Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indépendance espagnole et le libéralisme au xixe siècle

 | 
Jean-Philippe Luis

I. — La guerre d'Indépendance dans la mémoire du libéralisme espagnol

La mémoire progressiste du Dos de Mayo et les pratiques révolutionnaires du Sexenio démocratique (1868-1874)

Christian Demange

Texte intégral

  • 1 Je me permets de renvoyer le lecteur désireux de plus de détails à mon ouvrage El Dos de Mayo. Mito (...)

1Quelle place a occupé la référence à la guerre d’Indépendance dans les discours et les pratiques révolutionnaires en Espagne au XIXe siècle ? En me fondant sur le mythe national du Dos de Mayo, j’essaierai de répondre partiellement à cette question en montrant comment cette mémoire de la guerre d’Indépendance, en alimentant un libéralisme espagnol pluriel, a inspiré des lectures très différentes de l’épisode fondateur de la nation1. J’insisterai tout spécialement sur les années du Sexenio démocratique (1868-1874) qui marquent à la fois l’apogée du mythe — qui semble alors remplir mieux que jamais sa fonction — et le début de son déclin.

2Le Dos de Mayo est certes un élément clé de la mythologie de la guerre d’Indépendance espagnole, mais il s’en distingue néanmoins par son identité propre : il renferme une symbolique révolutionnaire. Le soulèvement du bas peuple madrilène contre l’occupation napoléonienne le 2 mai 1808 n’est pas un simple épisode de défense du territoire en temps de guerre, comme le furent, par exemple, les sièges de Saragosse et de Gérone, mais une révolte — la révolte initiale — dans laquelle n’intervient aucune des institutions qui encadrent habituellement le peuple, qu’il s’agisse de l’Église, de l’armée ou de la noblesse. Pour la première fois le peuple devient acteur et sujet de l’Histoire — selon la lecture dominante qui a été faite postérieurement de cet événement. En ce sens, le Dos de Mayo peut être compris comme étant à l’origine du processus libéral qui s’est incarné dans la Constitution de Cadix de 1812 dont le contenu démocratique et révolutionnaire n’a cessé d’être rogné par les constitutions libérales de 1837 et 1845.

I. — LE MODÉRANTISME ET LE DOS DE MAYO : UN HÉRITAGE ENCOMBRANT

3Le libéralisme modéré, qui est au pouvoir sous le règne d’Isabelle II, ne se sent pas à l’aise avec cet héritage du premier libéralisme révolutionnaire. Les concepts de peuple et de nation, bien que nécessaires, sont dangereux pour les libéraux doctrinaires dans la mesure où ils ont un contenu virtuellement démocratique et révolutionnaire qu’ils souhaitent masquer étant donné que la révolution bourgeoise qu’ils conduisent — et qui n’a pu aboutir que grâce au pacte scellé avec les forces de l’Ancien Régime, l’Église et la noblesse — limite au maximum l’exercice de la citoyenneté. Or, dès l’origine, le Dos de Mayo a été configuré comme le mythe du patriotisme révolutionnaire : au temps du premier libéralisme (époque du Parlement de Cadix, de la première commémoration madrilène de 1814, du Triennat constitutionnel [1820-1823]) la fête nationale était avant tout le lieu de la promotion d’un patriotisme populaire et révolutionnaire, fondé sur la loyauté à un État étroitement lié à la nation (qui était alors le peuple en armes) et qui ouvrait des perspectives révolutionnaires. Le libéralisme doctrinaire, au contraire, veut limiter la citoyenneté à quelques-uns, créant ainsi une immense masse de sujets privés de droits politiques.

  • 2 « Si alguna otra vez viéreis que se intentaba socavar el Trono de nuestros reyes ; si observaseis q (...)

4En conséquence, le libéralisme modéré va conduire une sorte de contrerévolution en prétendant associer le patriotisme moins à la nation qu’à l’État libéral, centralisateur, conservateur et adepte des pratiques de répression et d’exclusion. À partir de 1844, on cesse de célébrer les premiers martyrs de la « liberté espagnole » pour célébrer « la première page de l’Indépendance », une façon d’occulter l’autre dimension, révolutionnaire, de la guerre : le libéralisme s’écarte de l’héritage de Cadix. La lutte des Espagnols pour l’indépendance (et non plus pour la liberté) n’est plus associée à une nation de citoyens mais à la défense du trône de leurs rois, de la religion de leurs ancêtres ainsi qu’au respect des nouvelles lois sur lesquelles est assis le pouvoir des modérés. Et les patriotes sont invités à imiter cet exemple de loyauté de leurs illustres martyrs et à regarder en arrière (nationalisme rétrospectif), renonçant ainsi à tout projet d’émancipation dans l’avenir2.

  • 3 « Impostura histórica es la tentativa de robar al pueblo la gloria que sólo a él pertenece para ado (...)

5Dans ce contexte, la traditionnelle procession civique par laquelle on célèbre traditionnellement la fête nationale à Madrid, dominée par les délégations en grand uniforme des grands corps de l’État, par l’Église et l’armée, et d’où est exclue la représentation populaire — limitée aux seuls parents des victimes —, cesse d’être le symbole de la nation réunie pour devenir l’affirmation et l’exhibition d’un État orgueilleux et tout puissant auquel seule une minorité souhaite s’identifier ; un État que certains progressistes, tel Ángel Fernández de los Ríos, qualifient d’imposteur et d’usurpateur3. Face à une situation aussi gênante, les modérés font le choix de mépriser et d’affaiblir cette fête nationale. Ce qui se traduit par un budget municipal alloué aux commémorations annuelles de plus en plus réduit et par une désaffection croissante des personnalités officielles (pas un seul ministre dans le cortège à partir de 1847) ; au point d’en arriver en 1864 à un « vain simulacre » et à « une fête purement officielle à laquelle ne prend plus part le peuple », selon le journal démocratique La Discusión. En conclusion, les libéraux doctrinaires espagnols ont manifesté peu d’intérêt pour créer et développer un lien national fort et pour mettre en œuvre une symbolique nationale qui allait à l’encontre de leur conception et de leur pratique oligarchiques de l’État. Leur incapacité historique à s’affirmer avec fierté comme bourgeoisie et à se dissocier de l’Église et de la monarchie les a empêchés d’affirmer l’existence de la nation comme corps distinct.

II. — UN HÉRITAGE DISPUTÉ

  • 4 El Eco del Comercio, 2 mai 1848.

6Cette captation de l’héritage libéral de Cadix et de la mémoire du Dos de Mayo suscite immédiatement la réaction du courant libéral progressiste, et plus tard des démocrates, qui défendent une autre conception de la nation en s’appuyant sur une autre mémoire — qui triomphera lors de la période du Sexenio — de la guerre d’Indépendance et du Dos de Mayo. Pour les progressistes qui se sont battus tout au long de ces années de pouvoir modéré pour défendre leur propre conception, le Dos de Mayo représente « le pouvoir invincible d’un peuple déterminé à défendre son indépendance et ses droits », contre le Trône et l’Autel si besoin4.

  • 5 El Clamor público, 2 mai 1845.

Peleamos como buenos y leales españoles por la libertad de nuestra patria, por su dignidad, por sus derechos civiles y políticos, y no para que una turba de ambiciosos explote el poder público, abuse del nombre de la reina y consuma en orgías y festines la sangre y el sudor de los pueblos, […] y no para que se haya vuelto a los tiempos de un despotismo tanto más protervo y ominoso cuanto se encubre bajo falsas y mentidas apariencias5.

7En ce sens, les modérés, en confisquant l’État à leur propre profit et en restreignant les droits et libertés politiques, sont perçus comme des usurpateurs et des imposteurs quand ils célèbrent la mémoire de la guerre. Ce qui caractérise la lecture progressiste et démocrate du mythe du Dos de Mayo c’est l’association constante de l’indépendance (c’est-à-dire de la défense du territoire) et de la liberté politique qui, pour les démocrates des années 1860, est incarnée dans la Constitution de Cadix.

  • 6 La Discusión (2 mai 1863).

Madrid en armas ; los pueblos todos unidos en el amor a la independencia. Y allá en Cádiz, al estallido de las bombas, entre los estragos de la peste, claros y virtuosos varones, congregados como náufragos sobre un peñón por el Océano combatido, escribiendo el Código sagrado de nuestros derechos, y juntando en una la causa de la libertad con la causa de la patria6.

8Et la mémoire du Dos de Mayo doit être associée à la promotion de cette cause de la liberté qui n’a pas encore triomphé dans la réalité :

  • 7 El Pueblo (2 mai 1862).

Si en el año de 1808 no empezó la regeneración del pueblo español, sin duda fue el en que tomó impulso, que no ha cesado ni cesará hasta que en nuestra patria luzca brillante y esplendoroso el sol de la justicia y de la libertad para todos, pero no esa libertad que es y ha sido para pocos, sino la libertad para todos, que en resumen no es más que la justicia para todos7.

9Contrairement aux modérés qui réduisent la commémoration à la cause de l’indépendance nationale — que personne n’est venu menacer depuis Napoléon — et à un retour au passé pour légitimer la monarchie et l’Église sur lesquelles ils appuient leur pouvoir, les progressistes et les démocrates ouvrent une perspective d’avenir susceptible de réunir une majorité de citoyens en mettant le mythe au service des causes de la démocratie et de la justice, davantage en accord avec les nouvelles demandes sociales.

  • 8 La Discusión (3 mai 1864).

10Cette conception, ils la défendent depuis toujours dans leurs journaux à l’occasion de chaque anniversaire. Mais dans les années 1860 ils font un pas supplémentaire dans la confrontation en portant la lutte sur le terrain des cérémonies commémoratives. La commémoration manquée de 1863 — la municipalité madrilène avait alors annulé, sous la pression du gouvernement, la procession civique pour de mauvaises raisons météorologiques — leur donne l’occasion de se mobiliser, comme jamais ils ne l’avaient fait, en 1864. Cette année-là, les progressistes qui étaient réunis en congrès national à Madrid se joignent au cortège officiel. Derrière les chefs du parti (Olózaga, Prim, Madoz), ce ne sont pas moins de 3 000 délégués qui défilent, suivis du Cercle des progressistes (Tertulia progresista) de Madrid, des rédactions des journaux progressistes et des assemblées progressistes (Juntas progresistas) des quartiers madrilènes, constituant ainsi l’essentiel du cortège officiel. Quelques heures plus tôt, ils étaient allés déposer en cortège, au pied de l’Obélisque du Prado qui honorait la mémoire des martyrs et dans ses environs immédiats, un très grand nombre de couronnes avec des rubans qui disaient : « Un progressiste ». Cette même année, quelque 3 000 démocrates se réunissent place de Santo Domingo pour aller déposer à leur tour, en marge de tout cortège officiel, une couronne dans l’enceinte de ce qui avait été le Parc d’Artillerie de Monteleón — lieu emblématique de la résistance populaire — et une autre au pied du monument du Prado. Ils justifient leur position par le profond mépris que leur inspirent « toutes les farces et toutes les mystifications », allusion claire aux cérémonies officielles conduites par les modérés8. Cette farce de la commémoration officielle atteint des sommets en 1865, lorsque le gouverneur civil, malgré les multiples protestations du maire, impose à la municipalité madrilène qu’un détachement de la Garde Civile prenne la tête du défilé, quelques jours seulement après que celle-ci ait tué trois Madrilènes et en ait blessé vingt-deux autres lors d’un acte brutal de répression d’un mouvement de contestation populaire. Cette année-là, les Madrilènes avaient boycotté les célébrations officielles, et la Garde Civile avait défilé triomphalement lors d’une cérémonie qui avait perdu tout son sens puisque, au lieu d’être la réunion de la nation autour de ses symboles, elle était une démonstration de force de la part d’un pouvoir autoritaire et répressif, complètement coupé du sentiment populaire.

11Cela étant dit, il convient de nuancer ces différences entre modérés et progressistes. Sur le plan des pratiques commémoratives, les différences sont minces. Les célébrations de 1855 et 1856, organisées par les progressistes alors au pouvoir, ne se distinguent guère des précédentes ni des suivantes, si ce n’est par leur plus grande ampleur et par la présence massive de la Milice nationale dans les défilés, une Milice de plus en plus démocratisée et à laquelle pouvait s’identifier pleinement le peuple de la rue. Mais les progressistes ne remettent pas en question les pratiques antérieures : ils n’essaient pas d’étendre la fête nationale à l’ensemble du territoire, ni de l’ouvrir à l’ensemble de la société, pas plus qu’ils ne tentent d’en faire une fête joyeuse, plus propice à refonder le pacte civique. Ils ne remettent pas plus en question son détournement lorsque le mythe de la guerre d’Indépendance est mis au service d’intérêts nationalistes creux sous les gouvernements O’Donnell. Un journal progressiste comme La Discusión célèbre tout autant la bataille de Tétuan que son confrère conservateur La Época. Les progressistes seront même les premiers, en 1869, à associer la bataille navale du Callao (une simple manifestation de l’orgueil national, le 2 mai 1866) à la célébration du mythe libérateur de la guerre d’Indépendance, alors qu’il s’agit de deux événements difficilement comparables. Cependant, parmi les démocrates, quelques personnalités, comme Roque Barcía, tirent la sonnette d’alarme en invitant leurs coreligionnaires à

  • 9 El Pueblo (2 mai 1864).

avoir bien présent à l’esprit que l’amour exclusif et exagéré des créations nationales peut déboucher sur l’idolâtrie, et non seulement sur l’idolâtrie mais sur le dernier et le plus terrible des despotismes, celui de la patrie, ce despotisme qui si souvent a fait de la terre un océan de sang9.

12Cette offensive progressiste et démocrate allait déboucher historiquement sur le Sexenio démocratique, une période au cours de laquelle allaient enfin triompher leur conception de la mémoire de la guerre d’Indépendance et leur lecture du Dos de Mayo.

III. — LA MÉMOIRE DU DOS DE MAYO ET LES PRATIQUES RÉVOLUTIONNAIRES SOUS LE SEXENIO

  • 10 Voir J. Hernando Carrasco, « Madrid, 1868 : la fiesta revolucionaria ».

13La période démocratique et révolutionnaire qui s’ouvre avec le triomphe de la Révolution de Septembre 1868 correspond à un renouveau indéniable du culte patriotique du Dos de Mayo qui jouit désormais des faveurs officielles et renoue avec le peuple. La nouvelle bourgeoisie, qui accède enfin au pouvoir, utilise l’espace public pour célébrer ses valeurs (sa foi en la liberté et en la nation) et les projeter sur la société. Pour ce faire, elle a recours aux pratiques festives qui lui permettent d’atteindre toutes les couches sociales et particulièrement les classes subalternes avec lesquelles elle essaie de créer une complicité susceptible d’annuler parmi elles la conscience des différences sociales qui pourrait menacer son triomphe10.

14Les révolutionnaires ne pouvaient pas manquer l’occasion que leur offrait la célébration annuelle du Dos de Mayo, le mythe qui incarnait le mieux leur projet pour la nation : celui d’une Espagne identifiée à ses instances représentatives, celui d’une Espagne de citoyens dans laquelle le peuple reprend la place qui fut la sienne dans l’Histoire. Une conception qu’ils défendaient depuis des décennies à l’occasion de chaque commémoration et qui pouvait devenir aujourd’hui le discours officiel. Dans le traditionnel édit qu’il rend public à l’occasion du LXI anniversaire, le maire populaire de Madrid — et grande figure de la Révolution — Nicolás María Rivero, après avoir rappelé la trahison des élites de l’Ancien Régime et le naufrage auquel elles avaient conduit l’Espagne, exalte « le noble peuple de Madrid », « l’héroïque peuple de Madrid, toujours prêt à sacrifier sa vie pour la justice, la liberté et l’indépendance de la Patrie ». Avec le Dos de Mayo, dit-il, l’Espagne entreprend sa régénération, en reconquérant son territoire mais aussi en rédigeant la constitution « démocratique » de Cadix qui est « sans conteste, la victoire la plus glorieuse de cette lutte entre Titans ». Cependant, ce n’est que maintenant, avec la Révolution de Septembre, que sont tenues les promesses inscrites virtuellement dans cette Constitution :

  • 11 Bando del alcalde (2 de Mayo de 1869).

Hoy, por primera vez podemos llegar satisfechos a la tumba donde reposan las cenizas de nuestros mártires y decirles : « Dormid tranquilos : la obra que vosotros comenzasteis está consumada ; vosotros arrojasteis de España al extranjero, nosotros arrojamos del corazón la intolerancia ; vosotros reconstruisteis la patria ; nosotros reconstruimos el derecho ; vosotros nos legasteis la independencia, nosotros legaremos a nuestros hijos la libertad »11.

15La Révolution de Septembre se présente comme l’héritière, ou encore comme l’exécuteur testamentaire, des héros de 1808 « parce qu’elle a conquis la liberté dans toutes ses manifestations et a su imposer le droit dans tous les domaines : dans le domaine politique avec le suffrage universel, dans le domaine intellectuel avec la liberté de la pensée, dans le domaine religieux avec la liberté de culte, fondement de toutes les libertés ». Et quand il s’adresse, dans ce même édit, aux Volontaires de la Liberté, nouvelle mouture de la Milice nationale, le maire les désigne comme « les enfants de ces glorieux martyrs et les héritiers de leurs vertus ». La Révolution de 1868 vient parachever le processus d’émancipation citoyenne qui avait commencé à Madrid le 2 mai 1808.

  • 12 Parmi les œuvres dramatiques écrites à cette époque, on peut distinguer celles de Pedro Escamilla, (...)

16Il ne faut donc pas s’étonner que l’un des premiers gestes symboliques de la municipalité populaire de Madrid ait visé à inscrire cette version de la mémoire du Dos de Mayo dans l’espace urbain en récupérant un haut-lieu et un emblème, jusqu’ici négligé, de la résistance épique du peuple de Madrid : le Parc d’Artillerie de Monteleón, dans le quartier populaire de Maravillas (qui avait voté massivement pour le parti démocrate), un lieu iconographié et chanté par les poètes et les dramaturges depuis des lustres12. En moins de deux semaines, la municipalité réalise l’exploit d’ouvrir une place qui renferme en son centre le principal vestige de l’ancien Parc d’Artillerie : l’arc de la porte d’entrée, défendue avec acharnement par le peuple aidé des deux capitaines rebelles de l’Artillerie, Daoíz et Velarde. Le dispositif mémoriel est complété par le baptême de deux nouvelles rues, consacrées l’une à un héros de l’Infanterie (le lieutenant Ruiz) et l’autre à une héroïne populaire, Manuela Malasaña, dont le souvenir avait persisté dans la mémoire du quartier. La municipalité parvient aussi à récupérer les figures très institutionnelles de Daoíz et Velarde en faisant d’eux des héros révolutionnaires. Le procédé est simple : elle remet dans l’espace public la statue, alors remisée au Prado, que Sola avait consacrée aux deux artilleurs, et appose sur son piédestal quatre strophes révolutionnaires écrites en 1840 par le jeune poète romantique, Espronceda, défenseur de la « canaille » héroïque du Dos de Mayo, qui avait su, elle, se mobiliser contre les Français, contrairement aux aristocrates, à l’armée et aux tenants de l’Ancien Régime en général. Ces quatre strophes suffisent à faire des deux militaires des critiques de l’absolutisme et des propagandistes de la révolution populaire.

Oh, levantad la frente carcomida
mártires de la gloria,
Que aun arde en ella con eterna vida
La luz de la victoria.

Ay ! Cuál fue el galardón de vuestro celo
de tanta sangre y bárbaro quebranto
De tan heroica lucha y tanto anhelo
Tanta virtud y sacrificio tanto ?

El trono que erigió vuestra bravura
Sobre huesos de héroes cimentado
Un rey ingrato, de memoria impura
Con eterno baldón dejó manchado.

Ay ! Para herir la libertad sagrada
El príncipe, borrón de nuestra historia
Llamó en su auxilio la francesa espada
Que segase el laurel de vuestra gloria.

  • 13 Archives de la Ville de Madrid, 4-435-2. Acte de l’inauguration de la Place du Deux Mai.

17Les différentes cérémonies d’inauguration réunissent une foule immense et confèrent un rôle important aux forces populaires et citoyennes. C’est la Milice des Volontaires de la Liberté, placée sous la protection d’un étendard utilisé à Cadix en 1812, et non l’armée ou la Garde Civile, qui est en charge de la garde d’honneur du nouveau monument, l’arc de la place du Dos de Mayo. Les trois discours que prononcent les adjoints Galdo et Becerra, au nom de la « municipalité populaire élue au suffrage universel » — et on insiste sur cet aspect —, renvoient directement à la situation présente, soulignant que le peuple sera toujours capable de « secouer l’abominable joug, quel que soit le pouvoir qui le lui impose et quelles que soient les forces dont celui-ci dispose », et ils s’achèvent par des vivats à la patrie, à la liberté et à la souveraineté nationale qui sont repris avec enthousiasme par la foule qui remplit la place. Finalement, l’enthousiasme partagé conduit le peuple à acclamer la municipalité populaire avec laquelle il semble communier13.

18À l’évidence, avec ces cérémonies ouvertes et qui répondent aux attentes populaires, la fête nationale du Dos de Mayo retrouve toute son efficacité : une communion s’opère entre le peuple et les représentants de la nation, élus démocratiquement. Le fossé entre le peuple et les autorités publiques semble avoir disparu, permettant ainsi le renouvellement du pacte civique qui s’appuie désormais sur une nouvelle mémoire collective, plus populaire, plus révolutionnaire, plus laïque aussi (pas de célébrations religieuses officielles en 1869, 1870, 1871 et 1873), dans laquelle la liberté et la démocratie occupent une place éminente.

  • 14 E. de Amicis, L’Espagne, pp. 170-174. Il se réfère ici à l’année 1871. Autre témoignage dans El Deb (...)

19Cela se traduit par de nouvelles pratiques commémoratives qui se caractérisent par une inclusion massive des citoyens dans les cortèges (qu’il s’agisse de la Milice citoyenne, des Volontaires de la liberté — et plus tard, en 1873, des Volontaires de la République) et par un retour au plus haut niveau du pouvoir politique national : en 1869, l’Exécutif préside la procession civique ; en 1871 et 1872, le roi Amédée de Savoie, entouré de son gouvernement, ne perd pas l’occasion de se lier au peuple espagnol en présidant à son tour les cérémonies ; en 1873 l’Exécutif de la République fédérale s’engage à son tour dans la célébration de la fête nationale. Une situation idyllique que semble confirmer le témoignage de certains voyageurs, tel l’italien Edmondo de Amicis qui dit, à propos de la fête nationale de 1871, avoir l’impression d’être face à une « vraie fête nationale […] le seul jour de l’année où se taisent les rancunes des partis et où tous les cœurs s’unissent dans un sentiment commun »14.

20Cependant, malgré la mobilisation générale qui semble s’expliquer par le retour à une conception citoyenne de la fête nationale et malgré l’apparente unanimité, c’est bien à un éclatement idéologique que l’on semble aboutir. Les célébrations de 1871, placées pour la première fois sous la présidence d’un roi étranger, Amédée de Savoie, en sont l’illustration : si tous les partis célèbrent la fête nationale, chacun tend à le faire de son côté et les couronnes partisanes se multiplient au pied de l’Obélisque du Prado. Les progressistes, qui minorent les dimensions religieuse et monarchiste et privilégient la notion de liberté à celle d’indépendance, marquent le territoire commun en déposant des couronnes signées « un progressiste ». Les carlistes, qui au contraire mettent en avant les dimensions religieuse et monarchiste, organisent leurs propres célébrations pour exprimer leur rejet d’Amédée et déposent une couronne de deux mètres de diamètre, aux couleurs nationales mais incluant également une grande croix blanche ainsi que l’inscription suivante :

Dieu, Patrie, Roi. Aux héros du Dos de Mayo 1808. L’Espagne catholique et monarchiste.

  • 15 Voir le travail de J. -L. Guereña, « Internationalisme et patriotisme en 1871 ».

21Dans le camp opposé, les fédéralistes républicains, qui réunissent à Madrid leur assemblée — avec des délégations de 27 provinces — organisent également leur propre défilé, imposant, composé de trois chars très spectaculaires qui transportent, entre autres symboles, l’étendard mauve de la Castille et une bannière blanche avec les armes de l’Espagne et des fleurs de lys. En 1873, ils radicalisent leur position et défilent au pied de l’Obélisque en chantant la Marseillaise tandis qu’une fraction d’entre eux, les internationalistes, plaide pour la destruction du monument du Campo de la Lealtad (champ de la loyauté) qui, cette année-là, dans les documents officiels, prend le nom de Campo de la Independencia, appellation plus neutre. Mais la grande nouveauté de ces années-là est bien l’irruption de ce courant internationaliste qui commence à combattre la mythologie libérale sur laquelle s’appuyaient progressistes et démocrates. Ce qui est en cause désormais, ce n’est plus l’interprétation de la mémoire du Dos de Mayo mais le mythe lui-même et le concept de patrie qui réunissait jusqu’alors tous les commémorants. Entre 1870 et 1872 les internationalistes appellent à ne plus célébrer la fête nationale et la patrie des capitalistes, ce qui provoque de graves incidents en 1871 et divise les forces populaires15. Après l’interdiction de l’Association Internationale du Travail en 1872, il faut attendre la naissance du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, en 1879, pour renouer avec ce discours internationaliste et antipatriotique qui s’incarnera à partir de 1890 dans l’opposition entre le Premier et le Deux Mai.

IV. — CONCLUSION

22Le Sexenio est parvenu à réorienter la mémoire du Dos de Mayo et de la guerre d’Indépendance pour construire une nouvelle articulation entre les notions de nation et de peuple. Si l’on entend par nation l’unanimité fondatrice et par peuple la tension entre la partie la plus exposée de la nation et le tout, la grande nouveauté qu’introduit la période révolutionnaire du Sexenio est la construction d’un nouvel imaginaire, celui du peuple-nation, structuré autour des classes moyennes. La symbolique du Dos de Mayo est alors la mieux à même d’incarner la nouvelle image de la communauté nationale, et le mythe, soigneusement mis en scène par le pouvoir politique, semble alors capable de fédérer tout le monde. Mais, paradoxalement, l’ouverture démocratique qui accompagne l’émergence de ce peuple-nation fragilise le mythe national dans la mesure où il renvoie à la société l’image de son éclatement idéologique. Ce qui avait été jusqu’alors et pendant des décennies son plus petit commun dénominateur, le culte de la patrie, peine à s’imposer face à d’autres valeurs qui émergent d’une société de plus en plus complexe et qui se radicalise autour de nouvelles loyautés qui s’affirmeront avec le temps.

23Une autre source de fragilisation du mythe patriotique dans la période du Sexenio a été son instrumentalisation dans la lutte politique, qu’il s’agisse de promouvoir la révolution (ou l’un de ses chefs), ou de combattre la monarchie d’Amédée au nom de l’idéal républicain ou la République et l’internationalisme au nom de l’Espagne traditionnelle. En 1870, Camilo Martínez Leyva termine le poème qu’il consacre au Dos de Mayo en faisant la promotion de la candidature d’Espartero au trône. En 1871 le républicain Lorenzo Pineda utilise à son tour l’anniversaire pour batailler contre le nouvel occupant étranger, Amédée : le vers 90, Atrás el extranjero !, est aussi le titre de l’éditorial de La Discusión cette année-là. En 1872, son coreligionnaire Curros y Enríquez publie dans le journal républicain El Combate un poème qui dénonce la mort du peuple espagnol, prosterné aujourd’hui au pied d’un roi étranger et incapable. En 1873, ce sont les ennemis de la République qui ont recours au mythe pour attaquer leurs adversaires, les fédéralistes, qu’ils accusent de vouloir détruire l’unité de l’Espagne. Vicente Barrantes publie dans le journal conservateur La Época une composition poétique sur le Dos de Mayo dans laquelle il s’en prend à la barbarie républicaine et internationaliste.

  • 16 « Regarde bien. Leurs colères barbares ne trouvent grâce qu’aux yeux du Démon. Leurs yeux gonflés n (...)

Mira bien. Sus bárbaros enojos
Sólo a Luzbel encontrarán propicios.
No lanzan fuego sus hinchados ojos
sino ponzoña, corrupción, vicio
16.

24Ce que montre l’expérience du Sexenio, c’est que le Dos de Mayo, historiquement, aurait pu être un mythe intégrateur autour duquel aurait pu se construire une nation de citoyens qui se serait rassemblée et refondée annuellement autour de commémorations porteuses d’un idéal de libération, et par là même capables d’intégrer, au fur et à mesure qu’elles émergeaient dans la vie nationale, les nouvelles couches sociales qui accédaient par la lutte à la citoyenneté. Mais la politique promue par les démocrates arrive trop tard : la faiblesse de la conscience nationale — après des décennies de gestion de la mémoire et de la construction nationale par les libéraux modérés — conjuguée aux nouvelles tensions qui traversent la société, débouche aussi sur l’éclatement du mythe, victime de son succès, et sur son affaiblissement définitif. Dès lors, n’est-on pas fondé à parler de gâchis à propos de la gestion politique de ce grand mythe de la guerre d’Indépendance par le libéralisme espagnol ?

Notes

1 Je me permets de renvoyer le lecteur désireux de plus de détails à mon ouvrage El Dos de Mayo. Mito y fiesta nacional, et particulièrement au chapitre vi pour la période envisagée dans cet article.

2 « Si alguna otra vez viéreis que se intentaba socavar el Trono de nuestros reyes ; si observaseis que se relajaban los vínculos sociales que nuestra Religión estrecha y santifica ; si temiéseis que torpes y oscuros manejos, incapaces de luchar a la luz del día, como luchan siempre los hidalgos y los buenos, debilitasen a esta magnánima Nación para entregarla desunida y humillada a la tutela de extraños ; en tales casos, Madrileños, acercaos nuevamente a esas ilustres tumbas : ellas levantarán vuestros corazones : ellas os dirán, por las víctimas que encierran, seguid su ejemplo » (Bando del alcalde de Madrid, 2 mai 1854).

3 « Impostura histórica es la tentativa de robar al pueblo la gloria que sólo a él pertenece para adornarse con ella elementos que, no sólo la usurpan, sino que llevan consigo la tradición oficial de los que rechazaron y condenaron la jornada del Dos de Mayo » (A. Fernández de los Ríos, Estudio histórico de las luchas políticas, p. 55).

4 El Eco del Comercio, 2 mai 1848.

5 El Clamor público, 2 mai 1845.

6 La Discusión (2 mai 1863).

7 El Pueblo (2 mai 1862).

8 La Discusión (3 mai 1864).

9 El Pueblo (2 mai 1864).

10 Voir J. Hernando Carrasco, « Madrid, 1868 : la fiesta revolucionaria ».

11 Bando del alcalde (2 de Mayo de 1869).

12 Parmi les œuvres dramatiques écrites à cette époque, on peut distinguer celles de Pedro Escamilla, Madrid en el 2 de Mayo, et de Enrique Zumel, La Independencia española. Les deux dramaturges présentent le peuple comme le héros du soulèvement épique des Madrilènes (alors qu’auparavant c’était les deux capitaines d’Artillerie, Daoíz et Velarde ou d’autres couches sociales qui avaient la conduite des événements). Le peuple, désormais identifié au « quartier proverbial » de Maravillas (Zumel, scène 10), est l’incarnation de la Patrie et c’est lui qui construit le discours patriotique, souvent très critique à l’égard de l’Ancien Régime.

13 Archives de la Ville de Madrid, 4-435-2. Acte de l’inauguration de la Place du Deux Mai.

14 E. de Amicis, L’Espagne, pp. 170-174. Il se réfère ici à l’année 1871. Autre témoignage dans El Debate (3 mai 1871) : « Mientras la población madrileña celebraba unánime y en conjunto la conmovedora fiesta nacional de Mayo, las clases y elementos oficiales verificaban también con desusada pompa la acostumbrada procesión cívica ».

15 Voir le travail de J. -L. Guereña, « Internationalisme et patriotisme en 1871 ».

16 « Regarde bien. Leurs colères barbares ne trouvent grâce qu’aux yeux du Démon. Leurs yeux gonflés ne distillent pas le feu mais le venin, la corruption et le vice ».

Auteur

ILCEA- Université Stendhal Grenoble 3

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540