Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

III. — Enjeux de mémoire : la conservation des lettres dans les archives et chancelleries médiévales

La lettre diplomatique à la chancellerie des premiers Valois (1328-1380)

Pratiques, traces et réalité

Emmanuelle Portugal

Volltext

Pour chaque chose, il faut un cadre. Pareil pour la pensée. On ne doit pas craindre le cadre exagérément, mais il ne faut pas non plus craindre de le casser. C’est ça le plus important pour trouver la liberté. Respecter et détester le cadre. Les choses qui comptent le plus dans la vie d’un homme sont toujours ambivalentes. Voilà à peu près tout ce que je peux dire.

Haruki Murakami, L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

  • 1 Issu d’une communication réalisée à la Casa de Velázquez le 14 mai 2014, le présent propos prend ap (...)
  • 2 Comme le commente Hélène Sirantoine dans l’introduction du présent volume.
  • 3 Ibid.
  • 4 C’est l’approche adoptée dans ce volume par Jesús Alturo i Perucho.
  • 5 Guyotjeannin, 2008, p. 20.
  • 6 Comme s’était plu à le formuler, au cours des premières journées d’études dédiées à l’objet « lettr (...)

1Extraite de la littérature japonaise contemporaine, la citation de Haruki Murakami par laquelle nous souhaitons initier cette réflexion revêt une réalité certaine pour l’historien1. En effet, ses domaines et objets d’étude qui, pour les premiers, se sont largement accrus et, pour les seconds, grandement diversifiés, ne peuvent jamais être enfermés, tout comme la pensée, dans des cadres parfaits. Tout, ou presque, est affaire de variation et d’hybridation, en somme, d’entre-deux. Objet « hybride entre genre épistolaire et genre diplomatique2 », la lettre diplomatique ne fait donc pas exception. D’une définition et d’une perception difficile, elle est un acte qui a la forme d’une lettre3, ou un « document épistolaire4 ». Les deux genres documentaires dans lesquels elle puise ont, pour l’un, une fin juridique et, pour l’autre, une fonction informative, qui, dans le cas d’un auteur doué d’une haute autorité, peuvent se mêler, entretenir un rapport d’antériorité (la lettre venant solliciter la rédaction d’un acte juridique)5 ou de filiation6. De plus, en tant que matière sous tension, la lettre diplomatique induit par sa nature épistolaire un échange, une conversation, ce que l’acte seul semble rendre impossible.

  • 7 Voir notamment à ce propos Bedos-Rezak, Iogna-Prat, 2005.
  • 8 Guyotjeannin, 2008, p. 21.

2Prenant pied dans un royaume de France divisé et au cœur du xive siècle, moment charnière dans le développement et l’expansion de la notion d’individu et des vecteurs de son expression7, le présent propos se présente comme une brève incursion dans le monde, les pratiques et la documentation de la chancellerie des trois premiers Valois où l’hybridation tient une place importante. Dans le cas qui nous occupe, il sera plus question, pour reprendre les néologismes formés par Olivier Guyotjeannin8, « d’épistolarisation » que de « diplomatisation » des documents. Ayant une portée juridique forte, les chartes royales contiennent, en dépit de leur forme relativement stable et comme nous le verrons, quelques éléments qui débordent du cadre, tels que le préambule et l’ornement. C’est dans cette brèche que se cache le dialogue, bien qu’il arbore souvent un mouvement vertical en raison du statut des parties concernées et bien que l’acte juridique n’appelle en soi pas de réponse. Une fois mis en réseau, ces objets marginaux mettent en évidence des jeux d’échanges et de création, voire d’opposition. Nous tâcherons ainsi de cerner dans quelle mesure la chancellerie des premiers Valois a pu produire des « lettres diplomatiques » et d’en percevoir le caractère plus ou moins pérenne grâce à l’appréhension des registres de chancellerie, sommes documentaires complexes donnant une seconde vie à certaines catégories d’actes émis. Pour ce faire, nous nous arrêterons dans un premier temps sur quelques éléments de définition relatifs aux chartes et registres, pour ensuite nous tourner vers les possibles points de contact pouvant exister entre les chartes, registres et lettres diplomatiques.

Quelques points de définition : chartes et registres à la loupe

3Avant d’aller plus loin, il est important de souligner que, aussi bien dans le cas des chartes que dans celui des registres, aucune définition ne saurait rendre parfaitement compte de ce que recouvrent ces deux genres documentaires. Nous tâcherons donc de les présenter au mieux en nous attachant tout d’abord à la forme et au contenu des chartes pour ensuite nous atteler à celle des registres.

Les chartes

4D’après le Vocabulaire international de diplomatique,

  • 9 Cárcel Ortí, 1997, no 385.

une charte est un acte par lequel se manifeste au Moyen Âge la volonté de l’auteur de l’acte écrit et qui constitue normalement un titre entre les mains de son bénéficiaire. Il s’agit d’une variété confuse de documents qui constitue une catégorie spéciale et solennelle d’actes royaux9.

5Objet somme toute assez nébuleux à l’aune de cette définition, la charte est à la chancellerie royale française, à partir du xiiie siècle, un type d’acte dont les contours sont relativement bien circonscrits. En effet,

  • 10 Bautier, 1990, t. I, pp. 167-168.

si l’on s’en tient au sens technique qu’avait le mot « charte » à la chancellerie royale française depuis le xiiie siècle, « la « charte » ou « lettre patente en forme de charte » était l’acte royal solennel scellé de cire verte sur lacs de soie, exprimant la notion de perpétuité et opposé à la fois au diplôme désormais archaïque, à la lettre scellée de cire jaune sur double queue et au mandement sur simple queue10.

  • 11 À propos de la codification des modes de scellement rendant reconnaissables la temporalité et l’aut (...)

6Ainsi, des différents types de temporalité présents au sein de la masse documentaire produite en chancellerie au cours du xive siècle, la charte ne se borne qu’à la perpétuité. Reconnaissable au premier coup d’œil grâce à la présence du grand sceau de cire verte appendu à son repli11, elle a pour particularité de revêtir la forme d’une lettre patente, à savoir d’une lettre solennelle expédiée ouverte, par opposition aux lettres closes, actes expédiés pliés et cachetés de manière à ce que le contenu reste caché.

  • 12 Cárcel Ortí, 1997, nos 67-69.

7À la chancellerie royale française, les chartes sont uniquement réalisées sur du parchemin, dont la qualité diffère plus ou moins grandement, et ont des dimensions très variables allant d’une dizaine de centimètres à plusieurs mètres, soit plusieurs peaux. L’écriture, régulière et entourée de larges marges laissées vierges, vient prendre appui sur une réglure tracée avec soin à la pointe sèche ou à la mine de plomb. Les ratures, erreurs et ajouts interlinéaires ou marginaux n’ont pas leur place dans les chartes et donnent lieu, s’ils adviennent, à la réalisation d’une nouvelle expédition. Les chartes françaises sont pliées en leur partie basse afin de former ce que l’on appelle le repli, surface à laquelle est appendu solidement le sceau et où prennent place des mentions périphériques au texte, les mentions hors teneur, sur lesquelles nous nous attarderons ci-après. Notons avant de poursuivre que les chartes royales françaises pouvaient être envoyées en plusieurs exemplaires (mentions présentes sur le repli : duplicata, triplicata, multiplicata) et que certains actes reproduisent des actes antérieurs. Appelés vidimus, ces derniers fonctionnent comme des poupées gigognes : un acte royal reproduit un acte émis antérieurement et dans son intégralité, en en confirmant le plus souvent la teneur. Il arrive parfois qu’un même acte vidime plusieurs actes, qui se succèdent ou qui s’enchâssent (on parle alors de vidimus de vidimus)12.

  • 13 Les trois grandes séquences dont il est question sont le protocole (suscription, adresse, salut), l (...)

8Du côté de leur teneur, les chartes royales françaises sont porteuses de décision à valeur collective et individuelle. Elles répondent, au xive siècle, à une forme bien définie, au point que tout écart face à la norme rendait l’acte émis suspect. Leur teneur est répartie en trois grandes séquences (protocole, texte, eschatocole) qui comprennent un nombre variable de sous-unités13. Chaque élément de ces séquences est codifié et répond à un formulaire bien ancré, à l’exception de trois pôles (préambule, exposé-dispositif, mentions hors teneur).

  • 14 Il semblerait que ces mentions tirent leur nom des registres de chancellerie, car elles y sont parf (...)
  • 15 Canteaut, 2006, § 5.
  • 16 Id., 2011, p. 234.

9Les chartes royales sont données uniquement au nom du roi, datées avec plus ou moins de précision (jour/mois/année ; mois/année ; année seule) et sont le plus souvent localisées. Elles disposent de plusieurs verrous, dont font partie leur formulaire, le sceau, les contre-sceaux (placés sur le grand sceau et éventuellement à la jonction des peaux de parchemin dans le cas des actes les plus grands), et les mentions hors teneur. Ces dernières, aussi appelées mentions extra sigillum14, viennent garantir la validité de la décision de l’acte qu’elles accompagnent et rendent compliquée toute tentative de faux. De plus, elles permettent d’accéder aux rouages des pratiques de la chancellerie et de dresser un portrait précis de la genèse de l’acte. Directement adressées au chancelier, elles ont pour vocation de faciliter la vérification définitive de l’acte avant scellement. Elles sont aussi variées que les situations entourant la réalisation des actes et deviennent indispensables à la validité du document à partir de 1317, bien que secondaires en comparaison du sceau15. Elles permettent ainsi, en cas d’erreur ou de doute, d’obtenir un complément d’informations ou de commander une nouvelle expédition de l’acte. Mais que contiennent-elles généralement ? À partir du règne de Philippe IV, il est d’usage d’écrire sur le repli le nom du commanditaire de l’acte (qui peut ne pas être le roi), de le signer puis d’ajouter à ces deux informations diverses mentions périphériques, souvent accompagnées de signatures, renseignant notamment sur la copie, les corrections et bien d’autres pratiques16. À ces mentions de service viennent s’ajouter progressivement le nom des officiers présents au moment de la commande de l’acte, celui de l’autorité commanditaire et les circonstances de la commande (acte commandé en conseil, aux comptes, en présence ou en l’absence du roi, etc.).

10En dépit d’une certaine récurrence de tous ces éléments et du cadre stéréotypé régissant leur rédaction, les chartes royales disposent, comme nous le verrons plus tard, d’espaces de liberté, d’expression et d’échange, notamment au travers du préambule et de l’ornementation graphique, qui, loin de remettre en question la validité de leur propos, viennent servir sa solennité.

Les registres

  • 17 Il ne s’agit cependant pas d’un vide bibliographique absolu. Voir notamment Bautier, 1990, t. II, p (...)

11Messagères dans l’éternité, les chartes royales françaises acquièrent une seconde vie grâce à la création de sommes documentaires sur lesquelles il convient de s’arrêter : les registres de chancellerie. Véritables garde-mangers pour les historiens, ces documents ont, pour le xive siècle, assez peu suscité l’intérêt des chercheurs17. D’une définition aussi complexe que dans le cas des chartes, celles qui leur sont consacrées jettent des bases essentielles à l’appréhension de ces sources et en donnent les principales caractéristiques. Ainsi, un registre est

  • 18 Cárcel Ortí, 1997, no 91.

un volume dans lequel on procède à un enregistrement successif d’actes, de lettres, de comptes. L’enregistrement peut être fait d’après la minute ou d’après l’expédition. Il peut donc porter sur des documents expédiés (au départ) ou bien reçus (à l’arrivée)18.

12Robert Fawtier donne quant à lui une définition plus précise de ce qu’est un registre de chancellerie. Il s’agit donc d’

  • 19 Glénisson, Guérout, Fawtier, Registres du Trésor des chartes. Inventaire analytique, p. x.

un registre où, au fur et à mesure de leur délivrance et avec plus ou moins de retard, les notaires de la chancellerie royale ont transcrit, ou fait transcrire par leurs clercs, les actes dont ils avaient établi le texte pour le roi. Ces registres doivent donc présenter les actes royaux dans un ordre chronologique qui, pour n’être pas absolument suivi, n’en est pas moins, grosso modo, respecté. […] L’objet de cet enregistrement est double. D’une part, il permet de savoir ce que la chancellerie a donné comme lettres et pourrait, s’il était complet, servir à dénoncer les faux éventuels ; d’autre part, il permet de remplacer des originaux perdus ou détruits par des copies authentiques, pouvant être utilisées en justice19.

  • 20 Cárcel Ortí, 1997, no 74.

13Un registre de chancellerie est donc un volume qui se caractérise par le biais de son contenu (chartes royales), de son organisation (globalement chronologique) et de son institution productrice (la chancellerie royale). Notons que les registres de chancellerie se différencient des cartulaires, qui contiennent des documents relatifs aux droits et biens de l’institution qui les produisent dans un but mémoriel ou administratif20, par leur forme, leur contenu et leur organisation.

  • 21 Portugal, en cours de préparation.

14En dépit de la présence de définitions, une impression de flou perdure à propos des registres de chancellerie, amplifiée par la consultation des microfilms et numérisations. Formant le socle de nos recherches de doctorat21, l’étude matérielle de l’intégralité des registres des trois premiers Valois se présenta pour nous comme un choc : ces documents semblaient avoir été altérés en profondeur et présentaient des disparités d’ordres variés que rien ne laissait clairement présager, bien que le flou relatif à leur mode d’organisation et à leur matérialité ait été suggéré par la définition de Robert Fawtier.

  • 22 Bautier, 1990, t. II, pp. 615-852, et tout particulièrement à propos de la confusion dans les regis (...)
  • 23 Un registre, Archives nationales (Paris) [AN] JJ 73, présent dans la série de ceux réalisés sous le (...)
  • 24 Le meilleur exemple de ce type de reliure est indubitablement le registre AN, JJ 68. En effet, ce r (...)

15Que ressort-il de notre rencontre avec ces documents ? Un registre de chancellerie est un volume comportant un nombre variable de cahiers. Comme l’indiquait Robert-Henri Bautier dans l’étude qu’il consacra à la chancellerie de Philippe VI, l’ordre des cahiers est parfois très contrarié en dépit de ce que pourrait laisser penser la numérotation ou la foliotation continues présentes dans ces volumes22. Représentant l’unité codicologique de base, les cahiers vont d’un bifeuillet à plus de douze folios et ne semblent avoir pris forme qu’au fur et à mesure de la copie. Une disparité plus ou moins marquée des formats des cahiers constituant un même volume, ainsi que des volumes composant la série des registres, se constate aisément. Les registres sont majoritairement faits de parchemin bien que le papier soit ponctuellement utilisé23. Les cahiers ont pour la plupart été retaillés, parfois au détriment de certaines parties du texte (analyse ou teneur de l’acte). Loin d’être médiévale, la reliure qui les enserre, dont la couvrure de marocain rouge est attachée à la royauté, date, au vu des matériaux et techniques employés, des années 1960. L’étude des fonds de cahier fait apparaître au moins deux strates de piqûre. Afin de gommer les disparités de format une fois le volume fermé, certains cahiers sont reliés en quinconce et montés sur onglet à cheval24.

  • 25 Notons que certains actes donnés au nom du prince héritier sont parfois enregistrés dans les regist (...)
  • 26 En effet, des mentions concernant le sceau employé se trouvent parfois, tout comme c’est le cas sur (...)
  • 27 Sur ces questions voir Canteaut, 2009, pp. 299-316.

16Mais qu’en est-il de leur contenu ? Comme le signale fort justement la définition donnée par Robert Fawtier, chartes et registres entretiennent un rapport de filiation que l’on pourrait qualifier de circulaire. En effet, le contenu des chartes donne vie aux registres, et des registres est parfois extrait le contenu des chartes. Les décisions qui sont enregistrées sont de nature relativement variée, allant de l’amortissement d’une rente à la rémission d’un crime en passant par des décisions touchant plus directement le domaine royal. Sous le règne des trois premiers Valois, les registres ne contiennent que des chartes scellées de cire verte. Données au nom du roi25, elles sont semble-t-il enregistrées après avoir été scellées26. De plus, bien que volumineux, l’enregistrement n’était pas exhaustif. En effet, il semblerait que les registres de chancellerie du xive siècle ne consignent pas plus de 5 % de la production totale de la chancellerie royale. De tels pourcentages restent néanmoins à vérifier27.

17Au xive siècle, les registres de chancellerie sont, à l’exception des premiers registres du règne de Philippe VI qui emploient encore de l’encre rouge pour certaines unités de texte, écrits uniquement à l’encre noire. Notons également que les actes n’y sont plus copiés en colonnes, comme c’était le cas dans les premiers temps, mais exploitent de façon continue une surface d’écriture de mieux en mieux délimitée par la réglure, certes variable, mais présente.

18Une fois les chartes enregistrées et les cahiers regroupés, les actes sont numérotés et analysés succinctement. Ces deux éléments, au départ positionnés de façon aléatoire, prennent place dès le début du règne de Jean le Bon dans les marges et donnent lieu à la réalisation d’une table qui se présente comme la garante de l’unité du volume.

19La question de l’organisation des actes en leur sein reste d’un abord difficile. La logique de ces documents n’est ni thématique — même si les actes concernant un seul dossier sont parfois placés les uns à la suite des autres — ni géographique. Les bénéficiaires ou les notaires-secrétaires signataires des actes enregistrés ne fournissent pas non plus la clef de l’enregistrement. Comme le suggérait Robert Fawtier, la solution est vraisemblablement cachée dans la date : globalement chronologiques sous le règne de Philippe VI et Jean le Bon, les registres de chancellerie acquièrent une rigueur plus marquée sous celui de Charles V sans pour autant être strictement respectée. Marqué par des bons chronologiques pouvant être de quelques mois à plusieurs années, l’enregistrement semble se faire par à-coups, au gré de l’émission, du scellement et de l’expédition des actes, expédition semblant être réalisée parfois avec bien du retard si l’on s’en tient à leur position dans l’enregistrement des actes.

20Enfin, comment retrouver un acte et faire le lien entre la charte originale et son double enregistré ? Bien qu’il convienne d’en vérifier la fréquence, certaines chartes enregistrées dans les registres de chancellerie portent sur leur verso la mention registrata, sous une forme abrégée ou développée. Cette mention ne dispose d’aucun complément d’information quant au volume dans lequel l’acte aurait été enregistré ou même à propos de la date de leur enregistrement. Il est important de souligner que les registres de chancellerie disposent d’outils, plus ou moins efficaces, permettant de localiser, non sans peine, un acte. En effet, ces volumes sont dotés, en leur début, de tables et, en leur sein, d’un apparat composé pour chaque acte, ou presque, de la numérotation et de l’analyse de chaque acte. Ces deux éléments sont généralement placés dans l’une des marges et forment la base de la table, qui les recopie pratiquement tels quels. Ils ont donc théoriquement pour vocation de permettre un repérage plus aisé au sein de ces importantes sommes documentaires. Il faut cependant garder à l’esprit que ces outils ont été réalisés a posteriori et que même

  • 28 Ibid., pp. 313-314. Bien qu’ils concernent les registres des derniers Capétiens, les constats dress (...)

si l’enregistrement respecte grossièrement l’ordre chronologique, l’absence de division entre les années, tout comme l’absence de numérotation des originaux, implique, pour toute recherche, de parcourir systématiquement les tables d’un ou de plusieurs registres. Quand ces tables font défaut, on en est réduit à feuilleter l’intégralité des registres, avec plus ou moins de bonheur28.

21À la lueur des ces informations, il apparaît donc que les chartes et registres de la chancellerie royale française regorgent de problématiques, tant individuelles que communes, et se présentent comme des documents compris dans un entre-deux mêlant fixité et liberté. En énonçant ce second aspect, une question se fait jour : quel(s) rapport(s) peuvent donc bien entretenir ces documents complexes avec la lettre ?

Charte, registre et lettre diplomatique : quel(s) point(s) de contact ?

22Dans le but de mettre en évidence les possibles contacts et dissociation existants entre la charte, le registre et la lettre, notre propos se découpera en deux temps : nous aborderons tout d’abord les échos et dissociations entre la charte et la lettre au travers de l’étude des reliquats épistolaires et des zones de libre-échange que permet l’ornementation tant graphique que textuelle, pour ensuite nous intéresser au lien entre le registre de chancellerie et la lettre, en allant de la charte au registre et du registre à la lettre.

Charte et lettre : échos et dissociation

Reliquats épistolaires : protocole et eschatocole en question

23Se différenciant des lettres par leur forme stéréotypée, la présence de mentions administratives et leur teneur juridique, les chartes royales ne sont pas pour autant exemptes de tout caractère épistolaire, caractère se cachant, comme nous allons le voir, majoritairement en deux lieux : le protocole et l’eschatocole qui, dans un même acte, répondent à une temporalité et à un formulaire communs.

  • 29 À propos de ces trois éléments du discours, voir Cárcel Ortí, 1997, nos 187 et 192.
  • 30 En effet, nous trouvons les suscriptions suivantes pour la période qui nous intéresse : Philippus, (...)
  • 31 Zimmermann, 2001, p. 7.
  • 32 En effet, et bien que cela puisse paraître étrange à qui n’y est pas sensibilisé, les actes royaux (...)

24Placé en tête d’acte, le protocole des chartes de la chancellerie royale française comprend généralement au xive siècle deux éléments importants : la suscription et l’adresse29. La suscription commence l’acte. Elle donne le nom de son auteur ainsi que sa titulature. Pour les actes qui nous intéressent, la suscription ne concerne qu’un seul et unique auteur : le roi. Au cours de la période envisagée, elle varie légèrement en fonction du souverain mais reste figée30. Notons que, dans le cas des chartes royales françaises, la notion d’auteur constitue un épineux problème. En effet, comme le signale Michel Zimmermann, nous vivons dans une société attachée à deux notions, celles d’auteur et d’auteurité, qui ne revêtaient ni la même forme ni la même dimension à la période médiévale31. Cette notion désigne aussi bien l’institution tutélaire que le sujet ou locuteur, ou même, dans une certaine mesure, celui qui donne physiquement vie à l’acte. Nous nous retrouvons donc face à plusieurs strates d’auteurs à la chancellerie royale des premiers Valois : le roi, au nom de qui l’acte est donné et qui lui confère son autorité, le notaire qui donne physiquement vie à l’acte et qui en prend la responsabilité et enfin le service ayant commandé la rédaction de l’acte en présence ou en l’absence du roi32.

  • 33 Nous trouvons ainsi : Notum facimus universis tam presentibus quam futuris quod / Savoir faisons à (...)

25Placée à la suite de la suscription, l’adresse indique généralement les nom et qualité de la personne ou des personnes à qui l’acte est adressé. Dans le cas des chartes royales qui nous intéressent, l’adresse est dite universelle ou générale, c’est-à-dire qu’elle englobe toutes les personnes qui auront connaissance de cet acte33. Notons qu’en dépit de leur valeur perpétuelle, ces documents sont toujours pourvus de deux types de destinataires : l’universitas qui, en étant témoin de l’acte, en garantit la perpétuité, et le bénéficiaire réel, dont l’identité ne nous est connue que par la lecture de l’exposé et du dispositif. Ainsi, le destinataire et le bénéficiaire de l’acte sont deux personnes bien distinctes.

26Placé à la fin de l’acte, l’eschatocole des chartes de la chancellerie royale française comprend généralement au xive siècle une date, un lieu et, sur le repli, les mentions hors teneur dont nous avons déjà dit quelques mots. Comme nous l’avons précédemment signalé, les chartes royales françaises sont toujours datées, avec plus ou moins de précision, et généralement localisées. Comprises dans une même mention, ces données permettent d’inclure l’acte dans l’espace et dans le temps.

  • 34 Fraenkel, 1992, p. 35.
  • 35 Jeay, inédite, p. 211.
  • 36 Fraenkel, 1992, p. 10.
  • 37 « Mais, dans la chancellerie royale, les expéditions originales et définitives des actes ne devaien (...)

27Parmi les mentions hors teneur se trouve une marque de contrôle et d’authenticité devenue indispensable au xive siècle : la signature des notaires et secrétaires. C’est par elle que le sujet s’inscrit dans l’acte34. Sa présence et sa place se stabilisèrent progressivement, jusqu’à ce que ce signe graphique devienne la condition sine qua non du scellement des actes et acquière une certaine régularité à partir du règne de Philippe VI35. « La signature instaure un nouveau régime identitaire fondé sur la permanence du soi, la répétition du même, par le truchement d’une maîtrise du corps et de la main36. » En effet, pour que la signature soit considérée comme valide, il faut que le notaire ou le secrétaire en charge de la rédaction de l’acte soit en mesure de la réaliser de façon identique à chaque fois qu’il doit la tracer. Sa présence répond à deux objectifs. Elle permet en premier lieu de connaître l’identité du notaire ou du secrétaire qui a pris sous sa responsabilité la rédaction de l’acte. Connaître son identité permet, en cas d’erreurs ou de non-conformité de l’acte aux règles ayant cours à la chancellerie royale française37, de le renvoyer au notaire ou secrétaire signataire mis en cause avec la notification de l’élément à corriger, afin qu’un nouveau document soit édité.

  • 38 Jeay, 2015, p. 333.
  • 39 Ibid., pp. 91-108.
  • 40 Pastoureau, 1981, pp. 25-27.
  • 41 En effet, la contrefaçon du sceau et des actes royaux était punie d’une peine de prison et d’une am (...)

28La signature vise ensuite à dissuader les faussaires, car son contrôle se met progressivement en place au cours du xive siècle. Au moment de son entrée en fonction, un notaire royal doit prêter serment, s’acquitter d’une taxe et apposer sur le registre de l’audience son « seing manuel », sa signature, afin qu’en cas de doute, il soit possible de mettre en regard la signature tracée avec sa matrice38. D’autres signatures, celles du chancelier ou d’un conseiller, accompagnent parfois celle du notaire et marquent un contrôle et une relecture de l’acte. Signalons enfin que les rois de France commencent à signer, à partir du règne de Jean le le Bon (1350-1364), certains actes appartenant généralement à d’autres catégories documentaires dont la valeur est, au départ tout du moins, ponctuelle39. Le roi, autorité endossant la paternité des chartes royales, ne signe donc pas ces actes à valeur perpétuelle : son inclusion dans l’acte se fait matérielle et palpable par l’apposition de son grand sceau de majesté, verrou suprême. Au Moyen Âge, le sceau est considéré comme un prolongement de son propriétaire et son usage atteint, après une période d’ajustements et d’évolutions, toutes les couches de la société au cours des xiiie et xive siècles, jusqu’à rendre suspect tout acte non scellé40. Attenter au sceau, et plus largement aux actes donnés au nom du roi, revient ainsi à commettre un crime de lèse-majesté, sévèrement puni41.

  • 42 Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 104.
  • 43 Jeay, 2015, pp. 37-47.

29Dans le cadre du rapprochement entre la charte et la lettre, la pluralité des auteurs et des signataires, la distinction entre destinataire et bénéficiaire ainsi que la valeur perpétuelle de l’acte posent problème. En effet, l’adresse va à l’universitas, ce qui invalide de prime abord le fait de s’« adresser à un destinataire précis42 », donnée pourtant constitutive du genre épistolaire. Bien qu’au moins l’un des auteurs de l’acte, le notaire ou le secrétaire, signe l’acte, le roi s’inclut physiquement dans l’acte, au xive siècle, par l’apposition de son sceau et non plus au moyen du tracé, réel ou supposé, d’une croix autographe ou d’une partie de son monogramme43. Notons enfin que les chartes royales n’attendent normalement aucune réponse : la volonté du roi s’y exprime, solennelle, perpétuelle et sans appel.

Des zones de libre-échange ? Vers un dialogue par l’image

30Sujets à l’hybridation, les actes de la chancellerie royale des trois premiers Valois ménagent un espace de liberté relative au travers de l’usage des préambules et ornements. Ces éléments, qui débordent du cadre de la charte « classique » mais qui ne remettent pas en cause sa validité, font apparaître, au travers de jeux de réemplois et novations, un dialogue à plusieurs échelles alors que l’on s’attendrait à rester dans le carcan d’un échange unilatéral entre le pouvoir et le reste du monde.

31Longtemps laissés de côté et pensés comme superflus face au texte avec lequel ils font pourtant corps, le préambule et l’ornement n’ont commencé à susciter que tardivement l’intérêt des chercheurs et subissent depuis une vingtaine d’années un profond renouvellement. Tous deux facultatifs, ces éléments qui débordent du cadre ont pour vocation de capter l’attention et s’adressent à tous, pouvant être compris selon des degrés divers par la communauté initiée à leurs mystères et le tout venant. De plus, ils se présentent comme les témoins privilégiés d’une culture notariale en plein essor qui donne vie à des actes hybrides, répondant à un besoin de valorisation de l’expéditeur et à une envie de mettre en exergue un bénéficiaire ou une décision.

  • 44 Barret, 2001, p. 323.
  • 45 À propos du préambule à la chancellerie royale française au xive siècle et, plus généralement, du p (...)
  • 46 Ibid., p. 18.
  • 47 Ibid., pp. 15-16 et p. 91.
  • 48 Ibid., p. 16.
  • 49 À propos des sources d’inspiration donnant corps au préambule, voir notamment ibid., pp. 181-314.

32Pensé jusqu’à une date relativement récente comme « un bras mort du discours diplomatique, inutile même à la critique de l’acte44 », le préambule s’est progressivement constitué en champs d’étude à part entière45. Généralement placé entre le salut et l’exposé, bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle absolue, il est objet polymorphe. En raison de la généralité de son propos et de l’absence de caractère juridique en son sein, il offre une certaine marge de manœuvre aux élans créatifs de son rédacteur qui est exempté de toute crainte d’invalidation ou de corrections pour vice de forme46. Il est le résultat d’un processus complexe d’invention, réception et retraitement. Son existence est influencée et déterminée par le croisement de facteurs variables47 et est de l’ordre des « orfèvreries textuelles48 », se présentant comme l’héritier d’une théorisation et d’une histoire à saisir dans le long terme. Après près d’un siècle d’absence, le préambule réapparaît au xive siècle dans les actes de la chancellerie française. Ses usages évoluent et se codifient progressivement, jusqu’à en faire le marqueur de documents d’une solennité certaine. Sa rédaction navigue souvent entre plusieurs domaines fertiles dans lesquels le rédacteur peut aller puiser à loisir (ars dictaminis, textes bibliques notamment)49.

  • 50 Voir notamment Danbury, 1989a et Ead., 1989b, pp. 75-97.
  • 51 Sous l’impulsion de Ghislain Brunel, une exposition, une journée d’études (communications publiées (...)
  • 52 À propos de l’expansion de l’ornementation dans les chartes royales françaises, de leur différence (...)
  • 53 Plusieurs travaux encore en cours menés par Ghislain Brunel tendent à identifier, au travers d’une (...)

33Tout comme le préambule, l’ornement des chartes ne suscita que tardivement l’intérêt. Devenu un terrain de recherche en Angleterre dans les années 198050, il fallut attendre les années 2000 pour que des études soient consacrées aux chartes royales ornées françaises51. D’un abord complexe, ces documents hybrides se différencient, la plupart du temps, des enluminures présentes dans les manuscrits par les motifs et techniques employés52. D’un degré d’exécution variable et bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle absolue, l’ornementation des chartes ne se présente pas comme l’illustration de la teneur de l’acte. Prenant place en divers endroits du texte, de l’initiale au repli, elle n’entretient la plupart du temps aucun rapport avec le texte qu’elle décore. De sa commande et de ceux qui la réalisent, nous ne savons pratiquement rien53. Allant de l’extrême simplicité à un haut degré de technicité, l’ornementation présente de grandes disparités dans ses modes d’exécution. Dans la grande majorité des cas, les notaires-secrétaires royaux, ou tout du moins un petit groupe parmi eux, semblent réaliser eux-mêmes les ornements présents dans les actes dont ils ont la charge, même si des acteurs extérieurs sont vraisemblablement intervenus de façon ponctuelle. En dépit de ces variations, une relative unité de style se dégage de la production royale ornée issue de la chancellerie française. Les scripteurs dessinateurs semblent puiser dans une jauge de motifs attachée à la personne du roi, partagée par une lignée, parfois transmise à la suivante. Celle-ci est alimentée à chaque génération. Ainsi, en matière d’ornement, tout se passe entre rupture et continuité.

34Concentrons-nous sur le monde de l’ornementation graphique. Comme nous l’avons signalé, à la chancellerie royale tout se passe entre novation et réemploi. Chaque souverain dispose d’une jauge graphique héritée de ses prédécesseurs qui, loin d’être close, est sans cesse alimentée, faisant entrer en communion les actes des différentes lignées. Des motifs ou des combinaisons ornementales sont parfois attachées à certains rois. Tout comme les actes circulent, leur ornement en fait de même. Ainsi, la décoration des documents se diffuse par capillarité et la chancellerie royale donne le ton en la matière. Jeu de références et dialogues ornementaux se mettent donc progressivement en place.

  • 54 À propos des chartes anglaises voir notamment Danbury, 2013, pp. 79-107.
  • 55 Voir notamment Brunel, 2005, pp. 42-44.
  • 56 AN, J 642 no 9bis. À propos de cette charte, voir tout particulièrement Danbury, 2013, pp. 90-92.
  • 57 Ibid., p. 91.

35Prenons un exemple. Avant toute chose, rappelons que le règne des trois premiers Valois se présente comme une période de troubles et de contestation liés à l’arrivée sur le trône d’une nouvelle lignée. Fortement remis en question, ces rois firent leur possible pour se montrer, au travers de leurs sceaux, de leur titulature ou des ornements employés dans leurs actes, comme les dignes héritiers des derniers Capétiens, car la production anglaise, également ornée, usait des mêmes armes pour revendiquer le trône de France54. Couronne et fleurs de lys connurent dans les chartes françaises de cette période un réel succès afin de renforcer la légitimité du souverain en place55. En 1366, l’une des associations ornementales emblématiques du règne de Philippe VI, à savoir le motif de la chasse rassemblant un lapin et un chien, fut reprise dans un acte d’Édouard III. Outil au service de la propagande du roi anglais56, cette charte, livrée au Trésor des chartes, « est l’exemplaire anglais d’un accord anglo-français concernant une commission mixte créée pour enquêter sur les contentieux relatifs aux terres de Belleville et à l’héritage d’Olivier de Clisson, et pour les régler57 ». Réalisée semble-t-il par un clerc de la chancellerie anglaise, l’ornementation, qui occupe la quasi-totalité de la première ligne, dénote la production anglaise des années 1360 et fait appel à un style français. En plus de l’utilisation dans l’une des majuscules de la combinaison du chien et du lapin, plusieurs lettres portent des fleurs de lys sous leur forme emblématisée et végétalisée. La présence d’un semé d’hermines, de dragons, motif cher à Charles V, les crénelures irradiantes, récurrentes sous les derniers Capétiens, de rinceaux terminant les lettres ainsi que la construction en miroir de l’association, dans l’initiale, de deux léopards à une fleur de lys révèlent une contestation claire et directe de la légitimité de la branche Valois par le roi anglais.

36Zone libre, l’ornementation des chartes permet donc l’affirmation ou la contestation et ouvre le dialogue. Dans le cas de cette charte anglaise de 1366, l’acte royal arbore deux niveaux de dialogue. Le premier, textuel, concerne un héritage et des contentieux en lien avec une personne clairement identifiée : Olivier de Clisson. Le second, plus insidieux et souvent sous-estimé, est présent dans l’ornement. Ce second niveau de discours a plusieurs destinataires. En effet, le message dont il est porteur s’adresse à toutes les personnes qui le verront, mais aussi et surtout à son rival, le roi de France, avec qui il a conclu l’accord et que la teneur graphique de l’acte ne manquera pas de frapper en plein cœur de la guerre de Cent Ans. Les prétentions au trône de France se font ici très claires par l’emploi de motifs empruntés aux derniers Capétiens, mais aussi par le détournement de motifs chers aux Valois. Ces emprunts ont pour objectif de rappeler la filiation, contrariée en raison de l’application au sein du royaume de France de la loi salique, entre Édouard III et la Couronne de France, mais aussi de faire un pied de nez aux Valois par l’emploi et le détournement de motifs constitutifs de leur identité graphique. Émanant de la chancellerie anglaise, cet acte ne sera pas enregistré à la chancellerie royale française, mais il ne manquera pas d’être connu et observé par les agents y officiant. Une image vaut parfois plus qu’un long discours : la guerre a trouvé d’autres champs de bataille.

De la charte au registre : quelle place pour la lettre ?

37Après avoir mis en évidence la présence de plusieurs éléments au sein des chartes laissant place, sous des apparences de fixité, au dialogue et à l’expression de soi, il convient de nous tourner vers les registres de chancellerie afin de voir ce qu’il advient de ces données une fois la phase de l’enregistrement débutée.

De la charte au registre

  • 58 Il arrive parfois que le protocole ou l’eschatocole soit abrégé ou absent. De même, certains actes (...)

38Comme nous l’indiquions dans la première partie de notre propos, les registres de chancellerie sont composés d’une part infime des chartes royales expédiées et produites en chancellerie. Dans la quasi-totalité des cas, les chartes sont enregistrées dans leur entier : la teneur de l’acte, mentions hors teneur comprises, s’y retrouve58. Il arrive cependant couramment que des éléments (titulature, voire suscription et adresse complètes, mentions de corroboration) soient abrégés par l’emploi de etc. et que certains actes ne soient inscrits que sous la forme d’un résumé — car ils présentent la même nature que le document qui les précède ou concernent la même affaire — traitant très succinctement de leur contenu. Les mentions hors teneur se retrouvent quant à elles recopiées dans leur entier, signatures comprises, car elles font office de carte de suivi de la genèse des actes émis.

39Même si un certain mimétisme existe entre les chartes et les registres, notamment du point de vue de l’occupation de la surface écrite qui copie l’aspect des chartes (texte justifié, mentions hors teneur détachées de la teneur et disposées à l’identique de l’original), cette relation atteint rapidement ses limites. Il apparaît progressivement que la mission principale des registres de chancellerie est de préserver la teneur de l’acte, ou tout du moins son essence. En effet, contrairement à l’aspect immaculé des chartes, les registres accueillent de nombreuses mentions, des ajouts marginaux ou interlinéaires ainsi que des ratures, sans pour autant que l’acte enregistré ne soit invalidé. De plus, même si les actes copièrent longtemps la disposition textuelle des chartes, cette pratique se présente comme discontinue : les mentions hors teneur furent dans bon nombre de cas copiées à la suite de la teneur de l’acte.

40Toutefois, quelle place occupent dans les registres les zones de libre-échange dont il fut question à propos des chartes ? Préambule et ornement trouvent leur place dans les registres, mais ne subissent pas le même traitement. De fait, le préambule, en tant qu’unité textuelle, est consigné avec le reste de la teneur. L’ornement des chartes n’est quant à lui pas reproduit dans les registres. Une charte ornée n’est généralement pas décorée dans les registres, mais si d’aventure elle l’est, l’ornementation ne coïncide pas même si certains motifs sont communs aux originaux et aux registres. Enfin, la position des mentions hors teneur vient également briser le parallélisme formel entre l’original et sa copie. Elles sont régulièrement séparées de la teneur de l’acte, allant parfois jusqu’à reproduire à l’identique la position occupée par chacune d’elles sur le repli de l’original. Cependant, sans pour autant que cela ne devienne une règle absolue, ces mentions furent progressivement copiées dans la continuité de l’eschatocole. Gain de place ou choix de copiste ? La question reste entière.

Du registre à la lettre

41Afin de clore la boucle par nos soins tracée entre les chartes, les registres et la lettre, il convient de mettre en vis-à-vis les registres et la lettre. Il est indéniable que les registres de chancellerie des premiers Valois se font l’écho et les gardiens de cette ouverture relative au monde. En effet, du point de vue textuel, ils consignent soigneusement l’essence de l’acte, l’identité de son bénéficiaire/destinataire ainsi que les données relatives à la genèse du document. Gardiens efficaces, les registres de chancellerie font cependant disparaître des données essentielles, telles que l’autographie, le sceau ou les zones de liberté que constituent le préambule ou l’ornement, celles-ci étant abrégées ou tout bonnement laissées de côté, ce qui est particulièrement vrai pour l’ornementation, au moment de l’enregistrement. La pérennité de la plupart des éléments liant charte et lettre disparaît donc au sein du registre. La boucle est déviée mais n’est pas coupée. En effet, les registres se présentent quelquefois comme de véritables incubateurs, permettant dans de rares cas la gestation et la survie de l’ornementation graphique. Elle est certes présente pour une très faible proportion des actes enregistrés et ne fait pas coïncider les chartes et leur enregistrement : un acte orné ne conserve pas nécessairement un ornement dans sa forme enregistrée et si, d’aventure, le copiste décide de l’orner, les motifs et la facture diffèrent souvent grandement. Véritable feu-follet, cette décoration, qui, elle, n’est pas figée par l’enregistrement, entretient, au travers de l’évolution de ses formes, le dialogue avec les originaux, qui les exploitent et les font évoluer. Un dialogue entre la charte, le registre et la lettre existe donc bel et bien, mais mériterait une étude plus poussée afin d’en faire ressortir avec précision tous les tenants et les aboutissants.

42Une expression populaire dit que « le diable est dans les détails ». Il semble que, dans le cadre de la chancellerie royale des premiers Valois, la lettre diplomatique s’y cache également. Difficile à déceler et à saisir, cet objet de réflexion ouvre des perspectives nouvelles dans le cadre de la compréhension des genres documentaires produits. Il n’est pas ici question d’enfoncer des portes ouvertes ou de buter sur des murailles infranchissables, car la perplexité des premiers jours a laissé place à l’exaltation de la recherche en suspens. Tout est affaire de clefs, de points d’entrée et de définitions : protocole, eschatocole, sceau, signature et ornements sont autant d’éléments calcifiés, ou pensés comme tels, et libérés, qui mettent en avant les possibilités d’une communication épistolaire, affirmée ou non. La sauvegarde de ces éléments, fluctuante mais le plus souvent absente dans les registres, s’avère instructive et permet de mettre en perspective les pratiques d’écriture de la chancellerie. La lettre diplomatique reste fuyante mais pas absente. Mettons-nous en chasse, le gibier, tapi dans l’ombre, nous attend.

Anmerkungen

1 Issu d’une communication réalisée à la Casa de Velázquez le 14 mai 2014, le présent propos prend appui sur ma thèse de doctorat. Je tiens à remercier Hélène Sirantoine pour sa confiance ainsi que pour m’avoir donné la chance de me confronter à la problématique enrichissante que représente la lettre diplomatique [Emmanuelle Portugal est membre du laboratoire patrima et actuellement titulaire de la bourse Anna Caroppo – Fondation du Collège de France. NdE].

2 Comme le commente Hélène Sirantoine dans l’introduction du présent volume.

3 Ibid.

4 C’est l’approche adoptée dans ce volume par Jesús Alturo i Perucho.

5 Guyotjeannin, 2008, p. 20.

6 Comme s’était plu à le formuler, au cours des premières journées d’études dédiées à l’objet « lettre diplomatique », Benoît Grévin pour qui, du point de vue de l’ars dictaminis, l’acte est idéalement une sorte de sous-genre de la lettre.

7 Voir notamment à ce propos Bedos-Rezak, Iogna-Prat, 2005.

8 Guyotjeannin, 2008, p. 21.

9 Cárcel Ortí, 1997, no 385.

10 Bautier, 1990, t. I, pp. 167-168.

11 À propos de la codification des modes de scellement rendant reconnaissables la temporalité et l’autorité du sigillant de l’acte, voir notamment Pastoureau, 1981, pp. 36-37 et Giry, 1894, pp. 627-628, p. 643.

12 Cárcel Ortí, 1997, nos 67-69.

13 Les trois grandes séquences dont il est question sont le protocole (suscription, adresse, salut), le texte (notification, exposé, dispositif, corroboration) et l’eschatocole (datation, mentions hors teneur). Voir à ce propos Guyotjeannin, Pycke,Tock, 1993, pp. 71-85.

14 Il semblerait que ces mentions tirent leur nom des registres de chancellerie, car elles y sont parfois annoncées par l’intermédiaire de la formule sic signatum extra sigillum, voir Tessier, 1962, p. 246.

15 Canteaut, 2006, § 5.

16 Id., 2011, p. 234.

17 Il ne s’agit cependant pas d’un vide bibliographique absolu. Voir notamment Bautier, 1990, t. II, pp. 615-852 ; Tessier, 1956, pp. 39-62 ; Canteaut, à paraître.

18 Cárcel Ortí, 1997, no 91.

19 Glénisson, Guérout, Fawtier, Registres du Trésor des chartes. Inventaire analytique, p. x.

20 Cárcel Ortí, 1997, no 74.

21 Portugal, en cours de préparation.

22 Bautier, 1990, t. II, pp. 615-852, et tout particulièrement à propos de la confusion dans les registres de chancellerie, pp. 794-808. Bien que non systématique, la numérotation des cahiers est parfois contrariée sans que cela n’affecte l’enchaînement des actes. Il arrive souvent que la numérotation des actes, sensée être continue, soit barrée puis corrigée pour coller avec l’ordre dicté par la table du volume concerné. Dans le même ordre d’idées, des actes inachevés à la fin d’un cahier ne trouvent ainsi pas toujours leur suite au début du cahier suivant.

23 Un registre, Archives nationales (Paris) [AN] JJ 73, présent dans la série de ceux réalisés sous le règne des trois premiers Valois, est fait uniquement de papier. Des folios de papier se trouvent également de manière éparse dans d’autres registres (c’est notamment le cas dans AN, JJ 76).

24 Le meilleur exemple de ce type de reliure est indubitablement le registre AN, JJ 68. En effet, ce registre voit la quasi-totalité de ses cahiers disposés en quinconce et montés sur onglet à cheval.

25 Notons que certains actes donnés au nom du prince héritier sont parfois enregistrés dans les registres royaux. Ce phénomène s’explique dans le cas d’une régence par l’absence d’une chancellerie qui lui soit propre.

26 En effet, des mentions concernant le sceau employé se trouvent parfois, tout comme c’est le cas sur le repli de certains actes, parmi les mentions hors teneur enregistrées. Ainsi, à titre d’exemple, nous trouvons dans AN, JJ 80, fo 106vo, no 161, les données suivantes : In requistis hospicii / Lecta in sede / St. par. / Franco, scriptor / Bucy / Sigillata sigilli castelleti parisiensis in absentia magni XI die decembris.

27 Sur ces questions voir Canteaut, 2009, pp. 299-316.

28 Ibid., pp. 313-314. Bien qu’ils concernent les registres des derniers Capétiens, les constats dressés par Olivier Canteaut quant à la recherche des actes sont parfaitement valables pour les registres des premiers Valois, tout du moins pour ceux réalisés sous Philippe VI et Jean le Bon. Il convient cependant de les nuancer quelque peu pour le règne de Charles V, en raison de la mise en place d’outils de repérage complémentaires à ceux déjà usités antérieurement et d’un respect plus grand de la chronologie des actes dans le cadre de leur enregistrement.

29 À propos de ces trois éléments du discours, voir Cárcel Ortí, 1997, nos 187 et 192.

30 En effet, nous trouvons les suscriptions suivantes pour la période qui nous intéresse : Philippus, Dei gratia Francorum Rex / « Philippe, par la grâce de Dieu Roi des Français » ; Johannes, Dei gratia Francorum Rex / « Jehan, par la grâce de Dieu Roi des Français » ; Karolus, Dei gratia Francorum Rex / « Charles, par la grâce de Dieu Roi des Français ». Nous laissons ici de côté les actes donnés en temps de régence — dont la suscription varie en raison de leur auteur — pour nous concentrer uniquement sur les actes donnés au nom du roi.

31 Zimmermann, 2001, p. 7.

32 En effet, et bien que cela puisse paraître étrange à qui n’y est pas sensibilisé, les actes royaux peuvent émaner soit d’un commandement direct du roi (seul ou en son Conseil), soit de divers organes de son administration en son absence (la Chambre des comptes, les Requêtes, le Conseil), voire d’un membre de son administration (par exemple le chancelier). Voir à ce propos Morel, 1900, pp. 160-176 et p. 301 ainsi que Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 153.

33 Nous trouvons ainsi : Notum facimus universis tam presentibus quam futuris quod / Savoir faisons à tous présents et à venir que.

34 Fraenkel, 1992, p. 35.

35 Jeay, inédite, p. 211.

36 Fraenkel, 1992, p. 10.

37 « Mais, dans la chancellerie royale, les expéditions originales et définitives des actes ne devaient pas avoir de ratures ; c’était là une prescription très sévère et qui semble avoir été observée avec beaucoup de rigueur. On sait qu’il n’en était pas de même dans la plupart des autres grandes chancelleries souveraines […]. En principe donc, la rature était considérée comme de nature à faire suspecter l’authenticité de l’acte » (Morel, 1900, p. 142).

38 Jeay, 2015, p. 333.

39 Ibid., pp. 91-108.

40 Pastoureau, 1981, pp. 25-27.

41 En effet, la contrefaçon du sceau et des actes royaux était punie d’une peine de prison et d’une amende. Dans le cas où le faussaire occupait un office royal, ce dernier lui était confisqué : Morel, 1900, p. 205.

42 Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 104.

43 Jeay, 2015, pp. 37-47.

44 Barret, 2001, p. 323.

45 À propos du préambule à la chancellerie royale française au xive siècle et, plus généralement, du profond renouvellement subi par cet objet d’étude, voir Barret, Grévin, 2014, pp. 20-27.

46 Ibid., p. 18.

47 Ibid., pp. 15-16 et p. 91.

48 Ibid., p. 16.

49 À propos des sources d’inspiration donnant corps au préambule, voir notamment ibid., pp. 181-314.

50 Voir notamment Danbury, 1989a et Ead., 1989b, pp. 75-97.

51 Sous l’impulsion de Ghislain Brunel, une exposition, une journée d’études (communications publiées dans Brunel, Smith, 2013) et un ouvrage (Brunel, 2005) leur furent consacrés.

52 À propos de l’expansion de l’ornementation dans les chartes royales françaises, de leur différence et leurs points de contact avec l’enluminure, voir notamment ibid., pp. 13-33 et pp. 35-53.

53 Plusieurs travaux encore en cours menés par Ghislain Brunel tendent à identifier, au travers d’une série de motifs similaires ou de signatures cachées dans les ornements, certains dessinateurs en charge des ornements présents dans les chartes royales. Voir à ce propos Id., 2013, pp. 68-74.

54 À propos des chartes anglaises voir notamment Danbury, 2013, pp. 79-107.

55 Voir notamment Brunel, 2005, pp. 42-44.

56 AN, J 642 no 9bis. À propos de cette charte, voir tout particulièrement Danbury, 2013, pp. 90-92.

57 Ibid., p. 91.

58 Il arrive parfois que le protocole ou l’eschatocole soit abrégé ou absent. De même, certains actes sont copiés dans leur entier puis cancellés, d’autres restent inachevés.

© Casa de Velázquez, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540