Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Troisième partie. Un territoire de la frontière ?

Conclusions de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Liverani, 2003, 2005a, pp. 441-442 et 2006, pp. 1031-1035.
  • 2 Wilson, 2012, pp. 438-439 ; Mattingly et alii, 2013b, pp. 505-506.

1L’attraction exercée par les échanges au sud de la province, s’appuyant sur l’existence de communautés oasiennes structurées, contribue à expliquer la direction prise par la présence militaire à la frontière de la Proconsulaire, et ses formes spécifiques sous le Haut-Empire. Selon M. Liverani, celles-ci auraient été inspirées localement par le modèle garamante : ainsi établit-il une relation entre les structures d’occupation repérées au sud et à l’ouest du territoire garamante, et l’organisation de la frontière romaine en termes d’habitat et de constructions militaires qui auraient dessiné une ligne de fortifications établies sur des positions stratégiques, dans la région du limes Tripolitanus1. Ce rapprochement le conduit alors à postuler une coïncidence de fonction entre le limes romain et la frontière méridionale du royaume garamante qui aurait servi, à l’instar de son homologue romain, à contrôler la circulation et non à séparer des territoires. L’hypothèse est toutefois difficilement recevable dans la mesure où elle unit dans un destin commun, à finalité militaire, des structures de nature hétérogène (constructions militaires, multiples sites d’habitats fortifiés) qui auraient été conçues de manière à constituer une zone homogène d’occupation de la frontière. La validité de l’hypothèse est également mise en cause par la représentativité relative de la zone d’étude invoquée par M. Liverani — Aghram Nadharif, dans l’oasis de Barkat, située très à la périphérie du centre politique garamante —, en termes de politique d’occupation du territoire qui aurait été mise en œuvre par l’État garamante2.

2Les relations entre le territoire provincial et les populations extérieures, de même que les particularités culturelles observées aux confins de la province, confirment quoi qu’il en soit que la frontière politique romaine ne fut pas amplifiée par l’altérité ou même l’hostilité des communautés frontalières, dont il n’y a d’ailleurs pas trace après les dernières révoltes du ier siècle apr. J.-C. La frontière a néanmoins plus spécifiquement marqué les sociétés établies dans son voisinage en Tripolitaine orientale, du fait d’une présence militaire épisodique. En ce sens, ce n’est pas la frontière en tant que limite territoriale qui a structuré ces sociétés, mais bien le rapport spécifique que celles-ci entretenaient avec l’autorité romaine en matière de compétences territoriales au sein de l’organisation provinciale, aux limites de la zone d’intervention directe de l’armée romaine.

  • 3 Voir le constat dressé à partir des témoignages archéologiques et des sources écrites par Modéran, (...)
  • 4 Voir en ce sens les remarques de Mattingly, 1987, p. 84.
  • 5 Janniard, 2006.

3Les nouveaux pouvoirs confiés aux élites locales en Tripolitaine orientale ne rompent toutefois pas le lien entre les sociétés établies à la frontière de la province et le centre politique romain. Si beaucoup d’incertitudes pèsent encore sur le statut de la région au sud de la Tripolitaine, à l’est de Tentheos, à la fin de l’Antiquité3, la territorialisation de la frontière étatique reste tout à fait tangible. Au cœur de ce processus, les élites locales, à qui Rome confia une place inédite au sein de l’organisation provinciale, ont joué un rôle central. Ce n’est alors pas la faiblesse de l’acculturation romaine dans la région qui mit en péril l’ordre politique romain à la fin de l’Antiquité mais bien la désaffection des élites rurales4, face à une identité romaine dont l’assise n’était pas fondamentalement culturelle mais reposait d’abord sur la puissance de l’État central romain : la disparition des éléments centralisateurs constitue le fait explicatif déterminant qui permet de comprendre comment a pu se produire un mouvement de « déromanisation » à la période suivante, selon un processus commun à d’autres régions frontalières de l’Empire comme le montre l’exemple des confins syro-mésopotamiens5.

Notes

1 Liverani, 2003, 2005a, pp. 441-442 et 2006, pp. 1031-1035.

2 Wilson, 2012, pp. 438-439 ; Mattingly et alii, 2013b, pp. 505-506.

3 Voir le constat dressé à partir des témoignages archéologiques et des sources écrites par Modéran, 2003, pp. 262-263.

4 Voir en ce sens les remarques de Mattingly, 1987, p. 84.

5 Janniard, 2006.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search