Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Deuxième partie. La nature des limites méridionales de l’Africa

Chapitre IV

L’installation militaire à la frontière de l’Africa

Texte intégral

  • 1 Voici quelques références, non exhaustives, de cet état du limes tel qu’il est décrit par les aute (...)
  • 2 Voir Isaac, 1988.

1Le limes est envisagé communément par les modernes comme une zone de confins militaires situés à la frontière provinciale prenant appui, d’une part, sur des pistes réputées stratégiques et supposées faciliter la circulation des troupes et des échanges commerciaux, d’autre part sur une organisation hiérarchisée de postes fixes et d’avant-postes, en liaison avec des ouvrages linéaires1. Cet état abouti du limes correspondrait à la situation observée en Afrique à l’époque sévérienne, à la suite d’aménagements successifs entrepris dès la dynastie julio-claudienne. Au-delà de l’emploi abusif du substantif limes dans la littérature contemporaine2, cette interprétation de la frontière est très discutable et appelle un nouvel examen des données textuelles et archéologiques.

  • 3 Le Bohec, 1995, p. 124.
  • 4 Sur les mentions littéraires du substantif limes sous le Haut-Empire, voir Isaac, 1988.
  • 5 Voir la courte synthèse proposée par Guédon, 2010, pp. 67-69, à propos de l’héritage routier préro (...)
  • 6 Id., 2009b, suggère de désigner ainsi tous les axes attestés par de telles inscriptions. Christol, (...)
  • 7 Bref aperçu de la discussion dans Guédon, 2010, pp. 74-75.

2Dans l’idée d’une construction progressive du limes tel qu’il est conçu par les modernes, la route est considérée comme l’élément primordial du point de vue chronologique dans la mesure où elle constitue le sens originel du mot limes3. De tels emplois du substantif dans les sources écrites n’évoquent toutefois pas des routes pavées, bornées par des milliaires, mais des pistes tracées à travers la végétation, dans un contexte qui est celui de la conquête et non de la défense d’un territoire déjà soumis par Rome4. Aussi, l’absence de bornes milliaires ne doit pas être comprise comme un défaut de réseau routier : ce serait oublier que Rome a très largement réutilisé un réseau de pistes aménagées aux périodes antérieures à la conquête romaine5. En outre, il n’y a pas toujours de lien chronologique entre la route et les camps qui la bordent. La mention du proconsul ou du légat de la IIIe légion Auguste sur les bornes milliaires ne constitue pas enfin l’indice assuré de l’existence d’une « route militaire »6, appellation qui est du reste débattue7.

  • 8 Comparativement à l’ensemble des données récoltées par Baradez, 1949a, et celles répertoriées ensu (...)

3D’autres incertitudes pèsent sur la distribution des postes fixes à la frontière de la province. Si les vestiges évoquant une occupation militaire sont nombreux, peu de camps sont actuellement identifiés et datés de façon assurée8. L’ensemble témoigne sans doute d’une organisation militaire certainement plus étoffée que ne le laissent supposer les exemples bien connus, sur lesquels seulement peut néanmoins prendre appui la réflexion. Malgré ces restrictions, il demeure possible, et nécessaire, de revenir sur l’interprétation de la présence militaire aux confins méridionaux de la province, qui reste l’objet de nombreuses discussions.

I. — Garnisons et réseau routier au sud de la province

  • 9 « La légion cantonnée en Afrique et les troupes auxiliaires chargées de garder les frontières de l (...)
  • 10 « Lorsque Lucius Piso, fils de Plancina et Cnæus Piso, obtint le gouvernement de l’Afrique, Caius (...)
  • 11 C’est la situation administrative de son temps que Cassius Dion a projetée ici par anachronisme : (...)
  • 12 Le Bohec, 1989a, pp. 364-365 ; Hurlet, 2006, pp. 153-154.
  • 13 Desanges, 1980b, p. 81.

4Le règne de Caligula, qui confie le commandement de la IIIe légion Auguste à un légat impérial9, constitue un tournant important dans la direction des affaires militaires et des questions liées à la frontière. Contrairement au témoignage de Cassius Dion, la réforme ne s’accompagna pas d’une division du territoire provincial10, puisque c’est sous Septime Sévère seulement que fut créée la province de Numidie11. La mesure prise par Caligula s’inscrit dans le processus général permettant à l’autorité impériale d’avoir la main sur l’ensemble des légions, sans priver toutefois le proconsul de la direction de divers détachements militaires attestés à Carthage, et des unités auxiliaires stationnant dans la province12. Cette réforme est suivie par un mouvement de conquête du territoire13 : le champ d’intervention du légat placé à la tête de la IIIe légion Auguste s’étend vers l’ouest et le sud-ouest en direction du pays gétule, sous la dynastie des Flaviens.

  • 14 Le Bohec, 1989a, p. 364.
  • 15 En Tripolitaine occidentale, Le Bohec, 1989a, pp. 357-360, suppose l’existence d’un « système défe (...)

5En effet, les premières implantations militaires connues dans le sud de la province datent de la période flavienne, à laquelle on attribue également l’installation en Afrique, en des lieux de garnison qui demeurent malheureusement inconnus, de la cohors II Flauia Afrorum et de l’ala Flauia Numidica ainsi que de la cohors I Chalcidenorum equitata14. Si la dynastie des Flaviens marque une avancée certaine vers le sud-ouest de la province, il n’y a en revanche aucune certitude sur la présence de dispositifs en place sous leur règne dans le Sud de la Tripolitaine15, d’où sont néanmoins lancées de nouvelles expéditions en direction du territoire des Garamantes.

  • 16 Sur cette région, voir la carte 2 de cet ouvrage.
  • 17 Pachtère, 1916 ; Le Bohec, 1989a, pp. 353, 360-362. À Vazaiui, au sud-ouest de Théveste, une dédic (...)
  • 18 CIL, VIII, 308. Voir Gascou, 1982a, p. 162 ; Benzina Ben Abdallah, 1994.
  • 19 La soumission des Musulames à l’autorité romaine est confirmée par l’attestation, sous Domitien, d (...)
  • 20 L’inscription est toutefois très fragmentaire : CIL, VIII, 17725.
  • 21 La présence de Flauii y est attestée : CIL, VIII, 2251, il s’agit de l’épitaphe de T. Flavius Bitu (...)
  • 22 Le Glay, 1968, pp. 222, 229-230, n. 4 : il rapproche les inscriptions CIL, VIII, 2438 et 2439, don (...)
  • 23 CIL, VIII, 17842. Voir Corbier, 2009, pp. 182-183.
  • 24 AE, 1954, no 137. Voir Leschi, 1953 ; Janon, 1973, pp. 201-210 ; Groslambert, 2011, pp. 21-22 ; Le (...)
  • 25 Le Bohec, 1977, p. 76 et 1989a, p. 362.
  • 26 CIL, VIII, 22172 = ILAlg, I, 3950. Voir Pflaum, 1962 ; Le Glay, 1968, pp. 214, 226 ; Eck, 1970, pp (...)
  • 27 Il fut assisté dans cette tâche, dont les finalités demeurent discutées, par un légat impérial nom (...)
  • 28 ILAlg, I, 3885. Voir Le Glay, 1968, p. 217, n. 2.

6Le désir de surveiller plus efficacement la Numidie méridionale16 explique probablement le déplacement vers le sud-ouest du camp de la IIIe légion Auguste qui est transférée à Théveste, à l’extrémité occidentale du territoire des Musulames, vers 7517, en même temps qu’est établie à Ammaedara une colonie de vétérans18. Ces opérations laissent supposer que l’autorité romaine s’était imposée sur les Musulames19. Une inscription de l’année 76 pourrait rappeler par ailleurs les travaux entrepris par la IIIe légion Auguste à Aquae Flauianae20, à proximité de Mascula dans une zone, semble-t-il, de colonisation flavienne21. C’est également à l’époque flavienne qu’il faut rattacher la mention d’un vaste domaine impérial à Lambafundi22, entre Timgad — où une colonie, fondée en 100, accueille quelques vétérans de l’armée d’Afrique23 — et Lambèse. Cet étirement vers l’ouest de l’espace occupé par les Romains s’accompagne de la construction d’un premier camp à Lambèse en 8124, où est définitivement installée la IIIe légion Auguste sous Trajan25. Les liaisons avec Carthage sont en outre facilitées grâce aux travaux entrepris sur la route entre la capitale provinciale et Théveste, sous la direction de Sex. Sentius Caecilianus26, légat de la IIIe légion Auguste en 73-74, missionné par ailleurs par Vespasien pour restaurer la Fossa Regia27. Son successeur, Q. Egnatius Catus, supervise en 76 les opérations menées sur la voie Théveste-Hippo Regius28.

  • 29 Ibid., p. 221. L’expression « système défensif » fut employée par Le Bohec, 1989a, pp. 355-365, 40 (...)
  • 30 Cagnat, 1913, pp. 575, 592 ; Courtois, 1951, p. 15 et 1955, pp. 118-126. La thèse de l’opposition (...)
  • 31 Janon, 1973, p. 199.
  • 32 Voir les remarques de Khanoussi, 1992.
  • 33 Sur l’expression « système défensif » employée à propos de la frontière de l’Afrique romaine, voir (...)
  • 34 Morizot, 1979, 1997a.
  • 35 Leveau et alii, 1993, p. 196.

7L’interprétation de la direction prise par l’implantation romaine dans la région frontalière sous les Flaviens, qu’elle revête un aspect militaire ou politique, demeure l’enjeu de débats. Certains y ont vu l’organisation de systèmes défensifs visant à protéger les zones acquises à la romanité des dangers potentiels représentés par des tribus réputées hostiles à l’autorité romaine, en particulier gétules29, pour lesquelles l’Aurès aurait notamment constitué une zone de refuge30. La progression de l’armée romaine en direction de l’Aurès, et l’établissement de la IIIe légion Auguste à Lambèse, furent ainsi interprétés comme un principe de précaution face à une menace qui était supposée venir de la montagne, dans l’optique de surveiller les déplacements présumés de tribus. M. Janon a toutefois observé très judicieusement que la position statique de la garnison était le plus mauvais parti adopté en termes de stratégie s’il avait fallu contrôler ou surveiller ces mouvements, ce qu’auraient mieux été à même de faire de petites garnisons disposées aux lieux de passage, à égale distance desquelles aurait été placé le quartier général31. En outre, la présence attestée d’une garnison ne suffit pas pour concevoir un véritable « système défensif »32, dont il n’y a plus généralement aucune trace tangible dans le sud de la province sous les Flaviens33. Le développement de la culture de l’olivier, documenté par les prospections menées par J. et P. Morizot dans la région de l’Aurès, constitue en revanche l’indice d’un contexte pacifié propice à une certaine prospérité agricole34. Il implique en outre un système social de l’agriculture largement sédentaire35. L’hypothèse d’une organisation défensive visant à circonscrire l’Aurès, mise en place à partir des Flaviens, est aussi largement remise en cause.

  • 36 Le Bohec, 1977, p. 76 et 1989a, p. 362 ; Lenoir, 2011, pp. 187-196.
  • 37 CIL, VIII, 2478-2479 (= 17969-17971). Voir Le Bohec, 1989a, pp. 430-433 ; Trousset, 1991b ; Lenoir(...)
  • 38 Sur ce personnage, voir Thomasson, 1996, p. 140, no 17.
  • 39 CIL, VIII, 22348-22349. Voir Gsell, 1911, fo 50, nos 51, 54 ; Trousset, 1991a ; Laporte, Dupuis, 2 (...)
  • 40 Trousset, 1991a, 1991b.
  • 41 Sur l’occupation de la région de Négrine précédant l’implantation de la garnison, voir Laporte, Du (...)

8Sous les Antonins, les mesures touchant la frontière de la province, au-delà de la ligne dessinée par les chotts et les massifs de l’Aurès et des Némencha, se multiplient, tandis que le quartier général de la IIIe légion Auguste est lui-même déplacé à Lambèse à une date qui reste discutée, sous le règne de Trajan36. Pour autant que la documentation permet d’en juger, c’est à partir de Trajan que l’armée romaine s’installe le long de la lisière saharienne, entre Biskra et Négrine. Au sud-est de l’Aurès est ainsi fondé en 104 ou 105 le camp d’Ad Maiores, près de Négrine37, sous la direction du légat de la IIIe légion Auguste, L. Minicius Natalis38. Les travaux routiers qu’il conduit entre Ad Maiores et Badias39 sont alors étroitement liés à l’installation de la garnison à Ad Maiores, et participent au déploiement de la présence officielle de Rome, sous Trajan, au sud de l’Aurès et des Némencha40. Le camp d’Ad Maiores, situé au cœur d’une zone de transition entre les montagnes et la plaine des chotts, était idéalement positionné pour surveiller une passe qui permettait de gagner la région de Théveste. Les perspectives agricoles offertes aux alentours de l’oasis de Négrine constituaient un cadre propice à l’installation d’une garnison41.

  • 42 Elle semble avoir été plus tardive sur les sites de Badias et de Thabudeos, où beaucoup d’incertit (...)
  • 43 Le site de Thabudeos, mentionné par Pline l’Ancien (Histoire naturelle, 5, 37) en tant qu’oppidum (...)
  • 44 CIL, VIII, 23165 et 23167. L’habitat rural semble se densifier au cours du ier et du iie siècle au (...)
  • 45 Saumagne, 1962a ; Gascou, 1982a, p. 172. Sur l’histoire de la cité, voir également Trousset, 1993e (...)
  • 46 Les liaisons routières entre celle-ci et Tacapes furent peut-être visées précédemment par un effor (...)
  • 47 Id., 1904a ; Toutain, 1906 ; Donau, 1909 ; AE, 1910, nos 21, 22 ; ILAfr, 655. Voir Trousset, 1982, (...)
  • 48 Thomasson, 1996, p. 54, no 65.
  • 49 CIL, VIII, 10962. Voir Cortadella-Morral, 2006 ; Laporte, Dupuis, 2009, p. 91.

9Le camp d’Ad Maiores fonctionnait-il en association avec d’autres postes limitrophes ? À l’ouest, aucune occupation militaire remontant au règne de Trajan n’est à ce jour confirmée42. En revanche, dans le Sud tunisien actuel où l’État romain avait déjà fait acte d’une présence régulière, les mesures prises par l’empereur suggèrent la mise en œuvre d’une politique cohérente de valorisation de la zone de la frontière au sein de laquelle le camp d’Ad Maiores pourrait constituer un jalon en direction de l’ouest43. Sous Trajan, la présence de Rome dans la région de Capsa, attestée sous les Julio-Claudiens par la « uia ex castris hibernis Tacapes », est déjà ancienne. Les dédicaces de la ciuitas et du castellum Thigens(ium), découvertes près de la piste conduisant à Capsa et remontant aux règnes de Domitien et de Nerva, le confirment également44. Capsa elle-même connaît un certain essor dont témoigne l’octroi du statut de municipe à la cité, qui est attribué à Trajan45. Des travaux sur la voie la reliant à la ciuitas Nybgeniorum46 sont aussi entrepris sous la direction du légat de la IIIe légion Auguste L. Minicius Natalis47. Le développement économique de la région qu’aucun trouble politique majeur ne semble menacer explique probablement que le même légat, qui devient proconsul en 12148, ait fait l’acquisition d’un domaine rural dans les environs de la garnison établie à Ad Maiores, dans l’oasis de Négrine, laissé entre les mains d’un régisseur49.

  • 50 Bénabou, 1976, pp. 117-118 ; Trousset, 1978, pp. 162-163 et 1980b, pp. 150-151. Au sein du massif (...)
  • 51 L’opération se déroula au cours de trois légations, celles de L. Munatius Gallus, de L. Minicius N (...)
  • 52 Leschi, 1942, 1957, pp. 65-68 ; Desanges, 1962, p. 119 ; Rachet, 1970, pp. 160-162 ; Bénabou, 1976 (...)
  • 53 Tacite, Annales, 3, 73, 1-2.
  • 54 Leschi, 1957, p. 65.
  • 55 Ibid., p. 68.
  • 56 Grenier, 1904, pp. 239-240, no 34 ; AE, 1904, no 76 : « D(iis) M(anibus) s(acrum) / Lila Mastucara (...)
  • 57 M’Charek, 2006, pp. 75-76 ; Naddari, 2008 ; Cortés Bárcena, 2013, pp. 141-169.

10La fondation du camp d’Ad Maiores et les travaux entrepris sur la rocade le reliant à Thabudeos furent interprétés comme la volonté de Trajan d’encercler militairement l’Aurès, considéré alors comme une zone de rébellion endémique contre l’autorité romaine50. L’opération fut mise en relation avec l’entreprise de limitation, perçue comme un cantonnement du territoire des Musulames51, dont il se serait agi de contenir les déplacements de transhumance supposés entre la vallée du Muthul et la région d’Ad Maiores52. Les présupposés sur les mouvements saisonniers des Musulames en direction de Négrine ne prennent toutefois appui sur aucune preuve matérielle concrète, d’ordre historique ou archéologique. Ils se fondent essentiellement sur les assertions de Tacite relatives à la guerre de Tacfarinas : la requête pour l’obtention de terres que celui-ci aurait adressée à Tibère53 fut interprétée comme « une affaire de terrains de parcours, une affaire d’achaba » par L. Leschi54, qui considéra alors que le territoire parcouru par les Musulames atteignait la région de Négrine. Ainsi expliquait-il la fondation du camp d’Ad Maiores et les travaux sur la route conduisant de ce lieu de garnison à Thabudeos, qui « tendait un limes stratégique au Sud de l’Aurès55 ». L’épitaphe d’un certain Musulamius, découverte à 56 km au nord-est de Négrine, fut invoquée plus récemment pour étayer l’hypothèse de terres de parcours des Musulames qui se seraient étendues jusque-là56. Les quelques informations fournies sur l’identité du défunt ne permettent pas toutefois d’affirmer la présence plus générale et régulière de Musulames dans la région de Négrine, qui plus est liée à la pratique de mouvements de transhumance. Les études récentes ont montré que le territoire laissé aux Musulames à la suite des délimitations opérées sous Trajan ne formait pas un ensemble homogène et continu57. En effet, ces opérations de bornage concernaient des zones de statuts juridiques différents liés à des grands domaines (impériaux et sénatoriaux), des territoires assignés à des colons ou à d’autres communautés civiques. Une dernière catégorie de terres correspondait, semble-t-il, pour l’essentiel à des secteurs montagneux et forestiers, supposés peu propices à l’agriculture et essentiellement consacrés à la pratique de l’élevage extensif : tel est le cas du jbel Mzita, qui constitue la seule région musulame clairement identifiée.

  • 58 Laporte, Dupuis, 2009, pp. 75-77.
  • 59 Voir les remarques de Leveau, 1978, à propos de l’oued Hallail. L’effort routier sous Trajan dans (...)
  • 60 Trousset, 1980b, pp. 150-151.
  • 61 Morizot, 1991a, 1991b, 1998.

11Bien plus que l’itinéraire entre la région de Théveste et celle d’Ad Maiores sur lequel il fut supposé que les Musulames se seraient déplacés de façon saisonnière, c’est l’itinéraire de direction est-ouest qui longeait la frontière de la province et passait par Ad Maiores, d’où on pouvait gagner Capsa, qui semble avoir joué un rôle majeur dans la circulation régionale sous le règne de Trajan : c’est la seule rocade reliant le camp d’Ad Maiores sur laquelle furent découvertes des bornes milliaires datant de cet empereur58. En revanche, aucun indice archéologique ne fait état d’un quelconque effort routier sur l’itinéraire entre Ad Maiores et Théveste59, et plus généralement à travers l’Aurès sous Trajan, alors qu’il s’agirait de l’axe sur lequel serait censée porter la mission de surveillance de la garnison stationnée à Ad Maiores dans l’hypothèse de mouvements saisonniers effectués par les Musulames. En outre, si l’infrastructure militaire mise en place dans la région sous Trajan visait à isoler les massifs montagneux et parachever le contrôle des mouvements tribaux par « l’occupation de leurs ports d’attache du prédésert60 », on comprend mal pourquoi il ne fut pas plus étoffé. Le hasard des découvertes archéologiques explique peut-être en partie ce constat, quoi que les itinéraires empruntés sous l’Empire à travers l’Aurès soient aujourd’hui relativement bien connus61. Aussi il ne peut seul être invoqué au vu des différents témoignages confirmant l’intérêt particulier porté sous le règne de Trajan sur la région au sud des Némencha et de l’Aurès.

  • 62 Baradez, 1949a, pp. 100-104 et 1949b ; Trousset, 1977 ; Le Bohec, 1989a, pp. 432-435 ; Trousset, 1 (...)
  • 63 L’hypothèse se fonde sur une inscription mentionnant un travail effectué par une cohorte au cours (...)
  • 64 Picard, 1947, pp. 61-62 ; Leschi, 1957, pp. 45-46 ; Salama, 1991, pp. 97-105, qui se base sur les (...)

12Sans minimiser les possibilités certainement mises à profit de surveillance de l’itinéraire conduisant à Théveste, c’est la direction prise par l’axe de circulation bien attesté de direction est-ouest qui semble alors avoir dicté l’implantation du camp d’Ad Maiores et les travaux routiers qui permettaient de faciliter les relations entre le fort, où stationnait un détachement de la IIIe légion Auguste, et les localités adjacentes. La présence militaire romaine au sud de l’Aurès et des Némencha paraît avoir joué un rôle essentiellement de surveillance et de maintien de l’ordre dans le cadre d’une politique dynamique d’investissement et d’occupation de la zone frontière, mise en œuvre par l’État romain sous le règne de Trajan. Elle se poursuit dans la même direction sous la dynastie des Antonins avec l’installation, par Hadrien, d’une garnison semble-t-il conséquente à Gemellae sur la rive droite de l’oued Djedi, au sud-ouest de Thabudeos62, pour atteindre peut-être sous Antonin le Pieux le massif des Ouled Naïl avec la construction hypothétique de postes à Medjedel63 et Hammam Charef64.

  • 65 Trousset, 1977, p. 560 et 1998a.
  • 66 AE, 1950, no 58. Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 70-73.
  • 67 Ibid.
  • 68 AE, 1950, no 59. Voir Lenoir, 2011, pp. 212-216.
  • 69 AE, 1950, no 59.
  • 70 Le Bohec, 1989b, évoque le départ de la cohorte, alors que Leschi, 1957, pp. 26, 319-320, suggérai (...)

13Les conditions offertes par le site de Gemellae permirent à une importante agglomération de se développer autour du camp65. Une première garnison semble avoir été tenue par la cohors I Chalcidenorum equitata, qui élève une statue en l’honneur d’Hadrien en 12666. C’est le premier site où la présence de cette unité, arrivée en Afrique sous les Flaviens67, est formellement attestée dans la province. La mobilité qui caractérise la cohorte, et son expérience des déplacements en terrain aride, furent sans doute jugées très utiles pour les missions qui lui furent confiées dans la zone de Gemellae. Les résultats de cette opération de reconnaissance confortèrent l’État romain et lui permirent d’envisager très rapidement d’y implanter une garnison conséquente68. En 132, un détachement de la IIIe légion Auguste y construit, ou bien y agrandit, un camp69. La question demeure de savoir si la cohorte a quitté les lieux à ce moment-là, ou si elle le fit plus tard70.

  • 71 Voir les cartes 3 et 4 de cet ouvrage.
  • 72 CIL, VIII, 11048 ; CIL, VIII, 22759 (= AE, 1978, no 887). Voir Trousset, 1974, pp. 92-94 ; Mackens (...)
  • 73 ILAfr, 26 (= ILT, 56) qui rappelle, en 201, la restauration d’une inscription martelée de Commode, (...)
  • 74 ILAfr, 27a.
  • 75 Itinéraire d’Antonin, 74, 5. Voir Trousset, 1991c ; Lenoir, 2011, p. 174.
  • 76 Notitia Dignitatum, Occidentis, 31, 20.

14Au-delà de la ligne des chotts du Sud tunisien71, la présence militaire se déploie sous Commode avec la fondation du poste de Tisauar (Ksar Rhelane)72 ainsi que probablement celle du camp de Vezereos (Bir Rhezen)73. Si cette dilatation de l’occupation militaire ne peut être mise en rapport avec un effort routier particulier sous le règne de Commode, elle préfigure la vaste entreprise d’implantation militaire mise en œuvre par les Sévères dans la zone frontalière, que rappellent à la fois les bornes milliaires et les installations militaires. Le toponyme Vezereos, mentionné par une inscription découverte au lieu de la garnison74, est identifié à la forme approchante Bezereos, localisée par l’Itinéraire d’Antonin sur l’axe du limes Tripolitanus75. Le camp militaire de Vezereos apparaît dans la Notitia Dignitatum comme le quartier général du praepositus limitis Bizerentane76.

  • 77 Trousset, 1974, p. 149 ; Euzennat, Trousset, 1978, pp. 151-155 ; Trousset, 1984a, p. 68.
  • 78 Voici les mots de Rebuffat, 1980, p. 121, à propos de la « pression nomade » supposée connaître un (...)

15Cette avancée progressive de la présence militaire romaine fut liée, comme ailleurs dans le sud de la province, à une circulation saisonnière qui aurait impliqué les populations nomades frontalières, et que Rome visait à inclure dans le territoire qu’elle occupait afin de contenir la « pression nomade ». L’assertion se fonde toutefois non pas sur des témoignages antiques, mais sur l’observation des mouvements saisonniers opérés encore à la fin du xixe siècle par les Touaregs Ifoghas, de Ghadamès jusqu’au Nefzaoua77. Aucun indice se rapportant à l’Antiquité ne permet d’étayer l’existence matérielle d’une telle pression qui aurait pu faire craindre une certaine agitation que Rome aurait alors tenté de contenir, en intensifiant sa présence militaire78.

  • 79 Une série de mausolées à décor sculpté, parmi lesquels celui d’El Amrouni qui paraît dater de la f (...)
  • 80 Voir les remarques de Gsell, 1920a, p. 139.
  • 81 Pline, Histoire naturelle, 35-36. Voir Trousset, 1974, pp. 26-28 ; Desanges, 1980a, pp. 389-390.
  • 82 Rebuffat, 1969, pp. 194-195, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982a, pp. 494-495 et 1994b.
  • 83 Mattingly, 1995, p. 30 ; Trousset, 1997e ; Mattingly, 2003a, p. 82. Liverani, 2005a, p. 443, étend (...)
  • 84 Voir la carte 7 de cet ouvrage.
  • 85 Liverani, 2005a, p. 440.

16L’implantation de ces camps traduit plus probablement la volonté de l’État romain de prendre position sur des itinéraires fréquentés et intéressants économiquement, acquis à l’ordre politique romain, en direction de l’oasis de Cidamus79 et, au-delà, du territoire garamante. Cidamus, qui semble avoir constitué dès cette période un oppidum et un carrefour économique d’importance80, fut atteinte par L. Cornelius Balbus qui emprunta peut-être la piste par Tisauar81. Au cours des deux premiers siècles de notre ère, les contacts entre l’oasis et le monde romain s’intensifient comme en témoigne l’importante quantité de céramiques découverte dans la zone de Cidamus82. Il est généralement admis aujourd’hui, d’après le témoignage de Pline l’Ancien qui distingue les deux régions, que Cidamus et la Phazanie étaient situées en dehors du pays des Garamantes83. La fréquentation régulière des pistes entre ces différents territoires au début de l’Empire participa néanmoins à l’intensification des échanges avec le pays des Garamantes et plus particulièrement avec l’oasis d’Aghram Nadharif dans la région de Ghat84, située au débouché des pistes venant de Cidamus : la période de prospérité de celle-ci, comprise entre la seconde moitié du ier siècle et le début du iiie siècle, est marquée par un acmé des importations venues du monde romain qui atteignent à la même période l’oasis d’Aghram Nadharif85.

  • 86 Les indications fournies par Trousset, 1974, pp. 75-76, sont très imprécises sur la position exact (...)
  • 87 Merlin, 1921 ; Trousset, 1974, pp. 75-77 et 2004, p. 75.
  • 88 Gauckler, 1897, pp. 25-28 ; Trousset, 1974, pp. 78, 158.
  • 89 ILAfr, 27. Voir Lassère, 1980.
  • 90 Mattingly, 1995, pp. 84, 100.
  • 91 CIL, VIII, 2495 : « Imp(eratore) Caes(are) [M.] Au[relio] / [C]ommo[d]o Antoni/no, pio, felice, Au (...)

17L’importance des points d’eau sur les itinéraires du Sud tunisien explique sans doute le choix du site qui présida à l’implantation du fort de Vezereos, au nord-ouest du plateau du Dahar86. Celui-ci est établi près d’une source aquifère, qui fut peut-être utilisée au cours de l’Antiquité87. Les environs de Vezereos présentaient des avantages certains en termes d’occupation humaine comme le démontre le barrage d’époque romaine de l’henchir Sedd, que l’on relie au développement du peuplement autour de Vezereos88. La dédicace pour le salut de Septime Sévère et de Caracalla, gravée au cours des années 209-211 et qui fournit la liste des soldats de la vexillation légionnaire ayant pris part à l’édification du monument89, permet d’émettre quelques hypothèses sur les missions remplies par les militaires attachés à la garnison de Vezereos. Comme le signale D. J. Mattingly, les quelque 300 hommes qui s’y rattachent ne peuvent correspondre à l’effectif réel que pouvait contenir le camp : aussi suggère-t-il qu’ils aient pu être employés dans divers postes secondaires dépendants du fort de Vezereos90. Leur fonction était peut-être liée à la sécurité et à l’accompagnement des voyageurs sur cette artère sans doute déjà importante, décrite plus tard par l’Itinéraire d’Antonin. Le concours de l’armée à la protection des voyageurs faisait partie de ses missions régulières. Ce sont des préoccupations semblables qui ont motivé la construction, sous Commode, à proximité de Calceus Herculis (El Kantara) à l’ouest de l’Aurès, d’un burgus speculatorius construit entre deux voies et destiné à la protection des voyageurs91.

  • 92 Trousset, 2004, p. 72. Voir également Isaac, 1988, p. 129, qui traduit l’emploi du mot limes dans (...)
  • 93 La structure de l’Itinéraire d’Antonin paraît avoir pour terminus post quem la Tétrarchie, période (...)
  • 94 Table de Peutinger, 7, 5 : Rebuffat, 1972-1973b, proposa d’identifier le toponyme Chosol mentionné (...)

18Si l’« iter quod limitem tripolitanum per turrem tamalleni a tacapas lepti magna ducit » apparaît indéniablement comme un itinéraire d’importance, on ne saurait toutefois y voir une « frontière militaire », « reliant entre elles une série de positions fortifiées majeures92 ». À l’époque sévérienne, la présence militaire s’est dilatée au-delà de l’itinéraire dessiné par l’iter93. Elle s’étend vers le sud avec la fondation des garnisons de Gholaia en 201, Gheriat el-Garbia et Cidamus ; la Table de Peutinger pourrait en outre indiquer la fréquentation d’un itinéraire en direction de Gholaia pour la période antérieure94. L’allusion au limes Tripolitanus par l’Itinéraire d’Antonin semble bien renvoyer au sens premier de « route » revêtu par le substantif latin, que l’adjectif Tripolitanus sert alors à qualifier géographiquement. L’état des connaissances historiques et archéologiques sur l’étendue de la province romaine laisse aussi supposer que la route traversait en partie la zone de la frontière.

  • 95 Id., 1989a.

19Sous les Antonins, la présence romaine atteint donc de nouveaux territoires dans le sud de la province. Elle s’étend jusqu’à l’oued Nigris (oued Djedi) au sud de l’Aurès et selon toute vraisemblance sur la bordure nord-est du grand erg oriental jusqu’au Sud de Tataouine. À l’est, en direction de la Tripolitaine orientale, la région de la frontière romaine semble a priori encore largement vierge d’occupation militaire pérenne. Aucun indice archéologique ne permet en tout cas d’y repérer une présence militaire régulière pour cette période, ce qui conduit à supposer des déplacements ponctuels de contingents depuis des garnisons plus éloignées, à rechercher peut-être sur la côte syrtique95. Les campagnes menées sous le Principat augustéen puis au cours du ier siècle dans la région confirment à tout le moins qu’elle n’était pas hors de portée des armées romaines et de leur champ d’intervention.

  • 96 Benseddik, 1992 ; Christol, 1997, pp. 25-26 ; Daguet-Gagey, 2000, pp. 365-370 ; Birley, 2009, p. 1 (...)
  • 97 Picard, 1947, inscription no 12 (= AE, 1948, no 214).
  • 98 Picard, 1947 ; Le Bohec, 1989a, p. 435 ; Trousset, 2010 ; Lenoir, 2011, pp. 223-228.
  • 99 Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 73, 165.
  • 100 Picard, 1947, inscription no 12 (= AE, 1948, no 214).
  • 101 Thomasson, 1996, pp. 170-176, no 50.
  • 102 Voir la notice proposée par Lenoir, 2011, pp. 223-228.
  • 103 Picard, 1947, p. 119 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.

20Sous le règne de Septime Sévère, la présence militaire s’intensifie aux frontières des provinces africaines, qui atteignent leur extension maximale96. À quelque 350 km au sud-ouest de Lambèse, Septime Sévère fonde en 198 le Castellum Dimmidi97 : situé au cœur du prédésert algérien sur un site d’éperon barré, au carrefour de deux vallées regardant les monts des Ouled Naïl et l’oued Djedi, il devient le poste le plus méridional de la province d’Afrique proconsulaire98. Des vexillations de la IIIe légion Auguste et de la IIIe légion Gallica, dont le corps de troupe stationnait alors en Syrie99, assurèrent la construction de la forteresse sous la surveillance du légat propréteur de la IIIe légion Auguste, Q. Anicius Faustus100, souvent mentionné dans les témoignages épigraphiques relatifs à la nouvelle province de Numidie : sa légation exceptionnellement longue, de 198 à 203, fut semble-t-il marquée par une intense activité101. S’il fallut peut-être environ 300 hommes pour la construction du fort, la garnison qui y stationna régulièrement pourrait avoir accueilli un effectif compris entre 80 et 120 légionnaires102. Le site paraît alors surtout avoir servi de lieu de garnison pour des détachements de la IIIe légion Auguste, jusqu’en 238, sous le règne de Gordien III ; aucun indice sur son occupation n’est postérieur à cette date103.

  • 104 Faure, Leveau, 2015, à propos d’une inscription inédite datant du règne d’Élagabal, découverte anc (...)
  • 105 Wuilleumier, 1928-1929. À propos de cette unité : Le Bohec, 1978-1979.
  • 106 AE, 1929, no 70.
  • 107 Picard, 1947, p. 49 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.
  • 108 Ibid. ; Laporte, 2004, pp. 458-466.
  • 109 AE, 1992, no 1856.
  • 110 Le Bohec, 1989a, p. 436, fig. 78, reproduisant un plan publié par J. Carcopino en 1925 ; Laporte, (...)
  • 111 Carcopino, 1925, p. 52, no 4 ; Le Glay, 1966a, pp. 199-200, no 1.
  • 112 CIL, VIII, 18025 ; AE, 1992, no 1855. Voir Le Bohec, 1989a, p. 176.
  • 113 CIL, VIII, 8782 (= CIL, VIII, 18018). Pour la datation, qui correspond à la légation de L. Lucius (...)
  • 114 Carcopino, 1925, pp. 45-47.
  • 115 Ibid., p. 146.

21Au nord-est du Castellum Dimmidi, la présence militaire semble s’affirmer sous les Sévères sur l’axe le reliant à El Gahra, témoignant à tout le moins d’une circulation des armées accrue dans la région104. À Aïn Errich, une inscription du règne de Caracalla mentionnant des cavaliers de l’aile flavienne105, également citée sur une inscription datant de 227106, a conduit à postuler l’hypothèse d’une occupation militaire pérenne sous les Sévères, qui reste toutefois sujette à caution107. À une trentaine de kilomètres au nord-est d’Aïn Errich, le site d’El Gahra semble avoir accueilli une garnison108. Une présence militaire y est encore attestée sous le règne de Gordien III109. Les vestiges d’un camp militaire ont été anciennement repérés, mais ils restent mal connus110. Y sont associées quelques épitaphes se rapportant à des soldats de la IIIe légion Auguste, dont la plus ancienne paraît remonter à l’époque de Caracalla111. De la période comprise entre la dynastie sévérienne et le règne de Gordien III semble également dater une dédicace à Mithra gravée à l’initiative de militaires appartenant à la IIIe légion Auguste et à l’aile des Pannoniens112. Il faut ajouter au dossier une dédicace à la Fortune par le légat de la IIIe légion Auguste, correspondant aux années 225-226113, ainsi qu’un milliaire de Sévère Alexandre découvert à 2 km au nord-est d’El Gahra114. La surveillance du domaine impérial attesté dans la région, à une date inconnue toutefois, fut l’un des motifs avancés sur la présence de cette garnison115.

  • 116 Merlin, 1921 ; Trousset, 1997d, pp. 2802-2803. Voir le chap. viii de cet ouvrage.
  • 117 ILAfr, 9 (= ILT, 1 ; AE, 1909, no 104 ; ILS, 9177). Voir Euzennat, 1972, p. 19, n. 1 ; Le Bohec, 1 (...)
  • 118 IRT, 907-909 ; Reynolds, 1958 ; AE, 1960, no 264. Voir Mattingly, 1995, pp. 80-81, 85, 97.
  • 119 Lenoir, 2011, pp. 301, 364 et n. 28.
  • 120 AE, 1975, no 870. Voir Mattingly, 1995, pp. 80-81, 85, 90-92 ; Lenoir, 2011, pp. 165-166, 373. Sa (...)
  • 121 CIL, VIII, 2 ; Di Vita, 1966, pp. 107-111 ; AE, 1967, no 539. Voir Mattingly, 1995, pp. 85, 92-95  (...)
  • 122 IRT, 915. La bibliographie conséquente sur le site doit aux travaux de R. Rebuffat. Pour une prése (...)
  • 123 Brogan, Reynolds, 1964, pp. 43-44, nos 1 et 2. Voir Rebuffat, 1969-1970b, pp. 136-137 et 1975, p.  (...)
  • 124 Une citerne est associée au poste de Gasr Zerzi : Rebuffat, 1994a, pp. 2021-2022. Voir également B (...)
  • 125 Rebuffat et alii, 1969-1970, p. 32 ; Rebuffat, 1977, p. 399 ; Barker, Jones, 1982 ; Dore, 1985 ; M (...)

22En Tripolitaine, Septime Sévère fait installer des postes militaires sur les trois principaux itinéraires en direction du pays des Garamantes, sous la légation de Q. Anicius Faustus116. Un fortin est construit en 198 à Si Aoun117, sur l’itinéraire conduisant à Cidamus où est également mise en place une importante garnison — environ 500 hommes — sous le règne de Septime Sévère118. L’architecture particulière du camp de Si Aoun, qui présente un espace central entouré d’une enceinte, a conduit M. Lenoir à l’identifier à une forme de « camp caravansérail » pouvant accueillir les troupes de passage ou des caravanes commerciales119. Au nord de Si Aoun, le camp de Tillibari (Remada), qui abritait semble-t-il un important contingent atteignant peut-être les 600 hommes, connut en 197 des travaux de réparation qui conduisent à dater sa fondation à une époque antérieure, remontant peut-être à la première moitié du iie siècle120. Sous la légation de Q. Anicius Faustus, une unité conséquente d’environ 800 soldats fut également installée à Gheriat el-Garbia121, ainsi qu’à Gholaia dont la garnison, qui accueillait un peu moins de 500 hommes122, pourrait en outre avoir été impliquée dans la construction du poste de Gasr Zerzi (moins d’une vingtaine de militaires)123, à une trentaine de kilomètres en direction de l’ouest, semble-t-il sur un itinéraire caravanier124. Les garnisons établies à Gheriat el-Garbia, Gasr Zerzi et Gholaia étaient idéalement positionnées pour opérer une surveillance depuis le sud sur les vallées de l’oued Zemzem et de l’oued Bei el-Kébir, dont les ressources agricoles présumées pouvaient profiter à cette présence militaire125.

  • 126 Mattingly, 1995, p. 105.
  • 127 Voir les cartes 6 et 7 de cet ouvrage.
  • 128  Rebuffat, 1969-1970a ; Mattingly, 1995, p. 105.
  • 129 Rebuffat, 1982b, p. 197, 1985b, p. 255 et 2000, p. 232.
  • 130 Mackensen, 2009, p. 79, n. 19 et 2011b, p. 80, fig. 5.
  • 131 Mattingly, 1995, pp. 86, 104.

23Gasr Zerzi paraît avoir fait partie des postes secondaires sous le contrôle de la garnison de Gholaia126, au même titre suppose-t-on que Zella127, en direction d’Augila et des Nasamons, à l’est de Gholaia : le site a livré des vestiges suggérant une présence militaire, ainsi que des tessons attestant une occupation au iiie siècle128. R. Rebuffat met également la garnison de Gholaia en connexion avec le fort présumé d’Oum el-Gueloub, à 80 km au sud-ouest de Gholaia, qui aurait connu une occupation contemporaine129. Les vestiges du site d’Oum el-Gueloub, sur lesquels R. Rebuffat n’a lui-même donné aucune information précise, ont toutefois été récemment identifiés à un établissement civil fortifié130. Beaucoup d’incertitudes pèsent également sur les vestiges de Gheriat el-Cherguia, régulièrement interprétés comme un poste secondaire du fort de Gheriat el-Garbia construit à proximité131.

  • 132 Le Bohec, 1989a, pp. 449-450 ; Mattingly, 1995, p. 81.
  • 133 IRT, 868-869. Voir id., 1982.
  • 134 Le Bohec, 1989a, pp. 449-450 ; Mattingly, 1995, p. 81.
  • 135 AE, 1962, no 304 ; Brogan, Reynolds, 1960, p. 51, no 1.
  • 136 Reynolds, Simpson, 1967, pp. 45-47 ; AE, 1972, no 683. À cela s’ajoute l’épitaphe d’un soldat de l (...)

24Au nord de l’oued Sofeggin, l’établissement de garnisons à Thenadassa (Aïn Wif) et à Aïn el-Avenia est suggéré132. À Aïn Wif, les vestiges découverts sur le site furent identifiés à une structure militaire, mise en lien avec la découverte d’une dédicace à Jupiter Dolichenus gravée en 201 par une vexillation de la IIIe légion Auguste, et la mention de restauration de thermes par des soldats à une date qui reste toutefois inconnue133. À Aïn el-Avenia134, la présence d’une garnison fut déduite de la découverte de briques estampillées datant du règne de Septime Sévère ainsi que de la mention d’une construction dont la fonction n’est pas connue, effectuée par des soldats de la Ire cohorte d’archers syriens et de la IIIe légion Auguste entre 198 et 211135 ; ces militaires ont par ailleurs laissé une dédicace à Sol Hierobol136. La nature de cette présence militaire demeure néanmoins à préciser.

  • 137 Bénabou, 1976, pp. 176-179.
  • 138 Tertullien, Contre les juifs, 7 (PL, vol. 2, col. 611) : « Maurorum gentes et Getulorum barbaries (...)
  • 139 CIL, VIII, 2464 (= 17952) ; 2465 (= 17953) ; 2466 (= 17954).
  • 140 Sur cette hypothèse : Bénabou, 1976, p. 178. Contre : Morizot, 1979 ; Leveau, 1990a, p. 1099.
  • 141 CIL, VIII, 4322 (= 18527) : les militaires sont décrits comme « morantes ad fenum sec(andum) ». Vo (...)
  • 142 Voir les remarques de Faure, Leveau, 2015.
  • 143 Leschi, 1943-1945 ; « Ex auctoritate Imppp(eratorum) / Caes(arum) L(uci) Septimi Seueri et / M(arc (...)
  • 144 Mise au point sur les débats entourant cette inscription dans Faure, Leveau, 2015, pp. 137-138.

25L’ensemble des dispositifs militaires déployés par Septime Sévère dans le Sud de la Numidie et de la Proconsulaire fut attribué à un climat général d’insécurité aux frontières provinciales137, dont un passage de Tertullien se serait en particulier fait l’écho138. En Numidie, une inscription dédiée au salut de l’empereur, découverte à Menaa au cœur de l’Aurès, fut plus particulièrement invoquée pour soutenir l’hypothèse d’une situation conflictuelle aux frontières de l’Afrique romaine139. La pierre conserve le souvenir d’une vexillation de la IIIe légion Auguste qui, en 197-198, se décrit « morans in procinct(u) », c’est-à-dire vêtue de la tenue militaire, ce qui ne permet pas d’affirmer l’existence de troubles qui auraient opposé les montagnards et les nomades unis à l’autorité romaine140. Dans le même sens, l’inscription de Casae, au nord de l’Aurès, mentionnant l’utilisation d’une main-d’œuvre militaire dans les travaux agricoles liés à la moisson, ne constitue pas la preuve indubitable que la situation rendait nécessaire d’assurer une protection militaire aux paysans de la région141. Une inscription gravée sur la face nord du jbel Zireg, au sud du Hodna, confirme que la période, apparemment paisible, fut localement caractérisée par la mise en valeur du sol, à laquelle l’armée contribua selon toute vraisemblance par différentes missions142. Le texte consigne le souvenir d’une assignation de terres opérée sous les ordres de Q. Anicius Faustus, avec le concours d’un corniculaire et d’un euocatus de la IIIe légion Auguste : il s’agit probablement de terres publiques destinées à être exploitées par des colons civils ou des vétérans143. L’entreprise, liée aux possibilités ponctuelles d’exploitation du sol, distinguait entre terres de culture et terres de pâture (agri et pascua), et incluait également les points d’eau qu’il faut sans doute mettre en relation avec les terres de culture qui avaient besoin d’être irriguées144.

  • 145 « Quin etiam Tripoli, cuius Lepti oppido oriebatur, bellicosae gentes submotae procul » (« De plus (...)
  • 146 Rebuffat, 2000, p. 235.

26En Tripolitaine, l’Histoire Auguste, qui s’appuie sur les informations fournies par Aurelius Victor, évoque une victoire remportée au nom de Septime Sévère, ce qui laisse présumer l’existence de troubles épisodiques sous son règne145, voire peut-être de simples opérations ponctuelles de maintien de l’ordre n’impliquant pas nécessairement un climat d’insécurité durable146. L’absence d’informations d’ordre chronologique ou géographique ne permet pas, quoi qu’il en soit, de relier ces troubles à l’établissement des garnisons dans le sud de la province sous le règne de Septime Sévère : la construction de ces camps, qui mit à contribution des effectifs détachés de la IIIe légion Auguste, suggère au contraire un climat suffisamment paisible pour avoir permis à l’empereur d’envisager la mobilisation d’une partie des troupes légionnaires pour ces travaux d’édification, auxquels fut en outre largement consacrée l’activité menée par son légat Q. Anicius Faustus. Les tâches qui lui furent confiées précédèrent l’organisation de la nouvelle province de Numidie, dont on peut également douter qu’elle fut envisagée et mise en œuvre dans un climat troublé.

  • 147 Ibid., pp. 234-235.
  • 148 IRT, 896 ; Loriot, 1971 ; AE, 1973, no 573 ; Mattingly, 1985a.
  • 149 Mackensen, 2009. Sur cette structure, voir également Mattingly, 1995, pp. 105-106, qui souligne en (...)
  • 150 IRT, 880. Voir Di Vita-Évrard, 1991 ; Mattingly, 1991. Sur la désignation de centenarium et les di (...)
  • 151 Mattingly, 1991, p. 79 et 1995, pp. 85, 105-106.
  • 152 Le Bohec, 1987, pp. 379, 381, met en exergue la défense de la région à travers la construction du (...)
  • 153 Rebuffat, 1976-1977a, pp. 40, 50-51.
  • 154 Brogan, 1965b.

27L’occupation militaire du site de Gholaia, depuis la construction de la forteresse jusqu’à son évacuation, semble bien s’inscrire dans un contexte pacifié, sinon paisible, confirmé par l’absence de mentions d’épisodes belliqueux impliquant la garnison ou affectant durablement la région147. Peut-être faut-il faire exception de la période d’instabilité entre les règnes de Gordien et de Philippe, qui paraît avoir connu des interventions militaires à Gasr Duib et Gheriat el-Garbia, à l’ouest de Gholaia. Une inscription de Gheriat el-Garbia évoque effectivement en 239 une guerre (bellum), sans toutefois plus de précision148. De même une inscription de Gasr Duib mentionne des incursiones barbarorum : c’est pour y mettre fin que le centenarium de Gasr Duib — duquel le fortin présumé de Gasr Wames, édifié à proximité, aurait été contemporain selon M. Mackensen149 —, a semble-t-il été construit sous le règne de Philippe l’Arabe150. Remarquons qu’il s’agit là toutefois d’une construction de petite taille (celle de Gasr Wames est encore plus réduite), qui aurait accueilli environ une douzaine d’hommes en garnison151. Elle ne constitue pas la preuve formelle d’un renforcement significatif de la force militaire dans la région, et d’une mise en défense intensifiée de celle-ci152. En outre, l’essor très rapide que connaît l’agglomération développée autour du camp de Gholaia au cours du iiie siècle conduit à limiter très largement la valeur défensive qui aurait pu être la sienne au moment, très circonscrit dans le temps, de sa fondation153. Les prospections menées par O. Brogan en 1963 dans la région de l’oued Nena, à environ 80 km à vol d’oiseau au sud de Gholaia, ont montré que l’occupation humaine d’époque romaine, dont la datation demeure toutefois imprécise, s’étendait bien au-delà de la garnison154.

  • 155 Rebuffat, 1975, 1977, 1982a, 1994a.
  • 156 Sidebotham, 2011, chap. vii, viii.
  • 157 Rebuffat, 1994a.
  • 158 Reddé, 2003, p. 239. À propos de la liaison entre Gheriat et Gholaia : Di Vita, 1964.
  • 159 Mattingly, 1995, pp. 104-105.
  • 160 Rebuffat, 2000, les évoque brièvement. Voir les remarques de Mackensen, 2012, p. 42.
  • 161 Rebuffat et alii, 1966-1967, p. 60. Voir le chap. vi de cet ouvrage.

28R. Rebuffat relie alors l’établissement et la mission du camp de Gholaia à la mise en place d’une couronne de fortins et de citernes destinées en particulier à l’usage des caravanes, sur l’itinéraire desquelles ils étaient situés155. Le système de citernes placées sous la protection de l’armée romaine est bien attesté dans le désert oriental d’Égypte à l’époque d’Hadrien156 ; le camp de Gholaia en serait un exemple à l’ouest du désert libyque157. L’existence d’une véritable chaîne de fortins et de citernes entre Gholaia et Gheriat el-Garbia fut néanmoins mise en doute par M. Reddé qui insiste sur l’absence de forts munis de puits central, par contraste avec la situation repérée sur la route de Myos Hormos158. Il faut bien constater que les données relatives aux structures présumées militaires, repérées au sud-ouest de Gholaia en direction de Sciueref — la mieux connue étant celle de Gasr Zerzi159 —, font défaut160. L’étude de la documentation écrite découverte sur le site de Gholaia semble toutefois confirmer l’implication de la garnison dans la circulation sur les itinéraires passant par l’oasis, où le camp paraît en outre avoir été établi à proximité de ressources permanentes en eau relativement abondantes, destinées à l’usage de l’unité ou sous son contrôle161.

  • 162 Le Bohec, 1989a, pp. 393-394 ; Christol, 2005, p. 248.
  • 163 « Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio / Seuero Antonino, Aug(usto), bur/gum speculator(i)um Anto(nin (...)
  • 164 À propos des speculatores et de leurs différentes missions : Wolff, 2003, pp. 200-201 ; Rankov, 20 (...)
  • 165 Les milliaires datant du règne de Caracalla constituent la majorité des bornes découvertes en Trip (...)
  • 166 Entre Lambèse et Biskra : CIL, VIII, 10231, 10236, 10239, 22339. El Kantara : AE, 1925, no 124 ; A (...)
  • 167 Gascou, 1982b, pp. 260-261.
  • 168 CIL, VIII, 10389 (= 22454) ; 10393 (= 22446) ; 10397 (= 22500) ; 10398 (= 22501) ; 10399 (= 22502) (...)
  • 169 ILAfr, 654, 656. L’Itinéraire d’Antonin, qui est le premier document à faire mention du limes Trip (...)
  • 170 IRT, 931, 932, 935, 938.
  • 171 ILAfr, 651 ; IRT, 940-962. Voir Goodchild, 1948, pp. 14-20 ; Mattingly, 1995, p. 67.
  • 172 IRT, 963-966, 968-969. Voir Goodchild, 1948, pp. 21-23 ; Mattingly, 1995, p. 67.
  • 173 Entre El Kantara et Tobna : Leschi, 1957, pp. 58-59. Entre Lambèse et la région d’Aïn Touta : Marc (...)
  • 174 Entre Lamasba et N’Gaous : CIL, VIII, 10395 (= 22469) ; 10401 (= 22506) ; 10420 (= 22522) ; 10421 (...)

29L’ensemble des mesures prises par Septime Sévère dans le Sud de la Tripolitaine prend pour cadre plus général la réorganisation militaire opérée au sud des provinces africaines sous son règne162. L’attention particulière dont bénéficia la région méridionale de la Tripolitaine est peut-être à mettre au compte des sources d’informations dont bénéficiait l’empereur, alors mieux à même de porter une action soutenue sur sa terre d’origine qu’il pouvait être soucieux de privilégier. Le règne de Septime Sévère constitue en ce sens une période majeure en termes de fondations militaires, au regard également des mesures prises par ses héritiers. Caracalla fait édifier un burgus speculatorius près d’El Kantara, à l’ouest de l’Aurès, par les soins du chef du numerus Hemesenorum163 ; des speculatores Antoniniani y sont affectés164. Pour le reste, les actions réalisées sous son règne dans le sud des provinces de Numidie et d’Afrique proconsulaire s’attachent surtout au réseau routier165 : en témoignent les milliaires découverts sur les voies de Lambèse à Biskra, El Kantara et Tobna166, entre Lamasba, semble-t-il devenue municipe sous Caracalla167, N’Gaous et Tobna168, sur les voies de Tacapes à Capsa et de Tacapes à Turris Tamalleni sur le limes Tripolitanus169, enfin sur les voies entre Lepcis Magna et la région de Tarhuna170, entre Oea et Gheriat171, entre Tentheos et Mizda172. Quelques milliaires découverts sur les mêmes itinéraires appartiennent aux règnes d’Élagabal173 et de Sévère Alexandre174.

  • 175 Trousset, 1980b, pp. 151-152 ; Benseddik, 1999.
  • 176 Salama, 1986, pp. 223-224.
  • 177 Voir les remarques formulées par Adams, 2007a, pp. 22-23, 37, à propos de la circulation sur les p (...)

30L’effort porté par les héritiers de Septime Sévère sur le réseau routier concerne alors des itinéraires parcourus depuis un certain temps par l’armée romaine et qui permettent de relier des garnisons déjà existantes de la zone frontière, en Numidie et en Tripolitaine. Il s’inscrit dans la continuité des grands travaux opérés en Maurétanie sous Septime Sévère en 201 avec la mise en place de la noua praetentura qui associe des fondations militaires à des travaux routiers facilitant la circulation entre ces garnisons175. On peut être étonné que le nom de l’empereur Septime Sévère n’apparaisse sur aucune borne routière découverte en Afrique proconsulaire ou en Numidie176. Le contexte géographique des travaux et des fondations auxquels il présida, qui n’impliquait pas la nécessité d’aménagement routier spécifique, contribue sans doute à expliquer l’absence de milliaires gravés à son nom. Avec Septime Sévère, le déploiement de la présence militaire prend effectivement pour cadre le milieu aride du Sud de l’Atlas saharien et du désert libyque, parcouru par des pistes qui ne se prêtaient pas à la dépense d’effort routier particulier pour être utilisables177.

  • 178 Pflaum, 1949, p. 56.
  • 179 Trousset, 2004, p. 77. Également Mattingly, 1995, pp. 85, 102-106.
  • 180 Trousset, 1974, p. 143. Voir également Pflaum, 1949, p. 56.
  • 181 Sur cette notion, voir les remarques de Lintott, 1981 ; de façon plus approfondie, l’ouvrage de Ri (...)

31Les différentes garnisons fondées par Septime Sévère dans le sud de la province ont alors été décrites comme des avant-postes, à savoir « des places fortes en avant des lignes permanentes romaines178 », placées « en sentinelles sur les pistes du prédésert179 ». Formant une « zone défensive avant ou zone de couverture », ces « forts de contrôle » auraient été « destinés à intimider les nomades, voire à servir de base de départ pour des raids de reconnaissance vers le grand Sud180 ». Un tel constat soulève un certain nombre de questions sur l’étendue de la zone effectivement contrôlée par l’autorité romaine et intégrée au territoire provincial, qu’il n’est pas toujours aisé de déterminer. Ces interrogations impliquent plus largement la notion d’imperium romanum181 et son étendue géographique au sud de la Méditerranée.

  • 182 Albertini, Massiera, 1939, pp. 238-239, no 15 (AE, 1940, no 153), et Picard, 1947, pp. 181-183, no(...)
  • 183 IRT, 907.
  • 184 Sur l’emploi de ce verbe dans le contexte militaire et géographique des confins de l’empire, voir (...)
  • 185 Sur l’interprétation du verbe praetendere pour évoquer un poste avancé, voir Pflaum, 1949, p. 56.
  • 186 ILAfr, 27a. À propos de la localisation de Vezereos, voir ci-dessus.
  • 187 CIL, VIII, 22768. Voir Trousset, 1974, p. 141.
  • 188 Rebuffat, 1980, pp. 113-114.

32L’emploi du verbe praetendere dans les sources épigraphiques pour évoquer la position des légionnaires stationnant au Castellum Dimmidi182 et à Cidamus183 permet-il de préciser la situation de ces garnisons par rapport à la frontière184 ? Cela n’est pas certain. Si l’utilisation de ce verbe indique la position avancée des garnisons qu’il sert à qualifier185, on peut effectivement s’interroger sur le point pris comme référence pour déterminer leur localisation géographique. L’emploi seul du verbe praetendere ne suffit pas à établir de façon assurée une allusion à la frontière, par rapport à laquelle il aurait permis de situer, en position avancée, les troupes établies au Castellum Dimmidi et à Cidamus. L’utilisation du verbe praetendere dans le cas de la garnison de Vezereos montre que son emploi pouvait également s’appliquer à des postes situés sur le limes Tripolitanus186, dans la zone frontalière, et qu’il n’était pas exclusivement réservé aux postes situés en position avancée par rapport à celle-ci. Dans l’ensemble de ces occurrences, praetendere évoque plus probablement une position avancée par rapport aux autres postes de la province situés plus au nord, en considération desquels les garnisons qualifiées par l’emploi de ce verbe étaient alors distinguées comme étant les plus méridionales. C’est ainsi que le verbe praetendere semble utilisé pour faire mention des positions romaines établies le plus au sud, au moment de leur installation. D’un point de vue lexical, le même débat a concerné la signification du terme propugnacula, lu notamment sur une inscription de Talalati datée des années 355-360 et compris dans le sens de « défenses avancées »187. Cette interprétation fut discutée à juste titre et de façon convaincante par R. Rebuffat, qui concède au terme la signification de « rempart » et critique la notion de défenses avancées appliquée à l’Empire romain188.

  • 189 Donau, 1903, p. 393 ; Cagnat, 1913, pp. 524-666, à propos des frontières de la Tripolitaine à la C (...)
  • 190 Guey, 1939, pp. 181-183.

33L’identification d’un avant-poste est étroitement liée à l’idée d’une ligne de frontière au-delà de laquelle il serait positionné. Cette conception linéaire de la frontière s’appuie sur la notion de limes développée dans l’historiographie contemporaine depuis les travaux de R. Cagnat sur l’armée romaine d’Afrique, reprenant notamment les observations du commandant Donau et des officiers du Sud tunisien pour la Tripolitaine qui affectaient au substantif latin le sens de route : celle-ci aurait matérialisé la ligne de la frontière romaine189. La présence d’ouvrages linéaires dans le sud de la province contribue à expliquer l’attrait rencontré par cette conception linéaire de la frontière dans le cadre de l’Afrique romaine190.

  • 191  Picard, 1947, p. 55 ; Baradez, 1949a, p. 134.
  • 192 Liebeschuetz, 1977, pp. 488-489 ; Frézouls, 1981, pp. 202, 213 ; Isaac, 1988, p. 130 ; Rushworth, (...)
  • 193 Voir en particulier Forni, 1974, 1987.
  • 194 Trousset, 1974, pp. 30-35 ; Le Bohec, 1999, pp. 126-127.
  • 195 Isaac, 1990, p. 257.

34La conception de la frontière dans le sens d’une limite défensive déterminant un « limes intérieur » et un « limes extérieur » doit aussi aux travaux qu’A. Poidebard mena dans le désert de Syrie, et à sa vision de la frontière romaine qui influença les travaux de G. Picard sur le Castellum Dimmidi, et de J. Baradez dans l’interprétation des résultats de ses prospections aériennes entreprises dans le Sud algérien191. Les études plus récentes sur la frontière de la Syrie romaine ont toutefois remis en cause l’idée d’une double frontière défensive, dessinant un « limes intérieur » et un « limes extérieur »192. À la suite des études de G. Forni193, l’idée s’est imposée que le limes revêtait une profondeur spatiale : parcouru par un réseau d’itinéraires, il ne se limitait pas, dans son état de développement tel qu’il est connu à partir des Sévères, à une ligne de front194. En termes de stratégie militaire, les travaux menés par B. Isaac en Mésopotamie confirment l’impossibilité d’appliquer sur ce terrain régional un concept systématique de frontière linéaire mis au compte de l’œuvre politique de Rome195.

  • 196 Le Bohec, 1995, p. 136.
  • 197 Les questions posées par l’établissement de la garnison romaine à Cidamus, et l’étendue du territo (...)
  • 198 La carte établie par Liverani, 2005a, p. 443, positionne de façon ambiguë Cidamus à cheval sur les (...)
  • 199 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36.
  • 200 Desanges, 1980a, pp. 389-390.
  • 201 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.
  • 202 Cuneo, 1995, pp. 172-173 ; id. et alii, 1996, pp. 206-210 ; Mattingly et alii, 2015, p. 28.
  • 203 Ibid., p. 61.
  • 204 Rebuffat, 1972, pp. 322-323.
  • 205 Id., 1982a, pp. 494-495 ; également Trousset, 1994, qui évoque « une sorte de peuple vassal ».
  • 206 « Ici aussi est une cité, Kidamê ; et là vivent des Maures qui ont été en paix avec les Romains de (...)

35Si un poste avancé est défini par une localisation « au-delà du secteur normalement occupé196 », jusqu’où s’étendait alors la zone soumise au contrôle direct de Rome, au sud de l’Afrique romaine ? Cette question, qui ne se posait sans doute pas en ces termes pour l’autorité romaine, demeure toutefois persistante à la lecture des études modernes, soucieuses d’établir des limites claires qui soient autant de repères géographiques et historiques197. L’exemple de la garnison établie à Cidamus, en Phazanie198, en fournit une illustration frappante. Selon le témoignage de Pline l’Ancien, la ville fut conquise par L. Cornelius Balbus ; les Acta triumphorum font mention de son simulacre exposé lors de son défilé triomphal199. C’est d’ailleurs la seule ville de Phazanie dont les registres officiels ont semble-t-il conservé le nom, ce qui conduit à penser qu’elle occupait une position politique centrale dans l’organisation spatiale des Phazaniens200. Ptolémée la mentionne par ailleurs dans sa description de la province d’Afrique proconsulaire, ce qui tendrait à confirmer son intégration dans le giron de l’Empire201. Le contrôle exercé par Rome prend une forme concrète lorsque Cidamus accueille une vexillation de la IIIe légion Auguste, semble-t-il sous le règne de Septime Sévère. Si l’exploration archéologique de l’oasis demeure malheureusement très superficielle202, sa prospérité à l’époque romaine paraît bien réelle203. Son insertion dans les circuits commerciaux méditerranéens au iie siècle est attestée par le témoignage des céramiques romaines relevées par R. Rebuffat, qui en fait brièvement mention204. Il considère alors qu’« une sorte de protectorat » fut établi sur Cidamus par l’autorité romaine205. Il déduit ce statut du témoignage de Procope qui, à l’époque byzantine, fait allusion à un traité établi de longue date entre les Romains et les habitants de la ville206.

  • 207 IRT, 908. Voir Mattingly, 1995, pp. 81, 97.
  • 208 Rebuffat, 1982a, p. 495.
  • 209 Id., 1980, pp. 113-114.

36L’importance des contacts entre l’oasis et le monde romain avant même qu’une garnison ne soit installée à Cidamus pourrait suggérer que cette présence militaire était la conséquence d’un contrôle politique romain déjà affirmé, et l’indice que la zone était déjà entrée dans l’orbite territoriale de l’Empire. Certes, ce poste militaire apparaît isolé dans un secteur où a priori la présence officielle de Rome semble plus lâche, mais sans doute est-elle réelle. Cidamus dépendait très certainement politiquement, sous une forme qui reste à préciser, des autorités provinciales. La présence militaire romaine est attestée jusqu’en 235, et se poursuit peut-être jusqu’en 238207. Le départ des légionnaires, qui est déduit de l’absence de mention d’une permanence militaire à Cidamus au-delà de cette date, fut interprété comme une perte de contrôle de l’État romain sur l’oasis, c’est-à-dire en somme la fin de la domination politique romaine sur Cidamus208. Cela revient à assimiler la limite du territoire sous contrôle politique de Rome à la présence militaire qui définit alors le passage de la frontière. La documentation africaine, particulièrement celle qui porte sur la période antérieure à la dynastie flavienne de laquelle datent les premières constructions militaires, impose néanmoins de réviser ce jugement. « L’Empire n’a pas de défenses “avancées” : il est partout où est le pouvoir romain209 ». L’exemple de Cidamus, qui invite à renoncer à la notion d’avant-poste, paraît bien le confirmer.

  • 210 Voir le parallèle intéressant fourni par la frontière méridionale de l’Arabie romaine : Sartre, 19 (...)
  • 211 Sur la christianisation de Cidamus : Modéran, 2003, pp. 658-659.
  • 212 Ibid., p. 659, n. 54.

37En effet, rien ne dit que Cidamus ne demeura pas sous contrôle politique romain, au moins pour un certain temps, alors même qu’elle n’abritait plus de garnison légionnaire210 ; l’envoi de patrouilles ponctuelles pouvait suffire à maintenir l’autorité romaine. Le témoignage de Procope montre bien que l’oasis conserve jusqu’à son époque des liens politiques étroits et très anciens avec l’autorité romaine, à laquelle ces habitants furent tenus sur la longue durée par un traité. La culture romaine y demeura aussi bien présente, et sa prégnance contribue probablement à expliquer la facilité avec laquelle Cidamus adopta le christianisme à l’époque byzantine211. Les Byzantins semblent d’ailleurs eux-mêmes ne pas y avoir envoyé de troupes ; une reconnaissance officielle de leur souveraineté paraît avoir suffi à assurer leur domination sur la ville et sa soumission212.

  • 213 Picard, 1947, pp. 49-66 ; Trousset, 2004, p. 77 et 2010, p. 4898 ; Lenoir, 2011, p. 223.
  • 214 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 215 C’est l’interprétation proposée par Carcopino, 1925 : il émit l’hypothèse que Septime Sévère aurai (...)

38La position d’avant-poste affectée à la garnison du Castellum Dimmidi par les commentateurs contemporains213 est également discutable. D’un point de vue géographique, si l’on accepte d’identifier le fleuve Nigris des Anciens à l’oued Djedi, le fort romain se trouve alors au nord, à proximité de la frontière théorique de la province d’Afrique telle qu’elle semble évoquée par Pline l’Ancien214, et donc à l’intérieur de l’aire provinciale. Cette localisation invite aussi à renoncer à l’idée d’un limes strictement organisé sous le règne de Septime Sévère dans le Sud de l’Afrique proconsulaire à l’écart duquel aurait été fondé le Castellum Dimmidi215.

II. — Les ouvrages linéaires de Numidie et de Tripolitaine

  • 216 Baradez, 1949a. Carte des ouvrages linéaires de Numidie : Trousset, 1997c. Voir la carte 2 de cet (...)
  • 217 Le Bohec, 1989a, pp. 370-371 ; Napoli, 1997, pp. 96-97, 423-432 ; Trousset, 1997c, 2004, pp. 82-86
  • 218 Gsell, 1903, p. 227.
  • 219 Code Théodosien, 7, 15, 1, daté de l’année 401, éd. Kerneis, 2009, p. 396, et commentaire pp. 386- (...)
  • 220 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 24.
  • 221 Mise au point sur la question de la datation dans Napoli, 1997, pp. 66-69, 431 ; Trousset, 1997c, (...)
  • 222 Napoli, 1997, pp. 98-99, 412-423.
  • 223 Ibid., pp. 38, 69, 107, 412 ; Trousset, 2004, pp. 82-86.
  • 224 Napoli, 1997, pp. 64-66, 69.

39Les ouvrages linéaires bordant l’oued Djedi (le Nigris des Anciens) furent repérés par voie aérienne par J. Baradez qui contribua à les faire connaître sous l’appellation de Fossatum Africae216. Leurs vestiges s’étendent au sud de l’oued, sur des dizaines de kilomètres217. St. Gsell, qui le premier attribua l’appellation de fossatum aux traces archéologiques du canal désigné localement sous le nom de « Seghia Bent el-Krass », au sud de l’oued Djedi et de Gemellae, considérait celui-ci comme le fossé « qui marquait la limite de l’Empire218 », évoqué par Honorius et Théodose II219, et mis en lien avec le limes Gemellensis mentionné par la Notitia Dignitatum220. La datation des vestiges demeure malheureusement incertaine et débattue221. D’autres ouvrages linéaires furent identifiés dans le Sud algérien, lors des prospections menées par J. Baradez. La structure mentionnée entre Tobna et le jbel Magraoua, d’une longueur d’environ une soixantaine de kilomètres, associe un fossé, une levée de terre et un mur selon des modalités différentes le long de son parcours222. Il faut y ajouter le mur muni de portes fortifiées flanquées de tours et qui, sur environ 150 km, entoure le massif du Bou Taleb dans les monts du Hodna223. La datation de ces ouvrages linéaires de Numidie, qui restent très mal connus et n’ont jamais fait l’objet d’enquêtes archéologiques approfondies à l’exception des sondages réalisés en grande partie sur la Seghia par J. Baradez, reste malheureusement encore indéterminée224.

  • 225 Carte de répartition des ouvrages de Tripolitaine : Trousset, 1984b, fig. 2 ; également id., 2004. (...)
  • 226 Trousset, 1974, pp. 62-67, 152-154, 1978, pp. 168-169 et 1984b, pp. 384-387 ; Mattingly, Jones, 19 (...)
  • 227 Brogan, 1980 ; Mattingly, 1995, pp. 112-113 ; Napoli, 1997, pp. 99-100, 457-460 ; Trousset, 1997c, (...)
  • 228 Napoli, 1997, p. 99.
  • 229 Mattingly, 1995, pp. 114-115.
  • 230 Trousset, 2004, p. 86. Il avait proposé initialement de dater du règne de Trajan la muraille de Bi (...)

40Des tronçons, plus courts que ceux décrits par J. Baradez dans le Sud algérien, ont également été repérés dans le Sud de la Tunisie et en Libye225, dans le jbel Chareb, entre le jbel Tebaga et le jbel Melab, dans les oueds Zraïa, Skiffa et Chenini à l’est de Tisauar, ainsi qu’au sud de Tillibari (Remada) dans l’oued Morteba226, et par ailleurs dans le jbel Garian au nord-ouest de Mizda227. De façon commune, aucun fort ou fortin ne semble avoir été associé à ces différentes constructions ; en outre, peu de tours de guet ont été repérées le long de ces structures228. La datation de chacun des ouvrages linéaires repérés aux confins de la Tripolitaine n’est pas établie avec certitude et demeure également débattue229. L’importance prise par la multiplication des dispositifs militaires à l’instigation de Septime Sévère conduit néanmoins P. Trousset à dater les constructions linéaires découvertes dans la région, de la période sévérienne. Elles auraient alors complété les autres installations militaires déjà opérationnelles230.

  • 231 Synthèse des termes du débat et des différentes hypothèses : ibid., pp. 96-100.
  • 232 Trousset, 1974, pp. 139-141, 154 et 1980a, pp. 936-937.
  • 233 Voir ces emplois recensés : s. v. « Clausura », col. 1326-1327, dans TLL.
  • 234 Napoli, Rebuffat, 1993 ; Labory, 2003, que nous ne suivons pas toutefois dans son interprétation d (...)
  • 235 Pour la documentation écrite, voir Napoli, Rebuffat, 1993. En ce qui concerne les aspects archéolo (...)
  • 236 Mattingly, 1995, p. 107, qui établit cette distinction entre les termes fossatum et clausura.

41La finalité visée par l’édification de ce dispositif éclaté d’ouvrages linéaires reste l’objet de nombreuses interrogations231. Le substantif clausura fut régulièrement utilisé dans les études contemporaines pour qualifier les structures de Tripolitaine, auxquelles il aurait alors conféré le sens de fortification linéaire232. Aucun témoignage antique ne permet toutefois d’établir qu’un élément linéaire ait été spécifiquement désigné par ce mot233, qui renvoie d’abord, dans le domaine militaire où il n’est employé qu’à partir de la seconde moitié du ve siècle, à un fort dont la position permet de surveiller et fermer un lieu de passage234, auquel des ouvrages linéaires pouvaient à l’occasion être associés. De tels dispositifs sont bien attestés à divers endroits des frontières de l’empire, par la documentation littéraire et archéologique235. Pour certains chercheurs, la différence entre les dispositifs de fossatum repérés en Algérie et les structures de Tripolitaine tiendrait au fait que les premiers, d’une longueur plus conséquente, permettaient de contrôler un ensemble de routes, tandis que les secondes surveillaient chacune un itinéraire ou un défilé236.

  • 237 Graham, 2006, pp. 72-75.
  • 238 Voir le court bilan historiographique dressé par Napoli, 1989, pp. 823-824.
  • 239 Baradez, 1949a, pp. 134-141.
  • 240 Poidebard, 1934, pp. 18-19, qui s’inspire des réflexions de R. Cagnat.
  • 241 Picard, 1947, p. 55.
  • 242 Baradez, 1949a, pp. 138-139.
  • 243 Voir les remarques de Napoli, 1989, pp. 824-826.
  • 244 Il faut faire exception de la position d’Y. Modéran (voir Modéran, 2008, p. 104 et 2014, p. 111) à (...)

42Les sources écrites sont malheureusement muettes sur les raisons qui ont motivé leur construction, et la façon dont Rome en concevait l’usage237. L’interprétation de ces structures fut très influencée par les descriptions de J. Baradez qui contribua à les faire connaître238. Sa formation militaire le conduisit à accorder une fonction unique à l’ensemble des ouvrages linéaires de Numidie à qui Rome aurait alors conféré, selon lui, une valeur tactique239. S’inspirant des réflexions d’A. Poidebard sur la Syrie romaine240, dont les travaux avaient déjà influencé ceux de G. Picard sur la frontière d’Afrique romaine241, J. Baradez faisait de ces ouvrages linéaires les pièces constitutives d’un limes qui aurait été organisé en profondeur. Ils auraient opposé un obstacle continu le long de la « zone arrière des organisations du limes242 ». Cette théorie, qui suppose d’une part que les forts placés en avant des ouvrages linéaires aient été occupés de façon concomitante, d’autre part qu’un danger récurrent ait menacé la frontière africaine et conduit Rome à concevoir une réponse tactique générale dictant plus généralement sa perception même de la frontière243, n’est plus suivie244.

  • 245 Idée largement remise en cause dans les études de référence fournies par Trousset, 1984b, pp. 391- (...)
  • 246 Trousset, 1974, pp. 139-141 ; Mattingly, Jones, 1986, p. 94. 
  • 247 Trousset, 1974, pp. 139-141 et 1978 ; Fentress, 1979, pp. 112-113 ; Trousset, 1980a ; Shaw, 1982a  (...)
  • 248 Lawless, 1972a, 1972b, 1972c ; Rushworth, 1996, pp. 307-308.
  • 249 Mattingly, 1995, pp. 106-107 ; Rushworth, 1996, p. 309.

43On s’accorde aujourd’hui à considérer que l’ensemble des ouvrages linéaires de la Numidie à la Tripolitaine n’étaient pas de nature à constituer une réponse à un danger potentiel qui aurait menacé la frontière de l’Afrique romaine245. Les modestes garnisons implantées le long de ces constructions linéaires, dont il faut en outre souligner le caractère discontinu, n’auraient d’ailleurs pas eu les moyens d’assurer leur défense même contre de petites razzias246. L’hypothèse généralement admise aujourd’hui consiste alors à voir dans ces ouvrages linéaires un moyen mis en œuvre par l’autorité romaine pour contrôler les mouvements liés au pastoralisme247. Ici encore se pose toutefois l’épineuse question de l’existence de longs mouvements de transhumance dans l’Antiquité entre la zone présaharienne et le Tell, dont on peine à retrouver la trace pour cette période248. Sans doute ces constructions linéaires prennent-elles en compte des contextes locaux spécifiques, aussi faut-il peut-être renoncer à y voir une réponse globale à l’échelle provinciale, et ne pas exclure, sans qu’il soit malheureusement possible d’aller au-delà du champ de l’hypothèse tant les données archéologiques font défaut, l’éventualité de diverses phases de construction249.

  • 250 Napoli, 1989 ; Mattingly, 1995, p. 114.
  • 251 Napoli, 1997, pp. 38, 107, 408-412.
  • 252 Sur le massif du Bou Taleb : aperçu général donné par El Briga, 1991.
  • 253 Jacquot, 1911 ; Napoli, 1997, pp. 107, 412.
  • 254 AE, 1908, no 154, sur laquelle fut lue la forme termines et non termini comme on pourrait s’y atte (...)
  • 255 Napoli, 1997, p. 107.

44À l’exemple de ce qui peut être observé ailleurs dans l’Empire, les structures linéaires repérées en Afrique ne sont pas systématiquement liées à la frontière de la province250. L’ouvrage linéaire du Bou Taleb qui enserre plus de la moitié du massif du Hodna en fournit un exemple manifeste. Le caractère défensif de la structure, qui se présente sous la forme d’un mur muni semble-t-il d’ouvertures flanquées de tours, auquel ne paraît pas avoir été associé de façon significative un nombre important d’édifices à fonction militaire, est peu probable251. Il a été suggéré de conférer à l’ouvrage une fonction de protection des ressources naturelles du Hodna252, contre des dégradations éventuelles causées par la pratique de la transhumance253. Une inscription découverte près d’El Bahira, à proximité de la structure, mentionne les limites d’un domaine impérial254 : est-ce lui qu’il aurait fallu protéger des incursions de troupeaux255 ? Trop de questions, qui tiennent notamment à la datation de ces différents témoignages écrit et archéologique, ne permettent malheureusement pas de l’affirmer.

  • 256 Ibid., pp. 96-99.
  • 257 Ibid., pp. 65-69, 112.
  • 258 D’autres ont vu dans l’édification de la Seghia une initiative d’Hadrien, en raison des similitude (...)
  • 259 Guey, 1939, pp. 214-218 (= AE, 1940, no 125) : « [d(ominus) n(oster) Fl(auius) Con/stantin/us maxi (...)
  • 260 Sur ce camp : Lenoir, 2011, pp. 208-209, qui souscrit aussi à cette datation (ibid., p. 343).
  • 261 Reddé, 1995, p. 101.
  • 262 Trousset, 1997c, p. 2916.

45Il est en revanche communément envisagé, en Numidie, que l’ouvrage linéaire de Tobna au jbel Magraoua et la Seghia Bent el-Krass soient étroitement liés à la frontière provinciale256. J. Napoli a d’ailleurs proposé, à partir de ressemblances structurelles entre des édifices militaires associés à l’ouvrage de Tobna et ceux de la Seghia, de dater les deux structures linéaires de la même période257. Elle retient dans le cas de la Seghia la suggestion faite par J. Guey258, utilisant comme argument les données fournies par la forteresse de Bourada située à 300 m du fossé et mise en relation avec la structure linéaire : le plan du camp, associé à une inscription qui daterait du règne de Constantin259, ainsi que la découverte de nummi constantiniens, furent invoqués pour suggérer une construction de l’ensemble au début du ive siècle260. Cette hypothèse de datation est toutefois fragile : le caractère lacunaire du texte attribué à Constantin sur lequel J. Guey a appuyé sa démonstration rend son interprétation incertaine, et ne permet pas en outre de lier assurément l’inscription à la fondation du camp de Bourada dont le lien organique avec la Seghia reste par ailleurs à confirmer261. En l’absence de nouvelles données archéologiques, la datation de ces structures linéaires, à laquelle est étroitement liée la question de leur interprétation historique262, reste donc l’objet de nombreuses interrogations.

  • 263 La longueur sur laquelle se déroulait l’ouvrage linéaire de Tobna permet en outre de douter qu’il (...)
  • 264 Le fort de Gemellae ne permet pas de dater la Seghia dans la mesure où aucun lien organique, si ce (...)
  • 265 Pline, Histoire naturelle, 5, 30 ; Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 24.
  • 266 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 267 Code Théodosien, 7, 15, 1.

46Qu’en est-il de leur lien présumé avec la frontière provinciale ? D’un point de vue fonctionnel, ces structures se déroulent de manière discontinue en plaine ou au pied de montagnes ; elles sont aisément contournables et ne semblent pas avoir eu pour fonction de barrer et de contrôler l’ouverture créée par des passages naturels263. Les témoignages conjugués de Pline l’Ancien qui mentionne le Nigris (oued Djedi), aux confins de l’Africa, et de la Notitia Dignitatum qui fait état au même endroit d’un limes Gemellensis, lié au fort de Gemellae localisé à 2,5 km de la Seghia264, servent à argumenter l’implication de celle-ci dans la matérialisation de la frontière265. Si la datation de la Seghia demeure indéterminée, la localisation et la nature de la structure s’accorderaient avec l’idée d’une frontière négociée, dans une conception romaine rappelant le précédent célèbre, certes plus ancien, de la Fossa Regia266, faisant écho pour la période tardive au fossatum évoqué aux confins de l’Afrique par Honorius et Théodose II267 : ainsi pourrait se comprendre la décision de délimiter dans la région l’étendue de la province et de matérialiser ses bornes qui garantissaient aux communautés vivant au voisinage immédiat de la frontière l’indépendance de leur territoire face à l’autorité romaine.

  • 268 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 25. Également le témoignage d’Augustin à propos du poste milit (...)
  • 269 Jones, Mattingly, 1980, pp. 324, 326 : est consignée la découverte d’une monnaie de Constance II é (...)
  • 270 Voir ci-dessus.
  • 271 Leschi, 1943, p. 11.
  • 272 Voir en particulier les réserves émises par Kulikowski, 2000, sur la réalité des données décrites (...)
  • 273 Carcopino, 1925, pp. 45-47.
  • 274 Il faut signaler les traces de centuriations repérées à une vingtaine de kilomètres plus au sud, d (...)
  • 275 Sur cette inscription, voir ci-dessus.
  • 276 Leveau, Faure, 2015, p. 139.

47Les données fournies par la Notitia Dignitatum sont également invoquées dans le cas de la structure linéaire de Tobna au jbel Magraoua, mise en lien avec le limes Tubuniensis268. Si la documentation archéologique atteste l’existence de l’ouvrage dans la seconde moitié du ive siècle269, il n’y a toutefois aucune certitude sur sa période de construction. Outre l’inscription du jbel Zireg d’époque sévérienne270, l’ultime indice offrant un élément de datation précis sur la présence romaine à l’ouest de la structure linéaire, au sud-ouest du chott el-Hodna, est fourni par la dédicace du camp d’Aqua Viua en 303271. La mention d’un limes dans le voisinage de l’ouvrage linéaire par la Notitia Dignitatum, dont l’utilisation en tant que source historique reste l’objet de vifs débats272, ne suffit pas à garantir un lien tangible entre la structure linéaire et le limes Tubuniensis ou plus généralement le tracé de la frontière. L’hypothèse d’une dimension plus locale revêtue par l’ouvrage linéaire, au-delà duquel s’étendait le territoire sous administration de Rome à l’époque sévérienne ainsi que le signale notamment le milliaire d’El Gahra en direction du sud-ouest273, mérite également d’être considérée. La mise en valeur du sol opérée à l’ouest de la structure linéaire au début du iiie siècle dont témoigne l’inscription du jbel Zireg274 laisse supposer des attributions de terres sur un espace relativement étendu275, peut-être affectées à titre collectif à une tribu si l’on songe à l’exemple des Musulames dans la région de Théveste, d’Ammaedara et de Madaure276. Une telle entreprise rendait nécessaire de définir et de délimiter les territoires et les droits du sol de chaque communauté impliquée. La question se pose alors de savoir si l’ouvrage linéaire de Tobna au jbel Magraoua, certes éloigné d’environ 60 km à vol d’oiseau du jbel Zireg, a pu contribuer à ce processus de reconnaissance territoriale.

  • 277 Mattingly, 1995, pp. 114-115 ; Napoli, 1997, pp. 71-72, 112.
  • 278 Mattingly, Jones, 1986, pp. 94-95 ; Napoli, 1997, pp. 434-442.
  • 279 Trousset, 1978, pp. 170-172.
  • 280 Napoli, 1997, pp. 69-71, 99-100.
  • 281 M’Rabet, 2003, pp. 13-14.

48Vers l’est de la province, les rares indices de datation rassemblés sur les murailles de Tripolitaine pourraient suggérer une construction qui ne serait pas antérieure au début du iiie siècle277. Des tessons des iie/iiie siècles ramassés sur le site de Bir Oum Ali constituent le seul indice chronologique, dont il faut souligner le caractère isolé, fourni par les murailles du jbel Chareb278. L’hypothèse d’une datation remontant à Trajan, suggérée par P. Trousset qui interprète cet ensemble de murailles comme la volonté de constituer une limite entre une zone de vie nomade et une zone de vie sédentaire autour de Capsa qu’il se serait agi de protéger279, n’est pas tenable comme le montrent notamment le développement agricole du Nefzaoua au cours de cette période et la politique suivie par Trajan encourageant cet essor280. L’ensemble des murailles du jbel Chareb a peut-être contribué à matérialiser les limites territoriales des communautés civiques de Capsa et Turris Tamalleni à une période qu’il reste à déterminer, rappelant les opérations de bornage opérées sous Trajan entre les deux ensembles territoriaux. Il n’est également pas exclu que les ouvrages du jbel Chareb aient permis de signaler la limite entre les provinces de Byzacène et de Tripolitaine281. Les incertitudes pesant sur la période de leur construction laissent ici le champ des hypothèses ouvert.

  • 282 Napoli, 1997, p. 71.
  • 283 Sur les occurrences de cette estampille en Afrique : Deneauve, 1964-1965, pp. 126-127. Rebuffat, 1 (...)
  • 284 Donau, 1904b, p. 475.
  • 285 Mattingly, 1995, p. 110.
  • 286 Napoli, 1997, pp. 71-72, 447-456.
  • 287 Mattingly, 1995, p. 113 ; Napoli, 1997, pp. 72, 457-460.

49L’édification de l’ouvrage du jbel Tebaga n’est, quant à elle, peut-être pas antérieure à la fin du iie siècle ou au début du iiie siècle282 : c’est ce qu’inciterait à penser l’estampille « AVGENDI »283 lue sur une lampe trouvée dans les fondations de la porte fortifiée appartenant à la structure linéaire284. Beaucoup d’interrogations concernent toutefois le plan de l’ouvrage qui semble impliquer plusieurs phases de construction et ne résout pas la question de la datation285. Seule finalement une utilisation de la structure à l’époque tardive ne paraît pas faire de doute. J. Napoli suggère de dater les murailles du jbel Demmer également du iiie siècle, dans l’idée qu’elles aient revêtu la même finalité que l’ouvrage du Tebaga dans le prolongement duquel elles se situent286. Des motifs archéologiques conduisent de même à proposer une construction de l’ensemble de la structure du Hadd Hajar entre la fin du iie siècle et le courant du iiie siècle287.

  • 288 Trousset, 1974, p. 141 et 1978, pp. 170-172 ; Brogan, 1980, p. 50 ; Trousset, 1984b, pp. 388, 391- (...)
  • 289 Mattingly, 1995, p. 114, souligne toutefois le défaut de preuves permettant d’envisager un rôle de (...)
  • 290 Voir Despois, 1964, pp. 221-225, sur ce genre de contrôle, et les auteurs qui en réclament directe (...)

50Si l’hypothèse d’une nature défensive des ouvrages linéaires n’est plus retenue, la fonction de contrôle des mouvements de transhumance que les études actuelles s’accordent généralement à affecter aux structures de Tripolitaine présuppose une pratique pastorale répandue dans la région, entraînant d’importants mouvements de transhumance qui convergeaient vers des sortes de « points de rassemblement » avant d’emprunter les mêmes couloirs autorisant l’accès aux aires de cultures et aux pâturages288. Les dispositifs linéaires auraient alors permis de réguler ces flux, en les contraignant à emprunter les passages qu’ils offraient, sous surveillance de l’armée romaine qui, dans cette idée, aurait veillé au respect du calendrier des récoltes et peut-être perçu des taxes sur les passages289. Cette interprétation est fortement influencée par les observations faites à l’époque contemporaine, diffusées notamment par les travaux de J. Despois290.

  • 291 Napoli, 1997, pp. 100, 117-119.
  • 292 Ibid., pp. 99, 453.

51Du point de vue archéologique, cette hypothèse s’appuie sur la présence, repérée dans un certain nombre de structures, de guichets qui auraient assuré ce type de contrôle de la circulation291 : les passages aménagés prennent la forme de tours encadrant le couloir traversant le mur. Le fait que celui-ci remonte régulièrement, dans les différentes structures linéaires observées, sur les pentes des vallées d’oueds qu’elles coupent, a conduit à ne pas y voir de simples installations hydrauliques mais bien des murailles292.

  • 293 Mattingly, Jones, 1986, p. 94.
  • 294 Mattingly, 1995, p. 113.
  • 295 Toutain, 1906, p. 245, à propos du point de passage offert à travers la muraille du jbel Asker (in (...)
  • 296 Ibid., p. 118. Les auteurs qui l’ont étudié (P. Blanchet et R. Donau) ont toutefois fourni des pla (...)
  • 297 Ibid., p. 453.
  • 298 Ibid., p. 118, qui reproduit le plan de P. Blanchet.
  • 299 Ibid., p. 119.

52Le faciès de ces dernières est très variable selon la nature du terrain qu’elles traversent. Les commentateurs s’accordent toutefois sur un fait : ces obstacles pouvaient facilement être contournés, et les petites garnisons qu’ils accueillaient, au vu des vestiges laissés par les corps de garde établis aux lieux des passages aménagés dans les murailles, n’auraient pas été de taille à une démonstration de force efficace s’il en eût été besoin, même dans le cadre de simples opérations de police ou de toutes petites attaques293. Ces structures auraient alors surtout eu une valeur incitative et joué un rôle de contrainte, afin de conduire les voyageurs à utiliser des passages obligés294. D’un point de vue pratique, la largeur de l’espace laissé à la circulation à travers les portes fortifiées étonne néanmoins si l’on fait valoir qu’il s’agissait d’y faire passer d’importants effectifs, en particulier en têtes de bétail, dans le cadre de mouvements de transhumance295. La largeur du passage ouvert à travers l’ouvrage linéaire du Tebaga semble avoir avoisiné les 3 m296. La porte de la muraille de l’oued Skiffa, qui dessine le seul passage aménagé repéré sur l’ensemble des murailles du jbel Demmer297, offrait en revanche semble-t-il une ouverture plus réduite, large de 1,2 m, munie en outre d’un seuil298. Enfin, le passage à la porte du Hadd Hajar était large de 2,6 m299.

  • 300 Trousset, 1974, p. 16.
  • 301 El-Bekri (Description de l’Afrique septentrionale, trad. de William Mac Guckin de Slane, Paris, Im (...)
  • 302 Augustin, Lettres, 46, 1 (CSEL, 34(2), p. 123). Commentaire de ce passage : Modéran, 2003, pp. 364 (...)
  • 303 Mattingly, 1995, p. 109.
  • 304 Trousset, 1982, p. 56.
  • 305 Toutain, 1906, pp. 248-249.
  • 306 Lassère, 1982, p. 21 ; Trousset, 1982, p. 56.

53Dans l’interprétation de ces structures, un seul sens de circulation est systématiquement considéré : celui qui traversait de façon perpendiculaire l’ouvrage linéaire qui en aurait barré le passage, afin de contraindre les voyageurs à emprunter les ouvertures aménagées dans un souci de régulation de la circulation. Or, si l’on considère le rôle de ces structures dans le voyage à travers des régions dans lesquelles il n’était pas toujours facile de se repérer, le principe de prévoyance qui leur est régulièrement affecté et l’intention prêtée aux lieux de passage monumentalisés peuvent prendre une autre signification. Prenons l’exemple de l’ouvrage linéaire du jbel Chareb, qui s’étire au nord du chott el-Fejaj. D’une longueur de 90 km d’est en ouest, la combe du Fejaj est cernée au sud par le jbel Tebaga qui en constitue la retombée méridionale300. Elle est partiellement inondée durant la saison froide, ce qui rend aussi la circulation dangereuse à cette période301, et préférable en saison sèche. Le risque de s’y perdre n’est donc pas négligeable et explique sans doute le rôle de guide que semblent avoir joué des barbarae gentes auprès des voyageurs traversant la région des chotts du Sud tunisien, à la fin de l’Antiquité302. La ligne de murs d’orientation est/ouest traversant le Chareb au nord du Fejaj contournait le chott depuis Tacapes par El Hamma, et prenait la direction, à l’ouest, de Chebika et Ad Maiores. Elle ménageait un passage à Bir Oum Ali sur un itinéraire présumé traverser le chott el-Fejaj et conduisant à Turris Tamalleni, puis un autre au jbel Asker sur la route entre Capsa et Turris Tamalleni. L’abri offert par le passage de la porte fortifiée de la structure de Bir Oum Ali pourrait avoir profité de la proximité d’une citerne selon l’interprétation des vestiges attestés dans le voisinage303. À une trentaine de kilomètres en direction de l’ouest, le passage ouvert au jbel Asker offrait la liaison la plus courte entre Capsa et le Nefzaoua304. Si sa traversée pouvait se faire sans trop de difficultés305, le passage par Bir Oum Ali procurait semble-t-il toutefois une meilleure accessibilité aux convois plus lourds, comme le confirme la piste contemporaine désignée sous le nom de Theniat-el-Trafi, qui en emprunte le tracé et gagne Kebili depuis Bir Oum Ali en passant par Steftimi306.

  • 307 Toutain, 1906 ; Donau, 1909 ; Trousset, 1982, p. 48.
  • 308 Napoli, 1997, pp. 438-439, fait le point sur les différentes descriptions archéologiques.
  • 309 Sur cette interprétation : Trousset, 1978, p. 169.
  • 310 C’est la conclusion émise par Krimi, 2007, pp. 142-143, à partir d’observations faites sur le terr (...)
  • 311 Les aménagements particuliers des ouvrages du Chareb, ainsi que ceux du Demmer, suggèrent qu’ils é (...)

54Est-ce alors en vue de faciliter la traversée du chott el-Fejaj que ces murs, conduisant les voyageurs vers des passages assurés traversant la limite territoriale qu’ils pourraient en outre avoir eu pour fonction de signifier, ont pu être édifiés ? S’il est utile d’invoquer la cartographie moderne des routes permettant, à travers le Fejaj, de gagner le Nefzaoua, c’est qu’elle confirme l’importance persistante des deux itinéraires liés aux passages du jbel Asker et de Bir Oum Ali à l’époque contemporaine307. La construction de l’ouvrage de Bir Oum Ali répondait alors peut-être à plusieurs finalités : le conduit ouvert, aménagé au sommet de la partie centrale du mur de Bir Oum Ali à l’endroit où il traverse l’oued308, et qui a été interprété comme un chemin de ronde309, fut récemment identifié à un ouvrage hydraulique dont l’eau permettait d’alimenter les petites citernes observées à proximité310. La structure linéaire pouvait aussi être un point de repère pour les voyageurs, dans des zones escarpées où la traversée était difficile. De la même manière, c’est peut-être dans un souci d’assurer la sécurité des voyageurs sur certains itinéraires que fut privilégiée l’implantation des murs positionnés au passage des oueds, le long desquels la circulation pouvait s’avérer dangereuse en cas de pluies abondantes311. Quoi de plus incitatif que la propre sécurité des voyageurs pour les convaincre d’emprunter des « passages obligés » ?

  • 312 Krimi, 2007, pp. 144-145.
  • 313 Trousset, 2011, pp. 214-215.

55Cette utilité éventuelle ne constitue sans doute pas la réponse exclusive aux fonctions diverses que purent remplir les murs découverts au sud de la Tunisie, érigés dans des contextes différents. Si la sécurité des voyageurs n’est pas exclue surtout lorsque l’ouvrage se déroule en terrain escarpé312, la finalité revêtue par l’ensemble des structures du jbel Tebaga, composées d’un fossé et d’une levée de terre en partie dans la vallée de l’oued el Baguel, d’un mur en pierre sèche sur les terrains rocheux, était peut-être liée à d’autres préoccupations. Placé semble-t-il à la limite entre le territoire de la cité de Tacapae et celui de la tribu des Nybgenii313, il servit peut-être à la matérialiser, à une période qu’il reste toutefois à déterminer. En l’état actuel des connaissances sur ces structures linéaires, seule une étude de terrain plus approfondie des vestiges laissés par ces ouvrages et de leur environnement permettrait d’avancer dans la discussion.

III. — Un effectif militaire réduit, face à une frontière étendue

  • 314 Sur les unités militaires d’Afrique proconsulaire, voir les synthèses proposées par Le Bohec, 1984 (...)
  • 315 Flavius Josèphe (Guerre des juifs, 2, 383) s’étonnait déjà qu’une seule légion puisse être affecté (...)
  • 316 Trousset, 1984b, p. 391 ; Le Bohec, 1987, p. 378 ; Trousset, 2004, p. 87.
  • 317 Breeze, Dobson, 1978, p. 48 et Appendice 2, pp. 242-258.
  • 318 Le Bohec, 1980, 1987, p. 378.

56La faiblesse relative du nombre de militaires qui, sous les ordres du légat de la IIIe légion Auguste, étaient impliqués dans les garnisons stationnées à la frontière de l’Afrique314, comparée à l’étendue de la zone qu’elle couvrait, ne cesse d’intriguer315. On estime qu’entre 10 000 et 12 000 hommes étaient affectés en garnison sur les quelque 1 200 km le long desquels s’étirait la frontière de l’Afrique proconsulaire316 : par comparaison, le même effectif militaire paraît avoir été déployé sur les 117 km de longueur du mur de Bretagne317. En Afrique, les hommes appartenaient semble-t-il pour moitié à la IIIe légion Auguste, et pour l’autre à des troupes auxiliaires318.

  • 319 Id., 1989a, p. 581.
  • 320 Ainsi à Ad Maiores, sous Trajan : CIL, VIII, 2478 (= 17969) ; sous Septime Sévère, à Gholaia (IRT, (...)
  • 321 Picard, 1947, no 12 (= AE, 1948, no 214).
  • 322 Picard, 1947, nos 15, 16.
  • 323 Ibid., no 6.
  • 324 Ibid., nos 3, 4.
  • 325 Ibid., nos 9, 10, 23. Une inscription, malheureusement fragmentaire et indatable, mentionne la pré (...)

57De façon tout à fait similaire à ce qui est attesté ailleurs319, la construction des édifices militaires situés dans la zone de la frontière impliquait régulièrement des vexillations de la IIIe légion Auguste320. Au Castellum Dimmidi, participèrent également à la construction du fort, outre une vexillation de la IIIe légion Auguste, une vexillation de la legio IIIa Gallica et un détachement de l’ala Ia Pannoniorum321. Cette dernière unité paraît avoir quitté le site avant même la fin des travaux322. La légion IIIa Gallica est dissoute par Élagabal, aussi sous son règne n’est plus mentionnée au Castellum Dimmidi que la IIIe légion Auguste323 qui semble y avoir maintenu une vexillation jusque sous Maximin324, rejointe temporairement au cours du règne de Sévère Alexandre par un numerus Palmyrenorum qui quitte le camp peu après la mort de l’empereur325.

  • 326 ILAfr, 9 (= ILT, 1 ; AE, 1909, no 104 ; ILS, 9177). Voir Euzennat, 1972, p. 19, n. 1 ; Le Bohec, 1 (...)
  • 327 Le Bohec, 1986.
  • 328 AE, 1975, no 870.
  • 329 Merlin, 1920, pp. xcii-xciii.
  • 330 Tacite, Histoires, 40, 48, 1.

58L’installation d’une garnison à Si Aoun n’a selon toute apparence pas impliqué la IIIe légion Auguste : l’inscription rappelant la mise en place d’une unité en 198, sous l’autorité du légat de la IIIe légion Auguste, évoque un effectif composé d’un détachement de la cohors II Fl(auia) Afr(orum equitata) et d’un n(umerus) col(latus)326 ; ce dernier constituait semble-t-il un type d’unité provisoire formée pour une mission précise327. La présence de la deuxième cohorte d’Afri est également attestée à Remada sous Septime Sévère328, ainsi qu’à Tisauar à une date qu’il reste à déterminer329. Ce n’est alors sans doute pas sans raison que Tacite présente les troupes auxiliaires comme les gardiens des confins africains330.

  • 331 Lenoir, 2011, pp. 372-373.
  • 332 AE, 1950, no 58.
  • 333 Ibid., no 59. Voir Lenoir, 2011, pp. 212-216.
  • 334 Rebuffat, 1976-1977a, pp. 40, 50-51.

59À travers l’ensemble des constructions du Haut-Empire, M. Lenoir a néanmoins postulé « une permanence des conceptions stratégiques de l’état-major jusqu’à l’époque sévérienne : l’avancée dans ces régions mal connues et non soumises directement à l’autorité de Rome est toujours confiée à des troupes légionnaires », à qui l’on doit alors la construction « de grands camps, tous du type en carte à jouer331 ». Il prend pour preuve l’exemple fourni par les camps d’Ad Maiores, de Gemellae, Gholaia et Gheriat el-Garbia. À Gemellae, la cohors I Chalcidenorum equitata, dont la présence est attestée en 126332, a toutefois précédé sur le site la venue peu de temps après d’une vexillation de la IIIe légion Auguste, en charge de la construction du camp333. La région paraissait alors déjà soumise à l’autorité romaine. Il en est de même du contexte de construction du fort de Gholaia, et peut-on supposer de celui de Gheriat el-Garbia. L’agglomération développée très rapidement autour du camp de Gholaia, sur trois de ses côtés, confirme que la garnison ne revêtait pas une fonction défensive majeure334.

  • 335 Voir la mise au point sur le débat fournie par Isaac, 1988, p. 140.
  • 336 « Sola, quae de hostibus capta sunt, limitaneis ducibus et militibus donauit » (« Il attribua les (...)
  • 337 L’idée fut notamment relayée pour l’Afrique par Trousset, 1974, p. 150, qui reconnaissait le carac (...)
  • 338 Voir également, plus récemment, la notice produite par Janniard, 2015.

60En ce qui concerne les moyens humains mobilisés pour le fonctionnement des constructions militaires sous le Haut-Empire, il reste à dire quelques mots de la question des limitanei sur lesquels il fut beaucoup écrit335. L’interprétation erronée du texte tiré de la biographie de Sévère Alexandre dans l’Histoire Auguste, qui emploie uniquement l’adjectif limitaneus pour préciser la situation géographique des militaires dont il est question336, a conduit à attribuer à cet empereur l’institutionnalisation de soldats agriculteurs dans la zone de la frontière, dont la présence fut postulée notamment en Afrique337. L’étude menée par B. Isaac a confirmé qu’il fallait renoncer à la notion même de paysans soldats338.

 

  • 339 Laporte, Dupuis, 2009, p. 56.
  • 340 Pline, Histoire naturelle, 5, 30. Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 341 Pline, Histoire naturelle, 5, 37, et le commentaire de Desanges, 1980a, p. 400.
  • 342 Id., 1964, 2006a, p. 56.

61Pour conclure, l’implantation de garnisons dans le sud du territoire provincial entre le ier et le iiie siècle a-t-elle accompagné une dilatation de l’espace sous contrôle romain et un déplacement de sa limite méridionale ? En Numidie, la fondation du camp d’Ad Maiores au début du iie siècle fut interprétée comme un report de 150 km vers le sud de la frontière provinciale : celle-ci, définie dans une acception réductrice par la présence d’installations militaires, n’aurait pas dépassé avant cette date le piémont nord de l’Aurès339. Le témoignage de Pline l’Ancien porte toutefois dès le Principat augustéen la limite de la province sur les rives du Nigris, identifié à l’oued Djedi340. Dans cette direction, les places de Tabudium (Thabudeos), Viscera (Biskra) et Thuben (Tobna), atteintes par L. Cornelius Balbus341, sont mentionnées en Maurétanie césarienne par Ptolémée, dont la documentation est antérieure aux années 110 apr. J.-C. : elles semblent alors avoir fait partie des anciens territoires gétules laissés à Juba II. L’édification de la forteresse d’Ad Maiores et les travaux entrepris en direction de Thabudeos furent peut-être effectués à l’occasion de l’intégration de la région à la Proconsulaire342. Il n’est pas question de terres qui n’étaient pas déjà incluses dans l’espace provincial, et s’il y eut un glissement de frontière au sud de l’Aurès au moment de la fondation de la garnison d’Ad Maiores sous Trajan, ce fut un déplacement vers l’ouest de la limite interprovinciale entre la Césarienne et la Proconsulaire.

  • 343 La carte proposée par Mattingly, 1995, p. 76, représente les limites des cités de Tripolitaine ori (...)

62Si en Numidie le tracé de la frontière matérialisé par le fleuve Nigris sous le Principat augustéen semble largement avoir guidé le mouvement pris par l’occupation militaire du territoire, qui ne l’a dans l’ensemble guère dépassé, la situation est plus complexe en Tripolitaine dans la mesure où la limite originelle de la province reste incertaine. Sous les Sévères, l’installation d’une garnison à Cidamus semble bien sanctionner une amplification de l’espace sous contrôle direct de Rome, à la suite de l’expédition menée bien antérieurement par L. Cornelius Balbus. Plus à l’est, la fondation des camps de Gholaia et de Gheriat el-Garbia paraît également avoir entériné, au début du iiie siècle, l’intégration d’un territoire acquis anciennement à l’ordre politique romain — à une période qu’il reste malheureusement difficile à préciser —, plus qu’elle n’a initié et accompagné un mouvement de conquête et une extension vers le sud des limites de la province, qui semblent s’être déplacées progressivement depuis le ier siècle apr. J.-C.343.

63Le caractère sporadique de la présence militaire aux confins de la Proconsulaire, et le rythme auquel furent progressivement instituées des garnisons permanentes, attestent le pragmatisme avec lequel Rome a envisagé l’occupation militaire de la région : de manière générale, celle-ci ne fut dictée par aucun caractère d’urgence ni par des tensions locales face auxquelles elle aurait constitué une réponse. Les choix faits par Rome en termes de gestion militaire des confins africains se comprennent à la lumière des relations établies entre l’État et les populations du sud de la province au cours du ier siècle, après la répression violente des derniers épisodes de révolte.

Notes

1 Voici quelques références, non exhaustives, de cet état du limes tel qu’il est décrit par les auteurs contemporains : Piganiol, 1963 ; Forni, 1987 ; Trousset, 2004, p. 60.

2 Voir Isaac, 1988.

3 Le Bohec, 1995, p. 124.

4 Sur les mentions littéraires du substantif limes sous le Haut-Empire, voir Isaac, 1988.

5 Voir la courte synthèse proposée par Guédon, 2010, pp. 67-69, à propos de l’héritage routier préromain. Sur le lien entre réseau routier et organisation du limes, voir les remarques générales de Le Bohec, 1999, p. 114.

6 Id., 2009b, suggère de désigner ainsi tous les axes attestés par de telles inscriptions. Christol, 2012c, a bien montré les limites d’un tel raisonnement.

7 Bref aperçu de la discussion dans Guédon, 2010, pp. 74-75.

8 Comparativement à l’ensemble des données récoltées par Baradez, 1949a, et celles répertoriées ensuite par Trousset, 1974, c’est un nombre très restreint de constructions que Lenoir, 2011, retient dans son étude sur les forteresses romaines d’Afrique du Nord : 11 en Tripolitaine, et 19 en Numidie, pour lesquelles l’utilisation des bâtiments à des fins militaires ne fait aucun doute, sans qu’il soit toutefois possible de dater de façon systématique, et avec certitude, la période de fonctionnement de chacun d’entre eux.

9 « La légion cantonnée en Afrique et les troupes auxiliaires chargées de garder les frontières de l’Empire étaient, durant le principat du divin Auguste et de Tibère, sous les ordres d’un proconsul. Puis Caius César, esprit troublé et craignant Marcus Silanus, alors gouverneur de l’Afrique, enleva la légion au proconsul et la confia à un légat envoyé à cette fin » (Tacite, Histoires, 4, 48, 1 ; éd. et trad. d’Henri Le Bonniec, Paris, CUF, 1992). Sur cette réforme : Hurlet, 2006, pp. 151-154.

10 « Lorsque Lucius Piso, fils de Plancina et Cnæus Piso, obtint le gouvernement de l’Afrique, Caius eut peur qu’il n’envisage quelque soulèvement, par ambition, surtout qu’il allait disposer d’une force énorme en citoyens et étrangers ; il plaça donc les soldats et les Numides qui y étaient rattachés sous les ordres d’un autre homme, et cet arrangement perdure encore depuis cette date » (Cassius Dion, Histoire romaine, 59, 20, 7 ; trad. de Janick Auberger, Paris, La Roue à livres, 1995).

11 C’est la situation administrative de son temps que Cassius Dion a projetée ici par anachronisme : voir les remarques de Bénabou, 1972 ; Hurlet, 2006, pp. 151-152, 195, 308.

12 Le Bohec, 1989a, pp. 364-365 ; Hurlet, 2006, pp. 153-154.

13 Desanges, 1980b, p. 81.

14 Le Bohec, 1989a, p. 364.

15 En Tripolitaine occidentale, Le Bohec, 1989a, pp. 357-360, suppose l’existence d’un « système défensif du sud-ouest tunisien » sous les Julio-Claudiens, qui aurait pris la suite d’un « système de la Dorsale tunisienne » : les arguments avancés sont toutefois fragiles, et cette hypothèse fut fortement critiquée par Khanoussi, 1992.

16 Sur cette région, voir la carte 2 de cet ouvrage.

17 Pachtère, 1916 ; Le Bohec, 1989a, pp. 353, 360-362. À Vazaiui, au sud-ouest de Théveste, une dédicace malheureusement très endommagée (CIL, VIII, 17637) ne permet pas de certifier l’existence d’un camp remontant à l’époque de Domitien : voir Cagnat, 1913, pp. 588-589 ; Le Bohec, 1989a, p. 363.

18 CIL, VIII, 308. Voir Gascou, 1982a, p. 162 ; Benzina Ben Abdallah, 1994.

19 La soumission des Musulames à l’autorité romaine est confirmée par l’attestation, sous Domitien, d’une cohors Flauia Prima Musulamiorum, en Syrie en 88 (CIL, XVI, 35), puis présente avant 107 en Maurétanie césarienne : voir Benseddik, 1979, pp. 58-59.

20 L’inscription est toutefois très fragmentaire : CIL, VIII, 17725.

21 La présence de Flauii y est attestée : CIL, VIII, 2251, il s’agit de l’épitaphe de T. Flavius Bitus, semble-t-il vétéran, cavalier de la cohorte II Gemella Thracum ; CIL, VIII, 2258 ; CIL, VIII, 17694. Voir Le Glay, 1968, pp. 218, 222 ; Lassère, 1977, p. 255.

22 Le Glay, 1968, pp. 222, 229-230, n. 4 : il rapproche les inscriptions CIL, VIII, 2438 et 2439, dont il propose une lecture révisée.

23 CIL, VIII, 17842. Voir Corbier, 2009, pp. 182-183.

24 AE, 1954, no 137. Voir Leschi, 1953 ; Janon, 1973, pp. 201-210 ; Groslambert, 2011, pp. 21-22 ; Lenoir, 2011, pp. 184-186.

25 Le Bohec, 1977, p. 76 et 1989a, p. 362.

26 CIL, VIII, 22172 = ILAlg, I, 3950. Voir Pflaum, 1962 ; Le Glay, 1968, pp. 214, 226 ; Eck, 1970, pp. 119-121 ; Thomasson, 1996, p. 135, no 5.

27 Il fut assisté dans cette tâche, dont les finalités demeurent discutées, par un légat impérial nommé pour l’occasion, C. Rutilius Gallicus : Di Vita-Évrard, 1986, pp. 34-35 ; Thomasson, 1996, pp. 43-44, no 48 ; Ferchiou, 1998 ; Hurlet, 2006, p. 305 ; Abid, 2014.

28 ILAlg, I, 3885. Voir Le Glay, 1968, p. 217, n. 2.

29 Ibid., p. 221. L’expression « système défensif » fut employée par Le Bohec, 1989a, pp. 355-365, 405-437, 485-486, pour évoquer la géographie militaire de la province d’Afrique proconsulaire ; voir également id., 1995. 

30 Cagnat, 1913, pp. 575, 592 ; Courtois, 1951, p. 15 et 1955, pp. 118-126. La thèse de l’opposition entre la plaine et la montagne réputée être une zone hostile pour l’autorité romaine fut largement critiquée : Janon, 1973, pp. 197-199 ; Leveau, 1977, qui propose une mise au point historiographique, et plus particulièrement Morizot, 1979, 1997a, pp. 268-269, ainsi que Leveau, 1990a, sur l’Aurès. Voir Brown, 1968, à propos de l’opposition traditionnellement avancée dans le cadre de la crise donatiste, entre villes et campagnes.

31 Janon, 1973, p. 199.

32 Voir les remarques de Khanoussi, 1992.

33 Sur l’expression « système défensif » employée à propos de la frontière de l’Afrique romaine, voir les observations formulées en introduction.

34 Morizot, 1979, 1997a.

35 Leveau et alii, 1993, p. 196.

36 Le Bohec, 1977, p. 76 et 1989a, p. 362 ; Lenoir, 2011, pp. 187-196.

37 CIL, VIII, 2478-2479 (= 17969-17971). Voir Le Bohec, 1989a, pp. 430-433 ; Trousset, 1991b ; Lenoir, 2011, pp. 181-182.

38 Sur ce personnage, voir Thomasson, 1996, p. 140, no 17.

39 CIL, VIII, 22348-22349. Voir Gsell, 1911, fo 50, nos 51, 54 ; Trousset, 1991a ; Laporte, Dupuis, 2009, pp. 93-94.

40 Trousset, 1991a, 1991b.

41 Sur l’occupation de la région de Négrine précédant l’implantation de la garnison, voir Laporte, Dupuis, 2009, pp. 53-55. Elle est notamment attestée par la présence de nombreux tumuli, dont l’un fut daté du début du ier siècle apr. J.-C. : voir Camps, 1964, p. 298.

42 Elle semble avoir été plus tardive sur les sites de Badias et de Thabudeos, où beaucoup d’incertitudes entourent la datation du camp : voir Trousset, 1991a, 1985, pp. 371-376 ; Morizot, 1999a, p. 160 ; Lenoir, 2011, p. 207, à propos du camp de Thabudeos, qu’aucun matériel archéologique ne permet malheureusement de dater. Il fut supposé pour des raisons typologiques et des rapprochements stratégiques que le camp d’El Outaya remonterait à l’époque de Trajan (Baradez, 1949a, pp. 264-266), mais rien ne permet de le confirmer : voir Lenoir, 2011, pp. 200-201.

43 Le site de Thabudeos, mentionné par Pline l’Ancien (Histoire naturelle, 5, 37) en tant qu’oppidum dans la liste triomphale de L. Cornelius Balbus sous le nom de Tabudium, demeure malheureusement mal connu : voir le bref état des connaissances proposé par Hadji, 2006.

44 CIL, VIII, 23165 et 23167. L’habitat rural semble se densifier au cours du ier et du iie siècle autour de la voie reliant Tacapes à Capsa, dans la région du Bled Segui : Donau, 1904a ; Trousset, 1978 ; Mattingly et alii, 2013a, pp. 180-181.

45 Saumagne, 1962a ; Gascou, 1982a, p. 172. Sur l’histoire de la cité, voir également Trousset, 1993e ; Khanoussi, 1996. L’épitaphe d’Urbanilla, datée soit de la première moitié du iie siècle (ibid., p. 1352), soit du iiie siècle (voir les études citées de Chr. Hamdoune), dont le mausolée d’Henchir Es-Somaa, non loin de Capsa, conserve le souvenir, donne la mesure des relations commerciales qui s’étaient nouées sous le Haut-Empire entre la région et Rome — via Carthage —, sans doute autour de la production oléicole : CIL, VIII, 152 (= CLE, 516). Sur cette inscription : Lassère, 1965, pp. 214-215 ; Ferchiou, 1995a, p. 114 ; Hamdoune, 2006, p. 1018 ; id. et alii, 2011, pp. 25-26.

46 Les liaisons routières entre celle-ci et Tacapes furent peut-être visées précédemment par un effort routier conduit sous Domitien : ILAfr, 656 ; voir Donau, 1907, pp. 66-67, no 9.

47 Id., 1904a ; Toutain, 1906 ; Donau, 1909 ; AE, 1910, nos 21, 22 ; ILAfr, 655. Voir Trousset, 1982, p. 156.

48 Thomasson, 1996, p. 54, no 65.

49 CIL, VIII, 10962. Voir Cortadella-Morral, 2006 ; Laporte, Dupuis, 2009, p. 91.

50 Bénabou, 1976, pp. 117-118 ; Trousset, 1978, pp. 162-163 et 1980b, pp. 150-151. Au sein du massif de l’Aurès, l’implantation d’un fort à Calceus Herculis (El Kantara) attribuée à Antonin le Pieux n’est pas certaine : l’hypothèse s’appuie sur l’unique information fournie par l’inscription CIL, VIII, 2501 : « [Im]p(eratore) Caes(are) T. Aelio Hadrian[o] / Antonino, Aug(usto), Pio, pont(ifice) max(imo), / trib(unicia) potes(tate) XXI, Imp(eratore) II, co(n)s(ule) IIII, p(atre) p(atriae), / L. Matuccio Fuscino, leg(ato) Aug(usti) pr(o)pr(aetore), / Leg(io ?) III Aug(usta fecit ?) » (« Sous le règne de l’empereur César Titus Ælius Hadrien Antonin Auguste Pieux, grand pontife, dans sa vingt et unième puissance tribunicienne, salué imperator pour la deuxième fois, consul pour la quatrième fois, père de la patrie, sous le commandement de Lucius Matuccius Fuscinus, légat d’Auguste propréteur, la IIIe légion Auguste a fait (?) »). Voir Carcopino, 1925, p. 118 ; Le Bohec, 1989a, p. 381. Morizot, 1997b, suggère de localiser à 13 km au nord d’El Kantara, à Bedoura où les vestiges d’un camp furent reconnus sans qu’il soit néanmoins possible de les dater, le lieu de cantonnement de la garnison de Calceus Herculis. Une inscription découverte dans les gorges de Tighanimine commémore par ailleurs, en 145, les travaux routiers effectués sous le contrôle du légat de la IIIe légion Auguste par des soldats détachés de la VIe légion Ferrata, stationnée de façon régulière en Syrie (Ritterling, 1925, col. 1590-1591) : CIL, VIII, 10230 (= ILS, 2479) : « Imp(eratore) Caes(are) T. Aelio / Hadriano Antonino, / Aug(usto), pio, p(atre) p(atriae), IIII, et M. / Aurelio, Caesare II, / c(o)n(sulibus), per Prastina(m) / Messalinum, leg(atum) / Aug(usti) pr(o)pr(aetore), uexil(latio) / leg(ionis) VI Ferr(atae) uia(m) / fecit » (« Sous le règne de l’empereur César Titus Ælius Hadrien Antonin Auguste Pieux, père de la patrie, consul pour la quatrième fois, et de Marc Aurèle, César, consul pour la deuxième fois, sous le commandement de Prastina Messalinus, légat d’Auguste propréteur, le détachement de la VIe légion Ferrata a construit la voie »). Sur cette voie : Morizot, 1991b. On s’est beaucoup interrogé sur les raisons de la présence d’une vexillation de la VIe légion Ferrata en Numidie, qui pour l’heure continuent à nous échapper et ne permettent pas, quoi qu’il en soit, d’affirmer l’existence d’un climat conflictuel. Voir les mises au point de Morizot, 1979, p. 325 ; Le Bohec, 1989a, p. 378 ; Leveau, 1990a, pp. 1098-1099 ; Morizot, 2008. Leveau, 2009a, pp. 128-130, suggère de lier la présence d’un détachement de la légion syrienne en Numidie à un transfert de technologie en matière d’irrigation, entre les deux régions de l’empire.

51 L’opération se déroula au cours de trois légations, celles de L. Munatius Gallus, de L. Minicius Natalis et de L. Acilius Strabo Gallius Nummus : pour un aperçu rapide de la question et de la bibliographie, voir Naddari, 2008, p. 157, n. 2 ; la documentation fut rassemblée et étudiée par Cortés Bárcena, 2013, pp. 141-169.

52 Leschi, 1942, 1957, pp. 65-68 ; Desanges, 1962, p. 119 ; Rachet, 1970, pp. 160-162 ; Bénabou, 1976, pp. 431-432 ; Trousset, 1978, p. 162 ; Euzennat, Trousset, 1978, pp. 135-156 ; Trousset, 1984a, p. 68.

53 Tacite, Annales, 3, 73, 1-2.

54 Leschi, 1957, p. 65.

55 Ibid., p. 68.

56 Grenier, 1904, pp. 239-240, no 34 ; AE, 1904, no 76 : « D(iis) M(anibus) s(acrum) / Lila Mastucaranis / Musulamius uix/it annis LXXXX dedi/cantibus Iusto Io/uino N[---]abdade ». Voir Laporte, Dupuis, 2009, p. 58.

57 M’Charek, 2006, pp. 75-76 ; Naddari, 2008 ; Cortés Bárcena, 2013, pp. 141-169.

58 Laporte, Dupuis, 2009, pp. 75-77.

59 Voir les remarques de Leveau, 1978, à propos de l’oued Hallail. L’effort routier sous Trajan dans la région de Théveste a porté en revanche sur la route en direction de Thelepte, comme en témoignent les bornes milliaires : ILAlg, I, 3958 et peut-être 3966 ainsi que 3978. Sur cette voie : Donau, 1908.

60 Trousset, 1980b, pp. 150-151.

61 Morizot, 1991a, 1991b, 1998.

62 Baradez, 1949a, pp. 100-104 et 1949b ; Trousset, 1977 ; Le Bohec, 1989a, pp. 432-435 ; Trousset, 1998a ; Lenoir, 2011, pp. 212-216. La Notitia Dignitatum y fait allusion plus tard avec la mention d’un praepositus limitis Gemellensis : Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 24. En matière de fondations militaires attribuées à Hadrien, nous laissons de côté le « Castrum du Confluent » identifié par Baradez, 1949a, pp. 271-276, et daté par Laporte, 2009, pp. 34-35, de son règne, ce que rien ne permet de confirmer ; sur ce camp : Lenoir, 2011, pp. 205-206.

63 L’hypothèse se fonde sur une inscription mentionnant un travail effectué par une cohorte au cours de l’année 149, et découverte semble-t-il au sein d’une forteresse romaine : Picard, 1947, pp. 61-62 ; Leschi, 1957, pp. 45-46 ; Salama, 1991, pp. 95-97.

64 Picard, 1947, pp. 61-62 ; Leschi, 1957, pp. 45-46 ; Salama, 1991, pp. 97-105, qui se base sur les vestiges identifiés à un camp romain et une inscription impériale qu’il date du règne d’Antonin le Pieux.

65 Trousset, 1977, p. 560 et 1998a.

66 AE, 1950, no 58. Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 70-73.

67 Ibid.

68 AE, 1950, no 59. Voir Lenoir, 2011, pp. 212-216.

69 AE, 1950, no 59.

70 Le Bohec, 1989b, évoque le départ de la cohorte, alors que Leschi, 1957, pp. 26, 319-320, suggérait qu’elle y était restée. La cohorte est mentionnée à Bir Oum Ali par plusieurs textes dont certains remontent aux années 163-164 : ILAlg, I, 3841-3842.

71 Voir les cartes 3 et 4 de cet ouvrage.

72 CIL, VIII, 11048 ; CIL, VIII, 22759 (= AE, 1978, no 887). Voir Trousset, 1974, pp. 92-94 ; Mackensen, 2010a ; Lenoir, 2011, pp. 171-173, 300-301.

73 ILAfr, 26 (= ILT, 56) qui rappelle, en 201, la restauration d’une inscription martelée de Commode, par les soins d’un centurion de la IIIe légion Auguste, sous les ordres du légat Quintus Anicius Faustus. Voir Trousset, 1974, pp. 75-77, 131-132 et 1991c ; Lenoir, 2011, pp. 174-175.

74 ILAfr, 27a.

75 Itinéraire d’Antonin, 74, 5. Voir Trousset, 1991c ; Lenoir, 2011, p. 174.

76 Notitia Dignitatum, Occidentis, 31, 20.

77 Trousset, 1974, p. 149 ; Euzennat, Trousset, 1978, pp. 151-155 ; Trousset, 1984a, p. 68.

78 Voici les mots de Rebuffat, 1980, p. 121, à propos de la « pression nomade » supposée connaître une intensification à partir du règne de Commode (Trousset, 1974, p. 149) : « Voilà une nouvelle phase d’“agitation”, d’intensification de la “poussée nomade” simplement déduite du fait qu’on renforce le dispositif défensif, sans le moindre recoupement. Quand la chaîne de fabrication des insurrections berbères s’arrêtera-t-elle ? »

79 Une série de mausolées à décor sculpté, parmi lesquels celui d’El Amrouni qui paraît dater de la fin du ier siècle ou du début du iie siècle, ponctuent l’itinéraire du « trik Ghadamsi » qui reliait Cidamus à la Syrte : Trousset, 1974, p. 26 ; Ferchiou, 1989 ; Trousset, 2004, p. 70.

80 Voir les remarques de Gsell, 1920a, p. 139.

81 Pline, Histoire naturelle, 35-36. Voir Trousset, 1974, pp. 26-28 ; Desanges, 1980a, pp. 389-390.

82 Rebuffat, 1969, pp. 194-195, 1972, pp. 322-324, 1975, pp. 498-499, 1982a, pp. 494-495 et 1994b.

83 Mattingly, 1995, p. 30 ; Trousset, 1997e ; Mattingly, 2003a, p. 82. Liverani, 2005a, p. 443, étend en revanche l’aire d’expansion du royaume garamante jusqu’à Cidamus, ce qui semble peu probable.

84 Voir la carte 7 de cet ouvrage.

85 Liverani, 2005a, p. 440.

86 Les indications fournies par Trousset, 1974, pp. 75-76, sont très imprécises sur la position exacte du fort.

87 Merlin, 1921 ; Trousset, 1974, pp. 75-77 et 2004, p. 75.

88 Gauckler, 1897, pp. 25-28 ; Trousset, 1974, pp. 78, 158.

89 ILAfr, 27. Voir Lassère, 1980.

90 Mattingly, 1995, pp. 84, 100.

91 CIL, VIII, 2495 : « Imp(eratore) Caes(are) [M.] Au[relio] / [C]ommo[d]o Antoni/no, pio, felice, Aug(usto), [G]erm(anico), / Sarm(atico), Britannic[o], p(atre) p(atriae), / trib(unicia) p[ot]e(state) XIII, co(n)s(ule) V, / burgum commodi/anum s[p]eculato/rium inter duas ui/as ad salutem comme/antium noua tute/[l]a constitui iussit. [Ti.] / [Claudi]us [G]ordia[nus], / u(ir) [c(larissumus)], leg(atus) Aug(usti) pr(o)pr(aetore), / [cur]a(m) agen[te…] » (« Sous le règne de l’empereur César Marc Aurèle Commode, Antonin, Pieux, Heureux, Auguste, Germanique, Sarmatique, Britannique, père de la patrie, revêtu de la puissance tribunicienne pour la treizième fois, consul pour la cinquième fois, Tiberius Claudius Gordianus, clarissime, légat d’Auguste propréteur, a ordonné que soit édifié un poste d’observation de Commode, entre deux voies, pour assurer la sécurité des voyageurs par une nouvelle protection, aux bons soins de […] »). À la même période, la protection des itinéraires et la prévention des actes de brigandage dictèrent la construction d’une série de burgi et de praesidia sur les rives du Danube, sous les ordres de Commode : Isaac, 1990, p. 179 ; Visy, 2009, p. 989.

92 Trousset, 2004, p. 72. Voir également Isaac, 1988, p. 129, qui traduit l’emploi du mot limes dans l’Itinéraire d’Antonin, 10, 73, par le substantif « boundary ». À propos de ce terme, voir les remarques de Barth, 2000.

93 La structure de l’Itinéraire d’Antonin paraît avoir pour terminus post quem la Tétrarchie, période à laquelle s’arrête de manière générale sa documentation, en particulier pour l’Afrique : Arnaud, 1993a.

94 Table de Peutinger, 7, 5 : Rebuffat, 1972-1973b, proposa d’identifier le toponyme Chosol mentionné par le routier, au lieu où fut établie la garnison romaine, connu sous le nom de Chol ou encore Golas. Même si l’hypothèse reste à confirmer, il n’en demeure pas moins que la Table de Peutinger décrit un cheminement qui s’avançait loin dans les terres : Mattingly, 1995, p. 61. Pour l’ensemble des remarques sur l’iter : Rebuffat, 1978-1979a, pp. 132-133 ; Mattingly, 1995, pp. 63-66.

95 Id., 1989a.

96 Benseddik, 1992 ; Christol, 1997, pp. 25-26 ; Daguet-Gagey, 2000, pp. 365-370 ; Birley, 2009, p. 1011. À propos de la noua praetentura mise en place au sud de la Maurétanie césarienne : Benseddik, 1999, pp. 89-107.

97 Picard, 1947, inscription no 12 (= AE, 1948, no 214).

98 Picard, 1947 ; Le Bohec, 1989a, p. 435 ; Trousset, 2010 ; Lenoir, 2011, pp. 223-228.

99 Sur cette unité : Le Bohec, 1989b, pp. 73, 165.

100 Picard, 1947, inscription no 12 (= AE, 1948, no 214).

101 Thomasson, 1996, pp. 170-176, no 50.

102 Voir la notice proposée par Lenoir, 2011, pp. 223-228.

103 Picard, 1947, p. 119 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.

104 Faure, Leveau, 2015, à propos d’une inscription inédite datant du règne d’Élagabal, découverte anciennement dans les monts des Ouled Naïl.

105 Wuilleumier, 1928-1929. À propos de cette unité : Le Bohec, 1978-1979.

106 AE, 1929, no 70.

107 Picard, 1947, p. 49 ; Le Bohec, 1989a, p. 435.

108 Ibid. ; Laporte, 2004, pp. 458-466.

109 AE, 1992, no 1856.

110 Le Bohec, 1989a, p. 436, fig. 78, reproduisant un plan publié par J. Carcopino en 1925 ; Laporte, 2004, p. 463, qui reprend un plan proposé par le lieutenant Collinet de Lassalle en 1889.

111 Carcopino, 1925, p. 52, no 4 ; Le Glay, 1966a, pp. 199-200, no 1.

112 CIL, VIII, 18025 ; AE, 1992, no 1855. Voir Le Bohec, 1989a, p. 176.

113 CIL, VIII, 8782 (= CIL, VIII, 18018). Pour la datation, qui correspond à la légation de L. Lucius Apronius Maenius Pius Salamallianus : Thomasson, 1996, p. 182, no 59.

114 Carcopino, 1925, pp. 45-47.

115 Ibid., p. 146.

116 Merlin, 1921 ; Trousset, 1997d, pp. 2802-2803. Voir le chap. viii de cet ouvrage.

117 ILAfr, 9 (= ILT, 1 ; AE, 1909, no 104 ; ILS, 9177). Voir Euzennat, 1972, p. 19, n. 1 ; Le Bohec, 1989b, pp. 41-42, 67-70, sur les différentes unités attestées ; Mattingly, 1995, pp. 80-81, 85, 102, suggérant la présence d’un effectif inférieur à 50 hommes ; Trousset, 2004, p. 72, n. 26.

118 IRT, 907-909 ; Reynolds, 1958 ; AE, 1960, no 264. Voir Mattingly, 1995, pp. 80-81, 85, 97.

119 Lenoir, 2011, pp. 301, 364 et n. 28.

120 AE, 1975, no 870. Voir Mattingly, 1995, pp. 80-81, 85, 90-92 ; Lenoir, 2011, pp. 165-166, 373. Sa construction serait semblable à celle du camp de Gemellae, fondé sous Hadrien : Euzennat, Trousset, 1978, pp. 140-141. 

121 CIL, VIII, 2 ; Di Vita, 1966, pp. 107-111 ; AE, 1967, no 539. Voir Mattingly, 1995, pp. 85, 92-95 ; Mackensen, 2010b ; Lenoir, 2011, pp. 161-164 ; Mackensen, 2011a, 2011b ; Haensch, Mackensen, 2011 ; Mackensen, 2012, 2013.

122 IRT, 915. La bibliographie conséquente sur le site doit aux travaux de R. Rebuffat. Pour une présentation synthétique récente de la forteresse : Lenoir, 2011, pp. 152-160.

123 Brogan, Reynolds, 1964, pp. 43-44, nos 1 et 2. Voir Rebuffat, 1969-1970b, pp. 136-137 et 1975, p. 500 ; Mattingly, 1995, pp. 81, 85, 105.

124 Une citerne est associée au poste de Gasr Zerzi : Rebuffat, 1994a, pp. 2021-2022. Voir également Brogan, 1965b, à propos de la position de Gasr Zerzi sur les itinéraires du prédésert.

125 Rebuffat et alii, 1969-1970, p. 32 ; Rebuffat, 1977, p. 399 ; Barker, Jones, 1982 ; Dore, 1985 ; Mattingly, 1986 ; Marichal, 1992, pp. 99-106.

126 Mattingly, 1995, p. 105.

127 Voir les cartes 6 et 7 de cet ouvrage.

128  Rebuffat, 1969-1970a ; Mattingly, 1995, p. 105.

129 Rebuffat, 1982b, p. 197, 1985b, p. 255 et 2000, p. 232.

130 Mackensen, 2009, p. 79, n. 19 et 2011b, p. 80, fig. 5.

131 Mattingly, 1995, pp. 86, 104.

132 Le Bohec, 1989a, pp. 449-450 ; Mattingly, 1995, p. 81.

133 IRT, 868-869. Voir id., 1982.

134 Le Bohec, 1989a, pp. 449-450 ; Mattingly, 1995, p. 81.

135 AE, 1962, no 304 ; Brogan, Reynolds, 1960, p. 51, no 1.

136 Reynolds, Simpson, 1967, pp. 45-47 ; AE, 1972, no 683. À cela s’ajoute l’épitaphe d’un soldat de la IIIe légion Auguste, non datée : AE, 1962, no 305 ; Brogan, Reynolds, 1960, p. 52, no 2.

137 Bénabou, 1976, pp. 176-179.

138 Tertullien, Contre les juifs, 7 (PL, vol. 2, col. 611) : « Maurorum gentes et Getulorum barbaries a Romanis obsidentur, ne regionum suarum fines excedant » (« Les gentes des Maures et les Gétules barbares sont contenus par les Romains, pour ne pas qu’ils franchissent les limites de leur territoire »).

139 CIL, VIII, 2464 (= 17952) ; 2465 (= 17953) ; 2466 (= 17954).

140 Sur cette hypothèse : Bénabou, 1976, p. 178. Contre : Morizot, 1979 ; Leveau, 1990a, p. 1099.

141 CIL, VIII, 4322 (= 18527) : les militaires sont décrits comme « morantes ad fenum sec(andum) ». Voir Bénabou, 1976, pp. 178-179 ; Leveau, 1990a, p. 1099.

142 Voir les remarques de Faure, Leveau, 2015.

143 Leschi, 1943-1945 ; « Ex auctoritate Imppp(eratorum) / Caes(arum) L(uci) Septimi Seueri et / M(arci) Aurelii Antonini et P(ubli) Sep/timi Getae Auggg(ustorum) agri et / pascua et fontes adsi/gnata [[---ma]] / [[--- curantibus]] Epag/atho et Manilio Caeci/liano corniculario / praef(ecti) iussu Anici Fa/usti leg(ati) co(n)s(ularis) per M(arcum) Gennium / Felicem euocatum / leg(ionis) III Aug(ustae) » (« Sous l’autorité des empereurs Césars Lucius Septime Sévère, Marc Aurèle Antonin et Publius Septime Geta, Augustes, des terres de culture, des pâturages et des points d’eau ont été assignés […] par les soins d’Epagathus et de Manilius Caecilianus, corniculaire du préfet, sur l’ordre d’Anicius Faustus, légat, consulaire, par Marcus Gennius Felix, euocatus de la IIIe légion Auguste » [AE, 1946, no 38]). Voir Trousset, 1978, p. 134 et 1986a, p. 178, n. 64. Cette interprétation est préférable à l’hypothèse avancée par L. Leschi (Leschi, 1948 et 1957, pp. 75-79), et encore parfois reprise (Vanacker, Broekaert, 2014, p. 114), d’une mesure faisant suite à un conflit supposé entre des semi-nomades dont les troupeaux venaient paître sur les terres de propriétaires fonciers opposés à cette pratique.

144 Mise au point sur les débats entourant cette inscription dans Faure, Leveau, 2015, pp. 137-138.

145 « Quin etiam Tripoli, cuius Lepti oppido oriebatur, bellicosae gentes submotae procul » (« De plus on refoula loin de Tripolitaine, où se trouvait Leptis, sa ville natale, les peuplades belliqueuses » [Aurelius Victor, Livre des Césars, 20, 19 ; éd. et trad. de Pierre Dufraigne, Paris, CUF, 1975]) ; « Tripolim, unde oriundus erat, contusis bellicosissimis gentibus securissimam reddidit ac p. R. diurnum oleum gratuitum et fecundissimum in aeternum donavit » (« Il apporta à Tripoli, son pays d’origine, une parfaite tranquillité en écrasant des peuplades belliqueuses et accorda en permanence au peuple romain une abondante ration d’huile quotidienne et gratuite » [SHA, Vie de Septime Sévère, 18, 3 ; éd. et trad. d’André Chastagnol, Paris, R. Laffont, 1994]). Voir Bénabou, 1976, pp. 176-177 ; Mattingly, 1995, p. 73.

146 Rebuffat, 2000, p. 235.

147 Ibid., pp. 234-235.

148 IRT, 896 ; Loriot, 1971 ; AE, 1973, no 573 ; Mattingly, 1985a.

149 Mackensen, 2009. Sur cette structure, voir également Mattingly, 1995, pp. 105-106, qui souligne en outre la forte ressemblance des vestiges de Gasr Duib et de Gasr Wames avec les nombreuses fermes fortifiées découvertes dans la région.

150 IRT, 880. Voir Di Vita-Évrard, 1991 ; Mattingly, 1991. Sur la désignation de centenarium et les différentes constructions que le substantif sert à qualifier à l’époque tardive en Afrique : Adams, 2007, pp. 550-554 ; Munzi et alii, 2014 ; Rushworth, 2015.

151 Mattingly, 1991, p. 79 et 1995, pp. 85, 105-106.

152 Le Bohec, 1987, pp. 379, 381, met en exergue la défense de la région à travers la construction du fortin de Gasr Duib. Contre : Lenoir, 2011, p. 266.

153 Rebuffat, 1976-1977a, pp. 40, 50-51.

154 Brogan, 1965b.

155 Rebuffat, 1975, 1977, 1982a, 1994a.

156 Sidebotham, 2011, chap. vii, viii.

157 Rebuffat, 1994a.

158 Reddé, 2003, p. 239. À propos de la liaison entre Gheriat et Gholaia : Di Vita, 1964.

159 Mattingly, 1995, pp. 104-105.

160 Rebuffat, 2000, les évoque brièvement. Voir les remarques de Mackensen, 2012, p. 42.

161 Rebuffat et alii, 1966-1967, p. 60. Voir le chap. vi de cet ouvrage.

162 Le Bohec, 1989a, pp. 393-394 ; Christol, 2005, p. 248.

163 « Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio / Seuero Antonino, Aug(usto), bur/gum speculator(i)um Anto(ninianum) / M. Val(erius) Senecio, leg(atus) eius pr(o)/pr(aetore), c(larissimus) u(ir), fieri iussit, c(uram) a(gente) C. Iulio Ae/lurione, (centurione) [[leg(ionis) III]] Aug(ustae) Anto(ninianae), prae(posito) n(umeri) H(emesenorum) Ant(oniniani). / Ti(tulum) bis posuit Caletamera in te(m)pore suo » (« À l’empereur César Marc Aurèle Sévère Antonin, Auguste. Marcus Valerius Senecio, son légat propréteur, clarissime, a ordonné la construction du poste des éclaireurs Antoniniens, par les soins de Caius Iulius Aelurio, centurion de la IIIe légion Auguste Antoninienne, praepositus du numerus Antoninien des Héméséniens » [CIL, VIII, 2494, Kherbet el-Bordj]). Sur ce fort : Lenoir, 2011, pp. 197-198.

164 À propos des speculatores et de leurs différentes missions : Wolff, 2003, pp. 200-201 ; Rankov, 2006, p. 130.

165 Les milliaires datant du règne de Caracalla constituent la majorité des bornes découvertes en Tripolitaine : Mattingly, 1995, p. 61.

166 Entre Lambèse et Biskra : CIL, VIII, 10231, 10236, 10239, 22339. El Kantara : AE, 1925, no 124 ; AE, 1934, no 132. Entre El Kantara et Tobna : Albertini, 1931, p. 244 ; Baradez, 1949a, p. 65.

167 Gascou, 1982b, pp. 260-261.

168 CIL, VIII, 10389 (= 22454) ; 10393 (= 22446) ; 10397 (= 22500) ; 10398 (= 22501) ; 10399 (= 22502) ; 10403 (= 22511) ; 10404 (= 22514) ; 10417 ; 22503 ; 22516 ; 22534.

169 ILAfr, 654, 656. L’Itinéraire d’Antonin, qui est le premier document à faire mention du limes Tripolitanus, le fait passer par Turris Tamalleni : « Iter quod limitem tripolitanum per Turrem Tamalleni a Tacapis Lepti Magna ducit » (Itinéraire d’Antonin, 73, 4-5). Voir Trousset, 1974, p. 149.

170 IRT, 931, 932, 935, 938.

171 ILAfr, 651 ; IRT, 940-962. Voir Goodchild, 1948, pp. 14-20 ; Mattingly, 1995, p. 67.

172 IRT, 963-966, 968-969. Voir Goodchild, 1948, pp. 21-23 ; Mattingly, 1995, p. 67.

173 Entre El Kantara et Tobna : Leschi, 1957, pp. 58-59. Entre Lambèse et la région d’Aïn Touta : Marcillet-Jaubert, 1980, p. 179 ; il s’agit peut-être de la voie menant de Lambèse à Tobna, par Lambiridi : voir Morizot, 1998, p. 154. Peut-être entre Lambèse et Biskra : CIL, VIII, 10250. Entre Lambèse et N’Gaous : CIL, VIII, 10418 (= 10419 = 22521). À Chebika : règne d’Élagabal ou de Sévère Alexandre, voir Trousset, 1980b, pp. 141-142.

174 Entre Lamasba et N’Gaous : CIL, VIII, 10395 (= 22469) ; 10401 (= 22506) ; 10420 (= 22522) ; 10421 (= 22523). Entre N’Gaous et Tobna : CIL, VIII, 22536. Entre El Kantara et Tobna : Leschi, 1957, p. 59.

175 Trousset, 1980b, pp. 151-152 ; Benseddik, 1999.

176 Salama, 1986, pp. 223-224.

177 Voir les remarques formulées par Adams, 2007a, pp. 22-23, 37, à propos de la circulation sur les pistes du désert libyque dans sa partie égyptienne.

178 Pflaum, 1949, p. 56.

179 Trousset, 2004, p. 77. Également Mattingly, 1995, pp. 85, 102-106.

180 Trousset, 1974, p. 143. Voir également Pflaum, 1949, p. 56.

181 Sur cette notion, voir les remarques de Lintott, 1981 ; de façon plus approfondie, l’ouvrage de Richardson, 2008.

182 Albertini, Massiera, 1939, pp. 238-239, no 15 (AE, 1940, no 153), et Picard, 1947, pp. 181-183, no 4 (Lenoir, 2011, pp. 227-228) ; Albertini, Massiera, 1939, pp. 229-230, no 3, et Picard, 1947, p. 191, no 15 (AE, 1948, no 217 ; Lenoir, 2011, p. 226) ; Albertini, Massiera, 1939, pp. 230-231, no 4 (AE, 1939, no 213), et Picard, 1947, pp. 192-193, no 16 (AE, 1948, no 218 ; Lenoir, 2011, p. 226).

183 IRT, 907.

184 Sur l’emploi de ce verbe dans le contexte militaire et géographique des confins de l’empire, voir s. v. « Praetendo », col. 985-986, dans TLL. On peut le rapprocher de l’utilisation du substantif praetentura dans l’épigraphie maurétanienne à propos de la noua praetentura mise en place par Septime Sévère, interprétée comme le nouveau dispositif de postes militaires au sud de la Césarienne : Benseddik, 1999 ; Le Bohec, 1999. Dans un autre contexte régional, Ammien Marcellin (14, 3, 2) évoque les praetenturae et les stationes agrariae destinés à assurer la sécurité dans toutes les régions de la Mésopotamie : voir les remarques formulées par Isaac, 1990, p. 257.

185 Sur l’interprétation du verbe praetendere pour évoquer un poste avancé, voir Pflaum, 1949, p. 56.

186 ILAfr, 27a. À propos de la localisation de Vezereos, voir ci-dessus.

187 CIL, VIII, 22768. Voir Trousset, 1974, p. 141.

188 Rebuffat, 1980, pp. 113-114.

189 Donau, 1903, p. 393 ; Cagnat, 1913, pp. 524-666, à propos des frontières de la Tripolitaine à la Césarienne ; id., 1914a, p. 100 ; Picard, 1947, pp. 49-66 ; Salama, 1977.

190 Guey, 1939, pp. 181-183.

191  Picard, 1947, p. 55 ; Baradez, 1949a, p. 134.

192 Liebeschuetz, 1977, pp. 488-489 ; Frézouls, 1981, pp. 202, 213 ; Isaac, 1988, p. 130 ; Rushworth, 1996, p. 308.

193 Voir en particulier Forni, 1974, 1987.

194 Trousset, 1974, pp. 30-35 ; Le Bohec, 1999, pp. 126-127.

195 Isaac, 1990, p. 257.

196 Le Bohec, 1995, p. 136.

197 Les questions posées par l’établissement de la garnison romaine à Cidamus, et l’étendue du territoire provincial déduite de sa localisation, ne sont pas particulières à la Numidie. Elles se retrouvent ailleurs dans l’empire, dans d’autres contextes de frontière. Tel est le cas de la garnison établie à Hatra sous les Sévères, décrite ainsi par Isaac, 1990, p. 155 : « It was a modest unit asserting Roman control over an isolated advanced desert post » (« C’était une modeste unité assurant le contrôle de Rome sur un avant-poste isolé dans le désert ») ; voir également Birley, 2009, p. 1011, qui considère cette garnison comme « an outpost of the new frontier-line » (« un avant-poste de la nouvelle ligne-frontière »), suggérant donc qu’Hatra restait à l’extérieur de la frontière provinciale.

198 La carte établie par Liverani, 2005a, p. 443, positionne de façon ambiguë Cidamus à cheval sur les frontières de l’Empire romain et de l’État garamante.

199 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36.

200 Desanges, 1980a, pp. 389-390.

201 Ptolémée, Géographie, 4, 3, 6.

202 Cuneo, 1995, pp. 172-173 ; id. et alii, 1996, pp. 206-210 ; Mattingly et alii, 2015, p. 28.

203 Ibid., p. 61.

204 Rebuffat, 1972, pp. 322-323.

205 Id., 1982a, pp. 494-495 ; également Trousset, 1994, qui évoque « une sorte de peuple vassal ».

206 « Ici aussi est une cité, Kidamê ; et là vivent des Maures qui ont été en paix avec les Romains depuis des temps anciens. Tous ont été soumis par l’empereur Justinien, et ils ont adopté volontairement le christianisme. Ces Maures sont maintenant appelés pacatoi, parce qu’ils sont en permanence liés par un traité avec les Romains (la paix se dit en effet pacem dans la langue latine) » (Procope, Sur les édifices, 6, 3, 9-12 ; trad. Modéran, 2003, p. 659, n. 51). Sur l’identification de Cidamus à Ghadamès, voir IRT, 907 (= AE, 1952, no 96).

207 IRT, 908. Voir Mattingly, 1995, pp. 81, 97.

208 Rebuffat, 1982a, p. 495.

209 Id., 1980, pp. 113-114.

210 Voir le parallèle intéressant fourni par la frontière méridionale de l’Arabie romaine : Sartre, 1981, pp. 87-88.

211 Sur la christianisation de Cidamus : Modéran, 2003, pp. 658-659.

212 Ibid., p. 659, n. 54.

213 Picard, 1947, pp. 49-66 ; Trousset, 2004, p. 77 et 2010, p. 4898 ; Lenoir, 2011, p. 223.

214 Voir le chap. i de cet ouvrage.

215 C’est l’interprétation proposée par Carcopino, 1925 : il émit l’hypothèse que Septime Sévère aurait voulu porter le limes — à comprendre dans le sens de « ligne militaire » — sur l’oued Djedi dans lequel il reconnaissait le fleuve Nigris évoqué comme une limite de l’Empire à partir du témoignage de Pline l’Ancien. L’empereur n’aurait pas eu toutefois les moyens de mener complètement à bien cette œuvre et n’aurait fait occuper que les deux positions du Castellum Dimmidi et de Gemellae. La route El Kantara-El Gahra serait alors demeurée la limite de l’Empire jusqu’à la fin des Sévères. La théorie développée par J. Carcopino fut suivie par Picard, 1947, pp. 52-56, qui refusait toutefois l’idée d’une frontière de la province établie sur l’oued Djedi identifié au fleuve Nigris. Les positions de J. Carcopino furent reprises plus récemment par Lenoir, 2011, p. 223, qui lie de façon étroite la situation supposée de poste avancé du Castellum Dimmidi, au fait qu’il ne faisait pas partie « d’un limes organisé ».

216 Baradez, 1949a. Carte des ouvrages linéaires de Numidie : Trousset, 1997c. Voir la carte 2 de cet ouvrage.

217 Le Bohec, 1989a, pp. 370-371 ; Napoli, 1997, pp. 96-97, 423-432 ; Trousset, 1997c, 2004, pp. 82-86.

218 Gsell, 1903, p. 227.

219 Code Théodosien, 7, 15, 1, daté de l’année 401, éd. Kerneis, 2009, p. 396, et commentaire pp. 386-387. Voir également Trousset, 1997c, p. 2912.

220 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 24.

221 Mise au point sur la question de la datation dans Napoli, 1997, pp. 66-69, 431 ; Trousset, 1997c, 2004.

222 Napoli, 1997, pp. 98-99, 412-423.

223 Ibid., pp. 38, 69, 107, 412 ; Trousset, 2004, pp. 82-86.

224 Napoli, 1997, pp. 64-66, 69.

225 Carte de répartition des ouvrages de Tripolitaine : Trousset, 1984b, fig. 2 ; également id., 2004. Voir les cartes 3 et 4 de cet ouvrage.

226 Trousset, 1974, pp. 62-67, 152-154, 1978, pp. 168-169 et 1984b, pp. 384-387 ; Mattingly, Jones, 1986 ; Mattingly, 1995, pp. 107-112 ; Napoli, 1997, pp. 99-100, 434-456 ; Trousset, 1997b, 1997c, 2004, pp. 82-86.

227 Brogan, 1980 ; Mattingly, 1995, pp. 112-113 ; Napoli, 1997, pp. 99-100, 457-460 ; Trousset, 1997c, 2004, pp. 82-86.

228 Napoli, 1997, p. 99.

229 Mattingly, 1995, pp. 114-115.

230 Trousset, 2004, p. 86. Il avait proposé initialement de dater du règne de Trajan la muraille de Bir Oum Ali, dans les montagnes du Chareb ; cette hypothèse ne repose toutefois que sur la datation fournie par les bornes découvertes dans la région : id., 1978, pp. 168-169 et fig. 15-18, 1980a, pp. 936-937 et 1984b, p. 394. Voir Napoli, 1997, pp. 69-72, sur la question de la datation.

231 Synthèse des termes du débat et des différentes hypothèses : ibid., pp. 96-100.

232 Trousset, 1974, pp. 139-141, 154 et 1980a, pp. 936-937.

233 Voir ces emplois recensés : s. v. « Clausura », col. 1326-1327, dans TLL.

234 Napoli, Rebuffat, 1993 ; Labory, 2003, que nous ne suivons pas toutefois dans son interprétation des « murailles de Tripolitaine ».

235 Pour la documentation écrite, voir Napoli, Rebuffat, 1993. En ce qui concerne les aspects archéologiques, voir l’ouvrage de Napoli, 1997 ; Reddé, Schallmayer, 2006, à propos de la Gaule ; la note de synthèse récente proposée par Reddé, 2015a.

236 Mattingly, 1995, p. 107, qui établit cette distinction entre les termes fossatum et clausura.

237 Graham, 2006, pp. 72-75.

238 Voir le court bilan historiographique dressé par Napoli, 1989, pp. 823-824.

239 Baradez, 1949a, pp. 134-141.

240 Poidebard, 1934, pp. 18-19, qui s’inspire des réflexions de R. Cagnat.

241 Picard, 1947, p. 55.

242 Baradez, 1949a, pp. 138-139.

243 Voir les remarques de Napoli, 1989, pp. 824-826.

244 Il faut faire exception de la position d’Y. Modéran (voir Modéran, 2008, p. 104 et 2014, p. 111) à propos de la région de Tobna et du Hodna : voir le chap. ix de cet ouvrage.

245 Idée largement remise en cause dans les études de référence fournies par Trousset, 1984b, pp. 391-392 ; Mattingly, 1995, pp. 107, 113.

246 Trousset, 1974, pp. 139-141 ; Mattingly, Jones, 1986, p. 94. 

247 Trousset, 1974, pp. 139-141 et 1978 ; Fentress, 1979, pp. 112-113 ; Trousset, 1980a ; Shaw, 1982a ; Mattingly, Jones, 1986, p. 94 ; Napoli, 1989, p. 833 ; Wells, 1991, p. 479 ; Whittaker, 1994, pp. 80-81, 91 ; Mattingly, 1995, pp. 113-114 ; Napoli, 1997, pp. 96-100 ; Cherry, 1998, pp. 62-66 ; Vanacker, 2014, p. 205.

248 Lawless, 1972a, 1972b, 1972c ; Rushworth, 1996, pp. 307-308.

249 Mattingly, 1995, pp. 106-107 ; Rushworth, 1996, p. 309.

250 Napoli, 1989 ; Mattingly, 1995, p. 114.

251 Napoli, 1997, pp. 38, 107, 408-412.

252 Sur le massif du Bou Taleb : aperçu général donné par El Briga, 1991.

253 Jacquot, 1911 ; Napoli, 1997, pp. 107, 412.

254 AE, 1908, no 154, sur laquelle fut lue la forme termines et non termini comme on pourrait s’y attendre : « termines defensi/onis rationis pri/uati d(ominorum) n(ostrorum) / Aug(ustorum) ». Voir Baradez, 1949a, pp. 86, 91. La forme termines semble courante dans la langue latine employée en Afrique comme en témoignent les Tablettes Albertini, sans toutefois être d’un usage exclusif à la région : voir Adams, 2007, p. 561.

255 Napoli, 1997, p. 107.

256 Ibid., pp. 96-99.

257 Ibid., pp. 65-69, 112.

258 D’autres ont vu dans l’édification de la Seghia une initiative d’Hadrien, en raison des similitudes présentées entre le fort de Gemellae et la monumentalisation de la frontière ordonnée par l’empereur dans la province de Bretagne : Birley, 1956, pp. 28-30 ; Baradez, 1967, p. 210 ; Fentress, 1979, pp. 98-102 ; Trousset, 1984b, pp. 393-394. Carcopino, 1925, pp. 41-45, qui plaçait dans un même ensemble l’ouvrage linéaire et les forts de Doucen et de Sadouri, construits sous Gordien III, attribua par ailleurs à ce dernier la construction de la Seghia.

259 Guey, 1939, pp. 214-218 (= AE, 1940, no 125) : « [d(ominus) n(oster) Fl(auius) Con/stantin/us maxi]/mus Vic/tor Triu/mfator s/emper Au/g(ustus) ».

260 Sur ce camp : Lenoir, 2011, pp. 208-209, qui souscrit aussi à cette datation (ibid., p. 343).

261 Reddé, 1995, p. 101.

262 Trousset, 1997c, p. 2916.

263 La longueur sur laquelle se déroulait l’ouvrage linéaire de Tobna permet en outre de douter qu’il ait été l’objet d’une surveillance militaire suffisante pour envisager une fonction de contrôle affectée à la structure ; sur l’ensemble de ces remarques : Guey, 1939, p. 190 ; Van Berchem, 1952, pp. 44-45 ; Trousset, 1984b, pp. 388-391 ; Napoli, 1997, p. 98.

264 Le fort de Gemellae ne permet pas de dater la Seghia dans la mesure où aucun lien organique, si ce n’est une proximité géographique, n’est établi entre les deux, même s’ils ont pu fonctionner en même temps ; aussi est-il tout à fait possible que la construction du fort soit antérieure à celle de la Seghia, voir Lenoir, 2011, p. 212.

265 Pline, Histoire naturelle, 5, 30 ; Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 24.

266 Voir le chap. i de cet ouvrage.

267 Code Théodosien, 7, 15, 1.

268 Notitia Dignitatum, Occidentis, 25, 25. Également le témoignage d’Augustin à propos du poste militaire établi à Tobna : Lettres, 220, 3 (CSEL, 57, pp. 432-433) ; 220, 12 (CSEL, 57, pp. 440-441). Voir Guédon, 2018.

269 Jones, Mattingly, 1980, pp. 324, 326 : est consignée la découverte d’une monnaie de Constance II émise entre 353 et 355, dans le sol d’une tour associée à l’ouvrage linéaire (tour E). L’auteur en déduit la pérennité de l’occupation de la structure au moins jusqu’à cette date, ce qui suggère que la monnaie fut retrouvée dans une couche d’occupation.

270 Voir ci-dessus.

271 Leschi, 1943, p. 11.

272 Voir en particulier les réserves émises par Kulikowski, 2000, sur la réalité des données décrites par cette source. Pour un état synthétique de la question et des débats qui concernent plus particulièrement le contexte africain : Modéran, 2014, pp. 103-107.

273 Carcopino, 1925, pp. 45-47.

274 Il faut signaler les traces de centuriations repérées à une vingtaine de kilomètres plus au sud, dans la région d’Aïn Soltane (Soyer, 1976, p. 142), où fut par ailleurs découverte une inscription en l’honneur de Sévère Alexandre (CIL, VIII, 8781, 18017).

275 Sur cette inscription, voir ci-dessus.

276 Leveau, Faure, 2015, p. 139.

277 Mattingly, 1995, pp. 114-115 ; Napoli, 1997, pp. 71-72, 112.

278 Mattingly, Jones, 1986, pp. 94-95 ; Napoli, 1997, pp. 434-442.

279 Trousset, 1978, pp. 170-172.

280 Napoli, 1997, pp. 69-71, 99-100.

281 M’Rabet, 2003, pp. 13-14.

282 Napoli, 1997, p. 71.

283 Sur les occurrences de cette estampille en Afrique : Deneauve, 1964-1965, pp. 126-127. Rebuffat, 1987a, p. 86 et n. 13, pour la question de la datation de la construction du jbel Tebaga.

284 Donau, 1904b, p. 475.

285 Mattingly, 1995, p. 110.

286 Napoli, 1997, pp. 71-72, 447-456.

287 Mattingly, 1995, p. 113 ; Napoli, 1997, pp. 72, 457-460.

288 Trousset, 1974, p. 141 et 1978, pp. 170-172 ; Brogan, 1980, p. 50 ; Trousset, 1984b, pp. 388, 391-392, 397 ; Mattingly, Jones, 1986, p. 94 ; Napoli, 1997, pp. 99-100 ; Trousset, 1997c, pp. 2917-2918.

289 Mattingly, 1995, p. 114, souligne toutefois le défaut de preuves permettant d’envisager un rôle de contrôle fiscal rempli par ces structures linéaires.

290 Voir Despois, 1964, pp. 221-225, sur ce genre de contrôle, et les auteurs qui en réclament directement l’héritage dans leurs études sur la période romaine : Janon, 1973, pp. 198-199 ; Whittaker, 1978, pp. 349-350. Lassère, 1982, pp. 23-24, s’appuie sur les travaux de Louis, 1977, relatifs aux déplacements contemporains des pasteurs du Sud tunisien, pour étayer l’hypothèse d’itinéraires nomades dans la région des chotts tunisiens dans l’Antiquité. Salama, 1977, p. 579, mettait déjà en garde contre le danger présenté par le renvoi systématique à la situation contemporaine.

291 Napoli, 1997, pp. 100, 117-119.

292 Ibid., pp. 99, 453.

293 Mattingly, Jones, 1986, p. 94.

294 Mattingly, 1995, p. 113.

295 Toutain, 1906, p. 245, à propos du point de passage offert à travers la muraille du jbel Asker (incluse dans l’ensemble des murailles du jbel Tebaga), à l’endroit où elle traverse la voie de Capsa à Turris Tamalleni ; Trousset, 1978, p. 168. Voir les plans rassemblés par Napoli, 1997, pp. 118-119.

296 Ibid., p. 118. Les auteurs qui l’ont étudié (P. Blanchet et R. Donau) ont toutefois fourni des plans différents, voir ibid., p. 444.

297 Ibid., p. 453.

298 Ibid., p. 118, qui reproduit le plan de P. Blanchet.

299 Ibid., p. 119.

300 Trousset, 1974, p. 16.

301 El-Bekri (Description de l’Afrique septentrionale, trad. de William Mac Guckin de Slane, Paris, Imprimerie impériale, 1859, p. 116), au xie siècle, évoque l’usage de poutres fichées dans le terrain marécageux afin d’indiquer le chemin. Cet usage rappelle celui qu’Ammien Marcellin (Histoires, 15, 10, 5) mentionnait dans les Alpes Cottiennes. Voir Trousset, 1974, p. 25, ainsi que id., 1982, qui évoque plus largement la traversée du chott.

302 Augustin, Lettres, 46, 1 (CSEL, 34(2), p. 123). Commentaire de ce passage : Modéran, 2003, pp. 364-374, 457-459.

303 Mattingly, 1995, p. 109.

304 Trousset, 1982, p. 56.

305 Toutain, 1906, pp. 248-249.

306 Lassère, 1982, p. 21 ; Trousset, 1982, p. 56.

307 Toutain, 1906 ; Donau, 1909 ; Trousset, 1982, p. 48.

308 Napoli, 1997, pp. 438-439, fait le point sur les différentes descriptions archéologiques.

309 Sur cette interprétation : Trousset, 1978, p. 169.

310 C’est la conclusion émise par Krimi, 2007, pp. 142-143, à partir d’observations faites sur le terrain qui ne sont pas toutefois l’objet d’un rapport détaillé.

311 Les aménagements particuliers des ouvrages du Chareb, ainsi que ceux du Demmer, suggèrent qu’ils étaient destinés à résister aux crues d’oueds : voir Napoli, 1997, pp. 99, 438, 450.

312 Krimi, 2007, pp. 144-145.

313 Trousset, 2011, pp. 214-215.

314 Sur les unités militaires d’Afrique proconsulaire, voir les synthèses proposées par Le Bohec, 1984a, 1986, 1989b ; Speidel, 1992a ; Mattingly, 1995, pp. 87-88 ; Le Bohec, 2000.

315 Flavius Josèphe (Guerre des juifs, 2, 383) s’étonnait déjà qu’une seule légion puisse être affectée à une région aussi étendue que l’Afrique romaine. Voir Rushworth, 1996, p. 301, pour une comparaison avec l’Orient.

316 Trousset, 1984b, p. 391 ; Le Bohec, 1987, p. 378 ; Trousset, 2004, p. 87.

317 Breeze, Dobson, 1978, p. 48 et Appendice 2, pp. 242-258.

318 Le Bohec, 1980, 1987, p. 378.

319 Id., 1989a, p. 581.

320 Ainsi à Ad Maiores, sous Trajan : CIL, VIII, 2478 (= 17969) ; sous Septime Sévère, à Gholaia (IRT, 913, 915) et Gheriat el-Garbia (AE, 1967, no 539). À Vezereos, la mention de travaux de réfection entrepris en 201 par la IIIe légion Auguste (ILAfr, 26), dont la présence d’une vexillation est par ailleurs confirmée sous les Sévères (ILAfr, 27a), suggère que la légion fut également à l’origine de la construction du fort.

321 Picard, 1947, no 12 (= AE, 1948, no 214).

322 Picard, 1947, nos 15, 16.

323 Ibid., no 6.

324 Ibid., nos 3, 4.

325 Ibid., nos 9, 10, 23. Une inscription, malheureusement fragmentaire et indatable, mentionne la présence d’eqq(uites) al(ae) Fl(auiae), qui est peut-être antérieure au règne de Sévère Alexandre : ibid., no 30 ; Lenoir, 2011, p. 225, n. 28.

326 ILAfr, 9 (= ILT, 1 ; AE, 1909, no 104 ; ILS, 9177). Voir Euzennat, 1972, p. 19, n. 1 ; Le Bohec, 1989b, pp. 41-42, 67-70, sur cette unité ; Trousset, 2004, p. 72, n. 26.

327 Le Bohec, 1986.

328 AE, 1975, no 870.

329 Merlin, 1920, pp. xcii-xciii.

330 Tacite, Histoires, 40, 48, 1.

331 Lenoir, 2011, pp. 372-373.

332 AE, 1950, no 58.

333 Ibid., no 59. Voir Lenoir, 2011, pp. 212-216.

334 Rebuffat, 1976-1977a, pp. 40, 50-51.

335 Voir la mise au point sur le débat fournie par Isaac, 1988, p. 140.

336 « Sola, quae de hostibus capta sunt, limitaneis ducibus et militibus donauit » (« Il attribua les territoires pris à l’ennemi aux généraux et aux soldats stationnant aux frontières » [SHA, Vie de Sévère Alexandre, 58, 4]). Voir les remarques de Rebuffat, 1980, pp. 118-119 ; Isaac, 1988, pp. 139-147.

337 L’idée fut notamment relayée pour l’Afrique par Trousset, 1974, p. 150, qui reconnaissait le caractère anachronique de l’institution, tout en supposant une évolution en cours au iiie siècle qui serait allée dans ce sens.

338 Voir également, plus récemment, la notice produite par Janniard, 2015.

339 Laporte, Dupuis, 2009, p. 56.

340 Pline, Histoire naturelle, 5, 30. Voir le chap. i de cet ouvrage.

341 Pline, Histoire naturelle, 5, 37, et le commentaire de Desanges, 1980a, p. 400.

342 Id., 1964, 2006a, p. 56.

343 La carte proposée par Mattingly, 1995, p. 76, représente les limites des cités de Tripolitaine orientale au ier et au iie siècle apr. J.-C., dans lesquelles il faut peut-être reconnaître les bornes du territoire provincial. Voir le chap. iii de cet ouvrage.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search