp. 41-42. Le discours de La Fayette auquel Muriel faisait référence provenait des débats sur la loi électorale de février 1817 (Moniteur universel, 28 mai 1820, pp. 734-735). Le député de la Sarthe, qui appartenait à la minorité libérale de la chambre, avait accusé le gouvernement de violer l’esprit de la Charte qui était « le gage d’un système représentatif avec lequel on pouvait rendre efficace cette reconnaissance récente de nos droits et des fruits de la révolution » (p. 735).

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search