Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Conclusions générales

Texte intégral

  • 1 Leveau, 1984b, p. 99.

1« La notion de frontière est parfaitement discontinue dans l’espace comme dans le temps1 » : l’histoire de la frontière d’Afrique proconsulaire se prête particulièrement à ce constat. L’héritage des royaumes africains dont la province reprend en partie les limites mouvantes, déterminées par l’emblématique Ampsaga et les territoires gétules, permet de comprendre le caractère théorique de la frontière sous le Principat augustéen et la direction prise ensuite par l’extension de la présence militaire aux confins du territoire provincial, jusqu’aux Sévères. À l’est, en Tripolitaine, la proximité du puissant État garamante fut déterminante dans la limite qu’il imposa à l’expansion territoriale de Rome. Elle explique sans doute les solidarités tribales auxquelles l’autorité romaine se heurta, nouées notamment autour du culte d’Ammon et d’une culture commune prenant appui sur les oasis du désert libyque.

2Au début du Principat augustéen, Rome héritait donc non seulement de frontières mais également d’espaces à conquérir à l’intérieur même des limites provinciales théoriques, et au-delà en direction de l’aire d’influence garamante, qui offraient un terrain particulièrement propice à la réalisation des ambitions territoriales du nouveau régime politique mis en place avec Auguste. Les expéditions menées sous l’autorité de L. Cornelius Balbus en direction du Nigris et des territoires gétules d’une part, du pays garamante d’autre part, en constituent les témoignages les plus éclatants. Elles participent à la phase de conquête du territoire provincial caractérisée par l’emploi de la force militaire, qui conduit Rome à étendre et à imposer sous les Flaviens, au prix de la violence, son autorité en direction du sud de la province, dans une région qu’elle ne maîtrisait jusqu’alors qu’imparfaitement. Les menaces que fit peser l’affermissement du pouvoir politique romain jusqu’aux confins provinciaux sur les équilibres économiques locaux parfois fragiles, qui ne sauraient toutefois être considérés sous le prisme réducteur du pastoralisme et du semi-nomadisme, fournirent sans doute la motivation principale aux insurrections qui éclatèrent ponctuellement à l’ouest et au sud de l’Africa jusqu’à la période flavienne.

3Les premières garnisons établies à la frontière de la Proconsulaire à la suite de la dynastie flavienne ne sont alors pas tant l’outil d’une conquête territoriale que la conséquence d’une paix durablement installée aux confins de la province, dont Rome peut désormais envisager une occupation militaire stable. Rien ne vient à ce titre confirmer le caractère défensif prêté aux décisions militaires et politiques des Flaviens en direction du Sud de la Proconsulaire, qui auraient en outre visé selon cette hypothèse le contrôle de la circulation, entre l’extérieur et l’intérieur de la province, de tribus jugées hostiles. L’implantation de l’armée romaine à la lisière saharienne à partir de Trajan et la direction prise par la construction de camps sous le règne d’Hadrien semblent davantage avoir suivi un axe de circulation étendu d’est en ouest le long de la frontière, de la Méditerranée aux confins de la Numidie. Ces garnisons permettaient alors d’établir une surveillance sur des communautés oasiennes dont on pressent la présence.

4La dilatation de l’occupation militaire au-delà de la ligne des chotts du Sud tunisien avec la fondation du poste de Tisauar sous Commode ainsi que probablement celle du camp de Vezereos, et sous les Antonins, à une date indéterminée, celle du camp de Tillibari, préfigure l’entreprise d’implantation militaire mise en œuvre par Septime Sévère en Numidie et en Tripolitaine. Elle s’explique très probablement par l’attrait des grands itinéraires présahariens et sahariens. Ces axes majeurs d’échanges entre le territoire garamante et la province échappaient largement à la maîtrise de Rome. Les fondations des postes de Gholaia, de Gheriat el-Garbia, et l’installation d’une garnison à Cidamus, dont l’évocation a conduit plus particulièrement au cours de ce travail à rejeter la notion d’avant-poste au sens moderne du terme, suivirent de façon claire cette direction. Celle-ci concourt peut-être également à expliquer le choix fait de l’établissement du Castellum Dimmidi non loin de l’oasis de Laghouat, positionné en outre dans la continuité de la limite théorique tracée par le passage du Nigris identifié à l’oued Djedi.

  • 2 Trousset, 2004, p. 72.

5Aucune « pression nomade », dont la réalité reste d’ailleurs à démontrer, ne semble alors avoir présidé à l’installation de ces nouvelles garnisons. Un contexte pacifié, qui ne paraît pas être le résultat d’une contrainte autoritaire exercée au quotidien par l’armée sur les provinciaux à la frontière de l’Africa, et de façon générale prospère, permit bien davantage à Septime Sévère d’envisager la dilatation de la présence militaire très au sud de la province, dans des positions aussi éloignées que celle de l’oasis de Cidamus. Celle-ci était sans doute soumise depuis un certain temps déjà à l’autorité romaine. Elle connaît alors à cette période un développement éclatant, probablement en lien avec sa position sur les axes d’échanges avec le Fezzan. Au nord de Cidamus, si l’« iter quod limitem tripolitanum per turrem tamalleni a tacapas lepti magna ducit » mentionné par l’Itinéraire d’Antonin apparaît indéniablement comme un itinéraire d’importance, il ne semble pas toutefois avoir constitué une « frontière militaire », « reliant entre elles une série de positions fortifiées majeures2 ». L’extension, à l’époque sévérienne, de la présence romaine au-delà de l’itinéraire dessiné par l’iter Tripolitanus évoqué dans l’Itinéraire d’Antonin, invite effectivement à réserver à cet emploi du substantif limes le sens premier de « route », que l’adjectif Tripolitanus qualifiait alors géographiquement.

  • 3 Voir les remarques de Cadiou, Moret, 2012, p. 43, à partir de l’exemple hispanique.
  • 4 Le Roux, 2002b.

6Plus généralement, il apparaît au terme de ce travail que la limite provinciale, dotée progressivement de structures militaires, ne forma pas sous le Haut-Empire une frontière militaire institutionnalisée et prenant la forme de districts militaires ou administratifs établis. Telle n’était pas l’ambition de Rome, dont l’intervention dans le Sud de l’Africa ne répondait pas à un souci de pacification intégrale du territoire : à partir du moment où les intérêts supérieurs de l’État romain n’étaient pas en jeu, peu importait que certaines « frontières » restent partiellement sécurisées. Ce constat, qui n’est pas spécifique au contexte africain3, explique aussi le pragmatisme dont Rome fit preuve dans les choix présidant à l’implantation des garnisons à la frontière provinciale, qui ne participaient pas elles-mêmes à une politique réfléchie d’occupation militaire systématique de la zone. Cela n’entrait pas dans les préoccupations de Rome qui, de la même façon, n’employa que de manière conjoncturelle les unités permanentes à des missions policières lorsque la sécurité des biens et des personnes, en principe assurée par les autorités locales, était compromise et qu’il y avait un risque que l’autorité romaine pâtisse de cette faiblesse4.

  • 5 Trousset, 1978, pp. 170-172.

7Les incertitudes nombreuses qui obèrent encore l’interprétation des ouvrages linéaires construits à l’époque romaine dans le sud de la province ne permettent pas davantage d’infléchir dans un sens restrictif et contraignant les dispositions d’ensemble relatives aux communautés établies au contact de la frontière, pour lesquelles ces structures, dont il faut probablement trouver la raison d’être dans le contexte local, pouvaient aussi représenter une forme de reconnaissance de leurs droits territoriaux. L’exemple fourni par la tribu des Nybgenii est à ce titre tout à fait révélateur de la chaîne de construction mentale et de la logique théorique conduisant à postuler un contrôle établi aux limites de la province sur des tribus présumées mobiles, et qui aurait constitué la raison d’être de la frontière romaine et son organisation avant tout militaire. La délimitation du territoire de la communauté sous Trajan fut ainsi régulièrement mise au compte de la politique jugée autoritaire que l’empereur aurait plus largement déployée dans la province africaine, traduite par le cantonnement des tribus semi-nomades dont les territoires auraient été bornés afin de limiter leurs déplacements. Les ouvrages linéaires du jbel Chareb, parce qu’ils auraient répondu à cette finalité, furent dès lors attribués à Trajan et conçus comme un obstacle opposé aux mouvements de la tribu des Nybgenii située au sud, dans le dessein de réduire leur libre circulation en direction des plaines cultivées du Bled Segui5.

8Le développement agricole du Nefzaoua au cours de cette période, et la politique menée par l’empereur afin d’encourager cet essor, rendent toutefois l’hypothèse difficilement tenable. Les mesures prises à l’époque trajane témoignent davantage d’une reconnaissance territoriale que d’une exclusion qui aurait affecté les Nybgenii, et conduisent par conséquent à écarter également l’idée du cantonnement de tribus réputées nomades ou semi-nomades, ce qui reste en outre à démontrer. L’intérêt particulier dont bénéficièrent les Nybgenii sous Trajan tient sans doute au fait qu’ils paraissent avoir été établis à la limite de la zone sous contrôle effectif de Rome, à un endroit de la frontière où l’autorité romaine n’avait pas encore opté pour une implantation militaire pérenne. C’est la maîtrise du Nefzaoua, par le biais de mesures accompagnant notamment le développement économique de la région, qui permit ensuite à Rome d’envisager une dilatation de l’occupation militaire, au-delà de la ligne des chotts du Sud tunisien.

  • 6 Sur celle-ci, voir l’étude de Mattingly, 2011a.
  • 7 Voir l’étude de Wells, 2005.

9Il apparaît clairement qu’en Numidie, puis en Tripolitaine, les premiers camps construits à la frontière bénéficièrent d’un contexte économique favorable, dont les communautés locales, intégrées de longue date à l’organisation provinciale, ont su tirer parti grâce à la mobilisation de savoir-faire traditionnels, permettant la mise en valeur de nouvelles ressources agricoles. Dans les régions frontalières de la province, cet essor doit peu à la présence militaire, qui ne semble en outre pas avoir constitué un facteur déprimant pour les économies locales sous le Haut-Empire en dehors des phases violentes de conquête sous les Julio-Claudiens et de répression sous les Flaviens. Pour la période qui leur fait suite, les incidences économiques de la présence militaire apparaissent de façon significative à travers les quelques exemples d’essor urbain autour des garnisons frontalières de Numidie et de Tripolitaine, qui ont formé des foyers de dynamisme au sein de régions faiblement urbanisées. Ces quelques exemples ne remettent pas en cause la brutalité dont la domination romaine a plus généralement fait preuve sur les sociétés provinciales6, mais celle-ci n’est pas rendue de façon sensible à travers les situations documentées dans ce cadre particulier pour la période qui succède, sous le Haut-Empire, à la dynastie flavienne. Le constat n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Afrique. D’autres contextes de frontière, dans la région du Danube, ont livré des analyses similaires7.

10Le tarif de Zarai ou encore la documentation relative au site de Gholaia permettent de mesurer l’orientation prise par les échanges et le caractère stimulant joué à l’occasion par la présence de l’armée, dans le cadre du ravitaillement des garnisons de la frontière. Le prélèvement de droits de douane, dont le montant laisse présumer l’intention de l’État romain non seulement de soumettre ces échanges à son contrôle et d’en tirer profit, mais également de les faciliter, constitue alors la seule contrainte tangible exercée sur les transports franchissant la limite méridionale provinciale sous le Haut-Empire. Les échanges avec les populations établies au sud de la province bénéficiaient d’ailleurs d’une balance positive en faveur du territoire romain si l’on considère en particulier les données relatives à la circulation entre le territoire garamante et la Méditerranée.

  • 8 Tacite, Histoires, 4, 48, 1.

11Ni la matérialité des ouvrages linéaires, dont la construction reste encore largement source d’interrogations, ni les ostraca de Gholaia ne permettent alors d’établir la réalité d’un contrôle opéré à la frontière de l’Afrique proconsulaire, qui aurait en outre concerné particulièrement la circulation liée à des pratiques nomades. Sans doute est-ce à l’implication de la garnison dans la circulation caravanière qu’il faut imputer la fonction remplie par les soldats de Gholaia, dans le cadre de la statio camellariorum. Les missions de surveillance exercées par les garnisons frontalières, dont les interventions d’ordre militaire paraissent très rares sur la période du Haut-Empire, ont vraisemblablement occupé l’essentiel de leur quotidien : elles expliquent à la fois leur localisation sur des itinéraires fréquentés, et leur implantation en des lieux qui constituaient parfois des points de rassemblement avérés, notamment dans le cadre d’échanges commerciaux. Telle semble avoir été la fonction principale affectée à l’armée à la frontière de la province africaine et rappelée par Tacite pour la période du Principat augustéen8, expliquant plus largement les choix liés à l’établissement des garnisons au sud du territoire romain sous le Haut-Empire.

  • 9 Haynes, 1999, 2013, 2015.
  • 10 Id., 2001, 2013, pp. 339-367.
  • 11 Janniard, 2006, à propos de la période tardive.

12Enfin, la présence mesurée de l’armée à la frontière d’Afrique proconsulaire aux premiers siècles de l’Empire, dont l’implantation témoigne de grandes disparités entre le Sud de la Numidie et le Sud de la Tripolitaine, ne permet pas de conclure à une influence majeure du facteur militaire sur les sociétés établies à la frontière de la province. L’incidence de l’armée envisagée en tant que collectivité est d’ailleurs, de façon plus générale, très variable selon les contextes provinciaux. Si les recherches menées par I. Haynes sur les implications du recrutement provincial soulignent l’influence certaine du service militaire sur l’identité culturelle des soldats9, elles montrent néanmoins une diversité de situations concernant la place sociale occupée par les vétérans selon les régions de l’empire considérées10. Par comparaison, les vétérans paraissent avoir joué un rôle plus important dans les communautés rurales de Syrie où ils contribuèrent à de nouvelles implantations humaines, qu’en Égypte. Pour autant que la documentation permet d’en juger, la situation africaine semble offrir un tableau intermédiaire dans la mesure où l’essor tangible de quelques villes de garnisons, à la frontière de la Numidie et de la Tripolitaine, reposa sans conteste sur une large présence de familles de vétérans, sans qu’il soit toutefois possible d’affirmer que cette population joua un rôle moteur dans la mise en valeur économique de ces régions méridionales sous l’Empire, qui reposa bien plus probablement sur une main-d’œuvre d’origine locale. Il n’est pas davantage possible d’affirmer que la présence militaire ou celle des vétérans fut la clé d’un changement social et culturel perceptible au sud de la province africaine. Ce constat rejoint en somme les conclusions qui ressortent de la situation observée sur les confins syro-mésopotamiens de l’Empire11.

  • 12 Ibid., p. 145.

13Après la répression violente des ultimes révoltes sous les Flaviens, la présence des garnisons établies à la frontière provinciale ne semble pas, en outre, avoir constitué sous le Haut-Empire un facteur anémiant pour les communautés traditionnelles soumises à l’ordre politique romain, et les économies locales. En Tripolitaine orientale, celles-ci ont même visiblement bénéficié de la proximité de la frontière. La faiblesse de l’implantation militaire participa effectivement à conférer aux élites locales une place inédite dans l’organisation politique de la province. Elle renforça le pouvoir des sociétés traditionnelles établies à la frontière, concourant alors à sa territorialisation. Cette évolution régionale montre combien la permanence d’une culture préromaine en Afrique, de manière similaire à ce qui a pu être mis en évidence en Orient dans d’autres contextes de régions frontalières12, ne constituait pas un facteur implicite de déstabilisation pour l’ordre politique romain et son maintien jusqu’à la frontière de la province. C’est bien la désaffection des élites rurales qui constitua la véritable cause de son déclin à la fin de l’Antiquité, consécutive de la disparition progressive des éléments soutenant la puissance centralisatrice de l’État romain.

  • 13 Napoli, 1997, pp. 109-116.

14L’héritage territorial des royaumes africains, les perspectives ouvertes par les échanges au sud de la province et l’attraction exercée par la présence du puissant voisin garamante dont l’influence touchait aux limites du territoire provincial, contribuent in fine à expliquer les choix opérés par l’État romain dans sa gestion de la frontière d’Afrique proconsulaire. Si l’importance des paramètres locaux rend difficilement extrapolable le canevas interprétatif qui ressort à l’analyse des processus de construction de la frontière africaine sous le Haut-Empire, l’exercice de la comparaison prend néanmoins une dimension essentielle dans ce que les frontières nous apprennent du rapport de Rome à l’altérité. Celui-ci varia incontestablement selon les circonstances locales au sein même du segment dessiné par la longue frontière africaine. L’enseignement à tirer des ouvrages linéaires, et plus particulièrement de la Seghia Bent el-Krass à propos de laquelle le lien avec la frontière semble le plus à même de pouvoir être envisagé, s’avère précieux si tant est que leur datation puisse être établie avec certitude : leur valeur symbolique confirme nonobstant que Rome n’envisagea jamais en Afrique la construction d’ouvrages linéaires à fonction défensive, contrairement aux massives fortifications élevées par Hadrien en Bretagne, ou encore à l’ouvrage de la Dobroudja en Mésie inférieure construit à une date discutée13. Le mouvement suivi par l’implantation de garnisons dans le Sud de la Proconsulaire suggère aussi une direction commune assignée aux relations établies entre l’État romain et les populations locales sous le Haut-Empire.

15À l’inverse des circonstances locales et des principes politiques qui ont présidé à la construction du mur d’Hadrien, l’histoire de la frontière d’Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire est révélatrice d’une conception ouverte et évolutive de la présence de Rome, perceptible dans d’autres contextes provinciaux et guidée par une volonté d’engagement et non de limitation dans les rapports avec les communautés établies aux confins du territoire provincial. À ce titre, le paradigme du désert a conduit à rapprocher régulièrement les frontières africaines des limites orientales de l’Empire. Plus qu’ailleurs, Rome eut à chercher dans ces contextes régionaux spécifiques la reconnaissance par les communautés locales de son pouvoir politique et leur soutien, afin d’assurer son maintien alors que sa présence militaire était limitée, et de constituer des relais solides de son autorité. Ces communautés et les limites de leurs territoires semblent avoir signifié de façon tout à fait sensible sous le Haut-Empire, bien plus qu’une ligne théorique dessinée par une succession de structures militaires, les frontières du territoire soumis directement à l’autorité romaine et aux confins duquel elles avaient aussi très certainement conscience d’être situées.

  • 14 Voir les observations générales formulées par Reddé, 1995, p. 123, ainsi que id., 2002, à propos d (...)
  • 15 Villeneuve, 2007a, 2007b ; également Speidel, 2007.
  • 16 Villeneuve, 2007a.

16Sans doute est-ce à travers les contraintes liées à l’aridité, caractérisant largement l’espace traversé par les frontières provinciales au sud de l’Empire et imposant une limite en termes d’occupation, qu’il convient de chercher un facteur commun dans leur gestion et les formes prises par leur organisation d’un point de vue militaire, ainsi que dans le dynamisme de communautés locales structurées et organisées qui, par leur insertion dans des circuits d’échanges, ont déterminé et rendu possible la progression de la présence romaine : elles seules étaient à même initialement de tirer parti économiquement d’un milieu dont elles avaient la maîtrise et sur lequel Rome ambitionnait d’étendre sa domination, à laquelle elles contribuèrent d’ailleurs par leur concours régulier au ravitaillement des unités frontalières. Une telle corrélation entre la présence militaire et les communautés locales est tout à fait perceptible dans le cadre des garnisons du désert oriental d’Égypte sous le Haut-Empire, ou encore en Arabie à travers l’exemple fourni par le poste militaire installé dans l’oasis d’Azraq sur la route en direction du golfe Persique, traduisant les intérêts de Rome pour ces pistes caravanières14. En témoignent également les découvertes épigraphiques réalisées dans l’archipel des îles Farasan au sud de la mer Rouge, à proximité de la côte arabique, à un millier de kilomètres au sud des frontières méridionales admises pour l’Égypte et l’Arabie romaines15. Une inscription gravée par la uexillatio de la IIe légion Traiana Fortis (la légion égyptienne), ses troupes auxiliaires et les castrenses sous l’autorité du « préfet du portus (?) de Ferresan et de la mer (?) d’Hercule », en l’honneur d’Antonin le Pieux, conserve le souvenir de la construction d’un petit monument, semble-t-il un fortin16. Celui-ci n’était sans doute pas isolé et il doit très probablement être mis en lien avec l’intérêt représenté par le commerce indien, au sein duquel le rôle joué par la garnison reste à appréhender.

17La nature des frontières romaines se comprend mieux si l’on accepte d’abandonner le modèle d’une ligne formée par des dispositifs militaires, pour les considérer comme des limites fluctuantes et parfois discontinues du domaine d’intervention de l’autorité romaine, destinées localement à consolider les relations et les échanges impliquant des régions extérieures à l’Empire, dans des objectifs économiques évidents dans les différents contextes qui viennent d’être évoqués. En définitive, il est tout à fait erroné de considérer, à travers la nature des frontières africaines de l’Empire, que Rome a tourné le dos au Sahara. Elle s’y est intéressée autant que le contexte géographique et les moyens humains le lui permettaient.

18En ce sens, l’espace saharien semble bien avoir constitué une forme de trait d’union entre les populations établies aux marges de l’Africa : l’intégrer à la province de Proconsulaire, c’était envisager pour Rome la conquête de confins convoités que les Garamantes avaient contribué à symboliser, et qui en conservèrent la maîtrise durant la période romaine. Telle était la perspective envisagée par l’État romain dans un mouvement progressant au rythme de la reconnaissance de sa souveraineté par les communautés locales, soutenu à l’origine par les ambitions du Principat augustéen et porté à son extension maximale par la politique de Septime Sévère, avant que les perspectives territoriales de Rome en Afrique ne répondent à d’autres desseins.

Notes

1 Leveau, 1984b, p. 99.

2 Trousset, 2004, p. 72.

3 Voir les remarques de Cadiou, Moret, 2012, p. 43, à partir de l’exemple hispanique.

4 Le Roux, 2002b.

5 Trousset, 1978, pp. 170-172.

6 Sur celle-ci, voir l’étude de Mattingly, 2011a.

7 Voir l’étude de Wells, 2005.

8 Tacite, Histoires, 4, 48, 1.

9 Haynes, 1999, 2013, 2015.

10 Id., 2001, 2013, pp. 339-367.

11 Janniard, 2006, à propos de la période tardive.

12 Ibid., p. 145.

13 Napoli, 1997, pp. 109-116.

14 Voir les observations générales formulées par Reddé, 1995, p. 123, ainsi que id., 2002, à propos des garnisons du désert oriental d’Égypte ; Speidel, 1987 ; Zuckerman, 1994, à propos de l’inscription d’Azraq.

15 Villeneuve, 2007a, 2007b ; également Speidel, 2007.

16 Villeneuve, 2007a.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search