Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

II. — Enjeux de pouvoir : le genre épistolaire et l'efficacité de l'acte

Tournures épistolaires et usages de la lettre

L’écriture administrative de Lambert évêque d’Arras (1093/1094-1115)

Laurent Morelle

Texte intégral

  • 1 Guyotjeannin, 2008. Dans les textes cités, les éventuels « e cédillés » ont été rendus par de simpl (...)

1Dans une brève mais lumineuse mise au point, Olivier Guyotjeannin a récemment rappelé tout ce que les écrits qui font le pain quotidien des diplomatistes devaient à l’art épistolaire1. Si les noces sont anciennes entre lettre et charte, et si ces liens ont subi relâchements et resserrements au long de la période médiévale, un écheveau complexe de facteurs (entre autres et pour dire bref, le regain de l’ars dictaminis, l’essor des pratiques administratives, le poids de nouveaux modèles d’écriture) a conduit, à compter de la seconde moitié du xie siècle, à une durable « épistolarisation » des chartes. Ce renouveau doit beaucoup à la chancellerie pontificale, conservatoire de la tradition épistolaire tardo-antique, qui n’eut guère de peine à faire valoir ses solutions rédactionnelles quand elle se mit à inonder l’Occident latin de ses productions d’écriture ; et ces dernières, se stabilisant au cours du xiie siècle, devinrent progressivement sinon des « modèles » imités — ce qu’elles furent parfois sans vergogne —, du moins des sources d’inspiration pour les chancelleries en plein développement, notamment épiscopales.

  • 2 Id., 1993. Pour une approche générale : Härtel, 2011, pp. 126-129.

2S’agissant de l’acte épiscopal, on sait que l’influence pontificale est venue concurrencer puis relayer celle des actes royaux, à compter du dernier tiers du xie siècle2. Olivier Guyotjeannin a étudié la réception du modèle pontifical par les chancelleries épiscopales du nord de la France, passant par étapes de l’imprégnation thématique (thème pastoral ou d’humilité) à l’absorption de traits lexicaux, puis à des emprunts de plus en plus nets (formule de perpétuité, évocation des successeurs régulièrement installés) qui confèrent à l’acte « un nouveau visage », jusqu’à la prise en compte de la nomenclature pontificale en matière diplomatique. Dans la province ecclésiastique de Reims (Belgique seconde), c’est la décennie 1100-1110 qui ouvre l’époque de l’acclimatation de l’écrit pontifical à la production épiscopale.

  • 3 Sur l’érection du siège d’Arras, voir Kéry, 1994, et Delmaire, 1994, t. I, pp. 39-60.
  • 4 Lambert fut élu le 10 juillet 1093 et consacré le 19 mars 1094.
  • 5 Sur l’action et la personnalité de Lambert, voir Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), (...)

3C’est précisément aux chartes et lettres d’un prélat actif de ce temps et de cette province, l’évêque d’Arras Lambert, que je m’intéresserai ici. La cité d’Arras est située dans le royaume de France aux marges de l’Empire. Jusqu’à la fin du xie siècle, le diocèse d’Arras était uni à celui de Cambrai. En 1092, en pleine querelle des Investitures, le pape Urbain II l’émancipa de celui de Cambrai, conformément aux vœux exprimés par le clergé atrébate et dans le secret espoir d’opposer un bastion pontifical à l’évêché impérial cambrésien3. Le nouveau siège épiscopal fut confié à Lambert de Guînes, chantre de la collégiale Saint-Pierre de Lille, ancien élève du célèbre canoniste (et épistolier) Yves de Chartres4. Lambert est l’une des grandes figures d’évêque réformateur de la fin du xie siècle en France du Nord, aux côtés de ses collègues Jean de Thérouanne (1099-1130) et Geoffroy d’Amiens (1104-1115). Il jouit d’un prestige considérable en Flandre comme à Rome ou auprès d’Anselme de Cantorbéry ; ses avis et médiations étaient recherchés et sa solide renommée est éclairée par un réseau étendu de correspondants. Ses chartes expriment pour leur part son souci constant d’affirmer l’autorité et les prérogatives d’un siège jeune et doté de faibles moyens matériels ; promulguées souvent en synode, elles disent le poids accru de ces assemblées pour l’exercice de la mission pastorale du prélat, mais aussi pour la définition des liens qui unissent le siège aux établissements du diocèse ou possessionnés en ce dernier5.

4Dans les perspectives qui nous occupent, les productions écrites de l’évêque Lambert méritent l’attention pour plusieurs raisons. La première est que Lambert nous a laissé une production diplomatique et épistolaire étoffée, connue essentiellement à travers une collection documentaire peu banale, le Codex Lamberti, qui juxtapose ou entremêle lettres et chartes épiscopales, ce qui invite à faire entrer ces deux types d’écrit en résonance. Une autre raison d’observer « l’écriture administrative » de Lambert — l’expression tente, maladroitement sans doute, de surmonter le clivage induit par ces deux catégories — réside dans le fait que Lambert, en tant que prélat « fondateur » de son siège, a jeté les bases d’une diplomatique arrageoise et conçu un formulaire. Si l’épistolier et le diplomatiste cohabitent en Lambert, en est-il de même dans ses écrits ? Enfin, la position de Lambert, à la fois successeur des évêques de Cambrai dans le diocèse d’Arras et prélat installé par le pape Urbain II, incite à observer l’imprégnation pontificale de ses chartes et à travers celles-ci sa relation à l’héritage diplomatique cambrésien.

5L’étude qui suit envisage deux modalités de la relation lettre / charte. Pour l’essentiel, j’examinerai le traitement que les chartes de Lambert réservent à deux éléments rédactionnels relevant a priori de l’épistolarité : l’adresse / salut, et l’apostrophe à l’interlocuteur ; je tâcherai d’en préciser la signification et la portée, en considérant à la fois leur présence ou leur absence (II). Après quoi, et de façon plus brève, je m’attacherai à cerner l’articulation entre lettres et chartes dans certains dossiers traités par Lambert ; je me permettrai à cette occasion une brève incursion dans la documentation laissée par l’évêque comprovincial de Laon (III). Avant toutefois d’ouvrir ce diptyque, il est nécessaire de présenter succinctement le Codex Lamberti évoqué plus haut, un recueil qui semble être aussi un témoin précieux de la genèse du formulaire de charte épiscopale mis au point par Lambert (I).

Codex Lamberti et formulaire lambertin

  • 6 Sur cette collection, voir Kéry, 1994, première partie, et Giordanengo, Le registre de Lambert, évê (...)
  • 7 Le livre cité de Lotte Kéry (Kéry, 1994) est centré sur les Gesta Atrebatensium, dont elle procure (...)
  • 8 C’est-à-dire ses troisième et quatrième états représentés par deux manuscrits du xviie siècle prove (...)
  • 9 Il s’agit notamment des assemblées conciliaires de Clermont (1095), Rome (1099), Saint-Omer (1099), (...)
  • 10 Dans l’ordre du Codex Lamberti, il s’agit des actes nos 5, 4, 3, 1, 6, 8, 10, 11, 14, 15, 16, 19, 1 (...)

6Le Codex Lamberti est une collection rassemblant des documents de nature variée, dont l’écrasante majorité concerne l’activité de Lambert6. Le noyau initial en est formé par ce qu’on appelle les Gesta Lamberti ou, mieux, les Gesta Atrebatensium7, une œuvre qui raconte comment le clergé arrageois réussit, au terme de près de deux ans de péripéties (1092-1094), à obtenir la consécration épiscopale de Lambert. Les Gesta ne sont pas un récit continu, mais une chaîne d’environ quarante « pièces justificatives » (lettres et quelques actes) reliées parfois entre elles par des transitions qui s’élèvent rarement au rang de narrations. L’ouvrage a été entrepris du temps de Lambert, ce qui traduit l’importance des sources épistolaires dans la construction de l’identité arrageoise. Outre ces Gesta Atrebatensium, les états les plus évolués du Codex Lamberti comportent trois autres sections8 : des dossiers d’assemblées et d’affaires judiciaires9 ; quatorze des dix-huit privilèges de Lambert édités par Benoît-Michel Tock10 ; enfin un recueil épistolaire comportant quarante et une lettres envoyées par Lambert à vingt-huit destinataires et soixante-treize reçues par Lambert de quarante-quatre expéditeurs, auxquelles on doit ajouter une douzaine de lettres dont Lambert n’est ni le seul expéditeur ou destinataire, ni même l’un ou l’autre.

  • 11 Titre : Privilegia concessa per Lambertum episcopum in synodis diocesanis (Giordanengo, Le registre (...)
  • 12 Hypothèse développée dans Morelle, 1995.

7Les articulations très nettes du Codex Lamberti ne semblent pas artificielles, même s’il a connu des ajustements (passages d’un document d’une partie à une autre) au cours de ses avatars successifs. Sa partie Privilegia, qui n’apparaît en tant que corpus que dans les états évolués de la collection, ordonne chronologiquement les actes qu’elle renferme, des actes dont le titre déclare qu’ils ont été promulgués en synode11. Elle pourrait représenter une sorte de « proto-registre » épiscopal12, un outil d’administration contemporain de l’élaboration par Lambert et son entourage d’un formulaire de charte épiscopale tout à fait original, sur lequel il convient à présent de dire quelques mots.

  • 13 Ibid., pp. 259-260. La charte no 1 de l’édition de Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203 (...)

8L’évêque Lambert, premier titulaire du « nouvel » évêché d’Arras, a dû inventer et construire. En matière diplomatique, il s’est doté d’un modèle de charte particulièrement adapté aux actions juridiques qui scandent l’activité du prélat, à savoir les donations et confirmations d’autels. Le « formulaire » de la charte lambertine me semble avoir été mis au point entre juillet et octobre 1097, en prévision d’une série d’actes promulgués au synode d’automne de cette année-là13. Il est resté en vigueur sous les évêques Robert (1115-1131) et Alvise (1131-1147), premiers successeurs de Lambert.

  • 14 Tock, 1991, pp. 134-136 : un formulaire « sans équivalent dans les autres diocèses de la province d (...)
  • 15 Jusqu’en 1141, on ne compte que quatre actes épiscopaux rédigés par la chancellerie d’Arras (ou con (...)
  • 16 Morelle, 2012-2013, p. 161.
  • 17 Plusieurs lettres adressées par Lambert au pape Pascal II entre 1104 et 1107 se terminent par une f (...)
  • 18 Ce qu’a signalé Tock, 2010, p. 167, n. 133 (même invocation dans un acte donné en 1084 par l’évêque (...)

9La charte lambertine est caractérisée par un ensemble de « formules » au sens de « briques » textuelles ou de solutions syntaxiques qui structurent le privilège épiscopal. Benoît-Michel Tock a souligné l’« exhaustivité » du formulaire ainsi forgé, entendons le fait que des solutions préfabriquées envahissent tout le discours diplomatique et pas seulement l’encadrement protocolaire14. L’idéal-type de la charte lambertine tranche d’emblée par la sobriété de sa structure : ni adresse ni salut15, pas davantage de préambule ou de notification, un exposé réduit souvent à la petitio ; en revanche, il s’ouvre sur une invocation initiale développée et originale, et se referme sur une ample souscription épiscopale et une date charpentée, pourvue d’éléments chronologiques abondants. Ces traits lui confèrent une puissante originalité, qu’on est tenté d’interpréter comme l’expression d’une rupture à l’égard de la tradition diplomatique cambrésienne16. En témoigne aussi la solution bipartite adoptée pour l’invocation initiale, à la fois de forme « trinitaire développée » et affirmant l’unicité de la divinité — In nomine Patris et Filii et Spiritus sancti, unius veri et summi Dei — : Lambert y proclame une conviction théologique qui affleure aussi, mais exprimée différemment, dans plusieurs de ses lettres17. Diplomatiquement, il se détourne là encore de Cambrai, empruntant en revanche au diocèse voisin de Thérouanne18.

Les éléments d’épistolarité dans la charte lambertine

Le rejet de l’adresse et du salut : les leçons d’une exception

10Ces premiers constats sont donc peu encourageants : l’absence d’adresse (particulière ou collective) et de salutation dans la plupart de ses actes semble indiquer que l’épistolier Lambert refuse la tentation épistolaire pour les chartes qu’il fait rédiger et promulgue. Du moins généralement, car des exceptions existent et d’autres indices d’« épistolarité » doivent retenir notre attention.

  • 19 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), no 4.

11Sous l’évêque Lambert, un seul acte, réputé de chancellerie, est pourvu d’une adresse et d’un salut ; il s’agit du privilège donné aux chanoines de Mont-Saint-Éloi le 21 octobre 109719. Lambert s’adresse alors à ses propres successeurs et leur souhaite « liesse dans la vie présente, et gloire dans la vie future » : Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, suis successoribus, praesentis vitae laetitiam et futurae gloriam. Voyons de près cette exception.

  • 20 Lanham, 1975.
  • 21 Morelle, 1996, pp. 52-55.
  • 22 Lettre de Lambert à l’archevêque de Reims Raoul [1109-1115] (Giordanengo, Le registre de Lambert, é (...)

12Une telle formule de souhait relève d’une tradition épistolaire ancienne, très en faveur au xie siècle20. Tout comme ses collègues et maîtres, Lambert épistolier use volontiers de tournures où le salut s’épanouit en vœu, conseil, sentence ou citation, adoptant à l’occasion des libellés parfois ampoulés, voire énigmatiques21. Mais la formule praesentis vitae laetitiam et futurae gloriam n’est pas attestée dans les lettres envoyées ou reçues par Lambert, même si on y trouve l’évocation de la « liesse » (laetitia) dans quatre pièces postérieures à 1107 ; à chaque fois cependant, la formulation ne ménage aucun balancement entre vie présente et vie future22. Il faut donc en chercher le modèle ailleurs.

  • 23 Les Gesta episcoporum Cameracensium (ca 1024-1025, éd. de Bethmann) sont bien une source importante (...)
  • 24 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), no 4 : Unde, facto privilegio [Lambert parle de (...)
  • 25 Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, nos 2 (...)
  • 26successoribus suis episcopis et ceteris Christi fidelibus, praesentis vitae laeticiam et futurae (...)
  • 27 Ce thème est récurrent sous Liébert : voir par exemple l’acte original de 1064 en faveur de l’abbay (...)
  • 28 En fait, c’est seulement avec l’acte no 56 de 1133 des Chartes des évêques d’Arras (1093-1203) que (...)

13L’acte du 21 octobre 1097 ouvre lui-même une piste si l’on prête attention à une autre singularité structurelle, à savoir un ample exposé — élément rare chez Lambert —, de nature historiographique qui plus est. Lambert y raconte la fondation d’une communauté de chanoines à Mont-Saint-Éloi par l’évêque Fulbert (933/934-956) — il déclare, abusivement d’ailleurs, puiser ses connaissances aux Gesta des évêques de Cambrai23 —, puis son déclin et sa restauration par l’évêque Liébert (1051-1076) qui y installa des « clercs réguliers », leur accorda un « privilège » et leur donna des autels ; enfin, Lambert évoque les donations d’autels consenties par son prédécesseur immédiat l’évêque de Cambrai[-Arras] Gérard II (1076-1092). Ce lourd arrière-plan cambrésien explique que l’adresse et le salut de la charte de Lambert soient empruntés, pour une fois, à la diplomatique épiscopale cambrésienne, plus précisément au privilegium de Liébert pour Mont-Saint-Éloi cité expressément par Lambert24. Ce privilegium, qui daterait selon Erik Van Mingroot des années 1074-1076, n’est certes plus connu qu’à travers une version falsifiée contenant cette adresse et ce souhait25, mais sa version authentique devait déjà les renfermer, puisqu’on les retrouve à l’identique dans une charte originale de 1066 par laquelle Liébert refonde le chapitre Saint-Aubert de Cambrai26. Au demeurant, la diplomatique cambrésienne cultivait intensivement ces formules de souhait, avec un goût prononcé pour le thème des profits espérés respectivement dans la vie présente et dans la vie future27. Par rapport au modèle cambrésien des années 1060, la formule de 1097 atteste simplement une décantation : sempiternam est délaissé devant gloriam et l’adresse ne se fait plus aux successeurs de l’évêque et aux fidèles du Christ, mais seulement aux évêques successeurs. Notons à cet égard qu’en 1117 l’évêque d’Arras Robert, successeur de Lambert, observa scrupuleusement le souhait de son prédécesseur : confirmant l’acte de 1097, il en reprit fidèlement l’exposé, prolongeant simplement ce dernier en faisant mémoire de l’action de Lambert. Et d’un point de vue formel, l’acte de Robert décalque celui de Lambert, d’où une nouvelle survivance de la tradition cambrésienne d’adresse et de souhait28.

14L’adresse / souhait de la charte de Lambert pour Mont-Saint-Éloi est donc une survivance cambrésienne, qui surgit curieusement exactement au moment où se met en place le formulaire lambertin (synode d’octobre 1097). À dire vrai, la charte mêle tradition et innovation (invocation, souscription, date). Mais ce mélange signale moins un tâtonnement rédactionnel qu’une situation où Lambert était moins libre d’agir à sa guise que pour d’autres bénéficiaires : renouvelant le geste (et l’écrit) d’un prédécesseur, Liébert, qui avait invité ses successeurs à l’imiter, Lambert pouvait se sentir tenu non seulement de proroger la teneur, mais encore de respecter la forme du privilegium inaugural. Le cas de Mont-Saint-Éloi ne remet pas en cause la distance que prend Lambert à l’égard de l’adresse et du souhait.

L’usage de l’apostrophe

  • 29 Quinze des dix-huit privilèges conservés sont pourvus d’une apostrophe (bénéficiaire indiqué entre (...)
  • 30 Les actes ibid., nos 6 et 9, tous deux formulés semblablement, usent pour ce faire d’un autre procé (...)
  • 31 Ibid., no 6.
  • 32 Ibid., no 4.
  • 33 Ibid., no 4. Après le long exposé où Lambert relate les bienfaits accordés à Mont-Saint-Éloi par se (...)

15Tout en délaissant brutalement adresse et souhait, le privilegium de Lambert développe un autre signe (potentiel) d’épistolarité, l’apostrophe au bénéficiaire de l’acte. Tous les privilèges de Lambert, sauf trois, en comportent une29. On ne peut comprendre cet usage dans la charte lambertine indépendamment des autres caractères relevés plus haut. Il semble en effet qu’en l’absence d’adresse, l’apostrophe se voie d’ordinaire assigner un rôle technique au sein de l’acte, celui d’informer le lecteur-auditeur sur l’impétrant30. Il en résulte deux attributs notables : 1) quant à son contenu, l’apostrophe en incise ne se contente pas de qualifier l’interlocuteur de l’évêque (par un simple karissime frater, par exemple), elle le désigne par son nom, et par sa fonction si celle-ci n’est pas encore apparue dans le texte ; 2) quant à sa place dans l’acte, elle ne sert pas à donner un nouvel élan à un discours qui s’essoufflerait, elle vient normalement très tôt dans la charte, car toujours associée au verbe du dispositif (concedimus, contradimus, confirmamus, etc.). Or dans l’architecture de la charte lambertine, le dispositif advient assez tôt, puisqu’il n’y a généralement pas de préambule, ni d’exposé développé. Mais même quand le dispositif est « retardé » par la présence d’un ample préambule31 ou d’une narratio étoffée32, l’apostrophe ne change pas de place ; au besoin est-elle « lancée » par une seconde intitulatio de l’évêque33.

  • 34 Voir les groupes de libellés signalés aux notes précédentes et suivantes.
  • 35 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 1 (Saint-Denis de Reims, 1097 ou 1098) et 7 (...)
  • 36 Ibid., nos 3 (chanoines d’Arrouaise, 1097) et 8 (chanoines d’Eaucourt, 1101). Texte du no 8 : Ego L (...)
  • 37 Ibid., nos 14 (abbaye de Corbie, 1109 ou 1110), 15 (abbaye de Saint-Pierre de Gand, 1109), 16 (clun (...)
  • 38 Ibid., nos 11 (moniales de Maubeuge, 1106) et 18 (abbaye de La Trinité-au-Mont de Rouen, 1111). Tex (...)
  • 39 Ibid., nos 6 (abbaye de Saint-Vaast d’Arras, 1098), 17 (abbaye de Saint-Amand, 1111 ou 1112), 19 (c (...)
  • 40 Dans l’acte no 6, la seconde apostrophe s’insère dans une adjuration au bénéficiaire (l’abbé de Sai (...)
  • 41 Ibid., nos 17, 19 et 20.

16L’apostrophe s’inscrit dans des environnements diversifiés, susceptibles néanmoins de typologie. Les regroupements qu’on peut établir semblent signaler des influences exercées par tel acte sur tel autre, ou bien refléter un état du formulaire à un moment donné de l’épiscopat34. Toujours est-il que l’apostrophe s’insère généralement dans un passage qui met le petitor à l’honneur : ici on évoque sa petitio35, là les sentiments de Lambert à son égard36, ailleurs encore ses qualités qui ont décidé le prélat à répondre favorablement à sa petitio37 ; il arrive cependant qu’un tel enrichissement fasse défaut38. Ordinairement, l’apostrophe n’apparaît qu’une fois dans l’acte, mais quatre chartes en ont deux39. Dans ces cas minoritaires, il s’agit éventuellement de relancer un dispositif très long40, mais surtout de souligner une clause qui touche spécialement la personne même de l’impétrant, le plus souvent pour marquer la présence du ou de la bénéficiaire au synode de l’évêque41. En somme, elle alerte l’auditeur-lecteur sur une clause à laquelle tient spécialement l’évêque et qui engage particulièrement son partenaire.

  • 42 Ibid., respectivement nos 2, 5 et 10.
  • 43 Ego igitur Lambertus, licet indignus Dei gratia Atrebatensis episcopus, omnibus orthodoxis hominibu (...)
  • 44 Ego Lambertus, […] justis et honestis petitionibus honorabilis comitis Eustachii et nobilis ejus ux (...)

17Trois privilèges seulement sont dépourvus d’apostrophe : la charte du 8 juillet 1097 pour Saint-Amé de Douai, celle du 21 octobre suivant pour Saint-Amand, et la troisième du 7 juin 1106 pour la collégiale de Lens42. L’absence semble facile à expliquer à propos des chartes pour Saint-Amé et pour Lens : Lambert n’y nomme aucun supérieur de l’établissement et la petitio de l’acte est le fait de la communauté ou/et de tiers ; ajoutons qu’en 1106, l’évêque prend soin d’insérer une clause accordant aux chanoines la libre élection de leur doyen. Il y a donc tout lieu de croire que dans ces deux cas, faute d’individu à apostropher, une telle cheville rédactionnelle perdait son sens. En revanche, on note que ces deux chartes présentent une notification générale, élément ordinairement absent des actes de Lambert. Dans l’acte du 8 juillet 1097, cette notification omnibus orthodoxis hominibus notum esse desidero est à sa place « naturelle » dans le texte, c’est-à-dire venant après l’intitulatio de l’évêque Lambert43 ; mais dans la charte de 1106, elle s’insère maladroitement après l’expression de la petitio, comme si on l’avait plaquée sur une formule préfabriquée44. Or la première de ces deux chartes précède de quelques mois l’élaboration du formulaire (à l’automne 1097), alors que la seconde (7 juin 1106) date de son plein essor. Ce qui incite à penser que, dans ce dernier cas, la notification générale « aux fils [de l’église d’Arras] présents et futurs » a été injectée, faute de mieux, en lieu et place d’une apostrophe attendue, mais impossible en l’occasion du fait de l’absence d’interlocuteur.

  • 45 Ego Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, desideranti animo cupiens eradicare omnem sy (...)
  • 46 Ibid., nos 3 et 4. La proximité des deux personnages avec Lambert est notée par Giordanengo, Le reg (...)

18La troisième charte dépourvue d’apostrophe, donnée à l’abbaye de Saint-Amand le 21 octobre 1097, n’autorise pas une telle interprétation puisque l’abbé Hugues cité dans l’acte est bien vivant — il gouverna Saint-Amand jusqu’en 1107. Par ailleurs l’acte, formellement proche de la charte du 5 février 1097 (ou plus probablement 1098) pour Saint-Denis de Reims45, a été donné en même temps que deux autres dotés d’une apostrophe ; autrement dit, l’apostrophe fait alors partie du formulaire. Il se pourrait donc qu’on ait délibérément évité cette tournure, sans la remplacer cette fois par une notification. Une explication, un peu faible j’en conviens, pourrait être qu’aux premiers temps du « formulaire », la chancellerie de Lambert n’avait pas encore arrêté son style, réservant encore l’apostrophe à des personnages plus proches de l’évêque, tels ses confrères chanoines Conon d’Arrouaise et Jean de Mont-Saint-Éloi 46.

  • 47 Avril, 1988 ; Morelle, 1991.
  • 48 Lors du synode d’automne de 1098, Aloldus de Saint-Vaast d’Arras, bénéficiaire de l’acte daté du 13 (...)

19Des analyses qui précèdent, il ressort que l’apostrophe lambertine est la marque d’une rhétorique diplomatique cohérente et finement travaillée, à distance de toute spontanéité. On a dit plus haut que la charte lambertine était conçue pour des concessions d’autels et des fondations ou confirmations de statuts d’établissements religieux, autant d’affaires qui relèvent du synode diocésain47. Son formulaire est donc adapté aux promulgations solennelles, en présence du bénéficiaire interpellé ; la présence de ce dernier est d’ailleurs dûment attestée dans quelques cas, par l’examen des souscriptions d’actes délivrés lors d’un même synode48. Au sein d’un formulaire volontiers direct et carré (à l’image de la production épistolaire de Lambert d’ailleurs), l’apostrophe souligne le face-à-face de l’évêque et du bénéficiaire. On ne s’étonnera pas dans ces conditions que la charte lambertine se préoccupe si peu de notification (et que l’apostrophe en tienne lieu) : c’est qu’elle a mission de styliser un rapport interpersonnel, tout en faisant mémoire des circonstances, réelles ou espérées, de la promulgation du document.

  • 49 Par exemple le privilège d’Urbain II pour Marmoutier de 1089 : Tuis ergo tuorumque fratrum, fili in (...)
  • 50 « Mais l’innovation la plus importante et la plus profonde réside dans l’acclimatation d’autres for (...)

20En définitive, si la charte lambertine adopte l’apostrophe tout en refusant l’adresse / salut, c’est peut-être parce que l’apostrophe n’y est pas vraiment une marque d’épistolarité. Son emploi peut être valablement interprété comme la volonté de se démarquer de la tradition cambrésienne, et sans doute aussi comme l’indice de l’influence exercée par les actes pontificaux, qui l’utilisent volontiers, à l’instar des chartes de Lambert, dans des clauses conjuguant l’assentiment du pape aux petitiones et l’expression de sa décision49. C’est à bon droit qu’Olivier Guyotjeannin cite l’apostrophe parmi les éléments qui introduisent la « charte en forme de lettre » à la mode pontificale dans la production diplomatique des évêques50. Mais peut-être faut-il ajouter que dans le cas de Lambert, cet emprunt n’a rien d’un placage artificiel, et qu’il correspond à une pratique diplomatique vivante et réfléchie.

Lettre et charte : quelle valeur pour les lettres ?

  • 51 Il arrive aussi que des lettres soient insérées dans des cartulaires-dossiers simplement pour éclai (...)
  • 52 Voir l’acte en forme de lettre [1157-1168] (Laon, Archives départementales de l’Aisne, H 350, origi (...)
  • 53 Loin des diocèses d’Arras et de Laon, on songe ici à l’abandon de droits consenti en [1129] par la (...)
  • 54 Lettre intitulée au nom de l’évêque de Laon Barthélemy, du doyen du chapitre Gui, des archidiacres (...)
  • 55 Texte complet de la lettre : In nomine sancte et individue Trinitatis. G(aufrido), Dei gratia Catha (...)
  • 56 La lettre, bien qu’adressée à l’évêque de Châlons, fut naturellement conservée par l’abbaye bénéfic (...)
  • 57 Cela pourrait aussi expliquer l’insertion de la lettre dans le cartulaire de l’abbaye Toussaints. E (...)
  • 58 Formule de corroboration de la charte : Ego itaque Bartholomeus, Dei gratia Laudunensis ecclesie mi (...)

21Je voudrais pour finir aborder la question de la valeur diplomatique qu’on attachait aux lettres. Il n’est pas rare qu’elles soient reçues par les archivistes médiévaux dans les chartriers et cartulaires à l’instar de chartes, en tant que titres51. C’est par lettre, par exemple, qu’un abbé, témoin privilégié et expérimenté, notifie à son homologue l’accomplissement d’un acte juridique de tiers passé en sa présence52. Écrit souple et direct, susceptible de recevoir un sceau, la lettre vaut alors titre tout en ménageant la relation d’égal à égal, « fraternelle », entre les deux correspondants. On ne s’étonnera pas non plus que la lettre soit la forme choisie par une communauté désireuse d’insister sur les liens amicaux qui sous-tendent un abandon de droits en faveur d’un établissement « frère »53. Un cas curieux est fourni par le dossier de la donation faite vers 1142 par l’église de Laon à l’abbaye Toussaints-en-l’Île de Châlons-en-Champagne54. Une lettre et une charte composent ce dossier. Dans la lettre, non datée, l’évêque et les dignitaires de l’église de Laon informent l’évêque de Châlons qu’ils ont donné la dîme qu’ils possédaient au village de Juvigny aux moines de Toussaints, moyennant versement d’un cens ; ils lui demandent aussi de veiller à ce que rigoureuse justice soit rendue aux moines bénéficiaires si le droit de ces derniers est troublé55. Formellement, c’est bien une lettre — le protocole initial est parfaitement épistolaire et un sobre valete final conclut le texte —, mais une lettre scellée du sceau du chapitre comme on va bientôt le voir, jugée du reste assez valide juridiquement par l’archiviste du xiiie siècle pour être insérée au cartulaire de l’abbaye bénéficiaire56. Cette lettre à l’évêque de Châlons devait-elle accompagner une charte délivrée en même temps aux moines de Toussaints ? C’est fort peu probable. Certes, on conserve un autre écrit — seconde pièce du dossier —, une véritable charte que Barthélémy de Joux, évêque de Laon de 1113 à 1151, a donnée aux moines de Châlons en 1142, un acte doté d’un ample préambule qui semble faire écho à la lettre — il laisse poindre la menace des « puissances des ténèbres » — et se referme sur une clause comminatoire. Mais cette charte vient corriger la lettre précitée et non la redoubler. Elle est plus précise que la lettre quant à la localisation des biens et à la date de versement du cens (synode d’après la Toussaint) ; surtout peut-être, elle innove en faisant de la donation le signe d’une confraternité entre l’église de Laon et le monastère de Châlons ; ce qui importe enfin à notre propos, c’est que cette charte fait état de la lettre antécédente, la présentant comme émanant du chapitre de Laon et validée de son sceau57. L’évêque semble oublier que son nom figurait sur la suscription de la lettre, peut-être au motif que le sceau épiscopal n’y était pas appendu58. On peut supputer les raisons qui ont conduit l’évêque à rédiger une charte : une lettre jugée inadéquate ou contestable parce que munie du seul sceau du chapitre, le souci d’affirmer ses prérogatives par une charte à son nom et garantie de son sceau, la volonté de faire un écrit plus circonstancié. Toujours est-il que la lettre est évoquée comme le serait n’importe quel acte ayant une validité juridique, sans que le rédacteur prête attention à sa forme épistolaire. Ce qui intéresse celui-ci, c’est son scellement. Outre une belle illustration du succès remporté par le sceau de validation, l’exemple montre qu’une lettre pouvait valoir titre et que le sceau pouvait y contribuer.

  • 59 Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), nos E 83 (Mont-Saint-Éloi, [1104]) (...)
  • 60 Ramackers, Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, vol. 6 : Orléanais, no 19 [été 1105], préludant (...)
  • 61 Saint-Amé de Douai : PL 163, no CXXIV, col. 136-137 (JL 5990, 10 novembre 1104) ; Mont-Saint-Éloi : (...)
  • 62 La plupart des emprunts constatés pourraient même donner à penser que le pape ne connaît la charte (...)

22Le Codex Lamberti donne à saisir d’autres articulations entre lettres et chartes. Dans sa partie Epistolae, on conserve quatre lettres de recommandation délivrées par Lambert d’Arras aux supérieurs des maisons religieuses de Mont-Saint-Éloi, Saint-Amé de Douai, Étrun et Arrouaise ; deux d’entre elles datent vraisemblablement de 1104, une autre de 1107 et la dernière doit s’insérer entre ces termini59. Par ces lettres adressées au pape Pascal II et emportées par les récipiendaires, l’évêque sollicitait, explicitement (Mont-Saint-Éloi, Saint-Amé de Douai) ou à mots couverts (Étrun et Arrouaise), un privilège pontifical dont il suggérait par la même occasion le canevas juridique. Ces « suppliques » étaient sans doute monnaie courante dans la procédure de Privilegierung, mais leur Überlieferungschance était réduite en tant que pièces de procédure ; on connaît l’une d’entre elles émise par l’évêque Yves de Chartres, similaire et strictement contemporaine, destinée à recommander au pape Pascal II le moine de Saint-Père de Chartres parti solliciter un privilège pour son établissement60. S’agissant de Saint-Amé de Douai, de Mont-Saint-Éloi et d’Arrouaise, on conserve le privilège reçu du pape en réponse61 ; dans celui octroyé à Arrouaise, on y relève des tournures empruntées à la lettre de recommandation, mais aussi à la charte épiscopale de Lambert de 109762 : lettres et chartes n’étaient pas traitées différemment par le rédacteur pontifical.

  • 63 Concessimus etiam canonicis ibi regulariter et absque proprietate viventibus et victuris, canonicam (...)
  • 64 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 4 (Mont-Saint-Éloi) et 3 (Arrouaise). Dans l (...)
  • 65 Il s’agit de la charte donnée par l’évêque de Cambrai Gérard II en 1090 : Van Mingroot, Les chartes (...)
  • 66 Locum monasterii, qui dicitur Strum, et altare de Hamart-villa, sicut praedecessor meus, donnus Ger (...)
  • 67 J’entre ici en désaccord avec mon collègue Jean-Pierre Gerzaguet (suivi par ibid., pp. 452-453, n.  (...)

23Dans les lettres pour les communautés de Mont-Saint-Éloi et Arrouaise, Lambert précise que les droits qu’il y mentionne (du moins certains d’entre eux) ont fait l’objet d’une concession antérieure de sa part (concessimus) — et même d’un écrit, précise-t-il dans le cas d’Arrouaise63. Lambert fait alors probablement allusion aux deux privilèges qu’il a octroyés en 1097 à ces établissements64. Mais dans la lettre remise à Fulgence, abbesse d’Étrun, la tournure est différente : Lambert déclare qu’il « concède » le locus d’ Étrun et l’autel d’Hermaville, tout comme les a « concédés et consignés par écrit » son précécesseur l’évêque Gérard II65. Cette fois, Lambert n’emploie pas le parfait (concessimus) comme dans les lettres pour Mont-Saint-Éloi et Arrouaise, mais le présent (concedimus)66. Contrairement à ce qui a pu être avancé, cette lettre ne suppose aucunement l’existence d’un privilège de Lambert pour Étrun67 ; c’est précisément par sa lettre de recommandation que Lambert dispose en faveur des moniales. La lettre remise à l’abbesse Fulgence avait en quelque sorte la valeur d’un privilège épiscopal, mais cette valeur, la lettre de Lambert la puisait au privilège reçu de l’évêque Gérard par les moniales, un privilège cité expressément par Lambert et que les moniales emportaient avec elles. Lettre et charte s’épaulaient mutuellement.

24Au terme de ce rapide tour d’horizon, il apparaît que dans l’écriture administrative de Lambert, lettres et chartes sont — et ce dès leur transmission — deux mondes distincts qui se rencontrent sans se confondre. Sans doute pouvait-on attendre davantage d’interaction de la part de l’épistolier Lambert. La lettre peut certes « disposer », comme on vient de le voir, mais elle le fait à la marge, dans une articulation avec la « charte » qui reconnaît à celle-ci tous ses droits. Et, sur le plan rédactionnel, la touche d’épistolarité présumée qui émaille les chartes lambertines, à savoir l’apostrophe au destinataire, est moins un hommage au registre épistolaire qu’une solution technique au service d’une mise en scène originale de l’acte. Cette impression est confirmée par le refus ordinaire de l’adresse / souhait : ce trait épistolaire si présent dans l’écrit pontifical, et qui aurait pu faire sens avec l’apostrophe, avait le tort d’être un héritage cambrésien dont Lambert se déprenait, sauf quand il se sentait engagé ponctuellement par la parole écrite de son prédécesseur. Un tel refus invite par conséquent à soupeser finement l’imprégnation pontificale de l’écrit épiscopal. C’est tout un jeu de forces qui s’exerce en réalité sur la rédaction de la charte lambertine, et l’épistolarité qui s’en dégage n’est peut-être qu’un effet d’ensemble en trompe-l’œil, qui résiste mal à l’analyse de ses éléments.

Notes

1 Guyotjeannin, 2008. Dans les textes cités, les éventuels « e cédillés » ont été rendus par de simples « e ».

2 Id., 1993. Pour une approche générale : Härtel, 2011, pp. 126-129.

3 Sur l’érection du siège d’Arras, voir Kéry, 1994, et Delmaire, 1994, t. I, pp. 39-60.

4 Lambert fut élu le 10 juillet 1093 et consacré le 19 mars 1094.

5 Sur l’action et la personnalité de Lambert, voir Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), pp. xxxiii-xxxiv ; Delmaire, 1994, t. I, pp. 56-59, et Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), pp. 17-33.

6 Sur cette collection, voir Kéry, 1994, première partie, et Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115).

7 Le livre cité de Lotte Kéry (Kéry, 1994) est centré sur les Gesta Atrebatensium, dont elle procure l’édition de référence. Le titre exact est le suivant : Gesta quibus Atrebatensium civitas sub Urbano Romane et apostolice sedis episcopo, excusso Cameracensium subjectionis jugo, in antiquam reformatur dignitatem.

8 C’est-à-dire ses troisième et quatrième états représentés par deux manuscrits du xviie siècle provenant de l’abbaye Saint-Vaast (Arras, Médiathèque municipale, ms. 1051 et 1062) et l’édition de Baluze, Miscellaneorum liber quintus, pp. 237-400. Pour un tableau synthétique de la tradition du Codex Lamberti, voir Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), pp. 61-70 (condensant les analyses de Kéry, 1994, première partie).

9 Il s’agit notamment des assemblées conciliaires de Clermont (1095), Rome (1099), Saint-Omer (1099), Poitiers (1100) et Paris (1104) ; sur la plupart de ces assemblées, voir les notices de Pontal, 1995.

10 Dans l’ordre du Codex Lamberti, il s’agit des actes nos 5, 4, 3, 1, 6, 8, 10, 11, 14, 15, 16, 19, 18 et 17, édition de Tock, respectivement nos P 73-P 86 dans l’édition de Giordanengo.

11 Titre : Privilegia concessa per Lambertum episcopum in synodis diocesanis (Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras [1093-1115], p. 248) ; on ignore à quelle époque remonte ce titre général.

12 Hypothèse développée dans Morelle, 1995.

13 Ibid., pp. 259-260. La charte no 1 de l’édition de Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), de formulaire lambertin et datée d’un 5 février, serait dans ce scénario de 1098 (et non de 1097), une date que suggère l’ordre des actes dans le Codex Lamberti (Morelle, 1995, p. 259).

14 Tock, 1991, pp. 134-136 : un formulaire « sans équivalent dans les autres diocèses de la province de Reims ».

15 Jusqu’en 1141, on ne compte que quatre actes épiscopaux rédigés par la chancellerie d’Arras (ou considérés comme tels) comportant adresse et salut : Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 4, 25, 56 et 59.

16 Morelle, 2012-2013, p. 161.

17 Plusieurs lettres adressées par Lambert au pape Pascal II entre 1104 et 1107 se terminent par une formule ainsi charpentée : Sancta Trinitas, Deus noster sanctitatem (paternitatem, sollicitudinem) vestram custodiat (conservet) : Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), nos E 83, 84, 85, 87, 88.

18 Ce qu’a signalé Tock, 2010, p. 167, n. 133 (même invocation dans un acte donné en 1084 par l’évêque Gérard de Thérouanne à l’abbaye de Marmoutier). On relève toutefois un unius, veri Dei, amen dans un acte de Liébert de Cambrai en 1070 (Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, no 2.07). Quant au tropisme thérouannais de Lambert, l’opinion traditionnelle, selon laquelle l’évêque d’Arras Lambert aurait été archidiacre de Thérouanne, n’est pas reprise dans Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), p. xxxiv (contra : Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras [1093-1115], p. 18, à partir de la Gallia christiana, t. III, 1725, col. 322).

19 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), no 4.

20 Lanham, 1975.

21 Morelle, 1996, pp. 52-55.

22 Lettre de Lambert à l’archevêque de Reims Raoul [1109-1115] (Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras [1093-1115], no E 104) : Reverendo patri et domino Radulfo, Dei ordinatione Remorum archiepiscopo, Lambertus, sanctae Atrebatensis ecclesiae servus inutilis, gaudium et laetitiam sempiternam in Sancto Spiritu. Lettre de Lambert au légat Richard d’Albano [1107-1111] (ibid., no E 107) : Inter caeteros et prae caeteris episcopis honorabili domino et amico Richardo Albano, Lambertus, sanctae Atrebatensis Ecclesiae servus inutilis et presbyter indignus, gaudium et laetitiam sempiternam in Spiritu Sancto. Lettre de Lambert à l’abbé homonyme de Saint-Bertin [1111] (ibid., no E 114) : Honorabili domino et in veritate dilecto et semper diligendo abbati Lamberto, Lambertus qualiscumque sanctae Atrebatensis ecclesiae servus, et archidiaconi Claremboldus et Robertus, salutis et sanctitatis suae amatores, gaudium et laetitiam sempiternam in Spiritu Sancto et amori Dei nihil praeponere. Lettre de Lambert convoquant les abbés de Saint-Vaast d’Arras, d’Hasnon et de Marchiennes pour trancher avec lui un litige entre les chanoines de Tournai et les moines de Saint-Martin de Tournai [1108] (ibid., no Q 88) : Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, dilectis in Christo fratribus atque abbatibus Henrico Vedastensi, Alberto Hasnoniensi, Fulcardo Marcianensi, per eam quae in Christo est obedientiam, ad aeternam pervenire laetitiam.

23 Les Gesta episcoporum Cameracensium (ca 1024-1025, éd. de Bethmann) sont bien une source importante de l’histoire de l’épiscopat de Fulbert et y parlent de l’invention des reliques de saint Vindicien à laquelle Fulbert procéda au lieu-dit Mont-Saint-Éloi (Mériaux, 2004, notamment p. 538) ; toutefois, les Gesta ne disent rien de la fondation d’une communauté de huit clercs par Fulbert, contrairement à ce qu’avance la charte de 1097 (sur ce point : Meijns, 2000, vol. 1, pp. 421-422).

24 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), no 4 : Unde, facto privilegio [Lambert parle de Lietbert], suos precatus est successores, ut eos [les chanoines réguliers] proveherent et fierent adjutores.

25 Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, nos 2.18 (sources concernant la version authentique) et 2.19 (version falsifiée : … successoribus suis episcopis et caeteris Christi fidelibus, presentis vitae letitiam et futurae sempiternam gloriam).

26successoribus suis episcopis et ceteris Christi fidelibus, praesentis vitae laeticiam et futurae sempiternam gloriam (ibid., no 2.05). L’appel aux successeurs est récurrent sous Liébert ; il s’estompe et s’efface sous Gérard II.

27 Ce thème est récurrent sous Liébert : voir par exemple l’acte original de 1064 en faveur de l’abbaye cambrésienne du Saint-Sépulcre : … dilectis successoribus suis episcopis et omnibus Christi fidelibus, prosperos utriusque vitae successus (ibid., no 2.03) ; il est encore travaillé en 1090 dans une variation de la formule de 1066 : … in tempore vite presentis et habere leticiam et mereri gloriam sempiternam (acte de Gérard II pour l’abbaye d’Étrun, ibid., no 3.30).

28 En fait, c’est seulement avec l’acte no 56 de 1133 des Chartes des évêques d’Arras (1093-1203) que la chancellerie arrageoise adopte, prudemment, une adresse des plus banales, à savoir tam futuris quam presentibus in perpetuum.

29 Quinze des dix-huit privilèges conservés sont pourvus d’une apostrophe (bénéficiaire indiqué entre parenthèses) : Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 1 (abbaye canoniale Saint-Denis de Reims, 5 février 1097 ou 1098), 3 (communauté des frères d’Arrouaise, 21 octobre 1097), 4 (abbaye canoniale de Mont-Saint-Éloi, 21 octobre 1097), 6 (abbaye de Saint-Vaast d’Arras, 13 octobre 1098), 7 (abbaye d’Hasnon, 16 octobre 1098), 8 (communauté de clercs d’Eaucourt, 16 octobre 1101), 9 (abbaye de Marchiennes, 2 mars 1103), 11 (moniales de Maubeuge, 6 novembre 1106), 14 (abbaye de Corbie, 14 janvier et 23 février 1109 ou 1110), 15 (abbaye de Saint-Pierre de Gand, 6 avril 1109), 16 (prieuré clunisien de Saint-Pierre d’Abbeville, 25 juillet 1110), 17 (abbaye de Saint-Amand, 11 avril 1111), 18 (abbaye de La Trinité-au-Mont de Rouen, 25 octobre 1111), 19 (chanoines de Saint-Pierre de Lille, 1111) et 20 (moniales de Denain, 14 juin 1113).

30 Les actes ibid., nos 6 et 9, tous deux formulés semblablement, usent pour ce faire d’un autre procédé : Lambert évoque la petitio des bénéficiaires à la troisième personne, avant de se tourner vers eux dans la phrase subséquente. Texte de l’acte no 9 [c’est moi qui souligne, ici et dans toutes les citations qui suivent] : Ego Lambertus, […] sepe et multum imploratus satisfacere volui dulcissimis et dignis precibus domni Aldalardi venerabilis abbatis de titulo beatorum apostolorum Petri et Paul Marceniensis cenobii ceterorumque fratrum ejusdem ecclesie, ut altaria que personaliter et juste tenuerant […] liberaliter predicte congregationi firmaremus possidenda. Unde cum fidelibus nostris communicato assensu et consilio, tibi, frater et fili abba Adalarde, tuisque successoribus legitimis regulariter viventibus, pro peccatorum nostrorum redemptione […] ipsa altaria non solum concedimus, verum etiam […] in perpetuum possidenda confirmamus, ea tamen conditione ut

31 Ibid., no 6.

32 Ibid., no 4.

33 Ibid., no 4. Après le long exposé où Lambert relate les bienfaits accordés à Mont-Saint-Éloi par ses prédécesseurs, le dispositif où niche l’apostrophe est introduit par une nouvelle intitulatio : Haec omnia ego Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, tibi reverentissime frater et fili Joannes abba omnibusque in eo quo es loco et ordine propter religonem tuam successoribus tuis religiose et communiter victuris, sicut superius determinatum est, firma et inconvulsa permanere concedo.

34 Voir les groupes de libellés signalés aux notes précédentes et suivantes.

35 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 1 (Saint-Denis de Reims, 1097 ou 1098) et 7 (Hasnon, 1098), avec la succession : réponse positive, apostrophe au vocatif et verbe du dispositif. Texte du no 7 : Ego Lambertus […], petitionibus tuis et ecclesie, cui Deo disponente preesse cognosceris, frater et fili karissime Alberte abba Hasnoniensis, benigne condescendens, pro redemptione peccatorum nostrorum […] altare […] omni tempore a persona absolutum, tibi et ecclesie tue perpetuo possidendum contradimus.

36 Ibid., nos 3 (chanoines d’Arrouaise, 1097) et 8 (chanoines d’Eaucourt, 1101). Texte du no 8 : Ego Lambertus […], gaudens de religiosa conversatione et heremetica vita tua, reverentissime frater et compresbyter Odo, desiderio desideramus paci et quieti tue tam presentibus temporibus quam et futuris providere. Unde, justas petitiones tuas et Balduini decani nostri pio affectu prosequentes, et te et successores tuos religiose et kanonice inibi victuros hac donamus libertate, ut tantum modo episcopo respondeatis et in manu ejus in libertate Spiritus permaneatis.

37 Ibid., nos 14 (abbaye de Corbie, 1109 ou 1110), 15 (abbaye de Saint-Pierre de Gand, 1109), 16 (clunisiens de Saint-Pierre d’Abbeville, 1110), 17 (abbaye de Saint-Amand, 1111 ou 1112), 19 (chanoines de Saint-Pierre de Lille, 1111) et 20 (moniales de Denain, 1113), avec les trois séquences : énoncé des motifs introduit par pro, apostrophe au vocatif et verbe du dispositif. Texte du no 14 : Ego Lambertus […], pro benignitatis tue dilectione et venerabilium Corbeiensis monasterii fratrum, honorabilis in Christo abba Nicholae, salvo in omnibus jure Atrebatensis episcopi et ministrorum ejus, contradimus tibi per te et pro te, omnibus in quo nunc loco et ordine preesse dinosceris futuris per Dei ordinationem abbatibus… Dans les actes nos 17 et 20, le verbe dispositif vient avant l’apostrophe.

38 Ibid., nos 11 (moniales de Maubeuge, 1106) et 18 (abbaye de La Trinité-au-Mont de Rouen, 1111). Texte du no 11 : Ego Lambertus […], venerabilium fratrum nostrorum petitione et consilio fretus, concedimus tibi, honorabilis in Christo mihi soror abbatissa Guisendis de Malbodio, et per te succedentibus in eo quo nunc es loco et ordine abbatissis regulariter electis et canonice promovendis, altare de Herem

39 Ibid., nos 6 (abbaye de Saint-Vaast d’Arras, 1098), 17 (abbaye de Saint-Amand, 1111 ou 1112), 19 (chapitre Saint-Pierre de Lille, 1111) et 20 (moniales de Denain, 1113).

40 Dans l’acte no 6, la seconde apostrophe s’insère dans une adjuration au bénéficiaire (l’abbé de Saint-Vaast d’Arras) qui vient après une longue énumération des autels confirmés et la clause comminatoire : Et quoniam sancta et salubris est cogitatio pro defunctis exorare ut a peccatis solvantur, rogamus te, dilectissime fili et venerabilis abba Alolde, omnesque successores tuos in eo quo es loco et ordine futuros abbates, quatinus in caritate Sancti Spiritus, in quo est remissio omnium peccatorum, quod nobis statuimus fieri, hoc idem fiat successoribus nostris in Atrebatensi sede futuris episcopis (ibid., nº 6).

41 Ibid., nos 17, 19 et 20.

42 Ibid., respectivement nos 2, 5 et 10.

43 Ego igitur Lambertus, licet indignus Dei gratia Atrebatensis episcopus, omnibus orthodoxis hominibus notum esse desidero qualiter, paci aecclesiarum et quieti consulens, Duacensium kanonicorum et maxime domni Gualteri aliquando Duacensis castellani petitionibus satisfaciens, immo nostris archydiaconis […] digna suffragatione consiliantibus, congregationi etiam Sancte Mariae Atrebatensis pia vice idem exoranti adquiescens, sancte Dei genetrici Marie et glorioso confessori Amato de Duaco altare Sancti Albini […] dederim perpetuo habendum et sine persona tenendum, salvo jure episcopali… (ibid., no 2 [Saint-Amé de Douai, 8 juillet 1097]).

44 Ego Lambertus, […] justis et honestis petitionibus honorabilis comitis Eustachii et nobilis ejus uxoris Marie comitisse, necnon et matris predicti comitis Ide religiose comitisse acquiescens, quod a ministerio nostro exigunt, scire volumus tam presentibus quam futuris filiis nostris quod in libertate spiritus Lensiensi ecclesie et canonicis ejusdem ecclesie ex petitione predictarum personarum ratum et stabile perenni tempore per nostre auctoritatis privilegium confirmasse (sic ; corr. ? confirmavimus) [ibid., no 10 (collégiale de Lens, 7 juin 1106)].

45 Ego Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, desideranti animo cupiens eradicare omnem symoniacam heresim a nostra diocesi, satisfaciens precibus domni Hugonis venerabilis abbatis Elnonensis cenobii de titulo beati Stephani prothomartiris et gloriosi confessoris sancti Amandi ceterorumque ejusdem ecclesie fratrum, hec altaria […] que hactenus personaliter tenuerant, pro peccatorum nostrorum remissione successorumque nostrorum episcoporum, prenominate congregationi liberaliter possidenda, remota omni symoniaca exactione, in perpetuum confirmamus, ea tamen conditione ut… (ibid., no 5 [abbaye de Saint-Amand, 21 octobre 1097]). Ibid., no 1 (Saint-Denis de Reims, 5 février 1097 ou plutôt 1098 [Morelle, 1995, p. 259]), où elle figure au début de l’acte : Ego Lambertus, Dei miseratione Atrebatensis episcopus, dulcissimis petitionibus tuis et ecclesie cui preesse dinosceris satisfaciens, dilectissime frater et fili Hugo abba venerabilis congregationis invictissimi martyris beati Dyonisii Remensis, pro peccatorum nostrorum redemptione, tibi tuisque successoribus in eo quo es loco et ordine sub regula sancti Augustini Deo militantibus sine aliqua turpis lucri exactione altare de Ais non solum concedimus, verum etiam qua presidemus auctoritate liberaliter in perpetuum confirmamus, salvo in omnibus Atrebatensis episcopi jure et redditibus ejus et archydiaconi ministrorumque ejus.

46 Ibid., nos 3 et 4. La proximité des deux personnages avec Lambert est notée par Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), p. 22.

47 Avril, 1988 ; Morelle, 1991.

48 Lors du synode d’automne de 1098, Aloldus de Saint-Vaast d’Arras, bénéficiaire de l’acte daté du 13 octobre (Tock, Les chartes des évêques d’Arras [1093-1203], no 6) souscrit l’acte donné le 16 suivant à Albert d’Hasnon (ibid., no 7), lequel souscrit l’acte précité (ibid., no 6). Les indices sont en revanche moins nets pour les trois actes donnés en synode le 21 octobre 1097 : Jean de Mont-Saint-Éloi (ibid., no 4) souscrit certes l’acte délivré à Hugues de Saint-Amand (ibid., no 5), mais ne souscrit pas celui donné à Conon d’Arrouaise (ibid., no 3) et ni Hugues ni Conon ne souscrivent les actes reçus par leurs collègues.

49 Par exemple le privilège d’Urbain II pour Marmoutier de 1089 : Tuis ergo tuorumque fratrum, fili in Christo dilectissime Bernarde, justis peticionibus annuentes cum pro beati confessoris Martini devocione et reverencia tum pro vestre religionis prerogativa cenobium vestrum, quod Maius dicitur […] in apostolice sedis tutelam specialiter protectionemque suscepimus (Ramackers, Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, vol. 5 : Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, no 21).

50 « Mais l’innovation la plus importante et la plus profonde réside dans l’acclimatation d’autres formules pontificales et de mots-clés caractéristiques qui donnent un nouveau visage à l’acte dans son ensemble : adresse particulière et collective avec mention de successeurs régulièrement installés, formule de perpétuité ou de salut et de bénédiction, mention de l’acquiescement aux justes demandes, mots de liaison comme eapropter, maintien de la clause comminatoire, voire introduction d’une clause de bénédiction. Ainsi s’introduit le modèle de ce que l’on pourrait appeler une “charte en forme de lettre”, avec adresse particulière ou collective, parfois salut, apostrophe du type dilecti fili précédant l’exposé ou le dispositif » (Guyotjeannin, 1993, p. 92).

51 Il arrive aussi que des lettres soient insérées dans des cartulaires-dossiers simplement pour éclairer une affaire, en tant que pièces justificatives ; voir l’exemple de l’abbaye de Corbie (décennie 1060), dans Morelle, 1993.

52 Voir l’acte en forme de lettre [1157-1168] (Laon, Archives départementales de l’Aisne, H 350, original scellé) par lequel Ph[ilippe], abbé de l’Aumône (abbaye cistercienne du diocèse de Chartres) informe son confrère H[ugues], abbé de Saint-Nicolas-au-Bois (abbaye bénédictine du diocèse de Laon) qu’une dame laïque nommée Milesende et son mari ont « concédé », devant témoins, la donation faite auparavant en faveur de Saint-Nicolas par une femme nommée Fredesende. L’acte juridique rapporté par l’abbé Philippe eut lieu in presentia et domo de l’abbé d’Alna (vraisemblablement Aulne-sur-Sambre). Benoît-Michel Tock m’a amicalement signalé la présence insistante de Philippe de l’Aumône auprès de plusieurs abbayes cisterciennes du diocèse de Laon (Foigny, Vauclair) ou de Reims (La Valroy), avant et surtout après sa démission de l’abbatiat vers 1170. Qu’il en soit vivement remercié, ainsi que Frédéric Poidevin, qui a travaillé sur le chartrier de Saint-Nicolas-au-Bois dans le cadre d’un diplôme de master préparé à l’EPHE, grâce auquel j’ai eu connaissance de ce document.

53 Loin des diocèses d’Arras et de Laon, on songe ici à l’abandon de droits consenti en [1129] par la communauté de Chalais à celle de la Grande Chartreuse (dioc. Grenoble) sur une terre arrondissant le désert de celle-ci : Bligny, Recueil des plus anciens actes de la Grande-Chartreuse (1086-1196), no XVII. Je remercie Sylvain Excoffon d’avoir attiré mon attention sur la documentation cartusienne.

54 Lettre intitulée au nom de l’évêque de Laon Barthélemy, du doyen du chapitre Gui, des archidiacres et des autres fratres (chanoines) à Geoffroy, évêque de Châlons-en-Champagne : Dufour-Malbezin, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, no 229 ([1142]) ; charte de l’évêque Barthélemy : ibid., no 221 (1142, original).

55 Texte complet de la lettre : In nomine sancte et individue Trinitatis. G(aufrido), Dei gratia Cathalaunensi episcopo, B(artholomeus), eadem gratia Laudunensis ecclesie minister humilis, et Guido, ejusdem ecclesie decanus, archidiaconi aliique fratres, salutem et obsequium. Notum facimus karitati vestre quia totam decimam de terra nostra, que est in banno ville Juvinne, concessimus ecclesie Omnium Sanctorum de Insula in perpetuum possidendam, sub censu quinque solidorum cathalaunensis monete per singulos annos nobis solvendorum, in ea libertate et jure quo ab antiquis temporibus eam habuimus et predicta ecclesia hucusque a nobis tenuit, scilicet ut, si etiam parrochianus alterius ecclesie eam coluerit, tota decima ad Insulanos fratres referatur. Rogamus igitur dilectionem vestram ut, si quis fratres illos de jure isto turbaverit, inde cum rigore et ipsis justiciam faciatis. Eandem precum instantiam successoribus vestris episcopis in Spiritu Sancto relinquimus. Valete (ibid., no 229).

56 La lettre, bien qu’adressée à l’évêque de Châlons, fut naturellement conservée par l’abbaye bénéficiaire.

57 Cela pourrait aussi expliquer l’insertion de la lettre dans le cartulaire de l’abbaye Toussaints. Extrait du dispositif de la charte : … Hoc igitur Beate Marie Laudunensis ecclesie noster conventus, nobiscum attendens, totam decimam de culturis suis que sunt in banno ville Juvinie […] ecclesie Omnium Sanctorum de Insula Cathalaunensi […] in perpetuum habendam esse concessit et sigilli impressione munivit, ea scilicet libertate et jure quo predicta ecclesia ab eo multo tempore pridem tenuerat, ut fratres illi pro nobis intercessores fiant ad Dominum, quatinus nos et conventus noster operatione sic peragamus in vinea Christi, ut de diurno opere in domo Patrisfamilias denarium suscipere mereamur, mutuo etiam utriusque prenominate ecclesie in vinculo Christi societate copulata, ut cujus capituli frater obierit, quando alteri ecclesie fuerit nuntiatum, tamquam de proprio canonico, servitium faciet (ibid., no 221).

58 Formule de corroboration de la charte : Ego itaque Bartholomeus, Dei gratia Laudunensis ecclesie minister humilis, quod fratres nostri, dominus scilicet Guido, decanus, archidiaconi, thesaurarius aliique fratres nostri devote concesserunt, pontificali auctoritate et nostri sigilli munitione cum astipulatione et testimonio sigilli fratrum confirmamus et, ne quis hanc elemosinam auferre vel imminuere vel conturbare pertemptet, sub anathemate prohibemus (ibid.).

59 Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras (1093-1115), nos E 83 (Mont-Saint-Éloi, [1104]), E 87 (Saint-Amé de Douai, [1104]), E 88 (Étrun, [1104-1107 ?]) et E 89 (Arrouaise, [1107]).

60 Ramackers, Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, vol. 6 : Orléanais, no 19 [été 1105], préludant au privilège Jaffé, Regesta Pontificum Romanorum [désormais cité JL] 6067 (PL 163, no CLXXIV, col. 183-184) : Yves de Chartres prie le pape de délivrer un privilège en faveur de l’établissement, de le remettre au porteur de la lettre et de se fier à ce dernier (un moine de Saint-Père) pour le détail des noms (de biens) à insérer ; le moine abusa peut-être de cette latitude puisque la teneur des biens confirmés par le pape fut ensuite contestée par les chanoines de la cathédrale Notre-Dame. Sur ce document et les suppliques : Lohrmann, 1983, pp. 90-92.

61 Saint-Amé de Douai : PL 163, no CXXIV, col. 136-137 (JL 5990, 10 novembre 1104) ; Mont-Saint-Éloi : Ramackers,Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, vol. 3 : Artois, no 8 (JL 5991, 23 novembre 1104) ; Arrouaise : Monumenta Arroasiensia, éd. de Tock et Milis, no 3 (JL 6136, 21 mai 1107).

62 La plupart des emprunts constatés pourraient même donner à penser que le pape ne connaît la charte de Lambert qu’à travers la lettre de recommandation de ce dernier ; toutefois, on relève dans la bulle l’expression spelunca latronum qui est absente de la lettre, mais présente dans la charte épiscopale.

63 Concessimus etiam canonicis ibi regulariter et absque proprietate viventibus et victuris, canonicam electionem, obeunte abbate, faciendam, salvo in omnibus jure Atrebatenis episcopi (Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras [1093-1115], no E 83 [Mont-Saint-Éloi]). Concessimus enim et scripto confirmavimus praedicta loca praelato et fratribus inibi Deo devote et religiose servientibus et absque proprietate viventibus et victuris, ab omni cathedratica redibitione libera, excepto quod in Caena Domini ad manum episcopi duodecim denarios solvant et ut sub propria et speciali subjectione, ordinatione et defensione Atrebatensis episcopi praedicti fratres permaneant constituimus (ibid., no E 89 [Arrouaise]).

64 Tock, Les chartes des évêques d’Arras (1093-1203), nos 4 (Mont-Saint-Éloi) et 3 (Arrouaise). Dans le cas de Saint-Amé de Douai, Lambert ne dit rien d’une semblable concession, alors qu’il a octroyé un privilège à Saint-Amé en 1097 (ibid., no 2). Mais le privilège en question n’était pas pertinent puisqu’il se borne à concéder l’autel de Saint-Aubin (sis à Douai).

65 Il s’agit de la charte donnée par l’évêque de Cambrai Gérard II en 1090 : Van Mingroot, Les chartes de Gérard Ier, Liébert et Gérard II, évêques de Cambrai et d’Arras, no 3.30 (1090, [11 mars-21 avril]) ; il existe une charte antérieure (ibid., no 3.24), datée du 25 décembre [1085-1089], mais qui n’évoque pas l’autel d’Hermaville.

66 Locum monasterii, qui dicitur Strum, et altare de Hamart-villa, sicut praedecessor meus, donnus Gerardus episcopus concessit et scripto suo consignavit, nos quoque, spe et amore religionis, huic praesenti abbatissae succedentibusque sibi abbatissis, in monasterio quo nunc praeesse dignoscitur, regulariter electis, canonice promovendis et absque saeculari strepitu victuris, possidendas concedimus (Giordanengo, Le registre de Lambert, évêque d’Arras [1093-1115], no E 90).

67 J’entre ici en désaccord avec mon collègue Jean-Pierre Gerzaguet (suivi par ibid., pp. 452-453, n. 1), qui estime que Lambert a délivré aux moniales d’Étrun un privilège aujourd’hui perdu ; voir Gerzaguet, 2004, p. 138, où l’auteur affirme : « Dans sa lettre, dont la teneur est un aveu d’impuissance, Lambert indique qu’il a déjà accordé un acte de confirmation mais estime celle du pape indispensable pour contrer les convoitises laïques et légitimer la communauté dans le cadre de la nouvelle géographie ecclésiastique. » L’interprétation de la lettre comme « aveu d’impuissance » me paraît au demeurant bien extrapolée.

Auteur

École pratique des hautes études, PSL – Paris

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540