Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

I. — Enjeux d’écriture : origines et développements épistolaires de l'acte

L’ars dictaminis en Castille au xiiie siècle

Théories, modèles, pratiques

Benoît Grévin

Texte intégral

  • 1 Gómez-Bravo, 1990 ; Bertolucci Pizzorusso, 1968 ; Faulhaber, 1972, 1973b, 1979 et 1986.
  • 2 Voir en particulier Id., 1979, pp. 20-34 pour la description des traités inédits des xive et xve si (...)
  • 3 Voir par exemple Usón y Sesé, « Un formulario latino de la Cancillería Real Aragonesa (siglo xiv) » (...)
  • 4 Canellas López, Trenchs Odena, 1990, pp. 210-211.
  • 5 Gómez-Bravo, 1990 ; Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de Faulhaber.
  • 6 Grévin, à paraître.
  • 7 Bertolucci Pizzorusso, 2006.
  • 8 Domingues de Sousa Costa, 1990.
  • 9 McNabb, 2003 ; Id., 2004 ; Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de McNabb, trad. de Kir (...)

1Il y a une trentaine d’années, l’étude de l’ars dictaminis dans la péninsule Ibérique semblait appelée à un avenir, sinon brillant, du moins assuré. Les travaux d’Ana María Gómez-Bravo, de Valeria Bertolucci Pizzorusso et de Charles Faulhaber avaient déjà défriché le champ de la production rhétorique pour le xiiie siècle1, et ce dernier avait tracé les grandes lignes d’un programme d’investigation des manuscrits pour la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles2). Du point de vue de la pratique du dictamen dans le monde des chancelleries ou ailleurs, la situation apparaissait plus contrastée. Diverses études plus ou moins anciennes, concernant en particulier la diplomatique royale aragonaise, livraient des indices sur la pratique du dictamen3, sans que ce champ ait été véritablement exploité, malgré les intuitions de chercheurs tels qu’Ángel Canellas López et José Trenchs Odena4. Après l’édition de deux des trois grands traités théoriques du xiiie siècle castillan en 1978 et 19905, la recherche semble avoir marqué une sorte de temps d’arrêt au cours de la dernière génération : aucun autre traité théorique ou théorico-pratique des xiiie ou xive siècles repéré n’a été à ma connaissance édité, et ce n’est que tout récemment que la question de l’utilisation des summae dictaminis italiennes du xiiie siècle en Castille et en Aragon a commencé à être examinée à nouveaux frais6. Seul un article de synthèse de Valeria Bertolucci Pizzorusso7, une étude sur l’identification de la summa dictaminis portugaise de Dominicus Dominici de Viseu par António Domingues de Sousa Costa8 et divers travaux de Richard McNabb essentiellement fondés sur la réinterprétation du Dictaminis Epithalamium9 ont enrichi ce dossier, sans radicalement le modifier.

  • 10 Voir à ce sujet, pour une réévaluation du rôle de Ferdinand III et de la précocité des stratégies d (...)
  • 11 Voir sur ce point Bertolucci Pizzorusso, 1968, p. 33 et transcription du passage, p. 58. Voir comme (...)
  • 12 Voir sur ce point ci-dessous.
  • 13 Question posée pour le catalan dans Olivar, 1936. Exemple de série de dictamina bilingues latins-ca (...)
  • 14 Voir ibid., pp. 344-345 ; Usón y Sesé, « Un formulario latino de la Cancillería Real Aragonesa (sig (...)
  • 15 Domingues de Sousa Costa, 1990, à partir de l’édition pionnière de la summa dictaminis pratique (fo (...)

2Pourtant, la matière ne manque pas pour une réinterprétation de l’histoire des cultures du dictamen dans la péninsule Ibérique. Outre l’existence de traités théoriques ou théorico-pratiques inédits déjà mentionnés, l’importance des sources diplomatiques et épistolaires à disposition pour entreprendre une étude pratique du dictamen a sans doute été minorée : en Castille, l’accent mis par la recherche sur la précocité et la radicalité de la castillanisation des pratiques de la chancellerie royale10 a un peu trop vite conduit à oublier que pas plus la cour que les grands centres universitaires ou ecclésiastiques ne se sont désintéressés après 1250 de l’art de la formalisation rhétorique latine. Deux des trois artes dictandi castillanes du xiiie siècle, dont l’une comporte d’ailleurs des remarques incidentes sur la manière d’écrire en castillan11, datent du règne d’Alphonse X, et plus précisément de la période 1268-1284, et l’on possède des témoignages non équivoques de l’intérêt montré pour les grandes collections de dictamina lancées sur le marché européen à partir du dernier tiers du xiiie siècle par l’autorité royale castillane vers la fin du siècle12. S’il faut encore comprendre comment ces traités et collections ont été utilisés, et quelle influence les préceptes d’une ars essentiellement pensée en latin et pour la rédaction en latin a pu éventuellement exercer sur la rédaction d’actes et lettres en castillan (et, dans le royaume d’Aragon, en catalan…13), ces indices viennent souligner qu’il n’est sans doute pas vain de chercher à saisir quelle place cette rhétorique latine haute a occupée dans la réflexion et la pratique de l’écriture en Castille aux xiiie et xive siècles. Quant à la couronne aragonaise, dont les liens culturels et politiques avec l’Italie ont été étroits dès la fin du xiiie siècle, et où la pratique du latin s’est maintenue plus intensément à la chancellerie royale aux xive et xve siècles, les indices que la culture du dictamen s’y était bien implantée au xiiie siècle et y fleurissait au xive siècle ne manquent pas14. Enfin, l’itinéraire de Dominicus Dominici de Viseu, tel que reconstitué par António Domingues de Sousa Costa15, suggère comment un savoir pratique sur la rédaction du dictamen influencé par les nouvelles théories a pu transiter de la Castille au Portugal, jusqu’à la chancellerie royale et aux grandes chancelleries ecclésiastiques, au cours du xiiie siècle.

  • 16 On se reportera pour cela à Grévin, 2015a, ainsi qu’aux chapitres en cours de préparation pour le f (...)
  • 17 Bertolucci Pizzorusso, 1968.

3La présente contribution n’entend pas faire le point sur l’ensemble de la question de la diffusion de l’ars dictaminis dans la péninsule Ibérique au bas Moyen Âge16. On souhaite, en se concentrant sur l’espace castillan (sans s’interdire quelques remarques sur l’Aragon), revenir sur le problème particulier posé par l’interaction entre la diffusion de la théorie de l’ars dictaminis et la pratique du dictamen, en envisageant en particulier la question de la circulation des modèles de dictamina — formulaires, lettres, dictamina extraits de summae dictaminis et summae dictaminis proprement dites — entre le monde des traités et celui de la pratique en chancellerie, et en s’aidant notamment de l’interprétation de l’une des séquences de l’Ars epistolaris ornatus encore inédites de Gaufridus Anglicus (Geoffrey d’Everseley ?), laissées dans l’ombre par la description de Valeria Bertolucci Pizzorusso17.

Les traités théoriques et l’arrivée de l’ars dictaminis

  • 18 Voir à présent Alberico di Monte Cassino, Breviarium de dictamine, éd. de Bognini, avec bibliograph (...)
  • 19 Ibid. Sur les débuts de l’ars dictaminis, entre Mont-Cassin et Bologne, voir en particulier Turcan- (...)
  • 20 Édité dans Gómez-Bravo, 1990.
  • 21 Voir à ce sujet Faulhaber, 1972 ; Id., 1979, pp. 15-19.

4Un premier malentendu à dissiper concerne l’arrivée de l'ars dictaminis dans la péninsule Ibérique et regarde la définition même de l’ars. Il existe en effet une tendance à analyser les lettres (ou actes) écrites en fonction des règles de l’ars dictaminis au niveau européen à partir de la génération de naissance de cette technique, à la fin du xie siècle (traités d’Albéric du Mont-Cassin18). Cette tendance apparaît d’autant plus naturelle que l’ars dictaminis, tentative de conceptualiser différentes techniques rhétoriques latines déjà en circulation au moment de sa naissance, vient expliciter un ensemble de pratiques qui ne l’ont pas attendue pour apparaître, telle l’ornementation rythmique obligatoire avant ponctuation (cursus rythmique). Hors d’Italie, où elle se popularise très rapidement (elle est enseignée à Bologne dès les débuts du xiie siècle19), l’ars dictaminis en tant que discipline théorique ne se diffuse pourtant que progressivement, atteignant l’espace français au milieu du xiie siècle. Dans la péninsule Ibérique, le premier traité connu, l’Ars dictandi palentina, ne remonte qu’au début du xiiie siècle20, et les indices du développement d’un enseignement ne se multiplient qu’au cours du xiiie siècle21. En ce qui concerne l’espace ibérique, il semble donc légitime de réserver l’étude de l’ars dictaminis en tant que discipline et pratique pleinement autonomisée, tant au niveau institutionnel que dans les consciences lettrées, à une période relativement tardive, tout en tenant compte de la possibilité que divers clercs locaux aient manié des formes d’écriture rhétorique latine proches des pratiques du dictamen en cours de théorisation dès le xiie siècle. Du point de vue de l’histoire européenne de la diffusion des techniques et théories du dictamen, n’étudier l’ars ibérique qu’à partir des années 1200 apparaît donc légitime, car l’arrivée tardive de ces théories en Castille et en Aragon correspond bien à ce que l’on sait du rythme européen de diffusion de l’ars, d’un centre originellement italien vers des périphéries toujours plus lointaines, et il existe une grande différence entre la diffusion aléatoire de pratiques d’écritures non théorisées, et l’introduction d’une discipline rhétorique, diffusée à la fois à travers l’apprentissage de canons théoriques et d’un art de la rédaction pragmatique appuyé sur l’imitation de séries de modèles précis.

  • 22 Édition de Gómez-Bravo, 1990.
  • 23 Formulaire édité dans Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés de (...)
  • 24 Gómez-Bravo, 1990, pp. 111-123.
  • 25 Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés del siglo xiii », textes (...)
  • 26 Ibid., ep. 8, 10, 14, 15 (réponse papale), 27 (Honorius III à un évêque), 28, 34 (Honorius III au r (...)
  • 27 Sur l’ars dictaminis à la curie à l’époque d’Honorius III et de ses successeurs, voir Thumser, 2015 (...)

5Le premier traité théorique conservé, l’Ars dictandi palentina, a sans doute été composé vers 122222. Ce traité anonyme ne forme en fait que la seconde partie d’un diptyque, puisqu’il est précédé d’un formulaire de quarante-deux textes (dont quarante lettres), point sur lequel on reviendra23. L’étude des textes contenus dans ce manuscrit, aujourd’hui conservé à Barcelone, est fondamentale pour comprendre les premières étapes de la diffusion d’un enseignement théorico-pratique du dictamen au sud des Pyrénées. L’Ars dictandi palentina se présente comme un manuel épistolographique incluant une présentation de la structure de la lettre, des explications sur l’ornementation rythmique du cursus, et sur la morphologie latine. Son éditrice a pu mettre en évidence l’importance des informations d’origine française (influence de Bernard de Meung, traces d’interférences possibles avec le matériel épistolaire exploité par Pons le Provençal au début du xiiie siècle), confirmant ainsi que la théorie de l’ars dictaminis rayonne d’abord en Castille à partir de l’espace français24. Le fait que ce traité ait été élaboré (ou repris) à partir de sources d’inspiration théoriques françaises dans le studium de Palencia est crucial pour comprendre le contexte de réception de l’ars dans l’espace léonais-castillan du début du xiiie siècle. Un examen rapide des pièces du formulaire qui le précède donne d’ailleurs une idée plus précise de cet ancrage franco-castillano-léonais. Certaines d’entre elles concernent effectivement le studium de Palencia ; d’autres, l’évêque de Palencia, ou celui de Zamora ; d’autres enfin doivent être mises en relation avec l’activité de la chancellerie royale léonaise sous Alphonse IX dans la décennie 122025. Il faut toutefois noter qu’une partie non négligeable du formulaire concerne des correspondances échangées entre ces pouvoirs ecclésiastiques ou laïques ibériques et la papauté d’Honorius III26, et ce dernier point n’est pas sans importance pour comprendre par quels canaux la pratique de l’ars dictaminis a été importée par les clercs ibériques au début du xiiie siècle. Après la fin du règne d’Innocent III, celui d’Honorius III est en effet une époque de formalisation de la rhétorique papale qui voit la stabilisation d’un classicisme de l’ars dictaminis pontificale, symbolisée par l’activité théorique et pratique du cardinal Thomas de Capoue27.

  • 28 Bertolucci Pizzorusso, 1968, p. 19 ; l’incipit du traité est Scientia epistolaris ornatus (voir Tur (...)
  • 29 Bertolucci Pizzorusso, 1968, en particulier (mais pas seulement) pp. 65-88 : le traité est néanmoin (...)
  • 30 Ibid., pp. 20-21, pp. 45-46 et pp. 54-55 pour divers passages encomiastiques. Il s’agit d’une origi (...)
  • 31 Sur un modèle de correspondance entre Alphonse X et le sultan de Grenade, et son importance pour l’ (...)
  • 32 Voir sur ce point réflexions et transcription dans ibid., p. 59. Le seul autre traité théorique dat (...)
  • 33 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 77-78 (fo 18vo). Il s’agit là d’un remarquable trait de perception (...)
  • 34 Sur cette identification, plausible en dépit de l’apparence très différente des deux noms (proximit (...)

6La seconde ars dictaminis créée dans un contexte culturel castillan est le traité dit d’après l’un de ses titres internes Ars epistolaris ornatus28, et écrit par un certain Gaufridus Anglicus vers 1270. Il y a donc un saut d’une cinquantaine d’années entre ces deux traités. L’Ars epistolaris ornatus, encore essentiellement inédit, malgré les généreuses transcriptions d’extraits données par Valeria Bertolucci Pizzorusso dans son article de 196829, pose de multiples problèmes à la recherche. Il apparaît en effet différent de la plupart des artes dictandi plus classiques qui circulent au xiiie siècle, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit de l’une des très rares artes dictandi théoriques dédiées à un souverain laïque, le roi Alphonse X, et l’ouvrage repose sur une stratégie de composition en partie encomiastique répondant à cette caractéristique30. Une seconde particularité relevée par Valeria Bertolucci Pizzorusso est le fort ancrage castillan de ce traité. Non seulement de nombreux exemples sont élaborés à partir de situations de communication directement liées à la Castille (par exemple la correspondance entre le roi de Castille et le sultan de Grenade, le roi d’Angleterre, le pape31), mais Gaufridus insère — fait rarissime, à certains égards unique dans la réflexion épistolographique du xiiie siècle — une séquence en castillan et une réflexion sur la possibilité de conceptualiser la lettre en castillan à l’instar d’autres langues romanes, dans le corps même de son traité, essentiellement latin32. Enfin, et c’est le point qui ressort peut-être le moins des analyses pionnières de Valeria Bertolucci Pizzorusso, une lecture attentive des parties du traité les moins originales du point de vue de l’ancrage culturel ibérique n’est pas sans intérêt pour l’ars. Elle montre en effet que Gaufridus Anglicus a conçu son traité comme une sorte de super-ars dictandi, palliant ce qu’il considérait de son point de vue comme les déficiences ou manques des présentations théoriques des précédents traités italiens, français ou franco-anglais, par un surcroît d’explication et un certain nombre de mises en perspective, concernant en particulier (mais pas seulement) l’ornementation rythmique, l’accentuation, etc. Effectivement, la densité des réflexions métathéoriques sur le statut de l’ars en général, du cursus rythmique en particulier, apparaît remarquable (par exemple, Gaufridus livre une réflexion sur le fait que la chancellerie papale, tout en se conformant dans l’ensemble au système d’ornementation rythmique, n’en tient pas compte dans certaines parties de ses actes pour des raisons de validité diplomatique, ou bien il explique lui-même qu’il a composé son traité de manière à illustrer dans la pratique les règles d’ornementation qu’il explique33). Il se pourrait que ce luxe d’explications tienne à une volonté d’illustrer et de rendre attractif un art relativement négligé (par rapport aux centres de savoir italiens) dans les studia hispaniques à cette époque, mais l’originalité de l’Ars epistolaris ornatus peut avoir eu également d’autres raisons. Le traité mérite en tout cas d’être édité et étudié en détail, même s’il est probable que cette étude ne résoudra pas l’ensemble des problèmes que pose son existence. En particulier, l’identification, proposée par Noel Denholm-Young et acceptée par Valeria Bertolucci Pizzorusso de Gaufridus Anglicus, nommé Gaufridus de Cumeselz dans le traité, avec Gaufridus d’Everseley, clerc anglais actif entre la cour papale, la Castille et la cour d’Angleterre dans les années 1260-1280, est tentante, sans être prouvable en l’état34. Il faut d’autre part noter que ce traité, qui contient de nombreux exemples épistolaires, sans pouvoir être véritablement qualifié de traité théorico-pratique, n’a pas eu de postérité apparente. Tout comme dans le cas de l’Ars dictandi palentina, il n’en est resté qu’un exemplaire. Ces productions ibériques du xiiie siècle peuvent donc être interprétées de manière ambivalente, soit comme les témoignages d’un décollage de l’ars dictaminis dans la péninsule, soit comme des illustrations — eu égard à la rareté de leur conservation — de ses difficultés.

  • 35 Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de Faulhaber.
  • 36 Voir en particulier Hamy, 2014.
  • 37 Sur le genre, voir Newhauser, 1993.
  • 38 Voir sur ce point Faulhaber, 1973a.

7Le troisième traité, le Dictaminis Epithalamium, est également resté isolé, et sa forme est aussi intrigante par rapport à la tradition habituelle des artes dictandi du xiiie siècle que celle de l’Ars epistolaris ornatus. Il a probablement été finalisé vers 1280. C’est certainement le traité le mieux connu, car il a bénéficié d’une bonne édition par les soins de Charles Faulhaber35, et sa structure rhétorique a fait l’objet d’une attention répétée. L’importance de son auteur, le franciscain Juan Gil de Zamora, formé à Salamanque et à Paris, traditionnellement considéré comme précepteur de Sanche IV, est en cours de réévaluation36. Ce lettré a en effet laissé une production encyclopédique et homilétique importante, ce qui fait de son œuvre un lieu de rencontre potentiellement stratégique entre l’ars praedicandi et l’ars dictaminis. Cette originalité se reflète en partie dans le Dictaminis Epithalamium. Ce traité se présente comme une sorte de croisement de « traités des vices et des vertus » et d’ars dictandi37. Il contient d’autre part un si grand nombre d’exemples de lettres, en particulier extraits de la correspondance de Pierre de Blois (mais aussi d’auteurs italiens), qu’il peut être considéré comme une ars dictandi théorico-pratique38.

8Il est difficile de jauger l’importance exacte de ces trois traités pour l’épistolographie castillane du xiiie siècle : la centralité de leurs lieux d’élaboration (ou de présentation), qu’il s’agisse du studium de Palencia vers 1220 ou des milieux curiaux castillans du dernier tiers du xiiie siècle, ne peut tout à fait contrebalancer le constat de leur apparemment faible diffusion. L’originalité formelle de l’Ars epistolaris ornatus et du Dictaminis Epithalamium a-t-elle été due, en particulier, à la nécessité de rendre plus attractif un modèle standard de l’ars dictaminis française ou italienne, pensé pour les seuls notaires, en lui donnant un faciès plus « curial », pour compenser le handicap d’un milieu où l’intérêt pour la formalisation latine était moins grand, eu égard à la castillanisation de la communication politique interne, achevée sous Alphonse X ? Une manière de contourner ces questions en partie insolubles en l’état est de décentrer l’interrogation en examinant les aspects de cette diffusion qui concernent plus particulièrement les formulaires.

De la théorie à la pratique : ce qu’enseignent les « formulaires »

  • 39 Voir l’édition de Barrero García.
  • 40 Sur la notion de transumptio dans l’ars dictaminis, voir Purcell, 1987, à compléter par Grévin, 201 (...)
  • 41 Voir pour deux présentations générales de l’évolution historique du dictamen ars dictaminis, Cama (...)
  • 42 Voir sur ce point Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés del si (...)
  • 43 Voir par exemple ibid., ep. 6 (confirmation d’une donation par Alphonse IX), fin de période du’xi s (...)
  • 44 Voir par exemple ibid., ep. 34, lettre papale se terminant par la formule cri’men incura’tis.

9Le formulaire précédant l’Ars dictandi palentina dans le manuscrit 776 de la Biblioteca Central de la Diputación de Barcelone est un premier terrain d’analyses susceptible de faire avancer la réflexion sur les premières étapes de l’arrivée de l’ars dictaminis « classique » dans la péninsule Ibérique39. Même si les rythmes de l’histoire de l’ars dictaminis sont encore l’objet de débats, on peut en effet considérer que les décennies 1180-1220 marquent un tournant dans la structuration de cette discipline. Cette époque voit en effet un enrichissement rapide des versants de la théorie concernant tant l’ornementation rythmique que la réflexion sur les métaphores (translatio transumptio40), conduisant à une sorte d’efflorescence théorique (années 1210-1250, traités de Thomas de Capoue, Guido Faba, Bene de Florence, etc.) qui a son pendant dans la stabilisation pratique du stylus curie papalis. Théorie et pratique du dictamen atteignent alors une sorte de classicisme, qui aboutit parfois à des effets de standardisation, notamment dans la théorie et la pratique de l’ornementation rythmique41. Or une analyse formelle, même rapide, des différentes pièces du formulaire léonais-castillan (en particulier centré autour de Zamora et Palencia) n’est pas sans intérêt de ce point de vue. Elle semble en effet montrer que si certaines des pièces enregistrées (ou créées ad hoc ?) pour former la collection répondent à un usage standard de l’ornementation rythmique, selon les canons diffusés par la chancellerie papale (et l’inclusion de pièces censées émaner de ce lieu prestigieux n’est pas anodine à cet égard), d’autres s’en écartent sensiblement. En appliquant un protocole d’analyse simplifié à l’extrême pour éviter toute contestation liée aux critères d’édition (choix des critères de restitution des ponctuations faibles…), et en analysant simplement les ornementations rythmiques des ponctuations fortes (points) des différents textes, on s’aperçoit que les lettres attribuées au pape, à l’évêque de Zamora, à d’autres autorités religieuses ou à des membres de l’université de Palencia s’efforcent de respecter les principes du cursus rythmique classique tels qu’ils étaient appliqués à la chancellerie papale au début du xiiie siècle (obligation relative de respecter l’un des trois schèmes, cursus tardus, planus ou velox, le cursus trispondaïque devant être considéré comme « non orthodoxe », et forte proportion de cursus velox en ponctuation forte42). En revanche, les lettres émanant ou censées émaner de la chancellerie royale léonaise d’Alphonse IX se distinguent par le caractère beaucoup plus aléatoire de cette conformation43. La signification de cette différence semble claire : les lettres royales reflètent (partiellement ?, mais effectivement) des pratiques de la chancellerie léonaise non encore conformées au moule du dictamen classique, tandis que la plupart des autres (avec quelques exceptions qui pourraient fournir des indices sur leur caractère de créations locales ad hoc44) se rapprochent des canons du dictamen imitant les techniques de la chancellerie papale, en cours de diffusion de plus en plus rapide en Occident au début du xiiie siècle. Le formulaire n’enregistre donc pas la pratique d’une technique bien intégrée dans le Léon et la Castille du début du xiiie siècle, mais plutôt ce qui serait les premières étapes de son inculturation encore aléatoire, au niveau pratique, aussi bien que théorique.

  • 45 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 39-52.

10Une analyse de l’Ars epistolaris ornatus est également susceptible de livrer des renseignements sur l’importation de formulaires et de techniques de composition étrangères, au-delà des influences plus strictement théoriques ou théorico-littéraires. Si Valeria Bertolucci Pizzorusso a ainsi mis en évidence la place de la référence à Boncompagno, à Guido Faba, ou à l’Ars versificatoria de Matthieu de Vendôme dans la composition du texte45, on peut ajouter un nouvel élément qui oriente cette fois vers le monde de l’ars dictaminis méridionale de la chancellerie sicilienne.

11L’une des premières références précises au contexte castillan dans l’Ars epistolaris ornatus est un modèle d’échange de lettres de menace (comminatoriae) entre le roi de Castille (Alphonse X) et le sultan de Grenade :

Alia cominatoria, ut si scribet rex Granate regi Castelle et diceret sub hac forma : tuos corripe Christianos ne in meos seviant sarracenos, alioquin invenies me mutatum.

  • 46 « Perugia », Biblioteca Augusta, ms. F 62, fo 6ro.

Vel sic et econtra. Rex Castelle regi Granate scribet in hunc modum : terras quas subdole ac iniuste cum tuis Getulis invasisti restitue cultui christiano, alioquin virtus nostri culminis irascetur46.

12Le schéma de ce diptyque est en fait fourni à Gaufridus Anglicus par un échange extrêmement similaire, et contenu dans le second livre des versions classiques des Lettres de Pierre de la Vigne :

Gaufridus, Ars epistolaris ornatus, « Perugia », Biblioteca Augusta, ms. F 62, fo 6ro Pierre de la Vigne, II, 18-19a
Alia cominatoria ut si scribet rex Granate regi Castelle et diceret sub hac forma :tuos corripe Christianos ne in meos seviant sarracenos, alioquin invenies me mutatum. Vel sic et econtra. Rex Castelle regi Granate scribet in hunc modum : terras quas subdole ac iniucte cum tuis Getulis invasisti restitue cultui christiano, alioquin virtus nostri culminis irascetur. Regi Zefedino, qui Machometum adorat Sublimati in regibus et principibus terrae in nostrae maiestatis excellentia gloriamur, sed precipue in conuertendo aduersarios Iesu Christi.
Redde igitur terram Hierosolymitanam cultui Christiano, alioquin uirtus nostri culminis irascetur. Responsiua ad precedentem.
Si hilarem datorem diligit Deus, me diligit, et si beatius est dare quam accipere, beatus ero. Prohibe igitur Christianos tuos, ne seuiant in Sarracenos meos, alioquin me inuenies tibi minantem.
a. Voir à présent la nouvelle édition des Lettres de Pierre de la Vigne (fondée sur le ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 8563) : Pier della Vigna, Epistolario (pour le présent diptyque, pp. 318-319). Sur les Lettres et leur importance comme modèle de formalisation épistolaire entre la fin du xiiie et le début du xve siècle, voir Grévin, 2008. Nous soulignons en caractères romains les éléments à comparer.
  • 47 Sur les correspondances fictives entre souverains occidentaux et orientaux et leur rôle dans la rhé (...)
  • 48 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 23-25. Sur le rôle du cardinal Giordano da Terracina comme promote (...)
  • 49 Il s’agit des lettres I, 15 ; II, 20 ; III, 26, de la summa dictaminis de Pierre de la Vigne.
  • 50 Grévin, 2008, pp. 18-120, et dernièrement Thumser, 2015b.
  • 51 Voir en particulier sur ce point les remarques de Fulvio Delle Donne dans Nicola da Rocca, Epistola (...)
  • 52 Sur Rodolfo da Poggibonsi et son activité entre Italie et Castille, voir Schaller, 1957, no 73, pp. (...)
  • 53 Voir sur ce point ci-dessus.

13Quelle est la signification de cette découverte en contexte ibérique, au-delà de l’intérêt de voir une rhétorique originellement imaginée dans le cadre ou sous l’inspiration des échanges militaro-diplomatiques entre la Sicile Hohenstaufen et les puissances musulmanes de l’est du bassin méditerranéen (sultanat ayyubide et sultanat de Konya) réinvestie pour modéliser le rapport entre les rois de Castille et les sultans de Grenade47 ? Sachant que la rédaction du traité, sur la foi de nombreux indices internes, peut être datée du début des années 1270 (peut-être de 1272), et que Gaufridus Anglicus, s’il est bien le même personnage que Geoffroy d’Everseley, a séjourné d’après la reconstitution proposée par Valeria Bertolucci Pizzorusso dans l’entourage du vice-chancelier de la chancellerie papale Giordano da Terracina (mort en 1268) avant de proposer ses services en Castille48, il est possible de faire les remarques suivantes. L’utilisation de deux courts modèles contenus dans différentes versions (dont la version classique, en six livres) de la Summa dictaminis dite de Pierre de la Vigne comme sources d’inspiration de lettres latines d’ambiance castillane par Gaufridus dès le début des années 1270 est notable pour au moins trois raisons. La première est qu’il s’agit de la toute première attestation de l’impact rhétorique d’un matériel de ce type — en laissant de côté la réception précédente des lettres de Frédéric II adressées au souverain de Castille et contenues dans la somme, elles-mêmes potentiellement vecteurs de cette rhétorique49 — dans la péninsule Ibérique. On le verra, la deuxième mention de cette somme en Castille remonte à 1292, une vingtaine d’années plus tard, et la première trace effective analysée de leur utilisation à la chancellerie royale aragonaise date quant à elle de 1300. En second lieu, la précocité de cette date est également remarquable du point de vue de l’histoire « interne » de la naissance des collections des Lettres de Pierre de la Vigne, compilation de lettres de haute rhétorique créées à la cour de Frédéric II, Conrad IV et Manfred de Sicile, destinée à une grande popularité européenne au xive siècle, mais qui n’a été lancée sur le marché international qu’après la chute des Hohenstaufen (1266-1268). Bien que les conditions de leur gestation entre les années de rédaction du matériel qu’elles contiennent (entre 1198 et 1258) et la composition de la collection (summa) proprement dite soient encore débattues50, il est en effet sûr que les Lettres de Pierre de la Vigne n’ont circulé massivement, sous leurs premières versions organisées, en dehors de leur milieu de compilation, qu’à partir de 1270. Gaufridus aurait donc eu accès, sans doute à la curie, et probablement dans le milieu du cardinal Giordano da Terracina, à l’un ou l’autre des prototypes de la collection, alors même qu’elle n’était pas encore diffusée à l’échelle européenne. Cela ne serait guère étonnant, dans la mesure où le rôle du milieu de dictatores regroupés autour de Giordano da Terracina dans la gestation des Lettres de Pierre de la Vigne et de la collection papale analogue des lettres dites de Thomas de Capoue a été depuis longtemps souligné51. Dans ce milieu précis circulaient en effet les rejetons de dynasties notariales dont certains membres avaient travaillé à la chancellerie de Frédéric II et Conrad IV. Le troisième point d’intérêt concerne le lien entre la réception d’une telle rhétorique « impériale » et les attentes rhétoriques et politiques de la cour d’Alphonse X. On sait que ce dernier a poursuivi avec acharnement, quoique sans grand succès, un projet de récupération du titre impérial, notamment justifié par ses liens familiaux avec les Hohenstaufen — Alphonse était fils d’Élisabeth de Souabe, cousine directe de Frédéric II. À force de parler du rôle supposé dans la diffusion des cultures rhétoriques de passeurs italiens tels que Brunetto Latini en Castille, on a quelque peu oublié la politique de récupération pragmatique par la cour alphonsine de techniciens de l’écrit qui avaient été employés par Frédéric II. Le notaire impérial Rodolfo da Poggibonsi, par exemple, a commencé sa carrière à la chancellerie de Sicile, avant de la finir comme notaire-diplomate du roi de Castille, spécialement chargé des négociations avec Pise. Entre ces deux épisodes, il avait travaillé pour le compte du cardinal Ottaviano (1257), dans l’orbite de Rome52. Rodolfo da Poggibonsi, pour le coup toscan, faisait partie du même réseau de lettrés-dictatores, d’origine le plus souvent campanienne, qui comprenait entre autres les divers dictatores gravitant autour de Giordano da Terracina dans la décennie 1260 (en particulier Nicola da Rocca senior, disciple direct de Pierre de la Vigne, et son neveu Nicola da Rocca junior). C’est dans ce milieu que s’est élaborée au cours d’une gestation complexe la summa dictaminis qui allait être l’instrument d’apprentissage pragmatique de la rhétorique royale le plus prisé du xive siècle, la summa dictaminis (Lettres) dite de Pierre de la Vigne53. Il n’est donc pas surprenant que Gaufridus Anglicus, s’il est bien identifiable avec Gaufridus d’Everseley, ait pu utiliser précocement ce matériel. Dans le contexte idéologique alphonsin, la récupération d’une rhétorique impériale frédéricienne pour formaliser la communication en latin était logique, et il n’est pas impossible de supposer que l’Ars epistolaris ornatus ait été essentiellement pensée du point de vue de la communication du royaume avec le reste de l’Europe — de la communication impériale d’Alphonse X, donc —, même si les réflexions de Gaufridus sur le castillan montrent qu’elle pouvait également avoir une portée interne. Si la somme a été finalisée en 1272, elle l’aurait été en quelque sorte au moment même où les ambitions impériales d’Alphonse X étaient à la veille d’être définitivement brisées par l’élection de Rodolphe de Habsbourg comme roi des Romains.

  • 54 Guillelmo Scribe civi Valencie. […]. Preterea cum illustrissimus dominus Sancius rex castelle karis (...)
  • 55 Acte transcrit dans Villanueva, 1851, no 3, pp. 196-198. Les parallèles ont été repérés mais non an (...)
  • 56 Analyses de différentes réutilisations dans ibid., à partir des moyennes de formulaires données par (...)

14On y a déjà fait allusion, la réutilisation de motifs rhétoriques tirés des Lettres de Pierre de la Vigne par Gaufridus a d’autant plus d’intérêt qu’elle n’est pas un témoignage isolé de l’intérêt porté à ce matériel en contexte castillan. Un document remarquable conservé dans les archives de la chancellerie royale aragonaise, en date de 1292, et jadis édité par Rubío y Lluch, enregistre l’ordre donné par Jacques II d’Aragon à son secrétaire Guillem Escrivà de lui prêter pour copie un exemplaire des dictamina magistri Petri de Vin[e]is et processus domini Frederici imperatoris, afin qu’il puisse en faire don à son beau-père, le roi de Castille Sanche IV, qui le lui a demandé54. Ce texte exceptionnel signale en quelque sorte l’entrée officielle de la collection ordonnée des Lettres de Pierre de la Vigne en Castille en 1292, via l’Aragon où elle était apparemment déjà utilisée à la chancellerie depuis quelques années. À la chancellerie aragonaise, le recours concret aux textes de la summa est attesté quelques années plus tard pour la rédaction de certaines séquences du privilège de monopole de l’enseignement universitaire dans le royaume délivré à la ville de Lérida en 1300. Le rédacteur de cet acte a en effet réutilisé des motifs et séquences de l’acte de fondation du studium de Naples de 1224, classé avec des textes de thème analogue dans le troisième livre de la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne55). L’étude des formulaires des préambules de privilèges royaux aragonais montre que cette utilisation n’a ensuite plus cessé durant tout le xive siècle, laissant ses traces sur la rhétorique royale dans la longue durée56. L’enjeu serait ici de comprendre quelle a pu être l’utilisation des modèles de dictamen impérial de la summa dictaminis contenus dans la somme de Pierre de la Vigne à la cour de Castille à partir de 1292. Malgré la castillanisation de la communication royale, on ressentait le besoin de se procurer ces modèles latins, puisque c’est Sanche IV lui-même qui a fait importer cette rhétorique d’Aragon. Seules des enquêtes futures permettront toutefois de confirmer si ces textes ont été utilisés pour composer certains documents latins à destination de l’étranger, ou s’ils ont servi de source d’inspiration pour une rhétorique du pouvoir castillane qui se serait appuyée sur ces modèles latins prestigieux. Quoi qu’il en soit de ce dernier point, une chose est sûre : la diffusion précoce des Lettres de Pierre de la Vigne en Castille, pour laquelle l’imitation opérée par Gaufridus permet de remonter jusqu’à la décennie 1270, infirme l’idée que la castillanisation de la communication royale ait exclu toute réflexion sur les modèles pragmatiques de l’ars dictaminis latine classique — papale ou sicilienne — qui servaient ailleurs en Europe de modèles d’inspiration pour la rhétorique royale, et qui étaient utilisés comme textes d’entraînement, en complément aux explications théoriques, par le notariat des grandes chancelleries. La mise en évidence de la réutilisation du diptyque « islamo-chrétien » des Lettres de Pierre de la Vigne dans l’Ars epistolaris ornatus contribue également à souligner à quel point l’étude de l’ars dictaminis dans la péninsule Ibérique, et en particulier l’étude des premières étapes de son acclimatation, gagnera à être menée en ne séparant pas un versant théorique et un versant pragmatique qui sont en fait liés dans la documentation, tant à l’époque de la rédaction de l’Ars dictandi palentina, que de celle de l’œuvre de Gaufridus Anglicus, ou plus tard au xive siècle. Une étude ultérieure de l’Ars epistolaris permettra par ailleurs sans doute d’apporter de nouveaux éléments sur le développement de cette culture dans les milieux culturels alphonsins, en liaison avec les prétentions impériales du neveu de Frédéric II.

Notes

1 Gómez-Bravo, 1990 ; Bertolucci Pizzorusso, 1968 ; Faulhaber, 1972, 1973b, 1979 et 1986.

2 Voir en particulier Id., 1979, pp. 20-34 pour la description des traités inédits des xive et xve siècles, ainsi que Polak, 1994, pp. 97-170 pour la péninsule Ibérique.

3 Voir par exemple Usón y Sesé, « Un formulario latino de la Cancillería Real Aragonesa (siglo xiv) » ; Olivar, 1936.

4 Canellas López, Trenchs Odena, 1990, pp. 210-211.

5 Gómez-Bravo, 1990 ; Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de Faulhaber.

6 Grévin, à paraître.

7 Bertolucci Pizzorusso, 2006.

8 Domingues de Sousa Costa, 1990.

9 McNabb, 2003 ; Id., 2004 ; Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de McNabb, trad. de Kirsch (traduction commentée, pas de nouvelle édition).

10 Voir à ce sujet, pour une réévaluation du rôle de Ferdinand III et de la précocité des stratégies de castillanisation au début du xiiie siècle, Arizaleta, 2010, et Castillo Lluch, inédit.

11 Voir sur ce point Bertolucci Pizzorusso, 1968, p. 33 et transcription du passage, p. 58. Voir commentaire ci-dessous.

12 Voir sur ce point ci-dessous.

13 Question posée pour le catalan dans Olivar, 1936. Exemple de série de dictamina bilingues latins-catalans du milieu du xive siècle créés à fins d’enseignement présenté dans Grévin, 2015a, pp. 337-339.

14 Voir ibid., pp. 344-345 ; Usón y Sesé, « Un formulario latino de la Cancillería Real Aragonesa (siglo xiv) » ; Canellas López, Trenchs Odena, 1990, en particulier pp. 210-211 ; Ruiz Calonja, 1955-1956, en particulier p. 216.

15 Domingues de Sousa Costa, 1990, à partir de l’édition pionnière de la summa dictaminis pratique (formulaires de chancellerie épiscopale élaborés par Dominicus Dominici de Viseu, mais avec une introduction intéressante) dans Briefsteller und Formelbücher des elften bis vierzehnten Jahrhunderts, éd. de Rockinger, t. II, pp. 515-592.

16 On se reportera pour cela à Grévin, 2015a, ainsi qu’aux chapitres en cours de préparation pour le futur manuel Handbuch der Ars dictaminis, sous la direction de Florian Hartmann.

17 Bertolucci Pizzorusso, 1968.

18 Voir à présent Alberico di Monte Cassino, Breviarium de dictamine, éd. de Bognini, avec bibliographie.

19 Ibid. Sur les débuts de l’ars dictaminis, entre Mont-Cassin et Bologne, voir en particulier Turcan-Verkerk, 2009. Sur l’ars en Italie du Nord au xiie siècle, voir à présent Hartmann, 2013.

20 Édité dans Gómez-Bravo, 1990.

21 Voir à ce sujet Faulhaber, 1972 ; Id., 1979, pp. 15-19.

22 Édition de Gómez-Bravo, 1990.

23 Formulaire édité dans Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés del siglo xiii ».

24 Gómez-Bravo, 1990, pp. 111-123.

25 Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés del siglo xiii », textes pp. 696-711, pour le studium de Palencia, ep. 3, 5, 24, 25, 37 ; pour l’évêque de Palencia, ep. 26 ; pour l’évêque de Zamora, ep. 18, 36 ; pour la chancellerie royale léonaise, ep. 6, 19, 33.

26 Ibid., ep. 8, 10, 14, 15 (réponse papale), 27 (Honorius III à un évêque), 28, 34 (Honorius III au roi).

27 Sur l’ars dictaminis à la curie à l’époque d’Honorius III et de ses successeurs, voir Thumser, 2015a.

28 Bertolucci Pizzorusso, 1968, p. 19 ; l’incipit du traité est Scientia epistolaris ornatus (voir Turcan-Verkerk, 2006, no 71, p. 228), et l’expression ars epistolaris ornatus n’apparaît qu’au folio 4ro, après la liste des chapitres.

29 Bertolucci Pizzorusso, 1968, en particulier (mais pas seulement) pp. 65-88 : le traité est néanmoins relativement long, et ces transcriptions ne dépassent pas le quinzième du texte global.

30 Ibid., pp. 20-21, pp. 45-46 et pp. 54-55 pour divers passages encomiastiques. Il s’agit d’une originalité dans le cadre de l’ars dictaminis, dont les traités et instruments de travail pratique, conçus pour l’usage notarial, ne sont pas pensés en fonction d’un lectorat curial.

31 Sur un modèle de correspondance entre Alphonse X et le sultan de Grenade, et son importance pour l’histoire des sources de Gaufridus, voir ci-dessous.

32 Voir sur ce point réflexions et transcription dans ibid., p. 59. Le seul autre traité théorique datant d’avant 1300 qui aborde le problème de la rédaction épistolographique en langue vulgaire est la Summa de arte prosandi de Konrad de Mure, éd. de Kronbichler, pp. 164-165, à propos du français et de l’allemand, et dans des termes négatifs (refus d’assimiler les lettres en allemand et en français au statut juridique supérieur des lettres écrites en latin). Gaufridus Anglicus, au contraire, suggère qu’il n’existe pas de raison pour que la rédaction de documents en castillan obéisse moins à des règles grammaticales strictes que celle des documents en français et en italien (« Perugia », Biblioteca Augusta, ms. F 62, fo 14vo : non est ius quare gramaticalis sermo plus debeat Hyspanis deficere [quando] concipiunt in vulgari, quam Gallicis vel Lombardis). Il s’agit là d’une remarque intrigante, et qui va à contre-courant de ce que la représentation intuitive du castillan comme plus avancé dans la promotion en tant que langage sapiential et politique que le français et l’italien (qui partagent encore les registres textuels hauts de la communication politique interne avec le latin) pourrait laisser supposer. S’agit-il dans la perception de Gaufridus de souligner que la tradition d’écrire en castillan n’est pas encore stabilisée, ou qu’elle n’est pas assez régie par des règles assimilables à celles de l’ars dictaminis, ou simplement que les pratiques castillanes de la salutatio sont moins logiques que celles employées en italien ou en français ?

33 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 77-78 (fo 18vo). Il s’agit là d’un remarquable trait de perception métathéorique des limites de l’emploi du cursus dans la rédaction de formules diplomatiques en début ou en fin d’acte, à ma connaissance unique dans ce genre de littérature.

34 Sur cette identification, plausible en dépit de l’apparence très différente des deux noms (proximité paléographique des deux solutions), voir Denholm-Young, 1969, pp. 50-52, et Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 20-22.

35 Juan Gil de Zamora, Dictaminis Epithalamium, éd. de Faulhaber.

36 Voir en particulier Hamy, 2014.

37 Sur le genre, voir Newhauser, 1993.

38 Voir sur ce point Faulhaber, 1973a.

39 Voir l’édition de Barrero García.

40 Sur la notion de transumptio dans l’ars dictaminis, voir Purcell, 1987, à compléter par Grévin, 2015b.

41 Voir pour deux présentations générales de l’évolution historique du dictamen ars dictaminis, Camargo, 1991 et Grévin, Turcan-Verkerk, 2015.

42 Voir sur ce point Barrero García, « Un formulario de cancillería episcopal castellano leonés del siglo xiii », par exemple ep. 16, d’un abbé à un prieur : Talis abbas, fratri suo in Christo tali Prio’ri salu’tem. Et sui pastoris mandatum cum obedie’ntia observa’re [velox]. Cum expensis assiduis et cotidianis nostrum ceno’bium aggrave’tur [velox], de conventus nostri consilio R., monacum nostrum, ad prioratum quod quondam vobis commendaverimus dignum decre’vimus transmitte’ndum [velox]. Cum igitur a membris non sit ca’piti obvia’ndum [velox], in virtute obediencie vobis precipimus et mandamus quatinus ipsum in consortem recipere benigno et religioso a’nimo procure’tis [velox].

43 Voir par exemple ibid., ep. 6 (confirmation d’une donation par Alphonse IX), fin de période du’xi sigilla’re et fin de période anniversa’rium celebra’retur ; ep. 19, fin de période li’tteras resera’remus. Dans les deux exemples, la brièveté des lettres rend ces distorsions signifiantes, mais ces données sont à manier avec précaution : la lettre d’Alphonse IX, ep. 33, est en revanche rythmée conformément aux canons classiques.

44 Voir par exemple ibid., ep. 34, lettre papale se terminant par la formule cri’men incura’tis.

45 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 39-52.

46 « Perugia », Biblioteca Augusta, ms. F 62, fo 6ro.

47 Sur les correspondances fictives entre souverains occidentaux et orientaux et leur rôle dans la rhétorique latine des xiiie et xive siècles, voir Grévin, 2013. Là encore, les réflexions de Gaufridus Anglicus dans l’Ars epistolaris ornatus sur le statut épistolaire des souverains musulmans apparaissent particulièrement développées.

48 Bertolucci Pizzorusso, 1968, pp. 23-25. Sur le rôle du cardinal Giordano da Terracina comme promoteur de l’ars dictaminis à la curie pontificale, voir Sambin, Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260) (comprenant une partie de ses dictamina) ; Die Briefsammlung des Thomas von Capua, éd. de Thumser, Frohmann, introduction, pp. 3 sqq. (pré-édition électronique de la summa dictaminis de Thomas de Capoue, laquelle inclut différentes lettres de Giordano da Terracina, ce qui laisse supposer qu’il a eu un rôle déterminant dans l’organisation de cette summa) ; Nicola da Rocca, Epistolae, introduction, p. lxxxi.

49 Il s’agit des lettres I, 15 ; II, 20 ; III, 26, de la summa dictaminis de Pierre de la Vigne.

50 Grévin, 2008, pp. 18-120, et dernièrement Thumser, 2015b.

51 Voir en particulier sur ce point les remarques de Fulvio Delle Donne dans Nicola da Rocca, Epistolae, introduction, pp. xiii-lxxi et dans Una silloge epistolare, introduction, pp. xiii-lix.

52 Sur Rodolfo da Poggibonsi et son activité entre Italie et Castille, voir Schaller, 1957, no 73, pp. 281-282 ; Inde ab a. 1198 usque ad a. 1272, éd. de Weiland, no 396, p. 499 (témoignage des activités de diplomate de Rodolfo da Poggibonsi pour le compte d’Alphonse X) ; Huillard-Bréholles, Vie et correspondance de Pierre de la Vigne, ministre de l’empereur Frédéric II, ep. 45-46, pp. 344-345 (lettres mentionnant les liens entre Rodolfo et Pierre de la Vigne à la cour de Frédéric II) ; Grévin, à paraître.

53 Voir sur ce point ci-dessus.

54 Guillelmo Scribe civi Valencie. […]. Preterea cum illustrissimus dominus Sancius rex castelle karissimus socer noster rogaverit nos ut habeamus sibi dictamina magistri Petri de Vinis et processus domini Frederici imperatoris, dive memorie, abavi nostri, et intellexerimus similiter vos de hiis aliquem librum habere, rogamus vos quatenus dictum librum dictorum dictaminum nobis vendatis vel tradi faciatis dilecto nostro Arnaldo de Rexacho, archidiacono Xative et cancellario domine Isabelis regine Aragonum et Sicilie, qui ipsum faciat translatari… (Rubió y Lluch, Documents per la historia de la cultura catalan mig-eval, doc. 2, pp. 3-4).

55 Acte transcrit dans Villanueva, 1851, no 3, pp. 196-198. Les parallèles ont été repérés mais non analysés par Denifle, 1885, p. 500. Voir sur ces réutilisations Grévin, 2015a.

56 Analyses de différentes réutilisations dans ibid., à partir des moyennes de formulaires données par Ruiz Calonja, 1955-1956, et du formulaire édité dans Usón y Sesé, « Un formulario latino de la Cancillería Real Aragonesa (siglo xiv) ». Sur les modèles siciliens de ces lettres, remontant à Frédéric II et Conrad IV (ouvertures, réouvertures ou transferts du studium de Naples), voir Delle Donne, « “Per scientiarum haustum et seminarium doctrinarum”: edizione e studio dei documenti relativi allo Studium di Napoli in età sveva » et Id., Per scientiarum haustum et seminarium doctrinarum. Storia dello Studium di Napoli in età sveva.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540