Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Deuxième partie. La nature des limites méridionales de l’Africa

Conclusions de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Le Roux, 1995, p. 412, n. 35.
  • 2 Trousset, 1974, p. 144 ; Le Bohec, 1979, p. 17.
  • 3 Bérard, 1992, p. 77.
  • 4 À propos de la Tripolitaine orientale : Elmayer, 1985 ; Le Bohec, 1991.

1Les processus décrits à l’issue de cette étude confirment le caractère progressif et pragmatique dans l’organisation de la frontière africaine par Rome. La dispersion des camps permanents dont l’implantation répondait d’abord, comme ailleurs dans l’Empire, à des impératifs de déplacement rapide et de surveillance, davantage qu’à des principes de défense1, ainsi que la difficulté à établir une continuité entre les constructions militaires de Numidie et Tripolitaine2, témoignent de l’absence d’un véritable projet de « fortification » linéaire d’envergure dans le sud de la province qui aurait pris corps à travers l’organisation cohérente de « systèmes défensifs ». Il faut aussi renoncer à l’expression de « territoire militaire », utilisée de façon abusive à propos de la Numidie depuis son administration par le légat de la IIIe légion Auguste3. Il n’y a pas à proprement parler de frontière militaire sous le Haut-Empire, mais une limite provinciale qui revêt notamment des implications administratives, et dotée progressivement de structures militaires qui ne permettent toutefois pas d’envisager une institutionnalisation de districts militaires de la frontière dès la période du iiie siècle4.

  • 5 Isaac, 1990, pp. 257-258 ; également Wells, 1991.
  • 6 Dobson, 1986.
  • 7 Expression empruntée à Martinez-Gros, 2014, p. 36. Voir également Whittaker, 2009, qui s’appuie no (...)

2Le contexte africain des premiers siècles de l’Empire montre combien la frontière ne se réduit pas à un aspect militaire, mais présente des visages diversifiés selon les contextes locaux. Sans doute les particularités géographiques du milieu aride, en Afrique dans la zone présaharienne et saharienne, comme en Orient5, d’où provinrent d’ailleurs d’importants contingents venus prêter main-forte aux troupes stationnées à la frontière de la Proconsulaire, rendaient-elles plus inopérant qu’ailleurs le concept de frontière linéaire, et contribuèrent à conférer à l’armée des missions spécifiques. Les structures militaires déployées dans le Sud de la Proconsulaire n’opposaient pas le même type de contraintes que celles exercées par le mur d’Hadrien en Bretagne, dont la fonction était aussi autre6. Le dispositif de caravansérail intégré dans la construction de certains camps témoigne particulièrement du fait que, dans les régions arides de l’Afrique romaine, l’occupation militaire liée à la frontière, loin d’exclure, d’une certaine manière « unit et engage7 ».

Notes

1 Le Roux, 1995, p. 412, n. 35.

2 Trousset, 1974, p. 144 ; Le Bohec, 1979, p. 17.

3 Bérard, 1992, p. 77.

4 À propos de la Tripolitaine orientale : Elmayer, 1985 ; Le Bohec, 1991.

5 Isaac, 1990, pp. 257-258 ; également Wells, 1991.

6 Dobson, 1986.

7 Expression empruntée à Martinez-Gros, 2014, p. 36. Voir également Whittaker, 2009, qui s’appuie notamment sur les réflexions d’ordre anthropologique de Barth, 2000, sur la notion de frontière.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search