Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Troisième partie. Un territoire de la frontière ?

Préambule de la troisième partie

Un territoire de la frontière ?

Texte intégral

  • 1 Boissellier, 2015, pp. 10-12.
  • 2 Voir en particulier les études réunies par Bertrand, Planas, 2011a ; Boissellier, Ferreira Fernand (...)
  • 3 Voir par exemple Collins, McIntosh, 2014 ; Boozer, 2013 ; Wells, 2013.
  • 4 Hermon, 2005, p. 26, sur le concept d’écosystème ; Peyras, 2005a ; Cordonova, 2012.
  • 5 Voir en particulier, dans le cadre des frontières d’Égypte et d’Arabie à l’époque tardive, le volu (...)
  • 6 Wells, 2005.
  • 7 Birley, 2016. Plus généralement sur les interactions entre populations civile et militaire en Bret (...)

1La frontière représente l’extrémité politique de la province : sa territorialisation se traduit par son rattachement et son intégration à cet espace1. De façon générale, la territorialisation des frontières est souvent perçue à travers des contextes historiques conflictuels, auxquels se prêtent régulièrement les enquêtes portant sur la période médiévale et les périodes postérieures2. Si le statut spécifique de « marche », que peut traduire l’emploi du substantif limes dans les sources tardives, n’est pas perceptible sous le Haut-Empire, d’autres indices rendent compte de cet aspect non pas au sens militaire du mot, mais en termes spatiaux, voire territoriaux. C’est à ce titre que les frontières provinciales constituent aujourd’hui des territoires d’étude à part entière3, considérés parfois comme des « écosystèmes »4, qui ne sont plus seulement envisagés sous l’angle des relations entre le centre de décision politique romain et ses périphéries. La prise en compte des interactions spatiales confère à l’étude des populations vivant de part et d’autre de la frontière une place renouvelée dans les recherches en cours5. Les conclusions permises par la documentation archéologique récente sur la zone de la frontière romaine dans la région du Danube6, ou encore l’analyse des données fournies par le site de Vindolanda en Bretagne en montrent particulièrement l’apport lorsque les traces de la culture matérielle sont pléthoriques, et permettent d’appréhender au mieux l’impact de l’armée sur les sociétés indigènes7. Une telle situation ne se retrouve malheureusement pas en Afrique du Nord où les recherches de terrain accusent un long retard, particulièrement aux confins des provinces romaines, ce qui restreint naturellement l’opportunité de comparaison avec d’autres contextes de frontières du monde romain.

  • 8 Sur ce processus théorique : Boissellier, 2015, p. 8.

2En Afrique proconsulaire, les échanges frontaliers ont nonobstant constitué un phénomène déterminant dans le processus de territorialisation8 : la dimension spatiale qu’ils recouvrent permet d’en prendre la mesure et d’envisager l’espace de la frontière non pas seulement comme une interface, mais également comme un lieu de vie spécifique dont il s’agit alors de comprendre l’organisation et les évolutions sociales, ainsi que leurs liens éventuels avec le contact de la frontière provinciale. Que représente celle-ci pour les populations établies à son voisinage ?

Notes

1 Boissellier, 2015, pp. 10-12.

2 Voir en particulier les études réunies par Bertrand, Planas, 2011a ; Boissellier, Ferreira Fernandes, 2015.

3 Voir par exemple Collins, McIntosh, 2014 ; Boozer, 2013 ; Wells, 2013.

4 Hermon, 2005, p. 26, sur le concept d’écosystème ; Peyras, 2005a ; Cordonova, 2012.

5 Voir en particulier, dans le cadre des frontières d’Égypte et d’Arabie à l’époque tardive, le volume publié par Dijkstra, Fisher, 2014.

6 Wells, 2005.

7 Birley, 2016. Plus généralement sur les interactions entre populations civile et militaire en Bretagne : James, 2001.

8 Sur ce processus théorique : Boissellier, 2015, p. 8.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search