Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indépendance espagnole et le libéralisme au xixe siècle

 | 
Jean-Philippe Luis

I. — La guerre d'Indépendance dans la mémoire du libéralisme espagnol

Les libéraux et la guerre d’Indépendance

La construction des origines

Richard Hocquellet

Texte intégral

I. — L’ÉCRITURE DE LA GUERRE D’INDÉPENDANCE PAR SES ACTEURS ET SES COMMENTATEURS LIBÉRAUX (1814-1860)

1Si écrire l’histoire d’un événement ne relève pas d’une relation de faits enchaînés par la chronologie, l’écriture de cet événement majeur que fut la guerre d’Indépendance espagnole pose bien la question du comment s’articulent les différents éléments qui le composent pour lui donner un « sens » qui ne soit pas simplement celui de la flèche du temps.

  • 1 J’ai travaillé ailleurs cette question de l’intérieur même des faits, reprenant les traces qui nous (...)

2Plus encore, l’interrogation première serait de comprendre pourquoi ce qui s’est passé entre 1808 et 1814 devient cet événement majeur. Une des manières d’analyser la fausse évidence de l’événement historique constitué en savoir transmis et repris, acquis et intégré, serait de réfléchir à la façon dont certains de ses acteurs et leurs commentateurs immédiats l’ont écrit1.

3Il ne s’agit pas ici de proposer une présentation bibliographique de ce qui se publia dans les premières décennies suivant l’événement. Il s’agit plutôt de retrouver les modalités de la formation d’un discours qui s’est finalement imposé et dans lequel l’écriture de quelques-uns joua un rôle primordial. Il me semble que les libéraux espagnols ont été les plus précoces et les plus actifs bâtisseurs de l’événement.

4Cette intuition est nourrie certes par une connaissance à distance procédant des méthodes historiographiques admises de manière assez consensuelle dans notre profession. Mais elle est aussi produite par un goût pour le jeu des paradoxes. Des paradoxes, je ne cesse d’en relever au fur et à mesure de mes lectures et de mes rencontres avec ce passé et avec ceux qui en parlent, à l’époque et maintenant.

5En sélectionnant quelques clichés, je voudrais proposer quelques jeux de langage qui n’engagent pas que la simple facilité des rapprochements de termes. J’y perçois un ressort de ce qui fera l’écriture de l’histoire de la guerre d’Indépendance de la part de ceux qui l’ont finalement perdue — les libéraux — et qui, bien qu’investis dans la lutte n’y gagnèrent rien, sauf l’exil ou la prison, alors que les patriotes non libéraux ne livrèrent pas de version de l’événement après le retour de Ferdinand VII et le départ des Français.

6Ces Espagnols, nous l’admettons tous, se sont battus à partir de 1808 pour se libérer d’un occupant. Ils se battaient pour leur liberté et celle de leur roi captif en France. Jeune roi intronisé après l’abdication de son père obtenue après une émeute populaire (Aranjuez, 19 mars 1808) dirigée par ses partisans, Ferdinand fait figure symbolique de tous les espoirs [en terminer avec le despotisme du favori Godoy] et figure tutélaire de toutes les injustices à réparer [le droit bafoué d’une nation qui s’est vu imposer un nouveau souverain]. Tout se fit en son nom, sauf, qu’il n’était pas là pour acquiescer ni aux espérances, ni aux revendications. Le discours patriotique mis au point dès les premiers jours du soulèvement anti-français, concrétisé par la formation des juntes suprêmes en rupture avec la capitale, Madrid, dirigée par le lieutenant général du royaume, Murat, parle à sa place. Ce que font ces Espagnols patriotes est ce que leur roi malheureux veut. Personne n’en sait vraiment rien, mais tout ce monde veut le croire. Plus tard, c’est toujours et encore au nom de Ferdinand VII que, d’une part, les patriotes « réformateurs », qui n’étaient pas encore nommés « libéraux », prennent le contrôle du gouvernement en lutte pour faire convoquer une assemblée nationale (printemps 1809) et que, d’autre part, ces Cortès ouvertes à Cadix le 25 septembre 1810 se proclament souveraines. La fin de l’histoire prend ironiquement le ton d’un quiproquo quand, en mai 1814, ce roi si désiré (« el deseado » de 1808) déclare nul et non avenu ce qui s’était passé pendant sa captivité.

7La série de ces actions patriotiques peuvent se lire à la fois comme une libération et comme un leurre. Sous l’angle de cette fiction qui faisait attribuer des pensées à celui pour qui l’on se battait et qui obligeait à chercher du nouveau pour ceux qui se battaient pour lui, la guerre d’Indépendance peut apparaître comme un événement travaillé de l’intérieur par un fantasme patriotique et un désir révolutionnaire. Ils luttaient pour se/le libérer, ils luttaient pour La/sa liberté, mais ils étaient en définitive libres de le faire comme ils l’entendaient. Il n’était pas question de se battre pour le retour à l’ordre ancien, il n’était pas question de se soumettre à des solutions imposées de l’étranger. Il y a bien donc du patriotisme à décrypter selon le paradigme de l’exclusion de l’autre qui occupe son territoire et de la révolution selon le paradigme de l’invention d’un nouveau système qui réaliserait le régime idéal pour en finir avec les échecs passés.

8Des paroles du discours patriotique comme des difficultés à stabiliser le gouvernement des patriotes, nous ne pouvons que cerner le sentiment effroyable de l’absence, du vide, de ce que nous pouvons conceptualiser par la notion d’acéphalie. Les individus engagés à la tête de la lutte, sous sa forme politique dans un tel processus de remède à de tels maux, se forgèrent l’idée qu’ils étaient en train de vivre, de faire advenir une origine, à savoir ce qui vient remplacer un néant par une totalité de possibles.

9Les acteurs libéraux et les premiers commentateurs de l’expérience purent, après 1814, vérifier que des possibles il ne restait que la figure du roi pour lequel les patriotes avaient inventé un système idéal de communion politique qui fait partie de la spécificité du libéralisme espagnol. Pour autant, ils avaient cru à l’autre part de leur engagement dans cette expérience fondatrice du passage à une nouvelle manière d’envisager le politique que l’on pourrait synthétiser par l’établissement de la souveraineté nationale comme source de toute légitimité. Cette part perdue, vaincue, devait apparaître de nouveau sous la forme de la reconstruction de l’origine qu’ils avaient pensé fonder.

10L’origine était à reconstruire puisqu’elle n’avait pas été finalement le point de départ d’une nouvelle communauté politique après 1814, celle qu’ils avaient voulu inventer entre 1808 et 1814. L’origine était à reconstruire parce que le processus n’était pas clos, il fallait lui assigner un commencement pour réussir à le poursuivre, 1814 ne pouvait signifier la fin d’un cycle. L’expérience de la période de la guerre d’Indépendance pouvait servir de leçon [de l’histoire] et reprendre les bases d’un édifice à achever parce qu’il ne pouvait qu’être achevé, parce qu’il ne pouvait rester à ce stade du chantier.

  • 2 Voir dans cet ouvrage la contribution de C. García Monerris « La culture constitutionnelle en Espag (...)

11À travers la lecture de quelques textes historiographiques écrits et parus dans les premières décennies qui suivirent le retour de Ferdinand VII et principalement la chute du Trienio Liberal, un certain type de schéma narratif et explicatif a pu m’apparaître symptomatique d’une difficulté des libéraux espagnols à penser leur idéal en dehors de l’expérience du patriotisme. Le libéralisme semble trouver son fondement, ou plutôt son essence, dans l’événement majeur que représente la lutte des Espagnols contre les troupes impériales. Il se concrétise par la Constitution de Cadix qui s’impose à peine quelque temps en 1820-1823. Mais après 1835, il domine la vie politique, c’est autour de lui que s’articule la vie politique. Le terme a donc fini par s’imposer, le processus a donc poursuivi son cours au point que les libéraux des années 1840 ne ressemblent pas à ceux de 1810. En effet, ce que l’on a appelé libéralisme — et que l’on continue d’appeler ainsi — est aussi une théorie politique qui devait à d’autres expériences et à d’autres pensées son contenu2. L’évolution doctrinale est si manifeste entre le libéralisme des années de la guerre d’Indépendance et celui des années du règne d’Isabelle II qu’elle m’amènerait hors de mon propos qui est de comprendre comment l’écriture d’un événement fabrique l’origine. Les libéraux espagnols de 1808 ont construit, autour de toute cette conjoncture de la résistance armée, du changement dynastique, une origine comme une étape nécessaire à l’accomplissement d’un destin collectif que le retour de l’ancien système en 1814 ajourna.

12M’efforçant de penser avec eux et dans toute la distance que je formule en guise de précautions, je voudrais indiquer ici quelques pistes qui nous rendraient le libéralisme espagnol sous un aspect peut-être plus étrange puisqu’il s’agit de penser un échec, avant tout l’échec de l’expérience qui devint néanmoins fondamentale pour tant d’individus, s’en réclamant, qui ont risqué et parfois perdu leur vie pour être restés fidèles à cette idée, engagés qu’ils étaient dans la volonté de mener jusqu’à son terme le processus qu’ils pensaient avoir initié.

II. — PREMIERS REGARDS RÉFLEXIFS SUR L’ÉVÉNEMENT

13À peine la guerre terminée, les députés des Cortès décidèrent de procéder à la mise en récit des événements qui venaient de se produire. Par décret du 15 octobre 1813, ils invitaient à l’écriture de l’histoire de ce qu’ils appelaient « nuestra gloriosa revolución ». Le préambule de ce décret peut nous servir de point de départ pour comprendre la difficulté première à s’entendre sur ce que fut la période 1808-1814.

  • 3 Archivo del Congreso de los Diputados (ACD), Madrid, Impresos, leg. 4, n° 113.

Queriendo las Cortes consignar en la historia los razgos sublimes de heroicidad, constancia y patriotismo, de que ofrece tantos ejemplares nuestra gloriosa revolución, y que sean conocidos asta de las mas remota posteridad los admirables esfuerzos de la magnanima Nación española, que en tan desigual como horrosa lucha contra el tirano de Europa, no solo ha recobrado su independencia política y rescatado a su legitimo Monarca el Señor D. Fernando VII, sino que también ha preparado la libertad de las naciones subyagadas ; han decretado lo siguiente3

14Trois thématiques différentes correspondant à trois manières d’aborder la série de faits qui se sont déroulés pendant l’occupation française de l’Espagne apparaissent : la lutte contre l’étranger, la fidélité à son roi, la conquête de la liberté.

  • 4 A. de Tocqueville, « Préface » à L’Ancien Régime et la Révolution, p. 52.

15Les libéraux, majoritaires dans l’assemblée, voulaient d’abord célébrer la geste militaire et la considéraient comme un modèle et un déclencheur des autres luttes patriotiques qui avaient mis fin à l’empire napoléonien. La référence à l’œuvre constitutionnelle n’apparaissait pas. Il s’agissait avant tout de rendre hommage aux combattants qui avaient fait tant d’efforts et de sacrifices pour obtenir leur « indépendance ». Certes, et surtout dans le langage de l’époque, le choix de ce terme renvoyait à une façon d’aborder la guerre sous un angle politique. L’indépendance signifiait le refus de la soumission, l’affirmation d’une souveraineté déniée. Proclamer son indépendance revenait à faire une révolution comme celle des colons anglais d’Amérique du Nord en 1776. On utilisait d’ailleurs les deux termes à la fois pour nommer ces événements : révolution américaine ou guerre d’indépendance américaine. Alexis de Tocqueville dans L’Ancien Régime et la Révolution, en parlant d’un peuple qui cherche à établir lui-même son gouvernement, établit le parallèle entre révolution et indépendance. Les événements de France de 1789 y sont associés à un processus d’indépendance de la nation vis-à-vis du souverain4.

16Tout à leur satisfaction d’être libres de troupes françaises, les députés espagnols ne mentionnent pas les progrès politiques qu’ils ont permis grâce à leurs délibérations. Ils sont inscrits dans une constitution qui, de leur point de vue, prend la place de tout ce qui fut écrit avant eux. Ce qui leur paraît prodigieux est bien à ce moment la victoire contre Napoléon. C’est comme s’ils s’imaginaient vivre enfin sous le règne du nouveau régime qu’ils venaient d’instituer.

17Le retour en Espagne de Ferdinand VII signifie également le retour de l’ordre ancien. L’interprétation par le roi et par ses conseillers de ce qui s’était passé durant sa captivité s’en tient aux seuls actes qui correspondaient au combat contre les Français. Éliminant presque tout le reste qui avait pu motiver les Espagnols résistants, Ferdinand et les opposants aux Cortès renvoient justement les libéraux dans ce qui faisait leur différence vis-à-vis des autres patriotes.

18Les libéraux persécutés font figure de perdants de la conjoncture. Les individus les plus engagés voient leur existence totalement modifiée par les mesures prises après le mois de mai 1814 : certains sont emprisonnés comme Manuel Quintana ou Isidoro Antillón (qui en meurt), d’autres s’exilent comme le conte de Toreno. Ces hommes ne nous intéressent pas encore à ce stade de la réflexion puisqu’il est évident qu’ils vont cultiver, dans le ressentiment, une espèce de sacralité vis-à-vis de la révolution de Cadix et de regret pour une partie des patriotes qui les trahirent. Cette sacralité peut s’entendre comme une manière de justification des épreuves qu’ils endurent. Une forme de regret, d’incompréhension, une rancœur ne peuvent qu’émerger au point d’emporter même la figure idéale du roi dans ce mouvement de profonde déception.

  • 5 Voir l’étude détaillée d’un échantillon de ces documents dans mon article, « Una experiencia, compl (...)
  • 6 Je renvoie aux travaux et aux discussions sur la fixation terminologique de la période 1808-1814 so (...)

19Pour les partisans plus « ordinaires » du système libéral, la vie devient plus compliquée après 1814. Ils sont soupçonnés d’être des opposants à Ferdinand, ce qui est paradoxal quand on se rappelle que tous ont pris des risques au nom de la défense de ses droits au trône d’Espagne. Il est possible de suivre, grâce à un type de sources particulier, la façon dont certains vont présenter leur engagement dans la période. Les relaciones de méritos (relations des mérites), écrites par les prétendants aux charges d’alcaldes, de corregidores, de magistrats des audiences, présentent un curriculum vitae qui exprime les moments saillants de leur carrière antérieure. Il est possible, en lisant ce type de documents très normés, de déceler des nuances dans leur posture pendant la guerre. Bien évidemment, le patriotisme domine sous une forme tellement pure qu’elle n’indique pas grand-chose, sauf le pli imposé par le retour à l’ordre ancien. Il n’empêche, certains des prétendants avaient exercé des responsabilités sous le régime constitutionnel, en particulier comme juez de primera instancia (juge de première instance). Ils ont tendance à se focaliser sur l’aspect résistance contre l’envahisseur, aspect qui leur permet de continuer finalement de parler de liberté. On en repère d’autres qui présentent en 1820 des demandes pour réintégrer de nouveau des postes dans les municipalités constitutionnelles. Ils n’avaient pas été confirmés dans leurs fonctions lors de l’épuration des années 1814-1815 car jugés trop engagés dans la révolution libérale. Comparés aux autres, il est possible de voir comment pour eux la lutte patriotique n’était pas une lutte contre l’occupant mais bien plus une démarche globale pour accéder à la liberté : se libérer des Français et acquérir des libertés5. Ces différentes manières de représenter l’événement du point de vue de l’expérience personnelle des individus nous renvoient à toute la difficulté de nommer ce qui s’est passé. La polysémie a longtemps était la règle pour étiqueter la période 1808-1814. Déjà, les acteurs immergés dans la conjoncture utilisaient différentes appellations pour réunir sous un seul vocable ce qu’ils vivaient. Celui qui revenait le plus souvent était celui de « revolución », le plus souvent associé à un adjectif comme Santa, Gloriosa, Nuestra … Mais le terme de « guerra » semble l’emporter au fur et à mesure que les années de lutte passent. Le fait militaire est si prégnant qu’il efface l’impression de révolution vécue avec le soulèvement du printemps 1808. À Cadix, en revanche, avec les débats des Cortès, le terme de révolution prend un sens plus proche de celui que nous entendons aujourd’hui, le réservant aux ruptures majeures et irrépressibles d’un ordre politique. Toutefois, la notion d’indépendance, en vertu de sa capacité polysémique, n’a jamais cessé d’être maniée dans le discours patriotique6.

20Le Trienio Liberal a permis un retour des idéaux révolutionnaires de la résistance patriotique des années 1808-1812. Ferdinand VII est toujours là dans l’artifice de son acceptation des changements politiques. La fiction de 1812 valait du fait de l’absence du roi et les libéraux pouvaient faire dire à celui-ci ce qu’ils voulaient, alors qu’en 1820, l’effet de persuasion est totalement oblitéré par les années de répression qui précèdent. Justement, la problématique de 1820 n’est pas celle de 1812 et l’imaginaire de la position du roi n’est plus si ambigu.

  • 7 G. Dufour, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal.

21On le savait ouvertement réticent et si on voulait bien de lui pour souverain ce n’était pas parce qu’on s’était battu pour lui il y avait plus de six ans. Les libéraux s’interrogeaient avant tout sur l’échec de la première expérience libérale menée pendant la guerre. Le pays était en paix et il s’agissait pour eux de faire appliquer le programme prématurément interrompu du système constitutionnel avec un roi présent et contraint de donner son accord. L’œuvre de Cadix devenait pour certains d’autant plus sacrée qu’elle s’était fondée sur un peuple orphelin, sur une nation qui ne pouvait que compter sur elle-même. Certains libéraux, les « exaltés », vouaient un culte à la Constitution de 18127. D’autres avaient déjà pris leur distance avec les événements auxquels ils avaient participé. Ils n’avaient pas interprété de la même manière l’échec de 1814 et étaient prêts à envisager des modifications à ce premier libéralisme né pendant la guerre contre les Français. D’abord, ils avaient pris toute la mesure de la présence physique du roi et à ce titre historicisaient totalement la période 1808-1814 : le contexte avait radicalement changé. Ensuite, ils pensaient aux imperfections de ce libéralisme gaditan et souhaitaient le rendre plus compatible avec ce qu’ils avaient appris des autres libéraux européens. On les connaît sous le nom de « moderados » et l’un des plus connus, le comte de Toreno, a livré dans sa célèbre étude historique un travail de pensée sur l’époque qui a influencé le regard des Espagnols sur la guerre d’Indépendance.

III. — TORENO, LA CÉLÉBRATION DANS LA DISTANCE

22Toreno n’est pas le premier libéral à écrire sur le libéralisme mais il l’a fait de telle manière qu’il en a institué une forme de paradigme.

23En 1820, il fait paraître un petit ouvrage à Paris pour expliquer aux étrangers mais aussi à ses compatriotes qu’il n’était pas étonnant que les Espagnols recommencent une révolution. Ainsi commence son opuscule de 81 pages.

  • 8 Noticias de los principales sucesos ocurridos en el gobierno de España desde el momento de la invas (...)

La España de 1820 no es la España de 1808. Así se explican algunos al contemplar el impulso universal y casi simultaneado de esta nación para reivindicar su libertad perdida, el cual ha llenado de asombro y admiración no solo a los extranjeros, que no tienen ni pueden tener en general otros medios para juzgar el estado de una nación oprimida y sin lingua que los actos y operaciones de su gobierno, sino, lo que es mas notable, a muchos hijos de la patria, para quienes este suceso ha sido de nuevo extraordinario y maravilloso que para los extranjeros8.

24Et parlant de la « España del ano 8 », il poursuit : « El sentimiento de libertad estaba en todos los corazones, las ideas liberales en toda la clase ilustrada ».

  • 9 Je renvoie à la biographie de Toreno, très complète sur son itinéraire idéologique par J. Varela Su (...)

25Il rentre en Espagne à l’occasion du Trienio et retrouve son mandat de député pour les Asturies. Exilé au retour de Ferdinand VII en 1814, Toreno après un bref passage à Londres s’était installé à Paris. Ses compétences en français, sa culture, sa fortune et sa civilité lui avaient permis de rentrer en contact avec la haute société parisienne. Il avait également suffisamment de moyens intellectuels pour participer aux conversations des Benjamin Constant, des Auguste Comte, des Guizot. Ces premières années d’exil lui permirent de faire retour sur ce qu’il avait vécu à Cadix entre 1810 et 1813. À cette époque, il faisait partie des plus exaltés députés libéraux. Asturien élevé dans une famille typique de l’aristocratie éclairée, il s’était lié avec des personnes plus âgées qui s’engagèrent dans la version la plus progressiste du mouvement de résistance comme Agustín de Argüelles. Ses prises de position sont à l’époque intransigeantes sur les fondements de la révolution, à savoir la souveraineté nationale et ce que nous nommerions la démocratie représentative. Il prend position également de manière radicale sur la réforme du régime de la terre, l’abolition des droits seigneuriaux et de l’Inquisition9.

  • 10 Par exemple : A Narrative of the Campaings of the Loyal Lusitanian Legion.
  • 11 Une des visions les plus dépréciative peut se lire sous la plume de l’abbé de Pradt dans Mémoires h (...)

26Alors que vient de se produire le rétablissement du régime constitutionnel de Cadix à la suite du Pronunciamiento de Riego en janvier 1820, Toreno écrit rapidement le petit ouvrage précédemment évoqué sur la défense de l’œuvre des Cortès où il réfute très clairement diverses assertions concernant la manière dont les Espagnols menèrent leur lutte et leur révolution. Il s’en prend régulièrement, mais rarement frontalement, aux auteurs anglais. En effet, plusieurs ouvrages en anglais étaient parus, écrits principalement par des témoins qui minoraient le rôle des patriotes espagnols dans la victoire de leur pays sur les troupes impériales10. En France, des commentateurs et des mémorialistes faisaient publier des livres qui tendaient à déprécier leur ennemi de l’époque11. Confrontés à la révolution de 1820, de nombreux observateurs montraient un certain étonnement, surpris de voir les Espagnols capables de rechercher et d’atteindre un état de liberté. Répondre aux détracteurs d’une Espagne vouée au despotisme fut certainement la première motivation de Toreno. C’est ce qui l’engagea à développer une argumentation qui tenait liés le mouvement patriotique et le processus révolutionnaire. Il y développait la nécessité d’un changement politique allié à la lutte contre l’envahisseur. Il montrait que les Espagnols n’avaient pas été si stupides pour se sacrifier pour un régime qui avait montré son impuissance à sauvegarder le pays. Les patriotes ne voulaient pas le maintien de l’ancien système qui avait prouvé sa faillite et les Cortès de Cadix avaient tenté de répondre à cette demande. Toreno n’hésitait pas dans ce premier texte à présenter les défauts des mesures prises par les Cortès et ceux contenus dans la Constitution. Il invoquait l’inexpérience et le goût immodéré pour les grandes idées plutôt que pour le pragmatisme.

  • 12 E. La Parra, Los cien mil hijos de San Luis.
  • 13 J. -Ph. Luis, L’utopie réactionnaire.
  • 14 R. Southey, History of the Peninsular War ; C. Clarke, An Examination of the Internal State of Spai (...)
  • 15 En 1824, Beauchamps a publié plusieurs de ces témoignages dans Mémoires relatifs aux révolutions d’ (...)

27À partir de 1827, Toreno commence son grand œuvre, cette fois non pas pour expliquer les événements présents mais bien pour raconter le passé. Le processus qu’il démontrait comme inéluctable en 1820 est alors comme en panne. En 1823, l’opération militaire dirigée par le duc d’Angoulême, chargée de rétablir Ferdinand dans ses droits de roi absolu met fin à la période constitutionnelle12. Une répression et une épuration plus féroce que celle de 1814 s’abat dans un premier temps sur les responsables politiques et militaires libéraux13. Toreno a quitté l’Espagne dès 1822, quand les premiers signes de la guerre civile entre royalistes et libéraux sont apparus. Les espérances déçues de nouveau, les exils, les échecs de soulèvements à l’intérieur de l’Espagne semblent indiquer l’impossible régénération et modernisation de ce pays. De plus, de nouvelles publications sur l’histoire de la période 1808-1814 en France et en Angleterre soit dénigrent l’engagement et la valeur militaire des Espagnols dans la libération de la Péninsule14, soit méprisent le caractère conservateur, voire archaïque des patriotes15.

  • 16 Je renvoie à mon étude sur le livre de Toreno en introduction à sa réédition par Ugoiti editores : (...)

28Dans la Historia del levantamiento, guerra y revolución de España, publiée de 1835 à 1837, on lit une présentation du libéralisme qui a fini par faire autorité. Elle est devenue une des sources des origines du libéralisme et « source » au double sens de naissance et de base, y compris documentaire. Il est vrai que la somme d’informations contenue dans ce livre de 5 volumes dans la première édition (sans illustration) impressionne et pousse le lecteur à faire confiance à son auteur : une telle offre de faits précis ne peut être que le produit d’une érudition magistrale et incontestable. Les mentions régulières de Toreno concernant son impartialité ajoutent encore à l’effet de vérité du récit. Sa force de conviction tient dans la rigueur avec laquelle il est mené et les capacités d’évocation mobilisées. Dans les portraits et les descriptions, Toreno prouve qu’il maîtrise son sujet. La lecture de son texte fait émerger un pouvoir de la langue qui ne serait détenu que par ceux qui ont côtoyé de près le signifié. L’autorité de l’auteur est contenue dans la proximité qu’il peut créer entre l’événement et le lecteur à travers la relation de détails qui forcent l’accord sur le degré de réalité et donc de vraisemblance de son récit. Les informations sont touffues pour montrer à quel point les éléments du récit ont été recensés, pesés. Noms de personnes, de lieux, chronologie fine, rien ne doit manquer aux pièces du dossier qu’il instruit. Ces données, parfois fastidieuses pour le lecteur contemporain ou à l’inverse une mine pour l’historien, deviennent dans l’esprit des premiers commentateurs une preuve qu’elles opèrent comme caution à la vérité — au sens du véridique — de ce qu’ils lisent. Elles interviennent aussi pour donner sens à l’ensemble puisque chacun se laisse porter par un tel récit construit de manière aussi minutieuse16.

  • 17 Un des premiers commentateurs de la Historia del leventamiento, guerra y revolución de España, Anto (...)
  • 18 La réédition de la Historia dans la Biblioteca de Autores Españoles date de 1957, d’après celle éta (...)

29Il est assez facile depuis notre niveau de connaissance historiographique de la période de remettre en cause l’impartialité proclamée par l’auteur17. L’histoire de Toreno est partisane mais ce qui nous intéresse ici c’est son succès et sa postérité. Écrite par un libéral engagé, certes moins exalté que dans ses années de jeunesse mais toujours convaincu que cette idéologie est celle qui convient le mieux à lui-même et à son pays, la Historia… n’en est pas moins reprise par des auteurs de toutes opinions, rééditée régulièrement même dans les périodes où un certain degré de conservatisme règne18.

30Une opération singulière qui structure tout l’ouvrage, peut permettre, entre autre, de comprendre ce succès et cette postérité. Il me semble que l’on pourrait la résumer par cette formule : « les deux visages du devenir ajourné de l’Espagne ». Toreno parle à la fois d’une nation inventée dans la lutte contre l’étranger et d’une révolution offerte aux combattants et même à ceux qui ne combattaient pas.

31Pour joindre ces deux visages, il insiste par un jeu de balancier sur l’un et puis sur l’autre. Il divise son récit afin d’offrir à chacun de ses lecteurs un moyen de rentrer dans son texte par l’un ou l’autre. L’alternance entre les passages qui renvoient au patriotisme et ceux qui renvoient à la révolution est redoublée par le dispositif éditorial très pratiqué à cette époque : dans la marge quelques mots présentent le ou les paragraphes comme un sommaire en série. Sans avoir besoin de recourir à une table des matières numérotée, le lecteur peut parcourir le livre en ne prenant en compte que ce qui l’intéresse : les batailles, les héros locaux de la guérilla, les débats des Cortès, les souffrances de la population… Et finalement chacun peut y lire l’histoire de la guerre d’Indépendance qu’il veut lire. À rebours du vœu initial de Toreno, sa manière d’écrire permet la construction de récits secondaires partiels mais en même temps elle lui assure une pérennité qu’aucune œuvre sur la période n’obtint.

32Pour ceux qui ont gardé de leur expérience ce souvenir d’un mouvement indissociable, le livre Toreno peut s’imposer dès sa parution comme celui qui construit l’origine, celui qui fonde un présent par toutes les ramifications précises entre les vécus et les idées, entre les postures individuelles démultipliées au fil de ses pages et les enjeux généraux tout autant détaillés. Suivant un plan chronologique, il insiste sur l’imbrication des problèmes militaires et politiques même si pour des raisons évidentes d’écriture, il est amené à les distinguer dans le sommaire des 24 livres (ou chapitres) qui constituent l’ensemble de l’œuvre. Ainsi le livre 13, qui traite uniquement des premiers mois de l’assemblée des Cortès à Cadix, s’intercale entre celui qu’il consacre aux campagnes du Portugal, de Catalogne et à l’ampleur prise par les partidas de guerrilla dans les provinces occupées et celui qu’il consacre aux campagnes d’Andalousie et d’Estrémadure durant l’hiver 1810-1811.

33S’attachant chaque fois qu’il le peut à donner les noms, les indications les plus précises possibles, il fait ressurgir ce temps passé dans toute sa touffeur. Il fonde ce présent-là de la guerre d’Indépendance parce qu’il écrit un événement à partir des expériences, parce qu’il fait des expériences un événement. Il va même plus loin : il écrit ce que devrait en être la mémoire. Même si de notre point de vue, il serait plutôt dans la représentation, il se situe dans la restitution du moment originel.

34Toutefois, Toreno accompagne de commentaires sa manière si aiguë de rendre présents les éléments qui relatent l’origine. Ce commentaire signale toute la distance qui n’en fait qu’une construction.

35Sans exagérer la portée du texte de Toreno comme « origine » de la construction des origines, sa démarche comporte tous les ressorts qui fonctionnent dans les mythes. Parler de mythe à ce sujet, c’est d’abord parler d’un travail de fond opéré sur l’événement pour en dégager ce qui peut en expliquer le déroulement. Le mythe pose une origine et un sens au temps qui se déroule ensuite. L’opération mythologique provoque une distorsion inévitable entre la manière dont se sont déroulés les faits et la manière de les raconter. Dans cet écart, se joue plus une envie de croire qu’une envie de savoir. Le mythe de la nation espagnole révélée à elle-même au cours du soulèvement de 1808 répondait certainement à ce que nombre de contemporains voulaient voir advenir et qui séduisit, par la suite, ceux qui n’avaient pas pu le rêver faute d’y être impliqués. De même, le second mythe, celui du libéralisme espagnol, correspondait au vœu des vaincus de 1814, refoulant l’échec dans la projection d’un idéal inévitablement à venir, idéal que leurs successeurs pouvaient à leur tour reprendre. Mais un mythe historique ne s’impose comme tel que s’il contient à la fois vraisemblance et narcissisme. Pour y croire, il faut qu’il y ait un effet de réel et un effet de miroir. À l’enchevêtrement des événements se substitue une trame de faits s’enchaînant d’eux-mêmes en vertu de leur propre nature. La « nature » de l’événement devient transparente à celui qui le relit. Il acquiesce quand cette naturalisation lui présente l’image d’un idéal. La Historia… a joué un rôle forcément déterminant dans l’opération mythologique à la fois parce qu’elle jouait sur de multiples effets de réel et sur des commentaires essentialistes. De plus, par la rigueur de son récit, de la conception à la rédaction, elle pouvait apparaître comme une autorité. La Historia a très vite fait autorité favorisant en même temps la diffusion des mythes. Il faudrait prolonger l’analyse avec d’autres types de sources que je ne peux ici, à ce moment de mes recherches, développer plus avant, sauf que la lecture de ces archives qui me sont chères depuis quelques années, les relaciones de méritos, m’incite à penser que la démarche de Toreno peut s’écrire sur un mode mineur chez beaucoup de ceux qui ont participé au même processus qui, à l’époque, les faisait combattre à la fois contre les Français et pour plus de liberté.

  • 19 Pour poursuivre la réflexion et citer des auteurs qui m’ont inévitablement inspiré, voir P. Ricœur,(...)

36Le travail de mémoire historique, à la croisée de la conservation et de la représentation, se dévoile chez Toreno sous une forme qui mêle les préoccupations documentaires, les commentaires personnels et les analyses intellectuelles. En arrière-plan, le lecteur saisit la démarche qui montre la distance et la conjure à la fois. Il sublime la mémoire en en faisant de l’histoire (presque l’inverse de ce que nous faisons de plus en plus à savoir sublimer l’histoire par la mémoire19).

IV. — LES MANIÈRES D’INVENTAIRE DU SUBLIME HÉRITAGE

  • 20 Historia política y militar de la guerra de la Independencia de España contra Napoléon Bonaparte de (...)

37Tous ces procédés de construction des origines supposent une nécessaire opération de sélection qui pourrait s’apparenter à un droit d’inventaire. Ceci est d’autant plus marqué dans le cas de la guerre d’Indépendance puisque celle-ci trouve sa place dans l’histoire globale de l’Espagne principalement par le biais du travail d’historiens ouvertement libéraux. Si l’on excepte Muñoz Maldonado mandaté par Ferdinand VII pour écrire les événements qui s’étaient déroulés en son absence20, les principales œuvres qui paraissent au XIXe siècle sont produites par des partisans du progrès politique qui passe nécessairement par le libéralisme. Le « paradigme torénien » (résistance et révolution) semble faire consensus au point qu’une certaine vulgate se trouve instituée dès les années 1840-1850. Le consensus s’établit autour de la question de la nation espagnole. Les libéraux et les post-libéraux dégagent rapidement de la masse des informations disponibles encore sur la période tout ce qui permet de valoriser le caractère national de l’événement. National avec, une fois encore, toute la polysémie que peut contenir un tel qualificatif. Les plus libéraux y lisent « nation souveraine », les moins libéraux y lisent « peuple en action ».

  • 21 Historia General de España aumentada con todos los sucesos que comprenden la historia de su levanta (...)
  • 22 Cayetano Rosell y Lopez (1817-1883) réalise là un de ses premiers travaux avant même de commencer s (...)
  • 23 C. Rosell, Historia General, p. 280.

38Les premières continuations de la Historia General de España initiée par le padre Mariana au XVIIe siècle sont rédigées par des auteurs ouvertement favorables aux libéraux. La première est éditée par une « sociedad literaria »21. Cayetano Rosell se serait chargé de cette tâche22. Les 8 volumes sont livrés au public entre 1841 et 1843. Les emprunts à Toreno sont avoués dans le sous-titre. La lecture des cinq chapitres consacrés à la guerre d’Indépendance montre de manière limpide ce qui fut sélectionné par Rosell. Tout d’abord, son style se veut encore plus distant que celui de Toreno : moins d’expressions exclamatives, une certaine retenue pour narrer les moments qui pourraient apparaître comme les plus glorieux de la lutte. La divergence principale se fait autour de deux points : l’image de Ferdinand VII et l’œuvre constitutionnelle. Si Toreno semble curieusement ménager le roi (alors qu’il dut s’exiler par sa faute pour éviter la prison, voire la mort en 1814), Rosell en fait le responsable des maux de l’Espagne. Quant à la Constitution de 1812, elle est à peine présentée. Le lecteur reste ignorant du détail des réformes. Il sait simplement, mais cette formule nous intéresse particulièrement, que « la reunión de las Cortès se miraba como el periodo y el medio de la regeneración de España23 ». Un certain désenchantement est sensible dans les dernières lignes qui racontent la chute du régime libéral :

  • 24 Ibid., p. 301.

… Puesto Fernando a la cabeza de un partido fanático y furibundo mas bien que a la cabeza de la nación que acababa de salvarle24.

39Ce que tout lecteur pouvait décoder dans les propos de Rosell, c’est que 1808 avait initié un cycle que le retour de Ferdinand avait voulu clore sans le pouvoir vraiment puisque son dernier chapitre traite l’ensemble du règne de Ferdinand VII et comprenait donc le Trienio et l’ouverture politique que représente la régence de Marie-Christine, à partir de 1832.

  • 25 Historia de la Guerra de España contra el emperador Napoleón por un presbitero.

40Juan Díaz de Baeza, un prêtre qui participa au soulèvement de León en 1808, lecteur enthousiaste de Toreno, se lance dans une édition abrégée de l’histoire de la guerre d’Indépendance25. Regrettant le prix de l’œuvre de Toreno que « todo español debiera tener y conservar una obra tan preciosa », il se propose d’en offrir une plus limitée au public, et donc moins chère. Les coupes par rapport au récit de Toreno se repèrent principalement dans la partie politique. Díaz de Baeza n’insiste pas sur le processus révolutionnaire. C’est avec une grande précaution et pas mal de silence qu’il présente le travail des Cortès. Les noms des grandes figures du libéralisme ne sont pas cités. Les débats ne sont pas explicités. Il se justifie de cette mise à distance dans le récit des affaires politiques : la Constitution de Cadix divise la nation espagnole depuis 33 ans, mais s’il en parle malgré tout c’est qu’elle a influencé le cours de son histoire. Díaz de Baeza reprend en l’accentuant une des thèses de Toreno concernant le rétablissement de l’ancien ordre, à savoir celle d’un roi manipulé par des opposants intrigant contre le régime constitutionnel. Il va un peu plus loin dans la déresponsabilisation de Ferdinand VII tout en se plaçant comme un partisan de la liberté, « derecho de todo individuo » ainsi qu’il le précise dans sa dernière phrase concluant sur le regret que l’Espagne fut alors privée de ce droit. Díaz de Baeza n’est pas à proprement parler un libéral ou alors d’une telle modération qu’il passe inaperçu aux yeux des véritables libéraux. Ce qui importe dans son travail de diffusion de l’histoire des années 1808-1814, c’est la reprise à la lettre de la construction du mythe national libéral : un peuple unanime qui se soulève spontanément pour son indépendance contre ceux qui veulent lui imposer un régime dicté hors de son consentement.

  • 26 Guerra de la Independencia, narración histórica de los acontecimientos de aquella época… Après cet (...)
  • 27 Príncipe a publié l’année suivante un petit livre mêlant narration historique, dérision et fan-Prín (...)
  • 28 A. Príncipe, Guerra de la Independencia, t. II, p. 46.

41L’ambition de Miguel Agustín Príncipe est plus grande que celle de Rosell et de Díaz de Baeza. Il s’est lancé dans une histoire de la période 1808-1814 qu’il développe sur près de 1 500 pages, égalant pratiquement celle de Toreno en volume. Dans Guerra de la Independencia26 paru en 1844, Príncipe s’inspire largement du texte de Toreno et procède même plusieurs fois à une copie presque parfaite des passages du soulèvement des provinces. Il insiste surtout, tout comme Toreno sur le lien entre processus révolutionnaire et résistance patriotique, pour « confundir en una sola la causa de la independencia y la causa de la libertad » (t. III, p. 97). Dans un de ces premiers livres aussi complet que la Historia… paru après elle nous retrouvons tous les accents patriotiques de la geste de l’indépendance : « magnífico espectáculo de su insurrección sacrosanta » ; « aquella guerra tenaz, vigorosa, sublime, sin ejemplo en los anales de la historia » (t. II, p. 104) et la mention des actions de la guérilla : « considerada militarmente la nación española hubiera sucumbido en la lucha, a haberse verificado solamente de ejercito a ejercito » (t. II, p. 463). Des chapitres isolés sont consacrés aux activités des Cortès : les réformes, la Constitution, les débats internes entre les partis et la question de l’émancipation des Amériques. Dans le contenu, on retrouve les deux différences notables déjà repérées dans les chapitres de Rosell vis-à-vis de la représentation torenienne de l’événement. Ferdinand VII est abondamment critiqué27. La seconde différence de points de vue fondamentale est le désir de reprise du processus révolutionnaire. Pour cet auteur, la révolution n’a jamais été achevée et doit l’être. Concluant le récit du sacrifice de Daoíz y Velarde le 2 mai à Madrid, il lance à leur adresse : « La nación por quien disteis la vida no ha recogido aun el fruto de vuestro holocausto. »28

42En 1849, paraît une nouvelle édition de la Historia General de España cette fois

completada con todos los sucesos que comprenden el escrito clásico sobre el reinado de Carlos III por el conde de Floridablanca, la historia de su levantamiento, guerra y revolución por el conde de Toreno y la de nuestros días por Eduardo Chao.

  • 29 Eduardo Chao (1821-1887) participa au soulèvement de 1840 et fut emprisonné en 1843. Plus tard il e (...)

43Le tome V, qui ne sort qu’en 1851, est consacré aux règnes de Charles IV et de Ferdinand VII. Tout comme la précédente édition portant le même titre de Historia General, la narration est en fait une réécriture du texte de Toreno mêlée à d’autres emprunts avoués, principalement chez Foy et Príncipe. Eduardo Chao qui en est responsable est connu pour son engagement républicain et pour sa passion pour la presse et l’histoire29. Sa réécriture ne se base pas sur celle réalisée par Rosell quelques années auparavant car nous sommes face à deux entreprises éditoriales distinctes. On y retrouve sans surprise les traits les plus marquants du récit torenien, c’est-à-dire ceux qui démontrent l’association entre lutte patriotique et progrès politique.

  • 30 E. Chao, Historia General de España, t. V, p. 163.

Mueran los franceses, viva Fernando VII, fueron, al principio el grito universal de surrección, grito que significa a la vez : la condenación de la administración y la privanza de Godoy, y la esperanza de un urgente mejoramiento30.

44La teneur générale de l’ouvrage apparaît plus démocratique que celle de la Historia… et beaucoup plus axée sur le politique que la précédente édition de la Historia General. Les jugements nuancés sur la Constitution laissent la place à des justifications, des défenses, des excuses pour chaque mesure prise, même les plus controversées. Les Cortès ne sont plus seulement idéalisées mais apparaissent comme sacralisées. Elles sont les premières manifestations de la nation libérale et sont donc intouchables. Chao reprend les arguments de Toreno qui avait utilisé la métaphore de l’immaturité : les Espagnols libres de 1808 n’étaient encore que des enfants. Sans surprise, Chao ne ménage par Ferdinand VII, il va même plus loin que Príncipe. Comme dans la Guerra de España contra Napoleón, le narrateur ne peut s’empêcher de mettre en parallèle le soulèvement qui se fit au nom de ce roi « deseado » en 1808 et la brutale restauration de l’ordre ancien qu’il imposa en 1814.

  • 31 Ibid., p 170.

La patria, la religión, la libertad, las leyes, el porvenir, la honra de los españoles, todo quedó resumido en este grito universal : viva Fernando ! dichoso mortal ! infortunado pueblo !31

  • 32 M. Lafuente, Historia General de España.
  • 33 J. Pérez Garzón, « Estudio preliminar », p. iv.
  • 34 Le principal engagement de Lafuente fut la rédaction du journal satirique Fray Gerundio qu’il comme (...)

45Pour clore ce cycle des premières histoires consacrées à la guerre d’Indépendance après la parution de celle de Toreno, je pense devoir terminer par l’œuvre de Modesto Lafuente dont la publication commence en 1850 et se termine en 1867, un an après la mort de son auteur. Lafuente se charge d’une nouvelle édition de la Historia General de España. Les tomes XXIII à XXVI concernent la période des règnes de Charles IV et de Ferdinand VII et sont publiés de 1860 à 186232. Les emprunts à Toreno sont fréquents et indiqués par l’auteur : citations, précisions, discussions de points de vue. Sur le fond, en libéral convaincu, Lafuente maintient toujours l’association résistance patriotique et progrès politique. Mais, avec l’aide de documents nouveaux, il amende certaines assertions de Toreno. Déjà avec Lafuente, l’historien marque son territoire par une technique propre, une méthode particulière. L’écriture historique commence à se codifier en généralisant l’usage des notes de bas de pages pour citer les documents ou les autres historiens utilisés dans le corps du texte. L’histoire est en train d’inventer son langage de science reconnaissable à des signes et des procédures bien distincts de la fiction. Il bénéficie aussi de la professionnalisation de l’histoire avec ses archives et ses bibliothèques organisées pour faciliter la collecte et la consultation de l’information. Mais Lafuente est à la charnière d’une histoire édifiante et d’une histoire savante. Il est encore un écrivain pour qui l’érudition historique n’est que le moyen de faire passer des idées de son temps33. La question de la liberté, de la construction d’une nation libre et moderne est son obsession. La période de la guerre d’Indépendance lui offre ainsi un vaste domaine pour pousser plus loin son dessein commencé par « les origines de la nation espagnole ». Libéral militant dans son ouvrage, plus que dans sa vie34, Lafuente écrit sous la dictée du libéralisme. Il passe régulièrement au commentaire après des séries de présentation de faits positifs et retrouve la veine du discours patriotique tout comme le faisait Toreno.

  • 35 M. Lafuente, Historia General, t. XVII, p. 268.

… Y consuelo al historiador español ver como al mismo tiempo que en los angulos todos de la monarquia se derramaba sin economia sangre por defender la independencia nacional, en un extremo y angosto recinto de la Peninsula se trazaba, se construia, se levantaba el grandioso edificio de la regeneración política de España, con admiro y asombro, no de la Europa solamente sino del mundo todo que nos estaba contemplado 35.

46Indissociable de la lutte, l’œuvre constitutionnelle, tout en étant peu explicitée, est sacralisée sur un mode qui rappelle celui de Chao :

  • 36 Ibid., p. 269.

Admirable en las circunstancias en que fue elaborado, venerable y respetado siempre, al traves de los defectos proprios de aquellas circunstancias, monumento de gloria para España36.

47L’historicisation des Cortès de Cadix marque bien la fin d’un cycle. À la différence de ce qui pouvait se lire vingt-cinq ans plus tôt, la Constitution n’est plus une construction à achever. Elle est une étape et pas n’importe laquelle : la première (« l’origine ») de ce cheminement tortueux de la nation espagnole vers son émancipation politique. Cette étape, marquée par la conjoncture, est à conserver dans les mémoires pour ce qu’elle fut en son temps. Lafuente vise l’édification des générations qui n’ont pas connu cette période. Il cherche à éduquer les citoyens de la future Espagne vraiment libérale au moyen des exemples passés. La Constitution de Cadix n’est un modèle valable que pour les circonstances dans lesquelles elle a été pensée. En revanche, elle recèle une dimension d’exemplarité pour montrer comment l’essence libérale de la nation espagnole a pris forme à ce moment-là. Avec Lafuente, nous entrons dans une façon de fabriquer l’histoire qui penche vers la célébration du passé à but politique. L’historien sert un idéal en proposant dans le passé ce qui en montre la pertinence. De plus en plus professionnel, il acquiert une autorité auprès des politiques et des citoyens éclairés, se singularisant vis-à-vis des autres écrivains et des théoriciens.

  • 37 Il s’agit là d’une hypothèse que je ne peux travailler plus profondément pour l’heure et qui ne me (...)

48Ces différents auteurs que nous venons de citer sont aussi plongés dans leur propre contemporanéité : alors que le régime libéral devient la norme à la tête de l’État, des pans entiers de la société résistent jusqu’à déclencher des guerres civiles comme les carlistes. Pour ces historiens au service d’un idéal, le passé est convoqué pour faire gagner le présent. L’historien est celui qui donne le sens, la direction en sélectionnant ce qui s’est passé. Le camp adverse semble s’être désintéressé de la période 1808-1814, laissant son historiographie naissante aux seules plumes libérales37.

49Autant la révolution de Cadix est l’origine de ce qui sera bon pour l’Espagne actuelle autant ceux qui la racontent n’en cherchent pas à faire un point de rupture dans l’histoire générale du pays. Tout comme chez Toreno, les historiens de la guerre d’Indépendance prennent soin de montrer ce qui ressort d’un fond immuable du peuple espagnol, ce qui revient au caractère fondamental espagnol dans ce processus progressiste. Il y aurait ainsi en Espagne une sorte d’essence libérale plus ou moins apparente, plus ou moins déformée selon les circonstances. Ils écrivent l’avènement d’une origine, dans la représentation de cet événement majeur que fut le soulèvement des provinces espagnoles et ce qui en découla, en le reliant à une généalogie, une filiation qui dépasse la simple conjoncture ou « l’air du temps des révolutions atlantiques ».

V. — UNE RÉVOLUTION FANTASMÉE : LES ORIGINES PATRIOTIQUES DU LIBÉRALISME

50Avec la guerre d’Indépendance, une nouvelle ère s’ouvre : la révélation de la nation espagnole à elle-même. Jamais en effet, pour ces auteurs et certainement pour leurs lecteurs, les Espagnols ne se sont jamais aussi sentis membres d’une seule et même communauté, ce que l’on appelle alors avec évidence une nation.

51Les récits de Agustín Príncipe, de Díaz del Baeza, de Rosell ou de Chao, pour ne citer que ceux que j’ai étudiés assez profondément, montrent à cet égard des manières différentes de faire le tri dans ce qui est plus libéral, moins libéral, ce qui serait de l’ordre du succès ou de l’échec.

52S’impose à tous le rôle du peuple dans le soulèvement : cet effort de libération devient le point de départ de toute liberté, elle-même source du mouvement libéral. Il y eut révolution libérale parce que les Espagnols voulaient se libérer et par une sorte de jeu de mots se libérer et être libres faisaient équivalences dans le domaine politique. Se libérer des Français et se libérer des tutelles de l’Ancien Régime étaient associés à la liberté de sa patrie et aux libertés publiques. L’artifice sémantique était redoublé par une opacité du regard vis-à-vis de ce que contenait de plus conservateur le mouvement de résistance des Espagnols.

53Dans cette manière de joindre l’idéal libéral à l’événement majeur que venait de représenter la lutte armée contre l’envahisseur français, les historiens libéraux des années 1840 établissaient les conditions du mythe. Ce processus comportait deux autres facettes : la revendication d’un héritage et son corollaire, le droit d’inventaire. En s’associant par leur écriture aux patriotes des années 1808-1814, ces auteurs plaçaient leur lecteur dans le système de transmission des expériences et des faits les plus marquants. Les formules utilisées pour relater des événements extraordinaires tendaient à réduire la distance et à provoquer l’empathie. La filiation s’établissait par la médiation d’une écriture qui parlait de l’édifiant, de l’exemplaire, de l’originel réalisés par des personnes aussi peu éloignées du lecteur que leurs propres parents.

54L’unanimisme rêvé de Toreno, inspiré du discours patriotique de l’été 1808, est toujours resté un ressort fondamental du récit libéral. L’opération décisive est bien celle d’une articulation entre résistance et révolution, prolongée ainsi par le travail de représentation des historiens du milieu du XIXe siècle en l’établissement d’une équivalence entre patriotisme et libéralisme.

Notes

1 J’ai travaillé ailleurs cette question de l’intérieur même des faits, reprenant les traces qui nous en restaient à travers les archives, traquant ce qui faisait qu’il s’agissait bien d’un événement (R. Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne). Je tente ici de modifier l’angle d’approche en poursuivant la réflexion menée autour de la mémoire de la guerre d’Indépendance, réflexion sollicitée en premier lieu par la célébration du bicentenaire de 1808, voir R. Hocquellet, « Una experiencia compleja ».

2 Voir dans cet ouvrage la contribution de C. García Monerris « La culture constitutionnelle en Espagne à la veille de 1812 », pp. 75-89 ainsi que l’article « Liberalismo » dans J. F. Fuentes et J. Fernández Sebastián, Dicccionario político y social del siglo XIX, pp. 413-428.

3 Archivo del Congreso de los Diputados (ACD), Madrid, Impresos, leg. 4, n° 113.

4 A. de Tocqueville, « Préface » à L’Ancien Régime et la Révolution, p. 52.

5 Voir l’étude détaillée d’un échantillon de ces documents dans mon article, « Una experiencia, compleja ».

6 Je renvoie aux travaux et aux discussions sur la fixation terminologique de la période 1808-1814 sous l’expression « Guerre d’Indépendance » dans : J. Álvarez Junco, Mater dolorosa et R. García Cárcel, El sueño de la nación indomable.

7 G. Dufour, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal.

8 Noticias de los principales sucesos ocurridos en el gobierno de España desde el momento de la invasión de 1808 hasta la disolución de las Cortes ordinarias en 1814, por un español residente en Paris.

9 Je renvoie à la biographie de Toreno, très complète sur son itinéraire idéologique par J. Varela Suanzes-Carpegna, El conde de Toreno.

10 Par exemple : A Narrative of the Campaings of the Loyal Lusitanian Legion.

11 Une des visions les plus dépréciative peut se lire sous la plume de l’abbé de Pradt dans Mémoires historiques sur la révolution d’Espagne.

12 E. La Parra, Los cien mil hijos de San Luis.

13 J. -Ph. Luis, L’utopie réactionnaire.

14 R. Southey, History of the Peninsular War ; C. Clarke, An Examination of the Internal State of Spain.

15 En 1824, Beauchamps a publié plusieurs de ces témoignages dans Mémoires relatifs aux révolutions d’Espagne.

16 Je renvoie à mon étude sur le livre de Toreno en introduction à sa réédition par Ugoiti editores : R. Hocquellet, « Relato, representación e Historia ».

17 Un des premiers commentateurs de la Historia del leventamiento, guerra y revolución de España, Antonio Alcalá Galiano, n’est pas dupe de l’impartialité proclamée par l’auteur mais l’en dédouane en quelques mots : « Que un historiador contemporaneo sea totalmente imparcial es cosa imposible » (A. Alcalá Galiano, Obras escogidas, t. II, p. 449).

18 La réédition de la Historia dans la Biblioteca de Autores Españoles date de 1957, d’après celle établie par Leopoldo Augusto de Cueto en 1872.

19 Pour poursuivre la réflexion et citer des auteurs qui m’ont inévitablement inspiré, voir P. Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli ; J. Rancière, Les mots de l’histoire ; M. -Cl. Lavabre, « Entre histoire et mémoire ».

20 Historia política y militar de la guerra de la Independencia de España contra Napoléon Bonaparte desde 1808 hasta 1814.

21 Historia General de España aumentada con todos los sucesos que comprenden la historia de su levantamiento, guerra y revolución escrita por el conde de Toreno, y las de los demas escritores de nuestros dias hasta el Pronunciamiento de 1° de septiembre de 1840, Madrid, M. González, 1841-143 (8 vol.). J’ai travaillé sur la réédition de 1845, à Barcelone par la « imprenta del Imparcial ».

22 Cayetano Rosell y Lopez (1817-1883) réalise là un de ses premiers travaux avant même de commencer sa carrière de bibliothécaire et d’archiviste. Il sera par la suite, à l’Académie d’Histoire (réception en 1856), un des promoteurs de la professionnalisation de l’histoire en Espagne. Son itinéraire politique le classe parmi les libéraux progressistes (A. Moreno Pato, « D. Cayetano Rosell y López »).

23 C. Rosell, Historia General, p. 280.

24 Ibid., p. 301.

25 Historia de la Guerra de España contra el emperador Napoleón por un presbitero.

26 Guerra de la Independencia, narración histórica de los acontecimientos de aquella época… Après cet ouvrage, la dénomination « Guerra de la Independencia » s’impose pour qualifier la période 1808-1814 (J. Álvarez Junco, Mater dolorosa, p 128).

27 Príncipe a publié l’année suivante un petit livre mêlant narration historique, dérision et fan-Príncipe a publié l’année suivante un petit livre mêlant narration historique, dérision et fantaisie : Tirios y Troyanos. Il s’y permet plusieurs traits irrévérencieux, fustigeant « las dos caras de Fernando VII » et sa grande lâcheté.

28 A. Príncipe, Guerra de la Independencia, t. II, p. 46.

29 Eduardo Chao (1821-1887) participa au soulèvement de 1840 et fut emprisonné en 1843. Plus tard il est encore très actif dans les événements révolutionnaires initiés par les républicains comme lors de la révolution de 1854. Sénateur durant le Sexenio revolucionario, il occupe la charge de ministro de Fomento (1873). Son œuvre se partage entre des textes sur l’histoire contemporaine de l’Espagne et sur le développement économique principalement de sa région natale, la Galice (G. Pasamar Alzuria et I. Peiró Martín, Diccionario de historiadores españoles contemporáneos).

30 E. Chao, Historia General de España, t. V, p. 163.

31 Ibid., p 170.

32 M. Lafuente, Historia General de España.

33 J. Pérez Garzón, « Estudio preliminar », p. iv.

34 Le principal engagement de Lafuente fut la rédaction du journal satirique Fray Gerundio qu’il commença à León en 1837 et qui connut un grand succès populaire. Il critique dans ses pages principalement les gouvernements modérés, donc celui de Toreno quand il fut ministre et chef du cabinet en 1837 et 1838.

35 M. Lafuente, Historia General, t. XVII, p. 268.

36 Ibid., p. 269.

37 Il s’agit là d’une hypothèse que je ne peux travailler plus profondément pour l’heure et qui ne me satisfait pas totalement : je renvoie aux travaux de J. -C. Martin et de P. Rújula qui étudient la dialectique révolution/contre-révolution montrant bien que les deux se nourrissent mutuellement (Nation, révolution et contre-révolution ; Contrarrevolución, realismo y carlismo en Aragón y el Maestrazgo, ainsi que sa contribution au présent ouvrage).

Auteur

Université Paris 1 - Sorbonne

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540