Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Troisième partie. Un territoire de la frontière ?

Chapitre VII

Les évolutions économiques et sociales à la frontière de l’Africa sous le Haut-Empire

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Fulford, 1989.
  • 2 Euzennat, 1985 ; Trousset, 1986b, 1986c.

1Les réflexions menées sur la vie économique des régions frontalières de l’Empire ont régulièrement dirigé leurs propos sur les incidences de la présence militaire, soit jugée de façon positive à travers l’utilisation de la main-d’œuvre fournie par les soldats dans le cadre des activités agricoles, et la constitution d’un marché de consommateurs disposant d’un pouvoir d’achat en numéraire qui aurait influé sur la production et les échanges, soit considérée comme une contrainte pesant sur la vie économique des provinces. La frontière romaine, perçue comme un système dont le principal acteur était l’armée, aurait alors été le lieu de rouages économiques spécifiques, définis et étudiés dans cette perspective. Ainsi furent envisagées les implications économiques des frontières de l’Empire, dans lesquelles les échanges avec les populations établies au-delà des frontières auraient finalement eu une portée très limitée1. Aussi, l’orientation longitudinale de l’Afrique du Nord a entraîné les archéologues à chercher une coïncidence entre le limes, conçu comme la frontière militaire de la province, et les limites de culture du blé et de l’olivier, deux produits majeurs dans l’économie romaine2.

  • 3 Birley, 1956, p. 32.
  • 4 Fentress, 1979.
  • 5 Shaw, 1983 ; Whittaker, 1989b. Voir Mitchell, 1983, à propos de l’Asie.
  • 6 Leveau, 1988, 1995 ; Morizot, 2002, p. 359.
  • 7 Deman, 1975 ; Michel, 1975.
  • 8 L’apport fondamental de ces études est bien mis en valeur dans d’autres cadres régionaux : Reddé, (...)

2L’idée, poussée à son extrême, d’une impulsion déterminante donnée par le marché militaire, a conduit à envisager que la nature même des frontières, conçues d’abord sous un aspect militaire, portait en germe les causes entraînant leur désagrégation : ainsi s’expliquait l’équilibre précaire des provinces de l’Empire, qui aurait dépendu de la paix maintenue au prix du développement économique des frontières3. Cette vision, développée dans le cadre de l’Afrique romaine à partir de l’exemple de la Numidie, attribuait au facteur militaire les principales mutations économiques et sociales, ainsi que leurs mécanismes, qui affectèrent la région frontalière4. Ce schéma explicatif, avancé également pour d’autres frontières de l’Empire, a été fortement contesté5, de même que le lien postulé en Afrique entre l’institution d’un limes et la culture de l’olivier6. Les critiques portent aussi sur le rapport étroit établi entre l’évolution de l’agriculture africaine et la satisfaction des besoins de l’État romain (approvisionnement de la ville de Rome et ravitaillement des armées) interprétée comme un facteur de sous-développement de l’économie africaine7. Le volume représenté par le ravitaillement des garnisons africaines dans la production agricole régionale reste difficile à estimer. En matière de logistique romaine, les données archéologiques et paléo-environnementales sur le régime alimentaire des soldats stationnés aux confins de l’Afrique romaine font plus concrètement défaut8.

3Il est toutefois possible de distinguer très nettement différents mécanismes dans les mutations économiques que connaît la frontière africaine sous le Haut-Empire. Ils permettent de faire la part entre le rôle joué par l’armée romaine dans l’économie régionale — sans en faire toutefois de façon implicite et systématique un « agent économique » —, une fois qu’elle est installée de façon durable dans des camps permanents, et le dynamisme des populations et des élites locales établies aux frontières de la province mais aussi à l’extérieur du territoire romain, et impliquées de manière inédite dans le marché méditerranéen au cours du ier siècle apr. J.-C., avant même que l’occupation militaire ne se développe aux confins de la province africaine.

I. — L’intégration des marges de la province romaine dans les échanges méditerranéens au cours du ier siècle apr. J.-C. 

4L’occupation rurale dans le Sud tunisien et la zone des oueds de la Tripolitaine est déjà largement développée, et l’influence méditerranéenne bien assurée lorsque des garnisons sont implantées dans ces régions. Le mérite de cet essor n’est aujourd’hui plus attribué à une présence militaire ou à l’apport d’éléments civils exogènes à l’Afrique, comme cela fut avancé par le passé. Tout concorde au contraire à souligner l’importance de mutations locales qui ont contribué à modifier le contexte économique et social du prédésert au cours du ier siècle apr. J.-C.

  • 9 Ben Ouezdou, Trousset, 2009.
  • 10 Voir la carte 4 de cet ouvrage.
  • 11 Guéry, 1986 ; Ben Ouezdou, Trousset, 2009, pp. 9-10. La prospection des environs de Sufetula offre (...)
  • 12 Trousset, 2004, p. 70.
  • 13 Brogan, 1965a, pp. 54-55 ; Ferchiou, 1989. Voir le chap. ix de cet ouvrage.

5Ce développement est attesté dans le Sud tunisien à partir de la fin du ier siècle. Il témoigne d’un contexte de prospérité et d’une mise en valeur agricole des terres prédésertiques, dont les agents et les bénéficiaires ne sont pas à rechercher dans une immigration italienne mais bien au sein de la population africaine qui utilisa des savoir-faire d’origine locale9. Les fermes découvertes autour du jbel Tebaga10, dont le matériel céramique retrouvé in situ indique une occupation rurale précoce à partir de la fin du ier siècle, jusqu’à la période byzantine11, en apportent la preuve. L’absence générale de contexte conflictuel avec l’autorité romaine explique également l’ouverture à la culture romaine des élites africaines établies au sud du jbel Tebaga à la fin du ier siècle12, comme en témoigne le monument funéraire d’El Amrouni13.

  • 14 Rebuffat, 1982b, 1985b ; Reddé, 1985 ; Mattingly, 1986, 1987 ; Grahame, 1998 ; Rebuffat, 1988 ; Re (...)
  • 15 Brogan, 1976-1977.
  • 16 Dore, 1985.
  • 17 Mattingly, 1985b.
  • 18 Id., 1993, p. 485.
  • 19 Id., 1985b, p. 42 et 1987, pp. 75-80.
  • 20 Id., Barker, Jones, 1996, p. 112. Les 25 000 deniers dépensés pour une tombe de l’oued Antar s’ins (...)
  • 21 Mattingly, 1996a, pp. 321-324.
  • 22 Buck, 1985 ; Mattingly, 1986.

6Des observations similaires ont été faites à propos de l’occupation rurale des oueds de Tripolitaine, à l’est de la Grande Syrte14. Elle semble connaître, dans les vallées des oueds Zemzem et Sofeggin ainsi que dans les vallées de la région syrtique, une période d’intensification entre le ier siècle apr. J.-C. et le iiie siècle. La construction de fermes ouvertes, bâties en opus africanum, se développe dans les fonds des vallées de l’oued Sofeggin et de l’oued el-Amud dans la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C., avant de gagner l’oued Zemzem et ses affluents ainsi que l’oued Bei el-Kébir ; ce type d’habitat connaît ensuite un déclin à partir de la fin du iiie siècle15. La période initiale de construction des fermes en opus africanum concorde avec le début des importations en céramique fine, découverte en grande quantité dans la région et provenant d’Italie et de Gaule au cours de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C.16. La présence avérée d’un grand nombre de pressoirs dans le contexte des fermes en opus africanum confirme la prospérité des exploitations agricoles du prédésert au ier et au iie siècle17. Ils constituent en général l’indice d’une production excédentaire en huile et donc la preuve de sa fabrication à des fins commerciales, assurant des rentrées d’argent18. Malgré la taille relativement modeste des fermes du prédésert construites en opus africanum et les difficultés posées a priori par leur environnement aride, les profits réalisés par certaines familles, dont rendent compte les sommes investies dans la construction de mausolées remontant pour les plus anciens à la fin du ier siècle ou au début du iie siècle19, étaient effectivement loin d’être négligeables20. Ces familles semblent avoir profité des opportunités offertes par les débouchés méditerranéens pour la commercialisation de leurs productions agricoles alors en plein essor au cours du ier siècle : la demande liée au marché de l’huile prenant appui sur les ports de la Syrte explique sans doute, au moins en partie, l’extension de l’arboriculture dans la région du prédésert21. La situation bénéficie probablement du contexte pacifié qui s’installe après que l’autorité romaine eut mis fin aux troubles affectant le sud de la province sous les Flaviens22, et qui permet rapidement l’enrichissement d’une élite d’origine libyenne.

  • 23 Rebuffat, 1982b, pp. 188-189, 1985b, 1988 ; Reddé, 1988 ; Longerstay, 1999, 2003.

7Les vallées de la région syrtique ont connu, dans une moindre mesure, la même évolution. Le résultat des prospections menées dans ce secteur souligne le développement d’un habitat en hameaux23. Les activités agricoles accordaient une grande part à l’élevage, sans exclure très probablement la culture de céréales, en particulier de l’orge semble-t-il. La présence de céramique fine confirme que les formes d’agriculture pratiquées dans la région permettaient de dégager un surplus donnant accès aux produits importés du Nord de la Méditerranée.

  • 24 Rebuffat, 1969, pp. 194-195, 1972, pp. 322-324, 1982a, pp. 494-495 et 1994b ; Trousset, 1994 ; Mat (...)
  • 25 Mercier, 1953 ; Coro, 1956 ; Rebuffat, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982, pp. 494-495 et (...)
  • 26 Rebuffat, 1972, p. 322 et 1975, pp. 498-499 ; Mattingly, 1995, p. 75.
  • 27 IRT, 910 ; 911 (Mercier, 1953, pp. 28-29 sur le contexte de découverte de l’inscription).

8Au cours des deux premiers siècles de notre ère, l’intensification des contacts avec le monde romain atteignit également l’oasis de Cidamus où fut découverte une importante quantité de céramique sigillée du iie siècle24. Il est aussi possible que les fameux mausolées appelés « Asnam », présentant semble-t-il des particularités architecturales romaines et libyennes rappelant les monuments de Ghirza25, datent de cette période26, à laquelle se rapportent peut-être également les épitaphes latines découvertes dans le voisinage des édifices funéraires27.

  • 28 Voir la carte 2 de cet ouvrage.
  • 29 Voir le débat qui opposa Shaw, 1983, à Fentress, 1979 (réponse à B. D. Shaw dans Fentress, 1983).
  • 30 La présence militaire est attestée à Vazaiui, Aquae Flauianae et à Lambèse à la fin du ier siècle (...)

9Plus à l’ouest, en Numidie méridionale28, la part prise par l’armée romaine dans le développement régional demeure discutée dans la mesure où l’occupation humaine, en particulier dans les massifs montagneux de l’Aurès au Hodna, reste mal connue pour la période correspondant aux premiers temps de la province d’Afrique proconsulaire29. L’installation militaire y est plus précoce qu’en Tripolitaine. La présence de l’armée est ainsi attestée sur l’ensemble du pourtour de l’Aurès aux alentours de 100 apr. J.-C.30. Malgré les incertitudes qui pèsent sur la documentation archéologique recensée dans la région, les études menées sur ce massif montagneux offrent un parallèle intéressant avec ce qui a été observé en Tripolitaine, et permettent de dégager quelques pistes de réflexion.

  • 31 Voici les principaux : Morizot, 1976, 1979, 1984-1985, 1991a, 1991b ; Dupuis, Morizot, 1992 ; Mori (...)
  • 32 Morizot, 1991a, p. 441.
  • 33 Modéran, 2003, pp. 413-415.
  • 34 Morizot, 1993, p. 195.
  • 35 Janon, 1982, p. 61.
  • 36 État comparatif des deux régions de l’Aurès donné par Morizot, 1991a.
  • 37 Id., 1976 : les témoignages épigraphiques relevés dans l’Aurès ne sont pas antérieurs à l’année 14 (...)

10Si l’Aurès a subi de manière générale l’influence romaine, comme ont permis de le montrer les travaux de P. Morizot31, les traces de romanité sont toutefois plus éparses dans la partie orientale du massif32, où se maintient durant toute l’Antiquité une population rurale fidèle à sa culture préromaine33. Le paysage archéologique de l’Aurès oriental peut aussi être rapproché de certains constats faits pour la Tripolitaine34. Au nord-ouest de l’Aurès, l’origine préromaine de la mise en valeur des terres en lien avec les travaux d’hydraulique apparaît clairement35. Dans la partie occidentale du massif, le développement économique semble néanmoins avoir largement reposé sur la présence de petits propriétaires romanisés, probablement liée à l’implantation militaire36 et rappelée par les témoignages épigraphiques découverts en nombre plus important que dans l’Aurès oriental, où les noms à consonances latines classiques sont en outre plus rares37. La culture oléicole et les bénéfices qu’il était possible d’en tirer, autant que les vestiges archéologiques permettent d’en juger, n’y atteignent pas toutefois le degré d’aménagement et d’investissement repéré à l’est du massif.

  • 38 Id., 1991a, 1993, pp. 195-196.
  • 39 Voir l’étude menée par J. et P. Morizot dans la vallée de l’oued Guechtane (id., 1948) ; Alquier, (...)
  • 40 Morizot, 1988.
  • 41 La partie orientale de l’Aurès n’a livré qu’un seul témoignage écrit clairement daté : l’inscripti (...)
  • 42 Id., 1988, p. 68 et 1993, p. 198.
  • 43 Id., 1997a, p. 265.
  • 44 Le Glay, 1968, pp. 218, 222 ; Lassère, 1977, p. 255.
  • 45 Dupuis, Morizot, 1992 ; Morizot, 1997a, pp. 276-279.
  • 46 Leveau, 1984a, p. 503.

11Trois aspects majeurs caractérisent alors le paysage archéologique de l’Aurès oriental38 : la présence de « pressoirs groupés en unités de production de type industriel », l’implantation de grandes « villas » avec portiques, colonnes et thermes et faisant un usage régulier du grand appareil39, ainsi que la construction de grands mausolées, malheureusement anépigraphiques40. Le problème de la datation concerne d’ailleurs plus largement l’ensemble de ces données41. Les seuls éléments datés sont les petits bronzes et les tessons de céramique collectés sur les sites des mausolées, qui s’inscrivent dans le contexte du ive et du ve siècle42. Ils suggèrent un développement intensif, mais tardif, de la culture de l’olivier43, qui ne semble donc pas directement liée à l’arrivée d’éléments exogènes dont la présence fut supposée à partir de la dynastie flavienne dans la région de Mascula44. Loin d’être une terre de solitude, l’Aurès pouvait dès lors prétendre à une certaine prospérité à la fin de l’Antiquité45. Ce tableau contraste avec la situation observée plus au nord en Maurétanie, dans la région de Césarée, où Ph. Leveau a mis en lumière l’abandon de certaines huileries et l’usage décroissant de la céramique romaine dès la fin de la période sévérienne, qu’il relie à une réorganisation du contrôle urbain passant désormais par le réseau des villages et non plus des uillae ; aussi refuse-t-il d’interpréter la disparition d’une partie de ces structures en termes de déclin46.

  • 47 Brun, 2004a, p. 231.
  • 48 Sur le Medracen, voir l’étude proposée par Camps, 2010.
  • 49 Brett, Fentress, 1996, p. 32.
  • 50 Camps, 1961, pp. 178-179 ; Janon, 1973, pp. 198-199.
  • 51 Gsell, Graillot, 1894, pp. 62-63 ; Camps, 1961, pp. 170-173 et 1973b ; Janon, 1982, p. 58.

12Si la datation du mobilier découvert en surface signale que les huileries à l’est de l’Aurès étaient en fonction au ive et au ve siècle, l’origine de leur construction remonte peut-être à une période plus ancienne : à défaut de pouvoir le confirmer, l’absence de fouilles archéologiques ne permet pas d’écarter l’hypothèse47. Il n’est également pas exclu que certaines des riches familles impliquées dans le commerce de l’huile, dont on peine à retracer l’histoire, aient été les héritières d’une élite politique, à la tête d’une hiérarchie sociale très anciennement développée dans l’Aurès : la dynastie massyle à qui est due la construction de l’imposant mausolée du Medracen, à proximité du massif montagneux, à la fin du ive siècle ou au début du iiie siècle av. J.-C., semble être issue de la région48. Une connexion49, que rien ne confirme en l’état, fut en outre établie entre le Medracen et l’immense nécropole préromaine d’Ichoukane, qui reste très mal connue, implantée à une trentaine de kilomètres entre deux couloirs de pénétration dans le massif, dans une zone de contacts entre l’Aurès et les hautes plaines50. Le Medracen fut plus généralement interprété comme la traduction monumentale des nombreux tombeaux circulaires en pierres sèches, aux dimensions plus réduites, découverts dans l’ensemble de l’Aurès avec d’importantes concentrations à proximité de Foum Ksantina, au sud de Timgad : leur présence couvre le jbel Kharouba et le jbel Bou Driecen, de chaque côté de la gorge donnant accès à la haute vallée de l’oued el-Abiod51.

  • 52 Grahame, 1998.

13Les difficultés posées par la datation des mausolées découverts à l’est de l’Aurès, conjuguées à l’absence d’informations sur les formes d’organisation sociale caractérisant les populations qui y étaient établies sous le Haut-Empire, ne permettent malheureusement pas d’avancer plus loin sur la question de leur origine. Le degré d’investissement qui fut rendu nécessaire par le développement de l’oléiculture dans la région orientale du massif montagneux suggère néanmoins l’appui initial de riches familles, ouvertes aux circuits du commerce de l’huile et prêtes à y investir une partie de leur fortune. La présence d’élites sensibles aux intérêts, en particulier économiques, fournis par les échanges méditerranéens, constitua un facteur majeur dans le développement des contacts avec le monde romain et l’extension de la domination romaine dans d’autres marges méridionales de la province52.

  • 53 Leveau, 1978.
  • 54 Camps-Fabrer, 1953, p. 29.
  • 55 Alquier, 1941, p. 39 ; Morizot, 1948, p. 139 ; Birebent, 1964, p. 191 ; Leveau, 1978, p. 121.

14La vallée de l’oued Hallail53, au cœur du massif des Némencha et de la zone oléicole de la Numidie méridionale54, présente un paysage rural analogue à celui des vallées de l’Est aurasien en termes de développement agricole et de culture dédiée à l’olivier, de moindre envergure toutefois car les huileries repérées, qui indiquent sans conteste une mise en valeur agricole à l’époque romaine, y sont de plus petite taille. Dans la vallée de l’oued Hallail comme dans les vallées de l’oued Guechtane et de l’oued el-Arab dans l’Est de l’Aurès, l’absence significative d’une présence militaire écarte une implication éventuelle de l’armée dans le développement de la culture irriguée et de l’oléiculture55.

  • 56 Despois, 1953, p. 103 ; Leveau, 1978, pp. 119-120.
  • 57 Sur les cultures en terrasses, voir Despois, 1956. Procope, qui évoque au vie siècle la montagne d (...)
  • 58 Morizot, 1991a, pp. 436-437, 441.
  • 59 Id., 1977-1979.
  • 60 Alquier, 1941.
  • 61 Morizot, 1977-1979, p. 276.

15Le savoir-faire semble bien plus avoir eu une origine locale. Dans la région de l’oued Hallail, le système de culture développé en fond de vallée, fondé sur une agriculture irriguée avec des séguias de terre, présente d’étroits parallèles avec la situation observée dans le Hodna à l’époque romaine56. Les cultures en terrasses pratiquées à l’est de l’Aurès pouvaient également s’appuyer sur une maîtrise très ancienne des techniques hydrauliques par les populations peuplant le massif57, avant que ne soient mis en pratique des savoir-faire agricoles d’origine romaine58, dont témoignent les vestiges des aqueducs de l’oued Mellagou59 et de l’oued el-Arab60. En l’absence d’informations sur une éventuelle intervention impériale, P. Morizot suggère que ces importants travaux hydrauliques furent financés par les grands propriétaires terriens qui possédaient les vastes bâtiments de fermes et d’huileries61.

  • 62 L’hypothèse est réaffirmée par Fentress, 1983.
  • 63 Shaw, 1983, pp. 149-152.
  • 64 Mattingly, 1988, à propos d’observations faites en Tunisie.

16Les raisons qui ont motivé l’essor de l’oléiculture dans l’Aurès restent discutées. E. Fentress y a vu une conséquence de l’alourdissement de la fiscalité liée à la présence militaire dans la région, qui aurait conduit à un progrès en quelque sorte forcé des rendements agricoles et permis dans un second temps de dégager des bénéfices62, ce que B. D. Shaw, qui souligne notamment l’absence de preuves matérielles et les difficultés méthodologiques soulevées par les présupposés liés à ce raisonnement, conteste à juste titre63. L’investissement d’un important capital et le retour de bénéfices conséquents semblent avoir caractérisé de façon commune le développement de l’oléiculture à l’intérieur de la province64.

  • 65 Sur l’influence phénico-punique dans la propagation de la culture de l’olivier en Afrique du Nord  (...)
  • 66 Voir les remarques de Leveau, 2005b, 2011, qui souligne l’ampleur excessive qui fut parfois prêtée (...)
  • 67 Camps-Fabrer, 1953 ; Hitchner, 1993 ; Mattingly, Hitchner, 1993 ; Peyras, 1983, 1991, pp. 439-440, (...)
  • 68 C’est ce qu’E. Fentress reprochait à B. D. Shaw : voir Fentress, 1983.
  • 69 Leveau et alii, 1993, p. 195.

17La culture de l’olivier, pratiquée depuis longtemps en Afrique du Nord avant que Rome n’en fasse un territoire provincial65, fut développée en parallèle d’une polyculture qui reste largement répandue66. L’oléiculture connaît un essor général sans précédent en Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire67. Sans tomber dans les travers de la thèse défendant une « permanence berbère » et qui sous-estime les changements apportés par Rome68, la diversité des techniques mises en œuvre, variables en fonction des conditions locales, est une réalité historique incontestable. Elle conduit aussi à écarter l’idée d’une solution technologique importée sur le territoire africain et qui aurait permis un développement rapide de l’oléiculture69. D’autres facteurs ont contribué à l’essor de cette pratique agricole.

  • 70 Voir les positions défendues par Whittaker, 1978 ; Kehoe, 1988 ; Kolendo, 1991 ; Peyras, 1999.
  • 71 Mattingly, 1988, p. 51 ; Hitchner, 1989 ; Mattingly, 1989b ; Hitchner, 1993 ; Brun, 2003, pp. 193- (...)
  • 72 Mattingly, 1988, pp. 51-52.
  • 73 Sur l’importance du marché libre de l’huile : ibid.
  • 74 Leveau, 2011.

18Au-delà des questions d’ordre juridique et économique posées par le texte70, les mesures incitatives développées à partir de la lex Manciana, encourageant la mise en culture de terres incultes, jouèrent peut-être en ce sens un rôle décisif71. Ce cadre législatif pouvait être à même de fournir le contexte favorable aux arrangements nécessaires entre ceux qui pratiquaient l’agriculture et ceux qui procuraient les fonds, permettant l’acquisition d’arbres, la construction des fermes et l’investissement dans des pressoirs dont témoigne le haut degré de développement de l’oléiculture dans certaines régions72. La commercialisation de l’huile bénéficiait également de circuits suffisamment développés. L’approvisionnement en blé de Rome conférait une importance inédite aux liaisons maritimes entre l’Afrique et l’Italie au ier siècle apr. J.-C., dont pouvaient également profiter les exportations d’huile prenant la même direction : sans doute la proximité géographique entre l’Italie et l’Afrique contribua-t-elle à intensifier le volume des transports entre les deux régions. À l’exemple des régions oléicoles situées au cœur du territoire provincial, les confins de la province bénéficièrent sans doute dans une certaine mesure des potentialités offertes par le « marché libre de l’huile » de la Méditerranée romaine73, sans qu’il faille toutefois négliger la part du marché local et régional dans la consommation de l’huile et faire systématiquement de l’oléiculture une pratique agricole à caractère spéculatif74.

II. — La présence militaire à la frontière et ses implications économiques

19Comme l’observe P. Le Roux à propos de la situation dans la péninsule Ibérique,

  • 75 Le Roux, 1977, pp. 349-350.

le rôle de l’armée — ou même celui de l’État — n’était pas de peser directement sur la vie économique et de chercher à en modifier le cours ou les données. Il était, au début de l’Empire, celui que pouvaient jouer les troupes dans une situation d’après-guerre où l’armée n’était plus l’armée civique levée pour le temps des combats et n’était pas encore, à proprement parler, l’armée permanente.
Dans ces conditions, il est logique de constater que la relation essentielle de l’armée d’Hispania avec la vie économique se nouait au niveau de ses besoins matériels quotidiens de nature variée75.

  • 76 Shaw, 1983, pp. 149-152, prend le contre-pied des thèses d’E. Fentress, en révisant ses vues conce (...)
  • 77 Garnsey, 1994 ; Breeze, 2000 ; Garnsey, Saller, 2001, pp. 155-164.
  • 78 Garsney, 1994.

Si la conquête de l’Afrique du Nord par l’État romain connut des circonstances différentes, il reste que l’observation est également valable pour la situation de l’armée à la frontière de la province africaine au début de l’Empire. Son ravitaillement constituait un enjeu essentiel, dont les conséquences économiques demeurent toutefois débattues76. Au-delà de la situation africaine, la recherche contemporaine offre une interprétation contrastée des implications économiques revêtues par l’approvisionnement des garnisons provinciales. Dans une perspective minimaliste, P. Garnsey et D. J. Breeze insistent particulièrement sur l’origine locale de la majorité des produits consommés par les armées romaines dispersées dans l’Empire, et minorent le rôle de l’initiative privée dans le ravitaillement militaire77. Ils conduisent aussi à faire de l’approvisionnement des armées concentrées aux frontières un fardeau, dont les effets étaient essentiellement ressentis à l’échelon local dans les provinces. P. Garnsey suggère en conséquence le développement d’une économie des frontières relativement séparée du reste du ravitaillement de la ville de Rome, au moins dans le cas des provinces d’Occident78.

  • 79 Whittaker, 1989a, pp. 64, 76, 1994, pp. 108-113, 2002 et 2004a, pp. 88-114, à propos de Vindolanda(...)
  • 80 Whittaker, 1989a, p. 65.

20À travers une approche différente, Ch. R. Whittaker met l’accent sur les effets des exemptions accordées par l’État romain aux negotiatores qui fournissaient les armées dans les régions frontalières79. Ainsi insiste-t-il sur le transport de cargaisons mixtes, dont une partie seulement était destinée au marché militaire, le reste étant vendu soit le long des itinéraires conduisant aux régions de frontière, soit dans ces zones elles-mêmes ou au-delà. Les exemptions fiscales octroyées dans le cadre du marché militaire auraient attiré des fournitures à la fois locales et lointaines, selon un mouvement qui échappait aux lois rationnelles du marché. Pour Ch. R. Whittaker, ce régime d’exemption permit alors aux zones de frontière de bénéficier d’un « marché subventionné80 ».

  • 81 Le Roux, 1995, p. 421.
  • 82 Sur ces individus : Cuvigny, 2012 ; France, 2014b, pp. 102-103.
  • 83 Id., 1994, p. 137 et 2001, p. 351.
  • 84 Carrié, 1994, pp. 196-197.

21L’expression paraît excessive. Le negotiator « agit à titre de priuatus, mais accomplit des fonctions jugées d’utilité publique et à ce titre suscitées et tolérées par l’État81 ». À tout le moins faut-il alors reconnaître que les négociants honorant les contrats d’approvisionnement de l’armée (conductores82) pouvaient espérer un profit conséquent par la réalisation de cargaisons mixtes, dont une partie était exempte du paiement du portorium83. En ce sens, les régions frontalières des provinces auraient constitué, plutôt qu’un marché subventionné, un marché rentabilisé par avance qui permettait aux negotiatores de dégager des bénéfices de leur activité privée, et de compenser ainsi les frais du service concédé aux besoins publics84.

  • 85 Sur cette question : mise au point proposée par Lo Cascio, 2007. L’absence d’informations est part (...)
  • 86 Carrié, 1977, pp. 388-391. Cela reste discuté : Erdkamp, 2002, pp. 65-66.
  • 87 Ces données sont rappelées dans différents contextes régionaux par Le Roux, 1977, p. 360 ; Carrié, (...)
  • 88 Inscription éditée et commentée par Charles Saumagne, BAC, 1928-1929, pp. 226-233, et reprise dans (...)
  • 89 Carrié, 1977, p. 377 ; Remesal Rodríguez, 1986, p. 108.
  • 90 Carrié, 1978, pp. 246-247 ; Mitchell, 1983 ; Carrié, 1986, pp. 462-463 ; Mitthof, 2001, vol. 1, pp (...)
  • 91 Fragments d’un tarif fiscal du ive siècle, découverts à Carthage et étudiés par Saumagne, 1950, pp (...)

22Les indices font malheureusement défaut dans le cadre de l’Afrique romaine, comme dans les autres provinces de l’Empire, pour saisir avec précision la part du ravitaillement de l’armée laissée au libre commerce, et comprendre son organisation85. Face à la diversité des sources d’approvisionnement, il convient de rappeler que toutes n’ont probablement pas revêtu une importance équivalente. De façon générale au cours des deux premiers siècles de notre ère, le ravitaillement militaire semble avoir largement reposé sur des achats à prix fixe, selon un tarif qui correspondait semble-t-il, au moins durant la période du Haut-Empire86, aux prix courants du marché ; ce n’était qu’à titre exceptionnel qu’il était en principe procédé à des réquisitions, alors destinées au ravitaillement des corps expéditionnaires87. Le système d’approvisionnement contre remboursement est attesté dans le cas de déplacements réguliers de détachements militaires dans la province africaine par l’inscription très fragmentaire découverte à Sidi Amara, qui semble s’inscrire dans le contexte du Haut-Empire. La charge d’hospitium et la fourniture de copiae aux armées de passage constituaient une obligation qui pesait lourdement, en sus des autres contributions fiscales, sur les provinciaux, et nourrissaient aussi un mécontentement et des conflits fréquents entre communautés88. Le système de réquisitions remboursées est encore pratiqué de façon générale dans l’Empire sous les Sévères89, parallèlement à une fiscalisation des levées annonaires destinées à l’armée au cours du iiie siècle, qui deviennent progressivement la source principale du ravitaillement des garnisons provinciales90. Les sources législatives d’époque tardive soulignent alors la part prise par les populations locales dans le ravitaillement des armées situées à la frontière de la province91.

  • 92 Le Roux, 1995, pp. 416-417.
  • 93 Carrié, 1977. Alston, 1995, pp. 112-115, parvient à la même conclusion. Voir également Adams, 2007 (...)
  • 94 Le Roux, 1977, p. 369.
  • 95 Expression empruntée à Carrié, 1977, p. 374.
  • 96 Reddé, 2011 (citations pp. 494, 504).

23Selon un processus général, le recours privilégié aux sources locales et régionales d’approvisionnement, qui relevait de la responsabilité de chaque unité militaire, ne s’est imposé que progressivement, avec la stabilisation de la répartition des garnisons provinciales au cours du iie siècle92. D’un point de vue régional, des conclusions très similaires ressortent des études menées en Orient par J.-M. Carrié sur l’Égypte romaine93, qui démontre que la présence militaire n’a pas porté, sous le Haut-Empire, la fiscalité aux « limites des possibilités contributives des habitants », et en Occident par P. Le Roux sur la péninsule Ibérique. Comme le souligne ce dernier avec raison, l’armée n’organisait pas la vie économique94. Leurs études respectives ont contribué à montrer que les troupes stationnées dans ces provinces n’ont pas pesé de façon significative sur les échanges ou l’artisanat. Le point commun entre ces deux contextes provinciaux tient probablement au fait que l’armée, présente en effectifs réduits, n’y a pas joué un « rôle de colonisation pionnière95 » majeur. Du reste, l’étude menée par M. Reddé sur les relations entre la Gaule intérieure et l’armée du Rhin met bien en évidence qu’il n’existe pas « de modèle global pour comprendre la logistique romaine » et invite à « réfléchir en d’autres termes que celui de “territoire vivrier” affecté à une unité96 ».

  • 97 Voir le chap. iv de cet ouvrage.
  • 98 Les références bibliographiques sur le sujet sont nombreuses. En voici quelques-unes : Picard, 195 (...)
  • 99 Rapide bilan de la question proposé par Guédon, 2010, pp. 240, 389-390.
  • 100 Pour Hopkins, 1980, les ponctions fiscales auraient stimulé la production régionale. Shaw, 1983, p (...)

24Si l’on considère l’effectif relativement restreint des troupes stationnées en Afrique proconsulaire97, et le rythme très occasionnel de leurs activités à proprement parler guerrières, la présence militaire à la frontière de la province ne fut probablement pas excessivement coûteuse sous le Haut-Empire. De façon générale, le ravitaillement des garnisons put être facilité par la richesse en blé de l’Afrique, abondamment attestée et contribuant à l’approvisionnement de la ville de Rome par le biais de l’annone98. En l’absence de données chiffrées, l’évaluation de la production africaine et la part des ponctions fiscales restent toutefois ouvertes à la discussion99 : les mêmes incertitudes pèsent plus largement sur la vaste question de l’impact des impôts romains sur la production provinciale100.

  • 101 Jacques, 1992.
  • 102 À l’exemple de T. Flavius Respectus, procurateur d’un saltus impérial, connu par son épitaphe retr (...)
  • 103 Le Roux, 1995, p. 418.
  • 104 Carrié, 1977, p. 375, qui s’appuie sur la documentation étudiée par Świderek, 1970 (reçus donnés à (...)

25Outre le poids numérique limité de la présence militaire dans la province, différents indices fournis par les sources écrites conduisent à relativiser le coût de celle-ci à la frontière de l’Afrique proconsulaire aux premiers siècles de l’Empire. En Numidie, l’importance des domaines impériaux formant un arc de cercle autour de Timgad a été liée au facteur militaire et mise en parallèle avec les mesures prises par Trajan concernant le transfert de la légion à Lambèse et la fondation d’une colonie à Timgad101. Ainsi est-il postulé qu’une partie du ravitaillement de la garnison, à l’organisation duquel pouvaient contribuer utilement les procurateurs impériaux102, a pu être fournie par ces domaines, dont la transformation en uici et en cité au iiie siècle serait par ailleurs significative de leur degré de développement103. L’hypothèse d’une solidarité entre la garnison de Lambèse et la ceinture de domaines impériaux autour de Timgad est étayée par la situation observée en Syrie et en Égypte, où la documentation atteste l’existence de contributions fournies par les domaines impériaux au ravitaillement militaire104.

  • 105 CIL, VIII, 10962. Voir Cortadella-Morral, 2006 ; Laporte, Dupuis, 2009, p. 91.
  • 106 Voir le chap. iv de cet ouvrage.
  • 107 On peut rapprocher son exemple de celui de P. Julius Junianus Martialinus, légat de la IIIe légion (...)
  • 108 Gsell, 1911, fo 49, nos 33, 42.

26L’acquisition par le légat de la IIIe légion Auguste, L. Minicius Natalis, de terres placées dans les mains d’un régisseur105 et situées non loin du fort d’Ad Maiores qu’il eut la responsabilité de fonder en 104 ou 105106 montre par ailleurs qu’il demeurait à ce moment-là très avantageux financièrement d’investir dans le domaine foncier, y compris dans le voisinage d’un camp107. Son ravitaillement ne pesait alors pas systématiquement, ou du moins pas de façon négative, sur les revenus des domaines ruraux privés alentour. La demande créée par l’implantation de la garnison à Ad Maiores motiva peut-être l’acquisition par L. Minicius Natalis d’une propriété rurale qui aurait pu trouver dans ce voisinage un débouché commercial à ses productions. Il est possible que cette opportunité profita de même aux domaines oléicoles attestés entre Thabudeos et Badias par de nombreuses traces de pressoirs à huile d’époque romaine, qui ne sont toutefois pas datées108.

  • 109 Rebuffat, 1977, insiste particulièrement sur cet aspect.
  • 110 Sur la langue utilisée pour les mesures indigènes, et les problèmes posés par son identification, (...)
  • 111 Marichal, 1992, pp. 99-106.
  • 112 Rebuffat, 1977, p. 409, suggère qu’il s’agissait de « lettres de voiture » permettant aux conducte (...)
  • 113 Tab. Vind., vol. 2, pp. 180, 343, textes et commentaires. Pour la comparaison entre les deux corpu (...)
  • 114 C’est l’hypothèse qui fut émise à propos d’O. Petr., 245, datant du ier siècle apr. J.-C. (voir Ad (...)
  • 115 Marichal, 1992, pp. 99-106.
  • 116 Ibid., pp. 60-61. Il y a peut-être un parallèle à faire avec l’exemple donné par P. Lond., 2, 482 (...)
  • 117 Rebuffat, 1982b, p. 195, n. 15 ; Mattingly, 1986, p. 59 ; Barker, 2002, p. 494.
  • 118 Marichal, 1992, pp. 99-104.

27En Tripolitaine, le corpus des ostraca de Gholaia109, source exceptionnelle d’informations sur le ravitaillement d’une garnison établie dans la province, suggère également un contexte propice aux échanges commerciaux. Certains textes, qui semblent faire office de « reçus », mentionnent le nom de chameliers indigènes et la quantité, en mesures indigènes et romaines110, de blé et d’huile qui composait leurs cargaisons acheminées à la forteresse111. Rien ne permet malheureusement de déterminer si le transport effectué par les chameliers s’inscrivait dans le cadre de réquisitions ou d’achats remboursés112. Cette seconde éventualité pourrait être confirmée par le rapprochement avec la documentation de Vindolanda113, et celle du désert oriental d’Égypte114. R. Marichal postule que le ravitaillement régulier en blé et en huile de Gholaia serait venu de greniers publics établis sur la côte lepcitaine, parallèlement à des achats ou à des réquisitions occasionnelles dans les oasis, sur ordre des soldats115. Ce dernier point est déduit des lettres 76-80 émanant de la main du soldat Aemilius Aemilianus, qui fut semble-t-il détaché auprès de producteurs afin de pourvoir au ravitaillement de la garnison : ces documents accompagnent effectivement des livraisons de blé réalisées par des chameliers indigènes, portant des noms libyques116. Il est tout à fait possible que les productions acheminées par ces transporteurs, dont on peut douter qu’il s’agisse de négociants professionnels, aient constitué l’excédent des cultures de producteurs locaux trouvant dans l’approvisionnement de la garnison un débouché commercial à leurs surplus agricoles117. Les quantités acheminées respectivement par chacun des chameliers mentionnés le suggèrent118.

  • 119 Ibid., p. 111, suggère en revanche que les Garamantes se rendaient au marché du uicus pour vendre (...)

28Est-ce en revanche pour négocier librement leur cargaison auprès de la garnison de Gholaia que se présente le convoi mené par des Garamantes, conduisant trois mulets et quatre ânes et transportant une petite quantité d’orge, dont fait état O. Bu Njem, 72 ? Ainsi pourrait s’expliquer leur passage par la forteresse119. L’obtention de numéraire leur permettait d’envisager d’autres opérations commerciales, telles que l’acquisition de biens manufacturés qui n’étaient pas produits dans le Fezzan : c’est le sens qui pourrait être donné à leur voyage jusqu’à la province romaine. Peut-être est-ce également dans un cadre commercial extérieur au système d’approvisionnement organisé par l’armée que le convoyeur de suriacae, dont le passage par la forteresse est consigné par O. Bu Njem, 73, est venu proposer à la vente ses marchandises.

  • 120 Christol, 2006.
  • 121 SHA, Vie de Septime Sévère, 18, 3.
  • 122 Sur les terres privées de Septime Sévère en Tripolitaine : Lewicki, Kotula, 1986.
  • 123 AE, 1973, no 76. Voir Di Vita, 1982, p. 583, n. 214.
  • 124 Lewicki, Kotula, 1986, p. 269.

29O. Bu Njem, 75, signale par ailleurs une cargaison, peut-être d’huile, expédiée en 254 par un procurateur — « pro]curatore Ạ[ug(ustorum) n(ostrorum)… » —, à propos duquel différentes hypothèses peuvent être avancées. Plusieurs mentions épigraphiques font état, d’une part, de la procuratèle équestre du patrimonium de la regio Leptiminensis ou de la regio Leptitana au milieu ou dans la seconde moitié du iiie siècle, dont il y a tout lieu de penser que le service exercé à ce titre était plus ancien120. Le patrimoine de Septime Sévère produisait semble-t-il d’importantes quantités d’huile selon le témoignage de l’Histoire Auguste qui mentionne des distributions gratuites et journalières à la plèbe de Rome121, suppose-t-on instituées par l’empereur d’origine africaine grâce au produit de ses terres oléicoles de Tripolitaine122. L’épigraphie fait d’autre part connaître, au iiie siècle, une procuratèle « ad olea conparand(a) [per re]gionem Tripolit(anam) », dont la fonction pourrait avoir revêtu un caractère ordinaire123. Elle fut mise en rapport avec la politique annonaire et l’activité du service de l’annone sous les Sévères124.

  • 125 Rebuffat, 1982b, pp. 197-198 ; Mattingly, 1986.

30Si la documentation écrite suggère des intérêts communs dans le cas du ravitaillement de la garnison Gholaia entre l’armée et les producteurs régionaux, le résultat des prospections menées dans la région conduit à penser que l’implantation de garnisons à Gholaia, Gasr Zerzi ou Gheriat el-Garbia à l’époque sévérienne n’a pas, a priori, contribué à modifier de façon significative le paysage agricole des vallées environnantes, dont l’évolution majeure semble se placer à une période antérieure125. La présence militaire exerça peut-être d’autant moins d’influence sur les cultures locales que l’essentiel de l’approvisionnement des garnisons ne venait pas de là, comme il fut suggéré à titre d’hypothèse dans le cas de Gholaia.

  • 126 Schimmer, 2012.
  • 127 Rebuffat, 1997 ; Bonifay, 2007, p. 458.
  • 128 Weber, Schmid, 2012.

31D’un point de vue archéologique, des conclusions relativement similaires ressortent de l’étude du matériel céramique découvert à Gholaia et à Gheriat el-Garbia. Le résultat des missions archéologiques récentes menées sur le site de la garnison de Gheriat el-Garbia confirme un ravitaillement régional tripolitain, reposant peut-être en partie sur les productions en huile de la zone fertile du jbel Garian au cours du iiie siècle126. Comme à Gholaia, le témoignage de la céramique montre qu’à la même période les salaisons, et peut-être le vin, étaient d’abord importés de Tunisie127. La céramique fine découverte à Gheriat el-Garbia, qui n’est pas antérieure à la fin du iie siècle et au début du iiie siècle, semble par ailleurs avoir eu une provenance régionale, à rechercher peut-être dans l’arrière-pays des cités côtières de Tripolitaine ou dans la région du jbel ; quelques fragments pourraient en outre suggérer une provenance tunisienne128.

  • 129 Il est bien difficile de tirer des informations des petits objets de bronze, que les archéologues (...)
  • 130 Rebuffat et alii, 1969-1970, pp. 23-30 ; Rebuffat, 1969-1970b, pp. 133-135 et 1972, p. 330.

32La question demeure de savoir si la présence militaire a contribué, de façon déterminante, à stimuler la production artisanale africaine. Pour en juger, il faudrait notamment disposer d’informations sur les objets qui étaient achetés et consommés par les militaires, et contre lesquels ils échangeaient leur numéraire ; enfin savoir si la production africaine a bénéficié de ces échanges, ou s’ils ont davantage profité au commerce avec des régions extérieures à la province. Rares sont les études présentant des objets manufacturés découverts aux lieux des garnisons africaines. Il s’agit malheureusement de mentions isolées et peu documentées, dont rien ne permet de déduire l’existence d’un courant d’échanges commerciaux et la présence de marchands liés par leur activité à la demande du camp129. À tout le moins peut-on constater, dans le cas bien connu de Gholaia, l’importance économique que prit semble-t-il le marché institué au sein de l’agglomération civile étendue aux abords du camp : le « bâtiment aux niches », qui formait un centre commercial organisé autour d’une cour le long de laquelle rayonnaient des boutiques, connut une période d’occupation concomitante avec la présence militaire130.

  • 131 AE, 1914, no 234 ; CIL, VIII, 18352 ; CBI, 781. Voir Laet, 1949, pp. 264-271 ; Le Bohec, 1989a, pp (...)
  • 132 Ibid., p. 101.
  • 133 CIL, VIII, 18224 (= ILS, 2415).

33La garnison de Lambèse se fournissait peut-être également au marché de la ville développée à proximité du camp, évoqué de façon indirecte par l’épigraphie. L’inscription fragmentaire du « tarif de Lambèse » semble faire état de dispositions réglementaires et de modalités de tarification douanières131, dans certaines desquelles furent impliqués des militaires132. La mention épigraphique de signiferi de la IIIe légion Auguste, « agentes cura(m) macelli133 », confirme le lien avec la place commerciale de la ville, sans qu’il soit possible toutefois de le préciser.

  • 134 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

34Le tarif de Zarai permet d’apprécier de façon plus concrète l’implication d’un marché à proximité du lieu de garnison, en matière de consommation. L’absence du blé et de l’huile dans la liste des marchandises répertoriées par le texte suggère que ces productions de première importance parvenaient à la cohorte mentionnée sur l’inscription par un autre biais que celui du marché ouvert. D’autres produits énumérés sur le document intéressaient très certainement le ravitaillement du camp auquel pourvoyaient à leur avantage les négociants, si l’on accepte que les dispositions locales prises pour un certain nombre de marchandises s’expliquent par le fait qu’elles étaient jusque-là frappées d’une exemption fiscale concernant leur vente à la garnison. Le départ de la cohorte entraînant la fin de cette situation d’exception, il devenait aussi nécessaire de définir les nouvelles conditions de vente et les droits frappant ces produits destinés désormais uniquement au marché civil134.

  • 135 Leguilloux, 2004, p. 83, à propos des cuirs et peaux mentionnés dans les « tarifs » de Palmyre et (...)
  • 136 Voir la documentation rassemblée par Groenman-van Waateringe, 2009.
  • 137 Voir le chap. vi de cet ouvrage.

35Le bétail, les cuirs et les peaux tiennent une place de choix parmi les produits mentionnés par l’inscription de Zarai135, ce qui est sans doute lié au fait qu’il s’agissait là de fournitures indispensables à l’armée136. Sans doute étaient-ils mis à la vente par des producteurs locaux, qui après avoir bénéficié probablement d’une exemption fiscale lorsqu’ils faisaient commerce avec la garnison, profitèrent d’une situation encore avantageuse au regard de la faiblesse des droits, voire de l’immunité concédée à leurs marchandises après le départ de la cohorte. Le circuit spécifique emprunté par les étoffes, d’une origine plus lointaine et liée au grand commerce caravanier, pourrait expliquer le montant de la taxation affecté à ces marchandises137. Parmi ces étoffes figurent celles qui constituaient l’habillement courant des armées romaines.

  • 138 Sur cette question, Trousset, 2002-2003.
  • 139 Sa présence au sud de la province, dans le Fezzan, peut sans doute se déduire des échanges importa (...)

36Le sens pris par la circulation des marchandises tel qu’il peut être déduit de l’inscription de Zarai accorde une place majeure138, dans le cadre des échanges sur le marché local et du ravitaillement militaire, aux transports venus des confins méridionaux voire de l’extérieur de la province. Il confère aux vendeurs pourvoyant à la fourniture de chacun de ces deux marchés de consommation une identité majoritairement indigène, et laisse peu d’indices sur la place prise par la figure du riche marchand, qui n’était sans doute toutefois pas inexistant mais traitait peut-être moins directement avec l’armée romaine139. Ce trait constitue l’une des originalités de l’Afrique proconsulaire au regard d’autres contextes régionaux mieux connus tels que celui de la frontière bretonne.

  • 140 Whittaker, 2002.
  • 141 Bloemers, 1983, pp. 168-170.
  • 142 Trousset, 1984b, p. 391 ; Le Bohec, 1987, p. 378 ; Trousset, 2004, p. 87.
  • 143 Breeze, Dobson, 1978, p. 48 et Appendice 2 (pp. 242-258).
  • 144 Cuvigny, 2012a, p. 6.

37Hormis le déséquilibre frappant en matière de documentation qui rend difficile la comparaison et ne permet pas de façon structurelle de nourrir les mêmes réflexions selon les provinces considérées140, la différence majeure tient aussi au cadre historique et géographique. Les garnisons éparses qui ponctuaient la frontière d’Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire, dans des zones qui étaient peu urbanisées, n’offraient pas les mêmes opportunités en termes de marché de consommation que la densité des postes militaires se succédant le long du mur de Bretagne, ou encore dans la région du Rhin où le développement du commerce fut étroitement lié à l’implantation de garnisons romaines141. Qu’y a-t-il de comparable entre les quelque 12 000 hommes affectés semble-t-il le long des 1 200 km de la frontière d’Afrique proconsulaire142, et le même effectif concentré sur les 117 km du mur de Bretagne143 ? La situation bien documentée dans le cadre du désert oriental d’Égypte présente d’autres particularités. Les praesidia, localisés sur des itinéraires intérieurs conduisant du Nil aux ports de la mer Rouge, ne paraissent pas avoir entretenu des liens privilégiés avec les caravanes du commerce érythréen, pour lesquelles les garnisons romaines constituaient semble-t-il surtout des lieux de ravitaillement en eau144.

  • 145 Whittaker, 1989a, pp. 58-59, évoque l’exemple fourni par la céramique importée en grand nombre dans (...)
  • 146 Il faut laisser de côté l’inscription « Pur/puri/orum » sur une pierre découverte à Henchir Fegous (...)
  • 147 Wilson, 2001, 2004.
  • 148 Droß-Krüpe, 2012. Également les remarques générales de Flohr, 2014, sur le commerce des étoffes da (...)

38La spécificité de la frontière africaine en matière d’occupation humaine permet de comprendre la part prise par les circuits commerciaux traditionnels, comme le suggèrent la documentation de Zarai et celle de Gholaia. Ils obéissaient alors à leurs propres logiques en termes d’échanges. Ainsi pourrait s’expliquer la répartition « non économique » de certains produits importés mentionnés sur le tarif de Zarai145. L’étoffe d’origine étrangère recensée parmi les marchandises laisse effectivement en suspens la question des possibilités offertes par la production textile régionale. Celle-ci n’était pas inexistante146 : en témoignent l’artisanat et le commerce des étoffes développés à Timgad, qui alimentaient peut-être le marché de consommation lié à la présence de la IIIe légion Auguste à Lambèse147. L’étude de la documentation égyptienne confirme qu’en ce qui concernait le ravitaillement militaire en produits textiles, les marchandises n’étaient pas systématiquement produites dans la même région que l’unité consommatrice, mais impliquaient parfois des circuits dépassant les limites provinciales : en ce sens, le travail des tisserands égyptiens semble avoir été régulièrement sollicité pour approvisionner les garnisons des provinces voisines sous l’Empire148. Sans doute n’y a-t-il pas une explication unique à ce phénomène, qui tient à des raisons différentes selon les situations régionales. Il pouvait en particulier être plus rentable pour l’État romain de faire venir des marchandises depuis des régions éloignées, mais qui impliquaient peut-être des coûts de transport, et des prix à l’achat, moindres.

  • 149 Munzi, 2005 ; Liverani, 2006, p. 1043.

39Le contexte de la frontière africaine semble ainsi conférer un rôle déterminant aux circuits d’échanges qui empruntaient le réseau des pistes étendues au sud de la province, et qui paraissent avoir profité plus largement au commerce avec le territoire romain. Ils permirent semble-t-il à la garnison de Zarai de bénéficier à moindre coût d’un ravitaillement régulier de produits textiles, qu’il n’eût peut-être pas été aussi avantageux de faire reposer sur la production régionale. Le texte de Zarai et les ostraca de Gholaia suggèrent alors l’hypothèse d’un commerce de redistribution portant notamment sur les produits textiles, dans lequel pourraient avoir été particulièrement impliqués les Garamantes ainsi que d’autres tribus. La présence de marchandises d’origine lointaine, acheminées par les pistes du désert, pourrait aussi s’expliquer par la recherche de numéraire de la part de leurs transporteurs qui n’appartenaient pas au monde romain et qui, tels les Garamantes semble-t-il149, ne faisaient pas usage de la monnaie, en vue notamment de se procurer des biens manufacturés disponibles à l’achat au sein de la province.

III. — Les villes de garnison à la frontière de l’Afrique proconsulaire

  • 150 Le Roux, 1995, pp. 414-415. Sur ces agglomérations : Bérard, 1992, pp. 88 sq. et 1993. Le vocable (...)
  • 151 Id., 1977, p. 358 et 1995, p. 411.
  • 152 À propos des uici militaires d’Afrique romaine, voir la synthèse de Mattingly, 1995, pp. 134-137, (...)
  • 153 Trousset, 1991b ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 65-78, sur l’historique des recherches menées sur le (...)
  • 154 Laporte, Dupuis, 2009, pp. 53-55.

40Le développement d’agglomérations à proximité des garnisons provinciales est une conséquence bien connue du « rôle pacificateur et d’incitation économique de la présence militaire150 ». Il convient toutefois de souligner que l’essor de ces foyers de peuplement, sans être étranger aux besoins matériels des corps de troupes, ne fut pas dicté, ni organisé, par les nécessités d’approvisionnement du camp151. L’implantation d’établissements civils à proximité des camps romains établis sur la frontière d’Afrique proconsulaire reste néanmoins un phénomène difficile à apprécier152. Si les restes d’une agglomération ceinte d’un rempart furent anciennement repérés autour du camp d’Ad Maiores fondé par Trajan, ses origines sont obscures : l’enceinte, généralement datée de la période byzantine, recouvre probablement des vestiges romains et peut-être même des traces d’occupation préromaine du site, sur lesquels il n’existe toutefois en l’état aucune information153. Le peuplement préromain de la région d’Ad Maiores demeure plus largement mal connu154.

  • 155 CIL, VIII, 10962. Voir Laporte, Dupuis, 2009, p. 93.
  • 156 Ibid., p. 57 : Nigrenses peut être mis en lien avec l’ethnique libyque « NGRY ». À propos de celui (...)
  • 157 Laporte, Dupuis, 2009, p. 58 ; M’Charek, 2015, pp. 452-457.
  • 158 CIL, VIII, 17973 (= Laporte, Dupuis, 2009, p. 89, inscriptions no 13, et no 12 qui est l’épitaphe (...)
  • 159 Ibid., pp. 87-88, inscriptions nos 8-11.
  • 160 Besnier, Blanchet, 1900, p. 46, no 395, dont la provenance est brièvement indiquée par la mention (...)
  • 161 « ad (Nigrenses) Maiores » (Table de Peutinger, 4, 4). Sur ce toponyme : Lancel, 1991, pp. 1436-14 (...)
  • 162 CIL, VIII, 2480-2481, discutées par Laporte, Dupuis, 2009, pp. 82-87.

41Le toponyme Nigrenses Maiores est mentionné sur l’estampille découverte à Palerme, se rapportant au domaine foncier acquis par le légat L. Municius Natalis, fondateur du camp155. Il est sans doute permis de reconnaître à travers le mot Nigrenses la forme romanisée d’un nom libyque, désignant une tribu156. L’épithète Maiores servait alors peut-être à qualifier l’une des branches de la tribu des Nigrenses, sur le territoire de laquelle Rome installa le camp157, et autour duquel se développa l’agglomération. L’épitaphe d’un vétéran qui occupa les fonctions de porte-enseigne au sein de la garnison avant son retrait de la vie militaire, et celle de son épouse, décédée à Ad Maiores alors que son mari était encore en activité158, confirment qu’une partie de la population était constituée des familles des militaires en fonction et des vétérans de la garnison. Les quelques mentions de civils dont le souvenir est conservé par des inscriptions funéraires n’éclairent malheureusement pas davantage la composition du peuplement de la communauté159. Elle n’est pas mieux connue à travers sa culture matérielle : parmi les divers objets sans doute mis au jour lors des différentes missions archéologiques qui se sont succédé sur le site entre la fin du xixe siècle et les années 1930, seule une lampe d’époque indéterminée fut l’objet d’une mention publiée160. La station d’Ad Maiores, signalée par la Table de Peutinger161, obtient à une date qui demeure inconnue le statut de municipe (municipium Nigrenses), comme en témoignent les dédicaces de deux arcs de triomphe datées des années 286-287 : les monuments, détruits en 267 par un tremblement de terre, furent reconstruits ou restaurés sous Dioclétien162.

  • 163 Trousset, 1991b ; Laporte, Dupuis, 2009. Il faut mentionner à ce titre la luxueuse villa découvert (...)
  • 164 Leveau, 1978 ; Desanges et alii, 2010, pp. 178-179.

42Si l’implantation de la garnison a contribué à fédérer autour d’elle un noyau de peuplement stable et prospère, il demeure difficile de mesurer l’impact de la station militaire sur l’évolution économique locale et la mise en valeur du terroir qui est attestée à l’époque tardive. Le relief du jbel Onk au nord de l’oasis permit semble-t-il dès l’Antiquité la mobilisation de sources pérennes grâce à des aménagements hydrauliques réalisés sur le piémont. Ils expliquent la richesse agricole de la région soulignée par les sources écrites et la documentation archéologique, entre l’époque tardive et la période byzantine163. De façon générale, les débouchés des différents oueds descendant de l’Aurès ou des Némencha sur le piémont saharien semblent avoir été mis en valeur à l’époque romaine selon des processus similaires dont témoigne le site de Mdila au pied du jbel Abiod, sur la rive droite de l’oued Hallail164. Beaucoup d’incertitudes pèsent néanmoins sur l’identité des promoteurs de cette évolution du paysage agricole. Les circonstances qui ont conduit le légat L. Municius Natalis à investir dans une propriété foncière dans les environs d’Ad Maiores, alors qu’il venait d’y implanter une garnison, suggèrent que les potentialités agricoles du secteur étaient à ce moment-là bien connues et exploitées. Il en ressort que la présence de la garnison n’a pas motivé l’évolution économique de la région qui était déjà en cours et pouvait s’appuyer sur l’initiative de grands propriétaires fonciers, ainsi que sur le concours d’une main-d’œuvre agricole disponible.

  • 165 Trousset, 1977, p. 559.
  • 166 CIL, VIII, 17978-17979.

43L’implantation d’une garnison à Gemellae entraîna également la naissance d’une agglomération étendue autour de la forteresse, dès lors dénuée de toute valeur défensive. Ses vestiges restent malheureusement mal connus. À Gemellae comme à Ad Maiores, les recherches anciennes menées sur le terrain ont accordé une attention privilégiée à l’épigraphie par rapport au reste du mobilier archéologique proprement dit, qu’il s’agisse des objets ou même plus largement des éléments d’architecture et des structures généralement sommairement décrites. L’ensemble des vestiges archéologiques issu de ces missions attend encore d’être étudié, si le mobilier n’a pas été au préalable dispersé : tel est le cas du « très abondant matériel » déposé à Alger après les fouilles de 1947-1950 menées par J. Baradez sur le site de Gemellae165, où le relevé des nombreux graffiti et dessins découverts dans les principia demeure en outre inachevé166.

  • 167 On ne dispose d’aucun indice sur une occupation antérieure du site ; il n’est pas assuré que Gemel (...)
  • 168 Trousset, 1977, 1998a.
  • 169 Voir l’étude de Speidel, 1991.
  • 170 Baradez, 1966a.
  • 171 Thébert, 2003, p. 203.
  • 172 Baradez, 1966b.
  • 173 Lenoir, 2011, p. 214.
  • 174 Hugoniot, 2009, pp. 223-224.

44De l’importante agglomération dont on estime la superficie à environ 50 ha, développée autour du camp fondé par Hadrien167, il reste une enceinte continue de 2 800 m repérée par voie aérienne par J. Baradez et présentant des extensions extra-muros, en particulier vers le sud où furent identifiés une vaste nécropole et deux édifices religieux168. À l’intérieur de la ville, un petit temple abritant des autels dédiés aux Dii Campestres — divinités également honorées à Lambèse —, par deux commandants d’unités auxiliaires, l’ala Thracum et l’ala Seueriana Pannoniorum, fut partiellement dégagé169. Des thermes furent en partie mis au jour à l’extérieur du camp, dans sa proximité immédiate170. Il n’est pas exclu que leur construction, supposée contemporaine du camp par J. Baradez, soit quelque peu postérieure à celle-ci171. Les fouilles archéologiques permirent également de repérer, à proximité du camp, un amphithéâtre dont la cauea elliptique était en partie creusée dans la calcite172. L’édifice, construit par la garnison, paraît avoir accueilli environ 2 500 spectateurs. La situation à l’extérieur du camp de ces bâtiments, thermes et amphithéâtre, inclus dans l’enceinte de la ville, permet d’envisager un usage ouvert aux civils173. La présence, comme à Lambèse, d’un sanctuaire dédié aux Dii Campestres, suggère d’ailleurs l’existence d’un espace — un campus — spécifiquement destiné aux activités physiques des soldats en garnison à Gemellae, ce qui conduit aussi à penser que l’amphithéâtre n’était pas uniquement réservé à un usage militaire174.

  • 175 CIL, VIII, 18218, 18247, Lambèse. Sur la promotion de Lambèse au rang de municipe : Dupuis, 2009, (...)
  • 176 Gascou, 1972, pp. 152-156 et 1982a, pp. 198-200. À propos de la société lambésitaine, voir égaleme (...)
  • 177 AE, 1946, no 39, Lambèse ; CIL, VIII, 2482, Gemellae (= CIL, VIII, 17976, et les remarques de Le G (...)
  • 178 AE, 1950, no 63. Voir Le Glay, 1991, p. 90.
  • 179 Pour la discussion, voir Lancel, 1991, pp. 1382-1383 ; Desanges et alii, 2010, p. 149.

45L’établissement civil connut un essor semble-t-il très rapide, similaire à celui de la communauté civique de Lambèse développée autour du siège de la garnison provinciale. Gemellae se voit d’ailleurs doter du droit latin en même temps que Lambèse, peut-être par Hadrien, avant que la seconde ne soit promue au rang de municipe sous Marc Aurèle175. La promotion qui toucha de façon concomitante Gemellae et Lambèse fut attribuée à l’existence d’une ancienne amitié entre les deux cités, en vertu de laquelle furent peut-être envoyés des vétérans lambésitains à Gemellae176. Les rapports étroits qui unissaient Lambèse et Gemellae sont rappelés dans une inscription du règne de Valérien découverte près de la porte de l’amphithéâtre de Lambèse, qui fait en outre état du statut de municipe revêtu par Gemellae : il s’agit de la dédicace d’une base, et peut-être d’une statue, offerte à la Fortuna redux Auggg(ustorum) par la respublica municipii Gemellensium, en écho du vœu exécuté en 253 par les soldats de la IIIe légion Auguste restituata, élevant une dédicace à la Victoria Augusta à l’occasion de leur retour de Rhétie, à Gemellae177. L’importance particulière du camp de Gemellae au milieu du iiie siècle ressort également d’une inscription gravée entre 258 et 260 par le légat clarissime L. Magius Valerianus, qui dédie au lieu de cette garnison un autel à la Victoire des trois empereurs régnants178. Au milieu du iiie siècle, la ville fut par ailleurs peut-être le siège d’un évêché179.

  • 180 Le Roux, 2000, pp. 268-269, 271.

46La garnison de Gemellae semble donc avoir joué un rôle majeur dans le développement de l’agglomération civile avoisinante. La rapidité avec laquelle le ius Latii lui fut concédé pourrait suggérer une finalité militaire, qui permettait de créer un réservoir de légionnaires aisément disponibles. Là n’était pas toutefois la seule motivation possible à une telle promotion, qui peut aussi apparaître comme une conséquence sociale. L’exemple de l’Hispanie le montre bien180 : il est aujourd’hui considéré que le droit latin était largement répandu dans la péninsule y compris dans les conventus du Nord-Ouest à partir de l’époque flavienne, alors qu’il n’y a pas d’indice assuré de promotion au rang de cité latine ou de municipe touchant une agglomération civile développée à proximité d’un camp.

  • 181 Il faut faire exception des quelques mentions épigraphiques de vétérans à Calceus Herculis, au sud (...)
  • 182 Selon les observations générales de Kellner, 1986, p. 243, la majorité des vétérans était établie (...)
  • 183 Voir la liste proposée par Lassère, 1977, pp. 285-289 ; également Chausa Sáez, 1997. La présence d (...)
  • 184 Haynes, 2001 ; Janniard, 2006.
  • 185 Dupuis, 1991.

47Le silence des découvertes épigraphiques ne permet malheureusement pas d’apprécier l’importance sociale, politique et économique prise par l’établissement de vétérans à Gemellae, et plus largement dans la région de la frontière de Numidie181, où leur présence en nombre pourrait a priori être supposée182. Les mentions de vétérans en Proconsulaire se concentrent néanmoins au nord d’une ligne courant de Lambèse à Théveste183. L’examen de la documentation épigraphique relative à la participation des vétérans à la vie municipale, dans laquelle peu d’entre eux — et d’autant plus les vétérans d’unités auxiliaires que les ex-milites des légions — paraissent avoir été impliqués, suggère que leur influence sur la société ne fut pas très importante, y compris à Lambèse pour des raisons qui tiennent sans doute à la modicité économique et à l’espérance de vie des hommes ayant passé une grande partie de leur vie dans l’armée. Ce constat n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Afrique comme le montrent les études menées sur la Bretagne, les provinces du Danube et du Rhin, ou encore les confins syro-mésopotamiens184. L’accès aux honneurs ne semble avoir été permis à la fin du iie siècle et au début du iiie siècle, à Lambèse comme ailleurs en Numidie, qu’aux soldats les plus élevés en grade ou à ceux qui faisaient déjà partie du rang des notables, et qui ne paraissent pas avoir été les plus nombreux au sein du groupe social des vétérans dans la province185.

  • 186 L’attribution du titre de municipe à la localité de Badias se fonde sur la dédicace d’un mausolée (...)
  • 187 Voir le chap. iv de cet ouvrage. Le rôle militaire de la cité n’est formellement évoqué que par la(...)
  • 188 Table de Peutinger, 4, 3.
  • 189 Sententiae episcoporum, 15 = CSEL, 31, p. 443. Voir Lancel, 1991, p. 1321.
  • 190 Voir la carte proposée ibid. ; Modéran, 2003, p. 522.

48L’essor, sous le Haut-Empire, de villes de garnison à Gemellae et Ad Maiores est confirmé par le titre de municipe qui sanctionne leur organisation civique. Peut-être en fut-il de même pour Badias186, où la présence d’une unité militaire sous le Haut-Empire reste toutefois hypothétique187. La station est mentionnée par la Table de Peutinger sur la rocade au sud de l’Aurès188 et constitue le siège d’un évêché depuis le milieu du iiie siècle189. Il ne faut peut-être pas déduire de ce rôle religieux une importance particulière distinguant dans la région les localités choisies comme siège épiscopal : la mission d’évangélisation des populations vivant à la frontière de la province explique peut-être davantage le nombre d’évêchés institués aux confins de la Numidie et mentionnés par les Actes de la conférence de Carthage, en 411, à Thabudeos, Vescera, Mesarfelta, Tobna, Ad Maiores, Ad Turres et peut-être à Gemellae190. En ce sens, la présence d’un évêque à la fin de l’Antiquité à Ad Maiores et peut-être à Gemellae pourrait être l’indice non pas d’une importante population chrétienne, mais d’une communauté dont les origines et la culture libyques étaient encore fortement ressenties, justifiant un effort particulier de christianisation concrétisé par la création d’un siège épiscopal. Les spécificités du peuplement préexistant à l’implantation des garnisons furent probablement décisives dans l’essor des agglomérations nées autour des camps de Gemellae et d’Ad Maiores. La mise en valeur du terroir environnant ces garnisons paraît quant à elle s’inscrire plus largement dans l’évolution du paysage agricole qui touche l’ensemble du territoire de la province au cours du Haut-Empire, à laquelle contribua peut-être dans une certaine mesure l’armée en stationnement selon des mécanismes qui restent à préciser, sans jouer toutefois semble-t-il un rôle moteur.

  • 191 Euzennat, Trousset, 1978, pp. 123-126, exposent les maigres données disponibles sur la nécropole e (...)
  • 192 Voir le chap. iv de cet ouvrage.
  • 193 Itinéraire d’Antonin, 75, 5 (Tillabari) : sur l’identification du lieu au toponyme mentionné par l (...)
  • 194 Ibid., p. 116, n. 16.

49Plus à l’est, en Tripolitaine, le développement d’agglomérations autour des garnisons frontalières reste mal connu et discuté. L’établissement civil qui prit essor autour du fort sévérien de Gholaia fait exception. Les données font malheureusement défaut sur la ville identifiée autour du grand camp de Tillibari191, le plus imposant des édifices militaires d’époque romaine repérés à ce jour dans le Sud tunisien, et construit antérieurement à l’année 197192. Il ne reste aucune trace du matériel archéologique découvert lors des anciennes fouilles effectuées par le commandant Donau au début du xxe siècle sur le site de la garnison, à l’exception des inscriptions qui firent l’objet d’un relevé plus méticuleux. Le camp et l’agglomération romaine, lieu d’étape mentionné par l’Itinéraire d’Antonin193, sont aujourd’hui recouverts par des constructions modernes qui ne permettent pas de présager de nouvelles découvertes194.

  • 195 Voir le chap. iv de cet ouvrage.
  • 196 Sur ce site : Trousset, 1974, pp. 93-94 ; Rebuffat, 1980, pp. 111-112 ; Mackensen, 2010a.
  • 197 Gombeaud, 1901, pp. 89-92.
  • 198 Trousset, 1974, p. 93.
  • 199 Mattingly, 1995, p. 137.
  • 200 Itinéraire d’Antonin, 74, 5.
  • 201 Trousset, 1974, pp. 75-77 et 1991c ; Mattingly, 1995, p. 137 ; Desanges et alii, 2010, p. 120.

50La question demeure de savoir si les garnisons de Tisauar et de Vezereos, fondées par Commode de façon assurée pour la première, et supposée pour la seconde195, ont donné naissance à des agglomérations. À Tisauar196, la nature indéterminée des bâtiments repérés à 400 m du fort par le lieutenant Gombeaud197, dont il n’y a toutefois plus aucune trace aujourd’hui198, laisse l’hypothèse ouverte199. La genèse d’une petite agglomération autour du fort de Vezereos, mentionnée sous la forme Bezereos par l’Itinéraire d’Antonin200, est suggérée sur le terrain par la présence de vestiges d’habitat découverts au sud-est du camp201.

  • 202 La documentation demeure dispersée, en l’absence d’une véritable synthèse : Rebuffat et alii, 1966 (...)
  • 203 Sur ces vestiges, voir Jones et alii, 1983, pp. 64-67, qui n’évoquent pas toutefois l’éventualité (...)

51L’exemple le mieux documenté reste celui de Gholaia, mis au jour grâce aux campagnes archéologiques conduites par R. Rebuffat au cours des années 1970202. Le fort sévérien de Gheriat el-Garbia a livré des traces plus ténues d’une installation civile développée en lien avec la garnison. C’est en ce sens que sont identifiés les quelques vestiges d’occupation repérés dans le voisinage du camp, par analogie avec la situation observée à Gholaia203.

  • 204 Mattingly, 1987, p. 82.

52À Gholaia, la ville s’est développée sur la pente au nord du camp, largement enfermé dans l’enceinte urbaine dont le tracé a subi divers agrandissements. Des parcs à bestiaux, ou des lieux de repos pour les caravanes, semblent y avoir été accolés. La ville s’étendait alors sur une superficie d’environ 15 ha. Aucune trace d’occupation préromaine n’est clairement attestée sur le site, mais le lieu était déjà connu et désigné par un toponyme. Le développement urbain fut rapide, sans avoir suivi un ordonnancement particulier, ni respecté une organisation interne cohérente. Aucune place publique ne fut repérée. Le « bâtiment aux niches » demeure l’édifice le plus remarquable mis au jour par les fouilles à l’intérieur de la ville : il s’agit d’un groupe de boutiques doubles disposées autour d’une cour intérieure, dont les murs étaient couverts de graffiti. Il montre très clairement la fonction commerciale revêtue par l’établissement civil développé autour du camp, et ouvert aux courants d’échanges sur une longue distance. En attestent les graffiti de bateaux entourant un phare, qui couvraient l’un des murs de la pièce 11 du bâtiment. Les inscriptions en alphabet local, découvertes dans la même pièce, fournissent un indice précieux sur l’identité libyque d’une partie, voire de la majorité des habitants de l’agglomération, ainsi que des militaires stationnés dans la garnison204. La prédominance de la culture libyque est confirmée par les édifices cultuels mis au jour à l’extérieur de la ville, consacrés à Jupiter Ammon, Mars Canapphar et Vanammon, et construits par l’armée romaine. La prospérité de l’agglomération et son insertion dans les circuits commerciaux méditerranéens sont par ailleurs confirmées par la richesse du matériel, en particulier céramique, découvert dans la ville. L’essor de ce noyau urbain paraît alors avoir contribué à densifier localement le peuplement. De petits groupements de population semblent effectivement se développer autour de l’agglomération au cours du iiie siècle.

  • 205 Rebuffat, 1979, p. 233.

53La présence d’une garnison à Gholaia et le phénomène d’urbanisation qui accompagna son installation confirment que l’armée ne constitua pas une contrainte ou un frein à l’essor économique local. R. Rebuffat signale de la céramique romaine du ier et du iie siècle au confluent des oueds, à quelques kilomètres au nord de Gholaia où elle n’est en revanche pas connue205. Ce sont l’établissement de la garnison et le développement d’un marché civil à proximité qui contribuèrent à faire entrer le site de Gholaia dans les circuits commerciaux irrigués par les pistes rayonnant entre la côte tripolitaine et le Fezzan. La ville semble toutefois connaître un déclin progressif au cours du ive et du ve siècle. Pour R. Rebuffat, la cause principale tient au départ trop précoce de la garnison, qui ne permit pas une implantation durable du phénomène d’urbanisation alors nouveau dans la région et étroitement lié à la présence militaire.

 

  • 206 Voir les remarques générales de Mattingly, 1995, pp. 134-137.

54En conclusion, malgré un état des connaissances qui reste très partiel, le phénomène urbain lié aux garnisons frontalières semble avoir connu un stade plus avancé en Numidie qu’en Tripolitaine, ou même en Césarienne206, sans doute du fait de l’ancienneté des camps et de la longue durée de la présence militaire dans la région. Les deux facteurs jouèrent un rôle essentiel dans ces zones qui étaient peu urbanisées, et permirent l’émergence progressive de noyaux de peuplement structurés politiquement, œuvrant probablement à donner à leur agglomération des caractères romains d’urbanité, sanctionnés par le statut de municipe. Comme le montre l’étude des sites d’Ad Maiores et de Gemellae, la présence en continu d’une garnison paraît avoir localement non seulement participé au maintien de la population, à l’accroissement et à l’enrichissement du peuplement initial où la composante indigène joua un rôle majeur, mais également à l’émergence d’une nouvelle élite financière et politique au sein de la communauté civique se structurant autour d’intérêts communs.

  • 207 Il n’y a aucune référence au site de Gholaia dans les sources arabes selon Rebuffat, 1976-1977b, p (...)
  • 208 Voir Brogan, 1965b, p. 63, qui compare la situation de Gholaia et la position privilégiée de Gasr (...)
  • 209 Wilson, 2012, pp. 437-441.
  • 210 Voir le chap. viii de cet ouvrage.

55Elle contribua aussi à dynamiser les échanges commerciaux à l’échelle locale. Le rôle économique de l’armée apparaît de façon significative à travers les différents exemples d’essor urbain autour des garnisons frontalières de Numidie et de Tripolitaine. Lorsque le site où est implantée une garnison ne connaît pas un long passé d’échanges économiques, indépendamment du fait qu’il soit situé ou non sur un itinéraire fréquenté — il pouvait alors s’agir d’un lieu où les convois commerciaux n’avaient pas coutume de faire régulièrement étape —, il faut un certain temps avant que les sources d’enrichissement et l’aisance financière des habitants de l’agglomération s’émancipent des seuls échanges économiques avec la garnison et que celle-ci ne soit plus l’unique facteur conjoncturel de profit. La place commerciale créée à proximité de la garnison à Gholaia n’a pas longtemps survécu au départ des militaires, avec qui les échanges commerciaux réalisés au sein de la ville semblent alors avoir été étroitement liés207. A-t-elle pâti d’une position moins avantageuse que d’autres lieux de halte privilégiés sur le même itinéraire208 ? Le déclin du marché de Gholaia tient peut-être également à la perte de vitesse plus générale des relations entre la province et le Fezzan au ive siècle209. Par cet aspect, son destin s’oppose à celui que connaît Ad Maiores, située au passage d’un itinéraire prenant une importance croissante à l’époque médiévale210.

Notes

1 Voir par exemple Fulford, 1989.

2 Euzennat, 1985 ; Trousset, 1986b, 1986c.

3 Birley, 1956, p. 32.

4 Fentress, 1979.

5 Shaw, 1983 ; Whittaker, 1989b. Voir Mitchell, 1983, à propos de l’Asie.

6 Leveau, 1988, 1995 ; Morizot, 2002, p. 359.

7 Deman, 1975 ; Michel, 1975.

8 L’apport fondamental de ces études est bien mis en valeur dans d’autres cadres régionaux : Reddé, 2011, à propos de la Germanie.

9 Ben Ouezdou, Trousset, 2009.

10 Voir la carte 4 de cet ouvrage.

11 Guéry, 1986 ; Ben Ouezdou, Trousset, 2009, pp. 9-10. La prospection des environs de Sufetula offre ici un parallèle intéressant : elle a livré une grande quantité de céramiques datées entre le iie et le vie siècle, témoignant d’une occupation densifiée de la campagne environnante en lien avec la production oléicole : Lassère, 1977, pp. 310-311.

12 Trousset, 2004, p. 70.

13 Brogan, 1965a, pp. 54-55 ; Ferchiou, 1989. Voir le chap. ix de cet ouvrage.

14 Rebuffat, 1982b, 1985b ; Reddé, 1985 ; Mattingly, 1986, 1987 ; Grahame, 1998 ; Rebuffat, 1988 ; Reddé, 1988, pp. 78-80 ; Mattingly, Dore, 1996, pp. 111-158 ; Longerstay, 1999, 2003 ; Brun, 2004a, pp. 195-196.

15 Brogan, 1976-1977.

16 Dore, 1985.

17 Mattingly, 1985b.

18 Id., 1993, p. 485.

19 Id., 1985b, p. 42 et 1987, pp. 75-80.

20 Id., Barker, Jones, 1996, p. 112. Les 25 000 deniers dépensés pour une tombe de l’oued Antar s’inscrivent dans le même ordre de grandeur que les sommes importantes consacrées à la construction de certains monuments funéraires de la côte nord-africaine : Brogan, Reynolds, 1985.

21 Mattingly, 1996a, pp. 321-324.

22 Buck, 1985 ; Mattingly, 1986.

23 Rebuffat, 1982b, pp. 188-189, 1985b, 1988 ; Reddé, 1988 ; Longerstay, 1999, 2003.

24 Rebuffat, 1969, pp. 194-195, 1972, pp. 322-324, 1982a, pp. 494-495 et 1994b ; Trousset, 1994 ; Mattingly, 1995, pp. 30, 75, 97.

25 Mercier, 1953 ; Coro, 1956 ; Rebuffat, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982, pp. 494-495 et 1994a ; Mattingly, 1995, pp. 30, 75, 97, 2003a et 2011, p. 253.

26 Rebuffat, 1972, p. 322 et 1975, pp. 498-499 ; Mattingly, 1995, p. 75.

27 IRT, 910 ; 911 (Mercier, 1953, pp. 28-29 sur le contexte de découverte de l’inscription).

28 Voir la carte 2 de cet ouvrage.

29 Voir le débat qui opposa Shaw, 1983, à Fentress, 1979 (réponse à B. D. Shaw dans Fentress, 1983).

30 La présence militaire est attestée à Vazaiui, Aquae Flauianae et à Lambèse à la fin du ier siècle apr. J.-C. : Le Bohec, 1989a, p. 363.

31 Voici les principaux : Morizot, 1976, 1979, 1984-1985, 1991a, 1991b ; Dupuis, Morizot, 1992 ; Morizot, 1993, 1997a, 1998. Voir également Nasraoui, 2005.

32 Morizot, 1991a, p. 441.

33 Modéran, 2003, pp. 413-415.

34 Morizot, 1993, p. 195.

35 Janon, 1982, p. 61.

36 État comparatif des deux régions de l’Aurès donné par Morizot, 1991a.

37 Id., 1976 : les témoignages épigraphiques relevés dans l’Aurès ne sont pas antérieurs à l’année 145 apr. J.-C.

38 Id., 1991a, 1993, pp. 195-196.

39 Voir l’étude menée par J. et P. Morizot dans la vallée de l’oued Guechtane (id., 1948) ; Alquier, 1941, sur la vallée de l’oued el-Arab.

40 Morizot, 1988.

41 La partie orientale de l’Aurès n’a livré qu’un seul témoignage écrit clairement daté : l’inscription, découverte dans la haute vallée de l’oued el-Arab, à 17 km au sud-ouest de Khenchela, a trait à P. Iulius Iunianus Martialianus, légat de Numidie sous Sévère Alexandre (Thomasson, 1996, pp. 182-183, no 60) ; elle évoque des domaines lui appartenant et qu’il donnait semble-t-il en location : AE, 1894, no 84 (ILS, 6022) ; voir Morizot, 1993, p. 198.

42 Id., 1988, p. 68 et 1993, p. 198.

43 Id., 1997a, p. 265.

44 Le Glay, 1968, pp. 218, 222 ; Lassère, 1977, p. 255.

45 Dupuis, Morizot, 1992 ; Morizot, 1997a, pp. 276-279.

46 Leveau, 1984a, p. 503.

47 Brun, 2004a, p. 231.

48 Sur le Medracen, voir l’étude proposée par Camps, 2010.

49 Brett, Fentress, 1996, p. 32.

50 Camps, 1961, pp. 178-179 ; Janon, 1973, pp. 198-199.

51 Gsell, Graillot, 1894, pp. 62-63 ; Camps, 1961, pp. 170-173 et 1973b ; Janon, 1982, p. 58.

52 Grahame, 1998.

53 Leveau, 1978.

54 Camps-Fabrer, 1953, p. 29.

55 Alquier, 1941, p. 39 ; Morizot, 1948, p. 139 ; Birebent, 1964, p. 191 ; Leveau, 1978, p. 121.

56 Despois, 1953, p. 103 ; Leveau, 1978, pp. 119-120.

57 Sur les cultures en terrasses, voir Despois, 1956. Procope, qui évoque au vie siècle la montagne de l’Aurès, attribue ainsi la maîtrise des travaux hydrauliques aux populations maures ; sur son témoignage : Janon, 1980 ; Modéran, 2003, pp. 352-362. Les régions de Tazbent (Camps, 1960, pp. 72-75) et du jbel Onk (Sérée de Roch, 1946, p. 193 ; Balout, 1955, p. 452, n. 7) pourraient avoir livré des témoignages archéologiques de cultures en terrasses préromaines : Fentress, 1979, p. 25.

58 Morizot, 1991a, pp. 436-437, 441.

59 Id., 1977-1979.

60 Alquier, 1941.

61 Morizot, 1977-1979, p. 276.

62 L’hypothèse est réaffirmée par Fentress, 1983.

63 Shaw, 1983, pp. 149-152.

64 Mattingly, 1988, à propos d’observations faites en Tunisie.

65 Sur l’influence phénico-punique dans la propagation de la culture de l’olivier en Afrique du Nord : Camps, 1960, pp. 87-89 ; Brun, 2004b, p. 187 ; Laporte, 2013, p. 5730.

66 Voir les remarques de Leveau, 2005b, 2011, qui souligne l’ampleur excessive qui fut parfois prêtée à la culture de l’olivier.

67 Camps-Fabrer, 1953 ; Hitchner, 1993 ; Mattingly, Hitchner, 1993 ; Peyras, 1983, 1991, pp. 439-440, sur la vallée de l’oued Tine, entre la Medjerda et les plaines du Nord de la Tunisie ; Hitchner, 1988, 1990, à propos de la région de Cillium ; Brun, 2004a, pp. 185-260, qui propose un tableau général de l’Afrique et des Maurétanies.

68 C’est ce qu’E. Fentress reprochait à B. D. Shaw : voir Fentress, 1983.

69 Leveau et alii, 1993, p. 195.

70 Voir les positions défendues par Whittaker, 1978 ; Kehoe, 1988 ; Kolendo, 1991 ; Peyras, 1999.

71 Mattingly, 1988, p. 51 ; Hitchner, 1989 ; Mattingly, 1989b ; Hitchner, 1993 ; Brun, 2003, pp. 193-194.

72 Mattingly, 1988, pp. 51-52.

73 Sur l’importance du marché libre de l’huile : ibid.

74 Leveau, 2011.

75 Le Roux, 1977, pp. 349-350.

76 Shaw, 1983, pp. 149-152, prend le contre-pied des thèses d’E. Fentress, en révisant ses vues concernant les conséquences de l’imposition fiscale et des réquisitions au titre du ravitaillement militaire, sur la production régionale.

77 Garnsey, 1994 ; Breeze, 2000 ; Garnsey, Saller, 2001, pp. 155-164.

78 Garsney, 1994.

79 Whittaker, 1989a, pp. 64, 76, 1994, pp. 108-113, 2002 et 2004a, pp. 88-114, à propos de Vindolanda dont il est également question dans Bowman, 2006. 

80 Whittaker, 1989a, p. 65.

81 Le Roux, 1995, p. 421.

82 Sur ces individus : Cuvigny, 2012 ; France, 2014b, pp. 102-103.

83 Id., 1994, p. 137 et 2001, p. 351.

84 Carrié, 1994, pp. 196-197.

85 Sur cette question : mise au point proposée par Lo Cascio, 2007. L’absence d’informations est particulièrement frappante dans le cas de Lambèse, siège de la garnison provinciale : voir l’état des connaissances établi par Benseddik, 2003.

86 Carrié, 1977, pp. 388-391. Cela reste discuté : Erdkamp, 2002, pp. 65-66.

87 Ces données sont rappelées dans différents contextes régionaux par Le Roux, 1977, p. 360 ; Carrié, 1977, p. 375 ; Bowman, 2006. Voir également la position plus nuancée d’Erdkamp, 2002, qui accorde une place privilégiée à la taxation et aux réquisitions dans le ravitaillement des armées sous le Haut-Empire. Sur le ravitaillement des armées dans la partie orientale de l’Empire, voir par ailleurs Kissel, 1995. Concernant la logistique des armées romaines en guerre : Roth, 1999.

88 Inscription éditée et commentée par Charles Saumagne, BAC, 1928-1929, pp. 226-233, et reprise dans ILT, 625. Étude récente de l’inscription proposée par Guédon, 2014a.

89 Carrié, 1977, p. 377 ; Remesal Rodríguez, 1986, p. 108.

90 Carrié, 1978, pp. 246-247 ; Mitchell, 1983 ; Carrié, 1986, pp. 462-463 ; Mitthof, 2001, vol. 1, pp. 51-81 ; Carrié, 2002, p. 430.

91 Fragments d’un tarif fiscal du ive siècle, découverts à Carthage et étudiés par Saumagne, 1950, pp. 151-158 ; Várady, 1962, p. 404. Également Code Théodosien, 11, 1, 11 (voir Gaudemet, 1974, p. 203) ; Code Théodosien, 8, 4, 10 (voir Gaudemet, 1974, p. 201) ; Code Théodosien, 7, 5, 2 ; Code Justinien, 12, 38, 2. Voir Guédon, 2010, pp. 240-243.

92 Le Roux, 1995, pp. 416-417.

93 Carrié, 1977. Alston, 1995, pp. 112-115, parvient à la même conclusion. Voir également Adams, 2007b, pp. 281-282.

94 Le Roux, 1977, p. 369.

95 Expression empruntée à Carrié, 1977, p. 374.

96 Reddé, 2011 (citations pp. 494, 504).

97 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

98 Les références bibliographiques sur le sujet sont nombreuses. En voici quelques-unes : Picard, 1956 ; Pavis d’Escurac, 1976, pp. 174-176 ; Jaïdi, 1990 ; Leveau et alii, 1993, pp. 192-194 ; Garnsey, 1994, p. 33 ; Rickman, 1996, pp. 108-112 ; Christol, 1994b ; Vera, 2002, p. 354, n. 155.

99 Rapide bilan de la question proposé par Guédon, 2010, pp. 240, 389-390.

100 Pour Hopkins, 1980, les ponctions fiscales auraient stimulé la production régionale. Shaw, 1983, pp. 149-152, insiste en revanche sur le rôle contraignant et négatif des impôts sur la production. Malgré les arguments avancés, il faut bien souligner l’ignorance dans laquelle on se trouve face à cette question.

101 Jacques, 1992.

102 À l’exemple de T. Flavius Respectus, procurateur d’un saltus impérial, connu par son épitaphe retrouvée à Lambafundi, à proximité de Lambèse : CIL, VIII, 2439 ; sur ce personnage : Le Glay, 1968, p. 229. Plus généralement sur le rôle des procuratores Augusti dans l’approvisionnement des armées, voir les remarques de Remesal Rodríguez, 1990.

103 Le Roux, 1995, p. 418.

104 Carrié, 1977, p. 375, qui s’appuie sur la documentation étudiée par Świderek, 1970 (reçus donnés à des soldats par des dispensatores Caesaris), et P. Dura, 64, frag. 1 (= Fink, 1971, pp. 383-384, no 91) ; Pollard, 2000, pp. 177-178 ; Erdkamp, 2002, p. 60, n. 32 ; Lo Cascio, 2007, pp. 195-197.

105 CIL, VIII, 10962. Voir Cortadella-Morral, 2006 ; Laporte, Dupuis, 2009, p. 91.

106 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

107 On peut rapprocher son exemple de celui de P. Julius Junianus Martialinus, légat de la IIIe légion Auguste sous Sévère Alexandre et sénateur originaire de Timgad, qui possédait une villa et un riche domaine en partie irrigué au sud de Khenchela, au nord-est de l’Aurès. Sur ce personnage : Thomasson, 1996, pp. 182-183, no 60. À propos de sa propriété : Gsell, 1911, fo 39, no 12, et AE, 1894, no 84 ; également Morizot, Nasraoui, 2001, p. 891.

108 Gsell, 1911, fo 49, nos 33, 42.

109 Rebuffat, 1977, insiste particulièrement sur cet aspect.

110 Sur la langue utilisée pour les mesures indigènes, et les problèmes posés par son identification, voir le bilan présenté par Múrcia, 2011, pp. 115-117.

111 Marichal, 1992, pp. 99-106.

112 Rebuffat, 1977, p. 409, suggère qu’il s’agissait de « lettres de voiture » permettant aux conducteurs d’être payés, après livraison de leurs cargaisons à Gholaia. Pour Marichal, 1992, p. 100, n. 13, les documents peuvent tout aussi bien renvoyer à l’attestation d’une obligation accomplie.

113 Tab. Vind., vol. 2, pp. 180, 343, textes et commentaires. Pour la comparaison entre les deux corpus de textes, voir Whittaker, 2002, p. 215.

114 C’est l’hypothèse qui fut émise à propos d’O. Petr., 245, datant du ier siècle apr. J.-C. (voir Adams, 1995) : cette attestation de livraison de blé fut interprétée dans le sens d’un contrat passé entre l’armée et un transporteur civil qui était payé en retour. La documentation récemment publiée de Didymoi offre malheureusement peu d’éléments sur les circuits du ravitaillement officiel et ceux du commerce privé : voir Cuvigny, 2012a, pp. 29-36.

115 Marichal, 1992, pp. 99-106.

116 Ibid., pp. 60-61. Il y a peut-être un parallèle à faire avec l’exemple donné par P. Lond., 2, 482 (Fink, 1971, no 80), en 130 apr. J.-C. : il implique un militaire de l’Ala Veterana Gallica, se présentant comme un procurator, fournissant un reçu à des conductores pour une livraison de foin dont il a payé lui-même le prix du transport ; sur ce document : Cuvigny, 2012, p. 67 ; France, 2014b, p. 102.

117 Rebuffat, 1982b, p. 195, n. 15 ; Mattingly, 1986, p. 59 ; Barker, 2002, p. 494.

118 Marichal, 1992, pp. 99-104.

119 Ibid., p. 111, suggère en revanche que les Garamantes se rendaient au marché du uicus pour vendre leur cargaison.

120 Christol, 2006.

121 SHA, Vie de Septime Sévère, 18, 3.

122 Sur les terres privées de Septime Sévère en Tripolitaine : Lewicki, Kotula, 1986.

123 AE, 1973, no 76. Voir Di Vita, 1982, p. 583, n. 214.

124 Lewicki, Kotula, 1986, p. 269.

125 Rebuffat, 1982b, pp. 197-198 ; Mattingly, 1986.

126 Schimmer, 2012.

127 Rebuffat, 1997 ; Bonifay, 2007, p. 458.

128 Weber, Schmid, 2012.

129 Il est bien difficile de tirer des informations des petits objets de bronze, que les archéologues ont datés du iie siècle, découverts lors des fouilles très anciennes menées par P. Gauckler sur le site de la garnison de Tisauar : voir Gauckler, 1900 ; Gombeaud, 1901. À Gholaia, le départ programmé et organisé de la garnison oblitéra l’opportunité de découvertes intéressantes en la matière : Rebuffat, 2000, p. 235. La même absence d’informations ressort des fouilles menées au Castellum Dimmidi : voir les résultats exposés par Picard, 1947, qui présente essentiellement les données épigraphiques.

130 Rebuffat et alii, 1969-1970, pp. 23-30 ; Rebuffat, 1969-1970b, pp. 133-135 et 1972, p. 330.

131 AE, 1914, no 234 ; CIL, VIII, 18352 ; CBI, 781. Voir Laet, 1949, pp. 264-271 ; Le Bohec, 1989a, pp. 536-537 ; France, 2014b, pp. 101-102.

132 Ibid., p. 101.

133 CIL, VIII, 18224 (= ILS, 2415).

134 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

135 Leguilloux, 2004, p. 83, à propos des cuirs et peaux mentionnés dans les « tarifs » de Palmyre et de Zarai.

136 Voir la documentation rassemblée par Groenman-van Waateringe, 2009.

137 Voir le chap. vi de cet ouvrage.

138 Sur cette question, Trousset, 2002-2003.

139 Sa présence au sud de la province, dans le Fezzan, peut sans doute se déduire des échanges importants réalisés entre les Garamantes et le monde romain : Mattingly, Wilson, 2010.

140 Whittaker, 2002.

141 Bloemers, 1983, pp. 168-170.

142 Trousset, 1984b, p. 391 ; Le Bohec, 1987, p. 378 ; Trousset, 2004, p. 87.

143 Breeze, Dobson, 1978, p. 48 et Appendice 2 (pp. 242-258).

144 Cuvigny, 2012a, p. 6.

145 Whittaker, 1989a, pp. 58-59, évoque l’exemple fourni par la céramique importée en grand nombre dans certains contextes de frontière, depuis des centres de production lointains, par rapport à une faible consommation des productions locales ; Carrié, 1994, p. 197. 

146 Il faut laisser de côté l’inscription « Pur/puri/orum » sur une pierre découverte à Henchir Fegousia près de Batna (CIL, VIII, 2521) et décrite par A. Héron de Villefosse comme « un tombeau en forme de caisson ». Elle reste sujette à caution et ne permet pas d’affirmer la présence d’un « marchand de tissus de pourpre » (Alfaro Giner, 1996, p. 829). Sur l’ensemble du dossier : Morizot, Dupuis, 2001.

147 Wilson, 2001, 2004.

148 Droß-Krüpe, 2012. Également les remarques générales de Flohr, 2014, sur le commerce des étoffes dans le monde romain.

149 Munzi, 2005 ; Liverani, 2006, p. 1043.

150 Le Roux, 1995, pp. 414-415. Sur ces agglomérations : Bérard, 1992, pp. 88 sq. et 1993. Le vocable uicus sert en général à désigner ce type d’établissement indigène : Le Roux, 2000, p. 267.

151 Id., 1977, p. 358 et 1995, p. 411.

152 À propos des uici militaires d’Afrique romaine, voir la synthèse de Mattingly, 1995, pp. 134-137, relative à la Tripolitaine.

153 Trousset, 1991b ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 65-78, sur l’historique des recherches menées sur le site et les questions qu’elles laissent en suspens ; Desanges et alii, 2010, p. 96 ; Lenoir, 2011, pp. 181-182.

154 Laporte, Dupuis, 2009, pp. 53-55.

155 CIL, VIII, 10962. Voir Laporte, Dupuis, 2009, p. 93.

156 Ibid., p. 57 : Nigrenses peut être mis en lien avec l’ethnique libyque « NGRY ». À propos de celui-ci, voir Desanges, 2012a, p. 5555 ; Chaker, 2012.

157 Laporte, Dupuis, 2009, p. 58 ; M’Charek, 2015, pp. 452-457.

158 CIL, VIII, 17973 (= Laporte, Dupuis, 2009, p. 89, inscriptions no 13, et no 12 qui est l’épitaphe inédite de son épouse).

159 Ibid., pp. 87-88, inscriptions nos 8-11.

160 Besnier, Blanchet, 1900, p. 46, no 395, dont la provenance est brièvement indiquée par la mention de Négrine. Voir le bilan dressé par Laporte, Dupuis, 2009, p. 74.

161 « ad (Nigrenses) Maiores » (Table de Peutinger, 4, 4). Sur ce toponyme : Lancel, 1991, pp. 1436-1437.

162 CIL, VIII, 2480-2481, discutées par Laporte, Dupuis, 2009, pp. 82-87.

163 Trousset, 1991b ; Laporte, Dupuis, 2009. Il faut mentionner à ce titre la luxueuse villa découverte à proximité de Négrine, dont la construction fut exécutée semble-t-il entre le ive siècle et l’époque byzantine : Duval, Hanoune, 2001 ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 60, 75, 91-93. La découverte près de Négrine d’un ostracon byzantin portant la mention d’un « olearius arcarius » (Albertini, 1932 ; Laporte, Duval, 2009, pp. 62, 90-91), ou encore les ostraca d’époque vandale retrouvés à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Négrine, près de Bir Trouch (AE, 1967, nos 588-592 ; Bonnal, Février, 1966-1967 ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 61, 91), faisant état de redevances en orge, sont les témoins d’une richesse agricole bien établie, liée aux aménagements hydrauliques du piémont.

164 Leveau, 1978 ; Desanges et alii, 2010, pp. 178-179.

165 Trousset, 1977, p. 559.

166 CIL, VIII, 17978-17979.

167 On ne dispose d’aucun indice sur une occupation antérieure du site ; il n’est pas assuré que Gemellae puisse être identifié au Miglis Gemella oppidum dont le simulacre figure selon Pline l’Ancien (Histoire naturelle, 5, 37) dans le triomphe de Cornelius Balbus, même si l’hypothèse n’est pas à écarter : voir le commentaire de Desanges, 1980a, p. 401.

168 Trousset, 1977, 1998a.

169 Voir l’étude de Speidel, 1991.

170 Baradez, 1966a.

171 Thébert, 2003, p. 203.

172 Baradez, 1966b.

173 Lenoir, 2011, p. 214.

174 Hugoniot, 2009, pp. 223-224.

175 CIL, VIII, 18218, 18247, Lambèse. Sur la promotion de Lambèse au rang de municipe : Dupuis, 2009, pp. 110-112.

176 Gascou, 1972, pp. 152-156 et 1982a, pp. 198-200. À propos de la société lambésitaine, voir également la note de synthèse proposée par Groslambert, 1997.

177 AE, 1946, no 39, Lambèse ; CIL, VIII, 2482, Gemellae (= CIL, VIII, 17976, et les remarques de Le Glay, 1991, p. 89, n. 47). Sur les questions de chronologie liées à ces deux inscriptions : Christol, 1976, p. 71 ; Le Glay, 1991, pp. 89-90.

178 AE, 1950, no 63. Voir Le Glay, 1991, p. 90.

179 Pour la discussion, voir Lancel, 1991, pp. 1382-1383 ; Desanges et alii, 2010, p. 149.

180 Le Roux, 2000, pp. 268-269, 271.

181 Il faut faire exception des quelques mentions épigraphiques de vétérans à Calceus Herculis, au sud-ouest de l’Aurès (AE, 1965, no 274 ; CIL, VIII, 18010 ; CIL, VIII, 2505).

182 Selon les observations générales de Kellner, 1986, p. 243, la majorité des vétérans était établie près de la frontière plutôt que dans l’hinterland des provinces.

183 Voir la liste proposée par Lassère, 1977, pp. 285-289 ; également Chausa Sáez, 1997. La présence de vétérans et leur implication dans la vie des communautés locales apparaissent plus clairement dans le centre de la Proconsulaire en particulier dans la région, bien étudiée de ce point de vue, de l’oued Miliane : Maurin, 1995 ; Ferchiou, 1995b.

184 Haynes, 2001 ; Janniard, 2006.

185 Dupuis, 1991.

186 L’attribution du titre de municipe à la localité de Badias se fonde sur la dédicace d’un mausolée retrouvée à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest, mentionnant un « mun(icipium) Bad(iensium ?) » (CIL, VIII, 2451) ; voir Dupuis, 1991, p. 346.

187 Voir le chap. iv de cet ouvrage. Le rôle militaire de la cité n’est formellement évoqué que par la Notitia Dignitatum (Occidentis, 25, 5, 23), qui fait mention d’un limes Bazensis dont on suppose alors que Badias devait être le poste de commandement : voir Trousset, 1991a.

188 Table de Peutinger, 4, 3.

189 Sententiae episcoporum, 15 = CSEL, 31, p. 443. Voir Lancel, 1991, p. 1321.

190 Voir la carte proposée ibid. ; Modéran, 2003, p. 522.

191 Euzennat, Trousset, 1978, pp. 123-126, exposent les maigres données disponibles sur la nécropole et l’agglomération.

192 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

193 Itinéraire d’Antonin, 75, 5 (Tillabari) : sur l’identification du lieu au toponyme mentionné par le routier, voir Euzennat, Trousset, 1978, pp. 135-139.

194 Ibid., p. 116, n. 16.

195 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

196 Sur ce site : Trousset, 1974, pp. 93-94 ; Rebuffat, 1980, pp. 111-112 ; Mackensen, 2010a.

197 Gombeaud, 1901, pp. 89-92.

198 Trousset, 1974, p. 93.

199 Mattingly, 1995, p. 137.

200 Itinéraire d’Antonin, 74, 5.

201 Trousset, 1974, pp. 75-77 et 1991c ; Mattingly, 1995, p. 137 ; Desanges et alii, 2010, p. 120.

202 La documentation demeure dispersée, en l’absence d’une véritable synthèse : Rebuffat et alii, 1966-1967, pp. 63-71 ; Rebuffat, 1969, pp. 207-211 ; Rebuffat et alii, 1969-1970, pp. 21-30 ; Rebuffat, 1969-1970b, pp. 133-136, 1974-1975b, 1976-1977a, pp. 39-40, 50-56, 1977, pp. 409-410 et 1992 ; Mattingly, 1995, p. 134.

203 Sur ces vestiges, voir Jones et alii, 1983, pp. 64-67, qui n’évoquent pas toutefois l’éventualité d’un établissement urbain. L’hypothèse d’un uicus est envisagée par Mattingly, 1995, pp. 135-136, ainsi que id., Dore, 1996, pp. 113-116. Elle fut soutenue récemment par les résultats de la mission archéologique conduite par M. Mackensen depuis 2009 sur le site de Gheriat el-Garbia (Mackensen, 2010b, 2011a, 2011c, 2012).

204 Mattingly, 1987, p. 82.

205 Rebuffat, 1979, p. 233.

206 Voir les remarques générales de Mattingly, 1995, pp. 134-137.

207 Il n’y a aucune référence au site de Gholaia dans les sources arabes selon Rebuffat, 1976-1977b, p. 87, même s’il y a néanmoins une pérennité des grands itinéraires caravaniers empruntés dans l’Antiquité et encore utilisés à l’époque médiévale : id., 1970.

208 Voir Brogan, 1965b, p. 63, qui compare la situation de Gholaia et la position privilégiée de Gasr Zerzi, pour les voyageurs se déplaçant sur un axe de direction nord-sud.

209 Wilson, 2012, pp. 437-441.

210 Voir le chap. viii de cet ouvrage.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search