Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Deuxième partie. La nature des limites méridionales de l’Africa

Chapitre V

L’État romain et les populations de la frontière

Texte intégral

1À l’exemple de la présence militaire développée à la frontière de la Proconsulaire à partir de la dynastie flavienne, les différentes formes prises par les interventions de Rome en matière civique dans le Sud de l’Afrique proconsulaire ont régulièrement été envisagées sous le prisme d’une mise en défense du territoire romain, qui aurait été rendue nécessaire par les formes de peuplement caractérisant ses confins. Cette tendance a fortement marqué l’interprétation des créations ou des promotions municipales attestées dans la région. Il faut bien constater toutefois l’incertitude à laquelle on se heurte lorsqu’il s’agit de comprendre dans quel contexte furent décidées les promotions, et de déterminer la capacité d’initiative des communautés civiques et celle qui revient au pouvoir romain.

  • 1 Desanges, 2001.
  • 2 Voir le tableau dressé par Bénabou, 1976, pp. 429-440 sur les « cantonnements » de tribus, ainsi q (...)

2De façon générale, il reste souvent difficile d’apprécier la part d’autorité dans l’administration par Rome des communautés africaines. Le transfert de populations déplacées depuis la province d’Afrique pour peupler les oppida de la nouvelle frontière méridionale de la Césarienne sous les Sévères a particulièrement contribué à nourrir l’hypothèse d’un refoulement des tribus auquel l’État romain aurait régulièrement procédé1, qui aurait aussi motivé les diverses opérations de bornage affectant leurs territoires au sein de la province au cours du Haut-Empire. C’est ainsi en termes de domination et de résistance qu’ont pendant longtemps été comprises les entreprises de délimitation de territoires réalisées sous Trajan2. L’examen des sources écrites sur la nature des relations entre l’autorité romaine et les communautés établies dans le sud de la province d’Afrique proconsulaire invite à dépasser ce cadre conceptuel et permet de mesurer la singularité relative de la région frontalière au sein de la gestion administrative de la province.

I. — Le développement des relations entre l’autorité romaine et les communautés civiques dans le sud de la province

  • 3 Gascou, 1982a, pp. 165-166.
  • 4 Le Glay, 1968, pp. 220-222, qui reprend les mots de G. Picard pour évoquer « une barrière opposée (...)
  • 5 Gascou, 1972, pp. 32, 89 et 1982a, p. 162 ; Lassère, 1993, pp. 224-225 et 1994a.
  • 6 L’hypothèse d’un municipe flavien à Sufetula fut défendue par Broughton, 1929, p. 102, et Kotula, (...)
  • 7 Gascou, 1972, pp. 83-86, suggère, par analogie avec Cillium, l’implantation d’un petit poste milit (...)
  • 8 Les données épigraphiques les plus récentes ont confirmé l’existence, à une date qui demeure malhe (...)
  • 9 CIL, VIII, 11340. Voir Gascou, 1972, p. 30.

3En matière municipale, l’activité des empereurs de la dynastie flavienne s’est portée en dehors de l’Africa uetus vers des secteurs considérés jusqu’alors comme périphériques3. L’interprétation en termes stratégiques des mesures politiques prises sous les Flaviens en direction du Sud de la Tunisie doit néanmoins être révisée. Elle reposait d’une part sur la colonisation présumée menée par Vespasien dans la région, qui aurait touché Sufetula, Cillium, Ammaedara et Thelepte4 : en fait, tout au plus peut-on supposer l’établissement d’un castellum à Cillium sous Vespasien5, tandis que les autres mesures qui lui sont attribuées à Sufetula6 et à Thelepte7 demeurent incertaines. En revanche, il ne fait désormais plus aucun doute que Sufetula acquit le statut de municipe8, avant d’être attestée comme colonie à l’époque de Sévère Alexandre9.

  • 10 CIL, VIII, 23165 (= ILT, 299) ; Le Bohec, 1989a, p. 355, n. 247 ; Trousset, 1990a, pp. 146-148 : « (...)
  • 11 Sur ce personnage : ibid., p. 147 ; Thomasson, 1996, pp. 137-138, no 10.
  • 12 Trousset, 1978, p. 160.
  • 13 Sur l’emploi de ce terme et ses implications particulières dans le contexte africain, différentes (...)

4Les sources épigraphiques offrent un aperçu concret des relations officielles nouées au ier siècle entre les représentants de l’autorité romaine et les populations locales, sur le mode des normes romaines. L’inscription dédicacée à l’empereur en 83 par la ciuitas Thigens(ium)10, sous le commandement du légat de la IIIe légion Auguste C. Octavius Tidius Tossianus L. Iavolenus Priscus, plus connu pour la grande carrière de jurisconsulte qu’il entreprit ensuite11, est à ce titre doublement instructive : ce témoignage sur les rapports établis entre le pouvoir romain et la communauté indigène constitue non seulement, de la part de la localité africaine, un signe de reconnaissance de l’autorité politique désormais dominante, mais également, du point de vue de Rome, une prise en compte des réalités humaines locales puisqu’il s’agit de la première mention connue dans la région d’une ciuitas12, qu’il faut comprendre ici dans le sens très général de « communauté indigène13 ».

  • 14  Héron de Villefosse, 1891 (= CIL, VIII, 23166) : « Imp(eratore) Nerua Caes(are) Aug(usto), / p(ont (...)
  • 15 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 139, no 14.
  • 16 Héron de Villefosse, 1891 ; Broughton, 1929, p. 218 ; Romanelli, 1959, p. 309. La découverte de ve (...)
  • 17 Trousset, 1990a, propose d’identifier la ciuitas au castellum de Thiges. Les nombreux travaux sur (...)
  • 18 Trousset, 1990a ; Rebuffat, 1993.
  • 19 Ibid., p. 1825.
  • 20 Sur cette interprétation : Trousset, 1990a, p. 149.

5La même communauté, sous l’appellation de castellus [sic] Thigensium14, est également à l’initiative d’une dédicace effectuée sous le règne de Nerva, en 97, qui rappelle le nom du légat propréteur de la IIIe légion Auguste, Q. Fabius Barbarus Valerius Magnus Iulianus15. S’il fut d’abord supposé que la ciuitas et le castellum renvoyaient à deux sites distincts d’un point de vue structurel selon une hypothèse qui faisait alors du castellum un édifice militaire16, il est aujourd’hui couramment admis que l’emploi de ce substantif, dans le contexte géographique de Thiges, désignait une forme d’organisation civique17. Ciuitas et castellum semblent avoir été employés dans un sens large et équivalent, renvoyant à l’idée de bourgade, sans signification administrative particulière18. L’adoption de ces vocables dans le cadre de la province d’Afrique participe à un effort de définition des nouvelles réalités communautaires rencontrées par l’État romain19. La rédaction des deux inscriptions de Thiges, dont l’écriture impliquait un certain formalisme, suggère aussi que la communauté avait intégré le vocabulaire officiel et reprit à son compte celui-ci. C’est ce que laisse supposer l’initiative de la rédaction des textes qui fut sans doute soutenue, même si le contexte nous échappe, par les notables de la communauté déjà largement ouverte à l’influence romaine. La forme castellus, qui pourrait être interprétée comme une « variante “populaire” pour castellum20 », témoigne de façon concrète de l’adoption progressive du vocabulaire officiel de Rome par les populations locales.

  • 21 Sur cette localisation : ibid. ; Desanges et alii, 2010, p. 246.
  • 22 Donau, 1907, pp. 66-67, no 9 (= ILAfr, 656).

6Il reste à comprendre, parmi toutes les questions soulevées par ces inscriptions, pourquoi la collectivité des Thigenses mentionne à deux reprises la personne du légat de la IIIe légion Auguste alors qu’elle ne fait aucune allusion au gouverneur qui représente néanmoins l’autorité supérieure provinciale. On pourrait y voir l’indice que ces inscriptions ne sont pas l’expression d’une marque de soumission, mais davantage le témoignage de la reconnaissance de la communauté envers l’autorité romaine à la suite de mesures concrètes qui entraînèrent l’intervention personnelle du responsable militaire en faveur du territoire de Thiges. Il est possible que cette communauté, qu’il faut localiser à Degache dans l’ensemble formé par les oasis des Oudiane, au nord du Jérid21, profita de travaux routiers effectués peut-être dans la région sous la direction du légat C. Octavius Tidius Tossianus L. Iavolenus Priscus : son nom semble apparaître sur un milliaire de la voie entre Tacapes et la ciuitas Nybgeniorum, malheureusement très abîmé22. L’absence d’informations d’ordre épigraphique ou archéologique ne permet pas d’avancer plus avant en termes d’hypothèse, sinon pour évoquer la possibilité de mesures de délimitation reconnaissant l’étendue du territoire de la communauté de Thiges, préfigurant peut-être les entreprises de définition territoriale conduites par la suite dans la région sous Trajan.

  • 23 L’octroi de la citoyenneté romaine par un empereur flavien explique peut-être la dénomination gent (...)
  • 24 La question de la datation de la procuratelle de Pline en Proconsulaire est liée à celle des proco (...)
  • 25 Pline, Histoire naturelle, 5, 24 ; 16, 115 ; 17, 41 ; 25, 123. Voir Pavis d’Escurac, 1980, p. 178  (...)
  • 26 Pline, Histoire naturelle, 5, 24 ; 17, 41 ; 18, 94.
  • 27 C’est ce que pensait notamment Gsell, 1920a, pp. 12-13.
  • 28 Despois, 1937 ; Desanges, 1980a, p. 229, n. 9 ; Pavis d’Escurac, 1980, p. 178 ; Trousset, 1986a, p (...)
  • 29 « Rien n’est plus productif que le blé. La nature lui a accordé cette qualité parce qu’elle en fai (...)
  • 30 « Il y a en Afrique, au milieu du désert, sur la route des Syrtes et de Lepcis Magna, une cité nom (...)
  • 31 Voir Pline, Histoire naturelle, 5, 26, à rapprocher d’Hérodote, Histoires, 4, 181.
  • 32 Voir par exemple l’allusion de Pline aux peuples paradoxaux, Histoire naturelle, 5, 44 sqq.

7Quoi qu’il en soit, on ne saurait déduire de l’action des Flaviens dans le sud de la province la conception et la réalisation d’une stratégie d’ensemble visant à une mise en défense du territoire romain. Le contexte pacifié offrait les conditions propices à une extension vers le sud des implantations romaines23, qui profitèrent de la prospérité de la région. Le témoignage de Pline l’Ancien, procurateur en Proconsulaire entre 70 et 73 selon R. Syme ou peut-être un peu avant24, est ici précieux car le naturaliste semble bien connaître le sud-est de la province. Son expérience personnelle du voyage dans la région paraît avoir été particulièrement mise à profit dans ses descriptions de l’oasis de Tacapes et de la Grande Syrte25. Ainsi Pline insiste-t-il sur l’extraordinaire fertilité de la Byzacène26, dont les possibilités agricoles, loin d’être une fantaisie mise au compte de l’imagination du naturaliste27, ont été confirmées à l’époque contemporaine28. La grande richesse en blé de la Byzacène fournit très certainement une explication à la présence d’un procurateur impérial en fonction dans la région dès le règne d’Auguste selon le naturaliste, alors que de tels fonctionnaires sont encore rarement nommés : il était chargé de la gestion des domaines du prince qui produisaient semble-t-il d’importantes quantités de céréales29. Pline souligne également la grande richesse agricole de l’oasis de Tacapes30. Sa description tranche alors avec les clichés littéraires dont il fait usage à propos des régions au sud de la Syrte31, et pour d’autres régions africaines qu’il n’a pas, selon toute vraisemblance, visitées32.

  • 33 CIL, VIII, 17842. Voir Dupuis, 1994, p. 224 ; Corbier, 2009, p. 182.
  • 34 Elle fut défendue par Courtois, 1951, p. 14, et régulièrement suivie par la suite.
  • 35 Leveau, 1990a ; Morizot, 1994, p. 226.
  • 36 Ibid., pp. 232-234.
  • 37 Sur la vingtaine de vétérans connue à Timgad, seuls trois peuvent être rangés parmi les premiers h (...)
  • 38 Sur sa qualification de colonie de vétérans, voir par exemple Fentress, 1979, p. 126 ; Witschel, 1 (...)
  • 39 Le Bohec, 1984b, pp. 110-111 ; Corbier, 2009, pp. 182-183. Si la titulature de Timgad ne rappelle (...)
  • 40 Février, 1989, p. 112.
  • 41 Gascou, 1982a, pp. 174-175.

8Le développement des institutions civiques de nature romaine en direction du sud de la province se poursuit sous Trajan avec un certain nombre de promotions municipales. En 100 fut fondée la colonie de Timgad33. L’entreprise a parfois été interprétée comme l’étape d’un plan plus général visant à encercler l’Aurès, alors considéré comme une zone de rébellion, et à asseoir le contrôle de Rome sur la vallée de l’oued Taga qui en permettait l’accès34. L’hypothèse est aujourd’hui contestée, et la motivation d’ordre économique qui aurait présidé à cette fondation est désormais privilégiée35. La ville de Timgad est située au débouché des vallées de l’oued Abdi et de l’oued el-Abiod formant deux pénétrantes dans le massif de l’Aurès, à proximité de riches terres céréalières ; la culture de l’olivier contribua aussi à la prospérité de la région de Timgad36. Si des vétérans s’installèrent dans la colonie, ils ne constituèrent pas toutefois l’essentiel du peuplement37, aussi Timgad ne peut-elle être considérée comme étant originellement une colonie de vétérans38 : une grande partie des colons était semble-t-il constituée de civils issus de Proconsulaire39. La fondation de la colonie s’inscrit dans un mouvement d’urbanisation qui faisait suite à la progression de la IIIe légion Auguste, et qui avait pour fin non pas « le contrôle des montagnes, mais bien plutôt la mise en valeur de terres riches » au profit notamment des vétérans40, dont la présence est plus particulièrement attestée à la même période au nord de Timgad, à Diana Veteranorum41.

  • 42 Ibid., p. 171.
  • 43 Ibid., p. 172.
  • 44 Les mesures prises par Trajan concernèrent avec certitude Thubursicu Numidarum, dont il fit un mun (...)
  • 45 Ibid., pp. 178-179, que nous ne suivons pas lorsqu’il évoque la « politique d’expansion territoria (...)
  • 46 Voir par exemple Briand-Ponsart, Hugoniot, 2005, p. 63.
  • 47 Voir ci-dessous.
  • 48 Gascou, 1982a, p. 179.

9Les mêmes préoccupations ont probablement présidé aux mesures prises plus à l’est dans le Sud tunisien, où Trajan pourrait avoir fondé la colonie de Thelepte, semble-t-il à partir de colons parmi lesquels la présence de vétérans est supposée mais non confirmée : les données archéologiques sur l’occupation du site font malheureusement défaut42. Trajan octroya par ailleurs le statut de municipe à Capsa, et peut-être à Cillium au nord-est de Thelepte43. En revanche, aucune promotion municipale ne semble avoir concerné le territoire de l’Africa uetus, ce qui confirme l’intérêt particulier accordé par l’empereur au territoire de la province en direction de la frontière44. Sans doute visait-il des objectifs bien déterminés, sous-tendus par l’exploitation des richesses agricoles de la région : tel est le cas de Thelepte, de Cillium, situés au cœur de grands secteurs oléicoles de l’Afrique romaine, ou encore de la riche oasis de Capsa45. Il demeure alors difficile d’attribuer une préoccupation militaire à l’ensemble de ces fondations, dont il a été suggéré qu’elles auraient formé une sorte de « glacis protecteur » en cas de soulèvement46. D’une part, on ne peut affirmer qu’elles se sont appuyées sur un afflux conséquent de militaires et de vétérans. D’autre part, on voit mal comment ces noyaux de peuplement auraient été en mesure d’assurer une quelconque défense des secteurs environnants contre des tribus que l’on supposait alors mobiles et potentiellement dangereuses. À tout le moins apparaissent-ils comme des points de diffusion de la romanité. Mais ils ne sauraient témoigner, à notre sens, d’une « romanisation sélective et autoritaire » mise en œuvre par Trajan47, ainsi que la qualifiait J. Gascou48.

  • 49 Ibid., pp. 182-192.
  • 50 CIL, VIII, 83 ; Itinéraire d’Antonin, 73, 4-5 ; 74, 3. Voir Gascou, 1972, pp. 134-135 ; Trousset, (...)
  • 51 Id., 1978, p. 137 et 2012b, p. 5681.
  • 52 CIL, VIII, 22737 (= ILS, 6780 ; ILT, 41). Voir Chastagnol, 1997. Sur l’histoire de Gigthis : Gasco (...)
  • 53 CIL, VIII, 18218, 18247. Voir Dupuis, 2009, pp. 110-112. Rien ne permet en revanche d’affirmer de (...)

10Le mouvement de promotions municipales se poursuit sous Hadrien, dont l’activité se concentre toutefois dans le nord-ouest de la province et bénéficie alors largement à la région de l’ancienne Africa uetus49. L’empereur octroie le statut de municipe au centre civique de la ciuitas Nybgeniorum, chef-lieu des Nybgenii qui est désormais connu sous le nom de Turris Tamalleni et cité comme tel dans l’Itinéraire d’Antonin50. Il correspond très probablement au village actuel de Telmine51. Selon une hypothèse émise par A. Chastagnol, Hadrien aurait également promu Gigthis au rang de municipe, avant que celui-ci ne se voit concéder le privilège du droit latin majeur (Latium maius), semble-t-il sous Antonin le Pieux52. Enfin, plus à l’ouest en direction de la frontière, c’est peut-être Hadrien qui accorde de façon concomitante le droit latin à Gemellae et Lambèse53.

II. — La délimitation du territoire d’une tribu à la frontière de la province : les Nybgenii

  • 54 Sur cette tribu : Trousset, 2012b. Voir la carte 3 de cet ouvrage.
  • 55 Trousset, 2012b, 2012c.
  • 56 CIL, VIII, 22786 e. Voir Trousset, 1978, p. 135 et 2012b, p. 5680 : le nom en abrégé N Y B G est v (...)
  • 57 Talbert, 2005, pp. 95-96.
  • 58 Sur l’étendue du territoire de Tacapes : M’Rabet, 2014.
  • 59 CIL, VIII, 22787, 22788, marquant la limite entre le territoire des Nybgéniens et Tacapes ; ILAfr, (...)
  • 60 Ibid., p. 5679.
  • 61 Id., 2011.
  • 62 CIL, VIII, 22763 a ; ILAfr, 30. Le nom de la deuxième peuplade qui semble être mentionnée commence (...)
  • 63 Trousset, 2011.

11Sous Trajan, l’intérêt pour la région du Sud tunisien au cœur de laquelle sont établis les Nybgenii54 est manifeste. Il se traduit par la délimitation du territoire de cette tribu, qui correspond au pays du Nefzaoua55 ; l’entreprise fait suite aux opérations d’arpentage qui avaient débuté dans la région sous Tibère56. À l’époque de Trajan, des bornes, rappelant l’existence semble-t-il d’une ancienne forma qui devait correspondre à la centuriation des années 29-30 apr. J.-C.57, marquent la limite entre le territoire de Tacapes et celui de la ciuitas Nybgeniorum58, ainsi qu’entre la ciuitas Nybgeniorum et la ciuitas Capsensium ou Capsitanorum comme le suggèrent les milliaires de la voie entre Capsa et la ciuitas Nybgeniorum posés en 10559. Les bornes actuellement connues ne font alors connaître que la limite septentrionale du territoire des Nybgenii, établie sur la rive nord du chott el-Fejaj60. Une borne très endommagée, posée « ex aucto[ritate..] Traiani » et découverte à Bir Soltane, à 80 km au sud-est de Telmine, fut interprétée comme le marqueur de la limite entre les Arzosei semble-t-il mentionnés sur la pierre, qui pourraient être identifiés aux Arzuges61, et les Nybgéniens dont le nom n’est toutefois pas lisible62. Nybgenii et Arzosei paraissent avoir occupé différents secteurs du Nefzaoua, les premiers au nord, les seconds au sud63.

  • 64 Rachet, 1970, p. 163 ; Gascou, 1972, pp. 103-104 ; Bénabou, 1976, pp. 429-439 ; Trousset, 1978, p. (...)
  • 65 Rachet, 1970, pp. 161-164 ; Gascou, 1972, pp. 103-104 ; Bénabou, 1976, p. 433.
  • 66 Sur cette opération de bornage, voir les études récentes de Naddari, 2000, 2008.
  • 67 Cagnat, 1903 (= AE, 1904, no 144 ; ILS, 9380 et 9381). Voir Desanges, 1980a, p. 333 ; Dupuis, 1999
  • 68 Sur l’autoritarisme prêté de façon générale au règne de Trajan dans l’historiographie contemporain (...)
  • 69 Gascou, 1972, p. 212 ; Bénabou, 1976, p. 420, n. 139 ; Gascou, 1982a, p. 179.
  • 70 Id., 1972, p. 212 et 1982a, p. 179.
  • 71 Tertullien, Apologétique, 2, 6-8. Pour la discussion sur l’interprétation de ce passage : Guédon, (...)

12On s’est beaucoup interrogé sur les motifs de cette délimitation du territoire des Nybgenii sous Trajan. Elle fut d’abord interprétée comme un refoulement de la tribu, réduisant l’étendue de son territoire traditionnel au profit des deux cités romanisées de Capsa et Tacapes64. Au même titre que les autres opérations de bornage qui se multiplient sous le règne de Trajan65 et qui touchèrent le territoire des Musulames66 ainsi que celui des Suburbures67, elle fut mise au compte de la politique de romanisation considérée comme autoritaire68, que l’empereur aurait déployée dans un objectif de maintien de l’ordre public et d’exploitation économique de la région69. L’image, négative, de la politique municipale africaine de Trajan, jugé peu soucieux du statut des populations indigènes70, a pu pâtir dans une certaine mesure du témoignage de Tertullien, très critique envers les mesures répressives prises par l’empereur contre les chrétiens71.

  • 72 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 199, no 7.
  • 73 AE, 1904, no 150. Sur cette inscription, voir le commentaire de Hamdoune, 2001a ; Desanges, 2010b, (...)

13Les informations fournies par l’épigraphie invitent néanmoins à nuancer ce tableau des relations entre l’empereur et les communautés indigènes africaines. L’inscription découverte à Cherchell, dédiée au procurateur T. Caesernius Statius Quinctius Macedo par la tribu des Maccues qui le choisissent comme patron72, confirme que le respect des droits des communautés tribales n’était pas exclu des préoccupations politiques sous Trajan73. Sans doute est-ce la bienveillance dont fit preuve le gouverneur de Césarienne, peut-être à l’occasion d’opérations de délimitation de territoires, qui conduisit les Maccues à lui exprimer leur reconnaissance. Rien n’interdit de supposer que les spécificités communautaires furent également prises en compte dans l’entreprise de bornage qui toucha le territoire des Nybgenii.

  • 74 Trousset, 1978, pp. 136-137, qui formule néanmoins une réserve à cette généralisation en rappelant (...)

14Que sait-on précisément des populations locales concernées par cette délimitation territoriale ? P. Trousset, qui se fonde sur l’observation des conditions et des modes de vie actuels dans la région, suggère de reconnaître à travers les Nybgenii, les Tacapitani et les Capsitani, « des tribus ou des confédérations gétules que la nature du pays vouait à un mode d’existence de semi-nomades sans doute assez différent de celui des populations du Tell74 ». Sans nier la possibilité d’une certaine pratique de la mobilité liée au pastoralisme dans la région durant l’Antiquité, rien ne permet toutefois d’affirmer que celle-ci a prévalu sous le Haut-Empire dans l’activité agricole et la vie de ces différentes populations sur lesquelles les données, certes éparses et partielles, fournies par les sources écrites, offrent un autre regard.

  • 75 Salluste, La guerre de Jugurtha, 89, 4-8.
  • 76 Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Sur le site de Tacapes et sa région à l’époque romaine, voir c (...)
  • 77 CIL, VIII, 39, 10492 (= 11052) ; 22777. Voir Ferchiou, 1991, pp. 66-70.
  • 78 Ibid., pp. 86-88, 91-92.
  • 79 CIL, VIII, 22796 : « [---] Aug. sacrum / pro salut[e] Imp(eratoris) Neruae [Traiani] Caes(aris) Au (...)
  • 80 Id., 1903, pp. 206-207 ; Cagnat, 1909, p. 574.
  • 81 Trousset, 1978, p. 168 et 2012b, p. 5681.
  • 82 « Et has utraeque ciuitates constituant : adfines enim eisdem locis nomine imperatoris et finium e (...)
  • 83 Trousset, 1978, p. 168, n. 2, propose d’ailleurs de rapprocher le nom d’origine libyque Masla, por (...)

15Le témoignage de Salluste sur l’oasis de Capsa au temps de la guerre contre Jugurtha évoque une communauté sédentaire prospère, établie dans une ville ceinte de murailles75. Le stade de développement civique de la collectivité à l’époque de Trajan conduit d’ailleurs l’empereur à lui accorder le statut de municipe. Dans la description qu’en fait Pline l’Ancien76, une prospérité économique similaire semble avoir concerné au ier siècle l’oasis de Tacapes où l’acculturation romaine paraît déjà ancienne77. Les Nybgenii connaissent pour leur part une organisation communautaire suffisamment développée selon les normes romaines pour qu’Hadrien décide la promotion de leur centre civique — l’oasis de Turris Tamalleni — au rang de municipe. Située sur un important lieu de passage permettant de traverser le Jérid, l’oasis a livré des éléments architecturaux qui dateraient de la fin de la République ou de la première moitié du ier siècle apr. J.-C.78. Il n’est également pas exclu que les Nybgenii soient à l’origine de la dédicace à une divinité inconnue, pour le salut de Trajan, découverte en remploi dans une construction tardive au lieu-dit R’det bou Remina dans le jbel Asker, à 300 m du point marquant le 34e mille de Telmine, en direction de Capsa79. Les dédicants portent le titre de sufètes, et il fut présumé qu’ils appartenaient à la ville de Capsa80. Or, si l’on considère que la pierre a pu être posée à la frontière entre les territoires de Capsa et des Nybgenii81, comme le suggèrent par ailleurs les autels et les temples érigés au nom de l’empereur à de tels emplacements82, rien n’interdit d’attribuer au moins en partie la responsabilité de la dédicace à la collectivité des Nybgenii83.

  • 84 Itinéraire d’Antonin, 74, 3. Le lieu semble par ailleurs, à une époque plus tardive, avoir donné s (...)
  • 85 Bénabou, 1976, pp. 432-434 ; Ferchiou, 1991, pp. 91-92.
  • 86 Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Voir Pavis d’Escurac, 1980, pp. 177-181 ; Trousset, 1986a, 198 (...)
  • 87 Au xie siècle, El-Bekri fait l’éloge de la grande prospérité des oasis du Jérid et de l’abondance (...)
  • 88 Shaw, 1982a, p. 33.

16Les mécanismes expliquant le développement politique et économique de la place de Turris Tamalleni, évoquée par l’Itinéraire d’Antonin84, demeurent mal connus85. Sans doute peut-on y reconnaître raisonnablement les mêmes rouages de l’agriculture oasienne telle qu’elle est décrite par Pline l’Ancien à propos de Tacapes86, et qui favorisèrent, au voisinage des Nybgenii, l’essor économique de cette oasis et celui de Capsa dont les productions étaient probablement source de bénéfices grâce à leur exportation par des circuits commerciaux plus larges87. Il convient aussi de nuancer l’importance trop souvent accordée au nomadisme, régulièrement surestimé dans l’histoire des oasis sahariennes88.

  • 89 Les bornes servant à délimiter des territoires ont régulièrement constitué des réponses à des conf (...)
  • 90 Decramer et alii, 2002, p. 152.
  • 91 Le Roux, 1994, p. 44.
  • 92 Peyras, 2005b, pp. 204, 210.

17Les opérations de bornage qui visèrent sous Trajan le territoire des Nybgenii ne semblent alors pas relever d’un principe de précaution, voire de défense, avéré. L’essor que connaît la région du chott el-Jérid pourrait expliquer les travaux de délimitation territoriale entre la ciuitas Nybgeniorum et Capsa, ainsi qu’avec le territoire de Tacapes. Le développement économique de ces communautés locales rendit peut-être nécessaire la délimitation précise de leurs territoires respectifs en vue d’éviter d’éventuels conflits de voisinage89. Ces opérations de bornage sont aussi le signe d’une extension de la domination romaine dans le sud de la Proconsulaire et une manifestation de sa souveraineté, reconnue par les communautés locales situées aux confins de la province. Elles obéissent à une logique proprement romaine qui permettait notamment d’identifier, et de faire passer plus étroitement sous son contrôle administratif90, des communautés locales dont le fonctionnement était étranger à l’État romain. L’objectif était de réglementer les procédures afin de protéger les différentes parties impliquées territorialement et d’imposer l’autorité de l’administration romaine face à d’éventuelles contestations91. Les entreprises de bornage peuvent aussi être comprises comme une forme de prise en compte des spécificités communautaires locales confortées dans leurs droits, sur un territoire dont l’étendue était officiellement reconnue. Il est fort probable que la contrepartie de cette reconnaissance était d’ordre économique, dans l’intérêt de l’administration romaine qui pouvait notamment procéder au prélèvement d’un tribut, ou encore à la levée d’auxiliaires92. Rien ne permet par conséquent d’affirmer que la délimitation du territoire des Nybgenii, dont on ignore encore aujourd’hui jusqu’où il s’étendait avant que cette opération de bornage ne soit entreprise, visait à sa réduction et à l’isolement de cette communauté.

  • 93 Euzennat, 1990, p. 577 ; Napoli, 1997, p. 70.

18La perspective offerte par les échanges avec le Nefzaou explique plus probablement l’ensemble des mesures prises par Trajan touchant au territoire des Nybgenii. Le développement du réseau routier avec les travaux entrepris sur l’axe Capsa-Turris Tamalleni et sur l’itinéraire Tacapes-Turris Tamalleni, et la reconnaissance officielle des limites territoriales de chacune de ces communautés, peuvent être compris dans ce sens93. Ces décisions n’attestent en rien une exclusion territoriale qui aurait affecté les Nybgenii. Aussi l’hypothèse du cantonnement de tribus réputées nomades ou semi-nomades — ce qui reste en outre à démontrer — n’est-elle pas probante.

  • 94 Trousset, 2012b, p. 5680. La position des Nybgenii peut être rapprochée de celle, à la fin de l’An (...)
  • 95 Ainsi en est-il des bornes mentionnant sur une face les « F(ines) terr(ae) Thrac(iae) », et sur l’ (...)
  • 96 Schlumberger, 1939, p. 71, à propos de la Palmyrène et des provinces d’Orient.

19L’enjeu était d’autant plus crucial pour l’autorité romaine que les Nybgenii paraissent avoir été établis à la limite de la zone sous contrôle effectif de Rome à l’époque trajane94, à un endroit de la frontière où semble-t-il l’État romain n’avait pas encore fait le choix d’une implantation militaire pérenne. Les cippes découverts seulement à la limite septentrionale du territoire des Nybgenii ne doivent toutefois pas être considérés comme des bornes officielles de la province. De tels repères ont existé mais, à l’exception du cas particulier de limites avec un royaume client, ils étaient liés à la frontière interne d’une province dont il s’agissait de déterminer l’étendue par rapport à un autre territoire, celui d’une province ou de communautés civiques d’une autre province95. Les limites extérieures des provinces sont rarement inscrites et coïncident en général de façon implicite, en dehors de repères géographiques spécifiques, avec les limites territoriales de cités ou de gentes96. La richesse de la documentation sur les interventions de l’État romain en matière de délimitations territoriales entre communautés civiques montre d’ailleurs que ces opérations semblent davantage avoir été l’objet de préoccupations pour Rome, dont l’arbitrage était régulièrement rendu nécessaire. En outre, l’ensemble des mesures évoquées précédemment montre bien que le territoire des Nybgenii entrait dans le giron de l’autorité romaine de façon affirmée à l’époque trajane. Ainsi la ciuitas acquiert-elle le titre de municipe sous Hadrien.

  • 97 Le concept s’inspire de la conquête de l’Ouest américain au xixe siècle, qui impliqua « un apport (...)
  • 98 Voir le chap. iv de cet ouvrage.
  • 99 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

20L’avancée de la domination romaine s’étend alors au fur et à mesure que les communautés reconnaissent localement son autorité. Sans que l’on puisse parler de « front pionnier » — expression parfois utilisée, de façon inappropriée, pour décrire le mouvement pris par la conquête romaine97 —, la maîtrise du Nefzaou permit à l’autorité romaine d’envisager une expansion de sa mainmise effective sur le territoire au-delà de la ligne des chotts du Sud tunisien : en témoignent les fondations militaires, sous Commode, des postes de Tisauar ainsi que, probablement, de Vezereos98, et sous les Antonins, à une date indéterminée, du camp de Tillibari99.

III. — Une gestion administrative spécifique de la zone frontalière ?

  • 100 Forni, 1953, p. 1076 ; Whittaker, 1994, pp. 200-202.
  • 101 Elton, 1996, pp. 126-127 ; Miller, 1996, pp. 162-163. Concernant l’Afrique : Mattingly, 2005, pp.  (...)
  • 102 Whittaker, 1994, pp. 200-202.
  • 103 Ibid., p. 298, n. 13 ; Le Bohec, 1999.
  • 104 Sur cet aspect bidimensionnel du limes, perçu comme une zone militaire : Forni, 1987, pp. 273, 283 (...)
  • 105 Cordonova, 2012, p. 461.
  • 106 Forni, 1974, 1987, p. 289.

21À l’instigation des travaux de G. Forni puis de Ch. R. Whittaker100, l’épaisseur reconnue à la zone géographique liée à la frontière est aujourd’hui communément admise101. L’accent fut souvent mis sur l’aspect militaire qui aurait défini cet espace, considéré d’abord à travers les dispositifs de contrôle spécifiques qui y auraient été déployés102. C’est particulièrement net dans le cadre des provinces africaines103, où la conception de la frontière est fortement soutenue par l’interprétation du terme limes employé dans les sources tardives104. Il est ainsi avancé qu’au cours de la période comprise entre le ier et le iiie siècle, le mot aurait pris la signification de « district administratif » au sein des structures bureaucratiques développées par l’État romain dans l’organisation provinciale105, préfigurant l’emploi du substantif limes dans la Notitia Dignitatum interprété dans le sens d’un vaste territoire dévolu à l’administration militaire106.

  • 107 Salama, 1965, pp. 42-43. La syntaxe employée pour désigner les différents niveaux de limites milit (...)
  • 108 Lenoir, 2011, pp. 365-366.
  • 109 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 33.
  • 110 Ibid., 31, 21.
  • 111 Lepelley, 1979, pp. 37-41 ; Lenoir, 2011, p. 366.

22La Notitia Dignitatum décrit avec précision le fractionnement de la frontière en limites, soumis respectivement à l’autorité d’un préposé (praepositus) du limes. Tous les secteurs mentionnés ne sont malheureusement pas identifiés. En Tripolitaine, seuls quatre des douze districts attribués à des praepositi limitum ont été reconnus : le limes Vezeretanus, le limes Talalatensis, le limes Tentheitanus, ainsi que le limes Maccomadensis107. Pour M. Lenoir, cette organisation de la frontière serait le reflet d’un dispositif militaire progressivement mis en place depuis l’époque de Commode. Il en donne pour preuve la responsabilité d’un large secteur qu’il attribue au commandant du camp de Tillibari, dont il étend l’autorité sur les postes de Tisauar, Vezereos, ainsi que plus tard sur celui de Si Aoun108. L’importance de ses fonctions et l’étendue de son champ d’intervention pourraient ressortir des informations fournies, pour une période ultérieure, par la Notitia Dignitatum. Elles expliqueraient la mention du « praepositus limitis Secundanorum in castris Tillibanensibus109 », à rapprocher du praepositus limitis Tillibarensis dont il est question dans un autre passage110. Le dispositif militaire mis en place dans le Sud tunisien montrerait donc une certaine continuité, d’un point de vue géographique, entre le règne de Commode et le ve siècle pour lequel la situation semble être décrite par la Notitia Dignitatum111.

  • 112 Hurlet, 2006, p. 308.
  • 113 Ibid., pp. 151-152, 195.
  • 114 CIL, VIII, 10023 = 21915 (= ILS, 151) ; CIL, VIII, 10018 ; Toutain, 1904, pp. 157-160, 162-165, 16 (...)
  • 115 IRT, 930. Voir Romanelli, 1939, pp. 104-110 ; Di Vita-Évrard, 1979, pp. 89-91. Voir le chap. iii d (...)
  • 116 Thomasson, 1996, p. 28, no 18.
  • 117 À propos de ce personnage : ibid., p. 31, no 24 ; Hurlet, 2006, pp. 110, 150. Sur sa grande entrep (...)
  • 118 CIL, VIII, 22786 a ; CIL, VIII, 22786 k ; CIL, VIII, 22786 f (= ILS, 9375) ; Trousset, 1997 ; Decr (...)
  • 119 Hurlet, 2006, p. 150.
  • 120 Thomasson, 1996, pp. 32-33, no 28.
  • 121 CIL, VIII, 14603 (= ILS, 2305). Voir Hurlet, 2006, p. 151.

23Jusqu’à la création de la province de Numidie par Septime Sévère, la zone de la frontière relève du domaine de compétences du gouverneur de l’Afrique proconsulaire112. Son administration des affaires concernant les confins de la province est toutefois limitée par l’intervention du légat de la IIIe légion Auguste, dont la fonction est instituée sous Caligula113. Avant cette réforme, le proconsul reste pleinement investi d’un imperium militiae. Les travaux réalisés par la IIIe légion Auguste, dont le savoir-faire était mis à contribution sur la « uia ex castris hibernis Tacapes » en 14 apr. J.-C., furent ainsi menés sous les ordres du proconsul qui représente la seule autorité officielle mentionnée dans les témoignages épigraphiques rappelant l’opération114. De la même manière, la responsabilité des travaux routiers, qui ne semblent en outre pas avoir nécessité l’emploi de la main-d’œuvre spécialisée fournie par la légion, entrepris entre 15 et 17 sur la voie « ab oppido in mediterraneum direxsit115 », est attribuée au proconsul L. Aelius Lamia116. C’est également sous les ordres du proconsul C. Vibius Marsus (27-30 apr. J.-C.)117 que sont placés les soldats de la IIIe légion Auguste en charge des travaux de centuriation entrepris au sud de la voie entre Tacapes et Capsa118. Il faut ajouter à cela le fait que les quatre proconsuls successifs au cours des sept années que dura, de 17 à 24, la révolte de Tacfarinas furent en charge de la direction des affaires militaires119. Jusque sous le proconsulat de M. Iunius Silanus en 38-39 apr. J.-C.120, la levée des troupes semble aussi avoir relevé de l’autorité du proconsul121.

  • 122 ILAlg, II(1), 623, en 140-141 ; CIL, VIII, 2747, 18273, en 147-149. Voir les remarques de Di Vita- (...)
  • 123 Ce « territoire militaire » est désigné dans les études modernes par l’expression de « Numidie mil (...)
  • 124 « La légion cantonnée en Afrique et les troupes auxiliaires chargées de garder les frontières de l (...)

24Le commandement de la IIIe légion Auguste et des auxiliaires rattachés à la légion, confié à partir de Caligula à un légat impérial, explique par la suite le rôle amoindri du proconsul dans la gestion des confins de la province. Il ne faut pas toutefois surestimer l’hostilité qui a pu exister entre les deux représentants des institutions romaines à la suite de la nouvelle répartition des compétences. L’épigraphie montre en ce sens combien, au quotidien, le légat de la IIIe légion Auguste exerçait et concevait ses responsabilités en tant qu’adjoint du proconsul : les mentions de légats se présentant comme des « légats de la province d’Afrique » en fournissent la preuve jusque dans le courant du iie siècle122. Plus qu’un « territoire militaire » dont rien ne permet de postuler l’existence officielle au moment de la réforme de Caligula123, c’est d’abord un champ de compétences qui est confié au légat impérial que les affaires militaires appellent de fait à intervenir à la frontière de la province où sont stationnés des effectifs importants de l’armée d’Afrique124.

  • 125 C’est la datation proposée par Di Vita-Évrard, 1986, p. 31, n. 2.
  • 126 CIL, VI, 1406 (= ILS, 1167).
  • 127 Chastagnol, 1958, p. 9.
  • 128 Dupuis, 2012, p. 5646. Sur ces diocèses : Di Vita-Évrard, 1986.
  • 129 Voir les réserves formulées par Thomasson, 1996, pp. 124-125.
  • 130 Pflaum, 1962, pp. 1240-1241 ; Di Vita-Évrard, 1986, pp. 31-32, n. 2.
  • 131 Ibid., pp. 31-32, n. 2 et p. 33, n. 6.
  • 132 Bénabou, 1972 ; Desanges, 1980b, p. 81 et n. 6.

25La question d’une assise territoriale relevant spécifiquement du domaine de compétences du légat de la IIIe légion Auguste se pose par la suite de façon plus épineuse. Une inscription de Rome, datée de la fin du iie siècle125, évoque un personnage du nom d’A. Egnatius Proculus, remplissant la fonction de « leg(atus) Aug(usti) prou(inciae) Afr(icae) dioeces(eos) Numid(iae)126 ». A. Chastagnol proposa de le considérer comme un légat de la IIIe légion Auguste, à qui aurait alors été octroyée la responsabilité d’un ressort territorial127. À sa suite, X. Dupuis a supposé la création d’une « région militaire comparable à un troisième diocèse », étendue du Sahara jusqu’à la Méditerranée, qui aurait été réalisée en même temps que furent institués, au plus tard sous Trajan, les deux « diocèses » de Carthage et d’Hippo Regius gérés respectivement par un légat du proconsul d’Afrique128. La fonction de ce personnage reste toutefois discutée129. De façon plus nuancée, G. Di Vita-Évrard préfère le considérer comme un légat de la IIIe légion Auguste et non comme l’un des deux légats du proconsul, « exceptionnellement nommé par l’empereur pour une mission spéciale », ce qui reprend en partie l’hypothèse formulée par H.-G. Pflaum qui lui conférait pour sa part la fonction de légat impérial détaché à la place du légat du proconsul, dans la Numidia Hipponensis130. L’utilisation du substantif Numidia pour mentionner le diocèse d’Hippone n’est toutefois connue qu’après le milieu du iiie siècle131. Au-delà des questions non résolues posées par l’inscription romaine, il est évident que l’action du légat de la IIIe légion Auguste n’obéissait pas à des frontières strictement établies, et que son champ d’intervention, qui était par essence fluctuant, se déplaçait en fonction des nécessités en termes de présence militaire : aussi ne faut-il pas réduire le champ d’action du légat de la IIIe légion Auguste au cadre de la future province de Numidie, au moins jusqu’à l’époque d’Antonin le Pieux132.

  • 133 Thomasson, 1996, p. 138, no 12.
  • 134 Cassius Dion, Histoire romaine, 67, 4, 6, qui présente toutefois de façon erronée et anachronique (...)
  • 135 Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 136 IRT, 854.

26Lorsque les Nasamons se révoltent sous le règne de Domitien, la direction des opérations est prise par le légat de la IIIe légion Auguste, Cn. Suellius Flaccus133, qui met fin aux troubles134. Ce peuple avait par le passé eu à traiter avec le proconsul d’Afrique dont l’autorité s’exerçait alors de manière directe jusqu’au fond de la Grande Syrte, comme en témoigne l’épisode du meurtre du gouverneur L. Cornelius Lentulus au début de notre ère135. Cn. Suellius Flaccus dirige également l’entreprise de bornage réalisée dans la région de Syrte, qui délimite les territoires des Muduciuuii et des Zamucii136. Le nom du légat apparaît à la suite du rappel de la titulature impériale sur la pierre qui conserve le souvenir de l’opération ; il n’est en revanche pas fait mention de l’autorité du gouverneur.

  • 137 AE, 1979, no 649. Voir Di Vita, 1979, pp. 78-83. Voir le chap. iii de cet ouvrage.
  • 138 Thomasson, 1996, pp. 43-44, no 48 ; Abid, 2014.
  • 139 Sur cette fonction et les différentes missions auxquelles elle renvoie : Pflaum, 1962 ; Aichinger, (...)
  • 140 Lancel, 1955.
  • 141 Thomasson, 1996, p. 136, no 7.
  • 142 ILAlg, II(2), 4343, 6252.
  • 143 AE, 1942-1943, no 35.
  • 144 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 142, no 19. Syme, 1958b, p. 5, estimait qu’il agissait en (...)
  • 145 CIL, VIII, 22787, 22788 ; ILAfr, 655. Voir Trousset, 1978, p. 135, 1990a, p. 159 et 2012b, p. 5680
  • 146 Thomasson, 1996, p. 140, no 17.

27La même remarque peut être formulée dans le cadre du bornage réalisé sous les Flaviens aux confins des territoires de Lepcis Magna et d’Oea, dans la région de Tarhuna137. Vespasien confia la mission à un légat exceptionnel nommé pour l’occasion, Q. Julius Cordinus Rutilius Gallicus, qu’il chargea également d’intervenir sur le tracé de la Fossa Regia138. Un certain nombre d’interrogations entoure encore la notion de légat impérial en mission extraordinaire dans une province sénatoriale139. La question demeure ainsi de savoir si c’est au titre d’une légation exceptionnelle140, ou bien en tant que légat de la IIIe légion Auguste141, que C. Tullius Capito Pomponianus Plotius Firmus intervient également sous le règne de Vespasien dans le cadre, d’une part, de la délimitation impliquant les territoires des Nicibes et des Suburbures Regiani142, d’autre part, d’une opération de bornage entre les territoires des Suppenses et des Vofricenses143. Le cas de L. Acilius Strabo Clodius Nummus, qui dirige les délimitations des terres musulames sous Trajan, est également discuté144. Les faits sont en revanche connus avec plus de certitude concernant l’intervention de L. Minicius Natalis, dans le cadre de la délimitation du territoire des Nybgenii145 : celui-ci agit alors en tant que légat de la IIIe légion Auguste, et c’est à ce titre qu’il fait appliquer les directives de Trajan146.

  • 147 Di Vita-Évrard, 2003.
  • 148 Salama, 1986, p. 231, n. 45.
  • 149 Thomasson, 1996, p. 168, no 48.
  • 150 CIL, VIII, 10238. Voir Salama, 1986, p. 235, n. 45.
  • 151 En témoignent les milliaires gravés sous les ordres du légat L. Minicius Natalis et appartenant à (...)

28La participation de l’armée d’Afrique à l’ensemble de ces opérations justifiait la mention du légat de la IIIe légion Auguste sur les inscriptions qui consignent leur réalisation. Ainsi s’explique également que son nom ne soit pas cité lorsque les travaux publics réalisés n’impliquaient pas l’armée romaine, comme le montre le cippe mentionnant en 79-80 le proconsul Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula, identifié par G. Di Vita-Évrard147 qui corrige par là même l’idée d’une disparition très précoce de la mention du gouverneur d’Afrique sur les bornes milliaires148. Il n’en reste pas moins que les inscriptions routières rappelant le nom du légat de la IIIe légion Auguste sont désormais plus nombreuses et s’inscrivent sur une période plus longue : la dernière borne connue à faire mention du légat de la IIIe légion Auguste — il s’agit alors de L. Naevius Quadratianus149 —, découverte sur l’itinéraire de Lambèse à Biskra, remonte à l’année 193, sous le règne de Pertinax150. Dès le règne de Domitien, lorsque les travaux routiers impliquent la IIIe légion Auguste, l’autorité suprême du proconsul, dont est désormais affranchie la légion d’Afrique, n’est naturellement plus mentionnée151.

  • 152 Thomasson, 1982, pp. 24-26 ; Birley, 1999, p. 147 ; Daguet-Gagey, 2000, p. 368. Sur son voyage en (...)
  • 153 Le Glay, 1991.
  • 154 Thomasson, 1984, col. 405, no 73.
  • 155 IRT, 880. Voir Di Vita-Évrard, 1991 ; Mattingly, 1991.
  • 156 Rebuffat, 1978-1979a.

29Le rôle du légat de la IIIe légion Auguste prend une ampleur inédite avec la création de la province de Numidie, décidée par Septime Sévère peut-être au cours de son voyage en Afrique152. La présence de l’armée romaine et le champ d’intervention du légat de la IIIe légion Auguste n’avaient cessé de prendre de l’importance au cours du iie siècle dans la partie occidentale et méridionale de l’Afrique proconsulaire. Désormais, le légat impérial de l’armée d’Afrique est investi des pouvoirs de gouverneur de province. Sa responsabilité s’étend sur la majeure partie de la frontière d’Afrique romaine, jusqu’au sud des cités de Tripolitaine. Ce qui est en jeu, c’est bien sûr la maîtrise de l’armée. En tant que chef de corps de la IIIe légion Auguste153, le légat de Numidie continue naturellement à intervenir là où la présence de l’armée africaine est requise. En atteste la mention du légat de Numidie, M. Aurelius Cominius Cassianus154, sur la pierre rappelant la construction du centenarium de Gasr Duib semble-t-il sous le règne de Philippe l’Arabe155, ainsi que sur une inscription de Gholaia de l’année 248, faisant état de son gouvernement supérieur sur le limes de Tripolitaine156.

  • 157 Isaac, 1988, pp. 133-134.
  • 158 Ibid., p. 130.
  • 159 « Imp(erator) Caes(ar) [M(arcus) Iulius / Ph]ilippus inuic̣tu[s Aug(ustus)] / et Ṃ(arcus) Ịul(ius) (...)
  • 160 C’est la position défendue par Isaac, 1988, pp. 129-130, qui aboutit à cette conclusion sans repre (...)
  • 161 Voir l’hypothèse développée par Rebuffat, 1978-1979a, pp. 129-130.
  • 162 Le Bohec, 1991. Sur ce titre, voir les remarques plus générales de Rey-Coquais, 1995, p. 314, pour (...)
  • 163 Van Berchem, 1952, pp. 39-42 ; Le Bohec, 1991.
  • 164 Rebuffat, 1978-1979a, p. 131.

30À partir du ive siècle, le substantif limes revêt clairement une dimension administrative, qui n’est pas systématiquement liée à un type d’organisation militaire particulier157. Pour la période antérieure, l’hypothèse que le mot ait servi à évoquer un district administratif lié à la frontière reste discutée158. Son emploi au milieu du iiie siècle, dans l’inscription de Gasr Duib159, pour désigner la « regio limitis Tentheitani », renvoie davantage au cadre géographique de la région frontalière de Tentheos et à la route qui la traversait160, qu’à un secteur administratif de celle-ci161. L’inscription évoque effectivement l’intervention menée sur cette route afin de contrer les raids de tribus hostiles, sous l’autorité du légat d’Auguste propéteur, assisté d’un chevalier, uir egregius, préposé au limes, et d’un tribun militaire dont la fonction précise n’est pas connue. Il n’est alors pas exclu que le uir egregius, subordonné direct du légat, ait été nommé auprès de celui-ci afin de mener une mission ponctuelle dans la zone géographique du limes, dictée par les conditions d’insécurité que connaît le secteur à cette période, et dont pourrait rendre particulièrement compte l’emploi du substantif praepositus : dans la hiérarchie militaire, il renvoie à une fonction, non à un grade162. La fonction de praepositus limitis n’est attestée que dans la documentation relative aux provinces africaines163, à une date postérieure à la période sévérienne qui ne semble pas avoir institué cette fonction164.

  • 165 « [Im]pp(eratoribus) dd(ominis) nn(ostris) Philipp[is] / [Aug]g(ustis), M(arco) Aurel(io) Cominio (...)
  • 166 Rebuffat, 1978-1979a ; Lenoir, 2011, p. 364.
  • 167 Di Vita-Évrard, 1985a, pp. 153-154.

31On la retrouve sur une inscription de Gholaia, qui contribue à nourrir le débat sur l’hypothèse du découpage de la « zone du limes » en districts administratifs dès le courant du iiie siècle165. Le texte remonte à l’année 248. Il évoque un personnage préposé au limes de Tripolitaine (« praepositus limitis Tripolitanae »), uir egregius et procurateur impérial, qui assiste dans ses fonctions le légat de la IIIe légion Auguste. Il fut alors supposé que le large secteur, délimité administrativement, de la frontière de Tripolitaine (le limes Tripolitanae) dont l’existence est déduite de l’inscription, était découpé en districts placés sous la responsabilité de tribuns166. Un emploi de l’expression limes Tripolitanae dans une intention simplement géographique n’est toutefois pas exclu : ainsi s’agissait-il peut-être de faire allusion à la région du limes de Tripolitaine qui pourrait être identifiée à la regio Tripolitana mentionnée par les sources épigraphiques à partir du début du iiie siècle, et qui elle-même ne semble pas avoir désigné un secteur strictement défini sur le plan administratif et géré comme tel par la bureaucratie romaine167.

  • 168 « Imp(erator) Caes(ar) [P(ublius) Lici]nius Ga[l]l[i]enus Pius Felix Inuictus / Aug(ustus), German (...)
  • 169 Sur les différentes interprétations de cette expression : Trousset, 1974, pp. 98-102 ; Rebuffat, 1 (...)
  • 170 Carrié, 1995, pp. 36-37.
  • 171 Chastagnol, 1967.
  • 172 Di Vita-Évrard, 1985b, pp. 162-175.

32L’inscription rappelant la construction du camp de Talalati (Ras el-Aïn), en 263168, suggère les mêmes conclusions. Ceux qui ont effectué les travaux y sont mentionnés comme « les très vaillants soldats du limes tripolitain » (« fortissimis militibus suis ex limite tripolitano »)169. J.-M. Carrié proposa de traduire l’expression limes Tripolitanus par « province de Tripolitaine », sens qu’il confère également à l’usage du substantif limes dans les inscriptions de Gholaia et de Gasr Duib170. À la tête de ce large ressort aurait alors été placé un praepositus auquel auraient été conférées des compétences militaires et civiles, à l’exemple du légat de Numidie. Cette interprétation du mot limes, qui aurait été employé dans les inscriptions africaines dans le sens administratif de province, reste toutefois hypothétique. La création de la province de Tripolitaine semble plus tardive, qu’il s’agisse de la datation comprise entre les années 294 et 305 proposée par A. Chastagnol171 ou de l’année 303 suggérée plus récemment par G. Di Vita-Évrard172.

  • 173 Il existe un parallèle à Gholaia avec l’inscription de l’ara cerei, conservant le souvenir d’un ac (...)
  • 174 Ibid., p. 130.
  • 175 Itinéraire d’Antonin, 75, 3, sous la forme Tabalati. Sur le limes Tripolitanus mentionné par l’Iti (...)
  • 176 C’est la position d’Isaac, 1988, pp. 129-130.

33Pour revenir à l’inscription de Talalati, la mention de la collectivité des soldats étonne quelque peu sur un texte officiel173, alors même qu’aucun autre responsable militaire n’est évoqué174. L’ensemble de ces éléments, conjugués au fait que la station de Talalati figure sur l’itinéraire du limes Tripolitanus détaillé par l’Itinéraire d’Antonin, et qui ne semble pas lui-même s’inscrire de façon spécifique dans un contexte militaire175, concourt à conférer un sens purement géographique à l’emploi de la formule « limes Tripolitanus » dans l’inscription176.

 

  • 177 Pour la période tardive, voir Mattingly, 1989b et Peyras, 2005b, à propos des Tablettes Albertini (...)
  • 178 Sur cette fonction : Leveau, 1973, pp. 175-186 ; Lepelley, 1974 ; Bénabou, 1976, pp. 448-457 ; Ham (...)

34En conclusion, rien ne permet de postuler de manière décisive, à partir de la documentation africaine, l’existence de districts administratifs de la frontière provinciale avant le ive siècle. Force est de constater qu’avant cette date, il n’y a pas d’administration spécifique à la zone de la frontière. L’absence de mesures ou de dispositifs officiels, qu’ils soient politiques ou militaires, mis en œuvre exclusivement dans cette région, induit la même conclusion. Les sources du droit relatives à la qualité des terres ne permettent pas davantage de reconnaître des spécificités juridiques liées aux zones frontalières177. Pour ce qui touche à l’organisation sociale des populations locales en tribus, ni les mesures de délimitation de territoire, ni la préfecture de tribu dont la fonction, qui ne fut d’ailleurs ni permanente ni générale, apparaît dans les sources écrites relatives à l’Afrique au cours de la dynastie julio-claudienne178, ne sont exclusives de l’administration des communautés établies à la frontière de la province.

  • 179 Le mot « tribu » sert communément à traduire les termes gens ou natio employés par les sources ant (...)
  • 180 L’identité de ces peuples demeure sujette à hypothèses : voir Desanges, 1957, p. 36, n. 119, qui s (...)
  • 181 CIL, V, 5267 (= ILS, 2721), Côme. À propos de cette inscription : Leveau, 1973, p. 175. 
  • 182 Suétone, Vie de Galba, 7-8.
  • 183 Des préfets de cités furent régulièrement nommés sous l’Empire dans des régions imparfaitement sou (...)
  • 184 Ibid., p. 286. Cela correspondrait particulièrement à la définition de la préfecture de tribu prop (...)
  • 185 AE, 1922, no 19 (= ILAlg, I, 3992). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, pp. 229-231, no 98 ; Leveau, 1973, (...)
  • 186 CIL, XI, 7554 (= ILS, 9195). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, p. 81, no 35a : le préfet est également en (...)
  • 187 CIL, VIII, 10500 (= ILS, 1409). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, pp. 568-570, no 217 ; Leveau, 1973, pp. (...)
  • 188 AE, 1992, no 1766. Voir Benzina Ben Abdallah, 1992.

35Le plus ancien témoignage connu sur la mise en œuvre d’une préfecture de tribu dans le contexte africain179, et le seul qui se rapporte à un peuple établi aux confins de la province, est la préfecture simultanée de la VIIe cohorte des Lusitaniens et des six peuples gétules180, exercée à la fin du règne de Claude ou au début du règne de Néron par Lucius Calpurnius Fabatus, grand-père de la femme de Pline le Jeune181. Peut-être faut-il lier cette préfecture aux troubles décrits par Suétone lors du proconsulat de Galba182. Elle semble alors s’inscrire dans un contexte d’hostilité face à l’administration romaine183, et peut être comprise comme une mesure d’autorité impliquant une administration directe par l’État romain des communautés concernées, et pour celles-ci une perte d’autonomie destinée à mettre fin à une situation troublée184. En Proconsulaire, cette fonction a également concerné la tribu des Musulames sous le règne de Trajan185, duquel date aussi la mention d’un praefectus gentis Numidarum186, ainsi que la tribu des Cinithiens entre le règne d’Hadrien et celui de Commode187. Un praefectus gentium Musulamiorum et Musuniorum regianorum est également attesté par une inscription d’Ammaedara, datée des années 170-180 apr. J.-C.188.

  • 189 Lepelley, 1974, pp. 294-295.
  • 190 Leveau, 1973, p. 178, sur l’évolution de la fonction de préfet de tribu ; Lepelley, 1974, pour la (...)
  • 191 Hamdoune, 2014, p. 425.

36Dans le cadre de ces préfectures mentionnées à partir du règne de Trajan, la fonction est dès lors confiée à des individus originaires sinon de la tribu elle-même, du moins de la région au sein de laquelle elle accompagne les progrès de l’acculturation romaine, tout en sauvegardant le droit coutumier des tribus189. Contrairement à la préfecture exercée sous le proconsulat de Galba sur les six peuples gétules, celles-ci ne paraissent pas avoir été liées à un contexte d’hostilité particulier190. Sans doute s’expliquent-elles, comme dans d’autres cas bien connus, par un problème d’administration locale que la préfecture avait pour mission de régler tout en imposant le point de vue de l’administration romaine191. Concernant la tribu des Musulames, on peut ainsi penser que la fonction attestée au cours du règne de Trajan fut liée à des questions territoriales, comme le suggèrent les opérations de bornage entreprises sous l’autorité de cet empereur et impliquant ce peuple.

Notes

1 Desanges, 2001.

2 Voir le tableau dressé par Bénabou, 1976, pp. 429-440 sur les « cantonnements » de tribus, ainsi que la carte des différentes tribus « cantonnées » proposée par Le Bohec, 1989a, p. 370.

3 Gascou, 1982a, pp. 165-166.

4 Le Glay, 1968, pp. 220-222, qui reprend les mots de G. Picard pour évoquer « une barrière opposée aux invasions des Gétules ».

5 Gascou, 1972, pp. 32, 89 et 1982a, p. 162 ; Lassère, 1993, pp. 224-225 et 1994a.

6 L’hypothèse d’un municipe flavien à Sufetula fut défendue par Broughton, 1929, p. 102, et Kotula, 1967, pp. 215-216. Elle repose sur la découverte de plusieurs épitaphes de Flauii (des épitaphes d’Aelii et d’Aurelii sont également connues), la mention de la tribu Quirina (mais Vespasien ne fut pas le seul empereur à l’accorder), une inscription en l’honneur de Vespasien et de son fils Titus retrouvée près du forum (CIL, VIII, 23216), enfin le fait qu’aucune inscription ne mentionne un empereur antérieur à Vespasien : voir Gascou, 1972, pp. 30-31 et 1982a, p. 162. Ces indices ne suffisent pas toutefois à assurer de façon certaine qu’il s’agit bien d’une fondation d’époque flavienne, voir Duval, 1982, pp. 598-599.

7 Gascou, 1972, pp. 83-86, suggère, par analogie avec Cillium, l’implantation d’un petit poste militaire sous les Flaviens, mais il n’en existe aucune preuve matérielle, d’ordre épigraphique ou archéologique.

8 Les données épigraphiques les plus récentes ont confirmé l’existence, à une date qui demeure malheureusement inconnue, d’un municipe à Sufetula, dont la tribu des Musinii aurait fourni le noyau de peuplement : c’est la lecture faite par M. Khanoussi (Khanoussi, 2004, pp. 1158-1165 et 2008), qui propose le développement « Pub(lica) Munic(ipii) Suf(etulensium) Mus(uniorum) » sur une série de bornes touchant au territoire de Sufetula. Naddari, 2014b, a suggéré plus récemment une autre hypothèse en proposant de restituer la formule « Pub(lica) mun(icipii) Suf(etulensium) (adsignata) Mus(uniis) », qu’il traduit par « Terres du domaine public du municipe de Sufetula [assignées] aux Musinii ».

9 CIL, VIII, 11340. Voir Gascou, 1972, p. 30.

10 CIL, VIII, 23165 (= ILT, 299) ; Le Bohec, 1989a, p. 355, n. 247 ; Trousset, 1990a, pp. 146-148 : « [Imp(eratore) Caes(are) diui] / [Vespasiani fil(io)] / [Domitiano Aug(usto)] / [German(ico) pont(ifice) max(imo)] / [trib(unicia) pot(estate)] II c[o(n)s(ule) / VIIII d]esig(nato) X p(atre) p(atriae) / [L. I]auoleno Prisc(o) / leg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore) ciuitas Thigens(ium) » (« Pour l’empereur César Domitien, fils du divin Vespasien, Auguste, Germanique, grand pontife, revêtu de la puissance tribunitienne pour la deuxième fois, neuf fois consul, désigné consul pour la dixième fois, père de la patrie, sous le commandement de Lucius Iavolenus Priscus, légat d’Auguste propréteur, la ciuitas Thigensium [a fait] »).

11 Sur ce personnage : ibid., p. 147 ; Thomasson, 1996, pp. 137-138, no 10.

12 Trousset, 1978, p. 160.

13 Sur l’emploi de ce terme et ses implications particulières dans le contexte africain, différentes hypothèses ont été avancées. Parmi la riche bibliographie sur la question : Kotula, 1965 ; Lepelley, 1974, p. 287 ; Desanges, 1980a, pp. 326-328 ; Trousset, 1990a, pp. 157-159.

14  Héron de Villefosse, 1891 (= CIL, VIII, 23166) : « Imp(eratore) Nerua Caes(are) Aug(usto), / p(ontifice) m(aximo), tr(ibunicia) p(otestate), co(n)s(ule) III, / Q(uinto) Fabio Barbaro / Valerio Magno / Iuliano, leg(ato) Aug(usti) / pro pr(aetore), castellus Thi/gensium » (« Pour l’empereur Nerva César Auguste, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne, consul pour la troisième fois, sous le commandement de Quintus Fabius Barbarus Valerius Magnus Iulianus, légat d’Auguste propréteur, le castellus Thigensium [a fait] »). Sur cette inscription : commentaire de Trousset, 1990a.

15 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 139, no 14.

16 Héron de Villefosse, 1891 ; Broughton, 1929, p. 218 ; Romanelli, 1959, p. 309. La découverte de vestiges identifiés à une installation dédiée à l’armée, à proximité du lieu où aurait été retrouvée anciennement l’inscription, a relancé la discussion sur la nature du castellum de Thiges, voir Brahmi, 2015 : les éléments actuellement publiés ne permettent pas toutefois d’infléchir dans un sens militaire la mention du castellum.

17 Trousset, 1990a, propose d’identifier la ciuitas au castellum de Thiges. Les nombreux travaux sur la notion de castellum soulignent l’importance de l’institution dans le contexte africain et les difficultés soulevées par son interprétation. Citons parmi eux les notes de synthèse et les études proposées par Bouchenaki, Février, 1977-1979 ; Lepelley, 1979, pp. 132-134 ; Rebuffat, 1993 ; Aounallah, 2010. Par comparaison avec un autre contexte régional, voir Le Roux, 1992-1993.

18 Trousset, 1990a ; Rebuffat, 1993.

19 Ibid., p. 1825.

20 Sur cette interprétation : Trousset, 1990a, p. 149.

21 Sur cette localisation : ibid. ; Desanges et alii, 2010, p. 246.

22 Donau, 1907, pp. 66-67, no 9 (= ILAfr, 656).

23 L’octroi de la citoyenneté romaine par un empereur flavien explique peut-être la dénomination gentilice des Flauii attestés à Cillium : Lassère, 1977, p. 249 et 1993, p. 221.

24 La question de la datation de la procuratelle de Pline en Proconsulaire est liée à celle des proconsulats de Tampius Flavianus et de Vibius Priscus : Syme, 1956, 1969, p. 225 ; Thomasson, 1996, pp. 40-41, no 43.

25 Pline, Histoire naturelle, 5, 24 ; 16, 115 ; 17, 41 ; 25, 123. Voir Pavis d’Escurac, 1980, p. 178 ; Trousset, 1986a, p. 173.

26 Pline, Histoire naturelle, 5, 24 ; 17, 41 ; 18, 94.

27 C’est ce que pensait notamment Gsell, 1920a, pp. 12-13.

28 Despois, 1937 ; Desanges, 1980a, p. 229, n. 9 ; Pavis d’Escurac, 1980, p. 178 ; Trousset, 1986a, pp. 173-174.

29 « Rien n’est plus productif que le blé. La nature lui a accordé cette qualité parce qu’elle en faisait la principale nourriture de l’homme ; en effet, un boisseau, si le terrain est favorable, comme l’est celui des plaines de la Byzacène en Afrique, rend 150 boisseaux. Le procurateur du divin Auguste lui envoya de cette province un pied portant près de 400 tiges — chose à peine croyable —, issues d’un seul grain ; nous avons encore des lettres qui en témoignent. De même, le procurateur de Néron lui envoya 360 tiges d’un seul grain » (Pline, Histoire naturelle, 18, 94-95 ; éd. et trad. d’Henri Le Bonniec et André Le Bœuffle, Paris, CUF, 1972). Voir Pflaum, 1968, p. 369 ; Desanges, 1980a, p. 229.

30 « Il y a en Afrique, au milieu du désert, sur la route des Syrtes et de Lepcis Magna, une cité nommée Tacapé, dont le territoire, bien irrigué, est d’une fertilité miraculeuse. Dans un rayon d’environ trois mille pas, une source fournit une eau, abondante sans doute, mais qu’on ne distribue pourtant qu’à heures fixes aux habitants. Là, sous un immense palmier, pousse un olivier ; sous l’olivier, un figuier ; sous le figuier, un grenadier ; sous le grenadier, une vigne ; sous la vigne on sème du blé, puis des légumineuses, enfin des herbes potagères ; tout cela la même année, tout cela se nourrissant à l’ombre du voisin. Quatre coudées carrées de ce terrain — et encore, mesurées non pas les doigts tendus, mais le poing fermé — se vendent quatre deniers. Le plus étonnant, c’est que la vigne y porte deux fois et qu’on fait la vendange deux fois par an. Et si on n’épuisait pas la fécondité du sol par des productions multiples, l’exubérance ferait périr chaque récolte. Le fait est que toute l’année on y récolte quelque chose, et il est certain que les hommes ne favorisent pas cette fertilité » (Pline, Histoire naturelle, 18, 188 ; éd. et trad. d’Henri Le Bonniec et André Le Bœuffle, Paris, CUF, 1972). Commentaire de ce passage dans Shaw, 1984, pp. 141-142, 169 ; Trousset, 1986a. Le témoignage de Pline peut être mis en parallèle avec le règlement sur le partage « des eaux » découvert à Lamasba (décret municipal datant du règne d’Élagabal) : CIL, VIII, 4440 = 18587 ; voir Shaw, 1982b ; Meuret, 1996.

31 Voir Pline, Histoire naturelle, 5, 26, à rapprocher d’Hérodote, Histoires, 4, 181.

32 Voir par exemple l’allusion de Pline aux peuples paradoxaux, Histoire naturelle, 5, 44 sqq.

33 CIL, VIII, 17842. Voir Dupuis, 1994, p. 224 ; Corbier, 2009, p. 182.

34 Elle fut défendue par Courtois, 1951, p. 14, et régulièrement suivie par la suite.

35 Leveau, 1990a ; Morizot, 1994, p. 226.

36 Ibid., pp. 232-234.

37 Sur la vingtaine de vétérans connue à Timgad, seuls trois peuvent être rangés parmi les premiers habitants de la colonie : Lassère, 1977, pp. 261-262 ; Corbier, 2009, p. 183.

38 Sur sa qualification de colonie de vétérans, voir par exemple Fentress, 1979, p. 126 ; Witschel, 1995.

39 Le Bohec, 1984b, pp. 110-111 ; Corbier, 2009, pp. 182-183. Si la titulature de Timgad ne rappelle pas la présence de vétérans, contrairement à d’autres colonies de vétérans telle que Madaure (ILAlg, I, 2152), cet argument n’est toutefois pas décisif : les titres portés par certaines colonies de vétérans de Pisidie ne font état d’aucune déduction, voir Dupuis, 1991, p. 353, n. 38.

40 Février, 1989, p. 112.

41 Gascou, 1982a, pp. 174-175.

42 Ibid., p. 171.

43 Ibid., p. 172.

44 Les mesures prises par Trajan concernèrent avec certitude Thubursicu Numidarum, dont il fit un municipe (ILAlg, I, 1240), tandis que les centres civiques d’Hadrumète (CIL, VI, 1687), de Lepti Minus (voir Gascou, 2003, pp. 234-235) et de Lepcis Magna (IRT, 353) furent promus colonies. Sur les autres hypothèses de promotions municipales ou de fondations dans la province, voir Gascou, 1982a, pp. 168-178.

45 Ibid., pp. 178-179, que nous ne suivons pas lorsqu’il évoque la « politique d’expansion territoriale et de sécurité, de refoulement et de délimitation de tribus » qui aurait été menée par Trajan.

46 Voir par exemple Briand-Ponsart, Hugoniot, 2005, p. 63.

47 Voir ci-dessous.

48 Gascou, 1982a, p. 179.

49 Ibid., pp. 182-192.

50 CIL, VIII, 83 ; Itinéraire d’Antonin, 73, 4-5 ; 74, 3. Voir Gascou, 1972, pp. 134-135 ; Trousset, 1974, pp. 43-46.

51 Id., 1978, p. 137 et 2012b, p. 5681.

52 CIL, VIII, 22737 (= ILS, 6780 ; ILT, 41). Voir Chastagnol, 1997. Sur l’histoire de Gigthis : Gascou, 1982a, pp. 192-193 ; Ferchiou, 1984, 1988, 1991, pp. 70-78 ; Trousset, 1998b ; Desanges et alii, 2010, pp. 150-151.

53 CIL, VIII, 18218, 18247. Voir Dupuis, 2009, pp. 110-112. Rien ne permet en revanche d’affirmer de façon assurée que Marc Aurèle ait fait de Verecunda un municipe, comme l’avançait Romanelli, 1959, pp. 375-376, suivi par Le Bohec, 2009a, p. 201 : voir Gascou, 1982a, pp. 200-201.

54 Sur cette tribu : Trousset, 2012b. Voir la carte 3 de cet ouvrage.

55 Trousset, 2012b, 2012c.

56 CIL, VIII, 22786 e. Voir Trousset, 1978, p. 135 et 2012b, p. 5680 : le nom en abrégé N Y B G est visible sur une borne de centuriation qui fait partie d’une série de cippes posés sous le proconsulat de C. Vibius Marsus en 29-30, sur lesquels n’est toutefois pas mentionné le nom des Nybgéniens. Cette abréviation pourrait être un ajout postérieur. La campagne de délimitation du territoire des Nybgéniens aurait alors réutilisé les données topographiques qui avaient résulté des opérations d’arpentage entreprises à la suite de la défaite de Tacfarinas et de ses alliés.

57 Talbert, 2005, pp. 95-96.

58 Sur l’étendue du territoire de Tacapes : M’Rabet, 2014.

59 CIL, VIII, 22787, 22788, marquant la limite entre le territoire des Nybgéniens et Tacapes ; ILAfr, 655, entre Capsa et la ciuitas Nybgeniorum. Les calculs de distance sont effectués à partir du centre de ces communautés jusqu’à la limite de leur territoire. Voir Trousset, 1978, p. 135, 1990a, p. 159 et 2012b, p. 5680.

60 Ibid., p. 5679.

61 Id., 2011.

62 CIL, VIII, 22763 a ; ILAfr, 30. Le nom de la deuxième peuplade qui semble être mentionnée commence toutefois par « Maba… », que Trousset, 2001, p. 67 (voir également id., 2011, p. 208) propose de rapprocher, à titre d’hypothèse, du nom de l’oued Mahbas. Voir Goodchild, 1950, pp. 30-31 ; Desanges, 1962, p. 79 ; Trousset, 1974, pp. 89-90, no 97 et 1978, p. 138 ; Desanges, 1989.

63 Trousset, 2011.

64 Rachet, 1970, p. 163 ; Gascou, 1972, pp. 103-104 ; Bénabou, 1976, pp. 429-439 ; Trousset, 1978, p. 172 ; Gascou, 1982a, p. 179 ; Trousset, 2012c, p. 5386.

65 Rachet, 1970, pp. 161-164 ; Gascou, 1972, pp. 103-104 ; Bénabou, 1976, p. 433.

66 Sur cette opération de bornage, voir les études récentes de Naddari, 2000, 2008.

67 Cagnat, 1903 (= AE, 1904, no 144 ; ILS, 9380 et 9381). Voir Desanges, 1980a, p. 333 ; Dupuis, 1999.

68 Sur l’autoritarisme prêté de façon générale au règne de Trajan dans l’historiographie contemporaine, voir les remarques de Petit, 1975, pp. 355-357, et l’étude approfondie de Waters, 1975.

69 Gascou, 1972, p. 212 ; Bénabou, 1976, p. 420, n. 139 ; Gascou, 1982a, p. 179.

70 Id., 1972, p. 212 et 1982a, p. 179.

71 Tertullien, Apologétique, 2, 6-8. Pour la discussion sur l’interprétation de ce passage : Guédon, 2014b, pp. 295-296.

72 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 199, no 7.

73 AE, 1904, no 150. Sur cette inscription, voir le commentaire de Hamdoune, 2001a ; Desanges, 2010b, sur la tribu des Maccues.

74 Trousset, 1978, pp. 136-137, qui formule néanmoins une réserve à cette généralisation en rappelant les multiples nuances d’une tribu à l’autre, en termes de « genre de vie » (voir ibid., p. 138, n. 7).

75 Salluste, La guerre de Jugurtha, 89, 4-8.

76 Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Sur le site de Tacapes et sa région à l’époque romaine, voir ci-dessus.

77 CIL, VIII, 39, 10492 (= 11052) ; 22777. Voir Ferchiou, 1991, pp. 66-70.

78 Ibid., pp. 86-88, 91-92.

79 CIL, VIII, 22796 : « [---] Aug. sacrum / pro salut[e] Imp(eratoris) Neruae [Traiani] Caes(aris) Aug(usti) Ger(manici) Dacic(i) / [---] sufetibus Attico et Frontone Maslae ». Voir Toutain, 1903, pp. 202-203 et 1906, pp. 245-247.

80 Id., 1903, pp. 206-207 ; Cagnat, 1909, p. 574.

81 Trousset, 1978, p. 168 et 2012b, p. 5681.

82 « Et has utraeque ciuitates constituant : adfines enim eisdem locis nomine imperatoris et finium earum inscriptione aras consecrare debebunt » (« Et ces autels doivent être établis par les deux cités ; en effet, les cités voisines devront, dans les mêmes endroits, consacrer des autels avec le nom de l’empereur et avec l’inscription de leurs frontières » [Hygin le Gromatique, 13, 17 ; éd. et trad. de Jean-Yves Guillaumin, Paris, CUF, 2005]). Sur cette question, voir Favory, 2005, p. 181. À propos de la dimension religieuse revêtue par les bornes posées aux limites des territoires des communautés provinciales : Le Roux, 1994, p. 43, concernant l’usage des termini augustales dans le cadre hispanique.

83 Trousset, 1978, p. 168, n. 2, propose d’ailleurs de rapprocher le nom d’origine libyque Masla, porté par l’un des sufètes, du locatif Tamallen.

84 Itinéraire d’Antonin, 74, 3. Le lieu semble par ailleurs, à une époque plus tardive, avoir donné son nom au ressort militaire du praepositus limitis Thamallensis mentionné par la Notitia Dignitatum : Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 21.

85 Bénabou, 1976, pp. 432-434 ; Ferchiou, 1991, pp. 91-92.

86 Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Voir Pavis d’Escurac, 1980, pp. 177-181 ; Trousset, 1986a, 1987 ; M’Rabet, 2011, p. 232. Il faut probablement ajouter au témoignage de Pline la pratique de l’élevage, utile à la bonification des terres, et de la chasse : elle est implicitement évoquée par Salluste (La guerre de Jugurtha, 89, 7) à propos de Capsa. Le témoignage littéraire de Pline peut être mis en parallèle avec les données issues des découvertes archéologiques relatives à l’économie oasienne à l’époque romaine, réalisées dans l’oasis de Kharga : Reddé, 2004, pp. 190-196 ; Newton et alii, 2005. Sur les mécanismes de l’évolution de l’économie et de l’agriculture oasiennes : Battesti, 2005, à propos du Jérid contemporain.

87 Au xie siècle, El-Bekri fait l’éloge de la grande prospérité des oasis du Jérid et de l’abondance de leurs cultures qui reposent alors peut-être sur des mécanismes d’irrigation similaires à ceux qui furent mis en œuvre au cours de la période précédente et évoqués par Pline l’Ancien : El-Bekri, Description de l’Afrique septentrionale, trad. de William Mac Guckin de Slane, Paris, Imprimerie impériale, 1859, pp. 114-115. Voir Trousset, 1995.

88 Shaw, 1982a, p. 33.

89 Les bornes servant à délimiter des territoires ont régulièrement constitué des réponses à des conflits entre communautés : Millar, 1977, pp. 434-438 ; Elton, 1996, p. 127 ; Talbert, 2005, pp. 95-96, qui revient sur l’exemple des Nybgenii.

90 Decramer et alii, 2002, p. 152.

91 Le Roux, 1994, p. 44.

92 Peyras, 2005b, pp. 204, 210.

93 Euzennat, 1990, p. 577 ; Napoli, 1997, p. 70.

94 Trousset, 2012b, p. 5680. La position des Nybgenii peut être rapprochée de celle, à la fin de l’Antiquité, des Arzuges dont le territoire paraît s’être étendu de part et d’autre de la frontière provinciale : Desanges, 1989 ; Modéran, 2003, pp. 364-373 ; Trousset, 2011.

95 Ainsi en est-il des bornes mentionnant sur une face les « F(ines) terr(ae) Thrac(iae) », et sur l’autre face les « F(ines) terr(ae) Odess(itanorum) », afin de marquer la limite entre la province de Thrace et la cité d’Odessus en Mésie inférieure : Gerov, 1979, p. 226 et table II.3. Citons également le bornage entrepris par M. Antius Rufinus, à la fin du règne d’Hadrien, « inter Thra/cas Moesos fi/ne<s> posuit » : id., Mihailov, 1989, nos 184, 357, 358, 386, 390, 429. On ne connaît pas d’équivalent à cette vaste opération de délimitation. Dans un autre contexte, c’est aux limites de la province d’Osrhoène et du royaume d’Abgarus, considéré comme partie prenante de l’Empire, que fut posée une borne datée de l’année 195 apr. J.-C. : Wagner, 1983, pp. 113-114 ; Isaac, 1990, pp. 396-397. Les bornes milliaires évoquant les confins d’une province sont d’un autre ordre dans la mesure où elles n’ont pas pour fonction première de signifier de façon officielle le passage de la limite provinciale elle-même, évoquée simplement comme un repère géographique sur un itinéraire : par exemple AE, 1984, no 920, mentionnant la route conduisant au royaume d’Abgarus ; AE, 1973, nos 559, 559 bis, bornant la route côtière conduisant de Pelusium à la Syrie-Palestine ; à propos de ces exemples : Isaac, 1990, p. 397, n. 122-123.

96 Schlumberger, 1939, p. 71, à propos de la Palmyrène et des provinces d’Orient.

97 Le concept s’inspire de la conquête de l’Ouest américain au xixe siècle, qui impliqua « un apport massif et continu de populations nouvelles » : voir les arguments développés par Leveau, 2005a, qui rejette l’emploi du modèle induit par la notion de front pionnier, appliqué au monde romain. Sur le rapprochement entre l’exemple américain et la frontière d’Afrique romaine : Buck, 1985.

98 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

99 Voir le chap. iv de cet ouvrage.

100 Forni, 1953, p. 1076 ; Whittaker, 1994, pp. 200-202.

101 Elton, 1996, pp. 126-127 ; Miller, 1996, pp. 162-163. Concernant l’Afrique : Mattingly, 2005, pp. 45-50.

102 Whittaker, 1994, pp. 200-202.

103 Ibid., p. 298, n. 13 ; Le Bohec, 1999.

104 Sur cet aspect bidimensionnel du limes, perçu comme une zone militaire : Forni, 1987, pp. 273, 283-284.

105 Cordonova, 2012, p. 461.

106 Forni, 1974, 1987, p. 289.

107 Salama, 1965, pp. 42-43. La syntaxe employée pour désigner les différents niveaux de limites militaires à l’époque tardive respecte certaines règles. Le nom au génitif est en général utilisé pour accompagner le substantif limes lorsqu’il s’agit de celui d’une province, tandis qu’un adjectif sert à qualifier le limes dans le cas d’un secteur de la province : Forni, 1987, pp. 288-289 ; Di Vita-Évrard, 1985a, pp. 149-151 ; Rebuffat, 1985a, p. 130. À propos de l’expression « limes Tripolitanae » : id., 1978-1979a, p. 130 ; Di Vita-Évrard, 1985a ; Rebuffat, 1985a, p. 130 ; Forni, 1987, pp. 288-289.

108 Lenoir, 2011, pp. 365-366.

109 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 33.

110 Ibid., 31, 21.

111 Lepelley, 1979, pp. 37-41 ; Lenoir, 2011, p. 366.

112 Hurlet, 2006, p. 308.

113 Ibid., pp. 151-152, 195.

114 CIL, VIII, 10023 = 21915 (= ILS, 151) ; CIL, VIII, 10018 ; Toutain, 1904, pp. 157-160, 162-165, 167, 175-176, 190, 198-199, 201 (= ILAfr, 654) ; AE, 1905, no 177. Voir Salama, 2004 ; Hurlet, 2006, pp. 149-150. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

115 IRT, 930. Voir Romanelli, 1939, pp. 104-110 ; Di Vita-Évrard, 1979, pp. 89-91. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

116 Thomasson, 1996, p. 28, no 18.

117 À propos de ce personnage : ibid., p. 31, no 24 ; Hurlet, 2006, pp. 110, 150. Sur sa grande entreprise de limitatio : Trousset, 1978, 1997, 2004, pp. 66-68.

118 CIL, VIII, 22786 a ; CIL, VIII, 22786 k ; CIL, VIII, 22786 f (= ILS, 9375) ; Trousset, 1997 ; Decramer et alii, 2002. L’opération d’arpentage semble avoir commencé avec Dolabella : Thomasson, 1996, p. 30, no 23.

119 Hurlet, 2006, p. 150.

120 Thomasson, 1996, pp. 32-33, no 28.

121 CIL, VIII, 14603 (= ILS, 2305). Voir Hurlet, 2006, p. 151.

122 ILAlg, II(1), 623, en 140-141 ; CIL, VIII, 2747, 18273, en 147-149. Voir les remarques de Di Vita-Évrard, 1986, p. 31, n. 2 ; Le Glay, 1991 ; Dupuis, 2012, pp. 5646-5647.

123 Ce « territoire militaire » est désigné dans les études modernes par l’expression de « Numidie militaire » : voir Pflaum, 1962 ; Desanges, 1969, p. 202, n. 5 ; Hurlet, 2006, p. 308. Or la réforme de Caligula n’affecte officiellement aucun territoire au légat de la IIIe légion Auguste. Voir ibid., pp. 151-154, à propos du témoignage de Cassius Dion (Histoire romaine, 59, 20, 7) et celui de Tacite (Histoires, 4, 48).

124 « La légion cantonnée en Afrique et les troupes auxiliaires chargées de garder les frontières de l’Empire étaient, durant le principat du divin Auguste de Tibère, sous les ordres d’un proconsul. Puis Caius César, esprit troublé et craignant Marcus Silanus, alors gouverneur de l’Afrique, enleva la légion au proconsul et la confia à un légat envoyé à cette fin » (ibid., 4, 48, 1 ; éd. et trad. d’Henri Le Bonniec, Paris, CUF, 1992).

125 C’est la datation proposée par Di Vita-Évrard, 1986, p. 31, n. 2.

126 CIL, VI, 1406 (= ILS, 1167).

127 Chastagnol, 1958, p. 9.

128 Dupuis, 2012, p. 5646. Sur ces diocèses : Di Vita-Évrard, 1986.

129 Voir les réserves formulées par Thomasson, 1996, pp. 124-125.

130 Pflaum, 1962, pp. 1240-1241 ; Di Vita-Évrard, 1986, pp. 31-32, n. 2.

131 Ibid., pp. 31-32, n. 2 et p. 33, n. 6.

132 Bénabou, 1972 ; Desanges, 1980b, p. 81 et n. 6.

133 Thomasson, 1996, p. 138, no 12.

134 Cassius Dion, Histoire romaine, 67, 4, 6, qui présente toutefois de façon erronée et anachronique le légat de la IIIe légion Auguste comme étant le gouverneur de Numidie ; Zonaras, Annales, 11, 19 ; Denys le Périégète, Description de la terre, 208-210 (GGM, II, p. 113) ; Priscien, Périégèse, 193-194 (GGM, II, p. 191) ; Eusèbe, Chronique, éd. de Rudolf Helm, Berlin, Akademie-Verlag, 1956, p. 190. Sur cette révolte : Gsell, 1893a, pp. 234-237 ; Desanges, 1969, p. 211, n. 3 et 1978, pp. 210-213 ; Modéran, 2003, pp. 221-222. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

135 Voir le chap. iii de cet ouvrage.

136 IRT, 854.

137 AE, 1979, no 649. Voir Di Vita, 1979, pp. 78-83. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

138 Thomasson, 1996, pp. 43-44, no 48 ; Abid, 2014.

139 Sur cette fonction et les différentes missions auxquelles elle renvoie : Pflaum, 1962 ; Aichinger, 1982 ; Thomasson, 1991, pp. 73-102 ; Hurlet, 2006, pp. 304-307.

140 Lancel, 1955.

141 Thomasson, 1996, p. 136, no 7.

142 ILAlg, II(2), 4343, 6252.

143 AE, 1942-1943, no 35.

144 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 142, no 19. Syme, 1958b, p. 5, estimait qu’il agissait en tant que légat de la IIIe légion Auguste, tandis que Thomasson, 1960, t. II, pp. 165-166, le considérait comme un consulaire nommé par l’empereur pour une mission extraordinaire.

145 CIL, VIII, 22787, 22788 ; ILAfr, 655. Voir Trousset, 1978, p. 135, 1990a, p. 159 et 2012b, p. 5680.

146 Thomasson, 1996, p. 140, no 17.

147 Di Vita-Évrard, 2003.

148 Salama, 1986, p. 231, n. 45.

149 Thomasson, 1996, p. 168, no 48.

150 CIL, VIII, 10238. Voir Salama, 1986, p. 235, n. 45.

151 En témoignent les milliaires gravés sous les ordres du légat L. Minicius Natalis et appartenant à la voie Ad Maiores-Badias par Ad Medias (CIL, VIII, 22348, 22349 ; voir Gsell, 1911, fo 50, nos 51, 54 ; Trousset, 1991a ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 93-94), ainsi qu’à la voie entre Capsa et la ciuitas Nybgeniorum (Donau, 1904a ; Toutain, 1906 ; Donau, 1909 ; AE, 1910, nos 21, 22 ; ILAfr, 655). Dans le cadre de la province de Numidie, la participation de la IIIe légion Auguste est déduite de la mention du nom du praeses, Severinius Apronianus, peut-être en fonction sous Aurélien, sur une inscription qui semble se rapporter à un contexte de travaux routiers dans la région de Timgad : AE, 1910, no 117 ; voir Le Bohec, 1989a, pp. 481, 584 ; Thomasson, 1996, pp. 191-192, no 72. Sur la réforme introduite par Gallien dans l’administration centrale de la province de Numidie : Kolbe, 1962.

152 Thomasson, 1982, pp. 24-26 ; Birley, 1999, p. 147 ; Daguet-Gagey, 2000, p. 368. Sur son voyage en Afrique : Guédon, 2010, pp. 195-198. L’hypothèse d’une création de la province de Numidie, dont tout semble indiquer qu’il s’agit bien d’une mesure prise par Septime Sévère, qui aurait été antérieure à l’année 208, demeure discutée : Pflaum, 1957 ; Speidel, 1973 ; Bénabou, 1976, pp. 168-169 ; Thomasson, 1982, pp. 24-26 ; Fishwick, 1994b, pp. 124-125 ; Thomasson, 1996, p. 176.

153 Le Glay, 1991.

154 Thomasson, 1984, col. 405, no 73.

155 IRT, 880. Voir Di Vita-Évrard, 1991 ; Mattingly, 1991.

156 Rebuffat, 1978-1979a.

157 Isaac, 1988, pp. 133-134.

158 Ibid., p. 130.

159 « Imp(erator) Caes(ar) [M(arcus) Iulius / Ph]ilippus inuic̣tu[s Aug(ustus)] / et Ṃ(arcus) Ịul(ius) P̣[hilippus Ca]esar / n(oster) regionem limi[tis Ten]/theitani parṭiṭam et ẹ[ius] uiam incur/sib(us) barba[ro]/rum constituto nouo centenario [.. ?..] / [..]Ạ[.] Ṣ prae[cl]userunt Cominio / Cassiano leg(ato) Aug(ustorum) / pr(o) pr(aetore) c(larissimo) u(iro), Lic(inio) An[…, u(iro) e(gregio) pr]oc(uratore) e(orum), praep(osito) limitis cura / Numisii Maximi domo [....]sia trib/(uni) » (« L’empereur César Marcus Iulius Philippus, invaincu, Auguste, et Marcus Iulius Philippus notre César, en construisant un nouveau centenarium [.. ?..] ont fermé aux incursions des barbares l’accès à la partie de la région qui dépend du limes Tentheitanus et à sa route, sous la responsabilité de Cominius Cassianus, légat des Augustes propréteur, clarissime, Licinius [.. ?..], uir egregius, leur procurateur, en charge de la frontière, Numisius Maximus [.. ?..], tribun » [IRT, 880 ; Di Vita-Évrard, 1991 ; AE, 1991, no 1621]). Sur ce texte : Goodchild, Ward Perkins, 1949, pp. 91-92 ; Van Berchem, 1952, p. 41 ; Pflaum, 1960, vol. 2, pp. 885-886 ; Loriot, 1975, p. 749 ; Rebuffat, 1978-1979a, pp. 129-130 ; Di Vita-Évrard, 1991.

160 C’est la position défendue par Isaac, 1988, pp. 129-130, qui aboutit à cette conclusion sans reprendre toutefois l’ensemble de l’inscription.

161 Voir l’hypothèse développée par Rebuffat, 1978-1979a, pp. 129-130.

162 Le Bohec, 1991. Sur ce titre, voir les remarques plus générales de Rey-Coquais, 1995, p. 314, pour le Haut-Empire, et Vogler, 1995, p. 399, pour la période tardive.

163 Van Berchem, 1952, pp. 39-42 ; Le Bohec, 1991.

164 Rebuffat, 1978-1979a, p. 131.

165 « [Im]pp(eratoribus) dd(ominis) nn(ostris) Philipp[is] / [Aug]g(ustis), M(arco) Aurel(io) Cominio / Cassiano leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore) c(larissimo) u(iro) / et Lucretio Marcello u(iro) e(gregio) / proc(uratore) Augg(ustorum) nn(ostrorum) praeposito / limitis Tripolitanae, / C(aius) Iulius Do[n]atus dec(urio) / alae Flaui[a]e Philip/pianae pr[ae]fectus / a dd(ominis) nn(ostris) Augg(ustis) [---] prae/fuit uex[illationi] / Golensi et [---] / Impp(eratoribus) Philippo III et Philippo II co(n)s(ulibus) » (« Aux deux empereurs Philippes, nos seigneurs, Augustes, Marcus Aurelius Cominius Cassianus, légat des Augustes propréteur, clarissime, et Lucretius Marcellus, uir egregius, procurateur de nos deux Augustes, préposé au limes de Tripolitaine, Caius Iulius Donatus, décurion de l’aile Flavienne Philippienne, préfet de nos deux maîtres Augustes [---] a commandé le détachement de Golas et [---], les deux empereurs Philippe étant consul pour la troisième fois et Philippe pour la deuxième fois » [ibid. ; AE, 1985, no 849 ; AE, 1992, no 1758]).

166 Rebuffat, 1978-1979a ; Lenoir, 2011, p. 364.

167 Di Vita-Évrard, 1985a, pp. 153-154.

168 « Imp(erator) Caes(ar) [P(ublius) Lici]nius Ga[l]l[i]enus Pius Felix Inuictus / Aug(ustus), Germanicus, Persicus maximus, pontifex / maximus, trib(unicia) p(otestate) XII, co(n)s(ul) V, p(ater) p(atriae), proco(n)s(ul) castra coh(ortis) / VIII Fidae opportuno loco a solo instituit / operantibus fortissimis militibus suis ex limi/te tripolitano » (« L’empereur César Publius Licinius Gallienus, Pieux, Heureux, Invaincu, Auguste, vainqueur des Germains, grand vainqueur des Perses, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la douzième fois, consul pour la cinquième fois, père de la patrie, proconsul, a construit le camp de la VIIIe cohorte Fidèle, dans un lieu opportun, le travail étant réalisé par ses très vaillants soldats du limes tripolitanus » [CIL, VIII, 22765 = ILS, 8923]).

169 Sur les différentes interprétations de cette expression : Trousset, 1974, pp. 98-102 ; Rebuffat, 1978-1979a, p. 130 et 1980, p. 118.

170 Carrié, 1995, pp. 36-37.

171 Chastagnol, 1967.

172 Di Vita-Évrard, 1985b, pp. 162-175.

173 Il existe un parallèle à Gholaia avec l’inscription de l’ara cerei, conservant le souvenir d’un acte religieux émanant de la collectivité du corps de troupe, gravée entre 236 et 238 : Rebuffat, 1978-1979b.

174 Ibid., p. 130.

175 Itinéraire d’Antonin, 75, 3, sous la forme Tabalati. Sur le limes Tripolitanus mentionné par l’Itinéraire d’Antonin, voir le chap. iv de cet ouvrage.

176 C’est la position d’Isaac, 1988, pp. 129-130.

177 Pour la période tardive, voir Mattingly, 1989b et Peyras, 2005b, à propos des Tablettes Albertini mentionnant des mesures découlant de la lex Manciana. Également l’analyse proposée par Ørsted, 1994.

178 Sur cette fonction : Leveau, 1973, pp. 175-186 ; Lepelley, 1974 ; Bénabou, 1976, pp. 448-457 ; Hamdoune, 1998, 2014.

179 Le mot « tribu » sert communément à traduire les termes gens ou natio employés par les sources antiques.

180 L’identité de ces peuples demeure sujette à hypothèses : voir Desanges, 1957, p. 36, n. 119, qui suggère d’y reconnaître les Natabudes, les Sabarbares, les Niciues, les Vamacures, les Marchubi et peut-être les Massyli.

181 CIL, V, 5267 (= ILS, 2721), Côme. À propos de cette inscription : Leveau, 1973, p. 175. 

182 Suétone, Vie de Galba, 7-8.

183 Des préfets de cités furent régulièrement nommés sous l’Empire dans des régions imparfaitement soumises à Rome, et parfois situées à proximité des frontières : Enßlin, 1954, col. 1290-1294 ; Lepelley, 1974, p. 287.

184 Ibid., p. 286. Cela correspondrait particulièrement à la définition de la préfecture de tribu proposée par Leveau, 1973, p. 182, pour qui « au Haut-Empire la préfecture de tribu s’exerce sur des populations ayant une forte unité et opposant une résistance à la pénétration romaine ».

185 AE, 1922, no 19 (= ILAlg, I, 3992). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, pp. 229-231, no 98 ; Leveau, 1973, p. 177.

186 CIL, XI, 7554 (= ILS, 9195). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, p. 81, no 35a : le préfet est également en charge du recrutement de troupes (« praefectus gentis Numidarum, dilectator tironum ex Numidia lectorum »).

187 CIL, VIII, 10500 (= ILS, 1409). Voir Pflaum, 1960, vol. 1, pp. 568-570, no 217 ; Leveau, 1973, pp. 178-179.

188 AE, 1992, no 1766. Voir Benzina Ben Abdallah, 1992.

189 Lepelley, 1974, pp. 294-295.

190 Leveau, 1973, p. 178, sur l’évolution de la fonction de préfet de tribu ; Lepelley, 1974, pour la période tardive ; Leveau, 2015b.

191 Hamdoune, 2014, p. 425.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search