Epistola 2. La lettre diplomatique

 | 
Hélène Sirantoine

Avertissement de l’éditeur

La série Epistola

Texte intégral

1À partir du ive siècle, le genre épistolaire connaît un renouveau, en particulier sous l’influence du christianisme. Ce genre littéraire, hérité de l’Antiquité, se diversifie et devient un genre protéiforme. Or, s’il bénéficie de nombreuses études littéraires, il reste encore à lui octroyer toute sa place dans les recherches historiques. Le programme franco-allemand Epistola soutenu par la Deutsche Forschungsgemeinschaft et l’Agence nationale de la recherche (projet ANR-11- FRAL-01403) a ainsi voulu fédérer et accélérer les travaux sur l’epistola dans une perspective pluridisciplinaire et en se focalisant sur l’Occident latin tardo-antique et médiéval (jusqu’au xie siècle).

2À partir de corpus épistolaires parfois encore inédits ou peu connus, il s’agit d’étudier de concert le contenu et le contenant dans une perspective diachronique, entre l’Antiquité tardive et la brutalisation scripturaire de la Réforme grégorienne. En utilisant les outils conceptuels venus des autres sciences, notamment de la linguistique, de la sociologie et de l’anthropologie, cinq axes d’étude ont été privilégiés : le genre épistolaire, hérité de l’Antiquité, défini par un formulaire commun mais caractérisé par une grande ductilité ; le style épistolaire, qui est placé au service d’une pensée en mouvement ; la sociologie des auteurs et des destinataires de missives, tant la lettre se trouve au cœur de la constitution des réseaux et de la vie des communautés ; la lettre comme instrument de pouvoir, qui s’affirme comme marqueur social et permet de discréditer les adversaires ; et l’epistola comme lieu de construction d’une identité, autant celle du destinateur que celle du destinataire.

3Une attention particulière a été accordée à la péninsule Ibérique, en raison de la qualité et de la variété de sa correspondance, de l’importance de ses contacts avec le reste de l’Occident et de son originalité culturelle.

4Outre plusieurs éditions/traductions de textes, ce programme a débouché sur la publication de plusieurs volumes collectifs, dont quatre doivent paraître aux éditions de la Casa de Velázquez :

  1. Écriture et genre épistolaires (ive-xie siècle), Thomas Deswarte, Klaus Herbers, Hélène Sirantoine (éd.), 2018.
  2. La lettre diplomatique. Écriture épistolaire et actes de la pratique dans l’Occident latin médiéval, Hélène Sirantoine (éd.).
  3. La lettre dans son environnement (ive-xie siècle), Thomas Deswarte, Klaus Herbers, Nathanaël Nimmegeers (éd.).
  4. Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval, Thomas Deswarte, Bruno Dumézil, Laurent Vissière (éd.).

5Un autre volume est paru aux éditions Böhlau :

6Frühmittelalterliche Briefe: Übermittlung und Überlieferung (4.–11. Jahrhundert) / La lettre au haut Moyen Âge : transmission et tradition épistolaires (ive-xie siècle), Thomas Deswarte, Klaus Herbers, Cornelia Scherer (éd.), Cologne, Böhlau (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte 84), 2017.

7N.B. : Les volumes de collections diplomatiques sont tous référencés dans la partie Sources de la bibliographie finale, quand bien même elles comprennent un tome d’étude. Conformément au choix éditorial adopté dans le premier volume de la série Epistola, et pour une question de lisibilité lorsqu’elles sont nombreuses, les citations en latin, déjà en italiques, ne sont pas entre guillemets.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540