Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La guerre d'Indépendance espagnole et le libéralisme au xixe siècle

 | 
Jean-Philippe Luis

I. — La guerre d'Indépendance dans la mémoire du libéralisme espagnol

La guerre d’Indépendance dans l’historiographie du XIXe siècle

Mariano Esteban de Vega

Texto completo

1Les tendances de l’historiographie espagnole de ces dernières années permettent de comprendre que la révision en cours à la faveur de la célébration du bicentenaire de la guerre d’Indépendance prend la forme d’une intense déconstruction de la charge nationaliste de l’événement, d’une réinterprétation très éloignée du modèle existant encore il y a peu, un modèle qui avait été forgé au XIXe siècle. José Álvarez Junco, l’historien qui a le plus contribué à cette révision, exprimait clairement l’ampleur, extraordinaire selon lui, de cette tâche :

  • 1 J. Álvarez Junco, « ¿Hacer ciencia o hacer patria ? ».

No se trata de impugnar una interpretación científica — discutible y efímera por definición — sobre unos hechos históricos, sino de modificar un mito, un relato legendario sobre un período fundacional, nutrido de héroes y mártires que encarnan valores que se supone deben vertebrar de manera perenne nuestras sociedades1.

  • 2 Avec, dans certain cas, une certaine injustice et sans se rendre compte que la critique peut se ret (...)

2Certes, la guerre d’Indépendance a été un élément fort de la mythologie nationale espagnole et le nationalisme espagnol a profondément influé sur les interprétations historiographiques de cet événement. Notre époque n’est certainement pas celle durant laquelle ces mythes et ces interprétations se sont construits et, pour diverses raisons, nous nous sommes éloignés de la longue période durant laquelle les uns et les autres ont été dominants. L’historiographie actuelle est de plus marquée par une recherche d’objectivité critique qui la distingue substantiellement des récits antérieurs, forgés à une époque où l’histoire n’existait pas comme discipline autonome et où les principes méthodologiques de base de la discipline n’avaient pas encore décanté. Il faut toutefois être naïf pour considérer que la révision en cours n’est que « scientifique », en suggérant par là qu’elle est éloignée d’un climat intellectuel, culturel et même politique, dans le cas du nationalisme espagnol, de caractère post-national. La révision est forcément liée à ce climat. Le risque, peu acceptable d’un point de vue intellectuel, existe de disqualifier les interprétations historiographiques qui divergent sur certains points de la révision dominante et de les décrire comme au service d’une forme de patriotisme ou de nationalisme « espagnoliste » plus ou moins masqué2.

  • 3 La richesse quantitative de la bibliographie du XIXe siècle sur la guerre d’Indépendance apparaît d (...)
  • 4 Je crois l’avoir démontré à propos du présumé « castellanismo esencialista » de l’œuvre de Modesto (...)

3Tout ceci doit être pris en compte au moment d’entreprendre, comme nous le proposons ici, une analyse de l’historiographie du XIXe siècle sur la guerre d’Indépendance, à travers les œuvres qui eurent le plus de résonance à cette époque-là3. L’identification des composants nationalistes est indispensable à la compréhension de la nature de ces approches historiographiques. Toutefois, cet effort n’épuise pas les possibilités au travers desquelles ce thème peut être abordé. En effet, l’histoire de l’historiographie ne peut être considérée seulement comme celle des circonstances externes qui expliquent un texte historiographique. Elle doit aussi prendre en considération, de manière privilégiée, le texte lui-même. Sur ce terrain, la simple lecture d’une œuvre historiographique est parfois capable de démentir des idées préconçues très ancrées sur les prétentions idéologiques ou politiques de celle-ci4.

I. — LA GUERRE PENDANT LA GUERRE

4S’il est indiscutable que la guerre d’Indépendance a été l’un des événements auquel les historiens espagnols du XIXe siècle ont prêté une attention privilégiée, l’intensité de cette attention a cependant varié considérablement tout au long du siècle, au travers de moments historiques et d’attitudes politiques et idéologiques divers.

  • 5 J. Álvarez Barrientos, « “Revolución española”, “Guerra de la Independencia” ».
  • 6 J. Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia ».
  • 7 Toutefois, quelques ouvrages incorporent aussi à leur titre le terme de « guerre d’Indépendance ». (...)

5Les premières œuvres publiées sur la guerre d’Indépendance sont contemporaines de l’événement. Tout en défendant des idéologies distinctes, ces œuvres partagent, comme l’a signalé Joaquín Álvarez Barrientos, les mêmes caractéristiques formelles principales. Les auteurs se présentent comme des témoins de ce qu’ils racontent afin de capter l’attention du lecteur. De plus, ils ne font pas une histoire personnelle, une histoire générale ou une histoire des rois, mais ils transforment les citoyens en protagonistes et en sujet politique qui permet d’identifier les caractéristiques du pays. La guerre est un récit de scènes guerrières associé à des réflexions de type social ou psychologique, l’ensemble prenant la forme d’une analyse historique et dans tous les cas d’une narration s’apparentant à une épopée nationale. Finalement, les auteurs sont conscients de leur importance comme agents créateurs d’opinion et c’est pour cette raison qu’ils ne s’adressent pas à des spécialistes et adoptent les modes d’écriture de ceux qui fréquentaient le monde des journalistes et des publicistes5. Quant à l’interprétation des faits, elle privilégie la guerre comme une révolution, terme qui, malgré son imprécision, permettait de décrire des événements dont la nature n’était pas encore perçue clairement, mais dans lesquels le peuple était protagoniste. Il est vrai, comme l’a signalé Álvarez Junco, que la guerre ne reçut pas immédiatement la dénomination de « guerre d’Indépendance » et qu’elle fut identifiée dans un premier temps au travers de noms divers : par la localisation géographique (« guerre d’Espagne » ou « guerre de la péninsule Ibérique ») ou par la chronologie (« guerre de 1808 »)6. Toutefois, on signale par la suite dans la documentation qu’il s’agissait d’une guerre de libération et, très clairement, d’indépendance. Le 6 juin 1808, la Junte Suprême de Séville déclare la guerre à Napoléon au nom de l’indépendance : elle exige de Napoléon qu’il « respete los derechos sagrados de la Nación, que ha violado, y su libertad, integridad e independencia ». En marge de l’indécision sur la manière de nommer l’événement, les historiens relèvent naturellement cette composante dans leurs ouvrages, le plus souvent dans les premières pages de ceux-ci. Pour les absolutistes comme pour les libéraux, la guerre est essentiellement nationale ou patriotique et tous se réfèrent à la liberté et à la dignité de la patrie offensée, c’est-à-dire à son désir d’indépendance pour identifier les motifs du conflit7.

6On peut considérer que la première œuvre historique d’une certaine importance sur la guerre d’Indépendance est celle qu’Álvaro Flórez Estrada publia en 1810 à Londres, sous le titre : Introducción para la Historia de la revolución de España. Pour lui, la guerre qui affectait l’Espagne était une « guerre de révolution », c’est-à-dire un conflit dans lequel :

  • 8 Á. Flórez Estrada, Introducción para la Historia de la revolución de España, p. 6.

Se interesa la felicidad de una nación entera o de muchas y se interesan todas las ciencias y las artes, que van a decaer o perecer ; luchan millones de hombres por conservar su existencia, o por recobrar su libertad, y por salir del estado de abatimiento, de ignorancia y de esclavitud8.

7Toutefois, le terme « révolution » est intimement associé chez Flórez Estrada au concept d’indépendance nationale. Ainsi, il affirme que l’objet de son livre est de faire la

  • 9 Ibid., p. 6.

historia de una revolución formada por un pueblo para libertarse de un tirano y asegurar su independencia9

8et que les Espagnols

  • 10 Ibid., p. 126.

no podían ver su religión insultada, sus instituciones despreciadas, su propiedad atacada, sus derechos desconocidos, y su independencia nacional hollada, hasta el punto de darles sin su consulta gobiernos, leyes y monarca10.

9D’un autre côté, comme libéral, Flórez Estrada manifestait son aspiration à une réunion des Cortès, au travers desquelles l’Espagne devait se doter d’une constitution.

10Une perspective similaire se rencontre dans un texte écrit par Francisco Martínez de la Rosa pendant la guerre. Celui-ci était alors exilé en Angleterre, mais ce texte a été publié à Grenade en 1813 et republié à Madrid l’année suivante sous le titre : La revolución actual de España. Época primera. Desde el principio de la insurrección hasta la instalación de la primera Regencia. Martínez de la Rosa dresse un tableau très sombre de la situation espagnole, après trois années de despotisme et de relâchement des mœurs, dus à une rupture de l’équilibre, qu’il date du XVIe siècle, entre la Couronne et le peuple, rupture qui s’est accentuée à l’extrême sous le règne de Charles IV. Toutefois, tous ces maux

no habían sido bastantes a destruir en los españoles aquel sentimiento de propia dignidad, aquel amor a la independencia y aversión al yugo extranjero,

11sentiment visible surtout dans les « classes inférieures », celles qui sont restées le plus en marge de la corruption. Grâce à elles, l’Espagne avait offert d’abord « una resistencia moral a los ambiciosos designios de Bonaparte » et ensuite une grande révolution « que prueba hasta la evidencia cuán expresa era la voluntad general de la nación a favor de su independencia ». La guerre était donc la guerre d’une « nación magnánima, que pelea por su independencia », même si, pour Martínez de la Rosa comme pour tous les libéraux, seule la célébration de Cortès permettait d’assurer et de garantir « la certidumbre de nuestra salvación ».

  • 11 La première édition, à Cadix (Imprenta Real), la seconde à Madrid (imprenta viuda de Barco). Dans l (...)

12Durant ces années de guerre, le terme de révolution s’utilise aussi à partir d’autres perspectives idéologiques, avec toutefois un sens distinct de celui que l’on rencontre sous la plume des historiens libéraux. Le moine augustin Domingo González Salmón signa ainsi sous le nom de P. Maestro Salmón un Resumen histórico de la revolución de España, dont quatre volumes paraîtront entre 1812 y 1814, suivis en 1820 d’une édition complète corrigée et augmentée en six volumes11. Cette œuvre, très critique à l’égard de Charles IV et de la reine Marie-Louise de Parme, voit l’origine de la révolution dans le rôle néfaste de Godoy puis de Napoléon. À partir du 2 mai 1808, la révolution a été l’œuvre d’un peuple « más ansioso de morir que de abandonarse a la servidumbre y esclavitud de Napoleón », un peuple désireux de « defender el mayor bien de los bienes de este mundo, que es su religión, su independencia y libertad ». Rénovant « las glorias de cántabros y numantinos », est ainsi apparu le

patriotismo de una Nación fraudulentamente invadida y desarmada, los esfuerzos nunca bien alabados que ha hecho por su libertad y la de su cautivo Rey, por la conservación de la religión de sus padres, y detestación de la esclavitud y tiranía.

13Loin d’être, comme on l’a souvent affirmé, le porte-parole d’un absolutisme fermé, Salmón considère la convocation des Cortès comme une « obra majestuosa », dont les premiers pas furent de plus « satisfactorios y lisonjeros ». Toutefois, il ne se forma au final qu’« un gobierno que sólo en la voz era monárquico, pero en realidad democrático, con aproximación a una espantosa anarquía », un gouvernement qui introduisit « la serpiente de la discordia y la desunión » et qui annula les efforts de modération réalisés tant de la part des serviles (c’est-àdire des absolutistes) que des libéraux.

14En 1814-1815, José Clemente Carnicero utilisa aussi le terme « révolution » dans son Historia razonada de los principales sucesos de la gloriosa revolución de España. La révolution à laquelle il se réfère n’est pas, bien entendu, la révolution constitutionnelle des libéraux qu’il condamne catégoriquement en soulignant l’illégitimité des Cortès de Cadix. Carnicero se propose de

hacer ver las miserias y trabajos que han sufrido esta corte y reyno y los infames medios de que se valían los enemigos de la religión y la patria para corromper las costumbres.

15Son œuvre constitue en effet une narration, beaucoup plus descriptive qu’analytique des faits survenus à Madrid à partir du 2 mai 1808, qu’il considère comme une démonstration de l’inflexibilité du peuple et de sa capacité, avec l’aide providentielle de Dieu, à dépasser les invitations à l’abandon de la morale traditionnelle. Il écrit à cette occasion :

Esta nación se acordó de lo que fue : se enfureció de repente, como el león, al ver tamaña perfidia e ingratitud, y juró morir antes que sucumbir ni sujetarse a un tirano.

16Par la suite, se déchaîna une révolution « penosa », « sangrienta » et « heroica » dont l’objet fut de « defender nuestra libertad, nuestra religión y nuestro rey », ce qui fut finalement assuré avec le retour de Ferdinand VII.

II. — LA CONSOLIDATION D’UN RÉCIT

17La fin de la guerre et la restauration de l’absolutisme qui a accompagné le retour de Ferdinand VII ont donné lieu à une réélaboration des interprétations procédant des années antérieures, en s’appuyant logiquement sur les perspectives idéologiques qui existaient alors durant ce règne. Toutefois, les présupposés fondamentaux de cette re-création se trouvaient déjà dans les ouvrages que nous venons d’analyser.

18L’ouvrage du colonel Fernando García Marín y Solano, intitulé Memorias para la Historia Militar de la Revolución española, que tuvo principio en el año de 1808 y finalizó en el de 1814. Resumen histórico y exacto de los principales sucesos del inmortal segundo Sitio de Zaragoza, y de otros acontecimientos memorables de Aragón durante la misma Guerra a été publié à Madrid en 1817. Comme l’indique le titre du livre, la guerre est définie comme « Revolución » ou « Guerra de la Revolución », mais, à nouveau, cette révolution a pour objet de recouvrer l’indépendance. García Marín parle en effet d’un soulèvement pour la défense de « la santa causa de la patria », « norma en las edades venideras a todos los pueblos que quieran conservar su independencia, sus leyes y su gobierno ». Il ajoute ensuite :

Cada provincia, pues, tiene un derecho legítimo e incontestable a que sus sacrificios, sus proezas y sus distinguidos hechos ocupen el lugar que les pertenece en la historia general de nuestra revolución, que debe publicarse para perpetuar la memoria de la heroica firmeza y de la inmortal gloria de la nación española en tan terrible y obstinada contienda ; la qual afirmando su independencia y salvando la de las demás continentales, las ha emancipado par siempre de la dura tutela, del predominio y de la esclavitud en que gemían unas y amenazaba a otras, estableciendo y afianzando sobre bases que la humana prudencia mira como indestructibles la libertad, la consideración, el decoro y los derechos de los soberanos y de los pueblos.

19En vertu du décret du 14 août 1815, Ferdinand VII décida de créer une junte de chefs et d’officiers de l’État-major de l’armée « para la redacción de los gloriosos hechos de la contienda », présidée par Francisco Xabier de Cabanes, un militaire originaire de Lérida. Le fruit du travail de cette junte fut la publication, en 1818, du premier et finalement unique tome de l’Historia de la Guerra de España contra Napoleón Bonaparte, escrita y publicada de orden de S. M., une œuvre attribuée à Cabanes ou à Alberto Baldrich y de Viciana. Cabanes avait utilisé le terme « guerra de usurpación » dans une histoire des opérations de l’armée de Catalogne, publiée en 1809 et réimprimée en 1815. La guerre était interprétée dans le même sens, c’est-à-dire comme un symbole de la loyauté du peuple à l’égard de son roi, dans l’ouvrage publié en 1818 cité plus haut, où l’on trouvait aussi une introduction à l’histoire militaire de la guerre et un tableau chronologique des principaux événements.

  • 12 J. M. Cuenca Toribio. La Guerra de la Independencia.

20Les travaux de cette commission officielle furent interrompus durant le Trienio Liberal (1820-1823) et ne furent pas repris après la seconde restauration de l’absolutisme, en 1823. Toutefois, à la fin du règne, en 1833, paraît la Historia política y militar de la guerra de la Independencia en España contra Napoleón Bonaparte, de 1808 a 1814, de José Muñoz Maldonado, une œuvre écrite par un serviteur de l’État, ministre honoraire du Conseil de Castille et secrétaire du roi, à qui Ferdinand VII lui-même fournit, par le décret du 24 août 1831, les documents originaux relatifs à la guerre d’Indépendance, qui existaient au ministère de la guerre. Il s’agissait d’exalter dans cet ouvrage le rôle du roi « justo, magnánimo y protector de las letras », mais l’objectif était aussi de réaliser « una relación ordenada de tan gloriosos hechos ». Cette œuvre constitue, d’après Cuenca Toribio, le premier travail historique sur la guerre qui ait une véritable importance documentaire et intellectuelle12. En voulant corriger ce qu’il considérait comme des inexactitudes et parfois des calomnies proférées par des écrivains étrangers déterminés à réduire l’importance de la participation espagnole dans la guerre, Muñoz Maldonado fait le récit héroïque de la guerre la « más gloriosa » que l’on puisse trouver dans les annales espagnoles, quand

la nación entera se levantó en masa, y sin calcular las fuerzas enemigas se lanzó a la lid, en la que, después de Dios, al entusiasmo que inspiró el nombre de Fernando VII debió la España su triunfo y Europa su libertad.

21En définitive, la guerre avait démontré a « cuánto es capaz de hacer la España por la conservación del trono de su idolatrada Monarca y de su Independencia ».

22La mort de Ferdinand VII et la sanglante période des régences amena la victoire de la révolution libérale en Espagne et, avec celle-ci, la domination d’une interprétation historique de la guerre d’Indépendance — cette dénomination s’impose alors définitivement à cette période — d’inspiration libérale qui ne voit pas seulement dans la guerre une révolution populaire contre un ennemi étranger, mais aussi le début du présent qui était alors vécu, c’est-à-dire la construction de l’État libéral, dans lequel les libéraux se reconnaissaient directement.

  • 13 Madrid, Imprenta de don Tomás Jordán, 1835-1837. Il existe deux éditions récentes prépa-Madrid, Imp (...)

23Le concept de révolution reste alors présent sous la plume des historiens libéraux, surtout dans les ouvrages autobiographiques. Certains anciens libéraux de Cadix, devenus plus conservateurs que ce qu’ils ne l’étaient pendant la guerre, ont eu précisément recours au passé pour expliquer leur évolution idéologique. L’exemple le plus important est celui de l’œuvre de José María Queipo de Llano, comte de Toreno, intitulée Historia del levantamiento, guerra y revolución de España et publiée en cinq volumes entre 1835 et 183713, bien qu’écrite en exil, à Paris, à partir de 1827. Il s’agit, comme l’a récemment signalé Richard Hocquellet, d’un ouvrage d’excellente facture historiographique, proche déjà du positivisme, et qui est devenu par la suite l’histoire la plus autorisée sur les événements.

24La Historia du comte de Toreno reflète certains changements intervenus dans la vision libérale du conflit, et en particulier dans le 2 mai madrilène. Pendant la guerre, les historiens libéraux avaient surtout insisté sur la Constitution, sur la révolution politique, alors que les soulèvements populaires, dans lesquels la composante populaire n’était pas toujours appréciée, étaient évoqués avec gêne. Ainsi, dans le petit ouvrage qu’il avait consacré à la guerre en 1820, le comte de Toreno affirmait que

  • 14 Noticias de los principales sucesos ocurridos en el gobierno de España.

no fue la ignorancia, no fue la superstición la que resistió a Bonaparte, sino un sentimiento de independencia, un sentimiento de pundonor, acompañados de un sentimiento de libertad14.

25Des années plus tard, les choses avaient cependant changé. Toreno avait vécu les échecs de 1814 et de 1823 et était devenu un des acteurs du libéralisme modéré au pouvoir (il collabora en 1834 avec Martínez de la Rosa sous le régime du Statut Royal, fut ministre des Finances puis président du gouvernement). Dans ce contexte, il n’y avait plus lieu d’occulter le fait que le soulèvement de 1808 était certes patriotique, mais aussi en faveur de Ferdinand, et même réactionnaire, ce qui lui permettait de justifier sa dérive vers un libéralisme de plus en plus conservateur.

26Toreno établit alors une relation téléologique entre trois concepts : le soulèvement suscita la guerre qui elle-même conduisit à la révolution. La conclusion principale de ce processus est pour lui le grand changement constitutionnel de 1812, perçu désormais sous un angle critique sur certains points. Par exemple, dans le débat sur l’unicaméralisme ou le bicaméralisme des Cortès, l’historien asturien manifeste sa préférence pour un équilibre entre « el movimiento rápido de nuevos y meramente populares y la permanente estabilidad de otros más antiguos ». Malgré tout, le bilan global de la Constitution de 1812 reste pour lui positif :

  • 15 Ibid., p. 369.

Pregonando un gobierno representativo y asegurando la libertad civil y la de la imprenta, con muchas mejoras en la potestad judicial y en el gobierno de los pueblos, daba un gran paso hacia el bien y prosperidad de la nación y de sus individuos15.

27Il affirme aussi :

  • 16 Ibid., p. 379.

Y en verdad, ¿cómo podría esperarse que los españoles hubieran de un golpe formado una Constitución exenta de errores, y sin tocar en escollos que no evitaron en sus revoluciones Inglaterra y Francia ? Cuando se pasa del despotismo a la libertad, sobreviene las más veces un rebosamiento y crecida de ideas teóricas que sólo mengua con la experiencia y los desengaños16.

  • 17 A. Alcalá Galiano, Obras Completas, t. II.

28L’œuvre de Toreno compta ensuite sur l’appui d’Antonio Alcalá Galiano, un des protagonistes et historiens de la période, qui évoqua de manière très favorable l’approche de Toreno dans un travail publié en 1838, sous le titre : Índole de la revolución de España en 180817. Dix ans plus tard, le même Alcalá Galiano publia La Historia de España, desde los tiempos primitivos hasta la mayoría de la reina doña Isabel II, redactada y anotada con arreglo a la que escribió en inglés el doctor Dunham, por D. Antonio Alcalá Galiano (1844-1846, sept tomes), mais ses positions étaient devenues encore plus conservatrices que celles de Toreno. Pour lui, dans la guerre, « el primer ímpetu fue dado y dirigido en general por hombres de clase oscura y pobre », ce qui fut à l’origine en Espagne du « poder de la muchedumbre », c’est-à-dire du moment où les masses triomphantes ne pouvaient plus se limiter à « obéir ». Dans ce sens,

la insurrección de los españoles, en su principio y fines justa, y hasta acertada, tuvo desde luego algunos inconvenientes graves, y los preparó iguales o mayores para lo sucesivo.

29Le travail des Cortès de Cadix avait été marqué, d’après Alcalá Galiano, par une volonté patriotique indiscutable, mais dans le même temps de sérieuses erreurs avaient été commises, liées avant tout à un esprit de destruction, à l’attachement à des doctrines abstraites et au fait d’avoir suivi de trop près le modèle de la Constitution française de 1791.

30Durant le règne d’Isabelle II, à partir de 1843, et avec la fin des régences, les grandes lignes de l’interprétation libérale de la guerre se fixent définitivement, au moment où la dénomination de « guerre d’Indépendance » se fixe partout, y compris dans le titre des œuvres. Entre 1842 y 1847, Miguel Agustín Príncipe publia La guerra de la Independencia. Narración histórica de los acontecimientos de aquella época, ouvrage d’un bon écrivain, qui connut un certain succès durant le règne d’Isabelle II, tout en étant éclipsé par celui du comte de Toreno. Tout comme dans des récits antérieurs, Príncipe soulignait que la dégradation survenue durant le règne de Charles IV facilita l’action de Napoléon et obligea à « un effort colossal du peuple », un effort qui pris la forme d’une grande épopée nationale, démontrant ainsi comment les « mouvements populaires » sont capables de changer l’histoire.

31Plus tard, en 1860, vit le jour le tome XXIII de la Historia General de España de Modesto Lafuente, dont la partie III, Livre X, est intitulée « Guerra de la Independencia de España ». L’extraordinaire impact de cette œuvre prouve que l’on peut dire qu’un discours sur la guerre d’Indépendance était désormais consolidé et appelé à durer pour une longue période. Durant ces décennies centrales du XIXe siècle, celles de la splendeur de la Historia General de España comme genre historiographique, la guerre d’Indépendance devient du point de vue historique une des pierres angulaires du jeune État-nation libéral espagnol. La guerre contre Napoléon est en effet présentée comme la démonstration faite par l’Espagne à la France de son volksgeist, de son esprit populaire, de ses valeurs identitaires, parmi lesquelles en premier lieu le courage, l’héroïsme, et la capacité de résistance pour défendre la patrie. À travers le 2 mai madrilène, à travers les guerrilleros et des épisodes, comme la défense héroïque des villes assiégées, racontés par Lafuente avec toute la charge expressive de l’écrivain romantique, la guerre d’Indépendance devient l’un des maillons d’une histoire nationale d’essence immuable, dans une chaîne épique de hauts-faits et de personnages, qui débute avec les résistances héroïques des villes de Sagunto et Numance face aux Carthaginois et aux Romains, et avec de grands guerriers comme Viriato, elle se déroule ensuite autour de don Pelayo et des longs siècles de la Reconquête face à l’envahisseur musulman, puis au travers de la lutte des comuneros à Villalar, contre un empire qui s’était alors éloigné de la nature de l’Espagne. La résistance de Saragosse et Gérone contre les Français ou des figures comme celles de Daoíz, Velarde, Agustina de Aragón ou celles des guerrilleros sont ainsi des continuateurs de cette longue succession d’exploits et de héros. Dans les termes mêmes choisis par Lafuente, le 2 mai 1808 signifia la résurrection de l’«  antiguo genio ibero con sus impetuosos arranques », du « viejo león de Castilla, de muchos años aletargado », dont l’écho « fueron respondiendo una tras otra todas las provincias de la monarquía ». « Los sitios de Zaragoza y Gerona anunciaron a los nuevos romanos que se hallaban en la tierra de Sagunto y Numancia ». Les guerrilleros furent les « modernos Viriatos ».

  • 18 La vision de Modesto Lafuente se trouve au centre, comme il sied à un homme de l’Union Libérale. L’ (...)

32La corruption des élites antinationales et l’abandon du royaume par la monarchie ; le rôle régénérateur du peuple, de « tout » le peuple, uni dans une grande épopée ; l’indépendance, la religion et la monarchie comme moteurs du soulèvement ; le 2 mai 1808 comme grand détonateur ; les Cortès de Cadix et la Constitution de 1812 comme régénérateurs politiques de l’Espagne… Nous avons dans l’énoncé de ces différents thèmes les éléments principaux par lesquels Lafuente et les historiens romantiques du milieu du XIXe siècle ont posé les contours de l’interprétation historiographique du nationalisme libéral espagnol. Il faut de plus souligner que cette vision fut partagée par les modérés comme par les progressistes, qui s’étaient pleinement rendu compte du caractère essentiel de ce thème dans le fondement de l’ establishment libéral. Les seules différences significatives entre eux portaient sur l’évaluation de l’œuvre des Cortès de Cadix, que les secteurs progressistes assumaient totalement, mais qui était l’objet de critiques plus ou moins vives parmi les modérés18.

33Le consensus obtenu dans l’interprétation romantique, épique et nationale de la guerre touchait même les secteurs antilibéraux, même si ces derniers réinterprétaient politiquement le sens général du conflit. En effet, pour ces secteurs, la guerre d’Indépendance s’inscrivait dans une perspective dont les premiers moments se situaient à Covadonga et qui était invariablement marquée par le signe et la défense de la croix dans des campagnes religieuses, avant d’être guerrières. En revanche, l’action des Cortès de Cadix était l’objet de toutes sortes d’insultes. Dans la Historia General de España de l’historien catalan Víctor Gebhardt, histoire qui eut un grand succès auprès des carlistes et des catholiques antilibéraux, la guerre est présentée comme une sorte de guerre de religion, comme un combat espagnol apparenté à la tradition de défense du catholicisme du XVIe siècle contre les idées antichrétiennes.

  • 19 Historia General de España y de sus Indias, t. I, p. 96.

En todas épocas, écrit-il, se ha encontrado vivo este espíritu de patriotismo y de independencia que parece propio del pueblo español, y que en dos grandes circunstancias de su historia se ha revelado con toda la fuerza de la pasión : en la guerra contra los moros, en tiempos de Pelayo, en nuestros días en la guerra contra los soldados de Napoleón19.

34En revanche, les libéraux étaient « los herederos de la escuela reformadora », qui :

  • 20 Ibid., t. VI, p. 465.

Si bien no habían modificado ninguno de sus principios, podían con el tiempo transcurrido, con la ciencia acumulada, vestir sus engañadoras ideas con nuevos seductores atavíos ; en vez de panegirizar como entonces el absolutismo de los reyes, ensalzaban ahora los derechos populares y humillaban a la nada la dignidad del solio20.

35Les Cortès de Cadix s’étaient particulièrement montrées :

  • 21 Ibid., t. VI, p. 602.

Despreciadoras de todo lo antiguo solo por serlo, esclavas del espíritu racionalista y ciegas enemigas del histórico… Fieles a los principios religiosos y sociales que las animaban, fueron a buscar por modelo un código abortado en la fiebre de una revolución descreída y desacreditado hacía tiempo por sus funestos resultados, que había llevado a Francia al despotismo napoleónico21.

36Il existait des différences, jusqu’à un certain point, entre libéraux et antilibéraux sur les motifs de la lutte antinapoléonienne, mais ils s’opposaient radicalement sur l’évaluation de l’œuvre gaditaine. Toutefois, la colonne vertébrale de leurs récits sur la guerre d’Indépendance était commune, tout comme l’idée substantielle qui donnait sens à la narration : il s’agissait d’un soulèvement national des Espagnols, surtout des couches populaires, gardiennes du caractère national, contre une tentative de domination étrangère. Le mythe d’une nation hautaine, qui rejette tout type d’esclavage, de domination et de tentation extérieures, qui reste fidèle à son essence primitive, qui voit ressurgir son identité collective chaque fois qu’elle est soumise à l’épreuve, imprègne depuis ce moment l’histoire, mais aussi la littérature, l’art et les manuels scolaires. Cette vision s’est prolongée pendant plus d’une centaine d’années, de l’Espagne d’Isabelle II, en passant par la Restauration, la République et même par le franquisme.

III. — LA PERSISTANCE DU RÉCIT NATIONAL

  • 22 I. Peiró Martín, Los guardianes de la historia.
  • 23 Gómez de Arteche était aussi l’auteur du tome correspondant à l’Espagne de Charles IV dans la Histo (...)

37Durant le dernier quart du XIXe siècle, en pleine période de la Restauration, l’historiographie espagnole connut l’introduction de nouveaux apports méthodologiques, issus du positivisme, qui accordaient donc une place plus grande aux documents et qui exigeaient une approche plus fine dans la critique des sources, tout en restant dans le cadre du nationalisme espagnol officiel, de caractère libéral-conservateur, que le canovisme incarnait parfaitement22. L’interprétation, déjà fermement consolidée, de la guerre d’Indépendance élaborée durant les décennies antérieures connut alors un appui nouveau. L’œuvre de référence publiée à cette époque est : Guerra de la Independencia. Historia militar de España de 1808 a 1814, du général José Gómez de Arteche y Moro, publiée en 14 volumes entre 1868 et 1903. Gómez de Arteche est sans aucun doute le meilleur historien du siècle sur les aspects militaires de la guerre, et son œuvre, fondée sur des sources espagnoles et trop rarement sur des sources françaises et anglaises, est un excellent exemple de positivisme historiographique. Toutefois, Gómez de Arteche partage, à partir des canons de l’historiographie officielle de la période, la vision romantique forgée durant les décennies antérieures, en particulier en liant étroitement cette vision avec le caractère propre de la nationalité espagnole. D’après cet auteur, les Espagnols se seraient soulevés unanimement en 1808 en faveur de la défense de leur religion, de leur roi, manifestant ainsi aussi bien un conservatisme qui leur était inhérent, qu’une habileté enracinée pour la guerre qui s’était développée à partir du long conflit médiéval contre les musulmans23.

38La version du libéralisme progressiste est nourrie elle aussi à cette période de quelques études importantes, parmi lesquelles se détache l’œuvre d’Enrique Rodríguez Solís, Los guerrilleros de 1808 : historia popular de la guerra de la Independencia. Le livre de Rodríguez Solís, publié en 1887-1888, est un jalon décisif de la consolidation de l’idée selon laquelle les guerilleros ont été la preuve évidente du caractère populaire de la guerre d’Indépendance, idée qui sera reprise et répétée par l’historiographie républicaine et même ouvrière au XXe siècle. La caractérisation de la guerre d’un point de vue national se retrouvait aussi chez Rodríguez Solís qui ne doutait pas du caractère « sacré » d’une lutte menée par le peuple pour la défense de son territoire, ni non plus du lien intime qui existait entre cette guerre et le caractère espagnol : « al nacer el español — écrivait-il — nació el guerrillero ».

IV. — CONCLUSION

39Le parcours que nous venons de réaliser parmi les œuvres les plus importantes écrites au XIXe siècle sur la guerre d’Indépendance nous a permis de vérifier que cette guerre fut interprétée dès le départ par les historiens comme une révolution au caractère essentiellement national ou patriotique qui obéissait au désir des Espagnols de défendre leur liberté face à l’envahisseur étranger. À partir de là, les historiens d’inspiration absolutiste ont débattu avec les libéraux sur la nature des motifs qui ont poussé les Espagnols à cette révolution — catholique et traditionnelle pour les uns, d’inspiration libérale masquée pour les autres — ainsi que sur les répercussions politiques de cette guerre qui permit de célébrer une convocation des Cortès et d’approuver la première Constitution espagnole, ce que les libéraux célébraient et que les absolutistes condamnaient plus ou moins catégoriquement.

40Les uns et les autres se retrouvaient néanmoins pour considérer qu’il s’agissait d’une « guerre pour l’indépendance » (même si la dénomination historiographique « guerre d’Indépendance » mettra un certain temps à s’imposer), menée par le peuple espagnol, incarnation de la nation, dans une geste héroïque et épique marquée par un caractère national dans lequel l’esprit guerrier et indépendantiste jouait un rôle central. Les ouvrages écrits au moment même du conflit, avec toute la teneur polémique du moment, contenaient déjà en substance cette interprétation qui adopta à l’époque romantique sa forme définitive et perdura dans les ouvrages historiques de la fin du XIXe siècle, avec une teinte positiviste propre à cette période.

  • 24 Ceci apparaît aussi dans les travaux présentés au Congreso Histórico Internacional de la Guerra de (...)

41Par la suite, au XXe siècle, l’historiographie de la guerre d’Indépendance resta durant des décennies sur les bases fondamentales que nous avons résumées dans ce travail. En 1908, l’œuvre la plus importante du centenaire, El dos de mayo de 1808 en Madrid : relación histórica documentada, de Juan Pérez de Guzmán y Gallo, était centrée sur les aspects militaires du conflit et s’appuyait sur un précieux arsenal de documents de première main, tout en partageant avec le nationalisme romantique du XIXe siècle la volonté de mettre en valeur la composante épique et humaine des événements24. Toutefois, apparaissait à cette date une révision de la figure des afrancesados dans l’œuvre de Mario Méndez Bejarano, Los famosos traidores (1912), c’est-à-dire à travers des hommes qui avaient été jusqu’alors écartés des canons interprétatifs nationaux de la guerre. Le livre de Miguel Artola, Los afrancesados (1953), reprendra cette tâche après la guerre civile. Les ouvrages les plus importants sur la guerre d’Indépendance publiés dans les années 1960 et au début des années 1970 ont déplacé l’intérêt traditionnel porté aux aspects militaires au profit du terrain politique, avec des études centrées fondamentalement autour des origines du libéralisme et de l’œuvre gaditaine. Les historiens commencent alors à prendre leur distance à l’égard du lieu commun de la nation en armes, unie comme un seul homme, et solidaire. Ils épurent leurs travaux des excès de la rhétorique nationaliste, tant de celle qui avait été amassée au XIXe siècle que de celle apportée par le nationalisme franquiste, et ils introduisent de manière croissante des éléments de complexité dans l’analyse de la guerre. Toutefois, à la fin du franquisme, le modèle interprétatif de la guerre d’Indépendance comme une guerre nationale contre la présence napoléonienne sur le sol espagnol persiste. Quelques-uns des plus importants historiens de cette époque continuent à privilégier cette interprétation, tels José María Jover Zamora, dans un ouvrage intitulé La guerra de la Independencia española en el marco de las guerras europeas de liberación (1808-1814) et publié dans le volume collectif La guerra de la Independencia española y los Sitios de Zaragoza (Zaragoza, 1958) ou, dix ans plus tard, Miguel Artola dans le très marquant tome XXXII de la Historia de España de Menéndez Pidal, consacré à La España de Fernando VII (1968), où la guerre d’Indépendance est analysée comme un « soulèvement national ».

42Nous assistons depuis quelques années à une profonde révision historiographique sur la guerre d’Indépendance, qui a remis en question le caractère national de ce conflit et même la pertinence de cette dénomination. En 1994, dans un article qui a fait date, publié par la revue Studia Historica, sous le titre « La invención de la guerra de la Independencia », José Álvarez Junco affirmait que l’énorme complexité du conflit qui avait débuté en 1808 ne pouvait être comprise qu’en distinguant dans celui-ci « una serie de niveles o subconflictos coincidentes en el tiempo y alimentados entre sí » : la guerre internationale qui voyait s’affronter l’Angleterre et la France, la dimension de guerre civile, la réaction xénophobe antifrançaise, la composante anti-Godoy et la protestation antirévolutionnaire d’inspiration politico-religieuse, etc. Il n’était donc pas adéquat de parler de « guerre d’Indépendance » à partir du moment où il n’y eut pas

un intento de secesión de los habitantes de un territorio integrados contra su voluntad en un conglomerado imperial, ni un enfrentamiento con los franceses por una « liberación española ».

  • 25 Voir aussi J. Álvarez Junco, Mater dolorosa, pp. 119-149.

43Cette expression de « guerre d’Indépendance » serait donc une invention, une pure création culturelle qui, de plus, n’est pas apparue durant les événements de 1808-1814, mais au début des années 1820, se diffusant durant les années 1830, pour être consacrée durant la seconde moitié des années 1840. Cette invention serait par conséquent étroitement liée aux nécessités de l’État-nation libéral espagnol et devrait être écartée sur le terrain historiographique en tant que mythe nationaliste empêchant de percevoir correctement la réalité25. L’article d’Álvarez Junco ouvrit la porte à une série d’études, particulièrement abondantes durant ces dernières années, qui correspondent à celles de la commémoration du second centenaire de la guerre. Cette interprétation est très influente dans l’historiographie espagnole actuelle, et même dans l’opinion publique, qui s’attache à démonter les mythes et les « inventions » historiographiques du passé et de la guerre d’Indépendance.

  • 26 R. García Cárcel va aussi dans ce sens dans : El sueño de la nación indomable. Voir aussi A. Elorza(...)

44Même s’il ne s’agit pas du propos central de notre travail, on peut s’interroger sur l’opportunité de se demander si la déconstruction de l’interprétation traditionnelle de la guerre qui s’est opérée ces dernières années ne risque pas de conduire, au moins dans certains cas, à rendre inintelligible ce conflit, et même à dénaturer la vérité historique26. La réaction populaire de 1808 fut assurément une lutte complexe, polyvalente, dans laquelle de nombreux éléments sont intervenus. Parmi ces derniers, on ne peut toutefois nier l’existence très marquée d’une conscience belligérante d’indépendance contre une invasion étrangère, même si cette conscience, à son tour, n’était pas univoque car on y trouvait des idées de défense de la religion, de la patrie et même de la propre sphère domestique, jusqu’à des rêves révolutionnaires libéraux. De plus, cette réaction ne fut pas toujours aussi spontanée et unanime que l’affirmait l’historiographie du XIXe siècle, mais elle fut très large et, dans le rejet des Français, très similaire dans un pays aussi pluriel et divers que l’était l’Espagne par sa géographie, son histoire et ses traditions. Dans ce sens, le facteur de lutte pour l’indépendance nationale, appuyée sur une large composante populaire, face à un occupant considéré comme étranger, fut un facteur très puissant, présent dès le départ comme moteur fondamental de la guerre. Par conséquent, la dénomination « guerre d’Indépendance » est peut-être une bonne dénomination de cette guerre, même si d’autres facteurs sont intervenus et malgré le fait que la consolidation de ce terme ait été reliée aux nécessités de la construction de l’État libéral et national espagnol du XIXe siècle.

Notas

1 J. Álvarez Junco, « ¿Hacer ciencia o hacer patria ? ».

2 Avec, dans certain cas, une certaine injustice et sans se rendre compte que la critique peut se retourner contre celui qui l’a formulée, Álvarez Junco a repéré dans quelques travaux récents sur la guerre d’Indépendance « la marca de las obsesiones o intereses políticos de los autores ». En revanche, en faisant un bilan du bicentenaire, J. -Ph. Luis estime que « el rapto de la historia de la guerra de la Independencia por consideraciones políticas actuales en torno a la existencia de una nación española ha sido limitado » et que « la comunidad de los historiadores no se ha contaminado de las polémicas políticas » (« Balance historiográfico del bicentenario de la Guerra de la Independencia »).

3 La richesse quantitative de la bibliographie du XIXe siècle sur la guerre d’Indépendance apparaît dans les principales compilations bibliographiques. En premier lieu, le plus connu : Diccionario bibliográfico de la guerra de la Independencia española. Cet ouvrage en trois volumes est centré, mais non circonscrit, aux aspects militaires du conflit. Cette richesse quantitative apparaît aussi dans des ouvrages bibliographiques antérieurs et moins connus comme le petit livre du lieutenantcolonel José Ibáñez Marín (Bibliografía de la Guerra de la Independencia), plus exhaustif dans le traitement de la bibliographie d’autres pays et privilégiant lui aussi les aspects militaires, ou dans le texte de M. Gómez Imaz, également intitulé Bibliografía de la Guerra de la Independencia, texte qui constituait son discours d’entrée à la Real Academia Sevillana de Buenas Letras, en 1888.

4 Je crois l’avoir démontré à propos du présumé « castellanismo esencialista » de l’œuvre de Modesto Lafuente dans : M. Esteban de Vega, « Castilla y España en la “Historia General” de Modesto Lafuente ».

5 J. Álvarez Barrientos, « “Revolución española”, “Guerra de la Independencia” ».

6 J. Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia ».

7 Toutefois, quelques ouvrages incorporent aussi à leur titre le terme de « guerre d’Indépendance ». Tel est le cas de Historia de las operaciones del exército de Cataluña en la guerra de la usurpación, ó sea de la Independencia de España, du lieutenant-colonel Francisco Xavier de Cabanes publié en 1809. Ainsi que de : La guerra de la Independencia, o sea, triunfos de la heroica España contra Francia en Cataluña, de Cecilio López Alonso, publiée en 1833, mais écrite vers 1814. Toutefois, cet ouvrage n’est pas de caractère historique, mais il inclut deux comédies patriotiques, inspirées du style, d’après Álvarez Barrientos, des comédies militaires du XVIIIe siècle. Les afrancesados utilisent aussi le terme de « révolution », mais pour démontrer que la révolution authentique n’était pas celle de Cadix, ni celle de Ferdinand, mais qu’elle était la leur, celle d’un changement dynastique qu’ils promouvaient. Dans ce sens, le chanoine Juan Antonio Llorente publia à Paris, entre 1814 y 1816, Memorias para la historia de la revolución española.

8 Á. Flórez Estrada, Introducción para la Historia de la revolución de España, p. 6.

9 Ibid., p. 6.

10 Ibid., p. 126.

11 La première édition, à Cadix (Imprenta Real), la seconde à Madrid (imprenta viuda de Barco). Dans l’« Avertissement au lecteur » que l’on trouve dans l’édition de 1820, Salmón affirme que Ferdinand VII avait demandé en 1815 que les quatre volumes publiés jusque-là soient saisis, car ce livre était accusé d’être infâmant à l’égard de ses parents et de porter ombrage au prestige même du roi. Le Conseil Royal avait été saisi d’un recours par l’auteur et ne s’était toujours pas prononcé, c’est pourquoi, en 1820, dans des circonstances politiques différentes, il fut décidé de publier une nouvelle édition.

12 J. M. Cuenca Toribio. La Guerra de la Independencia.

13 Madrid, Imprenta de don Tomás Jordán, 1835-1837. Il existe deux éditions récentes prépa-Madrid, Imprenta de don Tomás Jordán, 1835-1837. Il existe deux éditions récentes préparées par R. Hocquellet (Pamplona, Urgoiti, 2008) et par J. Varela Suanzes-Carpegna (dans la collection digitale du Centro de Estudios Políticos y Constitucionales « Bicentenarios »). Les éditions Urgoiti ont réédité, avec une présentation d’A. Gil Novales, l’ouvrage du comte de Toreno, Noticia de los principales sucesos ocurridos en el gobierno de España.

14 Noticias de los principales sucesos ocurridos en el gobierno de España.

15 Ibid., p. 369.

16 Ibid., p. 379.

17 A. Alcalá Galiano, Obras Completas, t. II.

18 La vision de Modesto Lafuente se trouve au centre, comme il sied à un homme de l’Union Libérale. L’historien de Palencia, relève quelques erreurs dans la procédure adoptée par les Cortès, ainsi que des imperfections dans la Constitution. En accord avec la tradition des anciennes Cortès de Castille, il eut été plus judicieux, d’après lui, de réunir les Cortès par ordres et éviter ainsi un affront inutile à la noblesse et au clergé. La Constitution présentait de plus « un esprit excessivement démocratique », ainsi que des « limitations inconsidérées du pouvoir royal ». Les Cortès et la Constitution se montrèrent imprudentes en déclarant que les colonies faisaient partie intégrante de la Monarchie espagnole, dotées d’un droit à participer au gouvernement suprême de l’État, ce à quoi elles ont répondu en se soulevant contre l’Espagne. En marge de tout ceci, les Cortès de Cadix ont donné de nombreuses preuves de dignité, de désintérêt et de sagesse, et « à la fois de libéralisme avancé et de sincère et pur monarchisme ». La Constitution de 1812 était enfin « libro venerable como símbolo glorioso de desinteresado y heroico patriotismo, como la primera bandera de la libertad que se enarboló en la España moderna ». L’objection que l’on pouvait faire à ces hommes était que : « no conocieron bien el pueblo español de la época en que legislaban… en creerle o suponerle preparado para recibir tan radicales innovaciones, cuando ni había podido instruirse de repente, ni su educación de siglos enteros lo consentía ; y en no comprender hasta dónde rayaba su delirio por Fernando VII ».

19 Historia General de España y de sus Indias, t. I, p. 96.

20 Ibid., t. VI, p. 465.

21 Ibid., t. VI, p. 602.

22 I. Peiró Martín, Los guardianes de la historia.

23 Gómez de Arteche était aussi l’auteur du tome correspondant à l’Espagne de Charles IV dans la Historia General de España de la Real Academia (Historia General de España). Ce tome se termine sur l’entrée de Napoléon en Espagne et sur les événements d’Aranjuez qui ont clos un règne « doblemente luctuoso en su comparación con los anteriores, en cuyas glorias habían tenido parte algunos de los que también presenciaron la marcha, cada día más rápida, de la decadencia en que se precipitó España al comenzar la actual centuria ».

24 Ceci apparaît aussi dans les travaux présentés au Congreso Histórico Internacional de la Guerra de la Independencia y su época (1807-1815), célébré à Saragosse en 1908 et publiés l’année suivante.

25 Voir aussi J. Álvarez Junco, Mater dolorosa, pp. 119-149.

26 R. García Cárcel va aussi dans ce sens dans : El sueño de la nación indomable. Voir aussi A. Elorza, « Despierta España », ainsi que l’article du même auteur : « El Dos de Mayo y la Nación », El País (lunes 28 de abril de 2008) ; tout comme J. G. Cayuela et J. Á. Gallego, La Guerra de la Independencia.

Autor

Universidad de Salamanca

© Casa de Velázquez, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540