Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

III. — Enjeux de mémoire : la conservation des lettres dans les archives et chancelleries médiévales

Trois documents adressés au comte de Gloucester (1217-1218)

Lettres ou certificats ?

Élodie Papin

Texte intégral

  • 1 Je tiens ici à remercier les professeurs Thomas Deswarte (université d’Angers) et Daniel Power (Swa (...)
  • 2 National Library of Wales (Aberystwyth), « Penrice and Margam Estate Records » (NLW, PM), no 62 (éd (...)

1En 1202, des accords furent conclus entre David Scurlage, seigneur de Llangewydd, et l’abbaye cistercienne de Margam1. Scurlage concédait à l’abbaye l’ensemble de son fief de Llangewydd (près de l’actuelle Bridgend) dans la seigneurie de Glamorgan au pays de Galles2. Quinze ans après, à la suite d’une possible revendication du fief par David Scurlage ou par un de ses héritiers, les témoins des accords envoyèrent leurs témoignages sous la forme de lettres à Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford et seigneur de Glamorgan. Ils attestaient que David Scurlage était majeur et saisi de sa terre de Llangewydd au moment des accords conclus entre lui et le monastère en 1202. Ils précisaient ensuite que la majorité de David Scurlage avait été établie, quelques années auparavant, devant la cour comtale de Cardiff, lorsque sa terre lui fut disputée par son frère bâtard, Raymond. Le jugement de la cour avait alors saisi David Scurlage de sa terre. Bien qu’attachée à la couronne d’Angleterre, la seigneurie de Glamorgan était séparée de l’administration anglaise. Son organisation administrative et judiciaire était singulière dans la marche galloise. La justice comtale était appliquée à la cour (comitatus) de Cardiff présidée par le shérif de Glamorgan et composée des vassaux de la seigneurie ainsi que, parfois, de l’évêque de Llandaff et de membres du chapitre cathédral.

  • 3 NLW, PM, no 130 (voir annexe II) ; Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xv.
  • 4 British Library (Londres) [BL], Harley CH 75 B 37 (voir annexe I).
  • 5 NLW, PM, no 2049 (voir annexe III).
  • 6 NLW, PM, no 50 : renoncement de Nicolas Poinz à ses droits sur Llangewydd.
  • 7 NLW, PM, no 2050 (voir annexe IV). Au cours de cet article, Guillaume de Cantilupe, Guillaume de So (...)

2Conservées au sein de la National Library of Wales à Aberystwyth, ces lettres font partie des « Penrice and Margam Estate Records » contenant les archives de l’abbaye de Margam. Elles furent très certainement produites entre novembre 1217 et novembre 1218. La succession du comté de Gloucester et la mort de l’évêque de Llandaff déterminent leur rédaction à cette période de transition politique importante pour le Glamorgan. À la fin de l’année 1217, Gilbert de Clare (1217-1230) hérita par sa mère, Amice, du comté de Gloucester. Il succéda cette même année à son père, Richard de Clare, à la tête du comté de Hertford. Henri, évêque de Llandaff (1193-1218) et auteur d’une des lettres, mourut le 8 ou 12 novembre 12183. Les trois lettres peuvent être associées à un quatrième document complémentaire dans le processus de rédaction. Sorte de certificat, cet acte émane du comte de Gloucester et atteste du verdict rendu par la cour comtale de Cardiff en 1202. Il rappelle la situation juridique mentionnée dans les lettres. Le certificat comtal recense les « noms de ceux par qui il a eu connaissance » du jugement en 1217-12184, suggérant l’existence d’un nombre important de témoignages et, par conséquent, de lettres. Seulement trois lettres nous sont parvenues. La première est celle de l’évêque de Llandaff, Henri. Les auteurs des deux autres lettres sont des vassaux du comte. Il s’agit, pour la deuxième, de Nicolas Poinz5, qui avait renoncé à ses droits sur le fief de Llangewydd en faveur de David Scurlage en 12026. La troisième est une lettre collective de Guillaume de Cantilupe, seigneur de Candleston, de Guillaume de Somery, seigneur de Dinas Powys, et de Guillaume de Reigny, seigneur de Michaelston-le-Pit7.

  • 8 Cárcel Ortí, 1997, no 404 ; Grévin, 2008, pp. 121-261.
  • 9 « Le dictamen est l’agencement interne d’un acte, son style, lequel est censé répondre aux règles d (...)
  • 10 Camargo, 1991, pp. 22-23 ; Vulliez, 2003, p. 93.

3Outil de communication, les lettres (epistolae) permettent à deux ou plusieurs individus d’échanger des informations ou de se rendre des comptes malgré la distance géographique qui peut les séparer. L’absence physique de l’expéditeur est palliée par la lettre8. À première vue, les trois documents de notre étude peuvent être considérés comme des missives transmettant des informations importantes au comte de Gloucester pour la gestion de sa seigneurie galloise. Le discours de chaque document est organisé selon les cinq parties structurelles fondamentales dans la rédaction épistolaire médiévale, codifiées par les maîtres du dictamen (les dictatores) au xiie siècle9. Le discours des trois documents débute par la salutatio (« salutation ») établissant la relation entre le destinataire et l’expéditeur, puis se poursuit par l’exordium (« exorde ») préparant le lecteur au message transmis dans la narratio (« narration »), pour se terminer par la petitio (« pétition ») donnant foi aux dires de l’auteur et, enfin, par la conclusio (« conclusion ») mettant un point final au discours10. Cette structure est accompagnée d’un discours dont le contenu juridique est comparable à celui des actes à valeur légale compliquant la détermination exacte de la nature des trois documents.

  • 11 Tamen ad habendam differenciam a litteris supra dictis notandum quod illas specialiter missiles app (...)

4Vers 1230, l’auteur saxon d’une Summa prosarum dictaminis Saxonica, composée à la cour des archevêques de Magdebourg, différenciait de manière contrastée les « lettres éphémères », qu’il appelait littere missive, et les actes à valeur légale prenant une forme épistolaire. Selon l’auteur, les littere missive n’ont pas attribut d’autorité. Elles ne donnent pas de droits et n’impliquent aucune nécessité. Elles expriment seulement l’intention de l’expéditeur et du destinataire11. Dans cette perspective, les lettres destinées au comte de Gloucester se définissent à la fois comme de simples missives et comme de véritables actes à valeur légale. Leur ambivalence diplomatique rend leur classification complexe. Une double lecture peut être faite de ces documents en analysant à la fois leur registre épistolaire et leur registre diplomatique. L’association de ces deux caractères pose ensuite la question de leur conservation par les moines cisterciens parmi les archives de l’abbaye.

Des lettres en apparence

5Le registre épistolaire imprègne l’ensemble de ces documents, aussi bien dans leurs caractères externes que dans leur structure interne influencée par le dictamen, contribuant par conséquent à les faire ressembler à des lettres.

  • 12 Voir annexes III et IV.
  • 13 Voir annexe I de cet article.
  • 14 Pour exemple : BL, Harley CH 75 B 38 (Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgan (...)
  • 15 Comité international de sigillographie, 1990, no 28, p. 58.
  • 16 Chaplais, 2003, p. 101.
  • 17 Voir annexe II.

6Parmi les caractères externes remarquables, le scellage des trois lettres mérite une attention particulière. On s’attardera, tout d’abord, sur la couleur de la cire des sceaux, puis sur leur attache. Les lettres de Nicolas Poinz et des trois Guillaume sont scellées par des sceaux de couleur blanche12. Ce choix de couleur de cire est plutôt rare parmi les sceaux de la collection des chartes de l’abbaye de Margam. Ils sont constitués en majorité de cires de couleurs verte et rouge, voire marron. Le certificat de Gilbert de Clare est, lui aussi, scellé à la cire de couleur blanche. Il ne scelle pas le document de son grand sceau habituellement utilisé pour les documents importants et solennels. Au contraire, il s’agit d’un petit sceau de 40 millimètres de diamètre13. Le grand sceau de cire verte du comte de Gloucester mesure 72 millimètres de diamètre14. Mais, le petit sceau présente la même figure équestre que le grand sceau avec les trois chevrons représentant le lignage des Clare et le même contre-sceau composé d’un blason à trois chevrons. L’aspect administratif du certificat comtal est révélé par l’emploi du petit sceau du comte de Gloucester. Les petits sceaux servaient généralement à valider les actes plus ordinaires ou administratifs15. La production du certificat fut probablement perçue comme celle d’un document ordinaire émanant du comte pour l’administration et la gestion de la seigneurie de Glamorgan. Cette distinction entre grand sceau et petit sceau, document solennel et document administratif, était clairement pratiquée par la chancellerie royale anglo-normande. Le roi scellait de son grand sceau de cire verte, par exemple, les lettres très solennelles destinées au pape ou aux rois étrangers et de son petit sceau les messages plus informels adressés à ses officiers16. La question de l’usage du petit sceau se pose pour la lettre de l’évêque de Llandaff. S’il reste des traces de cire sur l’attache, le sceau épiscopal a disparu17. Il est presque impossible de savoir s’il s’agissait du grand sceau ou du petit sceau épiscopal.

  • 18 Comité international de sigillographie, 1990, no 169, p. 130.
  • 19 Ibid., no 168, p. 129, no 170, p. 129, no 171, p. 130. La couleur jaune était obtenue par l’additio (...)

7Bien qu’il n’existe pas encore d’étude systématique de la valeur diplomatique de la couleur des sceaux, il est possible d’émettre quelques hypothèses sur ce choix particulier d’une cire de couleur blanche. Le coloris blanchâtre de la cire de couleur blanche était obtenu grâce à l’addition de craie ou de plâtre à la cire vierge18. Le coût financier de ce type de cire était moindre que celui des cires de couleurs verte, rouge ou encore jaune, pour lesquelles on ajoutait des colorants ou des pigments, beaucoup plus coûteux pour le sigillant19. Le choix de la cire de couleur blanche pour les sceaux souligne l’aspect courant des documents qu’ils scellent. Il reflète, en effet, la nature utilitaire que les lettres pouvaient prendre dans l’esprit de leurs auteurs. En outre, la répétition du scellage avec ces petits sceaux de cire de couleur blanche du certificat comtal et des lettres des vassaux suggère l’emploi d’un artisan commun aux différents sigillants, mais également un scellage « en série » soutenant l’idée d’une rédaction ayant eu lieu au même endroit et au même moment.

  • 20 Ibid., no 165, p. 128.

8Les trois lettres ne sont pas toutes scellées de cire de couleur blanche. L’évêque de Llandaff choisit de sceller sa lettre à la cire rouge. Cette couleur, comme la couleur verte selon les chancelleries médiévales, était fréquemment utilisée pour fournir une valeur de perpétuité aux documents20. Elle était aussi un moyen de rappeler le prestigieux statut social du sigillant. Dans le cas des lettres des vassaux, les sceaux apparaissent par leur cire de couleur blanche dans leur première fonction, celle d’authentifier le contenu du document. Ils n’étaient pas employés pour servir la représentation sociale des sigillants. Pour autant, la cire de couleur blanche semble affaiblir leur valeur diplomatique. À cause de cette couleur, la valeur de perpétuité des lettres était effectivement considérée comme nulle. Si on les compare au certificat du comte de Gloucester, leur nature à la fois ordinaire et administrative est mise en exergue. Dès lors, ces lettres semblent devoir avant tout être pratiques et ne semblent pas avoir été pensées pour être conservées dans le temps.

  • 21 Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xliv.
  • 22 Ibid., p. xxxv et p. xliv.

9L’attache des sceaux est également remarquable et similaire pour chacune des lettres. Elles sont toutes scellées sur simple queue. La préférence pour cette méthode d’attache nous interroge car, contrairement à la double queue, la simple queue est beaucoup plus fragile dont le déchirement complet est souvent entraîné par le poids du sceau. Lors d’un scellage sur double queue, le bord inférieur du parchemin était renforcé par un repli lui évitant de se déchirer. Le choix de la simple queue peut, par conséquent, aider à déterminer la taille du sceau utilisé pour sceller la lettre de l’évêque de Llandaff. Un petit sceau risquant moins d’entraîner le déchirement du parchemin, on peut supposer que l’évêque a scellé sa lettre d’un petit sceau et non pas de son grand sceau. Aux xiie et xiiie siècles, cette méthode d’attache était plutôt inhabituelle pour les actes épiscopaux de Llandaff. Ces derniers étaient généralement scellés sur double queue avec des cordelettes ou des languettes de parchemin21. Ce recours à la simple queue traduit une imitation des pratiques de la chancellerie royale anglo-normande, notamment celle des lettres patentes. Elle met également au jour les prémices de la production grandissante de documents administratifs, comme les certificats ou les comptes, par la chancellerie épiscopale pour la bureaucratie royale à partir du milieu du xiiie siècle22.

  • 23 Cárcel Ortí, 1997, no 422-1-3, no 423-2.

10À l’image des mandements scellés de cire blanche ou jaune sur simple queue ou bien des brefs royaux anglo-normands clos du grand sceau royal de cire blanche pour transmettre les ordres du roi à ses officiers23, les lettres possèdent toutes les caractéristiques externes des documents liés aux affaires courantes d’un royaume ou d’un comté. Leurs sceaux de cire de couleur blanche et leurs attaches sur simple queue mettent en évidence leur fort aspect administratif. Leur fonction première étant de transmettre une information à un destinataire éloigné, leurs sceaux de cire de couleur blanche servaient à authentifier leur contenu sans rechercher à exposer la valeur de perpétuité de la lettre ainsi que le prestige social du sigillant.

  • 24 Camargo, 1991, p. 22 ; Constable, 1977, p. 253 ; Vulliez, 2003, p. 95.
  • 25 Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xxxix.
  • 26 Voir annexe II.

11Reprenant les cinq parties codifiées dans les artes dictaminis, la structure interne de chacun des documents reflète nettement l’importance de leur nature épistolaire. Les trois lettres et le certificat du comte de Gloucester contiennent des discours extrêmement analogues. Cette similitude apparaît en particulier à travers le vocabulaire employé. À première vue, ces lettres présentent une structuration comparable aux actes à valeur légale du début du xiiie siècle conservés avec elles dans les archives de l’abbaye. Elles s’en distinguent, néanmoins, par la salutatio introduisant chacune des lettres. Ce protocole associe différents éléments : l’intitulatio (« la titulature »), l’inscriptio (« l’adresse ») et la salutatio en elle-même. Au xiie siècle, le dictamen régissait de manière stricte le protocole de la salutatio. Malgré de légères différences entre les dictatores, ces derniers avaient réparti les correspondants en trois groupes sociaux, c’est-à-dire entre supérieurs, égaux et inférieurs. La composition de la salutatio devait respecter cette division de la société en étant adaptée au rang social de chaque correspondant. Le dictamen codifiait les titulatures et les qualifications employées pour désigner chaque correspondant24. Dans sa lettre, Henri, évêque de Llandaff s’intitule ainsi d’une manière assez commune aux actes épiscopaux25 en utilisant la formule suivante : « Henri, par la grâce de Dieu évêque de Llandaff26 ».

  • 27 Camargo, 1991, p. 22 ; Constable, 1977, p. 253 ; Vulliez, 2003, p. 95.
  • 28 Voir annexe III.
  • 29 Voir annexe IV.

12À l’inverse de la majorité des actes à valeur légale dans lesquels le destinataire est universel, le destinataire de chacune des lettres est précis et valorisé. Dans les trois lettres, l’adresse est clairement personnelle et destinée à Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford. Le dictamen imposait un respect rigoureux de la préséance dans l’ordre d’énonciation du destinataire et de l’expéditeur et un souci scrupuleux de la hiérarchie sociale27. Dans les lettres des vassaux, l’adresse précède ainsi les noms des expéditeurs. Introduisant la lettre, elle est suivie par l’intitulatio soulignant la singularité de la relation entre le destinataire et l’expéditeur de la manière suivante : « À son cher seigneur, Gilbert, illustre comte de Gloucester et de Hertford, son fidèle Nicolas Poinz28 » ; « À leur cher seigneur, Gilbert, illustre comte de Gloucester et de Hertford, ses fidèles Guillaume de Cantilupe, Guillaume de Somery, et Guillaume de Reigny29 ». Dès l’adresse des lettres des vassaux, les liens féodaux sont exprimés par les termes spécifiques dominus et fidelis. Cette structure reproduit la relation hiérarchique existant entre le destinataire et les expéditeurs.

  • 30 Ibid.
  • 31 Voir annexe III.
  • 32 Voir annexe II ; Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xxxix.
  • 33 Ibid., p. xlii.
  • 34 Voir annexe III.

13L’ensemble des protocoles se termine par une salutation légèrement développée. Si le simple salutem n’est pas employé ici, les salutations restent assez ordinaires. Les trois Guillaume saluent le comte « dans le Seigneur30 ». Les deux autres lettres présentent une salutation double. Nicolas Poinz marque son dévouement au comte en renforçant son salut avec le terme servitium31. Quant à l’évêque de Llandaff, il donne sa bénédiction au comte en même temps que son salut32. Il est assez fréquent que les actes épiscopaux présentent une double salutation. Les évêques de Llandaff dispensaient leur grâce dans leurs actes de cette façon. Enfin, les lettres se concluent par le formel valete du salut final (valedictio) absent des actes à valeur légale de Margam. Ce salut est à chaque fois non daté et n’est précédé d’aucune liste de témoins. Cependant, on constate que l’usage du valete n’était pas rare dans les actes de Llandaff, en particulier pour les mandements et les certificats33. À l’exception de la lettre de Nicolas Poinz, ce sont des saluts simples. Dans la lettre du vassal, il est en effet développé par l’ajout de « cher seigneur34 ». Les formules introduisant et concluant ces lettres suivent les règles du dictamen propres à la composition épistolaire médiévale. Leur structure interne — et plus particulièrement leurs salutations et leurs formules finales — souligne ainsi leur spécificité par rapport aux actes à valeur légale.

  • 35 Voir annexe IV.
  • 36 Voir annexe III.
  • 37 Voir annexe I de cet article.

14Dans ces lettres, la position sociale et hiérarchique du comte de Gloucester fut au centre de l’attention des rédacteurs comme le dictamen l’imposait. Mais elle était par conséquent aussi au cœur de celle du lecteur. Or, la valorisation du destinataire prendrait, ici, presque le pas sur le motif des lettres. La supériorité du comte est nettement mise en relief par le vocabulaire. Celui-ci fut effectivement adapté à la relation qui existait entre lui et les expéditeurs, définie avec plus ou moins d’insistance. Les liens féodo-vassaliques établis avec le comte s’exposent ainsi au cœur des lettres des vassaux dont la fidélité est mise en avant. Des expressions telles que « notre seigneur », « ses fidèles », « dans la foi que nous vous devons » jalonnent la lettre des trois Guillaume rappelant leur attachement à leur seigneur35. Le même vocabulaire est employé dans la lettre de Nicolas Poinz, mais de façon plus pressante avec des termes tels que « dévouement » dans la salutation ou « seigneur » qui est répété quatre fois, notamment dans l’adresse et le salut final36. Nicolas Poinz semble avoir voulu plaider sa fidélité et sa soumission totale au nouveau comte. Il faut en effet se souvenir que ces lettres furent rédigées au cours de la première année de Gilbert de Clare à la tête du comté. À la fin de l’année 1217, il devint le nouveau seigneur de Glamorgan en héritant par sa mère, Amice, du comté de Gloucester. Il existe une grande similitude entre les formules des lettres et du certificat, en particulier avec celles de la lettre des trois Guillaume. Les liens féodo-vassaliques furent également au cœur des préoccupations du rédacteur du certificat de Gilbert de Clare. La fidélité est ainsi au centre de la première partie du certificat, dans laquelle le comte s’adresse à tous ses amis et ses hommes et leur rappelle le verdict. Le certificat reprend ensuite, presque mot à mot, la formulation de la lettre des trois Guillaume avec l’expression « dans la foi qu’ils nous doivent37 ». Le nouveau comte s’appuyait alors sur ses hommes et sur les liens qui existaient entre eux. Ce réseau féodo-vassalique était un gage de réussite pour le comte qui essayait alors d’asseoir son autorité naissante sur la seigneurie de Glamorgan.

  • 38 Voir annexe III de cet article.
  • 39 Voir annexe II de cet article.
  • 40 Voir ibid.

15En outre, les vassaux ont pu chercher à se faire valoir auprès de leur nouveau seigneur par l’intermédiaire de ces lettres, d’où le vocabulaire très complaisant envers le comte de Gloucester, qui semble avoir été intentionnellement choisi pour valoriser le comte et la relation que les expéditeurs entretenaient avec lui. La lettre de Nicolas Poinz est jalonnée de termes flatteurs comme « cher », « illustre », « votre excellence »38. Ce même vocabulaire flatteur est utilisé dans la lettre de l’évêque39. La relation entre le comte de Gloucester et l’évêque de Llandaff y est singularisée. L’évêque rappelle son pouvoir spirituel au nouveau comte par des expressions comme « à son fils bien-aimé dans le Christ » et « bénédiction » dans la salutation40. Influencée par le dictamen, l’attention est portée au statut social de tous dans la salutation des lettres. Vassal ou évêque, chacun fit rédiger sa lettre selon son rang, mais surtout en fonction de sa relation avec le destinataire. Celui-ci était alors le centre des préoccupations de l’expéditeur cherchant particulièrement à le flatter pour ne pas lui déplaire.

16Pour résumer, ces trois documents contiennent un registre épistolaire bien défini reposant sur les caractères externes et la structure interne de leurs discours. La préférence pour un scellage sur simple queue et une cire de couleur blanche suggère une intention rédactionnelle souhaitant rendre l’objet plus pratique que perpétuel. Respectant le dictamen, la structure interne, en particulier la salutatio, donne toute son ampleur au registre épistolaire. Toutefois, en lien avec la gestion du comté de Gloucester, l’aspect administratif de ces documents interroge sur leur valeur juridique.

La mise par écrit de témoignages possédant une valeur juridique

  • 41 Cárcel Ortí, 1997, no 415.
  • 42 NLW, PM, no 2044 et no 2045 : confirmations des possessions de l’abbaye de Margam par Gilbert de Cl (...)
  • 43 NLW, PM, no 62.

17Par leurs caractères externes et la structure interne de leur discours, ces documents pourraient être qualifiés de lettres. Cependant, leur contenu juridique et leur valeur de témoignage écrit les rapprochent nettement des certificats. Un certificat se définit comme « un écrit par lequel une personne témoigne sous sa responsabilité personnelle de la réalité ou de la vérité d’un fait ou d’une situation juridique41 ». Bien que destinées au comte, ces lettres sont finalement parvenues entre les mains des moines de Margam. L’initiative de leur rédaction peut revenir à différents acteurs de l’affaire concernant le fief de Llangewydd. Le comte a pu demander ces témoignages pour rendre sa décision et les donner ensuite à l’abbaye comme preuve avec son certificat. Les lettres lui servaient ainsi à justifier sa décision. Les moines de Margam ont pu être à l’origine de la procédure juridique en demandant la preuve de l’accord et du verdict rendu en 1202 pour assurer leurs droits sur le fief de Llangewydd contre leur adversaire, soit David Scurlage, soit un de ses héritiers. Les moines ont très probablement sollicité le nouveau comte pour garantir leurs droits sur Llangewydd et obtenir une confirmation de leurs possessions42. La décision initiale ayant été prise à la cour comtale de Cardiff43, il revint au comte de trancher entre les deux adversaires. Gilbert de Clare n’étant pas encore comte de Gloucester au moment du jugement, il dut faire appel aux témoins du verdict.

  • 44 Patterson, 2002, p. 113, p. 121, p. 127 : scribe non identifié pour NLW, PM, no 130 ; scribe non id (...)
  • 45 Voir annexes III et IV.

18Néanmoins, la rédaction de ces lettres fut-elle réellement le résultat de l’éloignement du comte de Gloucester en Angleterre ou bien celui d’une procédure diplomatique réalisée en sa présence ? Il est vrai que Gilbert de Clare a passé peu de temps en Glamorgan entre 1217 et 1230. Des indices suggèrent pourtant une rédaction de ces lettres à la cour comtale. Les scribes ayant rédigé ces lettres et le certificat travaillaient aussi bien à la cour comtale que pour le scriptorium de Margam. Rédigés par quatre scribes différents44, leur vocabulaire est extrêmement proche. Comme nous l’avons vu précédemment, les salutations des lettres des vassaux présentent un vocabulaire et une syntaxe similaires45, comme entre le certificat de Gilbert de Clare et la lettre des trois Guillaume. La similitude du discours, les différences paléographiques des quatre documents, ainsi que leur scellage analogue suggèrent une rédaction réalisée par quatre scribes au même moment et au même endroit. Ces quatre documents ressemblent à des calques que l’on pourrait superposer. Multiplié, leur discours en ressort singulièrement renforcé. Enfin, de telles lettres étaient quelquefois émises lorsque le destinataire et l’expéditeur étaient présents dans un même lieu. Elles acquéraient alors une valeur plus documentaire que missive.

  • 46 Voir annexe III.
  • 47 Voir annexe II.
  • 48 Voir annexe IV.
  • 49 Voir annexes II, III, et IV.
  • 50 Voir annexe III.

19Le caractère juridique de ces lettres se trouve à l’intérieur de leur narratio. Celle-ci débute d’une manière comparable à celle employée dans les actes à valeur légale. Le corps principal du discours y est introduit par une formule de notification comme Noverit quod… (« Que soit connu que… ») ou Sciatis quod… (« Sachez que… »). Cette formulation se retrouve dans les narrationes sous des formes diverses : « Sachez, seigneur, que… » pour la lettre de Nicolas Poinz46 ; et « Que soit connu de votre excellence que… » pour celle de l’évêque47 ; tandis que la lettre des trois Guillaume présente un autre type de formule, « Nous vous consignons par écrit que…48 ». Dans les actes à valeur légale, cette formulation est associée à une déclaration précise de la fonction de l’acte, notamment quand celui-ci notifie une décision lors d’une dispute. Dans le cas des lettres, les formules de notification ont le même rôle. Elles introduisent la décision juridique rendue lors des accords entre David Scurlage et l’abbaye de Margam en 1202. En notifiant une situation juridique, à savoir la majorité de David Scurlage et la saisie de ses terres au moment de la concession de son fief de Llangewydd à l’abbaye de Margam, ces lettres acquièrent une valeur diplomatique. La majorité de David Scurlage fut jugée à la cour comtale bien avant les accords de 1202, lorsque son héritage lui fut contesté par son frère bâtard Raymond49 et par Nicolas Poinz50. La forme épistolaire de ces documents transmettait par écrit la voix des témoins de l’accord et du jugement. Elle permettait en quelque sorte de les faire parler. C’est la parole des témoins qui est transmise grâce à ces lettres. La lettre étant un outil de dialogue entre deux personnes éloignées, elle comblait la distance entre elles en délivrant leur voix. La mise par écrit des paroles prononcées lors des témoignages servait à les conserver et d’une certaine manière à les transporter aussi bien dans l’espace, que dans le temps. Ces lettres devenaient alors la trace écrite des déclarations publiques que les témoins avaient pu faire devant la cour comtale. Au besoin, leurs paroles pourraient en quelque sorte être « réanimées » plus tard par leur intermédiaire.

  • 51 Voir annexe II.
  • 52 Voir annexe III.
  • 53 Ho, 2004, pp. 293-294.

20Pensées comme des déclarations publiques, ces lettres ont pour objectif de transmettre la vérité connue des témoins. L’idée d’un témoignage est très présente dans le contenu de chaque lettre. Nicolas Poinz et l’évêque certifient leur présence lors de l’accord de 1202. L’évêque évoque sa présence à la cour comtale en 1202 et l’accord entre David Scurlage et Margam qui a eu lieu devant lui. Son témoignage ne peut donc pas être contesté, car il était là et sait de quelle manière le jugement a été rendu51. Nicolas Poinz, quant à lui, « témoigne de la vérité sans crainte » car il a vu et entendu52. Les témoins juraient de visu et auditu dans le droit médiéval. Ce serment précédait leur témoignage, mais surtout détenait une valeur de preuve53. Cette formulation a probablement la même fonction dans la lettre de Nicolas Poinz. Elle renforce la valeur juridique de son témoignage.

  • 54 Voir annexe I.
  • 55 Ibid.
  • 56 Hiis testibus, domino Henrico Landavensi episcopo, Hamundo de Valoniis tunc baillivo de Glammorgan, (...)
  • 57 Patterson, 1973, pp. 11-12.

21Le certificat du comte de Gloucester recense « les noms de ceux par qui il a pris connaissance » du jugement54. Cette liste nomme onze individus, dont quatre pour lesquels nous possédons la lettre, c’est-à-dire le témoignage. Les sept autres ont-ils témoigné de la même façon ? Si oui, leurs lettres n’auraient pas été conservées. Les noms donnés dans cette liste diffèrent fortement de ceux des témoins du chirographe de 1202. Le certificat comtal nomme ainsi Henri, évêque de Llandaff, Nicolas Gobion, chanoine de Llandaff, Pierre Pincerna, Guillaume de Somery, Guillaume de Reigny, Guillaume de Cantilupe, Roger de Gloucester, Richard Norreis, maître Raoul Maelog, Maurice de Cantilupe et Robert Samson55, tandis que la liste des témoins du chirographe donne les noms suivants : « Henri, évêque de Llandaff, Hamo de Valognes, bailli de Glamorgan, Raoul de Somery, Henri d’Umfraville, Philippe de Marcross, Payn de Turberville, Gautier de Sully, Guillaume Martel, Roger de Winchester, Jean de La Mare, Richard Le Flamand, Guillaume Le Sore, Gilbert de Turberville, Raoul Maelog56 ». Seulement deux personnages témoignant auprès du comte en 1217-1218 étaient présents lors des accords de 1202. Il s’agit de l’évêque Henri et de Raoul Maelog. Ce dernier fut chanoine de Llandaff et certainement membre de la familia de l’évêque Henri. Il fut également clerc au service du comte de Gloucester Geoffroy de Mandeville et de son épouse, la comtesse Isabelle, de 1214 à 1216. Il continua à servir la comtesse après son veuvage. Son nom apparaît très régulièrement parmi les témoins des actes en faveur de Margam57. Un nom de famille revient également dans la liste donnée par le certificat comtal, celui des Somery, seigneurs de Dinas Powys. Mais, le lien de parenté entre les deux hommes, Raoul et Guillaume de Somery, n’est pas établi.

  • 58 NLW, PM, no 62.
  • 59 Voir annexe I.
  • 60 Ibid.
  • 61 Voir annexe IV.
  • 62 Ibid.

22L’absence des sept individus en 1202, mentionnés dans le certificat comtal, était-elle réelle ou bien n’ont-ils simplement pas été mentionnés dans le chirographe ? La formule et multis aliis (« et beaucoup d’autres ») terminant fréquemment la liste de témoins des actes à valeur légale est absente de l’accord de 120258. La liste de noms du certificat se termine par et quidam alii (« et certains autres »), ce qui suppose que d’autres individus ont témoigné, mais n’ont pas été inscrits dans la liste de 1217-1218. Nicolas Poinz, dont nous conservons la lettre, n’y est ainsi pas cité59. Toutefois, si certains individus n’ont été témoins ni du jugement ni de l’accord, en quoi leur parole acquiert-elle une valeur juridique ? Les trois Guillaume agissent comme des vassaux devant conseil à leur seigneur. Leur parole doit aider et appuyer la décision du comte60. Ils jouaient, ici, leur rôle de conseiller. Le nouveau comte n’étant pas au fait des affaires de la seigneurie, ses vassaux devaient le renseigner. Tout comme celle de Nicolas Poinz, la valeur de leur parole est garantie par leur fidélité envers leur seigneur. Les termes de « fidèle », « foi » et « serment » rappellent constamment leur devoir vassalique61. Ayant prêté serment, ils ne pouvaient théoriquement pas mentir à leur seigneur. De plus, ils savaient bien que le jugement avait été fait avec raison62. Ils ne remettaient donc pas en cause la justice comtale et confortaient les décisions qui avaient été prises auparavant.

  • 63 Ibid.
  • 64 Williams, Pugh, Williams, 1971, p. 690.
  • 65 Voir annexe I.

23Le personnage de Pierre Pincerna (Butler) peut également être étudié dans cette perspective. Bien qu’aucune lettre n’ait été conservée en son nom, son sceau est apposé sur la lettre des trois Guillaume63. Pierre Pincerna était un personnage notable de l’aristocratie locale. Quelques années après l’affaire David Scurlage, il fut shérif de Glamorgan64. Désigné comme miles (« chevalier ») dans le certificat du comte de Gloucester, il semble déjà détenir un rôle important dans la seigneurie de Glamorgan par la place qui lui est attribuée dans la liste des témoins. Il est effectivement le premier seigneur laïque à être nommé dans la liste. Son nom suit ceux de l’évêque et de Nicolas Gobion, chanoine de Llandaff, et précède ceux de Guillaume de Somery, de Guillaume de Reigny et de Guillaume de Cantilupe65. Cet ordre hiérarchique se poursuit dans le scellage de la lettre des trois Guillaume. Lors d’un scellage multiple sur simple queue, la préséance appartenait le plus souvent au sceau de la queue la plus proche de l’écrit. Le sceau de Pierre Pincerna est apposé sur la dernière queue du parchemin. L’ordre de préséance semble inversé dans l’ordre de scellage par rapport à celui établi dans la suscription. Le sceau le plus important serait alors celui de Pierre Pincerna sur la dernière attache. Alors que son sceau scelle le document, le nom de Pierre Pincerna n’apparaît pas parmi les expéditeurs dans la salutation. Tout comme les trois Guillaume, c’était en tant que vassal devant conseil à son seigneur qu’intervint Pierre Pincerna. L’affaire de Llangewydd et ces témoignages ont certainement été considérés par le nouveau comte de Gloucester comme un moyen d’évaluer la loyauté de ses nouveaux vassaux et d’asseoir son autorité sur eux.

  • 66 Comité international de sigillographie, 1990, no 26.
  • 67 NLW, PM, no 2803 (Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. VI (...)

24Les expéditeurs de ces lettres s’engageaient personnellement en apposant leur sceau sur le parchemin, puisque la première fonction du sceau était de donner, par sa nature juridique, authenticité au discours66. L’existence d’un document très proche par ses caractéristiques externes dans les chartes de Margam conforte l’idée que ces lettres furent produites dans le cadre d’une procédure judiciaire. Cette charte est datée du 10 mai 1249. Treize seigneurs anglo-normands siégeant à la cour comtale y témoignent de la vérité et du jugement du litige entre l’abbaye cistercienne de Neath et le seigneur gallois Leision ap Morgan Gam d’Afan. Le parchemin est scellé sur simple queue et en présente treize, mais seulement quatre sceaux de cire de couleur blanche ont été conservés67. Les trois documents de l’étude présentent un discours au contenu juridique condensé dans leur narratio dont la formulation reprend celle des actes à valeur légale. Accompagné de la valeur de témoignage de leur discours, leur contenu juridique rapproche la nature de ces documents de celle des certificats correspondant à l’aspect administratif qui leur a déjà été attribué.

La conservation des lettres par l’abbaye de Margam

25Malgré cela, il semble que ce fut seulement une fois entre les mains des moines cisterciens que ces documents acquirent leur valeur juridique à part entière. Ils furent certainement conservés précieusement par les moines à côté de tous les actes concédant ou confirmant des droits sur le fief de Llangewydd à l’abbaye. Mélangeant registre épistolaire et registre diplomatique, leur conservation par les moines comme tout autre acte garantissant leurs droits ne conféra-t-elle pas finalement et intégralement à ces lettres leur aspect diplomatique ? La valeur accordée à ces documents par les moines, valeur, nous l’avons vu, qui fut peut-être perçue comme moins importante par leurs auteurs, les transforma en lettres diplomatiques.

  • 68 Patterson, 1992, p. 209.
  • 69 Id., 2002, p. 50. Une grande partie des actes de Margam conservés au sein de la « Harley Collection (...)

26Les moines semblent, néanmoins, les distinguer des actes à valeur légale dans leurs archives. Elles ne furent pas enregistrées de la même façon que les actes. Tout comme le certificat comtal, aucune des lettres ne présente une mention dorsale. À l’inverse, une grande majorité des actes à valeur légale en possède une dans les archives de l’abbaye. Dès la seconde moitié du xiie siècle, le monastère adopta un « système d’identification » des actes pour ses archives68. La manière dont Margam conservait physiquement ses documents n’est pas connue. Les actes étaient très certainement pliés et stockés dans un coffre69. Pour connaître le contenu d’un acte, il était alors nécessaire de le déplier. Pour éviter de telles manipulations, un résumé du contenu précisant le nom du donateur, le nom et parfois la taille de la parcelle de terre était inscrit au dos de l’acte plié. Les lettres et le certificat présentent des marques de pliage très nettes. Ils furent sans conteste pliés comme les autres documents pour leur rangement, mais ne présentent pas d’inscription, quelle qu’elle soit sur leur verso.

  • 70 Ibid., p. 51.
  • 71 Hamblen, inédit, p. 14 ; Birch, 1893, t. I, p. 2 ; Patterson, 2002, p. 52.

27La mention dorsale semble aussi parfois attester l’enregistrement d’un acte dans les cartulaires. Les lettres ne sont pas copiées dans les cartulaires de l’abbaye qui nous sont parvenus. Les moines auraient alors distingué les lettres des actes à valeur légale en n’enregistrant pas celles-ci. Les cartulaires sous forme de rouleaux font partie des pratiques d’archivage des moines de Margam dès le début du xiiie siècle. Le monastère décida, probablement sous l’impulsion de l’abbé Gilbert (1203-1213), de prévenir la perte des actes originaux en les copiant. Une quinzaine de rouleaux, issus de la production scripturaire de l’abbaye entre le xiiie et le xve siècle, ont été conservés70. Aucun des cartulaires-rouleaux ne possède un prologue expliquant ses objectifs et son organisation. Des prologues sont parfois présents dans les cartulaires et sont une source essentielle pour connaître et comprendre les attentes des moines face à un tel objet. Walter de Gray Birch avait émis l’hypothèse d’une copie des actes dans les rouleaux selon un ordre chronologique et par localité. Robert Patterson a ajouté à l’hypothèse de Birch que même si l’ordre restera inconnu, on peut fortement penser que les cartulaires ont été organisés selon le lieu, mais aussi selon l’auteur de l’acte, c’est-à-dire débutant par les confirmations royales et continuant par les actes des seigneurs de Glamorgan71.

  • 72 Papin, à paraître.
  • 73 NLW, PM, no 294-2, no 294-3, no 294-5, no 294-6.
  • 74 Patterson, 2002, p. 114.
  • 75 NLW, PM, no 294-1.
  • 76 NLW, PM, no 294-7, no 294-8, no 294-10.
  • 77 NLW, PM, no 294-12, no 294-13, no 294-14, no 294-15.

28L’étude approfondie de la structure des cartulaires-rouleaux a mis en évidence la volonté des premiers copistes de les organiser en rassemblant les actes par région géographique ou par thématique72. Quatre actes de donation du lignage des Scurlage concernant le fief de Llangewydd sont rassemblés dans un même rouleau vers le milieu du xiiie siècle73. Il s’agit de la continuation contenant quinze actes d’un rouleau aujourd’hui perdu74. Le premier acte de cette continuation est un accord entre le prieuré d’Ewenny et l’abbaye de Margam75. Il précède les actes des Scurlage. Ils sont suivis par des actes de donation « près des terres des Scurlage76 » dans le territoire voisin de Newcastle (l’actuelle Bridgend) et à Gallt-y-cwm (entre les actuels Maesteg à l’est et Port Talbot à l’ouest)77. Les actes copiés sont clairement rassemblés par sphère géographique dans le rouleau. Cependant, les copistes ne semblent pas avoir jugé nécessaire de reproduire les lettres et le certificat avec les actes concernant le fief de Llangewydd.

  • 78 Bouchard, 2002, p. 22.
  • 79 Clanchy, 1993, p. 147.
  • 80 L’intégration des lettres et du certificat aux archives de Margam pourrait avoir eu lieu lors de l’ (...)

29L’ensemble des documents constituant les archives de Margam ne fut pas copié dans les rouleaux. Les moines, en tant qu’archivistes, effectuaient un travail de sélection méthodique et réfléchi. Leur premier objectif était de préserver la mémoire des évènements significatifs pour l’histoire de leur communauté. La copie était un moyen de conserver le contenu des actes originaux et de transmettre cette mémoire écrite. Les moines créaient et réfléchissaient sur « un passé utile » à leur monastère78. Par la sélection des actes qu’ils copiaient, par les omissions volontaires qu’ils faisaient, ils créaient une mémoire du passé correspondant à leurs propres intérêts. Les moines cherchaient à créer « la mémoire de leurs triomphes79 ». Tous les documents ne possédaient donc pas la même valeur à leurs yeux. En cas de litige, par exemple, cette mémoire devait leur être utile. Les documents les plus importants pour une communauté étaient, entre autres, les actes de donation dont elle avait bénéficié, car ils étaient à l’origine des droits de propriété qu’elle possédait. L’absence des lettres et du certificat comtal dans les rouleaux de Margam révèle la perception différente que les moines avaient de ces documents par rapport à certains actes à valeur légale. Leur valeur ne semble pas avoir été perçue comme fondamentale à la construction mémorielle de la communauté. Les moines les conservaient cependant pour deux raisons dans leurs archives80. Ces documents pouvaient effectivement leur servir en cas de litige. Ils étaient surtout un élément de leur victoire contre David Scurlage ou ses descendants. Ils leur garantissaient des droits en renforçant la valeur des actes de donation du fief de Llangewydd.

30Contenant à la fois un caractère épistolaire notable et une valeur juridique significative, ces trois documents ne peuvent pas être définis comme de simples missives. Soit ils appartiennent aux lettres par leur registre épistolaire, soit ils peuvent être classés parmi les actes à valeur légale grâce à leur contenu juridique et être désignés comme des certificats. Pour autant, on peut distinguer leur singularité en les qualifiant de « lettres diplomatiques » étant donné la forte imbrication de leurs deux caractéristiques principales. Leur registre épistolaire est mis en évidence à travers leur scellage à la cire de couleur blanche sur simple queue et la structure interne de leur discours régi par le dictamen. Quant au registre diplomatique, la formulation du contenu juridique suivant celle des actes à valeur légale le révèle. Leur qualité de témoignage et leur conservation par l’abbaye de Margam pour garantir ses droits octroient à ces documents une réelle importance juridique.

  • 81 Birch, 1893-1905. Birch a classé les deux tiers de la collection avant que celle-ci soit déposée à (...)
  • 82 Jusqu’à la dissolution des monastères en 1536 pour les archives de l’abbaye, jusqu’au xixe siècle p (...)
  • 83 Voir annexe I.
  • 84 Giraud de Barri, Speculum ecclesiae, pp. 134-137 ; Cowley, 1967.

31Dans une perspective de réflexion archivistique, leur classement reste complexe au sein des « Penrice and Margam Estate Records ». Il s’agirait de morceler l’ensemble de la collection classée et analysée en partie par Walter de Gray Birch à la fin du xixe siècle pour rassembler ces documents avec les actes à valeur légale concernant le fief de Llangewydd81. Les réunir au sein de la collection demanderait d’en repenser et d’en réviser entièrement le classement. Ce qui est inimaginable dans l’immédiat, en raison du nombre de documents qui la constituent, soit déjà près de quatre mètres cubes conservés à Aberystwyth, et en raison de leur étalement dans le temps (du milieu du xiie siècle au xixe siècle)82. De plus, les archives de l’abbaye sont actuellement fractionnées entre la National Library of Wales, la British Library à Londres (« Harley Collection ») et le West Glamorgan Archive Service à Swansea. Le certificat de Gilbert de Clare est ainsi conservé dans la « Harley Collection » à la British Library83. Il est par conséquent séparé des lettres auxquelles il devrait être idéalement associé puisqu’il mentionne une grande partie des acteurs de l’affaire. Pensées par les moines de Margam comme des preuves leur garantissant des droits sur le fief de Llangewydd, ces lettres font partie d’un ensemble de documents dont elles ne peuvent, théoriquement, être séparées. Elles donnent en effet tout leur sens au processus d’acquisition du fief par l’abbaye. La teneur de leur discours permet de mieux saisir et interpréter cette acquisition, parfois considérée comme litigieuse par les contemporains, notamment par Giraud de Barri qui compare, dans son Speculum ecclesiae, les pratiques d’acquisition des cisterciens à des expropriations84.

Annexes

Annexe I

[1217, novembre – 1218, 8-12 novembre]

Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford, certifie que David Scurlage était majeur et saisi de sa terre au moment des accords entre lui et l’abbaye de Margam concernant sa terre située dans le fief de Llangewydd. La majorité de David Scurlage avait été établie auparavant devant la cour comtale de Cardiff quand David Scurlage prouva son droit sur cette terre contre son frère bâtard, Raymond. Il reconnaît que les accords ont été pris raisonnablement. Enfin, il donne les noms de ceux par qui il a eu connaissance des faitsa.

A. Original, parchemin (bon état), minuscule protogothique semi-cursive (déb. xiiie s.), larg. 145 mm. x haut. 70 mm. (dont repli de 15 mm.). Sans mention dorsale. Scellé sur double queue avec des cordelettes rouges et jaunes. Sceau rond de cire blanche. Avers : figure équestre vers la droite, diam. 40 mm., légende brisée. Revers : blason avec trois chevrons, diam. 25 mm., légende : « +SIGILL[‘:GILBERTI.]DE.CLARA. ». British Library, Harley CH 75 B 37.

a. Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. II, n° 444, pp. 432-435.

Indiqué, Catalogues of the Harley Charters, ms. n° 4 ; Birch, 1897, p. 237 ; Episcopal Acts and Cognate Documents Relating to Welsh Dioceses, 1066-1272, t. II, L. 320 ; Patterson, 2002, append. III, n° 342, p. 127.

Ce certificat peut être daté entre novembre 1217, lorsque Gilbert de Clare hérita du comté de Gloucester par sa mère Amice et succéda à son père Richard, comte de Hertford, et la mort d’Henri, évêque de Llandaff le 8 ou 12 novembre 1218. Il fait certainement suite à au moins trois certificats reçus par le comte concernant la majorité de David Scurlage qui peuvent être datés de la même période (National Library of Wales, PM, n° 130, n° 2049 et n° 2050).

G[ilebertus] de Clara, comes Gloucestrie et Hertfordie, omnibus amicis et homnibus suis, salutem. Sciatis quod, sicut per veredictum quorumdam amicorum et fidelium nostrorum in fide quam nobis debent et super juramentum suum nobis datum, est intelligi David Escurlag fuit plenarie etatis et de terra sua saisitus per judicium curie de Kaerdif tempore quo convenciones facte fuerunt inter ipsum et domum de Margan de terra quam habuit in feodo de Langewy. Et bene ante illud, recognita fuit eidem David etas sua in pleno comitatu de Kaerdif, scilicet quando dirrationavit terram predictam contra Reimundum fratrem suum bastardum in comitatu de Kaerdif. Et bene sciunt quod predicte convenciones inter eundem David et domum de Margan facte rationabiles sunt. Nomina eorum per quos ista cognovimus sunt, dominus Henricus Landavensis episcopus, N[icholaus] Gobiun canonicus ecclesie Landavensis, Petrus Pincerna miles, Willelmus de Sumery miles, Willelmus de Reigny, Willelmus de Cantilupo, Rogerus de Gloucestria, Ricardus le Norreis, magister Radulfus Mailoc, Mauricius de Cantilupo, Robertus Sanson et quidam alii.

Annexe II

[1217, novembre – 1218, 8-12 novembre]

Lettre d’Henri, évêque de Llandaff, à Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford, certifiant que David Scurlage était majeur et saisi de sa terre au moment des accords entre lui et l’abbaye de Margam concernant sa terre située dans le fief de Llangewydd (Newcastle, Glam.). La majorité de David Scurlage a été établie auparavant devant la cour comtale de Cardiff lorsqu’il prouva son droit sur cette terre contre son frère bâtard, Raymond. Le jugement de la cour avait saisi David de sa terre. L’évêque reconnaît que les accords ont été pris raisonnablement devant la cour comtale de Cardiff et en sa présence.

A. Original, parchemin (bon état, légèrement taché), minuscule protogothique semi-cursive (1re ½ xiiie s.), larg. 160 mm. x haut. 70 mm. Sans mention dorsale. Jadis scellé sur simple queue. Traces de cire rouge sur la première queue. National Library of Wales, PM, n° 130.

a. Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. I, n° 215 ; Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, n° 56.

Indiqué, Birch, 1893, t. I, n° 130 ; Birch, 1897, p. 237 ; Episcopal Acts and Cognate Documents Relating to Welsh Dioceses, 1066-1272, éd. de J. C. Davies, t. II, L. 282 ; Patterson, 2002, append. III, n° 125, p. 113.

La lettre peut être datée entre le mois de novembre 1217, lorsque Gilbert de Clare hérita du comté de Gloucester par sa mère Amice et succéda à son père Richard, comte de Hertford, et la mort d’Henri, évêque de Llandaff, le 8 ou 12 novembre 1218.

H[enricus], Dei gratia Landavenis episcopus, dilecto in Christo filio domino G[ileberto] de Clare, illustri comiti de Gloucestrie et de Heortfordie, salutem et benedictionem. Noverit excellencia vestra quod David Scurlage fuit plenarie etatis et de terra sua seisiatus tempore quo conventiones facte fuerunt inter ipsum et domum de Margan de terra quam habuit in feudo de Langhewi, et quod bene ante illud tempus recognita fuit etas sua eidem David in curia de Cairdif, scilicet quando dirrationavit predictam terram contra Reimundum fratrem suum bastardum in comitatu de Cardif, et per judicium ejusdem curie seisiatus fuit. Et bene scimus quod predicte conventiones inter eundem David et domum de Morgan in presencia nostra coram curia de Cairdif in pleno comitatu facte rationabiles sunt. Valete.

Annexe III

[1217, novembre – 1218, 8-12 novembre]

Certificat de Nicolas Poinz à Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford, certifiant que David Scurlage était majeur au moment des accords entre lui et l’abbaye de Margam concernant sa terre de Llangewydd (Newcastle, Glam.). La majorité de David Scurlage avait été établie auparavant devant la cour comtale de Cardiff lorsqu’il prouva son droit sur cette terre contre son frère bâtard, Raymond. Puis, David plaida contre Nicolas Poinz à la cour de Cardiff comme seigneur de cette terre et majeur.

A. Original, parchemin (bon état), cursive anglaise (déb. xiiie s.), larg. 150 mm. x haut. 60 mm. Sans mention dorsale. Scellé sur simple queue. Sceau rond de cire blanche, diam. 40 mm., une fleur de lys tenue par une main se dirigeant vers sinister, légende en partie brisée : « +S[IGILLVM.NICOLAI.PON]TII. ». National Library of Wales, PM, n° 2049.

a. Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. VI, n° 1607, p. 2329.

Indiqué, Birch, 1893, t. IV, n° 2049 ; Patterson, 2002, append. III, n° 249, p. 121.

Le certificat peut être daté entre le mois de novembre 1217, lorsque Gilbert de Clare hérita du comté de Gloucester par sa mère Amice et succéda à son père Richard, comte de Hertford, et la mort d’Henri, évêque de Llandaff, le 8 ou 12 novembre 1218. Guillaume de Cantilupe, Guillaume de Sumery et Guillaume de Regny envoyèrent également un certificat au comte (National Library of Wales, PM, n° 2050).

Karissimo domino suo G[ilberto], illustri comiti Glouernie et Hertfordie, fidelis suus N[icholaus] Poinz, salutem et servitium. Sciatis domine quod David Scurlage fuit plenarie etatis quando conventiones fuerunt facte inter eum et domum de Margan de terra de Langewy. Nam bene ante illud tempus in comitatu de Kaerdif recognita fuit ejus etas, scilicet quando disrationavit terram suam contra Reimundum fratrem suum bastardum, et postea contra me placitavit in comitatu de Kaerdif super eodem feoudo de Langewy, sicut dominus terre et plenarie etatis. Et quia de visu et auditu secure possum testificari veritatem, hec mando excellentie vestre in fide quam vobis debeo. Valete domine karissime.

Annexe IV

[1217, novembre – 1218, 8-12 novembre]

Certificat de Guillaume de Cantilupe, Guillaume de Sumery et Guillaume de Regny à Gilbert de Clare, comte de Gloucester et de Hertford, certifiant que David Scurlage était majeur et saisi de sa terre au moment des accords entre lui et l’abbaye de Margam concernant sa terre située dans le fief de Llangewydd (Newcastle, Glam.). La majorité de David Scurlage avait été établie auparavant devant la cour comtale de Cardiff lorsqu’il prouva son droit sur cette terre contre son frère bâtard, Raymond. Le jugement de la cour avait saisi David de sa terre. Ils reconnaissent que les accords ont été pris raisonnablement devant la cour comtale de Cardiff.

A. Original, parchemin (bon état), minuscule protogothique semi-cursive (déb. xiiie s.), larg. 137 mm. x haut. 85 mm. Sans mention dorsale. Scellé sur simple queue. Quatre sceaux : sceau rond de cire blanche, diam. 30 mm., de type équestre, légende : « [+WILL]LELM[I].DE.REGNI. » ; sceau rond de cire blanche, diam. 30 mm., une fleur de lys, légende : « +SIG[ILLVM].WILL’I.DE.SVMERI. » ; sceau rond de cire blanche, diam. 35 mm., une fleur de lys, légende : « […]LM’.[…..]LO. » ; sceau ovale de cire blanche, larg. 30 mm. x haut. 33 mm., un homme debout, tourné vers la droite, tenant un gobelet dans sa main, légende : « +SIGILLVM.[PETR]I.PINCERNE. ». National Library of Wales, PM, n° 2050.

a. Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. VI, n° 1606, p. 2328.

Indiqué, Birch, 1893, t. IV, n° 2050 ; Patterson, 2002, append. III, n° 250, p. 121.

Le certificat peut être daté entre le mois de novembre 1217, lorsque Gilbert de Clare hérita du comté de Gloucester par sa mère, Amice, et succéda à son père, Richard, comte de Hertford, et la mort d’Henri, évêque de Llandaff, le 8 ou 12 novembre 1218. Nicolas Poinz envoya également un certificat au comte (National Library of Wales, PM, n° 2049).

Karissimo domino suo G[ilberto], illustri comiti Gloucestrie et Hertfordie, fideles sui Willelmus de Cantilupo, Willelmus de Sumery et Willelmus de Regny, salutem in Domino. Mandamus vobis in fide quam vobis debemus et super juramentum nostrum quod David Scurlage fuit plenarie etatis et de terra sua saisiatus tempore quo convenciones facte fuerunt inter ipsum et domum de Margan de terra quam habuit in feodo de Landgewi, et quod bene ante illud tempus recognita fuit eidem David etas sua in curia de Kaerdif, scilicet quando dirracionavit predictam terram contra Raimundum fratrem suum bastardum in comitatu de Kaerdif, et per judicium ejusdem curie saisiatus fuit. Et bene scimus quod predicte convenciones inter eundem David et domum de Margan facte racionabiles sunt. Valete.

Notes

1 Je tiens ici à remercier les professeurs Thomas Deswarte (université d’Angers) et Daniel Power (Swansea University) pour leurs relectures critiques et attentives de cet article.

2 National Library of Wales (Aberystwyth), « Penrice and Margam Estate Records » (NLW, PM), no 62 (édition dans Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. II, no 253).

3 NLW, PM, no 130 (voir annexe II) ; Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xv.

4 British Library (Londres) [BL], Harley CH 75 B 37 (voir annexe I).

5 NLW, PM, no 2049 (voir annexe III).

6 NLW, PM, no 50 : renoncement de Nicolas Poinz à ses droits sur Llangewydd.

7 NLW, PM, no 2050 (voir annexe IV). Au cours de cet article, Guillaume de Cantilupe, Guillaume de Somery et Guillaume de Reigny seront nommés les trois Guillaume.

8 Cárcel Ortí, 1997, no 404 ; Grévin, 2008, pp. 121-261.

9 « Le dictamen est l’agencement interne d’un acte, son style, lequel est censé répondre aux règles de la chancellerie et aux préceptes de la rhétorique » (Cárcel Ortí, 1997, no 315).

10 Camargo, 1991, pp. 22-23 ; Vulliez, 2003, p. 93.

11 Tamen ad habendam differenciam a litteris supra dictis notandum quod illas specialiter missiles appellamus, que nichil auctoritatis tribuunt, nichil iuris acquirunt, nichil necessitatis important, immo solum intencionem mittentis et recipientis exprimunt et declarant (Rockinger, Briefsteller und Formelbücher des elften bis vierzehnten Jahrhunderts, t. I, p. 260, cité dans Chaplais, 2003, p. 78).

12 Voir annexes III et IV.

13 Voir annexe I de cet article.

14 Pour exemple : BL, Harley CH 75 B 38 (Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. II, no 361, pp. 360-361).

15 Comité international de sigillographie, 1990, no 28, p. 58.

16 Chaplais, 2003, p. 101.

17 Voir annexe II.

18 Comité international de sigillographie, 1990, no 169, p. 130.

19 Ibid., no 168, p. 129, no 170, p. 129, no 171, p. 130. La couleur jaune était obtenue par l’addition de soufre ou de safran dans la cire vierge, la couleur rouge par celle de minium, de cinabre, de laque de cochenille ou de terre sigillaire, la couleur bleue par celle de vert-de-gris ou d’hydrocarbonate de cuivre.

20 Ibid., no 165, p. 128.

21 Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xliv.

22 Ibid., p. xxxv et p. xliv.

23 Cárcel Ortí, 1997, no 422-1-3, no 423-2.

24 Camargo, 1991, p. 22 ; Constable, 1977, p. 253 ; Vulliez, 2003, p. 95.

25 Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xxxix.

26 Voir annexe II.

27 Camargo, 1991, p. 22 ; Constable, 1977, p. 253 ; Vulliez, 2003, p. 95.

28 Voir annexe III.

29 Voir annexe IV.

30 Ibid.

31 Voir annexe III.

32 Voir annexe II ; Crouch, Llandaff Episcopal Acta 1140-1287, p. xxxix.

33 Ibid., p. xlii.

34 Voir annexe III.

35 Voir annexe IV.

36 Voir annexe III.

37 Voir annexe I de cet article.

38 Voir annexe III de cet article.

39 Voir annexe II de cet article.

40 Voir ibid.

41 Cárcel Ortí, 1997, no 415.

42 NLW, PM, no 2044 et no 2045 : confirmations des possessions de l’abbaye de Margam par Gilbert de Clare, comte de Gloucester.

43 NLW, PM, no 62.

44 Patterson, 2002, p. 113, p. 121, p. 127 : scribe non identifié pour NLW, PM, no 130 ; scribe non identifié pour NLW, PM, no 2049 ; « scribe 25 » pour NLW, PM, no 2050 ; « scribe 23 » pour BL, Harley CH 75 B 37.

45 Voir annexes III et IV.

46 Voir annexe III.

47 Voir annexe II.

48 Voir annexe IV.

49 Voir annexes II, III, et IV.

50 Voir annexe III.

51 Voir annexe II.

52 Voir annexe III.

53 Ho, 2004, pp. 293-294.

54 Voir annexe I.

55 Ibid.

56 Hiis testibus, domino Henrico Landavensi episcopo, Hamundo de Valoniis tunc baillivo de Glammorgan, Radulfo de Sumeri, Henrico de Umfranvilla, Philippo de Marcros, Pagano de Turburvile, Waltero de Sulie, Willelmo Martel, Rogero de Wintonia, Johanne de la Mare, Ricardo Flandrensi, Willelmo Sor, Gilleberto de Turburvile, Radulfo Mailoc (NLW, PM, no 62).

57 Patterson, 1973, pp. 11-12.

58 NLW, PM, no 62.

59 Voir annexe I.

60 Ibid.

61 Voir annexe IV.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 Williams, Pugh, Williams, 1971, p. 690.

65 Voir annexe I.

66 Comité international de sigillographie, 1990, no 26.

67 NLW, PM, no 2803 (Clark, Cartae et alia munimenta quae ad dominium de Glamorgancia pertinent, t. VI, no 1620).

68 Patterson, 1992, p. 209.

69 Id., 2002, p. 50. Une grande partie des actes de Margam conservés au sein de la « Harley Collection » à la British Library à Londres sont aujourd’hui encore pliés.

70 Ibid., p. 51.

71 Hamblen, inédit, p. 14 ; Birch, 1893, t. I, p. 2 ; Patterson, 2002, p. 52.

72 Papin, à paraître.

73 NLW, PM, no 294-2, no 294-3, no 294-5, no 294-6.

74 Patterson, 2002, p. 114.

75 NLW, PM, no 294-1.

76 NLW, PM, no 294-7, no 294-8, no 294-10.

77 NLW, PM, no 294-12, no 294-13, no 294-14, no 294-15.

78 Bouchard, 2002, p. 22.

79 Clanchy, 1993, p. 147.

80 L’intégration des lettres et du certificat aux archives de Margam pourrait avoir eu lieu lors de l’élaboration du rouleau contenant les copies des actes à valeur légale concernant le fief de Llangewydd au milieu du xiiie siècle.

81 Birch, 1893-1905. Birch a classé les deux tiers de la collection avant que celle-ci soit déposée à la National Library of Wales à Aberystwyth en 1941. Depuis, le classement est resté inchangé, la numérotation des documents étant celle choisie par Birch.

82 Jusqu’à la dissolution des monastères en 1536 pour les archives de l’abbaye, jusqu’au xixe siècle pour l’ensemble de la collection.

83 Voir annexe I.

84 Giraud de Barri, Speculum ecclesiae, pp. 134-137 ; Cowley, 1967.

a Toutes les traductions sont de l’auteur.

Auteur

Université d’Angers – Swansea University

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540