Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

Conclusion

L’écrit médiéval entre informatif et performatif

Quelques propositions de synthèse

Stéphane Boissellier

Texte intégral

1Sur un sujet tel que celui qui nous a rassemblés, il est particulièrement difficile de conclure, si l’on entend par là proposer des résultats cohérents et des directions bien tracées. En effet, notre recherche se niche au cœur des discours, parfois dans de discrètes formulations, ou dans des détournements fonctionnels subtils, jamais explicités. Si l’écriture diplomatique se caractérise par une recherche de la rigueur et de l’uniformité, chaque centre a ses propres traditions, et chaque scribe peut faire preuve d’initiative et d’inventivité dans le détail du discours ; on voit bien, avec le formulaire présenté par María Josefa Sanz Fuentes et avec la composition des mandements d’Alphonse VII (Miguel Calleja-Puerta), que l’on a affaire à un véritable bricolage rhétorique, au cas par cas, et propre à chaque chancellerie. De plus, l’art d’écrire (ars dictandi) des auteurs, même quand il s’agit de rédiger les textes les plus conventionnels, peut être affecté par les considérations ou au moins par les modèles fournis par les savants : le traité du Fr. Juan Gil de Zamora, le Dictaminis Epithalamium, étudié par Benoît Grévin, s’inspire fortement de l’homilétique, mais il a pu pourtant avoir une valeur référentielle chez les scribes castillans dans la mesure où il constitue en même temps un véritable formulaire. Enfin, les rédacteurs des écrits que nous étudions n’ont pas forcément reçu, avant le xiiie siècle, un enseignement juridique uniformisé — et même pas forcément de droit du tout ! De ce fait, même en se restreignant à la péninsule Ibérique, il n’est pas sûr que les études rassemblées ici soient représentatives de toutes les pratiques culturelles, et il n’est donc pas aisé de cerner de véritables tendances, au-delà de quelques grands phénomènes que les auteurs de ce volume ont unanimement identifiés (influence de la chancellerie pontificale, importance de l’adresse et du salut dans l’hybridation, entre autres).

2Commençons par examiner les cadres de la recherche et l’organisation de ses résultats. Les aléas de la publication ont fait que la partie occidentale de la péninsule Ibérique est sur-représentée, dans un rapport inversement proportionnel à la masse des documents conservés. L’étude des fonds catalans se réduit à une seule contribution (celle de Jesús Alturo i Perucho). À ce titre, la France, qui ne devait être qu’un point de comparaison, est mieux représentée, avec les études de Laurent Morelle et Emmanuelle Portugal. Mais passons sur cette pesée géographique quelque peu anachronique : l’idiotisme qui caractérise les centres d’écriture médiévaux fait des royaumes un cadre de toute façon peu pertinent, malgré la thèse diffusionniste qui voudrait que les modes se propagent depuis quelques centres majeurs, surtout quand il s’agit de pratiques d’écritures liées au pouvoir…

3Un mot également sur l’origine des textes étudiés. Les auteurs ont accordé beaucoup d’attention aux écrits des détenteurs du pouvoir ou conservés par ceux-ci (six études sur onze, en comptant celle d’Amaia Arizaleta). Cela n’est pas sans conséquence sur les objets de la recherche, car c’est dans les chancelleries royales — mais aussi épiscopales — que se ressent le plus, à partir du xiie siècle, le souci littéraire (concrètement le désir d’imiter l’art d’écrire mis au point à la cour pontificale, le stylus curie papalis) : si l’on étudie les textes produits par de plus modestes chancelleries, scriptoria de petits prieurés ou simples notaires instrumentant pour des clients particuliers, la recherche littéraire tournera court. Dans le milieu curial, l’art d’écrire étant une affaire de prestige politico-culturel, même pour des documents utilitaires, on recherche les modèles les plus prestigieux, circulant à l’échelle internationale (donc en langue latine), et on peut ainsi, comme le fait Benoît Grévin, suivre l’influence des scribes siciliens à la cour d’Alphonse X de Castille et remonter depuis les diplômes jusqu’aux grands prosateurs, en passant par les traités et les formulaires — même pour une Castille culturellement périphérique et qui a adopté précocement la langue vulgaire aux dépens du latin…

4Mais cette focalisation sur les écritures curiales n’était pas inévitable ; outre que, dans les faits, Laurent Morelle et Hélène Sirantoine ont pris pour base une documentation ecclésiastique et Élodie Papin un corpus « nobiliaire », il existe maintenant pour la péninsule Ibérique, et notamment pour le Portugal, une série d’excellentes études des pratiques d’écriture des grands monastères et des évêchés, qui permettent de ne plus se tourner uniquement vers les chancelleries royales — surtout pour les hautes époques, quand les scriptoria des établissements religieux sont mieux organisés que les services d’écriture des rois eux-mêmes.

5À côté de ce pain quotidien des diplomatistes que sont les chartriers, les cartulaires et les collections diplomatiques, Benoît Grévin a pris pour objet des traités d’ars dictaminis, et María Josefa Sanz Fuentes un formulaire — ces deux objets, parfois confondus, constituant les compléments indispensables des chartes. Amaia Arizaleta, pour sa part, a exploré des sources « plutôt narratives », qui peuvent constituer de véritables recueils de lettres à caractère officiel, parce que ces lettres portent sur les questions politiques qui focalisent les chroniqueurs.

6Ce sont tout de même les écrits contenus dans les chartriers qui se taillent la part du lion. D’un point de vue méthodologique, deux approches de ces documents sont représentées, inégalement : le repérage dans un fond relativement vaste (principalement les écrits utilisés dans l’entourage des monarques, surtout quand l’existence d’une chancellerie donne une véritable cohérence au fond), qui permet une quantification, et l’étude, plus « littéraire », de quelques pièces choisies dans un fond restreint et généralement édité (Maria Helena da Cruz Coelho, Laurent Morelle, Élodie Papin). Bien sûr, les deux approches ne sont pas exclusives : étant donné que l’on recherchait le « type » d’acte hybride, a priori assez rare, de la lettre diplomatique, le dépouillement d’une masse importante d’écrits conduisait de toute manière à sélectionner un petit lot, qui était voué à une étude assez fine du discours (cas particulièrement net des contributions de María Josefa Sanz Fuentes, Miguel Calleja-Puerta, Jesús Alturo i Perucho et Hélène Sirantoine).

7Enfin, le cadre chronologique de ce volume nous conduit au cœur même des problématiques. Les auteurs ont travaillé surtout sur une période qui s’étend du xie au xiiie siècles ; pour les historiens étudiant la seconde moitié du Moyen Âge, surtout sa partie terminale, le problème de la lettre diplomatique n’est pas crucial : quand on parcourt des chartriers, et notamment des textes issus de chancelleries, on rencontre une immense majorité de documents qui se présentent assez clairement sous la forme de « titres » faisant droit. Mais cela rend d’autant plus sensible le phénomène d’épistolarisation de ces « titres », comme le dit Laurent Morelle. On n’avait donc pas à rechercher à tout prix des textes réellement « hybrides », mais le renouvellement de notre réflexion devait venir en partie d’une attention portée à la fonction de communication des chartes que nous rencontrons massivement et à la fonction exécutoire de certaines missives.

8Autrement dit, c’est beaucoup plus une problématique fonctionnelle qu’une approche formelle qui devait nous guider : quels que soient sa forme littéraire et le message qu’il contient, à quoi sert un texte ? comment est-il « reçu » ? — c’est la « réception » de nos collègues littéraires, mais avec une dimension plus pragmatique que ludique. Dans son introduction, Hélène Sirantoine a fort bien posé ce problème : « la lettre devient diplomatique indépendamment de sa forme ou de son contenu — c’est-à-dire de ses caractéristiques externes ou internes — par la volonté d’un individu [je dirais plutôt de ses utilisateurs] et / ou par son histoire archivistique » ; mais on ne peut pas inverser la formule (un acte épistolarisé), car la fonction d’information de la charte est, elle, délibérée, intrinsèque et endogène.

9En proposant cette réflexion sur les rapports entre l’art épistolaire et la diplomatique, il était évident que l’on buterait sur les limites inhérentes à toute typologie. Plus qu’aux disciplines elles-mêmes — qui sont ce qu’en font leurs praticiens —, c’est aux chercheurs qu’il faut imputer les difficultés à rapprocher lettres et actes, comme le rappelle María Josefa Sanz en préambule de sa contribution : l’art d’écrire est envisagé différemment par les « littéraires » et les historiens, les premiers y cherchant plutôt une esthétique, les seconds plutôt une pragmatique (et les diplomatistes et historiens juristes uniquement des éléments de nature juridique).

10Mais les sciences humaines fonctionnent ainsi : elles créent des catégories — certaines engendrant de véritables disciplines — pour analyser le réel, puis elles les remettent en cause en raison de leur caractère réducteur, comme le rappelle Emmanuelle Portugal en citant Murakami. Dans cette perspective, il ne fallait pas proposer aux contributeur/trices rassemblés ici une définition a priori, mais plutôt une série de critères qui permettent de parler de documents « plus ou moins » épistolaires ou diplomatiques, donc « plus ou moins » informatifs ou performatifs ; c’est ce que fait très judicieusement Hélène Sirantoine dans les orientations qu’elle a fournies (introduction au volume).

11Vouloir dépasser les catégories, c’est s’affronter aux mots — les catégories ne sont pas autre chose. Le néologisme « lettre diplomatique » pose évidemment des problèmes. D’abord, on aurait pu tout aussi bien parler de « charte épistolaire », comme le propose Jesús Alturo i Perucho — quoique, à mon sens, il s’agisse là d’une véritable tautologie, car la charte a une vocation épistolaire intrinsèque, comme on l’a suggéré précédemment. Si l’on tient à s’enfermer dans des catégories bien tranchées, s’agit-il d’un acte en forme de missive ou d’une missive portant des droits et faisant autorité ? À côté de l’appellation traditionnelle chez les diplomatistes, la « lettre officielle », fréquemment employée dans ce volume, María Josefa Sanz Fuentes, reprenant une taxinomie tardo-médiévale, parle de « charte missive » — quant à « lettre patente », ce n’est pas un très bon descripteur de la réalité que l’on recherche, même s’il correspond à une catégorie médiévale (carta aperta).

12Sans que l’historien doive s’y soumettre entièrement, il était important d’envisager aussi le point de vue « indigène », car les hommes du Moyen Âge ont été très préoccupés par les typologies, comme en témoignent abondamment les traités sur l’art d’écrire, les formulaires ou les simples autodésignations du genre dans les textes eux-mêmes, surtout à partir du xiiie siècle, quand la rigueur des juristes impose une rationalisation des bureaux d’écriture et des chartriers. Le problème, c’est que, jusqu’à des époques tardives (celle qu’étudie Emmanuelle Portugal, en l’occurrence), les acteurs n’ont pas utilisé les différentes désignations des écrits avec une grande rigueur, tout au moins pas avec la même rigueur que les bureaux de l’administration romaine ou que les chancelleries carolingienne et pontificale, qu’ils tentent pourtant de copier et dont, précisément, ils conservent le vocabulaire diplomatique. Hélène Sirantoine, qui s’est particulièrement attachée à étudier la désignation « indigène » des écrits, montre que des mandements se présentant eux-mêmes comme des « lettres » sont encartularisés comme de véritables titres, et que les bulles pontificales, qui sont formellement des missives, peuvent être qualifiées de privilegium. C’est ce qui donne toute sa valeur à la proposition lexicale, plus audacieuse, de Laurent Morelle, qui parle d’« écriture administrative », prenant en compte le seul critère fonctionnel (sans pour autant nier les différences formelles) ; quand on voit l’évêque Lambert d’Arras compiler dans un même livre chartes et missives, on suppose que sa priorité est de gérer ses affaires, et que tous ces écrits ont été rédigés dans un même objectif global.

13En outre, les langues ont évolué, et le français des historiens diverge actuellement des langues employées par leurs collègues ibériques. Quand un diplôme dûment formalisé s’autodésigne, en latin, carta, un médiéviste français le traduira spontanément, quel que soit le royaume où il est produit, par son dérivé « charte », ce néologisme technique assez imprécis que le français a transmis à l’anglais (charter) — alors qu’il est plus rigoureux de parler d’« acte ». Mais, dans les langues ibériques, on a retenu de la carta sa fonction de communication interpersonnelle, et le vocable désigne actuellement une lettre (une épître) ; de ce fait, la restitution du mot latin carta en « acte » (acto ou acta) sera moins spontanée.

  • 1 Mais on peut s’interroger sur l’authenticité psychologique de la dilectio, qui passe par une rhétor (...)
  • 2 Encore faut-il être d’accord sur les définitions, fût-ce pour les critiquer. Ainsi, définir le genr (...)

14La réflexion qui nous a occupés tourne largement autour de la notion de liberté. Un message qui ne vise qu’à informer, à échanger des idées ou exprimer des sentiments1 sera plus convaincant s’il ne s’enferme pas (trop) dans un moule formel, surtout quand il s’agit d’un contact privé entre familiers ; à l’inverse, un écrit qui sert à prouver et à mettre en œuvre une volonté, au sein d’un groupe large formé d’inconnus, doit respecter des formes (un ordre d’exposé, des expressions consacrées, un lexique irréfutable, etc.), notamment parce que des juristes peuvent être amenés à s’en servir, s’il est contesté en justice. Entre les sujets abordés et l’expression littéraire, il y a bien, a priori, un rapport mécanique2.

15Pourquoi existe-t-il alors des tendances à la confusion entre ces deux logiques — je ne parle pas de « genres » ici —, avec d’une part des lettres « diplomatisées » (lettres officielles, mandements) et d’autre part des diplômes « épistolarisés » (les notices) ? Parce que le principal intérêt pratique de la forme épistolaire est de fluidifier et donc de faciliter, par sa souplesse (brièveté et agilité rhétorique) et son caractère informel (absence de validation), les communications et même les processus judiciaires et administratifs, comme y insistent particulièrement Miguel Calleja-Puerta et Maria Helena da Cruz Coelho ; et aussi parce que l’échange épistolaire, réel ou fictif, est une forme littéraire qui, bien avant les Liaisons dangereuses, introduit authenticité de l’information et « effet de réel » dans les œuvres narratives que l’on pourrait qualifier de « paradiplomatiques » (chroniques officielles, cartulaires-chroniques), comme le montrent Amaia Arizaleta et Hélène Sirantoine. On est dans un medium écrit universel, parce que proche de la communication orale.

  • 3 En revanche, je ne suis pas sûr que l’ornementation des chartes, évoquée dans cette contribution, r (...)

16En outre, la communication non présentielle implique un certain nombre de techniques communes : se présenter, nommer son interlocuteur, employer les règles de la politesse (formules de salut et d’adieu) et exprimer le crédit accordé à la demande ou à l’information envoyée ou reçue ; ces éléments de langage sont présents dans tous les textes envisagés dans ce livre, y compris dans ce corpus si particulier des lettres de négociation et de défi, utilisé dans les Histoires d’Alexandre le Grand (Historia de preliis) et du Cid (Historia Roderici), que nous présente Amaia Arizaleta. Enfin, certains scribes se sentent un talent de plume et se trouvent donc à l’étroit dans le carcan du formulaire juridique ; même à la chancellerie des premiers Valois, étudiée par Emmanuelle Portugal, les rédacteurs des chartes les plus rigides profitent d’une liberté littéraire minimale (un « libre-échange », selon l’auteure) dans les préambules, dont les idées et le lexique sont certes convenus mais échappent au moins au formulaire3.

17De ce fait, entre la missive privée, qui n’est d’ailleurs pas dépourvue de formalisme (le salut, l’adresse, la formule d’adieu) mais dont l’essentiel du contenu est un propos personnel, et le diplôme, dont les parties les plus libres (exposé et dispositif, celui-ci étant lui-même de plus en plus fragmenté en clauses) n’occupent qu’une faible place au milieu de formules toutes faites, de nombreuses gradations et contaminations sont possibles. En effet, ces types formels extrêmes ont en commun la volonté d’informer ; comme la plupart des gens à informer ne sont pas personnellement présents, on insiste sur les indices classiques de la relation épistolaire (directio ou « adresse » et salutatio), mais la fonction de communication se trouve peut-être mieux exprimée par le véritable pléonasme qu’est la notification (notum sit, sapiatis, facimus scire, « savoir faisons », sepan, saibam, etc.), qui est d’ailleurs presque indissociable de l’adresse. On ne peut donc pas associer strictement la forme épistolaire à une communication privée sur des sujets personnels, voire futiles, ni l’acte formel à la mise en œuvre collective d’actions sociales contraignantes — même si, selon les époques, cette association peut se révéler dominante, voire exclusive.

18Ces deux logiques d’écriture peuvent être d’autant plus confondues, formellement et fonctionnellement, que ce sont souvent de vrais lettrés — des « auteurs » au sens actuel du terme, avec une claire conscience de leur individualité — qui sont aux responsabilités, comme le signale Jesús Alturo i Perucho (qui les qualifie de « polifacéticos en sus tareas ») ; cela ressort particulièrement dans le dossier en quelque sorte mémoriel, dit Codex Lamberti, constitué par un évêque grégorien d’Arras (étudié par Laurent Morelle), lequel traite les affaires, très diverses, de son diocèse aussi bien à travers des missives qu’avec des chartes, et surtout semble attacher autant de valeur aux unes qu’aux autres. Alors même que cet évêque met au point un formulaire diplomatique assez technique, il pratique beaucoup la forme épistolaire. Les deux genres sont nettement distincts dans cette chancellerie naissante : on ne peut pas tenir les subtiles nuances du discours diplomatique (l’usage de l’apostrophe, notamment) pour une véritable épistolarisation des actes, dans la mesure où toute recherche stylistique n’est pas attribuable à la correspondance privée. En revanche, c’est bien dans leur usage que ces deux types d’écrits sont, sinon confondus, au moins complémentaires.

  • 4 Attention, là encore, aux subtiles différences linguistiques entre le français et les langues ibéri (...)

19Incontestablement, une forme plutôt épistolaire peut être choisie pour exprimer une volonté, surtout quand celui qui parle détient le pouvoir et n’a pas besoin d’un moule formel rigoureux pour que son autorité s’exerce — son signum ou son sceau, voire son seul intitulé, suffit. D’ailleurs, quand l’auteur exerce une fonction politique supérieure, il prend rarement la peine de communiquer des informations pour elles-mêmes, sauf s’il s’adresse familièrement à d’autres proceres ou solennellement au groupe qu’il domine (et encore est-ce déjà pour justifier une demande de soutien ou de prières) ; si l’information occupe une grande partie du texte, c’est généralement pour faciliter l’exécution d’un ordre, qui, lui, est le moteur de l’émission de l’acte — autrement dit, on est dans le domaine du « mandement » : c’est le cas, signalé par Miguel Calleja-Puerta, d’instructions royales adressées au concejo de Ségovie pour mettre en œuvre la donation (et le peuplement) de Calatalifa à la cathédrale de cette ville, en 11364.

  • 5 Texte édité dans Vilar, 1995, p. 238 et présenté et traduit dans Boissellier, Darbord, Menjot, 2013 (...)
  • 6 Le droit positif (le privilège) exige plus de rigueur dans la rédaction des écrits que le droit con (...)

20À l’inverse, le simple particulier (mais aussi le seigneur) peut choisir le canal du discours juridique pour enregistrer une information — mais c’est une situation que l’on retrouve surtout au bas Moyen Âge, quand l’accès à l’écriture publique est devenu très facile grâce à la multiplication des notaires publics (ou des juridictions gracieuses, pour les régions septentrionales). Je pense à l’étonnant hapax que constitue, au sein d’un chartrier classique, celui de la collégiale Saint-Christophe de Coimbra, un constat d’administration du viatique, en 13695. Bien sûr, l’intention juridique (constituer une preuve en justice) n’est jamais loin dans ce cas, comme le montrent les attestations étudiées par Élodie Papin. À cet égard, le grand absent de ce volume — parce qu’une contribution sur le thème n’a finalement pas été livrée — est constitué par les « notices », ce genre hybride par excellence, non pas dans la forme (très libre) mais plutôt par ses fonctions. Mais on retrouve finalement cette fonction des notices — même si celles-ci sont le support d’une communication orale — dans les lettres galloises présentées par Élodie Papin, qui auraient pu faire l’objet d’une approche encore plus fonctionnelle. Si l’on a affaire ici à des écrits rédigés par des scribes maîtrisant à la fois le dictamen et le droit (dans la narratio de la lettre) et privilégiant la structure épistolaire, on se situe dans le vaste domaine des écrits utilisés en justice — ces textes gallois sont, comme les notices, des témoignages, des certificats —, qui, paradoxalement, restent assez libres par rapport à la rigueur juridique du diplôme6 ; d’ailleurs, selon l’auteure, le choix du moule épistolaire pourrait être dicté par le souci de restituer l’oralité propre à la justice féodale — même si la rhétorique épistolaire dessèche quelque peu la spontanéité du parler.

21En effet, si, à partir du xiiie siècle, on peut parler véritablement de « détournement » de catégories formelles devenues rigoureuses ou au moins d’emprunts d’éléments du discours bien identifiés, auparavant les types sont peut-être moins étanches — et la notice exprime même une absence totale de catégories, puisque c’est une sorte de récit qui s’adapte à n’importe quel besoin de communication. Comme on l’a dit précédemment, les « catégories indigènes » présentent longtemps un certain flou — et ce n’est pas, pour une fois, une excuse pour dissimuler les difficultés d’interprétation de l’historien ! Jesús Alturo i Perucho cite des exemples de préceptes altomédiévaux qui sont qualifiés par leurs destinataires d’epistola ou de litterae, à cause de quelques traits de communication interpersonnelle (mais peut-être aussi à cause de leur fonction principalement informative pour celui qui les reçoit), et l’on a observé les mêmes flottements dans les cartulaires d’Hélène Sirantoine.

  • 7 Dans le cas des mandements royaux étudiés par Miguel Calleja-Puerta, la recherche de simplicité con (...)
  • 8 Véritable défi à nos catégories traditionnelles, puisque c’est un recueil de titres (un cartulaire) (...)

22La validation des écrits vient introduire encore un autre critère, puisqu’une simple missive privée — d’un puissant personnage, certes — peut être authentifiée par des signes légaux (voir le cas, datant de 1142, cité par Laurent Morelle), afin de pouvoir être utilisée comme preuve par son destinataire, selon un processus qui conduira de la souscription d’auteur à notre actuelle signature de ses lettres privées par le simple particulier7. En effet, l’objectif d’authenticité du message ne concerne pas que l’action sociale contraignante d’un « disposant » : dans les épîtres attribuées au Cid et à Alexandre le Grand, qui sont des joutes verbales, le récipiendaire du message précise, dans sa réponse, que le message a bien été reçu, lu et assimilé (vidimus, audivimus), et non seulement par lui, mais aussi par son entourage (Amaia Arizaleta) — autrement dit, la communication doit être de notoriété publique. D’ailleurs, que ces lettres (au moins celles du Cid) soient fictives ou non, il est significatif qu’elles soient employées pour bâtir une narration ; au-delà de l’effet de réel, on peut penser que la forme épistolaire confère sa véracité au récit. C’est pour cette notion d’authenticité — et non seulement par l’emploi d’une rhétorique épistolaire — que l’on peut tenir fondamentalement les chartes pontificales pour des lettres. Évidemment, il n’est jamais exclu que ce soit le destinataire qui introduise une validation factice pour donner force légale à une épître ne portant qu’une opinion ou un témoignage (voir les bulles manipulées par les évêques d’Oviedo, citées par María Josefa Sanz Fuentes, et celles, étudiées par Hélène Sirantoine, qui sont forgées pour le Liber Testamentorum de cette même église puis remaniées dans son corpus narratif pour en faire des lettres diplomatiques8).

23Cette validation, plus que le formulaire lui-même, exprime, par la couleur et la taille des sceaux, une notion importante pour notre réflexion : la durée. Comme on le voit dans plusieurs contributions consacrées à des chancelleries assez avancées techniquement (Alphonse VII de Castille-León, les premiers Valois), l’expression solennelle d’une volonté supérieure revêt souvent un objectif de perpétuité, tandis que l’accomplissement d’un ordre (plutôt dans le registre épistolaire) est conçu comme éphémère — ce qui ne veut pas dire que les destinataires des écrits aient forcément la même appréhension.

24La prise en compte des temporalités est un souci essentiel : je n’apprends rien à des historiens qui se définissent par cette dimension ! Durant le haut Moyen Âge ibérique, l’influence du style épistolaire dans les diplômes ne disparaît pas totalement, même si les scribes des princes s’efforcent de reproduire le modèle rigoureux du précepte impérial, qui est devenu difficile à employer dans le contexte politique postwisigothique : María Luisa Pardo Rodríguez retrouve la présence, discrète, de la salutatio dans la diplomatique royale asturienne puis asturo-léonaise. Plus accessible est la « lettre diplomatique » par excellence, le mandement, lui aussi de tradition wisigothique (remontant aux rescrits des empereurs romains), mais ce type d’écrit subit une curieuse éclipse au xie siècle en Castille-León, en raison de la prépondérance de l’envoi direct d’agents pourvus d’instructions orales, et Miguel Calleja-Puerta doit se contenter d’une demi-douzaine de témoignages de ce mode de communication (dont un seul original !) dans la documentation conservée de l’empereur Alphonse VII.

25Maria Helena da Cruz Coelho voit, au Portugal, la pénétration de formes épistolaires dans les actes royaux sous le règne de Sancho I, à la fin du xiie siècle (avec l’apparition des lettres patentes, qui sont des actes à forme épistolaire, c’est-à-dire regroupant adresse universelle et salutation), et elle attribue ce phénomène au modèle pontifical, aux juristes et à la mise en ordre de la chancellerie ; mais ces « lettres » (dans lesquelles l’auteure inclut suppliques, lettres patentes, notifications, mandements et missives) ne représentent que 10 % de la documentation royale. Dans le royaume asturo-léonais et en Castille, le phénomène d’épistolarisation est plus précoce, dès Alphonse VI, mais les causes (évoquées par María Luisa Pardo Rodríguez) sont identiques. En revanche, l’emploi de « véritables » missives diplomatisées (dans la forme, avec une réelle capacité dispositive) devient important sous le règne d’Alphonse VII ; Miguel Calleja-Puerta a étudié minutieusement les caractères du « mandement », qui est certainement la forme de lettre diplomatique la mieux conservée, et qui permet d’introduire la distinction entre l’énonciation d’un privilège (la charte proprement dite) et son exécution (sous forme de missives portant instructions) — ce que les « décrets d’application » sont à la loi, en droit public français actuel. Au xiie siècle, l’univers documentaire des décisions politiques se diversifie, donc, avec les textes « administratifs » qui complètent ces décisions (soit pour les appliquer = mandement, soit pour les confirmer = témoignage en justice), et qui, par souci d’efficacité, revêtent des formes épistolaires.

26En fait, on assiste dès le xie siècle à une véritable « récupération » de l’art épistolaire par les juristes, qui, voyant l’intérêt d’alléger des formulaires juridiques de plus en plus lourds et rigides, créent des actes (textes validés) dont le contenu emprunte des formes aux lettres privées. Même si les écrits utilitaires sortant des chancelleries sont intégrés dans une typologie de plus en plus rigoureuse, cela s’accompagne d’une « hybridation » dans la composition du discours : on va chercher en dehors du discours juridique des éléments qui permettent de rendre ce dernier plus efficace, jusqu’à utiliser l’épître elle-même comme un écrit validé faisant autorité — basculement typologique, après une évolution rhétorique.

27Mais la liberté de la missive elle-même est de plus en plus encadrée par les traités savants sur l’art d’écrire, en latin évidemment (ars dictaminis, voir Benoît Grévin), qui engendrent la formation et la circulation de formulaires, lesquels enferment l’écrit dans un moule rhétorique toujours plus rigide. Parallèlement, et en s’inspirant aussi de ces modèles épistolaires, les chancelleries se dotent de techniques d’écriture plus rigoureuses : comme le rappelle Miguel Calleja-Puerta pour la Castille — mais cela vaut pour l’Occident —, le privilège royal cesse d’être rédigé par le bénéficiaire et devient l’œuvre du disposant, ce qui permet, en l’uniformisant, d’en faire un véritable type d’écrit à forte capacité performative. À l’extrémité de l’éventail chronologique, Emmanuelle Portugal étudie un corpus de la première moitié du xive siècle, à une époque où la chancellerie royale française est déjà très structurée ; la forme « purement » épistolaire n’y a pas sa place, et elle observe donc surtout des chartes fortement formalisées qui jouent avec les quelques libertés qu’autorise l’épître, principalement dans le préambule. Toute prise de parole du roi — tout au moins celle que l’on conserve — est désormais conçue et reçue comme un « acte » d’autorité, auquel la chancellerie peut donner un caractère plus ou moins affirmé de communication (épistolarisation), mais plus en créant un nouveau formulaire (la lettre patente) qu’en jouant avec le formulaire existant. Comme la scholastique tardo-médiévale peut dessécher la pensée, la technicité juridique peut scléroser la communication. Mais, pour les écrits du xie ou du xiie siècle, on ne pourrait pas affirmer, comme le fait l’auteure, que l’acte rend impossible un échange de type verbal.

28Pour arbitraire qu’elle soit, la typologie au sein des « actes » en fonction de l’action juridique (détermination certes tardive, mise en place par les notaires publics et les chancelleries) nous permet d’envisager de nombreuses gradations, allant au-delà d’une opposition binaire entre lettre et charte et permettant d’envisager une véritable transition progressive entre ces deux types extrêmes d’écrit ; ainsi, le mandat (la délégation de pouvoir) ou le testament, sans parler de la notice de plaid, reste assez souple, malgré son instrumentation par les notaires ou les juridictions gracieuses, tandis que l’acte de vente est entièrement composé de formules, parce que la vente est une opération fortement encadrée par le droit.

29Mais une typologie fonctionnelle n’a pas de rapport direct avec l’institution émettrice : même une décision princière générale (une loi), pour solennelle qu’elle soit, n’en conserve pas moins une forme quelque peu improvisée, sans formulaire, quand elle est diffusée sous forme de charte ; en revanche, même si les caractères externes restent longtemps peu discriminants (format, support, encre, sceau) pour identifier les écrits relevant de l’épistolaire, sauf dans les chancelleries très fortement structurées, l’institution émettrice produit généralement un écrit de meilleure qualité matérielle en fonction de sa puissance, y compris s’il s’agit d’un message sans valeur exécutoire ; de plus, la conservation sera mieux assurée en fonction de la force de l’institution (mieux par une chancellerie princière — au moins en ce qui concerne les lettres reçues — que dans un simple chartrier).

30On a déjà compris, à travers ce qui précède, que le choix d’un type d’écrit, l’emploi de formules, la conservation des textes, etc. dépendent largement du rapport de pouvoir entre les parties qui communiquent. María Luisa Pardo Rodríguez signale la distinction que l’on pourrait faire entre missive et mandement en opposant les formules Salutem et amicitiam / Salutem si obedientes fueritis, marquant respectivement un rapport d’égalité et un rapport d’autorité : à un égal, on envoie son affection, à un inférieur, on donne des ordres. Mais les choses ne sont pas toujours aussi tranchées, car on peut jouer avec l’affection et la fierté pour obtenir ce que l’on veut : on entre là dans l’univers immense des formules ambiguës que rencontrent tous les historiens travaillant sur les chartes, comme le supérieur s’adressant à un subordonné sicut bono amico ou lui exprimant une reconnaissance pro bono servicio quod mihi fecisti… Il est vrai que la connaissance du dictamen introduit une certaine rigueur dans l’expression des rapports ; par exemple, les vassaux du comte de Gloucester, évoqués par Élodie Papin, mentionnent en premier le nom de leur seigneur (adresse) et font passer en second leur propre identité (intitulé), par déférence. Même dans le champ restreint du rapport d’autorité entre le roi castillan et ses concejos, on peut passer de l’expression d’une amitié (au moins une confiance) à une quasi-menace si le subordonné se révèle désobéissant — c’est le cas, cité par Miguel Calleja-Puerta, du municipe d’Ayllon, salué sèchement par Alphonse VII…

31La troisième partie de ce volume est probablement la plus cohérente, car elle porte sur un domaine bien balisé de la diplomatique, la tradition — même si ce problème est présent, plus ou moins explicitement, dans toutes les contributions —, ce qui ne l’empêche pas d’ouvrir des pistes très neuves. Le message contenu dans les écrits éclaire les fonctions des instruments conservés, et il explique donc leur conservation.

32Partons du point de vue de l’historien qui enquête dans les archives. La rareté des originaux et l’importance corrélative des copies, en grande majorité à l’arrivée (par les bénéficiaires, dans des cartulaires), jusqu’au xiie siècle, faussent notre réflexion ; comme le suggère implicitement María Luisa Pardo Rodríguez, les épîtres peuvent être sous-représentées en partie parce que les copistes auraient transformé (falsifié) en chartes des originaux de forme épistolaire, et ce processus peut affecter particulièrement les écrits les plus anciens, rédigés durant un haut Moyen Âge ibérique où les méthodes d’écriture légale ont perdu de leur rigueur : les hommes des xii-xiiie siècles ne feraient que « diplomatiser » des lettres pour les actualiser.

33Les formulaires sont alors d’un intérêt majeur pour la tradition, puisqu’ils révèlent de véritables types d’écrits ayant presque totalement disparu, et ils nous montrent toutes les nuances qui existent au sein des « lettres diplomatiques », ne serait-ce qu’en jouant avec les éléments de l’épistolaire que les écrits validés utilisent traditionnellement (l’adresse, le salut initial et la formule d’adieu) — c’est le cas du formulaire employé à la chancellerie de Jean II de Castille, dans le deuxième quart du xve siècle, reproduit et étudié par María Josefa Sanz Fuentes. Évidemment, en ayant le modèle sans avoir les produits, la représentativité de ces types d’écrits disparus nous reste inaccessible.

34En fait, les logiques de conservation ne sont pas favorables à qui veut étudier dans les chartriers les « pures » missives ou au moins la forme épistolaire des chartes, car, parmi ces dernières, les mieux conservées sont les actes dispositifs créateurs de droits ; heureusement, les chartriers royaux sont à l’origine organisés autour de la personne du roi, ce qui leur confère certains caractères d’une archive privée, en partie mémorielle — de même que le dossier constitué par l’évêque Lambert d’Arras (Laurent Morelle) et que les nombreuses missives, en majorité privées, d’Oliba, abbé de Ripoll, qui ont été conservées par leurs destinataires en raison du prestige intellectuel de leur auteur (Jesús Alturo i Perucho). Ainsi, une des plus anciennes lettres patentes conservées pour la monarchie portugaise est une demande par le roi Sancho I de prières et de vœux pour le rétablissement de sa santé ; c’est là une missive purement privée, qui ne crée aucun droit, mais, concernant la personne du roi, elle touche à la prospérité du royaume et revêt donc un caractère public, qui explique sa transmission par les officiers chargés de gérer le chartrier royal jusqu’au début de l’archivistique méthodique (Maria Helena da Cruz Coelho). Plus largement, les échanges d’information entre grands de ce monde relèvent de l’intérêt public, ce qui justifie, pour en conserver la trace, la production d’une copie par l’émetteur ou la conservation de l’original par le destinataire, surtout s’il s’agit d’un texte validé qui a une dimension probatoire.

  • 9 On sait que seules sont enregistrées systématiquement les suppliques dans le cadre de l’administrat (...)

35Néanmoins, comme le signale María Josefa Sanz Fuentes, la lettre officielle adressée à des agents d’exécution a une validité brève, puisqu’elle porte des informations et/ou une volonté à usage immédiat ; sa caducité la voue donc très massivement à la destruction rapide, tant qu’il n’y a pas d’enregistrement de ces écrits par l’émetteur : les officiers qui reçoivent des instructions ont peu de raisons de conserver l’écrit original ni d’en faire une copie, tout au moins tant que l’administration publique reste rudimentaire, sans procédures d’inspection et de reddition de comptes. On imagine la montagne de documents épistolaires (« lo mucho que se debió producir », selon Miguel Calleja-Puerta) qui ont matériellement disparu dans le processus même d’élaboration d’écrits pratiques : les pétitions ou suppliques (cartas de solicitud, évoquées par Jesús Alturo i Perucho) qui sont souvent à l’origine des chartes de privilèges9, les envois d’instructions à des agents pour mettre en œuvre une décision (mandements), et enfin les échanges d’informations (aide-mémoire, circulaires) qui permettent la confection des registres administratifs, à commencer par les censiers. En ce qui concerne la deuxième catégorie, toutefois, celle des mandements, on a plus de chances qu’ils soient conservés par leurs destinataires, car ils peuvent servir de justificatifs à l’action de l’administrateur non seulement par rapport à ses administrés, mais aussi par rapport à ses supérieurs ; si ces ordres nous sont malgré tout parvenus en faible nombre (quoique formant l’essentiel des lettres diplomatiques), c’est parce que les chartriers des agents locaux de l’administration publique sont pendant longtemps des archives quasiment privées, sans la continuité ni la technicité des véritables institutions.

36Il faut la volonté de transmettre une mémoire ainsi qu’une fierté intellectuelle pour que des missives à finalité pratique mais sans valeur juridique nous soient transmises, généralement dans des dossiers composites créés ad hoc ; quand il s’agit de compilations réalisées par l’auteur lui-même, son intention est à peu près identique entre la collection de lettres à haute valeur littéraire et morale et le dossier de pièces utilitaires contenant des missives (voir Laurent Morelle pour ce dernier cas). On n’est pas étonné non plus que les épîtres, dont le contenu fondamentalement narratif (même pour les mandements) est susceptible de nourrir la mémoire, soient largement insérées dans les sources narratives, comme c’est le cas, poussé à l’extrême, dans la célébrissime Historia Compostellana, conçue d’ailleurs tel un véritable registre.

37Au-delà des fonctions que l’écrit revêt pour son émetteur, le destinataire d’un texte peut en faire un usage différent, qui va expliquer l’essentiel de sa tradition (avant la révolution de la copie à la source, l’enregistrement) ; il faut donc s’attarder sur la suggestion d’Hélène Sirantoine, que reprend notamment Élodie Papin, notant que de simples attestations, considérées par leurs auteurs comme des documents « administratifs » (en forme d’épîtres et avec un scellement « léger », de cire blanche), sont conservées comme des titres (pleinement probatoires) par les moines de Margam qui les reçoivent et qui les ont probablement sollicitées — même si elles ne font pas l’objet, dans le chartrier, d’un classement aussi soigneux que pour les actes exécutoires.

38Le souci de préserver des textes comme un patrimoine littéraire n’est pas absent d’un autre type de compilation, les cartulaires, malgré leur usage a priori très pragmatique. Tous les contributeurs de ce volume ont utilisé des écrits issus de cartulaires, faute d’originaux, mais c’est Hélène Sirantoine qui en a fait l’objet même de sa réflexion. Là encore, le destinataire de « pures » missives peut utiliser celles-ci, même en en respectant parfaitement la teneur, pour une fonction qu’elles n’ont pas au départ ; au-delà du souci proprement juridique de prouver et d’affermir (la notion de firmitudo, si importante) qui anime le cartulariste, la lettre accompagne, précise, explique, constitue un véritable « con-texte » pour les textes strictement probatoires et exécutoires, comme on le voit, par exemple, dans les dossiers composites constitués par les chanoines réguliers de Sainte-Croix de Coimbra au moment de la compilation du Livro Santo — et nous ne parlons pas de toutes les falsifications, déjà évoquées, pour donner aux lettres une forme et un contenu diplomatiques. D’ailleurs, obsédés par le droit et par l’authenticité, les diplomatistes auraient peut-être intérêt à reconsidérer les fonctions des munimina, même si ce sont des originaux, et à ne pas les interpréter uniquement comme des instruments judiciaires.

  • 10 Je pense à l’admirable chap. i consacré aux structures de la documentation écrite (surtout pp. 71-1 (...)

39Au total, en mettant l’accent sur les marges des genres littéraires — en oubliant pour un temps les typologies —, on comprend mieux le fonctionnement de tout le système. Par sa rigueur toute juridique, la diplomatique avait fermé certaines portes, qu’il convient maintenant d’ouvrir, à la suite de Pierre Toubert10, dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler la « nouvelle diplomatique ». Les contributions rassemblées ici, en prenant en compte aussi bien l’art (d’écrire) que les rouages institutionnels, et surtout en intégrant une approche sociale de la literacy, offrent des études de cas référentielles et des directions de recherche exemplaires. L’ouverture aux approches purement littéraires est un pas important, même si cette tendance est latente en diplomatique et favorise peut-être un peu trop l’approche formelle ; mais c’est la prise en compte des usages sociaux de l’écrit (listés par Hélène Sirantoine dans sa contribution) qui me semble encore plus nécessaire : à côté de l’interprétation, popularisée par Jacques Le Goff, du document comme un « monument », le document (au sens le plus large) me semble être plus encore un « instrument ». Dans le monde complexe de la communication pragmatique — dont font partie la plupart des épîtres —, un texte s’inscrit toujours dans un ensemble et dans une chaîne, ce qui rend indispensable l’approche fonctionnelle : entre une charte ou une lettre originale et sa copie dans un recueil, les fonctions peuvent changer du tout au tout, alors qu’il s’agit du même texte (sauf interpolations) — outre toutes les manipulations typologiques nécessaires, au sein même des originaux, pour adapter le discours aux intentions de son auteur. Espérons que les pistes tracées dans ce volume seront désormais parcourues fréquemment.

Notes

1 Mais on peut s’interroger sur l’authenticité psychologique de la dilectio, qui passe par une rhétorique très convenue, quand on a affaire à des lettres officielles entre grands personnages : un ecclésiastique est toujours un père vénéré et sage, un prince est toujours un parent bien-aimé pour son homologue.

2 Encore faut-il être d’accord sur les définitions, fût-ce pour les critiquer. Ainsi, définir le genre épistolaire par une communication bilatérale (Emmanuelle Portugal) est quelque peu réducteur : toute information objective (et moins encore un ordre) n’appelle pas forcément une réponse. Plus largement, Hélène Sirantoine définit la lettre par l’exclusion de toute préoccupation juridique dans l’action consignée, ce qui est un peu arbitraire.

3 En revanche, je ne suis pas sûr que l’ornementation des chartes, évoquée dans cette contribution, relève de la même logique épistolaire que la volonté de produire une belle rhétorique.

4 Attention, là encore, aux subtiles différences linguistiques entre le français et les langues ibériques : le mandato dont parlent nos collègues espagnols est l’expression d’une volonté impérative (un ordre), alors que le « mandat » français est la délégation d’une capacité juridique.

5 Texte édité dans Vilar, 1995, p. 238 et présenté et traduit dans Boissellier, Darbord, Menjot, 2013, pp. 271-274.

6 Le droit positif (le privilège) exige plus de rigueur dans la rédaction des écrits que le droit contentieux, parce que la rigueur de ce dernier réside dans la procédure et dans l’autorité du juge.

7 Dans le cas des mandements royaux étudiés par Miguel Calleja-Puerta, la recherche de simplicité conduit à ce que cette validation soit uniquement un sceau, beaucoup plus facile à mettre en œuvre qu’une batterie de souscriptions.

8 Véritable défi à nos catégories traditionnelles, puisque c’est un recueil de titres (un cartulaire) qui « enregistre » — en fait forge — de simples lettres, tandis que c’est une œuvre narrative qui transforme ces lettres en véritables diplômes ; le souci juridique n’est pas dans le type d’écriture où on l’attend le plus…

9 On sait que seules sont enregistrées systématiquement les suppliques dans le cadre de l’administration pontificale à partir de Clément VI.

10 Je pense à l’admirable chap. i consacré aux structures de la documentation écrite (surtout pp. 71-134), dans lequel Pierre Toubert reconstitue les rapports entre la production documentaire et le fonctionnement de la société latiale (Toubert, 1973).

Auteur

Université de Poitiers

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540