Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

Introduction

La lettre diplomatique à la croisée des genres

Hélène Sirantoine

Texte intégral

  • 1 Guyotjeannin, 2008, p. 20.

1À l’occasion d’une journée d’étude consacrée en 2003 à « la lettre dans la littérature romane du Moyen Âge », Olivier Guyotjeannin présentait une réflexion d’ensemble sur les enjeux du modèle épistolaire dans les chancelleries médiévales. La publication issue de cette communication se proposait ainsi de baliser les approches méthodologiques d’une réalité très généralement reconnue parmi les diplomatistes : ils manipulent des textes qui « empruntent, plus ou moins ouvertement et directement, au monde épistolaire1 ». Dans le même temps, au regard d’une bibliographie en notes de bas de page assez maigre, il pointait du doigt les lacunes dans ce domaine.

  • 2 Voir le bilan bibliographique que dressait, il y a quelques années déjà, Ysebaert, 2009.
  • 3 On pense ici au collectif dirigé par Chartier, 1991, sur les usages de la lettre au xixe siècle, ou (...)
  • 4 On se limitera ici aux travaux de deux récents programmes. Le premier, développé par Bruno Dumézil (...)

2Lacune étonnante au premier abord, au vu du succès dont jouit la lettre médiévale auprès des chercheurs, tant littéraires qu’historiens, depuis quelques deux décennies2. Si l’intérêt n’est pas nouveau — les lettres ayant depuis longtemps fourni aux médiévistes de précieux faits —, il a été considérablement renouvelé, se faisant l’écho de la redécouverte par les historiens de toutes les périodes des pratiques scripturaires et des enjeux de société que mettent en lumière les corpus épistolaires3. Les initiatives se sont ainsi multipliées, qui ont réévalué tant le genre épistolaire que les pratiques liées à ses usages au Moyen Âge4. La diversité des approches adoptées pour l’appréhension des corpus épistolaires témoigne du caractère éminemment ductile du genre au Moyen Âge. Car si la lettre obéit en principe à des règles très précises, son style, mis au service d’une pensée, offre de telles possibilités que la forme épistolaire contamine d’autres types d’écrits : ainsi naît le traité doctrinal sous forme de lettre ; et ainsi naît également la « lettre diplomatique », c’est-à-dire l’acte qui a la forme d’une lettre. Le présent volume s’attache à compléter ces initiatives, en explorant l’une des dimensions par lesquelles la lettre s’érige en instrument, au travers de l’analyse des différents liens existant entre le genre épistolaire et les actes de la pratique (chartes et documents dérivés : registres, cartulaires, etc.) et aux enjeux d’écriture, de pouvoir et de mémoire découlant de cette hybridation.

  • 5 Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 104.
  • 6 Ibid.
  • 7 … amicorum conloquia absentium (Cicéron, Orationes, Phil., 2, 7).
  • 8 Constable, 1976, p. 13.
  • 9 Camargo, 1991, p. 18.
  • 10 Constable, 1976, p. 17.

3La rencontre entre la lettre et l’acte diplomatique n’était pourtant pas courue d’avance. Lettres et actes s’opposent en principe par leurs propos distincts. L’acte « crée ou confirme une action ou une situation juridique ; il est créateur de droit », tandis que la lettre sert à « adresser à un destinataire précis une salutation, des nouvelles »5. Néanmoins, pour les cas où son auteur est doué d’une autorité, la lettre peut transmettre un ordre ou notifier une situation de droit, et devenir de ce fait diplomatique car « crédible […], au sens juridique du terme6 ». Ce rapprochement potentiel par le biais du contenu se double d’une communauté certaine de fonction. En définissant la lettre comme une « conversation entre amis distants7 », Cicéron la caractérise par sa fonction représentative et palliative de l’absence d’un des protagonistes du dialogue simulé8. Or, la charte joue également ce rôle de représentation, cette fois pour donner la preuve permanente de l’existence d’un acte juridique que l’absence de son auteur — dans le temps comme dans l’espace — ne permet pas de garantir autrement9. Est-ce pour ces raisons que les actes médiévaux empruntèrent certaines de leurs formes au genre épistolaire ? Qui plus est, les formes les plus caractéristiques. Car si en principe le canon épistolaire veut qu’une lettre soit composée de cinq parties (salutatio, exordium, narratio, petitio, conclusio), au Moyen Âge ce sont surtout l’adresse et le salut qui s’affirment en « signes indubitables10 » de l’épistolaire. Or, on les retrouve dans le formulaire basique du protocole initial de l’acte diplomatique, signe qu’une même culture rapproche les deux genres. C’est aussi à la question des personnes qui gravitent autour de l’acte et de la lettre que se rapporte cette culture. Actes et lettres peuvent partager les mêmes auteurs, être confectionnés par les mêmes scribes, avoir les mêmes destinataires, et cette communauté d’origine et de destination influe sur leur rapprochement, formel et de contenu.

  • 11 Voir notamment Giry, 1894, pp. 9 et 534 ; Canellas López, 1979, p. 47, à propos des leges royales w (...)

4Aussi la plupart des manuels de diplomatique médiévale soulignent-ils que, durant le Moyen Âge, de nombreux actes étaient rédigés sous forme de lettres, en conservant de la rigueur formelle du genre l’adresse et le salut11. Néanmoins, si la « lettre diplomatique » se présente comme une évidence, elle est aussi un objet d’étude particulièrement malaisé à cerner. Fondamentalement hybride, elle s’est heurtée aux frontières longtemps trop étanches entre les disciplines. En 1929, dans son Manuel de diplomatique française et pontificale, Alain de Boüard donnait ainsi aux lettres une grande place en faisant des actes, lettres et scripturae les objets fondamentaux de la diplomatique. Mais il soulignait également que les lettres,

cette importante classe de documents, délaissée par les diplomatistes comme ressortissant surtout à la méthode critique propre aux sources narratives, mais qui prête […] à une critique diplomatique largement entendue […] n’a jamais fait l’objet de pareilles recherches.

  • 12 Boüard, 1929, p. 34, n. 3.

Et il concluait que « c’est une lacune à combler12 ».

  • 13 Morelle, 2010.
  • 14 Guyotjeannin, 2008, pp. 27-29, à propos d’un acte de Philippe Auguste daté de 1202.
  • 15 Morelle, 2009.
  • 16 Constable, 1976, p. 12.

5La raison de ce délaissement, au-delà des querelles interdisciplinaires, se trouve dans la difficulté à établir les critères mêmes d’une définition de la « lettre diplomatique ». Difficulté qui tient aux méthodes de la critique moderne, mais qui était déjà celle rencontrée par les médiévaux face à la ductilité du genre épistolaire. Car quelle différence concevaient-ils entre charte et lettre ? On pense ici, par exemple pour le domaine franc, à cet acte de l’évêque Omer de Thérouanne en faveur de Sithiu (662) qualifié en lui-même d’epistola cum privilegio13 ; à ces documents conservés sous la double forme d’une lettre et d’un diplôme, dont on a supposé que la première était destinée à un usage pratique et à la diffusion, tandis que la seconde était vouée à la conservation dans les archives14 ; ou encore à ces « lettres de circulation » garantes des droits octroyés à certaines catégories de voyageurs15. Que faire alors de cette documentation à l’heure de la rationalisation administrative ? John Constable évoquait ainsi, dans son volume consacré aux lettres et collections de lettres, un exemple fourni par une Summa prosarum dictaminis du second quart du xiiie siècle16. Une typologie des lettres y est proposée, qui désigne comme lettres les plus simples ou pures la catégorie des lettres missives. Or, celle-ci y est présentée non pas comme un « type » précis de lettres, mais comme un « genre ». Les lettres missives se caractérisent certes par une déclaration d’intention exempte d’autorité et de légalité, mais leur infinie généralité ne permet pas de dégager des règles suffisamment strictes pour parler de type. Et Constable de renchérir que cette définition générique des lettres missives est elle-même discutable puisque l’intention de l’auteur, quand bien même elle n’a pas force légale ou administrative, peut parfois revêtir une grande autorité. La juridicité et l’autorité même potentielles que revêt la lettre la rapprochent ainsi de l’acte, peuvent en faire une « lettre diplomatique ». Or, c’est très justement dans cette potentialité que réside la difficulté : la lettre « peut » devenir diplomatique, mais il n’y a pas de règles précises et définitives pour qu’elle le soit.

  • 17 Guyotjeannin, 2008, p. 23. Voir également Giry, 1894, p. 662. Cette catégorie de lettres, non abord (...)
  • 18 Gaiffier, 1968.
  • 19 Calleja-Puerta, 2007, et lettre en annexe, p. 21.

6Car si la situation est relativement simple pour des documents tels que ceux émis par la chancellerie pontificale qui, « au plan formel, n’a jamais produit que des lettres17 », il existe de nombreux cas dans lesquels la qualification de « lettre diplomatique » — ou d’« acte épistolaire », selon les circonstances et le point de vue que l’on porte sur eux — relève de situations exceptionnelles, voire accidentelles. Pensons à cette lettre envoyée par Osmond, évêque d’Astorga, à Ide de Boulogne vers 1090 à propos de reliques des cheveux de la Vierge sollicitées par la comtesse, qui se termine curieusement par une confirmation de son contenu par le roi Alphonse VI de Castille-León (1065-1109)18. On a bien affaire ici — à supposer que la mention soit authentique — à une « lettre diplomatique » puisque la formule de confirmation ajoute une dimension juridique au texte originel. Dans d’autres cas, c’est l’intention d’un des protagonistes concernés par l’échange écrit qui permet cette caractérisation. Le dossier de la donation du monastère de Saint-Sauveur de Cornellana (Asturies) à l’abbaye de Cluny en 1122, étudié par Miguel Calleja-Puerta, en donne un exemple intéressant19. Ce dossier est constitué des actes attestant la donation, auxquels s’ajoute une lettre, que l’on suppose préalable à cette donation puisque les comtes Suero Vermúdez et Enderquina y annoncent à l’abbé Pons leur volonté de donner Cornellana à Cluny. Or, cette lettre a été conservée dans les archives clunisiennes, au même titre que les autres documents à valeur légale. Est-ce lié au fait que les donateurs tentèrent quelques années plus tard de revenir sur leur décision et de céder le monastère à la cathédrale d’Oviedo, suscitant la réaction des clunisiens pour sauvegarder ce qui leur avait été légué ? Dans ce cas, on aurait affaire à un autre processus : la lettre devient diplomatique indépendamment de sa forme ou de son contenu — c’est-à-dire de ses caractéristiques externes ou internes — par la volonté d’un individu et/ou par son histoire archivistique.

  • 20 Ou dans le cadre d’autres disciplines, d’ailleurs : Guyotjeannin, 2008, p. 21, remet pour sa part e (...)
  • 21 Tessier, 1962, p. 122.
  • 22 C’est le problème que souligne notamment Constable, 1976, pp. 23-25.
  • 23 Ibid., pp. 21-22. On doit toutefois tenir compte de la chronologie, qui oppose un haut et un bas Mo (...)
  • 24 Lucas Álvarez, La documentación real astur-leonesa (718-1072), pp. 149-150. L’acte est édité par Fl (...)

7Un tel processus, dans notre exemple contemporain de la composition du document, peut lui être également postérieur, dès lors qu’on le rapporte à la problématique du classement et de la catégorisation des documents hybrides — mi-actes, mi-lettres — par le diplomatiste moderne20. Ainsi, lorsque Georges Tessier affirmait, en préambule de sa présentation des lettres carolingiennes, qu’il « group[ait] sous l’étiquette commune de lettres un certain nombre d’écrits d’allure épistolaire qu’ou bien leurs caractères formels ou bien leur contenu extrajuridique ne permettent pas d’assimiler aux préceptes », il reconnaissait immédiatement l’hétérogénéité de l’ensemble ainsi qualifié21. Étant donné la grande malléabilité tant du modus epistolaris que des types d’actes qui en empruntent les formes, sur quels critères fonder la classification des documents22 ? Les partis pris en la matière peuvent d’ailleurs être influencés par des choix qui ne ressortissent pas toujours aux caractères diplomatiques des actes. On sait que les lettres qui n’expriment qu’une intention, contrairement aux chartes à valeur légale, n’ont souvent été conservées qu’en copies, voire pas du tout23. Leur survie extraordinaire a parfois entraîné des décisions scientifiquement discutables. Ainsi, lorsque Manuel Lucas Álvarez choisit d’intégrer dans son regeste de la documentation diplomatique asturo-léonaise la lettre expédiée par le roi asturien Alphonse III au clergé de Saint-Martin de Tours en 906, il a pleinement conscience que « sa structure et son contenu non juridique, mais simplement narratif le situent dans le cadre des “lettres officielles” et non pas dans celui des documents » ; mais il choisit de l’y référencer en raison « du seul fait d’avoir été étudié et utilisé de manière réitérée »24. Si cette logique propre au diplomatiste du xxe siècle diffère de celle des archivistes de Cluny quelques huit siècles plus tôt en termes d’objectifs, elle en partage les conséquences : dans les deux cas, la lettre est devenue diplomatique de par son rapprochement avec un matériau qui, lui, l’était préalablement. La lettre diplomatique est donc bien un objet multiple, et la dissémination des possibilités et des sources a certainement rendu difficile une appréhension globale du sujet, au-delà du cas d’étude. Et ce, jusqu’à la publication d’Olivier Guyotjeannin qui a très largement informé la réflexion dont le présent volume est le résultat.

8« Lettre ou titre ? Le modèle épistolaire dans les chancelleries médiévales » : avec ce titre sur le mode interrogatif, l’auteur soulignait à la fois la complexité du sujet, et le relatif abandon dans lequel il avait été laissé, en affirmant que

  • 25 Guyotjeannin, 2008, p. 19.

chacun s’est jusqu’ici plutôt reposé sur les efforts du voisin : le diplomatiste sur le littéraire, pour ne pas retrouver dans la lettre, même écrite en chancellerie ou dans sa périphérie, le terrain sûr des formes éprouvées et de leur lancinante (encore que très imaginative et experte) reproduction ; le littéraire sur le diplomatiste au motif que, réelle, trop réelle, la lettre de chancellerie ne mettait (ne mettrait) pas en œuvre de puissants phénomènes créatifs, susceptibles d’une approche linguistique serrée25.

9Partant de cette constatation, la réflexion se voulait essentiellement programmatique. Guyotjeannin commençait par rappeler la frontière très poreuse existant entre actes et lettres, et l’impossibilité de rationaliser des critères valides de distinction entre ces deux genres. Il brossait ensuite à gros traits une chronologie de leurs « flux et reflux » : après avoir hérité durant le haut Moyen Âge d’un modèle exclusivement épistolaire, l’acte diplomatique s’en détache à partir de l’époque carolingienne pour embrasser ses propres caractères. La forme épistolaire ne disparut toutefois pas, partie prenante qu’elle était de la culture dans laquelle évoluaient les lettrés chargés de la rédaction des actes. Puis elle redevint prépondérante à partir de la renaissance du xiie siècle et du renouveau de l’ars dictaminis dans l’Occident chrétien, qui rouvrirent la voie aux expérimentations épistolaires. Les dictatores firent ainsi dans leurs traités la part belle aux documents légaux et la lettre, sous des formes diplomatiques tout autant diversifiées que difficiles à catégoriser, devint l’instrument privilégié des administrations florissantes. En somme,

  • 26 Ibid., pp. 20-21.

les chancelleries médiévales ont eu à leur disposition un modèle épistolaire fort, mais son jeu semble avoir provoqué des tensions, comme s’il y avait eu, plus qu’un « modèle », un pôle épistolaire, d’où les lettres allaient modifier le visage des actes, avant d’être gagnées en retour par une « diplomatisation » (si l’on ose l’horrible néologisme) de leurs propres formes, en attendant une vague inverse d’« épistolarisation » (et je répète la remarque)26.

  • 27 Ibid., pp. 25-34.

10Enfin, Olivier Guyotjeannin terminait sa réflexion en passant en revue quelques-unes des multiples possibilités auxquelles donna lieu ce rapprochement des genres dans les productions des chancelleries : lettres missives, mandements, bulles, suppliques, lettres closes, lettres patentes, lettres « de par le roy », etc27. Au gré de ce panorama, il semait les pistes thématiques de réflexion touchant à la définition, aux lieux de production, à la conservation, à la transmission, aux enjeux de société, de pouvoir et de culture que donne à voir cette irréductible documentation.

11Le présent ouvrage entend explorer ce jeu d’attraction entre les genres, ce va-et-vient formel et fonctionnel de l’acte à la lettre. Oscillant d’un genre à l’autre selon les époques, les lieux et les usages, la « lettre diplomatique » invite très justement à questionner les frontières entre des genres que les chercheurs ont tendance trop souvent à catégoriser. Elle invite également à reconnaître le caractère nécessairement pluridisciplinaire de toute étude des formes et fonctions du genre épistolaire durant l’époque médiévale. En ce sens, le présent volume entend décloisonner les approches en associant diplomatistes, historiens et littéraires pour défricher et étudier ces « tensions », comme se plaisait à les qualifier Olivier Guyotjeannin, à la fois formelles, fonctionnelles et culturelles entre actes et lettres.

12Si les contributions qui le constituent se centrent de manière privilégiée sur les pratiques propres aux territoires ibériques, ce champ géographique n’est pas exclusif. En outre, les contributions embrassent l’ensemble de la période médiévale. Les travaux présentés associent ainsi de larges panoramas à des cas d’étude chronologiquement ou géographiquement plus restreints. Partant de l’identification et du recensement de ces traces d’un modus epistolaris qui donne aux actes leur caractère hybride (première partie), on s’interrogera sur l’« épistolarisation » des actes, mais aussi sur la conscience qu’avaient les médiévaux de la différence entre charte et lettre, et les usages qu’ils en faisaient. Ces questions, qui imposent de tenir compte du développement progressif des chancelleries et organes d’administration, ne peuvent d’ailleurs être envisagées selon les mêmes termes d’un bout à l’autre de la chronologie, des balbutiements du haut Moyen Âge au foisonnement administratif des xiiie-xve siècles. On s’intéressera ensuite aux enjeux, de pouvoir et de société, que la possession, la conservation ou encore l’ostentation d’une lettre, éventuellement garante de droits, sont susceptibles de révéler. En ce sens, les deuxième et troisième parties de ce volume, en se centrant sur les stratégies de « diplomatisation » des lettres, relèvent d’un autre champ d’analyse profondément renouvelé durant les deux dernières décennies. Il y est moins question d’une réflexion sur l’écriture que d’une attention projetée sur l’intentionnalité que révèlent les documents étudiés. Intentionnalité immédiate, liée à l’efficacité pensée pour l’objet « lettre diplomatique » (deuxième partie) ; intentionnalité projetée dans le futur également, au travers des stratégies mémorielles de conservation et de transmission de ce même objet (troisième partie). Si elle présente l’avantage d’éviter l’éparpillement de la réflexion, la thématisation a aussi ses limites. Car il y a difficulté — et même peut-être danger scientifique ? — à cloisonner les approches : ainsi certains des dossiers présentés rejoignent les thématiques des trois parties de cet ouvrage. Mais n’est-ce pas là un signe symptomatique de l’envergure des pratiques épistolaires et diplomatiques médiévales ?

Notes

1 Guyotjeannin, 2008, p. 20.

2 Voir le bilan bibliographique que dressait, il y a quelques années déjà, Ysebaert, 2009.

3 On pense ici au collectif dirigé par Chartier, 1991, sur les usages de la lettre au xixe siècle, ou encore aux trois volumes transpériodiques du Groupe de recherche d’histoire (GRHIS) de l’université de Rouen : Hurel, 1994 ; Id., 1996 ; Sohn, 2002. Une monographie importante proposant une approche réflexive tant des pratiques épistolaires à travers les âges que de l’intérêt académique qui leur est porté est celle de Petrucci, 2008. Enfin, parmi les perspectives thématiques ouvertes par une approche transpériodique des corpus épistolaires, on pourra citer l’exemple des gender studies et le numéro spécial de la Women’s History Review consacré récemment aux lettres échangées entre mères et filles, dirigé par Caine, 2015.

4 On se limitera ici aux travaux de deux récents programmes. Le premier, développé par Bruno Dumézil et Laurent Vissière, s’est orienté autour de l’« Épistolaire politique » avec quatre rencontres sur les thèmes suivants : « Gouverner par les lettres » (Paris, 2009), « Authentiques et autographes » (Paris, 2012), « Lettre d’art et pensée politique » (Rome, 2013) et « Lettres et réseaux » (São Paulo, 2014). Trois volumes ont déjà été tirés de ces rencontres : Dumézil, Vissière, 2014 ; Id., 2016 ; Cammarosano, Dumézil, Gioanni, Vissière, 2016. Le présent ouvrage résulte lui-même des travaux menés depuis 2012 dans le cadre du programme « Epistola. La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (ive-xie siècles) », dirigé par Thomas Deswarte et Klaus Herbers. L’ensemble des publications résultant de ce programme est présenté dans l’avertissement placé en tête du présent volume.

5 Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 104.

6 Ibid.

7 … amicorum conloquia absentium (Cicéron, Orationes, Phil., 2, 7).

8 Constable, 1976, p. 13.

9 Camargo, 1991, p. 18.

10 Constable, 1976, p. 17.

11 Voir notamment Giry, 1894, pp. 9 et 534 ; Canellas López, 1979, p. 47, à propos des leges royales wisigothiques ; Guyotjeannin, Pycke, Tock, 1993, p. 75.

12 Boüard, 1929, p. 34, n. 3.

13 Morelle, 2010.

14 Guyotjeannin, 2008, pp. 27-29, à propos d’un acte de Philippe Auguste daté de 1202.

15 Morelle, 2009.

16 Constable, 1976, p. 12.

17 Guyotjeannin, 2008, p. 23. Voir également Giry, 1894, p. 662. Cette catégorie de lettres, non abordée spécifiquement dans les contributions du présent volume, l’a été par les participants à l’un des axes du programme ANR-DFG Epistola consacré aux lettres pontificales.

18 Gaiffier, 1968.

19 Calleja-Puerta, 2007, et lettre en annexe, p. 21.

20 Ou dans le cadre d’autres disciplines, d’ailleurs : Guyotjeannin, 2008, p. 21, remet pour sa part en question les choix de Charles-Victor Langlois au moment de retenir les textes à intégrer dans sa notice sur les « lettres missives, suppliques, pétitions et doléances » au sein de l’Histoire littéraire de la France (1927).

21 Tessier, 1962, p. 122.

22 C’est le problème que souligne notamment Constable, 1976, pp. 23-25.

23 Ibid., pp. 21-22. On doit toutefois tenir compte de la chronologie, qui oppose un haut et un bas Moyen Âge, « depuis la conservation exclusive, ou presque, des titres formant privilèges, excluant donc les lettres, transitoires, “informes” (au plan de la validation), sans date et sans sceau, jusqu’à la conservation diversifiée des écrits, lettres comprises » (Guyotjeannin, 2008, p. 21).

24 Lucas Álvarez, La documentación real astur-leonesa (718-1072), pp. 149-150. L’acte est édité par Floriano Cumbreño, Diplomática española del periodo astur, t. II, no 185, et étudié par Henriet, 2004a. Notons que l’acte est transmis en copie dans le cartulaire de Saint-Martin de Tours connu sous le titre de Pancarte noire (xiie siècle), caractéristique qui en soit aurait justifié à meilleur titre le rapprochement de cette lettre avec un matériau diplomatique.

25 Guyotjeannin, 2008, p. 19.

26 Ibid., pp. 20-21.

27 Ibid., pp. 25-34.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540