Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Première partie. La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Chapitre III

Opérations militaires et affirmation de l’ordre politique romain à la frontière de l’Afrique romaine au ier siècle apr. J.-C.

Texte intégral

  • 1 Le Bohec, 1989a, pp. 335-339 ; Roller, 2003, p. 108.
  • 2 Les plus anciennes entreprises routières dans la province datent plus généralement du Principat au (...)

1Les interventions militaires menées par les proconsuls aux confins de la province se multiplient jusqu’à la fin du règne d’Auguste. Elles constituent, plus clairement que les précédentes, une action répressive des mouvements d’hostilité qui semblent alors prendre de l’ampleur à la frontière de la Proconsulaire. Le nouveau stationnement de la IIIe légion Auguste vers le sud de la province fut aussi considéré comme une conséquence de ces années d’instabilité1. Des motivations défensives furent également invoquées pour justifier les premières entreprises routières connues, en direction de la frontière provinciale, remontant aux Julio-Claudiens2. L’ensemble de ces mesures, qui contribuaient à rendre la présence romaine plus prégnante dans le Sud de la Proconsulaire, fut alors vu comme l’une des causes de la révolte menée par Tacfarinas.

2Si la réalité d’un mécontentement se répandant parmi les populations vivant à la frontière de la Proconsulaire sous les Julio-Claudiens, et encore manifeste sous la dynastie flavienne, ressort indiscutablement de la lecture des sources écrites, ses motifs et les enjeux qu’il sous-tend n’apparaissent pas toujours clairement. Aussi convient-il de revenir sur chacun de ces épisodes pour en appréhender les spécificités régionales et en mesurer l’ampleur, afin de mieux saisir la manière dont Rome concevait le passage de cette région de confins dans l’orbite de son pouvoir politique. Il s’agit plus largement de comprendre pourquoi la zone frontalière fut le théâtre d’expression, plus qu’ailleurs à l’intérieur du territoire provincial, de la colère des provinciaux.

I. — Une hostilité croissante à la frontière de la province sous les Julio-Claudiens

  • 3 Thomasson, 1996, p. 25, no 12.
  • 4 « Son zèle multiple et son activité méritèrent aussi à l’ex-consul Vibius Postumius, gouverneur de (...)
  • 5 CIL, VIII, 16456, El Lehs (= ILS, 120) : « Iunoni Liuiae Augusti sacrum / L. Passieno Rufo imperat (...)

3L’agressivité des Garamantes fut présumée à l’origine des opérations militaires menées par le proconsul L. Passienus Rufus, consul ordinaire en 4 av. J.-C.3. Elles lui permirent d’obtenir les ornements triomphaux4. L’octroi de la salutation impériale est en outre mentionné par des sources africaines (une émission monétaire de Thaenae et une dédicace découverte sur le site d’El Lehs)5. Les circonstances des opérations militaires qu’il dirigea demeurent toutefois inconnues, et rien ne permet d’affirmer qu’il s’agissait de troubles à la frontière de la province qui auraient, qui plus est, impliqué des Garamantes.

  • 6 Justinien, Institutes, 2, 25 ; Eustathe, Commentaires, 209-210 (GGM, II, p. 253 : « nam Lentulum ( (...)
  • 7 Thomasson, 1996, p. 25, no 13.
  • 8 Strabon, Géographie, 2, 5, 33. Sur les Nasamons, voir la mise au point proposée par Desanges, 2012 (...)
  • 9 Strabon, Géographie, 17, 3, 20.
  • 10 Ibid., 17, 3, 23.
  • 11 Pline, Histoire naturelle, 5, 33-34.
  • 12 Lucain, Pharsale, 9, 440-444 ; Silius Italicus, La guerre punique, 1, 408-409 ; Quinte-Curce, Hist (...)

4Peu de temps après, le proconsul L. Cornelius Lentulus aurait trouvé la mort au cours d’une embuscade tendue par les Nasamons : le contexte ne semble pas être celui d’une campagne militaire, mais plutôt celui d’une entrevue6, à une date qui reste à établir avec précision. Tout au plus est-il possible de penser que L. Cornelius Lentulus, consul en 3 av. J.-C. et probable successeur de L. Passienus Rufus, décéda au cours de son proconsulat au début de notre ère7. Strabon indique que les Nasamons étaient établis, avec d’autres peuplades, au sud de la Cyrénaïque et des Syrtes8. Dans un autre passage, il les mentionne plus précisément à l’intérieur des terres, dans un espace compris entre Berenice et les Autels des Philènes9, qu’il décrit comme quasiment infertile et aride10. Pour sa part, Pline l’Ancien évoque des Nasamons au voisinage oriental de la Syrte11. Ceux-ci semblent avoir été régulièrement en contact avec le littoral méditerranéen puisque Lucain, Silius Italicus ou encore Quinte-Curce leur confèrent la réputation de pillards d’épaves12.

  • 13 Eustathe, Commentaires, 209 (GGM, II, p. 253).
  • 14 OGI, 767 et SEG, IX, 43 ; Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 10a, 1. Voir Desanges, 1969 ; Larond (...)
  • 15 Le nom des Marmarides est affecté à un très large ensemble de tribus : voir Desanges, 2010a.

5Il s’agit là néanmoins d’une image quelque peu réductrice de leur organisation sociale. Les Nasamons entretenaient effectivement des contacts avec le pouvoir romain : lors de la première guerre civile, ils auraient accordé leur soutien à Caton et au clan pompéien contre César, et furent vaincus par le parti césarien13. Les motifs qui ont conduit à l’assassinat du proconsul L. Cornelius Lentulus ne sont pas connus, mais sans doute ce meurtre peut-il être mis en relation avec un contexte plus général d’épisodes belliqueux menés contre l’autorité romaine par des tribus établies aux confins des provinces romaines, de la Cyrénaïque à la Maurétanie. Ceux-ci impliquèrent à l’est les Marmarides lors d’un bellum marmaricum qui affecta la Cyrénaïque, auquel Rome mit fin en 2 apr. J.-C.14. Un détachement de la IIIe légion Auguste en provenance d’Afrique, auquel succédèrent des troupes venues d’Égypte, fut dans un premier temps défait par les Marmarides15, ce qui conduisit Auguste à confier la direction de la province inermis de Cyrénaïque, et donc des opérations militaires, à un tribun du prétoire portant le titre de prolégat.

  • 16 Cette procédure, qui permettait à Auguste de choisir lui-même les généraux les plus expérimentés, (...)
  • 17 Thomasson, 1996, p. 26, no 14 ; Hurlet, 2000.
  • 18 « Marti Augusto sacrum, / auspiciis Imp(eratoris) Caesaris Aug(usti), / pontificis maxumi, patris (...)
  • 19 Voir la carte 6 de cet ouvrage.
  • 20 Mise au point sur l’ensemble des hypothèses dans Hurlet, 2006, pp. 155-156, n. 119.
  • 21 Quirinius exerça la préture à la fin des années 20 ou lors de la première moitié des années 10 av. (...)
  • 22 Il s’agirait d’une mission extraordinaire confiée à Quirinius, qui s’expliquerait par la gravité d (...)

6En direction de l’Africa, une coalition de tribus musulames et gétules est invoquée à l’origine de l’intervention militaire menée par le proconsul, proche de Tibère et nommé extra sortem16, Cossus Cornelius Lentulus, entre 6 et 8 apr. J.-C.17 : cette campagne lui valut les ornements triomphaux et un cognonem ex uirtute (Gaetulicus)18. Florus évoque en parallèle l’expédition victorieuse conduite par le proconsul de Crète-Cyrénaïque, P. Sulpicius Quirinius, contre les Marmarides et les Garamantes qui avaient peut-être apporté leur soutien aux premiers19. Il demeure difficile de préciser à quelle date eut lieu cette dernière expédition20, que l’on fait remonter au plus tôt aux années 20-15 av. J.-C.21, au plus tard à la même période que la campagne contre les Gétules dirigée par Cossus Cornelius Lentulus, en 6-8 apr. J.-C.22.

  • 23 Florus, Epitomè, 2, 31.
  • 24 M’Charek, 2006, 2008 ; Laporte, M’Charek, 2010.
  • 25 Pline, Histoire naturelle, 5, 30. Voir les remarques de Desanges, 1964, p. 35.
  • 26 Id., 1962, pp. 117-121.
  • 27 « ne Cirtensium pagi impune traherentur » (Tacite, Annales, 3, 74).
  • 28 Despois, 1942 ; Desanges, 1999, pp. 27-28, qui évoque l’itinéraire par les steppes dans le cadre d (...)
  • 29 Tacite, Annales, 4, 24-25. Voir Desanges, 1978, p. 191, n. 14.

7Pour Florus, les opérations menées sous l’autorité de Cossus Cornelius Lentulus d’une part, P. Sulpicius Quirinius d’autre part, auraient mis fin non pas à des guerres, mais à de simples troubles étendus sur différents territoires. Plusieurs théâtres d’intervention semblent effectivement avoir requis la présence de l’armée romaine. Selon Florus, Cossus Cornelius Lentulus mena campagne contre les Musulames et les Gétules des Syrtes23. Son témoignage sur la campagne de Lentulus est le premier à faire mention de la confédération musulame. Pour quelles raisons s’est-elle heurtée à l’autorité romaine ? Sans doute la présence romaine se fit-elle plus proche et plus pressante. On sait aujourd’hui que les Musulames comptaient parmi les peuples gétules établis traditionnellement au sud-est de Madaure, mais il demeure difficile de préciser l’étendue de leur territoire24. Pline fait mention des Musulames parmi les peuples de l’Africa, ce qui suggère qu’ils n’étaient pas sujets de Juba II25. Une grande partie d’entre eux vivait jusqu’à la fin du ier siècle dans la vallée du Muthul (oued Mellègue), cependant qu’une fraction plus occidentale de Musulames semble avoir été établie au sud de la confédération cirtéenne26. La localisation de ce petit peuplement de Musulames explique alors les troupes envoyées par Junius Blaesus au cours de la guerre contre Tacfarinas en direction du territoire cirtéen, « pour éviter aux bourgades dépendantes de Cirta des pillages impunis27 », tandis qu’une autre colonne intervenait en territoire musulame, et une troisième dans la région de Lepcis Magna et en direction du Fezzan. La campagne gétulique conduite sous l’autorité de L. Cornelius Balbus traversa peut-être aussi le territoire musulame. À partir de celui-ci, on pouvait gagner les steppes présahariennes qui jouaient un rôle traditionnel de voie de communication28 : c’est probablement le chemin suivi par les troupes romaines au cours de la dernière phase de la guerre contre Tacfarinas qui semble s’être déroulée en Maurétanie, où celui-ci trouva la mort29.

  • 30 « Valida ea gens et solitudinibus Africae propinqua, nullo etiam tum urbium cultu » (« C’est une p (...)
  • 31 Laporte, M’Charek, 2010.
  • 32 « oppidum magnum atque opulentum » (Salluste, La guerre de Jugurtha, 75). Voir Smadja, 1983, p. 68 (...)
  • 33 Strabon, Géographie, 17, 3, 12. À propos de Thala, voir M’Charek, 2012.
  • 34 Salluste, La guerre de Jugurtha, 48, 4 ; 89.

8Contrairement aux clichés véhiculés par le témoignage de Tacite qui réduit le territoire des Musulames à une région désertique dépourvue de villes30, le pays des Musulames est déjà en partie urbanisé au moment de la guerre de Tacfarinas, et certaines agglomérations avaient d’ailleurs bien avant acquis une importance notable31 : tel fut le cas de Thala, présentée par Salluste comme une « place grande et riche » au moment de la guerre de Jugurtha32, avant de subir d’importantes destructions au cours de cet affrontement33. Les ressources du territoire des Musulames, parcouru par les armées romaines, furent mises à profit pour leur ravitaillement : ainsi Salluste évoque-t-il avec quelques précisions la vallée du Muthul où les Romains pouvaient trouver des céréales et du bétail, par opposition à la région de Capsa où les ressources en eau et en nourriture faisaient défaut34. L’armée de Balbus, dans sa campagne gétulique, profita peut-être également des possibilités de ravitaillement offertes par le pays musulame, sans que l’on puisse noter à ce moment-là une manifestation d’hostilité de la part des Musulames ; il n’est d’ailleurs pas fait mention de leur peuple ou de leur territoire dans le triomphe célébré par Balbus. Si les Musulames de l’Africa restaient encore à l’écart du territoire directement contrôlé par Rome, la pression exercée par le pouvoir romain, nouveau maître de la région, s’intensifiait toutefois. Il ne devait pas échapper en outre aux Musulames établis plus à l’ouest, au sud et au sud-ouest du territoire de Cirta, que Juba dépendait de son protecteur romain. Même si l’élément déclencheur de ces troubles nous échappe, on peut supposer que les Musulames finirent par partager le même mécontentement et se soulevèrent avec d’autres tribus gétules contre l’exercice du pouvoir romain, dont la présence se renforçait aux confins du territoire provincial.

  • 35 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 4.
  • 36 « Tunc etiam in Africa Musolanos et Gaetulos latius uagantes Cossus dux Caesaris artatis finibus c (...)
  • 37 Table de Peutinger, 7, 2. Voir Desanges, 1969, pp. 201-202. 

9Le témoignage de Cassius Dion évoque la révolte de Gétules refusant à la fois la domination de Juba II et la soumission à l’autorité romaine, à la frontière de la Maurétanie et de la province romaine35. C’est probablement le même théâtre d’opérations dont fait mention Orose à propos de la campagne conduite à la limite du territoire provincial par Lentulus, qui repoussa les Musulames et les Gétules établis alors sur de vastes étendues (« latius uagantes »), loin de la frontière, en les cantonnant dans des limites territoriales étroites36. Son récit suggère que des terres leur furent attribuées à l’intérieur de l’espace contrôlé in fine par Rome, même s’il s’agissait du royaume de Juba II. À cette occasion, Orose semble alors situer les Gétules dans la même région que les Bagigetuli ou Gétules errants (bagi- dérivant de uagi) signalés par la Table de Peutinger à proximité des sources du fleuve nommé Ausere, qui se jette dans la Méditerranée face à l’île de Djerba37.

  • 38 À propos du théâtre d’intervention de Juba II, voir id., 1964, pp. 34-36. Également id., 1997a.
  • 39 Mazard, 1955, pp. 88-89, nos 193-195 (trône sur lequel est appuyé un sceptre, surmonté d’une couro (...)
  • 40 Mazard, 1955, p. 88, no 195 ; Alexandropoulos, 2007, pp. 227-228 et 418, no 127.
  • 41 Id., 2014, p. 47.

10Le récit de Cassius Dion laisse penser que le mouvement de révolte, parti des confins du royaume maurétanien à la suite de la nomination de Juba II par Rome, se serait étendu jusqu’aux Syrtes chez des tribus gétules qui dépendaient directement du pouvoir romain. C’est là que Lentulus aurait mis fin à la révolte, tandis que Juba II aurait affronté les insoumis en Maurétanie38. Tel est le sens accordé aux monnaies datées d’une part de l’année XXXI du règne de Juba II (6 apr. J.-C.) frappées des motifs de la victoire surmontant une tête d’éléphant et tenant une palme et une couronne, ainsi que du trône sur lequel reposent un sceptre et une couronne, d’autre part de l’année XXXII (7 apr. J.-C.) dont le monnayage reproduit le seul motif de la victoire39. Une autre hypothèse suggère toutefois de voir dans les monnaies figurant au revers le trône et comportant dans le champ un symbole isiaque40, datées de l’année 6 apr. J.-C., une évocation de la souveraineté de Juba II et du couple royal plutôt que les ornements triomphaux, afin de commémorer la mort de Cléopâtre survenue en 5 apr. J.-C. et la célébration du nouveau mariage avec Glaphyra qui lui succédait alors dans le culte royal assimilant la reine à Isis41. Les autres éléments d’informations disponibles permettent néanmoins de supposer une intervention du roi Juba II dans le conflit, qui se conclut avec le concours de Lentulus entre 6 et 8 apr. J.-C.

  • 42 Wolff, 2014, fournit un état des lieux récent de la question.
  • 43 Tacite, Annales, 2, 52 ; 3, 9, 1 ; 3, 20-21 ; 3, 32 ; 3, 35 ; 3, 72-74 ; 4, 13 ; 4, 23-26. Les tém (...)
  • 44 Son attitude par rapport à la guerre de Tacfarinas fut analysée par Syme, 1978.
  • 45 « proconsul peu d’années après en Afrique, il [Iunius Blaesus] mérita les ornements du triomphe et (...)
  • 46 « on réprima en outre les brigandages des Gétules qui, sous le commandement de Tacfarinas, avaient (...)

11L’opposition contre l’autorité romaine atteint un autre degré d’intensité quelques années plus tard, avec la révolte de Tacfarinas qui implique de nouveau les Gétules ainsi que les Musulames. Elle éclate en 17 apr. J.-C.42, et prend fin sept ans plus tard, à la suite de quatre campagnes militaires lancées successivement par Rome. Les événements sont essentiellement connus grâce au témoignage de Tacite, qui les évoque à différentes reprises dans les Annales43. Ni Suétone ni Cassius Dion n’y font allusion. Velleius Paterculus, qui est contemporain des faits44, rapporte brièvement la victoire remportée par Blaesus, mais ne cite pas le nom de Tacfarinas45. Aurelius Victor fait enfin une courte évocation de la guerre46.

  • 47 Gascou, 1991, pp. 3462-3463.
  • 48 Devillers, 1991.
  • 49 Syme, 1951, p. 120 et 1958, vol. 1, pp. 278-285 ; Talbert, 1984, pp. 326-334 ; Gutsfeld, 1989, p.  (...)
  • 50 Devillers, 1991.
  • 51 Grünewald, 1999, p. 233.

12La dispersion des mentions du conflit dans les Annales est justifiée par le caractère annalistique que Tacite a voulu donner à son œuvre47. La longueur des développements qu’il consacre au récit de l’insurrection contribue à apporter des éclaircissements sur le caractère de Tibère, et ses relations avec le Sénat48. Les Acta Senatus constituent la source principale consultée par Tacite, ce qui explique notamment l’abondance de détails présents dans les Annales49. Aussi Tacite envisage-t-il les campagnes conduites contre Tacfarinas comme un épisode de l’histoire sénatoriale50. Il utilise ainsi le personnage de Tacfarinas, et sans doute le transforme-t-il51, afin de rendre une image négative du règne de Tibère, et parallèlement d’augmenter les mérites des généraux qui, avec l’appui du Sénat, ont conduit et mis fin à cette guerre.

  • 52 Tacite, Annales, 4, 23, 1. Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 60. Toutefois, tous ne se soulevèrent (...)
  • 53 Ibid., 2, 52 ; 3, 74 ; 4, 23-26 ; Aurelius Victor, Livre des Césars, 2, 3 ; pseudo-Aurelius Victor(...)
  • 54 Borne de Kherbet el-Chrig : ILAfr, 180 = Benzina Ben Abdallah, 1986, p. 58, no 153, fig. 153 ; M’C (...)
  • 55 Voir ibid.
  • 56 Tacite, Annales, 4, 24, 2. Voir Sirago, 1988, p. 203.
  • 57 M’Charek, 2012.
  • 58 « Cinithios, haud spernendam nationem » (Tacite, Annales, 2, 52, 3).
  • 59 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.
  • 60 Desanges, 1980a, pp. 338-340 et 1994.
  • 61 Tacite, Annales, 2, 52, 3.
  • 62 Wolff, 2014, p. 56.
  • 63 Tacite, Annales, 4, 23, 2. Voir Gutsfeld, 1989, p. 52 ; Wolff, 2014, p. 56.
  • 64 « ut quis fortunae inops, moribus turbidus » (Tacite, Annales, 4, 23, 2 ; éd. et trad. de Pierre W (...)

13Le soulèvement impliqua surtout des Musulames, considérés à tort par Tacite comme des Numides, rejoints par des Maures en désaccord avec le gouvernement de Ptolémée qu’ils accusaient d’avoir confié la direction des affaires du royaume à des affranchis52, des Cinithiens, des Garamantes et des Gétules53. Le ralliement des Musulames à la cause défendue par Tacfarinas ne fut toutefois pas complet. Certains firent partie des troupes auxiliaires de l’armée romaine. Un traité (foedus) liait alors les socii musulames à Rome. Ce fut, selon toute apparence, le cas des habitants de Thala : la mention du domaine foncier des socii de Thala, attesté par deux bornes54, induit l’existence d’un foedus pour la localité55. Les chefs musulames décapités en 24 par Dolabella qui les soupçonnait de trahison, selon le témoignage de Tacite56, commandaient peut-être des troupes auxiliaires fournies par des socii musulames57. Le ralliement des Cinithiens à Tacfarinas ne fut également que partiel. Ce peuple, à qui Tacite confère une certaine importance dans la région58, est rangé par Pline l’Ancien parmi les ciuitates ou « communautés indigènes59 ». Les Cinithiens étaient établis au sud de l’Africa uetus, le long du littoral, aussi étaient-ils à même de menacer les communications entre le Byzacium, les Emporia et la Tripolitaine60. C’est par la contrainte qu’ils ont rejoint la coalition des insurgés61, et ils ne sont plus mentionnés à partir de 1862. Le soutien des Garamantes fut également limité : ce n’est que la dernière année de la guerre que le roi, qui avait accepté de veiller sur le butin fait par Tacfarinas, lui accorde un appui militaire avec l’envoi de troupes légères63. Lors de l’ultime campagne, Tacfarinas aurait enfin été rejoint par « tous les déshérités de la fortune, tous les esprits turbulents64 ».

  • 65 Voir les mises au point récentes proposées par Laporte, M’Charek, 2010 ; Wolff, 2014, pp. 60-61 ; (...)
  • 66 Wolff, 2014, p. 58.
  • 67 Aurelius Victor, Livre des Césars, 2, 3. Également pseudo-Aurelius Victor, Epitomè, 2, 8.
  • 68 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 129, 4 ; Tacite, Annales, 2, 52 ; 3, 20, 1.
  • 69 Ibid., 2, 52, 1.
  • 70 « Nam Tacfarinas, quamquam saepius depulsus, reparatis per intima Africae auxiliis, huc adrogantia (...)
  • 71 Ibid.
  • 72 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 125, 5 ; Tacite, Annales, 2, 52, 5 ; 3, 72, 4 ; 4, 23, 1 (...)
  • 73 Tacite, Annales, 4, 26, 1.
  • 74 Gutsfeld, 1989, p. 53.
  • 75 AE, 1961, no 107 (Lepcis Magna) et no 108 (Oea). Voir Bartoccini, 1958.
  • 76 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 125, 5 ; Tacite, Annales, 3, 74, 4. Cet épisode témoigne (...)

14Diverses hypothèses furent envisagées pour expliquer l’origine de la révolte, que Tacite malheureusement ne donne pas. Aussi demeure-t-elle l’objet de débats65. Tacfarinas est à l’initiative des quatre vagues d’insurrection qui ponctuèrent le conflit, en 17, en 20, en 21 et 2366. Aurelius Victor mentionne des actes de brigandage pour décrire les actions conduites par les insurgés67. Velleius Paterculus puis Tacite qualifient en revanche le conflit de bellum68. Le témoignage de Tacite est toutefois équivoque. S’il désigne les partisans de Tacfarinas comme des hostes69, il explique par ailleurs que la qualité d’ennemi fut refusée à Tacfarinas à l’occasion de l’ambassade qu’il avait missionnée auprès de Tibère : l’empereur le considérait d’abord comme un déserteur et un brigand70. Les actes de pillage perpétrés par Tacfarinas et ses partisans semblent effectivement avoir été bien plus nombreux que les attaques rangées contre l’armée romaine, au cours desquelles Tacfarinas subit de façon quasiment systématique des échecs71. Trois des quatre proconsuls concernés par le conflit — Furius Camillus en 17-18, Lucius Apronius en 18-21, Iunius Blaesus en 21-23 — obtinrent alors les ornements triomphaux72. P. Cornelius Dolabella, proconsul en 23-24 et qui pourtant mit un terme à la guerre, n’en a, apparemment, pas bénéficié73, sans doute pour ne pas faire d’ombre à la gloire de Blaesus qui était l’oncle de Séjan ; aussi Tibère considéra-t-il que la campagne de Iunius Blaesus avait définitivement mis un terme au conflit74. Dolabella put toutefois célébrer sa victoire à Lepcis Magna et Oea75. Iunius Blaesus reçut en outre de ses troupes le titre d’imperator, avec l’autorisation expresse de Tibère76.

  • 77 Le Bohec, 1989a, pp. 156, 341-342 ; Mackensen, 2000.
  • 78 Laporte, M’Charek, 2010, p. 5148. Sur le domaine sénatorial du Saltus Beguensis, voir M’Charek, 20 (...)
  • 79 Voir la borne de délimitation de Kef Chirdou, étudiée par M’Charek, 2012. À propos du Saltus Massi (...)
  • 80 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, 97.
  • 81 Deman, 1968, pp. 346-347 ; Gutsfeld, 1989, pp. 55-56 ; Laporte, M’Charek, 2010, p. 5149.

15La seule action tangible de Rome sur le territoire musulame avant le début du conflit, et qui pourrait avoir joué parmi les motifs de mécontentement, concerne l’établissement à Ammaedara, entre 6 et 14 apr. J.-C.77, de la IIIe légion Auguste. Cette installation fut d’ailleurs peut-être consécutive à l’insurrection qui avait impliqué peu avant des Musulames, et à laquelle avait mis fin Cossus Cornelius Lentulus. Le transfert de terres dans le domaine impérial est attesté ultérieurement. L’état actuel de la documentation évoque le Saltus Massipianus, qui succède, semble-t-il, à une propriété royale78, comme domaine impérial au plus tôt au cours des années 75-7679. Mais peut-être a-t-il une histoire plus ancienne. On sait en effet que César confisqua en 46 av. J.-C., après la mort de Juba, un certain nombre de domaines royaux80. Quoi qu’il en soit, l’appropriation de terrains par l’autorité romaine dès l’époque augustéenne privait certainement les Musulames d’une partie de leurs terres céréalières81.

  • 82 Lassère, 1982 ; Sirago, 1988, p. 200 ; Le Bohec, 1989a, p. 341.
  • 83 IRT, 346. Voir Hurlet, 2006, p. 107, n. 340.
  • 84 Vogel-Weidemann, 1982, pp. 50-59 ; Thomasson, 1996, p. 27, no 17 ; Hurlet, 2006, p. 62, n. 161 et (...)
  • 85 CIL, VIII, 10023 = 21915 (= ILS, 151) ; CIL, VIII, 10018 ; Toutain, 1904, pp. 157-160, 162-165, 16 (...)
  • 86 Ces bornes ne semblent pas avoir de lien avec le projet de centuriation opéré plus tard dans la ré (...)
  • 87 « Imp(erator) Caesar Augu[s]/ti f(ilius) Augustus trib(unicia) / pot(estate) XVI / L(ucius) Aspren (...)
  • 88 Trousset, 1978, p. 155.

16La présence du pouvoir romain fut par ailleurs rendue plus contraignante avec la construction, réalisée par des soldats de la IIIe légion Auguste, de la voie entre Ammaedara et Tacapes, via Capsa82. Elle s’acheva au début du règne de Tibère. La direction des opérations fut confiée à L. Nonius Asprenas, proconsul d’Afrique qui resta en charge trois ans83, entre 12 et 15 ou bien entre 13 et 1684 : son nom figure sur les bornes milliaires découvertes entre Tacapes et Capsa85, qui rappellent les travaux entrepris sur la voie86. La route permettait de conduire depuis des castra hiberna aux Syrtes (« uia ex castris hibernis Tacapes »)87. P. Trousset considère alors cette voie « encore isolée au cœur d’un pays insoumis », comme « la première ébauche d’un limes linéaire routier » lié à la défense du Sud de l’Africa88.

  • 89 Voir les remarques d’Isaac, 1988, pp. 125-127, à propos du témoignage de Tacite, La Germanie, 29, (...)
  • 90 Pour reprendre les mots d’Isaac, 1988, p. 126 : « it is not possible to mark off and defend what h (...)
  • 91 Baradez, 1949a, pp. 151-152 ; Trousset, 1978, p. 155.

17Si cette route impliquait une présence romaine plus visible, rien n’indique toutefois que les travaux menés sur l’itinéraire en question furent à l’origine de la flambée de violence qui conduisit à la révolte de Tacfarinas. Du point de vue syntaxique, l’emploi du terme limes pour évoquer une ligne fortifiée à la frontière de l’Empire paraît abusif aux deux premiers siècles de notre ère89. Si le rapport de la voie avec les affaires militaires ne fait aucun doute, rien ne permet en revanche de la mettre en relation avec une mise en défense des confins de la province, dans un secteur où la présence militaire de Rome, et ses moyens d’action, apparaissent somme toute très limités90. Si le danger était réel pour le maintien de l’ordre politique romain dans la région, on peut douter que l’État romain eût fait dépendre d’une seule voie, traversant un territoire supposé hostile et jouant le rôle de ligne frontière91, la sécurité de ses camps permanents.

  • 92 À propos des castra hiberna, voir les remarques générales formulées par Harmand, 1967, pp. 121-134 (...)
  • 93 Euzennat, 1989, p. 281 ; Sillières, 1989.
  • 94 Salama, 1951, p. 73.
  • 95 Id., 1987, pp. 226-229.
  • 96 Sillières, 1989, p. 109.

18Selon le témoignage de l’épigraphie, les travaux de fortification furent effectués sur la route permettant de relier les camps d’hiver de la légion92, dont le lieu de garnison principal était alors installé à Ammaedara, au débouché maritime de Tacapes. Comme on peut l’observer non seulement en Afrique mais également ailleurs dans l’Empire93, cette voie prenait directement assise sur la plateforme naturelle : aucune marque d’empierrement n’a été relevée sur son tracé94. La sécheresse du climat dans la région, où les carrières de pierres étaient en outre rares, ne rendait sans doute pas nécessaires de tels aménagements95. De simples chemins de terre suffisaient à la circulation des animaux de bât et aux transports lourds96.

  • 97 Tacite, Annales, 3, 74, 3, évoque au cours de son récit de la guerre de Tacfarinas les hibernacula (...)
  • 98 Le Bohec, 1989a, pp. 156, 341-342 ; Mackensen, 2000.
  • 99 Voir les remarques de M’Rabet, 2014.
  • 100 Strabon, Géographie, 17, 3, 17 ; Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Sur le site de Tacapes et la (...)
  • 101 CIL, VIII, 39, 10492 (= 11052), 22777. Voir Ferchiou, 1991, pp. 66-70.
  • 102 Sur la ville, voir la notice proposée par Desanges et alii, 2010, pp. 150-151.
  • 103 Constans, 1916, pp. 104-110 ; Ferchiou, 1988 ; Rossignoli, 1994, pp. 565-566 ; Saint-Amans, 2004, (...)
  • 104 Ferchiou, 1984, 1988.

19La formulation adoptée par les bornes, qui font explicitement mention des castra hiberna97, suggère que l’objectif immédiat visé par l’effort routier consistait à faciliter la liaison entre ces deux points : on peut alors présumer que l’enjeu se rapportait au ravitaillement et à l’organisation logistique de la garnison, qui venait depuis peu d’établir ses quartiers à Ammaedara. Les travaux de renforcement de la voie auraient aussi été directement liés à l’établissement de la IIIe légion Auguste dans son nouveau lieu de cantonnement principal98. Tacapes et sa région offraient des conditions propices à son approvisionnement. Positionnée sur la route des Syrtes et de Lepcis Magna, Tacapes, dont l’emplacement précis reste encore discuté99, est évoquée par Strabon comme « un très grand comptoir », et décrite par Pline l’Ancien comme une oasis très florissante100. Les fragments d’inscriptions mentionnant la personne impériale, qui sont à mettre au compte des quelques données épigraphiques relatives à la cité, semblent attester que Tacapes était déjà acquise à la romanité et à l’ordre politique romain sous les Julio-Claudiens101. L’influence romaine est d’ailleurs sensible dès cette période plus au sud, à Gigthis, chef-lieu de la tribu des Cinithiens102, comme en témoigne le sanctuaire consacré à Mercure, Minerve et peut-être Fortuna103, édifié au sud-ouest de la ville sur un petit promontoire regardant la piste se dirigeant vers l’intérieur des terres, et daté de la période julio-claudienne104.

  • 105 Hypothèse défendue par Lassère, 1982, qui reprend une idée avancée avant lui (Chevallier, 1958, p. (...)
  • 106 Sur la notion de genre de vie et les critiques dont son utilisation fut l’objet dans le cadre de l (...)
  • 107 Romanelli, 1959, p. 228 ; Kotula, 1965, p. 348 ; Bénabou, 1976, p. 70 ; Shaw, 1982a, p. 36 ; Salam (...)
  • 108 Laporte, M’Charek, 2010. La question demeure de savoir s’il faut situer en territoire cinithien l’ (...)
  • 109 Rebuffat, 1989, p. 58.
  • 110 Retaillé, 2003.
  • 111 Demougeot, 1960, p. 232 ; Trousset, 1974, p. 27 ; Lassère, 1977, p. 352, carte IV ; Whittaker, 197 (...)

20La construction de la route entre Ammaedara et Tacapes ne suffit alors sans doute pas à elle seule à expliquer le déclenchement de la révolte de Tacfarinas, comme cela fut avancé en arguant du fait qu’elle aurait contrarié — ce qui demeure très hypothétique — les déplacements des pasteurs musulames et cinithiens105. La difficulté vient de l’hypothèse du « genre de vie » nomade ou semi-nomade supposé de ces tribus106, qui ressort notamment du témoignage, très subjectif, de Tacite107. La présence ancienne de villes en pays musulame confirme l’erreur de ses descriptions108. L’activité pastorale n’induit pas elle-même systématiquement la pratique du nomadisme, contrairement à l’idée reçue véhiculée dans les sources écrites qui assimilent de manière abusive zones sédentarisées et zones contrôlées, zones de nomadisme / semi-nomadisme et zones insoumises109. La pratique du pastoralisme renvoie à une forme de société construite autour du troupeau, et implique une variété de situations en termes de production et d’échanges, qui ne peut être réduite à l’idée de nomadisme110. Une autre faiblesse méthodologique tient au fait que les essais cartographiques des grands itinéraires qui auraient été empruntés par les nomades / semi-nomades dans l’Antiquité se fondent en grande partie sur des observations faites à l’époque contemporaine111.

  • 112 Voir id., 1997a, pp. 5-7, qui s’appuie sur le sens donné au terme limes par Frontin au sujet d’une (...)
  • 113 À propos de l’accueil des détachements militaires, voir l’inscription de Sidi-Amara, qui se rappor (...)
  • 114 « L’une d’elles, sous les ordres du légat Cornelius Scipio, ferma le passage des razzias sur Lepti (...)

21Sans doute la construction de la route entre Ammaedara et Tacapes ajouta-t-elle à la pression du pouvoir romain aux marges de la province, en direction desquelles elle constituait un axe de pénétration112. Elle entraîna une présence prolongée des militaires en charge des travaux, dont les besoins quotidiens étaient alors probablement assurés par les communautés locales113. Par la suite, cet axe de communication permettait en outre de faciliter les déplacements de l’armée romaine, qui se fit dès lors peut-être plus présente, et contribua probablement à favoriser le ravitaillement des troupes lors de la guerre contre Tacfarinas. Tacite évoque à ce sujet la division de l’armée romaine en trois colonnes : l’une semble avoir pris pour direction l’espace compris entre le territoire musulame et celui des Cinithiens, une deuxième fut lancée en direction du territoire de Cirta, enfin une troisième fut chargée de protéger Lepcis Magna et de couper la route en direction des Garamantes114.

  • 115 Thomasson, 1996, p. 28, no 18.
  • 116 « Imp(eratoris) Ti(beri) Cae/saris Aug(usti) / iussu / L(ucius) Aelius Lam/ia proco(n)s(ul) ab / o (...)
  • 117 Mattingly, 1995, pp. 65-66.
  • 118 Ibid., p. 79. La localité de Mesphe (identifiée au site actuel de Medina Doga), mentionnée par l’I (...)
  • 119 Di Vita-Évrard, 1979, pp. 76-77 ; Mattingly, 1995, pp. 71, 140.
  • 120 Voir ibid. pour le développement qui suit.
  • 121 IRT, 330-331.
  • 122 Le témoignage d’Apulée (Apologie, 93, 4) confirme la pratique de l’esclavage rural dans la région (...)
  • 123 Voir le chap. ix de cet ouvrage.
  • 124 La cité de Lepcis Magna, punie par une lourde amende infligée par César pour son appui donné aux p (...)

22Les opérations menées dans la région de Lepcis Magna furent peut-être facilitées par les travaux entrepris sous le proconsulat de L. Aelius Lamia (entre 15 et 17 apr. J.-C.)115, sur la voie conduisant de la ville à son arrière-pays dans le jbel Tarhuna116. Est-ce dans les confins du territoire de la cité que passait la limite provinciale, dont la borne aurait alors conservé le souvenir et que la route qu’elle évoque permettait de rallier117 ? Il demeure difficile de suivre la trace de la frontière provinciale dans l’arrière-pays de Lepcis sous les Julio-Claudiens118, toutefois les liens étroits établis entre les Garamantes et la cité d’Oea et la facilité avec laquelle ils semblent être intervenus contre le territoire de Lepcis Magna lors de la querelle opposant les deux cités en 70 apr. J.-C. tendent à suggérer que l’aire d’influence de ce peuple s’étendait à ce moment-là jusqu’aux limites de ces cités, faisant alors figure de bornes provinciales. La destination finale évoquée par le 44e mille de la voie qui « ab oppido in mediterraneum direxsit », si elle fut établie non loin du passage du limes Tripolitanus selon le tracé évoqué par l’Itinéraire d’Antonin, correspond néanmoins avec plus d’exactitude à la limite sud-occidentale du territoire lepcitain119. Celui-ci s’étendait sous le règne de Tibère sur une partie des terres fertiles du jbel Tarhuna et du jbel Msellata, qui étaient alors probablement exploitées par les élites romanisées de la cité depuis un certain temps120. L’épigraphie commémore onze ans après la guerre de Tacfarinas la restitution de terres à la cité de Lepcis121, ce qui pourrait impliquer que la révolte avait touché son territoire et peut-être conduit les ruraux d’origine indigène travaillant sur les grands domaines122 à se soulever. La présence, attestée semble-t-il dès la période julio-claudienne, d’une hiérarchie sociale affirmée dans l’organisation des communautés rurales vivant aux confins méridionaux du territoire de Lepcis permet de le suggérer123. Elle put contribuer à cristalliser les rancœurs et creuser les écarts de richesse ainsi que les différences culturelles entre une élite économique et politique locale, intéressée par les possibilités commerciales offertes par l’empire et favorable à l’autorité romaine, et une population rurale modeste, peu acquise à l’influence romaine et sur laquelle reposaient plus largement les exigences financières du pouvoir romain124.

  • 125 Romanelli, 1939, pp. 104-110. Contre ce point de vue, voir Di Vita-Évrard, 1979, p. 91, ainsi que (...)
  • 126 Tacite, Histoires, 4, 49. Voir Mattingly, 1995, p. 79. Voir ci-dessous.
  • 127 Voir les remarques de Di Vita-Évrard, 2003, p. 497, à propos de CIL, VIII, 22060.

23L’aménagement de la route depuis Lepcis en direction du sud répondait-il à un objectif militaire ? L’hypothèse fut suggérée : la voie aurait permis de défendre la frontière provinciale menacée par des tribus hostiles, et contre lesquelles elle aurait facilité le déploiement des troupes romaines125. Des travaux engagés à cette fin supposaient une garnison stationnée à Lepcis. Or rien n’indique une présence militaire romaine pérenne dans la ville au cours de cette période. La querelle qui éclata entre Oea et Lepcis Magna en 70 apr. J.-C. montre bien qu’aucune garnison romaine ne stationnait à ce moment-là dans le voisinage des deux cités : c’est ainsi qu’Oea put faire appel aux Garamantes qui eurent le temps de ravager le territoire des Lepcitains, avant qu’interviennent « des cohortes et de la cavalerie auxiliaires126 » sous les ordres du légat de la IIIe légion Auguste. Il n’est par ailleurs aucunement fait mention de l’emploi de la main-d’œuvre militaire dans les travaux effectués sur la voie qui « ab oppido in mediterraneum direxsit », sous le proconsulat de L. Aelius Lamia. L’épigraphie routière conserve sans doute le souvenir d’un simple jalonnement qui ne nécessitait pas l’expertise du savoir-faire de la IIIe légion Auguste. Ainsi s’expliquerait que les travaux d’aménagement soient consignés sous les noms de l’empereur régnant et de l’autorité civile supérieure qui en a fait accomplir l’ordre127.

  • 128 Mattingly, 1986.
  • 129 Selon les circonstances politiques, de telles ambitions sont parfois clairement affichées. Tel est (...)
  • 130 Di Vita-Évrard, 1979, p. 91.

24Plus qu’une préoccupation d’ordre militaire, l’essor agricole de la région du Tarhuna128, qui profitait aussi à Rome, pourrait expliquer le souci d’améliorer la circulation depuis cette zone de confins en direction des ports de la Syrte et de la Méditerranée. La mention de l’oppidum comme point de départ de la route n’invite pas à voir dans celle-ci l’ambition affichée d’un esprit de conquête des confins ou de domination territoriale129. Pour G. Di Vita-Évrard, les travaux effectués sur la route appartiennent plus probablement à « la catégorie des bons offices rendus par Rome à la ciuitas Lepcitana130 », dont ils servaient avant tout les intérêts économiques. Les formulations employées pour rappeler de telles entreprises routières, notamment entre les castra hiberna et Tacapes, appellent en ce sens quelques remarques. La manière commune dont les bornes décrivent, certes de façon concise mais avec précision, les directions visées par les travaux dont elles conservent le souvenir, suggère d’abord des intérêts locaux liés à la circulation et au transport de marchandises entre ces différents points, qu’il s’agissait de manière pratique de faciliter. Rien ne permet aussi d’affecter à ces différentes opérations routières un objectif défensif affirmé, et par ailleurs, dans le cadre de la voie entre Ammaedara et Tacapes, un motif principal au soulèvement conduit par Tacfarinas.

  • 131 Voir Vanacker, 2015.

25En revanche, la construction de la route entre Ammaedara et Tacapes, de même que la limitatio effectuée au lendemain de la fin de la guerre contre Tacfarinas sous le proconsulat de C. Vibius Marsus, prirent certainement appui sur des travaux de cadastration antérieurs, fournissant la forma à partir de laquelle a pu être établie la trajectoire de la route notamment. Il est aussi fort probable que ces opérations cadastrales, entreprises selon toute vraisemblance à la fin du règne d’Auguste, aient constitué le prélude à l’imposition d’une nouvelle fiscalité, voire à des confiscations131. C’est peut-être le mécontentement des populations locales à leur encontre qui fournit dès lors un motif fédérateur au soulèvement mené par Tacfarinas.

  • 132 Tacite, Annales, 3, 73, 2.
  • 133 Bénabou, 1977, p. 306 ; Lassère, 1982, p. 12, n. 17 et p. 25 ; Gutsfeld, 1989, pp. 58, 175 ; Wolff(...)
  • 134 « Ainsi Tacfarinas, ayant répandu le bruit que la puissance romaine était aussi mise en pièces par (...)
  • 135 Gutsfeld, 1989, pp. 57-58 et n. 198 ; Grünewald, 2004, p. 52.
  • 136 Tacite, Annales, 2, 52, 1.
  • 137 Shaw, 1982a, pp. 36-38.

26Selon Tacite, l’ambassade diligentée à Rome par Tacfarinas afin de demander la paix aurait par ailleurs requis une concessio agrorum132. Cette demande ne renvoie pas toutefois au début du conflit, aussi la question demeure de savoir si elle contribua au déclenchement de la révolte133. Il explique dans un autre passage que l’intention des rebelles était de s’affranchir de l’autorité romaine et qu’ils menaient une lutte pour la liberté134. Il n’est toutefois pas impossible que ce motif invoqué par Tacite, qui a tendance à présenter les rébellions provinciales comme de nobles luttes pour la liberté, se résume à un simple artifice littéraire135. L’octroi de terres revendiqué par Tacfarinas peut être lié à sa qualité de déserteur, dont fait état Tacite136 : il en était peut-être de même pour une partie de ses partisans qui, comme lui, pourraient alors avoir été à la recherche de terres afin d’assurer leur subsistance137.

  • 138 Cassius Dion, Histoire romaine, 60, 9, mentionne des incursions de tribus en Numidie ; Aurelius Vi (...)
  • 139 Suétone, Vie de Galba, 7-8. Voir Thomasson, 1996, pp. 35-36, no 32 ; Hurlet, 2006, p. 96.
  • 140 Sur les révoltes qui suivirent, voir Aït Amara, 2014, ainsi que les remarques de Coltelloni-Tranno (...)

27Tacfarinas meurt en 24 apr. J.-C. Rome a définitivement remporté la guerre. De nouveaux troubles impliquent une vingtaine d’années plus tard les Musulames, alliés aux Maures, qui semblent se révolter sous le règne de Claude138, avant d’être vaincus par le futur empereur S. Sulpicius Galba, en 45 apr. J.-C.139. Ce soulèvement suit la création de la nouvelle province de Maurétanie césarienne en 40 apr. J.-C.140, qui faisait passer désormais l’ensemble de l’Afrique du Nord sous contrôle de Rome.

  • 141 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 31, no 24 ; Hurlet, 2006, pp. 110, 150. Concernant sa gran (...)
  • 142 CIL, VIII, 22786 a ; CIL, VIII, 22786 k ; CIL, VIII, 22786 f (= ILS, 9375) ; Trousset, 1997a ; Dec (...)
  • 143 Trousset, 1997a, pp. 7-8.
  • 144 Ibid., pp. 8-10.
  • 145 CIL, VIII, 22786 e ; 22787. Voir Trousset, 2004, p. 68.

28L’achèvement, sous le proconsulat de C. Vibius Marsus (27-30 apr. J.-C.)141, de la vaste entreprise de centuriation qui atteint les marges prédésertiques récemment pacifiées de la province d’Afrique proconsulaire (Sud tunisien)142, s’inscrit parmi les mesures prises à l’issue du conflit143. Il accompagne les progrès de la conquête romaine en direction des confins de l’Africa. La finalité de ce bornage, qui a laissé peu de traces au sol et qui semble peu élaboré dans le détail, demeure débattue. L’hypothèse la plus simple, suggérée par P. Trousset qui s’appuie sur les découvertes les plus récentes, est de l’inclure dans l’opération matérielle de fixation de repères et de pose de bornes entreprises par les arpenteurs de la IIIe légion Auguste : commencée dans la région d’Ammaedara quelques années auparavant à la suite de la victoire de P. Cornelius Dolabella144, elle sert par la suite de référence cartographique aux opérations de délimitation entre les territoires de tribus et de cités sous le règne de Trajan145. P. Trousset considère alors le bornage du Sud tunisien comme « la signature d’un pouvoir conquérant qui explore et construit son espace », dont on peut trouver la trace dans d’autres régions de frontière de l’empire romain, ainsi en Bretagne.

II. — Les dernières opérations militaires contre les peuples des confins sous la dynastie flavienne

  • 146 « Ensuite il [Valerius Festus] règle les différends entre les habitants d’Oea et ceux de Leptis ; (...)
  • 147 Mattingly, 1995, pp. 140-141.
  • 148 Tacite, Histoires, 4, 50 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 38. Sur ce personnage : Thomasson, 1996, (...)
  • 149 Tacite, Histoires, 2, 98, 1 ; 4, 38 ; 4, 48-49 ; Pline le Jeune, Lettres, 3, 7, 12.
  • 150 Tacite, Histoires, 4, 50, 4.
  • 151 Pline, Histoire naturelle, 5, 38. Voir la carte 6 de cet ouvrage.

29Les années 69-70, durant lesquelles se jouait à Rome, secouée par une crise violente, la succession impériale, furent marquées localement par une querelle de voisinage entre les habitants d’Oea et ceux de Lepcis Magna. Selon le témoignage de Tacite, le conflit fut déclenché par des vols de bétail et de récoltes commis entre les paysans des deux cités146. La rivalité opposant ces cités du littoral autour de la délimitation de leurs territoires respectifs dans le secteur du jbel pourrait s’expliquer par l’essor agricole dont profita leur arrière-pays147. Les choses prirent toutefois de l’ampleur, et les habitants d’Oea décidèrent de faire appel aux Garamantes qui s’attaquèrent alors aux terres des Lepcitains. Il fallut l’intervention du légat de la IIIe légion Auguste, C. Calpenatus Rantius Quirinalis Valerius Festus148, qui par cette circonstance pouvait aussi détourner l’attention du meurtre du proconsul L. Calpurnius Piso, un proche de Vitellius qu’il venait de faire assassiner sur ordre de Vespasien — à moins qu’il ne le fît de son propre chef pour montrer son attachement au nouvel empereur149. L’armée romaine poursuivit les Garamantes en direction de leur territoire, mais l’entreprise se limita à une incursion150 : c’est à cette occasion que fut découvert un nouvel itinéraire, plus court que celui qu’avait suivi L. Cornelius Balbus, conduisant au Fezzan151.

  • 152 « Ẹx̣ [auctoritate / I]ṃp(eratoris) Veṣ[pasiani Cae]/saris Aug(usti), p(atris) p(atriae), pọṇ[t(if (...)
  • 153 Thomasson, 1996, pp. 43-44, no 48.
  • 154 Di Vita-Évrard, 1979, pp. 87-91.
  • 155 Ibid., pp. 95-98.
  • 156 IRT, 342 ; la présence de sufètes est mentionnée dans IRT, 347-349. Voir Gascou, 1982a, p. 165. À (...)
  • 157 Mattingly, 1995, p. 123.
  • 158 Ibid., pp. 116-122, 140-144.

30En 74, une opération de bornage fut menée aux confins des territoires des cités de Lepcis Magna et d’Oea, afin d’en préciser les limites : elle est rappelée par deux bornes découvertes au sud-ouest de Lepcis Magna, dans la région du plateau de Tarhuna152. La mission fut confiée au consulaire Q. Julius Cordinus Rutilius Gallicus, légat extraordinaire de Vespasien, qui intervint également pour l’érection des bornes le long de la Fossa Regia153. Lepcis Magna se voyait confirmer ses droits sur les riches terres agricoles et les réserves en eau de Tarhuna154. Elle fut peut-être également gratifiée du statut municipal à la même période155 : la cité est effectivement mentionnée comme municipe au cours des années 77-78, tout en continuant à être dirigée par des sufètes156. Oea, quant à elle, par son alliance avec les Garamantes, semble avoir été tenue pour responsable de la guerre avec Lepcis Magna : ainsi pourrait s’expliquer son retard en termes de promotion juridique par rapport à la cité lepcitaine157, qui bénéficie par ailleurs d’une croissance économique exceptionnelle au cours du ier siècle158.

  • 159 « Et tout d’abord, parlant de la route qui, de Garama, mène par terre en Éthiopie, Marin dit : “Se (...)
  • 160 À son propos, parfois confondu avec Cn. Suellius Flaccus qui conduisit la dernière répression mené (...)
  • 161 Desanges, 1978, p. 210.
  • 162 La recherche démesurée du gain aurait conduit Vespasien à multiplier les moyens de renflouer les c (...)

31Cette campagne en territoire garamante fut suivie peu de temps après par deux expéditions, rapportées par Ptolémée qui s’appuie sur le témoignage de Marin de Tyr159. Il évoque d’abord une entreprise militaire conduite jusqu’en Éthiopie par Septimius Flaccus, légat entre 77 et 80160. Celui-ci traversa le territoire des Garamantes, mais ne semble pas avoir bénéficié de leur soutien. Rien n’est dit sur les circonstances de cette expédition, dont on est conduit à penser qu’il s’agit principalement d’une campagne d’intimidation161. Peut-être ne fut-elle pas dénuée d’une ambition de conquête162.

  • 163 Desanges, 1978, p. 199 ; Mauny, 1978, p. 128 ; Desanges, 1984.
  • 164 Id., 1978, pp. 201-213.
  • 165 Daniels, 1970, pp. 24-25 ; Mattingly, Wilson, 2010, pp. 526-529.
  • 166 Mattingly, 2001, 2002. Rien ne permet d’affirmer que le Fezzan était « une sorte de protectorat ro (...)

32C’est dans un contexte très différent que s’inscrit la seconde expédition évoquée par Ptolémée, à laquelle participa à titre individuel Julius Maternus qui accompagna le roi des Garamantes au pays d’Agisymba, lieu de rassemblement des rhinocéros. La localisation de cette destination demeure discutée ; il n’est pas impossible que l’expédition à laquelle participa Julius Maternus ait traversé le Sahara163. Il y a tout lieu de penser que la présence du Romain fut motivée par des raisons commerciales : les rhinocéros figuraient parmi les animaux exotiques produits lors des spectacles à Rome164. Le développement des contacts et des échanges économiques à la faveur des relations apaisées entre Rome et les Garamantes est confirmé par l’importance des céramiques d’époque flavienne découvertes au Fezzan165. À l’issue de ces différentes campagnes, les Garamantes semblent alors avoir préservé leur indépendance166.

  • 167 Mattingly, 2003a, pp. 84-85.
  • 168 Sur cette révolte : Gsell, 1893a, pp. 234-237 ; Desanges, 1978, pp. 210-213 ; Modéran, 2003, pp. 2 (...)
  • 169 Zonaras, Annales, 11, 19.
  • 170 Flavius Josèphe, Guerre des juifs, 2, 381-383.
  • 171 Thomasson, 1996, p. 138, no 12.
  • 172 « De nombreux tributaires des Romains se révoltèrent à cause des prélèvements sévères qui étaient (...)
  • 173 C’est ce qui semble ressortir des observations de Ptolémée (Géographie, 4, 5, 12), qui place les N (...)
  • 174 Table de Peutinger, 8, 2-3. Sa documentation sur cette partie du territoire libyen semble dater en (...)
  • 175 Modéran, 2003, pp. 222-223.

33L’ultime intervention militaire dans la région, qui constitua le prélude à plusieurs siècles de paix qu’aucun trouble majeur ne vint, semble-t-il, perturber jusqu’aux Sévères167, prend pour cadre la révolte menée par les Nasamons168. Selon Zonaras, le soulèvement débuta par le meurtre des percepteurs du tribut169, auquel étaient déjà soumis les Nasamons au début des années 80170. La répression fut conduite par Cn. Suellius Flaccus, légat de la IIIe légion Auguste en 86-87171. Elle semble avoir mis brutalement fin aux troubles172 et entraîné le repli des Nasamons autour de la place d’Augila173. Ils conservèrent néanmoins une réelle importance comme en témoigne leur mention au sud des Syrtites par la Table de Peutinger174, qui cite par ailleurs, sans doute du fait également de leur grandeur, les Garamantes, les Éthiopiens et les Gétules175.

  • 176 « [Ex a]uctorit(ate) / [I]mp(eratoris) diui Vespasi/ani f(ili) Domitiani / Aug(usti) Germ(anici) p (...)
  • 177 Romanelli, 1962, p. 1358.
  • 178 Bénabou, 1976, pp. 436-437, 443.
  • 179 Mattingly, 1995, p. 32.
  • 180 Modéran, 2003, pp. 209-249.

34L’opération de bornage entreprise dans la région de Syrte par Cn. Suellius Flaccus en 87 constitue peut-être une conséquence de cette campagne militaire. Elle concerne une délimitation territoriale, avec accord des deux parties, entre deux tribus mentionnées alors pour la première fois, les Muduciuuii et les Zamucii176. Pour P. Romanelli, il s’agissait pour Rome de régler les rapports entre des petites tribus qui obéissaient auparavant aux Nasamons177. M. Bénabou y a vu la volonté plus générale de Rome d’affirmer son autorité sur les tribus en refoulant les plus dangereuses, et en délimitant, afin de mieux les surveiller, le territoire des autres178. D. J. Mattingly a plus récemment émis l’hypothèse que les Muduciuuii et les Zamucii faisaient partie du vaste peuple des Maces179. Il demeure toutefois difficile de trancher sur leur appartenance à ce peuple ou à celui des Nasamons, dont le refoulement vers Augila semble par ailleurs avoir conduit à l’émergence d’anciennes composantes des Nasamons restés dans la région, à l’exemple des Austuriani et des Laguatan180.

III. — Une « solidarité des confins » face à l’autorité romaine ?

  • 181 « L’arrière-pays situé au-dessus de la Syrte et de la Cyrénaïque, qui est presque misérable et ari (...)
  • 182 Trousset, 1997a, p. 7.

35Le trait commun à toutes ces interventions dans lesquelles fut engagée l’armée romaine depuis l’expédition menée par L. Cornelius Balbus tient à la localisation des populations impliquées : qu’il s’agisse des Gétules, parmi lesquels il faut inclure les Musulames et les Cinithiens, à l’ouest et au sud-ouest de la province, des Garamantes, des Nasamons ou encore des Marmarides à l’est, ces peuples sont dans leur ensemble établis aux frontières de l’Afrique romaine181. Leur soulèvement est au cœur de la phase de conquête de ces régions par Rome182.

  • 183 Le témoignage poétique de Lucain, dont on peut supposer qu’il s’appuie sur une certaine réalité de (...)
  • 184 Strabon, Géographie, 17, 3, 19 ; Pline, Histoire naturelle, 37, 104. Voir le chap. ii de cet ouvra (...)
  • 185 Rebuffat, 1970, p. 10.
  • 186 Florus, Epitomè, 2, 31. Voir Mattingly, 2003a, pp. 83-84.

36Les liens entre ces tribus étaient déjà anciens183 avant que l’offensive de Rome fournisse une circonstance à la défense d’intérêts communs. Ceux-ci pouvaient s’appuyer sur des relations commerciales fondées notamment sur le commerce des gemmes, au cœur duquel les Garamantes semblent avoir joué le rôle d’intermédiaires entre les Nasamons, du territoire desquels provenaient les pierres, et la Carthage punique184. Le contexte de l’intervention de Quirinius pourrait en outre être l’indice du contrôle des Garamantes sur les oasis en direction de la Marmarique185. C’est ce que laisse présumer le témoignage de Florus suggérant que l’action s’est essentiellement déroulée en Marmarique, d’où le surnom de « Marmaricus » auquel Quirinius aurait pu prétendre alors qu’il affronta également des Garamantes186.

  • 187 Liverani, 2000a, 2000b ; Mattingly, 2003a, p. 81. Voir la carte 6 de cet ouvrage.
  • 188 Desanges, 2012b.
  • 189 Ptolémée, Géographie, 4, 5, 12. Voir Desanges, 2010a, 2012b, p. 5253.
  • 190 Pline, Histoire naturelle, 5, 38 ; Tacite, Histoires, 4, 50, 4.
  • 191 Mattingly, 2003a, p. 82.
  • 192 Ptolémée, Géographie, 1, 8, 4-5. À propos des liens entre les Garamantes et les Éthiopiens évoqués (...)
  • 193 Kuhlmann, 2013, p. 155.
  • 194 Silius Italicus, La guerre punique, 5, 355-360.

37Le territoire garamante paraît avoir été borné au nord-est par l’oasis de Zalla187, à l’ouest de laquelle s’étendait le pays des Nasamons188 que Ptolémée rapprochait des tribus marmarides189. L’aire d’échanges des Garamantes, qui maîtrisaient les itinéraires entre le Fezzan et la côte méditerranéenne, allait jusqu’au littoral syrtique. Ainsi intervinrent-ils en faveur d’Oea lors de la querelle l’opposant à Lepcis Magna190, avant d’être dispersés en 70 apr. J.-C. par R. Quirinalis Valerius Festus qui mit fin au conflit. L’une des implications du contrôle affirmé de Rome sur la région, de sa politique de conquête et de maîtrise des confins, fut peut-être aussi de limiter au nord la zone d’influence des Garamantes191. Ainsi que le rappelle D. J. Mattingly, leur hégémonie s’étendait bien au-delà du Fezzan, comme ne l’ignoraient pas les Romains : l’affirmation de Ptolémée, selon qui les Garamantes et les Éthiopiens du Sahara central ont eu le même roi, en donne la mesure192. Il est hors de doute que la puissance du voisin garamante aux marges du territoire provincial constitua un facteur déterminant dans la façon dont fut envisagée l’extension du contrôle romain au sud de la province. L’importance que Rome conférait au territoire garamante à la fin du ier siècle av. J.-C. est comparée parfois à la menace que Carthage avait représentée pour elle par le passé193 : ainsi s’expliquerait chez certains auteurs l’étendue de l’aire d’influence des Garamantes sur tout l’Est de la Libye, en incluant le domaine d’Ammon lui-même194.

  • 195 Hérodote, Histoires, 4, 172 ; Servius, Commentarii in Virgilium Serviani, 11, 265.
  • 196 Les Anciens les situent au contact de l’oasis de Siwa : voir Hérodote, Histoires, 2, 32-33 ; Diodo (...)
  • 197 Kuhlmann, 2013, pp. 153-154.
  • 198 Théophraste, Histoire des plantes, 4, 3, 1 ; Pline, Histoire naturelle, 13, 111 ; Arrien, Anabase, (...)
  • 199 Strabon, Géographie, 17, 1, 14.
  • 200 Kuhlmann, 1998, pp. 164-173.
  • 201 Möller, Rieger, 2013 ; Vetter et alii, 2013.
  • 202 Ibid.
  • 203 Strabon, Géographie, 17, 1, 14 et 43 ; Arrien, Anabase, 3, 3, 3. Voir Leclant, 1950, pp. 233-245.
  • 204 Kuhlmann, 1998, pp. 164-166 ; Bagnall, Rathbone, 2004, pp. 271-277 ; Hölbl, 2005, p. 96.
  • 205 Aucune trace d’occupation romaine n’y a jusqu’à ce jour été confirmée ; voir le bilan dressé par M (...)
  • 206 Strabon, Anabase, 17, 3, 23.
  • 207 Goodchild, 1953, pp. 66-67 ; Laronde, 1987, pp. 203-206 et 1988, pp. 1023-1024. La garnison de Cor (...)

38Plus à l’est, le littoral syrtique fut également fréquenté par les Nasamons. Hérodote évoque, à une époque reculée, leurs déplacements entre la côte des Syrtes et l’oasis d’Augila où ils se rendaient l’été afin de récolter les dattes195. Les Nasamons, qui avaient par ailleurs des liens avec l’oasis d’Ammon196, étaient en contact régulier avec les Ammoniens, dont on présume que l’aire d’influence incluait Augila et s’étendait durant l’Antiquité jusqu’à la limite du territoire garamante197. L’oasis d’Ammon jouissait de la meilleure réputation dans l’Antiquité pour les productions issues en abondance de ses oliviers et de ses dattiers198. Paraitonion, nommée « Ammonia » par Strabon qui rappelle alors les liens étroits qui l’unissaient à l’oasis d’Ammon199, servait de place commerciale pour les produits en provenance de Siwa200. Les pistes sur lesquelles furent repérés des puits ou des citernes traversant l’Est de la Marmarique, et qui conduisaient notamment à l’oasis de Siwa, attestent l’ancienneté des relations et leur vitalité entre le littoral et l’intérieur du désert libyque201. Les découvertes archéologiques confirment la fréquentation, entre l’époque gréco-romaine et la période byzantine202, de cet itinéraire mentionné dans les sources écrites depuis Hérodote203. Toutefois, contrairement à ce qu’il advint de l’oasis de Siwa qui fut intégrée au territoire provincial204, Rome n’incorpora jamais, semble-t-il, dans sa zone d’influence l’oasis d’Augila205, pourtant située seulement à quatre jours de marche au sud-est du fond de la Grande Syrte206, et qui constituait un point stratégique essentiel pour contrôler les tribus auxquelles elle se heurtait au sud du territoire provincial207.

  • 208 Voir Pline, Histoire naturelle, 5, 38, à propos des différentes tentatives de Rome pour parvenir à (...)
  • 209 Ibid., 5, 11. L’expédition menée par Suetonius Paulinus depuis la Maurétanie peu après 40 apr. J.- (...)
  • 210 Strabon (Géographie, 17, 3, 23) situe ainsi les Garamantes par rapport à la région du silphium : s (...)

39La conquête de l’Africa par Rome a pu dès lors représenter un facteur de menace au sein de ce réseau de relations dont on présume l’existence, et qui participait sans doute, à un degré que l’on ne peut malheureusement pas estimer, à l’économie de chacun de ces peuples dont certains, tels que les Marmarides, étaient déjà soumis en théorie à l’autorité de Rome. Les incursions de Rome en territoire garamante traduisent en ce sens une volonté affirmée de la part de l’autorité romaine d’étendre son emprise sur les pistes du désert libyque fréquentées par le puissant voisin garamante208 : sans doute est-ce la présence de celui-ci qui a contribué à motiver les missions romaines menées au cœur du désert libyque, alors qu’on ne connaît aucune expédition comparable à celle conduite par L. Cornelius Balbus pour le Sud de la Maurétanie, où les missions d’exploration ont essentiellement porté sur l’Atlas209. Les liens existants de longue date entre les Garamantes et les Marmarides expliquent en outre la solidarité dont ces peuples firent semble-t-il preuve contre l’autorité romaine sous le règne d’Auguste210.

  • 211 « Ventum erat ad templum, Libycis quod gentibus unum inculti Garamantes habent ; stat sortiger ill (...)
  • 212 Strabon, Géographie, 17, 3, 23 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 33.
  • 213 « Éthéarchos [le roi des Ammoniens] raconta qu’il avait eu un jour la visite de Nasamons… » (Hérod (...)
  • 214 Colin, 1998.
  • 215 Rebuffat, 1969-1970a, 1970 ; Laronde, 1987, pp. 200-206 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 260. Un temple (...)
  • 216 Bates, 1914, p. 52, n. 8.
  • 217 Pline, Histoire naturelle, 5, 33 ; Servius, Commentarii in Virgilium Serviani, 11, 265.
  • 218 Desanges, 1980a, p. 370 et 2012b, p. 5252.
  • 219 À propos de la langue libyque et des peuples libycophones : Colin, 1999.

40Le trait d’union entre ces ensembles de populations était aussi, et c’est peut-être là le plus important, d’ordre culturel et religieux. Les Garamantes211, comme les Nasamons et d’autres tribus marmarides dont l’aire de peuplement s’étendait à l’ouest de l’oasis d’Ammon jusqu’à la Grande Syrte212, étaient liés au dieu Ammon213. C’est une dynastie libyenne locale qui construit au vie siècle av. J.-C. le sanctuaire de la divinité dans l’oasis de Siwa214. Les temples consacrés à Ammon jalonnaient les itinéraires conduisant à l’oasis de Siwa, le long de la côte ou bien à l’intérieur du désert libyque en passant par Augila215. Certains historiens ont d’ailleurs proposé de reconnaître dans le nom de la tribu des Nasamons un rappel de la divinité. D’après O. Bates, Nasamon signifierait alors « les hommes d’Ammon » selon une étymologie sémitique, ou bien « les gens du sud d’Ammon » en acceptant une étymologie égyptienne216. J. Desanges, s’appuyant sur la forme Mesammones donnée par Pline et Servius217, suggère une étymologie libyque, conférant au nom de la tribu la signification de « fils d’Ammon218 ». Outre les liens de la langue219, les tribus libycophones avaient aussi encore en commun, sous le Principat augustéen, des pratiques religieuses.

  • 220 Strabon, Géographie, 17, 1, 43.
  • 221 Stucchi, 1975, pp. 565-576 ; Kuhlmann, 1988, en particulier p. 158 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 264 (...)
  • 222 Lucain, Pharsale, 9, 511-515. 
  • 223 Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417, et 3, 8-10.
  • 224 Lucain, Pharsale, 9, 438-460.
  • 225 Ibid., 9, 511.
  • 226 « Esse locis superos testatur silua per omnem sola uirens Libyen. Nam quidquid puluere sicco separ (...)
  • 227 Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417.
  • 228 Lucain, Pharsale, 9, 511-512.
  • 229 Ibid., 9, 522-525. Voir Modéran, 2003, p. 236, n. 98.
  • 230 Périple du pseudo-Scylax ; éd. et trad. Desanges, 1978, pp. 406-407. Voir Aumont, 1968, pp. 315-31 (...)
  • 231 Stadiasme, 82-83 (GGM, I, pp. 455-456). Goodchild, 1952, p. 106, proposa de localiser le sanctuair (...)
  • 232 « inops Nasamon, mixti Garamante perusto » (« l’indigent Nasamon, mêlé au Garamante hâlé » [Lucain(...)
  • 233 « Hammone hic genitus, Phorcynidos antra Medusae Cinyphiumque Macen et iniquo e sole calentis Batt (...)

41Le sanctuaire de l’oasis d’Ammon semble toutefois connaître un déclin progressif au cours de l’époque ptolémaïque jusqu’à l’époque impériale. Strabon évoque un temple d’Ammon à l’abandon220, et l’oracle n’est quasiment plus consulté au-delà du milieu du iie siècle221. Selon Lucain222, et un peu plus tard Silius Italicus223 dont les écrits remontent au ier siècle, les Garamantes, adorateurs d’« Hammon cornibus tortis », auraient consacré un temple à la divinité. Lucain mentionne celui-ci à l’occasion de sa relation du périple de Caton en Afrique : c’est lors de sa traversée du pays nasamon224, à la suite du naufrage subi par sa flotte, que Caton serait parvenu au temple d’Ammon. Il s’agit alors, selon Lucain, de l’unique temple construit en Libye225 ; il est entouré par la seule forêt qui boise la Libye226. Or, si Lucain, comme ensuite Silius Italicus227, en fait une propriété des Garamantes228, les indications géographiques qu’il donne invitent toutefois à placer le sanctuaire en territoire nasamon, entre Berenice et Lepcis Magna229. L’évocation de la forêt rappelle dans le même sens la mention du bois sacré d’Ammon, décrit par le Périple du pseudo-Scylax à la frontière du territoire nasamon et du pays des Maces230. La localisation du temple et du bois sacré est peut-être à rechercher dans la proximité géographique des « sources d’Ammon » signalées par le Stadiasme Maris Magni non loin des Autels des Philènes231. Faut-il alors penser que les Garamantes partageaient avec les Nasamons la fréquentation du temple, ou encore que Lucain emploie de manière indifférenciée les noms des Nasamons et des Garamantes comme pourrait le suggérer la proximité avec laquelle le poète fait allusion aux deux peuples dans certains vers232 ? La première hypothèse semble très probable, d’autant que les tribus africaines vivant dans la région ne concevaient peut-être pas leur territoire comme un espace strictement borné. Le culte à Ammon rendu de manière commune par les Nasamons et les Garamantes explique les liens de parenté étroits que Silius Italicus leur prête lorsqu’il évoque Hiarbas le Garamante, « fils d’Ammon » et « chef héréditaire des Nasamons » ; force est de constater que le poète ne mentionne pas de tels liens du sang entre Hiarbas et les autres peuples soumis à son autorité233.

  • 234 Laronde, 1988, pp. 1019-1020 et 2009.
  • 235 Goodchild, 1952.
  • 236 Strabon, Géographie, 17, 3, 20.
  • 237 Laronde, 1988, p. 1020.
  • 238 Strabon, Géographie, 17, 3, 22, avec les commentaires de Jehan Desanges, Paris, CUF, 2014, pp. 212 (...)
  • 239 Id., 2012b, p. 5254.
  • 240 Scribonius Largus, Compositions médicales, 67, qui exerça comme médecin sous Tibère et Claude.
  • 241 Pline, Histoire naturelle, 19, 15, 39, et 22, 48, 100.
  • 242 Flavius Josèphe, Guerre des juifs, 2, 381-383 ; Zonaras, Annales, 11, 19. Voir Desanges, 1980a, p. (...)
  • 243 Cassius Dion, Histoire romaine, 67, 4, 6.

42Des garnisons romaines sont attestées sur le littoral de la Cyrénaïque dès les lendemains d’Actium, ainsi à Taucheira et pour une durée plus réduite à Ptolémaïs234. C’est peut-être à la même période que correspondent les indices d’occupation militaire découverts à Automalax et aux Autels des Philènes235. Ils pourraient faire écho au témoignage de Strabon. Le géographe d’Amasée, qui place aux Autels des Philènes la limite entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, mentionne effectivement un fortin occupé par une garnison à Automalax236. Évoquant des troubles qui affectèrent le Sud du pays de Cyrène, semble-t-il au lendemain d’Actium237, il rapporte les raids perpétrés par des tribus qualifiées de nomades et ravageant les terres produisant le silphium238. Il n’est pas exclu que les Nasamons, qui étaient établis dans le voisinage, y aient participé239. Sans doute ce mouvement fut-il suivi ensuite par les tribus qui pratiquaient la récolte même du silphium (les Absytae) : la plante, dont la présence s’était déjà raréfiée au début du ier siècle240, avait presque disparu à l’époque de Pline l’Ancien241. Le ressentiment envers la présence romaine semble alors avoir germé dès les débuts du Principat d’Auguste. Les Nasamons, dont les activités économiques et les pratiques religieuses subirent peut-être de nouvelles contraintes, réagirent de façon virulente. On sait que sous le règne de Néron, ils payaient un tribut à Rome242. Lorsqu’ils se soulevèrent en 86 apr. J.-C., leur premier geste fut de massacrer des agents du fisc romain243.

  • 244 « pauper adhuc deus est, nullis uiolata per aeuum diuitiis delubra tenens, morumque priorum numen (...)

43Derrière les artifices rhétoriques et les accents poétiques, le témoignage de Lucain pourrait fournir un autre indice lié aux pratiques religieuses éclairant la réaction défensive des Nasamons, lorsqu’il décrit le culte de Jupiter Ammon244 :

c’est un dieu resté pauvre, habitant un sanctuaire qui a traversé les temps sans être profané par les richesses ; le culte des mœurs antiques défend son temple contre l’or romain.

  • 245 « Il existe aussi une autre oasis d’Hammon ; une source en occupe le centre : on l’appelle “eau du (...)

44Le caractère de simplicité qu’il évoque à propos du dieu s’oppose à la description fournie par ailleurs par Quinte-Curce qui fait état d’une représentation de la divinité couverte de pierres précieuses, transportée sur une barque dorée d’où pendent des patères245.

  • 246 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 255-265.
  • 247 Pour Aygon, 2010, pp. 51-52, la vision du sacré suggérée par Lucain propose une forme de religiosi (...)
  • 248 Modéran, 2003, pp. 245-246.
  • 249 En 59, Pedius Blaesus fut ainsi exclu du Sénat après avoir pillé le trésor de l’Asklépieion de Bal (...)

45Certes, le culte d’Ammon était répandu en Cyrénaïque sous différentes formes et concernait également les populations hellénisées, mais rien ne permet d’affirmer que leurs fidèles partageaient les mêmes pratiques et les mêmes temples que les tribus locales246. Au-delà de la question de la valeur historique posée par ces descriptions, la manière dont Lucain fait du culte d’Ammon une pratique exclusivement indigène que les tribus auraient jalousement préservée de toute ingérence romaine retient l’attention247. Cela peut se comprendre dans la mesure où les structures tribales ne partageaient pas les mêmes attentes et les mêmes règles de vie sociale liées à l’ordre romain. La proximité de la présence romaine pesa peut-être aussi fortement sur des coutumes jugées essentielles pour les Nasamons qui, jusqu’au règne de Domitien, semblent apparaître comme une puissante confédération de tribus248. Si le temple abritait par ailleurs certaines richesses comme celles décrites par Quinte-Curce, à l’esprit toutefois parfois très imaginatif, il n’est pas exclu qu’il ait attiré les convoitises249.

  • 250 Sartre, 1981, p. 84.
  • 251 « Il y a deux cités du même nom, chacune des deux s’appelant Augila. Elles sont distantes de Borei (...)
  • 252 Ibid., pp. 223-224.
  • 253 Une inscription de Cyrène, qui date de la fin du ive siècle av. J.-C., fait mention d’une victoire (...)

46Nasamons et Garamantes avaient-ils dès lors la possibilité de se rendre au lieu principal du culte rendu à la divinité sans aucune contrainte de la part de l’autorité romaine ? La façon dont Rome considérait son puissant voisin garamante sous le règne d’Auguste, et les incursions menées au sein de son territoire par l’armée romaine, suggéreraient que le lieu de rencontre et l’occasion de rassemblement de tribus, qui plus est étrangères à la province, que fournissait le temple d’Ammon, pouvaient être considérés comme une source de danger pour l’ordre romain. L’exemple fourni par la frontière méridionale de l’Arabie romaine offre ici un parallèle instructif : il témoigne du souci manifeste de l’État romain non seulement d’établir sa présence sur les grandes voies caravanières, mais également de faire sentir son autorité auprès des principaux sanctuaires fréquentés par les tribus de la région250. La défense du culte d’Ammon aurait-elle pu conduire les Nasamons, parmi d’autres raisons, à assassiner sous le coup de la colère un gouverneur d’Afrique proconsulaire, qui était concerné au premier chef par les déplacements des tribus au sud de la province se rendant au temple ? Le culte que les Nasamons vouaient à Ammon est en apparence pleinement constitutif de leur culture : c’est ainsi à Augila, où ils se sont peut-être repliés après la répression menée contre eux sous Domitien, que Procope situe au vie siècle des sanctuaires dédiés à Ammon et à Alexandre251. Le fait que l’oasis ait été à l’écart du contrôle direct du pouvoir romain contribue probablement à expliquer la pérennité du culte. Le peuple des Nasamons, même vaincu, ne semble jamais avoir été pleinement touché par les caractères de la romanité à laquelle il paraît de plus en plus extérieur après le ier siècle252, de la même façon qu’il a échappé a priori à l’influence hellénistique des siècles précédents253.

  • 254 « Hic Hammone satus rapta Garamantide nympha templa Ioui centum latis immania regnis, centum aras (...)
  • 255 Silius Italicus, La guerre punique, 3, 647 sq. et 3, 8-11, évoquant l’oracle du temple situé par e (...)
  • 256 Virgile, Énéide, 4, 196.
  • 257 Ibid., 3, 647-714 ; également Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417.
  • 258 Sauron, 1994, pp. 530-533 ; La Rocca, 1995, p. 77 ; Ungaro, 1995, p. 46 ; Galinier, 2007, pp. 248- (...)
  • 259 Méduse apparaît régulièrement en association avec Jupiter Ammon dans d’autres contextes décoratifs (...)
  • 260 L’hypothèse souvent avancée est celle de l’imitation d’Alexandre : Marco Simón, 1990 ; Sauron, 199 (...)
  • 261 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 59.
  • 262 Lucain présente l’unique sanctuaire de Jupiter Ammon existant à ses yeux en Libye, situé chez les (...)
  • 263 Virgile, Géorgiques, 2, 114-124 ; Tibulle, Élégies, 2, 3, 55 ; 3, 8, 20.
  • 264 RGDA, 26, 5.
  • 265 Galinier, 2007, p. 249.
  • 266 RGDA, 26, 1.

47Le lien avec la divinité fut peut-être aussi fort chez les Garamantes, et expliquerait que Virgile situe sur leur territoire plusieurs temples d’Ammon254. Silius Italicus décrit, au cœur du territoire garamante, celui qui abritait l’oracle qu’Hannibal aurait consulté255. On lit également chez les poètes du début de l’Empire la filiation mythologique des Garamantes avec Ammon. Sous le Principat d’Auguste, la légende de Hiarbas, fils de Jupiter Ammon et de la nymphe Garamantis, prétendant de Didon256, est ainsi couchée par écrit par Virgile257. L’intérêt particulier que portait personnellement Auguste à Jupiter Ammon est tout à fait manifeste dans le choix du décor sculpté de son forum, dont les portiques abritaient des clipei à l’effigie de la divinité258. Ceux-ci accueillaient peut-être également des têtes de Méduse259. Se pourrait-il que ce soit précisément au « dieu des Garamantes » et à l’incursion conduite sur leur territoire sous son règne (on pense en particulier à la campagne de L. Cornelius Balbus, interprétée comme une « conquête » à travers le triomphe qui lui fut accordé) que ce décor fait allusion260 ? L’hypothèse n’est pas à exclure si l’on songe à l’évocation par Silius Italicus du vaste empire tenu par Hiarbas le Garamante, qui s’étendait notamment sur les antres de Méduse261. Jupiter Ammon, dont les Garamantes sont tenus pour des fidèles, est aussi considéré comme la divinité par excellence des peuples symbolisant les confins de l’œkoumène, qu’il s’agisse des Éthiopiens, des nations arabes ou encore des Indiens262, dans une représentation géographique qui est caractéristique chez les auteurs d’époque augustéenne263. Auguste lui-même prétend dans les Res Gestae avoir étendu son pouvoir sur ces peuples à travers des expéditions conduites en Éthiopie et en Arabie264. Les représentations de Jupiter Ammon et de Méduse dans le décor sculpté de son forum permettaient ainsi non seulement de rappeler la conquête de l’Égypte avec une allusion à l’oracle de Siwa265, mais aussi plus largement de glorifier l’extension de l’Empire par les différentes expéditions conduites sous son autorité aux confins du monde symbolisés au sud par le territoire garamante, dans le même esprit de son œuvre exaltée dans les Res Gestae266.

 

48Au-delà des motivations culturelles, les insurrections qui éclatèrent à l’ouest et au sud de la province d’Afrique proconsulaire doivent sans aucun doute être plus généralement mises en relation avec l’affermissement du contrôle de Rome sur ces confins de la province, qui pouvait faire craindre aux populations locales une remise en cause de leur équilibre économique. Celui-ci ne saurait plus être considéré à travers le prisme de populations jugées comme essentiellement pastorales, dont les déplacements auraient été gênés par l’irruption du pouvoir romain. L’exemple des Musulames invite particulièrement à revoir cette interprétation. L’appropriation de terres par Rome privait assurément de ressources agricoles les populations locales. De façon plus générale, la pression de l’autorité romaine pouvait être mal ressentie par des populations pour qui cette tutelle s’était jusque-là exercée de manière lointaine et sans incidence majeure sur leur territoire. En ce sens, l’expédition conduite par L. Cornelius Balbus est emblématique de la politique militaire déployée par Auguste aux confins non seulement de l’Afrique, mais plus largement aux extrémités de l’empire, et des réactions en chaîne qu’elle entraîna. C’est dans un esprit sensiblement différent qu’est menée l’extension du contrôle de Rome dans le sud de la province, sous les règnes suivants.

Notes

1 Le Bohec, 1989a, pp. 335-339 ; Roller, 2003, p. 108.

2 Les plus anciennes entreprises routières dans la province datent plus généralement du Principat augustéen : voir Di Vita-Évrard, 1978-1979.

3 Thomasson, 1996, p. 25, no 12.

4 « Son zèle multiple et son activité méritèrent aussi à l’ex-consul Vibius Postumius, gouverneur de Dalmatie, les ornements du triomphe ; la même récompense avait été méritée peu d’années auparavant en Afrique par Passienus et Cossus, deux personnages célèbres par leurs qualités, bien qu’elles fussent différentes. Mais Cossus fit passer le souvenir de sa victoire jusque dans le surnom de son fils, un jeune homme né pour donner l’exemple de toutes les vertus » (Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 116, 2 ; éd. et trad. de Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982).

5 CIL, VIII, 16456, El Lehs (= ILS, 120) : « Iunoni Liuiae Augusti sacrum / L. Passieno Rufo imperatore / Africam obtinente » ; RPC, I, p. 204, no 808, monnaie de Thaenae. Voir Thomasson, 1996, p. 25, no 12. La date de son proconsulat est difficile à établir avec exactitude ; on sait qu’il fut consul ordinaire en 4 av. J.-C.

6 Justinien, Institutes, 2, 25 ; Eustathe, Commentaires, 209-210 (GGM, II, p. 253 : « nam Lentulum (?) ducem quemdam Romanorum, qui eo uenerat, dolo necarunt »). Voir Desanges, 1969 ; Laronde, 1988, p. 1021 ; Rebuffat, 2003a, pp. 383-385.

7 Thomasson, 1996, p. 25, no 13.

8 Strabon, Géographie, 2, 5, 33. Sur les Nasamons, voir la mise au point proposée par Desanges, 2012a.

9 Strabon, Géographie, 17, 3, 20.

10 Ibid., 17, 3, 23.

11 Pline, Histoire naturelle, 5, 33-34.

12 Lucain, Pharsale, 9, 440-444 ; Silius Italicus, La guerre punique, 1, 408-409 ; Quinte-Curce, Histoires, 4, 7, 19.

13 Eustathe, Commentaires, 209 (GGM, II, p. 253).

14 OGI, 767 et SEG, IX, 43 ; Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 10a, 1. Voir Desanges, 1969 ; Laronde, 1988, p. 1021.

15 Le nom des Marmarides est affecté à un très large ensemble de tribus : voir Desanges, 2010a.

16 Cette procédure, qui permettait à Auguste de choisir lui-même les généraux les plus expérimentés, fut justifiée par la crise importante qui affecta l’Empire en 6 apr. J.-C. ; Lentulus, en tant que proconsul, reste toutefois en possession du droit de prendre les auspices, mais ceux-ci sont désormais subordonnés à ceux du prince : sur l’idée d’une supériorité auspiciale absolue du prince datée à partir de la documentation épigraphique relative à cet épisode (IRT, 301), voir Dalla Rosa, 2014, pp. 221-226 ; Hurlet, 2015b.

17 Thomasson, 1996, p. 26, no 14 ; Hurlet, 2000.

18 « Marti Augusto sacrum, / auspiciis Imp(eratoris) Caesaris Aug(usti), / pontificis maxumi, patris / patriae, ductu Cossi Lentuli, / co(n)s(ulis), XVuiri sacris faciundis, / proco(n)s(ulis), prouincia Africa / bello Gaetulico liberata. / Ciuitas Lepcitana » (« Consacré à Mars Auguste. La province d’Afrique libérée de la guerre gétulique, sous la conduite de Cossus Lentulus, consul, proconsul, quindecimvir sacris faciundis, par les auspices de l’empereur César Auguste, grand pontife, père de la patrie. La cité de Lepcis » [IRT, 301, Lepcis Magna]). Concernant les signes diacritiques utilisés dans la transcription des inscriptions mentionnées dans cet ouvrage, voir Lassère, 2011. Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 116, 2 ; « Haec ad septentrionem : sub meridiano tumultuatum magis quam bellatum est. Musulamos atque Gaetulos, accolas Syrtium, Cosso duce compescuit ; unde illi Gaetulici nomen latius quam ipsa uictoria. Marmaridas atque Garamantas Quirinio subigendos dedit. Potuit et ille redire Marmaricus, sed modestior in aestimanda uictoria fuit » (« Tels furent les événements au Nord ; au Sud, il y eut des troubles plutôt que des guerres. César arrêta les Musulames et les Gétules, habitant des Syrtes, par l’entremise de Cossus — ce qui valut à celui-ci le surnom de Gétulicus, titre trop ambitieux pour sa victoire. Il confia à Quirinius le soin de soumettre les Marmarides et les Garamantes. Celui-ci aurait pu lui aussi revenir avec le titre de Marmaricus, mais il fut plus modeste dans l’estimation de sa victoire » [Florus, Epitomè, 2, 31 ; éd. et trad. de Paul Jal, Paris, CUF, 1967]) ; Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 4.

19 Voir la carte 6 de cet ouvrage.

20 Mise au point sur l’ensemble des hypothèses dans Hurlet, 2006, pp. 155-156, n. 119.

21 Quirinius exerça la préture à la fin des années 20 ou lors de la première moitié des années 10 av. J.-C., et son consulat en 12 av. J.-C. Le gouvernement de la Crète-Cyrénaïque était traditionnellement exercé par un proconsul de rang prétorien : voir Hurlet, 2006, p. 155, n. 119. Concernant l’hypothèse de datation de l’expédition, voir Eck, 1972-1973, p. 244 ; Bénabou, 1976, p. 61 ; Thomasson, 1984, col. 361, no 1 ; Baldwin, 1993, pp. 89-90 ; Alföldy, 1997, p. 207 ; Dabrowa, 1998, pp. 29-30.

22 Il s’agirait d’une mission extraordinaire confiée à Quirinius, qui s’expliquerait par la gravité de la situation ; on suppose alors que celui-ci aurait été appelé de Syrie, où il était gouverneur en 6 ou 7, pour opérer en Cyrénaïque avec des troupes expérimentées en milieu aride : voir Desanges, 1969, pp. 208-212 ; Laronde, 1988, p. 1021 ; Le Bohec, 1989a, p. 339 ; Reynolds, Lloyd, 1996, pp. 635-636.

23 Florus, Epitomè, 2, 31.

24 M’Charek, 2006, 2008 ; Laporte, M’Charek, 2010.

25 Pline, Histoire naturelle, 5, 30. Voir les remarques de Desanges, 1964, p. 35.

26 Id., 1962, pp. 117-121.

27 « ne Cirtensium pagi impune traherentur » (Tacite, Annales, 3, 74).

28 Despois, 1942 ; Desanges, 1999, pp. 27-28, qui évoque l’itinéraire par les steppes dans le cadre de la campagne gétulique de Balbus.

29 Tacite, Annales, 4, 24-25. Voir Desanges, 1978, p. 191, n. 14.

30 « Valida ea gens et solitudinibus Africae propinqua, nullo etiam tum urbium cultu » (« C’est une puissante tribu, confinant aux déserts de l’Afrique, encore dépourvue de vie urbaine » [Tacite, Annales, 2, 52, 2 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 3e éd. revue et corrigée par Joseph Hellegouarc’h]).

31 Laporte, M’Charek, 2010.

32 « oppidum magnum atque opulentum » (Salluste, La guerre de Jugurtha, 75). Voir Smadja, 1983, p. 687.

33 Strabon, Géographie, 17, 3, 12. À propos de Thala, voir M’Charek, 2012.

34 Salluste, La guerre de Jugurtha, 48, 4 ; 89.

35 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 4.

36 « Tunc etiam in Africa Musolanos et Gaetulos latius uagantes Cossus dux Caesaris artatis finibus cohercuit atque a Romanis limitibus abstinere metu conpulit » (« À la même époque en Afrique, Cossus, un général de César, contint dans des limites territoriales étroites les Musolanes et les Gétules qui nomadisaient sur une grande étendue, et il les obligea par la crainte à se tenir éloignés des frontières romaines » [Orose, Histoires contre les païens, 6, 21, 18 ; éd. et trad. de Marie-Pierre Arnaud-Lindet, Paris, CUF, 1991]). Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 49-50, à propos de l’étendue géographique du conflit.

37 Table de Peutinger, 7, 2. Voir Desanges, 1969, pp. 201-202. 

38 À propos du théâtre d’intervention de Juba II, voir id., 1964, pp. 34-36. Également id., 1997a.

39 Mazard, 1955, pp. 88-89, nos 193-195 (trône sur lequel est appuyé un sceptre, surmonté d’une couronne), no 196 (Victoire tenant une palme et une couronne, le pied posé sur une tête d’éléphant), et no 199 (Victoire posant le pied sur une tête d’éléphant dont la trompe se termine par une petite couronne) ; Alexandropoulos, 2007, p. 418. Voir Desanges, 1964, pp. 33-47 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 49-50 ; Alexandropoulos, 2014, p. 45.

40 Mazard, 1955, p. 88, no 195 ; Alexandropoulos, 2007, pp. 227-228 et 418, no 127.

41 Id., 2014, p. 47.

42 Wolff, 2014, fournit un état des lieux récent de la question.

43 Tacite, Annales, 2, 52 ; 3, 9, 1 ; 3, 20-21 ; 3, 32 ; 3, 35 ; 3, 72-74 ; 4, 13 ; 4, 23-26. Les témoignages numismatiques peuvent également être invoqués : voir Alexandropoulos, 2014.

44 Son attitude par rapport à la guerre de Tacfarinas fut analysée par Syme, 1978.

45 « proconsul peu d’années après en Afrique, il [Iunius Blaesus] mérita les ornements du triomphe et le titre d’imperator » (Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 125, 5 ; éd. et trad. de Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982) ; « En Afrique également, une guerre qui suscitait une grande terreur et qui s’étendait de jour en jour fut rapidement étouffée sous ses auspices et grâce aux dispositions qu’il avait prises » (Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 129, 4 ; éd. et trad. de Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982).

46 « on réprima en outre les brigandages des Gétules qui, sous le commandement de Tacfarinas, avaient pris çà et là l’offensive » (Aurelius Victor, Livre des Césars, 2, 3 ; éd. et trad. de Pierre Dufraigne, Paris, CUF, 1975) ; également pseudo-Aurelius Victor, Epitomè, 2, 8 (« Gaetulorum latrocinia repressit »).

47 Gascou, 1991, pp. 3462-3463.

48 Devillers, 1991.

49 Syme, 1951, p. 120 et 1958, vol. 1, pp. 278-285 ; Talbert, 1984, pp. 326-334 ; Gutsfeld, 1989, p. 41.

50 Devillers, 1991.

51 Grünewald, 1999, p. 233.

52 Tacite, Annales, 4, 23, 1. Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 60. Toutefois, tous ne se soulevèrent pas contre Ptolémée, qui put envoyer des contingents de l’armée royale afin de soutenir les troupes romaines dans leur lutte contre la coalition menée par Tacfarinas : Tacite, Annales, 4, 26, 2.

53 Ibid., 2, 52 ; 3, 74 ; 4, 23-26 ; Aurelius Victor, Livre des Césars, 2, 3 ; pseudo-Aurelius Victor, Epitomè, 2, 8.

54 Borne de Kherbet el-Chrig : ILAfr, 180 = Benzina Ben Abdallah, 1986, p. 58, no 153, fig. 153 ; M’Charek, 2012, p. 274. Borne de Kef Chirdou : ibid., pp. 274-275.

55 Voir ibid.

56 Tacite, Annales, 4, 24, 2. Voir Sirago, 1988, p. 203.

57 M’Charek, 2012.

58 « Cinithios, haud spernendam nationem » (Tacite, Annales, 2, 52, 3).

59 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.

60 Desanges, 1980a, pp. 338-340 et 1994.

61 Tacite, Annales, 2, 52, 3.

62 Wolff, 2014, p. 56.

63 Tacite, Annales, 4, 23, 2. Voir Gutsfeld, 1989, p. 52 ; Wolff, 2014, p. 56.

64 « ut quis fortunae inops, moribus turbidus » (Tacite, Annales, 4, 23, 2 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 2e éd. revue et corrigée par Henri Le Bonniec).

65 Voir les mises au point récentes proposées par Laporte, M’Charek, 2010 ; Wolff, 2014, pp. 60-61 ; Vanacker, 2015.

66 Wolff, 2014, p. 58.

67 Aurelius Victor, Livre des Césars, 2, 3. Également pseudo-Aurelius Victor, Epitomè, 2, 8.

68 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 129, 4 ; Tacite, Annales, 2, 52 ; 3, 20, 1.

69 Ibid., 2, 52, 1.

70 « Nam Tacfarinas, quamquam saepius depulsus, reparatis per intima Africae auxiliis, huc adrogantiae uenerat ut legatos ad Tiberium mitteret sedemque ultro sibi atque exercitui suo postularet aut bellum inexplicabile minitaretur. Non alias magis sua populique Romani contumelia indoluisse Caesarem ferunt quam quod desertor et praedo hostium more ageret. Ne Spartaco quidem, post tot consularium exercituum clades inultam Italiam urenti, quamquam Sertorii atque Mithridatis ingentibus bellis labaret res publica, datum ut pacto in fidem acciperetur : nedum pulcherrimo populi Romani fastigio latro Tacfarinas pace et concessione agrorum redimeretur ! » (« En effet, Tacfarinas, malgré de nombreux échecs, après avoir réparé ses forces au fond de l’Afrique, avait poussé l’arrogance au point d’envoyer à Tibère une ambassade, réclamant un établissement pour lui-même et son armée ou menaçant d’une guerre interminable. Jamais, dit-on, aucun affront envers lui ou le peuple romain n’avait autant indigné César que de voir un déserteur et un brigand se comporter en ennemi. Spartacus lui-même, qui, après avoir infligé tant de défaites à des armées consulaires, incendiait l’Italie impunément, ne put obtenir, malgré l’ébranlement causé à l’État par les grandes guerres de Sertorius et de Mithridate, qu’un traité garantît sa soumission, et le peuple romain, au faîte de la gloire, accepterait le rachat d’un voleur comme Tacfarinas au prix de la paix et d’une concession de terres ! » [ibid., 3, 73, 1-2 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 3e éd. revue et corrigée par Joseph Hellegouarc’h]). Voir Burian, 1984, p. 20 ; Gutsfeld, 1989, pp. 59-60 ; Gonzales, 1998, p. 937 ; Grünewald, 1999, pp. 49, 70 ; Wolff, 2014, p. 60.

71 Ibid.

72 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 125, 5 ; Tacite, Annales, 2, 52, 5 ; 3, 72, 4 ; 4, 23, 1. Voir Hurlet, 2006, pp. 168-169, 173-174.

73 Tacite, Annales, 4, 26, 1.

74 Gutsfeld, 1989, p. 53.

75 AE, 1961, no 107 (Lepcis Magna) et no 108 (Oea). Voir Bartoccini, 1958.

76 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 125, 5 ; Tacite, Annales, 3, 74, 4. Cet épisode témoigne de la supériorité auspiciale absolue du prince : voir Hurlet, 2015b, pp. 302-303.

77 Le Bohec, 1989a, pp. 156, 341-342 ; Mackensen, 2000.

78 Laporte, M’Charek, 2010, p. 5148. Sur le domaine sénatorial du Saltus Beguensis, voir M’Charek, 2006 ; Sehili, 2008. Il succéda peut-être à un domaine royal. Le Fundus Ver[---] (CIL, VIII, 11735, 11736), localisé à quelques kilomètres du Saltus Massipianus, faisait aussi partie du domaine impérial. Les bornes actuellement connues qui délimitaient les biens de l’empereur par rapport au territoire des Musulames remontent à l’époque de Trajan : ILAlg, I, 2939 bis ; AE, 1907, nos 19, 20 ; AE, 2000, no 1629.

79 Voir la borne de délimitation de Kef Chirdou, étudiée par M’Charek, 2012. À propos du Saltus Massipianus, voir Desanges et alii, 2010, p. 203.

80 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, 97.

81 Deman, 1968, pp. 346-347 ; Gutsfeld, 1989, pp. 55-56 ; Laporte, M’Charek, 2010, p. 5149.

82 Lassère, 1982 ; Sirago, 1988, p. 200 ; Le Bohec, 1989a, p. 341.

83 IRT, 346. Voir Hurlet, 2006, p. 107, n. 340.

84 Vogel-Weidemann, 1982, pp. 50-59 ; Thomasson, 1996, p. 27, no 17 ; Hurlet, 2006, p. 62, n. 161 et p. 107.

85 CIL, VIII, 10023 = 21915 (= ILS, 151) ; CIL, VIII, 10018 ; Toutain, 1904, pp. 157-160, 162-165, 167, 175-176, 190, 198-199, 201 (= ILAfr, 654) ; AE, 1905, no 177. Voir Baradez, 1949a, pp. 151-152 ; Trousset, 1978, p. 155 ; Salama, 2004 ; Hurlet, 2006, pp. 149-150. Sur cette voie, voir également l’étude récente proposée par Naddari, 2014a. L’entreprise routière de Rome sur la voie entre Tacapes, Aquae Tacapitanae et Turris Tamalleni fut datée de la même période : voir Le Bœuf, 1905.

86 Ces bornes ne semblent pas avoir de lien avec le projet de centuriation opéré plus tard dans la région sous Tibère : voir les observations de Trousset, 1978, p. 156.

87 « Imp(erator) Caesar Augu[s]/ti f(ilius) Augustus trib(unicia) / pot(estate) XVI / L(ucius) Asprenas co(n)s(ul) / proco(n)s(ul) VII uir / epulonum uiam / ex castris hibernis / Taca[pe]s munien/[dam] curauit / leg(io) III [A]ug(usta) / CLIIII » (« L’empereur César Auguste, fils d’Auguste, revêtu de sa seizième puissance tribunitienne. Lucius Asprenas, consul, proconsul, septemvir des Épulons, dirigea les travaux effectués par la IIIe légion Auguste sur la route conduisant des camps d’hiver à Tacapes. 154 [milles] » [AE, 1905, no 177]).

88 Trousset, 1978, p. 155.

89 Voir les remarques d’Isaac, 1988, pp. 125-127, à propos du témoignage de Tacite, La Germanie, 29, 4, sur les Champs Décumates : « leuissimus quisque Gallorum et inopia audax dubiae possessionis solum occupauere ; mox limite acto promotisque praesidiis sinus imperii et pars prouinciae habentur » (« l’écume des Gaules, tous ceux que la misère pousse à l’audace ont saisi une terre dont la propriété était incertaine ; puis, on trace une route frontière, on pousse des garnisons un peu plus loin, et les voilà devenus pointe avancée de l’Empire et partie d’une de nos provinces » [éd. et trad de Jacques Perret, Paris, CUF, 1967]).

90 Pour reprendre les mots d’Isaac, 1988, p. 126 : « it is not possible to mark off and defend what has not even been conquered. Suggestions like these ignore the realities of war in antiquity » (« Il n’est pas possible de délimiter et de défendre ce qui n’a pas été conquis. De telles suppositions ignorent les réalités de la guerre dans l’Antiquité »).

91 Baradez, 1949a, pp. 151-152 ; Trousset, 1978, p. 155.

92 À propos des castra hiberna, voir les remarques générales formulées par Harmand, 1967, pp. 121-134 ; Baatz, 1985.

93 Euzennat, 1989, p. 281 ; Sillières, 1989.

94 Salama, 1951, p. 73.

95 Id., 1987, pp. 226-229.

96 Sillières, 1989, p. 109.

97 Tacite, Annales, 3, 74, 3, évoque au cours de son récit de la guerre de Tacfarinas les hibernacula (les quartiers d’hiver) situés dans l’ancienne province, dont on déduit qu’il s’agit de l’Africa uetus. La portée de son témoignage semble toutefois devoir être relativisée au vu, notamment, de la distance qu’il est possible d’estimer à partir des milliaires entre Tacapes et les castra hiberna, qui ne conduit pas jusque dans l’ancien territoire de l’Africa uetus : voir Pachtère, 1916 ; Mackensen, 2000, p. 1743, n. 18 ; Naddari, 2014a, pp. 362-364, 372-375.

98 Le Bohec, 1989a, pp. 156, 341-342 ; Mackensen, 2000.

99 Voir les remarques de M’Rabet, 2014.

100 Strabon, Géographie, 17, 3, 17 ; Pline, Histoire naturelle, 18, 188. Sur le site de Tacapes et la place économique du golfe de Gabès à l’époque romaine, voir Ferchiou, 1991 ; Trousset, 1992 ; Agabi, 1997 ; M’Rabet, 2002, 2014.

101 CIL, VIII, 39, 10492 (= 11052), 22777. Voir Ferchiou, 1991, pp. 66-70.

102 Sur la ville, voir la notice proposée par Desanges et alii, 2010, pp. 150-151.

103 Constans, 1916, pp. 104-110 ; Ferchiou, 1988 ; Rossignoli, 1994, pp. 565-566 ; Saint-Amans, 2004, p. 258 ; Fentress, 2007, pp. 132-133.

104 Ferchiou, 1984, 1988.

105 Hypothèse défendue par Lassère, 1982, qui reprend une idée avancée avant lui (Chevallier, 1958, p. 97 ; Desanges, 1962, p. 118), et suivie par la suite : Sirago, 1988 ; Salama, 2004, p. 245 ; Trousset, 2004, p. 66 ; Le Bohec, 2014, p. 27. Contre cette hypothèse : Gutsfeld, 1989, pp. 56-60 ; M’Rabet, Trousset, 2003, p. 76 ; Laporte, M’Charek, 2010, p. 5149 ; Vanacker, 2015.

106 Sur la notion de genre de vie et les critiques dont son utilisation fut l’objet dans le cadre de l’Afrique romaine, voir les remarques de Leveau, 1977.

107 Romanelli, 1959, p. 228 ; Kotula, 1965, p. 348 ; Bénabou, 1976, p. 70 ; Shaw, 1982a, p. 36 ; Salama, 2004, p. 245.

108 Laporte, M’Charek, 2010. La question demeure de savoir s’il faut situer en territoire cinithien l’importante place de Tacapes.

109 Rebuffat, 1989, p. 58.

110 Retaillé, 2003.

111 Demougeot, 1960, p. 232 ; Trousset, 1974, p. 27 ; Lassère, 1977, p. 352, carte IV ; Whittaker, 1978 ; Trousset, 1980a, p. 932, fig. 63.1.

112 Voir id., 1997a, pp. 5-7, qui s’appuie sur le sens donné au terme limes par Frontin au sujet d’une campagne menée en Germanie en 83 apr. J.-C. : « Imperator Caesar Domitianus Augustus, cum Germani more suo e saltibus et obscuris latebris subinde impugnarent nostros tutumque regressum in profunda siluarum haberent, limitibus per centum uiginti milia passuum actis non mutauit tantum statum belli, sed et subiecit dicioni suae hostes, quorum refugia nudauerat » (« L’empereur César Domitien Auguste voyait que les Germains, à leur habitude, sortaient des bois et de retraites cachées pour sans cesse assaillir les nôtres, et trouvaient ensuite un repli assuré dans les profondeurs de leurs forêts : il fit tracer des routes plus avant sur une distance totale de cent vingt mille pas et, par là, modifia non seulement la nature de la guerre, mais soumit à son autorité les ennemis dont il avait mis les refuges à découvert » [Frontin, Les stratagèmes, 1, 3, 10 ; trad. de Pierre Laederich, Paris, Economica, 1999]). E. Bennett, dans sa traduction du texte (Londres, The Loeb Classical Library, 1969), préféra donner au mot limes le sens de « frontière linéaire ».

113 À propos de l’accueil des détachements militaires, voir l’inscription de Sidi-Amara, qui se rapporte à une période ultérieure : Charles Saumagne, BAC, 1928-1929, édition de l’inscription et commentaire pp. 226-233 (inscription reprise dans AE, 1929, no 61) ; pour son commentaire, voir également Guédon, 2014a.

114 « L’une d’elles, sous les ordres du légat Cornelius Scipio, ferma le passage des razzias sur Leptis et des retraites chez les Garamantes ; du côté opposé, pour éviter aux bourgades dépendantes de Cirta des pillages impunis, le fils de Blaesus mena ses propres forces ; dans l’intervalle, avec l’élite de ses troupes, le général lui-même avait établi des fortins et des retranchements en des lieux appropriés, mettant ainsi l’ennemi partout à l’étroit et en péril, puisque, de quelque côté qu’il se tournât, il trouvait une partie de l’armée romaine en face, de flanc et souvent à revers ; grâce à cette tactique, beaucoup furent massacrés ou capturés » (Tacite, Annales, 3, 74, 2 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 3e éd. revue et corrigée par Joseph Hellegouarc’h).

115 Thomasson, 1996, p. 28, no 18.

116 « Imp(eratoris) Ti(beri) Cae/saris Aug(usti) / iussu / L(ucius) Aelius Lam/ia proco(n)s(ul) ab / oppido in medi/terraneum di/rexsit m(ilia) p(assuum) XLIV » (« Sur l’ordre de l’empereur Tibère César Auguste, Lucius Aelius Lamia, proconsul, a dirigé les travaux sur la voie de l’oppidum vers l’intérieur des terres. Quarante quatre mille pas » [IRT, 930]). Voir Romanelli, 1939, pp. 104-110 ; Di Vita-Évrard, 1979, pp. 89-91.

117 Mattingly, 1995, pp. 65-66.

118 Ibid., p. 79. La localité de Mesphe (identifiée au site actuel de Medina Doga), mentionnée par l’Itinéraire d’Antonin sur la voie suivie par le limes Tripolitanus entre Tacapes et Lepcis (73, 4-77, 3), était distante de cette dernière d’une quarantaine de milles : voir Mattingly, 1995, pp. 65-66 ; à propos de Mesphe, voir Bigi et alii, 2009.

119 Di Vita-Évrard, 1979, pp. 76-77 ; Mattingly, 1995, pp. 71, 140.

120 Voir ibid. pour le développement qui suit.

121 IRT, 330-331.

122 Le témoignage d’Apulée (Apologie, 93, 4) confirme la pratique de l’esclavage rural dans la région à une période postérieure : voir Gsell, 1932 ; Pavis d’Escurac, 1974, p. 92 ; Garnsey, 1978, pp. 235-237.

123 Voir le chap. ix de cet ouvrage.

124 La cité de Lepcis Magna, punie par une lourde amende infligée par César pour son appui donné aux pompéiens et au roi Juba au cours de la guerre civile, a pu faire partie de la province d’Afrique proconsulaire sous Auguste : voir Di Vita-Évrard, 1979, p. 98 ; Desanges, 1980a, pp. 262-264 ; id. et alii, 2010, p. 162.

125 Romanelli, 1939, pp. 104-110. Contre ce point de vue, voir Di Vita-Évrard, 1979, p. 91, ainsi que id., 1978-1979, p. 13 : elle suggère d’y voir « simplement une étape administrative ordinaire dans l’organisation de la province », « deuxième étape logique d’un programme routier cohérent » après l’intervention d’Auguste sur le réseau routier de la région.

126 Tacite, Histoires, 4, 49. Voir Mattingly, 1995, p. 79. Voir ci-dessous.

127 Voir les remarques de Di Vita-Évrard, 2003, p. 497, à propos de CIL, VIII, 22060.

128 Mattingly, 1986.

129 Selon les circonstances politiques, de telles ambitions sont parfois clairement affichées. Tel est le cas avec la formulation utilisée sur une borne de l’année 111, dans la province d’Arabie, évoquant la nouvelle route, ouverte et pavée, partant des confins de la Syrie (a finibus Syriae) et menant à la mer Rouge, qui accompagne la réduction de l’Arabie en province : CIL, III, 1414919 (= ILS, 5834). La direction des confins provinciaux apparaît de manière similaire sur une série de milliaires de l’empereur Maximin le Thrace et du césar Maxime, datée de l’année 237, se rapportant à la grande voie de Proconsulaire qui, partant de Carthage, conduit « ad fines Numidiae prouinciae » (CIL, VIII, 10047) ; voir Salama, 1987, pp. 46 et 124, n. 173. Il s’agit d’entretenir ici l’une des plus importantes artères de la province largement mise à profit dans le cadre de la circulation officielle et qui souffrait d’une longue période d’incurie, sans qu’il soit question d’un contexte militaire particulier.

130 Di Vita-Évrard, 1979, p. 91.

131 Voir Vanacker, 2015.

132 Tacite, Annales, 3, 73, 2.

133 Bénabou, 1977, p. 306 ; Lassère, 1982, p. 12, n. 17 et p. 25 ; Gutsfeld, 1989, pp. 58, 175 ; Wolff, 2014, pp. 61-62.

134 « Ainsi Tacfarinas, ayant répandu le bruit que la puissance romaine était aussi mise en pièces par d’autres nations et amenée par là à se retirer peu à peu de l’Afrique et que les troupes restantes pouvaient être enveloppées, si tous ceux qui préféraient la liberté à la servitude déployaient leurs efforts, accroît ses forces, établit son camp devant Thubursicum et investit la place » (Tacite, Annales, 4, 24, 1 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 2e éd. revue et corrigée par Henri Le Bonniec).

135 Gutsfeld, 1989, pp. 57-58 et n. 198 ; Grünewald, 2004, p. 52.

136 Tacite, Annales, 2, 52, 1.

137 Shaw, 1982a, pp. 36-38.

138 Cassius Dion, Histoire romaine, 60, 9, mentionne des incursions de tribus en Numidie ; Aurelius Victor, Livre des Césars, 4, 2 ; pseudo-Aurelius Victor, Epitomè, 4, 4.

139 Suétone, Vie de Galba, 7-8. Voir Thomasson, 1996, pp. 35-36, no 32 ; Hurlet, 2006, p. 96.

140 Sur les révoltes qui suivirent, voir Aït Amara, 2014, ainsi que les remarques de Coltelloni-Trannoy, 2014, à propos de la guerre d’Aedemon.

141 Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 31, no 24 ; Hurlet, 2006, pp. 110, 150. Concernant sa grande entreprise de limitatio : Trousset, 1978, 1997a, 2004, pp. 66-68.

142 CIL, VIII, 22786 a ; CIL, VIII, 22786 k ; CIL, VIII, 22786 f (= ILS, 9375) ; Trousset, 1997a ; Decramer et alii, 2002 ; Trousset, 2001, p. 64, n. 29. L’opération d’arpentage semble avoir commencé avec Dolabella : voir Thomasson, 1996, p. 30, no 23.

143 Trousset, 1997a, pp. 7-8.

144 Ibid., pp. 8-10.

145 CIL, VIII, 22786 e ; 22787. Voir Trousset, 2004, p. 68.

146 « Ensuite il [Valerius Festus] règle les différends entre les habitants d’Oea et ceux de Leptis ; au début rien de grave : des vols de récoltes et de bétail entre paysans ; maintenant on s’affrontait les armes à la main et en bataille rangée ; en effet le peuple d’Oea, inférieur en nombre, avait appelé à la rescousse les Garamantes, nation intraitable et toujours prête à piller ses voisins. Aussi les habitants de Leptis étaient-ils dans une situation difficile : leurs terres étaient partout ravagées et ils tremblaient derrière leurs murailles, jusqu’à ce que l’intervention des cohortes et de la cavalerie auxiliaires ait mis en fuite les Garamantes ; tout le butin fut récupéré, à l’exception de ce que ces nomades avaient vendu aux gens de l’intérieur dans leurs gourbis inaccessibles » (Tacite, Histoires, 4, 50, 4 ; éd., trad. et commentaires d’Henri Le Bonniec et Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1992). Sur ces querelles entre cités, largement répandues dans toutes les provinces de l’Empire, voir l’étude générale de Brunt, 1961 ; Burton, 2000 ; Dalla Rosa, 2007.

147 Mattingly, 1995, pp. 140-141.

148 Tacite, Histoires, 4, 50 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 38. Sur ce personnage : Thomasson, 1996, p. 134, no 3 ; Hurlet, 2006, p. 308.

149 Tacite, Histoires, 2, 98, 1 ; 4, 38 ; 4, 48-49 ; Pline le Jeune, Lettres, 3, 7, 12.

150 Tacite, Histoires, 4, 50, 4.

151 Pline, Histoire naturelle, 5, 38. Voir la carte 6 de cet ouvrage.

152 « Ẹx̣ [auctoritate / I]ṃp(eratoris) Veṣ[pasiani Cae]/saris Aug(usti), p(atris) p(atriae), pọṇ[t(ificis) max(imi), trib(unicia)] / potest(ate) V, imp(eratoris) XIII, c[o(n)s(ulis) V, desig(nati) VI], / Q(uintus) Iulius Cordinus [C(aius) ? Rutilius Galli]/cus, leg(atus) Aug(usti) prọ [pr(aetore), co(n)s(ul), pont(ifex)], / limitem inter Le[pcitanos et Oeen]ṣẹṣ derexit ; Lepcitạṇ[i pub(lice) ? pos(uerunt) ?] » (« Sous l’autorité de l’empereur Vespasien César Auguste, père de la patrie, grand pontife, détenteur de la puissance tribunitienne pour la cinquième fois, acclamé imperator pour la treizième fois, consul pour la cinquième fois et désigné consul pour la sixième fois, Quintus Iulius Cordinus Caius (?) Rutilius Gallicus, légat d’Auguste propréteur, consul, pontife, a tracé la limite entre les Lepcitains et les Oéens. Les Lepcitains ont élevé ce monument aux frais de la cité (?) » [AE, 1979, no 649]). Voir Di Vita-Évrard, 1979, pp. 78-83.

153 Thomasson, 1996, pp. 43-44, no 48.

154 Di Vita-Évrard, 1979, pp. 87-91.

155 Ibid., pp. 95-98.

156 IRT, 342 ; la présence de sufètes est mentionnée dans IRT, 347-349. Voir Gascou, 1982a, p. 165. À propos de cette magistrature, voir Belkahia, Di Vita-Évrard, 1995, pp. 256-263.

157 Mattingly, 1995, p. 123.

158 Ibid., pp. 116-122, 140-144.

159 « Et tout d’abord, parlant de la route qui, de Garama, mène par terre en Éthiopie, Marin dit : “Septimius Flaccus, parti de Libye avec son armée, est arrivé chez les Éthiopiens, venant du pays des Garamantes, après trois mois de route en direction du midi ; quant à Julius Maternus, parti de Leptis Magna, et escorté depuis Garama par le roi des Garamantes qui allait faire la guerre aux Éthiopiens, il mit quatre mois, en marchant toujours en direction du midi, pour atteindre le pays d’Agisymba, en Éthiopie, lieu où se rassemblent les rhinocéros”. Ni l’un ni l’autre de ces témoignages n’est crédible en soi. Dans le premier cas, il n’y a pas assez de distance entre les Éthiopiens de l’intérieur et les Garamantes pour justifier un trajet de trois mois, étant donné que les Garamantes appartiennent déjà presque à l’Éthiopie dont ils partagent le roi ; dans le second, il est complètement absurde qu’une expédition du roi contre ses sujets se soit faite toujours dans la même direction, du nord vers le sud, étant donné que ces peuplades sont largement répandues de part et d’autre, dans le sens est-ouest, et il est absurde également qu’elle n’ait été coupée d’aucune halte appréciable » (Ptolémée, Géographie, 1, 8, 4-5 ; trad. Aujac, 1993, pp. 324-325). Sur ces expéditions : Desanges, 1978, pp. 197-213. Pour la cartographie des itinéraires qu’elles ont suivis, voir la carte 6 de cet ouvrage.

160 À son propos, parfois confondu avec Cn. Suellius Flaccus qui conduisit la dernière répression menée contre les Nasamons sous Domitien, voir Thomasson, 1996, pp. 138-139, no 13.

161 Desanges, 1978, p. 210.

162 La recherche démesurée du gain aurait conduit Vespasien à multiplier les moyens de renflouer les caisses de l’État : Suétone, Vie de Vespasien, 16. L’accusation de cupidité qui paraît avoir plus généralement caractérisé les Flaviens ne semble pas surfaite si l’on suit l’exposé par Zonaras (Annales, 11, 19) de la révolte des Nasamons qui éclate sous Domitien.

163 Desanges, 1978, p. 199 ; Mauny, 1978, p. 128 ; Desanges, 1984.

164 Id., 1978, pp. 201-213.

165 Daniels, 1970, pp. 24-25 ; Mattingly, Wilson, 2010, pp. 526-529.

166 Mattingly, 2001, 2002. Rien ne permet d’affirmer que le Fezzan était « une sorte de protectorat romain » (expression empruntée à Trousset, 1986a, p. 164, n. 3).

167 Mattingly, 2003a, pp. 84-85.

168 Sur cette révolte : Gsell, 1893a, pp. 234-237 ; Desanges, 1978, pp. 210-213 ; Modéran, 2003, pp. 221-222.

169 Zonaras, Annales, 11, 19.

170 Flavius Josèphe, Guerre des juifs, 2, 381-383.

171 Thomasson, 1996, p. 138, no 12.

172 « De nombreux tributaires des Romains se révoltèrent à cause des prélèvements sévères qui étaient effectués. Ce fut le cas des Nasamons. Ceux-ci tuèrent les percepteurs de tribut, vainquirent le légat de Numidie Flaccus, et s’emparèrent de son camp. Ayant découvert dans ce camp, outre d’autres vivres, une grande quantité de vin, ils s’enivrèrent et s’endormirent. Mis au courant de cela, Flaccus les attaqua et les détruisit tous, et il n’épargna pas même ceux qui étaient inaptes au combat. Domitien, gonflé d’orgueil par ce succès, déclara au sénat : “J’ai interdit aux Nasamons d’exister” » (Zonaras, Annales, 11, 19 ; éd. de Moritz Eduard Pinder, Bonn, Weber, 1844, t. II, p. 500 ; trad. Modéran, 2003, p. 221, n. 35) ; « Plus loin dans cette région on trouve le pays désert des Nasamons, contempteurs de Jupiter, dont la race a été détruite par la lance ausonienne » (Denys le Périégète, Description de la terre, 208-210 ; GGM, II, p. 113 ; trad. Modéran, 2003, p. 221, n. 35 ; à rapprocher de Priscien, Périégèse, 193-194 ; GGM, II, p. 191) ; « Nasamones et Daci dimicantes aduersum Romanos uicti » (« Les Nasamons et les Daces entrèrent en guerre contre les Romains et furent massacrés » [Eusèbe, Chronique ; éd. de Rudolf Helm, Berlin, Akademie-Verlag, 1956, p. 190]).

173 C’est ce qui semble ressortir des observations de Ptolémée (Géographie, 4, 5, 12), qui place les Nasamons à proximité des Augilai, peuplant l’oasis d’Augila. Servius (Commentarii in Virgilium Serviani, 11, 265) mentionne la « ville d’Aucela chez les Nasamons » : le rapprochement de ce toponyme, qui demeure inconnu par ailleurs, avec Augila, est tentant ; pour toutes ces remarques, voir Modéran, 2003, pp. 222-223.

174 Table de Peutinger, 8, 2-3. Sa documentation sur cette partie du territoire libyen semble dater en grande partie de l’époque sévérienne : voir Rebuffat, 1972-1973b, pp. 142-144.

175 Modéran, 2003, pp. 222-223.

176 « [Ex a]uctorit(ate) / [I]mp(eratoris) diui Vespasi/ani f(ili) Domitiani / Aug(usti) Germ(anici) pont(ificis) / maximi / trib(unicia) pot(estate) VI / imp(eratoris) XIIII co(n)s(ulis) XIII / cens(oris) perpet(ui) p(atris) p(atriae) / iussu Suelli Flac/ci leg(ati) Aug(usti) pro pr(aetore) / terminus positi (sic) inter na/tionem Muduciuuiorum / e[t] Zamuciorum ex conuen/tione utrarumque / nationum » (« Sous l’autorité de l’empereur Domitien Auguste Germanicus, fils du divin Vespasien, grand pontife, détenteur de la puissance tribunitienne pour la sixième fois, acclamé imperator pour la quatorzième fois, consul pour la treizième fois, censeur perpétuel, père de la patrie, sur l’ordre de Suellius Flaccus, légat d’Auguste propréteur, des bornes furent posées entre les tribus des Muduciuuii et des Zamucii, avec le consentement de chacune des tribus » [IRT, 854]).

177 Romanelli, 1962, p. 1358.

178 Bénabou, 1976, pp. 436-437, 443.

179 Mattingly, 1995, p. 32.

180 Modéran, 2003, pp. 209-249.

181 « L’arrière-pays situé au-dessus de la Syrte et de la Cyrénaïque, qui est presque misérable et aride, appartient aux Libyens : d’abord les Nasamons, puis les Psylles, certains Gétules et des Garamantes ; encore plus à l’est, on rencontre les Marmarides, qui voisinent avec la majeure partie de la Cyrénaïque et s’étendent jusqu’à Ammon » (Strabon, Géographie, 17, 3, 23 ; éd., trad. et commentaires de Benoît Laudenbach et Jehan Desanges, Paris, CUF, 2014). Le témoignage confus de Strabon sur la localisation des peuples évoqués dans ce paragraphe pourrait suggérer qu’il procède par association d’idées (voir Strabon, Géographie, 17, 3, 23, commentaires de Jehan Desanges, Paris, CUF, 2014, pp. 223-226). Il s’agit là des principaux peuples établis à la frontière de l’empire, qui faisaient alors l’actualité politique de la région à Rome du fait de leur implication dans les différentes interventions militaires romaines. Les liens qui pouvaient les unir pourraient expliquer que Strabon les ait associés dans une allusion commune prenant a priori certaines libertés dans leur positionnement géographique, qu’il faut sans doute comprendre néanmoins comme très schématique. Voir id., 1969, pp. 210-211.

182 Trousset, 1997a, p. 7.

183 Le témoignage poétique de Lucain, dont on peut supposer qu’il s’appuie sur une certaine réalité des choses, associe à plusieurs reprises les Garamantes et les Marmarides : « Des nations peuplent cet espace : dans tous les camps s’assemblent les Autololes, les Numides errants, le Gétule toujours prêt sur un cheval sans housse, puis le Maure bronzé comme l’Indien, l’indigent Nasamon, mêlé au Garamante hâlé, les Marmarides agiles et l’égal des archers mèdes » (Lucain, Pharsale, 4, 676-681 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.). Voir Silius Italicus, La guerre punique, 2, 58-64, à propos de la mythologie associant Garamantes, Nasamons et Gétules. L’oasis d’Augila, fréquentée par les Nasamons (Table de Peutinger, 8, 2-3 ; voir Rebuffat, 1969-1970a, 1970 ; Modéran, 2003, pp. 222-224), était située à dix jours de marche des Garamantes selon Hérodote (Histoires, 4, 183) et douze jours selon Pline (Histoire naturelle, 5, 26) ; voir Mattingly, 2003a, p. 81.

184 Strabon, Géographie, 17, 3, 19 ; Pline, Histoire naturelle, 37, 104. Voir le chap. ii de cet ouvrage.

185 Rebuffat, 1970, p. 10.

186 Florus, Epitomè, 2, 31. Voir Mattingly, 2003a, pp. 83-84.

187 Liverani, 2000a, 2000b ; Mattingly, 2003a, p. 81. Voir la carte 6 de cet ouvrage.

188 Desanges, 2012b.

189 Ptolémée, Géographie, 4, 5, 12. Voir Desanges, 2010a, 2012b, p. 5253.

190 Pline, Histoire naturelle, 5, 38 ; Tacite, Histoires, 4, 50, 4.

191 Mattingly, 2003a, p. 82.

192 Ptolémée, Géographie, 1, 8, 4-5. À propos des liens entre les Garamantes et les Éthiopiens évoqués dans les sources écrites : Desanges, 1985a, p. 170.

193 Kuhlmann, 2013, p. 155.

194 Silius Italicus, La guerre punique, 5, 355-360.

195 Hérodote, Histoires, 4, 172 ; Servius, Commentarii in Virgilium Serviani, 11, 265.

196 Les Anciens les situent au contact de l’oasis de Siwa : voir Hérodote, Histoires, 2, 32-33 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 17, 50, 2 ; Quinte-Curce, Histoires, 4, 7, 18-19.

197 Kuhlmann, 2013, pp. 153-154.

198 Théophraste, Histoire des plantes, 4, 3, 1 ; Pline, Histoire naturelle, 13, 111 ; Arrien, Anabase, 3, 4, 1. Voir Wagner, 1987, pp. 296-299 ; Kuhlmann, 1998 ; Bagnall, Rathbone, 2004, pp. 274-275 ; Kuhlmann, 2013, p. 150.

199 Strabon, Géographie, 17, 1, 14.

200 Kuhlmann, 1998, pp. 164-173.

201 Möller, Rieger, 2013 ; Vetter et alii, 2013.

202 Ibid.

203 Strabon, Géographie, 17, 1, 14 et 43 ; Arrien, Anabase, 3, 3, 3. Voir Leclant, 1950, pp. 233-245.

204 Kuhlmann, 1998, pp. 164-166 ; Bagnall, Rathbone, 2004, pp. 271-277 ; Hölbl, 2005, p. 96.

205 Aucune trace d’occupation romaine n’y a jusqu’à ce jour été confirmée ; voir le bilan dressé par Modéran, 2003, pp. 223-224. Également Laronde, 1988, pp. 1018-1019, à propos de la limite de la zone d’influence romaine.

206 Strabon, Anabase, 17, 3, 23.

207 Goodchild, 1953, pp. 66-67 ; Laronde, 1987, pp. 203-206 et 1988, pp. 1023-1024. La garnison de Corniculanum fut établie au ier siècle de notre ère et permettait de surveiller la circulation entre la côte syrtique et l’oasis d’Augila.

208 Voir Pline, Histoire naturelle, 5, 38, à propos des différentes tentatives de Rome pour parvenir à maîtriser l’itinéraire conduisant en territoire garamante.

209 Ibid., 5, 11. L’expédition menée par Suetonius Paulinus depuis la Maurétanie peu après 40 apr. J.-C. semble avoir pris pour direction le Sahara, mais elle demeure mal connue, et sa destination (le fleuve Ger) est discutée : « Suetonius Paulinus, que nous avons vu consul, est le premier chef romain qui ait traversé tout l’Atlas, le dépassant même de quelques milles… Il dit qu’il parvint là en dix étapes et, au-delà, à un fleuve qu’on appelle Ger, à travers des déserts de poussière noire, d’où surgissaient parfois des rochers pointus, comme brûlés ; la chaleur rendait ces lieux inhabitables, bien qu’on eût fait l’épreuve de la période hivernale » (ibid., 5, 14-15 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980). Voir id., 1980a, pp. 135-139 et 1984 ; Nicolet, 1988a, p. 99.

210 Strabon (Géographie, 17, 3, 23) situe ainsi les Garamantes par rapport à la région du silphium : sans doute se fait-il ici l’écho de l’aire de circulation des Garamantes.

211 « Ventum erat ad templum, Libycis quod gentibus unum inculti Garamantes habent ; stat sortiger illis Iuppiter, ut memorant, sed non aut fulmina uibrans aut similis nostro, sed tortis cornibus, Hammon » (« On était arrivé près du seul temple qui fût en Libye, et que possèdent les sauvages Garamantes ; il s’y dresse la statue d’un dieu qui rend des oracles et que ces peuples appellent Jupiter, mais ce n’est pas celui qui brandit la foudre, le même que le nôtre : c’est un dieu aux cornes tordues, Hammon » [Lucain, Pharsale, 9, 511-515 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.]) ; « Tu quoque fatidicis Garamanticus accola lucis, insignis flexo galeam per tempora cornu heu frustra reditum sortes tibi saepe locutas mentitumque Iouem increpitans, occumbis, Iarba » (« Toi aussi, hôte des bois riches en oracles du pays des Garamantes, que l’on reconnaissait aux cornes de ton casque retombant sur tes tempes, tu tombes, Iarbas et c’est hélas en vain, que tu maudis les sorts qui t’avaient si souvent promis un sûr retour, et la fourberie de Jupiter » [Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417 ; éd. et trad. de Pierre Miniconi et Georges Devallet, Paris, CUF, 1979]) ; « Prisca fides adytis longo seruatur ab aeuo, qua sublime sedens, Cirrhaeis aemulus antris, inter anhelantis Garamantas corniger Hammon fatidico pandit uenientia saecula luco » (« Depuis l’antiquité et tout au long des siècles, on croit toujours aux révélations du sanctuaire — comparable à l’antre de Cirrha — où, chez les Garamantes haletants, Hammon à la tête cornue, installé sur son trône élevé, dévoile du fond de son bois prophétique, les siècles futurs » [Silius Italicus, La guerre punique, 3, 8-11 ; éd. et trad. de Pierre Miniconi et Georges Devallet, Paris, CUF, 1979]).

212 Strabon, Géographie, 17, 3, 23 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 33.

213 « Éthéarchos [le roi des Ammoniens] raconta qu’il avait eu un jour la visite de Nasamons… » (Hérodote, Histoires, 2, 32 ; éd. et trad. de Philippe-Ernest Legrand, Paris, CUF, 1948) ; le Périple du pseudo-Scylax (éd. et trad. Desanges, 1978, pp. 406-407), qui mentionne un bois sacré d’Ammon à la frontière entre les territoires mace et nasamon : « Au plus creux de la Syrte, dans le repli qu’elle forme, les Autels des Philènes, un entrepôt, le bois sacré d’Ammon. À partir de là habitent près de la Syrte les Maces ». Diodore de Sicile et Quinte-Curce, empruntant sans doute à une source commune, placent les Nasamons au voisinage immédiat de l’oasis d’Ammon ; cette localisation très imprécise confirme le lien établi de longue date entre les Nasamons et la divinité : « Autour de l’oasis, consacrée au dieu, habitent : au Midi et au Couchant, les Éthiopiens ; au Nord [les…], peuple libyen nomade ; en gagnant vers l’intérieur des terres, le peuple appelé Nasamons » (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 17, 50, 2 ; éd. et trad. de Paul Goukowsky, Paris, CUF, 1976) ; « au nord, il y a les Nasamons, peuple des Syrtes » (Quinte-Curce, Histoires, 4, 7, 19 ; éd. et trad. d’Henry Bardon, Paris, CUF, 1947). Ammon apparaît comme le dieu des Nasamons par excellence dans les vers de Stace (Silves, 2, 7, 93-95) : il y évoque Alexandre comme le fils du Nasamonii Tonantis (le « dieu Tonnant des Nasamons »), c’est-à-dire le dieu Ammon de l’oasis de Siwa que le roi de Macédoine était venu consulter, et qui se serait présenté, d’après l’oracle, comme son père (Quinte-Curce, Histoires, 4, 7, 26) ; à propos d’Alexandre et de sa filiation avec le dieu Ammon : Hamilton, 1953.

214 Colin, 1998.

215 Rebuffat, 1969-1970a, 1970 ; Laronde, 1987, pp. 200-206 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 260. Un temple d’Ammon fut peut-être découvert en pays garamante : Mattingly, 2003a, p. 89 ; id., Edwards, 2003, p. 177.

216 Bates, 1914, p. 52, n. 8.

217 Pline, Histoire naturelle, 5, 33 ; Servius, Commentarii in Virgilium Serviani, 11, 265.

218 Desanges, 1980a, p. 370 et 2012b, p. 5252.

219 À propos de la langue libyque et des peuples libycophones : Colin, 1999.

220 Strabon, Géographie, 17, 1, 43.

221 Stucchi, 1975, pp. 565-576 ; Kuhlmann, 1988, en particulier p. 158 ; Brouquier-Reddé, 1992, p. 264 ; Callot, 1999, pp. 174, 279 ; Bagnall, Rathbone, 2004, p. 272.

222 Lucain, Pharsale, 9, 511-515. 

223 Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417, et 3, 8-10.

224 Lucain, Pharsale, 9, 438-460.

225 Ibid., 9, 511.

226 « Esse locis superos testatur silua per omnem sola uirens Libyen. Nam quidquid puluere sicco separat ardentem tepida Berenicida Lepti, ignorat frondes ; solus nemus abstulit Hammon » (« La présence de la divinité y est attestée par une forêt, la seule verdoyante dans toute la Libye. Car toute la région de sables arides qui sépare la brûlante Bérénice de la tiède Leptis ne connaît pas le feuillage ; Hammon s’est réservé les bois » [ibid., 9, 522-525 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.]).

227 Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417.

228 Lucain, Pharsale, 9, 511-512.

229 Ibid., 9, 522-525. Voir Modéran, 2003, p. 236, n. 98.

230 Périple du pseudo-Scylax ; éd. et trad. Desanges, 1978, pp. 406-407. Voir Aumont, 1968, pp. 315-317.

231 Stadiasme, 82-83 (GGM, I, pp. 455-456). Goodchild, 1952, p. 106, proposa de localiser le sanctuaire d’Ammon à Màaten Bescer, c’est-à-dire à une trentaine de kilomètres à l’est d’Automalax (Ras Bu Sceèfa). Voir Desanges, 1980a, p. 371, n. 1 ; Modéran, 2003, pp. 236-237, n. 97.

232 « inops Nasamon, mixti Garamante perusto » (« l’indigent Nasamon, mêlé au Garamante hâlé » [Lucain, Pharsale, 4, 679 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.]) ; « pars plurima terrae tollitur et numquam resoluto uertice pendet. Regna uidet pauper Nasamon errantia uento discussasque domos, uolitantque a culmine raptae detecto Garamante casae » (« presque tout le sable est soulevé en une colonne qui reste suspendue sans que le sommet en retombe. Ce qui fait son royaume, le pauvre Nasamon le voit s’éparpiller au gré du vent, avec ses demeures dispersées ; les cabanes ont leur toit arraché qui s’envole et laisse sans abri le Garamante » [Lucain, Pharsale, 9, 456-460 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.]).

233 « Hammone hic genitus, Phorcynidos antra Medusae Cinyphiumque Macen et iniquo e sole calentis Battiadas late imperio sceptrisque regebat ; cui patrius Nasamon aeternumque arida Barce, cui nemora Autololum atque infidae litora Syrtis parebant nullaque leuis Gaetulus habena » (« Celui-ci [le Garamante Hiarbas] était le fils d’Ammon, et son vaste empire comprenait les antres de Méduse, fille de Phorcys, les Maces des bords du Cinyphios, et les Battiades, que brûle un soleil insupportable. Il était aussi chef héréditaire des Nasamons, roi de Barcé toujours désertique, des forêts des Autololes, des traîtres rivages des Syrtes, et des rapides Gétules aux coursiers sans freins » [Silius Italicus, La guerre punique, 2, 59-64 ; éd. et trad. de Pierre Miniconi et Georges Devallet, Paris, CUF, 1979]).

234 Laronde, 1988, pp. 1019-1020 et 2009.

235 Goodchild, 1952.

236 Strabon, Géographie, 17, 3, 20.

237 Laronde, 1988, p. 1020.

238 Strabon, Géographie, 17, 3, 22, avec les commentaires de Jehan Desanges, Paris, CUF, 2014, pp. 212-213.

239 Id., 2012b, p. 5254.

240 Scribonius Largus, Compositions médicales, 67, qui exerça comme médecin sous Tibère et Claude.

241 Pline, Histoire naturelle, 19, 15, 39, et 22, 48, 100.

242 Flavius Josèphe, Guerre des juifs, 2, 381-383 ; Zonaras, Annales, 11, 19. Voir Desanges, 1980a, p. 370.

243 Cassius Dion, Histoire romaine, 67, 4, 6.

244 « pauper adhuc deus est, nullis uiolata per aeuum diuitiis delubra tenens, morumque priorum numen Romano templum defendit ab auro » (Lucain, Pharsale, 9, 519-520 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.).

245 « Il existe aussi une autre oasis d’Hammon ; une source en occupe le centre : on l’appelle “eau du Soleil” ; au lever du jour, elle coule tiède ; à midi, quand la chaleur est à son comble, son cours est froid ; aux approches du soir, elle s’échauffe ; à minuit, elle bout à gros bouillons ; et plus la nuit s’incline vers la lumière, plus elle perd de sa chaleur nocturne, jusqu’à ce que, à la naissance du jour, elle s’alanguisse dans sa tiédeur coutumière. Ce qu’on adore comme dieu n’a pas l’aspect qu’à l’ordinaire les artistes ont prêté aux divinités. La façon en est fort semblable à celle d’un disque ; il est formé d’une émeraude et de gemmes assemblées. Quand on le consulte, les prêtres le portent dans un vaisseau doré, chaque flanc du vaisseau laisse pendre de nombreuses coupes d’argent : suivent dames et jeunes filles, chantant à la manière du pays un poème sans art ; par là on croit disposer favorablement Jupiter, et l’amener à rendre un oracle infaillible » (Quinte-Curce, Histoires, 4, 7, 22-24 ; éd. et trad. d’Henry Bardon, Paris, CUF, 1947).

246 Brouquier-Reddé, 1992, pp. 255-265.

247 Pour Aygon, 2010, pp. 51-52, la vision du sacré suggérée par Lucain propose une forme de religiosité proche de la pensée stoïcienne s’accordant particulièrement avec le personnage de Caton.

248 Modéran, 2003, pp. 245-246.

249 En 59, Pedius Blaesus fut ainsi exclu du Sénat après avoir pillé le trésor de l’Asklépieion de Balagrai, voir Tacite, Annales, 14, 18.

250 Sartre, 1981, p. 84.

251 « Il y a deux cités du même nom, chacune des deux s’appelant Augila. Elles sont distantes de Boreium d’environ quatre jours de voyage pour un voyageur au pas alerte, vers le sud. Et ce sont toutes deux de véritables villes, dont les habitants ont gardé leurs antiques coutumes, car ils étaient tous adonnés au polythéisme jusqu’à mon époque. Là, depuis longtemps, il y avait des sanctuaires dédiés à Ammon et à Alexandre de Macédoine, et les indigènes leur sacrifiaient jusqu’au règne de Justinien. Il y avait là une grande quantité de ceux qu’on appelle hiérodules » (Procope, Sur les édifices, 6, 2, 14-18 ; trad. Modéran, 2003, p. 243). Voir les commentaires ibid., pp. 243-244.

252 Ibid., pp. 223-224.

253 Une inscription de Cyrène, qui date de la fin du ive siècle av. J.-C., fait mention d’une victoire remportée par les Grecs sur une coalition formée de Maces et de Nasamons : Laronde, 1987, pp. 52-58, 207. Sur les relations conflictuelles entre Grecs et Libyens, voir également id., 1993.

254 « Hic Hammone satus rapta Garamantide nympha templa Ioui centum latis immania regnis, centum aras posuit uigilemque… » (« Celui-ci [Iarbas], fils d’Hammon, né d’une nymphe garamantide enlevée par le dieu, dédia à Jupiter cent temples énormes en ses vastes royaumes, cent autels… » [Virgile, Énéide, 4, 198-200 ; éd. et trad. de Jacques Perret, Paris, CUF, 1977]).

255 Silius Italicus, La guerre punique, 3, 647 sq. et 3, 8-11, évoquant l’oracle du temple situé par erreur chez les Garamantes. Voir également Lucain, Pharsale, 9, 517-520, qui décrit le sanctuaire de Jupiter Hammon, le seul en Libye selon lui et localisé de manière fautive chez les Garamantes.

256 Virgile, Énéide, 4, 196.

257 Ibid., 3, 647-714 ; également Silius Italicus, La guerre punique, 1, 414-417.

258 Sauron, 1994, pp. 530-533 ; La Rocca, 1995, p. 77 ; Ungaro, 1995, p. 46 ; Galinier, 2007, pp. 248-249.

259 Méduse apparaît régulièrement en association avec Jupiter Ammon dans d’autres contextes décoratifs, sur les cuirasses impériales représentées sur les forums de certaines cités provinciales : voir Marco Simón, 1990 ; Galinier, 2007, p. 249.

260 L’hypothèse souvent avancée est celle de l’imitation d’Alexandre : Marco Simón, 1990 ; Sauron, 1994, p. 531.

261 Silius Italicus, La guerre punique, 2, 59.

262 Lucain présente l’unique sanctuaire de Jupiter Ammon existant à ses yeux en Libye, situé chez les Garamantes : « Quamuis Aethiopum populis Arabumque beatis gentibus atque Indis unus sit Iuppiter Hammon, pauper adhuc deus est, nullis uiolata per aeuum diuitiis delubra tenens » (« Quoique pour les peuples d’Éthiopie, les heureuses nations arabes et les Indiens, il n’y ait qu’un seul Jupiter Hammon, c’est un dieu resté pauvre, habitant un sanctuaire qui a traversé les temps sans être profané par les richesses » [Lucain, Pharsale, 9, 517-520 ; éd. et trad. d’Abel Bourgery, Paris, CUF, 1958, 3e éd.]).

263 Virgile, Géorgiques, 2, 114-124 ; Tibulle, Élégies, 2, 3, 55 ; 3, 8, 20.

264 RGDA, 26, 5.

265 Galinier, 2007, p. 249.

266 RGDA, 26, 1.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search