Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Première partie. La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Conclusions de la première partie

Texte intégral

  • 1 Voir les remarques synthétiques de Coltelloni-Trannoy, 2003, p. 3917.

1L’originalité de la construction de la frontière méridionale d’Afrique proconsulaire, et l’ambiguïté apparente de son tracé qui revêt un caractère théorique sous le Principat augustéen, procèdent du fait que Rome a d’abord fait la conquête d’un État dont elle hérite des limites — le royaume numide de Juba I réduit par César, puis celui de Maurétanie à la tête duquel est placé Juba II en 25 ou 24 av. J.-C., et qui ne recoupe qu’en partie le précédent —, avant de soumettre son territoire sur lequel elle étend progressivement son autorité. La difficulté posée par la définition de ses limites tient alors à l’incertitude qui pesait déjà sur les contours des royaumes africains. Elle s’explique par la nature même du pouvoir royal en Afrique, qui ne reposait pas sur la propriété du sol mais dépendait des alliances passées avec les tribus locales qui acceptaient de se soumettre au clan, plus puissant, du roi1. On peut opposer à cette situation les phases de conquête en Gaule ou en Bretagne où l’autorité romaine ne rencontra pas les mêmes formes d’organisation territoriale, ce qui explique aussi la nature de la frontière provinciale dans ces régions.

2Au début du Principat augustéen, la frontière théorique du sud-ouest de la province africaine, identifiée au Nigris, passait très loin au sud de la zone effectivement maîtrisée par Rome. La conquête de cet espace de transition se fit de manière progressive. Les réactions d’hostilité qu’elle suscita chez les populations locales au cours du règne d’Auguste montrent bien qu’elles n’étaient pas encore soumises au contrôle direct de l’autorité romaine. La situation est différente à partir de la dynastie flavienne, durant laquelle la présence officielle de Rome et son implantation militaire sont rendues manifestes à la frontière de l’Afrique.

3En direction de l’est, le silence des sources écrites sur la frontière provinciale dans la région de Tripolitaine orientale au début de l’Empire rend son tracé encore plus incertain. L’importance du voisin garamante et l’étendue de son aire d’influence motivèrent les entreprises de conquête en direction du Fezzan sous les Julio-Claudiens et les Flaviens. Il n’est sans doute pas anodin que les expéditions conduites sous l’autorité de L. Cornelius Balbus aient envisagé la Gétulie et le Nigris d’une part, le pays garamante d’autre part : nous sommes d’avis d’y voir les limites reconnues au sud de la province lors de l’institution de la Proconsulaire et qu’Auguste forma le projet d’atteindre, ce qu’il entreprit de faire avec le concours de Balbus quelques années plus tard.

4L’échec de Rome à soumettre le territoire des Garamantes constitua sans doute un facteur limitatif à l’étendue de son contrôle politique dans ces confins méridionaux. Les spécificités des structures tribales, la force de leur organisation et la complexité des liens anciens entre les peuples établis aux marges de la province qui leur permirent pendant longtemps de préserver une certaine indépendance, mirent aussi, plus qu’ailleurs au sud de l’Afrique, l’autorité romaine à l’épreuve dans son dessein de domination politique. Ces facteurs expliquent très certainement l’implantation tardive de garnisons à la frontière, en Tripolitaine orientale.

Notes

1 Voir les remarques synthétiques de Coltelloni-Trannoy, 2003, p. 3917.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search