Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indépendance espagnole et le libéralisme au xixe siècle

 | 
Jean-Philippe Luis

III. — La guerre d’Indépendance et les expériences politiques du xixe siècle

La guerre d’Indépendance et les origines politiques de la contre-révolution

Pedro Rújula

Texte intégral

1Le comte de Toreno affirmait dans son œuvre fondamentale Historia del levantamiento, guerra y revolución de España que le peuple espagnol conservait intacte, en 1808, la flamme patriotique (le fuego patrio) qui, par corruption ou démérite, avait disparu depuis un certain temps des classes dirigeantes de cette époque. Dans cette perspective, le début de la guerre s’apparentait au réveil d’une patrie qui dormait dans le cœur des Espagnols. Ces derniers, mus par un « sentiment », réagirent en prenant les armes pour se défendre des offenses qu’ils subissaient et pour protéger leur indépendance.

  • 1 Conde de Toreno, Historia del levantamiento, guerra y revolución de España, t. I, pp. 76, 116, 99 e (...)

2Le comte de Toreno n’était probablement pas totalement satisfait de cette explication du soulèvement comme explosion d’un sentiment généralisé qu’il qualifiait d’« uniforme et profond » qui renvoie à l’irrationnel, au spontané et qui, surtout, reliait l’origine de cet épisode fondamental de l’histoire contemporaine espagnole au passé en l’assimilant à un acte de nature réactionnaire. En effet, il introduisait quelques pages plus loin un argument qui permettait de justifier cet acte extraordinaire des Espagnols par la raison, la volonté et un certain esprit progressiste et novateur : le peuple aurait associé « au sentiment unanime de résistance à l’étranger un autre non moins important de réforme et de désir d’améliorations ». Passé et futur, nature et volonté se seraient mêlés dans un même moment historique qui devenait fondateur de la nation et qui plaçait le peuple espagnol au centre de tout le mouvement1.

  • 2 Sur le temps des anciens et des modernes : K. Pomian, L’ordre du temps, pp. 53-54. Des modèles de v (...)

3Pour le libéral modéré qu’était José María Queipo de Llano quand il publiait ces pages dans les années 1830, la guerre d’Indépendance ne pouvait se fonder uniquement en une simple action de mémoire qui aurait relié strictement le moment au passé et aurait situé l’interprétation du conflit sur un plan nettement réactionnaire. La volonté de réforme soulignée dans son récit transformait substantiellement l’interprétation en termes de retour en arrière pour placer ce moment de la nation espagnole dans le cours du temps nouveau conçu sous l’angle du progrès, c’est-à-dire le temps du libéralisme considéré comme linéaire et édificateur au rythme de l’avance du progrès. Cette perception du temps était empreinte d’un optimisme social qui attribuait des valeurs positives à la nouveauté en portant le regard vers un horizon qui était à portée et où les sujets, surtout quand il s’agissait de sujets collectifs, se consacraient à la réalisation d’un projet commun. Cette vision n’avait pas grand-chose à voir avec la perception cyclique du temps ancien qui renvoyait à une situation idéale située dans le passé et qui valorisait les processus sociaux visant à restaurer l’ordre et à retrouver l’harmonie perdue2.

I. — PERSPECTIVES HISTORIOGRAPHIQUES

4Au fil du temps, les interprétations de la guerre d’Indépendance ont oscillé entre les deux éléments mis en évidence par Toreno, tantôt en soulignant les continuités à l’égard des modèles politiques, sociaux et culturels de l’Ancien Régime, tantôt en valorisant les composantes de modernité qui étaient apparues dans la mobilisation contre les armées napoléoniennes. Chez les royalistes, on insistait de préférence sur la spontanéité du mouvement, qui rendait manifeste l’amour du peuple pour son roi et pour sa religion. Ainsi, pour José Muñoz Maldonado, la mobilisation trouva ses origines dans les classes inférieures de la société :

  • 3 J. Muñoz Maldonado, Historia política y militar de la guerra de la Independencia de España, t. I, p (...)

Clase sencilla, amante de su Rey y de la Religión santa de sus padres, [que] no podía ser arredrada por los peligros, ni detenida en su impulso por las sugestiones del egoísmo, que las clases opulentas encubren malamente en algunas ocasiones críticas con el nombre de prudencia3.

5De leur côté, les libéraux considéraient cet épisode de participation populaire comme un exemple particulièrement adapté afin d’éduquer les citoyens aux vertus civiques et aux grands moments collectifs de l’histoire espagnole. Modesto Lafuente écrivait :

  • 4 M. Lafuente, Historia General de España, p. 128. La première édition date de 1850.

Por fortuna el pueblo tuvo más firmeza y más dignidad que sus príncipes. Y esta nación, sin reyes, sin hacienda, sin marina, casi sin ejército, […] se levanta imponente a proveerse a sí misma, a sacudir la coyunda que alevosamente se intentaba ponerle. Apuróse su paciencia ; y resucitó el antiguo genio ibero con sus impetuosos arranques4.

6Des démocrates comme le publiciste Eduardo Chao en firent autant quand ils affirmaient, en insistant sur la nature unanime et simultanée du soulèvement, que :

  • 5 E. Chao, Historia General de España, p. 154.

La nación española, soltando en un día su secular indolencia volvió a recobrar aquella vida que había ilustrado su nombre en el siglo XVI. Sabiéndose al mismo tiempo las forzadas renuncias de Bayona, mozos y ancianos, mujeres y niños, todos enfurecidos, haciendo propios cada cual el ultraje y el daño hecho a la patria, se alzaron clamando guerra, sin preparativos, sin recursos ni saber si los había, sin secreta inteligencia, sin jefes, sin acuerdo, como se levanta un solo hombre, y con el frenesí de un demente5.

7Selon Joaquín Ruiz Morales, la souveraineté nationale s’était exprimée pour la première fois par les armes :

  • 6 J. Ruiz de Morales, Historia de la Milicia Nacional, p. 377.

La Guerra de la Independencia en 1808 había puesto las armas en manos del pueblo, y éste, al tener las armas, no se había limitado solo a combatir a los invasores, sino que había echado los cimientos a su libertad eligiendo las Cortes que formaron la Constitución de 18126.

8Durant le XXe siècle, l’intérêt pour la guerre d’Indépendance recula dans les milieux libéraux et républicains, et des doutes et des nuances apparurent sur la nature nationale du mouvement.

  • 7 F. Pi y Margall et F. Pi y Arsuaga, Historia de España en el siglo XIX, t. I, p. 360.

Convengamos — disaient Pi y Margall et Pi y Arsuaga — en que el levantamiento general de España reunió en sí muy diversos caracteres. Fue, juzgando por la buena fe de la mayoría de la masa popular, un movimiento eminentemente patriótico ; por el carácter que le imprimieron los más de sus directores, un movimiento de adhesión a la casa reinante ; la finalidad perseguida por gran parte de esos directores mismos, una contrarrevolución7.

  • 8 I. Peiró Martín, La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones, p. 50.

9Cette perte de conviction en la nature populaire du mouvement n’affecta pas autant ceux qui concevaient la guerre d’Indépendance comme un moment clé en faveur de la défense de la monarchie et de la religion8. Cette perspective devint hégémonique à la faveur de la célébration du centenaire de l’événement. Cet épisode commémoratif forgea une image durable de l’événement en termes national, catholique et monarchique, une image qui s’affirma tout au long du siècle et dont les effets nous parviennent encore aujourd’hui sous la forme de stéréotypes populaires sur le passé espagnol, qui sont repris de manière surprenante avec succès dans la presse, la littérature ou le cinéma à la faveur de la célébration du bicentenaire.

10L’incorporation de la guerre d’Indépendance dans l’imaginaire politique du franquisme représente le chaînon nécessaire à la compréhension d’une aussi longue destinée de ces interprétations car ce régime joua le rôle d’intermédiaire pour continuer à diffuser celles-ci durant tout le XXe siècle. Dans cette optique, le maire de Saragosse affirmait à la faveur de la célébration des 150 ans des événements :

  • 9 El Noticiero, 22 février 1959. La citation est tirée de : G. Alares, « El padre Basilio Boggiero, h (...)

De esta conmemoración hemos de sacar el propósito de imitar las virtudes y el ejemplo de aquellos héroes citando cómo han tenido su mejor confirmación en nuestra guerra de Liberación en Codo, en Belchite y en tantos lugares de España9.

  • 10 I. Peiró Martín, « Días de Ayer ».
  • 11 Les fondements réactionnaires du mouvement ont été étudiés par : C. Corona, Revolución y reacción e (...)
  • 12 Par exemple : A. Rumeu de Armas, Historia de España contemporánea, pp. 20 et 21.

11Toutefois, à côté de la projection de certains éléments historiques de la guerre contre les Français par la propagande du régime en direction des milieux populaires, le processus qui avait ouvert les portes de la contemporanéité espagnole fut aussi l’objet de l’attention des cercles académiques franquistes10. En insistant d’une part sur la nature réactionnaire du mouvement populaire et en créant d’autre part une taxonomie fondée sur le mythe trompeur d’un réformisme d’origine hispanique éloigné du libéralisme, ces cercles donnaient au régime un fondement historique qui confirmait une vision du XIXe siècle comme un échec dû à l’éloignement des valeurs de la politique, de la société et de la culture autochtones11. Cette thèse, fortement influencée par les interprétations de Menéndez y Pelayo bénéficia d’une grande diffusion dans les milieux éducatifs de la dictature et rencontra un large écho dans les manuels d’Histoire de l’Espagne qui servirent à socialiser de nombreuses générations12.

12Cependant, au même moment, les bases de la rénovation historiographique qui éclora durant les années 1970 commençaient à se forger à l’intérieur même des structures académiques du régime. Percevant que l’effondrement de l’Ancien Régime avait ouvert la porte au libéralisme à travers la participation populaire, quelques historiens, rares mais à la trajectoire prestigieuse, s’appliquèrent à souligner les origines précoces du processus.

  • 13 M. Artola, Los orígenes de la España contemporánea, t. I, p. 117

En la crisis de 1808 — affirmait Miguel Artola en 1959 — el primer hecho a destacar es la quiebra total de las personas e instituciones representativas del Antiguo Régimen. Fracasan los reyes, […] la Junta de Gobierno, […] el Consejo de Castilla, […] las audiencias […] y los capitanes generales […]. Todos estos actos y omisiones determinan la desaparición de una estructura política multisecular que se extingue de manera definitiva en estos días de mayo de 1808, y cuyo vacío será ocupado de manera inmediata por una nueva legitimidad, la popular, nacida del hecho de la rebelión que hay en la base del levantamiento13.

  • 14 Parmi les exemples les plus marquants de cette production : M. Artola, Antiguo Régimen y revolución (...)

13Débutait ainsi un effet de balancier au détriment des interprétations hégémoniques qui s’étaient développées à la faveur de leurs parentés idéologiques avec le régime franquiste. L’essentiel du discours libéral, teinté de la sensibilité marxiste qui imprégnait l’ambiance culturelle des années 1970, retrouvait alors un certain crédit14. Renouer le fil de cette tradition présentait à ce moment-là le double intérêt de situer à nouveau l’engagement populaire au premier plan ainsi que de montrer, en relation avec la demande politique liée à la Transition démocratique, la responsabilité de la nation dans la naissance d’un régime parlementaire et constitutionnel aux origines de l’Espagne contemporaine.

14L’intérêt retrouvé pour les origines libérales de l’Espagne contemporaine s’accompagna des études sur les processus de transition, des recherches sur l’histoire constitutionelle, électorale et parlementaire, avec une attention toute particulière sur les conditions dans lesquelles la modernisation politique et sociale du pays avait été menée. Le développement démocratique offrait les conditions d’un renforcement de ces domaines d’études et des questionnements portant sur ces processus. Vu dans la perspective actuelle, ces travaux s’appliquèrent à percer le mystère des origines historiques du libéralisme, dans la mesure où ce système politico-social était celui qui avait modernisé le pays et qui lui avait permis d’entrer dans la contemporéanité.

  • 15 Une exception notable à ce courant : J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español.

15Les fondements absolutistes et la persistance de l’Ancien Régime ne firent pas l’objet d’une attention particulière et restèrent minimisés car ils portaient ombrage à la recherche de tout ce qui ne paraissait pas s’apparenter à un prélude ou à un début de la modernité. Dans la pratique, l’attraction pour les phénomènes nouveaux et la préférence accordée à la compréhension des mécanismes qui avaient conduit dans le passé à des processus de modernisation produisirent ce que l’on pourrait qualifier de darwinisme historiographique, car la lecture de ces œuvres pouvait laisser penser que les options politiques qui n’étaient pas sorties triomphantes n’avaient pas eu un rôle important dans l’histoire espagnole15.

16L’intérêt des chercheurs pour comprendre les origines de cette Espagne qui s’ouvrait à la modernité a favorisé notre connaissance des ingrédients et des processus qui rendirent possible durant ces années cruciales la création des éléments de la trame sur laquelle se construisit l’État espagnol du XIXe siècle, ce qui généra une impression fausse de cohérence et de totalité. En effet, le fait que les mouvements de réaction défensive de l’Ancien Régime ait été tenus en échec par le libéralisme tout au long du XIXe siècle ne permet pas en soi de nier l’importance qu’eurent de tels mouvements, en particulier aux origines de la guerre d’Indépendance. Ils peuvent encore moins nous faire oublier la restauration de l’absolutisme en 1814 et son maintien durant près de trente ans, jusqu’à sa défaite définitive à la fin des années 1830, après une longue guerre civile de sept ans.

  • 16 Ce positionnement téléologique se trouvait déjà dans le livre pionnier, Los afrancesados, de M. Art (...)
  • 17 Il faut signaler l’importance de travaux récents dans l’étude de la contre-révolution : R. Arna bat (...)

17La focalisation sur la modernité et sur la charge de futur que comportait le libéralisme a toujours introduit dans les questionnements une part de téléologisme16. Faire porter l’intérêt sur les facteurs de précocité qui auraient rendu possible le développement d’un État libéral et laisser de côté les éléments qui ne servaient pas cette idée a conduit à transmettre très souvent l’image d’une société qui suivait un chemin tracé par avance, au gré des vagues révolutionnaires successives. Toutefois, il est nécessaire de rappeler que le triomphe du libéralisme n’était pas l’unique issue possible de l’histoire espagnole du XIXe siècle, et que cette victoire ne fut pas un lent chemin de roses, soigneusement tracé par avance, que les Espagnols auraient suivi. Ce fut plutôt le contraire comme le prouvent les quatre premières décennies du siècle durant lesquelles la lutte entre options révolutionnaires et contre-révolutionnaires fut très dure, la victoire revenant souvent à ces dernières. Ce que nous voulons souligner ici est qu’une dimension du processus menant à l’établissement du libéralisme réside dans l’étude des forces qui lui étaient opposées, des obstacles qu’il fut obligé de surmonter, des caractéristiques de l’affrontement. On ne peut comprendre les caractéristiques du processus révolutionnaire espagnol sans réfléchir à une définition précise de l’affrontement et sans une connaissance de l’identité réelle de l’adversaire qu’il fallait vaincre et que l’on voulait remplacer. En effet, le libéralisme se forgea en grande partie dans la lutte et dut s’adapter et s’imposer parmi les secteurs qui peuplaient les rangs de la contre-révolution17. En affirmant cela, je ne fais que suivre Manuel José Quintana qui, après avoir vu tomber le régime constitutionnel à deux reprises et avoir vécu une guerre civile sanglante écrivait, alors que le règne d’Isabelle II était déjà bien avancé :

  • 18 M. J. Quintana, Cartas a Lord Holland, pp. vi-vii.

Y no se engañen los españoles. La cuestión primera, la principal, la de si han de ser libres o no, está por resolver todavía. Verdad es que han adquirido algunos derechos políticos, pero estos derechos son nuevos y no han echado raíces. Por consiguiente, han de ser atacados sin cesar, y si no se atiende a su defensa con decisión y constancia, serán al fin miserablemente atropellados18.

II. — LA GUERRE D’INDÉPENDANCE COMME PHÉNOMÈNE CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE

  • 19 Voir l’étude récente : J. S. Pérez Garzón, Las Cortes de Cádiz, pp. 203-245.
  • 20 Cela apparaît par exemple pour le cas aragonais : F. J. Maestrojuan, Ciudad de vasallos ; C. Franco (...)

18L’analyse de la guerre d’Indépendance dans le contexte des premières décennies du XIXe siècle ne laisse guère de doutes. Le libéralisme s’avère limité, marginalisé dans un océan d’Ancien Régime et dans une société davantage incitée par son inertie à soutenir le vieux monde qu’à le transformer ou à le changer pour un monde nouveau. Le libéralisme, comme réalité de pouvoir, restait limité à l’expérience des Cortes de Cadix19, à la mise en vigueur irrégulière de la Constitution de Cadix durant les mois allant du départ des armées françaises du sol espagnol jusqu’au retour de Ferdinand VII,20 et au Trienio constitutionnel (1820-1823). Jusqu’à ce que la décennie des années 1830 soit bien entamée, le reste fut un temps relativement homogène, dominé par l’esprit et par la politique de l’Ancien Régime. Dans cette perspective, la guerre d’Indépendance apparaît comme une expérience duale, l’une s’inscrivant dans une continuité réactionnaire, l’autre dans l’ouverture de nouvelles voies inspirées par le libéralisme qui sera marginalisé sans grande difficulté durant les années suivantes.

  • 21 Sur Joseph Bonaparte : J. Mercader i Riba, José Bonaparte, Rey de España ; M. Moreno Alonso, José B (...)

19Il est toutefois certain que les Espagnols de 1808 n’étaient pas non plus conscients de se soulever en faveur de ce que nous, historiens, appelons l’Ancien Régime. Ils s’étaient mobilisés pour défendre l’unique monde qu’ils connaissaient, c’est-à-dire celui de la monarchie absolue et de la religion catholique. Il ne s’agissait pas d’un mouvement révolutionnaire — tout au contraire il était de nature contre-révolutionnaire — car il cherchait à rétablir un ordre, perçu comme définitivement perdu quand la présence des armées et des autorités françaises s’étaient imposée dans tout le pays à travers l’arrivée d’ordres, de commissaires, de nouvelles nominations et à travers la substitution de la dynastie des Bourbons par un membre de la famille de l’empereur, Joseph Bonaparte, proclamé roi sous le nom de Joseph I21.

  • 22 Sur les origines du concept voir l’entrée Liberalismo dans J. F. Fuentes et J. Fernández Sebas tián (...)
  • 23 L’absence d’« une tribune publique pour les échanges d’opinions et l’éclaircissement de celles-ci » (...)

20La mobilisation populaire qui est à l’origine de la guerre d’Indépendance se produisit sur les seules bases authentiquement populaires sur lesquelles elle pouvait avoir lieu : celles de l’Ancien Régime. Rien de solide et profond n’existait ailleurs. Le libéralisme, ou ce qui finit par être désigné sous ce nom, était seulement un courant intellectuel qui s’était diffusé socialement dans certains secteurs des classes aisées22. Il lui aurait été très difficile de susciter aussi rapidement un mouvement populaire aussi large à ce stade embryonnaire de son existence comme réalité politique. On pourrait penser qu’il s’agissait d’un groupe numériquement peu nombreux, mais d’une grande influence sociale. Ce ne fut cependant pas le cas car l’espace politique existant sous l’Ancien Régime ne le permettait pas23. Le contrôle exercé par la monarchie sur le pouvoir politique, et surtout l’absence, en dehors d’un cercle très restreint, d’un espace public dans lequel les idées pouvaient circuler et capter une audience ont privé pendant longtemps le libéralisme de l’influence sociale qui lui aurait été nécessaire pour construire avec la rapidité nécessaire un large mouvement populaire capable de mobiliser face à la force des armées napoléoniennes.

21En l’absence de bases sociales propres et de mécanismes d’idéologisation de la volonté et de l’enthousiasme des classes populaires, le processus politique de ce printemps 1808 pouvait très difficilement s’articuler autour des idées libérales. Les juntes représentaient majoritairement les pouvoirs politiques et sociaux établis. Dans un premier temps, il n’y eut qu’une rénovation très limitée des personnalités qui assumaient des responsabilités :

  • 24 R. Hocquellet, Resistencia y revolución durante la Guerra de la Independencia, p. 169. Il s’agit de (...)

El fenómeno que puede señalarse con más seguridad — affirme Richard Hocquellet — es la participación en las juntas de una elite tradicional, apartada de los puestos de responsabilidad que dependían del rey. Encontramos en las juntas a los ‘ jefes naturales’de la población, a los antiguos señores24.

22Les idées qui apparurent dans les proclamations des premiers jours du soulèvement et qui visaient à inspirer l’enthousiasme des Espagnols afin qu’ils s’enrôlent dans les bataillons de volontaires ne brillaient guère par leur nouveauté et visaient encore moins la dissolution de l’ordre établi. La junte de Séville exprimait les causes du soulèvement en ces termes :

  • 25 Sevilla, 29 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 15.

Se le ha arrebatado el Rey que ha jurado y había recibido con una alegría de que no hay memoria. Se han pisado las leyes fundamentales de la monarquía, se amenazan los bienes, los usos, las mujeres y cuanto tiene precioso la nación. La religión santa, única esperanza nuestra, va a perecer, o a quedar reducida a una vana exterioridad, y esta sin apoyo y sin protección, y todo por una potencia extranjera25

III. — GUERRE CIVILE ET GUERRE EXTÉRIEURE

  • 26 Nous avons étudié ce phénomène dans : P. Rújula, « Los años de los Sitios ».
  • 27 P. Rújula, « Guerra civil y pueblo en armas en los orígenes de la Guerra de la Independencia ».

23De fait, la mobilisation contre les Français venait se surimposer à un conflit antérieur interne, à une lutte pour le pouvoir au sein de la monarchie entre les partisans de Charles IV et Godoy et ceux de Ferdinand, le Prince des Asturies26. Ce conflit entre deux cercles de la cour ne tarda pas à acquérir les caractéristiques d’une guerre civile, surtout à partir des émeutes d’Aranjuez, en mars 1808, dans lesquelles les partisans de Ferdinand, les fernandinos, prirent l’initiative et obtinrent l’avantage en sachant gagner l’opinion publique et la mobilisation populaire en leur faveur. Par conséquent, les fernandinos, constituèrent le premier secteur politique à utiliser avec succès la mobilisation populaire comme recours politique, démontrant ainsi une grande capacité et une grande efficacité mobilisatrice27.

  • 28 Le processus peut être suivi dans le cas aragonais dans : P. Rújula, « Los antecedentes del levanta (...)

24La rébellion contre les Français à la fin du mois de mai apparaît comme un deuxième temps de ce processus. Contrôlée pour l’essentiel par les partisans de Ferdinand, cette deuxième phase se développa simultanément comme élimination des autorités au pouvoir, qui pouvaient rester fidèles à Godoy, et comme mobilisation contre la présence des troupes françaises sur le territoire espagnol. La seconde opération justifiait la première. Elle était le terme d’une tâche entamée plus de deux mois plus tôt à Aranjuez, dans un nouveau contexte qui était celui de l’invasion française. Le soulèvement eut une double fonction : d’une part s’emparer en interne du pouvoir au détriment des derniers partisans de Godoy, d’autre part se rebeller contre les autorités françaises qui s’étaient installées à Madrid28.

  • 29 Córdoba, 28 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 14.

25La mobilisation sociale de 1808 apparaît donc comme une réaction, sans qu’il existe pour autant de projet alternatif, et encore moins de projet qui pourrait être qualifié de libéral. De fait, le projet était dans un premier temps réactionnaire par essence car il s’agissait de rétablir le roi qui était sur le trône quelques mois plus tôt, avec les mêmes attributions que celles qu’il possédait avant d’être dépossédé de la couronne. « La noble Séville s’est armée pour défendre notre roi et seigneur, don Fernando VII contre les Français », expliquait la junte de Cordoue pour mobiliser la population sous son autorité29. Au même moment, la municipalité du Puerto de Santa María s’adressait en ces termes à la population :

  • 30 Puerto de Santa María, 2 juin 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 60.

La feliz exaltación al trono de nuestro muy amado Soberano don Fernando VII había ya fijado la época de su restauración [de España], cuando un tirano ambicioso, embriagado con el placer de la conquista, lo arranca del seno de su capital a fuerza de perfidias, nos lo oculta, y lo retiene en su poder para humillarnos en una esclavitud vergonzosa. Españoles, vecinos, habitantes del Puerto de Santa María, corramos a libertarle. Saquemos de la dura opresión en que yace a un Rey desgraciado, cuyo interés es el nuestro, que solo admitió la corona para hacernos felices. Tomemos a nuestro cargo su causa, la de nuestra religión, la de nosotros mismos…30

  • 31 Quelques œuvres collectives donnent une dimension du phénomène, par exemple : F. Lebrun et R. Dupuy(...)
  • 32 J. Escoiquiz est un bon exemple des hommes de l’entourage du prince Ferdinand (Memoria), particuliè (...)

26Dans un tel contexte, la réaction en soi, sans projet alternatif, constituait un objectif s’apparentant au large chemin de la contre-révolution, exploré depuis un certain temps en Europe31. Capitalisé par les fernandinos, un groupe qui s’était caractérisé politiquement par une sympathie fort limitée à l’égard des Lumières et des postures réformistes de Godoy, ce mouvement acquit une grande cohérence32. La lutte contre un ennemi étranger, impie et régicide, incarnait une entreprise de régénération contre-révolutionnaire. Seuls le temps et l’expérience amenèrent à penser d’une manière différente, mais dans un premier temps, l’absence momentanée du roi devint une opportunité pour les secteurs fernandinos et des Anti-Lumières pour s’approprier le mouvement, sans rencontrer en cela de résistance.

  • 33 J. Alonso, Un veterano de la Guerra de la Independencia, p. 63.

27La diffusion du terme afrancesado, qui se chargea rapidement d’une connotation péjorative, contribua largement à ce processus d’appropriation du mouvement patriotique par les fernandinos. Affublés du qualificatif d’afrancesados, les partisans de Godoy et de Charles IV furent dépossédés de leur condition de patriotes, expulsés de la communauté nationale comme traîtres et assimilés aux envahisseurs. Ainsi, durant ces premiers temps du conflit, il était très difficile de séparer la défense de Ferdinand VII de ce qu’il représentait comme monarque absolu, sans courir le risque d’être suspecté d’ afrancesamiento, d’être un laquais de Godoy ou, ce qui était considéré comme équivalent, d’être de connivence avec l’occupant. L’unanimité autour du monarque qui venait d’accéder au trône et d’en être rapidement dépossédé par les armées étrangères, représentait ainsi la seule voix audible durant les premiers moments de la rébellion. « Le portrait de Ferdinand VII figurait sur les autels au côté du saint sacrement…, et était à peine moins adoré que Dieu lui-même » se souvenait un des nombreux hommes qui avait alors pris les armes pour défendre le roi33.

IV. — ARMER LE PEUPLE

  • 34 Voir les interventions de Napoléon comme de Charles IV en ce sens, dans lesquelles ils reprochaient (...)

28On connaît la fortune de l’idée de retour à un ordre perdu et de restauration d’une harmonie primitive dans les rangs contre-révolutionnaires. Néanmoins, la réalité se heurte systématiquement au mythe en rendant impossible le retour à un passé perdu qui reste ainsi confiné dans le domaine des idées et des sentiments, tout en conservant, au-delà de toute potentialité réelle, une capacité mobilisatrice énorme. Ainsi, ce furent les partisans d’un ordre perdu qui, paradoxalement, posèrent les bases du changement. Les contemporains prirent conscience que trop de nouveautés apparaissaient sous le prétexte de revenir à une situation dont on n’aurait pas dû sortir34. En effet, la contre-révolution devait moderniser sa propre stratégie pour atteindre ses objectifs, s’éloignant ainsi définitivement de l’ordre des choses qu’elle voulait restaurer. Dans ce contexte, une des voies de la modernisation empruntée avec succès durant les premiers moments de l’occupation française fut l’incorporation des classes populaires dans la défense de l’ordre ancien. Les mécanismes d’enrôlement prévus par les lois de la monarchie furent dépassés par la situation, et la mobilisation populaire ne se fit pas en vertu des vieux compromis entre la société et le monarque, mais comme la conséquence d’une nouvelle implication du soldat, qu’il fût volontaire ou enrôlé par les juntes, en faveur de la cause qu’il défendait. Il s’agit, au moins en principe, de la situation telle qu’elle était décrite dans la rhétorique du moment, ce qui laisse penser qu’elle était perçue comme telle par les combattants et qu’elle justifiait une partie de leurs comportements. Les autorités d’un nouveau type qui s’étaient constituées dans la défense de Ferdinand VII étaient très réticentes à l’idée de confier leurs idéaux et leurs intérêts à une populace armée, mais elles n’avaient en même temps pas d’autres solutions face à l’effondrement des mécanismes ordinaires (absence du roi, méfiance à l’égard des autorités, insignifiance de l’armée régulière…) qui auraient dû servir pour faire face à la situation. En définitive, des gens communs furent enrôlés ou appelés à servir pour défendre les fondements de l’ordre ancien.

Vosotros peleáis por la justa causa, defendéis vuestra religión y vuestra patria y la de vuestro rey ; seréis invencibles y triunfareis siempre de un enemigo que funda todo su derecho en la seducción, en la mentira y en el engaño. El Cielo protege nuestras operaciones visiblemente.

  • 35 Proclamation aux habitants de Saragosse. Zaragoza 1er juillet 1808, dans H. Lafoz (éd.), Manifiesto (...)

29Ces paroles de José de Palafox, nommé à l’occasion capitaine général d’Aragon, sont le reflet des deux éléments que je viens de signaler35. D’un côté le caractère de lutte pour ses propres intérêts qui, dans le texte de la proclamation correspondent aussi aux intérêts du roi. De l’autre, la défense des piliers de l’Ancien Régime comme guides de cette lutte : la religion, la patrie et le roi, abrités sous le manteau de la providence.

30Dans des circonstances exceptionnelles — avec une armée étrangère qui occupe les places stratégiques, la dynastie des Bourbons détrônée et un réseau de juntes s’affirmant comme souveraines et désobéissant aux ordres des Français — de nombreux Espagnols furent appelés à prendre les armes. Que les Espagnols fassent leur une guerre entre deux monarques avait quelque chose de nouveau, même s’il s’agissait de défendre la couronne d’un roi absolu. À travers cette implication s’ouvrait ainsi un espace pour l’action, pour la participation aux événements de ces jours-là, pour la prise de position face à un conflit qui dépassait de loin la dimension locale et personnelle et qui situait les combattants sur la voie de la compréhension de la nature de l’affrontement qui était en train de changer leurs vies. Paradoxalement, la guerre fournit à de nombreux Espagnols, l’expérience politique la plus forte de toute leur vie.

  • 36 J. -R. Aymes (éd.), España y la Revolución francesa ; Id., La guerra de España contra la Revolución (...)

31Dans de nombreux endroits du pays, les armes donnèrent à la population un rôle de nature politique durant cet étrange printemps 1808. Pourtant, les armes n’apparaissaient pas pour la première fois dans la vie de ces gens-là. La présence d’hommes d’armes était fréquente tout au long du XVIIIe siècle, sous la forme de voleurs de grands chemins, de brigands ou de contrebandiers, mais aussi au travers des divers mécanismes mis en place pour la défense du territoire, comme les milices provinciales ou les somatenes en Catalogne. Une décennie et demie plus tôt avait eu lieu la guerre contre la Convention36. Cette guerre avait mis directement les Espagnols en contact avec le phénomène européen de la révolution dont on avait jusqu’alors tenté de les éloigner. La justification du conflit était très claire : une guerre contre la France républicaine qui avait non seulement fait une révolution, mais avait aussi renversé la monarchie sœur des Bourbons et se proposait d’en finir avec la vie du roi. La guerre était une réponse à ce qui était perçu comme une menace certaine et une vaccination à l’égard d’un risque d’expansion révolutionnaire. Le conseil d’État du 24 août 1792 affirmait :

  • 37 A. Muriel, Historia de Carlos IV, p. 114.

¿Estamos ya en el caso de tomar un partido contra la Revolución francesa para reponer a aquel soberano en los justos derechos de su soberanía y libertar a su real familia de las vejaciones que está sufriendo37 ?

32Cette guerre était comprise comme une offensive contre-révolutionnaire — l’objectif étant « de harceler la nation française afin de la réduire à la raison » — destinée à défendre les intérêts des monarchies européennes.

  • 38 J. S. Pérez Garzón, « Ejercito nacional y milicia nacional », pp. 181-182.
  • 39 C. Borreguero Beltrán, El reclutamiento militar por quintas en la España del siglo XVIII, pp. 56-57

33La charge politique de la guerre de la Convention est évidente, même si son impact sur la population sur l’ensemble du territoire fut limité. En effet, le conflit affecta seulement une part réduite du territoire espagnol proche de la frontière avec la France. Par ailleurs, les structures du pouvoir de la monarchie restèrent toujours debout, y compris dans la défaite, et ces structures avaient leurs propres logiques, orientées vers la défense des intérêts de la Couronne et non pas vers l’ouverture d’un espace à l’initiative populaire38. Finalement, il n’y eut pas lieu à mobilisation sociale dans la mesure où les combattants furent enrôlés suivant les mécanismes établis, c’est-à-dire par l’intégration de volontaires, réalisé par des recruteurs professionnels qui enrôlaient les soldats pour une période de quatre à cinq ans, par des levées forcées qui affectaient les vagabonds et les mendiants, et par le système des quintas qui désignait au tirage au sort les jeunes hommes en âge de prendre les armes39.

34Malgré tout ceci, la monarchie utilisa dans le conflit contre la Convention une justification politique de la guerre en termes contre-révolutionnaires, justification qui dépassait largement le simple argument défensif et qui avait une certaine valeur anticipatrice à l’égard des conflits à venir. Godoy avait justifié l’entrée en guerre en disant :

  • 40 M. Godoy, Memorias, éd. E. La Parra et E. Larriba, p. 255.

Entre nosotros todo es real, nada facticio ni mandado ; todo trae su raíz de pasiones sublimes, tan antiguas como este suelo de la virtud, donde crían y florecen de sí mismas. Tales son la lealtad a nuestros reyes, el fervor religioso y el amor de la patria. ¿Quien podrá apagar estas tres llamas en la España40 ?

35Les flammes auxquelles faisait référence Godoy étaient par conséquent le roi, la religion et la patrie qui, considérés comme des éléments naturels dans la population espagnole, ne tardèrent pas à constituer l’épine dorsale du discours mobilisateur diffusé par la monarchie espagnole. En s’appuyant sur celui-ci, elle tenta d’engendrer un climat d’enthousiasme patriotique qui devait avoir un rôle d’aliment moral du combat. La guerre se développa ainsi à l’intérieur de marges contrôlées par la monarchie. Dans un premier temps, ceci favorisa la position de cette dernière car les combats lui étaient favorables. Plus tard, quand le sort des combats devint défavorable, quand il y eut des défaites et des territoires perdus, la monarchie sut faire les pas nécessaires pour mettre fin aux hostilités et empêcher l’érosion des positions espagnoles. Dans toutes les situations, la structure institutionnelle et de pouvoir de la monarchie resta debout.

V. — LE RECOURS À LA MOBILISATION POPULAIRE

  • 41 Sur les aspects militaires de la guerre d’Indépendance en Espagne : C. Esdaile, La Guerra de la ind (...)

36Les formulations idéologiques qui ont émergé pendant la guerre de 1793-1795 contre la République française furent nombreuses à être reprises durant la guerre d’Indépendance, mais les conditions dans lesquelles elles réapparurent à ce moment-là se combinèrent pour produire des effets différents41. Il s’agit en premier lieu d’un conflit qui affecta l’ensemble du territoire. Les effets du conflit eurent donc une répercussion globale, en particulier par la nécessité de comprendre le sens d’une guerre qui sévissait partout et que l’on ne pouvait ignorer. En deuxième lieu, l’effondrement de la structure du pouvoir monarchique ouvrit un espace, qui n’existait pas jusqu’alors, à la participation populaire. En effet, les juntes avaient besoin de la reconnaissance de la communauté qu’elles étaient censées représenter. En dernier lieu, la mobilisation populaire des derniers jours de mai 1808 devint la clé de la résistance. Ainsi, sans cette entrée en lutte des gens du peuple, il aurait été très difficile d’opposer une quelconque résistance aux troupes impériales. Finalement, et c’est ce que nous souhaiterions souligner, la guerre d’Indépendance joua un rôle de légitimation politique de l’usage des armes, car la réalité faisait qu’elles représentaient le seul argument à opposer aux armées napoléoniennes.

37La mobilisation populaire acquit ainsi une dimension politique insoupçonnée à partir du moment même du soulèvement, devenant ainsi l’horizon de toutes les stratégies de résistance. La vieille structure défensive de la monarchie absolue avait été dépassée par la situation. On ne pouvait compter sur l’armée, pas assez nombreuse, mal armée et encore plus mal équipée, ses meilleures unités étant dispersées. En effet, ces dernières se trouvaient dans des lieux très éloignés de ceux où elles auraient été nécessaires et ne pouvaient utiliser la machine administrative de la monarchie pour transmettre des ordres directs car la Junte Suprême de gouvernement se trouvait à Madrid, sous la pression de la présence militaire française. Par conséquent, les autorités provinciales et locales n’étaient pas en situation d’agir de manière coordonnée avec les autorités centrales pour résister aux initiatives françaises. Les réseaux sociaux d’Ancien Régime s’y sont substitués à plusieurs niveaux : celui de l’aristocratie, des oligarchies locales et des habitants des paroisses. Toutefois, au-dessus de tout ceci et omniprésente dans la société de ce temps-là se trouvait l’Église, qui constituait une sorte de structure parallèle à celle de l’État et qui pouvait continuer à fonctionner, malgré la décapitation du pouvoir politique central.

  • 42 J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, pp. 375-377.

38La situation était très compromise en mai 1808 et il fallut mettre sur pied, en à peine quelques jours, un large mouvement de résistance aux armées françaises et aux prétentions des autorités impériales. Pour ceux qui étaient à la tête du mouvement, il était nécessaire de définir un discours d’urgence qui rendrait possible la compréhension de ce que vivait le pays de manière simple et favorable, c’est-à-dire élaborer un message servant de base idéologique à la mobilisation populaire. Il ne fallait pas perdre de temps. Il aurait été impossible dans de telles circonstances marquées par l’urgence de construire un nouveau discours et de le rendre efficace pour la mission mobilisatrice à laquelle il était destiné. La réthorique politique de cette période ne put qu’être édifiée sur des bases connues, c’est-à-dire sur les grands principes de l’Ancien Régime. On utilisa à cet effet des discours déjà élaborés et éprouvés, tant parmi ceux construits une décennie et demie plus tôt dans la guerre contre la Convention, que parmi le discours des Anti-Lumières qui, après la prise de la Bastille, avait été formulé en termes contre-révolutionnaires et s’était largement diffusé42. Dans ces conditions, l’ennemi ne tarda pas à être identifié clairement sous les traits les plus utiles à ceux qui avaient élaboré ce discours : d’un côté la condition d’étranger qui facilitait la définition de l’ennemi comme quelqu’un de différent tout en stimulant le sentiment national, de l’autre les enfants de la Révolution française, entendus comme les principaux ennemis des trônes et de la religion, incarnés par les armées napoléoniennes.

39L’objectif de ce discours n’était pas seulement d’encourager la mobilisation populaire, mais aussi de justifier politiquement le soulèvement en l’auréolant d’une cause juste.

  • 43 Palma de Mallorca, 30 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, t. I, p. 117.

Tiemblen pues las viles legiones del César raptor, y sepa éste con espanto que los vasallos de Fernando han resuelto desmenuzar en sus manos el cetro de la fortuna. Sin embargo conviene ¡oh Mallorquines ! Conciliar vuestra confianza con la religión y las virtudes. A solo Dios pertenece adjudicar la corona a los defensores de una causa justa43.

40Par conséquent, la réaction s’appuyait sur l’ancien en allant y chercher les fondements de son discours, tout en en faisant dans le même temps un usage nouveau, poussé par la nécessité du combat contre les armées étrangères. Des individus qui étaient jusqu’alors maintenus en marge de la participation politique et qui auraient été hors la loi s’ils avaient pris des armes se trouvaient investis du rôle que leur assignait le nouveau discours. Ainsi, une proclamation publiée à Orense affirmait :

  • 44 « Proclama de la Ciudad de Orense a la restauración de la Patria », dans Demostración de la lealtad (...)

Llegó por fin, amados Paisanos míos el apetecido día, en que armada vuestra juventud gallega, y toda la España en masa se apresura voluntaria con el ardor más fogoso a vengar los execrables excesos cometidos por el tirano de la Patria contra vuestra Religión, vuestro Rey, vuestras personas y vidas44.

41Le peuple était appelé à s’impliquer dans le conflit et à acquérir une conscience politique de l’affrontement par les secteurs qui représentaient les instances dominantes sous l’Ancien Régime. Les armes devenaient le vecteur par lequel cette participation devait se concrétiser.

  • 45 Demostración de la lealtad española, p. 113.

Ea, pues, Jóvenes esforzados, Soldados todos de la Patria, confiad en el Dios de los Ejércitos, confiad en la Virgen del Pilar, confiad en vuestro Patrono y vecino Santiago. Alistados ya en sus Banderas, formad vuestros Batallones, observad la más severa disciplina, tened una sola voluntad, trataos como hermanos, y seréis los Restauradores de la España, las delicias de vuestra Patria, y la gloria de las generaciones futuras45.

42Dans cette situation d’urgence, les intérêts immédiats prenaient le pas sur les intérêts plus profonds et de plus large portée. En rompant avec les craintes que les secteurs dominants avaient traditionnellement à l’égard de la participation et de l’armement du peuple, la guerre d’Indépendance suscita un discours qui légitimait l’usage des armes par le peuple, et ouvrait ainsi clairement un espace à la participation politique.

  • 46 Reproduit dans H. Lafoz, El Aragón resistente, pp. 295-299.

43La guerre d’Indépendance fut un conflit long, six années interminables pour ceux qui prirent les armes volontairement, pour ceux qui furent enrôlés de force tout au long du conflit, mais aussi pour tous ceux qui devaient simplement vivre dans les villes et les villages les conséquences d’opérations militaires très mobiles, les réquisitions de vivres des uns et des autres, les contributions extraordinaires demandées aux principaux propriétaires de chaque localité, les exactions et les violences liées à une époque de grande insécurité où l’autorité était fragile. Dans ces conditions, prendre les armes changea de sens en Espagne. Ceux qui les prenaient de leur propre initiative cessèrent d’être proscrits pour incarner ce qu’il y avait de mieux dans la nation et devinrent les meilleurs défenseurs de la société alors qu’ils étaient auparavant expulsés aux frontières de celle-ci. Il suffisait ainsi d’utiliser la force contre l’ennemi pour légitimer l’action armée. Le règlement de partidas y cuadrillas publié en décembre 1808 montre qu’il suffisait qu’un brigand dirige son action contre les Français pour se transformer en un « sujeto distinguido46 ».

VI. — LA LÉGITIMATION POLITIQUE DE L’USAGE DES ARMES

44La guerre d’Indépendance modifia les circonstances et le contexte qui donnait sens aux actes. Prendre les armes cessa d’être un délit pour être considéré comme un acte de patriotisme. Ainsi, l’acte qui identifiait auparavant les délinquants, les bandits et les contrebandiers était doté désormais sans équivoque d’un contenu politique. La légitimité de la cause — Dieu, le roi et la religion — modifiait la nature de ce geste de violence coercitive.

45Dès les premiers instants du processus insurrectionnel, les discours s’efforcèrent de procéder à une large mobilisation, sinon en compétences, du moins en quantité, pour s’opposer aux armées françaises. Ceci ne pouvait être fourni ni par l’aristocratie ni par le clergé, mais seulement pas les classes populaires. C’est ainsi qu’une part importante de la société espagnole fut appelée à s’unir aux forces patriotiques et à combattre dans des circonstances qui firent de la guerre une profonde expérience politique. Les armes et la politique devinrent alors intimement liées pour les Espagnols durant la guerre d’Indépendance. La politique s’exprimait à travers les armes, et l’usage des armes était légitimé par la politique.

46L’implication des classes populaires dans la guerre signifie que l’apprentissage de la politique par ces dernières fut mené dans une conjoncture guerrière, acquérant alors non seulement le contenu général du discours et des principes qui le soutenaient — le plus souvent à partir des simples réalités connues de l’Ancien Régime —, mais aussi la manière de défendre ce discours dans un contexte armé. Les combattants découvrirent tout au long du conflit la signification politique de l’usage des armes, soit dans le combat contre les ennemis, soit comme source d’autorité dans leur propre camp à l’heure d’obtenir des approvisionnements ou de bons logements. Ils apprirent qu’il existait des moments pendant lesquels il était légitime de prendre les armes pour des raisons politiques, surtout quand des valeurs essentielles — le roi, Dieu, la patrie — étaient en danger, et que les interprètes de telles situations n’étaient pas nécessairement les autorités constituées. Par conséquent, l’action pouvait être menée contre ces dernières sans cesser d’être légitime. En définitive, la guerre d’Indépendance représenta souvent pour des gens communs une immersion brutale dans la politique en des termes contre-révolutionnaires. À leurs yeux, guerre et politique n’étaient pas deux réalités différentes. Elles avaient surgi ensemble dans leur vie et continueront à aller de pair durant les décennies suivantes.

  • 47 F. Galli, Memorias sobre la guerra de Cataluña, p. 22.
  • 48 Nous avons soulevé la question de la continuité jusqu’à la guerre carliste dans : P. Rújula, « La g (...)

47Les Espagnols de cette époque, qu’ils soient ou non combattants, forgèrent ainsi leur éducation politique dans la guerre. Ici se trouvent les racines du militarisme tant de fois évoqué dans les rangs du libéralisme durant presque tout le XIXe siècle. Ce qui est moins souvent dit et qui doit être souligné est que la base de cette mobilisation armée se réalisa initialement sur les principes et les idées de l’Ancien Régime, réélaborés en termes contre-révolutionnaires et que certains, malgré le temps et l’expérience, ne modifièrent pas les bases initiales de la mobilisation à la lueur des discussions de Cadix et du texte de la Constitution. Ces hommes continuèrent à comprendre la légitimité de prendre les armes comme une défense du roi et de la religion, privilégiant ainsi toute une forme particulière de concevoir le monde. Ils réagiront alors sous le Trienio Liberal comme le Trapense dont on disait : « al primer tiro de la guerra civil, no pudo menos de recordar el fraile las costumbres del guerrero » et qui repris alors le combat pour le roi et contre la révolution47. Son apprentissage durant la guerre d’Indépendance ne s’interrompit pas avec la fin des combats contre les troupes de Napoléon, mais reprit à l’occasion des conflits contre-révolutionnaires des décennies suivantes, d’abord dans l’insurrection royaliste du Trienio Liberal, puis dans la première guerre carliste48.

48On a généralement été tenté de penser que seuls les mouvements qui se réclamaient ou qui amenaient au libéralisme concevaient la politique comme participation. Pourtant, au travers de la guerre, la contre-révolution développa elle aussi une manière de faire de la politique. Bien sûr, elle n’assumait pas les normes de la politique libérale, mais elle participa à l’acquisition et à la diffusion d’une autre idéologie politique. Tout ceci était véhiculé par les armes et fut rendu possible par la situation exceptionnelle de guerre qui existait durant la guerre d’Indépendance. Cet apprentissage politique contradictoire (un pouvoir populaire dans un système qui ne reconnaissait pas un tel pouvoir), réalisé dans une situation exceptionnelle (l’effondrement de l’autorité absolutiste), ne conduit pas toujours, ni même nécessairement les combattants vers le libéralisme. Une part importante d’entre eux s’engagea dans la défense de l’ancienne société sans parvenir à réaliser qu’ils appartenaient désormais à un monde marqué par les changements inspirés par la révolution. La guerre fut le premier contact direct qu’ils eurent avec la politique de leur temps, et les valeurs qui les ont conduits à recourir à la décision extrême de prendre les armes et de risquer leur vie sont fondamentalement contre-révolutionnaires. Je crois qu’il faut renoncer définitivement à croire que l’unique politique vécue par les Espagnols au XIXe siècle était celle qui empruntait les voies de la révolution. La guerre ouvrit un espace politique qui fut largement utilisé en termes de défense par ceux qui prirent les armes. C’est ainsi que se formèrent leur vision du pouvoir, leurs principes idéologiques et toute une conception de leur rôle actif dans la politique en faveur de la défense des pouvoirs et des valeurs de toujours. L’intensité de l’expérience et la profondeur culturelle dans laquelle s’enracinait la vision politique de ces hommes permettent de comprendre comment ils purent être mobilisés à nouveau dans les combats contre-révolutionnaires des décennies suivantes.

Notes

1 Conde de Toreno, Historia del levantamiento, guerra y revolución de España, t. I, pp. 76, 116, 99 et 150. Sur cette œuvre, voir l’étude préliminaire réalisée par R. Hocquellet dans la récente édition publiée par les éditions Urgoiti : « Relato, representación e Historia ». Sur le comte de Toreno : J. Varela Suánzes, El conde de Toreno. Une autre question est de définir ce que le comte de Toreno entendait par « peuple ».

2 Sur le temps des anciens et des modernes : K. Pomian, L’ordre du temps, pp. 53-54. Des modèles de vision de la manière dont était conçue cette harmonie sociale liée au passé peuvent par exemple se trouver dans les Mémoires de Madame la marquise de Larochejaquelein, p. 44 (p. 88 de l’édition en espagnol : Memorias de la Marquesa de La Rochejaquelein) ou dans : C. F. Henningsen, Campaña de doce meses en Navarra, pp. 12-13 (éd. originale : The Most Striking Events of a Twelvemonth’s Campaign with Zumalacarregui, in Navarre and the Basque Provinces, Philadelphie, E. L. Carey & A. Hart, 1836, p. 15).

3 J. Muñoz Maldonado, Historia política y militar de la guerra de la Independencia de España, t. I, p. 149.

4 M. Lafuente, Historia General de España, p. 128. La première édition date de 1850.

5 E. Chao, Historia General de España, p. 154.

6 J. Ruiz de Morales, Historia de la Milicia Nacional, p. 377.

7 F. Pi y Margall et F. Pi y Arsuaga, Historia de España en el siglo XIX, t. I, p. 360.

8 I. Peiró Martín, La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones, p. 50.

9 El Noticiero, 22 février 1959. La citation est tirée de : G. Alares, « El padre Basilio Boggiero, hoguera del patriotismo », p. iii.

10 I. Peiró Martín, « Días de Ayer ».

11 Les fondements réactionnaires du mouvement ont été étudiés par : C. Corona, Revolución y reacción en el reinado de Carlos IV. La principale étape dans cette réinterprétation antilibérale de l’histoire espagnole dans : F. Suárez Verdeguer, La crisis política del Antiguo Régimen en España, p. 20.

12 Par exemple : A. Rumeu de Armas, Historia de España contemporánea, pp. 20 et 21.

13 M. Artola, Los orígenes de la España contemporánea, t. I, p. 117

14 Parmi les exemples les plus marquants de cette production : M. Artola, Antiguo Régimen y revolución liberal ; J. Fontana, La crisis del Antiguo Régimen.

15 Une exception notable à ce courant : J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español.

16 Ce positionnement téléologique se trouvait déjà dans le livre pionnier, Los afrancesados, de M. Artola, dont la première édition date de 1953 (Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones). Il existe une édition récente dans laquelle on peut suivre cette idée, pp. 42-43.

17 Il faut signaler l’importance de travaux récents dans l’étude de la contre-révolution : R. Arna bat, La revolució de 1820 i el Trienni Liberal a Catalunya ; J. -Ph. Luis, L’utopie réactionnaire ; J. Canal, El carlismo ; P. Anguera, Deu, Rei i Fam ; P. Rújula, Contrarrevolución. Realismo y carlismo en Aragón y el Maestrazgo.

18 M. J. Quintana, Cartas a Lord Holland, pp. vi-vii.

19 Voir l’étude récente : J. S. Pérez Garzón, Las Cortes de Cádiz, pp. 203-245.

20 Cela apparaît par exemple pour le cas aragonais : F. J. Maestrojuan, Ciudad de vasallos ; C. Franco, « Zaragoza : de Suchet a Mina », pp. lxxxi-cxi.

21 Sur Joseph Bonaparte : J. Mercader i Riba, José Bonaparte, Rey de España ; M. Moreno Alonso, José Bonaparte.

22 Sur les origines du concept voir l’entrée Liberalismo dans J. F. Fuentes et J. Fernández Sebas tián, Diccionario político y social del siglo XIX español, pp. 414-416. J. F. Fuentes affirme ailleurs : « Cabe, pues, una conclusión salomónica a propósito de esta voz fundamental : el adjetivo liberal, con su moderno significado ideológico, procede de Francia, mientras que el sustantivo correspondiente se forja en el Cádiz de las Cortes hacia 1811, y designaría a aquellos oradores reformistas que legitimaban el cambio histórico, apelando continuamente, como Agustín Argüelles, a las ideas o los principios liberales » (« Aproximación al vocabulario socio-político », p. 54).

23 L’absence d’« une tribune publique pour les échanges d’opinions et l’éclaircissement de celles-ci » a été signalé par H. Juretschke dans une critique adréssées à l’historien britannique Robert Southey dans : Los afrancesados en la Guerra de la Independencia, pp. 12-13.

24 R. Hocquellet, Resistencia y revolución durante la Guerra de la Independencia, p. 169. Il s’agit de la version espagnole de la thèse de Richard Hocquellet publiée en 2001.

25 Sevilla, 29 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 15.

26 Nous avons étudié ce phénomène dans : P. Rújula, « Los años de los Sitios ».

27 P. Rújula, « Guerra civil y pueblo en armas en los orígenes de la Guerra de la Independencia ».

28 Le processus peut être suivi dans le cas aragonais dans : P. Rújula, « Los antecedentes del levantamiento zaragozano de 1808 ».

29 Córdoba, 28 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 14.

30 Puerto de Santa María, 2 juin 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, p. 60.

31 Quelques œuvres collectives donnent une dimension du phénomène, par exemple : F. Lebrun et R. Dupuy (dir.), Résistances à la Révolution ; J.-C. Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe.

32 J. Escoiquiz est un bon exemple des hommes de l’entourage du prince Ferdinand (Memoria), particulièrement chapitres iii a viii.

33 J. Alonso, Un veterano de la Guerra de la Independencia, p. 63.

34 Voir les interventions de Napoléon comme de Charles IV en ce sens, dans lesquelles ils reprochaient à Ferdinand d’avoir eu recours au peuple dans les affaires politiques. Nous avons développé cette idée dans : P. Rújula, « Guerra civil y pueblo en armas en los orígenes de la Guerra de la Independencia », p. 43.

35 Proclamation aux habitants de Saragosse. Zaragoza 1er juillet 1808, dans H. Lafoz (éd.), Manifiestos y bandos de la Guerra de la Independencia en Aragón. I, p. 58.

36 J. -R. Aymes (éd.), España y la Revolución francesa ; Id., La guerra de España contra la Revolución francesa ; L. Roura i Aulinas, Guerra Gran a la Ratlla de França.

37 A. Muriel, Historia de Carlos IV, p. 114.

38 J. S. Pérez Garzón, « Ejercito nacional y milicia nacional », pp. 181-182.

39 C. Borreguero Beltrán, El reclutamiento militar por quintas en la España del siglo XVIII, pp. 56-57.

40 M. Godoy, Memorias, éd. E. La Parra et E. Larriba, p. 255.

41 Sur les aspects militaires de la guerre d’Indépendance en Espagne : C. Esdaile, La Guerra de la independencia, una nueva historia ; R. Fraser, La maldita guerra de España ; E. de Diego, España, el infierno de Napoleón ; J. G. Cayuela et J. Á. Gallego, La Guerra de la Independencia. Dans une perspective davantage politico-sociale : A. Moliner Prada (éd.), La Guerra de la Independencia ; R. Hocquellet, Resistencia y revolución durante la Guerra de la Independencia ; J. -R. Aymes, La Guerra de la Independencia : héroes, villanos y víctimas. Dans une perspective culturelle : R. García Cárcel, El sueño de la nación indomable ; J. Álvarez Barrientos (éd.), La Guerra de la Independencia en la cultura española.

42 J. Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, pp. 375-377.

43 Palma de Mallorca, 30 mai 1808. Tiré de : Demostración de la lealtad española, t. I, p. 117.

44 « Proclama de la Ciudad de Orense a la restauración de la Patria », dans Demostración de la lealtad española, p. 107.

45 Demostración de la lealtad española, p. 113.

46 Reproduit dans H. Lafoz, El Aragón resistente, pp. 295-299.

47 F. Galli, Memorias sobre la guerra de Cataluña, p. 22.

48 Nous avons soulevé la question de la continuité jusqu’à la guerre carliste dans : P. Rújula, « La guerra como aprendizaje político ».

Auteur

Universidad de Zaragoza

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540