Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Troisième partie. Un territoire de la frontière ?

Chapitre IX

L’émergence d’une société de la frontière ?

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple, pour la partie orientale de l’Empire, l’enquête menée par Dentzer-Feydy, 1988.
  • 2 Sur les aspects liés à la notion d’ethnicité, voir les réflexions de Modéran, 2008 ; Whittaker, 20 (...)
  • 3 Rushworth, 2000, 2004.
  • 4 Modéran, 2008.
  • 5 Gsell, 1920b, pp. 274 sq. ; Courtois, 1955, p. 359.
  • 6 Bénabou, 1976.

1Les spécificités des sociétés vivant aux frontières des provinces ont régulièrement été l’objet d’études régionales ayant trait à la culture matérielle1. En Afrique, l’enquête a pris une dimension politique et ethnique très forte en se plaçant au cœur des grands débats historiographiques entourant les constructions identitaires relatives aux images du Berbère et du Maure2. Elles sont liées à l’émergence de potentats locaux indépendants que connaissent les régions frontalières africaines à la fin de l’Antiquité3. L’expansion des gentes maures à partir du ve siècle, aboutissant à la constitution de royaumes ou principautés en place jusqu’à la conquête arabe, a longtemps été expliquée par une unité ethnique et la permanence de l’identité culturelle de ces populations, qu’un attachement à un mode d’organisation tribale immuable aurait caractérisées dès l’époque romaine, sans jamais être altéré par les migrations successives4. L’insoumission chronique de ces populations au pouvoir politique romain fut ainsi imputée au fait qu’elles n’avaient jamais adopté la culture de Rome, dans l’idée d’abord qu’elle leur aurait été par trop étrangère5, avant d’envisager par réaction au courant de pensée romano-centré, dans le contexte des vifs échanges qui animèrent les recherches sur l’Afrique romaine dans la seconde moitié du xxe siècle, que ces populations s’y seraient intentionnellement opposées dans un acte de résistance passive6.

  • 7 Le Roux, 1995, p. 407, n. 18.

2La discussion fut largement renouvelée par les travaux d’Y. Modéran, qui ont montré que les populations soumises aux nouveaux chefs locaux à la fin de l’Antiquité incluaient des éléments de tribus sahariennes, des communautés maures locales, ou encore des descendants des populations romaines ou romanisées de la région de la frontière. La recherche archéologique a confirmé plus généralement la perméabilité des confins de l’Afrique romaine à la culture méditerranéenne. Encore convient-il de mesurer, dans le processus d’évolution culturelle, le rôle joué par l’armée dont la présence et l’influence jusqu’aux confins de la province furent régulièrement invoquées comme des facteurs déterminants7. Faute d’une documentation significative, la question reste d’un abord difficile dans le cadre de l’Afrique où la frontière romaine fut en outre parfois parée d’une fonction culturelle très forte.

  • 8 Fentress, 1984, p. 399.
  • 9 Voir les données synthétisées par Hodgson, 2011 : l’adoption de modes de construction d’influence (...)

3L’idée que le limes constituait une barrière défensive contre les populations non romaines conduisit effectivement à affirmer que Rome et sa culture auraient agi de façon délibérée comme de puissantes armes psychologiques à la frontière de la province africaine8. Le fait que la frontière ait pu constituer un espace de rupture entre deux sociétés, conduites à connaître par conséquent des évolutions différentes, semble ressortir des études récentes menées sur les régions de part et d’autre du mur d’Hadrien9. En revanche, l’adoption de modèles culturels romains jusque dans le Fezzan, ou encore les spécificités culturelles et politiques des populations établies aux confins de la Numidie à la Tripolitaine, invitent à réviser l’idée d’une frontière provinciale hermétique et conçue comme une ligne de fracture agissant au profit d’une culture dominante importée.

4La proximité de la frontière africaine a-t-elle alors exercé une influence particulière sur les communautés limitrophes ? Si l’étude des « sociétés de frontière » constitue un champ de recherche amplement investi par les travaux portant sur la période médiévale et les époques postérieures, plus riches en termes de documentation, le modèle est plus rarement invoqué pour les sociétés antiques. Il implique un processus d’intériorisation de la notion de frontière, marquant en profondeur l’organisation des communautés établies à proximité. Le phénomène est d’autant plus difficile à apprécier au début de l’Empire que le tracé de la frontière africaine reste discuté, et les indices permettant d’appréhender avec précision les structures sociales des populations vivant dans le voisinage font défaut. Du fait de leur longue histoire, une partie des communautés locales établies à la frontière de la province ne connaissent, semble-t-il, pas au moment de l’institution de la province de Proconsulaire une mutation majeure dans leur organisation interne en liaison avec leur position à la limite, encore parfois théorique, du territoire provincial, de part et d’autre de laquelle elles s’étendent parfois. Il en est différemment à la suite des violents épisodes conflictuels opposant Rome à certaines populations locales lors des premiers temps de la conquête romaine aux confins de la province, conduisant selon toute vraisemblance certains groupes de populations, tels que les Nasamons, à modifier leur aire de peuplement et à opérer un repli territorial.

  • 10 Bertrand, Planas, 2011b, p. 2.

5Le climat de paix durable qui se maintient par la suite au moins jusqu’au milieu du iiie siècle fut-il propice à l’émergence de « sociétés de frontière », à travers lesquelles la frontière agit comme un lieu d’interactions, producteur de liens sociaux et politiques ou même de tensions10, dessinant des aires d’appartenance culturelle spécifiques ? Les témoignages relatifs à la dimension communautaire, et plus particulièrement les indices de cohésion sociale participant au processus de territorialisation, permettent d’envisager l’impulsion donnée à cette évolution sous le Haut-Empire, aux confins de l’Afrique.

I. — L’influence culturelle mesurée de l’armée

  • 11 Le Roux, 1995, p. 407, n. 18.
  • 12 Voir les remarques générales de id., 2000, pp. 268-269, à propos de la péninsule Ibérique.
  • 13 Hamdoune, 2005.
  • 14 La cohorte des Gétules semble avoir pris corps à la faveur des guerres civiles du ier siècle av. J (...)
  • 15 Lassère, 1991, à propos de la cohors Musulamiorum.
  • 16 Id., 1988.
  • 17 Id., 1977, pp. 634-636 et 1980.
  • 18 À propos de Gholaia, voir Mattingly, 1987, p. 82 ; Marichal, 1992, pp. 63-66. Concernant le Castel (...)

6L’armée est régulièrement perçue comme le principal vecteur d’influence, économique et culturelle, dans la zone de la frontière11. En Afrique comme dans d’autres provinces de l’Empire, cette influence présumée sur les populations locales aurait été plus généralement consécutive de l’ampleur prise par le recrutement local, que de la fondation d’établissements civils à proximité des camps12. Dans la continuité de ce qui était déjà pratiqué de longue date dans l’armée romaine — en témoignent l’emploi de cavaliers africains à partir de la deuxième guerre punique13, la mobilisation de Gétules à la fin de la République14, de Musulames15, d’Afri et de Numides formant des unités auxiliaires sous les Flaviens16 —, les camps fondés à la frontière de l’Afrique romaine font appel dès le Haut-Empire à des recrues d’origine locale. L’analyse onomastique de la liste militaire d’époque sévérienne (environ 300 noms de soldats, dont seulement une centaine est toutefois lisible), découverte dans le camp de Vezereos, indique un effectif largement africain à la fin du iie siècle (à la même période, le nombre d’allogènes présents dans la garnison de Lambèse ne constitue qu’une faible proportion des recrues au sein de la légion)17. La composition des troupes stationnant dans les camps de la frontière conduit aux mêmes conclusions. L’origine des militaires en poste à Gholaia ou au Castellum Dimmidi sous les Sévères semble être largement africaine18.

  • 19 Millar, 1967, p. 5.
  • 20 Voir les remarques de Wells, 2005, à propos de la situation dans la région du Danube.
  • 21 Sur ces remarques, voir Mattingly, 1987, p. 82. Également les observations de Ziegler, Mackensen, (...)

7F. Millar affirmait que le recrutement de non-citoyens dans les troupes auxiliaires, et l’octroi de la citoyenneté romaine à l’issue de leur service, constituèrent un facteur essentiel de romanisation des provinces19. De façon générale, s’il demeure difficile de mesurer précisément les incidences du recrutement local en termes de diffusion des pratiques culturelles romaines, certains indices suggèrent toutefois les possibilités, mais aussi les limites posées au processus, de ce type d’enrôlement20. L’origine largement africaine de l’armée romaine à la fin du iie siècle a pu effectivement jouer comme un frein à la propagation de la culture romaine, particulièrement lorsqu’il s’agissait de recrues issues de milieux modestes comme dans le cadre de la garnison de Gholaia21.

  • 22 Le Glay, 1968 ; Février, 1982, p. 329.
  • 23 Hugoniot, 2009, pp. 231-232.
  • 24 Baradez, 1966b ; Hugoniot, 2009, pp. 222-223.
  • 25 Voir le tableau proposé par Le Roux, 1990, p. 204.
  • 26 CIL, VIII, 2488.
  • 27 Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 73-76. Des vestiges identifiés à un camp romain furent repé (...)

8Dans la partie méridionale de la Proconsulaire et de la Numidie, au sud des Némencha et de l’Aurès, le phénomène urbain fut régulièrement lié à la présence militaire22. C’est assurément le cas des villes de garnison de Gemellae et d’Ad Maiores, où l’influence culturelle de l’armée fut prégnante et contribua probablement à la promotion municipale de ces établissements urbains. À Gemellae, le contact des populations non seulement militaires mais également civiles, avec la culture romaine, fut privilégié par la construction d’un amphithéâtre en bordure du camp23. Il présente certaines similitudes avec le petit amphithéâtre de Mesarfelta, qui pouvait accueillir comme lui entre 2 000 et 3 000 personnes : ces deux édifices de spectacle sont les seuls que J. Baradez a repérés dans le Sud de la Numidie24, et constituent plus largement les exemples uniques de ce genre de structure connus à la frontière de la province africaine25. À Mesarfelta, une dédicace datant du règne conjoint de Marc Aurèle et Commode, entre 177 et 180, rappelle des travaux de restauration entrepris sur l’édifice qui était dans un état dégradé, par la Cohors VIa Commagenorum Equitata26, dont le lieu de garnison demeure indéterminé27 : il reste aussi à savoir si cet édifice fut construit à destination de la population civile, ou d’abord pour l’usage de l’armée.

  • 28 À propos du camp, voir la notice récente proposée par Lenoir, 2011, p. 207. Les fouilles menées an (...)
  • 29 Sur cette inscription : D’Escurac-Doisy, 1956, pp. 119-121 ; Le Glay, 1960, p. 489 ; Desanges, 200 (...)
  • 30 Le Glay, 1960, p. 489.

9La relation est plus difficile à établir entre l’implantation d’une garnison à Thabudeos et le développement de l’agglomération, dans la mesure où la datation des rares vestiges découverts, qu’ils soient civils ou militaires, est incertaine28. L’épitaphe, trouvée à Timgad et datée peut-être du iiie siècle, d’un certain C. Iulius Silvanus issu de Thabudeos et célébré de façon un peu pédante et excessive comme un « Cicero Thabudeiensis », tendrait à signifier que la culture latine imprégnait dès cette période certains milieux de sa bourgade d’origine, dont on peine à mesurer pour le Haut-Empire le degré de développement en termes d’urbanité29. La construction d’un cepotaphium, commémorée par l’épitaphe de C. Iulius Silvanus, suggère à tout le moins de sa part une certaine aisance financière30.

  • 31 Pline, Histoire naturelle, 5, 37 (Tuben oppidum), et commentaire de Desanges, 1980a, p. 403. Ptolé (...)
  • 32 Deux inscriptions non datées découvertes sur le lieu mentionnent un municipe : CIL, VIII, 4486 ; B (...)
  • 33 CIL, VIII, 18634-18635. Voir Gascou, 1972, p. 204.
  • 34 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 25. Une inscription trouvée à Barika, à quelques kilomètres de (...)
  • 35 Sur le personnage, plus connu comme comes Africae : Mandouze, 1982, pp. 152-155.
  • 36 Augustin, Lettres, 220 ; CSEL, 57, pp. 431-441.
  • 37 Modéran, 2008, p. 104. Voir également id., 2014, p. 111. Sur les problèmes posés par cette interpr (...)

10La présence de foyers d’urbanisme préromains développés aux marges prédésertiques de la Numidie favorisa de façon plus tangible sur d’autres sites la propagation de la culture romaine, et motiva peut-être le choix de l’autorité romaine d’y établir une garnison. L’exemple de Tobna peut en donner la mesure. Situé à la limite orientale de la steppe prédésertique du Hodna, en bordure septentrionale du Sahara, le noyau de peuplement établi là est qualifié par Pline l’Ancien d’oppidum31. Il reçoit le statut de municipe à une date indéterminée32 : la mention de la tribu Papiria dans laquelle furent inscrits certains habitants suggérerait de placer la promotion de la ville sous le règne de Trajan, Marc Aurèle, Commode ou Septime Sévère33. À la fin de l’Antiquité, la Notitia Dignitatum en fait le chef-lieu d’un district militaire, le limes Tubuniensis34. C’est également là que se rend Augustin au cours des années 420, afin de dissuader Boniface35, alors tribun militaire, de réaliser son désir de devenir moine36. Rien ne permet toutefois de considérer la région de Tobna et du Hodna comme l’un des points les plus menacés par les mouvements sahariens à l’époque romaine et par conséquent l’« une des frontières méridionales les mieux gardées de toute l’Afrique37 » depuis le iie siècle comme a suggéré de le faire Y. Modéran, s’appuyant alors d’un point de vue archéologique sur les interprétations de J. Baradez.

  • 38 Sur l’évolution urbaine de la ciuitas Nybgeniorum à la Turris Tamalleni : Trousset, 2011.
  • 39 Broughton, 1929, p. 123 ; Gascou, 1982a, p. 189.
  • 40 Ibid., pp. 172-173.
  • 41 Trousset, 1990a.
  • 42 Ibid., pp. 165-167 ; Ferchiou, 1991, pp. 86-87.
  • 43 Il faut également faire mention du poème laissé par un apprenti poète arzugitain répertorié dans l (...)
  • 44 Sur ce site : Trousset, 1974, pp. 46-47 ; Desanges et alii, 2010, p. 98.
  • 45 CIL, VIII, 22796 (= AE, 1906, no 17). À propos de cette inscription, voir les remarques de Février(...)
  • 46 Voir le commentaire du CIL, VIII, 22796. Également Belkahia, Di Vita-Évrard, 1995, p. 257.
  • 47 Selon Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3, 49, 1-3, les oasis du désert libyque étaient (...)
  • 48 Ferchiou, 1991, pp. 88-92.
  • 49 Shaw, 1984, pp. 170-171 ; Trousset, 1987 ; Meuret, 1996 ; Trousset, 2011, p. 212.

11Vers l’est, l’implication de l’armée et des vétérans dans le développement des cités du Sud tunisien sous le Haut-Empire reste à démontrer. Le facteur militaire n’a très probablement pas participé à la promotion au rang de municipe de Turris Tamalleni sous Hadrien38, contrairement à l’hypothèse avancée de la préexistence d’un fort qui aurait permis la création du municipe39. La même remarque s’applique à la colonie de Capsa, communauté oasienne dont l’ouverture à la culture romaine se fit sans doute par le biais des échanges commerciaux40. L’origine militaire de la ciuitas et du castellu(m) de Thiges n’est également aujourd’hui plus retenue41. L’originalité du peuplement dans la région des chotts tunisiens, et son dynamisme, tiennent probablement aux spécificités préromaines des formes d’urbanisation en milieu oasien42 qui, tout en conservant certaines structures antérieures à la conquête, empruntent progressivement à la culture romaine comme le montre l’abondance des vestiges antiques dans la partie méridionale du Nefzaoua43. En attestent les nombreux remplois de matériaux romains repérés dans les maisons actuelles à Kebili (Ad Templum ?) à l’est du jbel Tebaga44, aux confins de la province romaine. Une inscription du règne de Trajan découverte dans le jbel Asker et conservée dans l’oasis pourrait en outre rappeler la présence de sufètes dans la bourgade antique45, à moins que le témoignage épigraphique ne se rapporte à une autre communauté civique : l’éditeur proposait d’y voir une allusion à Capsa46. De façon générale, une urbanisation précoce autour d’un habitat fortifié traditionnel préromain47 — que pourraient signaler le substantif turris dans le cas de Turris Tamalleni, dont l’architecture témoigne à la fois de l’héritage punico-numide et d’une influence italique d’inspiration tardo-républicaine liée peut-être à la présence d’un petit noyau de peuplement italien48, ou encore le substantif castellum à propos de Thiges —, ainsi que la présence auprès des sources aquifères de communautés fortement structurées autour d’un règlement des eaux — à l’exemple de Tacapes ou de Lamasba — ont pu constituer les facteurs favorables, dans le Sud tunisien, à l’adoption d’une vie municipale selon le modèle romain49.

  • 50 Le Bohec, 1989a, pp. 548-572 et 1989b, pp. 179-180.
  • 51 Cadotte, 2009.
  • 52 C’est la question que pose en préambule l’étude de Benseddik, 2009. Voir également Le Roux, 2002a.
  • 53 Concernant la Numidie méridionale, voir la liste des camps et des divinités attestées à travers le (...)
  • 54 Haynes, 2014.

12Sur le plan culturel, les pratiques religieuses sont régulièrement invoquées comme vecteurs de diffusion de la romanité au sein des camps50. L’armée aurait notamment contribué spécifiquement à la propagation des cultes solaires en Afrique51. L’influence du contexte militaire est-elle plus particulièrement perceptible dans la vie religieuse à la frontière de la province ? Les dédicaces religieuses ainsi que les constructions de temples attribuées à l’armée romaine et découvertes à l’extérieur de l’enceinte des camps, qu’elles relèvent d’une initiative collective ou bien d’un acte individuel de dévotion, posent de façon concrète la question de la religiosité des soldats : sont-elles le reflet d’une identité religieuse locale, ou bien l’expression de pratiques cultuelles liées à l’origine des soldats ou encore à leur appartenance professionnelle52 ? Même s’il reste difficile de le mesurer précisément car la documentation, qui n’est pas pléthorique53, ne permet pas d’établir de comparaisons approfondies dans le contexte africain, il n’y a très certainement pas de réponse unique et il n’était pas rare que soldats et civils fréquentent les mêmes lieux de culte à l’extérieur des camps comme l’atteste l’exemple du sanctuaire de Liber Pater à Apulum en Dacie, jouant peut-être un rôle particulièrement important d’un point de vue communautaire à l’occasion des Liberalia54.

  • 55 Trousset, 1986d. Également les remarques générales de Benseddik, 2009, pp. 251-252.
  • 56 Ibid., pp. 250-253.

13Un premier élément qui doit retenir l’attention tient au fait qu’il n’existe pas de divinité spécifiquement associée à la frontière provinciale. L’étude du culte de Mercure, très présent en Afrique proconsulaire, en apporte la preuve. S’il connut une certaine faveur chez les militaires, il est plus largement attesté dans la province africaine, notamment en milieu rural, et n’est pas lié de façon particulière au passage de la limite provinciale55. « Les dieux de Rome ne sont pas seulement ceux de l’armée » : le cadre régional de la Numidie méridionale se prête particulièrement à la démonstration56.

  • 57 Rebuffat, 1990.
  • 58 Sur son temple : id., 1972-1973a.
  • 59 Sur l’édifice qui lui est consacré : id., 1974-1975b, pp. 215-220 et 1976-1977a, pp. 51-54.
  • 60 Le Bohec, 2000, p. 224, n. 137.

14Certaines pratiques observées dans le sud de la province laissent toutefois entrevoir des spécificités culturelles auxquelles la présence de garnisons confère une visibilité tangible. Les témoignages archéologiques et épigraphiques relatifs au camp de Gholaia fournissent à ce titre le cas d’étude le mieux documenté. Si la vie militaire imposait un attachement à la tradition romaine, bien attesté à Gholaia et plus régulièrement observé à travers l’Empire quel que soit le lieu d’implantation des camps, le culte rendu aux divinités locales semble avoir fortement marqué les pratiques religieuses de la garnison africaine57. L’identification de trois temples, sur les cinq sanctuaires édifiés en dehors du camp et de l’agglomération, l’induit fortement. Construits grâce au concours des militaires en stationnement, ils étaient consacrés aux divinités d’origine libyque, Jupiter Ammon58 et Mars Canapphar59, assimilés à des dieux romains, ainsi qu’à Vanammon. Est-ce alors la position géographique du fort et son isolement aux confins de la province qui auraient permis une certaine indépendance en matière cultuelle60, ou bien la prégnance d’une culture préromaine fortement ancrée dans ces marges africaines qui explique la présence de ces cultes dans le voisinage de la garnison ?

  • 61 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 255-265.
  • 62 IRT, 920. Voir Rebuffat, 1972-1973a, pp. 128-131 ; Di Vita-Évrard, Rebuffat, 1987, p. 111, n. 16 ; (...)
  • 63 Rebuffat, 1972-1973a, p. 131.
  • 64 Id., 1985c, p. 229 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 265.

15Jupiter Ammon, qui était l’objet d’un culte répandu aussi bien sur la côte qu’à l’intérieur de la Tripolitaine, était particulièrement vénéré sur les pistes du désert libyque et probablement sollicité à ce titre par les voyageurs fréquentant ces itinéraires61. À Gholaia, la dédicace faite par un centurion du nom de Tullius Romulus le remercie en tant que dieu protecteur du Retour à l’occasion de la rentrée au camp de la uexillatio, le 26 décembre 205, très certainement après une mission dans la région62. Sans doute la compétence topographique supposée du dieu explique-t-elle que le dédicant, dont la troupe se déplaçait dans l’aire d’action de Jupiter Ammon, ait eu recours à lui63. L’origine libyque ou punique éventuelle du centurion Tullius Romulus pourrait en outre avoir contribué à motiver le recours à une divinité qui ne lui était pas étrangère64.

  • 65 Ibid., pp. 156-159, 293.
  • 66 Ibid., p. 251.
  • 67 Ibid., p. 249.
  • 68 Corippe, Johannide, 2, 109-111 ; éd. de Joseph Partsch, MGH a.a., t. III/2, p. 19. Voir Brouquier- (...)
  • 69 Ibid., p. 253.
  • 70 Speidel, 1992b.

16La dédicace du temple consacré à Mars Canapphar, qualifié d’Augustus, place sa construction dans le cadre du culte impérial65. Ce dieu guerrier renvoie semble-t-il à une divinité libyque, rapprochée de Sinifere, lui-même identifié à un Mars libyque : son nom est alors formé par la juxtaposition du nom romain et du nom indigène romanisé66. Les temples de Gholaia dédiés à Mars Canapphar et à Vanammon constituent les deux seuls édifices cultuels de divinités indigènes identifiés en Tripolitaine67. Vanammon, divinité inconnue par ailleurs, est rapproché du dieu Gurzil, fils du dieu Ammon selon Corippe68. À la différence des temples de Jupiter Ammon et de Mars Canapphar, la construction de l’édifice dédié à Vanammon, qualifié d’Auguste, relève d’une initiative personnelle due à un centurion répondant au nom libyque d’Aurelius Varixen69. La lecture révisée de la dédicace proposée par M. Speidel suggère qu’il s’acquittait d’un vœu : promu centurion dans la IIIe légion Auguste grâce aux suffrages de la vexillation qu’il commandait, il finança la construction du temple en remerciement à la divinité invoquée pour l’obtention de cette nomination70.

  • 71 Corippe, Johannide, 8, 304-309 ; éd. de Joseph Partsch, MGH a.a., t. III/2, pp. 101-102.
  • 72 Brouquier-Reddé, 1992, p. 253. À propos des pratiques religieuses à Ghirza : ibid., pp. 146, 218-2 (...)
  • 73 Rebuffat, 1990, p. 142.
  • 74 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 260, 293.

17Corippe attribuait aux Maures la vénération commune de Sinifere, Gurzil et Jupiter Ammon71. Sans doute faut-il voir dans les populations fidèles à ces divinités des tribus de Tripolitaine : Gholaia, et de façon hypothétique Ghirza, constituent les seuls endroits où les trois divinités sont mentionnées ensemble72. La localisation privilégiée de leurs cultes dans le sud de la province tient-elle seulement au hasard des découvertes archéologiques ? Est-elle spécifiquement liée à la culture locale du lieu d’implantation de la garnison de Gholaia, ou encore à l’origine personnelle des soldats issus de diverses régions de la province ? Cette dernière éventualité est écartée par R. Rebuffat, pour qui la personnalité et l’origine des centurions impliqués ne sont pas en cause, ceux-ci s’adressant de façon régulière aux dieux locaux liés à l’endroit de leur garnison, afin d’assurer leur protection73. C’est ce que suggère également V. Brouquier-Reddé, qui met toutefois à part le culte rendu à Jupiter Ammon qui pourrait avoir été plus spécifiquement lié à l’armée, et importé par les soldats : il est honoré à Bostra par la legio IIIa Cyrenaica74.

  • 75 Sur ce sujet, voir le tableau synthétique proposé ibid., p. 305, à partir de la documentation publ (...)
  • 76 Ibid., pp. 156-159.
  • 77 Ibid., pp. 148-151, 155-156, 159-160.
  • 78 Ibid., pp. 151-154.
  • 79 Les aménagements du temple de Mars Canapphar conduisent à postuler la présence d’un corps sacerdot (...)

18L’occupation différenciée des temples de Gholaia après le départ de la garnison en 259-263 fournit la preuve que Jupiter Ammon n’était pas honoré dans la localité spécifiquement en tant que divinité militaire75. Si la période d’occupation du sanctuaire de Mars Canapphar demeure incertaine76, l’examen du matériel archéologique suggère que les deux temples de dédicaces inconnues, ainsi que le sanctuaire consacré à Mars Vanammon, ne sont plus fréquentés après le iiie siècle77. Tel ne paraît pas avoir été le cas du temple de Jupiter Ammon, encore utilisé une fois que l’armée eut quitté les lieux78. L’occupation interrompue de certains temples, après l’abandon du fort, laisse envisager qu’ils étaient essentiellement fréquentés par les militaires, tandis que la population locale continua à entretenir les sanctuaires qui lui étaient les plus familiers. Le fonctionnement des différents temples de Gholaia reposait aussi sur un clergé conséquent79, qui perdit peut-être de ses recrues avec le départ de la garnison, expliquant alors qu’une partie seulement des sanctuaires ait continué à fonctionner.

19Ce fut le cas du temple dédié à Jupiter Ammon, dont le culte faisait probablement partie des pratiques religieuses locales. Il était d’autant plus naturel aux soldats en garnison de s’en remettre à lui et de solliciter sa protection qu’il s’agissait pour ces hommes, sans doute en grande majorité d’origine africaine, d’une divinité qui leur était familière à titre personnel. Il n’y a alors pas lieu d’y voir une divinité spécifiquement militaire. L’abandon du temple de Vanammon une fois l’armée partie ne permet pas pour autant d’affirmer qu’il s’agissait d’un culte caractéristique de la garnison : les dimensions très modestes du sanctuaire (3,40 m avec l’abside, sur 2,70 m), dont la construction s’inscrivait dans un contexte personnel — la réalisation du vœu formulé par le centurion Aurelius Varixen —, peuvent expliquer qu’il ne fut pas le lieu d’une dévotion plus largement partagée.

  • 80 Baradez, 1949a, p. 104 ; Trousset, 1977 ; Speidel, 1991, propose une lecture révisée des inscripti (...)
  • 81 Ibid.
  • 82 Davies, 1969, pp. 118-119 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.
  • 83 Speidel, 1991, p. 115.
  • 84 Ibid.
  • 85 Sur ces divinités : Camps, 1995b, pp. 2335-2340, qui fournit notamment la liste des dédicaces avér (...)
  • 86 Speidel, 1991, p. 118.
  • 87 Sur cette unité : Benseddik, 1979, pp. 30, 197.
  • 88 CIL, VIII, 9906, 9907, 21704.
  • 89 Lenoir, 1986.
  • 90 ILAlg, I, 3596, restituée ainsi par Speidel, 1991, p. 118 : « [---]rio Genio campi Aul(isuae) sacr (...)

20La documentation relative à la ville de garnison de Gemellae, dont l’interprétation reste toutefois débattue, suggère également l’influence des pratiques religieuses locales sur la vie de l’armée frontalière. Les Dii Campestres sont mentionnés sur deux inscriptions retrouvées dans un petit temple à abside, auxquels il pourrait par conséquent avoir été consacré, construit à proximité du camp80. Il s’agit de l’unique sanctuaire dédié aux Campestres, retrouvé dans l’empire. C’est aussi en Afrique que furent découverts les seuls autels connus, au nombre de quatre, dédiés aux Dii Campestres : outre les deux exemplaires mis au jour à Gemellae, deux autres furent retrouvés à Lambèse81. Les Campestres constituaient les dieux des terrains d’entraînement, auxquels les cavaliers principalement vouaient une dévotion. À Gemellae, la situation du temple à l’extérieur du camp fut attribuée à l’existence supposée82, à proximité, d’un terrain d’entraînement dont les recherches archéologiques n’ont toutefois pas permis de confirmer la présence83. Les deux dédicaces, dont l’une est datée des années 222-235, furent gravées sous la responsabilité du préfet de l’ala I Pannoniorum84. Pour M. Speidel, l’appellation Dii Campestres, spécifiquement attestée en Afrique, fut formée sur le nom des Dii Mauri qui étaient des dieux familiers aux cavaliers africains85, facilitant ainsi l’adoption de divinités qui leur étaient étrangères86. Il suggère d’identifier l’un de ces Dii Campestres au dieu maure de la fécondité Aulisua, invoqué sur des dédicaces de l’ala exploratorum Pomariensium dont l’appellation rappelle le recrutement local87, à Tlemcen et dans ses environs88. À cette divinité fut également consacré un autel sur lequel figure un cheval, à Volubilis89. Elle pourrait en outre être associée ou identifiée au Genio Campi, sur une inscription de Théveste90.

  • 91 Le Glay, 1966b, pp. 388-389 ; Trousset, 1977, 1998a, pp. 3012-3013 ; Benseddik, 2009, pp. 258, 270
  • 92 Le Glay, 1966b, pp. 388-389.
  • 93 Cadotte, 2009.
  • 94 Le Glay, 1966b, pp. 92-93.
  • 95 Ibid., pp. 90-91 ; Morizot, 1976, pp. 143-146.
  • 96 Le Glay, 1966b, p. 92.
  • 97 À Lambèse même, la majorité des stèles dédiées à la divinité émane du clergé lié à son culte, et n (...)

21À l’extérieur de la ville de Gemellae, un culte fut semble-t-il rendu d’une part à la déesse Afrique, d’autre part à Saturne comme le suggère la présence de stèles dédiées à cette divinité, restées toutefois inédites91. La représentation de deux mains droites qui s’étreignent (la dextrarum iunctio), sur le registre inférieur, a conduit M. Le Glay à les rapprocher des stèles d’El Kantara, qui présentent la même particularité92. La localisation singulière de la figuration de ce geste d’initiation, associée à une présence militaire liée à la proximité de la frontière de Numidie, incita le chercheur à envisager la possibilité d’un rituel d’origine orientale qui aurait pu être introduit en Afrique par les unités venues d’Orient, dont l’influence se retrouve peut-être également à travers les dédicaces à Saturne de nature céleste93. Le culte africain, qui témoigne d’un certain conservatisme régional94, ne fut pas toutefois affecté dans sa signification. La dévotion à Saturne paraît avoir connu plus généralement un essor tout à fait remarquable sous les Sévères, aux confins de l’Aurès : la région concentre semble-t-il le plus grand nombre de temples dédiés à la divinité ; ils se multiplient au cours de la période soit par constructions, soit par restaurations ou agrandissements d’édifices préexistants95. Outre la présence militaire96, dont l’implication dans les mentions du culte à Saturne n’est pas explicite97, l’essor économique de la région et l’évolution de son peuplement ont plus sûrement pesé dans la diffusion du culte rendu à l’une des plus importantes divinités d’Afrique romaine.

  • 98 Sententiae episcoporum numero LXXXVII de haereticis baptizandis (concile de Carthage, 256) : CSEL, (...)
  • 99 Sententiae episcoporum, 5.
  • 100 Sententiae episcoporum, 82. Pour la discussion sur l’identification de l’évêché de Gemellae mentio (...)
  • 101 Sententiae episcoporum, 15.
  • 102 Sententiae episcoporum, 45. Voir Duval, Saxer, 1998, pp. 251-252.
  • 103 Maier, 1973, pp. 22-24 ; Duval, 1984, pp. 504-511.
  • 104 Benseddik, 2009, p. 264. Sur la christianisation de la région de l’Aurès : Morizot, 1997a, p. 268.

22Pour finir, la présence militaire dans le sud de la province participa peut-être indirectement à l’évolution religieuse majeure qui affecta le territoire de l’Afrique proconsulaire, où le christianisme se répand jusque dans les confins numides sous le Haut-Empire. Au concile de Carthage tenu au printemps 25698, Tobna99, Gemellae (?)100, Ad Badias101 et Midili102 (cité voisine de la ville de garnison d’Ad Maiores) sont ainsi en mesure d’envoyer des évêques103. La diffusion précoce du christianisme dans la région de l’Aurès, auprès des petites agglomérations indigènes développées notamment à la faveur d’une présence militaire au sud du massif, et aussi en partie peut-on suggérer grâce à l’essor de l’oléiculture, pourrait expliquer le nombre proportionnellement limité de témoignages concernant les cultes païens recueillis dans la zone aurasienne104.

II. — Une identité culturelle spécifique des communautés établies aux confins de la province ?

  • 105 Bauduin, 2008, p. 7.
  • 106 Camps, 1995c.
  • 107 Longerstay, 2011.

23L’identité ethnique constitue le résultat de « processus de construction (et de reconstruction) par lesquels les individus et les groupes s’identifient eux-mêmes par rapport aux autres dans des contextes spécifiques105 ». Au cœur des enquêtes menées sur la question de la pluralité des identités régionales qui auraient caractérisé l’Afrique antique, l’architecture funéraire et les différents répertoires auxquels elle fait appel — d’influences libyque, punique, ou encore gréco-romaine — sont régulièrement invoqués pour comprendre les spécificités sociales et culturelles plus générales des communautés auxquelles ces témoignages se rapportent. Différents contextes funéraires, observés du nord au sud de la province, ont fourni le cadre géographique à ce questionnement106. Les monuments d’origine préromaine désignés sous le terme d’haouanet, et leur localisation particulière au nord-ouest de l’Afrique proconsulaire, ont ainsi conduit à s’interroger sur l’existence d’une identité régionale qui aurait pu constituer le préambule à des structures administratives spécifiques sous l’Empire107. Les éléments de réponse dégagés à l’issue de l’étude menée par M. Longerstay ne confirment pas, néanmoins, l’hypothèse d’une dimension identitaire du territoire sur lequel se concentrent les vestiges d’haouanet.

  • 108 Prados Martínez, 2012.
  • 109 Voir les remarques de Ferchiou, 1995a, pp. 113-115, sur le statut social des commanditaires, étudi (...)
  • 110 Ferchiou, 1995a, p. 115 ; Bentivogli, 2004, pp. 434-435.

24Dans un autre contexte culturel, la zone géographique de la frontière s’est également prêtée à la question d’une identité régionale affirmée. Les monuments funéraires observés au sud de la province furent de fait interprétés comme des éléments constitutifs d’une frontière culturelle, idéologique et politique, dessinée entre le territoire romain et l’espace saharien108. C’est toutefois conférer plus qu’il n’en faut des intentions idéologiques à des monuments qui relèvent d’initiatives personnelles et sont conçus par leurs propriétaires comme des témoins ostentatoires de leur vie sociale et de leur réussite économique, liée à l’ouverture commerciale sur la Méditerranée dont atteste d’ailleurs l’emprunt aux répertoires architecturaux gréco-romains109. Les mausolées de Gemellae (Sidi Aïch) à proximité de Capsa, qui recourent au registre turriforme à couronnement pyramidal d’influence punico-libyque répandu dans le Sud tunisien, ont ainsi servi de sépultures aux riches propriétaires des grandes fabriques de céramique produisant de la sigillée et des conteneurs pour la production d’huile dans la région110.

  • 111 Brogan, 1965a, pp. 54-55 ; Ferchiou, 1989.
  • 112 « Dis Manibus Sac(rum) / Q(uintus) Apuleus Maxssimus / qui et Rideus uocaba/tur Iuzale f(ilio) Iur (...)
  • 113 Ferchiou, 1989, 1995a, p. 129.

25En direction de la frontière, le fameux monument funéraire d’El Amrouni, à une quarantaine de kilomètres au sud de Tataouine, offre un témoignage tout à fait remarquable. Décoré de bas-reliefs à sujets mythologiques, il porte une dédicace bilingue, latine et libyco-punique111. Les tria nomina du défunt, Q. Apuleus Maximus Rideus, attestent sa citoyenneté romaine112. La parure ornementale de l’édifice semble être l’œuvre d’un atelier d’influence gréco-romaine, dont les travaux contrastent avec les tendances du répertoire néopunique encore très répandu dans le sud de la province ; d’après l’analyse architecturale effectuée par N. Ferchiou, l’ensemble est daté de la fin du ier siècle ou du début du iie siècle113.

  • 114 Di Vita, 1964, pp. 70-71 et 1968, p. 29, à propos du mausolée B de Sabratha.
  • 115 Mattingly, 1987, p. 76 et 1995, pp. 162-163.
  • 116 Brogan, Reynolds, 1985.
  • 117 Brogan, 1964 ; Levi della Vida, 1964. D. J. Mattingly (voir Mattingly, 1987, p. 76 et 1995, p. 163 (...)
  • 118 Barker, Jones, 1982, pp. 6-7 ; Mattingly et alii, 1996.
  • 119 Sur la question de l’influence de la culture punique jusqu’aux confins de la province : Di Vita, 1 (...)
  • 120 Shaw, 1984, p. 171 ; Mattingly, 1987, p. 75 et 1995, pp. 162-167 ; Grahame, 1998, p. 94.
  • 121 Goodchild, 1954b ; Mattingly, 1987, pp. 75-77 ; Marichal, 1992, p. 47 ; Ziegler, Mackensen, 2014.

26Le modèle architectural de l’obélisque adopté par le mausolée d’El Amrouni reflète également les goûts des élites locales en matière funéraire, fortement influencées par la culture punique à laquelle appartient la construction de ce type de tombeau114. À l’exemple du monument d’El Amrouni, les tombes à obélisque se multiplient dans la région des oueds, à l’est de la Tripolitaine intérieure, semble-t-il dès la fin du ier siècle apr. J.-C.115. De tels édifices se retrouvent dès cette période dans les régions de l’oued Antar116, de l’oued el-Amud117, ou encore plus à l’est dans la région de l’oued Umm el-Agerem où les mausolées sont datés de la fin du iie siècle ou du début du iiie siècle118, en lien avec la forme d’habitat rural qui se développe alors dans le prédésert de Tripolitaine et dont le mode de construction est également d’origine punique119. L’influence punique, également tout à fait perceptible sur le décor des tombes plus modestes découvertes dans le contexte des fermes en opus africanum120, concerne par ailleurs les usages vernaculaires maintenus aux confins de la province jusqu’à la période tardive121.

  • 122 Brogan, 1965a, pp. 49, 51-53 ; Trousset, 1974, pp. 107-126 (sites nos 120, 121, 122, 124, 129, 139 (...)
  • 123 « S’interpose la Phazanie tournée vers les solitudes de l’Afrique déjà mentionnée au-dessus de la (...)
  • 124 Rebuffat, 1972, pp. 322-323 ; Trousset, 1994.
  • 125 Ferchiou, 1995a, p. 114.
  • 126 L’influence à Cidamus des courants artistiques venus du Nord de l’Afrique pourrait être attestée, (...)
  • 127 Mercier, 1953 ; Coro, 1956 ; Rebuffat, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982a, pp. 494-495 et (...)

27L’édifice funéraire d’El Amrouni semble plus particulièrement s’inscrire dans une série de mausolées à décor sculpté érigés dans la région de contact entre la plaine de la Jeffara et la montagne122, sur un itinéraire qui permettait de relier Cidamus aux ports de la Petite Syrte123. L’ensemble de ces monuments paraît alors confirmer l’intégration de la région dans les circuits commerciaux méditerranéens, qui assurent sa prospérité dès le début de l’Empire124. Q. Apuleus Maximus Rideus et les autres propriétaires de mausolées similaires découverts dans la région appartiennent à une aristocratie africaine récemment latinisée, qui semble s’être enrichie par le commerce sur longue distance développé par les relations entre l’Afrique intérieure d’une part, Rome et l’Italie d’autre part125. L’ouverture économique en direction de la Méditerranée romaine explique probablement l’essor particulier de l’oasis de Cidamus, qui entretenait de longue date déjà des liens étroits avec le Nord de l’Afrique126. En rendent peut-être compte les mausolées dits « Asnam », qui n’ont malheureusement pas fait l’objet d’études récentes. Leurs descriptions insistent toutefois sur les ressemblances qu’ils paraissent présenter avec l’imposant groupe d’édifices funéraires beaucoup mieux connus de Ghirza, d’un décor très riche et datés d’une période comprise entre le iiie et le ive siècle127.

  • 128 Id., 2003b, p. 159.
  • 129 Ibid., p. 156.
  • 130 Purcaro, 1996 ; Mattingly, 2003b, p. 169.
  • 131 Brogan, Smith, 1957, 1984 ; Fontana, 1997 ; Mattingly, 2003b, 2011a, pp. 247-267.
  • 132 Ibid., p. 253.

28Les tombes monumentales qui furent découvertes à Ghirza se répartissent dans deux aires cimétériales. L’hypothèse qu’elles aient appartenu à deux familles dominantes de la communauté pourrait être étayée par la présence, au cœur de la zone d’habitat, de deux structures fortifiées qui se distinguent par leur dimension128. Le caractère exceptionnel dont témoigne la concentration de mausolées à Ghirza, unique à l’échelle régionale, suggère que le site revêtait une importance particulière dans la zone du prédésert129. Les répertoires architectural et iconographique dont s’inspirent les tombes monumentales résultent d’une fusion entre les influences punique130, libyque, grecque et romaine131, qui font aussi toute l’ambiguïté de la culture dont ces édifices constituent les témoins visibles132.

  • 133 Ibid., pp. 258-259.
  • 134 Id., 2003b, p. 170.
  • 135 Id., 2011a, p. 266.
  • 136 Id., 1996a, 2011a, p. 266.

29Le caractère monumental des mausolées de Ghirza et la complexité des registres figuratifs auxquels ils font appel constituent l’expression programmatique de la place politique et sociale occupée par les familles des défunts et leurs descendants, au sein de la communauté. La fonction de « chef de clan » ressort très clairement d’un certain nombre de reliefs qui mettent en scène des individus en situation privilégiée (figuration de trône, port d’objets symboliques tels que le sceptre)133 et semblent dénoter une influence romaine en matière de représentation du pouvoir134. Les sculptures renvoient à trois thématiques principales sous lesquelles se rassemblent des scènes à caractère symbolique, des scènes de la vie quotidienne, ou encore des représentations religieuses à propos desquelles le faible emprunt aux éléments standard de l’iconographie funéraire païenne romaine constitue l’un des faits les plus notables. Les choix faits dans le répertoire romain s’expliquent alors sans doute par la résonance qu’ils pouvaient avoir dans la société locale, dont la culture libyque imprègne très largement l’iconographie des mausolées135. Évoquer dans ce contexte une forme intentionnelle de résistance culturelle à l’encontre de Rome, comme cela fut suggéré, est excessif dans la mesure où aucune contrainte tangible n’obligeait les commanditaires des tombeaux à faire explicitement référence à la culture romaine136.

  • 137 Ibid., p. 267.
  • 138 Id., 2003b, p. 168.

30L’importance sociale et politique qui semble avoir caractérisé les propriétaires de ces ensembles funéraires ouvre en revanche des perspectives plus riches de sens. D. J. Mattingly propose ainsi d’interpréter les monuments de Ghirza comme le reflet du pouvoir politique exercé régionalement par la famille à laquelle ils se rapportent, manifesté à travers le culte de son ancêtre : il relie celui-ci à la dimension religieuse revêtue semble-t-il par Ghirza comme lieu de culte du dieu Gurzil, dans lequel les familles des défunts semblent avoir été particulièrement impliquées137. Dans les inscriptions liées aux mausolées, l’injonction faite aux descendants des défunts de perpétuer les rites funéraires entraînant un sacrifice dont l’ampleur laisse envisager une très large participation dépassant le simple cadre familial, suggère effectivement d’associer le culte des ancêtres à un rituel qui concernait et réunissait l’ensemble de la communauté de Ghirza, voire peut-être les populations alentour, à l’occasion de cérémonies en l’honneur de Gurzil dont Ghirza pourrait avoir constitué le lieu de culte principal138.

  • 139 Fontana, 1997, pp. 153-160.
  • 140 Ibid., Tavv. LXII et LXIII, a.

31Une interprétation similaire de la représentation du pouvoir local sur le relief isolé de Mizda, qui ornait un monument dont la nature reste malheureusement indéterminée, fut suggérée par S. Fontana. Celui-ci établit alors un rapport étroit avec les choix figuratifs des monuments de Ghirza139. Selon le chercheur italien, la composition du relief de Mizda pourrait être antérieure au milieu du iiie siècle. La scène représente un dromadaire précédé d’un homme à cheval accompagné peut-être d’un autre cavalier, figurés de profil140. Quatre personnages, aux pieds desquels marchent trois chèvres, devancent le cortège qui se dirige vers un monument que S. Fontana propose d’identifier à un habitat fortifié de type qasr. Il considère celui-ci comme la demeure d’un chef local représenté dans une scène évoquant le retour sur ses terres, avec ses gens et quelques éléments destinés à évoquer la nature de sa richesse. S. Fontana voit aussi dans le relief de Mizda, comme sur ceux de Ghirza, la mise en œuvre d’un langage figuratif spécifique destiné à satisfaire les exigences de l’autoreprésentation des élites locales et créant une image originale du pouvoir, particulière aux confins de la province.

  • 141 Brogan, 1964, pour la description archéologique des vestiges, et Levi Della Vida, 1964, à propos d (...)
  • 142 Mattingly et alii, 1996a, pp. 109-110.
  • 143 Sur cet itinéraire, voir également le chap. viii de cet ouvrage.

32La concentration de vestiges d’époque romaine repérés à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Mizda, dans la région de l’oued el-Amud, parmi lesquels une grande variété de céramique romaine incluant des sigillées d’Italie et du Sud de la Gaule, témoigne d’une occupation de ces confins provinciaux, depuis la fin du ier siècle av. J.-C., et de leur insertion dans les échanges avec la Méditerranée romaine dès cette période141. Elle est vraisemblablement liée à l’essor de la production oléicole qui est attestée archéologiquement et semble avoir excédé les besoins locaux142. Elle fut possiblement favorisée par le passage dans la région de Mizda et de l’oued el-Amud d’un itinéraire conduisant au Fezzan143, où les importations romaines se multiplient à la même période.

  • 144 Aurigemma, 1954, p. 30, suggère une datation comprise entre le iie et le iiie siècle, en concordan (...)
  • 145 Bigi et alii, 2009, p. 44.
  • 146 Itinéraire d’Antonin, 77, 2.
  • 147 Di Vita-Évrard, 1979.
  • 148 Mattingly, 1995, pp. 66-67. Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 149 IRT, 930. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

33La nouvelle hypothèse de datation proposée pour le mausolée de Gasr Doga, dont l’édification fut régulièrement placée au iie ou au iiie siècle144, pourrait en outre faire remonter à la période des Julio-Claudiens l’apparition, dans la zone de la frontière, d’un modèle architectural repris plus tard dans la construction funéraire de Ghirza145. Situé à proximité de la station de Mesphe dans la région du jbel Tarhuna146, le mausolée fut édifié au sud-ouest de Lepcis Magna, aux confins de son territoire avec celui de la cité d’Oea147, peut-être au voisinage des limites méridionales de la province ainsi que pourrait le suggérer leur tracé au début du ier siècle apr. J.-C.148. À la même période, l’itinéraire entre la région du jbel Tarhuna et Lepcis Magna est l’objet d’une attention particulière de la part de l’autorité romaine qui fait entreprendre des travaux routiers sous la direction du proconsul Aelius Lamia149.

  • 150 Voir les remarques de S. Fontana, dans Bigi et alii, 2009, p. 27.
  • 151 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

34Cette position stratégique participa peut-être à conférer un pouvoir particulier à la famille propriétaire du mausolée de Gasr Doga, qui reste l’un des plus imposants monuments funéraires de la Tripolitaine antique150. S’il est difficile de savoir quelle limite — celle de la cité de Lepcis Magna avec Oea ou bien la frontière provinciale — eut des indicences éventuelles sur les spécificités du peuplement local et son organisation sociale, le conflit territorial qui opposa les deux communautés et culmina avec l’invasion du territoire de Lepcis par les Garamantes sous les Flaviens151 suggère nonobstant l’importance que pouvait avoir, pour le chef-lieu lepcitain, le soutien de familles influentes aux confins de son territoire, au contact non seulement de la proche cité d’Oea mais également de populations vivant à l’extérieur de l’Empire au premier rang desquelles le puissant État garamante.

  • 152 Ferchiou, 1987.
  • 153 Voir les remarques de Fr. Bigi (Bigi et alii, 2009, pp. 27-35) et son analyse architecturale du mo (...)
  • 154 Voir l’étude produite par G. Di Vita-Évrard, ibid., pp. 37-39.
  • 155 Ibid., p. 44.

35Le parti pris architectural du mausolée associant des éléments issus de la tradition locale et des modèles extérieurs, ce qui ne constitue pas un unicum pour cette date dans la province152, atteste non seulement la prospérité financière du commanditaire mais également sa volonté d’employer les formes de décor les plus actuelles en Italie, à des fins probablement d’expression de son pouvoir politique153. Deux inscriptions néopuniques, dont l’exceptionnelle qualité de la gravure s’accorde avec le caractère monumental de l’édifice funéraire, furent découvertes à proximité du mausolée, auquel elles se rapportent alors peut-être154. Si les liens avec la ville de Lepcis Magna sont suggérés par la décoration architecturale et la qualité des inscriptions, un fait demeure frappant : les choix faits par le commanditaire de l’édifice, et la dimension imposante de celui-ci, tranchent très clairement avec les mausolées construits sur la côte lepcitaine155. L’édification du mausolée de Gasr Doga et ses particularités pourraient dès lors être le reflet, empruntant aux formes d’expression architecturale hellénistique, du pouvoir spécifique dont bénéficiait localement son propriétaire.

  • 156 Goodchild, 1951, pp. 51-56 ; Brouquier-Reddé, 1992, pp. 130-132 ; Mattingly, 1995, p. 71.
  • 157 Iscrizioni Puniche della Tripolitania (1927-1967), éd. de Giorgio Levi Della Vida, Maria Giulia Am (...)
  • 158 Floriani Squarciapino, 1996.

36Il faut peut-être aussi envisager une dimension religieuse participant à l’importance sociale qui fut la sienne de son vivant. L’hypothèse est suggérée par la construction d’un temple d’Ammon, contemporaine de celle du mausolée, à Ras el-Haddagia à 7 km au sud-est de Gasr Doga156. La dédicace néopunique du sanctuaire présente d’étroites similitudes avec l’épigraphie de Gasr Doga157. L’emploi exceptionnel de la formule officielle de datation selon les canons romains par la référence au proconsul d’Afrique alors en charge, sur la dédicace du temple et semble-t-il également sur les inscriptions de Gasr Doga, visait sans doute à conférer à ces différents monuments une dimension politique et sociale particulière. L’onomastique du donateur qui présida à la construction du temple d’Ammon, et ses éléments de généalogie, attestent une origine libyque qui paraît également avoir été celle du propriétaire du mausolée de Gasr Doga. Les échanges économiques réalisés dans le cadre provincial contribuèrent probablement à l’essor de cette élite d’origine africaine, qui empruntait alors au répertoire romain pour nourrir les formes d’autoreprésentation de son pouvoir politique local, légitimé semble-t-il également par une forte implication dans les pratiques religieuses traditionnelles. Si la divinité invoquée dans la dédicace du temple de Ras el-Haddagia fut identifiée à l’Ammon de Siwa, l’hypothèse qu’il se soit agi du Ba’al Hammon d’origine punique n’est toutefois pas à exclure : la présence du dieu à Lepcis, suggérée par la statuaire, pourrait impliquer qu’un culte lui était consacré dans la cité158.

  • 159 Rebuffat, 1974-1975a ; Marichal, 1992, pp. 100-101, sur les mesures utilisées pour indiquer les qu (...)
  • 160 Edwards et alii, 2010, pp. 346-351, 368-370 ; Mattingly et alii, 2010, p. 242.

37À Gasr Doga comme dans la région du prédésert, l’influence de la culture punique est surtout attestée au sein des élites locales. Elle semble néanmoins avoir été plus faible aux confins de la province si l’on en juge par le maintien de la langue libyque ou plutôt des parlers libyques, sans doute plus largement répandus en milieu rural dans la région du prédésert comme en atteste notamment la documentation de Gholaia159, et jusqu’au Fezzan160.

  • 161 Il y a un parallèle tout à fait significatif avec la situation à l’extrémité orientale du désert l (...)
  • 162 Voir à ce sujet le maintien de l’usage du punique dans les campagnes de Numidie, que signale Augus (...)
  • 163 Mattingly, 1987, pp. 89-90.

38La diffusion, également d’origine méditerranéenne, de la culture romaine qui atteint les confins de la province africaine et dépasse même sa frontière, touche de même d’abord les milieux aisés et trouve son terrain d’expression privilégié en milieu urbain161. À l’exemple de ce qui se produit ailleurs dans la province162, le milieu rural a joué davantage le rôle de conservatoire des traditions sociales et culturelles indigènes. Les régions de la frontière provinciale, numide et tripolitaine, ne présentent à ce titre aucune originalité culturelle particulière, si ce n’est que les zones rurales dominent très largement dans ces espaces prédésertiques. D’un point de vue culturel, la précocité du christianisme attesté dès le iiie siècle aux confins de la Numidie contraste néanmoins avec le dynamisme des croyances préromaines et de la religion païenne dans le Sud de la Tripolitaine orientale jusqu’à une époque tardive163. Le poids de la culture libyque prend un nouveau relief avec l’adoption de l’habitat fortifié qui se diffuse largement au cours du iiie siècle, et pose la question de la nature du pouvoir politique local actif dans le Sud de la Tripolitaine orientale à partir de cette période.

III. — Quelle influence de la frontière sur l’organisation sociale des communautés vivant à proximité ?

  • 164 Id. et alii, 1996, pp. 112-113.

39Dans la région du prédésert de Tripolitaine, la construction de coûteux mausolées, davantage que la taille modeste des fermes construites en opus africanum, rend compte du rôle socio-économique rempli par les élites locales, desquelles dépendaient probablement de vastes propriétés164. Il est possible de postuler dès la fin du ier siècle apr. J.-C., dans le contexte pacifié de la province, le développement d’une hiérarchie sociale bien marquée dans le sud du territoire provincial, impliquant de grandes disparités de richesse entre les différents groupes sociaux dont certains profitèrent semble-t-il de la nouvelle ampleur prise par les échanges avec la côte méditerranéenne. C’est à ces familles et à leurs descendants qu’il revient d’avoir répandu un nouveau type d’habitat avec la multiplication des fermes fortifiées (qsur), qui remplacent progressivement les fermes ouvertes en opus africanum.

  • 165 Dore, 1985 ; Mattingly, 1987, pp. 84-88 ; Dore, 1988 ; Mattingly, 1989a, pp. 141-143 ; Dore, 1990.
  • 166 Rebuffat, 1988 ; Reddé, 1988 ; Mattingly, Hayes, 1992, pp. 415-416.
  • 167 Ibid., p. 416.

40Cette forme d’habitat fortifié est présente dans la région du prédésert de Tripolitaine à la fin du iie siècle ; le mouvement prend toutefois surtout de l’ampleur au cours du iiie et du ive siècle165. Il se répand depuis la côte à l’intérieur des terres le long des oueds dans la Syrtique, sous le Haut-Empire166. Les raisons qui ont motivé cette transformation de l’architecture domestique n’apparaissent pas clairement. Le caractère défensif des structures ne doit toutefois pas être interprété dans le sens d’une réorganisation défensive de la zone frontalière conférant une fonction paramilitaire aux habitants du prédésert. La large propagation du modèle de la ferme fortifiée à la fin de l’Antiquité dans la région du jbel, au cœur du territoire des cités côtières, le confirme167.

  • 168 Ammien Marcellin, Histoires, 28, 6, 1-30.

41Aucun indice tangible ne suggère en outre un contexte d’insécurité croissante. La menace que font peser les Austuriani et les Laguatan depuis le sud de la province est plus tardive : Ammien Marcellin se fait l’écho de leurs raids en Tripolitaine et en Cyrénaïque au cours des années 363-367168. Même si leurs actes de pillage commencèrent avant, ils restent postérieurs à la période d’essor des fermes fortifiées dans le prédésert. L’évacuation du camp de Gholaia au cours des années 260 ne constitue pas davantage le signe avéré d’un contexte conflictuel grandissant auquel Rome n’aurait pas réussi à faire face. Rien ne permet effectivement de lier ce repli de l’occupation militaire à des événements locaux particuliers. Le déploiement nécessaire des troupes romaines sur d’autres fronts de l’Empire motiva peut-être plus directement cette décision.

  • 169 Voir les remarques de Benseddik, 1980, qui évoque le « militarisme archéologique » ; Mattingly et (...)
  • 170 C’est le tableau qui ressort des données archéologiques actuelles : ibid., pp. 178-185.

42Les fermes et les villages fortifiés, dont l’appellation générique de qsur recouvre en fait une diversité architecturale — de la tour au hameau fortifié —, semblent avoir été particulièrement répandus dans la région frontalière. L’adoption de ce type d’établissements ruraux s’inscrit toutefois dans des contextes variés qui ne permettent pas d’invoquer systématiquement le motif militaire, régulièrement surestimé dans l’historiographie contemporaine169. La multiplication des sites d’habitat fortifié à travers les provinces africaines à la fin de l’Antiquité, plus particulièrement en Numidie et en Tripolitaine170, apparaît comme une résurgence bien plus qu’une innovation dans le paysage architectural africain, dont la tradition préromaine connut différentes formes d’établissements ruraux fortifiés bien avant la période du Haut-Empire.

  • 171 Jones et alii, 1983, pp. 52-54.
  • 172 Fontana, 1997, pp. 149-150 ; Mattingly, 2011a, p. 259.
  • 173 Id., 1987, pp. 87-88 et 1995, p. 147.

43La recherche d’une nouvelle expression de leur place sociale, à travers un habitat présentant un certain caractère de prestige, explique probablement le goût des élites locales pour cette architecture domestique, à l’est de la Tripolitaine171. La question demeure de savoir ce que sous-tend, en termes d’organisation socio-économique, l’adoption de ce type d’habitat. La concentration renforcée d’une certaine puissance économique, de l’autorité politique et des signes de prestige aux mains d’une élite libyque romanisée, ainsi qu’en témoignent les reliefs de Ghirza, pourrait avoir contribué à motiver, parmi d’autres facteurs, les choix nouveaux en matière de représentation du pouvoir172. Cette évolution se fit sans doute avec l’accord tacite des autorités romaines, qui elles-mêmes y contribuèrent peut-être. En effet, l’évacuation des garnisons et la réduction de la présence militaire dans la région pourraient avoir eu pour conséquence une affirmation du pouvoir politique des élites locales, dans le règlement des affaires impliquant des populations rurales dont l’organisation sociale demeurait largement traditionnelle173.

  • 174 Sterry et alii, 2011, 2012 ; Sterry, Mattingly, 2013.
  • 175 Mattingly et alii, 2013a.
  • 176 Mattingly, 2003a, p. 85.
  • 177 Orose, Histoires contre les païens, 1, 2, 90.
  • 178 Ibid., 1, 2, 87-88.
  • 179 Modéran, 2003, p. 269.
  • 180 Mattingly et alii, 2013a, p. 186.

44L’établissement fortifié de type qasr connaît au cours des années 350-540 apr. J.-C. un succès similaire hors du territoire provincial, au cœur de la société garamante174. Dans ce contexte également, la densité et le nombre de sites concernés semblent impliquer que la propagation de ce modèle architectural, même s’il fut influencé par la construction militaire de tradition romaine, allait au-delà du simple motif sécuritaire et revêtait une dimension sociale déterminante ; sans doute est-il possible d’y voir là encore une nouvelle expression architecturale du prestige social175. Rien n’indique effectivement que les relations entre l’État garamante et la province romaine aient pris une tournure hostile au cours du iiie siècle176. Au ve siècle, le témoignage d’Orose, qui considère les Garamantes comme l’un des peuples principaux au voisinage de la province177, pourrait se faire l’écho de la pérennité de leur présence sur les pistes du désert libyque puisqu’il mentionne également leur nom au sud de la Cyrénaïque178. Les grandes offensives menées par les Austuriani et les Laguatan ne semblent alors pas les avoir touchés179. L’apport des découvertes archéologiques récentes permet au contraire d’inscrire la période de construction des qsur au Fezzan, entre le ive et le vie siècle, dans une phase d’expansion démographique et d’intensification de l’occupation rurale180.

  • 181 Mattingly, 1987, pp. 84-85.
  • 182 M’Rabet, 2005 ; Ben Ouezdou, Trousset, 2009, pp. 9-10 ; Lenoir, 2011, pp. 280-281 ; M’Rabet, 2011, (...)
  • 183 L’hypothèse est suggérée par Ben Ouezdou, Trousset, 2009, p. 10, à propos des « fermes fortifiées  (...)
  • 184 Mattingly et alii, 2013a, p. 188.

45L’archétype de la ferme fortifiée répandu dans le Sud-Est de la Tripolitaine fut par ailleurs rapproché des vestiges nombreux identifiés dans le Sud tunisien181, dans lesquels on s’accorde aujourd’hui à ne plus reconnaître des édifices à finalité militaire qui auraient été associés à la défense de la frontière provinciale, mais bien des formes d’habitat remplaçant ici aussi des fermes ouvertes182. S’agit-il, comme à l’est de la Tripolitaine, de centres domaniaux caractérisés par une architecture à laquelle est étroitement liée la notion de prestige183 ? L’absence de données assurées concernant la datation de ces structures, dont il faut également souligner la diversité typologique, rend la chronologie de leur période d’occupation difficile à établir. En considération du déséquilibre de la documentation, il fut alors suggéré de voir dans la multiplication, bien étudiée, des qsur à l’est de la Tripolitaine, une évolution régionale particulière et l’expression de comportements locaux spécifiques184.

  • 185 M’Rabet, 2005, 2011, pp. 228-232.
  • 186 Goodchild, 1951, fig. 36 (plan de la ferme fortifiée d’Henscir Salamat) ; M’Rabet, 2005, p. 98.
  • 187 Mattingly et alii, 2013a, p. 173.
  • 188 M’Rabet, 2011, pp. 230-231.
  • 189 Id., 2005.
  • 190 Christol, 2005, pp. 248-259.

46Un certain nombre d’établissements ruraux repérés dans le Sud tunisien se caractérisent par la présence de fossés entourant des structures bâties, l’ensemble étant parfois circonscrit par des levées de terre185. On trouve la trace d’un mode de construction similaire, faisant usage du fossé, en Tripolitaine intérieure, dans la région du Tarhuna186. Cette particularité typologique fut peut-être influencée par l’architecture des fortins édifiés à la frontière de la province187. Dans le Sud tunisien, la majorité des sites d’habitat concernés se concentrent dans la zone de piémont, aux abords des reliefs du jbel Matmata, en hauteur et en retrait par rapport à la plaine littorale188. L’absence de finalité militaire ressort clairement des constructions entourées de fossés et de levées découvertes dans la région. Elles ne témoignent effectivement d’aucune particularité architecturale sous-tendant une préoccupation liée à une mise en défense des structures189. À la différence du Sud de la Numidie, où des mouvements hostiles de tribus issues des confins méridionaux de la Maurétanie voisine semblent avoir mis en danger le territoire provincial vers le milieu du iiie siècle190, la Tripolitaine occidentale ne paraît pas avoir connu de menace similaire. A. M’Rabet identifie alors les constructions de dimensions modestes découvertes dans le Sud tunisien, dont la période d’occupation reste malheureusement mal connue, à de petits établissements civils à vocation agricole, servant notamment à parquer du bétail.

  • 191 Péricaud, Gauckler, 1905 ; Trousset, 1974, pp. 85-86 ; Shaw, 1984, pp. 170-171 ; Desanges et alii, (...)
  • 192 CIL, VIII, 22774.

47C’est à un autre contexte social d’époque tardive que renvoie selon toute apparence l’habitat fortifié de la Turris Maniliorum Arelliorum, dans le massif des Matmata191. Les fouilles menées anciennement, au début du xxe siècle, font connaître un édifice de taille conséquente (18,20 m sur 18,05 m), composé d’une tour centrale bordée sur trois côtés par un portique ouvrant sur des pièces, des écuries et un petit grenier. L’établissement est identifié par une inscription découverte in situ mentionnant à la fois la structure (turris) et ses propriétaires, à la tête semble-t-il d’un important domaine192.

  • 193 C’est le cas du centenarium Tibubuci (Ksar Tarcine) : Desanges et alii, 2010, p. 265.
  • 194 Matthews, 1976 ; Millett, 1990.
  • 195 Le cimetière fut découvert par R. G. Goodchild : Goodchild, 1954b. Sur ce site, voir plus récemmen (...)
  • 196 Voir par exemple Rebuffat, 1977, pp. 413-414.
  • 197 Mattingly, 1987, p. 86.
  • 198 Cette fonction de surveillance est clairement mentionnée par l’inscription latino-punique de Gasr (...)
  • 199 Mattingly, 1995, pp. 195-197.

48Peut-être faut-il alors attribuer à la présence inégale de l’armée un rôle majeur dans la transformation des structures sociales des communautés établies à la frontière, qui permettrait en particulier d’expliquer deux évolutions différenciées, en Numidie et en Tripolitaine occidentale d’une part, en Tripolitaine orientale d’autre part. La concentration des constructions militaires est effectivement plus importante sous le Haut-Empire en Tripolitaine occidentale. En outre, à la différence de la situation en Tripolitaine orientale où le départ des garnisons s’opère dès le courant du iiie siècle, la présence militaire se maintient en Tripolitaine occidentale où Dioclétien procède d’ailleurs à de nouvelles fondations193. En Tripolitaine orientale, l’absence d’une présence militaire pérenne jusqu’au début du iiie siècle fit aussi sans doute largement reposer les fonctions de police et de justice sur les élites locales et l’organisation traditionnelle de leurs communautés194. Les inscriptions funéraires latino-puniques de Bir el-Dreder, entre Mizda et l’oued el-Amud, semblent confirmer cette évolution, au milieu du ive siècle195. L’onomastique révèle des noms à consonance libyque, et emprunte également au mode romain d’expression de l’identité avec l’emploi des gentilices Flavius et Iulius. Certains défunts portent par ailleurs le titre de tribunus. L’interprétation de ce mot, qui fut notamment rapporté au contexte de la hiérarchie militaire romaine196, demeure débattue. Outre le fait qu’aucun édifice militaire ne fut découvert à proximité et en lien avec l’aire funéraire mise au jour197, le vocabulaire employé sur les inscriptions semble davantage évoquer une organisation civile tribale. En ce sens, la qualification de tribunus pourrait avoir été réservée aux chefs de tribus qu’un traité avec l’autorité romaine associait à la surveillance de la région située à la limite de la zone administrée directement par Rome, au titre de la vigilance qu’ils exerçaient probablement sur le territoire de leur propre communauté198. C’est ce que suggère D. J. Mattingly, qui propose aussi de les identifier aux propriétaires des qsur de Bir Scedéua, situés à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Bir el-Dreder199. La frontière provinciale pourrait alors s’identifier de façon théorique aux limites territoriales de ces communautés méridionales, dont la fidélité permettait d’assurer concrètement, jusque dans cette région du prédésert, des relais locaux de l’autorité romaine.

  • 200 Ibid., p. 147 et 1996a.
  • 201 Peyras, 2005b ; Cordonova, 2012.

49Le contexte du Haut-Empire semble dès lors avoir contribué à faire émerger une nouvelle forme de pouvoir local en Tripolitaine orientale, peut-être en germe dans les structures sociales et communautaires traditionnelles, mais inédite et impulsée par le passage de la région sous l’ordre politique romain qui contribua à une nouvelle définition des compétences politiques des élites locales et à leur développement. Celui-ci est également lié aux nouvelles opportunités offertes par les débouchés commerciaux du littoral, dont certains agriculteurs du prédésert tirent parti à la fin du ier siècle200. La création d’un écosystème dans la zone de la frontière provinciale au cours de la période romaine, grâce à la mise en valeur volontaire de la zone aride201, a vraisemblablement participé en Tripolitaine orientale, plus qu’ailleurs en Afrique proconsulaire, à la structuration affirmée des sociétés vivant dans la région.

  • 202 Grahame, 1998.

50Pour autant, l’ordre politique romain a-t-il pris part à la création d’une « classe » de propriétaires fonciers, qui serait apparue à l’intérieur de la province en marge de l’organisation politique provinciale ? C’est l’hypothèse, très séduisante, défendue par M. Grahame202. Elle s’appuie sur le constat qu’il n’y a pas, a priori, d’indices tangibles prouvant l’existence d’une hiérarchie sociale dans les communautés peuplant le prédésert avant le milieu du ier siècle apr. J.-C. L’Empire aurait alors fourni le contexte à la transformation de sociétés dénuées jusque-là d’institutionnalisation des inégalités sociales — à savoir des populations pastorales et semi-nomades établies de longue date dans le prédésert —, par la naissance d’une hiérarchie sociale inédite résultant de l’adoption d’une activité agricole sédentaire, encouragée par le climat pacifié installé dans la région par l’autorité romaine au cours du ier siècle. L’intervention de Rome aurait effectivement mis fin aux luttes chroniques régissant les relations entre les communautés pastorales semi-nomades. La stabilité politique aurait ainsi favorisé le passage à un mode de vie sédentaire, fondé sur la pratique de l’agriculture permettant une nouvelle aisance économique des populations concernées, et conduisant à la définition d’une hiérarchie sociale inédite.

  • 203 Voir les chap. vi et viii de cet ouvrage.

51Ce serait donc de manière passive, en instaurant un climat de sécurité propice à ce changement, et non de façon incitative, que le contexte romain aurait contribué à l’évolution sociale affectant les sociétés du prédésert de Tripolitaine orientale. M. Grahame en donne pour preuve le poids de la culture préromaine dans la région, semble-t-il moins influencée par la culture matérielle romaine que ne fut la culture garamante au Fezzan, c’est-à-dire à l’extérieur de la province. La différence majeure de contexte entre les deux régions impose toutefois des limites à la comparaison. On ne peut mettre sur le même plan les relations entretenues par Rome avec les Garamantes d’une part, qui forment un État extérieur à l’Empire, et celles qui concernent des populations vivant à l’intérieur de la province et soumises à l’ordre politique romain. Les échanges impliquant les Garamantes obéissaient en outre à des stratégies commerciales et culturelles spécifiques203, qui n’étaient pas comparables aux préoccupations économiques et sociales des populations du prédésert.

  • 204 Voir les chap. iii et viii de cet ouvrage.
  • 205 Rebuffat, 1988, p. 42.

52Il est indéniable que les opérations militaires menées dans le prédésert de Tripolitaine et la répression conduite par l’autorité romaine contre les tribus révoltées au début du Principat contribuèrent à instaurer durablement un climat pacifié. Rien ne confirme toutefois des relations marquées par des luttes endémiques entre les tribus et une insécurité chronique de la région avant l’arrivée de Rome. Les sources écrites, si tant est que leur regard soit bien sûr objectif, permettent davantage d’entrevoir les liens, culturels et même économiques, qu’entretenaient les populations établies aux confins de la Tripolitaine, et mis en péril par la répression romaine qui brisa cette solidarité204. La religion, autour du culte d’Ammon, semble à ce titre avoir constitué un vecteur d’identité communautaire important. Ce culte pourrait avoir été étroitement lié à l’existence d’une hiérarchie sociale affirmée chez les populations fidèles à la divinité, avant même l’implantation définitive de Rome dans la région : c’est ce que suggère la place religieuse tenue par certaines familles importantes, pressentie à Gasr Doga au début de l’Empire, et affirmée par les mausolées de Ghirza au ive-ve siècle. Le stimulus fourni par les nouveaux courants d’échanges établis dans le cadre de la province romaine semble en outre avoir constitué un élément majeur dans le changement des pratiques agricoles et la densification de l’habitat dans le prédésert de Tripolitaine orientale. Il n’est également pas exclu que le contexte politique joua en faveur d’un nouveau peuplement de la région : la répression des Nasamons sous Domitien pourrait avoir permis aux Maces d’étendre leur aire d’implantation vers l’est205.

  • 206 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3, 49.
  • 207 Hérodote, Histoires, 4, 175.
  • 208 SEG, IX, 77. Voir Laronde, 1987, pp. 52-58.
  • 209 Voir le tableau synthétisant les données fournies par les sources écrites sur le peuplement de la (...)

53Or leur organisation sociale, à l’exemple de celle des Nasamons, ne semble pas s’être résumée à une société égalitaire, fondée sur la pratique du semi-nomadisme. C’est ce qui explique l’embarras de Diodore qui, dans les années 20 av. J.-C., dresse un tableau des peuples de la Syrte — Nasamons, Auchises, Marmarides et Maces. Il évoque alors à leur propos, de façon indifférenciée, trois groupes de populations : les agriculteurs, les pasteurs et un troisième ensemble vivant de pillages206. Les deux premiers ont en commun d’avoir des « rois » ; Diodore évoque également la présence de chefs et de peuples sujets, à propos de ces tribus. L’organisation politique des Maces, formant une société structurée autour d’une hiérarchie anciennement instituée, ressort clairement du témoignage d’Hérodote selon lequel les Maces entretenaient des liens diplomatiques étroits avec Carthage, qui leur permirent de mettre fin ensemble à la tentative d’implantation des Doriens sur le fleuve Cinyps207. Au ive siècle av. J.-C., c’est une coalition de Maces et de Nasamons qui s’opposa aux Grecs, comme le rappelle une inscription de Cyrène208. Aussi subjectif et évasif que soit le témoignage des sources écrites209, il n’en reste pas moins que les populations vivant dans le prédésert à la fin du ier siècle formaient bien plus que de simples sociétés n’obéissant à aucune hiérarchie sociale institutionnalisée et en perpétuels conflits les unes contre les autres pour des questions de territoire et de subsistance.

  • 210 Voir ibid., p. 216, n. 16 et p. 245.
  • 211 Hérodote, Histoires, 2, 32.
  • 212 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 61.
  • 213 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.
  • 214 Ibid., 4, 6, 6.
  • 215 Ibid., 4, 4, 6.
  • 216 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 60 et 3, 275.
  • 217 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.
  • 218 Modéran, 2003, p. 245.

54Les ethniques Maces et Nasamons recouvrent sans doute une réalité tribale très large, fondée sur des subdivisions dont les contours nous échappent malheureusement210. À une époque reculée, Hérodote fait mention de plusieurs familles dirigeantes chez les Nasamons211. Pour la période romaine, Silius Italicus évoque semble-t-il la présence d’un chef héréditaire (patrius) à la tête de ce peuple212. Le témoignage de Ptolémée se rapportant aux Maces rend implicite l’existence de fractions-sœurs lorsqu’il évoque les Makaioi Syrtites213, les Makooi214, et les Makatoutai215. Il faut y ajouter les Maces Cinyphii que mentionne Silius Italicus216, à rapprocher des Kinuphioi de Ptolémée217. « Tant que le groupe est fort et indépendant, on le connaît surtout sous son nom générique » : Y. Modéran en donne pour exemple les Nasamons dont la puissance, jusqu’à la guerre de 85-86, pourrait expliquer que les auteurs anciens les mentionnent systématiquement sous cet ethnique218. La fin de l’opposition des Nasamons, et leur retrait territorial autour de l’oasis d’Augila, laissaient dès lors des espaces disponibles à l’implantation de populations qui s’étaient montrées moins hostiles à la soumission à l’ordre politique romain, tels que les Maces.

 

  • 219 Jones et alii, 1983, p. 53 ; Elmayer, 1984, pp. 93-100 et 1985, pp. 78-79 ; Mattingly, 1995, p. 19 (...)
  • 220 Id., 1987, pp. 85-86.
  • 221 Ibid., p. 87.

55En conclusion, la frontière semble avoir marqué de façon plus profonde qu’ailleurs en Afrique proconsulaire les sociétés établies dans le Sud de la Tripolitaine orientale, en contribuant à renforcer le pouvoir exercé par les élites locales, qui accentua par conséquent la hiérarchisation sociale au sein des communautés traditionnelles. Cette redéfinition du pouvoir participa aussi semble-t-il à forger de nouvelles identités territoriales. Les sociétés de la frontière, dont les germes sont perceptibles dès le Haut-Empire, présentent des caractères bien affirmés au ive siècle. Le site de Bir el-Dreder est à ce titre exemplaire. La hiérarchie sociale spécifique qu’atteste l’emploi du titre de tribunus, utilisé a priori exclusivement par des populations vivant à la frontière de la province si l’on accepte la dimension sociale de cet usage particulier, se combine à un aspect territorial : le cimetière de Bir el-Dreder pourrait avoir marqué, au sud-ouest, la limite du territoire sous contrôle des propriétaires des qsur de Bir Scedéua219. L’individualisation accentuée du pouvoir au cœur du fonctionnement de ces sociétés de type clanique ne fige pas pour autant les communautés, qui n’apparaissent pas repliées sur elles-mêmes. Elles témoignent au contraire de l’existence de liens et d’alliances entre grandes familles, aux ramifications sociales parfois très étendues géographiquement, qui contribuaient à renforcer leur pouvoir politique sur un plan territorial220. L’évolution des sociétés en Tripolitaine orientale présente alors d’étroites similitudes avec la situation que connaissent à la même période la Maurétanie sitifienne et la Césarienne, où les grands propriétaires établis à la frontière provinciale reçoivent en délégation par Rome la surveillance de la région221. En Numidie et en Tripolitaine occidentale, où les sociétés apparaissent moins spécifiquement marquées et structurées politiquement à la frontière de la province, la surveillance plus étroite exercée par la présence militaire constitua sans doute à l’inverse un frein notable, parmi d’autres facteurs d’ordre social et politique, à l’émergence similaire de pouvoirs locaux forts à la fin de l’Antiquité.

Notes

1 Voir par exemple, pour la partie orientale de l’Empire, l’enquête menée par Dentzer-Feydy, 1988.

2 Sur les aspects liés à la notion d’ethnicité, voir les réflexions de Modéran, 2008 ; Whittaker, 2009.

3 Rushworth, 2000, 2004.

4 Modéran, 2008.

5 Gsell, 1920b, pp. 274 sq. ; Courtois, 1955, p. 359.

6 Bénabou, 1976.

7 Le Roux, 1995, p. 407, n. 18.

8 Fentress, 1984, p. 399.

9 Voir les données synthétisées par Hodgson, 2011 : l’adoption de modes de construction d’influence romaine au sud du mur s’oppose à la disparition, au nord du mur, d’un certain nombre d’établissements caractéristiques des sociétés traditionnelles de l’âge du fer, auxquels se substitue une forme d’habitat beaucoup plus sommaire.

10 Bertrand, Planas, 2011b, p. 2.

11 Le Roux, 1995, p. 407, n. 18.

12 Voir les remarques générales de id., 2000, pp. 268-269, à propos de la péninsule Ibérique.

13 Hamdoune, 2005.

14 La cohorte des Gétules semble avoir pris corps à la faveur des guerres civiles du ier siècle av. J.-C. : Gascou, 1969, pp. 557-568 ; Lassère, 1994b, p. 249. Sur l’intégration de Gétules dans l’armée romaine, voir également Rebuffat, 2005.

15 Lassère, 1991, à propos de la cohors Musulamiorum.

16 Id., 1988.

17 Id., 1977, pp. 634-636 et 1980.

18 À propos de Gholaia, voir Mattingly, 1987, p. 82 ; Marichal, 1992, pp. 63-66. Concernant le Castellum Dimmidi : Picard, 1947, pp. 109-110 ; Lassère, 1977, pp. 269-270 ; Dondin-Payre, 1981, p. 106.

19 Millar, 1967, p. 5.

20 Voir les remarques de Wells, 2005, à propos de la situation dans la région du Danube.

21 Sur ces remarques, voir Mattingly, 1987, p. 82. Également les observations de Ziegler, Mackensen, 2014, à propos de la langue locale employée sur les ostraca découverts à Gheriat el-Garbia, entre la seconde moitié du ive siècle et la première moitié du ve siècle. L’étude menée par Hamdoune, 2005, sur les cavaliers africains dans l’armée romaine, de la République à la fin de l’Antiquité, souligne l’identité très affirmée qu’ils ont conservée tout en servant sous les armes romaines.

22 Le Glay, 1968 ; Février, 1982, p. 329.

23 Hugoniot, 2009, pp. 231-232.

24 Baradez, 1966b ; Hugoniot, 2009, pp. 222-223.

25 Voir le tableau proposé par Le Roux, 1990, p. 204.

26 CIL, VIII, 2488.

27 Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 73-76. Des vestiges identifiés à un camp romain furent repérés à proximité par J. Baradez (Baradez, 1949a, pp. 262-266 ; également Fentress, 1979, p. 90, no 21). Leur datation, tout comme celle des différents postes militaires signalés au débouché des grandes vallées aurasiennes, demeure malheureusement inconnue : Morizot, 1997b, p. 449.

28 À propos du camp, voir la notice récente proposée par Lenoir, 2011, p. 207. Les fouilles menées anciennement sur le site de Thabudeos ont mis au jour la présence de thermes de petites dimensions et de datation inconnue, dont il demeure en outre difficile de savoir s’ils étaient à usage privé ou public : Thébert, 2003, p. 224.

29 Sur cette inscription : D’Escurac-Doisy, 1956, pp. 119-121 ; Le Glay, 1960, p. 489 ; Desanges, 2006b, p. 129.

30 Le Glay, 1960, p. 489.

31 Pline, Histoire naturelle, 5, 37 (Tuben oppidum), et commentaire de Desanges, 1980a, p. 403. Ptolémée, Géographie, 4, 2, 7, en fait également mention.

32 Deux inscriptions non datées découvertes sur le lieu mentionnent un municipe : CIL, VIII, 4486 ; BAC, 1900, p. clxxv.

33 CIL, VIII, 18634-18635. Voir Gascou, 1972, p. 204.

34 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 25. Une inscription trouvée à Barika, à quelques kilomètres de Tobna, fait état de la présence de l’ala Flauia, sous le règne de Gordien III : voir Le Bohec, 1989b, pp. 32-33 : « [Imp(eratori) Caes(ari)] M. Antonio / Gordiano / [i]nuicto, p[i]o, fe[l(ici)], / [A]ug(usto), ala I Fla/uia TIX Gor/dian<n>a deuo/ta numine (sic) / m[aiestatique eius], / [fecit] » (« À l’empereur César, Marcus Antonius Gordianus, Invaincu, Pieux, Heureux, Auguste, l’ala I Flauia TIX (?) Gordiana dévouée à son numen et à sa majesté, a fait »). L’absence d’informations sur le contexte de découverte du texte rend malheureusement son interprétation hypothétique.

35 Sur le personnage, plus connu comme comes Africae : Mandouze, 1982, pp. 152-155.

36 Augustin, Lettres, 220 ; CSEL, 57, pp. 431-441.

37 Modéran, 2008, p. 104. Voir également id., 2014, p. 111. Sur les problèmes posés par cette interprétation, voir Guédon, 2018.

38 Sur l’évolution urbaine de la ciuitas Nybgeniorum à la Turris Tamalleni : Trousset, 2011.

39 Broughton, 1929, p. 123 ; Gascou, 1982a, p. 189.

40 Ibid., pp. 172-173.

41 Trousset, 1990a.

42 Ibid., pp. 165-167 ; Ferchiou, 1991, pp. 86-87.

43 Il faut également faire mention du poème laissé par un apprenti poète arzugitain répertorié dans l’Anthologia Latina, qui s’inscrit probablement dans un contexte d’urbanité et pourrait remonter au iiie siècle : Desanges, 2006b, pp. 126-130.

44 Sur ce site : Trousset, 1974, pp. 46-47 ; Desanges et alii, 2010, p. 98.

45 CIL, VIII, 22796 (= AE, 1906, no 17). À propos de cette inscription, voir les remarques de Février, 1982, pp. 336-337. Au sujet de cette magistrature, voir Belkahia, Di Vita-Évrard, 1995, pp. 256-263.

46 Voir le commentaire du CIL, VIII, 22796. Également Belkahia, Di Vita-Évrard, 1995, p. 257.

47 Selon Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3, 49, 1-3, les oasis du désert libyque étaient défendues par des structures fortifiées, que l’on peut peut-être rapprocher des oppida mentionnés par Pline, Histoire naturelle, 5, 35-37, en milieu désertique. Le modèle de l’habitat fortifié semble avoir largement caractérisé la forme de peuplement sédentaire des oasis du désert libyque puisqu’il se retrouve jusqu’au Fezzan, en territoire garamante : Mattingly, Reynolds, Dore, 2003, pp. 346-351 ; Mattingly et alii, 2013a, p. 169.

48 Ferchiou, 1991, pp. 88-92.

49 Shaw, 1984, pp. 170-171 ; Trousset, 1987 ; Meuret, 1996 ; Trousset, 2011, p. 212.

50 Le Bohec, 1989a, pp. 548-572 et 1989b, pp. 179-180.

51 Cadotte, 2009.

52 C’est la question que pose en préambule l’étude de Benseddik, 2009. Voir également Le Roux, 2002a.

53 Concernant la Numidie méridionale, voir la liste des camps et des divinités attestées à travers les témoignages épigraphiques dans Benseddik, 2009, pp. 266-272.

54 Haynes, 2014.

55 Trousset, 1986d. Également les remarques générales de Benseddik, 2009, pp. 251-252.

56 Ibid., pp. 250-253.

57 Rebuffat, 1990.

58 Sur son temple : id., 1972-1973a.

59 Sur l’édifice qui lui est consacré : id., 1974-1975b, pp. 215-220 et 1976-1977a, pp. 51-54.

60 Le Bohec, 2000, p. 224, n. 137.

61 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 255-265.

62 IRT, 920. Voir Rebuffat, 1972-1973a, pp. 128-131 ; Di Vita-Évrard, Rebuffat, 1987, p. 111, n. 16 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 152. Le motif qui présida à la gravure de la dédicace est discuté. Speidel, 1988, propose d’y voir la relève pacifique de la vexillation, tandis que R. Rebuffat (voir Di Vita-Évrard, Rebuffat, 1987) suggère le retour d’une expédition menée par celle-ci : cette hypothèse convient particulièrement au caractère conjoncturel de l’inscription.

63 Rebuffat, 1972-1973a, p. 131.

64 Id., 1985c, p. 229 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 265.

65 Ibid., pp. 156-159, 293.

66 Ibid., p. 251.

67 Ibid., p. 249.

68 Corippe, Johannide, 2, 109-111 ; éd. de Joseph Partsch, MGH a.a., t. III/2, p. 19. Voir Brouquier-Reddé, 1992, p. 250.

69 Ibid., p. 253.

70 Speidel, 1992b.

71 Corippe, Johannide, 8, 304-309 ; éd. de Joseph Partsch, MGH a.a., t. III/2, pp. 101-102.

72 Brouquier-Reddé, 1992, p. 253. À propos des pratiques religieuses à Ghirza : ibid., pp. 146, 218-219, 251-253 ; Mattingly, 2011a, pp. 265-267.

73 Rebuffat, 1990, p. 142.

74 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 260, 293.

75 Sur ce sujet, voir le tableau synthétique proposé ibid., p. 305, à partir de la documentation publiée par R. Rebuffat.

76 Ibid., pp. 156-159.

77 Ibid., pp. 148-151, 155-156, 159-160.

78 Ibid., pp. 151-154.

79 Les aménagements du temple de Mars Canapphar conduisent à postuler la présence d’un corps sacerdotal étoffé : ibid., p. 253.

80 Baradez, 1949a, p. 104 ; Trousset, 1977 ; Speidel, 1991, propose une lecture révisée des inscriptions et donne un plan du temple.

81 Ibid.

82 Davies, 1969, pp. 118-119 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.

83 Speidel, 1991, p. 115.

84 Ibid.

85 Sur ces divinités : Camps, 1995b, pp. 2335-2340, qui fournit notamment la liste des dédicaces avérées qui leur sont consacrées.

86 Speidel, 1991, p. 118.

87 Sur cette unité : Benseddik, 1979, pp. 30, 197.

88 CIL, VIII, 9906, 9907, 21704.

89 Lenoir, 1986.

90 ILAlg, I, 3596, restituée ainsi par Speidel, 1991, p. 118 : « [---]rio Genio campi Aul(isuae) sacr[um ---]istrat(or) fecit [et dedica]uit ».

91 Le Glay, 1966b, pp. 388-389 ; Trousset, 1977, 1998a, pp. 3012-3013 ; Benseddik, 2009, pp. 258, 270.

92 Le Glay, 1966b, pp. 388-389.

93 Cadotte, 2009.

94 Le Glay, 1966b, pp. 92-93.

95 Ibid., pp. 90-91 ; Morizot, 1976, pp. 143-146.

96 Le Glay, 1966b, p. 92.

97 À Lambèse même, la majorité des stèles dédiées à la divinité émane du clergé lié à son culte, et non du milieu militaire : Benseddik, 2009, p. 257.

98 Sententiae episcoporum numero LXXXVII de haereticis baptizandis (concile de Carthage, 256) : CSEL, 31, pp. 435-461.

99 Sententiae episcoporum, 5.

100 Sententiae episcoporum, 82. Pour la discussion sur l’identification de l’évêché de Gemellae mentionné par les actes du concile : Duval, 1984, pp. 507-508.

101 Sententiae episcoporum, 15.

102 Sententiae episcoporum, 45. Voir Duval, Saxer, 1998, pp. 251-252.

103 Maier, 1973, pp. 22-24 ; Duval, 1984, pp. 504-511.

104 Benseddik, 2009, p. 264. Sur la christianisation de la région de l’Aurès : Morizot, 1997a, p. 268.

105 Bauduin, 2008, p. 7.

106 Camps, 1995c.

107 Longerstay, 2011.

108 Prados Martínez, 2012.

109 Voir les remarques de Ferchiou, 1995a, pp. 113-115, sur le statut social des commanditaires, étudié à partir de l’architecture funéraire ; également Bentivogli, 2004.

110 Ferchiou, 1995a, p. 115 ; Bentivogli, 2004, pp. 434-435.

111 Brogan, 1965a, pp. 54-55 ; Ferchiou, 1989.

112 « Dis Manibus Sac(rum) / Q(uintus) Apuleus Maxssimus / qui et Rideus uocaba/tur Iuzale f(ilio) Iurathe n(epote) / uix(it) an(nos) LXXXX Thanubra / coniunx et Pudens et Se/uerus et Maxsimus f(ilii) / piissimi p(atri) amantissimo s(ua) p(ecunia) f(ecerunt) » (« Aux Dieux Mânes. Quintus Apuleus Maxssimus, qui était également appelé Rideus, fils de Iuzala, petit-fils de Iuratha, a vécu 90 ans. Thanubra, son épouse, Pudens, Severus et Maxsimus, ses fils très pieux, ont fait construire à leurs frais [ce monument], pour leur père bien-aimé » [CIL, VIII, 22758]). Concernant l’usage africain de rappeler par un supernomen le nom pérégrin d’un nouveau citoyen romain : Dondin-Payre, 2012.

113 Ferchiou, 1989, 1995a, p. 129.

114 Di Vita, 1964, pp. 70-71 et 1968, p. 29, à propos du mausolée B de Sabratha.

115 Mattingly, 1987, p. 76 et 1995, pp. 162-163.

116 Brogan, Reynolds, 1985.

117 Brogan, 1964 ; Levi della Vida, 1964. D. J. Mattingly (voir Mattingly, 1987, p. 76 et 1995, p. 163) voit davantage dans les vestiges de l’habitat en lien avec le mausolée une ferme ouverte construite en opus africanum, qu’un édifice fortifié de type qasr.

118 Barker, Jones, 1982, pp. 6-7 ; Mattingly et alii, 1996.

119 Sur la question de l’influence de la culture punique jusqu’aux confins de la province : Di Vita, 1964, pp. 67-71, 79.

120 Shaw, 1984, p. 171 ; Mattingly, 1987, p. 75 et 1995, pp. 162-167 ; Grahame, 1998, p. 94.

121 Goodchild, 1954b ; Mattingly, 1987, pp. 75-77 ; Marichal, 1992, p. 47 ; Ziegler, Mackensen, 2014.

122 Brogan, 1965a, pp. 49, 51-53 ; Trousset, 1974, pp. 107-126 (sites nos 120, 121, 122, 124, 129, 139, 140).

123 « S’interpose la Phazanie tournée vers les solitudes de l’Afrique déjà mentionnée au-dessus de la Petite Syrte ; c’est là que nous avons soumis le peuple des Phazanii et les villes d’Alele et de Cilliba, et aussi Cidamus en venant de Sabrata » (Pline, Histoire naturelle, 5, 35 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980). Voir Trousset, 1974, p. 26 ; Desanges, 1980, pp. 389-390.

124 Rebuffat, 1972, pp. 322-323 ; Trousset, 1994.

125 Ferchiou, 1995a, p. 114.

126 L’influence à Cidamus des courants artistiques venus du Nord de l’Afrique pourrait être attestée, à une période ancienne, par une stèle connue grâce à un dessin de H. Duveyrier produit vers 1850 et aujourd’hui malheureusement perdu, que l’étude de Di Vita, 1968, pp. 45-46, proposait de dater du ve ou du ive siècle av. J.-C. : la stèle portait une scène d’adoration d’un fidèle envers une divinité ; des rapprochements avec d’autres stèles du monde punique ont conduit à postuler qu’elle était assise, de façon commune à ces autres représentations, sur un trône.

127 Mercier, 1953 ; Coro, 1956 ; Rebuffat, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982a, pp. 494-495 et 1994b ; Cuneo, 1995, p. 173 et pl. LXXXIVa (photographie) ; Mattingly, 1995, pp. 30, 75, 97 et 2011a, p. 253.

128 Id., 2003b, p. 159.

129 Ibid., p. 156.

130 Purcaro, 1996 ; Mattingly, 2003b, p. 169.

131 Brogan, Smith, 1957, 1984 ; Fontana, 1997 ; Mattingly, 2003b, 2011a, pp. 247-267.

132 Ibid., p. 253.

133 Ibid., pp. 258-259.

134 Id., 2003b, p. 170.

135 Id., 2011a, p. 266.

136 Id., 1996a, 2011a, p. 266.

137 Ibid., p. 267.

138 Id., 2003b, p. 168.

139 Fontana, 1997, pp. 153-160.

140 Ibid., Tavv. LXII et LXIII, a.

141 Brogan, 1964, pour la description archéologique des vestiges, et Levi Della Vida, 1964, à propos des inscriptions néopuniques découvertes dans la région de l’oued el-Amud.

142 Mattingly et alii, 1996a, pp. 109-110.

143 Sur cet itinéraire, voir également le chap. viii de cet ouvrage.

144 Aurigemma, 1954, p. 30, suggère une datation comprise entre le iie et le iiie siècle, en concordance avec la période de prospérité de la Tripolitaine ; Romanelli, 1970, p. 272, propose le iiie siècle.

145 Bigi et alii, 2009, p. 44.

146 Itinéraire d’Antonin, 77, 2.

147 Di Vita-Évrard, 1979.

148 Mattingly, 1995, pp. 66-67. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

149 IRT, 930. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

150 Voir les remarques de S. Fontana, dans Bigi et alii, 2009, p. 27.

151 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

152 Ferchiou, 1987.

153 Voir les remarques de Fr. Bigi (Bigi et alii, 2009, pp. 27-35) et son analyse architecturale du monument : en attestent particulièrement les modèles importés de chapiteaux. Également les observations de G. Schingo (ibid., p. 35) qui souligne les connaissances néanmoins limitées de l’architecte du mausolée sur les ordres canoniques romains.

154 Voir l’étude produite par G. Di Vita-Évrard, ibid., pp. 37-39.

155 Ibid., p. 44.

156 Goodchild, 1951, pp. 51-56 ; Brouquier-Reddé, 1992, pp. 130-132 ; Mattingly, 1995, p. 71.

157 Iscrizioni Puniche della Tripolitania (1927-1967), éd. de Giorgio Levi Della Vida, Maria Giulia Amadasi Guzzo, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1987, no 76. Voir les remarques de G. Di Vita-Évrard (Bigi et alii, 2009, pp. 38-39).

158 Floriani Squarciapino, 1996.

159 Rebuffat, 1974-1975a ; Marichal, 1992, pp. 100-101, sur les mesures utilisées pour indiquer les quantités transportées par les chameliers, et p. 262 sur l’origine libyque de certains d’entre eux, déduite de l’étude onomastique ; id., 1995, p. 166 ; surtout, la mise au point proposée par Adams, 2007, pp. 562-565, et particulièrement la discussion critique p. 564, à propos de l’influence supposée du punique dans le corpus des ostraca.

160 Edwards et alii, 2010, pp. 346-351, 368-370 ; Mattingly et alii, 2010, p. 242.

161 Il y a un parallèle tout à fait significatif avec la situation à l’extrémité orientale du désert libyque : voir la synthèse récente de Boozer, 2013, sur les oasis du désert occidental d’Égypte.

162 Voir à ce sujet le maintien de l’usage du punique dans les campagnes de Numidie, que signale Augustin d’Hippone, mais également de parlers libyques : Galand, 2005 ; Lengrand, 2005 ; Lepelley, 2005.

163 Mattingly, 1987, pp. 89-90.

164 Id. et alii, 1996, pp. 112-113.

165 Dore, 1985 ; Mattingly, 1987, pp. 84-88 ; Dore, 1988 ; Mattingly, 1989a, pp. 141-143 ; Dore, 1990.

166 Rebuffat, 1988 ; Reddé, 1988 ; Mattingly, Hayes, 1992, pp. 415-416.

167 Ibid., p. 416.

168 Ammien Marcellin, Histoires, 28, 6, 1-30.

169 Voir les remarques de Benseddik, 1980, qui évoque le « militarisme archéologique » ; Mattingly et alii, 2013a.

170 C’est le tableau qui ressort des données archéologiques actuelles : ibid., pp. 178-185.

171 Jones et alii, 1983, pp. 52-54.

172 Fontana, 1997, pp. 149-150 ; Mattingly, 2011a, p. 259.

173 Id., 1987, pp. 87-88 et 1995, p. 147.

174 Sterry et alii, 2011, 2012 ; Sterry, Mattingly, 2013.

175 Mattingly et alii, 2013a.

176 Mattingly, 2003a, p. 85.

177 Orose, Histoires contre les païens, 1, 2, 90.

178 Ibid., 1, 2, 87-88.

179 Modéran, 2003, p. 269.

180 Mattingly et alii, 2013a, p. 186.

181 Mattingly, 1987, pp. 84-85.

182 M’Rabet, 2005 ; Ben Ouezdou, Trousset, 2009, pp. 9-10 ; Lenoir, 2011, pp. 280-281 ; M’Rabet, 2011, pp. 228-232.

183 L’hypothèse est suggérée par Ben Ouezdou, Trousset, 2009, p. 10, à propos des « fermes fortifiées » d’Henchir Ras el Oued Gordab et de Benia bel Recheb, pour lesquelles les éléments de datation font néanmoins défaut (voir la description des vestiges dans Trousset, 1974, pp. 103-104 : Ras el Oued Gordab ; et pp. 95-96 : Benia bel Recheb).

184 Mattingly et alii, 2013a, p. 188.

185 M’Rabet, 2005, 2011, pp. 228-232.

186 Goodchild, 1951, fig. 36 (plan de la ferme fortifiée d’Henscir Salamat) ; M’Rabet, 2005, p. 98.

187 Mattingly et alii, 2013a, p. 173.

188 M’Rabet, 2011, pp. 230-231.

189 Id., 2005.

190 Christol, 2005, pp. 248-259.

191 Péricaud, Gauckler, 1905 ; Trousset, 1974, pp. 85-86 ; Shaw, 1984, pp. 170-171 ; Desanges et alii, 2010, p. 274. Sur la question de la datation du site et les incertitudes qui l’entourent : Shaw, 1984, p. 171.

192 CIL, VIII, 22774.

193 C’est le cas du centenarium Tibubuci (Ksar Tarcine) : Desanges et alii, 2010, p. 265.

194 Matthews, 1976 ; Millett, 1990.

195 Le cimetière fut découvert par R. G. Goodchild : Goodchild, 1954b. Sur ce site, voir plus récemment Jones et alii, 1983, pp. 45-51 ; Mattingly, 1995, pp. 195-197.

196 Voir par exemple Rebuffat, 1977, pp. 413-414.

197 Mattingly, 1987, p. 86.

198 Cette fonction de surveillance est clairement mentionnée par l’inscription latino-punique de Gasr Wadi El-Bir, dans la région de l’oued Sofeggin (IRT, 889). Un certain Flavius et son fils Macrinus, présentés comme les « propriétaires » de l’édifice qui est donc une propriété privée, annoncent avoir construit un centenarium « afin de garder et protéger toute la région » : c’est l’interprétation proposée par Elmayer, 1985, divergente de l’hypothèse antérieurement suggérée par Krahmalkov, 1973. Le sens à donner à l’emploi du substantif centenarium reste discuté ; le contexte de l’inscription suggérerait néanmoins d’y voir une construction de type ferme fortifiée ou qasr : Adams, 2007, pp. 550-554.

199 Mattingly, 1995, pp. 195-197.

200 Ibid., p. 147 et 1996a.

201 Peyras, 2005b ; Cordonova, 2012.

202 Grahame, 1998.

203 Voir les chap. vi et viii de cet ouvrage.

204 Voir les chap. iii et viii de cet ouvrage.

205 Rebuffat, 1988, p. 42.

206 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3, 49.

207 Hérodote, Histoires, 4, 175.

208 SEG, IX, 77. Voir Laronde, 1987, pp. 52-58.

209 Voir le tableau synthétisant les données fournies par les sources écrites sur le peuplement de la Grande Syrte avant le ive siècle apr. J.-C., proposé par Modéran, 2003, p. 214, et plus largement pp. 209-249, à propos des discussions relatives aux Maces et aux Nasamons.

210 Voir ibid., p. 216, n. 16 et p. 245.

211 Hérodote, Histoires, 2, 32.

212 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 61.

213 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.

214 Ibid., 4, 6, 6.

215 Ibid., 4, 4, 6.

216 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 60 et 3, 275.

217 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.

218 Modéran, 2003, p. 245.

219 Jones et alii, 1983, p. 53 ; Elmayer, 1984, pp. 93-100 et 1985, pp. 78-79 ; Mattingly, 1995, p. 196.

220 Id., 1987, pp. 85-86.

221 Ibid., p. 87.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search